Vous êtes sur la page 1sur 352

Temps, Culture et Société

GILLES PRONOVOST

Presses de l’Université du Québec


© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
Cet ouvrage a été publié grâce à une subvention de la Fédération canadienne des
sciences sociales, dont les fonds proviennent du Conseil de recherche en sciences
humaines du Canada.
Le Fonds F.C.A.C. pour l’aide et le soutien à la recherche a accordé une aide financière
pour la rédaction et pour l’édition de cet ouvrage, dans le cadre de sa politique visant à
favoriser la publication en langue française de manuels et de traités à l’usage des
étudiants de niveau universitaire.

Photo de la page couverture : Fonds Yvette HUOT


Conception graphique : Richard HODGSON

ISBN 2-7605-0328-3
Tous droits de reproduction, de traduction
et d’adaptation réservés © 1983
Presses de l’Université du Québec

Dépôt légal — 4e trimestre 1983


Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
Imprimé au Canada

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
TABLE DES MATIÈRES

LISTE DES TABLEAUX ........................................................................................... XIII


LISTE DES FIGURES ................................................................................................XIV
REMERCIEMENTS .................................................................................................. XVII
PRÉSENTATION ............................................................................................................1

PREMIÈRE PARTIE : TRANSFORMATIONS CULTURELLES,


CHANGEMENTS SOCIAUX ET DYNAMIQUE DE
FORMATION DU LOISIR MODERNE ....................................5

INTRODUCTION ............................................................................................................7

Chapitre 1 : Révolution industrielle, culture et loisir dans l’Angleterre


contemporaine .........................................................................................11

1. Révolution industrielle, culture populaire et culture urbaine ................................12


La révolution industrielle britannique ................................................................12
La discipline, le travail et le temps ....................................................................15
Éducation populaire et culture populaire ...........................................................18
La culture urbaine ..............................................................................................22
Formes populaires de loisir et de sport ..............................................................26
2. L’institutionnalisation du loisir et les origines de la culture de
masse (1851-1906) ...............................................................................................28
La réduction du temps de travail : enjeux et débats ...........................................30
L’idéologie dominante des « loisirs rationnels » ...............................................32
Le mouvement pour les « clubs » ......................................................................34
Aux origines du sport moderne ..........................................................................37
Le music-hall et la culture de masse ..................................................................39

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
VIII TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

3. Le loisir dans le contexte de « l’État providence » (Welfare State)...........................41


Études sociales et loisir dans l’entre-deux-guerres ................................................ 44
Les changements sociaux de l’après-guerre .......................................................... 50
L’exemple de l’œuvre de Richard Hoggart ........................................................... 53
Les idéologies politiques du loisir ......................................................................... 55
Le développement des sciences du loisir .............................................................. 58
La thématique actuelle des études sur le loisir : essai d’inter-
prétation .............................................................................................................. 61
Conclusion ..................................................................................................................... 64

Chapitre 2 : Éthique du travail, pouvoir professionnel et culture de


masse aux États-Unis ............................................................................. 67

1. Industrialisation, éthique du travail et classe des parvenus


(1865-1899) ........................................................................................................... 69
Veblen ................................................................................................................ 73
2. La structure de la pensée américaine sur le loisir aux États-Unis,
à ses origines (1900-1930) ...................................................................................... 77
a) La nature humaine .......................................................................................... 79
L’évolution humaine ...................................................................................... 80
Les traits fondamentaux de la nature humaine .............................................. 80
b) Le jeu (play) ................................................................................................... 81
Jeu et travail ................................................................................................... 83
Jeu et éducation : l’éducation du corps et de l’esprit ..................................... 84
c) La civilisation ................................................................................................. 86
Le loisir et l’idéal démocratique américain ................................................... 86
Émergence et développement du loisir : le « free time » .............................. 88
d) La récréation (« recreation ») ......................................................................... 91
e) Le loisir et le monde moderne ........................................................................ 93
Le loisir en tant que « problème » ................................................................ 93
Du bon usage du loisir et de ses effets ........................................................... 94
f) Les leaders ..................................................................................................... 95

3. La problématique anthropologique ......................................................................... 97


Robert S. Lynd et l’étude longitudinale de Middletown .................................... 98
Lundberg, Komarovsky et McInerny (1934) ...................................................... 99

4. Les deux épisodes de la crise économique, puis de la seconde


guerre .................................................................................................................... 105
La crise économique ......................................................................................... 105
La Deuxième Guerre mondiale ........................................................................ 107

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
TABLE DES MATIÈRES IX

5. Les professionnels américains du loisir ................................................................. 107


L’accroissement des effectifs et leur regroupement en
corporation professionnelle ............................................................................. 107
a) La perspective évolutionniste : le « recreation mouvement » 112
b) La nature humaine et le jeu ................................................................... 113
c) La récréation ......................................................................................... 113
d) Le leadership ......................................................................................... 115
6. La problématique de la culture de masse .............................................................. 116
L’éclatement de la problématique de la culture de masse et
l’émergence de plusieurs notions différentes de culture ................................. 120
Conclusion ................................................................................................................ 122

Chapitre 3 : Temps sociaux, éducation populaire et idéologies de la


culture en France ................................................................................. 125

1. Les enjeux pour le temps hors travail aux XIXe et XXe siècles
en France ............................................................................................................... 127
Paul Lafargue .................................................................................................. 131
L’apogée du Front Populaire en 1936 ............................................................. 135
L’idéologie du Front Populaire en matière de loisir ................................... 136
2. La problématique de l’éducation populaire ........................................................... 140
3. Le développement de la pensée théorique et son enracinement historique ........... 146
a) Friedmann : une pensée sur le loisir dérivée d’une réflexion
sur le travail ............................................................................................... 146
b) La théorie du loisir chez Joffre Dumazedier .............................................. 148
1. Une conception du loisir .................................................................. 149
2. Une conception du développement culturel .................................... 151
3. Le pouvoir culturel .......................................................................... 154
4. La société éducative ........................................................................ 157
4. La problématique actuelle des cultures ................................................................. 159
Traits principaux du loisir dans la société française actuelle .......................... 160
Les idéologies de la culture ............................................................................. 163

Chapitre 4 : Les transformations de la problématique du loisir au Québec,


dans ses rapports avec le temps et la culture ..................................... 169

1. L’industrialisation du Québec et les enjeux pour le temps social......................... 170


2. Le processus de formation de la culture urbaine au XIXe siècle .......................... 181

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
X TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

3. La problématique religieuse du loisir au XXe siècle ........................................... 184


La structure de la pensée religieuse ................................................................ 186
Les modalités d’organisation sociale .............................................................. 188
Les populations cibles ..................................................................................... 191
4. Industries culturelles de masse et systèmes de valeurs ....................................... 192
La naissance des industries culturelles de masse ............................................ 192
Le cinéma .................................................................................................... 193
La radio ....................................................................................................... 195
La signification du travail et du loisir dans le contexte de la
culture de masse .............................................................................................. 197
L’introduction des conceptions contemporaines à propos du
loisir ................................................................................................................ 198
Le loisir comme problème social ................................................................ 199
L’explication technologique ....................................................................... 200
Les travailleurs sociaux et le loisir ............................................................. 201
5. La société libérale de consommation .................................................................. 204
Le modèle libéral du loisir .............................................................................. 205
L’économique du loisir ............................................................................... 205
Le pouvoir politique ................................................................................... 206
L’idéologie libérale .................................................................................... 207
La consommation ....................................................................................... 208
L’institutionnalisation du loisir ....................................................................... 210
La professionnalisation ................................................................................... 212

Conclusion : Essai sur le processus de formation du loisir moderne


dans les sociétés occidentales .............................................................. 219

Le temps, comme dimension de la culture et du loisir .............................................. 221


La culture ouvrière .................................................................................................... 222
Industries culturelles et consommation de masse ..................................................... 223
La culture urbaine ..................................................................................................... 224
Les acteurs ................................................................................................................ 224
Le pouvoir politique .................................................................................................. 225
Les idéologies du loisir et de la culture ..................................................................... 226
Les institutions .......................................................................................................... 227
Notes sur la fonction du loisir dans les pays dits en voie
de développement ................................................................................................. 228
Naissance de la pensée scientifique en matière de loisir ........................................... 229

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
TABLE DES MATIÈRES XI

DEUXIÈME PARTIE : PROBLÈMES ACTUELS ET PERSPECTIVES DE LA


RECHERCHE DANS LES SCIENCES DU LOISIR ........... 231

Chapitre 5 : Limites et possibilités des sciences du loisir ....................................... 233


1. Problèmes d’objectivité ......................................................................................... 234
a) La problématique générale de la recherche .............................................. 235
b) L’échantillonnage .................................................................................... 236
c) La cueillette des données ......................................................................... 236
d) L’analyse des résultats ............................................................................. 237
2. Problèmes d’éthique .............................................................................................. 237
a) Problèmes éthiques soulevés par la relation du chercheur à
l’informateur .............................................................................................. 238
b) Problèmes éthiques soulevés par la relation du chercheur
au pourvoyeur de fonds ............................................................................. 239
c) Problèmes éthiques soulevés par les critères d’évaluation
de la recherche ........................................................................................... 239
d) Problèmes éthiques soulevés par l’utilisation des données ....................... 239
3. L’historicité des sciences du loisir ........................................................................ 240
4. L’illusion du « champ » à conquérir ..................................................................... 241

Chapitre 6 : Les obstacles épistémologiques fondamentaux .................................. 245


1. L’obstacle de l’expérience première .................................................................. 247
2. L’obstacle de la description ............................................................................... 250
3. L’obstacle du pragmatisme ................................................................................ 252
4. L’obstacle normatif ............................................................................................ 254

Chapitre 7 : La connaissance appliquée ................................................................... 259


1. La recherche en matière de loisir comme valeur ................................................ 259
Éléments de valorisation du savoir scientifique dans les sociétés
industrielles ..................................................................................................... 261
2. Savoir et savoirs ................................................................................................. 263
3. Nature et caractères de la connaissance appliquée dans les sciences
humaines ............................................................................................................. 265
4. Un paradigme pour l’intervention socio-culturelle ............................................ 268
a) Dénoncer le scientisme .............................................................................. 269
b) Une intervention d’abord sur la connaissance de type « éman-
cipatoire » et critique ................................................................................. 271
c) Une instrumentation pour l’expression des valeurs ................................... 272
d) La notion d’« expérience » ........................................................................ 273
e) L’auto-critique ........................................................................................... 274

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
XII TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Conclusion : La recherche en loisir et le développement culturel ................................277


1. Le problème de la référence ......................................................................................278
2. L’objectivité du loisir ................................................................................................281
3. Sciences du loisir et sociétés contemporaines ...........................................................285
4. Sciences du loisir et développement culturel .............................................................287

BIBLIOGRAPHIE THÉMATIQUE ..................................................................................291


INDEX ONOMASTIQUE .................................................................................................321
INDEX THÉMATIQUE ....................................................................................................329

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU 1 Catégories d’analyse du loisir dans le contexte des études


sociales britanniques des années 1930 ................................................. 48
TABLEAU 2 Chronologie des principaux événements scientifiques dans
le domaine du loisir en Grande-Bretagne, 1960-1982 ......................... 59
TABLEAU 3 Catégories d’analyse du loisir chez Robert S. Lynd, dans
le contexte de l’école anthropologique américaine .............................. 100
TABLEAU 4 Chronologie de quelques événements historiques se rap-
portant à la réduction des heures de travail, en France ......................... 132
TABLEAU 5 Sommaire de l’accord de Matignon et des législations
sociales du Front Populaire, en 1936 ................................................... 137
TABLEAU 6 Chronologie de quelques événements historiques ayant
trait à l’éducation populaire, en France ............................................... 143
TABLEAU 7 Chronologie de quelques événements historiques ayant
trait aux conditions de travail et à la réduction du temps
de travail au XIXe siècle et au XXe siècle, au Québec ......................... 174
TABLEAU 8 Composition et importance relative du poste « loisir », dans
le budget des ménages, ville de Montréal, 1962, 1967,
1969, 1972, 1974, 1976 et 1978, en dollars courants ........................... 209

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LISTE DES FIGURES

FIGURE 1 Nombre de collèges et universités américains offrant un


programme de formation dans le domaine de la récréation
et des parcs, 1930-1980 .......................................................................... 110
FIGURE 2 O.T.J. — Mouvement d’action catholique .............................................. 190
FIGURE 3 Exemple d’organisation d’activités récréatives dans un centre
social, vers 1950 ..................................................................................... 203

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
À Françoise et David

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
REMERCIEMENTS

Le chapitre premier de cet ouvrage n’aurait pas été possible sans l’accueil
généreux du Centre for Urban and Regional Studies, et plus particulièrement de son
directeur Antony S. Travis. J’y ai trouvé hospitalité et climat propice à la réflexion.
De plus ce même chapitre a bénéficié de la lecture et des commentaires de Stanley
Parker, de l’Office of Population and Censuses Survey. Le chapitre qui traite de la
France a été enrichi des commentaires détaillés de Geneviève Poujol, rédactrice en
chef des Cahiers de l’animation, à l’Institut national d’éducation populaire, et celui
qui concerne les États-Unis, de l’attention de mon ami Phillip Bosserman. Quant au
chapitre traitant du Québec, il a bénéficié des commentaires et des précisions de
René Hardy, directeur du Groupe de recherche sur la Mauricie, à l’Université du
Québec à Trois-Rivières.
L’ensemble du manuscrit a bénéficié du support matériel et technique de
l’Université du Québec à Trois-Rivières ; je remercie tout particulièrement le
Décanat des études avancées, ainsi que le Département des sciences du loisir, de
leur aide.
Et comment publier un manuscrit sans l’apport de celles qui en ont assuré la
dactylographie ? Ont collaboré à cette tâche Louise Marcouiller, Diane Boiselle,
Johanne Bellemare, Christine Gauthier et Lise Champoux. Mille mercis constituent
un bien faible témoignage de leur contribution.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
PRÉSENTATION

Les livres ont en commun avec les hommes qui les écrivent ou qui les lisent
que le destin ou l’aventure les guident parfois au-delà de toute attente. Le présent
ouvrage ne fait pas exception à cette règle, puisque né d’un obscur désir de maîtriser
en partie certains aspects de la connaissance de ce champ culturel qu’est le loisir
moderne, il s’est alors heurté, aux détenteurs actuels du pouvoir sur la connaissance
entre autres, les théoriciens et les professionnels du loisir — ainsi qu’aux modes de
fonctionnement de la recherche en la matière. Partie d’un essai de type surtout
descriptif, ma démarche a dû s’ouvrir à la question de la genèse socio-historique de
la recherche en matière de loisir, aux idéologies auxquelles elle emprunte souvent
ses catégories d’analyse, aux structures sociales dont elle est issue, à ses possibilités
réelles d’objectivité scientifique, ce qui, assurément, est beaucoup demander à un
seul homme en son seul destin.
À l’origine, il s’agissait d’illustrer que les conceptions dominantes du loisir,
actuellement véhiculées par les animateurs professionnels du loisir au Québec, ont
été en grande partie importées de problématiques américaines dont le chapitre
deuxième de cet essai décrit le contexte historique et la structuration. Mon intention
était par la suite de mettre en évidence deux conclusions qui découlaient de cette
analyse : d’abord établir que les conceptions les plus courantes de loisir au Québec,
celles qui sont considérées comme normales et allant de soi, sont le fait d’une
véritable domination culturelle presque inconsciente ; puis souligner la relativité
historique de telles conceptions, étant donné leur origine et leur contexte. Ce faisant,
j’espérais « donner à voir » ces idéologies dont la majorité d’entre nous est porteuse,
pour mieux m’en distancier, pour en reconnaître le caractère normatif, et même
caduque, et conclure qu’elles servent à merveille les intérêts des industries
culturelles de masse, des professionnels du loisir, tout comme ceux du pouvoir
politique.
Il y a aussi cet autre phénomène de domination culturelle qui est celui
de l’importation massive de la pensée française, jusque dans certains recoins
cachés des ouvrages produits par les intellectuels québécois. Naturellement,

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
2 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

il ne peut en être autrement pour ce qui est du loisir en particulier. J’ai donc songé à
ajouter un chapitre sur la problématique du loisir en France.
Le tout devait initialement s’achever par un chapitre substantiel sur ce que
j’appelle la socio-histoire du loisir au Québec. On conviendra que cette analyse reste
à faire et que le retard de connaissance en la matière est considérable.
Chemin faisant, mon projet a pris deux directions. La première, qui était
presque à prévoir, a conduit à des synthèses, des analyses et des interprétations qui
m’ont amené à situer de tels « effets de domination culturelle » dans le contexte plus
vaste de la formation du loisir moderne, dont la production d’idéologies ne constitue
qu’un aspect particulier. Il fallait aussi tenir compte, par exemple, des producteurs
d’idéologies, de l’univers culturel plus général dans lequel les représentations de
loisir se sont formées et transformées, de l’entrée en scène d’acteurs différents selon
les périodes, du rôle qu’a été progressivement amené à jouer l’État moderne, etc. Or
cette trame socio-historique de base, fondement de la genèse et de la formation du
loisir moderne, se révèle d’une diversité et d’une richesse fascinantes, et ce, tant au
sujet des situations contrastées que l’on peut observer selon les différentes sociétés,
que par rapport aux ruptures qui jalonnent diverses périodes historiques. C’est
pourquoi il a fallu traiter aussi des transformations dans les systèmes de temps, des
enjeux de l’éducation populaire, des luttes menées par le mouvement ouvrier, de la
culture de masse, de l’État providence et ainsi de suite, car c’est à travers et par
l’histoire des sociétés occidentales qu’a pris forme et s’est institutionnalisé le loisir
moderne.
La seconde direction est apparue plus lentement, surgissant sous forme
d’inquiétude : ce que l’on peut maintenant appeler une pensée scientifique sur le
loisir a été et est lourdement tributaire d’un tracé historique qui en a conditionné,
déterminé la genèse et la formation ; or peu de chercheurs en la matière, sinon aucun
d’entre eux, n’ont encore parcouru ce chemin historique dont ils sont issus, peu ont
reconnu la relation des études sur le loisir à leur contexte économique, politique,
social. Il s’agissait donc de mettre en rapport l’histoire des transformations qu’a
connues le loisir avec l’émergence de la recherche sur le même sujet, dans un
cheminement qui, parfois, constitue plutôt un va-et-vient entre les idéologies
dominantes et les définitions présentées comme concepts ! Ce faisant, une sociologie
des sciences du loisir prenait forme, dans une mise à jour du caractère historique,
relatif, parfois idéologiques des catégories de connaissance utilisées. D’autres
questions ne cessaient alors de surgir : comment se construisirent les sciences
sociales spécialisées et les sciences du loisir en particulier ? quels sont les obstacles
majeurs au développement de la pensée scientifique ? Et encore : puisqu’il s’agit
d’un champ de pratiques sociales, à qui a profité l’introduction de la rationalité
scientifique en la matière ? quelles sont les conceptions dominantes de la relation
entre la science et l’action ? quels processus d’utilisation sociale des connaissances
sont actuellement en vigueur ?

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
PRÉSENTATION 3

Puis, ces autres question : que connaissons-nous vraiment du loisir quand


nous prétendons faire œuvre de science ? Quelle est la véritable emprise sur le réel de
la connaissance scientifique en la matière ?
Parti d’un projet presque militant, cet essai a soulevé de nombreuses
questions dont certaines seulement ont pu être traitées. Mais les préoccupations
historiques et épistémologiques demeurent, et elles seront présentées comme faisant
partie intégrante de la problématique actuelle du loisir et de la recherche.
C’est ainsi, dans ce mouvement de va-et-vient d’analyses, de question-
nements, d’essais d’interprétation, que le présent ouvrage a pris forme. L’hypothèse
de départ est la prédominance des transformations issues de l’industrialisation des
sociétés occidentales, en tant que facteur décisif de la genèse et de la formation du
loisir moderne. La première partie constitue un essai d’analyse socio-historique du
loisir, en quatre pays occidentaux, depuis la période de leur révolution industrielle
respective, ou depuis une sorte de rupture fondamentale (telle la Révolution française
ou la guerre de Sécession américaine) ayant accompagné en quelque sorte cet
événement ; les quatre pays en question sont l’Angleterre, les États-Unis, la France et
le Québec. Pour ce qui est de l’Angleterre (chapitre 1), il s’agit assurément de la
patrie de la révolution industrielle, et ce choix s’est imposé en raison également de la
richesse des enjeux reliés de près ou de loin au loisir en ce pays. Dans le cas des
États-Unis (chapitre 2), c’est de l’auteur déroutant Thorstein Veblen, des fondements
de la pensée occidentale actuelle sur le loisir, des origines de la problématique de la
culture de masse, qu’il s’agit notamment, en plus de ce phénomène de domination
culturelle déjà signalé.
La France (chapitre 3), fournit l’occasion d’élargir la trame fondamentale
qu’a empruntée le loisir, par l’analyse des enjeux du mouvement ouvrier, de la
problématique de l’éducation populaire, des idéologies actuelles de la culture. Il va
sans dire que certaines approches actuelles en sont fortement marquées, pour ne pas
dire obnubilées.
Nullement préoccupé de reprendre en détail l’histoire socio-économique et
culturelle de chacun de ces pays, j’ai concentré mon analyse sur les acteurs et les
conceptions du loisir, tout en tentant d’être plus diversifié, dans la mesure des
connaissances disponibles, pour ce qui est du Québec (chapitre 4). Et au moment où
apparaissent les premières tentatives d’utilisation de catégories d’analyse empruntées
aux sciences sociales, ainsi que les premiers véritables travaux de recherche, cet essai
est infléchi vers l’étude des fondements de la pensée scientifique, leurs
transformations successives, dans leurs rapports au contexte historique, aux enjeux du
moment, aux acteurs en place.
À la lecture de ces pages, j’espère qu’on sera convaincu de la grande richesse
historique dont est tissé le développement du loisir moderne et, aussi, de l’oubli
profond dans lequel il a été maintenu.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
4 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Cette première partie s’achève sur une courte conclusion qui présente ce qui
m’apparaît maintenant comme les éléments historiques majeurs qui ont contribué à
la genèse du loisir moderne et à son institutionnalisation.
La seconde partie fait écho aux préoccupations épistémologiques dont il a
été question : le problème des possibilités d’émergence des sciences du loisir
(chapitre 5), ce qui me semble être les obstacles épistémologiques fondamentaux
auxquels elles ont à faire face, dans une histoire encore courte, certes, mais qui n’est
pas sans rappeler celle des sciences humaines en général (chapitre 6). Puis il sera
question de l’application des connaissances en matière de loisir, de ses enjeux, de
ses limites (chapitre 7).
La conclusion de l’ensemble de l’ouvrage tente de dire que les sciences du
loisir, par-delà leur quête difficile d’objectivité, constituent, pour les sociétés
industrielles, au même titre que la sociologie et l’anthropologie, par exemple, une
nouvelle manière de se comprendre elles-mêmes. Lentement surgies des
transformations majeures de l’industrialisation, les sciences du loisir nous parlent de
ces changements culturels dont nous sommes tissés ; elles font, à leur manière,
œuvre de culture.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
PREMIÈRE PARTIE

TRANSFORMATIONS
CULTURELLES,
CHANGEMENTS SOCIAUX
ET DYNAMIQUE
DE FORMATION
DU LOISIR MODERNE

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
INTRODUCTION

L’objet de cette première partie est de présenter les grandes lignes du


processus de formation du loisir, dans ses rapports avec les conditions socio-
historiques d’une société donnée : conceptions et idéologies du loisir, institutions,
intervenants sociaux, thématiques de recherche, pour ne mentionner que ceux-là,
sont en étroite relation les uns avec les autres, avec des « décalages » et des
« ruptures » typiques, mais aussi et surtout en rapport structurel et dynamique avec
les transformations sociales et culturelles de la société à l’intérieur de laquelle ils
s’inscrivent.
Pour illustrer cela, j’ai choisi d’aborder rapidement, et en généralisant
beaucoup à l’occasion, le cas de quatre pays : l’Angleterre, les États-Unis, la
France, puis le Québec. Ce choix ne s’est pas effectué au hasard ; le chapitre central
constituant l’étude de la problématique du loisir au Québec, on peut vite y constater
une influence culturelle importante en provenance des États-Unis et de la France.
Dans le cas de la société américaine, une telle influence a l’intérêt de nous plonger
aux origines de la pensée moderne sur le loisir, et nous oblige à interroger le
mouvement socio-historique original qui a donné naissance au loisir contemporain.
Dans le cas de la France, à son influence culturelle presque constante s’ajoute
l’intérêt d’une problématique différente, que la comparaison internationale permet
d’étayer. Et, tel que signalé, l’étude de la situation britannique nous plonge au coeur
des bouleversements issus de la révolution industrielle.
Ce sont quelques considérations de cet ordre qui m’ont amené à procéder à
la présentation qui va suivre. Dans la mesure du possible, j’ai voulu procéder à
des études de cas, significatifs à plus d’un point de vue de la période historique
dans laquelle ils se situent. Ce faisant, la pensée d’un auteur ou celle qui se dégage
d’un ensemble de textes, par exemple, sont présentées dans leur contexte
socio-historique, à la fois témoins d’une époque, dans ses tendances, ses rationali-
sations, ses difficultés et ses ambitions, et à la fois œuvres originales issues de
leur milieu et le transcendant. Après un certain nombre de recherches en ce
sens, j’ai pensé que les divers aspects du loisir et les divers auteurs qui seront

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
8 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

présentés seront suffisants pour donner une première vue d’ensemble de la situation,
en préparation, pourrait-on dire, à une étude plus approfondie du loisir dans la
société québécoise, objet du chapitre quatrième.
Il est évident que d’autres problématiques nationales auraient pu être
présentées : je songe tout particulièrement au cas des pays de l’Europe de l’Est où
des problématiques spécifiques, accompagnant un important développement du
loisir, ont pris naissance assez tôt et rapidement. Il y a également le cas des pays dits
en voie d’industrialisation, dont l’expérience historique emprunte parfois un tracé
différent, nouveau, et nourri de contradictions, quand les effets de domination
culturelle et économique n’infléchissent pas irrémédiablement leur destinée. Seule
une connaissance trop rudimentaire de ces sociétés m’a empêché de procéder à leur
analyse, que des collaborations internationales permettront sans doute, un jour, de
mener à terme.
À ces considérations — introduction à tout essai — s’en ajoutent d’autres
qu’on peut qualifier « d’épistémologiques ».
Il y a tout d’abord cette conclusion générale qui me semble se dégager des
conceptions actuelles véhiculées par les principaux acteurs engagés dans
l’organisation du loisir : on observe une sorte d’absence de mémoire historique, sous
prétexte, par exemple, de la nature « contemporaine » et « récente » du loisir,
comme en témoignent l’absence d’une véritable tradition de recherche historique sur
le loisir, l’absence de formation ou d’enseignement en ce sens, et ce dans les
programmes d’histoire et dans les programmes de formation professionnelle en
loisir. Il me semble important, dans la perspective de la recherche d’une meilleure
connaissance du loisir, d’en scruter les origines historiques, les changements et les
transformations.
Or la perspective historique oblige à une sorte de décentration par rapport aux
conceptions et aux idéologies dont chacun est porteur, et aussi par rapport aux
formes d’organisation courantes, en obligeant à reconnaître la nature relative,
mouvante et changeante de toute chose, y compris de ces valeurs du loisir qui sont
très souvent présentées de manière peu critique ou dont on sous-estime
considérablement les origines.
Une autre considération a trait cette fois à la recherche des fondements
des modes d’organisation et de pensée ayant rapport au loisir contemporain.
L’analyse de la dynamique de formation du loisir moderne permet de dégager
l’articulation d’ensemble des conceptions, des structures sociales et des acteurs,
en les situant les uns par rapport aux autres, ainsi que dans leur contexte sociétal. Ce
faisant, sont mis en relief les prémisses et les présupposés de la pensée actuelle sur
le loisir, leur cohérence relative avec certaines formes d’organisation, leurs origines
socio-historiques et leurs transformations. On peut même observer comment la
recherche elle-même, dans ses thématiques et ses conclusions (c’est-

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
INTRODUCTION 9

à-dire les modes de connaissance du loisir), n’est pas indépendante des enjeux, des
problèmes, des changements, que le loisir connaît et a connus.
À partir des considérations qui précèdent et compte tenu des objectifs de cet
essai, l’attention s’est concentrée surtout sur quatre éléments fondamentaux suivant
du loisir : 1° le système culturel, les valeurs, les normes, les croyances, les
conceptions etc., étant entendu que ce niveau d’analyse est explicitement présenté de
manière très générale, pour désigner l’ensemble du discours plus ou moins formel
que le loisir génère ; 2° les acteurs sociaux ainsi que leurs modèles d’action ; 3° les
modes d’organisation, notamment l’organisation économique, juridico-politique et
les institutions sociales ; 4° les rythmes, la périodisation, l’articulation générale,
constitutifs à la fois de la structuration générale du loisir, à une phase donnée (dans
ses rapports de dépendance et d’autonomie avec l’ensemble de la société) et des
changements sociaux eux-mêmes. C’est un tel schéma, assez large, qui a servi de
grille de lecture sociologique pour la reconstitution des diverses trames historiques
de fond qu’a empruntées le loisir en diverses sociétés.
Ceci étant posé, il faut rappeler immédiatement que la présentation qui va
suivre, tout au long de cette partie, sera déterminée par l’intention de s’en tenir
d’abord à une première vue d’ensemble du loisir, et que seront donc mis en relief les
seuls éléments les plus centraux ou les plus structurants, laissant à des études
spécialisées ou de plus grande envergure le soin de confirmer ou d’infirmer les
analyses de départ. Il faut aussitôt ajouter que les lacunes de l’information obligent à
d’autres précautions : pour certaines périodes nos connaissances ont surtout trait à
un aspect ou l’autre du loisir (idéologies, une classe sociale particulière, etc.) et c’est
à partir de cette source qu’il faudra tenter des premiers jalons d’interprétation des
autres aspects du loisir. Pour ce qui est des réserves, notons encore l’ordre même des
préoccupations de cette première partie, en vertu duquel l’examen des situations
britannique, américaine et française sera plutôt rapide (et lié à notre connaissance du
sujet) ; de plus nous nous en tiendrons en grande partie à l’étude des conceptions
dominantes et des idéologies, en faisant le lien, dans la mesure du possible, avec les
acteurs sociaux et les modes d’organisation. C’est uniquement dans le cas de la
société québécoise que sera tentée une approche qui tienne compte de façon
systématique de ces divers éléments fondamentaux dont il vient d’être question.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
CHAPITRE 1

RÉVOLUTION INDUSTRIELLE,
CULTURE ET LOISIR DANS
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE

L’historien ou le sociologue historien doivent se préoccuper


des jugements de valeur selon un double rapport. En premier
lieu, ils s’intéressent aux valeurs véhiculées par ceux qui ont
vécu la révolution industrielle. Les modes de production
anciens et nouveaux ont mené chacun à des types différents de
communautés, dont les modes de vie sont spécifiques. Des
notions et conceptions opposées des aspirations humaines sont
entrées en conflit, et les témoignages ne manquent pas pour
qui veut étudier ces tensions continuelles.
En second lieu, ils sont concernés par le fait d’avoir à porter
des jugements de valeur quant à l’ensemble du processus de la
révolution industrielle, dont nous sommes nous-mêmes
tributaires. C’est notre propre implication qui rend le
jugement si difficile. Nous pouvons cependant recourir à une
certaine distanciation, d’une part à travers l’expérience
historique qui résulte d’une critique `nostalgique’ de
l’industrialisme moderne, d’autre part par l’histoire de cette
résistance tenace de la part der tisserands, ouvriers ou
artisans qui ont vécu l’industrialisation, et ont contribué à la
formation d’une autre culture. À mesure que nous les voyons
changer, nous nous voyons devenir ce que nous sommes
maintenant.
(E.P. THOMPSON, 1980, 485-6).

S’il est une hypothèse chère à la sociologie du loisir, c’est celle de l’impor-
tance centrale et décisive de la « révolution industrielle » dans la genèse et la
formation du loisir moderne, dont la nature et les traits essentiels seraient
spécifiques. Curieusement, peu d’études historiques ont vraiment tenté de scruter
plus en profondeur une telle hypothèse1. C’est pourquoi, en introduction à ce
chapitre, un bref survol des causes et des conséquences principales de la révolution
industrielle britannique a semblé de mise.

1. À part les textes bien connus de Dumazedier, on peut citer CUNNINGHAM, 1980, notamment le
chap. 5.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
12 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

La préoccupation centrale sous-jacente à cette étude du loisir en Angleterre a


été la suivante : comme il s’agit assurément de la patrie de la révolution industrielle,
dont l’impact et les conséquences dans les autres sociétés occidentales sont
indéniables, un examen de ce qui s’est passé en ce pays s’impose, eu égard à
l’hypothèse évoquée plus haut. L’Angleterre a constitué la première nation à faire
l’expérience des bouleversements issus de la révolution industrielle, et par voie de
conséquences des transformations culturelles profondes ayant contribué à la
formation du loisir ; à cet égard, si l’histoire de ce pays est inédite, originale,
spécifique, le tracé qu’y a connu le loisir demeure néanmoins d’une importance
capitale pour notre propos. Il n’est certes pas indifférent de connaître, même au prix
d’un survol rapide, les premiers moments du loisir moderne en Angleterre, son
contexte, son contenu culturel, les principales phases de son développement.
Il faut d’abord faire état des sérieuses limitations de ce chapitre. Les
contraintes de temps et d’espace ont obligé à une synthèse trop courte ; d’une part, à
l’instar des autres chapitres qui vont suivre, je me suis référé aux grandes études
classiques, aux analyses historiques déjà établies, que j’ai reprises à mon compte,
puisque mon propos n’était nullement de procéder à une réécriture de l’histoire
britannique. D’autre part, ma perspective d’analyse a déjà été présentée : moins une
présentation chronologique des événements qu’un essai en vue de dégager les axes
majeurs de compréhension dans lesquels les événements les plus significatifs
peuvent être situés. Et enfin, il est de mise d’ajouter que le présent chapitre traitera
de la problématique du loisir en Angleterre et au Pays de Galles, ne traitera pas de
l’Irlande, et ne mentionnera l’Écosse que dans certains cas particuliers.

1. RÉVOLUTION INDUSTRIELLE, CULTURE POPULAIRE


ET CULTURE URBAINE
La révolution industrielle britannique
Les historiens s’accordent à dater les débuts de la révolution industrielle
britannique autour de la décennie de 1780. Des origines lointaines peuvent être
évoquées, naturellement, mais en termes purement économiques, c’est la fin du
XVIIIe siècle qui marque des changements importants dans la structure et
la croissance de l’économie britannique. Il n’y a pas de « point zéro », ni de
départ absolu ; un certain nombre de conditions ont favorisé l’émergence
de l’industrialisation, entre autres, un climat intellectuel et scientifique (on a signalé
la contribution des penseurs libéraux et des dissidents religieux2), une relative

2. ASHTON, 1948 ; BRIGGS, 1974, pp. 66-74 ; FLINN, 1966, chap. 5 ; RYDER et SYLVER, 1977 ; il
s’agit du débat complexe ayant pour objet les rapports entre les radicaux et les méthodistes, et, plus
généralement, entre des conceptions éthiques du travail et du salut personnel et le capitalisme moderne,
dont Weber a traité.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 13

prospérité, un système colonial bien établi, un certain capital déjà accumulé par
l’aristocratie britannique sur la base de ses larges propriétés foncières.
De plus, la révolution industrielle s’est étendue sur plusieurs décennies,
passant par des phases d’expansion, de ralentissement, et de récession. Ainsi, la
décennie de 1780, qui marque le développement de l’industrie du coton à la suite de
l’introduction de techniques nouvelles de production, est suivie d’une importante
récession pendant et après les guerres napoléoniennes (de la fin du XVIIIe siècle
jusqu’en 1820, approximativement), puis d’une reprise économique, suivie d’une
seconde phase d’industrialisation (autour de 1840) marquée par l’essor des
industries du charbon et du fer, ainsi que par des investissements considérables dans
les chemins de fer.
Une série de facteurs conjoncturels, dans le cadre de relations complexes et
parfois opposées, ont marqué l’histoire économique britannique, à tel point que l’on
a parlé de plusieurs « révolutions » à la fois convergentes et divergentes. Il y a eu
d’abord une révolution agricole : accroissement de la productivité à la suite de
l’expansion des terres cultivables, de la modification des techniques, de
l’introduction de nouvelles variétés de produits et, surtout, développement de larges
unités de production dans le contexte d’un mouvement d’achat et de consolidation
des propriétés agricoles (« Enclosure movement »). Il y a eu aussi un développement
industriel, principalement attribuable à l’introduction de techniques et de machines
nouvelles, dans quatre catégories principales d’industries : d’abord le coton,
première industrie à être transformée radicalement (par l’introduction de machines à
tisser, d’abord mues par des moulins à eau, puis par des machines à vapeur) ; ensuite
le charbon, le fer, et plus tard l’industrie du transport (construction des canaux, puis
des chemins de fer). À cela s’est ajoutée une transformation progressive du
commerce, par la création d’un système financier et bancaire. Il ne faut pas oublier
l’importance, sinon décisive du moins cruciale, d’un commerce international dans
lequel l’économie britannique a trouvé son compte, d’une part, en important les
matières premières et les denrées agricoles dont elle avait besoin, d’autre part, en
exportant ses produits manufacturés ; il s’est agi d’une situation typique, générant
déficit pour les colonies, et pour l’Angleterre, surplus qui pouvaient financer de
nouveaux investissements tant nationaux qu’internationaux. (À cet égard, la
situation du Québec, jusqu’au début du XXe siècle, diffère peu de celle des autres
colonies britanniques.) Il y eut encore ce qu’on a appelé la révolution
démographique, principalement caractérisée par un rythme sans précédent
d’accroissement de la population, à partir du milieu du XVIIIe siècle (le sommet
sera atteint dans la décennie de 1811-1821) ; l’augmentation des naissances fut
suivie d’une réduction de la mortalité à partir du XIXe siècle, rythme qui n’aurait pu
être soutenu n’eût été la révolution agricole qui a servi à fournir la main-d’œuvre
nécessaire aux nouvelles industries en expansion (dont une importante maind’œuvre
enfantine).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
14 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Bref, cette « révolution industrielle » n’a rien d’un mouvement historique


linéaire, gracieux, et n’est surtout pas le résultat des seuls changements techno-
logiques. Il faut insister sur la multiplicité des facteurs — culturels, sociaux,
économiques, démographiques — et leur convergence dans le contexte d’une trame
historique spécifique ; l’Angleterre a été la première nation à entrer dans l’ère
industrielle, d’une manière qui correspondait à la spécificité de ses conditions
historiques3.
Un tel processus s’est accompagné de transformations radicales dans le
domaine de la vie politique, sociale et culturelle. Pour les besoins de cette analyse,
qu’il suffise de mentionner qu’en plus des conséquences économiques bien connues
(accumulation du capital, formation progressive des trusts modernes, changements
dans les niveaux de vie), les structures sociales elles-mêmes ont été bouleversées, la
caractéristique majeure étant la naissance d’une classe ouvrière, dont la «
conscience » est déjà très nette dès avant le milieu du XIXe siècle4, puis son
institutionnalisation (syndicat, presse, parti politique) ; le milieu ouvrier jouera un
rôle considérable dans les réformes politiques et éducatives de l’époque.
Une autre conséquence fut la transformation progressive du système
politique, non seulement par l’accès lent et tortueux à diverses phases de démocratie
parlementaire, mais aussi par la centralité de plus en plus grande que le pouvoir
politique introduisait dans la vie économique, sociale et culturelle du pays, par-delà
et en dépit de l’idéologie du « laisser faire » à son apogée. L’État moderne
britannique est issu de la révolution industrielle.5
Signalons encore quelques changements culturels majeurs. L’ensemble des
modes de vie furent bouleversés, il n’y a aucun doute. Plus particulièrement il y eut
ce long et difficile débat autour de l’éducation, dont l’enjeu était considérable
puisqu’il portait sur la nature, les modalités, le contenu, et le contrôle du système
lui-même. À peu près tous les acteurs intervinrent à leur façon : conformistes ou
dissidents religieux, radicaux, penseurs réformistes, mouvement ouvrier, dans
une succession d’essais et de revirements, des « Sunday Schools » (dès la fin du
XVIIIe siècle), aux « Mechanic’s Institutes » et aux grandes réformes éducatives à
partir de 1870. Ce ne fut pas le fruit du hasard que cela survienne aux temps de la
révolution industrielle.
La première moitié du XIXe siècle, en particulier, constitue l’une
des périodes les plus proléfiques en mouvements sociaux : agitations pour les

3. Il n’est pas possible, en quelques lignes, de faire état de la complexité et la richesse de la révolution
industrielle britannique à ses débuts ; la bibliographie thématique contient une sélection d’ouvrages sur
le sujet.
4. Sur ce sujet, voir entre autres : l’article de Asa BRIGGS, 1956 ; la monographie détaillée de FOSTER,
1974 ; MORRIS, 1979 ; et l’ouvrage capital de E.P. THOMPSON, 1980.
5. Sur ce sujet, voir HOBSBAWN, 1969, chap. 12 ; MARSH, 1979, et PERKIN, 1969, chap. VIII.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 15

réformes parlementaires (par exemple le chartisme), mouvements pour les réformes


dans l’industrie, multiples tentatives d’organisations ouvrières, mouvements
d’éducation populaire, débuts de la presse ouvrière, émeutes. Cela est le signe de
changements profonds, auxquels ont répondu des mouvements d’adaptation,
d’intégration, ou encore de répudiation des institutions existantes et de formulation
de nouveaux projets collectifs6.
De sorte qu’une nouvelle société, au sens le plus profond du terme, en est
surgie :
Dans le premier quart du XIXe siècle, il était devenu de plus en plus évident qu’une
nouvelle société était en voie d’émergence en Angleterre, au plan politique, social,
intellectuel et spirituel, et pour laquelle ne suffisaient plus les institution et les idées
héritées du XVIIIe siècle (Kitson CLARK, 1963, p. 39).

La discipline, le travail et le temps


L’introduction progressive du système des entreprises modernes, plus ou
moins mécanisées, nécessitant une abondance de main-d’œuvre, la moins chère
possible, a perturbé le rythme de vie de la population britannique. À un rythme
paysant de demi-subsistance, tributaire de la température et des saisons, au caractère
irrégulier du travail ponctué de fêtes diverses, a succédé lentement mais sûrement,
ce que l’on a appelé la discipline du temps. Le mouvement, déjà observable vers le
milieu du XVIIIe siècle, a définitivement été imposé — non sans une longue
résistance ouvrière — dans le premier tiers du XIXe siècle.
Essentiellement, il s’agissait de répondre aux impératifs de la production par
la synchronisation du temps de travail des ouvriers et ouvrières en usine. Pour y
arriver, on a utilisé une série de mesures raffinées : amendes nombreuses et pour
tout menu prétexte, violences physiques, congédiements. Tout cela était appuyé
d’une idéologie puritaine du travail et du temps : d’une part, sur la lancée des
mouvements religieux, une campagne fort longue, caractéristique du protestantisme
britannique de l’époque, pour la réforme des mœurs, la discipline personnelle, la
recherche du salut des âmes avant toute chose ; d’autre part, une dénonciation
vigoureuse des plaisirs de ce monde. L’éthique puritaine du travail, à son apogée,
reposait sur la croyance au salut personnel par une vie ordonnée, laborieuse, frugale,
grave et sérieuse, et rejettait comme moralement inacceptable, le loisir, l’alcool et
l’oisiveté7.

6. Voir l’excellent ouvrage de J.F.C. HARRISON, 1971, portant sur la période 1832-1851, et notamment le
dernier chapitre.
7. On peut référer à l’article de POLLARD, 1963 ; aux textes de THOMPSON, 1967, 1980 (notamment le
chap. 9) ; à HOUGHTON, 1957 ; J.F.C. HARRISON, 1971.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
16 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

L’ensemble du XIXe siècle fut marqué profondément par de telles


conceptions. Ainsi les employeurs trouvaient ample matière à justification aux
longues heures de travail ; cela a même servi à légitimer les salaires en-dessous du
seuil de subsistance : des salaires trop élevés, disait-on, diminueraient l’incitation au
travail et la productivité, et permettraient aux ouvriers d’avoir accès à des plaisirs
pervers ; gardons les travailleurs pauvres et affamés, c’est ce qu’il y a de mieux pour
le salut de leur âme, ce qui d’ailleurs correspond à leur situation de « lower order »8
Cela a aussi justifié, entre autres, la tragédie du travail des enfants, amenés en usine,
ou dans les mines, souvent à partir de 6 ou 7 ans. L’argumentation typique, en ce
cas, est bien illustrée par le témoignage d’un employeur, en 1816, dont le moulin de
plus de 300 employés engage une quarantaine d’enfants de moins de 10 ans :
Pensez-vous que le travail des jeunes (young people) en usine est favorable à leurs moeurs
(morals) ? — Certes il l’est, si je puis dire, car il les écarte du mal (mischiefs), et pendant qu’ils
sont occupés au travail, ils sont moins portés à contracter des mauvaises habitudes,
contrairement à ce qui se produit s’ils perdent leur temps en oisiveté à l’extérieur (...). Je pense
qu’une meilleure condition (de vie) pour les enfants vient du fait de l’ordre et de la discipline
qui sont maintenus dans les manufactures.9
Il y eut une longue résistance ouvrière, notamment par des mouvements
parfois bien organisés et fort violents de destruction des machines en usine (comme
ce fut le cas lors du mouvement des Luddites, parmi les tisserands, dans les années
1811-1812 et 1818-1819 tout particulièrement). Les ouvriers ont ressenti vivement
la contrainte imposée par l’horloge en usine ; elle obligeait à s’astreindre à un
rythme quotidien imposé, elle signifiait travail cadencé et monotone, elle était
perçue moins comme instrument de mesure du temps que d’oppression. Il ne faut
pas oublier que jusque vers le milieu du XIXe siècle, la semaine de travail a souvent
été fort irrégulière, avec, par exemple, de longues heures de travail du mardi au
vendredi, une journée plus courte le samedi, et des absences plus ou moins
régulières jusqu’au mardi suivant : la tradition du « Saint Monday » (traditionnel
jour de marché) n’a en fait été abolie qu’avec l’arrivée du demi-congé du samedi à
partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, que les employeurs ont troqué en
quelque sorte contre une journée de travail régulière le lundi.
Il a ainsi fallu plusieurs générations d’ouvriers pour que soient finalement
acceptées la « discipline de l’horloge », l’habitude d’un rythme de vie cadencé

8. Je m’inspire ici de Peter Mathias, « Leisure and wages theory and practices », dans Peter MATHIAS, éd.
1979, The Transformation of England, London, Methuen, chap. 8, 148-167.
9. Témoignage d’un employeur, devant le Select Committee on the State of Children Employed in the
Manufactories of the United Kingdom, 1816, pp. 79 et 80, partiellement cité par WARD, 1970, t. 2.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 17

par le temps de l’usine, une rupture de plus en plus nette entre le temps de travail et
les autres temps de la vie. L’intériorisation progressive d’une telle conception du
temps réglementaire, ordonné, allait de pair avec l’éthique puritaine du travail, de
l’anti-oisiveté, dont il a été question. Une nouvelle notion du temps avait pris
forme.10
Par la suite, cette notion du temps est devenue partie intégrante des moeurs ;
on observe une longue et difficile lutte non pas pour l’abolition du temps
chronométré, mais pour la réduction du temps de travail, dans le cadre de la
recherche de conditions de travail meilleures. Il faudra tout le XIXe siècle au
mouvement ouvrier pour que soient obtenus d’abord l’abolition du travail des
enfants, puis la journée de 12 heures, puis de 10, puis de 9, et le demi-congé du
samedi, apparu à partir de la deuxième moitié du siècle ; c’est au tournant du XXe
siècle qu’apparaîtra la journée de 8 heures, sur la lancée de revendications ayant pris
naissance dans la décennie de 1880.
L’argumentation à l’origine des premiers mouvements de réduction du temps
de travail est significative du contexte historique dans lequel elle a pris place :
abolition et interdiction de toute forme d’association ouvrière, alternances
irrégulières de prospérité et de récession, libéralisme économique à son apogée,
contrôle presque total des employeurs sur les salaires, répression. Or quel est ce
qu’on pourrait appeler le système de référence des ouvriers par rapport au temps de
travail et de non-travail ? Comment, dans le contexte de l’éthique puritaine, est-il
possible de justifier de travailler moins longtemps ?
D’abord, indéniablement, il y a un appel constant à la diminution des heures
de travail en vue de mettre fin à l’exploitation sauvage des employeurs, laquelle, à
vil prix, va au-delà des limites de l’endurance humaine.
Que vos pétitionnaires se plaignent que les heures de travail, particulièrement celles
des ouvriers en usine, se prolongent au-delà des limites de l’endurance humaine, et
que les salaires gagnés par un travail inhumain dans des ateliers surchauffés et
insalubres, ne suffisent pas à entretenir la force du corps, ni à procurer le confort
indispensable après une dépense excessive d’énergie (extrait de la Charte de 1842)11
Ensuite, il était perçu que des heures de travail plus courtes permettraient à la
fois d’alléger le travail des femmes et des enfants (dont les rapports du Select
Committee diront les excès) et de répartir sur un plus grand nombre le travail
disponible, contribuant de ce fait à réduire le chômage. De plus, une telle mesure

10. Voir deux articles majeurs sur ce sujet : POLLARD, 1963, repris au chap. 5 de son ouvrage de 1965 ; et
THOMPSON, 1967.
11. Cité dans DOUGLAS, David, (gen. ed.), English Historical Documents, vol. XII (1), 1956, London,
Eyre and Spottiswood, p. 447.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
18 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

permettrait de mieux contrôler le travail excessif et le temps supplémentaire souvent


quotidien.
Mais comment était-il possible de justifier ainsi de travailler moins tout en
échappant à l’idéologie puritaine du travail, aux accusations d’oisiveté ? Il semble
bien que l’argument majeur utilisé ait été celui de l’accès à l’éducation, à cette
époque définie par des perspectives morales tout autant qu’intellectuelles (voir plus
loin). De plus, les effets du « factory system » sur la vie familiale ont été ressentis
vivement : comment pouvait-on encore parler de « famille » quand tous étaient au
travail du petit matin jusque tard en soirée, et revenaient récupérer quelques forces
dans un logement insalubre et surpeuplé ? Les artisans ont aussi voulu exprimer leur
perte d’autonomie, voire leur dignité, à devoir ainsi se plier à la discipline de
l’usine, demeurer à la merci de l’employeur, et ne pouvoir à leur guise alterner
repos, fête et travail. De sorte que l’argument du loisir, du jeu et de la fête a aussi
été utilisé, dès le début.
Concitoyens et collègues chrétiens. Vous êtes respectueusement invités à une réunion
qui se tiendra jeudi soir prochain à 7h30, à Pudsey, dans la salle de la Sunday-School
de l’église.
L’objet de la rencontre est d’obtenir du temps pour le repos (rest) et pour le jeu
(play), pour l’amélioration du chauffage des maisons, pour l’amélioration des
conditions domestiques, pour l’éducation littéraire par les écoles du soir, et surtout,
pour l’instruction religieuse des ouvriers (affiche, datant de 1836, diffusée par le
Pudsey Short Time Committee).12
E.P. Thompson parle à juste titre de « différenciation technologique violente
entre le travail et la vie »13. C’est dans ce processus de réorganisation de l’ensemble
des conditions de vie, dont la restructuration des temps sociaux fut un des épisodes
les plus pénibles, que s’inscrit à l’origine la question du loisir moderne, lequel
apparaît au début comme un appel à des formes élémentaires de respect de la culture
populaire et de la dignité humaine.

Éducation populaire et culture populaire


Notre conception du temps proprement réparti est la suivante : une part pour
l’exercice physique ; une part pour la lecture ou le développement intellectuel
(mental improvement) ; une part pour le repos complet, incluant le temps pour les
repas, et le doux plaisir du milieu familial ; il s’agit de ce temps quand un homme
n’est en aucune façon au travail.

12. Cité par J.T. WARD, 1970. t. 2, p. 129.


13. E.P. THOMPSON, 1980, p. 487.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 19

Or nous affirmons que le pauvre travailleur est si longuement à l’ouvrage, tous les
jours, qu’il ne lui reste vraiment aucun temps pour son développement intellectuel, ni
suffisamment de temps pour le repos avec sa famille ; de sorte que sa culture
intellectuelle est négligée, cette culture qui consiste à lire des ouvrages utiles, à
acquérir des informations utiles par la réflexion ou la conversation (John FITZ
GERALD, 1856, p. 7 ; soulignés de l’auteur).
La citation précédente est remarquable par la conscience explicite de la
diversité des temps sociaux produits par la révolution industrielle, et par son appel à
un temps particulier pour le loisir et la culture. Elle illustre comment l’un des
premiers débats à surgir, revendiquant le loisir, a été celui de l’éducation,
parallèlement à celui qui a porté sur la réduction des heures de travail.
Ce n’est pas avant 1870 que la première véritable pièce législative en matière
scolaire sera adoptée en Angleterre (à la suite de deux commissions d’enquête : la
Commission Newcastle et la Commission Clarendon 14) L’institutionnalisation
du système scolaire fut précédée d’initiatives privées et collectives remontant au
XVIIIe siècle. Dans ses traits majeurs, le mouvement pour l’éducation populaire a
été défini à l’époque dans le cadre de l’amélioration des « conditions morales » et
sociales de la population, et s’est adressé d’abord aux « pauvres », aux enfants, puis
à la classe ouvrière (appelée « working class » à partir du début du XIXe siècle).
En plus des écoles privées à l’intention de l’aristocratie, ont été fondées, à
partir de 1780, les écoles du dimanche (Sunday Schools), à l’intention des « poors »
qui ne pouvaient aller à l’école sur semaine, à cause de leur travail ; ces écoles furent
par la suite divisées entre écoles pour enfants et écoles pour adultes. À la suite des
premières législations en matière de conditions de travail, un certain nombre
d’écoles en usine (factory schools) ont aussi été créées, pour les enfants, mais avec
relativement peu de succès, compte tenu de l’opposition des employeurs et des
longues heures de travail. La plupart des écoles ont été fondées par des
philanthropes, ou par les organisations religieuses établies ou dissidentes.
Or ce mouvement d’éducation populaire a explicitement constitué une
tentative de contrôle social des milieux populaires, pour voir à leurs conditions
générales, certes, mais aussi pour s’assurer de leur moralité, prévenir les tensions
sociales et les agitations, fréquentes à l’époque, et parfois même voir à
l’organisation de « sains divertissements ».

14. Pour ceux qui s’intéressent à ce sujet précis, le rapport de ces commissions peut être trouvé dans la série
des British Parliamentary Papers, publiée par la Irish University Press, Shannon, Ireland, 1968 ; la
Newcastle Commission, 1861, est située dans la section « Education », vol. 3-6, et la Clarendon
Commission, 1864, dans le vol. 9-12.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
20 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Ainsi les Sunday Schools ont donné lieu à diverses querelles religieuses pour
le contrôle du contenu moral et éducatif à transmettre aux enfants. Elles ont été
perçues comme un excellent moyen de respecter le dimanche puisque l’éducation
religieuse y était partie intégrante (il y a eu divers mouvements pour l’observance
du dimanche). Et elles ont de temps à autre organisé des foires, des panoramas et
des expositions. Il n’est pas exagéré de dire que dans la première moitié du XIXe
siècle, les Sunday Schools sont à inscrire dans un mouvement plus vaste de contrôle
social du temps libéré du travail, de concert avec les campagnes contre l’abus de
l’alcool et les premières tentatives d’organisation d’activités récréatives.
Certes les écoles du dimanche, tout particulièrement, ne constituaient pas des
organisations de loisir ! Mais selon l’analyse des historiens qui se sont penchés sur
cette question, il appert que, pour notre propos, c’est dans un tel contexte que l’une
des premières façons de poser le problème du loisir moderne est issue, c’est-à-dire
la préoccupation des besoins des pauvres et des enfants, ou de la classe ouvrière, la
volonté d’aider à éduquer aux vertus morales et civiques, d’améliorer leurs
conditions de vie.15
Une autre institution importante d’éducation populaire est apparue dans cette
première moitié du XIXe siècle ; il s’agit des Mechanic’s Institutes, dont le premier,
celui de Glasgow en Écosse fut fondé en 1823, et celui de Londres pendant la même
année. Leur nombre s’accrut jusqu’à environ 700, vers 1850, période qui marqua
également le début de leur déclin.
Fondés essentiellement par des philantrophes, rejoignant surtout les « classes
moyennes » en émergence, ces Mechanic’s Institutes étaient généralement dotés
d’une bibliothèque, et organisaient à l’origine des « lectures » et des cours sur divers
sujets scientifiques. Un magazine fut publié à partir de 1824. Ont aussi été
organisées à l’occasion des expositions et des excursions scientifiques. Très
tôt cependant ils ont dû élargir le champ de leurs activités, par exemple par
des causeries moins « scientifiques » — portant sur la musique, les voyages,
l’élocution — ou par des concerts et des soirées récréatives ; l’une des causes de
leur échec aurait été due à leur incapacité de répondre à certaines attentes
populaires, et aussi à l’idéologie des classes moyennes qui y prévalait.
Les Mechanic’s Institutes ont contribué à l’alphabétisation des milieux
populaires, ont favorisé la création de certaines écoles populaires, et ont été

15. Cf. le témoignage de LAQUEUR, T.W., 1976 : « les Sunday Schools ont fait porter leur lutte pour le
contrôle du loisir des enfants, d’une triple manière. D’abord, par l’éducation, en tant qu’entreprise de
regénération morale ; en second lieu, par le soutien apporté à la tempérance et aux autres campagnes de
réforme ; en troisième lieu, par la mise en œuvre de contre-réactions » (p. 23). Voir aussi J.C.F.
HARRISON, 1961, pp. 4-5, 77.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 21

à leur tour confrontés à la question du loisir ; certains ont même suscité la création
de clubs sportifs.16
Et enfin, une autre forme d’organisation a surgi à cette période ; il s’agit des
sociétés d’entraide mutuelle (Mutual Improvement Societies). Authentiques
créations ouvrières, elles ont constitué l’une des réponses des milieux populaires à
divers besoins, dont les besoins éducatifs ; elles étaient davantage ouvertes aux
discussions, s’attachaient à l’enseignement de base, et, quoique éphémères, elles ont
été pour un temps, de puissants agents d’entraide, de secours mutuel et de formation
de la conscience ouvrière. Historiquement, leur apparition date d’ailleurs d’avant la
création des premiers Mechanic’s Institutes, qu’elles ont parfois favorisés.
Il n’est pas indifférent que divers mouvements d’éducation populaire aient
surgi dès les premiers moments de la révolution industrielle britannique. À travers
des débats longs et tortueux, des conditions de société ont fait en sorte que le
problème de l’éducation a été posé. Et, encore une fois, cela a eu pour conséquence,
entre autres, de constituer l’un des premiers schémas de référence à travers lequel le
loisir a été perçu et identifié.
La première moitié du XIXe siècle, particulièrement les décennies de 1820 à
1840, est aussi marquée par l’apparition de la littérature ouvrière et populaire
moderne. Ce furent les éditions à bon marché d’ouvrages de vulgarisation
scientifique, rapidement suivis de romans, poésie, oeuvres classiques à grand tirage
et à faible prix. Il y a eu les premiers hebdomadaires à bon marché, dont The Penny
Magazine, publié par la ‛Société pour la diffusion du savoir utile’, de 1832 à 1846 ;
à l’origine, son contenu était essentiellement éducatif ; divers hebdomadaires du
genre ont à leur tour été suivis d’ouvrages exclusivement composés de satires,
fictions, romances, dont la popularité fut encore bien plus grande !
C’est encore l’époque de l’apparition des premiers journaux ouvriers, aux
titres évocateurs : « La crise » (The Crisis), « Le protecteur du pauvre » (Poor
Man’s Guardian), « L’ami de l’ouvrier » (The Working Men’s Friend), etc. À leurs
débuts, ceux-ci ont souvent dû surmonter la répression policière dont ils étaient
l’objet, puisque en vertu des lois existantes (et particulièrement pendant la période
de 1831 à 1836) les journaux devaient subir la surveillance du gouvernement ; les
journaux plus radicaux et plus politisés s’y sont opposés, et ont paru en dépit des
lois répressives (finalement les contrôles gouvernementaux, assortis d’une lourde
taxe, ont été de beaucoup allégés).
De tels journaux ouvriers ont contribué à diffuser les attentes et les
conceptions de la classe ouvrière, ils ont joué un rôle majeur dans le dévelop-

16. Sur les Mechanic’s Institutes, voir deux textes qui en décrivent l’organisation et les activités :
HARRISON, J.F.C., 1961, 57-89 ; TYLECOTE, M. 1957.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
22 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

pement de la conscience ouvrière, ont constitué l’une des charnières vitales du


mouvement ouvrier en formation, et ont favorisé l’expression d’une littérature
populaire authentique.17
Ainsi, parallèlement à ces mouvements d’éducation populaire s’est forgée ce
que l’on peut appeler une culture ouvrière originale. Un tel processus historique
n’est pas unitaire, ni linéaire, puisque divers « publics », une stratification sociale
profonde des genres et des goûts, des intérêts politiques opposés en constituent la
trame de fond. À l’époque de la révolution industrielle britannique une littérature
nouvelle prend forme ; il s’agit là encore d’un élément essentiel à la compréhension
de la génèse du loisir moderne.

La culture urbaine
L’une des conséquences manifestes de la révolution industrielle a aussi été la
création des villes modernes. Toute proportion gardée, l’urbanisation s’est
développée rapidement en Angleterre ; le recensement de 1851, par exemple,
démontra que la population était déjà à majorité urbaine ; à Londres, seule
grande ville britannique du XVIIIe siècle, s’ajoutèrent neuf villes de plus de
100 000 habitants en 1851. Un tel processus ne s’est pas fait spontanément, ni par
hasard ; la ville moderne britannique s’est nourrie de vagues successives
d’immigrants, attirés par les emplois disponibles dans les nouvelles usines. Il y eut
ainsi des mouvements de migrations régionales, et même des expéditions d’enfants
ou d’ouvriers par les administrateurs de la « loi des pauvres », quand les entrepre-
neurs ne prenaient pas à leur charge, et à leur profit, la construction de logements
parfois insalubres autour des mines et des industries.
Ces déplacements par milliers entraînaient la sujétion parfois presque totale
de l’ouvrier et sa famille à l’employeur, l’acceptation forcée de nouvelles conditions
sociales et culturelles, l’intégration dans un nouvel environnement. Les conditions
de vie se sont manifestement détériorées.
La ville industrielle de la première moitié du XIXe siècle était essentiellement
conçue comme un lieu de travail, une place d’affaires ; l’idéologie puritaine d’alors
faisait peu de place aux divertissements. Des témoignages d’époque concordent
pour souligner l’omniprésence des activités économiques dans les
villes de la première moitié du XIXe siècle, et l’absence relative de lieux publics
et de divertissements ; dans certains cas on avait aboli les théâtres à prix
populaires, les parcs et promenades étaient souvent de propriété privée ; il y avait

17. Sur la littérature ouvrière et populaire de l’époque, il existe des études importantes ; l’admirable ouvrage
de Martha VICINUS, 1974 ; l’analyse de la lutte menée par la presse « unstamped » (celle qui se refusait
aux contrôles gouvernementaux), pendant les années 1831-1836, par Patricia HOLLIS, 1970 ; et
l’ouvrage essentiellement documentaire de Alan J. LEE, 1976.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 23

même des règlements pour interdire les jeux d’enfants dans les rues ; une loi du
Parlement, passée en 1835, prévoyait des amendes pour ceux qui étaient pris à jouer
au football ou à tout autre « game » sur les voies publiques18. De plus, beaucoup de
villes n’étaient pas incorporées, ou encore étaient sous la gouverne de l’aristocratie
foncière19.
Les « grandes villes et agglomérations populeuses », comme on les appelait,
pour nécessaires qu’elles soient à l’économie, n’en ont pas moins été perçues
comme un environnement physique global susceptible d’influencer pour le meilleur
et pour le pire les habitudes et les mentalités ; une sorte de perspective behavioriste,
établissant un lien étroit entre le milieu physique et les comportements, y était déjà
présente. La croissance démographique urbaine désordonnée, par exemple, était
perçue comme pouvant mener à la misère, à l’ivrognerie, aux pires conséquences
morales. On a établi une relation de causalité entre les conditions d’hygiène et de
santé, très mauvaises, et leur effet tant sur le taux de mortalité que sur le « moral »
des « classes inférieures ».
Les solutions envisagées ont été principalement de deux ordres ; d’abord des
mesures hygiéniques, de prévention, (aqueducs publics, etc.), puis des travaux pour
l’amélioration de l’environnement urbain, au premier rang desquels figurèrent des
sentiers publics et des parcs de verdure.
C’est dans une série de rapports parlementaires parus entre 1830 et 1850
qu’on peut dégager la nature de l’argumentation utilisée, et dont le contenu a
profondément influencé les conceptions du loisir20.
Le problème se compliquait du fait que le mouvement, déjà évoqué, de
consolidation des terres agricoles (Enclosure Movement) avait pratiquement conduit
à l’appropriation privée d’une grande partie du territoire ; ne subsistaient en certains
endroits que des « Open Space », ou « Commons », ou « Village greens », en vertu
de l’usage public traditionnel qui en était fait, et que l’on s’efforçait de protéger.
Dans les villes, et même les villages, c’est à peine s’il existait des sentiers publics
pour se rendre au travail. Les jardins botaniques, les grands parcs londoniens étaient
fermés au public.
Dans un tel contexte, fut d’abord affirmée la nécessité de préserver
les espaces verts existants, ainsi que d’en prévoir un certain nombre d’autres,
principalement par diverses mesures législatives appropriées. L’argument
majeur était que l’air pur et l’exercice physique étaient favorables tant à la santé

18. Qu’il suffise de référer au témoignage explicite de Engels.


19. Le Municipal Reform Act date de 1835, et il faudra plusieurs années avant que la majorité des villes se
prévalent des dispositions prévues.
20. Nous référons au fameux Rapport Chadwick, paru en 1842, sur « les conditions sanitaires de la
population ouvrière », aux rapports sur les Public Walks, 1833, sur la santé et la condition des villes,
1840 et 1844, tous cités en bibliographie.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
24 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

qu’à la moralité des milieux populaires. Ainsi le rapport Chadwick (1842) traite
textuellement des « effets des sentiers publics et jardins sur la santé et le moral des
classes inférieures de la population »21, et un autre rapport paru à la même époque
conclut que « l’air frais est essentiel à la santé et à une vigoureuse discipline
intellectuelle »22.
Les espaces publics ont ainsi été légitimés pour leur contribution indistincte à
la santé physique et mentale. On a insisté fortement sur leur rôle préventif, de tels
espaces étant de nature à détourner les milieux ouvriers des amusements de bas
étage, de l’ivrognerie, des dépenses inutiles, aux conséquences si néfastes pour leur
condition morale et physique.
D’autres exemples peuvent être cités au sujet des effets des parcs et autres places
publiques dans la métropole (Londres) en vue d’établir l’importance de telles facilités
récréatives, moins pour le plaisir qu’elles procurent en elles-mêmes, que pour la
concurrence qu’elles tiennent avec d’autres sortes de plaisirs coûteux,
démoralisateurs, et dommageables pour la santé.
Et le rapport de citer l’expérience réussie d’une compétition à la charrue qui a
permis de détourner les jeunes gens d’une foire populaire !23 Si le loisir était perçu
comme un mal nécessaire, et la plupart des divertissements, condamnables, tout au
moins était-il possible de voir à la mise en place de lieux et places publics procurant
des « amusements contrôlés, rationnels et bénéfiques » (idem).
Votre comité est convaincu que des places publiques réservées à l’amusement des
classes les plus humbles (avec des réglementations qui assurent le bon ordre)
contribueraient à leur faire perdre l’habitude des plaisirs avilissants et de bas étage.
De nombreuses plaintes ont été faites au sujet des débits de boissons, des combats de
chiens, des matchs de boxe, et à moins que l’on procure aux ouvriers des occasions
pour d’autres sortes de divertissements, ils seront entraînés vers de telles activités »24.
Un autre rapport parlementaire, portant sur l’ivrognerie, proposa à son tour
diverses mesures du même ordre pour enrayer le mal.
Une relation de cause à effet a aussi été établie entre l’absence de lieux
publics pour les enfants et la délinquance juvénile ; en plus de la création de terrains
de jeux, il était recommandé que les écoles pourvoient à l’organisation d’exercices et
de jeux25.

21. Rapport Chadwick, 1842, p. 275.


22. First Report of the Commissioners on the State of Large Towns and Populous Districts, 1844, p. 35.
23. Rapport Chadwick, p. 276.
24. First Report of the Select Committee on Open Spaces, 1865, p. 8.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 25

Une autre mesure envisagée à la même période a été la construction de bains


publics, conçus à l’origine pour fin d’hygiène. À Liverpool, par exemple, il y avait
des bains chauds ou froids, privés ou publics, et des salles de désinfection des
vêtements, exclusivement, stipulaient les règlements, à l’intention des « pauvres »26.
(C’est dans les dernières décennies du siècle qu’apparaîtront les « swimmng baths »,
avec des fonctions de divertissement ou de compétition, notamment dans le cadre
des Y.M.C.A.).
C’est dans un tel contexte qu’un certain nombre d’actions ont été prises ;
parmi les plus importantes, citons le General Enclosure Act en 1845, interdisant la
fermeture, sans approbation du parlement, des terrains vacants faisant l’objet de
droits coutumiers, des « town greens » et des « village greens », des terrains non
encore « fermés » situés à des distances variant selon l’importance de
l’agglomération, et donnant aux commissaires le pouvoir de spécifier, en cas
d’« enclosure », « l’allocation de terrain pour des fins d’exercice et de récréation »,
à raison d’un nombre d’acres par habitant variant selon la population. Il y eut aussi
un Bath and Wash-houses Act, en 1846, stipulant que le nombre de bains destinés
aux classes ouvrières devait être au moins le double de ceux que les conseils de ville
construisaient pour la « higher class », et surtout l’importante loi de 1848 sur la
santé publique prévoyant un train de mesures pour l’amélioration des conditions
sanitaires des villes, dont la création de comités locaux de santé ayant divers
pouvoirs parmi lesquels celui d’aménager des sentiers publics ou des terrains
d’amusement (pleasure grounds).
Une grande partie du territoire britannique est d’ailleurs maintenant
admirablement sillonnée de sentiers publics (public footpaths). Pour ce qui est des
parcs, le mouvement a pris lentement naissance vers la même époque quand
certaines grandes villes (dont Manchester en 1846), ont commencé à se doter de
grands parcs ou jardins, qui n’étaient pas toujours accessibles au public, cependant.
Ce n’est toutefois qu’au début du XXe siècle, dans le cadre de lois ayant pour objet
la planification urbaine, que des mesures plus impératives furent introduites27.

25. Rapport Chadwick, p. 277 et First Report of the Commissioners..., p. 35. En voici une nette illustration :
« L’absence de quelque terrain commun, et la fermeture générale du territoire, mènent trop souvent les
jeunes à empiéter sur les terrains et plantations avoisinantes. Le désir naturel d’attraper un animal
sauvage devient trop souvent une tentation irrésistible. N’ayant aucun lieu de jeu, ces jeunes garçons se
forment en groupes oisifs, en soirée, avec beaucoup de ces sentiments d’animaux enchaînés ; ou encore,
en bandes de deux ou trois, ils se conduisent en voleurs dans quelque boisée avoisinant ; et, ce qui est
encore pire, trop de jeunes commencent tôt à s’attrouper à l’hôtel du village ou la « beershop », ces
écoles de criminalité, et sont responsables de la plupart des rixes, de nombreux bris de maison, et de
quelques crimes. Beaucoup de perversité pourrait, je crois, être évité par le cricket ou le football » (John
FIT= GERALD, 1856, p. 22).
26. First Report of the Commissionners..., 1844, appendice, pp. 196-198.
27. Le Housing, Town Planning, etc. Act, de 1909, suivi en 1919 d’une loi de même nature.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
26 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

En résumé, le processus de constitution des villes britanniques, amorcé par la


révolution industrielle, illustre bien certains des changements culturels à l’intérieur
desquels le loisir moderne prend forme progressivement. Cette « conscience de la
ville » traduit de nouvelles conditions économiques engendrant de nouveaux types
de rapports sociaux et de nouvelles attitudes à l’égard de l’espace. Elle conduit en
même temps à la formation d’une idéologie du loisir spécifique, celle qui représente
le loisir, mal nécessaire en vertu de l’éthique puritaine du travail, dans le contexte de
mesures d’hygiène publique et d’aménagement de lieux publics, pour l’amélioration
tout autant de la santé physique des ouvriers que de leur condition morale.

Formes populaires de loisir et de sport


La longue tradition puritaine britannique a certes contribué à une certaine
hostilité envers toute forme de loisir. Les « mouvements pour la réforme des
mœurs », fort actifs, ne voyaient dans les fêtes populaires et les divertissements que
jouissance indue, oisiveté, frivolité, profanation du « Sabbath », à l’opposé d’une vie
sobre, ordonnée, disciplinée. S’y ajoutait la discipline du travail, dont il a été
question, laissant peu de temps ni de légitimité pour le loisir.
Tout cela n’a pas empêché les milieux populaires de fêter ! À l’époque de la
révolution industrielle on observe à la fois des activités récréatives en déclin, des
activités traditionnelles en transformation, ainsi que l’émergence de nouvelles
formes de loisir.
Par exemple, l’un des « pastimes » les plus décriés a été les combats
d’animaux (qu’on appelait « animal sports ») : combats entre bœufs et chiens,
combats de chiens, de coqs, tout particulièrement. Après avoir connu un certain
essor au XVIIIe siècle, de tels combats ont lentement succombé sous le coup de
campagnes de moralité publique (ils étaient perçus comme une sorte de prototype de
la brutalité), ou pour la protection des animaux ?8. Seules ont survécu les courses de
chevaux ou de chiens, en partie à cause du patronage artistocratique dont ils étaient
l’objet.
Les foires populaires, pour leur part, décriées pour des raisons de moralité et
d’ordre public, se sont peu à peu modifiées ; de nouvelles fonctions, économiques et
industrielles, ont conduit aux « expositions » entre autres, (dont la célèbre exposition
industrielle de 1851 à Londres), aux marchés et aux fêtes publiques.
La forme de loisir la plus typique de cette époque est la « public house »,
maison tenue par des « publicans » et où l’on pouvait boire, s’amuser et danser.
Dès avant la révolution industrielle elle constituait l’un des principaux lieux de

28. Une des premières lois pour la protection des animaux date de 1835.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 27

rencontre, à l’instar des places de marché et de foire publique. Certaines associations


tenaient leurs réunions dans les pubs et les tavernes ; des assemblées politiques et
ouvrières s’y sont tenues. Des activités variées s’y sont déroulées, de la simple
convivialité autour d’un repas ou d’une chanson, à des soirées de danse populaire,
des combats d’animaux et des séances de boxe. On a dit que les lieux de
consommation d’alcool constituaient une partie intégrante de la vie sociale des
milieux populaires, et que le mouvement ouvrier lui-même y a parfois établi ses
quartiers.
Or de tels lieux ont maintenu et même accru leur popularité, en dépit d’une
répression sévère, dans le cadre des mouvements contre l’ivrognerie (Temperance
Movements) eux-mêmes partie des mouvements puritains de réforme des mœurs.
Bien que la consommation d’alcool ait été perçue comme l’un des pires maux qui
affligeaient la classe ouvrière, les public houses ont continué à se diversifier. Il
s’agit d’un exemple typique de « résistance » de la culture populaire pour le
maintien ou la consolidation d’activités et d’institutions situées au cœur de sa vie
sociale ; cela est dû pour une large part aux fonctions qu’ont remplies ces lieux :
certainement évasion temporaire de la misère et des dures conditions de travail,
maintien ou renforcement de la sociabilité, plaisir et divertissement.
Par la suite, les public houses ont perdu progressivement certaines de leurs
activités — telles, la tenue de fêtes populaires et d’assemblées politiques — pour
devenir essentiellement des lieux de consommation, dont les « beer-houses » très
populaires chez les ouvriers ainsi que les célèbres pubs britanniques29.
Mentionnons encore l’émergence de nouvelles formes de loisir ayant fait de
la ville leur lieu de prédilection : les théâtres ambulants, les ménageries, et surtout
les cirques, apparus vers la fin du XVIIIe siècle en Angleterre, et qui ont connu un
grand essor dans la première moitié du XIXe siècle30.
*
* *
Dans la période allant approximativement de 1780 — premiers moments
de la révolution industrielle britannique — jusque vers le milieu du XIXe siècle,
a surgi d’une trame historique extraordinairement riche et fascinante ce que
l’on peut appeler, après coup, le loisir moderne dans l’Angleterre contemporaine.
D’abord il y a ce que l’on a désigné par « la révolution industrielle », dont
les causes complexes et nombreuses ne sont certes pas réductibles à des seuls

29. Sur ce sujet, l’ouvrage majeur est celui de Brian HARRISON, 1971, ainsi que son article « Pubs » dans
DYOS et WOLFF, 1976, t. 1, pp. 161-190.
30. Il y a quelques pages et quelques références sur ce sujet au chap. 1 de Hugh CUNNINGHAM, 1980.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
28 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

changements technologiques ; cette ainsi nommée révolution, unique, et spécifique


de l’Angleterre, a causé une série de points de rupture dans presque tous les
domaines de la vie socio-économique, politique et culturelle de la nation, auxquels
ont correspondu des mouvements sociaux et culturels constituant autant de
nouveaux modèles de société en gestation ou de résistance aux changements.
Si on se limite en premier lieu à la seule question du loisir, on observe qu’il
est issu, ou a été redéfini, selon au moins une triple trajectoire socio-historique.
D’abord, à la faveur d’une modification radicale du système du travail, d’un
réaménagement plutôt pénible du rythme et du temps des milieux populaires, d’où
émergea lentement une nouvelle division du temps social, puis par une sorte de
reconnaissance d’un ou plusieurs temps disponibles pour le loisir, aux fonctions
multiples et variées, et qui furent l’objet de tentatives de définition et de contrôle,
essentiellement, à l’origine, de la part des classes aristocratiques et moyennes.
En second lieu, des préoccupations pour l’amélioration des « pauvres », puis
de la « classe ouvrière », ont mené à diverses tentatives d’éducation populaire,
lesquelles ont souvent indistinctement porté sur l’inculcation de normes morales,
l’alphabétisation de la population, la vulgarisation scientifique et l’organisation de
loisirs sains et formateurs. Le loisir a été approché dans le contexte plus général
d’une culture scientifique et morale.
Il y a eu aussi le processus de formation des villes industrielles contem-
poraines, favorisant de nouveaux types de rapports sociaux, ainsi que de nouvelles
modalités de rapports à l’espace, au point que l’on peut parler d’une nouvelle
culture urbaine. Or une telle culture a mené assez tôt à des préoccupations pour
l’aménagement du tissu urbain, en vue d’objectifs d’hygiène, de santé et de contrôle
social, qui ont marqué l’histoire du loisir à ses débuts. En même temps, la ville a
servi de terreau au développement de formes traditionnelles de culture (v.g.
sociabilité), de nouvelles formes d’expression culturelle (v.g. littérature ouvrière),
ou encore a favorisé l’apparition de loisirs nouveaux, tels le cirque, les foires
commerciales, et les pubs.

2. L’INSTITUTIONNALISATION DU LOISIR ET LES ORIGINES


DE LA CULTURE DE MASSE (1851-1906)
Les dates de 1851 et de 1906 ont été choisies uniquement à titre de points de
repère. La première est celle de l’exposition universelle tenue à Londres, consacrant
l’apogée de la suprématie industrielle britannique ; la seconde est celle de
l’avènement au pouvoir du Parti libéral, et marque le début d’une ère importante de
mesures sociales, qui menèrent après 1946 à ce que l’on a appelé le « Welfare
State ».

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 29

Pour décrire rapidement la deuxième moitié du XIXe siècle, on peut signaler


en premier lieu le rythme de la croissance démographique et de l’urbanisation ; en
1901 l’Angleterre est aux trois quarts urbanisée, taux le plus élevé parmi les nations
de l’époque, et compte au-delà de trente villes de 100 000 habitants et plus ; des
migrations régionales (mais en déclin) sont à noter en fonction des implantations
industrielles, ainsi qu’une émigration non négligeable principalement vers
l’Amérique. Sur le plan économique, cette période est caractérisée par une prospérité
indéniable, tout particulièrement les décennies de 1850 et 1860, à la faveur des
acquis, entre autres, de l’expérience de la révolution industrielle ; accumulation de
capital, empire colonial, création d’un système bancaire mieux adapté, formation des
premiers grands trusts modernes, en constituent d’autres traits, alliés à la glorification
du travail comme suprême vertu de la réussite. Cette histoire économique est
jalonnée de fluctuations, dont une récession relative dans le dernier quart du siècle, et
face à la croissance grandissante des États-Unis et de l’Europe, la perte par
l’Angleterre de son leadership industriel.
Sur le plan politique, l’époque victorienne marque la formation de l’État
moderne et de l’administration publique, non sans tensions ni remous, à une période
où l’idéologie du « laisser faire » était paradoxalement à son comble. Un certain
nombre de réformes parlementaires, introduites à partir de 1867, mènent lentement à
une certaine démocratie électorale (il a fallu cependant attendre jusqu’en 1928 pour
l’obtention du suffrage universel). Cette période marque également la naissance du
système public d’éducation ; dans la décennie de 1860 diverses commissions
d’enquête ont été suivies, en 1870, d’une loi prévoyant l’implantation d’écoles
élémentaires pour tous les enfants de 5 à 13 ans, et dont les dispositions devinrent
impératives en vertu de législations subséquentes ; de concert avec d’autres lois
ouvrières, le travail des enfants est progressivement éliminé (d’abord partiellement
interdit, en 1876 pour les enfants de moins de 10 ans, puis totalement aboli en 1918,
pour les enfants de 5 à 14 ans).
Pour ce qui est des villes, leur essor incohérent et désordonné s’insère
progressivement dans des premiers efforts d’aménagement urbain, d’organisation
politique, et même d’améliorations esthétiques. Le rapport Chadwick, les lois
portant sur la réforme municipale, l’amélioration des conditions de déplacement
par canaux et par trains, ont contribué à faire progressivement apparaître de nouvelles
conceptions de la ville : artères commerciales, pavés aménagés, édifices
de style souvent néo-gothiques, musées et bibliothèques publiques. Au chaos
engendré par la révolution industrielle se sont substitués, non sans débats et
sur une période qui s’étend jusqu’au milieu du XXe siècle, des centres urbains
plus harmonieux, des habitats plus décents. On cite d’ailleurs l’exemple de
la ville de Birmingham qui, sous l’impulsion de Joseph Chamberlain dans
la décennie de 1870, a procédé à des réformes et des aménagements

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
30 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

qui se sont succédé à une cadence très rapide. Les villes moins riches ont été moins
audacieuses, mais il appert qu’à l’époque victorienne des efforts importants ont été
consentis, pavant la voie, au début du XXe siècle, à des programmes de planification
urbaine, de constructions systématiques de logements publics, voire à la création de
toutes pièces de « villes nouvelles », après 1945.
Cette société était fortement stratifiée. À une aristocratie foncière, élitiste par
définition — qu’on commença à appeler la « leisure class » — s’opposaient les
classes moyennes composées essentiellement de professions libérales, petits
entrepreneurs ou commerçants, au niveau de vie relativement confortable, et ayant
une forte conscience de leurs intérêts de classe. Il y avait la masse des ouvriers,
artisans, journaliers, agriculteurs, domestiques, à la merci des fluctuations
économiques, et départagée selon les villes, la langue, la religion et la nationalité.
Cette structure de classe, complexe, était légitimée par une conception hiérarchique
de la société fortement ancrée dans les mentalités de l’époque31.
Ce fut une période importante pour l’institutionnalisation du mouvement
ouvrier ; interdit par la loi, objet de répressions, ayant survécu à de multiples échecs,
ce mouvement se développa, d’abord par la création de nombreux syndicats, puis
par la formation du London Trades Council en 1860, la tenue d’un premier Trades
Union Congress, en 1868, et fut légalisé en 1871 ; le Parti travailliste lui-même date
de 1906, mais les ouvriers avaient eu des représentants au Parlement dès 1874.
Signalons encore le développement de la pensée littéraire, scientifique et
philosophique. Il s’est agi d’une grande période de doute, de questionnement et
d’esprit critique : n’était-ce pas l’époque de Dickens, Darwin, Stuart Mill, Herbert
Spencer, Marx ? L’introduction de l’esprit scientifique dans le domaine de la vie
sociale, déjà amorcée par Malthus, Adam Smith, les socialistes utopiques, les
commissions parlementaires, mena aux débuts des sciences sociales, dont les
enquêtes de Charles Booth vers la fin du siècle.

La réduction du temps de travail : enjeux et débats


La deuxième moitié du XIXe siècle marque les véritables débuts de
la réduction du temps de travail, amorcé par un Ten Hours Act, en 1847, loi qui
ne s’applique qu’aux femmes et enfants dans les industries du textile, et qui
est progressivement étendue à d’autres industries ; les heures de commencement
et de fin du travail sont réglementées peu à peu, y compris les heures de repas.
Le demi-congé du samedi apparaît lentement à partir de la décennie de 1850 (on

31. Nous suivons ici BEDARIDA, François, 1976, chap. 2 ; une description plus nuancée, détaillée, est
donnée dans l’étude de quelques villes du nord : FOSTER, John, 1974.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 31

arrête à 14 h), et est pratiquement généralisé au tournant du XXe siècle. Certains


congés statutaires sont introduits dans les banques en 1871, les « bank holidays »
encore en vigueur, et ont un effet d’entraînement certain. La demande sociale pour la
réduction du temps de travail s’exprime nettement, pour elle-même ; au Short Time
Committee de la première moitié du siècle succèdent un Nine Hours Movement,
autour des années 1871-1872, jumelé à la demande du demi-congé du samedi, et
ponctué de plusieurs grèves ; puis apparaît le mouvement pour la journée de huit
heures dans la décennie de 1880.
Ce dernier mouvement, en particulier, a fait l’objet de manifestations
internationales, en Europe et aux États-Unis, dans les deux dernières décennies du
siècle (il semble que c’est à Robert Owen que l’on en doive la paternité ; en 1833 il
participait à la fondation, à Manchester, de l’éphémère « Société pour la promotion
de la régénération nationale » dont l’article premier de la constitution portait sur
l’établissement de la journée de huit heures32). Au début, les syndicats britanniques
étaient partagés sur cette question, particulièrement par crainte de voir diminuer les
salaires. Une commission parlementaire publia en 1894 un rapport sur les relations
de travail, qui s’opposait à des mesures législatives en ce sens (mais non un rapport
minoritaire). Or la tendance était irréversible, à tel point qu’en 1908 les mineurs
furent parmi les premiers à obtenir par mesure législative la journée de huit heures, à
la suite d’une commission gouvernementale sur le sujet.
L’argumentation, en ce cas, fut naturellement fort différente de celle qui
avait prévalu dans la première moitié du XIXe siècle. Dans ses traits majeurs, la
justification de la journée de huit heures a été la suivante, principalement chez les
penseurs socialistes et une partie du mouvement syndical33 : d’abord il a fallu contrer
les arguments sempiternels du patronat portant sur une éventuelle réduction de la
productivité et l’augmentation des coûts, en rappelant les expériences historiques
passées qui ont la plupart du temps mené à des conséquences inverses ; le Miners
Eight Hour Day Committee de 1907, rappelait à cet égard qu’une partie des heures
éventuellement réduites était de toute façon perdue en ralentissement, étalement du
travail, improductivité causée par la fatigue. La réduction du chômage, par le partage
du travail sur un plus grand nombre, constituait également un argument
de taille.
Le débat a été porté sur deux fronts : l’amélioration des conditions
de travail, parallèlement à une plus grande disponibilité pour le loisir. On blâmait

32. En voici le texte : « ... en vue d’obtenir en huit heures de travail le salaire actuel pour une journée
complète, ces huit heures à être complétées entre six heures du matin et six heures du soir » (cité par
WARD, J.T., 1970, t. 2, pp. 114).
33. L’analyse qui suit s’inspire principalement des textes suivants : Royal Commission on Labour, Fifth and
Final Report, 1894, rapport minoritaire ; Miners’ Eight Hour Day Committee, First Report, et Final
Report, HMSO, 1907 ; WEBB, 1891.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
32 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

d’abord les heures de travail excessives qui prévalaient encore, monotones et dures,
dont les principales conséquences étaient la dégradation générale des conditions de
vie, les dommages à la santé, voire la « décadence de l’esprit », le temps qui reste
entre le travail et le sommeil ne peut être consacré qu’à la récupération physique,
certainement pas aux loisirs de l’esprit.
Le ‘gin palace’, avec ses lumières éclatantes, et ses boissons fortes, le music
hall, avec ses chansons stupides et sa sentimentalité pleurnicharde, sont la
conséquence directe d’un système de sur-travail qui interdit tout loisir intellectuel
(mental leisure) (WEBB, 1891, p. 146).
On faisait état d’une disproportion entre l’effort physique qu’entraîne le sur-
travail, véritable oppression de l’ouvrier, et une activité intellectuelle qui ne pouvait
être que résiduelle, marginale. Par ailleurs, signe non équivoque des temps, ce n’est
plus le loisir mais son absence qui est devenu le mal à dénoncer.
Nous croyons qu’il n’y a pas de facteur plus puissant dans la dégradation des
conditions de vie que l’épuisement physique et l’absence de loisir qu’impliquent des
longues heures de travail manuel. (Rapport minoritaire de la Commission royale sur
le travail, 1894, p. 131).
Non pas la recherche du loisir pour lui-même, ce qui aurait été tout le contraire des
conceptions de l’époque, mais une demande explicite pour plus de temps disponible
pour l’amélioration de la santé physique, le développement des clubs sportifs, des
activités culturelles, pour l’extension du mouvement d’éducation et la croissance des
associations bénévoles. Il était dit que plus de temps disponible mènerait rapidement
à « une extension des besoins dans de nouvelles directions », besoins que seul le
loisir permettrait de satisfaire : art de vivre, développement personnel, gains pour la
communauté tout entière (WEBB, 1891, 146-149). De plus, cela a été perçu comme
un mouvement en faveur des libertés individuelles, gage d’une conscience politique
plus éclairée.
Il n’y a plus de doute ; le loisir a pris forme dans la conscience collective de
l’époque, et il prendra corps dans la société britannique dans des institutions
nouvelles et spécifiques.

L’idéologie dominante des « loisirs rationnels »


C’est dans un tel contexte historique, naturellement plus complexe que
l’esquisse qui vient d’en être dessinée à grands traits, qu’a pris place l’idéologie
typiquement victorienne des « loisirs rationnels » (rational recreations), qui légitima
notamment l’implantation des clubs ouvriers et l’institutionnalisation du sport.
Le travail n’a pourtant pas perdu sa place dominante. L’époque victorienne
a été définie comme celle où triomphe le culte du travail, à un point

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 33

qu’il est difficile de s’imaginer aujourd’hui. Le travail est glorifié comme la suprême
vertu, la seule voie vers l’accomplissement authentique de la destinée humaine. Et
quel travail ? Les vertus dont il est coiffé abondent tous dans le même sens : ardeur,
ferveur, persévérance, courage, détermination, application et minutie, force de
caractère, honnêteté ; le travail est tout le contraire de l’ennui, de l’indolence, de
l’oisiveté, des amusements !
Bref c’est par une vie de travail que seul peut être assuré le développement
des pleines capacités de chacun. Cela se doublait d’une conception de l’auto-
formation, d’une valorisation de l’effort individuel ; c’est la doctrine du « self-
help », pratiquement indissociable de l’éthique puritaine du travail. Un nombre
considérable d’écrits ont contribué à diffuser cette conception, dont un des plus
célèbres fut celui de Samuel Smiles, paru pour la première fois en 185834. En voici
un bref extrait, qui illustre en même temps la conception du loisir qui en résulte :
Le temps c’est de l’argent ; mais c’est plus encore : un usage judicieux
signifie auto-culture, auto-développement et formation du caractère. Toute heure
gaspillée en vétilles ou indolence pourrait, si elle était consacrée au développement
personnel, faire en peu d’années d’un ignorant un homme avisé, et utilisée à de
bonnes tâches, elle rendrait sa vie féconde, et sa mort une moisson de hauts faits. (...).
Un usage économique du temps constitue la vraie manière de se procurer le loisir35.
Le loisir doit être « gagné », mérité par une vie de travail et de vertu. À la
limite, la distinction importe peu, puisque les traits essentiels et les fonctions en sont
les mêmes. C’est sans doute à cette époque que s’est cristallisée la conception
typiquement puritaine du loisir légitimé par le travail bien fait.
Cette idéologie des loisirs rationnels, sans constituer un véritable mouvement
d’ensemble, a été propagée par les classes moyennes, devant la popularisation
croissante de diverses formes de loisir. Avec l’amélioration relative du niveau de
vie, la réduction progressive des heures de travail, l’introduction du demi-congé du
samedi, il n’était plus possible, dans la deuxième moitié du XIXe siècle de se
désintéresser du loisir en tant que « problème » — de la classe ouvrière,
naturellement, non pas de l’aristocratie ou des classes moyennes — auquel
manifestement il fallait apporter des correctifs.
Par exemple, l’un des principaux lieux de diffusion, a été le « mouvement
pour la sobriété » (Temperance Movement), proposant pour détourner les ouvriers
de l’ivrognerie, l’organisation d’activités intellectuelles ou sportives, d’exposi-
tions, d’excursions, etc. (Thomas Cook, l’un des premiers magnats des
excursions par train, en était un des membres.) Il fallait encore trouver des

34. Une réédition est parue en 1958 ; SMILES, Samuel, rééd. 1958.
35. Ibid., p. 270.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
34 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

contre-activités susceptibles d’attirer les ouvriers loin des combats d’animaux, des
pubs, des foires publiques. Et, dans la lignée d’une sécularisation irréversible de la
population britannique — le recensement de 1851 en avait fait la
démonstration — le dimanche lui-même était déjà « occupé » par autre chose que les
seuls services religieux.
C’est ainsi que s’est développée cette conception typiquement victorienne des
« loisirs rationnels », expression utilisée généralement pour promouvoir la mise en
place de loisirs dits publics, par des organisations de patronage, de charité, de
philanthropie, ou par les pouvoirs publics : sentiers et parcs publics, musées,
bibliothèques et même monuments. L’idée de rationalité, pour sa part, servait à
véhiculer la conception que le loisir devait être utilisé de façon prioritaire pour le
développement moral et intellectuel de chacun, et pour l’amélioration de la société
en général ; les finalités éducatives et morales y étaient indistinctement liées. Elle
impliquait aussi des notions d’ordre, de discipline, de contrôle des émotions et des
instincts36.
La fondation des clubs ouvriers et des clubs sportifs, tout particulièrement, a
été légitimée par de telles conceptions. Ce sont très souvent des organisations
religieuses, d’ailleurs, qui en furent les promoteurs.

Le mouvement pour les « clubs »


Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, un certain nombre de réformistes
religieux se sont de plus en plus préoccupés de la question du loisir et ont été à
l’origine de la formation de clubs ouvriers, ou de jeunes, nettement inspirés de
l’idéologie des loisirs rationnels. La fondation de tels clubs est révélatrice du
processus d’institutionnalisation du loisir moderne à l’origine, et c’est pourquoi il
vaut la peine de s’y attarder quelque peu.
Pour ce faire on peut prendre l’exemple du Working Men’s Club and Institute
Union, fondé en 1862 par le Rev. Henry Solly37. De l’aveu de son fondateur,
l’expérience des Mechanic’s Institutes et des sociétés d’entraide mutuelle, à
laquelle il a participé, a été en partie un échec parce que les besoins récréatifs
n’ont pas été suffisamment pris en considération ; il ajoutait que de telles
associations n’étaient pas vraiment sous la gouverne des ouvriers eux-

36. Pour une analyse plus développée de cette idéologie, on peut se référer à : CUNNINGHAM, H., 1980,
p. 90 ss, et à BAILEY, 1978, chap. 2.
37. Sur ce sujet précis, les principales références sont, à notre connaissance : BAILEY, Peter, 1978, chap. 5 ;
TAYLOR, J. 1972 ; l’article de PRICE, R.N. 1971, et l’ouvrage publié par le fondateur Henry SOLLY,
1868. Il y a une brève description des clubs londoniens dans BOOTH, 1902, tome 1, 94-106, et dans le
New Survey of London Life and Labour, vol. ix, Life and Leisure, 1935, p. 126-130. Pour avoir un
exemple d’un club ouvrier dans les années 1950, voir DENNIS, Norman et al., rééd. 1969, pp. 142-154 ;
et JACKSON, Brian, 1968, pp. 39-78.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 35

mêmes. Il écrit qu’il en est venu à la conclusion « que pour rencontrer les désirs des
ouvriers étaient nécessaires une part plus importante de loisirs (recreation) et
davantage d’occasions de rencontres sociales que ce qu’ont procuré les Mechanic’s
Institutes » (SOLLY, 1868, p. 15). À l’origine, les objectifs étaient ainsi définis :
Cette union est formée en vue d’aider les ouvriers à établir des clubs ou
instituts qui leur permettent de se rencontrer pour converser pour des raisons
d’affaires et pour le développement intellectuel, par les moyens du loisir et de la
détente (refreshment), sans consommation d’alcool ; ces clubs constituent en même
temps des sociétés d’entraide mutuelle (SOLLY, 1868, p. 17).
La conception originale de tels clubs est nettement ouvriériste et auto-
gestionnaire, s’inspire de l’idéologie de l’entraide (self-help) et fait du loisir son
objectif premier. À titre d’illustration, voici quelques-uns des « principes » de base
de trois d’entre eux, fondés à Southampton en 1862, tels que reproduits dans l’une
des premières publications de l’Union :
1° Qu’ils (les trois clubs mentionnés) devaient être gérés par les ouvriers eux-
mêmes ;
2° Qu’ils devaient faire des rencontres sociales, des amusements, et des loisirs
rationnels, leur objectif premier ;
3° Qu’ils devaient invariablement voir à joindre aux facilités existantes une salle
de lecture calme ainsi que des cours pour ceux qui désiraient se perfectionner (Id.,
p. 28).
Après une dure journée de travail, une dure soirée d’étude n’est pas de mise ;
il faut plutôt procurer un lieu de détente, voire un refuge, à l’écart des pressions
commerciales, des débits de boisson et du harcèlement policier (p. 121). (Un peu
plus tard, sous la pression des ouvriers, la consommation d’alcool fut introduite.)
De tels clubs ont connu une popularité rapide, et, selon les données de
Solly, dès 1868 il y aurait eu au-delà de 260 clubs avec un total approximatif de
44 000 membres. Ce chiffre a doublé en dix ans pour atteindre près de 1 000 clubs
au tournant du siècle, et plus de 2 500 dans les années 1930.
Ordinairement le club possédait un édifice ou une partie d’édifice,
comprenant diverses salles dont une bibliothèque, une salle de lecture, une salle
de discussion, parfois un gymnase. On organisait des cours (causeries, élocution,
histoire, voyages) et des conférences ; des rafraîchissements et divers jeux
étaient disponibles ; des visites et des excursions étaient organisées et il y avait
parfois un club sportif ; le temps fort était la soirée du samedi, où alternaient
musique, chansons, causeries, dans un modèle apparenté au music hall, et à laquelle
pouvait parfois assister la famille tout entière. Les divertissements, assez sobres
à l’origine (Henry Solly s’opposait par exemple aux représentations théâtrales)

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
36 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

prirent progressivement plus d’ampleur, à tel point que le « concert hall » constitua
l’un des attraits majeurs du club. On attachait une grande importance à l’esprit de
solidarité et d’entraide, aux rencontres informelles.
La justification de la primauté accordée au loisir s’appuyait sur le fait
qu’il n’était plus possible de négliger les « besoins » de la classe ouvrière en cette
matière ; il fallait tenter de détourner les ouvriers des loisirs avilissants, disait-on, et
les entraîner à des « loisirs et amusements utiles et innocents ». Le secret de la
réussite était de rencontrer les désirs les plus modestes, pour atteindre
progressivement des objectifs éducatifs et humanistes. Le développement intellectuel
et moral des ouvriers devait résulter de divertissements de bon aloi.
Alors qu’il est certain que les amusements (incluant leur fonction sociale)
sont la première chose à pourvoir dans les clubs, et que le développement sous
diverses formes (d’ordre mental, moral et économique) est le second, il est de la plus
haute importance pour les ouvriers et leurs collègues de constater comment ils
peuvent faire en sorte que le second surgisse naturellement du premier (SOLLY,
1868, p. 255).
Ainsi, les clubs se donnaient des fonctions morales, éducatives et culturelles,
en conformité avec l’idéologie des loisirs rationnels d’alors. Fondés à l’initiative du
clergé protestant et de quelques philanthropes, les clubs subirent de profonds
changements en quelques décennies, pour devenir véritablement autogérés et
populaires ; ils échappèrent au contrôle de leurs fondateurs, plusieurs se politisèrent :
il y eut des clubs radicaux, conservateurs, et apolitiques ; certains participèrent à des
manifestations publiques.
Quels qu’aient été leurs résultats effectifs, en particulier quant à leurs
objectifs moraux, un fait demeure : leur popularité, fondée sur une conception
explicite du loisir. Ils persistent encore de nos jours, en particulier dans le nord de
l’Angleterre, sous forme de clubs ouvriers locaux. La soirée du samedi constitue
encore l’activité la plus populaire ; il y a souvent une salle de conversation, avec
radio et télévision ; de tels clubs constituent en fait des pubs pratiquement réservés
aux ouvriers (voir DENNIS, 1969, pp. 142-154).
D’autres catégories de clubs ont aussi été fondés à la même époque, dont
les Young Men Christian Association (Y.M.C.A.) ; le premier naquit à Londres,
en 1844, et fut fondé par des non-conformistes religieux ; mais ce n’est que dans
les deux dernières décennies du siècle que le mouvement connut un important
essor, par l’organisation des clubs de jeunes, sur le modèle des Boys’ Brigades
aux allures quelque peu militaires, avec une inspiration religieuse de base, et dont
le premier remonte à 1884 à Glasgow. À la même période, d’autres clubs de
jeunes furent aussi implantés, liés aux écoles publiques, et toujours sur une base
de morale religieuse ; il s’agissait essentiellement de clubs sportifs, ou
d’athlétisme, dont l’idéologie était la formation du caractère et l’éducation des

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 37

mœurs (voir plus loin). On se tourna également vers la population féminine un an


plus tard : les YWCA, fondés en 1894 sur la base d’un regroupement de clubs déjà
existants.
En ce qui concerne les mouvements de clubs féminins, ils survinrent dans
l’ensemble après l’implantation de clubs ouvriers, puis de jeunes ; (les clubs
ouvriers étaient non seulement réservés exclusivement aux hommes, mais l’âge
d’entrée était même généralement fixé à 25 ans). La constitution progressive puis
l’institutionnalisation des catégories sociales de l’« ouvrier », puis du « jeune », s’est
accompagnée de la création ultérieure de clubs exclusivement féminins. Ainsi, est
fondée en 1895 la National Union of Women’s Workers, (maintenant appelée : The
National Council of Women) comptant au-delà de 6 000 membres. Il y eut
également, en 1915, la création du Women’s Institute, association de femmes
vivant en milieu rural ; on comptait, en 1976, 9 300 de tels « instituts » regroupés
en 63 fédérations, et totalisant au-delà de 417 000 membres ! Pendant la crise
économique des années 1930, un autre mouvement féminin a été créé, le National
Association of Women’s Clubs, qui compte actuellement environ 1 100 clubs et
50 000 membres38.
Peu après les débuts du XXe siècle, une autre organisation de jeunes vit le
jour, qui connut une notoriété internationale ; il s’agit des Boy Scouts, fondés par
Baden Powell, militaire ayant participé à la guerre des Boers, et qui, délaissant des
objectifs strictement religieux, a voulu faire place aux vertus de l’entraînement
régulier, de la débrouillardise, de la vie de camp39.

Aux origines du sport moderne


L’époque victorienne est encore remarquable par la naissance du sport
moderne. Parmi ses traits principaux, figurent une codification progressive des
règles du jeu, l’organisation d’équipes de joueurs qui s’y consacrèrent pratiquement
à plein temps dès le tournant du siècle, le passage à une forme de spectacle
de masse, le tout appuyé d’une idéologie que l’on a qualifiée de « muscular
christianity ».
Il n’est pas indifférent de savoir que la première association de football
(appelé soccer en Amérique) a été créée en 1863, lors d’une rencontre de
capitaines d’équipes et de représentants de clubs, à Londres dans une « tavern »,
près d’un parc où se déroulent encore aujourd’hui des compétitions de crêpes le jour
du mardi gras ! On s’y est entendu sur les règles du jeu, sur l’organisation

38. TOMLINSON, Alan, Leisure and the Role of Clubs and Voluntary Groups, London Sports Council and
Social Science Research Council, 1979, 59 p., bibliographie.
39. Sur le sujet des premiers mouvements de jeunes, il y a la monographie suivante : SPRINGHALL, John,
1977, Youth, Empire and Society. British Youth Movements, 1883-1940, London, Croom Helm, 163 p.
bibliographie.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
38 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

de tournois, etc. Quelques années plus tard, en 1871, c’est la Rugby Union qui est
créée, à son tour sur la base d’une uniformisation des règles du jeu.
Les premiers clubs sont nés surtout dans les écoles publiques et les
universités, et autour des églises. Vers le milieu du XIXe siècle on avait commencé à
mettre en place, sous la direction d’un maître d’école ou d’un pasteur, des jeux
sportifs plus ou moins réguliers pour les garçons. Il semble bien qu’il s’agissait
surtout d’un mouvement de la classe moyenne, eu égard aux origines du mouvement
et aux caractéristiques du système scolaire de l’époque. La loi sur l’éducation en
1870 a accéléré le mouvement en favorisant la mise en place d’équipements et de
terrains de jeux.
Il y eut aussi la formation de clubs dans les usines, lesquels furent à l’origine
des clubs professionnels modernes ; au début, les ouvriers jouaient pendant les
congés (par exemple le samedi après-midi, à partir de 15 h, puisque le travail cessait
à 14 h ; c’est encore l’heure de mise au jeu quand les joutes de football se déroulent
cette journée). On a commencé à verser des indemnités, et assez rapidement le
système des joueurs rémunérés a fait son apparition, à tel point que les joueurs
pouvaient s’y consacrer à mi-temps, puis à plein temps au début du XXe siècle.
Ainsi, la première ligue de football qu’on peut qualifier de « professionnelle »,
apparut en 1888 et comprenait douze clubs.
Lentement surgi dans la première moitié du XIXe siècle, progressivement
codifié et institutionnalisé entre 1860 et 1900, le sport était devenu au début du
XXe siècle chose acceptée, coutumière et normale ; le sport professionnel attirait des
milliers de spectateurs ; des excursions par train étaient organisées pour les finales,
ce qui se fait encore de nos jours.
L’idéologie sous-jacente est aussi importante que le mouvement, c’est-à-dire
une conception de la formation morale et de la formation du « caractère » par l’appel
à des jeux « virils », d’équipe, et bien réglementés. C’est l’argument de discipline,
de « self-control » qui inspirait les idéologues du sport. Au même titre que l’exercice
physique et l’entraînement régulier, l’usage discipliné de la force physique était
perçu comme susceptible de combattre les maux de la vie urbaine, la
dégénérescence physique ; l’homme sportif est profondément religieux, respecte
l’autorité, témoigne d’un grand esprit d’équipe, contrôle tout autant son corps que
ses émotions, et, bien entendu, est plus viril. Le passage de l’ascétisme religieux à la
discipline du corps est remarquable.
On cite souvent le roman de Thomas Hughes, paru pour la première fois
en 1856 et très populaire à l’époque, comme le prototype d’une telle conception
(Tom Brown’s School Days). Le héros est un jeune garçon, issu d’une famille
aristocratique, et qui fait preuve très tôt d’un fort tempérament ; il fait
l’école buissonnière, se bat de temps à autre, et, entre autres amusements, fait
la chasse aux souris ou est assailli par les abeilles sauvages ; qu’à cela ne
tienne, écrit Hughes, c’est « un bon jeu dur et malpropre » mais excellent pour

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 39

contrer les mauvais penchants ! Tom va ensuite à l’école à Rugby, y apprend « la


grande science du football » ; les descriptions de matchs épiques rappellent des
combats : « mon cher monsieur, une bataille vous paraîtrait de même nature, sauf
qu’il s’agit de garçons plutôt que d’hommes, et de ballons plutôt que de boulets ;
(...) mais tel est un match de football » (éd. de 1877, p. 99). Le premier sermon
qu’entend Tom lui apprend que la vie est un rude champ de bataille, et qu’il faut un
intrépide courage pour s’y aventurer ; seuls survivent les héros, dont les traits de
caractères sont ainsi décrits : « une vie animale à sa pleine mesure, aux impulsions
honnêtes et foncièrement bonnes, ennemi de l’injustice et de la médiocrité et assez
robuste pour couler un vaisseau à trois mâts » ! (p. 136).
Le héros se querelle à quelques reprises, ce qui est naturel chez les garçons
britanniques, précise-t-on, mais cela peut être canalisé vers la science de la boxe.
« Alors apprends à boxer, comme tu as appris à jouer au cricket et au football, (...), il
n’y a pas de meilleur exercice au monde pour les muscles du dos et des jambes »
(p. 286). S’il est possible d’échapper au combat, tant mieux. « Mais ne dis pas non
parce que tu crains d’être rossé, ni que crains Dieu, car cela n’est ni chrétien ni
honnête. Et si tu te bats, vas-y, n’abandonne pas tant que tu peux demeurer debout »
(p. 286).

Le music-hall et la culture de masse


À la normalisation définitive des horaires de travail et à leur distinction de
plus en plus nette des autres temps sociaux, aux idéologies du loisir rationnel et du
sport, est venu s’ajouter vers la fin du XIXe siècle le music-hall à son apogée. Cette
forme de loisir a fait l’objet de quelques études historiques qui permettent d’en saisir
l’étendue et la portée40.
Jaillie en quelque sorte des « public houses » qui en vertu des lois existantes
pouvaient ajouter monologues ou chansons à leurs services, la formule se développa
par l’appel à des chanteurs ou acteurs ambulants, et se diversifia pour donner lieu,
vers le milieu du siècle, à la création de salles de spectacles (on dissocia par la suite
le spectacle lui-même de la consommation d’alcool). Les années 1890 marquent
l’âge d’or du music-hall ; Charles Morton, qui est considéré comme le père du
music-hall, avait ouvert en 1852 à Londres, une salle d’une capacité de 700 places,
agrandie par la suite à près de 1 500 places (on se rappellera que les clubs ouvriers
organisaient déjà, particulièrement lors des soirées du samedi, des « concerts » et
spectacles diversifiés).
Le public, assez jeune, mixte, à majorité ouvrier, venait applaudir des
monologuistes, comiques, imitateurs, chanteurs et chanteuses populaires, dans

40. Voir l’étude de Marcha VICINUS, 1974, chap. 6, qui en fournit une histoire et une description du
contenu. Le chap. 7 de P. BAILEY, 1978, traite aussi de ce sujet.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
40 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

de courts spectacles à prix modique. Selon le témoignage d’un associé de Charles


Morton, « les visiteurs étaient des commerçants, des ouvriers spécialisés, leurs
épouses et leurs familles. Les enfants n’étaient pas admis, et il était de règle que tout
visiteur soit proprement vêtu ». Après avoir précisé que les dames de certains
milieux n’y venaient pas, il ajoutait qu’à la suite de l’engagement d’un directeur
musicial à plein temps « la salle est aussitôt devenue remplir à pleine capacité tous
les soirs. Les lundi et samedi soirs (notez la précision : le lundi se ressent encore du
« Saint Monday » et c’est jour de congé le dimanche) des centaines de personnes
avaient l’habitude d’attendre l’ouverture des portes, de sorte que j’ai vu la rue
presque bloquée »41.
Pour contrer la vindicte des moralistes, les propriétaires de salles faisaient
valoir des arguments de respectabilité, dont le fait qu’il s’agissait d’une activité à
caractère familial, que le décor et la salle étaient soignés, que les chansons et les
spectacles n’étaient pas vulgaires comme dans les « public houses », et que cela était
ainsi susceptible de cultiver le goût du public42.
Le music-hall est l’une des formes majeures de loisirs populaires qui ait
émergé du XIXe siècle britannique ; il a emprunté à la tradition orale, à la littérature
ouvrière de l’époque certains de leurs traits et de leur contenu, pour devenir
l’expression typique de la culture populaire, des conditions de vie, et des aspirations
contemporaines à travers des mélodies et chansons dont certaines ont survécu
jusqu’à aujourd’hui. On peut certes distinguer plusieurs catégories de music-hall,
certains plus aristocratiques, certains aux dimensions des pubs de quartier ou des
clubs ouvriers, mais dans l’ensemble, on peut parler de divertissement de masse
(certaines salles avaient une capacité de 3 500 places).
Le music-hall peut-être considéré comme le prototype de l’industrie moderne
du loisir : investissements considérables, commercialisation de plus en plus
sophistiquée, publicité soignée, naissance du système des vedettes et du show
business ; tout cela est contemporain, ne l’oublions pas, de l’introduction du sport de
masse. Il est significatif de ce mouvement d’institutionnalisation du loisir, dans la
deuxième moitié du XIXe siècle, de ce passage vers la culture de masse. Il met en
cause l’éthique puritaine et celle des loisirs rationnels, auxquelles s’ajoutent
maintenant des conceptions de plus en plus nettes de la recherche du divertissement
pour lui-même, détachée de quelque finalité morale. (Son déclin, au XXe siècle, fut
causé par la venue des « revues », du « ragtime » et du cinéma.)
*
* *

41. Témoignage de Frederick Stanley, associé, au début, à Charles Morton, devant le Select Committee on
Theatrical Licences and Regulations, 1866, voir Report..., p. 330.
42. Ibid., p. 330-336.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 41

Signalons encore, pour mémoire, d’autres formes de loisir qui ont pris leur
essor pendant la même période, notamment les excursions par trains (pour des
pélerinages, visites de lieux historiques, expositions, matchs sportifs), les fêtes et les
foires ; il y eut le développement des stations balnéaires, à leur tour fort populaires,
devenant peu à peu de grands centres de jeux et de vacances, avec complexes
hôteliers, promenades, cirques et amusements mécaniques43.
En résumé, la deuxième moitié du XIXe siècle représente un point tournant
dans l’histoire du loisir britannique. À un contexte historique qui marque l’apogée
de la révolution industrielle, la création lente de l’État moderne, l’implantation
difficile du système d’éducation, une division de plus en plus nette du temps de
travail des autres temps de la vie quotidienne, une éthique du travail triomphante,
correspondent des changements culturels manifestes, dont l’institutionnalisation du
loisir et la naissance de la culture de masse. Ce n’est pas de « destruction de la
culture populaire traditionnelle » qu’il s’agit, encore moins de quelque
« survivance ». Au sens fort du terme, se développent de nouvelles formes de
culture, des modes de vie inédits, radicalement différents qui, loin d’être seulement
« effets » ou « conséquences » de l’industrialisation et de l’urbanisation, en sont
partie prenante.

3. LE LOISIR DANS LE CONTEXTE


DE « L’ÉTAT PROVIDENCE » (WELFARE STATE)
Engels a reconnu que dans la seconde moitié du XIXe siècle « le progrès
industriel de l’Angleterre fut colossal et inouï, à telle enseigne que l’état où elle
se trouvait en 1844 nous apparaît aujourd’hui (1882), par comparaison, dérisoire
et presque primitif » (Trad. 1973, p. 388). Il n’hésitait pas à dire que ce qu’il avait
décrit dans son livre « appartient en grande partie au passé » (p. 386). Néanmoins,
en dépit de progrès matériels indéniables, la société britannique de la fin du siècle
dernier n’en demeurait pas moins profondément inégalitaire, une proportion
importante de la population vivait dans une situation de pauvreté. Deux enquêtes
en particulier ont révélé aux Britanniques l’étendue de la misère : Charles Booth
fit paraître entre 1889 et 1903 une volumineuse étude sur la population
londonienne. À partir de méthodes d’investigation minutieuse, de statistiques

43. Sur ces sujets précis, on peut consulter l’ouvrage ancien mais toujours utile de PIMLOTT, J.A.R., 1947,
The Englishman’s Holiday. A Social History, London, Faber, 318 p. Il y a aussi la petite histoire de
DELGADO, Alan, 1971, Victorian Entertainment, Newton Abbot, David and Charles, 112 p.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
42 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

détaillées, il en concluait qu’environ 30 p. 100 de la population vivait dans un état


de pauvreté.
Il écrivait :
Nous voyons la vie (de nombreuses gens) sous l’emprise de l’alcool, de la brutalité et
du vice, avilie par l’ignorance et la pauvreté, pendant que l’industrie est secouée par
ses propres luttes aveugles, et que l’éducation péniblement en voie de développement
redescend trop souvent au dernier de nos soucis. Nous voyons la religion,
emmaillottée dans les habits de l’indécision, nous voyons la détresse publique ; tel est
le côté noir du décor, lequel apparaît peut-être encore plus noir à vos yeux, à cause du
poids plus grand des demandes pour l’amélioration du niveau de vie et pour
l’aspiration au confort ; mais il est dit que la plus grande noirceur précède l’aurore
(BOOTH, rééd. 1902, éd. finale, p. 200).
Ce n’était certes pas le premier cri d’avertissement, mais à la différence des
pamphlets, c’était là une des études les mieux faites et les plus minutieuses de
l’époque. À peine l’encre en était-elle séchée, qu’une autre étude, de même
inspiration et de même facture, portant cette fois sur une ville du nord industriel
— York — concluait qu’environ 28 p. 100 de la population de cette ville vivait dans
un état de pauvreté primaire (le strict minimum nécessaire à la subsistance) et
secondaire (induite par le gaspillage partiel du budget familial en alcool, jeu,
« et autres dépenses inutiles ») ; réalisée en 1899, elle paraissait en 1901
(ROWNTREE, rééd. 1903).
D’un problème affligeant les « basses classes », au travail des enfants en
usine, aux conditions morales de la classe ouvrière, on en était maintenant au
paupérisme observable dans une société industrialisée. Si une part de la pauvreté
était perçue comme résultant des seuls facteurs personnels (ivrognerie, etc.), il était
clair que les faibles salaires, le travail irrégulier, le chômage chronique, étaient
également responsables de l’étendue du problème.
L’Angleterre du début du XXe siècle n’était pas au bout de ses peines ; une
partie de l’aristocratie britannique, profondément conservatrice, a voulu lutter contre
le « déclin moral » et la lente mais inévitable chute de « l’Empire », par des appels
répétés à la réforme des mœurs et aux vertus du militarisme ; Kipling, Baden-
Powell, furent de ceux-la. Période contrastée qui fut encore celle de Bernard Shaw,
H. G. Wells, Keynes, puis de Virginia Wolf et d’Ulysse de James Joyce.
En vertu des réformes électorales déjà introduites, un peu moins du tiers de la
population avait droit de vote ; avec l’appui du mouvement ouvrier, ce fut suffisant
pour conduire à la victoire du Parti libéral, au pouvoir de 1906 jusqu’au début de la
Guerre de 1914-1918 quand un gouvernement de coalition fut formé ; plus d’une
cinquantaine de députés ouvriers furent élus. Cette période marque les origines de
politiques sociales qui donnèrent naissance, après la Deuxième Guerre mondiale à
ce qu’on appelle « l’État providence » (Welfare State).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 43

Parmi les principales mesures introduites par le Parti libéral mentionnons les
repas scolaires gratuits pour les enfants nécessiteux, ainsi que l’inspection médicale
obligatoire (1908) qui représentent un changement important d’attitude envers
l’enfance. Il y eut aussi les premières pensions de vieillesse (1908), une loi sur
l’assurance-santé en 1911, prévoyant divers soins médicaux gratuits, ainsi qu’un
premier programme partiel d’assurance-chômage, la même année. Des cotisations
obligatoires étaient prélevées, diverses mesures budgétaires — dont un fameux
« budget du peuple » en 1909 — marquèrent les débuts de l’utilisation de mesures
fiscales à des fins de politiques sociales, non d’ailleurs sans une crise
constitutionnelle44.
L’époque d’avant la Première Guerre mondiale est celle des origines des
politiques sociales britanniques ; elles coïncident avec un tournant décisif dans les
conceptions du rôle de l’État, et dans la nature des préoccupations ayant trait aux
« conditions » de la population, puisque, progressivement, il s’agit moins de
mesures élitistes d’amélioration de la situation des « pauvres » que de partage des
fruits du progrès économique.
*
* *
La Guerre de 1914-1918 perturbera bien entendu tous les calculs. Retenons
seulement qu’elle conduisit à une extension considérable de l’intervention du
gouvernement : accroissement du budget, contrôle des prix, etc. Le boom
économique qui suivit amena une amélioration indéniable du niveau de vie, à la
faveur d’une sorte de nouvelle révolution industrielle marquée cette fois par le
déclin de certaines industries traditionnelles, surtout dans le secteur primaire, et la
création de nouvelles industries, notamment dans les domaines de l’électricité, de la
chimie, de l’automobile, ainsi que dans celui de la construction et des industries
connexes45. Le secteur tertiaire se développa rapidement, de même que les dépenses
de consommation courante. Le taux de croissance de la population avait depuis
longtemps diminué, à tel point que la mortalité due à la guerre, l’émigration, la
chute importante du taux de natalité laissaient déjà présager un certain vieillissement
de la population. Au plan des migrations internes, l’entre-deux-guerres est
caractérisé par le déclin du nord industriel à l’avantage du sud où se concentrèrent
les nouvelles industries.
La période de l’entre-deux-guerres fut également marquée par de brèves
périodes de pouvoir du Parti travailliste, par d’importantes manifestations
ouvrières, dont celle de 1926 tragiquement terminée, et surtout par la crise

44. Pour ceux qui s’intéressent à ces questions outre les ouvrages historiques, il y a l’excellente synthèse de
FRASER, repr. 1980, chap. 7, et celle de HAY, 1975.
45. Pour une synthèse de l’histoire économique de l’entre-deux-guerres ; ALDCROFT, D.H., 1970.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
44 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

économique de 1929 ; le taux de chômage atteignit au-delà de 20 p. 100 pour les


années 1931 et 1932, obligeant à diverses mesures sociales ponctuelles. La relance
économique de la fin de la décennie de 1930 fut cette fois infléchie par une autre
guerre, celle de 1939-1945.
Ajoutons encore que les mouvements féministes, apparus dès la fin du
XIXe siècle, et regroupés autour de la lutte pour le suffrage universel, connurent un
certain succès en 1918, quand tous les hommes et femmes âgés de 30 ans et plus
obtinrent le droit de vote, puis, en 1928, son extension aux citoyens de 21 ans et
plus.
En ce qui concerne la législation du travail, retenons seulement pour notre
propos, qu’à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, la cause des congés payés
était entendue ; autant l’État était intervenu avec réticence dans le domaine des
heures de travail, au XIXe siècle, autant le mouvement ouvrier avait dû défendre
avec insistance la réduction des heures de travail contre les résistances constantes
des employeurs, autant cette fois la tendance est irréversible. Depuis la fin du
XIXe siècle, les heures de travail diminuent ; les congés payés se développent,
particulièrement dans la décennie de 1930, à tel point qu’une loi votée en 1938 en
assure à toutes fins utiles la généralisation.
Bref, l’Angleterre de l’entre-deux-guerres présente un mélange de réformes
sociales et politiques, (en matière d’éducation, de droit de vote, de travail, de
planification urbaine), et de conservatisme pouvant aller jusqu’à la répression des
mouvements ouvriers (tel le Black Friday de 1926), le tout accompagné de crises
économiques et sociales majeures, du drame de la misère et du chômage, des
inégalités sociales encore profondes et durables.

Études sociales et loisir dans l’entre-deux-guerres


Le contexte historique qui vient d’être évoqué à grands traits permet de
comprendre l’essentiel des préoccupations britanniques à l’égard du loisir, dans la
période de l’entre-deux-guerres. C’est à partir de problèmes reliés à la pauvreté, au
chômage, à la misère, à l’amélioration des conditions de vie de la population, que le
loisir a été perçu et pensé.
Pour s’en convaincre, il suffit de se référer à une enquête sociale majeure,
réalisée par le très sérieux London School of Economics and Political Science, et
intitulée : New Survey of London Life and Labour ; commencée en 1928, l’enquête
fut publiée entre 1930 et 1935. Comme son titre l’indique, il s’agit d’une étude
inspirée de l’œuvre de Charles Booth, quoique plus sophistiquée. Son objectif
explicite était de tenter d’évaluer dans quelle mesure il y avait eu amélioration
des conditions de vie ; l’attention est centrée sur la question de la « prospérité
matérielle », la majeure partie des neuf volumes étant consacrée aux salaires, au
chômage, au logement, au travail, à la santé, etc.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 45

Cette période de l’entre-deux-guerres est d’ailleurs marquée par d’importants


développements méthodologiques qui caractérisent les origines des sciences sociales
modernes en Angleterre : plusieurs enquêtes urbaines, d’importantes études
statistiques, des progrès théoriques certains, dont fut à la fois tributaire et témoin la
nouvelle étude londonienne.
Voici comment sont présentées ces « questions pressantes que tous ont à
l’esprit » :
« Dans quelle direction allons-nous ? La pauvreté diminue-t-elle ou s’accroît-elle ?
Les conditions de vie et de travail à Londres s’améliorent-elles ou se détériorent-
elles ? » (New Survey, vol. 1, 1930, p. 4).
La seule manière de répondre à de telles questions, ajoute-t-on, est
d’entreprendre une nouvelle étude, permettant de juger des changements dans les
conditions économiques et sociales depuis l’époque de Charles Booth, et encore de
servir d’assise à d’autres enquêtes ultérieures. Encore une fois, les préoccupations
les plus fondamentales portent sur « le problème du coût de la vie », « les
changements dans le niveau moyen de bien-être matériel de la population ouvrière
londonienne tels que reflétés dans les salaires, les heures de travail et l’emploi ».
À cela s’ajoutent des questions portant sur l’importance relative de la
population marginale (l’enquête utilise le qualificatif de « subnormal ») : personnes
seules, personnes âgées, paupérisme, déficients ; une section complète est consacrée
à la délinquance et à la criminalité.
B.S. Rowntree à son tour procède à une seconde étude de la ville de York ;
réalisée un peu plus tard (en 1935), et avec moins d’ampleur, elle est publiée en
1941, et reprend à peu près la même problématique.
C’est dans un tel contexte que le loisir est approché. Le loisir n’était pas
vraiment présent, ni dans l’enquête de Booth, ni dans la première étude de
Rowntree, dénuées toutes deux de conception explicite et de véritable préoccupation
pour cette question. Ainsi, la mention de ce que nous distinguons maintenant comme
« loisir » n’est pas faite chez Booth ; seuls quelques passages s’y rapporteraient dans
un chapitre textuellement intitulé « Institutions, etc. », traitant des clubs ouvriers,
des magasins coopératifs, des public houses, des hôpitaux, etc. Chez Rowntree, un
« chapitre supplémentaire » traite successivement des clubs et des public houses, puis
du mouvement ouvrier, du paupérisme, du budget municipal, etc.
Or quelques trente années plus tard, le loisir émerge distinctement en
tant que champ d’analyse, dans le cadre d’une problématique d’étude des
conditions sociales et économiques de la population britannique. Après divers
mouvements d’institutionnalisation, après la formation d’idéologies explicites, il
était presque inévitable, pourrait-on dire, que le loisir soit présent tôt ou tard

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
46 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

dans les études sociales, et ce en tant que catégorie distincte d’analyse. Et c’est le
contexte historique des conceptions sociales de l’entre-deux-guerres qui a servi de
modèle de référence, d’horizon cognitif.
Ainsi, dans le New Survey, un volume final est intitulé Life and Leisure
(vol. IX, 1935), dont les deux tiers sont consacrés, d’une part, aux activités de loisir
et, d’autre part, aux organisations. Rowntree à son tour ajoute une section sur le
loisir dans sa seconde étude, et est l’auteur d’un ouvrage ultérieur entièrement
consacré à ce phénomène. Désormais, à partir de la décennie 1930, les « social
surveys » incluent régulièrement, à titre de chapitre distinct, des pages sur le loisir46.
Il n’est pas indifférent de savoir comment est alors « pensé » le loisir, quels
sont les termes et les catégories utilisés. En se basant principalement sur le New
Survey of London, on peut dégager des catégories d’analyse du loisir, telles qu’elles
sont présentées schématiquement au tableau 1. Il ressort que la question du loisir est
nettement située dans le cadre plus général de l’amélioration des conditions
matérielles et sociales de la population, de manière subsidiaire et complémentaire de
préoccupations plus globales, et à l’aide de catégories descriptives généralement
fortement normatives.
Le New Survey reconnaît explicitement s’aventurer dans des eaux inconnues, et
avoir traité d’un des aspects les plus difficiles à mesurer, à cause de la nouveauté du
phénomène et de l’absence des données. Il emploie le terme « leisure » « ... dans son
sens le plus large, pour couvrir cette partie de la vie qui n’est pas occupée par le
travail, les déplacements au travail, les repas ou le sommeil » (vol. ix, p. 1). C’est
l’étude de Merseyside, menée de 1928 à 1932, qui est la plus explicite : il y est
question de l’usage d’un temps résiduel et discrétionnaire, de son importance
relative, de la manière dont il est occupé ; seule cette étude tente vraiment certaines
évaluations quantitatives.
À part les catégories descriptives fortement normatives, les jugements
sont peu nombreux, l’étude de Merseyside, par exemple, ne présentant ni conclusion
ni bilan. Dans l’ensemble, on s’accorde pour reconnaître une amélioration
non seulement des conditions de vie, mais aussi de la qualité des loisirs
eux-mêmes, quoique l’on s’inquiète de la popularité du cinéma, dont les possibilités
éducatives demeurent sous-exploitées ; c’est, à l’unanimité, le « divertissement »
qui est présenté comme étant le plus populaire ; il est dit qu’il n’a pas
remplacé quelque forme traditionnelle quelconque de loisir, puisque

46. Un autre exemple assez connu est l’étude de Merseyside, dont le chap. 10 du 3e et dernier tome
s’intitule : « L’usage du loisir » (The Use of Leisure), CARADOG JONES, D., éd. 1934 ; cet auteur a
d’ailleurs participé à une importante analyse secondaire des recensements britanniques, et a publié un
ouvrage méthodologique sur les enquêtes sociales ; CARRSAUNDERS, A.M. et CARADOG JONES,
D., éd. rev. 1937, A Survey of the Social Structure of England and Wales. As Illustrated by Statistics,
Oxford, Clarendon Press, 235 p.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 47

le temps disponible était pratiquement inexistant ou occupé de manière oisive il y a à


peine une quarantaine d’années ; en fait, le cinéma a tout simplement « créé et
répondu à une demande entièrement nouvelle » ( New Survey, vol. ix, P. 9).
Quant aux pouvoirs publics, leur rôle est examiné dans le cadre de questions
de santé, et d’amélioration de l’environnement urbain. Dans le New Survey, il est
significatif qu’un chapitre distinct, dans un volume distinct, traite de cela ; et il s’agit
de pourvoir aux besoins en « air frais », en parcs et jardins publics, en musées et
bibliothèques. Une telle perspective emprunte à la problématique urbaine du milieu
du siècle dernier ses traits majeurs.
On peut ainsi dire qu’il y a en fait au moins deux problématiques du loisir
dans les études sociales de l’entre-deux-guerres. La première s’inscrit dans le
prolongement des préoccupations pour l’hygiène, la santé, l’environnement, telles
qu’on peut les retracer dans diverses commissions parlementaires du milieu du
XIXe siècle, avec, bien entendu, des adaptations liées au nouveau contexte
historique ; c’est de cette problématique qu’est issue une première conception du
rôle des pouvoirs publics en matière de loisir. La seconde est une sorte de
problématique du temps libre et de son usage le plus judicieux possible :
disponibilité de temps, occupation, divertissements, possibilités éducatives et
culturelles ; c’est dans cette perspective également que l’on situe le « problème du
loisir », et que l’on traite des organismes bénévoles « en tout ou en partie consacrés
à l’organisation de moyens agréables et plus ou moins variés de passer le temps de
loisir » (New Survey, ix, p. 18).
En ce qui concerne d’ailleurs cette seconde problématique, d’inspiration
victorienne (sur la lancée de l’idéologie des loisirs rationnels du siècle dernier), il est
significatif que l’attention soit en partie polarisée autour de la question des mass
media. Tel que rappelé, il est souvent fait mention du cinéma, dans le New Survey
(comme un peu partout en Europe et en Amérique, le cinéma avait fait son
apparition vers la fin du XIXe siècle, et connaissait une popularité constante). Il y
avait aussi la radio, dont les premières émissions de la BBC sont diffusées en
novembre 1922. L’Angleterre s’enorgueillit même des premières émissions de
télévision, en 1936, brusquement interrompues par les débuts de la Guerre de 1939.
L’histoire de ces medias est riche, typiquement, de commissions d’enquêtes, de
rapports ; les préoccupations quant au contenu culturel et éducatif ne se sont jamais
démenties, témoin la radio scolaire, pendant la période de 1927 à 1939 (et, plus tard,
le succès indéniable de la Open University depuis sa création en 1972)47.

47. Nous devons nous contenter de renvoyer le lecteur à 1’œuvre magistrale de Asa BRIGGS, en 4 vol., sur
l’histoire de la BBC ; sont aussi cités, à la note 51, deux rapports qui m’apparaissent bien réfléter la
nature des préoccupations actuelles britanniques à l’égard des mass media.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
TABLEAU 1
Catégories d’analyse du loisir dans le contexte des
études sociales britanniques des années 1930

1. Problématique générale
• Objets d’étude centraux :
— études des conditions de vie de la population : conditions économiques et
sociales, « prospérité matérielle », dont niveau effectif de pauvreté, salaires,
budgets familiaux, travail et chômage, santé et niveau d’éducation ;
environnement physique ; particulièrement : logement, et surpopulation,
transport ; endroits publics de détente et de divertissement (public amenities) :
parcs et espaces « ouverts » (open spaces), bibliothèques publiques et musées,
lieux de divertissement ;
— étude de la population « sub-normale » (sub-normal) : pauvres, chômeurs ;
personnes âgées ; handicapés physiques et mentaux ; criminels, alcooliques et
« immoraux ».
• Questionnement d’ensemble
Amélioration ou non des conditions de vie matérielle de la population, dont l’état de
pauvreté ?
Augmentation ou déclin de la population « sub-normale » ?
• Justification de la recherche
Utilisation des études empiriques comme outil indispensable pour l’évaluation
générale de la nature et de la direction des changements sociaux

2. Catégories d’analyse du loisir


• Le loisir en tant que phénomène subsidiaire
— Dérivé de l’accroissement de la marge de temps discrétionnaire, à la suite de la
réduction progressive des heures de travail
— accroissement du nombre de bénéficiaires d’un congé annuel payé
— accroissement d’une marge discrétionnaire de dépenses familiales
d’où : premières tentatives pour mesurer le temps de loisir : tout le temps qui n’est
pas occupé par : travail, transport, sommeil et repas (des mesures précises
sont effectuées dans l’enquête de Merseyside) ; apparition du poste
« recreation » à la rubrique des dépenses « diverses » (le poste « tabac » et
« alcool » semble être le premier de tous)

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 49

• Catégories descriptives
finalités culturelles finalités non culturelles
objectifs de développement amusements
personnel (self-improvement), divertissements
valeurs éducatives
formes actives formes passives
ex. : sport, musique ex. : cinéma, spectacles
activités éducatives sportifs, concerts
hobbies
activités d’intérieur activités d’extérieur
organisations sociales : principalement les clubs d’adultes ou de jeunes, dont
l’objectif premier est le bon usage du loisir1

• Formes de déviance2
Dans la mesure où la frontière entre légalité et illégalité est franchie : alcool, tabac,
jeu, sexe et crime
Cependant, les organisations sociales pourvoyant à des loisirs de qualité, ont
contribué à la diminution de la criminalité, de pair avec l’amélioration générale des
conditions de vie

• Changements sociaux
Développement rapide de nouvelles formes de loisir (autrefois inexistantes), plus
variées, et mécanisées : l’exemple typique donné est le cinéma et la radio Conscience
plus forte des besoins en parcs et espaces verts
Développement d’une nouvelle « demande » sociale, particulièrement : sports
d’extérieur et exercices physiques ; mais surtout : développement des amusements de
nature passive, dont, au premier plan, le cinéma
À long terme, de tels changements l’ont été pour le mieux, même si les possibilités
éducatives n’ont pas été assez exploitées. Le danger d’acquisition d’habitudes
passives, voire l’apparition d’une didacture des amusements, ne doivent pas être
négligés

1. Il y a un certain flottement dans l’analyse, le New Survey of London Life and Labour excluant les
organisations religieuses, mais non Rowntree.
2. Il n’est pas fait mention explicitement qu’il est encore question de loisir ; mais il est significatif
qu’une telle rubrique apparaisse dans le contexte plus large de préoccupations quant à la moralité
publique, héritées de l’époque victorienne, l’utilisation du loisir pouvant mener à l’amélioration des
conditions de vie ou à la dépravation.
Sources : New Survey of London Life and Labour, vol. 1 : Forty Years of Change, 1930, et vol. ix : Life
and Leisure, 1935 ; quelques informations complémentaires ont été tirées de Rowntree, B.
Seebohm, 1941, et de Caradog Jones, D. (éd.) 1934, vol. 3.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
50 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Au sujet des activités populaires, on s’inquiétait encore et toujours de la


consommation d’alcool, régulièrement perçue comme un des grands maux de la
population ouvrière ; comme le souligne Paul Thompson, le rôle de l’alcool à cette
époque est à interpréter dans le contexte d’une vie quelque peu monotone, dont on
cherchait à s’échapper par la fréquentation occasionnelle des « public houses »,
d’accès gratuit, et pour lesquelles d’ailleurs il y avait peu d’alternative, exception
faite du cinéma et de spectacles sportifs (1976, p. 139).
De telles perspectives ont prévalu en partie jusqu’à nos jours, et en sont
tributaires plusieurs études, de nombreuses politiques gouvernementales.
Pendant la Deuxième Guerre mondiale, paraissait le Rapport Beveridge
(1942), proposant l’instauration d’un régime universel et complet de services
sociaux. Résumant sa pensée, Beveridge, alors directeur du London School of
Economics, écrivait :
Je suis d’abord préoccupé par la question suivante : quelle sorte de pays voulons-
nous ? En quoi une nouvelle Angleterre différera-t-elle définitivement de l’Angleterre
passée que nous avons connue ? (...). J’ai déjà répondu auparavant en disant
principalement que la nouvelle Angleterre devrait être libérée, autant qu’il est
humainement possible, de ces maux géants que sont les besoins primaires, la maladie,
l’ignorance, la misère et l’oisiveté (BEVERIDGE, 1943, p. 81).
Il n’y a pas à hésiter, ajoutait-il, pour ce faire on doit recourir aux immenses
pouvoirs de l’État. Inspiré de cette philosophie, le Parti travailliste au pouvoir de
1945 à 1951 introduisit une série de réformes sociales majeures qui ont constitué
une phase décisive dans l’acheminement de l’Angleterre contemporaine vers le
Welfare State. Qu’on en juge : réforme complète du régime d’assurances sociales,
par une série de lois instaurant des mesures extensives de sécurité sociale
— accidents de travail, services médicaux gratuits, maternité, chômage, retraite,
allocations familiales48. Le 5 juillet 1948, toutes ces mesures entraient en opération.

Les changements sociaux de l’après-guerre


Les effets de la Deuxième Guerre mondiale une fois passés (le rationnement
ne prend fin qu’en 1954 toutefois) et en dépit de fluctuations économiques
importantes, une période de croissance prend place dans la décennie de 1950 ; la
plupart des mesures sociales sont en pleine opération. Le pays entre dans ce qu’on a
appelé « l’ère de l’affluence ».

48. Sur cette question, cf. FRASER, réimpr. 1980, chap. 9. Pour la période historique d’après 1945, il y a
l’ouvrage bien documenté de GREGG, P., 1967.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 51

Un certain nombre de changements économiques et sociaux qui interviennent


dans les décennies 1950 et 1960 ne sont pas particuliers à l’Angletrere
(« libéralisation des mœurs », « culture des jeunes », « famille nucléaire », etc.),
mais le tout s’y inscrit dans des perspectives spécifiques.
Ainsi, en ce qui concerne la question urbaine, le New Town Act de 1946
donne le coup d’envoi à la création de « villes nouvelles », et une autre loi fait du
logement pratiquement une priorité nationale. Une loi sur l’aménagement du
territoire, est encore votée en 1947, (le Town and Country Planning Act). (Après le
coup de frein des conservateurs, surgit une deuxième génération de villes nouvelles,
un total de vingt-trois pour la seule Angleterre.) Puis vient la politique de rénovation
des centres urbains principalement axée sur la destruction des édifices vieillots, des
habitations érigées au siècle dernier, des taudis, et le relogement de leurs habitants
qui sont souvent des immigrants ou les plus pauvres de la nation (ceci ne se déroule
pas sans débats publics et conflits, bien entendu)49. De telles préoccupations en
matière de logement, d’environnement urbain, y compris la préservation ou
l’aménagement des parcs urbains, l’attention à la vie communautaire de quartier, ne
se sont jamais démenties jusqu’à nos jours, et ont donné lieu à une suite
pratiquement ininterrompue d’études urbaines. Cette attention au phénomène de la
ville s’explique en partie par l’importance et la rapidité de l’urbanisation en
Angleterre, en particulier au XIXe siècle, la formation d’une culture urbaine
spécifique à laquelle il a été fait attention. Les conséquences actuelles qui découlent
de cette urbanisation rapide font de cette question un enjeu pratiquement central dans
la vie politique du pays : en plus de la détérioration du stock de logements, tel que
mentionné, le réseau de transport est lui-même désuet en beaucoup d’endroits,
l’arrivée d’immigrants a contribué à la formation de ghettos ethniques, etc.
La politique des villes nouvelles, puis de la rénovation urbaine, a été suivie
dans les années 1950 et 1960 d’une politique de création de conurbations, petits
centres en bordure des grandes villes, où fleurissent une vie de quartier plus intense,
donnant lieu à la création de « street festivals », de jardins communautaires, etc.
Il ne faut pas s’étonner que les questions ayant trait à la pauvreté et aux
inégalités sociales soient toujours d’actualité. Tout en étant conscients des
changements intervenus, de la relative prospérité déjà atteinte, plusieurs ne
manqueront pas de s’interroger sur la persistance des inégalités, en matière de santé,
de logement, et d’éducation, par exemple, ce qui mènera à une sorte de
« redécouverte » de la pauvreté. Se grefferont à ce débat les questions de strati-

49. Sur l’histoire de la planification urbaine et régionale voir entre autres : CHERRY, 1972 et
CULLINGWORTH, 1979. Pour une vue d’ensemble de la période de l’après-guerre, on peut se référer
aux textes cités en bibliographie, à la rubrique appropriée. Également : GREGG, 1967 ; RYDER et
SYLVER, 1979, 2e partie ; COSTA et al., 1980.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
52 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

fication, de mobilité sociale effective et possible (dont les travaux de Goldthorpe), et


encore celle de la persistance des classes sociales, notamment de la définition, du
rôle, voire de la disparition relative de la classe ouvrière50.
Mentionnons encore un important changement dans ce qu’on pourrait appeler
« l’évolution des mœurs ». Les prescriptions morales héritées de l’époque
victorienne ont depuis longtemps perdu de leur portée. La tolérance (typiquement
britannique), un long héritage d’esprit de liberté trouvent leur expression dans
diverses législations portant sur la famille et le divorce, les libertés sexuelles,
l’abolition de la peine de mort, etc. (presque toutes les législations datent de la
décennie de 1960, sous le gouvernement travailliste).
C’est encore l’époque des débats publics en matière d’éducation : sur
l’enseignement secondaire et supérieur — le Rapport Robbins en 1963 porte sur les
universités, le Rapport Newson, la même année, sur 61 adolescents ; le Rapport
Russell en 1973 porte sur l’éducation des adultes, la scolarité obligatoire est haussée
à 16 ans cette même année. La radio et la télévision font aussi objets de débats,
témoin le Rapport Beveridge, en 1951, le Rapport Pilkington en 1960, qui se
préoccupe de la qualité des émissions et de leur valeur éducative ; la Open
University obtient ses lettres patentes en 1969 et commence ses cours en 197151.
Rappelons encore que la décennie de 1960 voit l’apparition du phénomène
des Beatles, puis des Rolling Stones, de la contestation étudiante !
*
* *
C’est dans ce contexte qu’un certain nombre d’études ont été effectuées :
études de nature anthropologique, ou de milieux, utilisation de l’histoire orale,
parfois même de la méthode autobiographique ; l’une de leurs caractéristiques
remarquables est une approche davantage qualitative, à l’origine de l’essor de
l’histoire culturelle et sociale en Angleterre. L’organisation et le contenu de telles
études diffèrent des monographies passées en ce que les modes de vie, le milieu

51. Nous devons encore référer aux travaux cités en bibliographie. Le débat sur la culture ouvrière est
résumé dans les chap. 1 et 9 de CLARKE, CRITCHER et JOHNSON (éds), 1979 ; il faut citer les
ouvrages majeurs de GOLDTHORPE et al., 1969, et 1980.
52. Voir la bibliographie portant sur l’éducation. Pour référence : Great Britain — Ministry of Education,
1963, Half our Future (Newson Report), London, HMSO, 298 p. appendice, index ; Great Britain, Dept.
of Education and Science, Adult Education : A Plan for Development (The Russell Report) London,
HMSO, 310 p. appendice ; Report of the Committee on Broadcasting 1960 (Pilkington Committee)
London, HMSO, cmnd 1753, 342 p. appendice ; Report of the Committee on the Future of Broadcasting,
1972, London, HMSO, cmnd 1753, 522 p., appendices 168 p.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 53

familial, la vie quotidienne, les gestes et le langage, les systèmes de valeurs, sont
pris en considération, pour eux-mêmes, dans leur propre dynamisme interne. Il n’est
plus question de savoir si la culture ouvrière s’est « améliorée », si elle fait un bon
usage de ses ressources, encore moins d’en faire le bilan moral. Elles traduisent un
changement important de perspective, signe de changements sociaux majeurs. On
assiste à un regain des études portant sur la famille, les « communautés » locales, le
milieu ouvrier, les mouvements de contre-culture, les minorités culturelles.

L’exemple de l’œuvre de Richard Hoggart


À titre d’illustration, on peut prendre l’exemple de l’ouvrage de Richard
Hoggart, dont l’influence a été relativement profonde. Une traduction libre du titre
donne à peu près ceci : « Des usages de la culture scolaire (literacy). Aspects de la
vie ouvrière, spécialement en ce qui a trait à la littérature (populaire) et aux
divertissements » (1957). (Dans la traduction française, 1970, le titre est tout à fait
inapproprié, et il y a quelques contre-sens dans la traduction de l’expression
« working-class » qui est constamment appelée « culture populaire ».)
Tout aussi fervent de l’analyse de contenu des journaux et des magazines
populaires que de la méthode autobiographique, en rupture avec les méthodes
d’enquêtes plus classiques, Hoggart commence par se demander, typiquement : mais
qu’est-ce donc que la classe ouvrière ? Il ne donne pas de définition formelle, mais
propose plutôt une approche ouverte, attentive à la tradition orale des milieux
populaires, à la nature des rôles familiaux, aux attitudes caractéristiques (dont la
tolérance, le pragmatisme, les sentiments d’identité, de distinction, de solidarité,
etc.). Toutefois, il s’agit là d’un « vieil ordre » des choses, que Hoggart voit
disparaître avec une nostalgie évidente.
Par-delà la persistance, la résistance des milieux populaires, des changements
sont en cours faisant en sorte que de nouveaux modes de vie ont déjà pris
place. D’entrée, l’origine de tels changements est située dans les moyens de
communication de masse, envers lesquels Hoggart n’est pas tendre : il dénonce
la concentration de la presse, les excès de la publicité, la simplification et
l’uniformisation des contenus, le conservatisme et le conformisme qui en
résultent ; il soutiendra même, à plusieurs reprises, que du fait de cette tendance
« nous sommes en train de devenir culturellement une société sans classe »
(culturally classless ; p. 279). Il dénonce la presse à sensation, les « juke-box ».
Dans un ouvrage ultérieur, il traite de la télévision (dont il ne parle pas dans
The Uses of Literacy), en tant « qu’archétype des communications », dont les
effets risquent d’être encore pires, puisque la télévision pénètre tous les foyers, et
que son audience « est plus amorphe et moins autosélective que dans les cas des

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
54 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

autres moyens de communication »52. (On se rappellera l’importance qu’occupent


les mass media dans les études sociales de l’entre-deux-guerres, particulièrement
dans la perspective d’un jugement de valeur sur les bonnes manières d’user du
temps de loisirs, et qui est presque textuellement reprise par Hoggart.)
Malgré tout, Hoggart demeure modérément optimiste. Les milieux ouvriers
ont à leur disposition des ressources culturelles internes, telles les attitudes de retrait
ou de défense contre les assauts de la presse ; il est encore question de scepticisme,
voire de cynisme ; il évoque un certain sentiment de perdition, de nostalgie des
métiers traditionnels, mais en même temps croit déceler un désir d’accès à certaines
formes d’autoculture dans la popularité de certains ouvrages de vulgarisation
scientifique, par exemple, ou dans le renouveau du bricolage.
En dépit du fait que les changements culturels qui ont accompagné les
dernières cinquante années « ne constituent pas toujours une amélioration, mais au
contraire dans la plupart des cas, une détérioration » (p. 260), il met quelque espoir
dans la capacité des milieux ouvriers à résister aux pouvoirs des mass media.
Ainsi, l’étude des « conditions matérielles de la classe ouvrière » a cédé le
pas à celle de ses modes de vie en transformation. Les changements actuels, écrit
encore Hoggart, « demandent que nous reconsidérions nos conceptions des classes,
de l’ordre, de la stratification, et aussi notre idéal de la culture, de l’éducation, des
normes et des moeurs. Plus difficile encore, ils requièrent que nous réfléchissions
à nouveau aux rapports que nous jugeons exister entre les classes sociales et la
culture »53.
L’ouvrage de Hoggart témoigne des modifications profondes qui se sont
introduites lentement dans les préoccupations et conceptions de l’après-guerre,
tout autant que de leurs contradictions ! Les travaux qui sont effectués, sur la culture
ouvrière, les mass media, les « community studies », portent une attention marquée
aux attitudes, aux valeurs, aux comportements populaires ; cela se fait
non sans un recours fréquent à une certaine nostalgie, en attribuant à la culture

52. HOGGART, Richard, 1970, Speaking to Each Other, vol. 1 : About Society, 255 p. ; vol. 2 : About
Literature, 280 p., London, Chatto and Windus. Les chapitres qui traitent de la télévision forment les
pages 135 à 201 du vol. 1 (certains sont anecdotiques) ; la citation est de la page 163 de ce volume.
53. Ibid., vol. 1, p. 151.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 55

populaire de nombreuses vertus, parallèlement à des jugements normatifs parfois


fort peu nuancés sur la culture de masse, tels qu’on les retrouve chez Hoggart
notamment54.

Les idéologies politiques du loisir


Au XIXe siècle, les préoccupations du gouvernement britannique en matière
de loisir ont surtout pris la forme de mesures l’affectant indirectement, notamment
par le biais des législations du travail et de l’éducation. L’histoire s’est répétée
jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale ; tel que rappelé, ce fut alors essentiellement
par le biais de problèmes de planification urbaine, de congés payés, ou de
préoccupations ayant trait aux mass media en plein développement.
Encore une fois, pour ce qui est de l’intervention politique en matière de
loisir, des mesures directes sont l’exception. On assiste plutôt à la mise en place de
ce qu’on pourrait appeler, en schématisant, 1° des préalables : stabilisation et
amélioration des conditions de travail, puis support à la réduction des heures de
travail ou consolidation des acquis ouvriers ; 2° infrastructure de services publics,
en matière d’éducation, de santé et de logement ; 3° prise en charge formelle de
certains secteurs et, dans le cas de l’Angleterre, du système d’éducation
(relativement), puis de la radio et de la télévision ; 4° enfin instauration de mesures
impératives de planification urbaine et régionale. Tels sont les aspects majeurs de la
« préhistoire politique » du loisir en Angleterre.
Ce qu’on pourrait appeler une sorte de conscience politique explicite du
loisir, est tout à fait récent. Les premières législations ont porté sur les congés payés,
tel que rappelé, puis sur la création de parcs nationaux ; le National Park and Access
to Countryside Act date de 1949. À la suite d’un livre blanc, une Countryside
Commission est créée en 1968 ; dix parcs nationaux existent maintenant concentrés
dans les Cornouailles, le Pays de Galles et le Nord de l’Angleterre, en plus de parcs
forestiers, de « ceintures vertes » établies autour des grandes agglomérations
urbaines, et de la désignation de « zones d’une exceptionnelle beauté ».

54. La carrière de Hoggart est symptômatique de ce mouvement. Il fonde en 1964 le Centre for
Contemporary Cultural Studies, à Birmingham, où on poursuit des recherches sur la littérature populaire,
le langage et les mass media. Par la suite, le Centre a publié une série d’ouvrages qui ont abordé un grand
nombre des thèmes actuels de l’histoire sociale et culturelle. L’ouvrage de HALL, STUART et al. (éds),
1980, contient un bref historique et une sélection des travaux issus du Centre (auxquels cependant
Hoggard n’a pas participé) ; parmi les publications mentionnons : CLARKE, J. et al. (éds), 1979 ; HALL
et JEFFERSON (éds) 1976 ; WILLIS, P.E., 1978. Pour revenir à Hoggart, celui-ci a travaillé pour
l’Unesco, dans la décennie 1970, et vient de publier An English Temper. Essays on Education, Culture
and Commu- London, Chatto and Windus, 1982.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
56 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Il y a encore la création en 1965 d’un Sports Council qui, depuis quelques


années, a financé au-delà d’une vingtaine d’études de synthèse (state of the art
reviews) sur des aspects variés du loisir55.
Actuellement, il y a un ministre d’État au sport et à la récréation, à l’intérieur
— faut-il s’en étonner ? — du ministère de l’Environnement.
De tels développements ont cette fois été accompagnés de documents de
politique gouvernementale. En d’autres termes, on assiste à l’expression de
conceptions proprement politiques du loisir, explicitant les objectifs, le contenu, les
finalités de l’intervention du pouvoir politique. Il s’agit d’une phase importante dans
l’histoire des transformations de la problématique du loisir.
La « définition » du loisir ne semble plus faire problème, signe du caractère
manifeste des représentations associées à ce phénomène. Deux catégories majeures
sont utilisées : la notion de temps, et celle d’activité56. Pour ce qui est du temps, il
s’agit du temps disponible qui reste après le temps consacré au travail, au sommeil,
etc. ; il est clairement affirmé que « le Comité (de la Chambre des lords) considère
le loisir comme une description du temps »57. C’est pourquoi on utilise aussi
l’expression de « temps libre » (free time). Mais le loisir implique aussi une notion
d’activités, celles qui prennent place pendant ce temps disponible, et qui consistent
entre autres en des activités sportives, culturelles, etc. ; on utilise les catégories
d’activités « actives » et « passives », d’« intérieur » et d’« extérieur », que l’on
retrouvait déjà dans les études sociales de l’entre-deux-guerres et dont l’ensemble
est regroupé sous le vocable de « recreation ».
En raison de l’importance centrale qu’occupe le loisir dans la vie moderne, le
gouvernement britannique doit se préoccuper de cette question, au même titre que
du travail et de la santé. Ce qui est typique de son approche, c’est que l’intervention
gouvernementale est explicitement située dans le contexte du Welfare State.

55. Il s’agissait d’un organisme consultatif auprès du gouvernement ; en 1972, le Conseil est devenu
autonome, mais financé toujours par le gouvernement. Pour les State of the Art Reviews, voir le titre
dans Joint Sports Council/Social Science Research Council, Panel on Recreation and Leisure Research,
Third Annual Report, oct. 1980-Sept. 1981, London, Sports Council, Social Science Research Council,
1982 (The Sports Council, 16 Upper Woburn Place, London WC1H OQP).
56. L’analyse qui suit est surtout basée sur le contenu des quatre documents suivants : les deux rapports du
Select Committee of the House of Lords, parus en 1973 ; le Livre blanc du ministère de l’Environnement
intitulé Sport and Recreation, paru en 1975 (réimp. 1977) ; et celui du même ministère intitulé
Recreation and Deprivation in Inner Urban Areas, paru en 1977.
57. Second Report..., 1973, viii.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 57

Si l’État Providence s’occupe d’éducation, de santé, de sécurité sociale, mais par


ignorance de la pénurie d’équipements récréatifs, laisse la frustration se développer
durant les heures de non-travail, alors il a échoué à s’occuper adéquatement du bien-
être national. L’État ne peut se désister de s’occuper du loisir de la population alors
qu’il accepte la responsabilité de s’occuper de la plupart de ses autres besoins (Select
Committee..., First Report 1973, ii).
Le Livre blanc paru en 1975 affirmait à son tour que l’intervention du
gouvernement en matière de loisir est « partie intégrante de la mise en œuvre
globale des services sociaux » (p. 1). L’État se reconnaît une responsabilité directe
puisque le loisir est maintenant conçu comme un aspect essentiel des modes de vie,
comme l’un des principaux besoins individuels et communautaires, comme élément
intégral de la « qualité de la vie ». La légitimité politique donnée au loisir est
devenue impérative.
Les objectifs de l’intervention politique sont définis principalement en termes
d’accessibilité et de démocratie. La principale raison de l’activité publique, dit-on,
est la nécessité de voir à ce que des ressources récréatives suffisantes pour
rencontrer les besoins de la population soient accessibles à tous, indépendamment
des conditions économiques de chacun. Dans ce contexte, le gouvernement doit
s’appliquer « à créer le maximum de facilités pour le sport et la récréation, et à
pourvoir à un large éventail de services susceptibles de rencontrer les besoins du
plus grand nombre » (Select Committee, First Report 1973, iii).
De tels objectifs sont apparus à ce point impératifs, que le Select Committee
recommandait qu’obligation soit faite aux autorités locales d’y pourvoir (cette
mesure n’a pas été retenue) ; si le gouvernement central conçoit son rôle
essentiellement en termes de planification, de coordination des initiatives, et de
support financier, il est aussi dit que la responsabilité politique première revient aux
élus municipaux, de concert avec les associations bénévoles locales.
Les priorités sont accordées aux quartiers les plus défavorisés par l’absence
d’équipements, peu avantagés par l’environnement urbain ; on mentionne aussi les
programmes sportifs pour les jeunes, et la population des handicapés.
Cette conception est largement répandue. Dans les milieux gouvernementaux
ou au niveau local, il est ainsi question de « besoins communautaires », de
qualité de la vie, ou encore de services à pourvoir dans les zones urbaines
défavorisées. Une préoccupation importante porte sur les meilleurs moyens
de faire en sorte que les services publics connaissent de manière adéquate
les besoins de la population, et soient en mesure de les satisfaire. Cela a influencé
et influence encore les thèmes de recherche ; le gouvernement a financé des
travaux portant sur la contribution du loisir à l’équilibre psychique, au
développement personnel, à la qualité de la vie communautaire, ou encore a

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
58 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

tenté diverses expériences d’aménagement d’équipements de loisir et d’animation


dans certains quartiers défavorisés58.
Il est peu d’ouvrages actuels, portant sur le loisir, qui ne traite de
l’identification des besoins, de politiques locales de « leisure provision » ; c’est un
des thèmes importants des études du loisir en Angleterre (voir plus loin). Un des
plus récents exemples est un rapport gouvernemental qui tente explicitement de
développer une problématique de « besoins », pour identifier les éléments centraux
d’une intervention locale planifiée (DOWER et al., 1981). Dans cet ouvrage, l’étude
des besoins est faite par le biais de la notion de satisfaction (« life satisfaction ») : le
loisir constitue un domaine majeur de la vie humaine, car peuvent s’y exprimer des
intérêts personnels dans de multiples champs d’action, tout au long des divers cycles
de vie. D’où l’étude des milieux communautaires, des groupes ethniques, des
diverses phases de la vie familiale, etc. ; l’environnement physique, les ressources
disponibles, influencent aussi la satisfaction des besoins, et sont objets d’étude. De
sorte que l’on en conclut à la nécessité d’une nouvelle politique du loisir (« a ‘new
culture’ of leisure provision »), basée sur l’attention à la diversité des besoins
individuels et la recherche d’un aménagement des ressources et des services publics
qui tentent de faciliter, plutôt que de restreindre, les choix personnels, dans le
contexte d’un modèle « pluraliste » de société : cela réfère tout autant à une certaine
empathie de la part des responsables locaux, à la reconnaissance des potentialités de
chacun, au rôle des associations bénévoles, qu’à la localisation des centres
communautaires, à l’atmosphère et à l’accessibilité des lieux, à la coordination la
plus souple des programmes et ressources disponibles. Dans un tel contexte, le
« leisure provision » porte sur de vastes domaines des politiques sociales toutes liées
au bien-être général de la population.
Le développement des sciences du loisir
Le développement des études sur le loisir en Angleterre est concomitant
de préoccupations politiques manifestes. Les premières enquêtes nationales
sont effectuées en 1965 et en 1966, période de l’apparition des premières
institutions universitaires de recherche en ce domaine. Au début de la décennie
de 1970, le mouvement d’études et de publications s’accroît considérablement ; en
l’espace d’une dizaine d’années, on peut compter au-delà d’une vingtaine
d’ouvrages spécialisés et près d’une dizaine de recueils de textes, en plus de la
création de quelques centres de recherche. Tel que rappelé, le Sports Council
commandite vers la fin de la décennie de 1970 un grand nombre de travaux de
recherche et de synthèse. L’un des aspects significatifs d’un tel mouvement, outre la
thématique dont il sera fait état plus loin, est la diversité des disciplines
impliquées. Ainsi, des préoccupations de méthodologie et de recherche sont

58. Par exemple le rapport Leisure and the Quality of Life, 1977, et le document déjà cité Recreation and
Deprivation..., 1977.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 59

clairement manifestées dès le début (BURTON, 1970, 1971 ; APPLETON, 1974) ;


outre quelques ouvrages de réflexion générale (dont celui d’Anderson, véritable
pionnier, paru en 1961, fortement influencé par la pensée américaine), les
disciplines suivantes sont nommément représentées, par le titre des ouvrages par
exemple : histoire, géographie, sociologie, économie, psychologie (plus faiblement
représentée) ; de plus certaines publications s’attachent soit à un thème particulier,
notamment le travail, la famille, la jeunesse, les cycles de vie, la vie
communautaire, soit à l’intégration du loisir dans le cadre de recherches
multidisciplinaires, notamment des travaux de planification urbaine, d’aména-
gement du territoire et de développement régional.
Un autre trait remarquable, et à toutes fins utiles unique sur le plan
international, est la présence d’une association scientifique, la Leisure Studies
Association. Fondée en 1975, cette association a régulièrement tenu depuis lors
deux rencontres annuelles ; elle a diffusé les rapports issus de ces rencontres, elle a
publié quelques bottins de chercheurs britanniques intéressés au loisir, ainsi qu’une
bibliographie des ouvrages parus entre 1960 et 1977 ; en 1980 elle entreprit la
publication d’un bulletin d’information ; depuis janvier 1982, elle a lancé une
nouvelle revue scientifique internationale en langue anglaise : Leisure Studies59
(voir tableau 2).
TABLEAU 2
Chronologie des principaux événements scientifiques
dans le domaine du loisir en Grande-Bretagne, 1960-1982
Centres de recherche
et associations Activités
Année scientifiques Enquêtes nationales gouvernementales

1964 Création du Center for


Contemporary Cultural
Studies, à Birmingham,
par Richard Hoggart

1965 Pilot National Survey1 Sports Council,


Enquête du ministère première version
de l’Éducation2

1966 Création du Center for (suite page suivante)


Urban and Regional
Studies, à Birmingham3

59. On trouvera dans Leisure Studies, I, 1, janv. 1982, p. 112 (et 1, 2, mai 1982, p. 232) la liste de tous les
rapports de conférence de la L.S.A. parus à ce jour, l’adresse et le coût. La revue est publiée chez E. and
F.N. Spon Ltd, 11 New Fetter Lane, London EC4P 4EE.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
60 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

TABLEAU 2 (suite)
Centres de recherche
et associations Activités
Année scientifiques Enquêtes nationales gouvernementales

1968 Création de la Country-


side Commission

1970 Création du Tourism


and Recreation Research
Unit, à Edimbourg4

1972 Greater London


Recreation Study

1973 Questions sur le loisir Rapports du Select


dans le General House- Committee
hold Survey5

1975 Fondation de la Leisure Livre blanc « Sport and


Studies Association Recreation »

1977 Données sur le loisir Livre blanc « Recrea-


dans le General House- tion and Deprivation
hold Survey in Inner Urban Areas’ »
Parution de Leisure and
the Quality of Life

1978 Création du Center for


Leisure Studies, Univ.
de Salford

1981 DOWES et al.

1982 Parution de la revue


Leisure Studies

1. Deux rapports sont parus en 1967 et 1969, sous le titre Pilot National Recreation Survey ; cf.
bibliographie.
2. Parue dans SILLITOE, K.K., 1969.
3. Center for Urban and Regional Studies, University of Birmingham ; a publié un grand nombre de
« Research Memorandum », dont celui de Veal, 1979, et de « Occasional Paper » dont celui de
Burton, 1968 (Directeur : Tony S. Travis, C.U.R.S., University of Birmingham, Birmingham B15
2TT).
4. A publié de nombreux rapports et monographies en particulier sur le tourisme et l’aménagement
régional (directeur : Brian Duffield, T.R.R.U., Chisholm House, Dept. of Geography, University of
Edinburgh, Édimbourg EH1 INR).
5. Disponible dans Social Trends, HMSO, annuel.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 61

La thématique actuelle des études sur le loisir : essai d’interprétation


Pour donner une idée au moins approximative des tendances actuelles de la
recherche, nous avons effectué une analyse de contenu de tous les rapports
disponibles diffusés par la L.S.A. (Leisure Studies Association). Cette association
est représentative des préoccupations britanniques en matière de loisir ; les divers
rapports reflètent les perspectives les plus actuelles, les thèmes dominants. (Cette
analyse a été complétée à l’occasion de références à des ouvrages publiés par des
participants aux conférences.)
La L.S.A. regroupe au-delà de deux cents membres. Participent à ses
rencontres principalement des chercheurs et des académiciens, ainsi que des
dirigeants municipaux et régionaux, des fonctionnaires, des consultants, des
directeurs d’organisations nationales, des gérants d’entreprises et des conférenciers
étrangers. De quoi est-il question au moment de ces rencontres ? Quels sont les
thèmes majeurs de recherche et de réflexion ?60
Pour ce qui est de la recherche elle-même, les premières rencontres de
la L.S.A. s’y sont particulièrement intéressées : utilité des méthodes de recherche,
leur utilisation à des fins de gestion et de planification ; nature, portée et limites
des prévisions statistiques, champs d’application. En fait, une rencontre complète
a été consacrée aux possibilités de prédictions de l’avenir du loisir, sur la foi
des informations empiriques disponibles. Ce thème n’est plus revenu, peut-être
à cause du scepticisme grandissant des milieux scientifiques à ce sujet. Sont
apparues plutôt des réflexions davantage évaluatives quant au futur immédiat du
loisir, quant aux changements technologiques et sociaux. On peut encore noter
quelques tentatives d’identification de « pistes de recherche », ou de nouveaux
champs d’étude, mais ce thème est minoritaire. Les premiers ouvrages parus ayant
procédé à une synthèse et à un bilan des travaux et méthodes de recherche,
les publications qui traitèrent de ce thème par la suite se sont préoccupées plutôt

60. Rappelons qu’il s’agit de l’analyse de contenu des onze rapports cités dans Leisure Studies. Le premier
est paru en 1975, le dernier disponible est celui de mai-juin 1980. Ont été éliminés les communications
présentées par des participants étrangers, et quelques courts textes. La numérotation utilisée est celle des
rapports ; en voici les titres :
1- Sport and leisure in contemporary society, 120 p.,
2- Leisure and public policy, 59 p.,
3- Forecasting leisure futures, 85 p.,
4- Leisure and the community, 132 p.,
5- Tourism — A tool for regional development, 151 p.,
6- Leisure and urban society, 170 p.,
7- Community leisure and culture — Arts and sports provision, 07 p.,
8- Social and economic costs and benefits of leisure, 148 p.,
9- Leisure and family diversity, 140 p.,
10- Leisure and rural society, 142 p.,
11- Leisure in the 1980s — Alternative futures, 138 p.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
62 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

de l’intégration des méthodes, des données, dans le processus d’aménagement et de


planification (rapports 2, 4 ; voir aussi HAWORTH, éd. 1979) ; c’est de la même
manière, d’ailleurs, que sont justifiés le rôle et l’importance de plusieurs disciplines.
En ce qui concerne les thèmes de recherche, on peut les répartir en quatre
catégories principales : loisir et société ; politiques sociales ; acteurs et groupes
sociaux ; secteurs d’activités, principalement : art, sport et tourisme.
a) À un niveau plus global, certains textes s’interrogent sur le mythe et la réalité
d’une société dite de loisir ; scepticisme et prudence sont caractéristiques de
l’approche britannique qui se méfie de la surenchère sur le thème de la « civilisa-
tion » du loisir (Roberts, dans le rapport 1 ; aussi ROBERTS, 1970 ; PARKER,
1976). On n’entretient aucun doute sur le fond, toutefois, et il est notamment
question de la place de plus en plus grande du loisir dans les sociétés industrielles,
des changements dans la signification du travail, et de l’émergence de nouvelles
valeurs, des transformations globales dont le loisir est partie prenante, de ses
fonctions particulières selon les milieux. Un trait constant des travaux actuels est la
volonté manifeste de situer le loisir dans un contexte socio-historique plus général
(le rapport numéro 1, intitulé Sport et loisir dans la société contemporaine et celui
qui porte sur le loisir et la société urbaine, numéro 6, sont significatifs à cet égard).
Un autre trait est celui du modèle prévalent de société ; sans que l’on puisse
vraiment préjuger de sa généralisation parmi les chercheurs, on peut tout au moins
dire que le modèle qui revient le plus souvent est celui d’une société dite « plura-
liste », préoccupée du maintien des libertés individuelles, des choix personnels,
contre les influences contraignantes de l’environnement physique ou du contexte
social. En conséquence, comme le modèle du Welfare State est à son tour largement
répandu, le rôle de l’État, typiquement, consiste à assurer l’accessibilité de la
population aux ressources et programmes disponibles, à promouvoir la justice
distributive, à veiller à rencontrer les véritables besoins personnels et
communautaires (Roberts, rapport n°6 ; repris dans son ouvrage de 1978 ; on
retrouve explicitement ce modèle dans DOWER et al., 1981, p. 141). Il est dit que
« le modèle de société qui nous permet le mieux de comprendre le loisir est un
modèle pluraliste » (ROBERTS, 1978, p. 86).
Cela va de pair avec ce qu’on pourrait appeler une sorte de définition du
loisir, largement répandue ; elle réfère essentiellement à la notion d’une marge de
liberté personnelle dans l’utilisation du temps. Par-delà les approches courantes, et
acceptées, de temps disponible, d’activités, l’accent est régulièrement mis sur la
liberté de choix, la marge de manœuvre, qu’on retrouve dans la pratique du loisir.
Parker (1976) écrit que la notion de liberté (freedom) est l’essence même du loisir
(p. 151) ; Roberts à son tour affirme que « le loisir est une activité relativement auto-
déterminée » (1978, p. 5).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 63

b) Tout porte à croire que le thème dominant des rencontres de la L.S.A.,


jusqu’à nos jours, a été celui des politiques sociales. En vertu de ce modèle pluraliste
de société, le rôle des institutions publiques est de préserver et élargir le pluralisme
existant, de sauvegarder et renforcer le champ des libertés individuelles ; d’où
ressortent les objectifs de toute politique du loisir : justice distributive, coordination
des ressources, etc. On ne manque pas de souligner l’importance de la recherche.
Dans la même veine, le débat s’est progressivement concentré jusqu’à ce jour
sur l’identification des « besoins humains » de la population — selon les cycles de
vie, les milieux, par exemple — et sur le processus de mise en place (provision) des
services, installations et équipements les plus appropriés. Il est encore question des
problèmes particuliers aux zones urbaines les plus défavorisées, aux communautés
rurales, ou aux modalités d’intervention selon les secteurs d’activités (sport, culture,
etc.) ou à cause de problèmes particuliers (collaboration, financement, etc.). On aura
noté l’étroite parenté de ce thème avec les conceptions politiques actuelles du loisir.
Des problèmes de « management », de gestion des services publics, de
programmation, se greffent à ce qui précède. Une des caractéristiques des études sur
le loisir, que l’on retrouve également en France, est l’absence relative de
publications d’ordre théorique portant exclusivement sur la gestion du loisir ou
l’administration des services publics ; cette question est plutôt située dans le cadre
plus vaste d’ouvrages d’économie et de géographie, plus particulièrement61.
Exception faite de quelques cas particuliers, il n’y a pas en Angleterre d’écoles
universitaires de formation spécialisées, comme on en retrouve par exemple aux
États-Unis et au Canada.
Il est encore question d’éducation au loisir, soit, classiquement, pour rappeler
les possibilités d’auto-formation dans le temps du loisir, les fonctions éducatives et
culturelles qui peuvent y prendre place, soit pour s’attarder quelque peu aux
institutions récréatives et scolaires afin de souligner les limites de l’une et l’autre et
l’importance d’une coopération plus étroite entre tous les partenaires.
c) En troisième lieu, les questions reliées à la famille, aux cycles et styles de
vie, font fortement partie des préoccupations (par exemple le rapport numéro 9
est consacré à cette question) ; on sent nettement l’influence des travaux
de Rhona et Robert N. Rapoport (1975), et de Young et Willmott (1973) ;
on peut ajouter d’ailleurs qu’il est peu d’ouvrages britanniques sur le loisir
qui n’ait pas traité de telles questions. Il s’agit surtout de chercher à

61. Voici quelques références sur ce sujet : VEAL, A.J., Recreation Planning in New Communities. A
Review of British Experience (« Research Memorandum » 46), Centre for Urban and Regional Studies
(C.U.R.S.), University of Birmingham, juillet 1975, 110 p. ; « Leisure Services ’79 », Local Government
Studies, 1979 ; MILES et SEABROOKE, 1977.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
64 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

comprendre les transformations des activités de loisir et de leurs significations dans


le contexte plus large des diverses phases de la vie sociale : enfance, adolescence,
jeunes adultes, etc. ; la recherche a montré que la nature et les fonctions du loisir
diffèrent considérablement selon ces phases. À cela s’ajoutent les questions déjà
mentionnées que l’on retrouve régulièrement dans les études britanniques sur le
loisir : comment les services publics peuvent-ils répondre aux besoins changeant
selon les cycles de vie ? à certaines catégories particulières de la population
(retraités, groupes ethniques, etc.) ?
d) Trois principaux secteurs d’activités dominent les rapports des conférences. Il
y a le sport, premier thème de rencontre, en 1975 ; il est possible que le choix de ce
thème ait été influencé par le regroupement du sport et du loisir dans quelques
documents publics, et à l’intérieur des structures gouvernementales ; il est surtout
question ici des multiples interrelations entre le loisir, le sport et les activités
culturelles, de centres communautaires multifonctionnels, et de leur gestion. Il y a
les questions culturelles, et il est significatif que la plupart des communications
traitent de « arts provision », de participation et de financement. Il y a le tourisme, à
son tour thème central d’une rencontre : problèmes d’analyse des besoins, de
prévision de la demande, d’administration et de planification, impact du tourisme,
coûts et bénéfices, rôle dans le développement régional.
Les participants aux diverses rencontres de la L.S.A. ont naturellement
abordé d’autres sujets : secteur commercial, vacances, résidences secondaires, par
exemple, mais ces thèmes n’ont été traités que de manière occasionnelle. La brève
analyse qui précède résume les grandes lignes de la thématique actuelle des travaux
de cette association scientifique, thématique elle-même significative de l’horizon
actuel des études du loisir en Grande-Bretagne62.

62. Ajoutons qu’une conférence s’est déroulée en 1981, sur le thème « loisir et éducation », et une autre en
avril 1982 sur le thème « travail et loisir : chômage, technologie, styles de vie ». Pour ne pas alourdir
mon analyse je n’ai pas tenu compte des LSA Quaterly, déjà parus ; en voici les thèmes : enquêtes ;
politiques du loisir (public policy) ; arts ; tourismes ; jeunesse ; vieillissement ; handicapés ;
environnement.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
L’ANGLETERRE CONTEMPORAINE 65

CONCLUSION
Les analyses qui précèdent laissent entrevoir, si besoin en est, la richesse de
l’expérience britannique au sujet du loisir. À bien des égards, ce pays a été pionnier
en matière de législations sociales ou ouvrières, en matière d’éducation populaire, de
réformes, de méthodes d’enquêtes, etc. Il a inspiré de grands penseurs modernes,
dont Marx, les socialistes utopiques, les grandes revendications sociales et
culturelles du mouvement ouvrier. Il a souvent été le premier à faire des expériences
douloureuses liées à l’industrialisation et à l’urbanisation, tout comme il a trouvé des
solutions dont beaucoup d’autres pays s’inspirèrent.
Historiquement, le mouvement de formation progressive de conceptions
articulées du loisir — notamment dans l’idéologie des loisirs rationnels —, celui de
l’institutionnalisation du loisir, sous forme de clubs ou de music halls, par exemple,
ressortent nettement de l’expérience britannique. Il y a encore le processus de
constitution progressive du champ politique du loisir, celui de la genèse et du
développement des sciences sociales du loisir, que l’on peut observer à travers un
examen même sommaire de l’histoire du pays.
Pour ce qui est de la période actuelle, il se dégage assez nettement une sorte
d’horizon culturel de connaissances à la base des préoccupations politiques tout
comme de la recherche scientifique en la matière. Par-delà des emprunts de
vocabulaires, ou des approches disciplinaires, existent des problématiques sous-
jacentes, des modèles de société, que les derniers paragraphes ont tenté de décrire.
En particulier, l’unanimité de fond entre la pensée des chercheurs et les idéologies
politiques est tout à fait remarquable, autre indice de problématiques communes. On
observe naturellement des divergences ; l’une d’entre elles porte sur les questions du
chômage ou de la retraite, que les politiciens cherchent à minimiser pour des raisons
évidentes, mais que les chercheurs tentent de situer dans le contexte des rapports
changeants entre le travail et le loisir ; une autre est celle du rôle assigné aux
associations volontaires : d’une part, il s’agit de main-d’œuvre à bon marché pour
colmater quelques brèches de l’État providence, d’autre part, d’acteurs essentiels à la
dynamique contemporaine du loisir63. Mais dans l’ensemble, encore une fois, les
conceptions sont parentes, sinon indentiques.
Cela ne va pas sans créer un certain nombre de problèmes, en particulier celui
du peu de distanciation des études du loisir et des préoccupations politiques
courantes, voire de l’intégration des concepts d’analyse aux conceptions

63. Je dois à Stanley Parker ses suggestions quant aux divergences entre les chercheurs et les politiciens à
propos de certaines questions reliées au loisir.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
66 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

politiques ou aux notions de sens commun. Ce problème n’est pas particulier à


l’Angleterre, tel que je tenterai de le montrer dans les chapitres subséquents, et dans
la deuxième partie.
On peut maintenant se demander dans quelle mesure l’expérience historique
britannique en matière de loisir est unique, spécifique ? Quand il sera question de
« loisir », dans le cas d’autres pays, s’agira-t-il encore du même phénomène ?
Jusqu’où vont les différences, les spécificités culturelles ? Comment le processus
même de formation du loisir s’est-il opéré, ailleurs ? Où se sont situés les conflits ou
les enjeux majeurs ? La constitution des idéologies s’est-elle déroulée de manière
analogue ? Les acteurs ont-ils été les mêmes ? Le pouvoir politique est-il intervenu
de la même manière ? La génèse de la pensée scientifique a-t-elle débuté à la même
période, et en empruntant des catégories d’analyse analogues ?

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
CHAPITRE 2

ÉTHIQUE DU TRAVAIL,
POUVOIR PROFESSIONNEL ET CULTURE
DE MASSE AUX ÉTATS-UNIS

Dans les faits qui sont à notre portée, les traits qui ressortent,
qui prennent de la réalité, sont ceux qu’éclaire l’intérêt
dominant de l’époque. N’importe quelle base de distinction
peut paraître irréelle à qui envisage ordinairement les faits
d’un autre point de vue et les valorise pour d’autres fins.
L’habitude de distinguer et classifier les diverses intentions et
orientations de l’activité l’emporte nécessairement, toujours et
partout ; car elle est indispensable pour obtenir une théorie du
mode de vie, qui soit applicable. En classant les faits, quelle
est la façon de voir la caractéristique particulière sur laquelle
on met l’accent ? Cela dépend de l’intérêt qu’on y prend. Les
bases de discrimination et la norme de classification changent
donc à mesure que la culture va se développant, tant il est vrai
que les fins auxquelles on appréhende les faits, sont chan-
geantes, et avec elles le point de vue où l’on se place.
(Thorstein VEBLEN, traduction française, 1970, p. 8).

Ce chapitre, traitant des transformations de la problématique du loisir aux


États-Unis, s’attachera surtout aux conceptions du loisir, au système de valeurs, ainsi
qu’à leurs principaux porte-parole. Malgré les limites de l’étude — puisque seront
notamment délaissés, les modes d’organisation et les institutions
dont l’examen aurait dépassé largement les objectifs de cet essai — ces questions
sont capitales puisque cette société constitue un des foyers internationaux les plus
importants qui ont donné naissance au loisir contemporain, et dont l’influence
indéniable s’étend tout au long du XXe siècle.
Comment s’est manifestée la pensée américaine sur le loisir, à ses
origines ? Quelles transformations a-t-elle connues ? Quels en ont été les principaux
interprètes ? Quels en furent les enjeux ? Autant de questions dont les

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
68 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

pages suivantes vont traiter. Encore une fois, il faut insister sur la portée qui a été
explicitement donnée à ce chapitre ; pour des raisons qui ont été soulignées dès
l’introduction, l’histoire sociale et culturelle, les transformations dans les modes de
vie ont été quelque peu délaissées, au profit d’un examen des catégories cognitives
centrales, des idéologies dominantes. S’il y a toujours décalage entre les conceptions
et les institutions, ou encore si la formalisation et la rationalisation des idéologies
masquent souvent les contradictions ou les enjeux réels, il n’en demeure pas moins
que l’étude de telles idéologies peut s’avérer significative des structures sociales et
des changements : elles nous informent sur les acteurs dominants, sur les modèles de
société auxquels il est fait appel pour légitimer les situations existantes et les
revendications, elles sont souvent à la source de mise en place d’institutions, de
programmes de réformes ou de contrôle social ; et ainsi de suite.
Dans le cas des États-Unis, il s’agira de l’étude des fondements majeurs de la
pensée contemporaine sur le loisir, du rôle crucial des mouvements réformistes du
début du siècle, de l’émergence et de la constitution des « professionnels »
américains du loisir, ainsi que des origines des idéologies actuelles de la culture de
masse. Tel qu’il sera signalé, l’étude des problématiques américaines du loisir
déborde largement les frontières du pays, tant leur influence est profonde ; de plus
elle recoupe en de nombreux aspects la question de l’essor des sciences sociales, des
conceptions actuelles de la culture, voire du rôle de l’université dans la société.
*
* *
Il n’est pas facile de déterminer, de manière absolue, à quelle époque
remontent les origines du loisir aux États-Unis, à partir de quelle période historique
on peut en observer les premières manifestations. Pour trancher sommairement
cette question de la période initiale, on peut faire appel à trois ensembles de
considérations : 1° l’hypothèse centrale de ce chapitre est à l’effet que la
pensée américaine sur le loisir s’est structurée pendant la période approximative
allant de 1900 à 1930 ; l’importance de la production littéraire américaine, ainsi
que l’analyse que nous en faisons, supportent largement une telle assertion ; 2° il
nous faut donc chercher au XIXe siècle les traces premières de cette pensée : un
des critères qui a été utilisé est celui de la présence ou l’absence de productions
littéraires traitant spécifiquement de la question du loisir ; or l’examen des
sources actuelles permet précisément de situer dans la deuxième moitié
du XIXe siècle les premiers écrits en la matière (voir notamment la bibliographie
en annexe de l’ouvrage de LARRABEE et MEYERSOHN, 1958, ou encore
les citations des ouvrages parus entre 1900 et 1930) ; 3° nous avons aussi
naturellement fait appel aux travaux historiques et, en ce cas, la plupart des
historiens s’accordent à dire que le « décollage », le « démarrage » de l’économie

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 69

américaine — et la « révolution industrielle » qui s’ensuivit — peuvent être situés


un peu avant la guerre de Sécession et c’est après cette guerre que l’Amérique s’est
véritablement industrialisée et urbanisée1.
Il nous semble donc que ces trois considérations majeures autorisent à ouvrir
ce chapitre sur la problématique du loisir aux États-Unis par une brève présentation
de la situation ayant prévalu dans la seconde moitié du XIXe siècle. Il s’agit d’une
hypothèse très lourde de conséquences, on le reconnaîtra, dans toute tentative
d’interprétation socio-historique de la naissance et des origines du loisir
contemporain. Encore une fois rappelons que c’est pendant la période allant
approximativement du début du XXe siècle à la crise économique des années 1930
que s’est manifestée une pensée sociale articulée à propos du loisir moderne, et que
cette pensée spécifiquement américaine est à la source de la plupart des conceptions
actuelles dominantes ; c’est pourquoi l’étude du XIXe siècle s’impose, ne fut-ce que
rapidement, pour y déceler les conditions socio-historiques qui ont donné naissance
à un tel discours.

1. INDUSTRIALISATION, ÉTHIQUE DU TRAVAIL ET


CLASSE DES PARVENUS (1865-1899)
La guerre de Sécession (1861-1865) constitue une sorte de déchirure qui ne
fit que ralentir le mouvement historique de l’industrialisation déjà amorcé dans la
première moitié du XIXe siècle. Il y a eu la modernisation de l’agriculture, la
construction des chemins de fer, l’expansion vers l’Ouest, la venue de millions
d’immigrants, la création des grandes villes, etc. La révolution industrielle, a-t-on
écrit, est née des industries du charbon, du fer, du pétrole, des transports.
C’est l’époque de la naissance du « big business », de l’implantation des
trusts et des monopoles.
C’est une période d’agitation sociale intense, où le pouvoir politique est
souvent corrompu par les magnats de l’industrie, où les fortunes s’érigent souvent à
partir des pires tactiques, où les syndicats naissants tentent de résister à la véritable
guerre économique dont ils sont l’objet 2.
Époque de transformations profondes, la seconde moitié du XIXe siècle
est ainsi marquée par une vitalité économique autorisant toutes les audaces,
où fortunes et faillites se succèdent à un rythme d’enfer. On a qualifié de
« capitalisme sauvage » une telle aventure historique (DEBOUZY, 1972). Les
historiens s’accordent à dire que c’est seulement au tournant du siècle que les

1. Voir DEBOUZY, 1972, GUTMAN, 1976 et surtout l’ouvrage classique de H.U. FAULKNER, 1960.
2. Pour cette période, on se référera aux ouvrages généraux cités en bibliographie.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
70 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

premières formes de véritable contrôle économique ont pris naissance, ou encore


que le niveau de vie des travailleurs a commencé véritablement à croître3.
Sur le plan des classes sociales, cette époque est caractérisée par la
constitution d’un prolétariat important, essentiellement urbain, alimenté par les
vagues successives d’immigrants, par les agriculteurs ruinés à la suite de la
spéculation foncière ou de la mécanisation progressive de l’agriculture, ou encore
par les artisans dont les métiers traditionnels ont été détruits par la révolution
industrielle. Dans les années 1880, la population des grandes villes américaines,
dont San Francisco, New York, Détroit et Chicago, était composée d’au-delà de
70 p. 100 d’immigrants (à majorité d’origine britannique et irlandaise, dans la
deuxième moitié du XIXe siècle, puis à majorité d’Europe continentale au tournant
du siècle4). Il s’ensuit que la « culture américaine » alors en formation était
essentiellement basée sur des cultures ethniques parfois très fortes, et qui
influencèrent profondément les orientations du mouvement ouvrier. On oublie
souvent que la majorité des immigrants a mis pied en Amérique dans la deuxième
moitié du XIXe siècle (plus de 20 millions entre 1870 et 1910).
On assiste en plus au développement d’une classe possédante, immensément
riche, qui est à l’origine de quelques mouvements de philanthropie sociale, dont la
création des universités privées américaines. Veblen l’appelle la classe des
parvenus, et la ridiculise dans ses ouvrages.
Au point de vue culturel, c’est l’apogée de ce qu’on a appelé l’éthique du
travail, dont les économistes, les entrepreneurs et une partie du clergé protestant
furent les plus ardents défenseurs. Peut-être d’ailleurs est-ce aux États-Unis qu’une
telle éthique a rencontré les plus faibles résistances ; « évangile du travail », vertus
du labeur, appel à la discipline, compagnes de moralité (contre l’alcool, par
exemple), dénonciations de la « décadence », ont constitué certains des ingrédients
majeurs, auxquels d’ailleurs la majorité de la population semble avoir souscrit. Car
cette éthique était faite aussi de foi au progrès, chaque jour, marqué par les
transformations économiques en cours ; chaque moment était compté ; il y eut très
peu de mouvements d’opposition à la « mécanisation » (à l’exemple des luddites du
textile en Angleterre), car on ne s’attaque pas à des locomotives et autres engins
mécaniques synonymes de développement industriel !5 Une « république protes-
tante », se définissant comme ayant déjà accédé à « l’âge de la machine »,
s’inspirant des mouvements britanniques de réformes des mœurs, des cultures
ethniques : tels sont certaines des composantes de ce qu’on appella par la suite le
« caractère américain ».

3. Voir H. U. FAULKNER, 1960, p. 575 ss.


4. GUTMAN, 1970, p. 40 ; FAULKNER, 1960, p. 473.
5. Sur l’éthique au travail à cette époque, voir RODGERS, D.T., 1978, OSTRANDER, 1970, chap. 2.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 71

Pour ce qui est du mouvement ouvrier, la période de reconstruction d’après la


guerre de Sécession, les vagues successives d’immigrants, la crise économique de
1873-1878, tout cela ne constitua pas des conditions favorables à des actions
organisées d’envergure. Il y eut néanmoins tout au long du XIXe siècle des
protestations et des grèves épisodiques, souvent de la part d’artisans affectés par la
mobilité occupationnelle engendrée par les nouveaux types d’emplois créés à
l’occasion du développement d’industries nouvelles. Ce sont d’ailleurs les artisans,
et certains ouvriers de métier qui furent à l’origine de la fondation des Knights of St.
Crispin (de 1867 à 1877-1878) principalement dans l’industrie de la chaussure, tout
comme cette catégorie des ouvriers de métier formait une proportion importante des
Knights of Labor (chevaliers du travail), nés dans la clandestinité en 1868, et qui
connurent leurs heures de gloire dans la décennie de 1880. C’est plutôt l’American
Federation of Labor, fondée en 1886, qui devint peu à peu la plus importante
centrale : elle accepte « les règles du jeu », cherche à tirer profit pour les travailleurs
du développement économique en cours, s’oppose à l’action politique directe, a foi
dans les négociations collectives et l’action législative comme moyens
d’amélioration de la condition ouvrière6.
Ainsi, les revendications ouvrières pour des réformes économiques, politiques
et sociales, s’appuyaient souvent sur une pensée protestante réformiste faisant appel
au partage des bénéfices de la richesse, aux libertés politiques, au respect des valeurs
morales, etc., et trouvaient dans une partie du clergé un soutien explicite
(GUTMAN, 1976). L’importance des cultures ethniques favorisait également les
solidarités locales, véritable force du mouvement ouvrier à ses débuts (mais aussi
l’une de ses faiblesses, pour la constitution de syndicats pan-nationaux).
Un enjeu important, mais épisodique, du mouvement ouvrier américain a été
la lutte pour la réduction du temps de travail, et particulièrement la demande pour la
journée de 8 heures (d’ailleurs au programme des Chevaliers du travail) ponctuée
d’une manifestation d’envergure le 1er mai 1886. Cette mesure était perçue comme
susceptible de diminuer le chômage, et ainsi de protéger les emplois spécialisés,
mais on s’élevait en fait contre les excès du travail et du sur-travail, et on réclamait
un accès plus large à l’éducation, à la culture et plus généralement aux fruits du
progrès industriel (cela est explicite chez les Chevaliers du travail)7.
En ce qui concerne l’histoire du loisir, la période précédant la guerre de
Sécession a donné naissance aux premières industries d’amusement populaire

6. Sur le mouvement ouvrier américain, voir GUTMAN, 1976, PELLING, 1960, YELLOWITZ, 1977 ; il y
a aussi l’article de Fernand Harvey (dans HARVEY, 1980, chap. 3, cité dans la bibliographie sur le
Québec), sur les Chevaliers du travail au Québec et aux États-Unis.
7. Sur la journée de huit heures, voir GUTMAN, 1970, chap. 2 ; et surtout YELLOWITZ, 1977, chap. 9.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
72 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

(dont le célèbre cirque de Phineas T. Barnum), de même qu’aux premières


compétitions sportives faisant l’objet de spectacles populaires (l’expression
américaine presque consacrée est celle de « spectator sports ») : d’abord les
spectacles de courses de chevaux, puis ceux de courses à pied (foot-race) ou en
bateau, puis la boxe.
Un peu avant la guerre de Sécession, on assiste à la naissance des clubs
sportifs, sans doute issus de ce mouvement associationniste dont de Tocqueville a
parlé avec un esprit d’étonnement et d’admiration : « Les Américains s’associent
pour donner des fêtes, fonder des séminaires, bâtir des auberges, élever des églises,
répandre des livres, envoyer des missionnaires aux antipodes » (1963, p. 239). Les
clubs sportifs constituaient peut-être cette sorte d’association dont de Tocqueville
confessait n’avoir pas même idée, et qui furent à l’origine des sports actuels les plus
populaires aux États-Unis.
Quoi qu’il en soit, il importe de rappeler que l’industrie des amusements
populaires et celle des spectacles sportifs a véritablement pris racine aux États-Unis
dès le début du XIXe siècle, que le siècle actuel en est encore très largement
tributaire, et quant à ses institutions et quant à sa pensée sociale et idéologique.
C’est sur cette toile de fond — faite d’effervescence économique, de luttes
sociales et de transformations culturelles — que se dessinent, au XIXe siècle, des
courants philosophiques libéraux et réformistes, inspirés très souvent par les
courants évolutionnistes s’alimentant à la pensée de Darwin : mouvement de justice
sociale et mouvements religieux, qu’ils soient libéraux ou conservateurs,
mouvements pour la salubrité des logements, pour la santé publique, pour l’abolition
du travail des enfants, pour le développement de l’éducation, pour la moralité
publique, etc.
Parallèlement, la philosophie et les sciences sociales américaines se
développent. Deux grands courants y exercent alors une grande influence ;
l’évolutionnisme, issu principalement des ouvrages de Darwin et de Lamarck,
fournit un cadre historique pour comprendre et situer la civilisation américaine ; le
behaviorisme, marqué par une attention aux phénomènes biologiques (notamment
l’hérédité) et aux réactions des organismes vivants aux stimuli issus de
l’environnement.
La pensée américaine sur le loisir, telle qu’elle s’est structurée au début du
XXe siècle, s’alimente à la fois aux premières réformes en matière d’éducation,
de travail, de santé, et aux grandes orientations philosophiques de l’époque. On
peut retracer, dans les années 1890, des conférences et des articles de journaux
qui font explicitement référence à la question du loisir, quoique de façon
épisodique. L’histoire de la pensée américaine sur le loisir débute pourtant
dès le XIXe siècle, par un auteur qui a beaucoup de relief : Thorstein Veblen.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 73

Veblen
Il ne s’agit pas ici de présenter en détail la pensée de Thorstein Veblen, mais
plutôt de situer sa démarche à l’intérieur des grands courants de réflexion et de
recherche sur le loisir8. Or ce qu’on a déjà fait remarquer au sujet de cet auteur, c’est
qu’il constitue en vérité le premier penseur américain sur le loisir, et, autre fait
notable, un penseur dont les écrits seront vite pris en grippe... Veblen, critique de son
époque, s’inspire des courants évolutionnistes et économistes d’alors pour présenter sa
thèse sur « la classe du loisir », qu’on pourrait traduire par « la classe sociale des gens
oisifs », ou encore « la classe des parvenus ».
Sa pensée s’articule autour de deux grandes idées :
— il s’inspire des courants évolutionnistes alors en plein développement, ainsi
que d’une perspective marxiste (mais Veblen, qui a lu Marx, n’est pas un
marxiste orthodoxe) pour expliquer la formation des classes sociales aux États-
Unis ;
— il définit le loisir en termes d’oisiveté et de consommation improductive de
temps ;
... le terme de « loisir », tel qu’on l’emploie ici, ne parle ni de paresse (indolence), ni de
repos (quiescence). Il exprime la consommation improductive du temps, qui
premièrement tient à un sentiment de l’indignité du travail productif ; deuxièmement
témoigne de la possibilité pécuniaire de s’offrir une vie d’oisiveté (Traduction
française, 1970, p. 31).
Sur ces deux prémisses, Veblen développe sa thèse évolutionniste, par
laquelle il fait l’historique de la classe oisive, des stades « primitifs » de l’humanité
jusqu’à l’émergence de l’institution de la propriété privée et de l’accumulation
personnelle des biens. Il en résulte la formation d’une classe sociale qui peu à
peu en vient à posséder d’immenses ressources — tant humaines qu’économiques —
et qu’il appelle la classe possédante ou la classe des parvenus ; or cette
accumulation est le résultat d’un système de compétition (qui a les plus lointaines
origines) par lequel la victoire se traduit maintenant non par la mort du vaincu, ni
par l’usage de la seule force physique, mais par l’abondance des biens et la
réussite économique. Au « sauvage » paisible s’est substitué le « workman-
ship », au chasseur d’autrefois, l’entrepreneur rapace, mouvement socio-

8. Pour une analyse de la pensée de Veblen, voir M.F. LANFANT, 1972, 55-61 ; M.G. WHITE, 1963, 765 p. ;
Lewis A. COSER, Masters of Sociological Thought, New York, Harcourt Brace, 1972, 263-308 ; David
RIESMAN, Thorstein Veblen : a critical interpretation, New York, Charles Scribner’s, 1953 ; Bernard
ROSENBERG, The values of Veblen. A critical appraisal, Washington D.C., Public Affairs Press, 1956.
Dans la version française de l’ouvrage sur le loisir, cité en bibliographie, il y a une bibliographie sommaire
des œuvres de Veblen et de ses analystes (pp. 270-272).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
74 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

historique dont Veblen, par sa formation, en fait ressortir les causes économiques :
Dans le discours de l’évolution culturelle l’émergence d’une classe oisive (leisure
class) coïncide avec les débuts de la propriété privée. Il en va nécessairement ainsi du
fait que ces deux institutions résultent d’une même série de forces économiques
(p. 17).
La « classe du loisir » est cette classe sociale qui a gagné la bataille
économique, et peut maintenant jouir de ses biens de façon ostentatoire. Car il ne
suffit pas d’avoir accumulé les biens ; il faut que cela soit mis en évidence. Le loisir
de cette classe est une oisiveté ostentatoire qui découle de deux principes culturels
de comportement, soit la déconsidération du travail (celui qui travaille est pauvre, il
n’a pas encore « réussi »), et la mise en évidence de sa propre capacité de mener une
vie oisive.
Veblen s’attarde à une longue description des modèles culturels de
comportement de cette classe sociale : coutumes, langage, canons de bon goût,
ornements et accoutrements, utilisation de domestiques, accès exclusif à
l’enseignement supérieur, et même pratique du sport assimilée à des « survivances
modernes de la prouesse ».
La division de la société en deux classes — les travailleurs et la classe du
loisir —, le gaspillage, le conservatisme social, autant de conséquences négatives à
propos desquelles insiste Veblen. La classe des parvenus, écrit-il, entrave
l’évolution culturelle, elle perpétue les inégalités, elle tend à « raidir l’ensemble de
la société dans son attitude conservatrice » (p. 135) ; en plus de l’influence de cette
classe sur l’ensemble de la structure sociale, ses effets sur les habitudes de pensée et
les tempéraments individuels sont visibles (pp. 138-139).
... Le premier véritable penseur sur le loisir qu’ait connu l’Amérique est un
personnage solitaire, un trouble-fête, et dont les théories ont alimenté de longues
controverses jusqu’à nos jours. En réalité, le titre de l’ouvrage de Veblen est
trompeur aux yeux de l’homme contemporain, car il utilise un terme — leisure —
pour référer à un phénomène social du XIXe siècle — la constitution de cette classe
de parvenus —, mais étranger au contenu du phénomène du loisir tel que connu
depuis le XXe siècle. Ce dont Veblen est le témoin, c’est de la situation troublée
dans laquelle il a vécu, en particulier la constitution de cette classe de riches
parvenus, dont la vie fut faite d’accumulation de fortunes, de gaspillage éhonté face
à la misère ouvrière, à propos desquels, d’ailleurs, de nombreux autres témoignages
nous sont parvenus.
La théorie du loisir chez Veblen est donc plutôt une théorie structurelle
et évolutionniste du « big business » américain, classe sociale à ce point déjà
constituée, assure-t-il qu’elle est considérée comme « normale », et qu’elle fait
maintenant partie intégrante des mœurs et de la société ; il écrit à ce propos :

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 75

C’est comme éléments de la structure sociale — comme faits normaux — que le


loisir et la propriété nous occupent ici. L’habitude de dédaigner le travail ne constitue
pas une classe de loisir ; non plus que le fait tout mécanique de l’usage et de la
consommation ne constitue la propriété. Aussi la présente étude ne porte-t-elle pas
sur les origines de la paresse (indolence), ni sur celles de l’appropriation des articles
utiles à des fins de consommation individuelle. Son propos est, d’une part, l’origine
et la nature d’une classe normalement reconnue comme oisive (a conventional leisure
class), et, d’autre part, les débuts de la propriété individuelle comme droit reconnu ou
prétention équitable (édition française, 1970, p. 17, traduction remaniée).
C’est cette confusion de perspective qui a suscité tant de controverses par la
suite, alimentées d’ailleurs en partie par le style et le ton de Veblen, par ses propos
parfois peu nuancés, par certaines imprécisions manifestes, et aussi, on le
reconnaîtra, par la lecture quelque peu superficielle qu’on a pu faire de ses
ouvrages.
Ceci étant posé, on peut se demander quels sont les aspects les plus
importants de la conception du loisir au XIXe siècle dont Veblen constitue en partie
le témoin difficile. En d’autres termes, il est possible que Veblen ait repris à son
compte, à propos du loisir, et par-delà sa théorie de la classe des parvenus, certains
des modèles culturels et des normes alors en vigueur à son époque. Or sur ce sujet
précis, on n’a pas assez remarqué que Veblen fait écho à des conceptions sans doute
largement répandues alors : premièrement une éthique manifeste du travail et de la
croissance économique, deuxièmement une connotation généralement négative du
loisir, associée à la passivité et à l’inaction. Il élabore même quelques distinctions
entre le loisir pris au sens large, qui s’apparenterait à certaines formes d’activités
économiques telle la recherche de la performance, et le loisir considéré sous un
angle plus restreint, et qui cette fois n’a aucune utilité et témoigne de l’oisiveté la
plus gratuite ; sur la lancée de sa pensée critique Veblen assimile d’ailleurs à cette
seconde « définition », pêle-mêle, l’art, l’habillement et les courses de chevaux...
Vu sous l’angle économique, le loisir pris comme occupation (as an employment),
s’apparente étroitement à la vie de prouesses ; toutes les choses qui s’accomplissent
pour dénoter une vie de loisir, et qui subsistent comme ses critères de bienséance,
ont beaucoup de points communs avec les symboles de la prouesse. Mais si l’on
prend le terme dans son sens plus restreint, en distinguant le loisir de l’exploit, et de
tout autre effort apparemment productif exercé sur des objets sans utilité intrinsèque,
ce loisir-là ne laisse en général aucun produit matériel. Les critères pour les
performances passées du loisir prennent dès lors la forme de biens « immatériels ».
De tels témoignages du loisir écoulé se retrouvent notamment dans les arts dits
d’agrément, la semi-érudition, la connaissance d’opération et d’événements qui ne
contribuent pas directement au progrès de la vie humaine. Citons, pour notre époque,
la connaissance des langues mortes et des sciences occultes ; de l’orthographe, de
la syntaxe et de la prosodie ; des divers genres de musique d’intérieur et des

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
76 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

autres arts domestiques, des dernières particularités de l’habillement, de


l’ameublement, de l’équipement ; des jeux, des sports, des animaux d’agrément tels
que chiens et chevaux de courses (p. 32 de l’édition française ; traduction légèrement
remaniée).
Tout en reconnaissant que le développement du savoir et des arts — ces biens
« immatériels » — sont tributaires du développement même de la civilisation,
Veblen fait remarquer qu’à son époque de tels biens ont été intégrés aux modes de
vie stéréotypés de la classe des parvenus, et qu’ainsi ils témoignent de son oisiveté
ostentatoire, d’une consommation ostentatoire, d’une consommation improductive,
ainsi que d’une déconsidération du travail manuel. En conséquence, ajoute-t-il,
... (la) valeur directe et immédiate du loisir et des autres preuves de richesses est sans
doute en grande partie secondaire et dérivée. Elle reflète d’une part l’utilité du loisir
comme moyen de s’attirer le respect d’autrui et d’autre part elle résulte aussi d’un
changement de conception (mental substitution). Le fait d’accomplir un travail a été
reconnu comme l’évidence de l’infériorité de ses forces ; dès lors, une sorte de court-
circuit mental amène à considérer le travail comme intrinsèquement vil (Édition
française, 1970, pp. 28-29 ; traduction remaniée).
En résumé, le loisir, dans la pensée de Veblen, apparaît comme un phénomène
secondaire, par rapport à la centralité de l’activité économique, et dont la connotation
péjorative réfère surtout à l’inaction et à l’oisiveté, et qui en plus est à associer chez
les classes supérieures à une consommation improductive de temps. Paradoxalement,
Veblen a sans doute articulé une conception typique du loisir au XIXe siècle, dont les
traces sont encore visibles de nos jours, sous forme notamment, de déconsidération
des « loisirs passifs », de la culture de masse, et même de dévalorisation du loisir par
rapport à certaines « performances » économiques ou culturelles. Ce n’est certes pas
un hasard si, à la même époque, et même quelques décennies auparavant, Paul
Lafargue parlait en France de droit à la paresse pour la classe ouvrière et si, au
Québec, le loisir était l’objet de refus et de déconsidération (voir les chapitres
suivants).
Telles étaient sans doute les conceptions dominantes de l’époque. Le loisir
n’avait pas encore nettement émergé des transformations sociales, économiques et
culturelles de l’Amérique du XIXe siècle. Avec Veblen la situation se complique du
fait de sa personnalité — peu encline à la philanthropie et sans doute méfiante
à l’égard du réformisme, toutes choses qui seront le fondement de la philosophie
américaine du loisir ; de plus il use d’un style incisif qui rend difficile l’examen
de sa pensée ; il a enfin tellement concentré ses analyses sur cette classe
sociale de parvenus qu’on y lit très peu d’allusions aux modes de vie de la
classe ouvrière de son époque, à ses luttes et à ses aspirations. À part
quelques allusions épisodiques à une sorte de bon sauvage mythique, ou à
une paix économique mondiale éventuelle, il n’a pas livré son utopie de
rechange face à la dépravation de la classe des parvenus. Il n’a certes

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 77

pas été le seul critique de son temps, témoin le nombre important d’écrits, à partir
des années 1870, procédant à des premières descriptions de la situation économique
ou des questions urbaines, ou encore prônant d’importantes réformes sociales9.
Veblen a peu proposé ou suggéré quelque changement que ce soit, laissant sans
doute à l’histoire le soin de conclure.

2. LA STRUCTURE DE LA PENSÉE AMÉRICAINE SUR


LE LOISIR AUX ÉTATS-UNIS, À SES ORIGINES (1900-1930)
Veblen, s’il marque le XIXe siècle de ses propos essentiellement négatifs et
péjoratifs, a subi une longue éclipse avant de trouver un écho favorable dans les
problématiques de culture de masse et de culture populaire, telles qu’elles
apparurent dans les années 1940 et 1950 (avec tout le débat assez moralisateur qui
en est résulté).
Or, tel que déjà signalé, l’histoire des institutions américaines contem-
poraines de loisir et de sport débute assez tôt au XIXe siècle. La pensée sociale
originale qui en est issue et qui l’accompagne apparaît vers la fin du même siècle.
C’est ainsi que Veblen fait maintenant figure de solitaire, presque en marge des
courants de pensée sur le loisir qui connurent un essor important au début du
XXe siècle.
Vers la fin du XIXe siècle, un certain nombre d’institutions avaient été mises
en place : en 1853 on confie à Frederick Law Olmsted, le soin d’aménager le
Central Park de New York ; le Y.M.C.A. (Young Men’s Christian Association) est
fondé en 1866 ; un premier terrain de jeux (Sandgarden) est érigé à Boston en 1885 ;
baseball, football, puis basketball s’organisent. Les mouvements charitables et
philanthropiques mettent sur pied des services sociaux, éducatifs et récréatifs10.
Sur un plan plus général, de nombreuses réformes politiques, sociales et
économiques sont progressivement introduites : législations sociales, reconnaissance
légale des syndicats, mesures d’assistance publique, abolition du travail des enfants,
etc.
Les décennies de 1910 et 1920 sont cruciales quant à un nombre
d’événements : des restrictions sont apportées à l’immigration et ont pour effet
de stabiliser quelque peu les mouvements de population ; des formes de

9. Voir par exemple l’ouvrage de GARRATY, 1968.


10. Pour une histoire du loisir dans la société américaine de cette époque, on peut notamment consulter les
ouvrages cités en bibliographie ; de plus, la plupart des manuels américains sur le loisir rappellent les
faits saillants du « recreation movement ». Et il y a l’ouvrage de Dulles, sorte d’apologie historique du
loisir, dans lequel on trouve de nombreuses données historiques factuelles (1965).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
78 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

« rationalisation » du travail sont introduites, de concert avec l’introduction de


nouvelles technologies (par exemple dans la construction des automobiles Ford). On
peut encore noter la formation d’une classe de travailleurs appelée « collets blancs »,
à la suite du développement du secteur tertiaire (finances, éducation. services
gouvernementaux, etc.). Le demi-congé du samedi devient pratiquement généralisé,
et le mouvement pour la semaine de travail de cinq jours marque ses débuts.
À la même époque, s’élabore aux États-Unis une remarquable et longue
tradition de rationalisation du loisir, qu’on retrouve encore aujourd’hui d’ailleurs.
Ses racines remontent jusqu’au XIXe siècle, témoin certaines citations des auteurs
classiques qui ont contribué à cette pensée. Dès les années 1910, quelques ouvrages
traitèrent du loisir dans des termes qui nous sont encore familiers. De plus, les
conceptions véhiculées dans ces ouvrages ont été reprises dans la majorité des
manuels américains des années ’50 et ’60, et furent à l’origine de la pensée la plus
courante des professionnels américains du loisir.
Sur le plan institutionnel, le mouvement même de professionnalisation de la
main-d’œuvre en loisir a commencé très tôt. Ainsi, dès 1906 était créée la
Playground Association of America, appelée en 1910 Playground and Recreation
Association of America, dont le premier président fut Luther H. Gulik et le
secrétaire, Henry S. Curtis. On commença à publier, en 1907, le mensuel The
Playground, plus tard intitulé Recreation. En 1910, c’est Joseph Lee qui fut élu
président. En 1930, le nom de l’association devint National Recreation Association,
et Joseph Lee en demeura le président pendant vingt-sept ans. On remarquera que
quelques-unes des figures marquantes de cette pensée sociale des origines ont aussi
largement contribué au regroupement et même à la formation des premiers
professionnels américains du loisir (un premier Play Congress est tenu à Chicago
en 1907).
C’est pourquoi on pourrait parler de « grande cohérence », car nous sommes
en présence d’un courant de pensée bien articulé, s’étendant sur une période
relativement longue et abondamment entretenu par la majorité des praticiens ; il est
à la source d’une réflexion originale et spécifique, il s’enracine dans les questions
sociales débattues aux États-Unis au début du XXe siècle, de même que dans la
tradition philosophique de cette époque, notamment les courants humanistes et
pragmatistes.
Historiquement, cette pensée achève son articulation d’ensemble pendant
une période qu’on pourrait approximativement situer entre 1900 et 1930 : les

11. Je m’inspire ici du texte de BOSSERMAN et KUTCHER, 1974.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 79

principaux écrits historiques sur le loisir remontent à cette époque (on en compte un
très petit nombre avant 1900, surtout des articles de journaux et des conférences). La
National Recreation and Parks Association a réédité une trentaine de ces ouvrages
12 ; il s’agit là d’une source inestimable pour la reconstitution des origines de la
pensée américaine sur le loisir ; on y retrouve aussi à peu près tous les thèmes qui
ont alimenté pendant plusieurs décennies la plupart des manuels.
Dans un premier temps, je m’en tiendrai à ces ouvrages, à cause précisément
de leur importance et de leur origine, et je traiterai par la suite des rationalisations
ultérieures apportées par les professionnels américains du loisir, surtout après 1945.
Ce que j’appelle « la grande cohérence », c’est donc d’abord une tradition de pensée,
déjà bien articulée, et dont la structuration date approximativement des années 1900-
1930, tradition qui cependant a été longuement reprise après 1945 par les
professionnels américains du loisir, et dont on retrouve encore aujourd’hui les traits
les plus marquants.
La problématique du loisir, aux États-Unis, en vertu de l’hypothèse sous-
jacente à ce chapitre, prend ainsi ses véritables origines et sa spécificité dans
l’articulation essentielle qui sera maintenant décrite. Il s’agit d’une donnée
fondamentale pour la compréhension du loisir américain.
Quelle est la thématique sous-jacente à cette tradition de pensée ? Comment
s’articule-t-elle ? Il n’est pas facile de retrouver l’ensemble des questions et
interrogations dont s’est nourrie — et se nourrit encore — la pensée américaine sur
le loisir, telle qu’elle s’est progressivement élaborée à partir du XIXe siècle. En me
fondant sur ma propre connaissance de la littérature produite, j’ai cru pouvoir
discerner six thèmes majeurs, que je me permets de présenter à titre d’hypothèse
d’analyse : il s’agit à mon sens des catégories les plus fondamentales autour
desquelles s’articule cette pensée originale, telle qu’elle s’est développée dans ses
débuts.
Si j’ai tenu à procéder à une telle présentation, c’est à cause de sa grande
importance historique, car son influence s’est fait lourdement sentir, non seulement
ici au Québec — nous y retrouvons des accents familiers —, mais aussi en France et
en Europe.

a) La nature humaine
Ce qui ressort d’abord de cette pensée, c’est un concept de la nature humaine,
dans son essence, ses traits essentiels, et même ses finalités historiques.

12. Il s’agit de la collection « NPRA Recreation and Park Perspective Collection », éditée par Diana R.
Dunn. La liste actuelle comprend exactement 30 ouvrages. Ceux qui, après examen, ont fait objet d’un
dépouillement sont cités dans la bibliographie. On se référera à KNAPP et HARTSOE, 1979, pour une
histoire de la NRPA.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
80 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Une véritable philosophie évolutionniste de l’homme émerge nettement.

L’évolution humaine
Pour définir la nature humaine, les courants évolutionnistes alors en pleine
vigueur ont fourni un cadre général d’interprétation, en situant l’homme moderne à
un stade évolué et supérieur de l’histoire de l’humanité. Les rappels historiques en
termes d’évolution vers des conditions supérieures sont fréquents :
Il y a à la vérité trois stades dans le développement de l’humanité, en plus de
l’époque sauvage : l’époque de la barbarie, l’époque industrielle et l’époque
civilisée. Nous avons atteint le second de ces stades, mais ce serait suicide que de s’y
arrêter (LEE, Play in Education, 1915, p. 469).
On ne manque pas de remonter fréquemment jusqu’aux origines de
l’humanité, pour y trouver une interprétation de l’histoire en terme d’une
progression des formes de vie.
L’idée d’un déploiement graduel de la vie sur la terre, et à partir de la terre, dans une
échelle toujours ascendante, est d’une suggestion et d’une inspiration sans bornes
(JOHNSON, 1907, p. 3).
L’idée essentielle est, telle que l’écrit Dewey, que « la vie est développe-
ment, et que la vie s’identifie au fait de se développer, de croître » (1966, p. 49). La
pensée de cette époque se nourrit de l’idée d’une nature humaine en constante
évolution, d’une force vitale qui la pousse vers le progrès, vers l’épanouissement de
toutes ses potentialités.
Cela servit d’argument majeur à la notion de « civilisation », comme stade
supérieur d’évolution à laquelle la société américaine était identifiée, et, on s’en
doute, à l’idée même du loisir, comme un des âges de l’humanité.

Les traits fondamentaux de la nature humaine


Un autre aspect de cette définition de la nature humaine est son appel à
quelques traits invariants, fondamentaux. L’homme est d’abord présenté comme un
être d’instinct, dont l’instinct du jeu. La référence au monde de l’enfance est
fréquente dans l’identification de certains éléments « naturels » ou innés, chez
l’homme. Pour le philosophe Lawrence Pearsall JACKS (The Education of the
Whole Man, 1931), l’homme total est né créateur, il a le sens inné de la beauté, il n’y
a pas de division entre le corps et l’esprit (cette idée est très importante et sera le
fondement de la justification de l’éducation physique). Chez Joseph LEE (1915) les
instincts de création, de rythme, de chasse, de curiosité font partie intégrante de
l’homme (p. 13). L’homme est aussi un être qui a naturellement le sens de l’idéal et
du dépassement, de la vie en société, de l’esprit d’aventure.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 81

Ce biologisme primaire se double d’une interprétation behavioriste en vertu


de laquelle le développement de ces éléments innés en l’homme est présenté comme
assujetti aux conditions de l’environnement — parfois propices, parfois
défavorables — ou encore aux lois de l’hérédité et du milieu. C’est ainsi que la
progression vers le stade civilisé doit passer par une lente maturation qui a été
possible grâce à l’évolution biologique de l’espèce humaine, et grâce à des
conditions extérieures favorables. On mentionne le climat atmosphérique, les
conditions matérielles, par exemple. Pour l’époque industrielle, on semble s’attarder
aux progrès technologiques, gage de liberté et de civilisation ; on impute aussi à
d’autres facteurs, telles les conditions de l’environnement urbain, l’insalubrité des
villes, des effets certains sur les taux de délinquance et de criminalité. Parlant de ces
problèmes, J.R. FULK écrit :
Le problème semble largement en être un d’environnement. La nature essentielle des
populations impliquées n’a pas changé depuis un demi-siècle. C’est l’environnement
qui a le plus changé. L’hérédité, les fonctions vitales, l’environnement sont des
facteurs vitaux qui sont connus. Ils constituent des facteurs déterminants (1922,
pp. 7-8).
(L’aménagement des loisirs sera en conséquence présenté comme la création
d’un environnement propice à résorber de tels problèmes et à favoriser le
développement des traits les plus nobles de l’homme : voir plus loin.)

b) Le jeu (play)
Un des traits notables de la pensée américaine sur le loisir est l’omniprésence
du thème du jeu. Or un tel trait se retrouve à son tour fortement exprimé, à la
période considérée, et près de la moitié des ouvrages réédités par la N.R.P.A., par
exemple, en traitent plus ou moins abondamment !
En conformité avec ce qui précède, le jeu est d’abord présenté comme partie
intégrante de la nature de l’homme ; celui-ci a une prédisposition biologique au jeu,
témoin les innombrables observations que l’on ne manque pas de rapporter chez
l’enfant. Et en plus, le jeu remonte jusqu’aux origines de l’humanité. Le jeu est un
des instincts fondamentaux de l’homme par lequel a été assuré son développement.
Partout, dans les formes inférieures de vie, l’animal avance fermement et sans
trébucher vers les buts que la nature lui a indiqués, et dès les premiers instants il
accomplit avec une habileté étonnante les tâches que requiert sa vie. Mais dans les
formes plus évoluées, il y a beaucoup d’instincts conflictuels tendant vers des
directions opposées et laissant au hasard ou aux circonstances de nombreuses
directions de développement. C’est ici que le jeu est issu de l’évolution biologique
pour prendre à sa charge le développement (CURTIS, 1917, p. 1).
L’auteur ajoute, dans la poursuite de sa pensée évolutionniste, que le jeu est
« cette forme d’éducation que la nature a mise en place durant une longue période
d’évolution biologique » (p. 8).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
82 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Cet enracinement biologique du jeu a comme conséquence d’en faire un


phénomène universel, normal ; c’est encore l’enfant qui en est témoin : « le fait
du jeu est le mieux illustré dans les activités non contraintes et spontanées des
enfants », écrit FULK (1922, p. 3). Ses caractéristiques majeures sont d’abord la
spontanéité des activités, l’absence de contrainte et l’auto-suffisance : le jeu est une
activité libre dont les fins se suffisent à elles-mêmes ; cela est longuement rappelé
par la plupart des auteurs et est le fondement de la définition du loisir.
Un autre groupe de caractéristiques, tout aussi importantes sont celles que
l’on met en rapport avec l’accomplissement humain. Il y a, dans cette conception du
jeu une psychologie du développement, sur le double plan évolutif de l’humanité à
travers les âges, et de l’enfance à la maturité.
Chez l’homme, comme chez les animaux supérieurs, les instincts du jeu sont
simplement les instincts et les intérêts du mouvement de la vie vers la maturité, les
forces qui composent la trame de son existence, les outils majeurs que la Nature a
voulu lui donner (LEE, 1915, p. 11).
Le jeu est au garçon ce que le travail est à l’adulte — l’expression pleine et réalisable
de ce qu’il est ainsi que les moyens effectifs d’un plus-être (LEE, 1915, p. VIII).
C’est pourquoi le jeu est développement (« play is growth »), car il permet à
l’homme de réaliser toutes les potentialités de sa nature ; par le jeu, l’homme
maîtrise son corps et l’ennoblit (c’est la relation du jeu à la gymnastique), se
socialise, développe ses instincts créateurs, son intelligence, sa maîtrise de lui-
même, et fait œuvre de civilisation.
Des ouvrages entiers sont consacrés au rôle essentiel du jeu dans l’acqui-
sition des habiletés motrices, dans le développement du sens artistique inné en
l’homme, dans l’apprentissage des valeurs fondamentales de la civilisation, dans la
formation de la personnalité, et aussi dans l’ensemble du processus éducatif
(DAVIS, 1938 ; JOHNSON, 1907 ; LELAND and LELAND, 1909 ; MERO, 1908).
Le jeu est presque toujours présenté comme quelque chose de très important
pour l’humanité, comme une sorte de force vitale et dynamique. Il s’agit
paradoxalement d’une chose « sérieuse » à cause précisément de son contenu
intrinsèque tout entier orienté vers l’accomplissement et la réalisation de l’homme.
Le caractère sérieux du jeu est illustré par les normes d’effort et d’accomplissement
qu’il contient (LEE, 1915, p. 2).
La tendance au jeu chez les enfants a plus que toute autre pour fonction de donner
naissance aux attitudes et aux intérêts (JOHNSON, 1907, pp. 14-15).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 83

Jeu et travail
Outre qu’il constitue une donnée fondamentale de la nature humaine, à une
époque où l’éthique du travail atteignait sans doute son apogée, le jeu a aussi été mis
en étroite relation avec le travail lui-même. L’association est remarquable.
Elle consiste surtout à faire du jeu et du travail deux aspects de la même
nature humaine et de ses fondements, aspects qu’il devient même parfois difficile de
différencier. D’une part le jeu est une activité inhérente au monde de l’enfance,
exigeant parfois effort et attention, patience et imagination, à la source du
développement de la sociabilité, du sens moral, de l’esprit créateur et des plus
nobles conquêtes de l’homme. D’autre part le travail ne constitue pas l’antithèse du
jeu mais son accomplissement, car il suppose la mise à contribution de toutes les
potentialités humaines, la coopération, l’usage de l’intelligence, l’esprit
d’achèvement et d’aventure. Le jeu est à la base du développement de l’enfant (« il
construit l’enfant », écrit Lee) tout comme le travail est normal à l’homme tant pour
sa propre perfection que pour le développement de la civilisation. Le jeu est la
forme initiale du travail, telle qu’on l’observe chez l’enfant, il remplit les mêmes
fonctions. Le travail est chez l’homme adulte l’analogue du jeu chez l’enfant, il en
est la forme la plus achevée.
Le travail contient les plus grandes capacités du jeu (LEE, 1915, p. 55).
Le jeu implique toujours le travail ; chez l’enfant, il est le travail (JOHNSON, 1907,
p. 24).
...pourquoi le travail de l’homme ne serait-il pas parfaitement analogue au jeu de
l’enfant ? (JOHNSON, 1907, p. 25).
Le vrai travail constitue la forme la plus achevée du jeu ; mais c’est toujours
l’élément du jeu dans le travail qui est le plus important (LEE, 1915, p. 52).
À l’association des deux phénomènes s’ajoute aussi une interprétation
évolutionniste typique, par laquelle jeu et travail apparaissent comme deux stades
dans l’histoire de chaque homme, stades que l’on ne manque pas d’analyser
soigneusement pour en démarquer les caractéristiques selon les divers âges de la vie
(voir LEE, JOHNSON). De plus, on a parfois tendance à transposer à l’échelle de
l’humanité tout entière ces stades d’évolution.
Le jeu est à interpréter à la lumière des faits connus de l’évolution, à la fois par
rapport à l’évolution de l’homme et de celle des institutions (JOHNSON, 1907, p. 9).
Jeu et travail en viennent à se ressembler. Il s’agit presque de la même
chose : ils relèvent d’une même attitude, d’un même état d’esprit, d’un même
plaisir. C’est ainsi que s’instaure, pour plusieurs décennies, une conception
psychologisante, par laquelle en finale, jeu et travail sont présentés comme les deux
pôles d’un même processus fondamental, assimilé à un état psychologique.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
84 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Les grands noms de la philosophie américaine de l’époque ont fait longuement écho
à une telle conception.
Psychologiquement, la caractéristique qui définit le jeu n’est pas l’amusement ni
l’absence de buts. C’est le fait que le but est davantage conçu comme une activité qui
s’enchaîne sans recherche de continuité de l’action par rapport à des résultats
recherchés. À mesure que les activités deviennent plus complexes, elles
s’enrichissent d’une plus grande signification, par la plus grande attention qu’elles
portent à l’atteinte de résultats spécifiques. Elles se transforment alors
progressivement en travail. Les deux sont également libres et intrinsèquement
motivés (DEWEY, Democracy and Education, éd. paperback, 1966, p. 205).
Une fois franchi ce « passage » du jeu au loisir (voir plus loin) on entend
alors un discours bien connu, presque d’actualité, et qui fait du travail et du loisir
deux pôles indissociables d’un même continuum. L’association que de tels discours
supposent, remonte aux plus lointaines origines de la conception américaine du jeu.
Jeu et éducation : l’éducation du corps et de l’esprit
Je ne peux pas croire qu’une éducation, au vrai sens du mot, ne mette pas
profondément en jeu les émotions et la volonté, et en prenne pas racines dans le
patrimoine héréditaire de la race et des habitudes motrices ; et comme tout cela tend à
persister jusqu’à nos jours, est impliqué dans le jeu, nous avons ici l’approche la plus
sûre et la plus conforme à la vraie éducation de l’enfant (JOHNSON, 1907,
pp. 38-39).
Il semble que l’intérêt le plus persistant ait été de fonder un système
d’éducation qui sache s’allier les immenses « pouvoirs » du jeu, qui soit conscient
de l’importance du jeu chez l’enfant. Parce que le jeu est « sérieux », parce qu’il
assure le développement des habiletés physiques, intellectuelles, morales et sociales
de l’enfant, le jeu est présenté comme le moyen d’éducation par excellence.
À ce concept d’utilisation intensive du jeu dans le système d’éducation s’en
ajoute un autre, qui marque la pensée américaine : c’est, comme l’écrit JACKS,
« l’éducation de l’homme total », à entendre dans le sens d’une « coéducation du
corps et de l’esprit » (1931, chapitre VIII). La pensée de cette époque établit une
distinction entre les objectifs proprement physiques et sensori-moteurs du jeu et de
l’éducation, et les objectifs intellectuels, moraux et sociaux, mais c’est pour mieux
préciser que l’un ne va pas sans l’autre, et surtout, que l’éducation du corps est un
préalable de l’éducation de l’esprit. Puisque le corps est l’outil de l’homme (LEE),
qu’il est l’instrument de l’intelligence, il ne faut certes pas le négliger.
Il y aura donc une sorte de polarité dans la présentation des objectifs de
l’éducation : la formation du corps et l’éducation de l’esprit, un peu comme

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 85

le jeu lui-même est le fondement du développement sensori-moteur et moral de


l’enfant.
Le premier objectif — la formation du corps — est le fondement de la
philosophie américaine de « l’éducation physique » — on a trop vite oublié la
présence du terme « éducation », significatif des origines de cette expression. Cette
conception s’attache surtout à deux aspects : 1° le premier est celui du plein
développement des conditions physiques de l’homme : l’homme a un corps d’une
grande beauté qu’il faut savoir amener à sa plus grande souplesse et à sa plus grande
force, à ses conditions physiologiques les meilleures, et cela a trop longtemps été
négligé ; « physiquement », écrit LEE, « l’homme est un animal d’extérieur » (man
is an outdoor animal) (1915, p. 438) : or on n’a pas su développer toute la force
vitale de l’homme, canaliser ses énergies (des arguments anti-intellectualistes sont
aussi fréquemment amenés). Bref un important courant de pensée, fort d’une
conception de la nature humaine et de ses instincts, appuyé d’une théorie du jeu,
s’attarde à valoriser le développement physique, qu’on appelle aussi la « culture »
du corps (physical culture). 2° L’autre aspect de cette conception originaire de
l’éducation physique consiste à faire du « contrôle » du corps l’élément d’une
philosophie du « self-control », grâce auquel le corps et ses instincts sont maîtrisés,
gage d’une volonté ferme et d’un sens moral.
... en entendant toujours par culture physique l’art de placer le corps entier sous le
contrôle de l’intelligence (JACKS, 1932, p. 113).
L’athlétisme... trouve sa justification dans le développement d’un corps sain, en tant
que fondement de l’accomplissement intellectuel et moral, dans le contrôle qu’un tel
accomplissement produit sur les instincts querelleurs, et dans la maîtrise de la volonté
(CUTTEN, 1926, p. 115).
Peu à peu, la « culture du corps » se voit attribuer les plus grandes vertus, de
la maîtrise physique jusqu’au développement de la volonté, et de la personnalité
morale. Elle fait œuvre de civilisation — par le sens moral qu’elle permet
d’acquérir, par les hommes de caractère qu’elle tend à produire —, et elle fait aussi
oeuvre de beauté, par la grâce des mouvements et leur perfection.
C’est aussi la conviction des penseurs de cette époque que l’éducation du
corps est la pierre d’assise du développement artistique, la première étape vers
l’activité culturelle. Car la formation du corps, clé de voûte de la volonté, de la
personnalité, du sens moral, etc. n’est que le premier objectif de l’éducation, le
second étant l’éducation simultanée de l’esprit. Le corps est l’instrument de
l’homme, écrit-on, c’est par lui qu’il entre en contact avec le monde extérieur,
acquiert l’expérience, et que s’exercent ses facultés vitales ; on parle même d’une
« gymnastique de l’esprit », tant l’analogie avec le corps est présente. Or cette
formation de l’esprit, dans le cadre d’une éducation simultanée du corps, doit avoir
pour ultime résultat le développement des capacités créatrices de l’homme, dont
l’art est présenté comme l’objectif final.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
86 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

La co-éducation de l’esprit et du corps devrait tenir compte de l’hygiène physique (...)


Mais elle doit aller plus loin. Les enfants et les adultes devraient être éduqués à
penser avec leur corps tout entier, comme on le fait maintenant pour les enfants dans
les garderies — un changement dans « l’art de penser » qui serait bénéfique, pour les
exercices les plus humbles et les plus communs jusqu’aux frontières les plus
éloignées de la spéculation philosophique. Il faudrait reconnaître que la santé
optimale n’est pas à définir seulement en termes de sommeil, de bonne digestion, de
force musculaire, de fougue animale, mais exige en plus une organisation, une
efficacité, une maîtrise de soi, lesquels ne peuvent être acquis sans entraînement, et,
par-dessus tout, le développement des aptitudes plus raffinées en vue de l’expression
personnelle à travers des formes créatrices (JACKS, 1931, p. 98).
L’auteur ajoute :
Les forces de la culture physique sont déjà à l’œuvre quand elles entraînent le corps
tout entier à servir d’instruments à l’expression personnelle et au contrôle de soi,
enseignant cela en harmonie avec les mouvements normaux et avec leur dignité, soit
pour des exercices personnels ou collectifs de grande beauté, et faisant de cela
quelque chose de fondamental pour des activités supérieures, un point de départ pour
beaucoup d’activités artistiques, parmi lesquelles l’« art de penser » n’est pas le
moindre (ibid, pp. 92-100).
On décèle même une gradation implicite dans les diverses formes
d’expression artistique. On parle d’abord de rythme et de mouvement du corps
(parfois même « d’instinct du rythme ») ; puis on enchaîne sur les rythmes
musicaux, l’harmonie et la beauté de la poésie, on parle de sculpture et de peinture.
L’art est conçu comme une forme supérieure d’activité, mais qui ne se réduit ni aux
seules facultés intellectuelles, ni au seul rôle du corps, l’art participe des deux à la
fois dans une recherche de beauté, l’idéal de l’expression créatrice s’alliant tour à
tour le corps et l’esprit. On ne manque pas d’ajouter qu’une nation qui fait œuvre de
civilisation se reconnaît à ses produits artistiques et que l’Amérique moderne, si elle
veut faire œuvre de démocratie, doit précisément donner à tous la chance de
développer ses capacités créatrices.

c) La civilisation
Le loisir et l’idéal démocratique américain
Les hommes de cette génération avaient le sentiment de faire œuvre de
civilisation : le développement économique des États-Unis avait déjà fait de cette
nation la plus puissante du monde ; les découvertes technologiques ne cessaient
d’émerveiller ; la démocratie électorale était considérée comme une nouvelle étape
dans l’histoire humaine, d’autant plus qu’elle était accompagnée d’une hausse du
niveau de vie de la majorité de la population.
Les conceptions évolutionnistes fournissaient ample matière à discourir.
L’Amérique d’avant la crise avait atteint un nouveau stade dans le dévelop-

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 87

pement de l’humanité, celui qu’on appelait fièrement le stade de l’homme civilisé,


par opposition aux époques « barbares » ou « sauvages ». Prenant appui sur une
puissance industrielle prodigieuse, la « civilisation » américaine avait déjà rendu
possible, disait-on, la liberté de mouvement et d’esprit, l’égalité des hommes, sans
division de classes, ainsi que leur plein achèvement. C’est pourquoi on parle tant,
avec fougue et passion, de démocratie, de liberté, d’éducation et de culture.
John Dewey est un représentant typique et important de la pensée américaine
de cette époque ; il fait paraître, en 1916, son ouvrage Democracy and Education,
dans lequel il exprime cet idéal :
L’élargissement des points de vue communément partagés, et l’émergence d’une plus
grande diversité dans les capacités individuelles, lesquels caractérisent toute
démocratie, ne sont pas, il va de soi, le résultat d’efforts délibérés et conscients. Au
contraire, ils sont issus du développement des modes de production, de commerce, de
déplacement, de migration et d’intercommunication, découlant eux-mêmes de la
maîtrise par la science de l’énergie naturelle. Mais maintenant que sont apparus, d’une
part, une plus grande individualisation, d’autre part, une plus large communauté
d’intérêts, c’est une question d’effort délibéré que d’assurer leur support et leur
développement (DEWEY, Democracy and Education, éd. de 1966, p. 87).
La pensée américaine sur le loisir participe de ce vaste courant philosophique
et idéologique.
Tout d’abord, comme il se doit, le loisir est un aspect de cette « civilisation »
américaine, au même titre que l’avènement de la démocratie et de l’éducation. Ainsi
le loisir est la plupart du temps situé par rapport à l’idéal démocratique. Tantôt il
émerge de la démocratie américaine (« le développement de la démocratie a accru la
marge de temps libre », écrit FULK, 1922, p. 5), tantôt il en est la cinquième vertu
(ROMNEY, 1945, p. 12). On écrit encore qu’il est « l’expression vitale de l’esprit de
la civilisation » (CURTIS, 1917, p. 11), pour bien marquer cette participation du
loisir aux idéaux fondamentaux de l’Amérique. Dans cette lancée démocratique, on
refuse la thèse de Veblen : le loisir n’est pas l’affaire d’une minorité opulente, il
n’existe pas telle chose qu’une « classe du loisir » ; le loisir est un droit pour toute
société qui se veut démocratique (l’expression « droit au loisir » est déjà employée
par Romney en 1945 et on a commencé bien avant à formaliser ses « principes
fondamentaux » (voir LIES, 1933, pp. 299-301).
De même, les idéaux d’égalité, d’épanouissement personnel et d’indi-
vidualisation sont presque toujours associés au loisir. La société démocratique
étant perçue comme celle qui favorise l’accès de tous, sans discrimination, à
l’aisance économique et à la culture, celle qui assure le mieux le plein
accomplissement de chacun, celle qui sait s’adapter aux changements et progresser
sans cesse grâce aux immenses ressources de chacun (c’est l’idéal d’indivi-

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
88 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

dualisation), il va presque de soi que le loisir soit aussi abordé dans des termes
apparentés. C’est ainsi qu’il est défini comme une ressource mise à la disposition de
chacun, pour un libre usage : il appartient à chacun d’en faire un instrument
d’épanouissement personnel.
Ces attentes pour le développement de la personnalité, ainsi que celles ayant
trait à une vie normale, se réalisent du fait que le temps de loisir, suffisant et
même abondant, mène à la prépondérance des individus dans une société
démocratique (ROMNEY, 1945, p. 5).
Au fond, le loisir c’est le bonheur. Par le loisir, les valeurs humaines les plus
fondamentales peuvent être atteintes et réalisées.
Loisir et bonheur humain — il y a une relation significative et plus que fortuite entre
ces deux termes. C’est seulement avec le loisir que nous pouvons goûter le bonheur.
C’est seulement avec le loisir que nous pouvons mesurer en termes humains toute la
valeur de la vie (...). Le loisir apparaît comme la grande chance de l’Amérique, un
moyen indispensable d’ériger notre système social sur une base humaine et réalisable
(PACK, 1934, p. 23).
Émergence et développement du loisir : le « free time »
Le loisir est perçu comme un aspect de la société américaine, dont il traduit
certaines des aspirations les plus profondes ; le loisir est le produit d’une civilisation
tout en faisant œuvre de civilisation. S’il en est ainsi, il s’inscrit naturellement dans
le mouvement historique général d’où est issue la civilisation américaine, origine
des mêmes causes, et prolonge les mêmes tendances. Encore ici, l’interprétation de
type évolutionniste prévaut.
À l’instar des interprétations générales de l’époque, on cherche les origines
du loisir jusqu’aux premiers âges de l’humanité.
Les origines du loisir, ce chapitre du manuscrit indéchiffrable de la genèse de
l’homme, sont cachées dans les archives de l’antiquité. C’est dans les pays chauds, où
la lutte pour la nourriture et un abri mobilisait légèrement les ressources physiques et
mentales de l’homme, que le loisir aurait dû y être naturellement vécu en premier lieu
et le plus largement goûté. L’oisiveté forcée, due aux conditions atmosphériques, a
probablement dû constituer l’occasion des premiers moments de loisir chez nos
ancêtres des zones tempérées ou froides, et chacun peut s’imaginer sans peine un
groupe d’hommes primitifs entassés dans une caverne attendant la fin de la tempête
(CUTTEN, 1936, p. 1).
Parfois, on distingue divers âges du loisir, tout comme on a déjà distingué
divers âges de l’humanité et l’on ne manque pas de citer le cas de la Grèce antique,
par exemple, de l’époque chrétienne ou de la Renaissance (ibid). Mais nul ne
reconnaît le loisir moderne avant le XIXe siècle, voire même avant le début du
XXe siècle.
Les causes de l’émergence du loisir sont rappelées dans des termes qui nous
sont maintenant largement familiers, et font presque toujours référence

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 89

aux facteurs mêmes à l’origine de la civilisation américaine : il s’agit, on s’en doute,


de l’industrialisation et de la technologie. C’est l’âge de la machine qui a permis
l’âge du loisir, en rendant possible une production accrue, à meilleur coût, en un
temps plus réduit. D’où une diminution des heures de travail. À noter que les
premiers textes mentionnent une autre conséquence de la mécanisation des tâches :
l’abolition du travail des enfants, dont on a toutes les raisons de se réjouir en vertu
des théories du jeu et de la philosophie de l’éducation alors en vigueur13.
Ainsi, dans un chapitre intitulé : « Comment avons-nous obtenu le loisir »,
Cutten décrit longuement l’évolution des conditions du travail ouvrier, les bénéfices
de la mécanisation, l’accroissement de productivité qui en résulte, la limitation
progressive de la semaine de travail, l’avènement des congés et des vacances
(1926, chap. 11). Nous sommes parvenus au troisième âge du loisir, écrit-il
(auparavant il y avait eu la période primitive, puis celle de l’esclavage), « celui de
l’individualisme, causé par l’usage de machines réductrices de main-d’œuvre »
(labor-saving machinery) (ibid., p. 6).
Il est à noter que cette conception était largement répandue, au siècle passé,
celle d’une technologie libératrice, porteuse de progrès en civilisation, sinon
d’achèvement ultime de l’humanité14. Une interprétation purement technolgique des
changements sociaux (ou du seul avènement du loisir moderne) trouve ses racines,
dans les conceptions évolutionnistes en vogue aux États-Unis à cette époque.
On a tôt fait de comptabiliser une telle diminution des heures de travail. Les
propos les plus optimistes sont avancés ; on peut déjà lire dans un ouvrage paru en
1926, ce qui suit :
On peut s’attendre à ce que (la journée de travail) atteigne sept heures par jour et
passe de sept à six heures. Steinmetz a prophétisé peu avant sa mort que d’ici un
siècle la journée normale de travail serait de quatre heures par jour et de deux cents
heures par année et, récemment, un ingénieur de New York a calculé que d’ici
soixante ans elle serait de deux heures. Même si cela n’est pas probable dans
l’immédiat, ce n’est pas impossible (CUTTEN, 1926, p. 32).
Le loisir a été progressivement conçu comme un temps gagné sur le travail, et
dont les origines sont de nature essentiellement technologiques, en concordance
d’ailleurs avec les origines de la civilisation américaine.
Chacune des heures « gagnées » sur le travail s’ajoute au temps de loisir. « La
réduction des heures de travail signifie presque toujours un accroissement des heures
de loisir » (FULK, 1922, p. 19). C’est ainsi qu’émerge l’expression typi-

13. Cela est expressément mentionné par FULK, 1922, CURTIS, 1917 et CUTTEN, 1926.
14. NOBLE, D.W., 1981, chap. 2 et 3 ; OSTRANDER, 1970.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
90 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

quement américaine de « free time », par la suite devenue analogue à celle de


« leisure time ». Comme il existe déjà un terme pour désigner le contenu profond
donné au « loisir » — et c’est le jeu, le « play » — le mot « leisure » est
progressivement associé à cette notion du temps qui se dégage de la réduction des
heures de travail. Les premiers ouvrages parlent surtout de « jeu » — lequel est
associé à « recreation » (cf. plus loin) mais rarement à « leisure ». Le terme
américain de « leisure », fort différent de l’expression française de « loisir », est
postérieur à celui de « play » et désigne le temps hors travail.
En vertu de cette conception, la relation du loisir et du travail est d’abord
pensée en terme d’évolution dans un rapport de temps entre les deux, plutôt qu’en
terme d’opposition ou d’influence respective de l’un sur l’autre. « S’il n’y avait pas
le travail, il n’y aurait pas de loisir », écrit-on (CUTTON, 1926, p. 15). On emploie
aussi l’expression « spare time », pour désigner ce temps « épargné » ou « gagné »
sur le travail15, mais c’est plutôt l’expression « free time » qui fait fortune. On écrit
encore :
Le loisir est le temps hors travail (the time-off-the job). C’est un temps gagné
et qui rend possible le choix (earned choosing time). Il appartient à tous
(ROMNEY, 1945, p. 5).
En vertu de l’idéal démocratique, le temps du loisir a été conçu comme
l’occasion privilégiée de l’exercice des libertés individuelles, tout comme on y a
investi les plus grands espoirs de développement des ressources individuelles et de
participation culturelle. Une telle justification était d’autant plus importante que
certains avaient tendance à considérer le temps de loisir comme du temps plutôt
propice à l’oisiveté, comme du temps perdu ou gaspillé, voire comme une menace à
l’expansion industrielle. On a tôt fait de dissiper cette « menace » du loisir, d’en
rapporter les cas de bons usages, de dire que le loisir représente un des plus grands
et des plus beaux défis de la civilisation américaine, etc. ; le titre de certains
ouvrages de cette époque est évocateur : Le défi du loisir (PACK, 1934), La menace
(threat) du loisir (CUTTEN, 1926), Les nouveaux défis du loisir (LIES, 1933) ; tout
cela est un aspect de ce qui est désigné rapidement par le « problème du loisir ».
L’interprétation évolutionniste de l’avènement du temps de loisir ne s’arrête
pas ici. Le mouvement se poursuit, écrit-on, historique et de grande envergure.
C’est avec enthousiasme qu’on décrit à grands traits l’histoire de ce qui, au
début, était appelé « the play movement » puis devenu le « recreation movement ».
Comme il sera dit bientôt, il s’agit en fait d’une histoire stéréotypée des
institutions diverses qui ont marqué l’introduction du loisir dans la société

15. Voir BURNS, 1932, p. 5 : « Pour les fins de mon exposé, le temps épargné (spare time) ou loisir doit être
pris dans leur sens le plus rapproché. Il faut entendre ici comme ce qui inclut toute partie de la vie qui
n’est pas occupé à travailler pour la subsistance ».

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 91

américaine ; associations philanthropiques ou professionnelles, rôle du système


scolaire, intervention des pouvoirs publics locaux, etc.

d) La récréation (« recreation »)
Tel que déjà souligné, c’est une véritable philosophie du jeu qui sert de
fondement à la pensée américaine sur le loisir, telle qu’on peut la reconstituer pour
cette époque. C’est d’ailleurs le terme de « play » qui est presque toujours utilisé
dans les premiers écrits. La notion de « leisure » pour sa part, émerge de la
perception du temps gagné sur le travail.
Après avoir préalablement défini la tonalité fondamentalement ludique du
loisir (appel à la nature humaine, caractéristiques principales du jeu, etc.), rappelé
ses origines et son évolution, puis en quelque sorte circonscrit son contexte
temporel, il reste à lui donner un nom, à en préciser la spécificité. Car le loisir
moderne n’est pas proprement et simplement identifiable au jeu, même s’il en
épouse les traits majeurs. Il a de plus des connotations proprement « temporelles »,
liées aux rapports diachroniques établis entre le temps de travail et le temps hors
travail. Et enfin, dans une perspective évolutionniste, le stade de la « civilisation » a
permis l’émergence d’un phénomène particulier, typique, voire unique.
C’est ici que se révèle un aspect remarquable de la littérature américaine,
dans sa manière de démarquer jeu et loisir. Le loisir est un jeu, mais institution-
nalisé. En d’autres termes, le mouvement historique qui a permis de dégager, grâce
au progrès technique, le « free time », se caractérise par l’implantation d’institutions
qui à divers degrés permettent d’occuper ce temps de manière ludique, c’est-à-dire
selon les attributs mêmes du jeu et ses fonctions.
Pour désigner un tel phénomène de civilisation moderne, on se contente de
dire que le temps de loisir — le « leisure time » ou « free time » — quand il est
occupé à des activités qui épousent les caractéristiques du jeu, peut être appelé :
« recreation » (récréation). La récréation désigne une occupation, un « faire quelque
chose », une activité, temporellement délimitée, ayant des caractères proprement
ludiques, et qui s’est progressivement généralisée à travers diverses institutions.
C’est pourquoi, au début, « play » et « recreation » sont souvent associées, voire
indifféremment utilisés. On utilise même l’expression « leisure occupations »16, et
plus tard celle de « leisure activities ». L’importance est que la récréation désigne un
usage proprement ludique du temps de loisir ; conception qui a connu un essor
prodigieux, témoin des institutions américaines qui en sont le support.
De même que la famille, l’école, le système des carrières professionnelles,
l’éducation, le gouvernement ont chacun érigé autour d’eux un ensemble complexe
de coutumes, de règles et de moyens matériels en vue de satisfaire les

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
92 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

désirs et les besoins humains — bref ce qu’on appelle une institution — de même le
loisir et le jeu public sont à ériger les fondations et les leviers d’une nouvelle
institution qu’on peut appeler Récréation, ou Jeu et Récréation. C’est surtout autour
des gouvernements locaux que cette institution est en train de se former (FULK,
1922, pp. 2-3).
(À noter l’association des termes : jeu et récréation).
Quant au « recreation movement » (appelé aussi à ses débuts, « play
movement »), il désigne l’histoire de l’implantation de ces diverses institutions,
vouées au développement de la récréation, ou encore l’introduction progressive du
jeu, à des fins thérapeutives ou autres, dans certaines institutions. C’est l’histoire de
la pénétration progressive du jeu dans la civilisation américaine. Par exemple, Curtis
écrit en 1917 un ouvrage intitulé « Le mouvement du jeu et sa signification (The
play movement and its significance), dont un des chapitres traite des associations
américaines de terrains de jeu, un autre du jeu dans l’institution scolaire, un autre
des terrains de jeu municipaux, un autre du jeu dans les « institutions » (pour
aveugles, sourds, handicapés, prisonniers, malades mentaux, etc.), puis des « boy
scouts » ! Cinq ans plus tard, Fulk publie un ouvrage sur la « municipalisation du jeu
et de la récréation », dans lequel on traite déjà d’administration, d’équipements et
d’installations, de législation et même d’études et d’inventaires (la tradition
américaine du « survey » s’est déjà fortement manifestée à propos du loisir).
Il va sans dire que la récréation possède non seulement toutes les
caractéristiques du jeu, mais aussi toutes ses vertus. À l’instar de celui-ci elle est un
« besoin humain essentiel » (FULK, 1922, p. 8), elle est indispensable au déve-
loppement de la personnalité, c’est à travers elle que les besoins fondamentaux de
l’homme peuvent être satisfaits, elle est strictement une affaire individuelle, c’est
une activité libre, librement choisie, pour le plaisir et le bonheur de chacun, etc.

e) Le loisir et le monde moderne


Issu d’une civilisation en développement, le loisir, ainsi défini en partage
pleinement les attentes tout comme les avatars. Les problèmes de cette civilisation
sont aussi ceux du loisir ; les changements qui s’imposent passent aussi par un bon
usage du loisir.

Le loisir en tant que « problème »


On n’est pas sans constater que le temps de loisir n’est pas toujours
utilisé uniquement à des fins d’épanouissement ou de culture, par exemple, et que
même certaines institutions récréatives, surtout de type commercial, sont presque
l’œuvre du diable ! (JACKS, 1931, p. 58). Il y a déjà à cette époque une littérature
notable sur le loisir en tant que menace à la civilisation, en tant que défi, bref

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 93

en tant que « problème de civilisation ». Un discours moralisateur, s’appuyant sur


l’éthique puritaine, distingue ainsi entre les « bons » et les « mauvais » loisirs.
Ces derniers font l’objet des plus grandes anathèmes. Cinéma, magazines de
bas étage, salles de billard, courses de chevaux, danse, beuveries, formation de
« gangs » dans les rues, tels sont notamment ces mauvais loisirs. Les conséquences
sont alarmantes : vice, criminalité, délinquance, décadence ; le problème du loisir
est une menace à la cité moderne. « Beaucoup de crimes et en grande partie la
délinquance juvénile sont indubitablement les résultats de la perversion du jeu et de
la récréation » (FULK, 1922, p. 16). Bref le loisir constitue un « problème social »
(l’expression revient fréquemment par la suite) qui a toutes les apparences d’un défi
historique à relever.
Deux ordres de solution sont proposés : d’abord l’implantation de formes de
loisir qui soient saines, constructives, créatrices ; et ici le rôle des institutions locales
a été considéré comme stratégique :
La reconnaissance récente des valeurs sociales du jeu et de la récréation et la tendance
des villes à assumer la responsabilité d’assurer et d’encadrer ces activités militent en
faveur de la reconnaissance du rôle de la municipalité dans l’établissement d’une
nouvelle institution qui sera comparable dans son universalité, à l’école publique
(FULK, 1922, p. 15).
En second lieu, le développement de ce qui est très tôt appelé une « éducation
au loisir », dans le sens d’un apprentissage à l’art d’user du loisir à bon escient. En
ce sens, on écrit même que « le problème du loisir c’est le problème de l’éducation
sous un autre nom » (JACKS, 1931, p. 68).
Dans le premier cas, les municipalités se doivent d’implanter des terrains de
jeu, des installations sportives, des bibliothèques, etc., et de supporter diverses
activités tant pour les adultes que pour les enfants (concerts populaires, baseball,
etc.). Elles doivent créer des services municipaux, ou encore des commissions,
évaluer les besoins, inventorier les installations en place, voir à administrer tout cela
(FULK, 1922). La tradition américaine du loisir contient un appel presque constant
au rôle des institutions municipales, y allant déjà de « fondements de la récréation
communautaire », de normes d’espace, d’équipements et de budgets, et de guides
pratiques (voir LIES, 1933, annexes).
Dans le second cas, celui de l’éducation au loisir, c’est surtout le
système scolaire qu’on veut mettre à contribution, et de deux manières : d’abord
en introduisant des méthodes pédagogiques qui utilisent le jeu ou encore
diverses activités récréatives, et ce à des fins d’apprentissage et de développement ;
ici les exemples ne manquent pas : éducation physique, sport, utilisation
pédagogique de la nature, activités musicales ou théâtrales, etc. En second lieu
en mettant les ressources du système scolaire à la disposition des travailleurs :
c’est ce qu’on appelle déjà « l’éducation des adultes » ; on mentionne par exemple

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
94 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

des cours formels, des cours d’éducation physique, des cours d’été, et même l’accès
à l’université (voir CURTIS, 1917, p. 56ss ; LIES, 1933).
À noter également qu’on fonde les plus grands espoirs sur certaines agences
locales ou nationales, organismes de bénévoles ou de philanthropes (on mentionne
surtout les Y.M.C.A., le scoutisme et les camps d’été), ainsi que sur les institutions
religieuses locales.

Du bon usage du loisir et de ses effets


Si donc le loisir est un problème social, il est partie prenante à sa solution. Un
usage judicieux, réfléchi et même planifié de la récréation est susceptible d’avoir
des conséquences durables, et ce, à presque tous les niveaux de la société. Les
penseurs américains sur le loisir sont des plus volubiles à ce chapitre, allant de
l’identification minutieuse des conséquences jusqu’au lyrisme exalté :
Un terrain de jeu bien mené, un gymnase bien mené, qu’ils soient d’intérieur ou
d’extérieur, constituent un lieu d’éducation générale ; un lieu pour la formation
morale et éthique ; une place pour y enseigner l’art de vivre (...). Une cité qui ne voit
pas à fournir à ses citoyens présents et futurs, des lieux appropriés aux besoins
physiques sera appelée à accroître le nombre de stations de police, de prisons et
d’hôpitaux (MERO, 1908, pp. 23-34).
En fait, presque tout y passe : les bienfaits de l’éducation physique, auxquels
fait allusion la citation précédente, sur la santé tant physique que mentale, sur la vie
sociale, etc., mais aussi le fait que le loisir permet de développer davantage les
relations humaines, l’amitié, les bonnes conversations ; il a un rôle de prévention
important, et qui a déjà été souligné ; il restaure les esprits fatigués, compense pour
certains maux inévitables de la civilisation, accroît le plaisir de vivre, rend la cité
heureuse. Les coûts du crime, de la maladie et du tabagisme, écrit Curtis, ne sont pas
comparables à l’investissement public minime en matière de loisir nécessaire pour
les combattre. « La récréation publique est une bonne affaire (is a good business),
rapportant ses propres dividendes » (1917, p. 376) ; et même si cela est, il n’y a pas
que les considérations économiques, poursuit-il, la « valeur » de la joie d’un enfant,
de la vertu d’une jeune fille, n’a pas de prix...
Ainsi le loisir, utilisé à bon escient, a des conséquences importantes, tant sur
le plan individuel — physique, spirituel, moral et intellectuel — que sur le plan de la
vie sociale et de la vie civile, et même sur le plan de la cité et de la nation.
On fait donc aussi du loisir un véritable moyen thérapeutique ainsi
qu’un outil de prévention. La portée préventive du loisir s’appuie évidemment
sur ses effets anticipés. Au sujet de sa portée thérapeutique, on veut voir
dans l’utilisation du jeu et de la récréation une manière de restaurer le criminel, le
malade ou le jeune délinquant, d’assurer leur réinsertion sociale, ou encore de

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 95

favoriser leur intégration sociale ; un vaste courant de « récréation thérapeutique »


se développe en ce sens, dont on trouve la plupart des fondements dès cette
époque17.

f) Les leaders
Pour aller porter la bonne nouvelle du loisir et de ses bienfaits, pour animer le
temps de loisir de la population, gérer et administrer les ressources mises à cet effet,
on introduit très tôt l’idée qu’il faut à la nation des « leaders » capables d’accomplir
cette tâche, qui à une époque a toutes les allures d’une véritable mission. D’où les
nombreux textes sur le « leadership en récréation », « le leadership dans la
récréation communautaire ».
On insiste surtout sur les qualités personnelles exigées de tels leaders. Ils ont
évidemment à être profondément convaincus de l’importance et de l’enjeu du loisir,
mais cela ne semble pas faire problème. Un des ouvrages publiés à cette époque
décrit ainsi le leader qui saura réussir (LIES, 1933, pp. 302-303) :
— c’est un étudiant (student) « qui connaît l’histoire, la philosophie et la
psychologie du jeu, de la récréation et du mouvement pour le temps libre »
(comprendre : qui a intériorisé la pensée sociale sur le loisir à cette époque) ;
— c’est un promoteur du loisir, faisant preuve d’imagination, d’enthousiasme,
d’empathie, etc. ;
— c’est un organisateur hors pair ;
— c’est un administrateur et un gestionnaire ;
— il connaît les diverses techniques des activités sportives ou autres ;
— c’est un pédagogue ;
— c’est un publiciste ;
— il sait coopérer avec tous ;
— c’est un leader spirituel et moral.
D’autres ajoutent qu’il doit posséder un sens moral élevé, être imbu de la joie
de vivre, qu’il doit avoir une forte et chaude personnalité, etc. (v.g. JACKS, 1932,
chap. 2).
Tels sont, me semble-t-il, les grands thèmes fondamentaux de la pensée
américaine sur le loisir, telle qu’on peut la reconstituer à ses origines. Faut-il ajouter
que cette pensée est spécifique, typique, et qu’elle s’enracine dans la socio-histoire
des États-Unis ?

17. Pour référence, on peut consulter les ouvrages suivants : JACKS, 1932, chap. VII ; CURTIS, 1917,
chap. VII et XIII ; DAMS, 1938 ; LEE, 1915, épilogue ; etc.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
96 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

La période pendant laquelle se structure une telle pensée a connu une


prospérité économique sans précédent. La Première Guerre mondiale a contribué à
cet essor, et la brève récession qui s’ensuivit fit bientôt place à un important
développement, jusqu’à la crise de 1929 (voir FAULKNER, 1960, chap. 27 et 28).
Le grand mouvement historique de la réduction progressive du temps de
travail, commencé au XIXe siècle de manière difficile et épisodique, a connu une
certaine accélération (ZEISEL, 1959), à tel point que les plus grandes utopies y ont
vu le jour.
Cette pensée est ainsi le résultat d’une maturation historique, amorcée au
XIXe siècle par les transformations sociales et économiques du pays, et par le
développement des industries d’amusement de masse ; elle s’appuie de plus sur les
grands mouvements humanistes et réformistes de son époque. Ainsi, elle
accompagne, en quelque sorte, l’histoire américaine des institutions récréatives, tout
en les justifiant. Elle est à la fois produit de l’histoire et ce qui lui donne sa
cohérence idéologique.
L’importance de cette pensée sociale se mesure aussi par ses prolongements.
Tel que déjà signalé, nous sommes en présence du foyer de pensée dont l’Amérique
du loisir s’est longtemps nourrie et se nourrit encore. En effet, à la suite de diverses
transformations dont il sera bientôt fait état, une classe de professionnels du loisir
s’est progressivement constituée, et a emprunté la plupart de ses éléments de cette
pensée (d’où cette partie, un peu plus loin, sur le discours professionnel). Qui plus
est, on retrouve des traces de cette pensée non seulement chez la majorité des
chercheurs américains — qu’ils s’identifient ou non au champ du loisir — mais
aussi chez de nombreux penseurs de France, d’Angleterre, des pays de l’Europe de
l’Est, et assurément, du Québec !
En d’autres termes, beaucoup des conceptions actuelles du loisir, tant aux
États- Unis, qu’au Québec et ailleurs, sont issues d’une pensée sociale qui a ses
origines approximativement entre les années 1900 et 1930. Dans une perspective de
relativisme historique et culturel, il était ainsi très important de procéder à la
description qui vient d’être faite.
Cependant, avant d’aborder le phénomène de constitution progressive
de cette classe de professionnels américains du loisir, surtout à partir des
années 1960, et de sa réappropriation de ce discours originel, il faut d’abord
faire état, ne fut-ce que rapidement, de deux ensembles d’événements : d’une part,
la période historique constituée par la crise économique, le New Deal et la
Deuxième Guerre mondiale, d’autre part, l’introduction de problématiques
anthropologiques dans l’étude de la société américaine. L’une constitue la toile de
fond historique qui a marqué l’institutionnalisation du loisir aux États-Unis ; l’autre

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 97

offre, d’une part, une information plus ou moins factuelle, précieuse pour
comprendre de l’intérieur les modes de vie de loisir de l’époque et, d’autre part, un
nouvel horizon cognitif dont s’est nourrie la pensée américaine (et internationale)
sur le loisir.

3. LA PROBLÉMATIQUE ANTHROPOLOGIQUE
La tradition de recherche en anthropologique avait déjà une longue histoire,
dans les années 1920. On songe à toutes les études ethnographiques remontant au
XIXe siècle sur diverses cultures « primitives », aux travaux de Malinowski, et aussi
aux travaux de l’école durkheimienne en France.
Or un peu à la manière de Durkheim, qui cherchait à comprendre la société
de son époque à la fois par des travaux de comparaison interculturelle et par des
approches conceptuelles renouvelées, un certain nombre de chercheurs américains
ont voulu s’inspirer d’une telle démarche pour analyser leur propre société. Il
s’agissait d’étudier l’Amérique dans la perspective d’un milieu culturel original,
avec ses contenus culturels spécifiques, ses modes de vie, ses institutions, ses
transformations majeures, bref, une approche résolument anthropologique,
définissant à la fois l’orientation et la méthodologie des chercheurs. Sans former une
école au sens strict, on peut dire que ces travaux privilégiaient un certain nombre de
concepts de l’anthropologie culturelle d’alors, de même que des techniques
d’observation, dont l’ensemble s’inspire d’une problématique générale commune.
Historiquement, cette problématique se développa aux États-Unis dès les
années 1880. Elle donna naissance à de nombreuses monographies descriptives,
d’abord de villes américaines choisies comme « typiques » ou « moyennes », puis
d’études de sous-culture, ou encore de traits culturels propres à certaines classes
sociales ou à certains groupes ethniques. Cette problématique a exercé jusqu’à nos
jours une très grande influence dans le développement de la recherche en sciences
humaines, et elle a inspiré nombre de travaux et débats encore actuels.
Il serait étonnant, dès lors, qu’on ne retrouve pas écho de ce courant d’études,
dans la littérature du loisir et, plus généralement, dans les conceptions américaines
sur le sujet. Et effectivement, un des principaux représentants de l’école
anthropologique des années 1930 aux États-Unis — Robert S. LYND — a
abondamment traité de la question du loisir (dans deux ouvrages, l’un paru en 1929,
l’autre en 1937). De plus, on sait qu’une monographie urbaine directement inspirée
de la même démarche a été publiée dès 1934 (voir LUNDBERG, KOMAROVSKY
et McINERNY, rééd. 1969).
Il existe ainsi une approche anthropologique du loisir, qui s’est manifestée
très tôt. Il n’est pas indifférent de savoir de quelle manière est abordé et interprété le
loisir, ce qui est dit de lui, les termes mêmes utilisés pour le décrire.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
98 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Deux autres raisons militent en faveur de la brève rétrospective qui va suivre.


D’une part, on peut y lire, par-delà le vocabulaire et l’approche, une description
empirique de la situation du loisir, telle que vécue à l’époque ; la faible distance qui
nous en sépare, la « modernité » des questions et préoccupations, le mouvement
d’institutionnalisation déjà très avancé, tout cela perce rapidement à la lecture de ces
travaux. D’autre part, un ensemble de perspectives et de problématiques actuelles
prennent une dimension beaucoup plus relative, tant elles apparaissent parfois
comme le lointain écho des écrits de l’époque des années 1930 ; cette problématique
anthropologique est ainsi à l’origine de nombreuses interprétations actuelles du
loisir.

Robert S. LYND et l’étude longitudinale de Middletown


LYND publie son célèbre Middletown en 1929. Il nous informe, dans une
annexe, que l’enquête sur le terrain s’est déroulée de janvier 1924 à juin 1925 (rééd.,
1956, p. 505). La précision n’est pas sans intérêt puisqu’il s’agit dès lors d’une étude
effectuée en plein cœur du développement de la pensée sociale sur le loisir, et avant
la crise de 1929 (dont on verra qu’elle a infléchi pendant quelques décennies cette
même pensée sociale).
Or il faisait paraître en 1937, une seconde étude sur la même ville ; cette fois
l’enquête est effectuée en 1935, soit dix ans après la première, et elle couvre la
période de la crise et de l’après-crise (Middletown in Transition, rééd. 1965). Il
s’agit 1à d’un témoignage et d’un travail longitudinal du plus haut intérêt pour notre
propos.
Dès le départ, l’approche de l’anthropologie culturelle est annoncée :
L’objectif des travaux sur le terrain (field investigation), tels que présentés dans le
présent ouvrage, était d’étudier de manière synchronique les multiples tendances
interreliées qui sont celles de la vie d’une ville américaine de modeste envergure
(1956, p. 3).
L’étude des modes de vie et des comportements des habitants de Middletown
constitue expressément l’objet des travaux de Lynd et ses collaborateurs. Utilisant à
la fois les entrevues informelles, le questionnaire, l’observation participante, les
études de cas, l’analyse de contenu et les séries statistiques disponibles, sa
méthodologie longuement légitimée dans les deux ouvrages se veut ouverte à une
approche globale, « compréhensive » (Lynd utilise l’expression), afin de permettre
une sorte de lecture d’ensemble, intégrée, d’un moment de l’histoire d’une ville
américaine. De plus, la comparaison longitudinale est nécessaire à toute étude de
changement social, perspective à son tour affirmée dès le départ (1956, p. 5) ; à cet
effet, la première étude utilise l’année 1890 comme point de comparaison avec
l’année 1925 et la seconde étude tente très explicitement de cerner les principaux
changements intervenus, cette fois entre 1925 et 1935.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 99

Dans une telle perspective, comment donc parle-t-on du loisir ? À l’intérieur


de quel schéma d’analyse est-il situé ? En fait-on même mention ?
Or, pour le chercheur préoccupé de cette question, la surprise est de taille :
dès la deuxième page de l’introduction, on lit ce qui suit :
Un fil conducteur permettant d’obtenir à la fois une objectivité maximale et une sorte
de démarche ordonnée dans un tel labyrinthe, nous sont donnés par l’approche de
l’anthropologie culturelle. Car il n’y a pas, malgré tout, par-delà les variations de
détail, une infinité d’activités centrales que chacun puisse faire. (...) . La conduite
humaine apparaît comme composée de variations autour d’un petit nombre d’activités
centrales : se procurer de la nourriture, se vêtir, s’abriter, procréer, apprendre aux plus
jeunes du groupe les manières de penser et de se comporter, et ainsi de suite. De sorte
que cette étude procède de l’hypothèse (assomption) que tout ce que l’on fait dans
cette cité américaine (all the things people do) peut être considéré comme relevant de
l’un ou l’autre de ces six grands champs d’activités (six main-trunk activities) :
Faire sa vie (getting a living)
Se faire un chez soi (making a home)
Éduquer les jeunes (training the young)
Utiliser le loisir dans diverses formes de jeu, d’art, etc. (using leisure in various forms
of play, art, and so on)
S’engager dans diverses pratiques religieuses
S’engager dans des activités communautaires
(Rééd., 1956, pp. 3-4, notre souligné).
Ainsi, dès le départ, le loisir apparaît comme une des quelques catégories
centrales de l’école anthropologique des années 1930 aux États-Unis, comme un des
quelques lieux majeurs d’observation de la culture et des modes de vie d’une
population urbaine.
Il y a encore un certain flottement dans la terminologie, particulièrement cette
association fréquente de « leisure » et « play », dont se nourrissait alors la pensée
sociale de l’époque. Le vocabulaire est toutefois nettement différent. En analysant
les chapitres consacrés au loisir, dans les deux ouvrages de Lynd, le contenu auquel
l’anthropologie était alors attentive est approximativement tel que présenté au
tableau 3 ; encore une fois, il s’agit de la manière dont l’attention est dirigée sur le
loisir, en quelque sorte l’horizon cognitif de l’époque.

LUNDBERG, KOMAROVSKY et MCINERNY (1934)


Lynd a traité du loisir comme d’une catégorie anthropologique centrale
d’analyse, et l’intérêt de ses études vient notamment du fait que c’est de sa
problématique culturaliste qu’émerge le loisir.
Sur la lancée de cette même approche, la première monographie urbaine
exclusivement consacrée au loisir paraît en 1934 (voir LUNDBERG et al., rééd.,
1969). Que peut-on ajouter, à ce que Lynd a déjà décrit ? Par rapport, précisément

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
100 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

à cet ouvrage, on peut dire que Lundberg et ses collaborateurs sont beaucoup plus
fortement influencés par la pensée sociale sur le loisir de leur époque. Ainsi, ils
reprennent abondamment les approches évolutionnistes, les distinctions
conceptuelles, les définitions, les termes mêmes de cette pensée. De très nombreuses
pages s’étendent en considérations sur le « problème » du loisir, son importance, sa
définition, ses bienfaits, la nécessité de l’intervention des pouvoirs publics, etc. (ce
qui est pratiquement absent, à quelques exceptions près, chez Lynd).
En terme de catégories d’analyse, l’ouvrage est naturellement beaucoup plus
fouillé que ceux de Lynd ; on y lit, par exemple, des données précises sur le temps
consacré au loisir (chap. IV), les budgets familiaux, le membership des associations
volontaires, etc. Les catégories sont à peu près les mêmes que celles de Lynd, à
quelques exceptions notables toutefois : d’abord, tel que noté, des études de temps et
de budget-temps assez précises ; une description encore plus étendue d’activités de
loisir (notamment les repas ; le « outdoor recreation » auquel on semble très
sensible) ; un chapitre complet sur le rôle de l’institution religieuse (chap. VII) ; un
autre sur le rôle de l’école dans le loisir ; un autre sur l’éducation des adultes ; et
enfin une perspective englobante qui fait de la plupart des associations bénévoles
des institutions de loisir (chap. V).
TABLEAU 3
Catégories d’analyse du loisir, chez Robert S. Lynd, dans le contexte de l’école
anthropologique américaine

1. Conceptions du travail et du loisir


• Travail et loisir sont présentés assez souvent comme interreliés
• Travail : Place prédominante du travail (The long arm of the job, rééd. 1956,
chap. VII)
Acculturation économique très forte (An economically dominated scheme
of things, rééd. 1965, p. 243)
Fonction instrumentale du travail
• Loisir : Primauté de la recherche d’un meilleur niveau de vie, le loisir est une
chose que l’on se paie (Spending leisure)
Chez les hommes d’affaires : expression de leur statut ou encore :
prolongement de leur activité économique
Chez la classe ouvrière : compensation par rapport au travail

2. Catégories descriptives du loisir


• Modes de vie traditionnelle
Conversation (en déclin)
Lecture (Another form of speech habits, rééd. 1956, p. 229)
Analyses de contenu
Importance dans la diffusion des nouveaux modes de pensée
(suite page suivante)

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 101

Musique
Chanson (en déclin)
Art (« artistic forms of recreation »)
• Nouveaux loisirs suscités par des innovations technologiques
Voiture
On en souligne la grande importance ; a fait du loisir un temps quotidien et
hebdomadaire maintenant régulièrement formalisé (rééd., 1956, p. 262) ; a
contribué à l’expansion des vacances (idem, p. 261)
Cinéma (motion picture)
Radio
De 1925 à 1935, c’est sans doute pour l’écoute de la radio que les
changements dans le temps consacré au loisir ont été les plus importants (rééd.
1965, p. 263)
• Loisirs organisés (organized leisure : the organization of leisure)
Déclin des activités familiales, au profit des associations (« La famille est en
déclin en tant qu’invité d’occupation du temps de loisir ») (rééd. 1956, p. 272)
Rencontres sociales
Danse (Un aspect prédominant du loisir et de la vie sociale de Middletown)
(rééd. 1965, p. 269)
« Parties »
Cartes (« standard entertainment »)
« Drinking » (mentionné seulement dans la seconde étude)
Clubs et associations diverses
On en note l’importance, le nombre élevé, la diversité des objectifs et des
fonctions
Sports organisés

3. Catégories d’analyse anthropologique


• Catégories d’âge
Rôle du loisir dans la socialisation des jeunes
Rôle des sports scolaires dans la formation des jeunes
Quelques loisirs typiques selon les âges
• Catégories de sexe
Fréquentes observations sur la différenciation du loisir selon les sexes
• Personnalité sociale
Le processus de socialisation dans une société en changement s’étend à toutes
les étapes de la vie (par l’école, les mass media, notamment) Attention aux
adaptations et aux changements de comportement
La fonction du loisir dans la cohésion sociale (et même la « rigidité du système
social »)
Solidarité communautaire, patriotisme, esprit civique
Phénomènes d’inadaptation sociale et de mésadaptation
• Classes sociales
Fréquentes observations sur les différences de pratiques et de contenus selon
les classes sociales (conceptions, associations, etc.)

(suite page suivante)

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
102 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

• Changements sociaux
Importance des innovations technologiques comme source de changement social
(exemple : chap. XVIII de la première étude)
Un phénomène de sécularisation
Mort de la « société fondée sur l’éthique » (Ethical Society, rééd. 1959, p. 493)
Abandon progressif de certaines normes morales reliées à la sexualité,
au mariage, à la pratique religieuse, au choix des lectures, etc.
« Standardisation » et uniformisation croissantes des pratiques de loisir ; routine,
passivité des pratiques culturelles ; loisirs de masse et commercialisation
Tendance importante vers l’organisation du loisir : création de clubs, mouvements
associatifs, accroissement des interventions publiques à des fins de loisir, loisirs
commerciaux
Sources : LYND, R.S. et LYND, H.M., 1959 (1ère étude de Middletown, parue en 1929) ;
LYND, R.S. et LYND, H.M., 1965 (2ème étude, parue en 1937).

La perspective de l’anthropologie culturelle de l’époque ressort nettement.


D’abord, comme il se doit, le milieu étudié est soigneusement décrit (chap. II) et
s’ajoute une annexe méthodologique et statistique. Avant tout, les auteurs reprennent
presque textuellement la problématique culturaliste de l’époque. Ils posent d’abord
l’hypothèse anthropologique de départ : le loisir fait « inextricablement » partie de
l’ensemble des modèles culturels de toute société » (p. 21). Telle est d’ailleurs la
raison principale du choix comme lieu d’étude d’une population de banlieue
(suburban residential area), car les changements des dernières décades indiquent
l’importance croissance de tels milieux, tout comme semblent y émerger des traits
culturels originaux : formes nouvelles de solidarité sociale, motivations et attitudes
psychologiques particulières (p. 20) ; on parle même d’un « nouveau type de
société » (p. 21).
Ce qui retient ensuite l’attention, ce sont les questions reliées au
développement de la personnalité sociale : comment le loisir contribue-t-il à la
cohésion sociale ? quand certaines pratiques produisent-elles des effets
pathologiques ? comment chacun des individus, pourtant unique, parvient-il à
s’intégrer ou non à sa communauté locale ? comment maintenir un équilibre délicat
entre différentes formes de loisirs ? Ces questions ont profondément préoccupé les
anthropologues de l’époque, à la recherche d’un modèle de compréhension de la
cohérence et de la relative permanence de la culture américaine, compte tenu
précisément des diversités individuelles et aussi de la multiplicité des
comportements, observables à l’infini.
Et enfin, la problématique se complique plus ou moins, selon que
l’on tiendra compte ou non de la stratification sociale, des différences selon
les groupes d’âge, et des changements sociaux en cours. Lynd s’est attaqué
résolument à l’ensemble de ces questions. Lundberg, pour sa part, s’attarde
surtout aux questions de stratification et de groupes d’âge, se contentant de

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 103

dire, en ce qui concerne le changement social, que le « nouveau loisir » est arrivé,
qu’il faut l’étudier sérieusement, que les pouvoirs publics doivent activement s’en
préoccuper, etc. ; le changement social semble s’être arrêté avec l’avènement du
loisir !
On ne saurait sous-estimer l’importance de l’école anthropologique dans le
développement de la problématique américaine du loisir.
En premier lieu, il m’apparaît très significatif que les termes mêmes du loisir
surgissent en quelque sorte de cette approche résolument centrée sur l’étude des
cultures et des milieux de vie. Pour comprendre et décrire leur société, les
chercheurs de l’époque situent très nettement le loisir à l’intérieur de leur horizon de
pensée.
De sorte qu’il n’est pas exagéré de dire que l’école anthropologique est à la
source de la plupart des courants successifs de pensée sur le loisir dans ses rapports
avec la culture : rôle du loisir dans les transformations culturelles des sociétés
contemporaines, appels à des changements de valeurs, attention aux modes de vie,
etc., tout cela est déjà présent dès les années 1930 aux États-Unis ! Pour s’en
convaincre, il suffit de se reporter à nouveau au tableau 3, décrivant succinctement
les catégories d’analyse utilisées par Lynd.
La problématique anthropologique est à l’origine de ce vaste courant de
réflexion qui s’est attaché à penser le loisir comme une catégorie majeure de la
culture contemporaine.
Il y a plus. En effet, en vertu de l’attachement des anthropologues de
l’époque aux phénomènes liés à la socialisation et à la construction de la
personnalité sociale, déjà on posait un cadre d’interprétation quant à l’extension des
comportements plus ou moins uniformisés, quant aux institutions de contrôle social,
etc. Toutes choses qui ont résulté en cette problématique de la culture de masse qui
connut ses heures de gloire dans les années 1950 et 1960 aux États-Unis. Car on
note que déjà chez Lynd il est fait mention de la « standardisation » des conduites,
des pratiques routinières, de la passivité, de la faible « qualité » des loisirs
commerciaux, etc.
Ainsi, il écrit dans sa première étude :
L’organisation croissante d’activités de loisir s’est accompagnée d’une standar-
disation accélérée ; les hommes et les femmes dansent, jouent aux cartes, se
promènent en voiture, à la manière d’une foule (...) ; peu d’entre eux ouvrent un livre,
un ou deux écrivent peu et de manière subreptice (...). Ceux qui jettent un regard
désenchanté au-delà de l’horizon des hobbies font état d’une opinion plutôt hérétique,
ou de quelque chose qu’il faut cacher aux yeux du monde (rééd. 1956, p. 309).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
104 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Parlant des activités artistiques, Lynd écrit :


À l’instar de la musique, l’art, en tant qu’activité de loisir (art as leisure-time
activity), apparaît davantage comme un objet de savoir passif, plutôt que plaisir
créateur (idem, p. 248).
Dans sa rétrospective de la décennie 1925-1935, il porte le jugement d’ensemble
suivant :
En 1925, le loisir devenait plus passif, plus formel, plus organisé, plus mécanisé, et
plus commercialisé (rééd. 1965, p. 245).
De telles citations pourraient se retrouver dans la plupart des débats
moralisateurs actuels à propos de la culture de masse ! Quoi qu’il en soit, il faut noter
que de nombreux écrits des dernières décennies à propos de la culture de masse
originent à leur tour, en grande partie, de cette problématique anthropologique.
Le traitement du loisir comme une dimension centrale des cultures
contemporaines a toutefois engendré un syncrétisme dont on aura beaucoup de mal à
se défaire. Les catégories sont si vastes, la diversité des phénomènes pris en
considération est si grande qu’à peu près toute chose peut être réinterprétée comme
« loisir » (déjà cela est manifeste chez LUNDBERG et al., à propos de l’église,
l’école et les associations bénévoles) : délinquance, mouvements de jeunesse, contre-
culture, mouvements féministes, et même chômage, sont parfois interprétés comme
apparentés au loisir, sinon comme constituant des phénomènes de loisir18. L’intérêt
de l’école anthropologique pour les processus de socialisation et d’adaptation, et pour
l’observation de la personnalité, etc. donne aussi naissance à des études sur
« l’influence »19, la diffusion des traits culturels (LYND y fait déjà allusion, à propos
des mass media20), lesquelles inspirent diverses « théories du leadership » dont les
manuels américains sont très friands.
En somme, nombre de problématiques et de perspectives actuelles sont
fortement tributaires de l’école anthropologique des années 1930 aux États-Unis, des
catégories d’analyse aux champs de recherche privilégiés, au contenu des manuels et
aux jugements de valeurs.

18. La plupart des manuels américains sont redevables d’une telle remarque ; voir les ouvrages cités sous la
rubrique : « le discours professionnel » de la bibliographie.
19. Ainsi l’ouvrage célèbre de P. LAZARSFELD et E. KATZ ; Personal Influence, New York, Free Press,
1955.
20. Voir par exemple Middletown, rééd. 1956, p. 232.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 105

4. LES DEUX ÉPISODES DE LA CRISE ÉCONOMIQUE, PUIS


DE LA SECONDE GUERRE
Les deux grandes problématiques précédemment décrites — la pensée sociale
d’origine et l’approche anthropologique — ont comme en partie une sorte de mise
en veilleuse, sous l’effet de deux événements historiques marquants : la crise
économique des années 1930, puis la Deuxième Guerre mondiale. Non pas que
s’éteignirent de tels courants de pensée, bien au contraire, mais on peut certes dire
que de tels impératifs économiques ont contribué à modifier sensiblement, pendant
presque deux décennies, les termes du débat, tout en favorisant de manière directe la
montée progressive de travailleurs sociaux spécialisés dans le traitement des
« problèmes » reliés au loisir.

La crise économique
La crise économique des années 1930 contribua à mettre considérablement en
veilleuse la pensée sociale sur le loisir. La récession amena une modification
importante des conceptions : le « temps libre » plutôt que terre promise, devint
synonyme de chômage et de misère. Un débat d’une tout autre nature fut ainsi
soulevé à propos du loisir : pour réduire le chômage, fallait-il diminuer les heures de
travail de la main-d’œuvre active, ou distribuer le temps de travail entre tous les
travailleurs ? Au « shorter hour movement », s’opposait le « share the work
movement » ; dans l’un et l’autre cas, il était question de chômage à combattre
plutôt que de loisir à promouvoir... Finalement, après un important débat public, qui
s’étendit de 1930 à 1934, on sait que l’Amérique opta pour le « New Deal » de
Roosevelt, c’est-à-dire pour une relance économique appuyée des ressources de
l’État, rejetant du même souffle et une réduction de la semaine de travail (on avait
même parlé de 30 heures/semaine) et le « partage » du temps de travail ; ce n’est
qu’en 1938 par le Fair Labor Standards Act que la semaine de travail fut
réglementée à 44 heures21.
À cela s’ajoute le fait que depuis longtemps on associait régulièrement au
loisir les phénomènes d’oisiveté, de criminalité, de délinquance, ce qui lui conférait
davantage un statut de « problème social » que d’extension du principe de plaisir... Il
ne fallait donc pas accroître encore la marge de temps inoccupé, dont l’éthique du
travail, décrite par les anthropologues de l’époque, se méfiait ouvertement.

21. Il manque encore une véritable histoire de cette période, abordée sous l’angle du très important débat sur
le loisir qui y est véhiculé ; on peut se reporter à l’article de HUNNICUT, 1980 ; KRAUS, 1971, traite de
la crise en trois pages (203-206) ! L’analyse de contenu des revues syndicales, de la revue Playground,
de Monthly Labor Review, de Business Week, travail de longue haleine s’il en est un, serait de nature à
enrichir notre connaissance historique du loisir américain.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
106 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Bref, à la fois des impératifs économiques — relancer l’économie en


trouvant du travail aux ouvriers — et des données éthiques — le chômage est
synonyme de pauvreté, misère, inaction, et l’appel à plus de loisir ne ferait
qu’aggraver le problème — ont marqué l’histoire du loisir à cette époque.
La pensée sociale d’origine a ainsi connu une certaine éclipse pendant la
crise économique : pouvait-on encore parler de jeu, de plaisir, de civilisation, au
moment où plus du tiers des ouvriers américains étaient en chômage ? Comment
prédire encore l’accroissement continu du temps de loisir, quand l’économie
faillissait littéralement à cette « tâche » ? Au temps de loisir heureux s’était
substituée la catégorie de temps du chômage et de la misère.
Néanmoins, la crise eut pour effet de favoriser le développement de
travailleurs sociaux spécialisés soit dans le traitement des problèmes sociaux
spécialisés soit dans le traitement des problèmes sociaux par l’utilisation du loisir
— v.g. « occuper » les jeunes par des activités culturelles ou manuelles —, soit dans
l’administration, la gestion ou l’animation de divers services récréatifs publics. Les
interventions du gouvernement fédéral, des États, des grandes villes américaines ont
connu, par la crise, leur véritable départ : création de campings fédéraux ou d’État,
construction de terrains de jeux et d’équipements sportifs, organisation de clubs de
jeunesse, etc. À ce chapitre on a estimé à 1,5 milliard de dollars les seules dépenses
du gouvernement fédéral entre 1932 et 193722. Tout cela semble s’être fait sous le
double volet de l’accroissement des investissements publics en vue de réduire le
chômage, et de la grande préoccupation pour le « problème » du loisir. Dans sa
rétrospective de la décennie 1925 à 1935, LYND n’hésite pas à écrire ceci dans le
chapitre qu’il consacre au loisir :
Sur une longue période de temps, il est probable que l’accroissement des équi-
pements publics de loisir tant pour les participants que pour les spectateurs, et ce,
sous l’égide des programmes d’urgence du gouvernement fédéral, aura constitué le
développement le plus significatif de ces dix années (rééd. 1965, pp. 892-893).
Le ton est donné, ajoute-t-il. Certes, cet accroissement rapide de l’inter-
vention publique connaîtra un grand ralentissement, voire sera appelé à disparaître
avec la venue des jours meilleurs (« is likely to disappear with returning good
times »), mais, pour la première fois de son histoire, Middletown a dû se poser cette
question : quelles ressources humaines et physiques doit-on consacrer au loisir ?
comment utiliser de telles ressources au mieux-être de tous ? Oui, « Middletown a
réellement mis ses parcs au travail » ! (voir rééd. 1965, p. 249).
(Il n’en fallait pas plus, d’ailleurs, pour que les manuels américains actuels
interprètent la récession comme ayant été bénéfique au « recreation movement » !).

22. KRAUS, 1971, p. 204.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 107

La Deuxième Guerre mondiale


L’Amérique venait à peine de sortir de la crise que la mobilisait à nouveau
un autre événement : Deuxième Guerre mondiale. L’organisation du loisir connut
alors une impulsion considérable.
Ce fut d’abord la mise en place d’installations récréatives et sportives dans
les bases militaires américaines, à l’aide d’un personnel nombreux et spécialement
formé pour les besoins de la cause. Ce fut aussi l’instauration de campagnes auprès
des jeunes pour l’apprentissage de la natation, les cours de secourisme, la
récupération des déchets pour fins de recyclage militaire, la construction de « jardins
de la victoire ». À cela s’ajoutèrent des programmes récréatifs spéciaux pour les
travailleurs engagés dans les industries de guerre. Pendant la Première Guerre,
d’ailleurs, les premières institutions professionnelles américaines du loisir avaient
étroitement collaboré à un War Camp Community Recreation Fund (fonds de
soutien aux activités communautaires), et à la mise en place du War Camp
Community Service, offrant divertissements, logement, repas, etc. aux soldats de
bases militaires, avec l’aide des bénévoles des associations locales (voir KNAPP et
HARTSOE, chap. 4 et 7).
On y introduisit les techniques modernes de gestion. La formation devint de
plus en plus spécialisée (dès 1950, une quarantaine de collèges et universités
donnent une formation de premier cycle spécialisée essentiellement dans
l’administration des services publics et des parcs urbains)23.
Bref, on ne saurait sous-estimer les origines partiellement militaires de la
montée du professionnalisme américain en matière de loisir. Une des associations
américaines de loisir — the National Industrial Recreation Association — en est
d’ailleurs directement issue (elle a été fondée en 1941 sur la lancée du
développement rapide des programmes récréatifs dans les industries de guerre ; voir
KRAUS, 1971, p. 207).

5. LES PROFESSIONNELS AMÉRICAINS DU LOISIR


L’accroissement des effectifs et leur regroupement en
corporations professionnelles
Après la guerre, la montée des professionnels américains du loisir était
définitivement lancée. Sous l’impulsion d’une longue tradition historique
d’intervention des pouvoirs publics, d’abord dans l’euphorie des années 1920, puis
dans la recherche d’une solution au « problème » du loisir pendant la crise, puis
enfin dans l’effort de guerre des années 1940, s’est développée peu à peu cette
catégorie d’acteurs spécialisés dans le champ du loisir.

23. HENKEL et GODBEY, 1977, p. 27.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
108 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Cependant, dès la fin du XIXe siècle les premières villes américaines se


dotèrent de parcs urbains et de terrains de jeu. Lundberg mentionne qu’autour de
1915, huit villes avaient déjà créé leur propre service des parcs et de la récréation, et
un auteur contemporain cite pour la même année le chiffre de quatre-vingt-trois
« cities » employant des « recreation leaders » (KRAUS, 1971, p. 186). Les années
1920 et 1930 connurent une première impulsion notable ; la majorité des États
américains légiférèrent en matière de parcs et terrains de jeu, et en matière de
délégation du pouvoir de réglementation aux communautés locales.
On connaît l’ampleur des dépenses publiques pendant la crise (voir le
témoignage de Lynd, déjà rapporté), puis le développement des programmes
récréatifs dans les villes américaines abritant des industries de guerre.
C’est la décennie des années 1960 qui connut les transformations les plus
spectaculaires ; on peut parler de quasi-saturation.
En 1966, par exemple, on évalue à environ 60 p. 100 des 3 142 cités et
comtés recensés (soit 1 885) la proportion de ceux qui ont des employés permanents
dans le champ de la récréation et des parcs24. Environ dix années plus tard la
proportion est de l’ordre de 72 p. 100 (soit 3 229 cités et comtés).
L’importance de cette main-d’oeuvre est plutôt difficile à estimer. Une
première étude en la matière estime à 10 450, pour l’année 1960, le nombre de
personnes identifiées à titre de « recreation leaders » dans les organismes publics et
les associations bénévoles25. En 1965, une autre étude, du U.S. Department
of Labor, fait état de 35 000 « recreation workers » à plein temps dans
les gouvernements locaux et les associations bénévoles26 ; dans les seules cités
et comtés, une autre étude propose pour la même année, un peu moins de
20 000 professionnels. En fait, l’étude la plus stricte et la plus complète est
récente ; elle porte sur l’année 197527 : l’estimation, basée sur le taux de réponse
des questionnaires complétés est de l’ordre de 84 000 employés à plein temps
(full-time staff) dans les divers paliers de gouvernements à l’exclusion du
gouvernement fédéral, dans les seules unités s’occupant de parcs et de récréation
(un des auteurs estime que leur population totale excède sans doute 100 00028 ). De
ce nombre, 56 p. 100 sont employés par les municipalités, 26 p. 100 par les

24. HAWKINS et TINDALL, p. 44.


25. KRAUS, 1971, p. 104.
26. Cité par KRAUS, 1971, p. 104.
27. Étude de Hawkins et Tindall, citée par HENKELL et GODBEY, 1977, p. 17. Une mise à jour faite en
1978 est analysée par HUMPHREY, 1980.
28. HENKEL et GODBEY, 1977 ; Godbey a procédé à de nouvelles analyses de ces données en 1978
(GODBEY, 1978).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 109

comtés, 11 p. 100 dans les parcs d’État et enfin 7 p. 100 dans les districts spéciaux
(GODBEY, 1978, p. 271). Le personnel ayant une formation collégiale ou
universitaire forme près du tiers de cette population.
On peut avoir une autre image de l’accroissement important des profes-
sionnels américains du loisir, surtout pendant les années 1960, à partir des
statistiques universitaires. Ce n’est pas avant la fin des années 1930 que collèges et
universités firent état de véritables programmes de formation. Vers 1950, il y en a
déjà 38, vers 1960, environ 63, et dix années plus tard 227 ! On estime à environ
230 le nombre actuel de collèges et universités américaines offrant un programme
de formation, à l’exclusion des études post-secondaires d’une durée de deux années.
La figure 1 donne une idée de l’évolution phénoménale des années récentes. Qui
plus est, en 1975, il y avait 34 000 étudiants inscrits dans les divers programmes de
formation, soit plus que le nombre total de personnes qualifiées recensées la même
année dans l’étude HENKEL-GODBEY !29. De sorte qu’en incluant tous les
niveaux de formation (« associate » : deux années d’études post-secondaires ;
« bachelor » : diplôme universitaire de premier cycle ; maîtrise et doctorat), il y a
actuellement entre 10 000 et 15 000 étudiants par année qui sortent des universités et
collèges américains, et qui sont spécialisés dans le champ du loisir et de la
récréation (le chiffre de 13 000 a été mentionné pour 197630).
L’impact de cette main-d’œuvre est considérable. Je n’en retiendrai qu’un
aspect : sa véritable mainmise sur les conceptions actuelles du loisir aux États-Unis.
En moins de deux décennies, le champ du discours sur le loisir, ses catégories
cognitives majeures ont fait l’objet d’une réappropriation par ceux qui se désignent
comme professionnels du loisir.
*
* *
Je voudrais maintenant démontrer que la plupart des ouvrages américains sur
le loisir, des années 1945 à nos jours, ont certes contribué à un essor considérable
des connaissances scientifiques et de la réflexion sur le loisir, mais qu’ils s’en sont
tenus, dans leurs fondements, aux thèmes majeurs de cette pensée sociale des débuts
du siècle, pensée que j’ai déjà tenté de présenter, y empruntant, à l’occasion,
quelques bribes de l’école anthropologique. En d’autres termes, mon hypothèse
fondamentale est que, aux États-Unis, le discours professionnel sur le loisir, tel
qu’on l’observe des années 1945 à nos jours, reprend à toutes fins utiles la
thématique de la pensée américaine des années 1900 à 1930. L’idéologie américaine
du loisir du début du siècle s’est transformée en modèle de représentation
professionnelle.

29. GODBEY, 1978, p. 271.


30. HENKEL et GODBEY, 1977, pp. 1 et 28.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
110 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 111

Non pas que le discours professionnel constitue la réplique intégrale des


conceptions d’origine, car on y observe des différences qui sont liées aux
changements socio-historiques survenus depuis lors, à l’abandon de certains
courants philosophiques ayant pris racine au XIXe siècle, et au statut social du
professionnel américain du loisir, mais par-delà ces différences, les fondements
demeurent les mêmes.
On peut suivre la trace de cette pensée tout au long de l’histoire américaine
du loisir. Après la période de grande euphorie, au cours de laquelle sont nées pour
ainsi dire les conceptions actuelles du loisir, l’éclipse qu’elles ont subie pendant la
crise n’a été que de courte durée. D’ailleurs, même pendant la crise parurent de
nouveaux ouvrages ; en 1926 on avait établi à New York la National Recreation
School, en vue de la formation technique des « leaders » de la récréation, école
devenue en 1935 un institut de formation utilisant la formule des sessions intensives
(voir KNAPP et HARTSOE, 1979). En 1937, le premier congrès regroupant les
universitaires intéressés à la formation en matière de loisir fournit, entre autres,
l’occasion de renouveler en quelque sorte son adhésion aux conceptions d’alors, et
on peut y lire nettement à peu près le même discours (voir : Report of College
Conference on Training Recreation Leaders, 1937). La Deuxième Guerre donne
l’occasion d’en relancer les thèmes centraux ; dès avant 1945, paraissait un des plus
célèbres manuels, celui de Georges BUTLER, traitant de la « récréation
communautaire » (BUTLER, 1965, copyright 1940), suivi, par de nombreux autres
ouvrages traitant cette fois d’administration et d’organisation (v.g. les ouvrages de
MEYER et BRIGHTBILL, parus en 1948, rééd. 1956, rééd : 1964).
Diverses autres institutions professionnelles ont progressivement vu le jour
par la suite, selon les champs d’intérêt et de spécialisation. Un événement historique
marquant de ce regroupement des professionnels américains fut la fondation, en
1966 — soit dans la décennie la plus importante quant à l’accroissement de la main-
d’œuvre en loisir — de la National Recreation and Park Association, à partir du
regroupement de la plupart des associations déjà existantes. Le rayonnement de la
N.R.P.A. est devenu considérable : congrès annuels, membership de plusieurs
milliers d’adhérents, publications, un magazine (Parks and Recreation), une revue
scientifique (Journal of Leisure Research), de nombreuses recherches dans son
champ d’intérêt. La N.R.P.A. a même mis sur pied, récemment, un programme
d’accréditation des collèges et universités offrant des enseignements spécialisés dans
la récréation et les parcs, augmentant de ce fait sa mainmise sur la formation des
professionnels, à la manière des corporations professionnelles.

La thématique actuelle du discours professionnel sur le loisir


Ce qui me semble caractériser le discours professionnel américain sur le
loisir, c’est d’abord la rationalisation — voir la sophistication — du discours

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
112 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

originel, ensuite, l’introduction de nouveaux thèmes liés aux techniques de


l’intervention professionnelle : dans ce dernier cas, il s’agit surtout des méthodes
d’administration et de planification, ainsi que de gestion du personnel.
Produit à profusion, à partir des années 1940-1945, répété inlassablement
dans la plupart des manuels d’enseignement, ce discours a acquis non seulement une
forte cohérence interne, mais surtout une diffusion presque aux limites de la
saturation. On ne saurait exagérer l’unanimité relative dont il est l’objet à l’intérieur
des institutions d’enseignement et des associations professionnelles.

a) La perspective évolutionniste : le « recreation movement »


À l’instar des conceptions d’origine, ce discours professionnel s’appuie sur
une rétrospective historique stéréotypée du loisir. La plupart des manuels
contiennent en introduction une brève histoire qui fait remonter le loisir jusqu’aux
premiers âges de l’homme (voir MEYER et BRIGHTBILL, 1964, p. 5 et suivantes ;
MILLER et ROBINSON, 1963, chap. 2 et 3). Toutefois, l’accent est mis sur les
développements qu’a connus le loisir aux XIXe et XXe siècles, et l’expression
consacrée est celle de « recreation movement ». Or une telle expression recouvre
deux aspects significatifs de cette conception évolutionniste du loisir : d’une part,
une identification des origines ; d’autre part, un appel à une force historique
irréversible conduisant l’Amérique vers une nouvelle civilisation.
Dans le premier cas, le schéma explicatif originel, qui mettait surtout l’accent
sur les changements technologiques, a été considérablement sophistiqué et a pris les
traits d’un syncrétisme touffu :
Dans ses aspects les plus généraux, le mouvement pour la récréation a emprunté le
modèle courant des mouvements sociaux. Il a émergé d’une situation de besoins issus
de facteurs tels que les développements technologiques, particulièrement
l’introduction des techniques modernes de production, avec leur travail monotone et
énervant ; l’urbanisation, particulièrement les conditions de vie en surpopulation dans
certaines aires urbaines ; les changements dans les conditions de logement et la
désorganisation de la famille ; le rythme de la vie, notamment une mobilité accrue et
les déplacements journaliers ; et l’accroissement du temps de loisir » (NEUMEYER,
1963, p. 64).
Quant à cette idée d’une force historique irréversible, elle est partagée par
tous. « La récréation est une force vitale influençant la vie même des individus »
écrit-on (BUTLER, 1963, p. 4) ; c’est encore une « force sociale » dont les effets sur
la culture, les modes de vie et les mentalités, notamment, sont appelés à s’accroître
encore (MEYER et BRIGHTBILL, 1964, p. 43). On reconnaît là certains des élans
vitalistes des premiers penseurs américains. Le mouvement américain pour la
récréation a ainsi été défini comme l’expansion constante et progressive des parcs,
terrains de jeux, installations sportives et récréatives, divertissements commerciaux,
etc., sous l’effet d’un nouvel esprit, d’un nouvel âge, celui du loisir.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 113

Il existe aussi une conviction profonde à l’effet qu’un tel mouvement appelle
des grandes promesses de bonheur, de liberté et d’épanouissement personnel,
puisque telles sont, entre autres, certaines des caractéristiques du loisir lui-même.

b) La nature humaine et le jeu


Il ne faut pas feuilleter beaucoup de manuels sans y trouver quelque part,
quelques pages traitant du jeu. Des ouvrages entiers y ont même été consacrés (v.g.
SAPORA et MITCHELL, 1961). Or le thème du jeu, thème constant de cette
littérature, sert en fait d’introduction théorique à une définition de la récréation.
On ne manque pas de rappeler d’abord la présence du jeu chez les enfants, ce
qui justifie d’en faire un élément constitutif de la nature humaine. Le rôle du jeu
dans le développement sensori-moteur et intellectuel, les fonctions et les pouvoirs
classiques d’apprentissage, de socialisation du jeu, ses pouvoirs thérapeutiques, tout
cela est aussi mentionné. Par rapport aux conceptions originelles, la seule distinction
notable est un examen critique des différentes « catégories du jeu », à la suite de
quoi, pour des considérations qui tiennent à la nature humaine définie comme
dynamique, active, créatrice, etc., on retient une « théorie de l’expression du soi »
(the self expression theory) :
La psychologie a identifié des fonctions fondamentales du jeu : décharge des
tensions, catharsis, évasion momentanée de la réalité par la fantaisie, compensation
pour les insuccès dans d’autres sphères d’activités, obtention de la satisfaction d’une
expression personnelle et créatrice ; pour l’enfant en plus, il y a la fonction
d’expérimentation (MILLER et ROBINSON, 1963, p. 130).
En fait, le thème du jeu constitue une justification de la récréation, par un
appel à une définition de la nature humaine et de ses besoins essentiels. Il sert
également à fonder les caractéristiques intrinsèques que l’on attribue à la récréation :
plaisir, gratuité, liberté, etc. Quant au choix de cette théorie expressive du jeu il sert
de fondement à la forte individualisation dont la récréation est l’objet.

c) La récréation
Ainsi posés les jalons d’une interprétation évolutionniste de l’implantation
progressive des institutions récréatives américaines, ainsi définis la nature humaine
et ses besoins essentiels, grâce aux théories du jeu tout est en place pour une
définition du loisir.
Car le loisir moderne est différent du jeu. On se rappellera qu’à ses débuts,
la pensée américaine sur le loisir utilisait d’abord le terme jeu (play),
puis a indifféremment associé jeu et récréation. Mais en faisant du « recreation
movement » un mouvement d’institutionnalisation du jeu, le terme de « recrea-

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
114 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

tion » s’est peu à peu imposé pour décrire les caractéristiques modernes et
spécifiques du loisir.
Le fait que, dans le passé, le « jeu » plutôt que la « récréation » a reçu davantage de
considérations illustre que la récréation n’est que récemment apparue comme un
aspect reconnu de la vie humaine. Dans ce livre, le mot « recréation » est surtout
utilisé parce qu’il est considéré comme plus englobant et plus satisfaisant que le mot
« play ». Les deux termes peuvent cependant être utilisés comme synonymes l’un de
l’autre ; car si le concept de jeu comme expression du soi est accepté comme étant le
plus adéquat, alors l’esprit qui caractérise la récréation chez les adultes est le même
que ce que l’on observe chez le jeu des enfants (BUTLER, 1967, p. 6).
Ceci étant dit, le discours des professionnels du loisir reprend à satiété
l’ensemble des distinctions classiques bien connues :
— on identifie d’abord une catégorie de temps particulier, et qui émerge des
changements dans les conditions technologiques du travail : le « free time » ou temps
discrétionnaire ;
— puis on dit que tout le « free time » n’est pas nécessairement du « leisure time »,
c’est-à-dire du temps consacré à la poursuite d’objectifs de créativité, de plaisir,
d’expression de soi, etc. (tel que déjà signalé, le terme américain de « leisure » n’est
pas tout à fait identifiable à « loisir », mais plutôt à « temps de loisir ») ;
— et enfin la « récréation » est définie par le fait d’occuper son temps de loisir à des
activités qui empruntent leurs caractéristiques à celles du jeu ; la « récréation » sera
invariablement rapprochée de la notion d’action, d’occupation, d’activité, on pourrait
traduire le terme par « activité de loisir ».
Exprimée en termes d’activités, la récréation, de l’opinion de l’auteur de ces lignes,
peut être considérée comme toute activité qui n’est pas consciemment pratiquée pour
quelque motif de récompense, qui offre à l’homme une voie à ses capacités
physiques, mentales ou créatrices et dans laquelle il s’engage pour un penchant
intérieur et non à cause d’une impulsion extérieure. Elle est ordinairement pratiquée
pendant le temps de loisir individuel, mais peut résulter de sa participation à toute
activité et en tout temps. L’activité devient récréation parce qu’elle procure une
réponse plaisante et satisfaisante » (BUTLER, 1967, p. 11).
Les distinctions entre « leisure time » et « recreation » sont trop connues pour
qu’on s’y attarde. Mentionnons seulement que même les ouvrages qui utilisent
certains concepts disciplinaires reprennent malgré tout de telles définitions. Ainsi,
Clawson écrit, dans un ouvrage sur l’économie du plein air :
Le loisir et la récréation sont hautement corrélés, mais ne sont pas les mêmes. Le
loisir est un temps de nature spéciale ; la récréation est une activité. La récréation
prend place pendant le loisir (CLAWSON et KNETSCH, 1966,
p. 10).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 115

De même, un sociologue de la culture populaire Thomas Kando, reprend lui


aussi les mêmes propos dans son ouvrage récent (1975, p. 2). Et même un ouvrage
de psychologie du loisir (NEULINGER, 1974) utilise les mêmes distinctions,
consacrant de nombreuses pages d’ailleurs aux études de budget-temps et aux études
d’activités, et va presque à la limite de la rationalisation d’une telle pensée sociale
d’origine, en faisant de l’attribut de « liberté » le critère ultime de définition du
loisir, et en situant dans un « état d’esprit » indéfinissable (state of mind)
l’explication dernière du loisir.
On ajoute aussi aux caractéristiques de la récréation tout ce qui peut être dit
de la nature humaine et de ses « besoins essentiels », d’une « civilisation » et de ses
promesses. La récréation est ainsi présentée comme un « besoin fondamental »,
universel ; toutes les vertus sont permises ! Santé, formation du caractère, bonheur,
satisfaction intime, etc.
La récréation possède aussi les effets thérapeutiques que les penseurs
d’origine ont rattachés au jeu. Tel est l’exemple typique de l’ouvrage de Butler,
énumérant au chapitre sur « la contribution de la récréation aux autres ressources
(forces) de la communauté » : santé, formation du caractère, prévention du crime,
solidarité communautaire, sens moral (moral), réduction des accidents, démocratie,
éducation, économie ! (1967, pp. 22-34).

d) Le leadership
On doit ajouter, enfin, que de nombreux écrits sont consacrés au leader
américain de la récréation. Celui-ci est présenté comme un véritable meneur, aux
plus grandes qualités morales, physiques et psychologiques, et jouissant d’une
formation appropriée (voir BUTLER, 1967, p. 105). Ici, peu de choses nouvelles par
rapport aux conceptions originelles, sauf évidemment un grand raffinement des
détails, et l’introduction de techniques sophistiquées d’administration et de gestion.
Le discours professionnel sur le loisir traite, bien entendu, de beaucoup
d’autres choses : le loisir comme « problème social », valeurs du loisir, éducation au
loisir, psychologie des groupes, etc., mais il m’a semblé que les fondements mêmes
d’un tel discours reprennent à peu de choses près la conception originelle américaine
du loisir31.
Or une telle conception du loisir, surtout en ce qui a trait à la nature
de l’homme, au plaisir et à la liberté, sert à merveille à justifier l’intervention de
cette nouvelle catégorie sociale des professionnels du loisir, et inutile de préciser

31. Un des ouvrages typiques est celui de MILLER et ROBINSON, 1963 ; les auteurs s’inspirent nettement
des premiers penseurs américains, qu’ils citent abondamment. On peut aussi consulter la table des
matières de quelques manuels cités en bibliographie. On peut citer également : KRAUS, 1971.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
116 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

qu’on s’en est abondamment servi ! À mesure que s’accroît le nombre de


« leaders », un discours d’une grande ampleur, dans lequel il n’y a qu’à puiser, sert
de caution à l’introduction dans le champ du loisir de cette catégorie d’acteurs
sociaux. On peut ainsi dire que les conceptions idéologiques du loisir, telles que la
société américaine les a produites au début de ce siècle, sont aussi devenues, après
la Deuxième Guerre, des représentations de la pratique professionnelle.
J’ai tenu à rapporter quelques éléments centraux de cette pensée sociale
d’origine et de ses prolongements dans le discours professionnel, car sa diffusion
aux États-Unis est remarquable et son influence, profonde. De plus, cette pensée
s’est répandue sur tout le continent nord-américain, même en Europe, et
évidemment au Québec, où elle constitue maintenant un des traits — heureux ou
malheureux — de nos conceptions actuelles du loisir. Il me semble important que
nous prenions conscience des origines historiques de la pensée contemporaine sur le
loisir, et que nous constations que ce qui est actuellement dit du loisir remonte, dans
ses grandes lignes, à la pensée américaine des années 1900-1930 !
Une autre raison m’a incité à procéder à cette présentation : tel qu’il sera écrit
plus loin, ces conceptions du loisir sont devenues maintenant si stéréotypées, si peu
discutées, qu’elles constituent de véritables obstacles épistémologiques à la
recherche en matière de loisir, car elles se donnent pour connaissance du loisir alors
qu’elles réfèrent plutôt à des conceptions idéologiques ou à des représentations
professionnelles.

6. LA PROBLÉMATIQUE DE LA CULTURE DE MASSE


À l’instar des autres problématiques précédemment esquissées, celle qui a
trait à la culture de masse s’enracine dans une certaine tradition historique, tout en
coexistant pour ainsi dire, avec d’autres perspectives analogues ou divergentes. S’il
convient d’en traiter à ce stade-ci de notre démarche, c’est parce qu’en grande partie
une telle problématique a pris une forme assez nette surtout après la Deuxième
Guerre mondiale, engendrant, dans les années 1950 et 1960 de nombreux ouvrages
maintenant devenus classiques.
Aux origines de cette notion on retrouve les études du début du siècle
cherchant dans les sociétés contemporaines certains de leurs traits fondamentaux,
la plupart du temps en comparaison avec les sociétés traditionnelles. Les
perspectives évolutionnistes étaient alors les plus importantes : il était question
de progrès, de civilisation, de mœurs, etc. Les premières études anthro-
pologiques ou sociologiques, portant sur la société américaine d’alors,

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 117

ont donné lieu soit à des critiques acerbes, voire caricaturales (par exemple chez
Veblen), soit à des interprétations s’attachant particulièrement aux processus de
désorganisation et d’organisation sociales. L’Amérique d’alors était en pleine
mutation — capitalisme sauvage, grèves et conflits, urbanisation, etc. — et il ne fait
pas de doute qu’un tel contexte historique a profondément influencé l’analyse
culturelle qu’en ont faite les chercheurs de l’époque.
Chez Park et Burgess, par exemple, les comportements dits de masse étaient,
à l’origine, souvent présentés comme de nouvelles formes de groupements, de
conduites collectives, de mouvements de foule produites par la destruction des
sociétés traditionnelles et l’instauration progressive de nouveaux modes de vie32.
À cela se sont ajoutées des perspectives de changements technologiques.
Chez Lynd, par exemple, la comparaison entre les années 1890 et 1925 veut faire
ressortir nettement l’importance de tels changements : pour le loisir, il est question
de cinéma, de radio, et de voiture, et pour l’ensemble de Middletown, les effets de
l’industrialisation et de la technologie moderne sont souventes fois soulignés33.
Et enfin, les approches anthropologiques des années 1920 et 1930 ont à leur
tour marqué cette problématique de la culture de masse. Les concepts de culture et
de sous-culture, l’attachement aux processus de socialisation, l’étude des
conceptions et valeurs dominantes, telles furent quelques-unes des principales
catégories d’analyse. Cela donna naissance à des travaux sur les groupes primaires
et secondaires (v.g. : groupes ethniques, « gang »), des monographies urbaines
utilisant les notions de « standardisation » ou d’uniformisation des conduites, par-
delà la complexité du tissu urbain, etc.
Il est à noter que déjà, dans les approches anthropologiques, le tout était
accompagné d’une série de jugements, la plupart du temps négatifs, à propos de la
qualité de la culture urbaine : désintégration, appauvrissement culturel, anonymat,
passivité, consommation, uniformisation, etc.
Approches évolutionnistes des mouvements de masse, facteurs
technologiques du changement social, anthropologie culturelle de la ville, tels
sont, me semble-t-il, trois des principaux courants à l’origine de la problématique
actuelle de la culture de masse aux États-Unis. Celle-ci, quoique latente avant
la crise économique de 1929, semble bien s’être nettement dessinée après

32. Le chapitre 3, de l’ouvrage de Leon BRAMSON, 1961, contient une présentation détaillée du concept de
« collective behavior », à ses origines. Nous nous en sommes inspirés pour les paragraphes qui précèdent.
On trouvera, dans l’ouvrage de Park et Burgess, Introduction to the Science of Sociology, 1921, des
passages explicites à propos de cette même notion, notamment au chapitre XIII.
33. Voir première étude de Middletown, chapitre XVIII.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
118 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

1945, en particulier avec le développement marqué des recherches sur les


communications de masse34.
Les thèmes typiques de cette problématique de la culture de masse
s’articulent autour de trois pôles majeurs de réflexion. En premier lieu, la notion
même de « masse » fort péjorative est indissociable d’une grande insistance sur
l’importance stratégique des mass media, définis par Wright Mills comme de
véritables instruments de manipulation et de propagande au service du pouvoir, (il
écrit : « Les tendances structurales de la société moderne et le caractère manipulatif
de sa technique de communication se trouvent à coïncider dans la société de
masse »35) ; chez d’autres, les communications de masse sont plus généralement
définies par leur rôle clé dans la transmission des normes et valeurs courantes,
véritables moyens de socialisation et d’acculturation. Ainsi, on souligne souvent
quelques fonctions sociales des mass media : conférer des statuts aux personnes,
organisations et mouvements sociaux ; renforcer les normes sociales ; rendre les
populations apathiques et inertes, tant est grande la masse d’information à laquelle
elles sont soumises36.
Il y a aussi une certaine attention portée aux groupes intermédiaires et à la
personnalité sociale ; soit qu’il s’agisse de la théorie du « two-step flow », chez
Lazarsfeld et Katz37, soit encore de l’approche nettement évolutionniste de David
Riesman portant sur les « caractères sociaux »38.
Il y a enfin un important débat critique et moralisateur sur la « qualité » de la
culture de masse. Le débat semble avoir pris forme dans un jugement explicite sur la
piètre valeur du contenu des mass media : la littérature populaire, les programmes
du cinéma, de la radio puis de la télévision ont fait régulièrement l’objet d’analyses
de contenu. Ont ressorti invariablement le caractère répétitif de ce contenu, les traits
psychologiques sommaires, les descriptions romancées de la vie quotidienne, la
présentation de héros presque mythologiques, etc. Il n’en fallait pas davantage pour
conclure à une culture banalisée, frustre, sinon de bas étage.

34. Pour une présentation plus détaillée de la société américaine de l’après-guerre, outre leurs ouvrages déjà
cités sur l’histoire des États-Unis, on peut se référer aux textes suivants : Leon BRAMSON 1961, chap. 4
et 5 ; Nicolas HERPIN, 1973, chapitre IV.
35. L’élite de pouvoir, 1969, p. 327.
36. Paul E. LAZARSFELD et Robert K. MERTON : « Mass Communication, Popular Taste and Organized
Social Action », dans ROSENBERG and WHITE (éds), 1964, pp. 457-473.
37. Idem, p. 459.
38. Il me semble important de noter que Riesman utilise très peu le terme « leisure » ; il est plutôt question
de « popular culture », dans le chapitre sur la consommation de masse, et de « play » dans le chapitre sur
l’autonomie personnelle. Cette terminologie n’est évidemment pas indifférente. La traduction française
de l’ouvrage est à cet égard, non seulement mauvaise mais trompeuse : certains termes et titres de
chapitre sont parfois inexacts et même erronés.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 119

En fait, un tel jugement s’est alimenté à ses débuts, à une approche


hiérarchique où la culture de masse apparaissait comme le parent pauvre d’une
culture savante, ou d’élite, et dont les intellectuels étaient bien entendu les porte-
parole, sinon les ardents défenseurs. Comparée aux formes les plus complexes
d’activité artistique, de réflexion philosophique, ou de productions scientifiques, la
culture de masse ne pouvait que se situer à un niveau fort « inférieur » de qualité.
On a également associé de nombreux autres traits négatifs à une telle culture,
et souvent en termes incisifs et lapidaires (v.g. chez Mills et Vance Packard). La
culture de masse est passivité, consommation, peu importe son contenu ; elle tend à
« abrutir les masses », elle génère clichés, conformisme, banalités ; elle s’appuie sur
l’appel aux pires instincts, etc. Elle détruit les possibilités d’imagination ; elle amuse
plutôt qu’elle enrichit. La condamnation suprême est celle de l’aliénation.
L’étude des rapports travail-loisir a d’ailleurs souventes fois été située dans
cette même perspective. Les catégories d’analyse sont parfois les mêmes. Il y a tout
d’abord cette même approche évolutionniste qui s’en tient à un mouvement
historique de différenciation progressive du travail et du loisir sous l’influence, bien
entendu, de facteurs technologiques. Chez Mills, cette différenciation est définie en
termes de « rupture brutale et presque absolue » (1966, p. 240). Or, autant le travail
a perdu toute signification « et ne détermine plus la direction et le rythme intérieur
de l’existence » (MILLS, 1966, p. 241), autant le loisir à son tour a été absorbé par
la commercialisation :
En détruisant le travail comme activité indépendante et significative, la machinerie de
la production a donné à beaucoup de gens plus de temps libre. Mais de nos jours la
machinerie de l’amusement est en train de détruire la liberté de ce temps (MILLS,
1963, p. 349).
De sorte que, qu’il s’agisse de travail ou de loisir, les orientations culturelles
sont à peu près les mêmes. À travail aliénant, de qualité nulle, répondent les loisirs
de masse, et les distractions en série. Les conditions de production sont également
les mêmes :
La production de masse des distractions est devenue un élément du mode de vie
américain tout autant que la production de masse des voitures (MILLS, 1963, p. 349).
Dans cette perspective les loisirs de masse sont l’objet des plus grands
anathèmes : Riesman parle de « privatisation imposée » ; Mills, d’activités qui
excitent la sensibilité sans laisser place à des véritables expériences personnelles et
créatrices. Il est aussi question de « distractions mécaniques », de « contemplation
monotone et passive », etc.
Quand il s’agit de « solutions » la même approche normative est utilisée.
Riesman se fait le défenseur d’une humanisation des relations de travail, et d’une

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
120 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

autonomie créatrice dans le cas du loisir. Mills parle surtout de « débouché créateur
aux dons spontanés de l’individu » (1966, p. 240), ou encore d’usage du loisir à des
fins d’auto-développement authentique (1963, p. 349).
D’autres auteurs, selon leur penchant optimiste ou pessimiste, optent pour une
valorisation du travail susceptible de rendre le loisir plus actif, ou écrivent que le
loisir est condamné à ne jouer qu’un rôle complémentaire et compensateur face au
travail routinier. Quoi qu’il en soit, il s’agit d’un débat moralisateur qui a monopolisé
très longtemps les esprits.
L’examen des rapports entre le travail et le loisir est inscrit à l’intérieur
d’autres perspectives, bien entendu. La problématique de la culture de masse trouve
ici l’un de ses nombreux prolongements. Elle fournit en premier lieu un contexte
additionnel pour traiter, dans une perspective évolutionniste, des transformations du
travail et du loisir (v. g. les hypothèses de changement social qui mettent l’accent sur
les facteurs technologiques) : les deux phénomènes sont presque unanimement
présentés comme un changement parallèle et concomitant sous l’impulsion de causes
identiques (cela est manifeste chez Riesman et chez Mills). De plus, le long débat à
propos de la valeur de la culture de masse influence cette fois le jugement porté sur
ce qu’il advient du travail et du loisir à la suite de tels changements.
Cette manière de penser se fait sentir aussi à plusieurs autres niveaux. Ainsi
beaucoup d’activités sont considérées en termes de loisirs de pure consommation ;
les sports de masse sont souvent décriés ; l’écoute jugée abusive de la télévision est
assimilée à un loisir passif ; Max Kaplan classe même les mass media dans sa
catégorie de l’immobilité... D’autre part, on en vient inévitablement à procéder à des
distinctions implicites entre « bons » et « mauvais » loisirs, le rôle des professionnels
étant bien entendu assimilé à celui de l’« éducateur », chargé de faire prendre
conscience à chacun de l’intérêt qu’il a à bien choisir ses loisirs en fonction de
critères qui sont ceux-là mêmes de la vertu.

L’éclatement de la problématique de la culture de masse


et l’émergence de plusieurs notions différentes de culture
Personnellement, je pense que la problématique de la culture de masse, même
si elle exerce encore une grande influence aux États-Unis, est appelée à s’estomper
progressivement.
Tout d’abord, les concepts franchement moralisateurs que recouvre cette
problématique ont depuis longtemps indisposé nombre de penseurs ; et cela d’autant
plus que la recherche scientifique, qui a connu des progrès importants dans le
domaine des mass media et de la culture de masse, a servi de caution à
des approches normatives ; il est notoire que certaines « théories » ont écarté
trop facilement la distinction entre les faits et les jugements de valeur. Derrière

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 121

le masque de la rationalité scientifique se sont glissées des interprétations de la vie


culturelle actuelle qui relèvent finalement davantage des orientations intellectuelles
ou des choix de valeurs, davantage du contexte politique et économique, que
d’analyses « objectives ». Je crois que la problématique de la culture de masse
« tombera » quand se sera généralisée la constatation qu’il s’agit en fait d’une
pensée de nature historique, aux racines lointaines, liée à des changements sociaux,
et donc relative à une situation donnée. Bref, quand on constatera qu’il s’agit d’une
approche qui, fondamentalement, mène non pas à une « explication » des
phénomènes retenus, mais plutôt à une certaine structuration de l’attention, à un
moment donné de l’histoire.
Une autre brèche s’est déjà introduite dans une telle problématique. Elle porte
à mon sens sur une différenciation progressive, et récente, de plusieurs catégories de
culture.
La notion même de culture de masse était si vaste et si englobante qu’on ne
pouvait pas ne pas la trouver par trop générale, dissimulant mal des disparités et des
différences culturelles (WILENSKY, 1964). Et déjà se cotoyaient depuis longtemps
les notions de sub-cultures (v.g. les gangs, les bandes de jeunes) et de milieux
ethniques. De plus, les jugements portés sur la culture de masse s’alimentaient à un
type de culture savante, ou élitiste, dont les premiers auteurs n’ont jamais fait
mystère39.
Il s’agissait en fait d’une notion de culture implicitement polysémique :
plusieurs catégories de culture étaient impliquées. De nos jours, on peut dire que
d’autres catégories de la culture, reflet d’une perception plus complexe et plus
fragmentée, ont progressivement été élaborées. Il y a, par exemple, des catégories de
culture qui mettent l’accent sur des milieux culturels ou des acteurs culturels
particuliers : culture ouvrière, culture régionale, etc. Il y a des catégories qui
s’attachent à un qualificatif culturel servant de trait spécifique : culture populaire,
culture traditionnelle, etc. Il y a des catégories qui veulent traiter cette fois des
changements et des dynamismes culturels : contre-culture, résistances culturelles,
culture de la vie quotidienne, etc.
Bref, il n’existe plus de notion homogène et univoque de la culture. Il existe
plusieurs approches de la culture, auxquelles réfèrent des conceptions particulières ;
un vocabulaire plus complexe, plus varié, prend indubitablement place.

39. Voir l’article de Edward A. Shills, dans l’ouvrage de BERELSON et JANOWITZ, 1966, où il est
question de « culture supérieure » et de « culture brutale » (Mass Society and Its culture, pp. 505-528).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
122 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

CONCLUSION
Il serait tentant de vouloir jouer au prophète et d’esquisser un scénario du
développement possible de la problématique du loisir aux États-Unis. Comme le
changement peut se manifester à plusieurs niveaux à la fois, et rarement de manière
homogène, on ne peut que rappeler que, si transformations il y a, elles pourront
originer par exemple d’une modification des rapports entre les acteurs en présence
(v.g. perte relative du pouvoir des acteurs professionnels), ou encore des
changements dans les modes d’organisation sociale du loisir (modification de la
structure des interventions politiques locales), des transformations dans l’économie
globale américaine, ou encore d’un changement important des conceptions et des
idéologies dominantes. Pour l’instant, je ne crois pas que quiconque soit en mesure
de faire état ne fut-ce que de « tendances ».
Il y a bien quelques « nouveaux » philosophes qui jouent à ce jeu, mais leurs
rationalisations portent en fait sur une surenchère du discours professionnel, dans ses
aspects les plus normatifs (on a droit à une philosophie « globale » du jeu, de la
liberté, de l’individualité ou du bonheur total40). Il y a bien quelques économistes,
mais ils en sont encore à l’étude de la réduction de la semaine de travail, ou des
facteurs socio-économiques susceptibles d’influencer les activités de loisir. Il y a
bien quelques sociologues, mais ils n’ont pas de perspective historique. Et il n’y a
pas de véritables historiens américains du loisir.
Peut-être peut-on parler de « problématique bloquée ». Un des facteurs
importants me semble celui du quasi-monopole des professionnels américains du
loisir tant sur la formation, la recherche que les écrits. En vertu du discours qui est le
leur — même s’il ne faut certes pas exagérer l’unanimité dont il est l’objet — de tels
acteurs ont bien entendu tendance à reproduire à satiété dans leurs activités
quotidiennes et leurs travaux, les orientations de base de la problématique du loisir
dont ils sont porteurs. Cela constitue à mon sens un important obstacle
épistémologique, et dont il sera fait état dans la deuxième partie de cet essai.
Dans un tel contexte, la recherche en matière de loisir, aux États-Unis, est
écartelée entre deux des grandes tendances historiques qui viennent d’être décrites :
d’une part, il y a ceux qui veulent faire œuvre de science spécifiquement intéressée à
la question du loisir (sociologie, philosophie, économie du loisir, etc.) : or, en ce
domaine, l’absence de tradition proprement disciplinaire a régulièrement mené à
reprendre à son compte les définitions et approches normatives véhiculées par
l’idéologie professionnelle américaine. Je n’hésite pas à soutenir que telle est la
situation actuelle, dans la majorité des travaux, et que cela ne peut que contribuer à
la marginalité, voire à l’exclusion, des sociologues du loisir de la communauté des
sociologues, et de même pour les psychologues ou les économistes.

40. Voir par exemple, James F. MURPHY.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES ÉTATS-UNIS 123

D’autre part, existe la possibilité de faire appel à la problématique de la


culture de masse, pour procéder à l’étude du loisir ; or en ce cas, il est notoire que
l’on retrouve surtout des approches péjoratives, moralistes, ou hétéroclites à souhait,
et qu’ainsi le loisir ne peut y apparaître que de manière négative, voire se dissoudre
progressivement.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
CHAPITRE 3

TEMPS SOCIAUX,
ÉDUCATION POPULAIRE ET IDÉOLOGIES
DE LA CULTURE EN FRANCE

Il n’est pas difficile de concevoir que la formation puis l’articulation du loisir, à


l’intérieur de la société française, sont fort différentes de ce qui s’est produit aux
États-Unis et en Angleterre, et ce, par rapport au processus historique d’ensemble,
aux enjeux et aux conceptions. À vrai dire, les perspectives historiques stéréotypées
masquent les diversités culturelles, les enjeux économiques, la très grande
complexité du processus de formation du loisir moderne ; de plus il y a des
différences profondes selon les sociétés, et s’il y a parfois des transformations
sociales analogues, il n’y a pas telle chose qu’un cheminement identique vers une
« civilisation du loisir », non plus qu’on ne peut, sans déformer grossièrement
l’histoire, recouvrir sous un seul titre l’extraordinaire, l’étonnante trame sociale et
culturelle d’où sont surgies les formes modernes du loisir.
Tel est le cas pour la France contemporaine dans sa spécificité. Encore une
fois surgit la délicate question du choix du moment historique de départ. Tout
comme dans l’étude des sociétés américaine et anglaise, on peut d’abord rappeler
l’actuelle hypothèse majeure de la sociologie du loisir qui est celle de la spécificité
contemporaine du loisir moderne, au niveau des significations, des enjeux et des
acteurs eux-mêmes. Nous chercherons donc dans la période moderne (XVIIIe et
XIXe siècles) les traces de son émergence. De plus, à l’examen des données
actuellement disponibles, deux observations majeures peuvent servir de balises. La
première est celle de la rupture qu’introduit la Révolution française, dans l’histoire
de la France moderne, quant aux conceptions de la vie civile, au rôle de l’État, etc. ;
certains traits de la problématique du loisir en sont issus, particulièrement en ce qui
concerne les origines du mouvement d’éducation populaire.
La seconde observation est celle de l’importance décisive du XIXe siècle ; à
cet égard on peut rappeler que l’ainsi-nommée « révolution industrielle » date, pour
la France, des débuts du XIXe siècle.
Le secteur industriel est le seul à propos duquel on puisse dire avec certitude
qu’une routine est rompue, qu’un progrès qualitatif et quantitatif est recon-

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
126 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

naissable dans les années 1800-1815. Certes, la notion d’un saut brusque dans l’âge
industriel, à supposer qu’elle ait une valeur pour quelques pays, n’en a aucune dans le
cas de la France. La croissance industrielle y apparaît lente et entrecoupée. Cependant
il est incontestable que la période napoléonienne coïncide avec la définition d’un
ensemble de conditions économiques nouvelles, ainsi qu’avec une modernisation
décisive de quelques branches de l’industrie, en sorte que si l’on voulait absolument
assigner un point de départ au processus de la révolution industrielle dans notre pays,
ce serait assurément dans les premières années du XIXe siècle, et non pas avant 1789,
ni non plus nettement après 1815, qu’il conviendrait de le fixer1.
La période révolutionnaire passée, l’ère napoléonienne est celle d’une
certaine stabilisation politique et monétaire, de consolidation nationale (par le code
civil, par exemple ; le blocus continental, allié à un protectionnisme rigoureux,
« facilitèrent sinon un véritable démarrage industriel, du moins un essor certain de
la production », assorti de la crise de 1811 et de la défaite2.
Ces remarques préliminaires, qui seront étayées par la suite, autorisent le
chercheur à entreprendre sa démarche depuis une période historique qui va de la
révolution de 1789 aux premiers moments d’industrialisation de la France moderne.
Pour ce qui est de la Révolution française, son analyse déborderait largement
le cadre de ce chapitre3. Qu’il suffise de mentionner que c’est moins la question
du travail que celle de la propriété privée qui a constitué l’un des enjeux
économiques de cet événement majeur (Soboul, 1981, p. 109), témoin la loi de
Le Chapelier, votée en 1791 qui interdit « corporations » et grèves, ou encore
le vocabulaire de l’époque qui fait référence au « peuple », aux « sans-culottes »,
et bien sûr la Déclaration des droits de l’homme (dans laquelle la propriété
est décrite comme un droit naturel et imprescriptible). À travers les crises
sociales, les guerres, les catastrophes monétaires, s’est cependant dessiné un
libéralisme économique dont une grande partie du XIXe siècle fut teinté ; de plus
la réforme agraire (vente des biens nationaux, abolition de la féodalité) a favorisé
le passage d’une économie de subsistance à une économie de marché.
Révolution menée par la bourgeoisie commerçante et industrielle parvenue au

1. Dans Nouvelle histoire de la France moderne, Éd. du Seuil, 1972, t. 4, (par Louis Bergeron), p. 194.
2. Albert SOBOUL, Histoire économique et sociale de la France, vol. 3-1, 1976, p. 105.
3. Le texte d’Albert SOBOUL, op. cit., 3-1, 1976, 3-64, constitue une excellente synthèse ; voir aussi
SOBOUL, 1981.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 127

pouvoir en s’appuyant sur le « peuple » et les paysans contre l’aristocratie foncière,


tout cela a influencé, de manière indirecte, les conditions mêmes selon lesquelles
apparurent les débuts de l’industrialisation, de même que les modalités de définition
des rapports de travail.
De plus, la Révolution française se situe dans la foulée du siècle des
« lumières », de la « raison », d’une part, et des écrits de Rousseau sur la réforme de
la société civile, d’autre part ; la conséquence en fut cette impulsion donnée aux
idées de démocratie, d’accès pour tous à « l’instruction », et c’est en ce sens qu’on
peut dater de la fin du XVIIIe siècle les débuts de cette problématique de l’éducation
populaire, qui constitue l’un des axes majeurs d’interprétation et de compréhension
du loisir en France. Dès 1792, le rapport de Condorcet jette les bases d’une pensée
sur l’éducation qui marque l’histoire du mouvement d’éducation populaire aux
XIXe et XXe siècles en France. Les études sur l’alphabétisation ont mis en lumière la
« pensée révolutionnaire » observable en France, particulièrement en ce qui
concerne le nord du pays (FURET et OZOUF, 1977).
Il faut encore noter la transformation des rapports du religieux et du
politique : confiscation des biens appartenant au clergé, il va sans dire, mais aussi
création de cultes révolutionnaires et patriotiques (martyrs de la révolution, statue de
la Liberté, etc.) et tentatives répétées pour redéfinir la fête populaire (OZOUF, 1976) ;
à ce dernier sujet, d’ailleurs, il s’agissait de transformer les finalités de la fête, de
lui donner des fonctions de célébration des événements politiques récents,
d’intégration et d’ordre social, etc. ; il semble que ce fut un échec, mais l’une des
conséquences majeures fut certes l’éclatement de la fête traditionnelle dans un
mouvement de sécularisation, de « laïcisation », de passage de la fête religieuse à la
fête civile, et de folklorisation de la fête ancienne (VOYELLE, 1976). Tout ceci
s’inscrit dans un processus plus général, et profond, de sécularisation de la vie
culturelle et sociale. L’apogée du carnaval saisonnier, au début du XIXe siècle, se
situe à l’époque des « premiers ébranlements de la piété traditionnelle » ; l’essor des
clubs bourgeois appelés « cercles », ou populaires (telles les « chambrées ») devient
le signe manifeste de nouvelles formes de solidarité et de contrôle social (voir
AGULHON, 1979).

1. LES ENJEUX POUR LE TEMPS HORS TRAVAIL AUX XIXe et


XXe SIÈCLES EN FRANCE
Pour les fins de ce chapitre, quatre périodes caractéristiques peuvent être
dégagées, et elles ont toutes trait à l’histoire économique et politique de la France, et
à ses conséquences principales sur la population ouvrière, particulièrement en termes
de conditions de travail : 1) la première moitié du XIXe siècle, qui voit
les débuts de l’industrialisation, la naissance du socialisme utopique, les premières
manifestations ouvrières ; 2) de la révolution de 1848 à la décennie de 1870,

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
128 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

marquée par la concentration capitaliste, l’essor de la grande industrie, l’ébauche du


mouvement ouvrier ; 3) le gouvernement de la IIIe République, à partir des années
1870, marquant le début des véritables législations en matière d’amélioration des
conditions de travail, et d’éducation ; 4) et enfin l’apogée historique du Front
populaire.
La « première industrialisation » date en France de la période 1800-1815, à la
faveur de la stabilisation sociale, des réformes civiles (tel le code civil en 1804), des
guerres napoléonniennes, le tout entrecoupé de crises industrielles et agricoles, ainsi
que de déflation. C’est d’abord dans l’industrie du coton que la mécanisation est
introduite, puis dans d’autres industries du textile, dans l’industrie chimique et dans
la métallurgie. Apparaissent alors des déséquilibres régionaux, des juxtapositions
d’économies agricoles et locales, une percée technologique différente selon les
secteurs, typiques des débuts de toute industrialisation.
On assiste à une détérioration indéniable des conditions de vie, particu-
lièrement celles de la population urbaine. L’avènement d’un « monde du travail
urbain » constitue l’une des mutations fondamentales de la société française du
XIXe siècle ; la croissance du prolétariat des usines, qui s’accélère après 1830,
s’alimente généralement, comme en Angleterre, de main-d’œuvre locale ou de
migrations de faible distance. La durée des heures de travail, classiquement, tend à
s’allonger avec l’industrialisation. Avant 1848, on considère que la journée de
quatorze heures est courante, celle de quinze heures n’est pas exceptionnelle, pour
hommes, femmes et enfants. On observe encore, dans la même lancée, l’imposition
d’horaires stricts de travail (parallèlement à la persistance d’un système parfois
irrégulier de travail, tel le libertinage du lundi, dont témoigne Villermé).
L’asservissement des ouvriers est presque total. L’existence d’amendes et de
brimades, l’obligation d’un « livret », mettent l’ouvrier dans la dépendance de
l’employeur avec la complicité des pouvoirs publics. Les conditions d’existence
elles-mêmes ont fait l’objet de descriptions multiples.
Les seuls ateliers de Mulhouse comptaient, en 1835, plus de 5 000 ouvriers (...). Ces
ouvriers (...) se composent principalement de pauvres familles chargées d’enfant en
bas âge et venues de tous côtés ... pour louer leurs bras aux manufactures. Il faut les
voir arriver chaque matin en ville et en partir chaque soir. Il y a, parmi eux, une
multitude de femmes pâles, maigres, marchant pieds nus, au milieu de la boue, et qui,
faute de parapluie, portent renversé sur la tête, lorsqu’il pleut, leur tablier ou leur
jupon de dessus, pour se préserver la figure et le cou, et un nombre encore plus
considérable de jeunes enfants non moins sales, non moins hâves, couverts de
haillons tout gras de l’huile des métiers, tombée sur eux pendant qu’ils travaillent ;
(...) ils portent à la main ou cachent sous leur veste, ou comme ils le peuvent, le
morceau de pain qui doit les nourrir jusqu’à l’heure de la rentrée à la maison
(Témoignagne de VILLERME ; rééd. 1971, pp. 48-49).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 129

En dépit des interdits du libéralisme économique d’alors notamment sur le


droit d’association, les grèves, quoique illégales et parfois durement réprimées,
deviennent une forme de lutte fréquente : une première vague, en 1817, fut suivie
d’une autre plus importante dans la décennie de 1830, la plupart du temps grèves
locales de la part d’ouvriers de métier (cordonniers, maçons et boulangers, comme
Maurice Agulhon en donne l’exemple dans le cas de Doyon). On assiste également
à quelques actes de destruction de machines, à la manière des Luddites anglais4.
Les organisations philanthropiques ou de type scientifique, d’origine
bourgeoise, qui se préoccupent de « l’état physique et moral des ouvriers », sont
sensibles à leur manière aux dures conditions de vie (les travaux de Villermé, par
exemple, mènent à la timide loi de 1841 sur l’abolition du travail des enfants de
moins de 8 ans) révèlent au public l’étendue de la détresse, tout en maintenant un
ton moralisateur qui concentre une partie de l’attention sur l’ivrognerie, les licences
sexuelles, et plus généralement les « mœurs et principes moraux ».
L’insurrection ouvrière de 1848, même brève et écrasée avec armes et
baïonnettes, révèle l’importance grandissante des conflits de classe dont
l’industrialisation était porteuse. Certaines revendications ouvrières trouvent pour
un temps leur expression. Ainsi les décrets de mars 1848 du gouvernement
provisoire établissent la liberté d’association et de presse, et fixent à dix heures à
Paris (onze heures en province), la journée de travail. « Un travail manuel trop
prolongé, non seulement ruine la santé du travailleur, mais encore, en l’empêchant
de cultiver son intelligence, porte atteinte à la dignité de l’homme » (extrait d’un
considérant du décret du 2 mars5 ). (Dès septembre, ce décret fut révoqué.)
Autour des années 1850, l’industrialisation s’est raffermie, et une sorte de
seconde phase est déjà amorcée. Le progrès technique se diffuse dans d’autres
secteurs (telle la sidérurgie ; c’est le triomphe de la machine à vapeur, la concen-
tration des industries dans le textile et les mines, en particulier), mène aux grandes
entreprises intégrées employant plusieurs centaines d’ouvriers et d’ouvrières. C’est
l’ère des chemins de fer, dont l’importance des investissements requis suppose déjà
la formation du grand capital, et qui fut un élément important dans le quadrillage et
le contrôle de l’espace national, par-delà les diversités régionales. Bref, les cartels
modernes, le capital industriel, trouvent dans la période 1840-1870 leur phase
décisive de formation ; les limitations structurelles propres à l’essor du capitalisme
ont rompu les équilibres anciens.
L’écrasement de l’insurrection de 1848 n’empêche pas la naissance du
mouvement ouvrier français. Le traumatisme passé, les conflits sociaux prennent

4. Nous suivons ici SOBOUL, op. cit., vol. 3-1, 1976, chap. II, et vol. 3-2, 1976, 769 p.
5. Cité par SOBOUL, op. cit., vol. 3-2, p. 793.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
130 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

de l’ampleur ; le nombre de grèves est en progression constante dans la décennie de


1860, les ouvriers s’organisent sous forme de sociétés diverses, on assiste à une
conscience de plus en plus vive des intérêts ouvriers. La Commune de Paris, en
1871, témoigne de cette maturation du mouvement ouvrier, et, bien qu’écrasée à son
tour, elle prélude aux premiers syndicats et partis ouvriers, sous la IIIe République.
À partir de 1870, sous le gouvernement de la IIIe République, s’amorcent les
premières mesures favorables aux travailleurs, dont l’abolition en 1884 de
l’interdiction du droit d’association ; les conditions de travail s’améliorent ; la durée
de la journée de travail, encore élevée, tend à se stabiliser, prélude à des premières
réductions, même s’il fallut attendre jusqu’en 1900 l’établissement progressif de la
journée de dix heures ; le travail des enfants est de plus en plus réglementé, mais ne
disparut que dans le premier tiers du XXe siècle. C’est déjà l’époque des congrès
ouvriers, des organisations syndicales, de la fondation d’un parti ouvrier (1880).
Ainsi, la classe ouvrière française a mis plus d’un siècle pour se définir
d’abord, lutter contre l’oppression économique ou politique, s’organiser. Au
tournant du XXe siècle, elle n’a pas encore obtenu l’abolition du travail des enfants,
souvent le premier signe de changements à venir dans l’amélioration des conditions
de travail. La journée de travail est encore de dix à douze heures, six jours par
semaine.
Dans un tel contexte, la préhistoire du loisir moderne en France, s’apparente à
une longue conquête épuisante sur le temps, de la part de la classe ouvrière elle-
même. Les revendications pour la réduction des heures de travail sont constantes,
malgré l’âpreté des conflits ; Michelle Perrot (1974), a souligné la « place
particulière, contradictoire et ambiguë » des enjeux du temps de travail, dans le
dernier tiers du XIXe siècle. Il s’agit d’une demande assurément secondaire,
quantitativement, par rapport à celle de l’augmentation des salaires, mais c’est un
phénomène rarement isolé et jalonnant l’ensemble du mouvement des grèves. Les
actions liées à la réduction du temps de travail sont offensives (plutôt que défensives
ou de seule « résistance ») ; autre caractéristique : elles s’expriment fortement, et ont
une portée générale explicite ; « filles de l’organisation, ces grèves sont
scriptunaires, générations d’écrit. Ici le texte règne, et la pétition adressée aux
pouvoirs publics ou à l’Assemblée nationale » (p. 288). L’argumentation fait
référence aux conditions de travail excessives dont on veut se libérer en partie,
auxquelles on veut échapper. Pour certaines catégories d’ouvriers déjà plus
favorisées, la journée de dix heures et une porte ouverte à l’éducation, au loisir
et à la culture. Pour la majorité, est encore revendiqué le droit à une vie familiale
décente. À noter que la demande de vacances annuelles n’apparaît « nulle part,
rêve trop lointain pour être même formulé » (p. 293) ; ce qui est présent, dans
la ligne des revendications en matière du temps de travail, c’est d’abord une
journée plus courte, puis, « timidement », le congé du samedi

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 131

après-midi6. La classe ouvrière a dû se battre durement pour bénéficier de temps


hors travail qui ne soit pas uniquement temps de récupération physique, ou repos
dominical. À part quelques exceptions notables (dont Lafargue), le XIXe siècle
français n’est pas témoin de réflexion théorique sur le loisir mais de luttes sociales.
Il s’agit d’un mouvement historique qui a précédé la naissance d’une pensée
articulée (voir tableau 4).

Paul Lafargue
Le seul véritable penseur du loisir auquel on peut vraiment référer au
XIXe siècle, est Paul Lafargue. Son ouvrage, Le droit à la paresse, paraît d’abord
sous forme d’articles, en 18807, c’est-à-dire au moment des premiers acquis,
pourrait-on dire, des luttes ouvrières, de l’organisation syndicale, et du
développement de la pensée révolutionnaire. Dans un style pamphlétaire, il présente
peu d’analyse serrée ou descriptive, il dénonce plutôt sous forme d’ironie ou
d’appels utopiques, les conditions de travail de la classe ouvrière et son aliénation.
Lafargue parle d’abord de « dogme du travail », de « passion pour le travail »
résultat d’un « endoctrinement » dont les ouvriers sont les seules victimes. Cette
idéologie capitaliste du travail sacré, occulte des conditions de vie qui sont décrites
en termes de travail forcé, d’incarcération, de « maisons idéales de correction » ;
Lafargue évoque les tortures de la faim, l’épuisement. Une partie de son pamphlet
est consacrée à la dénonciation virulente, dans le style de Marx lui-même, de
l’exploitation ouvrière au XIXe siècle.
Or, les conséquences d’une telle situation de surtravail aliénant sont la
surproduction cyclique, le chômage, et « la banqueroute inexorable ». Sur le plan
des classes sociales, « ce qui suit la surproduction », c’est la formation d’une classe
capitaliste, « condamnée à la paresse et à la jouissance forcée, à l’improductivité et à
la surconsommation ». Dans ce style qui ne manque pas de rappeler Veblen,
Lafargue décrit alors la vie indolente et les mœurs du bourgeois ; il ajoute d’ailleurs
que « pour remplir sa double fonction sociale de non-producteur et de
surconsommateur », il lui faut compter sur l’ensemble des travailleurs domestiques,
« classe nombreuse des malheureux voués exclusivement à la satisfaction des goûts
dispendieux et futiles ».
Quelles sont donc les solutions que préconise Lafargue ? Elles semblent de
deux ordres. En premier lieu, ce que nous appellerions maintenant le partage du
temps de travail et son étalement ; pour contrer le chômage, le surmenage,

6. Voir Michelle PERROT, 1974, p. 293, pour une représentation des argumentations des ouvriers en grève,
pendant les années 1871-1890.
7. L’édition à laquelle nous référons est celle de Maspéro, 1977, avec une nouvelle présentation de Maurice
DOMMANGET.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
132 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

l’abrutissement, l’inculture dont est synonyme le surtravail, il n’y a qu’à distribuer le


temps différemment.
Puisque le vice du travail est diaboliquement chevillé dans le coeur des ouvriers ;
puisque ses exigences étouffent tous les autres instincts de la nature ; puisque la
quantité de travail requise par la société est forcément limitée par la consommation et
par l’abondance de la matière première, pourquoi dévorer en six mois le travail de
toute l’année ? Pourquoi le distribuer uniformément sur les douze mois et forcer tout
ouvrier à se contenter de six ou de cinq heures par jour, pendant l’année, au lieu de
prendre des indigestions de douze heures pendant six mois ? (éd. 1977, pp. 141-142).
En deuxième lieu, une mesure qu’évoque Lafargue est la consommation par
les ouvriers des biens produits, au lieu de les exporter pour qu’ils trouvent preneur,
ou de les laisser entre les seules mains des capitalistes. À cet égard, il est écrit qu’il
faudra obliger les ouvriers à consommer leurs produits, et à « développer infiniment
(leurs) capacités consommatrices ». C’est à ce sujet que la pensée utopique de
Lafargue est la plus affirmée ; il se plaît à évoquer la vie indolente de réjouissances
qui résulterait de l’introduction des mesures qu’il évoque : pain, viande et bon vin
pour tous, mise au pas des grands capitalistes, fin de la discorde, « dure et longue
vengeance » contre les moralistes « qui ont perverti l’humaine nature ».
En régime de paresse, pour tuer le temps qui nous tue seconde par seconde, il y aura
des spectacles et des représentations théâtrales toujours et toujours (ibid., p. 147).

*
* *

TABLEAU 4
Chronologie de quelques événements historiques se rapportant
à la réduction des heures de travail, en France

1791 Loi Le Chapelier interdisant les associations


1841 Le travail des enfants au-dessous de 8 ans est interdit ; il est limité à 8 heures par jour
jusqu’à 11 ans et à 12 heures, de 12 à 16 ans (s’applique aux entreprises de plus de
20 ouvriers)
1848 Le décret du 2 mars du Gouvernement provisoire établit la journée de travail à
10 heures à Paris et à 11 heures en province. Liberté d’association et liberté de presse
sont proclamées les jours suivants. Le décret sera révoqué par la Constituante, qui, le
9 septembre, établit à 12 heures la journée de travail pour les entreprises de plus de
20 personnes
(suite page suivante)

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 133

1850 Règle générale, sous le Second Empire, la journée de travail est de 11 heures à
Paris et de 12 en province
1851 Un décret exempte un grand nombre d’entreprises de la journée de 12 heures
1864 Des ouvriers parisiens obtiennent la journée de 10 heures
1874 La loi du 19 mai interdit l’emploi des enfants de moins de 12 ans, le travail de
nuit pour les filles mineures et les garçons de moins de 16 ans ; établit un
maximum de 12 heures de travail par jour
1880 À son congrès du Havre, la Fédération du Parti des travailleurs socialistes de
France, fondée en 1879, adopte un programme qui réclame la journée de huit
heures et une journée de repos par semaine
1884 La loi de Waldeck-Rousseau sur les syndicats professionnels abroge la loi contre
les associations, et permet la formation de groupements ouvriers
1890 1er mai, manifestation ouvrière pour la journée de 8 heures
1892 Loi du 2 novembre
Le travail de nuit est interdit pour les femmes et les enfants ; le travail des
enfants de 13 ans (12 ans pour ceux qui détiennent un certificat d’études
primaires) est permis. Maximum de 10 heures par jour pour les enfants de moins
de 16 ans, et de 11 heures pour les femmes et les enfants de 16 à 18 ans
1900 Le 30 mars, une loi établit que, d’ici 1904, la journée de travail sera de 10 heures
par jour, et la semaine de 60 heures, pour les établissements employant des
femmes et des enfants
1906 1er mai : manifestation ouvrière pour la journée de 8 heures 13 juillet : loi
instituant le repos hebdomadaire obligatoire
1919 La loi du 23 avril autorise la journée de 8 heures de travail par jour, avec
possibilité d’instaurer la semaine de 48 heures
1936 Législation du Front populaire en juin : 8 heures par jour ; 15 jours/année de
congés payés ; semaine de quarante heures pour les établissements commerciaux
et industriels
1946 La limite maximum d’heures de travail par semaine est établie à 60 heures
(durée légale de 40 heures, avec possibilité de 20 heures supplémentaires)
1956 18 jours de congés payés par année (loi du 20 juin)
1962 Un accord avec la régie Renault marque le départ de l’établissement des
4 semaines de congés annuels
1966 La durée hebdomadaire maximale du travail (calculée sur 12 semaines) est
établie en moyenne à 54 heures (en 1971 : 50 heures ; en 1975 : 48 ; en 1979 :
46)
1969 Loi du 16 mai portant à 4 semaines la durée minimum des congés payés annuels
1982 Ordonnance du 13 janvier réduisant à 39 heures la durée hebdomadaire légale du
travail
Ordonnance du 27 janvier prévoyant la généralisation d’une 5e semaine de
congés annuels payés

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
134 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Le pamphlet de Lafargue, dans la grande tradition des utopistes français


(Saint-Simon, Fourier, etc.), témoigne qu’à ses premiers moments de représentation
collective, le loisir ne peut être pensé que sous forme d’idéal inaccessible, de
contrepartie radicale et sans issue par rapport aux conditions socio-économiques
existantes. Le rêve implicite d’une vie de repos, de fête, de consommation, de
culture même est exprimé sous forme d’un appel délibérément outrancier à la
paresse, « mère des arts et des nobles vertus » ! Bref, le loisir apparaît d’abord dans
la formation de la pensée sociale au XIXe siècle, en France, sous forme d’utopie.
Si Lafargue témoigne aussi que le loisir reste encore à conquérir par la classe
ouvrière, si son utopie constitue une façon d’appeler des jours meilleurs dont on
entrevoit à peine la réalisation, on a déjà l’expression et la perception d’un temps
hors travail, dont l’utilisation même du terme loisir, à cette époque, est certes le
signe. On peut dire que dans les dernières décennies du XIXe siècle, et le mot et la
chose ont pris corps dans la société française et commencent à être l’objet d’un
discours plus ou moins net. L’histoire des luttes sociales en faveur d’une plus grande
marge de temps hors travail n’a pas encore donné lieu à des conquêtes d’envergure,
mais elle a déjà mené à la formation de revendications précises (v.g. la demande de
la journée de huit heures, dès les années 1880), et à l’expression de demandes
d’ordre culturel. Il faut noter à ce sujet que la représentation du loisir au XIXe siècle,
semble peu souvent associée à des revendications directes, mais est plutôt approchée
par le biais de critiques sociales — ainsi les conditions de vie des ouvriers — ou par
la discussion des problèmes économiques — tel le chômage. À cet égard, il est
indéniable que c’est à travers le chômage, les crises économiques et les luttes
ouvrières, notamment, qu’elle émerge progressivement en France, au
XIXe siècle.
On peut dire aussi que Lafargue témoigne déjà d’un modèle de représentation
historique du loisir moderne, celui du « machinisme industriel » : c’est par des
transformations technologiques du travail qu’on réduit l’asservissement de l’ouvrier
et qu’on libère plus de temps pour la culture et le loisir. L’utopie de Lafargue fait
appel au développement industriel et à l’augmentation de la productivité pour la
transformation des modes de vie, représentation qui connaîtra ses heures de gloire au
XXe siècle. Il écrit :
... la machine est le rédempteur de l’humanité, le Dieu qui rachètera l’homme des
sordidæ artes et du travail salarié, le Dieu qui donnera des loisirs et de la liberté
(ibid., p. 153).
En plus d’être abordé de manière indirecte à ses débuts, pourrait-on dire, le
loisir est déjà pensé, dès l’époque de Lafargue comme le produit de changements
technologiques, comme la résultante du progrès industriel.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 135

L’apogée du Front populaire en 1936


Le tournant du siècle marque sans conteste l’accélération de la marche
ouvrière vers des conditions de vie meilleures. Retenons qu’en 1890, le 1er mai, une
manifestation ouvrière revendique la journée de huit heures ; que, l’année suivante,
une législation plus sévère est introduite au sujet du travail des enfants ; qu’en 1900,
la journée de dix heures est progressivement introduite et qu’après la Première
Guerre mondiale, la journée de huit heures est établie. Au sujet du mouvement
ouvrier, il faut encore rappeler la fondation du Parti ouvrier français, en 1892, sous
l’égide de Jules Guesde, celle de la Confédération générale du travail, en 1895, celle
du Parti socialiste (Section française de l’Internationale ouvrière) en 1905.
La guerre de 1914-1918 provoqua une rupture sans doute majeure dans la
société française, non seulement à cause des pertes de vies humaines
(approximativement 2 500 000) et de leurs conséquences sur la pyramide des âges,
la pénurie de main-d’œuvre, etc., mais encore à cause de la dévastation, de la
reconstruction à faire. Cette guerre fut également l’occasion de mouvements
migratoires résultant de la mobilisation, de l’arrivée massive de réfugiés, du passage
des armées alliées, de la venue de travailleurs étrangers, au point que la culture
française en fut profondément bouleversée. D’ailleurs, l’après-guerre a été témoin
d’une immigration massive, à tel point que pour un temps la France fut le deuxième
pays d’immigration, après les États-Unis.
Ce fut l’époque de la Révolution russe, de la 3e Internationale en 1920. Le
surréalisme connut son apogée.
L’après-guerre constitua également l’époque d’une certaine prospérité,
marquée par des investissements massifs, un taux de développement industriel
parmi les plus élevés de l’Europe, l’envergure de nouveaux secteurs d’activité
économique, métallurgie, chimie, production automobile, notamment, avec la
nouvelle répartition du marché du travail qui en résulta8.
Tout cela ne dura qu’un temps, à l’aube de la crise économique des années
1930, de la montée du fascisme et du nazisme en Europe. En dépit des difficultés
de l’heure, d’un mouvement ouvrier profondément divisé, de la chute du
militantisme après une vague importante de grèves un regroupement politique
s’amorça autour de 1920. En 1934, une manifestation des forces de droite
(allant jusqu’à l’assaut du parlement) créa tout un émoi dans la gauche qui
organisa une grande manifestation suivie d’une grève générale. À la suite d’un
changement dans la ligne du Parti communiste (à l’instigation de Moscou) — il faut
se rappeler le schisme de la gauche lors de la 3e Internationale — un pacte, puis

8. Pour une analyse détaillée de cette période, on se reportera pour un premier aperçu, à la rubrique du
« Front populaire » de la bibliographie. Voir également SOBOUL, op. cit., 4-2, 1980.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
136 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

une plateforme d’action commune sont établis entre le Parti communiste et le Parti
socialiste, menant, au début de 1936, à un « Rassemblement populaire » de la
plupart des mouvements de gauche. Au second tour, le 3 mai 1936, le Front
populaire remporta la victoire. Léon Blum forma le gouvernement.
La victoire électorale du Front populaire est presque immédiatement suivie
d’une vague de grèves (près de deux millions d’ouvriers sont concernés, neuf mille
occupations d’usines).
Des négociations avec le patronat, aboutissent finalement à l’accord de
Matignon, au début de juin, complété de législations sociales historiques. La suite de
ces événements est résumée au tableau 5.

L’idéologie du Front populaire en matière de loisir


Peu de textes, directement issus de l’œuvre du Front populaire, traitent
directement du loisir. Quelques sources permettent cependant de reconstituer la toile
de fond d’une idéologie dont l’influence sera pourtant loin d’être négligeable après
la Deuxième Guerre mondiale9.
Rappelons tout d’abord l’importance du contexte économique d’alors : la
crise n’est pas encore terminée, le taux de chômage est important. L’effort principal
du gouvernement de Léon Blum consiste à tenter de résorber le chômage, à relancer
l’économie, et à obtenir la paix sociale. Sur le plan culturel, les universités
populaires ont fait long feu et provoquent l’essor d’un mouvement d’éducation
populaire. Les milieux ouvriers commencent à se préoccuper de cette question ; des
ciné-clubs, des auberges de jeunesse sont déjà créées, et le Parti communiste
développe son idéologie de la « culture prolétarienne »10. Le gouvernement du Front
populaire, pour sa part, populiste, ouvriériste, ira nettement dans la voie d’une
idéologie libérale, de l’intervention du pouvoir politique en matière d’économie et
de culture.

9. II n’existe pas, à notre connaissance, d’analyse systématique de contenu, sur cette question. Il faut
cependant mentionner quelques pages de Pierre GAUDIBERT, 1977, traitant des idéologies de la culture
à l’époque du Front populaire (pp. 68-82). Pour l’analyse qui va suivre, nous avons procédé au
dépouillement du contenu des ouvrages suivants : textes d’époque, de Léon BLUM, cités en
bibliographie ; Plateforme d’action commune des partis socialistes et communistes (23 sept. 1935) et
programme du Rassemblement populaire (janvier 1936) ; aux annexes 2 et 3 de l’ouvrage de
DELPERRIE de BAYAC, 1972 ; ainsi qu’aux pages 223-229 du volume 4, 1ère partie, des Œuvres de
Léon BLUM.
10. Voir GAUDIBERT, 1972, p. 68 ss.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 137

TABLEAU 5

Sommaire de l’accord de Matignon et des législations sociales


du Front populaire, en 1936

1. Mesures syndicales
• Consécration du principe des accords collectifs (accord de Matignon, art. 1 ; loi du
24 juin 1936)
• Institution de « délégués ouvriers », « pour présenter à la direction les réclamations
individuelles » (art. 5)

2. Mesures économiques
• Relèvement des salaires en moyenne de 12 % (art. 4)
• Plan de grands travaux pour lutter contre le chômage (loi du 18 août 1936)
• Réforme du statut de la banque (30 juillet)
• Création de l’Office du blé (15 août)

3. Conditions de travail
• Instauration de la semaine de 40 heures, sans diminution de salaire (loi du 21 juin)
• Institution d’un congé annuel payé de 15 jours, dont 12 jours ouvrables, (après un an
de présence dans l’usine (loi du 20 juin)

4. Mesures sociales
• Prolongation à 14 ans de la scolarité obligatoire (6 août)
• Amnistie générale (12 août)

5. Loisirs
• Création d’un sous-secrétariat d’État à l’organisation des sports et des loisirs, dont le
titulaire est Léo Lagrange
• Implantation d’installations sportives (253 projets en chantier en 1936-1937)
• Création d’un « brevet sportif populaire », obtenu par la réussite de quelques
épreuves sportives, (1937)
• Accroissement du nombre d’auberges de jeunesse
• Création d’un « billet populaire de congé annuel » accordant des réductions sur les
billets de trains pouvant aller jusqu’à 60 % du prix régulier (juillet 1936)
• Encouragement à la création de « Clubs des loisirs », sous la responsabilité des
travailleurs et des syndicats
• Préoccupations pour le camping

Sources : Texte de l’accord de Matignon, dans DANOS et GIBELIN, 1972, tome 1, pp. 81-83 ; Idem,
tome 2, pp. 86 ss. ; DELPERRIÉ de BAYAC, 1972, pp. 255 ss. ; RAUDE et PROUTEAU, 1950,
pp. 95 ss.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
138 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

C’est ainsi qu’après avoir répudié les arguments déflationnistes du patronat et


de la droite française, Léon Blum écrit que pour résorber le chômage, deux séries de
mesures ont été prises : 1) un train de législations sociales, dont la semaine de
quarante heures, la prolongation de la scolarité obligatoire, et même la retraite
anticipée, lesquelles ont pour effet de diminuer la main-d’œuvre active et de répartir
sur un plus grand nombre d’ouvriers les charges de travail ; 2) une politique de
grands travaux publics « pour provoquer le démarrage économique »11.
C’est dans un tel contexte que doit être située l’idéologie du loisir du Front
populaire. Par le biais d’une réflexion qui prend acte des conséquences du
« machinisme » sur les conditions du travail moderne, puis de la réduction des
heures de travail et de l’avènement des congés payés, grâce au Front populaire,
souligne-t-on, un sérieux problème de loisirs s’est posé. Tout d’abord le machinisme
(« c’est-à-dire l’application de la science à la conquête des forces naturelles »12) « a
véritablement volé un autre monde, c’est-à-dire d’autres façons de vivre, d’autres
usages, d’autres besoins », écrit Blum13. L’impact de ce nouveau monde industriel
est nettement perçu comme ambivalent : améliorer les conditions de vie, ou encore
dégrader l’humanité tout entière.
Les conditions de travail moderne qui tendent à éliminer l’effet proprement physique
au profit des gestes automatiques, le développement continu des moyens de transports
mécaniques, la passivité croissante de la vie quotidienne, l’augmentation des heures
de loisirs, inemployés ou mal employés, sont de nature, s’ils n’ont pas une
contrepartie active, à provoquer une nette dégénérescence de l’être humain » (Léo
LAGRANGE14).
Tel est en partie ce « problème » du loisir : contrer les effets négatifs de
l’industrialisation, contribuer au développement social, culturel, et même moral, de
la nation.
Pour ce faire, le libéralisme idéologique commande qu’on soit « opposé à
une politique de loisirs dirigés »15, et qu’on mette plutôt l’accent sur les principales
fonctions suivantes attribuées à l’État : 1) mettre à la disposition du plus grand
nombre « toutes les espèces de loisirs ; que chacun choisisse pour soi »16 ; de
nos jours nous parlerions de « politique d’accessibilité », de « démocratisation
du loisir » ; c’est ainsi qu’on voulut établir une politique de terrains, qu’on
subventionna les auberges, les équipements sportifs, les théâtres, etc. ; on prôna

11. BLUM, Œuvres, pp. 295, 302.


12. Ibid., 4-5, p. 502.
13. Ibid.
14. Dans RAUDE et PROUTEAU, 1950, p. 110.
15. Idem, p. 93.
16. Idem, p. 132.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 139

des efforts de décentralisation ; 2) créer divers organes publics ou parapublics, en


vue de la direction et de l’animation des équipements et des programmes, ou pour
des fins de coordination des initiatives populaires ; on écrivit même que « l’État doit
être un guide pour l’utilisation du loisir, et pour le développement, sur le plan
individuel et sur le plan social, de la santé et de la culture »17 ; 3) se faire le porte-
parole, le défenseur, d’une utilisation judicieuse du loisir, de même que dénoncer
certains types de loisirs, jugés moins sains, tout en encourageant la pratique de ceux
dont la valeur est jugée meilleure ; bref il s’agit ici de donner à l’État la fonction de
support à l’idéologie libérale du loisir et même de véhicule des conceptions sociales
alors en vigueur ; il était question de « politique de propagande »18.
C’est de cette époque que date sans doute la distinction entre divers loisirs,
entre autres : loisirs sportifs, touristiques, culturels. Deux catégories de population
semblent davantage présentes dans les discours de Léo Lagrange : les jeunes à qui
s’adressent principalement le sport et les auberges de jeunesse ; les travailleurs, qui
sont aussi « la masse », au sujet desquels il est surtout question de clubs de loisirs
autogérés, de tourisme social et de loisirs culturels.
Quant aux conceptions mêmes du loisir, elles sont nettement fixées. On y
trouve tout particulièrement la notion de loisir-compensation (« le besoin de nerfs en
équilibre » ; « se délasser (du) labeur quotidien » ; « récompense à (un) dur
labeur »19). Le sport donne lieu à un discours sur la santé « physique et morale ». En
faveur des loisirs dits culturels, il est question d’« aider et guider l’effort spontané
des travailleurs pour utiliser leurs loisirs quotidiens à leur progrès culturel »20 ;
l’idéologie est nettement populiste, et inspirée du mouvement d’éducation populaire
alors en plein essor : « conduire le peuple aux manifestations culturelles des classes
plus favorisées »21 ; « contact avec les formes supérieures de la vie »22 ; accès « aux
beaux spectacles » ; etc. Il est aussi fréquemment question du rôle du loisir dans le
développement et la consolidation de l’unité nationale, et même dans la formation
d’une « unité morale de la jeunesse (...) sans laquelle il n’y a pas de salut
possible »23.
L’analyse qui précède laisse entrevoir que beaucoup de conceptions du
loisir, encore en vigueur de nos jours en France, sont déjà nettement articulées.
Il s’agit d’une période historique importante dans la structuration d’une pensée

17. Idem, p. 93.


18. Idem, p. 98.
19. Idem, pp. 94, 106, 117.
20. Idem, p. 105.
21. Idem, p. 132.
22. BLUM, Œuvres, 4-2, p. 138.
23. Dans RAUDE et PROUTEAU, p. 129.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
140 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

sociale et politique sur le loisir, dont s’inspirèrent la plupart des auteurs célèbres qui
suivirent (notamment Fourastié, Friedmann et Dumazedier). Le Front populaire, par-
delà son caractère éphémère, constitue l’apogée des luttes ouvrières du XIXe et du
début du XXe siècle, pour l’amélioration des conditions de travail et la réduction du
temps de travail. Un mouvement irréversible a été instauré. Au point de vue
idéologique, cette fois, il faut rappeler que si sa pensée sociale en ce qui concerne le
loisir n’est pas tellement développée, eu égard notamment à la brièveté de son
passage sur la scène politique, le Front populaire fut un acteur important dans
l’articulation et la généralisation d’un discours qui fut sans cesse repris jusqu’à nos
jours ; le Front populaire a en quelque sorte porté sur la place publique, « mis en
scène », des conceptions du loisir déjà fortement présentes à l’époque.
(Après la Deuxième Guerre mondiale, le Parti socialiste, sous l’impulsion de
Pierre Maurois, créa la Fédération Léo Lagrange, organisme fort militant dans
presque tous les domaines du loisir et de la vie culturelle).

2. LA PROBLÉMATIQUE DE L’ÉDUCATION POPULAIRE


Le mouvement français du loisir, en plus de s’enraciner dans les enjeux
ouvriers du XIXe et du XXe siècles auxquels les pages précédentes ont tenté de faire
écho, s’inscrit également dans une problématique d’éducation populaire.
Tel que rappelé dès l’introduction, la Révolution française a servi de point de
départ à un important mouvement de scolarisation populaire, qui a alimenté les
penseurs du XIXe et du début du XXe siècle. On sait que c’est à Jean-Jacques
Rousseau que l’on doit une sorte de philosophie de l’éducation moderne (L’Émile,
Du Contrat social), dont le rapport de Condorcet, rédigé pendant la période agitée
des années 1790, s’inspire nettement. Or Condorcet jette, dès 1792, les bases d’une
pensée sur l’éducation des adultes qui fit progressivement son chemin, tout au long
du XIXe siècle, et aboutit à l’instauration, vers 1880, de l’école obligatoire, neutre et
laïque24. De plus, il présente en germes les éléments du mouvement d’éducation
populaire qui marqua l’histoire française des XIXe et XXe siècles.
Au tournant du XVIIIe siècle, l’analphabétisation était le fait de la majorité de
la population, mais la pensée révolutionnaire en la matière, par-delà des inégalités
régionales évidentes, donna une impulsion irréversible au mouvement d’éducation
populaire (voir FURET et OZOUF, 1977).

24. On lira, dans CACÉRÈS, 1964, le texte du rapport Condorcet, aux pages 187-200. À souligner
également, en 1793, le discours du député Portiez, traitant quasi textuellement de l’utilisation des
voyages, de la randonnée pédestre à des fins éducatives (extraits dans POUJOL, 1981, 122-126).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 141

Ainsi, dans la décennie de 1830, la loi Guizot fait obligation aux communes
de posséder une école publique en 1831 ; les premières bibliothèques populaires,
organisées par les Églises sont établies ; des penseurs et organismes
philanthropiques ou charitables créent des classes d’adultes et des cours du soir. La
même décennie voit encore l’essor de la littérature populaire : périodiques,
encyclopédies, ouvrages de vulgarisation, romans populaires, images et feuilles de
chanson. Cela donna naissance d’ailleurs à une nouvelle période dans l’histoire de la
littérature de « colportage » quand, particulièrement vers le milieu du XIXe siècle,
grands et petits colporteurs constituèrent un circuit de distribution de la littérature
populaire, circuit appelé à décliner avec l’apparition des journaux à grands tirages,
des librairies et des bibliothèques (voir DARMON, 1972).
Signalons encore l’émergence de nouvelles formes de sociabilité, liées au
développement du mouvement associationniste, et constituant une donnée de base
pour la compréhension de la problématique française d’éducation populaire :
sociabilité bourgeoise — tels les cercles de rencontres, de lecture, de discussions —
dans les domaines de la vie scientifique ou littéraire ; associations de bienfaisance
ou de charité ; sociétés de secours mutuels chez les ouvriers ; parfois groupes de
jeunes, etc.25.
Tout cela s’est constitué progressivement, semble-t-il, et les causes majeures
en sont probablement imputables aux longues heures de travail, au travail des
femmes et des enfants, aux résistances du patronat à la réduction du temps de
travail, et encore aux conflits nombreux suscités par l’engagement de certaines élites
religieuses et du laïcat en opposition avec la hiérarchie de l’Église catholique ; à ce
sujet, ce n’est pas, comme en Angleterre, une querelle religieuse qui alimente le
débat et retarde les réformes, mais plutôt une opposition entre les partisans de
l’école publique et ceux de l’école catholique (voir POUJOL,1981).
Le mouvement prend de l’ampleur dans la seconde moitié du XIXe siècle ;
après la loi Falloux, qui autorise des écoles pour adultes, on relève la création
progressive d’un réseau de bibliothèques publiques « sous la forme de services
communaux ou d’associations autorisées par le préfet » (RITCHER, 1977, p. 21)
s’occupant de leur création ou de leur gestion (comme la Société des amis de
l’instruction publique créée en 1861, et la Société Franklin fondée en 1862 dont le
rôle fut important).
Puis ce sont les actions de Victor Duruy, sous Napoléon III (réforme de
l’enseignement secondaire, organisation de conférences publiques pour les adultes) ;
celles de Jean Macé, en vue de la création en 1866 de la Ligne de l’enseignement, et
enfin, sous l’instigation de Jules Ferry, en 1881, la loi sur la gratuité de
l’enseignement et l’instruction primaire obligatoire pour les enfants de six à treize
ans, et, en 1882, celle sur l’obligation de la laïcité.

25. Sur ce thème, la référence aux ouvrages de Maurice Agulhon est essentielle.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
142 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Ce qui importe ici, outre le mouvement historique lui-même, ce sont les


objectifs de formation que l’on assignait à l’instruction et à l’éducation populaires.
On y trouve, sous-jacente, très certainement une notion de « progrès », et de
« civilisation » ; l’homme « cultivé », instruit, est le contraire du vulgaire, de
l’ignare ; c’est un homme plus heureux que les autres, dont les facultés
intellectuelles sont mieux développées, et qui contribue ainsi « à ce perfection-
nement général et graduel de l’espèce humaine » (Condorcet). Quelques études
illustrent que la formation de la notion de civilisation, en France, origine
précisément d’une critique réformiste de la part des penseurs du XVIIIe siècle, qui
estimaient que l’extension à tous des lumières de la connaissance et de l’usage de la
raison permettrait d’améliorer les institutions, les rapports sociaux, la législation.
Après la Révolution, la notion de civilisation a aussi pris la connotation d’un
processus historique cumulatif de développement, et encore, écrit Braudel, celle
d’un « idéal profane de progrès intellectuel, technique, moral et social »26.
La notion d’instruction faisait en plus référence à celle de « démocratie »,
idéal d’accès pour tous au savoir, rêve de l’égalité politique des hommes en vue
d’« assurer à chacun d’eux la facilité de perfectionner son industrie, de se rendre
capable des fonctions sociales auxquelles il a droit d’être appelé, de développer
toute l’étendue des talents qu’il a reçus de la nature », écrit Condorcet ; ce dernier
souligne déjà que « l’instruction doit être universelle », qu’elle doit « embrasser tous
les âges », et tenir compte de la « distribution des hommes sur le territoire ».
La notion d’instruction inspire une conception non équivoque de l’ordre
social : combattre d’abord l’ennui, l’oisiveté, le désœuvrement, l’ivrognerie et les
mauvaises mœurs, dont parle Villermé, mais aussi : former le sens national et
patriotique. Ainsi la lutte pour l’école laïque visait à défendre la République contre
le pouvoir religieux, à affranchir les esprits d’idées « rétrogrades », à « fortifier la
patrie » ; de leur côté les mouvements d’inspiration catholique ne cachaient pas leur
volonté de mettre en place un système d’enseignement qui serve à combattre
certaines idées républicaines, ou à assurer la formation morale du peuple. Dans cette
veine, il rie fait pas de doute que le débat entre les républicains et les tenants du
pouvoir religieux ait contribué à donner une connotation morale très forte au
mouvement d’éducation populaire. C’est d’ailleurs dans la deuxième moitié du
XIXe siècle que les premières grandes organisations furent créées : Ligue de
l’enseignement, en 1866, sous l’instigation de Jean Macé, l’Association catholique
de la jeunesse française, sous l’inspiration d’Albert de Mun, la première
d’inspiration résolument laïque, la seconde, avec l’aide directe du clergé catholique.

26. Voir Fernand BRAUDEL, Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 259 ; Norbert ÉLIAS : La
civilisation des meurs, Paris, Calmann-Levy, 1973, chap. II, « La formation du concept de civilisation en
France ».

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 143

Le mouvement d’inspiration laïque donna naissance, au tournant du


XXe siècle, à la fondation des universités populaires. La chose est bien connue27 ;
qu’il suffise de rappeler que l’affaire Dreyfus a déclenché un militantisme de grande
envergure, en vertu duquel les intellectuels ont voulu se mettre au service du peuple,
disait-on, aller vers lui, servir la classe ouvrière, et lui enseigner le bon usage de la
raison. Causeries, lectures publiques, conférences étaient au programme. L’essor fut
remarquable, et l’impact réel. Ainsi, en 1907, on dénombre cent soixante-neuf de ces
universités28.

TABLEAU 6

Chronologie de quelques événements historiques


ayant trait à l’éducation populaire, en France

1792 Document de Condorcet sur l’Organisation générale de l’instruction publique


1831 Fondation de l’Association polytechnique pour le développement de
l’instruction populaire ; elle ouvre à Paris la première bibliothèque populaire,
en 1835, après avoir inauguré en 1833 des cours du soir
1833 La loi Guizot fait obligation aux communes de posséder une école publique
1836 Un arrêt réglemente l’ouverture et l’enseignement des classes d’adultes
1848 Scission de l’Association polytechnique
1850 La Loi Falloux autorise la fondation d’écoles primaires communales pour
adultes. Libéralisation de l’enseignement
1852 Fondation de la Société des écoles du dimanche (plus d’une centaine existent à
cette époque)
1861 Société des amis de l’instruction publique
1862 Arrêté ministériel en vue de l’organisation des bibliothèques scolaires,
ouvertes aux habitants de la commune
Fondation de la Société Franklin
1866 Fondation de la Ligue de l’enseignement
1881 Loi sur la gratuité de l’enseignement et l’instruction primaire obligatoire 1886
Fondation de l’Association catholique de la jeunesse française, sous
l’impulsion d’Albert de Mun
1894 Marc Sangnier organise les premières activités du Sillon, qui fédère par la suite
ses Instituts populaires ; le mouvement cesse vers 1910
1898 Fondation de la Société des universités populaires, et des premières universités
populaires
(suite page suivante)

27. Voir CACÉRES, 1964, chap. 4 ; POUJOL, 1981.


28. POUJOL, 1981, p. 97.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
144 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

1901 Célèbre loi du 1er juillet sur les associations


1903 Création de la Fédération des instituts populaires, sur la lancée du Sillon 1920
Création des premiers ciné-clubs (Fondation du Ciné-club de France en 1924)
1926 Première section française de la Jeunesse ouvrière catholique
1929 Naissance de la Jeunesse agricole catholique
Marc Sangnier fonde la première auberge de jeunesse
1932 La Confédération générale du travail crée le Centre confédéral d’éducation
ouvrière
1936 Prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à 14 ans
1940-44 École des cadres d’Uriage
1944 Fondation, à Grenoble, de Peuple et Culture (décembre)
À la libération, création du Centre national d’éducation populaire, qui devient, en
1953, l’Institut national d’éducation populaire (Marly-le-Roi)
1957 Loi du 27 juillet accordant des congés non payés d’un maximum de 12 jours
par an, en vue de favoriser l’éducation ouvrière et la formation syndicale 1959
Prolongation de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans
1961 Loi du 29 décembre, accordant un congé non payé d’au plus 6 jours par année,
pour les travailleurs salariés âgés de 18 à 25 ans, pour la formation des cadres et
des animateurs. Décret d’application : 1963 ; un système d’accréditation et de
bourses est prévu (établi en 1968)
1966 Loi du 3 décembre sur la formation professionnelle
Instauration d’une taxe d’apprentissage. Droit à un congé non payé d’au plus une
année
1971 Loi sur l’organisation de la formation professionnelle continue dans le cadre de
l’éducation permanente (16 juillet) ; permet à un salarié de s’absenter de son
travail afin de suivre un stage de formation de son choix ; le droit à la rémuné-
ration est restrictif, il sera complété par un texte de parlement en avril 1978,
assurant des subventions complémentaires

On a dit que le mouvement des universités populaires fut un échec ; certes


cela est vrai quant à leur déclin très subit, mais elles contribuèrent à donner un essor
au développement de l’éducation populaire ; elles ont joué un rôle certain dans la
formation de certaines élites politiques et ouvrières, et elles ont véhiculé des
conceptions de la culture que l’on retrouva notamment à l’époque du Front
populaire. Par la suite, on assista, sur la même lancée, à la formation de divers autres
mouvements, d’inspiration catholique cette fois : Le Sillon (vaincu par la droite
religieuse), Les Équipes sociales, la Jeunesse ouvrière chrétienne, etc.
Le mouvement ouvrier, à peine formé, tarda quelque peu à s’occuper
véritablement d’éducation populaire. C’est de la décennie 1930-1940 qu’on peut
dater ses premiers efforts de prise en charge. La Confédération générale du travail
créa en 1931 un centre d’éducation ouvrière qui dirigea des cours sur place ou par
correspondance, et entreprit la publication d’ouvrages d’éducation ouvrière.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 145

L’époque du Front populaire donna une impulsion nouvelle au mouvement, qui prit
la forme de collèges du travail, constitués à partir de 1936 dans les départements ou
les communes, et se chargeant avec une certaine ampleur, semble-t-il, de formation
scolaire et populaire des ouvriers, un peu dans la tradition des universités populaires.
La formule était celle de l’autogestion, et les cours ou conférences devaient être
donnés uniquement par des membres de syndicats ouvriers29.
La période de l’entre-deux-guerres marque encore l’essor des mouvements de
jeunesse, mouvements d’obédience catholique, tel que signalé, mais aussi de ciné-
clubs, de regroupements laïques des auberges de jeunesse, de divers mouvements
soutenus par les parties de gauche30.
Malgré les diverses crises économiques et la Guerre de 1914-1918, la
première moitié du XXe siècle français est ainsi marquée d’une impulsion
importante donnée au mouvement d’éducation populaire, et cette fois dans le sens
d’une mise en place d’associations et d’institutions diverses. Cela va de pair avec les
transformations économiques et sociales de la France de cette époque
— accélération de l’industrialisation, population majoritairement urbaine autour de
1930, etc. — et aussi avec des changements culturels majeurs : essor de la presse,
avènement du cinéma et de la radio, cubisme, surréalisme, etc. Des réformes
économiques et sociales accompagnent un tel mouvement, telles la reconnaissance
explicite du syndicalisme ouvrier, la loi sur les associations, les législations du Front
populaire, etc.
Parti d’un vaste projet culturel d’accès de tous aux lumières de la science et
de la raison, le mouvement d’éducation populaire se transforme ainsi
progressivement, à l’image des transformations de la société française elle-même, en
un vaste réseau d’associations parfois fortement antagonistes, et dont les clivages
politiques, et aussi le clivage confessionnel-laïque constituent encore de nos jours
une donnée essentielle.
Après la Guerre de 1939-1945, surgit une association célèbre : Peuple et
culture ; dans Grenoble libérée, des anciens cadres d’Uriage des militants de la
résistance, du nom de Joffre Dumazedier, Benigno Cacérès, Paul-Henri Chombart
de Lauwe, Paul Lengrand, et quelques autres, sur la lancée des acquis de 1936,
veulent participer à la formation d’une nouvelle culture populaire engagée. Ils
dénoncent le populisme des universités populaires, et donnent priorité à l’action
éducative, à « l’entraînement mental »31.

29. Voir CACÉRÈS, 1964, pp. 113-114 ; Cacérès fait la liste de 60 Collèges créés en 1936 (p. 230) ; il cite
un exemple de statut type (931-932).
30. Voir Les cahiers de l’animation, 32, 1981, « Éducation populaire 1930-1940 ».
31. Je m’inspire ici d’un document ronéotypé de Jean-Pierre Rioux : Une nouvelle action culturelle ?
L’exemple de Peuple et culture. Voir G. Ferry : Une expérience de formation des chefs, Paris, Seuil,
1945, 135 p. ; Vers le style du XXe siècle, (Équipe d’Uriage, sous la direction de Gilbert Gadoffre), Paris,
Seuil, 1945, 267 p.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
146 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Cependant, il ne s’agit plus tout à fait de la même chose, même si la notion


d’éducation populaire est le fondement de beaucoup d’associations, sinon de la
majorité. Avec Peuple et culture se côtoient maintenant les clubs sportifs, les centres
de vacances, les terrains d’aventure, les organismes de tourisme social, etc. En
d’autres termes, si les conceptions sociales restent sensiblement les mêmes
— avec des adaptations résultant des changements de conjoncture et des acquis
historiques — un des changements majeurs, au point de vue sociologique, est la
mise en place d’un réseau d’associations conflictuelles, devenu constitutif de la
société française elle-même, faisant corps avec elle, légitimé par de telles
conceptions de l’éducation populaire, lieu d’enjeux culturels de la part d’acteurs
nouveaux et anciens. La problématique a changé : conceptions, institutions, pouvoir
politique, acteurs sociaux sont inscrits dans une nouvelle articulation de la société
française.

3. LE DÉVELOPPEMENT DE LA PENSÉE THÉORIQUE ET


SON HISTORIQUE
Les paragraphes précédents laissent entrevoir que la formation d’une pensée
théorique sur le loisir, en France, remonte à peine à la Deuxième Guerre mondiale.
Comme cela est très souvent le cas — témoin les chapitres précédents — la «
conscience » du loisir et le développement d’une pensée sociale correspondante ont
précédé les perspectives théoriques. L’idéologie a précédé la science, pourrait-on
dire. La sociologie française du loisir, notamment, s’alimente d’abord à des
mouvements de pensée sociale, à un militantisme important, à une histoire des luttes
ouvrières, et ne s’en distancie que progressivement par l’élaboration d’un discours
proprement scientifique.
Ainsi, tel qu’il sera écrit plus loin, il existe une nette filiation entre la
problématique des luttes politiques, l’apogée du Front populaire, et l’approche de
Friedmann. Pour sa part, la pensée de Dumazedier, véritable fondateur de la
sociologie française du loisir, s’inspire indéniablement de la problématique de
l’éducation populaire. Les deux auteurs s’enracinent dans une histoire du loisir, dans
des transformations propres à la société française ; en d’autres termes, des
conditions socio-historiques ont déterminé en partie la pensée théorique.

a) Friedmann : une pensée sur le loisir dérivée d’une réflexion


sur le travail
On a depuis longtemps souligné que, chez Georges Friedmann, la réflexion
sur le loisir dérive d’abord d’une analyse du travail industriel. Dès Problèmes
humains du machinisme industriel, paru immédiatement après la Deuxième Guerre,
était annoncé un triptyque dont le dernier tome évoquerait la question du loisir (Le
travail en miettes, paru en 1956, porte en sous-titre : spécialisations et loisirs).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 147

Tout en prenant acte des modifications profondes de la société industrielle,


depuis le XIXe siècle, et surtout de ce qu’il appelle « la seconde révolution
industrielle », qui au début du XXe siècle, a produit la mécanisation du travail et le
taylorisme, Friedmann a voulu faire la critique du « progrès » qui en aurait résulté. Il
a aussi tenté de procéder à une analyse empirique des conséquences du
« machinisme industriel » (enquêtes en usines, études détaillées des réactions des
ouvriers, etc.). L’après-guerre est l’époque, ne l’oublions pas, des Leçons sur la
société industrielle de Raymond Aron ; celle de Machinisme et bien-être, puis du
Grand espoir du XXe siècle de Fourastié, c’est-à-dire d’une problématique de société
en vertu de laquelle l’accent est mis en grande partie sur les facteurs techniques et
économiques du changement social : les premières réflexions sociologiques sur le
loisir en furent très fortement imprégnées.
La pensée de Friedmann sur le loisir s’articule autour de quelques grandes
catégories : ainsi, il s’inspire nettement d’une philosophie du travail présenté comme
activité fondamentale de l’espèce humaine le distinguant radicalement des autres
espèces animales. Une autre dimension essentielle de sa pensée est la critique des
effets négatifs des techniques modernes de production ; à cet égard, Friedmann, s’il
semble généralement pessimiste, face à l’avenir, fait état d’une pensée de type
réformiste, qui se préoccupe à la fois du travail et du loisir.
Pour ce qui est du loisir proprement dit, c’est la thèse du loisir-compensation,
du loisir-complément-au-travail-aliéné.
Tant qu’il y aura des travaux à la chaîne, des travaux de bureaux spécialisés et
mécanisés, aussi longtemps que se maintiendront de multiples tâches qu’il est difficile
de rendre véritablement intéressantes en soi, l’individu sera tenté d’exprimer en
dehors d’elles, dans les loisirs, le meilleur de ses virtualités, de son potentiel
d’aptitude et de goûts.
En ce cas, les loisirs peuvent constituer l’élément complémentaire et compensateur
(Où va le travail humain, éd. de 1967, p. 351).
La solution proposée est double : une revalorisation du travail (« au plan
intellectuel, moral et social ») et l’utilisation du loisir à des fins complémentaires :
c’est la recherche du « loisir actif », c’est l’écoute de la « bonne musique »,
l’utilisation sélective de la radio, de la télévision, la lecture enrichissante32.
Chez Friedmann, le loisir ne fait pas l’objet d’une réflexion particulière,
mais il est pensé dans ses rapports avec le travail ; il constitue à cet égard une
catégorie subsidiaire et dérivée. Il s’agit d’une pensée qui témoigne d’une nette
« conscience » du loisir sur la lancée de l’histoire de la condition ouvrière, au début
du XXe siècle, et de l’émergence d’une préoccupation de nature politique, avec le

32. Des passages explicites se retrouvent dans les pages suivantes : « Où va le travail humain », éd. de 1967,
p. 351 ss ; Le travail en miettes, éd. de 1971, p. 256 ss.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
148 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Front populaire. On peut considérer la réflexion de cet auteur comme l’aboutis-


sement d’un processus de formation du loisir en tant que catégorie de pensée
historique et politique. En effet, Friedmann adopte une attitude historiciste et même
évolutionniste, par laquelle il fait du loisir le produit de la révolution industrielle tout
autant que l’une de ses perspectives de développement harmonieux ; ce faisant, il
rationalise a posteriori des éléments de pensée présents dès le XIXe siècle (il
compare même, de manière stéréotypée, deux types de sociétés, à partir de la notion
de « milieu naturel » — bien entendu propre aux sociétés préindustrielles — et de
celle de « milieu technique » qui caractériserait les nôtres ; il est même question de
« civilisation » artisanale ou technicienne)33.
De plus, les solutions que propose Friedmann semblent s’orienter vers
l’utilisation de la technique à des fins d’amélioration des conditions de travail. La
question politique du loisir est posée dans la mesure où il s’agit de favoriser la
revalorisation du travail et la quête de bons loisirs. L’idéologie du Front populaire
est à peu de choses près du même ordre, signe qu’à la première moitié du
XXe siècle, en France, le discours sur le loisir s’articule autour de l’axe « travail —
bon loisir », doublé d’une approche techniciste et évolutionniste.

b) La théorie du loisir chez Joffre Dumazedier


C’est à Dumazedier que revient incontestablement le rôle historique d’avoir
développé une véritable sociologie du loisir, recherchée pour elle-même. À cette fin,
il lutte constamment pour la reconnaissance de l’importance du loisir contemporain,
et rappelle les limites des approches théoriques actuelles, justifiant ainsi la nécessité
du recours à de nouveaux concepts qui tiennent compte des dynamismes dont le
phénomène est porteur.
Il s’agit d’une pensée riche, profonde à maints égards, touffue quand même,
et qui a exercé une grande influence, tant en France que sur le plan international. Or
jamais on n’a procédé à une analyse détaillée des grands axes de cette réflexion,
exception faite de celle de M.F. Lanfant34 ; les paragraphes qui vont suivre visent à
combler partiellement une telle lacune35.

33. Dans Où va le travail humain.


34. Dans Les Théories du loisir, 1973, p. 121 ss.
35. Ont été délaissés tous les éléments biographiques. Quelques données se retrouvent dans l’ouvrage cité de
M. F. Lanfant, ainsi que dans l’article autobiographique publié par Dumazedier en 1977. De plus,
l’analyse qui suit écarte délibérément les aspects méthodologiques pour se concentrer sur l’articulation
générale de la théorie du loisir chez Dumazedier.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 149

1. Une conception du loisir

1.1 Importance et ambiguïté du loisir


Joffre Dumazedier est un personnage qui a eu l’intuition du loisir, et qui n’a
cessé d’en rappeler l’importance croissante. Dès les premières pages de son ouvrage
de 1962, Vers une civilisation du loisir ?, il s’étonne de l’absence de considération
sur le loisir par la plupart des intellectuels. « De bons esprits raisonnent sur la société
comme si la notion du loisir n’existait pas », écrit-il (1962, p. 17) et son propos est
évidemment de « traiter sérieusement cette futilité qui alarmait Valéry » (idem).
Cependant, cet ouvrage de 1962, est plein d’interrogations et de
questionnements, à commencer par son titre lui-même, et il témoigne, à notre sens,
d’une double préoccupation : d’une part, la pensée théorique de l’auteur n’a pas
encore atteint son plein développement, il se contente d’esquisser quelques
hypothèses générales et de procéder plutôt à quelques présentations monographiques
de certains aspects du loisir, quitte à revenir plus tard sur ces hypothèses, ou à en
reformuler d’autres ; d’autre part, comme il l’écrit lui-même, les jeux ne sont pas
faits, et si le loisir est important, il est aussi un phénomène encore ambigu, riche
d’espoirs, certes, mais aussi de déceptions, capable de favoriser le développement
culturel et social ou au contraire de contribuer à la régression d’une société.
Dumazedier plaide ainsi pour une véritable sociologie du loisir, à construire
presque de toutes pièces et qui tiendrait compte des changements fondamentaux à
l’origine du loisir contemporain.

1.2 La dynamique productrice du loisir


Dans une sorte d’étude de socio-génèse, l’auteur tente de dégager les grands
facteurs historiques et sociologiques qui ont contribué à l’émergence du loisir, et il
est revenu sur ce sujet à maintes occasions. Deux ordres de facteurs ressortent
surtout :
a) Il y a d’abord ce qu’on pourrait appeler le progrès scientifique et
technique : plus précisément encore, Dumazedier identifie l’accroissement
professionnel, et donc de l’accroissement du temps libre (1974, p. 54) ; (on retrouve
ici l’influence de Friedmann, dont Dumazedier a été l’élève et, plus généralement, la
conception « technologique » du changement social en vigueur à cette époque).
b) Cela n’est pas suffisant, puisqu’une partie de ce « temps libre » est
utilisée à du travail supplémentaire, à des obligations familiales ou encore à
des engagements socio-politiques ; à l’hypothèse des changements technolo-

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
150 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

giques, il faut aussi ajouter l’hypothèse de changements socio-culturels majeurs,


dont les plus importants sont de deux ordres : d’une part, la régression des contrôles
institutionnels, manifeste notamment dans la diminution des contraintes religieuses,
familiales et même politiques, et dans ce qu’on a appelé la « privatisation » des
rapports sociaux (cette hypothèse est très près de celle de Touraine) ; d’autre part,
une valorisation sociale de l’instance de la personnalité individuelle, observée dans
les revendications de réalisation et d’expression personnelles, dans la
reconnaissance de la subjectivité comme valeur ; Dumazedier écrit même qu’il
s’agit là d’un « nouveau besoin social de l’individu à disposer de lui-même » (1974,
p. 56).
Tels sont brièvement les faits explicatifs sous-jacents à l’une des hypothèses
fondamentales de Dumazedier : le loisir est un phénomène typiquement
contemporain, production spécifique des sociétés industrielles, et qui n’a pas son
équivalent dans les cultures d’autrefois. Il est le signe de transformations profondes
de l’homme contemporain, à tel point que l’on peut parler d’un nouvel « homo »
dont les rapports au travail, au jeu, à l’imaginaire, à la connaissance et à la
sociabilité, ont changé radicalement (1962, pp. 29-43).

1.3 Fonctions et valeurs du loisir


Dumazedier a très rapidement donné au loisir une définition générale qui a
connu une immense notoriété internationale : rappelons notamment ces trois
fonctions du loisir (délassement, divertissement, développement) (1962, pp. 27-29)
contenues dans sa célèbre définition :
Le loisir est un ensemble d’occupations auxquelles l’individu peut s’adonner de plein
gré, soit pour se reposer, soit pour se divertir, soit pour développer son information ou
sa formation désintéressée, sa participation sociale volontaire ou sa libre capacité
créatrice après s’être dégagé de ses obligations professionnelles, familiales et
sociales.
Il ne nous semble pas, toutefois, que ce soit là le plus important, car, lancées
presque sous forme de slogan (dans une tentative manifeste pour souligner la place
capitale du loisir dans les sociétés industrielles), de telles définitions constituent
davantage un rapide énoncé qu’une rigoureuse problématique. C’est en 1966, dans
Loisir et culture, que son analyse se raffermit, et que l’auteur tente de situer le loisir
dans une problématique de développement culturel.
Rappelons notamment qu’y sont alors présentés quatre « caractères
essentiels du loisir », liés explicitement aux changements socio-culturels ayant
contribué à l’émergence du loisir : le caractère « libératoire » et « désintéressé »,
résultant de la régression des contrôles institutionnels ; le caractère « hédonistique »
et « personnel », lié aux nouveaux besoins de la personnalité (1966,
pp. 43-46 ; 1974, pp. 95-98) : telles sont les valeurs constitutives du loisir, et

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 151

qui en assurent la spécificité. On lit même que « la présence simultanée de ces


quatre caractères nous paraît nécessaire et suffisante pour définir le loisir » (1966,
p. 45).
Une telle spécificité de valeurs culturelles contribue à assurer l’autonomie du
loisir par rapport aux autres phénomènes sociaux. C’est ici qu’il faudrait situer les
pages bien connues à propos des rapports du loisir et du travail, où il est écrit que le
loisir non seulement tend à se séparer de plus en plus des valeurs propres au travail,
mais aussi à modifier et pénétrer celles-ci. En plus de cette autonomie relative, on
peut donc parler de l’influence du loisir, sur des phénomènes aussi variés que la
famille, l’espace, la ville, le système d’éducation, etc. L’ouvrage de 1974 tente de
faire le point sur cette question, mais il est à noter que Dumazedier l’avait déjà
abordée dès ses premiers ouvrages.

2. Une conception du développement culturel


Loisir et culture constitue un ouvrage capital pour la problématique du
développement culturel chez Dumazedier. Après quelques précautions oratoires sur
l’idée de problématique (qui traduisent des préoccupations épistémologiques
constantes chez l’auteur), l’intention fondamentale me semble d’introduire à la fois
une perspective dynamique et diachronique, et une perspective d’intervention et de
planification dans le domaine de la culture. Le développement est défini comme un
« changement positif », mais relatif à la définition de critères sociaux d’amélioration
et de nouveauté.

2.1 Niveaux de la réalité culturelle


Son choix étant fait de s’attarder essentiellement aux dimensions culturelles
du loisir, pour des raisons qui ont trait à ces valeurs du loisir, qui lui sont
particulières et traduisent des changements socio-culturels profonds des sociétés
contemporaines, Dumazedier départage trois niveaux de la culture, notamment en
vue de l’observation empirique :
— la culture elle-même, définie de façon classique, comme « le plan des
symboles, affectifs, cognitifs et conatifs, qui mettent l’individu en relation
avec le monde, la société et lui-même » (1966, p. 33) ;
— les valeurs : celles du loisir ont déjà été définies, et permettent d’affirmer
l’émergence d’une conception nouvelle de la culture générale des sociétés
industrielles ;
— les intérêts : ce concept est spécifique de Dumazedier ; il est défini comme
se rapportant aux unités significatives et observables du contenu culturel
du loisir ; telle définition a l’intérêt d’écarter les distinctions

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
152 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

normatives et hiérarchiques ayant trait à la « qualité » d’un genre culturel (par


exemple le roman policier par rapport à une œuvre d’art) ; il y a lieu de
considérer plutôt en elle-même la classe culturelle de l’œuvre ou de l’activité,
et Dumazedier propose à cet effet cinq catégories d’analyse, qui ont connu à
leur tour une grande popularité : les intérêts esthétiques, intellectuels,
manuels, physiques et sociaux (1966, pp. 50-53).
Chacun d’eux fera l’objet d’une longue description monographique à la suite
de l’étude d’Annecy.

2.2 Du développement à la planification


Les problèmes de participation culturelle, de démocratie culturelle, sont
considérables dans des sociétés comme les nôtres : rôle des mass media, consom-
mation de masse, possibilités d’appauvrissement culturel, difficultés de définir des
critères de qualité de la culture favorisant le développement personnel et la
participation sociale, etc. Dumazedier rejette une approche en terme de culture de
masse, et propose plutôt une sociologie du développement culturel.
Tout d’abord, tel que déjà dit, le développement culturel est relatif, et aussi
« positif » ; cela n’empêche pas l’élaboration d’indicateurs de développement, en
fonction de choix culturels explicites, de critères de développement, des objectifs
sociaux à atteindre, de la période de référence, des ressources disponibles, etc. Telle
est la planification culturelle, définie comme l’expansion de la rationalité
scientifique dans le domaine de la politique du développement culturel (1974,
p. 197).
Tout cela ne règle pas les questions du contenu effectif de la culture à
développer, et il faut reconnaître qu’à ce sujet Dumazedier n’a pas toujours été
explicite, et que ses propositions générales et très simplifiées ont facilement prêté
flanc à la critique. Quoi qu’il en soit, il me semble que son idée fondamentale est la
suivante, et il a fallu attendre son ouvrage de 1976 pour obtenir quelques précisions
supplémentaires.
Tout d’abord, il faut écarter d’emblée ces débats normatifs, et souvent
moralisateurs, à propos de la « culture populaire », de la culture « bourgeoise », etc.,
et surtout il faut résister à la tentation de vouloir faire « accéder » l’ensemble de la
population à un « niveau culturel » qui finalement s’avère élitiste. Ce que l’on
appelle les inégalités culturelles, les « retards » ne sont souvent désignés ainsi qu’en
vertu de jugements de valeur, notamment des animateurs. Ne peut-on plutôt parler
de différences culturelles, et reconnaître ainsi tant la relativité de toute culture que sa
valeur en elle-même ? Dans cette perspective, il n’est pas question de vouloir
substituer la culture « cultivée » à une culture dite de masse, mais plutôt de
reconnaître la diversité des intérêts culturels comme facteur de dynamisme culturel.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 153

Il n’en demeure pas moins que certains critères, même relatifs, permettent de
dire qu’il n’est pas illusoire de vouloir un développement encore plus important de
la qualité de la culture, puisque, indubitablement, il y a des aspects de la culture
qu’on peut qualifier de banals, « pauvres » et négatifs.
Et c’est ici que se situe une idée très importante de Dumazedier : sans être
très explicite sur les contenus et les moyens, il propose que l’action culturelle
fondamentale consiste à promouvoir ces valeurs dont le loisir est porteur, et plus
particulièrement les valeurs liées au développement de la personnalité et à sa
créativité, ainsi qu’à la participation sociale aux grands courants scientifiques et
culturels contemporains :
Si l’action culturelle se propose d’élever le niveau culturel des différents publics, c’est
rarement pour substituer à la culture de masse la culture d’élite. C’est le plus souvent
pour que la culture de la vie quotidienne des différents milieux soit moins
conformiste, que les stéréotypes soient remplacés par des images ressenties, que les
préjugés soient remplacés par des connaissances, que les idées a priori soient
confrontées aux faits scientifiques, que les comportements quotidiens soient moins
isolés des valeurs de la technique, de la science, de l’art ou de la politique (1976,
p. 249).
Et il ajoute plus loin :
Seules la stimulation de la créativité culturelle et politique et la démocratisation de
cette créativité sont des tâches positives de l’action culturelle (1976, p. 251).
Il est donc possible de parler même de prévision puisque, en fonction
d’indicateurs de développement de la qualité et du contenu de la culture, on peut
vouloir une intervention planifiée et en rechercher les meilleures conditions de
réalisation. Pour en arriver à évaluer les facteurs les plus susceptibles d’intervenir
dans la démarche de planification, Dumazedier élabore une sociologie « prévi-
sionnelle et différentielle », dans laquelle notamment la comparaison internationale a
une place importante (voir 1974, pp. 220 ss.).

2.3 L’éducation des adultes : une opération de développement culturel


C’est le thème de l’éducation des adultes, puis de l’éducation permanente, qui
donne à Dumazedier l’occasion de préciser longuement, par un exemple, sa
conception du développement culturel.
Rappelons que la préoccupation de l’auteur, sur ce sujet, remonte aux tous
débuts de sa réflexion, et qu’en 1962, par exemple, il inscrivait explicitement la
question du loisir dans celle de la diffusion des informations (« un nouvel homo
sapiens ») et dans celle des nouvelles formes de sociabilité orientées notamment vers
des organisations récréatives et éducatives (« un nouvel homo socius ») ; sa
description des intérêts intellectuels et sociaux reprenait le même thème. L’ensemble
de ses réflexions semble originer de l’expérience de Dumazedier.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
154 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Dans un texte auto-biographique, il écrivait même ceci :


Ce ne sont pas les problèmes du loisir qui sont apparus en premier lieu ; ce sont les
questions de l’éducation populaire (1977, p. 107).
Il y a lieu de distinguer l’éducation des adultes, l’éducation permanente et
l’autodidaxie. La première est une opération de développement culturel qui s’exerce
par l’intermédiaire d’un système d’apprentissage continu et répété (1974, p. 215). La
deuxième réfère à l’extension de cette fonction éducative à l’ensemble de la société,
et pour toutes les catégories d’âge. Quant à l’autodidaxie, elle est une activité
d’auto-apprentissage d’auto-formation, à l’aide des ressources collectives
disponibles, et elle est souvent la conséquence directe des programmes d’éducation
des adultes.
Ainsi, la réalisation des valeurs fondamentales du loisir passe par
l’émergence d’une société qui, consciemment, intervient activement pour se donner
les conditions de formation et d’information les plus aptes à assurer l’auto-éducation
de chacun. C’est « la société éducative ».

3. Le pouvoir culturel
C’est dans le contexte général de ces deux problématiques qu’il convient de
situer l’ouvrage de Dumazedier paru en 1976, écrit en collaboration avec Nicole
Samuel et intitulé : Société éducative et pouvoir culturel car, à mon point de vue, il
marque l’aboutissement de la problématique du développement culturel, notamment
par l’introduction d’un concept du pouvoir, et témoigne d’une pensée en pleine
évolution à propos du concept d’une société éducative. Revenant sur son enquête à
Annecy, recourant à de nouvelles études, utilisant comme à l’habitude des
méthodologies variées, l’ouvrage comprend une première partie assez courte,
principalement axée sur des analyses statistiques somme toute classiques, mais a
surtout la particularité de développer un certain nombre de concepts et d’hypothèses,
appuyées sur de longues descriptions empiriques.

3.1 Émergence des valeurs du loisir


Le chapitre IV de l’ouvrage contient une description de l’évolution des
activités socio-culturelles à Annecy, de 1957 à 1974, et conclut que, loin de
décroître, les activités socio-culturelles de toutes sortes ont continué leur
progression, quand elles n’ont pas pris un nouvel essor. Les associations culturelles
elles-mêmes ont à leur tour évolué. L’interprétation qui en est donnée était à
prévoir :
Toutes ces manières nouvelles d’occuper le temps libre qui n’apparaissent que
fragmentairement selon les secteurs d’activité posent un problème d’ensemble, celui
du loisir (p. 107).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 155

Plus encore, Dumazedier veut y voir l’illustration vivante d’une de ses


hypothèses majeures, à savoir l’émergence d’un nouveau système de valeurs, qui est
celui du loisir.

3.2 Le système de valeurs des animateurs culturels


Quel est donc ce nouveau système de valeurs ? Ce point est capital, car il est
le fondement de l’hypothèse de la spécificité culturelle du loisir. Plutôt que de
reprendre la présentation des quatre « caractères » du loisir, la démarche de l’auteur
consiste à procéder à une analyse descriptive du système de valeurs des animateurs
culturels, en raison du fait que c’est chez ces animateurs qu’un tel système est déjà
structuré, et que, par surcroît, il a de bonnes chances d’influencer fortement les
valeurs vécues de la population.
À la lecture du texte, il semble se dégager les principales caractéristiques
suivantes d’un tel système de valeurs :
— comme on a affaire à des animateurs, ils ont certaines caractéristiques
communes, dont « un même refus aux normes dominantes » ;
— ils ont aussi des racines idéologiques variées (communistes, socialistes, etc.),
mais une attention commune à la valorisation de la personnalité indivi-
duelle ;
— leur conception de la culture met l’accent sur les efforts de développement
personnel, mais aussi d’insertion sociale, notamment par les contacts et
échanges sociaux ;
— leur orientation vers la culture populaire peut être définie soit en terme de
service social, sorte d’engagement social en vue de la réduction des inégalités,
soit en terme purement technocratique.
Deux conclusions s’en dégagent déjà : d’une part, les animateurs culturels se
caractérisent par un double système de référence, l’un politique voire conflictuel,
l’autre culturel ; or ce dernier fait l’objet d’une relative unanimité, et il est le
fondement de la poursuite de l’analyse ; d’autre part, on conclut aussi à un réseau
informel de rapports entre les animateurs, appuyé de cette référence culturelle
commune : on parle donc de « structure d’animation ».

3.3 La structure d’animation


Un chapitre entier est consacré à une analyse de cas, où ce système
commun de valeurs culturelles a mené les animateurs à une initiative de regrou-
pement et de concertation sur le plan local : la « structure d’animation » y est à
l’œuvre ; or l’importance d’une telle structure se traduit par son influence sur les
institutions scolaires, commerciales, politiques et autres, et par les changements
sociaux qu’elle contribue à promouvoir. De plus, une telle structure est relati-

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
156 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

vement autonome par rapport à toute instance idéologique, économique et sociale,


et, consciente de cette autonomie, cherche à la préserver rigoureusement.

3.4 Le pouvoir culturel


Le « pouvoir culturel » résulte directement de la structure d’animation, de
son système commun de référence culturelle, de son influence et de son autonomie
relative, les études de cas en font foi :
Notre hypothèse est que, dans des circonstances déterminantes, un groupe de leaders
d’action culturelle, tour à tour adversaires et alliées, appartenant à des idéologies et à
des milieux socio-politiques différents, ont su prendre des initiatives orientées par un
système commun de valeurs culturelles contre des forces politiques et économiques
s’opposant à l’innovation et à la démocratisation culturelle (p. 184).
Or, comment définir plus précisément ce pouvoir ?
— Il a d’abord certaines caractéristiques proprement politiques — puisqu’il
s’agit bien de pouvoir — en particulier d’être un groupe de pression, de
revendiquer une gestion autonome de son action culturelle contre les
pouvoirs politique et économique, et de se situer à l’intérieur de conflits dont
l’enjeu est proprement culturel ;
— tel que signalé, les acteurs principaux sont les animateurs culturels eux-
mêmes ;
— son champ d’action est celui de la culture, mais s’exerce presque
exclusivement au niveau local ;
— le « contenu » d’action d’un tel pouvoir porte essentiellement sur la force de
pression qu’exerce auprès des instances de décision la diffusion de
l’information, technique, scientifique, artistique, etc.
C’est pourquoi on n’hésite pas à parler d’un « cinquième pouvoir en lutte
pour sa légitimation » (p. 232), après l’émergence des pouvoirs économique,
politique, judiciaire et d’information.
Dumazedier reprend la question en 1978, et réaffirme avec force
l’importance de ses enjeux pour l’avenir des sociétés actuelles. Or, ajoute-t-il, se
référant notamment à Illich, Bourdieu, Althusser et Moles, ces théories sont
impuissantes à rendre compte de la nature véritable des dynamismes profonds qui
sous-tendent un tel pouvoir, et dont l’analyse et la compréhension représentent le
nouveau défi de la sociologie du développement culturel.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 157

4. La société éducative
Chez Dumazedier, le concept de « société éducative », il faut le reconnaître,
est moins développé. On peut cependant déjà en entrevoir la genèse.

4.1 Émergence de la société éducative


Il est dans les valeurs du loisir de promouvoir le développement de la
personnalité, et la formation et l’information jouent à cet égard un rôle considérable.
Il en a été fait état à propos de l’éducation comme opération de développement
culturel. La société éducative désigne précisément l’intervention de la société sur
elle-même, en vue d’assurer son développement culturel, et essentiellement par la
généralisation progressive de la fonction « socio-éducative » chez les diverses
institutions sociales. Elle est celle où famille, entreprises, mass media, etc. voient
s’accroître leur finalité éducative, par-delà leurs finalités utilitaires ou autres ; elle
est celle où l’éducation cesse d’être l’apanage de l’école. Les exemples ne manquent
pas, à commencer par les fonctions d’information des mass media ou des
associations volontaires, par les programmes de formation dans l’entreprise, ou par
le souci de développement personnel dans les institutions politiques.
Une remarque capitale doit s’ajouter : elle concerne l’importance du rôle de la
structure d’animation et du pouvoir culturel dans l’émergence d’une telle société :
... nous pensons que la société éducative ne se constituera pleinement que si cette
nouvelle forme de pouvoir qui l’appuie trouve sa légitimité face aux autres pouvoirs
(1976, p. 199).
Dumazedier présente de longues descriptions monographiques à l’appui de ce
rôle catalyseur de la société éducative, attribut des animateurs culturels.

4.2 Fonctions de la société éducative


Ce qui caractérise donc cette société de l’éducation se ramène à quelques
propriétés générales, en relation avec ce qui précède :
— au niveau des valeurs, il faut retenir cette « place permanente à la réalisation
de chacun » (1976, p. 157) ; un des exemples rapportés concerne cette
« humanisation » de l’entreprise, qui, par-delà ses objectifs de rentabilité,
veut se soucier du bien-être des travailleurs ;
— la fonction éducative est étendue à toutes les institutions sociales et à tous les
âges de la vie ;
— il y a enfin une revendication de l’autonomie de la fonction éducative par
rapport aux divers pouvoirs.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
158 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Dans le cadre des préoccupations qui sont celles de cet essai, il importe
surtout de rappeler, en premier lieu, le cheminement parcouru depuis le XIXe siècle
en France, quant à la maturation d’une pensée théorique sur le loisir dont témoigne
incontestablement Dumazedier. On peut dire maintenant, après coup, que les
données historiques ont précédé la science du loisir, et que celle-ci ne se développe
vraiment, à propos de la théorie du loisir, qu’à partir de la décennie des années
1950. Plus de doute : la distanciation théorique est introduite, la rationalisation
scientifique, la méthodologie d’enquête.
Il ne s’agit pas d’une pensée théorique indépendante des conditions socio-
historiques, bien au contraire. On a souvent négligé de souligner, à propos de
Dumazedier, que sa pensée est tributaire de la problématique de l’éducation
populaire, telle qu’esquissée précédemment ; il y a chez lui des éléments très près de
la grande tradition des militants intellectuels français (notamment du mouvement
des universités populaires) ; il y a aussi des traces d’une réflexion qui emprunte à
l’expérience du Front populaire et de Peuple et culture, nul ne peut en douter. Les
diverses notions éducatives, constamment présentes dans ses ouvrages, son concept
de société éducative, ses rappels fréquents des possibilités immenses de
développement intellectuel auxquelles le loisir veut donner lieu, son insistance sur
le rôle quasi scolaire que celui-ci peut assumer à titre complémentaire — voire
essentiel —, tels en sont des exemples.
Certains des écrits de Dumazedier constituent tout autant des réflexions
originales que la défense et l’illustration des mouvements d’éducation et de culture
populaire à l’intérieur desquels il militait. À la fois porte-parole et témoin de tels
mouvements, il en a aussi constitué parfois l’idéologie. Beaucoup d’écrits sont des
manifestes, des cris d’alarme, des appels explicites à la valorisation sociale ou
éducative du loisir.
En plus de cet enracinement profond dans la problématique française de
l’éducation populaire, la pensée de Dumazedier fait appel à la problématique des
luttes ouvrières pour la conquête du temps hors travail. Chaque gain en temps libre
est considéré comme une victoire pour le loisir lui-même, ou est interprété dans le
sens des « tendances » historiques de la société française. Il n’est pas jusqu’à un
certain évolutionnisme, mal dissimulé (« la dynamique productrice du loisir »), qui
ne doive être porté au compte des emprunts à la formation de la pensée sociale sur
le loisir au XIXe siècle, dans ce qu’elle a de représentation techniciste, d’utopie du
progrès et d’appel à une nouvelle civilisation. Il y a, chez Dumazedier, une théorie
implicite du changement social qui, d’une part, fait appel à la genèse techniciste du
loisir et suggère un moment historique général de tendance quasi linéaire et, d’autre
part, évoque la perspective d’un homme nouveau, d’une civilisation neuve, la
promesse des temps futurs.
Quant aux « définitions » du loisir les plus célèbres et sur lesquelles
Dumazedier s’est largement attardé (ainsi en 1974), qu’il suffise de remarquer

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 159

que, par-delà une conceptualisation et une portée théorique indéniables, on peut se


demander dans quelle mesure il ne s’agit pas aussi de rationalisations a posteriori des
conceptions sociales et politiques dominantes. Ne peut-on pas faire l’hypothèse que
de telles définitions ne sont pas sans rapport avec les notions sociales les plus
communes et les idéologies politiques du loisir en France ? Cette insistance trop
marquée sur les besoins de l’individu, sur les catégories de plaisir et de liberté, pour
prendre ces exemples, rappellent trop de textes historiques et de discours pour qu’on
n’y prenne pas garde. La distance n’est pas tellement grande, le partage n’est pas
toujours aisé, entre les concepts de Dumazedier et les conceptions sociales courantes.
La pensée de Dumazedier n’a rien de rigide, ce qui en fait la richesse... et la
difficulté d’analyse. Elle a évolué. Partie d’une problématique d’éducation populaire,
et y revenant avec force et vigueur dans ses derniers ouvrages, elle a aussi cheminé à
travers des conceptions du temps hors travail, à la fois pour revendiquer l’autonomie
du loisir par rapport au travail, sa spécificité, et pour reprendre explicitement
l’interprétation historique de la conquête ouvrière sur le temps du travail. Ce faisant,
elle a aussi emprunté aux conceptions courantes de l’époque, notamment par l’appel
à un système de valeurs du loisir, présenté comme élément fondamental de la culture
française. De sorte que cette pensée n’est certes pas le fruit d’un hasard de l’histoire,
mais, au sens fort du terme, le produit des transformations historiques de la société
française. Par-delà ses préoccupations internationales, il faut dire que Dumazedier a
développé une réflexion enracinée dans la société française, à la fois originale,
spécifique, et témoin des changements culturels de son époque.

4. LA PROBLÉMATIQUE ACTUELLE DES CULTURES


La Deuxième Guerre mondiale, avec ses séquelles, n’a en fait que reporté de
quelques années l’entrée de la société française dans la culture de masse. L’ère de
« l’abondance » et de la consommation, déjà commencée après la crise de 1930, et
surtout depuis l’époque du Front populaire, ralentie par la guerre, connaît une reprise
décisive vers 1950. La plupart des analystes s’accordent pour parler de la société
française dès les années 1960, comme d’une « société de consommation », d’une
« société post-industrielle », voire, selon Touraine, d’une « société programmée ».
En généralisant à l’extrême, on peut dire qu’un tel type de société
se caractérise notamment, sur le plan économique, par une activité industrielle
qui fait appel à une technologie de plus en plus sophistiquée et, qu’en conséquence,
l’entreprise se transforme en un système de gestion technocratique en vue
de la poursuite de finalités sociales (telle la production de biens culturels,
ou la construction de logement) sous le couvert de la rationalité économique

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
160 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

(voir les hypothèses de Touraine à ce sujet)36. Le secteur « tertiaire » (services,


administration publique) connaît une croissance caractéristique, et occupe, au début
des années 1970, près de 50 p. 100 de la main-d’œuvre active. Il en résulte des
modifications importantes de la condition ouvrière, celle qu’on a le plus souvent
signalée étant l’émergence d’une classe de travailleurs, qu’on a qualifiée de
« nouvelle », à la faveur des luttes pour le contrôle de l’information technique et
scientifique et pour la définition des objectifs de développement économique et
social de la société française.
Sur le plan démographique la France est urbaine à 66 p. 100, en 1968, la
croissance de la population active marque un net accroissement. La famille elle-
même, inévitablement, voit ses fonctions se transformer.
Le niveau de vie s’élève, entraînant non seulement un accroissement
caractéristique des dépenses de consommation, mais encore une transformation du
budget des ménages (par exemple, la saturation de la part consacrée à l’alimentation
et à l’habillement, l’accroissement des dépenses de loisirs). Sur le plan culturel
signalons l’importance des mass media, avec l’avènement de la télévision et la
création du livre de poche, dans les années 195037.
De tels changements ne semblent pas avoir modifié considérablement les
structures d’inégalité sociale, et plusieurs études ou essais ont rappelé cette
stratification sociale dans l’abondance, cette course effrénée à la consommation que
diverses politiques sociales réussissent à peine à infléchir.
Il va sans dire que de telles transformations de la société française, profondes
et radicales, ont considérablement influencé la problématique du loisir, à tous les
niveaux : pratiques populaires, institutions, acteurs, idéologies.
À cet égard, il est possible de ramener l’essentiel de la période actuelle à deux
phases historiques : la reconstruction de l’après-guerre, où le loisir ne joue qu’un
rôle mineur, et la consolidation de la société de masse, d’abondance, marquée par la
conscience explicite du loisir à presque tous les niveaux. Ainsi, la période d’après-
guerre est celle de la reconstruction, de la modernisation des usines, etc. ; la
productivité industrielle double en dix ans, la consommation s’élève de près de
50 p. 100 ; l’automobile et la télévision sont possédées par une majorité de foyers
français, les départs en vacances augmentent notablement.

Traits principaux du loisir dans la société française actuelle


Cette période de reconstruction et d’accession à la société de consom-
mation introduit des changements culturels dont il a été rapidement question.
Elle précède une deuxième période dans la décennie 1960, dont les traits principaux,
en ce qui concerne le loisir, peuvent se résumer ainsi : 1) d’abord
une indéniable « conscience collective » du loisir polarisée autour des notions
de temps et d’espace ; 2) un mouvement — concomitant — de généralisation

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 161

des pratiques populaires de loisir, associé à la mise en place d’une infrastructure


d’équipements collectifs appropriés ; 3) un développement marqué des associations
bénévoles, prélude à la sectorialisation de l’animation socio-culturelle ; et, enfin,
4) une conception idéologique générale du loisir qui est inscrite dans des
problématiques culturelles explicites.
Pour ce qui est de la prise de conscience du loisir, certes fortement présente
dès l’époque du Front populaire, mais beaucoup moins généralisée et ne suscitant
encore que peu de débats, on en trouve une illustration dans l’examen des divers
« plans » français témoignant d’ailleurs des principaux traits qui caractérisent le
loisir à cette période. Il est bien connu que si les premiers plans s’attachent surtout à
la relance de l’économie, le 4e Plan (1961-1965) marque un tournant décisif de la
politique française, en instaurant une politique d’équipements socio-culturels qui
mène, entre autres, à l’implantation d’équipements sportifs, de colonies de vacances
et de maisons de la culture. Le 5e Plan (1966-1970), tout en poursuivant l’effort de
construction de tels « équipements collectifs » amorce une réduction de la semaine
de travail et fait état d’une attention explicite aux problèmes d’animation des
équipements et de formation des animateurs38. C’est dans le 6e Plan (1971-1975) que
le loisir, faisant cette fois l’objet d’une commission préparatoire exclusive, est
explicitement abordé dans une perspective d’aménagement du temps et de l’espace :
problèmes de répartition du temps disponible pour le loisir et d’inégalités d’accès,
étalement du temps de vacances, politique d’espace urbain et non urbain, etc.39.
Dans le 7e Plan, l’approche ne diffère pas, essentiellement ; à l’exception, peut-être
d’une perspective un peu plus « économiste » du tourisme, des vacances et des
industries culturelles.
Les divers plans sont ainsi fort significatifs de quelques-uns des traits majeurs
qui caractérisent la problématique française du loisir dans la période actuelle. Ils
sont d’ailleurs concomitants de cet autre trait majeur qui est celui de l’extension des
pratiques de loisirs, de vacances et de week-end et de l’accroissement du budget-
loisir des ménages (voir CORONIO et MURET, 1974).
Il faut encore ajouter qu’on assiste à une reconnaissance scientifique
indéniable du phénomène du loisir, témoin les multiples études, enquêtes et
rapports dont il est l’objet. Les données deviennent à ce point nombreuses que

36. TOURAINE, La société post-industrielle, 1969.


37. Nous devons nous contenter ici de référer aux indications bibliographiques sous la rubrique concernée.
Les plans français ainsi que les divers rapports auxquels ils ont donné lieu constituent une source
intéressante de renseignements.
38. Qu’on se rappelle qu’en 1966 une loi réduit la durée maximale moyenne de la semaine de travail à
57 heures, et une autre a pour objet la formation professionnelle. On se reportera à l’annexe pour les
indications bibliographiques sur les divers plans.
39. Voir le rapport de la commission « Loisirs » du 6e Plan, cité en bibliographie.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
162 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

diverses synthèses sont publiées et que des bibliographies systématiques sont


produites ; à cet égard, exception faite des travaux précurseurs de J. Dumazedier,
c’est la décennie des années 1970 qui est la plus fructueuse40, et cela, encore une
fois, n’est certes pas le fruit du hasard.
À cette prise de conscience collective, inscrite dans les derniers plans, visible
dans l’effort de recherche lui-même, à cette insistance sur des pratiques et des
équipements menant à une politique de l’aménagement du temps et de l’espace,
s’ajoute l’accroissement notable des associations bénévoles, que la plupart des
analystes situe dans la décennie 1950, et surtout 196041 — à noter, encore une fois,
la conjoncture.
Le mouvement associationniste se situe explicitement dans la tradition de la
problématique de l’éducation populaire, esquissée précédemment. Il s’en distancie,
toutefois, à la fois par son ampleur et par des objectifs sociaux et culturels qui
tendent à s’inscrire dans des modes différents et beaucoup plus diversifiés
d’intervention. L’institutionnalisation de ce mouvement est marquée actuellement de
certains traits typiques : d’abord un cadre juridique, celui de la loi de 1901 sur les
associations ; un mode de financement en grande partie d’origine publique qui fait
souvent l’objet de contrat entre plusieurs instances, parmi lesquelles l’État,
représenté par un ou plusieurs ministères, joue un rôle prédominant ; une présence
qui s’exerce très souvent autour de la mise en place et de l’animation d’équipements
socio-culturels ; l’organisation d’activités les plus variées, et souvent perçues comme
les supports d’une intervention d’ordre culturel ; et enfin, la présence d’animateurs
permanents42.
Ce dernier trait — le rôle croissant des animateurs dans le champ du loisir —
est visible depuis la dernière décennie, mais ce n’est que récemment qu’études
et débats en ont souligné l’émergence. Même si le nombre d’animateurs est
difficile à évaluer, leur progression numérique est indéniable43. À l’origine,
leur formation était très variée, mais elle tend à se spécialiser, à la suite
des législations de 1966 et de 1971, sous forme de diplômes universitaires,

40. Pour les études, mentionnons, entre autres : CORONIO et MURET, 1974 ; GALLAIS-HAMANNO,
1972 et LEMEL, 1974 ; pour les débats : CHARPENTREAU, 1967, GAUDIBERT, 1977, EMMANUEL
1971, JEANSON, 1973, BENSAID, 1969, les travaux de DUMAZEDIER de FOURASTIE ; la synthèse
de M.F. LANFANT, 1972.
41. Par exemple MEISTER, 1972, chap. III.
42. Nous suivons, dans ce paragraphe, les analyses de ION, MIÈGE, et Roux, 1974, p. 71 ss. Signalons qu’en
1974, on évalue à 22 000 le nombre d’associations dûment créées, sans que l’on sache exactement celles
qui perdurent effectivement (Rapport de la Commission « vie sociale », en préparation du 7e Plan, p. 50).
43. D’après la Commission des activités sportives et socio-éducatives du 6e Plan, il y aurait eu environ
6 300 animateurs permanents en 1970 (1971, p. 22) ; Geneviève Poujol, 1978, avance le chiffre de
10 000 (p. 10).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 163

ou ad hoc, institutionnellement reconnus. Le mouvement de « professionnalisation »


est évident, à la fois dans une certaine volonté de définition d’un métier, d’une
carrière, d’une profession, dans la recherche d’un statut, dont les principes généraux
sont agréés par le gouvernement en 1970 (mais sans que cela ait force de loi), et dans
le contrôle progressif de l’accès au marché du travail par la formation spécialisée et
la syndicalisation44.
Encore une fois, les derniers plans reflètent une telle évolution. Ainsi, le
rapport de la commission ((activités sportives et socio-éducatives », en préparation
du 6e Plan, publié en 1971, contient de nombreuses pages, et une importante annexe
consacrées à l’animation. On en décrit l’essor) « aux alentours de 1956-1962 »)
comme consécutif « aux phénomènes de destruction sociale », « à la prise de
conscience des malaises de la civilisation sociale », et « à la mise en place des
équipements collectifs » pendant le plan antérieur45. On y discute de formation, de
fonction, de statut, de rémunération, d’entrée dans la profession, signes non
équivoques de professionnalisation. Cinq années plus tard, en 1970, en préparation
du 7e Plan, l’affaire semble presque classée : c’est la commission « vie sociale » qui
traite de la question, assez rapidement, en termes de « statuts et rémunérations », de
« perspectives de carrière » ; les travailleurs sociaux et les animateurs sont fondus
dans la même catégorie46.

Les idéologies de la culture


Coextensive à de telles caractéristiques est la nécessaire instance idéologique.
L’hypothèse relative à cette période est que le débat porte moins sur le loisir que sur
ses rapports à la culture ; la conception française du loisir fait appel à une pluralité
d’idéologies de la culture. À cet égard au moins quatre approches différentes (mais
non exclusives, il va sans dire), peuvent être historiquement distinguées.

44. La meilleure synthèse sur les animateurs socio-culturels en France, à l’heure actuelle, est celle de
POUJOL, 1978, où de nombreuses pages sont consacrées à leur présentation, à la formation, etc. Sur la
question de la professionnalisation, voir les Cahiers de l’animation, 22, 1978, consacré à ce thème et les
nombreux passages de la Commission « vie sociale » du 7e Plan. Voir encore le texte de Jacques ION
(1982), paru dans un numéro récent de Loisir et Société, et qui souligne le rôle majeur joué par le pouvoir
politique dans le mouvement de « professionnalisation » des animateurs en France. Ce même numéro
(V. 2, printemps 1982) intitulé « Animation et cultures professionnelles », contient une section sur
l’animation en France.
45. Rapport des commissions du 6e Plan, 1971-1975 : « Activités sportives et socio-éducatives », 1971. Cette
commission publie en annexe III, pp. 159-164, le texte des « Principes généraux agréés » par le ministère
chargé de la jeunesse, des sports et des loisirs, pour le statut du personnel professionnel d’animation.
46. Rapport de la Commission « vie sociale », préparation du 7e Plan, 1976, pp. 90-97.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
164 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

La notion même de « culture » est contemporaine de celle de « civilisation ».


L’homme cultivé est originellement désigné ainsi pour l’étendue de ses
connaissances et la qualité de ses œuvres. La problématique de l’éducation populaire,
à ses origines (notamment à partir de la Révolution française), s’enracinait dans cette
notion première de la culture, en ayant comme objectif de « cultiver » le peuple, de
le faire accéder à la culture savante. De nos jours, une notion identique est reprise
quant il est question « du bon usage » du loisir, de son rôle dans l’épanouissement et
le développement individuel, de « l’éducation » au loisir. Bref, on peut distinguer,
historiquement, une première idéologie de la culture, qui est celle de l’extension de
la culture savante aux couches populaires.
Une telle conception a donné naissance à la notion de « loisirs culturels »,
apparue à l’époque du Front populaire. Pierre Gaudibert considère cette période
« comme le creuset où s’élabore pour la première fois une doctrine de l’action
culturelle » (1977, p. 8). Les analyses qui précèdent (cf. la section portant sur
l’idéologie du Front populaire) permettent de conclure que l’idée de loisirs culturels
recouvre celle de la démocratie culturelle, de la participation du plus grand nombre
de travailleurs aux activités sportives, intellectuelles et culturelles. Il y a
élargissement de la notion de culture à celle du sport, du loisir et de l’art, dans le
contexte d’une idéologie populiste. L’État se voit attribuer des fonctions de support,
de soutien, d’incitation, d’information, d’action ponctuelle, dans une idéologie
typiquement libérale du rôle du politique. C’est de cette période que date, semble-t-
il, la coexistence des notions de loisir et de culture, au profit, il faut le dire, d’un
élargissement de la conception du loisir, et d’une approche davantage populiste de la
culture. Plus récemment, à partir des années 1970, le tout a engendré une « idéologie
spécifique du développement culturel » (ION, MIÈGE, ROUX, 1974) dont une des
caractéristiques dominantes est une conception idéaliste de la culture, définie comme
le lieu de la pureté, du salut de la nation, de l’autonomie totale, de la communication
harmonieuse, d’un projet global de vie, etc. Est reprise, sous d’autres formes, une
approche élitiste et grandiloquente, une conception de la culture détachée du social.
Cette conception occulte l’intégration grandissante du champ culturel dans le
domaine de la rationalité scientifique et de la planification politique ; la science et la
politique, auxquelles on fait explicitement appel, sont même présentées comme
essentielles au développement de la culture. Les modalités d’une telle politique sont
typiquement celle de l’implantation d’équipements culturels, de subventions de
l’État, de délégation de pouvoirs au bénéfice des associations bénévoles, et d’appel à
un personnel professionnel d’animateurs47.

47. Cette analyse rapide s’appuie sur l’examen des textes suivants : EMMANUEL, 1971 ; JEANSON, 1973 ;
DUMAZEDIER, 1974 ; et surtout, le rapport de la Commission « affaires culturelles » du 6e Plan. Nous
nous sommes inspirés de ION, MIÈGE et ROUX, 1974, pp. 37-46.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 165

La notion de démocratie culturelle, présente à l’époque du Front populaire,


est ici reprise dans des termes différents : il est question de « participer à la société
tout en pouvant s’en libérer », de « donner aux collectivités locales et à des
associations d’usagers, les moyens techniques et financiers de création »48, et,
idéalement, de « fournir aux hommes le maximum de moyens d’inventer ensemble
leurs propres fins » (c’est, écrit JEANSON, 1973, p. 25, « l’unique fin d’une « action
culturelle »). En d’autres termes, l’idéologie du développement culturel reprend une
conception pseudo-philosophique de la « participation culturelle » ; elle se double
d’une notion implicite du « progrès », et même de « civilisation », présentée comme
la visée d’une nouvelle société idyllique, davantage unie et favorisant la
communication harmonieuse entre les hommes, ceux-ci étant définis comme
pacifiques, en état de création constante, désaliénés, conscients, maîtres de leur
destin. Bref, la notion de démocratie culturelle présente dans l’idéologie dominante
du développement culturel propose une conception si élitiste de la culture à laquelle
elle incite à participer qu’elle masque, inévitablement, les inégalités culturelles en
les légitimant.
3) Cette idéologie s’oppose à une autre, celle de la culture de masse, dont elle
se présente d’ailleurs souvent comme la contre-partie. Règle générale, il s’agit cette
fois d’une conception péjorative de la culture où il est question, entre autres, de
consommation passive, de « participation dépendante », et d’aliénation culturelle.
L’accent est souvent mis sur le rôle uniformisateur, voire banalisant, des mass
media, en particulier sur « les pouvoirs de la télévision » et aussi sur l’emprise des
industries culturelles capitalistes. Il est encore question de « valeurs fabriquées », de
reproduction des inégalités sociales par-delà une standardisation culturelle factice,
etc. Il est à noter d’ailleurs que ceux qui abordent la question du loisir en dehors ou
sans référence au mouvement d’éducation populaire ont généralement tendance à
faire appel à cette conception de la culture (Jonaine et Boudière, par exemple). On
imagine sans peine les malentendus qui en résultent puisque leurs modèles de
référence s’opposent.
Cette idéologie de la culture de masse est bien connue. Elle sert en quelque
sorte d’arrière-plan à la justification d’autres finalités culturelles qui sont souvent
celles de l’idéologie du développement culturel elle-même.
4) Est encore apparue, dans la décennie 1970, une conception de la culture
qui fait appel cette fois à une dialectique « culture dominante, savante-
culture dominée » ainsi qu’au pluralisme des cultures. C’est à partir d’une critique
des conséquences réelles de la politique de développement culturel que ce discours
a pris forme ; ayant mené à l’implantation d’équipements et à la mise en
place d’animateurs professionnels, une telle politique est rejetée parce qu’elle
maintient les inégalités culturelles, devient instrument du pouvoir politique,

48. Rapport de la Commission « affaires culturelles » du 6e Plan, pp. 14-23.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
166 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

reproduit les systèmes de domination ; paradoxalement, cette conception dialectique


de la culture est issue en partie de transformations politiques qu’elle tend maintenant
à dénoncer.
À l’emprise de la culture dominante sont opposés la pluralité des cultures
locales, l’existence de subcultures, le dynamisme des spécificités régionales, la
diversité des aspirations et des modes de vie, l’hétérogénéité et le pluralisme
culturels. La notion de « cultures populaires » fait de nouveau son apparition, et
devient même le leitmotiv des animateurs et des chercheurs49.
Ce nouveau militantisme culturel, cherchant à retrouver les cultures locales,
attentif aux diversités des besoins, voulant en susciter l’émergence et en retrouver
l’expression authentique, a pour nom « animation socio-culturelle ». Ce ne sont pas
tous les animateurs qui tiennent un tel discours, mais il est indéniable que
l’institutionnalisation et la professionnalisation d’un tel métier fondent appui et
légitimité sur une telle conception idéologique de la culture.
On peut résumer sommairement à trois les lieux privilégiés d’intervention
des animateurs qui souscrivent à une telle perspective d’action. Une valorisation de
la communication interpersonnelle et intergroupe, dans des collectivités réduites
(espaces résidentiels, quartiers, etc.) ; le développement de l’expression culturelle
individuelle et de la « créativité », une attention à certains groupes marginaux ou
minoritaires (troisième âge, bandes de jeunes, minorités régionales, etc.)50.
Ces différentes conceptions idéologiques de la culture servent de cadre de
référence aux politiques d’État, aux institutions et aux acteurs, chacun y puisant une
représentation de la culture et de l’action qui légitime ses modes d’intervention ou
en masque les contradictions. Répétons que ce sont celles qui confèrent une
cohérence d’ensemble à la plupart des discours actuels sur le loisir, car celui-ci est
abordé à travers ces idéologies de la culture.
*
* *
En raison de la présence de ce pluralisme idéologique, et de l’actuelle
prise de conscience de la pluralité des cultures, le débat sur le loisir, en France, dans
la mesure où il existe vraiment, est souvent agité, militant, et confus à souhait ! Il
n’est pas toujours aisé de distinguer les niveaux de discours, les clivages
idéologiques et les rationalisations scientifiques. Il serait vain de vouloir dégager

49. Par exemple, Les cultures populaires, 1979.


50. Cette distinction est empruntée à Jacques ION : « Du savoir de la République aux cultures populaires »,
dans PRONOVOST, Gilles (dir.), Cultures populaires et sociétés contemporaines, Québec, Presses de
l’Université du Québec, 1982, pp. 171-183.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LA FRANCE 167

quelque « tendance » que ce soit, car l’expérience démontre que la validité des
prédictions est inversement proportionnelle à l’étendue de la période considérée !
Néanmoins, cette rétrospective témoigne d’une grande richesse historique de
l’expérience française en matière de loisir et de théorie du loisir, et, bien sûr, de sa
spécificité. Depuis la longue nuit du XIXe siècle, c’est à coup de luttes ouvrières, de
débats moraux interminables, de militantisme intellectuel, c’est dans une volonté
résolue de faire l’histoire, que le loisir a peu à peu pris forme en France, et s’est
institutionnalisé. Maintenant articulé à toutes les instances de la société française, du
politique aux institutions et aux acteurs, inscrit dans des problématiques culturelles
explicites (et conflictuelles), il est inévitable que, tôt ou tard, d’autres débats
surgissent et que de nouvelles transformations de la société française mènent à de
nouveaux changements en matière de loisir. À cet égard, les divers acteurs disposent
d’une panoplie de modèles du futur — société programmée, développement culturel,
crise de civilisation, perte de « sens »...
Pour un certain temps encore, il est possible que le mouvement historique soit
celui de la consolidation des institutions et des politiques, régulièrement alimenté
des différentes idéologies de la culture que nous avons distinguées.
Les contradictions inhérentes à l’institutionnalisation du loisir, à la
professionnalisation de la main-d’œuvre, les rapports de pouvoir et les débats
idéologiques se chargeront sans doute, par la suite, d’infléchir l’avenir.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
CHAPITRE 4

LES TRANSFORMATIONS
DE LA PROBLÉMATIQUE DU LOISIR
AU QUÉBEC, DANS SES RAPPORTS
AVEC LE TEMPS ET LA CULTURE

On ne dispose pas encore au Québec de toutes les données nécessaires à la


reconstitution de l’évolution des conceptions du loisir, de ses modes d’organisation,
et des rapports des classes sociales aux enjeux qui lui sont propres. Une véritable
histoire du loisir reste à faire, une cueillette systématique des documents auxiliaires
reste à entreprendre. En dépit de telles lacunes, malgré le caractère partiel ou
fragmentaire de certaines données disponibles, il est déjà possible de brosser un
tableau approximatif des transformations de la problématique du loisir, en attendant
que des travaux monographiques ou de plus grande envergure, viennent compléter
ou modifier les premières interprétations posées à partir de l’état actuel de notre
connaissance1.
Ce chapitre veut tenter une première interprétation globale de la
problématique de loisir au Québec, dans son articulation dynamique interne et dans
les transformations socio-historiques qu’elle a connues, tout particulièrement en ce
qui concerne ses rapports aux temps sociaux et aux changements culturels, ainsi que
dans le contexte de son institutionnalisation progressive.
Déjà plusieurs précautions s’imposent. La première concerne les lacunes
de l’information déjà disponible : pour certaines périodes nos connaissances ont
surtout trait à un aspect à l’autre du loisir (idéologies, une classe sociale
en particulier, etc.) et c’est à partir de cette source qu’il faut tenter de poser
les premiers jalons d’interprétation des autres aspects du loisir. Une autre réserve
a trait à la dépendance et à l’autonomie relatives de la structure même du loisir
par rapport à la structure de la société québécoise : ainsi, à certaines époques,
le loisir a été l’écho assez fidèle de la société, mais il a aussi parfois donné lieu à
des conceptions originales ou à des conflits particuliers ; un aspect intéressant
à souligner immédiatement concerne le « décalage » historique que l’on peut

1. Ce chapitre est une version considérablement remaniée d’un article paru dans Loisir et Société, P.U.Q.,
II, 1, avril 1979, et intitulé : « Les transformations de la problématique du loisir au Québec : hypothèses
d’analyse » (pp. 35-68).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
170 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

observer à certaines périodes, soit entre des instances identiques du loisir et de la


société (v.g. décalage profond entre les idéologies du loisir et certaines idéologies
plus globales), soit dans la structure même du loisir (v.g. décalage typique entre les
idéologies et les modes d’organisation du loisir) ; bref, en ce cas, les rapports « loisir
et société », sont rarement univoques et ne peuvent être posés selon un modèle
d’intégration rigide, tout comme les éléments de structuration interne du loisir ne
peuvent à leur tour être trop étroitement rapportés à des seuls modèles logiques
mettant l’accent sur la cohérence et l’harmonie.
Une autre réserve a trait enfin au caractère exploratoire des interprétations qui
vont suivre, conséquence inéluctable de la connaissance fragmentaire et des données
partielles sur lesquelles elles s’appuient.
En me basant sur les travaux actuellement disponibles, en jumelant
l’interprétation sociologique aux données existantes, en insistant davantage sur des
aspects qui me semblent moins connus ou sur lesquels la recherche s’est moins
portée, je fais l’hypothèse que l’une des voies de compréhension globale du loisir,
dans la société québécoise, et des diverses transformations qu’il a connues, est de
distinguer cinq problématiques majeures : 1° celle des temps sociaux ; 2° le
processus de formation de la culture urbaine ; 3° une problématique religieuse ;
4° l’essor des industries culturelles dans leurs rapports à la culture de masse ; 5° une
problématique de la société libérale de consommation.
Si chacune de ces « problématiques » peut être située à l’intérieur d’une
période historique donnée, cela n’est en rien absolu, puisque certaines d’entre elles
chevauchent, et viennent même en conflit. En plus, comme il s’agit de typologies, la
cohérence d’ensemble d’une problématique particulière demande parfois à être
reportée sur un continuum historique fait de ruptures et de transitions.

1. L’INDUSTRIALISATION DU QUÉBEC ET LES ENJEUX


POUR LE TEMPS SOCIAL
Dans la mesure où le loisir constitue un phénomène typiquement con-
temporain, produit des sociétés industrielles occidentales, sécrété en quelque sorte
par les transformations que de telles sociétés ont connues et connaissent encore dans
leur système de valeurs et dans leur structure interne, l’hypothèse qui en résulte est
que l’on peut situer les premiers moments d’une histoire du loisir moderne, entre
l’éclatement des sociétés dites traditionnelles et la naissance des sociétés dites
industrielles. Le XIXe siècle constitue à cet égard une période historique stratégique,
et que l’on peut retenir comme premier temps de cette analyse.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 171

Il faudrait assurément beaucoup plus que ce court texte pour traiter en


profondeur de la dynamique socio-historique du Québec, au XIXe siècle, et c’est
d’abord à l’historien de métier qu’il faudrait laisser la parole.
Il n’est pas facile de définir ce que l’on entend par « industrialisation ». Les
historiens du Québec, pour leur part, situent une première phase du processus autour
de 1850, en insistant surtout sur les transformations du marché (politique de l’Union,
réseaux de communication et de transport), sur le développement de certaines
industries, dans la région de Montréal (fer, bois, chaussure) et à l’extérieur (surtout
l’industrie du bois), ainsi que sur les transformations de la main-d’œuvre qui en
résultent (du métier artisanal au travailleur non qualifié ou spécialisé). Il ne s’agit
pas encore de la grande industrie mécanisée, mais déjà la division technique et
sociale du travail est fortement amorcée. Dans la décennie de 1870 débute une
seconde phase, qui lance véritablement le Québec dans l’ère industrielle
(diversification, spécialisation, etc.)2.
Quoi qu’il en soit, la naissance, au Québec, d’une société dite industrielle, au
XIXe siècle, constitue à mon sens la cause majeure de la genèse du loisir, dans le
cadre de transformations culturelles fondamentales. Ainsi, l’industrialisation a
provoqué des phénomènes migratoires internes (concentration de population à
Montréal) et externe (émigration vers les États-Unis) d’une grande ampleur, qui ont
mené à une restructuration complète de l’espace québécois. On n’a pas encore
réfléchi suffisamment, me semble-t-il, sur la signification de tels phénomènes de
migration de population ; ne supposent-ils pas, par exemple, insécurité économique,
adaptation culturelle au changement, modifications des réseaux d’interaction,
changements dans les modes de vie, introduction de nouvelles conceptions de la
terre, de l’espace, du temps ?
De plus l’industrialisation a mené à la constitution de ce qu’on pourrait
appeler une culture ouvrière, dont l’un des enjeux majeurs a été de disputer au
capital le pouvoir progressivement acquis sur le temps.
Et enfin, elle a mené à la formation d’une culture urbaine, profondément
séculière, dans laquelle a baigné très tôt la population ouvrière des grandes villes.
Changements économiques, temps sociaux, culture ouvrière et culture urbaine
en formation, tel est ce qui m’apparaît constituer la trame historique fondamentale
de la formation du loisir contemporain, au Québec, et en cela, elle ne diffère pas,
pour l’essentiel, de ce qu’ont connu les autres pays occidentaux en cours
d’industrialisation.

2. On se reportera, sur ce thème, à l’ouvrage de LINTEAU, ROBERT et DUROCHER, 1979, chap. 7, à


l’ouvrage de HAMELIN et ROBY, 1975, ainsi qu’à l’article de TREMBLAY, 1979.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
172 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

La plupart des historiens s’accordent à dire qu’on n’observe pas de


« conscience ouvrière » avant la fin du XIXe siècle, sinon le début du XXe 3. Il y a
encore ici un difficile problème de définition qui ne peut être tranché dans le cadre
de cet essai. Si la culture ouvrière réfère globalement à un ensemble plus ou moins
structuré de valeurs et de comportements qui permettent de distinguer la classe
ouvrière des autres classes sociales, on peut tout au moins faire ressortir quelques
indicateurs possibles :
— une vision de société qui implique une perception assez vive de la société
industrielle en formation, une problématique séculière très nette, éloignée des
conceptions métasociales véhiculées par le clergé (l’idéologie des syndicats
américains implantés au Québec en constitue une illustration indéniable 4) ;
— une conscience d’intérêts communs, des manifestations de solidarité, etc. ;
— des définiteurs, porte-parole, ou idéologues (Médéric Lanctôt, Jules
Helbroner, Albert Saint-Martin, etc.) ;
— des organisations ouvrières spécifiques ;
— des revendications économiques, sociales et culturelles caractéristiques.
Je voudrais faire ressortir, en ce qui concerne le dernier aspect mentionné, à
savoir les revendications ouvrières, au XIXe siècle au Québec, qu’elles portent
principalement sur les salaires et les heures de travail, qu’elles véhiculent en plus
des revendications culturelles spécifiques, et que c’est des conséquences de tels
enjeux qu’est issu en partie le loisir moderne.
En ce qui concerne les revendications pour la réduction des heures de travail,
à l’instar des autres pays en voie d’industrialisation, il s’agit d’une constante des
luttes ouvrières du XIXe siècle au Québec. Elles sont très souvent le fait des ouvriers
spécialisés (tailleurs de vêtement, typographes, débardeurs, etc.), et elles ont été
régulièrement ponctuées soit de grèves, soit surtout de « mouvements » d’une
certaine ampleur. Qu’il s’agisse de la journée de 10 heures, de 9 heures, ou de
8 heures, des congés payés, de la semaine de 5 jours ou de celle de 40 heures, c’est à
coup de luttes souvent perdues que cette longue histoire s’est faite. On se reportera à
la chronologie sommaire reconstituée au tableau 7 pour en saisir l’ampleur et
l’importance jusqu’à nos jours. Il s’agit plus qu’une simple demande « temps ». Il
s’agit d’une résistance et à l’imposition d’une discipline du travail chronométré, et
au pouvoir presque absolu du propriétaire d’usine sur l’ensemble du rythme et des
modes de vie de la population ouvrière.

3. Par exemple, Harvey, dans HAMELIN, Jean (dir.), 1973, et dans HARVEY, 1978, pp. 201 et 203.
4. Voir Harvey, dans HARVEY, 1978, pp. 127 et suivantes.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 173

Pour ce qui est de l’imposition d’une « discipline du travail » (Thompson,


E.P., 1967), rien de nouveau au Québec : par l’utilisation d’amendes raffinées, par
de stricts règlements en usine, par les brimades et parfois la réclusion forcée, la
population ouvrière a peu à peu dû s’incliner devant l’imposition de longues heures
de travail, du petit matin jusqu’au soir, à des salaires de famine parfois remis sur une
base mensuelle seulement. Quant à la centralité croissante d’un travail « dépen-
dant », minuté, chronométré, mesuré pour fins de calculs de la rémunération ou de la
production à la pièce, il s’agit là d’une nouvelle forme de contrôle socio-économique
sur le temps, d’un nouveau rapport au temps, devenu structuré, objet d’enjeux et
d’appropriation. Dans un tel contexte, la résistance ouvrière, envers et contre toutes
les normes dominantes et les acteurs dominants, n’est pas le fruit du hasard.
Le temps comme marchandise, comme enjeu, n’est pas « venu de lui-même »,
il a été imposé. Le mouvement apparemment progressif, continu, de diminution
des heures de travail cache en fait une longue lutte ouvrière, ponctuée de grèves
perdues ; il n’est pas la conséquence heureuse du « progrès technologique », et le
patronat d’ailleurs a opposé une résistance constante à la réduction des heures de
travail au nom de la concurrence et de la rentabilité.
En autant que cette transformation radicale dans les systèmes du temps est
concernée, il y a deux acteurs centraux à l’origine du loisir moderne : les
entrepreneurs capitalistes, qui restructurent peu à peu les temps sociaux par
l’emprise qu’ils obtiennent sur le temps de travail ; le mouvement ouvrier en
formation, qui, sans vraiment remettre en question le pouvoir du capitaliste sur le
temps, lutte pour son réaménagement. Le clergé pour sa part voit son pouvoir sur le
temps considérablement réduit (par exemple la population ouvrière ne peut plus être
aussi disponible pour les corvées ou le culte), à tel point qu’on a dû déplacer des
fêtes liturgiques pour obéir aux impératifs de la production ! D’où d’ailleurs sa
résistance à l’heure avancée, au travail du dimanche, car il s’agissait là d’une mise
en cause d’un ordre social sur lequel le clergé veillait5.
À cet égard, le Québec a connu des débats mémorables : au sujet du
travail du dimanche, notamment, autour des années 1920, alors que l’industrie
avait réussi à imposer un rythme de production continu, particulièrement dans
les usines de pâtes et papiers. Le débat, révélateur des acteurs en présence et
de leurs idéologies, opposa la grande industrie et la presse libérale, au clergé, à
la presse et aux syndicats catholiques. Pour les uns, il s’agit d’une pure question
de rentabilité et de concurrence, pour le clergé et ses alliés le travail du dimanche
viole la loi divine (dont dépend la légitimité de l’autorité cléricale) et suppose

5. Quelques passages, en conclusion de l’ouvrage de GAGNON et HARDY, 1979 sont explicites à ce sujet.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
174 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

un usage abusif d’un temps consacré au culte et au repos ; c’est le clergé, d’ailleurs,
qui souleva la question des bons et mauvais usages du temps. Quant aux syndicats
indépendants, affiliés aux unions américaines, ils réaffirmèrent leur position à
l’égard des aspirations des ouvriers à plus de repos, de temps de vie familiale et
récréative6.
Encore récemment, en 1964, une commission d’enquête fut formée « pour
proposer des normes d’application de la loi du dimanche » dans l’industrie des pâtes
et papier. Les mêmes acteurs et les mêmes arguments apparurent, et la conclusion
fut encore la même : au nom d’arguments de rentabilité, la commission se rangea du
côté des industriels pour permettre le travail sur horaire continu, à l’encontre d’un
rapport d’enquête qui concluait à l’opposition des travailleurs au travail du
dimanche7.
Et aussi incroyable que cela puisse paraître, il y eut encore au Québec dans
la décennie de 1960 des grèves ouvrières pour la semaine de quarante heures,
obtenue dans la dernière décennie seulement.

TABLEAU 7
Chronologie de quelques événements historiques ayant trait
aux conditions de travail et à la réduction du temps de travail
au XIXe et au XXe siècle, au Québec

1833 L’Association des charpentiers et menuisiers de Montréal entreprend une lutte


pour la réduction de 12 à 10 heures de la journée de travail. Elle fait la grève et
obtient satisfaction. Elle devra débrayer à nouveau en 1834, quand on voudra
reporter la journée à 11 heures de travail
1834 Fondation de l’Union des métiers de Montréal (Montréal Trade Union), qui a joué
un rôle important dans la lutte pour la journée de 10 heures (initiative des
charpentiers menuisiers, auxquels se joindront notamment les tailleurs, boulangers
et cordonniers)
1866 À la suite d’un débrayage, la Ship Laborer’s Benevolent Society (composée
surtout d’Irlandais), obtient la journée de 8 heures, ce qui est exceptionnel pour
l’époque. Son monopole sera brisé par une association de travailleurs
francophones
1867 Fondation à Montréal, par Médéric Lanctôt, de la Grande association de protection
des ouvriers du Canada (regroupe à l’origine divers corps de métiers)
(suite page suivante)

6. Voir DUPONT, 1973, chap. III.


7. Rapport de la Commission d’enquête sur l’observance du dimanche dans les usines de pâte et de papiers
du Québec, 1966.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 175

1872 Mouvement de lutte pour la journée de 9 heures. À Montréal, la Ligue ouvrière


de Montréal est fondée dans ce but. Quelques grèves, dont celles des ouvriers du
Grand-Tronc qui obtiennent la semaine de 54 heures
Une loi du gouvernement fédéral (Trade Union Act) soustrait du droit criminel
les associations de travailleurs
1875 Grèves à Montréal, dans l’industrie manufacturière, pour la réduction de la
semaine de travail. Résultats : dans un cas on obtient 57½ heures/semaine, dans
l’autre, la journée de 10 heures, avec départ 1½ heure plus tôt le samedi
1878 Grève réussie des ouvriers du Canal Lachine, pour la journée de 10 heures 1880
Grève des ouvriers de la Hudon Cotton Mills, Hochelaga, pour la journée de
10 heures. Ils obtiennent une réduction de 12 à 11½ heures
1881 À Montréal, grève réussie des commis de magasin de la rue Sainte-Catherine,
pour la fermeture des magasins à 21 heures
1885 Premières sections locales des Chevaliers du Travail. La journée de 8 heures est
dans leur programme
1885 Loi des manufactures. Interdit le travail des garçons de moins de 12 ans, et des
filles de moins de 14 ans (à moins qu’ils n’aient une autorisation écrite de leurs
parents)
Fixe les maxima suivants :
10 heures par jour et 60 heures par semaine pour les femmes et les enfants ;
12½ heures par jour et 72½ heures par semaine pour les hommes ; ne s’applique
pas aux entreprises de moins de 40 employés
1886 Création de la Commission royale d’enquête sur les relations entre le capital et le
travail (1886-1889) qui recommandera la journée de 9 heures Fondation à
Montréal, avec l’aide des Chevaliers du travail, du Conseil central des métiers et
du travail de Montréal
1888 Grève non réussie des typographes de Québec pour la journée de 9 heures
1894 Loi des établissements industriels. Fixe le maximum, pour les hommes à
12 heures par jour et 72 heures par semaine. S’applique aux entreprises de
20 employés et plus
Un premier congé férié (la Fête du travail, ler septembre) est introduit par le
gouvernement fédéral
Grève des charpentiers de Montréal pour la journée de 9 heures
1895 Grève des débardeurs de charbon de la Dominion Coal, Montréal, pour
l’abolition du travail le samedi soir
Grève des employés de télégraphe du CPR, dans tout le Canada, pour le congé du
dimanche et 10 jours de vacances payés
1897 Grève des briqueteurs de Montréal. Gain de la journée de 9 heures
1900 Grève des cigariers de Montréal, pour diverses revendications dont la journée de
8 heures
1901 Loi des différends ouvriers. Un système de conciliation est introduit
1906 Une loi fédérale interdit le travail du dimanche
1907 Loi provinciale analogue : Loi concernant l’observance du dimanche
(suite page suivante)

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
176 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

1909 Loi sur les accidents de travail : indemnisation à 50 % des accidentés du travail
(porté aux ⅔ en 1926)
1910 Une loi québécoise fixe à 14 ans l’âge minimum des enfants au travail, et interdit
l’embauche d’enfants de moins de 16 ans qui ne savent lire ni écrire Fixe à
58 heures par semaine le maximum d’heures de travail des femmes et des enfants
dans l’industrie du textile. Le maximum sera abaissé à 55 heures en 1912
1918 Loi du repos hebdomadaire. Accorde une journée de repos par semaine pour les
employés des hôtels, restaurants et clubs
1924 Loi sur les syndicats professionnels (réglemente les conventions collectives) 1926
Les syndicats commencent à faire campagne pour la semaine de 5 jours Loi
fédérale concernant les associations ouvrières
1930 Loi fédérale établissant des « salaires équitables », ainsi que la journée de huit
heures, pour les ouvriers employés à des travaux publics fédéraux
1931 Création du ministère du Travail, à Québec
1933 Loi relative à la limitation des heures de travail. Elle autorise le gouvernement à
décréter le nombre d’heures de travail par jour ou par semaine, mais pas moins de
6 heures par jour et 33 heures par semaine. Elle fut appliquée dans l’industrie de
la construction
1934 Loi relative à l’extension des conventions collectives. Elle permet d’étendre
l’application d’une convention collective à tout un secteur de l’activité
économique
1935 Loi fédérale qui établit la semaine de travail à 40 heures ; le total des heures de
travail ne doit pas excéder 8 heures par jour et 48 heures par semaine (fut
déclarée ultra vires)
1943 Loi sur l’instruction obligatoire jusqu’à 14 ans
1944 Loi des relations ouvrières. Elle réglemente le droit d’association, le droit de
grève, etc.
1946 Après la guerre, le mouvement syndical lance une campagne en faveur de
40 heures (8 heures par jour)
Après une grève, les ouvriers de la Dominion Textile, à Montréal et Valleyfield,
obtiennent la journée de 8 heures
Ordonnance numéro 3 de la Commission du salaire minimum, créée en 1941, qui
prévoit 7 jours de congés payés après une année de service continu auprès du
même employeur, ou ½ journée par mois de service
1964 Code québécois du travail. Regroupe en une seule loi la plupart des lois
ouvrières.
1965 Code canadien du travail. Fixe à 8 heures par jour et 40 heures par semaine la
durée normale du travail, et à 48 heures la durée nationale, pour les entreprises
sous juridiction fédérale
1969 Une ordonnance de la Commission du salaire minimum établit à deux semaines,
la durée minimale d’un congé payé continu, après une année de service continu
pour le même employeur
(suite page suivante)

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 177

1979 Loi sur les normes du travail (loi 126) ; elle abolit la Commission du salaire
minimum, remplacée par une commission des normes du travail ; elle fixe la
semaine normale de travail à quarante-quatre heures ; elle institue six jours fériés
chômés et payés et établit à deux semaines la durée minimale d’un congé annuel
payé, après un an de service continu, et à trois semaines, après dix ans de service
continu ; fut mise en application en 1980
Sources : CHARTIER, Roger, 1953 ; HAMELIN, J. et al, 1970 ; Histoire du mouvement ouvrier au Québec
(1825-1976), 1975 ; revue Relations industrielles, passim ; Gazette officielle du Québec.

Bref, avec l’arrivée de l’industrialisation, une restructuration du temps est


introduite et même imposée. Le temps est une dimension des cultures et à ce titre est
l’objet de conceptions, de tentatives de contrôle, de polarisations idéologiques, met
en jeu les grands acteurs d’une époque donnée. Dans le cas qui nous occupe, c’est le
patronat qui a l’initiative de départ ; le pouvoir politique, règle générale, se range à
son avis ; le mouvement ouvrier lui oppose une résistance constante. Dans la mesure
où le pouvoir sur le temps représente la capacité d’imposer à d’autres groupes
sociaux sa propre conception du temps, sa propre conception de l’aménagement du
temps, il faut conclure à la « victoire » relative du capitalisme industriel.
S’il a résisté, s’il a grignoté lentement l’emprise du patronat sur le
temps, le mouvement ouvrier l’a fait au nom de revendications culturelles
spécifiques, règle générale. Pourquoi demander de plus courtes journées de travail ?
À quoi s’oppose-t-on ? En faveur de quoi milite-t-on ? Dans le contexte d’une
« éthique du travail », du refus d’un mouvement ouvrier séculier, et d’une nette
dévalorisation du loisir, assimilé à l’oisiveté, occasion de tous les vices, etc.,
comment le mouvement ouvrier pouvait-il obtenir de travailler moins ? Comment
était-il possible de légitimer le fait de ne pas travailler à la sueur de son front pour
assurer la sécurité économique de la famille ? Comment justifier d’avoir une soirée
libre ou un congé le samedi (le dimanche n’était pas en cause puisqu’il s’agissait
d’une sorte de jour sacré) ?
Pour avoir une petite idée du contexte voici ce qu’écrivait la femme d’un
gréviste, dans un journal ouvrier ontarien, en 1872, à propos de la justification de la
journée de neuf heures :
Croyez-moi sur parole, l’heure supplémentaire fera du bien à tous les intéressés et ne
sera pas, comme certains l’ont dit, gaspillée à la taverne ou dans l’oisiveté (LIPTON,
1976, p. 53).
Les travaux de recherche, à l’heure actuelle, ne permettent pas de répondre
à cette question de la nature de l’argumentation avancée par le mouvement
ouvrier québécois pour légitimer sa lutte pour plus de temps de non-travail.
Il faudrait en fait procéder à une analyse de contenu de la littérature

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
178 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

ouvrière disponible au XIXe siècle et au début du XXe siècle et y relever la nature


des revendications sociales et culturelles implicites et explicites.
Si on se fie aux autres situations nationales présentées dans les chapitres
antérieurs, de même qu’à la documentation déjà disponible, il apparaît que le tout
premier argument invoqué a été, tout simplement, un appel à la dignité humaine la
plus élémentaire. On retrouve cela assez nettement d’ailleurs chez A.T. Lépine, chez
Jules Helbronner, dans les documents des Chevaliers du travail ou le manifeste du
Parti socialiste ouvrier : surexploitation, asservissement, dénonciation des sévices et
des brimades, appel aux valeurs morales.
On sait que la journée de huit heures, l’éducation populaire, les loisirs
faisaient partie intégrante des manifestes des organisations syndicales américaines et
européennes. Sur le plan international, d’ailleurs, dans le dernier quart du
XIXe siècle, ces demandes étaient explicites. Ainsi, dans son explication de la
Déclaration de principe des Chevaliers du travail, au sujet de l’article réclamant la
journée de travail de huit heures, A.T. Lépine écrivait :
On demande par cet article une plus juste distribution du bien-être que crée l’ouvrier.
Le système de huit heures de travail par jour relèvera du chômage des milliers
d’hommes, en même temps qu’il donnera un peu plus de repos à ceux qui font un dur
labeur. Il contribuera à relever le niveau moral et intellectuel du peuple en donnant de
l’ouvrage à ceux qui vivent dans l’indigence et en permettant à ces derniers de faire
instruire leurs enfants (LÉPINE, A.T., 1887, p. 19).
De même, une vingtaine d’années plus tard, dans une tentative infructueuse pour
introduire une législation fédérale sur la journée de travail de huit heures, le député
ouvrier Alphonse Verville déclarait en 1909 :
Parce que, dit-il, un ouvrier travaille à une machine, son patron ne doit pas le
considérer comme faisant partie de la machine ; mais il ne doit pas oublier la nature
humaine et les aspirations des ouvriers. C’est avec raison que l’on affirme que la
diminution des heures de travail améliorera les forces physiques et mentales de
l’ouvrier8.
En conséquence, j’émets l’hypothèse que les principales revendications
culturelles du mouvement ouvrier, au XIXe siècle, au Québec, issues des
mouvements en faveur de la diminution du temps de travail, s’articulent autour de
deux grandes préoccupations : l’éducation populaire et le loisir.
L’éducation populaire est une revendication en faveur de l’école obligatoire
et gratuite, en faveur d’écoles du soir pour les ouvriers, et de biblio-
thèques publiques, tout particulièrement. Les associations ouvrières manifestèrent
un certain souci de faire elles-mêmes oeuvre d’éducation, elles contri-

8. Cité par Jacques Rouillard, « L’action politique ouvrière au début du 20e siècle », dans HARVEY, 1980,
p. 203.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 179

buèrent à la création de clubs et journaux ouvriers. De telles revendications en


faveur des classes laborieuses n’étaient certes pas celles de l’élite cléricale et des
organismes de philanthropie, même si, tout au long du XIXe siècle, un certain
nombre de clubs et d’instituts virent le jour.
Par exemple, parlant des principaux moyens d’action des Chevaliers du
travail, Fernand Harvey écrit :
L’éducation constitue le niveau culturel du programme des Chevaliers du travail. On
pourrait même dire qu’elle est la clef de voûte de toute leur idéologie (1980, p. 109).
Sur la lancée d’une tradition ouvrière qui remonte, en Europe et aux États-
Unis, à la première moitié du XIXe siècle, il faut admettre que la contribution du
mouvement ouvrier québécois en formation aux revendications en faveur de
l’éducation populaire, ne doit pas être sous-estimée. En marge des associations
volontaires radicales — tel l’Institut canadien — ou cléricales, mais d’origine
bourgeoise, on observe une phase de mise en place de clubs ouvriers autogérés,
l’essor de la littérature ouvrière, des formes explicites d’éducation populaire. Certes
le mouvement fut bref, régulièrement l’objet d’attaque et d’opposition, récupéré
ultérieurement, mais il a existé, et a donné lieu, par la suite à d’autres tentatives
(telles l’université ouvrière d’Albert Saint-Martin, à Montréal, dans la décennie de
1920, fort populaire à l’époque).
Nous déclarons qu’un des principaux buts de ce conseil est l’éducation, la fondation
d’un congrès local du travail où les questions d’un intérêt seront discutées.
Nous nous efforcerons de former une association où les hommes représentant le
mouvement ouvrier pourront se rencontrer, se mieux connaître, et par là augmenter
leurs connaissances, où leurs idées pourront s’échanger en toute liberté et les graves
problèmes de réformes sociales discutées et analysées (Déclaration de principe du
Conseil fédéré des métiers et du travail de Montréal, 1899)9.
Pour ce qui est du loisir, si l’on se fie à l’expérience britannique, la plus
hâtive en ce domaine, il était sans doute question à l’origine, d’une demande pour
l’amélioration indistincte des « conditions physiques, mentales et morales » de la
population ouvrière, dans le cadre d’un appel général à des notions de dignité
humaine, au respect des valeurs élémentaires, comme l’illustrent les textes de
Lépine et Verville déjà cités. En d’autres termes, c’est généralement par le biais des
revendications en faveur de la réduction des heures de travail, qu’émerge une
revendication pour le loisir, dans le contexte de revendications sociales et culturelles
plus globales.

9. Cité dans L’action politique des ouvriers québécois (fin du XIXe siècle à 1919), 1976, p. 37.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
180 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Parallèlement à la formation de cette représentation du loisir, s’est constituée


et intégrée une demande plus spécifique d’une sorte de droit au repos, au
divertissement, et à la jouissance de la vie. Il s’agit encore de revendiquer une vie
familiale discrétionnaire, ainsi que l’accès à des visites ou à des activités de détente
(pique-niques familiaux, visites de parcs, amusements forains, etc.).
D’assurer aux travailleurs leur part légitime et la pleine jouissance des richesses
qu’ils créent, assez de loisirs pour développer leurs facultés intellectuelles et
sociales ; tous les bénéfices, récréations et plaisirs de la sociabilité ; en un mot de les
rendre capables d’avoir part aux profits et aux honneurs d’une civilisation avancée
(Déclaration de principes des Chevaliers du travail, publiée à Montréal en 1887)10
Les textes de Jules Helbronner, publiés dans le journal La Presse à la fin du siècle
dernier, sont également très explicites (DE BONVILLE, 1975).
La demande pour les congés payés et les vacances est naturellement plus
tardive. Quoi qu’il en soit, des revendications en ce sens ainsi que des premiers gains
apparaissent dans la période de l’entre-deux-guerres, avant la crise économique de
1929. L’argumentation devait sans doute être fort différente, puisque certaines
conceptions du loisir sont déjà fixées à l’époque.
Le mouvement ouvrier n’a certes pas fait porter ses luttes seulement pour
l’éducation populaire et le loisir. Il a aussi été le défenseur de demandes politiques et
sociales très importantes : suffrage universel, législations sociales, etc. Il faut
rappeler qu’il constitue, au XIXe siècle et au début du XXe siècle le principal sinon
le seul véritable interprète de telles aspirations populaires.
Enjeux pour le temps social et revendications culturelles vont de pair ; la
légitimité implicite et parfois explicite de la réduction du temps de travail fait appel,
fondamentalement, à un réaménagement des temps sociaux au bénéfice d’une plus
grande part accordée à l’éducation et au loisir, contre l’emprise extrême de l’usine et
de ses conditions dégradantes.
Et ce n’est pas le fruit du hasard. Avec la montée de l’industrialisation,
il y a formation d’une culture ouvrière qui fait porter ses grandes batailles
contre l’emprise capitaliste sur le temps, au nom d’aspirations à la culture et au
loisir. Ainsi, sans qu’il en ait toujours été vraiment conscient, le mouvement ouvrier
a constitué, me semble-t-il, par ses luttes en faveur de la réduction du temps
de travail, le principal acteur du loisir naissant. Car le temps, comme valeur,
comme marchandise, comme enjeu, est apparu dans l’histoire sous la poussée
des transformations économiques issues de la révolution industrielle ; « il n’est
pas venu par lui-même », pourrait-on dire. De même en est-il de la réduction des

10. Tiré de L’action politique des ouvriers québécois (fin du XIXe siècle à 1919). Montréal, P.U.Q., 1976,
p. 29 ; aussi dans HARVEY, 1980, p. 128.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 181

heures de travail, à laquelle les capitalistes ont opposé une résistance constante,
jusqu’à nos jours, au nom d’arguments de concurrence ou de rentabilité, par
exemple ; le mouvement apparemment linéaire de diminution des heures de travail
cache une longue et lente lutte ouvrière, et cela aussi, ne s’est pas fait spontanément,
ni sans violence ; il faut se défaire d’une vision idyllique d’une société « en
développement » livrant progressivement comme par enchantement du temps
disponible pour le loisir et la culture. Le loisir ne constitue pas la conséquence
heureuse du « progrès technologique », mais bien plutôt, dans l’aspect majeur de ses
rapports aux temps sociaux, le résultat des luttes ouvrières.

2. LE PROCESSUS DE FORMATION
DE LA CULTURE URBAINE AU XIXe SIÈCLE
La mutation progressive d’une société en une société industrielle ne va pas
sans une transformation profonde de sa culture. Le processus d’industrialisation
affecte non seulement la structure du temps, mais aussi celle de l’espace,
particulièrement, me semble-t-il, par les déplacements considérables de population
qu’il entraîne, et par la concentration urbaine qui en résulte. De sorte que s’il doit y
avoir changement culturel majeur, c’est dans et par la ville.
Phénomène économique et culturel tout à la fois, la ville moderne, si, à ses
débuts, elle impose à la classe ouvrière, des conditions de vie extrêmement
difficiles, n’en demeure pas moins le lieu d’une culture propre et de modes de vie
spécifiques. Migrer vers la ville suppose une sorte d’ouverture à de nouvelles
modalités d’appartenance culturelle, une perméabilité relative à de nouvelles
conceptions de l’espace, de la famille, du temps, etc., de sorte que l’insécurité
économique, mère de la migration urbaine, oblige aussi à des adaptations culturelles
majeures.
On n’a pas encore étudié véritablement un tel phénomène. Cette question de
l’intégration à la ville, celle des formes de vie culturelle offertes à cette génération
de migrants urbains, celle des promoteurs et des marchands de la culture urbaine
d’alors, celle des contenus culturels véhiculés, celle de la réceptivité de la
population, autant d’aspects historiques qu’il reste à mieux connaître.
Je voudrais néanmoins suggérer l’hypothèse que dès le XIXe siècle, au
Québec, et tout particulièrement à Montréal, une culture urbaine spécifique existait
déjà, qu’une telle culture a pavé la voie aux industries culturelles et à la culture de
masse, et que dès cette époque une certaine domination culturelle avait pris place.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
182 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Ainsi une des formes d’amusement populaire à Montréal a été le cirque


américain11, dont les prouesses, les animaux exotiques, les coloris étranges
expliquent en partie la vogue, à tel point qu’on signale même les récriminations de
certains employeurs à l’égard du cirque, car il était facteur d’absentéisme12. Il y avait
aussi des panoramas, des spectacles de magie, des curiosités vivantes, des
ascensions de ballon. L’appel à la curiosité, à l’étonnement, le déploiement du
merveilleux, autant d’aspects des amusements populaires de l’époque.
Il y a eu aussi le théâtre et le vaudeville. Après quelques tentatives
infructueuses, de la part de la population anglophone de Montréal, de présenter des
pièces d’origine britannique, en plus de pièces d’origine française et la venue de
comédiens célèbres (dont Sarah Bernard), il semble que ce soit le vaudeville
américain qui ait connu la faveur du public. On y jouait des comédies au titre aussi
évocateur que : Married in the dark avec des figurantes du style « Champagne
Gilrs »13. Tout cela a duré une bonne partie du XIXe siècle, et ce n’est qu’au
tournant du siècle que le clergé réussit à fermer quelques portes, d’abord à Québec
puis à Montréal.
Le XIXe siècle est également le temps de la création de « places » urbaines.
Outre la création du parc du Mont-Royal à Montréal, sous l’instigation de la
population anglophone de la ville, on peut signaler des jardins d’amusement et de
fêtes (dont le parc Guilbault, qui connut de nombreuses péripéties, et fut pour un
temps à la fois jardin botanique et parc zoologique14), ainsi que divers lieux de
verdure. Un des plus célèbres fut le parc Sohmer, où l’on projeta aussi les premières
vues animées15. Il y eut l’île Sainte-Hélène, pour laquelle Jules Helbroner réclama la
création d’une voie d’accès16. Il y eut encore le Champ-de-Mars. Ce que l’on peut
souligner c’est que la place urbaine, lieu de verdure, ou lieu d’amusements, de
divertissement, connut un essor important à Montréal au XIXe siècle. La
structuration des parcs urbains à cette époque est aussi fonction des nouveaux modes
de vie introduits dans le cadre d’une culture urbaine.
Il y eut encore des carnavals d’hiver, vers la fin du siècle dernier, abandonnés
pour des raisons économiques et morales ; il y eut des expositions industrielles et
agricoles, dont l’histoire reste à faire ; il y eut la vague des pique-niques, des
premières excursions par bateau ou par train... ainsi que des pèlerinages.

11. Voir MONTPETIT, 1979 ; Groupe de recherche en art populaire, 1979.


12. DE BONVILLE, 1975, p. 144.
13. Groupe de recherche en art populaire, 1979, p. 89.
14. Raymond Montpetit, « Attractions et curiosités à Montréal au XIXe siècle : culture et exotisme », Loisir
et Société, P.U.Q., VI, 1, printemps, 1983.
15. BÉLANGER, 1978.
16. DE BONVILLE, 1975, p. 145.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 183

Il ne faut pas oublier non plus l’institutionnalisation du sport moderne,


d’abord en milieu anglophone, puis chez les francophones du Québec, sous la forme
de « clubs », et de spectacles professionnels17. En ce cas d’ailleurs, sans que le sujet
n’ait fait l’objet de recherches intensives, il est probable que le modèle francophone
du sport ait été fort loin de l’idéologie britannique de la « muscular christianity »
évoquée au chapitre premier, et que le refus des sports d’importation britannique
— sous peine de perdre son âme et sa langue — ait mené à une acceptation d’autant
plus aisée des sports d’origine américaine, tel le baseball déjà très populaire au
début du siècle; de plus, il y eut un phénomène d’adoption de sports originaux (tel le
hockey, ou les compétitions « d’hommes forts » du style de Louis Cyr).
Il faut aussi mentionner un phénomène culturel très important, celui de
l’essor des journaux populaires ou ouvriers : La Patrie (fondée en 1879), La Presse,
(1884), les journaux de fin de semaine (dans la décennie 1880), les almanachs
populaires; il y a là plus qu’une coïncidence des dates de parution; les progrès de
l’alphabétisation de la population, encore lents au XIXe siècle, ont contribué à la
vogue des journaux populaires, des magazines, et des romans, mais ils impliquèrent
inévitablement de nouveaux modes de transmission des normes et des valeurs, et
donc d’acculturation; il faut aussi se rappeler les revendications presque constantes
du mouvement ouvrier en faveur de tels changements, à tel point que celui-ci a
même créé ses propres journaux, dont les premiers auraient paru peu avant le
tournant du siècle, et eurent un essor important dans la décennie de 191018.
Une « vie culturelle » spécifique prend ainsi place dans la ville du XIXe
siècle au Québec, le cas le plus patent étant Montréal. Cette culture urbaine est faite
d’amusements populaires et de divertissements, de lieux et places publiques
structurés en fonction de tels loisirs, de nouveaux modes de transmission et d’accès
à l’information et à la culture. Il s’agit d’une culture que j’appellerais déjà
profondément « séculière », différente de la culture religieuse, et dont les acteurs
principaux sont : les industries américaines (cirques, vaudevilles), les premiers
magnats de la presse, le mouvement ouvrier. Déjà, à cette époque, une partie des
entreprises culturelles sont entre des mains étrangères, principalement dans le
secteur du « divertissement », de sorte qu’on peut dire que certaines formes de
domination culturelle ont déjà lentement pris place.

17. Gérald REDMOND, “Some aspects of organized sport and leisure in nineteenth century Canada”, Loisir
et Société, II, 1, avril 1979, 73-97; A. METCALFE, “The Evolution of Organized Physical Recreation in
Montreal, 1840-1895”, Histoire sociale/Social History, IX, 21, mai 1978, pp. 144-166.
18. On peut se référer à l’inventaire publié dans L’action politique des ouvriers québécois, 1976, pp. 173-
174. Il y a bien sûr l’inventaire de BEAULIEU et HAMELIN, 1973.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
184 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Cette culture urbaine, en plus de s’enraciner dans les transformations du


Québec, au XIXe siècle, coexiste avec des problématiques métasociales (en
particulier l’idéologie ultramontaine et l’emprise croissante du clergé sur diverses
institutions sociales), tout en pavant la voie à l’essor que connurent certaines
industries culturelles de masse, notamment le cinéma et la radio. En d’autres termes,
l’histoire culturelle du Québec — à faire — parfois obnubilée par une vision
mythique du monde rural, par les seuls acteurs que furent le clergé et ses alliés,
s’enracinent dans des mutations culturelles propres à une société qui voit son
économie, ses temps, son espace, se transformer, propres à une société qui voit la
définition qu’elle donne d’elle-même changer radicalement.

3. LA PROBLÉMATIQUE RELIGIEUSE DU LOISIR


AU XXe SIÈCLE
En raison de l’importance qu’ont connue le clergé et les idéologies
religieuses, dans l’histoire du Québec, il appert que le loisir, dans certains de ses
aspects et à diverses périodes, a été fortement tributaire de tels courants historiques.
Dans la mesure où il est question de la formation du loisir moderne, j’ai émis
l’hypothèse qu’au XIXe siècle c’est d’abord de transformations économiques, puis
de restructuration du temps, de l’espace et de la culture, qu’il faut parler, et que deux
acteurs majeurs sont en cause : les entrepreneurs capitalistes et le mouvement
ouvrier. Telles sont en partie ces problématiques du temps social et de la culture
urbaine.
Cependant, on ne peut comprendre le loisir moderne au Québec, sans faire
appel à un autre type de problématique, qui a coexisté avec les premières, qui est
ouvertement entré en conflit avec elles, et qui a connu ses heures de gloire à
l’époque qu’on a identifiée comme étant celle de « l’Église triomphante »19, dans la
première moitié du XXe siècle.
Au XIXe siècle, tout d’abord, l’idéologie ultramontaine en est une de
négation de la société industrielle naissante, de primauté donnée à des concep-
tions métasociales de la société, et à un type d’« ordre » calqué sur des préceptes
théologiques. L’attitude du clergé semble en avoir été une de négation constantes
du loisir, des amusements populaires, de l’éducation populaire, de la ville...
Ainsi, en ce qui concerne le loisir, les préoccupations sont surtout d’ordre moral.
Le sport, par exemple, a été vigoureusement dénoncé par le clergé, à cause du
triple danger qu’il représentait, pour la culture, la langue et la foi, puisqu’il
s’agissait d’une pratique anglaise et protestante. S’ajoutait aussi l’interdit qui
pesait sur lui à cause du danger qu’il représentait pour la famille : l’image
est celle du père de famille, quittant femme et enfants, pour aller assister

19. L’expression se retrouve dans VOISINE, 1971.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 185

à une course de chevaux, et échappant ainsi à son rôle d’éducateur et protecteur. De


nombreux loisirs étaient ainsi perçus comme une menace à la famille.
Les loisirs ont aussi été dénoncés par le clergé parce qu’ils constituaient
« une occasion prochaine de péché ». Cette menace est omniprésente. Les sports, par
exemple, étaient considérés comme source potentielle de rixes et beuveries ; la
gymnastique ou la « culture physique » a longtemps été refusée, voire tout
simplement ignorée, à cause d’une grande crainte du corps, crainte typique d’une
morale négative. Les jeux d’hiver étaient occasion de « mauvaises rencontres », ou
encore d’une trop grande parade des charmes féminins, si bien qu’en 1889 le clergé
a obtenu qu’on abandonne la pratique des carnavals d’hiver20.
Quant aux cirques, leurs promoteurs n’ont réussi à calmer les appréhensions
du clergé qu’après avoir promis toutes les garanties de moralité, en avoir suspendu
les représentations aux heures des messes et avoir versé une obole aux œuvres de
charité. Inutile d’ajouter que seule la littérature morale et édifiante a trouvé grâce
aux yeux du clergé, les romans classiques — notamment des auteurs français de
cette époque — étant coupables de descriptions de mœurs fâcheuses, quand ils ne
critiquaient pas les institutions en place auxquelles l’Église a toujours prêché la
fidélité, ou qu’ils ne soulevaient des « idées » sociales d’avant-garde.
De telles approches, ponctuelles, généralement négatives apparaissent encore
dans un long refus du cinéma, dont se plaignirent amèrement les commerçants
(HUGUES, 1972, p. 338) ; « aucun langage ne semble trop fort quand il s’agit
d’attaquer (le cinéma) », écrit-on (JONES, 1974, p. 231). Ce refus trouva aussi
plus tard une autre voie d’expression dans les accusations de « gaspillage » ou de
« luxe » — souvent dirigées contre l’automobile — ou de « frivolités » — à propos
de la mode, par exemple (HUGUES, 1932, p. 328 ss.). Dans les années 1940, on
peut encore lire certains de ces anathèmes classiques; la justification des « œuvres
de terrains de jeux » passe par la réfutation des arguments que traînait cette
idéologie (non, le terrain de jeu ne détruit pas la famille, non il n’est pas une
occasion de péché, etc.). Le grand vent ultramontain a soufflé jusque après 1945,
reconnaissable par sa suspicion latente envers le loisir.
À la lecture des textes anciens traitant du loisir, on a comme l’impression
qu’un revirement de pensée s’est produit au tournant du XXe siècle. L’idéologie
ultramontaine ne pouvait se maintenir, sous peine de se situer en marge
des changements historiques et technologiques, et de se fermer à la présence
inéluctable, dès cette époque, de pratiques et de techniques nettement
apparentées au loisir naissant (v.g. cinéma). Face à l’impossibilité de maintenir
le rejet en bloc du loisir, le clergé notamment a dû développer une conception

20. Groupe de recherche en art populaire, 1979, pp. 237 et suivantes.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
186 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

typiquement religieuse du loisir, et prôner des formes d’organisation modelées sur la


pensée théologique de l’époque, dans le contexte plus général d’une volonté de prise
en main de la plupart des institutions sociales (syndicalisme, système d’éducation,
action catholique spécialisée, etc.).

La structure de la pensée religieuse


La pensée religieuse sur le loisir est presque exclusivement le fait de
membres du clergé; elle ne s’est certes pas développée tout d’un coup. Sur la base
de diverses tentatives d’organisation, il y a eu affirmation progressive et
raffinements successifs, au point que c’est dans la décennie de 1940 qu’une telle
pensée prend sans doute sa structuration la plus formelle. On peut alors y distinguer
trois éléments centraux.

1. Primat du sacré
Comme il se doit « les récréations sont voulues de Dieu » (LEBLOND, 1947,
p. 141), et le modèle qui doit les inspirer est d’ordre divin. Le garant du loisir est
d’ordre métasocial, ce qui est une caractéristique dominante de toute pensée
religieuse.
Cet appel classique à un ordre surnaturel qui fonde le loisir s’appuie sur toute
la théologie chrétienne en vigueur à l’époque, dont il n’est que le prolongement, et
trouve les justifications premières du loisir dans la volonté divine elle-même (on
invoque notamment le repos du septième jour, tel que rappelé dans la Bible).
Un autre aspect de ce primat du sacré se retrouve dans les fondements
théologiques qui sont utilisés pour définir les modes d’organisation du loisir, ses
formes et ses fonctions. C’est en fait une pensée religieuse diffuse et omniprésente
qui est à l’œuvre, jusque dans les modalités les plus concrètes.

2. Une « théologie du temporel »21


La pensée religieuse fait la distinction entre le surnaturel et le « temporel »,
ce dernier désignant ce monde fini dans lequel nous vivons. Or il est évident
que le loisir est de l’ordre du temporel, et à l’instar de tout phénomène de cet
ordre, demande à son tour à être sacralisé. On observe donc une volonté
non équivoque de prolonger jusque dans le loisir des principes d’action
qui ont d’abord une finalité surnaturelle, par exemple « la christianisation des

21. Rappelons que cette section reprend l’essentiel de l’article cité à la note 1. Un ouvrage en préparation, de
Michel Bellefleur, sur ce sujet, apportera des données plus précises et plus nuancées.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 187

milieux de loisirs » (DION, 1943, p. 59), la construction d’un monde où le règne


divin sera établi, la conquête du salut des âmes. Cela est dit maintes et maintes fois.
De plus on fait un appel régulier au « droit naturel », à un ordre immuable et à
des principes intangibles, à une autorité voulue de Dieu. On s’appuie d’ailleurs sur
cette théologie de sacralisation pour résoudre « le problème » du loisir. Car le loisir
est défini comme un « problème » religieux — et non social comme après 1945 —
dans la mesure où il est inscrit dans un contexte de dégradation morale, voire
de perversion, dont on cherche les causes à la fois dans ce qu’on désigne par
le machinisme — et ici il semble qu’on ait surtout à l’esprit « l’esclavage de
la machine » (DION, 1943, p. 99), mais aussi l’allongement du temps de
loisir qu’engendre le machinisme — et dans une casuistique des « bons » et des
« mauvais » loisirs, le problème venant évidemment du fait de la prédominance des
mauvais loisirs. Il y a ainsi « problème » parce que l’utilisation du temps de loisir ne
se fait pas selon les finalités surnaturelles déjà définies, et que, bien au contraire, le
loisir engendre parfois le mal et le péché :
... il est bon de nous rappeler que c’est surtout le temps des loisirs qui place
l’humanité dans l’alternative du mieux ou du pire. (...). Le problème du loisir est donc
très important. Il touche à la famille, qu’il disloque, à la société qu’il diminue, à
l’Église dont il paralyse l’action, à la nation qu’il affaiblit (LEBLOND, 1947, p. 55).
À noter aussi parfois des textes des plus alarmistes, dans lesquels c’est toute
la civilisation qui serait pervertie, engendrant « l’attrait trompeur des villes », le
« matérialisme et le dérèglement », crises et bouleversements (v.g. DUFOUR, 1938).

3. Une hiérarchie des formes et des fonctions


En vertu de ce qui précède on instaure assez rapidement une hiérarchie dans
les formes et les fonctions du loisir. Celle-ci a varié dans ses appellations, mais sa
structure générale est manifeste.
Au bas de l’échelle, pourrait-on dire, se situe le rôle du loisir dans la simple
reproduction physique de la force de travail, et aussi dans la conservation de
la santé. Pour le travailleur, il s’agit de se reposer, de ne pas tendre son corps
jusqu’à la rupture; on parle de « la récupération des forces perdues sur le champ
du labeur » (DUFOUR, 1938, p. 263). Pour les jeunes, il s’agit de se maintenir en
forme et en santé, notamment par les activités de plein air, par les jeux et par les
sports. Il est à noter que le sport comme tel n’a pas semblé être considéré outre-
mesure, on lui préférait des jeux et des compétitions anodines. Le principe était
l’adage « une âme saine dans un corps sain », l’accent étant surtout mis sur l’âme.
Quant à ce qu’on appelait alors la « culture physique », ancêtre de « l’éducation

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
188 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

physique » actuelle, une certaine crainte du corps — typique de la morale chrétienne


alors en usage — en a fortement ralenti le développement22.
Vient ensuite la fonction intellectuelle du loisir. Par le loisir, l’homme peut
développer ses facultés de l’esprit, notamment grâce aux bonnes lectures et à la
réflexion. Il est intéressant de constater que le loisir est véritablement perçu comme
le prolongement de l’école, et qu’il peut ainsi faire œuvre de formation personnelle
et de développement de la personnalité.
Comme il se doit, le loisir a aussi une fonction morale, qui a pour objectifs la
formation proprement chrétienne des enfants et des hommes, notamment grâce à
l’instauration d’un contexte et de pratiques spécifiques. Il s’agit soit de distraire ou
de détourner les enfants et les adultes de la paresse, de l’oisiveté et aussi des
embûches du péché, soit de les mener à une vie plus chrétienne. Les manuels ne
manquent pas d’ailleurs, qui se font fort de fournir des exemples appropriés : temps
de prière, ou de contemplation, utilisation du jeu à des fins de rappel de la morale
chrétienne, semaines mariales ou missionnaires sur les terrains de jeux, chants
religieux, etc. (on écrit même que la prière et la contemplation sont partie intégrante
du loisir).
Et enfin, la plus haute des fonctions du loisir est sa fonction surnaturelle : le
loisir doit servir les fins de Dieu et de l’Église : christianiser le monde, étendre le
règne divin sur la terre, assurer le salut des âmes.

Les modalités d’organisation sociale


En conformité avec une telle structure de pensée, la classe dirigeante du loisir
à cette époque a été le clergé. L’idéologie religieuse du loisir eut pour corollaire un
pouvoir clérical qui, à l’origine, était presque absolu. Puisque le loisir était de
l’ordre du « temporel », il fallait lui adapter une structure d’autorité moins
exclusivement cléricale que dans le cas des affaires internes de l’Église. À la suite
de diverses encycliques pontificales (notamment Rerum Novarum) on sait qu’il y eut
un vaste mouvement de présence de l’Église aux problèmes sociaux. Le modèle qui
a peu à peu été développé est celui de « l’Action catholique » (il a notamment donné
naissance à l’Action catholique ouvrière — la Ligue ouvrière catholique — et la
« Jeunesse étudiante catholique »). Dans le cas du loisir, on a tout simplement
adapté de façon presque intégrale un tel modèle ; cela a donné naissance à un
mouvement original qui sera appelé « Œuvre des terrains de jeu » (O.T.J.).

22. Citons au sujet de cette crainte du corps DION, 1943, pp. 83-86; DUFOUR, 1938, p. 276; LEBLOND,
1947, p. 50. Quelques analyses sommaires se retrouvent dans GUAY, 1969.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 189

En pratique, cela signifie que les O.T.J. ont été identifiées à un mouvement
d’action catholique spécialisée, en empruntant les finalités et les modalités
d’organisation :
L’organisation hiérarchique, laïque et ecclésiastique du mouvement otéjiste ressemble
aux autres mouvements d’Action catholique spécialisée. Il n’y a que la terminologie
qui diffère (LEBLOND, 1947, p. 41).
De plus le clergé a véritablement pris l’initiative d’une telle organisation : dès
les années 1925 ont commencé à se créer, dans les paroisses, de tels terrains de jeu,
s’adressant surtout aux jeunes pendant le temps des vacances (par exemple, on
mentionne l’ouverture d’un terrain de jeu à Québec en 192923). C’est autour de
l’église ou de l’école, ou encore dans un parc, que se déroulaient les activités. Le
clergé était même propriétaire des équipements, dans de nombreux cas, sinon les
autorités municipales acceptaient de bon gré de céder ou de louer à long terme et à
un loyer nominal, les installations qu’elles possédaient24. (Ce n’est qu’à partir de
1967, par la nouvelle Loi des fabriques, que le clergé aura à se déposséder de ses
biens en cette matière).
Quant à la structure d’autorité, elle était calquée sur celle de tout mouvement
d’action catholique. D’abord l’évêque, représentant du pape, puis des « aumôniers »
diocésains et paroissiaux; pour l’organisation des activités on faisait appel à des
laïques, « chefs », « gardiens » ou « responsables ». La figure 2 donne une idée de la
manière dont les finalités de l’O.T.J. ainsi que ses structures étaient alors
rationalisées.
La cadre était presque exclusivement paroissial. (Il y eut également, assez tôt,
des « camps de vacances » spécialisés, toujours sous l’autorité et la propriété du
clergé; de même, les mouvements de « scoutisme » et de « guidisme », se sont vu
attribuer les mêmes fonctions.) Cela allait un peu de soi, à l’époque, car
l’organisation sociale était pensée selon un mode très décentralisé, axé sur l’église et
la paroisse :
En chrétienté, le cadre naturel de toute institution commune, c’est la paroisse.
Paroissial sera donc le vrai loisir chrétien (TREMBLAY, 1949, p. 373).
Un tel mode paroissial d’organisation dura très longtemps. Encore de nos
jours les interventions publiques municipales utilisent souvent un tel cadre
d’organisation, et la conception « paroissiale » du loisir est vivace.

23. DION, 1943.


24. On a des exemples de ce genre d’entente dans DION, 1943 et LEBLOND, 1947.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
190 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

FIGURE 2
O.T.J. * — Mouvement d’action catholique

Éloignée : Le chrétien confirmé.


Matérielle

Intrin. Prochaine : l’Apôtre laïc.


Formelle La participation à la hiérarchie
de l’Église catholique.

Causes Principale : l’Esprit-Saint.


Efficiente
Éloignée : Le Christ.
Instrument
Extrin. Prochaine : l’Église.

Finale Subjective La participation des laïcs


au sacerdoce du Christ.

Objective : Le règne du Christ-Roi.

Évêque — Dir. diocésain — Conseil


Plan diocésain diocésain. (Composé du Dir. dioc. des
directeurs et directrices).
ORGANISATION
Plan paroissial Aumônier local — Directeur(trice) tech-
ou nique — Chef — Sous-Chef — Gardiens
interparoissial (nes) — Responsables de services.
a) Choix des membres (Directeurs(trices). Responsables).

b) Réunions Conseil diocésain : Mensuelle.


De Gardiens(nes) : Hebdomadaire.
Respons. : Sur convocation du Dir. dioc.
TECHNIQUE
I Évangile.
c) Étude II Action Catholique en général.
a) Étude du milieu.
III Mouv. O.T.J. b) Étude des jeux.
c) Programme.

Sources : LEBLOND, 1947, p. 39.


* Œuvres des Terrains de Jeux

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 191

Au plan des structures formelles, on instaura par la suite un regroupement des


O.T.J., d’abord sur un plan diocésain, puis ensuite sur un plan national. C’est ainsi
qu’est née la première institution nationale consacrée aux loisirs : la Confédération
otéjiste provinciale, en 1946, ancêtre de toutes les autres institutions à ce niveau
(elle se fractionnera par la suite en une organisation consacrée au loisir — la
Confédération des loisirs du Québec — et une autre consacrée aux sports — la
Confédération des sports du Québec; l’histoire, à faire, de telles institutions, me
semble impérieuse).

Les populations cibles


Il ne fait pas de doute que la population qui a d’abord été visée à été la
jeunesse :
Le but de l’O.T.J., mouvement d’Action catholique est de garder l’enfance et la
jeunesse au Christ dans ses loisirs (DION, 1943, p. 60).
Pour contrer les « mauvais » loisirs, les causes de perdition, le désœuvrement,
c’est sur les enfants que se sont prioritairement portés les efforts. L’objectif final,
d’ordre surnaturel, était défini en termes quelque peu négatifs : sauver la jeunesse, la
protéger du mal et du péché, etc.
L’autre catégorie de population qui fut visée (mais plus tardivement que la
jeunesse) fut la population ouvrière. Il est intéressant de noter qu’en vertu de la
hiérarchie existante des formes et des fonctions du loisir, on assigna certes à cette
intervention des fonctions de récréation et de détente, mais surtout des fonctions
éducatives et morales. Tel que déjà signalé, le loisir est perçu comme le
prolongement de l’école : il doit assurer le développement intellectuel et la culture,
de même que la formation morale. Parlant de l’éducation populaire et des loisirs
d’après-guerre, un auteur écrit ceci (en 1950) :
(Les fins du loisir) ne sauraient seulement satisfaire le repos matériel, le délassement
du corps et de l’esprit. Les loisirs ne peuvent être uniquement récréatifs. Au contraire,
leur but ultime est éducatif. Ils doivent élever le niveau intellectuel du peuple et sa
moralité (POULIN, 1950, p. 30).
Les institutions principales du clergé pour atteindre ces fins, ont été la
« Ligue ouvrière catholique », la « Jeunesse ouvrière catholique », le « Cercle des
fermières » et « L’Union catholique des femmes rurales » (toute l’histoire de ces
quatre mouvements reste encore à faire). À cela se sont ajoutés peu à peu des cercles
littéraires et diverses associations à but intellectuel ou artistique.
Il faut aussi ajouter que la famille a été l’objet des plus vives préoccupations.
Le loisir pouvait détruire la famille, assurait-on. Or, le cadre paroissial du
loisir étant posé, la famille en devenait l’instance privilégiée. Quand on s’adressait
à quelques membres seulement (v.g. les jeunes), l’objectif visé ne pouvait
qu’avoir des effets bénéfiques sur le développement moral et spirituel de la

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
192 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

famille tout entière. Et on valorisait aussi les formes d’activités qui permettaient à
tous de « rester à la maison », ou qui pouvaient se pratiquer en famille (l’image
classique est celle du père de famille lisant un journal ou un livre, pendant que
jouent les enfants sous l’œil serein de la mère occupée à quelque travail
domestique). Cependant, ce sont les mouvements d’éducation populaire qui se
préoccupèrent de l’organisation de loisirs proprement familiaux, particulièrement
par l’aménagement de vacances familiales; on peut rappeler l’exemple de la L.O.C.
qui, après la Deuxième Guerre mondiale, a instauré cette pratique; elle consistait
surtout soit en de brèves excursions d’une journée ou deux, par train ou par autobus,
vers un endroit de villégiature ou vers un site quelconque, soit en un séjour d’une
semaine (ou deux) dans un chalet au bord d’un lac. Hugues mentionne encore les
pique-niques et les soirées populaires, organisés par la J.O.C. (1973, p. 245 ss.).
... Cette problématique spécifiquement religieuse du loisir s’étend
approximativement des débuts du XXe siècle jusqu’à nos jours. Compte tenu de
l’état actuel de nos connaissances, je pense qu’une des façons centrales de
comprendre le loisir au Québec, pendant cette période, est précisément de concentrer
l’analyse dans les termes d’une telle problématique. Son influence se fait encore
sentir aujourd’hui. Certes le clergé fut peu à peu départi de ses pouvoirs et même de
la plupart de ses biens, mais cette perspective proprement morale et religieuse se
traduit encore de nos jours, par exemple, par l’intérêt des mouvements d’action
catholique pour le loisir, par des agences pastorales (et même des maisons d’édition)
spécialisées, et par la présence discrète de quelques institutions religieuses (je songe
plus particulièrement à ce qu’on appelle ici des « patros », dont l’origine d’ailleurs
est plus lointaine que celle des O.T.J.).
La problématique religieuse du loisir, malgré sa grande importance historique
et ses prolongements actuels, n’est pas la seule perspective de compréhension
possible, même de l’époque relative sur laquelle elle s’étend et, par surcroît, de la
période actuelle. D’autres foyers d’intégration du loisir ont existé ou coexisté,
entrant d’ailleurs parfois en conflits directs avec le pouvoir religieux et ses acolytes.

4. INDUSTRIES CULTURELLES DE MASSE ET


SYSTÈME DE VALEURS
La naissance des industries culturelles de masse
C’est dans la ville que la culture de masse a pris naissance, et a trouvé son
terrain de prédilection. Les progrès de la technique ne peuvent expliquer à eux seuls
la grande popularité qu’ont connue le cinéma et la radio, ni la réceptivité de la
population, ni le choix du contenu véhiculé, ni les grands débats auxquels ils ont
donné lieu (particulièrement le cinéma).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 193

Déjà, au XIXe siècle, la formation d’une culture urbaine spécifique avait pavé
la voie à de nouvelles formes culturelles. On ne s’étonne pas de constater la relative
facilité avec laquelle les industries culturelles de masse se sont implantées très tôt au
Québec. Pour illustrer, ne fut-ce que rapidement, comment la culture de masse a pris
forme peu à peu au Québec, comment de nouveaux modes de communication ont
pris place (on se rappellera la naissance des journaux populaires à grand tirage dans
la deuxième moitié du XIXe siècle), j’ai choisi l’exemple de l’histoire de la radio et
du cinéma.

Le cinéma
L’histoire négligée du cinéma au Québec commence à la fin du XIXe siècle, à
Montréal, par des spectacles ambulants, ou des représentations épisodiques de films
muets. Le premier « Ouimetoscope », ouvert en 1906, n’est déjà pas le seul. Pour la
période du cinéma muet d’avant la crise, un maximum de salle est atteint dès 1921 à
Montréal, qui compte sans doute à cette époque environ le tiers des salles
québécoises25.
On ne saurait trop insister sur la popularité que semble avoir connue le
cinéma muet, et ce, en dépit des oppositions hâtives du clergé, des campagnes
répétées de la presse catholique ou d’autres mouvements à caractère religieux. Il
n’était pas rare qu’on se presse à l’entrée des salles de cinéma. Quelques
témoignages laissent entendre que presque toutes les catégories de population ont
été touchées, du clergé (à l’intention de qui Ernest Ouimet organisait des sessions
gratuites !), à la population ouvrière, aux enfants (les samedi et dimanche), et aux
collégiens (à tarif réduit, sur semaine26).
Il semble bien que les principaux films diffusés étaient des aventures, drames
ou comédies de mœurs, d’origine américaine, le tout parfois accompagné de
chansons, monologues et musique de circonstance. Voici d’ailleurs la description
affolée qu’en donna un membre du clergé, rapportant les résultats d’une enquête
menée dans les années 1920 dans la ville de Québec :
Voici comment se classent les scènes immorales relevées dans les théâtres de
Québec : amour libre : 58; concubinage : 3; adultère : 6; adultère justifié :
4; divorce : 5 ; mariage malheureux : 27 ; séduction et tentative de rapt :
48 ; mariage ridiculisé : 10 ; passion justifiée : 11; mauvaises filles et actrices
données comme héroïnes : 28; scènes de mauvais lieux : 28; scènes de
taverne : 29; scènes d’ivrognerie sans but antialcoolique : 28; bagarres au
révolver : 2 ; meurtres : 59;

25. Je suis tout particulièrement redevable à Yvan Lamonde, du Centre d’études canadiennes-françaises, de
l’Université McGill, pour cette partie sur le cinéma; il a eu l’amabilité de me faire connaître avant sa
publication un ouvrage sur la statistique du cinéma dont on ne peut que souligner l’extrême importance
(LAMONDE et HÉBERT, 1981).
26. BÉLANGER, 1978.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
194 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

suicides : 8; duels : 8; vols de grand chemin : 65; montrer comment voler :


2; montrer comment éviter la justice : 5 ; incendie criminel : 6 ; crimes
impunis : 227.
De telles perceptions de la situation expliquent aisément les campagnes
contre le cinéma du dimanche ! Par-delà les statistiques ou les catégories
descriptives utilisées, on perçoit la profonde sécularisation des contenus véhiculés
de cette époque ; l’univers porté à l’écran différait radicalement de la vision
métasociale ou agriculturiste véhiculée par l’élite religieuse du temps.
On diffusait également des reconstitutions d’événements spectaculaires (feu,
tremblement de terre, etc.) et même de nombreuses scènes de la vie quotidienne.
Ernest Ouimet, en particulier, produisit parfois un véritable journal filmé, en
arrivant sur les lieux tôt après le début d’un événement (par exemple l’incendie de
Trois-Rivières en 1908), en filmant parades, cérémonies religieuses, pose de voie
ferrée, sports divers, concours d’hommes forts, etc. Le cinéma servit aussi à
la propagande de guerre, à la publicité touristique (par exemple Herménégilde
Lavoie) ; il fut utilisé comme véhicule des visions ruralistes ou religieuses de la
société québécoise (Albert Tessier).
La crise des années 1930 a provoqué un déclin relatif du cinéma, que le film
sonore a relancé rapidement. Intégré dans le réseau nord-américain de distribution,
le cinéma au Québec est l’objet d’une concentration de la propriété des salles de
cinémas, mouvement amorcé vers les années 1920, à tel point que, de nos jours, un
petit nombre de grandes chaînes contrôlent la majorité des salles.
Après la Deuxième Guerre mondiale, les salles de cinéma ont connu leur
apogée, tant en terme de nombre absolu de salles que d’assistance, dans la période
1950-1955, le déclin postérieur à ces années s’expliquant sans doute en partie par
l’avènement de la télévision (la télévision d’État fut inaugurée officiellement en
septembre 1952)28.
La lutte que livrèrent au cinéma le clergé et la presse catholique date
essentiellement d’avant la crise économique. Elle connut sa période la plus agitée
avec l’incendie du Laurier Palace, en 1927, dans lequel, un dimanche, environ
soixante-dix-sept enfants périrent29. Comme dans les luttes contre le travail
dominical, l’heure avancée ou pour des terrains de jeux, les acteurs sont ici à peu
près les mêmes : l’initiative vient des industriels, hommes d’affaires ou
entrepreneurs locaux qui exploitent des salles de cinéma à des fins lucratives et sans
trop tenir compte des prescriptions morales; le gouvernement leur semble
généralement favorable, mais doit composer avec les pressions du clergé et des
associations catholiques (Société Saint-Jean-Baptiste, A.C.J.C., Syndicats catho-

27. ARCHAMBAULT, R.P., Œuvre des tracts, n° 91, 1927, pp. 7-8.
28. Yvan LAMONDE et Pierre-François HÉBERT, op. cit.
29. L’ouvrage de DUPONT, 1973, chapitre A-1, décrit cet épisode.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 195

liques, Ligue du dimanche, journal L’Action catholique, etc.). L’argumentation du


clergé s’inspire de cette « hiérarchie des formes et des fonctions » qui se dégage de
la problématique religieuse : en plus de profaner le dimanche, et donc de mettre en
cause la loi divine du repos dominical, laquelle loi sert de garant métasocial à
l’autorité du clergé, le cinéma, dans son « immoralité fondamentale », constitue un
danger pour le corps, pour l’esprit (« débauche d’horreurs »), pour l’âme
(« excitation au crime », « éducation au mal », etc.)30 et aussi pour la famille.
Conclusion : « dimanche et cinéma s’opposent comme ordre et désordre »31; le
cinéma est facteur de « déchristianisation » ; on réclame la fermeture pure et simple
des salles de cinéma le dimanche, une censure plus sévère, tant des films que des
affiches publicitaires, l’interdiction du cinéma aux enfants. Contrairement aux
terrains de jeu, où d’après un certain refus du même type l’Église catholique
cherchera à sacraliser le loisir, il faudra attendre jusqu’en 1949 l’implantation d’un
premier ciné-club à l’initiative d’ailleurs de la Jeunesse étudiante catholique.
L’initiative fut presque désavouée mais reprise en charge par le clergé, quelques
années plus tard.
On a l’impression que deux mondes, deux visions du monde, sont entrés en
conflit ouvert avec l’essor du cinéma : un univers séculier, urbain, dans lequel le
divertissement, l’imaginaire, la puissance de la fiction prennent corps, en quelque
sorte, par l’image ; un univers sacralisé, paysan, rural, en totale contradiction avec
les modes de vie de l’époque, et véhiculé par les premiers cinéastes québécois (tel
Albert Tessier).
C’est ainsi qu’avant la naissance d’un cinéma indépendant à partir des années
1960, on aura droit surtout à des films américains ou français. Les premières
productions locales s’alimentent à la vie paysanne ou au milieu rural (Albert
Tessier), dans une méconnaissance presque totale de la culture urbaine (le Curé de
village, ainsi que Un homme et son péché, paraissent en 194932).

La radio
Si un premier permis fut accordé à la compagnie Marconi en 1919, pour le
poste CFCF, c’est en 1922 que s’ouvrit à Montréal la première station francophone
CKAC (elle aurait diffusé le tiers de ses émissions en langue anglaise, en 1940). Puis
ce fut au tour de la ville de Québec (en 1926), et d’autres villes, quelques années
plus tard (dont Sherbrooke et Trois-Rivières en 1937).

30. D’après ARCHAMBAULT, Œuvres des tracts, n° 91.


31. HARBOUR, Chanoine, Œuvres des tracts, n° 97, p. 10.
32. Une analyse pénétrante de ce film a été faite par Michel Brulé, dans Sociologie et Société, « le cinéma »,
VIII, 1, 1976, pp. 117 ss.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
196 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Il est important de souligner qu’exception faite de la Société Radio-Canada,


créée en 1936, la presque totalité des stations radiophoniques sont la propriété des
grands journaux, dont La Presse (pour CKAC), Le Soleil (pour CKCI, Québec). Une
telle mainmise a probablement eu pour raison économique primordiale le contrôle du
marché de la publicité33.
Il est une observation étonnante à première vue : la radio ne semble pas avoir
fait l’objet de débats idéologiques majeurs, le clergé, en particulier, ne lui ayant pas
manifesté une claire hostilité ; il est possible que cela s’explique par une conception
de la radio qui ait été à l’origine très près de celle du journal; en le percevant comme
moyen d’information ou de propagande et en mettant en ondes certaines émissions
religieuses, cela a pu suffire pour écarter quelque débat d’importance; Hughes
mentionne à ce sujet que l’objection soulevée contre les programmes « n’est pas
d’ordre moral, comme dans le cas du cinéma, mais seulement qu’ils ne sont pas en
français » (1972, p. 333). Il est possible également que cela témoigne de l’intégration
effective, dès cette époque, des mass media dans les modes de vie urbaine.
L’histoire du contenu de la radio, et sa périodisation, reste à faire34. En se
référant à quelques témoignages35 on pourrait distinguer les catégories suivantes de
contenus, pour la période d’avant 1939 :
— des discours politiques ou nationalistes, à propos desquels on mentionne
d’ailleurs certains cas de censures;
— des informations, soit en direct, ou sous forme de reportage (Radio-Canada
s’imposera en ce domaine à partir de 1939), soit sous forme d’émissions
quotidiennes (Elzéar Lavoie, citant Robert Rumilly, mentionne qu’autour de
1939 Radio-Canada y consacrait quatre émissions de quinze minutes, sur
seize heures d’opérations36) ;
— des émissions sportives américaines, essentiellement le baseball, retransmises
en direct, et, sans doute un peu plus tard, des reportages sur le hockey;
— des causeries de toutes sortes, dont Hughes mentionne la popularité, surtout,
écrit-il, « sur les questions religieuses et culturelles » (1972, p. 333) ; il y eut
aussi des causeries éducatives, scientifiques et artistiques;
— des émissions religieuses (chapelet, messe, cérémonies) ;

33. Les données qui précèdent, au sujet de la radio, sont tirées de Elzéar LAVOIE, 1971.
34. La seule source d’information déjà disponible est due au travail de pionnier de Pierre Pagé.
35. HUGHES, 1972; LAVOIE, 1975; PAGÉ, 1975.
36. LAVOIE, 1971, p. 46.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 197

— de la musique : il semble qu’à l’origine la musique prenait une bonne part du


temps d’antenne;
— des chansons et chansonnettes ; Hughes mentionne que « les programmes
commerciaux font leurs beaux dimanches des chansons de café et des
divertissements dits « européens » (p. 333);
— une littérature radiophonique importante, au sujet de laquelle il faut signaler
le travail de pionnier de Pierre PAGÉ (1975) ; sketches, radio-théâtres, et
radioromans constituaient les trois genres principaux, avec une apogée du
radioroman dans la période 1945-1955 (ceux-ci constituant tout près de la
moitié de l’ensemble du répertoire recueilli par Pierre Pagé).
La popularité des radioromans, leur originalité, sont à rappeler; occultés par
la critique, méconnus, ils nous plongent véritablement dans ce qu’on pourrait
appeler une culture authentique, fort distante de la culture savante de l’époque, tant
par la langue, le style que le contenu. La radio, écrit Pierre Pagé, a contribué à créer
un « environnement culturel » dont on a certainement sous-estimé l’importance et
l’ampleur. L’auteur distingue à cet égard trois types d’écoute — divertissement,
réflexion, distanciation (1975, p. 58 et suivantes) —, mais compte tenu du contexte
historique et culturel auquel j’ai fait allusion, je demeure convaincu que c’est le
« divertissement » qui fut le plus important, et explique en partie la grande
popularité qu’a connue la radio. La culture de masse, transmise par les mass media,
est une « culture du divertissement ».

La signification du travail et du loisir


dans le contexte de la culture de masse
Il a souvent été rappelé que, pour un grand nombre d’ouvriers, le travail est
l’objet d’une signification « instrumentale » plutôt qu’expressive. L’ouvrage de
John Goldthorpe, en particulier a permis d’alimenter une telle thèse37. La
« satisfaction » à l’endroit du travail est fonction d’une orientation nettement
instrumentaliste, caractéristique de l’ouvrier « de l’abondance ». L’attachement à
l’entreprise est avant tout contractuel et basé sur la rémunération; la solidarité
syndicale est presque de même nature. Il s’ensuit que, pour « se réaliser », on ne
compte pas sur le travail, mais plutôt sur la privatisation des modes de vie et de la
vie familiale en particulier.

37. GOLDTHORPE, John H. et al, The Affluent Worker : Industrial Attitudes and Behavior,
1968, Cambridge, Cambridge University Press, 206 p., appendice, bibliographie, index.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
198 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Lynd, dans le premier Middletown faisait déjà la même remarque :


C’est davantage cette connotation instrumentale du travail, plutôt que les satisfactions
intrinsèques possibles, qui fait que Middletown travaille avec tant d’ardeur à mesure
que les activités courantes s’accomplissent sous la bannière du signe du dollar38.
Cela va de pair, ajoute-t-il, avec les loisirs de masse, et il mentionne
nommément la publicité sur une large échelle, les journaux populaires, le cinéma, la
radio, ainsi que « les autres voies de la communication culturelle »39.
De sorte que l’on peut en apprendre davantage à propos de la culture en
observant le loisir, car ce qui est lu, vu, écouté, pratiqué, diffère considérablement
de la routine quotidienne, et, précise LYND, « cela est particulièrement vrai de la
classe ouvrière »40.
En d’autres termes, l’essor de la culture de masse coïncide avec une sorte
d’achèvement de la perte de signification du travail artisanal, et de la généralisation
relative de conceptions dites instrumentales du travail. À l’instar du temps, le travail
et sa signification changent radicalement, dès le XIXe siècle, avec la révolution
industrielle et la sécularisation de la culture urbaine. En contrepartie, sur la lancée
de telles transformations économiques et culturelles tout à la fois, les modes de vie
s’alimentent à de nouveaux circuits de communication culturelle, à de nouvelles
modalités de transmission des valeurs. Au Québec, la culture de masse naissante
correspond largement à ces changements de valeurs, déjà fortement enracinés, tout
en contribuant à les nourrir. On peut sans doute dire que la « standardisation », la
« consommation », les « loisirs » correspondent en fait à de nouvelles formes
culturelles implantées très tôt au Québec, et déjà intensément vécues.

L’introduction des conceptions contemporaines à propos du loisir


De sorte que pour ce qui est plus spécifiquement du loisir, ce que l’on
pourrait appeler sa « sécularisation » remonte à l’époque des industries culturelles
naissantes. La crise économique de 1929 a contribué aussi à l’abandon progressif
des conceptions religieuses, tout comme d’ailleurs, sur d’autres aspects, elle a
provoqué de profonds bouleversements. Rappelons encore une fois que culture de
masse et culture religieuse ont coexisté, sont entrées en conflit, et qu’il s’agit de
deux pôles culturels d’intégration des modes de vie de la population québécoise.
Pour ce qui est de la culture de masse, on peut en situer la genèse dès l’époque de
l’industrialisation, et en sont directement tributaires ces conceptions contemporaines
du loisir dont cette section veut faire état.

38. Middeltown, 1956, pp. 80-81.


39. Idem, p. 81.
40. Idem, p. 311.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 199

En schématisant un peu, on y décèle les traits principaux suivants : d’abord


l’abandon progressif d’une conception métasociale du loisir, au profit d’une
« explication » qui a fait appel aux dynamismes internes de la société; en second
lieu l’arrivée d’une nouvelle catégorie d’acteurs, spécialisés dans le traitement des
problèmes sociaux, les travailleurs sociaux.
Il faut souligner encore une fois qu’une telle problématique a longtemps
coexisté avec la problématique proprement religieuse du loisir, dont elle a emprunté
certains traits (telle la conception morale de la résolution des problèmes sociaux, à
l’origine de la création des écoles de service social). Cependant, les conceptions
métasociales se sont réduites progressivement, à la suite de l’introduction de
nouveaux systèmes normatifs mettant l’accent sur les dynamismes sociaux et le
changement, et faisant appel à des modes d’organisation ou d’intervention de plus
en plus spécialisés, fondés sur la science et la technique. Elle a, de plus, nettement
pavé la voie à une problématique libérale de société.
On peut distinguer deux traits majeurs de la conception du loisir, dans cette
problématique de la sécuralisation : d’abord la mise en perspective du loisir par
rapport à divers « problèmes » que secrète la société ; ensuite des explications qui
font appel à l’identification de certains éléments de la structure interne d’une
société.
On peut parler de conceptions proprement contemporaines, dans la mesure où
sont mis en place certains traits à la base de la définition la plus courante du loisir à
notre époque, traits qui trouvent leur prolongement et leur apogée dans une
problématique libérale de société.

Le loisir comme problème social


Ce qui frappe d’abord, c’est une vision quelque peu alarmiste du loisir,
fondamentalement présenté comme un important « problème ». On nous dépeint une
société de matérialisme, de « dictature économique », où la spéculation, la recherche
du profit ainsi que des bouleversements sans nombre permettent de parler de
véritable « maladie sociale », d’une civilisation dangereusement en décadence.
L’idéologie nationaliste traditionnelle y trouve un terrain de choix.
Le loisir, pour sa part, entretient une double relation avec cet ordre de
problème : ou il n’est que l’image fidèle des maladies sociales — ce sont les
mauvais loisirs, ceux pendant lesquels l’homme se rabaisse, déchoit, court à sa
perte, etc. — ou il contribue davantage à accélérer la déchéance de la société :
Le problème des loisirs est certes l’un des plus formidables de l’après-guerre. Le
laisser-faire qui a si profondément marqué nos sociétés d’avant-guerre a fixé
ses empreintes néfastes dans le domaine du loisir accaparé par la spéculation,

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
200 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

le profit et le lucre. Toutes nos grandes maladies sociales sont plus ou moins liées à la
mauvaise utilisation des loisirs (POULIN, 1950, p. 2).
Le fait typique contre lequel on maugrée, ce sont les loisirs commerciaux,
mais on attaque aussi le désœuvrement, le gaspillage du temps libre, etc.
Pour résumer rapidement, loin d’être perçu comme le lieu d’une « civilisation
nouvelle », le loisir a souvent été présenté comme étant à l’image des maux de la
société contemporaine, comme un des multiples effets négatifs des sociétés
industrielles. À la fois menace et problème, défi et danger, le loisir a été inséré dans
une pensée sociale profondément moraliste, en grande partie inspirée de la morale
chrétienne traditionnelle, mais débordant déjà sur des préoccupations d’organisation
et d’intervention dont des acteurs spécialisés autres que le clergé pouvaient être les
maîtres d’œuvre.

L’explication technologique
Ce n’est véritablement qu’à partir des années 1940 qu’on commence à parler,
à propos du loisir, de la « révolution industrielle » (POULIN, 1950). Le schéma
classique est bien connu : les transformations dans l’organisation du travail, surtout
l’introduction de la technologie moderne, a amené une réduction de la semaine de
travail, avec pour conséquence une augmentation du temps libre. À tel point que la
question deviendra celle-ci :
Comment vont s’occuper les hommes qui n’auront à travailler que cinq à six heures
par jour ? » (DION, 1943, p. 100).
Une telle explication de l’origine du loisir, en faisant ainsi appel aux
changements technologiques, à une civilisation nouvelle de type industriel, etc., était
déjà fortement développée aux États-Unis, dès les débuts du XXe siècle. Il importe
pour l’instant de remarquer qu’un tel genre « d’explication » du loisir revient
fondamentalement à déplacer l’interprétation, d’une perspective morale ou
théologique — métasociale — à une perspective centrée sur les dynamismes internes
de la société : appel au développement d’une civilisation nouvelle, sensibilité aux
changements technologiques, conscience d’une quelconque « révolution indus-
trielle », attention aux conséquences socio-économiques qui en résultent. Il s’agit en
somme d’un « cas » classique, du passage d’une idéologie fondée sur des garants
métasociaux à une autre, attentive à des dynamismes internes de changement social.
Les conséquences principales d’une telle problématique plus « séculière »
ont été d’abord, dans l’ordre des conceptions, le développement d’une pensée
politique et sociale. Il est intéressant de constater, par exemple, que l’idée d’un
« droit au loisir » est déjà présente en 1950 (POULIN, 1950). On voulait aussi que
l’État, sans intervenir directement, du moins accorde un certain support financier
ou technique aux organismes bénévoles. On parlait déjà du rôle des pouvoirs

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 201

publics locaux. On se préoccupait de la culture populaire. Bref, un certain


mouvement d’idées sociales progressistes est déjà observable à cette période41.
L’autre conséquence importante est l’arrivée sur la scène du loisir, de la classe
des travailleurs sociaux, c’est-à-dire d’une catégorie nouvelle d’acteurs, spécialisés
dans la solution des problèmes sociaux.

Les travailleurs sociaux et le loisir


Voilà un aspect complètement négligé de l’histoire du loisir.
Le travail social, au Québec, a des racines profondément religieuses et
cléricales. Une école de service social est fondée à Montréal en 1940, et à Québec en
1943. Le travail social est défini comme une véritable mission, comme une vocation,
en continuité avec les oeuvres de l’Église; c’est un complément au ministère pastoral
et aux œuvres de charité chrétienne42.
C’est ainsi, en ce qui concerne plus particulièrement le loisir, que l’on
retrouve des travailleurs sociaux dans les paroisses, dans les camps d’été pour les
jeunes. On s’occupe même du budget familial.
On organise des centres d’accueil; on met sur pied des activités récréatives,
sportives, ou éducatives. À titre d’illustration, la figure 3 donne un exemple
d’activités organisées par un centre social spécialisé. L’implication dans le champ du
loisir est déjà impressionnante.
En plus des jeunes, catégorie d’âge privilégiée d’intervention, on retrouve les
interventions des travailleurs sociaux auprès de la famille, des orphelins, des
vieillards, des délinquants, des prisonniers et des malades.
Si le loisir était pensé comme un problème social, il était presque logique
de faire appel à des travailleurs spécialisés pour en résoudre certains aspects. À cause
de la filiation de la problématique séculière et de la pensée religieuse, les
perspectives morales et catholiques demeurent présentes pour un certain temps : il
s’agit encore de donner des fonctions morales et religieuses à l’intervention sociale
en matière de loisir, mais ce qui diffère, ce sont les thèmes spécialisés d’intervention,
et aussi le fait que, pour résoudre le problème du loisir, l’on ne

41. Bien entendu, il ne s’agit pas d’un cas isolé. Un tel mouvement d’idées coincide avec le développement
au Québec d’une pensée sociale et politique progressiste : fondation de la Faculté des sciences sociales à
l’Université Laval (premiers enseignements de sociologie), mouvements politiques réformistes, etc.
42. Sur cet aspect précis on peut consulter la revue Service Social, Québec, Université Laval, dont la
fondation remonte à 1951, de même que l’article suivant de Jacques Rousseau, « L’implantation de la
profession de service social », Recherches sociographiques, XIX, 2, 1978,171-182.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
202 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

fasse plus appel presque exclusivement au clergé, par exemple, mais à des personnes
ayant reçu une formation spécialisée.
Cela s’est produit progressivement, bien entendu, et les premières
monographies sur le loisir sont profondément marquées par cette conjoncture de
sécularisation progressive des idéologies dominantes. L’exemple typique est celui
des nombreuses thèses portant spécifiquement sur les centres paroissiaux, les patros,
les colonies de vacances, par exemple (et ce avant 1950). Si au début il s’agissait
d’une mission, d’une vocation en continuité avec les œuvres catholiques, peu à peu
des arguments de « professionnalisme » et de « compétence » prévaudront43.
Dans la même veine, il faut signaler le rôle de la Faculté des sciences sociales
de l’université Laval, à l’origine de nombreuses thèses sur le loisir, d’études
monographiques, de travaux collectifs en milieu urbain, d’expérience d’animation en
milieu populaire, et de programmes d’éducation populaire44. Si, au départ l’ombre
de Léon Gérin était omniprésente (ce qui explique sans doute l’absence d’une
véritable sociologie urbaine), dès le milieu de la décennie de 1940 il fut question de
centre communautaire, de voyage, de cinéma et de ligues de balle !
Quoique sur un mode mineur, le loisir fait partie dorénavant de l’horizon de
recherche en sciences sociales.
Cette problématique du loisir comme « problème social » est à son tour
encore présente aujourd’hui. Elle se manifeste surtout d’au moins deux manières.
D’une part, la persistance de ce rappel du loisir comme « problème » évoque la
distinction des « bons » et des « mauvais » loisirs, de même que les visions
alarmistes, déjà rappelées, d’une civilisation presqu’en décadence : de nombreux
manuels ou écrits reprennent l’anathème des loisirs dits commerciaux, s’inquiètent
de la qualité de la culture de masse, font état des taux de criminalité et de
délinquance — évidemment associés à une mauvaise utilisation du temps de
loisir —, traitent des problèmes de la cité moderne, et, plus récemment, introduisent
dans leur analyse des considérations ayant trait à l’environnement.

43. Voir l’inventaire auquel nous avons procédé : PRONOVOST, Gilles, 1977 (une mise à jour est également
disponible).
44. Par exemple : GAUTHIER, Claude, 1948, « Belleville », communauté rurale des cantons de l’Est, Univ.
Laval, Faculté des sciences sociales, 202 p.; LAPLANTE, Pierre, 1948, Au service de l’éducation
populaire, Univ. Laval, Faculté des sciences sociales, Mémoire de maîtrise en service social, 70 p.;
TOUSIGNANT, Fabienne, 1948, Présentation de la survey de la paroisse Notre-Dame-de-Pitié, Québec,
Univ. Laval, Faculté des sciences sociales, 62 p., appendice, bibliographie.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 203

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
204 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

D’autre part, la perspective du loisir comme « problème » a pour corollaire


l’utilisation du loisir à des fins de traitement des problèmes sociaux. Il suffit en effet
d’inverser la question, c’est-à-dire de s’attacher aux genres de loisir qui peuvent être
dits de qualité, pour obtenir des « effets » positifs ou thérapeutiques. Cela s’observe
notamment par la persistance de l’intérêt des travailleurs sociaux pour le loisir
(témoins tant leurs thèses que leur présence sur le marché du travail du loisir), et
aussi par les préoccupations contemporaines pour les questions de « thérapie »
individuelle ou collective par le loisir : l’idée des effets thérapeutiques du loisir me
semble prendre racine dans une telle problématique. Il faut encore ajouter qu’un des
« problèmes » principaux auxquels on associe de plus en plus le loisir est celui des
personnes âgées, pour lesquelles le loisir est perçu comme une solution possible à
leur désœuvrement ou à leur dénuement. « Loisirs thérapeutiques », loisirs et
« populations spéciales » (ce terme désigne surtout les assistés sociaux, les
chômeurs, les délinquants, les handicapés, les malades mentaux et les personnes
âgées...), fonctions du loisir dans le développement moral, intellectuel, dans la
réhabilitation sociale, dans l’intégration familiale, autant de termes encore actuels, et
qui, à mon sens, découlent de cette problématique.

5. LA SOCIÉTÉ LIBÉRALE DE CONSOMMATION


L’hypothèse que je veux émettre est que la situation actuelle peut être
interprétée à partir d’un modèle libéral de société de consommation. Un tel
modèle de société s’enracine dans les transformations de la société québécoise au
XIXe siècle, dans l’abandon progressif des conceptions métasociales et le passage à
une vision « séculière », ainsi que dans l’essor de la culture de masse. Il y a une
certaine continuité historique entre ces diverses problématiques; ainsi, il n’est pas de
modèle libéral sans une conception typique du rôle de l’État que la crise économique
des années 1930 tout particulièrement, a contribué à mettre davantage en valeur. Il
n’y a pas non plus développement d’une société dite de consommation sans une sorte
de sécularisation des modes de vie et sans l’essor d’une culture de masse. Et l’on ne
peut parler de professionnalisation sans une certaine idéologie du loisir.
On peut caractériser la société libérale, entre autres, par son modèle
de croissance économique, fondé sur la privatisation des rapports de production
et l’appropriation privée des biens et des services. L’articulation d’ensemble
des composantes de la société — économique, politique, idéologie — doit se
faire « naturellement », dans une finalité de « bien commun » qui est assurée grâce
au libre équilibre des groupes sociaux. Le politique, pour sa part, est défini non
pas comme une organisation de contrôle social, mais comme principe régulateur
intervenant, au besoin et à titre supplétif, pour assurer l’équilibre des forces
en présence, (notamment en instituant un cadre juridique approprié), pour

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 205

régler les problèmes de dysfonctionnement ou pour assumer temporairement une


fonction qui a été délaissée par les groupes sociaux ; il est possible, cependant, que
face à une finalité sociale acceptée par la majorité, l’État en assume alors la
responsabilité (v.g. éducation, santé), mais c’est presque toujours après que des
groupes privés aient d’abord pris à leur charge la poursuite de telles finalités.
Je vais décrire brièvement comment une certaine problématique du loisir est
en grande partie redevable actuellement de ce modèle libéral de société de
consommation, et comment celui-ci sert à son tour de perspective d’analyse et de
compréhension.

Le modèle libéral du loisir


On peut distinguer au moins quatre composantes principales du modèle
libéral d’articulation du loisir : les agents économiques, le pouvoir politique,
l’articulation juridico-politique des acteurs en présence, et enfin une idéologie
typique.

L’économique du loisir
L’accroissement notable du secteur dit « tertiaire » est bien connu. À
l’intérieur de la seule catégorie « services », les services récréatifs, touristiques et de
restauration occupent la plus large part des recettes et de la main-d’œuvre. C’est dire
que la production de biens et de services de loisir est d’abord de nature commerciale,
sur une base de rentabilité économique. Sans que l’on ait, pour le Québec, de
données précises, il est fort probable que 90 à 95 p. 100 du marché du loisir soit
entre les mains des entreprises commerciales45. Il faut être conscient du poids
énorme de telles entreprises qui infléchissent le développement du loisir à partir de
considérations économiques. (À part les firmes de production de biens durables, les
industries de service sont souvent celles où les salaires sont les plus bas, et où la
syndicalisation est la plus faible, signe non équivoque de leur stratégie économique.)
Il y a ici un conflit manifeste entre les fonctions sociales des industries
du loisir (offre de services, productions de biens récréatifs, etc.) et la privatisation
de leur système d’organisation, de décision et de gestion. Ainsi, le choix des jouets
ou des articles de sports à produire, l’investissement dans telle ou telle catégorie
de services, l’offre de tel ou tel programme, tout cela n’est certes pas indifférent
pour le développement culturel. Or de telles décisions sont prises dans le contexte

45. Rappelons qu’une évaluation pour la France est de l’ordre de 95-96 p. 100 (CORONIO et MURET,
1974).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
206 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

des rapports économiques de production, et moins en fonction du contenu que de la


possibilité de générer des profits. L’exemple du cinéma est notoire :
Quand la rationalité qui sous-tend la production est que les films doivent rapporter de
l’argent, le champ des sujets sélectionnés et leur traitement sont alors déterminés à
l’avance. Les films, donc, ne sont pas produits parce qu’un individu a un message à
transmettre ni parce que le cinéaste croit que la population doit prendre conscience
d’un événement donné. Au contraire, ils sont produits parce que le service de la
comptabilité l’exige46.
Un autre aspect concerne l’intégration de plus en plus grande de l’industrie
du loisir dans le système des relations industrielles des sociétés modernes ; la
rationalité de type économique s’étend jusqu’au processus de décision, et affecte le
fonctionnement de l’entreprise et les relations de travail. Les services publics
tendent même à introduire à leur tour un tel système de gestion, par exemple dans la
programmation des services offerts, dans l’utilisation des espaces urbains et des
équipements récréatifs, dans la distribution des ressources humaines, etc.
Dans le modèle libéral de société, le loisir constitue une denrée économique
sujette aux lois du marché. Certains aspects du fonctionnement des services publics
ou parapublics sont fortement imprégnés d’une telle orientation.

Le pouvoir politique
Un autre aspect de ce modèle libéral, c’est la fonction donnée à l’État. Celui-
ci n’est intervenu que tardivement dans le champ du loisir, et à la demande du
clergé, puis de certains groupes sociaux, et ce, pour soutenir leur action ! L’État joue
un rôle supplétif, et de support, parfois de contrôle et de surveillance dans le cas de
certains sports. Les interventions semblent plutôt de nature ponctuelle et
circonstanciée. Ainsi, jusqu’à tout récemment le budget-loisir de l’État québécois
représentait une fraction négligeable des comptes publics, et il n’existait pas
d’ailleurs d’office chargé de cette question; ce n’est qu’en 1962 que l’on créait un
« comité d’étude sur les loisirs, l’éducation physique et les sports », le Haut
Commissariat à la jeunesse, au loisir, au sport et au plein air date de 1968, et le
ministère, de 1979...
Dans le domaine des législations sociales, le même principe de laisser-faire
a joué, et joue encore. Il n’y a pas de législation spécifique du loisir. Il en résulte
que les grands partenaires de l’État, en cette matière, sont des groupements
privés, dûment incorporés, tenant jalousement à leur « autonomie », même

46. Thomas H. Guback, dans Sociologie et sociétés, « le cinéma », 1976, p. 16.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 207

si en pratique leur budget provient en majorité de subventions publiques


(confédérations nationales, conseils régionaux) ; l’articulation des groupements
sociaux intervenant dans ce champ du loisir se fait ainsi selon un modèle juridique
qui est celui des entreprises privées (on utilise presque toujours « la troisième partie
de la loi des compagnies », qui concerne les organismes privés à but non lucratif) ;
ils entretiennent un discours stéréotypé en vertu duquel l’État est un partenaire peu
conciliant, tentaculaire, qui doit limiter au minimum ses interventions, au nom des
fruits attendus de leurs propres initiatives.
Dans un autre domaine de la législation, on se rappelle que les luttes pour la
réduction des heures de travail, pour l’accroissement des vacances et des congés, se
sont faites sans la présence de l’État, presque usine par usine; quand l’État est
intervenu, il était d’ailleurs presque toujours en retard sur les gains des travailleurs !
Jusqu’à tout récemment la sécurité des jeux et des jouets était pratiquement laissée
aux mains des marchands de bonheur. La publicité utilise abondamment des scènes
de loisir et des valeurs qui lui sont associées, sans que l’on n’y trouve à redire : une
fête populaire pour promouvoir telle marque de bière, un décor de camping pour la
cigarette, des skieurs heureux pour la voiture en vitrine ! Une partie de la culture est
orientée par le jeu des rapports économiques, à propos desquels le pouvoir politique
se contente d’être tenu à l’écart.

L’idéologie libérale
Un autre aspect de ce modèle libéral du loisir est la conception même qui en
découle, en terme d’idéologie. Le loisir est défini comme un bien ou une finalité
dont l’appropriation ou l’atteinte se font selon les rapports sociaux en usage dans un
tel type de société, c’est-à-dire, selon un modèle libéral (offre-demande) d’accès aux
biens et services récréatifs : jouissance ou propriété des biens en fonction des
ressources économiques de chacun, attachement à l’absence de contrôles politiques,
accent mis sur l’appropriation privée et individuelle. L’idéologie libérale du loisir
valorise aussi les aspects personnalisants, hédonistiques et subjectifs, chacun devant
retrouver dans le loisir ses propres « besoins » et des aspirations irréductibles à
quelque finalité collective; le loisir est ainsi perçu comme le lieu par excellence de
l’exercice de la liberté de choix, et de l’expression de la subjectivité.
Le loisir est un phénomène éminemment subjectif. La nature même du loisir situe
celui-ci parmi les phénomènes qui plongent leurs racines au cœur même de
l’individualité (Déclaration de Montmorency, 1969, p. 23).
Le loisir permet à l’homme de réaliser ses aspirations les plus personnelles et
d’échapper à l’anonymat que lui impose le contexte social (Ibid., p. 25).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
208 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Idéologie du plaisir pour tous, idéologie des besoins à satisfaire selon l’offre
et la demande, principe du bonheur à bon compte, l’idéologie libérale véhicule
même une notion implicite de « démocratie culturelle »47.
Une telle idéologie occulte les rapports de domination qu’entretiennent les
industries du loisir, et elle sert merveilleusement les intérêts des animateurs ou des
gestionnaires des services publics ! À la limite, il y a peu de différences entre le
discours publicitaire et le discours professionnel sur le loisir.

La consommation
Nul mieux que l’étude Tremblay-Fortin, parue en 196448 n’a décrit la
situation qui résulte d’un tel modèle de société. La signification du loisir est
rapportée dans les termes propres à cette conception libérale (création, satisfaction
personnelle, etc.). Ce qui importe surtout ici, c’est que les auteurs ont situé l’étude
du loisir (qui ne représente qu’un chapitre de l’ouvrage) à l’intérieur de leur analyse
du passage d’un univers de privation à un univers d’aspiration : à partir d’un certain
seuil de niveau de vie, écrivent-ils, au-delà des seules contraintes de subsistance, la
porte est ouverte à une plus grande marge de manoeuvre dans l’expression des
besoins : or une fois ce seuil franchi, il n’y a pas de limites à l’identification des
besoins et à leur satisfaction, et ce sont surtout la publicité et les mass media qui se
chargent en quelque sorte de susciter de nouvelles aspirations, voire de nouveaux
objets de désirs : c’est la société de consommation, marquée notamment
par l’appropriation privée de biens et de services devant servir à combler des
« besoins » dont la liste s’allonge indéfiniment, à l’initiative des pouvoirs
économiques y cherchant leur profit.
Ainsi, le modèle libéral du loisir aboutit à ce qu’on peut désigner « la société
de consommation ». Car le loisir représente un champ de pratiques et de demandes
sociales pour ainsi dire extensible à l’infini; le loisir n’est pas de l’ordre des
exigences d’auto-subsistance (nourriture, éducation, santé, logement, vêtement,
etc.) ; dans la société libérale, il surgit plutôt d’un univers d’aspirations à l’intérieur
duquel les promoteurs économiques ont libre jeu, stimulant une quête sans fin de
biens et d’objets.
Au seul plan du budget des ménages, par exemple, un calcul partiel
des dépenses de loisir a permis d’établir que ce poste budgétaire était de l’ordre
de 19 à 20 %, en 1976, à Montréal, c’est dire son importance relative dans
la hiérarchie des dépenses de consommation (voir tableau 8). Toutefois, il
s’agit aussi d’un des postes les plus facilement compressibles en cas de nécessité, de
crise, ou de difficulté49. Une conclusion s’impose dès lors : dans l’ordre de la

47. Le Livre vert (1977) et le Livre blanc (1979) sont explicites à ce sujet.
48. TREMBLAY, M.A. et FORTIN, G., 1964.
49. L’étude Tremblay-Fortin a illustré ce fait, que nos propres travaux ont confirmé.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 209

consommation, le loisir occupe une très large part, fait l’objet d’aspirations
pratiquement illimitées et fortement modelées par la publicité, mais est rapidement
touché par toute compression budgétaire.

TABLEAU 8
Composition et importance relative du poste « loisir »,
dans le budget des ménages1, Ville de Montréal,
1962, 1967, 1972, 1974, 1976 et 1978, en dollars courants

Poste budgétaire 1962* 1967 1969 1972 1974 1976 1978

Moyens de transport 289,3 463,7 531,2 598,4 915,5 1 164,7 1 265,9


Vacances 47,0 98,4 115,4 171,9 207,5 299,3 322,4
Restauration 22,9 60,6 74,5 88,9 114,7 180 122,1
Équipements récréatifs 23,3 38,5 40,3 45,8 85,7 94,6 111,3
Appareils électroniques 60,9 103,2 110,1 161,5 190,6 269,9 293,9
Assistance
à des spectacles 16,5 66,9 39,0 52,0 64,0 62,3 120,7
Achat de livres,
journaux, magazines 34,4 66,4 59,1 65,5 91,1 114,4 138,3
Consommation de
boissons alcoolisées 104,2 162,8 115,2 190,4 203,3 312,3 368,8
Bricolage, jardinage 3,5 5,9 19,0 11,4 20,9 49,5 35,9
Autres 16,9 29,5 15,7 25,0 32,9 39,5 78,6
TOTAL 618,9 863,1 1 159,5 1 410,8 1 926,2 2 856,5 2 857,9

% du poste « loisir »
par rapport aux
dépenses de consom-
mation courante 11,2 % 13,5 % 17,3 % 18,6 % 19,4 % 20,1 % 19,8 %

* Données disponibles seulement pour les ménages de 2 à 6 personnes dont le revenu familial est de 3 000 $
à 8 000 $
1. Ensemble des familles et personnes seules.

Définition des postes budgétaires


• Moyens de transport : achat et utilisation de véhicules, dont 60 % est imputé à des fins
récréatives (hypothèse de CORONIO et MURET, 1974) ;
transport interurbain (par train, avion et bateau) ; achat et
location d’autres véhicules.
• Vacances : voyages organisés, logement pendant les vacances, résidences
secondaires, alimentation en vacances, et « autres dépenses de
vacances ».
(suite page suivante)

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
210 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Poste budgétaire 1962* 1967 1969 1972 1974 1976 1978

• Restauration : repas pris à l’extérieur, et autres que les repas au travail et


à l’école. La description de cette rubrique a varié selon les années.
• Équipements récréatifs : bicyclette, équipements de camping, équipements de sports,
jouets.
• Appareils électroniques : achat et location d’appareils de musique, radio, disques, chaîne
stéréo, cassettes, télévision, pièces et réparations, location,
câblodistribution, caméras, films, appareils-photos, jumelles, etc.
• Assistance
à des spectacles : cinéma, sport, musique, musées, cirques, etc.
• Achat de livres,
journaux, à l’exception des livres pour fins scolaires.
magazines : achat et consommation, à la maison ou dans des lieux spécialisés.
• Consommation de comprend outils de jardinage, arbres, graines, engrais, etc.
boissons alcoolisées : la rubrique de Statistique Canada à ce chapitre, plus : animaux
• Bricolage, jardinage : domestiques (sauf la nourriture), la cotisation à des clubs
récréatifs, les permis et les droits d’entrée.
• Autres :
vêtements sportifs, cadeaux, décorations, cigarettes et tabac;
une sélection de vêtements pour le sport fait augmenter
Ne sont pas comptés :
le pourcentage des dépenses de loisir d’environ 0,5 %.

Sources : Études de Statistique Canada, citées en bibliographie, portant sur les dépenses des ménages pour
les années étudiées.

L’institutionnalisation du loisir
C’est dans un tel type de société que le loisir prend forme. Auparavant, il
s’agissait d’initiatives somme toutes réduites, pourrait-on dire, et n’impliquant
certes pas une telle extension. Certes le mouvement d’institutionnalisation a débuté
par les premières formes d’organisation sociale mises en place par le clergé, par la
constitution progressive d’une culture de masse, ainsi que par l’intervention des
travailleurs sociaux. Le processus est ainsi observable dès ses premières phases.
Mais maintenant il s’agit d’un mouvement d’une grande ampleur, se diversifiant
considérablement, en accord avec un nouveau modèle d’articulation d’ensemble du
loisir.
En vertu de ce modèle libéral d’articulation des forces sociales, un grand
nombre d’associations volontaires et de groupes privés vont se constituer, certains
très formellement, d’autres moins. Chacune des activités, voire chaque bien
récréatif, suscite la création de telles associations, vouées à la poursuite des finalités
du loisir; du minuscule groupe de joueurs de pétanque aux amateurs de
champignons et aux grandes fédérations sportives, sociales ou culturelles, un
vaste mouvement de création d’organisations de toutes sortes est aisément

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 211

observable depuis la Deuxième Guerre mondiale. Ces organisations, il faut le noter,


ont pour objectif de permettre à leurs membres la jouissance d’un bien récréatif, ou
la pratique d’activités spécifiques, c’est-à-dire l’appropriation personnelle du loisir,
à travers biens et activités, et encore la poursuite des aspirations, normes et valeurs
dont ils sont investis.
Voilà pourquoi je pense que le concept d’institutionnalisation est approprié
en ce cas. Dans la théorie sociologique il traduit ce mouvement de mise en forme
d’institutions diverses, mouvement fondé sur des finalités sociales valorisées, à la
suite, sans doute, de changements importants dans le système des valeurs d’une
société. Un tel concept réfère à une structuration de pratiques sociales et
d’organisations en fonction de normes d’action promues et recherchées. Un exemple
typique est celui du système d’éducation, progressivement institué à partir du
XIXe siècle, sur la base d’une sorte de philosophie sociale explicite du
développement de la « civilisation » et de l’épanouissement de tout homme,
mouvement tel que des investissements de plus en plus considérables ont été
consentis, des écoles et des niveaux d’apprentissage ont été instaurés, et obligation a
été faite à tous de s’inscrire !
Pour ce qui est du loisir, il s’agit sans doute d’un système de valeurs
fortement polarisées autour des notions de santé, de droit au plaisir, de nature
humaine, et d’interaction sociale (valorisation des rencontres). De telles valeurs
servent à légitimer ou interpréter les conduites (ainsi on ne parle généralement pas
de la fête de la même façon, selon que l’on soit jeune ou à la retraite) et elles sont les
fondements de normes d’action spécifiques (valorisation de la « participation »,
définition d’une distanciation minimale entre le loisir et les activités routinières,
système d’attentes liées aux rôles sociaux, etc.). Il semble également que tel système
de valeurs puisse être qualifié de sectoriel, et qu’il recouvre des champs particuliers
de conduites (après la vie familiale, le travail et l’éducation, par exemple)50.
L’institutionnalisation du loisir réfère non seulement à la transmission, à
travers diverses organisations sociales — dont le nombre est considérable —, de
finalités culturelles et de normes plus ou moins propres au loisir, mais aussi une
certaine différenciation de ce phénomène par rapport à d’autres institutions : école,
famille, système religieux, par exemple.
Cette institutionnalisation touche aussi le système politique dans son
ensemble. À partir du moment où le loisir devient fortement valorisé, où il apparaît
comme un des buts de la collectivité, le système politique tend peu à peu à y affecter
une partie des ressources collectives, tout comme il l’a fait pour l’éducation, la santé,
le travail.

50. Nous empruntons ici quelques conclusions sommaires d’une recherche en cours sur la signification
sociale du loisir.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
212 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Ce sont les municipalités qui au Québec se sont engagées les premières dans
ce champ d’intervention, à l’origine considéré comme résiduel. Tant que le loisir
n’était pas considéré comme socialement important, ou encore tant qu’il s’agissait
d’une affaire dont le clergé se réservait l’exclusivité, l’intervention publique en
matière de loisir a été très réduite et même écartée. La question était d’ailleurs
tellement résiduelle que le loisir constitue un des peu nombreux cas où la
municipalité à son tour a pu déléguer non pas ses pouvoirs de réglementation mais
au moins ceux de gestion et d’administration ; à tel point que se sont créées de
nombreuses « commissions municipales », et même se sont constitués des
organismes privés à qui la municipalité confiait la responsabilité du loisir.
Cependant, après 1945, il semble que les municipalités aient commencé à exercer
leur pouvoir; à partir des années 1955-1960, le mouvement s’est rapidement
accéléré, les services municipaux de loisir se développant considérablement et la
proportion de leurs budgets augmentant également. L’État à son tour est intervenu
davantage à partir de la fin de la décennie 1960.
Dans une société de type libéral, il n’est ainsi nullement exclu que le système
politique intervienne dans le jeu des forces sociales, quand un objectif collectif
— tel la santé ou le loisir — fait l’objet d’un consensus social minimum. Le loisir,
en ce cas, devient partie intégrante de ce qu’on a appelé le « Welfare State ». Au
Québec, le mouvement s’est nettement dessiné depuis quelques années : il est de
plus en plus, question de justice distributive, d’accessibilité générale aux biens et
services récréatifs, etc., c’est l’État qui se voit dévolu un rôle majeur pour assurer
l’atteinte de tels objectifs sociaux (cela est explicite dans les récents Livre vert et
Livre blanc sur le loisir au Québec).

La professionnalisation
Il faut ajouter un autre élément important à ce modèle de la société libérale : il
s’agit de la constitution progressive d’une classe de professionnels occupant peu à
peu le champ du loisir.
Les origines de cette classe sociale datent sans doute de l’époque
des travailleurs sociaux, naguère appelés à occuper des postes de direction ou
d’animation, dans le cadre de certains services sociaux spécialisés (v.g. camps
de vacances). Toutefois, à la suite d’une « tertiairisation » classique de la structure
de l’emploi — prédominance du secteur des « services », etc. — on peut observer
la constitution accélérée d’une nouvelle profession, celle des professionnels du
loisir, d’abord dans le secteur de la gérance des services municipaux de loisir,
puis dans certains secteurs de pratiques spécialisés — plein air, animation
culturelle ou sportive, etc. — et enfin dans la fonction publique ou parapublique.
Cette classe de travailleurs a très vite emprunté le modèle professionnel libéral
classique : forte identification à des secteurs spécifiques d’emploi, recherche
du contrôle de l’accès à un marché du travail, établissement d’écoles de formation
(dont une formation de niveau collégial et universitaire), constitution d’asso-

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 213

ciations quasi professionnelles, développement de représentations professionnelles


en termes de valorisation du champ d’activités, de l’idéologie de la compétence, etc.
Le champ du travail lui-même tend à se diviser en catégories de tâches plus
ou moins hiérarchisées et en niveaux d’intervention : des tâches techniques à celles
d’animation, de supervision et de gestion; des paliers locaux aux organismes
régionaux ou nationaux ; du secteur scolaire au secteur parapublic, institutionnel,
commercial, etc. Il est à noter que la main-d’œuvre y est encore jeune, à
prépondérance masculine, assez mobile mais tendant à se stabiliser depuis quelques
années en raison d’une saturation progressive du marché de l’emploi; le niveau de
formation de cette main-d’œuvre tend à augmenter, surtout aux échelons supérieurs
de responsabilité. À partir d’un inventaire du ministère du Travail, on peut estimer
qu’il y a actuellement entre 2 500 et 3 000 travailleurs à plein temps, dans le
champ du loisir, dans le secteur public, à l’exception du milieu sportif, répartis entre
des catégories d’emploi aussi diversifiées que « moniteur », « technicien » et
« directeur »51.
La question de la formation devient un enjeu de plus en plus important, à
cause notamment de l’importance croissante de la connaissance scientifique et
technique dans l’organisation du loisir, et dans la mesure où une proportion
non négligeable de la main-d’œuvre, pour des raisons proprement historiques,
ne possède pas encore le niveau de connaissance socialement exigé pour certaines
catégories d’emploi. Ajoutons encore que cette classe des professionnels du
loisir tend à emprunter plus d’un modèle d’intervention sociale : soit un modèle
hiérarchique d’autorité fondé sur la connaissance spécialisée, soit un modèle
typiquement gestionnaire et bureaucratique, soit un modèle franchement
technocratique, soit un modèle autogestionnaire de type socialiste ou commu-
nautaire. Dans l’état actuel des connaissances, il n’est pas possible de mesurer
l’importance de chacun de ces modèles, mais il est probable que le modèle
de type autogestionnaire soit minoritaire, et que les modèles gestionnaire et
technocratique soient les plus répandus; dans le premier cas il s’agit de la
catégorie d’acteurs la plus ouvertement en conflit avec les structures établies,
par sa critique politique et sociale, par sa valorisation de l’action des groupes
populaires, et par son intérêt pour les projets culturels militants52 ; en ce qui

51. L’étude de GARNEAU et LEPAGE (1977), estime à 5691 le nombre de « travailleurs permanents à
temps plein exerçant une profession spécifique du loisir » (p. 29). Nous y avons soustrait le personnel
expressément affecté au secteur sportif, ainsi que tout le personnel enseignant, presque exclusivement
composé d’éducateurs physiques (N=2864). D’où cette approximation. Pour une étude plus approfondie
de cette question, voir LEVASSEUR, Roger, 1982, chap. 4.
52. Une manifestation récente de ce modèle se trouve dans la publication de l’ouvrage suivant : Loisir et
pouvoir populaire au Québec, Montréal, Éd. Desports, 1980, 255 p.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
214 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

concerne les gestionnaires du loisir, ou encore les technocrates, leurs conceptions du


« bien commun », leur utilisation de la rationalité bureaucratique dans les services
publics, leur attention aux normes, programmes et contraintes administratives
signifient sans doute que le champ du loisir a été investi par un système de gestion
typique de la nature des « relations industrielles » propres à une société libérale.
L’importance de cette classe de professionnels du loisir, ainsi que son fraction-
nement en animateurs, gestionnaires, etc., semblent ressortir à au moins deux
niveaux fondamentaux, dans cette problématique de l’institutionnalisation. En
premier lieu, on peut dire qu’elle est la conséquence directe d’une nouvelle division
sociale du travail, dans la société québécoise : nous sommes ici en présence d’un cas
typique et classique de formation d’une classe professionnelle, à la suite de la
valorisation d’un champ d’activités, de la constitution d’un marché d’emploi, de la
spécialisation progressive des tâches, et enfin de l’apparition de groupes sociaux
prenant en charge un secteur de la société, plus ou moins bien identifié. En ce sens,
la constitution de cette classe professionnelle n’est qu’un aspect d’un phénomène
plus général, celui d’une nouvelle division sociale du travail dans le champ de la
culture, observable également dans l’ensemble du secteur tertiaire. On peut ajouter
que telle division sociale du travail, dans une perspective durkheimienne, constitue
un facteur d’intégration sociale (c’est la « solidarité organique ») et aussi un moyen
pour la société de mieux contrôler son propre développement institutionnel.
En second lieu, cette classe de professionnel a joué un rôle important dans la
valorisation actuelle dont le loisir est l’objet, plus précisément en se faisant le porte-
parole des conceptions libérales typiques. Dans une problématique
d’institutionnalisation, les professionnels du loisir ont ainsi contribué à faire appel à
un système de valeurs comme fondement de la justification, dans le champ du loisir,
des associations volontaires, des institutions, des organisations diverses et... des
professions elles-mêmes; le discours militant le plus critique parle de bonheur, de
nature humaine et de liberté. La légitimité culturelle accordée au loisir n’est pas mise
en cause, et, à cet égard, l’unanimité d’ensemble est manifeste, par-delà les
différences d’action. Les divergences apparaissent plutôt en ce qui a trait aux normes
d’action.
*
* *
L’examen des autres cas nationaux qui précèdent permet d’établir que
l’industrialisation, quoique plus tardive au Québec, s’est probablement faite au
même rythme que celle des États-Unis, par exemple, et le mouvement ouvrier
y a été tout aussi militant; quant à la culture de masse, celle-ci a pris naissance
selon un scénario analogue. Il y a certes des différences profondes, une

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 215

réappropriation originale des mêmes réalités culturelles, l’entrée en scène d’acteurs


spécifiques, une histoire unique, propre à la société québécoise : cela est affaire de
traits culturels irréductibles, mais non d’une situation décalée sur un continuum
historique dessiné sommairement...
Il n’est pas possible, néanmoins, de ne pas évoquer certains cas de
domination culturelle qu’a connus très tôt le Québec. Ainsi, tel que rappelé,
l’industrie américaine du divertissement a rapidement inclus le Québec, la ville de
Montréal tout au moins, dans ses tournées de cirque, panoramas et foires; elle a
même réussi à exporter presque intégralement quelques-uns de ses vaudevilles. En
ce qui concerne le cinéma, pour prendre cet autre exemple, une grande partie de la
production américaine trouva facilement preneur au Québec, dès l’origine, et après
quelques résistances épiques — celle d’Ernest Ouimet étant la plus célèbre — les
trusts américains du cinéma prirent pratiquement le contrôle de la distribution.
Encore de nos jours une grande partie des films diffusés au Québec est d’origine
étrangère, de même, faut-il le rappeler, que la chanson et le contenu des émissions
de télévision.
Et que dire de l’importation massive de la pensée ultramontaine française par
l’Église catholique québécoise ?
Quant aux idéologies du loisir moderne, l’analyse qui a été faite de la
pensée sociale américaine sur le loisir permet de conclure que l’on y a puisé
abondamment ! Il n’est pas difficile d’illustrer comment la classe des professionnels
du loisir à partir des années 1960, a largement emprunté les conceptions
américaines du loisir. Cela se manifeste à plusieurs points de vue. Ainsi, les
conceptions hédonistiques, personnalisantes, ou encore évolutionnistes et
gratifiantes, fondements de la pensée américaine en loisir, ont trouvé un large écho
dans le discours professionne153.
De plus, les premiers programmes de formation en loisir s’inspirèrent
visiblement des programmes universitaires américains de récréation ; les objectifs
pédagogiques et même l’intitulé des cours étaient parfois identiques. Les thèmes de
recherche eux-mêmes prirent une telle connotation : « signification moderne » du
loisir, rôle des professionnels en tant que « leaders » ou « animateurs », importance
des pouvoirs locaux, etc.
Toutefois, on oublie trop facilement que la classe des intellectuels a aussi
largement usé de ce processus d’emprunts culturels. En ce cas, il semble que

53. Par exemple : Association des directeurs de loisirs municipaux du Québec, 1970; Déclaration de
Montmorency, 1962, ainsi que certaines thèses fortement subjectivistes et individualisantes des premiers
philosophes (telle la thèse de doctorat de Michel Bellefleur : La signification du loisir, Université de
Montréal, Département de philosophie, 1972, 315 p., bibliographie).

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
216 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

la société française ait servi, parfois de modèle pour le Québec, parfois de lieu
privilégié d’emprunt de perspectives d’analyse54.
De tels emprunts répondaient sans doute à des nécessités de l’époque, et ils
sont aussi à l’image de nombreux autres cas de même nature, typiques d’une relative
dépendance de toute une société et des effets de domination culturelle qui en
résultent.
En d’autres termes, si l’on a parlé de la domination culturelle comme dernier
stade de l’impérialisme55, une telle hypothèse se prête tout autant à l’analyse de la
situation culturelle du Québec au XIXe siècle, et au début du XXe siècle, qu’à celle
des conceptions dominantes actuelles du loisir !
Quant à ce qu’on pourrait appeler l’idéologie nationaliste du loisir, elle s’est
manifestée tardivement, mis à part un nationalisme défensif, axé sur la sauvegarde
de la langue, de la foi, ou de la famille, abondamment entretenu par le clergé à
l’époque de l’implantation des journaux et syndicats « catholiques » ; on peut dire
qu’un nationalisme proprement culturel caractérise actuellement la pensée du
pouvoir politique, soutenu en cela par des militants et créateurs culturels. Qu’il
s’agisse, par exemple, du cinéma ou de la chanson, tous deux véhiculent souvent de
fortes revendications nationalistes. Cette idéologie a trouvé dans quelques rapports
gouvernementaux récents son expression la plus nette56 et la justification du rôle
grandissant joué par l’État, en cette matière, n’y est pas étranger. Dans un tel
contexte, cette idéologie nationaliste du loisir ne peut-elle pas s’interpréter à la fois
comme une réaction à la domination culturelle étrangère, et comme l’affirmation
d’une culture authentique ?
*
* *
On peut ajouter, par rapport à de telles hypothèses, que les contradictions
se retrouvent tout au long de l’histoire culturelle du Québec, que le phénomène
n’est certes pas récent. Ainsi, en dépit de l’idéologie ultramontaine du XIXe siècle,
s’est développée une culture urbaine spécifique, profondément séculière; ont
coexisté avant la crise économique une problématique religieuse et une
culture de masse fort populaire, si l’on en juge par les données disponibles;

54. En particulier les travaux de Marc Laplante, manifestement calqués sur ceux de Joffre Dumazedier.
55. Voir RIOUX, Marcel et CREAN, Susan : Deux pays pour vivre : un plaidoyer Montréal, Éd.
Coopératives Albert Saint-Martin, 1980, 117 p.
56. Livre vert et Livre blanc sur « le loisir »; Livre blanc sur « le développement culturel » (1978). Voir
l’analyse qu’en a faite Roger LEVASSEUR, 1982, chap. 6.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LE QUÉBEC 217

la culture ouvrière elle-même a été polarisée, en quelque sorte, selon les orientations
économiques culturelles et sociales divergentes des organisations syndicales; une
vision rurale et agricole du Québec a semblé longtemps dominer la représentation
de la société québécoise, alors que l’infrastructure économique et démographique
était tout autre, autant que les contenus cultivés véhiculés par le cinéma, et ainsi de
suite.
De sorte qu’on peut dire qu’il y a eu plusieurs types de contradictions qui ont
façonné le visage de la culture au Québec, tout au long de son histoire, et que dans
ce seul cadre d’analyse, il m’apparaît que c’est le processus d’industrialisation, la
formation de la culture ouvrière, les idéologies ultramontaines ou religieuses, ainsi
que l’essor de la culture de masse, qui ont été déterminants57.

57. Guy ROCHER, 1973, p. 18, parle de « retard de la culture sur les structures sociales »; il me semble plutôt
qu’il n’y a pas eu un tel « retard », témoin les analyses qui précèdent, mais existence de contradictions
culturelles, dès le XIXe siècle.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
© 1983 – Presses de l’Université du Québec
Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
CONCLUSION

ESSAI SUR LE PROCESSUS DE FORMATION DU LOISIR


MODERNE DANS LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES
L’étude qui vient d’être faite — partiellement — des sociétés britannique,
américaine, française et québécoise, a permis d’illustrer que toute approche socio-
historique du loisir moderne s’enracine dans les transformations radicales qu’ont
connues, à l’origine, les sociétés industrielles occidentales. Quelles que soient
l’envergure ou la nature de telles transformations, à partir de ce mouvement
historique de création des sociétés qui sont encore les nôtres, se dessinent certains
paramètres fondamentaux pour l’analyse et la compréhension du processus de
formation du loisir moderne. Certes on peut relever des aspects ou des processus qui
n’ont rien de particulier au seul phénomène de l’industrialisation des sociétés
occidentales, tout comme la périodisation qui a été adoptée n’a rien d’immuable ou
de fermée. L’une des conclusions qui se dégage assez nettement est celle d’une sorte
de « basculement », lent et inexorable, d’un déplacement du centre de gravité,
pourrait-on dire, à tel point que par-delà ’certaines continuités indéniables, c’est la
rupture historique qui s’impose comme modèle d’analyse du changement.
Avant de résumer certaines des dimensions majeures qui ont constitué
la trame historique du loisir moderne, dans les sociétés occidentales, on peut
rappeler une constatation, qui est celle de l’absence, à toutes fins utiles, de
perspective historique. Ainsi, pour ce qui est du Québec, l’ouvrage récent de
Linteau, Durocher et Robert (1979) ne consacre aucune page à la question du
loisir, et deux pages seulement à celle de la littérature populaire, du cinéma et de
la radio ! On a droit, cependant, à une chronique régulière sur la vie culturelle de
la culture savante ! À l’exception de la littérature britannique, et de quelques
ouvrages français consacrés à l’histoire de l’éducation populaire ou à l’histoire

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
220 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

culturelle proprement dite1, la mémoire historique en matière de loisir est


pratiquement inexistante dans les sciences sociales en Occident, du moins jusqu’à
une époque très récente.
Il y a une explication minimale à cet état de fait : l’univers implicite de
connaissance qui forme la trame de fond des études sur le loisir est déterminé en
grande partie par des conceptions sociales du loisir, prenant notamment la forme de
notions de sens commun, d’idéologies et même de modèles de société. Par exemple,
la perspective historique la plus commune, pour autant qu’il s’agisse vraiment de
cela, se contente de stéréotypes qui présentent le loisir comme un phénomène
« moderne », « récent », qui occupe le champ de l’histoire par une vision
évolutionniste et quasi linéaire du « développement » du loisir presque toujours
présenté comme phénomène de « nouvelle civilisation », comme résultant d’une
diminution « progressive » du temps de travail, comme progrès, croissance, bref
constamment comme une sorte de cumul historique; l’intervention du pouvoir
politique est elle-même régulièrement interprétée en référence à des préoccupations
politiques de plus en plus présentes, ou encore en référence à l’importance croissante
des législations sociales et à l’envergure des dépenses publiques; dans le chapitre sur
les États-Unis, on a aussi signalé l’approche stéréotypée et évolutionniste du
« recreation movement ».
Pour celui qui veut aborder l’étude du processus historique de formation du
loisir, il s’agit là d’un obstacle épistémologique majeur.
Les études sur le loisir ont souvent les yeux rivés sur le présent, ou, ce qui
revient au même, parlent rapidement du passé comme quelque chose de fort récent
dont nous serions les heureux légataires. Ce passé est peuplé d’intellectuels isolés
criant dans le désert, de philanthropes et d’humanistes, de moralisateurs, d’élites
faisant œuvre de « pionniers culturels », parfois de marchands du loisir doués de
dons d’anticipation2. Il y a peu de place pour les ruptures, les conflits ouvriers, les
résistances culturelles, les modalités d’intégration à la culture urbaine, les décalages
souvent profonds entre les discours officiels et les pratiques populaires. C’est
souvent l’image d’un peuple qui joue et s’amuse, qui répond favorablement,
silencieusement, voire avec enthousiasme, à l’avènement du loisir moderne, c’est
souvent l’image d’une famille monolithique, sans conflits internes, repliée sur un
univers de rencontres familiales et de plaisirs anodins !

1. Dont POUJOL, Geneviève, 1981, ou l’ouvrage de Maurice Crubellier sur l’histoire culturelle de la
France (1974).
2. Voir Gareth Stedman JONES, 1977, “Class expression versus social control ? A critique of recent trends
in the social history of ’leisure’ ”, History Workshop, a journal of socialist historians, 4, automne 1977,
162-170.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES 221

Cela est sans doute en train de se modifier : les études historiques sur la
culture populaire, celles qui portent sur le mouvement ouvrier, tout particulièrement,
en constituent un indice. Cela n’empêche pas que le problème demeure encore
presque entier, actuellement, du moins si l’on se réfère aux ouvrages spécialisés
récents ne traitant que du loisir3.
Les pages qui précèdent ont tenté d’illustrer l’extrême diversité des situations
et des perspectives d’où est issu le loisir moderne, la grande richesse historique dont
il est tissé, la variété et l’abondance des enjeux autour desquels il a pris forme, la
multiplicité des acteurs en présence.
Pour ce qui est de l’analyse et de la synthèse de la trame majeure de
formation du loisir moderne, c’est assurément à une théorie du changement social
qu’il faudrait faire appel. Ce qui est aussi en cause, c’est l’analyse du processus
d’industrialisation des sociétés occidentales. La contribution de cette conclusion se
veut plutôt un essai d’aménagement de quelques-unes des dimensions majeures qui
ont contribué à la genèse et à la formation du loisir moderne, dans le cadre de
transformations historiques beaucoup plus vastes qui n’ont été qu’évoquées. Quoi
qu’il en soit, une question de fond demeure toujours : comment la culture actuelle
change-t-elle ? Et encore : quelles modalités de changement culturel les sociétés en
voie d’industrialisation ont-elles connues ?

Le temps, comme dimension de la culture et du loisir


Rien n’est plus inexact que de parler de « diminution des heures de travail »,
ou de « changements technologiques » pour décrire l’avènement du loisir moderne.
Si, a posteriori, se dégage une sorte de mouvement régulier dans les statistiques des
heures de travail, on a trop vite oublié que cela s’est fait à coup de luttes ouvrières
constantes, de grèves perdues, de morts certaines et, qu’à toutes les époques, les
entrepreneurs de type capitaliste ont presque toujours opposé leur résistance au nom
d’arguments de concurrence, de rentabilité, ou de productivité. Le temps n’a pas été
donné aux ouvriers, ils ont dû le conquérir; les heures de travail n’ont pas diminué
spontanément ! Il faut plutôt faire appel à un enjeu majeur du XIXe siècle, celui de
la maîtrise du temps, du pouvoir sur le temps.

3. La littérature internationale récente traitant du loisir fait encore état d’une absence de perspective
historique (ainsi KELLY, 1982), ou de conceptions stéréotypées de la « croissance » du loisir
ROBERTS, 1978). Même les ouvrages de Dumazedier n’échappent pas à une approche nettement
évolutionniste.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
222 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Cela n’est possible que si l’on fait l’hypothèse que le temps est devenu une
dimension importante de la culture des sociétés modernes, en grande partie sans
doute parce qu’il a acquis une « valeur », tant économique que sociale, et parce qu’il
s’est institutionnalisé sous forme de multiples temps sociaux, structurés en fonction
des lieux, des groupes sociaux, des activités culturelles et du travail lui-même.
L’industrialisation a provoqué une redéfinition de la conception donnée du
temps, ainsi qu’une restructuration radicale, autour desquelles se sont polarisés de
nombreux conflits.

La culture ouvrière
On assiste au XIXe siècle à la formation de ce que l’on appelle depuis lors une
culture ouvrière. Cette assertion implique qu’une nouvelle forme de culture a pris
naissance à cette époque, fondée en grande partie sur des mouvements de
revendications économiques, sociales et culturelles, la mise en place d’organisations
nouvelles, la manifestation d’idéologies spécifiques.
Si donc la classe ouvrière a été entraînée dans des bouleversements majeurs
qui ont profondément modifié ses modes de vie, elle a aussi participé à sa manière
aux changements culturels. À cet égard je crois qu’on peut dire que la culture
ouvrière véhicule dès le XIXe siècle des conceptions de la société qui traduisent une
profonde « conscience » du nouveau type de système social dont elle est issue, ainsi
qu’une sorte d’intégration culturelle irréversible aux nouveaux types de rapports
sociaux qui en découlent4. Et s’il y a des projets véritablement « offensifs », à
revendication culturelle explicite, à portée sociale générale explicite, ce sont bien ces
« mouvements » constants pour la réduction du temps de travail (PERROT, M.,
1974).
À cela s’ajoute le fait que, mis à part les mouvements philanthropiques ou
charitables, c’est le mouvement ouvrier qui, règle générale, a véhiculé le plus
clairement, dès le XIXe siècle, des revendications culturelles populistes centrées
principalement sur le loisir et l’éducation populaire. Le loisir, en tant que champ de
valeurs sociales et d’enjeux culturels, émerge en partie de la culture ouvrière du
XIXe siècle. Il s’agit, on le conviendra, d’une donnée historique de première
importance.
Comme ce fut régulièrement le cas, ce type de revendications fut récupéré
par les institutions en place, ou l’élite politique et intellectuelle du temps (ceci
est notable en France, au XIXe siècle, et au Québec, peu après le tournant du

4. Voir par exemple le tableau révélateur de Fernand Harvey (dans HARVEY, 1980, p. 127), où sont
présentées ce que l’auteur appelle la « vision du monde », « l’utopie » et « l’idéologie des Chevaliers du
travail et des unions de métiers de l’A.F.L., au XIXe siècle.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES 223

siècle). De plus, ces revendications se modifièrent au fur et à mesure que le


mouvement ouvrier s’est développé et organisé, et, bien entendu, en fonction de
l’instauration des réformes qu’il a réclamées.
De plus, tel que signalé, la culture ouvrière véhicule des conceptions du
travail et de la culture, profondément différentes des conceptions dominantes
propagées par les pouvoirs économique, politique et religieux. Sur le plan du travail,
on a parlé de signification « instrumentale » du travail (voir l’ouvrage de
GOLDTHORPE, déjà cité). Sur le plan de la culture, il est possible qu’avec l’essor
des industries culturelles de masse, il se soit agi, dès cette époque, d’une « culture
du divertissement », à laquelle on ne participe jamais totalement, dans laquelle on ne
s’engage qu’épisodiquement. Un certain nombre d’études (particulièrement celle de
Richard HOGGART), ont illustré la distance relative que les milieux populaires
entretiennent avec la culture de masse; on a régulièrement souligné la centralité
relative rattachée au mode de vie « familial », ce qu’on a appelé encore la
privatisation des rapports sociaux; Hoggart soutient à cet égard que ce qu’on appelle
de nos jours la culture populaire a toujours su résister à la domination culturelle des
mass media, et n’a jamais perdu certains de ses dynamismes culturels, certains de
ses traits culturels fondamentaux.

Industries culturelles et consommation de masse


L’histoire nous apprend que les industries du divertissement se sont
implantées tôt dans le contexte de l’industrialisation. Il y a un développement
économique de la culture, et du loisir en particulier, qui est tributaire des rapports de
production propres aux sociétés industrielles. La disponibilité chèrement acquise sur
le temps du travail, les progrès de l’alphabétisation ont été récupérés, à profit ! La
presse à grand tirage, le cinéma et la radio constituent à cet égard,
chronologiquement d’ailleurs, des agents économiques majeurs, précédant l’arrivée
de la télévision dans les dernières décennies. Cela signifie que, dans les faits, une
part importante de la culture et du loisir des sociétés occidentales a été très tôt
orientée par des critères de rationalisation économique.
Ce que l’on appelle la culture de masse en est directement issu; une nouvelle
forme de culture est née non pas de mouvements populistes ou populaires, non pas
du militantisme de certaines catégories d’intellectuels, mais de l’univers marchand
des sociétés industrielles.
S’il est indéniable que des formes de domination, d’emprise culturelles
sont observables avec l’arrivée de la culture de masse, il n’est pas dit que
l’histoire s’arrête là. En plus du phénomène de prise de distance, si bien décrit
par Hoggart, on sait que la réappropriation, la réinterprétation des contenus culturels
véhiculés par les mass media, diffèrent considérablement selon les milieux et
les groupes sociaux; les exemples typiques sont la popularité du music-
hall britannique, du burlesque et du vaudeville en Amérique et au Québec : ces

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
224 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

phénomènes de masse véhiculent des attentes populaires, expriment des modes de


vie fort distants de la culture savante et bourgeoise, tout en étant typique de cette
prise de distance — par la moquerie, le rire, le ridicule — à l’endroit des formes
dominantes de culture.
On ne peut réduire d’autres manifestations de culture populaire aux seuls
aspects de la banalisation ou de la standardisation ! Car pendant la révolution
industrielle s’observent aussi des résistances culturelles, cela est bien connu, et aussi
l’émergence de modes de vie nouveaux, notamment les nouvelles formes de
sociabilité et de solidarité, de nouvelles modalités de rapports à la nature et à
l’espace, ainsi que ces nouveaux rapports au temps déjà évoqués. Bref, si la culture
de masse, à cause du pouvoir des mass media, devient certes une forme culturelle
majeure, elle ne constitue que l’une des dimensions de la culture nouvelle issue des
sociétés industrielles en émergence.

La culture urbaine
Il faut mentionner les déplacements et regroupements de population
qu’engendre l’industrialisation. Qu’il s’agisse de migrations d’une grande ampleur,
comme aux États-Unis, et surtout de concentration urbaines, on peut dire que le
loisir moderne est tributaire de la formation des villes, de l’essor d’une culture
urbaine non pas fondée sur la notion de « densité de population », ou du simple
agrégat démographique, mais sur celle des changements dans les modes de diffusion
et d’appropriation de la culture, corollaire de la « perméabilité culturelle » que
suppose le déracinement de tant de populations, de la transformation forcée des
modes de vie (la politique des parcs de verdure est d’abord urbaine, secondaire de
l’expansion de la ville ; le milieu rural, la campagne seront retrouvés, réappropriés, à
partir de schémas urbains de pensée). Lieu de spécialisation de l’espace selon des
fonctions économiques, récréatives et culturelles, la ville a en quelque sorte instauré
une division du travail social à l’intérieur même de la production, de la distribution
et de l’appropriation de la culture, témoin cette culture de masse qui y a pris racine
comme en son milieu naturel.

Les acteurs
Il apparaît que c’est le mouvement ouvrier qui a constitué l’acteur central du
loisir, au XIXe siècle tout particulièrement. En luttant pour des conditions et heures
de travail meilleures, il a permis que prennent place de nouvelles formes de
divertissements, de loisir et de culture.
D’autres acteurs se sont aussi manifestés, selon les périodes et les
sociétés : réformistes protestants (Angleterre), philanthropes et humanistes
(États-Unis), intellectuels (France), élite cléricale (Québec). Ces diverses

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES 225

catégories ont généralement joué un assez grand rôle dans l’expression du système
de valeurs et de l’idéologie propres au loisir actuel, ainsi que dans la mise en place
des premières organisations. Un des traits relativement constants est l’entrée en
scène d’acteurs d’inspiration morale ou religieuse, en vue de la définition et du
contrôle du loisir, tout autant que de la mise en place de quelques-unes
des premières formes d’organisation. L’idéologie des « loisirs rationnels », au
XIXe siècle en Angleterre, constitue le cas typique ; il y eut, en France, les débats
entre mouvements laïques et catholiques à propos de l’éducation populaire; on peut
aisément observer le rôle du clergé local dans la mise en place des premières
institutions récréatives américaines et même dans la fondation des associations
professionnelles, et on connaît bien le rôle du clergé au Québec.
L’interprétation que l’on peut en donner est que la question du loisir est à
inscrire dans le débat plus vaste qui a pris place, pendant l’industrialisation, au sujet
des nouveaux modes de vie alors en émergence; on n’a pas assez signalé que la
« révolution » industrielle a provoqué des bouleversements si profonds que de
nombreux acteurs, parfois aux projets contradictoires, sont intervenus pour
proposer, définir de nouvelles conceptions de la « société », pour lutter en faveur de
nouvelles modalités de vie en société, pour des normes de comportement et des
valeurs sociales alternatives : cela est allé du socialisme utopique au mouvement
coopératif d’origine britannique, aux mouvements pour le suffrage universel, aux
expériences d’éducation populaire et au contrôle des mœurs par le loisir !

Le pouvoir politique
L’entrée en scène du pouvoir politique semble avoir grandement varié, tant
par rapport aux circonstances de temps que par rapport aux objets d’intervention. Si
l’époque du Front populaire, en France, marque une sorte d’apogée éphémère, en
cette matière, l’engagement des services publics locaux, hâtif aux États-Unis, a tardé
à se manifester au Québec. Une analyse politique du loisir suppose que l’on tienne
compte du rôle effectif qu’a joué le pouvoir politique, par rapport au temps
(légistations), aux horaires de travail, à l’espace (création de parcs urbains), ou à la
vie culturelle proprement dite. Il ne s’agit pas de l’acteur premier ni décisif, dans les
cas étudiés; (il n’est pas certain toutefois que la situation soit la même en d’autres
pays, notamment en U.R.S.S., où des éléments de planification du loisir ont été très
tôt instaurés, donnant même naissance à une tradition de recherche originale, celle
des budgets-temps5 ).

5. Voir mon article (en collaboration avec Anna Olszewska), “ Current Problems and Perspectives in the
Sociology of Leisure”, Sociology : the State of the Art, (éd. de Tom Bottomore, Stefan Nowak et
Magdalena Sokolowska), London, Sage, 1982, pp. 299-321.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
226 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

Quoi qu’il en soit l’entrée du pouvoir politique sur la scène du loisir, souvent
timide et mitigée, se fait généralement sous la forme de législations sociales ayant
un effet indirect : notamment en matière d’éducation, de santé, de conditions de
travail. Ce n’est que dans les dernières décennies, généralement, que l’on assiste à
des tentatives de définition plus explicite des orientations politiques en matière de
loisir (tel en Angleterre), voire à la création de ministères en tout ou en partie
dévolus à cette question (au Québec et en France, notamment).
Il n’est pas possible de comprendre le processus de formation du loisir sans
prendre en considération le processus de formation de l’État moderne.
L’institutionnalisation progressive du système politique moderne est aussi un
phénomène lié à l’industrialisation, et la prise en charge de besoins sociaux et
culturels généralement sous forme de mesures impératives (telle la création du
système d’éducation), ou incitatives, suppose un minimum de consensus sur la mise
en œuvre de moyens divers en vue d’objectifs nationaux (c’est la définition
classique du système politique, en théorie fonctionnaliste) ; « l’État possède cette
fonction particulière de constituer le facteur de cohésion des niveaux d’une
formation sociale », tout en constituant aussi « la structure dans laquelle se
condensent les contradictions »6. Il faut dire que l’étude du loisir passe aussi par une
analyse véritablement socio-politique.
Ajoutons qu’il faudrait également parler de pouvoir de type juridico-
politique, puisque dans nos sociétés c’est l’État qui est le pivot du droit. Or il est
intéressant de noter que le droit, système explicite de normes destiné à régir les
rapports entre les individus et les groupes, touche de nombreux aspects du loisir :
normes morales d’évaluation des films, codification de certaines formes de violence
sportive, normes d’accès à certains espaces publics, législations en vue de favoriser
certaines pratiques culturelles et sportives, ou pour le soutien des associations
volontaires, etc. Certaines normes et valeurs du loisir trouvent ainsi leur
transcription dans le système juridique, manifestation explicite de leur
institutionnalisation.

Les idéologies du loisir et de la culture


Plus ou moins hâtivement se sont développées des idéologies du loisir.
Les expressions les plus nettes en sont l’idéologie britannique des loisirs
rationnels, et la pensée sociale américaine des débuts du siècle, grandement
diffusée par la suite. Le contenu de ces idéologies varie selon les périodes, les
sociétés et les acteurs, mais, règle générale, il se résume soit à la promotion de

6. Nicos POULANTZAS, Pouvoir politique et classes sociales, Paris, Maspéro, 1968, pp. 43 et 44. Voir
également Gianfranco POGGI, The Development of the Modern State, London, Hutchison, 1978.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES 227

systèmes de valeurs (dans le cas du clergé québécois, des militants intellectuels


français ou des humanistes américains), soit à l’utilisation du loisir à des fins de
représentation professionnelle. Il est notable qu’une fois formées, largement
diffusées, les idéologies ont servi de légitimation à la professionnalisation croissante
de ce champ.
Il n’est pas de phénomène historique ou culturel sans représentation sociale,
et le loisir n’y échappe pas. On peut parfois suivre à la trace les idéologues, les
idéologies et les modèles d’intervention, tout au cours du processus de formation du
loisir moderne. De nos jours, au Québec du moins, l’unanimité semble très grande,
par-delà les différences inévitables. Ce que j’ai appelé une idéologie libérale,
valorisant la subjectivité, l’appropriation personnelle du temps et des objets de
consommation, fait écho aux mêmes conceptions tant chez les industries du
divertissement, en matière de tourisme, que chez les professionnels du loisir et les
militants dits de gauche ; fondamentalement, le système de valeurs promu est le
même !
Faut-il également rappeler, qu’en général, chacune des formes de culture dont
il a été fait mention est l’objet à son tour d’idéologies relativement spécifiques :
qu’il s’agisse de culture ouvrière, de culture de masse ou de culture populaire, pour
ne citer que celles-là, on y observe toujours aussi des idéologies, véhiculées par
divers porte-parole. Par exemple, la culture de masse a fait l’objet d’un débat
moralisateur entretenu par le clergé québécois dans la décennie 1920, ou encore de
conceptions fort péjoratives, par les intellectuels américains après 1945 ; exception
faite du contenu, quelle différence y a-t-il vraiment entre ces deux cas ? Et que dire
des idéologies actuelles du « développement culturel » ou de la culture populaire,
toutes deux liées à des projets militants ou politiques, à des conceptions normatives
de la culture ?

Les institutions
Le développement du loisir est aussi caractérisé par le surgissement des
associations bénévoles et par la mise en place d’organisations sociales de toutes
dimensions. Une part de la dynamique culturelle du loisir leur est imputable :
expression de revendications populaires, regroupements culturels de toute sorte,
foisonnement de programmes et d’activités.
Les associations bénévoles en particulier, sont presque toujours à l’origine
le fait d’intellectuels militants ou de philanthropes. Par la suite, quand un
mouvement se généralise, il prend des racines véritablement populaires, souvent
récupérées en partie, d’ailleurs, par les professionnels ou le pouvoir politique,
auxquels s’oppose une catégorie de militants (généralement issus de la classe

7. J’ai développé cet aspect dans « Cultures, conditions de production et idéologies de la culture », Loisir et
Société, IV, 1, P.U.Q., 1981, pp. 11-24.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
228 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

des intellectuels, à leur tour), valorisant l’autogestion et la culture populaire. Agents


de distribution de certaines formes de « pouvoir culturel », les associations
bénévoles en matière de loisir se réfèrent généralement à des projets culturels, à des
conceptions de la culture, qui parfois s’opposent aux politiques culturelles en place,
mais parfois s’y intègrent explicitement.
En d’autres termes, il arrive parfois que les associations bénévoles ne
puissent définir leurs projets culturels sans devoir faire référence à l’État et à ses
politiques. Au Québec, cela s’est doublé de l’importance qui a été accordée à l’État,
en matière de culture, en raison de la question nationale. Ce qui a été désigné
comme l’institutionnalisation du loisir, au Québec, dans le contexte d’un modèle
libéral de société, réfère d’ailleurs en partie à ce processus de mise en place de l’État
et de ses « appareils de loisir », processus à partir duquel la pratique de la distance
critique et autonome, chez les associations populaires, n’est certes pas chose aisée.

Notes sur la question du loisir dans les pays


dits en voie de développement
Les pays dits en voie de développement constituent une sorte de laboratoire
vivant dans lequel on observe certains aspects stratégiques du processus de
formation du loisir moderne auxquels les pages précédentes ont fait référence.
Naturellement, la question est plus vaste, et touche au cœur des changements
culturels en cours dans un pays qui a emprunté la voie de l’industrialisation.
Sans être spécialiste de ces questions, je voudrais cependant soulever au
moins deux observations qui me viennent à la fois des analyses des chapitres
précédents et de ma connaissance limitée de la recherche internationale.
La première observation est à l’effet que dans certains cas, en bien ou en mal,
le cheminement général de formation du loisir moderne est déjà presque dessiné :
migrations urbaines, revendications localisées pour la réduction du temps de travail,
problèmes insolubles de planification urbaine, généralisation très rapide de certaines
pratiques culturelles, tel l’accès aux mass media, etc. Il y a, me semble-t-il, un
processus général de transformation des modes de vie et de la culture, qui, dans bien
des cas, est comme donné à l’avance, sous l’effet de l’industrialisation d’une nation.
Il y a cependant des décalages et des ruptures importantes, provenant du fait
que bien des choses sont déjà là : avant même que la population commence à
s’urbaniser, par exemple, elle a eu accès aux mass media; en même temps que se
fait l’acculturation à de nouvelles conceptions du temps, l’idée de vacances et de
week-end est fortement implantées ; on attend de l’État des politiques culturelles
inspirées des chartes internationales; et ainsi de suite. La violence et les
contradictions qui en résultent sont tragiques.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
LES SOCIÉTÉS OCCIDENTALES 229

L’autre observation porte sur le drame actuel que représente une sorte de
domination occidento-centriste, tant au sujet des valeurs propagées, qu’au sujet du
contrôle de certaines institutions. Des chercheurs isolés, dans des pays à majorité
rurale, constituent parfois les plus malhabiles porte-parole des conceptions
professionnelles du loisir en vigueur aux États-Unis; d’autres importent sans
critique les pensées britannique ou française. Déjà, sur ce seul plan, la pensée
originale, issue de l’expérience inédite des pays en voie d’industrialisation,
emprunte le vocabulaire occidento-centriste, quand elle n’est pas étouffée : on parle
de son histoire, d’un tracé politique ou culturel inéluctable, à travers les mots des
chercheurs américains ou autres. Ou encore, les théoriciens du développement ont
vite dénoncé l’emprise de certaines institutions commerciales occidentales sur les
cultures indigènes; l’exemple typique est la pénétration du cinéma américain, qui
parfois écrase littéralement la production locale.
Je pense néanmoins que la question du loisir se pose déjà très fortement dans
un grand nombre de pays en voie d’industrialisation rapide, particulièrement en
Amérique latine. Les enjeux sont énormes : saura-t-on planifier les villes pour y
faire place à des parcs de verdure et des équipements publics ? Y aura-t-il ou non
des centres communautaires ? Qui s’occupera de l’analphabétisme de la population
adulte ? Quelles formes prendront les mouvements d’éducation populaire ?
Laissera-t-on jouer les forces économiques aveugles en matière de conditions et de
temps de travail ? Et reprendra-t-on insatiablement le discours moralisateur sur
l’éventuelle utilisation à mauvais escient de tout accroissement de temps hors
travail, au nom d’une éthique périmée du travail ? Sera-t-on constamment contre
toute diminution des heures de travail ou tout gain en congés au nom d’arguments
de productivité (on continue encore de justifier la semaine de six jours de travail,
en de nombreux pays, en utilisant les arguments avancés par les capitalistes au
XIXe siècle !). Que fera-t-on face à l’envahissement des communications de masse
par les contenus culturels occidentaux ? Comment préserver les cultures poulaires
locales sans paternalisme ou sans connotation de folklorisme touristique ?
Maintiendra-t-on, comme en Occident, un déséquilibre en faveur du sport
commercial ?
La liste des problèmes gigantesques qu’ont à affronter les pays en voie
d’industrialisation est pratiquement sans fin. Les besoins sont immenses non
seulement en matière économique mais aussi en matière culturelle.

Naissance de la pensée scientifique en matière de loisir


L’histoire nous apprend que la pensée scientifique sur le loisir a été lente
à se développer. Il s’agit en fait d’un phénomène relativement récent. Les sciences
du loisir, dont il sera question dans la deuxième partie, se sont constitués
pratiquement après que le processus d’institutionnalisation du loisir ait été
consolidé. Elles sont nées après coup ! Et, à leur début, elles ont souvent consisté

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés
230 TEMPS, CULTURE ET SOCIÉTÉ

en une rationalisation des idéologies du loisir ou de la culture... Historiquement,


d’ailleurs, exception faite de celles de Lafargue et de Veblen, les études du loisir,
empruntant leurs catégories d’analyse au vocabulaire des sciences sociales de
l’époque, sont un phénomène du premier tiers du XXe siècle.
En d’autres termes, si les enjeux du loisir sont déjà perçus, au XIXe siècle, il
n’y a pas formation d’une réflexion, disons analytique, inspirée des sciences
sociales. Avant d’être catégorie d’analyse, les phénomènes sociaux apparaissent
sous forme de revendications et d’enjeux. Dans le cas du loisir, c’est d’abord sous
forme de revendications pour l’éducation populaire et d’enjeux reliés au temps qu’il
se manifeste, avant d’être l’objet d’une représentation articulée. Le loisir, et
combien d’autres phénomènes, a surgi à titre de revendications, de « problèmes » ou
de conflits, avant de faire l’objet d’analyse.
Les études sur le loisir commencent à peine à se dégager du contexte socio-
historique qui leur a donné naissance, et dont elles sont encore lourdement
tributaires, particulièrement pour ce qui est des catégories d’analyse utilisées, mais
cela est une autre histoire.

© 1983 – Presses de l’Université du Québec


Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Sainte-Foy, Québec G1V 2M2 • Tél. : (418) 657-4399 – www.puq.ca
Tiré : Temps, culture et société : essai sur le processus de formation du loisir et des sciences du loisir dans les sociétés occidentales,
Gilles Pronovost, ISBN 2-7605-0328-3 • DA152N
Tous droits de reproduction, de traduction ou d’adaptation réservés