Vous êtes sur la page 1sur 34

SOCIETE COOPERATIVE AVEC CONSEIL

D’ADMINISTRATION DE PROMOTION DE
L’AGRICULTURE
(COOP-CA PROAGRI)
Tél. (237) 679789815
E-mail : proagricoopca@yahoo.fr/tanguy.lomie@yahoo.com

PLAN D’AFFAIRE
2019-2023

PROJET D’ELEVAGE DE 10 000 POULES


PONDEUSES

Montant : 88 587 400 FCFA

Juillet 2019

TABLE DE MATIERES
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

LISTE DES TABLEAUX...........................................................................3


LISTE DES FIGURES..............................................................................3
SIGLES ET ACRONYMES.......................................................................4
FICHE SIGNALETIQUE DU PROJET.....................................................5
1. GENERALITES...................................................................................6
1.1. La filière avicole au Cameroun..............................................................................6
1.2. Le projet................................................................................................................... 8
1.2.1. Présentation et objectifs................................................................................8
1.2.2. Localisation......................................................................................................8
1.2.3. Le promoteur....................................................................................................8

2. ETUDE DE MARCHE.........................................................................8
2.1. L'offre....................................................................................................................... 8
2.2. La demande...........................................................................................................11

3. ETUDE TECHNIQUE........................................................................12
3.1. Les races, les souches et les croisements.........................................................12
3.2. Le logement et le matériel....................................................................................13
3.2.1. La technique de construction.......................................................................14
3.2.2. Le matériel d'élevage.....................................................................................16
3.3. L'alimentation........................................................................................................17
3.4. Protection sanitaire..............................................................................................19
3.4.1. Les composantes de la pathologie aviaire..................................................19
3.4.2. Les caractéristiques de la pathologie en aviculture...................................20
3.4.3. Les principales maladies..............................................................................21
3.4.4. Le programme de prophylaxie......................................................................22
3.5. Conduite et gestion des animaux............................................................................23
3.5.1. Principes de base...............................................................................................23
3.5.2. La gestion technico-économique.....................................................................25
4. ETUDE FINANCIERE................................................................................................27
4.1. d’investissement...................................................................................................27
4.2. Besoin en fond de roulement...............................................................................28
4.3. Tableau récapitulatif des besoins pour une rotation de 18 mois......................29
4.4. Tableau d’amortissement........................................................................................30
4.5. Plan de financement...............................................................................................30

4.6. Les sources de financement................................................................................31


4.6.1. Les fonds propres.........................................................................................31
4.6.2. L’emprunt bancaire.......................................................................................31

1
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
4.6.3. La subvention du PRODEL...........................................................................31
4.7. Tableau d’amortissement de l’emprunt..............................................................31
4.8. Bilan au démarrage du projet..............................................................................32
4.9. Production prévisionnelle d’œufs sur 5 ans............................................................32
4.10. Recettes prévisionnelles......................................................................................33
4.11. Etude de rentabilité.............................................................................................33
4.11.1. Tableau récapitulatif des charges d’exploitation...........................................34
4.10.2. Compte d’exploitation prévisionnel...................................................................34
4.10.3. Taux de rentabilité interne (TRI)...................................................................34

5. ANALYSE DES RISQUES ET DES CONTRAINTES......................35


5.1. Risques.................................................................................................................... 35
5.2. Contraintes................................................................................................................ 35

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Données comparatives des prix de vente d’une alvéole d’œufs de consommation
.............................................................................................................................................. 10
Tableau 2 : Exemples de lignées disponibles sur le marché de poussins d'un jour...............12

2
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
Tableau 3 : Normes d'implantation des bâtiments.................................................................13
Tableau 4 : Normes quantitative et qualitative des aliments..................................................19
Tableau 5 : Origine des germes pathogènes........................................................................20

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Schéma bâtiment.................................................................................................15
Figure 2 : Composantes des pathologies.............................................................................20

3
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

SIGLES ET ACRONYMES

CA Conseil d’Administration
COOP Coopérative

COOP-CA Coopérative avec Conseil d’Administration


FCFA Franc de la communauté Financière Africaine
T Tonne
INS Institut National de la Statistique

4
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

MINEPIA Ministère de l’Élevage, des pêches et des


Industries Animales
OHADA Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du
Droit des Affaires
ONG Organisation Non Gouvernementale
PRODEL Projet de Développement de l’Elevage
PROAGRI Promotion de l’Agriculture
PCA Président du Conseil d’Administration
V/PCA Vice- Président du Conseil d’Administration
S/CA Secrétaire du Conseil d’Administration
PCS Président du Conseil de Surveillance
DG Directeur Général

SEC Secrétaire Comptable


KG Kilogramme
M2 Mètre carré

FICHE SIGNALETIQUE DU PROJET

1. Intitulé du projet : Projet d’élevage de 10 000 poules pondeuses

2. Objectif général : contribuer à la lutte contre la pauvreté

3. Objectif spécifique : contribuer à l’amélioration de la valeur nutritive des


aliments consommés par les populations camerounaises par un apport
protéinique substantiel

4. Moyens à mettre en œuvre : moyens humains, matériels et financiers

5. Durée du projet : 5 ans renouvelable

6. Coût du projet : 88 587 400 FCFA

5
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
7. Financement

- Fonds propres : 8 858 740 FCFA


- Emprunt bancaire : 26 576 220 FCFA
- Subvention attendue du PRODEL : 53 152 440 FCFA

8. Promoteur : Société Coopérative avec Conseil d’Administration de Promotion


de l’agriculture (COOP-CA PROAGRI), Tél. 679789815

1. GENERALITES

1.1. La filière avicole au Cameroun


La filière avicole est encadrée par le Gouvernement à travers le Ministère de
l’élevage, des pêches et des industries animales (MINEPIA), ainsi que des textes
particuliers comme celui interdisant l’importation des poulets congelés.
Depuis le 20 Janvier 2018, la COOP-CA PROAGRI a vu le jour et est
constituée de tous les opérateurs avicoles réunis au sein de 4 collèges, à savoir :
- Le collège des Industriels (accouveurs, producteurs d’aliments,
importateurs et distributeurs des matières premières, chaînes d’abattage,
abattoirs, importateurs et distributeurs de matériels et médicaments
d’élevage, centres de conditionnement et/ou de transformation des
produits avicoles)
- Le collège des Producteurs et distributeurs d’œufs de consommation
(éleveurs de poulettes, éleveurs de pondeuses, vendeurs d’œufs,
transporteurs d’œufs)
- Le collège des Eleveurs et distributeurs des poulets de chair (éleveurs de
poulets de chair, vendeurs de volaille, transporteurs de volaille)

6
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
- Le collège des Techniciens (Vétérinaires, Zootechniciens, Techniciens
d’élevage, Infirmiers vétérinaires).

Les objectifs spécifiques de la COOP-CA PROAGRI se déclinent de la


manière suivante :
- Représenter, défendre et promouvoir les intérêts collectifs des membres
- Développer les partenariats interprofessionnels entre les membres
- Veiller au respect de l’éthique et de la déontologie professionnelle
- Promouvoir la commercialisation des produits avicoles
- Contrôler la qualité des intrants et des extrants
- Collecter et analyser les informations statistiques de la filière
- Renforcer les capacités opérationnelles et organisationnelles des acteurs
de la filière.
Pour son fonctionnement, COOP-CA PROAGRI dispose de trois organes :
l’Assemblée générale, le Conseil d’administration et le Secrétariat permanent. Son
siège social est situé à Mvog-Betsi (Yaoundé).
Afin de promouvoir ses activités sur l’ensemble du territoire national, la
COOP-CA PROAGRI possède son antenne à Yaoundé.
Conscients du fait que l’élevage en général et l’aviculture en particulier occupent une
place importante dans l’économie camerounaise, les pouvoirs publics ont mis en
place des conditions pour favoriser son développement :
- Tarification limitée à 10% pour l’importation des équipements d’élevage

- Défiscalisation totale de toutes le bs activités avicoles.

1.2. Le projet
1.2.1. Présentation et objectifs

Le projet consiste en l'élevage de 10 000 poules pondeuses et en la vente de


ses produits. Deux types de produits seront commercialisés : les œufs de
consommation, les vieilles pondeuses et la fiente.

Son objectif global est d’apporter sa modeste contribution à la résorption du


chômage, pilier essentiel du Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi
(DSCE) qui vise à faire du Cameroun un pays émergent à l’horizon 2035.

7
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
De manière spécifique, il s’agit de contribuer à l'amélioration de la valeur
nutritive des aliments consommés par les populations camerounaises par un apport
protéinique substantiel.

1.2.2. Localisation

Le site du projet se trouve à Awae, département de la Mefou et Afamba,


région du Centre. Situé à 16 km de la ville Yaoundé, il offre toutes les conditions
favorables à la réalisation du projet : accessibilité par véhicule, possibilité de
réalisation d’un forage pour l’alimentation en eau potable, et d’installation
d’infrastructures d’énergie solaire pour couvrir les besoins en électricité, réseau
téléphonique Orange et MTN, etc.

1.2.3. Le promoteur

Le projet sera réalisé par la COOP-CA PROAGRI, et par ses employés spécialisé
dans la production animale et vétérinaire.

2. ETUDE DE MARCHE

2.1. L'offre

Environ 700 millions d’œufs sont actuellement produits au Cameroun


annuellement, production contrastant avec celle de 2006 qui était estimée à 2
milliards d’œufs. Cette baisse drastique s’explique par la grippe aviaire qui avait sévi
à partir de 2007 et qui avait contraint les éleveurs à décimer une bonne partie du
cheptel volaille.

Sur le plan national, cette production est l’œuvre de plusieurs unités parmi
lesquelles les principales sont :

- SPC (Société des Provenderies du Cameroun) localisé à Bafoussam. Le


groupe SPC compte en fait trois Sociétés qui sont AGROCAM à Foumbot
spécialisé dans la production des poussins d’un jour, SPC à Bandjoun
spécialisé dans la production d’œufs et d’aliments, et BELGOCAM
spécialisé dans la vente des ingrédients et des additifs alimentaires pour la
production d’aliments.
8
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
- AFRICHICKS localisé à Bafoussam. Initialement spécialisé dans la
production des poussins d’un jour, cette unité diversifie progressivement
ses activités pour produire également des œufs de consommation.

- SOCAV à Douala spécialisé dans la production des poussins et des œufs


de consommation.

- FERPOTA à Bafoussam spécialisé dans la production d’œufs et de


poussins.

Pour la production de poussins de ponte et de chair, on note :

- ALIVET à Bafoussam qui est le plus grand producteur. La ferme parentale


est à Bafoussam alors que le couvoir est à Douala

- Le Complexe avicole de Mvog-Betsi à Yaoundé

- AFRICHICKS à Douala

- CAVEC à Bafoussam

- SOCAV à Douala

- AGROCAM à Bafoussam.

Pour la production des poussins de chair uniquement, on a :

- ANICARE à Batschenga

- SOCIPAEL à Bafoussam

- EPA à Douala

- MAIF à Muyuka

- Couvoir Chinois à Ombé (entre Mutengene et Limbé).

Au plan régional (Centre), on note l'existence de 5 PME significatives :

- SADEC localisé à Nkolfoulou (Yaoundé) spécialisé dans la production


d’œufs et qui est en perte de vitesse car d’un cheptel initial de 52 000
sujets, cette unité est passée à 20 000 poules pondeuses ces dernières
années.

9
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
- Le Complexe avicole d’Eloumden à Yaoundé spécialisé dans la
production d’œufs de consommation et dont le cheptel actuel est estimé à
50 000 pondeuses.

- La Société de distribution des produits d’élevage au Cameroun


(SODEPEC)

- La Société des Provenderies et d'Elevage au Cameroun (SOPEC),

- Et les Etablissements Nguila Francis.

En dehors de ces différentes sociétés, des petits producteurs existent


également mais dont le potentiel de production demeure très limité (moins de 5.000
sujets par unité).

Une analyse rapide du prix de vente de l'œuf à Yaoundé et dans ses environs
indique une évolution croissante, car de 25 FCFA il ya moins de 15 ans, l'œuf est
actuellement vendu à un prix moyen de 60, voire 75 FCFA au détail. Ceci constitue
une preuve indéniable que l'offre demeure en deçà de la demande. Le tableau ci-
dessous donne une idée de l’évolution du prix des œufs à Yaoundé :

Tableau 1 : Données comparatives des prix de vente d’une alvéole d’œufs de
consommation

Type d’œufs Prix de 2008 Prix de 2014


(en FCFA) (en FCFA)
BO (œufs billes) 1 000 1 200
PO (petits œufs) 1 050 1 300
53 grammes 1 150 1 350
MO (œufs moyens) 1 200 1 500
GO (gros œufs) 1 350 1 550
67 grammes 1 400 1 600
SO (super œufs) - il s’agit des œufs 1 500 1 700
ayant deux jaunes – 72 grammes

Une alvéole comprend 30 œufs.

2.2. La demande

Elle provient de plusieurs catégories de clients : boulangers, fabricants de


gâteaux et de beignets, restaurants (fixes et ambulants), hôtels, auberges, ménages.
Les quantités sont variables en fonction de la taille de la structure et du but
recherché. C'est ainsi que les boulangers sont les plus grands consommateurs alors

10
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
que les ménages en sont les plus petits. Toutefois, contrairement aux autres
catégories de clients, les boulangers préfèrent des œufs clairs, c’est-à-dire
dépourvus de jaune.

Au niveau intermédiaire, on retrouve à Yaoundé des commerçants grossistes


comme Solière, JKO, la Maison des œufs, etc… qui stockent et écoulent aux
détaillants. L'offre étant déficitaire, il est évident qu'il se pose un problème réel de
demande d'œufs de consommation, tant en ce qui concerne la disponibilité dans
certains quartiers qu'en ce qui concerne les prix. C'est pourquoi il est fréquent
d'enregistrer des plaintes de la part des populations qui n'arrivent toujours pas à se
procurer des œufs (pourtant nécessaires dans l'alimentation humaine) chaque fois
qu'elles en ont besoin.

2.3. Les besoins

En se basant sur les normes du codex alimentarius de la FAO qui recommande une
consommation moyenne de 4 œufs/individu/semaine, il est aisé d’estimer la
demande potentielle œufs de consommation au Cameroun qui se situeraient à
environ 4,16 milliards d’œufs par an. En conséquence, les besoins supplémentaires
du Cameroun s’élèvent à plus de 3 milliards d’œufs par an, sans compter ceux des
pays de la sous-région d’Afrique centrale tels que le Gabon, la RCA et la Guinée
Equatoriale qui s’approvisionnent essentiellement sur le marché camerounais.

3. ETUDE TECHNIQUE

Pour que l'élevage des poules pondeuses soit efficace et rentable, de


nombreuses conditions doivent être réunies : animaux de souche performante,
alimentation optimale, logement convenable, protection sanitaire efficace quelle que
soit l'échelle à laquelle il est pratiqué (de quelques centaines de sujets à des
centaines de milliers). Ce type d'aviculture est dit intensif.

3.1. Les races, les souches et les croisements

Les poules et poulets d'élevage appartiennent tous à l'espèce Gallus


domesticus. La sélection des races, notamment sur l'adaptation au milieu et l'aspect
extérieur, est très ancienne. Depuis plusieurs décennies, les races ont été
améliorées pour augmenter leurs performances et croisées pour obtenir des hybrides
commerciaux bénéficiant des avantages de plusieurs d'entre elles. Ce sont
aujourd'hui ces hybrides qui sont utilisés pour la production, même si quelques
11
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
sélectionneurs maintiennent des troupeaux de race pure (Leghorn, Rhode Island
Red, Wyandotte, Light Susse).

Sans faire une liste exhaustive des lignées disponibles, on peut citer quelques
exemples:

Tableau 2 : Exemples de lignées disponibles sur le marché de poussins d'un jour

Fournisseur Pondeuses œufs roux Pondeuses œufs blancs


HUBBARD - ISA (F) Isabrown Isawbrite - Babcock B 300
SHAVER (F, Can) Shaver577,579 Shave white, shaver 2000
LOHMANN (D) LB c1assic, Tradition, Lite LSL (Lohmann Selected Leghom)
Hy-Iine Brown, silver
HY -LINE (USA) Hy-line W36, W77, W98
Brown
HISEX (NL) Hisex rousse Hisex blanche
KABIR CHICLS
- Kabir White, K28
(Israél)

Le choix d'une souche de pondeuse est basé sur les performances attendues,
les conditions d'élevage, la résistance des animaux et le choix proposé par les
couvoirs. On distingue trois principales souches :

- Les souches à plumage rouge et œufs blancs (type leghorn) disposent d'un
bon potentiel génétique et ont une faible consommation alimentaire. Ces
animaux de petit format sont assez nerveux. Ils résistent bien à la chaleur
mais présentent une valeur médiocre à la reforme ;

- Les souches à plumage rouge et à œufs bruns sont de format un peu plus
important. Les animaux sont les plus calmes. La consommation alimentaire
est un peu plus élevée mais la valorisation à la reforme est meilleure ;

- Les souches à plumage noir et à œufs bruns sont plus rustiques mais leur
potentiel de production reste convenable. Elles peuvent être intéressantes
dans des contextes de production difficiles.

3.2. Le logement et le matériel

Les bâtiments doivent être adaptés au niveau d'intensification, à la taille de


l'élevage et aux moyens disponibles. Une des premières qualités des bâtiments est
de permettre à l'élevage de se dérouler dans des conditions satisfaisantes de
sécurité, d'hygiène et de facilité du travail.

12
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
Tableau 3 : Normes d'implantation des bâtiments

Paramètre Caractéristique principales


Plat, perméable, non inondable, sans nuisances (sonores par
exemple) ; abords propres et si possible végétation;
Terrain éventuellement arbres d'ombrage à proximité (mais ne
compromettant pas l'aération); loin d'un autre élevage (500 m au
minimum)
Isolée des intrusions (voleurs, prédateurs, animaux en divagation)
par une clôture efficace ; facilement accessible aux clients et aux
Concession
fournisseurs ; approvisionnement en eau de qualité; raccordement
électrique.
- Pour les sujets du même âge : 2 à 3 fois la largeur du bâtiment.
Distance entre
- Pour les sujets d'âges différents ou d'espèces différentes : 100 m
deux bâtiments
au maximum
Perpendiculaire aux vents dominants pour bénéficier de l'aération
Orientation maximale ; de préférence orientation Est-Ouest pour minimiser
l'incidence du soleil.
Organisation Stockage des fientes, fumier loin des bâtiments d'élevage.

3.2.1. La technique de construction

La lutte contre la chaleur peut être menée efficacement à partir de bâtiments


fermés en ventilation dynamique. Mais cette technique nécessite de lourds
investissements en matériel et s'avère généralement très onéreuse en énergie
(électrique).

Par conséquent, les bâtiments doivent être très ouverts: grillages sur les deux
faces principales, exposées aux vents dominants. Ce grillage commence le plus bas
possible, entre 30 et 40 cm de hauteur au maximum.

Le toit est construit avec une double pente et, si possible, une ouverture
supérieure pour bénéficier d'un effet de cheminée. L'isolation de cette ouverture par
rapport à la pluie et au soleil est obtenue soit avec un lanterneau, soit simplement
avec un débordement d'un des pans du toit sur l'autre. La pente du toit est forte: 35 à
40% (20% d'angle). Le toit déborde largement du poulailler (1m par exemple) pour
protéger l'intérieur de la pluie et du soleil. Il convient de prévoir un dispositif de
drainage autour du bâtiment pour assurer une bonne évacuation d'eaux de pluie.

13
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
Le sol est plat et dur. Un sol en ciment bien réalisé est plus facile à nettoyer
qu'un sol en terre battue. Toutefois, il peut provoquer des problèmes de pattes si la
litière est trop peu abondante. La litière peut être composée de copeaux de bois (non
traité), de balles de riz (par exemple chez les jeunes animaux), de paille hachée.
Dans le cas de pondeuses au sol, il est très avantageux d'avoir au moins une partie
du bâtiment en caillebotis. Cela permet une meilleure hygiène ainsi qu'une
augmentation de la densité des animaux.

Le bâtiment est pourvu d'un magasin qui constitue une salle d'accès à
l'élevage proprement dit. Il est divisé en 3 parties.

- Un local de stockage pour l'aliment et le matériel (rangé sur des étagères ou


pendu à des crochets)

- Un local sanitaire équipé d'un lavabo pour se laver les mains, de vêtements
de travail strictement réservés à l'élevage et d'un pédiluve.

- Un local pour bureau où se trouvent les documents d'élevage et la balance.

A défaut de ce magasin, l’entrée dans le poulailler est directe mais il faut


maintenir le passage par un pédiluve fonctionnel et incontournable.

Lanterneau (facultatif)

Pente 50 cm
35% Débordement (> 1 m)

Hauteur du mur : 2,5 m dont muret : 30 à 40 cm maximums

Vents dominants

Muret

Largeur : 10 m maximum Longueur : 200 m pour 10 000 sujets


Fossé de drainage

Schéma d'un bâtiment type

14
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
Figure 1 : Schéma bâtiment

La conception du toit modifie la température dans le poulailler. Dans un


bâtiment de type fermé, il faut absolument prévoir une isolation efficace du toit, avec
par exemple de la laine de roche ou de la mousse de polyuréthane. Dans un
bâtiment ouvert (type grillage), la nature du toit est également importante car un toit
trop chaud réchauffe l'ambiance du poulailler.

La tôle nue, qui constitue le matériau de couverture le plus fréquent peut


contribuer à un réchauffement important de l'air, notamment lorsqu'elle est rouillée ou
sale (et donc plus foncée). Les solutions à mettre en œuvre dépendent des
conditions techniques et économiques de l'exploitation. On peut ainsi citer :

 Le nettoyage du toit et l'utilisation d'un revêtement clair ou réfléchissant. Le


simple badigeonnage à la chaux peut abaisser la température à l'intérieur du
bâtiment de plusieurs degrés.

 L'arrosage périodique du toit avec l'eau: l'évaporation refroidit le toit.

 La couverture du toit en tôle par une couche de paille, de feuilles, de


palmes, ... permettant d'éviter l'incidence directe du soleil sur la tôle.

 L'utilisation d'autres matériaux de toiture comme des tuiles en terre si elles ne


coûtent pas très cher.

En ce qui concerne la ventilation, elle se fait naturellement, d'où l'importance


de l'orientation des bâtiments. Dans certains cas, il est nécessaire de compléter cette
ventilation par des brasseurs d'air. La solution la plus commune est celle des
brasseurs longitudinaux qui assurent un bon renouvellement de l'air et une
augmentation de sa vitesse de circulation.

3.2.2. Le matériel d'élevage

Le matériel utilisé dépend en partie de la taille de l'élevage. Les matériels les


plus sophistiqués et automatisés se justifient seulement dans les grandes unités de
production.

Les mangeoires peuvent être de simples trémies en métal galvanisé ou en


plastique, alimentées manuellement. Il est intéressant que ces trémies soient

15
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
suspendues (limitation du gaspillage des aliments, accès difficile aux rongeurs). Elles
sont progressivement élevées au fur et à mesure de la croissance des animaux. A
titre indicatif, leur hauteur doit correspondre à celle du dos de l'animal (on parle de la
hauteur au garrot).

Les abreuvoirs les plus simples (abreuvoirs siphoïdes) peuvent être utilisés. Il
faut cependant veiller à ce qu'ils permettent la mise à disposition d'une eau de qualité
en permanence. Pour cette raison, on a tout intérêt à utiliser des abreuvoirs semi-
automatiques en cloche à suspendre et qui se remplissent d'eau neuve au fur et à
mesure de la consommation. Ces abreuvoirs en matière plastique doivent être très
faciles à nettoyer. Car cette opération est quotidienne.

Dans tous les cas, il est essentiel de :

 veiller à la disponibilité permanente d'eau propre et pas trop chaude (éviter les
réservoirs au soleil ou les protéger).

 limiter le gaspillage d'eau par le bon positionnement des abreuvoirs, afin de ne


pas salir la litière.

Les pondoirs doivent être suffisamment nombreux pour éviter un engorgement


aux heures de ponte. Les pondoirs collectifs sont déconseillés car ils peuvent
provoquer des bousculades (dérangement des pondeuses. œufs cassés, œufs
sales) ; de plus, ils rendent difficile la détection des poules couveuses. Par
conséquent, il faut plutôt opter pour des pondoirs individuels, à raison d'un pondoir
pour 5 poules. Les nids de ponte doivent être nettoyés régulièrement.

3.3. L'alimentation

En élevage intensif, la production avicole est largement tributaire de la


satisfaction des besoins alimentaires des animaux. Tout problème de qualité de
l'aliment agit négativement sur l'indice de consommation (aliment consommé/poids
vif ou œufs pondus). De plus, l'alimentation étant de loin le poste de dépense le plus
important (70-80% des coûts de production), une mauvaise alimentation compromet
la rentabilité de l'exploitation.

Les animaux ont des besoins :

 en constituants majeurs: énergie et protéines

16
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
 en minéraux: calcium et potassium mais également oligo-éléments et
minéraux leur permettant de maintenir l'équilibre osmotique (Na, K, CI, etc.)

 enfin en un ensemble de nutriments essentiels (vitamines, choline, etc.). Ces


éléments doivent être trouvés dans l'alimentation.

Les apports de matières premières et la formulation

La formulation des aliments s'emploie à proposer des formules répondant aux


besoins des animaux à partir des matières premières disponibles. Il faut bien les
connaître, les caractériser et exprimer leur composition dans les mêmes unités que
celles des besoins alimentaires. La formulation est également une optimisation
économique; on cherche en effet à satisfaire les besoins au plus bas prix possible.
Outre les contraintes de composition, on impose également à l'aliment certaines
normes (minimum ou maximum d'incorporation de certaines matières premières).

Les additifs

Outre les vitamines et les minéraux indispensables dans le régime alimentaire


des poules pondeuses, plusieurs types de substances peuvent être incorporées dans
l'aliment :

 Les médicaments utilisés à titre préventif : anticoccidiens notamment

 Distribution des feuilles vertes pour améliorer le jaune d’œuf

 Les facteurs de croissance sont de plus en plus abandonnés au profit d’une


production biologique

 Les facteurs de croissance : on utilise des substances antibiotiques à très


faible dose pour optimiser les processus digestifs. La croissance des animaux
est accélérée et l'homogénéité des lots est meilleure. D'autres facteurs de
croissance permettant de réguler la flore intestinale peuvent être utilisés
lorsque les antibiotiques sont interdits.

 Les enzymes, qui permettent une meilleure utilisation digestive des rations,
grâce notamment à une action sur les fibres alimentaires ou le phosphore.

La forme de présentation

17
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
Autant la composition des aliments est essentielle, autant leur forme de
présentation joue un rôle important. La granulation des aliments favorise ainsi la
consommation et permet de limiter le gaspillage et le tri des aliments. De plus, elle
permet de mieux valoriser les matières premières, notamment dans le cas de rations
peu concentrées en énergie. Toutefois, ce mode de fabrication nécessite un matériel
coûteux et beaucoup d'énergie électrique, ce que la rend souvent inaccessible.

Dans ces conditions, il faut privilégier un broyage grossier des aliments: les
volailles n'aiment pas les particules fines et tendent à les délaisser. A titre indicatif, il
faut éviter d'avoir plus de 20% de particules fines (particules de taille < 1 mm) et
surtout éviter les particules très fines.

Outre la forme de présentation, un autre facteur important de la fabrication est


la qualité du mélange: il faut s'assurer de la bonne homogénéité de l'aliment,
notamment en raison d'additifs ajoutés en faible quantité qui doivent impérativement
se trouver distribués également entre tous les animaux.

L'eau

La qualité et régularité de l'approvisionnement en eau sont importantes. Il


s'agit d'un élément essentiel et l'eau constitue un moyen important de lutte contre la
chaleur chez la volaille (évaporation respiratoire). Il faut donc proposer une eau
propre et fraîche, dans la mesure du possible. Ceci peut être obtenu en évitant un
stockage au soleil, en provoquant des effets de chasse d'eau périodiques dans les
canalisations, en utilisant des canalisations enterrées, ... L'utilisation d'abreuvoirs
semi-automatiques (type cloche) permet une meilleure gestion de l'eau que les
abreuvoirs siphoïdes.

Tableau 4 : Normes quantitative et qualitative des aliments

Période Type d'aliment Quantité


1ère à 10e semaine Démarrage 2,5 kg et plus
11 e à 18 e semaines Croissance 5 kg et plus
18 e à 72 e semaines Ponte 32 g et plus

3.4. Protection sanitaire

Afin de préserver la santé des animaux, il est préférable de faire recours à la


prophylaxie sanitaire plutôt qu'à la thérapeutique: mieux vaut prévenir que guérir.

18
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
3.4.1. Les composantes de la pathologie aviaire

Volailles Conduite de l’élevage


Eleveur
Ambiance
Hygiène
Prophylaxie

Santé

Habitat Aliment et abreuvement

Figure 2 : Composantes des pathologies

3.4.2. Les caractéristiques de la pathologie en aviculture

 La pathologie mono factorielle

Cause unique Etat pathologique Prévention


 Agent pathogène (virus,  Déterminer l'origine du
bactérie ou parasite) problème (sources, réservoirs,
 Toxine (issue de cycle, ...)
champignons ou de  Identifier le mode de
bactéries) transmission
 Produit toxique (aliment, Affection suraiguë  Trouver le moyen de
eau, environnement) aiguë ou chronique rendre les volailles non
 Carence ou déséquilibre réceptives ou non affectées
nutritionnel (protection immunitaire,
 Eléments de l'ambiance sanitaire et médicale ; règles
(température, humidité, d'hygiène).
aération)

 La pathologie multifactorielle

Deux types de pathologies multifactorielles existent :

- Celles liées à l'accumulation des défaillances dans l'environnement des


volailles : si un poulailler est mal désinfecté et humide, l'apparition des
salmonelloses est fréquente sur de jeunes volailles. Un défaut de ventilation,
19
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
des poussières ou un excès d'humidité combinés à des bactéries à tropisme
respiratoire entraînent une pneumopathie.

- Celles liées à l'association d'agents pathogènes: un premier agent pathogène


crée une perturbation chez l'individu et facilite l'installation d'un deuxième
agent pathogène qui cause de graves dégâts. Exemple: association de la
maladie de Gumboro et d'une coccidiose.

Tableau 5 : Origine des germes pathogènes

Réservoir
Sources Vecteurs
(conservation des
(multiplication des Matières virulentes (transporteurs des
germes
micro-organismes) germes pathogènes)
pathogènes)
Animaux vivants Matières fécales Litières, fumiers, - l'air : poussières
(avant l’apparition jetage Duvet, poussières, - l'eau polluée
des symptômes, plumes duvet, eau des le matériel d'élevage
malades ou abreuvoirs et de soins
guéris
- Cadavres - eau de - le matériel de
- Œufs ruissellement conditionnement
- Denrées d'origine - sols d'élevage (alvéoles)
Animaux morts animale - véhicules - l'aliment
- Soins-produits et - les véhicules
déchets de - les animaux
restauration
- Déjections Rongeurs et - Insectes
Rongeurs - Nids invertébrés - Larves
- Cadavres - Vers
- Excréments - Cheveux - Chaussures
Homme - Urines - Mains - véhicules
- Crachat - vêtements

3.4.3. Les principales maladies

 Maladies parasitaires

 Vers ronds

20
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

 Tænia ou vers plats

 Coccidiose

 Maladies bactériennes

 Mycoplasmose ou maladie respiratoire chronique (MRC)

 Salmonellose

 Colibacillose

 Maladies virales

 Newcastle

 Gumboro

 Marek

 Bronchite infectieuse

 Variole

 Encéphalomyelite aviaire

3.4.4. Le programme de prophylaxie

Période Traitement
1ère Avipestovax + Avibronchovax
2e Gombovax
4e Sotavax + Avibronchovax
5e Gombovax + Variovax
6e Anticoccid iostat
8e Sotavax
12e Gombovax
13e Avibronchovax
17e Variovax
19e Multivax

3.5. Conduite et gestion des animaux

3.5.1. Principes de base

Plusieurs éléments importants sont à prendre en considération:

21
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
- Démarrage des animaux : Dans une zone restreinte et chauffée. La chaleur
doit être contrôlée ainsi que la position des poussins. S'ils sont regroupés
sous la source lumineuse, ils peuvent avoir trop froid ; s'ils en sont éloignés,
ils peuvent avoir trop chaud. Si la répartition est asymétrique, ils risquent des
courants d'air ou une mauvaise installation. La courbe de croissance «
objectif » doit être respectée afin que la maturité sexuelle des animaux arrive
à un poids corporel convenable.

- les mangeoires : les grandes assiettes sont utilisées pour nourrir les poussins,
à raison de 30 à 50 sujets par pièce. A plus de 4 semaines, on utilise des
mangeoires adultes à raison de 1 pour 50 à 70 sujets.

- Pesée des animaux : Elle se fait à heure fixe. La pesée individuelle d'une
centaine d'animaux permet d'obtenir des données fiables. Outre le suivi du
poids moyen, on doit contrôler l'homogénéité du lot : 80% des poids
enregistrés doivent se situer dans une fourchette maximale de variation de
10% par rapport à la moyenne.

- Tri des animaux faibles ou malades

- Débecquage : Il est particulièrement indispensable dans les poulaillers ouverts


(très lumineux) et pour les animaux nerveux (type Leghom) afin d'éviter au
maximum le picage et le gaspillage d'aliments. Il se fait entre 7 et 9 semaines.

- Respect des programmes d'éclairement: si le poids des animaux est


satisfaisant, on peut suggérer une stimulation lumineuse d'une durée de 2 à 4
heures le matin à partir de l'âge de 19 semaines. Si la croissance est trop
lente, il vaut mieux retarder de début de la ponte, en évitant absolument de
faire une stimulation lumineuse.

- Les normes d’éclairage :

La production d’œuf est en relation directe avec les variations quotidiennes


de la lumière. Un programme d’éclairage adéquat peut favoriser le nombre total
d’œuf, la viabilité et le profil du troupeau.

- Programme lumineux indicatif :

• 2 premiers jours :

24 Heures de lumière

22
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
• 2ème jour à 3 semaines :

15 heures de lumières ;

- • 3ème semaine – 8ème :

- 10-12heures par jour ;

• La stimulation de la lumière doit s’effectuer dès l’âge de 18 semaines à


cause de la maturité sexuelle;

• Ne jamais diminuer la durée d’éclairage pendant la période de ponte. Le


réglage de la stimulation lumineuse dépend de quatre conditions :

• Un âge déterminé (18 semaines) ;

• Un minimum de poids corporel

(poids optimum de 1550-1660g);

• Un apport alimentaire correct pour faire face à la ponte ;

• Une luminosité journalière constante ou croissante d’au moins 12 heures.

- les abreuvoirs : ils varient suivant les âges et peuvent servir à abreuver
jusqu’à 100 pondeuses par pièce. 100 pondeuses consomment environ 30
litres d’eau par jour

- Les pondoirs : les pondoirs doivent être recouverts de litière. On doit placer les
pondoirs de sorte que l’intérieur soit sombre, les mettre à 60 cm du sol sinon
les poulettes vont se mettre en dessous du pondoir pour pondre.

- Des perchoirs : ils doivent être fixés au dessus du sol

- l’hygromètre : il peut être placé dans le poulailler pour mesurer le taux


d’humidité qui prévaut à l’intérieur.

- le matériel de chauffage : le chauffage se fait dans une poussinière ou dans


un poulailler équipé de matériel (carton, contre-plaqué, contre-vent)
permettant de maintenir les oiseaux dans la zone de chauffage.

- le matériel d’éclairage : Les ampoules électriques sont le matériel d’éclairage


le plus approprié dans un poulailler et le nombre est fonction de la surface à
illuminer.

- Tenue d'un cahier de ponte bien documenté, avec les quantités d'aliment
consommées et d'œufs produits. De tels indicateurs permettent de déceler
assez précocement des problèmes d'élevage, d'alimentation, ... Ils permettent

23
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)
aussi d'optimiser la gestion technico-économique de l'exploitation et de
reformer les lots au moment le plus opportun.

- Reforme des animaux : planifiée pour que les animaux partent dans un laps
de temps assez court et laissent un vide sanitaire suffisant avant l'arrivée de la
nouvelle bande.

3.5.2. La gestion technico-économique

Quelques indices techniques permettent de piloter l'élevage et d'effectuer des


comparaisons (d'une bande à l'autre, entre exploitations différents, avec les
performances théoriques) :

- Taux de mortalité total par tranche d'âge

- Durée du cycle (production + vide sanitaire)

- Poids et âge moyen à la reforme

- Gain moyen quotidien, instantané (semaine par semaine) et cumulé sur la


bande

- Indice de consommation (IC), instantané et cumulé, pour les jeunes et les


pondeuses

- Production (nombre d'œufs, poids moyen des œufs) pour les pondeuses

Il faut ensuite interpréter ces indices :

 par rapport aux références locales

 en comprenant bien ce qu'ils signifient : par exemple, un IC de 2 avec


un aliment à 3250 kcal/kg correspond à la même consommation
énergétique qu'un IC de 2,36 avec un aliment à 2750 kcal/kg.

24
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

25
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

4. ETUDE FINANCIERE
4.1. d’investissement

Désignation Quantité Prix unitaire Prix total


Frais d’étude 1 500 000 500 000
Construction des bâtiments
- Pour 10 000 poussins 2 6 000 000
10 000 000
- Pour bureau 1 2 000 000
- Magasin et dortoir ouvriers 1 2 000 000
- Forage pour approvisionnement en eau potable 1 5 000 000 5 000 000
Mangeoire 1er âge 200 1 500 300 000
Mangeoire 2nd âge (automatique) 166 7 000 1 162 000
Abreuvoirs 1er âge 200 1 000 200 000
Abreuvoirs 2nd âge 200 3 000 600 000
Appareil de becquage 1 450 000 450 000
Seringues automatiques 4 70 000 280 000
Balance pour aliments 1 25 000 25 000
Peson pour animaux 1 20 000 20 000
Pondoirs 50 14 000 700 000
Fûts de chauffage 20 6 000 120 000
Copeaux (en sacs) 80 500 40 000
Bois de chauffage (fagot) 100 1 000 100 000
Raccordement au réseau électrique Forfait 1 000 000
Petit matériel (brouette, seau, bassine, …) Forfait 200 000
Equipement du personnel 4 15 000 60 000
Mobilier et Matériel de bureau (table, chaise,
Forfait 1 000 000
ordinateur, …)
Coût total 21 757 000

4.2. Besoin en fond de roulement


1ère phase : Croissance (0 à 6 mois)

Poste Quantité Prix unitaire Prix total


A. Consommables
Poussins d’un jour 10 000 750 7 500 000
Aliment démarrage (0-11e semaine) 10 000x3kg/ 280 8 400 000

26
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

Poussin
e e
Aliment poulette (12 – 24 9 500x6kg/
240 12 000 000
semaine) poulette1
Vaccins (dans l’eau de boisson) - - 260 000
Vaccins injectables (6 fois) - - 2 500 000
Médicaments vétérinaires
- Vitamines 12 kg 15 000 180 000
- Antistress 612 kg 15 000 180 000
- Vermifuge 4 kg 15 000 60 000
- Diurétique 20 litres 7 000 140 000
- Minéral 20 litres 4 500 90 000
- Anticoccidien 12 kg 23 000 276 000
- Antibiotique 1er âge 6 kg 24 000 144 000

- Antibiotique 2e âge 6 kg 23 000 138 000


Total A 31 868 000
B. Fonctionnement
Frais (eau, électricité, tél.) 06 mois 200 000 1 200 000
Total B 1 200 000
C. Frais de personnel
Salaires (PDG, DAF, DT) 6 mois x 3 200 000 3 600 000
Ouvriers 6 mois x 3 70 000 1 260 000
Gardien 6 mois x 1 50 000 300 000
Main d’œuvre vaccination - - 1 000 000
Main d’œuvre débecquage - - 200 000
Total C 6 360 000
BFR = Total (A+B+C) 39 428 000
Imprévus 5% BFR 39 428 000 1 971 400
TOTAL (1) 41 399 400

2e Phase: Ponte

Poste Quantité Prix Prix total


unitaire
A. Consommables
Aliment ponte (6e - 18e mois) 9 025x6kg/pond. 230 11 500 000
Total A 11 500 000
B. Fonctionnement
Frais (eau, électricité, tél.) 12 mois 200 000 2 400 000

1
10 000 – 5% de mortalité = 9 500 poulettes

27
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

Total B 2 400 000


C. Frais de personnel
Salaires (PDG, DAF, DT) 12 mois x 3 200 000 7 200 000
Ouvriers 12 mois x 3 70 000 2 520 000
Gardien 12 mois 50 000 600 000
Total C 10 320 000
BFR = Total (A+B+C) 24 220 000
Imprévus 5% BFR 24 220 000 1 211 000
TOTAL (2) 25 431 000

4.3. Tableau récapitulatif des besoins pour une rotation de 18 mois

Désignation Montant
Besoin en investissement 21 757 000
Besoins en fond de roulement (1) + 66 830 400
(2)
TOTAL 88 587 400

4.4. Tableau plan de Financement


Matching PROAGRI PRODEL BANQUE TOTAL
grant
Montant 8 858 740 53 152 440 26576220 88 587 400
Pourcentage 10% 60% 30% 100%

4.5. Tableau d’amortissement


- Construction Tx=100/n=100/5=20%

Période Vo Amortissemen Cumuls VCN


t
1 10 000 000 2 000 000 2 000 000 8 000 000
2 10 000 000 2 000 000 4 000 000 6 000 000
3 10 000 000 2 000 000 6 000 000 4 000 000
4 10 000 000 2 000 000 8 000 000 2 000 000
5 10 000 000 2 000 000 10 000 000 0

- Matériel d’élevage

Période Vo Amortissemen Cumuls VCN


t
1 4 257 000 851 400 851 400 3 405 600
2 4 257 000 851 400 1 702 800 2 554 200

28
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

3 4 257 000 851 400 2 254 200 1 702 800


4 4 257 000 851 400 3 405 600 851 400
5 4 257 000 851 400 4 257 000 0

- Mobilier et matériel de bureau

Période Vo Amortissement Cumuls VCN


1 1 000 000 200 000 200 000 800 000
2 1 000 000 200 000 400 000 600 000
3 1 000 000 200 000 600 000 400 000
4 1 000 000 200 000 800 000 200 000
5 1 000 000 200 000 1 000 000 0

VCN = Valeur Comptable Nette


4.6. Les sources de financement
Il existe trois sources de financement : les fonds propres, l’emprunt bancaire
et la subvention attendue du Projet de Développement de l’Elevage (PRODEL).
 
4.6.1. Les fonds propres
Comme fonds propres, la coopérative dispose d’une somme de 8 858 740 FCFA

4.6.2. L’emprunt bancaire


La coopérative compte solliciter un emprunt bancaire à RENAPROV à hauteur
de 26 576 220 FCFA. RENAPROV est un établissement de microfinance de 2 ème
catégorie.
Le remboursement du crédit se fera dès l’entrée en ponte des sujets et
s’étalera sur la durée du projet au taux de 18% l’an.

4.6.3. La subvention du PRODEL


La subvention attendue du PRODEL est en conséquence de : Total besoins –
(Fonds propres + Emprunt bancaire) = 88 587 400 – (26 576 220+8 858 740)
= 53 152 440 FCFA.

4.7. Tableau d’amortissement de l’emprunt

Capital restant
Année V0 Intér HT TVA Int TTC Amort Annuité

29
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

2019 26, 576,220 4, 783,720 920,866 5, 704,586 - 5, 704,586 26, 576,220


2020 26, 576,220 4, 783,720 920,866 5, 704,586 3, 714,767 8, 498,486 22, 861,453
2021 22, 861,453 4, 115,062 792,149 4, 907,211 4, 383,425 8, 498,486 18, 478,029
2022 18, 478,029 3, 326,045 640,264 3, 966,309 5, 172,441 8, 498,486 13, 305,588
2023 13, 305,588 2, 395,006 461,039 2, 856,044 6, 103,481 8, 498,486 7, 202,107
2014 7, 202,107 1, 296,379 249,553 1, 545,932 7, 202,107 8, 498,486 (0)

4.8. Bilan au démarrage du projet

ACTIF PASSIF
Intitulé Montant Intitulé Montant
Construction 10 000 000 Capital propre 8 858 740
Matériel d’élevage 4 257 000 Emprunt bancaire 26 576 220
Mobilier et Matériel de bureau Subvention
1 000 000 53 152 440
PRODEL
Stock matière consommables
43 368 000
d’élevage
Créances sur le personnel 16 680 000
Créances sur débiteurs divers
(forage, raccordement électrique, 6 500 000
frais d’étude)
Autres créances (factures eau,
3 600 000
électricité, tél.)
Caisse (imprévus) 3 182 400
Total 88 587 400 Total 88 587 400

4.9. Production prévisionnelle d’œufs sur 5 ans

En cinq ans d’activité, il est possible de faire 3 rotations de poules


pondeuses, à raison de 18 mois par rotation.
Hypothèse de base 

30
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

Pour une rotation de 18 mois, la durée totale de ponte est estimée à 12 mois.
Par mois, les poules pondent tous les jours, soit 30 jours.
Par jour, on estime la quantité d’œufs pondus par sujet à 0,80.
Nombre d’œufs pondus
Technique de calcul du nombre total d’œufs pondus par rotation :
Poussins d’un jour : 10 000
Poulettes : 10 000 – (10 000 x 5%) = 10 000 – 500 = 9 500
Pondeuses : 9 500 – (9 500 x 5%) = 9 500 – 475 = 9 025
Œufs pondus : 9 025 x 12 mois x 30 jrs x 0,80 œuf/jr/pondeuse = 2 599 200 par
rotation.
Fiente : 200 sacs de 50 kg

4.10. Recettes prévisionnelles

Il existe trois principaux postes de recettes : les œufs, les vieilles


pondeuses et la vente de fiente.
Par rotation, les recettes suivantes seront attendues :
Prix de vente unitaire :
- Œuf = 45 FCFA
- Vieille pondeuse = 1 800 FCFA
- Fiente = 2 000 FCFA
Prix de vente total :
- Œufs ………………… : 2 599 200 x 45 F = 116 964 000 FCFA
- Vieilles pondeuses ….. : 9 025 x 1 800 F = 16 245 000 FCFA
- Fiente ………………….  200 x 2 000 F = 400 000 FCFA
Total = 133 609 000 FCFA
Pour les 3 rotations, les recettes attendues seront de l’ordre de : 400 827 000 FCFA.

4.11. Etude de rentabilité

4.11.1. Tableau récapitulatif des charges d’exploitation


Eléments 1ère année 2ème année 3ème année 4ème année 5ème année
Besoins
21 757 000 0 0 0 0
d’investissement

31
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

Besoins en fond de
40 098 240 40 098 240 40 098 240 40 098 240 40 098 240
roulement
66 830 400 F correspond à une rotation, ce qui donne des charges totales de
200 491 200 F pour les trois rotations. Par conséquent, les charges annuelles
s’élèvent à 40 098 240 F.

4.10.2. Compte d’exploitation prévisionnel

Intitulés 1ère année 2ème année 3ème année 4ème année 5ème année
Charge de
40098240 40098240 40098240 40098240 40098240
fonctionnement
Amortissement 3051400 3051400 3051400 3051400 3051400
Remboursemen
t emprunt 22861453 14478028 13305587 7202107 0
bancaire
Total Charges 66011093 57627668 56455227 50351747 43149640
Total produits 80165400 80165400 80165400 80165400 80165400
Résultat brut 14154307 22537732 23710173 29813653 37015760
Impôts et
0 0 0    
taxes**
Résultat net
14154307 22537732 23710173 29813653 37015760
d’exploitation
Amortissement 3051400 3051400 3051400 3051400 3051400
Cash flow 17205707 25589132 26761573 32865053 40067160
L’élevage est exonérés des impôts et taxes.

4.10.3. Taux de rentabilité interne (TRI)

TRI = 25,5%
Le taux de rentabilité interne étant supérieur au taux d’emprunt
bancaire, on peut conclure que le projet est rentable.

5. ANALYSE DES RISQUES ET DES CONTRAINTES


5.1. Risques
 Risques épidémiologiques : Actuellement, la filière avicole au Cameroun est
menacée par la maladie de Marek qui a déjà décimé certain cheptel de poules
pondeuses dans la région de l’Ouest. Heureusement, à la différence de la

32
Mise en place d’une ferme de 10 000 Pondeuses par la COOP-CA PROAGRI (2019-2023)

grippe aviaire, cette maladie ne présente pas de risque de transmission


animal-homme.
 Risques politiques : l’Etat peut décider de lever les mesures de
défiscalisation de l’élevage ou de supprimer la tarification préférentielle de
10% pour l’importation des équipements de production avicole.
 Mauvaise gouvernance au niveau même de l’exploitation.

5.2. Contraintes
 dépendance de l’extérieur pour les souches parentales 
 insuffisance de la production des poussins d’un jour 
 insuffisance de la production de maïs, base de l’alimentation avicole.

33

Vous aimerez peut-être aussi