Vous êtes sur la page 1sur 20

Les bases du magnétisme...

SOMMAIRE
Introduction
A propos du vocabulaire
1 - Notions de pôles magnétiques
2 - Les lignes de force
3 - Le flux d'induction magnétique
4 - Le champ d'induction magnétique
5 - Le champ d'excitation magnétique
6 - Ai-je bien compris ?

INTRODUCTION

Le Magnétisme est un phénomène qui joue un rôle prépondérant dans la plupart des
constituants de l'Electrotechnique : contacteurs, moteurs, transformateurs, etc...
Nous devrons donc, pour appréhender le fonctionnement de tous ces constituants,
essayer d'en connaître le vocabulaire et d'en comprendre les principes et les lois.
C'est ce que se propose de faire le cours suivant ;-)

Notons dès à présent que le terme de "magnétisme" est souvent utilisé à tort pour
parler de l'électromagnétisme, ce dernier n'étant qu'une partie du premier. En outre, il
n'est pas vain de rappeler que les phénomènes magnétiques sont le fruit du
mouvement des charges électriques.

A PROPOS DU VOCABULAIRE :

1 - Notion de pôles magnétiques :

a. Certaines pierres naturelles ont le pouvoir d'attirer et de retenir de la limaille


de fer si elles y sont plongées, on les appelle des aimants naturels.
b. Nous sommes capables, par un traitement spécifique, de communiquer cette
propriété à une barre d'acier que l'on nommera alors : aimant artificiel. Si cette
barre est plongée dans de la limaille de fer nous nous apercevons que les
particules de limaille adhèrent surtout aux extrémités, l'attraction y est plus
forte. Ces extrémités seront appelées Pôles de l'aimant. Si nous reprenons
notre barre d'acier, que nous la laissons libre de tout mouvement et éloignée
de tout objet métallique (suspendue à une ficelle par exemple), une de ces
extrémités s'orientera toujours vers le pôle nord terrestre, l'autre vers le pôle
sud. Nous appellerons donc ces extrémités :

• pôle nord magnétique pour l'extrémité s'orientant vers le pôle nord terrestre.
• pôle sud magnétique pour l'extrémité s'orientant vers le pôle sud terrestre.

c. Les mêmes pôles de deux aimants se repoussent, les pôles contraires


s'attirent.

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
d. On constate que si l'on vient à briser en deux un aimant ayant un pôle sud et
un pôle nord, chacune des parties obtenues aura un pôle sud et un pôle nord.
Cette expérience peut-être renouvellée jusqu'à ce que l'on se trouve en
présence de la particule minimale de l'aimant originel ("aimant élémentaire")
qui elle aussi aura son pôle nord et son pôle sud. Cette caractéristique nous
permettra de comprendre la théorie des domaines (domaines de WEISS)
expliquée ultérieurement dans la partie du cours consacrée au
Ferromagnétisme.

2 - Les lignes de force :

a. Si l'on saupoudre de limaille de fer une feuille sur laquelle nous avons disposé
un aimant, on constate que les grains se disposent de façon bien précise suivant des
lignes appelées LIGNES DE FORCE. Ces lignes existent dans tout l'espace
entourant l'aimant et non pas simplement sur le plan formé par la feuille. De plus, si
l'on place une boussole dans cette zone de lignes de force nous nous apercevons
qu'elles sont orientées.

b. Par convention nous dirons que ces lignes de forces sortent par le pôle nord
pour entrer par le pôle sud. Nous supposerons également que chaque ligne
de force se referme à l'intérieur de l'aimant de façon à compléter une boucle.
c. L'ensemble de ces lignes de force représenté sur un plan est communément
appelé : Spectre magnétique. Celui-ci représente donc le parcours des lignes de
force et par abus de langage "la forme du champ magnétique".
d. La même grandeur physique se trouve être désignée dans les ouvrages de
physique appliquée et/ou de STI de façon différente :

• lignes de champ,
• lignes de flux,
• lignes de force.

3 - Le flux d'induction magnétique :

Définition du flux : quantité d'une grandeur scalaire qui traverse pendant l'unité de
temps une aire donnée.

a. Le flux d'induction magnétique à travers une surface donnée est l'ensemble


des lignes de force qui traverse cette surface.Par conséquent, plus la surface

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
considérée est grande, plus les lignes de force sont rapprochées et plus le flux
d'induction magnétique est élevé. La valeur de ce flux dépend également de
l'orientation de la surface considérée par rapport à nos lignes de force. Le flux
est maximal quand la surface est perpendiculaire aux lignes de forces (la
surface est traversée par un nombre maximal de lignes de force). Il sera
minimal lorsque la surface sera parallèle aux lignes de forces (il sera nul).
Entre ces deux extrêmes, le flux d'induction magnétique ne cessera de
diminuer. On dit souvent que le flux d'induction magnétique est l'ensemble des
lignes de forces présentes sur notre système qui relient les deux pôles
magnétiques de ce dernier.

b. L'unité du flux magnétique est le Weber (Wb) qui représente 100 millions de
lignes de force (10 exp8 lignes) Un mWb équivaut donc à 100 mille lignes et
un un microWb à 100 lignes. Nous pouvons remarquer que l'unité du flux ne
tient compte que du nombre de lignes de force qui traverse la surface, cette
dernière n'étant pas quantifiée. Nous verrons d'ailleurs plus loin que cette
lacune est comblée par la grandeur physique :"Densité de flux".
c. Afin de quantifier l'unité du flux d'induction magnétique, il faut savoir que 1 Wb
représente une quantité de flux (de lignes de force) considérable. Il faudrait en
effet un aimant de 1.5 mètre de hauteur, 1.5 mètre de largeur et 1 mètre
d'épaisseur pour produire un tel flux. Sa masse serait alors d'environ deux
tonnes.
d. La même grandeur physique se trouve être désignée dans les ouvrages de
physique appliquée et/ou de STI de façon différente :

• flux,
• flux magnétique,
• flux d'induction magnétique.

e. Il est représenté par la lettre grecque PHI majuscule (fi) : Ø

4 - Le champ d'induction magnétique :

a. Lorsque nous parlons de champ d'induction magnétique, nous donnons


généralement cette appellation à la région de l'espace traversée par les lignes de
force (lignes de flux). Ce champ d'induction magnétique modifie les propriétés
physiques de l'espace dans lequel il se trouve et ne sera affecté que par le voisinage
du fer, du cobalt, du nickel et de leurs alliages. Un champ magnétique (sous-entendu

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
les lignes de force) peut traverser des matériaux comme le ciment, le bois, le papier
etc... sans être aucunement perturbé.
b. Le fait de parler d'un champ d'induction magnétique ne nous permet pas de
quantifier cette valeur puisque c'est une région de l'espace. La connaissance des
caractéristiques en un point M du champ d'induction magnétique nous sera donnée
par une représentation vectorielle dépendant de l'espace (position par rapport à "la
source magnétique") et du temps. Ce vecteur est désigné par B (flèche au dessus de
la lettre impossible à dessiner sur ce document) dont le module exprimera la densité
de flux au point considéré. La représentation vectorielle nous permet d'indiquer sur
n'importe quel point de l'espace parcouru par le champ d'induction magnétique la
direction et le sens de ce dernier.

Remarques : cette grandeur vectorielle traduit l'effet du mouvement des charges


électriques. Si le vecteur B est identique en tout point de l'espace, le champ est dit
uniforme

c. Nous savons par expérience que la force d'attraction d'un aimant permanent
sur un morceau de fer croît à mesure que l'on approche d'une des deux
extrémités de l'aimant. Nous avons également vu précédemment (voir fig 1)
que les lignes de force sont plus sérrées près des pôles de l'aimant. De ces
deux constatations nous pouvons conclure que la concentration des lignes de
force (lignes de flux) est une mesure de la densité du flux d'induction
magnétique."[Plus le nombre de lignes de flux traversant une surface orientée
perpendiculairement à ces dernières est important, plus la densité de flux
d'induction magnétique est élevée.]"
d. L'unité de la densité de flux est le TESLA [ T ] et 1 T = 1 Wb / m². Attention
cette densité de flux étant le module du vecteur B (champ d'induction magnétique) un
abus de langage courant est de l'appeler champ magnétique : "le champ magnétique
est égal à 1.5 T, au lieu de dire : le module du vecteur B représentant la densité du
flux d'induction magnétique est égal à 1.5 T
e. La même grandeur physique se trouve être désignée dans les ouvrages de
physique appliquée et/ou de STI de différentes façons:

• champ magnétique,
• champ d'induction magnétique,
• densité de flux,
• densité du flux d'induction magnétique.

C'est simple non ;-(((

5 - Le champ d'excitation magnétique :

a. Pour quantifier le vecteur B, il faut prendre en compte le milieu magnétique


dans lequel il se situe, la forme et les dimensions du circuit magnétique, le temps, la
position du point considéré par rapport à la source. Nous utilisons dans un premier
temps un vecteur champ d'excitation magnétique H (Je ne peux toujours pas mettre
la flèche au dessus de la lettre) dont le module dépend, si l'on est dans le domaine
de l'électromagnétisme, du courant, de la forme du circuit magnétique, de sa position
dans l'espace (par rapport à la source magnétique) et du temps. Il nous suffira par la

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
suite de multiplier ce vecteur H par une constante dépendant du milieu magnétique
pour trouver le vecteur B. L'unité de H est l' A/m

NOTA : Le courant, en électromagnétisme, nous permettra de quantifier "la source


magnétique"..... Mais nous verrons cela plus loin dans le cours consacré à
l'électromagnétisme... Nous parlerons alors de forces magnéto-motrices (FMM)

6 - AI-JE BIEN COMPRIS ? :

a. Le flux d'induction magnétique nous donne le nombre de lignes de force


présentes sur notre système. Mais 100 lignes de force, soit 1 microWb, ne produiront
pas dans un circuit magnétique de section 1 cm² le même champ d'induction
magnétique (densité de flux) que dans un circuit de 1 mm². Si le champ d'induction
magnétique diffère cela signifie que le champ d'excitation magnétique diffère
également puisque nous n'avons pas changé de milieu magnétique, de forme,
d'emplacement. La FMM (force magnéto-motrice) devra donc être plus importante
pour une section de 1mm² que pour une section de 1 cm². La consommation de
courant sera donc plus élevée pour une section de 1 mm².

• Le flux d'induction magnétique nous donne l'information du nombre de lignes


de force présentes sur notre système (c'est une quantité).
• Le champ d'excitation magnétique quantifie "la source magnétique" en tenant
compte de la forme du circuit.
• Le champ d'induction magnétique symbolise l'effet du mouvement des
charges électriques et la densité de flux. Il sera plus ou moins important
suivant le matériau utilisé à champ d'excitation magnétique constant.....

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
L'électromagnétisme

SOMMAIRE :

CHAPITRE 1
AIMANTS ET BOBINES
1- Champ magnétique crée par un courant
2- Solénoïde
3- Résumons nous
CHAMP MAGNETIQUE CREE PAR DIFFERENTS
CONSTITUANTS
1- Cas d'une bobine longue
2- Cas d'une bobine plate
3- Cas d'un fil rectiligne
CHAPITRE 2
1- Expérience (avec APPLET JAVA) sur la force de LAPLACE
2- Enoncé de la loi de LAPLACE
3- Application : la machine à courant continu (avec APPLET JAVA)
CHAPITRE 3
1- Le flux
2- Mise en évidence du phénomène d'induction d'une tension
3- Explication
4- Valeur et sens de la tension induite
5- Existence de l'auto-induction
6- Généralisation
7- Energie emmagasinée

CHAPITRE I

AIMANTS ET BOBINES

Nous savons que deux aimants agissent l'un sur l'autre par des forces d'attraction ou
de répulsion appelées "forces magnétiques" et qu'un aimant possède un pôle nord et
un pôle sud. Il en est de même pour les bobines parcourues par un courant. Celles-ci
se comportent comme des aimants et possèdent, elles aussi, un pôle nord et un pôle
sud. Voyons un peu de quoi il s'agit :

Définition : L'électromagnétisme est l'étude des phénomènes résultant de l'interaction


des courants électriques et des champs magnétiques.

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
1) Champ magnétique crée par un courant :

a. Un conducteur parcouru par un courant s'entoure d'un champ magnétique


analogue à celui produit par un aimant (découverte faite par le physicien HANS
CHRISTIAN OERSTED en 1819).
b. Ce champ circulaire entoure le conducteur sur toute sa longueur. Les lignes de
force le constituant forment des cercles concentriques autour de ce dernier et le plan
sur lequel elles s'appuient est perpendiculaire à la direction du conducteur.

c. Le sens des lignes de forces peut-être défini par :"la règle de la main droite" :

Si l'on tient le conducteur dans la main droite, le pouce orienté dans le sens du
courant, les doigts pointeront dans le sens du flux.

d. Les lignes de force entourant le conducteur deviennent de plus en plus espacées


à mesure que l'on s'éloigne du conducteur. Le nombre de lignes de force par mètre
carré diminue ce qui nous permet de dire que le flux magnétique est moins dense à 2
cm du conducteur qu'à 0,5 cm. Bien que le champ magnétique existe tout autour du
conducteur, même à des distances très éloignées, il devient si petit qu'on le néglige.

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
Pour information, un courant de 10 A produit à 4 cm du conducteur concerné une
densité de flux de 50 Micro - Tesla, soit environ celle du champ magnétique terrestre.

Remarques importantes :

- La densité de flux en un point précis du champ magnétique est proportionnelle au


courant qui traverse le conducteur. Cette densité de flux est indépendante du
diamètre du conducteur et de sa nature.
- Le champ magnétique autour de plusieurs conducteurs est égal à la somme des
champs crées par chacun d'eux. Ainsi un faisceau de 50 conducteurs traversé par 1
ampère produira le même champ magnétique qu'un conducteur traversé par 50 A.
Cette propriété nous permettra de créer des champs intenses avec des courants
relativement faibles.

2) Solénoïde :

Dans la plupart des cas concernant l'électromagnétisme appliqué à


l'électrotechnique, nous aurons affaire à un solénoïde. Il est donc de bon ton de
définir ce qu'il est et ce qu'il représente.

Définition : On appelle solénoïde un fil enroulé régulièrement en hélice de façon à


former une bobine longue. Une telle bobine parcourue par un courant produit le
même champ magnétique qu'une série de spires indépendantes parcourues par le
même courant. A l'intérieur de la bobine, les lignes de force sont parallèles à l'axe du
solénoïde. A l'extérieur elles sont distribuées exactement comme celles d'un barreau
aimanté. Comme pour le barreau aimanté, on appelle pôle nord l'extrémité de la
bobine par laquelle sortent les lignes de forces et le pôle sud l'extrémité par laquelle
elle rentrent. Nous connaissons d'ailleurs à ce jour 4 règles nous permettant de
définir le pôle nord et le pôle sud d'un solénoïde.

Nota : Nous retrouverons ce solénoïde dans la constitution des contacteurs, relais,


électro-aimants, transformateurs, moteurs, Etc.

Pôle d'une bobine (Solénoïde) :

Si l'on empoigne le solénoïde, avec la main droite, de façon à ce que le courant entre
par le poignet est sorte par les doigts, la face NORD sera indiquée par le pouce :

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
Les autres méthodes de définition des différents pôles sont :

- Règle du "bonhomme d'ampère".


- Règle du "tire bouchon".
- Règle des "lettres".

3) Résumons nous :

Un barreau aimanté, une bobine ou un fil parcouru par un courant, provoque tout
autour de lui une induction magnétique notée B. Cette induction est mise en
évidence par un spectre obtenu en saupoudrant de la limaille de fer sur un carton
placé juste au dessus de l'aimant. L'exemple suivant illustre la répartition de ce
spectre :

On aperçoit un ensemble de lignes appelées "lignes de champ" allant du nord au sud


de l'aimant. Il en serait de même avec une bobine.

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
Le champ magnétique en un point de l'espace a une direction tangente à la ligne du
spectre qui passe en ce point. Elle est dirigée du nord vers le sud, elle est d'autant
plus grande que les lignes sont plus serrées. Une ligne de champ représente
l'ensemble des points de l'espace où l'induction a la même valeur. Cette induction
s'exprime en Tesla ( unité S.I.), et elle est notée T. C'est une unité qui est
numériquement grande par rapport à d'autres unités S.I. En effet, il est difficile
d'atteindre une induction magnétique durable supérieure à quelques dizaines de
Teslas.
A titre indicatif, la valeur moyenne de l'induction du champ magnétique terrestre en
France (composante horizontale) vaut :

CHAMP MAGNETIQUE CREE PAR DIFFERENTS CONSTITUANTS

1) Cas d'une bobine longue (solénoïde) :

Nota : Pour une bobine, il est difficile de connaître la texture exacte de l'induction du
champ magnétique en tout point de l'espace. Par contre, on peut calculer
précisément la valeur de l'induction en son centre.

C'est une bobine beaucoup plus longue que large et dont l'induction au centre du
solénoïde est :

2) Cas d'une bobine plate :

C'est une bobine beaucoup plus large que longue qui comporte généralement plus
d'une spire et dont l'induction en son centre vaut :

3) cas d'un fil rectiligne :

Un fil rectiligne peut-être considéré comme une bobine de rayon infini. Il crée en un

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
point de l'espace distant de r du fil, un champ magnétique d'induction :

Remarque:

- Le champ magnétique en un point se représente par un vecteur ayant une direction


et un sens. Ceci est important pour appliquer la loi de LAPLACE (voir chapitre 2).
- Dans le cas des bobines (plusieurs spires), le produit "N.I" appelé force magnéto
motrice (FMM) rencontré dans les différentes formules s'exprime en ampère
(autrefois exprimés en ampère tour)

CHAPITRE II

Si un conducteur, traversé par un courant, est soumis à un champ d’induction


magnétique, celui-ci sera le siège d’une force ELECTRO-MAGNETIQUE plus
généralement appelée force de LAPLACE. Ce phénomène sera d’une importance
capitale puisqu’il est à la base du fonctionnement des moteurs, des haut-parleurs,
d’un grand nombre d’appareils de mesure, des contacteurs, Etc.

1) Expérience :

Soit un conducteur rigide (AB) relié à une source de tension grâce à des conducteurs
souples et placés dans un champ magnétique créé par un aimant en fer à cheval :

1. Si le conducteur n’est pas traversé par un courant, il ne se passe rien.


2. Si le courant traverse le conducteur de A vers B alors le conducteur se déplacera
vers la droite. Par contre, si nous inversons le courant alors le conducteur déviera
vers la gauche.
3. Si nous inversons le sens du champ magnétique mais pas le sens du courant alors
la force s’exercera dans le sens inverse.
4. Si nous inversons le sens du courant et du champ d’induction magnétique alors le
sens alors le sens de la force restera inchangé.
5. Expérimentalement, nous pouvons également démontrer que l’intensité de la force
qui agit sur un conducteur parcouru par un courant et placé dans un champ
magnétique dépend :

- de l’intensité du courant ; I augmente alors F augmente,


- de la densité de flux ; B augmente alors F augmente,
- de la longueur du conducteur traversant la champ magnétique ; l augmente alors F
augmente,
- de l’angle que forme le conducteur (I) avec le champ magnétique ; alpha = 0
entraîne F = 0 et alpha = 90° donne une force maximale (ce qui nous indique
d’ailleurs : si le conducteur est parallèle au champ magnétique alors la force est
nulle).

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
2) Enoncé de la loi de LAPLACE :

Si le champ d’induction magnétique est uniforme, alors la force ELECTRO-


MAGNETIQUE ou force de LAPLACE aura comme point d’application le milieu du
conducteur, comme support la perpendiculaire au plan défini par le conducteur et le
vecteur B. Le sens de la force sera lié au sens du courant I et du vecteur B par la
règle des trois doigts de la main droite à savoir :

- Le pouce dans le sens du champ (B)


- L’index dans le sens de la force (F)
- Le majeur dans le sens du courant (I)

Autre moyen : utiliser la main gauche et se rappeler de FBI (Fédéral Bureau of


Investigation) :

- Pouce (F)
- Index (B)
- Majeur (I)

Le module de cette force sera donné par le produit vectoriel :

Nous pouvons également déjà remarquer que dans le cas où B et I sont


perpendiculaires la formule de F devient : F = B.I.l

3) Applications :

Moteur à courant continu :

L’inducteur (partie fixe de la machine) comporte dans le cas le plus simple, deux
enroulements (bobines équivalentes à deux aimants) qui créent, quand ils sont
traversés par un courant I, une induction B uniforme et constante dans l’espace
intérieur de la machine :

L’induit (partie mobile) est constitué d’enroulements qui seront parcourus par un
courant I dans l’axe de la machine. Ces conducteurs vont donc être traversés par un
courant et plongés dans une induction B importante.

La loi de LAPLACE nous dit alors qu’il existe une force électromagnétique F de
LAPLACE qui va agir sur ces conducteurs et que F = B.I.l.sin(?). Cette force sera
perpendiculaire au courant I et à l’induction B.

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
L’induit est soumis à un couple créé par des forces électromagnétiques et va donc se
mettre à tourner sous l’effet conjugué de l’induction B, de l’inducteur et des courants I
traversant les enroulements de l’induit.

CHAPITRE III
1) Le flux :

a) Considérons une surface S placée dans un champ magnétique uniforme


d'induction B, c'est à dire traversée par un ensemble de lignes de force parallèles.
On définit le flux d'induction magnétique par :

alpha est l'angle que forme le vecteur B avec la normale n à la surface dont le sens
est donné par la règle du tire-bouchon. Cette normale entre par la face sud et sort
par la face nord de la surface, ce qui implique que la surface soit orientée(on définit
un sens de rotation).
(Phi (le flux) est positif si B est dans le sens de n. Phi est négatif dans le cas
contraire.

b) Si le circuit fermé est une bobine de N spires, le flux total à travers S vaut la
somme des flux passant dans chaque spire, soit :

Règle du flux maximum : Tout conducteur délimitant une surface, parcouru par un
courant et placé dans un champ magnétique tend à s'orienter de façon à ce que le
flux au travers de la surface soit maximum (en valeur absolue et positif). Cette règle
est une autre forme de la loi de Laplace car ce sont des forces électromagnétiques
qui agissent sur le conducteur pour l'orienter.

2) Mise en évidence du phénomène d'induction d'une tension :

On réalise l'expérience suivante

Une spire conductrice est reliée à un galvanomètre (ampèremètre) et aucun courant


ne circule. Lorsqu'on déplace un aimant au voisinage de cette spire, le galvanomètre
dévie, indiquant le passage d'un courant dans le circuit. On constate que :

- lorsque l'on approche un pôle N ou que l'on éloigne un pôle S de la spire, le


galvanomètre dévie dans un sens.

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
- lorsque l'on approche un pôle S ou que l'on éloigne un pôle N, il dévie dans l'autre
sens.
- le courant est d'autant plus important que le mouvement de l'aimant est rapide.

3) Explication:

L'aimant crée un champ magnétique tout autour de lui que l'on peu représenter sous
forme de lignes de champ. Placé dans le voisinage de la spire de surface S, il crée
un flux magnétique au travers d'elle, et le fait de rapprocher ou de retirer l'aimant fait
varier ce flux. Cette variation de flux a pour effet de créer une tension induite dans la
spire qui est à l'origine de la circulation du courant dans le galvanomètre.

4) Valeur et sens de la tension induite:

Des mesures montrent que la tension induite (appelée force électromotrice


d'induction) vaut, dans le cas particulier où cette variation de flux est linéaire dans le
temps:

Pour déterminer le sens du courant ou de la tension dans le circuit, il faut appliquer la


loi de Lenz qui dit que tout effet s'oppose à sa cause. Ici le sens de la FEM induite
est tel que celle-ci s'oppose à la cause qui la produit, à savoir la variation de flux
dans la spire (origine du signe -). La tension induite fait circuler un courant qui crée
un champ magnétique s'opposant à la variation de flux.

Exemple d'application de la loi de Lenz :

On approche le pôle N d'un aimant d'une spire circulaire :

Le flux créé dans la spire augmente progressivement, donc une FEM d'induction se
crée à cause de la variation. Un courant induit circule (si la spire est fermée)et crée
un champ magnétique B' de sens opposé à B, de manière à limiter l'augmentation du
flux. Le sens du courant induit (donc de la FEM) est donné par la règle du tire
bouchon.

5) Existence de l’auto - induction :

On réalise un montage comportant une bobine alimentée par une source de tension
continu qui sera appliquée lorsque l'intérrupteur K sera fermé :

Lorsque l'interrupteur K est fermé, la bobine est parcourue par un courant I, qui crée
un champ magnétique dans la bobine.
Lorsqu'on ouvre K, le courant I (qui devrait s'annuler) continue à circuler un certain
temps en créant une étincelle de rupture au niveau de l'interrupteur.

Explication :à l'ouverture de l'interrupteur, le champ magnétique dans la bobine

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
diminue, donc le flux diminue. Cette variation de flux crée une FEM induite (loi de
Lenz) qui prolonge le passage du courant, qui s'oppose donc à la diminution de B et
du flux. Cette FEM est suffisamment importante pour provoquer l'étincelle de rupture
sur l'interrupteur et par conséquent prolonger le passage du courant. On parle «
d'auto-induction » ou de « self-induction » car c'est la bobine seule, en l'absence de
champ magnétique extérieur, qui crée cette induction (en Anglais « self » veut dire «
sois même »).

6) Généralisation :

D'une façon générale, les phénomènes d'auto-induction interviennent chaque fois


que le courant varie dans un circuit, et ils tendent toujours à s'opposer à cette
variation (retard à l'établissement ou à la coupure d'un courant). Les phénomènes de
self-induction sont d'autant plus nets que les circuits comportent de nombreuses
bobines (moteurs, relais, transformateurs, ... ). On parle de circuits inductifs ou
selfiques. On peut caractériser chaque bobine par un coefficient de self-inductance,
qu'on appelle self ou inductance, noté L et s'exprimant en henry (H).

Ce coefficient relie dans une formule la variation du courant à la FEM induite aux
bornes de cette bobine :

Il permet également de calculer directement le flux au travers de la bobine à partir du


courant:

Le Henry est l'inductance d'une bobine dans laquelle une variation d'un courant de
1A pendant 1s crée une FEM de 1v. L est très utilisé en alternatif.

7) Energie emmagasinée:

De la même façon qu'une capacité, une bobine peut emmagasiner de l'énergie, mais
sous forme magnétique. Cette énergie dépend du courant qui traverse la bobine, et
de l'inductance de celle-ci :

Le phénomène d'auto-induction peut s'expliquer par le fait que, comme pour un


condensateur, l'énergie ne peut pas varier instantanément. A l'établissement ou à la
rupture du courant, la bobine réagit pour que I soit limité, afin que l'énergie évolue
continûment.

Remarques: dans un condensateur, c'est la tension qui ne peut pas varier


instantanément, alors que dans une bobine c'est le courant. La FEM induite aux

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
bornes d'une bobine peut être très importante en cas de variation brutale du courant
(ouverture d'un circuit par exemple). De ce fait, des précautions doivent être prises
lorsqu'on travaille sur des circuits fortement inductifs en courant continu : montée et
descente progressives de la tension d'alimentation par exemple.

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
Le Ferromagnétisme...

SOMMAIRE

LES MATERIAUX MAGNETIQUES


a) la perméabilité
b) seuil de saturation - rémanence

DOMAINE DE WEISS

LES MATERIAUX MAGNETIQUES :

Il existe 3 matériaux magnétiques fondamentaux: le fer, le cobalt et le nickel.


D'autres matériaux sont fabriqués par alliages de ces métaux entre eux ou avec
d'autres corps non magnétiques. Exemple : les aciers qui comportent du fer, du
carbone, du nickel, du chrome, du manganèse, des traces de soufre, de phosphore,
d'aluminium, Etc. Suivant leur composition, ces alliages magnétiques auront des
propriétés différentes. Les principales sont :

1. la perméabilité,
2. le seuil de saturation,
3. la rémanence

a) La perméabilité :

La perméabilité est la faculté que possède un matériau à canaliser le champ


magnétique, c’est à dire à concentrer les lignes de champ du spectre magnétique ou
à augmenter la valeur de l’induction magnétique.

La valeur de la perméabilité est notée (mu0) :

Dans le cas de l'air, du vide, ou des matériaux non magnétiques, elle est notée Mu0
et sa valeur et 4.PI.10-7. Pour un matériau magnétique, on définit la perméabilité
relative, notée (mu-r):

qui représente le rapport entre l'induction dans l'air et dans le matériau. La


perméabilité "absolue" (mu) du matériau vaut dans ce cas :

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
Pour déterminer l'induction créée dans un matériau magnétique (par exemple dans le
noyau d'une bobine), on peut tout d'abord calculer l'induction qui existerait dans l'air
en l'absence de ce matériau, puis multiplier par la perméabilité relative air.

Remarque : Les "bons" matériaux magnétiques peuvent avoir une perméabilité


supérieure à 10 000. Par exemple, la présence d'un noyau magnétique dans une
bobine peut multiplier la valeur de l'induction qui serait d'ans l'air par 10 000. Mais
cela est vrai uniquement pour des valeurs d'induction faibles. En effet, lorsque
l'induction devient trop importante dans un matériau (maximum de 2,2 Teslas pour
les meilleurs), un phénomène apparaît qui limite l'accroissement de B, ce qui revient
à diminuer mu-r. Ce phénomène est appelé saturation.

b) Seuil de saturation - Rémanence :

On réalise l'expérience suivante :

On dispose d'une bobine parcourue par un courant que l'on fait varier (ce qui revient
à faire varier dans le sens croissant puis décroissant le nombre d'Ampères - Tours
FMM). Pour les différentes valeurs de (N.I), on mesure l'induction B au centre de la
bobine avec et sans noyau magnétique. Le tracé de B en fonction de (N.I) pour les
deux cas donne les courbes suivantes :

Dans l'air, B augmente linéairement mais avec une pente très faible, qui dépend de
(Mu0). Pour avoir une valeur de B élevée (quelques Teslas), il faudrait une FMM très
grande, ce qui n'est pas réalisable en pratique.

Dans le matériau magnétique, trois phénomènes apparaissent :

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
1 - On atteint une aimantation maximum (saturation du métal) marquée par le point
Bs. C'est le seuil de saturation au delà duquel l'aimantation n’y augmente pas plus
que dans l'air. En effet, lorsque la FMM est faible, l'augmentation de B est
proportionnelle à mu et NI, et lorsque NI est élevé, cette augmentation ne dépend
plus de mu-r.
2 - Lorsque l'on augmente la FMM, donc NI, puisqu'on la diminue, la courbe n'est pas
la même. C'est un phénomène dit d'hystérésis qui montre que le matériau "garde la
trace" de l'aimantation qu'on lui a fait subir.
3 - Lorsqu'on annule NI après l'aimantation, il reste une aimantation résiduelle Br,
dite aimantation rémanente qui peut être importante (entre 1 et 1,5T pour les très
bons aimants). C'est le phénomène de rémanence.

Remarques: Si on veut annuler l'aimantation rémanente Br, il faut imposer des


Ampères - Tours négatifs, ce qui revient à inverser le sens du courant. Un seuil de
saturation apparaît également si l'induction est négative. La courbe d'hystérésis
dépend essentiellement de la composition chimique du matériau magnétique. Les
valeurs de la rémanence et du seuil de saturation n'ont aucun lien, mais il est à noter
qu'un matériau magnétique ne peut avoir à la fois un seuil de saturation et une
induction rémanente élevée.

Exemples de courbes d'aimantation de différents matériaux :

DOMAINE DE WEISS

Si l’on regarde au microscope un morceau de fer, il sera constitué d’une multitude


d’aimants élémentaires disposés dans la même direction et le même sens Chaque
domaine est disposé de façon aléatoire et se neutralisent, ne donnant ainsi aucun
pôle à l’extérieur du morceau de fer.

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.
Si l’on plonge ce morceau de fer dans un champ magnétique nous nous apercevons
que les domaines ont tendance à s’orienter et se regrouper de façon à former une
multitude de lignes de forces et ceci tant que la totalité des aimants élémentaires ne
ce soient pas orientés dans la même direction et le même sens. Ce phénomène crée
bien sûr une aimantation de notre morceau de fer.

De ce phénomène nous pouvons donc dire :

- Si le champ magnétique extérieur augmente, les domaines vont progressivement,


avec l’augmentation de Bext, s’orienter dans la même direction et le même sens.
Ceci sera vrai jusqu’au moment ou tous les domaines seront orientés de façon
identique. Il y aura à ce moment là SATURATION du matériau magnétique.
- B>>>B0 puisque à B0 vient s’ajouter toutes les lignes de forces crées par les
aimants élémentaires.

Remarque : Lorsque nous retirons ce morceau de fer de Bext nous nous apercevons
que les domaines ne reprennent pas tous leur position d’origine ce qui crée ainsi un
faible pôle sud et un faible pôle nord sur notre morceau de fer. On appelle ceci
l’aimantation rémanente. Ce procédé nous permet de fabriquer des aimants
permanent ou temporaire suivant que l’on utilise de l’acier ou du fer doux. Ces
aimants permanents se retrouvent être utilisés dans des machines à courant continu
de faible puissance (inducteur).

AcroPDF - A Quality PDF Writer and PDF Converter to create PDF files. To remove the line, buy a license.