Vous êtes sur la page 1sur 224

Numéro d’ordre : 2347

THÈSE
présentée pour obtenir le titre de
DOCTEUR DE L’INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE
spécialité : Dynamique des fluides

Antoine Dauptain

ALLUMAGE DES MOTEURS FUSÉES CRYOTECHNIQUES

Soutenue le 16 juin 2006 devant le jury composé de :


M. Pierre Comte Rapporteur
M. Luc Vervisch Rapporteur
M. Patrick Chassaing Membre
M. Pierre Sagaut Membre
M. Stephan Zurbach Membre
M. Gérard Ordonneau Membre
M. Marie Théron Membre
M. Bénédicte Cuenot Directeur de Thèse

Réf. CERFACS/TH/CFD/06/85
A Guenaëlle
Sommaire

1 Introduction 5
1.1 Histoire des moteurs fusées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2 Marché actuel des lanceurs spatiaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
1.3 Cadre de la thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

2 Etat de l’art 23
2.1 Description de l’allumage d’un moteur fusée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.2 La chimie de l’auto-allumage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.3 La dynamique des jets supersoniques sous-détendus . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.4 La combustion supersonique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
2.5 Stratégie de la thèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

3 Equations 39
3.1 Equations d’écoulements réactifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.1.1 Equations de conservation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.1.2 Variables thermodynamiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.1.3 Equation d’état des gaz parfaits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.1.4 Conservation de la masse et vitesse de correction . . . . . . . . . . . . . . 42
3.1.5 Coefficients de transport . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.1.6 Flux de chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.1.7 Cinétique chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.2 Equations SGE d’écoulements réactifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2.1 La Simulation aux Grandes Echelles (SGE) . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.2.2 Equations SGE pour les milieux réactifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
3.2.3 Modèles pour le tenseur de sous-maille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.3 Présentation du code AVBP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
3.3.1 Discrétisation Cell-Vertex . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51

1
2 SOMMAIRE

3.3.2 Schémas numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53


3.3.3 Modèles de viscosité artificielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.4 Les conditions limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

4 Auto-allumage 57
4.1 Configurations de références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1.1 Auto-allumage homogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.1.2 Auto-allumage en diffusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59
4.1.3 Turbulence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
4.2 Simulations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4.3 Conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

5 Jets supersoniques sous-détendus 85


5.1 Objectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
5.2 Description d’un jet supersonique sous-détendu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
5.3 Approche numérique d’un écoulement supersonique . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
5.4 Viscosité de Von Neumann-Richtmyer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
5.4.1 Application à une onde de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
5.4.2 Application à un tube à choc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
5.5 Outils d’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
5.5.1 Evolution spatiale de spectre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 95
5.5.2 Analyse Spectrale Fréquence-Nombre d’Onde . . . . . . . . . . . . . . . 96
5.5.3 Bicohérence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99
5.5.4 Application à la couche de mélange de Brown et Roshko . . . . . . . . . . 102
5.6 Simulations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
5.6.1 Analyse dimensionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
5.6.2 Echelle de coupure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
5.6.3 Publication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
5.6.4 Analyse de l’instabilité du jet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
5.7 Elements particuliers au calcul de jets supersoniques . . . . . . . . . . . . . . . . 129
5.7.1 Conditions aux limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
5.7.2 Quelques précisions sur des calculs en supersoniques . . . . . . . . . . . . 131

6 Combustion Supersonique 143


6.1 Objectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
6.2 Description de la flamme de Cheng . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 143
6.3 Etude dimensionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147
SOMMAIRE 3

6.3.1 Turbulence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 147


6.3.2 Echelle de coupure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148
6.3.3 Compressibilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
6.3.4 Mélange réactif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
6.4 Création d’un schéma cinétique simplifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
6.4.1 Thermodynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
6.4.2 Cinétique chimique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154
6.5 Simulations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
6.6 Analyse de l’hétérogénéité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 168

7 Conclusion 179
7.1 Récapitulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179
7.2 Analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 180
7.3 Perspectives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

8 Remerciements 183

9 Annexe 1 185
9.1 Lois du mouvement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
9.1.1 Mouvement dans le champ gravitationnel terrestre loin du sol . . . . . . . 185
9.1.2 Mouvement dans le champ gravitationnel terrestre près du sol . . . . . . . 187
9.2 Loi du vol d’une fusée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187

10 Annexe 2 191
10.1 Méthode des caractéristiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 191
10.2 Taille des bouteilles de Mach . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 195
10.3 Analyse du champ lointain d’un jet sous-détendu . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
10.3.1 Diamètre virtuel du jet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 199
10.3.2 Vitesses et concentrations axiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201

11 Annexe 3 205
11.1 Contrainte du coût de calcul . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
11.2 Panorama des moyens de calculs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 205
11.3 Coût des codes de calculs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206
11.4 Coût des SGE présentées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
4 SOMMAIRE
Chapitre 1

Introduction

Cette introduction décrit les contraintes relatives à la construction des moteurs fusées cryotech-
niques, et identifie le besoin d’étudier en détail leur allumage. Pour commencer, quelques éléments
de l’histoire des fusées établissent les contraintes techniques incontournables. Ces contraintes sont
à replacer dans le panorama économique actuel pour mettre en évidence les besoins particuliers des
futurs lanceurs spatiaux. L’ensemble de ces élements forment le cadre général de cette thèse.

1.1 Histoire des moteurs fusées


Origine Grecque, de -400 à -100

La première mise en évidence indiscutable du principe de propulsion par réaction date de 100
av. J.C (c.f. (134), Mediteranean Civilizations and Middle Ages). A cette époque Hero d’Alexandrie
invente l’aeolipile (litt.’boule à vent’), une sorte de roue à réaction illustrée par la Fig. 1.1. Un
chaudron clos produit de la vapeur s’évacuant par une sphère. Cette sphère peut tourner autour de
l’axe d’alimentation en vapeur. Les tuyaux d’évacuation de la sphère mobile étant coudés, l’éjection
de vapeur provoque un mouvement de rotation. Cette invention n’a cependant aucune application
pratique.
Origine Chinoise, de -200 à 1232
Dès 200 av. J.C., des chinois connaissent empiriquement les propriétés pyrotechniques des mélange
de poudre de charbon, de soufre et de salpêtre (c.f. Fig 1.8, ). 1 Sur cette base de chimie, ils
développènt l’art des feux d’artifices. Ces feux sont utilisés pour les rituels religieux, dans le
but de chasser les mauvais esprits. La poudre noire, ou plutôt l’utilisation du salpêtre en com-
bustion, se répand en occident au e siècle grâce au commerce. Les Byzantins se servent des
propriétés du salpêtre, en l’ajoutant à leurs feux grégeois pendant les batailles navales. Pour une
rétrospective exhaustive de l’histoire de la poudre noire, on peut se référrer aux travaux de M.
Mercier (105). Concernant les fusées proprement dites, on préférera l’analyse historique précise de
Jixing Pan (113). Pour résumer son propos, les historiens hésitent entre plusieurs dates de mise en
service de projectiles auto-propulsés.
Il y a tout d’abord en 1161 le p’i-li-pao (fusée Tonnerre, Fig. 1.2), un cylindre de papier conte-
nant deux compartiment de poudre delimités par trois couches de terre cuite. La première charge

5
6 Chapitre 1. Introduction

F. 1.1 – L’aeolipile construit par Hero d’Alexandrie en 100 av.J.C.


1.1. Histoire des moteurs fusées 7

de propulsion est forée sur toute sa longueur. La deuxième contient un agent fumigène. Ces fusées
permettent de dresser des écrans de fumée à distance. Les témoignages écrits comme Hai-ch’iu fou-
hsü (Postface de l’Ode aux Navires de Guerre Anguilles) par Yang Wan-li en 1170, et les techniques
de l’époque, depuis la fabrication de la poudre jusqu’aux techniques de forages d’un pain de poudre
comprimé, attestent que cet engin peut avoir été utilisé en 1161. Un doute reste quant au rôle de
la couche de boue inférieure. Elle peut être une simple protection avant lancement, ou jouer le rôle
de tuyère rudimentaire, accélérant les gaz par effet Venturi. Seul Jixing Pan la décrit comme une
tuyère, c’est pourquoi cette conclusion reste à étayer.
On trouve ensuite en 1232 la célèbre Fei-huo-ch’iang (Lance de feu volante, Fig. 1.2). La traduc-
tion controversée de Chin-Shih (Histoire de la dynastie Chin), écrite par T’o T’o et Ouyang Hsüan
en 1345, laisse place à de nombreuses ambigüités. En effet, lors de la description de la victoire de
l’armée Chin conte le siège des troupes mongoles autour de la ville de K’ai-feng-fu en 1232, il est
question de lances de feu volantes. Ce sont des lances de grande taille (approximativement deux
mètres) auxquelles sont fixées une cartouche de poudre de ’deux pieds de long’ (approximativement
50 cm). Aucun système de lancement (arbalète, catapulte) n’étant décrit, ceci fait penser naturelle-
ment aux fusées. En revanche, le texte parle de ’répandre le feu sur une distance de dix pas’, une
portée trop courte pour une fusée de cette taille, à moins qu’il ne s’agisse du panache d’éjection.
Enfin, le texte ajoute que la cartouche contenant la poudre est intacte aprés combustion, une dif-
ficulté technique inutile pour un projectile explosif ou incendiaire, plaidant en faveur du caractère
propulsif de la poudre. La Fei-huo-ch’iang est donc probablement la première fusée au monde à
emporter une charge utile conséquente.

iron head
top 










         

explosive and lime


    
    

         

         

2 feet paper tube


mud layer
filled with gunpowder
         

         

fuse



























fuse

paper tube


















power column


















wooden stick

propellant


















nozzle


 

fuse

P’i li p’ao Fei−huo−ch’iang


1161 1232

F. 1.2 – Reproduction littérale des schémas de Jixing Pan (113)

L’Empire du Milieu est cependant limité par une barrière technique de l’ordre de la dizaine
de kilogrammes de charge utile : au delà d’une certaine quantité de poudre noire, la combustion
détruit son support. Inversement, un support suffisament solide possède un poids bien supérieur à la
8 Chapitre 1. Introduction

F. 1.3 – L’idéogramme japonais feu - flèche signifie ’fusée’, un dispositif régulièrement utilisé
autour de 1200 ap. J.C. à des fins religieuses et militaires. Dessin postérieur au e siècle d’un
soldat japonais lançant un fusée militaire.
1.1. Histoire des moteurs fusées 9

poussée disponible. Il est donc impossible de passer à des applications de grande échelle, comme
la construction d’armes de destruction plus massive ou la propulsion d’un homme (cf. Fig. 1.4). On
voit déjà se poser ici le problème du rapport de masse mis en évidence à l’aube du e siècle : la
charge utile et la distance à parcourir définissent la masse de carburant nécessaire.
De l’Orient à l’Occident, fin du e siècle
L’efficacité militaire des fusées étant prouvée lors du siège de K’ai-feng-fu en 1232, la technologie
des fusées de combat se propage rapidement dans le monde pendant le e siècle (c.f. Fig 1.8, ). 2

On sait que les Mongols attaquent le Japon par ce moyen en 1274 et 1281. Le Japon, le Java, la
Corée et l’Inde intègrent vite la nouvelle arme dans leur arsenal. A des milliers de kilomètres de
là, l’empire arabo-musulman collecte et enrichit depuis six siècles les sciences des civilisations voi-
sines, notamment des empires grec, égyptien, perse, indien et chinois (c.f. Fig 1.8, ). 3 Les liens
commerciaux soutenus, en particulier par la route de la soie, induisent des échanges culturels et
techniques rapides. La manne de savoir ainsi obtenue, fruit d’une volonté politique initiée par les
califes Al Malik (685-705) et Al Mamun (813-833), permet de déployer les fusées militaires arabo-
musulmanes moins de 50 ans après l’épisode du siège de Kai-Fung-Fu, comme l’attestent les écrits
de l’érudit syrien al-Hasan al-Rammah en 1285. Leurs alchimistes améliorent le processus de fa-
brication de la poudre noire en utilisant des composés purifiés. Le produit de leurs recherches est un
explosif rapide autorisant les premières applications ballistiques.
A l’aube du e siècle, l’Europe commence enfin à combler son retard sur l’Orient avec les
travaux sur la poudre noire de Roger Bacon, Albertus Magnus et Marcus Gaecus (c.f. Fig 1.8, ). 4

La connaissance mondiale des fusées va alors s’enrichir régulièrement de perfectionnements mi-


neurs entre le e siècle et le e siècle. En particulier, la marine s’intéresse à la pyrotechnie
pour développer des signaux envoyés par des fusées. Cependant, les progrès réalisés concernent
des fusées de faible charge utile, à carburant solide. Nous passerons donc directement au début du
e siècle.
Le début du e siècle
Trois hommes sont considérés comme les fondateurs de l’astronautique moderne (cf. Fig. 1.6). Tout
d’abord, le professeur de mathématiques russe Konstatin E. Tsiolkovski (1857-1935) publie ses
premiers travaux théoriques sur le vol spatial en 1898 (c.f. Fig 1.8, ).5 Insistant sur le fait que la
vitesse et l’altitude maximale d’une fusée sont limitées par la vitesse d’éjection des gaz, il intro-
duit la notion d’impulsion spécifique d’un moteur, pour finalement montrer l’intérêt décisif d’une
fusée multi-étages pour atteindre de hautes altitudes. Il suggère enfin l’utilisation de carburant li-
quide, notamment le couple hydrogène-oxygène, pour augmenter la puissance du moteur. Plus tard,
l’ingénieur américain Robert Goddard (1882-1945) présente en 1922 ’A Method of Reaching Ex-
treme Altitudes’ (Une méthode pour atteindre les altitudes extrêmes). Il est le premier à réaliser
et faire voler avec succés une fusée à carburant liquide en 1926. Parallèlement, l’allemand Her-
mann J. Oberth publie en 1923 sa dissertation doctorale ’Die Rakete zu den Planetenraümen’ (Les
fusées dans l’espace interplanétaire, c.f. Fig 1.8, ),
7 contenant un travail théorique analogue à celui
de R. Goddard. Ce livre engendre une discussion scientifique centrée en Allemagne. En 1927, le
VfR ou ’Verein fur Raumshiffahrt’(société pour le voyage spatial) est créé. Il regroupe très vite plu-
sieurs centaines de jeunes scientifiques, publie le périodique ’Die Rakete’ (La fusée), et favorise les
échanges scientifiques entre pays. On pourra trouver des informations dans la chronique historique
de Singer (134), volume ’XXth century part II’. Une introduction aux lois régissant le vol de fusées,
10 Chapitre 1. Introduction

Un poête distrait nommé Wan Hu souhaitait par dessus tout explorer les cieux et rencontrer les étoiles. Aprés avoir
escaladé des montagnes et même essayé des catapultes, il construisit une chaise de bambou équipée de cerfs volants et
de 47 fusées. Lorsque la fumée se dissipa, il ne restait aucune trace de Wan-Hu, ni de son véhicule.

F. 1.4 – Un conte situe le premier homme à voler dans l’espace en l’an 1500. Illustration contem-
poraine d’un livre de contes pour enfants
1.1. Histoire des moteurs fusées 11

F. 1.5 – La civilisation arabo-musulmane joue un rôle essentiel dans la diffusion de la science
au moyen-âge. Le cas des fusées en est une illustration parfaite. Peinture d’influence européene
(perspective) d’une scène turque ou perse (Arche à voute circulaire bicolore).
12 Chapitre 1. Introduction

obtenues presque simultanément par ces trois hommes, est présentée en Annexe I.

F. 1.6 – De gauche à droite, le russe K.E.Tsiolkovsky, l’américain R.Goddard et l’allemand


H.E.Oberth, les trois fondateurs de l’astronautique moderne

La deuxième guerre mondiale


Les progrés du VfR intéressent les militaires, désireux de contourner les interdits du traité de Ver-
sailles, notamment concernant la fabrication ou l’utilisation d’artillerie tirant des obus à plus de 35
km. Absorbé par l’armée en 1932, le collectif est définivement dissout au cours de l’hiver 1934.
Des dizaines de spécialistes sont alors intégrés aux équipes de recherches de l’armée (c.f. Fig 1.8,
).
8 Lorsque la guerre éclate, A. Hitler leur demande une fusée capable de transporter une tonne de
charge militaire à 300 Km. Le lanceur A4 est développé et construit sous la supervision de Wern-
her von Braun, un membre du VfR de la première heure. Rebaptisé ’Vergeltungswaffe 2’ (arme
de représailles 2), l’engin ne sera pas prêt à temps pour changer le cours de la guerre, même si il
représente un impact psychologique immense. En effet, les V2 ne sont déployés qu’en septembre
1944, avec un taux de réussite sur les vols inférieur à 25%. Néanmoins le trésor de guerre que consti-
tue la science et la technologie allemandes est récupéré par les nouvelles superpuissances de l’Est et
de l’Ouest. A l’occasion de l’opération militaire ’Special Mission V2’, W. von Braun et 150 de ses
collaborateurs sont envoyés aux Etats-Unis avec une bonne partie des installations de construction
des fusées, installations qui conformément aux accords de Yalta auraient dû rester dans la juridiction
russe. Ce fut l’un des premiers actes de la guerre froide.
Le cas Von Braun
Ce personnage est le sujet d’un débat éthique encore ouvert de nos jours. En 1939, il utilise ses
connaissances pour créer une arme décisive au service d’une idéologie, le national socialisme.
En 1945, il manœuvre activement pour passer à l’Ouest, se mettant au service du capitalisme au
détriment du bolchevisme/communisme/socialisme. Ses rares défenseurs parlent de résistance pas-
sive en notant les retards, la très faible fiabilité technique du V2 et la quantité de projets non mili-
taires étudiés par son équipe pendant la guerre. Ses détracteurs lui reprochent ses années de travail
pour l’armée allemande, ses contacts avec la ’Schutzstaffel’ (Escouade de protection), sa conscience
des conditions de vie des travailleurs qui construisirent 5000 V2 en quelque mois. Les relations entre
1.1. Histoire des moteurs fusées 13

science et guerre donnent lieu à bien des réflexions intéressantes à lire, comme celle de Edgarton
dans ”Science and War” (111).

F. 1.7 – Wernher von Braun, qui construisit le V2, puis contribua directement aux programmes
d’exploration spatiale et de défense des Etats Unis d’Amérique, fut au centre d’un débat éthique
toute sa vie.

La guerre froide
La conquête spatiale est souvent présentée comme une des plus belles pages de l’histoire humaine.
La légende bien lisse de ’l’étoffe des héros’, ces explorateurs intrépides repoussant les limites hu-
maines, ne doit cependant pas occulter que le lancement de Spoutnik ou les premiers vols des
hommes dans l’espace et vers la Lune sont autant de manières de montrer la maı̂trise de chaque
camp dans le domaine des lanceurs (c.f. Fig 1.8, ). 9 Le développement des théories de dissua-
sion issues de la crise de Cuba en 1962, induisant l’escalade dans l’équilibre de la terreur, exige
des lanceurs toujours plus rapides à mettre en œuvre. L’objectif militaire est de convaincre l’ad-
versaire qu’un missile balistique intercontinental peut décoller en quelques minutes (d’où le nom
du missile américain Minuteman1 ). C’est pourquoi les recherches sont développées en direction
des carburants dit ”stockables”. Ces carburants ont l’avantage de simplifier la préparation d’une
fusée, mais possèdent une très haute toxicité. Le risque technique (et environnemental) soulevé par
ces réactifs fut cependant accepté dans les deux camps, malgré l’opposition farouche de plusieurs
spécialistes comme S.P. Korolev, le célèbre ’père des fusées russes’. La technologie des carburants
stockables correspond aujourd’hui aux divers propulseurs à poudre encore largement utilisés. Bien
que ces réactifs soient particulièrment stables, leur synthèse fait toujours intervenir des gaz haute-
ment toxiques comme le Phosgen. La guerre froide se termine dans les années 80 avec la politique
d’ouverture de Michaël Gorbatchev, la perestroı̈ka. C’est alors l’avènement de l’économie spatiale,
décrite dans la prochaine section.
Vue d’ensemble
1
Lors de la guerre de sécession americaine, les minutemen étaient des volontaires prêts à rejoindre l’armée au premier
appel, en moins d’une minute.
14 Chapitre 1. Introduction

Tous ces événements possédent une organisation intéressante. En effet, dans une première période,
de -500 à 1900, plusieurs civilisations acquièrent successivement la technologie des fusées de com-
bat. A chaque fois, la technologie de la poudre apparaı̂t comme un prérequis. Par exemple, les Grecs
possédaient presque le principe du moteur fusée avec la vapeur, mais ne pouvaient le mettre en pra-
tique faute d’un carburant suffisamment efficace. Cela corrobore la prépondérance de la nature du
carburant, identifiée plus tard par K.E. Tsiolkovski dans se définition de l’impulsion spécifique. Par
la suite, un grand regroupement scientifique permet d’obtenir la technologie elle même, et le cycle
se termine par un document écrit prouvant et datant la maı̂trise de cette nouvelle technologie. On
pourra noter le rôle essentiel du Moyen Orient dans la propagation de la science en général et des
fusées en particulier.
La deuxième période, de 1900 à 1980 concerne les lanceurs de haute altitude. Les moyens fi-
nanciers et technologiques nécessaires limitent le nombre de nations capables de construire ces
engins. Les grandes guerres du e siècle conditionnent la recherche, effectuée sous forme de
compétition parallèle, principalement entre les blocs de l’Est et de l’Ouest de 1945 à 1980. Ce
contexte d’émulation et d’oppositions a mis en évidence les problèmes éthiques liés aux fusées, à
savoir les applications militaires toujours proches et la pollution colossale provoquée par les car-
burants. La troisième période, de 1980 à aujourd’hui, est caractérisée par l’ouverture mondiale
(c.f. Fig 1.8, )
10 qui succéde à la guerre froide. Le nombre de pays lanceurs de fusées spatiales s’est

considérablement élargi et les montages internationaux se sont développés. Les transferts de tech-
nologies ne sont plus rares, bien qu’ils ne soient pas encouragés par les nations, comme l’a prouvé le
Congrés Américain en condamnant en 2003 Boeing et Hughes à verser 32 000 000$ d’amende suite
à des transferts illégaux de technologies vers la Chine dans les années 90. Boeing avait déjà dù payer
en 1998 une amende de 10 000 000$ pour plusieurs centaines de délits ”d’exportations de services
ou d’articles de défense sans autorisation” dans la création du montage international Sealaunch, de
1994 à 1998. Cette nouvelle ère complexe de partenariats est la conséquence de la priorité donnés à
la composante économique de l’industrie spatiale, qui va être abordée dans la partie suivante.
1.1. Histoire des moteurs fusées 15

temps

2000 Etats−Unis Europe Russie Sealaunch Israel Inde Chine

10
1981 Navette Spatiale

9 1946−1981
1975 50 ans
1969 Armstrong sur Lien scientifique
la lune Guerre froide
1962 Glenn en orbite 1961 Gagarine en orbite
1957 Spoutnik en orbite Ecrits
1950
Equipe Equipe Deuxieme 1939−1945 Equipe Equipe Poudre noire
americaine allemande
8 allemande russe
guerre mondiale
Regroupement
Verein fur 1927−
1925 1934 scientifique
Raumshiffart
1922 1923
6 Method for reaching 7 Die rakete su den Guerres
Extreme altitudes planetenraumen

1900
5 Travaux de
1900 K.E. Tsiolkovsky

1687
Siecle des Philosophiae Naturalis
Principa Mathematica
Lumieres

1500 Empire
1300
4 Poudre noire Arabo−musulman
Chine
Hassan 1285
Al Rammah Siege de 1232
2
Croisades Kai Fung Fu
1000 Initiatives des califes
Al Malik & Al Mamum 1045
685−705 813−833 Tseng Lung Kiang
673
Feux grecs
500
3

1
0 −200
Feux d’artifice
Science Science Science Science
Grecque Egyptienne Indienne Chinoise

−500

Ameriques Occident Orient espace

F. 1.8 – Chronologie et répartition mondiale des principaux événements constituant l’histoire des
moteurs fusées.
16 Chapitre 1. Introduction

1.2 Marché actuel des lanceurs spatiaux


Aujourd’hui, le marché des lanceurs spatiaux est constitué à 80% de lancements intra-nationaux,
i.e. concernant des missions commandées par l’état lanceur. Ainsi, une grande partie des missions
échappe pour le moment aux lois du marché. La situation est telle qu’il y a plus de lanceurs à voca-
tion commerciale que d’offres de missions commerciales (environ 14 par an). Après une revue des
intérêts nationaux mis en jeu, une rapide discussion concernant les stratégies actuelles des indus-
tries spatiales mettra en évidence le besoin de maı̂triser parfaitement les mécanismes d’allumage
des moteurs fusées cryotechniques.
Intérêts nationaux
La volonté des nations constitue le moteur principal dans le marché du moteur fusée. Les intérêts
des états sont multiples. Trois intérêts majeurs financent l’essentiel de l’effort spatial :
1. La quête de la supériorité militaire. Il s’agit de se procurer des armes d’attaques (missiles ba-
listiques intercontinentaux), de renseignement (satellites militaires d’observation), ou encore
des armes plus exotiques (bouclier spatial anti-missile, satellites tueurs de satellites). Ainsi,
une grande part de l’argent injecté dans ce marché provient des budgets de défense nationaux.
2. La quête du prestige national. Un pays dont les lanceurs spatiaux échouent régulièrement
n’est plus crédible lorsqu’il parle de missiles qui par construction utilisent les mêmes tech-
nologies. Il s’agit donc en premier lieu d’un intérêt militaire indirect, suffisamment important
pour soutenir les programmes spatiaux les plus démesurés. Par exemple, Le ”missile gap”
dénoncé par le candidat Kennedy en 1961 a mené les Etats Unis sur la Lune.
C’est également un intérêt économique : la fiabilité et la régularité de métronome des lan-
cements Russes attirent des investissements étrangers, comme la Plateforme de lancement
Russo-américano-norvégien ’Sealaunch’.
3. La quête de l’indépendance stratégique. L’autonomie des sources d’informations spatiales est
un besoin indispensable dans le domaine du renseignement militaire, des observations scien-
tifiques ou des télecommunications privées. Par exemple, le projet européen de navigation par
satellite ’Gallileo’ doit doubler le système américain ’GPS’, alors que les relations transatlan-
tiques sont pacifiques depuis des décennies.
Le coût de l’accès à l’espace
Baisser le coût d’accès à l’espace constitue le premier objectif des industries spatiales. Cependant,
le prix du kilogramme de charge utile envoyé en orbite semble avoir atteint un palier, illustré sur la
Fig. 1.9. Bien que les prix varient largement suivant les missions et les lanceurs, on voit une nette
cohérence dans les missions concernant des satellites géostationnaires. Le prix de ces missions
stagne de plus en plus sur la période 1996-2000.
Parmi les stratégies mises en œuvre pour passer ce pallier, on distingue deux grandes tendances.
On trouve en premier lieu les lanceurs ’transnationaux’ qui optimisent au maximum la filière de
lancement utilisée en utilisant la coopération internationale au détriment de l’autonomie nationale.
C’est par exemple la stratégie des partenariats SeaLaunch (Russie, Norvège, Etats Unis, Ukraine)
ou Starsem (Europe, Russie), illustrés en Fig. 1.10. La deuxième voie utilise les lanceurs lourds. En
comparant les caractéristiques de lanceurs présentées dans le Tableau 1.1, on voit que les lanceurs
légers sont plus coûteux. Par exemple, un lancement commun de quatre satellites de une tonne sur
1.2. Marché actuel des lanceurs spatiaux 17

une orbite géostationnaire (lancement GTO2 ) par une fusée chinoise Longue Marche 3B revient
à 60 M$, tandis que quatre lancements par des fusées chinoises Longue Marche 2C reviennent à
90 m$, soit 50% plus cher avec une technologie identique. Cela explique l’existence des lanceurs
’gros porteurs’ comme Delta IV Heavy (Boeing, 13 tonnes en orbite géostationnaire), Ariane 5 ECA
(Arianespace, 10 tonnes en orbite géostationnaire) illustrés en Fig. 1.11. Pour soulever de telles
massses, on utilise de préférence des moteurs cryotechniques Hydrogène liquide - Oxygène liquide,
comme les quatre moteurs de Delta IV Heavy . Le problème commercial qui en découle se situe dans
le carnet de commande : rares sont les missions qui permettent de tels regroupements de satellites. Si
le lanceur est capable de varier les orbites d’injections des charges utiles lors d’une même mission,
les possibilités de missions se multiplient. C’est la raison d’être du projet de moteur de deuxième
étage Vinci, réallumable cinq fois en cours de vol. Cela étant, l’allumage d’un moteur est l’une des
actions les plus critiques pour le lanceur, causant de nombreux accidents. Ainsi, la baisse du prix
d’accès à l’espace est étroitement liée à la maı̂trise des phénomènes physiques mis en jeu lors
de l’allumage des moteurs cryotechniques.

2
L’orbite géostationnaire est la plus éloignée de la terre, et donc la plus coûteuse des missions de lancement en
orbite terrestre. Le lanceur place la charge utile sur une trajectoire elliptique excentrée appelée Orbite de Transfert
Géostationnaire ou GTO. L’impulsion finale vers l’orbite circulaire est réalisée par le satellite.
18 Chapitre 1. Introduction

Nom Shtil Pegasus XL START Taurus Cosmos Rockot Athena 2


Origine Russie USA Russie USA Russie Russie USA
Capacité LEO 430 Kg 443 Kg 632 Kg 1 380 Kg 1 500 Kg 1 850 Kg 2 065 Kg
Capacité GTO - - - 448 Kg - - 590 Kg
Prix lancement 0.2M$ 13.5M$ 7.5M$ 19M$ 13M$ 13,5M$ 24M$
Prix LEO 465 $/Kg 30 474 $/Kg 11 647 $/Kg 13 768 $/Kg 8 667 $/Kg 7 297 $/Kg 11 622 $/Kg
Prix GTO - - - 42 411 $/Kg - - 40 678 $/Kg

Nom Longue Dnepr Delta 2 Soyuz Atlas 2AS Longue Ariane 44L
Marche 2C Marche 2E
Origine China Russie USA Russie USA China Europe
Capacité LEO 3 200 Kg 4 400 Kg 5 144 Kg 7 000 Kg 8 618 Kg 9 200 Kg 10 200 Kg
Capacité GTO 1 000 Kg - 1 800 Kg 1 350 Kg 3 719 Kg 3 370 Kg 4 790 Kg
Prix lancement 22.5M$ 15M$ 55M$ 37.5M$ 97.5M$ 50M$ 112.5M$
Prix LEO 7 031$/Kg 3 409$/Kg 10 692$/Kg 5 357$/Kg 11 314$/Kg 5 435$/Kg 11 029$/Kg
Prix GTO 22 500$/Kg - 30 556$/Kg 27 778$/Kg 26 217$/Kg 14 837$/Kg 23 486$/Kg

Nom Longue Zenit 2 Zenit 3SL Ariane 5G Proton Navette


Marche 3B spatiale
Origine China Ukraine Multinational Europe Russie USA
Capacité LEO 13 600 Kg 13 740 Kg 15 876 Kg 18 000 Kg 19 760 Kg 28 803 Kg
Capacité GTO 4 630 Kg - 5 250 Kg 6 800 Kg 4 630 Kg 5 900 Kg
Prix lancement 60M$ 42.5M$ 85M$ 165M$ 85M$ 300M$
Prix LEO 4 412$/Kg 3 093$/Kg 5 354$/Kg 9 167$/Kg 4 302$/Kg 10 416$/Kg
Prix GTO 11 538$/Kg - 16 190$/Kg 24 265$/Kg 18 359$/Kg 50 847$/Kg

T. 1.1 – Lanceurs légers, moyens et lourds, par ordre croissant de charge utile en orbite basse.
GTO et LEO désignent respectivement des missions vers des orbites géostationnaires (36 000 Km
d’altitude) et vers des orbites basses (400 km). Source : documents publics Futron Corp. Sept. 2002.
1.2. Marché actuel des lanceurs spatiaux 19

60000

50000
Lancements GTO
Autres lancements
Prix de lancement [$/Kg]

40000 Moyenne GTO

30000

20000

10000

0
1988 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002
Annee

F. 1.9 – Evolution annuelle du coût de lancement de satellites, évalué sur 264 lancements de sa-
tellites commerciaux, normalisé en dollars (valeur Etats-Unis en 2000). Avec l’aimable autorisation
de T. Freeland, Futron Corporation
20 Chapitre 1. Introduction

F. 1.10 – Les lanceurs transnationaux : Sea Launch est un partenariat Boeing (USA), Kvaerner
ASA (Norvège), RSC-Energia (Russie) et SDO Yuzhnoye/PO Yuzhmash (Ukraine). Starsem,
ou Soyuz Company, est un partenariat EADS (Europe), Arianespace (Europe), Russian Federal
Space Agency (Russie) et The Samara Space Center (Russie).
1.2. Marché actuel des lanceurs spatiaux 21

F. 1.11 – Les lanceurs gros porteurs Delta IV ’Heavy’ de Boeing (USA) et Ariane V ECA
d’Arianespace (Europe).
22 Chapitre 1. Introduction

1.3 Cadre de la thèse


Cette introduction définit le cadre global de la thèse présente. Le volet historique montre l’im-
portance du carburant et du rapport de masse. Les lois de la physique clarifient cette assertion, grâce
aux travaux de Tsiolkovski (Cf. Annexe I). Le volet économique démontre l’importance critique de
l’investigation scientifique du phénomène d’allumage.
En résumé, pour lancer de grandes charges utiles, il faut un carburant très energétique comme les
couples Hydrogène-Oxygène ou Kérosène-Oxygène. Le stockage liquide de ces carburants implique
une technologie cryotechnique. De plus il faut un rapport de masse optimisé, c’est à dire entre autres
un moteur le plus léger possible, des protections thermiques réduites au minimum.
Dans ce contexte, le travail de cette thèse se focalise sur l’allumage des moteurs fusées cryo-
techniques.
Chapitre 2

Etat de l’art

Plusieurs disciplines techniques interviennent dans l’allumage d’un moteur fusée cryothech-
niques. La partie de la fusée qui nous intéresse se situe dans la chambre de combustion d’un mo-
teur à carburant liquide, depuis l’injection des ergols jusqu’au col précédent le divergent. Trois
mécanismes de base contrôlent le fonctionnement : l’auto-allumage, les jets supersoniques sous-
détendus, et la combustion supersonique. L’état de l’art dans la recherche sur chacun des ces phéno-
mènes constituent le point de départ de ce travail.

2.1 Description de l’allumage d’un moteur fusée

Oxygène

Allumeur

Hydrogène

F. 2.1 – Chambre de combustion d’un moteur fusée cryotechnique

Voyons tout d’abord le lieu sur lequel vont porter les recherches. Les informations techniques
qui suivent ont été fournies par les ingénieurs de la division ”grosse propulsion liquide” de la
Snecma. Le schéma de la Fig. 2.1 illustre la chambre de combustion d’un moteur cryotechnique,

23
24 Chapitre 2. Etat de l’art

depuis la plaque d’admission des réactifs, également appelés ergols, jusqu’au col de la tuyère. Le
diamètre de la chambre fait plusieurs dizaines de centimètres. Les injecteurs coaxiaux, au nombre
d’une centaine sur l’ensemble de la plaque, ont un diamètre extérieur de l’ordre du centimètre, et
l’allumeur un diamètre de quelques millimètres.
Le démarrage d’un moteur fusée se déroule dans l’ordre suivant : purge complète par un gaz
neutre, remplissage par le carburant sans combustion, mise en route de l’allumeur, et enfin admis-
sion de l’oxydant. On remarque que procédure d’allumage doit créer un mélange réducteur avant
l’allumage car un mélange oxydant attaque les parois du moteur (Fig. 2.3). Voici les quatre étapes
détaillées :
He
H2
Allumeur
O2

I II III IV Temps

I − Purge II − Admission de combustible

He H2
He

III − Apport de chaleur IV − Admission de comburant

O2
Allumeur
H2 H2
He He

F. 2.2 – Procédure d’allumage classique d’un moteur fusée

F. 2.3 – Destruction par excés d’oxydant d’une chambre de combustion expérimentale. Avec l’ai-
mable autorisation de B. Berger, Swiss Propulsion Laboratory.
2.1. Description de l’allumage d’un moteur fusée 25

1. Purge : La mise en route d’un moteur fusée commence par la mise en place d’un état ’no-
minal’. C’est l’objectif de la purge (Fig. 2.2-I), qui consiste à balayer tous les systèmes par
de l’hélium (He), un gaz neutre. Lors d’un allumage au sol ce gaz chasse l’air présent dans
le moteur afin d’obtenir un milieu sans oxygène, tandis qu’en altitude cet hélium comble ra-
pidement le vide spatial, créant une faible pression avant l’arrivée des ergols. La purge fait
intervenir la mécanique des fluides et des gaz raréfiés.
2. Admission du carburant : Ensuite, le carburant, ici de l’hydrogène pur (H2 ), est injecté à
haute pression par une turbo-pompe (Fig. 2.2-II). La pression dans la chambre après purge
en altitude s’approchant de quelques centièmes de Bars, carburant liquide se détend forte-
ment, remplissant la chambre sous forme gazeuse. L’admission de carburant fait appel à
la mécanique des fluides multi-espèces appliquée à des jets supersoniques issus de fortes
détentes : les jets supersoniques sous-détendus.
La durée de l’admission du carburant, quelques dixièmes de secondes, est à comparer avec
le temps caractéristique d’injection de l’hydrogène, inférieur à quelques dixièmes de millise-
condes. Ainsi, le calcul complet d’un remplissage de carburant est excessivement long.
3. Allumage : L’allumeur se met alors en route (Fig. 2.2-III). Son rôle consiste à créer une
zone robuste de gaz chauds. Deux stratégies sont possibles. Les allumeurs pyrotechniques
(Fig. 2.5.a) sont des fusées d’ergols solides qui créent un jet chaud de produits de combus-
tions inertes. Cette technologie est bien maı̂trisée, mais s’adapte mal au réallumage. En effet,
il faudrait utiliser un barillet de plusieurs allumeurs, c’est-à-dire un système complexe et
lourd. L’alternative est un allumeur cryotechnique (Fig. 2.4 et 2.5.b), une torche créée par
la combustion des carburants ét oxydants liquides. Dans le cas d’un allumeur cryotechnique

F. 2.4 – Allumeur cryotechnique. Le diamètre de la canne d’injection est de l’ordre du centimètre.
Avec l’aimable autorisation de Stork / Aerospace Propulsion Products

(Fig. 2.5.b), l’oxygène réagit avec une partie de l’hydrogène (typiquement un tiers du débit
massique) pour créer un jet initial de gaz chauds riches en oxygène. L’autre partie de l’hy-
26 Chapitre 2. Etat de l’art

Réducteur

Poudre pyrotechnique Réducteur


Oxydant

a) Pyrotechnique b) Cryotechnique

F. 2.5 – Allumeurs à jets pyrotechniques ou cryotechniques

drogène (deux tiers du débit massique) permet de refroidir les parois de l’allumeur et brûle
dans la chambre au contact du jet initial oxydant chaud, ce qui provoque le panache d’allu-
mage. Dans son ensemble, l’allumeur est un moteur fusée stœchiométrique. La technologie
de l’allumeur utilise la chimie à cinétique finie, les écoulements supersoniques multi-espèces
réactifs couplés aux transferts thermiques et à la résistance des matériaux.
Lors de la mise en route de l’allumeur, sa pression statique en sortie est bien supérieure à
la pression chambre (NPR=50 dans les premiers instants). Cela produit un nouveau jet su-
personique fortement sous-détendu (c.f. Annexe II) qui contient un choc hydrodynamique
avec un rapport de pression statique aval/amont de plusieurs centaines. Le calcul d’une telle
discontinuité suppose l’emploi de techniques numériques spécifiques, c.f. Chap. 5.
4. Admission de l’oxydant : Enfin l’oxydant, ici de l’oxygène pur (O2 ), est admis de la même
manière que le carburant (Fig. 2.2-IV). La combustion augmente progressivement la tempéra-
ture et la pression. Le jet d’oxydant gazeux redevient liquide, puis supercritique. La présence
antérieure d’un mélange chaud doit assurer une combustion progressive, sans apparition de
poches froides de mélange carburant/oxydant. Dans le cas contraire, ces poches sont des zones
de combustion incontrôlée violente qui secouent le lanceur par des pics de pression brutaux :
c’est un allumage ’dur’.
Lorsque l’admission d’oxygène débute, la combustion principale commence. Cet ergol initia-
lement injecté à l’état liquide. Les gaz produits font augmenter alors la pression de la chambre
2.1. Description de l’allumage d’un moteur fusée 27

jusqu’à plusieurs dizaines de bar, et l’injection de l’oxydant devient supercritique. Outre le


fait que les fluides ne suivent plus simplement une loi d’état de gaz parfaits, des gradients de
densités extrêmes (1. 108 ) apparaissent, tout aussi difficiles à simuler qu’un choc hydrodyna-
mique.
La description ci-avant montre une grande variété de domaines scientifiques et techniques. La
combustion pyrotechnique est écartée, car elle n’est pas adaptée aux réallumages. La mécanique
des structures, et la résistance des matériaux nécessitent encore un travail de recherche séparé de la
combustion et ne sont pas étudiés ici. L’injection diphasique ou supercritique est quant à elle une dis-
cipline trop récente pour être prise en compte dans ce travail. Ainsi, on se concentrera sur trois su-
jets essentiels : la chimie complexe à cinétique finie de l’auto-allumage, la dynamique des jets
supersoniques sous-détendus, et la combustion supersonique stabilisée par auto-allumage. Ces
sujets seront traités de façon à faciliter les développements ultérieurs : simulations de phénomènes
supercritiques (lois d’état modifiés, gradients de densité), configurations industrielles (temps de si-
mulations longs, géométries complexes), ou encore fatigue des matériaux (transferts de chaleurs,
interactions fluide-structure).
28 Chapitre 2. Etat de l’art

2.2 La chimie de l’auto-allumage


L’auto-allumage intervient dans les brûleurs séquentiels ou multi-étages ou dans les réchauffes
des réacteurs aéronautiques où du carburant froid est injecté à la sortie d’une chambre de combustion
principale pour brûler dans une chambre secondaire. On le trouve également dans la combustion
supersonique des super stato-réacteurs (Scramjets) dans lesquels l’air est chauffé par des effets de
compression. C’est enfin le principe d’allumage des moteurs diesels, où la température de l’air est
augmentée par la compression d’un piston avant l’injection du carburant. L’auto-allumage a même
été utilisé à des fins militaires. La bombe thermobarique (i.e. utilisant l’oxygène atmosphérique) au
phosphore blanc en est une des plus spectaculaires applications (Fig. 2.6). En effet, le phosphore
blanc s’enflamme spontanément au contact d’un air humide à 30◦C.

F. 2.6 – Une bombe au phosphore blanc testée au début du siècle

L’auto-allumage signifie l’établissement spontané d’une zone réactive entre deux réactifs mis en
contact. Pour la plupart des mélanges, la réaction s’effectue seulement au-dessus d’une température
critique. Généralement, les réactifs sont mélangés froids, puis le mélange est chauffé de différentes
manières pour obtenir une combustion : flamme pilote, poche de gaz chauds, diffusion et rayonne-
2.2. La chimie de l’auto-allumage 29

ment de la flamme principale, etc... Si la température à laquelle se fait le mélange est déjà au-dessus
de la température critique, alors la combustion est ”spontanée”, et on parle d’auto-allumage.
La chronologie des études menées sur l’auto-allumage, présentée en figure 2.7, fait apparaı̂tre
trois ensembles de recherches. Le premier ensemble concerne la modélisation de la cinétique chi-
mique. En 1889, Arrhé-nius (7) propose un modèle mathématique pour décrire un taux de réaction.
Les schémas cinétiques développés par la suite sont un ensemble d’étapes chimiques de type Arrhénius.
En 1980, Kee, Miller et Rupley (81) proposent un ensemble d’outils informatiques, CHEMKIN, qui
devient un standard de la discipline. Les schémas cinétiques plus ou moins complexes sont ajustés
pour simuler différentes applications. Certains schémas sont créés pour être cohérents dans plu-
sieurs configurations (flamme prémélangée, flamme de diffusion, autoallumage en tube à choc,
etc...). Concernant plus particulièrement l’hydrogène, la thermodynamique montre que les hautes
température atteintes lors de la combustion (2500 à 3000 ◦ K) autorisent la présence d’ions (H, O, OH)
en proportion non négligeable dans les produits. D’un point de vue cinétique, il apparaı̂t que les in-
termédiaires réactionnels (HO2 , H2 O2 ) prennent une part incontournable dans la combustion. Plu-
sieurs schémas globaux sont également disponibles, comme celui de Yetter (155). Les échelles de
temps ou d’espace associées aux réactions contenant les intermédiaires (HO2 , H2 O2 ) étant très pe-
tites, elles nécessitent une puissance de calcul très au-delà de ce qui est acceptable dans le cadre de
la simulation de systèmes complets. augmentent dramatiquement la puissance de calcul nécessaire.
On a donc souvent recours à des schémas simplifiés ne faisant pas intervenir ces intermédiaires ra-
pides, comme celui de Baurle (9) avec seulement 6 espèces (H2 , O2 , H2 O, OH, O, H) pour seulement
7 réactions.
Un deuxième ensemble de travaux regroupe de 1994 à 1997 l’étude de la technologie Diesel par
les motoristes (Baritaud - Institut Français du Pétrole (8), Kong - Engine Research Center (86) ). La
puissance des calculateurs augmentant, il est suivi d’une série de simulations numériques directes
d’auto-allumage (8; 86; 116; 151) mêlant cinétique chimique détaillée, turbulence résolue et pro-
cessus de diffusion complexes. Ces travaux ont montré que le temps d’apparition des premiers sites
d’auto-allumage est peu sensible à la turbulence, et qu’ils se situent sur une richesse correspondant à
celle du prémélange parfait le plus rapide à s’allumer. Sur cette iso-surface de richesse, ils débutent
là ou la dissipation scalaire est la plus basse. Enfin, ces premiers sites, apparus en temps t, transitent
vers une flamme non-prémélangée complètement turbulente pendant une durée allant de 0.8t à 1.8t.
30 Chapitre 2. Etat de l’art

Réactions en Chaı̂ne H2 /O2 A n E


1 H + O2 ↔ O + OH 1.92 1014 0.00 16.44
2 O + H2 ↔ H + OH 5.08 104 2.67 6.29
3 H2 + OH ↔ H2 O + H 2.16 108 1.51 3.43
4 O + H2 O ↔ OH + OH 1.23 104 2.62 −1.88
Dissociation/Recombinaison
5 H2 + M ↔ H + H + M (†) 4.57 1019 −1.40 104.40
6 O+O+M ↔ O2 + M (†) 6.17 1015 −0.50 0.00
7 O+H+M ↔ OH + M (†) 4.72 1018 −1.00 0.00
8 H + OH + M ↔ H2 O + M (†) 2.25 1022 −2.00 0.00
Formation/Consommation HO2
9 H + O2 + M ↔ HO2 + M (†) 6.17 1019 −1.42 0.00
10 HO2 + H ↔ H2 + O2 6.63 1013 0.00 2.13
11 HO2 + H ↔ OH + OH 1.69 1014 0.00 0.87
12 HO2 + O ↔ OH + O2 1.81 1013 0.00 −0.40
13 HO2 + OH ↔ H2 O + O2 1.45 1016 −1.00 0.00
Formation/Consommation H2 O2
14 HO2 + HO2 ↔ H2 O2 + O2 3.02 1012 0.00 1.39
15 H2 O2 + M ↔ OH + OH + M (†) 1.20 1017 0.00 45.5
17 H2 O2 + H ↔ H2 O + OH 1.00 1013 0.00 3.59
18 H2 O2 + H ↔ H2 + HO2 4.82 1013 0.00 7.95
19 H2 O2 + O ↔ OH + HO2 9.55 106 2.00 3.97
20 H2 O2 + OH ↔ H2 O + HO2 7.00 1012 0.00 1.43
† Efficacité du troisième corps H2 : 2.5 ; H2 O : 12.0

T. 2.1 – Schéma cinétique de Yetter (155) pour la combustion de l’Hydrogène. Unités en cm3 −
mol − Kcal − K.
2.2. La chimie de l’auto-allumage 31

1977 Halstead(68)
Modélisation
de la chimie
1980
1980 CKEMKIN(81)
Etats de l’art
1982 Spadaccini(137)

1984 Cheng(25)
1985 Cox(36)

1990

1991 Yetter(155)

Etudes du Diesel
1994 Baritaud(8) 1994 Spadaccini(136)
Modélisation 1995 Kong(87) Simulations numériques
du mélange 1996 Pfahl(116) directes
1997 Mastorakos 1997 Wan(151) 1997 Mastorakos(102)
(103)
1998 Im(74)

2000

2001 Da Cruz(42) 2001 Colket(33)


2002 Hilbert(69)
2003 Knikker(82) 2003 Echekki(53)

F. 2.7 – Chronologie bibliographique de l’auto-allumage - Premier Auteur (Référence)

La Chronologie bibliographique ci-dessus et celles qui vont suivre mettent en évidence des
regroupements thématiques non exhaustifs de travaux en relation directe (traits pleins noirs) ou
indirecte (traits blancs) avec le sujet.
32 Chapitre 2. Etat de l’art

2.3 La dynamique des jets supersoniques sous-détendus


Les jets supersoniques sous-détendus sont eux aussi présents dans de nombreuses applications.
En physique fondamentale, les accélérateurs de particules sont alimentés par un jet à très haute vi-
tesse et très basse pression pour obtenir un flux de particules raréfiées et fortement corrélées en
vitesse. En sécurité nucléaire ou aérienne, les fuites d’une enceinte à haute pression (centrales
nucléaires, carters de moteur aviation) forment des jets supersoniques capables de détruire les
équipements avoisinants. En propulsion, la performance d’un moteur à flux supersonique dépend
du contrôle de la pression de sortie par la tuyère, c.a.d. du jet sous-détendu propulsif. Dans cette

F. 2.8 – Photographie d’un micro-propulseur / allumeur en phase de test. La structure en ’queue
de tigre’ est caractéristique d’une détente dans un jet supersonique. (Photo : Stork / Aerospace
Propulsion Products)

thèse, ce sont les allumeurs de moteurs fusées qui génèrent ce type de jet : ils produisent des gaz
chauds à une pression supérieure à celle de la chambre de combustion (Fig. 2.8). Lorsque les rap-
ports de pression statique sont de l’ordre de 10 ou plus, les fluides subissent de fortes détentes, des
chocs, et des couches de cisaillement intenses. Ce type particulier de jet est illustré en Fig. 2.9
Les premiers éléments de la théorie des jets supersoniques sont issus de la guerre mondiale
1939-1945. La thèse de I. S. Chang propose dès 1945 une prédiction de la forme des jets sous-
détendus par la méthode des caractéristiques. On peut également citer A. Ferri (58; 59; 60; 61),
précurseur des études supersoniques à la NACA puis la NASA.
Les dispositifs expérimentaux dédiés spécifiquement aux jets sous-détendus commencent en
1959. Les caractéristiques non visqueuses (longueur et rayon de la cellule de détente) sont assez
vite connues. A. D. Birch (14; 15)établit ensuite le lien entre le panache d’un jet sous-détendu et
celui d’un jet supersonique établi1 équivalent. Ces connaissances sont détaillées dans l’Annexe ’Di-
mensionnement de jets sous-détendus’. Les couches de mélanges supersoniques courbées de ces
jets sous-détendus font encore aujourd’hui l’objet d’observations poussées. On notera par exemple
1
Un jet supersonique établi est un jet sortant à la même pression que le milieu ambient.
2.3. La dynamique des jets supersoniques sous-détendus 33

F. 2.9 – Photo de type Schlieren d’un jet sous-détendu d’air à 270K, rapport de pression statique :
32.45, Diametre de buse : 30 mm : exposition 1/30s. Avec l’aimable autorisation de V.I. Zapryagaev,
ITAM Novossibirsk.

l’image de B. Yip (156) , une coupe laser, montrant une structure tourbillonnaire proche de l’insta-
bilité Kelvin-Helmotz, ou la série de mesures de V. Zapryagaev (160; 159; 161) sur l’instabilité de
Görtler, qui s’avère déterminante dans les couches de mélange des jets sous-détendus réactifs.
Les simulations numériques de ce phénomène ont commencé tôt avec la méthode des ca-
ractéristiques. Cette méthode est toujours utilisée aujourd’hui lorsque l’on s’intéresse seulement
à l’intérieur de la cellule de détente (112). Les méthodes aux volumes finis sont devenues appli-
cables à ce type d’écoulements à partir de 1985 (Code SCIPVIS (43)) et ont été améliorées depuis
avec le développement de modèles RANS (2). Actuellement, le code utilisé par la NASA se nomme
VULCAIN, issu d’une collaboration NASA-Taitech (152).
Les simulations aux grandes échelles sont difficiles à réaliser sur des configurations contenant
des chocs. C’est pourquoi elles se limitent pour l’essentiel à l’acoustique de jets supersoniques
adaptés, comme dans le travail de Bogey (17). A l’heure actuelle, les chocs sont majoritairement
traités en LES par des schémas de type WENO, sur des maillages structurés. Ils ont été récemment
appliqués avec succès en deux dimensions sur un jet sous-détendus par T.S. Cheng (26).
34 Chapitre 2. Etat de l’art

Théorie supersonique
1945 Chang(21)

1950 1949 Ferri(58)

1954 Ferri(59) Observations de jets


sous-détendus
1959 Love(99) 1959 Adamson(3)
1960
1963 Eastman(52)
1964 Lewis(97)
1966 Crist(37)

1970

1974 Antsupov(5)

1980 1980 Seiner(131)

Simulations numériques
1984 Birch(14) de jets supersoniques
1985 SCIPVIS(43)
1986 Yoshisawa(158)
1987 Birch(15)
1988 Zapryagaev(160)
Etudes liees aux 1988 Birch(13)
jets supersoniques
1990 1989 Yip(156) 1989 Abdol-Hamid(1; 2)
1991 Sandham(129)
Simulations numériques
de l’acoustique des
jets supersoniques
1993 Arnette(6)
1994 Lele(96) 1994 Mankbadi(101)
1995 Clemens(30) 1995 Cumber(38) 1995 Tam(142)
1997 Papamoschou(115)
1997 Lee(95)
1998 Palmer(112)
1998 Day(44) 1999 VULCAN(152) 1998 Shen(133)
1999 Panda(114) 1999 CE/SE(163)
2000
2000 Freund(63)
2001 Zapryagaev(159)
2002 Kourta(88)
2003 Bogey(17)
2004 Zapryagaev(161)
2005 Cheng(26)

F. 2.10 – Chronologie Bibliographique jets sous-détendus - Premier Auteur (Référence)


2.4. La combustion supersonique 35

2.4 La combustion supersonique

Le régime de combustion supersonique est essentiellement réservé aux super-stato-réacteurs


(scramjets) fonctionnant avec une flamme stabilisée dans un flux interne supersonique. Cette solu-
tion est considérée comme une possible ’rupture technologique’ car elle autorise des performances
réservées aux moteurs fusées (Mach > 5) alors que l’oxydant est puisé dans l’atmosphère. En
conséquence, les avions verraient leurs performances augmentées substantiellement, tandis que les
premiers étages des lanceurs spatiaux affranchis des réservoirs d’oxygène multiplieraient leur effi-
cacité (L’annexe 1 ”lois du vol spatial” explique l’importance du poids dans l’efficacité d’un étage
de fusée). La NASA soutient depuis les années soixante un effort de recherche dans ce domaine,
récemment récompensé par le premier vol de l’avion hypersonique expérimental X-43A, le 16 no-
vembre 2004, cf. Fig. 2.11. Par ailleurs, on trouve également la combustion supersonique dans les al-
lumeurs cryotechniques de moteurs-fusées, où les deux réactifs sont injectés à vitesse supersonique
dans des conditions assurant l’auto-allumage. Comme les deux réactifs réagissent spontanément, la
flamme ainsi créée est extrêmement robuste.
A. Ferri (60) en 1964, puis huit ans plus tard F. Suttrop (141) et M. C. Burrows (19) sont parmi
les premiers à étudier les super-stato-réacteurs et la combustion supersonique de l’hydrogène. Les
expériences sur flammes supersoniques sont nombreuses, mais rares sont celles qui permettent des
validations quantitatives de simulations numériques. Les mesures très complètes de T. S. Cheng (27;
28) dans une flamme supersonique issue d’un jet coaxial auto-allumé seront d’un intérêt tout par-
ticulier pour cette thèse. D’autres mesures plus anciennes de jets réactifs sont disponibles grâce
à l’équipe de J.S. Evans et al. (55; 56). Plus récemment, les montages expérimentaux se sont
focalisés sur des configurations plus complexes de type super-stato-réacteurs (80; 125), mais la
question fondamentale du contrôle de la cinétique chimique reste un sujet d’observation essen-
tiel (100; 140; 122). On retiendra également le travail de J. F. Driscoll (48) en 1996, qui permet
d’évaluer a priori la taille d’une flamme supersonique. L’étude d’une flamme décollée par un jet
supersonique fortement sous-détendu par C. B. Devaud (46) en 2002 est intéressante mais ne fait
par intervenir le mécanisme d’auto-allumage.
Du coté des simulations numériques, la méthode des caractéristiques qui fut largement utilisée
pour les écoulements supersoniques n’a pas pu être généralisée aux écoulements réactifs. Il faut
attendre les progrès de l’informatique et des volumes finis jusqu’en 1986 pour qu’apparaisse une
grande variété de simulations de combustion supersonique (Drummond (50; 49), Wilson (153),
Baurle (9), Zheng (164)). La simulation aux grandes échelles apparaı̂t pour la première fois en 1997
(Norris (110), étude bidimensionnelle), mais son coût la limite pour l’instant à des configurations
fondamentales. Les méthodes RANS sont par contre intensivement utilisées dans la construction
des super-stato-réacteurs (84; 83).
Les processus de mélange à petite échelle (micro-mélange) compliquent l’étude de la combus-
tion supersonique. Les approches par ”fonction de densité de probabilité”(PDF) donnent d’excel-
lents résultats (79; 154) sur les flammes turbulentes non prémélangés. Les équipes de R.A. Baurle
et al. (9; 10)puis de H. Mobius et al. (106) ont su étendre ces méthodes aux écoulements super-
soniques. La comparaison de plusieurs formulations montre que le transport lagrangien des PDF
par une technique de Monte Carlo proposée par S.B. Pope (120) couplé à un calcul RANS pour la
dynamique du fluide donne les résultats les plus satisfaisants (106).
36 Chapitre 2. Etat de l’art

F. 2.11 – X-43A, le premier aéronef propulsé par super-stato-reacteur (scramjet).

Plusieurs revues complètes de la combustion supersonique sont disponibles : Waltrup (150), Ja-
chimovski (75), Billig (12), Spadaccini et Colket (136; 33) et enfin Curran (39; 40). On y apprend
essentiellement que le problème de combustion des super-stato-réacteurs est d’obtenir une com-
bustion suffisamment rapide pour s’effectuer à l’intérieur du moteur malgré des temps convectifs
extrêmement courts. Le dimensionnement du moteur et de la zone de réaction deviennent des pa-
ramètres critiques. C’est pourquoi de nombreuses études se focalisent sur le mélange, l’injection de
carburant, et la cinétique chimique. Concernant la simulation numérique, les avis sur le choix des
modèles de turbulence ou de combustion sont moins tranchés car l’augmentation directe de la puis-
sance de calcul (c.a.d. des maillages plus fins ou un plus grand nombre de particules stochastiques)
reste encore aujourd’hui le meilleur moyen d’améliorer les résultats. Comme pour les jets super-
soniques, la simulation des grandes échelles a essentiellement été réservée à des cas académiques
de flammes supersoniques bidimensionelles. Le modèle de combustion le plus adapté passe par des
fonctions de densité de probabilité, couplées à des approches RANS ou SGE.
2.4. La combustion supersonique 37

Etudes liées à la
combustion supersonique 1964 Ferri (60)
1970
1972 Suttrop (141)
1973 Burrows (19)
Flammes
supersoniques
1980
1980 Evans (55)
Simulations de
combustion supersonique Etats de l’art
1986 Drummond (50)
1986 Kumar (89) 1987 Waltrup (150)
1988 Birch (13) 1988 Jachimowski (75)
1990

1992 Vuillermoz (149)


1992 Cheng (27) 1992 Villasenor (146)
1992 Wilson (153)
1993 Billig (12)

1994 Spadaccini (136)


1994 Cheng (28) 1994 Baurle (9)
1994 Yoon (157) 1994 Zheng (164)

1996 Driscoll (48) 1996 von Lavante (147)

1997 Papamoschou (115) 1997 Li (98) 1997 Norris (110)


1997 Kanda (80)
1998 Rock (125) 1998 Gerlinger (65)
1999 Luo (100) 1998 Don (47)
1999 Sung (140) 1998 Kodera (83)
2000 2000 Roy (127) 2000 Curran (39)
2000 Kodera (84)
2001 Ratner (122) 2001 Eklund (54) 2001 Colket (33)
2001 Curran (40)
2002 Devaud (46) 2002 Toone (144)
2003 Montgomery (108)
2004 del Rossi (45)
2004 Genin (64)

F. 2.12 – Chronologie Bibliographique la combustion supersonique - Premier Auteur (Référence)


38 Chapitre 2. Etat de l’art

2.5 Stratégie de la thèse


Cette thèse est le point de départ d’un effort de recherches visant à rendre la simulation des
grandes échelles capable à moyen terme d’étudier en détail l’allumage transitoire des moteurs fusées
cryotechniques. Par conséquent, les choix faits ici auront un impact direct sur les travaux futurs. La
particularité des travaux présentés tient dans les décisions techniques prises face à chaque problème.
Les choix se sont portés sur des techniques simples, indépendantes de la géométrie, du maillage ou
du processus chimique, au lieu de techniques hautement spécifiques (capture de choc, modèles de
combustion complexes) qui ne peuvent traiter l’ensemble des phénomènes présents.
1. En 2003, la connaissance fondamentale du processus d’auto-allumage est donc bien avancée.
Cela dit, le couple hydrogène/ oxygène qui nous intéresse a pour particularité de diffuser les
espèces bien plus vite que la chaleur. L’impact de cette originalité sur l’auto-allumage n’a pas
encore fait l’objet d’une analyse spécifique. Nous étudierons ce point afin d’en déduire une
estimation du temps d’auto-allumage, qui pourra alors être utilisé dans la construction d’une
cinétique chimique réduite.
2. Les méthodes classiquement utilisées en simulation d’écoulement supersonique doivent être
écartées, car l’objectif final de simulation concerne une configuration complexe. En effet les
méthodes RANS s’appliquent à la quantification précise de phénomènes dans des écoulements
dont la turbulence est préalablement connue. Les méthodes SGE sont plus prédictives, mais
l’utilisation de schémas de capture de choc poue les supersonique souffre d’un coût de calcul
élevé. Par ailleurs, ces schémas sont encore en cours développement pour les maillages struc-
turés tridimensionnels. En conséquence, cette thèse doit développer pour la SGE une autre
manière plus économique de traiter les chocs supersoniques.
3. Concernant la combustion supersonique, les schémas de cinétique chimique simples n’existent
pas pour l’auto-allumage, alors qu’en SGE une cinétique complexe n’est pas envisageable. Le
travail sur ce sujet commence donc par la proposition d’un schéma cinétique simple. Ensuite,
les méthodes utilisant des PDF font actuellement l’objet de multiples études. Leur principal
inconvénient est qu’elles prennent des hypothèses fortes concernant le mélange. Par exemple,
elles considèrent pour l’instant une diffusion identique de la chaleur et des espèces, hypothèse
génante si la diffusion différentielle a un impact fort sur le temps d’auto-allumage. Ce pro-
cessus peut être pris en compte, mais complique sérieusement l’écriture des lois de mélange.
A titre informatif, nous allons observer le comportement d’une SGE sans modèle de mélange
ou de combustion, c.a.d. sans hypothèse préalable.
Ces développements vont jeter les bases d’un outil de simulation capable de simuler l’allumage
des moteurs fuseées cryotechniques. Au passage, nous verrons plusieurs moyens d’analyser ces
simulations, afin d’en extraire des informations nouvelles et pertinentes.
Chapitre 3

Equations

Les équations résolues par l’approche SGE sont résumées dans ce chapitre. Le code utilisé
dans cette thèse pour résoudre ces équations se nomme AVBP. Il est développé conjointement par
l’Institut Français du Pétrole et le CERFACS.
Les équations de la combustion et de la dynamique des fluides, communes à toute approche
SGE, sont décrites en début de chapitre. Elles sont suivies d’une sélection des modèles existants
pour la dynamique et de la combustion, puis de l’implantation numérique spécifique utilisée dans le
code AVBP.

3.1 Equations d’écoulements réactifs


3.1.1 Equations de conservation
Les équations de conservation d’un écoulement monophasique réactif s’écrivent :

∂w
+∇·F = s (3.1)
∂t
où w = ( ρu, ρv, ρw, ρE, ρk )T est le vecteur des variables conservatives avec respectivement ρ, u, v,
w, E, ρk la densité, les trois composantes du vecteur vitesse V ~ = (u, v, w)T , l’énergie par unité de
masse et ρk = ρYk avec Yk la fraction massique de l’espèce k, k variant de 1 à N, N étant le nombre
d’espèces. Une décomposition classique en parties visqueuse et non visqueuse est utilisée pour le
tenseur des flux :
F = F(w)I + F(w, ∇w)V (3.2)
Les trois composantes du tenseur non visqueux F(w)I sont :
Termes non visqueux :

 ρu2 + P ρuv ρuw


     
    
ρuv ρv2+P ρvw
     
     
f = 
I 
 ρuw  , gI = 
  ρvw  , hI =  ρw2 + P
 

 (3.3)
(ρE + P)u (ρE + P)v  (ρE + P)w
    
 
ρk u ρk v ρk w
   

39
40 Chapitre 3. Equations

où la pression hydrostatique P est déterminée par l’équation d’état des gaz parfaits (Eq. 3.15).
Termes visqueux : Les trois composantes du tenseur visqueux F(w, ∇w)V sont :
 
 −τ xx 
−τ xy
 
 
f V =  −τ xz 

 −(uτ xx + vτ xy + wτ xz ) + q x 

J x,k
 
 −τ xy 
−τyy
 
 
g = 
V 
 −τyz 
 (3.4)
−(uτ + vτ yy + wτyz ) + qy

xy
 

Jy,k
 
 −τ xz 
−τyz
 
 
hV =  −τzz 

−(uτ + vτ yz + wτzz ) + qz

xz
 

Jz,k

Le tenseur des contraintes τ est défini par :


1
τi j = 2µ(S i j − δi j S ll ), i, j = 1, 3 (3.5)
3
1 ∂u j ∂ui
S ij = ( + ), i, j = 1, 3 (3.6)
2 ∂xi ∂x j

avec µ la viscosité dynamique explicitée en section 3.1.5. Ji,k est le flux diffusif de l’espèce k suivant
i défini en section 3.1.4 (Eq. 3.26) et qi est le flux de chaleur défini en section 3.1.6 (Eq. 3.32).

3.1.2 Variables thermodynamiques


L’état de référence est pris à la pression P0 = 1 bar et à la température T 0 = 0 K. Les enthalpies
h̃ s,k et entropies s̃k sensibles de chaque espèce sont tabulées tous les 100 K de 0 à 5000 K et sont
définies par les Eq. 3.7 et 3.8. Le symbole ˜ correspond aux valeurs tabulées et l’exposant m cor-
respond aux valeurs molaires. h̃ms,k , s̃m k et la masse molaire Wk sont déterminées à partir de la table
JANAF (139). L’énergie sensible de chaque espèce est également définie à l’aide de l’Eq. 3.9.
Z Ti h̃ms,k (T i ) − h̃ms,k (T 0 )
h̃ s,k (T i ) = C p,k dT = , i = 1, 51 (3.7)
T 0 =0K Wk
s̃m m
k (T i ) − s̃k (T 0 )
s̃k (T i ) = , i = 1, 51 (3.8)
Wk
Z Ti
ẽ s,k (T i ) = Cv,k dT = h̃ s,k (T i ) − rk T i i = 1, 51 (3.9)
T 0 =0K
3.1. Equations d’écoulements réactifs 41

Les capacités calorifiques à pression constante C p,k et volume constant Cv,k sont supposées constantes
entre T i et T i+1 = T i + 100. Elles sont respectivement déterminées par les Eq. 3.10 et 3.11. L’énergie
sensible est définie par une interpolation linéaire via la température (Eq. 3.12). L’énergie sensible et
l’enthalpie sensible du mélange sont respectivement définies par les Eq. 3.13 et 3.14.

∂h s,k
C p,k = (3.10)
∂T
∂e s,k
Cv,k = (3.11)
∂T
ẽ s,k (T i+1 ) − ẽ s,k (T i )
e s,k (T ) = ẽ s,k (T i ) + (T − T i ) (3.12)
T i+1 − T i
N
X N
X
ρe s = ρk e s,k = ρ Yk e s,k (3.13)
k=1 k=1
XN XN
ρh s = ρk h s,k = ρ Yk h s,k (3.14)
k=1 k=1

3.1.3 Equation d’état des gaz parfaits


L’équation d’état d’un mélange de gaz parfaits s’écrit :

R
P=ρ T (3.15)
W
N
1 X Yk
= (3.16)
W k=1
Wk

où W est la masse molaire du mélange. La constante du mélange variable en temps et en espace r et
les capacités calorifiques dépendent des fractions massiques :
N N
R X Yk X
r= = R= Y k rk (3.17)
W k=1
Wk k=1
N
X
Cp = Yk C p,k (3.18)
k=1
XN
Cv = Yk Cv,k (3.19)
k=1

où R = 8.3143 J/mol.K est la constante universelle des gaz parfaits. L’exposant polytropique du
mélange est donné par γ = C p /Cv . Donc, la constante du mélange, les capacités calorifiques et
l’exposant polytropique dépendent de la composition local du mélange définie par les fractions
massiques locales Yk (x, t) :

r = r(x, t), C p = C p (x, t), Cv = Cv (x, t), et γ = γ(x, t) (3.20)


42 Chapitre 3. Equations

A partir de l’énergie sensible, on déduit la température en utilisant les Eq. 3.12 et 3.13. Enfin, les
conditions limites font intervenir la vitesse du son du mélange c définie par l’Eq. 3.21.
c2 = γrT (3.21)

3.1.4 Conservation de la masse et vitesse de correction


Dans un écoulement multi-espèces, la conservation totale de la masse implique que l’Eq. 3.22
soit satisfaite. Vik représente la composante dans la direction i (i=1,2,3) de la vitesse de diffusion de
l’espèce k (k=1,...,N). Afin d’exprimer cette vitesse de diffusion, l’approximation d’Hirschfelder-
Curtis est utilisée. Cette fonction, définie par l’Eq. 3.23, utilise les gradients des fractions molaires
Xk définies par Xk = Yk W/Wk . En terme de fraction massique, l’Eq. 3.23 devient l’Eq. 3.24.
N
X
Yk Vik = 0 (3.22)
k=1
∂Xk
Xk Vik = −Dk , i = 1, 2, 3 (3.23)
∂xi
Wk ∂Xk
ou encore Yk Vik = −Dk , i = 1, 2, 3 (3.24)
W ∂xi
En sommant les k Eq. 3.24, la conservation de la masse totale exprimée par l’Eq. 3.22 n’est pas
nécessairement respectée. Pour assurer la conservation globale de la masse, une vitesse de diffusion
corrective V ~ c est ajoutée. Cette vitesse est définie par l’Eq. 3.25 (119). Le flux de diffusion des
espèces Ji,k est alors défini par l’Eq. 3.26.
N
X Wk ∂Xk
Vic = Dk , i = 1, 2, 3 (3.25)
k=1 W ∂xi
Wk ∂Xk
!
Ji,k = −ρ Dk − Yk Vi ,
c
i = 1, 2, 3 (3.26)
W ∂xi
où Dk est la diffusivité de l’espèce k dans le mélange (voir section 3.1.5).

3.1.5 Coefficients de transport


Dans la plupart des codes de mécanique des fluides utilisant un mélange de plusieurs espèces, la
viscosité dynamique µ est supposée indépendante de la composition du mélange et proche de celle
de l’air1 . La loi puissance, définie par l’Eq. 3.27, est utilisée pour déterminer la viscosité dynamique.
T b
)µ = c1 ( (3.27)
T re f
où b est typiquement dans la plage 0.5-1.0 (air : b = 0.76). La conductivité thermique du mélange est
définie, en utilisant un nombre de Prandtl Pr supposée constant en temps et en espace, par l’Eq. 3.28.

µC p
λ= (3.28)
Pr
1
Les erreurs liées à cette hypothèse sont faibles par rapport aux propriétés thermodynamiques
3.1. Equations d’écoulements réactifs 43

La diffusivité moléculaire Dk est exprimée à l’aide des coefficients binaires Di j obtenus à l’aide de
la théorie cinétique des gaz (72). La diffusivité moléculaire Dk est définie par l’Eq. 3.29 (16).
1 − Yk
Dk = PN (3.29)
j,k X j /D jk

Les coefficients binaires Di j sont des fonctions complexes dépendant des intégrales de collision et
des variables thermodynamiques. Dans un code de simulation numérique directe utilisant une chi-
mie complexe, utiliser l’Eq. 3.29 a un sens. Cependant, dans la plupart des codes de simulation
numérique directe, un schéma simplifié est utilisé et la modélisation de la diffusivité n’a pas besoin
d’être aussi précise. En conséquence, une approche plus simplifiée est utilisée. En faisant l’hy-
pothèse que les nombres de Schmidt de chaque espèce S ck sont constants, la diffusivité moléculaire
Dk est définie par l’Eq. 3.30.
µ
Dk = (3.30)
ρ S ck
où S c,k est le nombre de Schmidt de l’espèce k supposé constant en temps et en espace. Pr et S ck
modélisent la diffusion laminaire thermique et moléculaire. Les valeurs sont obtenues à l’aide du
logiciel PREMIX, inclus dans le package CHEMKIN (81) en calculant leur valeur dans les gaz
brûlés pour une flamme de prémélange laminaire monodimensionnelle.

3.1.6 Flux de chaleur


Dans le cas d’écoulements multi-espèces, le flux de chaleur total qi est la somme de deux
termes : le flux de chaleur par conduction et le flux de chaleur dû à la diffusion des espèces. Ces
deux termes sont détaillées dans l’Eq. 3.32.
N
∂T X
qi = −λ + Ji,k h s,k , i = 1, 2, 3 (3.31)
∂xi k=1
N
∂T Wk ∂Xk
X !
qi = −λ −ρ Dk − Yk Vic h s,k (3.32)
∂xi W ∂xi
| {z } | k=1 {z }
conduction diffusion des espèces

où λ est la conductivité thermique du mélange (voir section 3.1.5).


44 Chapitre 3. Equations

3.1.7 Cinétique chimique


Le terme source s de l’Eq. 3.1 est défini par : s = ( ω̇u , ω̇v , ω̇w , ω̇T , −ω̇k )T avec ω̇T le taux de
dégagement de chaleur et ω̇k le taux de réaction de l’espèce k. Les termes sources ω̇u , ω̇v , ω̇w sont
utilisés pour imposer des contraintes sur les composantes de l’équation de conservation de la quan-
tité de mouvement. Par exemple, un gradient de pression est imposé dans le cas d’un écoulement
avec périodicité. Cependant, dans la plupart des cas, ω̇u = ω̇v = ω̇w = 0. Le modèle de combustion
implanté dans A est une loi d’Arrhénius écrite pour N réactifs Mk j et M réactions. Les réactions
se mettent sous la forme définie par l’Eq. 3.33. Le taux de réaction ω̇k , défini par l’Eq. 3.34, est
la somme des taux de réaction de l’espèce k durant la réaction j ω̇k j pour j variant de 1 à M. Les
coefficients stœchiométriques des réactifs νk0 j et des produits νk00j permettent de calculer les coeffi-
cients globaux νk j = νk00j − νk0 j . Q j est la variable d’avancement de la réaction j définie par l’Eq. 3.35.
K f, j et Kr, j sont les constantes des réactions directes (”forward”) et inverses (”reverse”) respecti-
vement définis par les équations 3.36 et 3.37. A f, j est le facteur pré-exponentiel et Ea, j est l’énergie
d’activation. Kr, j se déduit de l’hypothèse d’équilibre.
N
X N
X
νk0 j Mk j
νk00j Mk j , j = 1, M (3.33)
k=1 k=1
XM M
X
ω̇k = ω̇k j = Wk νk j Q j (3.34)
j=1 j=1
N N
Y ρYk νk0 j Y ρYk νk00j
Qj = K f, j ( ) − Kr, j ( ) (3.35)
k=1
W k k=1
W k
Ea, j
K f, j = A f, j exp(− ) (3.36)
RT
K f, j
Kr, j = (3.37)
Keq
Keq est la constante d’équilibre (90) définie par l’Eq. 3.38. La pression de référence est égale à
p0 = 1 bar. ∆H 0j est la variation d’enthalpie (sensible + chimique) définie par l’Eq. 3.39 et ∆S 0j la
variation d’entropie pour la réaction j définie par l’Eq. 3.40. ∆h0f,k est l’enthalpie de formation de
l’espèce k à la température T 0 = 0K. Le dégagement de chaleur ω̇T est défini par l’Eq. 3.41.
 ∆S j ∆H 0j 
 0 
N
 p Pk=1 νk j
0
Keq = exp  −  (3.38)
RT R RT 
N
X
∆H 0j = h j (T ) − h j (0) = νk j Wk (h s,k (T ) + ∆h0f,k ) (3.39)
k=1
N
X
∆S 0j = νk j Wk sk (T ) (3.40)
k=1
XN
ω̇T = − ω̇k ∆h0f,k (3.41)
k=1
3.2. Equations SGE d’écoulements réactifs 45

3.2 Equations SGE d’écoulements réactifs


3.2.1 La Simulation aux Grandes Echelles (SGE)
La Simulation aux Grandes Echelles (128; 121) est reconnue comme une approche complémen-
taire de la traditionnelle approche RANS (Reynolds Averaged Navier-Stokes). Bien que conceptuel-
lement très différentes, ces deux approches ont pour but de reproduire les écoulements turbulents
dans les systèmes complexes.
En appliquant des opérateurs au système d’équations de conservation d’un écoulement turbulent
compressible, de nouvelles équations de conservation sont obtenues. Des termes non modélisés ap-
paraissent et nécessitent l’utilisation de modèles spécifiques pour pouvoir assurer la fermeture des
équations. Les principales différences entre les deux approches proviennent du choix de l’opérateur
employé :
Approche RANS L’opérateur est une moyenne temporelle ou une moyenne d’ensemble sur un
certain nombre de réalisations du champ fluide (121; 24).
Les termes à fermer sont représentatifs de la physique pour toutes les échelles de la turbulence.
Approche SGE L’opérateur est un filtre local, de taille fixée 4, indépendant du temps, appliqué à
une seule réalisation du champ fluide. De ce filtrage spatial résulte une séparation entre les
grandes et les petites échelles de la turbulence.
Les termes à fermer sont représentatifs de la physique pour les échelles de la turbulence plus
petites que l’échelle de coupure 4, liée à la taille du filtre.
La différence fondamentale entre ces deux approches réside dans la plage d’échelles résolues qui
représente toutes les échelles dans le cas du RANS et seulement les grandes échelles dans le cas de
la Simulation aux Grandes Echelles. Le concept SGE avec sa fréquence de coupure est illustré sur
le spectre d’énergie d’une Turbulence Homogène Isotrope (THI) sur la figure 3.1.

E(k)
grandes échelles résolues petites échelles modélisées

−5/3

k
fréquence
de coupure

F. 3.1 – Spectre d’énergie d’une THI : concept SGE


46 Chapitre 3. Equations

Grâce à l’utilisation du filtre pour séparer petites et grandes échelles, la SGE permet une représen-
tation dynamique des tourbillons de plus grande taille dont les contributions jouent le premier rôle
en géométrie complexe. Ainsi la prédiction des écoulements turbulents est améliorée puisque les
phéno-mènes à grande échelle, comme la propagation des ondes acoustiques, sont intrinsèquement
présents dans les équations de conservation (119).
La SGE a donc un potentiel évident pour la prédiction des écoulements turbulents réactifs ren-
contrés dans les applications industrielles. Cependant, cette utilisation est limitée par les hypothèses
introduites pour construire les modèles de la SGE.
Les équations de conservation SGE sont décrites en section 3.2.2 et les modèles de sous-maille
en section 3.2.3.

3.2.2 Equations SGE pour les milieux réactifs


La quantité filtrée f est la quantité résolue par la simulation numérique. La quantité de sous-
maille non résolue est f 0 = f − f . Dans le cas d’un écoulement à densité variable, un filtre de Favre
est défini par l’Eq. 3.42.
ρef = ρf (3.42)
Les équations de conservation d’un écoulement turbulent réactif en approche SGE (Eq. 3.43) sont
obtenues par filtrage des équations équations exactes (Eq. 3.1).
∂w
+∇·F = s (3.43)
∂t
Le tenseur des flux est défini par F = (f, g, h)T . Le terme source est défini par s. Les flux f, g et h
sont divisés en trois contributions :
I I
f , gI , h contribution non visqueuse (3.44)
V V
f , gV , h contribution visqueuse (3.45)
t t t
f ,g ,h contribution de sous-maille (3.46)
I V t
et peuvent s’écrire : f = f +f +f (3.47)
I V t
g = g +g +g (3.48)
I V t
h = h +h +h (3.49)
L’échelle de coupure entre petites et grandes échelles correspond en pratique à la taille de la maille.
De plus, on utilise l’hypothèse de commutation entre l’opérateur de filtrage et la dérivée partielle.

Termes non visqueux


Les trois composantes du tenseur non visqueux sont définies par l’Eq. 3.50.
 ρe u2 + P  ρe ue
v ρeuw
     
   e 

ρe
ue
v

 ρe

v + P 
2 
 

 ρe
vew 
I
  I

f =  ρeuw
e  , gI =  ρevew

 , h =  ρe w 2+P  (3.50)
    
 ρEe
u + P u   ρEe
ev + P v   ρEe
ew + P w
 e 
   
ρke ρke ρk w

u v e
3.2. Equations SGE d’écoulements réactifs 47

Termes visqueux en non réactif


Les trois composantes du tenseur visqueux sont définies par l’Eq. 3.51.
 
 −τ xx 
 −τ xy

V
f = 
 
−τ xz 
 −(u τ + v τ + w τ ) + q 
 xx xy xz x  
J x,k
 
 −τ xy 
−τyy
 
 
V
g =  
 −τyz 
 (3.51)
 −(u τ + v τ + w τ ) + q
xy yy yz y
 

Jy,k
 
 −τ xz 
−τyz
 
V
 
h = 

−τzz 

 −(u τ + v τ + w τ ) + q
xz yz zz z
 

Jz,k
D’après Poinsot et Veynante (119) Chap. 4, les termes de diffusion en SGE s’écrivent :
le tenseur des contraintes τi j
1
τi j = 2µ(S i j − δi j S ll ), (3.52)
3
1
approximation : τi j ≈ 2µ(Sei j − δi j Sell ), i, j = 1, 3 (3.53)
3
1 ∂eu j ∂e ui
avec : Sei j = ( + ), i, j = 1, 3 (3.54)
2 ∂xi ∂x j

le tenseur de diffusion des espèces Ji,k

Wk ∂Xk
!
en non réactif : Ji,k = −ρ Dk − Yk Vi c
(3.55)
W ∂xi
 Wk ∂X
 
ek c
approximation : Ji,k ≈ −ρ Dk − Yk Vi  , i = 1, 2, 3 (3.56)
e e 
W ∂xi
le flux de chaleur qi
N
∂T X
qi = −λ + Ji,k h s,k (3.57)
∂xi k=1
N
∂Te X
approximation : qi ≈ −λ + h s,k ,
Ji,k e i = 1, 2, 3 (3.58)
∂xi k=1
48 Chapitre 3. Equations

Les variations spatiales des flux de diffusion moléculaire sont négligeables et un modèle de gradient
suffit pour les modéliser. Les équations de conservation font apparaı̂tre des termes de sous-maille
dont les modélisations sont présentées dans la section 3.2.2.

Termes de sous-maille
Les trois composantes du tenseur de sous-maille sont définies par l’Eq. 3.59.
t  t  t 
 −τ xx   −τ xy   −τ xz 
  
 −τ t   −τ t   −τ t 
xy  yy  yz 
t
  t

t t t 
f =  −τ xz  , gt =  −τyz  , h =  −τzz 

 
 
(3.59)
 q t   q t   q t 
 x t   y t   z t 
J x,k Jy,k Jz,k
Les différents termes s’écrivent :
le tenseur des contraintes τi j t
τi j t = −ρ(ugiu j − e uie
u j ), i, j = 1, 3 (3.60)
1
modèle : τi j t = 2 ρ νt (Sei j − δi j Sell ), i, j = 1, 3 (3.61)
3
La modélisation de νt est détaillée en section 3.2.3.
t
le tenseur de diffusion des espèces Ji,k
t
Ji,k = ρ (ug i Yk − e
ui Y
ek ), i = 1, 2, 3 (3.62)
 t Wk ∂X
 
t ek c,t 
modèle : Ji,k = −ρ Dk ei  ,
− Yek V i = 1, 2, 3 (3.63)
W ∂x i
νt
avec : Dtk = (3.64)
S ctk
Le nombre de Schmidt turbulent S ctk est un paramètre délicat à déterminer. Des études ont
montré qu’il n’était pas constant, et des modèles plus complexes ont été développés. Cepen-
dant, dans une grande majorité d’études, S ctk est pris constant, proche de l’unité.
le flux de chaleur qi t
qi t = ρ(ug
iE − e
ui E),
e i = 1, 2, 3 (3.65)
N
∂Te X t e
modèle : qi t = −λt + Ji,k h s,k , i = 1, 2, 3 (3.66)
∂xi k=1
µt C p
avec : λt = et Prt = 0.9 (3.67)
Prt
Les vitesses de correction sont obtenues à partir de l’Eq. 3.68.
N
µ µt Wk ∂X
X !
c,t
ek
Vi + Vi =
e c e + , i = 1, 2, 3 (3.68)
k=1
ρS ck ρS ctk W ∂xi
3.2. Equations SGE d’écoulements réactifs 49

3.2.3 Modèles pour le tenseur de sous-maille


Ces trois modèles de sous-maille s’appuient sur la même hypothèse théorique d’invariance spa-
tiale et temporelle du filtre SGE. Des variations dans la taille du filtre dues à un maillage non
uniforme ou à un maillage mobile ne sont pas directement prises en compte. Le changement de to-
1/3
pologie de la cellule n’est pris en compte que dans le calcul local du volume de la cellule : 4 = Vcell .
Les équations de conservation d’un écoulement compressible turbulent filtrées font apparaı̂tre des
tenseurs et des vecteurs de sous-maille (SGS : Sub-Grid Scale) qui décrivent l’interaction entre pe-
tites échelles modélisées et grandes échelles résolues. L’influence de la sous-maille sur les échelles
résolues est prise en compte au travers d’un modèle SGS utilisant une viscosité turbulente νt défini
par l’Eq. 3.69. Une telle approche suppose l’effet de la sous-maille uniquement d’ordre dissipatif.
Cette hypothèse n’est valide qu’en appliquant la théorie de la cascade énergétique de Kolmogo-
rov (85).
τi j t = −ρ (ugiu j − euie
u j) (3.69)
1
modèle : τi j t = 2 ρ νt Sei j − τll t δi j , i, j = 1, 3 (3.70)
3!
1 ∂e ui ∂e uj 1 ∂e uk
avec : Sei j = + − δi j , i, j = 1, 3. (3.71)
2 ∂x j ∂xi 3 ∂xk
Dans ces équations, τi j t est le tenseur des contraintes à modéliser, νt est la viscosité turbulente de
sous-maille, eui est le vecteur vitesse filtré et Sei j est le tenseur des déformations résolu. Les trois
modèles présentés ici (disponibles dans AVBP ) diffèrent par la définition de la viscosité turbulente
de sous-maille νt .

Le modèle de Smagorinsky

q
νt = (CS 4) 2 Sei j Sei j ,
2
i, j = 1, 3 (3.72)
avec : CS = (0.1 − 0.18) suivant l’écoulement (3.73)
Le modèle de Smagorinsky (135), développé dans les années 1960, fait l’objet de très nombreux
tests dans la littérature sur de multiples types d’écoulement. Il est très utilisé du fait de sa simplicité.
Cette fermeture a la particularité, dans le cas d’une THI, de fournir le bon niveau de dissipation de
l’énergie cinétique. Ce modèle est connu pour être trop dissipatif, spécialement près des murs et son
utilisation pour des régimes de transition vers la turbulence n’est pas recommandée (128).

Le modèle WALE

1 2 1 2
sdij = gi j + e
(e g2ji ) − e g δi j , i, j = 1, 3 (3.74)
2 3 kk
(sdij sdij )3/2
νt = (Cw 4) 2
, i, j = 1, 3 (3.75)
(Sei j Sei j )5/2 +(sdij sdij )5/4
avec : Cw = 0.4929 (3.76)
50 Chapitre 3. Equations

Dans l’Eq. 3.74, e


gi j est le gradient de vitesse résolu. Le modèle WALE (109) fut développé pour les
écoulements en proche paroi afin de déterminer de nouvelles lois de paroi.

Le modèle de Smagorinsky filtré

q
νt = (CS F 4)2 2 HP(Sei j ) HP(Sei j ), i, j = 1, 3 (3.77)
avec : CS F = 0.37 (3.78)

Dans l’Eq. 3.77, HP(Sei j ) est le tenseur des déformations résolu obtenu à partir d’un champ de vi-
tesse filtré au travers d’un filtre passe-haut. Ce modèle fut développé afin d’améliorer la représentation
de phénomènes locaux typiques des écoulements turbulents (51). Avec le modèle de Smagorinsky
filtré, la transition vers la turbulence est mieux prédite.

3.3 Présentation du code AVBP


Le projet AVBP commence en 1993 sur une initiative de Michael Rudgyard et Thilo Schönfeld,
dans le but de construire un code de mécanique des fluides numérique flexible et numériquement
performant. Depuis, le projet se développe rapidement et AVBP représente aujourd’hui un des ou-
tils les plus avancés dans le domaine de la simulation numérique des fluides réactifs. Il est utilisé
pour des recherches fondamentales et pour des applications industrielles. Actuellement, le projet
comprend un total de trente chercheurs scientifiques et ingénieurs.
AVBP est un code parallèle qui résout en trois dimensions les équations de Navier-Stokes com-
pressibles sur des maillages non-structurés ou hybrides. Conçu initialement pour des écoulements
stationnaires aérodynamiques, il a évolué vers la modélisation des écoulements instationnaires
réactifs dans les configurations de brûleurs basée sur approche de Simulation aux Grandes Echelles
(SGE) couplée à un modèle de chimie réduite en loi d’Arrhénius.
Les études académiques et développements de modèles sont faits au CERFACS et à l’IFP en
collaboration avec divers laboratoires, comme l’EM2C de l’Ecole Centrale de Paris (ECP). Des liens
importants sont établis vers l’industrie avec le groupe Safran (Snecma, Turbomeca), Air Liquide,
Gaz de France, ou encore Alstom et Siemens Power Generation.
L’utilisation de maillages non-structurés ou hybrides est un des éléments clefs de AVBP. Une
combinaison d’élements différents (tétraèdres, hexaèdres) dans un même maillage permet de cu-
muler la flexibilité de l’approche non-structurée et de la précision de l’approche structurée. Pour
réaliser cela, la structure de donnée emploie une formulation volume finis de type ”Cell-Vertex” Les
méthodes numériques employées sont des schémas entrés Lax-Wendroff (second ordre) ou Taylor-
Galerkin (troisième ordre) avec un modèle de viscosité artificielle.
La manipulation des maillages est faite par le pré-proccesseur HIP. Cet outil propose des opérations
variées telles que l’interpolation de solution, le découpage ou la fusion de deux maillages, la vérification
de la validité, le raffinement local adaptatif, l’extrusion de maillage ou encore la création de maillages
périodiques, axi-symétriques et axi-périodiques.
Concernant l’aspect ”parallélisme”, le code utilise une librairie incluant le partitionnement de
domaine intégré, l’envoi et la réception des messages, l’allocation dynamique de mémoire, les
3.3. Présentation du code AVBP 51

entrées/sorties parallèles de données et les méthodes itératives. AVBP est portable sur les principales
plateformes de calculs (PCs, stations de travail, super-calulateurs), restant efficace sur la majorité
des architectures parallèles.

3.3.1 Discrétisation Cell-Vertex


Le code de mécanique des fluides AVBP utilise un solveur aux volumes finis pour discrétiser
les équations de conservation d’un écoulement turbulent diphasique réactif. Deux techniques sont
disponibles pour les méthodes volumes finis :
1. la formulation Cell-Vertex : les valeurs des solutions discrètes sont stockées aux nœuds de la
cellule considérée et les valeurs moyennes des flux sont obtenues en moyennant le long des
arêtes limitant la cellule
2. la formulation Cell-Centered : les valeurs des solutions discrètes sont stockées au centre
des volumes de contrôle (les cellules du maillage) et les valeurs des éléments voisins sont
moyennées au travers des limites de la cellule pour calculer les flux
La discrétisation Cell-Vertex est utilisée dans le code AVBP.

Approche des résidus pondérés

Considérons d’abord les équations de Navier-Stokes d’un écoulement laminaire monophasique


non réactif dans leur formulation conservative :
∂w
+ ∇ · F~ = 0 (3.79)
∂t

où w est le vecteur des variables conservatives et F~ est le tenseur de flux correspondant. Ce tenseur
est décomposé en une partie visqueuse et une partie non visqueuse au travers de l’équation 3.80.
Les termes spatiaux sont approchés dans chaque volume de contrôle pour en déduire le résidu RΩ j
défini par l’équation 3.81.

F~ = F~ I (w) + F~ V (w, ∇w)


~ (3.80)
Z
1
RΩ j = F~ · ~n dS (3.81)
VΩ j ∂Ω j

où ∂Ω j est la projetée de Ω j le long de la normale ~n. L’approche Cell-Vertex est applicable à des
types de cellules quelconques et apparaı̂t donc très utile pour des maillages hybride. Le résidu RΩ j
défini par l’équation 3.81 est d’abord calculé pour chaque cellule en utilisant une loi d’intégration
simple appliquée aux faces. Pour des faces triangulaires, les composantes individuelles du flux sont
supposées varier linéairement. Pour des faces quadrilatères, où les nœuds peuvent ne pas être co-
planaires, afin d’assurer l’exactitude de l’intégration pour des éléments quelconques, chaque face
est divisée en triangles et intégrée sur chaque triangle. La valeur du flux est obtenue après moyen-
nage des quatre triangles ( deux divisions le long des deux diagonales). Cette propriété qui permet
de conserver la linéarité joue un rôle important car elle assure une bonne précision même sur des
52 Chapitre 3. Equations

maillages irréguliers. Il est utile d’écrire le résidu RΩ j défini par l’équation 3.81 au travers d’une
cellule quelconque. L’équation 3.81 devient alors l’équation 3.82.

1 X ~ ~
RΩ j = Fi · dS i , (3.82)
Nd VΩ j i∈Ω
j

où F~i est une approximation de F~ aux nœuds, Nd représente le nombre de dimensions de l’espace
et {i ∈ Ω j } sont les sommets de la cellule. Dans cette formulation, l’information géométrique a été
factorisée en termes dS~ i qui sont associés aux nœuds individuels de la cellule et non à ses faces. dS ~ i
est la moyenne des normales pondérées par les surfaces des faces triangulaires d’un nœud commun
i, i ∈ Ω j . Pour assurer la consistance, i∈Ω j dS
P ~ i = ~0. La linéarité de l’opérateur de divergence est
préservée si le volume VΩ j est défini par l’équation 3.83.

1 X ~ i,
VΩ j = ~xi · dS avec ∇ · ~x = Nd (3.83)
Nd2 i∈Ω
j

Une fois les résidus calculés, le schéma semi-discret est défini par l’équation 3.84.

dwk 1 X k
=− D VΩ RΩ , (3.84)
dt Vk j|k∈Ω Ω j j j
j

où DkΩ j est la matrice de distribution qui fait une projection pondérée du centre Ω j vers le nœud
k (scatter) et Vk est le volume de contrôle associé à chaque nœud k. La conservation est garantie
si k∈Ω j DkΩ j = I. Dans le contexte présent, l’équation 3.84) est résolue, en utilisant une méthode
P

explicite Euler ou une méthode Runge-Kutta à plusieurs étapes en temps, afin d’obtenir une solution
stationnaire.
La matrice de distribution est définie par l’équation 3.85.

1 δtΩ j
DkΩ j = (I + C A ~ k ),
~ Ω j · dS (3.85)
nn VΩ j

Le nombre de nœuds de Ω j est nn et A ~ est la matrice jacobienne du tenseur des flux. Le schéma
classique centré, obtenu en choisissant C = 0, est stable combiné avec des pas de temps Runge-
Kutta. Un schéma de type Lax-Wendroff est obtenu en choisissant la constante C dépendante du
nombre de dimensions du problème et du type de cellule. Une forme simple de C est définie par :
C = n2n /2Nd .

Calcul des gradients


~ aux nœuds, une approximation de sa valeur
Afin de déterminer les valeurs des gradients ∇w
liée à la cellule Ω j est d’abord calculée puis distribuée aux nœuds k. Le gradient à la cellule,
défini par l’équation 3.86, suit une description identique à celle utilisé pour définir la divergence
à l’équation 3.82. Une approximation de ce gradient à la cellule est ainsi obtenue et définie par
3.3. Présentation du code AVBP 53

l’équation 3.87. Une approximation de ce gradient au nœud, définie par l’équation 3.88, est obtenue
en utilisant une moyenne pondérée par le volume de la cellule.
∂w
! Z Z
1
≈ w · ~n∂S (3.86)
∂x C VC ∂ΩC

~
  1 X ~
∇w = wi dS i (3.87)
Ωj VΩ j i∈Ω
j

~
  1 X ~ Ω
∇w = VΩ j (∇w) j (3.88)
k Vk j|k∈Ω
j

3.3.2 Schémas numériques


Les schémas numériques utilisés lors de cette thèse ne sont pas présentés en détail et le lecteur
se référera aux publications originelles . Cependant, les points essentiels caractérisant ces deux
schémas sont présentés :
schéma Lax-Wendroff (71) De type volumes finis, d’ordre 2 en temps avec une intégration Runge-
Kutta une étape, centré d’ordre 2 en espace, moins précis que le schéma TTGC mais environ
deux fois plus rapide
schéma TTGC (32) De type éléments finis, d’ordre 3 en temps, d’ordre 3 en espace, très précis sur
des maillages non structurés, approprié à l’étude LES en géométrie complexe

3.3.3 Modèles de viscosité artificielle


Introduction
Les schémas de discrétisation spatiale utilisés sont des schémas centrés. Ces types de schémas
sont connus pour être naturellement sujets à des oscillations hautes fréquences (wiggles) dans les
régions de forts gradients. Une méthode efficace pour pallier à ce problème est l’utilisation d’un
terme de Viscosité Artificielle (VA) pour adoucir les fronts trop raides et filtrer les oscillations hautes
fréquences. Cette section décrit les senseurs (section 3.3.3) et les opérateurs (section 3.3.3) de la VA.

Senseurs
Un senseur ζΩ j est un paramètre compris entre 0 et 1 défini pour chaque cellule Ω j . Dans le
cas où la solution est bien résolue, le senseur est égal à 0 alors que dans le cas où la solution a de
fortes variations locales, le senseur est égal à 1 et la VA est appliquée. Ce senseur est obtenu en
comparant différentes évaluations du gradient d’un scalaire comme la pression, l’énergie totale ou
la fraction massique. Si les évaluations sont identiques, le senseur est fixé à 0. Par contre, si les
deux évaluations donnent des valeurs différentes, le senseur est déclenché. Le point crucial est de
trouver une fonction pour le senseur qui soit différente de zéro seulement dans les zones utiles. Deux
fonctions de senseur sont utilisées dans ces travaux : le senseur de Jameson ζΩJ j (76) et le senseur de
Colin ζΩC (31) qui est dérivé du senseur de Jameson.
j
Notation l’indice k désigne les variables liées à un sommet k de la cellule considérée et l’indice Ω j
désigne les variables liées à la cellule Ω j .
54 Chapitre 3. Equations

Senseur de Jameson

Le senseur de Jameson ζΩJ j lié à la cellule Ω j (défini par l’Eq. 3.89) est le maximum de tous les
senseurs ζkJ liés aux sommets k (définis par l’Eq. 3.90). S est le scalaire évalué par le senseur et (∆k1 ,
∆k2 ) sont des évaluations différentes du gradient définies par l’Eq. 3.91. ∆k1 mesure la variation de S
au sein de la cellule Ω j . ∆k2 est une estimation de la même grandeur en utilisant (∇S ~ )k , le gradient
de S au nœud k. Ce senseur varie proportionnellement à l’amplitude de la déviation par rapport à
l’évolution linéaire. Ce senseur a une évolution douce d’un point de vue numérique et s’applique
parfaitement pour des cas quasi-stationnaires.

ζΩJ j = max ζkJ (3.89)


k∈Ω j

|∆k1 − ∆k2 |
ζkJ = (3.90)
|∆k1 | + |∆k2 | + |S k |
∆k1 = S Ω j − S k ~ )k .(~xΩ − ~xk )
∆k2 = (∇S (3.91)
j

Senseur de Colin

Dans le cas d’écoulements turbulents fortement instationnaires, il est nécessaire de se munir


d’un senseur plus précis, c’est-à-dire plus faible lorsque l’écoulement est suffisamment résolu et
presque maximum dans les zones de non-linéarités fortes : le senseur de Colin, défini par les Eq. 3.92
à 3.96.

– ζΩ
C est très petit lorsque ∆k et ∆k sont petits comparés à S . Ceci correspond à des erreurs
j 1 2 Ωj
numériques de faible amplitude (si ∆k1 et ∆k2 sont de signes opposés) ou à des faibles gradients
bien résolus par le schéma (si ∆k1 et ∆k2 sont de même signe).
– ζΩ
C est petit lorsque ∆k et ∆k sont du même signe et du même ordre de grandeur (même si
j 1 2
cet ordre de grandeur est grand). Ceci correspond à des gradients raides bien résolus par le
schéma.
– ζΩ
C est grand lorsque ∆k et ∆k sont de signes opposés et qu’un des deux est beaucoup plus
j 1 2
grand que l’autre. Ceci correspond à une oscillation numérique de grande amplitude.
– ζΩ
C est grand si ∆k ou ∆k est du même ordre de grandeur que S . Ceci correspond à une
j 1 2 Ωj
situation non physique résultant d’un problème numérique.
3.4. Les conditions limites 55

Il est à noter que les définitions de Ψ et  k changent pour l’équation de conservation des fractions
massiques : la valeur de référence n’est plus S k mais 1, valeur maximum de la fraction massique.

Ψ − Ψ0
!! !!
1 1 −Ψ0
ζΩ
C
= 1 + tanh − 1 + tanh (3.92)
j 2 δ 2 δ
∆ k
!
avec : Ψ = max 0, k ζJ (3.93)
k∈Ω j |∆ | + 1 S k k
 
∆k = |∆k1 − ∆k2 | −  k max |∆k1 |, |∆k2 | (3.94)
 
max |∆k1 |, |∆k2 | 


k = 2 1 − 3 k  (3.95)
|∆1 | + |∆k2 | + S k 
Ψ0 = 2.10−2 δ = 1.10−2 1 = 1.10−2 2 = 0.95 3 = 0.5 (3.96)

Opérateurs

Les modèles de viscosité artificielle utilisent deux opérateurs dont les propriétés sont :
2ème ordre cet opérateur agit comme une viscosité classique. Il adoucit les gradients et introduit de
la dissipation artificielle. Il est associé à un senseur. Ainsi, le schéma numérique garde son
ordre de précision dans les zones à faible gradient et assure la stabilité et la robustesse du
schéma dans les zones critiques. A l’origine, il était utilisé pour les chocs mais peut en fait
adoucir n’importe quel gradient trop fort.
4ème ordre cet opérateur est utilisé pour diminuer les wiggles.
Les contributions à la cellule de l’opérateur du 2ème ordre (Eq. 3.98) et de l’opérateur du 4ème ordre
(Eq. 3.99) sont reportées sur les nœuds de cette cellule Ω j (Eq. 3.97).
X X
dwk = R2k∈Ω j + R4k∈Ω j (3.97)
j j
1 VΩ j
avec : R2k∈Ω j = − smu2 ζΩ j (wΩ j − wk ) (3.98)
Nv ∆tΩ j
1 VΩ j h
~ Ω · (~xΩ − ~xk ) − (wΩ − wk )
i
avec : R4k∈Ω j = smu4 (∇w) (3.99)
Nv ∆tΩ j j j j

Notation smu2 et smu4 sont des coefficients sans dimension fixés par l’utilisateur.

3.4 Les conditions limites


Les conditions limites sont un point crucial dans tout code de mécanique des fluides et spécialement
dans des codes résolvant l’acoustique (130; 117). L’intégration temporelle Runge-Kutta multi-
étapes est utilisé dans AVBP. Cependant, pour des raisons de simplicité, l’exemple illustratif décrit
une intégration une étape.
56 Chapitre 3. Equations

Connaissant la solution wn au temps t, la solution wn+1 au temps t + ∆t s’écrit pour chaque noeud i :

∆t
wn+1
i = wni − .dwni (3.100)
Vi
avec wni = w(t, ~xi ) et wn+1
i = w(t + ∆t, ~xi ), ~xi étant le vecteur des coordonnées, Vi le volume autour
n
du noeud i et dwi le résidu au noeud i calculé par le schéma numérique.
L’exposant n est utilisé pour rappeler que le code explicite ne se sert que des données au temps
n. L’Eq. 3.100 est utilisée à chaque noeud du domaine Ω. Afin d’imposer une valeur sur les limites
du domaine de calcul ∂Ω, l’Eq. 3.101 est définie.

= wni − ∆t ∀xi ∈ Ω/∂Ω


 n+1 n
w Vi · (dwi ) scheme

 i



 (3.101)
 wn+1 = wn − ∆t · (dwn )CL

∀xi ∈ ∂Ω


i i Vi i

En chaque noeud du bord, le résidu calculé par le schéma est remplacé par un résidu imposé par la
condition limite. En plus de cette méthode, l’utilisation d’un coefficient de relaxation peut être uti-
lisé pour tendre vers la valeur cible de manière plus ou moins douce. Ensuite, les conditions limites
sont classés en conditions non caractéristiques qui modifient directement les variables conserva-
tives et en conditions caractéristiques qui effectuent une décomposition en ondes pour modifier les
résidus (138). La méthode NSCBC développée par Poinsot et Lele (118) est utilisé dans ce second
cas.
Chapitre 4

Auto-allumage

L’auto-allumage est un domaine où plusieurs processus transitoires entrent en compétition.


La cinétique chimique y est associée au transport des réactifs et de la chaleur. L’analyse de tels
couplages se fait grâce à l’étude de configurations simplifiées mais de complexité croissante. Ces
différentes configurations permettent de dégager un estimateur du temps d’allumage, et sa limite de
validité. Les conclusions sur l’autoallumage de l’hydrogène et du méthane par un oxydant chaud
font l’objet d’une publication (82) qui met en évidence la différence de comportement des deux
réactifs.

4.1 Configurations de références


4.1.1 Auto-allumage homogène

Z Kg de carburant

1−Z Kg d’oxydant

Pression constante
Enthalphie Constante

F. 4.1 – Configuration d’auto-allumage homogène ’HMI’

57
58 Chapitre 4. Auto-allumage

Dans cette configuration, seule la cinétique chimique est à l’œuvre. Les mélanges oxydant/réducteur
sont étudiés au moyen d’une quantité scalaire normalisée, la fraction de mélange Z. Elle identifie la
composition du mélange homogène et non réactif de deux fluides. Un kilogramme de mélange à la
fraction Z correspond à ZKg de fluide réducteur additionné de 1 − ZKg de fluide oxydant. Ce sca-
laire est basé sur un bilan de masse des atomes mis en jeu, qu’ils soient dans les molécules initiales
(CH4 , O2 , H2 , ...) ou les molécules finales (H2 O, CO2 , ...). Ainsi, la quantité Z est indépendante de
la réaction. Par exemple, la fraction de mélange dans une flamme prémélangée est une constante.
La température initiale T (Z) se calcule avec l’équilibre adiabatique de deux fluides non réactifs.
Cette configuration est notée HMI (Homogeneous Mixing Ignition) dans la suite de cette thèse. Le
prémélange homogène, placé dans un réacteur adiabatique isobare (enthalpie et pression constante),
va réagir en un temps tHMI dépendant du mélange initial Z. Un tel dispositif se calcule rapide-
ment au moyen de logiciels de cinétique chimique courants, tels les modules PSR ou AURORA
de CHEMKIN. Dans cette configuration, on teste l’ensemble des mélanges possibles, et on évalue

Temperature

Time
THMI

0
ve etry
acti iom
1 t Re ech
Mos Sto
ZMR
ZST
Mixture Fraction
0

F. 4.2 – Evolution qualitative de la température dans des réacteurs remplis initialement de
différents mélanges auto-allumants.

leurs temps d’auto-allumage. Le mélange le plus rapide à l’auto-allumage est identifié par sa frac-
tion de mélange Z MR (Most Reactive). Le mélange stœchiométrique ZS T reste le plus exothermique,
sans être le plus rapide, voit Fig. 4.2. Les mélanges trop pauvres ou trop riches ne donnent que des
réactions faibles et lentes. Généralement, le mélange Z MR se situe du coté du réactif le plus chaud.
Ainsi, pour un oxydant chaud et un réducteur froid 0 ≈ Z MR < ZS T . Pour un réducteur chaud et
un oxydant froid, ZS T < Z MR ≈ 1. Les résultats obtenus pour les couples hydrogène/oxygène et
méthane/oxygène sont présentés dans l’article ”Comparison of computational methodologies for
ignition of diffusion mixing layers” (82) intégralement reproduit ci-après. On retrouve bien dans
la Fig. 4 de cette publication l’évolution du temps d’allumage décrite précédemment. Les calculs
faisant intervenir le méthane sont en accord avec les mesures expérimentales, validant la procédure
de calcul. Le comportement des deux carburants est qualitativement le même. On pourra cependant
4.1. Configurations de références 59

noter que la fraction de mélange la plus réactive du méthane est extrêmement pauvre (Z MR = 0.002)
ce qui induit une augmentation de température de seulement 25 degrés. La dénomination ’mélange
le plus réactif’ devrait donc se limiter à ’mélange le plus rapide’. La chaleur dégagée est trop faible
pour parler d’allumage. Ceci mène à l’étape suivante : comment les processus diffusifs propagent-ils
la faible combustion des premiers sites d’allumage à l’ensemble de la flamme de diffusion ?

4.1.2 Auto-allumage en diffusion


L’effet de la diffusion est étudié dans une couche de mélange mono-dimensionnelle. Dans cette
configuration, un milieu infini contient les deux ergols purs parfaitement séparés par une interface
plane. Cette configuration est notée LMI (Laminar Mixing Ignition) et le temps d’auto-allumage
associé est tLMI . Avant d’aller plus loin, introduisons quelques définitions sur le mécanisme de
diffusion.
– La diffusion thermique Dth [m2 .s−1 ] correspond à la conductivité thermique λ[W.m−1 .K −1 ]
normalisée par la densité du milieu ρ[Kg.m−3] et la capacité thermique C p [W.Kg−1 .K −1 .s−1 ].
λ
Dth ≡ (4.1)
ρC p
– La diffusion moléculaire Dk [m2 .s−1 ] évalue la vitesse de diffusion d’une espèce k dans le
milieu qui l’entoure. On peut donc observer que, dans un mélange dihydrogène/dioxide de
carbone/diazote, le dihydrogène présente une diffusivité bien plus élevée que les autres com-
posants.
– La diffusion visqueuse, ou viscosité cinématique ν mesure la résistance d’un fluide à la
déformation due au cisaillement. C’est une quantité macroscopique qui modélise des interac-
tions à l’échelle microscopique.
Pour mieux appréhender la compétition entre les différents types de diffusion, on introduit les
nombres de Lewis, Prandtl et Schmidt. Lorsque l’un de ces nombres est loin de l’unité, le phénomène
de diffusion différentielle apparaı̂t.
– Le nombre de Lewis indique la prépondérance de la diffusion thermique sur la diffusion
moléculaire. Les molécules petites comme le dihydrogène diffusent plus vite que la chaleur
(Le << 1)
λ
Le ≡ (4.2)
ρDk C p
– Le nombre de Prandlt indique la prépondérance de la diffusion visqueuse sur la diffusion ther-
mique. Par exemple, un solide chaud peut réchauffer ou non le fluide qui l’entoure : radiateur
(Pr << 1) ou aile d’avion (Pr >> 1).
µC p
Pr ≡ (4.3)
λ
– Le nombre de Schmidt indique la prépondérance de la diffusion visqueuse sur la diffusion
moléculaire. Ce nombre est utile surtout dans les liquides (1 << S c ≈ 1000). Il aura peu
d’intérêt dans les configurations gazeuses abordées ici ( S c ≈ 1).
ν
Sc ≡ (4.4)
Dk
60 Chapitre 4. Auto-allumage

Oxydant pur Carburant pur

Pression constante
Enthalphie Constante

F. 4.3 – Configuration d’auto-allumage en diffusion ’LMI’

On peut reconstruire qualitativement le scénario d’allumage à partir des résultats d’auto-allumage


homogène. La position dans l’espace de Z des maximas locaux de réaction est tracée en fonction
du temps sur la Fig. 4.4. La zone la plus rapide à réagir se situe d’abord à Z MR jusqu’à tLMI . Une
poche d’espèces intermédiaires se forme durant cette période d’induction, de façon quasi isotherme.
A l’ instant tLMI , la réaction s’emballe et se propage dans les prémélanges riches et pauvres créés
par la diffusion moléculaire. Après avoir parcouru toute la gamme des fractions de mélanges, ces
deux flammes s’éteignent rapidement. L’une d’elles, en passant par la fraction ZS T , a allumé la
flamme de diffusion qui se stabilise. Toujours pour une diffusion simple (Le = Pr = S c = 1), le
temps d’induction tLMI de cette configuration est plus long que son homologue homogène tHMI .
Des pertes en intermédiaires réactionnels et en chaleur dans la zone de réaction créent un délai
supplémentaire.
Par contre, il est difficile d’anticiper la tendance que va induire le Lewis faible de l’hydrogène.
La vitesse d’allumage est favorisée par une plus grande quantité de carburant dans les hautes
températures, mais elle est défavorisée par la dispersion rapide des intermédiaires réactionnels dif-
fusifs, comme le monohydrogène.
Les simulations présentées dans l’article (82) illustrent cette analyse. Tout d’abord, les Figures
5a et 5b de ce document montrent respectivement les profils de températures des deux couches
de mélanges, respectivement hydrogène/oxygène et méthane/oxygène, qui évoluent avec le temps.
Vus ainsi, ces auto-allumages paraissent parfaitement semblables. Ensuite, les Figs. 10a et 10b du
même document donnent la position des maximas locaux de réactions, à comparer avec l’évolution
schématique presentée en Fig. 4.4. Les deux auto-allumages LMI se conforment qualitativement
aux prévisions, à un détail près : lors de la phase d’induction de l’allumage LMI du méthane, en
Fig.10.b de l’article, le maximum local de réaction commence loin du site prévu. Il se déplace
ensuite pendant toute la phase d’induction vers les zones pauvres t < tHMI puis vers les zones riches
t > tHMI . Ce démarrage à Z  Z MR augmente tLMI . Le processus de diffusion reste à analyser. Le
calcul LMI du méthane donne tLMI ≈ 2.7tHMI , celui de l’hydrogène tLMI ≈ tHMI . Des simulations
supplémentaires jouant sur la vitesse de diffusion moléculaire de l’espèce oxydante attestent que le
4.1. Configurations de références 61

T T T T

Z ZMR Z Z ZST Z

1
Fraction de melange

Flamme riche

Flamme de diffusion
Z
ST

Z
MR
Flamme pauvre
0
0 t Temps
LMI

F. 4.4 – Auto-allumage en diffusion ’LMI’

nombre Lewis contrôle le temps d’allumage (cf. Fig.9a et 9b de l’article). Pour résumer, tLMI peut
majorer d’un ordre de grandeur tHMI . Un mélange HMI avec un Z MR suffisamment exothermique
(cas de l’hydrogène) contrôle toute la phase d’induction (Fig. 10a). Un Lewis égal à un implique
une diffusion qui retarde le temps d’allumage jusqu’a tLMI ≈ 7tHMI en Fig.9a. Les Lewis faibles
diminuent substantiellement le temps d’allumage. Dans un mélange HMI, un Z MR trop pauvre (cas
du méthane) ne contrôle plus l’induction, et augmente tLMI . Cette majoration ne peut être compensée
par un Lewis faible, comme l’indique la Fig. 9b.

4.1.3 Turbulence

L’impact de la turbulence sur l’auto-allumage nécessite des outils de simulation plus complexes,
tels que la simulation numérique directe (102; 74; 69; 53). Cette approche résoud les équations de
Navier-Stokes avec une précision suffisante pour se passer de toute modélisation. La puissance de
calcul nécessaire limite généralement ces simulations à des nombres de Reynolds faibles (< 200)
pour des milieux bidimensionnels. Les travaux sur l’auto-allumage (8; 86; 116; 151) s’intéressent à
l’impact d’une turbulence homogène isotrope sur une couche de mélange réactive. Sans entrer dans
les détails, on peut en retenir quelques points essentiels, illustrés par la fig. 4.5 :

1. Les premiers sites d’allumage se situent sur une iso-richesse correspondant à celle du pré-
mélange parfait le plus rapide à s’allumer Z MR . Sur cette iso-richesse, ils débutent là ou la
dissipation scalaire χ est la plus basse. Elle mesure un gradient d’espèce normalisé dans un
62 Chapitre 4. Auto-allumage

milieu réactif, d’après la fraction de mélange Z le nombre de Schmidt local S c.

1 ∂Z ∂Z
" #
χ= (4.5)
S c ∂xi ∂xi

2. Le temps d’apparition des premiers sites d’auto-allumage tT RB1 est peu sensible à la turbu-
lence.
3. La turbulence réduit le temps d’auto-allumage de l’ensemble de la couche de mélange tT RB2 .

Oxydant Carburant Sites Flamme de


Chaud Froid d’allumage diffusion

ZMR ZST

t=0 t=t TRB1 t=2t TRB2

F. 4.5 – Configuration d’auto-allumage en diffusion soumis à la turbulence

Dans notre recherche d’un estimateur du temps d’auto-allumage, la turbulence simplifie les choses
en faisant tendre le nombre Lewis global vers l’unité. En effet, le mélange par agitation turbulente
agit sur la chaleur comme sur les espèces. Lorsque que ce mélange est suffisamment intense, il
supplante la diffusion molóculaire et la diffusion thermique. Les effets de diffusion différentielle
sont alors réduits. Au final, l’auto-allumage d’un couple de réactifs séloigne de la configuration
HMI lorsque la diffusion différentielle est forte , c.a.d. le nombre de Lewis est loin de l’unité.
L’écart le plus net est obtenu avec la configuration LMI. Enfin, la turbulence diminue globalement
cet effet.

4.2 Simulations
L’auto-allumage intervient dans les brûleurs séquentiels de certaines turbines à gaz. C’est pour-
quoi l’étude présente à fait l’objet d’une publication conjointe parue dans le numéro 175 du journal
Combustion Science and Technology : Le Dr. R. Knikker s’est intéressé au couple méthane/oxygène
pour les applications de turbine à gaz, tandis que l’auteur s’est focalisé sur le couple hydrogène/oxy-
gène à destination des moteurs fusées. L’article reproduit ci-après présente les calculs HMI et LMI
effectués pour les deux couples, et interprète les différences de comportement. Il met en évidence
une forte dépendance de l’auto-allumage devant la diffusion différentielle. Par ailleurs, les infor-
mations obtenues vont permettre de créer une cinétique de combustion réduite adaptée à l’auto-
allumage (Chap.6).
4.2. Simulations 63

Oxydant pur Carburant pur

Pression constante
Enthalphie Constante

F. 4.6 – Configuration d’auto-allumage en diffusion soumis à la turbulence


64 Chapitre 4. Auto-allumage

 
      
     
  
       

  


    
        
  
  ! " 
#  

 
  

     
     
   

 

   
  
  
  
  
           
 
    
 
  
        
    


   
             

  
 
     



 !
  
     
 

 
  
"  

  

    
    
        
 

   

    
    
  
 
      
  
  
      

  #    
 

       
  
       
  $ 
      

 

  
$ %&
' (   

 
"  & )  )  * 
 
&  #
+ ,&- .   /%
  
 (    $ ) # %&
 
/ 
)/ 0  ) )  * 
    )    
/ / 
/    
/- %&   )
 %
 / ) #   * , *. ,1 22 . 0 
     
/(  ' - 3  
    %&
(
       ' 
 (   
%'
  )   4
)   / ++- 5  # ) %&  )

 & ,6&
 - 22 7 6&  - 7 8  - 22!. 0        
/(
 /) ) * -
"  & / ( / 

 (  (
' 0(- "   

 0%90   0 / 


 :13 ) & #& &- 3


4.2. Simulations 65

/ ,&- .      #& /0   ) 


#
+   (
) 
 +    # 
 
/(    #&
   &   # )  -  

     :13    


  40  / ;%
'<$    
' 9      
& 9& )   
, . 9& )      (  =, .  

  )  )    & /(   =, .   0    
     
)  )       
  (- "       
'
    
 $       0     >0 /  (-
  )   & #&    
)  & / 
) 
   &- "       / (  
&  +%


   ?63? ,>+  - 2@@. 
  &  , . )  
,  +
/(  # )  .  / 


  )  )
- "   ( # /   &  /
)   
 
  & # )   - 3    ) 
   & 9  
/
(
 &-  0 &    ,  .-
"  :13  
 /(   
)  
- :0    
 $ &   #&  ( )   &  - "  
)  %
' #   0&            #

/(      
 &-  0
 
     )  

    #&  -     &



  
:13     & 0 
   ( (   & )  
0 $ )   ;&<    ,  . /    /( (  
 6         & /&  0 & 
      &/ (
0 &- " ) 0 &
  / 


   ( ) & 
$
  
' 
#&      '     &
(
   & / --   & )   &   & /&
 
    40-
"   ( 0(       
 )     #
  :13- "       >13  
)  #& &- 3    

#&   
 / ( ) / 
    #&   /

  %

' ( ,&- .- "  ) 
#
+    


  
 
)  # 
 - "      0 
  4 
    3  
,A   - .-
"  >13   ) 
    /       )  %

 
( / 0   
Æ  9 0  #    
 
- 1 # &   / 
 ) #  B? ) /
#& & ,:/ 
"  7 3  - 22@7 19  - 22!.- A
  >13  )    /  )   ( 
/      

/$  #&   ( 
 
  %
'  


&/ &  / 

-
"    :13 
>13  ) (
& 
   * 

   -         ( )   :13  


-   

    4  )     0        


-

66 Chapitre 4. Auto-allumage

      :13  ) (


&% 
)  % -   
 
 /     )   >13  0      >13  
:13
-


         
"    )   :13  
 
 &- -  & # 
/
/( 

& 9& ) )  , . 9& )    &  (%) #&


  0     -  #    
  


)      &- ?      
   ( 
  ) (
>0 / 
 #  (   >0 / 
' 
)   -
"   )  & #  (

/(   #
)  - :0 )

    & (
'  
    
 )   # )  - 8 
  
 

/( A& ,2@@. &       



'
' 

 0   #&  


 ) &- -  (
& 4   # ) 


$
C ,=   . ,.

   

)   4$
C  =   ,   . ,.

 = 
 =   

0     
     )  )  (   / (
& 

#(& 7    
    
&  0&  
  /%
  
)     
   (   ) 
 -


"  # )   


&   
      +
 &
) C      C    )-
"     )   )  #  0 & /(  C  
= ,
.   - (    (   
)  C 
= , .  - "  %
 )   #  /
)   
    &   ?0
 
-
"  &
( )  # ,  +
/( .   
0   ?63?

 ,>+  - 2@@. &  #
-   (    & 
 +
/(  
) 
  /
% 0  &  % )0

/(  #   )   -  &   &


(   /


 (
' 0(  

     ) #  

&    4       -
 

   (
&    
 ) :/ 
"  ,.  


0&    )   / &  0   - " 
#
+  
    )   C  6 
)  D  )

4.2. Simulations 67

#(& 
!2 D ) & ,    C 
 
   C 
!2.- "  )  (
&


 &    ) 
C  6- "  (
& 
& 
)    (  
C 
 
 
C 
! - "    
      , C  .- "    # )  )  

     C 
E- (  :/ 
"  ,.   9
    ) F  - ,22.  
 )   (
& - " 
   / 
 )(    & 
 , ) # 3  -
22@7 6+ 
>0 22E.- "   )   :13     0  &- -
"  &
(  
  0
 & ) # )  
  
 )
   # )   C 
 2 ) 
  
  #
) - "   & &
(   
  C  ,  . 

  C 
 - ?   ) # )  
    &
(
 
( & (   )  )   # )  /      -
 &  )   # )    &
(  0   #
/ $    &   &
(

 (     )  
# 0    ( 0 - "   )     / 

     &        #,   .- G& 
%  
       
      6 0 
   
 ) &
 )  )
   - 3 &-  &   )
  # )    
  ( 
 #( & &
(-

 
"  
 )     4    &   &
( 
)    
 ) &
  )   (
& 4- "  #
+  & 

 &      
   C  6  
  
    &

( 
   - "  )   # )   
& 
  )  ,  C 
  C 
. 
  ) 
C  6- " 
   C -    
     # )   
  C 
-
:& &
(   
&  
'    
 &- /- "   3 -      


    
  
 
    ) - " 
'  0   
  -
 (   &  0  *    )     )   /- 

  /
0   
 
%   
/( &  -
,22@. 0   /

)   #
 )    3 -  -
3    &    0 
'  )  
/ 
  )
  0  &    * ( ' -    
     
     
/0- (   &
(
   
   #  ,(/    &. 
/(
6  
9 ,2@. 0  
$
 C 
     # ,E 2 . H  I   H  I ,.
0  
   &
(       
H I 
H I
      ,J . ) #(& 
 - ?      
  )    
 ) &
  )   (
& 4- "  &

68 Chapitre 4. Auto-allumage

& )   #  0       ( &


 
&  

& ) & 
 ) 0    #  
 
- "  
4    ) #   & # ) #
 
& 
#  
'      0     -
3     (
&   &-    # & )   &

( )    ( ) 0
    
- "  
 )
  # /  ( ) (   )   # ) - (
  

 (    &
(   &       
 - "  0  /( 
  
9 333 ,22. 
( 

     &
(  )   #      
        (  
- 1 
'   
 )   (
 / )
    )       ( 
  :   
( (
 / 
  )
)    ( / 

  %
&       %/ &   ,8/9 .- ? 
   #    # )  )        - ,.-
?    &
(  /
)       &- /-
8  &   %        
  # )  )
 C 
 

   &
(  )   C 
2 - :0  
    
& &       # )   (
E 6- "   
    (  
- ?   0   
 
   # )  
&    &
(  ) ) 
0
    
 
(
 & -     #
) 
  #    -
 
( 
    ;&< 
   :13 #    / )

0   4 &- 3



  (    )   /& 
 Æ ( 
 0 0(   
(  &   & 
 &   / Æ   &  4 &/(- "  &/ &  
 &
/(  /  /0 ) & 
Æ   - "   0
/ )  &
0   %
 >13      #  -

          


"  %
 & / 
 &-    
& 
 
   ,B?. 
 
?"13K ,A 22. 0   
 
 +
 )   :163? /( ,6  - 2@2.- "  
  /
#( 
    
  
& (
& 
(
 / %
#
J
' 4- 3    ?%9  
    
)

(  &  -  # 
   
'   
 
   
 


    0    
) 
    
)   /
(  ,> 22.- " 
  
/
0  #   
%
 &%6  
&  0 &  
,8( 2@2.-       

&  9< 0 0
' %
   
)   /(
' Æ -     (  



&  - B) 
 '   9   -
4.2. Simulations 69

A
( 
   
&   ?%9   /
(

 ,? A . ) ,L 
> 22. 0   / #



 %  / ,A  - 22 .- "  ) /
(  ( %
4 & 0    #  
   &  /
(  

) )  
     
- ? #  
    ( /

)& /    
-
"    M  
/(     /( 

/(  C
 MM  
E )      
  C  MM  
 )  
' 
0  M   
  /0 0 &
     


   9%
  (- 3  0 90     >       / )
   # ( /          



        - "       )    
   /            )   40 
&  
( ' ( )   - "  #    
   
( (  
 / Æ  
 (     /  / - "  
 /       0  &   #      3 - 
-
)   & )     - 5     
   % 
 
 
0  &    /( )&       )     )
    & /-
"  (   
     )  /0 ) 
 & 
  (  (  9
)  &     
- "   
  %
    +
0  # )  

/($

C   = ),    . ,.
0      )   0
 )   %)   
   
%
- "   
 , (  
   ) .  
&
  0 /
)     # )  )0&    
 )
  & - - ,.
 /   (   )  
' /
)        ) ( >0 / ,   
 
'.


' Æ - 3   
     9  
&
    
'  - " /     
  0  /
   &  (  / -- ( 
) 
     
  /     /-
"0
'   & 

0 & 
 
&   

)   :13  - "  )0&
  )   >13  0 )  
  )0&  $   4  )    
   '  ) %( >0
/ 
   
   /0    &  

   


- "  &   #  
'  /0   (
& 

  &   


    >13 
:13 -

  
"    
'   )   >13  ) (
& 

 &- - A0  C  
 C 
    *      
E
70 Chapitre 4. Auto-allumage


' 0  )         /
  -
"  
       
 C 
  (   
  
 )    ,-- )   ) .- "      
     & /& & 
  4 & ( 
( 0

   
 & / 
 & 0   
   
- " 
&   )     4  0  &- /  (     (
&
4   &  /     
'   0 /  0   
)0& (-
  /
 )   &
(  )   %
 &%
  / &- 


     /*   / )
 :/ 

"  ,.-  &&


/(         09 0   
 

$  ½ 
N C  N  ,.
 ½
0       ( )    
N       )   -  & 
# )  
 )  
   &      /

  # )      

$

N 

  
C ,E.

:0  
 
/(  
 
  &     4 0
 &  (  
 
  & 0
   &- "  
   &  0
     
 
&  
&  - ,E. 0 /
&
     &  ( )   4 )-  

0    
 && & (   &
(  & /($

 N 

  
C ,!.

&- E  0     )   #     



 
     )   0 - "   #  +
/(
   & %&
(    )     - " 
/ ) &
 
 /    C  
  '  )
        C 
 -  )   &    

) 
  /
% 0 &&/    )0
/(  #   )
    &  - "  0 (/   & 
    &

(  
&  - ,E. 
,!.$     , . 
    #
)     
 ,- !. 
  & ( /)    

,  . 
&    # )   ,- E.- " 
  0 (
)     &
(  
&  - ,!.     /  )  
 ) &-


   
  


"  4  )     9  )    #& (    &
( 
  0  &- !-    )
   C   &
 #  )
!
4.2. Simulations 71

    )  0   C   


- 3 )    / ) &
 
 

 
   (      ,  
 / &

. 
     &  
 & &  
   &   , M  
 0    
 .-
  0 /( &- ! ) /   (
& 4 ,  . 
    4
,.   &
(  
 0
   )
 & -  )%
      4  )    
  &&/ 
  
 )  ( 
) 
 & /   
-  %
 &
( 

/( / - ,E. 
,!.  
-  # 

   ) #   ,- E.   & ( )   &
( 
)0&
 ,!. / /
  0       )  ) -
" &   4     &
( )   ( >0 / %
 
)    
    ) (
&  
& 
+  
 & %( >0 / ' - "    (
  
 /
/(  %)  0  0
  /     0
 
)  (
   (
& 
#(&  )   0 & /(  C  

 C   - "  &  )    
)     
   )  )   /   (   &
- 3   )0& %
   (
& 
#(& >0 /     C 
 
 C 


& & (     )    )
  (   



-  /
0   +  
   
 &- !- 3 
/
     )   &
(  )   )   # (   
 )   ( >0 / +- 5)      &  (
& /0     )  ( 
  /    
 
&        

 )    
 ) Æ (
  ) -
  
 
   

"  (
&    ( &     & 
 

   
 :/ 
"  ,.- 3   09 >13   

   &  &  / - "  / &


( 0
)
 / 0      D )    &
( 
 
   / ( 
&  - " (

 0    
0 &  -   0 /( &- E   >13
( )   (
& 
 (       /
   :13  - "  ( &&
   #&    4     &
(- 3)     :13
   Æ   
  ( &
 )     &
(
  / 
- 3   0      ( 
     / 
  >13     (  
 (   &
(-
"  0     >13  )   (
& 4  
0 ( >0
/ )   -      &
(  
/(  )  
0       /
0

- "  /  0  
  )  
&

       
/( :/ 

"  ,. /      )  


&       #
@
72 Chapitre 4. Auto-allumage

( & /- "   # 


    #& 
 


  
      +- 1      0    
  
  )
& 0
 /      9 )   #&
(   0 - :   #&  /   /
% )   
 
 /
 &    /(
(&   &  - " 
 
 &- @ 0   :13 
>13  )   )   


  )   (
& 4- "      & 
  ) 
)   :13   
  >13       )    & -
"  (/    & 
    >13  )    ) # 
- " 
'  /0   :13 
>13   9
- "   
)   
  ) >13  
 ) &
 0   ) :13  )   (
 )   #&  - 
  /
%    >13    0  
) :13 /   

(     


  &- 3     
   &  /& ( ) 0( )   #& (   (
  )  & 
) - 3  (     
 )   &
(
     /     
   
 0   (/    &-
"  '  )   >0 / )   )    &
(   0  &- 2- 3
     ) >0 /  9     

0      
 /
&

-  >0 / /0
(   )
' )   #(& 
 
  ) /   &
0 &   ) #(&   & - 3    # 

 
 &   >0 / )   )     &
(- "   (
/
 &- 2 )   (
& ) 
, &   
. )   
&- 2/- 3  &       & 
 ,:/ 
" 
7 3  - 22@7 19  - 22!.    &   / 40
 )  

  #& (    # 0
   ) 
-   
   
' ) (
& 0
 &  & 0 /
  )
#(&  
       )   %( >0 / '  )
#
&& 4-
    &
(  /
0  

 


( >0 / )     
 
   & /(  
 
%




 
  (-    (
& 4   / >0 / 
   

 &
(  /  C 
 0      
   )   (
& >0 /-          (
>0 /  )  C - "  / &&     &
'( )
(
&  )  &  / )     )   &    /(
/ &  
( 
 
/(    #&  - "  & 0
  & &
(       
 
       )
  >0 /- 5     
   >0 / )     )   
- " )  
'  /0    /
0  



  ( >0 /  &- 2/  - 3         
     
( )   &   
/(  #&
&   &
(      &    & &
(-
"  
&  /  )    / ( 0    %&

(         4 /+  -

2
4.2. Simulations 73

 


    


 
        # )  )      +
0 
'    ) (
&  % ( 0  &(  
  )
    
-   
(   
/
#& & 0 % ( ,19  - 22!. &&
  &
0(         # )   &   / &

(  

 (    >13     :13 - 3   )
&  
(      /0    &  
  
  # )  ) # (
& 
  ( 
  
  &
(-
3 
  &  (       ) & &-   0 
 )  )    # )   0     # )   
 ) #(&  /
- 3  /  
    #    
 
   &(    ) &   
-  
 
 &- 
)   (
&    &
4      $   #
4
&& 0
     
   #
4 && 0
   )


' 4 0   )      # )  - " 
  (      4   /
     )

' 4 ,B& 
O 22E7 6  - 22.- "  0 #

4 0 ( / #& 


/(    9 )   )  #(&- " 
'
4   & 
   &/( &
4     /-
"    4  0  &- /  0   / - "  4 ) 
& 


  & /0   # )  )  
' 4

    # )  
 
/(  
 
    &  (
&
- "  # )  )    #
)
     4 &
0
     
  & 0      /- 5     
  
 #
) /   #(& &    ) 
 
& 0

& 0 &  # ) -
   & 
(     )    /) 4 %   %
&- 3   (
&   &   #  )
0    #
)         # )  
 
/(  
 
%

 
&- -  & 
) )     # )   )
   /&& )    %
 0      &&/- 5 0   # )   #
       &-  &    )     #
) 
  # ( 
    &&        (
      &/ & )   4-
"     &- /  0 
' - "     (
0  )   

&     :13
(- 3)   &
  

   ) (
& &  
      
# )  )  C 
- :0
    0   )   
        ( 09 
    /
%
) 
   - 3
   # )     #    )
  /&&  &     
  
(
&    
/)
&- (      (
& 4      #  


74 Chapitre 4. Auto-allumage

   ) & )     4-

  
"  & ) )  
  

0



 
(- "0

'  
 )     ) &
(   
- "   

  
 
      ,:13.- 3  ( )
#& /0 ) 
 
+  & # 0  #
)  - "  &
(  )  # )   (  
0

( /   - "   
 
 

   

,>13. 
 )
   )  %
 #& (-  &  
    
  

  #&    & / 


0
    ) &/ & -
"0    

$  (
& 4 
   4-  / 4


       
 )   & /  / )

    ,  - 7 F  - 22.- ?   


 
 
  ,&  - 22@.  )
)     4  
    / )
  
  ' )       - "      

 )     9    (- 3    


)    )   
( / 
 0  
/ 
  )   
   )  # 
       >13 /-
"  :13
(  )   (
& 4 
  )  )   # ) %
   0       % 

  # ) -   
  4       

 
 ( 0 # ) 

&  #(  
$     
& & 
  
  ( E 6-
"  >13  )   (
& 4 & &
(      :13

( - (  0  ( /  

)   /   #&
  (       &  -  )  #&
(  
&   /    / 
           
-
 
(   & 
'( ) (
& 0     
    
/ )    )   &     /&   (
&  &
) &  
& #(&  - A   / 
&  :13 
>13
(  )    
 ) &
 )   (
&
4- 5     
   /
    >13
( )     4 
    &     :13
(- " 
'   / #
/( 0
 $   >0 / )      (     &  &
   / 
          # )   
09  &   4 &/( 
& )   & 9  -
3 /    >13  &  )    & %
 ) #& (- 8    
 & (
& )   0
  / 
 &
(   )    
 ) &
  

(  0   & 
'   / )
/0 & 

 - "  >13 /  ,  ) (
& 4.    /


4.2. Simulations 75

Æ   


  &
(     
 -    (
%
& (    
 (  
   
 
& ) # '  ) / -     &  (
 / )  


     


  ' )   & ( )   

  &    )   0    :13  - " 
 ) 
 
    
 )   )  
   
 ( ) >13-   ' ( /  (     
(  0     :13
  0   ( 
  &    / 0& /(
 
 ) &
 /   ( &     ' -

  
"   )  L0 0+
 &)(  90
&
-  
0 

/( 3B 3      ) ? -


76 Chapitre 4. Auto-allumage


A  :- - : - A9 
?- L ,.-   ) /

  * 
 & &     4 
- 


       EPE@-
A 1- ,22.-         - L -

 
    
  

B-      L-


A 1- "- L 
B- "  ,22 .-   /
( 
 )
    40-       !!"  !PE-
A& - ,2@@.- "    ) / #
4- 

      

! P@@-
B& L- 
>- O ,22E.- " 4 
( #
/ 
%& ) %#
/ #-  P

      "

-
:/ - 
B- "  ,.- & ) / %#
4
&
&
    -       ! P!-
3 :- Q-  
- >0 ,22@.- 3& ) (
&% #& (  /
40- 
      #  !P E-
6 - - ( 
Q- 1 ,2@2.- 9 33$  )  9& )   (
) &%    9 - $  %  
 
 & ' $(%)*+,,*- -
6 L- A- && 6- A( 
- >R  ,22.-  
  #&
($    4-       *. ,. !EP2-
6& - S- : 
- + ,22 .- " 
 
  ) 

& 
/ 
 ) 
 & - $( 

*.,# -
6& - - 1 - + 
1-  ,.- 1
& 
#
)  & / &

  9  0 

)
-$( 
,,!+,!+!," -
6+ "- 
- >0 ,22E.- 3&  %#
40& (
& 

$  
( 0

(-       !,/  !P
! -
6  6- 
- 9 ,2@.-   $  0 /  2-
> - ,22.-   
'    0  %9 -   

  !,1  EP-
>+ - - 6 
Q- 1 ,2@@.- ?63?7  ) & ) 
 &
& &     9  0 ( (- "   
@!%@@ 
 ? >/-
19 - "- A
 
"- L ,22!.- ?   ) &%
  / #& 40-       !,*  2@P-


4.2. Simulations 77

1 "- ,22 .- 3& /   * &-       !,!  !P


 2-
L "- 
- > ,22.- A
( 
 )
   ) %
/   40-      !,!  P2-
  - B- 
 1- 9  ?- 1( A-  1- 
/&
- A0 - : - & 8- 
 Q- O- >9 
S- T-
 233444 
5  3
 -

  >- 
1- 9 333 ,22.- 3&
(    )   )-

 
    $  ,  PE-
& - - >0 
Q-%F-  ,22@.-  &

 
  )
  #
 0   &/  
- 
  +

 2 P-
    #

8 F- :- L  


?- L ,22!.-  ) &
( 
 
) ) ( 

%&  
-$( 
*#!.*, -
8/9 - ,.-   9  ) (
 / &     /%
 (- 
         EP !!-
8( - ,2@2.- 1 &  
 
  )    
- " %
   ?    1--  % 1' 
 2 -
F - - B( 
:- /+ ,22.-        )
/ #
J (
&J#(& 9 -    $   0 #*  2!P@-


78 Chapitre 4. Auto-allumage

methane flame

hot combustion evacuation


gases chamber of reaction
products

nozzle

& $ 3
 # & %&$   %
 /-   * 
   /
&
& )     / / ,  0.

&     
/  0    &-

 
9& , . 9&
1#  , .
) 

& $ L  )   & #& & ,:13.


/-
 
 C




& $  
& )    
 )  
 #& & ,>13. /-


4.2. Simulations 79

1000 0.1

100
Yetter (1991)
10
Ignition delay (s)

Ignition delay (s)


0.01
1

0.1
1E-3
0.01
GRI Mech 3.0
GRI Mech 1.2
1E-3 12-step (Sung et al. 1998)
EXP (Krishman and Ravikumar 1981)
1E-4 1E-4
0.0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.00 0.05 0.10 0.15 0.20
Mixture fraction Mixture fraction

& $ :& &


( 
  )  )   # ) - ,.
: J?%   C  6 
C  6  C   ,/. : J?%   C  6

C  6  C -

E
80 Chapitre 4. Auto-allumage

3000
t=0 ms
t=0.33 ms
t=0.35 ms
t=0.37 ms
t=0.41 ms
2000
Temperature (K)

t=0.83 ms

1000

0
0.00 0.05 0.10 0.15 0.20
x (cm)

,.
3000
t=0 ms
t=0.82 ms
t=1.18 ms
t=1.28 ms
t=1.33 ms
2000
Temperature (K)

t=1.54 ms

1000

0
0.00 0.05 0.10 0.15 0.20
x (cm)

,/.

& $ "  


'   ) ,.   (
& 4 

,/.     4-     &


(   
& 
 ,!.
  C 
  )   (
& 4 
 C 
@  )     4-

!
4.2. Simulations 81

1.0

0.8

Normalized temperature
0.6

Hydrogen
0.4
Methane

0.2

0.0
0 1 2 3 4 5
t / tHMI

,.
1.2

1.0
Heat release (x10 Jm s )
−3 −1

0.8
9

0.6
Hydrogen
Methane
0.4

0.2

0.0
0 1 2 3 4 5
t / tHMI

,/.

& E$ "  )   #     



,. 
     ,/.
& %&- "    +

/(   #  /) 


) &     +
/(   
& & ,:13.
(  )  (   (
& 
  -
"  (/ 
    &   
& 
 ,E$  . 
,!$ .-

@
82 Chapitre 4. Auto-allumage

3.0

2.5
Methane

2.0

tign / tHMI
1.5

1.0

Hydrogen
0.5

0.0
0.00 0.05 0.10 0.15 0.20
d (mm)
& !$ > &
(  
  )  )   0
  )   
#& (- 


 
 
 &
(  
& 
%
 ,E. 
,!.- "  (
&   
 
/(   
&   

&    %( >0 / + 
     /(
-

−2
10

−4
10
Mass fractions

−6
10

−8
10
YO (HMI)
YH (HMI)
−10 YO (LMI, x=xign)
10
YH (LMI, x=xign)
YO (LMI, max. heat release)
YH (LMI, max. heat release)
−12
10
0 0.5 1 1.5
t / tHMI
& @$ "  )     )   
  5 
: )   : J?%
 - "   
  )  )   :13  
>13
 )      & - (/ 
  >13  )   
) #  -

2
4.2. Simulations 83

10 10

Le=1
Le=1
tLMI / tHMI

tLMI / tHMI
1 1
Detailed transport Detailed transport

0.1 0.1
0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0 0.0 0.2 0.4 0.6 0.8 1.0
LeH2 LeCH4
,. ,/.
& 2$ 34  )   >0 / )   )      >13  ) ,.  
(
& 4 
,/.     4- &   
 /
/(



'-   ) 
 
 
    &
( )


'7

%
 
 
 ( >0 / )   -

0.8 0.3

0.6 zst
0.2
Mixture fraction

Mixture fraction

0.4 zst

0.1
0.2
zmr
zmr
0.0 0.0
0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 0 1 2 3 4
t / tHMI t / tHMI
,. ,/.
& $ 1# )     # )     ) #(&- 
 
)   (
&  ,. 
     ,/.   )  )   
+
/(     &
(   
& 
 ,E.-


84 Chapitre 4. Auto-allumage

4.3 Conclusions
Ce chapitre a permis de mieux comprendre le mécanisme de l’auto-allumage dans le cas parti-
culier des moteurs-fusées. Des simulations de type HMI et LMI réalisées pour l’hydrogène mettent
en évidence l’impact de la diffusion différentielle. Dans le cas de l’hydrogène, le mélange HMI le
plus réactif contrôle l’induction. Le faible Lewis du carburant diminue l’effet retardant, ce qui mène
finalement à tHMI ≈ tLMI . Ainsi, tHMI est un bon estimateur du temps d’allumage. Cette propriété
sera utilisé lors de la création de schémas réduits capables de modéliser le temps d’auto-allumage de
l’hydrogène par un oxydant chaud. Cette conclusion fort arrangeante ne s’applique pas au méthane,
où tHMI ≈ 2.7tLMI Au final, chaque réducteur requiert une étude préliminaire de type LMI, car
la thermodynamique et le nombre de Lewis influencent substantiellement, et de plusieurs façons
contradictoires, la valeur de tLMI . Cette quantité peut dépasser d’un ordre de grandeur tHMI , ou bien
y être inférieure.
Chapitre 5

Jets supersoniques sous-détendus

5.1 Objectif
Il s’agit d’adapter la simulation aux grandes échelles telle qu’elle est calculée dans AVBP aux
structures supersoniques transitoires. La technique de capture de choc est l’approche la plus utilisée
actuellement, et de nombreuse recherches sont en cours pour augmenter encore son applicabilité.
Cependant, l’objectif final est de calculer des jets réactifs. Dans ce cadre, il est possible de capturer
la structure globale d’un jet sous-détendu avec des schémas du type de ceux implantés dans AVBP.

5.2 Description d’un jet supersonique sous-détendu


Dans un jet supersonique, les particules fluides sont soumises à trois phénomènes distincts.
L’inertie extrêment importante (dépendant de la vitesse au carré), la différence de pression qui agit
comme une force de rappel, capable de modifier la vitesse et la direction des particules, et la vis-
cosité du fluide qui amortit l’ensemble. C’est la conjonction de la force de rappel, de l’inertie et de
l’amortisement du système qui dirige la dynamique particulière du jet sous-détendu.
Si l’on considère un jet supersonique injecté avec un rapport de pression NPR = P1 /P0 égal
à 1, avec P1 pression statique à la sortie du jet et P0 la pression du milieu extérieur, la force de
rappel est nulle. L’énergie contenue dans le jet est simplement amortie par la viscosité moléculaire
et l’agitation turbulente (Cas NPR=1 de la fig. 5.1).
Lorsque la pression du jet P1 est légèrement supérieure à la pression ambiante P0 , c.a.d. P1 =
P0 + ∆P (Cas NPR=1.2 de la fig. 5.1), la force de rappel accélère la particule fluide et la dévie vers
l’extérieur. Cette trajectoire centrifuge prolongée par l’inertie crée une zone de pression plus basse
au centre P0 − ∆P. La particule fluide est donc ramenée par la force de rappel de la pression vers
le centre du jet selon une trajectoire centripète qui lui fait retrouver sa pression initiale P0 + ∆P.
L’oscillation entre les états P0 +∆P et P0 −∆P se poursuit le long de l’axe jusqu’à son amortissement
complet par viscosité moléculaire et agitation turbulente.
Les jets dont le rapport de pressions statiques est encore plus élevé suivent la même loi (Cas NPR=3
de la fig. 5.1) tout en faisant intervenir un quatrième mécanisme extrèmement dissipatif, le choc
hydrodynamique droit. Lorsque la pression devient trop faible dans le jet, une discontinuité en forme
de disque analogue aux chocs de recompression des tuyères supersoniques se crée à l’aval des zones

85
86 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

de détente. Ce mécanisme d’amortissement est prépondérant devant la dissipation par viscosité


moléculaire ou par agitation turbulente. Pour les jets fortement sous-détendus (Cas NPR=10 de
la fig. 5.1), un seul choc est suffisant pour détruire toutes les oscillations.
Les jets supersoniques sous-détendus présentent donc une oscillation de pression des particules
fluides autour de la pression ambiante, mettant en jeu l’inertie du fluide, la force de rappel du
gradient de pression et un amortissement par viscosité moléculaire et agitation turbulente. Lorsque la
pression du jet est très élevée, un choc hydrodynamique fort armortit très rapidement les oscillations.
Ce dernier phénomène est difficile à modéliser numériquement.

Zone de
mélange

Cisaillement
Frontière Frontière
réelle non Disque
visqueuse de Mach

Ondes
de choc
Coeur obliques
potentiel

       

 
         

       

 
         

       

 
         

NPR=1 NPR=1.2 NPR=3 NPR=10


Augmentation du rapport de pression

F. 5.1 – Formation des diverses formes de jets supersoniques sous-détendus

5.3 Approche numérique d’un écoulement supersonique


En mécanique des fluides, le système d’équations devient hyperbolique lorsque le terme de
convection est prepondérant face au terme de diffusion. Les écoulement supersoniques sont par-
ticulièrement concernés, puisqu’ils présentent la plupart du temps un nombre de Reynolds élevé.
Lors de la résolution numérique d’équations hyperboliques, les solutions obtenues présentent deux
défauts typiques, illustrés par la convection d’une discontinuité à la vitesse U sur la Fig. 5.2.
La dispersion, ou erreur sur la vitesse de propagation des plus hautes fréquences, est à l’origine
du phénomène de Gibbs, c.a.d. d’oscillations autour des discontinuités. Elle apparaı̂t lorsque l’erreur
produite par le schéma est d’ordre impair, c.a.d. lorsque le schéma possède un ordre de précision pair
(deuxième, quatrième, sixième ordre). Les schémas centrés font tous partie de cette catégorie. On
notera que les oscillations numériques créées peuvent donner des valeurs non physiques, comme une
pression négative. Il existe des schémas positifs qui garantissent de rester dans le domaine physique.
5.3. Approche numérique d’un écoulement supersonique 87

w
U
t=t0 Solution initiale

t=t0+dt Dispersion

t=t0+dt Dissipation

F. 5.2 – Erreurs numériques rencontrées lors de la convection d’une discontinuité.

La positivité, ou monotonicité est l’aptitude d’un schéma à interdire la création de valeurs non
physiques.
La dissipation, ou erreur de l’amortissement des hautes fréquences, apparaı̂t lorsque l’erreur
produite par le schéma est d’ordre pair, c.a.d. lorsque le schéma possède un ordre de précision
impair (premier, troisième, cinquième ordre). Il faut noter que l’opérateur de diffusion, qui calcule
l’effet de la viscosité du fluide, dissipe les hautes fréquences de la même manière. Ainsi, un schéma
dissipatif induit une viscosité ’artificielle’.
Le contrôle de ces erreurs peut se faire suivant de nombreuses approches, que l’on choisit de
réunir en deux grandes familles. L’approche de la viscosité artificielle non-linéaire vien de Von
Neumann et Richtmyer (148). Elle consiste à ajouter à un schéma un terme de viscosité artificielle
en volume. La diffusion supplémentaire qui en résulte doit être suffisante pour assurer la positivité
de la solution près des discontinuités, tout en s’annulant dans le reste de l’écoulement.
L’approche par les solveurs de Riemann s’inspire directement de la résolution d’un problème
hyperbolique par la méthode des caractéristiques. Par leur construction, ces outils doivent se res-
treindre strictement aux parties hyperboliques. Ces schémas sont précis. En effet une discontinuité
peut être calculée à l’intérieur d’une seule cellule, sans aucune erreur d’évaluation. Cela explique
l’appellation familière de ’schéma à capture de choc’. Par contre, ils contiennent implicitement l’hy-
pothèse d’un gaz parfait non réactif. Les principales sous-familles des solveurs de Riemann sont :
– Le schéma de Godunov (67). C’est le plus exact. Il produit des solutions d’un problème de
Riemann local à chaque cellule, au prix d’un temps de calcul prohibitif.
– Les ’solveurs de Riemann approchés’ qui s’appprochent d’un schéma de Godunov avec un
temps de calcul plus acceptable, comme les schémas de Roe (126).
88 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

– La méthode MUSCL (145) (Monotonic Upwind Scheme for Conservative Laws) proposée
par Van Leer permet de porter la précision des solveurs de Riemann au second ordre par
reconstruction de la solution. Le second ordre implique la création d’oscillations, que l’on
peut détruire à leur source par l’utilisation de limiteurs.
– Les méthodes ENO, puis WENO (Weighted Essentially Non Oscillatory) qui poussent un peu
plus loin le concept MUSCL, en autorisant la reconstruction de la solution jusqu’au sixième
ou au huitième ordre (78). L’ensemble des travaux de Shu (78)donne un bon aperçu de cette
classe de méthodes.
Il est préférable de limiter l’utilisation des solveurs de Riemann aux régions avec discontinuités,
et de choisir des schémas moins dissipatifs et plus rapides dans le reste de la simulation : c’est une
approche hybride. Pullin et Hill ont proposé en 2004 un schéma centré adapté à la LES, le TCD
(Tuned Centered-Difference) associé au schéma WENO près des chocs (70). Selon D.I. Pullin, le
passage d’un schéma à l’autre est encore heuristique. Ajoutons à cela que les schéma WENO sont
encore rarement utilisés en maillages non structurés tridimensionnels (162), et leurs formulation en
gaz réel est encore récente (107). Dans le cadre de cette thèse, on utilisera donc une approche de
type Von Neumannn-Richtmyer.

5.4 Viscosité de Von Neumann-Richtmyer


Si les équations modélisées sont augmentées d’un terme qui maintient artificiellement l’épaisseur
des chocs hydrodynamiques à une échelle résolue, la solution reste continue. C’est le principe de la
viscosité de Von Neumann-Richtmyer.. Depuis, cette approche a été profondément transformée par
les travaux de Cook et Cabot en 2004 (34) et 2005 (35), puis étendue aux écoulements réactifs par
Fiorina et Lele en 2006 (62). Cette nouvelle classe de méthodes appelées ’hyperviscosités’, autorise
la capture du choc, avec des performances comparables à la classe des solveurs de Riemann sur des
maillages structurés. Le modèle simple introduit ici fut écrit et testé en 2003 :
La forme générale de l’équation de conservation du moment contient un terme représentant les
contraintes du fluide. Elle peut s’écrire sous la forme de l’Eq. 5.1, où fk, j est une force volumique
appliquée à l’espèce k. Le tenseur des contraintes pour un fluide Newtonien en équilibre thermo-
dynamique local est constitué de la pression et des viscosités de cisaillement et de compression.
Le tenseur s’exprime sous la forme de l’Eq. 5.2, avec les paramètres µ et λ pour les viscosités de
cisaillement et de compression.
∂ρu j ∂ρui u j ∂σi j
+ = + ρ
P
∂t ∂xi ∂xi k=1,N Yk fk, j
(5.1)
Dérivée particulaire Contraintes Forces de volume

∂u j
 
σi j = τi j − pδi j = µ ∂xi + ∂ui
∂x j + λ ∂u
∂xk δi j
k
− pδi j
(5.2)
Tenseur de contraintes Viscosité de cisaillement Viscosité de compression Pression

On introduit le paramètre de viscosité de volume κ = 2/3µ+λ. La théorie cinétique des gaz (72)
montre que ce dernier paramêtre est directement lié à l’indice de compressibilité Z par l’Eq, 5.3.
!
P
κ = 2/3µ + λ = µ1.002 − 1 = µ1.002 (Z − 1) (µ > 0), (5.3)
ρRT
5.4. Viscosité de Von Neumann-Richtmyer 89

Pour un gaz parfait , i.e. Z = 1, la viscosité de volume κ ainsi définie devient nulle, ce qui donne
l’hypothèse de Stokes :
κ = 2/3µ + λ = 0 (µ > 0) (5.4)
On remarque que la viscosité de compression est comparable à une pression. La divergence de
la vitesse est le terme source, tandis que λ dépend du fluide et peut être positif ou négatif. Dans le
cas d’un choc hydrodynamique, cette viscosité influence directement l’épaisseur du choc.
En 1949, Von Neumann et Richtmyer (148) proposent une viscosité en compression localement
prépondérante autour des chocs. D’un point de vue formel, un tenseur de contraintes vérifiant la
relation de Stokes, avec une augmentation λ0 de la viscosité en compression, est introduit (Eq. 5.5).
En interprétant cette augmentation comme un supplément local de pression p0 (Eq. 5.6), le tenseur
des contraintes peut se ré-écrire comme dans l’Eq. 5.7.

0 ∂uk ∂u j ∂ui
!
2
σi j modi f ied = (− µ + λ ) +µ + − pδi j (5.5)
3 ∂xk ∂xi ∂x j
∂uk
p0 = −λ0 (5.6)
∂xk

∂uk ∂u j ∂ui
!
σi j modi f ied =λ +µ + − (p + p0 )δi j (5.7)
∂xk ∂xi ∂x j
Il reste à determiner la valeur de λ0 , ou plutôt de p0 . Pour garantir une influence négligeable
dès que l’on s’éloigne du choc, la viscosité artificielle de compression dépend de la divergence de
vitesse au carré. L’ensemble est adimensionné par la taille de la cellule et la densité. On obtient une
forme telle qu’exprimée dans l’Eq. 5.8, ajustée grâce à une constante sans dimension CV NRV . Pour
l’ensemble de ces travaux, CV NRV = 1 s’est illustré comme étant la valeur optimale.

∂uk  ∂uk
q
p0 = −λ0 = −CV NRV ρ∆x2 5 · ~u 2 (5.8)
∂xk ∂xk
Dans un code compressible à n dimensions, cette viscosité peut se calculer de plusieurs manières.
On retiendra l’Eq. 5.9 qui conserve la masse par construction. Cependant, l’expression est identique-
ment nulle dans le cas mono-dimensionnel. On retiendra alors également l’Eq. 5.10. Ces viscosités
seront désignées par l’acronyme ”VNRV” pour ”Von Neumann-Richtmyer Viscosity”.

0 ∂uk ∂u j ∂ρui

pi = −λi
0
= −CV NRV (Volcell ) max
2/3
(5.9)
∂xk j=1,n ∂x j ∂xi

0 ∂uk ∂u j ∂ui

pi = −λi
0
= −CV NRV (Volcell ) max
2/3
ρ (5.10)
∂xk j=1,n ∂x j ∂xi

Ce modèle simple agit sur les gradients de pression avec au opérateur du deuxième ordre. Les
modèles plus élaborés de l’hyperviscosité agissent sur les gradients de température et d’espèces,
avec des opérateurs d’ordre élevé, comme par exemple le modèle de Fiorina et Lele en 2006 (62)
sur maillage structuré.
90 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

5.4.1 Application à une onde de Riemann


L’onde de Riemann est une onde acoustique d’amplitude finie qui se propage dans un milieu
infini monodimensionnel. Dans le cas linéaire (petites perturbations), cette onde est une perturba-
tion qui se propage à la vitesse du son c, et le profil de cette perturbation conserve sa forme pen-
dant son déplacement. Dans le cas non linéaire, les variations de la vitesse de propagation ne sont
plus négligeables. Les zones de compression, avec une température plus élevée, se propagent plus
vite que les zones de détente. C’est pourquoi une discontinuité apparaı̂t. Dans l’exemple que nous
étudions, de l’air à 370 ◦ K, soit une vitesse du son de 386.4m/s, subit une perturbation non linéaire
de vitesse de 100m/s, ce qui provoque une variation de température de 40 ◦ K, soit 20m/s pour la vi-
tesse du son. Avec une longueur caractéristique de 10m, on trouve un temps convectif tc = 25.88ms.
Dès le premier temps convectif, une discontinuité est formée. Par la suite, la perturbation perd son
intensité dans le choc, dissipateur d’énergie.

Density Velocity Density Velocity


1.50 100 1.50 120

1.40 80 1.40 100


80
1.30 60 1.30
60
1.20 40 1.20
40
1.10 20 1.10 20
1.00 0 1.00 0
0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0

Temperature Pressure Temperature Pressure


400 1.5e+05 400 1.5e+05

390 1.4e+05 390 1.4e+05

380 1.3e+05 380 1.3e+05

370 1.2e+05 370 1.2e+05

360 1.1e+05 360 1.1e+05

350 1.0e+05 350 1.0e+05


0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0

t=0 t = 1.93tc
Density Velocity Density Velocity
1.50 100 1.50 100

1.40 80 1.40 80

1.30 60 1.30 60

1.20 40 1.20 40

1.10 20 1.10 20

1.00 0 1.00 0
0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0

Temperature Pressure Temperature Pressure


400 1.5e+05 400 1.5e+05

390 1.4e+05 390 1.4e+05

380 1.3e+05 380 1.3e+05

370 1.2e+05 370 1.2e+05

360 1.1e+05 360 1.1e+05

350 1.0e+05 350 1.0e+05


0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0

t = 3.86tc t = 19.32tc

F. 5.3 – L’onde de Riemann. Schéma au troisième ordre avec viscosité de Von-Neumann Richt-
myer. Solution analytique (trait plein), Simulation (trait interrompu)
5.4. Viscosité de Von Neumann-Richtmyer 91

La Fig. 5.3 montre l’évolution de l’onde de Riemann, d’après la solution analytique issue de
Landau & Lifchitz (91) jusqu’à presque 20 temps convectifs. Un schéma centré de troisième ordre
stabilisé par la viscosité de Von-Neumann Richtmyer suit bien la solution analytique. Un léger
tremblement est visible au voisinage gauche du choc à t = 1.93tc puis diminue jusqu’à disparition
complète à t = 19.32tc . On note un écart de position d’environ 40cm, après avoir parcouru 200m,
soit un décalage de 0.4%.
Afin de se convaincre de l’efficacité de la VNRV, le schéma à été appliqué seul à l’onde de
Riemann. A t = 19.32tc , le phénomène de Gibbs a totalement détruit la solution, comme le montre
la Fig. 5.4.a. Avec une viscosité artificielle plus classique (76) basée sur l’augmentation directe
de la viscosité cinématique, une solution stable est obtenue (cf. Fig. 5.4.b) mais des oscillations
sont encore visibles à gauche du choc. Ainsi, la viscosité artificielle classique est suffisante pour
stabiliser le schéma sur une solution continue, mais la qualité de la solution devient insuffisante en
cas de discontinuités.

Density Velocity Density Velocity


1.50 120 1.50 100

1.40 100 1.40 80


80
1.30 1.30 60
60
1.20 1.20 40
40
1.10 20 1.10 20

1.00 0 1.00 0
0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0

Temperature Pressure Temperature Pressure


400 1.5e+05 400 1.5e+05

390 1.4e+05 390 1.4e+05

380 1.3e+05 380 1.3e+05

370 1.2e+05 370 1.2e+05

360 1.1e+05 360 1.1e+05

350 1.0e+05 350 1.0e+05


0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0

a) Schéma seul b) Viscosité artificielle

F. 5.4 – L’onde de Riemann. Solution analytique (trait plein), Simulation (trait interrompu), à
t = 3.86tc
92 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

5.4.2 Application à un tube à choc


L’onde de Riemann n’est pas reproductible expérimentalement, a fortiori avec une perturba-
tion de plusieurs ordres de grandeur de pression. Le tube à choc est donc un deuxième cas test
intéressant pour notre validation. L’expérience du tube à choc est un long tube où se rompt un dia-
phragme séparant deux volumes à des conditions initiales différentes de pression et de densité. Le
demi-espace à la pression la moins élevée s’appelle l’amont, son complémentaire s’appelle l’aval.
Les profils de pression, densité, vitesse et température ont une allure autosimilaire. Ils sont ana-
lytiquement connus (c.f Hirsch (71)), ce qui fait du tube à choc un excellent cas test numérique.
L’évolution de ces profils est illustrée en Fig. 5.5. Cette solution fait intervenir une onde de choc,
c.a.d. un saut brutal sur ρ, P, T, U se propageant vers l’amont. On y voit aussi un faisceau de détente
faisant varier continûment des grandeurs de l’aval vers un état intermédiaire, et enfin une disconti-
nuité de contact visible sur ρ, T qui sépare l’état intermédiaire de l’état choqué.
P [Pa] u [m/s]
100000.0 800.00

80000.0
600.00

60000.0
400.00
40000.0

200.00
20000.0

0.0 0.00
0.0m 2.0m 4.0m 6.0m 8.0m 10.0m 0.0m 2.0m 4.0m 6.0m 8.0m 10.0m

3
T [K] ρ [Kg/m ]
800.0 1.0

t=0ms
0.8
600.0 t=1ms
t=2ms
0.6 t=3ms
400.0 t=4ms
0.4 t=5ms

200.0
0.2

0.0 0.0
0.0m 2.0m 4.0m 6.0m 8.0m 10.0m 0.0m 2.0m 4.0m 6.0m 8.0m 10.0m

F. 5.5 – Evolution d’un choc dans un tube à choc, solution analytique : Pamont /Paval = 100,
Température initiale constante

Si l’on se concentre sur le choc mobile issu du tube à choc, on voit sur la Fig. 5.6 que l’approche
de Von Neumann-Richtmyer est efficace, en maintenant une dizaine de points dans l’épaisseur du
choc. Le schéma centré de troisième ordre TTGC doté d’une viscosité artificielle classique com-
mence à osciller sérieusement autour du choc. Une fois que la viscosité VNRV remplace la viscosité
artificielle classique, on peut constater la positivité de la solution.
Ainsi, l’approche de Von Neumann-Richtmyer présentée dans cette thèse fonctionne sur des
chocs forts. Elle autorise l’utilisation de schémas centrés au troisième ordre sur des chocs mobiles
forts. De plus la viscosité est active seulement lorsque la divergence de la vitesse est forte.
5.4. Viscosité de Von Neumann-Richtmyer 93

P [Pa] u [m/s]
40000.0 600.0
TTGC
TTGC + VNRV
30000.0 400.0 Solution analytique

20000.0 200.0

10000.0 0.0

0.0 −200.0
8.0m 8.5m 9.0m 9.5m 10.0m 8.0m 8.5m 9.0m 9.5m 10.0m

3
T [K] ρ [Kg/m ]
500.0 0.3

450.0
0.2

400.0

0.1
350.0

300.0 0.0
8.0m 8.5m 9.0m 9.5m 10.0m 8.0m 8.5m 9.0m 9.5m 10.0m

a) Pamont /Paval = 10
P [Pa] u [m/s]
10000.0 1000.0
TTGC
TTGC + VNRV
800.0
8000.0 Solution analytique

600.0
6000.0
400.0
4000.0
200.0

2000.0
0.0

0.0 −200.0
8.50m 8.75m 9.00m 9.25m 9.50m 9.75m 10.00m 8.50m 8.75m 9.00m 9.25m 9.50m 9.75m 10.00m

3
T [K] ρ [Kg/m ]
800.0 0.04

700.0
0.03
600.0

500.0
0.02
400.0

300.0
0.01
200.0

100.0 0.00
8.50m 8.75m 9.00m 9.25m 9.50m 9.75m 10.00m 8.50m 8.75m 9.00m 9.25m 9.50m 9.75m 10.00m

b) Pamont /Paval = 100

F. 5.6 – Comportement de la simulation numérique autour de chocs forts.


94 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

5.5 Outils d’analyse


La Simulation des Grandes Echelles autorise le calcul de structures instationnaires. Les tech-
niques d’analyse issues des opérateurs de moyenne renseignent sur les quantités moyennes (Mo-
ments d’ordre 1) et les fluctuations moyennes (Moyennnes RMS, moments d’ordre 2), mais ne
peuvent pas rendre compte d’un caractère instationnaire organisé.
Prenons pour exemple la couche de mélange observée par Brown et Roshko (18) illustrée en
Fig. 5.7. Cet écoulement génère et transporte des tourbillons très organisés. Les opérateurs de
moyenne donnent par exemple la croissance de la couche de mélange, mais pas d’information sur
l’organisation instationnaire.
Il est donc nécessaire d’introduire d’autres outils d’analyse pour étudier les systèmes instation-
naires. Ce point est particulièrement important dans le cadre de cette thèse, car il permettra de mettre
en valeur l’intérêt principal d’une simulation des grandes échelles par rapport aux méthodes RANS.
Ces outils sont essentiellement basés sur l’analyse spectrale, particulièrement adaptée aux configu-
rations instationnaires établies. Quelques outils de cette famille, sont présentés ici, en vue de leur
application à l’analyse de jets sous-détendus. La thèse de L. Larchevêque (92) introduit ces outils
du point de vue formel, et permet de les reconstruire intégralement. La description présente s’at-
tache à décrire l’interprétation de ces outils, et à donner une idée de leur potentiel. Ils seront ensuite
appliqués aux jets sous-détendus. On peut également observér leur application à l’écoulement de
cavité par L. Larchevêque (94; 93).

F. 5.7 – Couche de mélange à fort gradient de densité : Pression 8 atm., Hélium à 10.6 m/s, Azote
à 4 m/s, ρN2 /ρHe = 7.
5.5. Outils d’analyse 95

5.5.1 Evolution spatiale de spectre


La première étape de l’étude d’un écoulement instationnaire concerne souvent la localisation
spatiale des structures. Dans un écoulement comportant une direction de développement privilégiée,
l’analyse sera fait selon cette direction. On calcule ainsi l’évolution spatiale du spectre. Les données
nécessaires sont collectées en placant une série de ’sondes’ numériques alignées sur la ligne d’ana-
lyse. Les signaux temporels de vitesse issus de chaque sonde subissent une transformée de Fou-
rier. Il suffit ensuite de tracer la norme de cette transformée de Fourier selon deux coordonnées, la
fréquence et la position spatiale de la sonde dont est issu le signal pour localiser les structures. La
Fig. 5.8 illustre ce que donnerait un tel outil appliqué à un écoulement contenant une fréquence fon-
damentale et ses harmoniques. Le mode fondamental à un kilohertz existe dès la position initiale.
Il est accompagné de tous ses harmoniques : 2,3,4,5 kHz. Chacun des modes disparaı̂t progressive-
ment. Plus le mode est de haute fréquence, plus la distance de dissipation est courte.
Cet outil peut se généraliser en cartes spectrales à deux ou trois dimensions spatiales et une
dimension fréquentielle. Il est cependant moins parlant, car plus difficile à visualiser. On préferera
alors utiliser un outil plus puissant dit P.O.D. (11) (Proper Orthogonal Decomposition) qui diminue
le nombre de dimensions de l’analyse en retenant uniquement la localisation spatiale des modes les
plus intenses.

2
Distance [m]

0
1 2 3 4 5 kHz
Frequence [Khz]

F. 5.8 – Evolution spatiale d’un spectre


96 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

5.5.2 Analyse Spectrale Fréquence-Nombre d’Onde


La deuxième question que l’on peut se poser sur un écoulement complexe concerne les différentes
vitesses de convection et de propagation acoustique. Comment, par exemple, identifier la vitesse de
deux ondes acoustiques se propageant en sens opposé malgré la présence instationnaire de grandes
structures tourbillonaires ? L’analyse fréquence-nombre d’onde introduite par Capon (20) fonc-
tionne selon un principe proche de la PIV (Particle Image Velocimery) : si deux signaux temporels
enregistrés à des endroits différents présentent un état commun décalé en temps, on peut en déduire
la vitesse de la structure associée à cet état. En PIV, cet état commun est la présence d’un traceur
(particule). Dans l’analyse fréquence/nombre d’onde, c’est la modulation de fréquence, visible dans
l’espace de Fourier et révélée par la magnitude de l’interspectre S FG entre deux signaux F et G. Le
décalage en temps est contenu dans la phase de S FG .
Mathématiquement, l’interspectre S FG est le produit de la transformée de Fourier (abrégée TF,
notéeˆ) du signal temporel F par le conjugué de la TF du signal temporel G :

S FG ( x~F , x~G , f ) = F̂( x~F , f )Ĝ∗ ( x~G , f ) (5.11)

Ici, f est la fréquence. On obtient ainsi la matrice des interspectres ψ( f ) jl obtenus sur une ligne de
 
n sondes Xi=1,n placées en ( x~j , x~l ) dans la direction de développement de l’écoulement :

ψ( f ) jl = S F j ,Fl ( x~j , x~l , f )


 
(5.12)

Le vecteur des nombres d’ondes k associés à chaque sonde et noté ~η(k) j = eikx j : On introduit
 
l’écart spatial entre les sondes en multipliant la matrice ψ( f ) à gauche et à droite par le vecteur
 
des nombres d’ondes ~η(k) . On notera en particulier que les sondes peuvent être irrégulièrement
 
réparties : X
FNO( f, k) = ~ηT (k) ψ( f ) ~η(k) = ψ( f ) j,l eikx j eikxl (5.13)
j,l

Plus localement, l’identification d’une même sinusoı̈de (fréquence f , amplitude β, vitesse ~u) de
la forme βcos(2π f (x/u − t)) dans les signaux issus d’un doublet de sondes séparés de la distance
~ conduit à l’ Eq. 5.14, qui fait intervenir u x , projection de ~u sur le support de ∆x
∆x, ~ dans la direction
orthogonale de propagation. Si l’onde de vitesse u se propage dans une direction faisant un angle α
par rapport à la ligne de sondes, alors u x = u/cos(α), cf. Fig. 5.9.

x + ∆x
!! ! !
x
βcos 2π f − t = βcos 2π f − t + ∆φ (5.14)
ux ux
Dans cette expression, ∆Φ représente le décalage en temps. Par définition ∆φ = 2π f ∆x/u x , soit :
2π f
ux = (5.15)
k
où k = ∆φ/∆x. Afin d’éviter le phénomène de repliement, le nombre d’onde est limité à 2π/2∆x.
La résolution en fréquence fres est imposée par le nombre d’enregistrements nrec et le pas de temps
∆t selon l’Eq. 5.16, et se ramène à la moitié de l’inverse de la durée d’enregistrement trec .
fNyquist 1
fres = = = 0.5/trec (5.16)
nrec 2 ∗ nrec ∆t
5.5. Outils d’analyse 97

α u

u/cos(α )

F. 5.9 – Onde sinusoı̈dale de vitesse u traversant une ligne de sondes avec un angle de déviation
α.

Ainsi, la vitesse minimale observable umin sur un domaine fréquentiel [ fres , N fres ] (N de l’ordre de
100) est donnée par l’Eq. 5.17
N∆x
umin = (5.17)
trec
La vitesse minimale observable impose le temps de simulation et l’espacement des sondes. Par
ailleurs, N fres doit être dans le domaine fréquentiel résolu, imposant ∆t < 1/(N fres ). Le choix de
ces deux paramètres doit se faire avant de réaliser la simulation.
La Fig. 5.10 donne un exemple de résultat typique de l’analyse fréquence-nombre d’onde. On y
voit des structures appartenant à la gamme de fréquences [0, 3000Hz] convectées parallèlement aux
sondes à la vitesse de 2π5000/314 = 100m/s. De la même manière, une onde à 1kHz et ses har-
moniques à 2, 3, 4, 5kHz se propagent vers l’amont et l’aval aux vitesses u ± c = 100 ± 360m/s.
Il est intéressant de noter que les structures de même fréquence (par ex. 1kHz) se propageant
en des sens opposés ont pu être distinguées. De plus, la présence de la structure advectée sur la
gamme [0, 3000Hz] ne cache pas les structures à 1, 2 et 3kHz. L’analyse fréquence nombre d’onde
décompose ainsi les signaux temporels par rapport à leur vitesse de convection. Autrement dit, cet
outil permet d’identifier les vitesses de propagation de différentes structures, même si elles corres-
pondent à une même fréquence. La direction de la ligne de sondes joue un rôle crucial.
98 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

Nombre d’onde [rad/s]


314
+u

68 u+c
0

−120 u−c

1 2 3 4 5
Frequence [kHz]

F. 5.10 – Analyse fréquence nombre d’onde


5.5. Outils d’analyse 99

5.5.3 Bicohérence
Les simulations aux grandes échelles peuvent reproduire des processus complexes d’interactions
non linéaires entre les phénomènes dynamiques de différentes fréquences. La bicohérence permet
d’observer en détail ces processus. D’un point de vue spectral, deux fréquences sources f1 et f2
peuvent se combiner non linéairement pour alimenter les fréquences cibles f1 + f2 et f1 − f2 . L’inter-
spectre du produit de deux sondes sources F̂( f1 )Ĝ( f2 ) et du signal d’une sonde cible Ĥ( f1 + f2 ) met
statistiquement en évidence ces interactions. L’Eq. 5.18 donne l’estimateur de bicohérence complet.
Le numérateur comporte l’interspectre entre le produit des deux TF sources F̂( f1 )Ĝ( f2 ) multiplié
par la TF cible Ĥ ∗ ( f1 + f2 ) conjugée. Cet interspectre est moyenné sur tous les triplets de sondes,
une opération notée h i. L’opération de moyenne conserve la norme du numérateur si son argument,
i.e. le déphasage source/cible, est fortement corrélé. On garde ensuite le module du numérateur,
opération notée | |. Enfin, on effectue une normalisation d’après la moyenne du signal source et du
signal cible, visibles au dénominateur.
D E 2
F̂( f1 )Ĝ( f2 )Ĥ ∗ ( f1 + f2 )
Bic2FGH ( f1 , f2 ) =    (5.18)
F̂( f )Ĝ( f ) 2 Ĥ( f + f ) 2
1 2 1 2

L’estimateur de bicohérence est non nul si une interaction entre deux signaux sources est observée
sur le signal cible, avec un déphasage constant. La normalisation permet d’observer les interac-
tions entre des fréquences d’amplitude très variées. Par contre, l’estimateur dégénère en forme
indéterminée lorsque des fréquences observées f1 et f2 ont des amplitudes nulles.
La bicohérence se représente sur une carte à deux dimensions f1 et f2 . Une troisième dimension
implicite est présente : f1 + f2 . Les interactions peuvent concerner des additions (100 + 10 = 110Hz)
ou des soustractions (100 − 10 = 90Hz) dans l’espace fréquentiel. C’est pourquoi, sur un domaine
fréquentiel donné [0 − 1000Hz], le domaine d’évaluation de la bicohérence s’étend sur des valeurs
fréquentielles algébriques : [−1000Hz, 1000Hz] × [−1000Hz, 1000Hz]. On notera que la fréquence
nulle correspond à la composante stationnaire, c.a.d. l’écoulement moyen. Ce domaine contient
cependant deux fois les mêmes informations car Bic( f1 , f2 ) = Bic(− f1 , − f2 ). Les positions telles
que f1 + f2 < 0 sont donc ignorées. Par ailleurs, si les signaux sources f1 et f2 sont interchangeables,
on a Bic( f1 , f2 ) = Bic( f2 , f1 ), ce qui annule la pertinence du domaine f2 < f1 .
Trois cartes de bicohérences schématiques permettent d’illustrer le propos :
– La fig. 5.11.a montre plusieurs interactions (symbole •) très localisées. La première (0Hz +
1kHz → 1kHz) traduit l’alimentation d’un mode à 1kHz par l’écoulement moyen (0Hz).
Ce mode fondamental interagit avec lui même pour créer le premier mode harmonique à
2kHz (1kHz + 1kHz → 2kHz). Le deuxième mode harmonique est ensuite nourri par le
fondamental et son premier harmonique (1kHz+2kHz → 3kHz), et ainsi de suite. Finalement,
la bicohérence montre comment un mode interagissant non linéairement avec lui même peut
créer toute une famille d’harmoniques.
– La fig. 5.11.b correspond au cas opposé. Un fondamental et ses harmoniques (1,2,3,4,5 kHz)
sont alimentés par l’écoulement moyen. Comparé à cet apport d’énergie, il n’y a pas d’inter-
action non linéaire entre les modes.
– La fig. 5.11.c montre trois lignes d’interactions qui alimentent chacune un mode : 1, 3 et 9kHz.
Une ligne ininterrompue implique l’excitation du mode par l’ensemble du spectre. Dans ce
100 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

cas particulier, trois modes particulièrement réceptifs recoivent de l’énergie par un signal au
spectre plein (bruit blanc, dirac).
Une carte de bicohérence révèle le scénario des interactions dans son intégralité. Elle affirme ou
exclut les liens entre deux phénomènes, et détermine le sens du transfert d’énergie. En un mot, elle
sert de ”test de parternité” parmi les modes présents.

10

4
3
9
F2 [kHz]

2
1 8

−4 −3 −2 −1 1 2 3 4 6

F1 [kHz]
5
4
3
2
F2+F1 [kHz]
1

a) Création d’un fondamental et sa réplication en harmoniques par interactions non-linéaires

10
4
3

9
F2 [kHz]
2

8
1

−4 −3 −2 −1 1 2 3 4 6

F1 [kHz]
5
4
3
2
F2+F1 [kHz]
1

b) Création d’un fondamental et ses harmoniques par l’écoulement moyen


9

F2 [kHz]
3
1

−9 −3 −1 1 3 9
F1 [kHz]

F2+F1 [kHz]
3
1

c) Excitation de trois modes particuliers par l’ensemble du spectre (par ex.un bruit blanc)

F. 5.11 – Cartes de bicohérence


5.5. Outils d’analyse 101

Le résultat de l’estimateur dépend avant tout des données qu’il traite. C’est pourquoi l’utilisation
de la bicohérence se fait par rapport à une question très précise. Par exemple : ”Dans cette chambre,
est-ce le mode tournant acoustique à 400Hz ou le tourbillon de jet PVC de même fréquence, ou
encore une combinaison des deux qui forment des fluctuations à 800Hz en sortie ?”. La question
impose la localisation des données sources. La Fig. 5.12 montre schématiquement où placer les
sondes avec les points F pour capter l’injection, G pour le mode tournant et H pour la sortie. Une
fois les signaux obtenus, on réalise une bicohérence entre le jet et lui même (FFH, Fig. 5.12.a), une
bicohérence entre le jet et le mode tournant (FGH, Fig. 5.12.b) et une bicohérence entre le mode
tournant et lui même (GGH, Fig. 5.12.c). On notera que dans le cas b), les sources F et G n’étant
pas intercheangeables, il est nécessaire de représenter F2 < F1.
L’interaction 1 du cas a) signifie que le jet alimente seul le mode à 800Hz en sortie. L’interac-

tion 2 du cas b) révèle que c’est la conjonction entre jet et mode tournant qui alimente la sortie.

L’interaction 3 du cas c) signifie enfin que le mode tournant sollicite seul la sortie. Par conséquent,

si l’analyse des trois bicohérences révèle que l’on a l’interaction 1 mais pas 2 et ,
3 alors on en
conclut que le mode de sortie est du aux interactions non-linéaires du jet d’injection avec lui-même.
Le mode tournant ne joue aucun rôle direct ( ) 3 ou indirect ( ).
2 Cet exemple montre comment il est
possible de prouver qu’un phémomène dynamique est à la source d’une instabilité à l’intérieur s’une
simulation numérique. La simulation des grandes échelles devient grâce à ce type d’exploitation un
outil d’investigation actif.
a)
400 1 400
H H
F
F

80
F H

0
H

40
0
−400 400

b) G

G 400 2
H H
F
F
80

F H
0

H
G −400
40
0

G
−400 400

c) G

G 400 3 400
H H
80

H
0

H
G
40
0

G
−400 400

F. 5.12 – Choix géométrique de donnés sources F et G et cibles H


102 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

5.5.4 Application à la couche de mélange de Brown et Roshko


Il est indispensable de présenter ces outils dans le cadre de l’interprétation d’un écoulement
fluide réel. En revenant sur l’exemple de la couche de mélange compressible observée par Brown et
Roshko, ces derniers ont fourni dans leur article les trajectoires des tourbillons enregistrées par une
caméra rapide à 8000 images par seconde. Ces données sont reproduites en Fig. 5.13. Le scénario
que nous prendrons s’inspire de cette figure : l’écoulement moyen alimente une première classe de
tourbillons situés entre 1cm et 5cm de distance aval. Cette première classe en génère une deuxième,
avec des tourbillons deux fois plus gros entre 3cm et 5cm de distance aval. Cette classe génère à son
tour une troisième classe de tourbillons encore deux fois plus gros, à partir de 2.5cm de distance
aval. Toutes les classes de tourbillons sont convectées à une vitesse commune de 5.618m/s. Les
fréquences temporelles associées aux classes I, II et III sont respectivement 1392Hz, 691Hz et
346Hz. Ce scénario contient des informations sur la génération de plusieurs classes de tourbillons,
sur leur taille et sur leur transport.
[cm]
10 s
m/
18
5.6

7.5

2.5

5 10 15 [ms]

F. 5.13 – Trajectoire des tourbillons observés. Pression 7 atm., Hélium à 10.6 m/s, Azote à 4 m/s,
ρN2 /ρHe = 7.
5.5. Outils d’analyse 103

Commençons par la position des différentes structures. La Fig. 5.14 montre ce que donnerait une
évolution spatiale longitudinale de spectre pour la couche de mélange compressible, conformément
au scénario que nous avons retenu. Elle schématise le résultat obtenu d’après les signaux de sondes
placées longitudinalement dans la couche de mélange. Il est aisé d’en déduire les localisations spa-
tiales et fréquentielles de chaque mode :
– Mode I, Fréquence 1392Hz, Position [1cm, 5cm]
– Mode II, Fréquence 691Hz, Position [2.5cm, 5cm]
– Mode III, Fréquence 346Hz, Position [2.5cm, +∞]
Cela permet de délimiter la zone [2.5cm, 5cm], qui pourrait être le théatre d’échanges énergétiques
entre les différents modes. C’est pourquoi l’analyse par bicohérence sera alimentée par des signaux
provenant exclusivement de cette zone privilégiée.

10

7.5
Distance [cm]

2.5

0
346 691 1392
Frequence [Hz]

F. 5.14 – Shéma de l’évolution spatiale de spectre pour la couche mélange de Brown et Roshko

Poursuivons par la vitesse de déplacement des différentes structures. La Fig. 5.15 montre ce
que donnerait une analyse fréquence - nombre d’onde pour la couche de mélange compressible,
conformément au scénario que nous avons retenu. Cette analyse commence par le dimensionnement
de la ligne de sondes à placer dans l’écoulement. La vitesse de convection minimale est u = 4m/s.
Pour la trouver sur une fréquence de 2000Hz, il faut 3141, 6rad/s de nombre d’onde maximal. On
note au passage qu’à 2000Hz, 5.618m/s correspondent à 2236.8m/s, et 10.6m/s correspondent à
1185m/s. Le nombre d’onde maximal impose de disposer des sondes espacées de 1 10−3 mm. Le
résultat de l’analyse est schématisé sur la Fig. 5.15. Trois vitesses de convections se détachent
nettement. Tout d’abord, les trois classes de tourbillons sont convectées à la même vitesse, 5.6m/s.
Ensuite, deux vitesses de convection sont visibles sur toute la gamme des fréquences, à 4m/s et
10.6m/s, révélées par les inévitables perturbations que contiennent les flux d’azote et d’hélium.
L’analyse fréquence-nombre d’onde a mis en évidence la vitesse de convection très particuliére
de toutes les structures générées par la couche de mélange. Malgré leurs différences de taille, des
tourbillons issus du cisaillement ont la même vitesse de déplacement.
104 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

Nombre d’onde [rad/s]


3000 +4m/s

+5.618m/s

1500
+10.6m/s

−1500

−3000
346 691 1392 2000
Frequence [Hz]

F. 5.15 – Shéma de l’analyse fréquence - nombre d’onde associée à la couche mélange de Brown
et Roshko

Enfin, l’analyse par bicohérence est illustrée. On retrouve dans la Fig. 5.16 les trois fréquences
346, 691, 1382Hz correspondant aux trois catégories identifiées par l’évolution spatiale de spectre
en Fig. 5.8. Pour plus de lisibilité, l’axe des fréquences cibles f1 + f2 est également tracé sur la figure.
Chaque lieu de bicohérence non nulle contribue au mode noté sur cet axe. Les structures de la classe
I présentent une interaction significative avec l’écoulement moyen : 1 ≡ 1392 + 0 → 1392Hz.

Ensuite la classe II interagit avec la classe I : 2 ≡ 1392 − 691 → 691Hz. Enfin la classe III interagit

avec la classe II : 3 ≡ 691 − 346 → 346Hz. Cet outil met en évidence la cascade energétique du

scénario retenu : écoulement moyen → Mode I → Mode II → Mode III. Le scénario de transfert
énergétique apparaı̂t sur l’analyse par bicohérence. Si il y avait eu une alimentation de tous les
tourbillons par l’écoulement moyen au lieu de la cascade, les interactions 2 et 3 auraient été

absentes. Par contre, on aurait trouvé les interactions (691 + 0 → 691Hz) et (346 + 0 → 346Hz). La
bicohérence est donc un outil puissant de compréhension des écoulements.
5.5. Outils d’analyse 105

1392 2 1

F2 [Hz]

691 3

346

−1392 −691 −346 346 691 1392


F1 [Hz]

1392

691 F2+F1 [Hz]


346

F. 5.16 – Bicohérence associée à la couche mélange de Brown et Roshko


106 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

5.6 Simulations
Les écoulements supersoniques sont difficiles à aborder par la simulation des grandes échelles,
car on y rencontre des nombres de Reynolds très élevés. Dans ce cas, seule une petite partie du
spectre de la turbulence est calculée. Cependant, l’article soumis à Physics of Fluids et reproduit ici
montre que pour une simulation de cette courte gamme de Reynolds, une grande quantité d’infor-
mation est cependant disponible. Pour mieux illustrer la difficulté du problème, une l’étude dimen-
sionnelle en termes de nombres de Reynolds est présentée ci-dessous.

5.6.1 Analyse dimensionnelle


Le nombre de Reynolds compare l’inertie et la viscosité. Plusieurs grandeurs de réference sont
possibles. Re = UD/ν caractérise un jet complet de diamètre D, de vitesse U et de viscosité ν. On
peut ensuite introduire pour chaque échelle r un Reynolds turbulent Ret (r) = u0 (r)r/ν. Dans une
turbulence homogène isotrope, le flux d’énergie des grandes vers les petites échelles est constant-
dans la zone inertielle. L’énergie cinétique est dissipée aux petites échelles. La dissipation (r) à
une échelle de taille caractéristique r est le ratio de l’énergie cinétique u02 (r) divisée par l’échelle
de temps r/u0 (r) :  = u03 (r)/r. L’échelle de Kolmogorov η est la plus petite de l’écoulement. Elle
correspond à l’équilibre entre inertie et dissipation visqueuse, i.e. Ret (η) = 1 :
!1/4
ν3
η= (5.19)


Sachant que l’échelle intégrale lt subit une dissipation identique, on a lt = u03 /. Il vient donc la
relation entre les échelles de Kolmogorov η et intégrale lt :

lt u03 /
= 3 1/4 = Re3/4 (5.20)
η (ν /) t

Les résultats de l’analyse dimensionnelle pour les cas des jets supersoniques traités dans ce chapitre
sont reportés dans le tableau 5.1. Les vitesses u0 et tailles lt caractéristiques sont estimées respec-
tivement à 5% U et 30% D. L’échelle de Kolmogorov est de l’ordre de 6µm pour les deux cas. Les

Grandeur Jet de Chuech Jet de Seiner


U[m/s] 360 720
u0 [m/s] 18 (5% U) 36 (5% U)
D[m] 9.5 10−3 5 10−2
lt [m] 2.85 10−3 (30% D) 1.5 10−2 (30% D)
η[m] 6.34 10−6 5.71 10−6
Re 229 530 2 416 107
Ret (lt ) 3 443 36 241

T. 5.1 – Analyse dimensionnelle des jets de Chuech et Seiner

Reynolds Re en jeu sont très élevés, donc les grandes échelles de cet écoulement ne sont pas affectés
5.6. Simulations 107

par la dissipation visqueuse. La turbulence du jet de Seiner se développe sur une décade de plus que
celle du jet de Chuech. Les études quantitatives se feront de préférence sur ce dernier.
Concernant la compressibilité, le Mach convectif doit se calculer p en tenant compte de l’accéléra-
tion du fluide due à la pression d’injection, approchée par ∆U = P/ρ. On trouve ainsi les valeurs
0.679 et 1.39 pour les Mach convectifs respectifs des jet de Chuech et Seiner, ce qui signifie que les
effets de compressibilité sont présents dans la turbulence, tout particulièrement dans le jet de Seiner.
Ainsi, les deux configurations retenues sont des jets fortements turbulents et compressibles.

5.6.2 Echelle de coupure


La simulation des grandes échelles filtre les variables à une échelle de coupure. En dessous de
cette échelle, les structures sont modélisées. Au-dessus, elles sont résolues. L’étude dimensionnelle
de la turbulence permet d’estimer a priori la qualité globale de la SGE. La Fig. 5.17 trace dans
un graphique Log-Log le Reynolds turbulent Ret (r) en fonction de l’échelle pour les deux jets.
La borne inférieure de la gamme des Reynolds est fixée par l’échelle de Kolmogorov η. La borne
supérieure est fixée par la longueur intégrale lt . Les échelles de coupure de 0.5mm (Chuech) et
2.5mm partagent les gammes de Reynolds en parties résolues (blanches) et modélisées (grises). Elles
correspondent à la taille de résolution du jet sur le maillage, prise ici à un vingtième du diamètre.
On voit sur la Fig. 5.17 que dans chaque jet seule une décade est résolue. Avec la puissance actuelle
des calculateurs, il est possible de baisser la coupure d’un facteur compris entre 2 et 10. Nous nous
limitons ici à des simulations peu résolues, destinées à tester l’approche de la simulation des grandes
échelles.

5.6.3 Publication
L’article reproduit ci-après est en cours de soumission au journal Physics of fluids. Il illustre
l’application de la viscosité artificielle de Von Neumann-Richtmyer à un jet supersonique en SGE
et les outils d’analyse spectrale introduits précedemment.
108 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

Ret (r)

10000

1000

Seiner

Coupure
100

Chuech

10

r
−6 −5 −4 −3 −2 −1
10 10 10 10 10 10

F. 5.17 – Gammes de Reynolds modélisées et résolues lors de la simulation des jets de Chuech et
de Seiner.
5.6. Simulations 109

LARGE EDDY SIMULATION OF A


SUPERSONIC UNDEREXPANDED JET
A. Dauptain, B. Cuenot, P. Sagaut
CERFACS, 42 ave. G. Coriolis 31 057 Toulouse Cedex 1, France
T.J. Poinsot
IMFT, 1 Allée du Professeur Camille Soula 31 400 Toulouse, France

Keywords: Large Eddy Simulations, Supersonic, Underexpanded Jets

Abstract. Weakly underexpanded jets have been investigated numerically, with a compressible explicit Large Eddy
Simulation code. The study is mainly focused on the near injection zone. The LES approach gives a correct description
of the flow compared to experimental results. Three types of injections has been applied to the flow: laminar, uncorre-
lated white noise and correlated modes. Each injection type has an impact on the shockwaves, giving insight on their
acoustic activity. Spectral analysis enhances the frequency response of the flow to the pattern injected. Bicoherence
statistics proves the non-linear production of harmonics. Spectral tracking of coherent structure showed the strong
penetration of upstream oblique waves in the supersonic core of the jet. This work points out the critical impact of
turbulence injection in such jets, in particular concerning the unsteady behaviour of the shock structure.

I. INTRODUCTION

A. Context

An underexpanded jet is the flow resulting from the discharge of a high pressure tank. In this flow, the gases are
expanded to an intermediary low pressure state, then recompressed to the ambient state. This flow is encountered in
various applications. In fundamental physics, particle accelerators use strongly underexpanded jets. Indeed, a small
amount of particles must be injected with the same velocity, the same direction. These requirements are obtained
with the intermediary low pressure state of underexpanded jets, providing a rarefied gas with a good homogeneity of
velocities [22].
In aeronautical turbines, particular care is taken of the fatigue of engines. After years of operations, some cracks
appear in the walls of the engine. This concerns in particular high pressure compressor stages, combustion chamber,
and high pressure turbine. Because of the pressure gap betwen the two sides of the wall, possible flow leaks become
underexpanded jets. Like a high pressure water jet can cut plastic sheets, the resulting jets can destroy devices nearby.
It is a matter of safety, and the operation or the control of the engine can be altered [15].
In rocket launchers, cryotechnic igniters starts the combustion of second stage engines (e.g. Vinci) with the au-
toignition of two reactants. Fuel and oxidizer, injected in near vacuum conditions, are mixed in the interaction of two
underexpanded jets. These configurations are focused on the near-injection region, in the first diameters of the jet
development.

B. Basic physics of underexpanded jets

Underexpanded jets are generated by an injector fed with a gas at a high pressure compared to the ambiant
pressure. After injection, the fluid is expanded through a complex pattern of expansion/recompression zones, The
Nozzle Pressure Ratio (NPR), i.e. the static pressure at the nozzle divided by the ambiant pressure, and the Mach
number at the injection are both essential parameters. For this study, we will consider only sonic jets, i.e. without
diverging nozzle at the exit.
Fig. 1 shows a typical sonic underexpanded jet at NPR 4.7 [34], with a Schlieren visualization done at the Institute
of Theoretical and Applied Mechanics (ITAM) of Novossibirsk. A first cell of expansion is clearly visible, but the flow
is blurred drownstram by the growth of turbulent motion. This picture illustrates distinctly the struggle between
inviscid structures and turbulence.
In Case of sonic jets with a NPR slightly superior to unity, the jet is said weakly underexpanded (Fig. 2, N P R ≈ 1.2),
showing typical series of several expansion/compression cells often refered as ’diamond shock pattern’. For higher
pressure ratios, the cells become barrel shaped [5, 28] because of the reflection of the expansion fan on the slip line
(Fig. 2, N P R ≈ 3) [4]. These structures can be commonly observed on the exhaust of jet engines, especially in
afterburner regime. The strongest compression zones lie in the downstream tip of compression bundles. For weakly
110 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

FIG. 1: 1/30 sec. Schlieren picture of a sonic jet, NPR=4.7 (Courtesy of ITAM, Novossibirsk [34])

underexpanded jet, these discontinuities are located at the end of each ’barrel’, and the extremum of the compression
occurs at the downstream rim of the barrel.
For pressure ratios higher than 4, the jet is said highly underexpanded (Fig. 2, N P R ≈ 10), and presents an intense
expansion zone limited by a barrel shaped weak shock, itself ended by a strong disc-shaped shock [6, 9, 16]. This
shock pattern, sometimes referred to the ’Mach Bottle’ is the inner side of the compression zone surrounding the
jet. A thin and intense mixing layer makes the outer side of the unique expansion cell. Turbulence is created in a
convective curved zone througg the development of longitudinal vortices by the Goertler instability [35]. For NPR
rising from 2 to 4 [7], the barrels become thicker, the disc shaped shocks appear at their bottom, and their number
decreases to one.
These flows contain strong discontinuities with huge pressure jumps in the shocks, and ’slip lines’, i.e. curved and
narrow mixing layers, between supersonic flow and fluid at rest. The balance between the mixing effect of turbulence
and the inviscid segregated flow controls the development of the plume. The inviscid compressible flow near the
injection becomes downstream a nearly incompressible viscous flow. Such jets generate strong acoustic noise near
the injection. The Screech phenomenon, first observed by Powell [24] corresponds to a coupling between structures
convected downstream by the jet and acoustics travelling upstream outside of the jet [25]. This particular feature,
critical for the acoustic fatigue in high speed aircraft, has been experimentally [21] and numerically [19] analysed.

Mixing Mixing
region region

Actual Shear
jet layer
boundary
Mach
Jet disk
boundary
Oblique Invicid Oblique
Core shock jet shock
waves boundary waves
       

 
         

       

 
         

       

 
         

NPR=1 NPR=1.2 NPR=3 NPR=10


Increasing pressure ratio

FIG. 2: Evolution of under-expanded jets plumes for an increasing pressure ratio

Supersonic jets have been numerically investigated very early in the 1950s with the Method of Characteristics [4, 9].
This Euler-based method gave the inviscid parameters of plumes such as the length and diameter of the barrel shock.
Finite differences schemes with shock capturing techniques allowed to capture stationary viscous flow properties [1, 7,
8], with good matching of the plume development compared to experiments. Recently, Large Eddy Simulation gave
more quantitative results on noise generated by adapted and weakly under-expanded supersonic jets [2]. The impact
5.6. Simulations 111

of turbulence is difficult to take into account in RANS as no turbulent model is available for the curved supersonic
mixing layer.
The screech phenomenon is commonly simulated with Unsteady RANS approaches [29] associated to specific tur-
bulent models [32], bidimensional [12, 14, 18] and three dimensional LES [13] and finally DNS [20] in a simplified
framewrork.
LES is usually applied to supersonic flows through a Riemann Solver Approach. The numerical schemes involved
(MUSCL, WENO) are accurate but CPU-time consuming, and often limit simulations to small and/or structured
grids. The Flux Corrected Transport (FCT) approach uses compact centered schemes and artificial viscosity. This
last strategy is rarely encountered in the bibliography, but shows some advantages. Compact centered schemes are
compatible with unstructured grids, which is useful in complex geometries. Riemann solvers approach is built upon a
gas law, and assumes that the fluid is non reactive. FCT approach avoid these hypothesis, allowing easier developments
towards combustion and real gas applications. In this frame, this paper presents the results of a FCT approach on two
under-expanded jets. The analysis of steady and unsteady features resolved shows the informations available through
these computations.

C. Organization of the paper

The paper is organized as follows. Sec.II presents the numerical method, clarifying the advantages and drawbacks
of the explicit fully compressible approach. The simulations are validated in Sec. III. Calculated profiles of mean
and fluctuating values calculated are compared to experimental profiles of Seiner [28] and Chuech [5] on Pressure
and Velocity field. Sec. IV shows observations of a fluctuating diamond-shock pattern. It starts with the temporal
evolution of the profile of pressure on jet axis. The localization of acoustic activity for three different excitations of
the jets follows, preparing the spectral part of the paper. Then, Sec. V gathers the acoustic analysis of the jet. It
begins with the spatial evolution of frequency spectrum with downstream distance. A bicoherence analysis follows,
proving any non linear coupling between main modes. In the end, a coherent structure tracking isolates the main
acoustic fluxes and their direction of propagation.

II. NUMERICAL METHODS

A. Governing equations

LES involves the spatial filtering operation:


Z +∞
f (x, t) = f (x0 , t)G(x0 , x)dx0 (1)
−∞

where G denotes the filter function and f (x, t) is the filtered value of the variable f (x, t). The filter function is defined
R +∞
as G(x0 , x) ≡ g(x0 − x) with properties g(x) = g(−x) and −∞ g(x)dx = 1. In the mathematical description of
compressible turbulent flows, the primary variables are the density ρ(x, t), the velocity vector ui (x, t)and the total
energy E(x, t). The application of the filtering operation to the instantaneous transport equations yields [23].

∂ ρ̄ ∂
a) ∂t + ∂xi (ρ̄ũi ) = 0  
∂ ρ̄u˜j ∂τ
b) ∂t

+ ∂x i 
∂ p̄
(ρ̄ũi u˜j ) = − ∂x j
+ ∂xjkk ∂
− ∂x i 
ρ̄T˜ij (2)
   
∂ q¯
c) ∂ ρ̄Ẽ
∂t

+ ∂x i

ρ̄ũi Ẽ = − ∂xjj + ∂x j

[(τij − pδij )ui ] − ∂x j

ρ̄Q̃j − ∂x j
ρ̄T˜ij ũi

In 2, one uses the Favre-filtered variable [10] f˜ = ρf /ρ̄. The fluid follows the ideal gas law p = ρRT and es = Cv T
where T stands for temperature. The tensors of viscosity and Von Neumann-Richtmyer artificial viscosity, and the
heat diffusion vector read respectively
 
∂u
τij = µ ∂x ∂ui
+ ∂xji + 32 ∂u
∂xk δij
k
j
∂T
(3)
qi = −λ ∂x i

In 3, µ is the fluid viscosity following Sutherland’s law and λ is the heat diffusion coefficient following Fourier’s
law. The objective of LES is to compute the largest structures of the flow (these structures are typically larger
112 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

than the computational mesh size), whereas the effects of the smaller scales are modelled. This scale separation is
obtained through the filtering operation 1, and the unknowns T˜ij ,Q̃i correspond to the so-called subgrid scale (SGS)
(c.f. [11, 26]). The unkresolved SGS stress tensor T˜ij requires a sub-grid turbulence model. Introducing the concept
of SGS turbulent viscosity most models read [30]:

1 ˜
T˜ij = (ug ˜
i uj − ũi u˜j ) = −2νt Sij + Tll δij (4)
3
with
 
1 ∂ ũi ∂ u˜j 2 ∂ u˜k
S˜ij = + − δij (5)
2 ∂xj ∂xi 3 ∂xk

In equations 4 and 5, S˜ij is the resolved strain tensor and νt the SGS turbulent viscosity.Dimensional analysis yields
√ √
νt ∝ lSGS × qSGS , where lSGS is the length scale of the unresolved motion and qSGS its velocity scale. In the
Smagorinsky model [30] used here, the expression of νt follows:

νt = (CS ∆)2 2Sij Sij


p
(6)
In 6, ∆ denotes the filter characteristic length and is approximated by the cubic root of the cell volume, and CS =
(0.1 − 0.18) is the model constant. The SGS energy flux Q̃i = Cp (Tg uj − T̃ u˜j ) is modelled by the use of the eddy
diffusivity concept with a turbulent Prandlt number P rt = 0.9, so that κt = νt Cp /P rt and

∂ T̃
Q̃i = −κt (7)
∂xi
Note that T̃ is the modified filtered temperature and satisfies the modeled filtered state equation p̄ = ρ̄RT̃ .
The description does not intend to be comprehensive and for further information the reader is referred to [26]. The
numerical implementation of LES in the computer code AVBP is also given. Further information about AVBP is
found in [27].

B. General description of the code

The LES code (AVBP) solves the LES transport equations on structured, unstructured or hybrids grids (cf:
http://www.cerfacs.fr). The numerical approach is based on finite volumes schemes using the cell-vertex
method [27] and offers third-order spatial and temporal accuracies. Variations in the filter sizes due to non-uniform
meshes are not directly accounted for in the LES models. Changes in the cell topologies and sizes are only accounted
1/3
for through the use of the local cell volume, i.e. ∆ = Vcell . Grid refinement needs therefore to be carefully controlled
for the LES model to operate efficiently. Such effects are beyond of the scope this work although great care has been
taken to minimize the consequences on the predictions.
Concerning artificial viscosity aspects, the Jameson formulation, with the second order and fourth order coefficients
set respectively to 1/40 and 1/256 is used, triggered on by sensors on strong gradients. The Von Neumann-Richtmyer
viscosity [33] is also used to handle shocks. The right hand side of the momentum transport equation receives the
term ∂pVij N R /∂xi . It performs a local perturbation of the pressure field triggered by the velocity divergence, which
thickens shocks. This tensor is expressed as
 
∂uk ∂ρui
pVij N R = −∆2 max

δkl δij (8)
k=1,n ∂xl ∂xj
A dimension analysis of this term shows a negligible effect on acoustic perturbations. Indeed, using subscript 0 for
reference state, subscript ac for quantities related to acoustics and F for the frequency of acoustic perturbations, the
Von Neumann-Richtmyer term related to acoustics sizes:
 2
ρ0 ∆2 ∂u
 V N R
pij ac
≈ ∂x iac
h 2
∆2 ∂p
≈ ρ0 c20 ∂x
2
ac (9)
∆Pac ∆2 Fac 2
≈ ρ0 c20 2 c20
(ρ0 c20 )
I II III
5.6. Simulations 113

Term I is the size of Euler terms in Eq. 2.b. For acoustic features, term II is negligible. Hence, the VNR term is
negligible as long as term III is lower than unity, i.e. F < cO /∆. This last condition is always verified, since the
maximal frequency reachable in an explicit code is c0 /∆.

C. Inlet conditions

The inlet is a Dirichlet supersonic inlet. Three versions are tested. Case 1 is a laminar supersonic inlet. In Case 2, a
random noise is added to the velocity at each node. The amplitude of the perturbation is about 5%. In Case 3, several
coherent perturbations are added on the velocity field, following the approach of Smirnov [31]. The strength and scale
are set assuming an homogeneous isotropic turbulence spectrum. The local amplitude of the coherent perturbations
follows approximately the fully developed RMS velocity profile of a turbulent duct. A constant pressure outlet is set
downstream with an NSCBC weak formulation allowing small inflows.
The serie of cases investigated begins with the jet described in Chuech [5](Mi = 1; N P R = 1.2). Cases 1,2 and 3 are
all related to this jet, differing by their respectives injection conditions. Case 1 injects a sonic under-expanded laminar,
i.e. without any temporal perturbation of the mean profile. In Case 2, the injected velocity receives a perturbation
~ x, t) of random magnitude and direction. The random step is estimated at each iteration for each node and shows
δv(~
a flat power spectral density. The perturbation is then considered as a white noise spatially and temporally non-
correlated. Case 3 uses the turbulence injection previously presented, with the RMS profile on velocity inspired from
fully developed flows (FDF) : 5% to 7% from the axis to the rim, with a circumferential layer, 1/10D thick , reaching
15% at the rim. Case 4 is the jet studied by Seiner and Norum [28](Mi = 1.99; N P R = 1.47), with the same turbulent
injection.

Case Mi N P R D Experiment Injection Magnitude of pert.[% of Ui ]


1 1 1.2 9.5mm Chuech [5] Laminar -
2 1 1.2 9.5mm Chuech White noise 15%
3 1 1.2 9.5mm Chuech Turbulent FDF-like profile
4 1.99 1.47 50mm Seiner [28] Turbulent FDF-like profile

TABLE I: Parameters of the four cases simulated


114 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

III. VALIDATIONS

A. Inviscid phenomenas

The diamond shock pattern is a repetition of expansion and compression zones. In the comparison of two similar
jets, the small differences on these compressions/expansions accumulate over the downstream distance. Hence the
longitudinal pressure profile is a rough test for the validation of simulations.
The experiment of Seiner gave the longitudinal pressure profile of a Mach 1.88 weakly underexpanded jet (N P R =
1.47). These conditions give a long diamond shock pattern with ten compression/expansion cells visible down to
x = 25D. The simulation of this jet is compared to this experimental data. To set up the plot of Fig. 3, a hundred
of probes are distributed on the jet axis, for 0 < x < 20D. No interpolation is used. The mean pressure profile is
displayed, with error bars giving the minimum and the maximum pressure recorded at each location.
The cell length observed is 2.5D in the simulation, to be compared with 2.6D in the experiment. The oscillations
vanishes at x = 20D in the simulation, and x = 25D in the experiment, while the difference of extremas is growing
downstream, reaching the amplitude of the mean signal oscillations around x = 15D. One can note that the oscillations
of minimas are slightly decayed downstream.
This LES proved a fair agreement between experiments and simulations concerning the inviscid structure. However,
the simulation overestimates dissipation. The fluctuating nature of the flow must now be investigated.

2.5

Experiment
Simulation
2

1.5
P/P0

0.5

0
0 10 20
x/D

FIG. 3: Seiner jet and Case 4 : Mach 1.99 and pressure ratio 1.47 (verifer si resultats meilleurs avec turb FDF)

B. Viscous phenomenas

Turbulence is visible through the development of the jet plume. The fluctuations can be measured at the first order
with averaged quantities of velocity ū, and at the second order with the Root Mean Squared velocity uRM S = u¯2 − ū2 .
Chuech held experimental measurements of this nature on a sonic weakly underexpanded jet (N P R = 1.2), both on
longitudinal and radial locations. The simulation of this jet is profiled the same way with a hundred of probes in
the jet axis for x < 20D and four orthogonal rakes of ten probes. The unstructured grid imposed slightly staggered
probes, but no interpolation was necessary. Mean and fluctuating quantities has been averaged according to the
Reynolds definition, from 8.25ms to 10.5ms. This time must be compared to the convective time, i.e 0.65ms for a
particle travelling the twenty first diameters.
5.6. Simulations 115

The comparison between simulation and to Chuech’s data is displayed in Fig. 4 for longitudinal results and in
Fig. 5 for radial results. Fig. 4.a points out the longitudinal segregation between the potential core (0 to 5D) and
the turbulent decay of the plume (7D and downstream). Simulated velocity profiles oscillate in the potential core,
as expected by theory. Experimental measurements are steady but give a spatially averaged profile where the global
increase of the velocity is visible. Concerning the different injections, the transition zone of Case 3 is located around
5D, like in the experiments, at least 3D upstream of the transition zones found for Cases 1 and 2. In Fig. 4.b, the
RMS values are normalised by the centerline velocity. Case 1 begins with a low fluctuating level around 4%, kept
until 10D. The fluctuations jumps up to 30%. Case 2 start with 15% of RMS velocity, but this is quickly damped
down to 3%. Then it rises up around 8D, reaching the level of 25%. Case 3 starts with 5% of RMS fluctuations, and
keep this level until 4 − 5D where the profile rises up to 20%. Longitudinal profiles shows then that the turbulence
injection develops a correct jet concerning the fluctuations level. The transition zone is slightly underestimated.
Fig. 5 shows the speading of the jet for the three cases. The first plane x/D = 0.2 confirm the accuracy of the
injected profile on mean velocity. Fluctuations are negligible for Case 1, and lower than 3% for Case 2, while the
imposed level was 15% 0.2D upstream. Case 3 shows the correct level of fluctuations in the core of the jet. High
magnitude of RMS in the turbulent layer are damped down to 10%. Profiles of mean velocity for the three planes
x/D = 5, 10, 20 follow the autosimilar classic behavior of free jets.
These results show again a good agreement between simulations and experiments concerning the viscous part of the
flow. The injection of coherent structure, i.e. Case 3, shows the best performances, especially at the beginning of the
jet. The two other injections underestimates the spreading of the jet. The differences fade out with the development
of the jet. The hierarchy of performances for the three injections is conform to intuition: Turbulent like injection is the
best choice, followed by the white noise injection. The inner processes leading of these differences may be investigated
with the analysis of the exhaustive data produced by these numerical simulations.

0.80
1.4 Exp. Exp.
Flat. Flat.
Noise. Noise.
1.2 Turb. Turb.
0.60

1.0

0.8
U/Ue

U/Uc

0.40

0.6

0.4 0.20

0.2

0.0 0.00
0.0 5.0 10.0 15.0 20.0 0.0 5.0 10.0 15.0 20.0
r/D r/D

a) Mean b) RMS

FIG. 4: Mean and RMS values of longitudinal velocity for Cases 1,2,and 3 compared to experiments
116 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

0.40

1.00
Exp. Exp.
Flat. Flat.
Noise. Noise.
Turb. Turb.

U/Uc

U/Uc
0.20
0.50

0.00 0.00
0.0 1.0 0.00 1.00 2.00
r/D r/D

x/D = 0.2D

1.00 0.40

Exp. Exp.
Flat. Flat.
0.80 Noise. Noise.
Turb. 0.30 Turb.

0.60
U/Uc

U/Uc
0.20

0.40

0.10
0.20

0.00 0.00
0.00 0.10 0.20 0.30 0.40 0.00 0.10 0.20 0.30 0.40
r/D r/D

x/D = 5D

1.00 0.40

Exp. Exp.
Flat. Flat.
0.80 Noise. Noise.
Turb. 0.30 Turb.

0.60
U/Uc

U/Uc

0.20

0.40

0.10
0.20

0.00 0.00
0.00 0.10 0.20 0.30 0.40 0.00 0.10 0.20 0.30 0.40
r/D r/D

x/D = 10D

1.00 0.40

Exp. Exp.
Flat. Flat.
0.80 Noise. Noise.
Turb. 0.30 Turb.

0.60
U/Uc

U/Uc

0.20

0.40

0.10
0.20

0.00 0.00
0.00 0.10 0.20 0.30 0.40 0.00 0.10 0.20 0.30 0.40
r/D r/D

x/D = 20D
Mean RMS

FIG. 5: Mean and RMS values of velocity for Cases 1,2,and 3 compared to experiments
5.6. Simulations 117

IV. RESULTS

A. Temporal evolution of pressure along the axis

The diamond shock pattern is not steady, as observed in Fig. 3. This unsteadiness must be investigated from a
temporal point of view. Previous numerical investigation has been focused on shock motion, in order to study the
receptivity of a sreeching jet [17]. The simulated jets are not screeching, but the same mechanisms are present.
The jet of Seiner (Mach=2, NPR=1.47) is used here, with the pressure records of a hundred of probes on the jet
axis. The local pressure is mapped versus time in the range [9, 11.5ms] and centerline location for x < 20D on Fig. 6.
The averaged local velocity ū(x) and the speed of sound c are computed from the dataset, and are represented with
lines on the pressure map. Sound speed slopes lines (white) going upstream and downstream are placed on each
alignment of three pressure minima.
For x < 7D, the vertical stripes of the pressure map show three quasi-steady compression expansion cells. For
7D < x < 15, the cells are more and more staggered. Beyond x = 15D, coherent cells are not visible anymore. In the
staggered region, several peaks are visible both for both maximas and minimas. These peaks travel downstream at
the sonic speed, according to the reference slope +c. The locations of these peaks are also aligned with the reference
slope of upstream sonic speed −c. The reference slope u proves that these peaks are definitely not advected.
Fig. 6 shows that the peaks observed on pressure extremas are at the crossroads of structures travelling downstream
and upstream at the sound speed. The advected coherent signal does not affect directly the diamond shock structure,
a more complex process is in action.

FIG. 6: Temporal evolution of the Pressure on the Seiner jet


118 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

10

B. Distribution of acoustic sources

The fluctuations observed on Fig. 6 were measured on the centerline, but strong unsteady processes also take place
in the mixing layer.The RMS value of the density gradient norm is used as an acoustic activity indicator on Fig. 7,
~ RM S on longitudinal planes for the three types in injection used in the simulation of the Seiner’s Jet
showing |∇ρ|
(Mach 1, N P R = 1.2). These planes are direct cuts, i.e. without azimuthal averaging.
The spreading of the jet increases from Case 1 to Case 3: '5◦ for laminar injection, '7◦ for white noise injection,
'9◦ for turbulent-like injection. The acoustic activity zone is concentrated closer to the injection in Case 3, compared
to Case 1 and 2. Close to the injection, Case 1 is very quiet, excepted on the diamond shock structure. Narrow zones
of activity are located on the end of each expansion/compression cell for all simulations. The zoomed views displayed
on the left hand side show that peaks are higher but lose their strenght quicker for Case 3, compared to Cases 1 and
2. A regular and intense activity is visible in the mixing layer of Case 3 (x < 7D), with peaks at the crossing of
compression zone with the mixing layer. On the opposite, the mixing layer of Case 1 and 2 are quiet with transient
high peaks on the same spots.
To summarize, each of the three cases simulated has its own scenario of development. Compared to Case 2, Case
1 starts with a quiet cell and develops slower. On the opposite, Case 3 simulation is quickly developped. Compared
to centerline shock, the mixing layer is almost inactive for Cases 1 and 2, while it is preponderant for Case 3.

Case 1

Case 2

Case 3


~
FIG. 7: Acoustic sources indicated by Density gradient fluctuations ∇ρ . Left: Near injection close up (3D × 3D), Right:
RM S
overall aspect (20D × 6D)
5.6. Simulations 119

11

C. Longitudinal evolution of spectrums

In order to identify the three different scenarii, it is usefull to evaluate the energy distribution between the scales,
and its evolution over the jet development. A temporal Fourier transform gives this information. Velocity records of
forty probes in the mixing layer (x < 10D) are available for a temporal range long enough to perform a Fast Fourier
Transformation (16384 samples). The frequency resolution is 465Hz. The left hand side of Fig. 8 is a mapping of
the FFT Power Spectral Density (PSD) versus frequency (abcissa) and probe location (ordinates). The left hand side
plots are the FFT results for five equidistant positions x/D = 0, 2.5, 5, 7.5, 10. Scale is logarithmic for Frequencies
and PSD. A running average over five consecutive points has been applied to clean up the spectrums.
The spectral map of Case 1 shows the progessive filling of the spectrum from low frequencies. From an empty
energy spectra, the successive FFT grow up smoothly to a developed spectrum. The only exception is the brutal
growth of the 20000 Hz mode, at x/D = 6, followed by a broad 16000 Hz mode, at x/D = 8. The main part of the
growth occurs in the zone 0 < x < 2.5D.
The white noise of Case 2 is visible on the first profile (x/D = 0). High frequencies are quickly damped while low
frequencies are growing up. For x/D = 7, the flow reaches a developed spectrum. The map traduces the apparition and
disparition of several peaks, roughly corresponding to 15000, 21000, 28000 and 34000 Hz for the range 0.5D < x < 3D.
Then, a complex distribution of energy is rising beyond x > 3.5D for the frequency range [0,30000Hz]. The main part
of the evolution occurs again in the zone 0 < x < 2.5D.
The turbulent-like injection of Case 3 leads to a initial spectrum already developed at high frequencies. The energy
of low frequencies [0, 400000Hz] at x = 0D is as low as in Case 2, excepted for the modes 10000 and 14000 Hz. The
other visible modes are 57000, 120000, 180000 and 340000 Hz. The spectral map shows a continuous evolution from
the first spectrum to the developed one, the energy concentrating toward low frequencies. Developed spectrum is
almost reached at x/D = 4.
Fig. 8 is giving information about the development of each case. The simulation of Case 1 fills up the energy spectrum
with the lowest frequencies, i.e. the largest structures and the mean flow. Case 2 proved a selection of several modes
by the white noise in the very first diameters, followed by the growth of low frequency modes [0, 30000Hz]. Case 3
develops straightly the same low frequency growth [0, 30000Hz] closer to the injection. All cases lead to developed
spectra similar in shape and amplitude, but the three scenarii are very different from a spectral point of view. The
most discriminant behavior is probably visible in the first diameters, where the variations of energy distribution are
the highest for all cases.
120 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

12

Case 1, map Case 1, profiles

Case 2, map Case 2, profiles

Case 3, map Case 3, profiles

FIG. 8: Power Spectral Density along the mixing layer (FFT estimation)
5.6. Simulations 121

13

D. Bichorence Spectrum Analysis

Fig. 8 indicated that a spectral analysis focused between x/D = 1 and x/D = 2 would allow to investigate further
the differences between the three screnarii of jet development. As this is a restriction to a small region, simple energy
transfers might be reachable. Bicoherence analysis is designed to identify the energy transfers between the frequencies.
The quantity Bic2F GH is defined in Eq. 10 where F̂ , Ĝ, Ĥ are the Fourier transforms of the velocity signal recorded
at the location F, G, H, a longitudinal triplet of probes separated by a tenth of diameter. In this equation ∗ is used
for the conjugate form, and hi is the averaging on 32 triplets spread in the mixing layer. Quantity Bic2F GH is then
mapped in the Fig. 9 for Case 1,2 and 3. A peak in the right half (F 1 > 0) means that modes F 1 and F 2 feeds the
mode F 1 + F 2. A peak in the left half (F 1 < 0) means that modes F 1 and F 2 feeds the mode F 2 − F 1. All peaks
over the thresold 0.35 are circled.
D E 2
F̂ (f1 )Ĝ(f2 )Ĥ ∗ (f1 + f2 )

2
BicF GH (f1 , f2 ) =  2   2  (10)
F̂ (f1 )Ĝ(f2 ) Ĥ(f1 + f2 )

To ease the understanding of this tool, the initial x/D = 1 and final x/D = 2 spectra are displayed on the right hand
side of the figure.
Concerning Case 1, the vertical alignment of correlations (F 1 > 2000Hz, F 2 ' 0Hz) means that the mean flow
feeds all the range of frequencies. The diagonal (F 2 − F 1 ' 0) means that all the frequencies feeds the lowest one,
i.e. the extreme left of the spectrum.
Case 2 gives several diagonal alignments of correlations (F 1+F 2 ' 15000, 21000, 28000, 34000, 40000, etc...) meaning
that all F 1 frequencies feed several modes, as a white noise is expected to do. The same analysis on higher frequencies
(F 1, F 2 > 100000Hz) showed no bicoherence, indicating that the high frequencies injected are simply damped, not
redirected to low frequencies.
Case 3 contained an intense 10000Hz mode in the near injection region. The peak 0-10000Hz on the Fig. 9 proves
that this mode is still fed by low frequencies, one diameter after injection. A broad concentration of significant
10000-10000Hz interactions are also revealed by the bicoherence analysis, feeding the 20000 Hz mode. Then, a last
concentration of peaks in the region [−6000 < F 1 < 6000, 20000 < F 2 < 26000] explains the broad energy stripe
in the range [20000, 26000Hz] by a two-ways transfer from 20000Hz to 26000Hz (F 1 > 0 peaks), and back (F 1 < 0
peaks). No significative correlation can be seen beyond 30000Hz.
Fig. 9 enhances the contrast between the three scenarii. The laminar injection (Case 1) leads to a development
feeded by the low frequencies, i.e. the largest structures. The white noise injection excites several modes in the jet.
The evolution of spectrum, in Fig. 8 shows that these singular modes are quickly replaced by the developed spectrum.
The turbulent-like injection excites only the [0, 30000Hz] range, leading sooner than Case 2 to the developed spectrum.
122 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

14

Case 1
7e+08
x/D=2
x/D=1
6e+08

5e+08

4e+08

PSD(U)
3e+08

2e+08

1e+08

0
0.0 10000.0 20000.0 30000.0 40000.0 50000.0
Frequency [Hz]

Case 2
5e+09
x/D=2

21000Hz
x/D=1

4e+09

15000Hz
3e+09

34000Hz
PSD(U)

28000Hz

40000Hz
2e+09

1e+09

0
0.0 10000.0 20000.0 30000.0 40000.0 50000.0
Frequency [Hz]

Case 3
1.4e+10 x/D=2
x/D=1

10000Hz
1.2e+10

1e+10

18000Hz
PSD(U)

8e+09

6e+09

20000Hz

26000Hz
4e+09

2e+09

0
0.0 10000.0 20000.0 30000.0 40000.0 50000.0
Frequency [Hz]

FIG. 9: Bicoherence of the mixing layer velocity signal


5.6. Simulations 123

15

E. Frequency-Wavenumber Spectrum Analysis

The previous analysis enlighted the development of the jet downstream. The temporal evolution of the pressure
waves along the axis (Fig. 6) revealed that both upstream and downstream sonic velocity carried the fluctuations.
The frequency-wavenumber analysis allows to track the advection velocity of coherent structure, giving the energy
balance between upstream and downstream directions. This is particularly interesting in the near injection region,
where the receptivity of the jet is important.
Nine rakes of ten probes are placed longitudinally at [D < x < 2D], 2r/D = 0; ±0.3, ; ±0.4; ±0.5; ±0.6 in the
simulations of Cases 1,2 and 3. Each rake gives the necessary data to perform a Frequency-Wavenumber Spectrum
Analysis (FWSA), using the interspectra between all the probes, as introduced by Capon [3]. The distance between
probes being ∆x, the phase decay ∆Φ(f ) observed between two signals of frequency f is interpreted in the wave-
number form λ(f ) = ∆φ(f )/∆x = 2π∆φ(f )/∆t. A peak on the FWSA map, located at the position (f, λ) indicates
that a coherent signal of frequency f is travelling trough the probes at the speed 2πf /λ. Fig. 10 gives on the right
hand side the results at the center line, referring to the central rake (r = 0), and on the left hand side the mixing
layer results, referring to the other rakes. Concerning the mixing layer, the data recorded at the outer side of the jet
gave the same FWSA results as the inner side data. Hence, all mixing layer results are averaged. As all the spectra
are fading out with the high frequencies, the FWSA coherence must be normalized. Fig. 10.a and .b gives the norm
nF W SA (f ) used for each case, taken as the coherence of frequency f averaged over all the wavenumbers.
The convective speed expected inside the sonic jet is +c. The related acoustic speeds are then 0 and +2c. How-
ever acoustic waves propagate also in the still air surrounding the jet, leading to the acoustic speeds −c and +c.
Consequently, FWSA may capture the velocities −c (external upstream acoustic), +c (external downstream acoustic,
internal convection) and +2c (internal downstream acoustic)
First, the norm nF W SA (f ) profiles confirm the coherence fading out for high frequencies in both centerline and
mixing layer region, in particular for Case 1 (Fig. 10.a,.b). The laminar injection of Case 1 has shown a spectrum
limited to low frequencies. FWSA finds out these frequencies travelling downstream (+c) in the mixing layer (f <
40000Hz). A large range of structures is also identified, that travels upstream (−c) in both regions. Due to the
normalization, the upstream of waves for f < 40000Hz is hidden by the downstream traveling part. White noise
injection of Case 2 and Turbulent noise of Case 3 show only downstream travelling structures. Their velocity matches
(+c) excepted in the mixing layer of Case 2, where the velocities are observed between +0.6c and +c.
The large structures created in Case 1, and the injected structures in Case 2 and 3 are all captured by FWSA and
convected by the jet at the velocity +c. However, the laminar injection being very quiet, some upstream travelling
acoustic structures are observed, and should be linked to the feedback process occuring in screeching jets.
124 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

16
22 22
10 10
20 20
10 10
18 18
10 10
16 16
10 10
14 14
10 10

CSST Norm

CSST Norm
12 12
10 10
10 10
10 10
8 8
10 10
6 6
10 Case 1 10 Case 1
Case 2 Case 2
4 4
10 Case 3 10 Case 3

2 2
10 10
0 0
10 10
0.0 20000.0 40000.0 60000.0 80000.0 100000.0 0.0 20000.0 40000.0 60000.0 80000.0 100000.0
Frequency [Hz] Frequency [Hz]

a) Norm at the centerline b) Norm at the mixing layer

c) Case 1, centerline d) Case 1, mixing layer

e) Case 2, centerline f) Case 2, mixing layer

g) Case 3, centerline h) Case 3, mixing layer

FIG. 10: Coherent Structure Spectral Tracking applied in the region 1 < x/D < 2 at the centerline and at the mixing layer.
5.6. Simulations 125

17

[1] Abdol-Hamid, K. S., and R. G. Wilmoth, 1989, AIAA Journal 27(3), 315.
[2] Bogey, C., C. Bailly, and D. Juvé, 2003, Theoretical and Computational Fluid Dynamics 16(4), 273.
[3] Capon, J., 1969, in IEEE, volume 57, pp. 1408–1418.
[4] Chang, I.-S., 1945, Mach Reflection, Mach Disc, and the Associated Nozzle Free Jet Flows, Ph.D. thesis, University of
Illinois at Urbana-Champaign.
[5] Chuech, S. G., M. C. Lai, and G. M. Faeth, 1989, AIAA Journal 27, 549.
[6] Crist, S., D. R. Glass, and P. M. Sherman, 1966, AIAA Journal 4, 68.
[7] Cumber, P., M. Fairweather, S. Falle, and J. Giddings, 1995, Journal of Fluids Engineering 117, 599.
[8] Dash, S. M., and D. E. Wolf, 1985, AIAA Journal 23(4), 505.
[9] Eastman, D., and P. Radtke, 1963, AIAA Journal 1, 918.
[10] Favre, A., 1969, in Problems of hydrodynamics and continuum mechanics (SIAM, Philadelphia), pp. 231–266.
[11] Ferziger, J., 1997, in New tools in turbulence modelling, edited by O. Métais and J. Ferziger (Les Editions de Physique -
Springer Verlag), pp. 29 – 47.
[12] Imamoglu, B., and P. Balakumar, 2002, AIAA Paper 2002-2527.
[13] Imamoglu, B., and P. Balakumar, 2003, in 9th AIAA/CEAS Aeroacoustics Conference and Exhibit; Hilton Head, SC.
[14] Jorgenson, P., and C. Loh, 2002, AIAA Paper 2002-3889.
[15] Lehnasch, G., 2005, Contribution à l’étude numérique des jets supersoniques sous-détendus, Ph.D. thesis, Université de
Poitiers.
[16] Lewis, C., and D. Carlson, 1964, AIAA Journal 2(4), 776.
[17] Li, X., and J. Gao, 2005, Phys. Fluids 17(085105).
[18] Loh, C., H. S.C., and P. Jorgenson, 2001, AIAA Paper 2001-2252.
[19] Manning, T., 2000, A numerical investigation of sound generation in supersonic jet screech, Ph.D. thesis, Standford
University.
[20] Manning, T., and L. S. K., 1998, AIAA paper 1998-0282.
[21] Norum, T. D., 1982, in AIAA, Aerospace Sciences Meeting and Exhibit, 20th, Orlando.
[22] Palmer, J., and R. Hanson, 1998, AIAA Journal 36(2), 193.
[23] Poinsot, T., and D. Veynante, 2001, Theoretical and numerical combustion (R.T. Edwards).
[24] Powell, A., 1953, Aeronaut. Quart. 4(103-122).
[25] Raman, G., 1998, Prog. Aerosp. Sci. 34(1), 45.
[26] Sagaut, P., 2000, Large Eddy Simulation for incompressible flows, Scientific computation series (Springer-Verlag).
[27] Schönfeld, T., and M. Rudgyard, 1999, AIAA Journal 37(11), 1378.
[28] Seiner, J. M., and T. D. Norum, 1980, AIAA Paper 1980-965.
[29] Shen, H., and C. K. W. Tam, 1998, AIAA Journal 36(10), 1801.
[30] Smagorinsky, J., 1963, Mon. Weather Rev. 91, 99.
[31] Smirnov, A., S. Shi, and I. Celik, 2001, J. Fluid Eng. 123(2), 359.
[32] Thies, A., and C. K. W. Tam, 1996, AIAA Journal 34(2), 309.
[33] VonNeumann, J., and R. Richtmyer, 1950, Journal of Applied Physics 21(3), 232.
[34] Zapryagaev, V., V. Pickalov, N. Kiselev, and A. Nepomnyashchiy, 2004, Theor. Comput. Fluid Dynamics 18(2-4), 301.
[35] Zapryagaev, V. I., N. P. Kiselev, and A. A. Pavlov, 2004, J. of Applied Mechanics and Technical Physics(Russia) 45(3),
335.
126 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

5.6.4 Analyse de l’instabilité du jet


La simulation des grandes échelles crée des structures instationnaires sur lesquelles une valida-
tion est nécessaire. Les spectres fréquentiels d’analyse sont absents des résultats expérimentaux de
S.G. Chuech et al. (29). C’est pourquoi un travail de recherche parallèle sur l’instabilité du jet a été
engagé pour cette thèse entre le CERFACS et le SINUMEF1 .
En effet, Z. Mazen a effectué une étude de stabilité linéaire à partir d’un champ de base fourni
par la simulation des grandes échelles. Ces travaux ont été encadrés par le Pr. J.C. Robinet au labora-
toire SINUMEF de l’ENSAM2 de Paris, dans le cadre du stage de Master de Recherche de l’Ecole
Polytechnique, du 1er mars au 12 juillet 2005. Il s’agit d’une méthode de collocation spectrale
qui montre la croissance de modes normaux dans les équations aux petites perturbations d’Euler
simplifiées (équations de Rayleigh (123)). Le rapport complet (104) détaille l’établissement des
équations, discute l’hypothèse forte d’un jet parallèle, et présente les résultats. Les modes normaux
utilisés comme petites perturbations sont de la forme X = X̂(r) expi(αx+qθ−ωt) dans des coordonnés
cylindriques x, r, θ, t. Ainsi, le mode q = 0 correspond au vortex axisymétrique visible par un ”rond
de fumée”, tandis que le mode q = 1 est le vortex incliné à 45◦ vers l’aval entre les directions
azimutales et longitudinales. En fixant le mode azimuthal , les résultats d’amplification spatiale de
chaque mode sont obtenus. Le tableau 5.2 recense les modes les plus instables, c.a.d. les grandes
valeurs de =(−α0 ), prouvant que le mode q = 1 est le plus amplifié, suivi par q = 0, q = 2 et q = 3.
La simulation aux grandes échelles de ce même jet excité par un bruit blanc montre que la
perturbation alimente plusieurs modes, comme l’illustre les spectre basse fréquences pris à x/D = 1
et x/D = 2 de la Fig. 5.18. On remarque notamment la croissance de pics autour de 15 kHz,12.5 kHz
et enfin 17.5 kHz, des fréquences tout à fait comparables aux résultats de l’analyse linéaire.
L’angle des structures principales β dans la couche de mélange par rapport au mode q = 0 est
connu par la relation β = arccos(0.58/Mc )) établie par N.D. Sandham et W.C. Reynolds (129) en
analyse linéaire, puis confirmée par les DNS de D.J. Risha (124). Cette relation donne dans le cas de
Chuech β = 33◦ , et dans celui de Seiner β = 66◦ . Les premières structures turbulentes observables
dans les deux simulations montrent sur la Fig. 5.19 un accord satisfaisant avec cette théorie.
Ce travail de comparaison s’avère concluant : la SGE excite des modes propres du jet qui corres-
pondent aux résultats d’une analyse linéaire de l’instabilité non-visqueuse du jet. Ces modes peuvent
ensuite interagir non linéairement entre eux, ce qui alimente de nouveaux modes de fréquence plus
élevée révélés par l’analyse de bicohérence spectrale.

1
Laboratoire de Simulation Numérique en Mécanique des Fluides
2
Ecole Nationale Supérieure d’Art et Metiers
5.6. Simulations 127

Nombre d’onde Facteur d’amplification Fréquence la


azimuthal spatial temporelle plus instable
q=0 α0 = 4.65714 − 1.37481i ω0 = 2.49 17.3 kHz
q=1 α0 = 4.45556 − 1.43825i ω0 = 2.27 15.8 kHz
q=2 α0 = 4.40144 − 1.27974i ω0 = 2.08 14.48 kHz
q=3 α0 = 4.15484 − 0.94270i ω0 = 1.85 12.88 kHz

T. 5.2 – Résultats d’une l’analyse de stabilité linéaire effectué sur un champ de base obtenu par
SGE du jet de S.G. Chuech (29).

5e+09
x/D=2
21000Hz

x/D=1

4e+09
15000Hz

3e+09
34000Hz
PSD(U)

28000Hz

40000Hz

2e+09

1e+09

0
0.0 10000.0 20000.0 30000.0 40000.0 50000.0
Frequency [Hz]

F. 5.18 – Spectres basses fréquences d’un jet sous-détendu excité par un bruit blanc. Coupes à un
et deux diamètres
128 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

o
66
o
33

a) Cheng’s Case : Mc = 0.679 a) Seiner’s Case : Mc = 1.39

F. 5.19 – Vitesse longitudinale observée sur le cylindre r/D = 0.55, et angle des premières struc-
tures turbulente obtenues par analyse linéaire de l’instabilité.
5.7. Elements particuliers au calcul de jets supersoniques 129

5.7 Elements particuliers au calcul de jets supersoniques


5.7.1 Conditions aux limites
Les conditions aux limites sont des frontières artificielles que l’on choisit pour étudier un
domaine de calcul fini. Afin de diminuer leur influence, on peut les imposer en augmentant la
précision de leur formulation, ou bien les éloigner significativement du domaine d’interêt. Les cal-
culs présentés ici utilisent la deuxième option grâce au maillage non structuré. Une zone tampon
entoure la zone utile de calcul. La grande liberté de déraffinement du maillage autorise une zone
tampon très grande, et rend les perturbations issues du domaine d’intérêt infinitésimales. La formu-
lation NSCBC des conditions limites (118) est utilisé en sortie de domaine, mais sa précision est
superflue : des résultats identiques sont obtenus avec des parois solides. Pour un écoulement ex-
terne supersonique comme un jet libre, illustré en Fig. 5.20.a, le bruit de jet disparaı̂t avant d’avoir
pu traverser la zone tampon. Enfin, le jet se dilue complètement avant de toucher une condition aux
limites de sortie. Pour un écoulement interne comme une chambre à haute pression se vidant par
une tuyère, illustrée en Fig. 5.20.b, la zone tampon repésente un réservoir infini. Ainsi, la tuyère
peut s’amorcer et se désarmorcer au cours de la simulation sans qu’il soit nécessaire d’adapter la
condition limite de sortie. A l’usage, la zone tampon diminue l’impact des conditions aux limites.
Son interaction avec la zone utile de calcul revient à une condition aux limites très absorbante, tout
en maintenant la pression comme le ferait un réservoir infini. Cette stratégie demande cependant de
suivre quelques règles de mise en place.

       
       

       
       

       
       

       
       

       
       

       
       

       
       

       
       

       

       

Domaine de calcul
       

       

       

       

       

       

Zone Tampon

a) Ecoulement externe

                      
                      

                      
                      

                      
                      

                      
                      

                      
                      

Domaine de calcul
                      
                      

                      
                      

                      
                      

                      
                      

                      
                      

          
















































Zone Tampon
                      

           
                      

           
                      

           
                      

           
                      

           
                      

           
                      

           
                      

           
                      

b) Ecoulement interne

F. 5.20 – Deux façons d’utiliser une zone tampon en supersonique.

Le passage du domaine de calcul à la zone tampon exige une variation faible et continue des
130 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

mailles. Dans le cas contraire, la zone tampon crée des perturbations parasites dans la solution : elle
est ”bruyante”. Cette contrainte se traduit par un ratio maximal entre le volume de deux cellules
adjacentes. L’ordre de grandeur du ratio volumique est de 2 pour un maillage de bonne qualité
, soit un ratio de 1.25 sur les cotés des cellules. Les zones tampons utilisent conjointement une
augmentation de la taille des cellules avec une augmentation de la viscosité artificielle. On prendra
soin de placer le gradient de viscosité à l’aval dans une zone à pas de maillage constant, comme sur
la Fig. 5.21. En effet, l’addition des deux variations (maille et viscosité) peut rendre la simulation
bruyante localement. Avec une zone tampon qui respecte les régles énoncées précédemment, le
gain en robustesse est substantiel. Par contre, le faible ratio entre les cellules peut se révéler coûteux
en terme de maillage. Cette technique est utilisée dans tous les travaux présentés dans cette thèse
faisant intervenir un jet supersonique.

Augmentation de taille des cellules Augmentation de la viscosite artificielle

F. 5.21 – Ségrégation du gradient de maille (quadrillage) et du gradient de viscosité artificielle


(dégradé de gris)
5.7. Elements particuliers au calcul de jets supersoniques 131

5.7.2 Quelques précisions sur des calculs en supersoniques


Nombre de Mach sur une condition aux limites
Le traitement des conditions aux limites est construit d’après des hypothèses faites sur l’extérieur
du domaine de calcul. Le cas d’un écoulement supersonique sortant du calcul est simple. Par sa
nature hyperbolique, la solution proche de la frontière ne dépend pas du milieu extérieur. Il est
utile de mentionner un contre exemple subtil où l’écoulement est supersonique mais dépend du
milieu extérieur. Soit une chambre de combustion suivie d’un distributeur transsonique à aubes
inclinées à 45 degrés, accélérant le fluide à Mach = 1.1. Dans le domaine de calcul donné en
Fig. 5.22, le nombre de Mach vaut 1.1 sur toute la condition de sortie, mais le Mach local associé
aux conditions aux limites vaut 1.1 × cos(45) = 0.77. Ainsi, le domaine de calcul ne profite pas
du caractère hyperbolique de l’écoulement. Il faut lui préférer un domaine se terminant par des
frontière orthogonales aux lignes de courant, illustré par la Fig. 5.23. Malgré l’apparente simplicité
de ce propos, il est nécessaire d’insister sur le caractère directionnel du nombre de Mach.




Periodique




   






   






   
   

   
   

   
   

Domaine de calcul
   
        
    

   
        
    

    
    

    
    

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    

        

    

        

    

        

    

    

F. 5.22 – Domaine de calcul d’une chambre de combustion suivie d’un distributeur transsonique

Periodique




   






   






   
   

   
   

   
   

Domaine de calcul
   
        
    

   
        
    

    
    

    
    

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    
    

        

    

        

    

        

    

        

    

    

F. 5.23 – Domaine de calcul corrigé d’une chambre de combustion suivie d’un distributeur trans-
sonique
132 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

Les jet supersoniques adaptés


Un jet supersonique est dit ’adapté’ si sa pression est égale à la pression du milieu ambiant. L’ex-
pansion de Prandtl-Meyer initiale est donc quasi-inexistante. Par conséquent, les jet ’adaptés’ sont
vierges de toute structure supersonique. Cependant, si le jet est légèrement divergent (demi angle
de quelques degrés), la quantité de mouvement radial contenue dans l’expansion suffit à modifier
substantiellement la pression du fluide. Cette subtilité est confirmée par le Dr. Zapryagaev :
Avis du Dr. Zapryagaev sur les jets adaptés non-parallèles, Février 2006

”Dear Antoine,
(...)About your question : ”In other words, does an adapted non parallel jet can develop diamond
shock structures ?” I think it is possible. Term ”adapted” is characteristics of one from some
gasdynamic parameters of supersonic jet in local region (nozzle exit only). Therefore if only one
from jet parameters is adapted to ambient condition (P jet = Pambient ) but angle of velocity vector
α is nonparallel of axis you have diamond structure. If you have P jet = Pambient and α = 0, the
jet (without viscosity) is a parallel flow without any structures. For your case, how I understand,
for Mexit = 1 any disturbance (P jet , Pambient or α , 0 i.e boundary is nonparallel) is a cause
for appearance of diamond structure. You can see a likewise phenomena - pseudoshock which
corresponds to transform supersonic flow to subsonic flow in channel. (...)
Best regards
Valery Zapryagaev”
Dr. Valery Ivanovich Zapryagaev, Lecturer, Russian Academy of Sciences Siberian Division ;
Institutskaya Str. 4/1, Novosibirsk 630090, Russia

Il faut donc noter qu’un jet supersonique dont la pression est adaptée sur la section de sortie peut
présenter des structures de compression/expansion si il n’est pas strictement parallèle à l’injection.
Il est fort probable que les expérimentateurs aient été les premiers spectateurs du paradoxe jet
adapté / écoulement en diamants. En effet, un jet fortement supersonique (Mach = 2 par exemple)
doit être accéléré au moyen d’un écoulement divergent. Cependant, il faut réaliser une augmenta-
tion de section tout en minimisant l’encombrement du dispositif. La comparaison de deux injecteurs
coaxiaux montre l’évolution de la solution technologique. La Fig.5.24.a montre une coupe de l’in-
jecteur utilisé par Cheng et Wehrmeyer (28) en 1994. Dans cette géométrie, le fluide subit une diver-
gence centrifuge. Au contraire, dans l’injecteur choisi par Cutler (41) en 2001 illustré en Fig. 5.24.b,
la divergence est centripète. Les lignes de courant extérieures sont rigoureusement parallèles à l’axe
du jet. La géométrie choisie par Cutler permet d’obtenir un jet fortement supersonique en concen-
trant les perturbations de parallélisme à l’intérieur. Les expérimentateurs ont adapté leur installations
pour réaliser un écoulement peu perturbé par les phénomènes supersoniques. Afin de suivre au plus
près les résultats expérimentaux, les simulations numériques doivent également prendre en compte
la composante radiale des vitesses imposées par les géométries de chaque injecteur.
5.7. Elements particuliers au calcul de jets supersoniques 133

a) 1994 - Jet coaxial de Cheng (28) b) 2001 - Jet coaxial de Cutler (41)

F. 5.24 – Deux types de divergents montés sur des jets coaxiaux
134 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

Ecoulement proche des bords d’un injecteur supersonique.

Les bords d’un injecteur supersonique posent un problème numérique : la ligne sonique est
décalée du bord sur certaines simulations. La Fig. 5.25 montre la solution numérique donnée par
deux codes. Les deux utilisent des solveurs de Roe. Le premier est un code de recherche développé
lors de la thèse de D. Chargy (22). Le second est un code commercial bien connu, FLUENT 6.0 . Les
contours de Mach permettent d’indentifier clairement une structure de jet fortement sous-détendu,
avec un disque de Mach nettement marqué. On observe dans les deux cas un décalage très net de la
ligne sonique marquant les bords du jet sur le plan d’injection. Cette figure met donc en évidence un
comportement imprévu des simulations par différences, éléments, ou volume finis, comparé à une
résolution par la méthode des caractéristiques qui suppose une expansion centrée sur le coin. Il faut
donc analyser le décalage observé dans ces simulations.

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

a) D.Chargy, Solveur de Roe,1981 b) Y. Ducret, FLUENT 6.0 , 2004

F. 5.25 – Contournement obvervé dans des simulations de jets sous-détendus, Contours du nombre
de Mach

Cependant, il est étonnamment difficile de prouver théroriquement que cette ligne de glissement
doit correspondre au bord :
5.7. Elements particuliers au calcul de jets supersoniques 135

Extrait de discussions électroniques avec le professeur G. Mungal et le docteur D. Chargy


sur l’apparition de contournements, Février 2004

Dear Antoine, (...) Concerning your final point about the slip line, I do not see why it could not
be possible (to observe a decayed slip line), but we never looked there experimentally. Sincerely
Godfrey
Godfrey Mungal, Professor Mechanical Engineering Department Stanford University, Stanford,
CA 94305-3032

(...)Une chose est sure : il est numériquement trés difficile de calculer les écoulements d’arrière
corps. Il y a des effets numériques que l’on contrôle difficilement
Le modèle de Prandtl Meyer est effectivement un modèle idéal avec attachement du choc sur
l’arète. Et le second modèle(ligne décalée) ne me choque pas, Numériquement on observe des
vitesses qui glissent le long de la paroi : la recirculation ”n’arrive pas au coin” , ce qui justifie
la solution obtenue. Je ne sais pas dire si cela est physique ou non : La nature ne connait pas les
”coins” !
Merci de me tenir informer car le sujet est intéressant.
Dr. Didier Chargy INCKA-Simulog - Groupe Robinson Agence de Cannes

Lorsque l’on observe l’écoulement réel près d’une injection supersonique, il existe une échelle
en dessous de laquelle le bord de l’injection ne peut plus être considéré comme géométriquement
parfait, c’est à dire formant un angle droit. Prenons un écoulement de coin contenant une expansion
de Prandtl-Meyer centrée sur ce coin, situation illustrée par la Fig. 5.26.a. A une échelle beaucoup
plus petite, c.a.d. en dessous de la précision d’usinage de l’injecteur, ce coin ne forme plus un
angle droit parfait. Supposons que la forme de ce bord d’injection soit arrondie, comme illustré en
Fig. 5.26.b. L’expansion de Prandtl Meyer existe toujours, mais la ligne Mach = 1 est décalée vers
l’extérieur. Le fluide rampe le long de la paroi, s’accélère puis se recomprime rapidement, formant
une petite ligne de choc contre le plan d’injection, qui se transforme en ligne de glissement plus loin
en aval. Ainsi, la ligne sonique marquant la frontière du jet est légerement décalée vers l’extérieur
lorsque l’on regarde suffisamment près. Cette observation mène à la reflexion suivante : L’expansion
de Prandtl-Meyer centrée sur un coin orthogonal est une approximation qui permet de simplifier le
problème de l’écoulement de coin. Cependant, choisir un point géométrique présentant plusieurs
états physiques est une singularité mathématique.
Le décalage que nous avons décrit ne remet pas en cause la présence d’une expansion de Prandtl-
Meyer. C’est grâce à cette propriété que le Dr. Katanoda, professeur à l’université de Kyoto, établit
le test permettant de différencier un décalage physique d’une aberration numérique. Suite à une
conversation par courrier électronique sur ce sujet, il propose simplement de vérifier la conservation
de l’entropie à l’intérieur de l’expansion. Une expansion de Prandtl-Meyer étant rigoureusement
isentropique le long des lignes de courant, si une variation de l’entropie apparaı̂t, la solution est
non physique. Ce test est utilisable sur le champ d’entropie donné en Fig. 5.27 correspondant au
jet illustré en Fig. 5.25.a. La ligne de courant la plus proche de la paroi traverse trois contours
d’entropie au niveau du coin. Le coutournement observé est donc non-physique, d’après le critère
du Dr. Katanoda. Lorsqu’un décalage apparaı̂t dans une solution, le test de l’entropie permet ainsi
de vérifier la validité de la solution à cet endroit.
136 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus













 M=0














 M=0 














Pamb















Pamb 













    

    

    

    

    

    

    

    

    

   
       

    

    

    

    
    

    
    

    

    

M>M 0
    

    

    

M>M 0
Pamb Pamb

M0 M0
P > Pamb P > Pamb

a) Expansion Centrée b) Expansion Décalée

F. 5.26 – Expansion de Prandtl Meyer

Conseils du Dr. Katanoda sur l’apparition de contournements, Mars 2004

”Dear Antoine
Thank you for an interesting inquiry. I have never seen underexpanded jets flowing ( with a
decayed slip line) in both of my experimental and computational work.
Solution similar to (the decayed configuration) can be seen at around the starting iterations in
computation if you put atmospheric condition as initial one. However, I have never seen ( a
decayed configuration ) in steady state. In steady state, when air-flow of Mach number 1 truns 90
degrees it has to be accelerated to nearly Mach 7.0. I wonder if your computational result is like
that or not. I recommend to check entropy distribution along stream-line around the nozzle lip.
Regards,
Hiroshi Katanoda
Dr. H. Katanoda, Lecturer, Department of Mechanical Systems and Environmental Engineering ;
The University of Kitakyushu

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

F. 5.27 – Isolignes d’entropie sur un jet sous-détendu. D. Chargy


5.7. Elements particuliers au calcul de jets supersoniques 137

Calcul de jets fortement sous-détendus


Nous avons vu dans la section precédente que le calcul de l’écoulement proche de l’injecteur peut
faire apparaı̂tre un contournement non physique. Lorsque l’on augmente le rapport de pression, la
difficulté s’aggrave, menant à un échec du calcul vers NPR = 3. Afin d’éviter ce problème, il est
possible d’utiliser une injection décalée. Inspirée de la stratégie des lois de parois pour la turbulence,
cette injection calcule a priori l’état du fluide près de l’injection par la résolution de l’expansion de
Prandtl-Meyer. Le schéma de la Fig. 5.28 montre un domaine de calcul séparé du plan d’injection,
et les profils d’entrée qui lui sont associés. Cette stratégie augmente la taille du profil d’entrée,
tout particulièrement pour les grands rapports de pression. Par conséquent, l’injection est mieux
discrétisée.

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   
   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

   

Domaine de Calcul P U Urad

F. 5.28 – Injection décalée

La méthode de l’injection décalée a permis de traiter avec succès un jet sonique présentant un
rapport de pression de 3. Cette simulation a été opérée sur un maillage de 500000 tetraèdres. Le
diamètre du jet vaut 10mm, le coté d’un tétraèdre 0.5mm. Le calcul commence par un jet sonique
adapté dont la pression augmente de 1 bar chaque milliseconde. Les contours de Mach sont illustrés
sur la Fig. 5.29. Il montre clairement un disque de mach intense, et la présence d’une deuxième
cellule de détente et compression. Ce calcul démontre l’efficacité de la stratégie d’injection décalée
pour la simulation de jets fortements sous-détendus.
Dans cette simulation, les variations des quantités dans la couche de mélange sont dues princi-
palement à du bruit numérique. Il est en effet impossible de distinguer une structure nette dans cette
zone, même au moyen d’un critère Q (73) par exemple. Ce défaut implique que cette simulation ne
peut être considérée comme une simulation aux grandes échelles. Malgré cela, le calcul montre un
phénomène intéressant. La figure Fig. 5.30 montre l’isosurface M = 1. Cette surface se plisse en al-
lant vers l’aval, et les plis ainsi formés sont instationaires. Un telle observation prouve que le calcul
ainsi posé développe une vorticité longitudinale, avec des vortex alternés et alignés dans la couche
de mélange parallèlement au jet. Il s’agit du premier pas vers l’instabilité de Görtler, présente dans
la couche de mélange courbe des jets sous-détendus.
En parallèle, des calculs effectués par le Dr. A. Beer en 2005 ont repoussé les limites des simu-
lations. Tout d’abord, un jet sonique fortement sous-détendu avec un rapport de pression NPR = 10
138 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

F. 5.29 – Contours de Mach d’un jet sous-détendu NPR = 3, Mach = 1. Code AVBP.

F. 5.30 – Isosurfaces Mach 1 (blanc) et gradients de densité (gris) d’un jet sous-détendu NPR =
3, Mach = 1. Code AVBP.

est simulé avec un maillage de seulement 250000 nœuds. On peut observer l’allure caractéristique
de ce jet sur la Fig. 5.32, avec une seule cellule de détente terminée par un disque de Mach. Pour les
rapports de pression supérieurs, la couche de cisaillement exige une plus grande densité de points,
et donc un maillage plus lourd.
Ensuite, une configuration plus complexe est étudiée : deux jets fortement sous-détendus (NPR =
5, Mach = 1) entrent en collision avec un angle de 60◦ . La simulation montre une jonction des deux
jets en un seul, plus étroit dans le plan d’impact, qui contient encore des cellules de détente et
5.7. Elements particuliers au calcul de jets supersoniques 139

F. 5.31 – Comparaison entre le gradient de densité ou le nombre de Mach de la simulation, et la


strioscopie d’un jet analogue issue de Thompson (143)

F. 5.32 – Contours de vitesse longitudinale et ligne sonique d’un jet fortement sous-détendu
NPR = 10, Mach = 1. Avec l’aimable autorisation d’A. Beer. Code AVBP.

compression (Cf. Fig. 5.33). Ce comportement est comparé à celui observé sur les strioscopies de
l’université de Kinki sur des jets presentant un rapport de pression et un angle légèrement différent,
respectivement NPR ≡ 2 et Angle = 30◦ . Le calcul n’ayant pas été réalisé dans ce but, il n’y a pas
de comparaison quantitative avec l’expérience de Kinki.
L’impact de deux jets est généralement réalisé dans le but d’augmenter le mélange entre les deux
jets. La SGE montre avec la Fig. 5.34 l’écoulement complexe instationnaire et le mélange efficace
mais inhomogène créé par cette interaction sur un maillage de 800000 nœuds. La morphologie
pour le moins ’originale’ de la zone d’interêt profite pleinement des avantages d’un maillage non-
structuré. Ainsi, les travaux de A. Beer prouvent que l’approche proposée autorise la simulation de
configurations complexes.
140 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus

F. 5.33 – Calcul de l’impact de deux jets fortement sous-détendus : NPR = 5, Mach = 1, Angle =
60◦ . En haut : contours de pression et ligne sonique (noir) de la simulation. En bas strioscopie de
deux jets sous-détendus réalisée à l’université de Kinki. Avec l’aimable autorisation d’A. Beer. Code
AVBP.
5.7. Elements particuliers au calcul de jets supersoniques 141

F. 5.34 – Calcul de l’impact de deux jets fortement sous-détendus : NPR = 5, Mach = 1, Angle =
60◦ . Isosurface de critère Q (73). Avec l’aimable autorisation d’A. Beer. Code AVBP.
142 Chapitre 5. Jets supersoniques sous-détendus
Chapitre 6

Combustion Supersonique

6.1 Objectif
La combustion utilise conjointement les processus de mélange hydrodynamique et de réaction
chimique. Les SGE réactives sont largement appliquées à des systèmes à combustion subsonique où
le mélange hydrodynamique est bien plus lent que la réaction. Le fort rapport d’échelles donne lieu à
différentes approches de la combustion, telles que la flamme épaissie, ou encore le suivi de flamme.
Pour une combustion supersonique, les mélanges hydrodynamiques sont aussi rapides que la com-
bustion. Le travail de simulation se focalise alors sur la compétition entre les deux phénomènes.
La simulation de la combustion supersonique a été relativement peu étudiée. La modélisation
de l’impact direct sur la chimie de la turbulence compressible d’écoulement supersonique n’est pas
encore très développée. La tendance actuelle consiste à augmenter la résolution des simulations tout
en gardant une chimie laminaire. Un article de Jeung (77) illustre bien cette tendance : il étudie la
géométrie de scramjets par une série de simulations Unsteady-RANS au deuxième ordre (Schema
MUSCL) sur des grilles structurées (384000 cellules en 2D) avec un schéma cinétique complet pour
l’hydrogène (8 espèces , 25 réactions).
L’approche proposée dans ce chapitre poursuit cette tendance. La simulation des grandes échelles
implique un maillage fin et tridimensionnel. Une chimie simplifiée compense le coût supplémentaire
en terme de calcul. L’outil final s’applique dans ce chapitre à un jet coaxial stationnaire en situation
d’autoallumage. Outre sa ressemblance avec un allumeur cryotechnique de moteur fusée, elle exige
une chimie simplifiée d’autoallumage, réalisée grâce aux résultats du Chapitre 4. Ce chapitre permet
d’éprouver l’approche actuellement observée dans la bibliographie pour des simulations au grandes
échelles, et identifie les difficultés et points délicats d’une SGE d’allumage d’un moteur fusée.

6.2 Description de la flamme de Cheng


Le brûleur de Cheng (28) est, tout comme un allumeur de moteur fusée cryotechnique, un jet
coaxial supersonique d’hydrogène et d’oxygène s’enflammant par auto-allumage. Cette expérience
a été construite pour comprendre la combustion à cinétique chimique finie utilisée en propulsion
supersonique, principalement les (sc)ramjets. Le brûleur coaxial, illustré et détaillé en Fig. 6.1,
produit la flamme d’étude. Le jet central sonique d’hydrogène froid (540◦ K) fournit le carburant.

143
144 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Un large jet coaxial chaud (1250◦ K, Mach 2) riche en oxygène apporte l’oxydant et la chaleur. Ce
gaz est chauffé par une combustion préalable pauvre (φ = 0.364). Pour information, en prenant
pour l’hydrogène un pouvoir calorifique inférieur de 120MJ/kg, le préchauffage dégage 207kW. La
flamme externe est en en régime pauvre (φ = 0.123), ce qui assure la consommation complète de
l’hydrogène, dégageant au passage une puissance de 43kW. La flamme extérieure est photographiée
dans le domaine visible sur la Fig. 6.2. Le dégagement de lumière de la flamme se fait au delà de
25 diamètres en aval de l’injection. Un faible dégagement de lumière transitoire se produit autour
de 13 diamètres. Le jet turbulent est visible sur la photographie de type schlieren de la Fig. 6.3.
L’agitation de l’écoulement et l’angle du flash cachent les structures supersoniques internes telles
que le cône de sillage de l’injecteur d’hydrogène.
La configuration retenue regroupe donc les thèmes du jet supersonique coaxial, et de la com-
bustion supersonique en auto-allumage. Driscoll a proposé un dimensionnement de flammes super-
soniques (48) qui donne dans le cas de Cheng une flamme atteignant 300 diamètres. Seule la partie
amont de cette flamme nous intéresse ici, dans les 50 premiers diamètres. La couche de mélange
interne hydogène-oxygène y joue un rôle central. La couche de mélange externe oxygène-extérieur
a un rôle secondaire, car elle peut autoriser un écoulement en diamant. Pour une première étude, sa
simulation détaillée n’est pas nécessaire.
On notera que la flamme a une apparence de flamme détachée. Cependant, le mode de stabili-
sation est l’auto-allumage, non la propagation. Dans ce mode, le contact entre les deux réactifs est
suivi obligatoirement d’une combustion. On ne parlera donc pas de flamme attachée ou détachée
mais de flamme auto-allumée.
Dimensions :
Diamètre int. de l’injecteur carburant 2.36 mm
Diamètre ext. de l’injecteur carburant 3.81 mm
Diamètre int. de l’injecteur comburant 17.78 mm
Injection de comburant chaud :
Alimentation en air (±2%) 0.0735 kg/s
Alimentation en hydrogène (±2%) 0.000173 kg/s
Alimentation en d’oxygène (±3%) 0.0211 kg/s
Pression 107 kPa
Température 1250 K
Mach 2.0
Vitesse 1420 m/s
Fraction molaire d’oxygène 0.201
Fraction molaire d’azote 0.544
Fraction molaire d’eau 0.255
Injection de carburant :
Alimentation hydrogène (±3%) 0.000362 kg/s
Pressure 112 kPa
Température 540 K
Mach 1.0
Vitesse 1780 m/s
Fraction molaire d’hydrogène 1.0

F. 6.1 – Coupe et détails du brûleur de Cheng.


6.2. Description de la flamme de Cheng 145

F. 6.2 – Photographie dans le domaine visible de la flamme de Cheng (28)


146 Chapitre 6. Combustion Supersonique

F. 6.3 – Photographie type Schlieren de la flamme de Cheng (28)


6.3. Etude dimensionnelle 147

6.3 Etude dimensionnelle


6.3.1 Turbulence
Bien que turbulence de la configuration de Cheng soit éloignée de la turbulence homogène
isotrope (THI), l’hypothèse de THI donne un cadre d’analyse pour une première estimation des
échelles caractéristiques.
Les mêmes paramètres que dans le Chap. 5 sont reportés dans le Tableau 6.1. La viscosité est
calculée par les outils du National Institute of Standards and Technology. Dans la simulation, une
loi puissance unique ν simu = 1.788 10−5 T 0.686 est utilisée. Le Reynolds principal du jet est proche
de 140 000. Le jet d’hydrogène a un Reynolds dix fois plus faible. Les vitesses u0 et tailles lt
caractéristique sont estimée respectivement à 20% U (conformément au choix de Cheng (28)) et
10% D (d’après la Fig. 6.3). L’échelle de Kolmogorov est de l’ordre de 4µm.

Grandeur Jet Oxydant Jet Hydrogène


ν[Kg.m−1 .s−1 ] 1.818 10−4 2.697 10−4
νPL [Kg.m−1 .s−1 ] 1.763 10−4 5.463 10−4
U[m/s] 1420 1780
u0 [m/s] 284(20% U) 356(20% U)
D[m] 17.78 10−3 2.36 10−3
lt [m] 1.78 10−3 (10% D) 2.36 10−4 (10% D)
η[m] 4.64 10−6 3.18 10−6
Re 138878 15575
Ret (lt ) 2778 311

T. 6.1 – Analyse dimensionnelle de la dynamique de la flamme de Cheng

Les Reynolds Re observés sont élevés, donc les grandes échelles de cet écoulement ne sont pas
affectées par la dissipation visqueuse. La turbulence issue du jet d’hydrogène est bien plus faible
que l’oxydant. De plus, la viscosité y est largement surévaluée (+103%) bien qu’elle soit correcte
pour l’oxydant (−3%). Cependant, le débit massique de carburant représente 0.4% du débit total, ce
qui permet de négliger la turbulence émise par ce dernier.
La gamme de Reynolds [15 000, 150 000] est à la portée de la simulation des grandes échelles.
Il convient de préciser les echelles présentes, et de les comparer aux échelles de résolution pour
anticiper la qualité des calculs.
148 Chapitre 6. Combustion Supersonique

6.3.2 Echelle de coupure


La Fig. 6.4 trace dans un graphique Log-Log le Reynolds turbulent Ret (r) en fonction de
l’échelle pour le jet de carburant et le jet d’oxydant. La borne inférieure de la gamme de Reynolds
est fixée par l’échelle de Kolmogorov η. La borne supérieure est fixée par la longueur intégrale lt .
L’échelle 0.1mm est choisie pour partager les gammes de Reynolds en parties résolues (blanches)
et modélisées (grises).
La Fig. 6.4 montre la différence de traitement des deux jets. Le jet de carburant présente une
décade et demie modélisée pour moins d’une décade résolue. Au contraire, le jet d’oxydant possède
autant d’échelles résolues que modélisées sur une décade et demie.
En prenant une échelle de coupure de 0.1mm, la turbulence du jet d’oxydant est correctement
calculée par la simulation des grandes échelles. La turbulence du jet de carburant est calculée avec
moins de précision, mais son influence est négligeable comparée à celle de l’oxydant.

Ret (r)

1000

100
nt
ra
bu
ar

Coupure
nt
tc

10
da
Je

xy
to
Je

−6 −5 −4 −3 −2
10 10 10 10 10 r

F. 6.4 – Gamme des échelles couvertes par les jets de carburant et d’oxydant, et choix d’une
échelle de coupure à 1 10−4 m
6.3. Etude dimensionnelle 149

6.3.3 Compressibilité
Le brûleur de Cheng utilisant un jet coaxial supersonique, des effets de compressibilité sont pro-
bablement présents dans la dynamique, induisant une turbulence compressible. Cela pourrait exiger
l’utilisation de modèles de turbulence compressibles. L’importance des d’effets de compressibilité
peut être évaluée par une nouvelle analyse dimensionnelle.
Une couche de cisaillement entre deux fluides 1 et 2 produit de la turbulence compressible si le
cisaillement est suffisamment élevé. Pour l’évaluer, il faut d’abord avoir une vitesse de convection
Uc qui depend des caractéristiques de chaque fluide : vitesse U1,2 , vitesse du son C1,2 , rapport des
chaleurs massiques γ1,2 . Cette vitesse donne pour chaque fluide un Mach convectif Mc,1,2 = Uc /C1,2
indiquant l’impact de la couche limite sur le fluide. La ’pression convective’ Pc doit être équivalente
dans les deux fluides, ce qui mène à l’Eq. 6.1 :
γ1 γ2
   
γ1 − 1 γ2 − 1
! γ1 −1
! γ2 −1
1− 2
∗ Mc,1 = 1− 2
∗ Mc,2 (6.1)
2 2
Cette relation détermine Uc et permet d’en déduire Mc,1 et Mc,2 . Le Mach convectif indique le degré
de compressibilité pour le fluide. Pour Mc  0.3, la turbulence générée est incompressible. Pour
Mc  0.3, la turbulence générée est compressible.
Pour la couche de mélange carburant/oxydant, le calcul de Uc donne 1527 m/s. Cela implique un
Mach comvectif valant 0.149 pour l’oxydant et 0.143 pour le carburant. Pour la couche de mélange
oxydant/extérieur, le calcul de Uc donne 456.85 m/s. Cela implique un Mach comvective valant 1.35
pour l’oxydant et 1.27 pour l’extérieur.
Ainsi, le mélange entre hydrogène et oxydant chaud qui nous intéresse est soumis à une turbu-
lence faiblement compressible. La turbulence de la couche de mélange extérieure est très fortement
compressible, mais n’a pas d’influence majeure sur les premiers stades de la combustion.
Dans le cadre de notre étude, les modèles de combustion et de turbulence qui ne prennent pas
en compte de turbulence compressible sont donc suffisants.

6.3.4 Mélange réactif


Par définition, la partie du mélange par agitation turbulente aux petites échelles est en dessous
de la résolution de la SGE. Or l’auto-allumage commence dès la mise en contact des deux réactifs,
c.a.d. au début de la couche de mélange annulaire qui sépare l’hydrogène de l’oxygène. C’est dans
cet endroit que le manque de résolution est le plus critique.
Cela se traduit par une surestimation du taux de réaction chimique. En effet, les zones à gradients
très forts contiennent peu de mélange, donc peu de taux de réaction, comme illustré dans la Fig. 6.5.
Si les gradients sont diminués par manque de discrétisation, le mélange, donc la réaction, sont
plus intenses.Il est possible d’introduire des modèles de mélange de sous-maille qui diminuent la
combustion lorsque le gradient se rapproche de la taille du maillage, comme Villasenor et al. (146).
Nous verrons plus loin que la flamme supersonique présente une combustion très hétérogène,
avec de fortes variations locales de mélange. Si l’on souhaite résoudre ces variations locales, Le
modèle de sous-maille ne peut pas créer l’instationnarité très forte de la couche de mélange.
La temps chimique caractéristique tc de la réaction en jeu dans la flamme de Cheng est proche
de tc = 5 10−6 s. Le temps caractéristique de la turbulence tt se situe autour de tt = 1 10−8 s, d’après
150 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Réducteur Réducteur Fraction de


Mélange
0

Oxydant Oxydant

F. 6.5 – Ségrégation réelle de sous-maille

le Tableau 6.1. L’impact de la turbulence sur le temps de réaction se mesure avec le nombre de
Damköhler Da = tt /tc , et vaut ici Da = 2 10− 3. Par conséquent, la chimie est complètement pi-
lotée par la turbulence. Cela se traduit par une très grande hétérogénéı̈té dans l’avancement de la
réaction : statistiquement, on peut trouver en tout point de la couche de mélange, toutes les frac-
tions de mélanges associée à un avancement de réaction allant de l’absence de réaction à la réaction
complète.
L’utilisation de fonctions de densités de probabilité (PDF) est sans doute la meilleure méthode
actuelle pour étudier une combustion aussi hétérogène. Une fonction statistique peut représenter
la diversité des mélanges et des taux d’avancement de la réaction, au moyen d’hypothèses faites
sur la loi de micro-mélange. Les différentes manières d’utiliser cette technique ont été testées par
Mobus et al. (106), précisément sur la flamme de Cheng, en utilisant un code RANS pour résoudre
la dynamique. Notons au passage que la diffusion différentielle, essentielle pour l’autoallumage,
complique sérieusement le calcul de la combustion par PDF. Les techniques de PDF sont également
utilisables en LES, au détriment de la prédictivité : dans une approche LES idéale, l’hétérogénéité
d’un écoulement devrait être résolue, pas modélisée.
Dans le souci d’aborder progressivement ce point difficile, les simulations présentées ici se
limitent à une combustion ’laminaire’, sans prendre en compte l’impact de la turbulence ou de la
ségrégation dans un modèle de combustion de sous-maille. Ce choix permet d’observer la résolution
de l’hétérogénéité de la combustion supersonique par la simulation des grandes échelles. Il faut
s’attendre à une surestimation du mélange, et donc de la vitesse de réaction.
6.4. Création d’un schéma cinétique simplifié 151

6.4 Création d’un schéma cinétique simplifié


6.4.1 Thermodynamique
Les détails du brûleur en Fig. 6.1 donnent une description précise des réactifs avant combustion.
La thermodynamique permet une description tout aussi précise de l’état d’équilibre de ces gaz après
combustion. L’étude est focalisée sur le début de la flamme, donc l’équilibre n’est pas encore atteint
dans tout le jet. Chaque particule fluide du jet est dans un état situé entre l’état initial, connu, et
l’état d’équilibre final déduit de la thermodynamique.
La composition moléculaire d’un mélange d’atomes tend vers un état d’équilibre pour une
énergie (pression et température) donnée. Cette composition s’obtient par le calcul en minimisant la
fonction de Gibbs (66) qui dépend des propriétés thermodynamiques de chaque molécule (enthalpie
de formation et enthalpie sensible). Ces propriétés sont disponibles dans des tables (Ex : tables JA-
NAF (23)). Les calculs présents sont faits avec le module EQUIL de la chaı̂ne CHEMKIN II (81).
Comme la flamme de Cheng est une flamme de diffusion (les réactifs sont initialement séparés) seul
le mélange stœchiométrique est calculé. La température du mélange initial est choisie proche de
celle du comburant largement majoritaire, à 1200◦ K. Le mélange stœchimétrique initial est détaillé
dans le Tableau 6.2.
La composition des produits de combustion obtenue est détaillée dans le Tableau 6.3. Bien que
l’eau soit le produit principal de la réaction hydrogène/oxygène (80% de la masse), on trouve encore
de l’oxygène (9%) et du monoxyde d’hydrogène (8.5%) dont la formation est endothermique.
Dans la flamme que nous étudions, cet état d’équilibre correspond à l’extrême limite que chaque
particule fluide réactive peut atteindre. Aucun point ne pourra être plus chaud que 2643.9◦ K. La
combustion d’un mélange stœchiométrique d’hydrogène et d’oxygène purs initialement à 1200
◦ K, mène à une température de fin de combustion de 3183 ◦ K. La flamme est globalement très

pauvre (φ = 0.123), donc le mélange entre les gaz brûlés et l’oxydant en excés donne en aval à une
température de combustion globale très inférieure.

Espèces Fractions molaires Fractions massiques


H2 0.2867 0.0299
O2 0.1434 0.2376
N2 0.3880 0.5628
H2 O 0.1819 0.1697
Température d’équilibre 1200 ◦ K
Masse molaire moyenne 19.3[g/mol]

T. 6.2 – Mélange stœchiométrique initial

Pour simplifier la construction de la cinétique chimique, il est intéressant de se ramener à la


production/consommation d’espèces fictives. Ces espèces fictives représentent chacune un mélange
précis d’espèces. Leur utilisation réduit significativement le nombre de paramètres, un avantage
indispensable pour le réglage de la cinétique d’autoallumage.
Le bilan thermodynamique précédent part du principe que l’oxydant est un mélange d’oxygène
152 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Espèces Fractions molaires Fractions massiques


H2 0.0453 0.0042
O2 0.0161 0.0238
N2 0.4350 0.5629
H2 O 0.4605 0.3832
OH 0.0288 0.0226
H 0.0104 0.0005
O 0.0039 0.0029
Température d’équilibre 2643.9 ◦ K
Masse molaire moyenne 21.65[g/mol]
Enthalpie de formation moyenne −105755[K j/mol]

T. 6.3 – Mélange Final

(0.201 moles) dilué dans de l’azote (0.544 moles) et de l’eau (0.255 moles). Cependant, l’oxygène
de l’air ambiant peut participer à la combustion. Pour prendre en compte ce deuxième oxydant, il
faut raisonner sur une réaction entre hydrogène et oxygène non dilués : 0.8903 moles d’hydrogène
réagissant avec 0.4451 moles d’oxygène , à 1200◦ K. La description du produit de cette réaction
non diluée est donnée dans le Tableau 6.4. On y remarque que ce mélange P contient toujours les
espèces minoritaires OH, O et H. Par ailleurs, son enthalpie de formation est inférieure de 34% aux
−238922K j/mol de l’eau pure. on verra par la suite que ce mélange P pourra être utilisé pour la
cinétique d’auto-allumage.

Espèces Fractions molaires Fractions massiques


H2 0.1254 0.0158
O2 0.0446 0.0890
H2 O 0.7107 0.7982
OH 0.0797 0.0845
H 0.0289 0.0018
O 0.0107 0.0107
Masse molaire moyenne 16.04[g/mol]
Enthalpie de formation moyenne −157966[K j/mol]

T. 6.4 – Mélange produit P


6.4. Création d’un schéma cinétique simplifié 153

Le chapitre 4 a prouvé que, en situation d’auto-allumage, la réaction commencait par une


phase d’induction, suivie d’un emballement thermique. L’induction crée un ensemble d’espèces in-
termédiaires sans augmentation de température. Lors de l’emballement, ces intermédiaires se trans-
forment rapidement en produits finaux tout en dégageant de la chaleur. Cet état intermédiaire est
pris en compte pour modéliser un auto-allumage en deux étapes : induction puis emballement.
Le mélange d’espèces intermédiaires dépend de la température et du mélange initial. Par contre,
sa production ne dégage presque pas de chaleur, ce qui signifie qu’il a une enthalpie de formation très
faible. Nous choisissons un mélange intermédiaire I inspiré du mélange à l’équilibre P, lui même
produit de la réaction H2 /O2 purs. Une partie de l’eau présente dans P est re-dissociée en hydrogène
et oxygène, afin de rendre l’enthalpie de formation moyenne négligeable, tout en conservant les
atomes.
Le Tableau 6.5 décrit le mélange intermédiaire arbitraire. L’enthalpie de formation moyenne
vaut −210[K j/mol], limitant le dégagement de chaleur à 0.1% de la chaleur globale dégagée. Le
mélange contient une très forte proportion d’hydrogène et d’oxygène. Au contraire, la proportion
d’eau est faible, plus faible même que le monoxyde d’hydrogène. Ce mélange nommé I est produit
de façon quasi isotherme. Lors de sa formation, il y a génération d’eau d’une part (exothermique) et
d’intermédiaires réactionnels OH, O, H d’autre part (endothermique). Par construction, il contient
la même proportion d’atomes H et O, et peut générer les produits P sans apport d’hydrogène ou
d’oxygène supplémentaire.

Espèces Fractions molaires Fractions massiques


H2 0.5905 0.0987
O2 0.2817 0.7473
H2 O 0.0381 0.0569
OH 0.0599 0.0845
H 0.0021 0.0018
O 0.0008 0.0107
Masse molaire 12.06[g/mol]
Enthalpie de formation −210[K j/mol]

T. 6.5 – Mélange intermédiaire arbitraire I


154 Chapitre 6. Combustion Supersonique

6.4.2 Cinétique chimique


L’etude thermodynamique précédente a conduit à la définition de deux espèces ficitives I et P.
Elles vont être utiles pour construire une cinétique chimique. Deux étapes irréversibles, une étape
d’induction (Eq. 6.2), et une d’emballement (Eq. 6.3) constituent l’approche la plus simple.
La cinétique chimique utilise une loi d’Arrhénius pour chaque étape. La variable d’avancement
Q1 de l’induction utilise les fractions massiques YH2 et YO2 , la densité ρ et la température T , avec
les paramètres A f,1 , Ea,1 , ν0H2 , νO
0 (cf. Eq. 6.4). La variable d’avancement Q de l’emballement ther-
2
2
mique utilise pour variables les fractions massiques YI , la densité ρ et la température T , avec les
paramètres A f,2 , Ea,2 , ν0I (cf. Eq. 6.5).
Dans cette approche à deux étapes simplifiées, la cinétique est déterminée par 7 paramètres. Il
reste donc à déterminer le jeu de paramètres qui conduit à deux étapes consécutives d’induction
et d’emballement comme illustré en Fig. 6.6. De plus, à la lumière du Chap. 4, l’emballement
thermique doit démarrer à tall = tHMI .
Ce modèle cinétique est appliqué à une configuration d’auto-allumage HMI (cf. chapitre allu-
mage). Il est comparable à un schéma cinétique complet du point du vue thermodynamique, dès que
le mélange des 6 espèces H2 , O2 , N2 , H2 O, P, I est converti en mélange H2 , O2 , N2 , H2 O, OH, O, H
grace aux tableeaux 6.4 et 6.5.
Les critère utilisés pour établir cette cinétique favorisent la simplicité du schéma, à la seule
condition d’observer le comportement induction/emballement. D’autres choix utilisant plus de pa-
ramètres ont été envisagé : etapes réversibles, dépendance en température, dépendance à un troisième
corps. Chacune de ces voies a été explorée puis écartée. Le nombre de paramètres augmente la dif-
ficulté de mise au point sans gain appréciable sur la précision finale du schéma.

0.6694H2 + 0.3347O2 → I (6.2)


I → 0.7519P (6.3)

Ea,1 ρYH2 νH2 ρYO2 νO2


!0 !0
Q1 = A f,1 exp(− ) (6.4)
RT WH2 WO2
!ν0I
Ea,2 ρYI
Q2 = A f,2 exp(− ) (6.5)
RT WI
6.4. Création d’un schéma cinétique simplifié 155

temperature

Tst

t all temps

F. 6.6 – Modèle de combustion


156 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Le jeu de paramètres retenus favorise largement la première étape. Ainsi, le fait que les deux
étapes soient succéssives et que seule la deuxième soit exothermique implique un emballement
thermique brutal :

!1 !1
20000 ρYH2 ρYO2
Q1 = 1 10 exp(−
15
) (6.6)
RT WH2 WO2
!1
27000 ρYI
Q2 = 1 109 exp(− ) (6.7)
RT WI

F. 6.7 – Schéma PI

Les exposants des espèces sont tous fixés à l’unité. Dans la formulation Arrhénius, ils sont
égaux aux coefficients stœchiométriques, mais le rapport ν0H2 = 2 × νO 0 fixe une forte dépendance
2
en hydrogène. Cela entraı̂nerait une réaction trop brutale. La dépendance linéaire sur chaque réactif
entraı̂ne une réaction associée plus progressive, c.a.d. plus de robustesse pour le calcul.
Les temps d’auto-allumages obervés en configuration HMI sont tracés sur la Fig. 6.8 en fonction
de la fraction de mélange. Les cinétiques utilisées sont les schémas de Yetter (155) de Baurle (10)
et le schéma PI, avec une thermodynamique complète (JANAF (139)). On observe que le temps
d’allumage le plus court est d’environ tHMI = 5 10−5 sec. Le schéma PI ne reproduit naturellement
pas la dépendant en fraction de mélange. Au contraire, il effectue un allumage en bloc de l’ensemble
des mélanges.
Si l’on regarde la montée en température de la couche de mélange HMI cf. Fig. 6.9, on obsere
une bonne correspondance entre la cinétique complète de Yetter et la cinétique simplifiée du schéma
PI. D’après ce test d’autoallumage HMI, le schéma PI réalise un auto-allumage similaire au schéma
complet de Yetter du point de vue de l’évolution en température. La dépendance envers le mélange
n’est pas capturée par le schéma PI. Pour retrouver une dépendance correcte, on prendra le schéma
de Baurle.

6.5 Simulations
Ces simulations ont fait l’objet d’une d’une session pleinière lors de la conférence internationale
CY-LES, complex effects in large eddy simulation tenue à Limassol en septembre 2005. L’article qui
l’accompagne est destiné à terme un journal, et est intégralement reproduit ci-après :
6.5. Simulations 157

10000

1000 Yetter
Baurle
PI
100

10
Autoignition time [s]

0.1

0.01

0.001

0.0001

1e-05
0 0.1 0.2
Mixture Fraction Z [-]

F. 6.8 – Comparaison de l’autoallumage HMI réalisé par le schéma complet de Yetter , le schéma
semi réduit de Baurle et le schéma PI

3000.0
Maximum instantaneous Temperature [K]

2500.0

2000.0

Yetter
PI
1500.0

1000.0
0.00000 0.00020 0.00040 0.00060
Time [s]

F. 6.9 – Comparaison des montées en température dans la couche HMI entre le schéma complet
de Yetter et le schéma PI
158 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Large Eddy Simulation of Supersonic


Hydrogen-Air Diffusion Flame

A. Dauptain1 , B. Cuenot2 , T.J. Poinsot3 , and S. Zurbach4


1
CERFACS, 42 ave. G. Coriolis 31 057 Toulouse Cedex 1, France.
dauptain@cerfacs.fr
2
CERFACS, 42 ave. G. Coriolis 31 057 Toulouse Cedex 1, France.
cuenot@cerfacs.fr
3
IMFT, 1 Allée du Professeur Camille Soula 31 400 Toulouse, France.
poinsot@imft.fr
4
Snecma Moteurs, Division Moteurs-fusées, Forêt de Vernon - BP 802, 27208
Vernon, France. Stephan.ZURBACH@snecma.fr

1 Introduction

Supersonic combustion is a promising field of investigation. It is involved in


supersonic ramjets (scramjets) or in rocket engine devices. The extreme oper-
ating conditions of these applications, such as Mach 7 airflow for scramjets or
ambient vacuum for rocket engine ignition, induce expensive and non-realistic
ground based experiments. The use of CFD may help to fill the gap between
affordable test devices and the final design.
The work of Cheng and Wehrmeyer [1] with the supersonic burner (SSB) at
the NASA Langley Research Center (LaRC) provided accurate experimen-
tal data about the dynamics, the mixing and the combustion conditions at
various locations downstream the injector.
Reynolds Averaged Navier-Stokes (RANS) simulations already success-
fully predicted the mean flow properties, using a turbulent combustion model
based on Probability Density Functions (Toone et al. [2]; Mobus et al. [3]).
Large Eddy Simulation can use a similar approach, the Filtered Density Func-
tions(Pope and Givi [4, 5]) with a high computational cost. The computations
can be optimized for steady configurations with the in situ adaptive tabula-
tion (ISAT) [6]. The present work is a first attempt to apply Large Eddy
Simulation (LES) to this configuration, in order to predict fluctuation levels
and investigate the unsteady behavior of the flame. In the frame of devel-
oping a tool able to simulate various combustion regimes (propagating and
auto-igniting flames) in complex geometries, the FDF approach requires an
unaffordable computational cost. Hence, the present work observes a LES
where combustion is fully controlled by the resolved scales.
6.5. Simulations 159

2 A. Dauptain, B. Cuenot, T.J. Poinsot, and S. Zurbach

2 Experiment Description
The SSB sketched in Fig. 1 produces an axi-symmetric flame from a sonic
pure hydrogen cold jet (Diameter D = 2.36mm) surrounded by a largely
supersonic (Mach 2) jet of hot products generated by a lean combustor. It
gives an auto-ignited flame, i.e. fuel and oxidizer are reacting as soon as they
are mixed. However, photographs of the experiment [1] showed that there is
no emission of light for 0 < x/D < 25. The SSB global equivalence ratio is
close to 0.1. The Reynolds number is 100 000 and the convective mach number
is 0.12.
Cheng and Wehrmeyer measured temperature, oxygen and nitrogen con-
centrations and velocity with coherent anti-Stokes Raman spectroscopy and
laser Doppler velocimetry. They obtained simultaneous measurements of tem-
perature and concentration of major species (H2 ,O2 ,N2 ,H2 O) and OH radi-
cals with ultraviolet spontaneous vibrational Raman scaterring combined with
laser induced predissociative fluorescence. Measurements were made in the
radial direction at the downstream locations x/D = 0.85, 10.8, 21.5, 32.3 and
43.1, x being the downstream distance and D = 2.36mm the inside diameter
of the fuel jet.

Dimensions
Nozzle exit inner diameter 17.78 mm
Fuel injector inner diameter 2.36 mm
Fuel injector outer diameter 3.81 mm
Vitiated Air Exit Conditions
Pressure 107 kP a
Temperature 1250 K
Mach number 2.0
Velocity 1420 m/s
O2 mole fraction 0.201
N2 mole fraction 0.544
H2 O mole fraction 0.255
Fuel Exit Conditions
Pressure 112 kP a
Temperature 540 K
Mach number 1.0
Velocity 1780 m/s
H2 mole fraction 1.0
Table 1. Experimental parameters.
160 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Large Eddy Simulation of Supersonic Hydrogen-Air Diffusion Flame 3

Lifted flame x/D=25

Outer mixing layer

Inner mixing layer


D=2.36mm

  
 
  
    

  
 
  
    

  
 
  
    

  
 
       

    
  
    

  
 
  

x Hot products
with excess O 2 H2
y

Fig. 1. Sketch of Supersonic Burner


installed at NASA Langley Research Fig. 2. Skin and middle plane of the
Center unstructured mesh

3 Computational Domain
The computed domain is a half sphere of radius 70D shown in Fig. 2. The
plane boundary is set as a tri coaxial inlet. At the center, a sonic fuel inlet
is specified with a turbulence injection. It is surrounded by an oxidizer inlet
with a second turbulence injection. The turbulence injected in the fuel has an
integral scale of 0.8mm and a RMS velocity of 180m/s, while in the oxidizer
the integral scale is 6mm and the RMS velocity is 125m/s. A co-flow of 20m/s
is finally imposed on the outer ring. The convex boundary on the sphere is a
freestream outlet for subsonic zones. All boundary conditions are set with the
NSCBC method [7].
The mesh contains 807 520 tetrahedras for 139 560 nodes, allowing a res-
olution of 25 to 30 nodes in the diameter of both fuel an oxidizer jets. It is
designed to resolve the main structures occuring around the cylindrical mixing
layer between oxidizer and fuel in the first ten diameters.

4 Models
Simulations were performed with the code AVBP developed at CERFACS.
The multi-species fluid dynamics solver involves a Third order Taylor Galerkin
Compact (TTGC) scheme for space direction, and a third order Runge-Kutta
scheme for explicit time advancement. A specificity of the present flow is the
necessity of handling chemistry and turbulence but also shocks: LES is not
well established for non-reacting flows with shocks and is still exploratory
6.5. Simulations 161

4 A. Dauptain, B. Cuenot, T.J. Poinsot, and S. Zurbach

when combustion must also be taken into account as it is the case here. For
the present computation, the following strategy was used:
1. a penalty method on Euler fluxes based on the Von-Neumann Richtmyer
viscosity [8] was employed to capture the shocks.
2. local sensors were used to add artificial viscosity in strong gradient zones
(typically near the inlet conditions).
3. chemistry was modeled explicitly by using Arrhenius rates. The focus is
on the resolved impact of turbulence on combustion.
4. Subgrid stresses are modeled with a Smagorinsky model.
In a very first approach, the chemistry model is a two-step scheme (Table 2).
The produced species pool P results from the equilibrium mixture reached
after a stoichiometric combustion between Oxydant and Fuel. The induction
step is mimicked through the non-exothermic formation of an intermediate
species pool I .
Chemical kinetics are fitted on autoignition. According to the work of
R. Knikker et al. [9], the ignition time of a mixing layer between hot oxi-
dizer and cold fuel can be estimated from the homogeneous mixing ignition
time. Simulation performed with the CHEMKIN package and the 9 species -
19 reactions scheme of Yetter et al. [10] predict the minimum ignition time
tHM
ign
I
= 5.6 10−5 s. The simplified chemistry model detailed in Table 2 is
designed to give the same minimal ignition time for a one-dimensional auto-
igniting mixing layer.

Step reaction A β E0
Induction 0.68H2 + 0.34O2 ⇒ I 1.0 1015 0 20000
9
Run off I ⇒ 0.73P 1.0 10 0 27000

Table 2. The two-steps auto-ignition scheme based upon the ignition time
162 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Large Eddy Simulation of Supersonic Hydrogen-Air Diffusion Flame 5

5 Results
The simulation leads to a lifted flame as in experiement. Fig. 3.a shows
the abrupt rise of temperature of 1500K around x/D = 15 on the instanta-
neous image. This rise is smoothed downstream over 5D on the time averaged
image. The lift-off length is then around x/D = 17, to be compared with
the experimental value of x/D = 25. The fluctuating nature of the reactive
mixing layer is illustrated on Fig. 3.b where the production of P is plotted.
Strong large structures comparable to Kelvin-Helmoltz eddies can be seen in
the lift-off region 0 < x/D < 15. The pressure field in Fig. 3.c presents two
diamond-shock patterns relative to Oxidizer and Fuel injection. The shock
pattern relative to the fuel moves in response to the turbulence injected so
it vanishes quickly on the average field before x/D = 2.5. The shock pattern
relative to the Oxidizer gets stronger from the injected static pressure ratio
of 1.05 up to 1.3. The pressure oscillation, which reaches 0.6Bars, is strongly
coupled with the reaction zones (See Driscoll et al. [11] ).

5.1 Longitudinal evolution

Along the longitudinal axis, the mean velocity, temperature, water concen-
tration and mixture fractions are compared to experimental data. In Fig. 4.a,
the axial velocity decreases from hydrogen to hot products bulk velocity (1780
to 1420 m/s) in the first ten diameters. An acceleration about 200m/s occur
because of the diamond-shock pattern. The mean inlet velocity is slightly
higher than the experimental one because of mesh requirements, to keep the
correct mass flow rate
The mean temperature and water concentration show similar behaviors
(Figs. 4.b and 4.c), reaching their maximum around x/D = 17, then decreas-
ing slowly to 50% of the maximum value at x/D ∼ 60. An induction zone
is visible up to x/D ∼ 10 then the equilibrium is reached as fast as the ex-
periment. This too fast combustion is due to the simplified kinetic model of
Table 2. Finally, the slow decrease is the result of diffusion that is too fast in
the range 20 < x/D < 70, where the Smagorinsky model is active on an un-
derresolved grid. This effect is also visible on the mixture fraction longitudinal
(Fig. 4.d) and transversal profiles (Fig. 5.d).

5.2 Transverse evolution

The mean profiles of velocity, temperature and water concentration on


Fig. 5 show a fair agreement with experimental data. Fig. 5.a shows that the
simulated jet spreads radially over 10D, as in the the experimental evolution.
Temperature and water concentration profiles of Figs. 5.b and 5.c present the
correct evolution but the main ignition occurs before x/D = 21.5, much closer
to the injector than in the experiment.
6.5. Simulations 163

6 A. Dauptain, B. Cuenot, T.J. Poinsot, and S. Zurbach

The RMS profiles of velocity, temperature and water concentration are


plotted on Fig. 6. The injected coherent structures give strong velocity fluctu-
ations (Fig. 6.a). The first profile at x/D = 0.85 shows clearly the difference
between fluctuations of the fuel and the oxidizer jets. These fluctuations are
weakly damped during their convection downstream in spite of the diffusion by
the Smagorinsky subgrid scale model on the coarse mesh. Temperature and
water concentration fluctuation levels are similar to the experimental mea-
surements, with the same discrepancy already observed on the mean profiles
due to the advanced ignition.

6 Conclusion

A first attempt to simulate the supersonic flame experiment of Cheng and


Wehrmeyer [12, 1] with a Large Eddy Simulation approach has been performed
and obtained some agreement with the experiment. The lifted flame is clearly
captured with a two-step chemistry. The simulation reproduced the fluctuat-
ing mixing layer between oxidizer and fuel developed 15 diameter downstream
to the injection, and the complex diamond-shock pattern coupled with com-
bustion as observed by Driscoll et al. [11]. Despite a very coarse mesh leading
to over-diffusion by the Smagorinsky subgrid-scale model, the mean quanti-
ties of velocity and temperature are reasonably predicted in terms of shape,
amplitude, and evolution. The level of fluctuations are of the order of the
experimental values. These first results are very encouraging and prove that
a LES based only on resolved scales is already an efficient tool to study the
main features of supersonic reactive flows.

Acknowledgements

The authors are grateful to Snecma company, member of the SAFRAN


group, and CNES for their financial support (CIFRE grant 450/2002). The
authors wishes to thank CINES computer center for computational ressources.

References
1. T.S. Cheng, J.A. Wehrmeyer, R.W. Pitz, O. Jarrett, G.B. Northam: Combus-
tion and Flame 99, 157–173 (1994)
2. P. Toone: (2002), “A computation fluid dynamic model of a supersonic axi-
symmetric jet using a beta probability function combustion model”, Tech. rep.,
Departement of Mechanical Engineering, Purdue University
3. H. Mobus, P. Gerlinger, D. Bruggemann: Comb. Flame 132(1), 3–24 (2003)
4. P. Colucci, F. Jaberi, P. Givi, S.B. Pope: Phys. Fluids (1998)
5. F. Jaberi, P. Colucci, S. James, S.B. Pope: J. Fluid Mech. 401, 85–121 (1999)
164 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Large Eddy Simulation of Supersonic Hydrogen-Air Diffusion Flame 7

5D 10D 15D 20D

a) Mean (top) and instantaneous (bottom) temperature in K.

5D 10D 15D 20D

b) Mean (top) and instantaneous (bottom) production of products P in mol.m−3 .s−1 .

5D 10D 15D 20D

c) Mean (top) and instantaneous (bottom) pressure in P a.


The mean pressure of the central jet is enlarged and enhanced.

Fig. 3. Longitudinal cuts of temperature, production of species P and pressure.

6. C.J. Montgomery, W. Zhao, B.R. Adams: “Supersonic combustion simulations


using reduced chemical kinetics mechanisms and ISAT”, in 24th Fluid Dynamics
6.5. Simulations 165

8 A. Dauptain, B. Cuenot, T.J. Poinsot, and S. Zurbach

Velocity [m/s] Temperature [K]


3000

2000

2000

1000
1000

0 0
0 20 40 0 20 40 60
x/D x/D

a) b)
H2O mole fraction Mixture fraction
0.5

0.8

0.25

0.4

0 0
0 20 40 60 0 20 40 60
x/D x/D

c) d)

Fig. 4. Mean profiles on the longitudinal axis. Symbols: expt, line: LES.

meeting, Orlando, Florida, U.S.A.Vol. AIAA Paper 2003-3547 (2003)


7. T. Poinsot, S. Lele: Journal of Computational Physics 101(1), 104–129 (1992)
8. J. VonNeumann, R. Richmyer: Journal of Applied Physics 21 (1950)
9. R. Knikker, A. Dauptain, B. Cuenot, T.J. Poinsot: Combustion Science and
Technology 175(10), 1783–1806 (2003)
10. R. Yetter, F. Dryer, H. Rabitz: Combustion Science and Technology 79, 97–128
(1991)
11. J. Driscoll, H. Huh, Y. Yoon, J.M. Donbar: Combustion and Flame 107, 176–
186 (1996)
12. T.S. Cheng, J.A. Wehrmeyer, R.W. Pitz: Combustion and Flame 91, 323–345
(1992)
166 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Large Eddy Simulation of Supersonic Hydrogen-Air Diffusion Flame 9

2000
Velocity [m/s] Temperature [K]
3000

1500

2000 1000 1500


3000 x/D=64.7

1500 500
x/D=64.7
1000 0 0
2000 1500
3000
x/D=43.1
500 1500 x/D=43.1
0 1000 0
2000 1500
3000 x/D=32.3
1500 500
x/D=32.3
1000 0 0
2000 1500
3000
500 x/D=21.5
1500
x/D=21.5
0 1000 0
2000 1500
3000

1500 500 x/D=10.8


x/D=10.8
1000 0 0
1500

500
x/D=0.85
x/D=0.85
0 0
-10 -5 0 5 10 -10 0 10
x/D x/D

a) b)
H2O Mole fraction 0.025
Mixture fraction
0.4

0.05
0.2
0.4 x/D=64.7 x/D=64.7

0 0
0.1
0.2
0.4 x/D=43.1
x/D=43.1
0 0
0.2 0.2
0.4
x/D=32.3
x/D=32.3
0 0
0.2 0.4
0.4
x/D=21.5 x/D=21.5
0 0
0.2
1.5
0.4
x/D=10.8
x/D=10.8
0 0
0.2

x/D=0.85 x/D=0.85
0 0
-10 -5 0 5 10 -10 -5 0 5 10
x/D x/D

c) d)

Fig. 5. Mean profiles for six transversal planes. Symbols: expt, line: LES.
6.5. Simulations 167

10 A. Dauptain, B. Cuenot, T.J. Poinsot, and S. Zurbach

RMS Velocity [m/s] RMS Temperature [K]


400 600

200 x/D=64.7 300 x/D=64.7


400 600

0 0
200 300
400 x/D=43.1 x/D=43.1
600

0 0
200 300
400 600
x/D=32.3
x/D=32.3

0 0
200 300
400 600
x/D=21.5 x/D=21.5

0 0
200 300
400 600
x/D=10.8
x/D=10.8
0 0
200 300

x/D=0.85 x/D=0.85
0 0
-10 -5 0 5 10 -10 -5 0 5 10
x/D x/D

a) b)
H2O RMS Mole fraction

0.1

x/D=64.7
0.1

0
x/D=43.1
0.1

0.1 x/D=32.3

0.1
x/D=21.5
0

0.1
x/D=10.8
0

x/D=0.85
0
-10 -5 0 5 10
x/D

c)

Fig. 6. Root Mean Square profiles for six transversal planes. Symbols: expt, line:
LES.
168 Chapitre 6. Combustion Supersonique

6.6 Analyse de l’hétérogénéité


L’intérêt de l’expérience de T.S. Cheng vient en grande partie des mesures simultanées de la
température et de la concentration des espèces H2 , O2 , OH, H2 O, à plusieurs positions sur l’axe de
la flamme. Ces informations indiquent le mélange dans la flamme (riche/pauvre) et l’avancement de
la réaction (induction/dégagement de chaleur). L’accumulation des mesures sur une longue période
donne aussi la fluctuation de ces deux grandeurs. La simulation numérique aux grandes échelles
produit une solution instationnaire, dont les variations peuvent être comparées à l’expérience. Pour
réaliser la comparaison, des sondes placées aux points de mesure expérimentaux enregistrent les
fractions massiques et la température. Les données obtenues sont directement comparables aux
observations de T.S. Cheng. La simplicité de la cinétique chimique et du maillage utilisés dans
cette simulation va être visible sur ces comparaisons. Nous saurons donc quel biais est introduit
par l’utilisation d’un schéma à deux étapes. Le premier point de mesure, x/D = 0.85 et r/D =
0.65, se situe dans le sillage annulaire du séparateur des jets coaxiaux. A cet endroit, la couche de
mélange est encore fine, ce qui implique une grande sensibilité du résultat par rapport à la position
de la sonde. L’ensemble des observations expérimentales de la Fig. 6.10 (◦), se regroupent sur la
ligne en pointillés correspondant au mélange sans réaction (trait interrompu). Les ions hydroxydes
(Fig. 6.10.c) sont inexistants, montrant que la réaction d’induction n’est pas encore initiée. On
remarque que les points sont dispersés autour de la stœchiométrie au voisinage des températures
et concentrations initiales. En particulier, la température du mélange varie avant combustion entre
1000 et 1500 ◦ K.
Les observations numériques (•) trahissent un début de réaction d’induction significatif (Fig. 6.10.c).,
bien que les réactifs principaux n’aient pas encore été vraiment touchés, comme le prouve la courbe
de l’hydrogène (trait interrompu, Fig. 6.10.a). Le sillage du séparateur coaxial est initialisé avec
de l’azote pur, ce qui induit un biais sur les courbes de l’hydrogène, de l’oxygène et de l’eau
(Fig. 6.10.a,.b,.d) : comparé à l’air, c.a.d. mélange oxydant de réference, l’azote pur diminue la
fraction de mélange observé, et décale donc tous les points de mesure vers la gauche.
A cette position, la phase d’induction est significative dans la simulation alors qu’elle est tou-
jours négligeable dans l’expérience. Ceci est le fait de la surestimation du mélange par le calcul.
L’utilisation d’un modèle de ségrégation, ou bien plus sûrement l’augmentation de la résolution du
maillage, permettrait de diminuer cet effet.
6.6. Analyse de l’hétérogénéité 169

1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction Mixing w/o reaction

0.75 0.75
H2 Mole fraction

H2 Mole fraction
0.5 0.5

0.25 0.25

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

a) Hydrogène b) Oxygène
0.1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction

0.08
0.75
H2O Mole fraction
OH Mole fraction

0.06
0.5
0.04

0.25
0.02

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

c) Ion Hydroxyde d) Eau


3000
Adiab. equil.

2500
Temperature [K]

2000

1500

1000

500

0
0 0.05 0.1
Mixture fraction

e) Température

F. 6.10 – Répartition du mélange à x/D = 0.85 et r/D = 0.65.◦ expérience, • simulation.
170 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Le second point de mesure, x/D = 10.8 et r/D = 0.65, se situe au milieu de la zone d’induction,
dans la couche de mélange instationnaire des deux jets coaxiaux. Les observations expérimentales
(◦) de la Fig. 6.11 , sont toujours sur la ligne de mélange sans réaction (trait interrompu). La dis-
persion des points de mesure a augmenté du fait du mélange. La dispersion de la température reste
entre 1000 et 1500 ◦ K.
Les points de la simulation numérique (•) montrent une réaction d’induction en plein essor. En
effet la masse molaire des radicaux OH atteint son maximum, 0.06 (Fig. 6.10.c). Les réactifs sont
en partie consommés, au vu des quelques points qui s’éloignent de la courbe mélange sans réaction
(trait interrompu) , comme le prouve la courbe de l’hydrogène (Fig. 6.10.a,.b). Enfin, quelques
points concernant la fraction molaire de l’eau ou la température se sont dispersés vers la courbe
d’équilibre adiabatique (trait plein, Fig. 6.10.d,.e), prouvant que quelques poches de fluides sont
passées par cet endroit en ayant complètement réagi.
La surestimation du mélange est encore en cause. Cependant, le calcul montre une grande
dispersion des points de mesure, illustrant la capacité de la SGE à reproduire une réaction très
hétérogène : des particules fluides à différents stades de la réaction (non-réctives, en phase d’induc-
tion, en phase d’emballement thermique) passent par le même endroit.
6.6. Analyse de l’hétérogénéité 171

1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction Mixing w/o reaction

0.75 0.75

O2 Mole fraction
H2 Mole fraction

0.5 0.5

0.25 0.25

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

a) Hydrogène b) Oxygène
0.1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction

0.08
0.75
H2O Mole fraction
OH Mole fraction

0.06
0.5
0.04

0.25
0.02

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

c) Ion Hydroxyde d) Eau


3000
Adiab. equil.

2500
Temperature [K]

2000

1500

1000

500

0
0 0.05 0.1
Mixture fraction

e) Température

F. 6.11 – Répartition du mélange à x/D = 10.8 et r/D = 0.65.◦ expérience, • simulation.
172 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Le troisème point de mesure, x/D = 21.5 et r/D = 1.1, est placé en amont de la flamme visible
sur la photographie de l’expérience, Fig. 6.2. Les observations expérimentales (◦) de la Fig. 6.12,
sont dispersées de facon presque homogène entre les courbes d’équilibre adiabatique (trait plein)
et de mélange sans réaction (trait interrompu). Le nuage de points de la température est néanmoins
plus proche de l’état non-réagi (Fig. 6.12.c,.e), indiquant encore une prépondérence de la phase
d’induction. On note également l’accumulation des points vers les zones les plus pauvres (Z = 0)
causée par la combustion globalement pauvre.
Les points de la simulation numérique (•) sont tous regroupés prés l’équilibre adiabatique, ce qui
signifie que la réaction a atteint son terme. Le choix d’une thermodynamique simplifiée réglée sur la
stœchiométrie explique les décalages visibles entre l’équilibre atteint par le calcul et l’équilibre ob-
tenu avec une chimie détaillée, particulièrement visibles sur l’eau et l’ion hydroxyde (Fig. 6.12.c,.d)
dans les zones riches Z > 0.05. Enfin, le domaine de dispersion du mélange 0 < Z < 0.1 correspond
à la diversité observée dans l’expérience.
Ainsi, la comparaison calcul/expérience montre que la thermodynamique simplifiée s’approche
de facon satisfaisante de l’équilibre adiabatique. De plus, la SGE est en mesure de reproduire
l’hétérogénéité du mélange. Il faudra à l’avenir une analyse plus quantitative de la dispersion des
points pour préciser cette tendance. En revanche, la combustion hétérogène simulée atteint son terme
trop tôt, toujours en raison de la surestimation du mélange.
6.6. Analyse de l’hétérogénéité 173

1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction Mixing w/o reaction

0.75 0.75

O2 Mole fraction
H2 Mole fraction

0.5 0.5

0.25 0.25

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

a) Hydrogène b) Oxygène
0.1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction

0.08
0.75
H2O Mole fraction
OH Mole fraction

0.06
0.5
0.04

0.25
0.02

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

c) Ion Hydroxyde d) Eau


3000
Adiab. equil.

2500
Temperature [K]

2000

1500

1000

500

0
0 0.05 0.1
Mixture fraction

e) Température

F. 6.12 – Répartition du mélange à x/D = 21.5 et r/D = 1.1.◦ expérience, • simulation.
174 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Le quatrième point de mesure, x/D = 32.3 et r/D = 1.1, se situe à l’intérieur de la flamme.
Les observations expérimentales (◦) de la Fig. 6.13 sont toujours très dispersées. La concentra-
tion d’ion hydroxyde atteint son maximum (Fig. 6.13.c), ce qui implique que les réactions in-
termédiaires d’induction sont toujours présentes. La concentration d’eau dépasse même l’équilibre
adiabatique (Fig. 6.13.d) du coté riche, tandis que les réactifs sont en dessous de leur coubre
d’équilibre (Fig. 6.13.a,.b). Enfin, la concentration en eau varie entre les courbes de mélange non-
réagi, et de mélange à l’équilibre (Fig. 6.13.d).
Les points de la simulation numérique (•) s’accumulent vers les zones pauvres. L’eau ne dépasse
pas la concentration d’équilibre (Fig. 6.13.d) conformément à la cinétique et la thermodynamique
retenue : l’espèce intermédiaire I est pauvre en eau, donc la concentration locale ne peut dépasser
celle de l’espèce des produits P.
Cette position est le lieu le plus hétérogène dans l’expérience, avec des concentrations en ions
hydroxyde et en eau qui dépassent largement l’équilibre adiabatique. Les choix thermodynamiques
et cinétiques présents pour la combustion ne reproduisent pas ces phénomènes. Le dépassement des
concentrations d’équilibre adiabatique dans l’expérience peut bien sûr être reproduit en utilisant une
thermodynamique et une cinétique chimique complète.
6.6. Analyse de l’hétérogénéité 175

1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction Mixing w/o reaction

0.75 0.75

O2 Mole fraction
H2 Mole fraction

0.5 0.5

0.25 0.25

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

a) Hydrogène b) Oxygène
0.1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction

0.08
0.75
H2O Mole fraction
OH Mole fraction

0.06
0.5
0.04

0.25
0.02

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

c) Ion Hydroxyde d) Eau


3000
Adiab. equil.

2500
Temperature [K]

2000

1500

1000

500

0
0 0.05 0.1
Mixture fraction

e) Température

F. 6.13 – Répartition du mélange à x/D = 32.3 et r/D = 1.1. ◦ expérience, • simulation.
176 Chapitre 6. Combustion Supersonique

Le cinquième et dernier point de mesure, x/D = 43.1 et r/D = 0, est plus en aval à l’intérieur
de la flamme. Les observations expérimentales (◦) de la Fig. 6.14 lorsqu’elles sont comparés aux
positions plus en amont (Fig. 6.13, Fig. 6.12 ) commencent à se concentrer vers l’équilibre. La
combustion reste très hétérogène, avec des concentrations en ions OH toujours élevées, entre 0.02
et 0.06. Par ailleurs, on trouve encore beaucoup de mélanges riches 0.025 < Z < 0.1 à plus de
quarante diamètres d’injection en aval, alors que la flamme globale est pauvre. Cela signifie que le
jet central ne s’est pas encore complétement mélangé à cette position
Au contraire, les points de la simulation numérique (•) sont entièrement limités aux zones
pauvres (Fig. 6.14.e). Cette observation signifie que la position x/D = 43.1 est hors de la zone
utile du calcul. La région centrale est insuffisamment résolue pour conserver des poches riches
convectées dans l’écoulement.
La dispersion du mélange est un bon indicateur de l’hétérogénéité locale. La Fig. 6.14 montre
que le domaine utile de la simulation est bien inférieur à quarante diamètre en aval, puisqu’aucune
poche de mélange riche n’apparaı̂t aussi loin, contrairement à l’expérience.
L’analyse présente montre que la SGE appliquée à la flamme de Cheng reproduit une longue
phase d’induction, suivie d’un emballement thermique brutal. Par ailleurs, les zones les plus résolues
autorisent la combustion hétérogène qui a lieu dans ce type de flamme. Une augmentation significa-
tive de la finesse du maillage permettrait de diminuer la combustion initiale, trop rapide par rapport
à l’expérience, et de conserver l’hétérogénéité de l’écoulement réel plus loin en aval. La thermody-
namique et la cinétique chimique simplifiée reproduisent le comportement global de la flamme au
premier ordre. Des progrés sont encore possibles sur les quatre paramètres du schéma cinétique
PI, actuellement trop brutal lors de la transition induction/emballement thermique. Concernant
les phénomènes de dépassement d’équilibre, il est préférable d’attendre la puissance de calcul
nécessaire pour un schéma complet (schéma de Yetter (155)), car les schémas simplifiés soulèvent
plus de questions qu’ils n’en règlent.
6.6. Analyse de l’hétérogénéité 177

1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction Mixing w/o reaction

0.75 0.75

O2 Mole fraction
H2 Mole fraction

0.5 0.5

0.25 0.25

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

a) Hydrogène b) Oxygène
0.1 1
Adiab. equil. Adiab. equil.
Mixing w/o reaction

0.08
0.75
H2O Mole fraction
OH Mole fraction

0.06
0.5
0.04

0.25
0.02

0 0
0 0.05 0.1 0 0.05 0.1
Mixture fraction Mixture fraction

c) Ion Hydroxyde d) Eau


3000
Adiab. equil.

2500
Temperature [K]

2000

1500

1000

500

0
0 0.05 0.1
Mixture fraction

e) Température

F. 6.14 – Répartition du mélange à x/D = 43.1 et r/D = 0.◦ expérience, • simulation.
178 Chapitre 6. Combustion Supersonique
Chapitre 7

Conclusion

7.1 Récapitulation
Pour commencer la conclusion, voici la récapitulation du contenu scientifique de cette thèse.
L’auto-allumage, les jets supersoniques sous-détendus et la combustion supersonique en sont les
trois thèmes principaux. L’état de l’art (Chap.2) a défini un angle de recherche pour chacun de ces
thèmes. Après introduction des équations résolues et de la méthode numérique employée (Chap.3),
les travaux présentés ci-avant ont mené aux résultats suivants :
Le phénomène d’auto-allumage a montré au chapitre 4 un comportement complexe en présence
de diffusion différentielle. Le couple méthane/oxygène s’auto-allume plus lentement lorsque les
réactifs sont initialement séparés (LMI), comparé au cas idéal d’une configuration prémélangée
(HMI), avec un retard de 100% sur le temps d’allumage. A l’opposé, le temps d’auto-allumage
du couple hydrogène/oxygène ne varie presque pas entre les deux configurations. Il s’agit d’un
cas particulier où le mecanisme de diffusion différentielle compense le délai de l’allumage dû à la
ségrégation des réactifs.
Le chapitre 5 montre comment un code de simulation des grandes échelles utilisant un schéma
centré de troisième ordre peut être adapté aux écoulements supersoniques. La méthode utilise prin-
cipalement la viscosité artificielle de Von Neumann- Richtmyer (148) pour calculer des chocs sans
modifier le schéma numérique et le maillage. Outre les cas test du tube à choc et de l’onde de
Riemann, cet approche a permis de traiter avec succés les chocs des jets sous-détendus. L’analyse
poussée de ces simulations valide cette approche, et montre la richesse des informations créées par
une SGE.
Le chapitre 6 décrit une simulation de flamme supersonique auto-allumée. Cette flamme est
un cas test de la NASA destinée à l’étude de la cinétique chimique intervenant dans les super-
statoréacteurs. La simulation utilise une cinétique chimique simplifiée grâce aux résultats du cha-
pitre 4, et reproduit clairement la longue zone d’induction endothermique caractéristique de cette
flamme.
Cette somme d’information ouvre de nouvelles possibilités. D’un point de vue industriel, les
configurations de géométrie complexe présentant des phénomènes transitoires sont désormais à
portée. D’un point de vue scientifique, l’outil développé peut directement prendre en compte une
thermodynamique de gaz réels, en vue de configurations supercritiques. En résumé, cette thèse a

179
180 Chapitre 7. Conclusion

produit des avancées notables sur le chemin de la simulation des moteurs-fusées cryotechniques par
la SGE, et les communications scientifiques qui assurent la légitimité de l’ensemble.

7.2 Analyse

Il est utile d’ajouter une analyse des options prises durant cette thèse. L’ensemble de ces tra-
vaux est destiné à s’approcher de la simulation de phénomènes supersoniques réactifs dans des
géométries complexes. Par la suite, ces simulations seront étendues à des phénomènes transitoires
et supercritiques. Ainsi, les techniques les plus évoluées observés dans l’état de l’art ne peuvent être
retenues :
En premier lieu, l’étude du chapitre 4 prouve que l’hypothèse très commune d’un nombre de
Lewis pris égal à un est définitivement inutilisable dans une combustion par auto-allumage. Les
résultats de l’auto-allumage du couple hydrogène/oxygène, comparés au couple méthane/oxygène,
ont fait l’objet d’une session pleinière au Quatrième colloque international sur la technologie des
lanceurs : propulsion liquide pour lanceurs spatiaux à Liège en décembre 2002, puis d’une pu-
blication dans Combustion Science and Technology en 2003 (82) en collaboration avec le Dr R.
Knikker.
En second lieu, l’état de l’art montre que les écoulements supersoniques ont toujours été abordé
dans la simulation des grandes échelles par des techniques de solveurs de Riemann. Le besoin d’un
maillage non structuré et d’un fluide réactif suivant une loi de gaz réels rend ce choix technique in-
approprié. Cette constatation a dirigé les travaux du chapitre 5. Un article destiné au journal Physics
of fluids présente la simulation de plusieurs jets sous détendus, puis l’exploitation intensive de leurs
résultats.
Enfin, l’étude de combustion supersonique du chapitre 6 montre la création d’une cinétique
chimique simplifiée destinée au processus d’auto-allumage, un point qui n’existait pas dans la
littérature. Les résultats d’une simulation utilisant cette cinétique ont fait l’objet d’une session
pleinière lors de la conférence internationale CY-LES, complex effects in large eddy simulation te-
nue à Limassol en septembre 2005. Un article, destiné à terme au journal Combustion and Flame,
reprend l’ensemble de ces travaux et termine ce chapitre.
Ainsi, par trois fois ces travaux ont privilégié des techniques simples comparées aux standards
actuels. Il est amusant de constater que le retour à la ’sobriété’ face à un problème plus complexe
suit l’un des obscurs préceptes du célèbre maı̂tre de stratègie chinois Sun Bin :”C’est par son
aspect fort qu’une chose perceptible l’emporte sur une autre. Néanmoins, il est impossible d’utiliser
l’aspect fort d’une chose pour venir à bout de tout. C’est pourquoi les raisons pour lesquelles une
chose l’emporte sur une autre sont toujours les mêmes, mais les choses qui peuvent l’emporter sur
d’autres diffèrent les unes des autres.” L’art de la Guerre, e siècle avant J.-C. Cette citation légère
mise à part, nous retiendrons que la stratégie utilisée nous permet de continuer le développement de
l’approche SGE vers des configurations plus réalistes des points de vue scientifique et industriel.
7.3. Perspectives 181

7.3 Perspectives
Pour terminer, voici les travaux actuellement en cours qui découlent directement de cette thèse.
Deux nouvelles thèses se déroulent au CERFACS depuis le mois de Novembre 2005, toujours dans
le cadre de l’allumage des moteurs fusées cryotechniques, soutenues par la SNECMA et le CNES.
La première est menée par Guilhem Lacaze. Son objectif final est de réaliser des simulations
d’écoulements réactifs transitoires puis de jets fortement sous-détendus comprenant de la combus-
tion supersonique et une injection diphasique. Le premier point est largement entamé aujourd’hui,
avec la simulation de l’allumage ”dur” d’une chambre de combustion expérimentale. Dans ce dis-
positif installé au DLR de Lampoldhausen, une chambre initialement pleine d’azote est progressive-
ment remplie d’hydrogène et d’oxygène. Un allumage par laser déclenche la combustion brutale du
prémélange, faisant augmenter la pression jusqu’à 8 bars. La présence d’un jet supersonique coaxial
en injection, d’une tuyère amorcée en sortie de chambre, et d’une phase de remplissage non réactive
extrêmement longues font de ce cas test un calcul particulièrement difficile. Des résultats concrets
sont déjà disponibles, et ont fait l’objet d’une session pleinière à l’atelier organisé par la SNECMA
”Third International Workshop on Rocket Combustion Modeling ” tenu à Versailles en Mars 2006.
La seconde thèse est conduite par Thomas Schmitt. Elle se focalise sur les phénomènes super-
critiques. En effet, lors de l’allumage les températures et pressions atteintes font que les gaz ne
suivent plus une loi de gaz parfaits. Il faut donc étudier les conséquences d’une telle perturbation du
système déquations habituellement étudié, puis adapter en conséquence le code de SGE voulu, ici
AVBP. Le travail initial consiste à choisir une nouvelle équation d’état, puis de générer la thermo-
dynamique qui lui est associée. Par la suite, les lois de transports d’espèces et de chaleur devraient
évoluer. Pour finir, les simulations d’écoulement supercritiques devront s’accommoder de gradients
de densités au comportement numérique aussi critique que des chocs hydrodynamiques.
Au terme de la thèse présente, ”Allumage des moteurs fusées cryotechniques”, l’effort de re-
cherche dans ce domaine continue en prise directe avec les résultats présentés dans ce document.
D’ici peu, de nouvelles simulations vont voir le jour, prenant en compte de nouveaux phénomènes
physiques et profitant de l’augmentation continue de la puissance de calcul. Peut être pourront-elles
conforter un peu plus l’idée que la simulation numérique est un outil d’investigation scientifique à
part entière, mais comme dirait R. Kipling, ”ceci est une autre histoire...”
182 Chapitre 7. Conclusion
Chapitre 8

Remerciements

Cette thèse est la somme de multiples contributions. En premier lieu, plusieurs points précis ont
bénéficé du travail de personnes extérieures à l’équipe initiale :
– La première partie de l’introduction, c.a.d. le résumé épistémologique de l’histoire des mo-
teurs fusées, doit beaucoup aux entretiens électroniques et téléphoniques avec Marie Cathe-
rine Rey (Musée Guimet, Conservateur section Chine bouddhique) et Gérard Emptoz (Uni-
versité de Nantes, Professeur émérite d’histoire et techniques).
– La réalité des problèmes techniques posés par les moteurs fusées m’a été révélée par l’équipe
FLTC de la Snecma Division Grosse Propulsion Liquide. En plus de l’apport fondamental de
Stéphan Zurbach, je remercie Didier Saucereau pour ses lumières sur les simulations RANS.
– Les conditions exceptionnelles des écoulements supersoniques ont soulevé de multiples ques-
tions ouvertes. Je remercie toux ceux qui ont pris le temps d’y répondre par voie électronique,
notamment le Dr. Jean Louis Estivalèzes (Toulouse, ONERA), le Pr. G. Mungal (Stanford,
Faculty of thermosciences group), le Pr. Olivier Chazot (Bruxelles, Von Karman Institute),
le Dr. Hiroshi Katanoda (Fukuoka, University of Kitakyushu) et le Pr. Valery Zapryagaev
(Novossibirsk, ITAM).
– L’emploi de la méthode de Von Neumann-Ricthmyer au lieu de méthodes plus classiques a
soulevé une discussion intéressante. Je remercie le Pr. Dale Pullin (California Institute of tech-
nology), le Dr. Benoı̂t Fiorina (Stanford, Center for Turbulence Research) et le Pr. Andrew
Cook (Lawrence Livermore National Laboratory) pour leurs réponses rapides et décisives sur
le sujet.
– L’analyse linéaire de stabilité est un domaine scientifique à part entière. La collaboration de
plusieurs mois avec le Pr. Jean Christophe Robinet (Paris, Ecole Nationale Supérieure des
Arts et Métiers, Lab. SINUMEF) a dégagé des résultats tout à fait passionnants. Le stage de
Master de Zaki Mazen fut entièmenent dédiée à l’étude du jet de Seiner d’après les résultats
de simulation présents. Pour cet apport inespéré, je souhaite signifier ma reconnaissance au
Pr. Robinet.
– Des travaux importants ont été effectués sur l’expérience d’allumage ”dur” installée par le
DLR à Lampoldshausen, en collaboration avec Guilhem Lacaze. Les résultats seront détaillés
dans le manuscrit de sa thèse. En attendant, je remercie le Dr. Michael Oschwald (Lampold-
shausen, DLR) pour ses réponses précises, et Guilhem Lacaze, pour sa ténacité face à un

183
184 Chapitre 8. Remerciements

problème très ’relevé’.


Ensuite, beaucoup de personnes ont contribué à ce travail. Je remercie sincèrement mes colla-
borateurs du CERFACS pour leur apport indéniable à tous les niveaux d’un travail de thèse. Il y a au
premier chef toute l’équipe ’combustion’ emmenée par le Pr. Thierry Poinsot entre les années 2002
et 2006. La collaboration que l’on y trouve entre doctorants est une chance exceptionnelle pour
mener des recherches. Il y a ensuite l’aide des documentalistes Jenny Collin et Séverine Toulouse,
le support technique exceptionnel de Gérard Dejean, Isabelle d’Ast, Fabrice Fleury, Patrick Laporte
et Nicolas Monnier, les contributions de Thilo Schönfeld et Jens Müller, et le soutien indispensable
de l’administration, tout spécialement celui de Marie Labadens.

Je remercie également l’aide indirecte mais essentielle de Gabriel Staffelbach, Matthieu Boi-
leau, Stéphane Pascaud, David Seigneuric, Vincent Hennebert, Amélie Baudon, Pierre Crovisier et,
tout particulièrement, Guenaëlle Mesthé durant ces trois années.

Pour finir, je remercie le Dr. Stéphan Zurbach, à l’origine de cette thèse, et le Dr. Bénédicte
Cuenot, qui a su m’épauler au long de cette recherche.
Chapitre 9

Annexe 1 : Lois du vol spatial

Konstatin E. Tsiolkovski (1857-1935), Robert Goddard (1882-1945) et Hermann J. Oberth pro-


posent les lois régissants le vol des fusées au début du vingtième siècle. Leurs travaux sont des
développements de la mécanique générale. Nous allons ici retrouver les relations principales, et
réaliser quelques dimensionnements de fusées simples. Nous en déduirons les contraintes princi-
pales de la construction des fusées.

9.1 Lois du mouvement


Sir Isaac Newton a présenté les trois lois du mouvements et la loi de la gravitation universelle,
dans ”Principia Mathematica Philosophiae Naturalis.” en 1686 :
1. Tout objet ayant un mouvement uniforme conserve ce mouvement, sauf si une force extérieure
lui est appliquée.
2. La relation entre la masse m d’un objet, son son accélération ~a et la force F~ qui lui est ap-
pliquée est F~ = m~a ; dans cette loi, la direction du vecteur force est la même que la direction
du vecteur accélération.
3. Pour toute action, il y a une réaction égale et opposée.
4. Tout objet dans l’univers attire tout autre objet avec une force dirigée sur la ligne des centres
des objets, proportionnelle au produit de leurs masses et inversement proportionnelle au carré
de la distance les séparant. La constante de la gravitation k, également approchée par I. New-
ton, vaut 6.6732.10−11 m3 /(kg.s2 ).)

9.1.1 Mouvement dans le champ gravitationnel terrestre loin du sol


Un corps de masse m placé à une distance d du centre de la Terre, avec M désignant la masse
de la Terre et d grand devant le rayon de la Terre, subit la force :

m × 4.002 1014
Fterre = (9.1)
d2

185
186 Chapitre 9. Annexe 1

F. 9.1 – Isaac Newton est à l’origine, entre autres, des lois régissant le vol spatial

Le travail T lib nécessaire pour emmener ce corps de sa distance initiale d0 à l’infini, c’est à dire de
le libérer du champ gravitationnel, s’écrit :
Z ∞ " #∞
Mm 1 K Mm
T lib = k 2 = kMm − = (9.2)
d0 d d d0 d0
On peut donc en déduire la vitesse à donner à ce corps au départ de la surface de la terre (i.e.
d0 = 6.37 106 m), pour que son énergie cinétique corresponde au travail de libération :
s
mVlib2
K Mm 2kM
= => Vlib = = 11 200m/s (9.3)
2 d0 d0
En poussant plus loin les développements des lois du mouvement de Newton, on peut retrouver
les trois lois de Kepler (1605) :
1. Le mobile décrit une orbite elliptique dont le point d’attraction est un foyer ;
2. La droite mobile-point d’attraction balaye des surfaces proportionnelles au temps qu’elle met
à les balayer ;
3. Le carré du temps de révolution est proportionnel au cube du demi-grand axe a de l’ellipse.
Le paramêtre principal d’un mobile dans un champ gravitationnel est la vitesse radiale Vr (r).
Comparée à la vitesse de libération locale Vlib (r), elle détermine si le mobile est captif, c.a.d. sa-
tellisé, ou s’il est libre. Par exemple, les comêtes peuvent être sur une orbite terrestre, solaire ou
extra-solaire. Par conséquent, l’incrément de vitesse qu’un lanceur peut donner à son projectile
détermine l’essentiel de la performance du lanceur.
9.2. Loi du vol d’une fusée 187

9.1.2 Mouvement dans le champ gravitationnel terrestre près du sol


Près du sol, le champ gravitationnel se réduit une force verticale constante. Avec la deuxième
loi de Newton intégrée sur le temps de l’instant t0 à l’instant t1 , on connaı̂t le mouvement vertical
du mobile au travers de son accéleration az (t) (Eq. 9.4), sa vitesse Vz (t)(Eq. 9.5) et son altitude
z(t)(Eq. 9.6).
F = −mg ⇔ −mg = maz (t) = mV̇z (t) = mz(t) ¨ (9.4)

Vz (t) = z(t)
˙ = −gt + Vz (t0 ) ⇔ ∆Vz = g(t1 − t0 ) (9.5)

z(t) = −gt2 /2 + Vz (t0 )t + z(t0 ) (9.6)


Ces équations sont la base de la balistique. On en déduit entre autres qu’au premier ordre, un
2
projectile de vitesse initiale Vinit et d’angle α a une apogée zapo = (sin(α)V2g
init )
, et une portée x =
sin(2α)Vinit /g. Un modèle plus précis prendra en compte si besoin les frottements du milieu, pro-
2

portionnels au carré de la vitesse et qui ŕeduisent la portée, ou encore la force de Coriolis qui crée
une déviation latérale,

9.2 Loi du vol d’une fusée


Dans un moteur fusée, deux forces motrices sont à l’œuvre. Tout d’abord, la troisième loi de
Newton implique que si un système éjecte une masse à un taux q[Kg/s] et à une vitesse relative
d’ejection Ve [m/s], il subit en retour une force opposée Fe ject = qVe . Ensuite, la pression Pmot
régnant dans un moteur fusée étant différente de la pression extérieure Pext , le moteur subit une
force de pression F press = (Pmot − Pext )Ae , Ae étant une section d’éjection des gaz de l’ordre du
diamètre maximal de la tuyère. On notera que cette force est d’autant plus efficace que la pression
extérieure diminue, c.a.d. que l’air se raréfie1 . La variation de cette force explique la variation des
performances d’un moteur suivant qu’il se situe au sol ou dans le vide spatial. Par exemple, le
premier étage de la fusée lunaire américaine Saturn V perd au décollage 12% de son efficacité par
rapport au vide.
Afin de gauger l’efficacité de chaque moteur fusée, on le compare à un moteur équivalent idéal
de poussée constante Fequiv et de consommation constante qequiv = dm(t) dt pendant le temps de vol t0
à t1 .
Fequiv = m(t)V(t)
˙ (9.7)
Z t1 Fequiv
Z t1
∂t = ˙
V(t)∂t (9.8)
t0 m(t) t0

Fequiv
[ln (m(t))]tt10 = V(t1 ) − V(t0 ) (9.9)
qequiv
1
Cette caractéristique rendue publique notamment par R. Goddard, fit un petit scandale au début du vingtième siècle,
quand le bon sens considérait que la présence d’un milieu matériel sur lequel s’appuyer était forcément préférable. Ce
contre-sens vient de la propulsion par hélice qui évoque plus facilement un tire-bouchon dans du liège qu’une éjection de
matière. Une hélice reste cependant un moteur à réaction, pouvant fonctionner efficacement dans un fluide non visqueux.
188 Chapitre 9. Annexe 1

!
Fequiv m(t1 )
ln = ∆V (9.10)
qequiv m(t0 )
L’équation finale du moteur idéal, Eq. 9.10, montre que les deux paramêtres essentiels d’un
moteur fusée sont la force équivalente d’une part et le rapport entre masses initiales et finales d’autre
part. Cette approche fut introduite en 1900 par le russe Tsiolkovsky. Il introduisit les quantité I sp
dite ’impulsion spécifique’, et le rapport de masse Rm , ce qui mène à l’Eq. 9.11.
Z t1 h F i
e ject (t) + F press (t)
I sp × g × ln(Rm ) = ∆V = ∂t (9.11)
t0 m(t)

Ces deux paramêtres sont les deux clefs des nouveaux moteurs fusées. Le rapport de masse devient
le paramêtre principal de construction. Il donne en premier lieu l’intérêt des fusées multi-étages.
L’application numérique montre par exemple que la fusée lunaire Saturn V dans une version mono-
étage verrait sa masse multipliée par 2.38, comme indiqué dans le Tableau 9.2. Un tel engin est
beaucoup plus difficile à mettre au point du point de vue de la résistance des matériaux. L’impulsion
Fequiv
spécifique est une quantité plus abstraite : qequiv q = I sp × g. Multipliée par l’accélération de la
pesanteur, elle donne une vitesse légèrment supérieure à la vitesse déjection des gaz propulsifs,
mais l’intérêt est ailleurs. L’impulsion spécifique est donnée au premier ordre par la nature des
carburants, et seulement au second ordre par l’optimisation technique du moteur. Ainsi, connaissant
la charge utile et l’incrément de vitesse à donner, on déduit des travaux de Tsiolkovsky la nature
des carburants et la masse du lanceur. Le nombre d’étages dépend alors d’une optimisation entre
efficacité de la propulsion et contraintes structurelles.
Pour vérifier la pertinence de ces outils, voici l’exemple exemple précis du V2. Le cahier des
charges se résume ainsi : ”une arme de type missile balistique capable d’envoyer une charge militaire
d’une tonne à 300 km de distance”. Le tir optimal étant réalisé à 45 degrés, on trouve une vitesse
initiale de 1715 m/s. Un calcul ballistique plus complet prenant en compte la résistance de l’air
augmente cette vitesse initiale de 25%, soit environ 2300m/s. Le couple Oxygène/Alcool est le
mélange le plus performant utilisable, et permet d’espérer une impulsion spécifique proche de 200s.
Il vient alors le rapport de masse Rm = exp(Vinit /(I sp.g)) = 3.23. Il reste donc à construire une
structure de fusée capable de résister à la masse totale Mtot = 3.23 ∗ (Mcharge + M struct + Mmot )
et le moteur correspondant, capable de soulever cette masse totale. La solution de ce problème en
1944 est une structure de 1 tonne équipée d’un moteur de 2 tonnes, soit une masse au décollage de
presque 13 tonnes, comme indiqué dans le Tableau 9.1.
9.2. Loi du vol d’une fusée 189

T. 9.1 – Caractéristiques du V2/A4

Charge utile 900 Kg


Rm 3.2
Vitesse finale 2317 m/s (300km)
Masse étage 11 905 Kg
à vide 3 100 Kg
Masse totale 12 805 Kg
à vide 4 000 Kg
Isp 203 s

T. 9.2 – Caractéristiques de Saturn V

Charge utile 47 000 Kg


Vitesse finale 10 886 m/s (Lune)
Etage 1 Etage 2 Etage 3 Mono-étage
Masse étage 2 286 217 Kg 490 779 Kg 119 000 Kg 6 960 000 Kg
à vide 135 218 Kg 39 048 Kg 13 300 Kg 135 218 Kg
Masse totale 2 942 996 Kg 656 779 Kg 166 000 Kg 7 007 000 Kg
à vide 791 997 Kg 205 048 Kg 98 300 Kg 791 997 Kg
Rm 3.71 3.2 1.69 38.45
Isp 304 s 421 s 421 s 304 s
∆V 3 914.57 m/s 4 807.76 m/s 2 163.98 m/s 10 883 m/s
190 Chapitre 9. Annexe 1
Chapitre 10

Annexe 2 : Jets supersoniques


sous-détendus

10.1 Méthode des caractéristiques


La méthode des caractéristiques est la plus ancienne technique utilisée pour résoudre les équations
d’Euler dans la configuration d’un jet supersonique. On remarque tout particulièrement la thèse
de I.S. Chang (21) parue en 1945 et dédiée spécifiquement aux jets supersoniques sous-détendus.
Cette méthode profite du caractère hyperbolique des équations d’Euler dans un écoulement super-
sonique dans un cas stationnaire bidimensionnel. Elle est présentée et discutée dans de nombreux
ouvrages (132; 143; 4).
Dans le livre Compressible Fluid Dynamics de P.A. Thompson (143), cette méthode est appliqué
à un jet sonique sous-détendu par un rapport de pression statique NPR = 2. Le résultat du calcul
est reproduit dans la Fig. 10.1, avec 8 lignes caractéristiques pour décrire l’expansion initiale et
5 lignes caractéristiques pour calculer le reste du champ. Un calcul identique est réalisé avec une
routine écrite en FORTRAN 90 utilisant 20 lignes caractéristiques, avec pour résultat la Fig. 10.2.
On y observe clairement le faisceau de détente de Prantdl-Meyer et sa première ’réflexion’ sur
l’axe de symétrie. Il interagit ensuite avec la ligne de glissement : il se transforme en faisceau de
compression tandis que la ligne de glissement se courbe vers le centre. Le faisceau de compression
se ’réfléchit’ sur l’axe de symétrie, avent de se concentrer à l’approche de la ligne de glissement.
Cette coalescence montre précisément que les caractéristiques les plus en aval se croisent, c.a.d.
qu’un choc faible à lieu à cet endroit.

191
192 Chapitre 10. Annexe 2

F. 10.1 – Réseau de lignes caractéristiques pour un jet sous-détendu obtenu par Thompson (143)
avec 5 lignes caractéristiques (8 pour l’expansion initiale), Mach = 1, NPR = 2

F. 10.2 – Réseau de lignes caractéristiques pour un jet sous-détendu obtenu avec 20 lignes ca-
ractéristiques , Mach = 1, NPR = 2
10.1. Méthode des caractéristiques 193

Cette routine est réutilisée pour étudier le comportement du réseau de caractéristiques pour
différents rapports de pression. Afin de prolonger le calcul, si deux caractéristiques se croisent, celle
du coté aval est stoppée. Par ailleurs, le calcul fait apparaı̂tre un choc droit (ligne verticale) dés
que les rapports de pression et de densité entre l’axe et l’extérieur permettent de vérifier la relation
de Rankine-Hugoniot. Les equations utilisées correspondent à un écoulement bidimensionnel plan.
Un autre jeu d’équations accompagné d’un algorithme plus complexe permet de résoudre les cas
axisymétriques.
Dans le cas d’un jet faiblement sous-détendu (Fig. 10.3,a), la structure en diamant semble pou-
voir se répéter à l’infini. Dans un ecoulement visqueux, la turbulence et la viscosité dissipent cette
structure. Pour un rapport de pression un peu plus élevé (Fig. 10.3,b) des cellules ovoı̈des ont rem-
placé les cellules en diamant. La structure est encore répétitive. Des lignes caractéristiques dispa-
raissent à chaque fin de cellule, diminuant la précision du calcul, c’est pourquoi on ne tient pas
compte de la dilatation des cellules ver l’aval. Un jet fortement sous-détendu possède un réseau de
caractéristiques plus complexe (Fig. 10.3,c). En effet, le faisceau de détente commence à coalescer
depuis l’intérieur du jet dès la reflexion sur la ligne de glissement. Cette coalescence se traduit par un
choc faible à l’intérieur de la cellule de détente. Ce choc faible s’intensifie vers l’aval, avant d’être
terminé par un choc droit, ce qui délimite un volume ovoı̈de fermé que l’on appelle parfois ”bouteille
de Mach”. La même structure est visible pour les jets très fortement sous-détendus (Fig. 10.3,d). Le
choc faible remonte jusqu’à l’injection lorsque l’on augmente le rapport de pression.
La méthode des caractéristiques reproduit explicitement dans un temps très faible les principaux
élements non-visqueux d’un jet sous-détendu. Elle donne par ailleurs des informations utiles sur
l’origine de chaque élément non-visqueux présent dans un jet sous-détendu. Cet outil est aujourd’hui
utilisé pour calculer très précisément l’intérieur de la cellule de détente (112). Ce type d’étude
permet de régler l’alimentation en gaz raréfié d’un accélérateur de particules.
194 Chapitre 10. Annexe 2

a) Mach = 1, NPR = 1, 05

b) Mach = 1, NPR = 2
Pi/Po=10.00

c) Mach = 1, NPR = 10

200 x H

d) Mach = 1, NPR = 100

F. 10.3 – Réseaux de lignes caractéristiques de jets sous-détendus


10.2. Taille des bouteilles de Mach 195

10.2 Taille des bouteilles de Mach


Il est utile de connaı̂tre la taille de la cellule de détente avant même d’en faire le calcul, d’aprés
le rapport de pression statique et le Mach d’injection. Les expérimentations, théories et simulations
variées permettent de déduire des lois qui donnent cette information. Avant de commencer la revue
des résultats expérimentaux et numériques, on note que les équations d’Euler ne dépendent plus
de la viscosité. Ce détail entraı̂ne que la solution est indépendante de l’échelle de longueur. C’est
pourquoi les corrélations suivantes sont adimensionnées par le diamètre d’injection D.
Trois paramêtres sont essentiels :
– Le Mach de sortie Me , c.a.d. le nombre de Mach moyen dans la section de sortie du jet.
– le rapport des chaleurs spécifiques γ, également moyenné sur la section de sortie du jet.
– le rapport de pression NPR (Nozzle Pressure Ratio), soit la pression statique moyenne dans
la section de sortie du jet divisée par la pression statique du fluide entourant le jet. Dans
certaines études, c’est le rapport de pression totale NPRtot qui est utilisé, égal au précédent
multiplié par le facteur 1 + M2 γ , soit 1.7 pour un jet d’air sonique. Ce facteur est obtenu par
2

l’Eq. 10.1 :
P stat + ρU2
2
M2γ
!
NPRtot = = 1+ NPR (10.1)
P stat ∞ 2
La longueur de ces bouteilles c.a.d. la position normalisée x M /D dépend de ces trois paramêtres
le la facon suivante : xDM ∝ (Me )∼1 (γ)∼0.5 (NPR)∼0.5 . Trois grandes classes de méthodes permettent
d’obtenir ce résultat. Il y a tout d’abord, de multiples corrélations expérimentales, comme celle de
Lewis & Carlson (97), donnée en Eq. 10.2, valide sur la plage NPR ∈ [1, 100], d’une précision de
10%, avec un écart maximum de 31% par rapport aux expériences de l’époque.
x
= 0.69Me (γNPR)0.5 (10.2)
D
Ensuite on trouve les méthodes de calculs aux caractéristiques comme celle de Hanson & Pal-
mer (112) qui profitent du caractère hyperbolique des équations de Naviers-Stokes en écoulement
supersonique. Sur la plage NPR ∈ [1, 1000], un code de calcul prédit la position du disque (Corre-
lation Eq. 10.3) avec une erreur inférieure à la dispersion des résultats expérimentaux.
x
= 0.8736 (NPR)0.52069 (10.3)
D
Enfin, des simulations plus classiques de volumes finis peuvent être utilisées, comme l’ont fait
Cumber (38). Un code volume finis RANS, avec un schéma du deuxième ordre, un modèle de
turbulence type k −  et une correction du taux de dissipation proposée par Sarkar, fonctionne sur
la plage PP∞t ∈ [1, 40]. Malgré la dispersion des résultats expérimentaux proposés, le code semble
sur-estimer jusqu’à 30% les dimensions des bouteilles de Mach. Son comportement est représenté
par la corrélation Eq. 10.4.
x
= 1.2182 (NPR)0.4236 (10.4)
D
L’ensemble des sources menant à ces résultats est listé de maniére non exhaustive dans le ta-
bleau 10.1, puis représenté sur le graphique 10.4. Le graphique supérieur de la Fig. 10.4 montre
196 Chapitre 10. Annexe 2

Date Auteurs Type Plage NPR Approximation x M /D = A (NPR)B


1953 NACA Expériences [4, 100] A = 0.9857,B = 0.4584
1958 A.P.L. Expériences [6, 80] A = 0.8846,B = 0.5278
1958 Adamson & Nichols (3) Calculs [2, 100] A = 0.986,B = 0.5025
1962 Love & al. Expériences [7, 25] A = 0.8034,B = 0.4021
1962 Eastman & Radtke (52) Calculs M.O.C. [7, 25] A = 0.7035,B = 0.4525
1962 Crist & al. (37) Expériences [2, 40] A = 1.049,B = 0.4644
1964 Lewis & Carlson (97) Corrélation [1, 100] A = 0.69 Me γ0.5 ,B = 0.5
1981 Addy & al. Expériences [2, 5] A = 1.231,B = 0.38495
1985 Ewan & Moodie (57) Expériences [2, 12] A = 0.6964,B = 0.5846
1998 Hanson & Palmer (112) Calculs M.O.C. [1, 1000] A = 0.8736,B = 0.52069
2002 Cumber & al. (38) Calculs F.V. [1, 40] A = 1.2182,B = 0.4236

T. 10.1 – Compilation des différentes sources concernant le rapport x M /D. M.O.C : Méthodes aux
caractéristiques, F.V. Méthodes Volumes Finis

des résultats peu dispersés, donnant une erreur de 20% maximum sur l’ensemble des rapports de
pression. Cette dispersion est d’abord présente dans les résultats expérimentaux, notamment avec
les observations de Ewan & Moodie (57), inférieures de 10% aux autres expériences et corrélations.
La tendance globale des expériences montre une lègère accumulation des résultats vers l’enve-
loppe supérieure du nuage de points. La corrélation de Lewis (97) est en bon accord avec résultats
expérimentaux. On note également un bon accord entre les deux simulations aux caractéristiques,
dites ”M.O.C.”(Method Of Characteristics) : Eastman & Radtke vs. Hanson & Palmer. La méthode
de calcul du disque de Mach n’est pas exactement la même. De plus, 38 années séparent ces deux si-
mulations et cette méthode est très sensible à la puissance de calcul mise en œuvre. Malgré cela, les
résultats de Eastman sont tout à fait corrects, ce qui prouve l’excellent rapport Précision/Coût Calcul
des méthodes M.O.C. Les méthodes volumes finis dites ”F.V.”(Finite Volumes) ont fait leurs preuves
dans les écoulements supersoniques. Ici, les simulations de Cumber & al. s’approchent de l’enve-
loppe supérieure des résultats précédents. De la même manière, des expériences, corrélations, et si-
mulations concernent le diamètre du disque de Mach. L’ensemble des sources menant à ces résultats
est listé de maniére non exhaustive dans le tableau 10.2, puis representé sur le graphique 10.4. Dans
le tableau, on voit une très grande disparité dans les corrélations, avec un exposant sur le paramétre
NPR (Exposant B) variant de 0.6 à 1.7. Le graphique inférieur de la fig Fig. 10.4 montre à nou-
veau une faible dispersion des résultats, donnant une erreur de 10% maximum, exception faite des
résustats de Crist, sur l’ensemble des rapports de pression. Les résultats expérimentaux de Crist
s’éloignent des autres résultats de plus de 30%. On notera cependant que cette série d’expériences
est la plus ancienne de l’ensemble bibliographique présenté ici concernant les tailles de disques
de Mach. Les simulations F.V. de Cumber & al. , ainsi que les simulations M.O.C. de Hanson et
Eastman se placent au milieu des résultats expérimentaux.
10.2. Taille des bouteilles de Mach 197

Date Auteurs Type Plage Approximation d M /D = A (NPR)B


1962 Crist & al (37). Expériences [2, 40] A = 0.3306,B = 0.59021
1980 Antsupov & al. (5) Exp.& Corr. [2, 40] A = 0.05106,B = 1.731661
1980 Lamkin & al. Correlation [1, 6] A = 0.1955,B = 0.6769741
1985 Ewan & Moodie (57) Expériences [2, 14] A = 0.08905,B = 1.263585
1998 Hanson & Palmer (112) Calculs M.O.C. [1, 1000] A = 0.273,B = 0.6769741
2002 Cumber & al. (38) Calculs F.V. [1, 40] A = 0.2517,B = 0.7729036

T. 10.2 – Compilation des différentes sources concernant le rapport d M /D. M.O.C : Méthodes aux
caractéristiques, F.V. Méthodes Volumes Finis
198 Chapitre 10. Annexe 2

10.0
Exp. APL
Exp. Addy
Exp. Crist
Exp. Ewan & Moodie 12.7 mm
Exp. Ewan & Moddie 25.4 mm
8.0 Exp. Love
Exp. NACA
Calc. Adamson
Corr. Lewis
M.O.C. Eastman
M.O.C. Hanson
F.V. Cumber

6.0
xM/D

4.0

2.0

0.0 NPR
0.0 20.0 40.0 60.0 80.0
Ptot/Poo
3.57 10 20 40 60 80 100 120

10.0
Exp. Antsupov
Exp. Crist
Exp. Ewan & Moodie 12.7 mm
Exp. Ewan & Moodie 25.4 mm
Corr. Antsupov
8.0 Corr. Lamkin
M.O.C. Hanson
F.V. Cumber

6.0
dM/D

4.0

2.0

0.0 NPR
0.0 20.0 40.0 60.0 80.0
Ptot/Poo
3.57 10 20 40 60 80 100 120

F. 10.4 – Position x M /D et diamètre du disque de Mach d M /D en fonction du rapport de pression


normalisé NPR c.a.d. le rapport de pression totale, dans le cas Me = 1 (Jet Sonique) et γ = 1.4
(Fluide proche de l’air).
10.3. Analyse du champ lointain d’un jet sous-détendu 199

10.3 Analyse du champ lointain d’un jet sous-détendu


Le concept d’autosimilarité est utilisé dans les jets de fluide à Reynolds élevé. Birch & al.
étendent ce concept aux jets sous-détendus dans deux articles traitant respectivement des décroissances
axiales de concentration (14) et de vitesse (15). La section pésente rappelle brièvement les résultats
de cet outil.

10.3.1 Diamètre virtuel du jet

dv

Niveau 3

Niveau 2

Niveau 1

F. 10.5 – Jet de fluide modèle : Niveau 1, conditions dans le réservoir ; Niveau 2, conditions à
l’orifice ; Niveau 3, conditions après détente

En supposant d’abord que les forces visqueuses sont négligeables dans la zone de détente (du
niveau 2 au niveau 3), puis qu’il n’y a pas d’entraı̂nement du fluide ambient, on peut écrire la
conservation de la masse et du moment sous la forme des Eq. 10.5 et Eq. 10.6 :

ρ3 V3 A3 = ρ2 V2 A2C D (10.5)

ρ3 V32 A3 = ρ2 V22 A2C D


2
+ A2 (P2 − P3 ) (10.6)
Au passage, les aires A2 = πd2 /4 et A2 = πdv2 /4 sont introduites. Un coefficent de perte de charge
C D est ajouté au niveau 2. Les grandeurs A3 et V3 sont alors données par les Eq. 10.7 et Eq. 10.8

ρ2 V22 A2C D
2
A3 = (10.7)
P2 − P3 + ρ2 V22C D
2
200 Chapitre 10. Annexe 2

P2 − P3
V3 = V2C D + (10.8)
ρ2 V 2 C D
Ce jeu d’équations a été établi par Hess & al. (1973). En utilisant les relations isentropiques
(Shapiro, 1953), on peut relier le niveau 1 au niveau 2 :
γ
! γ−1
2
P2 = P1 (10.9)
γ+1
! 1
2 γ−1 W
ρ2 = P1 (10.10)
γ+1 RT 1
s !
RT 1 2γ
V2 = (10.11)
W γ+1
Sachant que le fluide retrouve sa température totale après le disque de Mach, on a la ralation
T 3 ∼ T 1 . Ainsi, la vitesse V3 et le diamètre virtuel dv du jet s’expriment en fonction des grandeurs
du niveau 1 par les Eq. 10.12 et Eq. 10.13.
   γ−1 !
−γ 
P3 2
1 − P1 γ+1
 
 
V3 = V2 C D + (10.12)
 
γC D
 
 


s
1
! γ−1
dv P1 2 V2
= CD (10.13)
d P3 γ + 1 V3
Dans le cas des jets fortements sous-détendus, c.a.d. dans le cas de l’Eq. 10.14, l’equation
Eq. 10.13 se simplifie vers la forme de l’equation Eq. 10.15
! −γ
P3 2 γ−1
= NPR  (10.14)
P1 γ+1
v
t ! 1
dv 2 γ−1 1
= NPR C D
1/2
(10.15)
d γ+1 γC D + 1
2

L’important dans cette relation est que le diamètre virtuel dv dépend du rapport de pression
totale NPR selon une loi du type : ddv ∝ NPR1/2 Ce résultat peut être comparé avec les différentes
corrélations donnant les tailles des bouteilles de Mach. En supposant un diamètre de disque de Mach
dM xM
d proportionnel à la longueur de la bouteille de Mach d et au diamètre virtuel du jet équivalent
dv
d , on obtient la relation de l’Eq. 10.16, qui est toutà fait compatible avec l’ensemble des résultats
expérimentaux.

dv d M xM
∝ ∝ ∝ NPR1/2 (10.16)
d d d
10.3. Analyse du champ lointain d’un jet sous-détendu 201

10.3.2 Vitesses et concentrations axiales


Les décroissances de vitesse axiale U x /U0 (x/dv ) et de concentration axiale C x /C0 (x/dv ) sont
décrites par des lois hyperboliques, Eq. 10.17 et Eq. 10.18, valables loin de l’orifice, c.a.d. x−x ov
dv 
1.

Uaxe (x) kdv


= (10.17)
U0 x − xov
!1/2
Caxe (x) kdv ρa
= (10.18)
C0 x − xov ρg
Dans ces équations, la concentration de référence C0 est la concentration moyenne du réactif
dans la section de sortie du jet, et la vitesse de référence U0 est la vitesse virtuelle V3 issue de
l’équation Eq. 10.12 avec C D = 1.0. Une constante de déviation hyperbolique k et une origine
vituelle xov apparaissent, communs aux deux lois. Ils sont introduits tels que la grandeur présenté
devient infinie si x − xov = kdv .

  

  

  

  

  

  

  

  

  








dv
  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

  
  

U axe

Uo
1

o x ov

C axe 1

C0

0
0 x ov

F. 10.6 – Jet sonique sous-détendu (Trait plein) et son jet sonique adapté équivalent (Trait inter-
rompu). En champ lointain, les décroissances de vitesse et de concentrations sont hyperboliques.
202 Chapitre 10. Annexe 2

15.0

10.0

Vo / Vaxe
5.0

0.0
0.0 100.0 200.0 300.0 400.0
x/d

F. 10.7 – Données expérimentales de vitesse axiale pour un jet sonique fortement sous-détendu
(NPR=31). L’abcisse est normalisée par le diamètre de l’orifice d. La vitesse est normalisée par la
vitesse du son à la pression extérieure (zone détendue) et à la température totale du jet (température
du réservoir).

La Fig. 10.7 montre le profil de vitesse axiale d’un jet sonique fortement sous-détendu. Comme
c’est inverse de la vitesse qui est tracé, une évolution hyperbolique se traduit par une droite. On
observe donc une évolution hyperbolique pour x/d > 200. Dans la zone proche de l’orifice x ∈
[0, 200] apparaı̂t une forte déviation, qui marque l’éloignement d’un régime hypeerbolique.
L’Eq. 10.17 peut aussi s’ecrire sous la forme affine de l’Éq. 10.19. La Fig. 10.7 permet donc de
calculer à partir de résultats expérimentaux les inconnues xov et k.
U0 x d xov d
= − = αx + β (10.19)
Uaxe (x) d kdv d kdv
Le résultat du calcul des deux inconnues xo v et k à partir de résultats expérimentaux est présenté
dans la Fig. 10.8 pour des NPR allant de 1 à 80. Le facteur de déviation est toujours croissant. Par
contre, l’origine virtuelle xov tend vers une limite aux alentours de 50d, atteinte à 20% près dès
les NPR supérieurs à 20. Les Eq. 10.20 et Eq. 10.21 donnent des corrélations qui permettent de
retrouver ces évolutions.

kdv /d = 3.956(NPR)0.529 (10.20)

xov
= 17.1971 + 7.43486 Ln(NPR) (10.21)
d
Les profils de concentrations et de vitesses axiales, une fois corrigés avec ces deux paramètres,
permettent la coalescence des résultats expérimentaux des jets sous-détendus, quelque soit le rapport
de pression NPR. La constante de déviation hyperbolique k ne dépend pas du rapport de pression.
On trouve expérimentalement k = 4.83, ce qui est proche de la valeur de cette constante pour les
jets subsoniques : k = 4.89.
10.3. Analyse du champ lointain d’un jet sous-détendu 203

50.0 50.0

40.0 40.0

30.0 30.0
Kdv/d

xov/d
20.0 20.0

10.0 10.0

0.0 0.0
0.0 20.0 40.0 60.0 80.0 0.0 20.0 40.0 60.0 80.0
NPR NPR

F. 10.8 – Evolution du facteur déviation k et de l’origine virtuelle xov en fonction du rapport de
pression NPR

30.0 20.0

15.0

20.0
Uo / Uaxe

Co / Caxe

10.0

10.0

5.0

0.0 0.0
0.0 50.0 100.0 150.0 0.0 50.0 100.0 150.0
(x−xov) / dv (x−xov) / dv

F. 10.9 – Données expérimentales de vitesse axiale et de concentration axiale pour 26 jets soniques
fortement sous-détendus (NPR ∈ [2.47, 75.92]). L’abcisse est normalisée par le diamètre virtuel du
jet. La vitesse est normalisée par la vitesse virtuelle V3 issue de l’équation Eq. 10.12 avec C D = 1.0
204 Chapitre 10. Annexe 2
Chapitre 11

Annexe 3 : Coût de calcul

11.1 Contrainte du coût de calcul


La contrainte du coût de calcul est essentielle dans la simulation numérique. Cette annexe donne
un aperçu des moyens de calculs actuellement disponibles. Les observations et prospectives qui
suivent sont tirées du rapport au ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur
et de la recherche, intitulé La politique française dans le domaine du calcul scientifique daté de
Mars 2005 et rédigé par Mr. E. Sartorius et Mr. M. Héon. Les données quantitatives concernant
les supercalculateurs suivent la loi de Moore1 et se périment en quelques semaines. Cependant, les
tendances et politiques de calculs évoluent bien plus lentement, et il faut plusieurs années avant de
voir des mutations effectives dans les moyens de calculs d’un pays donné. Avant d’aller plus loin,
voici les grandeurs qui permettent de comparer les supercalculateurs entre eux.
La puissance de calcul d’un supercalculateur est mesurée en flops i.e. floating point operation
per second (opérations à virgule flottante par seconde). La puissance mentionnée est dite ’puissance
de crête’, de 5 à 10 fois supérieure à la puissance de production nominale. Il faut noter que la mesure
dépend de l’application. Les flops et leurs multiples2 sont adaptés aux calculs de nombres réels.
La puissance de stockage d’un supercalculateur peut également intervenir dans son évaluation glo-
bale. Celle ci se mesure en octets.

11.2 Panorama des moyens de calculs


En France, quatre structures hébergent les supercalculateurs : Le CINES (Centre Informatique
National de l’Enseignement Supérieur), l’IDRIS (Institut du Développement des Ressources en
Informatique Scientifique - Direction des Applications Militaires), le département Sciences et si-
mulation de l’information du CEA-DAM (Commissariat à l’Energie Atomique) et l’IN2P3 (Institut
National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules). Les moyens de calcul de Météo
1
la puissance des calculateurs double tous les 18 mois à 2 ans. En termes t mathématiques, si ∆t est le temps de
doublement de la puissance de calcul Pcalc , cette loi s’écrit :Pcalc (t) ∝ 21/∆t
2
Rappel des préfixes grecs utilisés : kilo (K) :103 mega (M) :106 giga (G) :109 tera (T) :1012 peta (P) :1015

205
206 Chapitre 11. Annexe 3

France ne sont pas mentionnés ici, car ils sont exclusivement dédiés aux prévisions. On notera
également que le l’IN2P3 se distingue par sa puissance de stockage, bientôt de l’ordre du Poctets,
bien plus que par la la puissance de calcul dégagée par ses fermes de calculateurs. Ces structures
sont présentées dans le Tableau 11.1.

Centre CINES IDRIS CEA IN2P3


Personnel 50 50 190 60
Localisation Montpellier Orsay Bruyères le Châtel Villeurbanne
Coût total 5.4 M EUR/an 9.2 M EUR/an 10 M EUR/an 8.8 M EUR/an
Principaux IBM-SP4 :1.85Tflops IBM-SP4 :6.5Tflops HP-SC45 :2.4Tflops 654 biprocesseurs
Calculateurs SGI-O3800 :0.8Tflops NEC-SX5 :0.3Tflops NEC-SX6 :0.4Tflops IBM,NEC,SUN :1.8Tflops

T. 11.1 – Descriptif des structures accueillant les supercalculateurs ouverts au calcul scientifique
en France en Nov. 2005.

On trouve également des centres de calculs de taille intermédiaire, ou mésocentres. Ils mettent
en commun des moyens de calculs à l’échelon régional, dégageant des puissances de l’ordre de 0.1 à
1Tflops. Il y a enfin des moyens de calculs locaux installés pour les besoins specifiques d’une équipe
industrielle, militaire, ou de recherche. Le rapport ministériel 2005 fait remarquer que dans l’idéal
l’essentiel des calculs devraient êtres traités dans les mésocentres, tandis que les calculs de très
grande ampleur seraient installés sur les grands supercalculateurs. C’est pourquoi les rapporteurs
pointent du doigt le fractionnement des calculateurs. En effet, sur l’IBM-SP4 du CINES, 10% de la
production utilise au moins la moitié de la puissance de la machine (128 processeurs sur 256), 31%
utilise le quart (64 processeurs), 54% le huitième (32 processeurs). Inversement, plus de la moitié
de la production pourrait se faire sur une machine de 0.23 Tflops.
La conclusion fondamentale du rapport ministériel 2005 concerne le retard de la France dans
le paysage européen et mondial du calcul à hautes performances. Les statistiques de l’organisation
ARCADE3 montrent que la puissance de calcul de la France, même ramenée au produit intérieur
brut ou à la population, se situe aux toutes dernières places de l’union européenne. A l’échelle
mondiale, la liste du ’top 500’ est éloquente. Ce classement des 500 supercalculateurs les plus
puissants, établi par les universités de Mannhein et du Tenessee, est une référence mondiale. Dans
le classement de novembre 2005, la France n’y fait apparaı̂tre que 8 machines, dont la première de
situe à la 62e place.

11.3 Coût des codes de calculs


Un code de calcul performant est par définition un programme qui profite efficacement des
capacités du supercalculateur qui l’exécute. Or les supercalculateurs ont des architectures variées.
L’architecture paralléle distribue des morceaux du problème à des processeurs traitant les opérations
une par une. L’architecture vectorielle confie le problème à un processeur capable déffectuer simul-
tanément une grande quantité d’opérations identiques. Chaque architecture impose un algorithme
3
http ://www.arcade-eu.info/index.html Organisation européene non-gouvernemental à but non lucratif des-
tinée à favoriser les échanges de svaoir et d’informations sur les politiques et les infrastructures en matière de calcul
intensif
11.4. Coût des SGE présentées 207

Rang au top500 Nom/Institut Pays Puissance


1 Blue Gene U.S.A 280.6Tflops
7 Earth Simulator Japon 35.9 Tflops
8 Mare Nostrum Espagne 27.9 Tflops
9 Stella Pays-Bas 27.4 Tflops
13 EPFL Suisse 18.2 Tflops
16 Météo Corée du sud 15.7 Tflops
26 Météo Chine 10.3 Tflops
33-34 ECMWF Royaume-uni 9.2 Tflops
36 APAC Australie 9 Tflops
37 HWW-U. Stuttgart Allemagne 9 Tflops
51 U. Sherbrooke Canada 6.9 Tflops
62 CEA-DAM France 5.8 Tflops

T. 11.2 – Extrait du classement ’top 500’ des supercalculateurs en activité en Nov. 2005. La
puissance mentionnée est celle dégagé avec le banc d’essai numérique LINPACK

de programmation spécifique. Cette contrainte augmente avec la taille du calcul.


Ainsi, faire migrer un code pensé pour une architecture vers une autre architecture entraı̂ne
une perte significative de performances. De plus, la maintenance et le développement augmente en
complexité, ce qui grêve le coût humain du code. C’est pourquoi les performances d’un code de
calcul à hautes performances dépendent bien plus de la politique de son développement que de la
qualité de ses programmeurs.
Un algorithme idéalement optimisé prend en compte les opérations et la gestion de la mémoire
de toute la chaı̂ne de calcul. Or, trop souvent, les programmes précédants (maillage, partitionne-
ment) ou suivants (stockage et analyse des données) ne bénéficient pas du même effort ’politique’.
En effet le calcul parallèle réalisé au début de l’été 2005 sur le supercalculateur IBM Blue Gene
du T.J. Watson Research Center avec le code AVBP, l’absence d’un partitionnement parallèlisé a
compliqué sérieusement le problème. Au delà des contraintes techniques, c’est le travail humain
qui pose problème lors de simulations de grande ampleur. Si le système de stockage et d’accés aux
produits de simulation n’est pas pensé à base pour traiter des masses de données, les outils d’analyse
deviennent inutilement complexes.

11.4 Coût des SGE présentées


Cette section explique comment estimer a priori le coût de calcul d’une simulation effectuée
par AVBP. Prenons un problème physique quelconque. Son volume de calcul est discrétisé par N
points, et contient des volumes de calculs de taille supérieure ou égale à ∆x, longueur de la plus
petite structure qui sera simulée. La vitesse maximale U présente dans le calcul (vitesse maximale
convective en supersonique, vitesse maximale acoustique en subsonique) donne une estimation du
pas de temps maximal pour un code explicite comme AVBP : ∆t < ∆x/U. Le pas de temps réel est
pris 30% plus faible (CFL = 0.7) pour stabiliser le calcul. Enfin, le temps caractéristique maximal
du phénomène étudié tmax permet de donner le nombre d’itérations requises nit = tmax .U/(CFL.∆x).
208 Chapitre 11. Annexe 3

Le produit N.nit donne une estimation de la taille numérique T n du problème étudié.

T n = N.tmax .U/(CFL.∆x) (11.1)


Du point de vue du supercalculateur, seule une fraction de la puissance Pcrete de crête est
développée lors de l’exécution du code. Les pertes sont de plusieurs origines. Il y a tout d’abord
l’accélération S U (Speed-up) due exclusivement au parallélisme4 . Ensuite, on trouve l’efficacité E
Code/Calculateur. Pour un code idéalement paralléle, un supercalculateur affichant 10T f lops de
puissance de crête ne devellopera que 1T f lops effectif (E=10%). Enfin, l’utilisateur ne demande
qu’un nombre limité de processeurs n p par rapport au nombre total ntotp . La puissance effective est
donc donnée par la relation

Pe f f = n p /ntot
p ∗ E ∗ S U(n p ) ∗ Pcrete (11.2)

Paramètre Jet de Chuech, Chap.5 Flamme de Cheng, Chap.6


Points (N) 507 337 139 560
Taille min. (∆x) 1.17 10−4 m 4.8 10−5 m
Vitesse max (U) 360m/s 1650m/s
Pas de temps (∆t) 1.20 10−7 s 1 10−8 s
Temps carac.(tmax ) 1ms 1ms
Iterations(nit ) 8330 100000
Taille num.(T n ) 4.23 109 1.40 1010
Puis. crête(Pcrete ) 80G f lops 80G f lops
Total Processeurs (ntot p ) 40 40
Processeurs demandés (n p ) 16 16
Accéleration (S U(16)) 1 1
Efficacité (E) 15% 15%
Puis. effective(Pe f f ) 4.8G f lops 4.8G f lops
Efficacité 100µs/proc/it./noeuds 155µs/proc/it./noeuds
Durée 89500s/25h 452000s/125h
Heures CPU 400 2000
Coût 4000EUR 20000EUR

T. 11.3 – Estimation du coût de deux simulations numériques présentées

4
Un code paralléle idéal S U = 1 demande une seconde d’exécution sur 10 processeurs lorsque dix secondes sont
nécessaires sur un seul.
Bibliographie
[1] A-H, K. S. Three-dimensional calculations for underexpanded and over expanded
supersonic jet flows. AIAA paper, 2196 (1989).

[2] A-H, K. S.,  W, R. G. Multiscale turbulence effects in underexpanded


supersonic jets. AIAA Journal 27, 3 (1989), 315–322.

[3] A, T.,  N, J. On the structure of jets from highly underexpanded nozzles
into still air. Journal of Aerospace Science 26 (1959), 16–24.

[4] A, J. Modern Compressible Flow. McGraw-Hill, 1982.

[5] A, A. V. Properties of underexpanded and overexpanded supersonic gas jets. Soviet
Physics : Technical Physics 19 (1974), 234–238.

[6] A, S., S, M.,  E, G. On streamwise vortices in high reynolds number
supersonic axisymmetric jets. Phys. of Fluids 5, 1 (1993), 187–202.

[7] A, S. Ueber die reaktionsgeschwindigkeit bei der inversion von rohrzucker durch
saeuren. Z. Phys. Chem, 4 (1889), 226–248.

[8] B, T. A., H, T. A.,  L C, J.-F. Spray and self-ignition visualisation in a DI
diesel engine. SAE Paper 940681 (1994).

[9] B, R. A., A, G. A.,  H, H. A. Assumed joint probability density
function approach for supersonic turbulent combustion. J. Propul. Power 10, 4 (1994), 473–
483.

[10] B, R. A., A, G. A., H, H. A.,  D, J. P. An assumed joint-
beta PDF approach for supersonic turbulent combustion. In AIAA, SAE, ASME, and ASEE,
Joint Propulsion Conference and Exhibit, 28th, Nashville (1992).

[11] B, G., H, P.,  L, J. The proper orthogonal decomposition in the analysis
of turbulent flows. Ann. Rev. Fluid Mech. 25 (1993), 539–575.

[12] B, F. S. Research on supersonic combustion. J. Propul. Power 9, 4 (1993), 499–514.

[13] B, A. D., B, D. R., C, D. K.,  H, G. K. Flame stability in underex-
panded natural gas jets. Combus. Sci. and Tech. 58 (1988), 267.

[14] B, A. D., B, D. R., D, M. G.,  S, F. The structure and concentra-
tion decay of high pressure jets of natural gas. Combus. Sci. and Tech. 36 (1984), 249–261.

[15] B, A. D., H, D. J.,  S, F. Velocity decay of high pressure jets. Combus.
Sci. and Tech. 52 (1987), 161–171.
210 Chapitre 11. Annexe 3

[16] B, R., S, W.,  L, E. Transport phenomena. John Wiley, New York, 1960.

[17] B, C., B, C.,  J́, D. Noise investigation of a high subsonic, moderate reynolds
number jet using a compressible large eddy simulation. Theoretical and Computational Fluid
Dynamics 16, 4 (2003), 273–297.

[18] B, G. L.,  R, A. On density effects and large structure in turbulent mixing
layers. J. of Fluid Mech. 64 (1974), 775–816.

[19] B, M. C.,  K, A. P. An analytical and experimental study of supersonic
combustion of hydrogen in vitiated air stream. AIAA Journal 11, 9 (1973), 1217–1218.

[20] C, J. High resolution frequency-wavenumber spectrum analysis. In IEEE (1969), vol. 57,
pp. 1408–1418.

[21] C, I.-S. Mach Reflection, Mach Disc, and the Associated Nozzle Free Jet Flows. PhD
thesis, University of Illinois at Urbana-Champaign, 1945.

[22] C, D. Simulation numérique d’écoulements réactifs transsoniques. PhD thesis, Uni-
versité de Nice, 1991.

[23] C, M. J., D, C.,  D, J. J. Janaf thermochemical tables. third edition. i,
al–co. ii, cr–zr. J. Phys. Chem. 14 (1985).

[24] C, P. Turbulence en mécanique des fluides, analyse du phénomène en vue de sa


modélisation à l’usage de l’ingénieur. Cépaduès Editions, 2000.

[25] C, R. K.,  O, A. K. Autoignition in methane-hydrogen mixtures. Comb. and
Flame 58 (1984), 125–139.

[26] C, T. S.,  L, K. S. Numerical simulations of underexpanded supersonic jet and free
shear layer using WENO schemes. Int. J. Heat Fluid Fl. 26, 6 (2005), 755–770.

[27] C, T. S., W, J. A.,  P, R. W. Simultaneous temperature and multispecies
measurement in a lifted hydrogen diffusion flame. Comb. and Flame 91 (1992), 323–345.

[28] C, T. S., W, J. A., P, R. W., J, O.,  N, G. B. Raman mea-
surement of mixing and finite-rate chemistry in a supersonic hydrogen-air difusion flame.
Comb. and Flame 99 (1994), 157–173.

[29] C, S. G., L, M. C.,  F, G. M. Structure of turbulent sonic underexpanded free
jets. AIAA Journal 27 (1989), 549–559.

[30] C, N. T.,  M, M. G. Large-scale structure and entrainment in the supersonic
mixing layer. J. of Fluid Mech. 284 (1995), 171–216.

[31] C, O. Simulation aux Grandes Echelles de la Combustion Turbulente Prémélangée dans
les Statoréacteurs. PhD thesis, INP Toulouse, 2000.
BIBLIOGRAPHIE 211

[32] C, O.,  R, M. Development of high-order taylor-galerkin schemes for uns-
teady calculations. J. of Comp. Phys. 162, 2 (2000), 338–371.

[33] C, M.B., I.,  S, L. Scramjet fuels autoignition study. Journal of Propulsion
and Power 17, 2 (2001), 315–323.

[34] C, A.,  C, W. A high-wavenumber viscosity for high-resolution numerical me-
thods. J. of Comp. Phys. , 195 (VNR hyperviscosity 2004), 594–601.

[35] C, A.,  C, W. Hyperviscosity for shock-turbulence interactions. J. of Comp. Phys.
, 203 (2005), 379–385.

[36] C, R.,  C, J. A. Chemical aspects of the autoignition of hydrocarbon-air mixtures.
Comb. and Flame 60 (1985), 109–123.

[37] C, S., G, D. R.,  S, P. M. Study of the highly underexpanded sonic jet.
AIAA Journal 4 (1966), 68–71.

[38] C, P., F, M., F, S.,  G, J. Predictions of the structure of
turbulent, highly underexpanded jets. Journal of Fluids Engineering 117 (1995), 599–604.

[39] C, E. T.,  M, S., Eds. Scramjet propulsion. No. ISBN 1563473224 in V-189.
AIAA American Institute of Aeronautics and Astronautics, 2000.

[40] C, T. Scramjet engines : The first forty years. J. Propul. Power 17, 6 (2001), 1138–
1148.

[41] C, A. D.,  W, J. A. An experimental study of a supersonic coaxial jet. AIAA
Paper, 143 (2001).

[42]  C, A. P., B, T. A.,  P, T. Self-ignition and combustion modeling of
initially nonpremixed turbulent systems. Comb. and Flame 124, 1 (2001), 65–81.

[43] D, S. M.,  W, D. E. Analysis of turbulent underexpanded jets. i - parabolized
navier-stokes model, SCIPVIS. AIAA Journal 23, 4 (1985), 505–514.

[44] D, M., R, W. C.,  M, N. N. The structure of the compressible reacting
mixing layer : Insights from linear stability analysis. Phys. of Fluids 10, 4 (1998), 993–1007.

[45] D R, A., I, A., B, C., P, V.,  G, E. Les of supersonic
combustion of H2/vitiated air. In 40th AIAA/ASME/SAE/ASEE Joint Propulsion Conference
and Exhibit ; Fort Lauderdale (2004).

[46] D, C. B., K, J. B., M, J. B.,  S, C. D. Stability of underexpanded
supersonic jet flames burning H2-CO mixtures. Shock Waves 12 (2002), 241–249.

[47] D, W. S.,  G, D. Spectral simulation of supersonic reactive flows. SIAM J.
Numer. Anal 35, 6 (1998), 2370–2384.
212 Chapitre 11. Annexe 3

[48] D, J., H, H., Y, Y.,  D, J. M. Measured lenghts of supersonic hydrogen-
air jet flames compared to subsonic flame lengths and analysis. Comb. and Flame 107 (1996),
176–186.

[49] D, J. P. A two-dimensional numerical simulation of a supersonic, chemically reac-


ting mixing layer. Tech. Rep. TM 4055, NASA, 1988.

[50] D, J. P., R, R. C.,  H, M. Y. A detailed numerical model of a super-
sonic reacting mixing layer. In AIAA, ASME, SAE, and ASEE, Joint Propulsion Conference,
22nd, Huntsville (1986).

[51] D, F., C, P.,  L, M. Large-eddy simulation of transition to turbulence in
a boundary layer developing spatially over a flat plate layer developing spatially over a flat
plate. J. of Fluid Mech. 326 (1996), 1–36.

[52] E, D.,  R, P. Location of the normal shock wave in the exhaust plume of a
jet. AIAA Journal 1 (1963), 918–919.

[53] E, T.,  C, J. Direct numerical simulation of autoignition in non-homogeneous
hydrogen-air mixtures. Comb. and Flame 134, 3 (2003), 169–191.

[54] E, D. R., B, R. A.,  G, M. R. Numerical study of a scramjet combustor
fueled by an aerodynamic ramp injector in dual-mode combustion. In AIAA, Aerospace
Sciences Meeting and Exhibit, 39th, Reno (2001).

[55] E, J. S.,  S J., C. J. Influence of chemical kinetics and unmixedness on
burning in supersonic hydrogen flames. AIAA Journal 18, 2 (1980), 188–193.

[56] E, J. S., S J., C. J.,  B, H. Application of a two-dimensional para-
bolic computer program to prediction of turbulent reacting flows. Tech. Rep. 1169, NASA,
1978.

[57] E, B.,  M, K. Structure and velocity measurements in underexpanded jets. Com-
bus. Sci. and Tech. 45 (1986), 275–288.

[58] F, A. Elements Of Aerodynamics Of Supersonic Flows. 0486442802. Dover Publications,


1949.

[59] F, A. General Teory of High Speed Aerodynamics. Princeton, NJ, 1954, ch. Supersonic
Flows with Shock Waves.

[60] F, A. Review of problems in application of supersonic combustion. J. Roy. Aeronaut.


Soc. 69, 645 (1964), 575–595.

[61] F, A. Review of scramjet propulsion technology. J. Aircraft 5, 1 (1968), 3–10.

[62] F, B.,  K., L. S. Numerical investigation of a transverse jet in a supersonic crossflow
using large eddy simulation. AIAA Paper, 2006-3712 (2006).
BIBLIOGRAPHIE 213

[63] F, J. B., K., L. S.,  M, P. Numerical simulation of a mach 1.92 turbulent jet and
its sound field. AIAA Journal 38, 11 (2000), 2023–2031.

[64] G, F.,  M, S. Les of supersonic combustion of hydrocarbon spray in a scramjet.
In 40th AIAA/ASME/SAE/ASEE Joint Propulsion Conference and Exhibit ; Fort Lauderdale
(2004).

[65] G, P., S, P.,  B̈, D. An implicit multigrid method for the simulation
of chemically reacting flows. J. of Comp. Phys. 146, 1 (1998), 322–345.

[66] G, J. On the equilibrium of heterogeneous substances. New Haven, 1875.

[67] G, S. A difference scheme for numerical computation of discontinuous solution of


hydrodynamic equations. Math. Sbornik 47 (1959), 271–306.

[68] H, M., K, L.,  Q, C. The autoignition of hydrocarbon fuels at high
temperatures and pressures-fitting of a mathematical model. Comb. and Flame 30 (1977),
45–60.

[69] H, R.,  T́, D. Autoignition of turbulent non-premixed flames investigated
using direct numerical simulations. Comb. and Flame 128, 1/2 (2002), 22–37.

[70] H, D.,  P, D. Hybrid tuned center-difference-weno method for large eddy simula-
tions in the presence of strong shocks. J. Comput. Phys. 194, 2 (2004), 435–450.

[71] H, C. Numerical Computation of Internal and External Flows. John Wiley & Sons,
1989.

[72] H, J., C, C.,  B, R. Molecular theory of gases and liquids. John
Wiley & Sons, New York, 1964.

[73] H, J., W, A.,  M, P. Eddies, streams, and convergence zones in turbulent flows.
In Summer Program (1988), vol. SEE N89-24538 18-34, NASA, pp. 193–208.

[74] I, H., C, J.,  L, C. Ignition of hydrogen-air mixing layer in turbulent flows. In
27th Symp. (Int.) on Combustion (1998), pp. 1047–1056.

[75] J, C. J. An analytical study of the hydrogen-air reaction mechanism with applica-
tion to. scramjet combustion. Tech. Rep. TP-2791, NASA, 1988.

[76] J, A., S, W.,  T, E. Numerical solution of the euler squations by
finite volume methods using runge-kutta time stepping schemes. In 14th Fluid and Plasma
Dynamic Conference (Palo Alto, 1981), A. p. 81-1259, Ed.

[77] J, I.-S.,  C, J.-Y. Numerical simulation of supersonic combustion for hypersonic
propulsion. In 5th Asia-Pacific Conference on Combustion ; Adelaide, Australia (2005).

[78] J, G.-S.,  S, C.-W. Efficient implementation of weighted eno schemes. J. Comput.
Phys. 126, 202-226 (1996).
214 Chapitre 11. Annexe 3

[79] J, W.,  K, M. Pdf modeling of finite-rate chemistry effects in turbulent nonpre-
mixed jet flames - a general calculation procedure. Comb. Flame 115, 1 (1998), 210–229.

[80] K, T., H, T., M, T., T, S.,  C, N. Mach 6 testing of a scramjet
engine model. J. Propul. Power 13, 4 (1997), 543–551.

[81] K, R., R, F.,  M, J. CHEMKIN II, a fortran chemical kinetics package for the
analysis of gas-phase chemical kinetics. Tech. Rep. SAND89-8009, Sandia, 1989.

[82] K, R., D, A., C, B.,  P, T. Comparison of computational me-
thodologies for ignition of diffusion layers. Combus. Sci. and Tech. 175, 10 (2003), 1783 –
1806.

[83] K, M., N, K., H, T., K, T.,  M, T. Scramjet inlet flow
computations by hybrid grid method. In AIAA, Aerospace Sciences Meeting and Exhibit,
36th, Reno (1998).

[84] K, M., S, T.,  N, K. Numerical analysis of scramjet combusting flows
by unstructured hybrid grid method. In AIAA, Aerospace Sciences Meeting and Exhibit, 38th,
Reno (2000).

[85] K, A. The local structure of turbulence in incompressible viscous fluid for very
large reynolds numbers. C.R. Acad. Sci. USSR 30 (1941), 301.

[86] K, S., H, Z.,  R, R. The development and application of a diesel ignition and
combustion model for multidimensional engine simulations. SAE paper 950278 (1995).

[87] K, S., M, C.,  R, R. Modeling and experiments of HCCI engine combustion
using detailled chemical kinetics with multidimensional CFD. SAE paper 2001-01-1026
(2001).

[88] K, A.,  S, R. Computation of supersonic mixing layers. Phys. of Fluids 14,
11 (2002), 3790–3797.

[89] K, A. Numerical simulation of scramjet inlet flow fields. Tech. Rep. TP-2517, NASA,
1986.

[90] K, K. Principles of Combustion. John Wiley, New York, 1986.

[91] L, L. D.,  L, E. M. Course of theoretical physics : Fluid mechanics. Oxford :
Pergamon Press, 1959.

[92] L̂, L. Simulation des grandes échelles de l’écoulement au-dessus d’une cavité.
PhD thesis, Université Paris 6, 2003.

[93] L̂, L., S, P., L̂, T.-H.,  C, P. Large-eddy simulation of a compres-
sible flow in a three-dimensional open cavity at high reynolds number. J. Fluid Mech. 516
(2004), 265–301.
BIBLIOGRAPHIE 215

[94] L̂, L., S, P., M, I.,  L, O. Large-eddy simulation of a compressible
flow past a deep cavity. Phys. Fluids 15, 1 (2003), 193–210.

[95] L, S., L, S.,  M, P. Interaction of isotropic turbulence with shock waves : effect
of shock strength. J. of Fluid Mech. 340 (1997), 225–247.

[96] L, S. Compressibility effects on turbulence. Ann. Rev. Fluid Mech. 26 (1994), 211–254.

[97] L, C.,  C, D. Normal shock location in underexpanded gas and gas-particle
jets. AIAA Journal 2, 4 (1964), 776–777.

[98] L, J., Y, G., Z, Y., L, Y.,  Q, D. Experimental studies on self-ignition of hydro-
gen/air supersonic combustion. Journal of Propulsion and Power 13, 4 (1997), 538–542.

[99] L, E, S., G, C. E., L, L. P.,  W, M. J. Experimental and theoretical
studies of axisymmetric free jets. NASA, 19980228067 (1959).

[100] L, K. H. Combustion effects on turbulence in a partially premixed supersonic diffusion


flame. Comb. and Flame 119, 4 (1999), 417–435.

[101] M, R. R., H, M. E.,  P, L. A. Structure of supersonic jet flow and its
radiated sound. AIAA Journal 32, 5 (1994), 897–906.

[102] M, E., B, T.,  P, T. J. Numerical simulations of autoignition in
turbulent mixing flows. Comb. and Flame 109, 1/2 (1997), 198–223.

[103] M, E.,  C, A. P., B, T. A.,  P, T. A model for the effects
of mixing on the autoignition of turbulent flows. Combus. Sci. and Tech. 125, 1/6 (1997),
243–282.

[104] M, Z. Instabilité linéaire d’un jet rond supersonique. Master’s thesis, Ecole Nationale
Supérieure des Arts et Métiers de Paris, France, 2005.

[105] M, M. Le Feu Grégeois. Geuthner, 1952.

[106] M, H., G, P.,  B, D. Scalar and joint scalar-velocity-frequency
monte carlo pdf simulation of supersonic combustion. Comb. Flame 132, 1 (2003), 3–24.

[107] M, P.,  S, C.-W. Real gas computation using an energy relaxation method and
high-order weno schemes. ICASE Report, 98-42 (1998).

[108] M, C. J., Z, W.,  A, B. R. Supersonic combustion simulations using
reduced chemical kinetics mechanisms and ISAT. In 24th Fluid Dynamics meeting, Orlando
(2003), vol. AIAA Paper 2003-3547.

[109] N, F.,  D, F. Subgrid-scale stress modelling based on the square of the velocity
gradient. Flow Turbul. Combust. 62, 3 (1999), 183–200.
216 Chapitre 11. Annexe 3

[110] N, J. W.,  E, J. R. Large-eddy simulation of high-speed, turbulent diffusion
flames with detailed chemistry. In AIAA, Aerospace Sciences Meeting and Exhibit, 35th,
Reno (1997).

[111] O, R., C, G., C, J.,  H, M. Companion to the History of Modern
Science. Routledge, 1996, ch. Science and War, by D.E.H. Edgarton, pp. 934–945.

[112] P, J.,  H, R. Application of method of characteristics to underexpanded, freejet
flows with vibrational nonequilibrium. AIAA Journal 36, 2 (1998), 193–200.

[113] P, J. On the origin of rockets. T’oung Pao LXXIII (1987), 2–15.

[114] P, J.,  S, R. G. Measurement of shock structure and shock–vortex interaction
in underexpanded jets using rayleigh scattering. Phys. of Fluids 11, 12 (1999), 3761–3777.

[115] P, D.,  B, A. Evolution of large eddies in compressible shear
layers. Phys. of Fluids 9, 3 (1997), 756–765.

[116] P, U., F, K.,  A, G. Self-ignition of diesel-relevant hydrocarbon-air
mixtures under engine conditions. In 26th Symp. (Int.) on Combustion (1996), p. 781.

[117] P, T., A, C., E, F.,  V, D. Large eddy simulations of
combustion instabilities. In 1st Int. Symp. On Turbulence and Shear Flow Phenomena (Santa
Barbara, Sept 12-15., 1999), pp. 1–6.

[118] P, T.,  L, S. Boundary conditions for direct simulations of compressible viscous
flows. J. of Comp. Phys. 101 (1992), 104–129.

[119] P, T.,  V, D. Theoretical and numerical combustion, second edition. R.T.
Edwards, 2005.

[120] P, S. B. A monte carlo method for the pdf equations of turbulent reactive flow. Combus.
Sci. and Tech. 25 (1981), 159–174.

[121] P, S. B. Turbulent flows. Cambridge University Press, 2000.

[122] R, A., D, J., H, H.,  B, R. A. Combustion efficiencies of supersonic
flames. J. Propul. Power 17, 2 (2001), 301–307.

[123] R, L. Analytic solutions of the rayleigh equation for linear density profiles. In Proc.
London. Math. Soc. (1883).

[124] R, D. Analysis of growth rates in three-dimensional, air-to-air supersonic shear layers
using direct numerical simulation. In AIAA, Aerospace Sciences Meeting and Exhibit, 33rd,
Reno (1995).

[125] R, K. E., V, R. T., R, R. C.,  H, L. D. NASA’s hyper-X scramjet
engine ground test program. In ISABE - International Symposium on Air Breathing Engines,
14th, Florence, Italy (1999).
BIBLIOGRAPHIE 217

[126] R, P. Approximate riemann solvers, parameter vectors, and difference schemes. J. Comput.
Phys. 43 (1981), 357–372.

[127] R, C. J.,  E, J. R. Numerical simulation of a three-dimensional flame/shock wave
interaction. AIAA Journal 38, 5 (2000), 745–754.

[128] S, P. Introduction à la simulation des grandes échelles pour les écoulements fluides
incompressibles. Springer, 1998.

[129] S, N. D.,  R, W. C. Three-dimensional simulations of large eddies in the
compressible mixing layer. J. of Fluid Mech. 224 (1991), 133–158.

[130] S̈, T.,  P, T. Initial and boundary conditions for large eddy simulation of
combustion instabilities. In Annual Research Briefs. Center for Turbulence Research, NASA
Ames/Stanford Univ., 1999, pp. 73–84.

[131] S, J. M.,  N, T. D. Aerodynamic aspects of shock containing jet plumes. AIAA
Paper, 90-0217 (1980).

[132] S, A. The dynamics and thermodynamics of compressible fluid flow. New York :
Ronald Press, 1953.

[133] S, H.,  T, C. K. W. Numerical simulation of the generation of axisymmetric mode
jet screech tones. AIAA Journal 36, 10 (1998), 1801–1807.

[134] S, J., H, E.,  H, A. A History of Technology. London : Oxford U. Press,
1958.

[135] S, J. General circulation experiments with the primitive equations : 1. the basic
experiment. Monthly Weather Review 91, 3 (1963), 99–164.

[136] S, L.,  C, M.B., I. Ignition delay characteristics of methane fuels. Progress
in Energy and Combustion Science 20 (1994), 431–460.

[137] S, L.,  TV, J. Autoignition characteristics of aircraft-type fuels. Comb. and
Flame 46 (1982), 283–300.

[138] S, R. A multi-dimensional upwind discretization method for the Euler equations on
unstructured grids. PhD thesis, TU Delft, 1994.

[139] S, D.,  P, H. Janaf thermochemical tables, 2nd edition. Tech. Rep. NSRDS-
NBS 37, US National Bureau of Standards, 1971.

[140] S, C. J., L, J., Y, G.,  L, C. K. Chemical kinetics and self-ignition in a model
supersonic hydrogen–air combustor. AIAA Journal 37, 2 (1999), 208–214.

[141] S, F. Ignition of gaseous hydrocarbon fuels in hypersonic ramjets. In ISABE, Marseille
(1972).
218 Chapitre 11. Annexe 3

[142] T, C. K. W. Supersonic jet noise. Ann. Rev. Fluid Mech. 27 (1995), 17–43.

[143] T, P. Compressible Fluid Dynamics. McGraw-Hill, 1972.

[144] T, P. A computation fluid dynamic model of a supersonic axi-symmetric jet using a beta
probability function combustion model. Tech. rep., Departement of Mechanical Engineering,
Purdue University, 2002.

[145] V L, B. Towards the ultimate conservative difference scheme v. J. Comput. Phys. 32
(1979), 101–136.

[146] V, R., C, J. H.,  P, R. W. Modeling ideally expanded supersonic turbulent
jet flows with nonpremixed H2-air combustion. AIAA Journal 30, 2 (1992), 395–402.

[147]  L, E.,  K, M. High resolution simulation of supersonic combustion.
In ASME, SAE, and ASEE, Joint Propulsion Conference and Exhibit, 32nd, Lake Buena Vista
(1996).

[148] VN, J.,  R, R. A method for the numerical calculation of hydrodyna-
mic shocks. Journal of Applied Physics 21(3) (1950), 232–237.

[149] V, P. Modeling and simulation of transport and combustion phenomena in a su-
personic mixing layer. PhD thesis, Ecole Centrale de Paris, 1992.

[150] W, P. J. Liquid-fueled supersonic combustion ramjets - a research perspective. J.


Propul. Power 3, 6 (1987), 515–524.

[151] W, C., P, H.,  P, N. Simulation of autoignition delay and location of fuel
sprays under diesel-engine relevant conditions. SAE paper 97590 (1997).

[152] W, J. A.,  M, J. A pseudo-temporal multi-grid relaxation scheme for solving
the parabolized navier-stokes equations. AIAA Paper, 99-3360 (1999).

[153] W, G.,  MC, R. Modeling supersonic combustion using a fully implicit
numerical method. AIAA Journal 30, 4 (1992), 1008–1015.

[154] X, J.,  P, S. B. Pdf calculations of turbulent nonpremixed flames with local extinction.
Comb. Flame 123 (2000), 281–307.

[155] Y, R., D, F.,  R, H. A comprehensive reaction mechanism for applications
in combustion systems. Combus. Sci. and Tech. 79 (1991), 97–128.

[156] Y, B., L, K., L, M., M, M., B, R.,  D, R. Visualization of
a supersonic underexpanded jet by planar rayleigh scattering. Phys. Fluids A 1, 9 (1989),
1449.

[157] Y, Y., D, J. M.,  D, J. F. Blowout stability limits of a hydrogen jet flame in
a supersonic, heated, coflowing air stream. Combus. Sci. and Tech. 97, 1/3 (1994), 137–156.
BIBLIOGRAPHIE 219

[158] Y, A. Statistical theory for compressible turbulent shear flows, with the application
to subgrid modeling. Phys. of Fluids 29, 7 (1986), 2152–2164.

[159] Z, V., K, V. I.,  L, A. V. Experimental investigation of shock wave
structure and streamwise vortices in supersonic jet. In 4th Symp. on Aerothermodynamics for
Space Vehicles (2001), pp. 603–610.

[160] Z, V.,  S, A. Spatial structure of flow in the initial section of a super-
sonic underexpanded jet. Preprint no. 23-88, udk 533.6.011, Academy of Sciences USSR,
Siberian section, Institute of Theoretical and Applied Mechanics, 1988.

[161] Z, V. I., K, N. P.,  P, A. A. Effect of streamline curvature on intensity
of streamwise vortices in the mixing layer of supersonic jets. J. of Applied Mechanics and
Technical Physics(Russia) 45, 3 (2004), 335–343.

[162] Z, Y.-T.,  S, C.-W. High-order weno schemes for hamilton-jacobi equations on
triangular meshes. SIAM J. Sci. Comput. 24, 3 (2003), 1005–1030.

[163] Z, Z. C.,  Y, S. T. Shock capturing without riemann solver- a modified space-time
CE/SE method for conservation laws. AIAA paper, 99-0904 (1999).

[164] Z, L. L.,  B, K. N. C. The application of new combustion and turbulence models
to H2 - air non-premixed supersonic combustion. Comb. and Flame 99 (1994), 440–448.
INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE
Doctorat d’université, spécialité dynamique des fluides
16 juin 2006
Antoine Dauptain

Résumé

Les lanceurs spatiaux ont aujourd’hui besoin de moteurs-fusées cryotechniques capables de s’al-
lumer plusieurs fois au cours du même vol. L’allumage étant un mécanisme extrêmement délicat
dans les conditions en vol, il est nécessaire de développer et d’utiliser des outils précis et fiables
pour aider au développement de cette technologie. Cette thèse développe la simulation des grandes
échelles (SGE) pour traiter les écoulements transitoires supersoniques réactifs. Différents aspects
sont abordés : cinétique chimique de l’auto-allumage et diffusion différentielle, traitement numérique
des écoulements supersoniques, combustion. Des comparaisons avec des données expérimentales
sur des configurations académiques permettent de valider les développements réalisés et de com-
prendre en détail le mécanisme d’auto-allumage. Sur la base de ces résultats, des simulations SGE
de configurations industrielles sont maintenant envisageables, afin d’étudier les différents régimes
transitoires d’allumage.
Mots clefs : Simulation des grandes échelles, combustion, auto-allumage, supersonique

Abstract

Today, space launchers require cryotechnic rocket engines able to reignite during flight. The ig-
nition phases in flight conditions are particularly critical and the development of restartable engines
needs accurate and reliable tools. The present thesis develops a Large Eddy Simulation approach
(LES) for the study of unsteady supersonic reactive flows. Several aspects are treated : chemical
kinetics, auto-ignition and differential diffusion, numerical methods suited to supersonic flows and
their discontinuities, combustion. Comparisons with experimental data on academic test cases va-
lidate the models, and give detailed insights into the auto-ignition process. Based on these achie-
vements, LES of industrial configurations may be now envisaged, allowing the study of unsteady
ignition regimes and the optimization of devices.
Key words : Large eddy simulation, combustion, auto-ignition, supersonic

CERFACS
42, Avenue Gaspard Coriolis. 31057 Toulouse Cedex 01. France.

Vous aimerez peut-être aussi