Vous êtes sur la page 1sur 3

Fiche de procédure E3

Diagnostiquer une pulpite aiguë

1- OBJECTIFS
§ Identifier l’origine, dentaire ou non dentaire, des symptômes.
§ Evaluer l’état pulpaire.
§ Etablir le caractère réversible ou irréversible de la pulpopathie.
§ Evaluer le pronostic de conservation de la dent.
§ Adapter et planifier le traitement clinique immédiat.

2- PLATEAU TECHNIQUE RECOMMANDE

§ Plateau d’examen, aides optiques, matériel et matériaux indispensables à la réalisation des tests et
examens complémentaires en endodontie (cf. fiche E1).

3- PROTOCOLE OPERATOIRE

L’inflammation de la pulpe dentaire a le plus souvent une étiologie bactérienne, mais une étiologie
physique et/ou chimique peut également être retenue.
L’inflammation pulpaire progresse de façon corono-apicale selon un mode aigu ou chronique. La
pulpite irréversible symptomatique est à l’origine de douleurs intenses car l’inflammation génère une
surpression dans une cavité aux parois inextensibles.

§ Première étape: réaliser l’anamnèse générale et buccodentaire (cf. fiche E1)


- recueillir les éléments de la symptomatologie passée et présente.
- caractériser la douleur : intensité (EVA), localisation, facteurs déclenchant, aggravants,
calmants ; durée, irradiation...

§ Deuxième étape : identifier cliniquement la dent causale


- réaliser l’examen dentaire.
- confirmer ou infirmer le diagnostic par les tests et examens complémentaires :

• Effectuer un test de sensibilité pulpaire en cas de doute (plusieurs dents suspectes) pour
reproduire les symptômes décrits par le patient.
Lors de ces tests, le praticien doit se tenir prêt à pouvoir réaliser rapidement une anesthésie face
à une réponse très intense.

• Réaliser les tests thermiques de la façon suivante :


- maintenir les dents du secteur étudié sèches, le test s’effectuant généralement au collet
vestibulaire.
- « calibrer » la sensation du patient en effectuant le test d’abord sur une dent saine (adjacente
ou controlatérale = normalité), puis la comparer avec la réponse de la dent soupçonnée.
- réaliser un test au froid en appliquant rapidement une boulette de coton pulvérisée par un spray
de DDM.
- effectuer un test au chaud en appliquant sur une surface dentaire vaselinée un bâton de gutta
percha suffisamment réchauffée, sans être brûlée.
• Pratiquer un test électrique le cas échéant pour distinguer les dents à pulpe vitale de celles à pulpe
nécrosée.

• Pratiquer un test de palpation de la dent et au besoin un test de percussion pour évaluer


l’implication péri-apicale : cet examen est généralement asymptomatique, positif il signe une
parodontite apicale initiale consécutive à la pulpite aiguë irréversible.

• Réaliser un cliché rétro-alvéolaire (cf. fiche E2).


- identifier les éléments dentaires suivants : perte de substance, fracture, volume de la
restauration, proximité pulpaire.
- identifier les atteintes parodontales associées : alvéolyse, élargissement du LAD, image
radioclaire périradiculaire.
Ces signes radiologiques sont inconstants et non pathognomoniques de la pulpite aiguë.
Remarque : chez le sujet jeune, la pulpite aiguë irréversible peut s’accompagner d’une image
radioclaire péri-apicale.

§ Troisième étape : formuler le diagnostic différentiel, étiologique puis positif


- éliminer notamment : parodontite marginale localisée, péricoronarite, sinusite, névralgies
faciales dont l’odontalgie atypique.
- préciser la cause de la pulpite : carie, lésion d’usure, fracture, barodontalgie, traitement
iatrogène, etc.
- inscrire le diagnostic positif dans le dossier médical.

4- ERREURS A NE PAS COMMETTRE

§ Négliger le recueil des informations auprès du patient.


§ Se tromper dans l’identification de la dent causale, en particulier en cas d’irradiation de la douleur
et en présence d’autres pathologies (dentaires et non dentaires).
§ Pratiquer des tests de sensibilité et de percussion de façon systématique et sans discernement.
§ Négliger l’extension péri-apicale débutante de l’inflammation pulpaire.

5- VALIDATION ET NIVEAU DE PREUVE = NIVEAU C

§ Levin LG. et al. Diagnostic terms for pulpal health and disease states. J Endod. 2009;35:1645-57.
§ Newton C.W. et al. Identify and determine the metrics, hierarchy, and predictive value of all the
parameters and methods used during endodontic diagnosis. J Endod. 2009;35:1635-44.
§ Bergenholtz G. et al. Textbook of endodontology. Blackwell. Munksgaard (2008).
§ Piette E., Goldberg M. La dent normale et pathologique. De Boeck Université (2001).
§ AAE (1996). Systematic Endodontic Diagnosis. (http://www.aae.org).
ORGANIGRAMME METHODOLOGIQUE DES FICHES
 
Directeur du projet
Jean-Jacques Lasfargues

Comité de pilotage
Reza Arbab-Chirani, Pierre Colon, Martine Guigand, Olivier Laboux,
Jean-Jacques Lasfargues, Fabienne Pérez, Dominique Seux, Hervé Tassery

Coordonateur Coordonateur Coordonateur


Odontologie Restauratrice Endodontie Site CFORE
Hervé Tassery Martine Guigand Reza Arbab-Chirani

Comité scientifique Restauratrice Comité scientifique Endodontie


Eric Bonte, Pierre Colon, Franck Decup, Reza Arbab-Chirani, Catherine Besnault,
Sophie Domejean, Florence Fioretti, Frédéric Bukiet, Anne Dautel, Etienne Deveaux,
Dominique Gillet, Richard Kaleka, Franck Diemer, Martine Guigand, Aline Hartmann,
Jean-Jacques Lasfargues, Marion Lucchini, Olivier Laboux, Etienne Médioni, Jean-François Peli
René Serfaty, Dominique Seux, Hervé Tassery Fabienne Pérez, Ludovic Pommel

Les
Les membres
membres dudu CNEOC
CNEOC des des Facultés
16 Facultés
d’Odontologie
d’Odontologie
Françaises
Françaises
ayant
ayant
contribué
contribué
à la
à la
réalisation
réalisation
des
des
fiches
fiches
dede
procédures
procédures
cliniques
cliniques

Reza R.
Arbab-Chirani,
Arbab-Chirani, Aurélia
A. Basso,
Basso,
M.-F.Marie-France
Bertrand, C. Bertrand,
Besnault, E.
Catherine
Bonte, J.Besnault,
Bosco, Z.Eric
Bouhnaida,
Bonte, F.
Julia
Bukiet,
Bosco, Zineb
Bouhnaida, Frédéric
N. Brulat, Bukiet,V.Nathalie
F. Chemla, Brulat,
Chevalier, Françoise
A. Claisse, G. Chemla,
Couderc,Valérie Chevalier,
P. Colon, Anne
A. Dautel, N. Claisse,
Decerle,Guillaume
F. Decup, Couderc,
Pierre Colon, Anne Dautel,
E. Deveaux, Nicolas
C. Dupas, Decerle, F.
R. Devillard, Franck Decup,
Diemer, Etienne Deveaux,
S. Domejean, Cécilia Dupas,
M. Engels-Deutsch, Raphaël Devillard,
F. Fioretti,
Franck A.
Diemer, Sophie Domejean, Marc Engels-Deutsch, Florence Fioretti, Alain Gambiez, Marie
Gambiez, M. Georgelin-Gurgel, D. Gillet, M. Guigand, Y. Haïkel, A. Hartmann, M. Hennequin, Georgelin-Gurgel,
Dominique I. Hyon, R. Kaleka, J. Kamsu, S. Koubi, O. Laboux, J.-J. Lasfargues, A. Le Goff, B. Levallois,Hyon, Richard
Gillet, Martine Guigand, Youssef Haïkel, Aline Hartmann, Martine Hennequin, Isabelle
Kaleka, Jacqueline
P. Linez, M.Kamsu, Stéphen
Lucchini, Koubi,
D. Maret, J.-C.Olivier
Maurin,Laboux, Jean-Jacques
E. Médioni, Lasfargues,
C. Mesgouez, Anne
E. Mortier, Le Goff, Bernard
D. Oriez,
Levallois, Patricia Linez, Marion Lucchini, Délphine Maret, Jean-Christophe Maurin, Etienne Médioni, Catherine
J.-F. Péli, F. Pérez, M. Pérard, C. Pignoly, L. Pommel, N. Pradelle, O. Romieu, R. Serfaty,
Mesgouez, Eric Mortier, Dominique Oriez, Jean-François Peli, Fabienne Pérez, Mathieu Pérard, Christian Pignoly,
D. Seux, H.H. Tassery,
Tassery, Y.-L.
Y.-L. Turpin,
Turpin, K.
K. Vallaeys,
Vallaeys, C.
C. Villat,
Villat, J.-M.
J.-M. Vulcain,
Vulcain, G.
G. Weisrock
Weisrock
Ludovic Pommel, Nelly Pradelle, Olivier Romieu, René Serfaty, Dominique Seux, Hervé Tassery, Yann-Loïg Turpin,
Karen Vallaeys, Cyril Villat, Jean-Marie Vulcain, Gautier. Weisrock

Vous aimerez peut-être aussi