Vous êtes sur la page 1sur 3

Cette envie de croissance de la part des pays vient de la révolution industrielle.

Cependant cette envie de croissance entraîne des destruction de l'environnement, de la pollution, du


stress pour les salariés.
Le phénomène de mondialisation met en place un autre

Croissance=augmentation du niveau de vie


Un niveau de vie ca se mesure. IDH, IDE

1945-1975 = Trente Glorieuse


Ça concerne la moitié de la planète = bloc Ouest. Croissance de 5% par an environ (bon niveau de
croissance), niveau jamais ré-atteint.

Récession = baisse du nv de croissance


Expansion = augmentation du nv de croissance
Stagflation = stagnation de la croissance avec chômage et présence d'inflation

A la fin des trente glorieuses, c'est très particulier car on avait jamais vu cela au paravent.
Jamais vu de chômage et d'inflation combiné à la stagnation de la croissance

Dépression = chute brutale de la croissance

L'innovation technologique = introduction de la « 3e révolution industrielle » ça commence à


révolutionner la société
Ce virage c'est fait très rapidement, cependant les gouvernements ont eu du mal a prendre en
compte le fait du chômage que cette révolution va entraîner

Suite a la crise de 1975, le chômage augmente.


Chômage conjoncturel = lié à la conjoncture économique

Dès qu'il y a une reprise, les chômeurs re-rentre sur le marché du travail

I-La mesure de la croissance et les facteurs de croissance

PIB = Produit intérieur brut, représente la somme des valeurs ajoutée produite sur le territoire
PNB = Produit national brut, production annuelle de richesses crées par un territoire

Le PIB est le seul indicateur de la croissance, cependant il ne prend pas en compte l'économie
souterraine (travail au black, vente de drogues etc ..)

Certains économistes essayent de calculer le BIB (Bonheur Intérieur Brut)

Selon certains économiste, le bénévolat devrait faire partie du PIB, en effet les associations ne sont
pas prises en compte dans le calcul du PIB
L'état a de plus en plus de mal à trouver les ressources pour payer ses dépenses.

Il faut ajoutée tout ce que produit les associations pour que le PIB soit encore plus renforcée
II-Les cycles, les crises et les politiques de régulation de la croissance

Modèle de Rostov essaye de classer les pays en fonction de leur développement= 5 phases :

1-Société traditionnelle = société agricole


2-Phase de pré décollage = transfert des gains de productivité pour que les investissements de
l'agriculture aillent vers l'industrie
3-Phase de décollage = le développement de l'industrie est relativement autonome
4-Phase de maturité = généralisation de l'industrie dans la nation
5-La société de consommation = tout les ménages ont accès à l'ensemble des biens courants etc ..*
C'est au début des trente glorieuses que cette consommation de masse a débuté

1987 = crack boursier

NPI = Nouveaux Pays Industrialisés


Taille critique/Masse critique = extrême limite pour une entreprise pour supporter la concurrence,
en dessous de cette taille/masse l'entreprise ne supporte pas la concurrence.

RQ : Au niveau des politiques industrielles, il y a eu en France beaucoup d’hésitation, voir même


des contradictions. En effet, les politiques industrielles subissent les contraintes de la construction
européenne. La libre concurrence, indispensable au niveau de l'Europe, interdit les aides et les
subventions. Tout les mouvements de concentration (rapprochement d'entreprise) sont soumis à
l'accord européen.
Danemark = Etat providence

Les atouts de l'Europe :


-La taille du marché
-La monnaie unique
-Coopération = programme de recherche (concurrence ceux des américain), Airbus, industrie
-Négociation d'accord multi-latéraux

III-Le chômage

Les grandes données du chômage proviennent du ministère du travail, du BIT, de l'INSEE ..

• Chômeur = Personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui répond à trois conditions :
- être sans emploi ;
- être disponible pour prendre un emploi dans les 15 jours ;
- avoir cherché activement un emploi dans le mois précédent.

• Chômage = Représente l'ensemble des personnes de 15 ans et plus, privées d'emploi et en


recherchant un. On recense 4 principaux types de chômage :
-Le chômage conjoncturel = lié à la conjoncture économique, chômage de court
terme
-Le chômage frictionnel = lié au fait qu'un salarié quitte son emploi pour en trouver
un meilleur (qu'il passe d'un emploi à un autre), chômage de court terme
-Le chômage structurel = issus de la structure meme de l'economie et de la société.
C'est inadéquation entre l'offre et la demande de travail, ça provient pour les libéraux
d'une trop forte intervention de l'Etat sur le marché du travail (ex : reglementation
des salaires : idée que le salaire minimum est trop élevé), provient de la
réglementation du droit du travail, chômage de long terme
-Le chômage déguisé = emploi a productivité quasi-nulle ou faible, très présent dans
les pays en développement

Pour comprendre le chômage, 4 démarches sont nécessaires :


-S'entendre sur la définition
-Définir la carte sociale, c'est à dire : qui est au chômage ?
-Étudier les circonstances qui conduisent au chômage
-Énoncer quelques solutions pour en sortir

9% de la population active est au chômage


Les keynésiens partent d'un postulat dans lequel on peut avoir un équilibre durable du sous-emplois.
En effet, rien n'indique que la demande est suffisante pour occuper toute une population active.
Pour les keynésien le niveau de l'emploi ne se fait pas sur le marché du travail. Donc, pour eux, le
chômage ne se résout pas par une baisse des salaires c'est a dire par une variation de prix qui risque
d’entraîner une baisse de la consommation, de production et donc entraîner du chômage.

La théorie néo-classique/libérale. Pour les libéraux le chômage se résout sur le marché du travail.
L'ajustement entre l'offre et la demande de travail se réalise par le salaire, c’est à dire par le prix
selon la loi du marché. Le salaire est donc la variable stratégique. Aujourd'hui de nombreux obstacle
s'oppose à la baisse des salaires : le SMIC, le droit du travail.

La théorie par le progrès technique. Le lien entre progrès technique et chômage n'est pas aussi direct
que l'on croit. En effet, le progrès technique engendre des suppressions d'emplois à court terme,
mais depuis 2 siècles la mécanisation c'est accompagnée d'une forte augmentation du nombre
d'emplois, ces emplois sont plus qualifiés et moins pénible. Le débat autour du progrès technique
porte donc non pas sur le marché du travail ni de la demande mais sur la période terme-moyen
terme-long terme.

La France est parmi les premiers a dépenser des milliards pour la politique de l'emploi. Pour quels
résultats et pour quelles sociétés ?