Vous êtes sur la page 1sur 3

Philosophie, Sujet 1 du BAC 2009

Est-il absurde de désirer l’impossible ?

L’Homme doit faire face, dans sa vie, à des contraintes, des limites. Certaines
réalisations, certains accès et certains actes lui sont alors impossibles. Mais l’Homme
est aussi un être soumis à de nombreux désirs qui lui sont naturels.
Néanmoins, s’il est victime d’un désir qui est impossible à combler, impossible à réaliser,
que faire ? Est-ce alors absurde de désirer l’impossible ?
Nous verrons dans une première partie qu’il est absurde de désirer l’impossible, puis
dans une deuxième partie nous verrons qu’il n’est pas absurde de désirer l’impossible et
enfin nous verrons que désirer l’impossible est un acte faisant intervenir la conscience
morale.

Le désir de l’impossible est-il absurde ? Avant de répondre à cette question il est


tout d’abord nécessaire de définir plus précisément ce qu’est l’impossible. Afin de définir
ce qui est impossible, l’Homme doit être conscient. Il doit pouvoir se servir de sa raison
afin de définir ce qui est accessible ou non, ce qui est impossible ou possible. Or d’après
Descartes, l’Homme est conscient et peut se servir de sa raison : « Je pense donc je suis. »
Cette phrase prouve le raisonnement que peut faire l’Homme. Ainsi, l’Homme opérer de
la même façon en se demandant s’il peut ou non faire quelque chose, s’il est capable ou
non. Il peut alors définir ce qui lui est impossible. L’impossible peut se définir de façon
simpliste par une chose, physique ou immatérielle, que l’on ne peut pas atteindre. Par
exemple, le bonheur éternel pour un Homme est impossible. Mais même si le bonheur
éternel est impossible, rien n’empêche de le désirer. En effet, le désir est la volonté
naturelle d’obtenir quelque chose, afin d’accéder au « Bonheur » ou au « Plaisir ». On peut
donc comprendre que si nos désirs restent inachevés et restent au simple état de désir,
aucun véritable bonheur ou plaisir n’aura lieu. Le désir pourra donc être une source de
souffrance car la conscience de l’Homme lui révèlera que son désir ne sera jamais
réalisé. Il est alors absurde de désirer quelque chose que notre raison défini comme
impossible si ce désir entraîne de la souffrance, car le désir n’est assouvi que quand il
est en réalité comblé.
Néanmoins, les désirs des Hommes sont naturels et donc on ne contrôle pas ses envies.
En sachant qu’il est naturel de désirer l’impossible, est-ce absurde ?

« Mieux vaut viser la perfection et la rater que de viser l’imperfection et


l’atteindre. » Cette phrase de B.Russel montre bien que désirer quelque chose
d’impossible, ici la perfection, n’est pas absurde et même que désirer quelque chose
d’impossible est parfois mieux que de viser une chose tout à fait réalisable. En effet,
désirer une chose peu accessible est difficile à réaliser, mais au final, la satisfaction et
la fierté est d’autant plus grande, que le bonheur et le plaisir acquis sont décuplés. Il
n’est donc pas absurde de désirer l’impossible, car même en cas d’échec et de la non
réalisation du désir, la fierté d’avoir relevé ce désir substituera les douleurs de l’échec.
De plus, désirer quelque chose entraîne des attentes, des objectifs ou même un but. Or,
plus le temps sera long entre l’apparition du désir et sa réalisation, plus les attentes
de ce dernier seront nombreuses et donc plus le plaisir procuré au long du désir sera
important. De la même façon, cette focalisation sur un objectif ou un but précis peut
amener à un idéal. (Psychologique, philosophique ou même religieux) Comme, par
exemple, désirer devenir Dieu est un désir impossible, mais Dieu est un modèle et tout au
long de sa vie l’Homme jouira du plaisir et du bonheur que lui apportera ce désir (Dans
ce cas, d’être parfait) même si ce désir n’aboutira jamais. (L’Homme ne sera jamais comme
Dieu et jamais parfait par exemple) Enfin, le plaisir du désir est présent tout au long du
désir et comme nous l’avons montré, plus le désir est long, plus le plaisir est fort. Or si
le désir est comblé, le plaisir lié au désir disparaît. C’est pourquoi il n’est pas absurde
de désirer l’impossible car le plaisir lié au désir est alors infini.
Si désirer l’impossible n’est pas une chose absurde, c’est un acte faisant intervenir la
raison, et plus précisément la conscience morale. On peut alors se demander si c’est bien
ou non de désirer l’impossible ? Même si ce n’est pas absurde, est-ce morale de désirer
l’impossible ?

Avant d’expliquer si désirer l’impossible est moral ou non, il est nécessaire de


définir la morale. Le problème c’est qu’il existe divers visions de la morale. Freud par
exemple pense que la morale est acquise, et que c’est l’éducation qui inculque à chaque
individu sa propre morale. Rousseau lui pense que la morale est innée, c'est-à-dire que
chaque Homme possède dès la naissance son propre code moral et qu’il serait transmis
ainsi, par voie divine. Mais la définition sur laquelle nous allons nous pencher est la
définition de la morale Kantienne. (Morale selon Kant) Kant dit que la morale n’est
pas soit acquise, soit innée, la morale est à priori. Elle est tirée de la seule raison. La
morale selon Kant est donc pure et universelle et surtout, selon lui, la morale ne se
défini pas par son but final mais par sa cause. Cela veut dire, plus simplement, que l’on
définit un acte moral non pas par ce que l’on obtient à l’arrivée, mais par la cause de cet
acte, pourquoi ou pour quelles raisons a-t-on agis de la sorte ? Cette morale correspond
donc assez bien avec ce sujet, car désirer l’impossible ne permet pas d’obtenir un but ou
autre chose car ce but est justement impossible. Mais la raison pour laquelle on désire
cela est morale si tout les autre Hommes considèrent ce désir moral. Reprenons
l’exemple de B.Russel : « Mieux vaut viser la perfection et la rater que de viser
l’imperfection et l’atteindre. » Nous savons que la perfection est inaccessible. Ce désir
perfectionniste est donc impossible mais la cause, la raison pour laquelle ce désir est
présent est morale selon Kant. En effet, si tous les Hommes étaient ainsi, à vouloir la
perfection, cela serai un monde utopique et parfait. Néanmoins ce désir est impossible.
Impossible certes, irréaliste peut être mais ce désir est moral et n’est pas absurde. Il
peut donc être tout à fait moral de désirer l’impossible.
Il n’est donc pas absurde de désirer l’impossible, c’est un acte moral, d’après la
moral de Kant qui s’appuie sur les causes et les raisons des actes, et non pas sur le but
et sur ce qui est acquis par la suite. De plus, comme le désir naturel apporte du plaisir,
quand le désir est impossible, sur une longue durée, il n’est donc pas absurde de désirer
quelque chose d’impossible, surtout si ce désir est moral.

Freddy MIVIERE

Appréciation : Travail de qualité. La réflexion s’organise avec méthode et


aisance. Le sujet est bien cerné. De bonne analyses, des connaissances
sérieuses ; travail de réflexion approfondi et développé.
17/20