Vous êtes sur la page 1sur 21

chapitre

7 Limites de suites
Travaux dirigés (page 173)

La suite est alternée et semble converger vers ,


TD 1
abscisse du point A ( = 2 – 1) .
2 a) y y = 2x – 1 e) y
y=x+1
x
x

x
y=

y=
u1 1
u3
u2
1 u1
O u0 x
u1
1

La suite (un ) est constante : pour tout n, un = 1 .


O 1
b) La suite prend (alternativement) les deux u0 u1 u2 u3 x
valeurs 0 et – 1 . Elle ne converge pas.
y y = x2 – 1 La suite semble croissante (non majorée) et de
limite + ∞ .
1
f) y
u2

x
y=
u1 u0
O x
1
2
y=x
x

– 1 u1 4
y=

u1

c) u0 = 1 puis la suite prend alternativement les


u2
deux valeurs 0 et – 1 . Elle ne converge pas. 1

u3
y y = x2 – 1
3
O u3 1 u2 u1 u0 x
1

u4 u3 La suite semble décroissante et semble converger


u2 u1 u0
O x vers 0 .
1
x

– 1 u2 u4 TD 2
y=

1 1. La suite (un ) semble alternée et de limite 3--- .


d) y 2
x

1
y=

2. y
x
y=

2
u1
u3
u2 A u2
u1 y= 1 1
x+2

1
x
O u1 u2 u0 x O 1 u2 u3 u1

92
x 3 Récurrence « immédiate » :
3. a) α est solution de x = – --- + 2 , soit α = --- .
3 2 La relation est vraie pour n = 1. Supposons-la vraie
un 3 u 1 au rang n.
tn + 1 = – ------ + 2 – --- = – -----n- + --- 2×2
n–1
2
n
3 2 3 2 vn + 1 = v 1 = v 1 . La relation est vraie pour
tout n  1.
= – ---  u n – --- = – --- t n .
1 3 1
3  2  3 wn = ln vn = 2n – 1 ln v1.
1 Comme u1 > a , il résulte que 0 < v1 < 1 ; alors
La suite (tn ) est géométrique de raison – --- .
3
1 lim wn = – ∞ et lim vn = 0.
b) Comme – --- < 1 , lim tn = 0 et n→+∞ n→+∞
3 n→+∞
vn + 1
3 Comme un = – a --------------- , lim un = a.
lim un = α = --- . vn – 1 n → + ∞
n→+∞ 2
43
4. Application : u1 = ------ = 6,142 86 ;
2 1. Si a = 1 , un + 1 – un = b : (un ) est une suite arith- 7
métique de raison b . 1 831 3 352 399
u2 = ------------- ≈ 6,083 06 ; u3 = ------------------------ ≈ 6,082 76.
2. a) a ≠ 1 : ∆ et d ont des coefficients directeurs 301 551 131
différents, elles sont donc sécantes.
α est solution de x = ax + b , donc a = ------------ .
b 2 1. a) a < b équivaut (dans +*) à a < b qui
1–a entraîne a < ab et ab < b donc A ∈ [a ; b].
b
b) tn + 1 = aun + b – ------------ 2 a+b
1–a De ( b – a ) > 0 découle ab < ------------ . Enfin,
2
= aun + ------------ = a  u n – ------------ = at n .
– ab b
1–a  1 – a a b a+b
--- < --- entraîne ------------ + b.
La suite (tn ) est géométrique de raison a . 2 2 2
3. a = – 1 . u1 = – u0 + b ; b) Dans +*, (a < b) ⇔ (a2 < ab)
u2 = – u1 + b = u0 = u4 = u6 ; ⇔ (a2 + ab < 2ab)
u3 = u5 = u1 .
⇔  a < ------------ .
2ab
On peut conjecturer que pour tout n,  a + b
u2 n = u0 et u2 n + 1 = u1. Dans le a), on a : 2 ab < a + b donc
Démontrons-le par récurrence.
2ab
• La propriété est vraie au rang 0 . 2ab < ab (a + b) puis ------------ < A.
a+b
• Supposons-la vraie au rang n . 2a n b n a n + b n
2. a) Pour tout n, an + 1bn + 1 = ------------------ × ------------------
u2(n + 1) = – u2 n + 1 + b = – u1 + b = u0 ; an + bn 2
u2(n + 1) + 1 = – u2(n + 1) + b = – u0 + b = u1 . = anbn.
Donc la suite est bien alternée et prend alternati-
Montrons, par récurrence, que pour tout n,
vement les valeurs u0 et u1 .
an < ab < bn.
D’après la question précédente, la propriété est
TD 3 vraie au rang 1. Supposons la vraie au rang n. Le
même raisonnement qu’à la question précédente,
1 1. Résulte de 0  a < u0. en remplaçant a et b respectivement par an et bn
2 a
2. u0 – 2u0 a + a > 0 ⇔ u0 – 2 a + ----- > 0. nous permet de conclure que an + 1 < ab < bn + 1.
u0 La propriété est donc vraie pour tout n. En fait, on
a
Il résulte du 1. que ----- < a < u0 et donc que peut même conclure que pour tout n,
u0
an < an + 1 < ab < bn + 1 < bn.
u0 + ----- < 2u0 et donc que ---  u 0 + ----- < u0.
a 1 a
u0 2 u 0 b) Il résulte de la remarque précédente que la
suite (an) est croissante et que la suite (bn) est
1
--- u n + ------ – a
a
décroissante.
2 u n
2
u n + a – 2u n a
3. vn + 1 = ----------------------------------------- = --------------------------------------
2
3. a) Comme an < an + 1, bn + 1 – an + 1 < bn + 1 – an.
1
--- u n + ------ + a u n + a + 2u n a
a
2 u n an + bn an – bn
Puis bn + 1 – an = ------------------ – an = ----------------- , et donc
2 2 2
u n + a – 2u n a
= -------------------------------------- = vn2. an – bn
2
u n + a + 2u n a bn + 1 – an + 1  ----------------- .
2

Chap. 7 • Limites de suites • 93


1 Le k-ième rectangle inférieur a pour longueur :
b) Il résulte du a) que 0  b1 – a1 < --- (b0 – a0) : la
2
f  1 + --- = ------------- et pour aire ------------- .
k n 1
propriété est donc vraie au rang 0.  n n + k n+k
Supposons la vraie au rang n. Le caractère positif 1
Le dernier (de sommet B) a pour longueur f(2) = ---
de bn + 2 – an + 2 résulte de 2. a). 2
1
De la question 3. a), on déduit et donc pour aire ------ .
2n
1 1 1 1
bn + 2 – an + 2  --- (bn + 1 – an + 1) En résumé : sn = ------------ + ------------ + … + ------ .
2 n+1 n+2 2n
et donc compte tenu de l’hypothèse de récurrence, • Pour Sn : la première longueur est f(1) donc l’aire
1 n+2
bn + 2 – an + 2   --- (b0 – a0). La propriété est 1
est --- .
 2 n
donc vraie pour tout n.
La dernière est f  2 – --- = --------------- , donc l’aire du
1 n
 n 2n – 1
1 n+1
Comme lim  --- = 0, le théorème 4 nous
n → + ∞ 2
1
dernier rectangle est --------------- .
permet de conclure que la suite (bn + 1 – an + 1) con- 2n – 1
1 1 1
verge vers 0. On a bien : Sn = --- + ------------ + … + --------------- .
n n–1 2n – 1
Les deux suites (an) et (bn) sont donc adjacentes et
convergent donc vers la même limite. 1 1 1
2. sn + 1 – sn = ---------------- + ---------------- – ------------
c) Comme pour tout n, an  ab  bn, on a 2n + 1 2n + 2 n + 1
immédiatement : 1 1
= ---------------- – ---------------- > 0,
0  ab – an  bn – an et 0  bn – ab = bn – an. 2n + 1 2n + 2
Comme ab (bn – an) = 0, le théorème 4 nous per- donc la suite (sn) est croissante.
met de conclure que la limite commune des suites 1 1 1 1 1
Sn + 1 – Sn = ------ + ---------------- – --- = ---------------- – ------ < 0, donc
(an) et (bn) est le réel ab . 2n 2n + 1 n 2n + 1 2n
12 5 la suite (Sn) est décroissante.
4. a) a = 2 et b = 3 ; a1 = ------ et b1 = --- ;
5 2
120 49 1 1 1
a2 = --------- ≈ 2,448 98 et b2 = ------ = 2,45 ; 3. Sn – sn = --- – ------ = ------ donc lim (Sn – sn) = 0
49 20 n 2n 2n n→+∞

11 760 4801 et, compte-tenu des résultats de la question précé-


a3 = ---------------- ≈ 2,449 489 69 et b3 = ------------- ≈ 2,449 489 8. dente, les suites (Sn) et (sn) sont adjacentes et con-
4 801 1 960
vergentes (vers ).
4. a) Sp – sp  10 – 2 ⇒ |sp – |  10 – 2, donc
TD 4
1
1 ------  10– 2 ⇔ p  50 ⇒ sp , valeur approchée de 
1. Tous les rectangles ont pour largeur --- . 2p
n à 10 – 2 près.
• Le premier rectangle inférieur (de sommet A) a 1
------  10 – 4 ⇔ p  5000 ⇒ sp , valeur approchée
pour longueur f  1 + --- = ------------ et donc pour aire :
1 n 2p
 n n + 1 de  à 10 – 4 près.
1 n 1 b) s50 = 0,688 et s500 ≈ 0,6926 donc :
--- × ------------ = ------------ .
n n+1 n+1 0,6926    0,6936 .

Corrigés des exercices


Maîtriser le cours (page 103)

1. et 2. Limite d’une suite 2 un > 10 6 ⇔ ( n ) 3 > (10 2) 3 ⇔ n > 10 2


⇔ n > 10 4,
1 Corrigé dans le manuel. donc n 0 = 10 4 .

94
3 1
12 a) un = f(n) avec f(x) = x – -----------
3 a) (u n ) est géométrique de raison --- > 1 , - ;
2 x+1
donc lim un = + ∞ . or, lim f(x) = + ∞ donc lim un = + ∞ .
n→+∞ x→+∞ n→+∞

10 10 x 2x
b) (un ) est géométrique de raison ---------- ; – 1 < ---------- < 1, b) un = f(n) avec f(x) = --- – 2 + --------------
2
;
10,1 10,1 4 x +1
donc lim un = 0 (théorème 1). x 2x
n→+∞ or, lim --- = + ∞ et --------------
lim 2
= 0 , donc :
x→+∞ 4 x→+∞x +1
1 lim f(x) = + ∞ et lim un = + ∞ .
1 – ----------- -
n+1 x→+∞ n→+∞
un = ---------------------- = 2  1 – -----------
4 2 1 
- et lim un = 2.
1  2 n + 1 n→+∞ 2
1 – ---
2 13 a) u n = f(n) avec f : x  5x – 3x + 7
------------------------------ ;
2
x +x+1
5 2 or lim f(x) = 5 , donc lim un = 5 .
Pour tout n, un = ----n- . x→+∞ n→+∞
3
2 – 3x 2 + 2x + 4
----n- < 10– 4 ⇔ 3n > 20 000. b) u n = f(n) avec f : x  ----------------------------------- ;
3 2 ( x + 1 )2
39 = 19 683 donc à partir de l’indice n = 10, un < 10– 4. 3
or lim f(x) = – --- , donc lim un = – --- .
3
x→+∞ 2 n→+∞ 2
6 Pour tout n, un = 2n.
10x – 3
14 a) u n = f(n) avec f : x  -----------------
249 < 1015 < 250, donc à partir de l’indice n = 50, - ;
un > 1015. x2 + 1
or lim f(x) = 0 , donc lim un = 0 .
1 1 1 x→+∞ n→+∞
7 1. u1 = 1 ; u2 = --- ; u3 = --- ; u4 = ------ ;
2 6 24 2x 2 – 1
1 1 b) u n = f(n) avec f : x  ----------------- ;
u5 = --------- ; u6 = --------- . 3x + 7
120 720
or lim f(x) = + ∞ , donc lim un = + ∞ .
2. Pour n  1 , n!  n , x→+∞ n→+∞

1
donc 0 < u n  --- et lim un = 0 (théorème 5). 15 Corrigé dans le manuel.
n n→+∞

16 a) un = f(vn) avec vn = nπ +1
---------------- et f : x  sinx .
8 Pour n  1, – 1  cos2n  1, 2n + 1
1 1 1 πx + 1 π
donc – -------  u n  ------- et comme lim ------- = 0, le vn = g(n) avec g : x  ---------------- ; or lim g(x) = --- ,
n n n→+∞ n 2x + 1 x→+∞ 2
théorème 5 nous permet de conclure que lim un = 0. π
n→+∞ donc lim vn = --- ; lim f(x) = 1, donc lim un = 1.
n→+∞ 2 π n→+∞
x → ---
2
9 Pour tout n,
2nπ
– 1  cosn  1 , donc n  n + 1 – cosn  n + 2 . b) un = f(vn) avec vn = ---------------- et f : x  cos x .
3n + 1
lim n = + ∞ , donc lim un = + ∞ (théorème 5). 2πx 2π
n→+∞ n→+∞ vn = g(n) avec g : x  --------------- ; or lim g(x) = ------ ,
3x + 1 x→+∞ 3
10 1. 2π 2π 1
donc lim vn = ------ ; lim f(x) = cos ------ = – --- , donc :
n→+∞ 3 2π 3 2
n 1 2 3 4 5 6 x → ------
3
un – 0,9 0,64 – 0,343 0,1296 – 0,03125 0,004
1
lim un = – --- .
n 7 8 9 10 11 n→+∞ 2
un – 0,000 21 0,000 25 – 10– 9 0 10– 11
lim ln  1 + --- = 0.
1
17 a) lim e1 – n = 0. b)
n→+∞ n→+∞  n 
n
2. n  30 ⇔ ------ – 1  2 ⇔ un  2 n ; n –n
10 e –1 1 e –1 1
18 a) lim - = --- .b) lim ---------------------
-----------------
n –n
- = – --- .
or lim 2 n = + ∞, donc lim un = + ∞ (théorème 5). n→+∞ 2e + 3 2 n → + ∞ 2e + 3 3
n→+∞ n→+∞

19 a) lim e– n = 0. b) lim ln(2 + e– n) = ln 2.


11 Corrigé dans le manuel. n→+∞ n→+∞

Chap. 7 • Limites de suites • 95


1 1
n  1 + ------- 1 + -------
–1
b) un = ------------------------------------------------------------- et lim un = 0 .
 n  n n→+∞
- = --------------------------- , (n ≠ 0) ;
20 a) un = ------------------------------ n 2 + 5 ( 3n + 9n 2 + 1 )
n  1 + --- n  1 + ---
1 1
 n   n
n 2  1 + -----2
1 1
1 + -----2
1 1
lim ------- = 0 et lim --- = 0, donc le numérateur a  n  n
n→+∞ n n→+∞n 23 • un = --------------------------- = n × --------------- , (n ≠ 0),
1
n  1 + ---
1 1 + ---
pour limite 1 en + ∞ et le dénominateur + ∞ et  n  n
lim un = 0. donc lim un = + ∞ .
n→+∞
n→+∞
1 1
n n  1 + ------- 1 + ------- 1
 n  n 1 + -----2
b) n ≠ 0, un = ----------------------------------- = n × ----------------- ; n
• vn = --------------- , donc lim vn = 1 .
2
n  1 + ---
2 1 + --- 1 n→+∞
 n n 1 + ---
n
1 2
lim ------- = 0 et lim --- = 0 , donc lim un = + ∞ . n2 + 1 1–n
n→+∞ n n→+∞n n→+∞ • wn = --------------- – n = ------------ ;
n+1 n+1
1
21 a) Nous sommes en présence de la forme indé- --- – 1
n
terminée « ∞ × 0 ». pour n ≠ 0 , wn = ------------ et lim wn = – 1 .
1 n→+∞
1 + ---
 2 + --1- – 2  2 + --1- + 2 n
 n  n 
u n = n 2 × ------------------------------------------------------------------------ n2 + 1
1 --------------
2
-–1
2 + --- + 2 n +n n
n • tn = ------------------------ = 1 – -----2 , donc lim tn = 0 .
1–n n n→+∞
1 ------------ – 1
--- n+1
n n
= n 2 × ------------------------------ = ------------------------------ .
1 1
2 + --- + 2 2 + --- + 2 3n 2 – 4 3n 2
n n 24 lim ------------------ = lim --------- = + ∞ .
1 n→+∞ n+1 n→+∞ n
Comme lim --- = 0 , le dénominateur a pour limite
n→+∞ n 3n 2 – 4
vn = -----------------
- , donc lim vn = 3 .
2 2 et lim un = + ∞ . n2 + n n→+∞
n→+∞
3n 2 – 4 – 3n 2 – 3 –7
( 2n 2 – 5 – 2n ) ( 2n 2 – 5 + 2n ) wn = un – 3n = ------------------------------------------ = ------------ ,
b) un = ----------------------------------------------------------------------------------------- n+1 n+1
2n 2 – 5 + 2n donc lim wn = 0 .
n→+∞
–5
= --------------------------------------- .
2n 2 – 5 + n 2 25 1. Récurrence immédiate.
1 1 1+u 1
2n 2 – 5 = f(vn) avec vn = 2n 2 – 5 et f : x  x . 2. a) vn + 1 – vn = ------------- – ------ = --------------n- – ------ = 1 .
un + 1 un un un
Donc lim 2n 2 – 5 = + ∞ . La suite (vn) est arithmétique de raison 1 .
n→+∞
Comme, de plus, lim n 2 = + ∞ , le dénominateur 1 1 3
b) vn = --- + n , un = ------------ = ---------------- .
n→+∞ 3 1 1 + 3n
--- + n
a pour limite + ∞ et lim un = 0 . 3
n→+∞
3
n 3. un = f(n) avec f : x  --------------- ;
- × ( n + 2 – n + 1)
22 a) un = -------------------------------------- 1 + 3x
(n + 2)(n + 1) lim f(x) = 0 donc lim un = 0 .
n 1 x→+∞ n→+∞
= -------------------------------- × ----------------------------------------
2 n+2+ n+1
n + 3n + 2 26 1. a) vn + 1 = 1--- u n – 2 + 3 = 1--- u n + 1 = 1--- v n .
1 1 3 3 3
= ----------------------------- × ---------------------------------------- ;
3 2 n+2+ n+1 1
1 + --- + ----- (vn) est géométrique de raison --- .
n n2 3
n
b) vn = 6 ×  --- = -----------
1 2 2
lim un = 0 . - , un = -----------
- –3.
n→+∞
 3 3n – 1 3n – 1

96
1 n+1 (un ) semble croissante et de limite + ∞ . ((un ) est une
1 –  ---
 3 suite arithmétique de raison 2 .)
2. a) Sn = 6 × --------------------------- = 9  1 – -----------
1 
- ;
1  3 n + 1
1 – --- 29 • u5 = 4,6 ; donc 0 n’est pas un majorant.
3
10
S′n = Sn – 3(n + 1) = 9  1 – -----------
1  • D’autre part, -----2- > 0 , donc un < 5 , et les réels 5 et
- – 3n – 3.
 3 n + 1 n
b) lim Sn = 9 et lim S′n = – ∞ . 6 sont des majorants de (un ).
n→+∞ n→+∞
10
- = 5 – 10 – 7 = 4,999 999 9 ;
• u 10 000 = 5 – -----------
27 a) On ne s’intéresse au comportement des suites 10 – 8
(un) et (vn) que pour les « grandes » valeurs de n or, 4,999 999 9 > 4,999 99 , donc 4,999 99 n’est pas un
(vers + ∞). L’inégalité peut ne pas être vérifiée pour majorant de (un ).
un nombre fini d’indice.
b) |un – |  vn ⇔  – vn  un   + vn. 30 Corrigé dans le manuel.
c) Posons, pour tout entier n,  – vn = wn et  + vn = tn.
31 1. a) Quel que soit le réel A, il existe un terme
Par hypothèse, pour tout n supérieur à un certain
entier m, wn  vn  tn. De plus, comme lim vn = 0, de la suite supérieur à A : un > A.
n→+∞ b) Quel que soit le réel A, ]A ; + ∞[ contient tous les
lim wn = lim tn = .
n→+∞ n→+∞ termes de la suite à partir de l’indice n.
Le théorème 4 permet de conclure : lim un = . 2. La suite étant non minorée, quel que soit le réel B,
n→+∞
il existe un terme de la suite inférieur à B. La suite
étant de plus décroissante, l’intervalle ]– ∞ ; B[ con-
3. Suites monotones et convergence tient tous les termes de la suite à partir de l’indice n :
la suite a pour limite – ∞.
28 a) y y=x
y = – 1x + 3 32 1. Pour tout n > 0, un + 1 – un = ln  1 + ----------- 1 
1 2 - > 0.
– 6 u3 u2 u1 O u0  n + 1
2. a) un = ln  2 × --- × --- × … × ------------ = ln(n + 1).
1
x 3 4 n+1
 2 3 n 
lim un = + ∞.
x→+∞

33 Corrigé dans le manuel.


–6
1
34 a) u 0 = 0 et, si n ≠ 0, un = ------------------
- ;
(un ) semble décroissante et de limite – 6 . 1
1 + -----2
b) 1 y y=x n
1 1
1 + -----2 > 1 ⇔ 1 + -----2 > 1 ⇔ 0 < un < 1 .
n n
u1 O u2 u0
x La suite (un ) est bornée (par 0 et 1).
1
2
b) Pour tout n, un  0 et un = 1 – --------------- < 1 : (un )
2
y=–x n +1
2
est bornée (par 0 et 1).
(un ) semble ni croissante, ni décroissante. ((u2n ) c) Pour tout n, un < 0 .
décroît et (u2n + 1 ) croît…) (un) semble converger –2 2
Pour tout n, 2n + 3 > 3 ⇔ -------------------- > – ------- : (un )
1 2n + 3 3
vers 0. ((un ) est une suite géométrique de raison – --- .)
2
est bornée  par – ------- et 0 .
2
c) y  3 

35 a) Pour tout n, 2 n  1 , donc la suite est


minorée ; mais, et c’est une propriété sur , pour tout
M > 0, il existe n tel que 2 n > M : la suite n’est pas
2 majorée.
1 b) n 3 – 2 > n pour n  3 , donc (un ) n’est pas majo-
O 1u 0 u 1 u2 u3 x rée, et un  – 2 donc (un ) est minorée.

Chap. 7 • Limites de suites • 97


c) Pour tout n, un  – 1 et pour n  1, un  n 2, donc Pour tout n,
(un ) est minorée mais non majorée. 6
un – vn = ------------ et donc lim (un – vn) = 0,
1 n+1 n→+∞
- et n 2 sont positifs, donc un  n 2  0 ;
36 a) ----------- les deux suites sont bien adjacentes.
n+1
la suite (un ) est minorée mais non majorée. b) La suite (vn) n’étant pas monotone, les deux suites
b) un  – 1 , donc (un ) est minorée par – 1 ; un  n – 1 ne peuvent être adjacentes.
donc (un ) est non majorée. 1 1 1
42 • un + 1 – un = ----------- - + ------------ + … + ----------------
c) • Si n est pair, un = n 2 , donc la suite n’est pas n+2 n+3 2n + 2
majorée. 1 1 1
– ------------ – ------------ – … – ------
• Si n est impair, un = – n 2 , qui tend vers – ∞ lorsque n+1 n+2 2n
n tend vers + ∞ , donc la suite n’est pas minorée. 1 1 1
= ---------------- + ---------------- – ------------
2n + 1 2n + 2 n + 1
37 1. Pour tout n, 1 1
= ---------------- – ---------------- > 0 ;
1 2n + 1 2n + 2
1 – -----------
n+1
-
la suite (un ) est croissante.
un = ---------------------- = ---  1 – -----------
3 3 1  3
- < --- .
1 2  n + 1 2 1 1
1 – --- 3 • vn + 1 – vn = un + 1 + ------------ – un – ---
3 n+1 n
1 1 1 1 – 3n – 2
2. Pour tout n, un + 1 – un = ----------- - > 0. = ---------------- + ---------------- – --- = --------------------------------------------- < 0 ;
3
n+1 2n + 1 2n + 2 n n ( 2n + 1 ) ( 2n + 2 )
3. Théorème 7 : toute suite croissante et majorée est la suite (vn) est décroissante.
1 1 1
convergente. Comme lim ----------- - = 0, il en résulte • vn – un = --- et lim --- = 0 , donc les suites (un ) et
x → + ∞ 3n + 1 n n→+∞ n
3 (vn ) sont adjacentes.
lim u n = --- .
x→+∞ 2 1 1 1
43 • un + 1 – un = ----- - – --- = – ------ < 0 : la suite (un )
2n n 2n
38 La fonction f : x  x2 – 5x + 6 est croissante sur est décroissante.
[4 ; + ∞[ et donc, pour tout n  4, n2 – 5n + 6  f(4) = 2. 1 1 1
1 • vn + 1 – vn = ---------------- + ---------------- – ------------
Il en résulte, pour tout n  4, un  --- . 2n + 1 2n + 2 n + 1
2 1 1
= ---------------- – ---------------- > 0 ;
2n + 1 2n + 2
4. Suites adjacentes la suite (vn ) est croissante.
1 1 1 1
39 Corrigé dans le manuel. • vn – un = ------ – --- = – ------ ; or lim ------ = 0 : les deux
2n n 2n n → + ∞ 2n

40 • un = 1 – --1- donc un + 1 – un = --1- – -----------


1 suites (un ) et (vn ) sont adjacentes.
- >0 :
n n n+1
1
44 • un + 1 – un = -------------------
la suite (un ) est croissante. - > 0 : la suite (un ) est
croissante. ( n + 1 )2
1 1
• vn + 1 – vn = -------------------2- – -----2 < 0 : la suite (vn ) est décrois- 1 1 –1
(n + 1) n • vn + 1 – vn = un + 1 – un + ------------ – --- = ----------------------- < 0 :
n + 1 n n ( n + 1 )2
sante.
1 1 la suite (vn) est décroissante.
• vn – un = -----2 + --- et lim (vn – un) = 0 : les suites
n n n→+∞ 1
• vn – un = --- , donc lim (vn – un) = 0 : les suites
(un ) et (vn ) sont adjacentes. n n→+∞
(un ) et (vn ) sont adjacentes.
41 a) La fonction f définie sur + par f(x) = 2x +3
---------------
x+1
45 1. La propriété est vraie au rang 0.
est strictement décroissante  f ′ ( x ) = ------------------2- : la
–1
  Supposons la vraie au rang n :
(x + 1) un  1  vn ⇔ 3un + 1  4  3vn + 1
suite (un) est décroissante. ⇔ un + 1  1  vn + 1 :
2x – 3
La fonction g définie sur + par g(x) = --------------- est stric- la propriété est vraie pour tout n.
x+1
tement croissante  g′ ( x ) = ------------------2- : la suite (vn) est
5 1 – un
  2. Pour tout n, un + 1 – un = ---------------  0 : la suite (un)
(x + 1) 4
croissante. est croissante.
98
1 – vn 3 n
Pour tout n, vn + 1 – vn = --------------  0 : la suite (vn) est Comme lim  --- = 0, le théorème 4 nous permet
4 n → + ∞ 4
décroissante. de conclure : lim (vn – un) = 0 et les suites (un) et
n→+∞
3
Pour tout n, vn + 1 – un + 1 = --- (vn – un). Par une (vn) sont adjacentes. Elles convergent vers la même
4
3 n limite . De 0  1 – un  un – vn on déduit que la limite
récurrence « immédiate », vn – un =  --- (v0 – u0) et
 4  est 1.
n
donc 0  (vn – un)  2  --- .
3
 4

Apprendre à chercher (page 180)

46 Études d’une suite un + 1 = f (un) 2. a) Par hypothèse, u0 et v0 sont strictement positifs :


la proposition P0 est vraie. Supposons Pn vraie et étu-
Les outils :
dions le signe de un + 1 et de vn + 1 .
● Théorème de Pythagore. un vn > 0 et un + vn > 0 , donc un + 1 > 0 et vn + 1 > 0 .
● Étude d’une fonction irrationnelle.
Pour tout n, un > 0 et vn > 0 .
Les objectifs :
2u n v n u n + v n
● Savoir résoudre une équation irrationnelle.
b) un + 1 vn + 1 = ------------------ × ------------------ = un vn .
● Savoir utiliser l’égalité f() =  pour une fonction continue f.
un + vn 2
1. a) Par hypothèse, le procédé peut se poursuivre Et ceci quel que soit n, donc, de proche en proche,
indéfiniement, donc n > 1 . De plus, n + 1 est ins- un + 1 vn + 1 = un vn = u0 v0 = ab .
crit dans n , donc n + 1 < n . 2u n v n – u n ( u n + v n ) u n ( v n – u n )
- = ----------------------------- ;
3. • un + 1 – un = --------------------------------------------------
b) Une suite décroissante et minorée est convergente un + vn un + vn
(théorème 7). u n + v n – 2v n u n – v n
c) On applique le théorème de Pythagore. • vn + 1 – vn = --------------------------------- = ----------------- .
2 2
Dans le triangle An + 1 Bn Bn + 1 rectangle en Bn :
u n + v n 2u n v n
2 4. a) vn + 1 – un + 1 = ------------------ – ------------------
n2 + 1 = (n – 1) 2 + 1 soit n + 1 = 1 + ( n – 1 ) . 2 un + vn
2
2. a) f(x) = 1 + ( x – 1 ) 2 . ( un – vn )
- 0.
= -------------------------
b) f étant continue,  vérifie l’égalité f() =  . 2 ( un + vn )
C’est donc une solution de l’équation Donc, pour tout n,
vn – un  0 et un + 1 – un  0 , vn + 1 – vn  0 ;
x = 1 + ( x – 1 ) 2 , la suite étant minorée par 1,   1.
la suite (un) est croissante, (vn) est décroissante.
c) Dans +, x =1 + ( x – 1 ) 2 ⇔ x 2 = 1 + (x – 1) 2 5. a) (un) étant croissante, un + 1  un et :
⇔ 0 = 2 – 2x ⇔ x = 1 , donc lim n = 1 . u n + v n 2v n 1
n→+∞ vn + 1 – un + 1  vn + 1 – un = ----------------- - – --------- = --- ( v n – u n ) .
2 2 2
1
47 Études d’une suite un + 1 = f (un) b) Au rang 0, v0 – u0  ----0- (v0 – u0) = v0 – u0 .
2
Les outils : P0 est vraie. Supposons Pn vraie :
● Démonstration par récurrence.
1
● Suites adjacentes. (un – vn)  ----n- (u0 – v0).
Les objectifs : 2
1
● Savoir montrer que deux suites sont adjacentes. Alors vn + 1 – un + 1  --- (un – vn) , d’après a) ;
2
3 12 7 1 1
1. a) u1 = --- ; v1 = 2 ; u2 = ------ ; v2 = --- ; donc vn + 1 – un + 1  --- × ----n- (v0 – u0) ,
2 7 4 2 2
168 97
u3 = --------- ; v3 = ------ . 1
97 56 et vn + 1 – un + 1  -----------
- (v0 – u0) .
b) 2n + 1
3 Pn + 1 est vraie, donc, pour tout n,
1 2 2 3
1
u0 u1 u2 v2 v1 v0 vn – un  ----n- (u0 – v0) .
2

Chap. 7 • Limites de suites • 99


c) On a montré en 4. a) que vn – un était positif pour d) Le produit un vn converge donc vers  2 .
1 Or, pour tout n, un vn = ab donc
tout entier n, donc 0  vn – un  ----n- (v0 – u0) .
2  2 = ab .
1
Or lim ----n- = 0 , donc lim (vn – un) = 0 (théo- De plus, les suites (un) et (vn) sont à termes stricte-
n→+∞2 n→+∞
rème 4) et les suites (un) et (vn) sont adjacentes. Elles ment positifs (question 2. b), donc
convergent donc vers la même limite . = ab .

Pour progresser (page 181)

Convergence 1
b) Pour tout n non nul, un  2 – --- : la suite (un ) est
n
48 Corrigé dans le manuel. majorée par 2. Étant croissante, elle converge
(théorème 7).
1 1
49 1. Soit Pn la propriété ---- -  -----------
- .
n! 2n – 1 51 ●
• Montrons par récurrence que :
1 1 1 1 1 1
- = ----0- = --- = 1 , donc -----  -----------
P1 : ----- = 1 , ----------- - , 2 n
1! 1–1 1 1! 1–1 0  un –    --- (u0 – ) .
2 2 2  3
P1 est vraie. Supposons Pn vraie.
2
1 1 1 1 1 Par hypothèse, pour tout n, 0  un + 1 –   --- (un – ),
- = ----- × ------------  -----------
Alors ------------------ - × ------------ ; 3
( n + 1 )! n! n + 1 2 n – 1 n+1 2
or, n + 1  2 , donc : donc pour n = 0 , 0  u1 –   --- (u0 – ) .
3
1 1 1 1 1 1 La propriété P1 est vraie. Supposons-la vraie au rang n.
0 < ------------  --- et -------------------  ----------- - × --- = ----- .
n+1 2 ( n + 1 )! 2 n–1 2
2n 2 n+1
Alors 0  un + 1 –   --- (un – )   ---
2
(u0 – ).
1 1
La propriété -----  ----------- - est vraie pour tout n. 3  3
n! n–1
2 La propriété Pn + 1 est vraie, donc, pout tout entier n,
1
1 – ----n- 2 n
0  un –    --- (1 – ) .
1 1 … 1 2
- = 1 + -------------- ,
2. un  1 + ----0- + ----1- + + -----------  3
2 2 2n – 1 1 – ---
1
2 n
lim  --- = 0 (suite géométrique de raison --- et
2
2 Or
n → + ∞  3 3
soit un  1 + 2  1 – ----n-  3 .
1
 2 
2
– 1 < --- < 1), donc lim (un – ) = 0 et lim un = .
La suite (un ) est majorée par 3. 3 n→+∞ n→+∞

1 • un ∈ ] – 10 – 3 ;  + 10 – 3[ ⇔ |un – | < 10 – 3 .
3. un + 1 – un = ------------------- > 0, la suite (un ) est croissante. Par hypothèse, 0  1 –  et  > 0 , donc 0  1 –  < 1.
( n + 1 )!
Étant majorée, elle converge. 2 N
Il suffit donc de prendre N tel que  --- < 10 – 3 .
1  3
50 ● 1. un + 1 – un = ------------------- - > 0 : la suite (un ) est À la calculatrice, N = 18 .
croissante. ( n + 1 ) 2

1 ● a ( 2p + 1 ) + b ( 2p – 1 )
2. a) u1 = 1  2 – --- : P1 est vraie. Supposons Pn vraie. 52 1. up = ------------------------------------------------------ ,
1 ( 2p – 1 ) ( 2p + 1 )
1 1 donc 2(a + b)p + (a – b) = 1 quel que soit p .
Alors un  2 – --- ⇔ un + ---  2 .
n n a + b = 0 1 1
1 1 1 n+2 Donc  ⇔ a = --- et b = – --- .
un + 1 + ------------ = un + -------------------2- + ------------ = u n + -------------------2- ;  a – b = 1 2 2
n+1 (n + 1) n + 1 (n + 1)
2. Sn=  – --- – --- +  --- – --- +  --- – ------ + …
n+2 1 1 1 1 1 1 1
or -------------------2- < --- car (n + 2)n < (n + 1)2 .  2 2  2 6  6 10
(n + 1) n
+  --------------- – ----------------
1 1 1 1
Donc un + 1 + ------------  un + ---  2 et  4n – 2 4n + 2
n+1 n
1 1 1 1
un + 1  2 – ------------ : Pn + 1 est vraie. donc Sn = – --- – ---------------- et lim Sn = – --- .
2 4n + 2 2
n+1 n→+∞

100
53 ● ● 1. a) Récurrence : u0 < 4 1 1 1
+ --------------- – --- + ----------------
Supposons un < 4, alors 3un + 4 < 16 et un + 1 < 4. 2n – 2 n 2n + 2
La suite (un) est majorée par 4. 1 1 1
+ ------ – ------------ + ----------------
2 2n n + 1 2n + 4
3u n + 4 – u n
b) un + 1 – un = 3u n + 4 – un = ----------------------------------- du 1 1 1 1
3u n + 4 + u n Donc Sn = --- + ---------------- – ------------ + ---------------- et
4 2n + 2 n + 1 2n + 4
signe de – un2 + 3un + 4. 1
lim Sn = --- .
Or – un2 + 3un + 4 = (1 + un) (4 – un) > 0 sur ]– 1 ; 4[. n→+∞ 4
Comme pour tout n, un ∈ [0 ; 4[, un + 1 – un > 0 : la suite
(un) est strictement croissante. 55 ● 1
● 1. un + 1 – un = ------------ > 0 : la suite (un ) est crois-
c) Croissante et majorée, la suite (un) converge n+1
sante.
(théorème 7) vers un réel . 1 1 1 1 1
2. a) u2n – un = ------------ + ------------ + … + ------  n × ------ = --- .
La fonction f = x  3x + 4 est continue sur [0 ; 4]. n+1 n+2 2n 2n 2
Donc  = f () soit – 2 + 3 + 4 = 0 qui admet une 3 2
seule solution positive 4. 3. u = u2 = ---  --- : P1 est vraie.
1
2 2 2
2. a) Pour tout x de [0 ; 4], f (x) ∈ [0 ; 4]. n
Supposons Pn vraie : u n  --- . Alors :
x 2 2 2
4 – f (x)  --- (4 – x) ⇔ f (x)  2 + --- ⇔ f 2(x)   2 + --- 
1 x
2 2  2 u n+1 =u n+1 –u n +u n = u 2N – u N + u n avec N = 2n.
2 2 2 2 2
⇔ 4x  x ⇔ x  4, donc pour tout entier naturel n,
2
D’après la question 2. et l’hypothèse de récurrence :
1
on a : 4 – un + 1  --- (4 – un). 1 n n+1
2 u  --- + --- = ------------ .
n+1
1 1 2 2 2 2
b) Par récurrence, 4 – un + 1  ------------ (4 – u0) = -----------
-,
n+1 n–1 n
2 2 Pn + 1 est vraie. Donc, pour tout n  1 , u  --- . n
1 2 2
donc, pour tout entier naturel n, 0 < |4 – un + 1|  -----------
n+1
-. 4. La suite (un ) est croissante non majorée, donc :
2
1 lim un = + ∞ .
Comme lim ----------- - = 0, lim un = 4 (théorème 5). n→+∞
n → + ∞ 2n + 1 n→+∞
c) D’après ce qui précède, pour tout entier naturel n, ● 1 1
56 1. vn + 1 = ln [ e u n ] – 2 = 1 + --- ln un – 2 = --- vn.

2 2 2 2
n n
0  n2(4 – un)  -----------
n–2
- . Posons wn = -----------
n–2
-. Donc la suite (vn) est une suite géométrique de pre-
2 2 1
mier terme v0 = 1 et de raison --- .
ln wn = 2 ln n – n ln 2 + 2 ln 2 = n  2 --------- – ln 2 + 2 ln 2.
ln n 2
 n 
1 1
ln n 2. vn = ----n- ; ln un = 2 + ----n- .
Comme lim --------- = 0, 2 2
n→+∞ n
3. a) lim vn = 0.
lim ln wn = – ∞ et lim vn = 0. n→+∞
n→+∞ n→+∞
b) lim (ln un) = 2, donc lim un = e2.
54 ● a b c n→+∞ n→+∞
● un = --- + ------------ + ------------
n n+1 n+2

n 2 ( a + b + c ) + n ( 3a + 2b + c ) + 2a
57 ● A. 1. a) • lim f(x) = + ∞ ; lim f (x) = + ∞.
= ----------------------------------------------------------------------------------------- x→1 x→+∞
n(n + 1)(n + 2)
ln x – 1
pour tout n  1 . • f ′(x) = -----------------
2
.
 1 ( ln x )
 a+ b+c=0  a = --2- x 0 e +∞
 
Donc  3a + 2b + c = 0 soit  b = – 1 f ′(x) – 0 +
  +∞ +∞
 2a =1  c = 1--- f
 2 e
1 1 1
S n = --- – --- + --- 2. Pour x > e, f (x) > e.
2 2 6
1 1 1 B. 1. un + 1 = f (un) et l’image par f de l’intervalle
+ --- – --- + ---
4 3 8 ]e ; + ∞[ est ]e ; + ∞[.
1 1 1
+ --- – --- + ------ u0 = a > e est vrai ; si un > e, alors f (u0) > e, un + 1 > e.
6 4 10
… Donc pour tout n  0, un > e.

Chap. 7 • Limites de suites • 101


un u n ( 1 – ln u n ) or 2 n + 1 > n + 1 + n > 2 n > 0 ,
2. un + 1 – un = ------------ – un = -------------------------------- ; or un > e, donc
ln u n ln u n 1 1
ln un > 1 et 1 – ln un < 0, donc la suite est décroissante. donc -------------------- < n + 1 – n < ---------- .
2 n+1 2 n
3. La suite (un) est décroissante et minorée, donc con- 1 1
vergente vers  > 0. De la continuité de f, on déduit 2. lim -------------------- = lim ---------- = 0 ,
n→+∞ 2 n + 1 n→+∞ 2 n
que f () =  ou (1 – ln ) = 0, donc  = e.
donc (théorème 5) lim un = 0.
n→+∞

Étude de limites par comparaison 3. n × wn = u1 + u2 + … + un = n + 1 – 1.

58 Corrigé dans le manuel. n+1–1 1 1


wn = ------------------------- = 1 + --- – ------- et lim wn = 1.
n n n n→+∞
cos n
2 + ------------
n
59 a) Pour n ≠ 0, un = --------------------- ●
- ; 64 1. Pour tout n, un + 1 = u 2n + 1  1 > 0 .
sin n
5 + ----------- 2. un + 1 – un = u2n – un + 1 . Or le trinôme x 2 – x + 1
n
–1 cos n 1 1 sin n 1 est toujours strictement positif (∆ < 0, a > 0) ; donc,
or -------  ------------  --- , – ---  -----------  --- , donc
n n n n n n pour tout n, un + 1 – un > 0 : la suite (un ) est stricte-
cos n sin n ment croissante.
(théorème 5) lim ------------ = 0 et lim ----------- = 0. Il en
n→+∞ n n→+∞ n 3. u0 = 0 , u1 = 1 , u2 = 2 , u3 = 5 , u4 = 26 .
2 Or 26 > 2 4 = 16 donc la propriété est vraie au rang 4.
résulte lim un = --- .
n→+∞ 5 Supposons-la vraie au rang n > 4 , un  2 n . Alors :
b) 2 + cosn  1 , donc un  n et lim un = + ∞ (théo-
n→+∞ un + 1 = u 2n + 1  (2 n) 2 + 1 = 2 2n + 1 ;
rème 5).
or, 2 2n + 1 = 2 n + 1  2
1  n–1
2n 2 2n 2 + 2 - et, pour n  4 ,
+ -----------
60 1. Pour tout n, 0  --------------
-  ------------------ = 2 ; la  2 n + 1
n2 + 1 n2 + 1 n–1 1
suite (vn ) est bornée par 0 et 2 . 2 - >1;
+ -----------
n+1
2
1 1 donc un + 1 > 2 n + 1 : pour tout n  4 , un  2 n .
2. Pour tout n, 0 × ----n-  un  2 × ----n- ,
2 2
4. lim 2 n = + ∞, donc (théorème 5) lim un = + ∞.
1 n→+∞ n→+∞
soit 0  un  -----------
n–1
-.
2

65 1. a) Pour tout réel x > 0,

1
Or lim -----------
- = 0 , donc (théorème 5) lim un = 0. 1 1 1
n → + ∞ 2n – 1 n→+∞ f ′(x) = – ------------------2- + -------------------- = ----------------------2- > 0.
(x + 1) x ( x + 1 ) x(x + 1)
61 Corrigé dans le manuel. f est strictement croissante et lim f (x) = 0 : pour
x→+∞

62 ● Pour n  1 , 1
 x + 1- .
tout réel x > 0, f (x) < 0 et -----------
-
x + 1  ln  -----------
1 1 1 x 
--------------- > --------------- > … > --------------- > 0 ,
2 2 2
b) Pour tout x > 0, ln  ------------ < ------------ – 1 = --- .
n +1 n +2 n +n x+1 x+1 1
 x  x x
n 1
donc 0 < un  --------------- = ------------- . n+1 n+2 2n
n + 1 n + --1-
2
2. a) un  ln ------------ + ln ------------ + … + ln --------------
2n – 1
-
n n n+1
1 1 1 1 1 1
Puisque lim ------------- = 0, (théorème 5) lim un = 0 .  --- + ------------ + … + --------------- = u n + --- – ------ ,
n→+∞ 1 n→+∞ n n+1 2n – 1 n 2n
n + ---
n
et un  ln  ------------ × ------------ × … × ---------------  un + ------ .
n+1 n+2 2n 1

 n n+1 2n – 1 2n
63 1. Pour n  1 ,
b) Il en résulte, pour tout entier non nul n,
( n + 1 – n)( n + 1 + n) 1 1
n + 1 – n = ----------------------------------------------------------------------- un  ln 2  un + ------ soit : ln 2 – ------  un  ln 2 et le
n+1+ n 2n 2n
1 théorème d’encadrement nous permet de conclure :
= ------------------------------ ; lim un = ln 2.
n+1+ n n→+∞

102
66 ●● 1. a) La propriété est vraie pour n = k. 1 n 1 n
Donc v0 = 1 et vn =  --- , un = – 1 +  --- .
Supposons qu’elle soit vraie au rang n > k  2  2
n+1 n n
1 n+1 1 n
c) un + 1 – un = – 1 +  --- + 1 –  ---
k k k k
------------------- = ------ × ------------ < ------ car k < n + 1.  2  2
( n + 1 )! n! n + 1 n!
1 n 1
=  ---  --- – 1 < 0 ;
n n k
x n x n k
b) ----- = ------ ×  ---   --- × ------ .
x k  2  2 
n! n!  k   k k!
1 n
n la suite (un ) est décroissante. De plus, lim  --- = 0,
 --x- n → + ∞ 2

x
c) Comme 0 < --- < 1, lim = 0 et, (théorème
k n→+∞  k
donc la suite (un ) converge vers 1 .
n
x
d’encadrement) lim ----- = 0. Remarque : On aurait pu montrer que (un) était minorée par
n → + ∞ n!
– 1… De plus, le calcul des cinq premiers termes permet de
n–1
n n n n n 2n – 1
2. a) ------------ = --- × ------------ × … × --- × --- produit dont tous conjecturer que un = – -------------
1
- = – 1 + ----- .
n! n n–1 2 1 2n 2n
les facteurs sont supérieurs ou égaux à 1.
La démonstration par récurrence ne pose pas de problème.
n n–1 n
n n n
b) ------ = n × ------------  n, donc lim ------ = + ∞. 1
n! n! n → + ∞ n! d) un ∈ ]– 1 – 10 – 4 ; – 1 + 10 – 4 [ ⇔ ----n- < 10 – 4
2
⇔ 2 n > 10 4 ;
Suites du type un + 1 = aun + b or 2 13 = 8 192 , donc un ∈ ]– 1 – 10 – 4 ; – 1 + 10 – 4 [ à
partir de n = 14 .
67 1. vn + 1 = 2--- un – 1 + 3
3 69 1. vn + 1 = 2un – 1--- – α
3
2 2 2
= --- un + 2 = --- (un + 3) = --- vn ; 1 α
3 3 3 = 2  u n – --- – ---
 6 2
2
la suite (vn) est géométrique de raison --- et de pre- = 2vn = 2(un – α),
3
mier terme v0 = u0 + 3 = 1 . 1 α
donc « (vn) géométrique » équivaut à α = --- + --- ,
6 2
2 n n
2. vn =  --- , un =  2--- – 3 . 1
soit α = --- .
 3  3 3
2 n 2. (vn ) est une suite géométrique de raison 2 > 1, donc
3. lim  --- = 0 car – 1 < --- < 1 (théorème 1), donc
2
n → + ∞ 3
 3 la suite ne converge pas.
lim un = – 3 . 1 5 5
n→+∞ 3. v0 = u0 – --- = --- donc vn = --- × 2 n .
3 3 3
2 0 2 1 2 n
4. a) Sn =  --- – 3 +  --- – 3 + … +  --- – 3 n+1
 3  3  3 5 0 5 1 5 n 5 1–2
sn = --- × 2 + --- × 2 + … + --- × 2 = --- × ---------------------
2 n+1 3 3 3 3 1–2
1 –  ---
 3 5
= – 3(n + 1) + --------------------------- = --- (2 n + 1 – 1) .
2 3
1 – --- 1
3 4. un = vn + --- , donc
n+1 3
= – 3(n + 1) + 3  1 –  --- .
2
  3  1 n + 1 5 n+1
Sn = s n + (n + 1) × --- = ------------ + --- ( 2 – 1) .
3 3 3
2 n+1
b) lim  --- = 0 et lim – 3 (n + 1) = – ∞ ,
n → + ∞  3 n→+∞
donc lim Sn = – ∞ . au n + b
n→+∞ Suites du type un + 1 = ----------------
-
cu n + d
68 1. u0 = 1 ; u1 = 0 ; u2 = – 1--- ; u3 = – 3--- ; u4 = – 7--- .
2 4 8 70 1. Soit Pn : « un > 1 ».
un – 1 1
2. a) vn + 1 = --------------- – α = --- (un – 1 – 2α) , donc « (vn ) u0 = 3 > 1 . P0 est vraie. Supposons Pn vraie.
2 2
est géométrique » équivaut à α = 1 + 2α, soit α = – 1 . 6
Alors un + 1 = 4 – --------------- > 4 – 3 = 1 donc, pour tout n,
un + 1
1
b) vn + 1 = --- vn avec vn = un + 1 . un > 1 , ce qui assure l’existence de un + 1 .
2

Chap. 7 • Limites de suites • 103


4u n – 2 1 4 4
------------------ – 2 nous donne 0 < vn < ----n- v0 = ----n- . Or lim ----- = 0,
un + 1 2u n – 4 2 7 7 n → + ∞ 7n
- = -----------------
2. vn + 1 = -------------------------- - = --- v :
4u n – 2 3u n – 3 3 n donc (théorème 5) lim vn = 0 .
------------------ – 1 n→+∞
un + 1 5. Pour tout n, un = 1 – vn , donc :
la suite (vn) est géométrique. lim un = 1 – lim vn = 1 .
n→+∞ n→+∞
2 2
Sa raison est --- et – 1 < --- < 1, donc lim vn = 0 . 6. un > 0,99 ⇔ vn < 0,01 .
3 3 n→+∞
3. Comme pour tout n, vn ≠ 1, 4 1
Il suffit donc de choisir N tel que -----N- < --------- , soit
7 100
vn – 2
vn (un – 1) = un – 2 ⇔ un = -------------- , 7 N > 400 ; 7 3 = 343 , 7 4 = 2 401 donc N = 3 .
vn – 1
73 ●
donc lim un = 2 . 1. Soit Pn la propriété : « un > 0 ».
n→+∞
3
• u1 = --- > 0 : P1 est vraie.
71 Corrigé dans le manuel. 2

• Supposons Pn vraie. Alors un + 1 = ---  u n + ------ > 0 ,


1 2

72 1. a) et b) 2 u n
y donc Pn + 1 est vraie et pour tout n  1, un > 0 .
2. Pour n  1,
y=x 2
1  u n – 2 2u n + 2
2 = ---  u n + ------ – 2 = ---  --------------------------------------
1 2
un + 1 –
2 u n 2 un 
2
1 ( un – 2 )
= --- -------------------------- > 0 .
1 y=x–8 2 un
2x – 9
Donc, pour tout n  1 , un + 1 > 2 .

–3 O 1
x Comme u1 > 2 , pour tout n  1 , un > 2 .

3. • --- ( u n – 2 ) + ------ – ------- = ---  u n + ------ – ------- – -------


1 1 1 1 2 2 1
La suite (un ) semble converger vers 1.  
2 un 2 2 u n 2 2
2. Pn : « un < 1 ».
= ---  u n + ------ – 2
u0 = – 3 < 1 donc P0 est vraie. Supposons Pn vraie . 1 2
2 u n
1 un – 8 1 7
un + 1 = --- × --------------- = --- + --------------------- ; = un + 1 – 2 .
2 9 2 18 – 4u n
u n – ---
2 D’après la question précédente, pour tout n  1 ,
7 1 1 1 1
un < 1 ⇔ 18 – 4un > 14 ⇔ --------------------- < --- ⇔ un + 1 < 1. ------ – ------- < 0 donc u n + 1 – 2 < --- ( u n – 2 ) .
18 – 4u n 2 un 2 2
Donc, pour tout entier n, un < 1 .
1
Soit pn la propriété « u n – 2 < -----------
- ».
un – 8 – 2u n2
+ 9u n 2u 2n– 10u n + 8 2 n–1
3. un + 1 – un = ---------------------------------------------- = ------------------------------------- . 1
2u n – 9 9 – 2u n • u1 < 1 = ----0- , donc p1 est vraie.
2
L’étude de la fonction f : x  2x2 – 10x + 8 sur ]– ∞ ; 1[
montre que f(x) > 0 . De plus, 9 – 2un > 0 d’après 2. • Supposons pn vraie.
Donc, pour tout n, un + 1 – u1 > 0 et la suite (un ) D’après le résultat précédent :
est croissante. Étant majorée par 1, elle converge 1 1 1 1
u n + 1 – 2 < --- ( u n – 2 ) < --- × -----------
- = ----- ,
(théorème 7). 2 2 2n – 1 2n
un – 8 un – 1 vn donc pn + 1 est vraie et, pour tout n  1 ,
- = -----------------
4. vn + 1 = 1 – ----------------- - = -----------------
- ; or, un < 1 ,
2u n – 9 2u n – 9 9 – 2u n 1
u n + 1 – 2 < ----n- .
1 1 2
donc ------------------ < --- et vn est positif. Il en résulte que pour
9 – 2u n 7 4. Il résulte de 2. et 3. que pour tout n  1 ,
1 1
tout n, 0 < vn + 1 < --- vn . Une récurrence immédiate 0 < u n + 1 – 2 < ----n- .
7 2

104
1 un + vn
1 4. a) tn + 1 = ---  ----------------- - + u n + 1 + v n
Puisque lim ----n- = 0 , 3 2 
n→+∞2 u + v u + v
= ---  ----------------- - + v n = tn.
1 n n n n
- + -----------------
lim ( u n – 2 ) = 0 et lim un = 2 . 3 2 2 
n→+∞ n→+∞
11
La suite (tn) est constante et égale à ------ .
3
Suites adjacentes 11
b)  = ------ .
3
74 Corrigé dans le manuel. ● 1
77 1. Pour tout x de [0 ; 2], f ′(x) = ------------------2- > 0.
1 (x + 1)
75 ● 1. • un + 1 – un = ------------------ - > 0 , donc (un ) est
( n + 1 )! f est donc croissante sur [0 ; 2] : f (1)  f (x)  f (2) soit
croissante.
3 5
1 1 2 1 ---  f (x)  --- et f (x) appartient bien à [1 ; 2].
• vn + 1 – vn = un + 1 – un + ------------------- – ----- = ------------------- – ----- 2 3
( n + 1 )! n! ( n + 1 )! n! 2.
2–n–1 –n+1
= --------------------- = -------------------  0 ,
( n + 1 )! ( n + 1 )!
(vn ) est décroissante.
1 1
• vn – un = ----- et lim (vn – un) = lim ----- = 0 ;
n! n→+∞ n → + ∞ n!
donc les suites (un ) et (vn ) sont adjacentes.
685 4 567
2. u7 = --------- ≈ 2,718 2 ; v7 = ------------- ≈ 2,718 4 . a) (un) semble croissante et convergente et (vn) semble
252 1 680
décroissante et convergente. Elles semblent adjacentes.
Donc  = 2,718 à 10 – 3 près par défaut.
b) u0 ∈ [1 ; 2]. Supposons que un ∈ [1 ; 2] alors, d’après
p
3. Supposons  = --- avec p et q entiers non nuls. la question 1., un + 1 = f (un) ∈ [1 ; 2] : pour tout entier
q
naturel n, 1  un  2.
Alors uq <  < vq , donc q! uq < p(q – 1)! < q! vq .
3
u1 = --- donc u0  u1. Supposons que un  un + 1.
Or q! vq = q!  u q + ----- ,
1 2
 q! f est croissante sur [1 ; 2] donc f (un)  f(un + 1) soit
donc q! uq < p(q – 1)! < q! uq + 1. un + 1  un + 2.
Les trois nombres ci-dessus sont des entiers naturels : Pour tout entier naturel n, un  un + 1, la suite (un) est
cette double inégalité est impossible, car il n’y a pas croissante.
d’entier entre deux entiers consécutifs. C’est une On démontre de même que :
contradiction :  n’est pas rationnel.
– pour tout entier naturel n, 1  vn  2 ;
76 ● 7 15 29 59 – pour tout entier naturel n, vn + 1  vn.
1. u1 = --- ; v1 = ------ ; u2 = ------ ; v2 = ------ .
2 4 8 16 c) Pour tout entier naturel n,
un + 1 + vn un + vn 1
2. a) wn + 1 = ------------------------- – ------------------ = --- (un + 1 – un) 2v n + 1 2u n + 1 vn – un
2 2 2 - – ------------------ = ---------------------------------------
vn + 1 – un + 1 = ----------------- -.
vn + 1 un + 1 ( vn + 1 ) ( un + 1 )
1 v n – u n
= --- × ----------------- Le dénominateur (vn + 1) (un + 1) étant toujours stric-
2 2
tement positif (et même supérieur à 4), vn + 1 – un + 1
1 et vn – un sont de même signe. Par une récurrence
et donc wn + 1 = --- wn. La suite (wn) est géométrique de
4 immédiate, ils sont du signe de v0 – u0. Donc pour tout
1 entier naturel n,
raison --- .
4 1
n n–1 vn – un  0 et vn + 1 – un + 1 < --- (vn – un).
b) Pour tout n, wn =  --- w0 =  ---
1 1 4
et lim wn = 0.
 4  4 n→+∞ d) Il en résulte (récurrence immédiate) que pour tout
vn – un wn 1 n 1 n
3. Pour tout n, un + 1 – un = ----------------- = ------- > 0, donc la entier naturel n, vn – un   --- (v0 – u0) =  --- .
2 2  4  4
suite (un) est croissante. n
e) Pour tout entier naturel n, 0  vn – un   ---
1
et
un + 1 – vn un – vn wn  4
vn + 1 – vn = ------------------------  ----------------- = – -------  0, donc la
2 2 2  1---
n
lim = 0 : le théorème d’encadrement nous
suite (vn) est décroissante. Comme lim (vn – un) = 0, n→+∞  4
n→+∞
les deux suites (un) et (vn) sont adjacentes. permet de conclure que lim (vn – un) = 0.
n→+∞

Chap. 7 • Limites de suites • 105


Les suites (un) et (vn) sont adjacentes : elles conver- donc la suite (vn) est décroissante et les suites (un) et
gent vers un même réel α. (vn) sont adjacentes.
f étant continue, α est solution de l’équation f (x) = x
1
qui équivaut à x2 – x – 1 = 0 qui admet une unique 5. vn – un  ----n- (5 – 2) .
2
1+ 5 3 1
solution dans [1 ; 2], le nombre d’or ---------------- . Il suffit d’avoir ----n- < -------3- soit 2 n > 3 000 .
2
2 10
78 ● ● 1. Notons Pn la proposition : « un > 0 et vn > 0 ».
Or, 2 11 = 2 048 et 2 12 = 4 096 , donc v12 – u12  10 –3.
• u0 = a > 0 et v0 = b > 0 donc P0 est vraie. En fait, le calcul de u3 et v3 suffit pour affirmer que
• Supposons Pn vraie.  = 3,328 à 10 – 3 près par défaut.
un + vn
Alors un + 1 = u n v n > 0 et vn + 1 = ------------------ > 0, donc 79 ● ● 1. a) Pn : « un < vn ».
2
u0 = – 1 < 2 = v0 . P0 est vraie.
Pn + 1 est vraie et pour tout n, un et vn sont bien stric-
Supposons Pn vraie, soit un < vn . Alors :
tement positifs.
2 5u n + 5v n – 2u n – 8v n 3 ( u n – v n )
( un – 1 + vn – 1 ) - = -------------------------- < 0,
un + 1 – vn + 1 = ------------------------------------------------------
2. (vn – un)(vn + un) = --------------------------------------- – un – 1 vn – 1 10 10
4 donc Pn + 1 est vraie et, pour tout n, un < vn .
2
( un – 1 – vn – 1 ) vn – un
= --------------------------------------  0 ; b) • un + 1 – un = ----------------- > 0, donc (un) est croissante.
4 2
donc (vn – un)(vn + un)  0, un – vn
• vn + 1 – vn = ----------------- < 0 , donc (vn) est croissante.
soit, d’après 1., vn – un  0 et vn  un . 5
3
un + vn – 2 un vn • D’après a), un + 1 – vn + 1 = ------ (un – vn) donc, par
3. a) vn + 1 – un + 1 = ------------------------------------------- 10
2 3 n
récurrence immédiate, un – vn =  ------ (u0 – v0) .
( un – vn )
2  10
= --------------------------------
- 3 n
2 Puisque lim  ------ = 0 (théorème 1),
n → + ∞  10
vn – un ( vn – un ) ( vn + un )
= -------------------------- × -------------------------------------------------------------- alors lim (un – vn) = 0 : les suites (un) et (vn ) sont
2 v + u n→+∞
n n
adjacentes.
1 vn – un 1 un + vn u n + 4v n
= --- × -------------------------- × ( v n – u n )  --- (vn – un). - + a --------------------- = k(un + avn) ,
2. sn + 1 = -----------------
2 v + u 2 2 5
n n
d’où u n  --- + --- + v n  --- + ------ = kun + kavn .
1 a 1 4a
1  2 5 2 5 
b) Notons Pn la proposition : « vn – un  ----n- (b – a) ».
2
1 1 a 1 4a
En identifiant, k = --- + --- et ak = --- + ------ , soit :
v0 – u0 = b – a = ----0- (b – a) , donc P0 est vraie. 2 5 2 5
2
On suppose Pn vraie. Alors : 1 a 2 1 4a
--- a + ----- = --- + ------ ⇔ 2a2 – 3a – 5 = 0
2 5 2 5
1 1 1
vn + 1 – un + 1  --- (vn – un)  --- × ----n- (b – a) : Pn + 1 vraie. 5 3
2 2 2 ⇔ a = --- et k = 1 ou a = – 1 et k = ------ .
2 10
1 5 5
Donc, pour tout n, vn – un  ----n- (b – a) . 3. Donc sn = un + --- vn = u0 + --- v0 = 4 ,
2 2 2
1 n
– 3n + 1
et tn = un – vn =  ------ ( u 0 – v 0 ) = ----------------
3
4. • lim (vn – un) = lim ----n- ( b – a ) -.
n→+∞ n→+∞ 2  10 10 n
= 0 (théorème 1). 7 3n + 1 8
• Tous les termes considérés sont strictement positifs ; 4. --- v n = 4 + -----------
- et lim un = lim vn = --- .
2 10 n n→+∞ n→+∞ 7
un + 1 v
- = ---------n-  1, car vn  un
donc étudions ------------
un u n Fonctions continues et limites de suites
donc un + 1  un et la suite (un ) est croissante.

80 ● 1. u1 = 6 ≈ 2,449 ; u2 ≈ 2,906 ; u3 ≈ 2,984 .
un + vn un – vn
• vn + 1 – vn = ------------------ – vn = -----------------  0, car un  vn ; 2. un + 1 = f(un) avec f : x  6+x .
2 2

106
1 3
Pour tout x, f ′(x) = ------------------- > 0 donc f est strictement b) En utilisant 2., comme   --- :
2 6+x 2
croissante (ou f est la composée de deux fonctions 4 4
|f(un) – f()|  --- |un – |, soit |un + 1 – |  --- |un – | .
croissantes). 9 9
• u0 < u1 < 3 . n – 1
c) Soit Pn : « |un + 1 – |   ---
4
|u1 – | » ;
• Supposons un < un + 1 < 3 , alors f étant strictement  9
4 0
|u1 – |   --- |u1 – | donc P1 est vraie.
croissante f(un) < f(un + 1) < f(3), soit un + 1 < un + 2 < 3,
donc pour tout n, un < un + 1 < 3 ; la suite (un) est  9
croissante et majorée par 3 : elle converge. Soit  sa 4 n–1
Supposons Pn vraie : |un – |   --- |u1 – |, alors :
limite.  9
3. f étant continue sur [0 ; + ∞[,  est solution positive 4 n
|un + 1 – |  --- |un – |   --- |u1 – | ,
4
9  9
de l’équation f(x) = x , soit x + 6 = x .
donc Pn + 1 est vraie et ainsi, pour tout n, Pn est vraie.
Dans +, (E) ⇔ x + 6 = x2, qui a deux solutions – 2 n
et 3 , donc  = 3 . d) lim  4--- = 0 donc lim |un – | = 0 , et ainsi :
n→+∞  9 n→+∞

81 ● 1. u1 < u2 = 2 . Supposons un < un + 1  2 et 1+ 5
lim un = ---------------- .
soit la fonction f : x  2+x . n→+∞ 2
–x
1 ● xe 1–x
Pour tout x > – 2, f ′(x) = ------------------- > 0, donc f est stric- 83 A. 1. a) f ′(x) = 1 × ------------ et f ′′(x) = ------------ e– x.
2 2+x 4 4
tement croissante sur [– 2 ; + ∞[ . b) x –∞ 1 +∞
Donc f(un) < f(un + 1)  f(2) , soit un + 1 < un + 2  2, f ′′ + 0 –
et ceci est donc vrai pour tout n. La suite (un) est 1
f′ 1 + ------
donc croissante et majorée par 2 : elle converge vers  –∞
4e
1
(théorème 7).
2. f étant continue sur [– 2 ; + ∞[ ,  est solution posi- c) Sur ]– ∞ ; 1], f ′ est continue, strictement croissante
tive de l’équation f(x) = x . 1
et 0 ∈ – ∞ ; 1 + ------ : l’équation f ′(x) = 0 a une solu-
4e
Soit x + 2 = x ⇔ (dans +) x + 2 = x2 qui admet tion unique α dans . α ≈ – 1,20.
deux solutions – 1 et 2, donc lim un = 2 . 2. a) f est décroissante sur ]– ∞ ; α[ et croissante sur
n→+∞
]α ; + ∞[.
82 ● 1 –x
1. a) u0 = 1 > 0 . b) lim [f (x) – x] = lim – --- ( x + 1 )e = 0 : la
1 x→+∞ x→+∞ 4
Supposons un > 0, alors un + 1 = 1 + ------ > 0 donc, droite ∆ d’équation y = x est asymptote à C.
un
pour tout n, un > 0 . Si x < – 1, C est au-dessus de ∆ et si x > – 1, C est en
dessous de ∆.
3
b) u1 = 2 donc ---  u1  2 . c)
2
3 1 1 2
n  1 ; supposons ---  un  2 . Alors ---  ------  --- 2
2 2 un 3
1 2 3 5
et 1 + ---  un + 1  1 + --- , soit ---  un  --- < 2 . 1
2 3 2 3
3
Donc, pour tout n  1, ---  un  2 .
2 –3 –2 –1 O 1 2
1 1 y–x 3 3
2. f(x) – f(y) = --- – --- = ------------ ; pour x  --- et y  --- :
x y xy 2 2 –1

9 1 4 4
xy  --- , donc ------  --- et |f(x) – f(y)|  --- |x – y| .
4 xy 9 9 B. 1. La suite (un) semble décroissante et convergente
3. a) f étant continue et les termes (un) étant tous vers – 1.
3 2. a) Démontrons par récurrence que pour tout n  1,
supérieurs à --- ,  est solution de l’équation f(x) = x , – 1 < un < 0.
2
1 1+ 5 1
soit x = 1 + --- ou encore x2 – x – 1 = 0, donc  = ---------------- u1 = – --- : la propriété est vraie au rang 1.
4
x 2
(c’est le nombre d’or). Supposons la vraie au rang n.

Chap. 7 • Limites de suites • 107


f étant croissante sur [– 1 ; + ∞[, f (– 1) < un + 1 < f (0), b) Pour tout réel x, f(x)  – 2, donc pour tout n, un  – 2.
1 u0 = 0 et la suite est décroissante, donc pour tout n,
soit – 1 < un + 1 < – --- et la propriété est vraie pour tout n. un  0. Décroissante et minorée, la suite est conver-
4
1 un gente.
b) un + 1 – un = – --- (un + 1) e < 0 : la suite (un) est 3. a) ϕ′(x) = ex – 1 : ϕ est décroissante sur ]– ∞ ; 0[,
4
décroissante. Étant minorée par – 1, elle est conver- croissante sur ]0 ; + ∞[.
gente. ϕ atteint son minimum en 0 : ϕ(0) = – 1.
1 – un
lim ϕ(x) = lim ϕ(x) = + ∞.
3. a) 0 < un + 1 + 1 = un – --- (un + 1) e +1
4 x→+∞ x→+∞
 1  Sur ]– ∞ ; 0[, ϕ est strictement décroissante et conti-
= (un + 1)  1 – ----------
un
- . nue ; 0 ∈ ]– 1 ; + ∞[ : l’équation ϕ(x) = 0 admet une
 4e  unique solution. Même raisonnement sur ]0 ; + ∞[.
1 3 Les équations ϕ(x) = 0 et f (x) = x étant équivalentes,
Comme un < 0, ------ un
- > 1 et un + 1 + 1  --- (un + 1).
4 cette dernière admet deux solutions et deux seule-
e
1 ment dans .
b) u0 = – --- soit 0  u0 + 1  1 : la propriété est vraie
4 b) – 1,85    – 1,84.
au rang 0. Supposons la vraie au rang n.
● x
3 86 ● 1. un + 1 = f(un) avec f : x  --------------2 .
D’après a), 0 < un + 1 + 1  --- (un + 1) et donc d’après 2+x
4 f est continue sur  donc si (un) converge, sa limite ,
3 n+1
l’hypothèse de récurrence, 0  un + 1 + 1 =  --- . est solution de l’équation f(x) = x , soit :
 4
x
3 n+1 --------------2 = x ⇔ x(1 – 2 – x 2 ) = 0 ⇔ x(1 + x 2 ) = 0 .
Comme lim  --- = 0, le théorème 4 nous permet 2+x
n → + ∞ 4
La seule limite possible est donc 0 .
de conclure que lim = – 1.
n→+∞ 1 1 un
2. 2 + u2n > 2 , donc --------------2- < --- et |un + 1 |  --------- .
● 2x ( x – 1 ) 2+u 2 2
84 1. Pour tout x  1, f ′(x) = ----------------------2-  0. f est
● n
( 2x – 1 ) u0
1 3. Montrons par récurrence que |un |  ------- - .
croissante sur --- ; + ∞ et f (1) = 1 donc pour tout 2n
2 u0
• |u1 |  -------- d’après 2.
x  1, f (x)  1. 2
2. a) u0 > 1. Supposons un > 1, alors un + 1 = f (un) > 1, u0
donc pour tout entier n, un > 1, vn existe et est stricte- • Supposons |un |  ------- - .
2n
ment positif, donc wn existe.
un 1 u0 u0
un + 1 – 1 un – 1 2 Alors |un + 1 |  ---------  --- × -------
- = -----------
- , donc pour
b) wn + 1 = ln ---------------------- = ln  --------------- = 2wn. 2 2 2n 2n + 1
un + 1  un 
u0
1
c) w0 = ln --- et pour tout entier naturel n, tout n, |un |  -------
- .
2 2n
2
n
1
wn = ln  ---
1 Puisque lim ----n- = 0 , lim un = 0.
.
 2 n→+∞ 2 n→+∞
n 4. un + 1 et un sont de même signe par définition,
1 2
Il en résulte que vn =  --- . donc (récurrence immédiate), du signe de u0 .
 2
1 1 un – u n ( 1 + u 2n )
un = -------------- = ----------------------n . -2 – u n = ------------------------------
un + 1 – un = -------------- - , donc un + 1 – un
1 – vn 1 2 2 + un 2 + u 2n
1 –  ---
 2 est du signe de – un , c’est-à-dire du signe de – u0 .
n
2 Si u0 > 0 , la suite est décroissante.
Comme lim  1--- = 0, lim un = 1.
n→+∞  2 n→+∞ Si u0 < 0 , la suite est croissante.
Si u0 = 0 , la suite est constante (égale à 0).
85 ● ● 1. (un) semble décroissante et convergente

vers  ∈ ]– 2 ; – 1,5[. 87 ● A. La fonction f définie sur [0 ; + ∞[ par
2. a) un + 1 – un = f (un) – un. 2
x
f (u0) – u0 = – 1, donc u1  u0. f(x) = x – ----- – ln(1 + x) est dérivable et pour tout x  0.
2
Supposons un + 1  un. f étant croissante, f(un + 1)  f(un) 2
soit un + 2  un + 1. La propriété est vraie pour tout n : –x
f ′(x) = ------------  0 sur [0 : + ∞[.
la suite (un) est décroissante. 1+x

108
f est décroissante et f (0) = 0 donc pour tout x  0, Croissante et majorée, la suite (un) converge.
x
2 c) En utilisant les résultats des questions 3. et 4. et
f (x)  0, soit x – -----  ln(1 + x). celui admis dans cette question :
2
La fonction g définie sur [0 ; + ∞[ par g(x) = ln(1 + x) – x lim  S n – --- T n  lim ln un  lim Sn,
1
–x n→+∞  2  n→+∞ n→+∞
est dérivable et pour tout x  0. g′(x) = ------------  sur
1+x ---
5
[0 ; + ∞[. 5 6
soit encore : ---  ln   1 et e    e.
g est décroissante et g(0) = 0 donc pour tout x  0, 6
g(x)  0, soit ln(1 + x)  x.
3
B. 1. u1 = --- > 0 : la propriété est vraie au rang 1. Divers
2
Supposons la vraie au rang n : un > 0. Alors comme
88 1. u0 = 3,2 = 32 ------ ; u1 = 3,243 = ------  32 + --------- .
1 43
10 10  100
pour tout n le facteur  1 + -----------
1 
- est strictement positif,
 n + 1 1
2 1 – ----------n-
un + 1 > 0 : la propriété est vraie pour tout entier n non nul.
2. --------- + … + ----------n- = --------- × --------------------- = ------  1 – ----------n- .
43 43 43 100 43 1
3 100 100 100 1 99  100 
2. ln u1 = ln --- : la propriété est vraie au rang 1. 1 – ---------
2 100
Supposons la vraie au rang n.
3. lim  --------- + … + ----------n- = ------ , donc :
43 43 43
n → + ∞  100 100  99
Alors ln un + 1 = ln un + ln  1 + -----------
1 
- . Compte tenu de
 n + 1
lim un = ------  32 + ------ .
2 1 43
l’hypothèse de récurrence la propriété est encore n→+∞ 10  99
vraie au rang n + 1 donc pour tout entier n non nul. 3 211
4. A = ------------- .
1 1 1 990
3. En appliquant (1) aux réels --- , ----2- , … , ----n- :
2 2 2 un + 1
89 ● 1. un > 0 donc ------------ -  k ⇔ un + 1  kun .
1 1 1 
--- – --- ----2-  ln  1 + ---  ---
1 1 un
2 22   2 2
• Soit Pn : « 0 < un  kn u0 ». 0 < u0 = k0 u0 donc P0 vraie.
----2- – ---  ----4-  ln  1 + ----2-  ----2-
1 1 1 1 1 • Supposons Pn vraie : 0 < un  kn u0 .
2    
2 2 2 2
Alors 0 < un + 1  kun  kn + 1 u0 , donc Pn + 1 est vraie

et pour tout n, 0 < un  kn u0 .
----n- – ---  -------
1 1 1 
-  ln  1 + -----  ----n-
1 1
2  2n  n 0 < k < 1 donc lim kn = 0 (théorème 1)
2 2 2 2 n→+∞
Et en ajoutant membre à membre, on obtient : et lim un = 0 (théorème 5).
1 n→+∞
Sn – --- Tn  ln un  Sn. 500
2 2. a) u1 = 10 ; u2 = 50 ; u3 = --------- ≈ 166,66 ;
1 3
1 – ----n-
1 2 1 250 2 500
1
4. a) Sn = --- × -------------- = 1 – ----n- . u4 = ------------- ≈ 416,66 ; u5 = ------------- ≈ 833,33 .
2 1 3 3
1 – --- 2 On pourrait conjecturer la croissance de (un ) et
2
1 lim un = + ∞ .
1 – ----n- n→+∞

Tn = --- × -------------- = ---  1 – ----n- .


1 4 1 1 un + 1 10 n + 1 n! 10
4 1 3  Or, ------------- = ------------------- × -------n- = ------------ ; donc, pour n  10,
1 – --- 4 un ( n + 1 )! 10 n+1
4
un + 1 10
b) lim Sn = 1 et lim Tn = --- .
1 -------------  ------ = k , donc, d’après 1., lim un = 0.
3 un 11 n→+∞
n→+∞ n→+∞
5. a) On a montré dans le 1. que tous les termes de la un + 1 a
b) ------------- = ------------ ; quel que soit a > 1 , il existe n0
suite étaient strictement positifs. un n+1
un + 1 1 tel que a < n0 + 1 (n0 est la partie entière de a) et
Pour tout n non nul, ------------ - = 1 + -----------
n+1
- > 1 : la suite (un) un + 1
un a
2 donc, pour n > n0 , -------------  --------------- < 1 et d’après 1.,
est donc strictement croissante (voir point méthode un n0 + 1
exercice 1 p. 11). an
lim ----- = 0 .
b) La suite (Sn) est elle aussi croissante et donc majo- n → + ∞ n!
rée par sa limite 1. Il en résulte que pour tout n non Remarque : Si a ∈ [0 ; 1]; la suite converge aussi vers 0 et
nul, ln un  1 soit encore un  e. c’est encore vrai si a < 0 .

Chap. 7 • Limites de suites • 109


3. a) u1 > ku0 et si un  k n u0 , alors : n–1 vn
4. vn = 4  ---
1
un + 1 > kun  k n + 1 u0 ; et un = 3 – ----- ;
 2 n
donc, pour tout n, un  k n u0 . or, lim vn = 0 donc lim un = 3 .
n→+∞ n→+∞
Puisque k > 1 , lim k n = + ∞ (théorème 1) et :
n→+∞
lim un = + ∞ (théorème 5). Prendre toutes les initiatives
n→+∞
b) Si un  1,1 alors un + 1 = un2  (1,1)2  1,1 (pro- 92 Étant adjacentes (vn) et (wn) convergent vers
priétés de x  sur [1 ; + ∞[); donc, pour tout n,
x2 une limite commune .
un  1,1 . un = vn – 1 : somme de deux suites convergentes, (un)
un + 1 converge et lim un =  – 1.
------------- = un  1,1 > 1 et d’après 3. a), lim un = + ∞ . n→+∞
un n→+∞ De même, lim un = 3 – .
n→+∞
90 ● 1. u0 > 0 et si un > 0 , alors un + 1 > 0 , donc,  – 1 = 3 –  soit  = 2 et lim un = 1.
n→+∞
pour tout n, un > 0 .
un + 1 1 1 0
- = ------------------- < 1 : la suite (un) est
2. Pour tout n, ------------ e --- – e
un n
u 2n + 1 93 un = ------------------ donc
1
lim un = e0 = 1.
--- n→+∞
décroissante. n
e
3. Décroissante et minorée, elle converge (théorème 7).
2 3 1 5 94 a) Montrons par récurrence que pour tout n,
4. u0 = 1 ; u1 = ------- ; u2 = ------- ; u3 = --- ; u4 = ------- . 1  un  3.
2 3 2 5
u0 = 1. La propriété est vrai au rang 0.
n+1
On peut conjecturer que un = ---------------- pour tout n. Supposons la vraie au rang n.
n+1
0+1 1  un  3 ⇔ 4  3 + un  6 ⇔ 2  un + 1  6 .
u0 = ---------------- = 1 , la propriété est vraie au rang 0 .
0+1 Comme [ 2 ; 6 ] ⊂ [1 ; 3], pour tout entier naturel n,
n+1 1 1  un  3.
Supposons que un = ---------------- = ---------------- .
n+1 n+1 b) un + 1 = f (un) avec f définie sur [– 3 ; + ∞[ par :
n+1 f (x) = 3 + x .
----------------
n+1 1 n+1 1 Montrons par récurrence que pour tout n,
Alors un + 1 = -------------------------- = ---------------- × ---------------- = ---------------- ,
1 n+1 n+2 n+2 un  un + 1.
------------ + 1 u0 = 1 et u1 = 2 : la propriété est vraie au rang 0.
n+1
1 Supposons la vraie au rang n : un  un + 1.
donc, pour tout n, un = ---------------- .
n+1 La fonction f étant strictement croissante sur [1 ; 3]
1
5. lim un = 0 . (f ′(x) = ------------------- > 0), il en résulte que f (un)  f (un + 1)
n→+∞ 2 3+x
● soit un + 1  un + 2. Pour tout entier naturel n, un  un + 1.
91 1. u1 = – 1 < 3 . Supposons un  3 . Alors :

La suite (un) est donc croissante et majorée : elle con-
3n + 3 ( n + 2 ) 6n + 6
un + 1  ---------------------------------- = --------------------- = 3 , verge vers . La fonction f étant continue sur +,  est
2 (n + 1) 2 (n + 1)
donc la suite est bien majorée par 3 . solution de l’équation f (x) = x.

n 3 (n + 2) Sur +, 3 + x = x ⇔ 3 + x = x2 équation qui admet


2. un + 1 – un = --------------------- – 1 u n + ---------------------
2 (n + 1) 2 (n + 1) 1 + 13
une seule solution positive :  = ------------------- .
2
n+2
= --------------------- ( 3 – u n )  0 ;
ln  1 + --- – ln 1
2 (n + 1) 1
 n
la suite (un) est croissante.  1 
95 ln un = n ln 1 + --- = ------------------------------------ donc
 n
Croissante et majorée, elle converge (théorème 7).  1 + --1- – 1
 n
n 3 (n + 2)
3. vn + 1 = (n + 1) 3 – --------------------- u n – --------------------- 1
2 (n + 1) 2 (n + 1) lim ln un = --- et lim un = e.
n→+∞ 1 n→+∞
1 1
= --- n ( 3 – u n ) = --- v n . ●
2 2 96 Soit α la mesure en radian de kACB, alors :
1 π
La suite (vn) est géométrique de raison --- et de premier 0 < α < --- soit 0 < cos α < 1 .
terme v1 = 4 . 2 2

110
AB = BC sin α ; AH1 = AB cos α = BC cos α sin α ; Montrons par récurrence que pour tout n, un  un + 1.
H1 H2 = AH1 cos α = BC cos2 α sin α ; u0 = 1 et u1 = 2 : la propriété est vraie au rang 0.
Hn – 1 Hn = Hn – 2 Hn – 1 cos α = BC cos n α sin α . Supposons la vraie au rang n : un  un + 1. La fonction
n+1
1 – cos α 1
Donc un = BC sin α × ------------------------------- , f étant strictement croissante sur [1 ; 4] (f ′(x) = --- > 0),
1 – cos α x
et, puisque 0 < cos α < 1 , lim cos n + 1 α = 0 et : il en résulte que f (un)  f (un + 1) soit un + 1  un + 2.
n→+∞
Pour tout entier naturel n, un  un + 1.
BC sin α
lim un = ---------------------- . La suite (un) est donc croissante et majorée : elle con-
n→+∞ 1 – cos α
verge vers , la fonction f étant continue sur ]0 ; + ∞[,
97 a) Montrons par récurrence que pour tout n,  est solution de l’équation f (x) = x.
1  un  4 (conjecture à la calculatrice). 2 + ln x = x ⇔ ln x – x + 2 = 0.
u0 = 1. La propriété est vraie au rang 0. Étudions sur [1 ; 4] la fonction g définie par :
Supposons la vraie au rang n. g(x) = ln x – x + 2.
2  un  4 ⇔ 2 + ln 2  2 + ln un  2 + ln 4. 1–x
g′(x) = ------------ < 0 sur [1 ; 4] donc g est strictement
Comme [2 + ln 2 ; 2 + 2 ln 2] ⊂ [1 ; 4], pour tout entier x
décroissante. g(1) = 1 et g(4) = 2 ln 2 – 2 < 0. Il existe
naturel n, 1  un  4.
donc un unique réel α tel que g(α) = 0.
b) un + 1 = f (un) avec f définie sur ]0 ; + ∞[ par :
lim un = α = 3,146 19 à 10– 5 près par défaut.
f (x) = 2 + ln x. n→+∞

Problèmes (page 189)

● 1 1 n (n + 1)
98 ● 1. vn = -----2 (1 + 2 + … + n) = -----2 × ---------------------- Une suite de S est constante : la suite nulle.
n n 2
2. Si (un ) est arithmétique, de raison r, alors :
1
1 + --- 3 2
n2 + n n un + 2r = ------ (un + r) + ------ un .
= --------------
2
- = ------------ , (pour n ≠ 0) ; 35 35
2n 2
un est, pour tout n, une fonction (constante) de r donc
1
et donc, lim vn = --- . (un) est constante donc nulle.
n→+∞ 2
2. a) • Pour tout x  0, f ′(x) = 1 – cos x donc f ′(x)  0 3. Si (un ) est géométrique, de raison q, de même (un)
et f est croissante. est, pour tout n, une fonction (constante) de q, donc
Or f(0) = 0 donc pour tout x  0, f(x)  0 . (un) est constante donc nulle.
• g′(x) = f(x)  0 donc g est croissante.
2 n+1 1 n+1 2 n 1 n
4. ------ α  --- + β  – --- + ------ α  --- + β  – ---
3 2
Puisque g(0) = 0, pour tout x  0, g(x)  0 .
35  7  5 35  7  5
• h′(x) = g(x)  0 donc h est croissante.
Puisque h(0) = 0 , pour tout x  0, h(x)  0 . 3 2 n + 1 2  2 n
= α ------  --- + ------ ---
b) 13 + 23 + 33 + … + n3  n × n3 = n4. Pour tout x  0, 35  7 35  7
x3 1 n + 1 2  1 n
+ β ------  – ---
d’après a), x – -----  sin x  x, donc pour tout entier k, 3
+ ------ – ---
6 35  5 35  5
k k3 k k
1  k  n , -----2 – --------6-  sin -----2  -----2 . En sommant 2 n 3 2 2 1 n 3
= α  --- ------ × --- + ------ + β  – --- ------  – --- + ------
1 2
n 6n n n  7 35 7 35  5 35  5 35
n
1
pour k de 1 à n, vn – --------6- ∑ k 3  un  vn ; 2 n 4 1 n 1
6n k = 1 = α  --- × ------ + β  – --- × ------
 7 49  5 25
1
or, ∑ k 3  n 4 donc vn – --------2-  un  vn . n+2 n+2
= α  --- + β  – ---
6n 2 1
.
 7  5
c) lim -----2 = 0 donc lim  v n – --------2- = lim vn = ---
1 1 1
n → + ∞ 
n→+∞n → ∞ 2 La suite appartient bien à S.
6n n +
1  u0 = 3  α+β=3
et (théorème d’encadrement (5)), lim un = --- .    α+β=3
n→+∞ 2 4.  4 ⇔  2--- 1 4 ⇔
●  u 1 = – -----
35  7
- α – --- β = – ------
5 35  10α – 7β = – 4
99 ● 1. Si (un ) est constante, alors pour tout n : 
3 2 1 D’où α = 1 et β = 2 et lim un = 0.
un = ------ un + ------ un = --- un et donc un = 0 .
35 35 7 n→+∞

Chap. 7 • Limites de suites • 111


n
100 Partie A 3. a) (1 + εn) ln (1 + εn) = ----n- .
x+1 e
1. ϕ′(x) = ------------ > 0 sur ]0 ; + ∞[ : ϕ est strictement b) Soit g la fonction définie sur [0 ; + ∞[ par :
x
croissante sur ]0 ; + ∞[. g(t) = (1 + t) ln (1 + t) – t.
lim ϕ(x) = – ∞ et lim ϕ(x) = + ∞. La fonction ϕ g est dérivable. Pour tout t  0, g′(t) = ln (1 + t)  0.
x→0 x→+∞
étant continue, ϕ(]0 ; + ∞[) = . g est donc croissante et comme g(0) = 0, il en résulte :
L’équation ϕ(x) = 0 admet donc une unique solution β. pour tout t  0, 0  (1 + t) ln (1 + t) – t.
ϕ(0,27) × ϕ(0,28) < 0 : 0,27  β  0,28. La fonction h définie sur [0 ; + ∞[ par :
ϕ(x) 2
2. f ′(x) = ------------------2- . t
h(t) = (1 + t) ln (1 + t) – t – ----
(x + 1) 2
αn
est dérivable. Pour tout t  0, h′(t) = ln (1 + t) – t.
x 0 β 1 +∞
1
f′(x) – 0 + h′′(t) = ----------- – 1  0 donc h′ est décroissante.
0 +∞ 1+t
n
f(x)
–β 0 Comme h′(0) = 0, pour tout t  0, h′(t)  0.
h est donc décroissante et comme h(0) = 0, il en
Partie B 2
1. f est continue et strictement croissante sur [1 ; + ∞[ t
résulte : pour tout t  0, (1 + t) ln (1 + t) – t  ---- .
et de plus, f ([1 ; + ∞[) = [0 ; + ∞[ donc, pour tout natu- 2
rel n, l’équation f (x) = n admet une unique solution. εn
2
n
e c) 0  (1 + εn) ln (1 + εn) – εn  ----- donc
2. a) f (en) = n × --------------
-  n = f (αn). f étant croissante 2
n 2
e +1 εn
n
sur [1 ; + ∞[, en  αn. 0  ----n- – εn  ----- . De la première inégalité, il résulte
e 2
b) f (αn) = n ⇔ αn ln(αn) = n(αn + 1)
2
n  α n n n εn n
2
⇔ ln(αn) = n + ------ ⇔ ln  -----n- = ------ . εn  ----n- soit -----  ----------
2n
-.
αn 2
 e  αn e 2e
 α n n n n
2
Pour tout n non nul, 0  ln  -----n- = ------  ----n- donc d) Pour tout n  1, 0  n – εnen  ----------
- et donc
e  α n e 2e
2n

 α n αn n
2
lim ln  -----n- = 0 et lim -----n- = 1. 0  en + n – αn  ----------
2n
- et lim (en + n – αn) = 0.
n→+∞ e  n→+∞ e 2e n→+∞

C’est nouveau au bac (page 190)

101 1. a et d. 105 1. Cours.


– un
2. a et b. 2. a) Pour tout n, un + 1 – un = e .
3. a, c et d. La suite (un) est donc croissante.
b) Si lim un = , comme lim e– x = e–  (théorème 2)
102 1. F ; 2. V ; 3. V ; 4. F n→+∞ X→
alors  est solution de l’équation  =  + e– .
103 1. F ; 2. F ; 3. V c) Cette dernière égalité est impossible car, quel que
soit , e–  est non nul. La suite (un) n’est donc pas
104 1. F ; 2. V ; 3. F convergente.

112