Vous êtes sur la page 1sur 23

Les propositions

Problématique : Quelles sont les différentes propositions subor

données qui existent et quelles sont leurs caractéristiques ? 

Objectifs du chapitre :  

• Comprendre ce qu’est la subordination.  

• Distinguer la phrase simple de la phrase complexe. 

• Distinguer les phrases verbales des phrases non verbales. 

• Connaître les différentes natures des propositions subordonnées. •

Connaître les différentes fonctions des propositions subordonnées.

1) Qu’est-ce qu’une proposition ? 


→ Dans la langue française, une proposition est « un groupe de mots qui contient un

verbe conjugué ». Une proposition se trouve toujours dans une phrase verbale, c’est

à-dire une phrase qui contient au minimum un verbe conjugué : 

• Ex.1 : Mes amis discutent entre eux. 

→ Dans cette phrase, on peut voir qu’il n’y a qu’un seul verbe conjugué. Par

conséquent, cette phrase ne contient qu’une seule proposition. 

• Ex.2 : Nous restons dans la rue et observons les gens. 

→ Dans cette phrase, on peut voir qu’il y a deux verbes conjugués. Ainsi, cette

phrase contient deux propositions. 

• Ex.3 : Quel manque de politesse ! 

→ Dans cette phrase, on peut voir qu’il n’y a aucun verbe conjugué. Cette

phrase ne contient donc aucune proposition car c’est une phrase non verbale. 

p. 1
2) Qu’est-ce qu’une phrase simple, qu’est-ce qu’une phrase complexe ? 

→ Lorsqu’une phrase est verbale (= lorsqu’elle contient au minimum un verbe

conjugué), il s’agit forcément d’une phrase simple ou d’une phrase complexe : 

PHRASE SIMPLE  PHRASE COMPLEXE

→ C’est une phrase verbale → C’est une phrase verbale

qui ne con tient qu’un seul qui con tient plusieurs

verbe conjugué et qu’une verbes conjugués et donc

seule proposition. plusieurs propositions.

• Ex.1 : Mes parents sont • Ex.1 : Les élèves

assis sur le canapé du travaillent parce qu’ils

salon.  préparent le brevet. 

• Ex.2 : Le chien du voisin • Ex.2 : Le chat qui miaule

aboie constamment sur tout le temps a encore

les étrangers. fait des bêtises !


→ Attention ! Si une phrase est non verbale, cela signifie

que ce n’est ni une phrase simple, ni une phrase complexe.

Dans ce cas, on parle simplement de phrase non verbale. 

• Ex.1 : Quelle robe de mariée magnifique ! (aucun verbe = phrase averbale) •

Ex.2 : Penser à nourrir le chien deux fois par jour. (aucun verbe conjugué) 

3) Qu’est-ce que la subordination ? 

→ Certaines phrases complexes contiennent des propositions qui sont reliées entre

elles par une conjonction de subordination, un pronom relatif ou un mot interrogatif

(voir le tableau récapitulatif ci-dessous). On appelle cela la « subordination ». 

Les conjonctions de subordination :

si / quand / comme / que / qu’ / parce

que / pour que / puisque / étant donné


que / afin que / lorsque / alors que /

pendant que / chaque fois que / après

que / avant que / de peur que / de

crainte que / pourvu que... 

Les pronoms relatifs :

Qui / que / qu’ / quoi / dont / où /

lequel / lesquels / laquelle / lesquelles /

Pronoms relatifs auquel / auxquels / à laquelle /

auxquelles / duquel / desquels / de

laquelle / desquelles / à qui / à quoi / de

qui / de quoi...

Les mots interrogatifs :

Mots si / qui / que / quel / quels / quelle /

interrogatifs quelles / quoi / où pourquoi / comment /

ce que / ce qu’...

→ Lorsque les propositions d’une phrase complexe sont reliées entre elles par

subordination, il y a forcément une « proposition principale » (= qui « commande »

l’autre proposition) et une « proposition subordonnée » (= qui ne peut pas fonction

ner toute seule et qui dépend de la proposition principale). 


• Ex. : [Les gens s’abritent] [parce que la pluie commence à tomber.] 

proposition 1 proposition 2 

→ Dans cette phrase verbale complexe, on peut voir que les propositions 1 et 2

sont reliées par la conjonction de subordination « parce que ». La proposition 1

est principale car elle commande la proposition 2. En revanche, la proposition 2

est subordonnée car elle ne peut pas fonctionner seule, ne peut pas constituer

une phrase à elle seule et dépend totalement de la proposition 1. 

→ Attention ! Lorsque des propositions sont reliées entre elle par subordination, la

conjonction de subordination, le pronom relatif ou le mot interrogatif qui les relie fait

forcément partie de la proposition subordonnée. Autrement dit, lorsqu’on doit mettre

les propositions de la phrase entre crochets, la conjonction de subordination, le

pronom relatif ou le mot interrogatif qui relie les propositions doit être inclus dans la

subordonnée mise entre crochets. 


→ Important ! Il faut voir la subordination comme un petit train. La locomotive située

à l’avant du train, c’est la proposition principale, qui peut fonctionner seule. En

revanche, les wagons accrochés à la  locomotive, ce sont les propositions

subordonnées, qui ne peuvent pas fonctionner seules, c’est-à-dire qui ne peuvent pas

fonctionner sans la principale (= la locomotive). 

Les propositions subordonnées

1) Qu’est-ce qu’une proposition subordonnée ? 

→ Dans une phrase verbale complexe, une proposition subordonnée est un « groupe

de mots qui contient un verbe conjugué et qui dépend d’une autre proposition ».

Autrement dit, une proposition subordonnée est une proposition qui ne peut pas

fonctionner toute seule et qui ne peut exister que grâce à une autre proposition, qui

elle peut fonctionner toute seule et est appelée « proposition principale » : 


• Ex.1 : [Les gens discutent] [vu que la file d’attente est très longue.] 

proposition principale proposition subordonnée 

→ Cette phrase verbale complexe contient deux propositions puisqu’il y a deux

verbes conjugués (« discutent » et « est »). Dans cette phrase, la première

proposition est la « proposition principale » car elle pourrait fonctionner toute

seule. En revanche, la deuxième proposition est la « proposition subordonnée »

parce qu’elle ne peut pas fonctionner toute seule, elle ne peut exister qu’en

dépendant de la proposition principale. On ne peut pas dire « Vu que la file

d’attente est très longue ».  

p. 1

→ Une proposition subordonnée est une classe grammaticale, une nature. Elle corres

pond à l’identité d’un groupe de mots qui contient un verbe conjugué. Une proposition

subordonnée est toujours reliée à une proposition principale. Elle peut être reliée à

elle par une conjonction de subordination, un pronom relatif ou un mot interrogatif : 


• Ex.2 : [Je me demande] [si le racisme disparaîtra de nos vies un jour...] 

proposition principale proposition subordonnée dépend de la 1 ère 

proposition, qui la commande et est donc la proposition principale. On sait

que la deuxième proposition est la subordonnée car c’est elle qui contient

la conjonction de  subordination (« si ») qui la relie à la proposition

principale.  

2) Qu’est-ce qu’un « mot subordonnant » ? 

→ Un « mot subordonnant » est un mot ou un groupe de mot qui permet d’introduire

une proposition subordonnée dans une phrase verbale complexe. Pour rappel, voici la

liste des trois classes grammaticales de mots subordonnants possibles : 

Conjonctions de  Conjonctions de subordination :

subordination si / quand / comme / que / qu’ / parce

que / pour que / puisque / étant donné

que / afin que / lorsque / alors que /


pendant que / chaque fois que / après

que / avant que / de peur que / de

crainte que / pourvu que... 

Pronoms relatifs :

Qui / que / qu’ / quoi / dont / où /

lequel / lesquels / laquelle / lesquelles /

Pronoms relatifs auquel / auxquels / à laquelle /

auxquelles / duquel / desquels / de

laquelle / desquelles / à qui / à quoi / de

qui / de quoi...

Mots interrogatifs :

Mots si / qui / que / quel / quels / quelle /

interrogatifs quelles / quoi / où pourquoi / comment /

ce que / ce qu’...

3) Quels sont les différentes propositions subordonnées qui existent ? 

→ Dans la langue française, on classe les propositions subordonnées en fonction du

mot subordonnant qu’on utilise pour les introduire. Voici un tableau récapitulatif : 
Types de
propositions Définition Exemple
subordonnées

→ Propositions

subor données [L’aventurière ne


Propositions subor 
introduites par se dou tait pas]
données
une conjonction [que l’entrée
conjonctives
de su était piégée.]

bordination.

→ Propositions
[L’aventurière se
subor données
Propositions subor  mit à observer
introduites par
données relatives l’entrée] [qui
un pronom
était bloquée.]
relatif.

→ Propositions [L’aventurière se

Propositions subor  subor données deman da]

données interroga  introduites par [pourquoi

tives indirectes un mot l’entrée n’était

interrogatif. pas accessible.]

p. 3

Propositions subor  → Propositions [J’ entends] [le

données infinitives  subor données bébé pleurer.] 


introduites di

rectement dans
(= ce sont les
la phra se, sans
seules pro
aucun mot su
[Tu écoutes] [ta
positions
bordonnant. 
fille chanter.] 
subordonnées

qui ne → Propositions
[Il observe] [les
contiennent pas subor données
élèves travailler.]
de verbe qui contiennent

conjugué) un verbe à

l’infinitif.

4) Quels sont les deux types de propositions subordonnées

conjonctives ? a. La proposition subordonnée conjonctive. 

→ Une proposition subordonnée conjonctive est une proposition subordonnée intro

duite dans une phrase verbale complexe par l’intermédiaire d’une conjonction de

subordination (si, que, parce que, pour que, puisque, vu que...) : 


• Ex. : [Les enfants attendent] [parce que Simon a fait une blague.] 

prop. principale prop. sub. conjonctive 

→ Dans cette phrase verbale complexe, la première proposition est la

principale car elle commande la deuxième proposition, qui est la « proposition

subordonnée conjonctive » parce qu’elle ne peut pas fonctionner toute seule et

est introduite par la conjonction de subordination « parce que ».  

p. 4

b. La proposition subordonnée conjonctive complétive. 

→ Lorsque la proposition subordonnée conjonctive ne peut pas être supprimée de la 

phrase et qu’elle est introduite par la conjonction de subordination « que / qu’ » , on 

l’appelle alors « proposition subordonnée conjonctive complétive ». Généralement, la

proposition subordonnée conjonctive complétive est placée après un verbe conjugué : 

• Ex. : [Je souhaiterais] [que tu rencontres mes parents.] 

 prop. principale prop. sub. conj. complétive 


→ Dans cette phrase verbale complexe, la première proposition est la

proposition principale car c’est elle qui commande la deuxième proposition, qui

est la « proposition subordonnée conjonctive complétive » parce qu’elle est

placée après un verbe conjugué, ne peut pas être supprimée et est introduite

par la conjonction de subordination « que ».  

→ Important ! Pour vérifier qu’une proposition subor donnée est

bien une proposition subordonnée conjonctive  complétive, je la

remplace par le pronom «   cela ». Dans la phrase « [J’aimerais]

[que tu finisses tes devoirs] », je peux remplacer la proposition

subordonnée conjonctive complétive « [que tu finisses tes devoirs]

» par « cela », ce qui me donne « [J’aimerais cela] ». 

p. 5

c. La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle. 


→ Lorsque la proposition subordonnée conjonctive peut être déplacée ou supprimée

de la phrase et qu’elle est introduite par une conjonction de subordination, on

l’appelle  alors « proposition subordonnée conjonctive circonstancielle ». : 

• Ex. : [Il faudra faire attention] [quand tu rentreras en voiture.] 

prop. principale prop. sub. conj. circonstancielle 

→ Dans cette phrase verbale complexe, la deuxième proposition est la « pro- 

position subordonnée conjonctive circonstancielle » parce qu’elle peut être

supprimée et est introduite par la conjonction de subordination « quand ».  

5) Qu’est-ce qu’une proposition subordonnée relative ? 

→ Une proposition subordonnée relative est une proposition subordonnée introduite

dans une phrase verbale complexe par l’intermédiaire d’un pronom relatif (qui, que,

qu’, quoi, dont, où, lequel, laquelle, lesquels, lesquelles, auquel...). La proposition

subordonnée relative complète toujours un pronom, un nom ou un groupe nominal.


Elle est aussi facultative, ce qui signifie qu’elle peut être supprimée de la phrase

verbale complexe dans laquelle elle se trouve : 

• Ex. : [Je ne retrouve pas l’arrêt de bus] [auquel je suis descendu hier.] 

prop. principale prop. sub. relative 

p. 6

→ Dans cette phrase verbale complexe, la deuxième proposition est la « pro- 

position subordonnée relative » parce qu’elle complète un groupe nominal  («

l’arrêt de bus ») , est introduite par le pronom relatif « auquel » et peut être

supprimée de la phrase.  

6) Qu’est-ce qu’une proposition subordonnée interrogative indirecte ? 

→ Une proposition subordonnée interrogative indirecte est une proposition

subordonnée introduite dans une phrase verbale complexe par l’intermédiaire d’un

mot interrogatif (si, comment, combien, pourquoi, quel...). Elle sert essentiellement à

rapporter une question sans utiliser de point d’interrogation.  


→ La proposition subordonnée interrogative indirecte ne peut pas être supprimée de

la phrase verbale complexe dans laquelle elle se trouve et elle est toujours placée

après un verbe de questionnement ou de doute (généralement conjugué) tel que « 

ignorer, demander, se demander, vérifier, ne pas savoir etc. » : 

• Ex. : [Je me demande] [pourquoi mon frère n’est pas encore arrivé.] 

prop. principale prop. sub. interrogative indirecte 

→ Dans cette phrase verbale complexe, la deuxième proposition est la « pro

position subordonnée interrogative indirecte » parce qu’elle rapporte de

manière sous-entendue une question que se pose le personnage, est placée 

p. 7

 après le verbe de questionnement « demande » et est introduite dans la 

phrase par l’intermédiaire du mot interrogatif « pourquoi ». 

7) Qu’est-ce qu’une proposition subordonnée infinitive ? 


→ Une proposition subordonnée infinitive est une proposition subordonnée introduite

directement dans une phrase verbale complexe, sans mot subordonnant. Elle est 

appelée « infinitive » parce qu’elle contient un verbe à l’infinitif, non conjugué.  

→ La proposition subordonnée infinitive ne peut pas être supprimée de la phrase et

elle est toujours placée après un verbe conjugué. Cependant, la proposition subordon

née infinitive possède un sujet différent de celui du verbe conjugué de la principale : 

• Ex. : [J’ai senti] [mes cheveux se dresser sur ma tête.] 

 prop. principale prop. sub. infinitive 

→ Dans cette phrase verbale complexe, la deuxième proposition est la « pro

position subordonnée infinitive » parce qu’elle est placée après un verbe

conjugué, contient un verbe à l’infinitif (« dresser ») et est introduite

directement dans la phrase, sans aucun mot subordonnant. 


→ De plus, elle ne possède pas le même sujet que le verbe « ai senti » qui se

trouve dans la proposition principale. En effet, le sujet de « ai senti » est « J’ »

tandis que le sujet du verbe à l’infinitif « se dresser » est « mes cheveux ». 

p. 8

→ Normalement, un verbe à l’infinitif ne possède pas de sujet, mais la proposi- 

tion subordonnée infinitive est un cas particulier car le verbe non conjugué

(qui  est à l’infinitif) a la même signification que l’expression « en train de… ». 
→ Voici un schéma qui récapitule cette leçon sur les propositions subordonnées :

Consigne : Soulignez les verbes

conjugués, entourez le mot


Niveau : 

Ex. subordonnant, mettez les propositions


Moyen
★★
entre crochets et indiquez leur classe

grammaticale.

1. Ce soir, nous nous coucherons tard puisque demain ce


seront les vacances !

2. Entre amis, vous avez discuté du voisin qui vient de

s’installer.

3. Je voudrais que tu termines rapidement ton assiette. 

4. L’ennemi dont on ne doit pas prononcer le

nom est de retour…

5. Je suis sûre que vous vous demandez tous

comment j’ai fait. 

6. Quand je me réveille, j’entends les oiseaux chanter. 

7. Je ne sais pas du tout combien de convives seront


invités au mariage. 

8. J’ai débarrassé la table afin que tu n’aies plus rien

à faire.  

9. J’ai laissé les enfants regarder la télévision

pendant une petite heure.

10. Tu ignores ce dont je suis réellement capable.  

11. Le livre que j’ai emprunté à la médiathèque m’a

littéralement passionné.

12.Comment fais-tu pour que ton linge soit toujours


aussi propre ?