Vous êtes sur la page 1sur 144

Logo S-Intel

Les auteurs :
TOUZA Isaac
NJOFANG Herman RAOUL
DJOUGUEP Christian
ADAWAL urbain
SOUMANOU Etienne
TSOTIE MAHOUAFO Edwige
BASSIROU Ousmanou
GODA Julio
Une réalisation de :
Edition : Août 2019
LES PROFESSEURS D’INFORMATIQUE DU CAMEROUN

Tel: 691805321 / 672277579 / 680108155


E-mail : pic.infos18@gmail.com – isaac_touza@outlook.fr
INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 0
Website: http://profs-info-cmr.simplesite.com
INFORMATIQUE AU CAMEROUN
NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH

Une réalisation du groupe de professeurs d’informatique du Cameroun

Edition : Août 2019

Par :
TOUZA Isaac
NJOFANG HERMAN RAOUL
DJOUGUEP Christian
ADAWAL urbain
SOUMANOU Etienne
TSOTIE MAHOUAFO Edwige
BASSIROU Ousmanou
GODA Julio

Sous la coordination et la supervision de M. Touza Isaac

Tel : 691805321 / 672277579 / 680108155


E-mail : pic.infos18@gmail.com – isaac_touza@outlook.fr
Website: http://profs-info-cmr.simplesite.com

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 1


Page

SOMMAIRE 2
AVANT-PROPOS 3
MODULE 1 : ENVIRONNEMENT NUMERIQUE ET SECURITE INFORMATIQUE 4
CHAPITRE 1 : Leçon 1 : Installation et utilisation des périphériques 6
OPTIMISER UN ENVIRONNEMENT
DE TRAVAIL Leçon 2 : Utilisation du support de stockage 9
Leçon 3 : Introduction à la sécurité informatique 15
CHAPITRE 2 :
Leçon 4 : Sécurisation de l’espace de travail 18
SECURITE INFORMATIQUE
Leçon 5 : Techniques de protection des données informatiques 22
Leçon 6 : Utilisation des formules 26
CHAPITRE 3 :
Leçon 7 : Fonctions prédéfinies avancées 31
PRODUIRE UNE FEUILLE DE CALCUL
Leçon 8 : Insertion de graphiques et zones d’impression 36
Leçon 9 : Généralités sur les documents de présentation 41
CHAPITRE 4 : Leçon 10 :
Insertion des objets dans un document de présentation 44
PRODUIRE UNE PRESENTATION Ajout des animations, effets et transissions à une
Leçon 11 : 48
présentation
MODULE 2 : ALGORITHMIQUE ET PROGRAMMATION WEB 52
Leçon 12 : Les éléments d’un algorithme 54
CHAPITRE 5 : Leçon 13 : Structures de contrôle 58
UTILISER LES STRUCTURES DE
CONTROLE Leçon 14 : Exécution d’un algorithme 62
Leçon 15 : Organigramme 66
Leçon 16 : Généralités sur le html 71
CHAPITRE 6 : Leçon 17 : Les balises html 74
PROGRAMMER EN HTML Leçon 18 : Insertion de lien et objets dans une page web 78
Leçon 19 : Ecriture et exécution d’une page web 84
MODULE 3 : INFOGRAPHIE, MULTIMEDIA ET USAGE SOCIOCULTUREL DU NUMERIQUE 87
CHAPITRE 7 : Leçon 20 : Notion d’infographie 89
DETERMINER LES BESOINS
MATERIELS ET LOGICIELS EN Leçon 21 : Outils de logiciel de l’infographie : cas de Photoshop 92
INFOGRAPHIE
Leçon 22 : Notion d’images 96
CHAPITRE 8 :
Leçon 23 : Operations sur les images 99
UTILISER LES FICHIERS IMAGES
Leçon 24 : Création d’une image 102
CHAPITRE 9 : Leçon 25 : Fichier son 105
UTILISER LES FICHIERS SON ET Leçon 26 : Fichier Vidéo 107
VIDEO Leçon 27 : Réalisation d’un montage vidéo 111
CHAPITRE 10 : Leçon 28 : Généralités sur les réseaux sociaux 121
UTILISE LES RESEAUX SOCIAUX Leçon 29 : Création et gestion d’un profil dans un réseau social 126
CHAPITRE 11 : Leçon 30 : Introduction au cloud computing 134
LE CLOUD COMPUTING ET LA
VIRTUALISATION Leçon 31 : Notion de virtualisation 138

BIBLIOGRAPHIE 142

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 2


Dans le but d’améliorer l’enseignement de la discipline informatique dans le secondaire au
Cameroun, les enseignants de ladite discipline se sont regroupés autour du nom « LES
PROFESSEURS D’INFORMATIQUE DU CAMEROUN » pour échanger leurs idées afin de
relever le défi dont ils font face, celui de former un peuple camerounais compètent et pouvant
s’insérer dans la vie active. Cette réflexion nous a conduit à mettre sur pied les documents de
tous les niveaux des classes du secondaire de l’enseignement générale et technique que nous
avons baptisé « L’INFORMATIQUE AU CAMEROUN ».
Notre objectif était d’harmoniser nos enseignements sur l’étendue du territoire camerounais et
aussi de faciliter l’enseignement de l’informatique en appliquant surtout le paradigme
pédagogique : l’Approche Par Compétences avec entrée par les situations de vie
(APC/ESV).
Ce présent document est conçu pour aider chaque enseignant de la discipline informatique à
bien mener les séances d’apprentissage avec ses apprenants.
Ce document est reparti sur deux modules et structuré de la manière suivante :
Module 1 : Environnement numérique et sécurité informatique
Tenant sur 12 leçons, ce module traite de l’optimisation de l’environnement de travail, de la
production de documents numérique et de la sécurité informatique.

Module 2 : Algorithmique et programmation web


Ce module tient sur 08 leçons et traite principalement des structures algorithmiques et de la
programmation statique.
Module 3 : Infographie, multimédia et usage socioculturel du numérique
Ce module tient sur 11 leçons et traite principalement des notions d’infographie et
multimédia, des réseaux sociaux, et des notions de cloud computing et virtualisation.
Chaque leçon est structurée de la manière ci-dessous :

• Le contrôle des prérequis


• Une situation problème pour introduire la leçon et accompagné des consignes pour orienter
les apprenants
• Un Résumé comportant l’essentiel de la leçon que doit retenir l’apprenant
• Une situation d’intégration pour tester si l’apprenant est capable de lier la leçon à la réalité
• Un exercice de réinvestissement qui est un exercice pratique à faire à la maison.
Toute œuvre humaine n’étant pas parfaite, il peut arriver que lors de l’utilisation de ce document,
vous remarquez une erreur. Dans ce cas n’hésitez pas à nous écrire au pic.infos18@gmail.com
en relevant l’erreur constaté.
Bon usage !
Les auteurs

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 3


INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 4
UNITE D’APPRENTISSAGE 1 :

OPTIMISATION D’UN ENVIRONNEMENT


DE TRAVAIL
Compétences visées :
• Configuration d’un environnement de travail ;
• Organisation et entretien des supports de stockage

Leçon 1 : Installation et utilisation des périphériques


Leçon 2 : Utilisation du support de stockage

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 5


UNITE D’ENSEIGNEMENT 1 : INSTALLATION ET
UTILISATION DES PERIPHERIQUES
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Installer/Utiliser les périphériques suivants : imprimante ; scanner ;
vidéoprojecteur ;
CONTROLE DES PREREQUIS
1. Définir périphérique
2. Lister les différents types périphériques avec des exemples.
SITUATION PROBLEME
Gregory jeune entrepreneur qui veut informatiser la gestion de son entreprise se
procure des ordinateurs et des périphériques tel que : un scanner, une imprimante, un
vidéoprojecteur, Clé USB et disque dur externe. Après avoir connecter ces différents
périphériques à son ordinateur, il constate qu’ils ne fonctionnent pas. Ne connaissant
pas de quoi il s’agit, il fait appel à vous dans le but de l’aider.
Consignes :
1. Quelle peut être la raison pour laquelle les périphériques achetés par Gregory
ne fonctionnent pas ? (Réponse attendue : Ces périphériques ne fonctionnent
pas parce que leurs pilotes ne sont pas installés).
2. Que faut – il faire pour que ces périphériques fonctionnent normalement
(Réponse attendue : Il faut installer les pilotes de ces différents périphériques)
RESUME
CONFIGURER UN PÉRIPHÉRIQUE DE L’ORDINATEUR.
Définition
On appelle périphérique tout composant matériel qui se connecte à l’unité central.
Il existe en principe des périphériques d’entrée, tels que clavier, souris et scanner, et
les périphériques de sorties comme l’écran, l’imprimante, et le vidéo projecteur. Mais
bien souvent, les périphériques servent à la fois à entrer et à sortir des données. Entre
autres exemple les périphériques d’entrée/sortie comme le scanner.
Gestionnaires de périphériques
Le gestionnaire de périphériques est un outil permettant de gérer les périphériques
de l’ordinateur. A cet effet il permet d’installer et de mettre à jour les pilotes des
périphériques matériels, les paramétrer, et d’assurer le dépannage en cas de
problème.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 6


La gestion et ou de configuration des périphériques en occurrence du scanner, vidéo
projecteur et imprimante ont particulièrement la même procédure.
La procédure de configuration des périphériques sous le système d’exploitation
Windows est la suivante :

• Cliquez sur MENU DEMARRER


• Cliquez sur Matériel et Audio
• Choisir Gestionnaire des périphériques
Le gestionnaire de périphériques donnera d’emblée un premier aperçu sur l’état de
marche des périphériques. Ceux pour lesquels les pilotes ne conviennent pas sont
marqué par un point d’interrogation et ou d’exclamation jaune : Un clic droit sur ces
périphériques permet de consulter les propriétés et de poursuivre en recherchant un
pilote adapté.
NB : la première chose à faire pour apprendre à utiliser le gestionnaire de
périphériques est certainement d’utiliser l’aide et de lire les informations qui s’y
trouvent.
INSTALLATION ET MISE A JOUR DES PILOTES PERIPHERIQUES

• Installation des pilotes périphériques


Un pilote de périphérique est un programme qui permet au système d’exploitation de
communiquer avec un périphérique matériel spécifique. Avant que le système
d’exploitation ne puisse utiliser de nouveaux matériels, il faut installer un pilote adéquat
La procédure d’installation d’un pilote présente deux cas de figures :
- Le pilote peut être directement installé en ligne c'est-à-dire on connecte
l’ordinateur à internet, puis on installe en téléchargeant ;
- Le pilote peut être installé hors ligne. Ici on dispose du support d’installation
agréée.
Pour installer et configurer un périphérique matériel, il y’a différentes solutions. Soit
votre matériel est intégralement reconnu par votre système d’exploitation Plug and
Play, soit vous devrez installer un pilote pour le faire fonctionner on parle là de
périphérique. Soit, dans le pire cas, votre matériel ne dispose pas de pilote pour votre
système d’exploitation. Cela ne veut pas dire qu’un pilote compatible n’existe pas, mais
il va falloir l’installer à travers le CD-Rom contenant le pilote qui accompagne le
matériel (Imprimante, Scanner, Vidéo – Projecteur…).
S’il s’agit d’un périphérique Plug and Play, l’installation sera facilitée car votre
système de d’exploitation (en général Windows) le détectera automatiquement,
l’installera et le configurera.
Dans le cas d’un périphérique non Plug and Play, celui-ci nécessite un pilote fourni
par le fabriquant, qu’il faudra fournir à Windows pendant la procédure d’installation.
Notons qu’il faut disposer des droits d’administrateur pour installer un nouveau

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 7


périphérique. Par ailleurs, l’imprimante étant essentiellement Plug and Play, leur
installation est automatique dès leur connexion. Cependant, il possible d’exécuter
cette opération manuellement si l’on désire un autre pilote que celui fournit par
Microsoft. Pour ce fait il suffit d’ouvrir le panneau de configuration puis rechercher
‘’imprimante’’. Un clic droit vous permet ensuite d’ajouter votre imprimante.

• Mises à jour des pilotes périphériques


Elle permet d’ajouter quelques petites fonctions supplémentaires au pilote. La mise à
jour d’un pilote concerne le système.
La mise à jour de pilotes des périphériques se fait généralement à partir du
gestionnaire de périphériques suivant cette procédure.
Sélectionner le périphérique pour lequel dont on souhaite mettre à jour le pilote, puis
lancer la mise à jour de l’une de ces façons :
- Un clic droit sur le nom de ce périphérique donne directement accès à la
commande ‘’Mettre à jour le Pilote…’’ dans le menu contextuel ;
- Un double clic sur le nom du pilote ouvre la fenêtre de propriété où l’on
retrouve la commande ‘’Mettre à jour le pilote…’’ dans l’onglet pilote.
SITUATION D’INTEGRATION
Pendant le cours de TP en informatique, votre enseignant vous emmène en salle et
votre présente les périphériques suivants : clé USB, scanner, imprimante, disque dur
externe, carte mémoire, clavier et vidéoprojecteur et vous demande d’installer chacun
de ces périphériques afin de pouvoir les utiliser.
1. Définir : Périphérique ; Vidéo – Projecteur, Scanner
2. Expliquer la procédure de configuration d’un périphérique
3. Qu’attend – t – on par pilote périphérique ?
4. Qu’est-ce que qu’un gestionnaire de périphérique ?
5. Comment installer le pilote d’un périphérique ?
6. Enumérer les étapes de mise à jour d’un pilote de périphériques
REINVESTISSEMENT
Sur l’un des ordinateurs de la salle informatique de votre établissement, installer les
périphériques suivants : L’imprimante le Scanner et le Vidéoprojecteur.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 8


UNITE D’ENSEIGNEMENT 2 : UTILISATION DU
SUPPORT DE STOCKAGE
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Partitionner un disque dur ;
Connecter et déconnecter un support amovible ;
Formater un support de stockage amovible ;
Graver des données ;
CONTROLE DES PREREQUIS
1. Définir périphérique
2. Citer les types de périphériques puis donner es exemples pour chaque cas.
3. Définir support de stockage puis donner quelques exemples.
SITUATION PROBLEME
Votre papa vient d’acquérir un disque dur externe tout neuf. Il souhaite donc connecter
ce disque à son ordinateur pour pouvoir sauvegarder les informations en grande
quantité, ensuite le formater et le partitionner. Par ailleurs, il souhaite aussi
sauvegarder sur un DVD ses fichiers qui se trouve sur son ordinateur pour une meilleur
conservation. Ne pouvant pas tout seul réaliser ces tâches, il fait donc appel à vous
dans le but de l’aider.
Consignes :
1. Comment doit-il connecter ce disque dur à l’ordinateur ? (Réponse attendue :
identifier le port qui permet de connecter ce disque dur externe (port USB) puis
le connecter via ce port)
2. Donner les étapes de déconnexion de ce disque dur de l’ordinateur
(Réponse attendue : Dans la barre des tâches, cliquez sur la petite flèche pour
afficher plus d'icônes, Cliquez ensuite sur l'icône "Retirer le périphérique en
toute sécurité et éjecter le média", Dans le menu déroulant, sélectionnez le
périphérique à éjecter.
3. Que veut dire partitionner un disque dur ? (Réponse attendue : c’est le
subdivisé logiquement en plusieurs parties appelé partitions).
4. En quoi consiste le formatage d’un disque ? (Réponse attendue : effacer
toutes les données sur un disque dans le but d’installer un nouveau système de
fichier).
5. Expliquer en quoi consiste la gravure des données sur un CD.
(Réponse attendue : enregistrer les données sur un CD)
RESUME

CONNECTER ET DECONNECTER UN SUPPORT AMOVIBLE

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 9


En informatique, un support amovible et ou un média amovible est une mémoire de
masse conçue pour être insérer et retirée d’un ordinateur sans devoir éteindre ce
dernier c’est ce que nous appelons Hot Plug. Certains supports d’information doivent
être insérés dans un périphérique informatique qui leur est dédié par exemple :
Disquette dans le lecteur disquette ;
Clé USB, disque dur externe à tout port USB
Lorsque vous observez un ordinateur, vous pouvez voir qu’il existe différents types de
prises, appelées « ports ». Ceux-ci permettent de connecter les nouveaux
périphériques de votre ordinateur.

1. Une prise pour brancher un casque et une pour un micro ;


2. Un lecteur de cartes mémoires qui permet par exemple de lire la carte
mémoire de votre appareil photo ;
3. Un port USB 3.0 pour brancher un disque dur externe, une clé USB…
4. Un port HDMI qui permet par exemple de relier l’ordinateur à une TV
moderne ;
5. Un port Ethernet pour brancher un câble donnant accès à un réseau et à
Internet ;
6. Un port VGA pour connecter l’ordinateur à un projecteur ;
7. Des ports USB 2.0 pour brancher une souris, un disque dur externe, une clé
USB…
En général, des petites icônes permettent de reconnaitre facilement les prises.
N.B :
Sur les ordinateurs portables, les ports sont souvent situés sur les côtés de
l’ordinateur ;
Si vous avez un ordinateur fixe, les ports USB peuvent se trouver en façade
de la tour avant, ou de la tour arrière.

Quand vous n'utilisez plus votre périphérique USB, il est préférable de le retirer en
suivant quelques conseils, sinon, vous risquez de l’abimer ou de perdre vos données.
Pour cela :
Dans la barre des tâches, cliquez sur la petite flèche pour afficher plus
d'icônes :
Cliquez ensuite sur l'icône "Retirer le périphérique en toute sécurité et
éjecter le média" :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 10


Dans le menu déroulant, sélectionnez le périphérique à éjecter.

Un message apparait alors, et vous confirme que vous pouvez retirer votre
périphérique USB en toute sécurité.

LIBÉRATION DE L’ESPACE D’UN DISQUE DUR


La libération de l’espace d’un disque dur consiste à rendre libre une partie (ou la
totalité) l’espace du disque dur. On peut libérer de l’espace suivant différente
approches :
La suppression de certains fichiers ou dossiers du disque dur ;
La suppression des fichiers temporaires : Un fichier temporaire est un
fichier qui peut être créé par un programme pour y stocker des informations qui ne
sont utiles que pendant sa durée d'exécution ;
• Le vidage de la corbeille ;
• La désinstallation des logiciels inutilisés
Le formatage du disque dur : on formate un disque dur pour y installer un
système de fichier. Il libère généralement la totalité de l’espace de ce disque
dur ;
Le formatage est l’organisation d’un disque dans le but d’y stocker les données. Il
existe deux types de formatage :
• Le formatage de bas niveau (formatage physique) : consiste à organiser la
surface d’un disque en piste et secteur. Chaque piste est organisée en secteur.
L’ensemble de plusieurs secteurs est appelé cluster. Ce type de formatage est
réalisé à l’usine par le fabricant ;
• Le formatage de haut niveau (formatage logique) : consiste à créer les
systèmes de fichiers sur le disque qui permettront au système d’exploitation
d’utiliser l’espace disque pour stocker et utiliser les fichiers. Il se fait après le
formatage physique par l’utilisateur.

Pour réaliser le formatage logique, il faut faire un clic droit sur le support puis choisir
formater. Par contre pour le disque local qui contient le SE, il faut utiliser un disque
d’installation d’un SE pour le formater

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 11


PARTITIONNER UN DISQUE

Partitionner un disque dur, c’est fractionner le disque physique (matériel) en plusieurs


disques virtuels qui seront reconnus comme indépendants par les systèmes
d'exploitation. Le partitionnement d'un disque dur se fait après le formatage physique
de celui-ci. Les partitions servent par exemple à organiser un disque dur de grande
taille ou à faire cohabiter plusieurs systèmes de fichiers sur un même disque.
Sur Windows la partition sur laquelle sont installés les fichiers d'installations et de
configurations se nomme Disque C les autres noms des partitions sont appelés D, E,
F... Il existe trois sortes de partitions : la partition principale, la partition étendue et
les lecteurs logiques.
Les avantages du partitionnement sont :
- Installation de plusieurs systèmes d’exploitation sur le disque ;
- Economie de l’espace disque ;
- Augmentation de la sécurité des fichiers ;
- Organisation facile des données.
Exemple de logiciel : Partition Magic, partition expert, partition Manager, Fdisk,
Testdisk, GParted.
Procédure de partitionnement d’un Disque Dur à partir d’un logiciel de partitionnement
- Faire un Clic droit sur le poste de travail et choisir gérer ;
- Cliquer sur gestion des disques ;
- Faire un clic droit sur l’espace non alloué puis choisir « Réduire le
volume »;
- Choisir nouvelle taille ;
- Dérouler la liste des systèmes de fichiers et choisir le système de fichiers
voulu
- Donner le nom à la partition
- Cliquer sur « créer » ou « OK »

GRAVER LES DONNEES


Graver c’est l’opération qui consiste à enregistrer des données sur un CD, soit pour
produire un CD – Rom/DVD-Rom (enregistrement définitif) soit un CD-RW/DVD-Rom
(que l’on peut effacer). Pour graver les données ou faire des gravures, il faut un lecteur
de gravure, les CD/DVD-Rom et surtout des logiciels de gravure (Express burn, NERO
Burning…)
Graver une donnée a pour but essentielle de sauvegarder de sécuriser les données
pour une utilisation prochaine. La procédure de gravure des données est la suivante :
Sélectionner le(s) fichier(s), cliquer avec le bouton droit de la souris et choisir
Envoyer vers Lecteur DVD RW (D:) ;
Insérer un disque vierge dans le lecteur DVD RW (D:) ;
Dans la fenêtre, cliquer sur Graver sur disque ;
Récupérer le disque une fois la gravure terminée.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 12


SITUATION D’INTEGRATION
Vous avez cliqué sur l’icône ordinateur de l’ordinateur de votre grand frère et vous
avez vu apparaitre la figure ci-dessous :

1. De quoi s’agit-il ?
2. Définir partition puis identifier le nombre de partition de disque dur de cet
ordinateur.
3. Donner les étapes de partitionnement d’un disque dur.
4. Il souhaite formater le disque F.
a. Que veut dire formater un disque
b. Donner les étapes de formatages d’un disque
5. Les photos de mariage de votre grande C ont été sauvegarder dans la partition
D. votre frère souhaite les graver sur un CD afin d’envoyer cela à votre sœur.
a. Que veut dire graver les données sur un CD.
b. Donner les étapes de la réalisation d’une gravure.
REINVESTISSEMENT
A l’aide d’un ordinateur mis à votre disposition, réaliser les tâches suivantes :
1. Connecter un disque dur externe à votre ordinateur
2. Formater ce disque dur
3. Partitionner ce disque dur en 03 partitions
4. Déconnecter ce disque dur.
5. Graver sur un CD ROM n fichier de votre choix se trouvant dans votre
ordinateur.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 13


UNITE D’APPRENTISSAGE 2 :
DESCRIPTION ET PRATIQUE DE LA
SECURITE INFORMATIQUE
Compétences visées :
• Description des concepts fondamentaux de la sécurité informatique ;
• Protection logicielle d’un poste de travail ;
• Sécurisation et protection des données

Leçon 3 : Introduction à la sécurité informatique


Leçon 4 : Sécurisation de l’espace de travail
Leçon 5 : Techniques de protection des données informatiques

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 14


UNITE D’ENSEIGNEMENT 3 : INTRODUCTION A
LA SECURITE INFORMATIQUE
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Enoncer les principes fondamentaux de la sécurité informatique ;
Présenter les avantages de la sécurité informatique ;
CONTROLE DES PREREQUIS
1. Définir système informatique, internet
2. Présenter les inconvénients de l’utilisation de système informatique.
SITUATION PROBLEME
Votre maman a décidé d’ouvrir un compte Orange Money. Lors de l’ouverture
de ce compte, on lui demande de créer un code de quatre chiffres et de ne pas donner
ce code à qui que c’est soit. Ne connaissant pas de quoi il s’agit, elle se dirige vers
vous pour lui expliquer l’importance de ce code.
Consignes
1. A quoi sert le code crée par votre maman ? (Réponse attendue : à protéger
son compte Orange Money).
2. A quel domaine de l’informatique fait-on allusion ? (Réponse attendue : La
sécurité informatique).
3. Définir la sécurité informatique. (Réponse attendue : La sécurité
informatique est une discipline qui se veut de protéger l’intégrité et la
confidentialité des informations stockées dans un système informatique)
4. Présenter deux avantages de la sécurité informatique (Réponse attendue : la
protection des données et garantir l’intégralité des données).
RESUME
La sécurité informatique est une discipline qui se veut de protéger l’intégrité et
la confidentialité des informations stockées dans un système informatique.
Un système de sécurité est « l’ensemble des moyens techniques,
organisationnels et humains nécessaires pour préserver et garantir la sécurité du
système d’information de l’entreprise »
Un système informatique peut être protégé du point de vue logique (avec le
développement des logiciels) ou physique (concernant la manutention électrique, par
exemple). Par ailleurs, les menaces peuvent dériver de programmes malveillants qui
s’installent sur l’ordinateur de l’utilisateur (comme un virus) ou venir à distance (les
délinquants qui se connectent sur Internet et qui rentrent dans de différents systèmes).
PRINCIPE DE LA SECURITE INFORMATIQUE.

La sécurité informatique repose sur 3 principes fondamentaux, regroupé au sein


de la triade :C.I.A en anglais (Confidentiality, Integrity and Availability) ; C.I.D en

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 15


français : Confidentialité, Intégrité et Disponibilité). L’opposé de cette triade qui est :
D.A.D (Disclosure, Alteration, Denial).

Confidentialité
La confidentialité est le fait de s’assurer qu’une information est accessible uniquement
par les entités qui ont le droit d’accéder à celle-ci.

Intégrité
L'intégrité, c’est le fait garantir que les données sont bien celles que l'on croit être ;
consiste à déterminer si les données n'ont pas été altérées durant la communication
(de manière fortuite ou intentionnelle). En bref, L’intégrité s’assure que la donnée
reste toujours intègre c’est-à-dire qu’elle n’a pas été modifiée par un tiers non
autorisé. Ce principe devra être respecté tout au long de la vie de l’information.
Garantir l’intégrité d’une donnée, c’est garantir que la donnée est restée fiable depuis
sa création.

Disponibilité
La disponibilité, permet de maintenir le bon fonctionnement du système d’information
; l'objectif de la disponibilité est de garantir l'accès à un service ou à des ressources.
En bref, La disponibilité est le fait de s’assurer que l’information soit toujours
disponible peu importe le moment choisit.

Schéma représentant les principes de la sécurité informatique

Entre autres, hormis la triade C.I.A cependant 2 autres principes complémentaire


viennent s’ajouter à ceux-là : l’Authenticité et la Non-répudiation. Mais celles-ci ne
sont pas des moindres.
L’Authenticité : Elle consiste à assurer que seules les personnes autorisées aient
accès aux ressources. L'authentification consiste à assurer l'identité d'un
utilisateur, c'est-à- dire de garantir à chacun des correspondants que son
partenaire est bien celui qu'il croit être. Par exemple, une authentification forte
serait de vérifier une identité avec un lecteur de carte à puce ainsi qu’avec un
scanner biométrique.
Non répudiation : Elle permet de garantir qu'une transaction ne peut être niée par
aucun des correspondants ;

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 16


AVANTAGES DE LA SÉCURITÉ INFORMATIQUE

Afin d’avoir une protection exhaustive de l’entreprise, il ne suffit pas seulement


d’installer un système de sécurité mais mettre en place celui qui répond le plus
efficacement possible aux besoins de sécurité de l’entreprise. Il est donc important de
bien le choisir. Un système de sécurité doit avant tout :

Assurer la protection externe et interne du système d’information ;


Garantir en tout temps la confidentialité des communications ;
S’aligner à la culture de l’entreprise ;
Contrôler l’accès à la ressource informatique avec certitude ;
Garantir le retour sur investissement ;
Flexible et souple : invariable quelques soit l’état de l’entreprise.

Implanter un système de sécurité fiable et efficace permet aux entreprises d’assurer


en quelque sorte leur progression dans le temps et de diffuser une image positive,
notamment pour les entreprises faisant du commerce via internet et/ou qui privilégient
un extranet avec leurs collaborateurs. En effet, cela permet de bâtir un registre de
solide de clientèle fidèle et nombreuse. Les principales raisons étant l’image de
sécurité, fiabilité et stabilité qui met la clientèle et les collaborateurs en confiance
lorsqu’ils font affaire avec l’entreprise.
SITUATION D’INTEGRATION
Vous avez conseillé votre papa d’utiliser le service internet pour sauvegarder ses
données en ligne. Mais ce dernier n’est pas d’accord car il craint du faite que le
système de sécurité n’est soit défaillant.
1. Définir sécurité informatique,
2. Donner le but de la sécurité informatique
3. Enumérer les principes fondamentaux de la sécurité informatique
4. Expliquer le principe de confidentialité et de d’intégrité.
5. Présenter deux avantages de la sécurité informatique.
REINVESTISSEMENT
Votre papa a l’habitude de laisser ses fichiers dans son ordinateur sans les protéger.
Tout le monde à la maison a accès à ses données.
En quelques mots expliquer à votre papa l’importance de la sécurité informatique en
présentant les risques qu’il peut courir en négligeant la protection de ses données.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 17


UNITE D’ENSEIGNEMENT 4 : SECURISATION DE
L’ESPACE DE TRAVAIL
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Décrire quelques moyens de sécurité de son espace de travail
Décrire l’intérêt de la mise à jour d’un antivirus ;
Protéger les fichiers par mot de passe
CONTROLE DE PREREQUIS
1. Définir sécurité informatique.
2. Présenter les principes de la sécurité informatique
3. Présenter les avantages de la sécurité informatique.
SITUATION PROBLEME
Dans le Secrétariat de votre établissement, se trouve un ordinateur qui sert à saisir les
épreuves d’examens. Lorsque les élèves ont des exposés à imprimer, c’est encore le
même appareil qui leur est affecté. Alors le Proviseur redoutant que certains d’entre
vous n’arrivent à accéder aux épreuves, décide d’interdire l’accès à cet appareil aux
élèves. Pour contourner cela, le proviseur fait appel à vous.
Consignes :
1. Que faire pour éviter que les élèves aient accès aux épreuves séquentielles ?
(Réponse attendue : Il faut Protéger son espace de travail, Il faut sécuriser les
données ou Il faut créer un comptes utilisateur dédié aux élèves)
2. Comment appelle-t-on le compte crée spécialement pour les élèves ?
(Réponse attendue : compte invité)
3. Quel sera la particularité de ces différents comptes d’utilisateurs ? (Réponse
attendue : Un compte sera accessible par un mot de passe et l’autre non).
RESUME
Un compte d’utilisateur est un ensemble d’informations indiquant au système
d’exploitation les fichiers et dossiers auxquels l’utilisateur concerné peut accéder, les
modifications qu’il peut effectuer sur l’ordinateur ainsi que ses préférences telles qu’un
arrière-plan du Bureau ou un écran de veille. On accède à son compte d’utilisateur à
l’aide d’un nom d’utilisateur et d’un mot de passe. Ici, il est question de protéger notre
espace de travail.

QUELQUES MOYENS DE SECURISER SON ESPACE DE TRAVAIL


Sécuriser son espace de travail c’est sécuriser c’est sécuriser l’espace de travail local
et l’espace de travail distant.
Sécurité de l’espace de travail local

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 18


On sécurise l’espace de travail local :
• En sauvegardant régulièrement ses données sur des supports amovibles ou
distants ;
• En limitant l'accès à son espace de travail et ses fichiers ;
• En maîtrisant ses traces ;
• En protégeant son système des logiciels malveillants ;
• En identifiant les situations à risques ;
• En étant capable de restaurer l'intégrité de son système.

Sécuriser l’espace de travail distant


On sécurise l’espace de travail distant :
• En déposant ses fichiers dans un espace privé ;
• En limitant tout risque d'usurpation d'identité (mot de passe complexe ;
déconnexion de sa session ; etc.)
GESTION DES COMPTES UTILISATEURS
Il existe trois types de comptes et chaque type confère à l’utilisateur un niveau de
contrôle bien défini sur l’ordinateur. Il s’agit du compte Administrateur, du compte
utilisateur Standard et du compte Invité. Mais dans ce cours nous allons nous
appesantir sur les comptes Administrateur et invité.
Compte Administrateur
Un compte Administrateur est un compte utilisateur qui permet d’effectuer des
modifications dont la portée aura une incidence pour les autres utilisateurs. Les
administrateurs peuvent modifier des paramètres de sécurité, installer des logiciels et
des matériels, et accéder à tous les fichiers de l’ordinateur. Ils sont également habilités
à modifier d’autres comptes d’utilisateurs.
Le compte Administrateur est donc le compte qui donne les pouvoirs les plus étendus
à l’utilisateur. Ce dernier a alors le contrôle le plus complet sur l’ordinateur et ce compte
ne doit être utilisé qu’en cas de besoin. Il est généralement caractérisé par un mot de
passe.
Un mot de passe est une chaîne de caractères qui sert de code d’accès à un compte
utilisateur. Les mots de passe garantissent que des personnes non autorisées ne
peuvent pas accéder à l’ordinateur. Le mot de passe permet de garantir la protection
des informations sur votre ordinateur, Pour cette raison, il ne faut jamais communiquer
votre mot de passe et ne l’écrivez pas à un endroit accessible à quelqu’un d’autre.
Compte invité
Le compte Invité est principalement destiné aux personnes qui utilisent l’ordinateur de
manière temporaire. Les pouvoirs dévolus à l’utilisateur de ce compte sont très être
réduits. Ainsi, les utilisateurs d’un compte Invité ne peuvent pas installer de logiciels
ou de composants matériels, voire avoir accès aux fichiers, dossiers et ou informations
du compte Administrateur, modifier des paramètres ou créer un mot de passe.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 19


AUTHENTIFICATION DES UTILISATEURS
Dans un système informatique l’un des aspects sécuritaires se repose sur le contrôle
des utilisateurs c’est-à-dire le contrôle des privilèges liés aux personnes devant être
acteur du système. C’est donc la raison pour laquelle plusieurs systèmes disposent
des droits. Surpression, modifications lecture ou alors de créations des données.
INTERET DE L’UTILISATION DE L’ANTIVIRUS
Un Antivirus est un Programme qui empêche les virus de contaminer un ordinateur.
Exemple d’antivirus : Kaspersky, Avast, Norton, Avira etc...
Il peut parfois, ne pas toujours, neutraliser un virus déjà présent. Le rôle essentiel d'un
antivirus est d'interdire l'arrivée d'un virus dans la machine. Si le virus a réussi à
pénétrer à l'intérieur du système, l'action de l'antivirus sera beaucoup moins efficace.
Il faudra alors recourir à un antidote que l'on télécharge sur le site d'un éditeur
d'antivirus ou sur des sites spécialisés dans la sécurité. Pour être efficace un antivirus
doit :
- Être présent sur la machine avant toute source de contamination ;
- Être actif en permanence ;
- Être à jour : base antivirale et moteur de détection.
Notons que pour que l’antivirus soit à jour, il doit être mise à jour. La mise à jour
(Update en anglais) d’un logiciel c’est le fait de remplacer tout simplement un logiciel
par une version récente. La mise à jour d’un logiciel à une utilité liée au type de logiciel
il existe les mises à jour critiques et facultatives.
PROTECTION DES FICHIERS PAR UN MOT DE PASSE
La protection des données consiste à déployer des moyens et des dispositifs visant à
sécuriser le système d'information ainsi que de faire appliquer les règles définies dans
la politique de sécurité. Les principaux dispositifs permettant de sécuriser un réseau
contre les intrusions sont par : Le mot de passe, le système de pare – feu, le
chiffrement, le droit d’accès etc… mais ce qui nous intéresse dans ce cadre c’est la
méthode de protection des fichiers par mot de passe.
Comment Protéger des fichiers par mot de passe
Généralement sur nos PC, la plupart de nos fichiers sur sont facilement ouvrable et
modifiable par tous les utilisateurs. Mais nous pouvons rendre cela impossible en
protégeant ce fichier un mot de passe à l’enregistrement voici les étapes à suivre :
• En enregistrant le fichier en question, cliquez le boutons fichier enregistrer
sous ;
• Sélectionnez un emplacement dans lequel enregistrer le fichier (ordinateur,
OneDrive ou site web, Mes documents…), puis cliquez sur Parcourir ;
• Dans la boîte de dialogue Enregistrer sous, cliquez sur Outils Options général

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 20


• Dans la boîte de dialogue options d’enregistrement, sous partage de fichier,
ajoutez des mots de passe pour votre fichier :
- Mot de passe de protection : ce mot de passe est nécessaire pour ouvrir
le fichier ;
- Mot de passe de réservation d’écriture : tout le monde peut lire le fichier,
seules les personnes qui disposent de ce mot de passe peuvent apporter
des modifications.

• Retapez les mots de passe dans la boîte de dialogue confirmer le mot de passe,
puis enregistrez votre fichier.
N.B :
• Pour des données sensibles à protéger il est conseillé d’utiliser un mot de passe
fort c'est-à-dire mot de passe constitué d’au moins 14 caractères contenant des
lettres, des chiffres et des caractères spéciaux ;
• Pour protéger les fichiers, on peut aussi utiliser les logiciels de protection telle
que : Protect folder, PDFelement, Folder lock, CryptoForge, SafeHouse…
et aussi les logiciels de compression peuvent nous servir à protéger les fichiers
par mot de passe.
SITUATION D’INTEGRATION
En l’absence du professeur, NASSOUROU a ouvert une session de travail à travers
le compte utilisateur élève dans l’intention d’installer un jeu vidéo. Cependant il est
bloqué parce que l’appareil lui demande un mot de passe Administrateur.
1. Qu’est-ce que l’on entend par « Compte Administrateur » ?
2. Quels sont les pouvoirs d’un administrateur dans un ordinateur partagé ?
3. Pourquoi est-il risquant que d’autres personnes connaissent le mot de passe
Administrateur ?
REINVESTISSEMENT
Protéger un fichier de votre choix sur votre ordinateur par un mot de passe.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 21


UNITE D’ENSEIGNEMENT 5 : TECHNIQUES DE
PROTECTION DES DONNEES INFORMATIQUES

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Décrire quelques techniques de protection des données (cryptage/chiffrement,
compression, usage d’un antivirus)
CONTROLE DE PREREQUIS
1. Définir sécurité informatique
2. Présenter les avantages de la sécurité informatique
3. Expliquer comment sécuriser son espace de travail.
SITUATION PROBLEME
La société PIC’S CAMEROON est une entreprise qui fait dans la recherche et le
développement informatique. A la fin d’une étude basée sur le développement d’un
Organisation, il constate que fruit de ses recherches est divulgué sur internet. Ce
posant plusieurs questions, le responsable de cette structure vous pose la question de
savoir comment leurs données ont pu se retrouver à la merci du public et surtout
voudrait savoir comment protéger ses données pour qu’elles ne soient plus divulguer
et ou altérer.
Consignes
1. Comment nomme – t – on le fait qu’un individu quelconque divulgue les résultats
d’une recherche sans l’aval de l’auteur ? (Réponse attendue : La
cybercriminalité).
2. Comment une entreprise doit – elle faire pour éviter la divulgation de leurs
recherches et ou données au grand public ? (Réponse attendue : Il doit les
protéger et sécuriser).
3. Quelles sont les techniques de protection des donnés contre le cybercriminel
que vous connaissiez ? (Réponse attendue : le cryptage la compression,
l’utilisation de mot de passe, ...)
4. Quelle est la technique de protection des donnés contre l’attaque virale que
vous connaissiez ? (Réponse attendue : l’utilisation de l’antivirus, la
compression).

RESUME
La protection des données consiste à déployer des moyens et des dispositifs visant à
sécuriser le système d'information ainsi que de faire appliquer les règles définies dans
la politique de sécurité. Les principaux dispositifs permettant de sécuriser un réseau
contre les intrusions sont :

• Les systèmes Pare – Feu. Dispositif matériel et logiciel qui protège un système
informatique connecté à internet des tentatives d’intrusion qui pourraient en

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 22


provenir. Le pare feu définit les types de communications autorisés, surveille et
contrôle les applications et les flux de données. Néanmoins ce type de dispositif
ne protège pas la confidentialité des données circulant sur le réseau ;
• La cryptographie/Chiffrement : La cryptologie s’attache à protéger les
messages en utilisant des clés. La cryptographie vise à rendre le message
inintelligible à toutes autres personnes sauf le destinataire du message. Elle
permet ainsi de garantir la confidentialité des échanges. On s’appuient
généralement sur plusieurs algorithmes cryptographiques tels que DES, RSA,
etc..
• Antivirus : Programme qui empêche les virus de contaminer un ordinateur. Il
peut parfois, pas toujours, neutraliser un virus déjà présent. Le rôle essentiel
d'un anti-virus est d'interdire l'arrivée d'un virus dans la machine. Si le virus a
réussi à pénétrer à l'intérieur du système, l'action de l'antivirus sera beaucoup
moins efficace. Il faudra alors recourir à un antidote que l'on télécharge sur le
site d'un éditeur d'anti-virus ou sur des sites spécialisés dans la sécurité. Pour
être efficace un antivirus doit :
En nous avons encore d’autres techniques de protection à l’instar de :
Les mots de passe Lors de la connexion à un système informatique, celui-ci demande
la plupart du temps un identifiant (en anglais login ou username) et un mot de passe
(en anglais password) pour y accéder. Ce couple identifiant/mot de passe forme ainsi
la clé permettant d'obtenir un accès au système. Pour des données sensibles à
protéger il est conseillé d’utiliser un mot de passe d’au moins 14 caractères contenant
des lettres, des chiffres et des caractères spéciaux ;
Les systèmes Pare – Feu. Dispositif matériel et logiciel qui protège un système
informatique connecté à internet des tentatives d’intrusion qui pourraient en provenir.
Le pare feu définit les types de communications autorisés, surveille et contrôle les
applications et les flux de données. Néanmoins ce type de dispositif ne protège pas la
confidentialité des données circulant sur le réseau ;
Le VPN (Virtual Private Network) : correspond à la mise en place de tunnels
sécurisés. Ce système permet de créer un lien direct entrer des ordinateurs distants
qui isole leurs échanges du reste du trafic se déroulant sur le réseau. (permet d'obtenir
un niveau de sécurisation supplémentaire dans la mesure où l'ensemble de la
communication est chiffrée ;
Droit d’accès et privilèges : les droits d’accès sont des privilèges attribués à un
utilisateur pour accéder à des informations. L’utilisateur peut bénéficier des privilèges
suivants : lecture, écriture ou modification, privilège d’administration dans le cas des
serveurs ou des appareils de sécurité comme le firewall (pare feu matériel).
La compression est l’action qui permet de réduire la taille des fichiers afin
d’économiser l’espace mémoire sur le support. Les fichiers compresser sont donc à
l’abri des virus informatiques. Généralement on utilise les fichiers compresser comme
pièces jointes dans l’envoi des mails.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 23


SITUATION D’INTEGRATION
Votre grand frère TOUZA qui est professeur d’informatique a écrit un bord
d’informatique de la classe de la 1ère A. Il a donc sauvegardé le fichier numérique sur
son ordinateur. A son absence, l’un de ses collègues a pu accéder à son ordinateur, il
prit donc ce fichier et se mit à imprimer le document pour les vendre. Etant au courant,
votre grand frère menace son collègue de porter plainte.
1. Qu’aurait fait votre grand frère pour éviter l’accès à ses données.
2. Donner quelques techniques de protection qu’il pourra utiliser.
3. Expliquer en quoi consiste le chiffrement d’une donnée.
REINVESTISSEMENT
Protéger les données qui sont dans votre ordinateur en utilisant l’un des techniques
apprise pendant le cours.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 24


UNITE D’APPRENTISSAGE 3 :
MANIPULATION D’UNE FEUILLE
DE CALCUL
Compétences visées :
• Production d’une facture ;
• Interprétation des résultats ;
• Analyse des données ;
• Prise de décisions

Leçon 6 : Utilisation des formules


Leçon 7 : Fonctions prédéfinies avancées
Leçon 8 : Insertion de graphiques et zones d’impression

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 25


UNITE D’ENSEIGNEMENT 6 : UTILISATION DES FORMULES

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Saisir des formules dans les cellules ;
Utiliser les références dans une formule ;
Saisir une facture dans Excel ;
CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Donner les étapes de démarrage d’un logiciel
2. Savoir utiliser la souris et le clavier.

SITUATION-PROBLEME
A cause de variations de prix de marchandises sur le marché, votre papa qui est
commerçant souhaite automatiser ses factures en utilisant son ordinateur. Pour cela,
il cherche un logiciel qui lui aidera à rendre plus facile ses calculs. Vous étant son
enfant qui a un peu d’expérience dans ce domaine, il vous demande donc de l’aide.
Consignes
1. Comment appelle-t-on les logiciels qui permettent de réaliser les calculs ?
(Réponse attendue : tableurs)
2. Citer deux exemples de ces logiciels ? (Réponse attendue : Microsoft Excel,
Corel Quattro Pro)
3. Comment appelle-ton un document produit avec un tableur ? (Réponse
attendue : classeur)
4. De quoi est constitué un classeur ? (Réponse attendue : feuille de calcul)
5. De quoi est constitué une feuille de calcul ? (Réponse attendue : cellules)
6. Quel élément permet-il la réalisation des calculs dans un tableur ? (Réponse
attendue : formules).
7. Comment s’effectue la saisie d’une formule ? (Réponse attendue : en
commençant toujours par le signe « = »).

RESUME
PRESENTATION DES TABLEURS
Les tableurs sont des logiciels de création et de manipulation interactive de tableaux
numériques. On peut utiliser un tableur pour un certain nombre de documents
administratifs ou comptables : facture ; bordereaux ; relevés de compte ; bulletins de
paie ; budget ; tableaux de statistiques ; relevés de notes.
Un tableur est un logiciel permettant d'effectuer automatiquement des calculs sur des
données stockées dans un tableau. Il peut être vu comme un super calculateur, mais
avec des fonctionnalités bien supérieures : Contenu dynamique, Automatisation,
fonctions…

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 26


Il existe de nombreux tableurs développés par les grands éditeurs. Les principaux
tableurs sont :
o Microsoft Excel, de la suite bureautique Microsoft Office
o Sun StarOffice Calc, de la suite StarOffice
o OpenCalc, de la suite OpenOffice
o IBM/Lotus 1-2-3 de la suite SmartSuite
o Corel Quattro Pro de la suite WordPerfect
o KSpread de la suite libre KOffice sous Linux
NB : Dans la suite, notre étude portera sur le tableur Ms Excel
À son premier lancement, Excel s’ouvre en affichant la fenêtre suivante :

Le document obtenu ci-dessus est appelé classeur. Sur cette fenêtre on y trouve des
éléments suivants :
o La feuille de calcul : La feuille de calcul est le document dans lequel on pourra
créer les tableaux et réaliser les calculs. Une feuille de calcul est constituée de
lignes et de colonnes. Généralement les lignes sont référencées par des numéros
(1, 2, 3, …) ou (L1, L2, L3, …). Les colonnes sont référencées par des lettres ou
des numéros (A, B, C,.., AA, AB, ..) ou (C1, C2, C3, …).Chaque feuille de calcul est
composée de 256 colonnes et de 65536 lignes.

o La cellule : L’intersection d’une ligne et d’une colonne.


Afin de pour manipuler des données provenant de différentes cellules dans des
calculs, il est nécessaire de pouvoir y faire référence à une cellule encore appelée
adresse de la cellule. Il existe plusieurs façons de faire référence à une cellule :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 27


- La référence absolue : représente le moyen de distinguer une cellule de façon
unique dans une feuille de calcul. Par exemple $A$2 pour la cellule située à
l’intersection de la colonne A et de la ligne 2
- La référence relative : c’est l’expression de sa position par rapport à une autre
cellule. Par exemple, la cellule située à l’intersection de la colonne B et la ligne
3 est référencée par B3

La cellule B3 est donc dite cellule active (cellule sélectionnée et qui est prête à
recevoir la donnée). Par défaut, à l'ouverture d'un classeur, la cellule active de la
première feuille est la cellule d'adresse (de référence) A1
- Référence mixte
- Référence nommée
Pour utiliser certaines fonctions, il faire référence à une groupe de cellules appelé
plage. Certaines plages de cellules sont composées uniquement de cellules qui se
touchent. On parle de plages continues. Dans le cas contraire on parle de plage non
continue.
Exemple : Les cellules B1, B2, C1, C2 forment de plage continue car elles se touchent
toutes Par contre les cellules A1, B4, et B7 forment une plage non continue
Pour faire référence à une plage continue il faut :
- Ecrire la référence de la cellule située en haut à gauche de la plage
- Ajouter le signe deux points (:)
- Ecrire la référence de la cellule située en bas à droite de la plage
Exemple : La plage formée par les cellules B1, B2, C1, C2 sera notée B1 :C2
LES TYPES DE DONNEES UTILISEES DANS LES CELLULES
Dans une cellule, on peut saisir des données et des formules :
► Les données peuvent être :
- Des nombres,
- Des dates et heures,
- Du texte.
► Les formules décrivent un calcul.
La donnée dans uun tableur se saisi dans la cellule active. Pour valider la saisie, on
passe à une autre cellule, en utilisant la touche Entrée du clavier ou la touche de
tabulation ou tout simplement en cliquant dans la cellule suivante.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 28


SAISIE D’UNE FORMULE
► Une formule décrit un ensemble de calcul pouvant faire intervenir plusieurs
cellules. Elles commencent toutes par le signe ‘=’ suivi :
- D’une expression,
- D’une fonction.

Pour saisir une formule dans une cellule :


• Sélectionner d’abord la cellule en question ;
• Saisir le signe d’égalité (=) ;
• Saisir l’expression de la formule en utilisant les références des cellules
qui contiennent des données que l’on souhaite utiliser.
• Valider en utilisant la touche entrée.
Exemple :

Formule de calcul de 25+90 Réponse obtenue après validation de la formule

NB :
La recopie d’une formule renferme la méthode de reproduction d’une succession
d’élément sans toutefois les saisir toute. C’est le cas des formules, des jours, des
heures, des mois dans une feuille de calcul.
Procédure :
Saisir une valeur ou une formule dans une cellule
Placer le curseur sur le bouton de recopie et s’assurer que le pointeur a pris
la forme d’une croix noire (forme deux vu plus haut)
Cliquer sur la souris. Sans, lâcher, déplacer le curseur jusqu’à la dernière
cellule de la plage à remplir.
Exemples :

REALISATION D’UNE FACTURE


Dans la réalisation d’une formule, on utilise les opérations arithmétiques. Pour
effectuer une opération, la saisie débute toujours par le signe égal (=). Dans les
cellules on ne met les chiffres, mais les références de cellules qui les contiennent.
Comme opération arithmétiques on a : l’addition, la soustraction, la multiplication et la
division.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 29


Operateur Nom Exemple Exemple avec adresse des cellules
+ (plus) Addition 2+1=3 =B3+C4
- (moins) Soustraction 6-3=3 =E3-D4
* (astérisque) Multiplication 3*1=3 =A2*C6
/ (slash) Division 3/1=3 =E4/B2

Il existe d’autres opérateurs comme : % pour pourcentage et ^pour exposant :


Par exemple : 4%=0,04 et 3^2=9

SITUATION D’INTEGRATION :
Vous souhaitez aider votre papa à realiser sa facture ci-dessous en utilisant un
tableur.

a. Définir tableur puis donner deux exemples.


b. Qu’allez-vous utiliser pour faire les calculs dans cette facture ?
c. Écrire la formule en mettre dans la cellule D2 pour avoir le montant total de vente
des chaises.
d. Que doit-on faire pour avoir le montant total de vente de chacun des autres
articles (télévision et tables) ? Expliquez comment on procède.
e. Quelle formule doit-on insérer dans la cellule D5 pour avoir le montant total de
vente de tous les articles.

REINVESTISSEMENT
En l’utilisant le tableur Excel, réaliser une facture de votre choix en effectuant tous les
calculs possibles en utilisant les formules appropriées.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 30


UNITE D’ENSEIGNEMENT 7 : FONCTIONS PREDEFINIES
AVANCEES

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Utiliser quelques fonctions prédéfinies avancées pour résoudre des problèmes
Utiliser les fonctions SOMME.SI() et NB.SI() ;
CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Identifier les parties d’un tableur
2. Savoir saisir les données dans un tableur.
3. Savoir utiliser la souris et le clavier.
SITUATION PROBLEME
Dans le but de calculer sa moyenne dans les matières scientifiques, votre ami à
réaliser avec Ms Excel le tableau ci-dessous :
A B C D
1 Matières Notes/20 Coeff. Note x Coeff.
2 Maths 12 5 ?
3 Info 10 3 ?
4 SVTEEHB 09 2 ?
5 PCT 08 3 ?
6 Total ? ?
7 Moyenne=……………….. / 20
Ne pouvant pas tout seul réaliser les différents calculs, il fait appel à vous dans le but
de l’aider.
Consignes :
1. Dans quelle cellule doit-il mettre la moyenne de ses notes ? (Réponse
attendu : dans la cellule A7)
2. Par quoi commence la saisie d’une formule dans un tableur ? (Réponse
attendu : par l’égalité)
3. Que contient une formule dans un tableur ? (Réponse attendu : les références
de cellules et/ou les fonctions).
4. Quelles fonctions utilise-t-on pour réaliser les tâches suivantes :
- Calcul de moyenne : Moyenne()
- Calcul de somme : Somme()
RESUME
UTILISATION DES FONCTIONS PREDEFINIES AVANCEES
Une formule, en plus des références des cellules, elle peut contenir les fonctions. On
trouve dans des tableurs des fonctions prédéfinies permettent chacune de réaliser une
tache bien précise. Ces fonctions sont regroupées par catégories à savoir :
FONCTIONS MATHEMATIQUES

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 31


La fonction Somme () : Elle permet l’addition de plusieurs nombres ou valeurs contenus
dans les cellules. Sa syntaxe est : = Somme (Arg1 ;Arg2….) où arg1 et arg2 sont des
nombres ou des adresse de cellule contenant l’une des donnée à sommer.
La fonction Produit () : permet de multiplier de plusieurs nombres ou valeurs
contenus dans les cellules. Sa syntaxe est : = produit (Arg1 ;Arg2….) où arg1 et
arg2 sont des nombres ou des adresse de cellule contenant l’une des donnée à
multiplier.
La fonction Moyenne () : permet de calculer la moyenne de plusieurs nombres ou
valeurs contenus dans les cellules. Sa syntaxe est : = moyenne (Arg1 ;Arg2….) où
arg1 et arg2 sont des nombres ou des adresse de cellule contenant l’une des donnée
que l’on désire calculer la moyenne.
La fonction Min () : permet de détermine la plus petite valeur des arguments spécifiés
qui peuvent être des nombres, des adresses de cellules ou de champs.
Sa syntaxe est : = min (Arg1 ;Arg2….)
La fonction Max () : Détermine la plus grande valeur des arguments spécifiés qui
peuvent être des nombres, des adresses de cellules ou de champs.
Sa syntaxe est : = moyenne (Arg1 ;Arg2….)
La fonction Rang () : Elle permet de renvoyer le rang d’un nombre dans une liste.
Sa syntaxe est : =RANG(Nombre ;Référence ;Ordre)

FONCTIONS DE TEXTE

La fonction « = majuscule() » : elle permet de convertir un texte entièrement en


majuscules. La syntaxe est : =majuscule (texte) où Le texte est l’élément que l’on
veut convertir en majuscule.
Exemple : la formule =MAJUSCULE(A1) convertit la chaine contenue dans la cellule
A1 en majuscule
La fonction « =Minuscule()» : Elle fonctionne comme la fonction majuscule et
renvoie plutôt du texte converti entièrement en minuscule.
La fonction «remplacer ()» : elle permet de remplacer une chaîne de caractères par
une autre, en fonction du nombre de caractères spécifiés.
Syntaxe est : =REMPLACER(ancien_texte; no_départ; no_fin; nouveau_texte)
• ancien_texte : représente le texte dont vous voulez remplacer un nombre donné
de caractères
• no_départ : représente la place du premier caractère de la chaîne ancien_texte
là où le remplacement par nouveau_texte doit commencer.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 32


• no_fin : représente la place du dernier caractère de la chaîne ancien_texte là où
le remplacement par nouveau_texte doit finir.
• nouveau_texte : représente le texte qui doit remplacer les caractères
d'ancien_texte.

FONCTIONS DE DATE ET HEURE

La fonction Date () : Elle permet de renvoyer le numéro de série séquentiel qui


représente une date particulière.
Sa syntaxe d’utilisation est : =DATE(année;mois;jour).
La fonction Année () : Elle extrait le numéro de l’année contenu dans la date.
Sa syntaxe est : =Année (Date) où Date est une date ou une adresse de cellule
contenant une date.
Fonction Mois () : Elle extrait le numéro du mois de l’année contenu dans une date.
Sa syntaxe est =Mois (Date) où Date est une date ou une adresse de cellule
contenant une date.
Fonction Jour() : Elle extrait le numéro du jour contenu dans la date.
Sa syntaxe est =Jour(Date) où Date est une date ou une adresse de cellule contenant
une date.
Fonction « Maintenant () » : Donne le numéro de série de la date et de l’heure en cours.
La syntaxe de cette fonction est : MAINTENANT ()
N.B : cette fonction n’a pas d’argument.

Pour insérer une fonction dans une formule Excel, on procède comme suit :
• Choisir la cellule destinée à contenir la formule puis saisir le signe « = » ;
• Cliquer sur le menu Formules ;
• Cliquer ensuite sur l’icône pour insérer une fonction ;
• Choisir la fonction souhaitée dans la boite de dialogue qui apparait. ;
• Mettre les arguments de la fonction puis cliquer sur OK.

CALCUL CONDITIONNEL
Le calcul conditionnel est un calcul qui se réalise avec condition. Il existe des fonctions
de tableur qui permet de faire le calcul conditionnel, dont quelques exemples sont
donnés dans le tableau ci-dessous :
Fonctions Rôle
Compte, dans la plage de cellules
NB.SI(plage; critère) spécifiée, le nombre d'éléments
correspondant au critère indiqué.
Recherche dans une plage de cellules si
SOMME.SI un critère est vérifié et effectue alors la
(plage;critère;somme_plage), somme des valeurs des cellules d'une
autre plage.
Exemples : Soit le tableau suivant :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 33


1. La formule permettant d’avoir le total de note de maths inférieure à 10 est
=SOMME.SI (B2 : B6 ;" < 10" ; B2 : B6 )
La formule permettant d’avoir le total de note d’info inférieure à 10 est
=SOMME.SI (C2:C6;"< 10";C2:C6)
2. La formule permettant d’avoir le total de note de maths supérieure à 10 est
=SOMME.SI (B2 : B6 ;" >10" ; B2 :B6 )
La formule permettant d’avoir le total de note d’info supérieure à 10 est
=SOMME.SI(C2:C6;">10";C2:C6)
3. La formule permettant de trouver le nombre de moyenne en Maths est =
NB.SI(B2 :B6 ; ">=10")
4. La formule permettant de trouver le nombre de moyenne en info est =
NB.SI(C2 :C6 ; ">=10")

SITUATION D’INTEGRATION :

Dans le but de s’initier dans l’utilisation d’un tableur, votre papa vous sollicite pour
répondre à certaines de ses préoccupations.
1. C’est quoi une fonction dans un tableur.
2. Donner la procédure d’une fonction dans un tableur
3. Pour chacun des types de fonctions suivants, énumérer deux exemples puis
donner leurs syntaxes d’utilisation.
- Fonction mathématique
- Fonction de texte
- Fonction date et heure
4. Recopier puis compléter le tableau ci-dessous :
Fonctions Rôle Syntaxe
NB.SI

SOMME.SI

REINVESTISSEMENT
Le tableau ci-dessus présente les notes de 12 élèves d’une classe de 3ème

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 34


1. Ouvrir un tableur et saisir les données comme présenté dans le tableur ci-dessus
2. Saisir les formules appropriées dans les cellules pour déterminer le total, la
moyenne, le rang de chaque élève
3. Enregistrer votre travail au bureau et quitter le logiciel

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 35


UNITE D’ENSEIGNEMENT 8 : INSERTION DE GRAPHIQUES ET
ZONES D’IMPRESSION

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Insérer des graphiques ;
Insérer une zone d’impression
CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Savoir saisir une donnée dans un tableur
2. Savoir saisir une formule dans un tableur
3. Donner les étapes d’insertion des fonctions prédéfinies dans un tableur.
SITUATION PROBLEME
Lors d’une étude statistique menée dans votre classe portent sur la taille des élèves
en fonction de leur âge, le professeur de mathématiques à ressortir le tableau suivant :
Age 13 14 15 16 17 Total
Taille (cm)

Dans le but de mieux, interpréter ces données, il souhaite les représenter


graphiquement. Pour il a besoin de votre aide.
Consignes :
1- Existe-t-il un outil informatique que l’on peut utiliser pour représenter
graphiquement ces informations ? si oui lequel (Réponse attendue : oui en
utilisant un tableur).
2- A partir de quel onglet de la barre de menu insère-t-on un graphique ? (Réponse
attendue : menu insertion dans le groupe graphique)
3- Donner les étapes d’insertion d’un graphique (Réponse attendue : saisir les
données dans la feuille de calcul, sélectionner ces données, cliquer sur insertion
puis choisir le type de graphique à insérer).
4- Que doit-il faire pour imprimer le graphique qu’il a produit avec le tableur ?
(Réponse attendue : aller dans le menu fichier et en choisissant le bouton «
imprimer ».)
RESUME

Les fonctions graphiques permettent de représenter les données de manière à mieux


les exploiter. Les tableaux ne montrent pas toutes les informations ou alors elles ne
sont pas facilement visibles.

TYPE ET INSERTION D’UN GRAPHIQUE DANS UN TABLEUR.


Le tableau suivant résume le type de graphique usuels et leur description :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 36


Pour insérer un graphique nous avons besoin des données récupérées dans un
tableau. La procédure est la suivante :
• Sélectionner les données à utiliser ;
• Dans la barre de menu choisir celui qui propose les graphiques ;
• Choisir le type de graphique souhaité ;
• Valider sur « OK » ou sur « Terminer ».

MODIFICATION D’UN GRAPHIQUE.


La modification d’un graphique peut se faire selon le type, selon la disposition du
graphique ou la disposition des données. En fait le graphique obtenu peut ne pas nous
permettre de faire une interprétation, une modification s’impose.
Ainsi donc pour modifier un graphique, on procède ainsi qu’il suit :
• Faire un clic sur le graphique déjà existant,
• Sur le menu contextuel qui apparaît, sélectionner la rubrique Modifier le type
de graphique, puis un autre type de graphique.
• Sélectionner ensuite le nouveau style de graphique et appuyer sur « ok »

AJOUT DES TITRES A UN GRAPHIQUE

On peut améliorer la présentation d’un graphique en lui ajoutant un titre de graphique


et un titre pour chacun des axes. Pour ce faire il faut :
• Cliquer sur le graphique auquel on souhaite ajouter un titre, alors la section
Outils de graphique s’affiche, et présente les onglets Créer, Disposition
et Mise en forme,
• Sous l’onglet Disposition, cliquer sur Titre du graphique dans le groupe
Éléments de graphique,
• Cliquer sur Titre de graphique superposé centré ou Au-dessus du
graphique et, dans la zone de texte Titre du graphique qui s’affiche dans
le graphique, taper le texte souhaité

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 37


IMPRESSION D’UNE FEUILLE DE CALCUL
Imprimer un texte c’est le reproduire sur un support papier ceci grâce à une appareil
appelé imprimante. Avant d’imprimer votre document il faut :
S’assurer que votre imprimante est prête à fonctionner et qu’elle contient du
papier ;
Enregistrez votre document ;
Sélectionner toute la zone contenant votre ;
Puis cliquer sur le menu « mise en page », ensuite dans la boîte à outils cliquer
sur « ZoneImpr » et enfin choisir dans le menu déroulant « définir ». Grâce
cette définition de zone d’impression, la machine imprimera toujours juste la
zone contenant le devis. Il faut aussi noter que si vous ne le faites, la machine
imprimera toujours par défaut toute la feuille active ce qui peut entrecouper
votre devis s’il est très long soit sur la largeur, soit sur la hauteur ;
Utiliser la combinaison de touches Ctrl+p ou aller dans le menu « fichier » puis
cliquer sur « imprimer » ;
Voir l’aperçu de l’impression. C’est-à-dire une apparence de votre document
après impression ;
Grâce à cet aperçu vous voyez votre document exactement comme il sera imprimé :
vous gagnez du temps car il vous évite d’imprimer un document qui ne vous convient
pas. Et la page de document en cours est affichée en aperçu.
Avant de lancer l’imprimante, il faut :
Choisir l’imprimante
Définir le nombre de copies (nombre d’exemplaires du document à imprimer)
Choisir les plages de document à imprimer
Choisir le nombre de page par feuille
Définir les marges et le format du document
Cliquer sur le bouton Imprimer
NB : Lorsqu’on est en absence d’imprimante, on peut imprimer le document sous de
fichier « PDF » en laissant l’option par défaut.
SITUATION D’INTEGRATION :

Le collège adventiste de Maroua présente les statistiques suivantes concernant ses


effectifs par tranches d’âges pour le compte de l’année scolaire en cours et souhaite
créer un graphique pour une bonne interprétation de cette statistique :
Ages 8 à 10ans 11 à 13ans 14 à 16ans 17 à 20 ans TOTAL
Elèves 152 203 159 75

1- Définir graphique puis donner son rôle


2- Donner les types de graphique qu’on peut créer à l’aide d’un tableur
3- Donner la procédure de création d’un graphique.
4- Quelles sont les informations qu’on peut modifier sur un graphique ?
5- Donner la procédure d’impression d’une feuille de calcul

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 38


REINVESTISSEMENT

Le tableau ci-dessous représente la répartition des élèves par classe d’un


établissement de la ville.

Classe 6ème 5ème 4ème 3ème Total


Filles 9 12 8 4
Garçons 11 7 36 10
Total 20 19 14

1. Démarrer le tableur puis reproduire ce tableau


2. Insérer les formules dans les cases vides pour effectuer les calculs appropriés.
3. Insérer les diagrammes circulaires (04) faisant ressortir chacun la répartition des
élèves par classe en fonction de sexe.
4. Donner à chacun de ces graphiques le titre de la classe correspondant
5. Imprimer votre feuille de calcul. (Par manque d’imprimante, imprimer en PDF).

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 39


UNITE D’APPRENTISSAGE 4 :

CREATION D’UNE PRESENTATION

Compétences visées :
• Animation d’un séminaire, d’une conférence ;
• Présentation d’un exposé ; Communication évènementielle

Leçon 9 : Généralités sur les documents de présentation


Leçon 10 : Insertion des objets dans un document de présentation
Leçon 12 : Ajout des animations, effets et transissions à une présentation

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 40


UNITE D’ENSEIGNEMENT 9 : GENERALITES SUR LES
DOCUMENTS DE PRESENTATION

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Énumérer quelques logiciels de présentation assistée par ordinateur (PréAO) ;
Créer une diapositive ;
CONTROLE DE PREREQUIS :
1. Connaitre les caractéristiques des fichiers
2. Connaitre fréquemment les logiciels bureautiques de la suite MS OFFICE,
notamment WORD et EXCEL
3. Utiliser fréquemment les logiciels bureautiques de la suite MS OFFICE,
notamment WORD et EXCEL et plus particulièrement leurs fonctions standards
et avancées.
SITUATION PROBLEME :
L’heure du cours de Maths approche. Le professeur arrive avec son sac bien chargé.
Entre autres effets qu’il installe sur la table, vous découvrez : un ordinateur ; un
vidéoprojecteur ; un tissu blanc. Après l’installation du matériel, une image apparait
sur le tissu blanc accroché au mur.

Isaac votre camarade qui est étonné de voir cela pour la première fois, s’approche de
vous pour lui expliquer de quoi il s’agit.
Consignes :
1. Comment appelle-t-on le procédé utilisé par le Professeur pour dispenser son
cours aujourd’hui ? (Réponse attendue : Présentation ou Présentation
assistée par un ordinateur.)
2. Donner un exemple de logiciel que le professeur a utilisé pour concevoir ce
cours ? (Réponse attendue : PowerPoint…)
3. De quoi est constitué un document de présentation ? (Réponse attendue :
diapositives)
RESUME

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 41


DEFINITIONS :
Un document de présentation ou ensemble de diapositives, est un document
pouvant être projeté comme un film, pour communiquer une information à un grand
public.
Une présentation : est une suite de diapositive.
Une diapositive (ou slide) : est une page de la présentation.

QUELQUES EXEMPLES DE LOGICIELS DE PREAO


La création d’une diapositive se fait à travers un certain nombre de logiciels dit logiciels
de présentation assistée par ordinateur, dont les plus répandus sont :
Microsoft PowerPoint (suite Microsoft Office), existant pour Windows et pour
Mac OS X
OpenOffice.org Impress (suite OpenOffice.org), existant pour Windows,
Linux, Mac OS X.
Keynote (suite Iwork), existant uniquement sur Mac OS X.
Google Présentations (suite Google Docs), utilisable avec un navigateur web
récent.
PRESENTATION DES FONCTIONS STANDARDS D’UN LOGICIEL DE PRESENTATION
Les éléments standards communs à plusieurs logiciels de présentation assistée par
ordinateur sont :
• La barre des menus : menu Accueil, menu Création, menu Animation, menu
Diaporama, menu Affichage.
• La barre d’outils
• La diapositive
CREATION D’UNE DIAPOSITIVE
Pour créer une nouvelle diapositive dans votre présentation, procédez comme suit :
- Cliquez sur Nouvelle diapositive, Sous l’onglet ou menu Accueil, dans le
groupe Diapositives,
- Puis cliquez sur la diapositive souhaitée.
- Ou en utilisant la combinaison des touches du clavier CRTL+M.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 42


NB : Power Point permet de créer des présentations qui sont enregistrées en tant que
fichiers de type «.pps(PowerPoint SlideShow) ». Les fichiers de travail se sauvegardent
en format « .pptx et/ou .ppt»
SITUATION D’INTEGRATION :
Vous êtes choisi lors des journées portes ouvertes pour réaliser une présentation de
votre établissement. Pour cela, vous avez décidé créer quelques diapositives.
1. Qu’est-ce qu’une diapositive ?
2. Citer deux logiciels à partir des quels on peut créer une diapositive.
3. Quelles sont les types d’informations que peut contenir une diapositive ?
REINVESTISSEMENT
1. Identifier le logiciel de PréAO qui est installé sur votre ordinateur.
2. Démarrer ce logiciel puis identifier se différentes parties.
3. Créer une nouvelle diapositive
4. Fermer le logiciel démarrer.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 43


UNITE D’ENSEIGNEMENT 10 : INSERTION DES OBJETS
DANS UN DOCUMENT DE PRESENTATION

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Ajouter des objets dans une diapositive ;

CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Énumérer quelques logiciels de présentation assistée par ordinateur (PréAO) ;
2. Créer une diapositive

SITUATION PROBLEME :
Votre petit frère qui est un développeur d’application vient de créer une application de
gestion des bulletin de notes des etablissements scolaires. Pour cela, il souhaite donc
realiser une presentation devant les chefs d’etablissements avec des diapositives
captivantes. N’ayant pas trop d’expérience dans le domaine, Il fait donc appel à vous
dans le but de l’aider.

Consignes :
1. Que faut-il faire ? ( Reponse attendue: inserer des objets ou des elements. )
2. Citer quelques objets que l’on peut inserer dans une diapositives ?(
Reponse attendue: inserer des textes, inserer des vidéos, inserer des graphiques,
inserer des sons... )
3. Quel onglet de la barre de menu permet d’inserer les objets ? ( Reponse attendue:
insertion)
RESUME
Une diapositive peut être constituée d’un agencement d’objets. Ces objets
pouvant être des formes géométriques, Des textes, Des images, Des sons, Des
vidéos, Des extraits d’autres documents, etc.

INSERTION D’OBJETS TEXTES

Pour ajouter une zone de texte et ajouter du texte à celle-ci, procédez comme suit :
1- Dans le groupe Texte de l’onglet Insertion, cliquez sur Zone de texte.

2- Cliquez sur la diapositive, puis faites glisser le pointeur pour tracer la zone de texte.
3- Effectuez l’une des opérations suivantes :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 44


Pour ajouter du texte dans une zone de texte modifiable par quiconque, en mode
Normal, cliquez à l’intérieur de la zone de texte, puis tapez ou collez le texte.
Pour ajouter du texte dans une zone de texte permanente et non modifiable, en
mode Masque des diapositives, cliquez à l’intérieur de la zone de texte, puis tapez
ou collez le texte.

INSERTION D’OBJETS IMAGES

Pour insérer un objet image on procède comme suit :


1- Cliquez à l’endroit où vous souhaitez insérer l’image.
2- Sous l’onglet Insertion, dans le groupe Images, cliquez sur Image ou Images
clipart.

3- Recherchez l’image à insérer, puis double-cliquez dessus.

INSERTION D’OBJETS TABLEAUX

Pour insérer un objet tableau on procède comme suit :


1- Sélectionnez la diapositive à laquelle vous souhaitez ajouter un tableau.
2- Dans le groupe Tableaux de l’onglet Insertion, cliquez sur Tableau. Dans la boîte
de dialogue Insérer un tableau, effectuez l’une des opérations suivantes : Cliquez
et déplacez le pointeur pour sélectionner le nombre de lignes et de colonnes
souhaitées, puis relâchez le bouton de la souris.

NB : Cliquez sur Insérer un tableau puis entrez un nombre dans les listes Nombre de
colonnes et Nombre de lignes.
INSERTION D’OBJETS MEDIA (VIDEO OU AUDIO)

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 45


Pour insérer un média on procède comme suit :
1- Cliquez sur la diapositive à laquelle vous souhaitez ajouter un clip audio.
2- Sous l’onglet Insertion, dans le groupe Média, cliquez sur Audio ou Vidéo.

3- Effectuez l'une des opérations suivantes :


Sélectionnez Audio ou Vidéo à partir du fichier, recherchez le dossier contenant
le fichier, puis double-cliquez sur le fichier à ajouter.
Cliquez sur Audio ou Vidéo clipart, trouvez le clip audio ou vidéo souhaité dans
le volet Office Images clipart, puis cliquez pour l’ajouter à la diapositive.

Situation d’integration :
Lors de la realisation des travaux pratiques sur les diapositives dans la salle
d’informatique , la capture d’écran ci-dessus vous a été proposée :

1- Quelles sont les types d’informations que peuvent contenir une diapositive ?
2- Citer les différents types de diapositives que vous connaissez ?
3- Combien de diapositive avons-nous sur cette capture ?
4- Combien d’objets avons-nous sur la diapositve 4 ?

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 46


5- Donner la procedure d’insertion d’un objet dans une diapositive.

REINVESTISSEMENT

1. Créer un diaporama constitué de 04 diapositives.


2. Sur chacune des diapositives insérer :
- Une image
- Un son
- Un tableau
- De texte
3. Enregistrer votre travail puis fermer le logiciel utilisé.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 47


UNITE D’ENSEIGNEMENT 11 : AJOUT DES ANIMATIONS,
EFFETS ET TRANSISSIONS A UNE PRESENTATION

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Paramétrer/Ajouter des animations, des effets, des transitions et des fonds
sonores ;
Enregistrer/Visualiser les diapositives en mode diaporama ;
Produire une présentation complète.

CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Connaitre les differents types de diapositives
2. Ajouter des objets dans une diapositive

SITUATION PROBLEME :
Et enfin ton anniversaire aura lieu dans quatre jours. Les parents, les amis, les voisins
sont tous invités ; personne ne manquera à la fête, tu ne peux d'ailleurs tolérer aucune
absence.Cependant un problème se pose; tu veux faire voir tout ton parcours ce jour-
là : depuis ta naissance, jusqu'aujourd'hui.Tu disposes d'ailleurs plus de 100 photos
qui retracent ton passé dans ton ordinateur possédant un logiciel PréAO et d’un vidéo
projecteur.

Consignes :
1. Quelques sont les objets que tu dois inserer dans tes diapositives ? ( Reponse
attendue :inserer des photos, inserer des textes de commentaire sur chaque
photo, inserer des sons...)
2. Ayant insérer ces objets dans plusieurs diapositives, comment dois tu faire pour
les mettrent tous en mouvement afin de captiver l’attention de tes parents et
de tes amies ? ( Reponse attendue : appliquer sur chaque objets des
animations, des effets, des transitions... )
3. Une fois ton montage terminé, comment dois tu procèder le jour de ton
anniversaire pour que tes parents et tes amies voient tes photos comme un film
à travers le vidéo projecteur? ( Reponse attendue : cliquer le menu ou pnglet
diaporama et en suite sur à partir du début ou uniquement sur la touche F5 du
clavier ... )
4. Comment appele-t-on ce mode de présentation dans un logiciel PréAO? (
Reponse attendu : le mode diaporama... )

RESUME

MISE EN FORME D’UNE DIAPOSITIVE


La manipulation d’une diapositive regroupe toutes les opérations pouvant être
faites dessus afin qu’elle réponde le mieux aux exigences de celui qui la conçoit. Ces
opérations sont entre autres, l’animation d’un objet, les effets d’une animation, la
visualisation, etc.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 48


L’animation d’un objet
L’animation permet d’affecter des mouvements aux objets d’une diapositive.
Ces animations peuvent avoir pour but, soit de simuler un déplacement ou le
fonctionnement d’un mécanisme, soit de captiver l’attention du public. Pour réaliser
une animation, la fonctionnalité la plus appropriée est l’animation personnalisée du
menu Animation. Les animations sont classées en quatre catégories :
Les animations ouvertes
Pour une animation de cette catégorie, le diaporama ne comporte pas à son
démarrage, l’objet concerné par cette animation. Une fois, l’animation activée, l’objet
apparaît dans le diaporama.
Les animations fermeture ou quitter
Pour une animation de cette catégorie, le diaporama comporte à son
démarrage, l’objet concerné par cette animation. Une fois l’animation activée, l’objet
disparaît du diaporama.
Les animations dites emphase ou accentuation
Pour une animation de cette catégorie, l’objet concerné par cette animation est
dans une position statique. Une fois, l’animation activée, l’objet effectue un
déplacement sur le diaporama. Ce déplacement est celui spécifié par le concepteur
de la présentation.
Les animations de trajectoire
Pour une animation de cette catégorie, l’objet concerné par cette animation est
dans une position statique. Une fois, l’animation activée, l’objet effectue un
déplacement sur le diaporama. A la différence de l’emphase, ce déplacement est
dessiné sur la diapositive par le concepteur.

Effets de transition
Le paramétrage des effets d’une animation porte sur trois points :
Le début de l’effet traite du « quand » commence l’animation. Elle peut être
faite au clic, avec l’objet précédent, ou après l’objet précédent.
Les propriétés de l’effet traitent entre autres de son sens d’orientation, de sa
taille, etc.
La vitesse de l’effet : celle-ci peut être très rapide, rapide, moyenne, lente
ou très lente.
Pour appliquer les effets de transition votre présentation :
• Sélectionner la ou les diapositives concernées
• Cliquer sur transition dans le menu Diaporama. Un menu apparaît à droite
vous propose :
◦ Tous les effets de transition possible
◦ La vitesse d'exécution des effets.
◦ La possibilité d'associer du son
◦ L'option de passage à la diapositive suivante (manuellement ou
automatiquement)
NB : Vous pouvez changer l'effet aussi souvent que vous le voulez.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 49


Si vous préparez une présentation à défilement automatique, vous pouvez
déterminer combien de temps (en secondes) la diapositive restera à l'écran.
• Une fois que vous aurez choisi toutes les options, cliquer sur le bouton
Diaporama et visualiser le résultat.

VISUALISATION D’UNE ANIMATION

Il existe différents modes d’affichage. Entre autres on a :


- Le mode normal
- Le mode trieuse de diapositives
- Le mode page de commentaires
- Le mode diaporama

Visualiser une présentation, c’est afficher les diapositives sous forme de


diaporama. Le démarrage d’un diaporama se fait à partir du menu diaporama. La
navigation entre les diaporamas se fait en utilisant les touches de direction.
Remarque : le démarrage d’un diaporama peut se faire en appuyant sur la touche F5
du clavier. Cependant cette action dépend du logiciel de présentation utilisé.

Pour changer de mode il faut choisir le mode souhaité dans le groupe affichages
des présentations de l’onglet affichage

SITUATION D’INTEGRATION
Votre maman demande votre aide dans la réalisation d’une presentation en vous
posant les questions suivantes :
1. Définir document de présentation
2. Donner la composition d’un diaporama
3. Que faire pour rendre un diaporama plus captivant ?
4. Donner la difference entre animation et transition
5. Quel mode d’affichage utilise-t-on pour presenter une presenation au public ?

REINVESTISSEMENT

Réaliser les tâches ci-dessous :


1. Lancer le logiciel de présentation "Microsoft PowerPoint".
2. Choisir la mise en page suivante à la première page :

3. Enregistrer la présentation dans «MesDocuments» sous le nom «


L’ordinateur».
4. Insérer une nouvelle diapositive.
5. Choisir une mise en page nécessaire pour créer lapage suivante :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 50


6. Dans la zone de titre, écrire «L’ordinateur». Dans la zone de texte, écrire le
texte dans la figure précédente.
7. Ajouter l’image de l’ordinateur à partir de la bibliothèque clipart.
8. Aplliquer une animation de votre choix à l’image
9. Inserer une transition entre les deux diapositives crées
10. Enregistrer la modification.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 51


INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 52
UNITE D’APPRENTISSAGE 5 :
UTILISER LES STRUCTURES DE
CONTROLE
Compétences visées :
• Développement du raisonnement logique pour résoudre les problèmes
• Initiation au raisonnement logique ;
• Résolution numérique d’un problème simple de calcul ;
• Automatisation des calculs répétitifs

Leçon 12 : Les éléments d’un algorithme


Leçon 13 : Structures de contrôle
Leçon 14 : Exécution d’un algorithme
Leçon 15 : Organigramme

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 53


UNITE D’ENSEIGNEMENT 12 : LES ELEMENTS D’UN
ALGORITHME

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Identifier les éléments d’un algorithme ;

CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Définir algorithme
2. Connaitre les qualités d’un bon algorithme
3. Connaitre les étapes de résolution d’un problème

SITUATION PROBLEME :
Votre petit frère dispose de deux bouteilles de jus de fruits:
• Dans la première bouteille nommée A se trouve le jus d’orange;
• Dans la deuxième bouteille nommée O se trouve le jus d’ananas.
Il souhaiterai que le jus d’ananas se retrouve dans la bouteille nommée A et le jus
d’orange dans la bouteille nommée O. Ne pouvant pas resoudre tout seul son
probleme, il fait appel à vous.

Consignes :
1. Identifier deux contenants dans le problème que pose votre petit frère, comment les
applent on en algorithmique ? (Reponse attendue :la bouteille nommée A et la
bouteille nommée O, on les appelent les variables en algorimiques)
2. Quel élèment votre petit frère a-t-il besoin nécessairement pour effectuer cet
échange ? ( Reponse attendue : il a besoin d’une troisième bouteille vide nommée
B pour effectuer l’échange...)
3. Tenant compte de l’élèment de réponse de la question 2, donner une procèdure à
votre petit frère afin qu’il réalise son souhait (Reponse attendue :
Dans la bouteille vide nommée B verser le jus d’ananas contenu de la bouteille
nomée O ;
Dans la bouteille nommée O verser le jus d’orange contenu de la bouteille
nomée A ;
Et enfin dans la bouteille nommée A verser le jus d’ananas contenu de la
bouteille nomée B.).
4. Comment appelle-t-on les étapes de résolution d’un probleme ? (Reponse
attendue : l’algorithme)

RESUME

DÉFINITIONS
Algorithme est une suite finie et ordonnée d’actions permettant de résoudre un
problème donné.
Algorithmique est la science qui étudie les algorithmes.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 54


Variable : c’est un objet dont le contenu peut changer au cours de l’exécution de
l’algorithme.
Constante : c’est un objet dont le contenu reste invariant lors de l’exécution de
l’algorithme

PARTIES D’UN ALGORITHME


Un algorithme est composé de trois grande partie :
• L’entête : constitué du nom de l’algorithme
• La partie déclarative : elle comporte la déclaration des variables et constantes.
• Le corps : il est constitué de l’ensemble de toutes les actions qui seront traitées
dans l’algorithme
Le nombre d’actions se décompte dans le corps de l’algorithme

OBJETS MANIPULES EN ALGORITHMIQUE


Les objets les plus utilisés en algorithme sont : Les variables ; les constantes.
Avant d’utiliser un objet dans un algorithme, il faut au préalable le déclarer. La syntaxe
de déclaration dépend de la nature de l’objet :
Déclaration d’objets variables
Syntaxe : Var ou Variable Identifiant : Type
Exemple : Var note, P, R : Entier ;

Déclaration d’objets constants


Syntaxe : Const ou Constante Identifiant = Valeur_ initiale ;
Exemple : Const Pi = 3,14;

OPÉRATEURS PRIMITIFS
Un opérateur est un symbole permettant d’élaborer une expression en vue
d’effectuer un calcul ou une comparaison. Ainsi, on distingue :
Les opérateurs arithmétiques
En plus des opérations arithmétiques de base (addition, soustraction, multiplication et
division), le tableau suivant illustre les différents opérateurs arithmétiques.

Opérateur Signification Exemple :


Div. Division entière 11 DIV 4 = 2
^ Puissance 2^3 = 8
MOD Reste de la division entière 11 MOD 4= 3

Les opérateurs relationnels

Opérateur Signification Opérateur Signification


< Inférieur >= Supérieur ou égale
<= Inférieur ou égale = Égale
> Supérieur ≠ ou <> Différent

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 55


Les opérateurs logiques
Ils sont utilisés pour relier des expressions logiques ou des identificateurs de
type booléen. Pour ce qui est de l’algorithmique, une expression logique comporte un
ou plusieurs symboles suivants : le « ou » logique ( OU ) ; le « et » logique ( ET ) ; le
« non » logique ( NON ).
Opérateur Signification Exemple
ET « et » logique (15>5) ET (6<3) = .FAUX.....
OU « ou » logique (15>5) OU (2>5) = ..... VRAI......
NON « non » logique NON((15>5) OU (2>5)) = ....VRAI.....

INSTRUCTIONS SIMPLE EN ALGORITHMIQUE

Une instruction est une opération élémentaire, interprétée et exécutée par un


processeur.
Les instructions simples les plus utilisées en algorithme sont : la lecture, l’écriture et
l’affectation.
Instruction d’affectation

Cette instruction (matérialisée par le symbole ←) permet d’attribuer une valeur ou le


résultat d’une expression à une variable.
Syntaxe : Nom_de_la_variable ← valeur | expression;

Exemple 1 : SommeA+B, on lit : à Somme j’affecte A plus B (L’objet Somme contient


la somme des contenus des objets A et B)
A25 ; on lit : à A j’affecte 25 (l’objet A contient la valeur 25)
NB : Lorsqu’on affecte une valeur à un objet qui en contient déjà une, l’ancienne valeur
de l’objet est détruite au profit de la nouvelle.
Exemple 2 :
A4 (A vaut 5)
B4 (B vaut 4)
AA+B (A vaut 9 soit 5+4, l’ancienne valeur a été détruite).

Instruction de lecture ou de saisie


Cette instruction permet d’entrer une donnée à partir du clavier. La machine
attend que l’utilisateur tape une valeur au clavier.
Mot clé : saisir ou Lire
Syntaxe : lire (liste des variables) (nom variable étant une variable d’un type déclaré
à l’avance).
NB : Les variables sont séparées entre elles par des virgules.
Exemple : Lire (a, b) ; ou bien Lire(a) ; Lire(b) ;
Ces instructions permettent de stocker dans les variables a et b les valeurs saisies au
clavier.

Instruction d’écriture ou d’affichage

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 56


Cette instruction permet d’effectuer l’affichage à l’écran.
Mot clé : Écrire ou afficher
Syntaxe : Écrire (liste des objets) ; Les objets sont séparés entre eux par des virgules.
Exemple 1 : Écrire (‘‘Mon Premier Algo’’)
Cette instruction affiche la chaîne « Mon Premier Algo » à l’écran.
Exemple 2 : Var note1 : Entier ;
note1← 13 ;
Écrire (note1) ;
Cette instruction affiche la valeur contenue dans l’objet note1. (C’est-à-dire 13)
A côté de ces instructions de base, nous avons également L’incrémentation et La
décrémentation.

L’incrémentation et La décrémentation
Elles permettent respectivement d’ajouter ou de diminuer d’une unité le contenu
d’une variable.
Exemples : i ← i+1; et j ←j-1 ;

SITUATION D’INTEGRATION :
Vous désirez écrire un algorithme pour le calcul de la somme de deux nombres.
1. Définir algorithme
2. Donner les parties d’un algorithme.
3. Donner la différence entre variable et constante.
4. Donner la syntaxe de déclaration d’une variable et celle d’une constante.
5. Quelles sont les instructions de base utilisées en algorithmique.

REINVESTISSEMENT

1. Écrire un algorithme qui calcule la surface d’un cercle.


2. Ecrire un algorithme qui demande à l’utilisateur son nom puis lui affiche un
message pour lui dire bonjour.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 57


UNITE D’ENSEIGNEMENT 13 : LES STRUCTURES DE
CONTROLE

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Identifier les structures de contrôle

CONTROLE DE PREREQUIS :
1. Donner la structure minimale d’un algorithme
2. Utiliser les instructions d’écriture, d’affichage et d’affectation pour écrire les
algorithmes.
SITUATION PROBLEME :
Vous souahitez un algorithme permettant de résoudre une équation à coefficients réels
de la forme ax+b = 0 (a et b seront entrés au clavier).

Consignes :
1. Lister les différentes structure de contrôle. (Réponse attendue : structures
alternatives ou conditionnelles, les structures itératives ou boucles).
2. Quelle structure convient-il ici ? (Réponse attendue : structure alternative car
il ya une condition sur le coefficiet a (a=0 ou a≠0) )
3. Donner sa syntaxe d’utilisation (Réponse attendue
Si (condition) alors
(actions)
sinon (actions)
RESUME
Les opérations élémentaires relatives à la résolution d’un problème peuvent, en
fonction de leur enchaînement, être organisées suivant quatre familles de structures
algorithmiques fondamentales : Structures linéaires, structures alternatives, structures
de choix et structure itératives (ou répétitives).

STRUCTURES CONDITIONNELLES
Une structure conditionnelle est dite à forme alternative lorsque le traitement dépend
d’une condition à deux états:

• Si la condition est évaluée à vrai, le premier traitement est exécuter;


• Si la condition est évaluée à faux, le 2ème traitement est exécuté.
Une structure conditionnelle est dite à choix lorsque le traitement dépend de la valeur
que peut prendre le sélecteur. Ce sélecteur doit être du type scalaire (entier ou
caractère);
Une structure conditionnelle est dite généralisée lorsqu’elle permet de résoudre les
problèmes comportant plus de deux traitements en fonction des conditions.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 58


L’exécution d’un traitement entraine automatiquement la non exécution des autres
(alternative multiple).
L’alternative réduite: Elle ne s’exécute que si la condition est satisfaisante.
syntaxe : si (condition) alors (instruction)
Exemple : Si x ≠ 0 alors s  0

L’alternative complète : Dans ce cas, une instruction est prévue pour chaque valeur
logique de condition.
syntaxe : si (condition) alors (instruction) sinon (instruction)
Exemple: Si x ≠ 0 alors s  b sinon s  0

Exercice : racine carré d’un nombre


• Algorithme Squart
– Var x, y: réel
• Début
– Ecrire (‘’enter un nombre’’);
– Lire(x);
– Si x >=0;
• y← sqrt (x);
• Ecrire (y);
– Sinon
• Ecrire (‘’pas de racine réelle’’);
– Finsi
• Fin

STRUCTURES ITÉRATIVES OU BOUCLES


Définition
Une itération ou boucle est une séquence d’instructions destinée à s’exécuter
plusieurs fois.
Un cycle est un tour de la boucle.
On distingue deux types d’itérations: itérative complète (pour) et itérations à condition
d’arrêt (tant que, répéter).

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 59


• La boucle pour : le nombre de répétition est connu. Sa syntaxe est :
Pour variable allant de valuer_initiale à valeur_finale faire
Action1 ;
Action2 ;
…….
FinPour
Exemple calculer la puissance d’un nombre
Algorithme puissance
Var n, i : entier; x, p: réel ;
Début
P ←1;
Pour i←1 à n faire
p ← p*x ;
finPour
Fin

• La boucle Tant que : le nombre de répétition n’est pas connu. On teste une condition
à l’entrée de la boucle avant d’exécuter les instructions : c’est une boucle
conditionnelle. Sa syntaxe est :
Tant que (condition vraie) Faire
Action1 ;
Action2 ;
…….
FinTantque

• La boucle Répéter : ici, on exécute au moins une fois le bloc d’instructions avant de
tester la condition. Sa syntaxe est :
Répéter
Action1 ;
Action2 ;
…….
Jusqu’à (condition) ;

Exemple: un algorithme qui calcule la moyenne des notes.


Algorithme Moyenne
Var s: réel; note: entier ;
Début
s←0;
i←1;
Répéter
Ecrire (‘’donner la note n°:’, i);
Lire (note);
s←s+note;

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 60


i←i+1;
Jusqu’à i>=10
Ecrire (‘’la moyenne des 10 notes est:’, s/10);
Fin

SITUATION D’INTEGRATION
On souhait écrire un algorithme permettant d’afficher la liste de tous les nombres
premiers inférieurs à n.
1. A quelle structure algorithmique correspond t-il ? Donner sa syntaxe.
2. Enumer les autres structures utilisés en algorithme.
REINVESTISSEMENT
Écrire un algorithme permettant d’afficher les entiers de 1 à n en utilisant : la boucle
Pour et la boucle Tant que.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 61


UNITE D’ENSEIGNEMENT 14 : EXECUTION D’UN ALGORITHME

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Exécuter un algorithme ayant une structure alternative ;
Exécuter un algorithme simple ;
Exécuter des algorithmes itératifs

Contrôle de prérequis :
1. Donner la structure minimale d’un algorithme
2. Utiliser les instructions d’écriture, d’affichage et d’affectation pour écrire les
algorithmes.
3. Identifier et utiliser les structures de contrôle
4. Connaitre les opérations mathématiques et logiques
SITUATION PROBLEME :
Votre amie Diana a écrit les algorithmes qui aideront sa maman à faire ses petits
calculs au marché. N’étant pas très sûr de ce qu’elle a écrit, Diana vous fait appel dans
le but de l’aider à tester ses algorithmes pour ne pas induire sa maman en erreurs lors
de l’utilisation de ces algorithmes.
Consignes :
1. Que veut dire exécuter un algorithme ? (Réponse attendue : c’est faire
dérouler chacune des instructions constituants cet algorithme dans l’ordre
précis afin d’obtenir un résultat)
2. Que doit-on savoir lors de l’exécution d’un algorithme ? (Réponse attendue
: l’ordre de prioritaire des opérateurs qui se trouve dans cet algorithme.).
RESUME
Un algorithme étant une suite d’instructions rangés dans un certain ordre, exécuter
un algorithme revient donc à exécuter une à une chacune des instructions que
constitue cet algorithme et surtout en respectant l’ordre dans lequel ces instructions
sont écrites, dans le but de savoir le résultat que produit cet algorithme.
Pour exécuter un algorithme, il faut :
Distinguer une instruction : une instruction dans un algorithme se trouve dans
le corps de l’algorithme entre Début et fin et se terminant toujours par un point-
virgule (;)
Connaitre l’ordre de priorité des opérateurs pour effectuer les opérations
arithmétiques.
Donner les valeurs aux variables déclarés dans cet algorithme et remplacer
chaque variable par sa valeur au cours de l’exécution puis effectuer les
opérations.
Noter le contenu des variables (Utiliser un tableau si nécessaire) à chaque
étape d’exécution de l’algorithme.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 62


Savoir quelle est la variable de sortie et donner son contenu après
l’exécution.
Exemple 1 : Exécution d’un algorithme itératif

Exécuter l’algorithme suivant avec a=-4 et b=-2

(1). Algorithme Plusgrand


(2). Variable a, b, pg : réel ;
(3). Début
(4). Ecrire (’entrer les deux valeurs’) ;
(5). Lire (a, b) ;
(6). Si a>b alors
(7). Pg a ;
(8). Sinon
(9). Pg b ;
(10). FinSi
(11). Ecrire (‘le plus grand nombre est :’, pg) ;
(12). Fin
Solution
Ligne Instruction Variables Valeur de la Ligne
condition suivante
A B pg
5 Lire (a,b) -4 -2 X …… 6
6 Si a>b -4 -2 X faux 7
7 pga -4 -2 X …. 8
8 Sinon -4 -2 X vrai 9
9 pgb -4 -2 -2 vrai 11
11 Ecrire (pg) -4 -2 -2 vrai Fin

Cette algorithme retourne donc la valeur -2 .


Exemple 2 : Algorithme iterative (cas de la boucle tant que)
Exécuter cet algorithme pour a=2, b=3
(1).Algorithme BABATA
(2).Var a, b, i : entier ;
(3).S, p : réel ;
(4).Début
(5).Ecrire (entrer deux nombres) ;
(6).Lire (a, b) ;
(7).S ←0 ; p←0 ; i←1 ;
(8).Tantque (i <=b) faire
(9).s←s+i ; p←p+a ;
(10). i←i+1 ;

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 63


(11). Fintanque
(12). Ecrire (S; P);
(13). Fin

Solution
Test a b S P i
6-7 i<=b 2 3 0 0 1
8-10 1<3 2 3 1+0=1 0+2=2 1+1=2
8-10 2<3 2 3 1+2= 3 2+2=4 2+1=3
8-10 3=3 2 3 3 +3=6 4+2=6 3+1=4
8-10 4> 3 / /
12 / / / 6 6 /
Les valeurs de retour sont : S=6 et P=6
Exemple 3 : Algorithme iterative (Cas de la boucle Pour)

Tester cet algorithme avec n=4

Algorithme Sommenombre
Var n, s, i : entier ;
Début
i0 ; S0 ;
Ecrire (‘entrer la valeur de n’) ;
Lire(n) ;
Pour i1 à n
ss+i ;
ii+1 ;
FinPour
Ecrire (n, i, s) ;
Fin
Solution
I n S
0 4 0
1 4 0+1=1
2 4 1+2=3
3 4 3+3=6
4 4 6+4=10
4 4 10

Les valeurs de retour sont i=4, n=4 et s=10


SITUATION D’INTEGRATION
Soit l’algorithme ci-dessous :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 64


Recopier puis compléter le tableau suivant :
Lignes a b c out
1 12
2
3
4
5
6

REINVESTISSEMENT
Soit l’algorithme ci-dessous :

Exécuter à la main cet algorithme avec les valeurs n=12 et n=6

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 65


UNITE D’ENSEIGNEMENT 15 : ORGANIGRAMME
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Construire un organigramme ;

CONTROLE DE PREREQUIS
1. Connaitre les différentes structures algorithmes ;
2. Connaitre les opérations mathématiques et logiques
SITUATION PROBLEME
Votre petit frère a écrit un algorithme pour aider votre papa à effectuer ses calculs.
Pour bien expliquer son algorithme à votre papa, il souhaite représenter cela
graphiquement à l’aide des symboles normalisés. Etant donné qu’il ne connait pas
grand-chose à propos, il sollicite votre aide dans le but de l’aider à résoudre ce
problème.
Consignes
1. Quels sont les différents langages de représentation d’un algorithme ?
(Réponse attendue : Langage de description des algorithmes, et
l’organigramme).
2. Qu’est-ce qu’un algorigramme ? (Réponse attendue : un algorigramme est la
représentation schématique d’un algorithme).
3. Quelle partie de l’algorithme représente-t-on graphiquement ? (Réponse
attendue : le corps de l’algorithme : commençant par le mot clé Début, suivi de
toutes les instructions contenues dans le corps de l’algorithme et se terminant
par le mot clé Fin).
4. Donner le symbole utilisé en algorithme pour représenter les instructions et les
mots clés suivantes : lecture/écriture, début/fin, affectation et une condition.
Instructio Instructio
Symbole Symbole
n / mot clé n / mot clé

Lecture/
Affectation
écriture

Début/ fin Condition

RESUME
A part le LDA (langage de description des algorithmes), on peut aussi représenter un
algorithme à l’aide des symboles normalisés. Cette représentation est appelée
organigramme ou algorigramme.
Un Organigramme : est la représentation graphique de l’algorithme. Il permet de
représenter chaque opération élémentaire au moyen d’un symbole graphique

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 66


normalisé. Un organigramme bien représenté doit être fléché et fermé, compris entre
un début et une fin, et doit permettre de suivre facilement l'ordre d'exécution des règles
de résolution du problème étudié.
NB : Le sens général des lignes de liaison doit être :
De haut en bas
De gauche à droite
Lorsque le sens général ne peut pas être respecté, des pointes de flèches
à cheval sur la ligne indiquent le sens utilisé.
Pour construire un organigramme, on utilise des symboles normalisés donnés ci-
dessous :
Symbole Désignation Symbole Désignation

Opération pour laquelle il Entrée-Sortie


n’existe aucune symbole
normalisé (traitement)

Conditions variables
Début, fin ou interruption
impliquant un choix parmi
d’un organigramme
plusieurs

ORGANIGRAMME DES STRCUTURES

Structure conditionnel
réduite Structure conditionnelle complete
(si……alors…………) (si……alors………sinon……..…)

BOUCLE
BOUCLE TANT QUE
BOUCLE POUR REPETER

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 67


REGLES DE CONSTRUCTION DES ALGORIGRAMMES
L’organigramme doit etre clair, aèré et lisible.

• L’organigramme doit etre construit demaniere à ce que la lecture se déroule


verticalement ;
• Les sorties des tests ne doivent pas etre inversées au cours d’un même
organigramme. ;
• Les lignes de liaison entre les symboles ne doivent pas se couper ;
• Une ligne de liaison doit toujours arriver sur le haut et au centre d’un symbole ;
• Si l’organigramme semble etre complexe, il faut le décomposer de façon à ce
que ca soit simple ;
• Les commentaires sont généralement placés à droite de l’organigramme alors
que le renvois de niveau sont à guach
Exemple d’algorithme
• Algorithme somme
– Variable a, b: réel
– s: réel
• Début
– Écrire (‘’entrer le premier nombre’’);
– Lire (a);
– Écrire (‘’entrer le deuxième nombre’’);
– Lire (b);
– s← a+b;
– Écrire (s);
• Fin

Exercice : racine carré d’un nombre


• Algorithme Squart
– Var x, y: réel
• Début
– Ecrire (‘’enter un nombre’’);
– Lire(x);
– Si x >=0;
• y← sqrt (x);
• Ecrire (y);
– Sinon
• Ecrire (‘’pas de racine réelle’’);
– Finsi
• Fin

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 68


SITUATION D’INTEGRATION
On veut écrire un algorithme qui permet d’afficher le plus grand nombre parmi deux
choisis et entrer par l’utilisateur.
1) Identifier la structure algorithmique correspondante
2) Ecrire l’algorithme complète resolvant ce problème.
3) Représenter l’organigamme de cet algorithme
REINVESTISSEMENT
Dessiner l’algorigramme d’un algorithme qui calcule l’image d’un nombre x par une
fonction du type f(x) = ax+b (a et b donnés).

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 69


UNITE D’APPRENTISSAGE 6 :

PROGRAMMER EN HTML

Compétences visées :
Création des sites web

Leçon 16 : Généralités sur le html


Leçon 18 : insertion de lien et objets dans une page web
Leçon 19 : écriture et exécution d’une page web

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 70


UNITE D’ENSEIGNEMENT 16 : GENERALITES SUR LE HTML

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Énumérer quelques exemples d’éditeurs de texte ;
Énumérer quelques exemples de navigateurs ;
Écrire la structure de base d’un document html ;

SITUATION PROBLEME :
Dans le but de créer un site internet de votre établissement, le proviseur demande à
votre petit frère qui est président du club informatique, d’écrire quelques pages web
décrivant son établissement. N’ayant pas trop des connaissances dans ce domaine,
ce dernier vous pose un certain nombre des questions dans le but de l’aider.
Consignes :
1. Définir site internet (Réponse attendu : ensemble d’ordinateurs reliés entre
eux dans le but de s’échanger les informations)
2. De quoi est constitué un site internet ? .(Réponse attendue : de plusieurs
pages web)
3. Définir page web. .(Réponse attendue : document se trouvant sur internet et
contenant les informations dont a besoin l’utilisateur sous forme d’images ,
texte, vidéo et son)
4. Quel langage de programmation utilise-t-on pour écrire les pages web ?
.(Réponse attendue : HTML)
5. Quelle famille de logiciel utilise-t-on pour écrire les pages web ? Donner deux
exemples. (Réponse attendue : Editeur de texte. Exemple : Bloc note et
Notepad)
6. Quelle famille des logiciels utilise-t-on pour visualiser une page web ? donner
deux exemples. (Réponse attendue : Navigateur. Exemple : Opera Mini et
Google Chrome)
7. Donner la composition minimale d’une page web. .(Réponse attendue :
l’entête contenant le titre, et le corps de la page)
RESUME
DEFINITION
Site internet : est un ensemble constitué de plusieurs pages web liés par des liens
hypertextes, stockés sur un serveur web
Page web : document écrit en langage html et pouvant contenir du texte, image, son
et vidéo.
LES OUTILS DE CREATION DES PAGES WEB

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 71


Pour écrire les pages web, nous faisons appel au langage HTML (Hypertext Markup
langage) qui est un langage de description utilisé pour la structuration du contenu des
pages web statiques. Il est appelé langage de marquage ou balisage hypertexte.
Le HTML a été inventé par Tim Berners-Lee en 1991 et à évolué de Html 1 à Html 5
actuellement
La limite du langage est qu’elle permet de créer une page statique et qui n’offre aucune
interactivité avec le visiteur en plus, chaque page doit être manuellement mise à jour.
En plus du langage html, la création d’une page web nécessite les outils suivants : les
éditeurs de texte et les navigateurs.
Un éditeur de texte : est un logiciel qui permet d’écrire et d’éditer le code source d’une
application (ou d’une page web).
Exemples : bloc note, Notepad++, Html kit, Quanta+, Bluefish; Html édit,.
Un navigateur (browser en anglais) ou encore fureteur : est un logiciel qui lit et
interprète les pages web.
Exemples :

NOTION DE BALISE
Une balise ( en anglais tag) : est une instruction en langage html.
Chaque balise du langage HTML est caractérisée par son nom encadré par les
caractères inférieur (<) et supérieur (>). On distingue généralement deux (02) types
de balises en HTML : Les balises paires et les balises seules.
• Les balises paires : Ce sont des balises qui fonctionnement par groupe de
deux. Elles sont donc représentées au début et à la fin de l’élément sur lequel
elles agissement. La balise située au début de l’élément encadré est appelé
balise d’ouverture et celle située à la fin est appelé balise de fermeture.
La balise de fermeture (ou balise fermante tout simplement) est précédée d’une
barre oblique appelé slash (/). La représentation d’une balise paire est donc la
suivante : <Nom de la balise> élément mis en forme </Nom de la balise>.
Balise ouvrante Balise Fermante
• Les balises seules : Ce sont des balises qui fonctionnent par unité. Elles sont
moins nombreuses que les balises paires. Ici, la balise fermante n’existe pas.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 72


STRUCTURE MINIMALE D’UNE PAGE WEB.
Un document HTML commence par la balise <Html> et se termine par </Html>
Il contient l’entête qui décrit le titre de la page et un corps qui accueille le contenu de
la page.
La structure minimale d’une page web est donc donnée ci-dessous :
<Html>
<Head> <Title> ! Le titre de votre page ici </Title> </Head>
<Body> ! Contenu de la page </Body>
</Html>
SITUATION D’INTEGRATION
Lors d’un TP en informatique portant sur la création d’un site web, votre professeur
vous demande d’écrire une page web décrivant votre établissement.
1. Définir site internet, page web.
2. Quel langage utilise-t-on pour écrire une page web ?
3. Donner deux outils indispensables dans la création d’une page web. Et puis
donner deux exemples dans chaque cas.
4. Votre camarade qui était absent au cours vous demande de l’aider à écrire la
structure d’une page web.
a. Comment appelle-t-on une instruction en langage html ?
b. Ecrire la structure minimale d’une page web.
REINVESTISSEMENT
Après avoir démarré votre ordinateur :
1. Identifie les navigateurs qui y sont installés.
2. Identifier les éditeurs de texte qui y sont installés.
3. Démarrer un éditeur de texte puis saisit la structure minimale d’une page web.
Puis enregistrer sous l’extension.html
4. Ouvrir votre fichier à l’aide d’un navigateur de votre choix.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 73


UNITE D’ENSEIGNEMENT 17 : LES BALISES LE HTML

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Utiliser les balises de division de texte (<Hn>, <BR>, <P>, <HR>, <PRE>) ;
Utiliser les balises de mise en forme du texte ;
Utiliser les balises de liste ;
CONTROLE DE PREREQUIS :
1. Donner la structure minimale d’une page web
2. Définir balise
SITUATION PROBLEME :
Votre grande sœur qui est stagiaire au laboratoire informatique du sahel (LIS) souhaite
écrire quelques pages web dans le compte du projet que lui a confié son encadreur.
Pour cela, elle souhaite que vous l’aidiez en lui expliquant comment réaliser les taches
suivantes : faire la mise en forme de texte d’une page web, insérer les liens dans une
page web et faire la liste dans une page web.
Consignes :
1. Comment appelle-t-on l’instruction en langage html ? .(Réponse attendue :
balise).
2. En quoi consiste la mise en forme de texte dans une page web ?
(Réponse attendue : elle consiste à enrichir le texte en lui appliquant une
apparence et un style donné.)
3. Quelle balise utilise-t-on pour insérer un lien dans une page web ?
.(Réponse attendue : <a>…</a>)
4. Pour chacune des tâches suivantes proposer une balise permettant de la
réalisée :
Tâches Balise
Créer une liste ordonnée <OL>…</OL>
Créer une liste non ordonnée <UL>…</UL>
Souligner un texte <u>…</u>
Mettre un texte en gras <b>…</b>
Mettre un texte en italique <i>…</i>

RESUME
MISE EN FORME DE TEXTE DANS UNE PAGE WEB.
Formater le texte signifie le mettre en forme. En d’autres termes, il s’agit d’enrichir ce
dernier en lui appliquant une apparence et un style donné. Ainsi, les balises employées
pour formater le texte est appelé : Balises de Style. Le tableau ci-dessous donne
quelques balises de mise en forme d’un texte dans une page web.
Balises Rôles Exemples
<B>…<B> ou Mettre un texte en <b> Texte </b> donne
<strong>…</strong> gras Texte

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 74


<EM>…</EM> ou <i>…</i> Mettre un texte en <i>Texte</i> donne Texte
italique
<u>…</u> Souligner le texte <u>Texte</u> donne Texte
<blink>…</blink> Clignoter un texte
<sup>…</sup> Mettre un texte en 2<sup>nde</sup> donne
exposant 2nde
<sub>…</sub> Mettre un texte en 2<sub>nde</sub> donne
indice 2nde
<br> ou <br/> Aller à la ligne

NB : la liste de balises de formatage de texte n’est pas exhaustive.

UTILISATION DE LISTE
Une liste est un ensemble de données (caractères, mots, phrases, paragraphes etc.)
énuméré dans un ordre précis au quelconque. La création des listes permet
d’organiser de façon hiérarchique et claire les informations ou les grandes lignes dans
une page web.
En HTML, on distingue 03 principaux types de listes : les listes ordonnées, les listes
non ordonnées et les listes de définition.
a. Liste ordonnée
Encore appelées listes numérotées, il s’agit d’un ensemble d’informations énuméré
dans un ordre précis. La liste ordonnée débute avec un nombre et l’incrémente
(l’augmente) à chaque nouvel élément.
Pour créer une liste ordonnée au sein d’une page web, on utilise la balise
<OL>…</OL> (ordered List).
Pour créer les éléments de la liste, on utilise la balise <LI>…</LI>.
Exemple : Le code HTML correspondant à la liste suivante :
1. HTML
2. CSS
3. PHP
Est :
<OL>
<LI> HTML </LI>
<LI> CSS </LI>
<LI> PHP </LI>
</OL>

NB :
1. On peut type utiliser l’attribut type dans la balise <OL>….</OL> pour définir le
type de numérotation utilisé dans la liste ordonnée. Par exemple, si vous

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 75


souhaitez avoir une liste dont la numérotation commence par A, alors, attribuer
juste la valeur A à l’attribut type.
2. L’attribut Start est utilisé dans la balise <OL>….</OL> pour préciser le début
de la numérotation. Par exemple si la numérotation commence par 4, attribuez
juste la valeur 4 à l’attribut Start.

b. Liste non ordonnée.


Encore appelées liste à puces, il s’agit d’un ensemble d’information énuméré
dans un ordre quelconque, en d’autres termes, l’ordre des informations n’a aucune
importance.
Pour créer une liste non ordonnée, on utilise la balise <UL>…</UL>
(Unorderedd List).
Pour créer les éléments de la liste, on utilise la balise <LI>…</LI>.
Exemple : Le code HTML correspondant à la liste suivante :
• HTML
• CSS
• PHP
Est :
<UL>
<LI> HTML </LI>
<LI> CSS </LI>
<LI> PHP </LI>
</UL>

c. Liste de définition
Les listes de définition servent à fournir une liste de termes accompagnés de leur
signification.

Pour créer une liste une liste de définition, on utilise la balise <DL>…</DL>.
Pour créer les termes à définir dans la liste, on utilise la balise <DT>…</DT>.
Pour créer les différentes définitions de la liste, on utilise la balise <DD>…</DD>.

BALISE DE DIVISION DE TEXTE


Lors de l’écriture de votre page web, vous pouvez diviser le texte lors de son affichage
à l’écran. Ceci permet d’aligner le texte à l’écran. Quelques balises de division de texte
sont données dans le tableur ci-dessous :

Balises Rôle
<P>…</P>. Pour créer un paragraphe
Pour aligner plusieurs paragraphes contigus à une position
<DIV> ...</DIV>
donnée
<Br> Retour à la ligne

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 76


<hr> Insérer une ligne horizontale
<Pre> …</Pre> Permet d’afficher le texte préformaté (tel qu’il est saisi)
Balises titres prévues pour la hiérarchisation des contenus. H1
<hn> (h1-h6) spécifie un titre très important et la balise H6 un titre peu
important

SITUATION D’INTEGRATION
Votre grand frère voudrait créer un site web pour faire la publicité de son entreprise.
Pour cela il vous sollicite pour l’aider à écrire les pages web constituant ce site.
1. Ecrire la structure minimale d’une page web.
2. Pour chacune des tâches suivantes, donner la balise permettant de la réaliser.
- Mettre en gras
- Souligner un texte
- Insérer un titre du niveau 1
- Créer une liste ordonnée
- Insérer un paragraphe
3. Donner le rôle des balises suivantes :
- <div>….</div>
- </br>
- <pre>…..</pre>
REINVESTISSEMENT
Ecrire le code html de page web ci-dessous :

BIENVENUE SUR MON SITE


Menu
1. Mes Photos
2. Mes contacts
3. M’écrire
4. Actualités
5. Mon Profil
Aide utilisateur :
Veillez choisir l’une des options ci-dessus pour avoir
l’informations que vous désirez.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 77


UNITE D’ENSEIGNEMENT 18 : INSERTION DE LIEN ET
DES OBJETS DANS UNE PAGE WEB

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Insérer des images dans une page web ;
Créer un formulaire ;
Lier deux pages web ;
CONTROLE DE PREREQUIS
1. Définir page web
2. Donner la structure minimale d’une page web.
3. Définir balise puis donner sa syntaxe d’utilisation.
SITUATION PROBLEME
A l’occasion des journées portes ouvertes, votre ami a décidé de créer un site web de
votre établissement dans lequel, il souhaite y ajouter quelques images. Par ailleurs, il
veut aussi que tout utilisateur se connecte en remplissant un ensemble de champs
avant d’accéder à ce site.ne pouvant pas réaliser à lui seul cette tâche. il fait appel à
vous.
Consignes
1- Est-il possible d’insérer une image dans une page web ? si oui donnez sa balise
(Réponse attendue : oui il est possible, en utilisant la balise<img>)
2- Donnez l’attribut permettant d’indiquer le chemin de l’image (Réponse
attendue : <IMG SRC="Repertoire_l’image">.)
3- Comment appelle-t-on le champ que tout utilisateur doit remplir avant de se
connecter (Réponse attendue : le formulaire)
4- Donnez la balise qui permet d’insérer un formulaire dans une page web
(Réponse attendue : la balise <form>)
5- Comment appelle-t-on l’élément se trouvant sur la page Web, sur lequel on
clique pour se rendre sur une autre page ? (Réponse attendue : le lien)
6- Donnez la balise de création d’un lien (Réponse attendue : <A Href="Nom de
la page à atteindre">Objet du lien </A>)

RESUME

INSERTION DES IMAGES


Pour insérer une image dans un document HTML, on utilise la balise <IMG
SRC="Repertoire_l’image">. Il s’agit d’une balise seule dans laquelle, le concepteur
doit spécifier l’endroit (le répertoire) dans lequel se situe l’image qu’il souhaite insérer.
SRC est un attribut qui signifie source (source de l’image) et qui indique donc le nom
et l’emplacement du fichier image à afficher dans la page web.

Exemple1 : Créer une page HTML permettant d’insérer une image nommée PIC.JPG
se trouvant dans le même dossier que la page.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 78


<HTML>

<HEAD>

<TITLE>Insertion des images</TITLE>

</HEAD>

<BODY>

<IMG SRC="PIC.JPG">

</BODY>

</HTML>

Exemple2 : Créer une page HTML permettant d’insérer une image nommée Paix.JPG
située dans le répertoire D:\Mes images\

<HTML>

<HEAD>

<TITLE>Insertion des images</TITLE>

</HEAD>

<BODY>
<IMG SRC=" D:\Mes images\Paix.JPG">

</BODY>

</HTML>

• Alignement des images


Pour aligner une image sur une page web, on utilise l’attribut ALIGN dans la balise
IMG suivie de la position souhaitée. Les différentes positions d’alignement d’une image
dans une page web sont les suivantes

Valeur de l’attribut ALIGN Position de l’image sur la page


ALIGN="LEFT" Aligne l’image à gauche
ALIGN="RIGHT" Aligne l’image à droite
ALIGN="CENTER" Aligne l’image au centre de la page web
Aligne le milieu de l’image avec le milieu du
ALIGN="MIDDLE"
texte

• Redimensionner une image :


Redimensionner une image signifie adapter la taille de cette image en fonctions de
nos besoins. Certaines images sont très grandes et d’autres sont trop petites par
rapport à nos besoins. Pour cela, il faut modifier sa hauteur et sa largeur à l’aide des

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 79


attributs suivants : HEIGHT et WIGTH.L’atribut ALT : permet d’afficher un texte
alternatif lorsque l’image ne s’affiche pas
Exemple : La syntaxe d’insertion de l’image.jpeg et occupant 50% en largeur et 50%
en hauteur de l’écran : < src="image.jpeg" height=50% wigth=40%=right>
CREATION D’UN FORMULAIRE
Un formulaire est un ensemble de champs utilisés dans une page web pour afficher
des données ou alors à envoyer des données vers un serveur pour traitement. Ils sont
notamment utilisés pour la collecte des données au niveau des visiteurs. Les
formulaires sont constitués de plusieurs champs :

• La zone de saisie : où le lecteur peut saisir des informations.


• Les boutons : le bouton submit (envoyer) qui permet lors d’un clic, de
transférer l’ensemble des informations saisies dans les différents champs au le
serveur, où un programme précis se chargera de les traiter et le bouton Reset
(Annuler) qui permet d’annuler les informations des différents champs.
Les formulaires sont créés dans le corps de la page web, c’est-à-dire entre les deux
balises BODY. La balise qui permet de créer un formulaire est : <Form>… </Form>
A l’intérieur de ces deux balises, on va ajouter les différents éléments du formulaire
tels que les champs de saisie, les boutons, les listes etc. A l’intérieur de la balise
<Form>, on peut ajouter les 03 attributs usuels METHOD, NAME et ACTION.

• L’attribut METHOD permet de déterminer la nature du formulaire qui peut être


un formulaire d’envoie des données ou alors un formulaire de réception des
données
• L’attribut NAME permet de donner un nom à un formulaire. Ce nom pourra
plus tard être manipulé en programmation par des langages de script comme
JavaScript.
La saisie du texte.
Pour permettre à utilisateur de saisir du texte dans un formulaire, on utilise la balise
<INPUT>. Cette balise est introduite entre les deux balises <Form>…</Form>. Cette
balise possède plusieurs attributs parmi lesquels : L’attribut TYPE qui permet de
spécifier le type de champ voulu. Il peut s’agir d’un champ de saisi prévu pour du texte
ou d’un mot de passe. S’il s’agit du texte, l’attribut TYPE prendra la valeur TEXT, tandis
que s’il s’agit d’un mot de passe, il prendra la valeur PASSWORD.
L’attribut SIZE permet de spécifier la taille d’un champ, c’est-à-dire le nombre
maximum de caractères qu’il peut contenir.
La balise : <TEXTAREA>…</TEXTAREA>. Est utilisée pour une zone de saisie Cette
balise peut être suivi des attributs ROWS et COLS qui désignent respectivement le
nombre de ligne et de colonne du champ de saisie.
- ROWS : représente le nombre de lignes

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 80


- COLS : représente le nombre de caractères que peut contenir une ligne

PRESENTATIONS DE CONTROLES D’UN FORMULAIRE :

Contrôle de formulaire Code HTML

La zone de champ caché : elle peut servir


à stocker (et transmettre) des valeurs qui <input type="hidden" name="c"
n’ont pas besoin d’être affichées à l’écran value="caché" />
(mais visibles dans le code source).

La zone mot de passe : Mot de passe : <input type="password"


name="mp" />

Les boutons radio : ils permettent Sexe : <input type="radio" name="sexe"


d’effectuer un seul choix (conditionné par value="M" checked /> Homme
une valeur identique pour l’attribut name) <input type="radio" name="sexe" value="F"
parmi des propositions /> Femme
L’attribut facultatif checked détermine la
valeur présélectionnée.
Jour(s) de disponibilité :
<input type="checkbox" name="jour[]"
Les cases à cocher : elles permettent
value="1" />
d’effectuer un à plusieurs choix parmi un
Mercredi
nombre limité de propositions
<input type="checkbox" name="jour[]"
value="2" />
Samedi
<input type="checkbox" name="jour[]"
value="3" />Dimanche
Statut :
La liste déroulante : elle permet <select name="statut">
d’effectuer un seul choix parmi un nombre <option value="1">Etudiant</option>
élevé de propositions <option value="2">Professeur</option>
</select>
L’attribut value indique la valeur renvoyée.
L’attribut facultatif selected de la balise
<option> permettrait de présélectionner un
élément de la liste
Le bouton Annuler : il réinitialise tous les
contrôles du formulaire à leur <input type="reset" value="Annuler" />
Valeur par défaut
Le bouton Envoyer : <input type="submit" value="Envoyer" />

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 81


Exemple :
Le code source formulaire ci-dessous est :

<html>
<head> <title> Formualaire </title></head>
<body>
<form>
Nom: <input type="text" name="nom" /> <br>
Prenom: <input type="text" name="prenom" /> <br>
Mot de passe<input type="password" name="nom" /><br>
<input type="submit" value="Envoyer" />
.
<input type="reset" value="Annuler" />
</form>
</body>
</html>

CREATION D’UN LIEN


Un lien est un objet cliquable qui permet de se déplacer entre le page ou d’atteindre
ou d’atteindre une ressource quelconque à partir d’une page web. Les liens présents
sur les pages web encore appelés Hyperliens sont généralement mis en relief par
rapport au reste du document (en bleu, souligné et réagissaient au passage du
pointeur de la souris).
On distingue les liens qui s’établissement entre les pages web. On peut citez :

• Les liens intra pages ;


• Les liens avec les adresses e-mail qui permettent à un visiteur d’envoyer un
message à partir de la page sur laquelle il se trouve.
Pour créer un lien intra page, il faut connaitre le nom de la page que l’on souhaite
atteindre (sa localisation précise dans le répertoire ou elle se trouve), cette page
représente la cible. Ensuite il faut choisir un objet qui servira de lien, c’est-à-dire, un

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 82


objet sur lequel on cliquera pour déclencher le lien. Cet objet peut être de nature
diverse, il peut être du texte, une image, une vidéo etc.
La balise utilisée pour créer un lien intra page est : <a href="Nom de la page à
atteindre">Objet du lien </a>
Exemple : <a href="accueil.html"> Revenir en arrière </a> est un lien qui renvoi
l’utilisateur sur la page accueil après avoir cliqué sur le texte « Revenir en arrière »
SITUATION D’INTEGRATION
Lors d’une séance de cours pratique sur le HTML et les pages Web statiques, votre
enseignant vous pose des questions suivantes :
1- Donnez les étapes d’insertion des images dans une page Web, ainsi que les
types d’insertion que vous connaissez
2- Quel attribut utilise-t-on pour préciser la taille de l’image ?
3- Définir formulaire, puis donnez la balise qui permet la création d’un formulaire
4- Donnez les rôles des attributs suivants : L’attribut METHOD, l’attribut NAME,
L’attribut SIZE
5- Définir lien et donner les types de liens que vous connaissez
6- Quelle balise utilise-t-on pour insérer un lien dans une page web.
REINVESTISSEMENT
1. Créez une page web ayant nommée « pic.html »
2. Insérez dans la page une image de votre choix
3. Créez le formulaire ci-dessous.

4. Créer une autre page web nommée « index.html » puis insérer dans cette page
un lien vers la première page que vous avez créée.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 83


UNITE D’ENSEIGNEMENT 19 : ECRITURE ET EXECUTION
D’UNE PAGE WEB

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Créer une page web ;
Tester un code html
CONTROLE DE PREREQUIS
1. Définir éditeur de texte puis donner deux exemples
2. Définir navigateur puis donner deux exemples
3. Donner les étapes de démarrage d’u logiciel
4. Comment enregistrer un fichier.
SITUATION PROBLEME
Lors d’une séance du cours d’informatique portant sur les pages Web statiques, votre
camarade a créé une page Web et souhaite la tester pour cela, il fait appel à vous pour
l’assister
Consignes
1- Donnez les outils nécessaires à la création d’une page web (Réponse
attendue : l’éditeur de texte et le navigateur)
2- Donnez les étapes de création d’une page web (Réponse attendue : démarrer
l’éditeur de texte, saisir le code de la page, puis enregistrer sous l’extension
.HTML)
3- Comment exécuter une page Web (Réponse attendue : l’ouvrir avec un
navigateur)
RESUME
ECRITURE D’UNE PAGE WEB
Pour écrire une page Web, il faut au préalable avoir un éditeur de texte et un
navigateur. Les étapes sont les suivantes :
1. Lancer l’éditeur de texte
Le démarrage d’un éditeur de texte se fait en fonction des systèmes d’exploitation :
• Sous Windows, un éditeur comme Notepad se démarre comme suit : cliquez
sur Démarrer, tapez Notepad dans la zone de recherche, puis cliquez sur
Notepad.
• Sous MacOs X on démarre l’éditeur TextEdit comme suit : cliquez sur
Spotlight, tapez TextEdit, puis, dans les résultats, cliquez sur TextEdit.

2. Saisir le code de votre page Web

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 84


3. Enregistrer le fichier dans un dossier de votre choix sous l’extension « .htm »
ou « .html »

EXECUTION D’UNE PAGE WEB


Une fois le fichier enregistré l’ordinateur, vous pouvez maintenant l’exécuter.
Dans votre explorateur de fichiers (Windows Explorer sur Windows, Finder sur Mac ou
Fichiers sur Ubuntu), repérez le fichier que vous avez créé et ouvrez-le dans votre
navigateur web (en double-cliquant dessus ou en glissant-déposant le fichier sur
l'icône du navigateur). Le navigateur affiche alors le texte du fichier HTML que vous
avez créé et l'onglet affiche le titre de la page.

Exemple d’exécution

Remarque : Pour ouvrir le fichier. Dans votre éditeur de texte afin de le modifier, vous
pouvez faire un clic-droit et choisir le
logiciel avec lequel ouvrir le fichier (ici
l'éditeur de texte) (sinon, vous
pouvez glisser-déposer le fichier
dans votre éditeur ou encore choisir
de l'ouvrir depuis l'éditeur grâce à
l'option « Ouvrir » qui se situe
généralement dans le menu « Fichier
»). Selon l'éditeur que vous utilisez,
vous devriez avoir quelque chose qui
ressemble à :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 85


SITUATION D’INTEGRATION
Votre ami vous demande de l’aider dans la création de sa page web en répondant aux
questions ci-dessous :
1- Donnez les outils nécessaires à la création d’une page web
2- Donner les étapes de démarrage d’un éditeur de texte
3- Donnez les étapes de création d’une page web
4- Comment exécuter une page Web

REINVESTISSEMENT
En utilisant un ordinateur, réaliser les tâches suivantes :
1. Démarrer un éditeur de texte de votre page
2. Créez une page web qui décrit votre établissement en présentant aussi les
enseignants.
3. Enregistrer votre page web puis l’exécuter avec un navigateur de votre choix.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 86


INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 87
UNITE D’APPRENTISSAGE 7 :
DETERMINER LES BESOINS MATERIELS
ET LOGICIELS EN INFOGRAPHIE

Compétences visées :
• Réalisation d’une campagne publicitaire ;
• Réalisation d’une campagne de sensibilisation ;
• Communication évènementielle ;
• Déploiement d’un environnement de travail en infographie et multimédia

Leçon 20 : Notion d’infographie


Leçon 21 : Outils de logiciel de l’infographie : cas de Photoshop

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 88


UNITE D’ENSEIGNEMENT 20 : NOTION D’INFOGRAPHIE

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Identifier quelques domaines d’application de l’infographie ;
Énumérer les matériels et les logiciels utilisés en infographe et multimédia ;
CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Citer les types de fichiers que vous connaissiez.
2. Définir image.
3. Citer quelques appareils utilisés pour acquerir une image.
SITUATION PROBLEME
Lors de la remise des bulletins de fin d’année de votre établissement, votre chef
d’établissement invite un photographe pour immortaliser l’évènement. Quelques jours
plus tard, les images et vidéo de la cérémonie sont disponibles. On voit sur les photos
certaines améliorations : cadres, fleurs paysage…
Consignes
1- Comment appelle-t-on le processus qui a permis au photographe d’améliorer
ou de traiter ces images (réponse : l’infographie)
2- Quel est le principal outil utilisé pour le traitement de ces images ? (réponse :
l’ordinateur)
3- Citez quelques appareils que le photographe pouvait utiliser pour immortaliser
la cérémonie, à part l’appareil photo numérique (réponse : le téléphone
portable numérique ou Android, la caméra, la webcam…)
4- Le photographe a utilisé un logiciel qui lui a permis de traiter ces images. Citez
quelques exemples (réponse : adobe Photoshop, Illustrator, phosphine
paint…)
5- Quel autre nom donne-t-on encore au photographe qui a réalisé ces
montages ? (réponse : l’infographe ou l’infographiste)
RESUME
DEFINITIONS
Terme formé en 1974, l‘infographie nait à partir des mots « informatique » et
« graphisme ».
Le graphisme désigne l'activité qui consiste à créer, choisir et utiliser des éléments
graphiques (dessins, caractères typographiques, images, couleurs, etc.) pour élaborer
un objet de communication ou de culture.
L'infographie quant à elle, est définie comme étant le graphisme combiné à
l‘utilisation d'un ordinateur et des logiciels prévus à cet effet.
Infographie : est une activité artistique et graphique utilisant les outils et supports
informatiques. L‘utilisateur des logiciels d‘infographie s‘appelle un infographe ou un
infographiste

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 89


Un graphiste est un professionnel de communication qui conçoit des solutions de
communication visuelle.

DOMAINES D’APPLICATION DE L’INFOGRAPHIE


Les domaines d’application de l’infographie sont nombreux. On peut citer entre autres :
• La télévision : Production des images numériques destinées aux téléviseurs
• La médecine : Représentation sous forme d’image des résultats d’un scanner,
d’une échographie …
• Le cinéma : Production des images de synthèse, trucage, effets spéciaux…
• Dans l’architecture : réalisation des plans d’immeubles
• L’aéronautique et la mécanique en général : conception des maquettes
d’engin à l’aide d’ordinateur.
• L’industrie du spectral : Conception des jeux vidéo
• Domaine de la publicité ;
• Domaine de l‘audiovisuel ;
• Le domaine de la presse écrite ;
• Domaine des transports (les panneaux du code de la route) ;

LES MATERIELS ET LES LOGICIELS UTILISES EN INFOGRAPHIE

Les matériels utilisé par l’infographe peuvent être regrouper en trois catégories :
• Des Outils d’acquisition ou matériel de capture ou numériseurs : Qui
permet de capturer les images à traiter (APN, Caméscope, Scanner Etc.).
• Des Outils de manipulation : Ici, on distingue principalement l’ordinateur et
l’ensemble de ses périphériques exploités pour le dessin (Souris, Tablette
graphique).
• Des outils de restitution : Les images traitées peuvent être restituées soit par
un périphérique d’affichage (écran ou moniteur), soit sur un support physique
(dans ce cas, on utilisera une imprimante).
• Des outils de stockage : Les images traitées peuvent être sauvegardé
(enregistrées) sur un simple support de stockage tel qu’une clé USB, Une
disquette, un CD-ROM etc. b
Il existe de nombreux logiciels d‘infographie. Voici une liste non exhaustive des
produits en Français que l‘on peut trouver :
• Adobe Photoshop
Photo DeLuxe (Adobe
• IPhotoExpress (U-Lead)
Photopaint
• Ixla Artist (ISR)
Photo Impact(U-Lead)
• Paint Photo Studio (Arc
• Paint Shop Pro (Jasc Software) PhotoExpress (U-Lead)
• Picturama (Hi-Image) PhotoSuite (MGI Software)
• Picture Publisher (Micrografx) Picture It (Microsoft)

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 90


SITUATION D’INTEGRATION :
Le maire de votre localité désire informer les populations sur le championnat qui aura lieu
pendant les vacances. Pour cela il fait appel à vos services pour réaliser une banderole.
a) A partir de quel logiciel peut-on réaliser cette banderole ?
b) A quel domaine de l’infographie appartient la réalisation d’une banderole ?
c) Proposer d’autres domaines d’utilisation de l’infographie.
REINVESTISSEMENT
Sur l’ordinateur de la salle informatique de votre etablissement ou sur votre ordinateur
personnel, identifier tout les logiciels d’infographie qui y sont installés s’ils existent

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 91


UNITE D’ENSEIGNEMENT 21 : OUTILS DE LOGICIEL DE
L’INFOGRAPHIE : CAS DE PHOTOSHOP

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
• Identifier quelques outils d’un logiciel d’infographie
CONTROLE DE PREREQUIS :
1. Définir infographie, graphisme.
2. Identifier quelques domaines d’application de l’infographie ;
3. Énumérer le matériel et les logiciels utilisés en infographe ;

SITUATION PROBLEME :
L’un de vos amis vous demande la photo entre amis réalisée à une époque. Mais
justement à cette période, vous aviez encore des boutons sur votre visage. Dès lors,
il est d’une nécessité pour vous de corriger les imperfections sur une image afin de
l’améliorer avant de transmettre cette photo.
Consignes :
1. Quel nom donne-t-on à l’opération qui consiste à corriger les imperfections sur
une image afin de l’améliorer ? (Réponse attendue : La retouche d’une image)
2. A partir de quel logiciel cette opération est-elle possible ? citez-en un exemple
(Réponse attendue : Logiciel d’infographie. Exemple: Adobe Photoshop,
Illustrator, Gimp, IPhotoExpress , Ixla Artist ,Paint, Paint Shop Pro…)
3. Citez quelques outils ou exemples d’outils qu’on peut retrouver en utilisant un
logiciel cité en 2.(Réponse attenue: Les outils de dessin à main levée : crayon,
pinceau, gomme,… ; les outils de peinture : palette de peinture, pipette ; les
outils de sélection : rectangle, ovale, lasso, sélection libre, baguette magique,
sélection, couleur,… ; les outils de forme : ligne, courbe, rectangle, ovale,
aérographe ; les outils texte représenter par la lettre majuscule A ou T ; les outils
de zoom : permet d’agrandir ou réduire une image. ).
RESUME
NOTION DE TRAITEMENT D’IMAGE
Il existe plusieurs types de traitement d’image : le trucage, la retouche et l’ajout des
effets.
Le trucage d’une image
La modification d’une image peut consister à supprimer certains éléments de l’image,
ou à apporter des éléments nouveaux à l’image : on parle généralement de trucage
de l’image.
La retouche d’une image :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 92


C’est l’opération qui consiste à corriger les imperfections sur une image afin de
l’améliorer.
Ainsi, une vieille image qui n’avait qui n’avait aucun attrait visuel peut grâce à
l’opération de retouche redevenir agréable à la vue.

Ajout des effets à une image


Il est possible à partir de certaines fonctions intégrées des logiciels de traitement
d’images, ajouter les effets à une image. Les effets sont généralement regroupés en
style. Il suffit donc d’appliquer un style à une image pour lui ajouter un ensemble
d’effets.
Quelques outils d’un logiciel d’infographie
Dans le domaine de l’infographie, il existe plusieurs logiciels pouvant permettre de faire
le traitement d’images (Photoshop, Illustrator, Gimp…). Tous ces logiciels ont sur leur
interface, un certain nombre d’élément commun. On peut avoir entre autres :
• Une Barre de titre : affiche le titre du document suivi du nom du logiciel
• Une barre de menu : contient l’ensemble des fonctionnalités du logiciel
• Une barre d’option des outils : permet de paramétrer les outils
• Une boite d’outils : contient les outils permettant de traiter une image quelques
palettes (couleur, navigation, caractères, historique…)
• Zone zone de travail ;

Un calque est une feuille transparente de travail qui permet de manipuler en partie ou
en totalité une image ;
On peut effectuer plusieurs opérations sur les calques : création, suppression,
déplacement, définition comme arrière-plan, verrouiller un calque, le rendre visible ou
invisible ;
LES OUTILS DE LOGICIEL D’INFOGRAPHIE.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 93


Ces outils varient en fonction des logiciels :
• Les outils de dessin à main levée : crayon, pinceau, gomme, …
• Les outils de peinture : palette, palette de peinture, pipette
• Les outils de sélection : rectangle, ovale, lasso, sélection libre, baguette
magique, sélection couleur, …
• Les outils de forme : ligne, courbe, rectangle, ovale, aérographe ;
• Les outils texte représenter par la lettre majuscule A ou T.
• Les outils de zoom : permet d’agrandir ou réduire une image.
Pour effectuer une opération, il faut d’abord choisir l’outil à l’aide d’un clic. Un peu de
détail
• Pipette : permet d’isoler la couleur d’un pixel afin de réutiliser à ailleurs ;
• Pinceau : permet de dessiner sur l’image. Le tracé suit le mouvement de la
souris ;
• Gomme : permet d’enlever le pixel ou de rendre une zone d’un calque
transparente.
• Remplissage : remplir une zone avec une couleur sélectionnée ;
• Texte : permet d’ajouter un texte à une image ;
• Clonage (tampon) permet de servir une partie de l’image comme couleur de
remplissage ;
• Déplacement : permet de déplacer les calques afin de mieux les repositionner.
SITUATION D’INTEGRATION :
Sur l’une de photo de l’artiste Dynastie, Paul adore bien comment il est habillé. Pour
cela, il décide de traiter cette fameuse photo pour remplacer la tête de l’artiste par la
sienne.
a) Comment appelle-t-on ce type de traitement ?
b) Citez un exemple de logiciel qu’il pourra utiliser pour le faire ?
c) Citez quelques éléments communs aux logiciels de traitement d’image.
d) Citez les catégories d’outils qu’on peut trouver dans le logiciel de traitement
d’image
REINVESTISSEMENT
A l’aide d’un ordinateur, réaliser les tâches suivantes :
1. Après avoir lancer Photoshop, identifier les différents outils de ce logiciel
d’infographie en pointant le curseur de la souris ou en cliquant.
2. Ajouter une image de votre choix puis effectuer quelques modifications dessus.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 94


UNITE D’APPRENTISSAGE 8 :

UTILISER LES FICHIERS IMAGES

Compétences visées :
• Réalisation d’une campagne publicitaire ;
• Réalisation d’une campagne de sensibilisation ;
• Production d’un logo ;
• Réalisation d’une affiche publicitaire ;
• Réalisation d’un montage d’images

Leçon 22 : Notion d’images


Leçon 23 : Operations sur les images
Leçon 24 : Création d’une image

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 95


UNITE D’ENSEIGNEMENT 22 : NOTION D’IMAGES
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Énumérer quelques formats de fichiers image ;
Décrire les types d’image (matricielle et vectorielle) ;
Décrire le processus d’acquisition des images ;
Décrire les caractéristiques d’une image ;
CONTROLE DE PREREQUIS :
1. Quelles sont les parties de l’interface photoshop ?
2. Quelle est le role des outils de dessin ?
3. Citez quelques outis de dessin.
SITUATION PROBLEME :
Après avoir installé son logiciel de traitement d’images, votre petit frère souhaite avoir
des précisions en ce qui concerne les images. Alors il se retourne vers vous afin
d’obtenir davantages des éclaicirssements concernant ses inquiétudes suivantes :
Consignes :
1. Que répresente les écritures suivantes : JPEG ; PNG ; PDF
(Réponse attendue : Formats de fichiers images)
2. Que représente le format de fichier image ? (Réponse attendue: La façon
dont l’image a été codée et compressée)
3. Existet-il plusieurs types d’imges ? si oui lesquelles ? (Réponse attendue:
Oui, les images vectorielles et matricielles)
4. Quelle est la différence entre ces deux images ?( Réponse attendue :
L’image vectorielle est constituée uniquement de formes géométriques tandis
que l’mage matricielle est formée d’une grille composée de points appelés
pixels)
5. Comment les acquérir ?( Réponse attendue : En utilisant les outils
d’acquisition ou matériels de capture tels le scanner, l’appareil photo
numérique)
6. Quelles sont les caractéristiques d’une image(Réponse attendue : Une
image se caractérise par sa définition, sa résolution)
RESUME
LES FORMATS DE FICHIERS IMAGES
Une image est un fichier contenant un dessin ou une photographie. Le format d’une
image spécifie le type de codage de l’image et éventuellement la façon dont elle a été
compressée (opération qui consiste à réduire la taille d’une image sur le disque dur),
et les logiciels capables de l’ouvrir. Les fichiers images existent dans de nombreux
formats. Les principaux formats sont :
• JPG ou JPEG (Joint Photographic Experts Group) : c’est le format le plus
adapté pour sauvegarder un maximum d’images. Il permet de compresser les
images à plus de 90%

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 96


• GIF (Graphics Interchange Format) : un format très répandu sur le web.
• PNG (Portable Network Graphic) : C’est un format destiné à remplacer le
format GIF et corriger ses limites.
• BMP (BitMap)
• TIFF/TIF (Tagged IMAGE file Format)
• PDF
• AI ( Adobe Illustrator) ….

TYPES ET PROCESSUS D’ACQUISITION DES IMAGES


Types d’images
Les images produites et traitées par les ordinateurs sont de deux types : les images
matricielles et les images vectorielles.
• Les images matricielles ou Bitmap: C’est une image formée d’une grille
composée de points carrées individuels appelés pixels (PICtureELements).
Elles sont utilisées pour les photos, dessins complexes et tons continus. Elles
offrent une simplicité de codage, facilité d’impression et possibilité d’afficher
n’importe qu’elle image. Leur inconvénient réside dans leur taille conséquente
et leur perte de qualité en cas de compression d’image. Les formats d’images
matricielles sont : .gif, .tiff, .png, .jpg, .raw, .bmp, .psd, … Les images bitmap
sont divisées en plusieurs groupes : Les images 2D, les images 2D animées,
les images 3D, les images 3D animées.
• Les images vectorielles : Une image vectorielle est constituée uniquement
de formes géométriques. Il est possible de lui appliquer facilement des
transformations géométriques (zoom, étirement) sans risque de perte de la
qualité d’image. Elles peuvent être agrandi à l’infini et occupent peu de place
en mémoire. Les formats d’images vectorielles sont : .dwg, .ai, .pdf, .pict, …

NB : Une image vectorielle peut être transformée en image matricielle et vice versa.

Acquisition des images

Pour qu’une information soit traitée par la machine, elle doit être au préalable être
traduite en langage machine : c’est le processus de numérisation. La numérisation
d’une image consiste donc à transformer une image codée sous forme analogique en
une image codée sous forme numérique. Elle est effectuée par un dispositif qui
convertit le signal analogique en signal numérique. Les appareils permettant d’acquérir
une image sont : le scanner, l’appareil photo numérique, téléphone multimédia,
smartphone, caméscope…
Les étapes de numérisation d’un scanner sont :
- Ouvrir le scanner et poser le support contre son écran ;
- Lancer le logiciel de numérisation et cliquer sur le bouton qui permet de le
visualiser ;
- Définir les différents paramètres ;

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 97


- Cliquer sur scan et enregistrer.
CARACTERISTIQUES D’UNE IMAGE
Une image est constituée d’un ensemble de points appelés pixels (PICture ELement).
Le pixel représente ainsi le plus petit élément constitutif d’une image numérique.
• La définition: La définition d’une image est le nombre de points (pixels)
constituant l’image. Cela correspond au nombre de pixel qui composent l’image
en longueur (axe horizontal ou lignes) et en hauteur (axe vertical ou colonnes).
Exemple : Une image possédant 640 pixels en longueur et 400 pixels en
hauteur aura une définition de 640 X 400 pixels. Le pixel (souvent abrégé px)
est l’unité de base permettant de mesurer la définition d’une image.
• La résolution : C’est le nombre de points ou pixels par unité de surface exprimé
en pixels par pouce (ppi) ou points par pouce (ppp, en anglais dpi : Dots per
Inch). Un pouce mesure 2,54 cm (1″=2,54cm). La résolution permet ainsi
d’établir le rapport entre la définition en pixel d’une image et la dimension réelle
de sa représentation sur un support physique (écran, papier…)

SITUATION D’INTEGRATION :
Aider votre petit frere qui vous rejoint à la maison avec son devoir d’informatique
constitué des questions suivantes :.
1. Definir image ?
2. Citer les types d’images que vous connaissiez.
3. Donner 03 caracteristiques d‘une image.
4. Enumerer quelques extensions de fichiers images.
5. Comment appellet-on les outils permetant d’acquérir les images ? citer
quelques uns.
6. Donner les étapes de numérisation d’un scanner

REINVESTISSEMENT
Utiliser un outil de votre choix pour acquérir les images dans votre ordinateur.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 98


UNITE D’ENSEIGNEMENT 23 : OPERATIONS SUR LES IMAGES

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Compresser un fichier image ;
Effectuer les opérations sur les images (redimensionner, recadrer, pivoter,
capturer) ;
Calculer la résolution, définition et taille d’une image.
CONTROLE DE PREREQUIS :
1. Qu’est ce que la numérisation ?
2. Citer les outils d’acquisition des images
3. Quelles sont les caractéristiques d’une image ?
SITUATION PROBLEME :
Du retour des vacances, votre voisin veut impressionner ses camarades en les
transférant des photos souvenirs alors que celle-ci sont fausses. Malheureusement il
ne s’y connait pas. Alors venez lui en aide tout en répondant à ces préocupations
suivantes :
Consignes :
1. Comment transférer les photos à son camarade sans risque de surchager la
bande passante? (Réponse attendue : il faut les compresser)
2. Peut-on compresser plusieurs photos à la fois (Réponse attendue : oui)
3. Comment éffectuer la compression ? (Réponse attendue : sélectionner les
photos puis suivre les instructions qui s’afficheront à l’écran)
4. Quelles sont les opérations de retouche qui peuvent s’éffectuer sur les photos ?
(Réponse attendue : redimensionner , recadrer, pivoter)
5. Comment redimensionner par exemple une photo ? (Réponse attendue :
CRTL +T et suivre les instructions qui s’afficheront à l’écran)
6. Peut-on calculer la résolution , définition et taille d’une image ? (Réponse
attendue : oui)
RESUME
COMPRESSER UN FICHIER IMAGE
Compresser un fichier image : compresser une image consiste à réduire le poids de
l’image pour la rendre plus légère afin de gagner de la place, la transférer plus
rapidement par E-mail et l’optimiser pour le web. Il existe une multitude de logiciels de
compression parmi lesquels JPEG compression. Les étapes de compression sont les
suivantes :

• Sélectioner les images à commpresser


• Suivre les instructions qui s’affichent à l’écran

EFFECTUER LES OPERATIONS SUR LES IMAGES : CAS DE PHOTOSHOP

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 99


Redimensionner : S’électionner le calque à modifier Ctrl + T et redimensioner le
manuellement
Recadrer : Le recadrage consiste à supprimer des parties d’une photo pour créer un
point d’intérêt ou améliorer sa composition :
- Dans la barre d’outils, sélectionnez l’outil Recadrage . les bords de recadrage
s’affichent sur ceux de la photo
- Tracer une nouvelle zone de recadrage ou faites glisser les angles et les
poignées de contour pour spécifier les limites de recadrage bde votre photo
- Spécifiez les options de recadracage à l’aide de la barre de contrôle (facultatif)
- Appuyez sur la touche Entrée de Windows pour recadrer
Pivoter une image c’est changer l’orientation ou la direction de cette image. Pour le
faire, on peut proceder ainsi :
- Lancer Adobe Photoshop
- Ouvrez votre image. Assurez-vous que l’mage possède un calque qui a une
forme ou un objet pouvant se faire pivoter
- Sélectionnez le calque. Si celui devient jaune , cela veut dire qu’il a été bien
sélectionné.
- Sélectionnez l’objet. Utilsez l’outil « rectangle dde sélection » pour tracer un
rectangle autour de l’objet tout en laissant un petit espace autour de l’objet.
- Cliquez sur « Edition » depuis la barre d’outils. Allez dans « Transformation »
puis cliquez sur « Rotation »
- Faites pivoter l’objet. En cliquant sur « Rotation », huit carreaux devraient
apparaitre autour du rectangle. Cliquez sur l’un d’eux avec le bouton gauche de
la souris et restez appuyé. Déplacez le curseur dans une direction jusqu’à en
etre satisfait de la position obtenue.
- Appuyez sur « Entrée » pour appliquer la rotation
NB : un claque est un papier transparent qui permet de reproduire des modèles. On
peut effectuer plusieurs opérations sur les calques : création, suppression,
déplacement, définition comme arrière-plan, verrouiller un calque, le rendre visible ou
invisible.

CALCUL DE LA RESOLUTION, DEFINITION ET TAILLE D’UNE IMAGE :


Définition d’une image = (Nombre de pixels sur la longueur) X (Nombre de pixels sur
la hauteur). Soit Définition = (Longueur de l’image X Résolution) X (Hauteur de
l’image X Résolution).
Exemple : Résolution 200PP ; longueur de l’image 5’’ ; hauteur de l’image 3’’ :
Nombre de pixels en longueur : 5x200=1000px ; Nombre de pixels en hauteur :
3x200= 600px ; donc Définition=1000x600pixels.

Résolution d’une image = définition /dimension ou taille


Exemple : La résolution d’une image de définition 300 X 300 pixels mesurant 2
pouces par côté est : 300 / 2 = 150 ppp ou 150 dpi

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 100


Taille d’une image = Longueur x Hauteur où
- Longueur = nombre pixel en longueur / Résolution
- Hauteur = nombre pixel en hauteur / Résolution
Exemple : Soit une image de résolution 200ppp ; Définition sur la longueur 1000px ;
Définition sur la hauteur 600px
Longueur image = 1000/200=5’’ ; Hauteur image = 600/200=3’’ ; donc Taille = 5’’x3’’

SITUATION D’INTEGRATION :
Surpris d’observer vos envois et réception rapide de photos et de voir les différentes
améliorations effectuées sur vos images dans Photoshop, votre cousine vous pose
des questions suivantes :
1. Que faut-il faire des photos pour facilité leur téléchargement rapide?
2. Quelles sont les operations qu’on peut effectuer sur une photo ?
3. Donner les etapes de realisation de chacune des ces operations.
4. Calculer la resolution d’une image de taille 5 x 3 et de definition 50 x 40.
REINVESTISSEMENT
En utilisant photoshop, choisi une image de votre choix qui appliqué sur cette image
les oprations de recadrage, le redimensionnement et le pivotage.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 101


UNITE D’ENSEIGNEMENT 24 : CREATION D’UNE IMAGE

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Créer une mosaïque d’images ;
Utiliser les formes et les couleurs pour dessiner une image simple (logo,
drapeau) ;
CONTROLE DE PREREQUIS :
1. Quel est le role de la compression ?
2. Citer quelques opérations qui peuvent s’éffectuer sur les photos
SITUATION PROBLEME :
Ravie par la retouche de vos photos et la reproduction du logo camtel et le drapeau
du Cameroun, votre maman vous supplie de l’édifier en ce qui concerne la création
d’un effet mosaique et l’utilisation des formes et couleurs pour dessiner une image
simple.
Consignes :
1. Définir une mosaique (Réponse attendue : La mosaique est un art décoratif
dans lequel on utilise les fragments de pierres colorées , d’émail, de verre ou
de céramique assemblés à l’aide de mastic ou d’enduit pour former des motifs
ou des figures)
2. Définir logo(Réponse attendue : Un logo est une représentation graphique qui
sert à identifier de manière unique et immédiate une entité dans le but de
différencier son propriétaire des autres)
3. Donner un exemple de logiciel qu’on pourra utiliser pour crer une mosaique ou
un logo ? (Réponse attendue : photoshop)
4. Comment avoir un effet mosaique ?(Réponse attendue : créer tout d’abord un
dossier dans lequel nous allons placer nos images, puis aller dans
Photohsop,sélectionner Fichier » Automatisation » Planche contact II… )
5. Comment utiliser les formes et couleurs afin de réaliser un logo par exemple ?
(Réponse attendue : ouvrer le logiciel Photoshop, aller dans le menu
Fichier»Nouveau). Entrer les valeurs, écrire votre logo…)
RESUME
CREER UNE MOSAIQUE D’IMAGES :
La mosaique est un art décoratif dans lequel on utilise les fragments de pierres
colorées , d’émail, de verre ou de céramique assemblés à l’aide de mastic ou d’enduit
pour former des motifs ou des figures. Il est donc possible de ressortir cet effet à l’aide
du logiciel Photoshop tel que suit :
• Rassemblez les photos que vous souhaitez utiliser pour la mosaïque et les
charger sur votre ordinateur, soit en les transférant depuis un appareil photo.
• Créer un dossier dans lequel on va placer nos images

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 102


• Aller dans photoshop » Fichier » Automatisation » Planche contact II » :
Une nouvelle fenetre s’ouvre.
• Choissir le dossier dans lequel se trouve les images ; ensuite nous avons
plusieurs réglages tels que ‘’unité’’ 2cm ; ‘’largeur’’ 12 ; ‘’hauteur 8 ;
résssolution 300dpi par exemple… et valider « ok ». votre effet mosaique
est donc crée . vous pouvez donc redimensionner, recadrer .
UTILISATION DES FORMES ET COULEURS POUR DESSINER UNE IMAGE
SIMPLE (LOGO, DRAPEAU)
Reproduire un logo :
Un logo est une représentation graphique qui sert à identifier de manière unique et
immédiate une entité dans le but de différencier son propriétaire des autres. Essayons
de reproduire le logo camtel avec le logiciel Photoshop :
- Ouvrez le logiciel Photoshop, allez dans le menu Fichier »Nouveau. Entrez les
valeurs : 510px x 170px.
- Modifiez le contenu de l’arrrière-plan par le blanc puis appuyez sur le bouton
ok.
- Sélectionnez l’outil texte et écrivez le mot camtel. Utiliser la police de carctère
de votre choix et la taille à 150pt.
- Sélectionnez chaque caractère du logo un par un et donnez-leur les couleurs
suivantes : bleu: 0039b6 rouge : c41200 jaune : f3c518 vert : 30a72f
- Double cliquez sur le calque du texte pour ouvrir les options de fusion.
- Paramètrez l’onglet Ombre portée
- Paramètrez l’onglet Biseautage et estompage
SITUATION D’INTEGRATION :
Votre jeune frère vous a suivi minutieusement dans une explication concernant les
retouches d’images et soudain il pose les questions suivantes :
1. Qu’est ce qu’une mosaique ?
2. Quelles sont les étapes de création d’une mosaique ?
3. Définir logo
4. Donner les etapes de la creation d’un logo.
REINVESTISSEMENT
Réaliser le logo de la Crtv à l’aide du logiciel Photoshop

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 103


UNITE D’APPRENTISSAGE 9 :
UTILISER LES FICHIERS SON ET
VIDEO
Compétences visées :
Production d’un scénario musical ;
Réalisation d’un générique pour la radio ;
Réalisation d’un mixage de son ;
Production d’un générique vidéo ;
Production d’un spot publicitaire

Leçon 25 : Fichiers son


Leçon 26 : Fichiers Vidéos
Leçon 27 : Réalisation d’un montage vidéo avec Windows Movie Maker

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 104


UNITE D’ENSEIGNEMENT 25 : FICHIER SON
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Enumérer quelques formats de fichiers son
Décrire le processus d’acquisition du son
Identifier les caractéristiques d’un son
Identifier les types de son
CONTROLE DE PREREQUIS :
1. Définir fichier
2. Citer les types de fichier que vous connaissiez.
SITUATION PROBLEME :
Après la maitrise des notions et pratiques en ce qui concerne les images, votre sœur
veut en savoir davantage en ce qui concerne les son :
Consignes :
1. Quels sont les types de formats de fichiers son ?
2. Comment acquérir un son ?
3. Quelles sont les caractéristiques d’un son ?
4. Quels sont les types de son ?
RESUME
TYPES DE FORMATS DE FICHIERS SON
Un format de son est constitué des données sonores ou vocales sous forme
numérique. Il existe plusieurs types de format :
• CAF=Core Audio Format;
• WMA=Windows Media Audio
• WAV= Windows From Audio format;
• BWF=Broadcast Wave Format
• AIFF=Audio Interchange File Format ;
• MP3= MPEG-layer3
Ces fichiers sont générés ou crées par des logiciels multimédias tels que : logiciel de
montage audio, logiciel d’animation et effet, logiciel d’animation 3D.
PROCESSUS D’ACQUISITION DU SON
Traditionnellement on distingue le son logique et le son numérique. Le son numérique
étant devenu la norme se présente sous la forme d’une succession de données
numériques codées sous forme binaire. Dès lors que l’ordinateur intègre la chaine de
production d’un son lors de l’enregistrement ou de la restitution, le son est numérique.
Le son est alors obtenu par numérisation du son. La numérisation du son est un
procédé permettant à l’ordinateur de déchiffrer le son au format binaire. Plusieurs outils

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 105


permettent d’acquérir un son. Nous pouvons citer : le micro, l’ordinateur, le dictaphone,
le magnétophone, le smartphone, la tablette.
CARACTERISTIQUES ET TYPES DE SON
• Caractéristiques d’un son
Un son est une sensation auditive provoquée par une vibration. Un son est défini par
3 paramètres : son intensité, sa hauteur tonale et son timbre.
- Intensité ou volume : Il dépend de l’amplitude de la vibration. Plus elle est
importante, plus le son est fort. Plus l’amplitude est faible plus le son est faible.
Son unité de mesure est le décibel (dB)
- Hauteur tonale ou fréquence : Elle correspond au nombre de vibrations par
seconde. Plus l’objet vibre rapidement, plus le son sera aigu. Dans le cas
contraire le son sera grave On exprime la fréquence en Hertz (Hz). 1 Hz
correspond à une vibration par seconde.
- Timbre ou couleur : est donné par le nombre et l’intensité des harmoniques
qui le compose et permet de reconnaitre qui parle ou l’instrument qui est joué.
Les harmoniques sont des multiples entiers de la fréquence fondamentale.

• Types de son

- Son mono : Ici, le son enregistré par un seul microphone et reproduit par un
ou plusieurs haut-parleurs diffusant le même signal acoustique.
- Son stéréo : C’est une méthode de reproduction sonore visant à reconstituer
la répartition dans l’espace des sources d’origines. Il s’obtient à l’aide de deux
canaux (gauche et droite) diffusés par au moins deux transducteurs (haut-
parleurs ou écouteurs).
SITUATION D’INTEGRATION :
Votre ami veut procéder à un enregistrement audio à la maison. Tout d’abord il
souhaite avoir des éclaicissements en ce qui concerne les intérrogations suivantes :
1. Quels sont les types de formats appropriés au son ?
2. Quels sont les outils d’cquisition du son ?
3. Quels sont les types de son ?
4. Quelles sont les caractéristiques d’un son ?
REINVESTISSEMENT
Utiliser un outil de votre choix pour acquérir un son.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 106


UNITE D’ENSEIGNEMENT 26 : FICHIERS VIDEOS
OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Enumerer quelques formats vidéos.
acquerir une video.
Convertir le format d’une video.
Identifier les types de vidéo
CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Enumerer quelques formats images ;
2. Enumerer quelques formats audios
3. Donner la limite de ces deux formats.
SITUATION PROBLEME :
Votre grand frère organise sa céremonie de mariage et souhaiterait conserver un
souvenir des différentes activités y relatives. Pour resoudre ce problème, il fait appel
à vous élève de première A4.
Consignes :
7. Proposer à votre grand frère une solution lui permettant de resoudre ce
problème. (Réponse attendue : Louer un appareil multimedia de capture d’image
vidéo et filmer la cérémonie ).
8. Citer quelques appareils de capture d’image video.( Reponse attendue :
Camera, Camescope, telephone multimédia, webcam, etc.).
9. Quelques sont les formats vidéos que peut générer de tels appareils ?
(Reponse attendue : MPEG, AVI, Windows média, DIVX, Xvid, Quick Time,
etc.).
10. Comment peut-on acquerir une vidéo dans votre ordinateur? (Reponse
attendue : il faut connecter le peripherique de capture à l’ordinateur puis
transferer le contenu vers l’ordinateur).
11. Donner la procéduire de conversion d’une video (Réponse attendue : procurer
la vidéo, démarrer le logiciel de conversion, ouvrir le fichier dans le logiciel,
choisir leformat de sortie (coneteneur, codec vidéo et audio), choisir le dossier
de destination, démarrer la convertir et attendre jusqu’à la fin.).

RESUME
L’ACQUISITION D’UNE VIDEO
L’acquisition est également nommée transfert, capture ou numérisation. Elle consiste
à transférer des contenus stockés sur un support audiovisuel vers un ordinateur. La
source de l’enregistrement peut être :

• Analogique (magnétoscope VHS, caméscope hi8…)

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 107


• Numérique (camera numérique, webcam, camescopes mini-DV, DVD, à disque
dur…)
Quelques intérêts de la numérisation sont :
• Permettre des traitements informatiques (montage, retouche, incrustation,
synchronisation…)
• Faciliter la diffusion et l’échange des données (internet, supports
informatiques…)
• Conservation des données, copie ultérieure sans dégradation du signal
L’acquisition sur ordinateur nécessite un logiciel intégrant une fonction de capture
généralement le pilote du péripherique ou un logiciel de montage vidéo. Sur Windows
XP, le service WIA permet l'acquisition d'images sans installation de pilotes
supplémentaires à partir de certains caméscopes compatibles.

Dans le milieu professionnel, la numérisation (ou digitalisation), notamment en fiction,


ne consiste pas uniquement à capturer des images. Il faut faire un dérushage c'est-à-
dire nommer chaque plan (par le numéro du clap), décrire brièvement la nature du plan
(Plan large, Plan moyen, travelling, pano ...) et l'action (description de la scène et des
personnages).

FORMATS DE FICHIERS VIDEOS


Un fichier vidéo ou audio/visuel est un fichier contenant à la fois l’image, le son et
l’animation. Un fichier vidéo sur ordinateur doit être contenu dans un fichier (un
emballage informatique).
Une vidéo comprend un conteneur (container) et un contenu (codec). Le
conteneur vidéo décrit comment les données sont organisées dans le fichier et
le codec décrit comment les données sont encodées. Les formats de conteneurs
(codec) les plus usuels sont : Quicktime (.mov), Windows Media Video (.wmv), AVI
(Audio Video Interlaced) (.avi), MP4, Flash (.flv)…

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 108


Les fichiers vidéos sont organisés autour de plusieurs formats ayant chacun une
extension et un logiciel de lecture compatible. Voici la liste des formats les plus connus.
Certains lecteurs existent et peuvent lire un ou plusieurs formats.

CONVERTIR LE FORMAT D’UNE VIDEO


Un fichier vidéo ou audio/visuel est souvant lourd ou incompatible avec beaucoup de
lecteurs, c’est pourquoi il est nécessaire de le convertir afin que :
• Ce fichier soit compatible avec tous les lecteurs possibles ;
• Reduire la taille de la vidéo (compression) en vu de diminuer la vitesse de
télechargement et d’occuper moins d’espace.
La conversion d’un format vidéo passe par les étapes suivantes qui varient d’un logiciel
à un autre. Ces étapes sont :
• Acquerir ou se procurer une vidéo ;
• Lancer le logiciel ;
• Cliquer sur l’onglet « parcourir » pour chercher importer le fichier dans le
logiciel ;

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 109


• Choisir le format de sortie (conteneur, codec vidéo, codec audio) ;

• Choisir le dossier de destination ;


• Cliquer sur accepter ou OK pour lancer la conversion du fichier
• Puis patienter jusqu’à la fin de conversion (progression atteind 100%)

TYPES DE VIDEO
Il existe plusieurs types de vidéos parmi lesquels :
Codec vidéo ;
NTFSC
PAL
SECAM
SITUATION D’INTEGRATION
Vous avez filmé une cérémonie de mariage avec une caméra numérique, les fichiers
obtenus sont au format DV (digital vidéo) qui sont des gros fichiers et très trop lourds.
Vous voulez les envoyer sur internet. Les données sont dans la mémoire de la caméra.
1) Expliquer comment faire pour acquérir dans votre ordinateur la vidéo filmée ?
2) Quel est le conteneur de sortie qu’il faut pour que la vidéo soit utilisée en
streaming sur internet ? préciser dans ce cas son Codec vidéo.
3) Donner les étapes permettant de le convertir en format AVI ou flash.
4) Donner le type de vidéo correspondant.
REINVESTISSEMENT
1. A l’aide de votre téléphone multimédia enregistrer une vidéo quelconque.
2. Donner le type de cette vidéo.
3. Acquérir cette vidéo dans votre ordinateur.
4. Convertir cette vidéo au format 3GP en utilisant un logiciel de votre choix.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 110


UNITE D’ENSEIGNEMENT 27 : REALISATION D’UN MONTAGE
VIDEO AVEC WINDOWS MOVIE MAKER

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Couper une vidéo
Assembler les vidéos.
Réaliser un montage vidéo avec Windows Movie Maker ou un logiciel
équivalent.
CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Enumerer quelques formats vidéos ;
2. Acquerir une une image, une vidéo, un son
3. Identifier les types de vidéos
SITUATION PROBLEME :
Votre oncle a filmer une céremonie de mariage de votre frère. Ces fichiers sont
stockage dans son ordinateur ayant un système d’exploitation Windows XP. Il souhaite
créer une squence video unique qui comportera ces fichiers et qui sera visionner sur
un écran TV via un lecteur DVD ou Via le port de connexion USB de la TV.
Consignes :
1. Proposer à votre grand frère une solution lui permettant de resoudre ce
problème. (Réponse attendue : Réaliser un montage vidéo avec un logiciel
dédié).
2. Comment faire pour découper une vidéo en deux séquence ou supprimer les
pétits espaces mal filmés dans une séquence vidéo ?( Réponse attendue :
reperer le lieu où supprimer ou découper puis utiliser l’outil fractionner ou l’outil
découper puis enregistrer les modifications).
3. Comment faire pour assembler ou fusionner deux séquences vidéos
différentes ?(Réponse attendue : ajouté la deuxième vidéo à la suite de
la première sans coupure ni transition.vérifier si elles sont dans l’ordre, en
passant le curseur de la souris sur chacun des deux morceaux puis
enregistrer).
4. Quelles sont les différentes étapes de montage vidéo ?(Réponse attendue :
Sélectionner les images ou clips à monter dans leur ordre ; ajouter les dans la
table de montage séquentiel ; ajouter les titres, légendes ou génériques ; ajouter
une musique ou son ; ajouter les effets de transitions ; ajouter des effets visuels
et enregistrer le projet).
RESUME
LOGICIELS DE MONTAGE VIDEO

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 111


Il existe plusieurs types de logiciel de montage d’image :
• Les logiciels de montage « grand public »
Caractéristiques : simple à utiliser et généralement gratuit. Fonctions limitées pour
le montage et l’enregistrement des données :
Imovie (Mac) ; Windows Movie Maker (Windows XP et Vista) ;
Les logiciels livrés avec les camescopes
• Les logiciels de montage semi-professionnels :
Caractéristiques : relativement complets et ergonomiques ; coût abordable
Ex : Premiere Elements, FinalCut Express, Pinnacle Studio…

• Les logiciels de montage professionnels :


Caractéristiques : très complets, complexes à utiliser ; onéreux ; lourds
Ex : Adobe Premiere Pro, FinalCut Pro, Avid Xpress, SonyVegas…

PRESENTATION DE WINDOWS MOVIE MAKER


Le logiciel Windows Movie maker vient avec le système d’exploitation Windows. Il
permet :
D’importer les données audio et vidéo vers l’ordinateur à partir de
n’importe qu’elle source numérique ;
De créer un film à travers les médias existant dans l’ordinateur ou à
ailleurs ;
De modifier un contenu audio ou vidéo ;
D’en ajouter des textes, titres ou des effets.
Pour démarrer Windows movie maker, il faut suivre l’étape : Démarrer Programmes
Windows movie maker clic.
L’interface de Windows Movie Maker est divisée en 5 parties :
La barre des menus (1) : comprend toutes les fonctionnalités de movie
maker ;
Le volet des tâches courantes (2) : comporte l’importation de fichiers,
montage de film et publication ;
La table de montage séquentielle et chronologique (3) : est une zone
dans laquelle l’on effectue le montage ;
L’écran de contrôle (4) : permet de visionner le travail, affiche l’image de
la zone de travail.
Le volet contenus (5) : affiche les clips et images sélectionnées ainsi que
les autres médias importés ;

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 112


MONTAGE D’UNE VIDEO

• Importation des médias


Pour importer les médias, il faut :
• Cliquer sur fichier puis importer un média ;

• Sélectionner un ou plusieurs médias souhaités dans le dossier correspondant ;

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 113


• Cliquer sur importer : les médias seront donc importés.

• Découper une vidéo


Le plus souvent, il est nécessaire de redécouper une scène, pour enlever une
partie inintéressante ou tout simplement raccourcir un plan trop long. Placez
l'indicateur à l'endroit exact où vous voulez couper la vidéo, puis cliquez sur l'onglet
Edition (notez l’indication , qui vous met sur la voie). Deux choix s'offrent à
vous : Fractionner ou Découper.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 114


Attention : Windows Movie ne lit pas le .flv (vidéos téléchargées sur internet), il faudra
donc changer de format avec Format Factory pour découper la vidéo.

• Fractionner une sequence vidéo


En cliquant sur le bouton Fractionner, la scène sélectionnée sera divisée en deux, là
où est positionné l'indicateur.

Si la découpe ne vous plaît pas, n'oubliez pas que vous avez toujours la possibilité de
revenir en arrière grâce au bouton de la barre d'accès rapide ou avec le raccourci
clavier ctrl+z.

• Découper une sequence vidéo


Autre possibilité : l'outil Découper. Cette fois, un nouveau ruban apparaît (le ruban
Découper) et la découpe se fait grâce au moniteur. On y définit des points de début et
de fin, afin de ne conserver que ce qui se trouve entre les deux :

Selon que la découpe soit plaisant ou non, utilisez les boutons Enregistrer le
découpage ou Annuler du ruban Découper, pour revenir au banc de montage.

• Assemblage ou fusion de deux séquences vidéos


Pour assembler deux videos dans Windows movie maker,
Insérer le premier fichier puis, à l’aide de la souris, positionnez le curseur à la
fin du film.
Cliquez sur le bouton ‘’ajouter des vidéos ou des photos’’ puis
sélectionnez le 2e fichier et Cliquez sur ‘’Ouvrir’’.
La deuxième vidéo a été ajoutée à la suite de la première sans coupure ni
transition. Pour vérifier si elles sont dans l’ordre, passer le curseur de la souris
sur chacun des deux morceaux.
En fin, cliquer sur enregistrer sous puis saisir le nom et cliquer sur OK.

Le montage vidéo passe par les étapes suivantes :


1. Sélectionner les images ou clips à monter dans leur ordre ;

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 115


2. Ajouter les dans la table de montage séquentiel : soit en faisant un clic-glissé
ou en cliquant sur "Clip" puis "Ajouter à la table de montage séquentiel"

Tous les clips sont mis dans la zone "Table de montage séquentiel", celle-ci vous
permettra de réaliser des effets, des transitions, création de titre ou de générique, bref
une multitude d'outils à votre disposition.

3. Ajouter les titres, légendes ou génériques ;


Trois boutons présents sur le ruban Accueil :

• Ajouter un titre :
Sélectionnez la scène à faire précéder d'un titre et cliquez sur le bouton Titre. Un
titre par défaut est ajouté juste avant la scène, dans lequel vous pouvez taper le texte
de votre choix, lorsqu’on a saisi les éléments de modification un titre apparait.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 116


On peut également modifier la couleur de l’arrière-plan, l’heure du début et la
durée du texte. On peut aussi modifier les effets d’affichage à l’aide de la palette
suivante.

• Ajouter une légende


Pour ajouter une légende, placer l'indicateur à l'endroit voulu sur le banc de
montage et cliquez sur le bouton Legende. Les mêmes outils que précédemment sont
disponibles dans le ruban Format : modification du texte, ajustements de temps, effets,
etc.
• Ajouter un générique
Les génériques sont positionnés à la fin du banc de montage (donc à la fin de
votre montage).

4. Ajouter une musique ou un son


L’ajout d’une musique ou son se fait dans la table de Montage chronologique
qui se trouve en bas de la table de montage séquentielle : les deux sont cote-à-cote.
De la même façon que pour une vidéo, on ajoute une musique à notre montage
grâce au bouton Ajouter de la musique. Et de la même façon que pour un texte, on
modifie une musique en la sélectionnant et en se laissant guider par le ruban. Cette
fois-ci, c'est vers les outils audio que nous allons nous tourner :

Le ruban Options alors disponible est composé des parties suivantes :

Trois options sont disponibles :


Heure de début : Instant du film où est positionnée la piste audio.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 117


Point de début : Début de la piste audio. Si le point de début est à 3 secondes
par exemple, alors les trois premières secondes de la chanson ne seront pas
entendues.
Point de fin : Fin de la piste audio. Si le point de fin est à 5 secondes par
exemple, alors la piste audio s'arrêtera à la cinquième seconde de la chanson
(peu importe la valeur du point de début).

5. Ajouter les effets de transitions ;


Les transitions définissent de quelle façon s'enchaînent les différentes scènes de
votre montage. Par défaut, il n'y a pas de transition : la scène B commence directement
après la scène A. Cela convient dans la plupart des cas, mais il peut être intéressant
d'utiliser des transitions différentes pour réaliser des effets telles que les fameuses
ellipses ou bien tout simplement pour agrémenter la vidéo.
Les transitions sont disponibles dans le ruban Animations. Pour en appliquer une,
sélectionner une scène et rendez-vous donc sur ce ruban :

Dans Movie Maker, les transitions s'appliquent toujours au début de la scène


sélectionnée. Ainsi, pour appliquer une transition à la fin d'une scène, c'est sur la scène
suivante qu'il faudra l'appliquer. Lorsqu'une transition est appliquée, un repère visuel
sous la forme d'un triangle gris apparaît dans le coin inférieur-gauche de la scène :
Pour supprimer une transition, sélectionnez la scène et choisissez simplement la
première transition de la liste, nommée Aucune transition.

6. Effets visuels
Enfin, le ruban Effets visuels vous permet d'appliquer un traitement particulier à
la scène sélectionnée.

7. Finalisation du montage
Lorsque le montage est terminé, il faut enregistrement le projet. Ce projet prend
l’extension wlmp qui n’est lisible que par Windows movie maker, il faudra donc le
convertir pour qu’il soit lisible par tous les lecteurs. Dans ce cas il faut créer un
nouveau fichier vidéo.
Cliquez sur le bouton suivant, présent sur le ruban Accueil :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 118


Si vous cliquez sur la petite flèche présente sur le bouton, une liste de choix
va apparaître. Sélectionnez alors le bouton :

Une fenêtre d'explorateur va s'ouvrir, vous demandant un nom pour votre vidéo et
l'emplacement sur le disque dur. L'emplacement par défaut est le répertoire "Mes
vidéos" de la bibliothèque "Vidéos".

Choisir un type de fichier vidéo, le wmv :


Patientez jusqu'à la fin de la création de la vidéo, jusqu'à obtenir la fenêtre
suivante :

SITUATION D’INTEGRATION
Votre frère utilise le logiciel Windows Movie maker pour assembler ou couper ses
vidéos.
1- Dans quelle catégorie de logiciel d’infographie classe-t-on ce logiciel ?
2- Donner la procédure qu’il utilise pour couper une séquence vidéo en deux
séquences.
3- Enumérer les différentes étapes de montage vidéo ;
4- Lorsqu’un projet est déjà monté, peut-il être compatible avec tous les lecteurs
? si non, comment faire pour le rendre compatible ?

REINVESTISSEMENT
Réaliser un montage vidéo constitué de quelques images de votre choix en utilisant
le logiciel Windows Movie Maker.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 119


UNITE D’APPRENTISSAGE 10 :

UTILISE LES RESEAUX SOCIAUX

Compétences visées :
• Gestion de l’identité numérique ;
• Création et gestion d’un blog ;
• Promotion d’une activité ;
• Publication ou vente des ;
• Collaboration par les canaux numériques ;
• Partage d’informations et des contenus ;
• Exploitation des canaux numériques dans son activité

Leçon 28 : Généralités sur les réseaux sociaux


Leçon 29 : Création et gestion d’un profil dans un réseau social

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 120


UNITE D’ENSEIGNEMENT 28 : GENERALITES SUR LES
RESEAUX SOCIAUX

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Enumérer quelques exemples de réseaux sociaux ;
Décrire quelques types de réseaux sociaux ;
Décrire les services d’un réseau social ;
Décrire quelques dérives dans l’usage des réseaux sociaux
CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Savoir utiliser l’ordinateur et maitriser la navigation sur internet ;
SITUATION PROBLEME :
Monsieur Bouba vient d’acheter un telephone androïd de marque infinix dans le
but de communiquer avec ses amis disperser dans le pays et meme en déhors.
Consignes :
1. Proposer à Monsieur Bouba une solution lui permettant de resoudre ce
problème.(Réponse attendue : utiliser le service de messagérie de son
téléphone (SMS ou MMS)).
2. Existe-t-il d’autres possibilités ? si oui lesquelles ?( Réponse attendue : OUI,
l’utilisation des réseaux sociaux).
3. Citer quelques exemples des réseaux sociaux.( Réponse attendue :
Facebook, Twitter, Whatsapp, flikr, Instagramm, etc..
4. Citer quelques types des réseaux sociaux.( Réponse attendue : Réseaux
professionnels, réseaux sociaux de messagerie, réseaux sociaux de partage
des photos, réseaux sociaux des vidéos, réseaux sociaux de musique, réseaux
sociaux des questions/réponses, réseaux sociaux d’événements, réseaux
sociaux de partage des contenus)
5. Enumérer les différents services d’un réseau social. (Réponse
attendue : publication, partage des données, resautage, jeux, location,
commerce, discussion.
6. Enumérer les dérives dans l’usage des réseaux sociaux. (Réponse
attendue : : Les atteintes à l’intimité et à la vie privée, la diffamation,
Hameçonnage et ingénierie sociale, abus de la liberté d’expression et « trolling
», les intrusions et les modifications illégitimes (« frauduleuses »), addiction
numérique, perte de temps et de concentration).
RESUME
NOTION DE RESEAUX SOCIAUX

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 121


DEFINITIONS
Un réseau social est un groupe d’applications en ligne qui se fondent sur la
philosophie et la technologie du net et permettent la création et l’échange du contenu
géré par les utilisateurs. C’est aussi un « ensemble d’individus ou d’organisations reliés
par des interactions sociales régulières ».
Les médias sociaux sont des outils électroniques permettant aux utilisateurs de
communiquer, de partager des contenus en ligne et de les définir en commun. Font
partie des médias sociaux les réseaux sociaux et les sites Internet qui permettent
d'échanger et de partager des contenus.

SERVICES D’UN RESEAU SOCIAL


Plusieurs services sont offerts par les réseaux sociaux :
• Discussion on/off ligne (Forums, commentaires, FAQ) :
• Publication en ligne (blog, microblog, streams, wiki) :
• Partage des données (vidéos, photos, musiques, liens) :
• Reseautage (personnel, professionnel, mobile, outils) :
• E-Commerce (e-marketing, avis, inspiration, co-shopping) :
• Localisation (placestream, évenements, guide) :
• Jeux en ligne (casual, MMO) :

DERIVES DANS L’USAGE DES RESEAUX SOCIAUX


• Les atteintes à l’intimité et à la vie privée (propos, enregistrement, photos,
vidéo, données personnelles, etc )
• La diffamation : toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à
l'honneur de la personne, fausses nouvelles(fakenews ,…). Les intentions
peuvent être humoristiques sans que cela pose de problèmes si c’est clairement
exprimé , mais elles peuvent aussi être de réaliser une véritable désinformation
et d’influencer l’opinion publique.
• Hameçonnage et ingénierie sociale : On parle d’« hameçonnage » («
phishing » ) quand on va utiliser un message un peu générique pour
détecter les personnes les plus susceptibles de se laisser abuser. On parle
d’ingénierie sociale quand une personne (ou un groupe) spécifique va
être visée en utilisant un maximum d’informations personnelles pour réussir
à la persuader.
• Abus de la liberté d’expression et « trolling » : La liberté d’expression est
une liberté fondamentale, mais comme toutes les libertés elle comporte des
limites nécessaires pour les équilibres de la vie en société ;
• Les intrusions et les modifications illégitimes (« frauduleuses ») qui
peuvent être effectuées sur un outil informatique sont également
sanctionnables. Ainsi, le simple « piratage » basique d’un compte d’un réseau
social laissé ouvert sur un ordinateur, la récupération de données présentes sur
une clef USB à laquelle on sait qu’on ne devrait pas accéder, l’utilisation d’une

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 122


faille (technique ou humaine, ex. : « deviner » le mot de passe de quelqu’un)
pour accéder à des données d’un autre utilisateur, etc. sont prohibés.
• Addiction numérique, perte de temps et de concentration : La rengaine est
trop souvent entendue : Internet, les jeux vidéos, les réseaux sociaux, etc.
seraient responsables de tous les maux : addiction et dépendance,
violence, perversion.

CLASSIFICATION DES RESEAUX SOCIAUX

• Quelques exemples de réseaux sociaux

C’est le réseau social le plus connu. L’outil est très utilisé à tous
les âges« >13 ans ».
Les réseaux présentent des orientations plus ou moins
personnelles ou professionnelles, c'est-à-dire que l'objectif des utilisateurs peut être
de retrouver des amis et de partager des outils avec eux (photos, messages,
commentaires, applications ludiques...) ou de tisser un réseau professionnel
(rencontrer des partenaires potentiels, trouver un nouvel emploi, trouver des
collaborateurs, annoncer des événements ou des activités professionnelles...).

WhatsApp
Elle propose un service de messagerie instantanée via Internet. Elle offre
la possibilité de créer des « groupes de discussion ». Il a l’inconvénient
de reduire la taille des fichiers lourds (principalements (photo, vidéo)
avec perte de qualité.

Elle propose un service de partage de photos et de courtes


vidéos. Il est particulièrement connu pour ses « filtres » qui vont
modifier sensiblement les photos et les rendre facilement plus « attrayantes ».

La plateforme de partage de vidéos appartenant à Alphabet (la société


mère de Google) est utilisée par les jeunes (et les moins jeunes) pour
suivre toutes les vidéos des vidéastes et producteurs de contenus qui
leur plaisent. Elle permet de créer de l’interaction avec les abonnés d’une chaine
ou émission afin de les fidéliser. La chaine leur donne la possibilité de commenter,
d’aimer, de partager et d’y déposer leurs vidéos après validation ou modération.

Twitter est un site de « micro-blogging », est un des


principaux réseaux sociaux en nombre d’utilisateurs. Sa
fonction phare consiste en la publication de courts
messages de moins de 140 caractères. Ces messages sont nécessairement publics
et les « Twittos » (utilisateurs de Twitter) sont invités à les repartager (ReTweet / like /
réponse) ou suivre un internaute qui les intéressent

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 123


Snapchat
Elle permet l’échange de messages, de photos ou de courtes vidéos dont la
particularité est que la durée de vie des messages est limitée. Ainsi, à la réception du
« Snap » celui-ci ne sera affiché qu’un certain temps (quelques secondes pour la
majorité des messages, 24h dans certains cas précis) avant de disparaitre.

LinkedIn et Viadéo sont des sites web de réseaux sociaux


professionnels. Ils permet de : faire du business en B2B ; se
rapprocher de ma clientèle Affaire ; trouver des partenaires ; trouver du personnel ;
développer un réseau professionnel ; faire de la veille sur différentes thématiques
liées à un domaine ; échanger avec d’autres professionnels.

Un blog est un site web sur lequel ses auteurs (blogueurs) rédigent des
articles (billets) qui apparaissent de façon chronologique. Il existe
différentes plateformes de blog : blogger, over-blog, wordpress etc.

TYPOLOGIE DES RESEAUX SOCIAUX


L’analyse selon la taille du réseau nous permet de distinguer les réseaux
personnels des réseaux grand public.
• Réseaux sociaux généralistes
Les réseaux généralistes sont des réseaux destinés à tout le monde. Ils permettent
aux utilisateurs de créer des profils et de faire des échanges d‟information entre
eux. Ils constituent donc des espaces personnalisables, simples et gratuits à l‟instar
de Facebook et Twitter.
• Réseaux sociaux spécialisés :
Les réseaux sociaux spécialisés sont des réseaux dédiés où les relations entre les
utilisateurs sont d’un type spécifique. Le but de ce type de réseaux est de permettre
aux utilisateurs d‟enrichir leurs carnets professionnels, de chercher un emploi, de
recruter des employés, gérer un curriculum vitae, etc. LinkdIn et Viadeo sont des
exemples à succès s‟inscrivant dans la catégorie des réseaux sociaux spécialisés.
Une deuxième classification est faite, selon Pascal Faucompré, consultant et
animateur de réseaux sociaux, dans son article « Ras le bol des réseaux
sociaux ? » (Faucompré, 2007). Voici la classification qu’il propose :
Le réseautage : ce sont les réseaux utilisés dans les milieux
professionnels (Exemple : Linkedin).
Les « bloglike » : ces réseaux ressemblent aux blogs mais sont plus
avancés au niveau des services (Exemple : MySpace).
Les spécialisés : ces réseaux regroupent des communautés selon un
thème bien précis (Exemples : Flickr pour les photos, YouTube pour les
vidéos).
Le microblogage : il correspond aux réseaux qui utilisent les clavardages
publics et où les internautes publient ce qu‟ils sont en train de faire minute
par minute (Exemple : Twitter).

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 124


Les fourre-tout : ce sont les réseaux inclassables (Exemple : Voozici, un site
pour le
partage d'avis).
Les codes sources ouverts : ce sont les plateformes qui permettent aux
utilisateurs
de créer leur propre réseau social (Exemple : Ning).
On peut aussi distingue la classification suivante :
Les réseaux sociaux professionnels (recherche d’emploi, travail): Linkedin,
Viadeo, Slack, Facebook Workplace, Xing, etc.
Les réseaux sociaux de messagerie: Messenger, Whatsapp, Wechat, Skype,
Google Hangouts, Google meet, Viber, telegram, Nimbuzz, etc
Les réseaux sociaux de partage de photos: Instagram, Printerest, Flickr,
Google Photos, Facebook moments, Prisma, etc.
Les réseaux sociaux des vidéo: You tube, Daily motion, Periscop, Mixbit,
Vimeo, Twitch, Discord;
Les réseaux sociaux de musiques: Sportify, Deezer, Soudeloud, Apple
Music, Musical.ly, Mixcloud,…
Les Réseaux sociaux de questions/reponses: Quora, Askfm, Yahoo
questions/reponses;
Les réseaux sociaux d’évenements (rencontre): Meetup, eventbride,
Reseaux sociaux de decouverte de contenu: Reddit, 4chan, 9Geg, Strumble
Upon, Flip board,…

SITUATION D’INTEGRATION
Votre père a acheté un téléphone de type androïd et souhaite utiliser ce téléphone
pour communiquer avec votre grand frère qui vit à l’étranger à travers les réseaux
sociaux. Pour cela il vous pose les questions suivantes.
1- Qu’est-ce qu’un réseau social ?
2- Quels sont les services possibles d’un réseau social ?
3- Citer deux types de réseaux sociaux
4- Citer deux dangers des réseaux sociaux.
REINVESTISSEMENT
Identifier les réseaux sociaux dans la liste ci-dessous puis les classer par type

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 125


UNITE D’ENSEIGNEMENT 29 : CREATION ET GESTION D’UN
PROFIL DANS UN RESEAU SOCIAL

OBJECTIFS PEDAGOGIQUES :
Créer/gérer un profil dans un réseau social ;
Créer un blog à partir d’un modèle ;
Créer/administrer un groupe dans un réseau social ;
Publier les fichiers sur les réseaux sociaux ;
CONTROLE DE PRESREQUIS :
1. Connaitre les types de réseaux sociaux ;
2. Savoir utiliser l’ordinateur et maitriser la navigation sur internet ;
SITUATION PROBLEME :
Monsieur Isaac vient d’acheter un telephone androïd de marque infinix dans le
but de communiquer avec ses amis disperser dans le pays et meme en déhors.
Consignes :
1. Que doit-il faire pour resoudre son probleme ? (Réponse attendue : créer un
groupe sur le reseau social puis y ajouuter ses amis)
2. Proposer à M. Bouba un réseau social dans le quel, on peut créer et gérer un
groupe. (Réponse attendue : Facebook, Whatsapp, LindIn)
3. Comment faire pour créer un profil facebook ? (Réponse attendue : Pour vous
inscrire (c'est gratuit), connectez-vous au site : https://www.facebook.com/ (1).
En page d'accueil, remplissez le formulaire : prénom, nom, adresse
électronique, mot de passe, date de naissance et sexe. Terminez en cliquant
sur "Inscription" (2). Vous devrez ensuite remplir un "Captcha" pour vérifier
que vous êtes bien une personne. (3). Vous pourrez ensuite rechercher des
amis (via des adresses électroniques), remplir votre profil et ajouter une photo).
4. Quels sont les types de média qu’on peut partager dans un réseau social ?
(Réponse attendue : texte, image, son, vidéo).
5. S’il dérise avoir un journal sur internet, que doit-il faire ? (Réponse attendue :
il doit créer un blog sur internet).
RESUME
PROFIL D’UTILISATEUR DANS LE RESEAU SOCIAL
Définitions
On appelle profil utilisateur toute structure qui permet de modéliser et de stocker les
données caractérisant l’utilisateur. En d’autres termes, le profil d’un utilisateur est la
représentation d’un ensemble d’informations essentielles (différent selon le domaine
d’application) décrivant l’utilisateur.
[Brusilovsky, 1996] définit un profil utilisateur à travers les éléments suivants :

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 126


• Les données personnelles qui constituent la partie statique du profil.
• Les connaissances de l’utilisateur, sont généralement extraites pendant une
session de déplacement entre les pages.
• Les intérêts expriment le(s) domaine(s) d’expertise de l’utilisateur ou son
périmètre d’exploration.
• L’historique ou ”feedback” de l’utilisateur désigne communément l’ensemble
des informations collectées.
• Les préférences sont des caractéristiques de l’utilisateur décrivant qu’il peut
préférer certains types d’information.

CREER ET GERER UN PROFIL DANS UN RESEAU SOCIAL


Le profil personnel est souvent créé lors de l’inscription au système, par le moyen
d’une série de questions à remplir et qui contiennent souvent des caractéristiques
descriptives telles que le nom, l’âge ou date de naissance, le lieu de provenance
ou de naissance, les intérêts et d’autres informations jugées utiles, ainsi qu’une
photo ou un avatar (photo ou image réprésenatant l’utilisateur, l’adresse e-mail, le
mot de passe et souvent le nom d’utilisateur sans oublier la photo de couverture.
La gestion de l’évolution du profil utilisateur est un processus complémentaire à la
construction d’un profil utilisateur et désigne son adaptation à la variation des centres
d’intérêt des utilisateurs au cours du temps”. L’évolution du profil est donc dépendante
de la contrainte temporelle.
Deux techniques principales sont utilisées afin d’adapter les informations du web pour
les utilisateurs :
Adaptation par filtrage : c’est une technique qui consiste à éliminer des
informations jugées non pertinentes pour un utilisateur.
Adaptation par ordonnancement : l’adaptation par ordonnancement consiste
à réordonner les résultats, suite à une requête de l’utilisateur.

• CAS DE FACEBOOK

Pour vous inscrire (c'est gratuit),


(1) Connectez-vous au site : https://www.facebook.com/
(2) En page d'accueil, remplissez le formulaire : prénom, nom, adresse
électronique, mot de passe, date de naissance et sexe. Terminez en cliquant
sur "Inscription"
(3) Vous devrez ensuite remplir un "Captcha" pour vérifier que vous êtes bien une
personne.
(4) Vous pourrez ensuite rechercher des amis (via des adresses électroniques),
remplir
(5) votre profil et ajouter une photo.

• CAS DE TWITTER
Pour vous inscrire (c’est gratuit), connectez-vous au site https://twitter.com/

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 127


(1) En page d’accueil, insérez votre nom complet, votre email et un mot de passe.
(2) Cliquez sur le bouton « S’inscrire sur Twitter ».
(3) Vous pourrez ensuite choisir votre pseudonyme Twitter (identifiant unique)
(4) Après confirmation de votre adresse électronique, le compte sera créé.
(5) Abonnez-vous alors à plusieurs comptes qui vous intéressent, les informations
apparaitront alors sur votre page d’accueil.

CREER UN BLOG A PARTIR D’UN MODELE


Notion de blog
Définition
Un blog est un site web composé essentiellement d’actualités, publiées au fil
de l’éau et apparaissent selon un ordre anté-chronologique enrichis des liens externes
et des commentaires. On peut aussi considéré un blog comme étant un journal
d’utilisateur sur internet dans lequel il met regulièrement à jour ses informations. Un
blog peut contenir tout type d’informations (image, son, vidéo, texte).
Le weblog offre l’indexation, la gestion des droits, l’archivage et la recherche.
L’auteur d’un blog est appélé bloggeur.
Les principales caractéristiques d’un blog sont les billets (posts). Les billets
constituent l’unité minimal de publication du blog. Chaque billet comporte les
fonctionnalités suivantes : commentaires, archivage, catégorisation, permalien,
retrolien, blogoliste, etc.
Selon les plateformes de blog, le pétrolien (adresse permanente du billet) est
associée (cliquable) avec la zone de datation, le titre du billet, ou les deux. Un
trackback (retrolien) est une technique qui permet à l’auteur d’un bloge (A) de placer
sur un blog (B) un lien pointant vers l’un de ses billets (A). Le blogoliste (bolgroll) est
une sorte de lien dans un blog.

Plate formes de blog


Plateformes communautaires : Skyblogs, Windows Live Spaces, …)
Services gratuits : OverBlog, Vox, Hautetfort, Blogger, Canalblog, Blogspint, etc.
Les veritables logiciels de blod : WordPress, Dotclear,…

CREER UN BLOG SUR LA PLATE-FORME DU WEB PEDAGOGIQUE


Pour créer un blog, il faut d’abord disposer d’une adresse électronique (e-mail). Après,
il faudra suivre les différentes suivantes :
Aller sur la page de création : http://lewebpedagogique.com/wp-signup.php
Choisir un identifiant (celui-ci ne pourra pas être modifié)
Remplir le formulaire d’information. Vous serez demandez votre adresse e-
mail, votre état civil, votre statut, votre discipline, votre ville.
Choisir un avatar (une image ou photo qui vous représente).
Confirmer l’inscription en cochant « Donnez-moi un blog ».

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 128


La plate-forme va vous envoyer sur votre adresse e-mail de contact un message
d’activation de votre blog. Cliquez sur le lien hypertexte (adresse Internet soulignée en
bleu) contenu dans l’e-mail. Voilà, votre blog est prêt à l’emploi !
Un mot de passe généré automatiquement vous est attribué par la plate-forme.
Connexion et utilisation
Pour se connecter, remplir l’identifiant (nom d’utilisateur) et mot de passe dans la
fenêtre suivante, une fois les identifiants saisis, cliquez sur Connexion.

Le tableau de bord est un écran de contrôle qui permet de suivre l’activité de votre
blog. Il est composé d’un menu (colonne de gauche) et d’un espace central.

Lors de votre première connexion, le tableau de bord par défaut s’affiche. Vous
pouvez le faire évoluer selon vos besoins.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 129


Voici ce qui s’affiche :

Une fois vos choix effectués, re-cliquez sur « Options de l’écran ».


Les Widgets sont des modules personnalisables. Il suffit de faire glisser les
modules souhaités vers la colonne de droite pour les voir ensuite apparaître sur
votre blog.

Quelques Widgets de base voire indispensables :


• Catégories : affiche les titres des catégories que vous avez édité ;
• Articles récents : affiche les titres des articles que vous avez publié récemment ;
• Archives : affiche par mois les articles publis antérieurement ;
• Nuage de mots-clés : aussi appelés TAGS, affiche les mots-clés attribués
pour vos billets. Permet d’indexer vos billets.
• Recherche : vous pouvez décider d’insérer un formulaire de recherche.
Publication sur un blog

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 130


Deux formes de publication sont possibles : Article et page.
Le mode « Article » vous permet de publier des articles ou billets dans l’ordre
chronologique sur la page d’accueil de votre blog.
Le mode « Page »Ce mode vous permet de créer une structure fixe qui
apparaîtra sous forme d’un onglet dans votre blog. Ces pages ne fonctionnent
pas sur le principe des billets, mais plutôt comme une page sur un site Internet.

CREER ET ADMINISTRER UN GROUPE DANS UN RESEAU SOCIAL


Notion de groupe

En science social, l’expression réseau social désigne un agencement des liens entre
des individus et/ou des organisations, constituant un groupe qui a un sens: famille,
collègues, amis, communauté.
Un groupe en ligne sert à rassembler les personnes autours d’un thématique, un sujet
ou des préoccupations communes.
Le groupe peut regrouper:
La vente : rencontre entre demendeurs et offreurs des biens et services ;
La recherche d’emploi : reception des diverses offres venants des entreprises ou
particuliers;
Les regroupements professionnels : les membres d’une même brache
d’activités qui se trouvent pour échanger leurs bons plans et discuter de
partenariats;
L’entraide : regroupent d’entrepreuneurs ou d’étufiants qui vont parler de leurs
travaux, partager leurs expériences et se soutenir moralement ;
La formation/coaching en ligne : des personnes sont formées, coachées avec
des tutoriels, des vidéos et des messages partagés sur les groupe.
Les plates formes permettant de créer des groupes sont: Whatsapp, Facebook,
Linkedin, etc.
Création d’un groupe
L’intérêt de créer un groupe n’est pas à démontrer, mais mal exploiter, il ne sert à rien.
La création d’un groupe est très simple:
Chercher l’onglet de création d’un groupe;
Créer et donner un nom au groupe;
Ajouter des membres;
Désigner des coadministrateurs (facultatif);
Administration d’un groupe
Les principes à respecter:
Ne jamais intégrer une personne sans son avis;
Suscitez les échanges avec les membres;
Sur Whatsapp, n’intégrer pas plusieurs centaines de personnes (surcharge des
messages);
Soyez prêt à faire la modération;
Organiser les jeux concours pour motiver l’activité.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 131


PARTAGE DES FICHIERS DANS UN GROUPE
• Si le fichier est dans le stockage du téléphone:
A partir du compte destinateur, démarrer une conversation;
En bas de volet de conversation, sélectionner ………..(trombone);
Sélectionner la source du fichier;
Valider la sélection, le transfert sera effectué;
• Si le fichier se trouve dans un compte:
Aller dans le compte
Sélectionner le fichier;
Activer le partage;
Sélectionner le groupe de réception;
Valider le transfert.

SITUATION D’INNTEGRATION
Votre petit frère est un élève de la classe de 4ème et vient d’acquérir un téléphone
fonctionnant sous le système androïd. Ayant une connexion 4G contenant une
multitude d’applications. Il aimerait avoir un groupe d’étude avec ses amis où ils
peuvent travailler tout en restant chacun chez soi.
1- Définir groupe.
2- Proposer à votre petit frère un réseau social qu’on peut créer un groupe faciliterait
les études ?
3- Comment peut-il créer et administrer un groupe avec ce réseau social ?
4- Votre frère veut aussi utiliser un blog.
a. Définir blog puis donner ses avantages.
b. Donner les étapes de la création d’un blog
REINVESTISSEMENT
1. Créer un profil sur Facebook portant votre nom
2. Créer un groupe sur WhatsApp portant le nom de votre classe et y ajouter vos
camarades et votre professeur d’informatique.
3. Créer un blog en utilisant l’outil de votre choix.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 132


UNITE D’APPRENTISSAGE 12 :

DESCRIPTION DES GENERALITES SUR


LE CLOUD ET LA VIRTUALISATION
Compétences visées :
• Manipulation des données et des services dans un serveur distant ;
• Accès permanent à des données distantes sur de petits appareils ;
• Installation, configuration d’une machine virtuelle ;
• Travail dans un bureau distant ;
• Apprentissage dans une plateforme en ligne

Leçon 30 : Introduction au cloud computing


Leçon 31 : Notion de virtualisation

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 133


UNITE D’ENSEIGNEMENT 30 : INTRODUCTION AU
CLOUD COMPUTING
Objectifs pédagogiques :
Enumérer les avantages et les inconvénients du Cloud ;
Enumérer les types de Cloud
Lister les modèles de déploiement du Cloud computing ;
Lister quelques services de Cloud computing ;
Contrôle de prérequis :
1. Enumérer quelques limites de sauvegarde des données sur un disque dur.
2. Définir internet et énumérer quelques tâches qu’un utilisateur peut réaliser sur
internet.
SITUATION PROBLEME :
Votre papa vient d’acheter un ordinateur tout neuf pour la réalisation de ces travaux.
A sa grande surprise, cet ordinateur ne lui permet pas de sauvegarder en grande
quantité toutes ces données à cause du faible capacité de disque dur de cet ordinateur.
Il cherche donc un moyen pour résoudre à ce problème. Pour cela, il fait appel à vous
dans le but de l’aider.
Consignes :
12. Proposer à votre papa une solution lui permettant de résoudre son problème.
(Réponse attendue : l’achat d’un disque dur de grande capacité).
13. Est-il possible d’utiliser internet pour sauvegarder les données ? comment
appelle-t-on cette technologie. (Réponse attendue : oui il est possible d’utiliser
internet pour sauvegarder les données. Cette technologie est appelée le cloud
computing).
14. Définir le cloud computing. (Réponse attendue : le cloud computing est une
technologie permettant d’exploiter les ressources et services se trouvant sur
des serveurs distants à travers le réseau internet, ceci par la demande de
l’utilisateur.
15. Présenter deux avantages et deux inconvénients du cloud computing.
(Réponse attendue : deux avantages sont : la flexibilité et le gain en temps ;
deux inconvénients sont : problème de sécurité des données et l’absence du
réseau rend compliqué l’accès aux données).
16. Enumérer le types de cloud (ou mode de déploiement de cloud) que vous
connaissiez. (Réponse attendue : le cloud public, privé, hybride et
communautaire).
17. Citer quelques services qu’offre le cloud computing (Réponse attendue :
utilisation de logiciel en ligne, utilisation de plateforme de développement en
ligne et location des infrastructures matériels à la demande).

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 134


RESUME
DEFINITION :
Le Cloud Computing en français « l'informatique en nuage » est un modèle
informatique qui permet un accès facile et à la demande par le réseau à un ensemble
partagé de ressources informatiques configurables. C’est aussi une forme de service
qui consiste à exploiter la puissance de calcul ou de stockage de serveurs
informatiques distants par l'intermédiaire d'un réseau généralement Internet.
Le cloud computing a 05 cinq principales caractéristiques présentées ci-dessous :
1. On-Demand Self-Service : Les clients peuvent accéder aux ressources
informatiques partagées à tout moment lorsqu’ils le désirent (On-demand), et de
leur propre chef sans avoir besoin de passer par des équipes IT (SelfService)
2. Accès réseau universel : Le Cloud Computing s’appuie sur le réseau (internet)
et est accessible via le réseau, de n’importe quel endroit et quel que soit le
périphérique (PC, Mac, TV, Tablette, Smartphone).
3. La mise en commun des ressources (non localisées): Les clients accèdent à
des ressources partagées (machines virtuelles ,bande passante réseau,
mémoire, puissance de traitement, capacité de stockage) qui peuvent se trouver
n’importe où dans le monde.
4. Redimensionnement rapide (Élasticité) : en fonction de la demande, les
ressources et les capacités peuvent être rapidement et automatiquement
déployé et mises à l'échelle à n'importe quelle quantité et à tout moment.
5. Facturation à l’usage : Le fournisseur de la solution de Cloud est capable de
mesurer de façon précise la consommation des déférentes ressources, cette
mesure lui permet ensuite de facturer le client selon l’usage.
AVANTAGES DU CLOUD COMPUTING
Cette technologie offre plusieurs avantages et bénéfices pour les utilisateurs
professionnels et les utilisateurs finaux. Parmi lesquels, nous avons :
Pas d’investissement initial et Souplesse : Plus grande flexibilité des outils
informatiques (pas d’installation ni de mises à jour, pas de maintenance
matérielle, montée en charge automatisée, nombreux connecteurs
disponibles…).
Réduction des coûts : Les utilisateurs ne payent que ce qu’ils consomment.
Forte économie en coût et énergie notamment dans les cas de besoins non
constants ou linéaires.
Sécurité : Diminution du risque de panne matérielle. Les données sont
sécurisées et l’informatique est réellement nomade.
Mobilité : L’utilisateur peut à tout moment et à partir de n’importe quel appareil
se connecter à ses applications et son travail. .
Gain de productivité et de temps
Tolérance aux pannes
Sûreté

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 135


INCONVENIENTS DU CLOUD COMPUTING
Quelques inconvénients du cloud computing sont :
Problèmes de sécurisation de ses données informatiques : L'utilisation des
réseaux publics, dans le cas du cloud public, entraîne des risques liés à la sécurité
du cloud. En effet, la connexion entre les postes et les serveurs applicatifs passe
par le réseau internet, et expose à des risques supplémentaires de cyberattaques,
et de violation de confidentialité.
Le client d'un service de cloud computing devient très dépendant de la
qualité du réseau pour accéder à ce service. Aucun fournisseur de service cloud
ne peut garantir une disponibilité de 100 %.
Perte de la maîtrise de son informatique (confiée à un ou des tiers)
Les entreprises n'ont plus de garanties (autres que contractuelles) de l'utilisation
qui est faite de leurs données, puisqu'elles les confient à des tiers ;
Des questions juridiques sont posées par l'absence de localisation précise des
données du cloud computing. Les lois en vigueur s'appliquent, mais pour quel
serveur, quel centre de données et, surtout, quel pays ?
LES TYPES DE CLOUD OU MODE DE DEPLOIEMENT DU CLOUD COMPUTING
Les principaux types de cloud (nuage) sont :
Le cloud public qui est mis à disposition du grand public et les données sont
hébergées sur une multitude de serveurs. Les services sont typiquement mis à
disposition par une entreprise, qui manipule une infrastructure qui lui appartient.

Le cloud privé qui est destiné exclusivement à une organisation, qui peut le manipuler
elle-même, ou faire appel à services fournis par des tiers. Il s’agit du format le plus
courant : le Cloud privé, vous n’avez qu’un seul et même serveur pour gérer l’ensemble
des données pour tous les utilisateurs.

Le cloud communautaire : L’infrastructure Cloud est partagée par plusieurs organisations pour
les besoins d’une communauté qui souhaite mettre en commun des moyens (sécurité, conformité,
etc..). Elle peut être gérée par les organisations ou par une tierce partie et peut être placée dans
les locaux ou à l’extérieur.
Le cloud hybride Il associe l’utilisation, pour une même entreprise, d’un Cloud privé et d’un
Cloud public.

SERVICES DU CLOUD COMPUTING


• IAAS (INFRASTRUCTURE AS A SERVICE)

En français infrastructure en tant que service. C'est le service de plus bas


niveau. Il consiste à offrir un accès à un parc informatique virtualisé. Des machines
virtuelles sur lesquelles l’utilisateur peut installer un système d'exploitation et des
applications.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 136


• PAAS (PLATFORM AS A SERVICE)

En français plate-forme en tant que service. Dans ce type de service, situé juste
au-dessus du précédent, le système d'exploitation et les outils d'infrastructure sont
sous la responsabilité du fournisseur. L’utilisateur gère, mais ne contrôle pas
l’infrastructure Cloud (réseaux, serveurs, systèmes d’exploitation, stockage).

• SAAS (SOFTWARE AS A SERVICE)

En français logiciel en tant que service. Dans ce type de service, des applications
sont mises à la disposition des utilisateurs. Les applications peuvent être
manipulées à l'aide d'un navigateur Web ou installées de façon locative sur un PC,
et le l’utilisateur n'a pas à se soucier d'effectuer des mises à jour, d'ajouter des
patches de sécurité et d'assurer la disponibilité du service.

SITUATION D’INTEGRATION :
Votre papa utilise souvent l’application Google Docs pour saisir en ligne (sur internet)
ses documents texte, puis les sauvegarde toujours en ligne en utilisant l’application
Google Driver.
1. Comment appelle-t-on la technologie utilisée par votre papa pour réaliser ses
tâches via internet ?
2. Enumérer deux avantages et deux inconvénients de cette technologie.
3. Enumérer quelques modèles de déploiement de cette technologie.
4. Donner pour chacune des tâches listées ci-haut le type de service
correspondant.
5. Donner un autre type de service qu’offre cette technologie.

REINVESTISSEMENT
05 cinq entreprises de la place achètent chacun chez les prestataires 1, 2 et 3 des
services via internet. La figure ci-dessous illustre cette description.
1. Quelle est la technologie
mise en place ?
2. Citer quelques exemples de
services que peuvent
s’acheter ces entreprises.
3. Quels avantages ont ces
entreprises en optant pour
l’utilisation de cette
technologie ?
4. Quels dangers peuvent
courir ces entreprises en
utilisant cette technologie ?
5. Présenter les modes de déploiement de cette technologie.
6. Expliquer pourquoi sans internet, cette technologie n’est plus fonctionnelle.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 137


UNITE D’ENSEIGNEMENT 31 : NOTION DE VIRTUALISATION

Objectifs pédagogiques :
Lister les avantages et inconvénients de la virtualisation ;
Lister quelques logiciels de virtualisation
Contrôle de prérequis :
1. Définir cloud computing
2. Présenter quelques services de cloud computing
SITUATION PROBLEME :
Votre petit frère qui est un développeur d’application vient de créer une application de
gestion des personnels d’une entreprise de la place. Pour cela, il souhaite donc tester
ce logiciel sur plusieurs plateformes différentes pour s’assurer de la compatibilité de
son logiciel avec d’autres systèmes. N’ayant pas trop d’expérience dans le domaine,
Il fait donc appel à vous dans le but de l’aider.
Consignes :

1. Proposer à votre petit frère une solution pour résoudre son problème.
(Réponse attendue : Utiliser les plateformes virtuelles en ligne pour tester son
application).
2. Quelle est la technique ainsi utilisée ? (Réponse attendue : la virtualisation)
3. Définir virtualisation (Réponse attendue : La virtualisation est un mécanisme
informatique qui consiste à faire fonctionner plusieurs systèmes, serveurs ou
applications, sur un même serveur physique)
4. Présenter deux avantages et deux inconvénients de la virtualisation (Réponse
attendue :
Avantages :
- Une réduction de l’infrastructure physique et des économies d’énergies
(réduction des coûts par la consolidation des serveurs peu sollicités)
- Rapidité de déploiement et facilité de l’allocation des ressources matérielles.
Inconvénients :
- Recours à des machines puissantes
- Problème de standardisation.)
5. Citer 03 logiciels de virtualisation. (Réponse attendue : QEMU, Intel VT et
Xen).

RESUME
DEFINITION :
La virtualisation est un mécanisme informatique qui consiste à faire
fonctionner plusieurs systèmes, serveurs ou applications, sur un même serveur

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 138


physique. Ou tout simplement une abstraction des ressources informatiques
physiques.

TYPE DE LA VIRTUALISATION
Les types de la virtualisation sont :
• La virtualisation d’applications
La plupart des applications s’appuient sur le système d’exploitation afin de
fonctionner, notamment pour avoir accès aux périphériques ou encore à la
mémoire utilisée. La virtualisation d’application va ainsi permettre de simplifier et
d’accélérer le déploiement des applications et de créer pour chaque application des
copies des ressources partagées, afin d’éviter certaines incompatibilités existantes
entre différentes applications.

• La virtualisation des réseaux


La virtualisation des réseaux consiste à partager une même infrastructure physique
(débit des liens, ressources CPU des routeurs,) au profit de plusieurs réseaux
virtuels isolés.

• La virtualisation de stockage
La virtualisation de stockage est un procédé qui sépare la représentation logique
et la réalité physique de l’espace de stockage.

• La virtualisation des serveurs


La virtualisation des serveurs consiste à masquer les ressources du serveur, c’est-
à-dire le nombre et les caractéristiques de chaque machine physique, de chaque
processeur et de chaque système d’exploitation pour les utilisateurs de ce serveur.

AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE LA VIRTUALISATION

AVANTAGES :
La virtualisation présente de nombreux intérêts :
• Une réduction de l’infrastructure physique et des économies d’énergies
(réduction des coûts par la consolidation des serveurs peu sollicités)
• Consolidation de serveurs et isolation des services.
• Utilisation optimisée des ressources des serveurs récents (architectures
processeurs multi-cœurs).
• Support de systèmes d’exploitation hétérogènes.
• Rapidité de déploiement et facilité de l’allocation des ressources matérielles.
• Migration simplifiée des serveurs en production.
• Campagne de tests avant la mise en production de nouveaux services.
• Mécanismes avancés de clonage, de sauvegarde et de restauration des
machines virtuelles.

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 139


INCONVENIENTS

Quelques inconvénients de la virtualisation sont :


• Un point de défaillance unique.
• Recours à des machines puissantes
• Une dégradation des performances
• Un problème de standardisation

LES LOGICIELS DE VIRTUALISATION

Le tableau ci-dessous présente quelques exemples des logiciels de virtualisation selon


les techniques de virtualisation :

Techniques de Description Exemples de logiciels


virtualisation
Elle fait croire à la présence de • Linux vserver,
Virtualisation au plusieurs machines qu’il n’est pas • OpenVZ,
niveau du noyau possible d’utiliser des noyaux • LXC
différents en même temps.
Elle simule un processeur ou une • QEMU,
machine complète. ( mémoire, • WmWare
disque, réseau, périphériques, Workstation
Virtualisation par
…etc.).
émulateur
Il est ainsi possible d’exécuter
des applications prévues pour
d’autres architectures.
Les machines virtuelles • Xen,
fonctionnent directement avec le • Hyper-V,
Virtualisation par un matériel sans interception des • KVM
moniteur ou instructions.
hyperviseur Il est possible de faire cohabiter
des noyaux et des systèmes
d’exploitation différents.
Il n’est plus nécessaire de • AMD-V,
Virtualisation au
surveiller et de traduire les • Intel VT
niveau du
instructions des machines
processeur
virtuelles.

Quelques domaines d’utilisation de la virtualisation sont :


• Hébergement
• Plateforme de validation et développement
• Le cloud computing

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 140


SITUATION D’INTEGRATION
Le cloud computing est une branche de l’informatique qui utilise en arrière-plan la
technologie de virtualisation.
1. Définir virtualisation
2. Présenter deux avantages et deux inconvénients de la virtualisation
3. Enumérer 04 logiciels de virtualisation
4. Pour chacun des trois services du cloud computing, expliquer comment la
technologie de virtualisation y intervient.
REINVESTISSEMENT
Monsieur Touza a installé l’application Virtual box sur son ordinateur qui fonctionne
sous Windows 7. Grace a cette application, il a encore réussi à installer le système
Ubuntu à l’intérieur de Windows et l’utilise normalement pour la réalisation de ses
tâches.
1. Comment appelle-t-on cette technique qui fait fonctionner plusieurs SE sur une
même machine ?
2. Présenter deux avantages de l’utilisation de cette technique.
3. En tenant compte du logiciel utilisé par monsieur Touza, donner le type de la
technique utilisée.
4. Enumérer deux autres exemples de logiciels de même type que celui utilisé par
M. Touza

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 141


BIBLIOGRAPHIE
Ci-dessous la liste des documents et liens internet utilisés pour la rédaction de ce

manuel :

1. https://123kraya.jimdo.com/cours/cours-9eme/

2. https://www.devoir.tn/secondaire/3-%c3%a8me-ann%c3%a9es/Economie-et-

Gestion/Informatique/Cours/TP-power-point.pdf.html

3. https://pdfbib.com/cours-et-exercices-powerpoint

4. https://pdfbib.com/509-cours-pdf-guide-powerpoint-2013-debutante.pdf

5. MAJORS En Informatique 2nde

6. EXCELLENCE En Informatique 2nde

7. MAJORS En Informatique 1ère

8. EXCELLENCE En Informatique 1ère

INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 142


Dans la même collection

Informatique au Cameroun niveau 6ème / 1ère Année EST


Informatique au Cameroun niveau 5ème / 2ème Année EST
Informatique au Cameroun niveau 4ème / 3ère Année EST
Informatique au Cameroun niveau 3ème / 4ère Année EST
Informatique au Cameroun niveau 2nde A
Informatique au Cameroun niveau 2nde C
Informatique au Cameroun niveau 2nde ESTP
Informatique au Cameroun niveau 1ere A-ABI-AC-SH
Informatique au Cameroun niveau 1ere C-D-E
Informatique au Cameroun niveau 1ere ESTP

Août 2019
INFORMATIQUE AU CAMEROUN – NIVEAU 1ère A-ABI-AC-SH 143

Vous aimerez peut-être aussi