Vous êtes sur la page 1sur 5

22

Charles-de-Gaulle

Aéroport Charles-de-Gaulle

Le Satellite 4,
un chantier pharaonique
Cinq ans de travaux, une longueur de 756 m pour une surface de 120,000 m², une capacité
d’accueil de 7,8 millions de passagers, 16 portes au contact pour les avions dont sept pour
les Airbus A380, pour un coût total estimé à 560 millions d’euros. Tels sont les caractéris-
tiques colossales du S4, le futur satellite d’embarquement de l’aéroport Roissy-Charles-
de-Gaulle.

Architecturalement proche du S3, le satellite 4 sera


dédié aux vols longs courriers de l’alliance Skyteam,
dont Air France fait partie (© ADP)
roissymail.com 23

Ouverture en 2 012.
En attendant un futur 4e terminal en 2023 ?

D
édié aux vols longs première fois que nous associons une la pose des voies ferrées qui permettront
courriers de l’alliance compagnie aérienne à la conception d’un de relier la Galerie parisienne, le S4 et le
Skyteam, dont fait partie ouvrage de cette ampleur dès les études T2G entre eux grâce au prolongement de
Air France, la future préliminaires  », s’était à l’époque félicité la Lisa (Liaison interne satellite aérogare).
extension du terminal 2E le PDG d’ADP, Pierre Graff. Ce métro automatique sous douane,
doit renforcer de façon considérable la indépendant de la ligne du CDG-Val,
capacité d’accueil du hub de la compagnie Situé entre le Satellite 3, plus connu sous permet jusqu’à présent aux passagers
tricolore. En mars  2008, Air France et le nom de «  Galerie parisienne  », et le de parcourir les 600 mètres séparant
Aéroports de Paris, gestionnaire de Roissy- terminal G dédié aux vols de l’espace terminal 2E du satellite 3 en moins d’une
CDG, ont signé un protocole d’accord Schengen pour les compagnies filiales minute (environ 3 minutes pour rejoindre
pour la réalisation et l’exploitation du d’Air France (Brit Air, Régional et CityJet), le S4).
S4, marquant par là même, le lancement le S4 doit entrer en service à l’été 2 012.
officiel du projet. «  Cet accord marque Quant au bâtiment à proprement dit, entre
une étape historique dans l’évolution Le chantier, qui a débuté il y a trois ans, est 20 et 25 % de la charpente de couverture
des relations entre Aéroports de Paris et aujourd’hui bien avancé. Les ouvriers ont ont été réalisés selon un responsable de
son principal client Air France. C’est la débuté la réalisation des aires avions et chantier de l’entreprise Leon Grosse.
24

Charles-de-Gaulle

1 500 ouvriers participent, titulaires et sous-traitants le spécialiste du BTP Léon Grosse est
de toutes nationalités inclus. Ce qui représente près de 1 500 chargé du gros œuvre et de la charpente
Chez ADP et ses assistants, près de ouvriers de toutes nationalités. Parmi (107  millions d’euros). À cela s’ajoute
150 personnes ingénieurs, architectes, les principales entreprises, Siemens Eiffel (enveloppe), Otis (ascenseur),
contrôleurs de travaux, futurs Transportation Systems se charge de la Schindler (électromécanique), Santerne/
exploitants travaillent sur le projet. partie concernant l’extension du réseau SDEL (haute, basse tension et courants
En outre, environ 500 sociétés y ferré. Dans le volet lié au bâtiment, faibles) ou encore Axima/Crystal (Génie
climatique).
Le lot 17P, représentant la partie
infrastructures, mobilise quatre sociétés :
Demathieu & Bard et NGE GC pour la
partie génie civile, Valerian et Guintoli
(du groupe NGE) pour la partie
terrassements et VRD (voirie et réseaux
divers).

Déplacement
d’un pont de 5 200 tonnes
Antonio Gonçalves, 50 ans, de Demathieu
& Bard coordonne ce volet dont le
coût équivaut à 40  millions d’euros.
Son souvenir le plus marquant reste le
ripage du pont aéronautique reliant les
plates-formes nord et sud adjacentes
au S4. «  Le pont a été déplacé sur 73
mètres à l’aide de quatre vérins pilotés
par un ordinateur, explique-t-il. Il pèse
5 200 tonnes et sa vitesse moyenne de
déplacement a été de 1,50 m/h. »
Opéré en février  2009, le ripage a
consisté à déplacer un pont existant sur
73 mètres pour libérer le corps central
Jacques Cosset (société Guintoli) et Antonio
Gonçalves (Demathieu & Bard) travaillent sur le
volet « infrastructures » du chantier du S4.
roissymail.com 25

Le S4
en chiffres
•1
 6 portes au contact pour
des gros-porteurs, dont 7 pour
les Airbus A380 et 9 pour des
Boeing 747.
•E
 nviron 500 sociétés sur le
chantier et 1 500 ouvriers
en pointe (environ 400
actuellement).
•7
 56  m de longueur. Le corps
central desservira deux ailes de
respectivement 350 et 290  m
de long.
•5
 ,000  m² de commerces, bars
et restaurants.
•P
 lus de 25000  m² d’espace
d’embarquement.
•1
 20,000  m² de surface totale,
soit l’équivalent d’une vingtaine de
terrains de football (100000 m²
hors tri bagages).
•U
 ne capacité d’accueil de
7,8 millions de passagers.
•5
 60  millions d’euros de
travaux.

du S4, permettre le passage d’avions 200,000  m3 de terrassement, 90,000  m3 NGE, à Sgreg (chaussées) et Santerne
pesant jusqu’à 600 tonnes, l’équivalent de démolition et 75,000  m3 de béton à (électricité). Les travaux doivent durer
du poids maximal d’un A380. Selon plat », précise Jacques Cosset, conducteur vingt-huit mois, soit jusqu’à la livraison
NewS4, la lettre d’information des de travaux chez Guintoli (NGE). Pour la du S4 prévue dans le courant de l’année
acteurs du chantier S4, publiée par ADP, mener à bien, la société spécialisée dans 2 012.
la démolition du pont et la construction le terrassement s’est associée à Agilis
d’un autre ouvrage auraient coûté trois (Béton à plat), autre filiale du groupe Ludovic LUPPINO
fois plus cher qu’un ripage.
La mise en œuvre de ce procédé a
toutefois nécessité plusieurs mois de Des ouvriers réalisant les quais du métro
préparation. «  Avant de procéder au automatique Lisa, qui permettra de relier
ripage du pont il a fallu démolir les le S4 au terminal 2E via le S3.
parties supérieures des anciennes culées
qui auraient gêné l’opération, en même
temps les fondations, semelles et culées
définitives du pont ont été réalisées ainsi
que celles spécifiques au ripage  », ont
indiqué, dans un communiqué conjoint,
Demathieu & Bard, NGE génie civil,
Guintoli et Valerian.
Le déplacement du pont s’est ensuite
déroulé en trois phases d’un jour
chacune. Le tablier de 5 200 tonnes a
d’abord parcouru deux fois 20  m puis
33 m à une vitesse de poussage de 4 à
6 m par heure !
En février, les ouvriers de la partie
infrastructures ont entamé la réalisation
des aires de contact devant permettre
aux avions de s’approcher du satellite
pour embarquer les passagers. «  C’est
une grosse opération. Cela représente
26

Charles-de-Gaulle

Les principaux projets des cinq prochaines années :


après le S4, le T4 ?

D
ans la lignée du satellite regrouper futurs commerces et services, Poursuite du lifting des sept satellites
4, bon nombre de bureaux et salons pour les compagnies de l’aérogare 1. Depuis leur mise
projets sont en chantier aériennes. Les travaux, estimés à en service en 1974, les plus anciens
à l’aéroport Roissy- 71  millions d’euros, ont débuté en satellites de CDG n’ont jamais fait l’objet
Charles-de-Gaulle. ADP 2009 et doivent s’achever au deuxième d’une rénovation malgré celle, partielle,
prévoit ainsi d’investir 2,4  milliards trimestre 2 012. menée dans le « camembert ». Ainsi, en
d’euros durant les cinq prochaines 2008 ADP a initié une vaste réhabilitation
années, afin de devenir «  le premier La réhabilitation du terminal (35 millions d’euros) qui doit s’achever
groupe aéroportuaire européen, une 2B consiste en un réaménagement en 2014. L’opération touche tous les
référence en matière de satisfaction des circuits d’embarquement et de corps d’état : structure, enveloppe
clients, de développement durable et de débarquement afin de les rendre extérieure, plomberie, chauffage,
performances économiques  », dixit son conformes aux standards actuels et de escaliers, électricité, passerelles, toiture,
PDG, Pierre Graff. prolonger leur durée de vie. Coût de etc. Par ailleurs, un second satellite, en
Ce programme d’investissements a l’opération : 105  millions d’euros pour plus de celui utilisé par la compagnie
été élaboré lors de la préparation du une durée de trois ans de travaux, de Singapour Airlines, devrait être adapté
deuxième contrat de régulation (CRE) 2 012 à fin 2 015. à la réception d’un Airbus A380. Pour
appelé à couvrir la période 2011-2015. l’heure, seuls les satellites 1 et 6 ont été
Initiées en octobre  2009, les réflexions L’ouverture du S4 doit permettre rénovés. Les cinq autres le seront durant
liées au CRE 2 ont débouché sur une l’optimisation de l’ensemble 2E/2F, les quatre prochaines années.
première phase de concertation avec les considéré comme la grande partie du
compagnies aériennes en janvier dernier. hub d’Air France. Au menu notamment : ADP prévoit aussi une augmentation
En attendant sa signature, sans doute l’été transformation du 2F en espace 100  % de la capacité des trieurs de bagages
prochain, voici une liste non exhaustive Schengen, amélioration de ses zones à l’Est de l’aérogare 2. Le projet étudié
des projets de développement à CDG. commerciales et regroupement des porte entre autres sur l’aménagement de
postes d’inspection filtrage (PIF). Le plusieurs modules situés sous le S3, voire
La jonction des terminaux 2A et 2C chantier, dont le coût est évalué à en partie sous le S4 et en surface. Coût
vise à créer un espace central entre les 50 millions d’euros, devrait débuter cette de l’opération : 170 millions pour quatre
salles d’embarquement de manière à année pour se terminer en 2014. années de travaux de 2011 à 2015.

Vous aimerez peut-être aussi