Vous êtes sur la page 1sur 17

La crise des subprimes

Plan
Introduction :............................................................................................................................................................2
Partie I : Aperçus historiques ……………………………………………………………………………………………………………………………..4
Chapitre I. Déclanchement de la crise des subprimes :........................................................................................5
I. Croissance du marché des subprimes :............................................................................................................5
II. Déclenchement de la crise des subprimes :.....................................................................................................5
Chapitre II. Mondialisation de la crise...............................................................................................................6
I. Transmission de la crise par la titrisation :.......................................................................................................6
II. Transmission par les fonds d'investissement :.................................................................................................7
III. Engagements indirects des banques :..............................................................................................................7
Partie II : les causes et les conséquences ……………………………………………………………………………………………………………8
Chapitre I. Les causes de la crise des subprimes :................................................................................................9
I. La politique incitative de la FED.......................................................................................................................9
II. La libéralisation financière au cœur des crises contemporaines.....................................................................9
i. la titrisation des prêts subprimes.....................................................................................................................9
ii. La vague d’insolvabilité..................................................................................................................................10
Chapitre II. L'impact de la crise financière 2008 Sur les Etats-Unis...............................................................10
I. L'impact de la crise au niveau du secteur économique.................................................................................10
i. l'impact sur les banques et les prêteurs hypothécaire ...............................................................................13
ii. L'impact de la crise au niveau du secteur boursier :......................................................................................15
II. L'impact de la crise financière 2008 sur L'Europe :........................................................................................16
III. L'impact de la crise financière 2008 au niveau des pays asiatiques :............................................................16
Conclusion :.............................................................................................................................................................17
Bibliographie et Webographie :..............................................................................................................................18

1
La crise des subprimes

Introduction :

La crise financière a été alimentée par la conjonction de trois ensembles


de facteurs. Tout d’abord, un environnement macroéconomique favorable,
caractérisé par une baisse de la volatilité de la croissance et de l’inflation, a pu
laisser croire que le risque macroéconomique avait presque disparu. Il en a
résulté une baisse excessive des primes de risque, sur une large palette de titres.
Elle a conduit à des hausses de prix d’actifs, qui, selon un mécanisme classique,
ont nourri des anticipations de hausses de prix futures, entraînant la formation de
« bulles ». Pour fournir aux investisseurs un rendement élevé, les gestionnaires
de fond ont été incités à se porter sur des actifs de plus en plus risqués.
L'abondance de liquidités mondiales et le bas niveau d'intérêt ont en outre
favorisé « l'effet de levier », c'est-à-dire le recours à l'emprunt pour financer
l'achat de ces actifs.

Par ailleurs, des innovations financières ont permis la création ou le


développement de nouveaux produits sophistiqués (titrisation, titrisation de
titrisation, produits dérivés...) dont l’avantage reconnu était de répartir le risque
entre un plus grand nombre d’agents et d'assurer une plus grande stabilité au
système financier. Toutefois, les inconvénients d’une telle dispersion du risque,
qui a conduit à une grande opacité des produits financiers, n’étaient pas
correctement perçus, faute de recul historique et d’incitations adaptées en
matière de contrôle de la qualité.

La crise financière, qui s’est déclenchée à l’été 2007, a débouché fin 2008
sur une récession quasi-généralisée qui n’épargne aucun des grands pays
industrialisés et très peu de pays émergents. Le présent exposé tente de décrire et
d'évaluer les enchaînements qui ont conduit à ce résultat.

1
La crise des subprimes

Dans un premier temps, nous revenons sur l’enchaînement de la crise


financière pour comprendre comment celle-ci, apparemment circonscrite à un
compartiment particulier des prêts immobiliers américains, s’est muée en crise
financière globale. Dans un second temps, nous nous intéressons aux
mécanismes par lesquels la crise se transmet à l’économie « réelle ».

La dégradation de l'économie réelle entretient la crise financière. C'est le


cas en particulier de la baisse des prix dans l'immobilier qui nourrit la crise des
subprimes.

1
La crise des subprimes

Partie I:
Aperçus historique

1
La crise des subprimes

Chapitre I. Déclanchement de la crise des subprimes :

I. Croissance du marché des subprimes :

Le marché des « subprimes » est constitué des prêts risqués,


principalement les prêts hypothécaires, accordés à une clientèle peu solvable
autrement dit sans revenu fixe ou à l'historique de crédit difficile. De nombreux
ménages américains furent séduits par ces crédits à long terme qui leur
permettaient d'accéder à un logement, représentant 23 % du total des prêts
immobiliers souscrits à partir de 2001.

Ce marche a connu une importante croissance encouragée par un taux


directeur historiquement bas, qui ont incité les institutions de crédit à accroître la
part du subprime dans leur portefeuille ainsi que profiter des importantes
marges de risque imposées à ces crédits. Par ailleurs, ce mouvement a été
accéléré par l'utilisation de la titrisation comme outil d'évacuation du risque de
crédit. Un dispositif utilisé par les établissements bancaires afin de se dégager
de toute responsabilité dans les crédits qu'elles ont octroyés et leur permettant de
ne plus attendre la fin du remboursement des prêts.

Tout ceci a participé à la création d'une bulle immobilière qui se


nourrissait de la bulle de crédits vu que la maison acquise et mise
en hypothèque et que l’immobilier est en hausse, assurant que l'opération ne
peut que bien se terminer.

Enfin, il est nécessaire de signaler le rôle des agences de notations (Fitch,


Moody's, Standard & Poor's) qui ont attribué la meilleur note a ces ces produits
et n'ont pas alerté sur la dangerosité de ces derniers .

II. Déclenchement de la crise des subprimes :

Suite à la hausse imprévue du taux directeur de la part de la « FED »


(Réserve fédérale des États-Unis), qui est passé de1 % à 5,25 % entre 2004 et
2006, les premiers retards de paiement sont survenus.

Les banques ont saisi les biens immobiliers achetés avec les prêts pour se
rembourser. Sachant qu’une grande partie des prêts avait été octroyé à des
foyers de revenus modestes, il y a eu de nombreuses saisies immobilières, qui

1
La crise des subprimes

ont été ensuite remises en vente. L'offre a donc dépassé la demande, ce qui a
entraîné la baisse des prix de l’immobilier.

La valeur des habitations est devenue inférieure à celle du crédit qu'elles


devaient garantir à cause de la baisse du marché immobilier américain. Donc
les établissements de crédit, censés pouvoir récupérer leur argent en vendant les
habitations hypothéquées, se retrouvèrent sans liquidité. La mise en vente des
biens saisis a même aggravé le déséquilibre du marché immobilier où les prix se
sont effondrés.

La baisse des prix de l'immobilier et L'insolvabilité des débiteurs ont


provoqué la faillite de plusieurs entreprises de prêts hypothécaires tels que
la New Century Financial Corporation en avril 2007et entrainant l'effondrement
du prix des actions de l'industrie du crédit. Les premiers effets ont survenue dans
le marché de l'emploi dans le secteur financier.

Chapitre II. Mondialisation de la crise

I. Transmission de la crise par la titrisation :

La première et principale cause de la mondialisation de la crise réside


dans le phénomène de la titrisation de créances. C’est l'opération financière,
méconnue de l'emprunteur, par laquelle une banque revend ses créances sur des
marchés spécialisés, souvent groupées avec d'autres valeurs. Ce qui lui permet à
la fois de se refinancer et de réduire son risque.

Afin de ne pas attendre l'échéance du prêt fixée et réduire le risque


d'insolvabilité L'établissement bancaire va choisir d'émettre des titres ou des
obligations avec un intérêt annuel.  La créance est donc transformée qu'elle va
revendre à des rehausseurs de crédit (tels que FSA ou CICG). Ces derniers vont
alors injecter ces obligations à haut rendement mais plus risquées avec des titres
classiques afin de créer des produits structurés, qu'elles revendront elles-mêmes
à leurs clients, ce qui entraine en réalité un allégement du risque à d'autres
acteurs du monde économique.

Le marché du subprime a été massivement financé par la titrisation,


Cependant, à partir du début 2007 les crédits subprimes sont devenues
douteuses, aux yeux des investisseurs.

1
La crise des subprimes

II. Transmission par les fonds d'investissement :

La deuxième cause de transmission de la crise est constituée des fonds


d'investissement qui ont eux-mêmes acheté les créances titrisées.

Vu que les crédits subprimes offrent des rendements élevés  dus au


paiement par l'emprunteur d'un taux d'intérêt plus élevé, les investisseurs ont
exercé une forte demande de ce type de produits, ce qui a pour but de doper les
performances de leurs fonds d'investissement. Mais ces derniers  se sont trouvés
en difficulté après la baisse de la valeur de leurs actifs.

ne crise de confiance due à l'effondrement de la valeur de deux fonds


d'investissement de la banque américaine Bear Stearns, révélé le 17 juillet 2007.
Tous les fonds d'investissement désormais vont à leur tour devenir suspects.
III. Engagements indirects des banques :

En dernier lieu, les fonds d'investissement  sont financés en grande partie


par l’emprunt auprès les banques. La communauté financière s'est alors rendu
compte, vers la fin juillet 2007, que l'ensemble du système bancaire supportait
des risques de crédits.

BNP Paribas, la première banque française par ses fonds propres, 


annonce le 9 août 2007 le gel des actifs de trois fonds monétaires
dynamiques OPCVM d'une valeur totale de 1,6 milliard d'euros. 

Les banques américaines mieux averties des dangers des « obligations


adossées à des actifs » (CDO) se débarrassent de leurs engagements sur le
marché principalement vers les banques européennes (Landesbank...).

1
La crise des subprimes

Partie II:
Les causes et les conséquences

1
La crise des subprimes

Chapitre I. Les causes de la crise des subprimes :

I. La politique incitative de la FED

Après la formation de la bulle internet et à la suite des attentats du 11


septembre, la FED1 a voulu stimuler une économie américaine en abaissant les
taux d’intérêt à un niveau historiquement faible.

II. La libéralisation financière au cœur des crises


contemporaines

La libéralisation financière a joué ce rôle en contraignant les banques à


des stratégies risquées et surtout en diffusant à des économies au système
financier fragile des innovations qui supposaient un fort degré de contrôle et de
surveillance de la part des autorités publiques.

i. la titrisation des prêts subprimes

Cette opération de titrisation qui portait également sur les crédits ou prêts
dits subprimes, participait principalement à la mondialisation des effets de la
crise des subprimes, parce que les investisseurs qui achetaient les titres de
créances auprès des banques émettrice aux Etats-Unis étaient du monde entier
(Europe, Japan ...) ce qui a aider à propager la crises des subprimes aux
différents marchés financiers mondiaux.

Lorsque les subprimes se trouvait réellement en situation d'insolvabilité


totale vis à vis le taux d'intérêt variable qui grimpait sans aucun préavis, les
investisseurs porteurs des titres se trouvaient également dans une situation de
crise parce que leurs titres de créance ne valaient plus.

1
FED: La réserve fédérale des Etats-Unis.

1
La crise des subprimes

ii. La vague d’insolvabilité

Finalement, les taux d’intérêt finirent par remonter et de nombreux


emprunteurs de type subprime se retrouvèrent insolvables, lorsque les
règlements mensuels de leurs hypothèques augmentèrent et excédèrent leurs
revenus. Les prix de l’immobilier chuta et les prêteurs hypothécaires se
retrouvèrent alors avec des propriétés valant moins que les prêts associés. Le
taux de défaillance grimpa ce qui fit effet boule de neige.

Chapitre II. L'impact de la crise financière 2008 Sur les Etats-Unis


I. L'impact de la crise au niveau du secteur économique.

L'impact de la crise sur l’économie Américain est résumé par Ces


indicateurs économiques :

 PIB:

Vous voyez clairement l'impact de la crise, puisque le produit intérieur


brut a atteint des niveaux très bas, entre les années 2007 - 2010 , précisément en
2009 le taux le plus petit du PIB, c'est un taux négative ( - 2.5℅ ).

 Taux de chômage :

Le taux de chômage c’est le pourcentage de chômeurs dans la population


active. D'après les statistiques on constate que ce taux Augmente Dès le début
de la crise 2007, est plus important en 2010 du faite qu'il est passé de 9.6% .

 Taux d'inflation :

En analysant le taux d'inflation en Etats-Unis , Nous assistons à un


changement en deux phases à partir de 2007-2008 , Un déclin soudain et rapide
pour atteindre un niveau très bas -0.4% , puis immédiatement monter à
l'inverse la même manière , dans la période 2008 -2010 , le taux d'inflation été
devenu 3.2% , c'est un Changement rapide dans une courte période. Cela montre
clairement l'impact significatif de la chute des prix immobilier sur l'économie
globale .

1
La crise des subprimes

1
La crise des subprimes

i. l'impact sur les banques et les prêteurs


hypothécaire .

Pendant la crise les banques américaines ont été lourdement touché, les
pertes des banques américaines représente 56% des pertes mondiales.

En plus des pertes certaines banques fini par la faillite :

Les meilleurs joueurs, les Géants du monde de la finance été en chute libre.

 La société New Century Financial Corporation

le 15 mars 2007, New Century Financial Corp. a demandé lundi la


protection du chapitre 11 à la faillite lors du plus grand effondrement d'un
prêteur hypothécaire aux États-Unis2 .

 Bear Stearns

Après avoir perdu des liquidités, il ne peut plus continuer, après des
tentatives de sauver, l’a mais dans la priorité JPMorgan.

 American Home Mortgage

6 août 2007, American Home Mortgage Investment Corp, est la 10 éme


grande organisme de refinancement de prêts hypothécaires aux Etats-Unis en
difficultés, a annoncé lundi qu'il se plaçait en faillite, après avoir licencié la
quasi-totalité de ses employés en raison de la crise des prêts hypothécaires à
risque (subprime)3.

 Fannie Mae et Freddie Mac

2
https://www.reuters.com/article/us-newcentury-bankruptcy/new-century-files-for-chapter-11-
bankruptcy-idUSN0242080520070403

3
https://www.reuters.com/article/idUSN0639518120070806

1
La crise des subprimes

En septembre 2008, les sociétés de crédit hypothécaire Fannie Mae et


Freddie Mac sont redevenues des agences gouvernementales. Ils détenaient ou
garantissaient plus de 5 billions de dollars, ou la moitié, des hypothèques du
pays. Le département du Trésor américain a acheté pour 100 milliards de dollars
d’actions privilégiées et de MBS.

 Lehmann brothers.

En 15 septembre 2008 lehman brothers, demande à ce place sur l'article


11, de la loi américain sur les faillites , Avec 639 milliards de dollars d’avoirs,
une dette de près de 619 milliards de dollars et 25 000 employés dans le monde,
Étant donné sa puissance financière, largement supérieure à celles de
Enron ou WorldCom, la faillite de Lehman Brothers est la plus importante de
l’histoire. La banque est la plus grosse victime de la crise subprime de 2008 et sa
chute l’a intensifiée. En effet, elle a contribué à l’érosion de près de 10 000
milliards de dollars sur les marchés actions mondiaux en octobre 20084.

 La sociétés AIG.

Le premier assureur américain, AIG (American International Group), a été


lourdement touché par la crise financière , affichant une perte de 99,3 milliards
de dollars pour 2008. Cependant, AIG a été sauvé de la faillite , après que la
Réserve fédérale américaine a accepté un plan de sauvetage de 85 milliards5 .

ii. L'impact de la crise au niveau du secteur boursier :

La crise bancaire et monétaire était devenue une crise boursière.

4
https://www.nytimes.com/2008/09/15/business/15lehman.html.

5
https://www.nytimes.com/2008/09/17/business/17insure.html

1
La crise des subprimes

Les nombreux fonds qui étaient investis dans l’immobilier américain ont
commencé à vendre leurs valeurs mobilières sur les marchés européens et
asiatiques, afin de trouver des liquidités.

Les investisseurs (notamment japonais) qui avaient emprunté des yens (en
ne payant des taux d’intérêt que de 0,50 %) pour les placer dans des monnaies
de pays ou les taux d’intérêt sont 10 à 15 fois plus élevés s’empressaient de
reconvertir leurs avoirs en yens afin de se mettre à l’abri de la crise des «
subprime » et de ses retombées.
Ce mouvement entraînait une brusque appréciation du yen par rapport au
dollar. La peur que cette hausse du yen ne pénalise les exportations des grands
groupes japonais s’emparait alors des investisseurs qui se mettaient à vendre les
actions de ces groupes, entraînant ainsi la baisse de leurs cours6.
La crise née aux Etats-Unis s’étendait à l’ensemble des places boursières
de la planète. C’est l’une des rançons de la mondialisation libérale et de la totale
liberté de circulation qu’elle accorde aux capitaux7.

II. L'impact de la crise financière 2008 sur L'Europe :

Nous sommes tous d'accord pour dire que la crise a explosé aux États-
Unis ,L'Europe est-elle touchée? En septembre 2008, l'Irlande a été beaucoup
plus touchée par la crise , est le premier pays à entrer en récession sur le
continent européen. Son PIB recule de 3,5% et son déficit public atteint 7,2% du
PIB, dépassant ainsi très largement la norme des 3% imposée par le traité de

6
Jean-Jacques CHAVIGNE «La crise financière et ses enseignements» 25 août 2007.

7
https://www.legrandsoir.info/la-crise-financiere-et-ses-enseignements.html.

1
La crise des subprimes

Maastricht. Au sein de l'UE, suivront l'Espagne et le Royaume-Uni dès fin 2008.


Les années 2008 et 2009 peuvent être considérées comme les plus dures,
puisque le PIB de l'UE-28 croît de seulement 0,5% en 2008 avant d'afficher
l'année suivante un taux de croissance négatif de 4,3%. Il faudra attendre 2010
pour retrouver un regain de la croissance (2,1%), avant une nouvelle de
récession en 2012 (-0,4%)8.

III.L'impact de la crise financière 2008 au niveau des pays


asiatiques :

Selon les publications de Fond Monétaire internationale (FMI), le secteur


bancaire des pays asiatique à été affecté par la crise financière 2008. Ces pertes,
en grande partie enregistrées au Japon, sont de 24 milliards de dollars
représentant ainsi 4% du total des pertes mondiale La plupart des bourses d'Asie
sont en forte baisse, La plus grande baisse a été enregistrée à la bource de Tokyo
de 10,44% qui a connue la pire année de son histoire avec une perte de 42% sur
l'année 2008, les indices boursiers sont en chut. Le 24/10/2008, le Nikkei
(bourse de Tokyo) a perdu 9,6% enregistrant ainsi la plus grande diminution de
la journée. La plupart des bourses d'Asie sont en forte baisse, La plus grande
baisse a été enregistrée à la bource de Tokyo de 10,44% qui a connue la pire
année de son histoire avec une perte de 42% sur l'année 2008, les indices
boursiers sont en chut. Le 24/10/2008, le Nikkei (bourse de Tokyo) a perdu
9,6% enregistrant ainsi la plus grande diminution de la journée.

Conclusion :

La crise des subprimes raconte comment la dérive d’un produit financier a


pu faire chavirer l’économie mondiale. L’ensemble des acteurs du marché, des
banques aux agences de notation en passant par l’État américain, n’ont pas été
capables d’estimer raisonnablement les risques encourus et en ont subi les

8
les chiffre de puis : CIA, statista , Eurostat

1
La crise des subprimes

conséquences. Dans un rapport en 2008, le FMI chiffre à 945 milliards d’euros


le coût de la crise financière

Les Banques centrales ont alors dû s’employer afin de stabiliser un


système en plein naufrage. Bien que leur intervention ait sauvé l’économie
mondiale, l’accroissement des déficits aboutira à la crise de la dette souveraine
des pays européens. La dérive des subprimes aura néanmoins eu l’avantage de
mettre en lumière le besoin d’une meilleure régulation des systèmes bancaire et
financier. Ainsi, les accords de Bâle III et la Règle Volcker verront le jour en
2010.

Bibliographie et Webographie :

 La crise en questions: 50 questions que vous vous pouvez posez- Nicolas


crespelle. Édition Eyroles
 La crise les voies de sorties -Michel aglietta. Edition Michalon
 Jean-Jacques CHAVIGNE «La crise financière et ses enseignements» 25
août 2007.
 https://www.legrandsoir.info/la-crise-financiere-et-ses-enseignements.html.

1
La crise des subprimes

 https://www.nytimes.com/2008/09/17/business/17insure.html.
 https://www.reuters.com/article/us-newcentury-bankruptcy/new-century-
files-for-chapter-11-bankruptcy-idUSN0242080520070403
 https://www.reuters.com/article/idUSN0639518120070806
 Statitica.com
 Eurostat
 CAI (The world Factbook)

Vous aimerez peut-être aussi