Vous êtes sur la page 1sur 14

Lycée d’excellence C.P.G.

E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
Systèmes triphasés

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 1


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 2


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 3


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
Transformateurs monophasés

Les essais d'un transformateur monophasé ont donné :


A vide :
U1 = 220 V, 50 Hz (tension nominale primaire) ;
U2v = 44 V ; P1v = 80 W ; I1v =1 A.
En court-circuit :
U1cc = 40 V ; P1cc =250 W ;
I2cc =100 A (courant nominal secondaire).
En courant continu au primaire :
I1 = 10 A ; U1 = 5 V.
Le transformateur est considéré comme parfait pour les courants lorsque ceux-ci ont leurs valeurs nominales.
1. Déterminer le rapport de transformation à vide mv et le nombre de spires au secondaire, si l'on en compte 500
au primaire.
2. Calculer la résistance de l’enroulement primaire R1.
3. Vérifier que l'on peut négliger les pertes par effet Joule lors de l'essai à vide (pour cela, calculer les pertes Joule
au primaire).
4. En admettant que les pertes dans le fer sont proportionnelles au carré de la tension primaire, montrer qu'elles
sont négligeables dans l'essai en court-circuit. Faire l’application numérique.
5. Représenter le schéma équivalent du transformateur en court-circuit vu du secondaire.
En déduire les valeurs Rs et Xs caractérisant l'impédance interne.
Quels que soient les résultats obtenus précédemment,
pour la suite du problème, on prendra Rs = 0,025 Ω et Xs = 0,075 Ω.
Le transformateur, alimenté au primaire sous sa tension nominale, débite 100 A au secondaire avec un facteur
de puissance égal à 0,9 (charge inductive).
6. Déterminer la tension secondaire du transformateur.
En déduire la puissance délivrée au secondaire.
7. Déterminer la puissance absorbée au primaire (au préalable calculer les pertes globales).
En déduire le facteur de puissance au primaire et le rendement.

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 4


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
Machine à courant continu
Exercice 1: QCM
Entourer la ou les bonnes réponses.
1. Principe de fonctionnement du moteur à courant continu
a. Le rôle de l'inducteur est de créer un champ magnétique tournant.
b. L'induit du moteur est feuilleté pour limiter les pertes par courant de Foucault.
c. L'apparition d'un couple moteur nécessite la circulation d'un courant d'induit.
d. Si le moteur tourne, il y a obligatoirement apparition d'une f.é.m.
2. Relations fondamentales
a. La f.é.m. E est proportionnelle au flux inducteur.
b. Le couple électromagnétique Tem est proportionnel à la tension d'induit U.
c. Au démarrage, la f.é.m. est nulle.
d. Si la vitesse du moteur double, la f.é.m. double également.
e. Si la tension d'induit double, la vitesse du moteur double également.
f. Si l'on maintient la tension d'induit constante, une augmentation du couple résistant entraîne une
augmentation de la vitesse.
g. Pour le moteur à courant continu, on a U = E - R I.
h. Pour rester à vitesse constante malgré une augmentation du couple résistant de charge, il faut diminuer la
tension d'induit.
3. Puissances
a. La puissance absorbée par l'induit vérifie Pa = E I.
b. Le couple électromagnétique vérifie la relation Tem = Pa / .
c. Si l'on néglige les pertes collectives, la puissance électromagnétique est égale à la puissance utile.
d. Les pertes joules de l'induit vérifient pJ =(U - E) I.
4. Moteur à courant continu en fonctionnement nominal
On relève sur la plaque signalétique d'un moteur à courant continu à excitation indépendante les valeurs nominales
suivantes : Un = 190 V, In = 3,5 A, nn = 1500 tr.min-1: R=5  etTun=3N.m.
a. La puissance utile nominale est de 4,5 kW.
b. La f.é.m. du moteur fonctionnant à vitesse nominale est de 160 V.
c. La constante k vaut 1,1 V.s.rad-1 .
d. Le rendement nominal de ce moteur est voisin de 71 %.
5. Régime permanent dans un moteur à flux constant
a. En régime permanent, la tension d’alimentation de l’induit Va varie en fonction du temps de 0 à sa valeur
nominale.
b. En régime permanent, le couple varie en fonction du temps de 0 à sa valeur nominale.
c. La vitesse du moteur est réglée par le courant d'induit Ia.
d. La modification du flux par le courant d'inducteur entraîne une variation de la vitesse.

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 5


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
e. La vitesse du moteur est réglée par la tension d'induit Va qui peut varier de Vd (tension de démarrage) à sa
valeur nominale.
6. Caractéristiques du moteur
a. Quand on augmente la tension Va à flux et à couple résistant constants, la vitesse augmente.
b. Quand on augmente le flux à tension Va et à couple résistant constants, la vitesse augmente.
c. Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, la vitesse augmente.
d. Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, le courant d'induit augmente.
e. Quand on augmente le couple résistant à tension Va et à flux constants, la puissance augmente.
f. Un moteur à excitation série alimenté sous tension nominale peut « s'emballer » à vide.
7. Régime transitoire dans un moteur à flux constant
a. En régime transitoire, le moment d'inertie J intervient dans l'équation différentielle mécanique.
b. Le démarrage d'un moteur à couples moteur et résistant constants est approximativement un régime
uniformément accéléré de vitesse.
c. Le freinage d'un moteur à couple résistant constant est approximativement un régime uniformément
décéléré de vitesse.
d. Le palier de vitesse d'un cycle robotique est un régime transitoire de vitesse.
e. L'inductance d'induit La intervient dans le régime transitoire du courant d'induit ia.
8. Rendement d'une machine à courant continu
a. Le rendement maximal en moteur est obtenu lorsque les pertes fer Pfer sont égales aux pertes Joule P.
b. Le rendement ne varie pas si on modifie le flux dans la machine.
c. Les pertes fer, Pfer sont mesurées pour un fonctionnement à vide du moteur en excitation séparée, et pour un
flux donné.
d. Les pertes Joule PJ sont mesurées pour un fonctionnement en charge du moteur.

Exercice 2.
Un variateur électronique alimente l’induit d’un moteur à courant continu à aimants permanents.

1. Le moteur a t’il le même comportement qu’un moteur à exitation indépendante ? Pourquoi ?


2. Voici un variateur alimentant l’induit d’un moteur à courant continu :
vl(t)

AC
v(t) vS(t) u(t)
DC

Données : Constante de l’induit = 1.31V/rads-1 ;


moment de couple utile = 17.1Nm ;
moment de couple lié aux pertes collectives = 0.390Nm ;
résistance interne de l’induit = 0.900Ω ;
valeur moyenne de la tension vs(t) = 175V
Sciences industrielles _ Génie électrique Page 6
Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
2.1. Quelle conversion d’énergie est réalisée par le variateur ?
2.2. Quelle est la nature de la tension v(t) ? Quelle est la nature de la tension vs(t) ?
2.3. Que peut-on dire de la valeur moyenne de v(t) ? Que peut-on dire de la valeur moyenne de vs (t) ?
2.4. Le variateur a pour but de faire varier la tension vs(t). Quelle est la grandeur de vs(t) qui va varier ?
2.5. En déduire le principe de fonctionnement du variateur dans le cadre de la variation de la fréquence de
rotation du moteur ?
2.6. Rappelez le comportement électromagnétique d’une bobine. Donnez l’équation différentielle qui traduit son
comportement. Que peut on dire sur l’allure du courant i ? Quelle est la conséquence mécanique d’un
courant continu (faiblement ondulé) ?
2.7. Le courant i est faiblement ondulé. Pourquoi la valeur moyenne de l’ondulation est elle nulle au cours de la
durée de la période de cette ondulation ? Que peut on alors déduire sur la valeur moyenne de la tension aux
bornes de la bobine vl(t) ?
2.8. Écrivez la loi des mailles liant vs(t), vl(t) et u. Que devient la loi des mailles lorsque l’on considère les
valeurs moyennes de ces tensions ?
2.9. A quoi est égale la tension u ?
2.10. Comment mesure t’on la valeur moyenne d’une tension ?
2.11. A partir des données, calculez la valeur de la tension aux bornes de l’induit, la valeur de l’intensité du
courant d’induit, la valeur de la tension induite, la valeur de la fréquence de rotation, la valeur de la
puissance active absorbée par l’induit. En déduire la conversion énergétique réalisée par la machine à
courant continu et le sens de déplacement de la charge mécanique entrainée.
2.12. Et si la valeur moyenne de la tension vs(t) valait –175V, quelles auraient été les valeurs de la tension aux
bornes de l’induit, la valeur de l’intensité du courant d’induit, la valeur de la tension induite, la valeur de la
fréquence de rotation, la valeur de la puissance active absorbée par l’induit. En déduire la conversion
énergétique réalisée par la machine à courant continu et le sens de déplacement de la charge mécanique
entrainée.

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 7


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
Hacheurs

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 8


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
Acquisition et conditionnement d'information

Exercice 1.

On se propose d'étudier le système d'arrosage automatique suivant :

Capteur Système Amplificateur Moteur et pompe


logique d'arrosage

I . Étude du capteur

Le capteur est constitué de deux électrodes plantées dans le sol et d'une photorésistante.
L'ensemble de ce capteur est alimenté sous une tension continue de 12V. (fig. 1).

+12V
I2
Fig.1

R1 R2
R1=1kΩ
R2=2kΩ
RJOUR=10Ω
U
RNUIT=1kΩ

E1 E2
R V2
22
SOL V1

0
V

1. Etablir l'expression littérale de la tension V2 en fonction de U, R1 et R.


En déduire la valeur de V2 le jour puis la nuit.
2. a. Etablir la relation entre V1, U, R2 et I2.
b. Calculer la tension V1 dans les deux cas suivants :
- le sol est sec, la résistance du sol est telle que I2=3mA.
- Le sol est humide, la résistance du sol est telle que I2=6mA.
Exercice 2.

Soit une balance utilisant une jauge de contrainte pour peser les nourrissons.

+ 15 V

Support flexible élastique


Conditionneur

Electronique
VOLTMETRE
- 15 V

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 9


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI

La jauge a une résistance R qui varie avec la déformation qu'elle subit : R= R0 +R
R
Avec R0=360Ω et R 0 =KM M est la masse (en kilogramme) placée sur le plateau. ( K =410−3kg −1 )
Etude du conditionneur électronique :

I) Etude du pont de jauge :

E=15V
R0 R0
iB
E B V=VA-VB
A
iA
R R0

a) Calculer la tension VB-VM en fonction de E si on admet que iB=0.


b) Calculer la tension VA-VM en fonction de E, R0 et R si on admet que iA=0.
c) En déduire que V peut se mettre sous la forme : V=E R
4R 0 +2R
puis en mettant 4R0 en facteur au dénominateur : V= E  KM
4 1+ KM
2
d) Application numérique : Calculer V pour une masse M=10Kg.
e) Comment peut se simplifier l'expression de V lorsque la masse M est inférieure à 15Kg ?

II) Etude du montage soustracteur :

Cet étage permet d'amplifier la différence V1-V2. i2 ' R


2

i2 R i-
1 - ∞
S
+
V2 i1 R i1 ' V- i+
VS
V1
1
R V+
2

a) Expliquer pourquoi on eut écrire : i1 = i1 ; '


i2 = i2' ; V + =V −
b) Exprimer la tension V+ en fonction de R1, R2, et V1.
c) Exprimer la tension V- en fonction de R1, i2, et V2.
R2
d) Exprimer la tension VS en fonction de R2, i2, et V- et en déduire que : VS =(V1−V2) R1
R2=10kΩ. Calculer la valeur de R1 qui permettra d'obtenir VS=10V pour M=10Kg. Expliquer l'intérêt de
ce choix.

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 10


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI

Exercice 3: Mesure de température et chaîne de transmission optique.


On étudie ici le procédé de mesure de la température dans un puits de forage pétrolier, ainsi que sa
transmission au poste de contrôle. En raison de l'atmosphère explosive qui règne dans ce milieu, une
transmission par voie optique est préconisée. La figure ci-dessous illustre le principe de la chaîne de
mesure :

u u" uC uL uS
capteur de conditionneur modulateur émetteur détecteur démodulateur
température D1 D2
fibre optique

Etude du capteur et du conditionneur :


Le capteur est un ruban de platine dont la résistance Rθ varie avec la température θ selon la loi :
R = R (1 + a) avec R0 la résistance à 0 °C : R0 = 100  et
 0 a = 3,8510-3 °C-1
Ce capteur est inséré dans le circuit conditionneur de la figure ci-dessous :
R2

R1

I
A1

R1 A2
R u "
u u u '
- U0

On donne I = 10,0 mA.

1) Montrer que la tension uθ recueillie aux bornes de la résistance Rθ s'écrit sous la forme :
u  = U0 (1 + a)
Exprimer U0 en fonction de I et R0. Calculer U0.

2) Quel est l'intérêt du montage de l'amplificateur opérationnel A1?

3) Dans le montage construit autour de A2, la tension U0 est la même que celle qui a été définie à la
question 1. Montrer que la tension uθ' s'écrit sous la forme : u ' = −b
Exprimer b en fonction de a, U0, R2 et R1.
4) On souhaite inverser la tension uθ' pour obtenir la tension uθ" qui s'écrit : u "= b  . Représenter
un montage à amplificateur opérationnel assurant cette fonction et qui complète le conditionneur.

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 11


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
Exercice 4.

Étude du capteur :
Il s'agit d'un capteur à effet Hall
dont la constitution est la suivante :

1°) - Expliquer le principe de fonctionnement de ce capteur et expliquer comment on peut l'utiliser


comme détecteur de passage de métaux.

2°) - Etude de l'amplificateur :


On introduit alors le capteur dans le montage suivant :

On admet que l'amplificateur opérationnel est parfait et fonctionne en régime linéaire.


a) Exprimer V+ en fonction de R1 , R2, VB
b) Exprimer V- en fonction de VA , R1, R2, e1.
c) En déduire l'expression de e1, en fonction de R1, R2 et u.
AN : R2=100 k R1 = 2,0 k

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 12


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
Modulation d'amplitude AM
Rappel:
Les ondes électromagnétiques ne peuvent se propager dans l’air sur de grandes distances que dans un domaine de
fréquences élevées. Les signaux sonores audibles de faibles fréquences sont convertis en signaux électriques de
même fréquence puis associés à une onde porteuse de haute fréquence afin d’assurer une bonne transmission.
1. LA CHAÎNE DE TRANSMISSION
Le schéma 1 suivant représente la chaîne simplifiée de transmission d’un son par modulation d’amplitude. Elle est
constituée de plusieurs dispositifs électroniques.

1.1. Parmi les cinq propositions ci-dessous, retrouver le nom des quatre dispositifs électroniques numérotés.
Dispositifs électroniques : Antenne, amplificateur HF (Haute Fréquence), générateur HF
(Haute Fréquence), multiplieur.
1.2. Quels sont les signaux obtenus en B, C et D parmi ceux cités ci-dessous ?
• Porteuse notée uP(t) = UP(max)cos(2Ft)
• Signal modulant BF noté uS(t) + U0
• Signal modulé noté um(t)
1.3. Le signal électrique recueilli en A à la sortie du microphone correspond à la tension us(t).
Une boîte noire est intercalée entre les points A et B. Quel est son rôle ?
1.4. Le dispositif électronique  effectue une multiplication des signaux d'entrée, montrer que:
um(t) = k (U0 + uS(t))UP(max)cos(2Ft)
2. LA MODULATION D’AMPLITUDE.
La voie X d’un oscilloscope bicourbe est reliée en B et la voie Y est reliée en D. L’oscillogramme obtenu est le
suivant :

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 13


Lycée d’excellence C.P.G.E
Ben guérir Révision 1ere année 2 TSI
2.1. Estimer les valeurs des périodes Ts et Tp du signal modulant et de la porteuse.
2.2. Calculer les fréquences f du signal modulant et F de la porteuse.
2.3. L’amplitude de la tension du signal modulé um(t) varie entre deux valeurs extrêmes, notées respectivement
Um(max) et Um(min). Le taux de modulation m s’exprime par :

m=
(U m(max) -U m(min) )
(U m(max) +U m(min) )
2.3.1. Calculer les valeurs des tensions maximale Um(max) et minimale Um(min) du signal modulé.
2.3.2. En déduire la valeur de m
2.3.3. À quoi correspondrait un taux de modulation m supérieur à 1 ?
2.4. Le taux de modulation s’exprime aussi en fonction de la tension maximale du signal modulant Us(max) et la
Us(max)
tension U0 selon l’expression suivante : m=
U0
2.4.1. Quelle condition doit-on satisfaire pour obtenir un taux de modulation m < 1 ?
2.4.2. Quelle autre condition est nécessaire pour obtenir une bonne modulation ?
2.4.3. L’analyse en fréquence du signal montre que celui-ci est composé de trois fréquences f1, f2, f3. En
fonction de la fréquence du signal modulant f et de la fréquence de la porteuse F, exprimer les fréquences
apparaissant sur le spectre ci-dessous.

Sciences industrielles _ Génie électrique Page 14

Vous aimerez peut-être aussi