Vous êtes sur la page 1sur 2

Trésor DAGO

1ère E

Dans le contexte de la monarchie absolue de Louis XIV, Jean de la Fontaine écrit le Loup et
l’agneau où il nous invite à voir derrière le récit animalier les rapports de force de la société du
XVIIème siècle.
Dans cette fable, après succession de dialogues, La Fontaine fait triompher loup sur l’agneau,
nous allons donc nous demander si la loi du plus fort est toujours la meilleure.
Pour cela, nous allons commencer par montrer comment « le plus fort » établit sa propre loi et en
quoi est-elle meilleure.
Dans un second temps nous allons montrer que la loi du plus fort n’est un bien-fondé.

Tout d’abord, La Fontaine met en scène un procès où l’agneau est l’accusé et le loup est la
victime, l’accusateur et en même temps le juge
Il établit un contraste entre un animal qui est innocent et un autre qui est robuste, cruel qui
cherche à le dévorer pour aucune raison valable.
Il transforme ici sa force en droit et l’obéissance de l’agneau en devoir
L’agneau se voit dans l’obligation de défendre sa cause alors qu’il n’est coupable d’aucun délit
pourtant son sort est réglé par avance étant donné que le loup a le droit de le manger ; droit qu’il
se donne lui-même
La force est donc une puissance en apparence ; le plus fort exerce son violent pouvoir sur le plus
faible sans même avoir à se justifier.
Par exemple Louis XIV établit sa puissance en persécutant ceux qui refusent de se soumettre à
son pouvoir.
Louis XIV représenterait donc le loup et le peuple l’agneau sans force qui ne peut qu’obéir par
peur.
Par ailleurs si le plus " grand " a toujours raison il s’agirait alors de faire en sorte d’être le plus
fort pour triompher ; si le loup était face à un animal tout aussi ferme que lui il aurait s’agit alors
de démonstration de force.
La raison du plus fort serait donc toujours la meilleure, car elle est efficace puisqu'elle réussit
toujours à s'imposer.

Néanmoins, si leur force n’y est plus leur droit périt et comment auront-ils raison ?
Trésor DAGO
1ère E
La force de ce loup est dans l’effroi qu’il produit en l’agneau ; supposons qu’il advienne qu’il ait
une muselière et soit attaché il se retrouverait plutôt ridicule qu’effrayant alors toute ses chances
de dévorer l’agneau s’évaporent.
Ainsi, la force est éphémère.
De plus, on remarque que dans le texte du Loup et de l’Agneau, le loup n’utilise aucun argument
légitime ou justifié
Il est évident que l’agneau ne lui a pas causé de tort en s’abreuvant mais le loup cherche des
excuses pour le punir en disant par exemple que si ce n’est pas l’Agneau lui-même qui le
calomnie c’est donc son frère sans même vérifier s’il en a un.
Tandis que l’Agneau se sert d’arguments raisonnés lorsque par exemple il explique qu’il n’aurait
pas pu médire de lui puisqu’il n’était pas né mais son effort est vain car malgré la faiblesse des
dires du Loup il termine englouti. Cela montre que la raison du plus faible n'est jamais assez
bonne puisqu'elle ne suffit pas pour s'imposer
C’est pourquoi la loi du plus fort n’est pas raisonnable. En effet, celui qui se dit avoir du pouvoir
n’en a pas réellement mais utilise sa force pour dissimuler son impuissance

En conclusion, la loi du plus fort apparaît comme la meilleure en terme de force, de pouvoir,
mais pas en ce qui concerne la justice, Elle ne met pas en valeur le plus raisonnable mais les
atouts du plus puissant qui ne sont pas les meilleurs mais qui triomphent de tout

Vous aimerez peut-être aussi