Vous êtes sur la page 1sur 19

Compte-rendu de session

Votre Europe, avril 2011


Communiqué de presse

«  Avenir  énergé2que  de  l’Europe  :  le  débat  doit  con2nuer  »,  es2me  Catherine  Trautmann
jeudi  7  avril  2011

Aujourd’hui  jeudi  7  avril   2011  le  Parlement  européen  n’est  pas   parvenu   à  se   me;re   d’accord  sur   les  leçons   à  >rer  
de  l’accident  nucléaire  au  Japon.

Au   nom  de  l’ensemble  de  la  déléga0on   socialiste  française,   Catherine   Trautmann   «   regre;e   cet   échec,  dont   la  
cause   se  trouve  dans   la  volonté   d’élargir  le   texte   de   la  résolu>on  à   l’avenir  du  nucléaire  :   l’objec>f  ini>al   était   de  
nous   prononcer  sur  la  sûreté  de  nos  centrales  avec  des   stress  tests  menés  de  la   façon  la  plus  coordonnée   possible  
à  l'échelle   de  l'Union,  voire  au-­‐delà,   par  des  en>tés  indépendantes  travaillant  selon  les   normes  les  plus  exigeantes  
et  dans  la  plus  grande  transparence  ».

«   Pour   traiter   de   la   ques7on   de   l’avenir   du   nucléaire   en   Europe,   les   députés   européens   avaient   besoin   de  
temps,  car  il  y  a  pour  l’instant   quatre  approches  :  les  an>-­‐nucléaires,  les  pro-­‐nucléaires,  ceux  qui  sont  favorables  à  
une   sor>e   rapide,  et  enfin  ceux  qui  considèrent  que  l’on  ne  peut  sor>r   du  nucléaire  qu’à  un  horizon  de   moyen-­‐long  
terme.   Une  semaine  était   un  délai  manifestement  très  insuffisant  pour  mener  la  réflexion  et  trouver  une  majorité  
»,  ajoute  l’eurodéputée.

«   La   résolu>on  de   compromis   était  une   bonne   base,   et  nous   avons   soutenu   les   amendements   favorables   à   une  
sor>e  du  nucléaire   pensée  et   préparée,  tenant  compte  de   la  lu;e  contre  le  réchauffement  clima>que.  Nous  avons  
également   voté   en   faveur   des   amendements   demandant   à   inves>r   dans   la   recherche   et   l’innova>on,   pour  
développer   les   économies   d'énergie   et   accroitre   massivement   les   énergies   renouvelables.   Mais   le   résultat   des  
votes,  incohérents,   nous   a   obligé   à  voter  contre   la   résolu>on   telle   qu’amendée.   Il   est   maintenant  primordial   de  
mener   un  débat  approfondi   sur  l’ensemble   de   ces   sujets   et  de  me;re   en  œuvre   une  transi>on  énergé>que   dans   la  
solidarité,  en  tenant  compte  de  la  situa>on  dans  l’ensemble  des  Etats  membres    »,  conclut  Catherine  Trautmann.
Communiqué de presse

Pour  la  créa2on  d'un  "Erasmus  Euromed"


jeudi  7  avril  2011

Cinq   eurodéputés   emmenés   par   les   socialistes   Françoise   Castex   et   Vincent   Peillon   pressent   la   Commission  
européenne  de  créer  des  programmes  "Erasmus"  et  "Leonardo  da  Vinci"  euro-­‐méditerranéens.

Françoise   Castex   et   Vincent   Peillon   (S&D,   France)   accompagnés  des  eurodéputés  Franziska   Brantner   (Verts,  
Allemagne),  Cris2an  Dan  Preda  (PPE,  Roumanie)   et  Ivo  Vajgl  (ADLE,   Slovénie)  ont  lancé  aujourd'hui  une  pé00on  
(en   pièce   aPachée)   au   sein   du   Parlement   européen   en   faveur   de  la  créa0on   de   programmes   "Erasmus"   et  
"Leonardo  da  Vinci"  euro-­‐méditerranéens.

Pour   Françoise   Castex   et   Vincent   Peillon:   "L'Europe   doit   accompagner   les   pays   arabes   sur   le   chemin   de   la  
démocra>e  en  proposant  des   ini>a>ves  fortes  qui   répondent  aux  besoins   de   ces  pays   et   concré>sent  la  solidarité  
entre  les  deux  rives  de  la  Méditerranée"  

"Nous   nous   sommes   beaucoup   payés   de   mots   ces   dernières   semaines,   mais   il   nous   faut   désormais   passer   aux  
actes.   Me;re   sur   pied   des   programmes   "Erasmus"   et   "Leonardo   da   Vinci"   pour   l'ensemble   de   la   zone  
Euroméditerranée  s'inscrit  pleinement  dans  ce;e  logique",  souligne  Françoise  Castex.

"Aujourd'hui   seuls   200   étudiants   de   la   Méditerranée   par>cipent   chaque   année   à   Erasmus   Mundus.   C'est   très  
insuffisant   au   regard   des   enjeux   et   rapporté   à   la   popula>on   de   la   région   (450   millions   d'habitants),  
par>culièrement   à  sa  jeunesse!'  s'exclame   Vincent  Peillon   avant  de  poursuivre  :  "l'arrivée   des   premières   bourses  
de   l'Office   Méditerranéen   de   la   Jeunesse)  à  la  rentrée   universitaire   prochaine   est   une   bonne   nouvelle,  mais   les  
différents  disposi>fs  existants  restent  encore  largement  en-­‐deçà  de  ce  qu'il  est  possible  de  faire!"

Pour   Françoise   Castex:   "en   dehors   des   ques>ons   de   chiffres,   c'est   le   cadre   même   de   ces   échanges   qui   est  
aujourd'hui   inadapté   car   dépassé   par   les   événements.   De   plus   les   programmes   actuels   oublient   presque  
intégralement  les   ques>ons   de   forma>on   professionnelle   qui   sont   pourtant   essen>elles   pour   le   développement  
économique,  et  démocra>que  de   ces  pays.  D'où  l'urgence   de   créer  également  un  programme   Euromed  "Leonardo  
da  Vinci"."

Les   eurodéputés   ont   jusqu'au   7   juillet   pour   signer   ceNe   pé22on.   Si   une   majorité   d'entre   eux   sou2en   ceNe  
ini2a2ve  elle  prendra  la   forme  d'une  résolu2on   qui  sera   transmise  à   la  Commission   européenne   et   aux  Etats  
membres.
Communiqué de presse

Rapport  Guillaume
Asile  :  «  Une  avancée  vers  des  procédures  plus  justes  et  efficaces  »  selon  Sylvie  Guillaume
Mercredi  6  avril  2011

A   l'issue  d'un  travail  de  plus  de  15  mois,  le  Parlement  européen  a  adopté  aujourd'hui  mercredi  6  avril  le  rapport  
de  Sylvie  Guillaume  sur   les   procédures  d'octroi  et   de  retrait   de  l'asile  en   Europe.   Cela  cons0tue   une   avancée  
importante   vers   l'objec0f   que   s'est   fixé   l'Union   européenne   d'établir   un   véritable   régime   européen   d'asile  
commun  à  l'horizon   2012.  Aujourd'hui,   les  disparités  sont  criantes  entre  les  systèmes  des  Etats  membres  :   une  
personne  persécutée  peut   voir  la  probabilité   d'obtenir  un  statut  de  réfugié  varier  de   1%  à  65%   selon  son   pays  
d'origine  et  le  pays  européen  dans  lequel  elle  fait  sa  demande  de  protec0on.  

«  L'enjeu   est   d'harmoniser   les   différents   systèmes   na7onaux,  en  protégeant   mieux   les   droits   des   demandeurs  
et   en   améliorant   la   qualité   des   procédures   »   résume   Sylvie   Guillaume,   rapporteur   de   la   direc0ve.   «   J'ai  
notamment   obtenu   l'inser>on   du   droit   à   une   assistance   juridique   gratuite   dès   le   début  de   la   procédure,  ainsi  
qu'une   meilleure   prise   en   compte   des   demandeurs   vulnérables   tels   que   les   mineurs   non   accompagnés   et   un  
encadrement  des  délais  de  recours  ».

«   Pour   le   vote   en   plénière,   la   droite   européenne   a   ciblé   le   renforcement   des   procédures   accélérées,   partant  du  
principe   que   les   demandeurs   d'asile   sont   presque   tous   des   fraudeurs   poten>els.   Je   regreGe   que   ces  
amendements   aient   été   adoptés,   car   c'est   une   vision   tout   à   fait   caricaturale   de   l'asile.   »   déplore   Sylvie  
Guillaume.

«  J'ai   souhaité   soutenir  et  amplifier  l'approche   proposée   par   la  Commission  européenne,   soit  l'améliora7on   des  
procédures   de   première   instance.   En   effet,   avec   des   procédures   et   des   décisions   plus   solides,   les   délais  
d'instruc>on  seront  raccourcis,  les  recours  et  appels  moins  nombreux,  et   les   demandes  abusives  mieux  iden>fiées.  
»

Alors   que   certains  Etats  membres  invoquent   les  coûts  insurmontables  qu'occasionnerait   l'améliora0on  de  ces  
procédures,  c'est  au  contraire,   à  moyen  terme,   un  système  plus  efficace  qui  permePra  de  faire  des  économies.  
Devant   le   blocage   du   Conseil  européen,   la  Commission   européenne  va   bientôt   proposer   un   nouveau   texte,  
prenant  en  compte  les  améliora0ons  validées  aujourd'hui.

Catherine   Trautmann,   présidente   de   la  déléga0on   socialiste,   souligne   en   conclusion   «   que   ces   débats   sont  
essen>els   dans   le   contexte   actuel   de   montée   des   populismes   :   à   contre-­‐courant  des   idées   reçues,   nous   devons  
marteler   que  le   nombre   de   demandeurs   d’asile  dans   les   pays  riches  a  globalement   diminué  de  40  %  en  dix   ans   et  
de   5  %  lors  de   la   dernière   année,  comme   le   démontre   une   étude   de   l’UNHCR   publiée   la   semaine   dernière.  Dans  
l’approche  européenne  du  droit  d’asile,  les  valeurs  que  nous  défendons  doivent  se  traduire  concrètement  ».
Communiqué de presse

Acte  pour  le  marché  unique  :


Les  socialistes  font  pencher  le  Parlement  européen  en  direc2on  d’une  Europe  sociale
Mercredi  6  avril  2011

Aujourd’hui  le  Parlement  européen   a  adopté   trois  rapports  cons>tuant  sa  réponse   aux  50   proposi>ons   de   Michel  
Barnier  pour  le  marché  unique.  L’objec>f  est  d’influencer  le  choix  des  priorités  à  me;re  en  œuvre.

«   Ce   vote   cons>tue   une   première   victoire   pour   les   socialistes.   Notre   pression   con>nue   et   construc>ve   sur   les  
conservateurs   nous   a   permis   d’arracher   trois   avancées   majeures   lors   du   vote   en   plénière   :   une   demande   de  
législa>on  sur  les   services   publics,  la  garan>e   des  droits  sociaux,  et  la   reconnaissance  des  conven>ons  collec>ves.  
Le   marché   unique   doit   être   au   service   des   citoyens   européens,   et  non   l'inverse   !  Le   message   adressé   à   Michel  
Barnier   est   que,   si   nous   le   soutenons   pour   relever   le   défi   majeur   de   réconcilier   les   citoyens   avec   le   projet  
européen,  à  sa  charge   maintenant   de   ne   pas   décevoir  !  »  souligne  BernadeNe   Vergnaud,  vice-­‐présidente  de  la  
commission  du  marché  intérieur  et  contre-­‐rapporteur  sur  le  rapport  Busoi  «  entreprises  et  croissance  ».

Pour  Liêm  Hoang  Ngoc,  également   membre   cePe  commission,  «   nous   pouvons   nous   féliciter   que   le   Parlement  
ait   iden>fié   comme   proposi>ons   phares   la   reconnaissance   des   qualifica>ons   professionnelles,  la  portabilité   des  
droits   à   la  retraite,   la   ra>onalisa>on   des   procédures   de   marchés   publics   ou   encore   l'accès   pour  tous   à   certains  
services   bancaires   de   base.   Je   regre;e   simplement  que   ne   figure   pas   au   rang   de   priorité   l'introduc>on   dans   le  
droit  européen  d'un  mécanisme  de  recours  collec>f,  qui  me  semble  être  une  mesure  tout  aussi  essen>elle  ».

Au   nom   de  l’ensemble  de  la   déléga0on   socialiste,   Catherine   Trautmann   insiste   :   «   s>muler   la   croissance,   la  
compé>>vité   et  le   progrès   social,   telles   sont   les   raisons   d’être   du  marché   unique.   C’est   pourquoi   la   Commission  
européenne   doit  proposer  des  solu>ons   claires  à   des   problèmes   concrets   et  précis,  comme  le   brevet  européen  ou  
l’accès  des  PME  au  financement,  deux  sujets  qui  ont  un  impact  sur  notre  poli>que  industrielle  ».
Communiqué de presse

Rapport  Grelier  :
Le  Parlement  européen  doit  trouver  l’équilibre  entre  les  acteurs  pour  l’avenir  de  la  filière  pêche
Mercredi  6  avril  2011

Aujourd’hui   mercredi   6   avril   2011  a  été   voté   au   Parlement  européen  le   rapport  d’Estelle   Grelier  sur  les   moyens  
u>lisables  par  les  pêcheurs  pour  capturer  les  poissons.

«   L'importance   des   mesures   techniques   est   grande   car   elles   déterminent   l'ac>vité   des   pêcheurs,   et   impactent  
l’avenir   des   ressources   halieu>ques   »,   explique  Estelle   Grelier,   membre  de  la   commission  pêche   en  charge  du  
rapport.

«   Depuis   trop  longtemps,  les  poli>ques  concernant   la   pêche   voient   s’affronter  les  analyses  sur  l'état  des  stocks   de  
poissons,   sans   que   les   décideurs   ne   remplissent  pleinement   leur  rôle.  Elue   d’une   ville   portuaire,  je   me   bats   pour  
que   le   Parlement  européen  –   co-­‐législateur   depuis   un  an   sur   la   plupart   des   ques>ons   rela>ves   à   la   pêche   –  se  
saisisse   de   son   rôle,   et   rapproche   les   points   de   vue   de   tous   les   acteurs   par   l’écoute   et   le   débat   »,   ajoute  
l’eurodéputée.

«   L’intérêt   de   tous   est   de   concilier   équilibre   économique   du   secteur,   et   donc   garan>e   de   revenus   décents   aux  
pêcheurs   d'une   part,   et,   d'autre   part,   durabilité   et   renouvellement   des   stocks   halieu>ques   »,   insiste   Estelle  
Grelier.

En   conclusion   Catherine   Trautmann,   présidente   de   la   déléga0on   socialiste   et   également   membre   de   la  


commission  pêche,  souhaite  revenir  sur   la  réforme  de  la  Poli0que  Commune  de   la  Pêche   à  venir   :   «   Alors   que  
nous   déba;ons  de  l’avenir  du  budget   et  des   ressources   de  l’Union  européenne,   que   l’austérité  voulue   par  la   droite  
met   déjà  en   concurrence   la   poli>que   agricole   d’un  côté   et  la   poli>que   régionale   de   l’autre,  nous   devons   insister  
une  fois  de  plus  sur  la  valeur  ajoutée  communautaire,  également  pour  la  pêche  !  ».
Communiqué de presse

«  La  nouvelle  poli2que  d'inves2ssement  européenne  doit  être  exemplaire  »  es2me  Kader  Arif
mercredi  6  avril  2011

La  Commission  européenne   a  adopté   une  communica>on  visant  à  définir   ce   que  pourrait  être  la   future   poli>que  
d'inves>ssement  européenne.  Le  rapport   de   Kader  Arif   voté  aujourd’hui  est  une  réac>on  à  ce;e  communica>on,  
alors  que  le  traité  de  Lisbonne  fait  de  l'inves>ssement  une  nouvelle  compétence  exclusive  de  l'Union  européenne.

Kader  Arif,  rapporteur,  a  rappelé  l’objec0f  de  la  poli0que  d’inves0ssement  européenne  lors  du  débat  :  «  Il  s'agit  
d'abord   de   donner   les   ou>ls   nécessaires   aux   entreprises   européennes   pour   effectuer   à   l'étranger   des  
inves>ssements   de   qualité   et   sécurisés   par   un   cadre   juridique   perme;ant   un   accompagnement   à   long   terme.  
L'Europe   doit  également  conforter  sa  place   de  premier   récipiendaire  mondial   d'inves>ssements   directs   étrangers  
et  se   donner   les   moyens   de   les   contrôler   pour   encourager   un   développement   durable   et   créateur   d'emplois   de  
qualité  ».

Cependant,   certaines   entreprises   ont   abusivement   interprété   les   premières   généra0ons   d'accords  
d'inves0ssement  pour  défendre  leur  intérêt  au-­‐delà  de  ce  qui  était  légi0me.

«   En   a;aquant   de   nouvelles   législa>ons   sociales   ou   environnementales   qui   pouvaient   nuire   à   leur   intérêt,   ces  
entreprises  ont  commis   à   mes   yeux  un  abus  de  droit,  illégi>me   et  immoral.  En  proposant  de  nouvelles  défini7ons  
des   standards   de  protec7on,  le  rapport  fixe  un  juste   équilibre   entre  la  protec7on  des  droits   des   inves7sseurs   et  
le   droit  des   autorités   publiques   de   réglementer.  Le   droit   de   la   puissance   publique   à   légiférer  et  à   réglementer  
dans  les  domaines   de   la  sécurité  de  l'État,  de   l'environnement,  de  la  santé   publique,  des  droits  des   travailleurs   et  
des   consommateurs,  de   la   poli>que   industrielle   ainsi   que   de   la  diversité   culturelle   est  un  principe   démocra>que  
inaliénable  »,  ajoute  l’eurodéputé.

Kader  Arif,  également  porte  parole  du  groupe  S&D  sur  les  ques0ons  de  commerce  interna0onal,  insiste  dans  son  
rapport   pour   que  «   des   clauses   sociales   et  environnementales   soient   intégrées   dans   tous   les   accords   de   libre-­‐
échange   signés   par   l'Union   ».   «   La   nouvelle   poli>que   d'inves>ssement   européenne   doit   être   exemplaire,  
promouvoir   des   inves>ssements   durables,  respectueux   de   l'environnement  et   favoriser  des   condi>ons   de   travail  
de  qualité  en  Europe  comme  dans  les  pays  >ers  »  conclut  l’eurodéputé.
Communiqué de presse

Communiqué  sur  la  mobilisa2on  du  Fonds  d'ajustement  à  la  mondialisa2on  dans  le  cadre  d'un  
plan  de  licenciement  d'Unilever
Mardi  5  avril  2011

A   l'occasion   du  vote  du   Parlement  européen  sur   la   mobilisa0on  de  323   820  euros  du   fonds  d'ajustement   à  la  
mondialisa0on   (FEM)   pour   634   salariés   licenciés  par   l'entreprise   Unilever   en   République  tchèque,   le   groupe  
socialiste  et  démocrate  a  déposé  un  amendement  demandant  plus  de  visibilité  sur  les  opéra0ons  financières  des  
grandes  mul0na0onales  concernées  par  des  dossiers  du  FEM.    

«  Nous   assistons   actuellement  à  un  mouvement  de   fusions-­‐acquisi>ons   sur  le   marché   des   soins   corporels  où  les  
grands   acteurs   Colgate   Palmolive   et   Unilever   se   revendent   certaines   en>tés   pour   sa>sfaire   aux   exigences   de  
l'autorité   de   concurrence   européenne   et  mieux  se   partager  le   marché   par  la   suite.   Ces   opéra>ons   ne   répondent  
pas   à  une  stratégie  industrielle  mais  à  une  logique  purement  financière  où  les   salariés,  qui  passent  d'un  groupe  à  
l'autre   sans   consulta>on,   sont   les   variables   d'ajustement,   »   dénonce   Pervenche   Berès,   présidente   de   la  
commission  de  l'emploi  et  des  affaires  sociales  du  Parlement  européen.

L'objet  premier  du  FEM   est  de  venir   en  aide  aux   salariés  vic0mes  des  effets  de  la  mondialisa0on  et  de  la  crise.   Il  
n'est   pas   acceptable   que   le   budget   communautaire   serve   aujourd'hui   des   stratégies   d'implanta0on   et   de  
délocalisa0on  de  grandes  mul0na0onales  qui  cumulent  aides  d'Etat  puis  aides  à  la  restructura0on  alors  qu'elles  
réalisent  dans  le  même  temps  d'importants  bénéfices.  Unilever  a  ainsi  vu  son  bénéfice  net  augmenter  de  26%  sur  
la  période  de  référence  couverte  par  le  FEM.  

Le  règlement  du  FEM  doit  être  révisé  pour  interdire  ces  dérives  et  servir  une  poli0que  industrielle  volontariste.
Intervention
Communiquéendeplénière
presse

Intervention de Catherine Trautmann dans le débat sur


l’avenir du nucléaire en Europe après Fukushima
Voir la vidéo

Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, chers collègues,

le nucléaire est une énergie non carbonée, mais aussi une énergie transitoire reposant sur des ressources

épuisables. C'est aussi une énergie potentiellement dangereuse. La priorité, après Fukushima, c'est évidemment

de nous prononcer sur la sûreté de nos centrales. Ces stress tests doivent être menés de la façon la plus

coordonnée possible à l'échelle de l'Union, voire au-delà dans notre voisinage proche, par des entités

indépendantes travaillant selon les normes les plus exigeantes et dans la plus grande transparence.

Ensuite, la lutte contre le réchauffement climatique suppose d'avoir une politique cohérente et ambitieuse. Si le

nucléaire nous permet de rejeter moins de CO2 dans l'atmosphère pour produire l'électricité nécessaire, nous ne

devons pas en être dépendants. Dans les pays, comme la France, qui produisent du nucléaire, sa réduction dans le

mix est un préalable à toute décision de plus grande portée. C'est un processus qui implique que nous redoublions

d'efforts sur les économies d'énergie, sur l'accroissement des renouvelables, qui pourront à moyen et à long terme

couvrir la quasi totalité de notre consommation. Il est question de sécurité des centrales, il doit être aussi

question de sécurité d'approvisionnement dans toute l'Union européenne pour qu'aucun des pays ne soit placé en

difficulté pour son économie.

Enfin, une véritable solidarité suppose de créer une Communauté de l'énergie.


Intervention
Communiquéendeplénière
presse

Intervention de Bernadette Vergnaud dans le débat sur le


marché unique
Voir la vidéo

Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire, Madame la Présidente du Conseil, chers collègues,

je tiens à féliciter tous les députés qui se sont impliqués dans la rédaction de ces rapports. Je pense que nous
sommes parvenus à trois textes équilibrés, qui sont un message fort du Parlement au collège des commissaires
sur nos priorités pour un marché unique qui œuvre efficacement pour les citoyens, pour la croissance et pour les
entreprises.

Rapporteurs fictifs sur le rapport de Cristian Buşoi, nous avons fixé une feuille de route claire à la Commission.
Premièrement, et nous en sommes d'accord, Monsieur le Commissaire, proposer un cadre législatif sur les
marchés publics, les partenariats public-privé et les concessions de services, cadre qui devra protéger les petits
opérateurs, les PME et les autorités locales adjudicatrices, et qui assurera la réciprocité entre l'Union européenne
et les pays industrialisés et les grands pays émergents.

Ensuite, faire en sorte que l'assiette commune consolidée de l'impôt sur les sociétés et la clarification du cadre
TVA soient des priorités. C'est essentiel pour que nos PME puissent s'épanouir dans un environnement
concurrentiel sain.

Enfin, assurer le financement de l'innovation pour une croissance forte et durable dans des grands projets
européens d'infrastructures, par le biais de la création d'emprunts obligataires européens.

Je terminerai en soulignant l'importance, à mes yeux, d'être parvenus à un bon compromis sur les questions clés
de la garantie des droits sociaux dans les législations du marché unique, et de la protection des services d'intérêt
général dans l'esprit du traité de Lisbonne.

Monsieur le Commissaire, nous vous adressons un message sans ambiguïté: l'économie doit être au service des
citoyens, et non l'inverse. Vous avez besoin de notre soutien. Nous vous le donnons aujourd'hui, avec un défi
majeur à relever: celui de réconcilier les citoyens avec le projet européen. Ne nous décevez pas et rendez-leur
confiance!
Intervention
Communiquéendeplénière
presse

Intervention de Françoise Castex dans le débat sur le


marché unique
Voir la vidéo

Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire,

vous savez sans doute que les discussions les plus serrées que nous avons eues, ici, autour de votre

communication concernent la place des services publics, services d'intérêt général dans le marché unique et leur

traduction législative.

Nous sommes parvenus à une formulation de compromis, qui vous invite à aller au-delà de votre proposition 25,

et nous vous demandons d'aller au-delà d'une simple communication, qui ne serait pas à la hauteur des attentes

et des besoins des acteurs, des usagers et de toutes les parties prenantes des services publics, qui ne serait pas non

plus à la hauteur des objectifs que, par ailleurs, vous formulez.

L'Union européenne doit porter un message clair et sans ambiguïté sur les services publics. Pour cela, nous

devons créer un cadre juridique positif, qu'il s'agisse d'un règlement ou d'une directive. Le traité de Lisbonne

nous en donne les bases juridiques. À vous de les traduire maintenant en proposition législative. Je pense que le

Parlement est prêt à vous suivre dans cette voie.


Intervention
Communiquéendeplénière
presse

1ère intervention d'Estelle Grelier dans le débat sur la


pêche et les mesures techniques transitoires
Voir la vidéo

Monsieur le Président, Madame le Commissaire, Mes chers collègues,

Je commencerai mon propos en remerciant les collègues pour leur participation engagée et constructive aux travaux de la commission
PECH sur ce rapport relatif aux mesures techniques transitoires - rapport qui a suscité un vif débat.

Tant l'importance des mesures techniques est grande car elles déterminent l'activité des pêcheurs et de la filière, en fixant les moyens
utilisables par les pêcheurs pour capturer les poissons, dans des zones précisées par ce règlement, dans l'objectif d'assurer la protection des
juvéniles et le renouvellement des stocks. Objectif partagé par tous et en particulier par les pêcheurs.

Le sujet du rapport est sensible et controversé, comme en témoignent les difficultés rencontrées par la Commission depuis 2008 pour
aboutir, sur l'évolution de ces mesures, à un accord avec le Conseil, quand ces deux institutions étaient alors les seules concernées par la
procédure.

A ce jour, les mesures techniques sont régies par un ancien règlement amendé de mesures transitoires adoptées successivement, règlement
qui a déjà fait l'objet d'une prolongation jusqu'au 30 Juin 2011, faute donc d'accord du Conseil sur une nouvelle proposition règlementaire
formulée en 2008 par la Commission, proposition qui visait à simplifier et à clarifier la législation existante pour une meilleure application
des règles et une prise en compte des caractéristiques régionales des pêcheries.

Aujourd'hui, alors que la nouvelle échéance se profile, le contexte a profondément évolué:

- En effet, depuis le Traité de Lisbonne, la pêche relève maintenant en majeure partie de la procédure de codécision, le Parlement
disposant du rôle important de co-législateur, rôle dont il compte bien se saisir, en faisant se rapprocher les points de vue des pêcheurs et
ceux des décideurs de la politique communautaire. Elue d'une ville portuaire, je suis toujours frappé de constater la distance, voire la
méfiance des acteurs de la filière pêche avec la PCP, quant les agriculteurs, par exemple, se sentent manifestement plus en proximité avec
la PAC.

- De plus, le secteur de la pêche est en crise, le malaise va croissant. Le vrai défi est celui de la conciliation à rechercher entre équilibre
économique du secteur, et donc garantie de revenus décents aux pêcheurs d'une part, et, d'autre part, durabilité et renouvellement des
stocks halieutiques.

- Enfin, la fin d'application du règlement arrive alors que débutent les échanges sur la réforme de la Politique Commune de la Pêche, qui
doit se donner un cadre ambitieux, susciter l'adhésion des pêcheurs, des consommateurs et des citoyens et associer l'ensemble de la filière
aux analyses scientifiques, qui déterminent le niveau des quotas et donc celui de l'activité de la filière.

Ce nouveau contexte suppose que la Commission établisse une véritable proposition sur l'évolution des mesures techniques, qu'elle semble,
avec le Conseil, s'être épargnée à ce jour, certainement par facilité.

- Une nouvelle proposition devra veiller à l'adaptation des mesures techniques aux réalités vécues sur le terrain, en concertation avec les
professionnels du secteur.

- Elle devra rechercher la cohérence entre le nouveau règlement et le cadre de la prochaine PCP, notamment sur la question de la
régionalisation des mesures, à laquelle je suis favorable, et s'attacher à une répartition claire des compétences entre Commission et Etats-
membres, élément incontournable de compréhension et d'adhésion à cette politique communautaire.

Au vu de ce contexte et de ces enjeux, ma proposition est d'accéder à la demande de la Commission d'une prorogation jusqu'au 31
décembre 2012, sans modification substantielle des mesures techniques en cours, si ce n'est un ajout concernant le maillage utilisable pour
le poisson sanglier (qui fera l'objet d'un amendement lors du vote de demain). Je reste cependant consciente que cette proposition est une
forme de concession faite à la Commission, et que les interrogations et les exigences d'évolution sont fortes chez les professionnels déçus
du report de ce chantier d'envergure.

Dès lors, j'assortis cette acceptation de la demande de la Commission, pour laquelle le Conseil a d'ores et déjà donné son accord, d'une
double demande :

- celle de l'évaluation de l'impact des mesures techniques actuellement en vigueur, essentielle pour une adaptation efficace.
- et la demande d'une réelle concertation avec l'ensemble des parties prenantes, et notamment les pêcheurs, pour l'élaboration du prochain
règlement.

J'alerte l'attention sur le fait que cette future proposition de la Commission doit se faire dans un calendrier raisonnable : pour un nouveau
règlement applicable au 1er janvier 2013, date d'entrée en vigueur de la nouvelle PCP, il est fondamental de travailler dès à présent sur
cette nouvelle proposition ; il ne serait pas raisonnable de procéder à une nouvelles prolongation à l'issue de cette nouvelle période de 18
mois d'application de l'actuel règlement. Les mesures techniques sur lesquelles porte mon rapport sont transitoires et validées comme tel.
Intervention
Communiquéendeplénière
presse

2éme intervention d'Estelle Grelier dans le débat sur la


pêche et les mesures techniques transitoires
Voir la vidéo

Je remercie les collègues pour leurs interventions, plutôt en soutien de ce rapport, qui font écho aux débats qui se

sont tenus lors des réunions de la commission pêche.

Je partage la position de Madame le Commissaire d'accepter l'amendement précisant la taille des filets pour la

capture du poisson sanglier et de ne pas accéder aux demandes particulières de modifications de certaines

mesures techniques, au motif qu'elles ne sont pas étayées par des études d'impact sur les bateaux et écosystèmes

concernés ou que ces données scientifiques n'ont pas été transmises par les Etats membres. Et que l'ensemble des

mesures, toutes liées entre elles, n'ont pas été évaluées.

Je me permets d'insister, comme l'ont fait plusieurs orateurs ce soir, sur l'urgence pour la Commission de

procéder au plus vite à l'évaluation, sur cette base, d'une nouvelle proposition, en parallèle du processus de

réforme de la PCP, et non pas à la fin de celui-ci.

Je souhaite vous rendre, Madame le Commissaire, attentive à ce point et j'ai pris bonne note de votre volonté

d'accélérer l'élaboration d'une nouvelle proposition.

Je rappellerai l'importance d'un travail conjoint entre les institutions européennes et la filière pêche sur le recueil

et le partage des données scientifiques, condition d'une politique commune de la pêche renouvelée, juste et

partagée, dotée de moyens suffisants, qui allie enjeu économique et pérennité de l'activité, dans l'intérêt des

pêcheurs, des consommateurs et des citoyens.


Intervention
Communiquéendeplénière
presse

Intervention de Sylvie Guillaume dans le débat sur les


flux migratoires
Voir la vidéo

Madame la Présidente,

nous sommes à la fin des interventions, aussi je vais me concentrer sur deux points sous forme de questions. La

première est la suivante: le chaos humanitaire qui se joue en Méditerranée est la suite logique des insuffisances,

voire de l'inexistence d'une politique commune d'émigration au sein de l'Union européenne. Et vouloir se borner

à empêcher les flux de migrants vers l'Europe est une illusion, dont le résultat aujourd'hui est que les pays tiers et

les États membres au Sud de l'Europe sont amenés à en supporter seuls la conséquence. Et la réponse italienne

sous forme d'expulsion collective n'est pas acceptable, pas plus que la position française de fermeture des

frontières, qui ne résout rien et ne fait qu'éluder les vrais enjeux.

Ma première question est la suivante: pouvons-nous nous attendre à un sursaut et à l'élaboration d'une politique

européenne équilibrée d'émigration?

Ma deuxième question concerne la solidarité européenne aussi, que je considère comme n'étant pas un slogan,

mais comme étant devenue une urgente et absolue nécessité. À mon tour, j'insiste pour que le Conseil réagisse de

toute urgence et enclenche le mécanisme de solidarité prévu par la directive sur la protection temporaire en cas

d'afflux massif, mais également que les États membres répondent à l'appel de l'UNHCR en faveur de la mise en

application du mécanisme de réinstallation d'urgence.

Donc, ma deuxième question est la suivante: pouvons-nous nous attendre à des actes concrets lors du Conseil JAI

des 11 et 12 avril prochains?


Intervention
Communiquéendeplénière
presse

1ère Intervention de Sylvie Guillaume sur les procédures


d'asile
Voir la vidéo

Monsieur le Président, mes chers collègues,

une première étape va être franchie cette semaine dans la révision de la directive "procédures". Notre assemblée sera en effet amenée à se
prononcer mercredi sur la proposition révisée de la Commission sur les procédures communes en matière d'octroi et de retrait du statut de
réfugié.

Cet avis du Parlement européen est essentiel dans le dialogue qui va se poursuivre avec le Conseil dans les mois à venir sur un dossier qui
constitue, je pense, la clé de voûte du paquet asile et sur lequel – je le regrette – les discussions achoppent au Conseil. Il servira de base à
une nouvelle version de cette directive qui, je l'espère, nous permettra de tenir le délai de 2012 en tant qu'horizon à atteindre pour la mise
en œuvre de règles communes en matière d'asile.

Le vote de ce rapport intervient alors que l'UNHCR a publié, la semaine dernière, une étude portant sur les 44 pays industrialisés. Celle-ci
montre comment, à contre-courant des idées reçues, le nombre de demandeurs d'asile dans les pays riches a globalement diminué de 40 %
en dix ans et de 5 % en un an. Une telle information oblige à se demander quelles sont les causes profondes de ce constat. S'agit-il des effets
de la diminution des facteurs de départ ou bien du renforcement des contrôles stricts de l'immigration dans certains pays?

Ce que montre également ce rapport, c'est que les pays en développement assument aujourd'hui la part la plus importante de la
responsabilité de l'asile, alors qu'ils n'ont pas nécessairement tous les moyens pour le faire. L'Europe doit donc prendre sa juste part et,
pour cela, se doter de règles claires. Ce qui me ramène à ce dossier sur les procédures d'asile, pour en rappeler les enjeux principaux.
Souvent qualifiée de catalogue des pires pratiques nationales, la directive actuelle présente deux inconvénients majeurs. Elle est
insuffisamment protectrice des droits des demandeurs, tout en générant de très grandes disparités de traitement dans les États membres.

Des divergences majeures persistent en effet entre les différents systèmes d'asile en Europe. Pour ne prendre que deux exemples, le
pourcentage de décisions positives en première instance dans les États membres variait, en 2009, de 65 % à moins de 1 %. Le délai pour
déposer un recours contre une décision négative en première instance variait de deux à trente jours. Les disparités ne manquent donc pas
d'un État membre à l'autre, qu'il s'agisse encore des motifs des procédures accélérées, de l'accès à des entretiens individuels ou à un
recours effectif.

Or, de telles disparités sont incompatibles avec un régime d'asile commun qui devrait proposer une protection équivalente sur tout le
territoire de l'Union. Elles sont en outre contradictoires avec l'une des raisons de l'établissement du règlement Dublin II, qui présume que
les systèmes d'asile des États membres sont équivalents. Une harmonisation législative est donc indispensable afin d'assurer, enfin, des
procédures justes, accessibles, sécurisées et efficaces.

Parce que je les juges incorrectes, je souhaiterais une nouvelle fois répondre à quelques assertions des détracteurs de ce texte, pour
lesquels, finalement, cette directive se résumerait presque à des augmentations de coûts et au développement des abus.

Ces changements procéduraux engendreront certes, peut-être, des coûts sur le court terme. Mais un peu de lucidité permettrait de voir que
c'est plutôt la mauvaise utilisation des procédures insuffisantes sur le plan de la qualité et de la sécurité qui, actuellement, coûte cher aux
États membres. Deux indicateurs me serviront de validation: le nombre très important de recours et la longueur des procédures ainsi
générées.

Je souhaiterais également que l'on sorte d'une vision manichéenne de l'asile, celle qui voudrait qu'il ne soit question que d'abus. Dans un
contexte où sont instrumentalisées les questions d'immigration, défendre l'asile en tant que droit fondamental est une obligation. Et si la
situation dans le monde arabe veut dire quelque chose aux parlementaires les plus réticents, elle renseignera sur la responsabilité de
l'Union européenne d'accorder une juste protection aux victimes de persécutions.

Je soutiens donc l'approche de la Commission qui vise à améliorer les procédures de première instance, lefront-loading, car une prise de
décision de qualité en première instance sera autant bénéfique aux victimes de persécutions qu'elle permettra aux autorités compétentes
de prendre des décisions solides, d'améliorer la motivation des décisions négatives et de réduire ainsi le risque de leur annulation par les
instances de recours, de mieux identifier les cas de demandes infondées ou abusives et de réduire les frais d'accueil des États membres,
tout en soutenant leurs efforts pour faire quitter le territoire aux demandeurs réellement déboutés.

Quelques mots, enfin, sur une série de points essentiels qui permettront – je l'espère – à ce rapport d'avancer maintenant. Tout d'abord, le
droit à une assistance juridique gratuite en première instance est, selon moi, une garantie essentielle pour l'amélioration de la qualité des
décisions. Deuxièmement, une meilleure prise en compte des demandeurs vulnérables, catégorie de personnes sur laquelle la directive
actuelle est complètement muette.

Troisième enjeu: les délais de recours plus ambitieux qui renforcent le droit à des recours effectifs; des garanties plus importantes dans le
cas de procédures accélérées, notamment une réduction de leurs motifs ou encore la fixation de délais raisonnables. Et sur les concepts de
pays sûrs, nous demandons l'adoption d'une liste européenne commune en codécision, comme la Cour de justice l'a préconisé en 2008.

En conclusion, l'adoption finale de ce rapport devrait constituer un signal fort du Parlement envoyé au Conseil et à la Commission. Les
lignes rouges du Parlement sont, selon moi, fixées et le curseur placé du côté de la recherche d'une harmonisation à la hausse des
standards de protection, ce dont nous devons nous réjouir, Mesdames et Messieurs.
Intervention
Communiquéendeplénière
presse

2ème Intervention de Sylvie Guillaume sur les procédures


d'asile
Voir la vidéo

Monsieur le Président,

je voulais d'abord dire merci pour toutes les interventions, enfin presque toutes. Mme Hohlmeier est partie, mais
j'espère que quelqu'un lui dira que je ne désespère pas de la convaincre que les ressortissants tunisiens ne font
pas de demande d'asile dans l'Union européenne et que, par conséquent, il y a peu de raisons qu'ils en fassent une
deuxième successive.

Deux petites choses pour terminer, qui me semblent toutefois un peu essentielles. Je voudrais insister sur le fait
que l'objectif poursuivi n'est pas de dresser les États membres contre le principe d'une harmonisation par le haut,
au contraire. Je peux comprendre qu'il y ait un certain nombre de résistances, de réticences, mais je veux aussi
qu'ils comprennent qu'il y a tout à gagner en investissant dans des procédures de première instance correctes et
efficaces. Et les réformes proposées vont dans cette direction.

La seconde dimension essentielle, pour conclure, c'est d'affirmer que le rôle du Parlement est important. Nous
sommes colégislateurs. La Commission européenne a indiqué à plusieurs reprises qu'elle souhaitait que nous
ayons un avis tout à fait fondamental pour la suite qui sera donnée à cette procédure. Eh bien, nous aurons
mercredi l'occasion d'affirmer haut et fort nos priorités pour de réelles procédures harmonisées dans ce domaine.
Intervention
Communiquéendeplénière
presse

Intervention de Kader Arif sur une politique européenne


en matière d'investissements internationaux
Voir la vidéo

Madame la Présidente, Madame la Commissaire, chers collègues,

je tiens tout d'abord à remercier chaleureusement l'ensemble des acteurs avec lesquels j'ai pu échanger sur ce dossier.
Toutes les contributions ont été utiles à l'élaboration de ce rapport et grâce à la coopération de l'ensemble des groupes
politiques, dont je remercie en particulier les rapporteurs fictifs, nous avons aujourd'hui sur la table un texte cohérent et
porteur d'un message fort.

Nous sommes en effet à un tournant de la politique d'investissement européenne, à un moment où nous devons nous saisir
de la nouvelle compétence que nous confère le traité de Lisbonne pour réaliser un double défi. Il s'agit d'abord de donner les
outils nécessaires aux entreprises européennes pour effectuer à l'étranger des investissements de qualité et sécurisés par un
cadre juridique permettant un accompagnement à long terme.

Par ailleurs, l'Europe doit conforter sa place de premier récipiendaire mondial d'investissements directs étrangers et se
donner les moyens de les contrôler pour encourager un développement durable et créateur d'emplois de qualité.

En votant ce rapport, première expression officielle de notre institution depuis la mise en œuvre du traité de Lisbonne, le
Parlement prend toute sa place comme nouveau colégislateur en matière de réglementation commerciale et exprime ses
priorités à un moment où les premières négociations sur la protection des investissements sont sur le point d'être lancées.
Cette expression est essentielle car elle se veut le relais des préoccupations des citoyens, dont l'intérêt pour les questions
commerciales est croissant et que nous devons accompagner.

Aujourd'hui, dans un monde où les conflits se jouent également au niveau commercial, la protection de nos entreprises qui
investissent à l'étranger doit être une priorité. Des accords internationaux ont été créés pour protéger les investisseurs contre
des expropriations rutales et injustifiées, contre des législations déguisées ne visant qu'à les éliminer de tel ou tel marché. Et
cette vocation première doit être maintenue.

Alors que l'Europe est l'un des marchés les plus ouverts du monde, un équilibre doit être rétabli avec nos principaux
partenaires, afin que les entreprises européennes bénéficient de conditions de concurrence équivalentes. C'est ce que propose
ce rapport, en insistant sur la nécessité d'inclusion, dans les futurs accords, de standards de non-discrimination, de
traitement juste et équitable et de protection contre l'expropriation directe et indirecte.

Cependant, ces standards doivent être définis de telle manière à éviter toute interprétation abusive. Certaines entreprises ont
en effet utilisé les formulations vagues des premières générations d'accords d'investissement pour défendre leur intérêt au-
delà de ce qui était légitime, par exemple en attaquant de nouvelles législations sociales ou environnementales nuisant à leur
intérêt. Devant des arbitres internationaux et sans transparence ou possibilité d'appel, elles ont demandé des
dédommagements considérables en considérant que ces législations équivalaient à des expropriations indirectes. L'Europe
qui, demain, recevra toujours plus d'investissements, en particulier en provenance des pays émergents, doit se prémunir
contre de telles dérives.

C'est le sens des réformes engagées par les États-Unis et le Canada, deux pays dont les gouvernements ou les collectivités ont
subi plusieurs revers dans des cas d'arbitrages internationaux et qui ont revu en profondeur leur modèle d'accord
d'investissement.
En proposant de nouvelles définitions des standards de protection, le rapport fixe un juste équilibre entre la protection des
droits des investisseurs et le droit des autorités publiques de réglementer. Cela implique également d'intégrer dans tous les
futurs accords des clauses spécifiques qui précisent la possibilité pour la puissance publique de légiférer et de réglementer
dans les domaines de la sécurité de l'État, de l'environnement, de la santé publique, des droits des travailleurs et des
consommateurs, de la politique industrielle ainsi que de la diversité culturelle.

Enfin, la protection accrue des investisseurs doit s'accompagner d'un comportement plus responsable, en particulier dans les
pays en développement, dont les législations sociales et environnementales sont moins contraignantes. C'est pourquoi le
rapport rappelle que des clauses sociales et environnementales doivent être intégrées dans tous les accords de libre-échange
signés par l'Union. De surcroît, il faut savoir aller au-delà du blaming and shaming et intégrer à tous les futurs accords un
ensemble de règles claires que les entreprises devront respecter en matière de responsabilité sociale des entreprises sur la
base des lignes directrices fixées par l'OCDE.

S'il s'agit réellement, ici, de dessiner les contours d'une nouvelle politique d'investissement européenne, j'appelle, par ce
rapport, à ce qu'elle soit exemplaire, qu'elle promeuve des investissements durables, respectueux de l'environnement et
favorisant des conditions de travail de qualité en Europe comme dans les pays tiers. C'est pourquoi ce rapport doit être, par
la force que lui donnera le vote mercredi, un élément de référence pour toutes les futures négociations que mènera la
Commission.
Intervention
Communiquéendeplénière
presse

Intervention de Pervenche Berès le 5 avril 2011 lors du


débat de plénière sur les conclusions du Conseil européen
des 24-25 mars 2011
Voir la vidéo

Madame la Présidente, Messieurs les Présidents,

après cette crise, dans la compétition mondiale, quelle est la meilleure arme de l'Union européenne? Vous l'avez
définie vous-mêmes: la stratégie pour l'Union européenne 2020.

Or, lorsque je regarde ce que vous faites en matière de gouvernance économique, j'ai l'impression qu'il y a là une
contradiction absolue. Car si l'on regarde le pacte de stabilité, la gouvernance économique, vous êtes en train de
passer d'une stratégie de coordination à une stratégie de surveillance, qui se traduit par la transformation d'un
consensus de Washington en un consensus de Bruxelles. Lorsque vous parlez de réformes structurelles, vous
parlez de baisse des salaires, d'augmentation de l'âge de la retraite.

Moi, je vais vous parler des vraies réformes structurelles dont nous avons besoin. C'est d'investissements publics,
d'abord dans l'éducation. Savez-vous que, pendant toute la période de la stratégie de Lisbonne, la moitié des États
membres ont diminué le budget qu'ils ont consacré à l'éducation? Est-ce que vous les avez sanctionnés pour cela?
Est-ce que vous savez que l'Union européenne ne mettra jamais en œuvre cette stratégie 2020 si nous ne
mutualisons pas les investissements pour l'avenir, si, lorsque vous évaluez les dépenses publiques des États
membres, les seules dépenses que vous regardez avec un œil différent, où vous intégrez du qualitatif, c'est lorsque
les États membres mettent en place des réformes des retraites par capitalisation, alors que vous ignorez ceux qui
seraient conduits à faire des efforts en matière d'éducation?

Lorsque je regarde la situation en Irlande aujourd'hui, une chose me frappe. Jour après jour, vous décidez de
sauver des banques et, pendant ce temps-là, les Irlandais s'en vont. Ce n'est pas l'Union européenne que nous
voulons. Moi, je préfère que nous sauvions les citoyens irlandais plutôt que leurs banques. Et puis, pour sauver les
banques, vous avez inventé des stress tests. Alors maintenant, j'ai l'impression qu'à chaque fois qu'il y a une
difficulté, on met en place des stress tests. Ce sont les nouveaux comités Théodule. Stress testpour le nucléaire,
stress test pour les banques, stress test pour la Commission, peut-être, demain. Peut-être que nous le
proposerons. Mais moi, je préférerais avoir une Commission qui prenne l'initiative et qui soit là où elle doit être.

Lorsque je regarde les avis de la Banque centrale européenne aujourd'hui, j'ai l'impression qu'elle se préoccupe
plus de ce qui n'est pas dans son mandat, à savoir du niveau des salaires, plutôt que de la viabilité de notre
système bancaire et de son efficacité au service de l'investissement public dont nous avons besoin. Ce Parlement
européen a mis sur la table des propositions dont vous refusez de tenir compte sur la taxation des transactions
financières ou sur les eurobonds.

Messieurs les Présidents, il est temps que vous écoutiez les propositions qui viennent de ce Parlement européen
pour réussir la stratégie que vous avez vous-mêmes adoptée.
Regardez « Vo
tre Europe »
Ce webjournal, mensuel,
est enregistré à la fin de
chaque session
parlementaire à
Strasbourg. L’objectif est
de résumer d’une façon
claire et rapide notre
regard sur la dernière
plénière. Il vous présente,
en 15 minutes, les thèmes
que nous estimons
importants et sur lesquels
l’un de nos 14 élus s’est
véritablement impliqué au
cours du travail législatif.

l a d é lé g a t i o n :
u rn a l de
le webjo ia l is t e s .e u
. de p u t es - s o c
www
Nous l’avons appelé « Votre Europe » car
dans la période de crise que traverse
actuellement la construction européenne,
prise à tort comme bouc émissaire par
certains, nous voulons souligner à quel
point l’Europe telle qu’elle est en partie, et
telle qu’elle devrait être encore davantage,
appartient à tous les citoyens européens.