Vous êtes sur la page 1sur 32

CONCOURS DE RESIDANAT BLANC NOUVEAU REGIME

Novembre 2018

Epreuve 2
(14/11/2018)

RECOMMANDATIONS

Cette épreuve comporte questions dont :

- 65 Questions à choix multiple (QCM)

- 18 Questions à Réponse Ouverte et Courte (QROC)

- Cas cliniques

Les réponses doivent être portées sur la fiche optique pour les QCM et sur la copie même
dans l’espace réservé pour les QROC.

Bon Courage

1
QCM 1 : Parmi les séquelles suivantes, quels sont celles susceptibles de
compliquer une arthrite septique de la hanche chez un enfant de 3 ans

A. Inégalité de longueur des membres inférieurs

B. Epiphysiolyse fémorale supérieure

C. Coxite laminaire

D. Nécrose de la tête fémorale

E. Ankylose

Réponse :

QCM2 : Les formes graves d’arthrite septique chez les personnes âgées,
s’accompagne le plus souvent :

A. D’une fièvre importante et prolongée

B. de signes locaux minimes

C. D’un syndrome inflammatoire biologique modéré voir normal

D. D’une atteinte mono articulaire

E. D’une évolution rapide vers l’ostéoarthrite

Réponse :

QCM 3 : Dans un électrocardiogramme standard, les dérivations basales :

A. Sont enregistrées systématiquement


B. Sont utiles pour diagnostiquer un infarctus du ventricule droit
C. Sont utiles pour diagnostiquer un infarctus postérieur
D. Sont utiles lorsqu’il existe une forte suspicion clinique de syndrome coronarien aigu et que
l’électrocardiogramme est non contributif
E. Sont positionnées au niveau du 6ème espace intercostal.
Réponse :

2
QCM 4 : Les cellules du nœud auriculo-ventriculaire

A. Ne sont pas des cellules contractiles


B. Sont dépendantes de canaux calcique et sodique rapides
C. Ont un potentiel d’action long ce qui prolonge leur période réfractaire
D. N’ont pas de dépolarisation spontanée
E. Prennent le relais en cas de défaillance du nœud sinusal

Réponse :

QCM 5: Concernant la chaine de survie lors de la prise en charge d’un arrêt


cardio-respiratoire :

A. Le premier maillon consiste en une identification et un appel des secours (alerte)


B. L’appel du SAMU au 190 fera intervenir une ambulance médicalisée
C. Evaluer la respiration et la circulation prend généralement 25 à 30 secondes
D. La présence de gasps est assimilée à une respiration anormale
E. L’absence de pouls radial signe un arrêt circulatoire

Réponse ;

QCM 6 : Concernant le bobbing oculaire, quelle (quelles) est (sont) la (les)


proposition(s) exacte(s) ?

A. Est un nystagmus à ressort


B. Traduit une lésion hémisphérique
C. Traduit une lésion protubérantielle
D. Traduit une lésion du cervelet
E. Est un mouvement oculaire conjugué, rapide et anarchique dans tous les sens.

Réponse(s) :

3
QCM 7 : Un patient qui présente une ouverture des yeux spontanée, des réflexes
du tronc présent mais sans signes de compréhension ni de mouvements
volontaires ou de langage est un patient :

A. Conscient
B. Vigilant
C. Comateux
D. Qui présente un syndrome d’éveil non répondant
E. Qui présente un état de conscience minimal

Réponse(s) :

QCM 8: Chez un patient comateux, la présence d’une mydriase bilatérale et


réactive peut faire évoquer :

A. Une intoxication à l’atropine


B. Une origine anoxo-ischémique
C. Une intoxication à la cocaine
D. Une mort encéphalique
E. Une intoxication aux barbituriques

Réponse(s) :

QCM 9 : Parmi les propositions suivantes la(les)quelle(s) est (sont) justes ?

Le nourrisson est particulièrement susceptible au risque de déshydratation aigue pour une ou


plusieurs des raisons suivantes:

A) une proportion plus élevée de l’eau intracellulaire dans son organisme par comparaison à
l’adulte.

B) un renouvellement très rapide de l’eau extracellulaire par comparaison à l’adulte

C) des besoins hydriques élevés par comparaison à l’adulte

D) une immaturité rénale

E) une dépendance d’autrui dans ses apports hydriques

Réponse:

4
QCM 10 : Parmi les propositions suivantes concernant la réhydratation par voie
orale la(les)quelle(s) est (sont) justes ?

A) Elle est indiquée si le nourrisson a un pli cutané pâteux.


B) Elle est préconisée même si la déshydratation est sévère
C) Elle réduit le risque infectieux nosocomial.
D) Les solutés de réhydratation orale (SRO) utilisés sont caractérisés par leur richesse en
sodium et en glucose
E) Le soluté de réhydratation orale peut être administré par perfusion nasogastrique.

Réponse:

QCM 11 : Quelle(s) est (sont) la(les) classe(s) de lipoprotéines dont la


concentration est augmentée chez notre patiente ?

A. IDL
B. VLDL
C. Chylomicrons
D. HDL
E. LDL

Réponse :

QCM 12 : La prise en charge thérapeutique spécifique de cette


hyperlipoprotéinémie comporte :

A- Une réduction pondérale

B- Une réduction des apports en glucides à index glycémique bas

C- Une réduction des apports en cholestérol alimentaire

D- L’usage des triglycérides à chaines moyennes

E- L'équilibration du diabète

Réponse:

5
QCM 13 : Parmi les signes cliniques d’une hypothyroïdie périphérique on retient :

A- La macroglossie
B- La dépilation axillo pubienne
C- L’hypertension artérielle systolique
D- L’amaigrissement
E- L’asthénie

Réponse :

QCM 14 : Une hypothyroïdie périphérique peut s’associer à

A- Une hyperuricémie
B- Une Hyporcholestérolémie
C- Une Anémie
D- Une hypercalcémie
E- Une augmentation de TSH

Réponse :

QCM 15 : Le bilan pré-thérapeutique d’une hypothyroïdie périphérique profonde


doit comporter un (e):

A- NFS
B- bilan rénal
C- bilan hépatique
D- électrocardiogramme
E- électromyogramme

Réponse :

QCM 16 : En faveur de l’origine centrale de l’hypothyroïdie :

A- L’association à une hyperprolactinémie


B- L’absence du myxœdème
C- L’hypokaliémie sévère
D- Les antécédents familiaux d’hypothyroïdie
E- l’association à un goitre

Réponse :

6
QCM 17 : L'origine de la thyroïdite du post-partum est :

A- Infectieuse
B- Carentielle
C- Toxique
D- Auto-immune
E- Idiopathique

Réponse :

QCM 18 : Pour le diagnostic du sepsis, on retient les critères suivants:

A. Hypotension artérielle (PAM<65 mmHg)


B. Dysfonction d’organes (SOFA>2)
C. Syndrome de réponse inflammatoire systémique (SIRS)
D. Infection suspecte ou documentée
E. Tachycardie

Réponse :

QCM 19 : Au cours d’un état septique grave, l’interaction hôte/pathogène


implique :

A. Une activation des macrophages, polynucléaires et des lymphocytes


B. une sécrétion simultanée de cytokines pro-inflammatoires et anti- inflammatoires
C. Dysfonction endothéliale
D. Etat pro-coagulant
E. Des saignements incontrôlés
Réponse :

QCM 20 : L’examen physique d’un patient présentant un choc septique au stade


hyperdynamique permet de constater :

A- Un patient obnibulé
B- Des extrémités froides avec marbrures et cyanose
C- Une tachycardie avec pouls ample
D- Une tension artérielle conservée ou légèrement abaissée
E- Une hyperventilation
Réponse :

7
QCM 21 : A la phase initiale d’un état septique grave :

A. L’expansion volémique est systématique


B. Les solutés recommandés en 1ère intention sont les colloïdes
C. Les vasopresseurs sont systématiques
D. La pose d’un cathéter veineux central est obligatoire
E. La persistance d’une hypotension après expansion volémique optimisée traduit une
défaillance cardiaque
Réponse :

QCM 22 : Le risque infectieux après une fracture ouverte de jambe est majoré
dans les cas suivants : Choisissez les réponses justes

A- Une ouverture cutanée punctiforme


B- Un diabète déséquilibré
C- Un tabagisme actif
D- Après un mécanisme d’écrasement
E- Après un traitement orthopédique par plâtre
Réponse :

QCM 23 : Dans la physiopathologie des complications dégénératives du diabète,


on incrimine :

A- Le stress oxydant
B- La glycosylation des protéines
C- La diminution du sorbitol
D- La diminution du PAI-1
E- La variabilité glycémique.
Réponse :
QCM 24 :Les bloqueurs du système rénine angiotensine chez le diabétique
permettent d’améliorer :

A- La résistance à l’insuline
B- Les chiffres tensionnels
C- La micro-albuminurie
D- Les signes adrénergiques de l’hypoglycémie
E- La rétinopathie
Réponse :

8
QCM 25 :L’hypoglycémie chez le diabétique :

A- Se manifeste par des troubles du comportement


B- Peut être provoquée par un effort physique
C- Se voit uniquement chez les patients sous insuline
D- Nécessite un traitement urgent
E- N’entraine pas de troubles de la conscience
Réponse

QCM 26: Devant une ulcération génitale apparue chez un patient ayant des
relations sexuelles non protégées, quelles sont les étiologies possibles

A- Syphilis primaire
B- Herpes génital
C- Maladie de Nicolas Fabre
D- Primo-infection à VIH
E- Infection à Chlamydia trachomatis

Réponse :

QCM 27 : Parmi les pathologies suivantes, quelles sont celles qui classent une
infection VIH au stade maladie ?

A- Mycobactériose atypique
B- Pneumopathie à germe banal
C- Pneumocystose
D- Septicémie à Salmonelle mineure
E- Toxoplasmose cérébrale

Réponse :

QCM 28 :Le Pivmécillinam est

A- un apparenté aux bétalactamines


B- Contre indiqué au cours de la grossesse
C- bactériostatique
D- actil sur Staphylococcus saprophyticus
E- excrété principalement par voie biliaire

9
QCM 29 : Au cours d’une pyélonéphrite aigue simple, l’antibiothérapie de 1ère
intention est :

A- Cefotaxime 50mg/kg/j
B- Triméthoprime-sulfamethoxazole 2cp deux fois par jour
C- Cefixime 200 mg deux fois par jour
D- Ofloxacine 200 mg deux fois par jour
E- Amoxicilline-acide clavulanique 1 gramme trois fois par jour

QCM 30 : Parmi les antibiotiques, lequels possèdent la meilleur diffusion au


niveau du parenchyme prostatique :

A- Cefotaxime
B- Ofloxacine
C- Cefixime
D- Pivmécillinam
E- Triméthoprime-sulfamethoxazole

QCM 31 : Parmi les affections suivantes quelle(s) est (sont) la(les)quelle(s) qui
est (sont) responsable(s) d’une anémie normochrome normocytaire
arégénérative :

A- Anémié hémolytique auto-immune


B- Anémie inflammatoire au début de son installation
C- Anémie de Biermer
D- Anémie par carence en folates
E- Anémie par insuffisance rénale

Réponse :

QCM 32 : Devant une anémie hypochrome microcytaire arégénérative chez un


adulte , précisez le ou les examens à demander parmi les propositions suivantes :

A- La ferritinémie
B- La CRP (C Réactive Protéine)
C- Le Test de Coombs Direct
D- L’éléctrophorèse de l’hémoglobine
E- Le myélogramme

Réponse :

10
QCM 33: La sphérocytose héréditaire ou maladie de Minkowski Chauffard est
caractérisée par :

A-Un test de Coombs Direct positif

B-Une transmission héréditaire autosomale dominante

C-Une lithiase pigmentaire fréquente

D- Une hémolyse aigue intravasculaire après une prise médicamenteuse

E -La disparition des sphérocytes après splénectomie

Réponse :

QCM 34: En cas d’adénopathies superficielles multiples, le bilan d’orientation de


première intention à pratiquer comporte :

A- Un hémogramme

B- Une radiographie de thorax

C- Des hémocultures

D- Une ponction ganglionnaire

E- Un dosage des LDH

Réponse :

QCM 35: En cas d’adénopathies superficielles multiple, la présence du (ou des)


signe(s) suivant(s) oriente plutôt vers une hémopathie maligne

A- Une insuffisance médullaire

B- Une adénopathie fistulisée

C- Un syndrome mononucléosique

D- Des adénopathies fermes indolores

E- Des adénopathies augmentant rapidement de volume sans porte d’entrée


infectieuse associée.

Réponse :

11
QCM 36: En cas d’adénopathie superficielle localisée, une biopsie ganglionnaire
doit être indiquée rapidement au cours (de la) ou des situation(s) suivante(s) :

A- Une adénopathie ferme augmentant rapidement de volume

B- L’absence d’infection dans le territoire de drainage

C-Une adénopathie sensible avec des signes inflammatoires locaux

D-Une adénopathie inguinale centimétrique

E-Une adénopathie sus-claviculaire gauche centimétrique

Réponse :

QCM 37: Parmi les affections suivantes, dans la(les)quelle(s) peut se voir une
splénomégalie ?
A-Cirrhose du foie

B-Leucémie lymphoïde chronique

C-Thrombose de la veine cave inférieure

D-Mononucléose infectieuse

E-Déficit en G6PD

Réponse :

QCM 38 : L’association d'une splénomégalie et d'une thrombopénie peut se


rencontrer au cours :
A- d'une cirrhose éthylique

B-d’une leucémie aiguë

C-d’une aplasie médullaire idiopathique

D-d'une septicémie

E-d'un hypersplénisme

Réponse :

12
QCM 39: Dans les fractures ouvertes de jambe :

A- L’ouverture cutanée évite la survenue d’un syndrome aigu des loges

B- L’ouverture cutanée de dehors en dedans minimise le risque infectieux

C- Le traitement antibiotique est indiqué à partir du stade 2 de Cauchoix

D- Dans le stade 3 de Cauchoix la fermeture cutanée est impossible

E- Le fixateur externe est la technique de choix dans le stade 3 de Cauchoix

Réponse :

QCM 40: Le syndrome aigu des loges :

A- Est une complication tardive exceptionnelle des fractures ouvertes de Jambe


B- Le diagnostic doit être confirmé par la mesure des pressions avant tout traitement
C- L’ouverture cutanée ne protège pas contre sa survenue
D- Malgré un traitement chirurgical, l’évolution est souvent défavorable
E- La disparition des pouls est le premier signe clinique évoquant le diagnostic
Réponse :

QCM 41: Le risque infectieux après une fracture ouverte de jambe est majoré
dans les cas suivants :

F- Une ouverture cutanée punctiforme


G- Un diabète déséquilibré
H- Un tabagisme actif
I- Après un mécanisme d’écrasement
J- Après un traitement orthopédique par plâtre
Réponse :

13
QCM 42: Le profil hémodynamique suivant: Débit cardiaque encore conservé,
résistances vasculaires systémiques élevées, pression auriculaire droite et
pression d’occlusion pulmonaire (PAPO) basses avec des lactates à 3 mmol/l est
en faveur d’un état de choc:
A- Cardiogénique

B- Hypovolémique

C- Septique

D- Anaphylactique

E- Hémorragique

Réponse :
QCM 43 : Au cours de l’état de choc hémorragique:

A- Les résistances vasculaires sont initialement abaissées

B- Le Débit cardiaque est abaissé au cours de la phase compensée

C- La PAPO est normale au cours de la phase décompensée en absence d’une


cardiopathie gauche à type d’insuffisance ventriculaire diastolique

D- La pression auriculaire droite est basse

E- Le transport d’oxygène est abaissé

Réponse :
QCM 44: La phase compensée de l’état de choc hémorragique:
A- se caractérise par un débit cardiaque abaissé avec des résistances vasculaires
systémiques élevées

B- se voit lorsque la perte sanguine ne dépasse pas 30% de la masse sanguine


totale

C- se caractérise par une normocardie avec une tension artérielle encore préservée
chez les patients B bloqués

D- survient pour des pertes sanguines jusqu’à 30% de la masse sanguine chez la
femme enceinte

E- Ne constitue pas une urgence pour la prise en charge thérapeutique car


l’organisme arrive à bien compenser la perte sanguine

Réponse :

14
QCM 45: Les oedèmes sont dus à :

A. Une augmentation de la pression hydrostatique capillaire


B. Une diminution de la pression hydrostatique capillaire
C. Une augmentation de la pression oncotique capillaire
D. Une diminution de la pression oncotique capillaire
E. Une altération de la barrière capillaire

Réponse :

QCM 46: Parmi les propositions suivantes, la(les)quelle(s) constitue(nt) un signe


de gravité devant des oedèmes :

A. Dyspnée laryngée
B. Vomissements en jet
C. Diarrhée
D. Ictère
E. Râles crépitants bilatéraux
Réponse :

QCM 47: Parmi les propositions suivantes, la(es)quelle(s) est (sont) une (des)
urgence(s) infectieuse(s) à évoquer devant un œdème d’un membre inférieur :

A. Thrombose veineuse
B. Erisypèle
C. Fasciite nécrosante streptococcique
D. Syndrome des loges
E. Lymphangite
Réponse :

QCM 48 : Un œdème angioneurotique héréditaire peut se manifester par un :

A- CH50 bas

B- C2 bas

C- C3 bas

D- C4 bas

E- Dosage quantitatif normal du C1 inhibiteur

Réponse :

15
QCM 49: Les examens recommandés lors du bilan initial des symptômes urinaires
du bas appareil évoquant une hypertrophie bénigne de la prostate :

A- Score d’IPSS
B- Evaluation de la Fonction sexuelle
C- Bandelette urinaire
D- Urètrocystoscopie
E- Etude pression-débit

Réponse :

QCM 50: l’antigène spécifique de la prostate(PSA) :

A- Est un marqueur tumoral prostatique


B- Exclusivement d’origine prostatique
C- A une activité enzymatique
D- A un intérêt diagnostique de cancer de la prostate
E- N’a aucune place dans la surveillance du cancer de la prostate

Réponse :

QCM 51: Quelle est la tumeur dont l'histologie est la plus agressive sur le score de
Gleason ?

A- Score de Gleason 8 (5+3)

B- Score de Gleason 8 (3+5)

C- Score de Gleason 9 (5+4)

D- Score de Gleason 9 (4+5)

E- Score de Gleason 7 (4+3)

Réponse :

QCM 52: Concernant les désordres acidobasiques, laquelle (lesquelles), parmi ces
propositions, est (sont) vraie(s) ?

A- Il faut toujours rechercher les corps cétoniques devant une acidose métabolique à
trou anionique plasmatique élevé même si la glycémie est normale
B- Un trouble métabolique est dit simple (pur) quand la PaCO2 mesurée est
supérieure à celle prévisible (attendue)
C- Face à une acidose métabolique par perte primitive de bicarbonate, la réponse
rénale est dite appropriée si le trou anionique urinaire est négatif
D- L’hyperchlorémie est un facteur d’entretien de l’alcalose métabolique
E- Les salicylés peuvent être à l’origine d’une alcalose respiratoire
Réponse(s) :

16
QCM 53 : Devant une alcalose métabolique avec une déshydratation
extracellulaire et une chlorurèse à 8 mmol/L, quelle(s) est (sont) l’(les)
étiologie(s) pouvant expliquer ce trouble ?

A- Diurétiques en cours
B- Vomissements
C- Corticothérapie
D- Hyperaldostéronisme secondaire
E- Tumeurs villeuses
Réponse(s) :

QCM 54: Un patient de 70 ans est hospitalisé pour insuffisance cardiaque


décompensée. La natrémie est à 125 mmol/l, la créatinine plasmatique à 90
µmol/l. Dans les urines : Na : 18 mmol/l, K : 35 mmol/l.
Quelle(s) prescription(s) vous semble(nt) justifiée(s) ?

A- Restriction sodée
B- Restriction hydrique
C- Diurétiques de l’anse
D- Solution salée isotonique
E-Solution salée et diurétique de l’anse
Réponse :

QCM 55:Les contrôles inhibiteurs descendants supra spinaux de


la douleur est réalisé par

A. La substance grise périaqueducale (SGPA) du tronc cérébral


B. Le noyau raphé magnus
C. Le noyau giganto-cellulaire
D. Le noyau caudé
E. Le noyau subneuclus reticulairs dorsalis

QCM56 : Les caractéristiques d’une douleur par excès de


stimulation nociceptives :

A- S’exprime selon un rythme mécanique ou inflammatoire


B- L’examen neurologique est pathologique
C- Elle est due à une lésion nerveuse
D- Elle est due à une atteinte traumatique ou infectieuse
E- Son traitement est essentiellement étiologique
Réponse :

17
QCM 57: L'inhibition de la transmission de l'information

douloureuse au niveau spinal:

A. A Se fait par l'activation des fibres C

B. B Est réalisée par l'activation des fibres de gros diamètre (Aβ)

C. C Est réalisée par le système opioïde

D. D Est facilité par la présence des récepteurs opioïdes au niveau


médullaire

E. E Nécessite la sécrétion de l'enképhaline

QCM 58: L'échelle visuelle analogique (EVA) de la douleur est


une échelle quantitative unidimensionnelle permettant

A- d'apprécier l'intensité de la douleur

B- d'évaluer exclusivement les aspects somatiques de la douleur

C- de juger de l'efficacité d'un traitement antalgique

D- De préciser le type de la douleur

E- Une évaluation de la douleur même en cas de trouble de la


compréhension

QCM 59: Une douleur aigue :

a- Est une douleur physiologique


b- Correspond à un signal d’alarme
c- Dure plusieurs années
d- Est considérée comme une maladie chronique
e- Est nécessaire à l’intégrité du corps

18
CAS CLINIQUES QCM :

Une femme âgée de 72 ans est conduite aux urgences pour malaise sans perte de
connaissance. Dans ses antécédents : HTA depuis 10 ans, traitée par amlodipine 10 mg par
jour et aténolol 100 mg par jour. Histoire actuelle : Constatation d’un mauvais équilibre
tensionnel ; son médecin traitant ajoute de l’hydrochlorothiazide à la dose de 25 mg par
jour. La pression artérielle n’étant toujours pas contrôlée, il ajoute du ramipril à la dose de
10 mg par jour, cette dernière modification a lieu deux semaines avant l’hospitalisation
actuelle. Depuis 48 heures, la patiente présente une gastro-entérite aigue avec une diarrhée
abondante.

Examen clinique : La pression artérielle est à 100/50 mmHg en position couchée ; La


température est à 37 °C ; L’auscultation pulmonaire et l’examen de l’abdomen sont normaux

QCM 60: Vous allez compléter l’interrogatoire et l’examen clinique. Dans ce


contexte, les éléments cliniques qui vous semble (nt) important(s) sont :

A- La perte de poids

B- Les lésions cutanées purpuriques

C- Le pli cutané

D- Le Flapping tremor

E- L’hypotension orthostatique

Réponse :

QCM 61 : Parmi les examens suivants demandés en urgence, lequel (s) est (sont)
utile(s) à la caractérisation de l’état rénal ?

A- l’échographie rénale

B- l’Angioscanner rénal

C- la créatinine urinaire

D- la natriurèse

E-la mesure de l’osmolarité plasmatique

Réponse :

19
QCM 62: Le diagnostic d’une insuffisance rénale aigue fonctionnelle étant retenu,
quelle(s) est (sont) votre (vos) prescription (s) initiales (s) :

A- la perfusion de 500 ml de soluté salé isotonique en 1 heure

B- la perfusion de 500 ml de soluté glucosé à G5% en 1 heure

C- l’arrêt du diurétique thiazidique

D- l’arrêt du diurétique thiazidique et début d’un diurétique de l’anse du fait de


l’insuffisance rénale

E-la poursuite du ramipril

Réponse :

Cas clinique :

Patient âgé de 61 ans sans antécédents pathologiques notables, consulte pour symptômes
du bas appareil modérés avec brulure mictionnelle et sensation de miction incomplète
évoluant depuis six mois.

L’examen physique : Etat général conservé, fosses lombaires libres, pas de Globe vésical,
pas de hernie, organes génitaux externe normaux, au TR : prostate de taille moyenne souple
indolore.

Le taux de PSA =6,2ng/ml, Créatinine=50umol/l, ECBU est négatif.

La biopsie prostatique a conclue : Adénocarcinome de la prostate intéressant 6 Carottes /12,


avec score de Gleason 6(3+3), pas d’envahissement capsulaire ni engainement nerveux

QCM 63 : Le bilan d’extension doit comporter :

A. Radiographie du thorax

B. Scanner abdominopelvienne

C. IRM prostatique

D. Scintigraphie osseuse

E. Aucune de ces explorations

Réponse :

20
QCM 64: Quel(s) traitement (s) de première intention doit-on proposer dans ce
cas?

A. Abtention-surveillance

B. La surveillance active

C. La curithérapie

D. Radiothérapie

E. La prostatectomie radicale

Réponse :

QCM 65: Quel type d’effets secondaires de ce traitement devrait-on aviser le


malade :

A. Dysfonction sexuelle

B. Bouffés de chaleur

C. Incontinence urinaire

D. Rectite

E. Sténose de l’anastomose vésico-urètale

Réponse :

QROC
QROC 1

Une femme âgée de 48 ans consulte pour contrôle périodique de son diabète qui évolue
depuis huit ans. Elle est tabagique à 12 PA. A l'examen, elle pèse 85 kg (taille 1,63 m), sa
TA est à 150/85 mm Hg confirmée. Un bilan sanguin, à jeun, montre:

- une glycémie à 2.6 g/l avec HbA1C = 9,5%


- une triglycéridémie à 3,4 g/l, une cholestérolémie à 1,7 g/l, un taux de HDL-C à
0,45g/l.

21
Selon l’ESC 2016, à quelle catégorie de risque cardiovasculaire appartient notre patiente?

Réponse :

QROC 2:

Quel est le dosage hormonal à demander pour surveiller une hypothyroïdie périphérique
traitée

Réponse :

QROC 3 :

Donner deux signes électro graphiques d’une hypothyroïdie

Réponse :

QROC 4 :

Expliquez l’hyperprolactinémie au cours de l’hypothyroïdie périphérique :

Réponse :

QROC 5 :

Expliquer brièvement l’atteinte de la perméabilité vasculaire au cours d’un état septique


grave.

Réponse :

QROC 6 :
Mr X est hospitalisé pour sepsis, une expansion volémique a été démarrée. Indiquer les
paramètres hémodynamiques et leurs objectifs à atteindre lors de cette phase.

Réponse:

22
QROC 7 :
Mme X, âgée de 51 ans, diabétique type 2, admise pour état de choc septique sur
pyélonéphrite aigue. La conduite a consisté à une pose d’un cathéter veineux central,
cathéter artériel et sonde vésicale. Expansion volémique par SSI 1l sur 30mn,
Introduction noradrénaline 2mg/h, Oxygénothérapie fort débit, Antibiothérapie par
ceftriaxone/ Amikacine

Enumérer les éléments de surveillance chez cette patiente.

Réponse :

QROC 8 : Citer 2 situations cliniques responsables de fausses hypercalcémies

Réponses :

QROC 9 : Citer 5 manifestations cliniques de la crise hypercalcémique aiguë

Réponses:

QROC 10 :

Citer 5 indications de l’insulinothérapie transitoire chez le diabétique de type 2 ?

Réponse :

QROC 11 :Citer 4 maladies auto-immunes associés au diabète de type 1 ?

Réponse

23
QROC 12 : Citez quatre manifestations cliniques de la neuropathie végétative
chez le diabètique:

Réponse :

QROC 13 :

Un jeune patient se présente à votre consultation pour des brulures mictionnelles et un


écoulement urétral abondant apparu deux jours après un rapport sexuel non protégé. Quel
est le diagnostic le plus probable ? prescrire une ordonnance

Réponse :

QROC 14 :

Enumérez les étiologies des pneumopathies interstitielles chez le patient infecté par le VIH.

Réponse :

QROC 15 :
Citez deux conditions à respecter avant la réalisation d’un prélèvement vaginal à la recherche
de Trichomonas vaginalis.
Réponses :

QROC 16 :

Citer 2 indications à la bithérapie au cours d’une infection urinaire

QROC 17 :

Citer 2 indications au traitement d’une bactériurie asymptomatique

24
QROC 18 :

Une antibioprophylaxie est indiquée chez une jeune femme de 30 ans pour une cystite
récidivante. Préciser la molécule, la dose, la durée et les modalités de prise de cette
antibioprophylaxie.

QROC 19 : Citez 2 examens pouvant confirmer une mort encéphalique en Tunisie ?

Réponses :

QROC 20

Citer les constituants du tisse de conduction cardiaque.


…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………

QROC 21 : Citer les 3 mécanismes d’un œdème locorégional

Réponse :

QROC 22 : Citer les particularités de l’angioedème bradykinique par rapport à


l’angioedème

Réponse :

QROC 23: Indiquer en matière de vaccinologie le procédé permettant de rendre


les polysaccharides bactériens immunogènes.

Réponse

QROC 24: De quel artifice use-t-on pour augmenter l’immunogénicité des vaccins
particulaires (vaccins en sous-unités) ?

Réponse :

25
QROC 25: Citez les 4 mécanismes physiopathologiques de la carence martiale.

Réponse : -

QROC 26: Définir une acidose lactique.

Réponse :

QROC 27: Citez une étiologie responsable d’une hypercalcémie sans alcalose
métabolique ?

Réponse :

QROC 28: Comment pouvez-vous expliquer la survenue d’une alcalose


métabolique dans les suites d’une transfusion massive ?

Réponse(s) :

CAS CLINIQUES QROC :

CAS CLINIQUE 1 :

Mayssa…… âgée de 7 mois, sans antécédents particuliers, Elle présente, depuis 3 jours, des
vomissements alimentaires (3 */ j) avec diarrhée (5 à 6 selles liquides/ j). Les parents
consultent les urgences pour gastroentérite aigue. A l’examen, Poids = 8kg, température =
37°9; dextrostix = 0.92 g/l, Pli cutané pâteux, langue sèche, yeux légèrement enfoncés,
fontanelle légèrement déprimée, examen neurologique normal, pouls = 120 / min, TRC <
3sec, PA = 90 / 48 mmHg, Rythme Respiratoire = 30 cycles/min.

1/ Calculer le score de déshydratation chez ce nourrisson

2/ Préciser la gravité de la déshydratation.

3/ Préciser les modalités de la réhydratation chez ce nourrisson (soluté utilisé, voie,


modalités de préparation et d’administration).

26
CAS CLINIQUE 2

Un homme âgé de 63 ans, hypertendu et diabétique, se présente aux urgences pour


lombalgies fébriles. L’histoire de la maladie remonte à 48 heurs avec l’apparition de
lombalgies associée à une nycturie et des brulures mictionnelles et il ne s’alimente plus
depuis 24 heures.

A l’examen physique: poids : 85 Kg, T°: 38,5°C, bien orienté mais asthénique et abattu.
Fréquence cardiaque: 102 bpm, pression artérielle: 95/48 (64) mmHg, extrémités moites,
fréquence respiratoire: 28 c/mn, SpO2: 94%, toucher rectal douloureux. Diurèse horaire
estimée à 30 ml/H.

Les premiers résultats biologiques montrent: Hb : 11g/dl, GB 13 400 el/mm3, Plaq : 122 000
el/mm3, Urée: 10 mmol/l, Créatinine: 130 micromol/l, Na 133 meq/l, K: 4,9 meq/l, CRP :225
mg/l, Amylase: 42 UI/l, Lipase: 38 UI/l, ALAT: 38 UI/l, ASAT : 32 UI/l, Bilirubine : 28 UI/l,
Glycémie : 8,2 mmol/l, GDS (AA): pH=7,28, PCO2 : 25 mmHg, PO2=100 mmHg, HCO3- :
16mmol/l.

Question 1 : Regrouper les éléments permettant de retenir le diagnostic de sepsis chez ce


malade.

Question 2 : Détaillez votre conduite à tenir immédiate à visée thérapeutique?

Question 3 : Quels sont les objectifs à atteindre?

Réponses:

27
CAS CLINIQUE 3

Une femme âgée de 56 ans aux antécédents de diabète insulinodépendant, amenée aux
urgences pour malaise et douleurs de la jambe droite depuis 48 heures. Une semaine
auparavant, elle a eu une blessure accidentelle à la jambe avec un objet contondant. La
blessure avait été traitée par soins locaux et Profenid® per os.

Les paramètres vitaux sont les suivants: tendance à la somnolence avec un score de
Glasgow=13, température : 39°C, pression artérielle: 80-48 (59) mm Hg, fréquence
cardiaque : 140/min, fréquence respiratoire : 30 c/mn. La peau de la face latérale de la
jambe droite est rouge d’aspect tendu, œdèmatiée très douloureuse, avec des bulles d’allure
hémorragique étendues, crépitation à la palpation et odeur fétide. La glycémie capillaire est
égale à 1.6 g/l et glycosurie:1+ et acétonurie -.

QUESTION 1: Comment caractérisez-vous l’état circulatoire?

QUESTION 2 : Quels sont les gestes thérapeutiques symptomatiques immédiats que vous
aller effectuer ?

QUESTION 3 : une gazométrie à l’air ambiant a été pratiquée montrant : pH: 7,30, PaCO2:
27 mmHg, PaO2: 60 mmHg, SaO2: 88%, HCO3- :16 mmol/l. Interprétez le résultat et
expliquer le mécanisme de ce désordre

QUESTION 4 : Quels sont les micro-organismes fréquemment en cause de ce tableau ?

QUESTION 5 : Quel traitement étiologique allez vous proposer ?

REPONSES

28
Cas clinique 4:

Femme âgée de 63 ans sans antécédents pathologiques consulte pour asthénie,


amaigrissement et douleurs lombaires évoluant depuis 3 mois sans notion de prise
médicamenteuse. A l’examen la langue est sèche, il existe un pli cutané persistant, des
douleurs à la pression des épineuses lombaires et des reflexes ostéo-tendineux diminués aux
membres inférieurs. A la biologie : NFS leucocytes 5200 el/mm3, Hg 10,2 g/dl, VGM 85 µ3,
Plaquettes 320000 /mm3, VS à 100mm à H1, glycémie 4,2 mmol/l, creat 110µmol/l, calcémie
2,5 mmol/l, phosphorémie 1,5 mmol/l, transaminases normales, albuminémie à 18 g/l, α1
2,3g/l, α2 6,3g/l, β 12,5g/l,γ 18,4g/l, CRP à 3 mg/l, PTH 13 pg/ml (12-72), 25 OH vit D à 40
ng/ml (30-80) et 1-25 OH2 D3 à 130 pmol/l (48-144).

Questions 1 : Quelles sont les précautions à prendre avant d’interpréter la calcémie chez
cette patiente ?

Réponse 1 :

Question2 : Quelle est la valeur de la calcémie chez cette patiente ?

Réponse 2 :

Question 3 : Relever dans l’observation les manifestations cliniques de l’hypercalcémie chez


cette patiente.

Réponse 3 :

Question 4 : Quelle est l’étiologie la plus probable à cette hypercalcémie ? Justifiez votre
réponse

Réponse 4 :

Question 5 : Quel traitement symptomatique proposez vous ? (molécules uniquement)

Réponse 5 :

29
Cas clinique 5 :

Patient M âgé de 58 ans, tabagique à 20 PA, aux antécédents familiaux de diabète avec HTA
et sans antécédents médicaux particuliers. Diabète de type 2 connu depuis 7 ans, découvert
à l’occasion d’un bilan préopératoire, suivi et traité depuis 3 ans, sous règles hygièno-
diététiques, glucophage 850mg: 2 cp /j , Daonil 5mg: ½ - 1 - 1/2/j, Consulte pour
exagération du syndrome polyuro-polydipsique, avec amaigrissement chiffré à 8 KG en 2
mois.

A l’examen : Poids = 85 Kg, Taille = 1m68, BMI = 30,12 Kg/m2


TT=99cm, Labstix:G+++,A=0,P=0 ; examen cardiovasculaire normal : TA = 160 / 90 mmHg

A la biologie : Glycémie à Jeun = 3,90 g/l - Glycémie post prandiale = 4,4 g/l - HbA1c =
12,5% ; Créat = 85µmol/l; cholestérol total= 1,78g/l ; HDLc = 0,25g/ ; LDLc = 1g/l TG =
2,7 g/l

Q1 )Citer les objectifs thérapeutiques glycémiques chez ce patient.

Réponse :

Q2 ) Quelle est votre conduite à tenir thérapeutique chez ce patient.

Réponse :

Q3) Citer les facteurs de risque cardiovasculaires chez ce patient

Réponse :

30
Cas Clinique 6 :

Patiente âgée de 74 ans, aux antécédents d’HTA depuis 12 ans sous Isobar, Insuffisance
coronaire avec angioplastie il ya 3 ans sous Avlocardyl, Risordan et Aspégic vit seule depuis
1 mois, confié à une aide ménagère. Diabète type 2 découvert il y’a 20 ans traité par
Diamicron LM 30 2 cp/j. Admise pour altération progressive de l’état général avec
amaigrissement non chiffré et altération brutale de son état de conscience. L’examen de la
patiente trouve : une patiente obnubilée et somnolente avec score de glasgow 13/15 ;
o°= 38,5TA : 9/6 ;  : 96bpm, FR : 18 cycle min ; déshydratée avec pli cutané, langue
sèche et cernes oculaire ; Lasbtix : Glucose++++ ; Acétone : 0 ; GAD : high

A la biologie : Na+ : 148 mmol/l, K+ : 5 mmol/l; Creat : 240 µmol/l; urée : 25 mmol/l;
glycémie: 38 mmol/l (6,9g/l), CRP: 20. A l’ ECG : pas de troubles de repolarisation

Le diagnostic du coma hyperosmolaire a été évoqué chez cette patiente

1- Comment peut-on confirmer ce diagnostic chez cette patiente ?

Réponse :

2- Quelle est votre prise en charge thérapeutique ?


3- Quels sont les 3 diagnostics que vous devez évoquer devant ce tableau
clinique ?

Réponse :

CAS CLINIQUE 7
Un homme de 65 ans aux antécédents de diabète sous insuline et d’insuffisance
coronarienne a été ramené aux urgences par sa famille pour perte de connaissance.
L’évaluation initiale a montré un patient inconscient et qui ne respirait pas. Le pouls
carotidien était absent.

1/Quel est votre diagnostic ?


…………………………………………………………………………………………………………………………
………………….....

2/Que débutez-vous ?

31
…………………………………………………………………………………………………………………………
……………………..

3/Quels sont les huit causes réversibles à rechercher lors de votre prise en
charge?
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………..

Cas clinique n°8 :

Une patiente âgée de 62 ans ménopausée qui consulte pout asthénie et dyspnée d’effort.
Elle ne prend aucun médicament mais se plaint d’épigastralgies intermittentes.

A l’examen : Pâleur cutanéo-muqueuse , langue lisse

Hémogramme : GB : 4800/mm3 , PNN :80%, Lc : 20%

Hb : 7.8gr/dl ,VGM/ 66µ3 , TCMH/ 20pg

Plq: 480.000/mm3

VS: 10mm /1ère h

Questions :

1-Interprétez l’hémogramme

2-Quel diagnostic évoquez vous ?

3-Quel examen complémentaire demandez vous pour confirmer ce diagnostic ?

4-Quel examen complémentaire demandez vous en priorité pour déterminer l’étiologie ?

5-Rédiger une ordonnance pour cette malade en précisant la dose journalière et les critères
d’arrêt du traitement.

32

Vous aimerez peut-être aussi