Vous êtes sur la page 1sur 76

FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : GAME Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Anoumou Fiche N°  : 01
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 2
Année : Date :

THEME  I : Mécanique

Titre de la leçon : POIDS D’UN CORPS : NOTION DE FORCE

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève doit être capable de :

 définir le poids d’un corps,


 caractériser le poids d’un corps,
 donner la relation entre le poids et la masse d’un corps,
 représenter graphiquement une force à partir d’une échelle.

II. Matériels d’expérience


- Objet de différentes masses
- Un objet déformable
- Dynamomètre

III. Matériel didactique


- Sciences physiques 3eme Collection DURANDEAU.
- Sciences physique BEP Collection DURANDEAU.
- Physique chimie 3eme Collection Bordas.

IV. Déroulement de la leçon


Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Qu’est-ce que : le poids d’un corps ? La masse d’un corps ?

R : Le poids d’un corps est la force d’attraction que la terre exerce sur ce corps.

- La masse d’un corps est la quantité de matière que contient ce corps.

Etape 2 : MOTIVATION


- Pourquoi un objet tombe-t-il lorsqu’on le lâche ?
- Pourquoi est-il abusif de dire « Mon poids est égal à 45kg » ?
- Pourquoi si deux personnes se tirent sur un bâton et qu’une personne lâche
brusquement un bout, l’autre personne tombe ?

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 1


Etape 3  : LEÇON DU JOUR : POIDS D’UN CORPS : NOTION DE FORCE

I. Poids d’un corps


Expérience
Lançons un caillou en l’air.

Caillou

P
Observation
Le caillou tombe verticalement.

Conclusion
Le caillou est soumis à une attraction de la part de la terre.
Cette attraction est appelée poids.

1- Définition
Le poids d’un corps est l’attraction que la terre exerce sur ce corps.
L’unité du poids est Newton(N). Il est symbolisé par P.

2- Les caractéristiques du poids d’un corps


Le caillou lancé tombe verticalement sous l’action de son poids.
Le poids est caractérisé par : sa direction ; son sens ; son point d’application ; son intensité.
-Direction
La direction du poids est toujours verticale.
- Sens
Le sens du poids est du haut vers le bas.
- Point d’application

C’est le centre de gravité du corps. Il est noté G.

- L’intensité
C’est une valeur mesurable à l’aide d’un dynamomètre.
Elle s’exprime en Newton (N).

NB  : Le poids d’un corps dépend du lieu où il est mesuré.


IL diminue quand l’altitude augmente et varie le long d’un méridien.
Exemple: pour un objet de 1kg on a :

Lieu Chamonix Mont-Blanc Equateur Pôle- Paris


Nord
Attitude(m) 1037 4807   
Latitude(0)   0 90 49

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 2


Poids(N) 9,806 9,792 9,780 9,830 9,811
3- Représentation
Le poids d’un corps est représenté par un vecteur noté P (vecteur-poids) dont l’origine est
le point d’application du poids (centre de gravité du corps). Sa norme se note // P // et
s’exprime en mètre(m) ou en centimètre (cm).
La norme du vecteur-poids est proportionnelle à l’intensité du poids.
Exemple : Représenter le poids d’un solide égal à 75N à l’échelle 1cm25N

Réponse : 1cm25N
75 N x 1 cm
// P//  75N  // P// =  //P// 3 cm
25 N

4- Relation entre la masse et le poids d’un corps

Le poids d’un corps est proportionnel à sa masse.

P = mg
Avec g intensité de la pesanteur. Elle varie en fonction du lieu
considéré .C’est ce qui fait varier le poids.

NB : la masse d’un corps ne varie pas selon les lieux.

g = 9,8 N/Kg au voisinage de la terre.

5- Le poids volumique d’un corps

Le poids volumique d’un corps est le poids par unité de volume de ce corps. Il est

Noté W et est souvent exprimé en N/dm3 ou en N/m3 W= P/V

II. Notion de force


Expérience
Appuyons le bout d’une règle en plastique contre le tableau en tenant l’autre bout.
Observation
La règle est déformée.

Conclusion
La règle a subi une cause ou une action de notre part.

Cette cause est appelée force.

1- Définition
La force est une cause ou une action capable de :
- mettre en mouvement un corps ou modifier son mouvement.
- déformer un corps ou participer à son équilibre.
Le poids d’un corps est un exemple de force.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 3


NB : On distingue :

 des forces à effet dynamique et des forces à effet statique


 des forces à distance et des forces de contact.

2- Caractéristiques d’une force

Toute force est caractérisée par :

- sa direction : c’est la ligne d’action ou support.


- son sens : c’est celui du déplacement.
- son point d’application : c’est le point où la force s’exerce sur le corps. Il est situé
sur la droite d’action.
- son intensité : c’est une grandeur qui se mesure à l’aide d’un dynamomètre. L’unité
est Newton(N).

Comme dans l’exemple du poids, une force peut-être représentée en tenant compte d’une
échelle.

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les notions essentielles suivantes :

- La définition du poids d’un corps et ses caractéristiques,


- Relation entre le poids et la masse d’un corps.
- La définition d’une force et ses caractéristiques.

Etape 5 : EVALUATION

Exercice

- Qu’est-ce qu’-une force ? Donner en un exemple précis.


- Donner les caractéristiques d’une force.
- Pourquoi le poids d’un corps varie selon les lieux ?

Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE

Exercice :

Une boule de 49Kg tombe d’un étage de 10 m. Caractériser et représenter la force avec
laquelle elle arrive sur terre. Donner : Echelle : 1cm  100 N. Prendre g = 9,8N/kg.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 4


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 02
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 2
Année : Date :

THEME  I : MECANIQUE

Titre de la leçon :
LA POUSSEE D’ARCHIMEDE
I. Objectifs pédagogiques
A la fin de la leçon, l’élève doit être capable de :
 définir la poussée d’Archimède
 réaliser une expérience pour mettre en évidence la poussée d’Archimède.
 caractériser la poussée d’Archimède
 citer les facteurs dont dépend la poussée d’Archimède.

II. Matériels d’expérience


 Dynamomètre
 Un solide
 Eau
 Sel de cuisine
 Récipient gradué.

III. Matériel didactique


- Sciences physiques 3eme Collection DURANDEAU.
- Sciences physique BEP Collection DURANDEAU.
- Physique chimie 3eme Collection Bordas.

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Qu’est-ce qu’une force ? Donner ses caractéristiques.


R. une force est une cause capable de mettre en mouvement un corps ou de modifier son
mouvement, de déformer un corps ou de participer à son équilibre.
- Elle est caractérisée par son sens, sa direction, son point d’application et son intensité.

Etape 2 : MOTIVATION

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 5


 Plonger un ballon dans un seau rempli d’eau puis essayer de pousser ce ballon au fond du
seau.
 Que ressentez-vous lorsque vous nagez ?

Etape 3 : LEÇON DU JOUR : LA POUSSEE D’ARCHIMEDE.

Rappel
 Le volume d’un corps est l’espace occupé par ce corps. Son unité est m3.
 La masse volumique d’un corps est le quotient de sa masse par son volume.

m
¿
V

La densité d’un corps par rapport à l’air est le quotient de la masse volumique de ce corps
par rapport à celle de l’eau. La masse volumique de l’eau est 1 kg/dm3.

c
d¿
e

NB : la densité n’a pas d’unité.

Exercice d’application
Un corps cubique a pour arrête 5 cm. Sachant que sa masse volumique est 0,4 Kg/dm3,
Calculer sa masse.
Solution
Le volume du corps est : V= a3 = 125 cm3
Calcul de la masse.
m =  x v avec v = 125cm3 = 0,125 dm3
m = 0,4kg/dm3 x 0,125 dm3
m = 0, 05 kg

I. La poussée d’Archimède dans les liquides


A. Cas des corps complètement immergés
1- Mise en évidence de la poussée.
a) Expérience
Immergeons un caillou dans l’eau comme l’indiquent les schémas de l’expérience a et b.

P’

Pa

Eau
p P

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 6


b) Observation
Dans l’eau (schéma b), le dynamomètre indique une valeur plus petite celle du poids du
corps (schéma a)

c) Conclusion
L’eau exerce une force sur le caillou : c’est la poussée d’Archimède notée Pa.
2- Définition
La poussée d’Archimède est la force que les fluides (liquides, gaz) exercent sur un corps
immergé.
Pa = P – P’ avec P = Poids réel et P’ = poids apparent.

3- Les caractéristiques de la poussée d’Archimède


La poussée d’Archimède est une force caractérisée par :
 Sa direction : toujours verticale
 Son sens : du bas ver le haut
 Son intensité : c’est le poids du liquide déplacé.S
 Son point d’application : le centre de gravité du corps

NB : la poussée d’Archimède exercée par un liquide sur un solide immergé est égale au
poids du liquide déplacé (Pld)

Pld = mld x g or mld = L x Vc  Pld = L x Vc x g

Or Pa = Pld donc Pa = L x Vc x g
L x g = w (poids volumique du liquide)

D’où Pa = VLd x

4- Les facteurs liés à la poussée d’Archimède

Dans la relation Pa = L x Vc x g, seul g est constant. La poussée est donc liée à :

 la nature du liquide (masse volumique ou densité) : si la masse volumique


augmente, la poussée augmente.
 le volume du corps immergé : la poussée augmente avec le volume du corps.

NB  : Réaliser des expériences pour mettre en évidence ces deux situations.

Exercice d’application

Un corps pesant 12N devient 9N lorsqu’il est plongé dans l’eau.

1) Calculer la valeur de la poussée d’Archimède exercée sur ce corps.

2) Quelle est la valeur du poids du liquide déplacé ?

3) Calculer son volume

Prendre g  10N/Kg

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 7


Solution

1) Calcul de Pa Pa  P – P’

Avec P = 12 N et P’= 9N  Pa = 3N

2) Calcul du Pld : Pld = Pa  Pld = 3N


3) La masse de l’objet :

p
P = mg  m =
g

12 N
m=  m = 1, 2Kg
10 N

5- Ca des corps flottants


a) Expérience

P’ ₌ 0 N
P

Fil relâché
Polystyrène
Fil tendu
Eau

P
b) Observation
Lorsque le polystyrène est plongé dans l’eau, il flotte et le dynamomètre indique ON.

c) Conclusion
Le poids apparent (P’) de tout corps flottant est nul. Comme Pa = P – P’ et P’ = O
alors Pa = P
La poussée d’Archimède de tout corps flottant est égale au poids réel de ce corps.
NB : Un corps flotte, reste entre deux eaux, coule si sa densité est respectivement
inférieure, égale, supérieure à celle du liquide.

Tableau de récapitulation

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 8


Corps complètement immergés Corps flottants
c  L c  L
Pa = P – P’ Pa = P
Vc = Vld Vld = Vi
Pa = Pld Pa = Pld

6- Cas des corps creux

Pâte à modeler
Pâte à modeler
façonnée

La pâte à modeler en masse a coulé dans le liquide tandis qu’elle flotte lorsqu’on la
façonne de sorte qu’elle présente un creux.

C’est la même chose observée chez les bateaux qui sont fabriqués en acier (métal plus
dense que l’eau.)

II. La poussée dans les gaz 


Il existe une poussée dans les gaz. Elle est analogue à la poussée dans les liquides. La
poussée dans les gaz est égale au poids du volume de gaz déplacé .Etant donné que les gaz
sont légers, cette poussée est faible.

Etape 4 : RECAPITULATION


Elle porte sur :
 Définition de la poussée d’Archimède et ses caractéristiques.
 Les facteurs liés à la poussée.
 La poussée des corps flottants et les conditions de flottaison.

Etape 5 : EVALUATION

V. Qu’est ce que la poussée d’Archimède ?


VI. Donner les facteurs liés à la poussée à partir de l’expression de la poussée dans le
cas des corps immergés.

Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE

Exercice de maison

1) Citer deux facteurs dont dépend la poussée d’Archimède.


2) Une bille sphérique de densité d = 2,7 et de volume 19 cm3 est plongée dans une
éprouvette contenant un liquide de densité 3, 2
a) Calculer le poids de la bille

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 9


b) La bille flotte ou coule- t- elle ?
3) Un corps homogène de masse m = 500g flotte sur l’eau.
a) Calcul la Pa qu’il subit
b) Déterminer le volume du corps sachant que sa densité est 0,8 et calculer le
volume de sa partie émergée.

FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 03
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 2
Année : Date :

THEME I: MECANIQUE

Titre de la leçon: EQUILIBRE D’UN SOLIDE SOUMIS


A DES FORCES CONCOURANTES

I. Objectifs de la leçon
A la fin de la leçon, l’élève doit être capable de:
 écrire les conditions d’équilibre d’un solide soumis à deux forces,
 écrire les conditions d’équilibre d’un solide soumis à trois forces concourantes ;
 déterminer graphiquement la résultante de deux forces concourantes.

II. Matériels d’expérience 


 Dynamomètres
 Carton
 Des fils
 Caillou

III. Matériel didactique


- Sciences physiques 3eme Collection DURANDEAU.
- Sciences physique BEP Collection DURANDEAU.
- Physique chimie 3eme Collection Bordas.

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

1) Qu’est-ce que la poussée d’Archimède ?


R : c’est la force qu’exercent les fluides sur un solide immergé.
2) Quels sont les facteurs liés à la poussée d’Archimède ?
R : le volume du corps immergé,

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 10


La nature du liquide.

Etape 2 : MOTIVATION

Partir du principe de fonctionnement d’une balance : Pourquoi le fléau reste horizontal


lorsque les deux plateaux contiennent les objets de même masse ?

Etape 3 : LEÇON DU JOUR : EQUILIBRE D’UN SOLIDE SOUMIS AUX FORCES
CONCOURANTES.

I. Equilibre d’un solide soumis à deux forces.


1) Solide léger
a) Expérience

F2 ₌ 2N

F2
F1
Carton
F1₌ 2N
b) Observation

Les deux forces F1 et F2 sont opposées, elles ont une même intensité, les deux droites
d’actions sont colinéaires : les deux forces ont une même direction et de sens contraire.
c) Conclusion
Un solide soumis à deux forces est en équilibre si la somme vectorielle des deux forces est
un vecteur nul 

La condition d’équilibre.
A l’équilibre, on a :

F1 + F2 = 0 ou bien F1 = F2

2) Solide pesant
A.Solide posé sur un support : force d’interaction
a) Expérience

R
Solide

Support

P
b) Observation

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 11


 La table exerce une réaction sur le solide. Cette réaction R et le poids P du solide
sont opposés, ils ont même intensité.
 R et P ont même droite d’action donc ils sont coplanaires.

c) Conclusion
Un solide posé sur un support est en équilibre si la somme vectorielle de son poids (P) et la
réaction (R) du support est en un vecteur nul.

A l’équilibre on a : P + R = O ou P = R

B. Solide suspendu à fil inextensible


a) Expérience

Support

T
Fil inextensible

Solide
Solide

P
b) Observation
T est la tension du fil.
T et P sont opposés et ont une même intensité : ils ont une même droite d’action : ils
sont coplanaires
c) Conclusion
Un solide suspendu à un fil reste en équilibre si la somme vectorielle de la tension T du fil
et le poids P du solide est un vecteur nul.

P +T=O ou P= T

II. Equilibre d’un solide soumis à trois forces.


a- Expérience

Fil

T1 T2
Solide

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 12


b- Observation
 Les 3 droites d’actions sont concourantes
 Les 3 forces T1, T2 et P sont différentes
 Le solide ne bouge pas : il est en équilibre
 Les 3 forces n’ont pas la même direction ni le même sens.

c- Conclusion
Un solide suspendu et soumis à 3 forces T1, T2 et P reste en équilibre si la somme
vectorielle des 3 forces est en vecteur nul.

A l’équilibre on a : T1 + T2 = - P  T1 + T2 + P = 0

Exercice d’application

Soit la figure ci-dessous 

TA TB

On donne TA = 10N ; m  2 KgM et


₌ 2kg
g = 10N/kg
Echelle : 1 cm  5N
Déterminer graphiquement la tension TB.

Solution
Calculons le poids : P = mg  P = 20N
La norme de P
1cm  5N
1cm x 20 N
// P //  20N  // P // =
5N

// P // = 4 cm

-TA

-TB

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 13


// TB // = 3, 3 cm
Déterminons la tension TB
1cm  5 N
5 N x 3,3 cm
3, 3 cm  TB  TB =
1 cm
 TB = 16,5 N

III. Solide posé sur un plan incliné


a) Expérience

R
B
Fe

P C
A
b) Observation
 Les 3 forces R, Fe et P sont concourantes.
 La force Fe est inférieure au poids P
 Le solide ne descend pas : il est en équilibre.
c) Conclusion
Si un solide posé sur un plan incliné reste en équilibre alors la somme vectorielle des 3
forces est un vecteur nul.
d) Condition d’équilibre
A l’équilibre on a :

R + Fe + P = 0

Etape 4 : RECAPITULATION


Elle porte sur les notions :
 Condition d’équilibre d’un corps soumis à 2 forces,
 Condition d’équilibre d’un corps soumis à 3 forces

Etape 5 : EVALUATION

Quelle est la condition d’équilibre d’un corps soumis à:

 2 forces ?
 3 forces ?

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 14


Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE

Exercice de maison

Déterminer graphiquement l’intensité de la résultante de deux forces dont les lignes


d’action sont perpendiculaires et dont les intensités sont respectivement 2,4N et 2,6N

Echelle : 1 cm  1N

FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 04
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 2
Année : Date :

THEME II : ENERGIE

Titre de la leçon : LES MACHINES SIMPLES

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève être capable de :

 Citer les différentes machines simples et leurs rôles,


 Donner les caractéristiques de chaque type de machine,
 Donner l’expression du travail dans chaque type de machine,
 Faire un montage d’association de machines simples,
 Définir le levier et le treuil.

II. Matériel s d’expérience


- Une poulie,
- Une corde,
- Un support,
- Un levier..

III. Matériel didactique

Sciences Physiques 3ème  Collection DURANDEAU.

. IV. déroulement de la leçon

Etape 1  : CONTROLE INITIAL

Correction de l’exercice de maison.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 15


Etape 2 : MOTIVATION

Etape 3 : LEÇON DU JOUR : LES MACHINES SIMPLES

Il existe 4 types de machines simples : les poulies, le treuil, le plan incliné et les leviers.

I – Les poulies

1- Définition

Une poulie est une roue mobile autour d’un axe et sur la gorge de laquelle on fait passer
une corde.

2- Poulies simples (poulie fixe et mobile)


a- Poulie fixe
 Expérience

Crochet

Corde longueur Le
Gorge

Fs Fe

Hauteur h Solide

Le = déplacement de la force ou longueur de la corde tirée.

h = élévation de la charge ou hauteur de la charge.

 Observation
 Les forces en présence sont : Fe ; Fs et P
 Quand on tire sur la corde, le solide monte.
 La corde fait un mouvement de translation.

 Formule d’équilibre

Fe = P et h = Le

 Conclusion

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 16


La poulie fixe ne modifie pas l’intensité de la charge à soulever. Elle permet seulement de
changer la direction des charges à soulever.

b- Poulie mobile
 Experience

T Fe = 1N

Le

H = Ls

Fs

P = 2N
 Observation
 Les forces en présence sont : Fe ; Fs et P
 Quand on tire la corde, le solide monte avec la poulie mobile.

 Formule d’équilibre

Fe = P / 2 alors P = Fe × 2
h = Le / 2 alors Le = h × 2

 Conclusion

La poulie mobile permet de gagner en force.

Exercice d’application

On utilise une poulie mobile pour soulever une charge de 12kg. Quelle force doit-on
déployer pour la maintenir en équilibre. On donne g = 10N/kg.

Résolution

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 17


Calcul du poids : P = m*g = 120N
La force à exercer : Fe = P/2 = 60N

3. Poulie à deux (2) gorges


a. Expérience

R Le

r Fe

r = petite gorge

h = Ls R = grande gorge

Solide

b. Observation
- La petite gorge supporte la charge,
- Quand la corde s’enroule sur une gorge, elle se déroule sur l’autre,
- La force d’entrée Fe est exercée sur la grande gorge,

c. Formule d’équilibre

Elle s’écrit : Fe × R = P × r alors Fe = P × r / R

 La longueur de la corde enroulée (h) est : h = 2 π r n (n = nombre de tours).


 Le déplacement (Le) de la force s’écrit : Le = 2 π R n
 Le rapport des rayons et des longueurs s’écrit :

Le 2πRn donc Le R
H 2πrn h r
 Le rapport des longueurs et des forces est :

Fe × Le = P × h donc Fe h
P Le

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 18


d. Conclusion

La poulie à 2 gorges permet de gagner en force et de perdre en déplacement.

Application

Une poulie à 2 gorges est utilisée pour élever une charge de 200kg sur une hauteur (h).

1. Déterminer l’intensité de la force à exercer à l’équilibre sachant que R = 10cm et r


= 5cm.
2. De combien s’élève la charge si on tire la corde sur 8m. on donne g = 10N/kg.

Solution

1. Calculons le poids : P = mg = 2000N.

L’intensité de la force : Fe = P * r / R = 1000N.

2. La hauteur : Le/h = R/r d’où h = Le * r / R = 4m

4.. Association de poulies

a- Association d’une poulie fixe et d’une poulie mobile


 Expérience

Fe = 2N

h = Ls Poulie fixe
Poulie mobile

P = 4N

 Observation
- La même corde passe dans la gorge de la poulie mobile et de la poulie fixe.
- Quand on tire la corde vers le bas, la charge monte avec la poulie mobile.

 Formule d’équilibre

A l’équilibre, on a : Fe = P / 2 alors P = Fe × 2

Le déplacement : h = Le / 2 alors Le = 2 × h

 Conclusion

L’association d’une poulie fixe et d’une poulie mobile permet de gagner en force et de
perdre en déplacement.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 19


b- Montage en cascade
 Expérience

Fe = 0,5N

Poulie fixe

N°3

h = Ls N°2

Poulie mobile N°1

P = 4N

 Observation
- Il y a 3 poulies mobiles et une fixe.
- La corde passant dabs la gorge d’une poulie mobile arrive sur la chape de l’autre.
- Quand on tire sur la corde, la charge et les poulies mobiles montent.

 Formule d’équilibre

A l’équilibre, on a : Fe = P / 2n alors P = 2n × Fe

Le déplacement est : h = Le / 2n alors Le = 2n × h

n = nombre de poulies mobiles.

 Conclusion

Cette association permet de gagner en force.

Application

Au cours de la monté d’un solide de 50kg, on a utilisé 4 poulies mobiles associées à une
poulie fixe.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 20


1. Détermine la force à exercer à l’équilibre.
2. La charge s’élève sur 2m. calcul la longueur de la corde à tirer (le déplacement).
On donne g = 10N/kg.

Solution

1. La force :

Calcul du poids : P = mg = 500N

Fe = P / 2n (n = 4) d’où Fe = P / 24 = 31,25N

2. La longueur : Le = 24 * h = 32m

c. Le palan

Un palan est système constitué d’un même nombre de poulies fixe que de poulies mobiles.

 expérience

F1 F2 F3 F4 F5 F6 Fe

 Observation
- Dans ce montage, le nombre de poulies fixe est égal au nombre de poulies mobiles.
- Quand on tire sur la corde, la charge monte avec les poulies mobiles.

 Formule d’équilibre

La force est : Fe = P / 2 × n alors P = Fe × 2n


Le déplacement : h = Le / 2 × n alors Le = h × 2n

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 21


n = nombre de poulies fixe ou de poulies mobiles.

 Conclusion

L’utilisation du palan permet de gagner en force et de perdre en déplacement.

Application

On se sert d’un palan constitué de 3 poulies fixes et de 3 poulies mobiles pour soulever une
charge de 180kg.

1. Calcul l’intensité de la force à exercer à l’équilibre.


2. On tire la corde sur 5m. de combien s’élève la charge. On donne g = 10N/kg.

Solution

Le poids : P = mg = 1800N

1. La force : Fe = P / 2 × n (n = 3) d’où Fe = 300N.


2. La hauteur : h = Le / 2 × n (n = 3) d’où h = 0,83m.

II- Le Treuil

On se sert du treuil pour soulever les lourdes charges.

1. Expérience

Le treuil est constitué d’un tambour (cylindre), d’un axe de rotation et d’une manivelle
solidaire à l’axe.

Vue de face Fe Vue de profil

Rayon r Fe

Axe Bras de la manivelle (L) L

Tambour ou cylindre

Charge Charge

P P

2. Observation

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 22


- La force Fe appliquée est orthogonale à la manivelle.
- La manivelle est solidaire et orthogonale à l’axe de rotation du cylindre.
- Au cours de la montée de la charge, la corde s’enroule sur le cylindre qui se met en
mouvement (tourner).

3. Formule d’équilibre

A l’équilibre on a : Fe × L = P × r alors Fe = P × r / L

Le rapport r / L < 1 d’où Fe < P

Le déplacement de la charge est donné par : h = 2 r π n (n = nombre de tour)

Le tour de la manivelle est : Le = 2 L π n

Le rapport des déplacements :

h 2 r π n alors h r h Le × r
Le 2Lπn Le L L

4. Conclusion

On gagne en force en utilisant le treuil mais on perd en déplacement.

Application

On veut élever une charge de 50kg au moyen d’un treuil dont le diamètre du cylindre est
16cm et le bras de la manivelle est 25cm.

1. Détermine la force à exercer à l’équilibre.


2. De combien s’élève la charge quand le cylindre fait 5 tours.
On donne g = 10N/kg.

Solution

Le poids P = mg = 500N.
Le rayon r = d/2 = 8cm

1. La force : Fe = P × r / L = 160N
2. La hauteur : h = 2 π r n = 251,2cm

III- Les Leviers

1. Définition

Un levier est une barre rigide mobile autour d’un point fixe appelé point d’appui. A
l’équilibre les moments des forces sont égaux.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 23


O Fe

A Point d’appui

P
OA et OB constituent les bras du levier ;

A l’équilibre on a : Fe × OB = P × OA 

2. Les différents types de leviers

Il existe 3 types de leviers :

- Le levier inter-appui ;
- Le levier inter-résistant et
- Le levier inter-moteur.

a- Le levier inter-appui

C’est un levier dont le point d’appui se situe entre les points d’application des forces
motrices et résistantes.

Fe

P Fe × OB = P × OA 

Exemples : le pied de biche, les tenailles, les ciseaux, les pinces, la balance...

b- Le levier inter-résistant

Dans ce système, la force résistante se situe entre la force motrice et le point d’appui. On
gagne en force (OA / OB < 1)

Fm

O Fr A l’équilibre : Fr × OA = Fm × OB.

Exemples : la brouette, frein de vélo, articulation du poignet, …

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 24


c- Le levier inter-moteur

C’est un levier dont la force motrice se situe entre le point de rotation et la force résistante.
On perd en force mais on gagne en déplacement (OB / OA > 1).

Fm A

B Fr

A l’équilibre : Fm ×OB =Fr ×OA.

Exemples : articulation du coude, et pédale d’une machine à coudre.

Tableau récapitulatif

Machines simples Condition d’équilibre Longueurs


Poulie simple Fe = P le = h
Poulie mobile Fe = P/2 l = 2h
Poulie à deux gorges Fe × R = P × r le/h = R/r
Poulie fixe associée à Fe = P/2n le = 2n×h
une poulie mobile
Palan Fe = P/2n le = 2n× h
Levier inter-appui Fm ×OB = Fr ×OA ---------

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les notions essentielles suivantes :

- Les poulies et leurs associations, le treuil et les leviers ;


- Les formules d’équilibre.
- L’importance des ses machines simples.

Etape 5 : EVALUATION

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 25


Une règle longue de 2m est mobile autour d’un axe O. On exerce aux points A et B des
forces FA = 30N et FB = 20N. A quelle distance de O faut-il placer les forces FA et FB pour
qu’il ait l’équilibre ?

SOLUTION B

O FB

FA

F A + FB
A l’équilibre on a : FA × OA = FB × OB ; FA/OB = FB/OA =
AB
20+30
2

FA/OB = 50/2 50× OB = 2× FA OB = 2× FA/2 ; OB = 2×30/50 ;

OB = 1,2cm.

FA /OA = 50/2 50×OA = 2 ×FB OA = 2×FB / 50; 2×20/50;

OA = 0,8cm. Ou AB = OA+OB ;

OA = AB – OB; 2cm – 1,2cm; OA = 0,8cm.

Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE

Exercice de maison

Dans un levier inter-moteur, le bras lié au poids à vaincre est 60cm et celui associé à la
force à exercer mesure 25cm. L’intensité de la résistance à vaincre est 70N.

Calculer la valeur de la force à exercer à l’équilibre.

Solution

Fe × OA = P × OB d’où Fe = P × OB / OA = 168N

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 26


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 05
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 4
Année : Date :

THEME II : ENERGIE

Titre de la leçon : LE TRAVAIL

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève être capable de :

 Acquérir la notion de travail moteur et de travail résistant ;


 Donner les expressions des 2 catégories de travail ;
 Exprimer le rendement d’un travail.

II. Matériels d’expérience


- Des machines simples ;
- Une corde,
- Un support,
III. Matériel didactique :

Sciences Physiques 3ème Collection DURANDEAU

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Correction de l’exercice de maison.

Etape 2 : MOTIVATION

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 27


Etape 3 : LEÇON DU JOUR : LE TRAVAIL

I. Travail de la force et du poids


1. Travail de la force
a. Expérience

Déplaçons une boite à craie vide sur la table et repérons l’origine de la force appliquée puis
identifions la distance parcourut.

Boîte de craie

A F B F

b. Observation
- Le point d’application de la force s’est déplacé de A à B : on dit qu’elle travail.
- La force F et le déplacement sont colinéaires.
- La distance AB représente le déplacement et se note L.

c. Conclusion

Une force F travail si son point d’application se déplace.

d. Définition

On appelle travail d’une force le produit de l’intensité de la force par son déplacement. Le
travail s’exprime en Joule de symbole « J ».

En désignant le travail par W, la force F et le déplacement par L, on a :

W=F×L W en joule (J) ; F en Newton (N) et L en mètre (m).

Exercice d’application

Un boucher exerce une force de 45N pour tirer son mouton jusqu’à l’abattoir situé à 300m
de chez lui. Calculer le travail effectué par le boucher.

Solution

Travail : W = F × L = 13500J

NB.

 Si la force F s’oppose au déplacement L, le travail effectué est appelé travail résistant


et se note Wr ou Ws.
 Si la force F et le déplacement L sont de même sens, le travail effectué prend le nom
de travail moteur et se note Wm ou We.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 28


2. Travail du poids

Quand un corps de poids P tombe d’une hauteur h, son travail a pour formule :

Wp = P × h Wp en (J) ; P en (N) et h en (m).

Remarque : c’est le centre de gravité du poids qui se déplace vers le sol et on dit que le
poids travail.

Exercice d’application

Une noix de coco de 1500g tombe d’un cocotier de 8m de haut. Calculez le travail effectué
par cette noix lorsqu’elle atteint le sol. g = 10N/kg.

Solution

Le poids : P = mg = 15N

Le travail : W = P * h = 120J

II. Travail dans les machines simples


1. Le plan incliné
a. Expérience

Déplaçons un solide sur une grande pente d’un plan incliné et calculons le travail de la
force et le travail du poids puis comparons-les.

A P C

b. Observation
- La distance AB est le déplacement de F
- La distance BC est le déplacement de P
- Le travail de la force F (travail moteur ou d’entré)  est : Wm = F × AB
- Le travail du poids (travail résistant ou de sorti) est : Wr = P × BC

La comparaison des 2 travaux : Wm > Wr à cause des forces de frottement.

NB. On peut avoir Wm = Wr lorsque les frottements sont nuls ou égaux aux travaux : on
dit qu’il y a conservation de travail.

c. Conclusion

Dans le plan incliné, le travail moteur est égal au travail résistant lorsque les forces de
frottements sont nulles.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 29


d. Le rendement

Le rendement est le quotient du travail résistant (Wr) par rapport au travail moteur (Wm) :

r = Wr / Wm ou r = Ws / We

Le rendement n’a pas d’unité et est toujours inférieur à 1.

Exercice d’application

Avec une force de 100N, on tire un paquet de ciment de 50Kg sur une plate forme de 3m
de long dont la dénivellation est de 0,5m. En prenant g = 10N/kg, Calcule :

1. Le travail d’entré ;
2. Le travail de sorti ;
3. Le rendement des travaux.

Solution

Le poids : P = mg = 500N.

1. Travail d’entré : We = F × AB = 100N × 3m = 300J


2. Travail de sortie : Ws = P × BC = 500N × 0,5m = 250J
3. Rendement : r = Ws / We = 250J/300J = 0,83

2. Poulie à deux gorges


a. Experience

Soulevons un solide (S) avec une poulie à 2 gorges et notons les déplacements ainsi que les
travaux puis comparons-les.

R Le

r Fe

r = petite gorge

h = Ls R = grande gorge

P Solide

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 30


b. Observation
 Le déplacement du solide est : h = 2 × r × π × n
 Le déplacement de la force est : Le = 2 × R × π × n
 Le travail moteur est donc : Wm = F × 2Rπn
 Le travail résistant est : Wr = P × 2r πn

Comparaison des 2 travaux : Wm > Wr si les forces de frottements existent ; dans le cas
contraire, il y a conservation de masse : Wm = Wr

c. Conclusion

Dans une poulie à 2 gorges, le travail moteur (Wm) est égal au travail résistant (Wr) si les
forces de frottements sont nulles.

Le rendement des travaux est donné par : r = Wr / Wm.

Exercice d’application

On se sert d’une poulie à 2 gorges de rayons 5cm et 8cm pour soulever une masse de 2kg.
Calculer le travail de sortie pour 2 tours de la poulie. Prendre g= 10N/kg.

Solution

Le poids : P = mg = 20N

Travail de sortie : Ws = P * 2 r π n = 12,56J.

3. Le treuil
a. Expérience

Soulevons une charge (C) avec un treuil et notons les déplacements ainsi les travaux puis
comparons-les.

L F

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 31


b. Observation
- Déplacement du poids : h = 2 r π n
- Déplacement de la force : 2 L π n
- Travail moteur : Wm = F × 2 L π n
- Travail résistant : Wr = P × 2 r π n

Comparaison des 2 travaux : Wm > Wr si les forces de frottements existent ; dans le cas
contraire, il y a conservation de masse : Wm = Wr.

c. Conclusion

Dans un treuil, le travail moteur (Wm) est supérieur au travail résistant (Wr) s’il y a des
frottements.

L’expression du rendement est : r = Wr / Wm

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les notions essentielles suivantes :

- Le travail moteur et le travail résistant ;


- Le calcul des rendements.

Etape 5 : EVALUATION

1. Qu’est-ce que le travail d’une force ?


2. Comment calcul-t-on le rendement ?

Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE

Exercice de maison

Pour soulever une charge de 50kg, on utilise un treuil dont le tambour a 15cm de long et le
bras de la manivelle a une longueur de 30cm.

1. Quel est la force à exercer à l’équilibre ?


2. Détermine le travail de sortie pour 2 tours de tambours.
3. Le travail d’entré étant de 980J, en-déduis le rendement de l’installation. Prendre g
= 10N/kg.

Solution

Le poids : P = mg = 500N

1. La force : F × L + P × r d’où F = P × r / L = 250N


2. Le travail : Ws = P × 2πrn = 942J

Le rendement : r = Ws / We = 0,9

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 32


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 06
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 1
Année : Date :

THEME II : ENERGIE

Titre de la leçon : PUISSANCE MECANIQUE D’UNE FORCE

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève être capable de :

 Acquérir la notion de puissance ;


 Donner les expressions de la puissance ;

II. Matériels d’expérience


- Un vélo ;
- Des billes.

III. Matériel didactique

Sciences Physiques 3ème Collection DURANDEAU.

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Correction de l’exercice de maison.

Etape 2 : MOTIVATION

Etape 3 : LEÇON DU JOUR

I. Notion de puissance
1. Faits d’observation
 Un moteur électrique est d’autant plus puissant quand il fournit un travail donné
pendant un temps très court.
 Le vélo d’un cycliste est puissant quand il parcourt une grande distance à un bref
temps.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 33


2. Définition de la puissance

La puissance mécanique d’une force est le quotient du travail de cette force par le temps
mis pour l’accomplir.

La puissance s’exprime en Watt de symbole ‘’W’’. Elle peut être exprimée en d’autres
unités :

 Le kilowatt (kw) = 1000w


 Le mégawatt (Mw) = 1 000 000w
 Le Gigawatt (Gw) = 1 000 000 000w.

3. Expression de la puissance

w
En désignant la puissance par P et selon sa définition, nous avons : P=
t

P en Watt ; W en Joule et t en seconde (s).

Exercice d’application

Avec une force de 50N, on fait déplacer un colis sur 8m. Sachant que la durée de
l’opération est de 10s, calcule la puissance mécanique de la force appliquée.

Solution

Le travail : W = F × L = 400 j

La puissance : P = W/t = 40w ou 0,04 kw

II. Puissance d’un corps en vitesse

On sait que W = F × L et que P = W/t d’où P = F × L / t.

Or L / t = v (v = vitesse en m/s) d’où la puissance P = F × v

III. Le rendement de la puissance mécanique

Le rendement de la puissance mécanique est le quotient de la puissance de sortie (Ps) ou


puissance utile par la puissance d’entrée (Pe) ou puissance fournit.

r = Ps / Pe

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur l’expression de la puissance mécanique et de la puissance d’un corps en


mouvement.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 34


Etape 5  : EVALUATION

1. Qu’est-ce que la puissance mécanique ?


2. Donner son expression pour un corps qui est en mouvement.

Etape6  : TRAVAIL A FAIRE

Exercice de maison

Au coup de fusil, une balle est expulsée à la vitesse de 108km/h avec une force de 70N.
Détermine la puissance de la force exercée par cette balle.

Solution

V= 108km/h = 30m/s

La puissance P = F × V = 2100W.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 35


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 07
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 3
Année : Date :

THEME II : ENERGIE

Titre de la leçon : NOTION D’ENERGIE

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève être capable de :

 Acquérir la notion générale d’énergie et celle de conservation d’énergie ;


 Définir l’énergie potentielle et l’Energie cinétique
 Donner les expressions des énergies cinétique, potentielle, mécanique et
calorifique.
 Calculer la vitesse d’un objet mécanique en chute à partir de la conservation de
l’énergie mécanique.
 Donner les transformations d’énergies qui s’effectuent pendant la chute et la
montée d’un objet.

II. Matériels d’expérience


 Des pierres ;
 Bruleur à gaz ;
 Eau ; casserole ;
III. Matériel didactique 

Sciences physiques 3ème Collection DURANDEAU.

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Correction de l’exercice de maison.

Etape 2 : MOTIVATION

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 36


Etape 3 : LEÇON DU JOUR

I. Notion générale d’énergie


1. Les faits d’observation
 Un cycliste en descendant une colline possède de l’énergie ;
 L’eau d’un barrage possède de l’énergie car elle peut travailler.
 Un gaz comprimé dans un cylindre possède de l’énergie car il peut travailler.
 Une pierre en tombant possède de l’énergie car elle peut travailler.

2. Conclusion

Un corps possède de l’énergie s’il est capable de travailler.

3. Notion de conservation de l’énergie


a. Les faits d’observation
 Un moteur utilise de l’énergie électrique qu’il transforme en énergie cinétique.
 L’énergie mécanique obtenue par frottement des mains se transforme en énergie
calorifique.

b. Conclusion

Lorsqu’une forme d’énergie se transforme en une autre, on dit qu’elle se conserve.

Le rendement d’une machine qui utilise et fournit de l’énergie est :

r= énergie utilisé (restituée)


Énergie fournie (investie)

II. Energie potentielle


1. Expérience

2. Observation

Quand un corps suspendu est lâché il tombe au sol, le corps possède donc une énergie qui
lui permet de tomber.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 37


3. Conclusion

Tout corps situé à une distance par rapport au sol possède de l’énergie potentielle.
L’énergie potentielle est l’énergie que possède un cops du fait de son altitude.

L’énergie potentielle dépend de :

 La masse du corps ;
 La hauteur à laquelle se trouve le corps
 L’intensité de la pesanteur (g).

L’expression de l’énergie potentielle est :

Ep = p × h = m g h Ep en joule, m en kg, h en mètre et g en N/kg.

Exercice d’application

A 5m du sol, est suspendue une boule de 700g. Calcule l’énergie potentielle de cette boule.
G = 10N/kg.

Solution

700g = 0,7kg.

Ep = mgh = 35J

III. Energie cinétique


1. Expérience

2. Observation

Le corps roulé sur le sol se déplace du point A vers le point B.

3. Conclusion

Tout corps en mouvement possède une énergie : c’est l’énergie cinétique. Cette énergie
dépend de :

 La masse du corps ;
 La vitesse (v) du corps.

L’expression de l’énergie cinétique s’écrit :

Ec = ½ mv2 ou Ec = mv2 / 2 donc V = √ 2 Ec /m

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 38


Exercice d’application

Un solide de masse 500g est lancé à une vitesse de 72Km/h. Détermine l’énergie cinétique
du solide.

Solution

72km/h = 20m/s ; 500g = 0,5kg

Ec = ½ mv2 = 100j.

4. Conservation de Ec et de Ep

L’énergie potentielle peut se transformer en énergie cinétique et vice versa. Quand il y a


conservation des 2 énergies Ec et Ep, on peut écrire :

Ec = Ep soit mv2 / 2 = mgh d’où V2 = 2gh soit V = √ 2 gh

Exercice d’application

Une bille en fer de masse 0,5kg est suspendue à 5m au-dessus du sol.

1. Calcul l’énergie potentielle de la bille.


2. On la lâche et elle tombe ; calcul la vitesse de la bille quand-elle est en chute. On
donne g = 10N/kg.

Solution

1. Ep = mgh = 25j.
2. V = √ 2 gh = 10m/s.

5. Variation de Ep et de Ec
 A la montée, Ec diminue et Ep augmente.
 A la descente, Ec augmente et Ep diminue.

6. Transformation de Ep et de Ec
 A la montée, l’Ec se transforme en Ep
 A la descente, l’Ep se transforme en Ec.

7. Notion d’énergie mécanique

La somme de l’énergie cinétique et de l’énergie potentielle est appelée énergie


mécanique. Elle se note Em.

Em = Ep + Ec ou Em = mV2 / 2 + mgh

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 39


Remarque : Au cours de la chute d’un corps, l’énergie mécanique ne varie pas.

Em = Ep

Em = Ec + Ep

Em = Ec

Exercice d’application

Au cours de la chute et à 2,5m du sol, la vitesse d’un solide de masse 4kg est de 10m/s.
calcul l’énergie mécanique de ce solide. On donne g = 10N/kg.

Solution

 Calcul d’Ec : Ec = mv2/2 = 200j


 Calcul de Ep : Ep = mgh = 100j
 Calcul de Em : Em = Ec + Ep = 300j.

IV. Energie calorifique


1. Experience

2. Observation

L’eau contenue dans le ballon est chauffée grâce au bec bunsen. Dans quelques
minutes (20 min environ), on constate que l’eau bout et dégage des vapeurs. Quand on
éteint le bec bunsen l’eau se refroidie.

3. Conclusion

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 40


Le bec bunsen dégage la chaleur qui est transmise à l’eau. L’eau absorbe donc la
chaleur et la dégage sous forme de vapeur. La température de l’eau varie.

4. Définition

L’énergie calorifique est la quantité de chaleur absorbée ou dégagée par un corps


lorsque sa température varie de t1 à t2. L’énergie calorifique dépend de 3 variables :

 La masse (m) du corps,


 La chaleur massique du corps (c) et
 La variation de température (t2 – t1) du corps.

5. Expression de l’énergie calorifique

Q = m × c (t2 – t1) m en kg ; c en j/kg/°C ; t en °C et Q en joule.

t2 ou θ2 = température finale

t1 ou θ1 = température initiale

Exemple  : C eau = 4180 J/kg/°C ou 4,18Kj/kg/°C.

Exercice d’application

On chauffe 2l d’eau prise à 15°C jusqu’à 35°C. Calcul l’énergie calorifique reçu par cette
quantité d’eau. On donne C eau = 4180j/kg/°C.

Solution

La masse d’eau utilisée :

M = ‫ ﺡ‬eau × v = 1kg/l × 2l = 2kg.

L’énergie calorifique : Q = m×c (t2- t1) = 167200j.

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les notions essentielles suivantes :

 Notions générales d’énergie et de sa conservation ;


 Les expressions des différentes formes d’énergies étudiées (Ep, Ec, Em, Q).
 Notions de conservation, de variation et de transformation d’Ep et d’Ec.

Etape 5  : EVALUATION

On élève 5l d’eau d’une température de 15°c à 45°c. Calculer la quantité de chaleur


produite. On donne c eau = 4180j/kg/°C

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 41


Résolution

Calcule de la masse : m= ξ×v = 1kg/dm3× 5dm3 = 5kg

Calcule de la quantité de chaleur produite

Q = m × c (t2- t1)

Q = 5kg×4180j/kg/°C × (45°c- 15°C) Q = 627000j = 627kj

Etape 6  : TRAVAIL A FAIRE

1. Une boule de masse m = 5kg est suspendu à 20 m au dessus du sol. Quelle forme
d’énergie possède la boule suspendue ? calcule sa valeur.
2. un projectile de masse 800 g est lancé à une vitesse de 108 km/h. calcule son énergie
cinétique au lancement.

Solution

1. la boule possède l’énergie potentielle

Ep= m g h = 1000J

2. m= 800g =0,8kg

V = 108km/h = 30m/s

Calcule de l’Ec : Ec = ½ mv2 = 360J

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 42


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 08
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 3
Année : Date :

THEME II : ENERGIE

Titre de la leçon : SOURCES D’ENERGIE ET LEURS APPLICATIONS

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève être capable de :

 Citer les sources d’énergie qui existent ;


 Donner leurs applications.

II. Matériels d’expérience

III. Matériel didactique

Sciences Physiques 3ème Collection DURANDEAU.

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Correction de l’exercice de maison.

Etape 2 : MOTIVATION

Etape 3 : LEÇON DU JOUR

I. Les sources d’énergie

Il existe deux groupes de sources d’énergies à savoir :

- Les anciennes sources d’énergie


- Les nouvelles sources d’énergie.

1. Les anciennes sources d’énergie

Les anciennes sources d’énergie sont : les barrages d’eau, le charbon, la houille, le gaz
naturel, le pétrole. Ces sources d’énergie sont épuisables.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 43


2. Les nouvelles sources d’énergie

Ce sont les sources d’énergie à exploiter ou qui sont nouvellement exploitées. Il s’agit de :

 l’énergie solaire ;
 L’énergie nucléaire ;
 L’énergie éolienne et
 L’énergie de la marée.

Ces sources d’énergie précitées sont inépuisables.

II. Applications des sources d’énergie


1. Les barrages d’eau
Ils permettent à l’énergie mécanique des machines de transformer en énergie électrique.

2. Gaz naturel et gaz de la houille


Ce sont de bons combustibles dans les foyers car ils produisent de l’énergie calorifique.

3. L’énergie solaire
On utilise des photopiles qui sont constitués de panneaux solaires en silicium exposé au
soleil. Ces panneaux transforment directement l’énergie solaire en énergie électrique. Le
procédé utilisé est appelé procédé photovoltaïque.

4. Le pétrole
Le pétrole est un bon combustible de l’éclairage. Il fait fonctionner beaucoup de moteurs.

5. Energie nucléaire
Elle est produite par la réaction de la fusion par désintégration des atomes des éléments
chimiques mises en jeu.

NB. Des usines spécialisées transforment ces énergies éoliennes, géothermiques et de la


marée en énergie électrique.

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les différents types d’énergies et leurs applications.

Etape 5 : EVALUATION

1. Citer les différents types d’énergies que nous avons.


2. Donner des exemples d’énergies nouvelles et leurs applications.

Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE

Exercice de maison

Faites des recherches sur la transformation de l’énergie éolienne en énergie électrique.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 44


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 09
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 2
Année : Date :

THEME III : OPTIQUE

Titre de la leçon  REFLEXION DE LA LUMIERE

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève doit-être capable de :

 Définir un miroir ;
 Expliquer le phénomène de la réflexion et construire des rayons réfléchis issu d’un
miroir à partir d’une source de lumière ;
 Maîtriser le vocabulaire scientifique lié à la réflexion.

II. Matériels d’expérience


- Miroir ;
- Lampe torche ;
- Bougie ;
- Allumette.

III. Matériel didactique

Sciences Physiques 3ème, Collection DURANDEAU.

IV. Déroulement de la leçon 

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Correction des exercices de maison.

Etape 2 : MOTIVATION

Etape 3 : LEÇON DU JOUR

I. Qu’est-ce qu’un miroir ?


1. Expérience
Plaçons un objet devant une vitre de voiture.

2. Observation
L’image de l’objet apparait dans la vitre.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 45


3. Conclusion
La vitre de la voiture permet de voir l’image de l’objet : c’est un miroir.

4. Définition
Un miroir est toute surface dans laquelle on peut se voir. La zone d’objets visibles dans le
miroir est appelée champ du miroir.

Le symbole du miroir est M

Face du miroir Partie peinturée

II. La réflexion de la lumière


1. Expérience

Source de i r
Lumière î r

2. Observation
La lumière qui quitte la lampe torche est renvoyée par le plan ou la face du miroir.

3. Conclusion
La lumière change brusquement de direction au niveau du miroir : on dit qu’il y a réflexion
de la lumière. Le miroir renvoie la lumière dans une direction privilégiée.

4. Définitions
On appelle réflexion le changement brusque de direction de la lumière.
Le rayon qui arrive au miroir s’appelle rayon incident ou rayon émergent (noté i). Celui qui
repart est le rayon réfléchi (noté r).

L’angle formé entre le rayon incident et la normale est l’angle incident et celui formé entre
la normale et le rayon réfléchi est l’angle réfléchi.

5. Les lois de la réflexion


 1ère loi : l’angle incident (î), l’image réfléchi (r) et la normale (N) sont dans un
même plan.
 2ème loi : l’angle incident est égal à l’angle réfléchi.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 46


III. Nature de l’image donnée par un miroir plan
a. Expérience

Vitre

Image A’

Objet A

d1 d2

b. Observation
L’image A’ paraît exister. La distance d1 = d2. Par ailleurs, l’œil de l’observateur aperçoit
la flamme de l’objet A.

c. Conclusion
Un miroir donne d’un objet une image virtuelle, de même grandeur que l’objet et
symétrique par rapport au plan du miroir.

IV. Construction de faisceaux

Remarque : un faisceau est une bande lumineuse délimitée par 2 rayons incidents ou
réfléchis.

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les notions essentielles suivantes :

- Le miroir et sa représentation ;
- Les caractéristiques d’une image donnée par un miroir plan ;
- Le vocabulaire scientifique lié à la réflexion de la lumière.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 47


Etape 5 : EVALUATION

Un observateur place son miroir à 2m devant lui.

1. A quelle distance se trouve son image par rapport à lui-même ?


2. Il s’avance de 0,5m. à quelle distance se trouve son image par rapport au plan du
miroir ?
3. De cette position, il recule de 1,5m. à quelle distance se trouve son image par
rapport à lui-même ?

Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE

Soit la figure suivante :

1. Construis le rayon réfléchi.


2. Construis l’image S’ de la source S.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 48


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 10
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 2
Année : Date :

THEME III: OPTIQUE

Titre de la leçon : IMAGE DONNEE PAR UNE LENTILLE

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève doit-être capable de :

 Définir une lentille convergente ;


 Déterminer les foyers d’une lentille convergente ;
 Calculer la distance focale et la vergence d’une lentille convergente ;
 Construire l’image donnée par une lentille convergente ;
 Etablir une relation entre la position, la grandeur de l’objet et de l’image.

II. Matériels d’expérience


- Lentilles (convergentes et divergentes) ;
- Lampe torche ;
- Allumettes.

III. Matériel didactique


 Sciences Physique 3ème, Collection DURANDEAU ;
 Sciences Physiques BEP, Collection DURANDEAU.

IV. Déroulement de la leçon 

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Correction des exercices de maison.

Etape 2 : MOTIVATION

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 49


Etape 3 : LEÇON DU JOUR

I. Les lentilles minces convergentes


1. Définition
Une lentille est un verre taillé capable de grossir ou de réduire la taille des objets ou d’un
texte.
2. Les types de lentilles
a. Expérience
Observer un texte avec 2 lentilles différentes.

b. Observation
Une lentille grossit le texte alors que l’autre le réduit.

c. Conclusion
La lentille qui grossit le texte est une lentille convergente alors que celle qui le réduit est
divergente.

d. Caractéristiques d’une lentille convergente


La lentille convergente est une lentille à centre épais et aux extrémités minces. Son
symbole est : L

 Une lentille convergente est caractérisée par :

F O F’

Schématisation d’une lentille convergente (L)

- L’axe FF’ ;
- Le centre optique O ;
- Le foyer objet F et le foyer image F’

La distance focale est l’intervalle entre le foyer et le centre optique de la lentille. On la note
OF ou OF’ ou encore f.

 La vergence de la lentille

La vergence ou la convergence d’une lentille est l’inverse de sa distance focale. On la note


C et elle s’exprime en dioptrie de symbole δ.

C= 1 ou C = 1
OF’ f f en mètre (m) et C en Dioptrie (δ)

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 50


II. Construction de l’image donnée par une lentille convergente
1. Règles de construction de l’image
 Un rayon passant par le centre optique O de la lentille n’est pas dévié ; (A).
 Un rayon parallèle à l’axe optique émerge en passant par le foyer image F’ ; (B).
 Un rayon passant par le foyer objet F émerge parallèlement à l’axe optique ; (C).

A B C

2. Image d’un objet placé à une distance supérieure à OF de la lentille


a. Construction

A F O F’ A’

B’

b. Caractéristiques de l’image
- L’image A’B’ est renversée ;
- Elle se forme derrière la lentille : elle est réelle et peut s’observer à l’œil ainsi
qu’à l’écran.

Remarque : quand on approche l’objet AB de la lentille, l’image A’B’ s’agrandit. Si la


distance OA = 2 OF, l’objet a la même taille que l’image.

3. Image d’un objet placé entre O et F


a. Construction

B’’
B

F A’ A O F’

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 51


b. Caractéristiques de l’image
- L’image A’B’ est droite ;
- Elle se forme en avant de la lentille : elle est virtuelle et peut s’observer à l’œil
mais pas à l’écran.

NB. Si l’objet AB est placé sur le point foyer objet, l’image est totalement virtuelle : elle
ne se voit ni à l’œil, ni à l’écran.

III. Les formules des lentilles minces convergentes


Dans le cas où la distance objet-lentille (OA) est supérieure à la distance focale (OF), on a :

B L

OF’ A’

A F O F’

OA OA’ B’

a. Formule de conjugaison

1 1 1
OF’ OA OA’

b. Le grandissement (sans unité)

γ = A’B’ = OA’
AB OA

IV. Les lentilles accolées


Quand on accole deux lentilles convergentes de vergence C1 et C2, l’ensemble se
comporte comme une lentille unique. La vergence équivalente est :

C = C1 + C2.

Etape 4 : RECAPITULATION


Elle porte sur les notions essentielles suivantes :
- Les caractéristiques des lentilles convergentes ;
- La construction des images d’un objet ;
- Les formules des lentilles convergentes.

Etape 5 : EVALUATION


1. La distance focale d’une lentille convergente est de 500cm. Détermine sa
vergence.
2. On accole à cette lentille une autre de vergence 50δ. Détermine la vergence
du système des lentilles.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 52


Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE
Une lentille convergente donne sur un écran l’image d’un objet de 2cm de hauteur. L’écran
est placé à 12cm de l’objet et l’image mesure 1cm. L’objet et l’image sont parallèles à
l’axe de la lentille.
Détermine graphiquement et par calcul la distance focale de la lentille.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 53


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 11
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 3
Année : Date :

THEME III : OPTIQUE

Titre de la leçon : UTILISATION RAISONNEE D’UN


APPAREIL PHOTOGRAPHIQUE

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève doit-être capable de :

 Citer et monter les différentes parties d’un appareil photographique tout en


précisant leur rôle ;
 Nommer les 3 types de bague à partir de leur série ;
 Etablir une comparaison entre l’appareil photographique et l’œil.

II. Matériels d’expérience


- Appareils photographiques ;
- Pellicules.

III. Matériel didactique

Sciences Physique 4ème, Collection DURANDEAU 

IV. Déroulement de la leçon 

Etape 1 : CONTROLE INITIAL

Correction des exercices de maison.

Etape 2 : MOTIVATION

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 54


Etape 3 : LEÇON DU JOUR

I. Qu’est-ce qu’un appareil photographique ?


Déclencheur
Miroir
Objectif Viseur

Lentille Pellicule

Obturateur
Diaphragme
SCHEMA D’UN APPAREIL PHOTOGRAPHIQUE
Un appareil photographique comprend 2 grandes parties : le boitier et l’objectif.
1. Le boitier
Le boitier comporte le déclencheur, le viseur, la manivelle et le levier d’armement.

2. L’objectif
Il comprend la lentille, la bague de diaphragme, la bague d’obturation et la bague de mise
au point.
3. Rôle des différentes parties
 Le viseur permet de cadrer le sujet à photographier.
 Le déclencheur commande l’obturateur.
 La manivelle permet d’enrouler la pellicule.
 Le levier d’armement : il fait avancer la pellicule à l’intérieur de l’appareil.
 La bague de diaphragme : elle règle l’ouverture du diaphragme. Ceci permet de
régler la quantité de lumière qui doit pénétrer l’appareil.
 La bague d’obturation : permet de régler le temps de pause de l’obturateur.
 La bague de mise au point permet de régler les distances entre le sujet et la
pellicule.

II. Les réglages de l’appareil photographique


Les réglages se font avec les différentes bagues. Les différents réglages concernent donc :
 L’ouverture du diaphragme ;
 La vitesse de l’obturation.
Ces 2 réglages forment le couple distance sujet-pellicule.
1. Inscriptions portées par les bagues
a. La bague de l’obturation
Elle porte les inscriptions suivantes : B-1-15-30-60-125-250-500
Si on choisit par exemple 60, cela signifie que l’obturateur va rester ouvert pendant 1/60ème
seconde.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 55


b. La bague de diaphragme
Elle porte les inscriptions suivantes : n-1,8-2-2,8-4-5,6-8-11-16-22
Si on choisit par exemple le chiffre 4, cela signifie que le diamètre du diaphragme est :
D = f/4 avec f = la distance focale de la lentille à l’objectif.
c. La bague de mise au point ou bague d’échelle de distances
Elle porte les inscriptions suivantes : m-0,5-0,8-1-1,5-2-3-5-10-…….

2. Comment former les couples de réglage ?


Exemples de couples : (60-8) ; (125-5,6) ; (8-22) ; (15-16) ; …
Remarque : dans le couple, les nombres portés par la bague de l’obturation sont à la
première position et ceux de la bague du diaphragme en deuxième position.
NB.
 Si le sujet est en mouvement, il faut un petit temps et une grande ouverture.
Exemple de couple à utiliser : (150-4).
 Si le sujet est par contre immobile, il faut un grand temps et une petite ouverture.
Exemple de couple correspondant : (8-22).

III. Techniques de la photographie


1. Choix des pellicules
Il existe 2 types de pellicules :
- Pellicule blanc-noir ;
- Pellicule en couleur.
Toutes les pellicules ou films sont sensibles à la lumière. On exprime cette sensibilité en
degré ISO qui est le couple de 2 degrés : ASA et DIN.
2. Signification du couple ISO
Une pellicule de sensibilité ISO 200/24 signifie 200 ASA et 24 DIN.
Remarque 
 Une pellicule de grande sensibilité a besoin d’une faible lumière.
 Une pellicule est plus sensible à la lumière si son degré ASA est plus élevé.
Application
L’emballage de 3 pellicules porte les inscriptions suivantes :
ISO 200/24 ; ISO100/21 ; iso400/27
1. Trouve la plus sensible ;
2. Désigne le moins sensible.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 56


3. Tableau de correspondance du degré ISO

ASA DIN ISO


50 18 50/18
100 21 100/21
200 24 200/24
400 27 400/27
800 30 800/30

4. Profondeur du champ
Elle est l’intervalle dans lequel un objet donne une image nette sur la pellicule de l’appareil
photographique. Si la profondeur augmente alors le trou du diaphragme est réduit.

IV. Analogie entre appareil photographique te l’œil

APPAREIL PHOTOGRAPHIQUE ŒIL


Objectif Pupille
Diaphragme Iris
Pellicule Rétine
Lentille Cristallin
Mise au point Accommodation

Etape 4 : RECAPITULATION


Elle porte sur les points essentiels suivants :
- La composition de l’appareil photographique ;
- Les bagues : caractéristiques et rôles ;
- La technique de photographie.

Etape 5 : EVALUATION


Faite la comparaison entre l’œil et un appareil photographique.

Etape 6 : TRAVAIL A FAIRE


Un appareil photographique porte les 3 séries d’indication :
Séries 1 : B-1-15-30-60-125-250-500
Série 2 : m-0,5-0,8-1-1,5-2-3-5-10-…
Série 3 : n-1,8-2-2,8-4-5,6-8-11-16-22
1. Nommer les bagues qui portent ces graduations.
2. Expliquer la fonction des bagues précédentes.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 57


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 12
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 3
Année : Date :

THEME IV : ELECTRICITE

Titre de la leçon : DIPOLES PASSIFS OU RESISTIFS

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève doit être capable de :


 Définir un dipôle et un conducteur ohmique ;
 Enoncer et appliquer la loi d’ohm ;
 Calculer la résistance équivalente d’une association de résistances ;
 Calculer la tension de sortie aux bornes d’une résistance ohmique.

II. Matériels d’expérience

Fils conducteurs, générateur de tension réglable, voltmètre, ohmmètre, ampèremètre,


résistances, ampoules.

III. Matériel didactique

Sciences Physiques 3ème, Collection DURANDEAU.

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : REVISION

1. Citer les différentes parties d’un appareil photographique ?


2. Citer les différents réglages de l’appareil photographique ?

Etape 2 : MOTIVATION

Observation des dipôles. Donner leur caractéristique ?

Etape 3 : LEÇON DU JOUR

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 58


I. Qu’est-ce qu’un dipôle ?
Un dipôle est un élément électronique qui possède deux bornes de branchements.
Il existe deux sortes de dipôle :

 Les dipôles actifs : piles, bactéries.


 Dipôles résistifs : résistance, ampoule, diode…

II. Résistance d’un conducteur ohmique

1. Expérience

Faisons varier la tension aux bornes du conducteur ohmique à l’aide d’un générateur à
tension réglable.

2. Observation

La tension aux bornes du conducteur ohmique augment ou diminue avec la variation de la


tension du générateur réglable.

3. Conclusion

La tension varie en fonction de l’intensité. Un tel dipôle est appelé conducteur ohmique.

III. Etude expérimentale d’un dipôle conducteur ohmique

1. Tableau des mesures pratiquées

U (v) 0 3 4,5 6 7,5 9


I (A) 0 2 3 4 5 6

2. Représentation graphique

U (v)

0 2 3 4 5 6 I (A)

3. Interprétation

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 59


 Tous les points représentatifs sont alignés.
 La droite obtenue passe par l’origine. Elle définit ainsi une fonction linéaire de la
y
forme y=ax ou a=
x

4. La loi d’ohm

D’après le graphique, y=ax ⇒ U =aI

U
⇒a=
I

a = Coefficient de proportionnalité de U et I est appelé la résistance (R) du dipôle.

U
R= Alors U = R × I U en volt (V). I en ampère. R en ohm (Ω).
I

Exercice d’application

Détermine la résistance d’un conducteur ohmique parcourue par un courant de 250 mA


dont la tension à ses bornes est de 6 V.

Réponse

250 mA = 0,25 A

Détermination de la résistance

U 6V
R= R= R = 24 Ω
I 0,25 A

IV. Association des résistances en série

1. Expérience

A Ue = 9 V

V U1 = 3 V

R1 R2 U2 = 6 V

V1 V2

2. Observation

Ue = U1 + U2et I = I1 = I2.

U1 = R1 × I et U2 = U2 × I

Or Ue = U1 + U2⇒Ue = R1 × I + R2 × I

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 60


⇒ I × Re = I (R1 + R2), d’où Re = R1 + R2

3. Conclusion

L’association de deux résistances R1 et R2 branchés en série est équivalente à une


résistance unique : Re = R1 + R2.

V. L’association de deux résistances en dérivation

1. Expérience

V1 Ue = 3, 8 V

R1 A1 U1 = 3, 8 V

R2 A2 U2 =3, 8 V

V2

2. Observation

La tension Ue du générateur est égale à la tension aux bornes de chaque résistance.

Ue = U1 = U2

L’intensité fournit par le générateur est égale à la somme des intensités dans R1 et R2.

3. Conclusion

Ue
Ue = Re × I ⇒ Re =
I

Exercice d’application

Deux résistances R1 et R2 sont montés en dérivation dans un circuit. Le générateur a une


tension de 20 V et fournit un courant de 2 A.

a. Faire le schéma.
b. Calculer la résistance équivalente ?

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 61


Résolution

a. Schéma

Ue
b. ℜ= Re = 10 Ω
I

VI. Diviseur de tension

1. Expérience

Ue R1 = 6 Ω

R1 R2 R2 = 8 Ω

Us Ue = 6 V

L=3V

2. Observation

La lampe s’allume sans être grillée. Un tel montage est dit montage de diviseur de tension.

3. Formule de la tension de sortie

Ue
Ue = (R1 + R2) × I ⇒ I =
R 1+ R 2

Us
U2 = R2 × I = Us ⇒ I =
R2

Us Ue R2
= ⇒ Us=Ue ×
R 2 R1 + R2 R 1+ R 2

4. Conclusion

L’utilisation d’un pont diviseur de tension permet de réduire la tension de sortie pour
l’adapter à un appareil donné.

Exercice d’application

Un pont diviseur de tension est constitué de R1 = 12 Ω et de R2 = 56 Ω monté en série.


L’ensemble est alimenté par un générateur de 3 V.

Calculer la tension de sortie Us aux bornes de la résistance R1.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 62


Résolution

R1 = 12 Ω ; R2 = 56 Ω ; Ue = 3 v

Calcul de la tension de sortie.

R1 12 Ω
Us=Ue × ⇒Ue=3 V × ⇒ Us = 0.52 Ω.
R 1+ R 2 12Ω+ 56 Ω

Remarque : L’ohmmètre est un appareil qui sert à mesurer directement la valeur d’une
résistance.

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les points essentiels suivants :


 La loi d’ohm ;
 La résistance équivalente de deux résistances en série ;
 La résistance équivalente de deux résistances en dérivation ;
 La tension de sortie Us.

Etape 5 : EVALUATION

1. Enoncer la loi d’ohm ?


2. Quelle est l’expression de la résistance équivalente entre deux résistances associées
en série / en dérivation.

Etape 6 : EXERCICE DE MAISON

1. On monte en série les résistances R1 = 18Ω, R2 =56Ω, avec un générateur.


L’intensité du courant qui traverse les deux résistances est I = 0,6 A. calcul

a. La tension U1 et U2 aux bornes de R1 et R2.


b. La tension U aux bornes de l’ensemble des deux résistances.
c. La résistance équivalente Re de l’association R1 et R2.
d. La tension de sortie aux bornes de R1.

2. On monte en dérivation deux résistances R1 = 6 Ω et R2 =8 Ω avec un générateur de


tension U = 6 V.

a. Faire le schéma.
b. Calcul les tensions U1 et U2.
c. Calcul le courant principal I.
d. Calcul la résistance équivalente.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 63


FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 13
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 2
Année : Date :

THEME IV : ELECTRICITE

Titre de la leçon : LE TRANSISTOR

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon l’élève doit être capable de :


 Identifier un transistor, ses bornes et son sens passant du courant ;
 Réaliser un montage comportant un transistor ;
 Expliquer le fonctionnement du transistor N.P.N.

II. Matériels d’expérience


Transistors, résistances, lampe, générateur, fils conducteur, interrupteurs.

III. Matériel didactique


Sciences Physiques 3ème, Collection DURANDEAU.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 64


IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : REVISION

1. Quelle est la relation qui lie U, R et I dans un circuit ?


2. Quelle est l’expression de calcul de la résistance équivalente entre deux résistances
montées en série / dérivation ?

Etape 2 : MOTIVATION

Avant, à 18 h, ce sont des personnes qui allumaient les ampoules publiques. Aujourd’hui
l’allumage public est automatique. Quels sont les appareils introduits dans le circuit ?

Etape 3 : LEÇON DU JOUR

1. Présentation d’un transistor

a. Les types de transistor


Il existe deux type de transistor : le type NPN et le type PNP.

b. Qu’est-ce qu’un transistor ?


Un transistor est un composant électrique à 3 bornes.

c. Symbole des transistors

C C

B B

E E

Transistor NPN Transistor PNP

d. Les noms des bornes d’un transistor

 Le collecteur noté C.
 La base noté B.
 L’émetteur noté E.

2. Montage électronique

a. Expérience

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 65


Réalisons les pontages suivants avec le transistor.

1er cas 2ème cas

b. Observation

La lampe s’allume dans le 2ème cas.

c. Conclusion

La lampe ne s’allume que si la base est alimentée par un courant.

NB. Le collecteur est toujours relié à la borne positive du générateur alors que l’émetteur à
la borne négative.

d. Rôle de la résistance placée à la base


Elle limite l’intensité du courant qui traverse la base. Cette résistance joue donc le rôle de
protection de la base.

3. Fonctionnement du transistor NPN

a. Expérience

Réalisons le montage suivant en réglant la tension de la base du transistor

b. Observation
 Si UBE ≤ 0,6 V ; la lampe ne s’allume pas ; IB = IC = 0.
 Si UBE ≥ 0,6 V ; la lampe s’allume IB ≠ 0, IC ≠ 0.

c. Conclusion
- Le transistor est bloqué si la tension de la base ≤ 0,6 V.
- Le transistor est débloqué si la tension de la base ≥ 0,6 V.

d. Effet transistor

Un petit courant de la base suffit pour débloquer le transistor : c’est l’effet transistor.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 66


e. La loi des intensités

Selon la loi des nœuds, on a : IE = IC + IB

f. Régimes de fonctionnement d’un transistor

Lorsque le transistor est débloqué, on distingue deux régimes de fonctionnement : le


régime linéaire et le régime saturé.

 Le régime linéaire

Le courant collecteur est proportionnel au courant de base. La constance de cette


proportionnalité est le gin β.

Ic Ic
β= ⇒ Ic=β × IB ou IB=
IB β

 Le régime saturé

Il n’y a plus de gin de courant. IC conserve une valeur lorsque UBE > 1,2 V. IC est donc
maximale et est appelé l’intensité de saturation.

g. Rôle d’un transistor

Le transistor joue le rôle d’amplificateur de courant et le rôle d’interrupteur.

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les points essentiels suivants :


 La présentation des transistors ;
 Le branchement d’un transistor NPN ;
 Les régimes de fonctionnement.

Etape 5 : EVALUATION

1. Faire le symbole d’un transistor NPN.


2. Que veut dire transistor bloqué, transistor débloqué, régime linéaire, régime saturé.

Etape 6 : EXERCICE DE MAISON

I). Un transistor NPN à un gin β = 200. En régime linéaire l’intensité du collecteur est de
400 mA. Calcul :

1. L’intensité IB du courant de base.


2. L’intensité IE du courant de l’émetteur.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 67


II). Au cours d’une séance de pratique sur le transistor ; vous avez réalisé le tableau
suivant :

IB (mA) 0 0,11 0,2 0,5 1 1,5 1,7 2 2,5 3 4


IC (mA 0 10 20 50 100 150 170 180 200 200 200

1. Indiquer à partir de ce tableau :

a. quand le transistor est-il bloqué ?


b. quand est-il débloqué ?
c. à quel moment il fonctionne en régime linéaire ?
d. à quel moment il fonctionne en régime saturé ?

2. Calculer le gin du transistor en régime linéaire ?


3. Tracer la caractéristique IC en fonction de IB du transistor en prenant sur l’axe des
abscisses 1 Cm pour 1 mA et sur l’axe des ordonnés 2 Cm pour 100 mA.

FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 14
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 2
Année : Date :

THEME IV : ELECTRICITE

Titre de la leçon : MOTEURS ELECTRIQUES A COURANT CONTINU

I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon l’élève doit être capable de :

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 68


 Identifier un moteur électrique ;
 Expliquer le fonctionnement d’un moteur à courant continu ;
 Donner des principes de fonctionnement d’un moteur ;
 Citer des exemples de moteur.

II. Matériels d’expérience


Bobine, aiment, moteurs.

III. Matériel didactique


Sciences Physiques 3ème, Collection DURANDEAU.

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : REVISION

1. Faire le symbole d’un transistor NPN.


2. Quel est le rôle d’un transistor ?
3. Quel rôle joue la résistance placée dans la base d’un transistor ?

Etape 2 : MOTIVATION

Observation d’un moteur électrique.

Etape 3 : LEÇON DU JOUR

1. De quoi est constitué un moteur électrique ?

Un moteur à courant continu possède deux parties à savoir :


 Une partie tournante (rotor) : la bobine ;
 La partie fixe (le stator) : l’aimant (à deux pôles).

2. Fonctionnement d’un moteur

a. Principe
- Une bobine parcourue par un courant peut tourner devant l’aimant.
- Les pôles et les faces de même nom (Nord-Nord, Sud-Sud) se repoussent tandis que
les pôles et les faces de différents noms s’attirent.

b. Mouvement de la bobine

La bobine est alimentée en courant continu par l’intermédiaire des collecteurs mobiles qui
sont au contact des balais fixes.

Les brins sont alors soumis à des forces électromagnétiques qui font tourner le rotor.

NB. Un moteur à courant continu ne peut pas fonctionner en courant alternatif.

3. Exemples de moteur de moteur à courant continu

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 69


Jouets des enfants, essuie-glaces, moulin à café…

4. Qu’est-ce qu’un moteur universel ?

Un moteur universel est moteur qui fonctionne aussi bien en courant continu qu’en courant
alternatif.

Exemples : Le ventilateur, la radio, la télévision, le séchoir à main, etc.

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur le fonctionnement et des exemples de moteur.

Etape 5 : EVALUATION

1. Quel sont les principes de fonctionnement d’un moteur à courant continu ?


2. Donner des exemples de moteur à courant continu et de moteur universel ?

Etape 6 : EXERCICE DE MAISON

1. Décrire le fonctionnement d’un moteur ?


2. Citer 5 exemples de moteur à courant continu et 5 moteurs universels ?

FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 15
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 1
Année : Date :

THEME IV : ELECTRICITE

Titre de la leçon : PUISSANCE ET ENERGIE ELECTRIQUE

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 70


I. Objectifs pédagogiques

A la fin de leçon, l’élève doit être capable de :


 Lire la puissance normal sur un appareil ;
 Calculer la puissance et l’énergie consommée par un appareil électrique.

II. Matériels d’expérience


Divers appareils électriques.

III. Matériel didactique

Sciences Physiques 3ème, Collection DURANDEAU.

IV. Déroulement de la leçon

Etape 1 : REVISION

1. Quels sont les différentes parties d’un moteur ?


2. Qu’est-ce qu’un moteur universel ? donner quelques exemples ?

Etape 2 : MOTIVATION

Observation et lecture des inscriptions sur culot d’une ampoule, qu’avez-vous lu ?

Etape 3 : LEÇON DU JOUR

1. Puissance électrique

a. Définition
La puissance électrique d’un appareil est le produit de la tension et de l’intensité du
courant qui le traverse.

P=U×IP en watt (w) ; U en volt (V) ; I en ampère (A)

Remarque : En courant alternatif, la relation P = UI n’est plus vraie que si les appareils
utilisés sont des récepteurs thermiques (qui dégagent la chaleur).

Exercice d’application

Une ampoule de voiture porte les inscriptions suivantes : 12 V ; 1,75 A.

a. Que signifient ces inscriptions ?


b. Calcul la puissance de cette ampoule ?

Résolution

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 71


a. Signification :
 12 V est la tension d’usage de l’ampoule.
 1,75 A est l’intensité d’usage de l’ampoule.

b. Calcul de la puissance

P = UI ⇒ P = 12 V × 1,75 A P = 21 w

c. La puissance nominale

La puissance nominale d’un appareil est sa puissance d’utilisation. Elle est inscrite sur
l’appareil par le fabricateur.

NB la puissance nominale doit être respecté lors de l’utilisation de chaque appareil. Si non,
l’appareil sera sous-tension ou grillé (en cas de surtension).

2. Energie électrique consommée par un appareil

a. Définition

L’énergie consommée par un appareil est égale au produit de sa puissance par son temps
de fonctionnement.

E=P×t P en watt ; t en seconde ; E en joule ou


P en watt ; t en heure ; E en w / h.

b. Autres formules

- Avec P = UI ⇒ P = U × I × t
- Avec P = R I2⇒ E = R × I2 × t
U U2 U2
- Avec U =R × I ⇔ I =    P = UI revient P= d’où E= ×t
R R R

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle sur la définition de la puissance et de l’énergie consommée.

Etape 5 : EVALUATION

1. Définir la puissance d’un appareil et écrire sa formule de calcul.


2. Ecrire la formule de l’énergie consommée en fonction de :

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 72


a. P et t.
b. U, I et t.
c. U, R et t.

Etape 6 : EXERCICE DE MAISON

1. Calcule l’énergie électrique consommée par une machine de 3,65 w qui a


fonctionné pendant 6 h.
2. Un radiateur électrique de puissance 120 w en moyenne 2 h 30 min par jour.
3. Calcule le prix de l’énergie consommée en moi de 30 jours sachant que le Kwh
vaut 96F.
4. Aux bornes d’une bactérie de 24 V – 2 A est branchée une tondeuse utilisé pendant
5 min.
Calcule l’énergie utilisée par la tondeuse ?

CORRECTION

1. Calcule d’énergie.
E= P × t E= 3.65w × 6h E = 21,9 w / h ou 13140 J
2. Energie consommée : E= 120 w × 2,5h × 30 jr = 9000 w / h.
3. Prix : 9000 w/h × 96F = 864000F.
4. E = U × I × t E= 24 V × 2 A × 300 s = 14400 J.

FICHE PEDAGOGIQUE

Nom de l’enseignant : KITIKA Discipline : PHYSIQUE


Prénom : Kossi Fiche N°  : 16
Contacts : 91 72 34 77 / 99 70 70 54 Classe  : 3ème
Grade : Effectif :
Etablissement : Durée : 55 min × 1

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 73


Année : Date :

THEME IV : ELECTRICITE

Titre de la leçon : ENERGIE THERMIQUE ET COMPTEUR ELECTRIQUE


I. Objectifs pédagogiques

A la fin de la leçon, l’élève doit être capable de :


 Définir l’énergie thermique ;
 Identifier les différents appareils transformateurs d’énergie chimique ;
 Calculer les données enregistrées par un compteur électrique ;
 Donner le rôle d’un compteur électrique.

II. Matériels d’expérience

 Calorimètre, thermomètre, thermoplongeur, divers matériels électriques, compteur


électrique.
 Sciences physiques 3ème.

III. Déroulement de leçon

Etape 1 : REVISION

1. Donner l’expression de P en fonction de U, t et en fonction de R, I.


2. E (P,t) ; E (U,I,t) ; E (U,R,t).

Etape 2 : MOTIVATION

Donner l’exemple d’utilisation du chauffe-eau. Que se passe-t-il ?

Etape 3 : LEÇON DU JOUR

1. Energie thermiques

a. Expérience

Réalisons le montage suivant avec un calorimètre.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 74


Thermoplongeur

Thermomètre

Calorimètre contenant de l’eau

b. Observation

La température de l’eau à augmenter.

c. Conclusion

L’énergie thermique a été converti en chaleur ou énergie thermique ou encore calorifique.

Remarque : Le calorimètre permet de mesurer l’énergie thermique.

d. Définition de l’énergie calorifique

Connaissant la masse et la chaleur massique de l’eau l’énergie thermique

Q = m × c × (ө2 – ө1) ou Q = m × c × Δө

Q : Energie calorifique en joule (J).


M : Masse de l’eau en Kg.
Ө2 : Température finale en °C.
Ө1 : Température initiale en °C.

e. Conservation d’énergie

A l’équilibre, l’énergie électrique est égale à l’énergie thermique.

P × t = m × c × (ө2 – ө1) ou

E = Q U × I × t = m × c × (ө2 – ө1) ou encore

R × I2 = m × c × (ө2 – ө1)

2. le compteur électrique

a. Le rôle du compteur électrique

Le compteur électrique sert à enregistrer l’énergie consommé par les appareils d’une
installation. Elle doit être placée au début de toute installation électrique.

b. L’énergie consommée par un compteur

Si n est le nombre de tours enregistré et C la constance du compteur ; on a :

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 75


E=n×C E en joule (J).

 Consommation usuelle

La consommation usuelle de l’énergie s’obtient par la différence de deux relevés


consécutifs.

Exercice d’application

Dans la maison de Kossi, l’ancien relevé est 25790 Kwh et le nouveau relevé est 25815
Kwh. Calculer l’énergie consommée ?

Résolution: E = 25815 Kwh – 25790Kwh = 25 Kwh

Etape 4 : RECAPITULATION

Elle porte sur les notions essentielles suivantes :


 L’expérience de détermination de l’énergie thermique ;
 définition de l’énergie thermique ;
 Le rôle d’un compteur électrique ;
 L’énergie consommée par un compteur.

Etape 5 : EVALUATION

1. Définir l’énergie calorifique ?


2. Quelle est la relation qui existe entre Q et E à l’équilibre ?
3. Quel est le rôle d’un compteur électrique ?

Etape 6 : EXERCICE DE MAISON

Un litre d’eau est chauffée dans un calorimètre de 25 °C à 55 °C. La chaleur massique de


l’eau est 4180 J / °C × Kg.

1. Calcule l’énergie thermique ?


2. Calcul le temps de chauffage sachant que la puissance de l’appareil électrique
utilisé est de 200 w.
3. Calcule la tension de l’appareil sachant que l’intensité du courant qui le traverse est
I = 5 A.

FICHE PEDAGOGIQUE PHYSIQUE - CLASSE DE 3EME Page 76