Vous êtes sur la page 1sur 58

Université Mohammed V

Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de


Rabat-Agdal

Analyse mathématique

Nizar RIANE

2020-2021
Ce cours reproduit en partie les notes de cours de Frédérique Petit [1] de l'Université Pierre et Marie
Curie.

2
Table des matières

1 Rappels 5
1.1 Introduction au langage mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.1 Vocabulaire mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.2 Raisonnement mathématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.2 Les fonctions usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.2.1 Fonctions logarithme et exponentielle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.2.2 Fonctions puissances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
1.2.3 Fonctions périodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.3 Intervalles, voisinages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.3.1 Les intervalles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
1.3.2 Voisinages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

2 Étude locale d'une fonction 15


2.1 Généralités sur les fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.1 Domaine de dénition, graphe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
2.1.2 Méthode de dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.1.3 Majorations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
2.1.4 Fonctions monotones . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.5 Fonctions paires et impaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.1.6 Fonctions périodiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
2.2 Limites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2.1 Limite en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2.2 Opérations algébriques et composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
2.2.3 Limite et ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
2.2.4 Limites à gauche et à droite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.3 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3.1 Continuité en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3.2 Propriétés algébriques et composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
2.3.3 Continuité à gauche et à droite* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
2.4 Dérivabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.4.1 Dérivabilité en un point . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
2.4.2 Opérations algébriques et composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.4.3 Dérivabilité à gauche et à droite* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.4.4 Règle de l'Hôpital . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
2.4.5 Dérivées successives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.4.6 Extremum local . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.5 Développement limité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5.1 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.5.2 Opérations algébriques et composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.3 Développement limité à gauche et à droite* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5.4 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

3
3 Étude globale d'une fonction 33
3.1 Fonction continue sur un intervalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.1.1 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.1.2 Opérations algébriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.1.3 Théorème des valeurs intermédiaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
3.2 Fonction dérivable sur un intervalle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.2.1 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.2.2 Opérations algébriques et composition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.2.3 Dérivées successives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35
3.2.4 Théorème et inégalité des accroissements nis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.2.5 Formule de Taylor-Lagrange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
3.3 Fonctions convexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.3.1 Dénitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.3.2 Opérations préservant la convexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.3.3 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
3.3.4 Extremum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.3.5 Fonction strictement convexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
3.3.6 Point d'inexion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
3.4 Intégration* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.4.1 Point de départ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.4.2 Construction de l'intégrale de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.4.3 Fonction monotones, fonctions continues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
3.4.4 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
3.4.5 Primitive et intégrale dénie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
3.4.6 Intégration par parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.4.7 Changement de variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45

4 Fonction de plusieurs variables 46


4.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.1.1 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46
4.1.2 Lignes de niveau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
4.2 Domaine de dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
4.3 Limites et continuité* . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
4.3.1 Norme euclidienne, produit scalaire et matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
4.3.2 Limite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
4.3.3 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
4.4 Dérivabilité et dérivées partielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.4.1 Dérivées partielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.4.2 Vecteur gradient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.4.3 Dérivées partielles d'ordre 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
4.4.4 Matrice hessienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

5 Introduction à l'optimisation 54
5.1 Optimisation libre des fonctions de deux variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.1.1 Condition du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.1.2 Condition du second ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.1.3 Convexité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
5.2 Optimisation sous contrainte d'égalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.1 Condition du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.2 Condition du second ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.2.3 Méthode du lagrangien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57

4
Chapitre 1

Rappels

1.1 Introduction au langage mathématique

1.1.1 Vocabulaire mathématique

Dans le langage mathématique, les assertions - des énoncés dont le contenu peut être vrai ou faux
- sont classées selon leur importance et leur degré de démontrabilité. On distingue plusieurs types
d'assertions :

 Axiome : c'est une assertion que l'on considère vraie sans la démontrer.
 Lemme : c'est une assertion qui sert d'intermédiaire pour démontrer un résultat plus important.
 Proposition : c'est un résultat démontré à partir des axiomes, mais moins important que le
théorème.
 Théorème : c'est un résultat très important, démontré à partir des axiomes.
 Corollaire : c'est une conséquence directe d'une proposition ou d'un théorème, .
 Conjecture : c'est un théorème mathématique dont on ignore la valeur de vérité.

1.1.2 Raisonnement mathématique

Les assertions mathématiques obéissent à une logique rigoureuse de construction, chaque résultat est
démontré à partir des axiomes selon un procédé de raisonnement logique et en appliquant des règles
précises, cette logique se distingue de l'intuition et de la révélation.

1.1.2.1 Démonstration directe

Exemple 1.1.1. Calcul de la somme


Pn
i=1 i
Pn
Calculer la somme i=1 i = 1 + 2 + . . . + (n − 1) + n.

Réponse :

On écrit les termes de la somme en ordre croissant dans la première lignes, et ordre décroissant dans

5
la deuxième, et on somme :

1 2 ... n − 1 n
n n − 1 ... 2 1
n + 1 n + 1 ... n + 1 n + 1

En sommant les deux séries nous avons calculé 2 ni=1 i, ce qui est représenté par la somme de la
P
dernière ligne, ce qui vaut :
n
X
2 i = n(n + 1)
i=1

On conclut donc que :


n
X n(n + 1)
i=
2
i=1

1.1.2.2 Démonstration par récurrence

Exemple 1.1.2. Calcul de la somme


Pn
i=1 i

Pn n(n + 1)
Montrer que la somme i=1 i = .
2

Réponse :

On commence par vérier que l'assertion est vraie pour le rang initial n = 1 :

n(n + 1) 1(1 + 1)
=
2 2
=1
1
X
= i
i=1
n
X
= i
i=1

L'assertion est vraie. On suppose qu'elle vraie pour le rang n et on la démontre pour le rang n + 1.
D'une part

(n + 1)((n + 1) + 1) (n + 1)(n + 2)
=
2 2
et d'autre part, en appliquant la récurrence :

6
n+1
X
i = 1 + . . . + n + (n + 1)
i=1
n
X
= i + (n + 1)
i=1
n(n + 1)
= + (n + 1)
2
n(n + 1) + 2(n + 1)
=
2
(n + 1)(n + 2)
=
2

L'assertion est donc vraie pour le rang n + 1, elle est donc vraie pour tout entier naturel n.

1.1.2.3 Démonstration par contre-exemple

Exemple 1.1.3.
1 1
Vrai ou faux : Si a 6 b alors 6 .
b a

Réponse :

L'assertion est fausse :


Contre-exemple : on prend a = 1 et b = −1

a = −1 6 1 = b
mais
1 1
= −1 < 1 =
a b

1.1.2.4 Démonstration par l'absurde

Exemple 1.1.4. Innité des nombres premiers


Un nombre premier est un entier naturel qui admet exactement deux diviseurs distincts : le nombre 1
et lui-même, exemples : 1, 2, 3, 5, 7, 11, . . .

Vrai ou faux : L'ensemble des nombres premiers est ni.

Réponse :

L'assertion est fausse :

7
On procède par l'absurde (Euclide), supposant que l'ensemble des nombres premiers est ni, et leur
nombre vaut n < ∞ pour un certain entier naturel n. On peut donc énumérer ces nombres p1 , p2 , . . . , pn
et on dénit le nombre entier naturel produit de ces nombres premiers plus un :

p? = Πni=1 pi + 1
Ce nouveau nombre n'est divisible par aucun des nombres premiers pi à l'exception du nombre 1 et de
lui-même : la division de p? par un des nombres premiers de la liste a comme reste le nombre 1. Le
nombre p? est donc un nombre premier, en conséquence, l'ensemble des nombres premiers comporte
n + 1 élément, absurde !

L'assertion est donc fausse.

1.1.2.5 Démonstration par la contraposée

Exemple 1.1.5.
Vrai ou faux : Soit n un entier naturel. Si n2 est pair alors n est pair.

Réponse :

L'assertion est vrai :


Au lieu de démontrer l'assertion : "Si n2 est pair alors n est pair", on démontre plutôt sa contraposée :
"Si n est impair alors n2 est impair", c'est deux propositions sont équivalentes.

En eet, si n est impair on peut l'écrire n = 2 k + 1 pour un certain nombre entier k . Alors

n2 = (2 k + 1)2
= 4 k2 + 4 k + 1


= 2 2 k2 + 2 k + 1


Ce nombre est impair et l'assertion est vraie.

8
1.2 Les fonctions usuelles

1.2.1 Fonctions logarithme et exponentielle

1.2.1.1 Fonction logarithme

Dénition 1.2.1. Fonction logarithme népérien


On appelle fonction logarithme népérien (ou naturel) l'unique fonction ln dénie sur R∗+ et qui
vérie :

ln(x × y) = ln(x) + ln(y) ∀x > 0, ∀y > 0


La fonction ln vérie, ∀x, y > 0, ∀n ∈ N :

ln(1) = 0, ln(x × y) = ln(x) + ln(y),


 
x
ln = ln(x) − ln(y), ln (xn ) = n ln(x),
y
ln x−n = −n ln(x),


f(x)

x
-10 -5 5 10

-2

-4

Figure 1.1  Graphe de la fonction ln(x).

Propriété 1.2.1.
La fonction ln est dénie sur R , elle vérie :

+

1
ln0 (x) =
x
lim ln(x) = −∞
x→0+
lim ln(x) = +∞
x→+∞
ln(x)
lim =0
x→+∞ x

9
1.2.1.2 Fonction exponentielle

Dénition 1.2.2. Fonction exponentielle


On appelle fonction exponentielle et on note exp la fonction réciproque de la fonction logarithme
(c-à-d exp(ln(x)) = ln(exp(x)) = x, ∀x ∈ R∗+ ). Elle est dénie sur R et vérie :

exp(x + y) = exp(x) × exp(y)


∀x > 0, ∀y > 0, ∀n ∈ N on peut déduire :

exp(x)
exp(0) = 1, exp(x − y) =
exp(y)
(exp(x))n = exp(nx), (exp(x))−n = exp(−nx)

Remarque 1.2.1 .
Le nombre exp(1) = e s'appelle le nombre d'Euler, c'est un nombre irrationnel.

f(x)
100

50

x
-10 -5 5 10

-50

-100

Figure 1.2  Graphe de la fonction exp(x).

Propriété 1.2.2.
La fonction exp est dénie sur R, elle vérie :
exp0 (x) = exp(x)
lim exp(x) = 0
x→−∞
lim exp(x) = +∞
x→+∞
exp(x)
lim = +∞
x→+∞ x

10
1.2.2 Fonctions puissances

Dénition 1.2.3. Les exposants entiers


Soit x ∈ R et n ∈ Z :
 Pour n > 1, on dénit :

xn := x × x × ... × x (n fois )
 pour x 6= 0 :
1
x−n =
xn
 Pour n = 0, et x 6= 0, on a :

x0 = 1

Propriété 1.2.3. Soient x, y ∈ R et n, p ∈ Z, on a :


 n
n p n+p n p np n n n xn x
x x =x , (x ) = x , x y = (xy) , =
yn y

1.2.2.1 Les exposants entiers strictement positifs

Propriété 1.2.4. Cas des exposants entiers strictement positifs


Soit n ∈ N . Soit f la fonction x → x :
∗ n

 f est dénie sur R.


 Si n est pair alors f est une fonction paire.
 Si n est impair alors f est une fonction impaire.
 f (x) = nx .
0 n−1

De plus :
lim xn = +∞
x→+∞

f(x) f(x)
100 100

50 50

x x
-10 -5 5 10 -10 -5 5 10

-50 -50

-100 -100

Figure 1.3  Graphe de la fonction f (x) = x2 Figure 1.4  Graphe de la fonction f (x) = x3

11
1.2.2.2 Les exposants entiers strictement négatifs

Propriété 1.2.5. Cas des exposants entiers strictement négatifs


Soit x ∈ R, p ∈ Z et n = −p. Soit f la fonction x → x :


p

 f est dénie sur R et f (x) = x = x = x1 .


∗ p −n

 Si p est pair alors f est une fonction paire.


n

 Si p est impair alors f est une fonction impaire.


 f (x) = px = x .
0 −n
p−1

De plus :
n+1

lim xp = lim xp = 0
x→+∞ x→−∞

f(x) f(x)
100 100

50 50

x x
-2 -1 1 2 -2 -1 1 2

-50 -50

-100 -100

Figure 1.5  Graphe de la fonction Figure 1.6  Graphe de la fonction


f (x) = x−2 . f (x) = x−3 .

1.2.2.3 Les exposants réels quelconques

Dénition 1.2.4. Fonction puissance


On appelle fonction puissance la fonction f dénie sur R∗+ par f (x) = xb pour un réel b quelconque,
en utilisant l'identité :

xb = exp(b ln(x))

f
1.5

1.0

0.5

x
0.5 1.0 1.5 2.0

-0.5

-1.0

-1.5


Figure 1.7  Graphe de la fonction x.

12
1.2.3 Fonctions périodiques

1.2.3.1 Fonctions trigonométriques

Dénition 1.2.5. Fonction périodique


Soit la fonction f dénie sur un domaine D de R. La fonction f est dite périodique de période T ∈ R
si :

∀x ∈ D, x + T ∈ D et f (x + T ) = f (x)

Exemple 1.2.1.
 Les fonction sin et cos sont dénies et périodiques sur R de période 2π .
sin(x)
 La fonction tan est dénie sur R \ { π2 + kπ, k ∈ Z} par tan(x) = et de période égale à π .
cos(x)

f(x) f(x)

1.0 1.0

0.5 0.5

x x
1 2 3 4 5 6 1 2 3 4 5 6

-0.5 -0.5

-1.0 -1.0

Figure 1.8  Graphe de la fonction cos(x). Figure 1.9  Graphe de la fonction sin(x).

Propriété 1.2.6.
 Soit x ∈ R :
−1 6 sin(x) 6 1 −1 6 cos(x) 6 1
sin(x + π) = −sin(x) cos(x + π) = −cos(x)
2 2
sin(x) + cos(x) = 1

 La fonction cos est paire.


 Les fonctions sin et tan sont impaires.
Propriété 1.2.7.
Les fonctions sin, cos et tan sont continues et dérivables sur leur domaine de dénition et :
sin0 (x) = cos(x), cos0 (x) = − sin(x)
1
tan0 (x) = 1 + tan2 (x) =
cos2 (x)

13
1.3 Intervalles, voisinages

1.3.1 Les intervalles

Dénition 1.3.1. Intervalle


On appelle intervalle réel un ensemble de nombres délimité par deux nombres réels constituant une
borne inférieure et une borne supérieure. Un intervalle contient tous les nombres réels compris entre
ces deux bornes.

On distingue trois types d'intervalles :


 L'intervalle vide ∅.
 Les intervalles bornés.
 Les intervalles non bornés.

1.3.1.1 Les intervalles bornés

Soient a et b des réels et a < b :


 ]a, b[ = {x ∈ R | a < x < b} (intervalle ouvert)
 [a, b] = {x ∈ R | a 6 x 6 b} (intervalle fermé)
 [a, b[ = {x ∈ R | a 6 x < b} (intervalle semi-ouvert à droite)
 ]a, b] = {x ∈ R | a < x 6 b} (intervalle semi-ouvert à gauche)

1.3.1.2 Les intervalles non-bornés

Soient a et b des réels et a < b :


 ]a, +∞[ = {x ∈ R | a < x} (intervalle ouvert à gauche, minoré, non majoré)
 [a, +∞[ = {x ∈ R | a 6 x} (intervalle fermé à gauche, minoré, non majoré)
 ]−∞, b[ = {x ∈ R | x < b} (intervalle ouvert à droite, majoré, non minoré)
 ]−∞, b] = {x ∈ R | x 6 b} (intervalle fermé à droite, majoré, non minoré)
 ]−∞, +∞[ = R (intervalle non-minoré, non majoré)

1.3.2 Voisinages

Dénition 1.3.2. Voisinage d'un point


 On appelle voisinage d'un réel x toute partie de R qui contient un intervalle ouvert contenant
x.
 On appelle voisinage de +∞ (resp. −∞) toute partie de R qui contient un intervalle de la
forme ]a, +∞[ (resp. +∞) avec a ∈ R.

14
Chapitre 2

Étude locale d'une fonction

2.1 Généralités sur les fonctions

2.1.1 Domaine de dénition, graphe

Dénition 2.1.1. Fonction


Une fonction f d'une partie D de R à valeurs dans R est une correspondance qui à tout élément x de
D associe un unique élément réel noté f (x).
L'ensemble D pour lequel cette correspondance est valide s'appelle le domaine de dénition de la
fonction f .

Dénition 2.1.2. Graphe d'une fonction


Soit f une fonction de D à valeurs dans R. On appelle graphe de la fonction f l'ensemble Gf dénit
par :
Gf = {(x, f (x)) | x ∈ D}

f(x)
100

50

x
-10 -5 5 10

-50

-100

Figure 2.1  Graphe de la fonction exp(x).

15
2.1.2 Méthode de dénition

Dénition 2.1.3. Opérations algébriques


Soient f et g deux fonctions dénies sur un intervalle I .
 La fonction f + g est dénie sur I par :

(f + g)(x) = f (x) + g(x)

 La fonction f g est dénie sur I par :

(f g)(x) = f (x)g(x)
f
 Si la fonction g ne s'annule pas sur I , la fonction est dénie sur I par :
g
 
f f (x)
(x) =
g g(x)

Dénition 2.1.4. La composition


Soient f une fonction dénie sur un intervalle I et g une fonction dénie sur un intervalle J . On suppose
que l'image f (I) de l'intervalle I par f est contenue dans J . La fonction composée des fonctions f et
g est la fonction g ◦ f dénie sur l'intervalle I par : g ◦ f (x) = g(f (x))

Dénition 2.1.5. La restriction


Soient f une fonction dénie sur un intervalle I et J un intervalle contenue dans I . On appelle restric-
tion de la fonction f à J la fonction f|J dénie sur l'intervalle J (uniquement) par f|J (x) = f (x).

Dénition 2.1.6. Le recollement


Soient f1 une fonction dénie sur un intervalle [a, b[ et f2 une fonction dénie sur un intervalle [b, c].
On dénit une fonction f sur l'intervalle [a, c] par :
(
f1 (x) si a 6 x < b
f (x) =
f2 (x) si b 6 x 6 c

2.1.3 Majorations

Dénition 2.1.7. fonction majorée - fonction minorée


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I . On dit que :
 f est majorée (par M ) sur I s'il existe un nombre réel M tel que f (x) 6 M ∀x ∈ I .
 f est minorée (par m) sur I s'il existe un nombre réel M tel que m 6 f (x) ∀x ∈ I .
 f est bornée sur I si elle est à la fois majorée et minorée. |f (x)| 6 M ∀x ∈ I .

Dénition 2.1.8. Fonction majorée par une autre fonction


Soient f et g deux fonctions dénies sur un intervalle I . On dit que g majore f , ou que f minore g,
si f (x) 6 g(x) ∀x ∈ I . On note alors f 6 g .

Exemple 2.1.1.
La fonction x → ln(x) est majorée par la fonction x → x − 1.

16
2.1.4 Fonctions monotones

Dénition 2.1.9. Fonctions monotones


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I . On dit que f est
 Croissante (resp. décroissante) sur I si :

∀x1 ∈ I, ∀x2 ∈ I, x1 6 x2 ⇒ f (x1 ) 6 f (x2 )


(resp. ∀x1 ∈ I, ∀x2 ∈ I, x1 6 x2 ⇒ f (x1 ) > f (x2 ))

 Strictement croissante (resp. Strictement décroissante) sur I si :

∀x1 ∈ I, ∀x2 ∈ I, x1 < x2 ⇒ f (x1 ) < f (x2 )


(resp. ∀x1 ∈ I, ∀x2 ∈ I, x1 < x2 ⇒ f (x1 ) > f (x2 ))

 Monotone (resp. strictement monotone) sur I si f est croissante ou décroissante sur I (resp.
strictement croissante ou strictement décroissante sur I ).

Exemple 2.1.2.
Les fonctions x → ln(x) et x → exp(x) sont strictement croissantes.
La fonction x → −x est strictement décroissante.

2.1.5 Fonctions paires et impaires

Dénition 2.1.10. Fonctions paires et impaires


Soit f une fonction dénie sur R.
 On dit que f est paire si, ∀x ∈ R, f (−x) = f (x).
 On dit que f est impaire si, ∀x ∈ R, f (−x) = −f (x).

Remarque 2.1.1.
 Si f est impaire f (0) = 0.
 Une fonction paire est symétrique par rapport à l'axe 0y .
 Une fonction paire est symétrique par rapport à l'origine.

Exemple 2.1.3.
La fonction x → x2 est une fonction paire.
La fonction x → x3 est une fonction impaire.
La fonction x → exp(x) n'est ni paire ni impaire.

2.1.6 Fonctions périodiques

Dénition 2.1.11. Fonctions périodiques


Soit f une fonction dénie sur R et T un nombre réel non nul. On dit que T est une période de f (ou
que f est T -périodique) si, ∀x ∈ R, on a f (x + T ) = f (x).

17
Remarque 2.1.2.
Si l'ensemble des périodes strictement positives de f a un petit élément T0 , cet élément est appelé
période fondamentale de f , et toutes les périodes de f sont de la formes nT0 avec n ∈ Z.

Exemple 2.1.4.
Les fonctions x → cos(x) et x → sin(x) sont périodiques de période 2π .

18
2.2 Limites

2.2.1 Limite en un point

Dénition 2.2.1. Limite en un point


Soit f une fonction dénie sur une partie D de R. On dit que f admet une limite quand x tend vers
x0 , s'il existe un nombre réel l tel que, quel que soit le réel  > 0, il existe un réel η > 0 tel que, si x
appartient à D et vérie |x − x0 | < η , on a |f (x) − l| < .
On dit que l est la limite de la fonction f en x0 . Soit en langage formalisé :

∃l ∈ R, ∀ > 0, ∃η > 0, ∀x ∈ I, |x − x0 | < η =⇒ |f (x) − l| < 

Notation.
On écrit : lim f (x) = l
x→x0

2.2.2 Opérations algébriques et composition

Théorème 2.2.1. Limites nies et opérations algébriques


Soient f et g deux fonctions dénies sur le même intervalle I . Si les fonctions f et g ont des limites
nies respectives l et m en un point x . Alors :
0

 La fonction f + g a une limite égale l + m en x .


 La fonction f g a une limite égale lm en xf.
0
0

 Si la limite m n'est pas nulle, la fonction g a une limite égale à ml en x . 0

Théorème 2.2.2. Limites innies et opérations algébriques


Soient f et g deux fonctions dénies sur le même intervalle I . Si les fonctions f et g ont des limites
respectives +∞ et m en un point x . Alors :
0

 Si m 6= −∞, la fonction f + g a une limite égale à +∞ en x .


 Si m > 0 ou si m = +∞, la fonction f g a une limite égale à à +∞ en x .
0

 Si m < 0 ou 1si m = −∞, la fonction f g a une limite égale à −∞ en x .


0
0
 La fonction f a une limite égale à 0 en x . 0

Dénition 2.2.2. Formes indéterminées


On appelle forme indéterminée l'un des cas suivants :
0 ∞
∞ − ∞, ∞ × 0, ,
0 ∞

Théorème 2.2.3. Limite d'une fonction composée


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I , et soit g une fonction dénie sur un intervalle J qui
contient f (I).
Si la fonctions f a une limite l au point x , et si g a une limite m en l alors la fonction g ◦ f a une
limite m en x .
0
0

19
Exercice 2.2.1.
Calculer les limites :

(x − 1)2
lim
x→−1 (x + 1)2
1
lim exp( )
x→+∞ x

2
x −1
lim
x→−∞ x

2.2.3 Limite et ordre

Théorème 2.2.4. Comparaison de limites


Supposons que les fonctions f et g ont des limites respectives l et m en un point x . Si f et g vérient
f 6 g au voisinage de x . Alors l 6 m.
0
0

Théorème 2.2.5. Théorème des gendarmes


Soient f , g et h vériant au voisinage de x 0

g6f 6h
On suppose que g et h ont une limite l en x . Alors la fonction f a une limite l en x .
0 0

Théorème 2.2.6. Théorème de la limite monotone


Soit I un intervalle ouvert et majoré dont on note b la borne supérieure. On considère une fonction f
dénie et croissante sur I .
1. Si f est majorée sur I , alors f admet une limite en b.
2. Si f n'est pas majorée sur I , alors f tend vers +∞ quand x tend vers b.
Exercice 2.2.2.
Calculer les limites :

lim exp(−x)
x→+∞
lim x ln(x)
x→0
cos(x)
lim
x→+∞ x

20
2.2.4 Limites à gauche et à droite

Dénition 2.2.3. Limites à gauche et à droite


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I . On dit que f a une limite à gauche en x0 s'il existe
un réel l tel que la restriction de f à l'ensemble I ∩ ]−∞, x0 [ admette l pour limite quand x tend vers
x0 . On traduit cette dénition par :

∃l ∈ R, ∀ > 0, ∃η > 0, ∀x ∈ I, x0 − η < x < x0 ⇒ |f (x) − l| < 

Notation.
On note :
lim f (x) = l
x→x−
0

On dénit de même la limite à droite.

Proposition 2.2.7. Dénition alternative de la limite


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I = ]a, x [ ∪ ]x , b[ avec a < x < b. La fonction f a
une limite en x si et seulement si elle une limite à gauche et une limite à droite et si ces limites sont
0 0 0

égales. On a alors :
0

lim f (x) = lim f (x) = lim f (x)


x→x0 x→x− x→x+
0 0

Exercice 2.2.3.
Calculer les limites :

1
lim
x→0 x
x2 − 1
lim
x→1 (x − 1)2

21
2.3 Continuité

2.3.1 Continuité en un point

Dénition 2.3.1. Continuité en un point


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I (non vide et non réduit à un point) et soit x0 ∈ I . On
dit que f est continue en x0 si, quel que soit  > 0, il existe η > 0 tel que, si x ∈ I vérie |x − x0 | < η ,
on ait |f (x) − f (x0 )| < . Soit en langage formalisé :

∀ > 0, ∃η > 0, ∀x ∈ I, |x − x0 | < η =⇒ |f (x) − f (x0 )| < 

2.3.2 Propriétés algébriques et composition

Théorème 2.3.1. Continuité en un point et opérations algébriques


Soit f et g deux fonctions dénies sur le même intervalle I et soit x ∈ I . Si f et g sont continues
en x , alors les fonctions f + g et f g sont dénies sur I et continues en x . Si g(x ) 6= 0, et si g
0

est continue en x , la fonction est dénie sur un intervalle de la forme ]x − η, x + η[ ∩ I et est


0 0 0
1

continue en x .
0 g 0 0
0

Démonstration. Immédiat à partir des propriétés des limites et des opérations sur les fonctions.
Théorème 2.3.2. Continuité des fonctions composées
Soit f une fonction dénie sur un intervalle I et soit g une fonction dénie sur un intervalle J qui
contient f (I). Si f est continue en un point x ∈ I et si g est continue au point f (x ) ∈ J , alors la
fonction f ◦ g est dénie sur l'intervalle I et continue en x .
0 0
0

Démonstration. Immédiat à partir des propriétés des limites et des opérations sur les fonctions.
Théorème 2.3.3. Continuité des fonctions usuelles
Les fonctions usuelles :
 x → x.
 Fonction logarithme.
 Fonction exponentielle.
 Fonctions cos, sin et tan.
sont continues en tout point de leur domaine de dénition.
Corollaire 2.3.4.
Les fonctions construites à partir des fonctions usuelles par opérations algébriques et composition sont
continues en tout point de leur domaine de dénition.
Conséquences :
 Les fonctions polynômes x → an xn + ... + a0 sont continues en tout point de R.
P (x)
 Les fractions rationnelles (où P et Q sont des polynômes et Q n'est pas identiquement
Q(x)
nul) sont continues en tout point où le polynôme Q ne s'annule pas.

22
 Les fonction xa , pour tout réel a, sont continues en tout point où elles sont dénies.

Dénition 2.3.2. Continuité et limite


Soit f une fonction dénie sur un intervalle ouvert I et x0 un point de I . La fonction f est continue
en x0 si et seulement si elle une limite à gauche et une limite à droite et si on a :

f (x0 ) = lim f (x) = lim f (x)


x→x−
0 x→x+
0

Exercice 2.3.1.
Soit la fonction f dénie sur R par :

(
x ln(x) si x > 0
f (x) =
exp x1 si x < 0


Étudier la continuité de f au point 0.

Proposition 2.3.5. Prolongement par continuité en un point


Soit f une fonction continue sur un intervalle I \ {x } et x un point de I . Si f admet une limite m
en x , on dénit le prolongeable par continuité de f en x comme étant la fonction f dénie sur
0 0
?

I par :
0 0
(
f (x) si x 6= x
si x = x
? 0
f (x) =
m 0

Figure 2.2  Graphe de la fonction Figure 2.3  Graphe de la fonction


sin(x)
f (x) = x ln(x) f (x) = x

Exercice 2.3.2.
Étudier le prolongement par continuité au point 0 des fonctions :


x→ x
x → x ln(x)
sin(x)
x→
x

23
2.3.3 Continuité à gauche et à droite*

Dénition 2.3.3. Continuité à gauche et à droite


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I et x0 ∈ I . On dit que f est continue à gauche en x0
si la restriction de f à l'ensemble I ∩ ]−∞, x0 [ admette f (x0 ) pour limite quand x tend vers x0 . On
traduit cette dénition par :

∀ > 0, ∃η > 0, ∀x ∈ I, x0 − η < x < x0 ⇒ |f (x) − f (x0 )| < 

Notation.
Cela est équivalent à dire que : lim f (x) = f (x0 )
x→x−
0
On dénit de même la continuité à droite.

24
2.4 Dérivabilité

2.4.1 Dérivabilité en un point

Dénition 2.4.1. Dérivabilité en un point


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I (non vide et non réduit à un point) et soit x0 ∈ I . On
dit que f est dérivable en x0 si la fonction :

f (x) − f (x0 )
τ (x) =
x − x0
1. est dénie sur I \ {x0 }.
2. admet une limite en x0 .
Dans ces conditions, la limite de la fonction τ en x0 s'appelle la dérivée de f en x0 et se note f 0 (x0 ).

Proposition 2.4.1.
Soit f une fonction dénie sur un intervalle I (non vide et non réduit à un point) et soit x . est
∈I f
dérivable en x0 si et seulement si :
0

f (x) = f (x0 ) + f 0 (x0 )(x − x0 ) + (x − x0 )(x − x0 )

où  est une fonction continue et nulle en 0.


Proposition 2.4.2. Dérivabilité et continuité en un point
Si une fonction f est dérivable en x , alors elle est continue en x .
0 0

ATTENTION !
La réciproque est fausse. Exemple :
la fonction x → |x| au point 0.

Interprétation physique : cinématique

Figure 2.4  Voiture se déplaçant d'un point A à un point B .

25
On considère une voiture se déplaçant sur une droite AB . On désigne par x(t) la position de la voiture
à l'instant t, on suppose qu'a l'instant tA la voiture est au point A, et qu'a l'instant tB la voiture est
au point B . On peut mesurer a vitesse moyenne de la voiture entre les instants tA et tB par :
∆x B−A
vM := =
∆t tB − tA

Étant donné que la vitesse de la véhicule peut changer pendant le trajet. On peut tenter de mesurer
la vitesse instantanée de la voiture correspondant à chaque instant ∆t, cela peut être eectuer en
faisant tendre ∆t vers 0 :
∆x dx
v(t) := lim =
∆t→0 ∆t dt
et on retrouve la notion de dérivée.

Interprétation économique : Productivité d'une entreprise


On considère la production Y d'une entreprise et on admet que c'est une fonction du nombre d'heures
L de travail (Y = Y (L)). Supposant que les gérants de cette entreprises décide d'augmenter ce nombre
de la valeur L à la valeur L + ∆L. La production change de Y (L + ∆L) − Y (L), c'est-à-dire, une
variation moyenne de :
Y (L + ∆L) − Y (L)
∆L
Si on considère une augmentation innitésimal des heures de travail, cela impactera à hauteur de
combien la production de cette entreprise ? la réponse est donnée par la dérivée :

Y (L + ∆L) − Y (L)
lim = Y 0 (L)
∆L→0 ∆L

Interprétation géométrique : Pente d'une droite

Figure 2.5  La dérivée comme pente de la tangente.

La dérivé d'une fonction f en un point x est la pente de la droite tangente à f en ce point.

26
2.4.2 Opérations algébriques et composition

Théorème 2.4.3. Dérivabilité en un point et opérations algébriques


Soit f et g deux fonctions dénies sur le même intervalle I et soit x ∈ I . Si f et g sont dérivables en
x , alors les fonctions f + g et f g sont dénies sur I et dérivables en x et on a :
0
0 0

(f + g)0 (x0 ) = f 0 (x0 ) + g 0 (x0 ), (f g)0 (x0 ) = f 0 (x0 )g(x0 ) + f (x0 )g 0 (x0 )
Si g(x ) 6= 0, et si g est dérivable en x , la fonction est dénie sur un intervalle de la forme
1

]x − η, x + η[ ∩ I et est dérivable en x . On a :
0 0 g
0 0 0
 0
1 g 0 (x0 )
(x0 ) = −
g g(x0 )2

Théorème 2.4.4. Dérivabilité des fonctions composées


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I et soit g une fonction dénie sur un intervalle J qui
contient f (I). Si f est dérivable en un point x ∈ I et si g est dérivable au point f (x ) ∈ J , alors la
fonction f ◦ g est dérivable en x et on a :
0 0
0

(g ◦ f )0 (x0 ) = g 0 (f (x0 ))f 0 (x0 )

Exercice 2.4.1.
Calculer la dérivée des fonctions suivantes :

f (x) = exp(x) + exp(−x)


g(x) = x ln(x)
 
1
h(x) = exp
x

2.4.3 Dérivabilité à gauche et à droite*

Dénition 2.4.2. Dérivabilité à gauche et à droite


f (x) − f (x0 )
On dit que f est dérivable à gauche (resp. dérivable à droite) en x0 si la fonction τ (x) =
x − x0
a une limite à gauche (resp. à droite).
On note cette limite fg0 (x0 ) (resp. fd0 (x0 )).

Proposition 2.4.5. Dénition alternative de la dérivabilité en un point


La fonction f est dérivable en x si et seulement si :
0

f 0 (x0 ) = fg0 (x0 ) = fd0 (x0 )

2.4.4 Règle de l'Hôpital

Théorème 2.4.6. Règle de l'Hôpital


Soient f et g deux fonctions dérivables dans un voisinage épointé de x . On suppose que f et g admettent
0

27
en x toutes deux la même limite nulle ou toutes deux des limites innies. Alors si possède une limite
f0

l en x , il en est de même de , et l'on a :


0 g0
f
0 g
   0
f f
lim (x) = lim (x) = l
x→x0 g x→x0 g0

Exercice 2.4.2.
Calculer les limites :

lim x ln(x)
x→0
exp(x) − 1
lim
x→0 sin(x)

2.4.5 Dérivées successives

Dénition 2.4.3. Dérivées successives


Pour n ∈ N , on dénit, si c'est possible, la dérivée n-ème f (n) de f par la récurrence :
 0
f (0) = f, f (n+1) = f (n)

Proposition 2.4.7.
Si f a une dérivée n-ème on dit que f est n fois dérivable. Si, pour tout n ∈ N, f a une dérivée n-ème,
on dit que f est indéniment dérivable.
Exercice 2.4.3.
Calculer la n-ième dérivée de la fonction :

f (x) = exp(2x)

pour n ∈ N.

2.4.6 Extremum local

Dénition 2.4.4. Extremum local


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I , et x0 un point intérieur à I .
On dit que f admet un extremum local en x0 , s'il existe un intervalle ouvert J centré en x0 tel que,
∀x ∈ J la fonction f (x) − f (x0 ) garde un signe constant.
Il s'agit d'un minimum si f (x) − f (x0 ) > 0, ou d'un maximum si f (x) − f (x0 ) 6 0.

Proposition 2.4.8. Condition nécessaire d'optimalité


Si f est dérivable en x et si f admet un extremum local en x , alors :
0 0

f 0 (x0 ) = 0

28
ATTENTION !
La réciproque est fausse. Exemple : la fonction x → x3 .

f(x)
100

50

x
-10 -5 5 10

-50

-100

Figure 2.6  Graphe de la fonction f (x) = x3

Proposition 2.4.9. Condition susante d'optimalité


Supposons que x est un point critique de f (c'est-à-dire f (x ) = 0), et f (x ) existe. Alors :
0 00

 Si f (x ) > 0 alors x est un minimum local de f .


0 0 0
00

 Si f (x ) < 0 alors x est un maximum local de f .


0 0
00

 Si f (x ) = 0 on ne peut pas conclure.


0 0
00
0

Exercice 2.4.4.
Calculer les extremums de la fonction :

f (x) = x ln(x) + (1 − x) ln(1 − x)


et déterminer leurs natures.

29
2.5 Développement limité

2.5.1 Dénition

Dénition 2.5.1. Développement limité en un point


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I , soit x0 ∈ I et n ∈ N. On dit que f a un développement
limité d'ordre n en x0 s'il existe des réels c0 , c1 , ..., cn et une fonction  continue et nulle en 0 tel
que :
f (x) = c0 + c1 (x − x0 ) + c2 (x − x0 )2 + ... + cn (x − x0 )n + (x − x0 )n (x − x0 )
pour tout x ∈ I .

Remarque 2.5.1.
 On note  n'importe quelle fonction continue et nulle en 0.
 Quand x s'approche x0 , chaque terme du développement limité devient négligeable devant le
terme qui le précède.
 Le reste (x − x0 )n (x − x0 ) est indispensable. En l'oubliant on arme que la fonction f est un
polynôme de degré n ce qui est faux en général.

Proposition 2.5.1.
Soit f une fonction dénie sur un intervalle I et x ∈ I . Si f admet un développement limité d'ordre
n en un point x alors ce développement est unique.
0
0

Théorème 2.5.2. Formule de Taylor-Young


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I et soit x ∈ I . Si f est n fois dérivable en x , alors f a
un développement limité d'ordre n en x donné par :
0 0
0

(x − x0 )2
f (x) = f (x0 ) + f 0 (x0 )(x − x0 ) + f 00 (x0 ) + ...
2
(x − x0 )n
+ f (n) (x0 ) + (x − x0 )n (x − x0 )
n!

Développement usuels en zero :

30
1
= 1 + x + x2 + ... + xn + xn (x)
1−x
x2 xn
ln(1 + x) = x − + ... + (−1)n−1 + xn (x)
2 n
x2 xn
ln(1 − x) = −x − − ... − + xn (x)
2 n
x2 x4 x2n
cos(x) = 1 − + − ... + (−1)n + x2n+1 (x)
2! 4! (2n)!
x3 x5 x2n−1
sin(x) = x − + − ... + (−1)n−1 + x2n (x)
3! 5! (2n − 1)!
x2 xn
exp(x) = 1 + x + + ... + + xn (x)
2 n!
α(α − 1) 2 α(α − 1)...(α − n + 1) n
(1 + x)α = 1 + αx + x + ... + x + xn (x)
2 n!

2.5.2 Opérations algébriques et composition

Remarque 2.5.2.
1. Il est inutile de conserver des termes plus petit que le reste. Exemple :
Si p > n alors xp + xn (x) = xn (x) et xp (x) + xn (x) = xn (x).
2. la composée d'une fonction  et d'une fonction tendant vers 0 est une fonction tendant vers 0
est une fonction (x). Exemple :
Soit u une fonction telle que limx→0 u(x) = 0, alors (u)(x) = (x).

2.5.3 Développement limité à gauche et à droite*

Dénition 2.5.2. Développement limité à gauche et à droite


Soit f une fonction dénie sur un intervalle ouvert I et soit x0 un point de I . On dit que la fonction f a
un développement limité d'ordre n à gauche (resp. à droite) en x0 si sa restriction à l'intervalle
I ∩ ]−∞, x0 [ (resp. I ∩ ]x0 , +∞[) a un développement limité d'ordre n en x0 .

Proposition 2.5.3. Caractérisation d'un développement limité


Soit f une fonction dénie sur un intervalle ouvert I et soit x un point de I . On dit que la fonction
f a un développement limité d'ordre n en x si et seulement si f a un développement limité d'ordre n
0

à gauche et à droite en x et ces développements limités sont égaux.


0
0

2.5.4 Applications

1. Calcul de limites :

Exercice 2.5.1.
ln(1 + x)
Calculer la limite lim .
x→0 x

31
2. Tangente d'une courbe :

L'équation de la tangente de la courbe Γ d'équation y = f (x) au point X = (x0 , f (x0 )) est


donnée par y = f (x0 ) + f 0 (x0 )(x − x0 ).
 Si f 00 (x0 ) > 0 alors la tangente est en dessous de f au voisinage de X .
 Si f 00 (x0 ) < 0 alors la tangente est au dessus de f au voisinage de X .

Exercice 2.5.2.
exp(x) + exp(−x)
Étudier la position de la tangente de la courbe de f (x) = à l'origine.
2

32
Chapitre 3

Étude globale d'une fonction

3.1 Fonction continue sur un intervalle

3.1.1 Dénition

Dénition 3.1.1. Fonction continue sur un intervalle


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I . On dit que f est continue sur I si f est continue en
tout point de I .

Formellement on écrit :

∀x0 ∈ I, ∀ > 0, ∃η > 0, ∀x ∈ I, |x − x0 | < η =⇒ |f (x) − f (x0 )| < 

3.1.2 Opérations algébriques

Théorème 3.1.1. Continuité et opérations algébriques


Soient f et g deux fonctions dénies et continues sur un intervalle I . Les fonctions f + g et f g sont
continues sur I . Si la fonction g ne s'annule pas sur I , la fonction est continue sur I .
1
g

Théorème 3.1.2. Continuité et composition


Soit f une fonction dénie et continue sur un intervalle I et soit g une fonction dénie et continue
sur un intervalle J qui contient f (I). Alors la fonction g ◦ f est dénie et continue sur I .
Théorème 3.1.3. Continuité des fonctions usuelles
 Les fonctions polynômes sont continues sur R.
 La fonction logarithme est continue sur ]0, +∞[.
 La fonction exponentielle est continue sur R.
 Les fonctions sinus et cosinus sont continues sur R.

33
Corollaire 3.1.4. Continuité des fonctions usuelles
Les fonctions construites à partir des fonctions usuelles par opérations algébriques et composition sont
continues sur tout intervalle où elles sont dénies :
 Les fractions rationnelles x → sont continues sur tout intervalle où le polynôme Q ne
P (x)

s'annule pas. Q(x)

 La fonction tangente est continue sur tout intervalle (2k − 1) , (2k + 1) , k ∈ Z.


π π

 Les fonctions x → x , ∀a ∈ R, sont continues sur ]0, +∞[.


a
2 2

Exercice 3.1.1.
Étudier la continuité de la fonction :


x ln(x)
 x>0
f (x) = 0 x=0

sin(x) x<0

3.1.3 Théorème des valeurs intermédiaires

Théorème 3.1.5. Théorème des valeurs intermédiaires - Première forme


Soit f une fonction dénie et continue sur un intervalle [a, b]. Si f (a)f (b) 6 0 (c'est-à-dire si f (a) et
f (b)ont des signes contraires) alors il existe un point c ∈ [a, b] tel que f (c) = 0.
Théorème 3.1.6. Théorème des valeurs intermédiaires - Deuxième forme Soient I un inter-
valle réel, et f : I → R une fonction dénie et continue sur I . Alors l'image f (I) de l'intervalle I par
f est un intervalle de R.

Théorème 3.1.7. Théorème de Weierstrass


L'image d'un intervalle fermé borné par une fonction continue est un intervalle fermé borné.
Exercice 3.1.2.
Soit la fonction f (x) = x ln(x) − x. Montrer que l'équation f (x) = 0 admet une solution.

34
3.2 Fonction dérivable sur un intervalle

3.2.1 Dénition

Dénition 3.2.1. Fonction dérivable sur un intervalle


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I . On dit que f est dérivable sur I si f est dérivable en
tout point de I .
On dénit alors la fonction f 0 , dérivée de f par :
f 0 : I → R x → f 0 (x)

3.2.2 Opérations algébriques et composition

Théorème 3.2.1. Dérivabilité en un point et opérations algébriques


Soit f et g deux fonctions dérivables sur un intervalle I . Alors les fonctions f + g et f g, et si g ne
s'annule pas sur I , sont dérivables sur I et l'on a :
f
g

(f + g)0 = f 0 + g 0
(f g)0 = f 0 g + f g 0
 0
f f 0g − f g0
=
g g2

Théorème 3.2.2. Dérivabilité des fonctions composées


Soient f et g deux fonctions dérivables respectivement sur des intervalles I et J tel que f (I) ⊂ J . La
fonction f ◦ g est dérivable sur I et l'on a :
(g ◦ f )0 = (g 0 ◦ f )f 0

3.2.3 Dérivées successives

Dénition 3.2.2. Dérivées successives


Pour n ∈ N , on dénit, si elle existe, la dérivée n-ème f (n) de f sur I par la récurrence :
 0
f (0) = f, f (n+1) = f (n)

Proposition 3.2.3. Dérivées successives


Si f a une dérivée n-ème sur I on dit que f est n fois dérivable sur I , on dit que f est indéniment
dérivable sur I .

Proposition 3.2.4. Formule de Leibniz


Si f et g sont des fonctions n-fois dérivables sur I , alors la fonction f g est n-fois dérivable sur I et :
n  
(n)
X n (k) (n−k)
(f g) = f g
k
k=0
   
(n) n (n−1) 0 n (p) (n−p)
=f g+ f g + ... + f g + ... + f g (n)
1 p

35
avec
 
n n!
=
k k!(n − k)!

Exercice 3.2.1.
Calculer la dérivée n-ième de la fonction f (x) = x2 exp(x).

3.2.4 Théorème et inégalité des accroissements nis

Théorème 3.2.5. Théorème de Rolle


Soit f une fonction dénie sur un intervalle [a, b] à valeurs réelles et vériant :
1. f est continue sur [a, b].
2. f est dérivable sur ]a, b[.
3. f (a) = f (b).
Alors il existe un point c ∈ ]a, b[ tel que f (c) = 0.
0

Démonstration. On cherche à montrer que f admet un extremum sur [a, b]. Nous savons que : f ([a, b]) =
[m, M ] est un intervalle fermé borné. On distingue deux cas :
 f est constante =⇒ f 0 = 0, donc tout c ∈ ]a, b[ convient.
 ou bien M > f (a) = f (b) ou bien f (a) = f (b) > m. Dans le premier cas (le 2-ème cas se traite
de manière analogue) ∃c ∈ ]a, b[ tel que f (c) = M , donc f admet un maximum local en c, et
puisque f est dérivable sur ]a, b[ on conclut que f 0 (c) = 0.

Théorème 3.2.6. Théorème des accroissements nis


Soit f une fonction dénie sur un intervalle [a, b] à valeurs réelles et vériant :
1. f est continue sur [a, b].
2. f est dérivable sur ]a, b[.
Alors il existe un point c ∈ ]a, b[ tel que f (b) − f (a) = f (c)(b − a).
0

Démonstration. Soit la fonction φ dénie sur [a, b] par :


f (b) − f (a)
φ(x) = f (x) − f (a) − (x − a)
b−a
On verie que :
1. φ est continue sur [a, b].
2. φ est dérivable sur ]a, b[.
3. φ(a) = φ(b) = 0.
D'après le théorème de Rolle, il existe un point c ∈ ]a, b[ tel que φ0 (c) = 0, d'où f (b) − f (a) =
f 0 (c)(b − a).

Théorème 3.2.7. Inégalité des accroissements nis


Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I . On suppose que la dérivée de f est bornée sur I ,
c'est-à-dire, ∃M ∈ R, ∀x ∈ I, |f (x)| 6 M . alors :
0

∀x ∈ I, ∀y ∈ I |f (x) − f (y)| 6 M |x − y|

36
Exercice 3.2.2.
Appliquer le théorème de Rolle à la fonction f (x) = x2 et trouver le point c tel que f 0 (c) = 0.

Théorème 3.2.8. Étude de la variation d'une fonction


Soit f une fonction dérivable sur un intervalle I .
 La fonction f est constante sur I si et seulement si f (x) = 0, ∀x ∈ I .
0

 La fonction f est croissante (resp. décroissante) sur I si et seulement si f (x) > 0, ∀x ∈ I


0

(resp. f (x) 6 0, ∀x ∈ I ).
0

 La fonction f est strictement croissante (resp. strictement décroissante) sur I si f (x) > 0, ∀x ∈
0

I (resp. f (x) < 0, ∀x ∈ I ).


0

Exercice 3.2.3.
Étudier les variations de la fonction f (x) = x ln(x).

3.2.5 Formule de Taylor-Lagrange

Théorème 3.2.9. Formule de Taylor-Lagrange


Soit f une fonction dénie sur un intervalle [a, b] ⊂ R. On suppose que :
1. f est n-fois dérivable sur [a, b].
2. La dérivée n-ème de f est continue sur [a, b] et dérivable sur ]a, b[.
Alors, il existe un point c de l'intervalle ]a, b[ tel que :
f 00 (a)
f (b) = f (a) + f 0 (a)(b − a) + (b − a)2 + ...
2
f (n) (a) f (n+1) (c)
+ (b − a)n + (b − a)n+1
n! (n + 1)!

Exercice 3.2.4. Somme d'une série


Montrer que pour tout réel x :

xn
 
lim 1 + x + ... + = exp(x)
n→+∞ n!

37
3.3 Fonctions convexes

3.3.1 Dénitions

Dénition 3.3.1. Partie convexe


Une partie E de R2 est dite convexe si, quels que soit le couple de points (A, B) de E , le segment
[A, B] est contenu dans E .

Dénition 3.3.2. Épigraphe d'une fonction


Soit f une fonction dénie sur I à valeurs dans R. On appelle épigraphe de f la partie Ef de I × R
qui se situe "au-dessus du graphe", c'est-à-dire, qui est dénie par :

Ef = {(x, y) ∈ I × R, y > f (x)}

Dénition 3.3.3. Fonction convexe


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I . On dit que f est convexe sur I si, quels que soient le
couple de points (x1, x2) de l'intervalle I et quelque soit le nombre réel α de l'intervalle [0, 1], on a :

f (αx1 + (1 − α)x2 ) 6 αf (x1 ) + (1 − α)f (x2 )

Dénition 3.3.4. Fonction concave


On dit que la fonction f est concave si la fonction −f est convexe.

3.3.2 Opérations préservant la convexité

Proposition 3.3.1. Somme de fonctions convexes


Soient f et g deux fonctions convexes dénies sur un intervalle I . Alors f + g est convexe.
Proposition 3.3.2. Composition de fonctions convexes
Soient f et g deux fonctions convexes dénies sur un intervalle I . Supposons de plus que g est croissante.
Alors g ◦ f est convexe.
3.3.3 Propriétés

Théorème 3.3.3. Fonction convexe - Première caractérisation


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I . La fonction f est convexe sur I si et seulement si
l'épigraphe E est convexe.
f

Théorème 3.3.4. Fonction convexe - Inégalité de Jensen


Soient f une fonction dénie et convexe sur un intervalle I . Soit x , x , ..., x des points de I et soit
α , α , ..., α des réels strictement positifs tels que α = 1. On a alors :
1 2 n
P n
1 2 n i=1 i

n
X n
X
f( αi xi ) 6 αi f (xi )
i=1 i=1

38
Théorème 3.3.5. Fonction convexe - Deuxième caractérisation
Soit f une fonction dénie sur un intervalle I .
 La fonction f est convexe sur l'intervalle I si et seulement si sa dérive seconde f est positive
00

sur I .
 La fonction f est concave sur l'intervalle I si et seulement si sa dérive seconde f est négative
00

sur I .
3.3.4 Extremum

Dénition 3.3.5. Extremum globale


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I de R. Soit x0 un point de I .
On dit que f admet un maximum (resp. minimum) global en x0 sur I si et seulement si :

∀x ∈ I, f (x) 6 f (x0 ) resp. f (x) > f (x0 )

Théorème 3.3.6. Extremum d'une fonction convexe


Soit f convexe sur I .
 Si f admet un minimum local en x , alors c'est un minimum global.
 Si un minimum local (donc global) est atteint en deux points x < x , alors f est constante sur
0

[x , x ].
1 2
1 2

3.3.5 Fonction strictement convexes

Dénition 3.3.6. Fonction strictement convexe


Soit f une fonction dénie sur un intervalle I . On dit que f est strictement convexe sur I si, quels
que soient le couple de points (x1, x2) de l'intervalle I avec x1 6= x2 ,et quelque soit le nombre réel α
de l'intervalle ]0, 1[, on a :

f (αx1 + (1 − α)x2 ) < αf (x1 ) + (1 − α)f (x2 )

Dénition 3.3.7. On dit que la fonction f est strictement concave si la fonction −f est strictement
convexe.

Théorème 3.3.7. Fonction strictement convexe - Caractérisation


Soit f une fonction dénie et dérivable sur un intervalle ouvert I .
 Si f (x) > 0 pour tout x ∈ I , alors f est strictement convexe sur I .
00

 Si f (x) < 0 pour tout x ∈ I , alors f est strictement concave sur I .


00

Théorème 3.3.8. Extremum d'une fonction strictement convexe


Soit f strictement convexe sur I .
Si f admet un minimum global en x , alors c'est un minimum unique.
0

39
3.3.6 Point d'inexion

Dénition 3.3.8. Point d'inexion


Soit f : I → R une fonction dérivable en x0 ∈ I . On dit que f admet un point d'inexion en x0 si le
graphe de f traverse sa tangente au point (x0 , f (x0 )), c'est-à-dire que f (x) − f (x0 ) − f 0 (x0 )(x − x0 )
change de signe en x0 .

Théorème 3.3.9. Point d'inexion - Caractérisation


Soit f une fonction dénie et deux fois dérivable sur I , et soit x ∈ I .
0

 Si f admet un point d'inexion en x , alors f (x ) = 0. 00

 Si f (x ) s'annule en changeant de signe, alors x est un point d'inexion.


0 0
00
0 0

Exercice 3.3.1.
Étudier la convexité des fonctions suivantes :

x → |x|
x → x2
x → exp(x)

Exercice 3.3.2. La moyenne arithmétique


On dispose d'une série de valeurs x1 , x2 , . . . , xn et on souhaite les résumer en une seule valeur x̄ qu'on
appellera la moyenne. On choisit donc x̄ comme la valeur qui minimise les distance au carrés, c'est-
à-dire, la solution du problème :

n
X
min (xi − x)2
x∈R
i=1

Trouver ce point de minimum.

40
3.4 Intégration*

3.4.1 Point de départ

Problème :

Soient I un intervalle de R, f une application de I dans R+ , a et b deux points de l'intervalle I tels


que a < b. On note :
Ea,b (f ) = {(x, y) ∈ R2 , a 6 x 6 b, 0 6 y 6 f (x)}
Rb
et on cherche à attribuer une mesure a f (x)dx de l'aire de Ea,b (f ).

Rb
Figure 3.1  a f (x)dx.

Rb
Figure 3.2  a f (x)dx.

Solution :

1. Découper l'intervalle [a, b].


2. Encadrer la fonction f par des fonctions constantes sur chaque sous-intervalle.
3. Additionner les aires correspondantes.

41
3.4.2 Construction de l'intégrale de Riemann

Soit mi = min[xi ,xi+1 ] f (x), Mi = max[xi ,xi+1 ] f (x), et σ une subdivision de l'intervalle, on dénit les
sommes de Darboux supérieures et inférieures :
n
X (b − a)
S[a,b] (f, σ) = Mi
n
i=1
n
X (b − a)
s[a,b] (f, σ) = mi
n
i=1

Figure 3.3  Somme de Darboux supérieure

Figure 3.4  Somme de Darboux inférieure

Si pour une certaine subdivision σ on a égalité de ces deux sommes alors on dénit l'intégrale de
Riemann de f entre a et b par :
Z b
f (x)dx = S[a,b] (f, σ) = s[a,b] (f, σ)
a

3.4.3 Fonction monotones, fonctions continues

Proposition 3.4.1. Intégrale des fonction monotones, intégrale des fonction continues
Toute application f dénie et monotone sur [a, b] est intégrable sur [a, b] au sens de Riemann.
42
Proposition 3.4.2. Toute application f dénie et continue sur [a, b] est intégrable sur [a, b] au sens
de Riemann.
3.4.4 Propriétés

Dénition 3.4.1. Valeur moyenne d'une fonction


Soit f une application intégrable sur [a, b].
b
Le nombre a b−a s'appelle la valeur moyenne de f sur [a, b]. Il représente la valeur d'une application
R
f (x)dx

constante sur [a, b] de même intégrale que f .

Figure 3.5  Valeur Moyenne de f .

Proposition 3.4.3. Propriétés de l'intégrale


 Relation de Chasles : f est intégrable sur [a, b] si et seulement si, ∀c ∈ ]a, b[, f est intégrable
sur [a, c] et sur [c, b]. Et on a :
Z b Z c Z b
f (x)dx = f (x)dx + f (x)dx

 Linéarité : Soient f et g deux applications intégrables sur [a, b] et λ ∈ R.


a a c

Z b Z b Z b
(f + g)(x)dx = f (x)dx + g(x)dx
a a a
Z b Z b
(λf )(x)dx = λ f (x)dx
a a

 Inégalités : Si f 6 g, alors :
Z b Z b
f (x)dx 6 g(x)dx

En particulier :
a a

Z b Z b
| f (x)dx| 6 |f (x)|dx
a a

Si 0 6 f alors 0 6 f (x)dx
Z b

Si m 6 f 6 M alors m(b − a) 6 f (x)dx 6 M (b − a)


Z b

43
 Cauchy-Schwarz : Si f et g sont continues sur [a, b], alors :
Z b 2 Z b Z b
2
f (x)g(x) dx 6 (f (x)) dx (g(x))2 dx
a a a

Proposition 3.4.4. Intégrale nulle


Soit f continue sur [a, b] telle que
R b
a f (x)dx =0 .
Alors :
f (x) = 0 ∀x ∈ [a, b]

3.4.5 Primitive et intégrale dénie

Proposition 3.4.5. Dénition d'une primitive


Soit f une fonction de I dans R.
On dit que F est une primitive de f sur I si F est dérivable sur I et :
F 0 (x) = f (x), ∀x ∈ I

Théorème 3.4.6. Primitive et intégrale d'une fonction


Soit f dénie Rsur I . Si f est intégrable sur [a, b] de I , alors la fonction dénie sur [a, b] par : ∀x ∈
f (t)dt est continue sur l'intervalle [a, b].
x
[a, b] , F (x) =
Si de plus f est continue alors F est une primitive de f sur [a, b].
a

3.4.5.0.1 Primitives usuelles :


Théorème 3.4.7. Primitive et intégrale d'une fonction
Soit f une fonction continue sur [a, b] et si F est une primitive de f sur [a, b], alors :
Z b
f (x)dx = F (b) − F (a)
a

44
f (x) Intervalle de continuité I Primitives sur I
xn+1
xn , n ∈ N R +c
n+1
1 x1−n
, n ∈ N \ {1} R∗ +c
xn 1−n
1
R∗ ln |x| + c
x
exp(x) R exp(x) + c
ax
ax , a > 0, a 6= 1 R +c
ln(a)
sin(x), n ∈ N R − cos(x) + c
cos(x), n ∈ N R sin(x) + c

Théorème 3.4.8. Première formule de la moyenne


Soit f une fonction continue sur [a, b]. Alors ∃c ∈ [a, b] tel que :
Rb
a f (x)dx
f (c) =
b−a

3.4.6 Intégration par parties

Théorème 3.4.9. Intégration par parties


Si f et g sont deux applications dérivables sur [a, b], de dérivées continues. Alors :
Z b Z b
0
f (x)g (x)dx = [f (x)g(x)]ba − f 0 (x)g(x)dx
a a

ExerciceR 3.4.1.
b Rb
Calculer a ln(x)dx pour a > 0 et a x sin(x)dx.

3.4.7 Changement de variables

Théorème 3.4.10. Changement de variables


Soit φ une fonction dérivable et de dérivée continue sur l'intervalle [a, b], et soit f une fonction dénie
et continue sur J tel que φ([a, b]) ⊂ J . Alors :
Z b Z φ(b)
0
f (φ(x))φ (x)dx = f (u)du
a φ(a)

ExerciceR 3.4.2.
3
Calculer 2 x ln(x) dx.
1

45
Chapitre 4

Fonction de plusieurs variables

4.1 Généralités

4.1.1 Dénition

Dénition 4.1.1. Fonction de plusieurs variables


Une fonction de plusieurs variable est une application f d'une partie D de Rp à valeurs dans Rq . elle
vérie :

f : Rp −→ Rq
(x1 , x2 , ..., xp ) −→ f (x1 , x2 , ..., xp )

Exemple 4.1.1. Courbe gauche.


Soit le cas p = 1 et q = 2.
Dans ce cas, la fonction f est dénie sur un intervalle I de R et à valeurs dans R2 . On a donc :

f (x) = (f1 (x), f2 (x))


où f1 et f2 sont des fonctions (d'une variable) dénies sur I et à valeur dans R.
Le graphe de la fonction f est :

Gf = {(x, f (x))|x ∈ I} = {(x, f1 (x), f2 (x))|x ∈ I}

Il s'agit d'une courbe gauche.

46
Figure 4.1  Courbe gauche de la fonction f (x) = (sin(x), cos(x)).

Exemple 4.1.2. Surface de l'espace.


Soit le cas p = 2 et q = 1.
Dans ce cas, la fonction f est dénie sur un domaine D ⊂ R2 et à valeurs dans R. On a donc :

f (x) = f (x, y)
où (x, y) est un point de D et où f (x, y) est un nombre réel.

Le graphe de la fonction f est :

Gf = {(x, y, f (x, y))|(x, y) ∈ D}


C'est une surface de l'espace, d'équation z = f (x, y).

Figure 4.2  Surface de l'espace d'équation z = sin(x + y 2 ).

4.1.2 Lignes de niveau

Dénition 4.1.2. Lignes de niveau


Soit f : D ∈ Rn → R une fonction de plusieurs variables, dénie dans le domaine D de Rn , à valeurs
dans R. Pour chaque nombre réel c, l'ensemble des n-uplets (x1 , ..., xn ) de nombres réels tels que

f (x1 , ..., xn ) = c
est appelé ligne de niveau c de la fonction f .

47
Remarque 4.1.1.
Une ligne de niveau est une partie de Rn .
 Elle peut être vide (par exemple, pour la fonction f (x, y) = 1 − x2 − y 2 et le nombre c = 2).
 Elle peut être tout le plan (pour une fonction constante).
 Dans le cas de R2 on l'appelle courbe de niveau.
 Dans le cas de R3 on l'appelle surface de niveau.

Exemple 4.1.3. Fonction de deux variables.


Soit le cas p = 2 et q = 1. On considère la fonction d'utilité de type Cobb-Douglas dénie par
U (x, y) = xα y 1−α

où x et y désignent la quantité consommée de deux biens, et où α est une constante telle que
0 < α < 1.

0
0 1 2 3 4 5
x

Figure 4.3  Graphe de la fonction Cobb- Figure 4.4  Courbes de niveau de la fonction
Douglas pour α = 0.3. Cobb-Douglas pour α = 0.3.

Exercice 4.1.1.
Tracer les lignes de niveau des fonctions suivantes :

f1 (x, y) = x + y
f2 (x, y) = min(x, y)
f3 (x, y) = max(x, y)

48
4.2 Domaine de dénition

Dénition 4.2.1. Domaine de dénition


Soit f une fonction de plusieurs d'une partie D de Rn à valeurs dans R. Le domaine de dénition f
peut :
1. résulter des contraintes du calcul.
2. être imposé a priori.

Exemple 4.2.1. f (x, y) = ln(xy).


Le domaine de dénition de la fonction (c'est-à-dire, ici, l'ensemble des valeurs des variables x et y pour
lesquelles on peut eectuer le calcul indiqué dans la formule) est D = D+ ∪ D− où D+ = {(x, y); x >
0, y > 0}, est le quart de plan supérieur droit et où D− = {(x, y); x < 0, y < 0}, est le quart de
plan inférieur gauche.

Exemple 4.2.2. g(x, y) = ln(x) + ln(y).


Le domaine de dénition de la fonction est D+ = {(x, y); x > 0, y > 0}. Remarquons que f (x, y) =
g(x, y), on dit que la fonction g est la restriction de la fonction f à D+ .

Exercice 4.2.1. √
Donner le domaine de dénition de la fonction f (x, y) = x − y.

49
4.3 Limites et continuité*

4.3.1 Norme euclidienne, produit scalaire et matrice

Dénition 4.3.1. Norme euclidienne


Soit x = (x1 , ..., xn ) un vecteur de Rn . On dénit la norme euclidienne comme étant la fonction k . k
à valeurs réelles qui vérie :

k . k: Rn −→ R
v
u n
uX
(x1 , ..., xn ) −→ t xi 2
i=1

Dénition 4.3.2. Produit scalaire


Soit x = (x1 , ..., xn ) et x = (y1 , ..., yn ) deux vecteurs de Rn . On dénit le produit scalaire comme
étant la fonction ≺ ., .  de Rn × Rn à valeurs réelles qui vérie :

≺ ., .  : Rn × Rn −→ R
n
X
(x, y) −→ xi yi
i=1

Notation.
On note aussi x.y le produit scalaire.

Dénition 4.3.3. Matrices


Soit deux entiers n et p supérieurs ou égales à 1. On appelle matrice de type (n, p) à coecients dans
R, un tableau rectangulaire à n lignes et p colonnes d'éléments de R.

4.3.2 Limite

Dénition 4.3.4. Limite en un point


Soit f : D ⊂ Rn → R, une fonction dénie sur un domaine D de Rn et à valeurs dans R. On dit que f
admet une limite l au point X0 ∈ Rn si :

∀ > 0, ∃η > 0, ∀X ∈ D, k X − X0 k< η ⇒k f (X) − l k< 

et on note

lim f (X) = l
X→X0

4.3.3 Continuité

Dénition 4.3.5. Continuité en un point


Soit f : D ⊂ Rn → R, une fonction dénie sur un domaine D de Rn et à valeurs dans R. On dit que f
est continue au point X0 ∈ Rn si :

∀ > 0, ∃η > 0, ∀X ∈ D, k X − X0 k< η ⇒k f (X) − f (X0 ) k< 

50
et on note

lim f (X) = f (X0 )


X→X0

Dénition 4.3.6. Continuité


Soit f : D ⊂ Rn → R, une fonction dénie sur un domaine D de Rn et à valeurs dans R. On dit que f
est continue sur D si elle est continue en chaque point de D.

Proposition 4.3.1. Continuité et opération algébriques


Soit f et g des fonctions dénies dénie sur le même domaine D de R et à valeurs dans R et continues
n

sur D.
Les fonctions f + g et f g sont dénies et continues sur D.
Si la fonction g ne s'annule pas sur D, la fonction est dénie et continue sur D.
1
g

Proposition 4.3.2. Continuité et composition


Soit f une fonction dénie et continue sur un domaine D de R et à valeurs dans R et soit g une
n

fonction dénie et continue sur un domaine E de R et à valeurs dans R.


On suppose que f (D) est contenu dans E. Alors la fonction composée g ◦ f est dénie et continue sur
le domaine D.
Exercice 4.3.1.
x2
Étudier la continuité de la fonction f (x, y) = .
x2 + y 2

51
4.4 Dérivabilité et dérivées partielles

4.4.1 Dérivées partielles

Dénition 4.4.1. Dérivée partielle


Soit f une fonction dénie sur une partie D de Rn et à valeur dans R et soit A = (a1 , ..., an ) un point
de D.
La dérivée partielle de f en A par rapport à la i-ème variable xi est, si elle existe, la dérivée de la
fonction d'une seule variable xi ∈ R dénie par x → f (a1 , ..., ai−1 , xi , ai+1 , ..., an ) au point aj . Et on
note
∂f f (a1 , ..., ai−1 , ai + h, ai+1 , ..., an ) − f (A)
(A) = lim
∂xi h→0 h

Proposition 4.4.1. *
Soit f une fonction dénie sur une partie D de R et à valeur dans R et soit A = (a , ..., a ) un point
n

de D.
1 n

Si f admet des dérivées partielles continues en A, alors elle est dérivable en A et on a :


f (X) = f (x1 , ..., xn )
∂f ∂f
(A)(x1 − a1 ) + ... +
= f (a1 , ..., an ) + (A)(xn − an )
∂x1 ∂xn
+ k X − A k (x1 − a1 , ..., xn − an )

où k X − A k= p(x − a ) + ... + (x − a ) est la distance entre les points x et A et où  est une


2 2

fonction (de deux variables) continue et nulle en (0, ..., 0).


1 1 n n

4.4.2 Vecteur gradient

Dénition 4.4.2. Vecteur gradient


Soit f une fonction dénie sur une partie D de Rn et à valeur dans R et soit A = (a1 , ..., an ) un point
de D.
On appelle vecteur gradient de f en A le vecteur des dérivées partielles en A, c'est-à-dire :
 
∂f
(a 1 , ..., a n )
 ∂x1
.

 
∇f (A) =  .
 

.
 
 
∂f
∂xn (a1 , ..., an )

4.4.3 Dérivées partielles d'ordre 2

Dénition 4.4.3. Dérivée partielle


Soit f une fonction dénie sur une partie D de Rn et à valeur dans R et soit A = (a1 , ..., an ) un point
de D.
∂f ∂f
Lorsque la dérivée partielle est dénie au voisinage d'un point, et si elle admet elle-même
∂xj ∂xi

52
des dérivées partielles d'ordre 1 en ce point par rapport à la variable xj , on les appelles dérivées
partielles d'ordre 2 ou secondes et on note
∂2f
(A)
∂xi ∂xj

Théorème 4.4.2. Théorème de Schwarz*


Si f admet des dérivées partielles secondes continues sur un ouvert U ⊂ R , alors on a en tout point
n

x de U :
2
∂ f ∂ f 2
(x) = (x)
∂xi ∂xj ∂xj ∂xi

4.4.4 Matrice hessienne

Dénition 4.4.4. Matrice hessienne


Soit f : D ⊂ Rn → R, une fonction dénie sur un domaine D de Rn et à valeurs dans R.

On appelle Matrice hessienne de f en A = (a1 , ..., an ) la matrice des dérivées partielles d'ordre 2 (si
elles existent) en A, c'est-à-dire :
 ∂2f ∂2f

2 (A) ... ∂x1 ∂xn (A)
 ∂x1
. .

 
Hf (A) =  . ... .
 

. .
 
 
2
∂ f 2
∂ f
∂xn ∂x1 (A) ... ∂xn 2
(A)

Exercice 4.4.1.
Calculer le gradient et la matrice hessienne de la fonction f (x, y) = exp (x − y)2 .


53
Chapitre 5

Introduction à l'optimisation

5.1 Optimisation libre des fonctions de deux variables

5.1.1 Condition du premier ordre

Dénition 5.1.1. Point critique


∂f ∂f
Soit f une fonction de deux variables possédant des dérivées partielles et sur un domaine
∂x ∂y
D ⊂ R2 . P0 = (x0 , y0 ) appartenant à l'intérieur de D est appelé point critique si
∇f (P0 ) = 0

Proposition 5.1.1. Condition du premier ordre


Si f possède des dérivées partielles continues dans un voisinage d'un point P = (x , y ) situé à l'in-
térieur de son domaine de dénition et si P est un extremum local de f alors P est un point
0 0 0

critique.
0 0

5.1.2 Condition du second ordre

Proposition 5.1.2. Condition du second ordre


Si f possède des dérivées partielles de second ordre continues dans un voisinage d'un point P = (x0 , y0 )
situé à l'intérieur de son domaine de dénition. et si P est un point critique de f .
0
0

Posons a = ∂∂xf (P ), b = ∂x∂y (P ) et c = (P ).


2 2
∂ f 2
∂ f
0 0 0

 Si a ∗ b − c > 0 et a > 0, alors P est un point de minimum local.


2 ∂y 2
2

 Si a ∗ b − c > 0 et a < 0, alors P est un point de maximum local.


0
2

 Si a ∗ b − c < 0, alors P est un point selle.


0
2

 Sinon on ne peut pas conclure.


0

54
5.1.3 Convexité

Proposition 5.1.3. Convexité


Soit f possède des dérivées partielles de second ordre sur une partie convexe D de R . 2

Posons a = ∂∂xf (x, y), b = ∂x∂y (x, y) et c = (x, y). Alors :


2 ∂ f 2 ∂ f 2

 f est convexe si a ∗ b − c > 0 et a > 0 pour tout (x, y) de D.


2 ∂y 2
2

 f est concave si a ∗ b − c > 0 et a 6 0 pour tout (x, y) de D.


2

Théorème 5.1.4. Extremum d'une fonction convexe


Soit f convexe sur I et P un point critique de f .
 Si f est convexe, alors c'est un point de minimum global.
0

 Si f est concave, alors c'est un point de maximum global.


Exercice 5.1.1. Moindres carrés
On dispose de n points du plan R2 (x1 , y1 ), (x2 , y2 ), . . . , (xn , yn ) et on souhaite dénir une relation
linéaire qui représente le mieux possible la relation entres les xi et les yi , plus précisément on souhaite
construite une droite d'ajustement d'équation y = a x + b dont les paramètres a et b minimisent les
distances au carré :

n
X
min f (a, b) = (yi − (a xi + b))2
a,b
i=1

yi

0.8

0.6

0.4

0.2

0.2 0.4 0.6 0.8


xi

Figure 5.1  Droite d'ajustement.

Trouver l'expression de a et b.

55
5.2 Optimisation sous contrainte d'égalité

5.2.1 Condition du premier ordre

Dénition 5.2.1. Problème d'optimisation sous contrainte d'égalité


On appelle problème d'optimisation sous contrainte un problème de la forme :

max{f (x, y) | g(x, y) = 0}

ou
min{f (x, y) | g(x, y) = 0}
avec f et g des fonctions de deux variables.

Dénition 5.2.2. Extremum local sous contrainte


Soit f et g deux fonctions dénies respectivement sur Df et Dg , et P0 = (x0 , y0 ) un point de apparte-
nant à Df et Dg tel que g(x0 , y0 ) = 0.

P0 est un point de maximum (resp. minimum) local de f sur D = {(x, y)|g(x, y) = 0} s'il existe un
voisinage V de P0 tel que ∀(x, y) ∈ V vériant g(x, y) = 0, f (x, y) 6 f (x0 , y0 ) (resp. f (x, y) > f (x0 , y0 ).

Dénition 5.2.3. Lagrangien


On appelle Lagrangien du problème d'optimisation sous contrainte la fonction de trois variables

L(x, y, λ) = f (x, y) + λg(x, y)


où λ ∈ R s'appelle le multiplicateur de Lagrange associé à la contrainte g.

Proposition 5.2.1. Condition du premier ordre


Soient f et g deux fonctions possédant des dérivées partielles. Soit P = (x , y ) un point intérieur à
D et D . Si P est un extremum local de f sur D = {(x, y)|g(x, y) = 0} et ∇g(x , y ) 6= 0 alors il
0 0 0

existe un λ ∈ R tel que :


f g 0 0 0
0

∇f (x0 , y0 ) + λ0 ∇g(x0 , y0 ) = 0
P0 est appelé point critique de f sur D et λ est appelé multiplicateur de Lagrange associé.
0

5.2.2 Condition du second ordre

Proposition 5.2.2. Condition du second ordre


Soient f et g deux fonctions possédant des dérivées partielles du second ordre et continues au voisinage
d'un point critique P = (x , y ) sous la contrainte D = {(x, y)|g(x, y) = 0} associé au multiplicateur
de Lagrange λ . Soit L(x, y, λ) = f (x, y) + λg(x, y).
0 0 0

 Si P est un point de minimum local libre de L alors il est un point de minimum local de f sur
0

D.
0

 Si P est un point de maximum local libre de L alors il est un point de maximum local de f sur
D.
0

 Sinon on ne peut pas conclure.

56
Théorème 5.2.3. Optimalité globale
Soient f et g deux fonctions possédant des dérivées partielles du second ordre continues au voisinage
d'un point critique P = (x , y ) sous la contrainte D = {(x, y)|g(x, y) = 0} associé au multiplicateur
de Lagrange λ .
0 0 0
0

 Si f est convexe alors P est un minimiseur global de f .


 resp. si f est concave alors P est un maximiseur global de f .
0
0

5.2.3 Méthode du lagrangien

Dénition 5.2.4. Méthode du lagrangien


Soit la fonction de trois variables L(x, y, λ) = f (x, y) − λg(x, y).

P0 = (x0 , y0 ) est un extremum local de f sur D si et seulement si (x0 , y0 , λ0 ) sont solution du


système :
∂L


 =0
 ∂x

∂L
=0
 ∂y



g(x, y) = 0
et (x0 , y0 ) est un extremum libre de L.

Exercice 5.2.1. Problème du consommateur


Un consommateur disposant d'un budget W = 10 et souhaitant consommer deux bien x et y dont les
prix sont respectivement px = 2 et py = 1. Sa fonction d'utilité est donnée par

U (x, y) = (x − 1)(y − 2)

Sachant que ce consommateur souhaite dépenser entièrement son budget, calculer les quantité x et y
maximisant sa satisfaction.

57
Bibliographie

[1] Frédérique Petit, Suites et intégrales. Notes de cours.


[2] R. Lavendhomme et J. R. Roisin. Analyse innitésimale, De Boeck.

58

Vous aimerez peut-être aussi