Vous êtes sur la page 1sur 48

UNIVERSITÉ ABDELMALEK ESSAADI

FACULTÉ DES SCIENCES


DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES
TÉTOUAN

COURS

ANALYSE II

ARIJ BOUZELMATE

Filières : SMP/SMC/LEPC
Table des matières

1 Séries Numériques 1

1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

2 Convergence - Divergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

3 Séries à Termes Positifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

3.1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

3.2 Principes de Comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

3.3 Critères de Convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

3.4 Exemple Fondamental : Séries de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5

4 Séries à Termes de Signes Quelconques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

4.1 Séries Absolument Convergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

4.2 Séries Alternées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

2 Intégrale Simple 8

1 Primitive d’une Fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

2 Intégrale d’une Fonction Continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

3 Théorème Fondamental . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

4 Interprétation Géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9

5 Propriétés de l’Intégrale Simple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

5.1 Linéarité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

5.2 Relation de Chasles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

i
TABLE DES MATIÈRES ii

5.3 Intégrales et Inégalités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

5.4 Inégalité de la Moyenne - Formules de la Moyenne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

6 Sommes de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

7 Calcul Intégral . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

7.1 Primitives des Fonctions Usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

7.2 Intégration Par Changement de Variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

7.3 Intégration Par Parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13

7.4 Intégration des Fonctions Rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

7.5 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

3 Intégrales Généralisées 19

1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

2 Propriétés des Intégrales Généralisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21

3 Calcul Pratique des Intégrales Généralisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

3.1 Utilisation des Primitives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

3.2 Changement de Variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

3.3 Intégration Par Parties . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

4 Intégrales Généralisées Des fonctions à Signe Constant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

4.1 Critère de la Convergence Majorée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

4.2 Critère de Comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

4.3 Critère d’Equivalence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

4.4 Exemple Fondamental : Intégrales de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24

5 Intégrales Absolument Convergentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25

4 Equations Différentielles du Premier Ordre 27

1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

2 Equation à Variables Séparées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27

ii
TABLE DES MATIÈRES iii

2.1 Cas Particulier : Equation Autonome . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28

3 Equation Homogène . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

4 Equation Linéaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

4.1 Equation Linéaire Sans Second Membre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30

4.2 Equation Linéaire Avec Second Membre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

5 Equation de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

5 Equations Différentielles Linéaires du Second Ordre à Coefficients Constants 35

1 Définition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

2 Résolution de l’Equation Sans Second Membre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

3 Résolution de l’Equation Avec Second Membre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

3.1 Solution Particulière de L’Equation Avec Second Membre . . . . . . . . . . . . . . . . 37

Bibliographie 42

iii
Péface iv

Préface

Ce polycopié est destiné aux étudiants des filières Sciences de la Matière Physique (SMP), Sciences de
la Matière Chimie (SMC) et Licence d’Éducation des Sciences Physiques et Chimiques (LEPC). Il regroupe
les notions essentielles du cours d’Analyse II. Il est rédigé à l’intention des intéressés qui veulent avoir un
document de base pour compléter le cours magistral.

J’ai essayé de présenter le cours d’une manière assez simple. Chaque chapitre est illustré par des exemples
et des exercices qui constituent une application directe des résultats fondamentaux abordés.

J’estime que ce polycopié aura rempli sa mission, s’il donne l’envie aux étudiants de consulter d’autres
livres et les aide à faire des exercices, car la résolution des exercices va leur permettre de vérifier s’ils ont
bien assimilé le cours et c’est à partir de l’exercice qu’émerge le savoir mathématique.

Le cours est divisé en cinq chapitres.

Dans le premier chapitre, nous étudions les séries numériques et nous présentons les principaux critères
de leur convergence.

Le deuxième chapitre comporte l’étude des primitives et des intégrales simples ainsi que les différentes
techniques du calcul intégral.

Le troisième chapitre permet d’étendre la notion de l’intégrale simple à celle de l’intégrale généralisée
qui n’est autre que la limite d’une intégrale définie.

Les deux derniers chapitres portent sur l’étude des équations différentielles du premier ordre et celles
du second ordre qui sont linéaires à coefficients constants.

Bonne Lecture
Arij Bouzelmate

iv
Chapitre 1

Séries Numériques

1 Définition

Définition 1.1. Soit (un )n une suite de nombres réels.


X
On appelle série de terme général un notée par un , la suite numérique (Sn )n∈N où
n≥0
n
X
Sn = uk = u0 + u1 + · · · + un .
k=0
X
Sn s’appelle la somme partielle de rang n de la série un .
n≥0

Remarque 1.1. On a un = Sn − Sn−1 .

2 Convergence - Divergence

X
Définition 2.1. On dit que la série un est convergente si et seulement si la suite (Sn )n∈N converge vers une
n≥0

limite finie S quand n tend vers +∞.

X n
X
un converge ⇔ lim Sn = uk = S.
n→+∞
n≥0 k=0

X +∞
X
S est appelée la somme de la série un et on note S = un .
n≥0 n=0
+∞
X X
Rn = S − Sn = uk est appelé reste d’ordre n de la série un . Dans le cas de convergence, lim Rn = 0.
n→+∞
k=n+1 n≥0
X
On dit que la série un est divergente si S est infini ou si la suite (Sn )n∈N n’a pas de limite.
n≥0

1
Convergence - Divergence 2

Remarque 2.1. Etudier la nature d’une série revient à étudier sa convergence ou sa divergence.

Exemple 2.1. La série géométrique.


X
La série numérique de la forme an est une série géométrique. Sa somme partielle de rang n est :
n≥0

n  1 − an+1
Sn =
X
k
a = , si a 6= 1,
1−a
k=0
 n+ 1, si a = 1.
X 1
La série an est convergente si |a| < 1 et a pour somme .
1−a
n≥0
X
La série an est divergente si |a| ≥ 1.
n≥0

Proposition 2.2. La nature d’une série ne change pas par modification d’un nombre fini de ses termes.

X X X 
Proposition 2.3. Si un et vn sont deux séries convergentes et si λ ∈ R, alors la série λun + vn est
n≥0 n≥0 n≥0

convergente et on a
+∞ 
X  +∞
X +∞
X
λun + vn = λ un + vn .
n=0 n=0 n=0

Remarque 2.2. On a :
X X
(i) Si λ ∈ R∗ , alors un et λun sont de même nature.
n≥0 n≥0
X X X
(ii) Si un converge, alors vn et (un + vn ) sont de même nature.
n≥0 n≥0 n≥0
X X X
(iii) Si un et vn divergent, on ne peut rien affirmer quant à la nature de (un + vn ) comme le prouvent
n≥0 n≥0 n≥0

les exemples où vn = −un d’une part et vn = un d’autre part.

Théorème 2.3. (Condition nécessaire de convergence).


X
Si la série un est convergente, alors lim un = 0.
n→+∞
n≥0
X
Lorsque un ne tend pas vers 0, on dit que un diverge grossièrement.
n≥0

X
Preuve : La série un est convergente, alors il existe S ∈ R tel que :
n≥0

n
X
lim uk = lim Sn = S.
n→+∞ n→+∞
k=0

Il suffit donc de remarquer que un = Sn − Sn−1 converge vers 0 quand n → +∞. 2

2
Séries à Termes Positifs 3

Remarque 2.4. La réciproque du résultat précédent est fausse.

√ √ 1
Exemple 2.2. Considérons la suite un = n+1− n= √ √ .
n+1+ n
X
On a lim un = 0 mais la série un n’est pas convergente car la somme partielle de rang n
n→+∞
n≥0

n n √
X X √ √
Sn = uk = k+1− k= n+1
k=0 k=0

tend vers +∞ quand n → +∞.

3 Séries à Termes Positifs

3.1 Définition

X
Définition 3.1. On dit q’une série un est une série à termes positifs si et seulement si un ≥ 0 pour tout n ∈ N.
n≥0
X
On dit q’une série un est une série à termes positifs à partir d’un certain rang si et seulement si il existe N ∈ N
n≥0

tel que un ≥ 0 pour tout n ≥ N.

Proposition 3.2. Pour qu’une série de nombres réels positifs soit convergente, il faut et il suffit que la suite des

sommes partielles soit majorée.

Preuve : C’est une conséquence du fait que toute suite croissante majorée est convergente.
X
En effet. Soient un une série numérique et (Sn )n sa somme partielle. On a pour tout n ∈ N,
n≥0

Sn − Sn−1 = un ≥ 0.

Donc, la suite (Sn )n est croissante et comme elle est majorée, alors elle est convergente, c’est à dire, la série
X
un est convergente. 2
n≥0

3.2 Principes de Comparaison

X X
Proposition 3.3. Soient un et vn deux séries à termes positifs.
n n

3
Critères de Convergence 4

X X
(i) S’il existe M > 0 tel que un ≤ M vn et vn est convergente, alors un est convergente.
n n
X X
(ii) Si un ∼ vn au voisinage de +∞, alors un et vn sont de même nature.
n n
X 1
Exercice 3.4. Etudier la nature de la série .
n2
n≥2

1
Solution : On pose vn = , n ≥ 2. Sa somme partielle définie par
n(n − 1)
n n
X 1 X 1 1 1
Sn = = − =1− ,
k(k − 1) k−1 k n
k=2 k=2
X
est convergente vers 1 quand n → +∞. Ce qui veut dire que la série vn est convergente.
n

Et comme
1 1
2

0< = vn pour tout n ≥ 2,
n n(n − 1)
X 1
alors, d’après le principe de comparaison, la série est convergente.
n2
n≥2
X 3 −1n
Exercice 3.5. Etudier la nature de la série .
7n + 4
n≥1

 n
3n − 1 3
Solution : On pose un = n , n ≥ 1. On a un ≥ 0 pour tout n ≥ 1 et un ∼ au voisinage de +∞.
7 +4 7
X 3   n
3 X
Comme la série est une série géométrique convergente (car < 1), alors un est convergente.
7 7
n≥1 n≥1

3.3 Critères de Convergence

Proposition 3.6. (Règle de d’Alembert)


 
X un+1
Soit un une série à termes strictement positifs telle que la suite tende vers l ∈ [0, +∞]. Alors,
n
un n
X
(i) Si l < 1, la série un est convergente.
n
X
(ii) Si l > 1, la série un est divergente.
n
X an
Exercice 3.7. Etudier la nature de la série , où a est un réel strictement positif fixé.
n!
n≥1

an
Solution : On pose un = , n ≥ 1. Alors pour tout n ≥ 1, un > 0 et
n!
un+1 an+1 n! a
= = .
un (n + 1)! an n+1

4
Exemple Fondamental : Séries de Riemann 5

un+1 a X
Comme lim = lim = 0, alors d’après la règle de d’Alembert, la série un est conver-
n→+∞ un n→+∞ n+1
n≥1

gente.

Proposition 3.8. (Règle de Cauchy)


X √
Soit un une série à termes positifs telle que la suite ( n un )n tende vers l ∈ [0, +∞]. Alors,
n
X
(i) Si l < 1, la série un est convergente.
n
X
(ii) Si l > 1, la série un est divergente.
n

 n2
X 1
Exercice 3.9. Etudier la nature de la série nn .
2
n≥1

 n2
1 n
Solution : On pose un = n , n ≥ 1. Alors pour tout n ≥ 1, un > 0 et
2
 n
√ 1
n
un = (un )1/n = n .
2
 n
√ 1 X
Comme lim n
un = lim =n = 0, alors d’après la règle de Cauchy, la série un est conver-
n→+∞ n→+∞ 2
n≥1

gente.

Remarque 3.1. Dans les deux règles, si l = 1, on ne peut rien conclure.

3.4 Exemple Fondamental : Séries de Riemann

X 1
Proposition 3.10. La série de Riemann est convergente si et seulement si α > 1.
n

X1
Remarque 3.2. La série est appelée série harmonique. Elle est divergente.
n
n

Proposition 3.11. (Règle de Riemann)


X
Soit un une série à termes positifs.
n
X
(i) Si lim nα un = l (finie) et α > 1, alors la série un est convergente.
n→+∞
n
X
(ii) Si lim nα un = +∞ ou l 6= 0 et α ≤ 1, alors la série un est divergente.
n→+∞
n

X ln(n)
Exercice 3.12. Etudier la nature de la série .
n2
n≥1

5
Séries à Termes de Signes Quelconques 6

ln(n)
Solution : On pose un = , n ≥ 1.
n2
Soit 1 < α < 2, alors

lim nα un = lim nα−2 ln(n) = 0.


n→+∞ n→+∞

X
Donc, d’après la règle de Riemann, la série un est convergente.
n≥1

4 Séries à Termes de Signes Quelconques

4.1 Séries Absolument Convergentes

X X
Définition 4.1. Une série un est dite absolument convergente si et seulement si |un | est convergente.
n n

Théorème 4.1. Toute série absolument convergente est convergente.

X cos n
Exercice 4.2. Etudier la nature de la série .
n2
n≥1

cos n
Solution : On pose un = , n ≥ 1. Alors, pour tout n ≥ 1
n2

1
0 ≤ |un | ≤ .
n2
X 1
Comme est une série de Riemann convergente, alors d’après le principe de comparaison, la série
n
n2
X X X
|un | est convergente, càd un est absolument convergente. D’où, un est convergente.
n n n

Remarque 4.2. La réciproque du théorème est fausse. Dans ce cas, une série convergente et non absolument conver-

gente est dite semi-convergente.

X
Proposition 4.3. S’il existe α > 1 tel que lim nα un = 0, alors la série un est absolument convergente.
n→+∞
n

4.2 Séries Alternées

X
Définition 4.4. La série un est dite alternée si le terme général un = (−1)n an avec an ≥ 0 pour tout n ∈ N.
n

6
Séries Alternées 7

Théorème 4.3. (Condition Suffisante de Convergence : Critère spécial des séries alternées)
X
Soit (−1)n an une série alternée.
n
X
Si la suite (an )n est décroissante et convergente vers 0, alors la série alternée (−1)n an est convergente.
n

X (−1)n
Exercice 4.5. Etudier la nature de la série alternée , où α > 0.

n≥1

Solution : On distingue deux cas.


X (−1)n X 1 X (−1)n
• Si α > 1.

= est convergente car c’est une série de Riemann (α > 1). Donc,
nα nα
n≥1 n≥1 n≥1
X (−1)n
est absolument convergente. Par suite, est convergente.

n≥1
X (−1)n
• Si 0 < α ≤ 1. est convergente par application du critère spécial des séries alternées.

n≥1
X (−1)n
On déduit que la série alternée est convergente pour tout α > 0.

n≥1

7
Chapitre 2

Intégrale Simple

1 Primitive d’une Fonction

Définition 1.1. Soit f une fonction définie sur un intervalle I de R.

On appelle primitive de f sur I, toute fonction F définie sur I telle que F est dérivable et F 0 = f sur I.

Exemple 1.1. On a :
1
1− La fonction x → ln |x| est une primitive de la fonction x → sur R∗ .
x
2− La fonction x → ex est une primitive de la fonction x → ex sur R.

Théorème 1.1. (Existence des Primitives)

Soit f une fonction continue sur un intervalle I de R. Alors,

(i) f admet des primitives sur I.

(ii) Si F1 et F2 sont deux primitives de f , alors la fonction F1 − F2 est constante.

2 Intégrale d’une Fonction Continue

Définition 2.1. Soit f une fonction continue sur un intervalle [a, b] de R et F une primitive de f sur [a, b].
Z b
On appelle intégrale de f de a à b, le réel noté f (t) dt défini par :
a
Z b
b
f (t) dt = [F (t)]a = F (b) − F (a).
a

8
Théorème Fondamental 9

Z b
Remarque 2.1. Le réel f (t) dt ainsi défini ne dépend pas de la primitive choisie.
a

Proposition 2.2. Soit f une fonction continue sur [a, b]. Alors,
Z b Z a
(i) f (t) dt = − f (t) dt.
Za a b

(ii) f (t) dt = 0.
a

3 Théorème Fondamental

Théorème 3.1. (Théorème Fondamental de l’Analyse)

Soient f une fonction continue sur un intervalle I de R et a ∈ I. Alors, la fonction F définie sur I par :

Z x
F (x) = f (t) dt, x ∈ I
a

est l’unique primitive de f sur I qui s’annule en a.

Remarque 3.2. Une primitive de f sur I n’est pas nécessairement celle qui s’annule en un certain point, à titre

d’exemple, la fonction exponentielle.

4 Interprétation Géométrique

Soit f une fonction continue sur [a, b].


Z b
1− Si f est positive sur [a, b], alors f (t) dt représente l’aire délimitée par l’axe des abscisses et la courbe
a

Cf entre les abscisses a et b.


Z b
2− Si f est de signe quelconque sur [a, b], alors f (t) dt représente la différence entre l’aire des domaines
a

situés au dessus de l’axe des abscisses et en dessous de l’axe des abscisses.

9
Propriétés de l’Intégrale Simple 10

5 Propriétés de l’Intégrale Simple

5.1 Linéarité

Proposition 5.1. Soient f et g deux fonctions continues sur [a, b] et α, β deux réels. Alors,
Z b Z b Z b
(αf (t) + βg(t)) dt = α f (t) dt + β g(t) dt.
a a a

5.2 Relation de Chasles

Proposition 5.2. Soient f une fonction continue sur un intervalle I de R et a, b, c des éléments de I. Alors,
Z b Z c Z b
f (t) dt = f (t) dt + f (t) dt.
a a c

Remarque 5.1. Les réels a, b, c ne sont pas nécessairement rangés dans l’ordre croissant.
Z 2
Exercice 5.3. Calculer |t − 1| dt.
−2

Solution : En utilisant la relation de Chasles, on a


Z 2 Z 1 Z 2
|t − 1| dt = |t − 1| dt + |t − 1| dt
−2 −2 1
Z 1 Z 2
= (1 − t) dt + (t − 1) dt
−2 1
1 2
t2
  2
t
= t− + − t = 5.
2 −2 2 1

5.3 Intégrales et Inégalités

Proposition 5.4. (Positivité de l’intégrale)


Z b
Soit f une fonction continue et positive sur [a, b]. Alors, f (t) dt ≥ 0.
a

Proposition 5.5. (Croissance de l’intégrale)

Soient f et g deux fonctions continues sur [a, b] telles que pour tout t ∈ [a, b], f (t) ≤ g(t). Alors,
Z b Z b
f (t) dt ≤ g(t) dt.
a a

10
Inégalité de la Moyenne - Formules de la Moyenne 11

Proposition 5.6. (Inégalité de Schwarz)

Soient f et g deux fonctions continues sur [a, b]. Alors


!2 ! !
Z b Z b Z b
2 2
f (t)g(t) dt ≤ f (t) dt g (t) dt .
a a a

Proposition 5.7. Soit f une fonction continue et positive sur [a, b].
Z b
1. Si f (t) dt = 0, alors f (t) = 0 pour tout t ∈ [a, b].
a
Z b
2. Si f n’est pas la fonction nulle sur [a, b], alors f (t) dt > 0.
a

5.4 Inégalité de la Moyenne - Formules de la Moyenne

Proposition 5.8. Soit f une fonction continue sur [a, b]. Alors, il existe deux réels m et M tels que

m ≤ f (t) ≤ M pour tout t ∈ [a, b]

et
Z b
m(b − a) ≤ f (t) dt ≤ M (b − a).
a

Proposition 5.9. (Inégalité de la moyenne)

Soit f une fonction continue sur [a, b]. Alors,


Z Z
b b
f (t) dt ≤ |f (t)| dt.


a a

Proposition 5.10. (Première formule de la moyenne)

Soit f une fonction continue sur [a, b]. Alors, il existe c ∈ [a, b] tel que
Z b
f (t) dt = f (c)(b − a).
a
Z b
1
Le nombre f (c) = f (t) dt est appelé la valeur moyenne de f sur [a, b].
b−a a

Proposition 5.11. (Deuxième formule de la moyenne)

Soient f et g deux fonctions continues sur [a, b] avec g positive sur [a, b] . Alors, il existe c ∈ [a, b] tel que
Z b Z b
f (t)g(t) dt = f (c) g(t) dt.
a a

11
Sommes de Riemann 12

6 Sommes de Riemann

Théorème 6.1. Soit f une fonction continue sur [a, b]. Alors, on a

n−1   n   Z b
1X b−a 1X b−a 1
lim f a+k = lim f a+k = f (t) dt.
n→+∞ n n n→+∞ n n b−a a
k=0 k=1

En particulier, si f est continue sur [0, 1], alors

n−1   n   Z 1
1X k 1X k
lim f = lim f = f (t) dt.
n→+∞ n n n→+∞ n n 0
k=0 k=1

7 Calcul Intégral

7.1 Primitives des Fonctions Usuelles

u0 (x)
Z
1. dx = ln |u| + cte.
u(x)
Z
2. u0 (x)eu(x) dx = eu + cte.

uα+1
Z
3. u0 (x)uα (x) dx = + cte, α 6= −1.
α+1
Z
4. u0 (x) cos(u(x)) dx = sin u + cte.
Z
5. u0 (x) sin(u(x)) dx = − cos u + cte.

u0 (x)
Z
6. dx = arctan u + cte.
1 + u2
u0 (x)
Z
7. √ dx = arcsin u + cte.
1 − u2
−u0 (x)
Z
8. √ dx = arccos u + cte
1 − u2

7.2 Intégration Par Changement de Variable

Théorème 7.1. soit f : [a, b] → R continue et soit g : [α, β] → [a, b] de classe C 1 avec g(α) = a et g(β) = b.

Alors,
Z b Z g(β) Z β  
f (x) dx = f (x) dx = f g(t) g 0 (t) dt.
a g(α) α

12
Intégration Par Parties 13

La transformation x = g(t) s’appelle changement de variable.

On effectue les trois substitutions suivantes :

(i) x = g(t).

(ii) dx = g 0 (t)dt

(iii) On change les bornes d’intégration.

Z π
4
Exercice 7.1. Calculer tan t dt.
0

Solution : On a
π π
− sin t
Z 4
Z 4
tan t dt = − dt.
0 0 cos t

On pose x = g(t) = cos t, et alors dx = g 0 (t) dt = − sin t dt. D’où

Z π Z g( π4 ) Z √22
4 dx dx
tan t dt = − dx = − dx
0 g(0) x 1 x
√ √ !
2 2
= −[ln x]1 = − ln
2
.
2

Proposition 7.2. Soit a > 0 et soit f une fonction continue sur [−a, a].
Z a Z a
(i) Si f est paire, alors on a f (t) dt = 2 f (t) dt.
−a 0
Z a
(ii) Si f est impaire, alors on a f (t) dt = 0.
−a

7.3 Intégration Par Parties

Théorème 7.2. Soient f et g deux fonctions de classe C 1 sur [a, b]. Alors,

Z b h ib Z b
f (t)g 0 (t) dt = f (t)g(t) − f 0 (t)g(t) dt.
a a a
Z x
Exercice 7.3. Calculer ln t dt.
1

13
Intégration des Fonctions Rationnelles 14

Solution : On a

Z x Z x Z x
0 0
ln t dt = ln t (t) dt = [t ln t]x1 − (ln t) t dt
1 1 1
Z x Z x
1
= x ln x − t dt = x ln x − dt
1 t 1

= x ln x − [t]x1 = x ln x − x + 1.

7.4 Intégration des Fonctions Rationnelles

P (x)
Pour intégrer une fonction rationnelle de la forme où P et Q sont deux polynômes réels, on
Q(x)
effectue la décomposition en fractions simples et puis on intègre chaque élément obtenu ; c’est à dire la

partie entière, les éléments de première espèce et de seconde espèce suivants.



−1
si n 6= 1,
Z
1  + cte,
• dx = (n − 1)(x − a)n−1
(x − a)n  ln |x − a| + cte, si n = 1.

Z
βx + γ
• dx; b2 − 4c < 0.
(x2 + bx + c)n
On écrit x2 + bx + c sous la forme (x − p)2 + q 2 (q 6= 0) et on fait le changement de variable x = p + qt. On

obtient
Z Z Z
βx + γ 0 t 0 1
dx = β dt + γ dt.
(x2 + bx + c)n (t2 + 1)n (t2 + 1)n
Z Z
1 t
On pose In = dt et Jn = dt.
(t2 + 1)n (t2 + 1)n
Calcul de Jn :
−1

Z
t 1
Z
2t

 2 + 1)n−1
+ cte, si n 6= 1,
Jn = dt = dt = 2(n − 1)(t
 1 ln(t2 + 1) + cte,
2
(t + 1) n 2 2
(t + 1) n
si n = 1.

2
Calcul de In :
Z
1
Pour n = 1, I1 = dt = arctan t + cte.
t2 + 1
Maintenant pour calculer In+1 , il suffit de calculer In en utilisant une intégration par parties.

14
Intégration des Fonctions Rationnelles 15

On a pour n ≥ 2,

Z Z
1 1
In = dt = (t)0 dt
(t2 + 1)n (t2 + 1)n
t2
  Z
t
= + 2n dt
(t2 + 1)n (t2 + 1)n+1
t2 + 1
  Z Z 
t 1
= + 2n dt − dt
(t2 + 1)n (t2 + 1)n+1 (t2 + 1)n+1
 
t
= + 2n (In − In+1 ) .
(t2 + 1)n

Donc,
 
t
2nIn+1 = (2n − 1)In + .
(t2 + 1)n

Par suite,
  
2n − 1 1 t
In+1 = In + , n ≥ 2,

2n 2n (t2 + 1)n
I1 = arctan t + cte.

x3 + 1
Z
Exercice 7.4. Calculer dx.
x2 − x − 2

Solution : On a deg(x3 + 1) > deg(x2 − x − 2).

On effectue la division euclidienne de x3 + 1 par x2 − x − 2, on obtient

x3 + 1 = (x + 1)(x2 − x − 2) + 3x + 3.

D’où
x3 + 1 3x + 3
2
=x+1+ 2 .
x −x−2 x −x−2

Comme le polynôme x2 − x − 2 a deux racines −1 et 2, alors

x3 + 1 3x + 3 3
2
=x+1+ =x+1+ .
x −x−2 (x + 1)(x − 2) x−2

Donc,
x3 + 1 x2
Z
dx = + x + 3 ln |x − 2| + cte.
x2−x−2 2

x−7
Z
Exercice 7.5. Calculer dx.
(x2 + 4x + 13)2

15
Applications 16

Solution : On a deg(x − 7) < deg(x2 + 4x + 13)2 .

Le polynôme x2 + 4x + 13 n’a pas de racines réelles (car 4 < 0).

On écrit x2 + 4x + 13 sous la forme (x − p)2 + q 2 . Un simple calcul donne x2 + 4x + 13 = (x + 2)2 + 9.

On fait le changement de variable x = 3t − 2, alors

x−7 x−7 t−3


Z Z Z
1
dx = dx = dt
(x2 + 4x + 13)2 ((x + 2)2 + 9)2 9 (t2 + 1)2
Z Z
1 t 1 1
= dt − dt.
9 (t2 + 1)2 3 (t2 + 1)2

On a
 
−1
Z
t 1
dt = + cte.
(t2 + 1)2 2 t2 + 1
Z Z
1 1
Maintenant, pour calculer dt, on calcule dt en utilisant une intégration par parties.
(t2 + 1)2 t2 + 1
t2
Z Z   Z
1 1 0 t
dt = (t), dt = + 2 dt
t2 + 1 t2 + 1 t2 + 1 (t2 + 1)2
t2 + 1
  Z Z
t 1
= 2
+ 2 2 2
dt − 2 dt
t +1 (t + 1) (t + 1)2
2
  Z Z
t 1 1
= + 2 dt − 2 dt.
t2 + 1 t2 + 1 (t2 + 1)2

Donc,
Z  
1 1 t 1
2 2
dt = 2
+ [arctan t] + cte.
(t + 1) 2 t +1 2
x+2
On remplace t par , on obtient
3
 
x−7 −x − 3
Z
1 x+2
dx = − arctan + cte
(x2 + 4x + 13)2 2(x2 + 4x + 13) 6 3

7.5 Applications

Soit f une fonction rationnelle.

Les intégrales suivantes se ramènent aux intégrales des fonctions rationnelles.


Z
1−Intégrale de la forme f (ex ) dx
1
On pose t = ex , alors x = ln t et dx = dt. On a donc,
t
Z Z
x f (t)
f (e ) dx = dt.
t

16
Applications 17

Z
2−Intégrale de la forme f (cos x) sin x dx
−1 √
On pose t = cos x, alors x = arccos t, dx = √ dt et sin x = 1 − t2 . On a donc,
1−t2


1 − t2
Z Z Z
f (cos x) sin x dx = − f (t) √ dt = − f (t) dt.
1 − t2
Z
3−Intégrale de la forme f (sin x) cos x dx
1 √
On pose t = sin x, alors x = arcsin t, dx = √ dt et cos x = 1 − t2 . On a donc,
1−t 2


1 − t2
Z Z Z
f (sin x) cos x dx = f (t) √ dt = f (t) dt.
1 − t2
Z
4−Intégrale de la forme f (tan x) dx
1 t 1
On pose t = tan x, alors x = arctan t, dx = dt, sin x = √ et cos x = √ . On a donc,
1 + t2 1 + t2 1 + t2
Z Z
f (t)
f (tan x) dx = dt.
1 + t2
Z
5−Intégrale de la forme f (sin x, cos x) dx (f est une fonction de deux variables)
x 2 2t 1 − t2
On pose t = tan , alors x = 2 arctan t, dx = 2
dt, sin x = 2
et cos x = . On a donc,
2 1+t 1+t 1 + t2

1 − t2
Z Z  
2t dt
f (sin x, cos x) dx = 2 f , .
1 + t2 1 + t2 1 + t2
Z
dx
Exercice 7.6. Calculer .
2 + sin x

x 2 2t
Solution : On pose t = tan , alors x = 2 arctan t, dx = 2
dt et sin x = . On a donc,
2 1+t 1 + t2
Z Z
dx dt
dx = .
2 + sin x t2 +t+1
 2
2 2 2 2 1 3
On écrit le polynôme t + t + 1 sous la forme (t − p) + q . Un simple calcul donne t + t + 1 = t+ + .
√ √ 2 4
3 1 3 2t + 1
On fait le changement de variable t = T − . Alors, dt = dT et T = √ . Par suite,
2 2 2 3
Z Z Z
dt dt 2 dT
2
= 2 = √ 2
t +t+1 T +1
 
1 3 3
t+ +
2 4
2
= √ arctan T + cte
3
 
2 2t + 1
= √ arctan √ + cte.
3 3

17
Applications 18

Par conséquent,
!
2 tan x2 + 1
Z 
dx 2
= √ arctan √ + cte.
2 + sin x 3 3
Z
Remarque 7.3. On peut calculer aussi f (sin x, cos x) dx en utilisant les changements suivants :

• On pose t = cos x si f (sin x, cos x) dx est invariante en changeant x en −x.

• On pose t = sin x si f (sin x, cos x) dx est invariante en changeant x en π − x.

• On pose t = tan x si f (sin x, cos x) dx est invariante en changeant x en π + x.

Z
Exercice 7.7. Calculer cos3 x dx.

Solution : On a cos3 (π − x) d(π − x) = cos3 x dx, ce qui veut dire que cos3 x dx est invariante en changeant

x en π − x.

On pose t = sin x, alors dt = cos x dx et on a

Z Z Z
3 2
1 − sin2 x cos x dx

cos x dx = cos x cos x dx =

t3
Z
= (1 − t2 ) dt = t − + cte
3
sin3 x
= sin x − + cte.
3

18
Chapitre 3

Intégrales Généralisées

On s’intéresse dans ce chapitre à généraliser la notion d’intégrale d’une fonction définie sur l’un des

intervalles suivants.

• [a, b[ avec −∞ < a < b ≤ +∞.

• ]a, b] avec −∞ ≤ a < b < +∞.

• ]a, b[ avec −∞ ≤ a < b ≤ +∞.

1 Définitions

Définition 1.1. Soit f une fonction continue sur [a, b[.


Z b Z x
On dit qur l’intégrale f (t) dt est convergente si lim− f (t) dt existe et est finie.
a x→b a
Z b
Dans le cas contraire, on dit que f (t) dt est divergente.
Z b Z x a

f (t) dt = lim− f (t) dt est appelée intégrale généralisée ou impropre de la fonction f sur [a, b[.
a x→b a

Définition 1.2. Soit f une fonction continue sur ]a, b].


Z b Z b
On dit qur l’intégrale f (t) dt est convergente si lim f (t) dt existe et est finie.
a x→a+ x

Définition 1.3. Soit f une fonction continue sur ]a, b[.


Z b Z c Z b
On dit qur l’intégrale f (t) dt est convergente si f (t) dt et f (t) dt sont convergentes pour tout c ∈]a, b[.
Z b Za c Z b a c

On pose f (t) dt = f (t) dt + f (t) dt.


a a c

19
Définitions 20

Z +∞
Exercice 1.4. Etudier la nature de l’intégrale e−t dt.
0

Solution : La fonction t → e−t est continue sur [0, +∞[, donc le problème se pose uniquement en +∞.

Soit x ∈ [0, +∞[, alors


Z x
e−t dt = [−e−t ]x0 = 1 − e−x .
0
Z x Z +∞ Z +∞
Comme lim e−t dt = lim 1 − e−x = 1, alors e−t dt est convergente et on a e−t dt = 1.
x→+∞ 0 x→+∞ 0 0
Z 1
dt
Exercice 1.5. Etudier la nature de l’intégrale √ .
0 t

1
Solution : La fonction t → √ est continue sur ]0, 1], donc le problème se pose uniquement en 0.
t
Soit x ∈]0, 1], alors
dt
Z√ 1 √
√ = [2 t]1x = 2 − 2 x
x t
Z 1 Z 1 Z 1
dt √ dt dt
Comme lim √ = lim 2 − 2 x = 2, alors √ est convergente et on a √ = 2.
x→0+ x t x→0+ 0 t 0 t
Z +∞
dt
Exercice 1.6. Etudier la nature de l’intégrale .
−∞ 1 + t2

1
Solution : La fonction t → est continue sur ] − ∞, +∞[, donc le problème se pose en−∞ et +∞.
1 + t2
On a
Z 0 Z 0
dt dt π
= lim = lim [arctan t]0x = .
−∞ 1 + t2 x→−∞ x 1+t 2 x→−∞ 2

et
Z +∞ Z x
dt dt π
2
= lim 2
= lim [arctan t]x0 = .
0 1+t x→+∞ 0 1+t x→+∞ 2
Z 0 Z +∞ Z +∞
dt dt dt
Donc, les deux intégrales et sont convergentes. Par suite, est conver-
−∞ 1 + t2 0 1 + t 2
−∞ 1 + t2
gente et on a
Z +∞ Z 0 Z +∞
dt dt dt
= = π. +
−∞ 1 + t2
−∞ 0 1 + t2 1 + t2
Z x
Remarque 1.1. Dans le cas où a = −∞ et b = +∞, l’existence de lim f (t) dt ne prouve pas la convergence
x→+∞ −x
Z +∞
de f (t) dt. Par exemple, il suffit de considérer une fonction impaire continue.
−∞
Z +∞ Z x
On a t dt diverge alors que t dt = 0, pour tout x > 0.
−∞ −x

20
Propriétés des Intégrales Généralisées 21

Proposition 1.7. Soit f une fonction continue sur [a, b[ avec b fini.
Z b
Si f est prolongeable par continuité en b, alors f (t) dt est convergente.
a

Remarque 1.2. En posant f (b) = lim f (x) = l et désignant par F la primitive de f qui s’annule en a, la fonction
x→b

F est continue en b et on a
Z x Z b
lim f (t) dt = lim F (x) − F (a) = F (b) − F (a) = f (t) dt.
x→b a x→b a

Dans ce cas, on dit q’il y a une fausse intégrale généralisée.


Z b
Remarque 1.3. On a aussi f (t) dt est convergente dans les deux cas suivants.
a

• f est continue sur ]a, b] (a fini) et prolongeable par continuité en a.

• f est continue sur ]a, b[ (a et b sont finis) et prolongeable par continuité en a et b.


Z 1
Exercice 1.8. Etudier la nature de l’intégrale t ln t dt.
0

Solution : La fonction x → x ln x est continue sur ]0, 1]. Comme lim+ x ln x = 0, alors elle admet un prolon-
x→0
Z 1 Z 1
gement par continuité en 0. Par suite, t ln t dt est convergente, c’est à dire lim+ t ln t dt existe et est
0 x→0 x

finie.

On a

1 1 0
1 Z 1 2
t2 t2
Z Z  
t 1
t ln t dt = ln t dt = ln t − dt
x x 2 2 x x 2 t
Z 1  2 1
x2 t x2 t
= − ln x − dt = − ln x −
2 x 2 2 4 x
x2 1 x2
= − ln x − + .
2 4 4
Z 1 Z 1
1
Donc t ln t dt = lim t ln t dt = − .
0 x→0+ x 4

2 Propriétés des Intégrales Généralisées

Proposition 2.1. (Linéarité)


Z b Z b Z b
Si les intégrales généralisées f (t) dt et g(t) dt sont convergentes, alors l’intégrale généralisée (αf (t) + βg(t)) dt,
a a a

21
Calcul Pratique des Intégrales Généralisées 22

où (α, β ∈ R), est convergente et on a


Z b   Z b Z b
αf (t) + βg(t) dt = α f (t) dt + β g(t) dt.
a a a

Proposition 2.2. (Relation de Chasles)


Z b Z c Z b
L’intégrale généralisée f (t) dt est convergente si et seulement si les intégrales f (t) dt et f (t) dt sont conver-
a a c

gentes pour tout c ∈]a, b[ et on a


Z b Z c Z b
f (t) dt = f (t) dt + f (t) dt.
a a c

3 Calcul Pratique des Intégrales Généralisées

3.1 Utilisation des Primitives

Définition 3.1. Soit f une fonction continue sur ]a, b[.


Z x Z b
Si F est une primitive de f , F (x) = f (t) dt, pour a < c < b, alors l’intégrale f (t) dt est convergente si et
c a

seulement si lim+ F (x) et lim− F (x) existent.


x→a x→b

On définit alors
Z b
f (t) dt = lim− F (x) − lim+ F (x).
a x→b x→a

3.2 Changement de Variable

Z b
Théorème 3.1. Soient f :]a, b[→ R continue et g :]α, β[→]a, b[ une bijection de classe C 1 . Alors, f (x) dx est
Z β  a

convergente si et seulement si f g(t) g 0 (t) dt est convergente et on a
α
Z b Z β  
f (x) dx = f g(t) g 0 (t) dt.
a α
Z 1
dt
Exercice 3.2. Calculer √ .
−1 1 − t2
 
−π π
Solution : On pose t = sin x, alors dt = cos x dx. La fonction sin : , →] − 1, 1[ est une bijection de
2 2
classe C 1 . Donc,
π π
Z 1 Z Z
dt 2 cos x 2 cos x
√ = √ dx = dx.
−1 1 − t2 −π
2
cos2 x −π
2
| cos x|

22
Intégration Par Parties 23

   
−π π −π π
Comme la fonction cos est positive sur , , alors | cos x| = cos x pour tout x ∈ , . Par suite,
2 2 2 2
π
Z 1 Z
dt 2
√ = dx = π.
−1 1 − t2 −π
2

3.3 Intégration Par Parties

Théorème 3.2. Soient f et g deux fonctions de classe C 1 sur ]a, b[.


Z b
On suppose que lim+ f (x)g(x) = L+ et lim− f (x)g(x) = L− existent. Alors, f (x)g 0 (x) dx est convergente si
x→a x→b a
Z b
et seulement si f 0 (x)g(x) dx est convergente et on a
a
Z b Z b
f (x)g 0 (x) dx = L− − L+ − f 0 (x)g(x) dx.
a a
Z 1
Exercice 3.3. Calculer (ln t)2 dt.
0

Solution : On a

Z 1 Z 1 Z 1
2 0 2 2 2
(ln t) dt = (t) (ln t) dt = − lim+ t(ln t) − t ln t dt
0 0 t→0 0 t
Z 1 Z 1
= −2 ln t dt = −2 (t)0 ln t dt
0 0
Z 1
1
= 2 lim t ln t + 2 t dt = 2.
t→0+ 0 t

4 Intégrales Généralisées Des fonctions à Signe Constant

Z b Z b
Il est facile de voir que la convergence de l’intégrale − f (t) dt se ramène à celle de l’intégrale f (t) dt.
a a

Par conséquent, dans la suite on ne considère que le cas des fonctions positives.

4.1 Critère de la Convergence Majorée

Z b
Proposition 4.1. Soit f : [a, b[→ R continue et positive. Alors, f (t) dt est convergente si et seulement s’il existe
Z x a

M ≥ 0 (M indépendante de x) tel que f (t) dt ≤ M pour tout x ∈ [a, b[.


a

23
Critère de Comparaison 24

4.2 Critère de Comparaison

Proposition 4.2. Soit f, g : [a, b[→ R continues et positives.


Z b Z b
S’il existe M > 0 tel que f (x) ≤ M g(x) pour tout x ∈ [a, b[ et si g(t) dt est convergente, alors f (t) dt est
a a

convergente.

4.3 Critère d’Equivalence

f (x)
Proposition 4.3. Soit f, g : [a, b[→ R continues et positives telles que lim = l, alors on a
x→b g(x)
Z b Z b
(i) Si l 6= 0, f (t) dt est convergente si et seulement si g(t) dt est convergente.
a a
Z b Z b
(ii) Si l = 0 et g(t) dt est convergente, alors f (t) dt est convergente.
a a
Z +∞
Remarque 4.1. Si f est continue et positive sur [a, +∞[ et lim f (x) = l > 0, alors f (t) dt est divergente.
x→+∞ a

4.4 Exemple Fondamental : Intégrales de Riemann


Z 1
1
• dx converge si α < 1 et diverge si α ≥ 1.
0 xα
Z +∞
1
• α
dx converge si α > 1 et diverge si α ≤ 1.
1 x
Z +∞
2
Exercice 4.4. Eudier la convergence de l’intégrale e−t dt.
0

Z +∞
2
Solution : On a pour tout t ≥ 1, e−t ≤ e−t . Comme e−t dt est convergente, alors d’après le critère
Z +∞ 1
2
de comparaison, e−t dt est convergente.
1 Z 1
2
−t2
D’autre part, comme la fonction t → e est continue sur [0, 1], alors e−t dt est une intégrale simple. On
Z +∞ 0
2
déduit que e−t dt est convergente car c’est la somme de deux intégrales convergentes.
0
Z 1
Exercice 4.5. Eudier la convergence de l’intégrale tα−1 e−t dt, α > 0.
0

Solution : La fonction t → tα−1 e−t n’est pas définie en 0 car tα−1 = e(α−1) ln t .
tα−1 e−t
On a lim = lim e−t = 1. Donc, tα−1 e−t ∼ tα−1 au voisinage de 0.
t→0 tα−1 t→0

24
Intégrales Absolument Convergentes 25

Z 1 Z 1
1
Comme tα−1 dt = dt est une intégrale de Riemann convergente car 1 − α < 1, alors d’après le
0 0 t1−α
Z 1
critère d’équivalence, l’intégrale tα−1 e−t dt est convergente.
0

5 Intégrales Absolument Convergentes

Définition 5.1. Soit f : [a, b[→ R continue.


Z b Z b
On dit que f (t) dt est absolument convergente si |f (t)| dt est convergente.
a a

Théorème 5.1. Soit f : [a, b[→ R continue.


Z b
Si f (t) dt est absolument convergente, alors elle est convergente.
a

Remarque 5.2. La réciproque du théorème est fausse. Dans ce cas, une intégrale généralisée convergente et non

absolument convergente est dite semi-convergente.


Z +∞
sin t
Exercice 5.2. Eudier la convergence absolue de l’intégrale dt.
1 t3


sin t 1
Solution : On a pour tout t ≥ 1, 0 ≤ 3 ≤ 3 .

t t
Z +∞ Z +∞
1 sin t
Comme dt est une intégrale de Riemann convergente, alors t3 dt est convergente. Ce qui

1 t3 1
Z +∞
sin t
veut dire que dt est absolument convergente.
1 t3

Proposition 5.3. (Critère de Riemann)

(i) Soient α ∈ R et f une fonction continue sur [a, +∞[ telle que lim xα f (x) = k existe.
x→+∞
Z +∞
• Si α > 1, alors f (t) dt est absolument convergente.
a
Z +∞
• Si α ≤ 1 et k 6= 0, alors f (t) dt est divergente.
a

(ii) Soient α ∈ R et f une fonction continue sur ]a, b] telle que lim+ (x − a)α f (x) = k existe.
x→a
Z b
• Si α < 1, alors f (t) dt est absolument convergente.
a
Z b
• Si α ≥ 1 et k 6= 0, alors f (t) dt est divergente.
a
Z +∞
dt
Exercice 5.4. Etudier la nature de l’intégrale .
2 t2 − 1

25
Intégrales Absolument Convergentes 26

1 x2
Solution : La fonction x → 2 est continue sur [2, +∞[ et lim 2 = 1. Donc, d’après le critère de
x −1 x→+∞ x − 1
Z +∞ Z +∞
dt dt
Riemann, 2−1
est absolument convergente. Par suite, 2−1
est convergente.
2 t 2 t
Z 0
dt
Exercice 5.5. Etudier la nature de l’intégrale 2
.
−1 t − 1

1 x+1 1 −1
Solution : La fonction x → est continue sur ] − 1, 0] et lim + 2 = lim + = . Donc,
x2 −1 x→−1 x − 1 x→−1 x−1 2
Z 0
dt
d’après le critère de Riemann, 2−1
est divergente.
−1 t

26
Chapitre 4

Equations Différentielles du Premier


Ordre

1 Définition

Définition 1.1. Soit φ une fonction de trois variables à valeurs dans R.

On appelle équation différentielle du premier ordre, une relation de la forme φ(x, y, y 0 ) = 0 faisant intervenir une

variable x, une fonction y = y(x) et sa dérivée y 0 (x).

Une fonction f dérivable est dite solution de cette équation sur I ⊂ R si φ(x, f (x), f 0 (x)) = 0 pour tout x ∈ I.

−1
Exemple 1.1. L’équation x3 y 0 −2 = 0 est une équation différentielle du premier ordre. Elle admet f (x) = comme
x2
solution sur I = R∗ .

2 Equation à Variables Séparées

f (x)
Définition 2.1. L’équation différentielle du premier ordre à variables séparées est de la forme y 0 = .
g(y)

Méthode de Résolution : On a

dy f (x)
= ⇒ g(y) dy = f (x) dx
dx g(y)
Z Z
⇒ g(y) dy = f (x) dx.

27
Cas Particulier : Equation Autonome 28

Le problème se ramène à deux intégrations.

Exercice 2.2. Résoudre l’équation différentielle x y 0 − 2y = 0.

Solution : On a

dy 2 dy 2
x y 0 − 2y = 0 ⇒ = y⇒ = dx
dx x y x
Z Z
dy dx
⇒ =2
y x

⇒ ln |y| = 2 ln |x| + cte = ln x2 + cte

⇒ |y| = ecte x2 .

Donc, la solution générale de l’équation différentielle x y 0 − 2y = 0 est y = Cx2 ; C ∈ R.

2.1 Cas Particulier : Equation Autonome

Définition 2.3. L’équation autonome est un cas particulier d’équation séparable, elle est de la forme y 0 = g(y).

Méthode de Résolution : L’équation autonome est indépendante de x. On a alors,

dy dy
= g(y) ⇒ = dx
dx g(y)
Z Z
dy
⇒ = dx = x + cte.
g(y)

Exercice 2.4. Résoudre l’équation y 0 = y 2 + y.

Solution : On a
Z Z
dy dy dy
y0 = y2 + y ⇒ = y2 + y ⇒ 2 = dx ⇒ = dx = x + cte
dx y +y y2 + y
Z  
1 1 y
⇒ − dy = x + cte ⇒ ln |y| − ln |y + 1| = ln = x + cte
y y+1 y + 1

y cte x y cte x y x
⇒ y + 1 = e e ⇒ y + 1 = ±e e ⇒ y + 1 = Ce ; C ∈ R

Cex
⇒ y = Cex (y + 1) ⇒ (1 − Cex )y = Cex ⇒ y = ; C ∈ R.
1 − Cex
C
Donc, la solution générale de l’équation différentielle y 0 = y 2 + y est y = ; C ∈ R.
e−x −C

28
Equation Homogène 29

3 Equation Homogène

y
Définition 3.1. L’équation différentielle du premier ordre homogène est de la forme y 0 = f .
x

y dy du
Méthode de Résolution : On pose u = ; alors y = u x et =x + u. Par suite,
x dx dx
du du
x + u = f (u) ⇒ x = f (u) − u
dx dx
du dx
⇒ = , (séparation des variables)
f (u) − u x
Z Z
du dx
⇒ = = ln |x| + cte.
f (u) − u x
Z
du
On pose g(u) = , alors ln |x| = g(u) + cte. Ceci donne |x| = ecte eg(u) . D’où, x = Ceg(u) ; C ∈ R.
f (u) − u
Par conséquent, y = u x = Cu eg(u) ; C ∈ R.

xy
Exercice 3.2. Résoudre l’équation différentielle y 0 = .
x2 + y 2

xy y
Solution : L’équation différentielle y 0 = est une équation homogène de la forme y 0
= f avec
x2 + y 2 x
t
f (t) = .
1 + t2
y dy du
On pose u = ; alors y = u x et =x + u. Par suite,
x dx dx
du u du −u3
x + u = f (u) = ⇒ x = f (u) − u =
dx 1 + u2 dx 1 + u2
−(1 + u2 ) dx
⇒ 3
du =
u x
Z 2 Z
(1 + u ) dx
⇒ − du =
u3 x
Z Z Z
du du dx
⇒ − − =
u3 u x
1 ecte 1/(2u2 )
⇒ ln |x| = − ln |u| + cte ⇒ |x| = e
2u2 |u|
C 1/(2u2 )
⇒ x= e ; C ∈ R.
u
xy
Donc, la solution générale de l’équation y 0 = est :
x2 + y 2
2 2
/(2y 2 )
y = u x = Ce1/(2u )
= Cex .

C’est une forme implicite impossible à résoudre sous la forme y = f (x).

29
Equation Linéaire 30

4 Equation Linéaire

Définition 4.1. L’équation différentielle du premier ordre linéaire est de la forme

a(x)y 0 + b(x)y = f (x); (E).

avec a(x), b(x) et f (x) sont des fonctions continues sur un même ensemble.

La fonction f (x) est appelée second membre de l’équation (E).

L’équation sans second membre associée est :

a(x)y 0 + b(x)y = 0; (Eh ).

Exemple 4.1. On a

(i) L’équation x y 0 + (cos x)y = 2x2 est linéaire.

(ii) L’équation y 0 y + xy = 2x − 1 n’est pas linéaire.

4.1 Equation Linéaire Sans Second Membre

On se propose de résoudre l’équation linéaire sans second membre

a(x)y 0 + b(x)y = 0; (Eh )

avec a(x) 6= 0.

Méthode de Résolution :

dy b(x)
a(x)y 0 + b(x)y = 0 ⇒ y 0 = =− y
dx a(x)
Z Z
dy b(x) dy b(x)
⇒ =− dx ⇒ =− dx
y a(x) y a(x)
Z
b(x)
⇒ ln |y| = − dx + cte
a(x)
Z
b(x)
Soit A(x) = dx. Alors, ln |y| = −A(x) + cte. Donc, |y| = ecte e−A(x) et par suite, y = ±ecte e−A(x) .
a(x)
Par conséquent, yh (x) = Ce−A(x) ; C ∈ R est la solution générale de l’équation sans second membre (Eh ).

Remarque 4.1. L’équation linéaire sans second membre est à variables séparées.

30
Equation Linéaire Avec Second Membre 31

4.2 Equation Linéaire Avec Second Membre

Théorème 4.2. Soient yh la solution générale de l’équation (Eh ) et yp une solution particulière de l’équation (E).

Alors, la solution générale y de (E) est donnée par

y(x) = yh (x) + yp (x).

Maintenant, pour chercher une solution particulière de (E), on applique une méthode générale appelée

méthode de la variation de la constante.

Méthode de la Variation de la Constante

Soit yh la solution générale de l’équation sans second membre (Eh ). Donc, yh (x) = Ce−A(x) où C ∈ R
Z
b(x)
et A(x) = dx.
a(x)
La méthode de la variation de la constante consiste à remplacer la constante C par une fonction C(x) et

chercher une solution particulière de l’équation avec second membre (E) de la forme y(x) = C(x)e−A(x) .

On calcule y 0 , on remplace y et y 0 par leurs expressions dans l’équation (E) et on utilise le fait que e−A(x) est

solution de (Eh ), on trouve


f (x) A(x)
C 0 (x) = e ,
a(x)

ce qui implique
Z
f (x) A(x)
C(x) = e dx + k, k ∈ R.
a(x)

Donc, la solution générale de l’équation avec second membre (E) est

Z
f (x) A(x)
y(x) = C(x)e−A(x) = e−A(x) e dx + ke−A(x) , k ∈ R,
a(x)

c’est à dire y(x) = yh (x) + yp (x) avec yh (x) = ke−A(x) ; k ∈ R est la solution générale de (Eh ) et yp (x) =
Z
f (x) A(x)
e−A(x) e dx est une solution particulière de (E).
a(x)

31
Equation de Bernoulli 32

x
Exercice 4.2. Résoudre l’équation linéaire (1 + x2 )y 0 + xy = .
1 + x2

x
Solution : On pose a(x) = 1 + x2 , b(x) = x et f (x) = .
1 + x2
Z
b(x)
La solution générale de l’équation sans second membre est yh (x) = ke−A(x) où A(x) = dx et k ∈ R.
a(x)
On a
Z
x 1 p
A(x) = 2
dx = ln(1 + x2 ) = ln( 1 + x2 ).
1+x 2

Donc,
k
yh (x) = ke−A(x) = √ , k ∈ R.
1 + x2

La solution particulière de l’équation avec second membre est donnée par

Z
−A(x) f (x) A(x)
yp (x) = e e dx
a(x)
Z
1 x p
= √ 2 2
1 + x2 dx
1+x 2 (1 + x )
Z
1 1
= √ 2x(1 + x2 )−3/2 dx
1 + x2 2
1 1 −1
= −√ √ = .
1 + x2 1 + x2 1 + x2

Donc, la solution générale de l’équation avec second membre est

k 1
y(x) = yh (x) + yp (x) = √ − , k ∈ R.
1 + x2 1 + x2

5 Equation de Bernoulli

Définition 5.1. L’équation de Bernoulli est une équation différentielle du premier ordre de la forme

a(x)y 0 + b(x)y = f (x)y m , m ∈ R.

Méthode de Résolution : D’abord, on remarque que y = 0 est solution de l’équation Bernoulli.

Maintenant, pour chercher une solution générale non identiqument nulle y de l’équation de Bernoulli, on

distingue deux cas.

32
Equation de Bernoulli 33

 
• Si m = 1, l’équation devient a(x)y 0 + b(x) − f (x) y = 0.

C’est une équation linéaire du premier ordre sans second membre dont la solution générale est

y(x) = Ce−B(x) ; C ∈ R.


b(x) − f (x)
Z
B(x) = dx.
a(x)

• Si m 6= 1, on a

a(x)y 0 + b(x)y = f (x)y m ⇒ a(x)y 0 y −m + b(x)y 1−m = f (x)

a(x) 0
⇒ y 1−m + b(x)y 1−m = f (x).
1−m

On pose u = y 1−m , alors l’équation devient

a(x) 0
u + b(x)u = f (x).
1−m

On s’est ramené donc à une équation linéaire du premier ordre en u avec u = y 1−m .

Exercice 5.2. Résoudre l’équation de Bernoulli xy 0 + y = x2 y 2 .

Solution : On a y = 0 est solution de l’équation de Bernoulli.

On cherche maintenant une autre solution non identiquement nulle. On a

xy 0 + y = x2 y 2 ⇒ xy 0 y −2 + yy −2 = x2
 0
1 1
⇒ −x + = x2 .
y y
1
On pose u = ; alors on se ramène à résoudre l’équation linéaire −xu0 + u = x2 .
y
La solution générale de l’équation sans second membre −xu0 + u = 0 est

1
R
uh (x) = Ce x dx
= Celn |x| = C|x| = ±Cx; C ∈ R.

Donc, uh (x) = kx; k ∈ R.

La solution particulière de −xu0 + u = x2 est


Z Z Z
R 1
dx −
R 1
dx ln |x| x x
up (x) = −e x xe x = −e dx = −|x| dx = −|x| |x| = −x2 .
eln |x| |x|

33
Equation de Bernoulli 34

Donc, la solution générale de l’équation −xu0 + u = x2 est

u(x) = uh (x) + up (x) = kx − x2 ; k ∈ R.

Par suite,
1 1
y(x) = = ; k∈R
u(x) kx − x2

est la solution générale de l’équation de Bernoulli xy 0 + y = x2 y 2 .

34
Chapitre 5

Equations Différentielles Linéaires du


Second Ordre à Coefficients Constants

1 Définition

Définition 1.1. Une équation différentielle linéaire du second ordre à coefficients constants est de la forme

ay 00 + by 0 + cy = f (x), (E)

avec a, b, c des réels et f une fonction de x.

L’équation sans second membre associée à l’équation (E) est

ay 00 + by 0 + cy = 0, (Eh )

2 Résolution de l’Equation Sans Second Membre

Définition 2.1. Deux fonctions y1 et y2 sont dites linéairement indépendantes si

αy1 + βy2 = 0 ⇒ α = β = 0.

Théorème 2.1. L’équation sans second membre (Eh ) possède deux solutions linéairement indépendantes y1 et y2 .

De plus, toute solution y de (Eh ) est de la forme

y(x) = C1 y1 (x) + C2 y2 (x); C1 , C2 ∈ R.

35
Résolution de l’Equation Sans Second Membre 36

Méthode de Résolution : Pour résoudre l’équation sans second membre (Eh ), on cherche une solution de

la forme y(x) = eλx .

En remplaçant dans l’équation, on trouve l’équation caractéristique

aλ2 + bλ + c = 0.

La résolution de l’équation (Eh ) dépend du signe de ∆ = b2 − 4ac. On a donc, les trois cas suivants.

Cas1 : ∆ > 0
√ √
−b + ∆ −b − ∆
L’équation caractéristique admet deux racines réelles distinctes λ1 = et λ2 = .
2a 2a
La solution générale de l’équation (Eh ) est

yh (x) = C1 eλ1 x + C2 eλ2 x , C1 , C2 ∈ R.

Cas2 : ∆ = 0
−b
L’équation caractéristique admet une racine réelle double λ = .
2a
La solution générale de l’équation (Eh ) est

 
yh (x) = eλx C1 x + C2 , C1 , C2 ∈ R.

Cas3 : ∆ < 0
√ √
−b + i −∆ −b − i −∆
L’équation caractéristique admet deux racines complexes conjuguées λ1 = et λ2 = .
√ 2a 2a
−b −∆
On pose α = et β = , alors la solution générale de l’équation (Eh ) est
2a 2a
 
yh (x) = eαx C1 cos(βx) + C2 sin(βx) , C1 , C2 ∈ R.

On peut l’écrire sous la forme

yh (x) = Keαx cos(βx + C), K, C ∈ R.

Exercice 2.2. Résoudre l’équation y 00 + y 0 − 2y = 0.

Solution : L’équation caractéristique est λ2 + λ − 2 = 0.

Comme ∆ = 9 > 0, alors l’équation caractéristique admet deux racines réelles λ1 = 1 et λ2 = −2. Donc, la

36
Résolution de l’Equation Avec Second Membre 37

solution générale est

y(x) = C1 ex + C2 e−2x , C1 , C2 ∈ R.

Exercice 2.3. Résoudre l’équation y 00 + 6y 0 + 9y = 0.

Solution : L’équation caractéristique est λ2 + 6λ + 9 = 0.

Comme ∆ = 0, alors l’équation caractéristique admet une racine réelle double λ = −3. Donc, la solution

générale est
 
y(x) = e−3x C1 x + C2 , C1 , C2 ∈ R.

Exercice 2.4. Résoudre l’équation y 00 + 2y 0 + 2y = 0.

Solution : L’équation caractéristique est λ2 + 2λ + 2 = 0.

Comme ∆ = −4 < 0, alors l’équation caractéristique admet deux racines complexes conjuguées, λ1 = −1+i

et λ2 = −1 − i. Donc, la solution générale est

 
y(x) = e−x C1 cos x + C2 sin x , C1 , C2 ∈ R.

3 Résolution de l’Equation Avec Second Membre

Théorème 3.1. Soient yh la solution générale de l’équation sans second membre (Eh ) et yp une solution particulière

de l’équation (E). Alors, la solution générale y de (E) est donnée par

y(x) = yh (x) + yp (x).

3.1 Solution Particulière de L’Equation Avec Second Membre

Formes Classiques du Second Membre

On va présenter trois formes classiques du second membre.

1− Equation de la forme ay 00 + by 0 + cy = Pn (x) ; Pn un polynôme de degré n.

37
Solution Particulière de L’Equation Avec Second Membre 38

On cherche une solution particulière yp telle que



 Qn (x), si c 6= 0,
yp (x) = x Qn (x), si c = 0 et b 6= 0,
 2
x Qn (x), si c = b = 0.

avec Qn un polynôme de degré n.

2− Equation de la forme ay 00 + by 0 + cy = emx Pn (x) ; Pn un polynôme de degré n et m ∈ R∗ .

On cherche une solution particulière yp telle que


 mx
 e Qn (x), si m n’est pas racine de l’équation caractéristique,
yp (x) = emx x Qn (x), si m est racine simple de l’équation caractéristique,
 mx 2
e x Qn (x), si m est racine double de l’équation caractéristique.

avec Qn un polynôme de degré n.


 
3− Equation de la forme ay 00 + by 0 + cy = emx α cos(ωx) + β sin(ωx) ; ω 6= 0.

On cherche une solution particulière yp telle que


  
 emx A cos(ωx) + B sin(ωx) , si m + iω n’est pas racine de l’équation caractéristique,
yp (x) =  
 x emx A cos(ωx) + B sin(ωx) , si m + iω est racine de l’équation caractéristique.

On calcule les deux réels A et B en remplaçant l’expression de yp dans l’équation.

Exercice 3.1. Résoudre l’équation y 00 − 4y = x e2x .

Solution : On commence par résoudre l’équation sans second membre y 00 − 4y = 0.

L’équation caractéristique est λ2 − 4 = 0. Elle admet deux racines réelles λ1 = 2 et λ2 = −2.

Donc, la solution générale de l’équation y 00 − 4y = 0, est

yh (x) = C1 e2x + C2 e−2x : C1 , C2 ∈ R.

Le second membre de l’équation y 00 − 4y = x e2x est de la forme emx Pn (x) avec m = 2 et n = 1.

comme 2 est racine simple de l’équation caractéristique, alors on cherche une solution particulière de la

forme yp (x) = e2x x (ax + b). C’est à dire yp (x) = e2x ax2 + bx .

On pose u(x) = ax2 + bx. Alors, yp (x) = e2x u(x).

On calcule yp0 (x) et yp00 (x) et on remplace dans l’équation y 00 − 4y = x e2x , on trouve

8ax + 2a + 4b = x.

38
Solution Particulière de L’Equation Avec Second Membre 39

1 −1
D’où, a = et b = .
8 16
Donc, la solution particulière est
x2
 
x
yp (x) = e2x − .
8 16

Par conséquent, la solution générale de l’équation y 00 − 4y = x e2x est

x2
 
x
y(x) = yh (x) + yp (x) = − + C1 e2x + C2 e−2x : C1 , C2 ∈ R.
8 16

Exercice 3.2. Résoudre l’équation y 00 + 9y = ex cos x.

Solution : On commence par résoudre l’équation sans second membre y 00 + 9y = 0.

L’équation caractéristique est λ2 + 9 = 0. Elle admet deux racines complexes λ1 = 3i et λ2 = −3i.

Donc, la solution générale de l’équation y 00 + 9y = 0, est

yh (x) = C1 cos(3x) + C2 sin(3x); C1 , C2 ∈ R.

 
Le second membre de l’équation y 00 + 9y = ex cos x est de la forme emx α cos(ωx) + β sin(ωx) avec m = 1

et ω = 1.

comme 1 + i n’est pas racine de l’équation caractéristique, alors on cherche une solution particulière de la
 
forme yp (x) = ex A cos x + B sin x .

On pose z(x) = A cos x + B sin x. Alors, yp (x) = ex z(x).

On calcule yp0 (x) et yp00 (x) et on remplace dans l’équation y 00 + 9y = ex cos x, on trouve

   
2B + 9A − 1 cos x + 9B − 2A sin x = 0.

Ceci implique en utilisant le fait que les deux fonctions cos x et sin x sont linéairement indépendantes, que
9 2
A= et B = .
85 85
Donc, la solution particulière est

 
9 2
yp (x) = ex z(x) = ex cos x + sin x
85 85

39
Solution Particulière de L’Equation Avec Second Membre 40

Par conséquent, la solution générale de l’équation y 00 + 9y = ex cos x est

 
x 9 2
y(x) = yh (x) + yp (x) = C1 cos(3x) + C2 sin(3x) + e cos x + sin x ; C1 , C2 ∈ R.
85 85

Principe de Superposition

Si le second membre de l’équation (E) est de la forme f (x) = f1 (x) + f2 (x) + · · · + fn (x), on cherche

une solution particulière yPi (x) de l’équation

ay 00 + by 0 + cy = fi (x); (Ei ).

Une solution particulière yp (x) de (E) est alors donnée par

yp (x) = yp1 (x) + yp2 (x) + · · · + ypn (x).

Remarque 3.2. Lorsque le second membre n’est pas l’une des formes indiquées précédemment, on cherche une solution

particulière de (E) en utilisant la méthode de variation des constantes.

Méthode de Variation des Constantes

Soit yh la solution générale de l’équation sans second membre (Eh ). Donc, yh (x) = C1 y1 (x) + C2 y2 (x),

où y1 et y2 sont deux solutions linéairement indépendantes de (Eh ).

la méthode de variation des constantes consiste à remplacer les deux constantes C1 et C2 par des fonctions

C1 (x) et C2 (x) et chercher une solution particulière de (E) de la forme

y(x) = C1 (x) y1 (x) + C2 (x) y2 (x).

On impose de plus la condition suivante

C10 (x) y1 (x) + C20 (x) y2 (x) = 0.

Ce qui donne

y 0 (x) = C1 (x) y10 (x) + C2 (x) y20 (x).

40
Solution Particulière de L’Equation Avec Second Membre 41

On calcule ensuite y 00 , on remplace dans l’équation (E) et on utilise le fait que y1 et y2 sont deux solutions

de l’équation (Eh ). On trouve


f (x)
C10 (x) y10 (x) + C20 (x) y20 (x) = .
a

Il faut donc résoudre le système suivant dont les inconnus sont C10 (x) et C20 (x).
 0 0
 C1 (x) y1 (x) + C2 (x) y2 (x) = 0
 C 0 (x) y 0 (x) + C 0 (x) y 0 (x) = f (x)
1 1 2 2
a
Comme y1 et y2 sont linéairement indépendantes, alors le déterminant


y y2
W = 10 = y1 y20 − y2 y10 6= 0
y1 y20

Les deux solutions du système sont


−f (x) y2 (x)
C10 (x) = ,
aW

et
f (x) y1 (x)
C20 (x) = .
aW

On obtient donc les fonctions C1 et C2 en intégrant C10 et C20 .

Par suite, la solution particulière de (E) est

yp (x) = C1 (x) y1 (x) + C2 (x) y2 (x).

Exercice 3.3. Résoudre l’équation y 00 + y = sin x.

Solution : On commence par résoudre l’équation sans second membre y 00 + y = 0.

L’équation caractéristique est λ2 + 1 = 0. Elle admet deux racines complexes λ1 = i et λ2 = −i.

Donc, la solution générale de l’équation y 00 + y = 0, est

yh (x) = k1 cos x + k2 sin x; k1 , k2 ∈ R.

Comme les deux fonctions cos x et sin x sont linéairement indépendantes, alors on cherche une solution

particulière de la forme yp (x) = C1 (x) cos x + C2 (x) sin x.

41
Solution Particulière de L’Equation Avec Second Membre 42

On résoud le système
(
C10 (x) cos x + C20 (x) sin x = 0
−C10 (x) sin x + C20 (x) cos x = sin x

Les deux solutions du système sont

− sin2 x
C10 (x) = = − sin2 x,
cos2 x + sin2 x

et
sin x cos x
C20 (x) = = sin x cos x.
cos2 x + sin2 x

Donc,
Z Z 
1  sin(2x) x
C1 (x) = − sin2 x dx = cos(2x) − 1 dx = − ,
2 4 2

et
sin2 x
Z
C2 (x) = sin x cos x dx = .
2

Un simple calcul donne

sin(x) x cos x
yp (x) = C1 (x) cos x + C2 (x) sin x = − .
2 2

Par suite, la solution générale de l’équation y 00 + y = sin x est

 
1 x cos x
y(x) = yh (x) + yp (x) = k1 cos x + k2 + sin x − ; k1 , k2 ∈ R.
2 2

Par conséquent,
x cos x
y(x) = k1 cos x + K sin x − ; k1 , K ∈ R.
2

42
Bibliographie

[1] M. Andler, J.D. Bloch et B. Mailliard, Analyse II, Suites et Séries Numériques, Edition Marketing.

[2] A. Awan et B. Radi, Mathématiques, Analyse, Cours et Exercices Résolus, Afrique Orient.

[3] B. Calvo, Exercices d’Analyse 1ère année, Armand Colin, collection U.

[4] B. Calvo, Exercices d’Analyse 2ème année, Armand Colin, collection U.

[5] C. Deschamps, J. Odoux et E. Ramis, Cours de Mathématiques spéciales, Tome II, Dunod.

[6] J. Genet, G. Pupion, Analyse Moderne 2, Résumé de cours et Exercices Corrigés, Vuibert.

[7] J.M. Monier, Analyse II, 1ère année MPSI, PCSI, PTSI, Dunod.

[8] J.M. Monier, Cours de Mathématiques, Analyse MPSI, Cours et Exercices Corrigés, Dunod.

[9] J.M. Monier, Mathématiques, Analyse III, Dunod.

[10] F. Précastaing, J. Sevin, Chemins vers l’Analyse Tome 2, Vuibert.

[11] J.P. Ramis, Mathématiques, tout en un pour la licence, Dunod.

43