Vous êtes sur la page 1sur 143

Résumé de la biographie de notre

Prophète Mohammad

1
Partie 1 : Période Mecquoise

2
TABLE DES MATIERES

Introduction ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. p5

Lignée honorable, situation pré=islamique….……………………………………………………………………………………………………………………………………. p6

Situation politique, Situation religieuse……………………………………………………………………………………………………………………………………..……. p9

Situation sociale…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. p10

Hachim arrière-grand-père du prophète ,Découverte de l’eau de zamzam…………………………………………………………….……….. p11

Sacrifice de AbdAllah, Année de l’éléphant……………………………………………………………………………………………………………………………………. p12

Lignée du prophète…….………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… p1 3

Mariage des parents et naissance du prophète , Allaitement du prophète …………………………………………………………… p14

Fente de la poitrine……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… p15

Mort de Amina, de Abdalmoutalib, tutelle de Abou Talib, jeunesse de Mohammad , métier de berger………………... p16

Guerre d’Al fijar, pacte d’Al Foudoul, son travail pour Khadija………….……………………………………………………………………………………... p16

Son mariage avec Khadija, Reconstruction de la Ka’ba………………………………………………………………………………………………………………… p18

Annonce de la prophétie……..……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… p 20

Le coran………………………………………………..……………………………………………………………………………………………………………………………………………….. p21

La révélation…….…………..………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. p2 2

Début de la mission prophétique…………….………………………………………………………………………………………………………………………………………… p2 3

L’appel secret……………..………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… p2 4

4ième année de la révélation, Appel publique, Commencement des persécutions……….……………………………………………………………. p26

Consultation des rabbins par les qoraiches, Persécution physique….……………………………………………………………………………………….. p27

Emigration en Abyssinie…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. p31

6ième année de la prophétie, Conversion Hamza et Omar…….………………………………………………………………………………………………………. p33

7ième année de la prophétie, Embargo…….………………………………………………………………………………………………………………………………………… p3 5

10ième année de la prophétie, Décet Abou Talib….…………………………………………………………………………………………………………………………. p3 7

Décet de khadija, Voyage a Taif………………………………………………………………………………………………………………………………………………………. p38

Voyage et ascension nocturne…….……………………………………………………………………………………………………………………… …………………………….. p41

11ième année de la révélation……..……………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. p46

Fente de la lune, Propagation de l’islam en dehors de la Mecque…….……………………………………………………………………………………….. p47

12ième année de la prophétie, 1 er serment d’Al Aqaba………….……………………………………………………………………………………………………….. p47

13ième année de la prophétie, 2 ème serment d’Al Aqaba……..…………………………………………………………………………………………………………. p48

Emigration vers Médine……..…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. p 51

Emigration du prophète…….……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….. p5 2

Entrée à Médine du prophète ….……………………………………………………………………………………………………………………………………………… p5 5

Période Médinoise : début du nouveau calendrier…….…………………………………………………………………………………………………………………. p5 6

1ier année de l’hégire Construction de la mosquée du prophète ………………………………………………………………………………………. p56

Fraternisation des ansar et mouhajirounes……..…………………………………………………………………………………………………………………………… p59

3
Deuxième année de l’hégire : Thi Al Achira…………………………………………………………………………………… 65

Sarrya Nakhla………………………………………………………………………………………………………………………………… 65

Gazwat Badr…………………………………………………………………………………………………………………………………. 66

Gazwat Bani Qaynoqa………………………………………………………………………………………………………………….. 75

Troisième année de l’Hégire : Sariyya Zayd ibn Haritha……………………………………………………………….. 76

Ghazwa Ohod………………………………………………………………………………………………………………………………. 77

Quatrième année de l’Hégire : La mission d’Ar-Rajia…………………………………………………………………… 85

La trajédie de Bi’r Maaouna…………………………………………………………………………………………………………. 86

Ghazwa Bani Nadir……………………………………………………………………………………………………………………….. 86

Deuxième Badr ou Badr l’ultime…………………………………………………………………………………………………… 87

Cinquième année de l’Hégire : ……………………………………………………………………………………………………. 87

Ghazwat Bani Moustalaq……………………………………………………………………………………………………………… 88

Ghazwat Khandaq……………………………………………………………………………………………………………………….. 93

Contre-attaque contre les Bani Qoraydha….……………………………………………………………………………... 100

Sixième année de l’Hégire : Pacte d’Al Houdaybiya..……………………………………………………………….… 103

Septième année de l’Hégire : Ghazwat Khaïbar…………………………………………………………………………. 109

Omra de compensation……….……………………………………………………………………………………………………… 112

Huitième année de l’Hégire :…………………………………………………………………………………………………….. 113

Conversions de ‘Amr Ibn Al As, Khalid ibn Walid, Othman Abi Talha………………………………………….. 113

Sariyya Mo’ta…………………………………………………………………………………………………………………………….. 116

Conquète de la Mecque…………………………………………………………………………………………………………….. 118

Ghazwat Honayn……………………………………………………………………………………………………………………….. 122

Neuvième année de l’Hégire : Gazwat Tabouk……………………………………………………………………….…. 126

Pèlerinage de Abou Bakr……………………………………………………………………………………………………………. 132

Dixième année de l’Hégire : Pèlerinage d’adieu..………………………………………………………………………. 133

Onzième année de l’Hégire ……………………………………………………………………………………………………… 137

Sariyya Oussama Ibn Zaïd…………………………………………………………………………………………………………… 137

Maladie et décès du prophète …………………………………………………………………………………………. 137

4
A – INTRODUCTION

• L’Importance de la science en Islam

• Il y a plusieurs versets qui en parlent mais pour n’en citer qu’un nous lirons le verset 9 de
la sourate « az-zoumar » (« Les groupes ») : « …Dis : Sont-ils égaux ceux qui savent et
ceux qui ne savent pas ?… ».

De même, un seul hadith est suffisant pour nous motiver : « Celui qui emprunte un chemin pour
chercher à apprendre, Allah lui facilitera une voie vers le Paradis » (Muslim). N’est-ce pas là
une promesse magnifique ?

• La Biographie du Prophète ne vise pas uniquement à relater des faits historiques ou à


décrire des aventures attrayantes ; elle ne doit pas être considérée comme une simple étude
historique. Elle sert à montrer au Musulman la vérité de l'Islam dans son ensemble.

• La biographie doit viser les buts suivants :

➢ envisager la personnalité du Prophète du point de vue de la Prophétie et de


la révélation à travers les évènements qu'il a vécu afin de prouver que Mohamed
ne se distingua pas seulement par son génie mais qu'il fut avant tout un
Prophète inspiré, soutenu par Allah ‫عز وجل‬

➢ Montrer la personnalité du Prophète . Allah ‫ عز وجل‬fit de lui le modèle à


imiter par l'humanité entière.

➢ La biographie du Prophète aide le Musulman à mieux comprendre le Coran.


Beaucoup de versets trouvent en effet leur illustration et leur explication dans le
comportement du Prophète face aux évènements qu'il a dû affronter.

➢ fournir au Musulman des connaissances certaines et très étendues se rapportant


à l'Islam, ses préceptes et sa morale car il n'est pas de doute que la vie du
Prophète est la concrétisation et l'application parfaite de tous les principes
de l'Islam et de ses Lois.

➢ La Biographie du Prophète n'est que la concrétisation de la vérité de l'Islam


et son application dans le réel à travers un modèle exemplaire : Mohammed Ibn
Abdallah . La biographie relate sa naissance, sa mission et les révélations
qu’Allah‫ عز وجل‬lui fit. Elle nous décrit son caractère, sa sincérité, sa fidélité, les
miracles qu’Allah ‫ عز وجل‬accomplissait par son intermédiaire, les différentes
étapes par lesquelles il passa dans l'exercice de sa mission en exécutant les
ordres d’Allah‫عز وجل‬.

5
B - AVANT LA PROPHETIE

1. Une lignée honorable :

Historiens et rapporteurs du hadith sont unanimes pour affirmer que la lignée du Prophète
remonte au Prophète Ismaïl, fils du Prophète Ibrahim. Mais comment se fait-il que notre
Prophète est un arabe alors que Ibrahim n’était pas un arabe? En fait, Ismaïl est né en
Palestine. Puis son père reçu l’ordre d’Allah ‫ عز وجل‬de l’abandonner lui et sa mère Hajar en plein
désert du Hijaz en Arabie, lieu de la future Mecque. C’est là qu’il grandit entouré d’une tribu
arabe venue du Yémen (connue sous le nom de Jourhoum). Il est donc ce qu’on appelle un arabe
d’adoption ou arabe arabisé. Car, en fait, les historiens divisent la race arabe en 3 groupes :

➢ les arabes de souche : ce sont les Yéménites.


➢ les arabes disparus : parmi les arabes de souche il y a les arabes disparus, ce sont
les premiers arabes. Ils ont complètement disparus car Allah ‫ عز وجل‬les a châtié
pour avoir mécru : ce sont les peuples de Nouh , Houd (les aads), Salih (les
thamouds),…
➢ les arabes arabisés : les descendants d’Ismaïl.

Il s’agit d’une lignée honorable et exempte de vices. Mohammad est issu de la tribu des
Qoraïsh : ses ancêtres furent tous des hommes d’influence & des femmes hautement considérés
dans leurs tribus d’origine. Il est établi que tous les mariages contractés parmi les ascendants
du Prophète étaient donc parfaitement légitimes selon les lois arabes et l’adultère, très
répandu dans l’ère préislamique, ne faisait pas partie de leurs habitudes par la grâce à Allah ‫عز‬
‫وجل‬

2. Situation pré-islamique

Les Qoraiches organisaient deux expéditions : l’une en été vers la Syrie et l’autre en hiver vers le
Yémen. Ces deux voyages constituaient la base de l’économie de la ville.

Les marchands mecquois voyageaient également vers L’Afrique et L’Asie. Ce qui leurs donnaient
une réputation de tribu prospère car les riches Mecquois se réunissaient près de la Ka'ba avec
parmi eux des poètes qui récitaient des poèmes. La poésie était la forme littéraire la plus
respectée sachant que l‘immense majorité des arabes de l’époque ne savaient ni lire ni écrire.

La généalogie était également très importante à l'époque, car ils vivaient dans une société tribale
où chaque individu devait connaitre ses origines et sa tribu, en effet, cela garantissait protection
à chacun de ses membres.

La connaissance de la lignée des ancêtres se perpétuait à la Mecque. Certaines personnes comme


Abou Bakr avaient pour tâche de contrôler la lignée de chaque tribu.

La science, l'astronomie, mais également une médecine rudimentaire avait commencé à s’y
développer.

6
Les mecquois n'aimaient pas travailler de leurs mains, seul les métiers indispensables s'étaient
développés, comme la fabrication des armes de combats etc.… Quant aux métiers de la
construction, ils étaient réalisés, pour la plupart, par des perses ou des byzantins.

Les mecquois avaient les moyens de se défendre grâce aux alliances qu’ils avaient contractées
avec des tribus arabes qui vivaient dans les alentours de la ville et les nombreux esclaves qui
étaient à leur service.

La Mecque était la plus grande cité d'Arabie, elle jouissait du statut de capitale religieuse et
économique.

- Les arabes avaient imité les pratiques idolâtres d'autres nations et oublié leur foi
monothéiste, enseignée par Abraham et Ismaël. Les idoles étaient omniprésentes, dans
toutes les tribus. Certaines familles avaient leurs propres idoles et lorsque les gens
partaient en voyage, ils emmenaient parfois leurs idoles avec eux pour leur procurer des
bienfaits.

- lls leur offraient des sacrifices, les consultaient au sujet de leurs affaires et leur
attribuaient une part de leur bétail et du produit de leurs terres. Ils affectaient
certaines idoles à certaines tâches : les unes avaient pour spécialité d'amener la pluie ou
de faire souffler le vent, |es autres de donner une progéniture aux parents, de guérir |es
maladies etc.

- Les idoles servaient d'intercesseurs, pour eux auprès de Dieu pour qu’il ne |es punisse pas
trop sévèrement de leurs péchés.

- Quand ils s'apprêtaient à se lancer dans une entreprise importante, les Arabes se
rendaient à la Ka'ba et donnaient à un homme chargé des tirages au sort une somme
d'argent et un chameau pour qu'il tire au sort avec l’aide de Hubal (idole). Ils acceptaient
la décision sans discussion. De même, si un crime était commis et qu‘ils ne pouvaient en
déterminer l'auteur, ils tiraient au sort. Si le résultat accusait quelqu'un, il était
considéré comme le criminel et n'avait aucune possibilité de prouver son innocence.

- L'une de leurs croyances |es plus absurdes était que Dieu s'était marié aux djinns et
avait eu comme filles les anges. Ils adoraient donc les anges, qu'ils considéraient comme
|es filles de Dieu, et les djinns qu'ils prétendaient être liés à Dieu par le mariage. Ils
craignaient beaucoup les djinns, qu'ils considéraient comme de mauvais esprits dont le
but principal était de faire du mal. Ils essayaient d‘éviter ce mal en portant des
amulettes et en recherchant la protection des maitres des djinns

- Pour eux, la folie et |es troubles mentaux étaient l’œuvre des djinns, et chaque devin
avait pour compagnon un djinn qui lui donnait des nouvelles de l’au-delà. Ils se figuraient
aussi que chaque poète possédait un djinn qui lui inspirait sa poésie. lls croyaient
également à toutes sortes de superstitions. Par exemple, lorsque quelqu'un était tué, son
esprit s'incarnait dans un certain type d’oiseau, appelé al-Héma, qui tournoyait autour de
sa tombe en demandant à boire jusqu'à ce que le meurtre soit vengé

7
- Les femmes étaient traitées comme inférieures aux hommes. Elles n'avaient droit à
aucune part d’héritage, elles étaient considérées comme faisant partie de l’héritage du
défunt. L'héritier disposait à sa guise de la femme du défunt. S’il le souhaitait, il
l’épousait ou la donnait en mariage sans même lui demander son avis. Un homme pouvait
épouser un nombre illimité de femmes, les répudier à volonté et même parfois les laisser
dans une situation telle qu'elles n'étaient ni mariées, ni répudiées.

- La naissance d'une fille était accueillie sombrement. Pour un père, la naissance d'une fille
n'était rien de moins qu'un désastre : cela était dû au fait que |es femmes ne
combattaient pas dans les guerres tribales et ne gagnaient pas leur vie. Certains se
cachaient même pendant des jours, tant était grande leur honte d'avoir conçu des filles.
Les fillettes étaient enterrées vivantes par leurs parents car elles représentaient un
fardeau financier. Ces enterrements étaient parfois même stipulés dans les contrats de
mariage.

- Ces croyances religieuses absurdes avaient suscité des confusions et des innovations
dans de nombreux aspects du culte. On sait, par exemple, que le pèlerinage à la Ka'ba fut
pratiqué sans interruption depuis qu'Abraham, sur l'ordre de Dieu, annonça à l'humanité
que ce pèlerinage était un devoir pour tous mais les Quraysh avaient néanmoins introduit
des innovations dans les rites du pèlerinage.

- Tout le monde sait qu'aucun pèlerinage n'est valable si le pèlerin n‘était pas présent à
Arafat le 9 jour de dhul-hijja, le dernier mois de l'année lunaire. Les Quraysh avaient
cependant décrété qu'eux-mêmes étaient exemptés de cette présence à Arafat. lls
justifiaient cette affirmation en disant que la Ka'ba était le point le plus sacré sur terre.
Le périmètre sacré, qui entoure la Ka'ba, dérivait son caractère sacré du fait que la
Ka'ba en était le centre : il n'était pas logique, affirmaient-ils, que des gens vivant à
l'endroit le plus sacré de la terre se rendent à un endroit moins sacré pour y accomplir
leurs rites religieux, tandis que d'autres parcouraient des centaines de kilomètres pour
venir accomplir leurs rites dans le périmètre sacré. lls décidèrent donc de ne pas se
rendre à Arafat lorsqu’ils accomplissaient le pèlerinage, tout en reconnaissant que cela
faisait partie du pèlerinage pour les autres.

- Les pèlerins et tout étranger se rendant à La Mecque n’avait pas le droit de manger de
nourriture apportée de l'extérieur du périmètre sacré. lls ne pouvaient manger que ce
que les habitants de La Mecque leur donnaient ou ce qu'ils achetaient dans la cité sacrée.
En outre, pour pouvoir accomplir leur tawaf en arrivant à La Mecque, ils devaient avoir
des vêtements faits ou achetés sur place. S'ils ne pouvaient pas s'en procurer ni en
acheter, ils devaient accomplir le tawaf nus.

- Les hommes ne devaient rien porter du tout, tandis que les femmes étaient autorisées à
porter un seul vêtement, à condition qu'il comporte plusieurs ouvertures laissant
apparaitre leurs parties intimes. L'idée de la nudité lors de l'accomplissement d'un acte
de culte dans un lieu sacré semble extrêmement perverse. On se demande comment les
Quraysh avaient pu la justifier et amener les Arabes à l'accepter. Mais il faut se
rappeler que ces gens acceptaient de prendre pour divinités des figures de bois et des

8
statues de pierre qu'ils avaient eux-mêmes fabriquées, et qu'ils leur adressaient leurs
prières et recherchaient leur aide.

- Leur justification pour imposer la nudité aux visiteurs de la Ka'ba était qu'ils ne devaient
pas accomplir le tawaf dans les vêtements qu'ils portaient lorsqu’ils avaient commis des
péchés. Personne n'était là pour leur expliquer que la purification des péchés concerne
l‘individu lui-même et non pas ses vêtements.

- Si quelqu'un venant de l‘extérieur de La Mecque ne pouvait pas acheter de vêtements


faits à La Mecque pour son premier tawaf et ne voulait pas accomplir le tawaf nu, il était
autorisé à l'accomplir dans ses habits ordinaires à condition de les ôter et de les jeter
dès qu'il avait terminé. Ni lui ni personne d'autre n’avait le droit de les utiliser.

- Ces absurdités se poursuivirent jusqu'à ce que le Prophète lors de la saison du


pèlerinage de la neuvième année du calendrier musulman, envoya l'un de ses Compagnons
déclarer leur abrogation avec le verset :

- « Oh fils d’Adam ! Portez vos parures en tout lieu de prière. Mangez et buvez ; ne
commettez pas d’excès. Allah n’aime pas ceux qui commettent des excès. Dis : Qui
donc a déclaré illicite la parure qu’Allah a créé pour ses serviteurs, et les
excellentes nourritures qu’il vous a accordé. » sourate Al-A’raf v31-32

3. Situation politique

Il existait 5 fonctions réservées au chef de la Mecque :


➢ Ar-Rifada (= donner à manger gratuitement aux pélerins)
➢ As-Siqqaya (= donner à boire gratuitement aux pélerins)
➢ Al-Hijaba (= s’occuper des clefs de la Kaaba, de la fermer & l’ouvrir)
➢ Al-Liwa’ (= concerne les décisions de guerre)
➢ An-nadwa’ (= le parlement, le conseil de consultations)
➔ Les deux dernières fonctions ont été redistribuées au chef de l’état (le calife) par l’Islam
tandis que les trois autres sont assurées jusqu’à aujourd’hui encore. Nous citons ces 5 fonctions
dans le but d’assurer une meilleure compréhension de la suite du cours.

4. Situation religieuse :

L’idolâtrie : La plupart des arabes ont suivi l’appel d’Ismail en adoptant la religion d’Ibrahim. Le
temps passait et les arabes restèrent fidèles au monothéisme et aux différents rites de la

9
religion d’Ibrahim. Jusqu’à ce que Amr ibn Louhay lors d’un voyage au Sham (Syrie) découvre pour
la première fois les idoles et décide d’en ramener l’idole de Houbal à la Mecque il fut donc le
premier qui fit entrer une idole à la Mecque.

Le Prophète a dit : « J’ai vu ‘Amr ibn Louhay en Enfer, marchant avec ses tripes à
l’air » (Sahih Boukhari).
« Tandis que ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui disent :’’nous ne les
adorons que pour qu’ils nous rapprochent d’avantage de Dieu’’ »(Az Zumar v3)

Comme c’était un homme d’influence et qu’il était considéré par les mecquois, les idoles se
multiplièrent.
Finalement, le Prophète et ses compagnons en détruiront 360 (lors de la conquête de la
Mecque en l’an 8 de l’Hégire) qui se trouvaient à l’intérieur de la Kaaba. En fait, au début, les
idoles étaient considérées comme étant des intermédiaires entre les gens et Dieu et ce n’est que
par la suite qu’ils les ont adorées comme des divinités.

Leurs grandes idoles étaient Al-‘Ouzza (à Nakhla et à la Meque), Al-Lât (à Taïf) & Manât. Il y en
avait cinq autres qui existaient depuis l’époque de Nouh et qui sont cités dans le coran : Wadd,
Souwâ’, Yaghouth, Ya’ouq et Nasr.
Avant l’avènement du Prophète , certaines personnes sont mortes en tant que
musulmans(mais ils furent très peu nombreux) : ils ont cru en l’Unicité de Dieu comme l’avait
enseigné Ibrahim.

5. Situation sociale :

Les mauvaises habitudes.

- Tuer les enfants par crainte de la pauvreté et du déshonneur : ils tuaient surtout les
filles car c’était un peuple d’honneur et de guerre. Ils les enterraient vivantes selon une
bien mauvaise habitude : sourate « at-takwir », v. 1 à 9 : « Quand le soleil sera obscurci
(…) et qu’on demandera à la fillette enterrée vivante pour quel péché elle a été
tuée… »
- L’adultère.
- La consommation de l’alcool : ainsi que son commerce.
- L’intérêt et l’usure.
- La solidarité tribale : à tort ou à raison.
- Les jeux de hasard.
- L’exhibition des parures : pas de port du hijab.
- Les 4 sortes de mariages : (rapporté par Aïcha dans Sahih Boukhary)
➢ Le mariage légitime (accord des 2 partis, dote, témoins, …)
➢ La femme commet l’adultère avec 7, 8, 9, 10, … hommes puis elle choisit le
père de son enfant. L’homme ne pouvait pas refuser car cela était une loi.
➢ L’homme envoie sa femme chez un noble, un guerrier, un poète, … (bref chez
quelqu’un de l’élite) avec l’espoir que l’enfant à venir sera plus noble,
meilleur,…
➢ La prostitution (il y avait un drapeau rouge à la porte afin de les reconnaître).

Les bonnes habitudes :

10
- La sincérité, l’honnêteté et le dédain du mensonge.
- Le respect des engagements & des promesses.
- Les respects des territoires sacrés et des mois sacrés.
- La générosité et l’hospitalité.
- La circoncision.
- L’accomplissement du pèlerinage et de la ‘Omra.
- La patience à endurer la privation sans se plaindre.

I - Avant la naissance de Mohammed

a) Hachim : arrière grand père du Prophète

Hachim était le premier à offrir du pain trempé dans du bouillon aux pèlerins.
Son vrai nom était Amr mais on l’appelait Hachim qui vient du mot hachama en arabe, qui veut dire
briser (du pain).

Il voyageait en Syrie pour son commerce. Lors d’une de ses escales à Médine il épousa Salma,
celui-ci quitta Médine pour la Syrie sans savoir que sa femme était enceinte.

Hachim mourut en Palestine, sa femme accoucha d’un petit garçon qu’elle appella Chayba car il
avait les cheveux blancs. La famille de Hachim n’était pas au courant de cette naissance.

Après la mort de Hachim c’est son frère Al Moutalib qui pris en charge la distribution d’eau et de
nourriture à la Mecque à la place de son frère.

Quand Al Moutalib appris l’existence de Chayba celui-ci était déjà adolescent


IL décida d’aller à Médine pour le ramener à la Mecque. Dans un premier temps, sa maman refusa
de le laisser partir mais Al Moutalib la persuada en lui disant que son fils sera investi de
l’autorité de son père et qu’il vivrait dans l’enceinte sacrée, elle le laissa alors partir.

Arrivé à la Mecque les gens ont appelé ce jeune garçon Abdel Moutalib car ils croyaient que Al
Moutalib s’était acheté un esclave, malgré l’explication reçue qu’il s’agissait de son neveu le nom
d’Abdel Moutalib lui resta.

b) La découverte de zamzam par Abd Al Moutalib Grand père du


Prophète

Abd Al Moutalib, qui avait grandi dans la maison de son oncle Al Moutalib, pris naturellement sa
place après le décès de celui-ci.

Une fois adulte il avait pris l’habitude de dormir dans le hijr. Une nuit il fit un rêve ; une voix lui
demanda de déterrer le trésor, un endroit bien précis lui avait été indiqué. Au réveil il alla avec

11
son fils unique creuser et déterrer la source de zemzem qui avait été bouchée par les jurhums et
oubliée au fil du temps par les mecquois.
Quand l’eau fut découverte, les Qoraiches furent menaçants et lui demandèrent de les associer à
son exploitation mais celui-ci refusa.
A cette époque, Abdel Moutalib n’avait qu’un fils et cet épisode lui fit comprendre qu’avoir
beaucoup de garçons était synonyme de sécurité. En effet, son fils unique n’aurait pu le défendre
contre tous les qoraiches. Il fit alors un vœu : si Dieu lui donnait dix fils il en sacrifierait un à la
Ka’ba.

Le sacrifice de AbdAllah

Abdel Moutalib a donc eu 10 fils, son dernier né s’appelait AbdAllah, il était le préféré de son
père. Lorsque ceux-ci atteignirent l’âge adulte, il décide de leur parler de son vœu.
Pour décider de qui serait sacrifier un tirage au sort eut lieu. Le nom de chaque fils fut écrit sur
une flèche et c’est AbdAllah qui fut tiré au sort. Abd Al Moutalib conduit alors son fils à la ka’ba
afin de le sacrifier mais ses oncles maternels et les qoraiches en générale l’en empêchèrent de
peur que cette pratique ne devienne une coutume. Pour se défaire de son vœu (pieux), ils lui
suggérèrent de consulter une voyante et de s’en remettre à son jugement.

Elle leur proposera de mettre d’un côté 10 chameaux et de l’autre AbdAllah puis de faire un
tirage au sort. Si le sort désigne son fils il devait augmenter le nombre de chameaux de dix
jusqu’à ce que le tirage désigne les chameaux. Il dû s’y reprendre à dix reprises ce qui au totale
faisait 100 chameaux qu’il devait sacrifier à la place de son fils. Depuis lors, le prix du sang
équivaut à 100 chameaux au lieu de dix précédemment.
L’islam approuva cela.
Le prophète a dit : « Je suis le fils des deux sacrifiés » Faisant référence au prophète
Ismail et a son père AbdAllah.

c) L’année de l’éléphant

Parmi les événements les plus significatifs dans la vie de Abd Al-Muttalib, futur grand-père du
Prophète , et pour les Mecquois, on recense l'événement dit de l'Eléphant (‫)الفيل‬.

Abraha As'Sabbah était ambassadeur d'Ethiopie au Yémen.


Voyant que les arabes faisaient le pèlerinage à la Ka'ba (à la Mecque), Abraha décida de
construire une église à Sana’a, au Yémen afin de les détourner de la Ka'ba.

Lorsqu’il eut vent de cette nouvelle, un arabe de la tribu des Kinâna se rendit de nuit dans
l'église afin de la salir de ses excréments.

Furieux, Abraha leva une armée constituée de 60.000 hommes et de 9 à 13 éléphants


pour détruire la ka’ba et se venger de cet affront

Arrivé à Taif, des hommes de la tribu de Thaqif eurent peur qu'Abraha se trompe et détruise
leur temple, celui d'Al Lât. Ils envoyèrent alors avec eux un homme pour les guider jusqu'à la
Ka'ba. Mais l'homme mourut en chemin à Mughammis où il fut enterré. Par la suite, les arabes
prirent l’habitude de lapider sa tombe.

12
Abraha envoya des cavaliers jusqu'à la périphérie de la Mecque. Ils prirent tout ce qu'ils
trouvaient comme butin, notamment 200 chameaux appartenant à Abd Al Moutalib.
Ce dernier alla alors à la rencontre d'Abraha pour récupérer ses chameaux. Etant impressionné
par le charisme d'Abd Al Moutalib, Abraha s'installa avec lui par terre et lui demanda ce qu'il
voulait, pensant qu'il allait lui parler de la Ka'ba. Mais Abd Al Moutalib lui demanda la restitution
de ses chameaux. Surpris, Abraha lui dit : « Je suis déçu que Abd Al Moutalib se préoccupe plus
de ses chameaux que de la Ka'ba » A cela, Abd Al Moutalib répliquat : « Moi, je suis le maître des
chameaux, quant à la Ka'ba, elle a également son maître qui la défendra » (c'est-à-dire Allah ‫عز‬
‫)وجل‬. Ses chameaux lui furent rendus.

Abraha décida alors d'avancer vers la Ka'ba. Arrivé à Muhassar, entre Muzdalifa et Mina,
l'Eléphant d'Abraha s'agenouilla et refusa d'avancer. Il voulait bien aller à gauche, à droite, en
arrière, mais pas vers l'avant (direction de la Ka'ba).

C'est Alors qu'Allah ‫ عز وجل‬envoya des oiseaux avec 3 pierres chacun, qu'ils lancèrent sur les
cavaliers d'Abraha. Ces pierres déchiquetèrent la peau de ses hommes. Beaucoup moururent sur
place, les autres plus tard suite à leurs blessures. Quant à Abraha, il mourut d'une infection de la
peau.

Sourate 105 Al Fil :


° « N'as-tu pas vu comment Ton Seigneur a agi envers les gens de l'Eléphant
° N'a t-il pas rendu leur ruse complètement vaine
° Et envoyer sur eux des oiseaux par volées.
° Qui leur lançait des pierres d'argiles
° Et Il les a rendus semblable à une paille mâchée. »

Il convient à ce stade de noter que l’incident de l’Eléphant eut lieu pendant l’année de naissance
du Prophète

II – De la naissance à la révélation.

La lignée remontant du Prophète à 'Adnân est connue des biographes et des généalogistes.
Cependant, la généalogie du Prophète remontant de 'Adnân à Ismaïl (‫ )عليه السلم‬fait l'objet
de divergences ; elle est vague et incertaine. Notre noble Envoyé nous a lui-même mis en
garde en disant : « Ne faites pas remonter ma lignée au-delà de 'Adnân » (Rapporté par El
Souyouti).

Nous ne citerons donc seulement que la lignée du Prophète remontant jusqu'à 'Adnân. Elle
est la suivante :
Mouhammad Ibn 'Abdallâh Ibn Abd Al-Mottalib Ibn Hâchem Ibn 'Abd Manaf Qocey Ibn Kilâb
Ibn Morra Ibn Ka'b Ibn Louëy Ibn Ghâleb Ibn Fihr (surnommé Qouraych, et ancêtre de la tribu
du même nom) Ibn Mâlik Ibn Nadr, surnommé Abou Qays, Ibn Kinâna Ibn Kouzeyma Ibn
Moudrika Ibn Ilyês, Ibn Modar Ibn Nizâr Ibn Ma'add Ibn 'Adnân.

13
'Abd Al-Mottalib, grand-père du Prophète a engendré 10 fils :
'Abbâs, Hamza, 'Abdallâh, qui est le père du Prophète, Abou Tâlib, Al Zoubayr , Hârith, Hajla,
Mouqqawim, Dirâr et Abou Lahab.

1) Mariage des parents du Prophète et naissance du Prophète

Abdallah, le père du Prophète vivait à la Mecque, il y résidait également une femme nommée
Amina Bent Wahb, une femme koreychite. Elle était considérée comme la meilleure des femmes
koraychites de par sa généalogie et son rang social.

C'est à cette femme que 'Abd Al-Mottalib, le grand-père du Prophète choisit de marier son
fils 'Abdallâh. Contrairement à la majorité des Qouraychs, leur union fut légitime, car celle-ci se
fit sous la présence de témoins et tuteurs.

Le Prophète est né en Arabie, à la Mecque, un lundi, le 08 de Rabi I (avis le plus fort), de


l’année de l’éléphant ; qui correspondrait au 23 avril 571 J-C

Notons qu'à sa naissance, l'Envoyé était orphelin de père car celui-ci tomba malade lors d'un
voyage, il décéda des suites de cette maladie à Médine où il fut enterré. C'est son grand-père
Abd Al-Mottalib qui s'occupa de l'enfant et de sa mère.

C’est son grand-père également qui lui choisit le prénom de ‫حممد‬


ّ (prénom qui était très peu répandu
chez les arabes à cette époque et qui veux dire le digne de louange). Amina accoucha chez son
beau-frère (le frère de son mari) : Abou Talib. (Le Prophète naquit donc chez son oncle). Il
fut circoncis, le plus probablement, après sa naissance par son grand-père (la circoncision étant
une pratique courante chez les juifs & les arabes de l’époque) mais on ignore quel jour.

2) L'allaitement coutume chez les arabes

Les arabes avaient pour coutume de confier leurs enfants à des nourrices qui vivaient à
l'extérieur de la Mecque dans le désert. Celles-ci les emmenaient chez elles jusqu'à un
certain âge et les allaitaient.

Plusieurs raisons expliquent cette pratique :


- Lors des pèlerinages, les gens affluaient de différentes régions, d'où le mélange de
différentes langues, ce qui pouvait ainsi entacher la langue arabe de leurs enfants. Mais
les arabes attachaient beaucoup d'importance à la richesse et la pureté de leur l angue
qu'est la langue arabe et voulaient donc que cette éloquence soit préservée.

- D'autre part, les Qouraychs, attendaient de ces pratiques l'acquisition d'un courage
intrépide de leurs enfants, du fait de la difficulté de vie en dehors de la Mecque.

- Aussi, de nombreuses maladies étaient présentes dans les métropoles et il était plus
prudent de les en écarter durant les premiers moments de leur vie.

14
L'allaitement du Prophète

-La 1ère femme à avoir allaiter le Prophète fut sa mère, Amina Bent Wahb.

-La 2ième femme à avoir allaiter le prophète fut Thuwaibah, la captive affranchie de son
oncle Abou Lahab. Avant d'allaiter Mohammad , elle avait allaité Hamzah Ibn 'Abd Al-
Mottalib, qui est donc son frère de lait.

-La 3ième femme à avoir allaitée le Prophète fut Halima Sa’dia

Mohammad chez les Béni Sa'd

Ibn Ishâq a rapporté le récit qui suit :


Halima accompagné de son époux et de son bébé qu'elle allaitait, se rendirent en même temps que
d'autres femmes à la Mecque. C'était une année de sécheresse, ils n'avaient rien à manger, et
elle n'avait pas assez de lait pour nourrir son fils et même la chamelle n'en avait pas.

Sur la route qui menait à la Mecque, l'âne qu'elle montait était faible, et de ce fait, lorsqu'elle
arriva à destination, les autres femmes avaient déjà pris tous les bébés. Il ne restait plus que le
petit Mohammad personne ne voulait d'un orphelin (risque de ne pas être payé du fait qu'il
n'avait plus de père). Après réflexion, elle dit à son époux : « Par Dieu, je n'aimerais pas revenir
avec mes compagnes sans avoir moi-même trouvé un nourrisson. Je prendrai l'orphelin. »
Lorsqu’elle allaita le prophète pour la première fois, elle eut assez de lait pour lui et son fils.
Lorsque son époux alla traire la chamelle, à son grand étonnement, elle leur donna beaucoup de
lait.

Ils se rendirent compte alors qu'ils avaient recueilli un enfant béni.


Sur le chemin du retour, l'âne de Halima dépassa tous les autres ânes.
De retour sur leurs terres, la baraka continuait dans leurs biens.
Ils continuèrent à vivre dans le bien jusqu'au sevrage de Mohammad (jusqu'à ses 2 ans).
Halima le ramena à sa mère et lui demanda l’autorisation de le garder plus longtemps. Après
hésitation, Amina se laissa convaincre. C’est ainsi qu’il resta avec Halima jusqu'à ses 4 ans

1) La « fente de poitrine »

Alors que le Prophète avait 4 ans, il se passa un évènement qu’ Halîma raconte dans son
récit : Quelques mois après notre retour, alors qu'il gardait les moutons avec son frère de lait,
derrière les tentes, celui-ci vint en courant nous dire :
Mon frère le Qouraychite vient d'être saisi par 2 inconnus habillés en blanc, qui l'ont mis à terre
et lui ont ouvert la poitrine pour lui laver le cœur et lui retirer le « guet de satan » ! Nous
accourûmes vers lui. Il était debout et pâle. Je le serrais dans mes bras, ainsi que mon mari.
-Qu'as-tu mon enfant, lui dis-je ?
-Deux hommes habillés en blanc, dit-il, m'ont couché par terre et m'ont ouvert la poitrine pour y
chercher je ne sais quoi [...

La rencontre avec les Anges fut bien réelle et le cœur lui fut réellement lavé. Cela prouve que
Mohammad enfant, était destiné à un grand avenir, et qu’il avait été choisi pour une tâche

15
noble. Dire que le miracle de l'ouverture de la poitrine n’est pas à prendre au premier degré et
qu’il, ne s'agit en fait que d'une image, d'une métaphore n’est pas fondé. Car Anas (raa) grand
Compagnon du Prophète a dit dans un hadith rapporté par Bokhari qu'il avait vu la cicatrice
sur la poitrine du Messager .

2) Retour de Mohammad chez sa mère

Halima rendit Mohammad à sa mère.

3) Mort d’Amina

Amina partit un jour avec son enfant pour Yathrib (Médine), afin de visiter ses oncles maternels,
les Béni Najâr. C'est sur le chemin du retour qu’Amina mourut soudainement ; le Prophète
n'avait alors que 6 ans.

Oum Ayman, l'affranchie de son père se chargea alors du Prophète . Elle le remit à son
grand-père, 'Abd Al-Mottalib.

Il fut donc son 2ème tuteur. Comme l'enfant avait perdu son père aussi bien que sa mère,
l'affection du grand-père envers lui était naturellement très grande.

4) Mort de 'Abd Al-Mottalib

Mohammad était âgé de 8 ans, lorsque son grand-père mourut à la Mecque, après l'avoir
confié à son fils Abû-Tâlib, oncle de Mohammad, en lui recommandant d'en avoir le plus grand
soin. Abû-Tâlib fut ainsi son 3ème tuteur. Le Prophète restera sous sa garde jusqu'à l'âge
de raison.

5) La tutelle de Abou Tâlib et jeunesse de Mohammad

Le choix d'Abou Tâlib comme tuteur de Mohammad de préférence aux autres oncles, a été
particulièrement heureux.

A douze ans Mohammad , fit son premier voyage hors de l'Arabie. On peut bien penser que
le jeune voyageur n'était pas du tout un fardeau inutile pour son oncle : de mille façons, il pouvait
lui rendre de petits services et lui épargner maints inconvénients.

A Busrà, au-delà de la Mer Morte, entre Jérusalem et Damas, la caravane s'arrêta pour faire les
échanges usuels et les transactions nécessaires. Comme d'habitude, ils durent camper dans la
banlieue de la ville. C'était un territoire byzantin. Ne nous étonnons donc pas s'i l y avait un
couvent, près des champs où la caravane établit ses tentes. Un certain moine, Bahîrâ, regarda de
son couvent la colonie temporaire et s'étonna du sage comportement de ses voisins, ce qui était
rare chez de tels visiteurs.

16
6) Le métier de berger:
Durant son enfance, le Prophète exerça la profession de berger. Mais berger pour les ovins
(moutons et brebis) parce que celui qui est berger pour les chameaux attrape un caractère sévère
comme celui des chameaux. Il dit à ce sujet : « Il n’y a pas de Prophète qui n’eût pas été
berger ». Boukhari Et cela est une sagesse d’Allah ‫ عز وجل‬car Il les initie par là à la direction des
hommes, la douceur et la bienfaisance. Certes, il faut beaucoup de douceur pour amener les gens à
la foi. Notre Prophète fut berger afin d’aider son oncle à subvenir aux besoins de la famille,
il fut berger pour les mecquois cela lui donnait en plus une responsabilité.

Un jour il demanda à son compagnon qu’il lui garde son troupeau afin qu’il puisse se rendre à un
mariage. Mais en chemin il s’endormit et ne se réveilla que le lendemain matin. Allah ‫ عز وجل‬, par Sa
Grâce, l’avait protégé de la musique et des futilités. Quand cela eut lieu une seconde fois il décida
de ne jamais assister à ce genre de futilités.

7) La guerre d’« al- fijâr » (guerre de la violation) :

Elle se nomme ainsi du fait de la violation de se battre durant les mois sacrés et en terre sacrée
(La Mecque). Le Prophète y aurait participé (il avait entre 20 & 25 ans) avec ses oncles mais
il faut savoir qu’aucun texte authentique ne vient confirmer cela.

8) Le pacte d’« al-foudoul »:

Les chefs quoraichites avaient remarqué au fil de leurs voyages, qu’il était possible d’obtenir
justice permettant à la victime d’un crime ou à sa famille d’obtenir réparation sans avoir recours
à la guerre.

Lors d’un voyage à la Mecque, un homme de la tribu de Zubayd vendait des marchandises à Al As
Ibn wail Assahmi. Ce dernier refusa de payer et l’homme demanda de l’aide mais en vain. Il eut
alors l’idée de déclamer des vers à haute voix de sa mésaventure. C’est alors que les tribus de la
Mecque décidèrent de signer un pacte pour que cet homme retrouve ses droits.

Il s’agit d’un pacte passé entre plusieurs tribus qui avait pour but de punir les agresseurs et
d’assister les agressés et les faibles. Cela eut lieu chez un cousin de Aïcha et le Prophète dira
(après l’avènement de sa mission) : « J’ai assisté chez AbdAllah ibn Jadan à la conclusion d’un pacte
auquel j’aurais aussi été favorable dans l’Islam ». Et cela parce que ce pacte s’opposait à un concept
très répandu dans la période préislamique : la protection entièrement fondée sur l’esprit de clan.
Les participants de ce pacte s’engagèrent donc à soutenir quiconque à la Mecque serait victime
d’injustice, jusqu’à ce que justice soit faite, peu importe son clan d’origine.

9) Son travail pour le compte de Khadîja (‫)رضي هللا عنها‬

Les mecquois étaient obligé de se livrer au commerce avec la Syrie et le Yémen car la Mecque
était un désert et il n’y avait donc aucune ressource.

En hiver les caravanes allaient au Yémen pour chercher des produits comme des épices, encens,
soie, poudre d’or… sur le retour, ils passaient par Médine pour charger des dattes. En été, ils
allaient en Syrie pour échanger leurs marchandises contre des produits agricoles (blé, orge,
raisin sec etc…) sourate 106 ‘’Qoraich’’

17
Les femmes aussi dirigeaient ce genre de commerce et confiaient ces caravanes à des
organisateurs.

Khadîja Bint Khuwaylid était une femme d'affaires noble et fortunée qui louait les services
d'hommes pour s'occuper de son commerce contre un intéressement aux bénéfices.
Lorsqu'elle entendit parler du Messager de Dieu notamment de sa véridicité, de sa grande
honnêteté et de la noblesse de son caractère, elle le fit venir et lui proposa de prendre la
responsabilité de sa caravane de commerce en partance pour le Shâm ( la grande Syrie, qui
englobe la Palestine, la Jordanie, le Liban et la Syrie actuelle) avec son serviteur Maysarah,
contre la meilleure rémunération qu'elle accordait jusqu'alors aux autres commerçants. Il
accepta cette offre et partit avec Maysarah pour le Shâm.

Maysarar raconta ensuite à Khadija l’honnêteté, la sincérité et la baraka dont Mohammad


jouissait. Maysara avait également remarqué que Mohammad était protégé par un nuage du
soleil, il avait vu plusieurs signes qui lui firent penser que Mohammad n’était pas quelqu’un
d’ordinaire.

Khadija , qui était demandé en mariage par beaucoup d’hommes, envoya une de ses amies à
Mohammad afin de lui faire part de sa proposition de mariage. Celui-ci, ravit, en parla à ses
oncles et ceux-ci se rendirent chez l’oncle de Khadija afin d’obtenir son accord.

10) Son mariage avec Khadija.

Il épousera Khadija Bint Khuwaylid à l'âge de 25 ans alors qu’elle en avait 40. Ceci démontre que
Mohammad recherchait non les plaisirs de la chair, mais bien au contraire son attirance pour
Khadija résidait dans le fait qu’elle possédait de nobles qualités et une vertu exemplaire. Il prit
soin de choisir son épouse sur des critères moraux et pour Khadija, la démarche était
exactement la même, elle avait vu en Mohammad , un homme sincère, juste , ayant des
qualités nobles, aimé des Mecquois.

Elle fut donc la première épouse du Prophète et ils vécurent ensemble durant 25 ans. Jusqu’à
la mort de Khadija, le Prophète n’épousa personne d’autre. Elle mourut à 65 ans et il en avait
alors 50. Elle est morte 3 ans avant l’hijra. Elle se vit promettre le Paradis de son vivant pour tout
ce qu’elle endura pour l’Islam et tout le soutien qu’elle apporta à son mari. Elle eut cet immense
honneur le jour où Gibrîl dit au Prophète : « Dis à Khadija qu’Allah lui passe le Salam et que
moi aussi je lui passe le Salam, dis-lui qu’Allah lui a réservé un palais au Paradis » !

Tous les enfants de notre Prophète sont d’elle à l’exception de Ibrahim (fils de Marya la
copte) Il y a : Qacem, Zaynab, Roqaya, Oum Kalthoum, Fatima Zahra, AbdAllah
Les deux garçons sont morts en bas âge et les filles ont toutes émigrées avec lui à Médine. Elles
sont toutes mortes avant lui sauf Fatima qui mourra 6 mois après lui.

Khadija a joué un grand rôle dans la vie du Prophète et notamment dans les premières
années de la révélation, au moment où il avait le plus besoin d’un soutien .

11) Reconstruction de la Ka'ba (± 35 ans)

18
d) La Ka'ba avant la prophétie .

Rappelons que lorsqu’ Ibrahim construisit la Ka’ba, elle était de forme rectangulaire, et n’avait
pas de toit. L’usure du temps et de fortes pluies avaient fragilisé ses murs. Ils récoltèrent de
l’argent Halal (ne résultant pas de la prostitution, l’usure, la mauvaise pratique ...) mais la somme
récoltée n’était pas suffisante pour la reconstruire à l’identique, alors ils décident en fonction
des moyens de la reconstruire de forme cubique.
Le travail de la reconstruction fut répartit entre les tribus et tout le monde y participa
hommes, femmes, même le Prophète qui avait alors 35 ans prit part à sa reconstruction en
transportant des pierres sur son épaule. D'après Jâbir Ibn 'Abd-Allâh (‫للا عنهما‬ ‫)رضي ه‬, alors que
l'Envoyé d'Allâh transportait avec Al-'Abbâs des pierres pour la reconstruction de la
Ka'ba, Al-'Abbâs lui dit : "Pourquoi ne pas enlever ton izâr (pagne) et le mettre sur tes
épaules au-dessous des pierres ?".
Le Prophète ôta son vêtement ; le plaça sur ses épaules, mais il tomba bientôt évanoui ;
fixa ses yeux sur le ciel ; puis se leva en s'écriant : "Mon izâr ! Mon izâr". Il le remit
ensuite autour de ses reines. Mouslim

Tout se passa bien jusqu’au moment où il fallut replacer la pierre noire à sa place car chaque
tribu voulait avoir l’honneur de la replacer elle-même. Le conflit dura plusieurs jours et faillit se
terminer en guerre. Lors d'une réunion pour essayer de régler le conflit un homme de la tribu
d’Al-Makhzum Abu Umayya ibn Al-Mughira proposa que la 1ère personne qui rentrerait dans la
pièce choisirait la tribu qui replacera la pierre noire. Et Allah ‫ عز وجل‬voulu que ce soit Mohammad
. Même s’il n'était pas encore prophète s il était respecté par tous grâce à son
comportement son intégrité et sa justice.

En le voyant entrer, les notables s’écrièrent : « voici Al Amin ! Nous acceptons son arbitre ! »
Le Prophète eu a alors une idée pleine de sagesse, il étend une étoffe à terre, fait
mettre la pierre noir dessus tandis qu'un représentant de chaque tribu soulève l’étoffe et le
prophète inséra lui- même la pierre noire à sa place.
Ainsi fut évitée une guerre.

e) La ka’ba dans le temps

Plus tard à la 8ème année de l’Hégire après la conquête de la Mecque.


Le prophète dit à Aïcha si ce n’était pas la crainte de déstabiliser ton peuple, les Qoraiches,
j’aurais préféré détruire la Ka’ba et la reconstruire à l’identique d’Ibrahim.

Il venait de conquérir la Mecque et énormément de mecquois venaient de se convertir à


l’islam.
Il avait peur de les déstabiliser « Il avait beaucoup de sagesse ».
Ibn al-Qayyim a dit : « la sagesse c’est de faire ce qu’il faut de la manière qu’il faut et au
moment où il faut »

- 40 à 50 ans plus tard, Abdoullah ibn Zoubayr, neveux de Aïcha et cousin du Prophète
reconstruisit la Ka’ba à l’identique d’Ibrahim

19
- Puis Hajjaj ibn Youssouf, un homme injuste, pris le pouvoir et décida de reconstruire la
Ka’ba comme au temps du Prophète

- Plus tard, les Abbasides prirent le pouvoir et Haroun Rachid alla voir l’imam Malik, pour lui
demander s’il devait reconstruire la Ka’ba comme au temps d’Ibrahim. L’imam Malik n’a pas
voulu, afin que la Ka’ba ne perde pas son sacré ou que chaque gouverneur n’en fasse pas
qu’à sa tête.

Al-Anbiya S21 V7 : Demandez au savant lorsque vous ne savez pas.


La seule pierre originelle de la Ka’ba, c’est la pierre noire.

12) Avant que la Révélation n'ait lieu, des signes annonciateurs étaient montrés au futur
Prophète de l'islam

- Ibrahim et Ismaïl avaient demandé à Allah ‫ عز وجل‬d’envoyer un Prophète issu de leur


descendance : sourate « Al-Baqara », v. 129 : « Notre Seigneur ! Envoie l’un des leurs comme
messager parmi eux pour leurs réciter Tes versets, leur enseigner le Livre et la Sagesse et
les purifier car c’est Toi, certes, le Puissant, le Sage ».

- L’annonce du Prophète est mentionnée dans la Thora & dans l’Evangile. D’ailleurs de
nombreux arabes médinois se convertirent à partir de l’attestation des gens du livre (et cela
avant même l’hijra du Prophète). (S « al-a’raf », v. 157: « Ceux qui suivent le Messager, le
Prophète illettré qu’ils trouvent mentionné chez eux dans la Thora et l’Evangile… ».)
Le Prophète a dit : « Je suis l’accomplissement de l’invocation de mon père Ibrahim et la bonne
annonce d’Issa ».
S. « as-saff », v.6 : Allah ‫ عز وجل‬a dit dans le sens du verset : « Et quand Jésus, fils de Marie
dit : Oh, enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allah (…) et annonciateur d’un
Messager à venir après moi, dont le nom sera Ahmad… ».

- Les arbres et les pierres saluent le Prophète

Parmi les témoignages les plus impressionnants qui ont annoncé la future mission prophétique, on
note le suivant :

D'après At-Tirmidhî et Ad-dârimî et Al-Hâkim, `Ali Ibn Abî Tâlib - que Dieu l'agrée - dit :
"J'avais l'habitude d'accompagner le Prophète - que la paix et les bénédictions de Dieu
soient sur lui - partout où il allait à la Mecque. Un jour, nous partîmes dans l'une des
régions de la Mecque et chaque fois que nous passions près d'un arbre ou d'un rocher, ils
saluaient le Prophète disant : "Que le salut soit sur toi, Prophète de Dieu".

Les théologiens affirment que ces évènements avaient lieu au début de la mission du Prophète
en guise d'appui et pour lui prouver que la création lui obéira et que son appel sera écouté.

20
- Les songes pieux du Prophète

Tout songe que faisait le Prophète , de jour ou de nuit, se réalisait comme il l'avait
rêvé. Aicha a dit : ‘’La vision véridique que le prophète vit dans son sommeil fut la
première manifestation de la révélation .Ses visons étaient pareilles à l’apparition de
l’aurore.’’ Boukhari

- Les retraites spirituelles du Prophète à la grotte de Hirâ (Jabal An-nour)

Le Prophète prit l'habitude de se retirer et prit goût à la solitude. Rien ne lui plaisait plus
que d'être seul. Il choisit pour ses retraites une grotte (Hira) de la montagne An-Nour, qui
surplombe la Mecque. Son but était de se purifier de l'idolâtrie et de vaines pratiques qui se
faisaient autour de lui .

Chaque année, il passait tout le mois de Ramadhân dans cette même grotte, en méditation et en
vie ascétique. De temps en temps, sa femme lui envoyait des provisions ; parfois il rentrait lui -
même chercher ce qui lui manquait.

Le Prophète Mohammad jouissait avant la prophétie d'une confiance totale de tous les
Mecquois, pour preuve ils le surnommèrent 'le digne de confiance" « El Amine ». Il n'était pas
homme à inventer, fabuler, il était reconnu par tous et toutes comme étant sincère, loyal et
véridique.

Le Coran

a) La création
Allah est l’Unique dont l’existence n’a pas de commencement.
La première chose qu’Il créa fut le Trône puis Il créa le qalam.
Allah dit au qalam « écris »
Le qalam demande : « qu’est- ce que j’écris O Seigneur ? »
Allah : « Ecris ce qu’il y a et ce qu’il y aura jusqu’à l’Heure suprême »
Toute chose fut donc écrite 50 mille années avant la création de la terre et des cieux.

b) Le coran descendit en trois temps

Définition : Le Coran est purement la parole d'Allah révélée en langue arabe au prophète
Mohammad . Sa récitation et son application sont une adoration et il est en soi un miracle.
Les savants sont unanimes pour dire que les versets du Coran furent classés par le prophète
via Gibril sur ordre d'Allah.

-d'abord il fut écrit sur les tablettes gardées au septième ciel.


''ceci est au contraire, un coran glorieux, écrit sur une tablette gardée''S Al Bourouj 85V
21-22

21
-Ensuite, il fut descendu au premier ciel en entier la nuit du destin.
''oui, Nous l'avons fait descendre la nuit d'Al Qadr (détermination)'' S Al Qadr V1

-Enfin, c’est Gibril qui révéla au prophète le Coran par fragment durant 23 ans.

Le prophète ne reçut rien du Coran d'une autre manière que par Gibril.

c) Les différents livres révélés

Tous les livres ont été révélés le mois de Ramadan : rapporté par Ahmad
-Feuillets d'Ibrahim pour Ibrahim
-Tawrath pour Moussa
-Ingil pour Issa
-Coran pour Mohammad

d) Style des versets

-La prophétie s'étale sur une période de 23 ans.


-Les 13 premières années alors qu'il habitait à la Mecque, ce qu’on appelle la période
mecquoise
-Les dix suivantes lorsqu'il émigra à Médine correspondant à la période médinoise.
-Tous les versets qui lui ont été révélés lorsqu'il était à la Mecque sont des versets ''Mecquois''
-Tous les versets qui lui ont été révélés lorsqu'il était à Médine sont des versets ''Médinois''.

Versets Mecquois :
Au début de la révélation, les versets étaient courts et lourds de sens, ils parlent de la
purification de l’Âme, du Paradis, de l'Enfer, des histoires des prophètes....

Versets Médinois : plus tard, lorsque les musulmans ont été plus fort dans leurs foi, il y eut la
révélation de versets qui comportent des règles juridiques.

B – PERIODE MECQUOISE

Rappel :
La prophétie s’étala sur 23 ans que l’on peut diviser en 2 époques :
-Période mecquoise : 13 ans
-Période médinoise : 10 ans.

1) La révélation

Les diverses formes de la révélation sont :

Les rêves :
Pendant six mois avant la révélation des 1° versets, le Prophète faisait des rêves qui se
réalisaient tous. N’oublions pas que les rêves des Prophètes sont des révélations (ex : Ibrahim vit
en rêve qu’il égorgeait son fils et le lendemain il passa à l’acte).

22
Par l’intermédiaire de Gibrîl :
Celui-ci pouvait venir sous une forme humaine comme, par exemple, la première fois dans la
grotte de Hira. Et c’est la manière la plus aisée de recevoir la révélation puisque qu’ils se
parlent d’homme à homme. Mais il se présentait aussi sous sa vraie nature , à ce moment- là,
seul le Prophète pouvait le voir.
Les clochettes :
Qui sont la manière la plus pénible de recevoir la révélation (son aigu et très fort), à tel point
qu’on voyait le Prophète transpirer.
Par inspiration :
C’est-à-dire par « envoi » ou « souffle » qui inspirait sa noble personne.

Directement d’Allah ‫عز وجل‬:


Comme lors du voyage nocturne.

1 ère ANNEE DE LA REVELATION


1) Le début de la mission prophétique.

Nous savons que le Prophète Mohammad , bien avant l’Islam, refusait déjà l’idolâtrie et
toutes les pratiques païennes de ses concitoyens. Il se retirait à son habitude sur la
Montagne, à la grotte de Hira . A l’âge de 40 ans il y fit la rencontre avec l'Ange Jibril.
C’est à ce moment que se fera la révélation des cinq premiers versets du Qoran (sourate Alaq n°
96 du Qoran). L’Ange lui dira alors "Je suis Jibril envoyé par Ton Seigneur et tu es le Prophète
qu’Il a choisi".

« Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé,

qui a créé l'homme d'une adhérence.

Lis ! Ton Seigneur est le Très Noble,

qui a enseigné par la plume [le calame],

a enseigné à l'homme ce qu'il ne savait pas ».

La mission de Mohammad venait de commencer, le Messager de Dieu , une bénédiction


pour les Mondes. C’était un lundi, du mois de ramadan et le Prophète avait 40 ans, l’âge de
la sagesse.

23
En effet, le Prophète Mohammad venait de recevoir les premiers mots de son Seigneur sur
le mont Hira. Il dévala la montagne, le visage luisant de sueur, le cœur battant à tout
rompre. Les versets du Coran faisaient encore écho en son âme. Il courut vers Khadija qui le
réconforta tendrement tandis qu'il racontait ce qui venait de lui arriver.

« Je crains qu'un mal ne m'atteigne !» dit-il. « Jamais, par Dieu », lui répondit sa femme avec foi,
« Dieu ne te voudra jamais de mal. Tu as de bonnes relations avec ta famille, tu aides le pauvre et
le nécessiteux, tu accueilles tes invités (généreusement et tu assistes les malheureux qui le
méritent »

Il faut noter le rôle de l'épouse, donc de l’importance de la femme qui est source de paix pour
l’Homme. En effet, le Prophète se réfugia auprès de sa femme et trouva en elle le
réconfort. Allah le Très Haut a dit : "Parmi Ses signes est qu’il vous a créé à partir de vous-
mêmes des épouses afin que vous trouviez auprès d’elle le calme et le gîte et qu’Il a établi
entre vous des liens de tendresse et de miséricorde. Il y a en cela des signes certains pour
des gens qui méditent" (sourate 30 verset 21) Ar-Room.

2) Demande d'explication à Waraqa, savant des gens du Livre

Khadîja emmena Mohammad chez Waraqa ibn Nawfal. Cet homme, qui était le cousin
paternel de Khadîja, avait embrassé le christianisme aux temps antéislamiques. Il connaissait
l'arabe par écrit et avait traduit vers l'arabe des passages de l'Evangile autant qu'Allah avait
voulu. A cette époque, il était âgé et était devenu aveugle : "O mon cousin, lui dit Khadîja, écoute
ce que va te dire Mohammad. - "O fils de mon frère ! répondit Waraqa ibn Nawfal, de quoi s'agit-
il ?". Le Prophète lui raconta alors ce qu'il avait vu. "C'est l'archange, dit Waraqa ibn
Nawfal, qu'Allah a envoyé autrefois à Moïse (Mûsa) . Plût à Allah que je fusse jeune
en ce moment ! Ah! Comme je voudrais être encore vivant à l'époque où les tiens te
banniront !". - "Ils m'exileront donc?", s'écria le Prophète . - "Oui, reprit Waraqa
Jamais un homme n'a apporté ce que tu apportes sans être persécuté ! Si je vis encore en
ce jour-là, je t'aiderai de toutes mes forces". Mouslim

L’interruption de la révélation :
A peine venait-il de goûter à la révélation que celle-ci s’interrompit. Cela fut une épreuve très dure
pour le Prophète . Cela le préoccupait beaucoup et il se demandait ce qu’il avait fait pour que
cela soit comme ça ? Nous n’avons pas de texte authentique quant à la durée de cette interruption.

Puis la révélation repris. Le prophète dit :’’Tandis que je marchais, j’ai entendu une voix qui
m’appelait d’en haut. J’ai levé les yeux vers le ciel, et voilà que je vis l’Ange qui m’étais apparu à
Hira, assis sur une chaise, entre ciel et terre. Effrayé par cette fulgurante apparition, j’ai couru
vers ma famille en leurs disant ’’couvrez moi ! couvrez-moi ! C’est là qu’Allah lui révéla les 7 premiers
versets de la sourate « Al-Mouddathir » : « Ô toi, le revêtu d’un manteau ! Lève-toi et avertis.
Et de ton Seigneur, célèbre la grandeur. Et tes vêtements purifie -les. Et de tout péché,
écarte-toi. Et ne donne pas dans le but de recevoir davantage. Et pour ton Seigneur endure ».
Voilà qu’Allah l’appelle à transmettre le Message. Ce sont ces versets qui feront de lui un messager.

3) L’appel en secret

24
Lorsque le Prophète reprit ses esprits, il commença à former un petit groupe de personnes.
Ces personnes se réunirent en secret pendant trois ans dans la maison d’Al Arkam. De plus en
plus de personnes se convertissent et le prophète leurs apprenait la religion au fur et à
mesure de la descente des versets. La foi a un pouvoir magique, dès qu’elle règne sur le cœur et
s’infiltre au fort intérieur, presque rien ne parait impossible. Les compagnons vont en être la
preuve.

Ils vont former un groupe de ± 40 compagnons parmi eux Khadija, Zayd, Ali, Abou Bakr, Ja’far,
Uthman, Bilal, Abdallah, Ibn Masoud etc… ;
Ces trois années de propagation clandestine ont servi à fonder un groupe solide de croyants. Ils
étaient résolus, fraternel et ils pouvaient compter les uns sur les autres. Le noyau était donc
assez fort pour passer à l’étape suivante.

Révélation de la sourate ashu’ara les poètes

Il reçut la sourate 26 en révélation durant l’appel secret car cette sourate parle des prophètes
passé comme Mussa, Ibrahim, Noh, Hod, Salih, Shuaïb… La façon dont ils ont été a ccueillis par
leur peuples, Ads, Thamoud, Loth…
Comme pour préparer le prophète à ce qu’il allait subir de la part de son peuple. Cette
sourate parle également des différentes étapes par lesquelles Moïse est passé dans sa phase de
prédication.

4) L’appel public

A l’issue de ses trois années Allah ‫ عز وجل‬donna l’ordre à son Prophète de diffuser le
message en public. Dans la sourate 26 ashu’ara Allah dit dans le sens du verset :

214- « Et avertis les gens qui te sont les plus proches »


215-« Et abaisse ton aube (sois bienveillant) pour les croyant qui te suivent »
216-« Mais s’ils te désobéissent, dis-leur « moi, je désavoue ce que vous faites »
217-« Et place ta confiance dans le tout puissant, le très Miséricordieux. »

Le prophète rassemble alors ses proches parents les Bani Hachim et les Bani Al Moutalib,
‘Abd Manaf pour leurs délivrer le message.

Réaction de son oncle Abou Lahab:

« Tu vas avoir des problèmes et les tiens ne sont pas assez fort pour te défendre contre le reste
des arabes. Si tu continues, mieux vaut que ce soit nous, tes proches, qui t’arrêtons. De plus, je
n’ai jamais vu quelqu’un attirer autant de malheur pour les siens.’’

Réaction de son oncle Abou Talib:

25
« Nous aimerions tant te soutenir. Nous sommes réceptifs à ton conseil et nous croyons en ta
sincérité. Je suis l’un de tes proches parents, que tu as ici rassemblés, et j’ai toujours été le
premier d’entre eux à répondre favorablement à tes attentes. Agis donc selon les
commandements que tu as reçus.
Par Dieu ! Je te protègerai et te défendrai, mais je ne puis abandonner la religion de ‘Abd Al
Moutalib. »

Le prophète appel à l’unicité sur le mont As-Safa

« - O ! les Banû untel! O! les Banû untel! O! les Banû untel! Hé les Banû 'Abd Manâf ! O ! les Banû
'Abd Al-Muttalib. Quand ils s'étaient tous assemblés, le Prophète leur dit: "Eh bien! Si je vous
disait qu'il y a au pied de cette montagne des cavaliers qui veulent vous attaquer, me croiriez-
vous?".
- "Certes oui, répondirent-ils, car, tu n'as jamais menti".
- "Eh bien! reprit-il, je vous avertis que vous êtes menacés d'un châtiment terrible".
- "Que tu périsses !, s'écria Abou Lahab, est-ce pour cela que tu nous as rassemblés?".
C'est alors que fut révélé ce verset: {Que périssent les deux mains de Abou Lahab}, et en fait,
il périt ». Mouslim

D'après Abou Hourayra (‫)رضي هللا عنه‬, lorsque fut révélé ce verset: {Et avertis les gens qui te
sont les plus proches}. L’Envoyé d'Allah appela les Qoraychites à se réunir. Allant du
général au particulier, il s'adressa à eux en ces termes: "O Banû Ka'b ibn Lu'ay, sauvez-vous
du Feu; O Banû Murra ibn Ka'b, sauvez-vous du Feu; O Banû 'Abd Chams, sauvez-vous du
Feu; O Banû 'Abd Manâf, sauvez-vous du Feu; O Banû Hâchim, sauvez-vous du Feu; O
Banû 'Abd Al-Muttalib, sauvez-vous du Feu; O Fâtima, sauve-toi du Feu. Car je ne puis
rien pour vous tous auprès d'Allah sinon que le maintien de nos liens de parenté que je
maintiendrai". (Mouslim n°303)

Réaction des QoraIches.

Les gens de la Mecque entendirent ces paroles nouvelles les appelant à se soumettre à Allah ,à
entrer dans l'islam. Mais les divisions apparurent bientôt. Beaucoup rejetèrent la vérité car leur
pouvoir était basé sur leurs divinités et leurs superstitions. Leurs passions devraient se plier à la
volonté de Dieu et à celle du prophète . Après de nombreuses années de reconnaissance de
sa gentillesse de son honnêteté et de sa piété, ils commencèrent à l'insulter, à le ridiculiser, et
même à le traiter de fou. Malgré cela, jamais Mohammad ne répondit à l'insulte par l'insulte.

Rien ne l'arrêtait. Il continuait patiemment à inviter ses concitoyens au premier pilier de


l'islam : qu'il n'y a de dieu qu’Allah et que Mohammad en était le Messager.

Plus il appelait son peuple à se soumettre à Allah l’Unique, plus les chefs des différentes tribus
enrageaient.

Ce qui les surprenait le plus était que ces nouveaux mots miraculeux - les versets du Coran -
provenaient d'un homme qu'ils savaient être illettré. Jamais Mohammad n'avait appris à lire
ni à écrire, peu d'Arabes en étaient capables à l'époque. Alors comment ces mots, à nul autre
pareil quant à leur beauté, pouvaient-ils sortir de sa bouche ?

26
Lentement, un par un, le nombre des musulmans augmentait, guidés par le Prophète bien-
aimé. Le premier groupe de croyants suivit le chemin de la vérité et de la soumission. Leur amour
de la Vérité resplendissait, illuminant la pâle société païenne de cette époque. La recherche des
biens matériels - principal objectif et objet de toutes les ambitions ici-bas - avait été substituée
par la recherche de la lumière et de la sagesse éternelles.

4ième Année de la révélation


a. Commencement des persécutions.

Les musulmans furent l'objet de persécutions dès les premiers temps de l'Islam. Ceux qui
étaient pauvres, ceux qui avaient peu de moyens et pas de statut social souffrirent le plus
cruellement. On riait et on se moquait d'eux, et quand cela ne suffisait pas, les non croyants
avaient même recours à des attaques et à des tortures physiques.

Dans un premier temps


Les qoraiches se sont contenter de se moquer des musulmans pour les dissuader et les dénigrer :
Dans la sourate 83 Al Moutafiffin Allah décrit ces scènes. Allah dit dans le sens des verset
29-« Les Criminels riaient de ceux qui croyaient,
30-« et passant près d’eux ils se faisaient des œillades »
31-« et retournant dans leurs familles, ils retournaient en plaisantant »
32-« et les voyant, ils disaient « ce sont vraiment ceux-là les égarés ».

Dans un deuxième temps :

Voyant que les conversions continuaient, les qoraiches commencèrent à insulter et mentir sur
le Prophète pour le discréditer.
Lors de la période du pèlerinage les qoraiches avaient peur que les pèlerins qui venaient à la
Mecque se convertissent en nombre à la nouvelle religion de Mohammad alors ils les
accueillaient à l’entrée de la ville pour discréditer le prophète et le faire passer pour
fou, menteur ou malade

Exemple : l’histoire de Dimâd Al Azdi

Il arrive à la Mecque et entend les Qoraysh dire de Mohammad qu’il est possédé. Il décide
d'aller le guérir car il était spécialiste en incantations.
Il dit au prophète qu'il venait pour le guérir et le prophète lui dit : " Louanges à
Allah que nous glorifions, dont nous implorons aide et pardon, et nous cherchons refuge
auprès de Lui contre le mal qui est en nous et de nos mauvaises actions. Celui qu’Allah guide
nul ne peut l'égarer, et celui qu'Allah égare nul ne peut le guider. J'atteste qu'il n'y a de
divinité qu'Allah, Le Seul, L'Unique sans associé, et j'atteste que Mohammad est le Serviteur
et le Messager d'Allah. "

27
Dimâd demanda au prophète de répéter ces paroles à trois reprises puis il dit : " J'ai
entendu des paroles de poètes, de devins, de sorciers. Mais je n'ai jamais entendu de telles
paroles. Tes paroles sont aussi profondes que la mer. Tends ta main pour que je te prête
allégeance et que je m'engage dans la voie de l'Islam. "

Deuxième exemple

Les qoraiches voyant que leurs ruses ne fonctionnent pas , ils décidèrent alors d’aller voir al
Walid ibn Al Mughira(un des dirigeant de la Mecque) pour se mettre d’accord sur ce qu’ils allaient
inventer au sujet du prophète ..

Les Qoraiches proposèrent de dire que c’est un fou qui divague, un poète, un devin…
Mais Al Walid leur dit : « Par Dieu ces paroles sont belles et gracieuses personne ne vous
croira. »
Il réfléchit et dit : » On n’a qu’à dire que c’est un sorcier et la sorcellerie sépare l’homme de
son père, de sa femme, de son frère… »

Sourate 74 « Al Moudathir »dans le sens des verset


11-« Laisse-moi avec celui que j’ai créé seul »
12-« et à qui j’ai donné des biens étendus »
13-« et des enfants qui lui tiennent toujours compagnie »
14-« pour qui aussi J’ai aplani toutes difficultés
15-« cependant, il convoite que je lui donne d’avantage »
16-« pas du tout ! Car il reniait nos versets avec entêtement »
17-« Je vais le contraindre à gravir une pente »
18-« il a réfléchit et il a décidé »
19-« qu’il périsse ! Comme il a décidé !
20-« encore une fois qu’il périsse comme il a décidé ! »
21-« Ensuite, il a regardé «
22-« Et il s’est renfrogné et a durci son visage »
23-« Ensuite, il a tourné le dos et s’est enflé d’orgueil »
24 –« Puis il a dit « ceci n’est que magie apprise »
25-« Ce n’est là que la parole d’un humain »
26-« Je vais le bruler dans le feu intense »
27-« Et qui te dira ce qu’est Saqar ?
28-« Il ne laisse rien et n’épargne rien »
29-« Il brûle la peau et la noircit »
30-« Ils sont 19 à y veiller »

Troisième temps : Les pourparlers

Les conversions ne cessaient d’augmenter et les qoraiches devaient se rendre à l’évidence, leurs
ruses ne fonctionnaient pas alors ils vont essayer de conclure un marché avec le Prophète .

28
-Un jour alors qu’il était occupé à faire le tawaf, des qoraiches, parmi eux Al Walid Ibn AL
Mughira, vint le voir pour lui proposer un marché.
Il lui proposa d’adorer leurs idoles une année, puis l’année suivante eux adoreraient Dieu, en lui
disant : « Si le seigneur que tu adores est meilleur que nos idoles, alors cela nous sera profitable,
mais si nos dieux s’avèrent être meilleurs que le tien, alors tu en tireras des bénéfices. »
La sourate 109 « Al Kafiroun » fut alors révélée comme réponse :
1-« Dis : « ô vous les mécréants »
2-« je n’adore pas ce que vous adorez »
3-« Et vous n’adorez pas ce que j’adore »
4-« Et je ne suis pas disposé à adorer ce que vous adorez »
5 –« Et vous n’êtes pas disposé à adorer ce que j’adore. »
6-« A vous votre religion et à moi la mienne. »

-Plus tard, un groupe de dignitaire qoraiches se réunit et fit appeler le Prophète qui s’est
hâté en pensant qu’ils avaient changé d’avis, mais ils lui dirent : « si tu cherches le pouvoir on te
le donera, si tu cherches des femmes, on te les donnera, si tu cherches l’argent, on t’en donnera
et si tu es possédé, on te fera soigner. »
Calmement, Il leur récite le début de la sourate Fussilat n 41 du verset 1 jusqu’au verset 10
Mais leur réponse fut pleine d’arrogance, ils lui dirent : « Alors, si tu es Prophète, demande à ton
Dieu
*de transformer le mont Safa en or
* de faire tomber le ciel sur nous
* de mettre une échelle jusqu’au ciel, grimpes -y et amène un livre déployé accompagné de
4 anges qui témoigneront que tu es un Prophète.
Et même si tu le faisais, je doute que je croirai en toi.

Allah ‫ عز وجل‬révéla alors sourate 17 « Al Isra » :


59- « Rien ne nous empêche d’envoyer des signes, mais les anciens ont traité Nos signes
de mensonges. Nous avions donné la chamelle aux Thamoud pour les rendre clairvoyants,
mais ils l’ont maltraitée. »
Dans leurs aveuglements les qoraiches insistent en demandant au prophète « invoque pour
que Safa soit transformé en or et nous croirons. »
Le prophète invoque alors et Gibril vint à lui envoyé par Allah :

« Si tu veux, Nous transformerons Safa en or, Mais je châtierai celui qui redeviendra
mécréant comme Je n’ai jamais châtié quelqu’un. Par contre, si tu veux, Je leurs ouvrirai
les portes du repentir et de la miséricorde. »
Le Prophète répond : « Je préfère plutôt le repentir et la Miséricorde.

Consultation des rabbin juifs par les qoraiches

Les Qoraiches envoient des hommes consulter les rabbins de Médine, pour voir ce qu’eux disaient
à propos du Prophète . Les rabbins leurs proposèrent de poser 3 questions au Prophète
en leur disant que s’il répondait aux 3, il serait un imposteur, mais s’il ne répond qu’à 2, il serait
bien le Prophète attendu.

29
Q 1 : Demandez-lui de vous parler sur un groupe de jeunes hommes, qui avait vécu jadis, car leur
histoire est extraordinaire
Q2 : Demandez-lui de vous parler d’un homme qui avait sillonné l’Orient et l’Occident.
Q3 : Et demandez- lui de vous parler de l’Esprit et de sa nature.

Les Qoraiches de retour interrogèrent le Prophète , qui va leur répondre : « revenez demain
et je vous répondrai ». Sans rajouter « inchaAllah ».
Gibril ne lui a pas rendu visite ±15 jours durant lesquels les qoraiches n’ont pas manqué de se
moquer de lui et le dénigrer.
Puis Allah corrige le Prophète par le verset 23-24 de la sourate 18 Al Kahf. Dans le sens
du verset : « Ne dis jamais, à propos d’une chose : « Je la ferai sûrement demain », sans
dire « si Allah veut ». (In chaa Allah)

Et dans cette même sourate viendront les réponses aux questions des rabbin
R1 S18-V9 : « crois-tu que les hommes de la caverne et d’El-Raquim constituent une
merveille parmi Nos signes ? »
R2 S18-V83 : « Ils t’interrogent au sujet de Dhoul Qarnain. Dis : je vais vous raconter
une histoire qui le concerne. »
R3 S17-V85 : « Ils t’interrogent au sujet de l’Esprit. Dis : L’esprit procède du
commandement de mon seigneur. Il ne vous a été donné que peu de science. »
Comme l’avait prévu les rabbins, le Prophète n’a répondu qu’à deux questions sur les 3, mais
les cœurs des Qoraiches étaient voilé à la vérité.

Début des persécutions physiques

Voyant que les conversions ne cessaient de progresser, les qoraiches décidèrent de persécuter
les plus faibles qui n’avaient pas de pouvoir ou qui étaient esclaves.
- Chacun devait s’occuper des personnes de sa propre tribu. C’est ainsi qu’Abou Lahab se
propose de maltraiter lui-même son neveu Mohammad . Il allait jusqu’à lui jeter des
pierres.
- Il obligea ses deux fils à divorcer des deux filles du Prophète . (Rokaya et 0um
Kaltoum)
- Il s’est ouvertement réjouit du décès du fils du Prophète ,(Abdallah).
- Il l’appelait « l’homme sans descendance »
- Sa femme Oum Jamil, sœur d’Abou Soufian Ibn Harb mettait des épines sur le parcours
du Prophète en espérant qu’il se blesse
- Quand le verset « la porteuse de Bois » fut révélé à son sujet elle se rendit à la mosquée
avec des cailloux afin de les lancer sur le Prophète . Mais Allah détournera son
regard du Prophète et elle ne l’a pas vu alors qu’il était assis juste à côté d’Abou
Bakr. Elle s’adressa à Abou Bakr en lui disant : « Je vais fracturer la mâchoire de ton
compagnon avec ces cailloux ». Une fois partie Abou Bakr se tourna étonné vers le
Prophète ; Il lui dit ; elle ne m’a pas vue car Allah a détourné son regard de
moi.
- Un jour le Prophète était prosterné près de la Ka’aba, Abou Jahl demanda qu’on
apporte un placenta de chamelle et le place sur les omoplates du Prophète et ils se

30
sont mis à rire. Il resta ainsi jusqu’à ce que sa fille Fatima, alors toute jeune, vienne
le délivrer
Le Prophète . Leva la tête et invoque à « plusieurs reprises » : « Oh mon Dieu à toi de
tirer vengeance des Qoraiches ! ». Le Prophète a dit : « par celui qui tient mon âme
dans ses mains, je les ai tous vu morts dans le puit de Badr.

Il s’agit ici de quelques exemples du traitement infligé au Prophète alors qu’il avait la
protection de son oncle Abou Talib. Que dire alors des plus faibles, comme par exemple

- Bilal Ibn Rahab qui était esclave d’ Oumaya. Il le trainait en plein désert à l’heure où il
faisait le plus chaud, lui mettait un rocher sur le ventre et lui disait : « tu resteras ainsi
jusqu’à ce que tu renies Mohammad .»
Mais Bilal plein de courage et de certitude disait : « l’unique, l’unique »
Jusqu’à ce que Abou Bakr le rachète et l’affranchisse. Il en fit de même pour de
nombreux autres esclaves torturés.

- Il y avait également l’exemple de la famille de Yasser des Makhzum qui emmenait


Ammar Ibn Yasser et ses parents Yasser et Soumaya dans le désert pour leur faire
subir des tortures ignobles.

Le prophète passait à côté d’eux et leurs disait : « Patientez O famille de Yasser,


car votre rendez-vous sera le paradis » le premier martyr en Islam fut une femme,
Soumaya fut tuée par Abou Jahl d’un coup de lance au cœur. Son mari sera également
tué

Leur fils Ammar avait assisté à la mort de ses parents et continuait d’être torturé mais
les souffrances étaient telles, qu’il finit à contre cœur par désavouer le Prophète
mais la foi n’avait pas quitté son cœur.
-Après cela il vient voir le Prophète pour lui expliquer ce qui c’était passé et s’en
excuse et Dieu révéla ce verset : « Quiconque a renié Allah après avoir cru…sauf celui
qui y a été contraint alors que son cœur demeure plein de la sérénité de la foi…».
Sourate An Nahl «les abeilles » v 106

Première émigration en Abyssinie( Ethiopie )± 10 personnes

Les persécutions devenant insupportables, le Prophète jugea qu’il serait mieux pour les
nouveaux convertis de cacher leur conversion et il continuait à les recevoir dans la maison de Al
Arqam. Vu que la situation ne faisait que s’aggraver les Musulmans commencèrent à envisager des
solutions pour éviter les tortures des polythéistes.

C’est à ce moment que fut révélée la sourate 18 Al Kahf . Elle venait comme réponse aux
questions que les polythéistes avaient posées au Prophète mais elle était aussi une voie, une
réponse pour les Musulmans car elle comporte 3 récits.

31
1-Les gens de la caverne qui s’étaient retirés et réfugiés dans la caverne face à la persécution et
à l’incroyance des gens.

2-L’histoire de Moïse Al Khadir comme parabole qui nous enseigne que les choses ne sont pas
toujours comme elles paraissent à savoir : ce que les musulmans vivent pour le moment deviendra
un bienfait

3-L’histoire de Dhul Qarnayn qui était un puissant souverain de l’Occident et de l’Orient qui
précise que Dieu donne la terre à qui Il veut (gouvernement).

Après ces exemples le prophète reçut la sourate 39 « Les groupes » qui indique la
solution de l’émigration et que la terre est suffisamment vaste.
V10 « A ceux qui auront fait le bien en ce bas monde, une bonne récompense leur est
destinée et la terre de Dieu est bien vaste ! »

Le prophète savait qu’en Ethiopie (Abyssine) il y avait un roi juste, Négus il était chrétien.
Il a autorisé les musulmans à se réfugier sur ses terres. C’est ainsi qu’au mois de Rajab de la
cinquième année de la prophétie plus au moins 10 personnes quitteront alors la Mecque,
traverseront la mer rouge et s’installeront en Abyssinie.
Parmi eux Uthman et son épouse Ruqayya (fille du Prophète ) et Jafar cousin du Prophète
.
Ces musulmans quittèrent la Mecque en cachette en laissant derrière eux leurs biens et une
partie de leurs proches.

Une deuxième vague de musulmans vont quitter par la suite la Mecque pour s’installer en
Abyssinie (Ethiopie) Lorsque les Qoraiches s’en rendent compte, ils décident d’empêcher les
musulmans de trouver un refuge et d’y répandre leur foi. Ils envoient alors deux représentants
doués en poésie et négociations pour que les musulmans leurs soient rendus.

7) Le complot des Qouraychites contre les musulmans émigrés en Abyssinie (deuxième


émigration) ± 83 personnes

Les associateurs tenaient coûte que coûte à empêcher les émigrés de trouver un refuge pour
eux-mêmes et pour leur religion. Aussi, choisirent-ils deux hommes robustes et intelligents à
savoir 'Amr ibn Al'As et 'AbdAllah ibn Ibn Rabî'a (avant leur conversion à l'Islam) qu'ils
envoyèrent, chargés de cadeaux les plus précieux, auprès de Négus. Les deux hommes, munis des
cadeaux, arrivèrent chez Négus auquel ils fournirent des arguments en faveur de l'expulsion des
musulmans. Ils parlèrent en ces termes à Négus :

« Roi! Il se réfugie dans votre pays de jeunes stupides qui, ayant quitté la religion de leur peuple,
n'ont pas pour autant embrassé la vôtre. Ils ont apporté une religion qu'ils ont créée de toutes
pièces et que personne ne connaît, ni nous, ni vous-mêmes. Aussi, avons-nous été dépêchés auprès
de vous par les nobles de leur peuple, par leurs pères, leurs oncles et leurs clans qui vous
demandent de les leur rendre, car ils veillent sur eux mieux que quiconque et savent mieux que
quiconque ce qu'ils ont eu à leur reprocher».

32
Le roi Négus, malgré tout tenait à examiner la question et à écouter toutes les parties. Il envoya
donc chercher les musulmans qui, ensuite, se présentèrent, prêts à dire la vérité sous toutes ses
formes. Le roi Négus leur demanda:

«Quelle est donc cette religion pour laquelle vous vous séparez de votre peuple, sans embrasser
la mienne, ni aucune des autres religions?».

Ja'far ibn abi Tâlib, le porte-parole des musulmans dit: «Sire! Nous faisions partie des gens de
l'ignorance et comme eux, adorions les idoles, mangions de la charogne, pratiquions la fornication,
rompions les liens de parenté et maltraitions nos voisins. Les plus forts parmi nous se
nourrissaient des plus faibles. Nous ne cessions de vivre de la sorte jusqu'au jour où Allah nous
envoya un Messager qu'il choisit parmi nous, un Messager dont nous connaissons la généalogie, la
franchise, l'honnêteté et la chasteté, qui nous appela à Allah que nous devons adorer et
considérer comme Dieu unique. Il nous ordonna le franc parler, la restitution des choses
confiées, le culte de la parenté, le bon voisinage, l'abstention des choses interdites et de
l'effusion du sang. Il nous interdit la fornication, le mensonge, l'abus des biens des orphelins,
l'accusation des femmes chastes et vertueuses, nous ordonnant d'adorer Allah, Lui Seul, sans
L'associer à rien ni à personne, de prier, de s'acquitter de la Zakât , (purification des biens) et
d'observer le jeûne. Sur ces bases, nous avons cru en lui et en sa mission, nous l'avons suivi dans
la pratique de la religion qu'il nous a apportée.

Aussi, avons-nous adoré Allah Lui Seul, sans l'associer à rien d'autre, avons considéré comme
illicite ce qu'on nous a interdit et comme licite ce qu'on nous a ordonné. Alors notre peuple nous a
indexés, torturés, tourmentés à cause de notre religion, cherchant à nous ramener à l'adoration
des idoles au lieu d'Allah le Très Haut, aux perversités que, jadis, nous considérions comme
licites. Lorsqu'ils nous eurent contraints maltraités et traqués, ne nous laissant aucune chance de
pratiquer notre religion, nous fuyâmes vers votre pays car, nous vous avons choisi à l'exclusion
des autres, pour être sous votre protection et nous espérons, Sire, qu'auprès de vous, nous ne
subirons aucune forme d'injustice».

Le Négus dit alors: «Peux-tu me dire tant soit peu de ce qu'Allah a révélé?»
«Oui» répondit Ja'far.
Le Négus lui dit: «Alors, récite le moi».
Ja'far commença par le début de la sourate Mariam (Marie).
Ma foi, le Négus pleura alors, à se mouiller la barbe. Ses évêques pleurèrent aussi à mouiller leurs
livres lorsqu'ils eurent entendu la sourate.

Cependant 'Amr ibn al 'As persista dans sa démarche et, le lendemain dit au Négus: «Ils disent
des choses étranges de ‘Isâ le fils de Marie».
Le roi Négus les interrogea à ce sujet et, alors, Ja'far répondit: «Nous disons de lui ce que nous
a apporté notre Prophète à savoir qu'il est le serviteur, le messager, l'esprit et la parole
d'Allah insufflé à la vierge Marie».
Il dit aux musulmans: «Allez! Vous êtes en sécurité sur ma terre, quiconque vous insulte, paiera
une amende. Je n'aimerais pas avoir une montagne d'or si je devais l'obtenir en portant préjudice
à l'un d'entre vous».

33
Négus remis les cadeaux aux qoraiches en leurs disant qu’il n’en avait pas besoin. Ils sortirent de
là humilié emportant avec eux les cadeaux que Négus avait refusés, les mauvaises intentions des
Qoraiches s’étaient retournées contre eux.

6ièm ANNEE DE LA REVELATION

CONVERSION DE HAMZA IBN ABD AL MOUTALIB

Le Prophète était assis près du Mont Safa lorsqu’Abou Jahl se mit à l’insulter , le Prophète
garda le silence et Abou Jahl laissa cours à sa folie, il alla même jusqu’à prendre un caillou et
lui lancer au visage. Abou Jahl parti ensuite rejoindre les Qoraiches dans leurs lieux de réunion.

Hamza qui rentrait de la chasse avec son arc en bandoulière se fit accoster par une femme âgée
qui lui dit : « Si seulement tu avais vu comment Mohammad , ton neveu, s’est fait traiter par
Abou Jahl » et elle lui raconta toute la scène.

Rouge de colère, Hamza alla voir Abou Jahl et le frappa avec son arc en lui disant : « l’insulteras-
tu maintenant que je suis de sa religion ? »

Au début, sa conversion provenait de sa fierté tribale. Plus tard Dieu ouvrit son cœur à l’Islam.

Abou Jahl s’appelait Amr, sa famille le surnommaient Abou Alhakam et les musulmans quant à
eux, l’ont surnommé Abou Jahl

Quelques jours plus tard une autre conversion va renforcer l’Islam, celle de Omar Ibn Al Khattab

CONVERSION DE OMAR IBN AL KHATTAB

- Ibn Massoud a dit : « la conversion de Omar fut une conquête, son émigration une victoire et
son califat une Miséricorde, nous ne pouvions pas prier devant la Ka’ba jusqu’à sa conversion. »

- Omar était un homme qui n’avait peur de rien, il était craint et respecter à la Mecque.

- Un jour le prophète fit une invocation : « O seigneur Dieu ! Renforce l’Islam par
l’intermédiaire de celui de tes hommes que tu aimes le plus : Omar Ibn Al Khattab ou Abu Jahl. »
Et Omar avait été choisi. Un jour, il sorti de chez lui et entendit le prophète prier avec la
sourate Al Haaqa 69 à l’écoute des versets récités, il fut pris d’une forte émotion, il se dit en lui
-même : « Par Dieu ! Qorîache dit vrai, c’est un poète. »
Soubhanallah , à ce moment même le prophète lut : V40-41 : « Ce sont certainement les
paroles d’un Noble Messager. Ce n’est nullement le langage d’un poète, c’est bien rare que
vous croyiez. »

34
- Omar se dit alors : « C’est un devin. » (Puisqu’il a lu mes pensées)

- Et le Prophète récita : « v 42-43 Ce n’est pas non plus le parler d’un devin, c’est
bien rare que vous vous rappeliez : c’est une révélation descendue de la part du Seigneur et
maître des univers.

Mais malgré cela l’orgueil masqua la vérité suprême jusqu’au jour où il sorti l’épée à la main bien
décidé à tuer le prophète sur le chemin, il rencontre un homme (c’était son ami qui lui avait
caché sa conversion)
Il lui demande : où vas-tu Omar ? Il lui répondit je veux tuer Mohammad . L’homme lui dit, tu
n’as pas peur des représailles et Omar lui répond je pense que tu as apostasié ! Et l’homme pour le
détourner de son projet lui dit : « ta sœur et ton beau-frère, ont abandonner ta religion. »

Fou de rage Omar change de direction et se dirige vers la maison de sa sœur. En s’approchant, il
entend Khabbab qui récitait des versets de la sourate 20 Taha , il entra et dit : « Qu’est-ce
que c’était ? Sa sœur et son beau-frère répondent que ce n’était rien puis son beau-frère lui dit
que l’Islam est la vérité. Omar bondit sur lui et Fatima essayant de s’interposer se fait gifler par
Omar. Et lorsqu’il vit le visage de sa sœur ensanglanté, il regretta. Il lui dit : « Faites voir ce que
vous lisiez. Sa sœur lui répondit : « Tu es impur va d’abord te purifier. Il fit ses ablutions et lit la
sourate jusqu’au verset 14, il dit alors : « Que ces paroles sont excellentes et nobles ! Où est-ce
que je peux trouver Mohammad ? ». Omar va alors trouver le prophète pour faire son
attestation de foi.

Il avait un tel caractère qu'il allait prévenir les notables lui-même de sa conversion. afin que ça
aille plus vite Omar demande aux musulmans, qui parmi les qoraiches reprendra les nouvelles le
plus vite ? On lui dit ; Djamil Ibn Ma’mar

Omar partit le voir et lui annonça qu’il était devenu musulman … A peine va-t-il terminer sa
phrase que Djamil se mit à crier : « O gens de Qoraiches, Omar vient d’abandonner votre
religion ».
Mais Omar qui était juste derrière lui dit : « Il ment ! Je me suis soumis à Allah. »

Ibn Abbas demande un jour à ‘Omar pourquoi on t’a surnommé Al Farouk ? Il répondit : « Après
mon entrée en Islam, j’ai demandé au prophète : Ne sommes-nous pas sur la bonne voie, que
nous mourrions ou que nous restions en vie ? » Le prophète a répondu bien sûr que si !
‘Omar : « Pourquoi alors pratiquer notre religion en secret ? Je jure par celui qui t’a envoyé avec
la vérité que nous allons cesser d’être des clandestins. » Nous sortions alors en deux groupes
avec à leurs tète Hamza et moi-même. Nous nous sommes dirigés vers la Ka’ba en plein jour et
lorsque les polythéistes de Qoraiches nous virent, leur affliction fut sans précèdent.
Ce fut à cette occasion que le prophète le surnomma Al Farouq

Al Farouq : celui qui a le discernement,,,

Ibn Massoud a dit : Nous n’avons pas cessé d’être puissants depuis que ‘Omar a embrassé l’Islam.

35
7ième ANNEE DE LA REVELATION

Juste avant l’embargo

L’échec sévère essuyé par leur délégation auprès de Négus, la diffusion de l’Islam et le nombre
croissant de ses adeptes, avec notamment la conversion d ‘Omar Ibn Al-Khattab et Hamza Ibn
‘Abdel Moutalib (deux fortes personnalités de la Mecque) : tout cela exaspérait les notables
de la tribu des Qoraiches.

Ils décidèrent d’aller voir Abou Talib et le menacèrent d’entrer en conflit avec lui et son neveu
s’il ne l’empêchait pas de prêcher l’Islam. Abou Talib fit venir le Prophète et lui exposa les
faits puis lui dit « préserve-toi, et ne me fais pas porter plus que je ne peux. »

Le Prophète pensa que son oncle allait l’abandonner et lui répondit : « O mon oncle ! Par
Dieu, je jure que s’ils plaçaient le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche en me
demandant d’abandonner ma mission je n’y renoncerais pas jusqu’à ce que Dieu me donne la
victoire ou que je périsse dans cette voie. »

Abou Talib lui répondit alors : « Vas, tu peux dire ce que tu veux, car par Dieu je ne
t’abandonnerai jamais. »

Les Qoraiches voyant que Abou Talib n’abandonnait pas son neveu, ils décidèrent d’essayer une
autre méthode.
Ils viennent alors avec un jeune garçon et lui disent : « Prends ce jeune garçon, tu pourras le
traiter comme ton fils en échange donne nous ton neveu car lui a renié ton mode de vie, ta
religion et en plus il a créé le désordre dans notre société afin que nous le tuions ».

Abou Talib leur répondit : « Voilà un bien mauvais marché que vous me proposez là !! Vous me
donné votre enfant pour que je le nourrisse et je vous donne le mien pour que vous le tuiez !

Les Qoraiches avaient tout essayé et leurs plans avaient tous échoués, l’Islam ne faisait que
s’accroître. Ils envisagèrent alors de tuer le Prophète . Abou Jahl parle à sa tribu en ces
termes : « Je prends le serment devant Dieu de lui écraser la tête avec un rocher lorsqu’il sera
en prosternation ; à vous alors de me livrer ou de me défendre. Que les Abd Manaf fassent de
moi ce que bon leur semble. »

Le lendemain, Abou Jahl voyant que le Prophète était en train de prier, essaya de le
frapper avec un rocher mais dès qu’il s’approcha, il fut effrayé et fit demi-tour.
Les témoins de cette scène lui demandèrent des explications et il dit : « lorsque je me suis
approché de lui, j’ai vu un chameau avec une telle tète, un tel cou et de telles dents : Il s’est
dressé devant moi pour me dévorer. »

Ibn Ishaq a rapporté que lorsque le Prophète a commenté cet évènement, il a dit : « Il
s’agissait de Gibril… »

36
-Avec tout ce qui se passait Abou Talib était préoccupé par la sécurité de son neveu. Il décide de
rassembler son clan les Bani Hachim, les Bani Al Moutalib et les Abd Manaf en leurs demandant
de s’unir comme un bouclier pour protéger le prophète .A part son frère Abou Lahab ils vont
tous accepter musulmans ou non musulmans. Cette union va faire réfléchir les polythéistes car il
sera plus difficile de tuer le prophète maintenant que l’alliance s’est consolidée autour de
lui. Ils vont aller plus loin dans leurs manigances en signant un pacte d’embargo contre tout le clan
du prophète

Embargo durant 3 ANS

Les Qoraiches décident de mettre en place cet embargo, aucune réconciliation ne sera possible
avant que Mohammad leur soit livré dans le but de le tuer. Pour les punirent, tout
commerce et tout mariage avec les clans du Prophète seraient interdits. Cela fut écrit sur
une feuille et suspendu dans la Ka’ba. Abou Talib décida d’aller vivre avec son neveu et toutes les
personnes des clans qui ont été bannies musulmans ou non. Les musulmans, par foi , les non
musulmans , par esprit tribal

Ils séjournèrent pendant trois ans dans le désert, retranchés à l'extérieur de la Mecque, sans
pouvoir compter sur l'aide des Mecquois. Ils durent faire face à l'ardeur du soleil, à la froideur
des nuits, à la faim, la soif jusqu’à ce qu’ils en soient arrivés à un manque de nourriture tel, qu’ils
durent manger des feuilles d’arbres pour survivre.

Trois années de souffrance, de famine car les polythéistes achetaient toutes les denrées qui
étaient amenées à la Mecque de peur qu’elles soient apportées aux bannis qui étaient affamés.
Certaines personnes prenaient le risque de leur apporter de la nourriture car ils avaient leurs
mères, leurs épouses etc, qui étaient parmi les bannis.

Ils recevaient de l’aide des musulmans comme Abou Bakr et Omar. Abou Bakr avait d’ailleurs
dépensé une grande partie de sa fortune pour nourrir les banis

Comment pris fin l’embargo ?

Après 3 ans, les personnes qui avaient de la famille et même d’autres trouvaient le pacte de plus
en plus injuste. D’autant plus qu’il coupait le lien de sang auquel ils tenaient tant, alors un
homme, Hisham qui passait de la nourriture en cachette essaya de trouver une solution. Il vint
trouver Zuhayr (un des fils de la tante du Prophète (Atika) et lui dit :
« Comment peux-tu manger, te vêtir quand tu connais l’état dans lequel se trouvent les parents
de ta mère. Je suis sûre que si c’était la famille d’Abou Jahl, il n’aurait jamais accepté de faire
ceci. »

Zuhayr lui dit alors trouvons un troisième homme pour nous aider et ainsi de suite jusqu'à ce
qu’ils soient 5. Ils mettent alors un plan en action et Zuhayr se propose de commencer.
Le lendemain devant la Ka’ba après avoir fait 7 tours (tawaf) il s’écria :«O peuple de la Mecque !
Allons-nous continuer à manger et à nous vêtir tandis que les fils de Hashim sont en train de
périr sans pouvoir ni acheter ni vendre ? Par Dieu, je n’arrêterai pas tant qu’on ne déchire pas ce
pacte. »

37
Abou Jahl lui répondit : « Tu mens, il ne sera pas déchiré. »
Puis un des 5 hommes dit « c’est toi le menteur nous n’étions pas d’accord pour signer ce pacte ».
Un autre dit : » il a raison nous ne sommes pas d’accord et chacun à son tour exprima son
désaccord .

Alors un des 5 hommes entra dans la Ka’ba pour prendre le papier sur lequel avait été signé le
pacte. IL avait été rongé par les vers à l’exception des premiers mots : « Bismika allahuma = en
Ton nom O Allah. »

C’est ainsi que fut mis un terme à cet embargo.

Les polythéistes auraient pu y voir une preuve mais ils ne furent pas réceptifs. Dieu dit à ce
sujet : « S’ils voient un signe, ils tournent le dos et disent c’est une sorcellerie continue
S54 Al Kamar V2.

L'utilisation de la force par les Qoraiches n'a fait que renforcer la foi des musulmans et l'effet
fut tout le contraire de celui qu’avaient escompté les Qoraiches.

Ce passage nous apprend que nous devons agir de la sorte. Travailler sincèrement pour l'au-
delà demande beaucoup de sacrifices et de grandes épreuves qui doivent nous apprendre à
patienter. Ces épreuves ne constituèrent en aucun cas une barrière mais bien au contraire un
tremplin pour leur foi et leurs actions.

10ième ANNEE DE LA REVELATION

9) L’année de deuil

Décès de Abou talib

Plus ou moins 6 mois après la fin de l’embargo, Abou Talib, l’oncle du Prophète qui
avait 80 ans tomba malade et mourut. L’embargo l’avais fortement affaibli. Alors qu’il
était sur son lit de mort, le Prophète entra chez lui et y trouva Abou Jahl. Le
Prophète dira à son oncle :’’Dit laa ilaha illa lah et avec ces paroles je pourrais
intercéder en ta faveur auprès d’Allah. ‘’ Mais Abou Jahl qui étais présent lui dit :’’O Abou
Talib vas-tu abandonner la foi de Abd Al Moutalib ?’’

Abou Jahl insista tellement qu’Abou Talib va déclarer garder le religion d’Abd Al Moutalib. Plein
de miséricorde pour son oncle, le Prophète va lui dire :’’Eh bien j’implorerai le pardon pour
toi tant qu’il ne me sera pas interdit de le faire.’’

Ce fut à cette occasion que fut révélé ce verset « II n'appartient pas au Prophète et aux
croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des parents alors qu'il
leur est apparu clairement que ce sont des gens de l'enfer } [ Sourate 9 : verset 113 ]

Et aussi en s'adressant à Son Messager, au sujet d'Abou Talib, Allah révéla dans le sens du
verset :
{Tu ne diriges pas celui que tu aimes : mais c'est Allah qui guide qui Il veut. Il connaît
mieux cependant les bien-guidés} [Sourate 28 : verset 56]

38
Ce passage est important car il nous révèle que le Prophète n'est qu'un avertisseur et que la
guidée ne lui appartient pas, car son oncle Abou Talib mourut non Musulman.

Parmi les mécréants qui sont éternellement en enfer, c’est Abou Talib qui aura le moins de
supplice. Le Prophète a dit parlant de lui : « Il est dans une petite mare de feu lui arrivant
aux chevilles qui fait bouillonner son cerveau ».

Décès de Khadija

Très peu de temps après la mort d’Abou Talib le Prophète va perdre sa femme Khadija qui
était tombée malade durant l’embargo.
Elle est morte à l’âge de 65 ans, après 25 ans de vie commune avec le Prophète
Elle fut pour lui un bienfait sublime de Dieu.

Il fut profondément affecté par sa mort, un jour il dit à son sujet : « Elle a cru en moi
lorsque personne ne me croyait, elle est entrée en Islam lorsque tout le monde se détournait
de moi. Elle m’a soutenu et réconforté par sa présence et par ses biens lorsqu’il n’y avait
personne pour me secourir et elle est la seule à m’avoir donné des enfants. »

A cause de ces deux évènements douloureux cette année- là, restera inscrite dans les livres
d’histoire comme étant l’année de deuil et de chagrin.

Au mois de Shawwal de la dixième année de la prophétie le Prophète se maria avec Sawda.

10) Voyage à Taif

Petit rappel :
° Première phase : l’appel secret autour de lui pour avoir un premier noyau.
° Deuxième phase : l’appel publique avec le début des persécutions.
°Troisième phase : l’appel en dehors de la Mecque.

- Le Prophète venait de perdre Abou Talib, son soutien depuis l’âge de 8 ans et
également sa femme Khadija avec qui il avait été marié 25 ans.

- Il décida alors de se rendre à Taif pour y chercher un appui.


Taif est une ville qui se situe à plus au moins 90Km de la Mecque, il s’y trouvait un temple
Dédié à Al-Lat ils étaient donc polythéistes ; le Prophète prit la route pour Taif
avec Zayd Ibn Haritha. Sur son chemin Il rencontra des tribus à qui il va prêcher, mais
elles refusèrent toutes d’adhérer à l’islam.

- Arrivé à Taif, Il va à la rencontre de 3 frères qui étaient parmi les nobles de la

39
ville.
Il les invita à l’Islam, mais ceux-ci refusèrent,

Le premier lui dit : « Si Dieu t’a vraiment envoyé je déchirerais le tissu de la Ka’ba. »
Le deuxième dit : « Dieu n’a trouvé que toi à envoyer ? »
Et le troisième dit : « Je jure par Dieu que jamais je ne t’adresserai la parole ! Car si tu
es vraiment le Prophète , tu es trop important pour que je te parle et si tu mens à
propos de Dieu, alors tu ne mérites pas que je te parle. »

Voyant qu’il n’y avait plus rien à ajouter, le Prophète leurs demanda de ne rien dire
à leur peuple pour qu’Il puisse faire l’appel lui-même. Malheureusement, ils n’en
firent rien, au contraire ils appelèrent tous les enfants, les femmes et les sots de la ville
pour chasser, railler, et insulter le Prophète .

Ils vont lui jeter des cailloux et il sera blessé aux chevilles et saignera.
Zayd va se mettre devant lui en bouclier pour le protéger et sera également blessé.
Ils seront pourchassés et trouveront refuge dans un jardin.

Le Prophète va être réconforté par 3 évènements.

- La conversion d’Addâs

Lorsque les deux enfants de Rabîa propriétaires du jardin le virent, ils le prirent en pitié. Aussi
appelèrent-ils un garçon à eux, un chrétien nommé Addâs et lui dirent : « Prends de ce cep de
vigne que tu porteras à cet homme »

Addâs s'exécuta. Il posa la grappe. Le Messager d'Allah ), qui, tendant alors la main dit:
« au nom d'Allah» avant de manger.
Le garçon dit: «Les gens de ce pays ne prononcent pas une telle parole».
Le Prophète dit: «Et toi, de quel pays viens- tu?».
Addâs : «Je suis chrétien, originaire de «Ninawâ»(Irak).
Le Messager Allah reprit: «Tu es originaire du village d'un homme vertueux, Younous».
Le garçon dit: «Comment as- tu connu Younous».

Le prophète répondit: «Celui-là est mon frère. C'était un Prophète et moi aussi je suis
Prophète». Addâs se pencha, embrassa les mains et les pieds du Prophète .

-Rencontre avec l’ange des montagnes.

Le Messager d'Allah prit la route du retour à la Mecque après avoir quitté le jardin, triste
et le cœur brisé. A l'entrée de la ville, Allah ‫ عز وجل‬lui envoya l'ange Jibril, accompagné de l'ange
des montagnes.

«Dieu exalté a entendu ce que vient de te dire ton peuple et le refus qu'ils t'ont opposé.
Il t'a envoyé l'Ange des montagnes pour que tu lui ordonnes de leur faire ce que tu veux».
Juste à ce moment l'Ange des montagnes m'appela. Il me salua et me dit: «O Mohammad!

40
Dieu a bien entendu ce que t'a dit ton peuple et je suis l'Ange des montagnes. Or mon
Seigneur m'a envoyé à toi pour que tu m'ordonnes de faire ce que tu veux. Si tu veux que
je les écrase entre les deux montagnes qui entourent la Mecque, je le ferai». Le Prophète
lui dit: «Je souhaite plutôt que Dieu sorte de leurs reins une progéniture adorant Dieu seul
sans rien Lui associer». (al-Boukhâri, Mouslim n°643)

- La conversion des djinns

Ensuite, il avança en direction de la Mecque et atteignit la vallée Nakhla où il séjourna pendant


quelques jours. Au cours de son séjour en ce lieu, Allah ‫ عز وجل‬lui envoya un groupe de djinns. Le
Prophète a été envoyé à tous les mondes.

1) La sourate Ahkâf:

(traduction relative et approchée) :«Rappelle-toi lorsque nous dirigeâmes vers toi une troupe
de djinns pour qu'ils écoutent le Coran. Quand ils assistèrent à sa récitation, ils dirent:
écoutez attentivement...» Puis, quand ce fut terminé, ils retournèrent à leur peuple, en
avertisseurs. Ils dirent: «‫ ش‬notre peuple! Nous venons d'entendre un livre qui a été
descendu après Moïse, confirmant ce qui l'a précédé. Il guide vers la vérité et vers un
chemin droit. O notre peuple! Répondez au prédicateur d'Allah et croyez en lui. Allah vous
pardonnera une partie de vos péchés et vous protègera contre un châtiment douloureux»
(46:29-31)

2) La sourate de Djinns:

(traduction relative et approchée) :«Dis: il m'a été révélé qu'un groupe de djinns prêtèrent
l'oreille puis dirent: nous avons certes entendu une lecture merveilleuse qui guide vers la
droiture. Nous y avons cru et nous n'associerons jamais personne à notre Seigneur» (72:1,2)

Retour a la Mecque

Sur le chemin du retour Zayd Ibn Harita s’adressa au Prophète et lui demanda : « comment
entreras-tu à la Mecque alors qu’ils t’ont chassé ? »
Le Prophète lui répondit sereinement : « O Zayd ! Dieu nous aménagera une issue ; il fera
triompher sa religion et son Prophète »

Il va alors à Hira et envoit quelqu’un à la Mecque pour demander protection à Al Akhnas Ibn
Shurayq. Qui lui répond : « Je ne peux pas car je suis allié à la tribu de Qoraiches. » Il ne pouvait
donc pas accepter.

Puis Il demanda à Suhayl Ibn Amr il dit : « Les Bani Amir ne peuvent protéger contre les
Bani Ka’ba.

Ce fut enfin Al Mut’im Ibn Adiy qui accepta de lui accorder sa protection. Al Mut’im accompagna
le Prophète pour entrer dans la ville et faire son tawaf.

Lorsque Abou Jahl vit cette scène il alla trouver Al Mut’im et lui demanda : « Est-ce que tu lui
offres juste ta protection ou tu t’es converti à sa religion ? »

41
Al Mut’im lui répondra : « non c’est juste ma protection. » Abou Jahl lui dira alors : « Ta
protection est acceptée. »

Et Dieu aménagea une issue au Prophète

11) Le voyage et l’ascension nocturne.

Introduction au voyage et ascension nocturne :

Pourquoi Jérusalem?

Jérusalem a été la terre de beaucoup de Prophète, mais les juifs ont porté atteinte à la
révélation et ont bafoué les lois divines. Ils furent alors frappés par la malédiction et seront
privés à jamais de la prophétie. Malgré tout, Jérusalem restera le trait d'union entre tous les
prophètes. Par ce voyage Allah lie le passé et le futur pour que tous les prophètes adhèrent à la
même vérité.

Pourquoi l'ascension ?

Pour donner du courage et affermir le cœur du Prophète , lui montrer certains aspects de la
Puissance d’ Allah, ce qui l’encouragera à affronter les négateurs.

Comme pour Moussa lorsqu'IL lui demanda de jeter son bâton, qui se transforma en serpent ou sa
main qui devint blanche....ensuite Allah lui demanda d'aller voir Pharaon

Le voyage débute

Ce fut un voyage physique et bien réel et tous les événements qui eurent lieu et qui seront
décrits, ici, se déroulèrent au cours d’une seule nuit.

« Gloire à Celui qui, de nuit, fit voyager Son serviteur du Lieu Sacré d’adoration [masjid
al-Haram] au Lieu d’adoration le plus éloigné [masjid al-Aqsa], dont Nous avons béni les
abords, afin de lui montrer certains de Nos signes. Certes, c’est Lui qui entend et qui
voit clairement. » (Coran 17:1)

A la dixième année de la prophétie, le Prophète subit deux grandes pertes : son oncle,
Abou Talib, qui l’avait soutenu et aimé depuis l’époque où il était un jeune orphelin et son épouse
Khadija, qu’Il aimait de tout son cœur.

Dans les années ayant précédé ces tristes événements, les nouveaux musulmans, et plus
particulièrement le Prophète Mohammad , avaient été persécutés, ridiculisés et abusés de
toutes sortes de façons. La force et la loyauté de son oncle combinés à l’amour et à la
compassion de Khadija l’aidèrent à rester ferme face à l’adversité.

42
Le Prophète traversait donc une période difficile, et ce voyage allais être une véritable
récompense et un cadeau pour affermir son cœur car quand une personne se soumet réellement
à Dieu, les douleurs et les peines de la vie sont toujours suivies d’un soulagement.

Comme il est dit dans le sens des versets de la sourate 94 ,« Après toute difficulté survient
certes un soulagement. Après toute difficulté survient certes un soulagement. »
(Coran 94:4-6)

Dieu assure au Prophète Mohammad qu’après chaque difficulté il y a certes une facilité, et
Il le répète même une deuxième fois, afin de mettre l’accent sur cette vérité.

Après cette année extrêmement difficile, pour lui, le Prophète trouva consolation dans une
grande bénédiction, le voyage et l’ascension nocturnes.

Le Prophète passait souvent la nuit, en prière, dans la mosquée sacrée de la Mecque. Au


cours de cette nuit en particulier, il était étendu près de la Ka’aba entre le sommeil et
l’éveil. C’est à ce moment que Gibril s’approcha du Prophète et ouvrit sa poitrine, il retira le
cœur du Prophète , le déposa dans un récipient d’or et le lava à l'eau de zamzam, puis le
cœur fut remis à sa place.

C'était donc la deuxième fois que son coeur fut lavé. C’est alors que débuta la première partie
de son voyage.

Un animal blanc fut amené près du Prophète qui le décrivit comme plus petit qu’un cheval,
mais plus grand qu’un âne, connu sous le nom d’al-Bouraq.
Al Bouraq se déplace à la vitesse de la lumière, son nom vient du mot barq : éclair en arabe

Cet animal, raconta-t-il, était capable de faire une enjambée aussi longue que la portée de son
regard. L’ange Gibril demanda au Prophète de monter l’animal et, ensemble, ils voyagèrent
sur plus de 1200 kilomètres, jusqu’à la mosquée al-Aqsa à Jérusalem.

Le Prophète était sur le dos de l’animal tandis que celui-ci traversait le ciel et que les
étoiles brillaient au-dessus du désert d’Arabie.

Après avoir traversé l’énorme distance le séparant de Jérusalem, il atteignit la mosquée al-
Aqsa. Il descendit de sa monture et attacha al-Bouraq à un anneau ancré au portail.

Le Prophète entra dans la mosquée où il fut accueilli par tous les prophètes que Dieu avait
envoyés avant lui (124.000). Il eut ensuite le très grand honneur de les mener dans la
prière. Dieu rétribua Son messager et lui fit comprendre que les prophètes qui avaient été
envoyés avant lui avaient, eux aussi, traversé des périodes très difficiles lorsqu’ils prêchaient la
vérité à leur peuple.

43
Ils se tinrent, en prière, derrière le Prophète et acceptèrent d’être menés par lui, signe de
son importance et qu’il était le sceau des prophètes.

Le fait que cet événement ait eu lieu à Jérusalem est significatif. En effet, il s’agit de la terre
des prophètes de Dieu, la terre d’Ibrahim, d’Ishaac, de Moussa et d’ Yssa. Dieu établissait ainsi
un lien entre Sa maison sacrée (Ka’aba) et la mosquée d’al-Aqsa, par ce voyage nocturne, Dieu
souligna aussi par ce voyage l’importance et le caractère sacré de la mosquée al -Aqsa.

Car Dieu a choisi al-Aqsa comme l’une des trois mosquée sacrées de l’islam, à savoir, celle de la
Mecque et celle du du prophète Mohammad à Médine. Ce sont d’ailleurs les trois seules
mosquées vers lesquelles les musulmans sont autorisés à voyager dans un but d’adoration.

Dans la mosquée al-Aqsa une prière équivaut à 250 ou 500 prières.


Dans la mosquée du Prophète de Médine, une prière équivaut à 1000 prières
Dans mosquée sacrée de la Mecque, une prière équivaut à 100 000 prières
C’est pour cette raison qu’elles sont si chères au cœur des musulmans

Il faut également rappeler que Al-Aqsa fut la première qibla (direction de la prière) de l’islam,
mais elle sera remplacée plus tard (plus au moins 17 mois après l'hégire) par celle de masjid Al
Haram.

Le Prophète monta alors jusqu’au premier ciel, en compagnie de l’ange Gibril qui demanda à
l'ange gardien d'ouvrir la porte de ce ciel. Elle leur fut ouverte et Il vit Adam.
Le prophète le salua et Adam lui rendit son salam, lui souhaita la bienvenu et lui exprima sa
foi en sa mission

La même scène se produisit à chaque ciel avec au deuxième ciel Yahya et Issa
au troisième ciel ciel Youssef
au quatrième ciel Idriss
au cinquième ciel Aaron
au sixième ciel Il rencontre Moîse

Ils eurent le même échange qu'avec les autres prophètes mais lorsque le Prophète voulu
continuer son ascension il vit que Moussa pleurait et il lui en demanda la raison. Moussa
répondit qu'il pleurait pour avoir vu un homme, envoyé après lui en tant que message, qui put mener
au paradis d'avantage de gens que lui -même n'avait réussi à le faire.

Le septième ciel est le lieu où le Prophète Mohammad fit la rencontre du Prophète


Ibrahim, les musulmans doivent croire en chacun des prophètes de Dieu. Mais Ibrahim occupe
une place particulière, car il fut l’un des grands messagers de Dieu et eut l’honneur de recevoir le

44
titre de bien-aimé de Dieu ''khalilou llah''. Aussi c’est avec son fils Ismaîl qu’Ibrahim
construisit la Ka’ba.

« Et quand Abraham et Ismaël érigeaient les assises de la Maison, (Abraham pria) :


« Seigneur! Accepte de nous (ce devoir que nous accomplissons). Tu es certes Celui qui
entend tout, et Tu es l’Omniscient. » (Coran 2:127)

Les musulmans se tournent vers la Ka’ba pour chaque prière quotidienne et dans chaque prière, ils
demandent à Dieu de bénir Ibrahim et sa famille.

Alors qu’il se trouvait au septième ciel, on fit voir au Prophète bayt alma'mour elle est
l'équivalent de la ka'ba et se situe en parallèle de celle-ci .

Ibrahim se trouve adossé à cette maison et chaque jour, 70 000 anges la visitent afin d’y adorer
Allah par un tawaf .Dieu jure d’ailleurs par cette maison, dans le Coran :« Et par la Maison
peuplée (bayt al-mamour)! » (Coran 52:4)

C’est là une autre merveille que le Prophète eut l’honneur de voir pour pouvoir ensuite nous
la décrire. Il nous apprend par ailleurs que les cieux, au-dessus de nous, se lamentent et que
chaque espace pas plus grand que la largeur de quatre doigts, est occupé par un ange célébrant
les louanges de Dieu.

Le Prophète traversa ensuite le septième ciel jusqu’à la limite la plus élevée appelée sidrat
al-mountaha - le lotus de la limite'«...près du lotus au-delà duquel nul n’a accès, près du
Jardin du Séjour. » (Coran 53:14-15)

Il décrivit ses fruits ressemblant à des jujubes (fruits du jujubier, utilisés en médecine chinoise
et par la suite en médecine arabe) et ses feuilles telles des oreilles d’éléphant. À partir des
racines du lotus, quatre rivières s’étalent dans quatre directions différentes.

Lorsque le Prophète posa des questions au sujet de ces rivières, on lui dit que deux d’entre
elles tiraient leur source du Paradis. Toutefois, il ne nous a donné aucune information quant au
nom ou à la signification de ces rivières. Il nous rapporte cependant que les deux autres
rivières étaient des répliques du Nil et de l’Euphrate.

Un des compagnons demanda au prophète s’il avait vu Allah directement, ce à quoi il


répondit : « Il est entouré de lumière; comment pouvais-je Le voir?» (Mouslim)

Allah ‫ عز وجل‬s’adressa au Prophète et nous n’avons aucun détail sur l’échange qui eut lieu
entre eux à part le fait que Dieu exigea, à ce moment-là, que le Prophète et ses fidèles
accomplissent des prières quotidiennes.

La prière est le seul commandement qui a été révélé dans les cieux, tous les autres ont été
transmis sur terre.

Au début Dieu imposa 50 prières quotidiennes au Prophète et ses fidèles. Quand il


redescendit, il croisa le Prophète Moussa, qui lui demanda ce que Dieu lui avait ordonné. Lorsque

45
le Prophète lui parla des 50 prières quotidiennes, Moussa, extrêmement surpris, lui
répondit: « Retourne voir ton Seigneur et demande-Lui d’en diminuer le nombre. »

Alors le Prophète suivit le conseil de Moïse et retourna vers Dieu afin de demander une
réduction du nombre de prières. Alors Dieu en réduisit le nombre à quarante
Mohammad redescendit et croisa à nouveau Moussa, qui l’interrogea sur ce qui venait de se
passer. Lorsqu’il apprit que le nombre n’avait été réduit que de dix, il lui dit de retourner
demander une autre réduction.

Cet échange se poursuivit jusqu’à ce que le nombre de prières obligatoires quotidiennes soit
réduit à cinq. Même là, Moussa suggéra une autre réduction en disant : « Ô Mohammad, je
connais ton peuple; ta nation sera incapable de remplir cette responsabilité. Retourne voir ton
Seigneur et demande-Lui de retirer le fardeau de sur ton peuple. » Mais le Prophète
refusa, car il avait honte de demander encore une réduction et au fond, il était satisfait du
nombre de cinq prières.

Puis, une voix se fit entendre, qui disait : « Les prières ont été réduites au nombre de cinq, mais
elles seront rétribuées comme si elles étaient au nombre de cinquante. »

Le Prophète redescendit jusqu’à la mosquée Al Aqsa puis monta de nouveau à Al Bouraq et


revient jusqu'à la Mecque. Ses compagnons étaient sur le point d’être confrontés au plus grand
test de leur foi, car Mohammad allait leur révéler qu’il revenait d’un voyage d’une nuit qui
l’avait mené à la mosquée de Jérusalem, voyage qui prenait normalement plus d’un mois.

D'une part ce voyage miraculeux allait devenir une arme contre Mohammad , dans les mains
de ses ennemis, et d'une autre part il sera un grand test de foi pour ses fidèles, d'ailleurs
certains faibles de foi vont apostasier .

Tandis que Mohammad était tranquillement assis près de la Ka'ba, Abou Jahl s’approcha de
lui et lui demanda, d’un air détaché: « Ô Mohammad, tu n'aurais pas une de ces stupéfiantes
histoires auxquelles tu nous as habitués? ».

Connu comme l’un des pires ennemis de l’islam, Abou Jahl était responsable des tortures, du
harcèlement et du meurtre de nombreux nouveaux musulmans, dans les premières années de
l’islam.

Bien qu’il fût parfaitement conscient de la haine d’Abou Jahl à son égard, le Prophète
décida de lui dire la vérité et répondit : « La nuit dernière, j’ai fait l’aller-retour de la Mecque à
Jérusalem. »

Abou Jahl, incapable de dissimuler son amusement, demanda au Prophète s’il était prêt à
répéter ces mots devant tous les gens de la Mecque. Le Prophète accepta et Abou Jahl se
précipita, appelant les gens en courant à travers les rues. Quand il estima qu’il y avait
suffisamment de gens, il demanda à Mohammad de répéter ce qu’il lui avait dit. Alors

46
celui-ci raconte son récit, devant tout le monde : « La nuit dernière, j’ai fait l’aller-retour de la
Mecque à Jérusalem. »

La foule se mit aussitôt à rire, siffler et taper des mains. Ils prirent cela comme une grosse
blague et furent saisis d’une hilarité incontrôlable. C’était, évidemment, ce à quoi s’attendait
Abou Jahl et il était ravi de voir la réaction des gens. Les mécréants virent en cela une chance
inouïe de freiner l’avancée de l’islam. Ils minimisèrent et ridiculisèrent les propos de
Mohammad .

Puis, des gens, dans la foule, qui avaient déjà visité Jérusalem, demandèrent au Prophète
de décrire ce qu’il y avait vu.

Mais comme il s’apprêtait à décrire son voyage, il prit conscience d’une chose, il n’avait passé que
très peu de temps à Jérusalem et la nature miraculeuse de son voyage avait fait en sorte qu’il
n’avait pu faire attention aux détails qui l’entouraient.

Selon Abou Hurayra (‫)رضي هللا عنه‬, l'Envoyé d'Allâh a dit :

Je me vis (en songe) dans l'enceinte de la Ka'ba (le Hijr), pendant que les Qoraychites me
questionnaient sur mon Voyage Nocturne. Ceux-ci m'interrogèrent alors sur des détails
concernant le Temple de Jérusalem que je n'avais pas retenus ; ce qui me causa une
affliction qui me fut inconnue jusqu'alors. Le Prophète ajouta : "Allâh fit alors apparaître
le monument à ma vue, et ainsi je pus répondre à toutes leurs questions". Mouslim

Dans un autre hadith il est dit que le prophète Mohammad , alors qu’il revenait vers la
Mecque, passa au-dessus d’une caravane. Il put la décrire très clairement.
Mais même là, ces confirmations ne furent pas suffisantes pour les sceptiques, qui continuèrent
de rire et de se moquer.

Certains septique allèrent voir Abou Bakr, le meilleur ami du Prophète Mohammad et lui
demandèrent crois-tu vraiment ce que ton ami raconte ?
Sans hésitation, Abou Bakr répondit : « Si le messager de Dieu le dit, c’est que c’est vrai.»
C’est à la suite de cela qu’Abou Bakr fut surnommé par le Prophète As-Siddiq'' le véridique.

Le voyage nocturne, fût un miracle accordé par Allah ‫ عز وجل‬à Son dernier Prophète Mohammad
et l’un des plus grands honneurs accordés à un être humain.

Parmi les choses surprenantes que le Prophète a vues lors de son voyage nocturne, citons le
bas-monde à l’image d’une vieille femme, car ce bas-monde, quel qu’en soit l’embellissement, ira à
sa fin.

Le Messager d’Allah a senti également une bonne odeur qui émanait de la tombe de la coiffeuse
de la fille de Pharaon qui était une croyante vertueuse.

Il a également vu des gens dont la langue et les lèvres étaient pincées avec des tenailles de
feu. Jibril lui a dit : « Voilà ceux qui prononcent des discours pour semer le mal et la discorde »

47
Il a vu également des gens dont les têtes sont écrasées puis reviennent à leur état initial.
Jibril lui a dit : « Voilà ceux dont les têtes s’alourdissent pour ne pas accomplir la prière ».

Il a vu des gens qui se griffaient le visage et la poitrine avec des ongles de cuivre. Jibril lui a dit :
« Ce sont ceux qui pratiquaient la médisance à l’égard des gens ».

C'est aussi durant ce voyage qu'Allah ‫ عز وجل‬fit voir au Prophète l'enfer avec Malik, l'ange
chargé de l'Enfer. Celui-ci n'a pas souri à la vue du Messager qui a alors interrogé Jibril
afin de savoir pourquoi il ne l'avait pas vu lui sourire comme les autres. Jibril lui a répondu :
"Malik n'a jamais souri depuis que Allah l'a créé, et s'il devait sourire à quelqu'un, c’est à toi
qu'il sourirait".

Après son voyage nocturne le Prophète a dit : "Certes, je vois ce que vous ne voyez pas
et j'entends ce que vous n'entendez pas. Et, certes, le ciel craque et il est en droit de
craquer. Par Celui qui détient ma vie dans Sa main, il n'y a pas dans le ciel un espace de
quatre doigts qui ne soit pas occupé par un ange avec le front posé en prosternation devant
Allah. Par Dieu, si vous saviez ce que je sais, vous ririez peu et pleureriez beaucoup ; vous
ne prendriez pas (non plus) plaisir dans l'intimité avec (vos) épouses et vous sortiriez plutôt
dans les rues pour implorer à haute voix l'aide de Dieu.
(Mousnad Ahmad, Tirmidhi, Ibn Mâdja)

Ousama rapporte que le Prophète a dit : « Je me tins debout près de la porte du


Paradis; la masse de ceux qui y entraient étaient des pauvres, les gens riches étaient
arrêtés (pour le décompte de leurs actions). Quant aux gens de l'Enfer, l’ordre était donné
de les y faire entrer. Je me tins debout près de la porte : la majorité de ceux qui y
entraient étaient des femmes » Boukhari,

Il a également vu le Paradis qui se trouve au-dessus des sept cieux ; c'est la demeure de la
paix. Allah ‫ عز وجل‬l'a préparé pour les croyants. Il contient des fleuves de miel pur, de lait et du
vin qui n'a rien à voir avec le vin de ce bas monde. Au paradis il y a des degrés, certains sont plus
élevés que d'autres. Le plus haut des degrés du paradis est celui des prophètes. Les gens du
paradis ne ressentiront ni tristesse ni chagrin, ils ne tomberont pas malades, ils ne vieilliront pas
et ne mourront jamais Il y a vu les serviteurs éternels qui sont des créatures d'Allah, ni hommes,
ni anges, ni djinn. Allah les a créés sans mère ni père, comme des perles éparpillées, pour servir
les gens du Paradis.

11ième ANNEE DE LA REVELATION

La fente de la lune

Tous les savants musulmans sont unanimes à reconnaître que ce signe s'est bien produit.
Beaucoup de hadiths confirment cela.

Les gens de la Mecque avaient exigé du Messager de leur montrer un signe. Il leur
montra alors la lune, fendue en deux parties, au point qu'ils virent le mont Hira entre elles.
Les gens de Qoraiches dirent alors: " Mohammad nous a ensorcelés ! "

48
[Rapporté par Boukhari et Mouslim]

Et Allah ‫ عز وجل‬révéla : "L’Heure approche et la Lune s’est fendue. Et s’ils voient un prodige,
ils s’en détournent et disent: «Une magie persistante». Et ils [le] traitent de mensonge et
suivent leurs propres impulsions, or chaque chose arrivera à son terme [et son but]. "
[Sourate Al-Qamar (S.54: V.1-3)]

Mariage du prophète avec Sawda 2ième épouse

12) Propagation de l’islam en dehors de la Mecque

A Médine, vivaient 2 tribus polythéistes (les Aws et les Khazraj) , il y avait aussi les juifs qui
attendaient la venue d'un prophète juif. Des rivalités opposaient les Aws et les Khazraj et les
juifs leur disaient bientôt un prophète viendra parmi les nôtres et nous vous combattrons. Les
Médinois avaient toujours entendu leurs alliés les juifs de Médine dire qu'un prophète allait
bientôt apparaître.

Le Prophète profitait de la période du pèlerinage pour faire l’appel aux voyageurs. Lors de
la saison du pèlerinage de la 11 ième année de la prophétie alors qu’il était avec Abou Bakr et Ali, il
rencontra 6 hommes de Yathrib (Médine) qui appartenaient à la tribu de Khazraj.

Le Prophète leur expliqua l'Islam et leur lut quelques versets. Ils reconnurent tout de suite
le Prophète et se convertirent.

Ils espéraient que la religion que le Prophète apportait, allait mettre fin à la guerre entre
les tribus de Médine. Ils dirent alors au Prophète : "Notre peuple est trop déchiré. Il se
peut que Dieu scelle notre unité par ton intermédiaire. De retour chez nous, nous les appellerons
a ta religion si Dieu les unis par ton biais, aucun homme ne sera plus puissant que toi."
A leur retour à Médine, ils prêchèrent auprès des leurs, si bien que dans tous les foyers
Médinois, on se mit à parler du Prophète avec enthousiasme.

Mariage avec Aicha bint Abou Bakr 3ième épouse

Aicha a dit : le Prophète a dit : " Je t'ai vu deux fois en rêve. J'ai vu ton image dans
une étoffe en soie alors que Gibril me disait : « Voici ton épouse. A chaque fois que je
découvrais cette étoffe, je voyais ton image. Je me dis alors : si cela vient d'Allah, il le
réalisera."

12ième ANNEE DE LA REVELATION

13) 1er Serment d’allégeance serment d’Al Aqaba/ serment des femmes

L'année suivante à la même époque du pèlerinage, 12 Médinois viennent voir le Prophète


pour lui prêter serment d'allégeance. Il y avait parmi eux, cinq des six hommes rencontrés
l'année précédente et sept autres, 2 parmi les Aws et 10 parmi Khazraj.

49
Le pacte comportait les points suivants:
- Ne rien associer à Allah ‫عز وجل‬
- Ne pas voler.
- Ne pas forniquer.
- Ne pas tuer vos enfants.
- Ne pas calomnier, ni faire de mal.
- Ne pas désobéir au Prophète dans le convenable.

Une fois le pacte conclu, le Prophète envoya avec eux un émissaire ( le premier
ambassadeur de l'Islam ). Il était chargé d'enseigner la religion aux Médinois. Il s'appelait
Mus'ab Ibn'Umayr. Ce choix était plein de sagesse car Mus’ ab avait la bonne manière
d'enseigner.

Un jour à Médine, alors qu'il était accompagné de As'ad, ils rentrèrent dans les terres de deux
chefs de tribus :Sa’d Ibn Mou'adh et Ousayd Ibn Houdhayr .

En les voyant, Sa'd dit à l’autre : " Va les chasser car ces deux hommes sont venus ici pour
tromper les faibles d'esprit "

Il prit sa lance et se dirigea vers eux en leur ordonnant d'arrêter de tromper les gens à l'esprit
faible.
A ce moment, Mus ‘ab lui dit : " Voudrais tu t’asseoir et écouter ce que j'ai à te dire, si cela te
plaît, accepte le sinon je partirai sans attendre."
L'homme lui dit : " C'est une proposition équitable."

Il planta sa lance dans le sable puis écouta. Mus'ab lui parla puis lui lut quelques versets.
L'homme lui répondit que ces paroles sont belles et se convertit.

Le même scenario se produisit avec Sa'd Ibn Mou’adh. S'ad va alors voir son peuple et leur
demanda que pensez- vous de moi ? Son peuple lui répondra : tu es le meilleur des hommes pour
nous. Il leur dira alors : « je ne vous adresserai plus la parole tant que vous n’aurez pas cru. » Le
soir même leurs tribus dans leurs entièreté se convertirent à l'Islam sauf un seul homme, Al-
Usayrim, qui refusa jusqu'à la bataille d'Ohod (3eme année de l’hégire).
Ce jour-là, il entra dans Islam et se mit à combattre les polythéistes jusqu'à ce qu'il trouve la
mort sans n'avoir jamais fait une seule prière.
Le Prophète a dit à son sujet : "Il a peu agi, mais immense sera sa récompense."

Mus’ab continua sa mission avec succès jusqu'à la 13eme année de la prophétie c'est-à-dire
durant un an. Il rentre alors à la Mecque et annonce au Prophète la nouvelle pleine d’espoir.
Médine était devenu un terrain fertile à l’islam

13ième ANNEE DE LA REVELATION

2ème serment d’allégeance d’Al Aqaba

Un an après le 1 er Sermon de nouveau à la période du pèlerinage, 72 Médinois viennent


rencontrer le Prophète

50
Les Médinois demandèrent au Prophète sur quel principe devraient-ils s'engager.
Il leur dit:
- Écouter et obéir en toutes circonstances.
- Dépenser de ses biens pour la cause de l'Islam dans les moments d'aisance, comme dans les
moments de gène.
- Commander le convenable et interdire le blâmable.
- Ne craindre la désapprobation de personne lorsqu'il s'agit de défendre la cause d’Al lah ‫عز وجل‬
- Me défendre et me protéger tout comme vous protégez vos propres personnes, vos épouses et
vos enfants.

Un homme les interpella: «Avez-vous conscience de la nature du serment que vous prêtez à cet
homme? "
Ils dirent: " Oui, nous acceptons, même s'il doit s'en suivre de cela la perte de nos biens et la
mort de nos nobles. Mais quel sera, oh envoyé d'Allah, notre récompense si nous respectons tous
les points de ce pacte? "

Le Prophète répondit: " Le paradis"


Puis ils prêtèrent serment au Prophète , Il leurs demanda alors de choisir 12
responsables parmi eux qui seraient chargé de faire respecter ce pacte.

EMIGRATION VERS MEDINE

D'après Abou Moussa le Prophète a dit : " J'ai vu en rêve que j'ai quitté la Mecque
définitivement pour m'installer sur une terre qui abrite une palmeraie et j'ai cru qu'il s'agissait
soit de Yamama, soit de Hadjar… A ma grande surprise, j'ai su par la suite qu'il s'agissait de
Médine-Yattrib…" Boukhari et Mouslim

D’après Aïcha le Prohpète qui était à la Mecque, dit aux musulmans : « On m’a montré
l’endroit où vous émmigrerez, c’est un pays de palmiers situé entre deux champs de pierres
volcanique » Boukhari

Après la signature du deuxième pacte d’al’aqaba, un petit état islamique s’est établi à Médine.
Le Prophète après avoir eu la révélation donna aux musulmans l’autorisation d’émigrer.
Cette émigration signifiait une grande perte matérielle pour les musulmans en échange d’une
sécurité personnelle. Les polythéistes vont user de tous les stratagèmes pour les en empêcher ;

Exemple 1 :
Abou Salama décide d’émigrer avec sa femme et son fils mais ses beaux- parents ( Beni al-
Mughira) veulent les en empêcher, ils retiennent alors sa femme et son fils. Voyant cela, la tribu
d’Abou Salama (les bani abd al-‘asad) veulent garder l’enfant et l’obtiennent avec violence. Um
Salama se retrouve sans son mari et sans son enfant, elle passa près d’un an à pleurer, jusqu’à ce
qu’un homme de sa famille réussît à persuader les tribus de la laisser partir avec son fils. C’est
alors qu’elle rejoint son mari à Quba à la limite de Médine.

Exemple 2 :
Lorsque Suhayb (ancien esclave qui avait racheté sa liberté et qui s'était enrichit grâce à son
travail) décide d’émigrer, les polythéistes l’insultèrent en lui disant « tu es arrivé à la Mecque
comme un vulgaire vagabond et la ville a été si généreuse avec toi que tu es devenu riche. »

51
Ils l’emprisonnent mais il leurs propose de leurs donner toute sa richesse contre sa liberté
et ils le laissèrent partir. En apprenant cela le prophète (Sws) dit : « Suhayb a gagné »

Exemple 3 :
Omar Ibn al Khattab, Ayyash Ibn Abi Radia et Hisham Ibn al’As décident d’émigrer ensemble, ils
se donnent rendez-vous mais Hisham fut séquestré alors Omar et ‘Ayyash partirent seuls.
Peu après, Abou Jahal et son frère al Harith vont à Médine pour voir leur troisième frère
‘Ayyash, ils lui disent : « Ta mère a juré de ne plus se peigner et ne pas se protéger du soleil tant
qu’elle ne t’aura pas revue » ‘Ayyash fut ému mais Omar lui dit :

« Ils veulent juste te détourner de ta religion, ta mère se peignera si les poux la démangent et
elle s’abritera si le soleil devient trop chaud. » mais ‘Ayyash décide quand même de partir pour
délivrer sa mère de son vœu ; Omar lui dit :
« Prend ma chamelle elle est rapide, ne descend pas de son dos car si tu as des doutes elle te
permettra de t’enfuir. »

Les 3 frères partent alors en direction de la Mecque, sur le chemin Abou Jahl se plaint de son
chameau et demande à ‘Ayyash s’il pouvait monter avec lui. Lorsque ‘Ayyash fait agenouiller sa
chamelle, ils se ruent sur lui, l’attachent et le ramènent à la Mecque.
Ils s’écrièrent alors : « O gens de la Mecque, c’est ainsi qu’il faut traiter vos faibles d’esprit. »
Hicham et ‘Ayyash restèrent prisonniers, le Prophète dit un jour à ses compagnons « Qui
pourrait me ramener ‘Ayyash et Hisham » Al Walid ibn walid se proposa. Il entra en cachette à
la Mecque, les délivra et les ramena à Médine.

EMIGRATION DU PROPHETE

Les polythéistes étaient inquiets de voir les musulmans émigrer car au-delà du fait qu’ils avaient
peur que la religion de leurs ancêtres disparaisse, ils avaient aussi peur que les conséquences
économiques se fassent sentir.

Médine avait une position stratégique situé sur les routes commerciales, la sécurité de ses
routes caravanières était cruciale pour garder une vie économique prospère.
Les Qoraiches se réunissaient car ils voyaient l’ampleur que prenait ce nouvel état islamique et
voyaient que la situation était en train de leur échapper.

Les musulmans avaient pratiquement tous émigrés sauf ceux qui étaient emprisonnés ou ceux qui
avaient un rôle à jouer comme par exemple Abou Bakr qui demande au Prophète
l’autorisation d’émigrer mais le Prophète lui dit : « Ne te presse pas car j’espère recevoir
l’ordre d’émigrer moi aussi. Est-ce que tu espères cela, toi pour qui je donnerais la vie de mon
père ? s’écria Abou Bakr.
Oui répliqua le Prophète
En conséquence, Abou Bakr, pour accompagner le Prophète renonça à son départ.

Plan des Quoraiches pour empêcher le Prophète d’émigrer

Les Qoraiches se réunissent pour trouver une solution, différentes propositions seront
abordées :

52
- Chassons-le hors de notre pays.
- Enchainons-le et attendons qu’il meure
- Abou Jahl dit alors : « Par Dieu ! j’ai une idée, je suis d’avis que nous prenions de chaque tribu
un jeune homme, fort et noble.
Ils le frapperont ensemble et la responsabilité de son sang sera répartie entre toutes les tribus.
La vengeance des Bani’abd Manaf sera impossible contre toutes ces tribus, ils seront donc
obligés d’accepter le prix du sang. Cette solution, fut donc acceptée par tous.

Gibril informa le Prophète du projet des Qoraiches et par conséquence la permission de


quitter la Mecque, ,il lui dit également : « cette nuit ne t’endors pas dans ta couche habituelle. »

Après avoir été mis au courant le Prophète va voir Abou Bakr vers midi, une heure à
laquelle il n’avait pas l’habitude de rendre visite.
Abou Bakr se dit : « si le Prophète arrive à une heure pareille, ce n’est que pour quelque
chose d’important ! » et ensemble, ils mettent en place le plan d’émigration. Ensuite, le Prophète
rentre chez lui et attend la tombée de la nuit.

- Ali va être chargé par le messager de Dieu de rendre les dépôts des gens placés chez lui ;
même les polythéistes qui avaient quelques choses de précieux le déposaient chez lui ; vu la
confiance et l’intégralité dont Il jouissait auprès des gens.
Malgré qu’ils voulaient le tuer, Il était juste et rendait leur dû au gens.

- Ali va également être chargé de prendre la place du Prophète dans son lit.

-La nuit venue, les jeunes Qoraiches qui ont été choisis pour tuer le Prophète s’installent
devant chez lui et attendent le moment où ils allaient passer à l’acte.

-Mais Allah ‫ عز وجل‬en a décidé autrement car Il fit ce qu’il révélera plus tard à son Prophète
dans la sourate Al-Anfal 8 verset 30 : « Et (souvient toi) lorsque ceux qui avaient
mécru complotaient contre toi pour t’emprisonner, te tuer ou bien t’expulser ; ils faisaient
des plan et Dieu aussi faisaient des plans et Dieu est le meilleur de ceux qui planif ie . »

-Les jeunes se sont endormis et n’ont pas vu le Prophète quitter sa maison ; en sortant de
chez lui, le Prophète prend une poignée de terre qu’il leurs lance au visage en
récitant la sourate Yassin 36 v9 « Nous plaçâmes devant eux un barrage et derrière eux
un barrage. Nous les couvrîmes aussi d’un voile et voilà qu’ils ne voient rien. »

Lorsqu’ils se lèvent, ils croient que le Prophète est encore dans son lit mais ils finissent par
découvrir que c’était Ali qui avait pris sa place sur sa couche.

Le Prophète quitte la Mecque pour Médine la 27ième nuit de Safar


14ième année de la prophétie.

53
Le Prophète et Abou Bakr dans la grotte

Comme le Prophète savait que les Qoraiches allaient le suivrent, Il décide de changer
la route habituelle. Ils vont se réfugier dans une grotte « thawr » et vont y passer 3 nuits.

Abd Allah fils d’Abou Bakr leurs apportaient les nouvelles de ce qui se passait à la Mecque.

Amr Ibn Fuhayra, emmenait son troupeau à paître près de la grotte « thawr » pour effacer les
traces laissées.

Asmae, fille d’Abou Bakr leur apportait de quoi vivre.

Entre temps, les Qoraiches exaspéré par la situation, se réunissent de nouveau pour voir
comment arrêter les deux hommes.

Ils offrent 200 chameaux à celui qui apportera le Prophète ou Abou Bakr vivant ou mort.

D’après Anas ibn Malik, Abou Bakr raconte : « J’étais avec le Prophète dans la caverne,
j’avais vu les traces des associants, je lui dis ; « O envoyé de Dieu, si l’un d’eux avançait
d’un pas, ils nous verrait. Le prophète lui répondit ; « Que penses-tu de deux
personnes dont Dieu est le troisième ? »

Après avoir passé 3 jours dans la grotte le Prophète repris son chemin vers Médine.

Poursuite du prophète par Suraqa Ibn Malik

Dans une version d’Al-Bokhari, Abu Bakr a dit : « Nous nous remîmes en route. Les Qoraiches
nous poursuivaient, mais aucun d’eux ne nous atteignit, sauf Suraqa Ibn Malik Ibn Ju’shum
monté sur un de ses chevaux. – Voici un de nos poursuivants qui va nous atteindre, ô Envoyé
de Dieu, m’écriai-je. –Ne t’inquiète pas, répliqua-t-il, Dieu est avec nous ».

Suraqa Ibn Malik qui souhaitait lui aussi la récompense les poursuivit. C’est lui -même qui rapporte
le récit suivant : « Pendant que j’étais assis dans une des réunions de mes contribuables, les beni
Mudlij, un homme d’entre eux s’avança et, se tenant debout devant nous qui étions assis, il dit : O
Suraqa, je viens d’apercevoir sur le littoral à l’instant même des points noirs et j’imagine que c’est
Mohammad et ses compagnons. Je reconnus en effet que c’était bien eux, mais je dis : ce ne sont
pas eux, les gens que tu as vus sont tel et un tel, qui sont partis sous nos yeux à la recherche d’un
animal égaré qui leur appartient.

Après être resté un instant dans le groupe où j’étais, je me levai et rentrai chez moi. Je donnai à
ma servante l’ordre de m’amener mon cheval qui était derrière un monticule et de me le tenir
prêt. Je pris ma lance, je sortis par derrière ma tente, tenant le fer de ma lance incliné vers le
sol en baissant la hampe. Aussitôt arrivé près de mon cheval, je le montai et partis au galop.
Arrivé près du groupe, mon cheval fit un faux pas et je fus désarçonné. Je me relevai et,

54
plongeant la main vers mon carquois, j’en tirai les flèches divinatoires et consultai le sort pour
savoir si je devais agir contre eux ou non.
Le sort ayant décidé ce qui ne me convenait pas, je remontai à mon cheval sans tenir compte de
l’indication des flèches.

Mon cheval partit au galop et bientôt j’entendis la récitation du Coran par le Prophète qui
ne se retournait pas de mon côté, tandis qu’Abu Bakr se retournait au contraire très souvent. A
ce moment les pieds de mon cheval s’enfoncèrent dans le sol jusqu’à la hauteur des genoux. Je
tombai de cheval, et, après bien des efforts, ma monture se releva et sortit non sans grande
peine ses pieds de devant du sol. L’animal fut remis debout sur ses pieds.

Je consultai de nouveau les flèches divinatoires et le sort décida ce qui ne me convenait pas.
Alors j’interpellai les fugitifs et leur demandai grâce. Ils s’arrêtèrent et je remontai à cheval. Je
les rejoignis et fus convaincu, après les deux arrêts que j’avais éprouvés dans leur poursuite, que
la cause de l’Envoyé de Dieu serait triomphante.

Tes contribuables, lui dis-je, ont mis ta tête à prix. Puis je racontai aux fugitifs quels étaient les
projets de Qoraiches à leur égard. Je leur offris des provisions de bouche et des ustensiles,
mais ils ne voulurent point me démunir et ne me demandèrent rien. Toutefois le Prophète
me dit : garde le secret sur nous. Il leurs a rapporté tout ce qu’ils se préparaient contre eux.

L’arrêt à Qoba.

Le lundi 8 Rabi Al awal 14ème année de la prophétie , le Prophète et Abou Bakr arrivent à
Qobà, (ville qui se trouve à 4km de Médine).

Ils y demeurent 4 jours (du lundi au jeudi),


Ils y construisent la 1 e mosquée de l’islam (masjid Qoba).

Le Prophète envoya chercher les Bani Najjar (oncle maternelle du prophète) afin qu’ils les
escortent jusqu’à Médine.

Sur le chemin, arrivé au territoire des Bani Salim, Il accomplit la première prière du vendredi

Entrée à Médine du prophète.

Le 12 Rabi Al Awwal ils entrent à Yathrib qui fût appeler depuis ce jour « Médinatou
Arrassoul » « LA VILLE DU PROPHETE » qui deviendra Médine

Chaque fois que le Prophète passait devant une maison des Ansars (médinois), ceux-ci
prenaient la bride de la chamelle et lui proposaient de descendre chez eux, en lui disant qu’ils
étaient capables de le défendre, malgré que la plupart d’eux n’était pas riche.
Le Prophète pour n’offenser personne disait : « Laissez-la (la chamelle). Elle est
commandée ».

Les Médinois affluèrent à la rencontre du Prophète bien-aimé. Les rues se gorgèrent de


monde. Tous criaient : « Allaho Akbar ! Le Prophète est arrivé ! Allah Akbar! Mohammad est là ».

55
A l ’endroit où s’agenouilla la chamelle sera construite la mosquée du prophète et ses
appartements
L’Envoyé de Dieu logea chez Abou Ayoub Al Ansary (Oncle maternel) en attendant la
construction de la mosquée.

Après quelques jours l’épouse du Prophète Sawda arriva à Médine, ses deux filles Fatima
et Omou Kolthoum ainsi que Ossama Ibn Zayd, Oum Aymen et Abdellah Ibn Abou Bakr
accompagné de ses frères et sœurs dont Aïcha.
Zaynab, resta à la Mecque, (elle était l’épouse de Abi Al ‘Ass), elle n’émigra qu’après la bataille
de Badr.

Aïcha trouva son père et Bilal malade, tous les deux faillirent trouver la mort. Le Prophète ,
fit alors cette invocation :« Oh, Mon Seigneur, fait nous aimer Médine, comme nous aimons La
Mecque ou même plus, fortifie là et béni son Sa’ et son Mud (2 unités de mesure), et fait partir
la fièvre et transporte là à Johfa » Boukhari
Peu de temps après Abu Bakr et Bilal furent guéris.

C – PERIODE MEDINOISE

Début du nouveau calendrier

Le calendrier hégirien n’a pas été mis en place par le Prophète , cela s’est passé sous le
califa d’Omar à la 17 ièm A.H .
La raison de cela c’est que Omar avait reçu une demande d’un homme contre un autre, cette
homme devait payer les dettes qu’il avait pour le mois de cha ‘ban .
Omar lui demande alors : « quel mois de cha’ban ? celui-ci ou celui de l’année prochaine ou l’année
passée.

Alors Omar réunit les compagnons pour en discuter ;


Un homme lui propose :
* le calendrier perse
Omar refusa car ils changeaient de calendrier à chaque changement de roi.
*Le calendrier Romain
Il refusa car ils fixaient leur calendrier à partir de la naissance du roi.
*Fixons le à partir de la naissance du prophète ,
*Fixons-le à partir de la révélation
*Fixons-le à partir de son émigration
*Fixons-le à partir de sa mort
Omar et les compagnons furent d’accord de le fixer à l’’émigration, en raison de la propagation de
l’islam et de son expansion
Le calendrier islamique débute à partir de la 1 e A. Hégire.

56
PREMIERE ANNEE DE L’HEGIRE.
Voici les plus importantes difficultés que devait affronter le Prophète , à son arrivée à
Médine.

a) Les musulmans.
- Faire adapter Médine aux musulmans émigrés.
- Edifier de nouvelles lois et constitutions pour diriger cette nouvelle citée musulmane
(sourate Médinoise).
- Faire adapter, l’économie de Médine (peu riche) à une poussée démographique.
- Eduquer la société islamiquement.
- Faire changer les coutumes païennes.
- Faire face à deux groupes parmi les musulmans : le premier ayant leurs terres, leurs
maisons, leurs moyens, vivant dans leurs propres cités : LES ANSARS.
Le second (assez nombreux et ne faisant qu’augmenter jour après jour), n’ayant ni
terre, ni argent, ni abri et étranger à la ville. LES MOUHAJIRINES

b) Les polythéistes de Médine.

- Un premier groupe parmi les polythéistes, doutait de leur religion et était intéresser
par l’Islam. Ils ne ressentaient aucune haine envers les musulmans.
- Un second groupe, détestait l’Islam mais ne pouvait l’anéantir, puisqu’il n’avait pas de
pouvoir. Ces polythéistes, durent donc montrer de la sympathie pour les musulmans
et même parfois faire semblant d’adhérer à l’Islam. A leur tête il y avait ABDELLAH
BEN OUBEY BEN SALOUL. Celui-ci avait été choisi par les Aws et les Khazraj
comme dirigeant et roi après la guerre de Bo’ath, mais peu avant qu’il prenne le règne,
le Prophète , arriva à Médine et tout fut changé. Abdellah haït donc le
Prophète et en fut son ennemi. Ne pouvant pas montrer sa haine, envers le
Messager , il fit semblant d’adhérer à l’Islam, après la bataille de BADR.
De cette manière, il pouvait agir et comploter contre l’Islam. Il forma un groupe
acharné contre l’Islam, formé de tous les Hypocrites de son genre.

c) Les juifs de Médine.

Les juifs sont arrivés au Hijdjaz chassé de Syrie par les Byzantins
Ils prennent l’aspect extérieur des arabes : vêtements, langue, ils se mariaient même avec des
arabes, mais pour leur intégration socioculturelle et religieuse, ils se sentaient supérieur en tant
que fils d’Israël.

S3V73 : « et les gens du livre disent à leurs coreligionnaires : » ne voyez que ceux qui
suivent votre religion » . Dis : « la vraie direction est la direction d’Allah » (et ils disent
encore : vous ne devez ni approuver ni reconnaître que quelqu’un d’autre que vous puisse
recevoir comme ce que vous avez reçu de sorte qu’ils (musulmans) ne puissent argumenter
contre vous auprès de votre Seigneur…

Ils méprisaient les arabes pour leur illettrisme car ils les considéraient comme des sauvages et
des arriérés

57
Ils ne voyaient aucun mal à s’approprier leurs bien ; « parce qu’ils ont dit : « Il n’y a aucun
blâme sur nous si nous trahissons les illetrés et si nous nous emparons de leurs biens »
S3V75
Ils étaient spécialistes dans la finance, commerce etc.
L’usure était pratique courante chez eux, ils prêtaient de grandes sommes d’argent au notables
arabe que ceux-ci gaspillaient dans des futilités pour s’attirer les louanges des poètes et des
gens puis les juifs saisissaient leurs terres fertiles qu’ils avaient laissé en gage
Ils furent une des raisons, pour laquelle, les guerres entre tribus arabes étaient incessantes .
Chacune des tribus juives, s’alliait hypocritement à une tribu arabe et semait la zizanie entre
elles. Ils vendirent des armes en crédit, ainsi le sang se répandait à Médine pendant qu’eux
contemplaient le fruit de leur travail. Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, les juifs
étaient loin de vouloir l’Islam à Médine, au prix duquel toutes leurs manigances cesseraient,
(étant donné que l’Islam est la religion de Dieu où règne la justice, la paix et la fraternité).

Les tribus juives les plus importantes étaient :


- Banou Qaynoqa’alliée des khazraj
- Banou Nadir alliée des Aws
- Banou Qoraïda alliée des Aws

Conversion de AbdAllah Ibn Salam

Les juifs ressentaient donc une forte haine pour l’Islam et les musulmans. Pour illustrer cela, une
anecdote intéressante s’est produite le premier jour où le Prophète , est entré à Médine,
Elle illustre bien le trouble et l’anxiété profonde qui s’était emparés des juifs.

Abdalalh Ibn Salam, le plus savants des rabbins juifs, vint voir le prophète dès son arrivée et
lui posa certaines questions pour s’assurer de sa qualité de prophète. A peine le Prophète ,
y eut-il répondu qu’il embrassa l’islam, mais il ajouta :’ « ô envoyé de dieu ! les juifs sont des
calomniateurs. S’ils apprennent ma reconversion à l’islam avant que tu ne les aies interrogés à mon
sujet, ils me calomnieront auprès de toi. »

’’Les juifs étant venus ensuite trouver le Prophète , ,Abdallah Ibn Salam étant entré dans
l’appartement de l’envoyé de Dieu , celui -ci s’exprima en ces termes : ‘’Quel hommes est-ce
donc que celui des vôtres qui a pour nom Abdallah Ibn Salam ? Les juifs répondirent :’’Le meilleur
d’entre nous et le fils du meilleur parmi nous, le plus éminent des nôtres et le fils du plus éminent
parmi nous’’ -Et bien ! repris l’envoyé, que penseriez- vous si Abdallah Ibn Salam embrassait
l’islam ? -Dieu le préserve de cela ! s’écrièrent-ils ; A ce moment- là, Abdallah Ibn Salam sortant
de l’appartement, ,s’avança vers eux et dit :’’Je témoigne qu’il n’y a de Dieu que Dieu et que
Mohamed est sont messager .- Cet homme s’exclamèrent les juifs est le plus mauvais d’entre nous
et le fils du plus mauvais
Les Qoraiches s’allièrent aux tribus arabes pour se venger des musulmans à Médine, en coupant
toute relation avec eux.

Solutions

58
I- Construction de la mosquée du Prophète .

1) Le terrain où fut construit la mosquée appartenait à 2 orphelins. Ils voulaient offrir le


terrain pour satisfaire Allah mais le Prophète , insista pour leur payer le prix

2) Avant la construction, ce terrain contenait des palmiers et des tombes, les palmiers
seront utilisés pour la construction et les tombes déplacées.

3) Le Prophète et les compagnons construisirent la mosquée de forme carré de 100


coudées de côté .Les murs étaient en brique, le toit en tronc et branche de palmier et le
sol de sable et de gravier.
Il arrivait que son sol devienne boueux quand il pleuvait
Collées à la mosquée, deux chambres furent construites pour Sawda et Aïcha et
progressivement pour les épouses suivantes.

4) Le Prophète , participait activement à la construction en portant des briques et


pour soulager la difficulté de ce travail il récitait : « Oh mon Dieu, il n’est de vie que
celle de l’au-delà. Aux Ansar et aux émigrés Tu pardonneras »

5) A ce moment- là, la Qibla était Jérusalem

La mosquée

1. La mosquée que le Prophète , tenait à construire avant tout autre chose n’était pas
un lieu exclusif de culte car toute la terre est une mosquée pour le musulman
2. Elle servait d’université, les compagnons venaient y apprendre leur religion et l’éthique
islamique.
3. Elle servait aussi d’habitation (couchette) pour les nombreux émigrés sans abri, ni
famille…
4. Cette mosquée bénie est l’une des trois mosquées dont le Prophète a dit : « On ne se
prépare fermement au voyage que pour trois mosquées, La mosquée Sacrée, Ma mosquée
que voici et la mosquée éloignée (AL AQSA) »
Il dit encore : « Une seule prière dans ma mosquée vaut 1000 prières ailleurs, à part la
Mosquée Sacrée ».

II – Fraternisation des Mouhajirines et des Ansar chez Anas Ibn Malik

C’est une marque de perfection, de maturité politique et de sagesse que ce pacte, fait par le
Prophète , en décrétant cette fraternisation entre les Ansars et les Mouhajirines

Il , fonda la fraternité absolue. Celle ou le « moi » s’efface au profit du groupe.


Cette fraternité fait disparaître tout tribalisme, tout critère de naissance, de couleur,
nationalité…
La seule prévalence était la piété et la grandeur d’âme.

59
Les Ansars ont rempli convenablement leur devoir d’hospitalité quant aux émigrés, et ces
derniers étaient très reconnaissants.
Sans aucune vanité, ils travaillaient pour gagner leur vie sans tirer profit de cette situation.
Grâce à cette charte le Prophète avait réussi à créer une société unie et forte.
Les compagnons étaient à la hauteur du « projet » d’ailleurs Abdallah Ibn Mas’oud dit :

« les compagnons de Mohammad , étaient l’élite de cette communauté, Dieu les avaient élus
pour la compagnie de Son Prophète , et l’établissement de sa religion »

Quelques points de ce pacte de fraternisation :

-Nul n’est vraiment croyant, jusqu’à ce qu’il aime pour son frère ce qu’il aime pour lui-
même et qu’il déteste pour son frère ce qu’il déteste pour lui-même (M)

- Le croyant par rapport à un croyant est comme une construction qui se tient part ses
différentes parties. Et il a croisé ses doigts (B)

- Ne vous détestez pas, ne vous jalousez pas, ne vous tournez pas le dos, les uns aux
autres. En tant que serviteur de Dieu, soyez frères. Il n’est pas licite, pour un musulman
de rompre les relations avec son frère (en Islam) plus de trois jours (B)

- Le vrai musulman, c’est celui dont les musulmans n’ont à redouter ni la langue, ni la main

- L’image des croyants est celle de l’homme lorsqu’il souffre d’un mal aux yeux, c’est tout
son corps qui souffre et quand la tête souffre d’un mal, tout le corps souffre

-Il n’est pas vraiment croyant, celui qui va dormir le ventre plein alors que son voisin à faim

-Insulter un croyant est un acte de rébellion contre Dieu et le combattre est un acte de
mécréance

-Tout musulman qui aura vêtu un musulman dans le dénuement, Dieu le vêtira des habits
verts du Paradis ; tout musulman qui nourrit un musulman affamé, Dieu le nourrira des
fruits du paradis, tout musulman qui étanche la soif d’un musulman, Dieu l’abreuvera du
nectar scellé

-Prémunissez-vous contre le feu, ne fut-ce au moyen de la moitié d’une datte. Si tu n’en


trouve pas prémuni-toi au moins en disant une bonne parole

60
Avec ces hadiths, le Prophète , faisait de ces musulmans un bloc uni et prêt à avancer
ensemble et donc plus fort.

Anecdote de fraternisation

Al Boukhari rapporta : après son arrivé à Médine, le Prophète , hébergea Abd Ar-Rahman
Ibn Awf chez Saïd Ibn Arrabi qui dit à son hôte : « je suis le plus aisé des Ansars, je partagerai
avec toi ma
fortune, puis j’ai 2 femmes ; désigne celle qui te plaît, je m’en séparerai et après sa viduité,
épouse-la »

Abd Ar Rahman lui répondit : « Que Dieu te bénisse, ta fortune et ta famille ! où est votre
marché ? » On lui indiqua et à son retour, il avait de la graisse et du fromage. Et il a continué à
fructifier ses biens. Un jour le Prophète , remarqua qu’il était bien habillé et il lui
demanda :« comment vont les affaires ? ». Il lui répond : « Je me suis marié ». Le Prophète ,
lui demande : « Quel était la dot ? ». Il répond : « un noyau d’or ».

Importance du Pacte de fraternisation


Le pacte était si important qu’il prévalait sur les droits de parenté

Ils héritaient les uns des autres jusqu’à la 2ième A H après la bataille de Badr ou le Coran vient
abroger la sunna avec ce verset 33 de la sourate 4 les femmes :

Dans le sens du verset : « A tous nous avons désigné des héritiers de ce que laissent les
pères et mères, les proches parents et ceux envers qui vous vous êtes engagés, donnez-
leur donc leurs part »
‘’Leurs part’’ veux dire en matière de protection, d’aide, de conseil, mais plus d’héritage.
Toutefois, ils pouvaient toujours leur laisser une part de bien dans le testament : maximum 1/3
de leur biens.

– Pacte avec les juifs de Médine.

Après que le Prophète , , arrive à Médine et qu’il y établit ces nouvelles lois, qu’il unifia les
musulmans, il décida d’organiser les relations avec les non croyants vivant à Médine ou à ses
alentours, afin d’assurer à la nouvelle ville, paix et sécurité.
Les non-croyants les plus proches de Médine étaient les juifs. Etant donné que ces derniers
n’avaient encore montré aucune forme de violence ou signes de haine, le Prophète , leur
donna une grande liberté, dont la liberté de culte, de possession et de profession.
Il conclut alors une grande charte concernant les relations entre musulmans et juifs.

61
7. Autre événements survenus en cette 1 ère année de l’hégire.

a) Instauration de l’appel à la prière et de Al Ikama.

IbnAshaq dit : A l’arrivée du Prophète , à Médine, il avait coutume de rassembler les gens
pour la prière sans l’appel rituel (adhan). Ensuite, il eut l’idée d’utiliser une sorte de cor comme
celui des juifs, il se rétracta.
Enfin, il demanda une cloche qu’on sonnait pour appeler les musulmans à la prière.

Ils continuaient d’utiliser la cloche quand un jour Abd Allah Ibn zayd Ibn Tha’laba, vit dans son
rêve l’adhan.

Il s’en alla voir le messager et lui dit : « quelqu’un m’est apparu dans mon sommeil, un homme vêtu
de deux habits verts et portant une cloche à la main. Je lui dis : « Ô serviteur de Dieu ! vendrais
tu cette cloche ? Il me demanda : « pourquoi faire ? Pour appeler à la prière ; répondis-je , mais
l’homme répliqua : Et si je t’indiquais mieux que cela ! Je demandai : Quoi ? Alors ,il me répondit :
Dites : Dieu est le plus grand ,Dieu est le plus grand. Dieu est le plus grand, Dieu est le plus
grand. Il n’est de Dieu que Dieu ,il n’est de Dieu que Dieu . J’atteste que Mohammad , est le
messager de Dieu ; J’atteste que Mohammad est le messager ; Venez à la prière, venez à la
prière .Venez à la réussite, venez à la réussite. Dieu est le plus grand, Dieu est le plus grand. Il
n’est de dieu que Dieu . »

Quand le Prophète , entendit cela ,il dit : « C’est une vision véridique si Dieu le veut . Va
avec Bilal et apprends-lui cet appel ,sa voix porte plus loin que la tienne. Quand Bilal fut l’appel
pour la première fois, Omar l’entendit et s’en alla immédiatement voir le Prophète ,:Ô
Prophète de Dieu ! dit-il par Celui qui t’a envoyé avec la vérité, j’ai vu en rêve la même chose que
lui. » Le messager répondit : « Al hamdoulillah »

b) L’autorisation de combattre.

Contexte dans lequel l’autorisation de combattre est venue :

Les Qoraiches n’avaient pas abandonné l’idée de s’en prendre au Prophète .


Ils contactent donc Abdallah Ibn Oubay Ibn Salloul (il espérait prendre le pouvoir à Médine mais
l’arrivée du Prophète , fit échouer son plan) pour lui demander d’expulser le Prophète ,
sinon ils les attaqueraient.
Abdallah Ibn Oubay y a vu une très bonne occasion de chasser le Prophète , et de prendre sa
place , il mobilisa ses partisans pour combattre les musulmans.

Lorsque le Prophète apprit la nouvelle, il leur dit : « vous n’allez tout de même pas combattre vos
enfants et vos frères ! » en entendant cela, ils abandonnèrent l’idée de combattre les musulmans.

Quand à Abdallah Ibn Oubay ,il resta complice des Qoraiches et ne manqua jamais une occasion
pour allumer la discorde entre musulmans et associants.

62
Les Qoraiches ont continué a envoyé des messages pour menacer les musulmans de Médine et le
Prophète recevait des informations qu’un complot se préparait contre lui. Dans le sens du
verset 39-40 de la sourate Al-Hadj 22 « Il est autorisé (le combat) à ceux (les croyants)
qui sont combattus parce qu’ils ont subi injustice. En vérité Allah, de leur soutient est
capable. Ceux qui ont été chassés injustement de leurs foyers, uniquement pour avoir
proclamé notre Maitre est Dieu »

a) Mettant à profit cette permission, le Prophète organisa des expéditions contre les
caravanes marchandes des associants, espérant ainsi mettre la main sur leurs biens dont
les musulmans avaient plus le droit. D’après Ibn Abbas de Ibn Hisham,le prophète a dit
« voilà une caravane de Qoraich, il y a là vos biens ; allez-y peut être que Dieu vous la
donnera en butin »

b) Mais avant d’organiser ces expéditions, le Prophète , conclut des traités de paix avec
les tribus voisines et celles par lesquelles les caravanes passaient, afin de s’assurer la
sécurité de la part de ces dernières lors des expéditions.

c) Définition : SARRIYYA : Expédition commandée par un chef désigné par le Prophète

GHAZWA : Expédition commandée par le Prophète lui- même.

63
Partie 2 :Période Médinoise

64
DEUXIEME ANNEE DE L’HEGIRE.

1) Ghazwa Thi al ‘Achira (petite Badr) (Jomâda I),

Le Prophète sut que plusieurs caravanes marchandes de Qoraiches se rendaient au chêm.


D’après Ibn ‘Abbas de Ibn Hisham le prophète a dit : « Voila une caravane de Qoraîch, il y
a là vos biens ; allez-y ; peut-être que Dieu vous la donnera en butin. »
Il décida alors de les intercepter espérant mettre la main sur quelques unes d’entre elles.

Arrivé à Al’Achira, les caravanes étaient déjà passées et il n’en rencontra aucune. Ce sont ces
caravanes que le Prophète essayera d’intercepter lorsqu’elles seront de retour pour la
Mecque, ceci fut la cause de la Ghazwa Badr.

Avant de retourner à Médine, il en profita pour signer un pacte avec quelques tribus, puis rentra
à Médine.

2) Sariya Nakhla (Rajeb)

Le Prophète envoya Abdellah ibn Ja’sh al Asadi avec 8 hommes et lui remit une lettre
avec pour consigne de ne la lire qu’après 2 jours de marche.

Après 2 jours de marche, il ouvre la lettre et lis : « Lorsque tu liras ma lettre, dirige-toi vers
Nakhla ( entre la Mecque et Taïf). Observe les mouvements des caravanes des Qoraiches et
prends des renseignements sur eux ».

Il révèla le contenu de la lettre à ses compagnons qui étaient d’accord pour le suivre.
Sur le chemin Sa’d Ibn Abi Waqqas et ‘Utba ibn Ghazwan perdent leur chameaux et partent à
leur recherche et ne vont donc pas participer à la suite de l’expédition.

Abdallah va jusqu’à Nakhla et voit une caravane avec des marchandises et des notables qui se
dirigeaient vers la Mecque. Les musulmans se consultent pour savoir s’ils devaient attaquer car
c’était le dernier jour de Rajab qui est un mois sacré. Finalement, ils décident d’attaquer. Ils
tuent un homme avec une flèche, font 2 prisonniers et un autre s’est enfuit puis ils rentrent à
Médine avec le butin et les prisonniers.

Le Prophète a désapprouvé cet acte. Les polythéistes en profitent pour calomnier les
musulmans en les accusant de violer les préceptes divins. Mais un verset vient éclaircir cette
situation.

Sourate 2 V-217. « Il t’interroge sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés.
Dis : y combattre est péché grave mais plus grave encore auprès d’Allah d’être impie envers
celui-ci et la mosquée sacrée et d’expulser de là ses habitants. L’association est plus grave
que le meurtre »

65
Explication : « les polythéistes disaient que les musulmans avaient violé les mois sacrés. Sans
penser, qu’eux avaient fait pire durant toutes les années où ils avaient torturé et persécutés les
musulmans sur un territoire sacré (la Mecque).

Après cette expédition, les Qoraiches commencent à voir venir le danger de Médine mais ils
étaient trop obstinés pour venir signer un pacte de non-agression avec le Prophète
Au contraire, leurs notables et grand homme étaient décider à exterminer les musulmans, c’est
cette obstination aveugle qui va les conduire à Badr.
Le Prophète va relâcher les 2 prisonniers et payer le prix du sang à la famille du défunt.

3) Changement de la Qibla. (Mois de cha’aban)

A Médine, le Prophète s’orientait vers Jérusalem pour sa prière pendant 16 mois, alors qu’il
préférait se diriger vers la Ka’aba tout en levant les yeux au ciel afin que Dieu l’inspire. Or Dieu,
lui révéla qu’il devait désormais se tourner vers la Ka’ba, il lui obéit et tous les musulmans
l’imitèrent. Suite à cet événement, quelques musulmans dont la foi était trop fragile abjurèrent,
ainsi les musulmans furent purifiés de bon nombre de ses faibles de foi. (S .2 v 142-144
Quant aux juifs, ils critiquèrent énormément ce changement. S.2 v.139

4) Le Jeûne de Ramadan :

Au mois de cha’aban 2H. Dieu imposa aux musulmans le jeûne durant le mois de Ramadan qui
devint un pilier de l’Islam. (s.2 v.183-185)

5) a) La zakat Al Fitr

On rapporte que le Prophète avait fait un discours à la mosquée un ou deux jours avant
la fin du jeûne du mois de ramadan et leurs a ordonné la zakat al fitr

b) Zakat Al maal

Au cours de cette même année, la zakat sur les biens, fut instituée. C’est le seul système
qui permettra aux pauvres de tirer profit des riches sans les léser. Ainsi celui qui possédait
une certaine somme d’argent ou de bien devait en donner 2,5 %.
L’homme raisonnable comprend d’ambler que ce système, tout en ne nuisant pas aux riches,
allège la misère qui accule souvent les populations démunies à se révolter.

6) Gazwat Badr (Ramadan)

On avait déjà vu qu’une caravane Qoraïchite avait échappée au Prophète à Thil’achira. Lors
de son retour le Prophète envoya 2 hommes Talha ibn Oubayd Allah et Sa’d ibn Sayd vers le
nord pour l’observer ils vont rester sur place plusieurs jours et lorsque Abou Soufian, le chef de
la caravane passa par là, les 2 hommes retournérent à Médine pour faire part de ce qu’ils avaient
vu.

66
Le Prophète se prépara alors à quitter Médine et laissa le choix aux compagnons de
participer ou pas à l’expédition.
Finalement, environ 314 hommes y participeront, ils n’étaient ni préparés, ni bien équipés, ils
avaient au total 2 chevaux et 70 chameaux. Ils faisaient un roulement pour les monter, càd qu’ils
étaient à pieds plus de 2/3 du temps.

Le Prophète partageait sa monture avec Ali et Abou Loubada , ces derniers refusaient de
laisser marcher le Prophète à pied mais il leur dit : « Vous n'êtes pas plus forts que moi et je
n'ai pas moins besoin que vous de récompense »

Avant de quitter Médine, le Prophète désigna Abdallah Ibn oum Maktoum pour mener les
prière à sa place.
Il est question de lui dans la sourate ‘Abasa n° 80 « il s’est renfrogné et il s’est détourné
parce que l’aveugle est venu à lui Qui te dit peut-être cherche-t-il à se purifier ? »

Le Prophète était avec un notable de Qoraiches pour essayer de le convertir et voilà qu’Ibn
Oum Makhtoum arriva (il était musulman depuis longtemps) il se mit à l’interroger : « Enseigne
moi ce que Allah t’as appris. » avec insistance. Mais le Prophète aurait préférer qu’il se
taise pour le laisser parler avec le notable. Le Prophète prit l’air sévère devant Oum
Makhtoum, se détourna de lui et s’intéressa au notable.

Quant à Mus’ab ibn ‘Umayr il fut désigné porte étendard du commandement général, l’étentard en
question était de couleur blanche.

67
Le Prophète est prêt à quitter Médine pour aller intercepter la caravane. Mais Abou
Soufian avait été informé que les musulmans voulaient se saisir de la caravane. Très inquièt, il
paia un homme, Damdam ibn’amr pour qu’il aille à la Mecque prévenir les mecquois que leurs
biens allaient être attaqués.

Lorsque Damdam arriva à la Mecque il s’écria : « O Qoraïchites ! Quelle humiliation ! Mohammad


et ses compagnons sont sortis intercepter vos biens confiés à Abou Soufian ! Je ne sais pas si
vous arriverez à temps pour les sauver. Au secours, au secours ! »
Les mecquois se préparent en toute hâte pour aller combattre les musulmans en se disant que
cette fois-ci, cela ne se passera pas comme la dernière fois (Nakhla, les musulmans avaient pris la
caravane).
Ils décidèrent de lever une armée. Les Qoraiches se partageaient en 2 groupes ceux qui étaient
décidé à partir eux même et ceux qui avaient envoyé d’autres personnes à leur place. Tous les
nobles de Qoraiches se préparèrent à sortir sauf Abou Lahab qui envoya un homme à sa place qui
lui devait de l’argent.

L’armée qoraïchite quitte la Mecque

L’armée des Qoraiches était composée de +/- 1300 hommes, 100 chevaux et 700 chameaux.
Elle était dirigée par Abou Jahl.

Ils quittentèrent donc la Mecque et se dirigérent vers Badr. Arrivés à Juhfa, ils reçoivent un
autre message d’Abou Soufian en leurs demandant de retourner chez eux, car la caravane avait
échappée aux musulmans. Effectivement, apprenant la venue des musulmans ,Abou Soufian avait
changé de trajet et se détourna de la route principale.

En recevant le message d’Abou Soufian l’armée Mecquoise voulu rebrousser chemin, mais Abou
Jahl insista en disant : « Par Dieu ! Nous ne reviendrons pas à la Mecque avant d’atteindre les
puits de Badr, nous y resterons trois jours et trois nuits en égorgeant des chameaux, buvant du
vin et écoutant le chant des musiciens. Les arabes auront des échos de notre expédition et ils ne
cesseront de nous craindre ».

Ce qu’Abou Jahl faisait, était fait par ostentation et non plus pour défendre la caravane.
Et dans la sourate Al Anfal 8 V-47 : « Ne soyez pas comme ceux qui sortirent de leurs
demeures pour repousser la vérité et avec ostentation publique, obstruant le chemin d’Allah.
Et Allah cerne ce qu’ils font ».

Les Bani zuhra, pensant que la caravane avait échappée aux musulmans vont vont se rétracter et
retourner à la Mecque et les Qoraiches vont se retrouver à 1000 hommes.
Les Bani Hashim voulaient également rentrer car, eux, étaientjuste venus défendre leurs
marchandises qui se trouvait dans la caravane mais Abou Jahl les menaca et ils finiront par
rester.

Consultation des compagnons par le prophète

Les musulmans quant à eux étaient dans une vallée de Dhafiran quand ils apprirent qu’une armée
mecquoise arrivait vers eux.
Le Prophète comprit alors qu’une confrontation serait inévitable car s’ils fuiyaient, ils
donneraient l’impression aux Qoraiches qu’ils ont une certaine autorité et cela les inciteraient à

68
lancer une action contre Médine.

Le Prophète décida alors de consulter les compagnons pour voir leur point de vue en leur
expliquant la gravité de la situation.

Abou Bakr fut le 1er à parler en lui offrant son obéissance sans réserve.
Omar se leva ensuite et confirma les paroles d’Abou Bakr.
Al Miqdad Ibn ‘Amr prit la parole à son tour et lui dit : « O Messager d’Allah ! Vas où Dieu te
guide, car nous serons à tes cotés. Nous ne dirons pas ce que les enfants d’Israël ont dit à
Moïse : {Allez- y, toi et ton Dieu, pour les combattre ! Quant à nous, nous resterons là à
t’attendre (S.5 V.24).] ; Mais nous dirons plutôt toi et ton Seigneur ; partez donc combattre
tous les deux, nous combattrons à vos côtés ».
Le Prophète les remercia et invoqua pour eux.

Les trois personnes qui ont parlé étaient des mouhajirounes, mais ils voulaient aussi entendre
l’avis des ansars car le pacte qu’ils avaient signé à Al Aqaba ne les engageaient pas à se battre en
dehors de leur territoire.
Il leur dit alors « O hommes donnez moi vos avis ».
Sa’ad Ibn Mou’adh se leva et dit : « Rencontrer l’ennemi demain ne nous répugne pas. Nous
sommes tenaces dans le combat. Peut-être Dieu te fera voir ce qui rafraichira tes yeux : Mène-
nous donc avec la bénédiction de Dieu ».
Rassuré par la détermination de ses compagnons, il leur dit « En avant et réjouissez-vous, car
Dieu m’a promis l’un des 2 butins (La caravane ou l’armée mecquoise) et par Dieu, c’est comme si
je voyais l’ennemi à terre ».

L’armée musulmane arrive à Badr

Le Prophète continua donc son chemin et l’armée s’installa près de Badr.

Le Prophète et Abou Bakr partent faire une reconnaissance dans les environ de Badr. Ils
rencontrent un bédouin âgé à qui le Prophète demande des informations sur les Qoraiches
et sur Mohammad et ses compagnons (par mesure de discrétion).
Le Bédouin leur dit : « Je ne vous dirai rien tant que vous ne me dites pas qui vous êtes ».
Le Prophète lui dit : « Si tu nous renseignes, nous te renseignerons ».
Le bédouin informe alors le Prophète de l’emplacement des 2 camps et demande au Prophète
d’où ils venaient .
Le Prophète lui répondit « Nous venons de Ma’ (eau en arabe) et il s'en va laissant le
bédouin réfléchir seul. Est-ce le Ma’ dans la ville d’ Irak ?

Le soir même, le Prophète envoie Ali, Az zubayr ibn Al awam et sa’d Ibn Abi Waqqas
chercher des informations sur l’ennemi. Ils trouvent 2 hommes qui puisaient de l’eau pour les
Mecquois.
Ils les capturent et les conduisent au Prophète mais ce dernier était en prière, les
compagnons commencent à interroger les 2 hommes et ceux-ci déclarent qu’ils accompagnaient
l’armée mecquoise.
Les compagnons n’étaient pas satisfaits de la réponse car ils espéraient toujours mettre la main
sur la caravane, alors ils se mirent à les battre jusqu’à ce qu’ils disent (pour faire arrêter les

69
coups) nous faisons partie de la caravane.

Quand le Prophète finit de prier il fut mécontent du comportement de ses hommes et


leur fit des reproches ;
« Vous les avez frappés alors qu’ils disaient la vérité mais lorsqu’ils vous ont menti, vous les avez
laissés tranquilles ! Par Dieu, ils ont dit la vérité. »
Puis il demande aux 2 hommes « où sont les qoraïchs ? » : « Ils sont derrière cette dune ».
« Combien sont-ils ? » : « Ils sont nombreux »
« Combien égorgent-ils de chameaux par jour ? » : « 9 à 10 /jour »
Le Prophète en conclut alors qu’ils étaient 900 à 1000.

Puis il demanda : « Quels notables se sont déplacés avec l’armée ? Après qu’il eut reçu le
nom de tous les notables présents, Il se tourne vers les musulmans et leur dit « la Mecque
vous a envoyé le fruit de ses entrailles ».

Le prophète voulait atteindre les puits de Badr avant l’ennemi il lèva le camp et
continua sa marche. Cette nuit là, il plut sur les 2 camps, ce fut un bienfait pour les musulmans :
S8 Al Anfal V-11« Du ciel, Il fit descendre sur vous de l’eau pour vous purifier, pour
écarter de vous la souillure du démon, pour fortifier vos cœurs et pour affermir vos pas. »

Et pour l’autre camp elle fut un désagrément, elle ralentissait leur progression.

Le Prophète décide de poser le campement près du puit le plus proche de Badr mais Al
Hubab ibn al Mandhir lui demande : « Est-ce Dieu qui t’a inspiré de camper ici ? si c’est le cas
nous ne pourrions ni avancer ni reculer mais si ce n’est pas le cas peut-on donner notre avis ? »

Le Prophète dit c’est mon avis. Al Hubab propose alors d’aller s’installer à coté du puit le
plus proche des Qoraiches et de faire une réserve d’eau, puis de boucher tous les autres puits
afin de priver d’eau l’ennemi lors du combat.

Ils s’installent donc au point d’eau le plus proche de l’ennemi et alors qu’une partie de la nuit
s’était déja écoulée, ils construisent des bassins pour l’eau et bouchent les puits.

Juste après, Sa’d Ibn Mou’ad vient trouver le Prophète et lui propose de lui construire une
cabane en feuillages et de lui mettre également une monture à sa disposition en lui disant qu’ils
allaient combattre l’ennemi et que s’ils venaient à perdre, le Prophète prendrait sa monture
et se rendrait à Médine et les médinois le protégeraient.

Après cela, le Prophète passa le reste de la nuit à prier et à invoquer Allah. Quand aux
compagnons, ils s’endormirent remplis de confiance, de voir se concrétiser le lendemain la
promesse d’Allah ‫عز وجل‬
Sourate Al Anfal 8 V-11« Quand Il vous enveloppa de sommeil en signe de sécurité de sa
part »
C’était la nuit du vendredi 17 Ramadan 2 H.

Les deux armées s’apperçoivent

70
Le lendemain matin, les Qoraiches descendent la vallée. Quelques uns d’entre eux s’approchèrent
dans le but de boire de l’eau dans le bassin des musulmans. Le Prophète ordonna aux
musulmans de les laisser boire.

Les Qoraiches envoient ‘Umayr Ibn Wahb pour estimer les musulmans, il tourne autour d’eux et
estime leur nombre puis part aux alentours pour voir s’il n’y en avait pas d’autre cacher, ou voir si
d’autres n’étaient pas en route pour les rejoindre.

‘Umayr retourne dans son camp et dit aux siens. « Ils sont 300, je n’ai rien vu mais, O gens de
Qoraiches j’ai vu des chamelles de Yathrib porter la mort ! J’ai vu des hommes qui n’ont de
protection que leurs épées. Par Allah, je crois qu’aucun homme parmi eux ne sera tué avant qu’il
n’ait tué un homme parmi vous. Et s’ils tuent un nombre d’entre vous égal, qu'elle vie vous restera
t-il après cela ?»

Quand ils entendent cela certains chefs de tribu panique ; alors l’un d’entre eux Hakim Ibn
Hizam va voir ‘Utbah Ibn Rabi’et lui dit : « tu es le plus âgé et le plus respecté. Demande aux
gens de retourner chez eux et demande aussi à ton allié ‘Amrou Ibn El Hadh d’en faire autant.
(clan de l’homme tué à Nakhla par les musulmans) ‘Utba était d’accord et il se propose même de
payer le prix du sang à la famille de ‘Amrou.
‘Utba fit alors un discours aux Qoraiches :
« Vous ne gagnerez rien en combattant Mohammad. Si vous tuez certain d’entre eux, vous aurez
chacun d’entre vous honte d’avoir tué son propre cousin. »

Mais Abou Jahl plus obstiné que jamais lui répond qu’il était lâche et qu’il avait plutôt peur que
vous tuiez son fils Abou Houdeyfa Ibn ‘Utba qui était dans le camp musulman.
Et même ‘Utbah qui voulait rentrer avait changé d’avis car il voulait montrer à Abou Jahl qu’il
n’était pas lâche.

Lorsque les 2 armées s’aperçoivent, le Prophète se mit à supplier Dieu de lui accorder la
victoire promise sur les Qoraiches.
Il aligne ses hommes en ordre de bataille ; il avait une flèche avec laquelle il ajustait
les rangs. Il passe devant Sawad qui était un peu hors du rang et il lui tapote le ventre avec la
flèche en lui disant : « Redresse toi O Sawad ».
Sawad lui dit qu’il lui avait fait mal, toi qu’Allah a envoyé avec la vérité et la justice tu me dois
réparation ».

Le Prophète découvre alors son ventre et lui dit de prendre sa revanche. Mais Sawad enlaça
le ventre du Prophète et l’embrassa. Le Prophète lui dit pourquoi fais-tu cela ? « Oh
Messager de Dieu, comme la mort est si proche, j’ai voulu que la dernière chose dans ma vie, soit
que mon corps touche ton corps ». Le Prophète invoqua pour lui.

Début du combat

La bataille va s’engager avec 3 duels.


Côté Qoraiches :
‘UTBA IBN RABI’A + son frère SHAYBA + son fils ALWALID IBN ‘UTBA.
Côté musulmans :
Trois Ansars sortent des rangs et vont à leur rencontre mais les Qoraiches demandent au

71
Prophète de leur envoyer des hommes de chez eux (mecquois).
Alors ‘UBAYDA IBN AL HARITH (cousin de hamza), HAMZA et ALI sortent des rangs.
Premier duel, Hamza tua Shayba, deuxième duel, Ali tua Al Walid et au troisième duel, ‘Ubayda
fut blessé et blessa également son adversaire ‘Utba qui fut achevé par Hamza et Ali. Quant à
‘Ubayda qui avait la jambe coupée, il meurt quelques jours après, sur le chemin de retour à
Médine.

Les Qoraiches venaient de perdre 3 membres d’une même famille, qui étaient respectés.
Ils furent d’ailleurs les premiers à lancer l’attaquer pour venger leurs morts, mais les musulmans
qui avaient respecté l’ordre du Prophète ont gardé leur rang en défensive. Il leur dit
s’ils se lancent vers vous , repoussez-les avec des tirs de flèches ! ».

Après avoir aligné ses effectifs, le Prophète retourne avec Abou Bakr dans sa cabane et
multiplie les invocations « Mon Dieu, si ce groupe de croyants est exterminé, Tu ne seras
pas adoré sur terre, mon Dieu accorde moi ce que tu m’as promis » il levait les mains au
ciel si haut que son manteau tombait et Abou Bakr le ramassait et le remettait sur ses
épaules, en lui disant : « O envoyé de Dieu, tu as suffisamment invoquer Ton Seigneur » et
la réponse fut immédiate.
Allah inspira aux anges S8 V123 Je suis avec vous affermissez donc les Croyants Je vais
jeter l’effroi dans les cœurs des négateurs » ; et révéla à son envoyé S8 V9 « Je vais vous
aider d’un millier d’anges qui défileront les uns à la suite des autres.

Le Prophète s’assoupit légèrement puis se leva : « Oh Abou Bakr, réjouis-toi ! Voici Gibril au
milieu d’une tempête de sable ».Il sortit de son abri en criant : « leur multitude sera
dispersée et ils battront en retraite » S54 V45.

A la demande de Gibril, le Prophète saisit une poignée de poussière, qu’il lança en direction
de l’ennemi en disant : « Que les visages soient confondus ! » Pas un seul associant ne fut
épargné par cette poussière.
Allah dit à ce propos : Tu n’as pas lancé quand tu lançais c’est Dieu qui lançait » S8 V17
A partir de ce moment, il commandait ses hommes et les encourageaient en citant ces
versets : « Hâtez-vous vers une absolution de votre Seigneur et un Paradis ayant la largeur
des cieux et de la terre » S3 V133

En entendant ces versets, les musulmans redoublent d’effort et lancent une attaque qui balaye
l’ennemi.

Beaucoup de hadith rapportent aussi la participation des anges à cette Ghazwat. Al boukhari :
« Gibril est venu voir le prophète en lui disant : « Comment considérez-vous les gens
de Badr. Il lui répond : « Parmi les meilleurs des musulmans. Gibril lui dit « Il en est
ainsi des anges qui ont participé à Badr ».Boukhari

Défaite de l’armée mecquoise

Face à l’assaut des musulmans, les Qoraiches prennent peu à peu la fuite. Soit, ils étaient tués,
soit fait prisonnier. Abou Jahl essaie de remotiver ses troupes en disant : « Que la mort de

72
‘Utba, de Shayba et Walid ne vous effraient pas ». Mais la déroute et la défaite des Qoraiches
étaient bien engagées et Abou Jahl fut tué.

C’est ainsi que la bataille se termine par la victoire écrasante des musulmans.
14 martyrs contre 70 morts mecquois et 70 prisonniers parmi la noblesse de la Mecque.

Victoire des musulmans

Les Mecquois ressentiront une grande honte et un immense chagrin suite à cette défaite. Quant
aux musulmans, ils envoient 2 héraults : ‘AbdAllah Ibn Rawaha et Zayd Ibn Haritha à Médine
pour annoncer la bonne nouvelle.

Zayd était sur la chamelle du Prophète lorsque les hypocrites l’ont vu, ils en on déduit que le
Prophète avait été tué. « Mohammad a été tué ! voici sa chamelle que nous connaissons tous
et voici Zayd qui ne sait quoi dire tellement il est effrayé. »

Mais à l’annonce de la bonne nouvelle, les notables resté à Médine, sortent sur la route de Badr à
la rencontre du Prophète .

Avant de quitter Médine, le Prophète avait demandé à son beau fils Uthman de rester à
Médine et de s’occuper de Roqaya sa fille qui était malade mais elle meurt et fut enterrée avant
le retour de son père.
Plus tard, Uthman épousera Oum Kaltoum la sœur de Roqaya , il sera appelé l’homme aux 2
lumières en référence aux deux filles du Prophète .

Divergence sur le butin


Durant le séjour de l’Envoyé de Dieu à Badr après la bataille, une querelle au sein des soldats
musulmans éclata au sujet du partage du butin. Voyant cela, le Prophète ordonna aux
musulmans de rapporter le butin. A ce sujet, on rapporte que Ubada Ibn As-Samit dit : « Nous
sommes partis (de Médine) avec le Messager de Dieu et j’ai pris part à la bataille de Badr à
ses côtés. Allah a voulu que l’ennemi soit défait. Certains musulmans poursuivirent les fuyards,
d’autres ramassèrent le butin et d’autres enfin restèrent auprès du Messager pour le
protéger et faire face à des attaques surprises. A la tombée de la nuit, les musulmans se
rassemblèrent et ceux qui avaient collecté le butin dirent : Nous l’avons ramassé donc personne
n’y a droit. Ceux qui avaient pourchassés les fuyards dirent : Vous n’avez pas plus de droits que
nous car c’est nous qui avons dispersé l’ennemi. Quant à la garde rapprochée du Prophète , ils
formulèrent la même revendication. A ce moment, fut révélé le verset suivant : [S. le butin,8 v.1)
Ils t’interrogent au sujet du butin. Dis : le butin est à Allah et à Son messager. Craignez
Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez à Allah et à Son messager, si vous êtes
croyants ».
Sur le chemin du retour vers Médine, le Prophète répartit de façon égale le butin entre les
musulmans combattants, après avoir prélevé le 1/5°.

Divergence concernant les prisonniers


Une fois la bataille terminée, le Prophète du régler le sort de 70 prisonniers et il consulta
les compagnons à ce propos :

73
• Abou Bakr suggéra de demander une rançon pour eux : « Après tout, ce sont nos
parents et la rançon nous sera utile dans notre combat contre les négateurs.
Peut-être Dieu les guidera-t-Il à l’islam. Ils seront ainsi un soutien pour nous »
• Omar, quant à lui, dit : « Je ne suis pas d’accord avec Abou Bakr. Permet-moi
plutôt de tuer untel (qui faisait partie de sa famille), autorise Ali à tuer son
cousin et Hamza de tuer son frère (Abbass). Ainsi on saura que dans nos cœurs il
n’y a aucune indulgence pour les associateurs dont ceux-là sont les héros, les
chefs et les guides »
➔ Le Prophète pencha cependant pour l’avis d’Abou Bakr .
Le jour suivant, Omar visita le Prophète et Abou Bakr et les trouva en train de pleurer. Il
fut extrêmement surpris et s’enquit de la situation afin de partager leur douleur. L’Envoyé de
Dieu dit alors qu’un verset coranique avait été révélé reprochant un tel choix :
S. 8 le butin, V. 67&68 : « Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d’avoir
prévalu (mis les mécréants hors de combat) sur la terre. Vous voulez les biens d’ici-bas
tandis qu’Allah veut l’au-delà. Allah est Puissant et Sage. N’eût été une prescription
préalable d’Allah, un énorme châtiment vous aurait touché pour ce que vous avez pris ».

Ce fut, en fin de compte, l’avis d’Abou Bakr qui fut retenu : la rançon fut fixée en fonction de la
situation financière du prisonnier. Celui qui n’avait pas les moyens de régler sa rançon devait
apprendre à lire et à écrire à 10 enfants musulmans. Et un autre groupe de prisonniers fut
relâché car ils ne pouvaient satisfaire à aucune des deux options.

Après le retour du Prophète à Médine, voyant l’essor et la puissance que l’islam prenait,
certains médinois se sont convertis par intérêt terrestre comme AbdAllah Ibn Ubay ibn Salloul
sans que la foi ne pénètre jamais leurs cœurs.

Quelques évenements liés à la bataille de Badr :

-Le jour de la bataille de Badr, l’épée de ‘Okacha se brisa et pour la remplacer, le Prophète
lui donne un bâton qu’il secoua et qui se transforma en une épée très solide. ‘Okacha utilisa cette
même arme qu’on appelait (l’aide) Al’awn lors des batailles suivantes jusqu’à sa mort pendant les
guerres d’apostasie (sous le califat d’ Abou Bakr)

-Un jour ‘Okacha demanda au Prophète de lui faire une invocation pour qu’il rentre au
Paradis sans jugement, ce qui lui fut accordé, les autres compagnons demandérent la même chose
mais le Prophète leur a dit ‘Okacha vous a devancé !

-Mous'ab Ibn ‘Umayr vit son frère ‘Abdulaziz les mains lieés par un Ansar, Mous'ab dit au ansar :
« Ligote le bien car sa mère est suffisamment riche pour payer sa rançon ! ‘Abdelaziz lui répond :
« C’est ainsi que tu recommandes que l’on traite ton frère ? »

- Abou Houdeyfa regarda tristement la dépouille de son père ‘Utba, le Prophète lui demanda
pourquoi il était triste, il lui répondit : « Je savais que mon père rencontrerait le destin qu’il
méritait, mais je savais qu’il était intelligent et j’espérais que cette intelligence lui permette de
voir que l’islam est la vérité. Le Prophète invoqua pour Abou Houdeyfa et lui dit des paroles
douces.

74
-Parmi les prisonniers, il y avait Abou Al’as, qui était le mari de Zaynab, fille du Prophète .
Elle était encore à la Mecque, elle envoya un collier que sa mère Khadija lui avait offert la veille
de son mariage pour payer la rançon de son mari. Le Prophète fut très touché en voyant le
collier, il demanda aux compagnons de le libérer et demanda à Abou Al'as en contre partie
de divorcer de sa fille. Zaynab put alors émigré à Médine. Plus tard, son mari se convertira et ils
reprendront leur vie de couple.

-Juste après la bataille de Badr, Abou Lahab tomba malade, son corps était couvert de boutons
pestilentiels et il mourut. Personne ne voulait l’enterrer de peur d’être contaminé, ce n’est que 3
jours plus tard que ses fils tirent son corps jusqu’à sa tombe puis jettèrent des pierres et du
sable pour le couvrir.

-Quant aux musulmans morts à Badr, l’imam Ahmed a rapporté que le messager d’Allah a
dit : « Aucun homme ayant participé à la bataille de Badr ou au serment de Al Houdaybya
n’entrera en enfer ».

-Juste après Badr, une domestique vint voir Ali, et le mit au courant que Fatima venait d’être
demandée en mariage et que rien ne l’empêchait lui aussi de demander sa main au Prophète
Il répondit qu'il n’avait pas de quoi se marier (dote). Elle l’encouragea et il alla voir le Prophète
mais il n’osa pas lui demander. Le Prophète le voyant hésiter lui dit : « Tu es peut-être
venu pour demander la main de Fatima ? Il répondit oui ! As-tu quelque chose à lui donner ? Par
Allah non. » Le Prophète lui dit alors que le bouclier qu'il lui avait donné serait la dote et
qu’il devait le lui apporter. Ils se marièrent et eurent HASSAN , HUSSEIN, MOHSIN mort en
bas âge, OUM KALTOUM et ZAYNAB.

Après la défaite de Badr les qoraiches étaient en état de choc car perdre contre une
armée peu nombreuse et si peu prestigieuse était une honte pour leur réputation.
Ils vont pleurer leur défaite et leurs morts durant un mois puis arrêtèrent car quelqu’un leur
avaient suggéré que si les musulmans apprennent cela ils se rejouiraient de les voir pleurer
Plus au moins 9 mois plus tard, les qoraiches vont être confrontés à un autre évenement qui va
les mener à prendre la décision d'attaquer les musulmans.

7) Ghazwat bani Qaynoqa (Chawwal)

Les Bani Qaynouqa’ étaient l’une des trois tribus juives de Médine avec lesquelles le
prophète avait signé un pacte de non agresion. Lorsqu’ils apprirent la victoire des musulmans
à Badr. Ils étaient devenus fous de rage, aussi donnèrent-ils libre cours à leur haine et à leur
médisance, ils commencèrent à commettre des actes provocateurs et nuisibles de façon publique.
Ils possédaient des boutique, d’orfèvrerie, forgeron, ustensiles de cuisines…et lorsque les
musulmans entraient dans leurs boutique ,ils se moquaient d’eux et les bousculaient.
Le Prophète décida donc de les sermonner et de les exhorter à être raisonnables et sensés
en les mettant en garde contre toute transgression à venir. Il réunit les juifs sur la place du
marché des Bani Qaynouqa’ et les mit en garde contre la rupture de leur pacte « vous feriez

75
mieux de vous préserver d’une calamitée comme celle qui a touché les qoraiches. Vous feriez bien
d’embrasser l’islam car vous savez que je suis le messager de Dieu. Vous trouverez cela dans
votre livre qui contient la promesse que Dieu vous a faite »
Mais leur réponse fut : « Mohammad, crois-tu que nous sommes une proie si facile ? Ne te laisse
pas emporter par l’euphorie. Tu as simplement affronté des gens qui n’y connaissent rien en
technique de guerre, ce qui t’a permis de remporter facilement la victoire. Voici l’occasion de te
mesurer à nous, tu sauras que nous sommes les plus forts. »

Il y a aussi un autre récit par rapport à cette gazwa, c’est lorsque un jour, une musulmane se
rendit chez un joaillier, des juifs voulurent la dévoiler. Elle refusa. Alors un juif releva
discrètement l’extrémité de sa tunique sur son dos et la noua. Quand la femme se leva, elle mit
ses parties intimes à découvert. Elle poussa un cri. Un musulman se jeta sur le juif et le tua. Puis
il fut lui-même tué en guise de représailles. Ce fut la 1° violation du pacte.
V58-S8 Al Anfal « Et si tu redoutes la trahison d’un peuple,dénonce en toute franchise
l’acte qui te lie à lui car Dieu n’aime point les traitres » Le prophète déclara donc nul le
pacte qu’il avait avec eux et annonca au Qaynoqa’ qu’il se considérait en guerre avec eux.

Siège des Bani Qaynoqa

Le Prophète vint à la tête de ses soldats et assiégea les forteresses des juifs. L’étendard
des musulmans était porté par Hamza. Le siège dura 15 jours durant lesquelles les Bani Qaynoqa
espéraient l’aide de leur allié AbdAllah Ibn Oubay qui avait promis de les aider. Allah sema la
terreur dans les cœurs des juifs et ils furent contraints d’accepter le jugement du Messager
concernant leurs vies, leurs biens, femmes et enfants. C’est ce moment que choisit AbdAllah
Ibn Oubay Ibn Salloul pour s’acquitter de son rôle d’hypocrite. Intercédant en faveur des juifs
et prétextant l’ancienne alliance qui les liaient à sa tribu, il dit : Ô Mohammad, traite bien mes
confédérés » mais le Prophète ne répondit pas. AbdAllah répéta ses dires mais le
Prophète ne répondit toujours pas. Alors AbdAllah le saisit par sa cotte de maille. Le
Prophète devint pourpre de colère et lui ordonna de le lâcher mais AbdAllah refusa en
disant : « Par Dieu, je ne ferais que lorsque tu me promettras de bien les traiter ». Finalement le
Prophète accepta sa requête mais à la condition qu’ils quittent Médine. Alors les juifs
partirent s’établir en Syrie. La plupart moururent en chemin. Le Prophète saisit tous leurs
biens et les distribua aux combattants musulmans.

TROISIÈME ANNÉE DE L’HÉGIRE.

1) Sariyya de Zayd ibn Hâritha. (Joumada II)

L'été approchait et ce fut le moment pour la caravane commerciale de partir pour la


Syrie. Quant à la caravane d'hiver, elle partait pour l'Abyssinie (Ethiopie).
Mais le problème pour les Qoraiches, après la bataille de Badr, ils avaient peur de reprendre
les routes habituelles car elles passaient près de Médine.
Ils se réunirent et prirent la décision de ne plus prendre la route côtière mais celle qui mène
vers l'Irak en passant par Nejd. Après avoir entendu cela, Salit Ibn An Nu'man qui était
musulman mais qui cachait sa conversion aux Qoraiches en informa le Prophète .

76
Le prophète envoya alors Zayd Ibn Haritha et 100 hommes pour intercepter la caravane. Les
qoraiches furent surpris par les musulmans et prirent la fuite sans aucune résistance. Le butin
fut partagé selon les règles.

Mariage du prophète avec Zaynab Bint Khouzayma

Les mecquois étaient inquiets pour leur avenir et ils étaient face à 2 options pour retrouver leur
prestige social.
1) Soit ils abandonnent leur signe d'arrogance et se réconcilient avec les musulmans pour vivre
de manière pacifique.
2) Soit ils lancent une guerre contre Médine pour se venger

2) Ghazwa Ohod. (chawwal) la bataille a eu lieu un samedi après choroq

Ohod est une ville qui se situe à 3km au nord de Médine, la bataille va avoir lieu un samedi après
chorok

Les Qoraiches ont donc choisi la guerre pour venger leurs pertes lors de la bataille de
Badr et pour la caravane prise par la troupe de Zayd. Ils décidèrent d'utiliser l'argent que la
caravane d'Abou Soufian avait raporté pour s'armer. Ils vont demander l'aide de tout leurs
alliés.
A la tête de cette armée Mecquoise, Safwân Ibn Oumayya, Abou Soufian Ibn Harb,Ikrima Ibn
Abou Jahl, Abd'Allah Ibn Abi Rabi'a.
Ils prirent avec eux des poètes et leurs femmes pour les inciter à combattre avec courage, une
armée de 3000 hommes dont 200 cavaliers,3000 chameaux, 700 hommes portaient des
cottes de mailles .
Le général était Abou Soufian Ibn Harb, la cavalerie était commandée par Khalid Ibn
Al Walid et secondée par Ikrima Ibn Abou Jahl. Ils étaient prêts à étancher leur soif de
vengeance.

Le prophète consulte ses compagnions

Al'Abbas Ibn Abd Al Mottalib, oncle du Prophète , en voyant ces préparatifs, envoya
prévenir son neveu. En apprenant cela, le Prophète consulta ses hommes et Médine se mit en
état d'alerte, tout homme valide fut armé même lors des prières.
Un groupe d'Ansars va décider de se charger de veiller à la protection du
Prophète parmi eux, Sa'd Ibn Mu'adh, Sa'd Ibn 'Ubada et Usayd Ibn Hudayr.
D'autres vont organiser des patrouilles pour surveiller Médine.
Le Prophète raconta à ses hommes qu'il avait fait un rêve : "Par Dieu ! J'ai vu en rêve, et
j'implore Dieu pour que ce soit un rêve annonciateur de bonnes choses, des vaches tuées ainsi
qu'une brèche à la pointe de mon épée, et je me suis vu pénétrer ma main dans une armure
compacte."

-Les vaches égorgées = les musulmans tués


-L'épée ébréchée = un membre de sa famille (Hamza)

77
- L'armure = Médine

Le Prophète suggèra alors de laisser venir l'ennemi jusqu'à Médine puis de l'attaquer.
Abd'Allah Ibn Oubay (l’hypocrite) qui assistait à la réunion était d'accord avec ce plan en
espérant pouvoir se cacher dans les rues de la ville lors du combat. Mais d'autres jeunes
compagnons qui n'avaient pas participé à Badr ont souhaité sortir à la rencontre de l'ennemi. A la
tête des plus enthousiaste Hamza (oncle du prophète ) le Prophète décida alors de se
ranger du côté de la majorité.
Après la prière de 'Asr, le Prophète rentra chez lui avec Abou Bakr et 'Omar qui
l'aideront à enfiler ses habits de guerre, son turban, ses 2 cottes de maille et son épée,
aussitôt sorti de chez lui les gens l'attendaient déjà.
Sa'd Ibn Mou'adh et Usayd Ibn Hudayr disent au Prophète : " Ô Prophète , nous
n'aurions pas dû te contrarier, agis donc selon ta volonté. Si tu préfère rester à Médine, nous
resterons avec toi."
Le Prophète répondit : " Il n'appartient pas à un Prophète d'enlever son armure une fois
qu'il l'a revêtu, tant que Dieu n'a pas tranché entre lui et son ennemi."
Préparation de l’armée

Le Prophète divise son armée en 3 bataillons :

1° Les Mouhajirouns commandé par Mushab Ibn 'Umayr


2° Les Aws commandé par Usayd Ibn Hudayr
3° Les Khazraj commandé par Al Hubab Ibn Al Mundhir

L'armée musulmane comptait 1000 hommes, il y avait parmi eux 50 cavaliers et 100 hommes qui
avaient des cottes de mailles.
Le Prophète désigna 'AbdAllah Oum Makhtoum pour mener les prières à Médine.
Le Prophète quitta Médine un vendredi et passe la nuit à Ash Shaykhan. Juste
avant l'aube, il lèva le camp. Une fois arrivé près de l'ennemi, 'Abd Allah Ibn Oubay
(l'hypocrite) changea d'avis prétextant que le prophète avait préféré prendre l’avis des
jeunes sans tenir compte de celui des notables . Il quitta donc l'armée musulmane avec
300 hommes, il restera une armée de 700 hommes.
S3-V 167, 168: « Et afin qu'ils reconnaissent les hypocrites, on leur a dit :"Avancez !
Combattez dans le chemin d'Allah ! ou bien deffendez-vous ! »
« Ils ont répondu :Si nous savions combattre, nous vous suivrons certainement. Ils se
trouvèrent ce jour-là, plus près de l'incrédulité que de la foi. Ils disent avec leurs bouches
ce qui n'est pas en leurs coeur. Allah connait parfaitement ce qu'ils cachent. »

Le Prophète a dit : " 4 caractéristiques, si elles sont présentes chez une personne,
sera alors un véritable hypocrite et celui chez qui il y a une de ces caractéristiques,
aura en lui un signe de l'hypocrisie jusqu'à ce qu'il la délaisse.
1) Lorsqu'on lui confie un dépôt, il trahit
2) Lorsqu'il parle il ment
3) Lorsqu'il fait un pacte, il ne le respecte pas
4) Lorsqu'il se dispute, il est grossier (rapporté par Boukhari et Mouslim)

78
La bataille

Le Prophète expliqua le plan de bataille à ses hommes ,il choisit 50 archers avec pour chef
'AbdAllah Ibn Joubayr, à qui il va ordonner de se positionner sur un mont qui, plus tard fut
appelé le Mont des Archers.
Le Prophète s’adressa à eux en ces termes : « Eloignez de nous leur cavalerie au moyen de
vos flèches sinon ils nous attaquerons par l'arrière. Que nous gagnions ou que nous
perdions, restez fermement sur votre position et veillez à ce que nous ne soyons pas attaqués de
votre côté. Défendez nos arrières ! Si vous assistez à notre massacre, ne venez pas nous aider,
et si vous nous voyez gagner du terrain, ne nous rejoignez pas. »

Du côté des qoraiches, Abou Soufian Ibn Harb était le combattant en chef. Khalid Ibn Al
Walid conduisait l'aile droite et Ikrima Ibn Abou Jahl l'aile gauche.
Et Hind fille de Utba et épouse de Abou Soufian était à la tête des femmes, elle tapait sur des
tambourins pour encourager les hommes au combat en leurs récitant des vers : "Si
vous combattez bravement, nous vous étreindrons et déplierons les tapis pour vous accueillir.
Mais si vous reculez, nous vous quitterons et jamais plus nous vous aimerons."
Le combat faisait rage, Hamza accomplissait des actes de bravoures inégalées jusqu'à ce qu'il
fut tué par Wahshi, son maître Jubayr Ibn Mut'im lui avait promis la liberté en échange du
meurtre de Hamza (pour venger la mort de son oncle à Badr).
Malgré la mort de Hamza, les musulmans prenaient le dessus, les archers qu'avait placé le
prophète sur le mont, influaient favorablement sur la bataille.
Les mecquois commencèrent à quitter les champs de bataille en fuyant.
Rapporté par Boukhari : "Lorsque nous les avons combattus, ils s'enfuirent, et leurs femmes
pouvaient être aperçues courant à travers les collines, les chevilles et les jambes découvertes."
Les musulmans poursuivirent l'ennemi et ramassaient le butin.
C'est à ce moment que la plupart des archers musulmans commirent une erreur fatale.
Une erreur qui va entrainer la mort de nombreux musulmans et qui a même failli entraîner la mort
du Prophète .
En effet, 40 des archers qui avaient été placés sur le mont vont quitter leur poste pour
ramasser le butin et suivre les fuyards.

Moment critique pour le prophète et ses hommes

Abd Allah Ibn Joubayr et 9 autres compagnons , vont rester sur le mont pour respecter l’ordre
du prophète . Abd Allah leur rappella les ordres qu’ils avaient reçu mais en vain.
C'est à ce moment là que Khalid Ibn Al Walid qui avait vu la désertion des archers décida de
contourner le mont par la droite et d'encercler les 10 archers restants. Tout les 10 furent tués.
Avertis par les cris de Khalid Ibn Al Walid et de ses hommes, les Qoraiches qui étaient en train
de fuirent firent demi-tour.
Une femme ramassa l'étendard qui était à terre ce qui redonnera courage a l’armée des
qoraichites qui se réunit autour, ils s'appelèrent les uns les autres jusqu'à réussir à encercler les
musulmans.
Le Prophète et un petit groupe de compagnons se sont retrouvés isolés des autres.
Le Prophètes lança alors un appel aux musulmans : "Venez à moi ! Je suis le
Messager de Dieu ". Mais les idolâtres l'ont également entendu et sont venu l'attaquer.
Muslim a rapporté d'après Anas Ibn Mâlik que le Prophète se trouva pris au piège

79
avec 7 ansarites et deux Mouhajirines quand les idolâtres l'attaquèrent
Le prophète leur dit à ce moment : « Celui qui les repousse sera mon compagnon au Paradis. »
L'un des ansar s'avança et défendit le Prophète jusqu’à sa mort. Et il en fut ainsi pour les
7 ansars.
Alors le Prophète dit aux 2 mouhajirins, nous n'avons pas rendu justice à nos compagnons.
Il se retrouva seul avec Talha Ibn Ubayd Allah et Sa'd Ibn Abi Waqqas. C'était un moment
difficile pour le Prophète
L'ennemi en profita pour tenter de le tuer. Utba Ibn Abi Waqqas lui jetta des pierres qui le
blesseront au visage, sa dent fut cassée, sa lèvre coupée. Abd Allah Ibn Shihab Az Zuhri le
blessa au front, 'Abd Allah Ibn Qami'a le frappa brutalement à l'épaule avec son épée, il fut
protégé par les 2 cottes de maille qu’il portait, après cela Ibn Qami’a le frappa également au
visage en lui disant : 'Prends cela de ma part, je suis Ibn Qami'a. Le coup fut si violent que le
casque s’enfonça dans sa joue. Le visage en sang, le prophète dit : « Comment un peuple qui a fait
couler le sang sur le visage de son prophète alors qu’il ne faisait que les appeler à adorer leur
seigneur peut-il prospérer ? » Ibn Hisham

Sa'd et Talha défendaient le Prophète avec force et courage. Sa'd tirait des flèches pour
défendre le Prophète et ce dernier lui tendait les flèches en lui
disant : « Tire Sa'd ! Tire ! Puisse mon père et ma mère te servir de rançon ! »
Quant à Talha, le Prophète voyant des ennemis venir vers lui dit : « Qui se chargera de
repousser ces gens ? » Talha répond : « moi ! » C'est alors qu'il s'avança et combattit comme 11
hommes jusqu'à ce qu'il soit blessé et que son pouce fut coupé.

Boukhari, d'après Qays Ibn Hazim : « J'ai vu la main de Talha paralysée. Cette main même
avec laquelle il protégea le Prophète le jour d'Ohod. »
Tirmidhi, Le Prophète a dit : « Que celui qui désire voir marcher sur terre un martyr, qu’il
regarde Talha Ibn 'Ubayd Allah. »
Abou Daoud, d'après 'Aïsha : « Chaque fois que Abou Bakr évoquait le jour de
Ohod, il disait, c'était le jour de Talha. »

Lorsque les autres compagnons se sont rendu compte de la situation dans laquelle se trouvait le
prophète , ils se sont précipités autour de lui faisant de leurs corps un bouclier. Le premier
arrivé fut Abou Bakr, Abou 'Ubayda Ibn Al Jarrah vint les rejoindre, Talha se trouvait à terre
blessé et le Prophète leur dit : « occupez-vous de votre frère, il a mérité le Paradis. »
Abou Bakr se rendit compte que deux anneaux avaient pénétré la joue du Prophète , il
voulait les retirer mais Abou 'Ubayda Ibn Al Jarrah le supplia de le laisser faire. Il se saisit des
anneaux avec ses dents et se mit à les tirer jusqu'à ce qu'il casse ses deux incisives.
Pendant ce temps, les autres compagnons formaient un bouclier autour de Prophète
(Musab Ibn Umayr, Ali, Qatada Ibn An Nu'man, 'Omar Ibn Khattab, Abou Talha,...)

Musab Ibn Umayr défendait le prophète contre Ibn Qami'a et portait l'étendard de la main
droite, on la lui trancha, puis se servit de sa main gauche, elle fut également coupée, puis il mit
l'étendard entre son cou et sa poitrine jusqu'à ce que Ibn Qami'a le tue.

Confusion générale

80
Dans la confusion, Ibn Qami'a s'écria " Mohammad est mort ", car Musab ressemblait au
Prophète
Cette nouvelle provoqua la consternation de beaucoup de compagnons qui étaient encerclés par
l'ennemi loin de l'endroit où se trouvait le Prophète et le désordre commenca à gagner le
rang musulman. Anas Idn An nadir croisa un groupe de musulmans qui, déprimés se résignèrent à
l’annonce de la mort du prophète . Il leur demanda :« Qu’attendez vous ? » Ils dirent : « Le
messager est mort » Il leur répondit: « Et que vaut la vie après lui ? levez-vous et mourez pour la
même cause que lui. »
Cette nouvelle eu également comme effets d'alléger l’attaque de l'ennemi , pensant que leur but
avait été atteint.
A la mort de Musab, le Prophète remit l'étendard à Ali, le Prophète et ses
hommes se réfugiérent sur la montagne d'Ohod. Il était blessé et avait du mal a grimper sur
la montagne le voyant ainsi, Talha Ibn 'Ubayd Allah se mit immédiatement à 4 pattes pour que le
Prophète grimpa sur son dos et qu’il puisse le soulever. Le Prophète dit alors : " Talha a
mérité le Paradis. "
Tandis que les musulmans grimpaient sur la montagne, certains qoraiches les poursuivirent parmi
eux : Khalid Ibn Al Walid et Abou Soufian, c'est alors que le Prophète invoqua Allah : « Oh
Mon Dieu ! Fais en sorte qu'ils ne se trouvent pas plus haut que nous. »
Omar et d'autres luttèrent contre l'ennemi jusqu'à ce qu'ils les eurent refoulés.

Lors de cette ghazwat, les femmes musulmanes participérent de plusieurs manières,


en soignant les blessés, en leurs apportant à boire ou en prenant part au combat.
Fatima Zahra quant a elle s ’est occupée des blessures de son père.

Par la suite, le Prophète menait les prières en position assise durant une longue période en
raison de ses bléssures et les compagnons firent de même (sunna).

Abou Soufyan s’enquiert des nouvelles du prophète

Lorsque les idôlatres se préparaient à partir, Abou Soufian se rendit en haut de la montagne et
s'adressa aux musulman en criant : « Mohamed est parmi vous? », il ne
reçut pas de réponse. « Abou Bakr est parmi vous? » pas de réponse. « 'Omar est
parmi vous? » pas de réponse, ce silence avait été ordonné par le Prophète .
Abou Soufian savait que c'était là 3 personnages très importants pour l'islam et il voulait
s'assurer de leur mort. Il dit alors : « Ceux-là sont morts. »
'Omar ne put alors s'empêcher de répondre : « Oh ennemi de Dieu, je te dis que nous
sommes encore vivants et Dieu a préservé la source de ton malheur. »
Abou Soufian dit alors : « Vos cadavres ont été mutilés, sachez que je n'ai pas ordonné
de tels actes, mais cela ne m'a pas déplu ,Hubal est la plus grande. »
Et là, c'est le Prophète qui n'a pas pu s'empêcher de dire aux compagnons de lui
répondre : « Dieu est le plus Haut et Plus Majestieux. »
Abou Soufian : « Nous avons combattu avec zèle. Ce jour compense celui de Badr. »
'Omar répondit : « Non, les deux issues ne sont pas les même car nos morts sont au
Paradis tandis que les votres sont en Enfer. »
Abou Soufian demande à 'Omar de venir le voir 'Omar était réticent mais le Prophète lui
demanda d'y aller.

81
Abou Soufian lui demanda alors : « Je t'implore au nom de Dieu de me dire la vérité, avons-nous
tué Mohamed ? », 'Omar répondit : « Par Dieu, Non ! Il écoute en ce moment même tes paroles. »
Abou Soufian continua : « Pour moi, tu es plus véridique et plus bon qu'Ibn Qami'a, nous nous
rencontrerons à Badr l'année prochaine. »
Le Prophète demanda à un compagnon de répondre : « Oui c'est un rendez-vous pour chacun
d'entre nous. »
Les Qoraïshes quittèrent alors Ohod et le Prophète demanda à 'Ali de les suivre pour être
sûr de leur départ.

Le prophète sillonne le champ de bataille

Après le départ des Qoraïshes, les musulmans s'occupent de leurs blessés et de leurs morts.
Le Prophète envoya Zayd Ibn Thabit à la recherche de Sa'd Ibn Rabi'. Il lui dit
: « Quand tu le trouveras, dis-lui que la paix soit sur toi de la part du Prophète et que le
Prophète te demande comment tu te sens. »
Zayd trouva Sa'd agonisant avec plus de 70 blessures. Il lui passe le salam du prophète et lui
demanda comment il se sentait, Sa'd répond : « Dis lui que je sens le parfum du Paradis. Et dis à
mon peuple, les ansars que vous n'aurez pas d'excuses devantDieu si quelque mal touche le
prophète alors que vos yeux clignent toujours. » puis il mourut.
Les musulmans voient Al Usayrim ('Amr Ibn Thabit) agonisant, ils le savaient non musulman. Ils
lui demandent pourquoi est-tu venu à Ohod ? Il leur dit : « Je crois en Dieu et en son messager
, et j'ai combattu à son côté. Ils rapportèrent ces propos au prophète qui leur dit : « Il
fait partie des hôtes du Paradis. »

Il n'avait pourtant jamais effectué une seule prière a rapporté Abou Horayra

Profitant de ce moment, certains qoraiches parmi eux, des femmes se sont mis à mutiler les
morts musulmans en leurs coupant le nez, les oreilles etc… pour les porter au cou comme trophée.

Voyant l'état des morts musulmans mutilés par les Qoraiches, certains musulmans demandèrent
au prophète de pouvoir en faire de même ,mais le prophète leur récite alors le verset
126 de
la sourate 16 An Nahl :« Et si vous avez à punir, infligez (à l'agresseur) une punition égale au
tort qu'il vous a fait. Et si vous endurez... cela est certes meilleur pour les endurants. »

Le Prophète dit : « Je témoignerai en leur faveur. » Il ordonna qu'ils soient enterrés là


où ils avaient été tués et commanda aussi qu'ils ne soient pas lavés.
Il regroupa les morts par deux ou par trois dans chaque tombe voir même deux dans
chaque linceul. Celui qui connaissait le plus le coran était mis en terre le premier.
Lorsque le Prophète vit à quel point son oncle Hamza avait été mutilé, il fut extrêmmement
triste, il ordonna qu'il soit enterré avec son neveu 'Abd Allah Ibn Jahch.
Ibn Mas'oud dit : « Nous n'avons jamais vu le Prophète pleurer autant qu'il le fit ce jour-là
pour Hamza. Il assista à sa mise en terre et éclata en sanglots. »

82
Le prophète vit également Mousab Ibn Oumayr à terre, mort. Abd Arrahman Ibn Awf dira :
« Lorsque nous cherchâmes à ensevelir Mousab, nous ne trouvâmes pour lui servir de linceul
qu’une courte cape, tellement courte que lorsque nous couvrions la tête, ses pieds apparaissaient
et vice versa. » Le prophète dira : « Couvrez lui la tête et mettez sur ses pieds des feuilles
de l’idhkhir. » Très peiné, il s’adressera à lui en disant : « Je t’ai vu à la Mecque portant les
plus beaux habits,la chevelure bien entretenue,et te voilà maintenant enseveli dans une grossière
cape,la tête ébouriffée. » puis il ajouta : « Il y a parmi les croyants des hommes qui ont été
fidèles au serment fait a Dieu. »
Le Prophète regroupa les musulmans, invoqua pour eux, fera la prière pour les défunts et
reprendra le chemin vers Médine.
La plupart des récits confirment que 70 musulmans furent tués et entre 22 et 37 morts
polythéistes.

Le soir même du samedi, ils étaient rentrés à Médine, les compagnons bien qu’ils étaient fatigués
passèrent la nuit à veiller sur la ville.
Sourate 3 Ali Imran, V 152, 153 : « Allah a rempli Sa promesse envers vous, quand, avec
Sa permission, vous anéantissiez vos ennemis jusqu'au moments où vous avez fléchi, ou vous
avez soulevé des contestations au sujet de cette affaire. Vous avez désobéi après qu'Allah
vous eu montré ce que vous souhaitez. Certains d'entre vous désirent le monde présent,
certains d'entre vous désirent la vie future. Allah, ensuite, et pour vous éprouver, a fait
fuir vos ennemis devant vous. Il vous a certainement pardonné. Allah est Le Maître de la
Grâce en faveur des croyants. Lorsque vous remontiez sans vous retourner sur personne, et
que le messager vous appelait à l'arrière des troupes, Allah a changé pour vous une
tristesse en une autre tristesse. »

Quelques récits de la ghazwat Ohod

1) L'un des braves de cette bataille fut Hanzala Al Ghasil. Il venait de se marier puis parti
pour le combat et lors de la bataille, il fut tué.
Le Prophète était sur le champs de bataille son regard fut détourné vers le ciel, au bout d’un
instant il dit aux compagnons : « Les Anges sont occupés a laver votre compagnons Hanzala. »
Plus tard, il dit à sa femme Jamila : " J'ai vu des Anges qui lavaient Hanzala entre le ciel et
la terre avec de l’eau sortie des nuages dans des bassins d’argent. »
Elle lui raconta alors qu'il était en état de djanaba et n'avait pas eu le temps de faire al Ghousl
de peur d'arriver en retard au combat.

2) Un autre héros de cette bataille fut Talha qui avait protégé le Prophète avec un
bouclier de
peau et qui tirait des flèches en même temps. Le Prophète se levait pour voir si les
flèches attaignaient leur cible mais Talha lui disait : « Je t'en conjure, toi pour qui je donnerais
en rançon mon père et ma mère, ne te lève pas, car tu pourrais être atteint par une flèche, ma
poitrine protègera la tienne . »

3) Sur le chemin du retour vers Médine, une femme des Bani Dinar vint à la rencontre
des compagnons, ceux-ci lui apprirent que son mari, son père et son frère avaient été

83
tués au combat. Elle leur demanda comment va le Prophète , ils lui répondirent : « Il va bien »
Et lorsqu’elle le vit elle dit : « Tous les malheurs sont sans importance dès lors que tu es sain et
sauf. »

4) Hamna Fille de Jahsh rencontra le Prophète qui lui annonça la mort de son frère
Abd Allah Ibn Jahsh. Elle dit alors Inna Lillahi Wa' Inna Ilayhi Raji'un.
Elle eut la même réaction lorsqu'il lui annonça la mort de son oncle Hamza.
Mais lorsqu'il lui annonça la mort de son mari Mus'hab Ibn 'Umayr, elle cria et se lamenta.
Le Prophète dit : « Le mari est extrêmement cher aux yeux de sa femme. »

5) Wahshi était esclave de Jubayr Ibn Mut'im dont l'oncle paternel avait été tué à Badr. Il
promit de rendre sa liberté à Wahshi en échange de la mort de Hamza. Lors de la bataille
d'Ohod, alors que le combat était bien engagé, Wahshi n'avait qu'un seul but, tuer Hamza
pour gagner sa libertée. Il scruta, attendit le bon moment puis, aperçut Hamza et le tua
d'un coup de lance. Il retira sa lance du corps de Hamza et se cacha dans la tente car ce
pour quoi il était venu avait été accompli. Après son retour à la Mecque, c’était un homme
libre.

Mais lors de la conquête de la Mecque, Wahshi partit vivre à Taïf et lorsque les gens de Taïf
prêtèrent allégence au Prophète , il décida de partir dans un autre pays car il avait peur de
renconter le prophète ,mais un homme l'en dissuada en lui disant : « Par Allah, il
ne tua pas les gens qui entraient dans sa religion et témoigne de la vérité. »
Il part alors à Médine pour voir le Prophète et après avoir fait l'attestation le
prophète lui dit alors : « es-tu Wahshi ? »,et il lui répond « Oui, oh Messager d'Allah »
Le Prophète lui dit alors : « Assieds-toi et raconte-moi comment tu as tué Hamza. »
Je lui ai raconté puis il m'a dit : « Malheur à toi ! Eloigne de moi ton visage que je ne te
voie pas ! Dès lors, à chaque fois que je le voyais, je me cachais de lui pour qu'il ne me voie pas,
jusqu'à ce qu'il mourut ".

Plus tard, lorsque les musulmans ont combattu Moussaylama, Wahshi prit sa lance et parti avec
eux, lorsqu’il apercut Moussaylama, il ajusta et tira avec sa lance et le tua. Il dira : « Avec ma
lance, j'ai tué le meilleur homme après le Prophète et le pire. »

6) Ibn Ishaq a dit : « Abd Allah Ibn Oubay avait une position privilégiée à Médine, et chaque
vendredi, quand le Prophète montait sur le minbar pour faire son prèche, Ibn Oubay se levait
et disait aux fidèles : « Oh gens, le Prophète est parmi vous ! Allah vous a honoré et vous a
rendu puissants par sa présence. Assistez-le, fortifiez-le et obéissez lui. » puis il reprenait sa
place.
Mais après Ohod ou il avait fait demi-tour, comme à son habitude il se levait pour faire
son discours, mais les musulmans le prennent par le pans de son vêtement et lui dirent :
« Assieds-toi, o ennemi d'Allah ! Tu n'es pas digne de cela, après ce que tu viens de faire . »
Fâché, il quitta la mosquée et des ansars lui dirent : "Malheur à toi, reviens auprès du
Prophète afin qu'il demande pardon pour toi! » Il leur répondit : « Par Allah ! je ne veux pas
qu'il demande pardon pour moi ! »

84
QUATRIEME ANNEE DE L'HEGIRE.

1) La mission d’Ar-Rajia (safar)

La tragédie d’Ohod eut des conséquences négatives sur la réputation militaire des musulmans.
Pensant que l’armée musulmane avait été affaiblie, les juifs et certaines tribus bédouines ont
déclaré ouvertement leur hostilité aux musulmans comme par exemple des gens qui faisaint
partie des tribus de Adl et de Kâra qui se présentèrent au prophète . Prétendant qu’il y
avait des musulmans en leur sein, ils lui demandèrent d’envoyer avec eux des gens qui auraient
pour tâche de les instruire de leur religion et de leur enseigner le Coran. Le Prophète
envoya avec eux 10 compagnons. Le groupe fut placé sous le commandement de Asim ibn Thabit.
Les dix hommes s’en allèrent donc avec Adl et Kâra.. Arrivés à Ar-Rajia un point d’eau situé du
côté du Hijaz, ceux-ci , appelèrent contre eux une tribu appelée Banou Lihyan. Ces derniers les
encerclèrent et les attaquèrent. Les musulmans se réfugièrent sur une élévation de terrain, et
les bédouins leur promirent de ne pas les tuer s’ils acceptaient de descendre.

Asim en ce qui le concerne, refusa de descendre, il les combattit avec ses compagnons, mais les
Banou Lihyan tuèrent sept d’entre eux. Ainsi, il ne restait du groupe que Khoubaib, Zayd ibn
Addathana et un autre homme qui, eux, acceptèrent de se rendre.

Toutefois, ils furent trahis par les Banou Lihyan, le troisième homme, constatant la trahison ,
refusa de les suivre. Alors, les agresseurs finirent par le tuer. S’agissant de Khoubaib et de
Zayd, ils furent vendus à la Mecque car ils avaient tué certains de leurs chefs lors de la bataille
de Badr. Khoubaib sera emprisonné et ses maîtres prirent ensuite la décision de le tuer pour
venger leurs proches . Alors, ils le sortirent du teritoire sacré . Sur le point d’être tué,
Khoubaib dit : « Laissez-moi faire deux prosternations ». On le laissa faire ses prosternations au
terme desquelles il dit : « Par Allah ! J’aurais fait davantage si ce n’était pour vous empêcher de
dire que je suis envahi de tristesse ». A cela, il ajouta : « Seigneur ! Evalue leur nombre afin
qu’aucun n’échappe au châtiment divin. »
Abou Soufyan lui dit : « Serais-tu content si nous faisons venir Mohammad pour lui trancher le
cou en te laissant rejoindre les tiens » ? Khoubaib répondit : « Par Dieu !je n’aimerais pas être
parmi les miens si pour cela Mohammad devait être piqué par une simple épine ». Sur ce, ils le
tuèrent et ensuite déléguèrent quelqu’un chargé d’en garder la dépouille mortelle. De passage
Amr Ibn Omayya Ad-Damori, mettant en œuvre un stratagème, réussit à le transporter de nuit
et à aller l’enterrer.

Safwan Ibn Umayya,un Quoraich racheta quant a lui Zayd Ibn Ad-Dathina et le tua pour venger
la mort de son père.

Asim Ibn Thabit


Lors de la batail de Ohod Asim a tuer les deux fils de Sulafa Bint Sad Ibn Souhail . Celle-ci
avait juré de boire du vin dans le crâne de Asim pour se venger et lorsqu’il mourut dans cette
trajédie, des hommes ont voulut prendre sa tête pour la vendre a Sulafa mais un essaim de
guêpes les empêcha de s’en approcher. Ils sont revenu le lendemain mais Allah avait envoyé une
crue qui déferla sur la rivière et qui emporta le corps . De son vivant il avait fait vœux de ne
pas toucher un polythéiste et de ne pas se faire toucher par un polythéiste. Omar dit : « Allah
garde son serviteur croyant qui cesse de vivre tout comme il le gardait de son vivant. »

85
2) La tragédie de Bi’r Maaouna. (safar)

Au cours du même mois quand arriva la tragédie d’Ar-Rajia, eut lieu une autre plus atroce et plus
abominable , à savoir la trajédie de Bi’r Maaouna.
Abou Bara Amir ibn Malik, vint à Médine et se présenta au Messager d’Allah mais ce
dernier, ignorait qu’Abou Bara était contesté au sein de sa tribu car son neveu Amir Ibn At-
taoufail aspirait à prendre sa place comme chef. Le prophète l’appela à l’islam mais ne put
obtenir de lui ni acceptation ni refus. Abou Bara, plutôt, dit : « O Messager d’Allah ! Si tu
envoyais tes compagnons appeler les gens de Najd à l’Islam, tu verrais ceux-ci entrer ». Le
Prophète dit : « Je crains que les gens de Najd ne sévissent contre eux ». Abou Bara
reprit : « Je les protègerai. » Ainsi, le Messager d’Allah envoya avec lui 70 hommes.
C’était un groupe de compagnons éminents et de récitateurs du Coran choisis parmi les meilleurs
musulmans. Le jour, ils ramassaient du bois qu’ils échangeaient contre de la nourriture, et la nuit
se mettaient à étudier le Coran et à prier jusqu’au jour où ils atteignirent Bi’r Maaouna. Là, ils
restèrent et chargèrent un parmi eux, de porter la lettre du Messager d’Allah à l’ennemi
d’Allah Amir ibn At-Toufail. Celui-ci ne lut même par la lettre. Plutôt, il donna à un homme
l’ordre d’en tuer le porteur en lui plantant une lance dans le dos.

Aussitôt après, l’ennemi d’Allah essaya de mobiliser Bani Amir pour combattre les autres
musulmans, mais ceux-ci refusèrent en tant que voisins d’Abou Bara. Alors il s’adressa à Bani
Salim et eut une réponse favorable de la part des 3 tribus suivantes ; Asiyya, Ra’I et Thakwran.
Ceux-ci vinrent encercler les compagnons du Messager d’Allah et les tuèrent jusqu’au
dernier, exception faite de Kaaba ibn Zayd qui, échappant, resta en vie jusqu’à la bataille d’Al-
Khandak où il devait être tué.

Amr Ibn Omayya Ad-Damori et Al-Mounthir ibn Okba ibn Amir, qui s’étaient éloignés du
campement, virent des oiseaux planer au dessus de l’endroit où se déroulait la bataille. Alors Al-
Mounthir descendit puis combattit les associateurs jusqu’au moment où ceux-ci le tuèrent lui et
ses compagnons. Amr ibn Omayya, lui, fut capturé mais, lorsqu’il fit connaître qu’il était de
Moudar, Amir le laissa parti.
Amr Ibn Omayya retourna chez le Messager et lui rapporta la tragédie au cours de laquelle
avaient péri 69 individus de l’élite musulmane.

Alors qu’il était en route, Amr ibn Omayya, tua deux hommes faisant partie de Bani Kilab,
pensant, en cela, avoir vengé ses camarades. Malheureusement, il ignorait qu’ils étaient des alliés
du Prophète , il informa celui-ci de son acte dès son retour à Médine.
Alors le Messager d’Allah lui annonça que le meurtre des deux hommes nécessitait de sa part
le paiement d’une rançon. Il collecta chez les musulmans et chez leurs alliés juifs, de quoi payer
cette rançon ; mais cela devait être la cause de la Ghazwa de Bani An-Nadir.
Le Prophète fut beaucoup affecté par la tragédie de Bi’r Ma’ouna et celle d’Ar-Rajia, deux
événements qui eurent lieu en l’espace de quelques jours.

3) Ghazwa de Bani An-Nadir (Rabia Al Awwal)

Les juifs s’enflammaient de colère contre l’Islam et les musulmans. Toutefois ils n’étaient pas
des gens disposés à faire la guerre. Au contraire, ils manifestaient au grand jour leur hostilité

86
et leur haine, utilisant certaines ruses pour nuire aux musulmans sans avoir à se battre, malgré
leur alliance et pacte avec les musulmans.
Le Prophète se montra tellement patient qu’ils devinrent plus audacieux après les tragédies
d’Ar-Rajia et de Bi’r Ma’ouma allant même jusqu’à un complot visant à le supprimer.

En effet un jour, le Prophète , en compagnie d’un groupe parmi ses compagnons, alla les voir
pour leur demander d’apporter leur contribution à la rançon à verser, du fait du meurtre des
deux hommes de la tribu des Kilab par Amr ibn Omayya, contribution obligatoire en vertu d’un
pacte d’alliance qu’il avait conclu avec eux.
Les juifs demandèrent au Prophète et ses compagnons (dont Abou Bakr, Ali et Omar) de
patienter le temps d’apporter une partie de la rançon.
Les juifs entre temps se concertèrent et se mirent à comploter , pour assassiner le Prophète
. Ils dirent : « Qui est-ce qui va prendre cette meule, monter, puis la lui jeter, pour lui
casser la tête » ? Le plus pervers d’entre eux Amr ibn Jahch dit : « Moi » Salam ibn Machkam
dit : « Ne le faites pas, car, par Allah, on l’informera de vos intentions. Si vous le faites vous
rompez le pacte que nous avons conclu avec lui ». Malgré tout, les juifs prirent la résolution de
mettre en exécution leur plan.
Toutefois, Jibril, envoyé par Allah, vint informer le messager d’Allah de ce qu’ils avaient
l’intention de faire. Celui-ci se leva aussitôt et se dirigea vers Médine.

Le Prophète envoya Mohammad ibn Maslama auprès de Bani An-Nadir leur dire de sa part :
« Sortez de Médine. Nous n’y cohabiterons plus. Je vous donne un délai de 10 jours pour quitter
Médine ».
Les juifs prirent quelques jours pour préparer leur départ. Le chef des hypocrites, Abdoullah
ibn Oubay, leur disait d’être ferme et de refuser de sortir de leurs demeures. Il mettait à leur
disposition 2000 hommes qui viendront veiller sur eux dans leurs châteaux.

Ces propos, le Coran nous les rapporte :


S59 V11« Si vous êtes expulsés, nous vous suivront dans l’exil. Nous n’obéirons à personne
quand il s’agira de vous. Si vous êtes attaqués, nous serons à vos cotés »

Sur ce, les juifs regagnèrent confiance et décidèrent de résister jusqu’au bout. Leur chef
Houyay ibn Aktab (père de Safya, future épouse du Prophète ), envoya dire au Messager
d’Allah : « Nous ne sortirons point de nos demeures. Fais ce que bon te semble ! »

Après avoir reçu la réponse de Houyay ibn Akhtab, le Messager de Dieu et ses compagnons
dirent : « Allahou Akbar ; Allahou Akbar ». Ils ont déclaré la guerre. De là, le Prophète alla
combattre ses ennemis. Il se fit remplacer à Médine par Ibn Abi Oumm Maktoum. Le drapeau
fut confié à Ali ibn Abi Talib, ils marchèrent jusqu’à leurs terres où ils les assiégèrent. Les juifs
ont été surpris par la rapidité de l’attaque, mais ils se disaient que bientôt des renforts allaient
arriver de Abdullah Ibn Oubay.
Les Banou An Nadir se réfugièrent dans leurs châteaux du sommet desquels ils se mirent à jeter
des flèches et des pierres, avantagés en cela, par leurs jardins et leurs palmiers que le Prophète
fit ensuite couper et brûler. S59-V5 « Tout palmier que vous avez coupé ou que vous
avez laissé debout sur ses racines,c’est avec la permission de Dieu. »

Les Bani An Nadir furent trahis par Abdallah ibn Oubay et ses alliés.

87
Personne n’essaya de leur apporter du secours. C’est pourquoi, Allah le Tout Puissant, en
rapportant leur histoire, dit dans le sens du verset :

Ils sont semblables au diable quand il dit à l’homme : « Renie ton Seigneur ! » Mais, une
fois que l’homme eut perdu la foi, le démon s’écria « Je te désavoue hautement » S59 V61

Le siège fut très court car il ne dura que 6 nuits (10 de l’avis de certains). Allah jeta de la
terreur dans le cœur des assiégés qui, en débâcle, prêts à déposer les arme et à se rendre,
envoyèrent dire au Messager d’Allah : « D’accord ! Nous allons sortir de Médine ».
Celui-ci leur imposa une condition selon laquelle ils pouvaient sortir avec leurs familles, emportant
tout ce qu’ils pouvaient transporter à dos de chameaux, exception faite de leurs armes. Ils
acceptèrent la condition, puis détruisirent leurs maisons de leurs propres mains. La plupart
d’entre eux y compris leurs grands chefs Houyay ibn Aktab et Salam ibn Abil Hakik se dirigèrent
vers Khaybar, tandis que d’autres groupes de juifs partirent pour la Syrie.

Un groupe parmi eux, gagna la Syrie.


Le Messager de Dieu saisit les armes de Bani An Nadir tout en mettant la main sur leurs
terres, leurs demeures et leurs biens.
La Ghazwa de Bani An Nadir eut lieu au mois Rabia Al Awwal de l’an 4 de l’hégire. Au cours
de cette Ghazwa Allah révéla la sourate « S59 l’exode » en entier, sourate dans laquelle il décrit
l’expulsion des juifs et l’abject comportement des hypocrites, fixe les lois régissant le butin, fait
l’éloge des Mouhajirin et des Ansars, donne autorisation de couper et de brûler en terre ennemie
pour répondre aux besoins et nécessités de la guerre, ce qui est tout différent d’une perversion
de la terre, recommande aux croyants de s’attacher à la crainte d’Allah et de se préparer pour
l’au-delà, pour terminer par sa propre louange et la mise en relief de ses noms et attributs.

4) Deuxième Badr ou Badr l’ultime

Cette année là était une année de sécheresse et le rendez-vous qui avait été donné par Abou
Soufyan au messager d’Allah après la bataille d’Ohod approchait.
Le messager d’Allah quitta donc Médine au mois de shaban avec 1500 hommes, arrivés à
Badr, les musulmans s’ installèrent et attendirent les qoraiches.
De son côté, Abou Soufyan quitta la Mecque avec 2000 hommes mais firent une halte à une
courte distance de la Mecque. Abou Soufyan était très anxieux des possibles conséquences, c’est
pour quoi il essaya de dissuader ses hommes en leurs disant : « O peuple de qoraïches ! Rien
n’améliorera d’avantage votre condition qu’une année fertile. » Et ils feront demi-tour.
Les muslmans vont les attendre huits jours ils vont en profiter pour faire du commerce. Cette
expédition fut appelée le rendez-vous de Badr, la seconde, Badr l’ultime, la petite Badr.

CINQUIEME ANNEE DE L'HEGIRE

Lors de cette Ghazwa, les hypocrites, avec à leur tête, Abdallah Ibn Oubay vont jouer un rôle
fatidique.
Lorsque le Prophète migra vers Médine, Abdallah Ibn Oubay s'est senti lésé de sa place qu'il
aurait pu occuper en tant que chef. Après Badr, il fit semblant de devenir musulman dans l'unique
but de semer la discorde entre ceux-ci.
Puis lors de la Ghazwa An-Nadir, il complota avec eux contre les musulmans pour les inciter à leur
tenir tête. Cependant leur plan était vain. Alors, ils essayèrent la calomnie et la médisance pour

88
diviser les musulmans comme lors de la Ghazwa des Bani Moustalaq.

1) Gazwat de Bani Moustalaq (chaban)

Au début du mois de Shaban de la 5ième année de l’hégire , le Prophète va être informé que
la tribu juive des Bani mustalaq s'est allié avec d'autres tribus arabes pour attaquer Médine. Le
Prophète décida alors de mobiliser 700 compagnons pour aller à la rencontre des Bani
Moustalaq. Ils quittèrent alors Médine et vont les trouver près d'un point d'eau. Surpris par
l'arrivée des musulmans, ils vont s'enfuir et laisser leurs biens et leur famille sur place.

Parmi les captives, il y avait Jouwayria, fille d'Al Harith , chef des Moustalaq. Elle était devenue
captive de Thabit Ibn Qays Ibn Chemmas. Elle lui demanda de pouvoir racheter sa liberté et elle

va voir le Prophète pour qu'il lui vienne en aide pour payer sa liberté. Cependant, le Prophète

lui répondit : « veux-tu avoir mieux que cela ? » Elle lui demande quoi ?

Il lui dit: « je prends en charge ton rachat et je t'épouse. » ce qu'elle accepta.

Aicha a dit : « la nouvelle se répandit parmi les gens, ils se dirent : nous détenons comme captifs

les beaux-frères et belles-sœurs du Prophète . Ils rendirent alors leur liberté aux captifs. »

Le mariage du Prophète avec elle a permis d'affranchir 100 personnes des Moustalaq qui se

reconvertirons.
Jouwayria avait fait un rêve 3 jours avant la venue du Prophète elle a dit : « j'ai vu en rêve
comme si la lune arrivait à Yathrib et est tombée dans mon giron. »

Mariage du prophète avec Jouwayria

Premier évènement :

Lorsque la bataille fut terminée, les compagnons étaient en campement près d'un puit.

Soudain, Jahjah qui était au service de Omar ibn Al Khatab se disputa avec Sinan au point d'en

venir presque aux mains. Sinan s'écria : « A moi, les ansars ! » et Jahjah : « A moi, les

Mouhajiroun ! ».

Le Prophète intervient et les réprimanda en leur disant : « Mettez-vous encore en avant des

arguments de l'ère de l'ignorance (jahiliya) alors que je suis parmi vous ? N'utilisez pas ces

paroles elles sont mauvaises. »

Lorsque Abdallah ibn Oubay Ibn Saloul fut mis au courant, il se mit en colère et dit dans une

assemblée où était présent Zayd Ibn Arqam qui était un jeune garçon: « Ont-ils osé le faire ? Il

nous dispute le mérite et cherche à nous dépasser en nombre dans notre propre pays. « Engraisse

89
ton chien, il te dévorera ». Et bien, Par Dieu! Si nous revenons à Médine, le plus noble de nous

chassera le plus vil ! « Puis, s'adressant aux gens présents, il dit : « c'est vous qui l'avez

cherché ! Vous les avez accueilli chez vous et partager vos biens avec eux. »

Le Petit Zayd Ibn Arqam ira tout raconter au Prophète et Omar qui était présent,

demandera au prophète de donner l'ordre qu'on le tue mais celui-ci refusera en lui disant :

« Qu'en serait-il si les gens racontaient que Mohammad tue ses compagnons? »

Et d'une façon inattendue, le Prophète ordonna à Omar d'annoncer le départ de l'armée. Ils

marcheront ainsi toute la journée ainsi que toute la nuit et le jour suivant jusqu'à ce que la

chaleur du soleil devienne insupportable. Les hommes alors exténués s'abandonneront aussitôt au

sommeil.

Le Prophète réussit intelligemment à détourner ses hommes de ce qui venait de se produire.

Mais ibn Oubay n'avais pas terminé avec cette histoire. Lorsqu'il fut mis au courant que ses

propos avaient été rapportés au Prophète par Zayd, il va trouver le Prophète et lui dit

que c'était des mensonges et qu'il n'avait rien dit de tel.


Les Compagnons vont supposer que Zayd avait peut-être mal compris les propos d'Abdallah ibn

Oubay, ce qui va énormément blessé Zayd.

Jusqu'à ce que Allah révéla dans la sourate "Al Mounafiqoun" ( Les Hypocrites) verset 1 à 8:

Allah dit dans le sens des verset : « Quand les hypocrites viennent à toi, ils disent : «Nous

attestons que tu es certes le Messager d’Allah» Allah sait que tu es vraiment Son

messager; et Allah atteste que les hypocrites sont assurément des menteurs.Ils prennent

leurs serments pour bouclier et obstruent le chemin d’Allah. Quelles mauvaises choses que
ce qu’ils faisaient! C’est parce qu’en vérité ils ont cru, puis rejeté la foi. Leurs cœurs donc,

ont été scellés, de sorte qu’ils ne comprennent rien. Et quand tu les vois, leurs corps

t’émerveillent; et s’ils parlent tu écoutes leur parole. Ils sont comme des bûches appuyées

(contre des murs) et ils pensent que chaque cri est dirigé contre eux. L’ennemi c’est eux.

Prends y garde. Qu’Allah les extermine ! Comme les voilà détournés (du droit chemin). Et

quand on leur dit: «Venez que le Messager d’Allah implore le pardon pour vous», ils

détournent leurs têtes, et tu les vois se détourner tandis qu’ils s’enflent d’orgueil. C’est

égal, pour eux, que tu implores le pardon pour eux ou que tu ne le fasses pas: Allah ne leur

pardonnera jamais, car Allah ne guide pas les gens pervers. Ce sont eux qui disent: «Ne

dépensez point pour ceux qui sont auprès du Messager d’Allah, afin qu’ils se dispersent». Et

c’est à Allah qu’appartiennent les trésors des cieux et de la terre, mais les hypocrites ne

comprennent pas. Ils disent: «Si nous retournons à Médine, le plus puissant en fera

90
assurément sortir le plus humble(2)». Or c’est à Allah qu’est la puissance ainsi qu’à Son

messager et aux croyants. Mais les hypocrites ne le savent pas. »

Le prophète le fit alors venir et lui récita les versets et lui dit: « Dieu a démontré ta
véracité. »

Arrivé à Médine, le fils de Abdallah Ibn Oubay (Abdallah ibn Abdallah ibn Oubay) qui était un
homme pieux désavoua son père et lorsque l'armée fut sur le point d'entrée à Médine, il tira son

épée et empêcha son père d'aller plus loin il lui dira : « Par Dieu ! Tu ne passeras pas avant que le

prophète ne t'en donne la permission car il est le plus puissant et tu es le plus vil ? » et le

prophète l'autorisa à entrer dans la ville

Deuxième événement : La calomnie ou hadith Al-Ifk

Comme pour chaque sortie, le prophète tirait au sort pour savoir quelle épouse

l’accompagnerait. Pour la Ghazwa Bani Moutalaq, ce fut Aicha.

Toujours sur le chemin du retour, l’armée fit une halte durant une nuit pas loin de Médine.

Aicha s’éloigna du campement pour ses besoins naturelles, quand elle revint, elle s’aperçut qu’elle

avait perdu son collier et reparti à sa recherche. Une fois revenue, le campement était déjà

parti.

Désespérée, elle s’assied, pensant qu’ils reviendraient la chercher mais le sommeil l’emporta.

Safwan Ibn Al Mu’attal, un compagnon qui se trouvait à l’arrière du campement reconnut Aicha

car il l’avait vu avant que le port du voile soit instauré. Il dit alors : « Nous sommes à Dieu et à Lui

nous retournerons ! ». Il approcha son chameau, Aïcha monta dessus et ils rejoignirent l’armée.

Les hypocrites, avec à leur tête Abdallah Ibn Oubay, profitèrent de l’occasion pour déverser leur

hypocrisie. Arrivés à Médine, ils se mettent à propager des calomnies sur Aïcha et Safwan.

Dans un premier temps, le prophète ne dit rien. Mais comme la calomnie prenait de l’ampleur

et qu’ il ne reçut pas de révélation, il demanda conseil à ses compagnons :


° Zaïd : il répondit qu’on n’avait jamais vu de mal de la part de Aïcha.

°Ali : lui suggéra de la répudier en lui disant ce ne sont pas les femmes qui manquent.

° D’autres lui diront de garder son épouse et de ne pas faire attention aux calomnies.

°Zaynab : une autre des épouses du Prophète lui répondit : je retiens mon ouïe et mon
regard. Car elle ne voulait rien dire sur elle.

Plus tard, Aïcha dira « Je serais toujours reconnaissante envers Zaynab pour ce qu’elle a dit
quand la fitna était grande ».

91
Aicha, ignorante de toutes ces rumeurs, tomba malade et resta alitée. Elle avait cependant
remarqué que le prophète n’était pas comme avant, que quelque chose avait changé. Une
nuit, alors qu’elle était faible elle sorti accompagnée de Oum Mistah pour aller faire ses besoins
cette dernière faillit tomber et elle s’écria : « Maudit soit Mistah ! », (c’est-à-dire qu’elle
souhaita le malheur à son propre fils et cela parce qu’il faisait parties de calomniateurs.) Aïcha
demanda : « Pourquoi dis-tu cela alors qu’il a combattu à Badr ? ». A ce moment, Oumm Mistah
compris qu’Aïcha ignorait ce qui se disait sur elle. Elle lui expliqua et Aïcha tomba encore plus
malade. Durant deux jours, elle ne cessa de pleurer
Devastée, Aicha demanda au prophète de pouvoir aller terminer sa convalescence chez ses
parents.

Le prophète décida de lui rendre visite et la trouva encore en pleurs. Il lui dit alors : «O

Aicha ! demande pardon à Dieu et repens-toi à Lui. Car lorsque le serviteur reconnait son péché

et s’en repent, Dieu lui accorde son pardon. »

Elle cessa alors de pleurer et demanda à ses parents de parler pour elle mais ils ne savaient pas

que dire alors elle prit la parole elle-même : « Si je vous dis que je suis innocente, et Dieu sait

que je le suis, vous ne me croirez pas ; et si j’admets quelque chose dont Dieu sait que je suis

innocente, alors vous me croirez. Par Dieu ! je ne vois d’autre situation pareille à la mienne que

celle du père de Youssef quand il dit « Il me faut faire preuve d’une belle patience ! » « C’est

Dieu qu’il faut appeler au secours contre ce que vous racontez. » Sourate Youssef v18

Puis, elle se retourna sur son lit et c’est à ce moment-là que la révélation fut faite au prophète
. Celle-ci terminée, le prophète sourit et lui dit « O Aicha, Dieu déclare ton innocence ».
Sa mère lui demande alors de remercier le prophète mais Aicha répondit : « Par Dieu, ce
n’est pas lui que je dois remercier mais c’est Allah que je loue. »

(Les versets sont dans la sourate An Nour 24 V11-23).


«11. Ceux qui sont venus avec la calomnie sont un groupe d'entre vous. Ne pensez pas que
c'est un mal pour vous, mais plutôt, c'est un bien pour vous. A chacun d'eux ce qu'il s'est
acquis comme pêché. Celui d'entre eux qui s'est chargé de la plus grande part aura un
énorme châtiment.
12.Pourquoi, lorsque vous l'avez entendue [cette calomnie], les croyants et les croyantes
n'ont-ils pas, en eux-mêmes, conjecturé favorablement, et n'ont-ils pas dit : "C'est une
calomnie évidente ? "
13.Pourquoi n'ont-ils pas produit [à l'appui de leurs accusations] quatre témoins ? S'ils ne
produisent pas de témoins, alors ce sont eux, auprès d'Allah, les menteurs.
14.N'eussent-été la grâce d'Allah sur vous et Sa miséricorde ici-bas comme dans l'au-
delà, un énorme châtiment vous aurait touchés pour cette (calomnie) dans laquelle vous vous
êtes lancés,
15.quand vous colportiez la nouvelle avec vos langues et disiez de vos bouches ce dont vous
n'aviez aucun savoir; et vous le comptiez comme insignifiant alors qu'auprès d'Allah cela est
énorme.
16.Et pourquoi, lorsque vous l'entendiez, ne disiez-vous pas : "Nous ne devons pas en
parler. Gloire à Toi (Ô Allah) ! C'est une énorme calomnie"?
17.Allah vous exhorte à ne plus jamais revenir à une chose pareille si vous êtes croyants.

92
18.Allah vous expose clairement les versets et Allah est Omniscient et Sage.
19.Ceux qui aiment que la turpitude se propage parmi les croyants auront un châtiment
douloureux, ici-bas comme dans l'au-delà. Allah sait, et vous, vous ne savez pas.
20.Et n'eussent été la grâce d'Allah sur vous et Sa miséricorde et (n'eût été) qu'Allah est
Compatissant et Miséricordieux...
21.Ô vous qui avez cru ! Ne suivez pas les pas du Diable. Quiconque suit les pas du Diable,
[sachez que] celui-ci ordonne la turpitude et le blâmable. Et n'eussent été la grâce d'Allah
envers vous et Sa miséricorde, nul d'entre vous n'aurait jamais été pur. Mais Allah purifie
qui Il veut. Et Allah est Audient et Omniscient.
22.Et que les détenteurs de richesse et d'aisance parmi vous, ne jurent pas de ne plus
faire des dons aux proches, aux pauvres, et à ceux qui émigrent dans le sentier d'Allah.
Qu'ils pardonnent et absolvent. N'aimez-vous pas qu'Allah vous pardonne ? et Allah est
Pardonneur et Miséricordieux!
23.Ceux qui lancent des accusations contre des femmes vertueuses, chastes [qui ne pensent
même pas à commettre la turpitude] et croyantes sont maudits ici-bas comme dans l'au-
delà ; et ils auront un énorme châtiment,

Mistah Ibn Athatha (cousin de Abou Bakr) (oum Mistah est la tante d’Abou Bakr)
Hamma Bint Jahch (sœur de Zaynab Bint Jahch épouse du prophète )
Hassan Ibn Thabit (Poète et écrivain du prophète )

Ils seront les seuls à être punis de 80 coups de fouets chacun car ce sont des musulmans
sincères. Quant aux hypocrites, ils n’auront aucune punition car les peines infligées aux coupables
dans le bas monde les mettent à l’abri dans l’au-delà.
Les hypocrites avaient tenté la division mais au contraire, ce sont eux qui ont perdu de leur

crédibilité.

3) Gazwa Khandaq (Chawwal – Dhoul Qaïda)

Les juifs de la tribu de Bani Nadir qui avaient fui à Khaybar se mettent de nouveau à comploter,
mais n’étant pas assez courageux pour mener seuls la lutte, ils essayent de trouver des alliés ;
C’est ainsi que 20 responsables parmi Bani Nadir se rendirent à la Mecque pour inciter les
Qoraysh à attaquer Médine avec leur aide ;
De leur côté, les Qoraysh avaient fait preuve de faiblesse lors du rendez-vous de Badr l’ultime,
c’était donc l’occasion pour eux de se racheter.

Ces mêmes responsables vont également voir les Ghatafan, les Kinana, les Bani Asad et d’autres
tribus qui seront d’accord avec le plan des juifs.

Ils se fixent un rendez-vous dans les environs de Médine, ils seront ± 10 000 combattants, ce
nombre dépassait celui des habitants de Médine femmes, enfants, personnes âgées compris.

Le Prophète fut mis rapidement au courant, il réunit un conseil. Après de longues


discussions, un compagnon (Salman Al Farissi) lui proposa une stratégie. Il lui dit : « O Messager
de Dieu ! Lorsque nous étions assiégés en Perse, nous creusions des tranchées pour nous
défendre ».
C’était une technique qui n’avait jamais été utilisée par les arabes et cette idée pouvait

93
fonctionner car à Médine il n’y avait qu’une seule entrée au nord de la ville. Dans un premier
temps il demande qu’on mette les enfants, les femmes et les personnes âgées dans une
forteresse sécurisée.

Le Prophète forme des groupes de dix compagnons et leur demande de creuser chacun un
tronçon du fossé.

Les hypocrites étaient mécontents de devoir creuser alors ils tentaient de trouver des excuses
pour s’absenter de leurs postes. Ils creusaient un peu puis s’absentaient. Lorsque les véritables
croyants ont remarqué le stratagème des hypocrites, ils décidèrent de ne jamais quitter leurs
poste même pour aller faire leurs besoins avant d’avoir obtenu l’autorisation du prophète .

S24 V62-63-64 : « 62-Les vrais croyants sont ceux qui croient en Allah et en Son
messager, et qui, lorsqu'ils sont en sa compagnie pour une affaire d'intérêt général, ne
s'en vont pas avant de lui avoir demandé la permission. Ceux qui te demandent cette
permission sont ceux qui croient en Allah et en Son messager. Si donc ils te demandent la
permission pour une affaire personnelle, donne-la à qui tu veux d'entre eux ; et implore le
pardon d'Allah pour eux, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux.
63-Ne considérez pas l'appel du messager comme un appel que vous vous adresseriez les uns
aux autres. Allah connaît certes ceux des vôtres qui s'en vont secrètement en
s'entrecachant. Que ceux, donc, qui s'opposent à son commandement prennent garde qu'une
épreuve ne les atteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux.
64-C'est à Allah, vraiment, qu'appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Il
sait parfaitement l'état dans lequel vous êtes, et le Jour où les hommes seront ramenés
vers Lui, Il les informera alors de ce qu'ils œuvraient. Allah est Omniscient. »

Il faisait froid et le travail était pénible et long, à cela s’ajoutait un manque de nourriture qui les
affaiblissait.

Abou Talha a rapporté : «Nous nous sommes plaints au Prophète de la faim qui nous
tenaillait, nous découvrîmes nos ventres pour lui montrer que nous y avions chacun attaché une
pierre (pour ne pas souffrir de la faim). Le Prophète découvrit alors son ventre et nous
avons vu qu’il avait attaché deux pierres. »

Miracle : La multiplication de la nourriture

Jàber rapporte : "Cependant que nous creusions la tranchée, le jour de la bataille de ce nom,
voilà que nous fûmes arrêtés par une pierre très dure. Nous allâmes dire au Messager d'Allâh
: "Voilà une pierre qui arrête nos travaux de creusement de la tranchée».
Il dit : "Je vais descendre dans la tranchée».
Il se leva donc portant une pierre attachée sur son ventre (pour lui calmer les douleurs de la
faim). Nous étions en effet restés trois journées entières sans goûter à rien. Le Prophète
saisit alors la pioche et en frappa la pierre qui ne fut plus qu'un tas de sable coulant.
Je dis : "Ô Messager d'Allâh! Donne-moi l'autorisation d'aller chez moi».
Je dis à ma femme : "J'ai vu le Prophète souffrir d'un mal (la faim) vraiment insupportable.
As-tu quelque chose à manger?»
Elle dit : "Seulement un peu d'orge et une chèvre».

94
J'égorgeai la chèvre et moulus l'orge. Nous plaçâmes la viande dans la marmite, puis j'allai
trouver le Prophète cependant que la pâte de l'orge avait bien levé. La marmite posée sur des
pierres était presque à point.
Je lui dis : "J'ai un modeste repas à vous offrir. Lève-toi, ô Messager d'Allâh!, avec un ou deux
hommes».
Il dit : "Quelle est la quantité de ce repas?»
Je le lui décrivis.
Il dit : "C'est une bonne abondance. Dis à ta femme de ne pas retirer la marmite du feu ni le pain
du four jusqu'à ce que j'arrive».
Il dit alors aux hommes : "Levez-vous!»
Les Mouhàjirùn (les exilés de la Mecque) et les Ansàrs (habitants de Médine) se levèrent alors.
J'entrai chez ma femme et lui dis : "Malheur à toi! Voilà le Prophète et avec lui les
Mouhàjirùn et les Ansàrs ainsi que leurs suites».
Elle dit : "Est-ce qu'il t'a interrogé (sur la quantité du manger)?»
Je dis : "Oui».
Il dit alors aux hommes : "Entrez sans vous bousculer».
Il se mit à couper le pain en morceaux et à le couvrir de viande, tout en voilant la marmite avec
une toile. Il voilait de même le four quand il en retirait le pain. Il le présentait à ses compagnons
et recommençait la même opération. Il ne cessa de couper le pain et de le couvrir de viande
jusqu'à ce qu'ils eussent mangé à leur faim. Il en resta tout de même quelque chose. Il dit à ma
femme : "Mange et offre ’en car les gens souffrent d'une grande famine». (Al-Boukhâri, Mouslim)

Autre miracle :
En creusant le fossé, un groupe de compagnons tomba sur un rocher extrêmement dur, ils s’en
plaignèrent auprès du Prophète qui prit la pioche et frappa le rocher une première fois et
dit : «Allah est grand ! Les clés de la Syrie m’ont été données ; puis frappe une deuxième fois et
dit : » Allah est grand ! La perse m’a été donnée » et après un troisième coup il dit : « Allah est
grand j’ai reçu les clés du Yémen » et le rocher s’est effrité.
Ses affirmations s’avèreront véridiques, car ces trois pays deviendront musulmans.

Le Prophète bien plus qu’un dirigeant était un acteur de toutes les ghazawat.
Ibn Azid a dit : « Le jour du fossé, j’ai vu le Prophète transporter des déblais au point que
son ventre était couvert de poussière et je l’ai entendu réciter des vers. Boukhari

Le siège :
Les coalisés arrivent devant la tranchée et furent surpris de trouver ce nouveau stratagème
inconnu des arabes.

Ils persistent dans leur idée d’attaquer Médine, ils essayent de contourner la tranchée mais en
vain. Seul quelques Qoraysh réussiront à la franchir mais les musulmans bien déterminés vont en
tuer un et faire fuir les autres.

Le siège durera 1 mois et toutes les tentatives des coalisés vont échouer.

Les musulmans étaient tellement pris par cette situation qu’ils ont été amenés à faire leur prière
différemment.

Omar dit : « Ô Envoyé de Dieu, j’ai à peine eu le temps de faire ma prière avant que le soleil ne

95
fût couché. »
« Par Dieu ! » : répondit le Prophète , « je n’ai pas fait la prière. »
« Nous descendîmes alors avec le Prophète dans la vallée de Buthan. Le Prophète fit
ses ablutions pour la prière, et nous les fîmes également. Il fit d’abord la prière du ‘Asr après le
coucher du soleil, et ensuite il fait la prière de Maghreb (et nous priâmes avec lui) ».

Il fut tellement bouleversé de ce retard qu’il invoqua Dieu contre les associants. D’après Ali Ibn
Abou Talib, le Prophète a dit : « Que Dieu remplisse leurs demeures et leurs tombes
de feu, car ils nous ont empêché de faire la prière de l’après-midi jusqu’à ce que le soleil
fût couché ». Boukhari

L’imam Ahmad et l’imam Ash-Shâfi rapportent que les différentes phases de la bataille
monopolisèrent l’attention de l’Envoyé de Dieu à un point tel qu’il rassembla les prières de
midi, de l’après-midi, du coucher du soleil et de la nuit.
An-Nawawi a concilié la version d’Al-Boukhari et celles d’Ahmad et Ash-Shâfi en disant que la
bataille du Fossé ayant duré quelques jours, il est arrivé que le Prophète accomplisse la
prière de Asr à l’heure du Maghreb pendant certains jours ou qu’il rassemble quatre prières, en
même temps .

De ces versions, il ressort que les affrontements entre les deux camps, et les tentatives des
associants de traverser le fossé durèrent plusieurs jours ; mais les deux armées n’ont pu
s’affronter réellement en raison de la présence du Fossé, il y eut seulement des échanges de
flèches, c’est pour cela qu’il y eut peu de morts : 6 musulmans et 10 coalisés.
Sad Ibn Mu’ad fut blessé au bras, sa veine fut sectionnée.

Durant ce siège, des tentatives de complots ont été mises en place.

Le chef des Bani Nadir, Huyayy Ibn Akhtab se rend chez les Bani Qoraydha et demande à leur
chef Ka’b Ibn Asad Al Quradhi qui avait toujours un pacte avec le Prophète de se joindre
à eux.

Au début Ka’b était rétissant, il dit à Huyayy : « Laisse-moi car Mohammad a toujours été
honnête et fidèle à mon égard ». Mais Huyayy réussit à le convaincre en lui disant : « Je
t’apporterais telle ou telle tribu et je les installerai près d’Ohod. Ils ont tous prêté serment
qu’ils ne rentreraient chez eux qu’une fois que nous exterminerons Mohammad et ses fidèles ».
Et il alla même jusqu’à lui promettre de rester avec lui dans son fort et partager avec lui le même
sort, si les autres les laissaient tomber. Ka’b fini donc par rompre son pacte avec le Prophète
.

Trahison des Bani Qoraydha

Les Bani Qoraydha se mirent alors à lancer des raids contre les musulmans, spécialement contre
les postes isolés qui abritaient les femmes et les enfants.
D’après Ibn Ishâq, Safiyya Bint’ Abd Al-Moutalib (tante du Prophète ) se trouvait en haut
du fort de Hassan Ibn Thabit où s’étaient réfugiés des femmes et des enfants.
Safiyya dit : « Lorsque les Bani Qoraydha rompirent le pacte les liant à l’Envoyé de Dieu et
se joignirent aux coalisés, un juif vint rôder autour du fort, or nous étions vulnérables aux
attaques ennemies, car aucun homme n’était présent pour nous défendre. Je dis alors à Hassan

96
Ibn Thabit : « Vois-tu ce juif qui rôde autour du fort. Par Dieu ! Je crains qu’il n’informe les
autres juifs de nos points faibles. L’Envoyé de Dieu et ses compagnons sont trop occupés
pour voler à notre secours, descends donc le tuer. »
Hassân répondit : « Par Dieu ! Tu sais bien que je ne suis pas homme à faire cela. » Safiyya dit :
« Je me serrai la taille, saisis une poutre, descendis et frappa le juif à mort. Je revins ensuite
au fort et dis à Hassan : « Descends le dépouiller, je ne puis le faire moi-même car c’est un
homme. » Et Hassân de répondre : « Je n’ai que faire de ses dépouilles. »

Ce comportement courageux de la tante de l’Envoyé de Dieu eut un effet considérable et


contribua à protéger les enfants et les femmes musulmanes. Les juifs ont, semble-t-il, cru à la
suite de l’assassinat de l’un des leurs, que les forts musulmans étaient bien défendus par leur
armée, c’est pourquoi ils n’osèrent plus s’en approcher. Ils ravitaillèrent cependant les idolâtres
comme gage de leur soutien. Les musulmans purent mettre la main sur vingt chameaux leur
appartenant, qui transportaient des provisions à l’attention des Coalisés.

Vu que tous les attaquants musulmans étaient concentrés devant la tranchée, c’est plus tard que
le Prophète eut vent de cette trahison, il envoya alors des compagnons (Sa’d Ibn
Mu’adh, Sa’d Ibn Ubada, AbdAllah Ibn Rawaha, Kawwat Ibn Jubayr) pour vérifier cette
information, il leur dit : « si c’est vrai, faites le moi savoir par des paroles que je
serai seul à comprendre, pour ne pas décourager les gens. »

En revenant, les compagnons diront au Prophète : « Adl et Kara, (les gens d’Ar-Raji) »
(C’est-à-dire que les Qoraydha les avaient trahis comme Adl et Kara).
À ce moment critique, leurs arrières étaient vulnérables à cause de Qoraydha et devant eux se
trouvait, une armée de 10 000 hommes.

En décrivant ce moment Allah dit dans le sens du verset de la sourate 33 verset 10 et 11 : « Et


que les regards étaient troublés et les cœurs remontaient aux gorges et vous faisiez sur
Dieu toutes sortes de suppositions… Les croyants furent alors éprouvés et secoués d’une
dure secousse ».

Quant aux hypocrites, ils disaient : « Mohammad nous promettait les trésors de Chosroes et de
César, or l’un de nous ne peut aujourd’hui même pas aller satisfaire ses besoins sans craindre
pour sa personne. »
S33 V12 : « Lorsque les hypocrites et ceux dont les cœurs sont malades disent : « Allah
et son envoyé ne nous ont fait que de vaines promesses. »

La guerre est faite de ruses

Le Prophète pour réfléchir à la situation se couche enveloppé de son manteau un long


moment puis se lève plein d’espoir en disant : « Dieu est le plus grand O musulmans, réjouissez-
vous de la victoire et du soutien provenant de Dieu ».

Le Prophète envoit des compagnons pour protéger les femmes, les enfants et décide de
discuter avec les deux chefs de Ghatafan, il voulait leur proposer de se retirer de la
troupe des coalisés pour affaiblir les autres, en échange le Prophète leur donnerait 1/3
des récoltes des musulmans en échange.

97
Mais Sa’dh Ibn Mu’adh et Sa’d Ibn Ubada lui dirent si c’est un ordre d’Allah nous te suivons sinon
on ne leur donnera rien !

Le Prophète approuva en disant : « c’est là une chose que je fais pour vous préserver, car
tous les arabes se sont unis pour vous anéantir ».

C’est alors qu’un homme de Ghatafan (Nu’aym Ibn Mas’ud Amir Al-Asja’ir) se présente au
Prophète en lui disant qu’il s’était converti en secret et lui demande ce qu’il pouvait faire
pour aider les musulmans. Le Prophète lui dit : « Tu n’es qu’un seul homme, va plutôt
pousser les coalisés à la division car la guerre est faite de ruses ».

Nu’aym décide alors de crée la coffusion dans la nouvelle alliance des Bani Qoraydha, des
Ghataffan et des Qoraychs. Il va donc trouver les Qoraysh en leurs disant n’ayez pas confiance
en vos alliés.
Ensuite il va trouver les Bani Qoraydha en leur disant de ne combattre avec Qoraysh que si ces
derniers leurs donnaient des otages, en leus explique que si les Qoraysh étaient amenés à perdre,
il serait facile pour eux de s’enfuir et ils vous laisseront seuls avec les représailles des
musulmans.

Nu’aym va ensuite voir les Qoraysh en leurs disant que les Bani Qoraydha regrettent d’avoir
rompu le pacte avec Mohammad et que s’ils leur demandent des otages ce n’est qu’avec
l’intention de les donner à Mohammad et il ajoute « Ne leur donnez surtout pas d’otages ».

Nu’aym tient le même discours avec Ghatafan. C’est ainsi qu’il sème le doute et la zizanie dans
chaque clan des coalisés.

Une nuit de shawwal la veille d’un samedi, Ghatafan et Qoraysh envoient des émissaires aux juifs
deBani Qoraydha pour leur dire qu’il fallait attaquer les musulmans tout de suite.

Les juifs répondent qu’ils ne pouvaient pas combattre le jour de shabbat et qu’en plus, ils
éxigaient des otages s’ils voulaient qu’ils les aident.

Quand Qoraysh et Ghatafan reçoivent cette réponse, ils se disent que ce que Nu’aym leurs avait
dit était exacte. Une méfiance s’est alors installée et leur moral fut atteint.

Le prophète invoque et Allah répond…

Le Prophète se met à invoquer Allah : « O Mon Dieu ! Toi qui as révélé le livre, Toi qui
es prompt à dresser les comptes, défais les Coalisés ! O Mon Dieu ! Provoque leurs
défaites et ébranles-les. » Boukhari

S74 V31 : « …Ne connait les armées de ton Seigneur que lui. Et ce n’est là qu’un rappel
pour les humains. »

La réponse d’Allah fut immédiate, Il envoya ses gendarmes, les forces de la nature, le vent, la
pluie et le froid épuisèrent l’ennemi et renversèrent leurs tentes et tous leurs matériels. Allah

98
envoya aussi des anges pour semer la terreur dans leur cœur.
S33 V9 : « O vous qui croyez ! Rappelez- vous le bienfait d’Allah sur vous, quand les
troupes vous sont venues et que Nous avons envoyé contre elles un vent et des troupes que
vous n’avez pas vues. Allah demeure Clairvoyant sur ce que vous faites »

Le Messager d’Allah envoie Houdhayfa pour récolter des informations sur les
polythéistes :

Ibn Ishâq a dit : « Lorsque le Prophète apprit les divergences qui avaient divisé les rangs
des coalisés, il envoya Houdhayfa Ibn El-Yémen pour lui apporter des nouvelles à leur sujet. »

Ibn Ishâq ajoute : « Yazîd Ibn Ziyyâd m’a rapporté d’après Mohammed Ibn Ka’b El-Qurdhî qui a
dit : « Un homme de Koûfa a dit à Houdhayfa Ibn El-Yemen : « Ô Abâ’Abdallah, vous avez vu le
Prophète et vous avez été en sa compagnie »
« Oui, ô fils de mon frère » lui répondit Houdhayfa. « Comment faisiez-vous ? ». « Nous
faisions des efforts, par Allah, pour être dignes de sa compagnie ».

L’homme lui dit alors : « Par Allah, si nous l’avions connu, nous ne l’aurions pas laissé marcher sur
la terre et nous l’aurions porté sur nos épaules ! ».

Houdhayfa lui dit alors : « Ô fils de mon frère, par Allah, je nous vois encore en compagnie du
Prophète dans la tranchée. Il pria une partie de la nuit puis il se tourna vers nous et nous
dit : « Qui peut aller regarder ce que fait l’ennemi pour revenir nous en informer ? ». Le
Prophète a invoqué Allah pour que cet homme soit son compagnon au paradis.

Aucun homme ne se leva en raison de la peur et de l’intensité de la faim et du froid. Il


m’appela alors et me dit : « Ô Houdhayfa, va t’introduire chez l’ennemi et regarde ce qu’il va
faire. Ne fais rien, jusqu’à ce que tu reviennes me trouver ».

J’y suis donc allé et je me suis infiltré au milieu des ennemis, alors que le vent faisait rage et que
les soldats d’Allah faisaient d’eux ce qu’ils faisaient, en traversant leurs tentes et leurs
marmites. Abou Soufiane a pris alors la parole en disant : « Ô Qoraychites, que chacun de vous
regarde bien celui qui se trouve devant lui ».

J’ai pris alors la main de l’homme qui se trouvait devant moi, en lui disant : « Qui es-tu ? ». Il m’a
répondu : « Untel fils d’untel ».

Abou Soufian a dit ensuite : « Ô Qoraychites, vous n’êtes plus par Allah, dans une demeure de
séjour ! Nous sommes fatigués d’attendre, et les Banou Qoraydha nous ont lâchés ! En plus, ce
vent violent nous fait subir ce que vous voyez ; il ne reste aucune tente debout et le vent ne nous
permet pas de mettre une marmite sur le feu. Repartez donc d’où vous venez, car moi je repars
tout de suite ! ». Il alla alors vers son chameau, monta dessus et donna l’ordre de départ. Si le
Prophète ne m’avait donné l’ordre de ne rien faire, jusqu’à mon retour, je l’aurais tué avec
une flèche. »

Je suis revenu donc vers le Prophète qui était debout en train de prier dans un vêtement
appartenant à l’une de ses épouses. En me voyant, il m’a rapproché de lui m’a enveloppé avec une
partie de ce vêtement. Il s’agenouilla puis se prosterna et après avoir fait les salutations

99
finales, je l’ai mis au courant de ma mission.

Les Ghatafan ont appris, ensuite, ce qu’avaient fait les Qoraychites, et ils sont revenus, eux aussi
vers leurs pays ».

Il est dit dans les deux Sahîh d’après Abou Hourayra, que le Prophète disais après
cet événement : « Il n’y a de dieu qu’Allah, l’Unique ; Il a tenu Sa promesse, Il a donné
la victoire à Son serviteur ; Il a rendu puissant Ses soldats et Il a vaincu, à Lui seul, les
coalisés. Il n’y a personne après Lui ».

Le siège dura 1 mois, débuta à Shawwal et fini à Dhul Qa’da 5 e H.

En réalité, ce fut surtout une guerre de nerfs.

À la fin de cette Ghazwa, le Prophète dira : « Désormais, c’est nous qui les attaquerons
et ils ne nous attaqueront plus. C’est nous qui irons à eux ».

La contre-attaque contre les Bani Qoraydha (Dhoul Quaida)

Après un mois de siège et la fuite des coalisés, le Prophète retourna chez lui dans la
chambre d'Oum Salama à l’heure de la prière de Dhor.
Gibril vient le trouver et lui demande : « As-tu déposé les armes ? Les anges, quant à eux,
n'ont pas déposé les leurs, je reviens à l'instant de ma poursuite du peuple ennemi. Marche
avec ceux qui sont avec toi contre les Bani Qoraydha. Je t'y précède pour ébranler leurs
demeures et jetter la terreur dans leurs cœurs. » Boukhari et Mouslim.

Djibril partit ensuite à la tête d'un groupe d'anges. Juste après la prière de Dhor, le Prophète
annonce : « Personne ne doit accomplir la prière de Asr ailleurs que sur le territoire
des bani Qoraydha. »

Le Prophète parti avec 3000 hommes. Alors qu'ils étaient en route, l'heure de la prière
arriva et certains dirent : « Nous accomplirons la prière que lorsque nous serons arrivés »
Tandis que d'autres dirent : « Nous allons la faire maintenant à son heure prescrite. »

Certains ont interpréter l’ordre du prophète au premier degré alors que d’autres se sont
dit que le Prophète voulait juste nous faire comprendre qu'il fallait se dépêcher.
On rapporta cela au Prophète et il ne fit de reproches à aucune des deux parties.

Arrivés aux forteresses des Banû Quraydha, les musulmans les assiégérent durant plus ou moins
25 nuits. Voyant que les musulmans étaient déterminés, Ka'b ibn Assad, le chef des Qoraydha,
donna 3 solutions à son peuple :

100
1) Sois-vous embrassez l'Islam alors vos vies, vos biens, vos femmes et vos enfants seront
saufs. Il leur rappela que ce qu'ils avaient lu dans leur livre correspondait à cette
prophétie et qu'ils ne trahiraient pas leurs croyances.

2) Soit tuer eux-mêmes leurs femmes et enfants puis combattre les musulmans afin de les
exterminer. (Tuer les femmes et enfants pour n'avoir rien à perdre).

3) Soit attaquer le Prophète et ses compagnons par surprise le jour de shabbat


(Forme de ruse car les musulmans penseront qu'ils n'attaqueront pas le samedi).

Cependant, aucune proposition ne leur convenait. Ka'b ibn Assad, énervé, leur dit : « Jamais vous
n'avez été résolu depuis le jour où vous êtes né ! »

Étant donné qu'aucune des propositions était envisageable par les Bani Qoraydha, ils ne leur
restaient plus qu'à se rendre.

Rappelons que les musulmans venaient de sortir d'un mois difficile où ils ont souffert de froid, de
faim et surtout de fatigue. Tandis que les Bani Qoraydha auraient pu tenir le siège beaucoup plus
longtemps car ils avaient beaucoup de nourriture. Cependant, rappelez-vous de ce que Gibrîl a dit
au Prophète : « Je t'y précède pour ébranler leurs demeures et jeter terreur dans
leurs cœurs. » Allah avait insufflé l'effroi dans les cœurs des juifs et leur morale s'était
effondré.

Dans ce contexte, les Bani Qoraydha se rendirent et ils furent arrêtés. Le Prophète fit
venir Saad Ibn Mou'ad (aws, ex allié des Qoraydha) pour lui demander son jugement en lui
disant : « Ces hommes se soumettent à ton jugement » en parlant des Bani Qoraydha.
Saad déclara : « vous tuerez les combattants, prendrez leur famille en captivité et partagerez
leurs biens. »

Le Prophète affirma : « Ce verdict est celui même d'Allah. »


S33, V26-27 : « Et Il a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens du Livre qui les
avaient soutenus [les coalisés], et Il a jeté l'effroi dans leurs cœurs ; un groupe d'entre
eux vous tuiez, et un groupe vous faisiez prisonniers. Et Il vous a fait hériter leurs terres,
leurs demeures, leurs biens, et aussi une terre que vous n'aviez point foulée. Et Allah est
Omnipotent. »

Saad Ibn Mou’ad avait été blessé lors de Khandaq et avait demandé à Allah : « Mon Dieu, si tu
fais durer encore la guerre avec Qorayches, fais-moi vivre pour elle, car il n'y a pas de
meilleure guerre pour moi que celle que je dois mener contre ceux qui ont fait du tort à ton
messager et l'ont traité de menteur et exilé. Et si Tu as décidé de faire cesser la guerre
entre eux et nous, accorde-moi la mort en martyr, et ne me fait pas mourir avant de me faire
voir le sort des Bani Qoraydha."

Parmi le nombre des exécutés, il y avait Houyay Ben Akhtab, celui qui a convaincu les Bani
Qoraydha de rompre le pacte avec les musulmans et qui leur avait promis de subir le même sort

101
qu'eux. Avant de mourir, il dit au Prophète : « Je ne regrette pas de m’être opposé à toi,
mais il est vrai que celui qui déçoit Dieu doit s'attendre à une déception. »

Et dire qu'il est revenu de son propre gré lorsque les coalisés se sont enfuis, pour honorer sa
parole et subir la même sentence que les Bani Qoraydha.

Les Bani Qoraydha ont été condamné pour crime de guerre car ils ont trahi leurs alliés et porter
secours à l'ennemi. Une fois la guerre avec les Bani Qoraydha terminé, le vœu de Saad Ibn
Mou'ad fut exaucé, il moura après avoir vu les Qoraych s'enfuir et les Bani Qoraydha vaincus.
La blessure qu'il avait eu à Khandaq s'était réouverte.

Jâbir a rapporté : « le Prophète a dit : le trône du miséricordieux à tremblé à la


mort de Saad Ibn Mou'ad » (Boukhari)

D'après Anas : « Lorsque le corps fut soulevé pour être porté en terre, les hypocrites
dirent » : « Qu'il est léger ! » Le Prophète répondra : « Les Anges le portent » At
Tarmidhi.

Versets en rapport avec cette Ghazwat sourate 33 ‘’les coalisés’’ verset de 9 à 27

4) Mariage du Prophète avec Zeïnab Bint Jahch :

Zaynab Bint jahch était la cousine du prophète :de sa tante paternel Oumayma.
Elle épousa Zayd Ibn Al Haritha sur le conseil du messager d’Allah , Elle était noble et lui
pauvre, elle vécut avec lui à peu près un an. Elle raconte : « Je lui menait la vie dure au point qu’il
s’en plaignit auprès du prophète plusieurs fois et il lui disait : ‘’Craint Allah et garde ton
épouse’’ et ce, jusqu’à ce que le divorce fût prononcé et un verset fut révélé.

S33 V37 « Quand tu disais à celui qu'Allâh avait comblé de bienfait, tout comme toi-même
l'avais comblé : "Garde pour toi ton épouse et crains Allâh", et tu cachais en ton âme ce
qu'Allâh allait rendre public. Tu craignais les gens, et c'est Allâh qui est plus digne de ta
crainte. Puis quand Zayd eut cessé toute relation avec elle, Nous te la fîmes épouser, afin
qu'il n'y ait aucun empêchement pour les croyants d'épouser les femmes de leurs fils
adoptifs, quand ceux-ci cessent toute relation avec elles. Le commandement d'Allâh doit
être exécuté. »

Quelques mois après le divorce de Zaynab , le prophète reçu une révélation et lorsqu’il
revient a lui, ses premiers mots furent : Qui ira trouver Zaynab pour lui apporter la bonne
nouvelle que l on me l’ a me donné en mariage du ciel même »
Les hypocrites sautent sur l’occasion pour dire que le prophète avait épousé la femme de son fils
alors des versets furent révélés pour mettre fin a ses paroles.

S33 V4-5 Allah n'a pas placé à l'homme deux cœurs dans sa poitrine. Il n'a point assimilé
à vos mères vos épouses [à qui vous dites en les répudiant]: « Tu es [aussi illicite] pour moi
que le dos de ma mère. » Il n'a point fait de vos enfants adoptifs vos propres enfants. Ce

102
sont des propos [qui sortent] de votre bouche. Mais Allah dit la vérité et c'est Lui qui met
[l'homme] dans la bonne direction.
Appelez-les du nom de leurs pères : c'est plus équitable devant Allah. Mais si vous ne
connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion ou vos alliés.
Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce
que vos cœurs font délibérément. Allah, cependant, est Pardonneur et Miséricordieux.

Un autre verset a été rélévé a l’ocasion de ce mariage :

S33 V53 Ô vous qui croyez ! N'entrez pas dans les demeures du Prophète, à moins
qu'invitation ne vous soit faite à un repas, sans être là à attendre sa cuisson. Mais
lorsqu'on vous appelle, alors, entrez. Puis, quand vous aurez mangé, dispersez-vous, sans
chercher à vous rendre familiers pour causer. Cela faisait de la peine au Prophète, mais il
se gênait de vous (congédier), alors qu'Allah ne se gêne pas de la vérité. Et si vous leur
demandez (à ses femmes) quelque objet, demandez-le leur derrière un rideau : c'est plus
pur pour vos cœurs et leurs cœurs; vous ne devez pas faire de la peine au Messager
d'Allah, ni jamais vous marier avec ses épouses après lui; ce serait, auprès d'Allah, un
énorme péché.

SIXIEME ANNEE DE L’HEGIRE

Le pacte d’Al-Houdaybiya – Dhoul Qaida

Il faut savoir que plusieurs petites Saryia ont eu lieu après Khandaq (les coalisés) sans qu'il y ait
eu de véritable combat juste des petites escarmouches. Elles consistaient plus à intimider l'ennemi
et continuer à effondrer le moral des opposants de l'Islam en voyant son influence grandissante.
Cela faisait 6 ans que les musulmans avaient quitté la Mecque dans des conditions plutôt difficiles.
Le Prophète avait fait un rêve : il entrait en toute sécurité dans la Ka'ba en compagnie de ses
compagnons en faisant une 'Omra. Leur tête était rasée et il avait les clefs de la Ka'ba.
Qui dit rêve du prophète , dit révélation.
Lorsqu'il raconte ce rêve aux compagnons, ils s'en réjouirent en pensant pouvoir retourner à la
Mecque. C'est dans ce but qu'ils vont se préparer.
Mais le voyage entrepris par le prophète donna lieu à une situation très problématique pour
les qorayches, car ils étaient les gardiens de la ka'ba et la règle voulait que personne ne soit
empèché de se s'y rendre pour exercer son culte.
Les années passées, les musulmans n'avait pas été autorisés à s'y rendre car ils étaient en état
de guerre. Mais maintenant les musulmans venaient pacifiquement pour pratiquer leurs rites
religieux.
Comment les qoraiches allaient-ils réagir ?

Le Prophète demanda à certaines tribus arabes et aux bédouins (musulmans) de l'accompagner


mais beaucoup vont refuser.
S Al Fath V11 : "Ceux des Bédouins qui ont été laissés en arrière te diront : « Nos biens et
nos familles nous ont retenus : implore donc pour nous le pardon ». Ils disent avec leurs
langues ce qui n'est pas dans leurs coeurs. Dis : « Qui donc peut quelque chose pour vous
auprès d'Allah s'Il veut vous faire du mal ou s'Il veut vous faire du bien ? Mais Allah est

103
Parfaitement Connaisseur de ce que vous oeuvrez."

Départ pour la Mecque

Le premier lundi de Dhul Qaida, le Prophète se mis en route à la tête de 1400 musulmans. Son
épouse Oum Salama fut tirée au sort pour l’accompagner et Oum Maktoum fut désigné pour diriger
Médine en l’absence du prophète .
Les musulmans vont quitter Médine avec pour seule arme leur épée personnelle car le but de ce
voyage était de faire une 'Omra et non de combattre.
Arrivée à Dhul Holayfa, qui se trouve à 9km de Médine, le Prophète demande aux musulmans
de se mettre en état d’ihram. Après cela il envoya un éclaireur pour avoir des informations
sur Qoraych.
L'homme lui rapporte que les Qoraych s'étaient mobilisés avec d’autres tribus pour les empêcher
de se rendre à la Kaaba.
Le Prophète consulta alors les compagnons pour savoir s'ils étaient d'avis d'attaquer le
campement des tribus qui étaient en route pour soutenir Qoraych ou de continuer leur chemin vers
la Ka'ba.
Abu Bakr lui répondit : « Dieu et Son Messager savent mieux. Nous sommes venus avec l'intention
d'acquitter la 'Omra et non pour combattre mais si quelqu'un s'interpose entre nous et la Ka'ba,
nous le combattront ».
Le Prophète continua alors son chemin vers la Ka'ba.

Coté Qoraych

Les Qoraych, avaient envoyé Khalid Ibn Al-Walid avec 200 hommes à un endroit appelé Dhi Tuwa
qui se trouve sur le chemin principal menant à la Mecque.
Quand ils arrivèrent, ils virent les musulmans qui éffectuaient la prière de Dhor.
Khalid Ibn Al Walid se dit : « Ils sont inattentifs et ne se préoccupent pas de nous. Nous aurions
pu les attaquer par surprise ». Il décide alors d'attaquer à la prochaine prière mais Allah révela
les règles de la prière de la peur et le plan de Khalid échoua.

S4 V101-102 : « Et quand vous parcourez la terre, ce n'est pas un péché pour vous de
raccourcir la Salât, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l'épreuve, car les
mécréants demeurent pour vous un ennemi déclaré. Et lorsque tu (Mohamed) te trouves parmi
eux, et que tu les diriges dans la Salât, qu'un groupe d'entre eux se mette debout en ta
compagnie, en gardant leurs armes. Puis lorsqu'ils ont terminé la prosternation, qu'ils passent
derrière vous et que vienne l'autre groupe, ceux qui n'ont pas encore célébré la Salât. A
ceux-ci alors d'accomplir la Salât avec toi, prenant leurs précautions et leurs armes. Les
mécréants aimeraient vous voir négliger vos armes et vos bagages, afin de tomber sur vous
en une seule masse. Vous ne commettez aucun péché si, incommodés par la pluie ou malades,
vous déposez vos armes ; cependant prenez garde. Certes, Allah a préparé pour les mécréants
un châtiment avilissant."

Le Prophète décida alors, pour éviter Khalid Ibn Al Walid, de faire un petit détour. En voyant
le prophète passé par un chemin différent de celui habituel, Khalid pensa qu'il n'irait pas
à la Mecque alors il rebroussa chemin.

Le prophète s’installe sur le territoire d’Al Hodaybia

104
Lorsque le Prophète atteignit Al Hodaybiya, sa chamelle refusa d'avancer. Les gens
commencèrent à dire qu'elle était désobéissante mais le prophète leur dit : « Elle est retenue
par Celui qui avait retenu l'éléphant ». Puis il rajouta : « Par celui entre les mains de qui se
trouve mon âme, j'accorderai au Qoraych tout ce qu’ils veulent tant qu'ils respecteront et
tiendront en haute considération les limites sacrées de Dieu. »
Ils vont donc s'installer sur la partie la plus éloignée d’Al Hodaybiya qui se trouve au sud de la
Mecque a une journée de marche, près d'un bassin d'eau avec une très petite quantité d’eau.
Les compagnons qui avaient très soif, allèrent se plaindre auprès du prophète qui sorti alors
une flèche et demanda de la placer dans le puit.
Soudain, de l'eau en jaillit et tout le monde pu utiliser cette eau pour boire et faire leurs ablutions
durant le séjour.

Début des négociations

Première négociation

Après que les musulmans se soient installés, les Qoraych envoyèrent un délégué Budayl ibn Warqa'
de la tribu des Khuza'a, qui vint trouver le prophète (Khuza’a est une tribu avec laquelle le
prophète avait de bons rapports). Il l'interroga sur le but de son voyage.
Le Prophète lui répondit : « Je n'ai pas d'autre souhait que d'accomplir la Omra
s’ils veulent je pourrais conclure avec eux un pacte de non-agression ou ils peuvent également
accepter l'Islam, et s’ils acceptent ils n'aurront rien à craindre.
Mais s'ils s'obstinent à vouloir la guerre, je les combattrai jusqu'à perdre ma vie ou que Dieu f asse
triompher sa religion ! » et Budayl rapporta cela aux Qoraich.

Deuxième négociation
Les Qoraych envoyèrent un autre délégué-Mikraz Ibn Hafs. Mais le Prophète dira, en le
voyant : « celui-ci est un homme perfide ! » et il lui tiendra le même discours.

Troisième négociation
Un autre délégué parmi les Qoraych, Al Hulays Ibn 'Alqama, vient voir le Prophète et quand
il s'approcha de lui, le Prophète dit : « Celui-là est un homme qui appartient à un peuple qui
aime les immolations. Montrez-lui les bêtes à immoler afin qu'il puisse les voir. »
Lorsque Al Hulays vit les bêtes, il retourna à la Mecque sans parler au Prophète car il
respectait ce qu'il avait vu et il dit aux Qoraich qu'il n'etait pas d'accord d'empêch er les
musulmans de faire leur 'Omra.

Quatrième négociation
Un quatrième délégué, 'Urwa Ibn Mass'ud Ath-Thaqafi vint voir le Prophète et celui-ci lui
dit la même chose qu'au premier délégué.
Cependant, 'Urwa lui répondit : " Oh Mohamed ! si tu extermines ton peuple, est-il un arabe avant
toi ayant envahi les siens ? Par Dieu ! Si ton peuple a le dessus sur toi ce n'est pas ce ramassis de
gens de toute espèce qui demeura à tes côtés" (en désignant par là les compagnons qui étaient assis
autour de lui). En parlant au Prophète , 'Urwa passait sa main sur la barbe du Prophète et
chaque fois les compagnons la lui retiraient. Mais là, il avait dépassé les limites en insultant les
musulmans et remis en question leur dévouement.

105
Alors, Abu Bakr se leva indigné et lui interdit formellement de toucher la barbe du Prophète .
C’était juste de la provocation car 'Urwa avait bel et bien remarqué l'amour indéfectible et le
profond respect que les musulmans avaient pour le Prophète .
D’ailleur de retour à la Mecque, il fit part de ce qu'il avait vu : « J'ai visité Chosroes, César et
Négus, mais ils n'étaient pas honorés par leurs compagnons comme Mohamed par les siens. Ils
s'empressent de faire ce qu'il leur ordonne, ils baissent la voix quand ils parlent devant lui, et i ls
ne le regardent pas avec insistance tellement ils le respectent. Il vous propose un plan raisonnable,
acceptez-le ».

Cinquième négociation
C'est après cela que le Prophète décida d'envoyer un délégué auprès de Qoraych pour
expliquer le but de son voyage. Il choisit d'envoyer Omar mais celui-ci lui dit qu'il avait tué
beaucoup de Qoraych à Badr et qu'il n'avait personne des siens à la Mecque pour le protéger. Il lui
suggéra alors d'envoyer 'Othman Ibn 'Affan car lui, venait d'une des familles les plus puissantes
de la Mecque
Othman prit alors le chemin vers la Mecque avec pour message : « Nous ne sommes pas venus pour
vous combattre et nous vous invitons à l'Islam ». Mais très vite il fut arrêté par les Qoraich.
'Aban Ibn said ibn Al 'As lui offrir sa protection et le conduit au chef mecquois.
Othman leurs transmis alors le message du Prophète .
En attendant leur réponse, les mecquois lui proposèrent de faire un tawaf. Cependant, Othman
leurs répondit : « Comment pourrais-je me permettre cela alors que l'Envoyé de Dieu n'en n'a pas
le droit ?"
Les Qoraych retinrent alors Othman. Sans doute, voulait-il se concerter sur la situation et donner
une réponse à Othman. Mais l'absence de celui-ci se prolongea et une rumeur de sa mort se mit à
circuler.
Lorsque le Prophète fut mis au courant, il dit : « Par Dieu, nous ne quitterons pas ces lieux
avant de combattre ce peuple ! »
Il demanda aux compagnons de lui prêter serment de ne pas fuir car ils devaient se tenir prêt
à combattre pour venger la mort de Othman. Le Prophète prêta serment à la place de Othman
puis à son tour il prêta serment lui-même.
Lorsque les musulmans lui ont prêté serment, celui-ci se trouvait sous un arbre.
Ce serment fut appelé Bay'at Ar-Ridhwan. Il fut même cité dans le coran : « Dieu a très
certainement agréé les croyants quand ils t'ont prêté le serment d'allégeance sous l'arbre »
S48 V18. « Ceux qui te prêtent sermoent d’allégence ne font que prêter serment à Allah :
la Main d’Allah est au-dessus de leurs mains. Quiconque remplit son engagement envers Allah,
Il lui apportera bientôt une énorme récompnse ».S48 V10

Sixième négociation et signature du pacte d’Al Hodaybia


Voyant que la situation était complexe, les Qoraich envoyèrent Souhail Ibn Amr pour établir un
pacte avec les musulmans. Lorsque le Prophète vit Souhail, il dit : « Les complications se
dénouent, les Qoraych aspirent à la paix. C'est pour cela qu'ils envoient cet homme ! »

Après discussion, Souhayl et le prophète rédigèrent un pacte dont voici les termes :
1) Les musulmans retourneront chez eux cette année [sans avoir accompli la Omra] ils
reviendront l'année prochaine mais ils ne resteront pas à la Mecque plus de 3 jours. Ils ne
porteront pas d'armes autre que leur épée rengainée. Et les qorayshes s'engagent à ne rien
tenter en vue de s'opposer aux musulmans [durant leur séjour à la Mecque].

106
2) La guerre sera suspendu pour 10 années, période durant laquelle les deux parties vivront
en totale sécurité sans jamais se combattre.
3) Quiconque souhaite s'unire a Mohamed dans son pacte et son alliance pourra le faire et
quiconque souhaite s'unir aux Qoraych dans son pacte et son alliance pourra le faire
également ; toute agression contre la tribu qui se joindra à l'une ou à l'autre partie sera
considérée comme visant cette dernière.
4) Si un membre de Qoraych se réfugie chez Mohamed sans l'autorisation de son protecteur
(Waliyy), il sera renvoyé à la Mecque, tandis que si un partisan de Mohamed rejoint Qoraysh,
il ne sera pas renvoyé à Médine.

C'est Ali Ibn Abi Talib qui va être choisit pour écrire le pacte. Il voudra commencer le texte par
‘’Bismillahi Rahmani Rahimi" mais Souhail lui dit : « Je ne connais pas ‘’ Rahman" » et demanda qu'on
inscrive plutôt Bissmika Allahoma.

Les musulmans présents n'étaient pas d'accord mais le Prophète accepta et continue à dicter :
« Ce qui suit est l'accord conclu entre Mohamed, Le Messager de Dieu… » Mais Souhail contesta
à nouveau : « Si nous t'avions reconnu comme prophète nous ne t'aurions pas empêché d'accéder à
la Ka'ba et nous ne t'aurions pas non plus combattu. Écris plutôt Mohamed Ibn Abdallah ».
Le Prophète confirma qu'il est bien le Prophète mais demanda à Ali de retirer le titre de
"Messager de Dieu". Cependant, Ali lui répondit qu'il était incapable de faire cela.
Le Prophète à alors barré lui-même les mots qu'on lui a montrés.

Juste après la conclusion du pacte, le fils de Souhayl, Abou Jandal qui s'était converti et fait
prisonnier par son père (pour l'empêcher de rejoindre le prophète), réussit à s'enfuir.
Et lorsqu’il se présente au prophète ,celui-ci lui explique qu’il venait de signer un acte qui lui
interdisait de l’accepter parmi eux mais il lui dit : « Oh Abou Jandal, sois patient et compte sur la
récompense de Dieu. Dieu t'amenagera, ainsi qu'aux faibles qui sont dans le même état que toi une
issue, car nous ne pouvons en aucun cas rompre le pacte que nous venons de contracter ».

Incompréhention des musulmans

Lorsque Souhayl repartit, le prophète demanda aux musulmans d'égorger les bêtes qui étaient
destinées aux sacrifices mais pas un homme se leva. Il répèta sa demande trois fois sans
succès. Il entra alors dans sa tente et raconta cela à Oum salama. Elle lui dit : « O prophète de
Dieu, si tu tiens à ce que cela soit fait, sors et n'adresse la parole à personne avant d'avoir égorgé
tes bêtes et d'avoir rasé tes cheveux ».
Lorsque les compagnons ont vu le prophète sacrifier sa bête et raser ses cheveux, ils se sont
exécutés mais avec beaucoup de tristesse. D’ailleurs, Omar, incapable de se contrôler tellement la
tristesse avait saisi son cœur alla trouver le prophète et lui dit : « N'es-tu pas le messager
de Dieu ? »
Le Prophète lui répondit : « certes oui je le suis ».
Omar : « Ne sommes-nous pas sur la vérité ? »
Le prophète : « certes oui. »
Omar : « Pourquoi alors ferions-nous injure à notre religion ? »
Alors le Prophète lui répondit, avec beaucoup de sagesse : « Je suis l'Envoyé de Dieu, je ne lui
désobéis pas, car c'est lui qui me secourt. »

107
Omar : « Ne nous avait-il pas annoncé que nous irions faire le Tawaf à la Ka'ba ? »
Le prophète : « Certes oui, mais t'avais-je annoncé que nous irions cette année ? »
Les compagnons avaient aussi du mal avec la clause stipulant qu'ils devaient renvoyer les musulmans
qui vennaient s'installer à Médine mais le prophète leur dit : « Celui qui nous quitte pour les
rejoindre, puisse-t-il ne jamais revenir. Mais si nous leur renvoyons quelqu'un qui est musulmans,
Dieu lui fournira certainement une issue à ses épreuves »

Omar alla voir Abou Bakr, et lui posa les mêmes questions mais Abou Bakr lui répondit comme le
prophète .
Sur le chemin du retour, le prophète recut en révelation la sourate Al Fath. Il en informa
Omar en lui disant : « Une sourate m'a été révélée, et elle m'est plus chère que tout ce que le soleil
éclaire mis ensemble. »
La révélation du verset 1 de la sourate Al Fath S48 « Nous t'avons accordé une victoire éclatante
» fut d'un grand soulagement pour Omar qui avait compris qu'il y avait un bien dans ce pacte. Après
cette révélation il comprit qu’il avait été impatient et pour se faire pardonner, il ne cessa de faire
des aumônes, de jeûner, de prier et d'affranchir des esclaves.

Annulation par les Qoraiche de la clause numéro 4

Après le retour du Prophète à Médine, Abou Busayra, s'enfuit de la Mecque et rejoint le


Prophète . Cependant, deux Qoraych l'avait suivi. Le Prophète lui demanda de repartir
avec eux car il ne pouvait pas trahir le pacte.
Mais sur le chemin du retour, Abou Busayra tua l'un des hommes et l'autre s’ enfuit. Il retourna
auprès du prophète qui refusa de le laisser s’installer avec eux car il fallait respecter le pacte.
Alors il parti s'installer sur la route longeant la côte entre Médine et la Mecque. Avec le temps
septante musulmans opprimés de la Mecque, iront le rejoindre. Parmi eux il y avait aussi Abu Jandal
ils vont former une colonie importante qui ne tarda pas à vouloir se venger de Qoraysh. Cette
colonie va se mettre à attaquer les caravanes mecquoises pour survivre.
Après analyse, les Qoraich préfèrent annuler la clause 4 du pacte qui interdit aux nouveaux
convertits de rejoindre le prophète car ils étaient devenus une menace pour la sécurité des
caravanes qoraichites.

Conclusion
- Ce pacte est très important car les Qoraych venaint de reconnaître la légitimité de l'islam
dans la vie sociopolitique arabe.
- Les 10 années de paix ont été très importantes pour propager l'islam sans avoir peur d’être
attaqués. D'ailleurs, durant les 2 années qui suivirent la signature, il y eut tellement de
conversions que le nombre d'hommes dans l'armée musulmane était de 10 000.
- Le Point de ce pacte qui paraissait négatif pour les musulmans se révéla plus tard positif
car les musulmans qui ne pouvaient rejoindre Médine en profitaient pour faire la da'wa aux
habitants de la Mecque.
- Les Qoraysh qui étaient ennemis jurés des musulmans, venaient d'affaiblir le trio
(Qoraych- Ghataffans- juifs) en signant ce pacte de paix avec les musulmans.
- Les évenements de Houdaybia sont repris dans la sourate Al Fath 48.

108
SEPTIEME ANNEE DE L'HEGIRE

Le pacte d'Al Hodaybiya et ses dix ans de paix ont permis aux musulmans d'augmenter leurs
efforts de propagation de l'islam. Car la paix avait été conclu avec l'ennemi le plus acharné de
l'islam, les Qoraych.
Le Prophète se décide alors à envoyer des missives aux souverains des royaumes environnants
pour les appeler à l'Islam. Pour authentifier ses lettres, un sceau en argent fut réalisé avec gravé
dessus, " Mohamed Messager d'Allah".

Ghazwat Khaïbar – Moharam

Après qu'ils furent chassés de Médine, certains Juifs s'étaient réfugiés à Khaybar qui se trouve
à une centaine de kilomètres de Médine. C'était une ville spacieuse et très bien fortifiée où se
trouvait des châteaux forts et des fermes avec des terres fertiles.
Rappelons que ce sont les Juifs qui avaient constitué l'Alliance pour attaquer les musulmans lors
de la bataille de Khandaq et c'est encore eux qui ont poussé les Bani Qoraydha à la trahison.
A nouveau, ils étaient occupés à tisser des liens avec les Ghatafan et certains bédouins pour semer
la zizanie. Ils étaient même allés jusqu'à vouloir assassiner le prophèt .
Jusqu’à présent, le plus grand ennemi de l'islam était Qoraysh, mais le Prophète n'était plus
préoccupé par eux grâce au pacte d'Al Houdaybya. Il prit alors le temps de s'occuper des
Juifs.
Dans la sourate 48 Al Fath V18
« Dieu a été satisfait des croyants qui t'ont prêté serment d'allégeance sous l'arbre. Il
savait quels sentiments les animaient. Aussi, fit-il naître la quiétude dans leur cœur et leur
accorda en récompense, une victoire rapide suivi d'un riche butin que vous réaliserez. »
Le Prophète décida donc de partir pour Khaybar.

Les hypocrites et les gens au cœur faible qui ne se sont pas joints aux musulmans sincères lors
d'Al Houdaybiya ne vont pas pouvoir se joindre au prophète pour Khaybar. Il leur avait
précisé que seuls les combattants sincères pouvaient le suivre car il avait reçu la révélation
suivante : S48 V15 : « Ceux qui restèrent en arrière diront, quand vous vous dirigez vers le
butin pour vous en emparer ; « Laissez-nous vous suivre ». Ils voudraient changer la parole
d'Allah. Dis : « Jamais vous ne nous suivrez : ainsi Allah a déjà annoncé ». Mais ils diront :
« Vous êtes plutôt envieux à notre égard ». Mais ils ne comprenaient en réalité que peu . »
Les hypocrites restèrent donc à Médine car ça serait injuste que ceux qui ne voulaient pas aller à
la Omra d'un seul coup, iraient à Khaybar car il leur avait été promis un butin.

Le chef des hypocrites envoie un émissaire aux Juifs pour les prévenir que les musulmans allaient
les attaquer. Dès que les juifs apprirent la nouvelle, ils vont chercher une aide militaire auprès des
Ghatafan en échange de la moitié de leur récolte fruitière en cas de victoire sur les musulmans et
ceux-ci vont accepter.

Le prophète quitte Médine


Le prophète quitte Médine avec les mêmes compagnons que ceux qui étaient partis pour Al
Houdaybia, ils étaient 1400. Ils vont camper entre la tribu de Ghatafan et Khaybar pour empêcher
ceux-ci de rejoindre les Juifs.
Les Ghatafan vont quitter leur ville mais en chemin ils vont entendre du vacarme et vont penser
que leur ville se fait attaquer par les musulmans. Ils feront alors aussitôt demi-tour et rentrèrent

109
chez eux. Les musulmans continuent leur marche vers Khaybar en silence afin de ne pas se faire
entendre.
Arrivés devant la première forteresse, le Prophète décide d’attendre la prière d’al fadjr
(l'appel à la prière fut fait à voix basse) puis ils prièrent.
Lorsque les Juifs sont sortis pour aller s'occuper de leurs affaires quotidiennes, ils furent surpris
de voir l'armée musulmane devant leur fort.
Ils commencent à s’écrier : « Mohamed est venu avec son armée ! ».
Le Prophète dit alors : « Dieu est Grand, Khaybar tombera ».
Le premier fort à avoir été attaqué fut celui de Naïm, il fut vaincu et les Juifs se réfugièrent dans
le suivant ainsi de suite jusqu'au dernier.
Les musulmans vont alors assiéger durant 14 jours le dernier fort qui était le plus grand. Le
Prophète décide alors d'utiliser des catapultes et les Juifs se rendirent compte de l'issue
fatale qui allait se jouer ils décident donc de négocier avec le prophète .
Il accepta de les laisser partir à condition qu'ils abandonnent les forts de Khaybar, leurs
terres, leur or, argent, chevaux et armes.
Ils acceptèrent mais souhaitèrent continuer à travailler les terres en échange de la moitié des
récoltes. Le Prophète accepta et chargera Abdallah Ibn Rawaha de s'occuper de gérer cela
et en tenir les comptes.

Le butin de Khaybar
Il fut partagé en 36 parts :
- 18 pour le Prophète et pour les musulmans ayant participés à la bataille de Khaybar.
- 18 pour la caisse commune en cas de besoin.

Le butin était si abondant que de retour à Médine, les mouhajirines rendirent leurs biens (terres,
palmiers...) aux Ansars en les remerciant.
Omar dira : « Nous ne fûmes jamais autant rassasiés qu'après Khaybar ».

Le mariage de Safia :
Safia faisait partie du butin. Le Prophète vint lui proposer l’Islam. Elle accepta. Puis il la
demanda en mariage et elle accepta. Il lui dit alors : « Ta dote sera ta libération ». En fait, Safia
avait dit un jour à son ancien mari : « J’ai rêvé qu’une grosse lune descendait chez nous [à la
maison] ». Son mari, qui avait tout de suite compris que cette lune était le Prophète , lui avait
mis un œil au beurre noir : « Qu’insinues-tu ? » dit-il. Mais finalement, le rêve se réalisa et elle
devint l’épouse du Prophète .

La viande empoisonnée :
Les musulmans sont toujours à Khaybar et le Prophète est invité par une juive : il répond à
l’invitation et y va avec ses compagnons. Il était connu qu’il aimait l’épaule parmi les morceaux de
viande. Or, la juive avait empoisonné toute la viande et plus particulièrement l’épaule. Au moment
où le Prophète allait la mettre en bouche, la viande dit : « Pose-moi, je suis empoisonnée ». Le
Prophète appela la femme et lui demanda si c’était vrai. Elle avoua et lorsqu’il demanda pourquoi
elle avait fait cela, elle lui dit : « Si tu avais été un faux prophète, nous aurions été débarrassés
de toi. Et sinon je savais que Dieu te sauverait ». Elle demanda pardon et le Prophète lui
pardonna.

110
Un peu de poison était également passé dans la bouche du Prophète et il est rapporté que lors
de la maladie qui eut raison de lui, il dit que le goût du poison lui était remonté dans la gorge. Ce
poison était resté tout ce temps dans le fond de sa gorge !

L’arrivée de Jaffar ibn abu Talib :


Jaffar cousin du prophète avait émigré à l’age de 27 ans en Abyssinie, il y resta 13 années.
Nous sommes toujours à Khaybar. La victoire plus les retrouvailles avec Jafar firent de ce moment
un moment de grande joie pour les musulmans ! Quand le Prophète le vit, il l’embrassa entre
les deux yeux et il dit : « Je ne sais pas pourquoi je suis content, si c’est d’avoir pris Khaybar ou si
c’est d’avoir retrouvé Jafar ». L’émotion était à son comble.

L’arrivée de Abou Horaïra :


Abou Horaïra s’était converti et il cherchait le Prophète à Médine. Mais c’est à Khaybar qu’il
le trouva. Il y a cependant un « ikhtilaf » quant à savoir s’ il s’est converti à ce moment-là où si il
s’était déjà converti bien avant et qu’il a cherché à voir le Prophète à ce moment-là. Bref, un
nouveau converti s’ajoutait au nombre des musulmans : la joie ne pouvait être plus grande tant les
évènements heureux s’accumulaient.

Nombre de tués :
Cette Ghazwa se solde par la victoire des musulmans qui leur avait été promise dans le Coran. Il y
eut plus ou moins 18 martyrs et du côté juif 93 morts

Petite remarque concernant la mort de Mid’am


Une flèche va atteindre Mid'am un esclave du Prophète et il va mourir. Les compagnons diront :
« Qu'il se rejouisse du paradis ! » Le prophète leur dira : « Pas du tout, j'en jure par celui qui
tient mon âme entre ses mains, que le manteau qu'il a pris sans droit à Khaybar et qui appartenait
au butin servira à allumer pour lui le feu de l'enfer".
En entendant cela, un homme rapporta au Prophète, un ou deux lacets qu’il avait ramassé sur
le champ de bataille pour attacher ses souliers, le prophète lui dira : « Un lacet de feu ! ».

Retour à Médine
Les musulmans prirent alors le chemin vers Médine
Après l’acquisition du butin de Khaybar, des femmes viennent voir le prophète pour lui
demander des vêtements ou autre bien, car elles savaient que le prophète ne disait pas non.
Omar qui passait tout près et entendait ces femmes s’adressant au prophète d’une manière
pas très polie. Il demande alors au prophète la permission d’entrer. Le silence se fit
immédiat et la pièce se vida. Omar trouva le prophète en rire qui lui dit : « Elles ont plus de
crainte pour toi que pour moi. »
Omar leur dit alors : « Ô ennemies de vous-même, me craignez-vous et ne craignez-vous pas
l’envoyé de Dieu ? » « Oui, répondent-elles, car tu es plus rude et plus dur que le prophète ».
Le prophète lui dit : « Cela est vrai Ô Al Khattab, par celui qui tient mon âme dans la main, si
satan te trouvait en train de marcher sur un chemin, il choisira de changer de chemi n. »

Abou Al ‘As ex-mari de Zaynab fille du prophète se convertit et émigre à Médine pour
reprendre la vie de couple avec Zaynab. Elle mourra à la 8ième année

111
La Omra de compensation

Vers la fin de la 7ème année de l’Hégire, c’est-à-dire un an après le pacte de Al Houdaybia , le


prophète se met en route avec 2000 hommes plus les femmes et les enfants ils prennent
avec eux les bêtes pour le sacrifice et se dirige vers la Ka’ba.
C’étaient les mêmes personnes qui ont participé au pacte d’Al Hodaybia.
Arrivé à Dhul – Holayfa, le prophète se mit en état de sacralisation et prononce la talbya
avec tous les musulmans.
Ils prirent leurs armes avec eux, car ils craignaient une trahison.
Arrivés à ±12 km de la Mecque, ils vont y déposer leurs armes et vont les faire garder par 200
hommes cependant ils garderont leurs épées personelles.
Le prophète se trouvait en tête, monté sur sa chamelle, les compagnons le suivaient de près
en récitant la talbya.
Les Qoraiches, eux avaient déserté les lieux et s’étaient réfugiés sur une montagne dans des
tentes.

Le prophète avait été mis au courant que les Qoraich disaient d’eux : « Cette troupe de
gens qui viennent chez nous sont affaiblis par les fièvres de Yathrib. »

Alors il , ordonna aux compagnons d’accélérer la marche durant les 3 premiers tours et de
dévêtir leur épaule droite, pour montrer aux associant qu’ils étaient encore forts et en pleine
forme.
En voyant cela, les Qoraich dirent : « Vous avez prétendu que ces gens ont été affectés par la
fièvre, or ils sont très vigoureux. »

Abdallah ibn Rawaha récitait des vers : « Ôtez-vous de son chemin, négateurs, écartez-vous ;
tout le bien est dans son Envoyé… »
Lorsque Omar lui dit : « Ô ibn Rawaha déclames-tu de la poésie devant l’Envoyé de Dieu et sur le
territoire sacré ? ».
Le prophète lui répondit : « Laisse-le ô Omar, ses vers font plus de mal aux associants
mecquois qu’une grêle de flèches ! ».

Après avoir terminé le tawaf, ils font les rites de Safa et Marwa, puis se désacralisent, le
prophète envoie alors des hommes pour remplacer ceux qui surveillaient les armes, pour
qu’ils puissent également faire leur omra.
Après le troisième jour, les Qoraiches envoient Ali dire au prophète qu’il devait quitter la
Mecque comme convenu.

Avant de partir, le prophète épousera Maymouna, fille d’Al Harith Al Amiriya belle-sœur de
son oncle Al’ Abbas.

Le mariage fut célébré sur le chemin du retour.


Cette ‘Omra fut appelé ‘Omra de compensation pour compenser celle de la 6 ème année qui n’avait
pas eu lieu.

112
HUITIEME ANNEE DE L'HEGIRE

1) Les conversions de 3 grands hommes :

Conversion de : Amr ibn Al As


'Amr Ibn Al As était surnommé le génie des arabes. Il rapporte ce récit : Lorsque nous quittâmes
les tranchées lors de la bataille des coalisés, je rassemblai des hommes Quraychites qui savaient
qui j'étais, et qui m'écoutaient. Je leur dis : Vous savez, par Allah, je vois que la religion se
Mohamed est très au dessus de toute autre chose, et j'ai une idée, qu'en dites vous ? Ils
demandèrent : Et quelle est cette idée. Il dit : J'ai pensé qu'on pouvait se rendre chez le Négus
et y rester. Si Mohamed parvient à vaincre notre peuple, nous serions chez le Négus, car être sous
la protection du Négus est préférable pour nous que d'être sous la protection de Mohamed. Si en
revanche notre peuple venait à vaincre, ils nous connaissent bien, et nous ne pouvons éspérer d'eux
que du bien. Ils dirent : C'est une excellente idée. Je leur dis : Rassemblez pour lui des cadeaux.
La meilleure des choses qu'on pouvait lui offrir de notre territoire était le cuir.
Nous rassemblâmes pour lui beaucoup de peaux et nous nous rendîmes chez lui. J'en jure par Allah,
une fois arrivés chez lui, 'Amr Ibn Oumaiya Al Damri arriva ; le messager d'Allah l'y avait envoyé.
Il entra voir le Négus et ressortit ensuite. Il dit : je dis alors aux gens avec qui j'étais : voici 'Amr
Ibn Oumaiya. Si je pouvais entrer voir le Négus et lui demander de me le remettre, puis trancher
sa tête... lorsque j’aurais fait cela, les Quraychites verront que j'ai agi à leur place en tuant le
messager de Mohamed. Il dit : j'entre chez le Négus et me prosternai devant lui comme d'habitude,
et il dit : sois le bienvenu ô mon ami ! M'as-tu apporté quelque chose de ton pays ? Je dis : O chère
roi, je t'ai apporté beaucoup de peaux comme cadeau. Puis je les lui donnais cela et il en fut ravi,
et ensuite je lui dis : ô chère roi, j'ai vu quelqu'un sortir d'ici, c'est le messager d'un de nos
ennemis. Livre-le-moi pour que je le tue, il a causé tellement de préjudices à nos nobles et élites.
Le roi s'énerva, souleva sa main, frappa son nez. Je crois qu'il s'était cassé le nez. Si la terre
s'était fissurée pour moi, j'y serai entré, fuyant sa colère. Ensuite je dis : O roi ! Je ne t'aurais
pas demandé ce service si j'avais su que cela t'énerverait. Il dit : Me demandes-tu de te livrer le
messager d'un homme chez qui vient le grand confident (Gibril) afin que tu le tues ? Je dis : ô roi
est-ce ainsi qu'il est ? Il dit : Malheur à toi ô 'Amr obeis-moi et suis-le. Par Allah il est dans la
vérité. Il triomphera sur tous ceux qui s'opposent à lui, comme Moussa triompha sur Pharaon et
ses armées. Je dis : acceptes-en son nom ma soumission à l'islam. Il dit : d'accord, et tendit sa
main. Je lui prête serment d'allégeance pour l'islam. Je sortis par la suite retrouver les gens avec
qui j'étais venu avec une nouvelle vision des choses, et je cachai ma conversion à l'islam à mes
compagnons.
Ensuite, je sortis pour me rendre chez le messager d'Allah afin d'embrasser l'islam, je rencontrai
Khalid Ibn Al walid. Il sortait de la Mecque, et je lui dis : Où vas-tu, ô Abou souleyman ? Il dit :
Par Allah le chemin s'est éclairé, et cet homme là est un prophète, je vais par Allah embrasser
l'islam, jusqu'à quand allons nous attendre ?
Il dit : Par Allah, je ne suis venu que pour me convertir à l'islam. Il dit : nous nous rendîmes chez
le messager d'Allah. Khalid s'avanca et lui prêta serment. Quant à moi, je m'approchai et dis : ô
messager d'Allah, je te prête serment d'allégeance à condition que soient pardonnés mes péchés
passés sans mentionner ce qui viendra après. Le messager d'Allah dit : " ô 'Amr, prête moi serment
d'allégeance, car l'islam efface tous les péchés qu'il y a eu avant lui, tout comme l'hégire efface
tous les péchés qu'il y a eu avant lui." Il dit : je lui prêtai serment et m'en allais.

113
Conversion de : Khalid ibn Walid et Othman Ibn Abi Talha
El Waqidi à dit : « Yahia Ibn El Moughira Ibn 'Abd ar-Rahman m'a rapporté avoir entendu son père
parler de Khalid Ibn Al Walid en ces termes : " Khalid Ibn El Walid a dit : " Lorsqu'Allah à voulu ce
qu'Il a voulu pour moi comme bien. Il a mis dans mon coeur l'amour de l'islam et Il m'a inspiré le
bon sens. Je me suis dit alors : "J'ai assisté à tous les événements contre le Prophète et, à
chaque fois que j'assistais à un événement contre lui, il s'en sortait indemne, et moi je voyais que
ma place n'était pas ici, et que Mohammad allait finir par triompher.
Lorsque le prophète partit vers Al Houdaybia, je suis sorti avec des cavaliers polytéistes et
je l'ai rencontré parmi ses compagnons à 'Usfan. Je lui ai exprimé mon animosité et mon opposition.
Il a fait la prière du midi avec ses compagnons, devant nous, l'idée nous est venue de les attaquer.
Mais il a su ce qui se tramait dans nos esprits, et il a fait la prière de l'après-midi sous forme de
prière de la crainte. Cela nous a impressionné, et je me suis dit : " Cet homme est protégé". Nous
nous sommes éloignés alors d’eux.
Une fois qu'il eut signé le traité d'Al Houdaybia avec les Quraych, et que ces derniers l'aient
obligé à rester à Errawah, je me suis dit : " Que me reste-t-il ? Oû vais-je aller ? Chez le Négus ?
Vais-je aller chez Héraclius en abandonnant ma religion pour le Christiannisme ou le judaïsme ?
Vais-je aller chez les perses ? Vais-je rester chez moi avec ceux qui sont restés dans la religion
des Qoraych ? ". Tandis que j'étais à mes réflexions, le prophète est entré à la Mecque pour
accomplir la 'Omra convenue à Al Houdaybiya. J'étais absent et je n'ai pas assisté à sa venue. Mon
frère Al walid Ibn Al Walid, lui, est entré avec le prophète pour faire la 'Omra. Il a demandé
après moi, mais il ne m'a pas trouvé. [Il m'a écrit alors un message où il disait : " Au nom d'Allah,
le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Cela dit, je n'ai pas vu de chose plus étonnante que
ton refus de l'Islam, connaissant ton bon sens ! Peut-on ignorer une religion comme l’islam ? Le
prophète m'a demandé de tes nouvelles en me disant : " Où est Khalid ?". Je lui ai répondu : "
Allah va le ramener". Il m'a dit alors : " Un homme comme lui peut-il ignorer l’islam ? S'il met sa
fougue et sa stratégie au service des musulmans, ce sera mieux pour lui, et nous le ferons passer
avant beaucoup d'autres".
Rattrape donc mon frère ce que tu as raté dans de meilleures circonstances".
[En recevant son message, je me suis motivé encore plus pour sortir à sa rencontre d'autant plus
que la demande du prophète de mes nouvelles m'avait réjoui. En outre, je me suis vu, en rêve,
dans une région étroite et stérile, avant de me retrouver dans une région verdoyante et vaste. Je
me suis dit alors : " c'est la une vision ! Lorsque j'arriverai à Médine, je demanderai à Abou Bakr
de me l'interprêter". Lorsque, par la suite je lui ai raconté mon rêve, il m'a répondu : " C'est ta
conversion à l'islam et ta sortie de l'étroitesse du polythéisme !".]
Une fois que j'eus pris la décision de partir vers le prophète , je me suis demandé : " Qui va
être mon compagnon de voyage ?". J'ai rencontré Safwan ibn Oumaya et je lui ai dit : " Ô Aba
Wahb ! Ne vois-tu pas la situation dans laquelle nous nous trouvons ? Mohamed vient d'avoir le
dessus sur les arabes et les non arabes. Et si nous allions le trouver pour le suivre, car son honneur
sera notre honneur ". Mais il a refusé catégoriquement en me disant : " S'il ne restait que moi, je
ne le suivrai jamais !".
Je l'ai laissé alors en me disant : " Voilà un homme dont le frère et le père ont été tués à Badr".
J'ai rencontré ensuite 'Iqrima Ibn Abi Jahl et je lui ai dit la même chose que ce que j'avais dit à
Safwan ibn Oumaiya. Il m’a répondu de la même façon que ce dernier. Je lui ai alors dit : " Garde
cela secret". " Je ne le dirais à personne" m'a-t-il répondu.
Je suis revenu chez moi, j'ai pris ma monture et je suis parti avec l'intention d'aller chez le
prophète . En cours de route, j'ai rencontré 'Uthman Ibn Talha. Je me suis dit en le voyant :
" Celui-là est un ami à moi. Et si je lui disais ce que je souhaite faire ? ". Je me suis rappelé, ensuite,
de ceux qui avaient été tués à Badr parmi ses parents, et j'ai renoncé à le faire. Cependant, j'ai

114
fini par me dire : " Qu'est ce que j'ai à perdre, alors que je suis sur le point de partir rejoindre le
prophète . Je lui ai déclaré alors : " Ô 'Uthman, nous sommes comme un renard dans son trou
! Si on jetait sur lui un récipient d'eau, il sortirait en courant". Ensuite, je lui ai réitéré les mêmes
paroles que celles dites à mes deux précédents compagnons. Il a répondu tout de suite par
l'affirmative. Je lui ai donc donné rendez-vous pour le lendemain à Yadjidj. Nous nous sommes
rencontrés, en effet, à l'endroit convenu, et nous avons pris la route ensemble. Arrivés à El -Hadda,
nous avons rencontré 'Amr Ibn Al 'As. Il nous a salués puis nous a demandé le but de notre voyage.
Nous lui avons répondu : " Et toi quel est le but de ton voyage ?". Mais il n'a pas voulu nous répondre.
Nous avons fini par lui dire : " Nous voulons embrasser l'Islam et suivre Mohamed ". C'est
aussi mon but nous a-t-il répondu.
Nous sommes ainsi partis tous les trois ensembles, jusqu'à ce que nous ayons atteint Médine. Nous
avons laissé nos montures à El-Harra, nous sommes entrés à Médine. Informé de notre arrivée, le
prophète en fut réjoui. Mon frère qui m'a rencontré m'a dit : "Va vite voir le prophète ,
car il a été informé de ta visite, et il se réjouit de cela. Il vous attend".
Nous nous sommes empressés donc d'aller à sa rencontre. Il n'a cessé de sourire en nous voyant.
Je l'ai salué et il m'a répondu avec un visage jovial. Je lui ai dit : "Je témoigne qu'il n’y a de Dieu
qu’Allah et que tu es le Messager d'Allah". Il m'a dit : "Louange à Allah qui t'a guidé, car je savais
que tu étais doué d'intelligence, et j'ai espéré qu'elle ne te mène qu'au bien". Je lui ai répondu : Ô
messager d'Allah, invoque Allah afin qu'Il me pardonne les événements où j'étais opposé à toi,
refusant la Vérité !". Il m'a répondu : "L’Islam efface ce qui le précède". Il a ajouté : " Mon Dieu,
pardonne à Khalid Ibn Al Walid, tout ce qu'il a fait pour entrave à Ta voie !".
Ensuite, 'Uthman et 'Amr s'avancèrent et firent acte d'allégeance au prophète (sws) ; Notre
arrivée eut lieu au mois de Safar, de l'an huit."

L'empire Byzantin avant et après l'islam


- L'empire Byzantin part de Rome en Italie et s'étend petit a petit jusqu'aux frontières de
l'Arabie Saoudite, Egypte, Syrie, Palestine...
- En 613, Héraclius quitte l'Europe pour combattre les perses qui se trouvaient sur les territoires
limitrophes de l’Arabie.
- Les perses et les Byzantins voulaient tous deux conquérir la Palestine mais les juifs de Palestine
ont préféré soutenir les perses (mazdéin) qui vont occuper la Palestine.
- En 625, prise de Constantinople (Istanbul) par les Byzantins.
- En 629, juste avant Mo'ta les Perses et les Byzantins signent un accord, les Perses rendent leurs
territoires aux chrétiens et les perses quittent la palestine en faveur des Byzantins (Héraclius)
- Un grand massacre de juifs va avoir lieu par Héraclius car ils ont été accusés d'avoir collaboré
avec les Perses. Ils furent alors soit chassés de Jérusalem, soit forcés de se faire batisé.
- Après la mort du prophète sous le califat de Abou Bakr, les territoires extérieurs vont
commencer à être conquis.
- Sous le califat de Omar en 15H (en 636) les troupes musulmanes battent l'armée Byzantyne de
Héraclius à Yarmouk qui se trouva plus au moins 100 km de Damas (Syrie).
- En 17H (en 638) la Syrie, la Palestine, Jérusalem, l'Iran sont conquis par les musulmans.
- En 21H (en 642) une partie de l'Egypte est prise etc........jusqu'a Poitiers (en France).

Sourate Ar Rom 30 (les Byzantins) V1-5


Alif lam mim; Les romains on été vaincus,dans le pays voisin,et après leurs défaite,ils seront
les vainqueurs dans quelques annnées. A Allah appartient le commandement au début et à la
fin, et ce jour-là, les croyants se réjouiront du secours d'Allah. Il secourt qui Il veut et Il
est le tout puissant, le tout Miséricordieux.

115
Ces versets ont été révélés après la victoire des Byzantins à Constantinople et quelques années
plus tard (plus au moin 10 ans) les Byzantins reprendront Constantinople pratiquement au même
moment que la ghazwat de Badr.
Les musulmans préféraient voir les Byzantins gagner car ce sont des gens du livre, contrairement
aux Perse, Mazdéins, Zooastriens qui eux étaient des polythéistes.

2) Sariyya Mo’ta

Mu'ta est un village qui se trouve à la frontière du Sham (Syrie) à 2 jours de marche de Bayt al
Maqdis.
Quelques mois après la Omra de compensation, le Prophète envoie 15 hommes en tant qu’
émissaires auprès d'une tribu limitrophe de la Syrie. Ils furent tous tué sauf un.
À la même époque, un émissaire fut envoyé avec un message de la part du Prophète au chef de
Busra (Palestine) cet émissaire fut également tué par le représentant de César (en Syrie) un
homme de la tribu des Ghassan qui étaient chrétiens.
Quand ils vont apprendre que les musulmans allaient les attaquer à cause de ce qu'ils avaient fait,
ils demandèrent de l'aide aux byzantins (aussi chrétiens). C'est ainsi que 200000 alliés chrétiens
vont affronter les musulmans.

L’armée se prépare
Le Prophète fut très choqué en apprenant la nouvelle. Il ordonne que 3000 hommes soient
mobilisés et leur donne les directives suivantes car cette fois-ci il ne les accompagnera pas :
Zayd ibn Haritha sera désigné pour conduire les troupes. S'il était tué, Ja'far Ibn abi talib prendra
sa place, s'il était également tué ce sera Abdallah ibn rawaha qui le remplacera.
L'armée est prête à partir et le Prophète leur demanda de se rendre là où avait eu lieu le meurtre
de l'émissaire et d'inviter les gens à l'Islam. S'ils répondent positivement, ne les combattez pas,
sinon combattez-les. Il continue en leur disant : " combattez les négateurs au nom de Dieu, ne
brisez pas un pacte, ne trahissez pas, et ne tuez sous aucun prétexte nouveau-né, femme, vieillard,
ne coupez aucun arbre ni ne démolissez de maison".
Les Médinois se rassemblèrent pour saluer l’armée sur le point de partir.
Abdallah ibn Rawaha se mit à pleurer, quand on lui demanda la raison, il jura que ce n'était pas par
amour de la vie ici-bas mais c'était dû au verset suivant : « Il n'est pas un seul d'entre vous qui
ne doivent passer au-dessus de l'enfer. C'est là une promesse irrévocable de ton Seigneur
et qui se réalisera à coup sûr" S19 V71
Il dit " je ne sais comment, une fois sur le pont je pourrai le quitter".
Les musulmans font des invocations pour l'armée qui se dirige vers le nord près de la Syrie.

La Concertation
Une fois arrivés à ma'an tout près de la syrie, ils apprennent que Héraclius avait mobilisé 100 000
hommes auxquels se sont ajoutés 100 000 d’autres tribus.
L'armée musulmane se pose à Ma'an et se met à réfléchir car ils n'avaient pas envisagé un si gra nd
nombre d'ennemis.
Durant deux nuits, ils se concertent pour voir ce qu'ils allaient faire. Certains disent on va écrire
au Prophète pour lui demander conseil mais Abdallah Ibn Rawaha leur dit : « Je jure par Dieu
que ce que vous craignez est cela même pourquoi vous êtes sortis à savoir le martyr. Nous ne
combattons pas les gens par le nombre ou par la force mais par cette seule foi dont Dieu nous a
gratifié. Hâtez-vous pour gagner l'une de ces deux choses, la victoire ou le martyr. »
Alors tous les musulmans acceptèrent son avis et se mirent en marche jusqu'à Mo'ta où il y eut la

116
rencontre avec l'ennemi.
Début de la bataille
Comme prévu, Zayd Ibn hâritha qui prit l'étendard et assuma la direction de l'armée. Il combattit
avec une bravoure inégalée jusqu'à ce qu'il fût tué.
Voyant cela et comme prévu également, Ja'far Ibn Abî Tâlib se saisit directement de l'étendard
et lutte avec acharnement jusqu'à ce que sa main droite fût coupée. Il prit alors l'étendard avec
sa main gauche mais elle fut également coupée. Il continue avec acharnement en tenant l'étendard
avec ses bras jusqu'à ce qu'un soldat byzantin le tue.

À titre postum, il fut surnommé "Jafar au deux ailes" ou "Jafar l'ailé".


Plus tard, quand Omar salua le fils de Ja'far il lui disait : « Salamo alaykoum Oh fils de l'homme
aux deux ailes. » (Boukhari).
Allah lui accorda deux ailes (rêve du Prophète de Jafar au paradis) pour se déplacer dans
le jardin éternel.
D'après Omar, après la mort de Jafar, il compta plus ou moins 50 blessures sur son corps mais
aucune dans le dos. Cela signifie qu'il affrontait le combat en face.

Après la mort de Jafar, c'était au tour de Abdallah Ibn Rawaha de prendre l'étendard. Il grimpa
sur son cheval avec l'étendard en récitant des vers d’encouragement :« Mon âme par Dieu tu
avanceras ! De gré ou de force excités par les cris des chevaux marchant sur l'ennemi et au départ
des flèches les arcs gémissent. Refuseras-tu le paradis ? »
C'est ainsi qu'il combattit jusqu'à ce qu’il fût également tué.
Pendant ce temps, le Prophète était à Médine et l'espace entre Médine et Mo'ta était
inexistant car le Prophète avait une vision directe de ce qui se passait là-bàs de sorte qu'il vit
la mort de ses trois ports étendard en direct.

À ce moment-là, l'étendard était à terre, un homme Thabit Ibn Arqam le ramassa et le remit à
Khalid Ibn alwalid qui va prendre la direction de l'armée. Le Prophète qui assistait à la scène
depuis Médine avait les larmes qui coulaient sur son visage puis quand il vit Khalid Ibn Al Walid
prendre la direction de l'armée il dira : « Enfin un des glaives de Dieu a pris le drapeau et Dieu
leur assura la victoire »
Khalid Ibn Al-Walid dira : « Le jour de Mo'ta, 9 sabres se rompirent dans ma main et seul un large
sabre yéménite à moi, résista. » (Boukhari)

Le prophète est préocupé


À Médine, l'heure de la prière arriva, le Prophète la mena puis rentra chez lui sans s'adresser
à ses fidèles.
Entre-temps, il s'est rendu à la maison de Jafar et annonça la nouvelle à sa femme qui se mit à
pleurer. En rentrant chez lui, le Prophète ordonna que l'on prépare des repas pour la famille
de Jafar pour les jours qui suivent en disant : « Leur chagrin les tient trop occupés, expliqua-t-il,
pour qu'ils puissent prendre soin d'eux même. » Le Prophète a également annoncé la nouvelle
à Oum Ayman et Oussama (femme et fils de Zayd).
Durant 3 prières (asr, Maghreb, icha), le Prophète menait la prière et rentrait chez lui.
Mais cette nuit-là, il fit un rêve où il voyait Zayd, Jafar, Abdallah ainsi que les autres martyrs
tombés dans la bataille au paradis et il vit Jafar voler comme un ange.
À la prière de al fajr, il raconte ce rêve à l'assemblée, soulagée par cette nouvelle, il se
tourna vers l'Assemblée comme d'habitude.

117
Khalid Ibn Al Walid à la tête de l’armée
Khalid Ibn al-Walîd avait pris la tête de l'armée et il comprit très vite que l'armée musulmane ne
pouvait réussir à résister face à une armée déferlante de byzantins, il va utiliser son génie en
tactique de guerre.
Il va trouver une stratégie qui jettera l'effroi dans le cœur des Byzantins pour que les musulmans
puissent battre en retraite sans risquer d'être poursuivis par l'ennemi.
Khalid eut l'idée d'inverser les ailes des combattants de sorte que les Byzantins apercoivent
chaque fois de nouveaux combattants face à eux.
Tout en battant en retraite, tout cela de manière très organisée. De telle sorte que les Byzantins
crurent que les musulmans recevaient des renforts et qu'ils voulaient les entraîner dans le désert
pour être pris au piège par une plus grande armée musulmane qui les attendait là-bas.
Par crainte, les byzantin abandonnent l'idée de poursuivre les musulmans.

Plus qu’une victoire


Il y eu 12 martyrs, les pertes byzantines furent inconnues.
Après cette sariya, les musulmans avaient gagné la réputation de guerrier valeureux. Car à cette
époque, l'empire byzantin était la plus grande puissance sur terre. Les musulmans avaient osé
l'affronter malgré les inégalités des armées en sachant que les Byzantins était bien mieux équipés.
Se sortir de ce combat avec 12 morts seulement en sachant qu'il y avait 200 000 combattants à
lui seul est un miracle car si on fait le calcul 200 000 byzantins pour 3000 musulmans : 1 combattant
contre 66,66. Ce que Mo'ta a également apporté de positif c'était la prise de conscience que seul
un prophète aidé par Dieu pouvait réaliser de telles choses et c'est par cette prise de conscience
que plusieurs tribus bédouines embrassèrent l'Islam commme notamment Bani Sulaym, Ghatafan,
Ashja', Dhubyan.
Cette sariya a également permis de connaître ce nouveau peuple et ce nouveau territoire.

3) La conquète de la Mecque durant le mois de ramadan

Cause :
Plus ou moins 4 mois après la sarya Mo'ta eut lieu la conquête de la Mecque. Cette ville que les
musulmans avaient été forcé de quitter par les persécutions des Qoraych.
A la 6ième année de l’hégire, le pacte d’AlHodaybiya avait été signé avec les Qoraich. Une des
clauses stipulait que chaque tribu pouvait choisir de s'allier à qui elle voulait. C'est ainsi que les
Bani Bakr choisissent de s'allier à Qoraych et les Khuza'a au Prophète . Cependant, ces
deux tribus avaient des conflits qui dataient de la période pré-islamique. Les Bani Bakr, ne se
souciant absolument pas du pacte, attaquèrent les Khuza'a au mois de Chaaban de la 8ièm année
de l’hégire. Les Qoraych vont leurs fournir secrètement des armes et des hommes pour les aider.
Les Khuza'a tentent alors de se réfugier dans le sanctuaire sacré pour échapper au meurtre mais
en vain. Les Bani Bakr vont tuer 20 hommes de la tribu de Khuza'a sur le territoire sacré.
Les Khuza’a vont envoyer un émissaire Amr ibn salim, voir le Prophète .
Il lui expliqua par un poême que les Bani bakr et Qoraych avaient violé le pacte d'Al Hodaybiya et
que le Prophète devait les aider.

- Seigneur ! O Mohammad ! Je rappelle notre alliance avec lui.


- A notre secours, vole donc, que Dieu te dirige.
- A leur promesse, les Qoraych ont manqué
- Rompant son pacte solide

118
- Ils nous ont, la nuit, attaquer.

Une autre délégation de Khuza'a viendra également confirmer ces propos et le Prophète leur
dira : « Vous serez assistés ».
Les Qoraich se rendent rapidement compte de la gravité de la situation et de ce qu'ils venaient de
faire. Ils vont se concerter et envoyer Abou Soufiane Ibn Harb pour renouveler le pacte. Mais sur
le chemin, il rencontre la délégation de Khuza'a et Abou Soufiane comprit qu'ils s'étaient déjà
plaints au Prophète .

Abou Soufiane va voir le prophète


Pour aller voir le prophète, Abou Soufiane voulait un appui, il décide alors d'aller trouver sa fille
Oum Habiba, épouse du Prophète pour l’aider a le convaincre. Arrivé chez elle, il voulait
s'asseoir sur un tapis mais celle-ci le lui retira en disant ne t'assieds pas sur ce tapis, il appartient
au Prophète . Désespéré par cette réponse, Abou Soufiane sort de chez elle et va trouver
Abou Bakr et Omar pour qu’ils intercédent en sa faveur auprès du Prophète mais ceux-ci
refusèrent.

En dernier recours, il va voir Ali en mettant en valeur le fait qu'ils étaient cousins au deuxième
degré, (Hashim) mais il refusa également.

Il ira même jusqu'à demander Al Hassan à sa mère Fatima pour se présenter avec lui devant le
Prophète e mais elle refusa en disant qu'il était trop petit.

Abou Soufiane ira donc trouver le prophète seul pour lui demande de renforcer et prolonger
le pacte d'Al Hodaybiya. Sans rien mentionner sur le fait qu’ils l’avaient rompu et trahi.
Le Prophète lui dira alors : « Serait-il arrivé quelque chose qui l'aurait rompu de votre
côté ? » Abou Soufiane dira : « Non rien. » Le Prophète dira alors : « Moi de même »
Le Prophète voulait garder secret son départ pour la Mecque, même les compagnons n'en
furent pas informés.

Départ du prophète pour la Mecque


Il leur avait demandé de se préparer sans leur dire pour quelle destination. Il va même
faire une invocation pour cela : « O mon Dieu, fais que les Qoraich demeurent sans nouvelles de
nous jusqu'à ce que nous les surprenions. »
Lorsque l'armée était sur le point de partir et qu’ils apprirent leur lieu de destination, Hatib ibn
Balta'a, envoya une femme à la Mecque avec une lettre pour les prévenir. Djibril vient en informer
le Prophète qui demande à Ali et Miqdad de la poursuivre. La lettre était cachée dans la tresse
de la femme. Le Prophète va faire venir Hatib pour lui demander la raison de cette trahison
et il dira : « Je n'ai pas agi ainsi pour renier ma religion, tous les mouhajirines ont de la famille
pour protéger les leurs à la Mecque sauf moi. J'ai voulu m'attirer leur sympathie afin d'obtenir la
protection de ma famille ».
Omar dira : « Oh Messager ! laisse-moi couper sa tête. Il a trahi Dieu et son envoyé ». Le Prophète
lui dira : « Il était présent à Badr. Peut-être que Dieu, regardant les gens de Badr, leur a dit :
« Faites ce que vous voulez car mon pardon vous est acquis ».
Omar, les yeux en larmes, dira : « Dieu et Son Messager sont les plus savants »

119
Les musulmans quittent Médine.
Le 10 ième jour de Ramadan, le Prophète quitte Médine avec 10000 hommes alors qu'ils
jeûnaient, arrivés à un point d'arrêt, avec la chaleur, le Prophète rompit son jeûne et les
compagnons suivirent sa Sunnah.
Durant le chemin vers la Mecque, plusieurs personnes sont venues rejoindre le Prophète pour
se convertir. Parmi eux, l'oncle de Oum Salama, Al Abbas (oncle du prophète ), Abou Sofiane
Ibn al-Hârith (cousin et frère de lait du Prophète par Halima il était bon poète et cavalier).
Le Prophète continua sa marche jusqu’à la tombée de la nuit. Il donna l’ordre de poser le
camp et d'allumer un feu par groupe. Omar fut désigné chef de ceux qui devaient monter la garde.
Abou Soufiane Ibn Harb sort de la Mecque pour se renseigner sur l’objectif du Prophète et
sur sa route il rencontra Al Abbas. Alors qu’ils étaient devant les hommes du prophète ,Abou
soufian dit : « Je n'ai jamais vu autant de feux ni autant d'hommes ».
Al Abbas réussit à persuader Abou Soufiane d’aller voir le Prophète qui lui dit : » N'est-il pas
temps pour toi de témoigner de l'unicité de Dieu ? »
Ce à quoi Abou Soufiane répondra : « Si Dieu avait des associés, ils m'auraient secouru ! »
Le Prophète continua : « Alors n'est-il pas temps pour toi de témoigner que je suis son
envoyé ? » Abou Soufiane : « Il subsiste en moi encore quelques doutes. »
Le Prophète le laissa réfléchir un moment puis Abou Soufyan fit la double attestation.
Al Abbas dit alors au Prophète : « Abou Soufiane est un homme qui aime les privilèges, alors
accorde lui en quelques-uns. »
Il dira : « Celui qui se réfugiera dans la maison d'Abou Soufiane aura la vie sauve, celui qui
demeurera dans sa propre maison n'aura rien à craindre, celui qui entrera dans la kaaba n'aura rien
à craindre. »
Ensuite, le Prophète demande à al Abbas de faire monter Abou Soufiane sur une colline et de
lui faire admirer l'armée.
Regardant cette armée, il interroge Al Abbas sur chaque groupe et demande qui sont-ils ?
Jusqu'à ce que le bataillon des Mouhajirin et des Ansars revêtus d'armures vert sombre avec le
prophète à leur tête ferme le défilé. Il demande : « Qui sont ceux là ? » Al Abbas lui répond
ce sont les Ansars et les Mouhajirine. Abou Sofiane lui dit alors : « Personne ne pourra leur
résister ! Le royaume de ton neveu est devenu immense. »
Il lui répondit : « O Abou Soufiane, c'est cela la prophétie. » Et il lui suggéra alors de retourner
à la Mecque et de dissuader les Qoraych de toute agression sur les musulmans.
De retour à la Mecque, Abou Soufian préviendra les Qoraych de se réfugier dans leurs demeures
qu’il était inutile de combattre car il n’y avait pas d’issue.

Le prophète entre à la Mecque


Le Prophète entra à la Mecque plein d'humilité courbé sur sa monture au point où sa barbe
touchait sa monture en récitant la sourate Al Fath 48.
Entouré des Ansar et des Mouhajiroun, le Prophète se dirigea vers la Kaaba, il toucha la pierre
noire et fit le tour de la Kaaba à l'aide de son arc. Il fit tomber les 360 statues qui se
trouvaient autour et sur la ka’aba en récitant le verset 81 de la sourate S17 : « Dis : la vérité
est venue, et l'erreur s'est évanouie. Certes, l'erreur est vouée à disparaître. »
Puis, il fit venir Othman ibn talha, gardien des cléfs de la Ka’aba, qui remit les clés au Prophète
. Quand il entra dans la Ka’aba, il y trauva des peintures de Ibrahim et Ismail lançant des
flèches divinatoires. Il les fit effacer et cassa une colombe en bois qui s’y trouvait également.

120
Il était dans la Ka’aba avec Oussama fils de Zayd et Bilal, il ferma la porte pria et prononça
le takbir et le Tawhid. Après cela, il ouvrit la porte et se mit à contempler la foule et prononça ce
discours :
« Il n'y a d'autre dieu que Dieu l'Unique. Il n'a aucun associé. Il a accompli la promesse qu'il a fait
à son serviteur et il l'a secouru et, Seul, il a vaincu tous les coalisés. Toute prétention à un privilège,
qu'il soit motivé par les liens du sang ou par la richesse, est nulle et non avenue excepté la charge
de gardien de la Ka’aba et l'intendance des eaux. Sachez que le prix du sang pour celui qui meurt
sous le fouet ou le bâton, d’une mort quasi préméditée, est très lourd : cent chameaux ou chamelles,
donc 40 chamelles en état de gestation. O gens de Qoraych ! Dieu a certes aboli parmi vous toutes
fierté de l'air préislamique et tout orgueil lié à votre lignage, et ce parce que tous les êtres humains
sont descendants d'Adam et Adam fut créée à partir de l'argile. »
Il récita alors le verset suivant : « O vous, les hommes ! Nous vous avons créé d'un mâle
et d'une femelle. Nous vous avons constitué en peuple et en tribu pour que vous vous
connaissiez mutuellement. En vérité, le plus noble d'entre vous auprès de Dieu est celui qui
l'emporte en piété. Dieu est Omniscient, Il est instruit de tout. » S49 V13
Il ajouta ensuite : « O peuple de Qoraych ! Comment, à votre avis, vais-je me comporter envers
vous ? » Ils répondirent : « O noble frère et fils d'un noble frère ! Nous ne nous attendons qu'à
de la bienveillance de ta part ». Il dit alors : « Je vais employer envers vous les mêmes mots que
youssef a prononcé vis-à-vis de ses frères ; il a dit : « Aucun reproche ne vous sera adressé
aujourd'hui ! » S12 V92 allez donc là où vous voulez, car vous n'avez pas de compte à rendre. »
Lorsque l'heure de la prière approcha, Bilal monta sur la Ka’aba et fit l'appel à la prière, le premier
de l'histoire de la Mecque.

Des conversions en masse


Après cette conquête, le Prophète s'est installé sur le mont Safa pour recevoir le serment
des convertis dans un premier temps les hommes puis celui des femmes.
Dans Madarik at-Tanazil, An-nasfi a rapporté que lorsque le Prophète fini de recevoir le
serment d'allégeance des hommes, les femmes vinrent a leur tour s'acquitter du serment ; Omar
fut chargé de prendre leur engagement; Hind fille de 'Utba, la femme d'Abou Soufiane, arriva
déguisée de peur que le Prophète ne la reconnaisse. Le Prophète agréa le serment des
femmes à condition qu'elles n'associent rien ni personne à Dieu, ce qu'elles acceptèrent
immédiatement.
Il ajouta qu'elle ne devait pas voler. À cet instant, Hind se plaignit de l'avarice d'Abou Soufiane,
et dit qu'elle était obligée de prendre un peu d'argent pour ses besoins et ceux de ses enfants.
Abou Soufiane, qui était présent, ne la réprimanda pas. L'Envoyé de Dieu sourit et reconnu
Hind. Elle l'implora pour qu'il lui pardonne toutes ses erreurs passées, ce qu'il fit.
Le Prophète poursuivit: « Et qu'elles ne commettent pas l'adultère. Hind demande : « Est-
ce que la femme libre commet l’adultère ? ». Le Prophète continua : « Et qu’elles ne tuent pas
leurs enfants ». Hind répliqua : « Nous les avons élevés lorsqu'ils étaient petits, et vous les avez
tués lorsqu'ils sont devenus adultes. »
Son fils Handhala avait trouvé la mort à Badr- Omar éclata de rire et le Prophète sws, quant à lui,
sourit.
Il continua : « à ne pas produire de mensonges. » Elle dit : « Par Dieu ! Le mensonge est une
vilaine chose, en réalité, tu ne nous recommande que la noblesse des caractères ainsi que la
droiture. »
De retour chez elle, Hind brisa son idole en reconnaissant ses illusions vis-à-vis des statues de
pierre qu'elle déifiait.

121
Une foule immense s’est converti comme il est dit dans la sourate An Nasr numéro 110 :
« Lorsque vient le secours d'Allah ainsi que la victoire et que tu vois les gens entrer en foule
dans la religion d'Allah » V1-2.
Le Prophète envoya plusieurs petits groupes pour détruire les idoles aux alentours. Les
personnes qui étaient à la Mecque et qui cachaient leur conversion se montrèrent et ils se mirent
à travailler avec ardeur pour la cause de l'islam et ils furent de plus en plus nombreux.
Grâce à la conquête de la Mecque, les musulmans allaient désormais guider les affaires politiques
et religieuses de toute l'Arabie

Inquiétude des Ansar


Après quelques jours, les ansars s'inquiétaient. Ils craignaient que le Prophète s'établissent
à la Mecque mais le Prophète les rassurera et leur assura qu'il mourait parmi eux tout comme
il avait vécu avec eux.
Le Prophète resta 19 jours à la Mecque pour leur enseigner la religion.
Telle est donc l'histoire de la conquête de la Mecque. Un si grand enjeu avec une telle facilité
soubhannAllah.

4) Ghazwat Honayn

Honayn se trouve à 16 km de la Mecque vers le sud. Après la victoire des musulmans à la Mecque,
certaines tribus Arabes étaient fières d’avoir résisté aux musulmans en accusant les autres de
s’être soumis par crainte et qu’eux au contraire allaient se mobiliser et combattre les Musulmans.
Parmi ces tribus, les Thaquif et les Hawazin à leur tête Malik Ibn'awf.
Il décide de partir à la rencontre du prophète il demande à ses hommes d’enmener avec eux
leurs femmes, leurs enfants et leurs richesses.
Il avait dans l’idée d'obliger les combattants à défendre leurs familles et leurs biens et ne pas
fuir.

Le prophète part pour Honayn


Lorsque le prophète fut mis au courant, il quitta la Mecque, le samedi 6 chawal, 19 jours après
la conquête de la Mecque accompagné de 12000 hommes (10000 qui l’avaient accompagner de
Médine et 2000 nouveaux convertis).
Le soir venu un homme vient trouver le prophète et lui raconte qu'il avait vu l'ennemi
accompagné de leurs familles et de leurs bétails, le prophète sourit et lui dit : « Tout cela
nous reviendra demain si Dieu le veut ».
Sur la route vers Honayn, les musulmans virent un grand arbre vert. Les Arabes avaient l'habitude
d'y suspendre leurs armes, d'égorger auprès de lui des animaux et de demeurer une journée à ses
côtés, par dévotion. C'est alors que certains combattants demandèrent au prophète de leur
désigner un arbre où ils pourraient comme les polythéistes suspendre leurs armes.
Il s’exclama : « Dieu est le plus grand ! Je jure par Celui entre les Mains de Qui se trouve
l'âme de Mohamed, que vous venez d'exprimer la même requête que les gens du peuple de Moïse
lorsqu'ils lui avaient demandé : "Ô Moïse, fais pour nous un dieu comme ceux-là en ont ". Moïse
leur avait répondu : " Vous êtes des ignorants " » S7 V138
Aussi voyant à quel point ils étaient nombreux ce jour-là, certains musulmans dirent : « Nous ne
connaitrons pas la défaite aujourd'hui ».
Cette déclaration présomptueuse dérangea au plus haut point le prophète .

122
Et Allah révélât : « Allah vous a secourus en de nombreuses régions et le jour de Honayn
quand vous étiez fières de votre grand nombre. Celui-ci ne vous a servi à rien. Quand la
terre, toute vaste qu'elle est, vous paraissait étroite, et que vous avez tourné le dos en
fuyant. Allah fit ensuite descendre sa sakina sur son prophète et sur les c royants. Il fit
descendre des armées invisibles. Il a châtié ceux qui étaient incrédules. Telle est la
rétribution des incrédules, mais après cela, Allah reviendra vers qui il veut. Allah est Celui
qui pardonne, il est Miséricordieux. S9 V25-27

Continuant sa route, le prophète arriva à Honayn la nuit de mardi 10 chawal. Mais Malik
Ibn'awf l'avait devancé avec ses hommes et s'étaient caché dans les vallées.
Très tôt avant l'aube, le prophète répartit les rôles et les étendards. Les musulmans
commencèrent à s'engager dans la vallée de Honayn en ignorant la présence de l'ennemi. C'est alors
qu'une pluie de flèches s'abat sur eux de toute part. Surpris par cette attaque, les musulmans se
sont enfuis dans une confusion totale. Le prophète les appela mais seuls quelques Mohajirin
et des membres de sa famille restèrent.
Le prophète était sur sa mule, Abou Soufian Ibn Alharith (son cousin et frère de lait) tenait
les rênes de cette mule et Al Abbas l'étrier pour calmer et ralentir la mule.
Le prophète descendit alors et supplia Allah : « Ô mon Dieu, fais descendre ton soutien ! ».
Ensuite il demande à son oncle Al Abbas qui avait une forte voix de rappeler les combattants.
Abbas crie alors : « Où sont les gens de l'arbre d'Al Houdaybia ».
Il dira plus tard : « Quand ils ont entendu mon appel, ils revinrent comme des vaches pour protéger
leur petit ».
Celui qui n'arrivait pas à arrêter la fuite de son chameau, en descendait et revenait à pied. D'autres
voix se joignirent à celle d'Al Abbas, jusqu'a ce qu'une centaine de musulmans se regroupèrent
autour du prophète pour reprendre la lutte.
Al Abbas continua à rappeler les tribus une par une : « Oh les Ansar ! Oh les Bani Al Harith !, Oh
les Khazraje, etc... ». Ainsi tous les bataillons sont revenus sur le champ de bataille.
Alors que le combat faisait rage, le prophète prit une poignée de sable qu’il lança vers
l'ennemi en disant : « Que vos visages soient déformés ». L'ennemi se mit alors à battre en
retraite. Quelques heures avaient suffi pour les mettre en déroute.
Certains groupes ennemis se sont enfuis vers Taif, d'autres vers Nakhla et d'autres encore vers
Awtas.

Siège de l’ennemi
Les groupes qui ont fui à Nakhla et Awtas, ont été vaincu par une troupe que le prophète
leurs avait envoyé à chacun. Quant a lui, il décida après avoir ramassé et mis le butin (6000
captifs, 24000 chameaux, 40000 moutons et 4000 onces d’argents) en sécurité de poursuivre la
majorité des fuyards qui s'étaient refugié à Taif.
Arrivé à Taif, le prophète assiégea le château fort dans lequel Malik et ses hommes s'étaient
refugiés. Ce siège dura une vingtaine de jours avec des échanges de flèches.
Le prophète consulta un compagnon sur cette situation. Celui-ci lui dit : « Ils sont tel un
renard dans son terrier. Si tu es patient, tu finiras par l'attraper, mais si tu les laisses, aucun mal
ne t'affligera ». Le prophète décide alors de lever le siège.
Omar reçut l'ordre d'annoncer cette décision aux musulmans. Il leurs dit : ‘’Demain nous lèverons
le camp inchAllah ".
Mais les musulmans n'ont pas accepté cet échec ils voulaient continuer à combattre.

123
Le prophète accepta leur décision, mais cet assaut occasionna des blessés.
Le prophète leur dit à nouveau : « Demain nous lèverons le camp inchAllah ».
Et là, ils furent tous heureux et exécutèrent les ordres, ce qui fit sourire le prophète .

Les musulmans demandent au prophète d’invoquer contre les Thaqif, il dit alors : « O
mon Dieu ! Guide les Thaqif et fait les venir à nous en tant que musulmans ».

Le butin
Le prophète retourna à l’endroit où il avait laissé le butin. Il ne le partagea pas
directement car il espérait voir les Hawazin et les Thaqif venir se convertir et reprendre leurs
familles et leurs biens. Cependant il prélèva quand même 1/5 du butin qui était réservé à
l'aumône.
Car un verset récent avait été révélé avec une nouvelle catégorie de personne qui y avait droit.
Ceux dont les cœurs devaient être ralliés.
Dans la sourate 9 V60 : « Les Sadaqâts ne sont destinées que pour les pauvres, les indigents,
ceux qui y travaillent, ceux dont les cœurs sont à gagner (à l'Islam), l'affranchissement des
esclaves, ceux qui sont lourdement endettés, dans le sentier d'Allah, et pour le voyageur (en
détresse). C'est un décret d'Allah ! Et Allah est Omniscient et Sage ».
Dans ce cas-ci, les personnes dont il est question étaient les Qoraich qui venaient de se convertir
et c'est pour cela que Abou Soufian Ibn Harb reçoit 100 chameaux et 40 onces d'or et il en
demande la même quantité pour ses fils Yazid et Mou'awia.
Le prophète continua à distribuer généreusement à tout les notables Qoraichite puis aux
bédouins qui se réunirent autour de lui.
Ils furent si nombreux qu'ils l'obligèrent à se refugier contre un arbre.
Il arracha un poil d'un chameau et leur dit : « O gens, sachez que même pour ce poil, je n'ai droit
qu'au 1/5, et je cède ce droit ».
Dans un premier temps, la répartition du butin faite par le prophète fut incomprise par de
nombreux musulmans. Les Ansar furent parmi ceux qui se sentir les plus frustrés car ils furent
privés de butin alors qu'ils étaient les premiers à combattre lors des moments difficiles de la
bataille de Honayn.
Alors que les fuyards avaient les mains remplies.
Un groupe d’Ansars a dit : « Par Dieu, le Messager de Dieu a retrouvé son peuple ».
Sad Ibn'ubada va voir le prophète et lui dit : « O Messager de Dieu , ce groupe de Ansar
t'en veut à propos de la distribution du butin. Tu en as donné des parts aux hommes de ton peuple
et tu as offert beaucoup de cadeaux aux tribus arabes. Mais eux n'ont rien reçu ».
Le prophète lui demande ce que lui en pensait et Sa'd lui répond qu'il était d'accord avec
eux.
Le prophète les fit alors rassembler et leur dit : « Qu'est-ce que c'est que ces propos qui
me sont parvenus de vous ? Ne vous ai-je pas trouvés dans l'erreur, et Dieu vous a guidés ? N'étiez-
vous pas pauvres, et Dieu vous a enrichis ? N'étiez-vous pas des ennemis, et Dieu a rétabli la bonne
entente entre vos cœurs ? » « Oui, dirent-ils, Dieu et Son Messager nous ont comblés de faveurs. »
Le prophète leur dit : « Par Dieu, vous pourriez répondre en toute honnêteté et l'on vous
croirait si vous disiez : « Tu es venu à nous alors que d'autres te traitaient de menteur et te
rejetaient, et nous avons cru en toi et nous t'avons soutenu ; tu as été banni, et nous t'avons
accordé l'asile ; tu étais pauvre et nous avons subvenu à tes besoins. [Ô assemblée des Ansar]
avez-vous éprouvé dans vos cœurs de l'affliction parce que j'ai accordé à des gens des biens vains
de ce monde pour attacher leurs cœurs et favoriser leur soumission à Dieu, contrairement à vous

124
que je savais déjà entièrement attachés à l'Islam ? N'êtes-vous pas satisfaits, ô assemblée des
Ansar, de revenir dans vos demeures en compagnie du Messager de Dieu alors que les gens
vont rentrer chez eux avec des brebis et des chameaux ?
Par Celui Qui détient mon âme entre Ses Mains, si l'émigration n'avait eu lieu (par ordre divin),
j'aurais été l'un des Ansar.
Si les gens s'engageaient dans une vallée et que les Ansar s'engageaient dans une autre, je suivrais
les Ansar. Ô Mon Dieu ! Répands Ta miséricorde sur les Ansar, sur leurs enfants et sur les enfants
de leurs enfants. »
Les Ansar se mirent alors à pleurer jusqu'à mouiller leurs barbes et ils dirent : « Oui, nous sommes
satisfaits, ô Envoyé de Dieu de ce qui nous est accordé ".

Parmi les captifs, une dame âgée criait : « Je suis la sœur de votre chef ! ». Avec réticence, ils
la conduisent jusqu'au prophète . Elle lui dit : « Je suis ta sœur ». Il l'a regardé avec
étonnement et lui demande de prouver ce qu'elle disait. C'est alors qu'elle lui montra une trace
de morsure en lui disant : « Tu m'as mordue alors que je te portais ». Il se rappela que
c'était Chaïmae (la fille de Halima et donc sa soeur de lait). Elle se convertit et préféra
retourner vivre avec les siens.

Après avoir partagé le cinquième du butin, le prophète attendit plus au moins 10 jours,
espérant que les Hawazine viendraient se convertir et rependre leurs familles. Mais voyant que
personne ne venait, il décide de donner à chaque homme sa part du butin. A peine terminé le
partage, une délégation de Hawazine arriva et prêta serment d'allégeance au prophète et lui
demande de leur rendre leurs familles et leurs biens. Le prophète leur explique qu'il avait déjà
fait le partage et qu'ils devaient choisir soit leurs familles soit leurs biens. Ils choisirent leurs
familles.
Le prophète leur dit quand j'aurais fini de prier levez-vous et dites : « Nous prions le
Messager d'intercéder en notre faveur auprès des croyants, et nous demandons aux croyants
d'intercéder en notre faveur auprès du Messager pour qu'il nous rende nos familles ».
C'est ce qu'ils feront et le prophète leur répondra : « En ce qui concerne ce qui m'appartient,
vous pouvez le considérer comme vous étant acquis. Et je demande aux gens de rendre les captifs ».
La majorité d’entre eux accepta, mais certaines tribus refusèrent.
Le prophète leur dit, ce sont maintenant des musulmans, celui qui veut leur rendre leurs
familles, qu'il le fasse et ceux qui veulent les garder, je les indemniserai sur le prochain butin une
part 6 fois plus grande. Mais finalement, tous libéreront leurs captifs.
Après avoir réglé l'histoire du butin, le prophète se mettra en état d'ihram et accomplira une
‘omra. Avant de quitter la Mecque, il va désigner un gouverneur 'Attab Ibn Usayd puis
retournera à Médine 6 jours avant la fin du mois de Dhul qa'da 8 eme année de l'Hégire.

125
NEUVIEME ANNEE DE L'HEGIRE

1) Tabouk - Rajab

Tabouk est un puits qui se trouve en Jordanie à +- 700 km de Médine.


La conquête de la Mecque avec ce que cela engendre comme conséquences (le pouvoir économique,
religieux... etc.) faisait peur aux Byzantins qui étaient jusqu’alors la plus puissante force mili taire
sur terre.

César s'inquiétait de la montée du pouvoir musulman qui s'étendait vers son territoire, c'est pour
cela qu'il rassembla une armée pour combattre les musulmans afin d'empêcher leur expansion.

Des voyageurs venant de Syrie arrivèrent à Médine pour y vendre de l'huile et rapportèrent aux
musulmans que Héraclius (césar) avait décider de combattre les musulmans avec une armée de 40
000 hommes qui était déjà en route.
Cette année-là était une année chaude, la saison de la cueillette des fruits était proche et les gens
ne voulaient pas quitter Médine, en plus, la distance était grande et les routes difficiles.

Mais le prophète décida quand même de partir car il craignait que l'attaque des Byzantins ne
cause beaucoup de dégâts face à ce nouveau peuple de musulmans qui venait juste de sortir de
l'idolâtrie.

C'est pour cela que le prophète prit la décision d’aller à la rencontre des Byzantins pour
empêcher ceux-ci d'approcher les terres de l'islam.

S9 V41 « Légers ou lourds, lancez-vous au combat, et luttez avec vos biens et vos personnes
dans le sentier d’Allah. Cela est meilleur pour vous, si vous saviez. »

Le prophète ordonna donc aux compagnons de se préparer au combat, et demanda l'aide des
Mecquois et d'autres tribus arabes.
Contrairement à son habitude, il annonca clairement qu'il partait combattre les byzantins et
leur demandait de sortir dans le sentier d'Allah.
Le prophète les a également encouragés à faire des aumônes et à dépenser leurs biens pour
la cause d'Allah.

Comment étaient les compagnons ?

Ils dirent : « Nous avons entendu et nous avons obéi »


- Uthman donna 900 chameaux, 100 chevaux et de l'argent à la suite de cela le prophète
dira : « Que Uthman fasse ce qu'il veut, il sera pardonné. »
- Omar donna la moitié ses biens.
- Abou Bakr donna tous ses biens et suite à cela le prophète lui demanda ce qu'il avait
laissé à sa famille, il lui répondit : « Je leur laisse Allah et son messager »
- Ulba se leva la nuit précédant l'expédition, pria et se mit à pleurer en disant : « Mon Dieu,
tu as ordonné le Jihad or tu ne m'as rien donné qui puisse me permettre de le faire. Tu n’as

126
rien mis à la disposition de ton Messager qui puisse m'aider à me transporter dans cette
expédition. Aussi je fais une aumône pour tous musulmans, pour tous torts qu'ils ont pu me
faire, dans mes biens, mon corps ou mon honneur. » Le lendemain, le prophète demanda
aux compagnons : « Où est celui qui a fait une aumône cette nuit ? » Mais personne ne
répondit et il répéta encore une fois : « Où est celui qui a fait une aumône cette nuit

Ulba se leva enfin et informa le prophète de ce qu'il avait fait. Il lui dira alors
: « Réjouis-toi, par celui qui détiens mon âme dans sa main, tu as été inscrit dans les aumônes
agréées »

Pardon = aumône

Les femmes firent également beaucoup d'aumônes en donnant leurs effets personnels ( bagues,
bijoux, musc, etc...)

Quant aux hypocrites, ils dirent de ceux qui donnèrent une grande sadaka qu’ils firent cela par
ostentation, et, de ceux qui donnèrent peu qu’Allah n'en avait pas besoin.

Mais Allah révéla dans le sens du verset : « Ceux-là qui dirigent leurs calomnies contre les
croyants qui font des aumônes volontaires et contre ceux qui ne trouvent que leurs faibles
moyens (à offrir), et ils se moquent alors d’eux. Qu’Allah les raille. Et ils auront un châtiment
douloureux. » S9 V79

Préparatifs de l’armée

Les préparatifs battaient leur plein et de toutes parts les tribus envoyaient des guerriers vers
Médine. Cette expédition allait être une rude épreuve de la part d'Allah qui distinguera les
croyants parmi les gens.

« Allah n’est point tel qu’Il laisse les croyants dans l’état où vous êtes jusqu’à ce qu’Il distingue
le mauvais du bon. Et Allah n’est point tel qu’Il vous dévoile l’Inconnaissable. Mais Allah
choisit parmi Ses messagers qui Il veut. Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Et si
vous avez la foi et la piété, vous aurez alors une récompense énorme. » S3 V179

Le fait de ne pas participer à cette expédition équivalait à de l'hypocrisie mais parmi les sincères
croyants 3 hommes manquaient à l'appel sans raison valable et ils auront à en subir les conséquences
au retour à Médine du prophète
Presque tous les musulmans répondirent favorablement à l'appel du prophète sauf ceux qui
avaient une faiblesse dans le cœur comme les bédouins.

« Et parmi les Bédouins, certains sont venus demander d’être dispensés (du combat). Et ceux
qui ont menti à Allah et à Son messager sont restés chez eux. Un châtiment douloureux
affligera les mécréants d’entre eux. » S9 V90

Les hypocrites, quant à eux, ont prétexté des raisons farfelues pour éviter le combat comme celui
qui a prétendu qu’il avait peur d'être tenté par les Byzantines ou encore qu'il faisait trop chaud
pour combattre. Ils voulaient juste décourager les musulmans et semer la zizanie.

127
Et Allah révéla en rapport à ceux qui disaient qu'il faisait chaud :

« Ceux qui ont été laissés à l’arrière se sont réjouis de pouvoir rester chez eux à l’arrière
du Messager d’Allah, ils ont répugné à lutter par leurs biens et leurs personnes dans le sentier
d’Allah, et ont dit : « Ne partez pas au combat pendant cette chaleur ! » Dis : « Le feu de
l’Enfer est plus intense en chaleur. » - S’ils comprenaient » S9 V81

Les hypocrites avaient construit une mosquée juste avant le départ du prophète dans le but
de diviser les musulmans et pour la légiférer ils avaient demandé au prophète de venir y prier
mais il était trop occupé et leur promis d'y venir à son retour mais il receva la révélation
au sujet de l'objectif de cette mosquée et c'est pourquoi il l'a faite détruire dès son retour.

« Ceux qui ont édifié une mosquée pour en faire [un mobile] de rivalité, d’impi été et de division
entre les croyants, qui la préparent pour celui qui auparavant avait combattu Allah et son
Envoyé et jurent en disant : « Nous ne voulions que le bien ! » [Ceux-là], Allah atteste qu’ils
mentent. - Ne te tiens jamais dans (cette mosquée). Car une Mosquée fondée dès le premier
jour, sur la piété, est plus digne que tu t’y tiennes debout [pour y prier]. On y trouve des
gens qui aiment bien se purifier, et Allah aime ceux qui se purifient. »
S9 V107-108

Une fois les préparatifs terminés, le prophète demanda à Ali de s'occuper de la maisonnée.
Il fut très déçu de ne pas pouvoir partir alors le prophète le rassura en lui disant : « Ne
veux-tu pas être pour moi comme Haroùn pour Moussa ? »
Haroùn s'était occupé de la famille de Moussa quand ce dernier était monté sur la montagne parler
avec Allah. Et il ajouta « Aucun prophète ne viendra après moi. »

Ceux qui ne pouvaient pas partir


Avant le départ du prophète , un groupe de compagnons sans monture vinrent le voir pour
qu’il leur fournisse une monture mais il leur dit « je n'ai pas de monture pour vous »

« Il n'y a rien à reprocher aux faibles, ni aux malades, ni à ceux qui ne trouvent pas de quoi
dépenser (pour la cause d’Allah), s’ils sont sincères envers Allah et Son messager. Pas de
reproche contre les bienfaiteurs. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » S9 V91

« (Pas de reproche) non plus à ceux qui vinrent te trouver pour que tu leur fournisses une
monture et à qui tu dis : « Je ne trouve pas de monture pour vous. » Ils retournèrent les
yeux débordant de larmes, tristes de ne pas trouver de quoi dépenser. » S9 V92

Le prophète quitte Médine

Le prophète quitta Médine et se mit en route vers le Nord où se situe Tabouk avec 30 000
hommes, la plus grande armée jamais rassemblée jusqu’à présent. Malgré les dons, les musulmans
manquaient de nourriture d’eau et de montures, 18 hommes pour 1 monture, à tel point que cette
armée fut appelée « L’armée de la détresse ».

128
L’armée musulmane passa là où avaient vécu les Thamud, ils puisèrent de l’eau du puits mais le
prophète leur ordonna de ne pas la boire ni de s’en servir pour les ablutions et même la pâte
qu’ils avaient pétrie devait être jetée.
Le prophète quant à lui se couvrit la tête et pressa son allure jusqu’à ce qu’il eut
traversé la vallée.
Les musulmans souffraient du manque d’eau, le prophète invoqua Allah qui envoya une pluie
qui leur permit de boire et de se ravitailler.
Lorsque l’armée fut presque arrivée à Tabouk, le prophète leur dit : « Si Allah veut, vous
arriverez demain à Tabouk. Ne touchez pas à son eau »
Malgré cela le lendemain à Tabouk, 2 hommes n’avaient pu résister à l’eau, il les blâma puis
se lava les mains et le visage avec la source et une grande quantité en jaillit et tout le monde pu
s’en servir.

Durant le trajet, le prophète regroupa les prières : Dhor et Asr, Maghreb et Icha = sounna

L’armée arriva à Tabouk, prête à faire face à l’ennemi. Après avoir établi son campement, le
prophète leur tint un discours pour les encourager, il les réconforta, les rassura quant à leur
avenir, les incita à ne pas perdre courage face à cette épreuve.

Les Byzantins et leurs alliés quant à eux furent saisis de terreur à tel point qu’aucun d’entre eux
n’osa aller à la rencontre des musulmans. Le prophète resta sur place quelques jours mais rien
ne se passa. Les musulmans venaient de remporter un succès politique, bien plus important que s’ils
avaient combattu. Les tribus qui s’étaient alliées aux Byzantins ont alors compris qu’ils ne pouvaient
plus compter sur eux. Ils se sont alors alliés aux musulmans étendant ainsi le territoire musulman
jusqu’a la frontière Byzantine.

Sur le retour vers Médine

Les musulmans levèrent le camp, de retour vers Médine alors que la piste longeait une pente
montagneuse, 12 hypocrites essayèrent de tuer le prophète en déviant de la route sa chamelle
et en espérant ainsi la faire tomber dans le ravin.

Houdayfa Ibn Al Yaman reconnu les 12 hypocrites mais le prophète lui demanda de garder le
secret. Allah dit à propos de cet incident :
« Ils ont projeté ce qu’ils n’ont pu accomplir » S9 V74

Lorsque le prophète aperçut Médine au loin, il dit : « C’est une vue réjouissante, voici la
montagne d’Ohod, nous l’aimons et elle nous aime » Il s’arrêta à la mosquée pour accomplir
deux unités de prière. Les médinois sont sortis en masse pour les accueillir et les acclamer.

Deux unités de prière après un voyage = sunna

Cette ghazwa fut également la dernière à laquelle le prophète participa et elle est très
importante également car de nombreux versets de la sourate 9 « At Tawba » furent révélés à
son sujet, beaucoup de règles de fiqh vont également y être enseignées aux compagnons.

129
L’épreuve des trois compagnons
Une fois de retour à Médine, le prophète devait régler le cas des 3 hommes qui n’étaient pas
partis alors qu’ils en avaient les moyens. Il s’installa dans la mosquée pour reçevoir les gens.
Dans un premier temps se présenta à lui les hypocrites qui lui prétextèrent différentes excuses
en lui jurant leur bonne foi.
Le prophète accepta leurs motifs et invoqua la clémence d’Allah pour eux. En se disant c’est
Allah qui sait s’ils sont sincères.

Puis vint le tour de trois hommes sincères : Ka’b ibn malik, Mùrara ibn al Ar-Rabi et Hilal ibn
Umaya, eux, décidèrent de dire la vérité (Ils ne sont pas partis par choix et n’avaient aucune
excuse).
Pour leur faire comprendre la gravité de leur geste, le prophète demanda à tout le monde de
ne plus leur adresser la parole. Ils ont donc été exclus de la communauté.
Ils se sentirent tellement mal à l’aise que la terre leur paraissait s’être resserrée sur eux, cela
dura plus de 40 jours. Même leurs épouses devaient se tenir à l’écart d’eux jusqu’à ce qu’Allah
révéla ce verset :
« Et [Il accueillit le repentir] des trois qui étaient restés à l’arrière si bien que, toute vaste
qu’elle fût, la terre leur paraissait exiguë ; ils se sentaient à l’étroit, dans leur propre
personne et ils pensaient qu’il n’y avait d’autre refuge d’Allah qu’auprès de Lui. Pu is Il agréa
leur repentir pour qu’ils reviennent [à Lui], car Allah est l’accueillant au repentir, le
Miséricordieux » S 9 V118

Ka’b fit un sujud de remerciement à l’annonce de cette nouvelle et autant vous dire que 40 jours
sans que personne ne leur accorde la parole surtout le prophète ni au marché, ni chez eux, ni
à la mosquée, cela devait être une pression énorme alors imaginez vous leur joie à l’annonce de ce
verset et après cela ils firent beaucoup d’aumônes.

Bonne nouvelle == » faire un soujoud choukr =sounna

Il y avait également une 3ième catégorie de personnes qui n’était pas partie, ce furent les malades
et ceux qui avaient une réelle excuse. A leur sujet le prophète alors qu’il était sur le chemin
du retour tout près de Médine a dit : « Certes à Médine, il y a des gens qui n’ont jamais manqué
d’être (en pensée) avec vous tout en restant à Médine, où ils ont été retenus par des raisons
valables. »

Et Allah a révélé à leur sujet :« Nul grief sur les faibles, ni sur les malades, ni sur ceux qui
ne trouvent pas de quoi dépenser (pour la cause d’Allah), s’ils sont sincères envers Allah et
Son messager. Pas de reproche contre les bienfaiteurs. Allah est Pardonneur et
Miséricordieux. » S9 V91

C’est ainsi qu’Allah pardonne à qui il veut, la sourate Tawba est presque totalement relative à cette
ghazwa. Certains versets ont été révélés avant leur départ, d’autres pendant l’expédition et
d’autres à leur retour.

130
Pendant l’expédition de Tabouk, le prophète perdit sa fille Um Kaltoum épouse de Uthman.
A son retour, le prophète alla prier sur sa tombe et dit à Uthman que s’il avait encore une
fille à marier, il la lui aurait donnée.

La mort du Négus eut lieu cette année-là, le prophète fit la prière de l’absent pour lui.

Mort de Abdallah Ibn Oubay Ibn Saloul


Lorsqu’Abdallah ibn Oubay ibn Saloul mourut à la 9 ième année de l’hégire, son fils Abdallah retrouva
le prophète pour lui demander de lui donner son vêtement afin de l’utiliser comme linceul pour
son père et de prier sur lui.

Le prophète s’est alors mis debout pour prier et Omar lui dit : « Tu pries sur lui alors que
Allah te l’a interdit. » mais le prophète lui répond : « Mon seigneur m’a laissé le choix en me
disant : « Demande pardon pour eux ou ne le demande pas, même si tu demandes pardon pour eux
70 fois, Allah ne leur pardonnera pas » Il dira : « Je demanderais pardon plus de 70 fois »
Allah révéla plus tard : « Ne prie jamais pour l’un d’eux quand il est mort et ne t’arrête pas devant
sa tombe. »

Les miracles :
- Les sahabas se plaignirent au Prophète de ne plus avoir assez à manger. Alors celui-ci leur
demanda de mettre tout ce qu’ils leur restaient sur une nappe par terre. Quand ce fut fait, le
prophète fit une dou’a et les 30 000 compagnons purent manger et se servir ! A la fin, il resta
encore sur la nappe ce qu’ils avaient mis au départ !
-De même, vint un moment où les hommes se plaignirent du manque d’eau et de la soif. Alors le
Prophète fit la « prière de la pluie » et il plut tellement que les compagnons purent boire mais
aussi se laver, remplir leurs gourdes, etc …
- Le Prophète perdit sa chamelle. Ne ratant pas l’occasion, un hypocrite dit : « Il se prétend
prophète et recevoir des révélations et il ne sait même pas où est sa chamelle ». Alors le
Prophète annonça qu’elle était à tel endroit, près de tel arbre, … Et, bien sûr, elle était là où
il l’avait dit. Les hypocrites allèrent même jusqu’à l’accompagner afin de voir si elle était bien à
l’endroit mentionné !
- Des compagnons se plaignirent que leurs chameaux étaient lents et fatigués parce qu’ils portaient
trop de poids. Le Prophète fit une dou’a et les chameaux furent en pleine forme !
- A l’approche de Tabouk, le Prophète demanda que les premiers qui arriveraient sur place ne
touchent pas aux puits avant qu’il n’arrive. Certains désobéirent et le Prophète se fâcha mais
quand il fit son invocation l’eau abonda quand même dans les puits.

2) Les délégations

La 9° année de l’Hégire fut donc nommée « l’année des délégations » car entre 70 (selon certains
avis) et 100 (selon d’autres) délégations vinrent prêter allégeance (soit en se convertissant, soit
en payant la jiziya) au Prophète car à présent le prophète était bel et bien le chef de la
péninsule arabique. Certes, il y eut des délégations avant la 9° année et il y en eut encore après

131
mais cette année il y en eut tellement qu’elle mérita bien son surnom. Ses conquêtes furent si
nombreuses que l’islam prédomina la péninsule…

3) Le pèlerinage de Abou Bakr:


Au mois de Dhul Hijja de la 9e AH, le prophète désigna Abou Bakr comme responsable pour
accompagner les pèlerins dans leur Hajj.

Abou Bakr quitta Médine avec 300 pèlerins juste après leur départ, Allah fit descendre une
révélation dans laquelle Allah dit dans le sens du verset :
« Désaveu de la part d’Allah et de Son messager à l’égard des associateurs avec qui vous
avez conclu un pacte : Parcourez la terre durant quatre mois ; et sachez que vous ne réduirez
pas Allah à l’impuissance et qu’Allah couvre d’ignominie les mécréants.»Et proclamation aux
gens, de la part d’Allah et de Son messager, au jour du Grand Pèlerinage, qu’Allah et Son
messager, désavouent les associateurs. Si vous vous repentez, ce sera mieux pour vous. Mais
si vous vous détournez, sachez que vous ne réduirez pas Allah à l’impuissance. Et annonce un
châtiment douloureux à ceux qui ne croient pas. A l’exception des associateurs avec lesquels
vous avez conclu un pacte, puis ils ne vous ont manqué en rien, et n’ont soutenu personne [à
lutter] contre vous : respectez pleinement le pacte conclu avec eux jusqu’au terme convenu.
Allah aime les pieux. Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous
les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils
se repentent, accomplissent la Ṣalāt et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre,
car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. Et si l’un des associateurs te demande asile,
accorde-le-lui, afin qu’il entende la parole d’Allah, puis fais-le parvenir à son lieu de sécurité.
Car ce sont des gens qui ne savent pas. » S9 V1-6

« Ô vous qui croyez ! Les associateurs ne sont qu’impureté : qu’ils ne s’approchent plus de la
Mosquée sacrée, après cette année-ci. Et si vous redoutez une pénurie, Allah vous enrichira,
s’Il veut, par Sa grâce. Car Allah est Omniscient et Sage. » S9 V28

Le prophète envoya alors Ali pour communiquer les nouveaux versets à Abou Bakr. Ils
accomplirent le hadjj et le jour de l’Aid Ali prit la parole et récita les nouveaux versets qui
s’adressaient à tous car jusqu’à cette année-là, même les polythéistes firent le pèlerinage et
certains par leur égarement allaient même jusqu’a faire le tawaf nu.

C’était en quelque sorte un pèlerinage qui devait servir à nettoyer la Ka’ba et les lieux saints de
toutes formes de polythéisme pour préparer le futur pèlerinage du prophète , après cela ils
retournèrent à Médine.

132
DIXIEME ANNEE DE L'HEGIRE

Le pèlerinage d’adieu

Lorsque le mois de ramadan arriva comme chaque année, le prophète effectua une retraite
de dix jours à la mosquée (10 jours du milieu) mais cette année là, il l’a prolongée de 10 jours
supplémentaires.
Comme chaque année également Gibril venait durant cette période pour lui faire réviser le coran
mais cette année-là, il le lui fit réviser 2 fois.

Jusqu’à présent, le pèlerinage était le seul acte de culte que les musulmans n'avaient pas encore vu
le Prophète accomplir.

Après le mois de ramadan, chawwal se passa et vers la fin du mois de Dhul Qa’da le prophète
annonça qu’il allait faire le pèlerinage, la nouvelle se propagea dans les tribus du désert.
Les musulmans se sont précipités vers Médine pour saisir l’occasion de faire le pèlerinage au coté
du prophète .
Jâbir ibn Abdullâh a relaté que lorsque le cortège des pèlerins parti de Médine, il ne pouvait en
voir les extrémités ni en tête, ni en queue, ni à droite, ni à gauche. On estime que plus au moins
cent mille personnes partirent de Médine pour le pèlerinage en compagnie du Prophète .
Pour la première fois depuis des centaines d’années les pèlerins étaient tous des adorateurs de
l’unique.

Quand le Prophète eut terminé ses préparatifs pour ce voyage, il quitta Médine à midi, le
samedi 25 dhûl-qïda de la dixième année de l'hégire. Il était accompagné de ses épouses et des
membres de sa famille, des Mouhajirin et des Ansar, ainsi que de tous les membres des différentes
tribus arabes qui étaient venues le rejoindre. Il avait avec lui cent chameaux qu'il avait
l'intention d'égorger pour le sacrifice.

Dans l’après midi il arriva à Dhu al Hulayfa, un lieu situé à une dizaine de kilomètres de Médine
et plus connu aujourd'hui sous le nom byâr Alî, il accomplit la prière de 'asr, en l'abrégeant
à deux rak'ât puisqu'il était en voyage.
Il passa la nuit sur place, le lendemain il dit : « Cette nuit, quelqu’un est venu me trouver de la part
de mon seigneur et m’a dit : Fais la prière dans cette vallée bénie et dit : je fais l’intention
d’accomplir la Umra combinée au pèlerinage ».

Juste avant la prière de dhor, il fit ghusl pour entrer en état d’ihram, pria 2 Rakat pour dhor
(voyage) .

Il entra en état de sacralisation, revêtant deux pièces d'étoffe blanche, l'une autour de la
taille pour couvrir son corps de la taille jusqu'au-dessous des genoux et l'autre sur les épaules.

Il formula l'intention d'accomplir successivement le pèlerinage et la umra, selon la forme de


sacralisation appelée qirân, puisqu'il avait amené avec lui les bêtes qu'il destinait au
sacrifice.

133
Il commença à réciter la Talbia : Labbayk Allâhumma labbayk. Labbayka lâ sharîka laka
labbayk. Inna al-hamda wan-nïmata laka wal-mulk. Lâ sharîka lak.
Cette formule peut se traduire ainsi : « Je réponds à Ton appel, Seigneur, je réponds à Ton
appel, Tu n'as pas d'associé. À Toi la louange, la grâce et la souveraineté. Tu n'as pas
d'associé. »

Il passa 8 jours sur la route. Quand le Prophète arriva à la Ka'ba et vit le lieu saint, il
leva les mains et implora Dieu d'accroître la gloire et la sainteté de la Maison Sacrée et d'honorer
et de récompenser tous ceux qui y accompliraient le pèlerinage ou la 'umra.

Le Prophète entra à la Mosquée et commença à accomplir le tawâf autour de la Ka'ba, monta


sur sa chamelle. Le tawaf terminé, il accomplit une prière de deux rak'ât derrière
l'emplacement connu sous le nom de maqâm Ibrâhîm (station d'Abraham).

Puis il accomplit sur sa chamelle le parcours entre les deux collines d'as-Safâ et al-Marwâ.
Cela fait, il ordonna aux musulmans qui l'accompagnaient et qui n'avaient pas amené de bête
à sacrifier de quitter l'état de sacralisation jusqu’à ce que vienne le moment du pèlerinage.

Le Prophète et ses compagnons restèrent à La Mecque jusqu'au 8 dhûl-hijja, où les rites du


pèlerinage allaient commencer.

Le huit du mois de dhûl-hijja, le Prophète quitta La Mecque à midi, monta sur sa chamelle,
pour se rendre à Mina où il passa la nuit.

Le matin, il accomplit à Mina la prière de fajr avant de partir pour Arafat après le lever du
soleil. À Arafat, il prononça un discours très important devant 124 000 ou 144 000 Musulmans
s’étant rassemblés.

Le discours prononcé par le Prophète ce jour-là, définissait la nature de la communauté


musulmane, il fut le point culminant de son pèlerinage.

134
135
Dès que le prophète eut terminé de prononcer son sermon, il reçut en révélation ce qui
sera le dernier verset de la sourate 5 verset 3 : « Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre
religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous. »

Omar ibn al-Khattâb, était celui des compagnons du Prophète qui percevait les choses avec la
plus grande clairvoyance, à l’écoute de ces versets il fondit en larmes.
Quand ses compagnons lui en demandèrent la raison, il répondit : « Seule l'imperfection peut faire
suite à la perfection. » On peut imaginer qu'il avait le pressentiment que la vie du Prophète
touchait à sa fin.
La sourate intitulée « Le Secours 110 » fut révélée au Prophète le second jour de son séjour à
Minâ. On peut la traduire ainsi :
« Lorsque viens le secours d'Allah ainsi que la victoire,
Et que tu vois les gens entrer en foule dans la religion d’Allah,
Alors, par la louange, célèbre la gloire de ton Seigneur et implore Son pardon.
Car c'est Lui le grand Accueillant au repentir. »

Omar ibn al-Khattâb et Abdullâh ibn Abbâs, le cousin du Prophète avaient compris que la
révélation de cette sourate annonçait au Prophète que sa vie sur terre s'achèverait bientôt.

Après cela, le prophète pria Dhor et ‘Asr sans surérogatoire et s’installa sur la partie la plus
haute du mont ‘’Rahma’’ tourné vers la Qibla. Il invoqua Allah jusqu’après le coucher du soleil,
après cela, il se dirigea vers Muzdalifa où il pria Maghreb et ‘Icha avec 1 appel et 2
ikama et s’allongea jusqu’à ce qu’il pria al fajr. Il retourna alors à Mina.

Il lapida la grande stèle (al ‘aqaba) avec 7 cailloux en disant à chaque lancé Allahou akbar.

Ensuite, il égorgea les sacrifices puis pria Dhor à la Ka’ba.

Le 11, 12 et 13 jours de Dhoul Hidja, le prophète lapida les trois stèles chaque jour puis quitta
Mina et s’installa chez les Bani Kinana et le lendemain il retourna faire Tawaf al wada’ (d’Adieu)
puis retourna à Médine.

136
ONZIEME ANNEE DE L'HEGIRE

1) Sariyya Oussama Ibn Zaïd

L’orgueil des Byzantins les poussa à nier le droit à l’existence des musulmans, ils iront jusqu’à
mettre à mort ceux parmi les chrétiens arabes qui voulaient devenir musulman.

Le prophète décida de mettre fin à ces oppressions il rassembla une armée qu’il
placa sous le commandement de Oussama ibn Zayd ibn Al Harita qui n’avait alors que 18 ans.

Certains musulmans n’étaient pas convaincus par ce choix et ne voulaient pas se joindre à cette
armée mais le prophète s’adressa à eux : « Vous critiquez sa nomination comme vous aviez
autrefois critiqué celle de son père. Eh bien ! Je jure par Allah ! Son père était digne du
commandement et il était pour moi le plus aimé des hommes et son fils est celui de tous les hommes
que j’aime le mieux après son père. »
Après cela l’armée fut constituée et celle-ci quitta Médine. Arrivé à Al Jurf leur fut parvenue la
nouvelle de la maladie du prophète .
C’est là qu’ils restèrent jusqu’au califat d’Abou Bakr.

Après le décès du prophète ils combattirent les byzantins et eurent la victoire.

2) Maladie et décès du prophète : Lundi 12 Rabi’ Al Awal 11 AH

Lors de son pèlerinage, le Prophète dira à plusieurs reprises aux compagnons : « Suivez mon
modèle quant à l'accomplissement des rites du pèlerinage car il se peut que ce soit mon dernier ».
C’est également durant ce pèlerinage, lors des jours de Tachriq à Mina, que le Prophète a reçu
en révélation la sourate 110 : ''Lorsque viens le secours d'Allah ainsi que la victoire et que tu
vois les gens entrer en foule dans la religion d'Allah, alors par la louange, célèbre la gloire
de ton Seigneur et implore son pardon. Car c'est lui le grand accueillant au repentir''.
Il prit alors conscience que sa vie sur terre arrivait à son terme et que sa mission était
terminée.
Dans un premier temps il a vécu sa vie comme un simple être humain.
Il est né orphelin de père, il perdit sa mère à l'âge de 6 ans. Il a travaillé comme
berger et menait une vie très modeste.
Dans un second temps, lorsqu'il eut la révélation, il a été humilié, traité de fou, de sorcier,
il a dû quitter sa terre natale, certains membres de sa famille se sont acharnés contre lui.
Depuis le verset : « Lève-toi et averti. » S74 V2, il n'a pas cessé de déployer ses efforts
jusqu'au verset : « Ce jour, J'ai parachevé votre religion et je vous ai accordé ma faveur
complète, agréé l'islam comme étant votre religion ». S5 V3 qui devait être le dernier verset
révélé et qui devait mettre fin à sa mission sur terre.

Et qui etait-il ?
Il était celui qui nous a enseigné l'islam. Il était celui qui a été éprouvé comme personne
n'a été éprouvé. Il était Al Amine, le digne de confiance. Il était généreux, il ne
refusait jamais la demande de quelqu'un. Il était courageux, commandant, soldat et
combattant en première ligne. Il était modeste, interdisait qu'on se lève pour lui, il réparait

137
ses chaussures, cousait ses vêtements et balayait sa maison. Il a été envoyé comme
miséricorde pour l'humanité. Il était celui qui répondait au mal par le bien. Il était celui
qui voulait le bien pour l'ensemble de sa communauté, ceux avec qui il a vécu et ceux qui
viendront après et qu'il ne connaissait pas. Il ne disait jamais non sauf dans l'attestation de
foi. Il ne s'en allait jamais en premier, il attendait que les gens partent pour partir. Si
quelqu'un lui prenait la main, il la lui donnait et ne l'enlevait pas jusqu'à ce que l'autre enlève
la sienne. Il s'asseyait au milieu des gens sans se faire remarquer. Les enfants lui prenaient
la main et l'emmenaient dans les rues de la ville, il les suivait et jouait avec eux. Il faisait
monter ses petits-enfants sur son dos, il était leur cheval et eux ses cavaliers. Quand il
avait le choix entre deux choses, il choisissait la plus facile si elle n'était pas haram. Il
ne répondait pas au mal par le mal, il pardonnait, il graciait.
Lorsqu'on l'offensait, il patientait et il disait : « Miséricorde à mon frère Moussa, son
peuple l'a offensé bien plus que cela et il a patienté ». Lorsqu'on lui demandait d'invoquer contre
certaines personnes ou certaines tribus, il se levait, levait ses mains au ciel en demandant à
Allah la guidée pour ces gens-là. Sa parole était le Coran, ses discours étaient courts et ses prières
étaient longues. Lorsqu’on l'appelait, il répondait : « Labbayk : ‘’Je suis à toi" » Il a pleuré
pour nous jusqu'à ce Que Allah lui envoye Gibrîl et lui demande : « Qu'est-ce qui te fait pleurer
ya Mohamed ? » Il répondit : « Oumati, Oumati".
Je suis, vous êtes, nous sommes cette ouma pour qui il a pleuré.
Les Compagnons ont dit à son sujet : « Nous n'avons jamais vu une meilleure personne que
Rassouloullah ». Quant à sa femme, Aicha elle a dit : « Mon mari, le messager de Dieu, je n'ai jamais
vu quelqu'un comme lui. »
Et malgré tout ce qu'il a fait et tout ce qu'il a été, Allah nous dit :
- « Tout Âme goutera à la mort » S3 V185.
- « Oui, la vie future est meilleure pour toi que celle -ci, ton Seigneur t'accordera
bientôt ses dons et tu seras satisfait » S92 V4-5
- « Tu mourras et ils mourront aussi… » S39 V30.

Il était un prophète au noble caractère. Il était le meilleur être humain qu'ait connu la
terre. Et surtout, il est celui qu'Allah a pris pour ami intime comme Il l'avait fait pour Ibrahim.
Allah l'a choisi comme Khalil et nous pourtant n'arrivons pas à le prendre en exemple !!!

Oui, toute Âme goutera à la mort, et bien, l'Âme de Mohamed fils de Abdallah, fils de
Abdelmoutalib, fils de Hashim, fils de abd Manaf a effectivement goûté à la mort.

Voici comment a débuté le voyage du Prophète vers la perfection, vers la compagnie suprême.
A la fin du mois de Safar, le Prophète reçu l'ordre via Djibril de visiter le cimetière d’Al Baqi.
Il demanda à Abou Mouwayhiba de l'accompagner, de nuit ils arrivèrent sur place. Il dit
en arrivant devant le cimetière : « Que la paix soit sur vous, habitants des tombes ! Réjouissez-
vous de votre état, car il est meilleur que celui des hommes qui vivent aujourd'hui. Des épreuves
aussi sombres que la nuit déferle l'une après l'autre, chacune étant plus mauvaise que la
précédente. Nous vous suivrons ».

138
Puis il s'adressa à Abou Mouwayhiba : « O Abou Mouwayhiba, certes me furent donnés les
clefs des trésors de la vie d'ici-bas, de l'éternité et du paradis. On me fit choisir entre cela ou la
rencontre de mon Seigneur et le Paradis. »
Abou Mouwayhiba lui dit : « Choisis les clefs des trésors de la vie d'ici-bas, de l'éternité et du
paradis » Le prophète : « Non ! Par Allah, j’ai choisi la rencontre de mon Seigneur et le
paradis. ».
Après cela, il invoqua en faveur des martyrs d’Al Baqui puis il se rendit au cimetière
d’Ohod où il invoqua également pour les martyrs en s’adressant à eux.
« As Salamo ‘Alaykom , mes compagnons, que la paix soit sur toi : Ya Mous’ab Ibn ‘Umayr,
ya Anas Ibn Anadir, ya Hamza, O mon oncle, O créatures chères à mon cœur! il saluera ainsi
tous les martyrs. »
Ensuite, il se rendit au mont Ohod pour une visite car il avait dit : « On aime le mont Ohod
et le mont Ohod nous aime ». Après cela, il revint à Médine, monta sur le minbar et tint le
discours suivant :
« Je vous devance dans l’au-delà et je serai témoin de vos actes. Par Dieu ! je vois en ce moment-
même mon bassin. Les clefs des trésors de la terre m’ont été données. Par Dieu ! je ne crains pas
pour vous que vous redeveniez polythéistes après moi mais je crains que vous vous querelliez au
sujet des richesses de ce monde. »
A son retour chez lui, Aïcha se plaignit à lui d’un mal de tête, le prophète lui répondit :
« Aujourd’hui Aïcha, c’est moi qui me plains de ma tête » car il avait des douleurs de têtes
accompagnées de fièvre. Le prophète lui dit : « Que penserais-tu si tu mourais avant moi, que
je t’enveloppe, que je prie sur toi et que je t’enterre ? » Elle lui répondi : « Par Allah, je pense
qu’après avoir fait cela, tu reviendras chez moi et tu passeras la nuit avec l’une de tes épouses ! »
à cela il souri.
Malgré la maladie, le prophète continua de mener les prières et faire le tour de ses épouses
mais son état empirait. Chaque jour, il demandait : « Ou serais-je demain ? ».
Ses épouses comprirent alors qu’il voulait rester chez Aïcha, elles donnèrent alors toutes leur
accord.
Son état s’était tellement dégradé, qu’il était incapable de se déplacer. Pour se rendre dans
la chambre de Aïcha, il a dû se faire aider d’Al Abbas et de Ali sur lesquels il s’était appuyé.
Aïcha raconta que derrière lui, il laissait des traces de ses pieds qui trainaient. Elle dira :
« Je n’ai jamais vu un homme souffrir comme a souffert le messager ».

Abdallah Ibn Mass’oud lui rendit visite, il lui dira en le caressant :


« Oh Messager ! tu souffres énormément ».
Le prophète lui répondit : « Oui, je souffre comme souffrent deux hommes des votres ».
Ibn Mas’oud lui demanda : « Auras-tu donc deux fois la récompense ? »
Le prophète lui dit : « Oui, il n’y a pas un musulman qui soit atteint d’un mal, d’une maladie ou
autre sans qu’Allah fasse tomber ses pêchers comme l’arbre fait tomber ses feuilles » (Boukhari)

Ses derniers jours


Cinq jours avant sa mort c’était un jeudi, et quel jeudi !
Les douleurs du prophète se sont accentuées et sa fièvre était tellement élevée qu’il
s’évanoui. A son réveil, il demanda qu’on verse sur lui 7 outre d’eau pour qu’il puisse aller
à la rencontre des gens.

139
Ils le placèrent dans une bassine et verser sur lui les 7 outre jusqu’à ce qu’il dise : « C’est
assez, c’est assez ».
Il se sentit assez bien pour aller à la mosquée. Il avait la tête bandée, s’assit sur le
Minbar et prononca un discours :
« Dieu maudit les juifs et les chrétiens car ils ont fait des tombes de leurs prophètes, des lieux
d’adoration. Ne commettez pas des actes d’idolatrie sur ma tombe. Si j’ai frappé quelqu’un d’entre
vous qu’il vienne me frapper. Si j’ai offensé quelqu’un d’entre vous, qu’il en fasse autant ». Puis, il
dirigea la prière de Dhor et retourna sur le minbar.
Un homme se lève alors et dit : « Tu me dois 3 dirhams ». Le prophète demanda à Al Abbas de
le rembourser.
Puis il continua son discour : « Je vous exhorte à vous montrer bienveillants envers les ansars.
Ils sont mes entrailles et mes confidents. Ils se sont largement acquittés de leur devoir et ils leurs
restent à en recevoir le salaire. Dieu, le Sublime a offert à l’un de ses serviteurs, la possibilité de
choisir entre les biens de ce monde et ce qui est auprès de Lui, et il a choisit ce qui est auprès de
Dieu ».
Abou Said Al Khoudri a dit : « En entendant cela, Abou Bakr pleura en disant « Nous sacrifierons
nos pères et mères pour toi ». Les gens s’étonnèrent de ce qu’il venait de dire mais c’est parce
qu’ils n’avaient pas compris que le prophète parlait de lui-même.
Alors, le prophète dit : « De tous les hommes, celui qui a été le plus prodigue envers moi de
son amitié et de sa fortune est Abou Bakr. Si j’avais à choisir un ami, autre que Dieu, c’est Abou
Bakr que je choisirai. Qu’on ne laisse aucune porte ouverte sur la mosquée sauf celle d’Abou Bakr. »

Après son discours, il rentra chez lui.


Malgré sa maladie, le prophète mena toutes les prières, la dernière qu’il dirigea fut celle
de Al Maghreb du jeudi 8 du mois de rabi’ al Awal dans laquel il récita la sourate 77 AL Mursalat.
Quand l'heure de Isha arriva, il était incapable de se lever mais demanda à Aïcha si les fidèles
avaient fait la prière ? Elle lui répondit : « Non, les fidèles t'attendent ».
Il demanda qu'on lui apporte de l'eau, il se lava et voulut ensuite se lever mais il tomba évanoui.
Quand il revient à lui, il demanda de nouveau si les fidèles avaient prié. « Non ils
t'attendent ». Il demanda de l'eau, se lava et essaya de se lever mais retomba évanouie, ainsi
de suite 3 fois.
À la troisième fois, le Prophète fit appeler Abou Bakr pour qu'il mène la prière. Cependant,
Aïcha lui dit : « Demande plutôt à Omar car Abou Bakr est sensible et on risque de ne pas
l'entendre ». Mais le Prophète voulait que ce soit Abou Bakr. Aïcha insista avec Hafsa à trois
ou quatre reprises. Et le Prophète leur dit : « Vous êtes donc comme les compagnes de
Youssef, ordonner à Abou Bakr de diriger la prière ».
C'est ainsi qu'Abou Bakr dirigea les prières jusqu'à la mort du Prophète .
Un ou deux jours avant sa mort, le Prophète se sentit un peu mieux et alla à la mosquée pour
y prier. Il sortit de chez lui appuyé sur deux hommes. Abu Bakr était en train de diriger la prière
de Dohr et lorsqu'il vit arriver le Prophète , il voulut se retirer. Cependant, le Prophète
lui fit signe de rester et s'assit à gauche d'Abou Bakr.
Dimanche, la veille de sa mort, le Prophète affranchit ses esclaves, il demanda qu'on donne
en aumône les 7 dirhams qu'il avait chez lui. Peu de temps après, le Prophète demanda à
Aïcha si elle avait distribué cet argent ? Elle dira : « Tes douleurs m’ont fait oublier cela. Par Allah,
je n'en ai rien fait, ta maladie m'a occupée ».

140
Il les demanda alors, les tint dans sa main et dit : « Qu’en sera t-il du Prophète s'il
rencontrait Allah, le Puissant et Majestueux, alors qu'il détient cela ».
À la fin de cette journée, il ne possédait plus rien, il avait tout distribué.
Lundi, à la prière de Fajr, Abou Bakr dirigea la prière, le Prophète souleva le rideau qui donnait
de sa chambre vers la mosquée.
Devant lui, cette image, une mosquée remplie de compagnon en prière et quels compagnons ! Chacun
d'eux était une montagne de foi, ils étaient tous bien alignés.
C'était là le fruit de ses efforts, la récompense de son travail, il jeta sur eux un regard plein
de satisfaction, sur son visage se dessina ce qui sera son dernier sourir. Il laissa retomber le
rideau et retourna dans sa chambre.
Lorsque le jour se leva, il appela sa fille Fatima, il lui parla en secret et elle se mit à
pleurer. Puis, il lui dit autre chose en secret elle se mit à rire.
Plus tard, elle dira que la première fois, il lui annonça qu'il allait mourir et elle pleura. La
seconde fois, il lui annonca qu'elle serait la première de sa famille à le rejoindre et elle se mit
à rire.
Il demanda que Hassan et Hussein ses petits fils lui soient amenés, il les embrassa et invoqua
pour eux. Il demanda à voir ses épouses et il leur fit diverses recommandations et leur
rappela Dieu.
La douleur ne cessait d'augmenter et il dit à Aïcha : « Je ne cesse de ressentir la souffrance
que m'a fait éprouver le met que j'ai mangé à Khaybar. Le moment est venu où mon aorte va se
briser sous l'influence de ce poison ». Boukhari.
À plusieurs reprises, sur son lit de mort, il demanda aux musulmans d'être scrupuleux dans la
prière.
Alors qu'il était appuyé sur le giron de Aïcha, Abderrahmane ibn Abou Bakr entra avec un
siwak à la main. Aïcha avait remarqué que le Prophète le fixait des yeux car il était trop
faible pour parler. Alors elle prit le Siwak, le macha à sa place et le passa sur les dents du prophète
. Aïcha dira : « Une faveur que Dieu m'accorda c’est d’avoir fait que l'envoyé soit mort dans
ma chambre, le jour qu'il me consacrait, la tête entre ma poitrine et ma gorge. En outre, Dieu a
mélangé sa salive à la mienne à l'instant de sa mort ».
Il y avait un récipient d'eau à côté de lui, il y trempait ses doigts et les passaient sur son visage
en disant : « Il n'y a de dieu que Dieu, certes la mort à ses affres ».
Dès qu'il eut fini d'utilise le siwak, il leva sa main ou son index, il regarda vers le
ciel et bougea ses lèvres en disant: « Au côté de ceux comblés de Ta grâce, ainsi qu'avec les
prophètes, les véridiques, les martyrs et les bienfaisants; O Mon Dieu, pardonne-moi, fais-moi
miséricorde et fais-moi rejoindre la compagnie suprême, la compagnie suprême, la compagnie
suprême. » et sa main retomba.
Inna lilahi wa inna iliayhi raji3on. Nous sommes lundi fin de matinée, 12 Rabi Al awal, l’envoyé d’Allah
avait alors 63 ans.
Celui qui a dédié sa vie à faire que l'Islam se propage de la plus belle des manières venait de mourir.
Que diriez-vous si je vous dis que : « Certes Allah et ses anges prient sur le Prophète. O Vous
qui croyez, priez sur lui et adressez-lui vos salutations » Al ahsab v56.

Allahomma Salli wa salim 'A la nabiyna Mohamed !


Et certes, je témoigne que tu as délivré le message et j'atteste que tu es mon prophète.

141
Médine était sous le choc, Omar fut si bouleversé qu'il failli perdre la raison. Il s'adressait à la
foule en ces termes : « Certains hypocrites prétendent que le Messager de Dieu est mort, or il
n'en n'est rien. L'Envoyé de Dieu s'en est allé auprès de son Seigneur comme l'a fait Moussa. Par
Dieu, Le messager reviendra et il coupera les membres de ceux qui le disent mort ».
Quant à Abu Bakr, il arriva à cheval, n'adressa la parole à personne, entra dans la chambre de
Aïcha se dirigea vers le corps du Prophète qui était recouvert d'un tissu. Il découvra son
visage, l'embrassa et pleura puis il dit : « Toi pour qui j'aurais donné mon père et ma mère ! Dieu
ne te fera pas mourir deux fois. Mais pour ce qui est de la mort qui t’est prescrite, elle est bien
accomplie ». Puis, Abou Bakr sorti de la chambre et prit la parole devant les gens en disant : « pour
ceux d'entre vous qui adorait Mohamed sachez que Mohamed est certes mort. Mais pour ceux
qui adorent Dieu, Lui est toujours vivant et ne mourra pas. Dieu dit :« Mohamed n'est qu'un
messager avant lequel des messagers sont déjà passés. Est-ce que, s'il meurt ou s'il est tué,
vous tomberez dans l’apostasie ? Celui qui tombe dans l'apostasie ne nuira jamais en rien à
Dieu et Dieu récompensera ceux qui rendent grâce. » S3 V144

Abdallah Ibn Abbas dira : « C’est comme si nous entendions ce verset pour la première fois ».
Omar dit alors : « Par Dieu, à peine avais-je entendu Abou Bakr réciter ce verset que j'ai eu
l'impression qu'on m'avait coupé les jambes. Elles ne me supportaient plus car je venais de
comprendre que le prophète Mohammad était mort ».

Après cela, des discussions vont désignés Abou Bakr comme dirigeant.
Le mardi, le corps du Prophète fut lavé au-dessus de ses vêtements, il fut placé dans
son linceul.
Alors que les compagnons se demandaient où fallait-il l'enterrer, Abou Bakr dira : « J'ai entendu
le Prophète dire qu’un prophète mort doit toujours être enseveli à l'endroit même où il est
décédé ». C'est alors qu'Abou Talha souleva la couche sur laquelle le Prophète était mort et
creusa sa tombe. Après son enterrement, les musulmans entrèrent par groupe pour prier sur lui ce
qui dura la journée du mardi. Ce n’est que mercredi qu'il fut mis en terre.

Un homme est venu voir le Prophète et lui demanda : « Que dis-tu d'un homme qui
aiment des gens mais qui n'a pas pu les rejoindre ?
Le Prophète lui dira : « On sera avec ceux qu'on aime ».

Le prophète a dit : « L'un de vous n'atteindra un degré de fois complet que s'il m'aime
plus que son père, que son fils et plus que tout les gens ». Boukhari

142
Biblographie :

-Muhammad l’ultime joyau de la prophétie (Nouvelle édition revue) Edition Ennour


- As-Sira (Ismail Ibn Kathir) Edition Universel
- Fiqh Sira (Muhammad Al Ghazali) Edition Ennour
- Le Prophète Muhammad (Martin Lings) Edition Seuil
- Tafsir du Coran (IBN kathir) Edition Ennour

“‫”اللهم إنا نسألك علما نافعا ورزقا طيبا وعمال متقبال‬

“Allâhumma inna nas-aluka `ilman nâfi'an wa rizqan tayyiban wa `amalan mutaqabbalan.”

“Ô Seigneur, fais nous don d'une science utile, d'une saine subsistance et d'une œuvre
agréée. »

El Fakir Darifa : Nabismano5@hotmail.com

143

Vous aimerez peut-être aussi