Vous êtes sur la page 1sur 3

Banque de projets industriels 

: les objectifs de Elalamy largement dépassés

Le bilan d'étape du programme de substitution aux


importations présenté par le ministre

Cette nouvelle stratégie repose sur l’instauration d’une politique de substitution aux
importations, le renforcement du capital marocain dans l'industrie, et la décarbonation de
l'industrie pour préserver et renforcer l'export. 

Banque de projets industriels :


satisfecit de Moulay Hafid Elalamy

Présentation du bilan d'étape de la banque de projets industriels

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie verte et numérique,


Moulay Hafid Elalamy, a annoncé ce mardi à Casablanca qu’un  total de 523
projets d’investissement industriels ont été validés, à date, dans le cadre de la
banque de projets, représentant un potentiel de substitution de 35,5 milliards
de dirhams (MMDH) d’importation et un potentiel à l’export de 50 milliards
de DH. Soit un impact global sur la balance commerciale estimé à plus de 85
milliards de DH.
Et pour le bonus lors de sa présentation d’un bilan d’étape du programme initié en
septembre 2020, dans le cadre  de la mise en œuvre du Plan de relance industrielle
(PRI) avec pour objectif de substituer 34 milliards de DH à fin 2021de produits
importés, « dépasse les objectifs fixés initialement », avance le ministre.

Sur 183,2 milliards de DH d’importations passées au peigne fin, le ministère a


identifié un potentiel de substitution local en 2023 de 34 milliards de DH. Ces
mêmes projets pourraient avoir un potentiel à l’export de 17 milliards de DH.

« Cette initiative a confirmé, en moins d’un an d’existence, son rôle de levier


d’accélération de l’investissement industriel, du développement de la fabrication
locale et de la promotion de l’entrepreneuriat », s’est réjoui le ministre.
Et d’ajouter que « la banque de projets s’inscrit en droite ligne avec la mise en
œuvre des recommandations du Nouveau Modèle de Développement, voulu par Sa
Majesté le Roi Mohammed VI », appelant à libérer l’initiative privée et
l’entrepreneuriat et à améliorer la compétitivité du tissu productif. La banque de
projets est née de la volonté d’offrir aux porteurs de projets des opportunités
d’investissement dans les différents secteurs de l’industrie et un encadrement
approprié, a rappelé le ministre.

« Dotée de 200 fiches-projets, cette banque de projets sera renforcée par le


lancement, dès aujourd’hui, de 75 nouvelles opportunités d’investissement dans 11
secteurs d’activités industrielles sur le site web dédié à la banque de projets avec un
moteur de recherche avancée (https://banquedeprojets.mcinet.gov.ma/) », a
annoncé le ministre, mettant en avant l’accompagnement des investissements
engendrés par la banque de projets par une cellule spécialisée « War-Room » mise
en place au sein du ministère pour suivre le projet de sa naissance à sa réalisation.

« Les porteurs de projets bénéficient de subventions, d’un dispositif


d’accompagnement par les centres techniques pour la conception et le
développement de leurs produits et de conseils de l’Institut Marocain de
Normalisation (IMANOR) pour les certifications et le respect des normes », a-t-il-
expliqué, précisant que les actions structurantes de la « War-Room » notamment au
niveau de la commande publique, des donneurs d’ordres, de l’assistance technique
et de la normalisation seront renforcées davantage pour accompagner la dynamique
de relance économique.

Quant au déploiement des investissements, le ministre a tenu à souligner qu’il fait


l’objet d’un suivi personnalisé par les délégations régionales du ministère, en
étroite collaboration avec les Centres régionaux d’investissement (CRI). Forte de
son succès, la banque de projets continue de générer de plus en plus de projets
d’investissement. A l’occasion de la présentation de ce bilan, 73 conventions
d’investissement d’un montant global de 2.8 MMDH ont été signées sous la
présidence de Moulay Hafid Elalamy.
Troisième lot de la banque de projets, ces nouveaux investissements, répartis sur 8
régions du Royaume, permettront de générer plus de 10.600 emplois dans 10
secteurs industriels. Ils représentent un potentiel d’export de 1,4 MMDH et
d’import de 4,1 MMDH. Sur les 73 projets d’investissement, 22 concernent le
secteur du textile, 17 celui de la chimie- parachimie, 15 l’agroalimentaire, 6 la
plasturgie et 5 les industries mécaniques et métallurgiques. Le reste est réparti sur
les industries des matériaux de construction, de la mobilité et transport, de
l’électrique, du cuir et de l’électronique.