Vous êtes sur la page 1sur 19

Le marché : Chapitre VIII

La concurrence pure et
parfaite
ECO 201
Equilibre partiel en microéconomie

COUTCHORO
AGUEY
Introduction
• On dénote deux parties sur un marché: l’offre et la
demande.
• Pour mieux comprendre comment les prix se
déterminent sur les marchés, il faut étudier
l’interaction complexe de l’offre et de la demande.

• Les chapitres précédents ont étudié comment se


prennent les décisions des entreprises et les
déterminants de la demande des consommateurs.

• Dans ce chapitre, nous allons explorer le marché à


travers la confrontation de l’offre et de la demande.
Marché
• On distingue différents types de marché
selon:
1.les caractéristiques du bien,
2.le nombre d’entreprises et
3.le nombre de consommateurs.

• Ici nous supposons qu’il y a une infinité de


consommateurs.
Marché

Nature du
bien Homogène Différencié
Nombre
d’entreprises

Plusieurs Concurrence Concurrence


parfaite monopolistique
Peu Oligopole Oligopole
homogène différencié
1 Monopole —
I-Concurrence pure et parfaite
Ce marché suppose que:
➢ Les agents économiques sont nombreux au point
qu’aucun d’entre eux, pris isolément, ne peut
exercer d’influence sur le niveau des prix.

➢ Les produits sont homogènes, ce qui signifie que,


pour un type de bien donné, le produit proposé par
une entreprise est équivalent du point de vue de
l’acheteur à celui proposé par un autre vendeur.

➢ Donc, seul les considérations de prix peuvent inciter


l’acheteur à choisir un produit plutôt qu’un autre.
I-Concurrence pure et parfaite
➢L’information est parfaite: Tout agent
économique est parfaitement informé de la
nature des produits offerts et demandés sur
le marché, et de leur prix.

➢ D’une façon plus précise, le marché de bien


ou service, parfaitement concurrentiel,
satisfait aux hypothèses suivants:
I-Concurrence pure et parfaite
➢Les entreprises produisent un bien
homogène, et les consommateurs sont
identiques (homogénéité) pour le vendeur en
ce sens qu’ils ne trouvent aucun avantage ou
inconvénient à vendre leur produit à un
consommateur plutôt qu’à un autre.

➢Les entreprises et les consommateurs sont


nombreux (atomicité), et les ventes ou les
achats de chaque unité prise individuellement
sont petits par rapport au volume global des
transactions.
I-Concurrence pure et parfaite
➢L’information est parfaite (transparence): les
entreprises et les consommateurs ont une
connaissance parfaite des prix pratiqués et des
offres courantes, et ils tirent parti de toute
occasion qui se présente à eux d’accroître
respectivement leur profit ou leur utilité.

➢Il y a libre entrée et libre sortie (fluidité) sur


le marché à la fois pour les producteurs que
pour les consommateurs.
I-1. Le court terme
➢La fonction d’offre d’une entreprise en
situation de concurrence pure et parfaite
donne la quantité qu’elle produira en fonction
du prix du marché.

➢Cette fonction d’offre peut être déduite de


la condition de premier ordre relative à la
maximisation du profit.
I-1. Le court terme
• La courbe d’offre de court terme est
représentée par :

 P = Cm si P  min CVM (q)



q = 0 si P  min CVM (q)
• La courbe d’offre de
court terme de
l’entreprise se
confond avec la
portion de la courbe P
de Cm située au- CM
Cm
dessus du CVM. Cm CM
• L’offre n’est pas
définie pour des
quantités inférieures
à l’abscisse de
l’intersection des CVM
courbes Cm et CVM.
La quantité offerte est
nulle pour tout prix
inférieur à l’ordonnée q
de ce point.
Offre court terme
P
CM
Cm La courbe
Cm
d’offre globale
CM
est la somme
« horizontale »
des courbes
d’offre
CVM
individuelles.

q
I-2.Long terme
➢La quantité produite par l’entreprise à long
terme est déterminée par l’égalité du prix
et du Cm à long terme.

➢La production est nulle pour tout prix


inférieur au CM.
➢La fonction d’offre à long terme de
l’entreprise est donnée par la partie de
Cm supérieure au CM.
I-2.Long terme
• De nouvelles entreprises entrent sur le marché dès
lors que celles existantes déjà sur le marché font des
profits, si bien que à long terme les profits vont
tendre vers zéro.
• Les entreprises vont essayer d’ajuster les facteurs
de productions fixes dans le but de produire le niveau
d’output d’équilibre au moindre coût.
• Chaque entreprise va donc ajuster sa production à
long terme de sorte que P = CM, c’est-à-dire que le
profit est nul à l’équilibre de long terme.
Offre long terme
P
Cm
CM
Cm

CM

q
Chaque entreprise produit au point où:
- P = Cm, correspondant à la condition de 1er ordre
pour la maximisation du profit
- P = CM, correspondant à la condition de profit nul.
I-3. Cas particuliers de marchés
concurrentiels
Courbes de
demande
Cas de coût constant p
La courbe d’offre est
une droite horizontale Offre en cas
de coût
de niveau constant constant

égal aux coûts


unitaires. Une
augmentation de la
demande se traduit
par une augmentation q
de la seule quantité
laissant le prix
inchangé.
Cas particuliers de marchés
concurrentiels
Cas de coûts croissants Courbes de
demande
p
Une augmentation de Offre en cas
de coût
croissant
la demande entraine
une hausse du prix.

q
Cas particuliers de marchés
concurrentiels
Offre complètement Courbes de
demande
p
inélastique ou fixe.
Offre
inélastique
L’offre est verticale, la
quantité offerte reste
constante. La hausse du
prix est exactement égale
au déplacement vers le q

haut de la demande.
Cas particuliers de marchés
concurrentiels
Courbe d’offre courbée à
l’envers. p
T’’
C’est le cas par exemple de
l’amélioration de la
technologie qui élève les
T’
salaires sur le marche du T
travail. Aussi, à partir d’un
niveau de revenu donné,
les gens préfèrent profiter
de leurs rémunérations plus q
importantes en se
divertissant davantage et en
travaillant moins.

Vous aimerez peut-être aussi