Vous êtes sur la page 1sur 19

CHAPITRE 1

STATISTIQUE A UNE VARIABLE


La statistique est une science qui permet de décrire, de représenter, d’analyser et
d’interpréter des phénomènes collectifs susceptibles d’être quantifiés.

Par contre,

Les statistiques sont le produit des analyses reposant sur l’usage de la statistique.

I/ VOCABULAIRE STATISTIQUE

1) Population statistique

C’est l’ensemble sur lequel porte l’étude statistique.

2) Unité statistique

C’est l’élément qui compose la population statistique.

3) Caractère statistique

Le caractère est l’aspect ou la propriété observée et analysée sur les individus. Il y a


deux types de caractères :

Le caractère peut être quantitatif c'est-à-dire mesurable ou qualitatif c'est-à-dire non


mesurable.

Exemples :

Caractère quantitatif (mesurable) Caractère qualitatif (non mesurable)


- Taille d’un élève - Couleur de cheveux d’un élève
- Nombre de voix obtenue - La profession d’une personne

4) Modalité statistique

C’est une valeur prise par un caractère statistique.

5) Variable statistique

C’est la valeur ou situation possible qu’on peut attribuer au caractère quantitatif. On


distingue deux types de variables :

- Variable discrète : on a des modalités sous forme des entiers naturels.


- Variable continue ou isolée : on a des modalités sous forme d’intervalles
(classes).
Exemples :

Variable continue Variable discrète


- Poids d’un élève - Nombre de voix obtenue à une
- Temps mis par un coureur pour élection
parcourir 100m - Nombre de vélos par classe

6) Classe (amplitude, centre, densité)

C’est le regroupement des valeurs ou des modalités sous forme d’intervalle.

 Amplitude

Est la différence entre la valeur maximale et minimale d’une classe. Elle est notée
« k » ou « a »

Si [a ; b [ est une classe alors k =b−a

 Centre d’une classe

C’est la demi-somme de la valeur maximale et minimale. Il est noté «  x i »


a+b
x i=
2

 La densité d’une classe

C’est le quotient de l’effectif d’une classe par l’amplitude de cette classe. Il est noté d .
ni
d=
ki

7) Effectifs

C’est le nombre total d’unités statistiques ou d’individus qui composent la population


étudiée ou le nombre d’individus de la population ayant une valeur donnée (pour le
caractère étudié). L’effectif relatif est noté ni et l’effectif total est noté N
k
N=∑ ni=n 1+ n2+ …+n k
i=1

- On appelle effectifs cumulés croissants de la modalité x k la somme des effectifs


des modalités inférieures ou égales à x k . Il est noté ni ↗
- On appelle effectifs cumulés décroissants de la modalité x k la somme des
effectifs des modalités supérieures ou égales à x k . Il est noté ni ↘

8) Fréquences
La fréquence c’est le quotient de l’effectif de la valeur par l’effectif total.
effectif
fréquence=
effectif total

ni
 En valeur f= ∑ f =1
N

ni
 En pourcentage f= ∙ 100 ∑ f =100
N

9) Recensement

C’est le dénombrement de la population statistique

II/ ENQUETE ET DEPOUILLEMENT

1) Enquête statistique

C’est une opération qui consiste à recueillir des données (informations). Elle se fait par
le biais d’un questionnaire.

 Lorsque l’enquête se fait sur une partie de la population, on parle


d’échantillonnage ou de sondage.
 Lorsque l’enquête se fait sur toute la population, on parle de recensement.

2) Dépouillement statistique
a- Dépouillement d’un caractère qualitatif

Une enquête menée sur le sexe chez les élèves de la Première G donne les résultats
suivants :

GFFFGGFGGFGFFGGGFFGFFFGF

TAF : Dépouiller ce résultat dans un tableau statistique

Réponse :

b- Dépouillement d’un caractère quantitatif


 Cas d’un caractère quantitatif discret
On a procédé au recensement de 85 familles d’un lotissement en ce qui concerne le
nombre d’enfants à la charge de chacune d’elles. On a obtenu les résultats suivants :

Regrouper ces résultats dans un tableau à 2 colonnes

 Cas d’un caractère quantitatif continu

Soit la série de notes suivantes de 1 à 20 :

Effectuer un dépouillement en considérant 5 classes d’égale amplitude 4

III/ TABLEAUX STATISTIQUES ET REPRESENTATIONS GRAPHIQUES

1) Tableaux statistiques

Un tableau est un outil de communication visuelle présentant des informations par


croisement de LIGNES et de COLONNES.

Le tableau est constitué de cases = cellules.

On distingue plusieurs types de tableaux dont le tableau statistique qui est


l’accumulation de données numériques.

Objectifs :

 Accès rapide à l’information grâce à une vision d’ensemble


 Analyse rapide de l’information
 Par comparaison
 Par classement des informations selon un ou plusieurs critère(s)

2) Représentations graphiques
a- Histogramme

C’est la représentation graphique des effectifs ou des fréquences d’une distribution


statistique d’une variable continue, les observations étant groupées par classe,
obtenue de la façon suivante :
Sur l’axe des abscisses, les intervalles de classes et, sur ces intervalles, des rectangles
ayant une aire proportionnelle à l’effectif ou à la fréquence de la classe marquée sur
l’axe des ordonnées.

Exercice d’application

On donne le tableau statistique des distances parcourues par les taxis d’une
compagnie. Construire l’histogramme.

Distances Effectifs
¿ 5
¿ 9
¿ 14
¿ 18
¿ 25
¿ 16
¿ 7
¿ 6
TOTAL 100
NB : Avant de construire l’histogramme, on vérifie les amplitudes. Si les amplitudes
sont inégales, alors on doit corriger les effectifs ou la fréquence.

b- Diagrammes en bandes

C’est la représentation graphique des effectifs ou des fréquences d’une distribution


statistique d’un caractère qualitatif, par des aires qui sont celles de rectangle.

Exercice d’application

Voici le tableau indiquant la répartition de 20 élèves de 1ère G suivant la profession de


leur père.

Profession A B C D Total
Effectif 3 8 7 2 20

c- Diagramme à secteurs

De même si ces aires sont celles de secteurs circulaires, on obtient des diagrammes à
secteurs (circulaires ou semi-circulaires).

 Diagramme circulaire

On pose :
360 ° ⟶ N

? ⟶ ni

Professio
A B C D
n
Effectif 3 8 7 2
Mesure en
54° 144° 126° 36°
degré

 Diagramme semi-circulaire
On pose :
180 ° ⟶ N
? ⟶ ni

Professio
A B C D
n
Effectif 3 8 7 2
Mesure en
27° 72° 63° 18°
degré

d- Diagramme en bâtons

C’est la représentation graphique des effectifs ou des fréquences d’une distribution


statistique d’une variable discrète obtenue de la façon suivante :

- Sur l’axe des abscisses, est marquée chacune des valeurs de la variable
- Sur l’axe des ordonnées, est portée une graduation arithmétique permettant de
représenter les effectifs ou les fréquences.

Exercice d’application

On a relevé le nombre de pièces principales des appartements d’une résidence. On a


obtenu les résultats suivants :

Nbre de p 1 2 3 4 5 6 7
Effectif 22 47 45 20 10 10 6

e- Diagrammes cumulatifs

Il s’agit de représenter les effectifs ou les fréquences cumulées.

 Cas d’une variable discrète


 Diagramme cumulatif croissant

Taille ni ni ↗

170 7 7
171 1 8
172 6 14
173 5 19
174 4 23
175 7 30
T 30 -

 Diagramme cumulatif décroissant

Taille ni ni ↘

170 7 7
171 1 8
172 6 14
173 5 19
174 4 23
175 7 30
T 30 -

 Cas d’une variable continue

Eff.Cum. Eff.Cum.
Poids en kg Effectif
croissant décroissant
¿ 15 15 76
¿ 12 27 61
¿ 25 52 49
¿ 10 62 24
¿ 14 76 14
Total 76 - -

Courbes cumulatives

IV/ DESCRIPTION NUMERIQUE DES SERIES A UNE VARIABLE

1) Les caractéristiques de tendance centrale


a- Le mode ou la dominante

Le mode, ou la dominante est la valeur de la variable qui correspond au plus grand


effectif ou la plus grande fréquence. Son symbole est M 0.

 Cas d’un caractère discret, la détermination est immédiate


Exemple : voici un tableau statistique montrant les tailles des élèves d’une classe
de première G.

Tailles Effectifs Tailles Effectifs


160 2 163 4 M 0=164
161 3 164 6
162 5 165 1

 Cas où les données sont groupées en classes de même étendue, le mode est
l’effectif de la classe qui a le plus grand effectif (classe modale)
 Cas d’un caractère continu, le mode est le centre de la classe modale.
a+b
Soit ¿ la classe modale. M 0=
2
INTERPRETATION : La plupart des ………… ont (obtenu, sauté, trouvé
etc…) égale à la valeur du mode trouvé.

b- La moyenne arithmétique

La moyenne arithmétique de plusieurs valeurs est le quotient de leur somme par le


nombre de ces valeurs. Elle est noté x́ .
n
∑ xi
x 1+ x2 +…+ x n i=1
Cas d ' une série simple x́= =
N N

i=k
∑ xi
n x + n x +…+n k x k i=1
Cas d ' une série simple x́= 1 1 2 2 =
N N

INTERPRETATION : A répartition égale, chaque (……) aura la valeur de la


moyenne trouvée.

c- La médiane

La médiane d’une distribution statistique à une variable est la valeur de cette variable
telle que, la distribution étant ordonnée, il y ait autant d’observations rangées après
elle. Son symbole est Me.

 Cas d’une série simple

Si les données sont impaires, Me est la valeur qui occupe le milieu de la distribution
ordonnée.
Si les données sont paires, Me est la demi somme des valeurs occupant la position
centrale de la distribution ordonnée.

 Cas d’une série classée

∑ ni −N
1
2
Me=L1 +k
ne
L1=¿ borne inférieure de la classe médiante
K=¿ amplitude de la classe médiante
N 1=¿ effectif cumulé croissant qui vient avant celui de la classe médiante
n e=¿ effectif de la classe médiante
INTERPRETATION : 50% (ou la 1ère moitié) des ………….. est entre Emin et la
médiane (Me) et 50% (ou la 2ème moitié) est entre médiane (Me) et Emax.

NB : La classe médiante est celle qui correspond au 1er effectif cumulé croissant
supérieur strictement à la moitié des observations. On peut calculer la médiane de cette
distribution.
N
Distances Effectifs Effectifs =50 . Dans la colonne des effectifs cumulés
2
cumulés
croissants, le 1er effectif cumulé directement
¿ 5 5
¿ 9 14 N
supérieur à est 71. (50 < 71)
¿ 14 28 2
¿ 18 46 Alors la classe médiane est ¿
¿ 25 71 Par interpolation :
¿ 16 87 M e −100 50−46 4
= =
¿ 7 94 105−100 71−46 25
¿ 6 100
TOTAL 100 - 5x4
M e= +100 M e =100,8
25
d- Les quartiles

On appelle quartiles les trois valeurs de la variable qui partage les observations d’une
distribution statistique, rangées par valeurs non décroissantes ou non croissantes, en
quatre groupes de même effectif.

Notation : Q1 Q 2 Q3

On appelle écart interquartiles la différence entre les quartiles extrêmes. Donc :

Ecart interquartiles = Q3−Q1

2) Les caractéristiques de dispersion


a- L’étendue
L’étendue d’une distribution statistique est la différence entre la plus grande et la plus
petite des valeurs observées. E=X max −X min

b- La variance
k
La variance V ( x ) d’une distribution statistique d’effectif N=∑ ni et de moyenne x́
i=1
k
1 2
est : V ( x )= ∑ ni ( x i−x́ ) ou V ( x )= x́ 2−x́ 2
N i=1

c- L’écart type

La description de l’étalement d’une distribution peut être affinée. Pour ce faire, on


utilise la variance et l’écart type qui tiennent compte de l’ensemble des données.

 Plus l’écart type est faible, plus les données sont dispersées autour de la
moyenne.
 Inversement plus l’écart type est élevée, plus les données sont dispersées loin
de la moyenne.

Ecart type est la racine carrée de la variance. δ ( x )= √V (x )

d- Coefficient de variation

Le coefficient de variation permet de comparer la variabilité de deux séries qui ont des
moyennes très différentes ou même qui ne sont pas exprimées dans les mêmes unités
puisque le coefficient de variation exprime l’écart type en pourcentage de la moyenne.

δ ( x)
CV = x 100 %

Le coefficient de variation donne l’homogénéité de la série,

 Si le coefficient de variation est inférieur à 15%, on considère que les données


sont homogènes et inversement,
 Si le coefficient de variation est supérieur à 15%, on dit que les données sont
hétérogènes.
EXERCICES
1/ La bibliothèque d’un établissement scolaire de la place contient 3600 livres de
mathématiques repartis dans le tableau suivant :

LIVRE ANGE-MATHO IRMA CIAM OXYGENE


Nombre 1700 600 900 400
1- Compléter le tableau par les fréquences cumulées croissantes et décroissantes.
2- Représenter le diagramme : a. semi-circulaire b. circulaire c. à bande

2/ On donne la série suivante :

Modalité 1 2 3 4 5 6
s
Effectifs 17 16 15 18 17 17
Cette série correspond aux résultats obtenus en lançant 100 fois un dé dont les faces
sont numérotées de 1 à 6.

1- Calculer la moyenne x de l’écart type δ de cette série.


2- Représenter cette série par un diagramme en bâtons.
3- Calculer l’effectif des valeurs qui appartiennent à l’intervalle [ x−6 ; x+ 6 ] .
4- Calculer l’écart absolu moyen par rapport au mode.

3/ La répartition des salaires des employés d’une entreprise est donnée dans le tableau
suivant :
Salaire Fréquences Eff. Cum.
Centre de classes Effectifs
en francs (en %) Croissants
3000-3800 5
3800-4200 8,5
4200-4600 23,75
4600- ? 25
? - ? 5400
5800-7000
6,75 400
1- Recopier et compléter le tableau.
2- Tracer l’histogramme et le polygone des fréquences de cette série.
3- Combien d’employés ont un salaire inférieur à 4600 ?
4- Calculer la moyenne, la médiane et le mode de cette série.

IV/ Dans une entreprise de 150 ouvriers le salaire moyen est de 60.000F. Sachant que
l’entreprise est constituée des ateliers A et B dans lesquels les salaires moyens sont
70.000F et 55.000F, trouver le nombre d’ouvrier de chaque atelier.

V/ Le tableau suivant donne la distribution des effectifs de la durée de vie d’un


échantillon d’ampoules.
Nombre 1- Calculer la fréquence de chacune des classes.
Durée de vie
d’ampoules 2- Construire un histogramme représentant cette série.
¿ 36 3- Construire le polygone des effectifs.
¿ 25 4- Construire un diagramme des effectifs cumulés
¿ 20 croissants et celui des effectifs cumulés décroissants.
¿ 15 5- Déterminer la classe modale.
¿ 4 6- Calcule le mode, la moyenne.

7- Calculer la variance et l’écart type.


8- Déterminer graphiquement la médiane.
9- Evaluer le nombre d’ampoules dont la durée de vie est inférieure à la moyenne.

6/ Le tableau suivant donne la répartition des magasins selon les profits réalisés
Profit ¿ ¿ ¿ ¿ ¿ ¿
Nombre 12 18 27 X 17 6
1- Déterminer X sachant que le profit moyen s’élève à 28 000 000.
2- Calculer le mode et la médiane puis donner leur interprétation.

7/ Après avoir soumis une population à 20 épreuves équivalentes, on a obtenu les


résultats suivants :
Epr 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19
Eff 2 0 3 5 7 11 14 18 16 15 10 7 3 1 2 1
Calculer le mode, la médiane la moyenne arithmétique et l’écart type de cette série.

8/ La répartition de 20 entreprises artisanales selon le nombre d’ouvriers donne le


tableau suivant :
Classes 0–2 2–4 4–6 6–8 8 – 10
Effectif N1 5 6 N2 2
a) Déterminer les effectifs N1 et N2 sachant que médiane la moyenne arithmétique
et l’écart type de la distribution est égale à 4,7 ouvriers.
b) Calculer et interpréter le 1er et le 3ème quartile Q1 et Q2
c) Calculer le 80e centile et interpréter.

9/ Le tableau statistique représente l’âge des individus d’un groupement agricole.


Ages Eff. 1- Mettre cette série en classe d’égale amplitude.
16 – 19 3
2- Tracer l’histogramme de la série.
19 – 25 14
3- Déterminer l’âge médian par calcul.
25 – 34 33
4- Quel est le nombre de personnes ayant moins de 28ans
10/ Soit la série suivante :
Modalité 8 10 14 15 20
s
Effectifs 2 5 1 2 2

1) Déterminer le mode de cette distribution.


2) Déterminer la médiane, le 1er et le 3ème quartile.
3) Calculer l’écart type puis le coefficient de variation et interpréter.

11/ Soit le salaire journalier des ouvriers d’une entreprise.


Salaire Eff 1- Construire l’histogramme des fréquences de la série et
300 – 400 7 le polygone des fréquences.
400 – 600 18 2- Calculer le mode, la médiane.
600 – 900 36 3- Calculer la moyenne arithmétique.
900 – 1000 8 4- Déterminer la valeur D de la variable telle que 20% des
1000 – 1100 5 ouvriers les mieux payés aient un salaire compris entre
D et 1100F.
12/ Le tableau suivant donne la répartition des salaires des employés d’une entreprise.
Effectifs Effectifs
Effectifs Fréquences
Salaire xi cumulés cumulés
ni F1%
croissants décroissants
¿ ………….. ………….. ………….. …………..
¿ ………… 25 ………… …………
¿ 120 ………… 280 222
¿ ………… 21 ………… …………
¿ ………… ………… ………… 18
Total ………… ………… ………… …………
1) Définir la population statistique étudiée. Préciser le caractère étudié puis sa
nature.
2) Reproduis puis complète le tableau.
3) Construire l’histogramme.
4) Calculer la valeur de la médiane, du mode et de l’écart type de la série.

13/ On considère la série statistique suivante :


Classes ¿ ¿ ¿ ¿ ¿ ¿
Effectifs 22 27 29 44 42 41

1) Faites la représentation graphique de cette série. Quel est le nom de ce


diagramme ?
2) Cumulez les effectifs dans le sens ascendant et descendant.
3) Calculez la moyenne arithmétique et l’écart type de cette série.
4) Calculez les quartiles Q1 Q 2 et Q 3 et interpréter les résultats.
TRIGONOMETRIE
I/ LE CERCLE TRIGONOMETRIQUE
Le cercle trigonométrique est le cercle de centre O, de rayon OI = 1, d’origine I et de
sens de parcours le sens contraire des aiguilles d’une montre.

II/ sinx ; cosx ; tanx DES ANGLES ORIENTES


1) Définition
L’angle orienté ( u⃗ , ⃗v ) est l’angle de la rotation r de centre O qui transforme M’ en N’
Attention
Un angle orienté est différent d’un angle géométrique
Exemple
Sur cette figure l’angle orienté est (⃗ OM , ⃗ON ) tandis que l’angle géométrique est ^
MON
NB : Un angle géométrique est toujours positif alors qu’un angle orienté peut être
négatif. Cela dépend de l’orientation choisie. (⃗ ON ) = ^
OM , ⃗ MON=− ^ NOM
 cos α=OH ´ projection de M sur l’axe des abscisses
 sin α =OK ´ projection de M sur l’axe des ordonnées
 tan α= AM ´ ' intersection de (OM ) avec la tangente en A

 cosinus , sinus et tangente des angles remarquables

π π π π 2π 3π 5π
x (rad ) 0 π
6 4 3 2 3 4 6
degré 0 30° 45° 60° 90° 120° 135° 150° 180°
1 √2 √3 √3 √2 1
sinx 0 1 0
2 2 2 2 2 2
√3 √2 1 −1 −√ 2 −√ 3
cosx 1 0 −¿1
2 2 2 2 2 2
tanx 0 √3 1 −¿1
√2 0
3
√3 −¿ −√ 3
2

2) Propriétés
Pour tout x réel,
−1 ≤ cosx≤ 1−1 ≤ sinx ≤1
sinx
cos 2 x +sin 2 x=1tanx=
co sx
1 1
tan 2 x +1= 2
cotan 2 x +1= 2
cos x sin x
cos ( x +2 π )=cosx sin ( x+2 π )=sinx
3) Parité
 Parité de sinx
La fonction sinx définie sur IR par x ↦ sinx
sin (−x )=−sinx alors la fonction sinx est une fonction impaire.

 Parité de cosx
La fonction cosx définie sur IR par x ↦ cosx
cos (−x )=cosx alors la fonction cosinus est une fonction paire.

 Parité de tanx
La fonction tanx définie sur IR − { π2 +kπ /k ∈ Z } par x ↦ sinx
tan (−x )=−tanx alors la fonction tanx est une fonction impaire.

4) Périodicité
 Fonction sinx
sin ( x+ 2 π )=sinx alors la fonction sinus est périodique de période 2 π
 Fonction cosx
cos ( x +2 π )=cosx alors la fonction cosinus est périodique de période 2 π
 Fonction tanx
tan ( x +2 π )=tanx alors la fonction tangente est périodique de période 2 π

5) Formules d’addition
Si a et b sont deux nombres réels alors on a :
cos ( a+b ) =cos a cos b−sin a sin b sin ( a+ b )=sinacosb+cosasinb
cos ( a−b )=cosacosb+ sinasinb sin ( a−b )=sin acosb−cosasinb
tana +tanb tana−tanb
tan ( a+b ) = tan ( a−b )=
1−tanatanb 1+tanatanb

6) Formule de duplication
cos ( 2 a ) =cos2 a−sin 2 a=cos2 a−1=1−sin 2 a
2 tan ⁡(a)
sin ( 2 a )=2 cosasina ; tan ( 2 a ) =
1−tan 2 ( a )
cos ( 3 a )=4 cos3 a−3 cosa sin ( 3 a )=3 sina−4 sin3 a
7) Formule de SIMPSON
 Transformation d’une somme en produits
cos p+cos q=2cos ( p+q2 )cos ( p−q
2 ) cos p−cos q=−2 sin (
p +q
2 ) sin (
p−q
2 )
p +q p−q p+q p−q
sin p+sin q=2 sin ( ) cos ( ) sin p−sin q=2 cos ( ) sin (
2 2 2 2 )

 Transformation d’un produit en une somme

1
cos a. cos b= [ cos ( a+b ) +cos ( a−b ) ]
2
1
cos a. sin b= [ sin ( a+b )−sin ( a−b ) ]
2
1
sin a . sin b= [cos ( a−b )−cos ( a+b ) ]
2

III/ Equations trigonométriques


1) Equation : cosx=m(m∈ IR )
Pour −1 ≤m ≤1 on cherche une solution particulière α tel que cos α=m et l’équation
devient cos x=cos α
x=α +2 kπ
k ∈Z
x=−α +2 kπ
S= { α +2 kπ ( k ∈ Z ) } ∪ ¿
2) Equation : sinx=n(n ∈ IR)
Pour −1 ≤n ≤ 1 on cherche une solution particulière α tel que sinα=n et l’équation
devient sin x=sin α
x=α +2 kπ
k ∈Z
x=π−α +2 kπ
S= { α +2 kπ ( k ∈ Z ) } ∪ { ( π−α ) +2 kπ ( k ∈ Z ) }

IV/ TABLEAU DES DERIVEES DES FONCTIONS TRIGONOMETRIQUES

Fonction Dérivée
cos x −sin x
sin x cos x
1
tan x 1+ tan 2 x=
cos 2 x
−1
cotan x −( 1+cotan 2 x ) =
sin2 x
V/ TABLEAU DES PRIMITIVES DES FONCTIONS TRIGONOMETRIQUES

Fonction Dérivée
sin x −cos x
cos x sinx
tan x −ln|cos ⁡(x )|
1+ tan 2 x tan x
−1 cotan x
sin2 x
−1
sin ⁡(ax +b) cos (ax +b)
a
1
cos ⁡(ax +b) sin (ax +b)
a
u ' sin u −cos u
u' cos u sin u

Vous aimerez peut-être aussi