Vous êtes sur la page 1sur 179

Université Mohammed V de Rabat

Ecole Mohammadia d'Ingénieurs

2019-2020

Projet de Fin d'Etudes


Département Génie Civil
Option: B.P.C.

ALANSSARI Mohamed Elamine


BELHAOUATE Marouane

Conception et dimensionnement d’une tour R+4 avec


sous-sols :
Etude comparative de systèmes de planchers

Soutenance prévue le 08/07/2020 devant le jury composé de :


Président du jury : Professeur H. MOULAY ABDELALI

Encadrant(s) à Professeur BOUYAHYAOUI Azzedine


l'EMI :
Professeur CHERRADI Toufik

Encadrant à l'organisme : Monsieur SADIK Hicham

1|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Dédicaces

A mes très chers parents, pour le soutien, la patience et les sacrifices


dont ils ont toujours fait preuve tout au long de mes études.

A mes chers frères et sœurs,

A tous mes Professeurs,

A tous mes amis,

A toutes les personnes qui me sont chères,

Je vous dédie ce modeste travail que je n’aurai pu accomplir sans


votre présence.

Mohamed Elamine

1|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

A ma chère famille, tu es la première raison pour laquelle je fais tout


cela, je te remercie pour votre soutien inconditionnel tout au long de
22 ans de ma vie.

A toute ma petite famille

A « moi-même » d’ici quelques années, je sais que tu as réalisé la


moitié de tes rêves je te dédie ce travail que tu as réalisé avant moi.

A mes professeurs et camarades qui m’ont accompagné dans mon


cursus académique.

A tous mes amis.

Veuillez trouver dans ce travail l’expression de mon respect le plus


profond et mon affection la plus sincère.

BELHAOUATE Marouane

2|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Remerciements :

Nous souhaitons adresser nos remerciements à toute personne qui, de près ou de loin, a
contribué à l’aboutissement de ce Projet de Fin d’Etudes.

Nous remercions alors le Groupe SOGEA MAROC de nous avoir non seulement acceptés
pour passer une expérience professionnelle, mais aussi relationnelle, au sein du chantier du
siège régional à Benguerir.

A ce propos, nous remercions notre parrain de stage Mr. Hicham SADIK Ingénieur Travaux
chez SOGEA MAROC, de nous avoir accueilli et accordé l’opportunité d’effectuer notre
stage sur le chantier.

Nous remercions nos deux encadrants internes Mr. Azzedine BOUYAHYAOUI et Mr. Toufik
CHERRADI, Professeurs au Département Génie Civil à l’EMI, pour leur collaboration et leur
expertise ainsi que leurs conseils pour ce projet de fin d’études comme pour leurs cours
enseignés.

Nous tenons à exprimer notre profonde gratitude à toute personne du service pour leur
accueil, leur gentillesse mais aussi pour leur serviabilité et encadrement pour la partie travaux.
De ce fait, des remerciements spéciaux à : Mr. Jamal Ezzarouali, Mme. Narimane , Mr. Moid,
Mr. Saad, Mr. Youssef El Kafi .

Et par la même occasion, nous remercions tous les ingénieurs d’études, les chefs de chantier
ainsi que les différents intervenants sur le projet pour leur collaboration riche en expertise et
technicité.

Nous remercions également tous les Professeurs du département Génie Civil de nous avoir
assuré des cours cohérents et consistants et qui nous ont été d’une grande utilité durant notre
Projet de Fin d’Etudes.

Que Messieurs les membres du jury trouvent ici l’expression de nos reconnaissances pour
avoir accepté de juger notre travail.

3|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Résumé :
Ce projet présente une étude détaillée d’un bâtiment de forme cubique à usage administratif
constitué d’un sous-sol, un rez-de-chaussée, un rez-de-jardin et 3 autres étages et la terrasse
implanté dans le siège régional à Benguerir dans le cadre du projet Université Polytechnique
Mohammed IV – Tranche 2A.

Cette étude se compose de quatre parties :

-La première partie est une description générale du projet avec une présentation de
l’aspect architectural des éléments du bâtiment et une conception de structure ainsi qu’un
passage de la certification LEED.

-La deuxième partie a été consacrée pour la détermination des charges et le


prédimensionnement de la structure.

-L’étude dynamique de la structure a été entamée dans la troisième partie en utilisant


le logiciel Cypecad afin d’analyser la réaction du bâtiment sous l’action sismique.

-La quatrième partie comprend le ferraillage des différents éléments résistants de la


structure (fondation, poteaux, poutres, voiles).

-La cinquième partie est réservée aux généralités sur les planchers

-La sixième partie contient une étude comparative et économique entre deux
systèmes de dalles.

-L’étude thermique sera établie en dernière partie en utilisant le logiciel Cypecad en


comparant deux scénarios de climatisations et en choisir le plus économique.

Tous les calculs sont faits en tenant compte des règlements de calcul et vérification du béton
armé (BAEL91 modifié 99).

4|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Abstract :

This project presents a detailed study of a cubic-shaped building for administrative use
consisting of a basement, a ground floor, a garden floor and 3 other floors and the terrace
located in the regional headquarters in Benguerir as part of the Mohammed IV Polytechnic
University project - Tranche 2A.

This study consists of four parts:

-The first part is a general description of the project with a presentation of the architectural
aspect of the building elements and a structural design as well as a passage of LEED
certification.

-The second part was dedicated to the determination of loads and the presize of the structure.

-The dynamic study of the structure was started in the third part using the Cypecad software
to analyze the reaction of the building under seismic action...

-The fourth part includes the scrapping of the various resistant elements of the structure
(foundation, poles, beams, sails).

-The fifth part is reserved for generalities on the floors.

-Part six contains a comparative and economical study between two slab systems.

-The thermal study will be established in the final part using the Cypecad software by
comparing two air conditioning scenarios and choosing the most economical one.

All calculations are made taking into account the regulations for calculating and verifying
reinforced concrete (BAEL91 modified 99).

5|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
‫‪Projet de fin d’études : 2019-2020‬‬

‫ملخص ‪:‬‬

‫لمبن عىل شكل مكعب لالستخدام اإلداري يتكون من قبو وطابق ى‬


‫أرض وطابق حديقة‬ ‫المشوع دراسة مفصلة ى‬
‫يقدم هذا ر‬
‫ي‬
‫و‪ 3‬طوابق أخرى وتراس يقع في المقر اإلقليمي في بنجير كجزء من مشروع جامعة محمد الرابع للفنون التطبيقية ‪-‬‬
‫الشريحة ‪.2A‬‬

‫تتكون هذه الدراسة من أربعة أجزاء‪:‬‬

‫‪-‬الجزء األول هو وصف عام للمشروع مع عرض للجانب المعماري لعناصر البناء والتصميم الهيكلي وكذلك مرور شهادة‬
‫‪.LEED‬‬

‫‪ -‬خصص الجزء الثاني لتحديد األحمال والكثيب المسبق للهيكل‪.‬‬

‫‪-‬بدأت الدراسة الديناميكية للهيكل في الجزء الثالث باستخدام برنامج ‪Cypecad‬لتحليل رد فعل المبنى تحت العمل الزلزالي‪.‬‬

‫‪ -‬يشمل الجزء الرابع تخريد العناصر المقاومة المختلفة للهيكل (األساس‪ ،‬األعمدة‪ ،‬الحزم‪ ،‬األشرعة)‪.‬‬

‫‪-‬الجزء الخامس محجوز للعميات في الطوابق‬

‫‪ -‬يحتوي الجزء السادس على دراسة مقارنة واقتصادية بين نظامين من أنظمة األلواح‪.‬‬

‫‪-‬سيتم تأسيس الدراسة الحرارية في الجزء األخير باستخدام برنامج ‪ Cypecad‬من خالل مقارنة سينار يوهين لتكييف‬
‫الهواء واختيار السيناريو األكثر اقتصادا‪.‬‬

‫وتجري جميع الحسابات مع مراعاة اللوائح المتعلقة بحساب الخرسانة المسلحة والتحقق منها (‪ BAEL91‬المعدلة ‪.)99‬‬

‫‪6|Page‬‬
‫‪Département Génie Civil – B.P.C.‬‬
Projet de fin d’études : 2019-2020

Introduction :

Le Génie civil représente l'ensemble des techniques concernant les


réalisations et les constructions civiles.
Les ingénieurs civils ou ingénieurs en génie civil s’occupent de la
conception, de la réalisation, de l’exploitation et de la réhabilitation des
ouvrages de construction et d’infrastructures dont ils assurent la gestion afin
de répondre aux besoins de la société, tout en assurant la sécurité du public
et la protection de l’environnement.
Très variées, leurs réalisations se répartissent principalement dans cinq grands
domaines d’intervention : structures, géotechnique, hydraulique, transport et
environnement.
Dans un projet de bâtiment ou de travaux publics, la construction est le fait d'assembler
Différents éléments d'un édifice en utilisant des matériaux et des techniques appropriées.
Le béton est utilisé depuis presque deux siècles. C’est un matériau de construction qui trouve
son champ d'utilisation pratiquement dans tous les domaines du génie civil. Actuellement il
est sans doute le plus utilisé pour les avantages économiques et techniques qu'il présente.
Il présente des avantages certains pour la construction. D'une durée de vie quasi illimitée, il
est extrêmement résistant et permet la construction de véritables édifices. Indissociable de la
construction durable, le béton est très peu énergivore tant dans sa fabrication que son
utilisation au vu de sa durée de vie. Il est produit localement avec des composants naturels.
Ses plus grandes qualités sont : l’inertie thermique, la résistance à la compression et au feu.
Par contre Le béton armé allie la résistance en compression du béton classique à celle en
traction de l'acier. Toutefois, pour l'utiliser de manière adéquate, il est impératif de connaître
les techniques de fabrication, ainsi que les formules de calcul de résistance.
Les objectifs de cette étude sont avant tout, d’assurer la sécurité des usagers de cette structure.

7|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Cette dernière doit être calculée et conçue de telle manière qu’elle reste apte à l'utilisation
pour laquelle elle a été prévue, compte tenu de sa durée de vie envisagée et de son coût.
A ce titre, le projet de fin d’étude a pour but d’ajouter à l'application de la théorie,
l’application dans la réalité, il sert également à apprendre et maîtriser les ficelles
du métier au sein d’une équipe et se familiariser avec les données des
établissements.
En outre, il permet d’acquérir les différentes qualités qu’on doit avoir afin de
progresser et de préparer sa future carrière, aussi il permet d’apprendre l’utilité
du travail en groupe et l’importance des relations humaines concernant le contact
de l’ingénieur vis-à-vis les techniciens et ses autres collègues.
D’ailleurs, ce rapport traduit les résultats des différentes activités, recherches et
études pour la réalisation du projet de fin d’étude dont le thème est : « L’étude
de structure d'un cube au siège régional de l'OCP avec étude sismique et
thermique et étude comparative des dalles. »

8|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Sommaire :

I. Présentation du projet : ..................................................................................................... 16


• PRESENTATION DE L’ENTREPRISE ...................................................................... 16
a) DESCRIPTION GENERALE : ................................................................................. 16
b) SOCIETE MERE : VINCI ........................................................................................ 17
c) FILIALE : SOGEA MAROC .................................................................................... 17
• Situation et descriptif du projet : ................................................................................... 18
• Caractéristiques géométriques de la structure : ............................................................. 22
• Conception de structure : ............................................................................................... 22
a) Système porteur : ....................................................................................................... 22
b) Les planchers : ........................................................................................................... 22
c) Les escaliers et les ascenseurs : ................................................................................. 23
d) Revêtements : ............................................................................................................ 23
e) Maçonneries : ............................................................................................................ 23
f) Fondation : ................................................................................................................. 23
g) Type de coffrage : ...................................................................................................... 23
• Caractéristiques mécaniques des matériaux : ................................................................ 23
a) Le béton : ................................................................................................................... 24
• Caractéristiques mécaniques : ................................................................................... 24
b) L’acier. ....................................................................................................................... 28

9|Page
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Hypothèses de calcul : ................................................................................................... 30


• Certification LEED : ..................................................................................................... 30
a) Introduction ............................................................................................................... 30
b) Niveau de certification : ............................................................................................ 31
c) Coûts associés : .......................................................................................................... 31
d) Critères de certification : ........................................................................................... 31
II. Charges et Pré dimensionnement des éléments structuraux .......................................... 35
• Détermination des charges et surcharges : .................................................................... 35
• Charges Permanentes : .................................................................................................. 35
a) Planchers :.................................................................................................................. 35
b) Maçonnerie : .............................................................................................................. 38
➢ Murs intérieurs : ............................................................................................................ 39
c) L’acrotère : ................................................................................................................ 39
d) Les voiles : ................................................................................................................. 40
• Surcharges d’exploitations : .......................................................................................... 41
• ............................................................................................................................................ 41
• Prédimensionnement des éléments structuraux : .......................................................... 41
a) Introduction ............................................................................................................... 41
b) Les poutres ................................................................................................................. 41
c) Les Dalles pleines : .................................................................................................... 44
d) Les Poteaux : ............................................................................................................. 46
e) Les Voiles .................................................................................................................. 47
• Modélisation sur CYPECAD : ...................................................................................... 48
III. Etude sismique du bâtiment .......................................................................................... 58
• Régularité en plan : ....................................................................................................... 58
• Régularité en élévation : ................................................................................................ 62
• Modélisation sur CYPECAD 2020 (approche dynamique) : ........................................ 64
IV. Généralités sur les Planchers ......................................................................................... 73
• Introduction : ................................................................................................................. 73
• Variante I : Dalle pleine ................................................................................................ 75
a) Définition : ................................................................................................................. 75
b) Conception et Prédimensionnement : ........................................................................ 75
c) Exécution et mise en œuvre : ..................................................................................... 75

10 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

d) Conclusion : ............................................................................................................... 78
• Variante II : Plancher à prédalles : ................................................................................ 79
a) Définition : ................................................................................................................. 79
b) Prédalle en béton armé : ............................................................................................ 80
c) Prédalle en béton précontraint : ................................................................................. 82
d) Conclusion : ............................................................................................................... 83
• Variante III : Plancher poutrelles-hourdis ..................................................................... 84
a) Définition : ................................................................................................................. 84
b) Matériaux et composition : ........................................................................................ 85
c) Types d’hourdis ou entrevous et des poutrelles......................................................... 87
d) Mise en œuvre sur chantier ........................................................................................ 88
e) Conclusion : ............................................................................................................... 90
• Variante IV : Dalle réticulée ......................................................................................... 91
a) Définition ................................................................................................................... 91
b) Types de dalles réticulés ............................................................................................ 92
c) Prédimensionnement : ............................................................................................... 93
d) Processus d'exécution : .............................................................................................. 95
e) Conclusion ................................................................................................................. 96
V. Critères de comparaison, et comparaison des Planchers ............................................... 97
• Introduction : ................................................................................................................. 97
• Critères techniques : ...................................................................................................... 97
a) Flèche : ...................................................................................................................... 97
b) Poids des planchers :.................................................................................................. 99
c) Etude quantitative : .................................................................................................... 99
d) Etude économique : ................................................................................................. 101
e) Critères environnementaux : .................................................................................... 103
VI. Etude des éléments structuraux ................................................................................... 105
• Introduction : ............................................................................................................... 105
• Les poteaux : ............................................................................................................... 105
• Les poutres : ................................................................................................................ 112
• Les voiles : .................................................................................................................. 122
VII. Etude thermique par moyen Informatique (IFC Builder + Cypetherm Loads) : ....... 135
• Modélisation sur IFC Builder :.................................................................................... 135

11 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

a) Introduction : ........................................................................................................... 135


b) Création du bâtiment : ............................................................................................. 136
• Modélisation sur Cypetherm Loads ............................................................................ 138
• Charges de chauffage : ................................................................................................ 149
VIII. Webographie et Bibliographie : ............................................................................... 160
• Normes et réglementations : ........................................................................................ 160
• Références: .................................................................................................................. 160
• Webographie : ............................................................................................................. 160
IX. Annexe ........................................................................................................................ 162

Liste de figures :
Figure I-1 : Décomposition de VINVI ________________________________________________________ 16
Figure I-2 : Emplacement du projet en vue satellite ________________________ Error! Bookmark not defined.
Figure I-3 : Vue en haut du projet __________________________________________________________ 19
Figure I-4 : Repérage des différentes zones du RDC ____________________________________________ 20
Figure I-5 : Coupe sur le projet _____________________________________________________________ 21
Figure I-6 : Diagramme contraintes- déformations du béton _____________________________________ 25
Figure I-7 : Diagramme des contraintes rectangulaire simplifié du béton ___________________________ 26
Figure I-8 : Diagramme contraintes- déformations d’acier _______________________________________ 29
Figure I-9 : Niveaux de certification LEED ___________________________________________________ 31
Figure II-1 : calcul des charges des poids propres des murs éxtérieurs _____________________________ 36
Figure II-2 : Eléments constituants la dalle pleine______________________________________________ 38
Figure II-3 : Coupe verticale d’un mur extérieur. ______________________________________________ 38
Figure II-4 : Coupe verticale d’un mur intérieur. ______________________________________________ 39
Figure II-5 : Coupe verticale de l’acrotère. ___________________________________________________ 40
Figure II-6 : Poutre N3-11 en plan _________________________________________________________ 42
Figure II-7 : Dalle en question en gris sur le plan ______________________________________________ 45
Figure II-8 : découpage des étages en 3 zones semblables ________________________________________ 46
Figure II-9 : sélection des normes utilisées dans notre étude _____________________________________ 48
Figure II-11 : définition des matériaux utilisées dans notre étude _________________________ 49
Figure II-10 : définition de la région éolienne de la zone de notre étude ____________________________ 49
Figure II-12 : les charges du vent ___________________________________________________________ 49
Figure II-13 : définition du reste des paramètres du vent, correspondant à notre projet ________________ 50
Figure II-14 : introduction des données sismiques supplémentaires ________________________________ 51
Figure II-15 : introduction des données sismiques du projet ______________________________________ 51
Figure II-16 : introduction des niveaux du projet ______________________________________________ 52
Figure II-17 : introduction des poteaux sur CypeCad ___________________________________________ 52
Figure II-18 : outil d’introduction des poutres sur CypeCad ______________________________________ 53
Figure II-19 introduction des voiles sur CypeCad ______________________________________________ 53
Figure II-20 outil d’introduction/gestion des planchers sur CypeCad _______________________________ 54
Figure II-21 : outil d’introduction/gestion des charges par groupe sur CypeCad______________________ 55
Figure II-22 : définition des charges de poussée de terre sur CypeCad______________________________ 55
Figure II-23 modélisation finale des fondations et du sous-sol comme exemple ______________________ 56
Figure II-24 : modélisation finale en vue 3D __________________________________________________ 57
Figure III-1 : Représentation de masse de l’étage 1 _____________________________________________ 59
Figure III-2 : Représentation graphique du centre de masses et du centre de rigidité par niveau _________ 61

12 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure III-3 : Spectre élastique d'accélérations ________________________________________________ 66


Figure III-4 : Spectre de conception selon X __________________________________________________ 67
Figure III-5 : Spectre de conception selon Y __________________________________________________ 67
Figure III-6 : Spectre de conception selon X __________________________________________________ 69
Figure III-7 : Spectre de conception selon Y __________________________________________________ 69
Figure IV-1 : Etape de la mise en place de la nappe inférieure sur des cales à béton avec écarteur _______ 76
Figure IV-2 : Ajout de la nappe supérieure du ferraillage ________________________________________ 76
Figure IV-3 : Etat final avant coulage du béton ________________________________________________ 77
Figure IV-4 : Betonnage par seau ___________________________________________________________ 77
Figure IV-5 : Prédalle rectangulaire _________________________________________________________ 80
Figure IV-6 : Plancher en prédalle BA _______________________________________________________ 81
Figure IV-7 : Préfabrication des prédalles en BA sur chantier ____________________________________ 81
Figure IV-8 : Procédé de pré-tension du béton _________________________________________________ 82
Figure IV-9 : Plancher en poutrelles-hourdis _________________________________________________ 84
Figure IV-10 : Treillis Soudé _______________________________________________________________ 85
Figure IV-11 : Armatures de continuité ______________________________________________________ 86
Figure IV-12 : Armatures de renfort dans le cas de poutrelles en BA avec treillis métallique ____________ 86
Figure IV-13 : Armatures de chevêtre ________________________________________________________ 87
Figure IV-14 : les deux types de poutrelles ____________________________________________________ 88
Figure IV-15 : Règles d’appuis des poutrelles BP en phase de stockage _____________________________ 89
Figure IV-16 : Préconisation de manutention des poutrelles en béton précontraint et en béton armé _____ 90
Figure IV-17 : Coupe transversale d’un plancher ______________________________________________ 91
Figure IV-18 : Plancher réticulé avec caissons récupérables _____________________________________ 93
Figure IV-19 : Chapiteau _________________________________________________________________ 94
Figure IV-20 : Schéma des grandeurs à pré-dimensionner _______________________________________ 95
Figure V-1 : Cartographie de la flèche, plancher haut du 1er étage, variante de la dalle pleine, CYPECAD 98
Figure V-2 : Cartographie de la flèche, plancher haut du 1er étage, variante de la dalle réticulée, CYPECAD
______________________________________________________________________________________ 98
Figure V-3 : Résumé de budget, variante de la dalle réticulée ____________________________________ 102
Figure V-4 : Résumé de budget, variante du plancher-dalle en béton armé _________________________ 102
Figure VI-1 : Position du poteau exemple du calcul manuel. ____________________________________ 106
Figure VI-2 : Ferraillage du poteau P4 _____________________________________________________ 110
Figure VI-3 : Zones critiques d'un poteau ___________________________________________________ 111
Figure VI-4 : Définition de la portée d’une poutre selon qu’elle repose sur des éléments en BA ou en
maçonnerie ________________________________________________________ Error! Bookmark not defined.
Figure VI-5 : flexion simple à l'ELU des sections rectangulaires _________________________________ 113
Figure VI-6 : poutre N3-11 _______________________________________________________________ 118
Figure VI-7 : Ferraillage de la poutre N3-11 _________________________________________________ 120
Figure VI-8 : Comportement d'un voile en béton armé _________________________________________ 122
Figure VI-9 : Modèle d'un voile sollicité en flexion composée ___________________________________ 123
Figure VI-10 : Niveau de vérification des contraintes du voile ___________________________________ 126
Figure VI-11 : Voile M7 en plan ___________________________________________________________ 128
Figure VII-1 : Détail du troisième étage sur l’interface IFC Builder ______________________________ 137
Figure VII-2 : Vue 3D du cube sur l’interface IFC Builder _____________________________________ 137
Figure VII-3 : Grandeurs basiques _________________________________________________________ 139
Figure VII-4 : Grandeurs générales ________________________________________________________ 139
Figure VII-5 : Grandeurs thermiques _______________________________________________________ 140
Figure VII-6 : Information thermique du local WC ____________________________________________ 140
Figure VII-7 : Information thermique du local Bureau de direction ______________________________ 141
Figure VII-8 : Scénario d’occupation du bureau de direction ____________________________________ 141
Figure VII-9 : Exemple de paroi externe ____________________________________________________ 142
Figure VII-10 : Exemple de paroi interne____________________________________________________ 142
Figure VII-11 : Exemple de description d’un plancher _________________________________________ 143
Figure VII-12 : Exemple de description d’une porte ___________________________________________ 143

13 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VII-13 : Coefficients de transmission thermiques linéaires utilisés __________________________ 145


Figure VII-14 : Résumé des ponts thermiques et leurs caractéristiques ____________________________ 146
Figure VII-15 : Données thermiques de l’emplacement du projet _________________________________ 147
Figure VII-16 : Fixation des options de calcul ________________________________________________ 147
Liste de tableaux :
Tableau I-1 : Caractéristiques géométriques du cube ____________________________________________ 22
Tableau I-2 : Les hypothèses de calcul ________________________________________________________ 30
Tableau I-3 : Grille d’Evaluation LEED des NC ________________________________________________ 32
Tableau II-1 : calcul des charges des poids propres des planchers __________________________________ 35
Tableau II-2 : calcul des charges des poids propres des planchers __________________________________ 36
Tableau II-3 : calcul des charges des poids propres des planchers __________________________________ 37
Tableau II-4 : calcul des charges des poids propres des planchers __________________________________ 37
Tableau II-5 : calcul des charges des poids propres des murs éxtérieurs _____________________________ 38
Tableau II-6 : calcul des charges des poids propres des murs intérieurs______________________________ 39
Tableau II-7 : calcul des charges des voiles ____________________________________________________ 40
Tableau II-8 : calcul des surcharges d’exploitation ______________________________________________ 41
Tableau II-9 : prédimensionnement des poutres des PH étages courants _____________________________ 43
Tableau II-10 : prédimensionnement des poutres du PH RDC _____________________________________ 43
Tableau II-11 : prédimensionnement des poutres du PH Sous-sol __________________________________ 43
Tableau II-12 : prédimensionnement des dalles _________________________________________________ 46
Tableau III-1 : Centre de masses, centre de rigidité et excentricités de chaque niveau __________________ 60
Tableau III-2 : Vérification de la condition c de la régularité en plan _______________________________ 61
Tableau III-3 : Vérification de la condition a de la régularité en élévation ___________________________ 63
Tableau III-4 : Analyse modale du logiciel Cypecad _____________________________________________ 68
Tableau III-5 : Hypothèse Séisme X1 _________________________________________________________ 69
Tableau III-6 : Hypothèses Séisme Y1 ________________________________________________________ 69
Tableau III-7 : Cisaillement dynamique de l’hypothèse X _________________________________________ 70
Tableau III-8 : Cisaillement dynamique de l’hypothèse Y _________________________________________ 70
Tableau III-9 : Répartition de masse par étage _________________________________________________ 71
Tableau III-10 : Vérification de la condition de cisaillement de base minimum ________________________ 72
Tableau IV-1 : Charges permanentes des bâtiments (BAEL 91 R99) ________________________________ 73
Tableau IV-2 : Charges d’exploitation des bâtiments (BAEL 91 R 99) ______________________________ 74
Tableau IV-3 : Normes définissants les caractéristiques des poutrelles et hourdis ______________________ 85
Tableau V-1 : Comparaison des poids des planchers _____________________________________________ 99
Tableau V-2 : Total des rations de l'ouvrage (béton et acier), variante dalle réticulée, CYPECAD ________ 100
Tableau V-3 : Total des ratios de l'ouvrage (béton et acier), variante du plancher-dalle, CYPECAD ______ 101
Tableau V-4 : Equivalents en CO2 émis par le projet pour chaque variante__________________________ 103
Tableau VI-1 : caractéristiques du poteau P4 __________________________________________________ 106
Tableau VI-2 : Valeurs du rapport k=lf/h dans le cas d'un mur non raidi ___________________________ 124
Tableau VI-3 : sollicitations auquel le mur est soumis ___________________________________________ 129
Tableau VII-1 : Composants convectifs et radiants des différents types d’apport de chaleur _____________ 148
Tableau VII-2 : Résumé des charges de refroidissement de la zone: Cube __________________________ 149
Tableau VII-3 : Liste d’abréviations des apports de chaleur du refroidissement de l’hypothèse 1 ________ 150
Tableau VII-4 : Résumé des charges de chauffage de la zone: Cube ____________________________ 151
Tableau VII-5 : Liste d’abréviations des apports de chaleur du chauffage de l’hypothèse 1 _____________ 152
Tableau VII-6 : Résumé des charges de refroidissement de la zone: RDJ ___________________________ 153
Tableau VII-7 : Résumé des charges de refroidissement de la zone : Etage 1 ________________________ 153
Tableau VII-8 : Résumé des charges de refroidissement de la zone : RDC ___________________________ 154
Tableau VII-9 : Résumé des charges de refroidissement de la zone : Etage 2 ________________________ 154
Tableau VII-10 : Résumé des charges de refroidissement de la zone : Etage 3 _______________________ 155
Tableau VII-11 : Liste d’abréviations des apports de chaleur du refroidissement de l’hypothèse 2 ________ 155
Tableau VII-12 : Résumé des charges de chauffage de la zone : Etage 1 ____________________________ 155
Tableau VII-13 : Résumé des charges de chauffage de la zone: RDC _______________________________ 156
14 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Tableau VII-14 : Résumé des charges de chauffage de la zone: Etage 2 ____________________________ 156
Tableau VII-15 : Résumé des charges de chauffage de la zone : Etage 3 ____________________________ 157
Tableau VII-16 : Liste d’abréviations des apports de chaleur du chauffage de l’hypothèse 2 ____________ 157
Tableau VII-17 : Charge maximale de refroidissement dans les niveaux ____________________________ 158
Tableau VII-18 : Charge maximale de chauffage dans les niveaux ________________________________ 158

15 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

I. Présentation du projet :

PRESENTATION DE L’ENTREPRISE

a) DESCRIPTION GENERALE :
L’entreprise SOGEA MAROC (Société Générale des Eaux et d’Assainissement) est l’un des
principaux acteurs du BTP au Maroc. Filiale du leader mondial français en construction et
concession : VINCI, l’entreprise opère dans plusieurs chantiers à travers le royaume et
dispose d’une usine de fabrication des tuyaux à Sidi Bouknadel –Salé- mettant ainsi à la
disposition des donneurs d’ordres publics et des opérateurs privés ses savoirs faire et son
expertise. Elle bénéficie d’un appui permanent du groupe VINCI en personnel et en matériel
pour réaliser ses projets au Maroc.

Le chiffre d’affaire en 2014 est de 702 Millions de DH.

Le schéma ci-dessous nous montre le lien hiérarchique existant entre SOGEA MAROC et la
société mère VINCI Construction et le lien de pilotage avec SOGEA SATOM :

Figure I-1 : Décomposition de VINVI

16 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

b) SOCIETE MERE : VINCI

VINCI est l'héritier de centaines d'entreprises qui, depuis le XIXe siècle pour les plus
anciennes, ont exercé tous les métiers de la construction et associé leur nom aux plus
ambitieux projets de bâtiments, de travaux publics, d'infrastructures routières, d'équipements
énergétiques en France et dans le monde.

Le Groupe VINCI est le premier groupe mondial de concessions, de construction et de


services associés. Il est présent dans plus de 80 pays et compte un réseau de 2 500 centres de
profit, qui réalisent 250 000 chantiers par an. Les différents travaux de construction sont
réalisés par VINCI Construction.

VINCI Construction, Leader français et major mondial du BTP, réunit un ensemble


d’expertises de premier ordre dans les domaines du bâtiment, du génie civil, des travaux
hydrauliques, de la maintenance multi technique et des services. Fortement enraciné sur ses
marchés locaux en France, en Europe et en Afrique, à travers ses réseaux de filiales, il est
aussi un acteur majeur sur le marché mondial de la conception-construction de grands projets
et du génie civil spécialisé à haute technicité ainsi que du dragage.

c) FILIALE : SOGEA MAROC


SOGEA est présente au Maroc depuis les années 1930, par la création de l’usine de
Bouknadel (Nord de Rabat) et la fourniture des premiers canaux d’adduction d’eau à la
capitale.

Les entités SOGEA MAROC, DUMEZ MAROC sont filiales de SOGEA SATOM. Elles font
donc partie intégrante de VINCI CONSTRUCTION Filiales internationales.

SOGEA MAROC, est implantée au Maroc depuis 1931. Elle intervient dans les activités
industrielles et de travaux liés aux métiers des travaux publics, du bâtiment, de l’hydraulique
et des travaux maritimes, elle bénéficie d’un appui permanent du groupe VINCI en personnel
et en matériel pour réaliser ses projets au Maroc.

17 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Situation et descriptif du projet :

Notre projet sera d’étudier un projet de réalisation : Cube du siège régional de l’OCP.
C’est un projet d’un bâtiment qui se compose d’un sous-sol garage
RDC + RDJ + 3 étages courants + terrasse. Il sera réalisé, ainsi que l’ensemble du projet dans
le site dans la figure si dessus, le long de la route entre l’université Mohamed VI
Polytechniques et le Lycée d’excellence.

Figure I-2 : Emplacement du projet en vue satellite

18 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure I-3 : Vue en haut du projet

Ce projet consiste en la réalisation d’un bâtiment administratif qui peut se décomposer de la


façon suivante au RDC :

● 1 zone « Hall d’entrée » comportant une zone de réception

● 1 zone « Agora & Diagonale » qui est conçue comme une rue intérieure conduisant à
une agora circulaire en passant par une place centrale qui permet d’accéder au « cube »
19 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

et à la terrasse jardinée. L’agora est pensée comme un lieu de transit, de rencontre,


d’échanges, etc… mais aussi comme un lieu pouvant accueillir des évènements.

● 10 zones « Dar » conçues comme des espaces de travail indépendants associés à des «
Riad » offrant des espaces de travail extérieur

● 2 zones « Salles de réunion et conférence » 2 zones « Bar-Cafétéria-Restaurant »

● 1 zone « Gym-Prière »

● 1 zone « Visitor’s center » comportant un espace d’attente, salles de réunion, infirmerie


et sécurité

● 1 zone « Fablab » comportant un atelier dédié à la fabrication numérique et des zones


de travail

Figure I-4 : Repérage des différentes zones du RDC

20 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Cet ensemble est surplombé d’un jardin permettant d’accéder à la tour administrative
décomposée comme suit :

● R+1 : bureaux administratifs et salle de réunion

● R+2 : Lounge, salles de réunion et une salle du conseil.

● R+3 : espaces alloués à la présidence avec un bureau de direction couplé à une salle de
gym et un lounge, une salle de réunion, une salle à manger, une cuisine et un espace
secrétariat.

Figure I-5 : Coupe sur le projet

Au sous-sol sont logés :

● Le parking VIP et direction

● Les vestiaires de la salle de gym

● La cuisine

● Les locaux de service (bureau maintenance, atelier, office, etc…)

● Une galerie technique où cheminent les réseaux en provenance du local technique


21 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Pour notre projet, on va s’intéresser au cube.

Caractéristiques géométriques de la structure :

Tableau I-1 : Caractéristiques géométriques du cube

Largeur en plan 19.5m


La longueur en plan 25.27m
Hauteur totale du bâtiment 29.75m
Hauteur de RDC 8.55m
Hauteur d'étage courant 4.5m
Hauteur de 1er sous-sol 3.55m

Conception de structure :

a) Système porteur :

La structure est composée d'une ossature en béton armé pour laquelle on propose pour son
contreventement les variantes différentes :

• Portique (poteau- poutre)

• Contreventement par des voiles en béton armé.

b) Les planchers :

Dans notre projet il y aurait une étude comparative entre 2 types de planchers :

*Des dalles pleines en béton armé

*Des planchers en corps creux

22 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

c) Les escaliers et les ascenseurs :

L'accès aux étages supérieurs peut s'effectuer par :

• Escaliers de secours tournants

• Escaliers à paillasses adjacentes

• Un ascenseur

d) Revêtements :

• Enduit en plâtre pour les plafonds.


• Enduit en ciment pour les murs extérieurs et les cloisons.
• Revêtement en marbre pour les planchers.
• Le plancher terrasse sera recouvert par une étanchéité multicouche imperméable
évitant la pénétration des eaux pluviales.

e) Maçonneries :
• Pour les murs intérieurs une cloison simple de 10 cm d'épaisseur.
• Pour les murs extérieurs de 30 cm d'épaisseur, à double parois.

f) Fondation :
Le système de fondation doit former un ensemble résistant et rigide, cet ensemble devra être
capable de transmettre les charges sismiques horizontales en plus des charges verticales, de
limiter les tassements différentiels, ainsi qu’il doit être homogène.

g) Type de coffrage :

Les éléments structuraux sont réalisés par un coffrage métallique ou coffrage en bois.

Caractéristiques mécaniques des matériaux :


Les matériaux entrant dans la composition de la structure jouent
incontestablement un rôle important dans la résistance des constructions aux
séismes. Leur choix est souvent le fruit d'un compromis entre divers critères tel

23 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

que ; Le coût, la disponibilité sur place et la facilité de mise en œuvre du matériau


prévalant généralement sur le critère de la résistance mécanique. Ce dernier est
en revanche décisif pour les constructions de grandes dimensions.

a) Le béton :
Le béton est un matériau constitué par le mélange de ciment et de granulats
(sable, gravillons) et d’eau de gâchage et parfois les adjuvants, le béton armé est
obtenu en introduisant dans le béton des aciers (armatures) disposées de manière
à équilibrer les efforts de traction. La fabrication des bétons est en fonction de
l’importance du chantier, elle peut se faire soit par une simple bétonnière de
chantier, soit par l’installation d’une centrale à béton. La centrale à béton est
utilisée lorsque les volumes et les cadences deviennent élevés, et la durée de la
production sur un site donné est suffisamment longue.

La réalisation d’un élément d’ouvrage en béton armé, comporte les 4 opérations :

• Exécution d’un coffrage (moule) en bois ou en métal.

• La mise en place des armatures dans le coffrage.

• Mise en place avec les moyens de serrage du béton dans le coffrage.

• Décoffrage « ou démoulage » après durcissement suffisant du béton.

Caractéristiques mécaniques :
➢ Résistance à la compression :
Un béton est défini par une valeur de sa résistance à la compression à l’âge de 28 jours fC28

exprimée en MPa. La résistance caractéristique à la compression 𝑓𝑐𝑗 est :

On prévoit une résistance du béton à 28 jours de 30 MPa facilement atteinte dans notre
chantier.

D’où : 𝑓𝑐28 = 30𝑀𝑃𝑎

24 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

➢ Résistance à la traction :
La résistance caractéristique à la traction du béton à l’âge de j jours est définit par la relation
suivante : 𝑓𝑡𝑗 = 0,6 + 0,06 𝑓𝑐28
On aura donc pour : 𝑓𝑐28 = 30 𝑀𝑃𝑎 => 𝑓𝑡28 = 2,4 𝑀𝑃𝑎

➢ Contraintes et déformations :

❖ Contrainte limites :
Dans les calculs relatifs à l’état limite ultime de résistance on utilise pour le béton un
diagramme conventionnel dit parabole- rectangle, et dans certains cas par mesure de
simplification un diagramme rectangulaire.
• Diagramme parabole rectangle : C’est un diagramme contraintes- déformations du
béton qui peut être utilisé dans tous les cas.

Figure I-6 : Diagramme contraintes- déformations du béton

Avec :

fbc : Contrainte de calcul pour 2‰  bc  3.5‰

bc : Déformation du béton en compression.

fcj : Résistance caractéristique à la compression du béton à « j » jours.

25 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

 : Coefficient de sécurité.
 = 1,5 cas général.
 = 1,15 cas accidentel
D’où la contrainte σbc est en fonction de son raccourcissement

0‰  bc  2‰  bc = 0.25 fbc.103.bc.(4 −103.bc)

2‰  bc  3.5‰ bc = fbc

• Diagramme rectangulaire : Lorsque la section est partiellement


comprimée, on peut utiliser un diagramme rectangulaire simplifié.

Figure I-7 : Diagramme des contraintes rectangulaire simplifié du béton

D’où :  est un coefficient qui tient compte de la durée d’application des charges :

* = 1si la durée est supérieure à 24h

* = 0,9 si la durée est comprise entre1h et 24h.

26 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

* = 0,85 dans les autres cas.

Sur une distante de 0,2 y compté à partir de l’axe neutre la contrainte est nulle.

Sur la distance restante 0,8 y la contrainte à pour valeur.

 0.85 fcj / b. : pour les zones Comprimées dont la largueur est croissante ou constante
vers les fibres les plus comprimées.
 0.8 fcj /b.  pour les zones comprimées dont la largeur est décroissante ou constante
vers ces mêmes fibres.

• Contrainte admissible de cisaillement :


-  u = Min (0,2 fcj / b , 5MPa) , Fissuration peu préjudiciable

-  u = Min (0,15 fcj /b , 4MPa), Fissuration préjudiciable ou très préjudiciable.

- La contrainte ultime de cisaillement dans une pièce en béton est définit par rapport à
l’effort tranchant ultime Tu :

𝑇𝑢
𝜏𝑢 =
𝑏0. 𝑑

Avec : * b0 : largeur de la pièce.


* d : hauteur utile.

❖ Module de déformation longitudinal du béton :


• Module de déformation instantanée :
Sous des contraintes normales d’une durée d’application inférieure à
24h.On admet qu’à l’âge de « j » jours le module de déformation
longitudinale instantanée du béton 𝐸𝑖𝑗 est égale à :

Eij = 11000 3√𝑓𝑐𝑗 avec Eij et fcj en MPa

27 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Module de déformation différée :


Sous des contraintes de longue durée d’application on admet qu’à l’age
de « j » jours le module de déformation longitudinal différée du béton
𝑬𝒗𝒋 est donné par la formule :

𝐸𝑖𝑗
Evj = 3700 3√𝑓𝑐𝑗 = Avec Evj et fcj en MPa
3

❖ Module de déformation transversale :


- Coefficient de poisson :

 = (d / d) /(l / l)
Avec (d / d) : déformation relative transversale.

(l / l): déformation relative longitudinale.


D’après le BAEL , il est pris égal à :

* =0.2 en ELS

*=0 en ELS

b) L’acier.
L’acier présente une très bonne résistance à la traction, et une bonne résistance à
la compression dans le cas d'élancements faibles. Si aucune précaution n'est prise
il peut subir des effets de corrosion. C'est un matériau très ductile, qui atteint des
déformations très importantes avant rupture

Dans la pratique on utilise les nuances d’acier suivantes :

- Acier naturel Fe E 215, Fe E 235


- Acier à haute adhérence Fe E 400, Fe E 500
- Treillis soudés de maille 200 x 200 mm² avec Φ = 5mm

28 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Le caractère mécanique servant de base à la justification est la limite d’élasticité.


- Le module d’élasticité longitudinal de l’acier est pris égale à : Es = 200 000 MPa

Diagramme contrainte- déformation : (ELU)

Dans les calculs relatifs aux états limites, on introduit un coefficient de


sécurité γs qui a les valeurs suivantes :

 s = 1,15 cas général,


 s = 1 cas des combinaisons accidentelles.

Figure I-8 : Diagramme contraintes- déformations d’acier

Contrainte limite de traction des armatures : (ELS)


Fissuration peu préjudiciable  st  fe pas de limitation

- Fissuration préjudiciable  st = 𝑀𝑖𝑛 (2/3. 𝑓𝑒 ; 110 √𝑛. 𝑓𝑡𝑗 )

- Fissuration très préjudiciable  st = 𝑀𝑖𝑛 (0.5𝑓𝑒 ; 90 √𝑛. 𝑓𝑡𝑗 )

Avec 𝑛 coefficient de fissuration :


* n=1 pour les ronds lisses.
* n=1.6 pour les hautes adhérences et 𝛷 ≥ 6𝑚𝑚.
* n=1.3 pour les hautes adhérences et 𝛷 ≤ 6𝑚𝑚 .
29 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Hypothèses de calcul :

Tableau I-2 : Les hypothèses de calcul

La résistance du béton à la compression à 28 jours fc28 30 Mpa.

La résistance du béton à la traction ft28 2.4 Mpa.

Le module d'élasticité différé Evj 11393.18 Mpa

Le module d'élasticité instantané Eij 34179.56 Mpa

La limite élastique de l'acier à Haute adhérence fe 500 Mpa

Certification LEED :

a) Introduction
Le projet une fois achevé il sera le second certifié Gold LEED (Leadership in Energy and
Environmental Design) après l’ambassade américaine. En effet, La certification LEED offre
une vérification indépendante par une tierce partie attestant qu’un bâtiment, une habitation ou
une communauté a été conçu et construit à l’aide de stratégies visant à atteindre une
performance élevée dans des domaines clés de la santé des humains et de l’environnement :
l’emplacement et le transport, l’aménagement écologique du site, les économies d’eau,
l’efficacité énergétique, la sélection des matériaux et la qualité de l’environnement intérieur.
Il existe plusieurs systèmes d’évaluation LEED pour répondre aux besoins de différents types
de bâtiments et de projets. Chaque système d’évaluation LEED comporte des conditions
préalables et des crédits. Les conditions préalables sont des éléments obligatoires ou des
stratégies du bâtiment durable qui doivent être inclus dans tous les projets ayant une
certification LEED. Les crédits sont des éléments optionnels, ou des stratégies que les projets
peuvent utiliser pour obtenir des points en vue de la certification LEED.

30 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

b) Niveau de certification :
LEED attribue quatre niveaux de certification (certifié, argent, or et platine), ce qui en fait un
système suffisamment souple pour s’adapter à une grande diversité de stratégies du bâtiment
durable et aux contraintes et aux objectifs des projets particuliers.

Figure I-9 : Niveaux de certification LEED

c) Coûts associés :
Les méthodes de construction LEED représentent un surcoût par rapport à la construction
traditionnelle. Ces surcoûts sont amortis en quelques années, généralement moins de 15 ans,
selon l'investissement : La diminution des frais d’exploitation va de pair avec l’amélioration
de la qualité de vie des occupants et une qualité de construction supérieure.

Certains gouvernements offrent déjà des subventions pour couvrir les surcoûts liés aux
critères de la certification, favorisant son essor. Plus la popularité de cette certification va
augmenter, plus d’entrepreneurs vont se lancer pour l’offrir à la population et aux
gestionnaires de projets, ce qui devrait la rendre de plus en plus accessible et attrayante.

Dans le même temps, l’engouement pour la construction verte va probablement s'accroître


avec la prise de conscience des enjeux environnementaux par les populations : associée au
développement de nouvelles technologies, cette évolution devrait également contribuer à
diminuer les surcoûts.

d) Critères de certification :
Ces critères créés par l’USGBC ( US Green Building Council ), visent directement à respecter
la loi des 3 R :

Réduction des déchets et des ressources utilisées


Réutilisation des matériaux
Recyclage des matériaux.

31 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Avec ces objectifs de base, l’obtention d’une certification LEED s’effectue selon l’évaluation
de l’ensemble de la construction, de la première pelletée de terre jusqu’à son utilisation
quotidienne.

Premièrement, chaque bâtiment est classé dans une des cinq catégories selon son utilisation :
LEED NC (nouvelles constructions ou rénovations majeures), LEED BE (bâtiments
existants), LEED SC (structure et coque), LEED H (habitations domiciliaires) et LEED IC
(intérieurs commerciaux).

Ensuite, le système LEED évalue chaque phase de chaque projet en s’appuyant sur 6 grandes
catégories pour lesquelles des crédits sont octroyés (le nombre de point dépend du référentiel
utilisé) on cite ci-dessus un exemple de barème pour évaluer les NC (new constructions)

Tableau I-3 : Grille d’Evaluation LEED des NC

LEED v4 for BD+C: New Construction and Major Renovation


Project Checklist Project Name:
Date:
Y ? N
Credit Integrative Process 1
0 0 0 Location and Transportation 16
Credit LEED for Neighborhood Development Location 16
Credit Sensitive Land Protection 1
Credit High Priority Site 2

Credit Surrounding Density and Diverse Uses 5

Credit Access to Quality Transit 5


Credit Bicycle Facilities 1
Credit Reduced Parking Footprint 1
Credit Green Vehicles 1

0 0 0 Sustainable Sites 10
Y Prereq Construction Activity Pollution Prevention Required
Credit Site Assessment 1
Credit Site Development - Protect or Restore Habitat 2
Credit Open Space 1
Credit Rainwater Management 3
Credit Heat Island Reduction 2
Credit Light Pollution Reduction 1

0 0 0 Water Efficiency 11
32 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Y Prereq Outdoor Water Use Reduction Required


Y Prereq Indoor Water Use Reduction Required
Building-Level Water
Y Prereq Required
Metering
Credit Outdoor Water Use Reduction 2
Credit Indoor Water Use Reduction 6
Credit Cooling Tower Water Use 2
Credit Water Metering 1

0 0 0 Energy and Atmosphere 33


Y Prereq Fundamental Commissioning and Verification Required
Y Prereq Minimum Energy Performance Required
Y Prereq Building-Level Energy Metering Required
Y Prereq Fundamental Refrigerant Management Required
Credit Enhanced Commissioning 6
Credit Optimize Energy Performance 18
Credit Advanced Energy Metering 1
Credit Demand Response 2
Credit Renewable Energy Production 3
Credit Enhanced Refrigerant Management 1
Credit Green Power and Carbon Offsets 2
0 0 0 Materials and Resources 13
Y Prereq Storage and Collection of Recyclables Required
Y Prereq Construction and Demolition Waste Management Planning Required
Credit Building Life-Cycle Impact Reduction 5
Building Product Disclosure and Optimization - Environmental Product
Credit 2
Declarations
Building Product Disclosure and Optimization - Sourcing of Raw
Credit 2
Materials
Credit Building Product Disclosure and Optimization - Material Ingredients 2
Credit Construction and Demolition Waste Management 2

0 0 0 Indoor Environmental Quality 16


Y Prereq Minimum Indoor Air Quality Performance Required
Y Prereq Environmental Tobacco Smoke Control Required
Credit Enhanced Indoor Air Quality Strategies 2
Credit Low-Emitting Materials 3
Construction Indoor Air Quality
Credit 1
Management Plan
Credit Indoor Air Quality Assessment 2
Credit Thermal Comfort 1
Credit Interior Lighting 2
Credit Daylight 3
Credit Quality Views 1
Credit Acoustic Performance 1

0 0 0 Innovation 6
Credit Innovation 5
Credit LEED Accredited Professional 1

0 0 0 Regional Priority 4

33 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Credit Regional Priority: Specific Credit 1


Credit Regional Priority: Specific Credit 1
Credit Regional Priority: Specific Credit 1
Credit Regional Priority: Specific Credit 1

0 0 0 TOTALS Possible Points: 110


Certified: 40 to 49 points, Silver: 50 to 59 points, Gold: 60 to 79 points, Platinum: 80 to 110

34 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

II. Charges et Pré dimensionnement des éléments structuraux

Détermination des charges et surcharges :


Pour pré dimensionner les éléments (planchers, acrotères, poteaux…), on doit
d’abord déterminer le chargement selon le règlement.

• Charges Permanentes :

a) Planchers :

• Plancher-terrasse :
On a, la charge 𝐺 = 𝜌. 𝑒

𝜌 : Poids volumique :

*dalle d’épaisseur 14 cm:

Tableau II-1 : calcul des charges des poids propres des planchers

Epaisseur (m) Poids volumique Charges


N° Eléments
(KN/m 3 ) (KN/m 2 )
1 Couche de gravier 0,05 17 0,85
2 Etanchéité multicouche 0,02 6 0,12
3 Béton en forme de pente 0,06 22 1,32
4 Feuille de polyrâne / / 0,01
5 Isolation thermique 0,04 4 0,16
6 Dalle pleine 0,14 25 3,5
7 Enduit de plâtre 0,02 10 0,2
G = 6.16

35 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

*dalle d’épaisseur 12 cm
Tableau II-2 : calcul des charges des poids propres des planchers

Epaisseur (m) Poids volumique Charges


N° Eléments
(KN/m 3 ) (KN/m 2 )
1 Couche de gravier 0,05 17 0,85
2 Etanchéité multicouche 0,02 6 0,12
3 Béton en forme de pente 0,06 22 1,32
4 Feuille de polyrâne / / 0,01
5 Isolation thermique 0,04 4 0,16
6 Dalle pleine 0,12 25 3
7 Enduit de plâtre 0,02 10 0,2
G = 5.66

Figure II-1 : calcul des charges des poids propres des murs éxtérieurs

• Plancher "étage – courant" :

36 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

*dalle d’épaisseur 12 cm
Tableau II-3 : calcul des charges des poids propres des planchers

Poids
N° Epaisseur Charges
Volumique
Eléments (m) (KN/m2)
(KN/m 3)
1 Revêtement en marbre 0,02 2.5 0,5
2 Mortier de pose 0,02 20 0,40
3 Couche de sable 0,02 18 0,36
4 Dalle pleine en béton 0,12 25 3
5 Enduit en mortier ciment 0,02 22 0,44
G = 4,7

*dalle d’épaisseur 14 cm

Tableau II-4 : calcul des charges des poids propres des planchers

Poids
N° Epaisseur Charges
Volumique
Eléments (m) (KN/m2)
(KN/m 3)

1 Revêtement en marbre 0,02 2.5 0,5


2 Mortier de pose 0,02 20 0,40
3 Couche de sable 0,02 18 0,36
4 Dalle pleine en béton 0,14 25 3.5
5 Enduit en mortier ciment 0,02 22 0,44
G = 5,2

37 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure II-2 : Eléments constituants la dalle pleine

b) Maçonnerie :
➢ Murs extérieurs :

Tableau II-5 : calcul des charges des poids propres des murs éxtérieurs

Epaisseur (m) Poids volumique Charges


N° Eléments
[KN/m 3 ] [KN/m 2 ]
1 Enduit de ciment 0,02 22 0,44
2 Briques creuses 0,1 9 0,9
3 Lame d’aire 0,05 - -
4 Briques creuses 0,1 9 0,9
5 Enduit de plâtre 0,02 10 0,2
G = 2,44

Figure II-3 : Coupe verticale d’un mur extérieur.

38 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

➢ Murs intérieurs :

Figure II-5 : Coupe verticale d’un mur intérieur.

c) L’acrotère :
Tableau II-6 : calcul des charges des poids propres des murs intérieurs

La charge permanente de l’acrotère est déterminée comme suit :


0.03∗0.15
𝑆 = (0,6 ∗ 0,1) + (0,15 ∗ 0,1) −
2

S = 0,07275m2

Gac =   S

Gac = 0,07275 x 25 = 1,819KN/m

39 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure II-6 : Coupe verticale de l’acrotère.

d) Les voiles :

Tableau II-7 : calcul des charges des voiles

Avec :

𝑮𝒗𝒐𝒊𝒍𝒆𝒆𝒙𝒕 = 6,25 + 0,2 + 0,44 = 6,89 𝐾𝑁/𝑚2


𝑮𝒗𝒐𝒊𝒍𝒆𝒊𝒏𝒕 = 6,25 + 0,2 ∗ 2 = 6,65 𝐾𝑁/𝑚2

40 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Surcharges d’exploitations :

Tableau II-8 : calcul des surcharges d’exploitation

Eléments Surcharges

 Acrotère 1KN/m2

 Plancher terrasse inaccessible 1KN/m2

 Plancher étage courant (Bureaux) 2,5 KN/m 2

 Les escaliers et paliers 2,5 KN/m 2

 plancher bas d’étage RDC 3,5 KN/m 2

Prédimensionnement des éléments structuraux :

a) Introduction
Pour assurer une meilleure stabilité de l’ouvrage, il faut que tous les éléments de la structure
(Poteaux, Poutres) soient pré-dimensionnés de telles manières à reprendre toutes les
sollicitations suivantes :
✓ Sollicitations verticales concernant les charges permanentes et les surcharges.
✓ Sollicitations horizontales concernant le séisme.
Le pré dimensionnement de la structure est calculé conformément aux règles B.A.E.L91.

b) Les poutres

D’après le BAEL 91, La hauteur h de la poutre doit vérifier la condition de la

41 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

flèche suivante :
𝐿𝑚𝑎𝑥 𝐿𝑚𝑎𝑥
≤ ℎ𝑝 ≤
15 10

Avec :

- ℎ𝑝 : Hauteur de la poutre.

- 𝑳𝑚𝑎𝑥 : Portée maximale entre nus d’appui


On adopte pour :
*Les poutres trop chargée : L/10 ;
*Les poutres moyennement chargée : L/12 ;
*Les poutres peu chargée : L/15.

Le rapport hauteur/largeur doit être : b/h ≥ 0,25.


Avec : b : largeur de la poutre

La largeur de la poutre doit être : b ≥ 200 mm.

❖ Application sur le projet :


Par exemple, pour la poutre N3-11 :

Figure II-7 : Poutre N3-11 en plan

42 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

On a Lmax = 11.7 m

1170 1170
Ainsi : ≤ ℎ𝑝𝑝 ≤
15 10

D’où 78 ≤ ℎ𝑝𝑝 ≤ 117


On prend hp =100 cm
Et b=50 cm
Tableau II-9 : prédimensionnement des poutres des PH étages courants

PH ETAGES COURATS
Section Poutres
40*25 N1,N2,N3,N4,N5,C20,C11,C12,C13,C14,N13,N19,N18,N17,C17,N15,N15,N
50*30 C25,C16,C24,C16,C26
100*50 N11,N20,N25
95*50 N28

Tableau II-10 : prédimensionnement des poutres du PH RDC

PH RDC
Section Poutres
50*30 N1,N13,N25
100*50 N2,N4,
85*45 N8,N20,N22,N23,N19
30*20 C5,C6,C10,N24
70*35 N17,N18,N5,N6
40*30 N3,C3,N16,N14,N15,N12,N11,N9,N7,C7,C18,C22,C21,C17,C11,N26
105*55 N26*

Tableau II-11 : prédimensionnement des poutres du PH Sous-sol

43 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

PH SS
Section Poutres
50*30 N53,N20,
70*35 N54,entretoise
40*30 N12,N15,N16,N17,C21,C54
30*20 C48,C51,N22,N52,C13,N49,N14
55*30 N50,N51,N46,N47,N48
85*45 N18,N19

c) Les Dalles pleines :

Comme cela a été mentionné avant les dalles pleines sont souvent utilisées pour les consoles,
on les dimensionne de la manière suivante :
*Les dalles reposant sur quatre appuis, ou on a Lx/Ly> 0,4.
Dans ce cas la hauteur de la dalle sera : Lx/40≤ Ht ≤ Lx/35
*Les dalles reposant sur 2 appuis où on a Lx/Ly < 0,4.
Dans ce cas la hauteur de la dalle sera : Lx/35≤ Ht ≤ Lx/30 Avec :
Avec : Lx : la plus petite dimension de la dalle.
Ly : la plus grande dimension de la dalle

❖ Application sur le projet :


Dalle pleine au niveau du plancher-haut 1er étage :

44 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure II-8 : Dalle en question en gris sur le plan


On a Lx = 350cm et Ly = 1220cm.
Lx/Ly= 0,29< 0.4, alors la dalle reposant sur deux appuis.
Donc on aura : 350/40=8.75 ≤ Ht ≤ 350/35=10cm.
Mais, selon les règles du B.A.E.L91 l’épaisseur du plancher doit être supérieur ou égale à 12
cm pour obtenir une bonne isolation acoustique et thermique on maintient donc l’épaisseur
Ht=12cm.
Pour les autres dalles, on regroupe les dalles adjacentes avec à peu près les mêmes propriétés.
On découpe ainsi chaque étage en 3 zones semblables :

45 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure II-9 : découpage des étages en 3 zones semblables

Tableau II-12 : prédimensionnement des dalles

Etage/Zone zone A zone B zone C


Etages Courants 12 12 12
RDJ 12 16 12
RDC 16 20 16
Sous-Sol 16 20 14

d) Les Poteaux :

Selon les prescriptions du RPS2011 les dimensions des poteaux doivent vérifier les conditions
suivantes :

46 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• 𝑀𝑖𝑛 (𝑏; ℎ) ≥ 25𝑐𝑚



• 𝑀𝑖𝑛 (𝑏; ℎ) ≥ 20 𝑐𝑚
1 𝑏
• ≤ℎ≤4
4

La section des poteaux doit vérifier également la condition de non flambement.

Il est préférable de prendre 𝜆 ≤ 35 pour faire participer à la résistance du poteau, tous les
barres d’acier de la section.

Donc :

𝐿𝑓 𝐿𝑓
𝜆= = . √12 ≤ 35
𝑖 𝑏

Ceci donne :

𝐿𝑓
𝑏 ≥ √12.
35

Avec :

𝐿0 = 855𝑐𝑚

𝐿𝑓 = 0.7𝐿0 = 598 𝑐𝑚

D’où :

𝑏 ≥ 59.23 𝑐𝑚

Alors on adopte la section carrée 60x60 pour les poteaux.

e) Les Voiles
L’épaisseur minimale du voile est fonction de la hauteur nette ℎ𝑒 de l’étage et des conditions
de rigidité des extrémités.


• 𝑒𝑚𝑖𝑛 = min15 𝑐𝑚; 20𝑒 ) Pour un voile non rigidifié à ses deux extrémités.

• 𝑒𝑚𝑖𝑛 = min (15 𝑐𝑚; 22𝑒 ) Pour un voile rigidifié à une extrémité.

• 𝑒𝑚𝑖𝑛 = min(15 𝑐𝑚; 25𝑒 ) Pour un voile rigidifié à ses deux extrémités.

Dans notre cas, he=855cm , et les voiles sont rigidifiés des deux cotés .

47 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

L’épaisseur minimale alors , est 15 cm .

On prendra alors 20 cm comme épaisseur des voiles.

Modélisation sur CYPECAD :

❖ Sélection des normes utilisées:

Figure II-10 : sélection des normes utilisées dans notre étude


En ce qui concerne l’étude sismique on choisit de se baser sur le RPS 2011.

48 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

❖ Définition des matériaux :

Figure II-12 : définition des matériaux utilisées dans notre étude

Figure II-11 : définition de la région éolienne de la zone de


notre étude

Figure II-13 : les charges du vent


❖ Introduction des actions sur l’ouvrage :

49 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Action du vent :
On définit le reste des paramètres du vent correspondantes au projet :

Figure II-14 : définition du reste des paramètres du vent,


correspondant à notre projet

Soit alors l’action du vent :

50 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• ACTION SISMIQUE :
De la même facon on introduit au logiciel les donnnées sismique correspondantes

Figure II-16 : introduction des données sismiques du projet

Figure II-15 : introduction des données sismiques supplémentaires

51 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Milieu ambiant : Les fissurations sont considérées peu préjudiciables, pour notre projet.

❖ Introduction des niveaux :

Figure II-17 : introduction des niveaux du projet

❖ Introduction poteaux :

Figure II-18 : introduction des poteaux sur CypeCad

52 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

❖ Introduction poutre :
Cette fonction nous donne l’accès à la figure précédente en nous demandant d’entrer les
poutres suivant cet outil :

Figure II-19 : outil d’introduction des poutres sur Cypecad


Une fois on finit l’insertion des poutres suivant le prédimensionnement établit précédemment.
Ensuite on procède par l’insertion des murs (voiles), and ensuite, on insère les planchers

Entrée voiles :

Il y’a deux types de voiles dans notre structure

Figure II-20 introduction des voiles sur CypeCad

53 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

On a choisi que les deux voiles soient sans liaison extérieur de type longrine car on a prévu un
radier comme élément de fondation pour ces derniers vu que les semelles filantes seront de
grandes dimensions (risque de recouvrement entre semelles et rencontre avec les autres
éléments de fondations)

❖ Introduction planchers:
Cette étape nécessite d’introduire les caractéristiques des planchers déjà précisé en
prédimensionnement voire l’épaisseur, la nature...

Figure II-21 outil d’introduction/gestion des planchers sur CypeCad

54 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

❖ Introduction Charges :
❖ Charge par groupe :

Figure II-22 : outil d’introduction/gestion des charges par groupe sur CypeCad
❖ Charge sur voile par poussée des terres :

Figure II-23 : définition des charges de poussée de terre sur CypeCad

55 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

❖ Modélisation finale:
Après introduction et définition de tous ces éléments, on retrouve la modélisation
finale comme exemple :

Sous Sol :

Figure II-24 modélisation finale du sous-sol comme exemple

56 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

❖ Vue 3D du projet :

Figure II-25 : modélisation finale en vue 3D

57 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

III. Etude sismique du bâtiment

Régularité en plan :

La structure doit présenter une forme en plan simple, telle que le rectangle, et une
distribution de masse et de rigidité sensiblement symétrique vis à vis de deux directions
orthogonales au moins, le long desquelles sont orientés les éléments structuraux. Lorsque
le système structural n’est pas orienté le long d’un ensemble d’axes orthogonaux la structure
est considérée irrégulière.
Pour que la structure puisse être considérée régulière en plan, elle doit vérifier un ensemble
de règles planes :
a) La forme en plan simple du système structural de l’immeuble.

b) En présence de parties saillantes ou rentrantes, leurs dimensions ne doivent pas


dépasser 0,25 fois la dimension du côté correspondant :
𝑎 + 𝑏 ≤ 0,25𝐵

c) A chaque niveau, la distance entre le centre de masse et le centre de rigidité,


mesurée perpendiculairement à la direction de l’action sismique, ne doit pas
dépasser 0,20 fois la racine carrée du rapport de la raideur de torsion sur la raideur
de translation. Cela se traduit numériquement de la façon suivante:

58 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

d) L’élancement (Grand côté L/Petit côté B) ne doit pas dépasser la valeur 3,5 :
L/B≤ 3,5
Vérifications :

a) La forme est simple.


b) Vérification du niveau Etage 1 ou l’irrégularité est maximale :

Figure III-1 : Représentation de masse de l’étage 1

On a une partie rentrante de 3.4 m suivant l’axe y ou B=24m

Or 3.4/24=14%<25%

59 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Donc la deuxième est également vérifiée.

c) Centre de masses, centre de rigidité et excentricités de chaque niveau

Tableau III-1 : Centre de masses, centre de rigidité et excentricités de chaque niveau


c.d.m. c.d.r. eX eY
Niveau
(m) (m) (m) (m)
Terasse (11.28, 10.97) (10.70, 16.46) 0.58 -5.49
Etage 3 (11.36, 11.73) (10.71, 16.45) 0.65 -4.71
Etage2 (11.37, 12.12) (10.77, 16.30) 0.60 -4.19
Etage1 (11.31, 12.03) (10.89, 16.05) 0.42 -4.02
RDJ (9.77, 12.33) (10.85, 16.12) -1.07 -3.79
Rez-de-Chaussée (10.51, 11.77) (10.62, 15.88) -0.11 -4.11
sous sol (10.28, 11.04) (9.65, 12.24) 0.63 -1.20

c.d.m.: Coordonnées du centre de masses du niveau (X,Y)

c.d.r.: Coordonnées du centre de rigidité du niveau (X,Y)

eX: Excentricité du centre de masses par rapport au centre de rigidité (X)

eY: Excentricité du centre de masses par rapport au centre de rigidité (Y)

60 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure III-2 : Représentation graphique du centre de masses et du centre de rigidité par niveau

Tableau III-2 : Vérification de la condition c de la régularité en plan

ex ey Rx^2 Ry^2 0.2rx 0.2ry Vérification Vérification


x y
Sous 0.58 -5.49 141.34 341.52 2.38 3.7 Oui Non
RDC 0.65 -4.71 141.34 341.52 2.38 3.7 Oui Non
RDJ 0.60 -4.19 141.34 341.52 2.38 3.7 Oui Non
Etage1 0.42 -4.02 141.34 341.52 2.38 3.7 Oui Non
Etage2 -1.07 -3.79 141.11 392.42 2.37 3.96 Oui Oui
Etage3 -0.11 -4.11 141.11 392.42 2.37 3.96 Oui Non
Terasse 0.63 -1.20 141.11 392.42 2.37 3.96 Oui Oui

Cette condition est alors non vérifiée.

61 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

d) Le rapport entre L/B des planchers hauts de cet étage est de

26.2/19.5 = 1.34 < 3.5

Cette condition est alors vérifiée.

 On peut conclure que la structure n’est régulière en plan.

Régularité en élévation :
Pour que le bâtiment soit régulier en élévation, il doit
nécessairement respecter les conditions suivantes :
a) La distribution de la rigidité et de la masse doit être
sensiblement régulière le long de la hauteur :
- Les variations de la rigidité entre deux étages successifs ne doivent pas
dépasser 30%.
Ce qui revient à vérifier que :

Les variations de la masse entre deux étages successifs ne doivent pas dépasser 30%. Ce qui
revient à vérifier que :

Où Ii représente l’inertie du voile i et Mi la masse de l’étage i.

b) Dans le cas d’un rétrécissement graduel en élévation, le retrait à chaque


niveau ne doit pas dépasser 0,15 fois la dimension en plan du niveau
précédent sans que le retrait global ne dépasse 25% de la dimension en plan
au niveau du sol.

c) Dans le cas d’un élargissement graduel en élévation, le retrait à chaque


niveau ne doit pas dépasser 10% de la dimension en plan du niveau
62 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

précédent sans que le débordement global ne dépasse pas 25% de la


dimension en plan au niveau du sol.

Vérifications :
a)
Tableau III-3 : Vérification de la condition a de la régularité en élévation
Suivant X Suivant Y Masse(t)
niveau Ix Rapport Iy Ration M(t) Rapport
apport
RDJ 11.9 0 18.5 0 5345.297 0.04448565
R+1 -
5107.508
11.9 0 18.5 0 0.01443346
R+2 11.85 -0.07027027 19.8 0.00420168 5181.227 0.05227951
R+3 11.85 0 19.8 0 4910.355 0.03823736
Terasse 11.85 0 19.8 0 4722.596 -
Vérifiée Vérifiée Non vérifié

b) +c) Ces conditions sont vérifiées.

Conclusion :
D’après les différentes vérifications effectuées sur la régularité en élévation de la
structure de cet immeuble, on peut conclure que ce bâtiment n’est pas régulier en
élévation.
Choix de la méthode d’analyse :
Vu l’irrégularité en plan et en élévation du bâtiment, la méthode statique
équivalente n’est pas utilisable. Il s’avère donc nécessaire d’avoir recours à une
approche dynamique reposant sur une analyse modale.

63 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Modélisation sur CYPECAD 2020 (approche dynamique) :

Norme utilisée : RPS 2011


Règlement de Construction Parasismique (version révisée 2011)

Méthode de calcul : Analyse modale spectrale (RPS 2011, 6.4.3)

Données générales de séisme

Caractérisation de l'emplacement

Zone de vitesse (RPS 2011, 5.2.2) Zv : ZV1

Zone d'accélération (RPS 2011, 5.2.2) Za : A1

Type de terrain (RPS 2011, 5.2.3.2): S1

Système structural
x: Pourcentage d'amortissement (RPS 2011, 5.2.3.3) x : 5.00 %

KX: Facteur de comportement (X) (RPS 2011, Tableau 3.3) KX : 3.50

KY: Facteur de comportement (Y) (RPS 2011, Tableau 3.3) KY : 3.50

Période fondamentale approximative

Système structural (X): a

Système structural (Y): a


h: Hauteur du bâtiment h : 26.20 m

Importance de l'ouvrage (RPS 2011, 3.1.1): Classe II

Paramètres de calcul
Nombre de modes de vibration qui interviennent dans l'analyse: Automatique,
jusqu'à atteindre un pourcentage exigé de masse déplacée (90 %)

Fraction de charge d'exploitation : 0.20

64 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Fraction de charge de neige : 0.30

Facteur multiplicateur du spectre : 1.00

Effets de la composante sismique verticale

Ne sont pas considérés

Vérification de la condition de cisaillement de base: Selon la norme

L'analyse des effets du 2nd ordre n'est pas réalisée

Critère de ferraillage à appliquer pour la ductilité: ND1

65 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Spectre de calcul
Spectre élastique d'accélérations
Coef.Amplification:

Où D est le facteur d'amplification dynamique :

D
Z
D 0
0
Figure III-3 : Spectre élastique d'accélérations

Paramètres nécessaires pour la définition du spectre


Z
D
Z
D
a0
0
La valeur maximale des ordonnées spectrales est 0.210 g.

a
RPS 2011 (6.4.3 et 6.2.1.3)

a
n: Coefficient de vitesse (RPS 2011, Tableau 5.1) n : 0.07

Zone de vitesse (RPS 2011, 5.2.2) Zv : ZV1

Zone d'accélération (RPS 2011, 5.2.2) Za : A1

S: Coefficient de site (RPS 2011, Tableau 5.2) S : 1.00

Type de terrain (RPS 2011, 5.2.3.2): S1

I: Coefficient de priorité (RPS 2011, Tableau 3.1) I : 1.20

66 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Importance de l'ouvrage (RPS 2011, 3.1.1): Classe II

m: Facteur de correction d'amortissement (RPS 2011, 5.2.3.3) m : 1.00

x: Pourcentage d'amortissement (RPS 2011, 5.2.3.3) x : 5.00 %

Spectre de conception des accélérations

=
Le spectre de conception sismique s'obtient en réduisant le spectre élastique par le
coefficient (K) correspondant à chaque direction d'analyse.

KX: Facteur de comportement (X) (RPS 2011, Tableau 3.3) KX : 3.50


KY: Facteur de comportement (Y) (RPS 2011, Tableau 3.3) KY : 3.50

RPS 2011 (6.4.3 et 6.2.1.3)

Figure III-4 : Spectre de conception selon X Figure III-5 : Spectre de conception selon Y

67 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Coefficients de participation

Tableau III-4 : Analyse modale du logiciel Cypecad

Mode T Lx Ly Lgz Mx My
Hypothèse X(1) Hypothèse Y(1)
R = 3.5 R = 3.5
Mode 1 0.899 0.8773 0.0963 0.4702 88.45 % 1.06 % A = 0.303 m/s² A = 0.303 m/s²
D = 6.20762 mm D = 6.20762 mm
R = 3.5 R = 3.5
Mode 2 0.761 0.1039 0.962 0.2525 1.04 % 88.64 % A = 0.339 m/s² A = 0.339 m/s²
D = 4.97283 mm D = 4.97283 mm
R = 3.5 R = 3.5
Mode 3 0.419 0.0066 0.0079 1 0.19 % 0.05 % A = 0.493 m/s² A = 0.493 m/s²
D = 2.19137 mm D = 2.19137 mm
R = 3.5 R = 3.5
Mode 4 0.154 0.2309 0.0078 0.9729 5.63 % 0.01 % A = 0.589 m/s² A = 0.589 m/s²
D = 0.35305 mm D = 0.35305 mm
R = 3.5 R = 3.5
Mode 5 0.106 0.0303 0.853 0.5211 0.01 % 9.22 % A = 0.589 m/s² A = 0.589 m/s²
D = 0.16672 mm D = 0.16672 mm
Total 95.32 % 98.98 %

T: Période de vibration en secondes.


Lx, Ly: Coefficients de participation normalisés dans chaque direction de l'analyse.
Lgz: Coefficient de participation normalisé correspondant au degré de liberté rotationnelle.
Mx, My: Pourcentage de masse déplacée pour chaque mode dans chaque direction de l'analyse.
R: Relation entre l'accélération de calcul en utilisant la ductilité attribuée à la structure et
l'accélération de calcul obtenue sans ductilité.
A: Accélération de calcul, en incluant la ductilité.
D: Coefficient du mode. Équivaut au déplacement maximum du degré de liberté dynamique.

68 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Représentation des périodes modales :

Figure III-6 : Spectre de conception Figure III-7 : Spectre de conception


selon X selon Y

Est représenté l'intervalle de périodes compris dans les modes étudiés, avec indication des
modes dans lesquels plus de 30% de la masse est déplacée :
Tableau III-5 : Hypothèse Séisme X1 Tableau III-6 : Hypothèses Séisme Y1

Hypothèse Séisme X1 Hypothèse Séisme Y1


Hypothèse T A Hypothèse T A
modale (s) (g) modale (s) (g)
Mode 1 0.899 0.031 Mode 2 0.761 0.035

Correction pour cisaillement de base


Cisaillement dynamique CQC
Le cisaillement dynamique de base (Vd), par direction et hypothèse sismique, est obtenu par
combinaison quadratique complète (CQC) des cisaillements à la base par hypothèse modale.

69 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Tableau III-7 : Cisaillement dynamique de l’hypothèse X

VX Vd,X
Hypothèse sismique (X) Hypothèse modale
(kN) (kN)
Séisme X1 Mode 1 715.744 723.921
Mode 2 9.429

Mode 3 3.292

Mode 4 88.373

Mode 5 0.184

Tableau III-8 : Cisaillement dynamique de l’hypothèse Y

VY Vd,Y
Hypothèse sismique (Y) Hypothèse modale
(kN) (kN)
Séisme Y1 Mode 1 8.618 823.939
Mode 2 808.370

Mode 3 1.989

Mode 4 0.101

Mode 5 145.889

Vd,X: Cisaillement dynamique de base suivant la direction X, par hypothèse sismique


Vd,Y: Cisaillement dynamique de base suivant la direction Y, par hypothèse sismique

Cisaillement statique de base


L'effort tranchant sismique dans la base de la structure est
déterminé pour chacune des directions d'analyse:
VS,X: Effort tranchant sismique dans la base (X) (RPS 2011,
6.2.1.3) VS,X : 799.382 kN

Sd,X(Ta): Accélération spectrale horizontale de conception (X) Sd,X(Ta) : 0.032 g


Ta,X: Période fondamentale approximative (X) (RPS 2011,
6.3) Ta,X : 0.87 s

70 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Ta
Système structural (X): a
h: Hauteur du bâtiment h: 26.20 m

VS,Y: Effort tranchant sismique dans la base (Y) (RPS 2011,


6.2.1.3) VS,Y : 799.382 kN

Sd,Y(Ta): Accélération spectrale horizontale de conception (Y) Sd,Y(Ta) : 0.032 g


Ta,Y: Période fondamentale approximative (Y) (RPS 2011,
6.3) Ta,Y : 0.87 s

Système structural (Y): a


h: Hauteur du bâtiment h: 26.20 m

W: Poids sismique total de la structure W : 25266.984 kN


Le poids sismique total de la structure est la somme des poids
sismiques de tous les niveaux.

wi: Poids sismique total du niveau "i"


Somme de la totalité de la charge permanente et de la fraction
de la charge d'exploitation prise en compte dans le calcul de
l'action sismique.

Tableau III-9 : Répartition de masse par étage

wi
Niveau
(kN)
Terasse 4722.596
Etage 3 4910.355
Etage2 5181.227
Etage1 5107.508
RDJ 5345.297

71 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

wi
Niveau
(kN)
W=Somme(wi 25266.984

Vérification de la condition de cisaillement de base


Lorsque la valeur dynamique totale à la base (Vd), obtenue après avoir réalisé la combinaison
modale, pour quelque direction de l'analyse que ce soit, est inférieure à 90 % du cisaillement
sismique statique de base (Vs), tous les paramètres de la réponse dynamique sont multipliés par
le coefficient de modification : 0.90·Vs/Vd.

RPS 2011 (6.4.1-b)


Tableau III-10 : Vérification de la condition de cisaillement de base minimum

Hypothèse sismique Condition de cisaillement de base minimum Coefficient de modification

723.921 kN ³ 719.444
Séisme X1 Vd,X1 ³ 0.90·Vs,X N.V.
kN
823.939 kN ³ 719.444
Séisme Y1 Vd,Y1 ³ 0.90·Vs,Y N.V.
kN

Vd,X: Cisaillement dynamique de base suivant la direction X, par hypothèse sismique


Vs,X: Cisaillement statique de base suivant la direction X, par hypothèse sismique
Vd,Y: Cisaillement dynamique de base suivant la direction Y, par hypothèse sismique
Vs,Y: Cisaillement statique de base suivant la direction Y, par hypothèse sismique
N.V.: Non nécessaire

72 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

IV. Généralités sur les Planchers

Introduction :

Les planchers de béton sont des éléments structurels de plancher réalisés à partir d'éléments
préfabriqués ou non, essentiellement dont le principal matériau mis en œuvre est le béton.
Les planchers ou les dalles se composent de trois parties distinctes :
1. La partie portante
2. Le revêtement
3. Le plafond
La partie portante doit résister aux charges transmises par le poids propre et aux surcharges
prévues par les règlements en vigueur. Le poids propre comprend, outre le poids de l'élément
porteur lui-même, le poids du revêtement et celui du plafond. Les surcharges à admettre, dans
le calcul des planchers, sont fixées par NF P 06-001 et NF P 06-004 du règlement BAEL 91
Révisé 99.

Tableau IV-1 : Charges permanentes des bâtiments (BAEL 91 R99)

Nature du local Valeur en kg/m2


Revêtement du sol 140
Enduit sous plafond 30
Forme de pente en terrasse 220
Protection étanchéité 80
Cloisons 75

73 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Tableau IV-2 : Charges d’exploitation des bâtiments (BAEL 91 R 99)

Nature du local Valeur en kg/m2


Bureaux proprement dits 250
Bureaux paysagers 350
Circulations et escaliers 250
Halls de réception 250
Cuisines des collectivités, non 250
compris les charges du gros
matériel prises en compte
indépendamment
Salles de restaurants, cafés, 250
cantines de dimension réduites
(places assises<100)
sanitaires 150
locaux de réserves, dépôts ou 350 à 600
stockage
salles de réunion avec tables 250
Balcons 350
Terrasse non accessible 80

74 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Variante I : Dalle pleine

a) Définition :

La dalle pleine est un élément en béton armé coulé en place généralement de contour
rectangulaire mais peut être adapté à des formes géométriques irrégulières.
Elle peut reposer sur 2 appuis, cas d’une dalle portante dans 1 seule direction,
comme elle peut reposer sur 4, cas d’une dalle portante dans 2 directions. Ces
appuis peuvent être soit de nature continue (poutres, voiles) ou ponctuelle
(poteaux).
L’avantage de ce type de plancher est sa facilité et simplicité d’exécution, raison pour
laquelle il est
le plus utilisé et surtout dans l’habitat collectif.

b) Conception et Prédimensionnement :

L’analyse rigoureuse du comportement des dalles pleine est très compliquée et relève
une multitude de paramètres théoriques, c’est pour cette raison que la plupart des
concepteurs font appel aux méthodes standards de conception proposées par les textes
normatifs dans le domaine à savoir le BAEL et l’EUROCODE.
L’épaisseur ‘e’ de la dalle est choisie en fonction de son type.
lmin
On s’intéresse au rapport des portées : 𝛼 =
lmax
lmin
*Pour les dalles portant dans un seul sens, ou reposant sur 2 appuis (α < 0,40) : 𝑒= 25
lmin
*Pour les dalles portant dans deux sens, ou reposant sur 4 appuis (α ≥ 0,40) : 𝑒= 33
lmin
*Pour les dalles en porte à faux : 𝑒= 15

c) Exécution et mise en œuvre :

75 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Coffrage

Installation d’étais (tours d’étais et chandelles) tout en respectant les points indiqués
dans la partie

(Coffrage dalles coulées en place)

• Ferraillage

Les détails du ferraillage d’une dalle pleine sont fournis dans le plan de coffrage.
Le ferraillage se compose de deux nappes en treillis, séparées par des écarteurs : nappe
inférieure et nappe supérieure. La nappe inférieure est intercalée du coffrage par une
cale à béton pour assurer l’enrobage. En plus, des chapeaux sont ajoutés sur appuis
pour équilibrer le moment négatif.

Figure IV-1 : Etape de la mise en place de la nappe inférieure sur des cales à béton avec
écarteur

Figure IV-2 : Ajout de la nappe supérieure du ferraillage

76 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure IV-3 : Etat final avant coulage du béton

• Bétonnage :
Le coulage du béton se fait à l’aide de la grue qui manutentionne le seau à béton ou à
l’aide de la pompe à béton (cas d’un élément en élévation).

Figure IV-4 : Betonnage par seau

• Décoffrage :

L’inconvénient majeur des dalles pleines est que la récupération du coffrage pour une
77 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

autre utilisation, selon les normes, n’est possible qu’après durcissement du béton et
l’atteinte de sa résistance maximale à 28 jours.

d) Conclusion :

Avantages : Inconvénients :

+ La dalle pleine prend des formes - Temps de réalisation important.


géométriques quelconques.
- Quantité énorme de coffrage.
+ L’exécution totale sur chantier et
- Récupération du coffrage pour une
l’absence des éléments
ultérieure utilisation n’est possible
préfabriqués, induit une utilisation
qu’après 28 jours.
réduite des engins de manutention
notamment les grues - Portée moins importante par
rapport aux éléments en béton
+ Pas de nécessité des espaces de
précontraint.
stockage pour les éléments
préfabriqués. - Existence de poutres avec des
retombées considérables.
+ Facilité d’exécution

78 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Variante II : Plancher à prédalles :

a) Définition :

La prédalle est un élément mince préfabriqué en béton armé ou béton


précontraint, dont la largeur standard est de 2.5m et l’épaisseur varie entre 5 et 6 cm
pour une prédalle courante et 8 et 12 pour une prédalle épaisse, l'épaisseur minimale
d'une prédalle résulte des conditions d'enrobage et des tolérances de positionnement
des armatures. Les prédalles en BA ou BP sont principalement préfabriquées en usine
et posées selon un calepinage précis qui est établi conjointement entre l’entreprise, le
bureau d’études d’exécution et le fabriquant. La particularité de la prédalle est qu’en
plus du fait qu’elle sert aussi comme fond de coffrage pour le béton qui sera coulé sur
place avec lequel elle formera une dalle monolithe avec une face supérieure rugueuse
pour assurer l’adhérence du béton coulé en place et une face inférieure lisse.
La prédalle peut être appliquée partout, dans des projets simples ou complexes,
pour des grands ou des petits bâtiments.
La flexibilité de la prédalle est aussi mise en valeur par différentes possibilités
permettant la
conception de constructions architecturalement audacieuses. L’utilisation d’étriers,
d’épingles, d’armatures repliées et d’armatures en saillie font partie des nombreuses
possibilités.

Les prédalles ne doivent pas nécessairement être rectangulaires, elles peuvent prendre
d’autres formes, ce qui permet de couvrir n’importe quel espace, quelle que soit sa
forme, du carré le plus simple au trapèze, voire aux cercles, ovales, etc.

79 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure IV-5 : Prédalle rectangulaire

b) Prédalle en béton armé :

Elle peut être préfabriquée sur chantier si les conditions le permettent, son
épaisseur et sa largeur peuvent aller respectivement jusqu’à 10 cm et 2.4m. Elle est
ferraillée par de l’acier haute performance, généralement du type FeE500 avec
adhérence améliorée sous forme de treillis soudés préfabriqués, de barres individuelles
ou d’une combinaison des deux.
Le treillis soudé remplit plusieurs fonctions :
*Il confère à l’élément la rigidité nécessaire lors de la manipulation, du transport
et du déchargement ;
*Il assure (en même temps que la rugosité de la dalle) la liaison entre la prédalle et le
béton coulé en place ;
*Il fait office de point d’ancrage lors de la manipulation des planchers ;
*Il peut en général être utilisé comme écarteur pour l’armature supérieure.

La préfabrication des prédalles en BA sur chantier nécessite :

*Une disposition en espace nécessaire pour la préfabrication et le stockage


*Présence d’une équipe de main d’œuvre sur place, ne prenant en charge que la
préfabrication des prédalles.
80 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure IV-6 : Plancher en prédalle BA

• Procédé :

Une grande surface de plus de 200 m² est aménagée pour servir à la préfabrication des
prédalles, celles-ci sont préfabriquées en coulant du béton sur les bancs imprégnés en
un film d’huile de démoulage, contenant initialement les armatures de ferraillage.

Figure IV-7 : Préfabrication des prédalles en BA sur chantier

81 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Le planning de préfabrication se fait de telle façon pour que les prédalles sont bien
préfabriquées et stockées avant la date de pose.

c) Prédalle en béton précontraint :

Le remplacement de l’armature classique par des torons ou fils précontraints,


permet de profiter des avantages de cette technique (construction plus élancée, plus
grand espacement des étais, réduction de la flèche …). La finition de la prédalle ne
change pas.
Béton précontraint par pré tension :

Les fils d’acier sont tendus entre deux bancs, traversant un coffrage où du
béton frais est coulé et fait sa prise. Après durcissement, les fils sont coupés. À ce
moment les aciers transfèrent une partie de leur tension sous forme de compression du
béton.
La compression du béton équilibre la tension dans les aciers.
Le contact fil/béton existe tout le long du fil.
Le tracé des fils est le plus souvent rectiligne.

Figure IV-8 : Procédé de pré-tension du béton

82 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Les prédalles sont coulées sur des bancs de 60 à 100 m de long, constitués par une
dalle de béton surmonté d’un châssis métallique, lui-même porteur d’une tôle épaisse.
Les bancs sont imprégnés d'un film d'huile de démoulage.
Après mise en tension des fils de précontrainte au vérin mono fil ou par tension
globale, les armatures de répartition, les crochets de levage, les inserts et les grecques
de couture sont mises en place. Les trémies sont coffrées. Le béton est ensuite coulé,
vibré, arasé à la bonne épaisseur par une vibro-distributrice à avancement lent.

Le béton des prédalles est ensuite durci à l’aide de vapeur qui circule sous la tôle ou
par des
résistances électriques placées sous cette tôle suivant les sites de fabrication. La
rugosité de la surface est obtenue par griffage.

d) Conclusion :

Avantages :

+ Incorporation des réservations et boîtiers électriques en usine.

+ Poids adapté aux possibilités de manutention du chantier.

+ Rapidité de mise en œuvre et donc cadence élevée de pose

+ Réduction considérable du coffrage et des étais.

+ Faible quantité d’aciers complémentaires à mettre en œuvre sur chantier.

+ Sous face lisse, la prédalle garantit la qualité de parement du plafond


Inconvénients :

-Nécessité d’une grue pour la pose.

-Les modifications concernant les ouvertures ne peuvent pas être effectuées sur
chantier

-Prix onéreux par rapport à la dalle pleine.

-Nécessité d’une zone de stockage pour les éléments préfabriqués sur chantier.

83 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Variante III : Plancher poutrelles-hourdis

a) Définition :

Les hourdis sont des éléments préfabriqués et prêts à l'emploi, qu'il suffit de placer en
tant que fond de coffrage, créant ainsi un plancher. Ils sont souvent portés par des
poutrelles. On coule dessus une dalle de béton de classe de résistance minimale
C25/30 et armé d'un treillis soudé, cette dalle est d'au moins 4 cm d'épaisseur.

Figure IV-9 : Plancher en poutrelles-hourdis

Les caractéristiques des différents types de poutrelles en béton et d'entre vous doivent
être conformes aux exigences des normes européennes et respectent les règles de l'art,
notamment les prescriptions de la norme NF EN 206-1/CN sur le béton et ses
constituants, du DTU "travaux de bâtiment -Exécution des ouvrages en béton" et
du CPT planchers

84 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Tableau IV-3 : Normes définissants les caractéristiques des poutrelles et hourdis

Type d’éléments Normes européennes

Poutrelles en NF EN 15037-1 : Produits préfabriqués en


béton béton-Systèmes de planchers à poutrelles et
entrevous
Partie 1 : Poutrelles
Entrevous en NF EN 15037-2+A1 Produits préfabriqués en
béton béton- Systèmes de planchers à poutrelles et
entrevous
Partie 2 : Entrevous en béton

Le plancher à hourdis est généralement utilisé dans des constructions de petite taille
ou temporaires, il est privilégié également sur les chantiers où les coffrages sont
difficiles à mettre en œuvre, et dans les situations où le poids du plancher doit être
réduit, mais il n’est considéré ni comme isolant thermique ni phonique. L'entrevous
est également particulièrement sensible au feu et aux événements sismiques.

b) Matériaux et composition :

• Treillis soudé :

Le treillis soudé utilisé dans la réalisation de la dalle de compression d’un plancher


poutrelles, hourdis doit être de type ST10 (1cm²/m)

*Sens : files porteuses dessous posé perpendiculairement aux poutrelles.


*Croisement : 2 carreaux dans l sens porteur et 1 carreau dans le sens de répartition.

Figure IV-10 : Treillis Soudé

85 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Armature de continuité

Les armatures de continuité sont des chapeaux rapportés placés au-dessus des
poutrelles, dans le béton coulé sur chantier.

Figure IV-11 : Armatures de continuité

• Armatures de rive :

Les armatures de rive sont des chapeaux rapportés placés au-dessus des poutrelles,
dans le béton coulé sur chantier dont l’extrémité vient s’ancrer dans le chaînage.

• Armatures de renfort :
Dans le cas des poutrelles treillis, ces armatures de renfort sur talon sont mentionnées
sur le plan de pose :

Figure IV-12 : Armatures de renfort dans le cas de poutrelles en BA avec


treillis métallique

• Armature de chevêtre

86 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Le chevêtre est la poutre qui, dans une trémie d’escalier, elle est le renfort de la dalle,
elle repose sur les poutrelles en général renforcées à cet endroit, ce chevêtre a pour but
de retenir les poutrelles perpendiculaires qui ne reposent pas sur le mur d’appui afin de
laisser un trou (trémie) dans la dalle, ce qui permet de pouvoir installer un escalier.

Les chevêtres sont, en général, repris par des jumelages ou triplages de poutrelles.

Figure IV-13 : Armatures de chevêtre

• Armatures de renfort d’ancrage :


Ces armatures ont pour but de compléter les armatures de renforcement dans le cas où
le plancher est utilisé en zone sismique (épingle à plat par exemple).

c) Types d’hourdis ou entrevous et des poutrelles

Types d’hourdis / entrevous : Les entrevous sont des éléments intercalaires entre les
poutrelles et s’appuyant sur ces dernières sans l’intervention d’un dispositif de
maintien complémentaire.
On distingue deux catégories d’entrevous :

*Des entrevous porteurs (béton et terre cuite) qui permettent par leurs formes et leurs
caractéristiques mécaniques, de reporter la totalité des charges d’exploitation sur les
poutrelles et de résister aux actions locales, dispensant de réaliser une dalle de
87 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

répartition rapportée.
*Des entrevous de coffrage assurent la fonction de coffrage perdu pour le bétonnage
de la dalle de répartition dont l’épaisseur minimale est de 5 cm.

Type de poutrelles :

Il existe deux types de poutrelles :

*Les poutrelles en béton précontraint comprennent des armatures prétendues qui


constituent le ferraillage principal du système de plancher.
*Les poutrelles en béton armé sont constituées d’un raidisseur à treillis mécanique
triangulé à base pré-enrobée. Elles assurent également le ferraillage principal du
système de plancher.

Figure IV-14 : les deux types de poutrelles

d) Mise en œuvre sur chantier

• Stockage sur chantier :

Pour un stockage sur chantier, un certain nombre de règles doivent être respectées :
• La zone de stockage doit être plane et pouvoir supporter la charge sans enfoncement.
• Les poutrelles seront posées sur deux bois de calage positionnés à 10 cm
maximum des extrémités.
• Lors de la superposition des poutrelles on veillera à l'alignement vertical des bois de
88 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

calage.

Figure IV-15 : Règles d’appuis des poutrelles BP en phase de stockage

• La manutention :

La manutention des poutrelles se fait en deux points et à l’endroit, en suivant les


conditions prévues à l’étude. Elle peut se faire soit manuellement, soit avec un engin
de levage, en les soulevant au plus près des extrémités et en ne prenant qu’une rangée
à la fois.

Il faut éviter le renversement des poutrelles. Dans le cas d’une prise avec des élingues
entourant les poutrelles sans être bloquées, il faut veiller à ce que les élingues ne
glissent pas. Les dispositions d’élingues sont définies sur les plans de pose.

Dans le cas particulier des poutrelles à treillis métalliques, la manutention se fait soit
manuellement ou mécaniquement à l’aide d’élingues dont l’accrochage est pris au
niveau des boucles du treillis à chaque extrémité ou soit par palonnier. Les
dispositions d’élingage sont définies sur le plan de pose.
La manutention se fait à l’endroit en évitant les porte-à-faux.

89 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Remarque :
La pose et l’exécution font l’objet de plans et de documents suffisants pour définir
entièrement les dispositions des planchers à réaliser, et portant la marque commerciale
du procède et la désignation du centre de production des poutrelles avec la ou les
références aux Avis Techniques.
Le plan de pose devra être obligatoirement fourni pour
Figure IV-16 : Préconisation de manutention des poutrelles en béton
précontraint et en béton armé
chaque chantier. Pour ce qui est lié à la conception du
plancher doivent figurer :
– Les charges appliquées sur le plancher brut fini avec leur décomposition.
– La définition des poutrelles, des coffrages, des entrevous ainsi que des armatures.

e) Conclusion :

Avantages
+ Poids adapté aux possibilités de manutention du chantier.
+ Réduction considérable du coffrage et des étais.
+ Possède un faible coût de revient.
+Facilité d’exécution.

Inconvénient

-Nécessité d’une grue pour la pose des poutrelles.


-Portée plus imitée pour les poutrelles en BA.
-Nécessité d’une zone de stockage pour les poutrelles et les entrevous sur
chantier.
-Nécessité d’un faux plafond plus onéreux.
-Mise en œuvre lente à cause de la pose par unité.

90 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Variante IV : Dalle réticulée

a) Définition

Les planchers réticulés sont des planchers bidirectionnels en béton armé ; ces
planchers sont des planchers-dalles, sans poutres, constitués d’une dalle allégée par des
blocs perdus ou récupérables regroupés en grilles constituées de nervures.
Face à la rigidité des schémas structurels de type unidirectionnel dans les porte-à-
faux, les plaques réticulées avec leurs panneaux et nervures croisées, résolvent brillamment
les coins en porte- à-faux avec tranquillité, sans introduire aucune anormalité dans les
processus constructifs du ferraillage. L’emploi des dalles réticulées dans les constructions
habituelles permet d’économiser l’acier, le béton et le poids général.

Figure IV-17 : Coupe transversale d’un plancher

Les paramètres basiques qui définissent les caractéristiques du plancher réticulé :

*L’entre axe « e » : est la distance séparant les axes de deux nervures successives
*Epaisseur du plancher « H »
*Epaisseur de la dalle de compression « C »
*Epaisseur du bloc léger perdu ou récupérable « h »
*Largeur des nervures « b »

91 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

L’abaque :

A l’endroit du croisement des poteaux avec le plancher, les sollicitations


deviennent de plus en plus importantes, c’est pour cette raison qu’on dote le plancher
dans ces endroits, d’une dalle pleine d’épaisseur H et dont les proportions sont
déterminées par les réglementations techniques spécifiques.
Cette partie pleine du plancher réticulé est appelée « abaque ». L’épaisseur de ces
abaques peut, parfois, dépasser celle du plancher, dans le cas où on a des charges
d’exploitation très importantes. Ces abaques en béton armé apparaissent dans les
plancher réticulés par mesure de précaution contre le risque de poinçonnement.

b) Types de dalles réticulés


Il existe deux types de dalles réticulées distinguées par le type de coffrage et le types
de blocs employés
a) Dalle réticulée avec blocs allégés ou perdus.
b) Dalle réticulée avec caissons récupérables.

Dalle réticulée avec caissons en blocs perdus :

Type de caissons perdus :

*En argile expansée


*En béton
*En polystyrène expansée

Dalle réticulée avec caissons récupérables

L’utilisation des caissons récupérables est la plus répandue, car elle permet de
réduire les délais d’exécution. Ces caissons sont déposés sur des échafaudages ou des
tables glissantes, le plancher prend ainsi la forme d’un plancher nervuré à voûtes
d’égales dimensions. Quand il s’agit d’un bâtiment à usage d’habitation, on cache ces
voûtes par un faux plafond. Quant aux locaux publics, on préfère les laisser nus aux
visiteurs. L’usage de ces caissons dans la mise en œuvre des dalles réticulées est
primordial lorsque les portées entre appuis dépassent 7m.

92 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Il existe différents types de caissons mais celui en plastique présente plusieurs


avantages :
Sécurité : En utilisant ces caissons nous garantissons la sécurité des opérateurs de
chantier, car l’assemblage du système est par dessous ce qui nous permet de réalisé un
coffrage facile et autoportant, sans avoir besoin ni du platelage ni d’autre dispositif
particulier
Décoffrage : Le béton n’adhère pas au plastique, le décoffrage est donc effectué
facilement et rapidement. Le nettoyage se fait simplement à l’eau, sans détergents ou
produits particuliers. Réutilisation : Grâce à sa forme et aux caractéristiques des
matériaux, le caisson peut être réutilisé pour plusieurs coulages.
Manutention : Les matériels peuvent être désassemblés et déplacés, sans l’emploi
d’une grue, facilement et rapidement sur chantier. Les caissons peuvent être stockés
dans un espace réduit, même dans des lieux humides.

Figure IV-18 : Plancher réticulé avec caissons récupérables

c) Prédimensionnement :

93 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Entre axes :

La norme espagnole exige que la séparation entre nervure ne doive pas dépasser 1m.
On choisit en général un entre axe de 80 cm. L’épaisseur de base des nervures
recommandée par la norme doit vérifier les inéquations suivantes:
𝒃 > 𝒎𝒂𝒙 (𝒉/𝟒 ; 𝟕)
h : étant la hauteur du bloc léger récupérable
Les chapiteaux :

Pour remédier au problème du poinçonnement provoqué par les poteaux, on met en


place une dalle de compression en béton armé nommée abaque, et quand les
surcharges sont excessives, on peut ajouter une partie champignon à cet abaque tout en
respectant un angle de 45° au-dessous du plancher. Cette
partie saillante du plancher est appelé « chapiteau ».
𝐿 𝐿
On prend en général : 10 ≤ 𝛼 ≤ 9

Figure IV-19 : Chapiteau

L : étant la plus petite portée entourant le poteau

Epaisseur du plancher :

Pour déterminer l’épaisseur, il faut se baser sur les portées de calcul, sur les conditions
de continuité et l’encastrement aux appuis, sur les charges appliquées et sur la fragilité
des murs sur lesquels les planchers s’appuient.
Toutes les normes établissent des valeurs minimales et maximales, ainsi
que des limites d’élancement.
𝐻 1
La norme EHE limite le rapport épaisseur/portée dans les plaques allégées à : 𝐿 = 28

Dalle de compression :

94 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

La dalle de compression minimale recommandée par la norme est de 3cm, dans le cas
où on utilise un coffrage à base des caissons récupérables, la norme espagnole EH-88
exige que la couche de compression ait une épaisseur minimale d’un dixième de la
portée libre entre nervures : 𝑪 > 𝑳/𝟏𝟎.
En appliquant la formule ci-dessus, la valeur de C peut dépasser les 6cm. Les règles de
bonne pratique, montre par contre que l’utilisation d’une dalle de compression
d’épaisseur 5cm est suffisante dans la majorité des cas.

Figure IV-20 : Schéma des grandeurs à pré-dimensionner

Dans les planchers réticulés, on trouve aussi des poutres noyées ou à très faible
retombée. Ce type de poutre dans les planchers réticulés est très spécial, car elles sont,
en général, encastrées dans la dalle et elles sont conçues pour résister, à la fois, à la
flexion et à la torsion, contrairement aux poutres ordinaires. Ces poutres sont appelées
« couronnes ».
Les couronnes relient les abaques entre elles, entourent le bord du plancher, supportent
les cloisons de façade, enlacent les vides prévus pour les trémies, ascenseurs, ou cages
d’escaliers, résistent aux efforts de torsion dans les bords du plancher et redistribuent
les efforts anormaux.

Table 1 : Largeur des couronnes en fonction de l’épaisseur du plancher

H en (cm) 20 25 30 35

B en (cm) 25 25 30 35

d) Processus d'exécution :

95 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Les phases d’exécution de la dalle réticulée sont :

*Implantation et montage du système de coffrage


*Mise en place des caissons récupérables.
*Mise en place des armatures avec des séparateurs homologués.
*Coulage et compactage du béton.
*Réglage et nivellement de la couche de compression.
*Démontage du système de coffrage.
*Récupération des caissons.
*Réparation des défauts superficiels.

e) Conclusion
Avantages :
+ Exécution entière sur chantier.
+ Poids léger par rapport aux variantes étudiées.
+ Non nécessité d’une grue de grande capacité ni de zone de stockage pour
éléments préfabriqués.
+ Inexistence de poutres avec retombées, puisqu’elle fait partie des planchers
dalles.
+ Importante portée par rapport à la dalle pleine.

Inconvénients :

-Amortissement du coffrage.
-Prix onéreux du coffrage.
-Performance médiocre pour le plancher brut vis-à-vis des isolations et à la
résistance au feu pour les dalles à caissons récupérables.

96 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

V. Critères de comparaison, et comparaison des


Planchers

Introduction :
Nous avons proposé jusqu’à maintenant différentes variantes possibles et faisables pour notre
projet mais nous choisissons de comparer entre ces deux variantes :
Variante 1 : Dalle pleine en béton armé.

Variante 2 : Plancher réticulé.

Chacune de ces deux variantes présente des avantages et des inconvénients. Il n’est donc pas
judicieux de trancher entre les deux à première vue. Nous allons donc procéder à une analyse
multicritère (critères techniques, quantitatifs/économiques et environnementaux) pour faciliter
au bureau d’études le choix de la solution optimale.

Critères techniques :

a) Flèche :
La flèche est l’un des éléments les plus déterminants dans le choix de la
variante du plancher pour des raisons d’architecture et de confort des habitants.
La cartographie de la flèche du plancher haut du 1er étage du bâtiment est
donnée par logiciel CYPECAD.

Pour la variante de la dalle pleine, la flèche maximale est égale à -9.26 mm(figure ) :

97 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure V-1 : Cartographie de la flèche, plancher haut du 1er étage, variante de la dalle pleine, CYPECAD

Figure V-2 : Cartographie de la flèche, plancher haut du 1er étage, variante de la dalle réticulée, CYPECAD

98 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Pour la variante de la dalle réticulée, la flèche maximale est égale à -8,6 mm (figure) :

On remarque que les planchers réticulés présente des flèches plus faibles que le
plancher-dalle.

b) Poids des planchers :

Le poids de la dalle réticulée est inférieur à celui du plancher-dalle (tableau 42),


elle permet donc de réaliser une économie sur les différents matériaux utilisés
pour la construction des éléments porteurs. La quantité d’armatures nécessaires
pour la résistance des éléments porteurs ainsi que les fondations est inférieure à
celle correspondant à la variante plancher- dalle.

Le tableau donne le poids du plancher-haut du 1er étage (sans


balcons) pour chaque variante :

Tableau V-1 : Comparaison des poids des planchers

Variante 1 : Plancher-dalle en Variante 2 : Dalle


BA réticulée
Epaisseur (m) 0,16 0,23
Poids du plancher (t) 67.52 53.84

c) Etude quantitative :
Les ratios de l’ouvrage dépendent évidemment du type d’éléments structuraux
adoptés et en particulièrement du type de dalles vu que le poids des planchers
varie d’un type à l’autre. La structure est plus allégée sous la variante « dalle
réticulée » que celle du « plancher-dalle ». Donc d’une part, le volume du
béton nécessaire est diminué, d’autre part, la section d’armatures nécessaire
pour la résistance des différents éléments porteurs est optimisée.

99 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

L’Etude quantitative se base sur les différents ratios obtenus du béton (volume en m3) et de
l’acier (masse en kg).
Les différents résultats sont déterminés à partir de l’étude effectuée sur logiciel CYPEDCAD.
Notes :
- Barres : les valeurs indiquées tiennent compte des chutes ;
- Surface totale : les ouvertures de surface ont été déduites ;
La mesure des armatures de bases des dalles et des panneaux est approximative.
• Variante de la dalle réticulée :

Le total des résultats des ratios pour tout le bâtiment pour la variante de la
dalle réticulée est résumé dans le tableau :

Tableau V-2 : Total des rations de l'ouvrage (béton et acier), variante dalle réticulée,
CYPECAD

Coffrage Surface Volume Barres


Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)

Planchers réticulés - 2152.25 163.580 19884

Planchers-dalles - 66.72 9.850 1103

Poutres 1443.02 558.95 372.500 47539

Poteaux 313.50 - 57.120 5908

Escaliers - 138.96 31.420 2542

Total - 2916.88 634.470 76976

Indices (par m²) - - 0.227 27.54

Surface totale : 2795.13 m²

Nº de blocs de plancher réticulé = 18402 Uté.

Remarque :
L’élément plancher-dalle dans le tableau correspond aux dalles équivalentes aux escaliers.

• Variante du plancher-dalle :
Le total des résultats des ratios pour tout le bâtiment pour la
variante du plancher-dalle est résumé dans le tableau :

100 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Tableau V-3 : Total des ratios de l'ouvrage (béton et acier), variante du plancher-dalle,
CYPECAD

Coffrage Surface Volume Barres


Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)

Planchers-dalles - 2218.98 334.150 33101

Poutres 1570.11 559.02 372.320 47927

Poteaux 313.39 - 57.090 5939

Escaliers - 138.96 31.420 2542

Total - 2916.96 794.980 89509

Indices (par m²) - - 0.284 32.02

Surface totale : 2795.11 m²

Les ratios de l’ouvrage pour chaque étage pour les deux variantes sont
présentés en annexe.
• Comparaison :
D’après les résultats indiqués dans les tableaux 43 et 44, le volume total en
matière première nécessaire pour la construction de ce bâtiment en planchers-
dalles en BA dépasse largement celui nécessaire si on choisit d’adopter des
planchers réticulés.

On remarque une économie de 12,533 d’acier.

d) Etude économique :
Le type du plancher adopté (réticulé ou plancher-dalle) influence
considérablement les ratios des matériaux utilisés dans l’intégralité de l’ouvrage
et par suite, le budget global de l’ouvrage.

La modélisation de la structure par logiciel CYPECAD a permis d’avoir une idée


sur le budget à prévoir pour chaque variante :

101 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Résumé de budget de la variante : dalle réticulée :


Le résumé de budget pour la variante « dalle réticulée » est présenté dans le tableau :

Figure V-3 : Résumé de budget, variante de la dalle réticulée

NB : les prix unitaires tiennent compte du béton et des armatures.

• Résumé de budget de la variante : Plancher-dalle :


Le résumé de budget pour la variante « plancher-dalle » est présenté dans le
tableau :

Figure V-4 : Résumé de budget, variante du plancher-dalle en béton armé

NB : les prix unitaires tiennent compte du béton et des armatures.

• Comparaison des budgets:

- Comparaison du budget des planchers :


Pour la variante « plancher-dalle », le budget à prévoir d’après l’analyse budgétaire fournie
par CYPECAD s’élève à 961 258,15 DHS contre 858 977,89 DHS pour la variante « dalle
réticulée ». Soit une économie de 10,64 %.

102 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

- Comparaison du budget global:


Pour la variante « plancher-dalle », le budget global à prévoir pour l’intégralité de la structure
et du gros œuvre s’élève à 2 675 052,95 DHS contre 2 553 965,85DHS pour la variante
« Dalle réticulée ». Soit une économie de 4.6 % du budget.

e) Critères environnementaux :
L’utilisation de béton de ciment est source de multiple dégradation de
l’environnement, la clinkérisation (production du clinker qui fait partie de la
composition des liants) est responsable d’approximativement 5% des émissions
de gaz à effet de serre anthropiques, principaux responsables du réchauffement
climatique

L’acier contribue également au réchauffement climatique par émission du CO2


lors des procédés de sa fabrication. Réduire l’impact environnemental des
travaux du bâtiment revient donc à réduire les matériaux mis en œuvre dans la
construction.

Selon l’Association de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie :

- Pour un mètre cube de béton, 880kg d’équivalent CO2 sont produits.


- Pour une tonne d’acier, 3667kg d’équivalent CO2 sont produits.

Ainsi, pour notre projet, nous aurons les quantités d’équivalent CO2 par m²
présentées dans le tableau :
Tableau V-4 : Equivalents en CO2 émis par le projet pour chaque variante

Variantes
Plancher-dalle en BA
Béton Équivalent CO2 (Kg) Acier Équivalent CO2 (kg)
(m3) (t)
794.980 699 582.4 89.509 328229.503
Total équivalent CO2 (Kg)
1 027 811.903
Total équivalent CO2
(Kg/m2)
367.72
Dalle réticulée
Béton Équivalent CO2 (Kg) Acier Équivalent CO2 (kg)

103 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

(m3) (t)
634.470 558 76,976 282270. 992
333.6
Équivalent CO2 (Kg/m2) Équivalent CO2
(Kg/m2)
Total équivalent CO2 (Kg)
840 604. 592
Total équivalent CO2
(Kg/m2)
300.74

Ainsi, la construction de la structure sous la variante du plancher-dalle est


évidemment plus nuisible à l’environnement et contribue avec une part plus
importante aux émissions du CO2 que celle de la dalle réticulée qui nécessite
moins de matériaux de construction (béton et acier) et par suite contribue moins
aux émissions des GES.

104 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

VI. Etude des éléments structuraux

Introduction :

Notre structure est un ensemble tridimensionnel des poteaux, poutres et voiles, liés rigidement
et capables de reprendre la totalité des forces verticales et horizontales (ossature auto stable).

Pour la détermination du ferraillage on considère le cas le plus défavorable. On a utilisé l’outil


informatique Cypecad, qui permet la détermination des différents efforts internes de chaque
section des éléments, pour les différentes combinaisons de calcul.

- Les poutres seront calculées en flexion simple.

- Les poteaux seront calculés en flexion déviée.

Les poteaux :
❖ Combinaisons spécifiques de calcul:

Combinaisons fondamentales : BAEL 91

➢ ELU : 1.35G + 1.5Q

➢ ELS : G+Q

Exemple de calcul manuel d’un Poteau :

La structure est contreventée par voiles en béton armé. Le poteau n’est pas supposé travailler
en flexion composée, c’est-à-dire sollicité par un moment sismique.
On choisit le Poteau P4 (figure si dessus).

Caractéristiques du poteau :

Caractéristiques du poteau P4 de section circulaire sont données par le tableau suivant :

105 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Tableau VI-1 : caractéristiques du poteau P4

Nu Longueur du poteau D (m)


(MN) (m)

14.339 8.45 1

Figure VI-1 : Position du poteau exemple du calcul manuel.

Dimensionnement du poteau :

*L’effort normal fourni par le logiciel CypeCad est de 14339 MN ;


*La longueur de flambement sera prise égale à 𝑙𝑓 =0.7* 𝑙0 = 5.92 𝑚 vu que le poteau n’est pas
rigidifié aux extrémités.

106 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

*Les caractéristiques géométriques du poteau sont :


-Moment d’inertie de la section du poteau (Inertie minimale) :
𝜋∗𝐷 4
𝐼 = = 0,05𝑚4
64

-Rayon de giration :

𝑖 = 0,25 𝑚

-Elancement du poteau :

𝑙𝑓
λ= =23.66
𝑖

-L’élancement trouvé du poteau est inférieur à 50 donc bien inférieur à 70.


La valeur α est à diviser par k tel que :
*k=1,1 si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90 jours ;
*k=1,2 si la majeure partie des charges est appliquée avant 28 jours et on prend la contrainte
fcj à la place de fc28.
k=1 pour les autres cas.
Dans notre cas, K est pris égal à 1.1.

Le calcul du ferraillage longitudinal selon la méthode forfaitaire se fait comme suit : Puisque
λ<50, la valeur du coefficient α est donnée par la formule suivante :

0.85
α= λ /K =0.708
1+0.2∗(35)²

On cherche la section qui satisfait l’inégalité :

𝐵𝑟∗𝑓𝑐28 𝑓𝑒
𝑁u ≤ 𝛼 ( + 𝐴 )X
0.9∗𝛾𝑏 𝛾𝑠

Br étant la section réduite du poteau obtenue en déduisant de sa section réelle un centimètre


d’épaisseur sur toute sa périphérie ;

107 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

γb = 1,5 ; γs = 1,15 ;

Et d’après l’article A8.1, 21 :

𝐴𝑚𝑖𝑛≤ 𝐴 ≤ 𝐴𝑚𝑎𝑥

4𝑐𝑚²
Avec : 𝐴𝑚in =max( ; 𝐵 ∗ 0.2%)
𝑚è𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑝é𝑟𝑖𝑚è𝑡𝑟𝑒

Et 𝐴𝑚𝑎𝑥 = B*5%

Ainsi , 𝐴𝑚in=15.7 cm²


𝐴𝑚𝑎𝑥 = 392.7 cm²

La section A d’armatures doit vérifier :

𝑁𝑢 𝐵𝑟. 𝑓𝑐28 𝛾𝑠
𝐴𝑡ℎ ≥ ( − ).
𝛼 0.9𝛾𝑏 𝑓𝑒

On a Ath =80.27 cm²

On a Ath vérifie bien : Amin < 𝐴𝑡ℎ < 𝐴𝑚𝑎𝑥

On prendra alors A=Ath=80.27 cm²

Disposition des armatures longitudinales :

108 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

On a d’après l’article A.8.1,22 du BAEL.


Les armatures longitudinales sont réparties dans la section au voisinage des parois de
façon à assurer au mieux la résistance à la flexion de la pièce dans les directions les plus
défavorables. En particulier, dans une pièce de section rectangulaire, la distance
maximale de deux armatures voisines sur une même face est au plus égale à :
· la longueur du petit côté du rectangle augmentée de 10 cm ;
· 40 cm.
Pour les pièces de formes diverses, cette règle doit être adaptée. Il est recommandé de
prévoir :
· pour les sections polygonales, une armature (au moins) dans chaque angle ;
· pour les sections circulaires, au moins six armatures également réparties sur tout le
contour.
Ainsi, il nous faut au moins six armatures également réparties sur tout le contour.
Détermination de la section d’armatures longitudinales :

On optera pour 20 HA 25 également réparties sur tout le contour.

A=98.17 cm²
A est plus précisément la section d’armatures prise en compte dans les calculs :
La section de calcul prise en compte dans les calculs ci-dessus correspond aux armatures
situées en haut et en bas de la section, et elle vérifie bien : Amax > A > Amin

Calcul des armatures transversales :

• Diamètre:
Le diamètre des armatures transversales est limité par le diamètre des armatures
longitudinales ϕL par la condition suivante :
∅𝒍
≤ ∅𝒕 ≤ 𝟏𝟐
𝟑
On prend un diamètre ∅𝒕 = 𝟖𝒎𝒎
• Espacements :
En zone courante, l’espacement maximal St par la condition suivante:
𝑆𝑡 ≤ min (40𝑐𝑚 ; D+10)
109 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Où D est le diamètre de la section du poteau.


Ainsi St=40 cm
Er en zone critique, l’espacement maximal St est : St=20 cm
Les zones critiques d’un poteau sont :
Les extrémités du poteau sur une longueur égale à la plus grande des longueurs suivantes
(figure 70) :
• La plus grande dimension de la section transversale du poteau hc.
• 1/6 de la hauteur nette du poteau he.
• 45 cm.
8.45
𝐿𝑐 = max (0,45 ;1 ; )=1.4m
6

Figure VI-2 : Ferraillage du poteau P4

110 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VI-3 : Zones critiques d'un poteau

Ferraillage du poteau à l’aide des logiciels de calcul (Cypecad)


Les diagrammes des sollicitations sur le poteau P4 sont donnés comme suivant :

14339 Figure VI-4 : Diagramme des sollicitations sur le poteau P4


MN

Les sections d’armatures ainsi que les sections de bétons sont indiquées comme suivant :

Figure VI-5 : Section du béton et ferraillage longitudinale et transversal


111 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Avec les plan de ferraillage suivant :

Figure VI-6 : Plan de ferraillage du poteau P4

Les poutres :
Les poutres sont sollicitées en flexion simple, sous un moment fléchissant et un effort
tranchant, le moment fléchissant permet la détermination des dimensions des armatures
longitudinales, l’effort tranchant permet de déterminer les armatures transversales.

Les poutres sont étudiées en tenant compte des efforts données par le logiciel CypeCad,
combinés par les combinaisons à l’ELU : 1.35G+1.5Q

• Portées des poutres:


En béton armé, la portée des poutres à prendre en compte est (voir figure si dessus) :
- La portée entraxe d’appuis lorsqu’il y a des appareils d’appui ou que la poutre repose sur
des voiles en maçonnerie,
- La portée entre nus d’appuis lorsque les appuis sont en béton armé (poutre principale,
poteau ou voile).
Figure VI-7 : portées des poutres sur appareils d'appuis Maçonnerie ou BA

• Hypothèses :
112 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Les principales hypothèses du calcul des sections en BA soumises à de la flexion simple aux
ELU sont les suivantes :
* les sections planes restent planes,
* il n’y a pas de glissement à l’interface béton-armatures,
* le béton tendu est négligé,
* l’aire des aciers n’est pas déduite de celle du béton,
* l’aire des aciers est concentrée en son centre de gravité,
* le comportement de l’acier est défini par le diagramme contrainte-déformation
* Pour le comportement du béton, on adoptera le diagramme rectangulaire simplifié (car la
section n’est que partiellement comprimée) , où la contrainte de calcul à l’ELU du béton est
donnée par :

0.85𝑓𝑐𝑗
𝑓𝑏𝑢 =
𝜃𝛾𝑏
Avec :
- fcj la résistance caractéristique requise en compression à j jours du béton,
- θ un coefficient qui tient compte de la durée d’application des charges.
- γb = 1.5 dans les cas courants.

• Notations:

Pour les calculs aux ELU, on utilise les notations de la Figure si dessus, où :
✓ b et h sont la largeur et la hauteur de la section de béton.
✓ As est la section d’acier, dont le centre de gravité est positionné à d de la fibre la plus
comprimée du coffrage.
✓ Yu est la position de l’axe neutre par rapport à la fibre la plus comprimée du coffrage.
✓ σst est la valeur de la contrainte de calcul des aciers, limitée à fsu.

Dimensionnement des sections rectangulaires :

Figure VI-8 : flexion simple à l'ELU des sections rectangulaires

113 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Dans ce cas nous avons :


Fb = 0.8 b yu fbu

Fs = Au.ζs

F's = A'u.ζ's

zu = d – 0.4 yu

Le moment résistant béton est alors : Mb = Fb zu = 0.8 b yu fbu (d – 0.4yu)

On peut écrire : Mb = μu bd2 fbu avec μu = 0.8αu (1 - 0.4αu) et αu =yu/d

μu s’appelle le moment relatif du béton ou "moment ultime réduit"

αu est la profondeur relative de l’axe neutre

Les équations d’équilibre s’écrivent alors :

0.8 αu bd fbu + A'u σ's – Au σs = 0

μu bd2 fbu + A'u σ's (d – c') = Mu

Supposons que les dimensions de la section sont connues, le problème qui se pose alors est de
calculer les sections minimales d'armatures (Au , A'u) pour équilibrer la sollicitation Mu.

On ne connaît pas a priori les sections et les diamètres d’armatures ; on prendra donc une valeur
approchée pour d et c’ soit :

d ≈ 0.9 h et c' ≈ d/9

Ainsi, nous avons 2 équations à 3 inconnues, les sections d'armatures (Au, A'u) et la position yu de
l'axe neutre. En effet, connaissant yu, on peut déterminer εs et ε's d'où l'on déduit ζs et ζ's.

114 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

i. Section sans armatures comprimées

Les aciers tendus sont obligatoires alors que ceux comprimés ne le sont pas. Nous choisissons
donc de ne mettre ces derniers que si le calcul conduit à un mauvais ferraillage de la section
considérée.
En écrivant l'équilibre des moments par rapport au point d'application de Fb, on obtient :
Mu = Fs zu = Au σs zu d'où l'on tire :
𝑀𝑢
Au=𝜎𝑠.𝑧𝑢 avec zu = d(1 - 0.4αu) et αu = 1.25(1-√1 − 2𝜇𝑢)

N.B : On peut également obtenir à partir de l'équilibre des efforts normaux


0.8αu.b.d.fbu
Au = ζs

ii. Position du diagramme de déformation

Pour positionner le diagramme des déformations à l'intérieur du domaine possible, on


𝑀𝑢
Compare le moment réduit de calcul µu=𝑏𝑑²𝑓𝑏𝑢 avec les moments réduits correspondants
*Moment réduit μAB : c'est le moment réduit correspondant au diagramme AB (passant par
les pivots A et B).

𝑦𝑢 3.5
Dans ce cas : αAB= 𝑑 =3.5+10 = 0.259

μAB = 0.8αAB (1 – 0.4αAB) = 0.186

*Moment réduit limite μℓ : c'est le moment réduit correspondant au diagramme qui sépare les
domaines 2a et 2b.
𝑦𝑢
Dans ce cas : αl= = 3.5/(3.5 + 1000 ∗ 𝜀𝑒𝑠)
𝑑
μℓ = 0.8αℓ (1 – 0.4αℓ)
Les domaines du diagramme des 3 pivots peuvent donc être décrits de la manière suivante :

domaine 1 μu ≤ 0.186 αu ≤ 0.259


domaine 2a 0.186 < μu ≤ μℓ 0.259 < αu ≤ α ℓ
domaine 2b μℓ < μu ≤ 0.48 α ℓ < αu ≤ 1
domaine 2c 0.48 < μu ≤ μBC 1 < αu ≤ α BC=h/d
domaine 3 μBC < μu α BC < αu

115 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

iii. Remarque

En flexion simple, si μu > μℓ le diagramme de déformation de la section appartient au domaine 2b


ou 2c
(εs < εes ); l'acier est alors mal utilisé. Pour résoudre ce problème on se ramène au domaine 2a :
− soit en augmentant les dimensions de la section (b ou h),

− soit en utilisant un béton de résistance plus élevée,

− soit en ajoutant des armatures comprimées.

L'ajout d'armatures comprimées est généralement une solution économique

iv. Section avec armatures comprimées :

Les sections d'acier tendu et comprimé s'obtiennent en supposant que l'allongement des armatures
tendues est égal à εes (frontière entre les domaines 2a et 2b).

𝑓𝑒
εs = εes donc ζs = 𝛾𝑠

αu = αℓ =3.5/(3.5 + 1000 ∗ 𝜀𝑒𝑠)


μu = μℓ = 0.8αℓ (1 – 0.4αℓ)

Le moment équilibré par le béton est alors :

Mbℓ = μℓ.b.d2².fbu

Le moment équilibré par la section est :

Mu = Mbℓ + A'u ζ's (d - c')


𝑦𝑙−𝑐′
or ε's = 𝑦𝑙
3.5 ‰ donc si ε's < εes alors ζ's = Es ε's

𝑓𝑒
et si ε's ≥ εes alors ζ's =𝛾𝑠

La section d'armatures comprimées est alors :

𝑀𝑢−𝑀𝑏𝑙
A'u =(𝑑−𝑐 ′ )ζ′ avec Mbℓ = μℓ bd2 fbu
s

L'équilibre des efforts normaux donne la section d'armatures tendues :


Fb + F's – Fs = 0
C'est-à-dire :

𝑀𝑢−𝑀𝑏𝑙 𝑀𝑏𝑙 𝑓𝑒
+ 𝑑(1−0.4𝛼𝑙)=Au 𝛾𝑠
(𝑑−𝑐 ′ )

116 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020
𝑀𝑢−𝑀𝑏𝑙 𝑀𝑏𝑙 1
D'où : Au =( (𝑑−𝑐 ′ )
+ 𝑑(1−0.4𝛼𝑙)) ∗
𝑓𝑒/𝛾𝑠

N.B : Le règlement impose que :


- les armatures longitudinales comprimées ne sont prises en compte dans les calculs de résistance
(Article A.4.1.2) que si elles sont entourées tous les 15Φ au plus par des armatures transversales,

- la part du moment de flexion équilibré par les aciers comprimés (Article B.6.6.1) doit être
inférieure à 40% du moment total : A'u ζ's (d - c') < 0.4 Mu

v. Récapitulatif
Soit une section soumise au moment fléchissant ultime de calcul : Mu. On détermine la section
d'armatures longitudinales comme suit :
𝑀𝑢
*On calcule : µu=𝑏𝑑²𝑓𝑏𝑢 avec d ≈ 0.9h

*On choisit la nuance d'acier puis on calcule :


𝑓𝑒
εes= 𝛾𝑠.𝐸𝑠

αℓ =3.5/(3.5 + 1000 ∗ 𝜀𝑒𝑠)


μℓ = 0.8αℓ (1 – 0.4αℓ)

1er cas :

𝑓𝑒
µu≤ μℓ (domaine 1b ou 2a) → A'u = 0 et ζs = 𝛾𝑠 (car εes ≤ εs ≤ 10‰)

𝑀𝑢
d'où : Au= avec zu = d(1 - 0.4αu) et αu = 1.25(1-√1 − 2𝜇𝑢)
𝜎𝑠.𝑧𝑢

2ème cas :

μu > μℓ (domaine 2b ou 2c) → On se ramène au domaine 2a (A'u ≠ 0)

et on calcule :
𝑀𝑢−𝑀𝑏𝑙 𝑀𝑏𝑙 1
Au =( (𝑑−𝑐 ′ )
+ 𝑑(1−0.4𝛼𝑙)) ∗
𝑓𝑒/𝛾𝑠
Et
𝑀𝑢−𝑀𝑏𝑙
A'u =(𝑑−𝑐 ′ )ζ′ avec Mbℓ = μℓ bd2 fbu
s

117 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Exemple de calcul de poutre dans notre projet :


On va porter le calcul sur la poutre N3-11 figurant dans la figure ci-dessous en mi-travée :

• Caractéristiques de la poutre N3-11 :

- Dimensions de la poutre :

*Largeur de la poutre : b=0.5m


*Hauteur de la poutre : h=1m
*Portée de la poutre : L= 11.7m
*d =0,9*h =0.9m
*d’=0.1*h=0.1m

Figure VI-9 : poutre N3-11

- Sollicitations :
Mu= 3.2 MN.m Mser=2.3 MN.m

- Matériaux :
fc28=25 MPa; γs=1,15; γb=1,5
118 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Calcul des aciers longitudinaux :


𝒇𝒄𝟐𝟖
Contrainte de compression du béton à l’ELU : 𝒇𝒃𝒖 = 𝟎. 𝟖𝟓 ∗ 𝜽.𝜸𝒃 = 𝟏𝟕𝑴𝑷𝒂
𝒇𝒆
Contrainte de traction des aciers : 𝒇𝒔𝒖 = 𝜸𝒔 = 𝟒𝟑𝟒. 𝟕𝟖 𝑴𝑷𝒂
Résistance du béton en traction ∶ 𝒇𝒕𝟐𝟖 = 𝟎. 𝟔 + 𝟎. 𝟎𝟔 ∗ 𝒇𝒄𝟐𝟖 = 𝟐. 𝟒 𝑴𝑷𝒂
𝑴𝒖
Moment ultime réduit : 𝝁𝒖 = 𝒃.𝒅𝟐 .𝒇𝒃𝒖 = 𝟎. 𝟒𝟔𝟓
Contrainte de compression du béton à l’ELS : 𝝈𝒃𝒄 = 𝟎. 𝟔 ∗ 𝒇𝒄𝟐𝟖 = 𝟏𝟖𝑴𝑷𝒂

Moment réduit ultime :


𝑓𝑒
εes= 𝛾𝑠.𝐸𝑠=2.17 ∗ 10-3

αℓ =3.5/(3.5 + 1000 ∗ 𝜀𝑒𝑠)=0.617

μℓ = 0.8αℓ (1 – 0.4αℓ) =0.372

On a 𝛍𝐮 > 𝛍𝐥

Ainsi, on se ramène au domaine 2a en utilisant des armatures comprimés (Au’≠0)


𝑓𝑒
Contrainte de traction de l'acier 𝜎𝑠𝑡 = 1.6 = 312.5MPa
15.𝝈𝒃𝒄
Coefficient de la fibre neutre 𝛼 = 15.𝝈𝒃𝒄+𝜎𝑠𝑡=0.464

Ordonnée de la fibre neutre y= 𝛼. 𝑑=0.42m


Moment résultant du béton de service
𝑀𝑟𝑏𝑠𝑒𝑟 = 0.5 ∗ σbc ∗ b ∗ d² ∗ α ∗ (1 − α/3)=1.428 MN.m
Contrainte de compression de l'acier 𝜎𝑠𝑐 = 15 ∗ 𝜎𝑏𝑐 ∗ ((𝑦 − 𝑑 ′ )/𝑦)=205.28 MPa
Détermination de la section théorique des aciers comprimés :
( 𝐌𝐬𝐞𝐫 − 𝐌𝐫𝐛𝐬𝐞𝐫 )
Section théorique d'acier : Au’= =53.07 cm²
(( 𝐝 − 𝐝′ ).𝛔𝐬𝐜 )

Choix des sections commerciales des aciers comprimés :


On choisit Au’=12 HA 25=58.91 cm²
Disposés sur 2 lits, 6HA25 chacun.
On a Ainsi,
Détermination de la section théorique des aciers tendus :
119 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

On a , le Moment des aciers comprimés ultime : 𝑀𝑠𝑐𝑢 = 𝐴𝑠𝑐 𝑥 𝐹𝑠𝑢 𝑥 ( 𝑑 − 𝑑′ ) = 2.048 𝑀𝑁. 𝑚

Moment résiduel ultime : 𝑀𝑟𝑢 = 𝑀𝑢 – 𝑀𝑠𝑐𝑢 = 1.15 𝑀𝑁. 𝑚

𝑀𝑟𝑢
Moment ultime réduit : 𝜇𝑢 = =0.1672
𝑏.𝑑 2 .𝑓𝑏𝑢

Coefficient de la fibre neutre : 𝛼 = 1.25 . ( 1 − √( 1 − 2. 𝜇𝑢)=0.23

Bras de levier du couple interne Zb =𝑑 ( 1 − ( 𝑎 / 3 ))=0.83m

Ainsi, Au= ( 𝑴𝒓𝒖/( 𝒁𝒃 𝒙 𝑭𝒔𝒖 )) + 𝑨𝒖′ = 𝟖𝟒. 𝟗𝟒 𝒄𝒎𝟐


Choix des sections commerciales des aciers tendus :
On choisit Au=18HA25
Disposés sur 3 lits, 6HA25 chacun.

Figure VI-10 : Ferraillage de la poutre N3-11

Ferraillage de la poutre N3-11 à l’aide du logiciel Cypecad


Le diagramme ci-dessous regroupe une présentation de l’aire de ferraillage nécessaire ainsi
que l’aire de ferraillage qu’on a utilisé pour tout le portique (la poutre N3-11 est entre P3 et
P4)

120 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VI-11 : Ferraillage de la poutre N3-11 par Cypecad

Soit alors Au= 85 𝒄𝒎𝟐 <18HA25 et Au’=58 𝒄𝒎𝟐 < 12 HA 25

121 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Les voiles :
vi. Introduction :
Un voile de section rectangulaire se comporte comme une console verticale, encastrée en pied
dans ses fondations et soumise à des charges réparties ou concentrées à chaque plancher.

Figure VI-12 : Comportement d'un voile en béton armé


Ainsi, les sollicitations d’un voile se réduisent à :

*Un moment fléchissant et effort tranchant provoqués par l’action du séisme.


*Un effort normal dû à la combinaison des charges permanentes, d’exploitation ainsi que
l’action sismique.
Donc les voiles en béton armé sont calculés en flexion composée.
Le ferraillage d’un voile en béton armé consistera donc en :

*Des armatures concentrées dans les deux extrémités ou dans les ailes pour équilibrer le
couple due au moment d’encastrement (armatures de flexion Af).
*Des armatures verticales uniformément reparties (armatures de compression A).
*Des armatures horizontales, elles aussi uniformément reparties (armatures de l’effort
tranchant At).

A la base du voile, sur une hauteur critique, des cadres sont disposés autour de ces armatures
pour augmenter la ductilité de cette zone.

122 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VI-13 : Modèle d'un voile sollicité en flexion composée

Avec :
Pu, Vu , Mu : efforts internes respectivement (effort normal, effort tranchant et moment
fléchissant) ultimes résultants de l’analyse dans la situation sismique de calcul.
h : hauteur totale du voile mesurée à partir de la base jusqu’au sommet de la structure ; l :
longueur du mur en plan ;
hcr : hauteur de la zone où se produisent les déformations plastiques, appelée zone critique,
égale à

ℎ𝑐𝑟 = max (6 ; 𝑙)

Un voile en béton armé doit faire l’objet des vérifications suivantes :

*Justification de la stabilité de forme, à savoir la résistance au flambement.


*Justification vis-à-vis de l’effort normal et du moment de flexion.
Longueur de flambement :
On note :
lf : la longueur libre de flambement d’un mur non raidi ;
h : la hauteur libre
Lorsqu’un mur n’est pas raidi latéralement par des murs en retour, la longueur libre de
flambement se déduit de la hauteur libre du mur h, en fonction de ses liaisons avec le
plancher. Les valeurs du rapport k entre lf et h (coefficient de flambement) sont données par le
123 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

tableau si dessous :

𝑙𝑓
𝑘=

Tableau VI-2 : Valeurs du rapport k=lf/h dans le cas d'un mur non raidi

L’élancement mécanique se déduit de la longueur libre de flambement par la relation :


𝜆=𝑙𝑓√12/𝑎
Avec :
a : épaisseur du mur.

ii. Vérification des contraintes normales :

Le DTU 23.1 fait bien la distinction entre les dispositions minimales de ferraillage dans le cas de
murs non armés [DTU 23.1/4,12] [DTU 23.1/4,13] et les pourcentages minimaux à respecter dans
le cas des murs armés [DTU 23.1/4,225].
Le DTU 23.1 définit ensuite les murs non armés et armés en fonction de la sollicitation ultime Nu
lim. Il s’agit de s’assurer que l’effort normal extérieur pondéré Nu sollicitant le mur à l’ELU est
inférieur ou égal à l’effort Nulim résistant équilibré par la section de béton et éventuellement la
section des armatures :
𝑁𝑢≤𝑁𝑢lim

En l’absence de charges localisées, la contrainte normale ultime σu agissant sur une bande de mur
Nu
de longueur d et d’épaisseur a est : σu =
ad
Si les charges sont uniformément réparties, cette contrainte est uniforme. Si les charges varient le
long du mur, les calculs s’effectuent par bandes de mur en prenant pour Nu la valeur moyenne
dans chaque bande considérée. La largeur d de chaque bande doit être inférieure à la plus petite
des deux valeurs suivantes :

124 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

- La moitié de la hauteur de l’étage concerné ;


- Les deux tiers de la zone d’action des contraintes de compression non nulles agissant sur le mur.

𝑁𝑢lim est donné par les formules suivantes :

Br.fc28
- Dans le cas d’un mur non armé : 𝐴=0 : Nulim = α× 0.9.γb

Avec :

𝐵𝑟=𝑙(𝑎−2(𝑐𝑚))

0.65
α= λ
1+0.2( )²
30

- Dans le cas d’un mur armé : 𝐴≠0∶

Br.fc28
Nulim = α×( 0.9.γb
+ 𝐴.𝑓𝑒
γs
)
Avec :

0.85 50
α= λ Si 𝜆≤ 50 et α =0.6*( )² S𝑖 50≤𝜆≤80
1+0.2( )² λ
35

Les valeurs de α sont à diviser par 1,10 si plus de la moitié des charges est appliquée avant 90
jours.

Si la majeure partie des charges est appliquée à un âge < 28 jours, on remplace fc28 par fcj et α par
α/1,20.

Nu lim
On déduit la contrainte limite ultime qui vaut : σu lim =
𝑎.𝑑

Deux vérifications doivent être faites aux niveaux I et II du mur :

- Section I-I à mi-hauteur d’étage : 𝜎𝑢≤𝜎𝑢 𝑙𝑖𝑚


σu lim
- Section II-II sous le plancher-haut : 𝜎𝑢≤ α

125 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

iii. Détermination des dispositions des armatures verticales et horizontales :

❖ Armatures verticales :

- Espacement maximal entre axes des armatures :

𝑠𝑡 𝑚𝑎𝑥≤𝑚𝑖𝑛(33𝑐𝑚 ;2𝑎)

- Armatures minimales/pourcentages minimaux :

𝐴𝑣 ≤ 𝜌𝑣 × 𝑙 × 𝑎

400∗𝑂 3𝜎𝑢
𝜎𝑣 ≥ max (0.001; 0.0015 ∗ ∗ (𝜎𝑙𝑖𝑚 − 1))
𝑓𝑒

Avec : O=1,4pour un voile de rive et O=1pour un voile intermédiaire.


La section d’armature correspondante au pourcentage ρv doit être répartie par moitié sur chacune
des faces de la bande de mur considérée, en respectant l’intervalle défini plus haut.

Figure VI-14 : Niveau de vérification des contraintes du voile

*Armatures transversales :
o Si 𝜙𝑣 ≤ 12 𝑚𝑚 prévoir 4 épingles/m2 au minimum.
o Si 𝜙𝑣 ≥ 12 𝑚𝑚 prévoir un espacement des épingles inférieur ou égal à 15 × 𝜙𝑣
o Le diamètre 𝜙𝑡 des épingles est :
𝜙𝑡 = 6𝑚𝑚 𝑙𝑜𝑟𝑠𝑞𝑢𝑒 𝜙𝑣 ≤ 20𝑚𝑚 𝑒𝑡 𝜙𝑡 = 8𝑚𝑚 𝑙𝑜𝑟𝑠𝑞𝑢𝑒 𝜙𝑣 ≥ 20𝑚𝑚

126 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

❖ Armatures horizontales:

Espacement maximal entre axes des armatures :

𝑠𝑡 𝑚𝑎𝑥 ≤ min(33𝑐𝑚)

Armatures minimales /pourcentages minimaux :

𝐴ℎ ≥ 𝜌ℎ × 100 × 𝑎
𝟐.𝝆𝒗𝒎𝒂𝒙
𝝆𝒉 ≥ max ( ; 𝟎. 𝟎𝟎𝟏)
𝟑

Avec : ρv max : le pourcentage vertical de la bande la plus armée verticalement.

Armatures transversales :
Pas d’armatures transversales.
Remarque :
Le taux minimal des armatures verticales et horizontales, à toute section est égal à 0,20%de la
section horizontale du béton. Le taux maximal est égal à 4%.
Le diamètre des barres utilisées ne doit pas dépasser 1/10 de l’épaisseur du mur.
L’espacement des barres verticales et horizontales est égal à :
𝑠 = min(30𝑐𝑚, 1.5𝑎) 𝑒𝑛 𝑧𝑜𝑛𝑒 𝑐𝑜𝑢𝑟𝑎𝑛𝑡𝑒;
𝑠 = min(20𝑐𝑚, 1.5𝑎) 𝑒𝑛 𝑧𝑜𝑛𝑒 𝑐𝑟𝑖𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒, 𝑎 é𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑙′é𝑝𝑎𝑖𝑠𝑠𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑢 𝑚𝑢𝑟.

Les deux nappes doivent être reliées, et les barres horizontales doivent être exposés vers
l’extérieur, menues de crochets de 135° ayant une longueur de 10ϕ.

Le calcul du ferraillage se fera selon le DTU 23.1 .

❖ Ferraillage transversal minimal:


Chaque armature longitudinale résultant du calcul en flexion composée est ligaturée
transversalement par des épingles de diamètre et d’espacement vérifiant les conditions
suivantes :
𝑠𝑡 ≤ min(10𝜙𝑙 ; 20𝑐𝑚)
ϕl
𝜙𝑡 ≥ max( ; 6𝑚𝑚)
3

127 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Application au voile du projet, efforts obtenus par logiciel Cypecad


2020 :
i. Données :

Voile extérieur en béton armé de 4.2 m de longueur, 30 cm d’épaisseur et 8.55 m de hauteur


avec une dalle des deux côtés encastrés en tête et en pied sans raidisseurs aux extrémités ; (voile
du RDC)
La charge Nu/2 est appliquée à moins de 90 jours ;
Béton de résistance à 28 jours : 𝑓𝑐28 = 30 𝑀𝑃𝑎 ;
Acier 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎 ;
Coefficient de comportement K=1.1 ;

Figure VI-15 : Voile M7 en plan


Le voile est soumis aux efforts réduits suivants (obtenus par la combinaison la plus
défavorable) :

128 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

-Sollicitations :
Tableau VI-3 : sollicitations auquel le mur est soumis
N (KN) M (KN.m)
2605 856

ii. Contraintes limites :


On considère au début que notre voile n’est pas armé.

On a donc :lf=0.85h=7.27m

𝑙𝑓 √12
λ= =83.92
𝑎
0.65
D’où 𝛼 = λ = 0.23
1+0.2( )²
30

Br=l.(a-2cm) =1.17 m²

Il faut donc s’assurer que l’effort normal pondéré Nu sollicitant le mur l’état limite ultime est
inférieur à Nulim résistant équilibré par la section du béton et éventuellement par la section des
armatures.

L’effort limite ultime est, dans le cas d’un mur armé, donné par la formule suivante :

𝐵𝑟∗𝑓𝑐28 𝐴.𝑓𝑒
Nulim = 𝛼( + ) =5.96 MN
0.9∗𝛾𝑏 𝛾𝑠

4𝑐𝑚²
Avec A=𝐴𝑚in =max (𝑚è𝑡𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑝é𝑟𝑖𝑚è𝑡𝑟𝑒 ; 𝐵 ∗ 0.2%)

𝑨 = 𝑴𝒂𝒙(𝟑𝟒. 𝟎𝟖; 𝟐𝟓. 𝟐) = 𝟑𝟒. 𝟎𝟖 𝒄𝒎²

Ainsi Nu lim=6.32 MN

𝑁𝑢𝑙𝑖𝑚 6.32
On a 𝜎𝑢𝑙𝑖𝑚 = = 0.3∗4.2 = 5.01 𝑀𝑃𝑎
𝑎.𝑙

𝜎𝑢𝑙𝑖𝑚
= 21.7 𝑀𝑃𝑎
𝛼

𝑁𝑢 2.605
Et on a 𝜎𝑢 = = 0.3∗4.2 = 2.06 𝑀𝑃𝑎
𝑎.𝑙

129 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

𝜎𝑢𝑙𝑖𝑚
On vérifie bien que 𝜎𝑢 < 𝜎𝑢𝑙𝑖𝑚 à mi-hauteur de l’étage et 𝜎 < 𝛼 à l’étage.

La contrainte du béton ne doit pas excéder la valeur suivante :

0.85. 𝑓𝑐𝑗
𝜎𝑏𝑐 =
1.15𝑓

Avec f est un coefficient de sécurité, pris égal à 1.3

On prend donc 𝜎𝑏𝑐 = min(𝜎𝑏𝑐, 𝜎𝑢𝑙𝑖𝑚) = min(17.05; 5.01) = 5.01 𝑀𝑃𝑎

iii. Dimensions des potelets de rive :

Les dimensions minimales du potelet sont (a et d’) avec :


a= l’épaisseur du voile
𝑎∗𝑞∗𝑛 𝑙𝑓 𝑛 𝑑
𝑑′ = max (a ; ; 15 ∗ 𝑞 ∗ 𝜎𝑏𝑐 ; 8 )=0.525m
𝜎𝑏𝑐

On prend : d’=0.55m
Les voiles sont calculés en flexion composée sous un effort normal de compression N et un
moment de flexion M. On assimile le voile en question à une poutre de largeur a = 0,25m et
de hauteur h = 4.2 m et 𝑑 = ℎ - d’/2 (distance des armatures tendues à la fibre la plus
comprimée).

Rappelons que le voile est sollicité par :


𝑀 = 856 𝐾𝑁. 𝑚 𝑒𝑡 𝑁 = 2605 𝐾𝑁
On a :
Selon l’article A.4.3.5, l’excentricité nécessaire pour déterminer le moment de calcul peut
s’exprimer ainsi :
𝑒 = 𝑒𝑎 + 𝑒0
Avec :

e0 : excentricité de l’effort normal calculée par la méthode statique équivalente :


𝑀 856
𝑒0= 𝑁 = 2605 = 0.328m

ea : excentricité additionnelle traduisant les imperfections géométriques initiales (après


130 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

exécution) :
𝑒𝑎 = max (2𝑐𝑚 ;l/250) = 2𝑐𝑚

On a ainsi :

𝑒 = 0,328 + 0.02 = 0,33 𝑚


Cette excentricité doit vérifier l’inégalité suivante :
𝑙𝑓 𝑒
≤ max (15. ; 15) = 15
ℎ ℎ
𝑙𝑓 7.27
On a = = 1.7 ≤ 15
ℎ 4.2

L’inégalité est bien vérifiée.


Pour prendre en compte l’effet du flambement, on ajoute une excentricité e2 et dont la valeur
reste négligeable par rapport à e.
En effet on a :
3.𝑙𝑓²
𝑒2 =ℎ.104 (2 + 𝛼𝜑)

Avec :
α : le rapport du moment du premier ordre, dû aux charges permanentes et quasi- permanentes,
au moment total du premier ordre. Le coefficient α est compris entre 0 et 1,6.
On prend : 𝛼 = 1
φ : rapport de la déformation finale due au fluage, à la déformation instantanée sous la charge
considérée.
En général on prend : 𝜑 = 2
Donc :
𝑒2 = 0.0151 𝑚
Ainsi : 𝑒 = 0,33 + 0.00151 = 0,332 𝑚
Le moment de calcul est :

ℎ 4.2
𝑀𝑐 = 𝑁. (𝑒 + (𝑑 − )) = 2605 ∗ (0.332 + 3.925 − ) = 5618 𝐾𝑁. 𝑚
2 2
Donc :

131 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020
𝑀
𝜇 =𝑏𝑑2 𝜎𝑏𝑐 = 0.242

Et :
𝛼 = 1,25(1 − √1 − 2𝜇 )=0.352
Et :
𝑧 = 𝑑(1 − 0,4𝛼) = 3,93(1 − 0,4 × 0.352) = 3.37 𝑚

D’où la section d’acier :

𝑀 𝛾𝑠
𝐴𝑓 = ( − 𝑁) . = 𝑣𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟𝑒 𝑛é𝑔𝑎𝑡𝑖𝑣𝑒
𝑍 𝑓𝑒
La section d’armatures est négative, on se contentera donc des dispositions minimales de
ferraillage du voile.
On a opté pour une section minimale d’armatures égale à 34.08 cm2. Cette section est à
répartir sur les deux faces du potelet, soit une section de 17.04 cm2 de chaque côté soit :
6HA20e=20cm.

Armatures transversales :

L’espacement transversal et le diamètre des armatures correspondantes doivent vérifier :


𝑠𝑡 ≤ min(10𝜙𝑙 ; 20 𝑐𝑚) = min(20 ; 20) = 20𝑐𝑚

∅𝑙
∅𝑡 < max ( ; 6𝑚𝑚)
3

Nous prendrons donc 20cm pour l’espacement et 6mm pour le diamètre des armatures. Au
niveau des zones critiques, l’espacement considéré est de 10cm.

iv. Ferraillage vertical à l’effort normal :


Le pourcentage minimal des armatures verticales ρv doit vérifier la condition suivante :

400𝜃 3𝜎𝑢
𝜌𝑣 ≥ 𝑚𝑎𝑥 (0.001 ; 0,0015 ∗ ( 𝜎𝑏𝑐 − 1))=0.001
𝑓𝑒

Cependant, le taux minimal des armatures verticales et horizontales à toute section est égal à
0,2% de la section horizontale du béton:
132 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Par conséquent, la section du ferraillage vertical est :


𝐴𝑣 = 𝜌𝑣 × 𝑎 × 𝑙 = 0,2% × 30 × 420 = 25.2 𝑐𝑚2
Condition de non-fragilité :

Cette condition impose une section minimale d’armatures :


𝑓𝑡28
𝐴𝑚𝑖𝑛, 𝑁𝐹 = 0.23 ∗ 𝑎 ∗ 𝑙 ∗ = 13.9 𝑐𝑚2
𝑓𝑒
Donc, la section du ferraillage verticale reste la même :
𝐴𝑣 = 25.2 𝑐𝑚2
Soit une section 𝐴𝑣/𝑓𝑎𝑐𝑒 = 12.6 𝑐𝑚2 sur chaque face du voile. Ou encore

𝐴𝑣/𝑓𝑎𝑐𝑒= 3 𝑐𝑚2/𝑚𝑙. On choisit 4HA12e=25cm .

Espacement maximal des armatures verticales :

𝑠𝑚𝑎𝑥≤ min(33𝑐𝑚 ; 2𝑎) = min(33𝑐𝑚 ; 60) = 33𝑐𝑚

Armatures transversales :

On a : 𝜙𝑣 ≤ 12𝑚𝑚, on prévoira donc 4 épingles par m2.


v. Ferraillage horizontal de l’effort tranchant :
De même, le DTU 23.1 préconise un pourcentage minimal du ferraillage horizontal :

𝜌ℎ ≥ 𝑚𝑎𝑥(2/3𝜌v ;0.001) =0.001

Cependant, d’après le RPS2000V2011, ce pourcentage a une valeur limite inférieure qui est
de 0,2%, nous prendrons donc : 𝜌ℎ = 2 × 10−3
Par conséquent, la section du ferraillage horizontal est :
𝐴ℎ = 𝜌ℎ × 𝑎 × 𝑙 = 2 × 10−3 × 30 × 855= 51.3 𝑐𝑚2
Soit 25.65 cm2 pour chaque face du voile. Ou encore, 3 cm2/ml pour chaque face du voile.
On choisit 4HA12e=25cm. (espacement des armatures horizontales maximal de 33cm).
Dispositions constructives :
L’espacement des barres horizontales et verticales doit respecter :
𝑠 ≤ min(30𝑐𝑚 ; 1,5𝑎) = 30cm En zone courante.

133 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

𝑠 ≤ min(20𝑐𝑚 ; 1,5𝑎) = 20𝑐𝑚 En zone critique.


Les zones critiques des voiles dans la direction verticale sont les régions s’étendant de la base
du mur sur une longueur lc définie comme suit :


𝑙𝑐 = 𝑚𝑎𝑥 ( ; 𝐿)
6

Avec h et l respectivement la hauteur du bâtiment et la largeur du voile. Donc : 𝑙𝑐 = 5𝑚

134 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

VII. Etude thermique par moyen Informatique (IFC Builder +


Cypetherm Loads) :

Modélisation sur IFC Builder :

a) Introduction :

• Définition du BIM :
Tout d'abord BIM vient de l'anglais Building Information Modeling qui se traduit par
Modélisation des Informations (ou données) du Bâtiment. Le terme bâtiment ici est générique
et englobe également les infrastructures.

Il est difficile de trouver une définition du BIM acceptée par tous. Le BIM, c'est surtout des
méthodes de travail et une maquette numérique paramétrique 3D qui contient des données
intelligentes et structurées. Le BIM est le partage d'informations fiables tout au long de la
durée de vie d'un bâtiment ou d'infrastructures, de leur conception jusqu'à leur démolition. La
maquette numérique quant à elle est une représentation digitale des caractéristiques physiques
et fonctionnelles de ce bâtiment ou de ces infrastructures.

Le BIM est souvent assimilé à un logiciel ou à une technologie. Il est bien plus que cela. C'est
en fait une suite de processus ou méthodes de travail utilisés tout au long de la conception, de
la construction et de l'utilisation d'un bâtiment. Le BIM définit qui fait quoi, comment et à
quel moment.

Un ou plusieurs modèles virtuels 3D paramétriques intelligents et structurés sont utilisés tout


au long de la conception, de la construction et même de l'utilisation d'un bâtiment. Ces
modèles virtuels permettent d'effectuer des analyses et simulations (énergétiques, calcul
structurel, détections des conflits, etc), des contrôles (respect des normes, du budget, etc) et
des visualisations.

La maquette numérique structurée permet une collaboration entre tous les intervenants d'un
projet, soit par des échanges de données, soit en permettant une intervention sur un seul et
même modèle.

135 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Avec le BIM, les analyses-contrôles-visualisation sont effectués très tôt dans l'étude d'un
projet, permettant ainsi une conception de meilleure qualité et la détection des problèmes
avant la mise en chantier.

Grâce à la maquette numérique constamment tenue à jour, les coûts de construction sont
mieux maîtrisés car extraits en temps réel. La qualité des bâtiments se trouve globalement
améliorée grâce aux différentes analyses et simulations effectuées à un stade précoce du
projet, avant que les coûts des modifications n'aient trop de répercussions.

Le BIM n'est pas un logiciel ou une marque de logiciel, toutefois une application dite BIM
capable de modéliser une maquette numérique composée d'objets paramétriques est
nécessaire. Cela dit l'utilisation de programmes 2D ou 3D non paramétriques est parfaitement
possible dans les processus de conception BIM, par exemple pour la production de plans
papier, le partage des informations avec des intervenants sans logiciel BIM, ou lors de la
phase d'avant-projet.

• Définition du IFC Builder :


IFC Builder est un logiciel gratuit pour la modélisation, la génération et la maintenance de
maquettes numériques de bâtiments. Il démocratise l’usage du BIM et est intégré au flux de
travail Open BIM via le format standard IFC.

b) Création du bâtiment :

On a créé le bâtiment en important les plans déjà établis sur Autocad, on a donc un calque sur
lequel on modélise manuellement le bâtiment. On introduit alors tous les murs, les planchers,
les baies et les toits du bâtiment en renseignant leurs dimensions. La modélisation se fait dans
un espace de travail 2D étage par étage en manipulant des éléments 3D.

Une fois la maquette terminée on a procédé à l’introduction des locaux composants le


bâtiment (bureaux, halls, WC, réception…). Ensuite on a orienté le projet et vérifié la
géométrie de la structure.

On prend l’exemple suivant :

136 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VII-1 : Détail du troisième étage sur l’interface IFC Builder

Finalement on obtient une maquette 3D qu’on enregistre sur notre compte Bimserver.center

Figure VII-2 : Vue 3D du cube sur l’interface IFC Builder

137 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Après on a importé cette maquette en format .ifc dans un logiciel pour calcul thermique et
énergétique appelé Cypetherm Loads

Modélisation sur Cypetherm Loads

• Définition du Cypetherm Loads :


CYPETHERM LOADS est un logiciel pour le calcul des charges thermiques de chauffage et
de refroidissement conformément à la norme NF EN 12831 et à la Méthode des Séries
Temporelles Rayonnantes (RTSM) recommandée par l’ASHRAE, intégré au flux de travail
Open BIM via le format standard IFC.

NF EN 12831 est une norme française qui date de 2004 et qui s’intitule ‘systèmes de
chauffage dans les bâtiments- Méthodes de calcul des déperditions calorifiques de base’ .La
présente Norme européenne traite des méthodes de calcul de la charge thermique nominale
pour les pièces seules, les entités de bâtiment et les bâtiments, la charge thermique nominale
étant définie comme l'alimentation en chaleur (puissance) nécessaire pour maintenir la
température intérieure requise dans les conditions extérieures de base.

Le RTSM considère chaque apport d'énergie de manière indépendante afin d'estimer, au final,
la quantité d'énergie apportée à l'air du local par l'ensemble. Ces apports de chaleur sont
divisés en convectif et rayonnant.

ASHRAE : L'American Society of Heating, Refrigerating and Air Conditioning


Engineers (plus connue sous le sigle ASHRAE) est une organisation internationale technique
dans le domaine des génies thermiques et climatiques (chauffage, ventilation, air climatisé,
production de froid). Fondée en 1894, elle tient deux réunions chaque année.

Les principales caractéristiques de cette application sont :

• Calcul conforme à l'ANSI/ASHRAE/ACCA Standard 183-2007 (RA 2011), Peak Cooling


and Heating Load Calculations in Buildings Except Low-Rise Residential Buildings, qui
établit les exigences minimales pour toute méthode ou procédure utilisée pour calculer les
charges maximales de refroidissement et de chauffage

138 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

• Base de données climatiques "Weather Data Viewer 6.0" de ASHRAE comprenant 8.118
stations localisées partout dans le monde pour importer les données climatiques nécessaires
pour le calcul.

• Données de rayonnement solaire à partir du modèle Clear-sky Solar Radiation de l'ASHRAE.

• Résultats du calcul des charges thermiques de refroidissement pour les 24 heures de la journée
désignée de chaque mois (jour 21) et résultats du calcul des charges de chauffage pour chaque
local et zone.

• Graphiques en temps réel des résultats, de manière à visualiser clairement et immédiatement


la répercussion d'un changement dans le projet

Données générales

Avant de commencer il est nécessaire de fixer les unités de chaque grandeur :

Figure VII-3 : Grandeurs basiques

Figure VII-4 : Grandeurs générales

139 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VII-5 : Grandeurs thermiques

Locaux :
Dans cette étape nous avons affaire à introduire des données relatives à chaque local. Selon la
nature de ce dernier le détail d’informations nécessaires pour le définir varie .
On cite par exemple ces deux locaux :
WC :

Figure VII-6 : Information thermique du local WC

140 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Bureau de direction :

Figure VII-7 : Information thermique du local Bureau de direction

Et pour lequel on a envisagé un scénario d’occupation comme le suivant

Figure VII-8 : Scénario d’occupation du bureau de direction

141 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Façades :
Dans cette étape on définit la nature des parois intérieurs et extérieurs en précisant les
matériaux de chaque couche qui permettent ainsi de fixer les paramètres thermiques relatives
à notre projet.

Figure VII-9 : Exemple de paroi externe

Figure VII-10 : Exemple de paroi interne

142 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Planchers :
Dans cette partie il est nécessaire de sélectionner le type de plancher -dalle pleine dans notre
cas- ainsi que son épaisseur et fixer les caractéristiques thermiques comme suivant :

Figure VII-11 : Exemple de description d’un plancher

Baies :
Ici on a affaire à définir tout sortes d’ouverture dans chaque mur
notamment les portes, les doubles portes, les fenêtres…

Figure VII-12 : Exemple de description d’une porte

Ponts thermiques linéaires :


L’analyse des ponts thermiques est nécessaire pour calculer les transmittances
correspondantes en fonctions des caractéristiques des solutions constructives adoptées.
Cette analyse se fera en tenant compte des spécifications applicables en fonctions de la
norme sélectionnée pour le calcul de la transmittance thermique dans les ponts thermiques
linéaires.

143 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

L’importation de modèle d’information du bâtiment (BIM) de focalise sur la description


géométrique du bâtiment. L’information technique spécifique pour chaque étude sera
introduite dans le logiciel correspondant.
Pour la détection des ponts thermiques linéaires, le logiciel doit réaliser une gestion en
deux étapes. Pour la première étape ‘Arêtes’ sont importées comme entités purement
géométrique, obtenues à partir de l’intersection entre des éléments constructifs. Dans le
seconde étape ‘Traitement des arêtes’ sont obtenues les ponts thermiques linéaires à partir
des arêtes et et en fonction de la description du bâtiment du point de vue de l’analyse
thermique (zonage, description des locaux, etc.…)
La norme utilisée pour déterminer les ponts thermiques est Les Règles Th-Bât (France).
En effet, selon Fascicule 1 et 5 des règles Th-Bbât, lors du traitement des arêtes, le logiciel
détectera les arêtes considérées comme des ponts thermiques entre parois, les autres arêtes
étant neutralisées. Les ponts thermiques ainsi identifiés par typollogie seront caractérisés
par une valeur de coefficient de transmission linéaire ‘indéfinie’, que l’utilisateur pourra
préciser manuellement ou par accès aux bibliothèques spécifiques aux réglementations
thermiques RT 2012 dans notre cas.
On a également défini manuellement les coefficients de transmission thermiques linéaires
en se référant à la norme RT2012 :

144 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VII-13 : Coefficients de transmission thermiques linéaires utilisés

On détermine ces coefficients en déterminant les grandeurs et nature de chaque élément


composant le projet.
Ainsi on délimite tous les ponts thermiques en 41 catégories au quel on a identifié les
caractéristiques suivantes :

145 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VII-14 : Résumé des ponts thermiques et leurs caractéristiques

Maintenant qu’on a introduit toutes les caractéristiques thermiques nécessaires, il faut


s’assurer qu’on a introduit tous les locaux existants dans le bâtiment.

-Emplacement et options de calcul :

Pour préciser les données de l’emplacement ainsi que l’apport thermiques externe on a affaire
au Weather Data Viewer 6.0 de ASHRAE qui donne un bilan détaillé qui permette ainsi de
fixer les conditions pour refroidissement et chauffage

146 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Figure VII-15 : Données thermiques de l’emplacement du projet

Ensuite il est nécessaire de fixer les options de calcul on choisit do faire ceci selon des
recommandations comme ainsi :

Figure VII-16 : Fixation des options de calcul

147 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Hypothèses :
Dans cette partie le respect de la norme NF EN 12831 s’avère indispensable, ainsi on
suppose deux hypothèses d’étude, on calcule au premier lieu les charges thermiques de
chaque étage isolé et en deuxième lieu le bâtiment complet.

Soit alors, hypothèse 1 = l’immeuble complet et hypothèse 2 = étages isolés

Calcul et analyse :
Charges de refroidissement :
Le calcul des charges thermiques de refroidissement est basé sur la Méthode des Séries
Temporelles Rayonnantes (RTSM). Cette méthode consiste, basiquement, à calculer les
différents apports de chaleur d'un local et de les séparer en composants convectifs et radiants
en fonction de leur nature :

Tableau VII-1 : Composants convectifs et radiants des différents types d’apport de chaleur

Type d'apport Fraction rayonnante Fraction convective

Occupation 0.6 0.4

Éclairage *Utilisateur *Utilisateur

Équipement interne *Utilisateur *Utilisateur

Murs et planchers bas 0.46 0.54

Planchers hauts 0.6 0.4

Pont thermique linéaire 0 1

Baies (Conduction)

SHGC > 0.5 0.33 0.67

SHGC <= 0.5 0.46 0.54

Baies (rayonnement sans accessoires) 1 0

Baies (rayonnement avec accessoires) *Utilisateur *Utilisateur

Ventilation/Infiltration 0 1

148 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Tous les composants convectifs sont directement convertis en charges thermiques et sont
accumulés pour obtenir la fraction de la charge thermique totale horaire due à la convection.
D'autre part, les composants rayonnants des apports par conduction, des apports internes et
des apports par rayonnement solaire sont traités avec les Séries Temporelles Rayonnantes
(RTS) pour déterminer la fraction de l'apport de chaleur par radiation qui est converti en
charge thermique à chaque heure. Pour cela, sont calculés les Facteurs Temporels Radiants
(RTFs) dans chaque local, qui déterminent la manière dont la radiation incidente interagit
avec les différents éléments constructifs qui composent chaque local. Une fois la fraction de la
charge thermique totale horaire due à la radiation calculée, elle est ajoutée à celle déjà
obtenue par convection pour obtenir la charge thermique totale de refroidissement du local par
heure.

Charges de chauffage :
Étant donné que, dans le calcul des charges thermiques de chauffage, ne sont pris en compte
ni les apports par rayonnement solaire ni les apports de chaleur interne, le calcul se limite à
déterminer les pertes de chaleur provoquées par l'enveloppe du local et par la ventilation /
infiltration à un moment donné.

Hypothèse 1 :

Résumé des résultats du calculs des charges


a) Refroidissement :

Tableau VII-2 : Résumé des charges de refroidissement de la zone: Cube

Externes Internes Ventilation Totales


A Conduction Solaire Inf. lat. Inf. sens. Lat. Sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de refroidissement par local
rdj3 10 3275 0 0 0 0 0 0 0 0 0 3439 344 3439
bureau princip 43 283 0 -712 1113 0 331 0 0 0 0 1812 43 1812
bureau1 53 541 0 -712 1113 0 404 0 0 0 0 2162 41 2162
bureau2 52 9 0 -712 1113 0 400 0 0 0 0 1597 31 1597
149 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

salle de réunion 34 0 0 -712 1113 0 249 0 0 0 0 1430 42 1430


Salle de réception 35 55 0 -712 1113 0 306 0 0 0 0 1548 44 1548
hall 119 5742 123 0 0 1610 3139 111 -402 1048 1269 10554 99 11823
salle de repos 22 238 0 -712 1113 0 178 0 0 0 0 1606 74 1606
salle de reunion 2 35 1232 0 -712 1113 0 265 0 0 0 0 2741 77 2741
grande salle de
76 1867 0 -712 1113 0 572 0 0 0 0 3729 49 3729
réunion
salle de réunion 36 1244 0 -712 1113 0 270 0 0 0 0 2758 76 2758
hall attente et
140 2257 77 0 0 1895 3699 131 -472 1233 1493 7630 65 9123
recep
reception 39 1578 21 -712 1113 0 362 0 0 0 0 3228 83 3228
espace 28 464 0 -712 1113 0 226 0 0 0 0 1894 67 1894
Bureau
88 4673 0 -712 1113 0 618 0 0 0 0 6724 76 6724
présidentiel
salle reunion 3 42 1203 0 -712 1113 0 318 0 0 0 0 2765 65 2765
salle reception 3 38 622 0 -712 1113 0 341 0 0 0 0 2179 58 2179
hall 3 57 2388 40 0 0 771 1485 53 -192 502 608 4635 92 5243
repos niveau 3 41 2009 0 -712 1113 0 314 0 0 0 0 3608 89 3608
cuisine niv 3 39 2059 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2162 55 2162
rdj1 80 6950 40 0 0 0 0 0 0 0 0 7340 92 7340
rdj2 83 1996 0 0 0 0 0 0 0 0 0 2096 25 2096
rdc 315 16125 47 0 0 0 0 100 -362 945 0 17972 57 17972
rdc 340 5963 47 0 0 0 0 100 -362 945 0 7302 21 7302
Charge maximale simultanée de refroidissement pour l'ensemble de locaux: 21 Juillet à 22h (20 heure solaire apparente)
Cube 1909.5 0 0 96037 50.30 96037

Tableau VII-3 : Liste d’abréviations des apports de chaleur du refroidissement de


l’hypothèse 1

Abréviations
A Surface
Conduction Charges dues aux apports de chaleur par conduction
Solaire Charges dues aux apports de chaleur par rayonnement solaire
Inf. lat. Infiltration latente
Inf. sens. Infiltration sensible
Lat. Latente
Sens. Sensible

b) Chauffage

150 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Tableau VII-4 : Résumé des charges de chauffage de la zone: Cube

Externes Ventilation Totales


A Conduction Inf. lat. Inf. sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de chauffage par local
wc1 2.6 346 0 0 0 0 0 0 363 140.94 363
wc2 2.6 298 0 0 0 0 0 0 313 122.02 313
wc3 2.6 348 0 0 0 0 0 0 366 142.47 366
wc4 2.5 339 0 0 0 0 0 0 356 143.21 356
wc5 2.3 0 0 0 0 0 0 0 0 0.00 0
wc6 4.3 252 0 0 0 0 0 0 265 62.11 265
bureau princip 42.6 450 0 0 9 24 120 25 599 14.63 624
bureau1 52.6 829 0 0 9 24 120 25 997 19.42 1022
bureau2 52.0 18 0 0 9 24 120 25 145 3.28 171
salle de réunion 34.0 0 0 0 5 14 68 14 71 2.53 86
Salle de réception 35.2 89 0 0 16 40 200 42 303 9.81 346
hall 119.3 10504 0 0 111 287 1435 301 12535 107.63 12837
salle de repos 21.8 418 0 0 16 40 200 42 649 31.70 691
salle de reunin 2 35.5 1851 0 0 5 14 71 15 2018 57.30 2033
grande salle de
76.2 2839 0 0 12 31 153 32 3142 41.63 3174
réunion
salle de réunion 36.1 1866 0 0 6 14 72 15 2035 56.82 2050
wc 3.0 37 0 0 0 0 0 0 39 12.66 39
wc1 3.8 39 0 0 0 0 0 0 41 10.83 41
wc2 2.4 292 0 0 0 0 0 0 307 129.02 307
wc3 2.9 164 0 0 0 0 0 0 172 60.21 172
wc4 3.8 26 0 0 0 0 0 0 27 7.08 27
wc5 2.4 18 0 0 0 0 0 0 18 7.83 18
wc6 3.9 534 0 0 0 0 0 0 560 144.59 560
wc7 3.4 466 0 0 0 0 0 0 489 144.92 489
hall attente et
140.3 3972 0 0 131 338 1688 354 5944 44.88 6298
recep
reception 39.1 2651 0 0 16 40 200 42 2994 77.70 3036
espace 28.1 785 0 0 16 40 200 42 1035 38.37 1077
wcc 3.0 739 0 0 0 0 0 0 776 258.56 776
Bureau
88.0 7734 0 0 9 24 120 25 8246 94.02 8272
présidentiel
wc 3.0 634 0 0 0 0 0 0 666 218.93 666
151 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

wc1 3.8 683 0 0 0 0 0 0 717 190.76 717


wc2 3.0 620 0 0 0 0 0 0 651 215.10 651
wc3 4.1 570 0 0 0 0 0 0 598 144.50 598
wc4 2.2 359 0 0 0 0 0 0 377 175.01 377
wc5 1.0 372 0 0 0 0 0 0 391 380.23 391
wc6 1.0 525 0 0 0 0 0 0 552 554.66 552
salle reunion 3 42.4 1972 0 0 7 17 85 18 2160 51.42 2178
salle reception 3 37.8 989 0 0 16 40 200 42 1249 34.12 1291
hall 3 57.1 4106 0 0 53 137 687 144 5033 90.65 5177
repos niveau 3 40.5 3438 0 0 16 40 200 42 3821 95.30 3863
cuisine niv 3 39.0 3413 0 0 100 259 1294 272 4941 133.66 5213
rdc 315.1 27662 0 0 100 259 1294 272 30404 97.35 30675
rdc 340.1 10836 0 0 100 259 1294 272 12736 38.24 13007
Charge maximale simultanée de chauffage pour l'ensemble de locaux
Cube 1909.5 760 2062 109104 58.22 111166

Tableau VII-5 : Liste d’abréviations des apports de chaleur du chauffage de l’hypothèse 1

Abréviations
A Surface
Conduction Charges dues aux apports de chaleur par conduction
Inf. lat. Infiltration latente
Inf. sens. Infiltration sensible
Lat. Latente
Sens. Sensible

152 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Hypothèse 2 :

a) Refroidissement :

a.1. RDJ

Tableau VII-6 : Résumé des charges de refroidissement de la zone: RDJ

Externes Internes Ventilation Totales

A Conduction Solaire Inf. lat. Inf. sens. Lat. Sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total

(m²) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)

Charge maximale de refroidissement par local

rdj3 10 9825 0 0 0 0 0 0 0 0 0 10316 1032 10316

rdj1 80 10509 48 0 0 0 0 0 0 0 0 11086 139 11086

rdj2 83 7705 0 0 0 0 0 0 0 0 0 8090 97 8090

Charge maximale simultanée de refroidissement pour l'ensemble de locaux: 21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)

rdj 173.3 0 0 29346 169.39 29346

a.2- Etage1

Tableau VII-7 : Résumé des charges de refroidissement de la zone : Etage 1

Externes Internes Ventilation Totales


A Conduction Solaire Inf. lat. Inf. sens. Lat. Sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de refroidissement par local
bureau princip 43 1132 0 -712 1113 0 331 0 0 0 0 2705 63 2705
bureau1 53 1645 0 -712 1113 0 404 0 0 0 0 3320 63 3320
bureau2 52 1237 0 -712 1113 0 400 0 0 0 0 2887 56 2887
salle de réunion 34 1473 0 -712 1113 0 249 0 0 0 0 2977 88 2977
Salle de réception 35 2295 0 0 0 225 619 16 -56 152 178 3219 96 3397

153 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

hall 119 12388 123 0 0 1610 3139 111 -402 1048 1269 17533 158 18802
salle de repos 22 1175 0 -712 1113 0 178 0 0 0 0 2589 119 2589
salle de reunin 2 35 1736 0 -712 1113 0 265 0 0 0 0 3270 92 3270
grande salle de réunion 76 3912 0 0 0 172 897 12 -43 112 135 5166 70 5301
salle de réunion 36 1750 0 -712 1113 0 270 0 0 0 0 3289 91 3289
Charge maximale simultanée de refroidissement pour l'ensemble de locaux: 21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)
et1 522.0 198 2107 44018 88.36 46125

a.3.- RDC

Tableau VII-8 : Résumé des charges de refroidissement de la zone : RDC

Externes Internes Ventilation Totales

A Conduction Solaire Inf. lat. Inf. sens. Lat. Sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total

(m²) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)

Charge maximale de refroidissement par local

rdc 315 21866 47 0 0 0 0 100 -362 945 0 24000 76 24000

rdc 340 5963 47 0 0 0 0 100 -362 945 0 7302 21 7302

Charge maximale simultanée de refroidissement pour l'ensemble de locaux: 21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)

rdc 655.2 200 0 31302 47.77 31302

a.4.- Etage2

Tableau VII-9 : Résumé des charges de refroidissement de la zone : Etage 2

Externes Internes Ventilation Totales


A Conduction Solaire Inf. lat. Inf. sens. Lat. Sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de refroidissement par local
hall attente et recep 140 10650 77 0 0 1895 3699 131 -472 1233 1493 16442 128 17936
reception 39 3242 21 -712 1113 0 362 0 0 0 0 4975 127 4975
espace 28 1695 0 -712 1113 0 226 0 0 0 0 3186 114 3186
Bureau présidentiel 88 6517 0 -712 1113 0 618 0 0 0 0 8660 98 8660
Charge maximale simultanée de refroidissement pour l'ensemble de locaux: 21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)
et2 323.9 171 1796 32268 105.15 34065

154 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

a.5.- Etage 3
Tableau VII-10 : Résumé des charges de refroidissement de la zone : Etage 3

Externes Internes Ventilation Totales


A Conduction Solaire Inf. lat. Inf. sens. Lat. Sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de refroidissement par local
salle reunion 3 42 2108 0 -712 1113 0 318 0 0 0 0 3716 88 3716
salle reception 3 38 1436 0 -712 1113 0 341 0 0 0 0 3034 80 3034
hall 3 57 4155 40 0 0 771 1485 53 -192 502 608 6491 124 7099
repos niveau 3 41 2814 0 -712 1113 0 314 0 0 0 0 4454 110 4454
cuisine niv 3 39 2723 0 0 0 0 0 44 -160 406 0 3286 84 3286
Charge maximale simultanée de refroidissement pour l'ensemble de locaux: 21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)
et3 235.0 95 879 19366 86.15 20245

Tableau VII-11 : Liste d’abréviations des apports de chaleur du refroidissement de


l’hypothèse 2

Abréviations
A Surface
Conduction Charges dues aux apports de chaleur par conduction
Solaire Charges dues aux apports de chaleur par rayonnement solaire
Inf. lat. Infiltration latente
Inf. sens. Infiltration sensible
Lat. Latente
Sens. Sensible

b) - CHAUFFAGE
b.1.- Etage1

Tableau VII-12 : Résumé des charges de chauffage de la zone : Etage 1

Externes Ventilation Totales


A Conduction Inf. lat. Inf. sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de chauffage par local
wc1 2.6 360 0 0 0 0 0 0 379 146.79 379
wc2 2.6 335 0 0 0 0 0 0 352 137.03 352
wc3 2.6 355 0 0 0 0 0 0 373 145.40 373
wc4 2.5 369 0 0 0 0 0 0 387 155.65 387
wc5 2.3 192 0 0 0 0 0 0 202 88.94 202
wc6 4.3 613 0 0 0 0 0 0 643 151.02 643

155 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

bureau princip 42.6 2066 0 0 9 24 120 25 2296 54.44 2321


bureau1 52.6 2936 0 0 9 24 120 25 3209 61.44 3234
bureau2 52.0 2360 0 0 9 24 120 25 2605 50.59 2630
salle de réunion 34.0 2806 0 0 5 14 68 14 3018 89.29 3032
Salle de réception 35.2 2952 0 0 16 40 200 42 3310 95.16 3352
hall 119.3 19551 0 0 111 287 1435 301 22035 187.29 22336
salle de repos 21.8 2217 0 0 16 40 200 42 2538 118.35 2581
salle de reunin 2 35.5 2809 0 0 5 14 71 15 3025 85.68 3040
grande salle de réunion 76.2 5386 0 0 12 31 153 32 5816 76.71 5848
salle de réunion 36.1 2829 0 0 6 14 72 15 3046 84.84 3062
Charge maximale simultanée de chauffage pour l'ensemble de locaux
et1 522.0 198 538 53235 103.00 53772

b.2.- RDC

Tableau VII-13 : Résumé des charges de chauffage de la zone: RDC

Externes Ventilation Totales


A Conduction Inf. lat. Inf. sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de chauffage par local
rdc 315.1 35458 0 0 100 259 1294 272 38589 123.32 38861
rdc 340.1 10836 0 0 100 259 1294 272 12736 38.24 13007
Charge maximale simultanée de chauffage pour l'ensemble de locaux
rdc 655.2 200 543 51325 79.16 51868

b.3.- Etage 2

Tableau VII-14 : Résumé des charges de chauffage de la zone: Etage 2

Externes Ventilation Totales


A Conduction Inf. lat. Inf. sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de chauffage par local
wc 3.0 369 0 0 0 0 0 0 388 127.48 388
wc1 3.8 408 0 0 0 0 0 0 428 113.81 428
wc2 2.4 472 0 0 0 0 0 0 496 208.19 496
wc3 2.9 460 0 0 0 0 0 0 483 168.60 483
wc4 3.8 401 0 0 0 0 0 0 421 109.84 421
wc5 2.4 287 0 0 0 0 0 0 301 127.87 301
wc6 3.9 862 0 0 0 0 0 0 905 233.52 905
wc7 3.4 751 0 0 0 0 0 0 789 233.82 789

156 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

hall attente et recep 140.3 15441 0 0 131 338 1688 354 17986 130.68 18340
reception 39.1 5904 0 0 16 40 200 42 6409 165.08 6451
espace 28.1 3144 0 0 16 40 200 42 3512 126.61 3554
wcc 3.0 987 0 0 0 0 0 0 1037 345.52 1037
Bureau présidentiel 88.0 11427 0 0 9 24 120 25 12124 138.11 12150
Charge maximale simultanée de chauffage pour l'ensemble de locaux
et2 323.9 171 464 45278 141.20 45742

b.4.- Etage 3

Tableau VII-15 : Résumé des charges de chauffage de la zone : Etage 3

Externes Ventilation Totales


A Conduction Inf. lat. Inf. sens. Débit Lat. Sens. Lat. Sens. Total Total
(m²) (W) (W) (W) (l/s) (W) (W) (W) (W) (W/m²) (W)
Charge maximale de chauffage par local
wc 3.0 763 0 0 0 0 0 0 801 263.40 801
wc1 3.8 842 0 0 0 0 0 0 885 235.21 885
wc2 3.0 741 0 0 0 0 0 0 778 256.99 778
wc3 4.1 732 0 0 0 0 0 0 768 185.55 768
wc4 2.2 451 0 0 0 0 0 0 473 219.46 473
wc5 1.0 415 0 0 0 0 0 0 436 424.68 436
wc6 1.0 568 0 0 0 0 0 0 596 599.12 596
salle reunion 3 42.4 3765 0 0 7 17 85 18 4043 95.87 4061
salle reception 3 37.8 2588 0 0 16 40 200 42 2928 78.49 2970
hall 3 57.1 6523 0 0 53 137 687 144 7571 135.09 7715
repos niveau 3 40.5 5061 0 0 16 40 200 42 5524 137.33 5566
cuisine niv 3 39.0 5058 0 0 100 259 1294 272 6669 177.97 6941
Charge maximale simultanée de chauffage pour l'ensemble de locaux
et3 235.0 191 518 31473 136.14 31991

Tableau VII-16 : Liste d’abréviations des apports de chaleur du chauffage de l’hypothèse 2

Abréviations
A Surface
Conduction Charges dues aux apports de chaleur par conduction
Inf. lat. Infiltration latente
Inf. sens. Infiltration sensible
Lat. Latente
Sens. Sensible

157 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Conclusion :
✓ Hypothèse 1 :
Charge maximale simultanée de chauffage pour l'ensemble de locaux : 11166 W
Charge maximale simultanée de refroidissement pour l'ensemble de locaux : 96037 W

✓ Hypothèse 2 :

Tableau VII-17 : Charge maximale de refroidissement dans les niveaux


Niveau Charge en W
RDC 31302
RDJ 29346
1 46125
2 34065
3 20245

Tableau VII-18 : Charge maximale de chauffage dans les niveaux

Niveau Charge en W
RDC 51868
1 53772
2 45742
3 31991

On a selon les catalogues de Beijerref – Carrier un système qui répond au besoin de l’hypothèse 1
aura comme coût énergétique de 3620 W en froid et 3100 W en chaud.
Or selon le catalogue de Tranebelgium un multi-système séparé qui répond au besoin de l’hypothèse
aura comme coût énergétique de 4984 W en froid et 4909 W en chaud.

➔On déduit alors que le système le plus économique est un système de climatisation globale pour le
projet.

158 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Conclusion :
Notre projet de fin d’études s’est intéressé à la conception et au dimensionnement d’un
bâtiment R+4 avec un sous-sol qui une fois achevé sera certifié LEED Gold et alors
déterminer le ferraillage des éléments de structure.

La modélisation du bâtiment pour l’étude sismique a été effectué par Cypecad qui nous
permis de réaliser l’approche dynamique vu que notre bâtiment est irrégulier en plan et en
évaluation.

Le choix optimal d’un système de plancher repose sur quatre critères fondamentaux : Critère
de résistance, critère de flèche, critère économique et critère environnemental, tout en
s’adaptant aux différentes contraintes architecturales et exigences du maître d’ouvrage. Le
logiciel CYPECAD 2019 facilite la comparaison des deux variantes vu qu’il permet d’obtenir
les différents résultats relatifs aux études quantitative et économique du projet. La
comparaison des deux variantes a permis de conclure que le système de dalle réticulés est
moins économique et plus écologique que le système des dalles pleines.

La modélisation du bâtiment pour l’étude thermique a été réalisée sur le logiciel IFC Builder
qui nous permis de créer une maquette BIM de la tour tout en précisant exactement la
géométrie des locaux, ouvertures et baies. Ensuite l’étude des charges thermiques a été
réalisés par le logiciel Cypetherm Loads, dont le résultat nous a guidé à choisir un système
global de climatisation puisqu’il est moins coûtant qu’un système de climatisation répartis

159 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

VIII. Webographie et Bibliographie :

Normes et réglementations :

▪ Règlement de Construction Parasismique (RPS 2011)


▪ BAEL 91 (modifié 99)
▪ DTU ‘Travaux des bâtiments et exécution des ouvrages en béton’
▪ NF EN 12831
▪ Les Règles Th-Bât (France)
▪ RT2012

Références:

▪ Analyse multicritère (Nadia Lehoux) Pascale Vallée


▪ Plancher à poutrelles et entrevous, Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012
▪ Conception et calcul des structures en bâtiment, Henry Thonier, tome 3
▪ Dalles pleines en béton armé reposant sur deux appuis simples, bulletin du ciment
▪ Guide coffrage et béton’, Fédération de l’Industrie du Béton
▪ Mémoire d’Obtention du Diplôme du MASTER en Génie civil : DJELTI Younesse et
ALIDAHMANE Ilyas
▪ Cours BAEL S3 de Madame Moustachi
▪ Weather Data Viewer 6.0, ASHRAE

Webographie :

▪ https://www.actiu.com/fr/entreprise/actiu-leed/
▪ https://www.usgbc.org/leed

▪ https://www.bilans-ges.ademe.fr/

160 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

▪ http://detailsconstructifs.cype.fr/EHR.html

▪ https://cype-learning.didacte.com/a/course/5222

▪ https://cype-learning.didacte.com/a/course/4518/description

▪ https://www.civilmania.com/
▪ https://www.youtube.com/watch?v=28dE08eS9mg&t=1896s

161 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

IX. Annexe

Annexe 1 : Cartographie de l’effort tranchant maximal sous combinaisons défavorables du


sous-sol
Total

Suivant X

162 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Suivant Y

163 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Annexe2 : Déformés du bâtiment dans le mode le plus défavorable

164 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Annexe 3 : Graphiques des deux hypothèses thermiques

Graphiques hypothèse 1
Charge maximale simultanée de refroidissement (96037 W)
21 Juillet à 22h (20 heure solaire apparente)

Évolution horaire de la charge maximale simultanée de refroidissement (21 Juillet)

c) Évolution annuelle de la charge maximale simultanée de refroidissement

165 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Charge maximale de chauffage (111166 W)

GRAPHIQUES Hypothèses 2
3.1.- RDJ

Charge maximale simultanée de refroidissement (29346 W)


21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)

166 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Évolution horaire de la charge maximale simultanée de refroidissement (21 Juillet)

Évolution annuelle de la charge maximale simultanée de refroidissement

167 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Charge maximale de chauffage (0 W)


La charge totale est nulle.

3.2.- Etage 1

Charge maximale simultanée de refroidissement (46125 W)


21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)

Évolution horaire de la charge maximale simultanée de refroidissement (21 Juillet)

168 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Évolution annuelle de la charge maximale simultanée de refroidissement

Charge maximale de chauffage (53772 W)

169 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

3.3.- RDC

Charge maximale simultanée de refroidissement (31302 W)


21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)

Évolution horaire de la charge maximale simultanée de refroidissement (21 Juillet)

170 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Évolution annuelle de la charge maximale simultanée de refroidissement

Charge maximale de chauffage (51868 W)

171 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

3.4.- Etage 2

Charge maximale simultanée de refroidissement (34065 W)


21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)

Évolution horaire de la charge maximale simultanée de refroidissement (21 Juillet)

Évolution annuelle de la charge maximale simultanée de refroidissement

172 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Charge maximale de chauffage (45742 W)

3.5.- Etage 3

Charge maximale simultanée de refroidissement (20245 W)


21 Juillet à 18h (16 heure solaire apparente)

173 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Évolution horaire de la charge maximale simultanée de refroidissement (21 Juillet)

Évolution annuelle de la charge maximale simultanée de refroidissement

174 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Charge maximale de chauffage (31991 W)

175 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Annexe4 Ratios de l’ouvrage


Notes :
Barres : Les valeurs indiquées tiennent compte des chutes.
Surface totale : Les ouvertures de surface supérieure à 0.00 m² ont été déduites.
L'armature des murs est supposée filante. Les recouvrements et les ouvertures ne seront ni pris
en compte dans le dessin, ni dans les métrés.

sous-sol
Coffrage Surface Volume Barres
Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Planchers réticulés - 268.10 20.380 2479
Planchers-dalles - 11.48 1.720 231
Poutres 98.95 54.64 24.530 2529
Poteaux 14.19 - 2.450 1133
Total - 334.22 49.080 6372
Indices (par m²) - - 0.145 18.79
Surface totale: 339.03 m²
Nº de blocs de plancher réticulé = 2341 Uté.

Rez-de-Chaussée
Coffrage Surface Volume Barres
Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Planchers réticulés - 269.55 20.490 2912
Planchers-dalles - 27.52 4.810 513
Poutres 96.32 56.71 25.250 2660
Poteaux 75.45 - 12.440 1103
Escaliers - 15.49 2.480 240
Total - 369.27 65.470 7428
Indices (par m²) - - 0.183 20.74
Surface totale: 358.10 m²
Nº de blocs de plancher réticulé = 2327 Uté.

RDJ
Coffrage Surface Volume Barres
Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Planchers réticulés - 236.83 18.000 2391
Planchers-dalles - 3.37 0.400 76
Poutres 196.01 79.16 52.190 6942
Poteaux 151.12 - 26.630 2058
Escaliers - 49.81 11.405 930
Total - 369.17 108.625 12397
Indices (par m²) - - 0.336 38.40
Surface totale: 322.86 m²

176 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Coffrage Surface Volume Barres


Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Nº de blocs de plancher réticulé = 2018 Uté.

Etage1
Coffrage Surface Volume Barres
Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Planchers réticulés - 337.20 25.630 2977
Planchers-dalles - 19.11 2.290 222
Poutres 246.58 90.88 63.540 9157
Poteaux 17.24 - 3.880 465
Escaliers - 20.73 4.802 320
Total - 467.92 100.142 13141
Indices (par m²) - - 0.223 29.30
Surface totale: 448.46 m²
Nº de blocs de plancher réticulé = 2870 Uté.

Etage2
Coffrage Surface Volume Barres
Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Planchers réticulés - 346.81 26.360 3078
Planchers-dalles - 5.24 0.630 61
Poutres 274.07 93.12 69.740 9070
Poteaux 19.80 - 4.460 506
Escaliers - 29.24 7.105 682
Total - 474.41 108.295 13397
Indices (par m²) - - 0.243 30.01
Surface totale: 446.44 m²
Nº de blocs de plancher réticulé = 2946 Uté.

Etage 3
Coffrage Surface Volume Barres
Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Planchers réticulés - 346.88 26.360 3095
Poutres 264.61 92.22 68.430 8609
Poteaux 17.60 - 3.580 498
Escaliers - 23.69 5.644 370
Total - 462.79 104.014 12572
Indices (par m²) - - 0.236 28.56
Surface totale: 440.12 m²
Nº de blocs de plancher réticulé = 2950 Uté.

177 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.
Projet de fin d’études : 2019-2020

Terrasse
Coffrage Surface Volume Barres
Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Planchers réticulés - 346.88 26.360 2952
Poutres 266.48 92.22 68.820 8572
Poteaux 18.10 - 3.680 145
Total - 439.10 98.860 11669
Indices (par m²) - - 0.225 26.51
Surface totale: 440.12 m²
Nº de blocs de plancher réticulé = 2950 Uté.

Total ouvrage
Coffrage Surface Volume Barres
Élément
(m²) (m²) (m³) (kg)
Planchers réticulés - 2152.25 163.580 19884
Planchers-dalles - 66.72 9.850 1103
Poutres 1443.02 558.95 372.500 47539
Poteaux 313.50 - 57.120 5908
Escaliers - 138.96 31.420 2542
Total - 2916.88 634.470 76976
Indices (par m²) - - 0.227 27.54
Surface totale : 2795.13 m²
Nº de blocs de plancher réticulé = 18402 Uté.

178 | P a g e
Département Génie Civil – B.P.C.