Vous êtes sur la page 1sur 48

 

L’AQUAPONIE  :  UN  PROJET  


MULTIDISCIPLINAIRE  NOVATEUR  
POUR  LA  JEUNE  RELÈVE  SCIENTIFIQUE  
 
 
 
 
 
Guide  de  l’enseignant  et  de  
 
l’enseignante  
 
Par  
Bénard-­‐Déraspe  Marie-­‐Hélène  
Bergeron  Josiane    
Gilmore  Solomon  Lisandre  
 
Juin  2020    
TABLE  DES  MATIÈRES  
Table  des  matières  .............................................................................................................  ii  
Remerciements  ..................................................................................................................  1  
Mise  en  contexte  ................................................................................................................  2  
Introduction  .......................................................................................................................  3  
1.   L’aquaponie  comme  outil  pédagogique  .....................................................................  4  
2.   Réflexions  préalables  au  démarrage  d’un  projet  pédagogique  en  aquaponie  ...........  6  
3.   Quelle  est  la  différence  entre  aquaponie,  hydroponie  et  aquaculture  ?  ...................  8  
3.1   L’aquaponie  .........................................................................................................  8  
3.2   L’hydroponie  ........................................................................................................  9  
3.3   L’aquaculture  .....................................................................................................  11  
4.   Les  composantes  du  système  aquaponique  .............................................................  13  
4.1   Les  composantes  vivantes  .................................................................................  13  
4.1.1   Les  organismes  aquatiques  ........................................................................  13  
4.1.2   Le  biofiltre  et  les  bactéries  .........................................................................  17  
4.1.3   Les  plantes  ..................................................................................................  18  
4.2   Les  composantes  physicochimiques  ..................................................................  20  
4.2.1   L’ammoniac  et  le  cycle  de  l’azote  ...............................................................  20  
4.2.2   Le  pH  ...........................................................................................................  22  
4.2.3   L’oxygène  ....................................................................................................  23  
4.2.4   La  prise  de  mesure  des  éléments  physicochimiques  ..................................  23  
4.3   Les  composantes  physiques  et  mécaniques  ......................................................  25  
4.3.1  Les  types  de  support  de  culture  en  aquaponie  ...............................................  25  
4.3.2  Les  matériaux  à  utiliser  ....................................................................................  27  
5   L’installation  des  systèmes  du  projet  .......................................................................  28  
5.1   Informations  générales  pour  l’installation  des  systèmes  aquaponiques  ...........  28  
5.2   Les  étapes  du  montage,  leur  utilité  et  les  pièces  requises  ................................  29  
Conclusion  ........................................................................................................................  32  
Annexe  .............................................................................................................................  34  
Bibliographie  ....................................................................................................................  42  
 

ii  
 
REMERCIEMENTS  
La  réalisation  de  ce  projet  a  été  rendue  possible  grâce  à  la  contribution  des  partenaires  
financiers  et  les  collaborateurs  suivants  :  le  Ministère  de  l’Économie  et  de  l’Innovation  
du   Québec   (MEI)   via   le   programme   de   financement   Nova   Science   volet   2  
«  Enrichissement  des  sciences  et  de  la  technologie  au  postsecondaire  »,  le  Cégep  de  la  
Gaspésie   et   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine   (CGÎ),   Merinov,   Centre   collégial   de   transfert  
technologique   en   pêches   (CCTT),   Les   Jardins   du   Havre   Vert   et   le   Ministère   de  
l’Agriculture,  des  Pêcheries  et  de  l’Alimentation  du  Québec  (MAPAQ).      

La   réalisation   de   ce   projet   a   également   été   appuyée   par   la   grande   expertise   et   la  


participation  des  personnes  suivantes  :  

Au   campus   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine   du   CGÎ   :   Madeleine   Arseneau,   enseignante   en  


chimie;  Sylvie  Juneau,  technicienne  en  travaux  pratiques;  Joël  Arseneau,  enseignant  en  
communication;   Odile   Dion-­‐Achim,   enseignante   en   communication;   Lysandre   Lapierre,  
étudiante   au   DEC   en   Arts,   lettres   et   communication,   ainsi   que   tous   les   étudiant(e)s  
intervenant   dans   la   capsule   vidéo   et   ayant   participé   aux   divers   projets   pédagogiques.  
Merci   également   à   Serge   Rochon,   ancien   directeur   du   campus   et   Louis-­‐François  
Bélanger,  directeur  actuel  du  campus,  d’avoir  cru  au  potentiel  de  ce  projet.  

À   l’École   des   pêches   et   de   l’aquaculture   du   Québec   (ÉPAQ)   du   CGÎ:   Pierre-­‐Olivier  


Fontaine  et  Tony  Grenier,  enseignants  en  Techniques  d’aquaculture;  et  les  étudiant(e)s  
membres  du  club  d’aquaponie.    

À  Merinov:  Madeleine  Nadeau,  chercheuse  industrielle;  Yvon  Chevarie,  ouvrier  certifié;  


François  Gallien,  technicien  maricole;  Daniel  Leblanc,  technicien  en  génie  maricole.  

Au  MAPAQ:  Robert  Robitaille,  agronome.    

Les   Jardins   du   Havre   Vert:   Jacques   Gaudet   et   Natalia   Porowska,   entrepreneurs  


maraîchers.    

   

1  
 
MISE  EN  CONTEXTE  
À   l’automne   2017,   Lisandre   G.   Solomon   et   Josiane   Bergeron,   deux   enseignantes   de  
biologie  du  campus  des  Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine,  ont  décidé  de  créer  de  nouveaux  projets  
pédogogiques   stimulants   à   l’intérieur   du   programme   des   sciences   de   la   nature   sur   la  
thématique   de   l’aquaponie.   En   plus   de   bonifier   les   activités   pédagogiques   du  
programme   collégial   préuniversitaire,   ce   projet   a   permis   l’élaboration   d’activités  
parascolaires   permettant   le   maillage   des   enseignant(e)s   et   des   étudiant(e)s   de   deux  
campus  du  Cégep  de  la  Gaspésie  et  des  Îles,  des  entrepreneur(e)s  d’une  entreprise  des  
Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine,   et   des   professionnels   d’un   CCTT   et   d’un   ministère   québécois.  
Plusieurs  présentations  grand  public  ont  été  effectuées  afin  de  faire  connaître  aux  gens  
les   retombées   pédagogiques   de   l’insertion   de   cette   technologie   dans   nos   cours   de  
sciences.   Une   capsule   vidéo   a   également   été   réalisée   au   sujet   de   certaines   de   ces  
activités   pédagogiques.   Le   projet,   financé   par   le   Ministère   de   l’Économie   et   de  
l’Innovation  du  Québec  via  le  programme  NovaScience,  s’est  déroulé  de  janvier  2018  à  
mai   2020.   Le   présent   document   constitue   un   guide   pour   les   enseignantes   et   les  
enseignants  intéressés  par  l’aquaponie,  et  qui  souhaiteraient  développer  leur  expertise  
ainsi  que  réaliser  des  activités  pédagogiques  ou  parascolaires  en  lien  avec  ce  domaine.  

   

2  
 
INTRODUCTION  
En  2015,  le  Parlement  de  l’Union  européenne  a  reconnu  l’aquaponie  comme  l’une  des  
dix   technologies   qui   peuvent   changer   nos   vies   (VAN   WOENSEL   et   coll.,   2015).   À   une  
époque   où   les   terres   arables   de   la   planète   sont   menacées   par   la   désertification,  
l’urbanisation   et   les   changements   climatiques,   et   où   la   population   est   en   pleine  
croissance   et   devrait   atteindre   9,6   milliards   d’humains   en   2050   (FAO,   2016),   les  
systèmes  de  production  agricole  intensifs,  qui  ne  nécessitent  pas  de  sols  et  qui  ont  un  
impact   réduit   sur   l’environnement,   suscitent   de   l’intérêt.   L’aquaponie,   qui   est   un  
système   de   production   agricole   en   émergence   combinant   la   culture   des   végétaux   et  
l’élevage   des   poissons   dans   un   système   en   recirculation,   possède   justement   ces  
caractéristiques.   L’aquaponie   possède   également   un   très   grand   potentiel   pédagogique  
et   l’intérêt   pour   son   enseignement   est   en   croissance   (JUNGE   et   coll.,   2017).   En   effet,  
grâce   entre   autres   à   sa   nature   très   interdisciplinaire,   de   nombreux   auteurs  
reconnaissent   la   pertinence   de   l’aquaponie   comme   outil   pédagogique   pour   enseigner  
les  sciences  naturelles,  et  cela  du  primaire  (CLAYBORN  et  coll.,  2017)  jusqu’à  l’université  
(GODDEK   et   coll.,   2019).   L’utilisation   de   systèmes   aquaponiques   dans   le   cadre   de  
l’enseignement   des   sciences   au   collégial   fera   l’objet   ce   document.   Il   est   le   fruit   de  
l’expérience   et   des   projets   menés   par   deux   enseignantes   du   campus   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐
Madeleine.  

Le   présent   document   se   veut   un   outil   pour   guider   les   enseignantes   et   enseignants   du  


collégial   qui   souhaitent   en   apprendre   davantage   sur   l’aquaponie   et   explorer   les  
différentes  possibilités  pédagogiques  offertes  par  ce  type  de  système.  Il  définit  d’abord  
ce  qu’est  l’aquaponie  et  présente  de  façon  non  exhaustive  les  différentes  composantes  
d’un   système   aquaponique   et   divers   aspects   liés   à   son   entretien.   Il   présente   aussi   le  
potentiel   pédagogique   de   l’aquaponie   et   il   donne   des   exemples   d’activités  
pédagogiques  qui  peuvent  être  réalisées  en  contexte  collégial  (voir  l’annexe  du  présent  
document).   La   réalisation   de   projets   pédagogiques   en   aquaponie   au   collégial   présente  
certains  défis  et  ce  guide  vise  à  soutenir  les  enseignants  et  enseignantes  qui  souhaitent  
se   lancer   dans   cette   aventure,   afin   qu’ils   et   elles   puissent   être   prévenus   pour   y   faire  
face.

3  
 
1.  L’AQUAPONIE  COMME  OUTIL  PÉDAGOGIQUE  
La   pertinence   de   l’aquaponie   comme   outil   pédagogique   pour   l’enseignement   des  
sciences   naturelles   est   bien   documentée   (CLAYBORN   et   coll.,   2017;   GODDEK   et   coll.,  
2019).   Par   sa   nature   interdisciplinaire,   l’aquaponie   permet   d’aborder   des   thèmes  
comme   le   développement   durable,   les   sciences   environnementales,   l’agriculture   et   les  
systèmes   agroalimentaires,   la   pisciculture   et   la   santé   (HART   et   coll.,   2013).   Cette   nature  
interdisciplinaire   est   très   intéressante   dans   le   cadre   de   la   formation   en   science   de   la  
nature  au  collégial.  En  effet,  en  plus  d’offrir  de  solides  bases  disciplinaires  en  sciences,  le  
programme  de  sciences  de  la  nature  au  cégep  doit  permettre  à  l’étudiant  «  d’établir  des  
liens  entre  la  science,  la  technologie  et  l’évolution  de  la  société,  [de]  définir  son  système  
de  valeurs  »  et  de  «  traiter  de  situations  nouvelles  à  partir  de  ses  acquis  »  (MEES,  2017).  
Dans   les   universités   et   les   collèges   dans   le   monde,   l’aquaponie   est   généralement  
enseignée   dans   le   cadre   d’une   formation   en   lien   avec   l’agriculture,   l’horticulture   ou  
l’aquaculture   (GODDEK   et   coll.,   2019).   Le   potentiel   pédagogique   de   l’aquaponie   va  
cependant   bien   au-­‐delà   des   formations   en   agriculture.   Le   système   aquaponique   permet  
de  réaliser  des  expériences  très  diversifiées  qui  permettent  aux  étudiantes  et  étudiants  
de   mettre   en   pratique   la   démarche   scientifique   et   d’aborder   des   notions   en   lien   avec   la  
biologie   (relations   entre   les   espèces,   physiologie   des   animaux   aquatiques   et   des  
végétaux,   microbiologie,   etc.),   la   chimie   (cycles   biogéochimiques,   pH,   chimie   des  
solutions,   etc.),   la   physique   et   l’ingénierie   (conception,   automatisation   et   optimisation  
des  systèmes)  et  les  mathématiques  (traitement  des  données).  Le  système  aquaponique  
peut   donc   être   utilisé   dans   le   cadre   d’une   multitude   de   cours   du   programme   de   science  
de  la  nature.  Au  campus  des  Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine,  une  partie  des  projets  en  aquaponie  
ont   été   réalisés   dans   le   cadre   d’un   cours   de   biologie   et   d’un   cours   de   chimie.   Par  
exemple,   un   projet   pédagogique   comportant   un   volet   pour   chacune   de   ces   deux  
disciplines  a  été  réalisé,  et  l’évaluation  de  ce  travail  comptait  pour  les  cours  d’Évolution  
et  diversité  du  vivant  et  de  Chimie  générale.  Une  autre  partie  des  projets  pédagogiques  
a   été   effectuée   dans   les   cours   d’Activité   synthèse   de   programme   (cours   porteur   de  
l’épreuve   synthèse   de   programme   ESP)   pour   le   profil   science   de   la   santé   et   le   profil  
sciences  pures.  Les  fiches  pédagogiques  de  ces  activités  sont  présentées  en  annexe  de  
ce  document.

Il  a  été  possible  d’observer  de  la  curiosité  et  de  l’enthousiasme  hors  de  l’ordinaire  chez  
les   étudiantes   et   étudiants   participant   aux   projets   en   aquaponie   dans   notre   cégep.  
L’intérêt   pour   la   production   alimentaire   durable   est   très   important   et   palpable.   Cela  
permet   de   croire   que   les   projets   pédagogiques   sur   l’aquaponie   ont   une   influence   très  
positive  sur  la  motivation  des  étudiantes  et  étudiants,  et  contribuent  donc  à  améliorer  

4  
 
leur   engagement   envers   leurs   études.   Le   Conseil   supérieur   de   l’éducation   (MOFFET,  
2008)  mentionne  que  «  l’engagement  de  l’étudiant  dans  la  réalisation  de  son  projet  de  
formation  est  étroitement  relié  à  la  réussite  de  ce  projet  »  et,  bien  que  cet  aspect  n’ait  
pas   été   étudié   scientifiquement   dans   le   cadre   de   ce   projet,   nous   avons   pu   faire   ce  
constat   durant   toutes   les   activités   pédagogiques   réalisées   en   aquaponie.   Ce   projet   a  
également   permis   de   créer   des   liens   avec   d’autres   départements   du   Cégep   de   la  
Gaspésie  et  des  Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine.  Par  exemple,  une  capsule  vidéo  a  été  réalisée  en  
collaboration  avec  le  département  d’Arts,  lettres  et  communication  et  des  échanges  ont  
eu   lieu   entre   les   étudiantes   et   étudiants   du   programme   de   Sciences   de   la   nature   du  
campus   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine   et   ceux   et   celles   du   programme   de   Techniques  
d’aquaculture   à   l’École   des   pêches   et   de   l’aquaculture   du   Québec   (ÉPAQ)   à   Grande-­‐
Rivière.   Un   atelier   sur   l’aquaponie   a   également   été   donné   conjointement   lors   d’un  
rassemblement   intercampus   par   une   enseignante   du   campus   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine  
et  un  enseignant  de  l’ÉPAQ.  

   

5  
 
2.  RÉFLEXIONS   PRÉALABLES   AU   DÉMARRAGE   D’UN  
PROJET  PÉDAGOGIQUE  EN  AQUAPONIE  
Bien  que  les  bénéfices  pédagogiques  de  l’utilisation  de  l’aquaponie  soient  nombreux  et  
bien   documentés   (GODDEK   et   coll.,   2019),   se   lancer   dans   une   telle   aventure   requiert  
une   bonne   préparation   de   par   la   mise   en   disponibilité   de   ressources   humaines   et  
matérielles   particulières.     Ce   type   de   projet   nécessite   également   une   certaine   souplesse  
au   niveau   des   horaires   de   laboratoire   car   les   activités   de   laboratoire   ne   peuvent   pas  
toujours   se   dérouler   selon   un   horaire   prédéfini   et   durer   moins   de   deux   périodes,  
comme  c’est  souvent  le  cas  pour  les  activités  de  laboratoire  réalisées  au  niveau  collégial.

La   première   étape   à   effectuer   pour   un   enseignant   ou   une   enseignante   qui   désire   se  


lancer   dans   des   projets   pédagogiques   en   aquaponie   est   d’acquérir   des   connaissances  
sur  ce  domaine.  Depuis  les  cinq  dernières  années,  plusieurs  ouvrages  ont  été  publiés  sur  
l’aquaponie  (voir  bibliographie  de  ce  document)  et  certaines  formations  ont  vu  le  jour.  
Par   exemple,   l’École   des   pêches   et   de   l’aquaculture   du   Québec   (EPAQ)   offre   un   cours  
complémentaire   en   aquaponie   (http://www.epaq.qc.ca/futurs-­‐etudiants/formation-­‐
collegiale/aquaculture).    

Pour   débuter   un   projet  


pédagogique   en   aquaponie,   il  
est   également   nécessaire  
d’avoir   l’espace   et   les  
équipements   appropriés.   Le  
document   suivant   présente  
certaines   composantes   du  
système   aquaponique   qui  
pourront   vous   guider   dans   le  
choix   de   systèmes   qui  
répondent   à   vos   besoins  
pédagogiques   (voir   section   la  
section   4   de   ce   document).   Il  
Figure   1.   Les   systèmes   aquaponiques   doivent   permettre  
est   cependant   important   de   le   travail   simultané   d’un   groupe   d’étudiantes   et  
garder   en   tête   que   le   ou   les   d’étudiants  (crédit  photo:  Josiane  Bergeron).  
systèmes   choisis   doivent  
idéalement   permettre   le   travail   simultané   d’un   groupe-­‐classe   d’étudiants   et  
d’étudiantes.   Les   systèmes   doivent   aussi   offrir   une   certaine   flexibilité   dans  
l’aménagement  pour  permettre  une  diversité  de  projets  et  il  faut  choisir  un  système  de  

6  
 
type  permanent  ou  temporaire  (qui  se  monte  et  se  démonte  facilement),  en  fonction  de  
l’utilisation  qui  est  prévue  d’en  faire  (GODDEK  et  coll.,  2019).  Un  contrôle  automatisé  de  
certains  paramètres  permet  de  diminuer  le  temps  de  suivi  et  d’entretien  des  systèmes,  
mais  est  plus  dispendieux  qu’une  trousse  d’analyse  physicochimique.

Un   autre   aspect   important   à   considérer   avant   de   se   lancer   dans   l’aventure   de  


l’aquaponie   est     le   soutien   technique   qui   est   nécessaire.   Selon   Hart   et   coll.   (2013),   les  
difficultés  techniques,  le  manque  de  connaissances  et  l’entretien  des  systèmes  durant  la  
fin  de  semaine  et  les  vacances  sont  parmi  les  défis  les  plus  importants  rencontrés  dans  
les  projets  pédagogiques  en  aquaponie.  Est-­‐ce  qu’il  y  a  des  techniciens  compétents  dans  
votre   établissement   qui   peuvent   vous   soutenir   dans   la   mise   en   place   des   systèmes  
aquaponiques?   Est-­‐ce   qu’il   y   a   des   ressources   professionnelles   externes   qui   peuvent  
vous   aider?   Lors   de   la   planification   financière   du   projet,   il   faut   réserver   des   montants  
pour  ces  ressources  essentielles.  

Finalement,   la   réalisation   de   projets   pédagogiques   en   aquaponie   nécessite   un  


engagement  à  long  terme  de  la  part  de  l’enseignant  ou  de  l’enseignante.  En  général,  il  
faudra  compter  plusieurs  semaines  pour  le  démarrage  d’un  système  et  entre  un  et  deux  
ans   avant   d’obtenir   un   système   aquaponique   mature.   Il   est   cependant   possible   de  
réaliser  des  projets  pédagogiques  même  si  le  système  n’a  pas  atteint  sa  pleine  maturité.  
Maintenir   l’intérêt   et   la   motivation   des   enseignantes   et   enseignants   sur   le   long   terme  
est   donc   un   aspect   important   à   considérer   pour   assurer   le   succès   des   projets  
pédagogiques   en   aquaponie     (HART   et   coll.,   2013;   CLAYBORN   et   coll.,   2017).   Il   peut   être  
plus   difficile   de   réaliser   ce   type   de   projet   lorsqu’il   y   a   beaucoup   de   roulement   de  
personnel  chez  les  enseignants  et  des  techniciens.

 
 

   

7  
 
3.  QUELLE   EST   LA   DIFFÉRENCE   ENTRE   AQUAPONIE,  
HYDROPONIE  ET  AQUACULTURE  ?  

3.1  L’aquaponie  

L’aquaponie   est   un   système   de   production   agricole   en   émergence   qui   combine   la  


culture   des   végétaux   et   l’élevage   des   poissons   dans   un   système   en   recirculation.   Les  
déchets   azotés   produits   par   les     animaux   aquatiques   sont   transformés   par   des   bactéries  
en   nutriments   disponibles   et   assimilables   par   les   plantes   (WONGKIEW   et   coll.,   2017).  
C’est  donc  dire  que  les  déchets  produits  par  les  animaux  servent  de  nourriture  pour  les  
plantes.  Ces  dernières  «  nettoient  »  l’eau  de  ces  déchets  toxiques  pour  offrir  un  milieu  
de  vie  adéquat  pour  les  organismes  aquatiques  tels  que  des  poissons  ou  des  crustacés  
d’eau  douce.  Cette  collaboration  ne  serait  toutefois  pas  possible  sans  la  pierre  angulaire  
de  tous  les  écosystèmes,  les  bactéries.

Cette   pratique   combine   les   méthodes   utilisées   en   aquaculture   et   en   hydroponie,   sans  


avoir   besoin   d’utiliser   de   système   de   filtration   pour   l’eau   ni   de   fertilisants   pour   les  
plantes.   L’aquaponie   utilise   très   peu   d’eau   puisque   cette   dernière   est   constamment  
recirculée   à   l’intérieur   de   ses   systèmes   et   les   fertilisants   proviennent   des   déchets   des  
poissons/crustacés.   Selon   la   FAO   (s.d.),   les   systèmes   aquaponiques   produisent   des  
aliments  avec  moins  de  10%  de  l’eau  requise  en  culture  conventionnelle.  C’est  donc  une  
méthode  de  culture  ayant  moins  d’impacts  sur  l’environnement  que  certains  systèmes  
de  production  plus  conventionnels.

L’aquaponie   est   donc   un   intermédiaire   intéressant   entre   l’aquaculture   et   l’hydroponie  


puisqu’elle   crée   une   symbiose   entre   les   organismes   aquatiques   et   les   plantes   via   des  
processus   bactériens   présents   naturellement   dans   les   milieux   aquatiques.   Elle   cumule  
donc  tous  les  avantages  des  deux  types  de  cultures  mentionnées  précédemment,  tout  
en  supprimant  leurs  effets  négatifs  (BERNSTEIN,  2011;  BITON,  2017).  

Voici  quelques  avantages  supplémentaires  de  la  culture  aquaponique  :

•   L’aquaponie   peut   être   pratiquée   partout   et   valorise   complètement   tous   les  


intrants  du  système.  
•   Elle   consomme   peu   d’énergie,   prend   peu   d’espace   et   ne   pollue   pas  
l’environnement.  

8  
 
•   Depuis  2018,  l’aquaponie  peut  être  reconnue  comme  production  biologique  au  
Canada   (GOUVERNEMENT   DU   CANADA,   2018),   car   elle   n’utilise   ni   pesticides,  
herbicides,  hormones  ou  autres  additifs  chimiques.  Les  pratiques  de  production  
doivent  cependant  suivre  des  normes  strictes.  L’utilisation  de  produits  chimiques  
est  généralement  nuisible  pour  l’un  ou  l’autre  des  composants  de  l’écosystème  
aquaponique.  Puisque  les  moyens  de  lutte  contre  les  ennemis  des  plantes  sont  
très   limités   en   aquaponie,   Bittsansky   et   coll.   (2016,   cités   par   JUNGE   et   coll.,  
2017)  suggèrent  de  mettre  l’accent  sur  la  prévention  afin  de  limiter  les  entrées  
de  pathogènes  et  d’insectes.      
•   Elle  utilise  beaucoup  moins  d’eau  que  la  culture  en  sol  ou  en  hydroponie,  car  le  
circuit   d’eau   est   fermé   et   elle   n’a   donc   pas   besoin   d’être   renouvelée.   Dans   la  
culture  en  sol,  l’eau  percole  et  l’arrosage  doit  constamment  être  répété,  tandis  
que   dans   les   systèmes   hydroponiques,   l’eau   doit   être   remplacée   afin   d’éviter  
l’accumulation  d’éléments  toxiques,  ce  qui  n’est  pas  le  cas  en  aquaponie.  Il  suffit  
simplement   d’en   ajouter   périodiquement   pour   compenser   la   perte   par  
évaporation   et   l’absorption   par   les   plantes.   Cela   représente   une   économie   en  
eau  de  90%  par  rapport  à  la  culture  en  terre  !  
•   En   aquaculture,   les   déchets   doivent   être   disposés   de   manière   convenable   et  
peuvent   poser   problème,   tandis   qu’en   aquaponie,   ces   déchets   produits   par   les  
animaux  aquatiques  sont  indispensables  au  système.  Les  déjections  des  animaux  
sont   transformées   par   les   bactéries   puis   converties   en   minéraux   utiles   aux  
plantes.  Ce  sont  donc  des  fertilisants  naturels.    
•   Les   plantes   qui   utilisent   ces   minéraux   contribuent   à   purifier   l’eau,   offrant   ainsi  
aux  poissons  un  milieu  de  qualité.  
•   Pour   la   même   quantité   de   ressource   initiale   (nourriture   pour   poissons),   on   a  
deux  produits  :  les  poissons  et  les  plantes.  

3.2  L’hydroponie  

La  culture  hydroponique  consiste  à  faire  pousser  des  végétaux  sans  substrat,  en  utilisant  
seulement  l’eau  et  des  engrais  chimiques.  En  Amérique  du  Nord,  plusieurs  plantes  sont  
cultivées   de   cette   manière,   dont   les   tomates,   les   fraises,   le   basilic,   la   laitue   et,   plus  
récemment,  les  plantes  à  usage  récréatif.  Un  des  avantages  de  cette  méthode  de  culture  
est   qu’elle   permet   d’optimiser   les   rendements   des   végétaux   en   leur   fournissant   des  
nutriments  facilement  assimilables  en  quantité.

9  
 
Dans   un   système   hydroponique,   tout   comme   dans   un   système   aquaponique,   les   racines  
des  plantes  baignent  dans  une  eau  riche  en  oxygène  et  en  nutriments.  Comme  il  n’y  a  
pas   de   compétition   au   niveau   des   racines,   les   plantes   accèdent   facilement   aux  
nutriments   dissous   dans   l’eau,   ce   qui   fait   en   sorte   que   les   taux   de   croissance   sont  
généralement   beaucoup   plus   élevés   que   pour   les   cultures   en   sol.   Ces   plantes   peuvent  
par   le   fait   même,   supporter   un   entassement   plus   grand   qu’en   agriculture   en   sol.   Les  
types   de   supports   où   poussent   les   plantes   en   système   hydroponique   peuvent   être  
similaires  à  ceux  utilisés  en  système  aquaponique.  Un  autre  avantage  de  la  culture  hors  
sol  est  que  les  plantes  sont  moins  susceptibles  d’être  attaquées  par  des  prédateurs  ou  
des  parasites  en  provenance  du  sol,  ce  qui  permet  de  limiter  l’utilisation  de  pesticides.  

L’hydroponie   nécessite   l’utilisation   d’engrais   chimiques   liquides   très   coûteux.   De   plus,  


certains   ingrédients   utilisés   dans   ce   genre   de   produits   sont   devenus   difficiles   à   acquérir,  
ce  qui  fait  en  sorte  que  les  produits  deviennent  de  plus  en  plus  coûteux.  L’aquaponie,  
quant  à  elle,  n’a  pas  besoin  de  ces  produits.  Elle  les  remplace  plutôt  par  de  la  nourriture  
pour   les   organismes   aquatiques   qui   est   beaucoup   moins   chère.   À   titre   comparatif,   un  
gallon  de  solution  hydroponique  peut  coûter  de  30  à  60$  et  produira  quelques  tomates,  
tout  au  plus.  Un  sac  de  50  livres  de  nourriture  pour  tilapia  coûtera  quant  à  lui  un  prix  
similaire,  mais  permettra  d’avoir  38  livres  de  tilapia  mature,  ce  qui  permet  de  soutenir  la  
production  de  8  plants  de  tomates  (Bernstein,  2011).  

Un  autre  inconvénient  de  l’hydroponie  est  que  l’eau  doit  être  changée  périodiquement  
pour  éviter  l’accumulation  de  nutriments  à  un  niveau  qui  pourrait  devenir  toxique  pour  
les   plantes.   En   effet,   dans   un   système   de   culture   hydroponique,   entre   15%   et   50%   de  
l’eau   amendée   est   rejetée,   causant   une   source   de   pollution   non   négligeable   (CIDES,  
2008).   L’endroit   où   disposer   convenablement   de   cette   eau   pose   problème,   car   elle   ne  
peut   pas   être   évacuée   n’importe   où.   Dans   un   système   aquaponique,   l’eau   n’a   jamais  
besoin  d’être  changée,  car  les  éléments  qui  pourraient  devenir  toxiques  pour  les  plantes  
servent   de   nourriture   à   une   autre   composante   de   l’écosystème   :   les   bactéries.   La  
consommation  d’eau  pour  ce  type  de  système  est  donc  moindre  que  dans  un  système  
hydroponique  ou  dans  un  système  aquacole  traditionnel  (MAPAQ,  s.d.).

Le   suivi   des   paramètres   physicochimiques   du   système   hydroponique   a   besoin   d’être  


réalisé  très  fréquemment,  soit  à  tous  les  jours  ou  au  moins  quelques  fois  par  semaine.  
En  aquaponie,  un  certain  suivi  doit  être  effectué,  mais  comme  l’écosystème  a  tendance  
à   s’équilibrer   par   lui-­‐même   après   quelques   mois,   les   paramètres   tels   le   pH   et  
l’ammoniaque  peuvent  être  vérifiés  une  fois  par  semaine  seulement  et  les  autres  tests,  
comme  le  taux  de  nitrates,  peuvent  être  vérifiés  à  tous  les  mois  (Bernstein,  2011).

10  
 
Finalement,  la  culture  hydroponique  est  réalisée  dans  un  environnement  complètement  
stérile  où  l’humain  y  ajoute  des  produits  chimiques,  ce  qui  permet  souvent  d’atteindre  
des   rendements   très   importants.   Ces   rendements   sont   difficilement   atteignables   dans  
les   systèmes   aquaponiques.   L’aquaponie   repose   quant   à   elle   sur   des   processus   plus  
naturels.   Il   n’est   pas   possible   d’ajouter   des   pesticides   classiques   dans   un   tel   système,  
puisque   les   animaux   aquatiques   en   souffriraient.   Certains   pesticides   biologiques  
peuvent   cependant   être   utilisés   tels   que   des   savons   acides.   Il   ne   faut   pas   non   plus  
donner   d’hormones   ou   d’antibiotiques   aux   animaux,   car   ce   serait   nuisible   pour   les  
plantes.

3.3  L’aquaculture  

L’aquaculture   est   la   culture   d’animaux   ou   de   plantes   aquatiques,   principalement   des  


poissons,   des   mollusques   et   des   algues,   dans   un   système   naturel   ou   contrôlé   en   eau  
douce  ou  salée.  En  raison  de  la  surexploitation  des  océans,  l’aquaculture  effectue  une  
croissance  fulgurante  au  niveau  mondial  et,  en  2016,  47%  de  la  production  halieutique  
dans  le  monde  provenait  de  l’aquaculture  (FAO,  2018).  Les  récents  développements  en  
aquaculture   font   en   sorte   qu’il   est   maintenant   possible   d’élever   des   densités   élevées  
d’organismes   aquatiques   n’importe   où   dans   des   bassins   fermés.   Cependant,   ces  
méthodes   d’élevage   intensifs   nécessitent   beaucoup   d’argent   et   d’énergie,   puis  
comportent  de  nombreux  risques.  Ces  organismes  ont  notamment  besoin  de  beaucoup  
d’oxygène  qui  elle,  dépend  de  l’électricité.  Comme  ils  sont  maintenus  à  de  très  grandes  
densités,   une   panne   d’électricité   de   quelques   minutes   peut   faire   chuter   le   taux  
d’oxygène  dans  un  système  de  production  aquacole  et  être  fatale  pour  les  animaux  qui  y  
sont  élevés.  

Comme   les   densités   de   poissons   dans   les   bassins   d’élevage   sont   très   grandes,  
d’importantes   quantités   de   déchets   sont   générées,   dont   une   grande   partie   est  
constituée   d’ammoniaque,   principal   déchet   métabolique   produit   par   le   système  
respiratoire   des   organismes   aquatiques   et   excrété   par   les   branchies.   Ce   composé   est  
hautement   toxique   pour   les   animaux   lorsqu’il   est   présent   en   grande   quantité.   Les  
poissons   produisent   aussi   des   déchets   solides   issus   de   la   digestion.   De   plus,   les   aliments  
non   consommés   qui   coulent   au   fond   des   bassins   constituent   une   autre   source   de  
déchets   du   système.   Pour   pallier   à   ces   problèmes,   les   systèmes   en   recirculation   sont  
munis  de  filtres  (mécaniques,  chimiques  et  biologiques)  qui  ont  pour  fonction  principale  
de   retirer   les   déchets.   L’aquaculture   nécessite   également   un   renouvellement   d’eau  
constant   plus   ou   moins   important,   afin   d’éviter   l’intoxication   des   animaux   qui   sont  

11  
 
élevés.   L’aquaculture   en   circuit   ouvert   consomme   donc   de   grandes   quantités   d’eau.  
L’eau  rejetée,  polluée  par  les  déjections  des  animaux  de  ces  systèmes,  peut  contribuer  à  
l’eutrophisation   des   cours   d’eau   avoisinants.   Afin   de   remédier   à   cette   situation,   des  
systèmes   d’élevage   en   système   partiellement   fermé   ont   été   développés,   mais   cela   ne  
règle   pas   totalement   le   problème.   En   aquaponie,   ces   déchets   indésirables   sont   des  
ressources  indispensables  de  nutriments  qui  sont  utilisés  pour  la  croissance  des  plantes  
(BERNSTEIN,  2011).    

12  
 
4.  LES  COMPOSANTES  DU  SYSTÈME  AQUAPONIQUE  
Voici  un  résumé  du  cycle  de  l’eau  dans  un  système  aquaponique  simple.  Les  organismes  
aquatiques,   qui   vivent   dans   les   bassins   d’aquaponie,   consomment   de   la   nourriture   et  
défèquent   dans   l’eau.   Cette   eau   viciée   est   pompée   vers   un   filtre   physique   (éponge,   sac,  
poche,  cartouche)  avant  d’être  traitée  par  le  filtre  biologique  (bactéries  nitrifiantes)  et  
d’atteindre   le   bac   de   culture   contenant   les   plantes.   Les   déchets   solubles   dans   l’eau   sont  
transformés   par   des   bactéries   du   biofiltre   en   éléments   minéraux   accessibles   et  
assimilables  par  les  plantes.  Les  plantes  poussent  donc  dans  des  bacs  de  culture  hors  sol  
en  puisant  les  nutriments  qui  sont  dissous  dans  l’eau.  Par  le  fait  même,  elles  contribuent  
à   purifier   l’eau,   qui   est   renvoyée   aux   poissons.   Idéalement,   tous   les   nutriments   qui   sont  
introduits  dans  le  système  sont  utilisés  par  les  plantes.

Afin   que   l’écosystème   soit   équilibré,   stable   et   productif,   il   faut   bien   en   connaître   toutes  
les   composantes   et   comprendre   toutes   les   interactions   entre   elles.   Ces   dernières   sont  
détaillées   dans   les   sections   ci-­‐dessous.   Quoi   qu’il   en   soit,   on   note   trois   exigences  
communes  aux  composantes  qui  vivent  en  symbiose  dans  le  système  aquaponique:

•   une  eau  de  qualité;  


•   de  l’oxygène  en  quantité  suffisante;  
•   une   température   relativement   stable   et   adaptée   aux   espèces   utilisées   (Biton,  
2017).  

4.1  Les  composantes  vivantes  

4.1.1   Les  organismes  aquatiques  


 
Les  poissons    

De   nombreuses   espèces   de   poissons   peuvent   être   utilisées   en   aquaponie   comme   la  


truite,  le  tilapia  et  la  carpe.  Certains  crustacés  comme  les  écrevisses  peuvent  également  
être   utilisés   et   il   existe   même,   aux   Etats-­‐Unis,   des   fermes   avec   des   systèmes  
aquaponiques  qui  utilisent  des  alligators!  Avant  toute  chose,  il  importe  de  bien  évaluer  
nos  besoins  et  nos  moyens  puisque  l’espèce  choisie  dépendra  de  :  

•   sa  disponibilité  locale  en  juvéniles.  Il  est  plus  facile  de  se  procurer  des  espèces  
de  pisciculture  qui  seront  disponibles  à  l’année,  que  des  espèces  sauvages  qui  ne  

13  
 
sont   pêchées   qu’en   saison.   Certaines   espèces   domestiques   disponibles   en  
animalerie  peuvent  aussi  convenir  à  de  petits  systèmes  à  vocation  pédagogique.  
•   La  taille  du  système.  Plus  le  système  sera  grand  (volume  d’eau  important),  plus  il  
y  aura  de  plantes  à  nourrir  et  plus  il  faudra  de  poissons  ou  de  crustacés.  
•   Les   températures   possibles.   La   température   de   l’eau   doit   être   relativement  
stable.   Comme   les   organismes   aquatiques   sont   des   animaux   à   sang   froid,   ils  
s’ajustent   à   la   température   dans   laquelle   ils   baignent.   Des   variations   de  
température   rapides   et   de   grande   ampleur   leur   provoquent   un   stress,   ce   qui  
peut  affaiblir  leur  système  immunitaire.  Le  degré  de  tolérance  aux  variations  de  
température  est  différent  d’une  espèce  à  l’autre.  
•   Son   aptitude   à   vivre   en   groupe   assez   dense.   La   densité   de   poissons   ou  
d’organismes   aquatiques   doit   être   relativement   élevée   afin   de   produire   assez   de  
nutriments   pour   les   plantes.   Il   faut   compter   au   moins   20   kg   de   poissons   par  
mètre  cube  d’eau.  Il  n’existe  toutefois  pas  de  norme  universelle  et  les  densités  
optimales  sont  propres  à  chaque  espèce.  
•   La  qualité  de  l’eau  qu’elle  exige.  Selon  l’espèce  choisie,  les  besoins  en  oxygène  
et  la  tolérance  à  la  pollution  peuvent  varier.  L’eau  doit  être  propre  et  bien  aérée,  
car  les  poissons  sont  très  sensibles  aux  pollutions  chimiques  de  l’eau  puisqu’ils  la  
filtrent  en  permanence  pour  en  retirer  l’oxygène.  Il  ne  faut  donc  pas  qu’il  y  ait  
d’accumulation  de  matières  organiques  qui  dégagent  des  gaz  toxiques  pour  les  
poissons.  De  plus,  le  système  d’aération  doit  être  adéquat  afin  que  la  quantité  en  
oxygène   dissous   dans   l’eau   soit   suffisante   pour   supporter   les   densités   élevées  
d’organismes.  Leur  mort  peut  être  très  rapide  si  les  conditions  optimales  ne  sont  
pas  respectées.  C’est  pourquoi  le  système  doit  être  stable  et  la  circulation  d’eau  
doit  être  adéquate.    
•   La   réglementation.   Il   existe   de   nombreuses   lois   et   normes   à   respecter  
concernant   l’élevage   d’organismes   aquatiques.   Celles   qui   s’appliquent   aux  
poissons   ne   sont   pas   les   mêmes   que   celles   qui   concernent   les   crustacés.   Il  
importe  donc  de  bien  s’informer  à  ce  sujet.  Pour  l’aquaculture  commerciale  au  
Québec,   la   liste   des   espèces   autorisées   est   assez   limitée   et   constitue   un   des  
facteurs   limitant   le   développement   de   l’aquaponie   dans   la   province.   Les   espèces  
permises   sont   essentiellement   des   espèces   indigènes,   à   l’exception   de   la   truite  
arc-­‐en-­‐ciel   (LÉGIS   QUÉBEC,   2017).   Plusieurs   établissements   scolaires   ont   des  
comités  d’éthique  et  de  règles  entourant  les  bonnes  pratiques  à  appliquer  avec  
des  animaux  vivants.  Il  est  préférable  de  s’informer  sur  les  normes  en  place  au  
sein   de   son   propre   établissement   avant   de   débuter   un   projet.   Le   conseil  
canadien   de   protection   des   animaux   (CCPA)   possède   beaucoup   d’informations  
sur  la  réglementation  de  la  culture  et  des  projets  de  recherche  avec  les  poissons.  

14  
 
Il  est  important  de  consulter  leur  site  internet  avant  l’introduction  des  poissons  
dans  un  système  aquaponique.  
•   Le  caractère  invasif  ou  non.  Un  des  principaux  vecteurs  d’introduction  d’espèces  
aquatiques   envahissantes   est   l’élevage   d’organismes   hors   de   leur   aire   de  
répartition   habituelle.   Bien   qu’habituellement,   les   individus   soient   confinés   dans  
un   milieu   d’élevage,   il   est   possible   qu’ils   s’échappent   et   colonisent   le   milieu  
naturel,  faisant  rapidement  compétition  aux  espèces  locales.  Il  faut  donc  éviter  
d’utiliser  des  espèces  exotiques  et  privilégier  les  espèces  indigènes,  surtout  si  les  
organismes   élevés   dans   le   système   aquaponique   ne   sont   pas   destinés   à   la  
consommation   lorsque   leur   quantité   deviendra   trop   grande   (BITON,   2017).   Le  
MAPAQ   possède   des   listes   de   poissons   autorisés   selon   les   différentes   régions   du  
Québec.   Finalement,   il   est   essentiel   d’avoir   un   plan   établi   afin   de   disposer   des  
animaux   morts   en   toute   sécurité   pour   ne   pas   favoriser   la   propagation   de  
maladie.  

Comme   la   nourriture   est   le   principal   apport   en   nutriments   dans   le   système,   il   faut  


qu’elle   soit   de   qualité,   tant   pour   la   santé   des   poissons   que   pour   la   croissance   des  
plantes.   La   plupart   des   espèces   de   poissons   domestiques   et   d'élevage   au   Canada   ont  
une   moulée   spécialisée   pour   combler   leurs   besoins   particuliers.   Chaque   espèce   a   des  
besoins   très   spécifiques   afin   de   ne   pas   développer   des   carences   et   des   problèmes   de  
croissance.  L'utilisation  de  ces  moulées  comporte  plusieurs  avantages.  La  densité  de  la  
moulée  est  calculée  pour  flotter  ou  couler  afin  de  convenir  aux  habitudes  alimentaires  
de  l'espèce.  Tous  les  composants  utilisés  pour  produire  la  moulée  sont  sécuritaires  pour  
l'espèce.     Le   profil   de   goût   et   d’odeur   est   aussi   soigneusement   choisi   afin   d’être  
appétant   pour   l’espèce.   Certaines   espèces   comme   les   truites   peuvent   être   très  
capricieuses.   La   composition   de   la   moulée   est   régulière   et   finement   détaillée.   Cette  
dernière   caractéristique   vous   permettra   d'analyser   plus   précisément   l'apport   qui   sera  
disponible  aux  plantes.  Ces  moulées  sont  parfois  disponibles  à  l’animalerie.  Dans  le  cas  
contraire,   vous   pouvez   toujours   vérifier   avec   le   fournisseur   avec   qui   vous   vous   êtes  
procuré  vos  organismes  aquatiques.
Il   est   fortement   conseillé   de   maintenir   les   poissons   dans   un   bassin   sous   un   filet   et   à  
l’ombre   afin   d’éviter   qu’ils   ne   s’échappent   et   pour   leur   procurer   une   sensation   de  
cachette.  Les  poissons  n’aiment  pas  nécessairement  la  lumière  et  vivent  très  bien  dans  
la  pénombre.  De  plus,  il  faut  éviter  les  dérangements  tels  les  bruits,  les  vibrations,  etc.  
 
Les  crustacés  (écrevisses)    

Les   espèces   aquacoles   qui   ont   été   utilisées   pour   les   projets   d’aquaponie   du   Cégep   de   la  
Gaspésie   et   des   Îles   sont   l’écrevisse   à   pinces   bleues   (Orconectes   virilis)   et   l’écrevisse  
15  
 
géante   (Cambarus   robustus),  
car   celles-­‐ci   présentent   de  
nombreux   avantages.   Il   est  
possible   d’alimenter   les  
écrevisses   simplement   avec  
des   légumineuses   (riches   en  
nutriments   essentiels   aux  
plantes)   et   leurs   seuils   de  
tolérance   à   des   variations   de  
pH  et  de  déchets  azotés  sont  
assez   élevés.   Par   ailleurs,   les  
écrevisses   peuvent  
généralement   tolérer   des  
températures  qui  permettent  
la   croissance   des   plantes  
(environ  20°C),  ce  qui  en  font  
également   de   bonnes  
espèces   à   utiliser   pour   les  
systèmes   aquaponiques.   Figure   2.   Des   abris   construits   à   partir   de     tuyaux   en   PVC  
L’utilisation   des   écrevisses   collés   permettent   aux   écrevisses   de   se   protéger   (crédit  
permet   également   de   photo  :  Pierre-­‐Olivier  Fontaine).    
valoriser   une   espèce   sous-­‐exploitée   au   Québec.   Finalement,   comme  les  expériences   ont  
eu   lieu   aux   Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine   (milieu   isolé   où   le   temps   de   livraison   des   spécimens  
peut   être   assez   long),   le   choix  
des   écrevisses   s’est   avéré  
judicieux,   car   elles   supportent  
bien   quelques   jours   de  
transport,   à   condition   d’être  
maintenues   dans   une   glacière  
avec   des   linges   humides.   Les  
écrevisses   sont   cependant   des  
espèces   cannibales   et  
compétitives  qui  ont  tendance  à  
se   battre   et   se   manger   entre  
elles.   Leur   élevage   exige   donc  
Figure   3.   Dispositif   empêchant   les   écrevisses   de   des   abris   pour   qu’elles   puissent  
s’échapper   du   système   (crédit   photo:   Lisandre   G.   se   protéger   (figure   2).   De   plus,  
Solomon). les   écrevisses   ont   la   capacité  
 
16  
 
d’escalader   très   efficacement   différentes   structures   et   ont  tendance   à   vouloir   fuir   le  
système   aquaponique.   Une   grille   est   donc   nécessaire   pour   limiter   les   évasions   (figure  
3).    

4.1.2    Le  biofiltre  et  les  bactéries  


 
Un  biofiltre  colonisé  par  des  bactéries  doit  être  utilisé  dans  les  systèmes  aquaponiques  
afin   de   transformer   les   déchets   azotés   (ammoniaque)   produits   par   les   animaux  
aquatiques   en   nitrites   puis   en   nitrates.   Ces   dernières   jouent   donc   un   rôle   essentiel   dans  
le  fonctionnement  des  systèmes.  Le  type  de  bactéries  utilisées  en  aquaponie  sont  dites  
nitrifiantes  puisqu’elles  transforment  l’ammoniaque,  soit  excrétée  par  les  poissons,  soit  
issue  de  la  décomposition  des  matières  organiques,  en  nitrates  très  peu  toxiques  pour  
les   animaux   et   servant   de   premier   nutriment   pour   les   plantes   (BERNSTEIN,   2010;  
WONGKIEW  et  coll.,  2017).   Elles  effectuent  en  quelque  sorte  un  compostage  humide.  Les  
plus   importants   groupes   de   bactéries   impliquées   dans   le   processus   de   transformation  
de   l’ammoniaque   sont   les   bactéries   oxidatrices   d’ammoniaque     et   les  
bactéries     oxidatrices   de   nitrites   (Munguia-­‐Fragozo   et   coll.,   2015).   Ces   groupes   de  
bactéries   oxidatrices   d’ammoniaque   appartiennent   généralement   au   genre  
Nitrosomonas   alors   que   les   bactéries   oxidatrices   de   nitrites   appartiennent   au   genre  
Nitrobacter.   D’autres   types   de   bactéries   peuvent   également   être   impliqués   dans   le  
processus  de  nitrification.    
Afin   de   proliférer,   ces   bactéries   ont   besoin   d’un   substrat   pour   s’accrocher.   Elles   se  
multiplient   rapidement,   si   la   température   de   l’eau   n’est   pas   trop   froide,   pour   occuper  
toute   la   surface   qui   est   mise   à   leur   disposition.     Elles   forment   un   film   sur   toutes   les  
composantes   du   système   :   bassin,   tuyaux,   filtres,   etc.   De   plus,   elles   colonisent   le  
substrat  supportant  les  racines  des  plantes.  Elles  ne  tolèrent  pas  bien  la  lumière  et  ont  
besoin   d’humidité,   c’est   pourquoi   elles   colonisent   très   peu   les   surfaces   éclairées   et  
sèches.  Afin  de  maximiser  leur  efficacité  tout  en  conservant  la  propreté  du  système,  il  
est   nécessaire   de   fabriquer   un   biofiltre.   Le   biofiltre   est   une   section   d’un   système,  
oxygéné   et   à   l’obscurité,   dans   lequel   les   bactéries   peuvent   proliférer   en   raison   de   la  
grande   quantité   de   substrats   pour   les   accueillir.   Vous   pouvez   remplir   ce   biofiltre   de  
substrat   spécialisé   ou   encore   avec   des   éléments   du   quotidien.   Certains   biofiltres  
artisanaux  sont  remplis  de  billes  de  plastique  pour  fabriquer  des  colliers  ou  encore  de  
blocs   lego.   L’important   est   d’avoir   une   grande   quantité   de   surfaces   auxquelles   les  
bactéries  peuvent  venir  se  fixer.  Il  est  essentiel  de  toujours  placer  votre  biofiltre  après  le  
filtre   physique   de   votre   système   afin   de   ne   pas   colmater   votre   biofiltre   avec   de   la  

17  
 
matière   organique   et   de   ne   pas   attirer,   par   le   fait   même,   des   bactéries   qui   feraient   le  
chemin  inverse  de  la  nitrification  en  produisant  de  l’ammoniaque.  

Les   bactéries   nitrifiantes   sont   aérobies.   Elles   ont   donc   besoin   d’oxygène   pour  
fonctionner.  En  s’assurant  d’une  bonne  oxygénation  du  système,  ces  dernières  prennent  
facilement   le   dessus   sur   les   bactéries   anaérobies,   souvent   néfastes.   De   plus,   elles   ont  
besoin   d’une   certaine   température   pour   proliférer   suffisamment.   Bien   qu’elles   soient  
actives  sur  un  large  éventail  de  températures,  leur  température  optimale  se  situe  entre  
15°C  et  35°C  et  idéalement  au-­‐dessus  de  20°C  (SOUTHERN  et  KING,  2017).  Leur  activité  
diminue  en  fonction  de  la  température.      

L’apport   en   «   nourriture   »   (ammoniaque)   doit   être   constant   afin   de   maintenir   les  


colonies   bactériennes.   C’est   pourquoi   si   le   système   est   arrêté   durant   une   période   de  
temps,  il  faudra  reprendre  progressivement  l’alimentation  des  animaux  aquatiques  afin  
que   le   biofiltre   redevienne   efficace.   De   plus,   certaines   choses   sont   à   éviter   pour   bien  
conserver   la   colonie   bactérienne.   Par   exemple,   l’eau   chlorée   directement   sortie   du  
réseau   public,   la   matière   organique   trop   abondante,   les   antibiotiques   et   le   manque  
d’oxygène   dissous   dans   l’eau   peuvent   nuire   grandement   aux   bactéries   d’un   système  
aquaponique  (BITON,  2017).    

4.1.3   Les  plantes  


 
De   nombreux   types   de   plantes   peuvent   être   cultivées   en   aquaponie,   mais   il   est  
important   de   se   renseigner   sur   les   besoins   spécifiques   de   chaque   espèce   avant   de   se  
lancer   dans   la   culture   de   celles-­‐ci.   Le   document   suivant   ne   présentera   pas   toute  
l’étendue  des  cultivars  possibles.  Il  dressera  plutôt  un  portrait  des  éléments  à  prendre  
en  considération  dans  le  choix  des  plantes.    
Un  des  principaux  facteurs  limitants  pour  les  plantes  est  la  lumière.  Cette  dernière  est  
essentielle   pour   la   bonne   croissance   des   plantes   et   la   luminosité   est   un   critère   très  
important   à   prendre   en   compte   lorsque   l’on   installe   un   système   aquaponique.   L’idéal  
est   d’installer   un   système   aquaponique   dans   une   serre   pour   bénéficier   de   la   lumière   du  
soleil   ou   encore   sur   le   bord   d’une   fenêtre,   mais   lorsque   ce   n’est   pas   possible   (comme  
c’est   souvent   le   cas   en   milieu   scolaire)   il   est   tout   de   même   possible   d’utiliser   un  
éclairage  artificiel.  Des  lumières  DEL    ou   des   fluorescents   peuvent   faire   l’affaire.   Des  
boutiques   spécialisées   en   matériel   pour   les   cultures   maraichères   ou   hydroponiques  
pourront  vous  conseiller  sur  le  choix  des  lumières  selon  vos  besoins.  En  fonction  du  type  
d’éclairage  sélectionné,  il  pourra  être  préférable  d’opter  pour  la  culture  de  plantes  qui  
sont   moins   exigeantes   en   lumières   comme   la   laitue,   l’épinard,   le   chou   kale,   la   bette   à  
carde,  les  fines  herbes,  etc.    

18  
 
Les  plantes  ont  besoin  de  plusieurs  éléments  essentiels  généralement  puisés  dans  le  sol.  
Les   éléments   cruciaux   dans   la   culture   aquaponique   sont   l’azote,   le   phosphore,   le  
potassium,   le   calcium,   le   magnésium   et   le   fer   (SOUTHERNE   et   KING,   2017).   D’autres  
nutriments   sont   essentiels,   mais   en   très   petites   quantités.   Ces   derniers   servent   de  
catalyseurs   pour   certaines   réactions   chimiques.   On   les   appelle   les   oligoéléments   ou  
micronutriments.   Parmi   ces   derniers,   il   y   a   le   bore,   le   chlore,   le   cuivre,   le   manganèse,   le  
molybdène  et  le  zinc.  Les  plantes  ne  sont  pas  capables  d’absorber  les  grosses  molécules  
organiques.   Ces   dernières   doivent   avoir   été   «   cassées   »   pour   se   retrouver   sous   leur  
forme   minérale   puis   dissoutes   dans   l’eau.   Dans   un   système   aquaponique,   la   source  
initiale  de  tous  les  nutriments  est  la  nourriture  des  poissons  et  leurs  déjections,  car  c’est  
le   seul   intrant   du   système.   Lorsqu’on   observe   certaines   carences,   il   est   cependant  
possible   d’ajouter   certains   éléments.   C’est   souvent   le   cas   pour   le   calcium,   le   potassium,  
le  fer  et  occasionnellement  le  magnésium  (SOUTHERNE  et  KING,  2017).     Pour  les  ajouts  
de  fer,  il  est  essentiel  que  celui-­‐ci  soit  chélaté  pour  être  accessible  aux  plantes  (RAKOCY,  
2007).  

Pour   la   plupart   des   plantes,   une   température   d’au   moins   18°C   est   nécessaire   pour  
assurer   une   bonne   croissance   (BERNSTEIN,   2011;   BITON,   2017).   Plusieurs   variétés   de  
plantes   à   feuilles   comme   les   laitues,   le   chou   kale   et   les   bettes   à   cardes   tolèrent   une  
vaste   gamme   de   températures.   Par   contre,   certaines   espèces   préfèrent   des  
températures   plus   élevées   comme   les   tomates,   les   aubergines,   les   poivrons,   etc.   Ces  
plantes  à  fruits  seront  également  plus  exigeantes  aux  plans  des  éléments  nutritifs  et  de  
l’éclairage.   De   plus,   comme   leur   temps   de   culture   est   plus   long,   elles   sont   moins  
adaptées   au   contexte   pédagogique   que   les   légumes   qui   poussent   plus   rapidement.  
Enfin,  certaines  plantes  sont  moins  adaptées  à  la  culture  aquaponique,  comme  c’est  le  
cas  pour  les  légumes  racines  tels  que  les  carottes  et  les  pommes  de  terre.      

Afin  d’optimiser  la  production  de  vos  plantes,  il  est  aussi  crucial  de  concevoir  le  système  
(voir   section   4.3.1)   en   fonction   de   l’espèce   visée.   Les   plantes   à   feuilles   tolèrent  
généralement   les   systèmes   à   radeaux.   Les   plus   grands   plants   (tomates,   arbustes   voire  
même   bananiers)   préfèrent   des   lits   de   billes   d’argiles   profonds   pour   leur   croissance.  
Certaines  espèces  ont  des  exigences  particulières  comme  les  fraisiers  qui  préfèrent  un  
système  reproduisant  les  marées  où  leurs  racines  ne  baignent  pas  continuellement  dans  
l’eau.  

Il   est   préférable   d’acheter   vos   semences   dans   des   serres   et   des   magasins   spécialisés.  
Des   souches   sélectionnées   pour   croître   de   façon   plus   efficace   dans   des   systèmes  
hydroponiques  et  aquaponiques  ont  été  développées  par  des  semenciers  spécialisés.  

19  
 
4.2    Les  composantes  physicochimiques  

4.2.1   L’ammoniac  et  le  cycle  de  l’azote  


 
L’azote  est  un  élément  très  important  pour  les  plantes,  car  il  est  un  constituant  essentiel  
des  protéines,  des  acides  nucléiques,  des  hormones,  de  la  chlorophylle  et  d’une  foule  de  
composés  chez  les  plantes  (HOPKINS,  2003).  On  le  retrouve  sous  plusieurs  formes  dans  
le   système   (Figure   4).   Tout   d’abord,   les   poissons   sont   nourris   avec   une   nourriture  
organique  qui  contient  de  l’azote  sous  forme  de  protéines.  Après  l’avoir  consommé,  les  
organismes   aquatiques   excrètent   des   déchets   azotés   sous   forme   d’ammoniaque  
dissous.   Il   est   important   de   comprendre   qu’en   milieu   aquatique,   l’ammoniaque   existe  
simultanément   sous   sa   forme   non-­‐ionisée   (NH3)   et   sa   forme   ionisée   (NH4 ).   L’équilibre  
+

entre  les  deux  formes  dépend  du  pH  et  de  la  température  (PETITET-­‐GOSGNACH,  2017).  
Ceci   étant   dit,   c’est   la   forme   non-­‐ionisée   qui   est   particulièrement   nocive   pour   les  
organismes   aquatiques   (Environnement   et   ressources   naturelles   Canada,   2015).   À   très  
faible   dose,   cette   substance   peut   être   tolérée   par   les   animaux,   mais   elle   peut  
rapidement  s’accumuler  si  elle  n’est  pas  contrôlée  et  devenir  toxique.  C’est  pourquoi  on  
utilise   des   bactéries   afin   de   maintenir   la   concentration   en   ammoniaque   totale   (NH3   +  
NH4+)  sous  la  barre  de  0,5  ppm  (BITON,  2017).    
 
L’ammoniaque  sert  de  nourriture  à  un  premier  genre  de  bactéries  (Nitrosonomas)  qui  la  
transforme   en   nitrites   (NO2-­‐)   en   présence   d’oxygène.   Les   nitrites   sont   également  
toxiques   (0,5   ppm)   pour   les   animaux   puisqu’ils   perturbent   leur   capacité   à   absorber  
l’oxygène,   alors   un   autre   genre   de   bactéries   entre   en   jeu   :   Nitrobacter.   Ces   dernières  
dégradent  les  nitrites  en  nitrates  (NO32-­‐),  qui  eux  sont  très  peu  toxiques.  C’est  la  forme  
sous  laquelle  l’azote  est  directement  assimilable  par  les  plantes  (TYSON  et  coll.,  2008).    
Les   éléments   du   système   aquaponique   peuvent   tolérer   des   concentrations   de   nitrates  
allant   de   100   à   1000   ppm   sans   nuire   aux   productions   aquacoles,   mais   les   plantes  
maintiennent   généralement   les   nitrates   à   une   concentration   inférieure   à   500   ppm  
(SOUTHERNE  et  KING,  2017).  Les  plantes  puisent  les  nitrates  directement  dans  l’eau,  qui  
est   retournée   aux   animaux   avec   une   quantité   de   déchets   azotés   diminués.   Selon  
GRABER   et   JUNGE   (2009),   69%   de   l’azote   généré   par   les   poissons   dans   un   système  
aquaponique   est   converti   en   végétaux.   De   cette   manière,   l’eau   peut   être   recirculée  
continuellement  sans  problème  dans  le  système.    

20  
 
Avant   d’ajouter   les   poissons   et   les   plantes   dans   un   système   aquaponique,   il   faut  
s’assurer  que  les  colonies  de  bactéries  soient  bien  établies  et  efficaces.  Comme  elles  ont  
un   développement   lent,   il   faut   prévoir   environ   8   semaines   pour   qu’elles   colonisent   bien  
le  système  (BITON,  2017).  La  vitesse  de  colonisation  est  cependant  fortement  influencée  
par   la   température   du   système.   Bien   que   les   bactéries   soient   présentes   dans  
l’environnement  et  puissent  coloniser  par  elles-­‐mêmes  un  système  aquaponique,  il  est  
recommandé  d’apporter  une  source  de  bactéries  nitrifiantes  au  système  afin  d’accélérer  
le   processus   de   cyclage.   Pour   ce   faire,   on   peut   simplement   prendre   un   échantillon   de  
substrat   d’un   autre   système   aquaponique   ou   d’un   aquarium   en   bonne   santé,   puis   les  
transférer   dans   notre   nouveau   système.   Il   est   également   possible   de   se   procurer   une  
solution   de   bactéries   nitrifiantes   en   animalerie.   ATTENTION   !   Avant   d’ensemencer   les  
bactéries,   il   faut   s’assurer   que   les   conditions   propices   à   leur   développement   soient  
atteintes,   c’est-­‐à-­‐dire   que   l’eau   ne   contienne   plus   de   chlore   et   qu’elle   soit   bien  
oxygénée.   De   plus,   on   doit   leur   apporter   de   la   nourriture   (de   l’ammoniaque)   afin  
qu’elles   puissent   bien   se   développer.   Cet   apport   en   nourriture   peut   se   faire   sous  
plusieurs  formes.    

On   peut   introduire,   dès   le   début   du   cyclage,   les   poissons   afin   qu’ils   excrètent   des  
déchets   azotés   après   les   avoir   nourris.   Toutefois,   comme   le   filtre   biologique   n’est   pas  
encore  efficace  et  que  l’ammoniaque  est  toxique,  cela  nécessite  de  changer  une  partie  
de  l’eau  lorsque  la  quantité  d’ammoniaque  est  trop  élevé  afin  d’éviter  que  les  poissons  
ne   s’empoisonnent.   Cette   méthode   n’est   donc   pas   adaptée   à   un   gros   système.   Il   est  
aussi   possible   d’ajouter   de   l’ammoniaque   pur,   souvent   vendu   en   poudre,   directement  
dans  l’eau  ou  encore  de  la  nourriture  en  décomposition  qui,  au  bout  d’un  certain  temps,  

Figure  4.  Cycle  de  l’azote  dans  un  système  aquaponique.  

21  
 
générera   de   l’ammoniaque.   Cette   dernière   option   amènera   cependant   un   apport  
considérable   de   matière   organique   dissoute   dans   l’eau   et   peut   amener   la   colonisation  
par  des  bactéries  autres  que  les  bactéries  nitrifiantes,  ce  qui  rend  la  filtration  biologique  
moins  efficace.  

Il   est   difficile   de   déterminer   la   quantité   d’ammoniaque   à   ajouter   au   système.   Cela  


dépend   de   la   concentration   de   la   source   d’ammoniaque   ainsi   que   du   volume   d’eau.   Il  
faut  donc  y  aller  petit  à  petit  en  ajoutant  l’ammoniaque  et  en  mesurant  la  concentration  
un   jour   plus   tard,   une   fois   le   système   équilibré.   L’objectif   est   de   maintenir   une  
concentration   se   situant   entre   0,5   et   3   ppm.   Le   suivi   doit   être   fait   à   tous   les   jours,  
jusqu’à   ce   que   le   système   soit   cyclé,   c’est-­‐à-­‐dire   que   les   colonies   de   bactéries   soient  
matures   et   puissent   transformer   l’ammoniaque   en   nitrates.   Au   départ,   les   quantités  
d’ammoniaque   sont   élevées.   Au   fur   et   à   mesure   que   Nitrosomonas   le   consomme,   on  
voit  apparaître  un  pic  de  nitrites.  Cette  concentration  élevée  fera  intervenir  les  bactéries  
du  genre  Nitrospira  et  Nitrobacter  qui  vont  se  développer  et  transformer  les  nitrites  en  
nitrates.   À   ce   moment,   les   concentrations   en   ammoniaque   et   en   nitrites   resteront  
basses  puis  les  nitrates  seront  augmentés.  Cela  indique  que  le  système  est  cyclé.

4.2.2   Le  pH  
 
Tous  les  organismes  de  l’écosystème  aquaponique  ont  un  pH  optimal  auquel  est  adapté  
leur  métabolisme.  Comme  cet  optimum  est  différent  pour  les  bactéries,  les  poissons  et  
les   plantes,   il   faut   rechercher   un   compromis.   Un   pH   adéquat   pour   l’aquaculture   se   situe  
généralement  entre  6,5  et  8,5  alors  que  le  pH  idéal  pour  la  culture  des  plantes  se  situe  
généralement  entre  5,5  et  6,5.  Ces  valeurs  favorisent  l’assimilation  des  nutriments  par  
les  plantes.  Le  pH  influence  la  forme  chimique  sous  laquelle  se  trouvent  les  molécules,  
les   rendant   accessibles   ou   non   pour   les   plantes.   Par   exemple,   si   le   pH   est   trop   haut,  
certains  nutriments  comme  le  fer  se  présentent  sous  une  forme  qui  n’est  pas  assimilable  
par  les  plantes.  Ces  dernières  se  retrouvent  donc  avec  des  carences  (BITON,  2017).  Le  
pH   idéal   pour   favoriser   la   nitrification   est   cependant   de   8,5   (MUNGUIA-­‐FRAGOZO   et  
coll.,  2015;  ZOU  et  coll.,  2016).    
La  transformation  de  l’ammoniaque  en  nitrites  et  en  nitrates  peut  cependant  s’effectuer  
à  des  valeurs  de  pH  beaucoup  plus  basses.  TYSON  et  coll.  (2011)  suggèrent  de  favoriser  
un  pH  qui  permet  d’optimiser  la  nitrification  de  l’ammoniaque  plutôt  que  la  croissance  
des  végétaux,  car  la  nitrification  de  l’ammoniaque  est  l’élément  essentiel  de  l’équilibre  
d’un  système  aquaponique.  SOUTHERNE  et  KING  (2017)  mentionnent  quant  à  eux  qu’il  
est   préférable   de   maintenir   le   pH   à   des   valeurs   optimales   pour   les   végétaux   (environ  
6,5),  ce  qui  favorise  la  croissance  des  plantes,  nuit  peu  à  la  croissance  des  poissons  et  

22  
 
permet  une  nitrification  satisfaisante  de  l’ammoniaque.  Il  ne  faut  toutefois  pas  oublier  
l’espèce   animale   dans   l’équation.   En   bref,   le   maintien   d’un   pH   entre   6   et   7,5   semble  
adéquat,   mais   devrait   être   ajusté   en   fonction   de   l’espèce   choisie   pour   trouver   une   zone  
de  compromis.

4.2.3   L’oxygène  
 
L’oxygène   est   essentiel   pour   toutes   les   composantes   vivantes   du   système   aquaponique,  
il   est   donc   important   de   bien   le   gérer.   Le   taux   d’oxygène   diminue   lorsque   la  
température  augmente.  En  effet,  à  5°C,  le  taux  maximal  d’oxygène  dans  l’eau  est  de  12  
mg/L.  À  chaque  5°C  de  plus,  le  taux  de  saturation  diminue,  c’est-­‐à-­‐dire  qu’à  10°C,  le  taux  
maximal  d’oxygène  dans  l’eau  est  de  11  mg/L;  à  15°C,  il  est  de  10  mg/L,  et  ainsi  de  suite  
(PETITET-­‐GOSHNACH,   2017).   La   consommation   d’oxygène   par   les   organismes  
aquatiques  augmente  quant  à  elle  avec  l’augmentation  de  la  température.  Puisque  les  
animaux   des   systèmes   aquaponiques   sont   poïkilothermes   (à   sang   froid),   leur  
métabolisme  augmente  avec  la  température.

L’utilisation   de   compresseurs   et   de   soufflantes   d’oxygénation   (diffuseurs   à   air)   est  


souvent  nécessaire  pour  oxygéner  le  système  adéquatement.  Ces  composantes  doivent  
être  situées  juste  avant  le  déversement  de  l’eau  dans  le  réservoir  à  poissons  et  dans  le  
biofiltre.     Plusieurs  recherches  ont  aussi  documenté  qu’une  bonne  oxygénation  sous  les  
racines   pouvant   stimuler   la   croissance   des   plantes   (PADE,   2008;   RAKOCY,   2007).   Le   suivi  
de   la   quantité   d’oxygène   dissout   dans   le   système   doit   être   fait   régulièrement.   Une  
sonde  à  oxygène  permet  d’effectuer  ce  suivi.  Lorsqu’on  ajoute  de  l’eau  dans  le  système,  
il  faut  compter  plusieurs  heures  afin  que  le  taux  d’oxygène  revienne  à  la  normale.  

4.2.4   La  prise  de  mesure  des  éléments  physicochimiques  


 
Plusieurs   types   de   tests   existent   afin   de   bien   suivre   tous   les   éléments   chimiques  
mentionnés  précédemment,  ainsi  que  d’autres.  Il  est  toutefois  important  de  se  procurer  
des   tests   adaptés   au   système   aquaponique.   Par   exemple,   il   est   inutile   d’avoir   un   test   de  
pH   avec   une   échelle   allant   de   0   à   14   si   l’eau   se   situe   entre   6   et   8.   Assurez-­‐vous  
également   que   vos   tests   sont   conçus   pour   l’eau   douce.   Pour   suivre   l’évolution   des  
éléments  physico-­‐chimiques  du  système  dans  le  temps,  il  est  recommandé  de  tenir  un  
petit  cahier  spécialement  pour  cet  usage.  Voici  quelques  exemples  des  tests  qui  peuvent  
être  effectués  :

 
23  
 
Les  bandelettes
Les  bandelettes  sont  les  tests  les  plus  simples  puisqu’il  suffit  simplement  de  tremper  la  
bandelette   dans   l’eau   puis   l’égoutter.   Après   un   certain   temps   de   réaction,   la   couleur   de  
la   bandelette   est   comparée   à   une   échelle   de   couleur   qui   permet   de   déduire   la  
concentration  de  la  substance  en  question.  Le  pH,  les  nitrites  et  les  nitrates  peuvent  être  
mesuré  à  l’aide  de  bandelettes,  mais  les  résultats  ne  sont  pas  toujours  très  précis.

Les  tubes  et  gouttes  


Pour   ce   type   d’analyse,   il   suffit   de  
prendre   en   échantillon   d’eau   à   l’aide  
d’un   petit   tube   marqué   afin   d’avoir   la  
bonne  quantité  nécessaire  pour  le  test.  
On   y   ajoute   un   nombre   précis   de  
gouttes,   puis   on   attend   un   certain  
temps  de  réaction,  qui  variera  selon  le  
type   de   test   effectué.   Par   la   suite,  
comme   pour   les   bandelettes,   la  
couleur   de   la   solution   obtenue   est  
comparée  à  une  échelle  de  couleur  qui  
permet   déduire   la   concentration   de   la  
substance  mesurée  (Figure  5).  Ces  tests  
sont   souvent   plus   précis   que   les  
bandelettes,  mais  plus  longs  à  réaliser.  
Pour   les   projets   réalisés   au   campus   des   Figure  5  L’analyse  des  différents  nutriments  a   été  
réalisée  avec  des  trousses  d’analyse  avec  tubes  et  
Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine,   des   tests   des   gouttes  (crédit  photo:  Josiane  Bergeron).
marques   Nutrafin   de   Hagen   (utilisés   en  
aquariophilie)  ont  été  utilisés.    

Les  sondes  
Il  existe  également  certains  outils  spécialisés  qui  permettent  de  connaître  avec  précision  
la  valeur  de  certaines  composantes  chimiques  du  système  (figure  6).  Par  exemple,  le  pH-­‐
mètre  est  une  sonde  que  l’on  plonge  tout  simplement  dans  l’eau  afin  d’avoir  la  valeur  
exacte  du  pH.  Il  existe  également  des  sondes  pour  mesurer  la  quantité  d’ammoniaque.  
Ces  dernières  sont  toutefois  plus  complexes,  car  elles  sont  couplées  avec  des  réactifs  qui  
doivent  être  ajoutés  à  l’eau.  Les  sondes  sont  bien  sûr  beaucoup  plus  dispendieuses  que  
les   bandelettes   et   les   gouttes,   mais   plus   précises.   Cela   peut   valoir   la   peine   lorsque   les  
systèmes   sont   de   plus   grande   envergure.   Les   sondes   peuvent   aussi   être   un   bon   outil  

24  
 
pour  permettre  aux  étudiants  et  étudiantes  
affectés   par   le   daltonisme   de   participer   à  
l’analyse   de   la   composition   chimique   du  
système.    

4.3   Les   composantes   physiques   et  


mécaniques  

Jusqu’à   présent,   il   existe   peu   d’entreprises  


qui   offrent   de   systèmes   aquaponiques  
prêts   à   assembler   et   les   systèmes   qui  
existent   ne   répondent   pas   toujours   aux  
besoins  de  l’enseignement  collégial.  Il  vaut  
mieux   connaître   toutes   les   options   qui  
s’offrent   à   nous   afin   de   construire   un   Figure   6.   Prise   de   mesures   physicochimiques   à  
système   qui   répond   bien   à   nos   besoins.   l’aide  d’une  sonde  (crédit  photo:  Josiane  Bergeron)
L’important   est   que   le   système   soit   simple,    
robuste,   efficace,   stable   puis   facile   à   entretenir   et   réparer   (BITON,   2017).   Le   Club  
d’aquaponie   de   l’École   des   pêches   et   de   l’aquaculture   du   Québec   offre   un   service   de  
conception   et   d’accompagnement   pour   concevoir   des   systèmes   aquaponiques.   Il   est  
possible   de   les   contacter   à   l’adresse   suivante:   club-­‐aquaponie@cegepgim.ca   pour  
obtenir  plus  d’informations.  

4.3.1  Les  types  de  support  de  culture  en  aquaponie  


 
Il  existe  quatre  types  de  supports  de  culture  plus  fréquemment  utilisés  en  hydroponie  et  
en   aquaponie:   les   gouttières   horizontales,   les   tours   verticales,   les   radeaux   en   eau  
profonde  et  la  culture  en  bac  de  substrat.  

La  culture  en  gouttières  horizontales    


Dans  ce  type  de  système,  les  plantes  sont  irriguées  par  un  mince  film  d’eau  contenu  au  
fond   de   la   gouttière.   Les   racines   ne   sont   donc   en   contact   que   partiellement   avec   de  
l’eau,  ce  qui  permet  une  bonne  oxygénation  des  racines.  Par  contre,  l’utilisation  de  ce  
type   de   système   est   moins   bien   adapté   aux   cultures   de   gros   plants   qui   nécessitent  
beaucoup  de  temps  de  croissance,  car  les  racines  peuvent  bloquer  la  circulation  de  l’eau  
dans  les  gouttières.  Il  faut  donc  vérifier  régulièrement  la  taille  des  racines  et  les  tailler  au  
besoin   si   elles   deviennent   envahissantes.   Ce   type   de   système   a   été   utilisé   pour   les  

25  
 
projets   pédagogiques   au   campus   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine.   Il   permet   notamment   de  
faire  pousser  plusieurs  plants  dans  les  mêmes  conditions  pour  avoir  plusieurs  réplicats  
lors  des  expérimentations.  

La  culture  en  tours  verticales    


Dans   ce   type   de   système,   l’eau   est   amenée   aux   plantes   par   le   haut   via   des   goutteurs  
puis  elle  percole  au  travers  un  substrat  inerte  où  sont  placés  les  végétaux.  Ce  système  
est   particulièrement   adapté   dans   les   endroits   restreints.   Cependant,   comme   l’eau   y  
circule   très   peu   (comme   c’est   le   cas   pour   la   culture   en   gouttière),   cela   peut   être   néfaste  
puisque   la   qualité   d’eau   peut   s’y   dégrader   plus   rapidement.   De   grandes   pertes   de  
chaleur  peuvent  aussi  être  causées  par  ce  type  de  système.  

La  culture  sur  radeaux  en  eau  profonde  


Les   plantes   sont   installées   dans   de   grands   bacs   sur   des   radeaux.   Les   racines   baignent  
directement   dans   une   eau   oxygénée.   Comme   l’eau   est   toujours   en   mouvement   grâce  
aux   diffuseurs   à   air,   ce   type   de   système   est   idéal   pour   des   installations   à   plus   grande  
échelle.   Dans   certains   cas,   les   espèces   aquatiques   peuvent   être   élevées   directement  
sous  les  plantes,  mais  il  est  préférable  de  les  garder  dans  des  bassins  séparés.    

La  culture  en  bac  de  substrat  


Dans   la   culture   en   bac   de   substrat,   les   plantes   sont   installées   dans   un   bac   rempli   de  
substrat   inerte   (ex.   billes   d’argile   expansée)   que   l’on   irrigue   régulièrement.   C’est   ce  
genre   de   bac   que   l’on   utilise   dans   les   systèmes   de   tables   à   marée   où   le   substrat   est  
inondé,  puis  drainé  de  façon  régulière.  Il  peut  aussi  être  inondé  en  permanence.  Dans  ce  
type  de  système,  les  plantes  sont  installées  comme  si  on  les  plantait  en  sol.  Il  n’y  a  pas  
de  petits  espaces  réservés  pour  chaque  plant.  

La  profondeur  du  bac  doit  permettre  d’offrir  un  volume  de  développement  suffisant  aux  
racines.  Idéalement,  elle  devrait  être  comprise  entre  20  et  30  cm.  Le  bac  ne  doit  pas  non  
plus  être  trop  large  afin  de  favoriser  l’accès  aux  plantes  en  tout  temps.  Si  on  y  accède  
seulement  d’un  côté,  la  largeur  maximale  devrait  être  de  80  cm  et  si  on  peut  y  accéder  
des  deux  côtés,  elle  devrait  être  de  1,20  mètre  (BITON,  2017).  

Il   est   possible   d’installer   les   bacs   sur   des   pieds   ou   au   sol.   Toutefois,   le   fait   de   les  
surélever   sur   des   pieds   permet   une   position   de   travail   beaucoup   plus   ergonomique.  
Dans  ce  cas,  il  faut  s’assurer  que  la  structure  qui  supporte  le  bac  soit  très  solide,  car  le  
tout   est   très   lourd.   Pour   les   plantes   qui   nécessitent   d’être   palissées,   comme   les  
concombres  et  les  tomates,  il  est  préférable  d’utiliser  des  bacs  près  du  sol  afin  d’éviter  
que  les  plantes  soient  trop  hautes.  

26  
 
4.3.2  Les  matériaux  à  utiliser  
 
Afin  d’éviter  que  des  substances  en  provenance  des  matériaux  utilisés  s’accumulent  et  
contaminent   l’eau   ainsi   que   les   organismes   du   système   aquaponique,   il   est   important  
d’opter  pour  des  matériaux  non  toxiques  (BERNSTEIN,  2011).  Il  est  même  recommandé  
d’utiliser  des  matériaux  certifiés  de  qualité  alimentaire.  

Tous  les  types  de  métaux  sont  à  éviter  puisqu’ils  peuvent  relâcher  certaines  particules  
dans   l’eau.   Ceci   est   particulièrement   important   à   considérer   dans   un   système  
aquaponique  puisque  le  pH  légèrement  acide  favorise  la  dégradation  du  métal.  Le  zinc  
et   le   cuivre   peuvent   être   toxiques   pour   les   organismes   aquatiques,   même   à   faibles  
quantités.   Il   faut   donc   éviter   d’utiliser   des   bacs   en   acier   galvanisé   et   des   tuyaux   de  
plomberie  métalliques  (BITON,  2017;  BERNSTEIN,  2011).  

Le   plastique   est   le   matériel   à   favoriser,   mais   pas   n’importe   lequel   puisque   certains  
peuvent  relâcher  des  substances  toxiques,  surtout  lorsqu’ils  sont  exposés  au  soleil.  Les  
meilleurs   plastiques   à   utiliser   sont   ceux   identifiés   par   les   pictogrammes   2   et   4  
(polyéthylène)   puis   5   (polypropylène).   Tous   les   autres   sont   à   éviter,   à   l’exception   du  
PVC-­‐U  (PVC  réticulé)  qui  est  certifié  pour  l’eau  potable  (BITON,  2017).  Il  est  également  
fortement   recommandé   d’utiliser   des   colles   et   des   silicones   de   grade   alimentaire,   afin  
de   ne   pas   contaminer   le   système   avec   des   produits   chimiques   qui   pourraient   être  
néfastes  pour  les  organismes  vivants.      

   

27  
 
5.  L’INSTALLATION  DES  SYSTÈMES  DU  PROJET  

5.1    Informations   générales   pour   l’installation   des   systèmes  


aquaponiques  

Les   systèmes   d’aquaponie   utilisés   pour   les   projets   pédagogiques   au   campus   des   Îles-­‐de-­‐
la-­‐Madeleine   ont   été   montés   par   un   groupe   d’étudiants   du   profil   sciences   pures   du  
cours   Activité   synthèse   de   programme   (360-­‐293-­‐GA)   (voir   fiche   pédagogique   #4).   Ils   ont  
été  accompagnés  d’un  technicien  aquacole  de  Merinov  pour  l’installation.    

Il   n’est   pas   conseillé   d’installer   ces   systèmes   dans   une   classe   ou   un   laboratoire,   car   il  
peut   y   avoir   des   fuites   d’eau   causées   par   des   bris   sur   la   tuyauterie   et   par   les  
manipulations   lors   de   la   réalisation   des   projets.   Un   entrepôt,   un   garage   ou   une   serre  
peuvent  très  bien  convenir  à  l’installation  de  ce  type  de  système.  L’alimentation  en  eau  
douce  est  également  à  prévoir  pour  le  remplissage  et  le  nettoyage  des  systèmes.    

Les   systèmes   utilisés  


lors   du   projet   au  
campus   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐
madeleine   ont   été   faits  
sur   mesure   par   un  
consultant   en  
aquaponie   (voir   figure  
7).   Toutefois,   il   est  
définitivement   possible  
de   concevoir   ces  
systèmes   soi-­‐même  
avec   des   ouvrages   de  
référence,   un   bon  
technicien,   un   peu   de   Figure   7.   Systèmes   aquaponiques   utilisés   lors   des   projets  
débrouillardise   et   les   réalisés   au   campus   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine   (crédit   photo:  
ressources   financières   Lisandre  G.  Solomon).
 
nécessaires.   Les   types   de   systèmes   utilisés   dans   ce   projet-­‐ci   sont   pour   la   culture   en  
gouttières  horizontales.      

28  
 
5.2  Les  étapes  du  montage,  leur  utilité  et  les  pièces  requises    

1-­‐  La  cuve  à  poisson  (fish  tank)  ou  le  lavabo  blanc  (voir  figure  7,  figure  9  et  figure  10)  a  
été  le  premier  élément  à  être  installé.  Cette  cuve  a  une  capacité  théorique  de  70  litres,  
mais   un   niveau   moindre   est   conseillé   (environ   50   litres   au   réel).   Une   mise   au   niveau  
minutieuse  des  pattes  du  lavabo  a  été  nécessaire  lors  de  cette  étape.  Un  drain  en  tuyau  
PVC  a  également  été  inséré  dans  le  drain  du  lavabo.  La  hauteur  du  drain  détermine  la  
hauteur   de   la   colonne   d’eau   dans   le   lavabo.   Un   filet,   un   grillage   ou   un   nytex   doit   être  
installé   sur   la   sortie   supérieure   du   drain   si   des   écrevisses   sont   utilisées   pour  
l’expérience,  afin  d’éviter  qu’elles  ne  s’échappent  de  la  cuve  (voir  figure  3).  L’ajustement  
de  la  purge  sous  le  lavabo  a  également  été  faite  à  cette  étape.  Cette  purge  sert  à  vider  le  
lavabo   de   son   contenu   en   eau   lors   du   nettoyage   ou   de   la   vidange   finale.   Du   téflon   en  
ruban  a  été  appliqué  sur  les  parties  mâles  (treads)  de  la  purge  et  sur  tous  les  tuyaux  du  
système  afin  d’empêcher  d’éventuelles  fuites  d’eau.  Un  autre  tuyau  relie  ensuite  la  cuve  
à  poissons  au  bassin  de  sédimentation.  C’est  dans  ce  sens  que  l’eau  circulera.    

2-­‐  Le  bassin  de  sédimentation  (95   L)  (en  bleu  sur  les  figures  9  et  10;  gros  bidon  bleu  sur  
la  figure  7)  a  ensuite  été  installé  sous  les  gouttières.  C’est  lui  qui  recevait  l’eau  de  la  cuve  
à  poisson.  Les  eaux  «  usées  »  provenant  du  lavabo,  chargées  en  particules  à  cause  des  
déchets   des   animaux   et   des   rejets   de   nourriture,   vont   atteindre   la   première   étape   du  
bassin  de  sédimentation.  Les  eaux  déchargées  de  particules  vont  ensuite  passer  vers  la  
deuxième  étape  du  bassin.  C’est  dans  la  deuxième  étape  que  la  pompe  tire  l’eau  afin  de  
la  faire  circuler  dans  tout  le  système.    

3-­‐  La  pompe  Hydor,  en  noir  sur  les  schémas  des  figures  9  et  10,  est  une  pompe  externe  
utilisée   en   aquariophilie.   Le   model   utilisé   pour   ce   projet   était   Hydor   professional   350.  
Cette  pompe  possède  une  capacité  de  pompage  900  litres/heures  et  est  conçu  pour  les  
aquariums  de  220-­‐350  litres.  Elle  réalise  la  filtration  mécanique,  biologique  et  chimique  
de  l’eau  présente  dans  le  système.    

4-­‐  Le  refroidisseur  (pas  présent  sur  les  figure  9  et  10,  juste  après  l’étape  de  la  pompe)  
permettait   de   refroidir   l’eau   à   la   température   voulue   et   surtout,   de   maintenir   cette  
température  stable.  Dans  notre  cas,  il  était  avantageux  de  maintenir  la  température  de  
l’eau  autour  de  18-­‐20°C  afin  d’assurer  la  survie  des  écrevisses.  La  température  de  l’eau  
est  un  facteur  encore  plus  important  lorsque  des  élevages  de  poissons  d’eau  froide  sont  
réalisés,   le   refroidisseur   devient   donc   un   élément   incontournable   dans   ce   cas.   Le  
modèle  utilisé  dans  ce  projet-­‐ci  (un  pour  chaque  système,  donc  trois  au  total)  était  de  
marque   Coralife.   Ses   caractéristiques   sont   les   suivantes   :     il   possède   ¼   de   force,   une  
capacité   refroidissante   allant   jusqu’à   125   gallons   et   il   est   doté   d’une   technologie  

29  
 
échangeur   de   chaleur   en   titanium.   Ce   petit   refroidisseur   est   compact,   ce   qui   facilite   son  
installation  sous  les  tables  où  sont  posées  les  cultures  en  gouttières.    

5-­‐  Le  biofiltre,  élément  en  gris  sur  les  figures  9  et  10  (sur  la  table).  Cet  élément  a  permis  
de  retirer  une  partie  de  l’ammoniaque  toxique  excrété  par  les  organismes  (poissons  ou  
écrevisses)   dans   chaque   système.   Pour   bien   comprendre   le   cycle   de   l’azote   et   le   cyclage  
des   systèmes,   voir   la   section   4.2   sur   les   composantes   physico-­‐chimiques.   Chaque  
chaudière   de   25   litres   (une   pour   chaque   système,   donc   trois   au   total)   contenait   des  
substrats   d’attache   pour   les   bactéries   nitrifiantes   (voir   point   6   ci-­‐dessous)   et   un  
diffuseur   à   air   pour   l’oxygénation.   Les   substrats   d’attache   pour   les   bactéries   sont  
souvent  des  billes  trouées  ou  petites  formes  de  plastiques  d’un  cm  de  diamètre.  Dans  ce  
projet-­‐ci,   il   y   avait   environ   10-­‐15   litres   de   ce   substrat   par   chaudière.   Une   partie   de   l’eau  
arrivant  du  refroidisseur  a  donc  pu  accéder  à  la  chaudière  de  biofiltration  par  le  bas  et  
en   est   ressortie   par   le   haut   pour   retourner   à   nouveau   dans   la   cuve   à   poisson.   L’autre  
partie  de  l’eau  qui  arrivait  du  refroidisseur  était  quant  à  elle  dirigée  vers  les  gouttières  
avec  les  légumes.  Deux  circuits  d’eau  ont  donc  voyagé  en  parallèle  dans  les  systèmes  à  
ce  point-­‐ci.    

6-­‐   Les   bactéries   nitrifiantes   (dans   le  


biofiltre  en  gris  sur  les  figures  9  et  10).  Une  
solution   de   bactéries   nitrifiantes   doit   être  
achetée   avant   la   mise   en   circulation   de  
l’eau   dans   les   systèmes.   On   peut   se   la  
procurer   dans   les   animaleries   ou   encore  
dans   les   magasins   spécialisés   en  
aquaculture   comme   chez   Aquamerik.   La  
solution   de   bactéries   nitrifiantes   doit   être  
idéalement   ajoutée   plusieurs   semaines  
dans   les   systèmes   avant   l’ajout   des  
poissons   ou   écrevisses.   Voir   la   section   3.2  
sur   les   aspects   physico-­‐chimiques  
importants  pour  le  cyclage  du  système.    

7-­‐   Les   gouttières   servant   à   la   culture   des  


plantes   sont   illustrées   en   noir   et   gris   avec   Figure   8.   Paniers   remplis   de   billes  
les   trous   verts   dans   les   figures   9   et   10.   d’argile  s emi-­‐immergées   dans   les   gouttières.  
Deux   gouttières   d’une   capacité   de   10   litres   Le   plant   de  basilic   a   été   préalablement  
cultivé    dans  un  bloc  de   laine  de  roche.  (crédit  
chacune   ont   été   posées   côte   à   côte   sur   photo  :  Lisandre  G.  Solomon).
une  table  de  support  (au  milieu  de  la  figure    

30  
 
7).   Ces   gouttières   étaient   recouvertes   d’un   couvercle   longitudinal   perforé   à   plusieurs  
endroits   (trous   d’un   diamètre   d’environ   10-­‐15   cm)   afin   de   permettre   l’installation   des  
paniers   servant   aux   cultures.   Chaque   panier   conique   était   rempli   de   billes   d’argiles   et   le  
semis,   qui   était   préalablement   germé   sous   milieu   contrôlé   dans   un   bloc   de   laine   de  
roche,   était   installé   au   milieu   des   billes   dans   chacun   des   paniers   (figure   8).   Chaque  
gouttière   comportait   10   trous   permettant   ainsi   l’installation   des   paniers   avec   les   plants.  
L’eau  pouvait  ainsi  accéder  aux  racines  des  plantes,  car  le  panier  était  semi-­‐immergé  par  
son  insertion  dans  la  gouttière.  Le  petit  matériel  servant  à  la  culture  des  plantes  (billes  
d’argile,  laine  de  roches,  paniers,  etc.)  a  été  acheté  dans  une  boutique  spécialisée  dans  
le  matériel  d’hydroponie  (https://hydrodionne.com/).  Les  semis  qui  ont  été  testés  dans  
les   différents   projets   pédagogiques   sont   détaillés   dans   les   fiches   pédagogiques  
présentées  en  annexe.  

8-­‐  Les  lumières  (pas  présentes  sur   les  figures  9  et  10)  ont  été  installées  par-­‐dessus  les  
gouttières.   Ces   lumières   de   marque   LED   Sunblaster   6400   K   ont   donc   été   fixées   au  
plafond  pour  descendre  à  environ  25-­‐30  cm  au-­‐dessus  des  plantes.  Une  barre  lumineuse  
de  96  DEL  (48  pouces,  48  W)  puis  une  de  48  DEL  (24  pouces,  24  W)  a  été  nécessaire  pour  
couvrir  une  gouttière  complète.  Nous  avons  donc  utilisé  6  barres  de  48  pouces,  puis  6  
barres  de  24  pouces  pour  couvrir  l’ensemble  du  système.  

 
Vue   de   coté
                             

  Vue   de   devant

   

Vue   de   dessus

Figure   9  :   différentes   vues   du   système   aquaponique   utilisé   pour   les   projets   pédagogiques   au  
Campus  des  Îles.  ( Réalisation  d es  s chémas  :  Daniel  Leblanc)  

31  
 
 

Figure   10  :   système   aquaponique   complet   utilisé   au   campus   des   Îles   pour   les   projets  
pédagogiques.  (Réalisation  du  schéma  :  Daniel  Leblanc)  

CONCLUSION  
L’utilisation   des   systèmes   aquaponiques   dans   le   cadre   de   l’enseignement   des   sciences  
au   collégial   nécessite   de   nombreuses   connaissances   techniques   et   représente   certains  
défis   pour   les   institutions   collégiales.   Par   exemple,   l’accès   à   du   support   technique,   les  
contraintes  financières,  les  difficultés  d’approvisionnement  en  équipements  ou  espèces,  
le  roulement  de  personnel  et  l’adaptation  des  horaires  sont  des  éléments  qui  peuvent  
limiter   la   réalisation   de   ce   type   de   projet.   Une   bonne   préparation   effectuée   par   une  
équipe  régulière  et  motivée  est  donc  nécessaire  avant  de  se  lancer  dans  l’aventure  de  
l’aquaponie.  

Les  projets  d’aquaponie  réalisés  dans  le  cadre  du  programme  de  Sciences  de  la  nature  
au   campus   des   Îles-­‐de-­‐la-­‐Madeleine   nous   ont   permis   de   constater   de   nombreux  
bénéfices   pédagogiques   pour   les   étudiants   et   les   étudiantes.   Leur   motivation   et   leur  
intérêt  pour  la  production  alimentaire  durable  sont  grands  et  les  a  amenés  à  s’investir  
de   façon   remarquable   dans   ce   projet   d’études.   L’interdisciplinarité   qui   caractérise   les  

32  
 
projets   en   aquaponie   est   selon   nous   un   avantage   réel   permettant   aux   étudiantes   et  
étudiants   d’intégrer   de   nombreuses   connaissances   et   d’appliquer   plusieurs  
compétences  du  programme  de  Sciences  de  la  nature.  Nous  espérons  que  ce  guide  a  pu  
vous   aider   à   mieux   concevoir   ce   qu’implique   de   réaliser   des   projets   en   aquaponie   au  
collégial  et  vous  a  convaincu  de  leur  pertinence.

   

33  
 
 

ANNEXE  

FICHES  PÉDAGOGIQUES  
 

34  
 
Fiche  pédagogique  #1
Comparaison  de  différents  cultivars  de  légumes  pour  la  culture  aquaponique
But  du  projet  
Déterminer  quels  cultivars  de  végétaux  étaient  les  plus  adaptés  pour  la  culture  aquaponique.  

Objectifs  pédagogiques
Appliquer  la  démarche  scientifique.  
Utiliser  des  technologies  appropriées  de  traitement  de  l’information.
Travailler  en  équipe.
Établir  des  liens  entre  la  science,  la  technologie  et  l’évolution  de  la  société.
 
Cours  porteurs  
Évolution  et  diversité  du  vivant  (101-­‐NYA-­‐05)  et  chimie  générale  (202-­‐NYA-­‐05).

Description  sommaire
La  culture  aquaponique  permet  généralement  de  fournir  un  peu  moins  de  nutriments  aux  végétaux  
que   la   culture   hydroponique.   Les   cultivars   les   plus   performants   en   culture   aquaponiques   sont   donc  
généralement   peu   exigeants   en   nutriments.   L’activité   qui   suit   a   permis   de   déterminer   quels   étaient  
les  cultivars  les  plus  adaptés  à  la  culture  aquaponique.  Cette  dernière  consistait  à  faire  pousser,  dans  
un   système   aquaponique,   différents   cultivars   afin   d’en   évaluer   la   croissance   durant   quelques  
semaines.   La   concentration   de   différents   nutriments   a   été   mesurée   pendant   toute   la   durée   de  
l’expérience   pour   analyser   la   croissance   des   végétaux   à   la   lumière   des   nutriments   qui   étaient  
disponibles.  

Temps  requis  
Environ   4   à   6   semaines   pour   l’expérience   avec   les   étudiants   et   les   étudiantes.   Il   est   à   noter   qu’un  
temps  de  plusieurs  semaines  est  nécessaire  pour  la  mise  en  place  des  systèmes  aquaponiques  et  le  
développement  des  bactéries.    

Liste  de  matériel  et  montage  expérimental  


•   Système   aquaponique   permettant   la   •   pHmètre  
croissance   de   plusieurs   végétaux   •   Écrevisses   ou   autre   espèces   piscicole  
simultanément   (voir   section   sur   les   selon  les  permis  disponibles  
systèmes  aquaponiques).     •   Épuisettes  
•   Trousse   d’analyse   de   différents   •   Abris   pour   les   écrevisses   en   tuyau   de  
nutriments   (fer,   magnésium,   PVC  (si  les  écrevisses  sont  utilisées)  
potassium,   phosphates,   calcium,   cuivre,   •   Semences  de  différents  légumes  feuilles  
ammoniaque,  nitrites,  nitrates)   et   fines   herbes   (kale,   laitues,   bette   à  
•   Éprouvettes   carde,  basilic,  coriandre,  etc.)  
•   Supports  à  éprouvettes   •   Multicellules  en  laine  de  roche  
•   Pipettes   •   Support  à  laine  de  roche  
•   Thermomètres   •   Étagère  à  semis  ou  biotronette    

   
35  
 
Description  détaillée  de  l’activité  
Après   une   brève   présentation   par   l’enseignante   de   la   problématique   de   la   production   alimentaire  
mondiale   et   des   perspectives   qu’offre   l’aquaponie,   la   question   de   recherche   a   été   présentée   aux  
étudiants   et   étudiantes   (quels   types   de   cultivars   croissent   le   plus   efficacement   en   système  
aquaponique?).    

Les   équipes   d’étudiantes   et   étudiants   ont   formulé   des   hypothèses   et   ont   choisi   les   cultivars   qu’ils  
voulaient   expérimenter   parmi   une   liste   fournie   par   l’enseignante.   Par   la   suite,   les   étudiantes   et  
étudiants  ont  semé  les  différents  cultivars  dans  des  multicellules  en  laine  de  roche  (cette  étape  peut  
également   être   réalisée   préalablement   par   le   personnel)   et   ont   cultivé   les   transplants   pendant  
quelques  semaines  dans  une  étagère  à  semis  possédant  un  éclairage  suffisant.      

Lorsque   les   plants   ont   été   assez   grands   pour   être   transplantés   (environ   4   semaines),   l’expérience   a  
débuté  et  les  étudiantes  et  étudiants  ont  installé  les  transplants  dans  les  systèmes  aquaponiques.  Ils  
ont   également   mesuré   les   concentrations   des   différents   nutriments   dans   l’eau   et   mesuré   les   plants  
(hauteur  totale  et  longueur  de  la  deuxième  plus  grande  feuille).  Pendant  les  quatre  semaines  qui  ont  
suivi,   les   équipes   ont   effectué   les   mesures   des   concentrations   en   nutriments   et   ont   mesuré   les   plants  
à  chaque  semaine  pour  suivre  l’évolution  de  leur  croissance.  Après  quatre  semaines,  les  plants  ont  été  
récoltés  pour  effectuer  une  mesure  de  la  biomasse  produite  et  les  résultats  ont  été  analysés  par  les  
étudiantes  et  les  étudiants.

Travaux  réalisés  par  les  étudiant(e)s


•   Rapport  scientifique  
•   Présentation  orale  dans  le  cadre  d’un  mini-­‐colloque  scientifique  
 

Figure   10.   Des   étudiants   mesurent   des   plants   pour   comparer   la   croissance   de   différents   cultivars   (crédit   photo:  
Josiane  Bergeron).      
35  
 
Fiche  pédagogique  #2
Comparaison  de  la  productivité  des  systèmes  hydroponiques  et  
aquaponiques
 
But  du  projet  
Comparer  la  productivité  et  les  impacts  des  systèmes  hydroponiques  et  aquaponiques.  

Objectifs  pédagogiques
•   Appliquer  la  démarche  scientifique    
•   Utiliser  des  technologies  appropriées  de  traitement  de  l’information.  
•   Travailler  en  équipe  
•   Établir  des  liens  entre  la  science,  la  technologie  et  l’évolution  de  la  société  
•   Définir  son  système  de  valeurs.  
 
Cours  porteurs  
Évolution  et  diversité  du  vivant  (101-­‐NYA-­‐05)  et  chimie  générale  (202-­‐NYA-­‐05).  

Description  sommaire
Les   systèmes   hydroponiques   et   aquaponiques   sont   deux   types   de   systèmes   hors   sol   qui   ont   des  
caractéristiques   différentes,   mais   également   des   impacts   environnementaux   différents.   L'activité  
suivante  a  permis  de  comparer  expérimentalement  la  productivité  de  ces  deux  types  de  systèmes  et  
d’effectuer  une  revue  de  littérature  sur  les  impacts  environnementaux  de  ceux-­‐ci.  

Temps  requis  
Environ  4  à  6  semaines  pour  l’expérience  avec  les  étudiants  et  étudiantes.  Il  est  à  noter  qu’un  temps  
de  plusieurs  semaines  est  nécessaire  pour  la  mise  en  place  des  systèmes  aquaponiques  et  le  
développement  des  bactéries.    

Liste  de  matériel  et  montage  expérimental  


•   3   systèmes   aquaponiques   identiques   •   pHmètre  
permettant   la   croissance   de   plusieurs   •   Écrevisses   ou   autres   espèces   piscicoles  
végétaux   simultanément   (voir   section   selon  les  permis  disponibles  
sur  les  systèmes  aquaponiques).     •   Épuisettes  
•   Trousse   d’analyse   de   différents   •   Abris   pour   les   écrevisses   en   tuyau   de  
nutriments   (fer,   magnésium,   PVC  (si  les  écrevisses  sont  utilisées)  
potassium,   phosphates,   calcium,   cuivre,   •   Semences  de  différents  légumes  feuilles  
ammoniaque,  nitrites,  nitrates)   et   fines   herbes   (kale,   laitues,   bette   à  
•   Solution  nutritive  pour  hydroponie   carde,  basilic,  coriandre,  fenouil,  etc.)  
•   Éprouvettes   •   Multicellules  en  laine  de  roche  
•   Supports  à  éprouvettes   •   Support  à  laine  de  roche  
•   Pipettes   •   Étagère  à  semis  ou  biotronette  
•   Thermomètres  

   

36  
 
Description  détaillée  de  l’activité  
Après   une   brève   présentation   par   l’enseignante   de   la   problématique   de   la   production   alimentaire  
mondiale  et  des  perspectives  qu’offrent  l’aquaponie  et  l’hydroponie,  les  questions  de  recherche  ont  
été   présentées   aux   étudiants   et   étudiantes   (Quel   est   le   système   le   plus   productif   entre   le   système  
aquaponique   et   le   système   hydroponique?   Quels   sont   les   impacts   environnementaux   de   ces   deux  
systèmes?).  

Les   équipes   d’étudiantes   et   étudiants   ont   formulé   des   hypothèses   et   ont   choisi   les   cultivars   qu’ils  
voulaient   expérimenter   parmi   une   liste   fournie   par   l’enseignante.   Par   la   suite,   les   étudiantes   et  
étudiants  ont  semé  les  différents  cultivars  dans  des  multicellules  en  laine  de  roche  (cette  étape  peut  
également   être   réalisée   préalablement   par   le   personnel)   et   ont   cultivé   les   transplants   pendant  
quelques  semaines  dans  une  étagère  à  semis  possédant  un  éclairage  suffisant.      

Lorsque   les   plants   ont   été   assez   grands   pour   être   transplantés   (environ   4   semaines),   l’expérience   a  
débuté   et   les   étudiantes   et   étudiants   ont   installé   les   transplants   dans   les   systèmes   aquaponique,  
hydroponique   et   dans   un   système   témoin   contenant   seulement   de   l’eau.   Un   minimum   de   trois  
systèmes   a   donc   été   nécessaire.   Les   étudiants   et   étudiantes   ont   mesuré   les   concentrations   des  
différents   nutriments   dans   l’eau   des   trois   systèmes   et   ont   mesuré   les   plants   (hauteur   totale   et  
longueur   de   la   deuxième   plus   grande   feuille).   Pendant   les   quatre   semaines   suivantes,   les   équipes   ont  
fait   le   suivi   des  
concentrations   en  
nutriments   et   ont   mesuré  
les   plants   à   chaque   semaine  
pour   suivre   l’évolution   de   la  
croissance.  

Après   quatre   semaines,   les  


plants   ont   été   récoltés   pour  
effectuer   une   mesure   de   la  
biomasse   produite   et   les  
résultats   ont   été   analysés  
par   les   étudiantes   et  
étudiants.   Figure   11.   Systèmes   permettant   la   comparaison   des  rendements   des  
systèmes   aquaponiques   et   hydroponiques   (crédit   photo  :   Lisandre   G.  
Solomon).
Travaux   réalisés   par   les  
étudiants  
•   Rapport  scientifique  
•   Présentation  orale  dans  le  cadre  d’un  mini-­‐colloque  scientifique  

   

37  
 
Fiche  pédagogique  #3
Impact   de   la   densité   d’écrevisses   sur   les   rendements   de   systèmes  
aquaponiques  
 
But  du  projet  
Comparer   la   productivité   et   les   concentrations   en   nutriments   dans   des   systèmes   aquaponiques  
présentant  différentes  densités  d’écrevisses.

Objectifs  pédagogiques
•   Appliquer  la  démarche  scientifique  
•   Utiliser  des  technologies  appropriées  de  traitement  de  l’information.
•   Travailler  en  équipe
•   Établir  des  liens  entre  la  science,  la  technologie  et  l’évolution  de  la  société.
 
Cours  porteurs  
Activité  d’intégration  (profil  sciences  de  la  santé)  (360-­‐283-­‐GA).  

Description  sommaire
Dans  les  systèmes  aquaponiques,  les  nutriments  disponibles  pour  la  croissance  des  plantes  sont  
fournis  par  les  déjections  des  animaux.  La  densité  des  animaux  influence  donc  la  quantité  de  
nutriments  que  l’on  retrouve  dans  l’eau.  La  densité  des  animaux  peut  aussi  avoir  un  impact  sur  le  taux  
de  survie  de  ces  derniers.  L’activité  suivante  a  permis  de  comparer  les  concentrations  en  nutriments  
et  les  taux  de  croissances  des  végétaux  dans  des  systèmes  aquaponiques  présentant  différentes  
concentrations  d’animaux.  

Temps  requis  
Environ  4  à  6  semaines  pour  l’expérience  avec  les  étudiants  et  les  étudiantes.  Il  est  à  noter  qu’un  
temps  de  plusieurs  semaines  est  nécessaire  pour  la  mise  en  place  des  systèmes  aquaponiques  et  le  
développement  des  bactéries.    

Liste  de  matériel  et  montage  expérimental  


•   3   systèmes   aquaponiques   identiques   •   pHmètre  
permettant   la   croissance   de   plusieurs   •   Écrevisses   ou   autre   espèces   piscicole  
végétaux   simultanément   (voir   section   selon  les  permis  disponibles  
sur  les  systèmes  aquaponiques).     •   Épuisettes  
•   Trousse   d’analyse   de   différents   •   Abris   pour   les   écrevisses   en   tuyau   de  
nutriments   (fer,   magnésium,   PVC  (si  les  écrevisses  sont  utilisées)  
potassium,   phosphates,   calcium,   cuivre,   •   Semences  de  différents  légumes  feuilles  
ammoniaque,  nitrites,  nitrates)   et   fines   herbes   (kale,   laitues,   bette   à  
•   Solution  nutritive  pour  hydroponie   carde,  basilic,  coriandre,  fenouil,  etc.)  
•   Éprouvettes   •   Multicellules  en  laine  de  roche  
•   Supports  à  éprouvettes   •   Support  à  laine  de  roche  
•   Pipettes   •   Étagère  à  semis  ou  biotronette    
•   Thermomètres  

38  
 
Description  détaillée  de  l’activité  
Après   une   brève   présentation   par   l’enseignante   de   la   problématique   de   la   production   alimentaire  
mondiale  et  des  perspectives  qu’offrent  l’aquaponie  et  l’hydroponie,  les  questions  de  recherche  sont  
présentées   aux   étudiants   et   étudiantes   (Quels   sont   les   impacts   de   la   densité   d’écrevisse   sur   les  
nutriments  disponibles,  la  croissance  des  plantes  et  sur  la  mortalité  des  écrevisses?).  

Les  équipes  d’étudiantes  et  d’étudiants  ont  formulé  des  hypothèses  et  ont  choisi  les  cultivars  qu’ils  
voulaient   expérimenter   parmi   une   liste   fournie   par   l’enseignante.   Par   la   suite,   les   étudiantes   et  
étudiants  ont  semé  les  différents  cultivars  dans  des  multicellules  en  laine  de  roche  (cette  étape  peut  
également   être   réalisée   préalablement   par   le   personnel)   et   ont   cultivé   les   transplants   pendant  
quelques  semaines  dans  une  étagère  à  semis  possédant  un  éclairage  suffisant.      

Lorsque   les   plants   ont   été   assez  


grands   pour   être   transplantés  
(environ   4   semaines),   l’expérience  
a   débuté   et   les   étudiantes   et  
étudiants   ont   installé   les  
transplants   dans   les   systèmes  
aquaponiques   contenant  
différentes   densités   d’écrevisses.  
Un   minimum   de   deux   systèmes   a  
donc   été   nécessaire,   mais   un  
nombre   plus   grand   permettrait   un  
plus  grand  nombre  de  réplicats  ou  
la   comparaison   de   plusieurs   Figure   12.   Comparaison   des   rendements   dans   des   systèmes  
densités.   Les   étudiants   et   contenant   différentes   densités   d’écrevisses   (crédit   photo  :   Josiane  
Bergeron).    
étudiantes  ont  mesuré  par  la  suite  
les   concentrations   des   différents  
nutriments  dans  l’eau  des  trois  systèmes  et  ont  mesuré  les  plants  (hauteur  totale  et  longueur  de  la  
deuxième  plus  grande  feuille).  Pendant  les  quatre  semaines  suivantes,  les  équipes  ont  fait  le  suivi  des  
concentrations  en  nutriments  et  ont  mesuré  les  plants  à  chaque  semaine  pour  vérifier  l’évolution  de  
la  croissance.  

Quatre   semaines   plus   tard,   les   plants   ont   été   récoltés   pour   effectuer   une   mesure   de   la   biomasse  
produite  et  les  résultats  sont  analysés  par  les  étudiantes  et  étudiants.    

Travaux  réalisés  par  les  étudiants


•   Rapport  scientifique  
•   Communication  orale  avec  une  affiche  scientifique  devant  grand  public.  
   
39  
 
Fiche  pédagogique  #4
Construction   et   évaluation   des   limites   d’un   système   aquaponique   aux   Îles-­‐
de-­‐la-­‐Madeleine  à  des  fins  pédagogiques  
 
But  du  projet  
Construire  des  systèmes  aquaponiques,  vérifier  leur  bon  fonctionnement  et  déterminer  leurs  limites  
afin  de  sélectionner  les  bonnes  espèces  à  y  introduire.

Objectifs  pédagogiques
•   Appliquer  la  démarche  scientifique
•   Utiliser  des  technologies  appropriées  de  traitement  de  l’information
•   Travailler  en  équipe
 
Cours  porteur  
Activité  d’intégration  (profil  sciences  pures)  (360-­‐293-­‐GA)  

Description  sommaire
Il  est  important  de  connaître  le  nombre  de  cycles  d’eau  dans  les  systèmes  aquaponiques  afin  de  savoir  
quels  poissons  ou  crustacés  il  est  possible  d’y  introduire.  Les  étudiants  des  Sciences  de  la  nature  profil  
sciences   pures   se   sont   penchés   sur   la   question.   Ils   ont   dû,   tout   d’abord,   construire   les   systèmes,  
réparer  des  bris  mécaniques  et  réaliser  leur  expérimentation.  

Temps  requis  
Environ  6  semaines  en  passant  par  toutes  les  étapes  de  la  démarche  scientifique,  incluant  la  
recherche  de  littérature  au  préalable  et  la  communication  des  résultats  en  fin  de  projet.  

Liste  de  matériel  et  montage  expérimental  


•   3  systèmes  aquaponiques  identiques  (toutes  les  composantes  sont  détaillées  dans  la  section  5)  
•   Quelques  outils  et  matériel  de  base  (téflon  en  ruban,  ruban  à  mesurer,  vise  grip,  colle,  etc.)  
•   Béchers  5  litres  
•   Chronomètre    
 
Description  détaillée  de  l’activité  
Pour  cette  activité,  les  étudiant(e)s  du  cours  Activité  synthèse  de  programme  ont  eu  à  construire  les  
systèmes  aquaponiques  selon  les  consignes  du  consultant  en  aquaponie.  Avant  tout,  ils  ont  effectué  
une  revue  de  la  littérature  sur  les  types  de  systèmes  aquaponique,  de  même  que  leurs  avantages  et  
leurs   limites.   Par   la   suite,   les   étudiant(e)s   ont   pu   poser   des   hypothèses   sur   nombre   de   cycles   d’eau  
dans  le  type  de  système  utilisé  afin  d’identifier  les  espèces  à  y  introduire.  Ils  ont  ensuite  planifié  et  
réalisé  la  partie  expérimentale  pour  la  récolte  des  données.    Pour  la  construction  des  systèmes,  ils  ont  
été   aidés   d’un   technicien   en   mariculture   de   Merinov   pour   l’assemblage   des   différentes   pièces   et   la  
mise  en  marche  de  ces  derniers.  Ensuite,  ils  ont  dû  vérifier  le  bon  fonctionnement  des  systèmes  lors  
de   leur   mise   en   fonction   et   ont   eu   à   évaluer   le   nombre   de   cycles   d’eau   dans   ces   systèmes   et   leur  
capacité   afin   de   sélectionner   les   espèces   (poissons   ou   crustacés)   à   introduire   dans   la   cuve   à   poissons.  

40  
 
Certaines   espèces   de   poissons,   plus   fragiles,   nécessitent   une   qualité   d’eau   impeccable.   Il   est   donc  
important  de  valider  cet  aspect  avant  de  commencer  un  élevage.  Après  quelques  heures  de  mise  en  
fonction   des   systèmes,   les   étudiant(e)s   se   sont   aperçus   d’un   bris   sur   deux   des   trois   pompes.   Ils   ont  
procédé   à   la   réparation   de   ces   dernières   avec   le   technicien   en   mariculture.   Les   étudiant(e)s   ont  
ensuite  compilé  les  résultats  et  effectué  une  discussion  au  sujet  des  aspects  importants  de  leur  projet.  
Ils  ont  fait  un  rapport  écrit  sous  forme  d’article  scientifique  et  réalisé  une  présentation  orale  devant  
grand  public  pour  présenter  le  fruit  de  leur  travail.  

Travaux  réalisés  par  les  étudiants


•   Rapport  écrit  sous  forme  d’un  article  scientifique  
•   Communication  orale  avec  une  affiche  scientifique  devant  grand  public  
•   Entrevue  à  la  radio  communautaire    

 
 

Figures   13   et   14.   Construction   du   système   aquaponique   lors   de   l’activité   synthèse   de   programme   du   profil  
sciences  pures  (crédit  photo:  Lisandre  G.  Solomon).  

41  
 
BIBLIOGRAPHIE  
BERNSTEIN,   Sylvia.   2011.   Aquaponic   gardening.   A   step-­‐by-­‐step   guide   to   raising  
vegetables  and  fish  together.  New  Society  Publishers.  Gabriola  Island.  257  p.

BITON,   Grégory.   2017.   Guide   pratique   de   l’aquaponie.   Produire   ensemble   légumes   et  


poissons.  Construire  sa  propre  installation.  Éditions  de  Terran.  Escalquens.  143  p.

BITTSANSZKY,   A.,   GYLAI,   G.,   JUNGE,   R.,   SCHMAUTZ,   Z.   et   KOMIVES,   T.   2016.   Plant  
protection  in  ecocycle-­‐based  agricultural  systems:  Aquaponics  as  an  example.  In  
Proceedings   of   the   28th   International   Plant   Protection   Congress   (IPPC),   Berlin,  
Germany,  24–27  August  2016.

Centre  d’information  et  de  développement  expérimental  en  serriculture  (CIDES).  2008.  
Projet   sur   la   caractérisation   des   eaux   de   surplus   en   production   serricole  
ornementale   et   maraîchère   au   Québec,   83   p.,  
https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=2
ahUKEwiEvIH-­‐
x6zpAhUGH80KHd0MC6wQFjAAegQIBRAB&url=https%3A%2F%2Fwww.serres.qu
ebec%2Fdownload%2Fpublications%2Fgestion_de_leau_et_irrigation%2Fculture
s_mixtes_et_autres%2Fcaracterisation-­‐eau-­‐de-­‐surplus-­‐serre-­‐cides-­‐2008-­‐
min.pdf&usg=AOvVaw2VnN3rjwl-­‐xC29pTn074Ju  

CLAYBORN,  J.,  M.  MEDINA  ET  G.  O’BRIEN.  2017.  School  gardening  with  a  twist  using  fish:  
Encouraging   educators   to   adopt   aquaponics   in   the   classroom,   Applied  
Environmental   Education   and   communications,   16:2,   93-­‐104,  
https://doi.org/10.1080/1533015X.2017.1304837

FOOD   AND   AGRICULTURE   ORGANIZATION   OF   THE   UNITED   NATIONS   (FAO).   s.d.  


Aquaponie  –  une  solution  intelligente  basée  sur  les  poissons  pour  produire  de  la  
nourriture   en   utilisant   des   ressources   limitées   et   peu   d’eau,   Smart   fiche   9.  
Programme   pour   la   mise   en   oeuvre   d’une   stratégie   des   pêches   pour   la   région  
Afrique   centrale   et   australe   -­‐   Océan   indien,   2   p.    http://www.fao.org/3/a-­‐
br812f.pdf  

FOOD   AND   AGRICULTURE   ORGANIZATION   OF   THE   UNITED   NATIONS   (FAO).   2016.   État  
des   ressources   en   sols   dans   le   monde,   résumé   technique,   92   p.  
http://www.fao.org/3/a-­‐i5126f.pdf    

FOOD   AND   AGRICULTURE   ORGANIZATION   OF   THE   UNITED   NATIONS   (FAO).   2018.   La  


situation  mondiale  des  pêches  et  de  l’aquaculture  2018:  Atteindre  les  objectifs  de  
développement   durable,   Rome,   237   p.  
http://www.fao.org/3/I9540FR/i9540fr.pdf  

42  
 
GODDEK,  S.  et  coll.,  2019.  Aquaponics  Food  Production  Systems,  chapter  22  Aquaponics  
as   an   Educational   Tool,   p.   561-­‐595.   https://doi.org/10.1007/978-­‐3-­‐030-­‐15943-­‐
6_22

GOUVERNEMENT   DU   CANADA.   2018.   Systèmes   de   production   biologique:   Aquaculture   –  


Principes   généraux,   normes   de   gestion   et   listes   des   substances   permises.   Office  
des   normes   générales   du   Canada,   37   p.  
http://publications.gc.ca/collections/collection_2018/ongc-­‐cgsb/P29-­‐32-­‐312-­‐
2018-­‐fra.pdf  

GRABER,   A.   et   JUNGE,   R.   2009.   Aquaponic   Systems:   Nutrient   recycling   from   fish  


wastewater  by  vegetable  production.  Desalination  246:  147-­‐156.

HART,   E.   R.,   WEBB,   j.   B.   et   DANYLCHUK,   A.   J.   2013.   Implementation   of   aquaponics   in  


education:   An   assessment   of   challenges   and   solutions.   Sciences   Education  
International  vol.  24:4,  460-­‐480.    https://files.eric.ed.gov/fulltext/EJ1022306.pdf  

HOPKINS,  W.  G.  2003.  Physiologie  végétale.  Éditions  De  Boeck  Université,  Bruxelle,  514  
p.  

JUNGE,   R.,   KÖNIG,   B.,   VILLARROEL,   M.,   KOMIVES,   T.   et   JIJAKLI,   M.   H.   2017.   Strategic  
Points  in  Aquaponics.  Water  9  (182),  9  p.    

LÉGIS   QUÉBEC.   2020.   Règlement   sur   l’aquaculture   et   la   vente   des   poissons.     Loi   sur   la  
conservation  et  la  mise  en  valeur  de  la  faune  (chapitre  C-­‐61.1,  a.  70,  73  et  162).  
http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cr/C-­‐61.1,%20r.%207  

Ministère  de  l’Agriculture,  des  Pêcheries  et  de  l’Alimentation  du  Québec  (MAPAQ),  s.d.  
Qu’est-­‐ce  que  l’aquaponie,  Fiche  technique  aquaculture,  Québec,  6  p.  

MINISTÈRE   DE   L’ÉDUCATION   ET   DE   L’ENSEIGNEMENT   SUPÉRIEUR.   2017.   Sciences   de   la  


nature   (200.B0)   Programme   d’études   préuniversitaires.   s.l.   67   p.,  
http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/enseignemen
t-­‐superieur/200.B0-­‐Sciences-­‐nature-­‐VF.pdf  

MOFFET,   J.-­‐D.   2008.   Au   collégial   -­‐   L’engagement   de   l’étudiant   dans   son   projet   de  
formation:   une   responsabilité   partagée   avec   les   acteurs   de   son   collège.   Conseil  
supérieur  de  l’éducation,  Québec,  102  p.  
https://eduq.info/xmlui/bitstream/handle/11515/2432/50-­‐0457.pdf?sequence=1  

MUNGUIA-­‐FRAGOZO,  P.,  ALATORRE-­‐JACOME,  O.,  RICO-­‐GARCIA,  E.,  TORRES-­‐PACHERO,  I.,  


CRUZ-­‐HERNANDES,   A.,   OCAMPO-­‐VELASQUEZ,   R.   V.,   GARCIA-­‐TREJO,   J.   F.   et  
GUEVARA-­‐GONZALEZ,   R.   G.   2015.   Perspective   for   Aquaponic   Systems:   “Omic”  
Technologies  for  microbial  Community  Analysis.  BioMed  Research  International,  
10  p.  https://doi.org/10.1155/2015/480386  

43  
 
PADE,    J.  S.  2008.  Aquaponic  equipment-­‐airlifts.  Aquaponics  J.,  (49),  24-­‐25.

PETITET-­‐GOSGNACH,  François.  2017.  Aquaponie.  Le  guide  de  référence.  Rustica  éditions.  
Paris.  303  p.

RAKOCY,  James.  2007.  Ten  guidelines  for  aquaponic  systems.  Aquaponics  J,  46,  p.  14-­‐17.

SOUTHERN,  Adrian  and  KING,  Whelm.  2017.  The  aquaponic  farmer.  A  complete  guide  to  
building  and  operating  a  commercial  aquaponic  system.  New  Society  Pubilshers.  
Gabriola  Island.  283  p.

TYSON,  R.  V.,  TREADWELL,  D.D.     et  SIMONE,  E.H.  2011.  Opportunities  and  challenges  to  
Sustainability   in   Aquaponic   Systems.   HortTechnology   21:   6-­‐13.  
https://doi.org/10.21273/HORTTECH.21.1.6  

VAN   WOENSEL,   L.,   ARCHER,   G.,   PANADES-­‐ESTRUCH,   L.   et   VRSCAJ,   D.   2015.   Ten  


Technologies   Which   Could   Change   Our   Lives,   potential   impacts   and   policy  
implications.   European   Parliamentary   Research   Service.   European   Union,  
Brussels,   Switzerland.  
http://www.europarl.europa.eu/EPRS/EPRS_IDAN_527417_ten_trends_to_chan
ge_your_life.pdf  

WONGKIEW,   S.,   HU,   Z.,   CHANDRAN,   K.,   LEE,   J.   W.   et   KHANAL,   S.   K.   2017.   Nitrogen  
transformations   in   aquaponic   systems:   A   review.   Aquacultural   Engineering   76:   9-­‐
19.

ZOU,   Y.,   HU,   Z.,   ZHANG,   J.,   XIE,   H.,   GUIMBAUD,   C.,   et   FANG,   Y.   2016.   Effects   of   pH   on  
nitrogen   transformations   in   media-­‐based   aquaponics.   Bioresource   technology,  
210,  81-­‐87.

44  
 
MERCI  AUX  PARTENAIRES  DU  PROJET  !  

45  
 

Vous aimerez peut-être aussi