Vous êtes sur la page 1sur 12

Projet :

La thermographie
infrarouge en maintenance

Réalisé par :
DAMI Amir
Mansour Chaoui

1MMSI
I. Introduction :
la maintenance industrielle se définit par le maintien ou la réparation

d’équipements et moyens afin d’assurer une activité de production. Les

missions d’un technicien résident autour d’actions de dépannage,

réparation, vérification, contrôle, déclassement, réforme et gestion.

Influé par le développement des technologies et les nouveaux systèmes

organisationnels, la maintenance industrielle dépasse sa fonction

première pour s’afficher en tant qu’acteur majeur de l’amélioration de la

qualité de la gestion de production des entreprises.

En entreprise, une équipe de maintenance industrielle organise ses

actions en deux types :

La maintenance corrective : travail de maintenance effectué après la

détection d’une panne entraînant des arrêts de production. Il va s’agir

d’un dépannage (maintenance palliative) ou d’une réparation

(maintenance curative)

La maintenance préventive : travail de maintenance effectué dans

l’intention de réduire la probabilité d’une panne. Il peut s’agir

d’inspection, de contrôle ou de visites sur équipements


II. La maintenance préventive :
Maintenance effectuée selon des critères prédéterminés, dont

l’objectif est de réduire la probabilité de défaillance d’un bien ou la

dégradation d’un service rendu.

Elle doit permettre d’éviter les défaillances des matériels en cours

d’utilisation.

1. But de la maintenance préventive :

 Augmenter la durée de vie des matériels

 Diminuer la probabilité des défaillances en service

 Diminuer les temps d’arrêt en cas de révision ou de panne

 Prévenir et aussi prévoir les interventions coûteuses de maintenance

corrective

 Permettre de décider la maintenance corrective dans de bonnes

conditions

 Éviter les consommations anormales d’énergie, de lubrifiant, de

pièces détachées, etc.

 Améliorer les conditions de travail du personnel de production

 Diminuer le budget de maintenance

 Supprimer les causes d’accidents graves

2. Type du maintenance préventive :

Il existe 3 principaux types de maintenance préventive :


La maintenance systématique

La maintenance systématique est un type de maintenance préventive

exécutée à des intervalles temps établis préalablement ou selon un

nombre défini d’unité d’usage. Généralement, elle se fait sans contrôle

préalable de l’état du bien.

La maintenance conditionnelle

La maintenance conditionnelle est un type de maintenance préventive

basée sur une surveillance du fonctionnement du bien et/ou des

paramètres significatifs dudit fonctionnement qui intègrent les actions

qui en découlent. La surveillance du fonctionnement et des paramètres

se fait généralement en fonction d’un calendrier, quand le besoin se fait

sentir ou de manière continue.

La maintenance prévisionnelle

Il s’agit d’un type de maintenance préventive exécutée en suivant les

prévisions extrapolées de l’analyse et de l’évaluation de paramètres

significatifs de la dégradation du bien. La maintenance prévisionnelle est

également désignée par le terme maintenance prédictive et se base sur

les faits ainsi que sur une surveillance méthodique et assidue des

équipements. La surveillance et l’analyse de l’évolution d’une machine

ou d’un composant permet de procéder à une intervention au moment

le plus opportun, ni trop tôt (ce qui permet une réduction des coûts), ni

trop tard (pour la prévention des pannes).


III. La thermographie infrarouge en maintenance :
1. La thermographie :

Définition de la thermographie : technique permettant d'obtenir, au

moyen d'un appareillage approprié dit caméra thermique, l'image

thermique d'une scène thermique dynamique ou statique observée dans

un domaine spectral de l’infrarouge. Les applications de la

thermographie dans le bâtiment sont nombreuses notamment pour «

traquer » les défauts énergétiques.

2. Approche sélective :

La mise en place d'une maintenance conditionnelle associée à des

moyens de surveillance thermographique procédera, comme

précédemment, de façon sélectives :

La sélection des équipements qui feront l'objet de contrôles et suivis par

la thermographie infrarouge :

- parmi les installations électriques,

- parmi les installations dotées de matériaux calorifuges et réfractaires,

- parmi les installations dont certaines défaillances se manifestent par

des échauffements détectables préventivement par l'outil

thermographie infrarouge
La sélection des composants et des défaillances potentielles dont la

connaissance par retour d’expérience des exploitants, fournisseurs,

constructeurs, spécialistes, … aura permis d’évaluer les risques et leur

gravité (AMDEC).

La connaissance des symptômes annonçant la défaillance des

composants déjà rencontrée et ayant fait l’objet de retour d’expérience

des concepteurs et acteurs aux différents stades du cycle de vie.

La mise en place de la méthode de surveillance la mieux adaptée et à

l'importance des équipements, sachant qu'un contrôle par

thermographie infrarouge est quasiment toujours mis en œuvre

actuellement dans le cadre de suivis périodiques pour les applications de

maintenance. (N.B. : Il existe cependant des moyens de surveillance

continue, plutôt comme aides à la conduite, des fours en particulier,

pour vision permanente des flammes et réglage des brûleurs).

La périodicité est le paramètre à fixer, suivant la vitesse connue et/ou

estimée de dégradation de l'équipement. Elle est très variable suivant le

type d'équipement surveillé. La fréquence peut être accélérée si les

symptômes précoces le justifient.

La sélection des moyens de mesure qui permettront de suivre les

paramètres retenus :

- choix d'un " imageur " ou d'un mesureur thermique,

- choix du mode de collecte des images infrarouges


La sélection des moyens de traitement associés aux outils d’acquisition :

Dans la majorité des cas, un logiciel spécifique est associé à la caméra

infrarouge retenue, et développé par le fabricant de la caméra.

3. L'appareillage :

Les thermomètres infrarouges sans contact destinés à la mesure à

distance de la température d'une cible. La taille de cette cible dépend

notamment de la distance thermomètre - cible, et du type de laser dont

le thermomètre est équipé. Suivant le degré de perfectionnement du

thermomètre, il permet ou non réaliser les fonctions suivantes :

- faire varier l'émissivité,

- mesurer les températures minima et maxima de la cible visée,

- enregistrer les températures mesurées…

Ils sont utilisables par des opérateurs non spécialistes de la

thermographie infrarouge.

Les " imageurs " thermiques, destinés à visualiser la température d'une

scène observée. Ils ne permettent pas la mesure de températures.

Les caméras infrarouges de mesure thermique permettent la

visualisation et la mesure de la température d'une scène observée. Les

images peuvent être enregistrées puis traitées de façon plus

approfondies sur PC. La principale différence technologique qui distingue

les caméras actuellement proposées sur le marché est leur système de

refroidissement :
Refroidissement par effet Peltier : l'application de l'effet

thermoélectrique Peltier (absorption ou dégagement de chaleur à la

jonction de deux métaux différents, lors de la mise en circulation d'un

courant électrique) aux détecteurs infrarouges permet de refroidir ces

derniers à des températures proches de – 100°C.

Caractéristique : cette technologie est moins élaborée que les autres

(voir paragraphes suivants), mais sa puissance de réfrigération est

réduite.

Refroidissement par circuit fermé Stirling : un circuit de refroidissement

fermé, caractérisé par des phases de compression et détente isothermes,

permet de refroidir le détecteur à des températures proches de – 190°C.

Caractéristique : consommation et encombrement faibles ; forte

puissance de réfrigération.

Maintien en température (système bolométrique) : elles sont utilisables

par des opérateurs ayant reçu une formation sérieuse sur la

thermographie infrarouge.
4. Domaine d’utilisation :

La thermographie est couramment utilisée en intérieur ou en extérieur

pour le contrôle rapide et efficace de moteurs, de sectionneurs, de

disjoncteurs, de transformateurs, de sous-stations et plus généralement

de toute installation électrique Haute, Moyenne et Basse Tension.

De plus, cette technique présente un avantage majeur, en opérant à

distance et sans contact, l'inspection se réalise sur les installations sous

tension. L'opérateur réalise un balayage rapide des équipements avec la

caméra infrarouge en respectant les distances de sécurité, sauvegarde

sur une carte PCMCIA, les images numériques caractéristiques de

défauts constatés et de retour à son bureau, procède, depuis son PC à

l'analyse des résultats de l'intervention qu'il vient d'effectuer.

En mécanique :

Le contrôle des installations mécaniques constitue une partie importante

des opérations de Maintenance Prédictive dans la plupart des

entreprises industrielles. Typiquement, lorsqu'une pièce mécanique

s'use de façon prématurée une élévation de sa température est

constatée, échauffement qui va s'accroître rapidement et entraîner une

panne. Des équipements mécaniques tels que moteurs, paliers, pompes,

compresseurs, poulies de convoyeurs peuvent être contrôlés par

thermographie infrarouge. Manque de lubrification et défaut

d'alignement sont à l'origine d'échauffements anormaux. Même si en


mécanique l'Analyse Vibratoire sera l'outil de diagnostic principal de la

Maintenance Prédictive, la Thermographie est complémentaire à cette

technologie et a pour avantage numéro un, une mesure sans contact,

donc plus rapide.

Dans certains cas, la Thermographie devient la seule méthode de

détection de défauts. Ainsi, des défauts sur des balais de collecteurs et

d'armatures de moteurs électriques peuvent entraîner des

échauffements importants mais pas nécessairement de phénomènes

vibratoires.

En bâtiment :

La caméra infrarouge ThermaCAM est aussi un outil de diagnostic pour

les bâtiments. Une des applications les plus courantes est la détection de

problèmes d'isolation sur les toitures. L'eau ayant une forte masse

calorifique comparée aux matériaux de toiture, elle conserve la chaleur

du soleil plus longtemps que la toiture. Ainsi, les défauts d'isolation

peuvent être facilement détectés avec une caméra infrarouge. La

ThermaCAM permet aux opérateurs de maintenance de localiser

rapidement les zones humides pour une réparation efficace.

D'importantes économies sont alors réalisées en réparant uniquement la

zone défectueuse de la toiture.

Parmi les autres applications en Bâtiment, nous pouvons noter la mise

en évidence de défaut d'isolation sur des façades, la détection de ponts


thermiques, détection de fuites sur des réseaux de chauffage au sol,

l'analyse de défauts de chauffage ou de climatisation. Les études menées

par les spécialistes du bâtiment, tels que l' EPFL, les différents centres

ont montré que la thermographie infrarouge pouvait faire réaliser

d'importantes économies d'énergie. Les entreprises de distribution et de

génération de vapeur peuvent contrôler le niveau de corrosion de leurs

conduites ainsi que détecter les éventuelles fuites sur les conduites de

vapeur, les vannes et les purgeurs. Le contrôle des fours est une autre

application courante, en effet, une usure prématurée du réfractaire peut

être détectée depuis la partie extérieure du four.

5. Avantage :

Les programmes de Maintenance Conditionnelle par thermographie

permettent de localiser les points chauds bien avant leur évolution vers

une situation grave pour l'entreprise. Éviter les arrêts de production, par

des programmes de maintenance et de contrôles de qualité, est un

objectif que la thermographie permet d'atteindre très vite.

L'intégration, dans les programmes de Maintenance Prédictive permet

de réaliser d'importantes économies et de réduire les taux de pannes sur

les installations industrielles.

Pour les applications de contrôle des équipements électriques,

mécaniques, des inspections bâtiments ou de maintenance générale, la

caméra infra-rouge fournit aux opérateurs de maintenance des


informations thermiques précises pour prendre les décisions adaptées à

la réparation des équipements, planifier le remplacement des matériels

et optimiser le fonctionnement des installations.

IV. Conclusion :
La thermographie infrarouge est une technique qui présente un grand

potentiel

La réalisation de thermogrammes est très facile… mais une

thermographie de qualité ne se limite pas à faire des “photos” infrarouge

L’analyse et l’interpretation des thermogrammes demande une grande

compétence

Vous aimerez peut-être aussi