École Supérieure Bois-Cerf CESU

Rapport sur la création de l’équipe mobile d’urgence sociale

Etabli par Sarah BenKhettab, directrice École Supérieure Bois-Cerf CESU et Véronique Berseth, conseillère personnelle de M. Maillard. 5 juillet 2010

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 1/15

TABLE DES MATIÈRES
I. II. III IV. Introduction................................................................................................................. 3 Cadre général............................................................................................................. 3 Des enquêtes menées sur le sujet.............................................................................. 4 Organisation du projet................................................................................................. 4 a) b) V. COPIL................................................................................................................ 5 Les groupes de travail........................................................................................ 5

Le groupe de travail Besoins...................................................................................... 6 a) b) c) d) définition de l’urgence sociale............................................................................ 6 liste des partenaires........................................................................................... 6 modalités de communication.............................................................................. 7 - protection des données................................................................................ 7 numéro d’appel.................................................................................................. 8

VI.

Le groupe de travail Technique.................................................................................. 8 a) b) c) rattachement de la structure............................................................................. 8 composition des équipes................................................................................... 9 organisation horaire........................................................................................... 10 - couverture horaire........................................................................................ 10 - salaire........................................................................................................... 10 profil des postes................................................................................................. 10 cahiers des charges........................................................................................... 11 - cahier des charges des membres de l’équipe.............................................. 11 - cahier des charges du chef de groupe......................................................... 11 fiche d’intervention et statistiques...................................................................... 12 besoins logistiques............................................................................................ 12 - locaux...........................................................................................................12 - bus............................................................................................................... 12 - ordinateur..................................................................................................... 13 formation........................................................................................................... 13 autres besoins................................................................................................... 13

d) e)

f) g)

h) i)

VII. Remarques diverses................................................................................................... 14 VIII. Conclusion.................................................................................................................. 15 IX. Annexes...................................................................................................................... 15

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 2/15

I.

Introduction

Ce rapport a pour objet de proposer la mise en place d’une équipe mobile d’urgence sociale, suite à la mise en évidence, par les professionnels des soins de l’urgence et des soins ambulanciers, d’un manque de structure pour prendre en charge l’urgence sociale. La genèse de ce projet est antérieure à l’expression du monde ambulancier sur cette préoccupation, toutefois, l’angle d’approche et d’analyse proposé par ces professionnels aura permis de disposer d’une vision plus ciblée du besoin et de la population concernée. Les ambulanciers sont des acteurs du réseau socio-sanitaire qui ont fait le constat, à plusieurs reprises, des difficultés auxquelles ils se trouvent confrontés au quotidien, dans le cadre de leurs interventions d’urgence, qui revêtent de plus en plus un caractère d’urgence sociale pour des personnes exposées à la précarité, que ce soit dans la rue ou à domicile ; ce type de prise en charge ne correspond pas à la mission première de l’ambulancier dont le rôle est de donner les soins médicaux d’urgence. A titre d’exemple et sans que ces données aient une valeur statistique, en ce qui concerne le seul ouest lausannois, les ambulanciers de ce secteur estiment que 30% de leurs interventions s’adressent à des personnes exposées à des problématiques d’urgence sociale. II. Cadre général L’Ecole de soins ambulanciers Bois-Cerf CESU (ci-après : l’Ecole), sensibilisée par les problématiques des professionnels de l’urgence, s’est faite le relais du terrain, en organisant son 1er meeting de l’urgence, sur le thème de l’urgence sociale. Dans le même élan, elle a pris l’initiative de contacter M. Pierre-Yves Maillard, Conseiller d’État en charge du Département de la Santé et de l’Action sociale, le DSAS, pour lui exprimer ses préoccupations relatives à cette question, lui parler du meeting et lui proposer la création d’un groupe de travail dont l’objet serait de trouver des solutions afin de mettre en place une aide appropriée et coordonnée pour les situations d’urgence sociale. Monsieur Maillard, sensibilisé de longue date par cette question a rencontré l’École et l’ARESA (l’association vaudoise des responsables de service d’ambulances) le 4 septembre 2009. A l’issue de cette séance, M. Maillard a donné à Mme BenKhettab (directrice de l’École Supérieure Bois-Cerf CESU) et Mme Berseth (Conseillère personnelle de M. Maillard) le mandat de lui présenter un projet de création d’une équipe mobile d’urgence sociale. Monsieur Maillard a également souhaité soutenir le 1er meeting de l’École en déléguant sa Conseillère personnelle, Mme Berseth. Le premier meeting de Bois-Cerf CESU Le 4 novembre 2009 s’est donc tenu le 1er meeting de l’urgence, avec pour thème l’urgence sociale. Durant cette journée, des intervenants issus de différents milieux socio-sanitaires ont présenté des situations d’urgence sociale, auxquelles ils ont été confrontés et la diversité des formes de précarité rencontrée par les personnes demandant de l’aide.

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 3/15

Au terme de ces présentations, une table ronde a permis à chaque intervenant d’exprimer la manière dont il est sollicité dans le cadre de ce type de situation, ses moyens, ses limites, les partenariats et éventuellement ses souhaits. Le meeting aura permis de mettre davantage en exergue les difficultés auxquelles l’ensemble des partenaires amenés à intervenir dans la rue ou au domicile des personnes, sont confrontés lors d’interventions d’urgence auprès de populations précarisées ; en effet, tous les professionnels présents dans le cadre de cette journée ont été unanimes pour mettre en évidence le manque de coordination et le besoin de créer une structure de liaison qui interviendrait dans le cadre de l’urgence sociale, qui ferait le lien avec les partenaires du réseau concernés par l’accompagnement socio-sanitaire. III. Des enquêtes menées sur le sujet Les investigations sur les questions de prise en charge d’urgence sociale auront permis d’inventorier plusieurs réflexions déjà menées sur ce thème, ainsi que des ordres de service commandés par la Police cantonale. La liste n’est certainement pas exhaustive, toutefois l’inventaire relevé ci-après met en évidence les préoccupations concrètes de partenaires concernés : SAMU social Police cantonale et Police Municipale et l’ACPMV Ordre de service du Commandant de la police cantonale au sujet de l’équipe de soutien d’urgence (ESU) Quand les populations précarisées font appel à la psychiatrie d’urgence ; étude menée par le Professeur J.-P. Fragnière et la psychiatrie de liaison du CHUV Postulat pour une prise en charge nocturne adéquate des personnes indigentes en ville de Lausanne ; postulat déposé le 05.02.08 par M. Stéphane Michel, Conseiller municipal à Lausanne Résumé synthétique du projet pilote d’aide immédiate des Églises dans les situations de violence conjugale Ces différentes études et le premier meeting de l’urgence, rappellent, de manière récurrente, le besoin de créer une structure qui prendrait en charge en urgence puis assurerait la coordination des situations de crise liées à la précarité sociale et l’exclusion avec le réseau socio-sanitaire existant. IV. Organisation du projet L’École s’est engagée à remettre à M. Maillard un rapport pour fin mars 2010. Mmes Berseth et BenKhettab, co-responsables du projet, ont rencontré les partenaires sociaux de la ville de Lausanne, fortement concernés par ces questions, qui ont manifesté un intérêt à participer à cette réflexion. Les co-responsables du projet ont mis sur pied un Comité de pilotage (ci-après COPIL) avec le mandat d’étudier, à des fins de validation, les travaux des groupes de travail dans l’optique de présenter à M. Maillard un concept de mise en place d’une structure qui interviendrait, à domicile ou dans la rue, auprès de personnes en situation d’urgence sociale qui nécessiteraient une réponse sociale immédiate en raison du degré d’urgence de la problématique.

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 4/15

Les responsables du projet ont souhaité une participation représentative des milieux en charge des populations concernées par les questions d’urgences sociales ; une liste exhaustive des membres du COPIL figure en annexe du présent document. Le COPIL était composé par des professionnels dirigeants représentant le service social de la Ville de Lausanne, le service de prévoyance et de l’action sociale, la Justice de Paix et l’office du tuteur général, le service de la protection de la jeunesse, le service de la protection et du sauvetage de la population, la police de Lausanne, la police de l’ouest lausannois et la police cantonale, des services d’ambulances, l’association lausannoise pour la santé et le maintien à domicile, le service des urgences du CHUV, le foyer MalleyPrairie, la Marmotte (hébergement d’urgence) , la centrale téléphonique des médecins de garde et le 144. Les représentants de la psychiatrie nous ont rejoints pour la fin des développements. a) COPIL Le COPIL s’est réuni le 30 novembre 2009 pour valider la création de deux groupes de travail, à savoir, un groupe centré sur les besoins et un autre groupe sur les aspects techniques. Deux autres séances du COPIL ont été planifiées pour valider les travaux des groupes de travail, l’une le 25 janvier, à laquelle M. Maillard a participé pour exprimer formellement son soutien au projet, et la seconde le 9 mars 2010. Lors de sa séance du 30 novembre, le COPIL a également mis en évidence un besoin de coordination, qui a manifestement été reconnu par l’ensemble des partenaires présents autour de la table. A ce constat, s’est ajouté l'absence d’une garde médicale psychiatrique pour les situations de nuit à domicile qui fait actuellement défaut, ainsi qu’une volonté, exprimée par M. Cornut, responsable du service social de la ville de Lausanne, de créer un cadre légal qui pourrait faciliter les interventions des professionnels de l’action sociale : ce dernier point dépasse le cadre de ce groupe de travail, toutefois, la ville de Lausanne souhaite que ce point important soit relevé pour qu’une réponse soit apportée ultérieurement dans un autre cadre et avec les personnes compétentes pour traiter cet objet juridique. b) Les groupes de travail Les responsables du projet ont fait le choix de bénéficier de l’expérience concrète des professionnels dans la composition des groupes de travail (ci-après GT). Dès lors, elles se sont adjoints la coopération de professionnels du terrain disposant des compétences nécessaires à ce type d’intervention et dotés d’une bonne expérience acquise dans le cadre quotidien de leurs activités professionnelles. Les professionnels présents dans les groupes de travail ont également été choisis pour illustrer la composition future de l’équipe mobile d’urgence sociale. Il a été intéressant d’observer la dynamique instaurée dans les groupes lors des séances où chacun découvrait la pratique de l’autre et les complémentarités respectives. Suite à ces discussions, des participants aux GT ont décidé de s’inviter à des journées d’observation pour mieux connaître la réalité de l’autre. Chacun des groupes de travail s’est réuni à trois reprises; à l’issue de ces séances, chaque groupe a présenté ses conclusions qui ont été validées par le COPIL, lors de sa séance du 9 mars 2010.

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 5/15

Chaque groupe de travail s’est réuni pour traiter de points spécifiques au mandat qui leur a été attribué, l’un en lien avec les aspects techniques et l’autre pour traiter des besoins propres à la création d’une structure de ce type. V. Le groupe de travail Besoins Son mandat Le groupe de travail Besoins, composé de travailleurs sociaux, ainsi que de professionnels des soins ambulanciers et de la Fondation « Urgence santé » a reçu le mandat, validé en COPIL le 30 novembre 2009, de développer sa réflexion autour des thèmes suivants : Définir l’urgence sociale par rapport à l’urgence médicale Etablir une liste des partenaires concernés (Armée du Salut, SPJ, psychiatrie, CMS, etc.) Définir les modalités de communication entre les partenaires Définir les liens avec les structures de jour et de nuit Définir la pertinence de disposer d’une centrale d’information sur les lieux d’hébergement et des places vacantes Définir la formation à mettre en place Définir les modalités d’intervention de la structure (maraude ou sur appel ?) Définir l’encadrement à mettre en place : supervision – débriefing Définir le suivi pour maintenir le partenariat avec le réseau : séances de régulation (qui et rythme ?) Le GT Besoins s’est réuni à 3 reprises et le COPIL a validé ses travaux en séance plénière le 25 janvier et le 9 mars 2010. a) Définition de l’urgence sociale L’urgence sociale et médico-sociale se différencie de l’urgence médicale par son contexte. Elle se caractérise par des manifestations psychosomatiques et par des signes de détresse. Le degré d’urgence se mesure dans le besoin d’une réponse immédiate. Dans l’urgence sociale, l’environnement joue un rôle prépondérant et l’analyse de la situation est différente selon les intervenants. b) Liste des partenaires La carte du réseau est vaste ; il existe plusieurs bases de données, dont un annuaire du réseau d’aide dans les situations de violence et un guide social romand, qui est le Sociorama, et qui répertorie près de 2000 adresses d’associations d’aide classées par domaine d’intervention. L’accès au catalogue du Sociorama implique un abonnement annuel dont le coût reste assez modeste. Le groupe de travail suggère que l’EMUS constitue son propre fichier d’adresses dès qu’elle sera opérationnelle, d’autant plus que cela lui permettra de construire son propre réseau. Une réflexion doit avoir lieu pour la population migrante. Il s’agirait, en l’occurrence, d’inventorier les structures existantes pour ce type de population ; notons toutefois que l’Association « Appartenance » semble être le partenaire à privilégier.

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 6/15

c) Modalités de communication L’EMUS garde le leadership de l’intervention. L’équipe mobile d’urgences sociales doit rester coordinatrice de l’intervention, ceci d’autant plus que la coordination reste le noyau central de la structure mobile d’urgences sociales, pensée justement pour améliorer ces mécanismes de coordination et de communication entre partenaires. Le rôle de l’EMUS est d’intervenir dans la crise sociale, d’identifier le ou les problèmes, de ramener le calme au sein de cet environnement et de passer le relais aux équipes de suivi concernées, si cela s’avère indiqué. L’EMUS établit également des rapports écrits, afin d’éviter qu’une autre équipe de la même structure ne remette en place les mêmes actions lors d’une nouvelle intervention au sein du même milieu. L’EMUS sollicitera les partenaires suggérés ci-après (liste non-exhaustive). Le choix du partenariat se fera en fonction des problématiques et des champs de compétences concernés par l’intervention : Le Rel’Aids qui, de par sa mission, pourrait être la structure de coordination en journée pour les situations liées aux problèmes de toxicodépendances. Pour les situations de précarité sociale, les centres sociaux peuvent être sollicités. Pour une aide administrative, l’association d’accompagnement Tandem peut aussi être contactée. En ce qui concerne les aspects médico-sociaux, les CMS et les médecins-traitants restent les professionnels de premier recours. Le SPL (service psychiatrique de liaison) est une ressource dans les situations de crise psychiatrique. Les lieux d’hébergement d’urgence, tels que La Marmotte ou le Sleep-In, peuvent parfois accueillir quelqu’un au milieu de la nuit, selon leur disponibilité respective. Le Centre d’accueil MalleyPrairie dispose d’une permanence téléphonique 24h/24 également à disposition des professionnels. Protection des données Après l’évaluation du réseau de la personne, des contacts peuvent être pris par l’équipe mobile d’urgence sociale, toutefois, aucune communication ne peut être établie sans l’accord préalable de la personne concernée. Il est essentiel de ne pas « faire à la place ». Les compétences d’autonomie propres à chaque individu sont en premier lieu à stimuler, afin de permettre au principal intéressé de mettre en exergue ses ressources disponibles et, gagner là un pas vers l’autonomie. Dans certaines situations particulières les professionnels de l’équipe mobile d’urgence sociale devront trouver des solutions pour offrir de l’aide tout en préservant l’anonymat. La transmission au partenaire d’un numéro de téléphone uniquement devrait permettre un contact si la personne aidée est toujours intéressée. Pour les mineurs, la loi de protection des mineurs oblige les professionnels à signaler les situations lorsqu’ils estiment qu’un mineur est en danger dans son développement et que les parents sont dans l’incapacité d’y remédier. Ce signalement doit se faire au SPJ, les modalités sont claires et un piquet du SPJ est atteignable en dehors des heures de bureau. Dans cette configuration, l’EMUS devient la porte d’entrée pour les situations d’urgence sociale se manifestant en dehors des heures et jours ouvrables, selon l’horaire d’intervention
Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV page 7/15

défini, à savoir de 21h00 – 09h00 du matin. L’EMUS reste le leader de l’intervention jusqu’à la transmission de la situation aux partenaires concernés. L’équipe sera composée de professionnels des soins de l’urgence, de professionnels des soins infirmiers et de professionnels issus du travail social. Les champs de compétences ont été élaborés par le groupe de travail technique et sont définis sur les profils de poste et cahiers des charges ci-dessous. La mission des professionnels de l’EMUS est une mission de « facilitateurs ». Les professionnels de l’urgence sociale interviendront au sein d’environnements sociaux exposés à une détresse qui nécessite une réponse immédiate ; une recherche de contacts avec les principaux intéressés et les partenaires concernés sera la base de l’action mise en place. L’intervention s’accompagnera d’un temps de dialogue pour comprendre la situation, l’analyser, ouvrir un espace permettant d’élaborer un projet, d’entrevoir des pistes avec le bénéficiaire et assurer la coordination. d) Numéro d’appel Les professionnels des centrales d’appels sont formés pour procéder au triage des appels qui leur permet d’identifier les moyens à engager. Le numéro de l’EMUS sera connu uniquement des professionnels des centrales d’appels, telles que : Centrale 144 CTMG (centrale téléphonique des médecins) La Police, les ambulanciers, les urgences du CHUV et les autres professionnels pourront appeler l’EMUS en passant par la centrale 144 et la CTMG VI. Le groupe de travail Technique Son mandat Le GT Technique s’est réuni à 3 reprises et le COPIL a validé ses travaux en séance plénière le 9 mars 2010. Sa réflexion s’est construite autour des thèmes suivants : Le rattachement de la structure suite au COPIL La composition des équipes L’organisation horaire Le budget et la dotation Les profils des postes Le cahier des charges a) Rattachement de la structure La FUS gère et exploite deux centrales d’engagement sanitaire, la Centrale 144 et la Centrale Téléphonique des Médecins de Garde, la CTMG. La Centrale 144 assure, parmi d’autres missions, celles de réceptionner les appels d’urgences sanitaires de tout le canton de Vaud, ainsi que d’évaluer la situation et d’assurer le suivi de la mission jusqu’à ce qu’elle ait aboutie et soit clôturée.

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 8/15

La Centrale Téléphonique des Médecins de Garde, la CTMG a la mission de gérer les demandes concernant les médecins de garde et les dentistes pour les problèmes de santé chez l’adulte, les enfants et la personne âgée. Pour les personnes âgées et/ou handicapées, la FUS assure aussi le suivi des alarmes sur le système SECUTEL. La FUS fonctionne 24h/24. Envisager un rattachement de l’EMUS à la Fondation Urgences Santé semble être l’opportunité la plus appropriée en termes de synergie et d’efficience fonctionnelle entre les équipes. L’EMUS pourra ainsi bénéficier des compétences, de l’expérience et des installations déjà en place au sein de la FUS. La FUS a accepté ce défi en précisant qu’elle aura tout à apprendre, mais le projet est suffisamment intéressant pour engager l’intérêt et la motivation de la FUS. Une phase pilote de deux ans est prévue, des partenariats avec la psychiatrie et les services d’ambulances sont à bâtir pour commencer à construire l’équipe mobile d’urgences sociale, mais au préalable, un responsable devra être engagé pour cet automne, afin qu’il soit l’origine de la construction du projet. La phase pilote devrait s’étendre sur deux années, l’année 2011 pour finaliser l’organisation et 2012 pour évaluer le fonctionnement. b) Composition des équipes Les équipes devront être pluridisciplinaires. Les configurations proposées par les professionnels au sein du groupe de travail illustrent une complémentarité socio-sanitaire, composée d’un binôme infirmier ou ambulancier pour l’aspect sanitaire, et d’un travailleur social, à savoir assistant social, éducateur ou formation jugée équivalente. L’ambulancier a, par son expérience de l’urgence, une grande connaissance de la prise en charge des situations de précarité dans différents milieux extra-hospitaliers. L’infirmier connaît le milieu institutionnel et parfois les soins à domicile, il peut analyser une situation et élaborer des pistes de prises en charge. Une formation post-diplôme en santé communautaire ou en psychiatrie serait considérée comme un atout. Ces deux professions sanitaires sont voisines et complémentaires. Le travailleur social, selon son expérience, dispose d’une bonne vision des milieux sociaux chaotiques, fragiles, précarisés ; son expérience peut être celle de la rue, du domicile, ou du milieu institutionnel, voire des trois ; dès lors il dispose des compétences professionnelles nécessaires à l’approche de l’individu et au contact avec le réseau. La complémentarité binôme soins – social donnera la meilleure efficience, en termes d’intervention. Il est également important de ne pas sous-estimer les compétences physiques nécessaires à cette activité. Ces différents aspects sont définis dans les profils des postes présentés ciaprès dans le présent rapport. Il est important que toutes les interventions s’effectuent à deux, notamment pour des questions de sécurité.

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 9/15

c) Organisation horaire La tranche horaire d’intervention sera de 21h00 à 09h00. Entre 21h00 et 22h00 pourront être réalisées les transmissions d’informations entre les services en extension d’horaires et la reprise du flambeau par l’EMUS. A l’inverse, entre 07h00 et 09h00, la transition se fera entre les services de jour et la fin de la nuit pour l’EMUS. Afin d’économiser des heures, un seul membre du binôme peut se charger des phases de transmissions d’informations. Ainsi, l’équipe pourra assurer des interventions entre 22h00 et 07h00 du matin. Il paraît plus indiqué d’engager des personnes qui occuperont des taux d’activité entre 80% et 100% afin de mettre en place une organisation efficiente ; le temps partiel ne permet pas le suivi et est plus difficile à gérer, surtout si la personne complète son temps de travail par une activité supplémentaire. Couverture horaire L’année compte 365 jours, les week-ends déduits, de même que les jours fériés, les vacances ainsi que 10 jours en déduction supplémentaire pour pallier aux jours de formation et maladie, conduit à un horaire annuel de 1750 heures par années pour 1 EPT. Sur la base de ce calcul les besoins en couverture horaire sont de 5,21 EPT (5,21 postes équivalents plein temps). Salaire Partant du principe que les professionnels recherchés pour cette structure seront tous au bénéfice d’une spécialisation, l’échelle de salaire retenue est la classe 21-23, avec 5 ans d’expérience ce qui nous conduit à une estimation salariale annuelle de CHF 107'000.-, 13ème salaire compris. d) Profil des postes Pour rappel, l’équipe devra être composée d’un infirmier ou d’un ambulancier pour le pôle sanitaire et d’un travailleur social pour le pôle social. Le taux d’activité sera compris entre 80% et 100%. Qualifications requises pour les pôles Santé et Social Pôle Santé > Diplôme d’infirmier et/ou d’ambulancier Pôle Social > Formation sociale reconnue ou jugée équivalente Pour les trois types de professionnels, les qualifications requises sont : 5 ans de pratique professionnelle Permis de conduire obligatoire (cat.B) Fournir un extrait du casier judiciaire Certificat BLS-AED valide (Basic Life Support – Automated External Defibrillation : Réanimation cardio-respiratoire et défibrillation externe automatisée) Pour les trois types de professionnels, les compétences souhaitées sont : Capacité à apprécier rapidement des situations complexes Capacité à évaluer les besoins en soins
Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV page 10/15

Aptitude à prendre des responsabilités ou expérience de leadership Capacité à gérer des situations conflictuelles et d’urgence Esprit créatif et synthétique Capacité à travailler de manière autonome et en interdisciplinarité Bonne connaissance du réseau socio-sanitaire ainsi que des services d’intervention d’urgence Intérêt pour un projet novateur et en développement Intérêt marqué pour le travail en horaires irréguliers de nuit et de week-end Résistance au stress Maîtrise du français (oral et écrit) et connaissance d’une 2ème langue : un atout Connaissances informatiques e) Cahiers des charges Cahier des charges des membres de l’équipe Mission du poste Prise en charge, dans l’heure qui suit l’appel, des urgences sociales extrahospitalières Orienter vers le réseau socio-sanitaire Assurer la coordination avec les partenaires professionnels Activités principales Intervenir auprès de population qui relève de l’urgence sociale Evaluation de la situation Gestion des conflits, médiation Solliciter l’intervention des partenaires concernés Cahier des charges du Chef de groupe Le profil du poste et le cahier des charges du responsable seront identiques aux profils et critères exigés pour les membres de l’équipe, toutefois, seront spécifiques à la fonction de chef de groupe les particularités suivantes : Gestion d’équipe Élaboration des statistiques Veiller à organiser les séances de régulation et coordination avec le réseau Gestion des besoins en formation continue Elaborer le rapport d’activité annuel Assurer le suivi des statistiques Procéder aux entretiens d’évaluation des collaborateurs Participer à l’engagement des membres de son équipe Gérer les plannings

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 11/15

Les responsables du projet ont estimé un taux de 45% pour l’activité d’encadrement, tandis que les membres du groupe de travail technique estiment que 80% du taux est nécessaire pour assurer l’encadrement de l’équipe mobile. Pour finir le groupe de travail propose 60% ce qui est approuvé par le COPIL pour la phasetest. f) Fiche d’intervention et statistiques Les fiches d’intervention doivent être aussi utiles pour les statistiques. L’UMUS utilise une fiche d’intervention avec des menus déroulants. Une rencontre avec les responsables du projet DOFIN (projet informatique CHUV) serait nécessaire pour évaluer la possibilité d’une collaboration. g) Besoins logistiques Locaux Les professionnels exerçant au sein de l’EMUS travaillent en binôme, s’agissant d’une équipe mobile les espaces intérieurs doivent permettre à l’équipe d’entreprendre des tâches administratives et des rencontres d’équipes. Les partenaires voisins seraient disposés, le cas échéant, à mettre à disposition leur salle de réunion. La surface nécessaire à l’équipe mobile a été évaluée à 20 m2. Le chef de groupe travaille la journée pour des tâches administratives et de coordination. Les membres de l’équipe travaillent la nuit. Il serait judicieux, pour des questions de synergie et d’activation dynamique des partenariats, que ces locaux soient positionnés à César-Roux dans le bâtiment où se trouve actuellement la FUS qui gère la CTMG et la Centrale 144. La proximité avec le groupe sanitaire présente aussi des avantages pour collaborer et échanger sur les pratiques. Bus Un véhicule est un outil de travail incontournable. Les groupes de travail et le COPIL proposent un bus permettant d’accueillir quelqu’un au chaud, de mener un entretien, d’offrir un café. Le bus doit également être équipé : d’un sac de soins d’habits de rechange de couvertures Ce bus doit aussi permettre de transporter, le cas échéant, quelques personnes d’un lieu à l’autre. A des fins logistiques et de sécurité, il serait indiqué que le bus soit équipé d’un appareil permettant d’être localisé par la centrale 144 comme les autres véhicules d’urgence. Une place de parc dans l’enceinte de César Roux est indispensable.
Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV page 12/15

Ordinateur Un ordinateur portable permettra de tenir un journal de bord, de rentrer les données statistiques. h) Formation Les professionnels de l’équipe mobile d’urgence sociale devront suivre la formation de réanimation et intervention d’urgence (BLS-AED) dispensée par l’École. La police propose d’organiser, en partenariat avec l’École, une formation permettant de se sécuriser sur un lieu d’intervention. La problématique de la violence domestique étant particulière, une sensibilisation de 3 jours est proposée par le Centre d’accueil MalleyPrairie et ViFa (Fondation Jeunesse et Famille). La connaissance du réseau étant essentielle, l’école d’ambulanciers propose de créer un cours avec l’intervention d’intervenants extérieurs. Les intervenants seront invités à orienter leurs demandes de formation continue en fonction de leurs parcours et besoins. i) Autres besoins

Centrale d’information sur les places vacantes La création d’une centrale d’information sur les places vacantes dans les lieux d’hébergement d’urgence, tels que le Centre d’accueil Malley-Prairie et autres institutions nous a semblé rapidement un trop gros investissement. Nous avons très tôt abandonné cette idée. Interventions sur appel ou maraude L’équipe mobile d’urgence sociale va se déplacer sur appel via la CTMG (centrale téléphonique de médecins de garde) ou le 144. La maraude sera indiquée en période de grand froid. Supervision de l’équipe Il est proposé 2h00 de supervision par mois la première année dans l’idée aussi de construire l’équipe. La Commission EMUS Afin d’accompagner la mise en place de l’équipe dans le réseau, il a été proposé plusieurs fois, tant au sein du COPIL que des groupes de travail, de nommer un groupe d’accompagnement de la structure. Ce groupe d’accompagnement est mis en place ; il s’agit de la Commission EMUS. Cette Commission est composée de 5 à 6 personnes dont des responsables des structures partenaires. Cette Commission a pour mission d’aider à orienter le travail de l’équipe, soutenir en cas de difficultés. Le chef de groupe est chargé de faire remonter les problèmes à ce groupe de soutien.

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 13/15

Coordination avec les partenaires du réseau L’EMUS est chargé d’organiser 3 séances de régulation par année avec les partenaires du réseau. Le but de ces séances est d’échanger des informations, créer des contacts et de trouver des pistes pour décloisonner les institutions, favoriser les collaborations. Afin de pouvoir atteindre cet objectif, l’équipe doit être soutenue dans cet objectif par sa hiérarchie, le groupe de soutien et le service de la santé publique. Étude sur la mise en route de l’EMUS, mise en évidence des problématiques liées à la précarité Il y a un intérêt de lire au travers de cette équipe d’urgence sociale l’émergence de nouvelles formes de précarité. C’est dans ce sens que le service de prévoyance et de l’aide sociale se propose de soutenir financièrement une étude sur le démarrage de cette équipe. VII. Remarques diverses Les remarques citées ci-après méritent une attention particulière ; elles ont été exprimées par les partenaires qui ont contribué à l’élaboration du présent rapport. Les membres du COPIL et GT ont constaté un réel manque d’informations relatives aux différentes structures déjà existantes. Ce constat aura permis de mettre en évidence que les partenaires ne connaissent pas toujours les prestations déjà existantes. Lors des séances, il a été exprimé, à plusieurs reprises, l’importance de refaire une séance du réseau violence avec tous les partenaires concernés par cette problématique. Ces coordinations étaient organisées 1x/année jusqu’en 2006 dans le cadre du réseau « C’est assez ». Les services sociaux ont manifesté l’indication, dans certaines situations, de bénéficier d’un mandat légal, délivré par le service du tuteur général, qui leur permettrait d’agir plus rapidement, en mettant sur pied une procédure accélérée. La coordination avec l’aide immédiate des églises doit encore être affinée. Ces professionnels interviennent dans des situations de violence domestique mais uniquement sur site sécurisé par les forces de l’ordre. Les ambulanciers aimeraient la création d’un fond pour permettre d’aider les personnes dans la précarité à payer leurs factures d’ambulance et éviter de rajouter des dettes supplémentaires. L’équipe médicale du centre interdisciplinaire des urgences du CHUV propose que des contacts soient pris entre la future équipe EMVS (équipe mobile à l’intérieur du CHUV qui suit les personnes présentant un cumul de vulnérabilités) rattachée à la PMU (policlinique médicale universitaire), et l’EMUS.

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 14/15

VIII.

Conclusion

L’investissement des membres du COPIL et des groupes de travail a permis l’élaboration du présent rapport. Tous les partenaires concernés ont manifesté une très forte volonté pour que l’EMUS voie le jour et que les propositions fournies dans ce rapport soient appliquées au moment de la création de l’EMUS. Le monde ambulancier, qui a été à l’initiative du projet, a manifesté une très forte motivation à être acteur et partenaire ; relevons ici que certains professionnels des soins ambulanciers et soins de l’urgence très compétents attendent la mise au concours pour déposer leur candidature. L’École Supérieure Bois-Cerf CESU soutient la configuration pluridisciplinaire des équipes et rappelle, dans cette conclusion, que l’ambulancier a pleinement sa place dans une équipe mobile d’urgences sociales, ceci d’autant plus qu’il dispose déjà d’une expérience avérée dans la prise en charge de situation de précarité au sein de différents milieux extrahospitaliers. Des remerciements sont adressés, ici, à Monsieur Maillard pour le mandat confié. C’est dans un état d’esprit confiant que ce rapport est remis au Chef du département de la santé et de l’action sociale pour la suite des travaux et la mise en œuvre du projet de création d’une équipe mobile d’urgences sociales.

IX. Annexes Liste des membres du COPIL Liste des membres du Groupe de travail Besoins Liste des membres du Groupe de travail Technique Tableau « Organisation de l’urgence médico-sociale du Grand-Lausanne » (établi par l’ALSMAD)

Rapport EMUS_09 07 10/SBK/VB/LV

page 15/15

Annexe 1 Projet « EMUS » - équipe mobile d’urgences sociales Composition du COPIL
Civilité Madame Prénom Sarah Nom BenKhettab Institution École supérieure Bois-Cerf CESU Adresse Av. d’Ouchy 31 NPA, Lieu 1006 Lausanne
/ mailto 021 614 00 79 sarah.benkhettab@bc-cesu.ch 021 316 52 02 veronique.berseth@vd.ch 021 652 24 11 lausanne@143.ch 021 315 31 18 rene.bezencon@lausanne.ch charles.bonsack@chuv.ch

Madame

Véronique

Berseth

DSAS – Département de la santé et de l’action sociale La Main Tendue

Bât. adm. de la Pontaise

1014 Lausanne

Madame

Catherine

Bezençon

Case postale 161

1010 Lausanne

Monsieur

René

Bezençon

Service de Protection et Sauvetage

rue de la Vigie 2

1003 Lausanne

Dr Madame

Charles Judith

Bonsack Bovay

Médecin adjoint psychiatrie sociale CHUV Office du Tuteur Général Ch. de Mornex 32 1014 Lausanne

021 316 66 66 judith.bovay@vd.ch 079 231 81 92 olivier.bron@gmail.com henri.corbaz@bluewin.ch michel.cornut@lausanne.ch 021 314 39 21 076 516 34 17 fabrice.dami@chuv.ch yves.dorogi@chuv.ch

Monsieur

Olivier

Bron

ARESA

Case postale 115

1000 Lausanne 20

Monsieur Monsieur Dr

Henri Michel Fabrice

Corbaz Cornut Dami

Président AVASAD & FUS Chef du Service social Médecin associé, service des Urgences CHUV, médecin répondant Centrale Urgences Santé 144 VD Infirmier en psychiatrie de liaison CHUV Service de protection de la jeunesse Chef Unité support méthodologique

Ch. du Ferrage 21 Rue du Maupas 34. CP 5032 Rue César-Roux 31

1023 Crissier 1002 Lausanne 1005 Lausanne

Monsieur Monsieur

Yves Marc

Dorogi Favez

BAP – Av. des Casernes 2

1014 Lausanne

021 316 53 52 marc.favez@vd.ch

Liste composition complète du COPIL – mars 2010

page 1/2

Annexe 1 Projet « EMUS » - équipe mobile d’urgences sociales Composition du COPIL
Monsieur Monsieur François Eric Félix Flaction Adjoint, Service social Inspecteur principal adjoint Police cantonale – services généraux Rue du Maupas 34. CP 5032 Centre Blécherette 1002 Lausanne 1014 Lausanne
francois.felix@vd.ch 021 315 75 86 021 644 81 30 079 419 85 78 eric.flaction@vd.ch 021 213 78 51 vincent.fuchs@urgences-sante.ch alain.gorka@lausanne.ch sophie.guyot@chuv.ch

Monsieur

Vincent

Fuchs

Fondation Urgences Santé

Rue César-Roux 31

1005 Lausanne

Monsieur Madame

Alain Sophie

Gorka Guyot

Premier-Lieutenant – Chef de section C Chef de clinique au Service des Urgences du CHUV Institution La Marmotte

Rue St-Martin 33 Rue du Bugnon 46

1005 Lausanne 1011 Lausanne

Madame

Sara

Hefhaf

Rue du Vallon 17

1005 Lausanne

021 311 79 12 lamarmotte@citycable.ch 021 316 10 60 daniele.huber-mamane@vd.ch 021 651 30 60 catherine.mamboury@omsv.vd.ch 021 620 76 76 smi@malleyprairie.ch florence.moine@fsasd.ch

Madame

Danièle

Huber

Juge de Paix – mesures de contraintes

Côtes de Montbenon 8

1014 Lausanne

Madame

Catherine

Mamboury Joyet

ALSMAD – Direction des centres médicosociaux Centre d’accueil MalleyPrairie

Rte d’Oron 2

1010 Lausanne

Madame

Sylvette

Mihoubi

Ch. de la Prairie 34

1007 Lausanne

Madame

Florence

Moine

Unité Mobile d’Urgences Sociales (UMUS) P/A FSASD Service de prévoyance et d’aides sociales

Av. Cardinal-Mermillod 36 – CP 1731 BAP – Av. des Casernes 2

1227 Carouge

Madame

Mary

Pittet

1014 Lausanne Adm. Cant. VD 1005 Lausanne

021 316 52 21 mary-claude.pittet@vd.ch anne-Marie.solano@urgencessante.ch

Madame

AnneMarie

Solano

Responsable de la CTMG (Centrale téléphonique des Médecins de Garde)

Rue César-Roux 31

Liste composition complète du COPIL – mars 2010

page 2/2

Annexe 2 Projet « EMUS » - équipe mobile d’urgences sociales Composition du GT Besoins

Civilité

Prénom

Nom

Institution

Adresse

NPA, Lieu

/ mailto
021 614 00 79 sarah.benkhettab@bc-cesu.ch

Madame

Sarah

BenKhettab

École supérieure Bois-Cerf CESU

Av. d’Ouchy 31

1006 Lausanne

Madame

Véronique

Berseth

DSAS – Département de la santé et de l’action sociale ARESA

Bât. adm. de la Pontaise

1014 Lausanne

021 316 52 02 veronique.berseth@vd.ch

Monsieur

Olivier

Bron

Rue César-Roux 31 CP 115 Av. d’Ouchy 31

1000 Lausanne 20

079 231 81 92 olivier.bron@gmail.com

Madame

Sandrine

Dénéréaz

École supérieure Bois-Cerf CESU

1006 Lausanne

021 614 00 83 s.denereaz@bc-cesu.ch

Monsieur

Olivier

Denoréaz

Étudiant – École supérieure Bois-Cerf CESU

Av. d’Ouchy 31

1006 Lausanne

079 331 16 86 odenoeraz@swissonline.ch

Madame

Patricia

Fontannaz

Rel’Aids

Grand-Rue 82, CP

1110 Morges

079 212 78 87 pfontannaz@relais.ch

Monsieur Monsieur

Alain Stephan

Gorka Kohl

Premier-Lieutenant – Chef de section C Fondation Urgences Santé, Centrale 144

Rue St-Martin 33 Rue César-Roux 31

1005 Lausanne 1005 Lausanne

alain.gorka@lausanne.ch

021 213 78 52 stephan.kohl@urgences-sante.ch

Liste composition GT Besoins – mars 2010

page 1/1

Annexe 3 Projet « EMUS » - équipe mobile d’urgences sociales Composition du GT Technique

Civilité

Prénom

Nom

Institution

Adresse

NPA, Lieu

/ mailto
078 722 08 55 argenioyan@hotmail.com

Monsieur

Yan

Argenio

Étudiant – École supérieure Bois-Cerf CESU

Rue Principale 26

2613 Villeret

Madame

Sarah

BenKhettab

École supérieure Bois-Cerf CESU

Av. d’Ouchy 31

1006 Lausanne

021 614 00 79 sarah.benkhettab@bc-cesu.ch

Madame

Véronique

Berseth

DSAS – Département de la santé et de l’action sociale Chef Prévention & Partenariats Police Ouest lausannois

Bât. adm. de la Pontaise

1014 Lausanne

021 316 52 02 veronique.berseth@vd.ch

Lieutenant

Christian

Hautle

Case postale 201

1020 Renens

021 632 76 59 079 200 98 52 christian.hautle@polouest.ch

Monsieur

Johann

Hefhaf

École supérieure Bois-Cerf CESU

Rte du Carro 1

1868 Collombey

079 204 23 84 jhefhaf@bluemail.ch

Madame

Marina

Jaques

UNISET – Unité socio-éducative de terrain

Rue César-Roux 16

1005 Lausanne

021 315 72 30 marina.jaques@lausanne.ch

Monsieur

Stephan

Kohl

Fondation Urgences Santé, Centrale 144

Rue César-Roux 31

1005 Lausanne

021 213 78 52 stephan.kohl@urgences-sante.ch

Monsieur

Etienne

Péclard

Urgences Santé Groupe Sanitaire

Rue César-Roux 31

1005 Lausanne

021 314 61 50 etienne.peclard@gsl-smur.ch

Liste composition GT Technique – mars 2010

page 1/1

Annexe 4

Organisation de l’urgence médico-sociale du Grand-Lausanne
Problèmes
Chutes à domiciles

Origine des appels
- Patient lui-même (tél., sécutel) - Proches

Réception des demandes
- CMS - FUS - Police - (Securitas)

Traitement des demandes
Jours ouvrables - CMS - Securitas - (Police ou pompier comme aide) Nuit / week-end - Piquet de nuit BEA ou infirmière de garde CMS (parfois aide de la police) - Instauration d’une veille BEA

Remarques
- Téléphone des CMS ou des piquets BEA à la FUS

Urgences médico-sociales à domicile = problème somatique (sonde, plaie, traitement antalgique)

- Patient - Proches

- Médecins - FUS - CMS

- CMS - Médecin traitant - 144

- Infirmière piquet nuit BEA - 17h-20h : infirmière de garde CMS - Week-end : infirmière de garde CMS - Instauration d’une veille BEA - Médecin CTMG - 144

via la FUS : liste téléphoniques des intervenants à disposition

Problèmes psycho-sociaux (angoisse, désorientation, crise psychiatrique)

- Patient - Voisins - Proches

- Médecin traitant (journée) - CMS (journée) - FUS (soir, nuit) - Police (soir, nuit)

- Médecin traitant - Police - CMS - Urgences psychiatriques PMU

- CTMG - Infirmière de piquet BEA - Instauration d’une veille BEA - Police - 144 (ambulances) - Urgences psychiatriques PMU - Ø psychiatre de garde se déplaçant à domicile

- Problème d’intervention sécurisée - Ne pas intervenir seul - Pas d’intervention à domicile de la psychiatrie d’urgence - Si nécessité d’hospitalisation = intervention violente et problématique sans contexte thérapeutique adapté

ALSMAD – 18.01.2010 – CMJ/mw

Page 1 sur 2

Organisation de l’urgence médico-sociale du Grand-Lausanne (suite)
Problèmes
Violences familiales

Origine des appels
- Victimes - Voisins - Proches - Auteurs

Réception des demandes
- Police

Traitement des demandes
Jours ouvrables - Police - LAVI - MalleyPrairie - Foyers pour mineurs - Vifa (FJF) - SPJ - Police - Psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent - Foyers pour mineurs - Police - Educateurs des rues - Service spécialisé St-Martin - Point d’Eau - Caritas - 144 - Uniset - Etc.,.. Nuit / week-end - Police - MalleyPrairie - Foyers pour mineurs - Aide immédiate des églises

Remarques

Crises familiales : - Enfants - Adolescents

- Famille - Entourage

- Police

- Police - Piquet SPJ - Foyers d’urgences pour mineurs

Précarités - SDF - Population à bas seuil o Toxicomanes (+addictions) o Sans papiers

- Citoyen - Police

- Police - FUS CTMG 144 - Equipes mobiles

- Foyers d’urgences - Médecins CTMG (en foyer sécurisé : Armée du Salut, Sleep-In…) - 144 - Police

=> détermination du périmètre géographique indispensable et prioritaire, car il faudrait établir avec toutes les Communes concernées (municipalité, police, services sociaux) les besoins spécifiques et les moyens déployés.

BEA : ALSMAD : CMS : CTMG : FUS : LAVI : VIFA : FJF : SPJ : PMU :

bureau d’équipe d’appoints de l’ALSMAD association lausannoise pour la santé et le maintien à domicile centre médico-social centrale téléphonique des médecins de garde fondation urgence santé (gère le 144 et la CTMG) loi d’aide aux victimes d’infractions programme d’aide aux auteurs de violences fondation jeunesse et famille service de protection de la jeunesse policlinique médicale universitaire
Page 2 sur 2

ALSMAD – 18.01.2010 – CMJ/mw

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful

Master Your Semester with Scribd & The New York Times

Special offer for students: Only $4.99/month.

Master Your Semester with a Special Offer from Scribd & The New York Times

Cancel anytime.