Vous êtes sur la page 1sur 8

RAPPORT LE SOLDE DES TRANSACTIONS

ANNUEL En 2017, le solde des transactions courantes COURANTES S’AMÉLIORE EN 2017


est de nouveau déficitaire. Il se réduit cependant, MALGRÉ UNE DÉGRADATION
à –  13,1 milliards d’euros, soit 0,6 % du produit DU SOLDE DES BIENS ET SERVICES
intérieur brut (PIB), contre –  16,8  milliards
en 2016. La réduction du déficit est principalement
T0-1 Principaux soldes
due à la croissance des revenus nets provenant de
des transactions courantes
l’étranger (+ 8,6 milliards), le solde des biens et
services se dégradant de 5,1 milliards. (en milliards d’euros)
2016 2017
• Les échanges de biens hors énergie témoignent Transactions courantes - 16,8 - 13,1
d’une dégradation des performances françaises, le (en % du PIB) - 0,8 - 0,6
solde passant de – 4,6 milliards d’euros en 2016 à Biens a) - 34,5 - 48,2
–  11,0 milliards en 2017. Le déficit global des Biens hors énergie - 4,6 - 11,0
biens, également grevé par l’augmentation de la Énergie - 30,0 - 37,1
facture énergétique de 7,1 milliards d’euros par Services 17,8 26,4
rapport à 2016, connaît ainsi une forte détérioration Voyages 12,9 17,0
(de – 34,5 milliards à –  48,2 milliards). Autres services 4,9 9,4
Revenus b) 0,0 8,6
Revenus primaires 46,8 52,5
• L’excédent traditionnel des services s’améliore
Revenus secondaires - 46,8 - 43,9
en revanche de 8,6 milliards d’euros pour s’établir
a) Les échanges de biens sont établis à partir des statistiques douanières et
à 26,4 milliards. Il renverse ainsi le mouvement de mesures complémentaires visant à les rendre compatibles avec les normes
de baisse entamé en 2013. Cette amélioration est statistiques internationales édictées par le Fonds monétaire international.
notamment due à la croissance de l’excédent des b) Les revenus primaires sont ceux qui reviennent aux agents économiques
pour leur participation au processus de production (« Rémunérations des
voyages (+ 4,1 milliards par rapport à 2016). salariés »), pour la fourniture d’actifs financiers (« Revenus d’investissements »)
ou pour la location de ressources naturelles (« Loyers ») ainsi que les impôts
Au total, le déficit des échanges de biens et et subventions sur les produits et la production. Les revenus secondaires
correspondent aux opérations de répartition non liées aux moyens de
services est de –  21,7 milliards d’euros en 2017. production (contributions budgétaires aux institutions européennes et
Ce solde marque ainsi une détérioration pour la internationales, envois de fonds des travailleurs, etc.). À noter, les subventions
troisième année consécutive après – 9,0 milliards européennes reçues sont comptabilisées dans les revenus primaires.
Source : Banque de France.
en 2015 et – 16,7 milliards en 2016. L’excédent
des revenus s’établit à 8,6 milliards, après un
solde nul en 2016. Il provient essentiellement de Le solde des transactions
la progression des bénéfices des implantations courantes connaît
industrielles et commerciales à l’étranger. une amélioration de
3,7 milliards d’euros
La position extérieure de la France, qui reflète
le patrimoine financier net de la Nation vis-à-vis de Le solde des transactions courantes enregistre
l’étranger, est débitrice à hauteur de 461 milliards un déficit de 13,1  milliards d’euros en  2017, soit
d’euros à fin 2017, soit 20,2 % du PIB. Ce niveau 3,7 milliards de moins qu’en 2016. Ce déficit corres-
reste significativement inférieur au seuil d’alerte pond à 0,6 % du PIB, contre 0,8 % en 2016. L'allége-
fixé par la procédure européenne de déséquilibres ment du déficit provient essentiellement de l’améliora-
macroéconomiques (35 %). tion des excédents des services (26,4 milliards, contre
17,8) et des revenus (8,6 milliards, contre un solde nul
en 2016). En revanche, le solde des biens se dégrade
(–  48,2  milliards, contre –  34,5  en  2016), avec une
facture énergétique qui s’alourdit (–  37,1  milliards,
contre –  30,0  en  2016) et un déficit des biens hors
énergie qui s’accroît également.

BALANCE DES PAIEMENTS ET POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE


6 RAPPORT ANNUEL • 2017
La dégradation du déficit Si les secteurs agricole et agroalimentaire ainsi que RAPPORT
des biens et services se poursuit des matériels de transports sont excédentaires ANNUEL
(respectivement de 5,5  et de 6,8  milliards
Le déficit du solde des biens atteint – 48,2 milliards d’euros  2), les déficits sont très marqués pour
d’euros en 2017, dessinant une dégradation continue l’approvisionnement énergétique (– 39,0 milliards 2),
depuis 2015. À l’inverse, le solde des services s’amé- pour les équipements mécaniques, électriques
liore de 8,6 milliards d’euros pour atteindre 26,4 milliards, et informatiques (– 26,7 milliards 2) ou encore les
entamant une remontée après le creux de  2016 produits industriels autres que les matériels de
(17,8 milliards) et rejoignant le niveau de 2014. Malgré transport (– 27,2 milliards 2). Concernant le poste
cette amélioration, le solde des biens et services des matériels de transport, qui reste excédentaire,
enregistre une dégradation, atteignant – 21,7 milliards. les importations augmentent de manière plus

Les échanges de marchandises FAB-FAB 1 se traduisent


1 Franco à bord, c’est-à-dire à valeur au passage de la frontière, hors coût des
par un déficit de 62,6 milliards d’euros en 2017, en assurances et du fret.
dégradation de 14,3 milliards par rapport à 2016. 2 Données en CAF (les importations incluent le coût des assurances et du fret)-FAB.

G0-1 Exportations et importations de biens et services


(en milliards d’euros)
100 600

50 500

0 400

- 50 300

- 100 200

- 150 100
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
Solde – biens (échelle de gauche) Biens – exportations (échelle de droite) Services – exportations (échelle de droite)
Solde – services (échelle de gauche) Biens – importations (échelle de droite) Services – importations (échelle de droite)
Solde – biens et services (échelle de gauche)
Source : Banque de France.

T0-2 Échanges de marchandises par type de produit (hors négoce et autres opérations,
qui font également partie des biens et sont inclus dans le tableau sur les biens et services)
(en milliards d’euros et en %)
Exportations Importations Soldes
Montant Variation Montant Variation Montant Variation
en 2017 2017/2016 en 2017 2017/2016 en 2017 2017/2016
(en %) (en %) (en milliards
d’euros)
Échanges de marchandises FAB-FAB 473,5 4,5 536,1 6,9 - 62,6 - 14,3
Échanges de marchandises CAF-FAB a) 464,2 4,8 544,7 7,0 - 80,5 - 14,3
dont :
Secteurs agricole et agroalimentaire 61,2 4,0 55,7 5,4 5,5 - 0,5
Produits énergétiques 17,9 26,3 56,9 24,7 - 39,0 - 7,5
Équipements mécaniques, électriques et informatiques 88,3 3,8 114,9 4,9 - 26,7 - 2,1
Matériels de transports 107,4 1,0 100,6 3,5 6,8 - 2,3
Autres produits industriels 186,1 6,3 213,3 6,3 - 27,2 - 1,5
a) Hors matériel militaire.
Note : En raison des écarts d’arrondis, un agrégat peut ne pas être exactement égal au total des composantes.
Sources : Direction générale des Douanes et Droits indirects (DGDDI) – données brutes et calculs Banque de France.

BALANCE DES PAIEMENTS ET POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE


RAPPORT ANNUEL • 2017 7
RAPPORT T0-3 Soldes des échanges de biens
ANNUEL
(en milliards d’euros)
2016 2017
Recettes Dépenses Soldes Recettes Dépenses Soldes
Biens 470,7 505,2 - 34,5 490,9 539,0 - 48,2
Marchandises 461,4 505,2 - 43,8 479,5 539,0 - 59,6
Données douanières 453,0 501,3 - 48,3 473,5 536,0 - 62,6
Corrections et ajustements 7,2 1,3 5,9 4,5 - 0,4 4,9
Soutage et avitaillement 1,1 2,6 - 1,5 1,5 3,4 - 1,9
Négoce international 9,3 9,3 11,4 11,4
Négoce (biens acquis – exportations négatives) - 51,4 - 51,4 - 56,4 - 56,4
Négoce (biens revendus – exportations) 60,7 60,7 67,8 67,8
Note : En raison des écarts d’arrondis, un agrégat peut ne pas être exactement égal au total des composantes.
Sources : Direction générale des Douanes et Droits indirects (DGDDI) et Banque de France.

importante que les exportations entre 2016 et 2017


(+ 3,5 %, contre + 1 %). T0-4 Exportations et importations
de biens et de services
Les exportations de biens (cf.  tableau T0-3) (en milliards d’euros et en %)
progressent de 20,2 milliards d’euros (490,9 milliards, 2016 2017
après 470,7 en 2016), soit une croissance de 4,3 %
Biens
après une stagnation en  2016. Cette augmentation
Exportations 470,7 490,9
s’inscrit dans un contexte d’accélération des flux du
Croissance en % 0,0 4,3
commerce international auxquels la France participe.
Importations 505,2 539,0
Croissance en % 1,2 6,7
La reprise de la croissance économique en France se
Services
traduit par davantage d’importations de biens, de
Exportations 235,0 244,2
33,8 milliards supérieures à 2016, soit une progression
Croissance en % 2,0 3,9
de 6,7 %, après 1,2 % en 2016.
Importations 217,3 217,7
Croissance en % 3,3 0,2
L’excédent traditionnel de la France en matière Source : Banque de France.
de services connaît une augmentation en 2017, qui
résulte d’une croissance des exportations (3,9 %) plus
dynamique que celle des importations (0,2 %).

Le déficit des services de transport est moindre T0-5 Soldes des échanges de services
qu’en 2016 (– 2,0 milliards d’euros, contre – 4,6). Cette
(en milliards d’euros)
amélioration est notamment due à un meilleur excédent
du solde des transports maritimes (+  4,4  milliards, 2016 2017
contre + 2,9 en 2016) et du transport spatial. Le déficit Services 17,8 26,4
des transports aériens connaît une légère dégradation, Transports - 4,6 - 2,0
passant de – 1,7 milliard en 2016 à – 2,2 en 2017. Voyages 12,9 17,0
Il faut remonter à  2010 pour constater un solde Autres services a) 9,5 11,4
légèrement excédentaire de 0,1 milliard sur ce poste. a) Cf. détails dans le tableau statistique 1.7 « Autres services » consultable
De même, le transport routier reste largement déficitaire sur le site internet de la Banque de France.
Source : Banque de France.
(– 7,7 milliards, après – 7,1 en 2016).

BALANCE DES PAIEMENTS ET POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE


8 RAPPORT ANNUEL • 2017
T0-6 Soldes des échanges de services T0-7 Ventilation géographique des échanges RAPPORT
de transport de biens et de services en 2017 ANNUEL
(en milliards d’euros) (selon l'origine, en milliards d’euros)
2016 2017 Exportations Importations
Maritimes 2,9 4,4 Allemagne 94,3 117,4
Fret 7,0 9,0 Belgique 53,2 49,5
dont fabisation a) - 0,6 - 0,6 Pays-Bas 29,9 35,0
Passagers 0,3 0,3 Italie 47,7 50,6
Autres frais b) - 4,4 - 4,9 Espagne 43,7 47,8
Aériens - 1,7 - 2,2 Zone euro 312,0 354,7
Fret - 1,0 - 1,2 Royaume-Uni 63,8 52,5
dont fabisation a) - 0,3 - 0,3 Union européenne 415,7 452,3
Passagers - 0,5 - 0,1 États-Unis 68,3 61,6
Autres frais b) - 0,3 - 0,9 Suisse 30,5 23,5
Autres transports - 5,7 - 4,1 Chine 27,4 51,2
Spatiaux 1,1 1,4 Japon 10,4 11,2
Ferroviaires - 0,4 - 0,3 Brésil 6,0 3,7
Fret - 0,2 - 0,2 Russie 10,8 8,2
dont fabisation a) 0,0 0,0 Inde 7,8 7,5
Passagers - 0,2 - 0,2 Monde 735,0 756,7
Autres frais b) 0,1 0,1 Source : Banque de France.
Routiers - 7,1 - 7,7
Fret - 7,7 - 8,3
dont fabisation a) - 3,6 - 3,9 Avec des excédents de 4,7  milliards d’euros pour
Passagers 0,2 0,2
les services financiers et de 3,3 milliards pour les
Autres frais b) 0,4 0,3
services aux entreprises, ces deux postes soutiennent
Autres 0,6 2,6
dont fabisation a),c) 0,2 0,1 l’amélioration du solde des transactions courantes.
Total - 4,6 - 2,0 En revanche, le déficit des services d’assurance et de
a) La fabisation correspond au montant des services de transport et pension s’accroît, passant de – 0,1 milliard en 2016 à
d’assurance inclus dans les paiements CAF (coût, assurance et fret) de – 2,2 milliards en 2017, en raison notamment de règle-
marchandises qui est retiré des échanges de marchandises et transféré
sur les lignes de services correspondants. ments de réassurance pour les dommages causés par
b) Dont règlements relatifs aux affrètements, frais d’escale, redevances sur les catastrophes naturelles aux États-Unis.
trafics. Cette rubrique ne comporte pas les frais de soutage et d’avitaillement
qui sont inclus dans les biens.
c) Fabisation des transports fluviaux, oleoducs, gazoducs, etc. L’Europe tient une place prépondérante dans
Note : En raison des arrondis, un agrégat peut ne pas apparaître exactement les échanges de biens et services de la France.
égal au total des composantes. La  France est en déficit vis-à-vis de l’Union
Source : Banque de France.
européenne avec un solde de –  36,6  milliards
d’euros pour les biens et services. Son solde
avec l’Allemagne compte pour plus de la moitié de
Le solde des voyages progresse de 4,1 milliards ce déficit. En revanche, la France est en excédent
d’euros (de 12,9 à 17,0 milliards). Les recettes de avec le Royaume-Uni (solde de +  11,3  milliards)
voyages atteignent 53,7 milliards, soit 2,3 points de PIB, et la Belgique (+ 3,7 milliards).
et s’approchent du niveau historique atteint en 2014
(54,0 milliards). Le creux des années 2015 et 2016, La France est en excédent avec les pays
dans le contexte des attentats sur le territoire français, hors zone euro, de + 20,1 milliards d’euros.
a ainsi été effacé. Le redressement des recettes est
notamment attribuable à l’augmentation de la clientèle Cette situation masque des disparités, avec par exemple
chinoise (+  0,7  milliard d’euros), mais aussi des un excédent avec les États-Unis (+ 6,7 milliards d’euros),
clientèles voisines : Allemagne (+ 1,2 milliard), Suisse la Suisse (+  7,0  milliards) ou l’Inde (+  0,3  milliard),
(+ 1,0 milliard) et Belgique (+ 0,9 milliard). mais un déficit avec le Japon (–  0,8  milliard).

BALANCE DES PAIEMENTS ET POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE


RAPPORT ANNUEL • 2017 9
RAPPORT
ANNUEL G0-2 Ventilation géographique des échanges de biens et de services en 2017
(en milliards d’euros)
10
5
0
-5
- 10
- 15
- 20
- 25
- 30
- 35
Allemagne Belgique Pays-Bas Italie Espagne Zone Royaume- Union États- Suisse Chine Japon Brésil Russie Inde
euro Uni européenne Unis
Biens
Services

Sources : Direction générale des Douanes et Droits indirects (DGDDI) et Banque de France.

Le déficit vis-à-vis de la Chine (– 23,7 milliards) est L'excédent des revenus d’investissements


largement dû au déficit des biens (– 28,0 milliards), le directs est en progression de 5,0 milliards d’euros, à
solde des services étant excédentaire de + 4,3 milliards. 43,3 milliards. Il s’agit d’un plus haut niveau historique.
Les échanges de services de voyages avec ce
pays présentent un excédent (+  4,0  milliards), tout Les revenus générés par les investissements directs
comme les commissions pour usage de la propriété français à l’étranger sont 2,5 fois plus importants que
intellectuelle (+ 0,8 milliard), les autres services aux ceux versés aux investisseurs étrangers en France
entreprises (+  0,4  milliard) ou encore le transport (69,3 milliards d’euros, contre 26,0). Ils enregistrent
maritime (+ 0,6 milliard). Parmi les services, les princi- un mouvement global de croissance depuis 2013 où
paux déficits avec la Chine proviennent du transport ils atteignaient 59,2 milliards.
aérien (–  0,4  milliard), du bâtiment-travaux publics
(–  0,6  milliard) ou de la recherche et développe-
ment (– 0,2 milliard). T0-8 Soldes des revenus primaires
(en milliards d’euros)
2016 2017
L’excédent des revenus Rémunération des salariés 19,9 20,2
des activités des entreprises Revenus d'investissements 22,2 28,8
à l’étranger et des salariés Revenus d'investissements directs 38,3 43,3
français poursuit sa croissance Revenus d'investissements de portefeuille - 15,7 - 15,2
Revenus des autres investissements
L’excédent des revenus primaires (dividendes repré- (prêts et emprunts) - 0,9 0,0
sentatifs des activités développées à l’étranger par Revenus des avoirs de réserve 0,5 0,6
les multinationales françaises ou encore revenus des Autres revenus primaires 4,7 3,5
travailleurs frontaliers) passe de 46,8 milliards d’euros Total 46,8 52,5
Note : En raison des écarts d’arrondis, un agrégat peut ne pas apparaître
en 2016 à 52,5 milliards en 2017. exactement égal au total des composantes.
Source : Banque de France.
L'excédent qui est procuré par les revenus des
travailleurs frontaliers atteint 20,2 milliards d’euros 3 Pour une analyse détaillée de ce solde, voir la fiche thématique du rapport
en 2017, soit quasiment le même montant qu’en 2016 3. annuel 2016 et sa mise à jour sur le site internet de la Banque de France.

BALANCE DES PAIEMENTS ET POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE


10 RAPPORT ANNUEL • 2017
RAPPORT
G0-3 Évolution des revenus T0-9 Solde des revenus secondaires ANNUEL
d’investissements directs (en milliards d’euros)
(en milliards d’euros) 2016 2017
80 Revenus secondaires
70 des administrations publiques - 30,5 - 27,6
Prestations sociales - 7,3 - 7,4
60
Coopération internationale - 6,0 - 5,6
50 Ressources propres des institutions
40
de l'Union européenne - 20,4 - 17,9
Autres transferts des administrations publiques 3,3 3,3
30
Revenus secondaires des autres secteurs - 16,3 - 16,3
20 dont envois de fonds des travailleurs - 10,2 - 10,1
10 Total - 46,8 - 43,9
0 Note  : En raison des écarts d'arrondis, un agrégat peut ne pas être
2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015 2017 exactement égal au total des composantes.
Recettes Source : Banque de France.
Dépenses
Solde net des revenus d’investissements directs
de la France auprès des institutions européennes et
Source : Banque de France.
internationales. Les transferts de fonds des résidents
vers l’étranger (« Envoi de fonds des travailleurs »)
Le solde des revenus d’investissements de porte- atteignent 10,1 milliards d’euros, soit un montant
feuille est déficitaire de 15,2  milliards d’euros. stable sur les dernières années.
Deux tiers des dépenses sont attribuables aux inté-
rêts payés aux investisseurs étrangers qui ont acquis
de la dette publique française. Le solde enregistre une Les investissements
amélioration de près de 5 milliards depuis 2014. étrangers en France
progressent nettement
Le solde des revenus des prêts et emprunts
courants («  Autres investissements  ») est équilibré Les investissements directs français à l’étranger
(excédent de 30 millions d’euros), après un déficit de totalisent 51,6 milliards d’euros, soit une légère baisse
– 0,9 milliard en 2016 et – 1,3 milliard en 2015.

L'excédent des autres revenus primaires, composés G0-4 Flux d’investissements directs
essentiellement des revenus des administrations (en milliards d’euros)
publiques (subventions européennes et impôts), est 80
en baisse, atteignant 3,5 milliards d’euros en 2017,
contre 4,7 en 2016. 60

40
Le déficit des « revenus
secondaires » enregistre 20

une légère amélioration


0

Le solde des revenus dits secondaires,


- 20
traditionnellement déficitaire, s’établit à – 43,9 milliards 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
d’euros en 2017, contre – 46,8 en 2016. Le déficit est Investissements directs français à l’étranger
principalement dû aux revenus des administrations Investissements directs étrangers en France
Solde net des investissements directs
publiques (– 27,6 milliards), qui recouvrent notamment les
Source : Banque de France.
versements réguliers correspondant aux engagements

BALANCE DES PAIEMENTS ET POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE


RAPPORT ANNUEL • 2017 11
RAPPORT (57,2 milliards en 2016). Ils demeurent néanmoins à Au total, le taux de détention non résidente des
ANNUEL un niveau élevé comparativement à la période récente titres émis par les résidents français revient à 49 %
(39,5  milliards d’euros en moyenne annuelle sur fin 2017, au lieu de 51 % fin 2016.
la période 2012-2017).

Les investissements directs étrangers en France La position extérieure nette


sont en hausse de 12  milliards d’euros par de la France reste
rapport à  2016, s’établissant à 44,2  milliards modérément débitrice
en  2017. Il  s’agit du montant le plus important
depuis 2008. Du fait des variations de change (à hauteur de
53,9  milliards, soit 2,4 % du PIB), mais aussi de
l’accumulation de déficits des transactions courantes
Le solde des investissements depuis 2006, la position extérieure nette de la France
de portefeuille atteint se dégrade, en valeur de marché, pour atteindre
près de 20 milliards d’euros – 461,5 milliards d’euros fin 2017. Cette position, qui
reflète le patrimoine financier net de la Nation vis-à-vis
Le solde des investissements de portefeuille de l’étranger, représente – 20,2 % du PIB. L’évolution
atteint 19,9 milliards d’euros en 2017, soit presque d’une année sur l’autre (–  14,9 % fin  2016) traduit
le même niveau qu’en  2016 (21,5  milliards). Les pour l’essentiel des variations de valeur de marché
avoirs sur l'étranger passent de 41,4  milliards à (cf. tableau T0-10).
47,9  milliards et les engagements vis-à-vis de
l'étranger de – 20,0 milliards en 2016 à – 28,0 milliards T0-10 Évolution de la position extérieure
en 2017. de la France entre fin 2016 et fin 2017
(en milliards d’euros et en %)
En  2017, les principales catégories de détenteurs
résidents (banques, compagnies d’assurance, Montant en % du PIB
entreprises non financières) sont toutes acheteuses de Position nette à fin 2016 - 332,2 - 14,9
titres étrangers, en particulier les institutions financières Variation imputable aux transactions
monétaires  (IFM), c'est-à-dire essentiellement les - 13,1 - 0,6
courantes
banques et les organismes de placement collectif (OPC) Variation de change - 53,9 - 2,4
monétaires. Dans le même temps, les non-résidents Variation boursière - 29,9 - 1,3
investissent largement en titres des banques françaises Autres variations - 33,5 - 1,5
(+  48,6  milliards d’euros). À l’inverse, les titres de Position nette à fin 2017 - 461,5 - 20,2
dette publique française et d’entreprises font l’objet Source : Banque de France.
de cessions nettes (respectivement – 12,2 milliards
et –  8,3  milliards). Le taux de détention par les Ce niveau reste par ailleurs significativement en deçà
non-résidents de titres de long terme émis par les du seuil d’alerte fixé par la procédure européenne de
résidents français est en baisse pour la dette publique déséquilibres macroéconomiques (– 35 %). À titre de
et les titres émis par les entreprises (respectivement comparaison, la position extérieure nette de l’Allemagne
–  3 % et –  2 %), tandis qu’il s’inscrit en hausse est de 57,4 % du PIB allemand, celle de l’Italie de
s’agissant des titres émis par les banques (+  1 %). – 7,8 % et celle de l’Espagne de – 82,2 %.
Cette évolution résulte largement des programmes
d’achat d’actifs de l’Eurosystème (notamment les Au sein de la position extérieure, la position des
public sector purchase programme –  PSPP  – et investissements de portefeuille, quoiqu’en légère
corporate sector purchase programme – CSPP). contraction (– 741,1 en 2017, au lieu de – 758,4 milliards

BALANCE DES PAIEMENTS ET POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE


12 RAPPORT ANNUEL • 2017
G0-5 Position extérieure nette de la France T0-11 Position extérieure de la France à fin 2017 RAPPORT
sur longue période ANNUEL
(en milliards d’euros et en %)
(en milliards d’euros et en % du PIB) Investissements directs (valeur mixte) a) 481,2
800 16
Français à l’étranger 1 210,4
600 12
Étrangers en France 729,2
400 8
Investissements de portefeuille - 741,1
200 4 Avoirs (résidents sur titres étrangers) 2 442,6
0 0
Engagements (non-résidents sur titres français) 3 182,7
- 200 -4 Instruments financiers dérivés - 69,2
- 400 -8 Prêts et emprunts - 262,9
- 600 - 12 Avoirs de réserve 130,4
- 800 - 16 Position extérieure nette - 461,5
- 1 000 - 20 en % du PIB - 20,2
- 1 200 - 24 Dette extérieure nette 866,1
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 en % du PIB 37,9
Prêts et emprunts courants a) En valeur mixte, les actions cotées sont comptabilisées en valeur de marché
Instruments financiers dérivés tandis que les actions non cotées sont enregistrées en valeur comptable.
Investissements de portefeuille Source : Banque de France.
Investissements directs en valeur mixte
Avoirs de réserve
Position extérieure
Position nette – valeur mixte en % du PIB (échelle de droite)
T0-12 Position extérieure nette en 2017 par secteur
Source : Banque de France.
(en milliards d’euros)
Position extérieure nette - 461,5
Banque de France 114,9
d’euros en  2016), demeure la plus débitrice Administrations publiques - 1 121,7
(environ 15 % du PIB). La position des investissements Banques - 203,4
directs reste créditrice. Elle enregistre toutefois un Autres secteurs 748,7
certain reflux, avec 481,2 milliards d’euros en 2017, Source : Banque de France.
contre 545,3 milliards en 2016, en raison d’un effet
négatif du taux de change euro/dollar, visible par ailleurs
dans le tassement des flux d’investissements français à T0-13 Dette extérieure nette, ventilation par devise
l’étranger décrit infra (cf. compte financier de la balance hors avoirs de réserve
des paiements). La position des investissements directs (en milliards d’euros)
(toujours en valeur de marché) fléchit ainsi en 2017, 2016 2017
après trois années de croissance continue. Dette extérieure nette hors avoirs de réserve - 849,7 - 911,9
Euro - 572,9 - 701,9
Dollar US - 258,7 - 219,0
La dette extérieure nette mesure le financement de Yen 79,5 85,6
l’économie par le reste du monde. De 866,1 milliards Livre sterling - 70,5 - 79,2
d’euros en 2017, elle s'alourdit de 70 milliards par Yuan - 2,3 - 2,3
Autres monnaies - 24,9 4,9
rapport à 2016 et représente 38 % du PIB fin 2017
Source : Banque de France.
(cf. tableau T0-11).

BALANCE DES PAIEMENTS ET POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE


RAPPORT ANNUEL • 2017 13

Vous aimerez peut-être aussi