Vous êtes sur la page 1sur 66

SPRP - Le Site de la Sécurité privée

www.sprp.com
auteur : Mickaël

SSIAP 1
Service de Sécurité et d’Assistance à Personnes
Niveau Agent de Sécurité Incendie
1.1 : PREVENTION ........................................................................................ 4
1.1.1 But.............................................................................................................................................4
1.1.2 Objectifs ....................................................................................................................................4
1.1.3 Causes .......................................................................................................................................5
1.2 : PREVISION .............................................................................................. 5
1.2.1 Prévision technique...................................................................................................................5
1.2.2 Prévision tactique ou opérationnelle ........................................................................................5
2.1 : L’INCENDIE ........................................................................................... 7
2.1.1 La combustion...........................................................................................................................7
2.1.2 La propagation..........................................................................................................................9
2.1.3 Les classes de feux ..................................................................................................................10
2.1.4 Les conséquences d’un incendie sur l’homme ........................................................................11
2.1.5 Les conséquences d’un incendie sur le bâtiment.....................................................................12
2.2 : LES MODES D’EXTINCTION..................................................... 13
3.1 : EVACUATION DES OCCUPANTS............................................ 15
3.1.1 Généralités entre un ERP et un IGH.......................................................................................15
3.1.2 L’évacuation dans un ERP......................................................................................................16
3.1.3 L’évacuation dans un IGH ......................................................................................................20
3.2 : GESTION D’UNE EVACUATION ............................................. 24
3.2.1 Généralités..............................................................................................................................24
3.2.2 Paramètres susceptibles d’interférer sur l’évacuation ..........................................................24
3.2.3 Influence des comportements humains dans l’évacuation .....................................................25
3.2.4 Les moyens d’évacuation ........................................................................................................26
3.2.5 L’organisation.........................................................................................................................26
3.3 : ECLAIRAGE NORMAL ET DE SECURITE......................... 28
3.3.1 Eclairage normal en ERP .......................................................................................................28
3.3.2 Eclairage normal en IGH........................................................................................................29
3.3.3 Eclairage de sécurité en ERP .................................................................................................30
3.3.4 Eclairage de sécurité en IGH..................................................................................................34
4.1 LES APPAREILS MOBILES ..................................................................................... 37
4.1.1 Différents procédé de mise en œuvre : ....................................................................................37
4.1.2 Identification des extincteurs : ................................................................................................38
4.1.3 Vérification et réépreuve .....................................................................................39
4.1.4 Accessibilité et quantité ..........................................................................................................40
4.1.5 Les differents extincteurs ...................................................................................................42
4.2 LES ROBINETS D’INCENDIE ARMES ............................................................... 46
4.2.1 Procédé de mise en œuvre / Alimentation ...............................................................................47
4.2.2 Identification des RIA : ...........................................................................................................48
4.2.3 Vérification technique .............................................................................................................48
4.2.4 Accessibilité et quantité ..........................................................................................................49
4.3 COLONNE SECHE / HUMIDE ........................................................................... 51
4.3.1 Description et accessibilité .....................................................................................................51
4.3.2 Vérification technique .............................................................................................................53
4.3.3 Quantité...................................................................................................................................54
4.4 LES HYDRANTS .............................................................................................. 56
4.5 IFEA (INSTALLATION FIXE D’EXTINCTION AUTOMATIQUE)........................ 58
4.5.1 Le « Sprinkleur »....................................................................................................................58
4.5.2 Les gaz (CO2, Argonite, etc. …) ..............................................................................................63
4.6 MOYENS DIVERS .................................................................................................. 65
4.7 LE SYSTEME DE SEC ..................................................ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 2 sur 66


1. La prévention
et la prévision

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 3 sur 66


1.1 : Prévention
(Mesures et moyens réunis pour éviter l’éclosion d’un feu et en limiter les effets)

1.1.1 But

La prévention de l’incendie est une discipline scientifique dont la finalité est la


protection de la vie des êtres humains et la sauvegarde de leurs biens

La prévention doit poursuivre 3 buts :


- Assurer la sécurité des personnes
- Assurer la protection des biens
- Permettre et faciliter l’engagement des secours

La sécurité humaine doit être prioritaire. Mais sans non plus écarté la protection des
bien, qui elle à une importance « social ».
En effet, la destruction de biens matériels ou la détérioration de biens immobiliers, ou
encore les effets indirects du feu (fumée, odeur) vont occasionnés une perte
d’exploitation voir une cessation d’activité. Ceci entraînant cela, le chômage technique
est à prévoir ainsi qu’une image de marque « touché », et un redressement des finances
difficile.

A savoir que statistiquement, ¾ des établissements ayant subi un sinistre sérieux


cessent leurs activités dans les trois ans.

L’intervention des secours facilité pourra permettre, en partie, la réalisation des deux
premiers buts.

1.1.2 Objectifs

Il existe 4 objectifs à la prévention :


- Limiter les risques de naissance du feu
- Limiter la propagation de l’incendie
- Evacuer les personnes en danger
- Faciliter l’intervention des secours

La réalisation de ces objectifs passe par un ensemble de moyens mise en œuvre, dès la
création de l’établissement. On peut cités :
- Les dégagements de secours (en nombre suffisants, généralement au moins deux)
- L’éclairage de sécurité (appeler à palier les déficiences du « normal »)
- Le désenfumage (allie protection des personnes et sauvegarde des biens)
- L’aménagement intérieur (réaction au feu, compartimentage, cloisonnement,
locaux à risques, etc.)
- Moyens de secours (extincteurs, SSI, alarme et alerte, CS/ CH, etc.)
- Implantation du bâtiment (accès secours, tiers, etc…)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 4 sur 66


1.1.3 Causes

Etant donné que le comburant est toujours présent, avec des combustibles (meubles,
matériaux, etc.), les causes d’incendie sont très souvent lié à la présence de source
d’inflammation. Elle peut être classé en 3 catégories :
- Causes naturelles (foudre, électricité statique, soleil, fermentation, etc)
- Les causes liées à l’emploi d ‘énergie (échauffement, chauffage, électricité, etc.)
- Les causes humaines (travaux points chaud, imprudence, ignorance, malveillance, etc.)

Les buts et objectifs de la prévention seront d’autant mieux réalisés si l’on réduit au
maximum les causes de l’incendie.

1.2 : Prévision
(Mesures et moyens réunis pour lutter contre le feu)

La prévision comporte toutes les mesures préparatoires destinées à déceler un risque


dès son origine et à assurer, avec le maximum de rapidité et d’efficacité, la mise en
action des moyens d’intervention.

Malgré toutes les mesures de prévention, un incendie est inéluctable.


La prévision à 2 objectifs :
- La découverte de l’incendie dès sa naissance
- L’attaque immédiate du feu pour obtenir l’extinction rapide

Elle s’adresse principalement aux équipes de sécurité des établissements et aux secours public.

¾ Les mesures de prévision :


Elles sont au nombre de deux
- La prévision technique
- La prévision tactique ou opérationnelle

1.2.1 Prévision technique


Consiste à :
- Déceler l’incendie au plus tôt (détection)
- Avertir précocement (alarme)
- Prévenir les personnels intervenant (sécurité ou sapeurs pompiers)
- Eteindre (mise en œuvres moyens de secours)

1.2.2 Prévision tactique ou opérationnelle


Comprend :
- Une bonne connaissance du secteur d’intervention
- La vérification permanente des moyens d’intervention
- Mise en place de POI (plan opérationnel interne) et procédures
- Qualification et instruction du personnel intervenant

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 5 sur 66


2. Les connaissances
de bases

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 6 sur 66


2.1 : L’incendie
2.1.1 La combustion
L’incendie est une combustion qui se développe d’une manière incontrôlé dans le temps
et dans l’espace. Elle engendre une grande quantité de chaleur, de fumées, de polluants
voir toxiques

La combustion : Le processus de la combustion est une réaction chimique d’oxydation


d’un combustible par un comburant. Cette réaction est exothermique et nécessite une
source d’énergie.

Quelque soit la forme du combustible (solide ou liquide), ce sont leurs vapeurs émises
qui brûle. Sous l’effet de la chaleur, le combustible émet des vapeurs : Par pyrolyse si il
est solide, Par vaporisation si il est liquide (Distillation, vaporisation, inflammation)

Il existe plusieurs sortes de flammes :


Selon le degré de mélange des réactifs avant d’arriver au niveau de la flamme, on
distingue deux types de flamme :

- Flamme de diffusion :
Les réactifs gazeux (comburant + combustible) ne sont pas mélangé avant d’atteindre
la flamme (c’est le cas de la bougie)

- Flamme de pré-mélange
Les réactifs gazeux sont déjà mélangés lorsqu’ils arrivent au niveau de la flamme (cas
des bec bunsen ou de la soudure).

Il existe plusieurs sortes de combustion :

La combustion lente
Il s'agit d'une oxydation sans émission de lumière dont la température reste inférieure à
500°C (par exemple combustion de charbon).

La combustion vive
Il y à une émission simultané de lumière, de fumées avec élévation de température.
C’est la flamme de diffusion.

La combustion très vive (ou déflagrante)


La vitesse de réaction est grande, sans dépasser la vitesse du son. C’est la flamme de
pré-mélange déflagrante.

La combustion instantanée (ou détonante)


La vitesse de réaction est supérieur à celui du son. C’est la flamme de pré-mélange
détonante. (vitesse du son = 340 m /s )

En outre, en fonction de l’apport en air du foyer, la combustion peut être :

¾ Complète : Si l’air arrive en quantité suffisante, les flammes sont bleues, peu
éclairante et les produits de la combustion (pour des combustibles hydrocarbonés)
sont principalement formés de CO2 et d’eau (H2O)
¾ Incomplète : Si le renouvellement en air est insuffisant, les flammes sont oranges,
très éclairantes et les produits de la combustion sont incomplètement brûlés. Et il
y à une production importante de fumées.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 7 sur 66


Pour qu’il y ait une combustion, la présence de trois éléments est nécessaire :

Combustible : Matière capable de se consumer


- Solide (bois, charbon, papier, etc)
- Liquide (essence, huile, etc…)
- Gazeux (propane, butane, etc…)

Comburant : Corps qui, en se combinant avec un combustible, permet et entretien la


combustion. (Généralement l’oxygène de l’air). Le chlore ou l’acide nitrique peuvent
l’être dans certain cas.

L’air étant composé :


-D’azote (78 %)
-D’oxygène (21 %)
-De gaz rare : néon, argon, etc… (1 %)

Energie d’activation (ou chaleur) : Energie nécessaire au démarrage de la réaction


chimique de combustion (étincelle, échauffement, température, etc.…)
Elle peut-être : thermique (feu nus, etc), chimique (réaction entre une base et un acide, etc) , biologique
(fermentation, etc), mécanique (frottement,etc), électrique( court-circuit, etc) ou naturelle (foudre, soleil, etc)

On à coutume de symboliser ces trois éléments par un triangle :


Le triangle du feu

Combustible Comburant

Energie d’activation
En l’absence de l’un des trois éléments du triangle du feu, cela empêche la combustion.
Le feu s’éteint de lui-même si il n’à pas assez d’air (oxygène), si le combustible manque
ou si le foyer est refroidie.

Mais dans la réalité, la combustion à besoin d’un quatrième élément : les radicaux
libres. En effet, souvenez vous, la combustion « est une réaction chimique
d’oxydation » ; et bien cette réaction est réalisée par des radicaux libres (réaction en
chaîne). Cela ouvre la voie d’une quatrième méthode d’extinction : l’inhibition.
Le tétraèdre du feu

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 8 sur 66


2.1.2 La propagation

Un foyer d’incendie peu important à l’origine peut engendrer un incendie de grande


envergure en fonction de divers critères dont :

- La quantité de combustible présent


- Pouvoir calorifique du combustible
- La forme physique des matériaux (copeaux, blocs, etc)
- Produit de décomposition (gaz combustible)
- Degré hygrométrique (sécheresse, humidité)
- Ventilation et circulation des gaz (air frais, évacuation gaz combustible)
- Nature du local en feu (dimension, aménagement, etc…)
- La température

Les modes de propagations :

- Rayonnement (Transfert de chaleur dû au dégagement calorifique)


Tout corps chauffé émet de l’énergie sous forme d’ondes électromagnétiques et un tel
rayonnement peut être absorbé par un corps sous forme d’énergie thermique

- Convection (Transfert de chaleur par mouvement ascendant d’air réchauffé)


C’est le transport de la chaleur par mouvement d’un fluide. Une accumulation de fumée, même
à plusieurs mètres du foyer, va monter en température les matériaux en contact (charpente,
décoration, etc.). Ex : Une main au-dessus d’une bougie est brûlant, mais sur le côté moins.

- Conduction (transfert de chaleur au sein même du matériau : métal, etc.)


C’est la transmission de la chaleur dans la masse d’un matériau.
Le bois et le verre sont des mauvais conducteurs de chaleur … alors que l’acier ou le
cuivre le sont énormément.

- Déplacement de matière (déjà ou non enflammé)


Par les gaz (nappe de gaz imbrûlé)
Par les liquides (Propagation par épandage)
Par les solides (Brandons ou escarbille)
En pratique, la chaleur
CONVECTION émise d’une flamme
est transportée à 65 %
par la convection
et à 35 % par le
rayonnement.

Projection

Rayonnement Rayonnement

Conduction

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 9 sur 66


2.1.3 Les classes de feux

Pour attaquer efficacement un début d’incendie, il faut disposer de l’agent extincteur le


mieux approprié à la nature du feu.
Les critères permettant de définir avec efficacité n’ont pu être applicable qu’après
qu’une définition des différentes classes de feu a été établie.

La norme AFNOR NF EN 2/A1 de Février 2005 distingue 5 classes de feu :

- A : Feux de matériaux solides, généralement de nature organique, dont la


combustion se fait normalement avec formation de braises
Bois, papier, tissu, carton, etc…

L’état du combustible qui se présente à l’état normal, sous la forme d’un solide
Il y à la nécessité d’un préchauffage pour obtenir l’inflammation (distillation)
Dans tout les cas, à un certain stade de la combustion, il y aura la présence de braise.

- B : Feu de liquide inflammable ou solide liquéfiable


Essence, alcool, solvant, gasoil, paraffine, etc…

L’état du combustible est liquide ou dont la viscosité diminue avec l’élévation de température.
Il y à nécessité de présence d’un certain taux (LII-LSI) de vapeurs inflammable
(vaporisation), pour qu’il puisse s’enflammer (point éclair, point d’inflammation)
Impossibilité de feu couvant : Le feu brûle ou s’éteint.

- C : Feu de gaz
Propane, butane, etc …

L’état du combustible, qui à température ambiante, est en phase gazeuse


Il est aussi indispensable qu’une certaine teneur en oxygène, dans le mélange air-gaz
permettant à la combustion d’avoir lieu

- D : Feu de métaux
Magnésium, sodium, etc …

Feu qui ne peut être éteint qu’avec des moyens spécifiques (ciment, sable, extincteurs
spéciaux, etc …).

- F : Huiles et graisses animales et végétales.


Beurre, huile de tournesol, etc. …

Ce sont les feux liés aux auxiliaires de cuisson (Huiles et graisses animales et
végétales) sur les appareils de cuisson. En effet, lors d’un feu de friteuse, même si un
extincteur à poudre BC ou ABC est homologué sur un la classe B, il n’est pas
forcément le plus approprié (distance d’attaque, visibilité, etc…)

Nota : Les feux « électriques » n’existent pas, il peut être par contre d’Origine électrique
(étincelle, échauffement, etc…)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 10 sur 66


2.1.4 Les conséquences d’un incendie sur l’homme

A. Fumée et gaz : comportent 5 risques (TOITA)


• Toxicité des produits de combustion (HCN, HCl etc.)
• Opacité (difficulté de mouvement, son assourdie)
• Inflammabilité (voir explosivité)
• Température (Brûlure interne par inhalation de gaz chaud, rayonnement
thermique)
• Asphyxie (Il suffit de moins de 15 % d’oxygène dans l’air pour être
dangereux pour l’homme. A moins de 6%, c’est mortel.)

Le « code couleur » des fumées :


- Les blanches : riche en aérosols et vapeurs d’eau
- Les noires : Riche en grosse particules solides
- Les grises : mélange des deux précédentes

Ce que contiennent les fumées de dangereux (généralement, hors cas spécifique) :

- Oxyde de carbone : L’oxyde de carbone (CO) résulte de la combustion


incomplète de matériaux contenant du carbone. L'inhalation d'oxyde de carbone cause
une asphyxie due à une combinaison avec l'hémoglobine à la suite d'une réaction
réversible qui donne naissance à la carboxyhémoglobine

- Gaz carbonique : Au cours de la plupart des incendies de bâtiments, le gaz


carbonique (CO2) est produit en grandes quantités. L'inhalation de gaz carbonique
stimule la respiration; cette action accroît à son tour l'inhalation de l'oxygène et des gaz
ou vapeurs toxiques qui peuvent résulter de l'incendie

- Cyanure d'hydrogène : Le cyanure d'hydrogène (HCN) prend naissance lorsque


des matériaux dont la structure comporte de l'azote,( comme le nylon, la laine, le
polyuréthane,) sont attaqués par le feu. Il arrête l'activité de toutes les formes d'êtres
vivants. Ils exercent une action inhibitrice sur l'utilisation de l'oxygène par les cellules
vivantes des tissus du corps

- Acide chlorhydrique : L'acide chlorhydrique (HCl) se produit lorsque le


chlorure de polyvinyle (PCV) est décomposé lors d'un incendie. L'inhalation de HCl
endommage les voies respiratoires supérieures et provoque l'asphyxie ou la mort

Quelques exemples de volumes de fumées (estimation) produites par la combustion de


quelques matériaux courants :
- Papier : 10 000 m3 / 10 Kg
- Polyuréthane : 22 000 m3 / 10 Kg
- Essence : 25 000 m3 / 10 l

A savoir que la première cause de mortalité d’un incendie, n’est pas dû aux flammes, mais
à la fumée toxique …

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 11 sur 66


B. Flamme et chaleur

Les flammes ont une température qui varie de 600 °c à 1200 °c. Les brûlures sont
immédiates (Il suffit, pour avoir des lésions apparente sur une peau, d’être exposé
quelques secondes sur une surface à 60 °c).
L’effet lumineux de la flamme peut provoquer des lésions visuelles.

Selon la courbe ISO R 834 (courbe conventionnel température/temps), et il en ressort que :


- 38 % des incendies durent ¼ h et le foyer atteint 720 °c
- 27 % des incendies durent de ¼ h à ½ h et le foyer atteint 830 °c
- 29 % des incendies durent de ½ h à 1h et le foyer atteint 930 °c
- 6 % des incendies durent plus d’1h et le foyer peut atteindre 1 130 °c.

2.1.5 Les conséquences d’un incendie sur le bâtiment

La cause principale de fragilisation structurelle du béton réside dans


l’écaillage de celui-ci. A partir de 500 ° c, la résistance mécanique du béton
diminue de moitié.

Lorsqu'un béton sec, est exposé à une chaleur extrême pendant une longue
période, les liaisons chimiques existant entre les molécules d'eau contenues
dans le béton se brisent. Au fur et à mesure que les molécules d'eau
disparaissent sous l'effet de la déshydratation, le béton perd sa cohésion et se
désintègre superficiellement, sous forme de fines couches de mortier
BHR BRN
semblables à des pelures d'oignon.

Ainsi, des recherches en cours sur le BHR (béton haute résistance), qui améliore sensiblement
leurs résistances au feu (voir photo) par rapport au BRN (béton à résistance normal).

Pour l’acier, c’est comme pour le béton, à 500 °c il perd plus de 50 % de sa résistance
mécanique (d’où l’importance de la protection des élément en acier : flocage, etc…)

Mais par rapport au béton, celui-ci est beaucoup plus fragile car la montée en température
est très rapide (l’acier est un très bon conducteur de chaleur) et le béton est très
couramment employé par d’importante section (gros bloc, terrasse, etc.)

Les structures en bois sont elle aussi assez fiables (les grosses sections) à un incendie.
En effet, même si la croyance populaire voudrait que des structures en bois soit moins
efficace lors d’un incendie que l’acier, il en est tout le contraire :
En cas d'incendie, la structure brûle lentement en périphérie
(0,5 mm par minute) mais ne s'effondre pas (c’est pour cela
que souvent, lors des incendie de maison, il reste souvent que
la charpente en bois visible sur le tas de ruine !), ne dégage pas
de gaz toxique contrairement au PVC, ne se dilate pas
contrairement à l'acier provoquant aux interfaces avec les
ouvrages bétons des éclatements préjudiciables à la tenue de
l'ouvrage.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 12 sur 66


2.2 : Les modes d’extinction
L’extinction, c’est l’arrêt de la combustion par suppression de la réaction exothermique
sous l’effet d’un agent extincteur.

On peut utiliser les modes suivants :


- Diminuer la température (refroidissement)
- Séparer le comburant du combustible (étouffement)
- Retirer le combustible
- Modifier la proportion de comburant (l’inertage)
- Interruption de la réaction en chaîne (Inhibition)
- Décollement de la flamme (ou souffle)

¾ Diminuer la température : refroidissement


Pour réduire l’intensité de la température, on utilise l’eau qui est un excellent agent
refroidissant. Pour sa vaporisation, 1 mole d’eau (soit 18 g) passe de l’état liquide à
l’état de vapeur en absorbant 10 Kcal au foyer. C’est cette consommation d’énergie qui
agit.

¾ Séparer le combustible du comburant : Etouffement


La séparation du combustible et comburant peut se faire par divers moyens : Couverture,
pellicule de mousse, etc. … le but étant de coupé l’accès du comburant au combustible.

¾ Retrait du combustible
Par le biais de déblaiement, de coupure d’arrivée de fluide (gaz, liquide inflammable), etc..

¾ Diminution du pourcentage d’oxygène : L’inertage


Pour qu’il y est une combustion, il faut que le combustible et le comburant soit dans de
bonne proportion. Le fait d’introduire dans l’atmosphère de la combustion un gaz inerte
(CO2, argonite, inergen, etc…), qui va remplacé l’air, cela va provoqué une extinction.

¾ Interruption de la réaction en chaîne : Inhibition


L’oxydation en chaîne d’une réaction exothermique à besoin de radicaux libres pour
permettre et entretenir le phénomène de la combustion. Certains agents extincteurs
(Halon, poudre, etc…) empêche cette réaction en chaîne et provoque l’extinction.

¾ Décollement de la flamme
Cette méthode peut être pratiqué dans de rare cas (fuite de gaz enflammé, etc…), grâce
à une énergie qui puisse décollé la flamme du combustible (souffle, vent, etc…) et ainsi
interrompre la combustion. Par contre cette méthode sera inefficace sur un combustible
qui à atteint sont point d’auto inflammation (bois en feu : reprise du feu à prévoir)
Ex : Quand vous éteignez une bougie en soufflant dessus, ce n’est pas par étouffement
que vous interrompez la combustion, mais bien par un décollement de la flamme.

De même, lors de la première guerre du golf, les puits de pétrole en feu n’on pu être
éteint que par ce mode d’extinction, par le biais du souffle provoqué par des charges de
dynamite ( le décollement de la flamme à un effet immédiat sur la combustion.)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 13 sur 66


3. Les principes
fondamentaux de sécurité
en ERP et IGH

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 14 sur 66


3.1 : Evacuation des occupants
3.1.1 Généralités entre un ERP et un IGH
Art. R 123-3 : Constitue un ERP tous bâtiment Art. R 122-2 : Constitue un immeuble de
locaux et enceintes dans lesquels des grande hauteur, tout corps de bâtiment dont le
personnes sont admises soit librement, soit plancher bas du dernier niveau, par rapport au
moyennant une rétribution ou une niveau du sol le plus haut utilisable pour les
participation quelconque, ou dans lesquels sont engins des services de secours et de lutte
tenues des réunions ouvertes à tout venant ou contre l’incendie :
sur invitation, payante ou non. - A plus de 50 m pour les IGH
Sont considérées comme faisant partie du d’habitation
public toutes les personnes admises dans - A plus de 28 m pour tout les autres
l’établissement à quelque titre que ce soit en immeubles
plus du personnel
Fait partie intégrante de l’IGH l’ensemble des
Type d’ERP : éléments porteurs et sous – sols. EN font
J (structure d’accueil pour personnes âgées et personnes également partie les corps de bâtiments
handicapées) contigus, quelle que soit leur hauteur, lorsqu’il
L (Salles à usage d’audition, de conférences, de ne sont pas isolés.
réunions, de spectacles ou à usages multiples)
M (Magasin de vente, centres commerciaux)
Ne fait pas partie de l’IGH un Parc de
N (restaurants et débits de boissons)
stationnement si il est séparé des autres locaux
O (hôtel et pensions de famille)
de l’immeuble par des parois CF 4 h et qu’ils
P (salle de danse et salle de jeux)
ne comportent aucune communication
R (Etablissements d’enseignement, colonies de
vacances) intérieure directe ou indirecte
S (Bibliothèques, centres de documentation et de
consultation d’archive) Type d’IGH :
T (Salles d’expositions) GHA (Immeubles à usage d’habitation)
U (Etablissements de soins) GHO (Immeubles à usage d’hôtel)
V (Etablissements de culte) GHR (Immeubles à usage d’enseignement)
W (Administrations, banques, bureaux) GHS (Immeubles à usage de dépôt d’archive)
X (Etablissements sportifs couverts) GHU (Immeubles à usage sanitaire)
Y (Musées) GHW 1 (Immeubles à usage de bureaux, dont la
Types spéciaux : hauteur du plancher bas du dernier niveau, est compris
entre 28 et 50 m)
OA (Hôtels-restaurants d’altitude)
GHW 2 (Immeubles à usage de bureaux, dont la
PA (Etablissements de plein air) hauteur du plancher bas du dernier niveau est supérieure
PS (Parcs de stationnement couverts à 50 m)
REF (refuges de montagne) GHZ (Immeubles à usage mixte)
SG (structures gonflables)
CTS (Chapiteaux, tentes, structures) N’est pas soumis au règlement IGH tout
EF (Etablissement flottants) immeuble dont la destination implique la
GA (Gares) présence de moins de une personne par 100 m2
par niveaux (hors œuvre)
Différentes catégories d’ERP :
-1 ère cat : > 1500 personnes
- 2 ème cat : de 701 à 1500 personnes
- 3ème cat : De 301 à 700 personnes Il n’existe pas de « catégorie » en IGH
- 4 ème cat : < ou = 300 personnes (et qui ne
rentre pas dans la 5 ème cat)
- 5 ème cat : Selon le seuil d’assujettissement
de chaque type

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 15 sur 66


3.1.2 L’évacuation dans un ERP

3.1.2.1 Généralités

On appelle dégagement toute ou partie de la construction permettant le cheminement


d’évacuation des occupants : portes, sortie, issues, circulation horizontale, zone de
circulation, escalier, couloir, rampe, etc. …

Le principe général d’une évacuation en ERP, c’est l’évacuation complètent du


bâtiment en cas de danger, pour sécurisé l’ENSEMBLE des occupants.

Les seuls cas spécifiques en ERP sont :


Les type U et J qui ont eux le principe d’évacuation horizontal (mise en sécurité des
occupants du niveau sinistré dans des zones protégés : 2 par niveaux)

Il existe differants dégagements vis-à-vis de la réglementation :

Dégagement

Exigible Supplémentaire

Normaux Accessoires

Dégagement normaux : Comptant dans le nombre minimal de dégagements imposés


Dégagement accessoire : Imposé lorsque les dégagements normaux ne sont pas judicieusement
répartis.( il peut être constitué de manche d’évacuation, échelle à crinoline, etc…)
Dégagement de secours : Pour des raisons d’exploitation, n’est pas utilisé en
permanence lors de l’activité du bâtiment. C’est d’ailleurs sur ceux là qu’une bonne
information et formation des occupants sont nécessaires, pour qu’ils aient le réflexe de
l’emprunter en cas d’incendie)
Dégagement supplémentaire : En surnombre des dégagement imposé.

Dégagement protégé :
Dégagement dans lequel le public est à l’abri des flammes et de la fumée, soit :

Dégagement encloisonné : Dégagement ou rampe à l’air libre :


Toutes les parois ont un degré La paroi donnant sur le vide de la façade
minimum de résistance au feu comporte en permanence, sur toute la
3.2.4.2 Conception
imposé longueur, des vides au moins égaux à 50 %
de la surface total de cette paroi

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 16 sur 66


¾ Les dégagements sont réalisés de façon à :

- Permettre une évacuation sûr et rapide des occupants de l’établissement.

- Faire correspondre une circulation principale, à chaque sortie sur l’extérieur ou


sur un dégagement protégé

- Faire relier, par des circulations horizontales de deux unités de passage :


Au RDC : les escaliers aux sorties et les sorties entre elles
Aux étages et sous-sols : les escaliers entre eux.

- Limiter à 10 mètres maximum le débouché des culs de sac entre les portes des
locaux et dégagements.

- Lorsque les cheminements ne sont pas suffisamment délimités par des parois
verticales, ils doivent être suffisamment matérialisé.

- Dans les locaux totalisant un effectif supérieur à 200 personnes, ne doivent


généralement pas comporter des dégagements normaux inférieur à deux unités
de passage

- Aucune saillie ou dépôt ne doit réduire la largeur réglementaire des dégagements

Le balisage des dégagements doivent être bien visible de jour comme de nuit et sont
placés de telle façon, que de tout point accessible au public, celui-ci en aperçoive
toujours au moins une, même en cas d’affluence.

¾ Répartition des sorties

Les sorties réglementaires de l’établissement, des niveaux, des secteurs, des


compartiments et des locaux doivent être judicieusement réparties, dans le but d’assurer
une évacuation rapide et d’éviter que plusieurs soient soumises en même temps aux
effets d’un sinistre.

Limiter à 10 mètres maximum le débouché des culs de sac entre les portes des locaux et
dégagements.

Ne peut compter dans le nombre des sorties et d’unités de passage que les portes ou
batterie de portes dont les montant extérieur sont distant de 5 mètres au moins.
Cette disposition n’exclue pas l’aménagement d’issues supplémentaires dans cet
intervalle

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 17 sur 66


¾ Manœuvre des portes :

Les portes desservants les établissements, compartiments, secteurs ou locaux pouvant


recevoir plus de 50 personnes, doivent s’ouvrir dans le sens d’évacuation
Les portes des escaliers, ont dans tout les cas, une ouverture des portes dans le sens
d’évacuation.

En présence du public, toutes les portes doivent pouvoir s’ouvrir de l’intérieur par
simple poussé ou par manœuvre facile du dispositif d’ouverture (poignée tournante,
bec-de-cane, crémone, etc. …)

A l’exception de celles pouvant se développer jusqu’à la paroi, toutes les portes sont
disposé de manière à ne former aucune saillie

Les portes en cul-de-sac sont signalées par une inscription « sans issue » non lumineuse
et dont la couleur verte est proscrites.

¾ Les unités et largeurs de passage :

Chaque dégagement doit avoir une largeur minimale de passage proportionnée au


nombre total de personnes appelés à l’emprunter. Ce nombre sera défini sur la page
suivante.
Cette largeur est calculée en fonction d’une largeur type appelée « unité de passage »
(UP) de 0,60m.

Toutefois, quand un dégagement ne comporte qu’une ou deux unités de passage, la largeur est
respectivement portée de 0,60m à 0,90m et de 1,20 m à 1,40 m

Largeur « type » : 0,60 m


Largeur « constructive » :

1 UP 2 UP « N » UP
0,90 m 1,40 m N ² 0,60 m
Nota : La valeur limite d’une largeur de porte est de 0,90 m, pour qu’une chaise
roulante « standard » puisse l’empruntée ; et de 1, 40 m pour qu’une chaise
roulante et une personne valide puissent l’emprunter.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 18 sur 66


3.1.2.2 Calcul

Effectif Nombre de dégagements Nombre d’unités de passage


(UP)
1 … 19 1 1
Rdc : 1 + 1 accessoire 1 Dgt d’1 UP
S/sol: 1 + 1 accessoire 1 Dgt Accessoire
20 ... 50 Etage < ou = 8 m 1 escalier d’1 UP
1 escalier
Etage > 8 m ou compartiment 1 escalier d’1 UP
1 escalier + 1 accessoire 1 escalier accessoire
1Dgt d’1 UP
51 … 100 2 1 Dgt d’1 UP
ou
1 dgt de 2 UP + 1 dgt accessoire
101 … 500 2 - Arrondir à la centaine supérieure
- nombre de personne/100 + 1
> 500 - Arrondir à la cinq centaine supérieure - Arrondir à la centaine supérieure
- nombre de personne / 500 + 1 - nombre de personne/100

Quelques exemples :

1 : Local recevant 1327 personnes


A) Dégagement :
Arrondir à la cinq centaine supérieure = 1500
Nombre de personne / 500 + 1 = 1500 / 500 + 1 = 4 dégagements

B) UP :
Arrondir à la centaine supérieure = 1400
Nombre de personne / 100 = 1400 / 100 = 14 UP

Donc pour ce local, il faudra 4 dégagements totalisant 14 UP

2 : Local recevant 284 personnes


A) dégagement : 2
B) UP :
Arrondir à la centaine supérieure = 300
Nombre de personne / 100 + 1 = 300 / 100 + 1 = 4 UP

Donc pour ce local, il me faudra 2 dégagements totalisant 4 UP

3 : Local recevant 1 500 personnes


A) dégagement :
Nombre de personne / 500 + 1 = 1500 / 500 + 1 = 3 + 1 = 4 Dégagements
B) UP :
Nombre de personne / 100 = 1500 / 100 = 15 UP

Donc pour ce local, il me faudra 4 dégagements totalisant 15 UP

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 19 sur 66


3.1.3 L’évacuation dans un IGH

3.1.3.1 Généralités

La conception des IGH repose principalement sur un noyau central abritant les
circulations verticales et autres gaines techniques, autour de laquelle viennent
s’accrocher des planchers de béton.
Chaque niveau (ou compartiment) sont isolé les uns des autres par des parois CF 2h. Il
faut s’imaginer un empilement de « cube ». Chaque compartiment ne doit pas dépasser
une longueur de 75 m et une surface de 2500 m2
De ce fait, le système d’évacuation va être differants que dans celui d’un ERP,
notamment à cause du nombre très important de personnes au sein d’un même bâtiment
(durée d’évacuation allongé : emprunter des escaliers est toujours plus long qu’une
évacuation horizontale)
Noyau central

CF 2h

La différence fondamentale entre un IGH et un ERP réside dans le faite que l’on évacue
QUE le compartiment sinistré.
Même si réglementairement, on impose QUE l’évacuation du compartiment sinistré,
il est coutume dans ces immeubles d’évacué le niveau au-dessus et les deux niveaux en-
dessous du niveau sinistré.

Niveau évacué (N+1)

Niveau sinistré et évacué (N).


Imposé réglementairement
Niveau évacué et rassemblement du matériel
d’intervention des secours (N-1)

Niveau évacué et mise en place du Poste


de commandement avancé des secours
(N-2)

Le reste de l’IGH continue normalement sont exploitation (ascenseurs en


fonctionnement, sauf au niveau sinistré ou menacé).
L’alarme d’évacuation ne doit pas être audible des autres compartiments non concerné.
Une évacuation totale de l’IGH doit rester exceptionnel, suite à une menace grave
(attentat)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 20 sur 66


3.1.3.2 Conception

Les dégagements comprennent les escaliers et leurs dispositifs d’accès, les ascenseurs
et leurs paliers, les circulation horizontales mettant en communication ces differents
dégagements ou deux compartiments. Pour ce qui est des unités de largeur (UP), ils
correspondent à ceux des ERP.

Les dégagements sont réaliser de façon à :

- Offrir au moins 2 UP
- Permettre une évacuation sûr et rapide des occupants de l’établissement.
- Aucune saillie ou dépôt ne doit réduire la largeur réglementaire des dégagements
- Circulations horizontales communes encloisonnées par des parois MO et CF 1h
(aucun rangement autoriser). Les portes donnant sur cette circulation doivent être
PF ½ h et munis de ferme porte.
- L’accès utilisable par les pompiers doit être balisé et signalé
- Tous les locaux recevant plus de 20 personnes doivent être desservis par 2 sorties
distinctes aussi éloigné que possible l’une de l’autre.

¾ Manœuvre des portes :

Les obligations sont les même que pour les ERP (voir p 22)

¾ Les escaliers

- Chaque compartiment doivent être desservit par au moins deux escaliers


- Les escaliers desservant les étages, d’une part, doivent s’arrêter au niveau le
plus élevée de l’accès piétons.
- Les escaliers doivent ne pas être en communication direct avec d’autres volumes
- Les escaliers doivent être à plus de 10 m et à moins de 30 m l’un de l’autre
(distances mesurées dans l’axe des circulations entre les dispositifs d’accès aux
escaliers).
- Les escaliers doivent déboucher directement sur l’extérieur ou sur un hall largement
ouvert
- En cas de circulations verticales réunies dans un noyau central, les dispositifs
d’accès aux escaliers, doivent se trouver sur 2 faces opposées du noyau.
- Les parcours à l’air libre ne compte pas dans le calcul des distances séparant les
escaliers
- Communication avec des escaliers : Dispositifs (SAS) CF 2h, à l’abri des fumées
(désenfumage, mise en surpression)
- Le dispositif d’intercommunication doit avoir une surface de 3 m2 au minimum et
6 m2 au maximum, avec une longueur minimal de 1,20 m.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 21 sur 66


Sas de 3 à 6 m2 CF 2h
désenfumée 10 – 30 m

1,20 m

Noyau
2 UP central
Local > 20p
= 2 sorties

75 m max
et 2500 m2 max PF ½ h + ferme porte
MO et CF 1h

¾ Les ascenseurs

- Excepté pour les ascenseurs prioritaires, les cabines doivent être équipées d’un
dispositif de commande accompagnée fonctionnant à clé (clé unique au PCS + double)
- Les ascenseurs ou monte-charge qui débouchent sur une circulation horizontales
communes, leurs accès doivent être protégés en cas d’incendie ( CF 2h)
- La fermeture des portes CF doit se produire :
Par détection automatique et par commande au PCS
Par un dispositif (fusible) thermique à rupture 70 °c
Manuellement
- Si les PCF isolent le palier d’ascenseur, les portes doivent pouvoir s’ouvrir
manuellement.
- Les ascenseurs doivent avoir un système « non-stop » au niveau sinistré ou
menacé. Même en cas d’incendie, les ascenseurs fonctionnent normalement.
- Minimum de deux ascenseurs par gaine (en cas de panne de l’un deux, on peut
transvaser les occupants vers l’autre par une passerelle), et avec un maximum de trois.
- Ascenseurs prioritaires :
Les Sapeurs pompiers doivent pouvoir accéder à tout niveaux (sauf celui sinistré ou
menacé) au moyen de deux ascenseurs avec un appel prioritaire

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 22 sur 66


CF 2 h

Circulation
horizontale
commune

PCF 2h à fermeture automatique

Circulation
horizontale
CF 2 h
commune

L
O
C
A
U
X
LOCAUX

LOCAUX

PCF 2h à fermeture automatique

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 23 sur 66


3.2 : Gestion d’une évacuation
3.2.1 Généralités

L’évacuation débute à partir du moment où le danger est soi connu, soit perçu. Elle se
termine lorsque les personnes concernées sont en sécurité, c'est-à-dire hors de la zone
de danger, elle-même dépendant du motif même de ladite évacuation

ETAPE 1 :
Décider du point de départ et du point d’arrivée. (D’où part-on ? Où va-t-on ?)

ETAPE 2 :
Identifier les points intermédiaires possible qu’il est physiquement possible d’atteindre

ETAPE 3 :
Identifier l’utilisation des chemins et des zones en fonction des comportements
prévisibles. Les risques objectifs ne sont pas les seules à prendre en compte.

ETAPE 4 :
Définir l’évacuation, en évitant les cheminements trop bruyants, trop obscurs, trop lents
ou trop rapides pour une foule en mouvement.
L’espace d’accueil doit être suffisant pour contenir la totalité de l’effectif évacué et
pour que cela ne gène pas l’intervention des secours. Identifier une zone de
recensement et une zone de sécurité ne gênant ni l’arrivée ni l’intervention des secours.

ETAPE 5 :
Validation par des tests. L’objectif est de passer d’une sécurité réglementaire à une
sécurité efficace.
Les exercices doivent aussi être l’occasion d’apprendre aux occupants à utiliser
differents itinéraires et ne pas emprunter systématiquement la seul entrée/sortie
habituelle

3.2.2 Paramètres susceptibles d’interférer sur l’évacuation

- degré de connaissance préalable de la distribution intérieur d’un bâtiment


- Reconnaissance du chemin à suivre dans un environnement peu familier
- La tendance des occupants non familiarisés à suivre d’autres personnes
semblant plus sûres de leur itinéraire
- L’émergence d’un leader en situation de crise
- Les effets psychologiques induits par des facteurs de stress comme la fumée ou
la sensation de chaleur reçu
- L’âge, la discipline et la mobilité des occupants

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 24 sur 66


3.2.3 Influence des comportements humains dans l’évacuation

Face à un évènement non désiré, les comportements peuvent être, dans un premier temps :
- L’évitement (refus de voir un événement non désiré) : quasi systématique face à un feu
- L’engagement : tendance à poursuivre ce que l’on fait et difficulté à détourner son
attention vers des événements extérieurs à son activité
C’est pour cela que la seule perception d’un signal d’évacuation ne suffit pas à
convaincre les occupants à évacuer. Très souvent, ce signal à besoin d’être validé par
une information complémentaire.
- L’affiliation incite les personnes à se regrouper (parents-enfants, collègue, etc. …). Par
exemple un groupe ne procédera pas à une évacuation que si tous les membres sont réunis.
Ou bien il conformera sa vitesse de progression sur celle du membre le plus lent.
- L’évacuation s’effectuera par le chemin familier emprunter tous les jours
- Le rôle : Les visiteurs et les employés n’ont pas les mêmes comportements en situation
d’urgence. Les visiteurs se confineront plutôt dans un rôle passif. Au niveau du personnel,
les subalternes auront tendance à se tourner vers un supérieur pour obtenir un avis.
- L’imitation : Tendance à imiter un comportement qui semble compétant ou qui est
entraînant. Des leaders peuvent apparaître spontanément.
- La panique : Rarement observée lors d’une évacuation suite à des feux de bâtiments, il
semble plutôt qu’elle soit une conséquence de mauvaises conditions d’évacuation et non
une cause.
La panique apparaît si une personne est prise au piège, impuissant ou faible, réduite
à ne compter que sur elle-même et lorsqu’un fort désir de fuite se heurte à un
obstacle visible et ressenti comme insurmontable
Les attitudes irrationnelles dans un processus d’évacuation reste marginales. Elles
émergent surtout en présence d’une foule très importante avec déplacements très
lents, voire saturés et de longs temps d’attentes (il faut garantir une fluidité lors de
tout évacuation) .
source INESC

Schéma de principe du temps


d’évacuation Z
o
n
S e
i
n Délai de recherche de Tentative d’extinction Recherche et emprunt s
Délai de é
i
s c
t de l’itinéraire de fuite u
Perception Personne ou d’objets Aide ou secours
r r
e i
s
é
T0 Tévac e
OU
Recherche et emprunt
Zone sécurisée
de l’itinéraire de fuite
Tévac

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 25 sur 66


3.2.4 Les moyens d’évacuation

Intégré à la conception :
- Utilisation des moyens structurels existant
- Aménagement de point de rassemblement
- Affichage des noms des responsables d’évacuation

Moyens complémentaires :
- Echelle à crinoline
- Echelle rigide repliable
- Manche d’évacuation
- Chaise d’évacuation
- …
Chaise d’évacuation Echelle à crinoline

Selon les spécificité du site et les contraintes, et en fonction de l’incident, une part
d’improvisation est importante pour l’équipe d’évacuation (personne blessé tiré sur un
drap au sol, brancard de fortune avec une porte dégondé, etc.…)
Manche d’évacuation (Otis)
3.2.5 L’organisation
Pour bien préparer une évacuation c’est :
9 Conditionné et entraîné les occupants (exercice, en évitant tout retour en arrière)
9 Tester la validité des consignes
9 Connaître le temps moyens d’évacuation, des équipes dont on dispose, des
hommes sur qui s’appuyer et du chemin à parcourir
9 Faciliter l’intervention des secours

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 26 sur 66


Comment effectuer une bonne évacuation ?

- Nommé un DECIDEUR (ordre d’évacuer)


- Nommé un chef de file (ou guide) : 1 pour 25 personnes
- Nommé un serre-file (ou dernier de la file) : 1 pour 25 personnes

Le décideur :
Généralement le chef d’établissement ou un cadre. Il prend la responsabilité de faire
évacué son bâtiment. Il connaît les procédures d’évacuation, et est disponible pour
accueillir les secours extérieurs.

Le chef de file :
On veillera à prendre une personne ayant de l’aplomb et du sang-froid, et connaissant
bien le bâtiment ou le secteur où il se trouve. On évitera les personnes claustrophobes
ou encore ayant une phobie du feu ou de la fumée.
Il sera sensibilisé à l’audition de l’alarme et connaîtra parfaitement la procédure
d’évacuation.
Il faudrait aussi qu’il porte sur lui un signe distinctif (brassard, chasuble, etc) pour que
l’on puisse l’identifié immédiatement, même dans une foule.
Choisir une personne présente pendant la présence du public, sinon, nommé en
plusieurs en fonction de leurs présence sur site (toujours s’assurer qu’il y en ai au moins
1 par « secteur » !)

Le serre-file :
Son rôle est primordial : il s’assure que plus aucune personne n’est encore présente
dans le secteur où il intervient. Il doit rabattre tout retardataire ou personne faisant route
inverse. Il veillera bien à fermé toute les portes derrière lui (et non pas VERROUILLE
les portes).
Il faudrait aussi qu’il porte sur lui un signe distinctif (brassard, chasuble, etc) pour que
l’on puisse l’identifié immédiatement, même dans une foule.
Choisir une personne présente pendant la présence du public, sinon, nommé en
plusieurs en fonction de leurs présence sur site (toujours s’assurer qu’il y en ai au moins
1 par « secteur » !)
Crée des méthodes de validation de locaux vide de toute personne comme ceci ------Æ
Ainsi, vous aurez la certitude d’avoir bien visité tous les locaux, pour que personne ne
soit oublié. (Peut servir aussi comme base de référence aux secours public)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 27 sur 66


3.3 : Eclairage normal et de sécurité

3.3.1 Eclairage normal en ERP

L’éclairage normal doit être obligatoirement électrique, et doit éclairer les locaux et
dégagements, ainsi que les portes, les sorties et les balisages.
Une source de remplacement n’est pas imposée. Si il en ait fait usage, elle est
indépendante de toute autres sources.

L’exploitant peut poursuivre l’exploitation de son établissement en cas de


défaillance de la source normal si une des conditions est remplie :
- Source de remplacement en fonctionnement
- Eclairage naturel des locaux + dégagements suffisant, et les mesures de
sauvegarde du public est assuré.
- ERP locaux à sommeil + BAEH (bloc autonome d’éclairage de sécurité type
habitation) + les mesures de sauvegarde du public est assuré

Les appareils d’éclairage fixe ou suspendues doivent être reliés aux


éléments stables de la construction

Les éclairages mobiles ne constituent qu’un éclairage d’appoints, et


doivent être placé en dehors des axes de circulation.

Les dégagements ne doivent pas pouvoir être plongés dans


l’obscurité totale à partir d’interrupteur accessible au public.

Pour les locaux > 50 p :


L’installation d’éclairage normal doit être conçu de façon que la défaillance d’un
élément constitutif n’ait pas pour effet de priver intégralement ce local d’éclairage
normal (sauf si mise en route de l’éclairage de sécurité)
Un tel local ne doit pas pouvoir est plongé dans l’obscurité totale à partir d’interrupteur
accessible au public.

L’éclairage normal ne doit pas être réaliser uniquement avec des lampes à décharge
d’un type tel qu’il faut un temps d’amorçage > 15 s.

Les installations d’éclairage doivent être vérifiées tous les ans par des personnes ou
organismes agrées par le ministre de l’intérieur, ou par des techniciens compétents. Ce
contrôle doit faire l’objet d’un rapport de visite
et notifié sur le registre sécurité.

Lampe à incandescence

Lampe à décharge
PRINCIPE : constitué d'une ampoule renfermant un gaz ou une
vapeur métallique. Lorsqu'un courant électrique traverse ce
gaz, il y a production de photons d'une longueur d'onde
comprise dans le spectre de la lumière visible (ou UV). Les
couleurs émises dépendent du gaz ou de la valeur métallique
utilisé

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 28 sur 66


3.3.2 Eclairage normal en IGH
En plus des obligations liées à l’ERP, un IGH doit assurer :

L’ensemble des canalisations et équipements doit être installé de manière que l’on
puisse facilement en tout temps localiser les défauts et remplacer les matériels et
conducteurs détériorés.

Les matériaux constituant les enveloppe des douilles pour lampe incandescente et les
bornes de raccordement des appareils d’éclairage doivent être M0 dans tous les
dégagements communs.

Les installations d’éclairage des circulations et des parties communes de chaque


compartiment doit être assuré par au moins 2 circuits terminaux issus chacun d’un
circuit principale.

¾ Source de remplacement :

Les installations de remplacement sont constituées de tout ou partie des installations


normales, s’il est envisagé de poursuivre l’exploitation (ce qui est souvent le cas pour
les IGH) en cas de défaillance de la source normale. Cette source de remplacement doit
au moins réalimenté tout les dispositifs de sécurité.

Soit on choisi une source de remplacement indépendante de la source de sécurité, soit


on peut directement l’alimentées à partir de la source de sécurité. En cas de défaillance
de celle-ci, cela doit provoquer automatiquement le délestage des alimentations ne
concernant pas la sécurité (climatisation, etc. …).

Groupe électrogène pour l’alimentation de la source de remplacement


Peut être aussi la source de sécurité.
Alimentation du groupe électrogène :
- Combustible liquide (fioul, gasoil)
- Gazeux (gaz de ville, etc …)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 29 sur 66


3.3.3 Eclairage de sécurité en ERP

L’éclairage de sécurité doit être à l’état de veille pendant l’exploitation

L’éclairage de sécurité est mis ou maintenu en service en cas de défaillance de


l’éclairage normal/remplacement.

Il à pour but de :

• permettre l’évacuation des lieux,


• réduire le risque de panique
• assurer une localisation aisée des matériels de sécurité, et de lutte contre l’incendie
• maintenir une visibilité dans les zones dont l’activité est potentiellement dangereuse,
• faciliter l’intervention éventuelle des secours.

Les installations d’éclairage de sécurité doivent être vérifiées tous les ans par des personnes
ou organismes agrées par le ministre de l’intérieur, ou par des techniciens compétents. Ce
contrôle doit faire l’objet d’un rapport de visite et notifié sur le registre sécurité.

ET en plus (fait par l’exploitant et noté sur le registre sécurité):


- 1 / mois : Passage de l’état de veille à l’état de fonctionnement + efficacité mise en repos à
distance et remise auto en veille en cas de retour de la source normal
- 1 / 6 mois : Test de l’autonomie d’1 h

SAUF pour les éclairages de sécurité avec système SATI (système automatique de test intégré)
Code couleur des blocs avec technologie SATI :
- Vert fixe : en veille - Vert clignotant : En test
- Jaune fixe : Défaut batterie ou lampe de veille - Jaune clignotant : défaut d’une des 2 lampes de sécurité

3.3.3.1 Fonctions : Eclairage d’évacuation et d’ambiance (ou anti-panique)

- Eclairage d’évacuation
Assure l’éclairage des cheminements, des sorties, des indications de balisage, des
obstacles et des indications de changement de direction.

Caractéristique :
Obligatoire pour les locaux recevant > ou = à 50 personnes
Obligatoire pour les locaux en Rdc > 300 m2
Obligatoire pour les locaux en étages ou S/sol > 100 m2
Cet éclairage doit assurer un flux lumineux de 45 lumens par foyer lumineux.
(1 Flux = plusieurs lumens - lumens : efficacité lumineuse – efficacité : Ampoule à
incandescence = 15 Lumens/watt _ Lampe fluorescente = 65 lumens/watt -
ex : Ampoule à incandescence de 60 watt = 900 lumens / Néon de 15 w = 975 lumens)

Dans les couloirs ou dégagements, les foyers lumineux sont distants max : 15 m
(Pour les BAES : 2 blocs minimum pour un dégagement > 15 m)

Type fluorescent Type incandescent


Type LED

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 30 sur 66


- Eclairage d’ambiance ou d’anti-panique
Permet d’avoir un éclairage uniforme minimum sur toute la surface d'un local afin
d'éviter la panique, et permettre l'évacuation avec une visibilité suffisante
L’éclairage d’ambiance ou anti-panique doit être allumé en cas de disparition de
l’éclairage normal/remplacement.

Caractéristique :
Obligatoire pour les locaux ou hall recevant en RDC ou étages > ou = 100 personnes
Obligatoire pour les locaux ou hall en S/sol > ou = 50 personnes
Cet éclairage doit assurer un flux lumineux de 5 lumens/m2 de surface de local

Les rapports entre la distance maximale séparant deux foyers lumineux voisin et leur
hauteur au-dessus du sol doivent être inférieur ou éqal à 4.
(Pour les BAES : 2 blocs minimum par local)
D/H=X
D : Distance entre deux foyers lumineux ( en m)
H : Hauteur par rapport au sol du foyer lumineux ( en m)
X : résultat < ou = à 4

Schéma de principe d’installation d’éclairage de sécurité

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 31 sur 66


3.3.3.2 Source d’alimentation de sécurité

En cas de diparition de l’alimentation normal/remplacement, l’éclairage de sécurité est


alimenté par une source de sécurité dont la durée de fonctionnement doit être de une
heure au moins

Il comporte :
- Soit une source centralisée constituée d’une batterie d’accumulateur alimentant
des luminaires (LSC : Luminaire sur source centralisée)
- Soit des batteries présent dans chaque foyer lumineux (BAES : Bloc autonome
d’éclairage de sécurité)

¾ Source centralisée : LSC

Les lampes d’éclairage d’évacuation sont alimentées à l’état de veille par la source
normal/remplacement, à l’état de fonctionnement par la source de sécurité. Les lampes
étant toujours reliés à cette source.

Les lampes d’éclairage d’ambiance ou anti-panique peuvent être éteinte à l’état de


veille, et alimenté par la source centrale en cas de fonctionnement. Dans ce cas, leur
allumage automatique doit être assuré à partir d’un nombre suffisant de point de
détection de défaillance de l’alimentation normal/remplacement.

Les LSC seront alimenté depuis la source centrale par des canalisations CR 1 – C 1

Les batteries d’accumulateurs et les matériels associés qui alimentent des LSC doivent
être dans un local protégé:
- Parois verticales et plancher haut CF 1 h et porte CF ½ h.
Ce local doit être exclusivement réservé à cette installation.

Un dispositif de mise à l’état volontaire d’arrêt/veille destiné à mettre hors service


l’alimentation électrique de sécurité, pour préservé sa réserve (1h) en cas de travaux,
coupure EDF (> 1h), etc. … en DEHORS de la présence du public.

Exemple d’une source centralisée à


batterie d’accumulateur
CR1 : "Résistant au feu".Le câble continue à assurer sa
fonction durant un incendie (1 h)
C1 : "Non propagateur de l'incendie". Une nappe de câbles
ne propage pas le feu au-delà d'une hauteur limitée.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 32 sur 66


¾ Blocs autonomes : BAES

Chaque bloc à sa propre source de sécurité (batterie = pile). 1 bloc = 1 batterie.


Les câbles ou conducteurs d’alimentation et de commande doivent être de la catégorie C 2

Les BAES pour l’éclairage d’évacuation peuvent être :


- Fluorescence de type permanent

- A fluorescence de type non permanent C2 : "Non propagateur de la


flamme". Le câble isolé ne
propage pas de flamme au-delà
- A incandescence d'une longueur limitée.

Les BAES pour l’éclairage d’ambiance ou anti-panique peuvent être :


- Fluorescence de type non permanent
- Incandescence

L’installation des BAES doit posséder un ou plusieurs dispositifs (à proximité de


l’organe de commande générale) permettant une mise à l’état de repos centralisée.

3.3.3.3 Les BAEH : Bloc autonome d’éclairage d’habitation

Les établissements de type J, O, U et R (avec internat) ne disposant pas de source de


remplacement, l’éclairage de sécurité doit être complété de :

¾ SI éclairage de sécurité par Blocs autonomes de » sécurité (BAES)

- Complété par des BAEH.


Les BAES doivent être mis automatiquement à l’état de repos dès l’absence de la source
normale. Passage à l’état de fonctionnement assujetti au début du processus du
déclenchement de l’alarme.

¾ SI éclairage de sécurité par Luminaires sous source centralisée (LSC)


La capacité de la source normale est portée à 6 heures (contre 1h normalement)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 33 sur 66


3.3.4 Eclairage de sécurité en IGH

Idem que pour celui de l’ERP (chapitre 3.3.3 – 3.3.3.1), à une seul différence :
Les matériaux constituant les enveloppe des douilles pour lampe incandescente et les
bornes de raccordement des appareils d’éclairage doivent être M0 dans tous les
dégagements communs.

3.3.4.1 Source d’alimentation de sécurité

En cas de défaillance des sources normales et de remplacement, les dégagements


doivent conserver un éclairage suffisant pour assurer une circulation facile et permettre
d’effectuer les manœuvres intéressant la sécurité. Cette disposition peut-être réalisée en
réalimentant par la source de sécurité tout ou partie des circuits de l’éclairage normal.

Une refonte de la réglementation IGH est en cours. De ce faite, l’éclairage de sécurité par un groupe
électrogène devrais être aboli en IGH, mais est toujours d’actualité.
Les sources d’alimentations comprennent :

- Soit une source centralisée constituée d’une batterie d’accumulateur alimentant


des luminaires (LSC : Luminaire sur source centralisée)
- Soit des batteries présent dans chaque foyer lumineux (BAES : Bloc autonome
d’éclairage de sécurité)
- Soit par un groupe électrogène

La conception des alimentations électrique de sécurité de l’éclairage d’évacuation et


d’ambiance, de type LSC ou BAES sont identiques que pour les ERP.

¾ Source créée par groupes électrogènes

L’énergie nécessaire à l’alimentation des installations de sécurité doit être obtenue à


partir de plusieurs groupes électrogènes (au moins deux), dont la puissance unitaire est
déterminée de telle manière que la défaillance de l’un d’entre eux laisse disponible la
puissance nécessaire au démarrage et au fonctionnement de tous les équipements de
sécurité de l’IGH.
Leur réserve de combustible doit permettre d’assurer 36 heures de fonctionnement.

Dans le cas où des installations de remplacement sont alimentées à partir de la source


de sécurité, cette défaillance doit provoquer le délestage automatiquement des
équipements n’intéressant pas la sécurité

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 34 sur 66


4. Le système de Sécurité
Incendie et ses
asservissements

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 35 sur 66


5. Accessibilité et mise en
œuvre des moyens de
secours

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 36 sur 66


4.1 Les appareils mobiles

Un extincteur est un appareil de lutte contre l'incendie destiné à éteindre un début


d'incendie. Il contient un agent extincteur qui peut être projeté sur un feu par l'action
d'une pression interne. Cette pression peut être fournie par une pression préalable
permanente ou par la libération d'un gaz auxiliaire contenu dans la cartouche.

Quelque soit la nature de l’agent extincteur qu’ils contiennent, les appareils sont
répartis en 2 catégories en fonction de leur masse :

- Extincteurs Portatifs : Masse totale < ou = 20 Kg

- Extincteurs sur roues : Masse totale > 20 Kg .Peuvent être tractable ou remorquable

4.1.1 Différents procédé de mise en œuvre :


Selon leurs modes de mise en œuvre, on classe les extincteurs en deux familles :

• Extincteur à pression permanente


C’est un appareil dont le corps et la masse de l’agent
extincteur sont maintenus continuellement sous pression,
Soit par l’intermédiaire d’un gaz injecté pour les poudres, l’eau, etc…
(Ce gaz est souvent de l’azote : évite l’oxydation du corps de l’extincteur)
, Soit parce que le produit extincteur est lui-même un gaz liquéfié.

Ces appareils doivent comporter un dispositif permettant le


branchement d’un manomètre (Certains en sont pourvus à Extincteur à pression permanente ( PP)
la construction en « fixe »). - 1 : retirez la goupille
- 2 : Diffusé
Seul les extincteurs dont la charge est composés d’un produit
volatile, de point d’ébullition < à 5°c et dont les fuites de gaz peuvent être décelées par simple
pesée, pourront ne pas comporter ce dispositif de branchement (c’est le cas pour le CO2)

• Extincteur à pression auxiliaire

C’est un appareil, dont l’intérieur du corps et la


masse de l’agent extincteur sont à pression
atmosphérique. Pour en assurer la propulsion,
une charge de gaz, généralement du CO2
liquéfié (61 bars à 22°c), est contenus dans une

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 37 sur 66


bouteille en acier appelée « Sparklet » ou
bouteille de chasse.

La sparklet (ou bouteille de chasse) est


Extincteur à pression auxiliaire ( PA) généralement obturée par un opercule en cuivre
- 1 : retirez la goupille qu’il faudra percer pour libérer le gaz à l’intérieur
- 2 : Percutez
- 3 : Diffusé de celui-ci.

4.1.2 Identification des extincteurs :

Couleur
Rouge

Scellé de la goupille
Obligatoirement en plastique (plomb proscrit : saturnisme)

Estampille de conformité

Une estampille NF de couleur grise, délivrée par le Comité national malveillance incendie
et sécurité (CNMIS) et apposée sur le corps de l’extincteur, est une preuve de garantie du
respect de l’ensemble des normes NF EN 3. Une série de 4 chiffres y indique l’année de
délivrance et le numéro d’identification du constructeur. La présence de cette
estampille, ainsi que le marquage CE sont obligatoires

Si le matériel a été commercialisé avant le 31 décembre 1998, cette


estampille est de couleur jaune, mais l’extincteur peut rester en service les
années suivantes. Une série de 4 chiffres y indique l’année de délivrance et le
numéro d’identification du constructeur

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 38 sur 66


Une estampille bleue peut COMPLETER le marquage initial, il signifie
que le matériel a été rénové et reconditionné puis remis en service. Elle
certifie que cette opération a été réalisée conformément aux règles édictées
par l’AFNOR, selon la norme en vigueur. Une série de 4 chiffres y indique
l’année de délivrance et le numéro d’identification du constructeur

4.1.3 Vérification et réépreuve

Tous les appareils ou dispositifs d'extinction doivent être soigneusement entretenus et


maintenus en permanence en bon état de fonctionnement.

Le responsable des moyens de premier secours mis en place dans un établissement est
le chef d’entreprise ou son représentant.

La maintenance est assurée, sous la responsabilité du chef d’entreprise :


- Soit par les soins de sa propre entreprise, s’il dispose d’un personnel qualifié
- Soit dans le cadre d’un contrat de maintenance conclu avec un constructeur ou
distributeur-installateur prestataire de service

ƒ 1/3 mois : Vérification par le personnel interne à l’entreprise (formé)


Vérification visuelle pour s’assurer que tous les appareils sont à leurs places prévue,
parfaitement accessible et en bon état « extérieur »

ƒ 1/an : Vérification par un technicien compétant ou personne/organisme agréé.


Vérification de la pression interne des extincteur de type « permanent », poids de
l’agent extincteur/sparklet, état des joints, état du corps et de l’agent extincteur,
détassement des poudres, test du mécanisme, démontage, etc …
Ceci doit être consigné sur le registre sécurité

ƒ 1/5 ans : Réépreuve par le service des mines des extincteurs à Pression
Permanente.

Pour les CO2 - Halon : A l’occasion du 1er rechargement qui à été effectué 5 ans après
l’épreuve initial.
Pour les poudres, eau, etc… : A l’occasion du 1er rechargement qui à été effectué 5 ans
après l’épreuve initial
Mélange halon/CO2 : SI épreuve initial < 10 ans : A l’occasion du 1er rechargement qui à
été effectué 5 ans après l’épreuve initial
SI épreuve initial > 10 ans : A l’occasion du 1er rechargement qui à
été effectué 2 ans après l’épreuve précédente. Sinon, dans tout les cas : 1/ 5 ans.

ƒ 1/10 ans : Réépreuve par le service des mines des extincteurs à Pression
Permanente

Pour les CO2 - Halon : Par rapport à la dernière épreuve

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 39 sur 66


Pour les poudres, eau, etc… : Par rapport à la dernière épreuve
Mélange halon/CO2 : SI épreuve initial < 10 ans : par rapport à la dernière épreuve

ƒ 1/10 ans (selon la FFSA) – 1 /15 ans (selon CNMIS)


Réépreuve (conseillé) par le service des mines des extincteurs à Pression
auxiliaire.

Pour les poudres, eau, mousse, etc… : Par rapport à la dernière épreuve

4.1.4 Accessibilité et quantité

Ils doivent être placés sur les piliers ou des murs en des endroits bien dégagés, de
préférence à l’entrée des ateliers/locaux ou près des machines où un risque incendie
peut se déclarer.

Ils doivent être réparties de préférences dans les dégagements, en des endroits bien
visibles et facilement accessibles.

Ils ne doivent pas apporter de gêne à la circulation des personnes et leur emplacement
doit être tel que leur efficacité ne risque pas d’être compromise par des variations
éventuelles de température (radiateur, fenêtre, etc…).

Les extincteurs doivent être accrochés à un élément fixe.

L’emplacement des extincteurs doit être signalé par une inscription visible de loin

Les extincteurs portatifs doivent être fixés à un support, à une hauteur ne dépassant pas
1,20 m, de l’axe de la poignée au sol.

On ne doit pas faire plus de 15 m pour atteindre un extincteur.

En outre, les locaux présentant un risque particulier d’incendie (Chaufferie, armoire


électrique, etc…), doivent être dotés d’un ou plusieurs extincteurs appropriés (poudre,
CO2). Dans l’ensemble des catégories, il y à au moins 1 extincteurs par niveau.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 40 sur 66


Un extincteur d’incendie n’est efficace que s’il est adapté au feu qu’il est appelé à
combattre. Les critères permettant de définir cette efficacité est faites par le biais des
classes de feu.

Il est INDISPENSABLE que toute personne ait utilisé, une fois au moins, un
extincteur sur feu réel dans le cadre d’un exercice ou d’une séance d’instruction prévue
par la réglementation.
L’article R.232-12-21 du code du travail impose ces exercices au moins tout les six
mois. Leurs date et observations doivent être consignées sur le registre de sécurité

Tableau récapitulatif du nombre d’extincteur portatif selon l’activité :

Activité Capacité - Agent extincteur Quantité Complément


ERP
J, L, N, O, P, 6 l Eau pulvérisée 1/ 200m2 et 1/niveau
S, U, W, Y,
M (1,2,3 cat.), V 6l Eau pulvérisée 1/250 m2 et 1/ niveau
R 6 l Eau pulvérisée 1/200 m2 et 1/sortie de niveau
6l Eau pulvérisée 1/200 m2 et 1/niveau
si présence RIA :
T 1/300 m2 et 1/niveau
X 6l Eau pulvérisée 1/200 m2 de locaux annexes et
techniques
PA approprié Imposé par la commission
CTS 6l Eau pulvérisée 1 / sortie + extincteurs appropriés
aux risques particuliers
6l Eau pulvérisée Selon le type d’activité
SG Mini : 1 /sortie

OA 6l Eau pulvérisée 1/200 m2


6l Eau pulvérisée 1 / 150 m2 et 1/ niveau
REF (si aucun risque de gel)
6 Kg Poudre polyvalente 1 / 150 m2 et 1 / niveau
(si risque de gel)
GA approprié Type et nombre selon les
risques
M(4ème cat.) EF 6l Eau pulvérisée 1 / 150 m2
5ème catégorie 6l Eau pulvérisée 1 /300 m2 et 1/niveau
IGH
Ensemble des IGH approprié 1/ dispositif accès escalier
(sauf type Z) 1/ accès locaux à risques
incendie + extincteurs appropriés
IGH U approprié 1 de part et d’autre des sas aux risques particuliers
entre sous-compartiment
IGH Z approprié Selon la commission de
sécurité
Parc de stationnement couvert
6 Kg Poudre polyvalente bac de sable meuble
OU 100 Kg :
PS Alternatif : 2 Kg CO2 -6l Eau pulvérisée 1/ 15 véhicules 1/niveau vers les
OU Rampes
6 l Eau pulvérisée +additif
Code du travail
ERT 6l Eau pulvérisée 1/200 m2 et 1/ niveau + extincteurs appropriés
aux risques particuliers
APSAD
Activité industrielle 9 l ou Kg (selon les risques : eau, 1/ 200 m2
(commerce, production, poudre, mousse) ou 3 ² 5 Kg CO2 1/ niveau < 100 m2
conception, 2/ 100 m2 >niveau<200 m2
transformation, ----------------------------------------------- ------------------------------------

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 41 sur 66


réparation, cuisine, stock, OU OU + extincteurs appropriés
archive, locaux ---------------------------------------------- ----------------------------------- aux risques particuliers
techniques/informatique, 6l ou Kg (selon les risques : eau, poudre, 1/150 m2
labo, parking,) mousse) 1/ niveau < 100 m2
2/ 100 m2 >niveau<200 m2

Activité tertiaire 6l ou 6 Kg (selon les risques : Eau, 1/ 200 m2


(administratif, bureaux, poudre, mousse) ou 2 ² 5 Kg CO2 1/ niveau < 100 m2 + extincteurs appropriés
hôpitaux, école, théâtre, 2/ 100 m2 >niveau<200 m2 aux risques particuliers
musée, casinos, crèche)

4.1.5 Les differents extincteurs

4.1.5.1 Eau pulvérisée

• Produit extincteur : Eau ou Eau avec additif tensio-actif


Parmis les additifs, signalons la famille des AFFF (agents formant un film flottant) qui permet de crée un
film isolant de liquide qui flotte en surface du combustible

• Mode d’extinction : Eau : Refroidissement


Eau+additif : Refroidissement + étouffement

• Emploi : Eau : Classe A et classe B2 (hydrocarbure lourd : point éclair> 100°c)


Eau+additif : Classe A et B

Eau pulvérisée : Tension électrique < 1000 V (attention au ruissellement)

• Temps de vidange : Eau et eau+additif 6 litres: environ 40 secondes


Eau et eau+additif 9 litres: environ 55 secondes

• Restriction : Dommage des équipements électrique et conductible


Corrosif
Craint le gel (sauf extincteur « anti-gel »)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 42 sur 66


EAU PULVERISEE

4.1.5.2 A mousse
• Produit extincteur : Eau avec un émulseur formant une mousse physique
5 familles d’émulseurs : Protéiniques, Fluoroprotéiniques, synthétiques, fluorosynthétiques et polyvalent.
Il s’agit d’une mousse « physique » fabriquée lors du contact d’un émulseur et de l’eau
sous l’effet de la pulvérisation avec l’air.
• Mode d’extinction : Etouffement et refroidissement

• Emploi : Classe B (lente et progressive)


Classe A (efficacité limitée)

• Restriction : Sur les feux polaires (ou liquides miscibles à l'eau :


destructeur de mousse physique « classique ».) Æ utilisez uniquement
des émulseurs synthétique ou polyvalent
Dommage des équipements électrique
Corrosif
Conducteur d’électricité

La mousse opère par la combinaison de 3 actions simultanées (valable aussi pour les
extincteurs à eau pulvérisée + additif) :

¾ Principe de production de mousse :

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 43 sur 66


La distance d’attaque variera entre 4 à 3 mètres. Mais il faudra s’adapter en fonction
des conditions spécifiques (pente, vent, etc …) de l’incendie.

4.1.5.3 A poudre

• Produit extincteur : Poudre BC ou ABC


Les poudres ABC, dites polyvalentes, sont de loin les plus courantes. Ces poudres sont souvent
composées de mélange de phosphate et de sulfate d’ammonium, dont la décomposition sur
les braises étouffe ces dernières par la formation d’une couche imperméable vitreuse
Les poudres BC sont souvent composées de bicarbonate de sodium

• Mode d’extinction : Poudre BC : Inhibition


Poudre ABC : Inhibition et étouffement

• Emploi : Poudre BC : Classe B et classe C


Poudre ABC: Classe A, B et C

Tension électrique < 1000 V

• Temps de vidange : Poudre BC et ABC 6 Kg: environ 16 secondes


Poudre BC et ABC 9 Kg : environ 20 secondes

• Avantage : Effet « choc » sur la flamme

• Restriction : Dommage des équipements électrique (encrassement des


éléments de mécanisme délicat ou électronique)
Sur un feu de classe B, ne pas trop se rapproché pour éviter
de chasser le liquide enflammé et provoquer des projections
Efficacité limitée sur un feu de classe A (pour les poudre
ABC), avec braise profonde (aucune action de « refroidissement »)
Visibilité très limitée après utilisation

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 44 sur 66


4.1.5.4 A CO2

• Produit extincteur : Dioxyde de carbone (ou gaz carbonique ou anhydride carbonique ou neige
carbonique)
La température du dioxyde de carbone à la sortie diffuseur est de – 52 °c à l’état de gaz et de -78 °c à
l’état de « neige carbonique » (la détente du gaz produit un froid intense.)

• Mode d’extinction : Inertage, refroidissement et souffle

• Emploi : Classe B (homologué). Mais aussi classe A et C (selon


caractéristique du feu)

Tension électrique < 1000 V

• Temps de vidange : CO2 2 Kg: environ 7 secondes


CO2 5 Kg: environ 12 secondes
• Avantage : S’évapore sans résidu (extinction propre)
Particulièrement optimale pour les feux d’origine électrique

• Restriction : Risque de brûlure par le froid. Tenir l’extincteur par la


poignée (et non pas par le tromblon ni part le « cul » de l’extincteur)
Efficacité limitée sur un feu de classe A avec braise
profonde (action de « refroidissement » limité)
Le jet de CO2 peut provoqué de l’électricité statique

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 45 sur 66


4.2 Les robinets d’incendie armés

Un robinet d'incendie armé (R.I.A.) est un


équipement de premier secours alimenté en eau,
pour la lutte contre le feu, utilisable par un
personnel qualifié ou non.
Un RIA (robinet incendie armé) est dit armé car il
est alimenté en permanence par une source d'eau, et
est prêt à l'emploi (tuyau sous eau, mais pas sous pression).
Le rôle d'une installation des RIA est de permettre une première intervention d'urgence
dans la lutte contre l’incendie, en attendant que des moyens plus puissants soient mis en
oeuvre.

Sauf impossibilité, les robinets d'incendie armés doivent être alimentés par une
canalisation d'eau en pression desservie par les conduites publiques.

Une nouvelle désignation, retenue au niveau européen, prend en compte le diamètre


intérieur du tuyau ainsi que celui de l'orifice de refoulement :
Les robinets d'incendie armés sont désignés par leur diamètre nominal (en mm) qui peut
être (DN XX/YY ; XX = diamètre intérieur du tuyau, YY = diamètre orifice de refoulement) :

DN 19/6 DN 25/8 DN 33/12


Pression max de service : 12 b Pression max de service : 12 b Pression max de service : 9 b
Débit : XX l/mn Débit : 70 l/mn Débit : 150 l/mn
Portée jet bâton : 13,5 m Portée jet bâton : 16 m Portée jet bâton : 19 m

Mais il existe encore des RIA qui réglementairement n’existe plus :


(Certaines dispositions particulières en ERP les imposent encore):

DN 20 DN 40
Pression max de service : 12b Pression max de service : 7 b
Débit : XX Débit : 157 l/mn
Portée jet bâton : 14 m Portée jet bâton : 22 m

LES RIA :
-Vanne barrage (ou robinet de manœuvre)
- Dévidoir à alimentation axiale
- Dévidoir fixe tournant ou pivotant tournant
-Un tuyau semi-rigide d’une longueur de 20 ou 30 m
- Plusieurs sortes de lances (voir ci-dessous)

ƒ « Classique » (amené à disparaître) : Jet bâton – Diffusée (en nappe) – fermé

ƒ « Conique » (norme européenne) : Jet bâton – Conique – Fermé

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 46 sur 66


ƒ « Spéciaux » : Pour haute-tension, mousse, etc. …

Dans tous les cas, la pression minimale à laquelle le débit doit être fourni ne doit pas être inférieure à
2,5 bars au RIA le plus défavorisé (Un doit être mis en place près de ce RIA pour permettre le contrôle
de cette pression. )

4.2.1 Procédé de mise en œuvre / Alimentation

Jet plein ou jet bâton : Pour refroidir le foyer « à cœur » - Pour dispersé –
Jet diffusé en nappe : Pour refroidir d’importante surface
Jet diffusé conique : Protection du porteur de la lance (écran en brouillard d’eau)- Pour
refroidir des surfaces

NOTA : Lors d’un incendie non maîtrisable par les moyens de premières intervention, le RIA est tout à
fait adapter pour refroidir porte, canalisation, mur, et autres matériaux pour éviter l’extension du
sinistre.

¾ L’alimentation
Sauf impossibilité, les robinets d'incendie armés doivent être alimentés par une
canalisation d'eau en pression desservie par les conduites publiques

L'alimentation par réservoirs élevés ou sous pression peut exceptionnellement être admise.
Cette source d’eau doit être au moins égal ou supérieur à 10 m3, susceptible
d’alimenter pendant 20 mn la moitié des RIA (dont le plus défavorisé, avec un
minimum de 2 et un maximum de 4)

Il est possible d’alimenter les RIA sur les colonnes humide (voir 4.3) à condition qu’il
ait une pression statique de 2, 5 b mini à 4, 5 bars max.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 47 sur 66


Le plus défavorisé

Le plus défavorisé

En fonctionnement (dont le plus défavorisé,


avec un mini de 2 et un max de 4)

4.2.2 Identification des RIA :


Couleur du dévidoir : Rouge
Couleur du tuyau : Rouge, noir, vert, etc. …

4.2.3 Vérification technique


Tous les appareils ou dispositifs d'extinction doivent être soigneusement entretenus et
maintenus en permanence en bon état de fonctionnement.

Le responsable des moyens de premier secours mis en place dans un établissement est
le chef d’entreprise ou son représentant.

La maintenance est assurée, sous la responsabilité du chef d’entreprise :


- Soit par les soins de sa propre entreprise, s’il dispose d’un personnel qualifié
- Soit dans le cadre d’un contrat de maintenance conclu avec un constructeur ou
distributeur-installateur prestataire de service

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 48 sur 66


ƒ 1/ mois : Vérification par le personnel interne à l’entreprise (formé)
Vérification visuelle pour s’assurer que tous les appareils sont parfaitement accessibles
et en bon état « extérieur ».

ƒ 1/ 3 mois : mois : Vérification par le personnel interne à l’entreprise (formé)


Vérification fonctionnelle, essai, manipulation de la lance

ƒ 1/an : Vérification par un technicien compétant ou personne/organisme agréé.


Vérification de la pression dynamique/statique des RIA, état des joints, démontage, etc..
Ceci doit être consigné sur le registre sécurité

4.2.4 Accessibilité et quantité


Les RIA doivent être numéroté en une série unique

La distance entre le sol et l’axe du RIA doit être compris entre 1m20 et 1m80

Les critères d'implantation des RIA sont :

- DN 19 pour les locaux à risques courants;

- DN 25 pour les locaux à risques particuliers.

- DN 33 pour les installations classées ou pour les sites industriels.


Exceptionnellement, dans les ERP, pour faire face à un potentiel calorifique élevé et lorsqu’il existe un
personnel qualifié formé à leur utilisation (service de sécurité), les commissions de sécurité pourraient
demander des RIA DN 33 .

Sauf impossibilité, les robinets d'incendie armés doivent être placés à l'intérieur des
bâtiments, le plus près possible et à l'extérieur des locaux à protéger.

Le nombre de robinets d'incendie armés et le choix de leurs emplacements doivent être


tels que toute la surface des locaux puisse être efficacement atteinte :

- Par 1 jet de RIA en risque courant d’incendie

- Par 2 jets de RIA (jets croisés) en risque important d’incendie

Si les robinets d'incendie armés sont placés dans des armoires ou coffrets, ceux-ci
doivent être signalés et ne pas comporter de dispositifs de condamnation.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 49 sur 66


Tableau récapitulatif d’implantation de RIA selon l’activité :

Activité Autre paramètres DN RIA Imposé Observation


ERP
L Salle et locaux annexes: DN 19 / 6
- soit situés dans des zones d'accès (pour la salle)
particulièrement difficile ou défavorable ;
- soit dans les établissements implantés dans
Par la commission de
des ensembles immobiliers complexes ; DN 19/6 ou 25/8 sécurité
- soit présentant une distribution intérieure (pour les locaux annexes)
compliquée
Espace scénique isolable de la salle DN 25/8 Par le règlement
M 1ère, 2ème et 3ème catégorie DN 19/ ou 25/8 Par le règlement Implantation Risque
important d’incendie
N - soit situés dans des zones d'accès
particulièrement difficile ou défavorable ;
- soit dans les établissements implantés dans DN 19/6 Par la commission de
des ensembles immobiliers complexes ; sécurité
- soit présentant une distribution intérieure
compliquée
Idem que ci-dessus + : Par la commission de
- soit dans les établissements dont la porte sécurité
O, P d'une des chambres (ou salle) se trouve à plus DN 19/6
de 30 mètres de l'accès à un escalier
S 1 ère catégorie DN 19/6 Par le règlement
Permet une diminution
T DN 19/ ou 25/8 non de la quantité des
extincteurs
U 1 ère catégorie ou :
- soit situés dans des zones d'accès DN 19/6, DN 25/8 Par le règlement
particulièrement difficile ou défavorable ; ou DN 33/12
- soit présentant une distribution intérieure
compliquée.
- soit situés dans des zones d'accès
particulièrement difficile ou défavorable ;
- soit présentant une distribution intérieure
compliquée. Par la commission de
W - soit à proximité des locaux à risques
DN 19/6 sécurité
importants d'un volume supérieur à 1 000
mètres cube.
OA DN 19/6 Par le règlement Au moins 1 dans le
volume recueil
EF 1ère et 2ème cat. difficile d’accès DN 20 Par la commission de
Si hydrant > 200m sécurité
IGH
IGH Installé dans les CHC DN 19/6, DN 25/8 Par le règlement Il doit y avoir autant de
(sauf IGH A) (circulation horizontale commune) ou DN 33/12 RIA que d’escalier
Code du travail
C’est le chef

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 50 sur 66


ERT DN 19/6, DN 25/8 Mise en place si jugé d’établissement qui doit
ou DN 33/12 nécessaire assurer la sécurité des
employés (et donc
imposé ou non les RIA)
APSAD
Pour la règle APSAD :
Etablissement - Chaque point de la
surface du bâtiment doit
soumis aux DN 19/6, DN 25/8 Selon le règlement ou être atteint par
règles ou DN 33/12 imposé par la 2 jets de RIA
APSAD commission - Distance à parcourir
entre 2 RIA ne doit pas
être > à la longueurs de
leurs tuyau

4.3 Colonne sèche / humide


¾ CS
Les colonnes sèches sont des tuyauteries fixes et rigides, installées à demeure dans
diverses constructions et destinées à faciliter l'intervention des sapeurs-pompiers. Cette
colonne est munie d’une ou des prises d’incendie à chaque niveau, précédé d’une vanne
barrage.
Cela permet d’éviter l’établissement de grande longueur de tuyau à travers les escaliers,
et donc une perte de temps et un encombrement des issues.
Les CS sont mis en eau et utilisé par les sapeurs pompiers.

¾ CH
Les colonnes en charge (ou humide) sont des tuyauteries fixes et rigides et alimenté en
eau (reliées à des réservoirs, à des pompes, à des surpresseurs ou à tout autre dispositif)
permettant d'alimenter les lances des sapeurs-pompiers.
Cela permet d’éviter l’établissement de grande longueur de tuyau à travers les escaliers,
et donc une perte de temps et un encombrement des issues.

Grâce aux CH, les sapeurs pompiers n’ont qu’à ce brancher sur les prises d’incendie
des differents niveaux, pour pouvoir intervenir sur un sinistre.

4.3.1 Description et accessibilité


¾ CS

Les prises de refoulement sont situées dans des zones protégés comme les escaliers ou
dans les sas de ceux-ci. Celles-ci doivent se trouver entre 0,80 et à 1m 50 du sol, et les
prises doivent avoir une inclinaison de 45 ° vers le sol.
Les raccords d'alimentation des colonnes sèches doivent être placés en des endroits
facilement accessibles aux sapeurs-pompiers, sur la façade la plus proche des bouches
ou poteaux d'incendie.
Ils doivent être signalés et une pancarte doit indiquer l'escalier ou le dispositif d'accès
desservi. Sauf cas particulier, le regroupement de ces raccords d'alimentation est
interdit.
Le cheminement entre les raccords d'alimentation des colonnes sèches et les bouches ou
poteaux d'incendie ne doit pas dépasser 60 mètres de longueur.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 51 sur 66


¾ CH

Les prises de refoulement sont placées à chaque niveau. Elles sont situées dans les
escaliers ou dans les sas. Celles-ci doivent se trouver entre 0,80 et à 1m 50 du sol, et
les prises doivent avoir une inclinaison de 45 ° vers le sol.
La colonne est protégée contre le gel.

Les colonnes dites « humide » doivent assurer, à chaque niveau, une alimentation de 60
m3/ h, sous une pression de 4,5 à 8,5 bars.
Un manomètre de contrôle est installé sur chaque colonne.

La réserve d’eau doit comporter au minimum et constamment 120 m3


(De ce fait, les réservoirs sont composé de 3 ² 60 m3 ou 4 ² 40 m3 : pour en cas de travaux ou de
panne sur un des réservoirs, l’activité de l’immeuble peut se poursuivre, car le minimum obligatoire est
respecté)

Ces colonnes en charge doivent pouvoir être réalimentées, à partir de deux raccord de
65 mm portant l’indication « Réalimentation des colonnes en charge ; pression : X
bars », et placés à moins de 60 m d’un PI ou BI,

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 52 sur 66


4.3.2 Vérification technique
Tous les appareils ou dispositifs d'extinction doivent être soigneusement entretenus et
maintenus en permanence en bon état de fonctionnement.

Le responsable des moyens de premier secours mis en place dans un établissement est
le chef d’entreprise ou son représentant.

La maintenance est assurée, sous la responsabilité du chef d’entreprise :


- Soit par les soins de sa propre entreprise, s’il dispose d’un personnel qualifié
- Soit dans le cadre d’un contrat de maintenance conclu avec un constructeur ou
distributeur-installateur prestataire de service

ƒ 1/ 3 mois : Vérification par le personnel interne à l’entreprise (formé)


Vérification visuelle pour s’assurer que toutes les prises sont accessibles et en bon état
apparent. Contrôles des vannes de barrage (fermé) et bouchon.

ƒ 1/an : Vérification fonctionnel et technique (effectuer par un technicien


compétant ou une personne/organisme agrée)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 53 sur 66


Vérification de la pression dynamique/statique des CH. Contrôle des surpresseurs,
réservoir, détendeur, etc. …

Mise en eau des CS, vérification des éventuels fuite. Contrôle visuel des joints
d’étanchéité, etc. …

4.3.3 Quantité

¾ CS

Des colonnes sèches doivent être installées dans les établissements, dès lors que des
locaux à risques importants sont aménagés dans des étages dont le plancher bas est à
plus de 18 mètres du niveau de la voie accessible aux engins des sapeurs-pompiers.
Imposé aussi selon le type d’activité de l’établissement.
Ainsi que dans tout les IGH < ou = 50 m

Les DN 65 sont pour les risques courant d’incendie, et les DN 100, pour les risques
important d’incendie.

¾ CH

Des colonnes humides doivent être installé dans les IGH de plus de 50 m. Elles peuvent
éventuellement être imposé dans d’autres établissement à fort risque d’incendie (cas
très rare)

Il n’y à qu’un seul DN homologué : le DN 100.

Tableau récapitulatif des correspondances DN CS et prises d’incendie :

Diamètre nominal de la CS Diamètre nominal des


prises d’incendie Destination habituelle
DN 65 DN 100 DN 40 DN 65
X 1 Habitation (entre 28 et 50m)
X 2 IGH (certains), Magasin généraux
(Hauteur > ou = 20m), ERP > 18 m
X X 2 1 IGH (par défaut) et parc de
stationnement
X 2 Magasins généraux particulièrement
importants

Tableau récapitulatif des correspondances DN CH et prises d’incendie :

Diamètre nominal de la CH Diamètre nominal des


prises d’incendie
DN 40 DN 65
DN 100 2
2 1

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 54 sur 66


Tableau récapitulatif des implantations de CS, selon l’activité :

DN CS DN Prise incendie
Activité / paramètres 65 100 40 65 Imposé
ERP
Tous : Plancher bas du dernier
niveau > 18 m et locaux à risque Par le règlement
important dans les étages
Type O, P, S, T, W, Y dont le
plancher bas du dernier niveau est > Par le règlement
18 m
Défini par la commission En fonction du DN de la CS
Type U : Les bâtiments > R+ 3 et Par le règlement
Selon les risques : (voir tableau ci-dessu :
sous-sol > 1 niveau Tableau récapitulatif des
Type GA : gare souterraine qui DN 65 si risque courant correspondances DN CS et
comportent plusieurs sous-sols et dont DN 100 si risque important prises d’incendie) Par le règlement
la surface des quais > 1000 m2
Type L, M, V, dont le plancher bas par la
du dernier niveau est > 18 m commission de
sécurité
Type GA : gare aérienne par la
commission de
sécurité
IGH < ou = 50 m
IGH O, IGH ayant une superficie X 2
des compartiments < 750 m2
IGH Z (seulement dans les parties X 2
habitation)
Par le règlement
Sous-sol : IGH O, IGH ayant la
superficie des compartiments < 750 X 2 1
m2, IGH Z (seulement si habitation)
Tout les IGH (sauf cas déjà X 2 1
spécifié)
Parc de stationnement couvert
> 4 niveaux au-dessus du niveau de X 2 1 Par le règlement
référence ou > 3 niveaux au-dessous

Tableau récapitulatif des implantations de CH, selon l’activité :

DN CH DN Prises incendie
Activité/paramètres DN 100 40 65 Imposé
IGH > 50 m
G.H.A, G.H.Z
(seulement dans les
parties habitation),. et Par le règlement
X 2
IGH ayant la superficie
des compartiments <
750 m2
Tout les IGH et
sous-sol : Sauf cas X 2 1 Par le règlement
déjà spécifiés

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 55 sur 66


4.4 Les hydrants
Sont considéré comme « hydrant » :
Poteaux (ou borne) d’incendie, bouche d’incendie et réserve/point d’eau

Prise d'eau en forme de petite colonne, branchée sur une canalisation publique au-
dessus du niveau du sol, à laquelle sont raccordés les flexibles de lutte contre l'incendie.
IL ne faut pas confondre le terme borne d'incendie avec le terme bouche d'incendie,
qui désigne la prise d'eau installée sous une chaussée ou un trottoir et affleurant le sol.

On peut ainsi voir fleurir en zone urbaine, comme en zone rurale, des bouches et
poteaux d'incendie. La ville favorise l'implantation des bouches alors que le milieu
rural privilégie les poteaux, davantage visibles du fait de leur hauteur.

Elle doivent se trouver en principe à une distance de 200 à 300 mètres les unes des
autres et être réparties en fonction des risques à défendre après une étude détaillée de
ces derniers. Toutefois, si le risque est particulièrement faible, la zone de protection de
certain PI/BI pourra être étendue à 400 mètres. Il n’est pas imposé la mise en place
systématique de PI ou BI sur le réseau de canalisation d’eau, lorsqu’il existe. En effet,

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 56 sur 66


cette installation peut s’avérer trop coûteuse. La priorité est alors donnée à
l’utilisation de points d’eau naturels utilisables en permanence ou, à défaut,
l’aménagement de réserves artificielles en des endroits judicieusement choisis par
rapport aux bâtiments à défendre.

Une circulaire interministériel n°465 du 10 décembre 1951 définit les modalités


techniques qui doivent être mises en œuvre pour assurer la défense contre l’incendie et
pose comme principe que :

- la motopompe de 60 m3/ h constitue l’engin de base de lutte contre le feu, dont sont
dotés les centres de secours,

- la durée approximative d’extinction d’un sinistre moyen peut être évaluée à deux
heures.

Donc il en résulte que les secours doivent trouver sur place, lors de l’intervention et en
tout temps 120 m3 d’eau, utilisables en deux heures

Cette quantité d’eau peut être disponible à partir d’un réseau de distribution, par des
points d’eau naturels ou artificiels :

- soit à partir de bouches ou poteaux d’incendie dont la réserve d’eau disponible doit
être de 120 m3, et qui doivent pouvoir fournir un débit minimum 60 m3/heure et une
pression d’au moins 1 Bar.

- soit à partir d’une réserve d’eau de 120 m3 d’eau.

Les points d’eau naturels ou artificiels doivent être accessibles à tout moment, être en
mesure de fournir en deux heures les 120 m3 d’eau déjà évoqués, et être placés au
maximum à 400 mètres des risques à défendre. Il convient toutefois de préciser que
cette distance de 400 m n’est autorisée que dans les cas exceptionnels d’habitats ruraux
diffus. Pour apprécier la bonne distance à respecter, le SDIS doit être consulté.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 57 sur 66


4.5 IFEA (installation fixe d’extinction automatique)

4.5.1 Le « Sprinkleur »

Le rôle d'une installation de sprinkleur est de déceler un foyer d'incendie, de donner


une alarme et de l'éteindre à ses débuts ou au moins de le contenir de façon que
l'extinction puisse être menée à bien par les moyens de l'établissement protégé ou par
les sapeurs-pompiers

Le système d'extinction automatique sprinkleur est considéré comme le moyen de


protection le plus universel, le plus efficace et le seul à pouvoir fonctionner sans
intervention humaine. C'est d'ailleurs pour ces raisons que les sociétés d'Assurance et
de Courtage continuent à exercer une pression constante sur leurs assurés pour que ces
derniers s'équipent, à défaut de multiplier les procédures de prévention, d'une
installation automatique, fiable et efficace.

¾ Le sprinkleur en quelques statistiques :

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 58 sur 66


Les statistiques sont plutôt de nature à rassurer les entreprises. Les données compilées
des pays membres du Comité Européen des Assurances (C.E.A.), sur la période de ces
dix dernières années, laissent apparaître les résultats suivants (fonctionnements
sprinkleur sur incendie déclarés) :

A noter que l'efficacité réelle d'une installation sprinkleur est probablement meilleure
que ne le montrent ces statistiques. De nombreux déclenchements sprinkleur maîtrisés
par une ou quelques têtes et dont les dégâts sont inférieurs à la franchise du contrat
d'assurance ne sont probablement pas recensés ; alors qu'il y a peu de chances qu'un
échec soit passé sous silence :

4.5.1.2 Description

Cette installation comprend essentiellement :

- une (voir deux) source d’eau différentes.


Il est à noter que la source d'appoint se révèle particulièrement importante. Dite "source A",
elle alimentera pendant une demi-heure les cinq sprinkleurs les plus défavorisés du local. Les
statistiques d'une étude CNPP récente sur l'efficacité des sprinkleurs démontrent que la grande
majorité des incendies sont maîtrisés avec moins de cinq sprinkleurs.
- une machinerie constituée des appareils de distribution et des postes de
commandes. (surpresseurs, maintien de la pression, etc.…)
- un réseau de canalisations sous plafonds.
- des " têtes " d’extinction fixées sur ces conduites et permettant de diffuser l’eau
sur environ 9 à 12 m² de surface au sol .

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 59 sur 66


SCHEMA DE PRINCIPE
D’UN POSTE DE
CONTROLE
4.5.1.3 Principe de fonctionnement

ƒ Sprinkleur à ampoule

Chaque sprinkleur est maintenu hermétiquement fermé par un élément thermique.


C'est en général une petite ampoule de verre remplie avec un certain type d'alcool.
Lorsque qu'un incendie se déclenche sous le sprinkleur, l'alcool contenu dans
l'ampoule de verre se dilate, comme dans un thermomètre. A une température
prédéfinie il n'y a plus de place pour la dilatation de l'alcool, qui rompt l'ampoule de
verre.

Le joint d'étanchéité se détache du sprinkleur qui entre en action et pulvérise de


l'eau sous le feu situé au-dessous. Seuls les sprinkleurs situés directement au-dessus du
feu se déclencheront. La plupart des feux sont maîtrisés par une ou deux têtes
sprinkleurs seulement.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 60 sur 66


Tête avec ampoule

ƒ Sprinkleur à fusible

Une tête de sprinkleur de type « fusible » comprend une structure en deux, constituée
d'un alliage de métal. Lorsque l'alliage chauffe et fond, les deux pièces de la structure
extérieure se séparent et l'eau expulse un obturateur et un joint d'étanchéité de telle
sorte que l'eau peut alors s'écouler librement

Tête avec fusible

¾ Fonctionnement global :

1 : Eclatement d’une tête de sprinkleur


2 : Libération de l’eau
3 : Dépression au niveau du poste de contrôle
4 : Mise en fonctionnement des surpresseurs/pompes

4.5.1.4 Les différents types de systèmes sprinkleurs

• Systèmes sous eau


• Systèmes sous air
• Alternatif
• Les systèmes à préaction
• Les systèmes déluge
• Les systèmes à réponse rapide « ESFR » (pour " Early Suppression Fast Response "). : Ces
systèmes de sprinklage uniques combinent un grand volume d'eau et une grande vitesse de diffusion avec
détection précoce

4.5.1.5 Les différents types de sprinkleurs

• Sprinkleurs spéciaux par la température de déclenchement: Action à 100°C, 140°C, 180°C,


• Sprinkleurs spéciaux par la forme du jet arrosent à 180 °, jet allongé, jet de lame, angle d’arrosage
• Sprinkleurs spéciaux pour la pulvérisation fine pulvérisation, grosse goutte
• Sprinkleurs rapides déclenchement en 1'30" (rapide) à déclenchement en 50" (Très rapide)
• Sprinkleurs anti-gel Un montage spécial intercalant une rallonge entre le sprinkleur et la
rampe sous eau qui est maintenue en pression d'air.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 61 sur 66


• Sprinkleurs ON-OFF Ce terme américain s'applique à des sprinkleurs qui s'ouvrent
quand la température de référence est dépassée et se referment quand la température repasse en
dessous, grâce à l'action du sprinkleur.
• Sprinkleurs décoratifs Répondent à des considérations esthétiques consécutives à l'emploi
de plus en plus fréquent (hôtels, salles d'exposition, aéroports, locaux sportifs);
• Sprinkleurs ouverts Ce sont des sprinkleurs sans fusible, ils sont utilisés avec des vannes
d'alarmes spéciales type déluge.
• Sprinkleurs à revêtement spéciaux Recouverts soit d'alliage à base de plomb, soit de
cuivre, soit les deux à la fois, de façon à ne pas modifier la température de déclenchement tout
en protégeant des ambiances corrosives.

4.5.1.6 Alimentation en eau

Elle doit être permanente, en eau sous pression, par bacs de pression et conduite de ville.

Pour éviter le risque de gel, dans les locaux non chauffés, on remplace l’eau, en aval du
poste de contrôle par de l'air sous pression.

L'ouverture d'un Sprinkleur laisse échapper l'air poussé par l’eau, la pression baisse et
l'alarme se déclenche.

Immédiatement derrière l'air, l’eau s'écoule, en pression, et arrose le foyer d'incendie

Les E.A.I sont alimentées par une voir deux sources d’eau indépendantes, qui doivent
assurer un débit minimum de 2.5 litres/minute sur une surface minimum de 150 m2,
pendant 1 heure. Ce débit peut être contrôlé :

- à la source

- aux points les plus défavorisés de l'installation.

4.5.1.7 Vérification technique et durée de validité de l’installation

Tous les appareils ou dispositifs d'extinction doivent être soigneusement entretenus et


maintenus en permanence en bon état de fonctionnement.

Le responsable des moyens de premier secours mis en place dans un établissement est
le chef d’entreprise ou son représentant.

La maintenance est assurée, sous la responsabilité du chef d’entreprise :


- Soit par les soins de sa propre entreprise, s’il dispose d’un personnel qualifié
- Soit dans le cadre d’un contrat de maintenance conclu avec un constructeur ou
distributeur-installateur prestataire de service

ƒ 1/ semaine : Vérification par le personnel interne (formé) ou autre


Vérification globale de l’installation. Mise en marche des pompes (si diesel : durée mini
30 mn), essai cloche, etc …

ƒ 1/an : Vérification fonctionnel et technique (effectuer par un technicien


compétant ou une personne/organisme agrée)

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 62 sur 66


Vérification de la pression dynamique/statique des canalisations. Contrôle des
surpresseurs, réservoir, détendeur, etc. …

ƒ 1/ 3 ans Vérification fonctionnel et technique

ƒ Tout les 30 ans révision globale.

Fait l’objet d’un certificat et d’une réception officiel.

4.5.2 Les gaz (CO2, Argonite, etc. …)

Les installations fixes à base d’agent gazeux conviennent, dans l’ensemble, à des feux
de « surface » dont l’énergie est principalement contenue dans les flammes.
L’extinction de matériaux solides dont la combustion ce fait avec une formation de
braises profonde, ce mode d’extinction nécessiterait un taux élevé de gaz d’extinction
dans l’atmosphère, donc relativement inefficace.

Dans les applications de lutte contre l’incendie, les agents extincteurs gazeux
permettent, employés correctement, une extinction propre limitant les résidus ou
dépôts. Ils sont utilisables sur circuits électriques sous tension.

4.5.2.1 Description

Ces installations comprennent essentiellement :

- Réserve d’agent extincteur


- Réseau de distribution

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 63 sur 66


- Diffuseurs
- Système de détection
- Dispositifs d’alarme (alarme d’évacuation et alarme de diffusion de gaz)
- Commande manuelles (dispositif de mise en œuvre
- Système de temporisation

4.5.2.2 Principe de fonctionnement

Un détecteur automatique est mis en action, suite à un début d’incendie. Celui-ci envoie
l’information à l’ECS (équipement de contrôle et de signalisation) qui enclenche
l’alarme d’évacuation des occupants + une temporisation (variable). L’ensemble des
équipements techniques sont interrompue (ventilation, climatisation), et les éventuels
ouvertures sont fermé (porte sous électroaimant, vitre, etc…).

A la fin de cette temporisation, une nouvelle alarme retentie, celui de la diffusion de


gaz. La diffusion se stoppera d’elle-même.

Les installations doivent être conçues pour émettre la concentration appropriée d’agent
extincteur, au débit convenable, au moment optimal (système de détection pertinent),
pendant un temps d’application choisi en fonction de la classe de feu et de l’état de
développement du foyer, dans des conditions assurant la sécurité des personnes.

L’étanchéité des locaux est un élément primordial.

Ces installations doivent être à fonctionnement automatique avec possibilité toutefois,


pendant les périodes où le personnel est présent, de mettre le système en « manuel ».

L’accès aux locaux, après émission de gaz extincteur et après confirmation de


l’extinction, ne doit se faire :
-Que plusieurs minutes après la diffusion (temps d’imprégnation), il faut éviter de

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 64 sur 66


réactiver le feu couvant par une ouverture.
- Qu’avec un appareil respiratoire isolant autonome

Pour ce qui est du personnel dans le local, après émission, il ne pourra être autorisé :
- Qu’après ventilation et contrôle du taux d’oxygène.
- L’atmosphère du local ne doit plus contenir de gaz extincteur résiduel et de produit de
combustion.
- Il importera aussi de s’assurer de l’absence d’éventuels produits toxiques et/ou corrosifs,
engendrés soit par la combustion, soit par la pyrolyse des Hydrocarbures halogénés ou autre.

4.5.2.3 Les différents agents extincteurs

Gaz inertes (dits à action physique)


L’extinction avec ces agents est obtenue par diminution de la teneur
- Le CO2 en oxygène dans l’atmosphère
- Azote ( De 21 % à 12 % environ)
- Argon DANGEREUX POUR L’HOMME (étouffement)

Peuvent être utilisés pur ou en mélange : (inergen, argonite, argo55, etc…)

Gaz inhibiteurs (dits à action chimique)


Ces gaz remplacent les halons, gaz hydrocarbures halogénés, dont l'emploi est maintenant interdit, car
nocifs pour l'environnement.

- FM 200 (CH3HF7) L’extinction avec ces agents est obtenue par inhibition
- FE13 (CHF3). Des réactions en chaîne de la combustion
- CEA 410
NON DANGEREUX POUR L’HOMME

4.6 Moyens divers

Le MINI EXTINCTEUR DE FLAMME sert à inhiber les petits feux et les


débuts d’incendie. Non réglementaire en ERP/IGH

Couverture anti-feu. Souvent mise en place dans les cuisines.


Peut aussi bien être utile sur une personne que sur une casserole.

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 65 sur 66


Bac a sable. Imposé dans les ERP type PS, il permet de lutter
efficacement la propagation par épandage d’un incendie
(fuite du réservoir, etc…)
Il agit par étouffement, et permet d’absorbé du liquide.

Technologie d'extinction d'incendie par impulsion IFEX 3000.Moins


de 10 litres d'eau pour éteindre ces palettes en feu ou une voiture
Utilisable sur les feux de classe A , B et C.

IFEX 3000 = 1 litre d'eau par tir + air comprimé


Pression de sortie 25 bars
Vitesse de sortie de l'eau :
De 420 km/h à 720 km/h

www.sprp.com by Mickaël - SSIAP 1 - Page 66 sur 66

Vous aimerez peut-être aussi