Vous êtes sur la page 1sur 52




1 Introduction :
1.1 Fonction de base :
 Répondre aux signaux électriques audiofréquences en effectuant des
vibrations physiques qui vont rayonner comme ondes sonores.

 Cela implique 3 conditions :


 Répondre régulièrement sur toute la plage de fréquence audible (20Hz –
20KHz).
 Répondre à toute la plage de dynamique (~80dB). Pour les HP à cône, cela
de déplacement de correspond à une plage en ratio de réponse = 1 à 10000.
 Emettre des ondes sonores sur 1 angle de dispersion suffisamment large à
toutes les fréquences pour pouvoir reproduire l’équilibre fréquentiel
d’origine.

NB : Le HP est le maillon le plus faible de la chaine audio.

1.2 Les 3 configurations de base :


 Le système moteur du transducteur est couplé au centre d’un diaphragme, lui-
même intégré dans une ébénisterie.

 Le diaphragme est placé au sommet d’un transformateur acoustique (Trompe


ou Pavillon). Le but étant de couplé le diaphragme avec l’air (l’air représente
une impédance). Les pavillons sont des adaptateurs (transformateurs)
Texte
d’impédance acoustique permettant d’améliorer le rendement du HP.

 Le diaphragme est actionné simultanément sur toute sa surface (HP


électrostatique).

1.3 Différences entre les enceintes de travail (moniteur studio) et les


enceintes d’écoute (Hifi) :

1.3.1 Enceinte de travail :


 Les enceintes justifient un traitement acoustique de la pièce :
 Si on place 3 types d’enceintes différentes au même endroit dans une
pièce, on aura peu de différence d’écoute.
 Si on place 1 seul type enceinte à 3 endroits différents de la pièce, on aura
beaucoup de différences d’écoute.

 Les enceintes de travail doivent être le plus neutre possible pour s’assurer
que la musicalité vient du mixage.



MESURE EN CHAMP LIBRE

En champ proche, le niveau du son est incertain,


les mesures doivent donc être effectuées en
champ lointain (-6dB par doublement de
distance).
MESURE DANS UNE PIÈCE

Les ondes réfléchies contaminent le son direct, causant une estimation incorrecte du son émis par
le HP et de sa réponse en fréquence.

On ne peut pas rapprocher le microphone pour minimiser cette contamination, il doit rester dans le
champ lointain du HP.
CHAMBRE SOURDE MICROSOFT -20.3 dBSPL
CHAMBRE SOURDE ISVR SOUTHAMPTON UNIVERSITY

http://virtualopenday.southampton.ac.uk/highfield/highfield-anechoic-chamber
CONDITIONS POUR ÊTRE EN CHAMP LOINTAIN DU HP

La difference de temps T, entre le son direct et la reflection arrivant au microphone est 𝑇=(2𝑑𝑅−D)/
𝑐, avec c la célérité du son.
Elle va causer un filtrage en peigne.
Dans cet exemple, avec c=343 m/s à la temperature de la pièce, T=2.61 ms.
Résultat : les deux signaux (direct+réflexion) s’annulent completement aux fréquences multiples de 192
Hz, et ils s’additionnent (double de l’amplitude du son direct) aux multiples de 384 Hz.

Calcul de la fréquence du premier notch : F(Hz)=1/2T (avec T le délai entre direct et réflexion en
secondes)

Les notch suivants seront aux multiples de F=1/T


Solution possible : mesure en DEMI-ESPACE (« ground plane)

Pour les frequences inférieures au premier notch du filtrage en peigne, les signaux seront en phase et auront
un niveau combiné 6 dB plus haut que le niveau du son direct. L’ avantage est de pouvoir placer le
microphone à une distance double de celle prévue.

Par exemple, une specification courante est la mesure de la réponse en fréquence dans l’axe à 1 m de
distance avec un signal sinusoïdal de 1 W.

Si le HP est suffisamment petit pour qu’à 1 m on soit en champ lointain, une mesure en demi-espace à 2 m
donnera le même niveau qu’une mesure en champ libre à 1 m.

Pour un microphone de mesure standard d’½” de diamètre, le centre du diaphragme du microphone sera à
6.4 mm au-dessus du sol . Pour un HP haut de 40 cm, le premier notch du filtrage en peigne sera à environ
68 kHz.
EXEMPLE DE MESURE EN GROUND PLANE

NORMALEMENT L’AXE DU HP EST DIRIGÉ VERS LE MICRO.


MESURE DE DIRECTIVITÉ
TABLE DE MESURE DE DIRECTIVITÉ AUTOMATISÉE
THE YAMAHA NS10M:
TWENTY YEARS A REFERENCE MONITOR. WHY?

Philip R Newell Consultant, Moaña, Spain


Keith R Holland ISVR, University of Southampton, UK
Julius P Newell Independent Audio Systems Engineer, UK

1. INTRODUCTION

Historically, one of the most hotly contested topics of discussion in the recording industry has been that
of studio monitoring. The 75 years since the invention of the moving coil loudspeaker have not
culminated in anything approaching a consensus of a universal monitor. It would appear that a general
trend has been to use large, full-range monitors, with frequent reference to the smaller mixing monitors,
during the recording process, and vice versa during mixing. The loudspeakers often chosen for mixing
are those which lead the mixing personnel to produce, in the mixing environment, masters which "travel"
well to their use by the record buyers. The mixing environment is rarely representative, however, of the
final use environments. This situation is often dictated by the need to have a mixing console and effects
rack in the middle of the room, together with sound isolation requirements which can take recording
studios a further step away from domestic acoustics.

Given all the variables in the recording chain, it is little wonder that a large number of loudspeakers are
used as mixing monitors, but one loudspeaker has dominated the worldwide pop / rock music mixing
world for almost 20 years; the Yamaha NS10M. This paper will look at the characteristics of the NS10M,
and its application, in an attempt to find what objective characteristics may have led to it becoming a de
facto reference standard, even though it was not originally (in its earlier, NS10 form) designed to do so.

2. THE ORIGIN OF THE NS10

The first version of the NS10 began to be used in many recording studios in the early 1980s. It had been
designed as a domestic hi-fi loudspeaker, but had been received poorly by the public and press. In
studio use however, it sat comfortably on the top of most mixing consoles, it appeared to have a sound
character that mixing personnel had been looking for, and it could handle a solo bass drum at the
required level for mixing, without expiring. The original NS10s were often used with toilet paper over the
tweeters, because early experience found them to lead to mixes which lacked high frequencies
compared to what was considered to be normal in people's homes. It is interesting to note that the re-
fitting of the original grill-cloth, usually removed by studio personnel, often had the same effect!

In the mid 1980s, in the light of the experience of its professional uses (and after its general failure in its
intended market) its manufacturers replaced it with the "NS10M Studio", which was a reinforced version
that could handle considerably more power and which had a somewhat reduced high frequency
response. With this model they came closer than anybody had previously achieved to setting a
monitoring standard for mixing. The close field use of the loudspeaker, usually no more than about a
metre from the listener's ears, and the relatively consistent presence of the flat surface of a mixing
NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

console beneath them, set a common environment for their use which was less affected by room
responses than was the case for more distant monitors; but why the NS10M?

3. SPECIFICATIONS

The NS10M consists of a 10.4 litre sealed enclosure, with a 180mm paper coned low frequency driver
and a 35mm soft domed tweeter. The crossover is two-way, second order passive, with asymmetric
turnover frequencies and in-phase connected drivers. The frequency range is quoted from 60Hz to
20kHz, the sensitivity 90dB SPL at one metre for one watt input, and the maximum (peak) power input as
120W. The crossover frequency is 2kHz, and the nominal impedance is 8 ohms.

4. PERFORMANCE UNDER OBJECTIVE TEST

Figures 1—3 show the frequency response, harmonic distortion, step response and waterfall plots for 36
different close-field monitoring loudspeakers; one of which (#36) is the NS10M. All of the measurements
were carried out under as close to identical conditions as possible in the large anechoic chamber at
ISVR, University of Southampton. These plots present a rare opportunity to directly compare the
objective characteristics of a number of loudspeakers and hence, for the purposes of this paper,
assess the relative performance of the NS10M.

Although the crossover of the NS10M is a second order design, and the drivers are connected in phase,
the frequency response plot shown in Figure 1(36) does not show the characteristic dip at the crossover
frequency. This is probably due to the physical misalignment of the drivers, in terms of their distances
from the front panel, creating a signal delay which approaches a half wavelength at the crossover
frequency. The step function response shown in Figure 2(36) shows a temporal misalignment between
the drivers of about 0.5 milliseconds, which by general standards is good. The harmonic distortion
performance is also very good for a loudspeaker of such dimensions (Figure 1(36)), the second harmonic
being about 37dB down (just over 1%) at 100Hz, with the third harmonic a further 10dB below that. The
mid-range distortion is also a respectable 50dB down around 2kHz; all figures being measured at 90dB
SPL at 1m distance.

Figure 1(36) shows that the NS10M does not have a flat frequency response, but, in common with a
some other responses in Figure 1, has an inverted "V" characteristic which peaks in the mid-frequency
range. The waterfall plot in Figure 3(36) shows a very rapid decay over the entire frequency range and
also an absence of the mid-range ringing evident in many of the other plots in Figure 3.

5. DISCUSSION OF RESULTS AND SUBJECTIVE PERCEPTIONS

The NS10M exhibits step function and harmonic distortion performances which are better than average
for loudspeakers of its genre. The frequency response under anechoic conditions would not generally be
considered to be good, however, and shows a deviation of ±5dB over the range from 85Hz to 20kHz.

Figure 4 shows the frequency response of an idealised loudspeaker, approximately the same size as the
NS10M, in two different acoustic environments. The solid curve is the response of the driver and cabinet
in free-space and the dashed line is the response of the same driver and cabinet mounted flush in an
NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

infinite wall. The flush-mounted response is seen to be flat over a wide range of frequencies, whereas
the free-space response shows the inverted "V" characteristic noted above. It is likely then, that flush
mounting the NS10M should bring about a flattening of its frequency response characteristic, which is
consistent with the fact that it was designed as a bookshelf loudspeaker. The response under typical
monitoring conditions − mounted on a mixing console meter bridge − will not correspond with either of
these but instead may lie somewhere between.

A comparison between Figures 5 and 6 demonstrates a typical change in the frequency response of the
NS10 when it is mounted on a real mixing console. These measurements were taken outside, with the
loudspeaker, console and microphone "flown" 4m above the ground, and at least 4m from any walls, via
a crane; the microphone was 1.2m from the loudspeaker. Figure 7 shows the measurement repeated in
a room considered representative of a typical recording studio control room. From the concept of a flat
response being a necessary requirement for monitoring, the progressive response disturbance shown in
Figures 5 would seem to be moving the NS10M into a state of uselessness. The reality, however, is that
the NS10M in these conditions has been widely accepted above almost any other type of loudspeaker.
Considering that all loudspeakers in such circumstances would suffer rather similar response
disturbances, one conclusion could be that the decidedly non-flat free-field response of the NS10M is
being brought nearer to an overall flatness by its surroundings. It suggests that a form of "target function"
response characteristic is valuable. The target function concept has been used for decades in the design
of crossover networks, whereby the crossover filter design is aimed at taking into account the
loudspeaker driver responses in order to achieve the desired acoustic response in front of the cabinet. In
a similar way, is a flat free-field response of significance if the mounting conditions can be guaranteed to
disturb that response?

Clearly it is difficult to manufacture a loudspeaker to meet a target response if that response variability is
too wide, such as in people's homes, but it could be that the typical use of NS10Ms in control rooms
could be sufficiently consistent in the close field to make one such design generally suitable.

The other very significant aspect of the performance of the NS10M is seen in the waterfall plot in Figure
3(36). No other loudspeaker shown in Figure 3 shows a shorter low-frequency decay time; indeed, such
a rapid decay is usually only found in large, high quality, full-range monitor systems.

It is interesting to note that the loudspeaker which came closest to becoming a standard reference in the
rock / pop mixing world, prior to the NS10, was the Auratone 5C Sound Cube, the response of which is
shown in Figures 1(9), 2(9) and 3(9). Ignoring the peaks around 8 and 12kHz, the overall response has a
similar character to that of the NS10M.

In professional use, a slight roll-off of the high frequency response, as exhibited by the NS10M, is quite
widely accepted as a desirable response characteristic. This is due partly to the extra top perceived
during the higher SPLs often used in studios, the reduction of listening fatigue, the belief that to err on the
side of more top in the recording is better than too little, and in the light of experience that such a
monitoring response leads to a more desirable balance of the recordings in their final destinations.

What is also very significant is that many of the loudspeakers tested exhibit rather long low-frequency
decay times (Figure 3) as a consequence of the use of both reflex enclosures and electronic protection
filters. This has often been done in an attempt to get an extended low frequency performance at
relatively high SPLs from small enclosures. Recent work carried out at the ISVR on the audibility of high-
pass protection filtering has suggested that filters acting above 30Hz are perceived to audibly colour the
sound. One consistent complaint from mastering engineers has been that from the less advanced
studios, a common problem due to poor monitoring is a mis-balance in the relative mix of the bass guitar
and bass drum that cannot be corrected by equalisation at a later stage. These mis-balances are almost
NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

certainly due to time-related response problems in the mixing environment at low frequencies.

During the mixing process, there is a tendency for recordists to want to hear a clear mid-range, because
that is where more instruments are often fighting for the same space. Once things are balanced in this
region, the basis of a mix is often established. This process may be helped by the raised mid-frequency
response of the NS10M. The fast low frequency decay time exhibited by the NS10M will also tend to
help to ensure that the bass guitar / bass drum are correctly balanced. The net result of these points is
that the resultant balance of low- vs mid-frequencies will probably be correctable using equalisation
should that be deemed necessary during the mastering process.

6. SUMMARY

From the investigations presented, and from experiences in the use of the NS10M, it would appear that
the following statements can be made.
• The free-field frequency response of the NS10M gives rise to a response in typical use which
has been recognised by many recording personnel as being what they need for pop / rock
music mixing. The principal characteristics are the raised mid-range, the gentle top-end roll-
off, and the very fast low-frequency decay; the latter is aided by the 12dB / octave roll-off of
the sealed-box cabinet.
• The time response exhibits a better than average step function response, which implies good
reproduction of transients. Many people speak of the "rock and roll punch" of the NS10M.
• The distortion characteristics are also better than average for a loudspeaker of such size.
• The output SPL is adequate for close-field studio monitoring with adequate reliability.
• In many of these characteristics, the NS10M mimics the response of many good larger
monitor systems in well-controlled rooms. They are hence recognisable to many recording
personnel in terms of their overall response.
• They are tools to achieve a well-balanced mix. It is notable how many of the people who use
them in studios do not use them for home listening.

7. ACKNOWLEDGEMENT

The loudspeaker measurements shown in Figures 1 to 3 were carried out on behalf of, and paid for by,
Studio Sound magazine as part of a continuing series of objective loudspeaker reviews.
NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

(1) Acoustic Energy AE2 (2) ADAM S2A (3) Alesis M1 Active
100 10 10

90 0 0
dB SPL for 2.83V @ 1m

80 -10 -10
Axial Response Axial Response Axial Response
70 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic -20 2nd Harmonic
3rd Harmonic dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic
60 -30 -30 4th Harmonic
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic

50 -40 -40

40 -50 -50

30 -60 -60
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(4) Apogee CSM-2 (5) ATC SCM20A (6) ATC T16 Active
100 10 10

90 0 0
dB SPL for 2.83V @ 1m

80 -10 -10
Axial Response Axial Response Axial Response
70 2nd Harmonic -20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
3rd Harmonic dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic
60 -30 4th Harmonic
-30
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic

50 -40 -40

40 -50 -50

30 -60 -60
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(7) AVI NuNeutron (8) AVI Pro9 (9) Auratone 5C


10 100
90
0 90
80
dB SPL for 2.83V @ 1m
dB SPL for 2.83V @ 1m

-10 80
70
Axial Response Axial Response Axial Response
2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
70 2nd Harmonic
60 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic 3rd Harmonic
4th Harmonic
4th Harmonic
-30 4th Harmonic
60
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic
50
-40 50
40
-50 40
30
-60 30
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(10) Behringer TRUTH B2031 (11) DAS Monitor 6 (12) FAR DbW-80
10 10 100

0 0 90
dB SPL for 2.83V @ 1m

-10 -10 80

Axial Response Axial Response


-20 2nd Harmonic
-20 70 2nd Harmonic

dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic


4th Harmonic
-30 4th Harmonic -30 60
5th Harmonic 5th Harmonic

-40 -40 50

-50 -50 40

-60 -60 30

20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000


Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

Figure 1a On-Axis Frequency Response and Harmonic Distortion: Loudspeakers #1—#12


NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

(13) Fostex NF1-A (14) Hafler TRM8 (15) HHb Circle 3P


10 10
90
0 0
80

dB SPL for 2.83V @ 1m


-10 -10
70
Axial Response Axial Response Axial Response
-20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic 2nd Harmonic
dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic 60 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic 4th Harmonic
-30 -30
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic
50
-40 -40
40
-50 -50
30
-60 -60
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(16) HHb Circle 5A (17) JBL LSR 25 (18) JBL LSR 32


10 10 100

0 0 90

dB SPL for 2.83V @ 1m


-10 -10 80
Axial Response Axial Response Axial Response
-20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
70 2nd Harmonic
dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic 4th Harmonic
-30 -30 60
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic

-40 -40 50

-50 -50 40

-60 -60 30
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(19) K&H 0198 (20) KRK V8 (21) KSdigital ADM2


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


Axial Response Axial Response Axial Response
-20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic 4th Harmonic
-30 -30 -30
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic

-40 -40 -40

-50 -50 -50

-60 -60 -60


20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(22) Mackie HR824 (23) Meyer HM-1S (with sub-woofer) (24) Minipod
10 10 100

0 0 90
dB SPL for 2.83V @ 1m

-10 -10 80
Axial Response Axial Response Axial Response
-20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
70 2nd Harmonic
dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic 4th Harmonic
-30 -30 60
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic

-40 -40 50

-50 -50 40

-60 -60 30
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

Figure 1b On-Axis Frequency Response and Harmonic Distortion: Loudspeakers #13—#24


NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

(25) M&K MPS-150 (26) PMC LB1-BP (27) Quested VS2108


100 100 10

90 90 0
dB SPL for 2.83V @ 1m

dB SPL for 2.83V @ 1m


80 80 -10
Axial Response Axial Response Axial Response
70 2nd Harmonic
70 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
3rd Harmonic 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic 4th Harmonic
60 60 -30
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic

50 50 -40

40 40 -50

30 30 -60
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(28) Roister SNF-6 (29) Roland DS-50A (30) SLS S8R


10 10 100

0 0 90

dB SPL for 2.83V @ 1m


-10 -10 80
Axial Response Axial Response Axial Response
-20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
70 2nd Harmonic
dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic 4th Harmonic
-30 -30 60
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic

-40 -40 50

-50 -50 40

-60 -60 30
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(31) Spendor SA300 (32) Studer A5 (33) Tannoy A600


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


Axial Response Axial Response Axial Response
-20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
-20 2nd Harmonic
dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic dB 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic 4th Harmonic
-30 -30 -30
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic

-40 -40 -40

-50 -50 -50

-60 -60 -60


20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(34) Tannoy Reveal (35) Westlake BBSM-5 (36) Yamaha NS10M


100 100
90
90 90
80
dB SPL for 2.83V @ 1m

dB SPL for 2.83V @ 1m

dB SPL for 2.83V @ 1m

80 80
70
Axial Response Axial Response Axial Response
2nd Harmonic
70 2nd Harmonic
70 2nd Harmonic
60 3rd Harmonic 3rd Harmonic 3rd Harmonic
4th Harmonic 4th Harmonic 4th Harmonic
60 60
5th Harmonic 5th Harmonic 5th Harmonic
50
50 50
40
40 40
30
30 30
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

Figure 1c On-Axis Frequency Response and Harmonic Distortion: Loudspeakers #25—#36


NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

(1) Acoustic Energy AE2 (2) ADAM S2A (3) Alesis M1 Active
1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude
0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(4) Apogee CSM-2 (5) ATC SCM20A (6) ATC T16 Active
1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude
0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(7) AVI NuNeutron (8) AVI Pro9 (9) Auratone 5C


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude

0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(10) Behringer TRUTH B2031 (11) DAS Monitor 6 (12) FAR DbW-80
1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude

0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(13) Fostex NF1-A (14) Hafler TRM8 (15) HHb Circle 3P


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude

0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(16) HHb Circle 5A (17) JBL LSR 25 (18) JBL LSR 32


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude

0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

Figure 2a Step Response: Loudspeakers #1—#18


NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

(19) K&H 0198 (20) KRK V8 (21) KSdigital ADM2


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude
0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(22) Mackie HR824 (23) Meyer HM-1S (24) Minipod


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude
0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(25) M&K MPS-150 (26) PMC LB1-BP (27) Quested VS2108


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude

0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(28) Roister SNF-6 (29) Roland DS-50A (30) SLS S8R


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude

0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(31) Spendor SA300 (32) Studer A5 (33) Tannoy A600


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude

0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

(34) Tannoy Reveal (35) Westlake BBSM-5 (36) Yamaha NS10M


1 1 1
Amplitude

Amplitude

Amplitude

0 0 0

-1 -1 -1
0 5 10 15 20 0 5 10 15 20 0 5 10 15 20
Time (ms) Time (ms) Time (ms)

Figure 2b Step Response: Loudspeakers #19—#36


NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

(1) Acoustic Energy AE2 (2) ADAM S2A (3) Alesis M1 Active
10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(4) Apogee CSM-2 (5) ATC SCM20A (6) ATC T16 Active
10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(7) AVI NuNeutron (8) AVI Pro9 (9) Auratone 5C


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(10) Behringer TRUTH B2031 (11) DAS Monitor 6 (12) FAR DbW-80
10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(13) Fostex NF1-A (14) Hafler TRM8 (15) HHb Circle 3P


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(16) HHb Circle 5A (17) JBL LSR25 (18) JBL LSR32


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

Figure 3a Waterfall: Loudspeakers #1—#18


NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

(19) K&H 0198 (20) KRK V8 (21) KSdigital ADM-2


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(22) Mackie HR824 (23) Meyer HM-1S (24) Minipod


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(25) M&K MPS-150 (26) PMC LB1-BP (27) Quested VS2108


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(28) Roister SNF-6 (29) Roland DS-50A (30) SLS S8R


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(31) Spendor SA300 (32) Studer A5 (33) Tannoy A600


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

(34) Tannoy Reveal (35) Westlake BBSM-5 (36) Yamaha NS10M


10 10 10

0 0 0

-10 -10 -10


dB dB dB
-20 -20 -20

-30 -30 -30

20 20 20
40 40 40
60 ms 60 ms 60 ms
80 80 80
100 100 100
20 100 1000 10000 20 100 1000 10000 20 100 1000 10000
Frequency (Hz) Frequency (Hz) Frequency (Hz)

Figure 3b Waterfall: Loudspeakers #19—#36


NS10M: Reference Monitor − PR Newell, KR Holland & JP Newell

10

dB 0

-10

100 1000 10000


Frequency (Hz)
Figure 4 Response of Idealised Loudspeaker: Flush Mounted (- - -) Free Field (—)

10

dB 0

-10

100 1000 10000


Frequency (Hz)
Figure 5 Response of NS10M Outside, Flown 4m from Floor & Wall

10

dB 0

-10

100 1000 10000


Frequency (Hz)
Figure 6 As Fig. 5 but Mounted on Mixing Console Meter Bridge (also flown)

10

dB 0

-10

100 1000 10000


Frequency (Hz)
Figure 7 As Fig. 6 but with Mixing Console Indoors on Floor


 Caractéristiques des enceintes de travail :
 





Texte


 Les mesures se font dans l’axe.


 La puissance acoustique totale est le résultat de tout ce qui est
rayonné par l’enceinte (Enceinte + réverbération). Cela correspond à peu
prés à ce que l’être humain ressent.
 En champs semi-réverbéré, la mesure ressemble plus au ressenti
humain.
 Courbe de réponse en puissance totale de l’enceinte mesurée par 1/3
d’octave : 




 

 
1.3.2 Enceinte d’écoute (Hifi) :
 L’acoustique des pièces non traitées justifient une musicalité des
enceintes :
 Le but est d’avoir des enceintes qui sonne bien quelque soit la pièce.

 Le budget va conditionner la qualité des enceintes Hifi :


 Pour qu’une enceinte neutre est une qualité sonore dans un lieu commun, il
faut qu’elle puisse descendre dans le bas du spectre (~40Hz). Cela
demande un coup élevé de fabrication.
 Pour avoir un meilleur rapport qualité / prix, on va boosté la courbe de
réponse dans les extrêmes :


 
 





 Caractéristiques des enceintes d’écoute :
 Les mesures se font dans
 
l’axe. 
 L’équilibre de La puissance
acoustique totale se fait 
avec la directivité pour
compenser les défauts
acoustiques des pièces
communes.
 Boost des fréquence
aigus et des 
fréquences médiums
pour contrer l’absorption.
 Courbe de réponse en puissance totale de l’enceinte mesurée par 1/3
d’octave :






 

 

 
2.1 HP à bobine mobile : 90% des HP


 


















2.1.1 L’équipage mobile :
2.1.1.1 La Suspensions Interne (Spider) :
 Permet d’assurer un guidage axial plus précis que la suspension externe.
 Elle doit permettre un retour rapide à la position d’équilibre.
NB : plus le facteur d’amortissement de l’Ampli est élevé, plus la vitesse
d’amortissement est rapide.

 Matériaux : Tissus enduit gaufré permettant les mouvements pistonique.

2.1.1.2 La Suspensions Externe (Rim) :


 La suspension externe doit assurer un guidage axial de l’équipage mobile
(Bobine + Cache Bobine + Membrane).
 Elle travaille conjointement avec la suspension interne.

 Matériaux : Caoutchouc butyle ou Mousse synthétique.


 En forme de demi-rouleau convexe ou concave :
 




 

 Avec différent réliefs :


 
 




Pli

s Masses dans le 1/2
rouleau

Multipli
 Suspension multiple :
s

Tissu enduit
collé


(cônes
papier)





2.1.1.3 La Bobine :
 Fil de Cu ou Al : 2 à 4 couches de fil rond isolé.
 Cu + lourd que Al et Cu – résistant que Al : pour 2 bobines (1 Cu ; 1 Al) de
taille identique, on aura + de tour de fil pour la bobine Cu, ce qui implique
et plus
quel sera plus inductive électriquement.
lourde
 Pour avoir une efficacité max :
 Masse bobine = Masse du cône + Charge de l’air
 Pour les Tweeter, on préférera l’Al (+ léger).
 Al Copper clad :  fragilité Bobine.
 Traitement Annealing (Cu / Al) :  résistance mécanique.

 La loi d’induction électromagnétique crée un mouvement pistonique :


 F=BxLxI
F : Force résultante de l’intensité de la force magnétique (en Newton)
B : densité de flux (Wb/m2)
L : Longueur du fil de la Bobine (m)
I : courant de la Bobine (A)

 Le rendement du HP : ~4 à 5%. Il  de moitié quand on est proche de la


Limite Max de ce dernier, en raison de Rélect qui  avec T° du fil :
 Rélect  ~0,4% / degré  Rendement . C’est la compression thermique
(les Tweeter sont les plus soumis à ce phénomène).
 L’utilisation de Ferro-fluide (Fluide magnétique en sustentation dans
l’entrefer) permet d’éviter d’  en T°. il joue le rôle de radiateur (conducteur
thermique entre la bobine et les pièces polaires) :
 La viscosité du Ferro-fluide va amortir 1 ou 2 résonances qui
Mais dégrade la réponse
resteraient dans le tweeter (amélioration de la réponse mécanique)
impulsionnelle
 Le Ferro-fluide sèche avec la T° :  Compression thermique (le Ferro-
fluide se change).
 Une section carré du fil de la bobine permet  la densité du conducteur
présent dans l’entrefer (~40% en plus, donc 40% de masse en plus), ce qui
 le rendement d’environ 2dB sur l’efficacité du moteur.

 Le support de la Bobine (tube cylindrique) :


 Les premiers étaient en papier-kraft : destruction rapide avec T°.
 Aujourd’hui ils sont en nylon : + rigide et – sensible à la T° (supporte 100 à
150°). Pour travailler à + de 150°, on utilise du M ica ; Téflon ; Fibre de
verre ; ... Pour aller au-delà de 250°, on utilise des feuille d’Al avec des
adhésifs époxy.

 La bobine est couplée à un diaphragme pour être efficace. déplacer un plus grand
volume d’air
2.1.1.4 Le Cache Bobine / Noyau (Dust Cap) :
des poussières
 Le cache bobine protège l’entrefer et le Noyau.
métaliques





2.1.1.5 Le Diaphragme :
 Le diaphragme doit être le plus léger possible.
 Il est couplé aux suspensions pour pouvoir maintenir un amortissement
pistonique.
 Les deux suspensions évitent les mouvements oscillant (Roulis ; Tangage).
 Le Rôle du diaphragme conique : permet de coupler le déplacement de la
bobine à la charge de l’air.
 La puissance rayonnée est proportionnelle au volume d’air déplacé par le
diaphragme. Pour un même volume d’air déplacé, on aura avec :
 Petit diamètre = grand déplacement
 Grand diamètre = petit déplacement
> Pour une puissance donnée, le déplacement du volume d’air sera
inversement proportionnel à la surface du diaphragme :
+ surface   + déplacement du volume d’air 

 Le déplacement du diaphragme est inversement proportionnel à la


fréquence : + F   + déplacement diaphragme 

     







 






  

Déplacement diaphragme / Diamètre diaphragme / Fréquence

 Pour Ø de 50mm à 100Hz  déplacement de ~50mm.


 Pour Ø de 200mm à 100Hz  déplacement de ~5mm.
> LE HP de 50mm doit se déplacer 10 fois plus vite que le 200mm
pour reproduire une F de 100Hz (création de distorsion harmonique
de par l’effet doppler. C’est un pitch des F)
> Il vaut mieux prendre un HP de Grand Ø pour les basse Fréquence
(Ø 500mm à 100Hz  déplacement < 1mm).





 Les dimensions du HP régissent sa dispersion : sa directivité en fonction
des fréquences.
Ka = 0,5   = 4D
 Hémisphérique

Ka = 5   = 0,2D
 Directif

Baffle (D infini Théorique) de son


spectre
 Tout HP sera Omnidirectionnel dans le bas du spectre.
 Tout HP sera Directif dans le haut du Spectre (Coloration Hors axe).
de son
 Matériaux du Diaphragme : spectre

NB : Dans l’idéal, le diaphragme doit être infiniment léger et infiniment rigide.et non-
résonnant
 En Papier (Pulpe de cellulose pure) : c’est le plus utilisé pour des HP
Communs.
 Qualité : Masse faible / rigidité obtenue et facilité de moulage.
 Défaut : F de résonance interne au papier.
> Solution : la variation d’épaisseur (Corrugation) permet d’amortir la
F de résonance.
 En métal :
 Qualité : il y a moins de perte par friction interne que le papier.
Meilleur rapport poids / rigidité.
> Meilleur vélocité interne : meilleur niveau des résonances
sinon on rajoute un (résonance avec un facteur Q plus séré)
amortissant comme le  Défaut : sa vélocité interne implique un son plus froid.
néoprene, qui alourdit le
 Utilisation : dans une plage de fréquence plus basse (hors plage de
cône
résonance du matériau).
 En Polystyrène expansé :
 Qualité : Faible masse. Rigidité relativement correcte.
 Défaut : Sujet aux résonances.
> Solution pour  la rigidité ( les résonances) : polystyrène entre 2
en sandwich entre deux feuilles
feuilles d’Al.
d’aluminium
 Utilisation : Basse F.
 En Bextreme : Polystyrène + Néoprène recouvert d’une couche d’acétate
de polyvinyle.
 Qualité : presque pas de résonance interne. Lisibilité d’un signal
complexe très clair (pour HP haute qualité).
 En Polypropylène : c’est le plus utilisé pour des moniteurs d’asses bonne
qualité.
 Qualité : facilité de moulage (sous vide) pour faire des profils précis
permettant d’ la rigidité et donc de  les fréquences de résonances.




2.1.1.6 Vélocité de l’équipage mobile : de volume
 Les HP sont des générateurs de vélocité : d’air뺭
 Plus le Niveau , plus la vélocité (vitesse de déplacement) .

 V= 
 équipage
V : Vélocité (m/s) mobile뺭
F : Force résultante de l’intensité de la force magnétiquede(en
la Newton)
bobine et
Zmech : Impédance mécanique (m) mech- dans l’entrefer즐
Ohm
2.1.1.7 L’impédance mécanique :
 C’est la résistance mécanique qui s’oppose au déplacement de
l’équipage mobile. Elle peut être décomposée en plusieurs parts :
 Une part d’impédance électrique résistive pur.
 Une part de réactance inductive dut à la masse de l’équipage mobile.
 Une part de réactance capacitive dut à la compliance du système.

 Cette impédance dépend de :


en inductiv
 La masse totale (Bobine ; Fil ; Diaphragme et charge de l’air).
mouvement
internes et avec résistiv e
 La résistance dut aux pertes par friction sur l’air.
capacitiv l’air e
 La raideur totale des suspensions.
e
MÉCANIQU
2.1.1.8 Fréquence de résonance :
E
 Ce système aura une fréquence de résonance : MÉCANIQU
E
 Elle se produira là ou la résistance mécanique (impédance) est la plus
faible.

2.1.1.9 Réponse en bande passante :


 



 

 < F0 : Compliance de l’air fait  le niveau de puissance avec une pente de


due aux
12dB / Octave (Création de Distorsion Harmonique).
MÉCANIQUsuspensions
 F0 : Fréquence principale de résonance.
E
 F0 à F1 : Plage d’utilisation du HP. Réponse linéaire en fréquence.
 F1 :  = Diamètre du Diaphragme.
 > F1 : Masse du système fait  le niveau de puissance avec une pente de
+ résistance à
6dB / Octave (Théorique).
l’émission





2.1.2 L’aimant : Chaque matériau magnétique requiert une
 L’aimant est sous forme de couronne.géométrie particulière

 Il produit l’énergie magnétique de base. Il doit donner la plus grande énergie


possible.
Alnic
2.1.2.1 Aimant de puissance :
o
 L’aimant de puissance est petit en taille.






2.1.2.2 Aimant Céramique (ou ferrite) :


 L’aimant Céramique est moins puissant que l’aimant de puissance. Il est plus
, et en forme de couronne large et
grand en taille.
plate

 


2.1.2.3 Rapport profondeur entrefer / longueur Bobine :
pour éviter la distorsion d’amplitude : a
ou b
• 
a
• 
)
• 

b • 
) • 
• 

• 
c 
) 
• 

2.1.3 Le Saladier : C’est le châssis du HP.


 Il doit être le plus neutre possible pour ne pas produire de fréquence de
et le plus rigide et
résonance.
ouvert





2.1.4 Le Noyau : Le Noyau est rattaché à la pièce polaire du fond.

2.1.5 Conclusion : En raison de toutes les contraintes phtisiques aucun HP à cône


et équipage mobile ne répond aux 3 conditions de départ

2.1.6 Les Enceintes Multivoie :


 Permet de séparer le spectre en plusieurs parties (2 ou plus).
 Utilisation de plusieurs HP optimisés pour chaque bande de fréquence.
 Les différent Ø de HP pour une enceinte :
 Boomer : 20 à 45 cm  Médium : 7 5àà 8 cm Tweeter : 20 1 à 35 mm
15cm 5
2.1.7 HP à Dôme :
 Permet d’améliorer la dispersion (onde sphérique).
 Ils sont utilisables dans les petits diamètres.
 Ils a une seule suspension (équivalente au spider).
 Il n’a pas de saladier.
 Pour un Tweeter ils a une
plaque frontale (Front Mounting)
supplémentaire pour la
directivité. C’est un guide d’onde
de contrôler sa qui permet de l’optimisé sur
dispersion toutes sa bande passante.
 Il a une plaque de
positionnement (Location plate)
qui permet de centrer
précisément l’équipage mobile
en cas de changement de ce
dernier.
 Il a un équipage mobile : bobine + dôme + suspension.
 Il a un aimant céramique. dans cet
exemple !
 Il y a un Ferro-fluide qui joue le rôle de radiateur. dans cet
exemple !
 Il possède un pole de ventilation (Vented Pole) + une chambre arrière (Rear
Chamber) qui permettent d’optimisé l’effet ressort de l’air. La chambre arrière
possède un matériel absorbant pour éviter la réflexion des ondes arrière.

2.1.7.1 Les Types de Dômes :


 

 





 Pour les Tweeter ils sont équipés d’une plaque frontale supplémentaire pour
pour les mediums
la directivité.
aussi
2.1.7.2 Les 2 catégories de Dômes :
 Les Dômes souples : Matériaux souple.
 Plastique.
 Tissus : Soie (Dôme de grande qualité).
 Les Dômes durs : Métal.
 Aluminium.
 Béryllium.
 Titane.
 Un Dôme rigide permet de garantir une action pistonique jusqu’aux
Ultrason.
 Ils ont une coloration sonore métallique. (risque
)
2.1.8 HP à Chambre de compression :
 Le HP à chambre de
compression fonctionne
comme un labyrinthe
acoustique de manière à
amener toutes les ondes en
phase à la sortie de la
chambre de compression. Le
résultat est un faisceau très
directif qui possède un
maximum d’énergie. Un
Pavillon en sortie de la
chambre de compression
gérera la directivité.

2.1.9 Les pavillons :


 Ils permettent de gérer la directivité et
d’amplifier une certaine plage de fréquence
en fonction de la Bouche (Surface de sortie  
du pavillon).
 Le profil d’expansion d’un pavillon
s’appelle : la progression.

2.1.9.1 Les différents profils de pavillon :

  

 





Cas des 2.1.9.2 Les différentes formes de Bouche : 
progression  La Largeur de la bouche détermine la dispersion horizontale.
s  La Hauteur de la bouche détermine la dispersion verticale.

horizontale
et verticale
différentes
(bi-radial) 




 
 


 

 Le pavillon doit être le plus inerte possible pour évité les F de résonance.
 Le pavillon influence le HP auquel il est couplé sur :
 Le rendement.
 La sensibilité.
 La directivité.
 La bande passante.
 La distorsion harmonique.

2.2 Les autres types de HP :


2.2.1 Le HP électrostatique :

Electrode (Plaque
perforée)
e.h.t.
High R
Audio
input

Membrane
conductrice
Transformateur
audio (haut ratio)





2.2.1.1 Fonctionnement du HP électrostatique :
 Le HP électrostatique fonctionne avec une haute tension de polarisation
continue appliquée sur chaque électrode :
 Chaque électrode va attirer ou repousser la membrane ce qui permet de
maintenir la membrane en équilibre (joue le rôle de suspension de la
membrane).
 Le signal électrique de l’audio est ajouté a cette tension en inversion de
polarité sur l’une des 2 plaques : c’est un système Push Pull (Pousser / Tirer).
 Cette technologie permet de parler de « Panneaux électrostatique ».
la faible excursion implique une grande
 Ils sont construits sans enceintes.
surface, d’où le terme « panneau »
 Le faible déplacement de la membrane permet de faire des panneaux.

2.2.1.2 Avantages du HP électrostatique :


 La membrane peut être extrêmement légère.
 Elle n’a pas besoin d’être rigide car elle se déplace simultanément sur toute
sa surface.
 Le HP électrostatique est la meilleur technologie pour les HP large bande.
 Le déplacement simultané de toute sa surface permet de réduire les modes
par rapport au HP à Cône.
 Ce type de HP permet de reproduire un signal carré.
 HP presque pleine bande : ~100Hz à 30KHz.
 L’absence d’enceinte élimine les résonances de cavité.

2.2.1.3 Défauts du HP électrostatique :


 Il faut une grande surface pour qu’ils soient efficaces.
 Ils manquent de puissance (sont peu utilisés en studio).
 Sa directivité est bidirectionnelle ce qui implique :
 Des courts circuits acoustiques en raison de l’absence d’enceinte:




 

 Sa directivité implique plusieurs grilles concentriques pour délayer le son.


particulie
 Sa directivité implique un placement difficile dans une pièce.
r
 Les hautes tensions impliquent une coupe circuit.
 Ce HP demande une alimentation électrique.
 Il demande à être couplé avec un Caisson de basse à Bobine mobile.

2.2.1.4 Application du HP électrostatique :


 Test de Micros en chambre Anécoïque.
 Pour Casques électrostatiques (Très bonne qualité).





2.2.2 Le HP à ruban :
2.2.2.1 Avantages du HP à ruban : 
 Bande passante : 100/150Hz à 30KHz
 Réponse impulsionnel excellente.

2.2.2.2 Défaut du HP à ruban :
 Directivité non homogène : Dispersion plus
large en horizontal / Vertical.
 Doit être adapté en impédance / l’ampli 
(Transfo élévateur d’impédance : 4 à 8).
 Demande parfois un pavillon devant le HP
pour étendre les basses F (permet de gagné
~2 Octave).

2.2.2.3 Application du HP à ruban :


S3
 Tweeter essentiellement (Génélec SC30 / SE30).
0
 En Hifi : les modèles pleines bandes Stéréo.
 De plus en plus en sono : permettent d’avoir moins de distorsion harmonique
que des HP à chambre de compression.

2.2.3 Le HP ortho-dynamique :
2.2.3.1 Fonctionnement du HP ortho-dynamique :
 C’est un HP qui utilise les technologie
du HP à bobine mobile et le HP
électrostatique. + - + -
 Membrane fine en plastique parcourue
par un circuit imprimer traversé par le
signal électrique audio. + - + -
 Série d’aimant juste derrière la
membrane qui attire ou repouse la
membrane en fonction de la polarité 
du signal.

2.2.3.2 Avantage du HP ortho-dynamique :


 Bonne Réponse impulsionnel.

2.2.3.3 Défaut du HP ortho-dynamique :


 Bande passante réduite : impossibilité de reproduire les basses F (Faible
débattement).
 Fragilité due au manque de souplesse de la piste en Cu du circuit imprimé.
 Impossibilité de faire des panneaux très grand.

2.2.3.4 Application du HP ortho-dynamique :


 HP Médium / HP Aigu / Casque.





2.2.4 Le Transformateur à air d’Oscar Heil : 
2.2.4.1 Fonctionnement du Transformateur à
air :
 
 Les forces magnétiques latérales créent un
déplacement de la membrane qui
engendre des pressions et dépression à
90°.
 Le couplage avec l’air est très grand :
 La transformation de l’adaptation
d’impédance crée un effet 
démultiplicateur dans le soufflet. 

2.2.4.2 Avantage du Transformateur à air :


 Pour la même énergie fournie, le HP est 4 fois plus puissant et 4 fois plus
rapide.
 Pas d’équipage mobile, ni de suspension.
 Très bonne qualité audio : Bande passante jusqu’à ~30KHz.
2.2.4.3 Défaut du Transformateur à air :
 Plus l’impédance varie en fonction de la fréquence, plus c’est difficile pour
l’ampli. La courbe d’impédance de ce type de HP est très linéaire.
est
 La réponse en phase n’est pas linéaire en fréquence.
très
 La surface d’émission des ondes étant < à la surface de la membrane, il y a
une dispersion très large. Cela engendre une très grande spatialisation (+
qu’un HP électrostatique.
2.2.4.4 Application du HP ortho-dynamique :
 HP Médium / Tweeter. (ADAM à repris la technologie dans les années 1990).

2.2.5 Le HP Piézo-électrique :
2.2.5.1 Fonctionnement du HP Piézo-électrique :
 C’est l’inverse du Micro cristal.

 Il y a 2 type de type de forme (construction) :

 Bi-morphe.  Bâton Piézo.
2.2.5.2 Avantage du HP Piézo-électrique :
 Bonne réponse impulsionelle.
 Haute puissance admissible. 

2.2.5.3 Défaut du HP Piézo-électrique : 


 Beaucoup de distorsion Harmonique.
 Utilisation restreinte aux hautes fréquences.
 Le faible déplacement de la membrane
demande une grande charge pavillonnaire.
piez
2.2.5.4 Application du HP ortho-dynamique :
puissant, entrée de o
 Tweeter.
gamme




2.2.6 Le HP ionique :
2.2.6.1 Fonctionnement du HP ionique :
 Aucune pièce mécanique.
 Un générateur très haute fréquences va produire des décharges ioniques
dans l’air contenu dans un tube à quartz.
 L’échauffement localisé due à la décharge ionique va créer une élévation de
pression dans l’air.
 L’échauffement localisé de l’air est proportionnel à l’intensité de la décharge
ionique.
 Pour  la pression, on utilise un pavillon.

2.2.6.2 Avantage du HP ionique :


 Peut monter extrêmement haut en fréquence.

2.2.6.3 Défaut du HP ionique :


électromagnétiques de l’oscillateur
 Interférence avec les ondes radio.
HF
2.2.6.4 Application du HP ionique :
 Tweeter.

 
3.1 Principe :
 On subdivise le spectre audio en plusieurs bandes de fréquences grâce à des
filtres.
 Exemple pour une enceinte Multivoies :
 1 Filtre Passe Bas : pour le Boomer.
 1 Filtre Passe Haut : pour le Tweeter.
 1 ou plusieurs Filtres passes bandes pour les HP intermédiaires.
 Le filtrage a aussi un rôle de protection :
 Empêche de trop grandes amplitudes (BF) pour des HP conçus pour les HF
(Tweeter).
 Empêche les HF d’aller dans le Boomer afin d’éviter l’intermodulation.

3.2 Les 2 types de filtrage :


3.2.1 Le filtrage passif :


  

 





 Il se fait avec 1 ampli de puissance suivit de 3 filtres (self / condo / résistance)
en parallèle.
 Les composant (R / L / C) ne sont pas linéaires à haute puissance.
 Les charges passives demandent d’avoir d’excellents amplis. Les sensibilités
des HP sont différentes.

3.2.2 Le filtrage actif :

 

  

  

 Il se fait avec 3 filtres (self / condo / résistance) en parallèle suivit par 3 amplis
de puissance.
 Le filtrage se fait avant l’amplification.
 L’ampli amplifie la bande de fréquence correspondant au HP.
ampli
 Les filtres utilisent des composants bas niveaux (Transistor / diode) :
OP
 Evite les soucis de rayonnement.
 Les filtres sont mieux aboutis qu’en passif.
 Une enceinte avec une filtration active coute moins chère qu’une enceinte
passive à qualité équivalente.

3.2.3 Courbe de réponse au point de Crossover (1KHz) pour un filtrage du 1er ;


2eme et 3eme ordre entre 2 HP d’une même enceinte :


 







 

           

 (HP) LF : 6dB / Octave ; 12dB / Octave ; 18dB / Octave


 (HP) HF : 6dB / Octave ; 12dB / Octave ; 18dB / Octave




 Il y a la même énergie rayonné par les 2 HP au point de Crossover (à 1KHz :
Atténuation de 3dB).
 Conséquence du choix de la pente : ± de protection des HP
 6dB / Octave = faible protection.
 Utilisation pour une enceinte de proximité (demande - de Niveau).
 18dB / Octave = Bonne protection.
 Utilisation pour une enceinte éloignée (demande + de Niveau).
 Décrochement des directivités (en raison de la pente élevée). L’idéal
serait que les 2 HP aient le même angle de dispersion au point de
Crossover pour éviter cette dispersion.
 Plus la pente est douce, plus le HP doit être de bonne qualité.
 Plus la raideur de la pente , moins on est linéaire en phase (90° de
déphasage par Ordre). La pente max sera donc de 24dB / Octave en
analogique. En numérique la pente ne pose pas de problèmes.

3.2.4 Axe de référence d’une enceinte : ALIGNEMENT


 C’est l’axe dans lequel on entend lesVERTICAL
2 HP en même ! temps. L’axe de
référence est perpendiculaire à la droite qui relie les centres acoustique des 2
au plan qui passe
HP. par
 

 

 

 L’axe de référence est correcte quand il est horizontal (fig. b et c) (enceinte


pro) :
 b) : « Sloping Baffle » permet d’entendre les 2 HP en même temps
dans l’axe et hors axe.
 c) : « Stepped Baffle » permet d’entendre les 2 HP en même temps
dans l’axe et hors axe. Les HP sont Coplanaires.
 Sur des enceintes actives, l’électronique permet de délayer le tweeter et de
rétablir horizontalement l’axe de référence.





 Interférences des HP Coaxiaux et Coïncidents :
  

 a) Coaxial (même axe ; centre acoustique différent) :



 Delay inévitable (HP de voiture).

 b) Coïncident (même axe ; même centre acoustique) :



 Avantage : même centre acoustique (Tweeter dans
la bobine).
 Inconvénient : Risque de distorsion harmonique 
(aigus du Tweeter se réfléchissent sur le boomer).
En  la directivité du Tweeter et en utilisant des
filtre à pente raide, on évite se problème.

 
4.1 Rôle :
 Permet d’éviter les courts-circuits
acoustiques inhérents à tout HP conique.

4.2 Le Baffle Plan :


 C’est une simple planche.
 Le Baffle plan permet de repousser le
court-circuit acoustique dans le bas du  
spectre (pour les plus grandes
longueurs d’onde)
 Il s’épare l’onde avant de l’onde
arrière. Il se comporte comme un
obstacle.
 La proportion : dimension la plus petite = 2 x  (permet de calculer la
fréquence pour l’laquelle il y aura court-circuit acoustique).

  
 Calcul de FC : L = 2 x  et = Donc : L = 2 x =2x
  


FC = si FC = 200Hz  L = 3,4m


 Sous FC les BF  de 6dB / Octave.





4.3 L’enceinte close :
4.3.1 Principe :
 Permet d’avoir une planche infinie : c’est le Baffle infini.
ABSORPTIO
4.3.2 Isolation totale de l’onde arrière :
N rempli
 La surface interne de l’enceinte est recouverte d’un
e 
absorbant pour éviter que les ondes arrière ne se
réfléchissent sur la planche et traverse la membrane avec
un Delay.
 L’air se comporte comme un ressort et raidit la suspension
du HP :
 Cela  la compliance du HP et  sa F de résonance. La
bande passante s’en retrouve réduite. Pour compenser
se problème, les suspensions seront plus souple (l’air jouant le rôle de
suspension).
 Plus le volume , plus la raideur . Il faut un grand volume.
 Plus la masse du cône , plus la raideur . Il faut  la masse du cône.
 Pour éviter les vibrations, il faut renforcer les parois.
 Pour  le volume, on change le milieu de propagation avec un absorbant
acoustique (équivaut à  le volume).

Conclusion : l’enceinte close perd 50% de sa puissance acoustique Totale


(Ondes avant + arrière). PMAX / 2.

NB : Les enceintes closes sont fidèles et très neutre (qualité des BF).

4.4 L’enceinte à évent (Basse reflex) :


4.4.1 Principe :
 Permet de récupérer l’onde arrière (par opposition à
l’enceinte close).
 La masse d’air contenue dans le conduit joue le rôle de
ressort. L’énergie de l’onde arrière fait résonner cette 
masse d’air (d’avant en arrière). C’est la fréquence de
résonance.
 L’évent crée des turbulences d’air (bruit). Différents
profils aérodynamique d’évent permettent de contrer ces
turbulences.

4.4.2 Fréquence de résonance :


 La fréquence de résonance vient s’ajouter au transitoire du HP. Le système
résonant n’amplifie pas les transitoires.
 La fréquence de résonance peut être contrôlée (en BP) par des traitements
aérodynamiques.





 La fréquence de résonance d’un HP donne une impédance électrique
maximale. Le système Basse reflex est de s’accorder à cette Fréquence de
résonance électrique :



  






  




4.5 L’enceinte ABR (Auxiliary Bass Radiator) :


4.5.1 Principe :
 C’est une variante du Bass Reflex. 
 L’onde arrière met en résonance une Membrane HP sans
bobine (identique au HP normal) qui remplace l’évent.
 Permet de faire une enceinte plus petite et de mieux contrôler

la fréquence de résonance.

4.6 L’enceinte à ligne de transmission :


4.6.1 Principe :
 C’est un labyrinthe acoustique. 
 Récupération de la totalité de l’onde arrière.
 En théorie : la longueur du conduit = ¼  de la fréquence de
résonance. Pour 30Hz il faudrait 2,9m de longueur.
 Le conduit doit avoir un rôle de Delay.
 S’il est mal fait, il y aura de la coloration.
 Il faut absorber les autres fréquences avec un absorbant sur
les parois.





4.7 L’enceinte à charge pavillonnaire :
4.7.1 Principe :
 Le pavillon permet de récupérer l’onde arrière.
 Elle est conçut pour avoir un haut rendement. 
 50% d’efficacité en plus (puissance
électrique / puissance acoustique)
 Elle se place dans un angle de la pièce.
 Elle est encombrante.

 
 Impédance :
 Nominale : donné à 400Hz (les constructeur la donne souvent entre FR et
à la valeur la plus faible juste au-dessus
400Hz pour valorisé leur HP).
de Fr

 Directivité : diagramme des différentes directivités en fonction de la


fréquence.
 Donné en verticale et horizontale pour : 125Hz ; 250Hz ; 500Hz ; 1KHz ;
2KHz ; 4KHz ; 8KHz ; 12,5KHz ; 16KHz.

 Sensibilité : NdB / 1W / 1m.


 80dBSPL / 1w / 1m : faible sensibilité.
 95dBSPL / 1w / 1m : moyenne sensibilité.
 105dBSPL / 1w / 1m : Forte sensibilité.

 Puissance admissible : Test destructif : Bruit rose à bande limité et facteur


de crête aléatoire de 6dB en moyenne. 3 Types de puissance :
 Puissance Nominale (test de fatigue) : puissance dissipée pendant 100h.
 Puissance Musicale (test thermique) : puissance dissipée pendant 1mn.
 Puissance Crête (test mécanique) : puissance dissipée pendant 1s.
 Exemple : Nom = 100W ; Mus = 250W ; Crête = 1000W

 Réponse impulsionnel : évolution de l’amplitude dans le temps (dB /


Temps).

 Distorsion harmonique : pourcentage d’énergie rajoutée en sortie du HP par


rapport au signal pur en entrée.
 0,5% de THD : excellent (que dans casque et HP très haute qualité).
Cette valeur seule ne donne aucune indication sur quelles fréquences
ou harmoniques est rajouté l’énergie. On ne peut donc pas en déduire
la sonorité du HP. Pour être plus précis il faut une mesure affiché en
Amplitude par fréquence harmonique par harmonique (visuel de la
variation de distorsion tout au long du spectre audio) ou affiché en FFT
(visuel des fréquences ajoutées)


Vous aimerez peut-être aussi