Vous êtes sur la page 1sur 2

G

i
l Histoire
b
e
r • La politique de l'enfant unique :
t
La politique de l'enfant unique, appelée en Chine “politique du planning
C familial” a été mise en place en 1979 par Deng Xiaoping. Le dirigeant
h
e chinois a décidé de durcir le contrôle des naissances : désormais, les
v couples ne sont autorisés à avoir qu’un seul et unique enfant.
a Les historiens sont divisés sur les raisons qui ont poussé à mettre en place
l cette politique.
i
e Pour certains, la Chine craignait alors une surpopulation qui aurait pu
r mettre en péril l’équilibre de tous le pays. Il fallait donc urgemment diminuer
R le nombre de bouches à nourrir et de corps à loger. Mais selon d’autres,
a
d
l’objectif était en réalité très différent. Il s’agissait de concentrer les
i ressources pour fabriquer un capital humain profitable. Autrement dit, de
o donner la priorité à l’économie sur le développement démographique.
F
Cette politique de l’enfant unique a été menée pendant des années de
r façon TRÈS autoritaire. Fortes amendes, privation d’accès aux soins ou à
N
l’éducation pour les enfants nés “hors cadre”. Les sanctions ont longtemps
o été dissuasives. Voire violentes pour les femmes dont certaines ont été
u forcées à avorter , ou pour les bébés filles noyées dans certaines
s campagnes chinoises car jugées trop coûteuses et moins utiles que les
garçons. "Elever une fille, c’est cultiver le champ de son voisin", dit ainsi un
l proverbe chinois.
a

p
r *La région du cachemire :
é Depuis l’indépendance de 1947 et le partage du sous-continent, l’Inde et le Pakistan
p revendiquent tous deux la totalité de la province à majorité musulmane. Chacun en
a
a « arraché » une partie. Le nord au Pakistan, le sud à l’Inde. L’Inde avait pris
r
o
l’engagement de légaliser son rattachement par un référendum, selon des résolutions
n de l’ONU. Ce scrutin n’a jamais eu lieu. Au cours des décennies suivantes, les frères
s ennemis se sont livré deux guerres. Et en 1972, les accords de Shimla ont installé le
statu quo de la ligne de cessez-le-feu, sous le nom de la « ligne de contrôle ».
p
o
u
r
*Rostow :
Né à New York, le 7 octobre 1916, d'une famille d'émigrés juifs russes, Walt
v Whitman Rostow fait de brillantes études à l'université Yale, dont il sort diplômé à
o dix-neuf ans. À Oxford, une bourse lui permet de préparer son doctorat
u d'économie. Sa carrière d'enseignant, commencée en 1940 à l'université
s Columbia de New York, est interrompue par la Seconde Guerre mondiale, quand
il part en Europe au service de l'O.S.S., le service d'espionnage qui deviendra la
c C.I.A. Après la guerre, il reprend ses activités d'enseignement, d'abord à Oxford
h (1946-1949), ensuite à Cambridge (1949-1950), puis devient professeur au
a Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.). Dès lors reconnu comme un
q « intellectuel libéral anticommuniste », Rostow publie les ouvrages qui le
u
r rendront célèbre outre-Atlantique : The Process of Economic Growth(1953)
e
et Stages of Economic Growth. A Non-Communist Manifesto (1960)
m
a
tPartager Twitter Envoyer
Partager
i
n
La thèse exposée dans Les Étapes de la croissance économique connaît dans les années
1960 un retentissement considérable et façonne la vision linéaire commune aux différents
courants libéraux : le développement est décrit comme un processus composé de cinq
séquences par lesquelles passeraient toutes les sociétés :

– dans la société traditionnelle, immobile et hiérarchisée, la terre est la seule source de


richesse et les perspectives de changement sont nulles. Cette situation correspond à un
monde antérieur à la révolution scientifique. Ce schéma caractériserait ce que l'on appelle
aujourd'hui les « pays les moins avancés » ;

– la phase des conditions préalables au décollage permet à la société de passer de


l'immobilisme au mouvement. La productivité s'améliore grâce à la diffusion du progrès
technique, l'investissement productif augmente plus vite que la croissance
démographique. Tel serait le schéma des « pays en développement » ;

– le décollage (take off) constitue l'étape essentielle. C'est une phase de courte durée, au
cours de laquelle émergent les branches motr [...]

*Furtado :

*Frantz Fanon :
Publié en novembre 1961, quelques semaines avant la disparition de l’auteur foudroyé à 36
ans par une leucémie, Les Damnés de la terre a été écrit de mai à octobre 1961 par un Frantz
FANON militant au sein du FLN (Front de Libération National) algérien dont il aura été
l’ambassadeur dans de nombreuses instances internationales. C’est donc un Fanon
définitivement engagé dans la lutte qui analyse avec lucidité les luttes coloniales et les
premiers pas des états post-coloniaux. On a fait passer ce livre pour le manifeste des tiers-
mondistes... Cependant dans ce livre Fanon ne parle que d’Afrique et même lorsqu’il se
réfère à son expérience algérienne, il reparle de cette Afrique (nègre) dont il se sent
citoyen.