Vous êtes sur la page 1sur 264

L AT I T U D E S 2

Méthode de français
A2/B1

Guide pédagogique

Marie-Noëlle Cocton
Régine Mérieux
Yves Loiseau
Emmanuel Lainé
Sommaire

Introduction ................................................................................................................................................................................................................................................................. 3
Grilles d’évaluation DELF A2/B1 ............................................................................................................................................................................................ 7

module 1 Échanger des opinions .................................................................................................................................................................. 8


unité 1 Très drôle ! .................................................................................................................................................................................................................................... 10
unité 2 Vous avez dit « culture » ? ................................................................................................................................................................................ 31

unité 3 Envie d’ailleurs ..................................................................................................................................................................................................................... 50

Préparation au DELF module 1, corrigés ....................................................................................................................................................................................... 66

module 2 Parler de ses sentiments et de ses émotions ...................................................................... 68


unité 4 Voilà l’été !...................................................................................................................................................................................................................................... 69
unité 5 Terre inconnue ........................................................................................................................................................................................................................ 86
unité 6 Vivement dimanche ! .................................................................................................................................................................................................. 102

Préparation au DELF module 2, corrigés ....................................................................................................................................................................................... 119

module 3 Dire et dire de faire ............................................................................................................................................................................. 121


unité 7 Entreprendre................................................................................................................................................................................................................................ 122
unité 8 Vous avez gagné !.............................................................................................................................................................................................................. 142

unité 9 Ne quittez pas… .................................................................................................................................................................................................................. 159

Préparation au DELF module 3, corrigés ....................................................................................................................................................................................... 176

module 4 Structurer et nuancer ses propos .................................................................................................................... 178


unité 10Argent trop cher ! ............................................................................................................................................................................................................. 179
unité 11 Le pétrole fou ! ...................................................................................................................................................................................................................... 197

unité 12 Parlez-moi d’amour… ............................................................................................................................................................................................. 214

Préparation au DELF module 4, corrigés ....................................................................................................................................................................................... 231

Activités complémentaires ........................................................................................................................................................................................................... 233


Tests .......................................................................................................................................................................................................................................................................................... 247
Corrigés des tests ............................................................................................................................................................................................................................................ 259

Conception et direction artistique de la couverture : Christian Dubuis Santini © Agence Mercure


Principes de maquette pages intérieures : Avis de passage
Mise en page : Isabelle Aubourg

© Les Éditions Didier, Paris 2009 – ISBN 978-2-278-06267-6 – Dépôt légal 6267/01
Introduction
I. Orientations méthodologiques II. Latitudes et le Cadre européen commun
Latitudes est un ensemble pédagogique sur trois niveaux
de référence pour les langues
qui s’adresse à des adultes et à de grands adolescents Les objectifs et les contenus de Latitudes ont été définis
débutants. dans le plus grand respect des préconisations du CECR.

1. Implication de l’apprenant
Latitudes 1 ...... A1/A2
Latitudes 2 ...... A2/B1 Les stratégies et les activités proposées visent à rendre
Latitudes 3 ...... B1 (janvier 2010) l’apprenant conscient et responsable de son apprentis-
sage et elles ont pour objectif de le mener vers une auto-
nomisation.
– Pédagogie de la découverte
Il couvre 100 à 120 heures d’enseignement-apprentissage
Le travail s’effectue sur l’observation, la réflexion, le réem-
par niveau.
ploi, la systématisation et la production. L’apprenant est
Nos choix méthodologiques ont été guidés par les travaux toujours actif, découvre lui-même les règles de fonction-
du Conseil de l’Europe décrits dans le Cadre européen nement de la langue et se sent ainsi valorisé dans son
commun de référence pour les langues (éditions Didier, apprentissage.
2001) ainsi que par le contact permanent avec des ensei- – Évaluation
gnants de langue en France et à l’étranger. Nous avons L’évaluation est au service de l’apprentissage et les trois
déterminé les contenus de Latitudes 2 à partir des réfé- types d’évaluation proposés ont chacun une fonction bien
rentiels publiés en France. définie. En outre, l’autocorrection est privilégiée dans
Latitudes se veut réaliste, à la fois par ses contenus, sa l’utilisation du cahier d’exercices qui contient les corrigés
progression et la mise en œuvre du travail proposé. Son de toutes les activités et les transcriptions des activités
organisation est claire, régulière, rythmée par des tableaux sonores.
de synthèse systématiques et ses contenus sont facile- – Travaux de groupes
ment identifiables. Par les travaux de groupes, chaque apprenant peut
confronter ses idées à celles des autres apprenants. Il peut
Les points abordés sont traités dans leur totalité, afin
ainsi construire son apprentissage et conceptualiser le
de respecter au mieux les processus d’apprentissage.
système de la langue avec les autres, découvrir diverses
Chaque point de langue est ainsi travaillé en profondeur,
manières d’appréhender la langue-culture, rencontrer dif-
de la présentation jusqu’à la phase de fixation par les
férentes stratégies d’apprentissage et développer des com-
apprenants.
pétences individuelles de partage et de collaboration qu’il
L’enseignant a la possibilité de moduler la durée de pourra réinvestir dans de futurs contextes socio-profession-
l’enseignement grâce à des activités complémentaires nels. De plus, les travaux en groupes pourront permettre
facultatives qui se trouvent dans le guide pédagogique. Ce à chacun d’avoir un temps de parole plus élevé, ils
choix a pour but de répondre au nombre d’heures plus devraient générer de l’entraide, contribuer à créer une
élevé attribué à certaines classes de lycée, par exemple, ou bonne atmosphère au sein du groupe et à accroître la
tout simplement de répondre aux différences de niveaux motivation des apprenants.
d’une classe à une autre. Certaines de ces activités
complémentaires sont sonores, ce qui donne une richesse 2. Approche actionnelle
supplémentaire à l’ensemble qui est soucieux de respec-
ter, dans tous ses supports, un bon équilibre entre l’oral Cette approche considère avant tout l’apprenant comme
et l’écrit. un acteur social ayant à accomplir des tâches (qui ne sont
pas seulement langagières) dans des circonstances et un
Les documents sont riches et variés, tant dans leur environnement donnés.
thématique que dans leur nature. Il peuvent être sonores L’apprenant va donc devoir réaliser des actions sociales
(dialogues, chansons, interviews, commentaires, etc.), ou quotidiennes qui s’ancrent dans un contexte précis. Pour
écrits (cartes, articles de presse, messages électroniques, y parvenir, il devra mobiliser d’une part ses compétences
etc.). Le manuel est largement illustré dans le but de générales individuelles, c’est-à-dire son savoir sur le monde
soutenir le travail de compréhension des apprenants et et son savoir socioculturel, et d’autre part ses compé-
également de leur faire découvrir ou de préciser de nom- tences communicatives (linguistiques, sociolinguistiques
breux aspects socioculturels. et pragmatiques).

introduction • 3
3. Interculturalité par rapport à son apprentissage. L’apprenant ne se contente
donc pas de dire « je sais bien » ou « je ne sais pas très bien
Pour évoquer la pluralité des langues et des cultures, » tel ou tel point, il a immédiatement un exercice pour se
Latitudes examine les particularités de l’Union euro- tester. Des renvois aux pages du livres et aux activités du
péenne, de la francophonie, de la France d’outre-mer, des cahier d’exercices relatives au point traité permettent à
diverses habitudes de vie en matière de loisirs, de relation l’apprenant de compléter si nécessaire son apprentissage.
aux autres, de rapport à la nature, etc. La mise en place Ainsi, l’apprenant ne se limite pas à la lecture de son
d’activités interculturelles relève essentiellement de la résultat mais il a immédiatement les moyens de combler
compétence de chaque enseignant dans le contexte spéci- ses lacunes, de revoir ses points faibles, de reprendre et cor-
fique de chaque groupe d’apprenants, néanmoins Latitudes riger ses erreurs.
s’efforce de fournir des pistes d’analyse de la culture cible
et de la culture des apprenants, notamment dans les pages – une préparation aux épreuves du DELF (Diplôme
culturelles. Les apprenants sont très vite amenés à réagir d’études en langue française) propose des activités iden-
et à échanger sur les spécificités culturelles, celles de leur tiques à celles du diplôme national. L’apprenant est fami-
pays ou de leur culture et celles du monde francophone. liarisé avec ce type d’épreuve tout au long de son appren-
tissage avec Latitudes, et peut ainsi évaluer sa capacité
communicative. Les activités de production sont accom-
III. Organisation du livre de l’élève pagnées d’une grille d’évaluation et l’enseignant trouvera
le corrigé de chaque préparation dans le guide pédago-
gique.
1. Structure du manuel
Le livre de l’élève se compose de quatre modules de trois 3. Outils
unités.
L’apprenant dispose d’outils indispensables, regroupés
Chaque module est introduit par un contrat d’apprentis-
sur 40 pages en fin d’ouvrage, outils qu’il peut consulter
sage qui permet, en un clin d’œil, de prendre connaissance
à tout moment. Ces pages comprennent :
des contenus du module, de comprendre la structure de
chaque unité et par là même, d’apprécier la cohérence – un précis de phonétique avec
du module. • un tableau précis montrant les correspondances entre le
Chacun des quatre modules prend appui sur un objectif son et l’écriture (exemple, quand j’entends [e], je peux
général (échanger des opinions, parler de ses sentiments et l’écrire « é », « ai », « ei »).
de ses émotions, dire et dire de faire, structurer et nuancer ses • un tableau avec des schémas articulatoires pour toutes les
propos) pour aller vers les savoir-faire à apprendre, propo- voyelles et les consonnes.
ser ensuite les contenus linguistiques inhérents et enfin
arriver naturellement à la réalisation de la tâche finale. – un précis de grammaire de neuf pages reprenant, de
Chaque module est suivi d’un bilan d’autoévaluation et façon synthétique et à l’aide d’exemples simples, tous les
d’un travail de préparation au DELF. points étudiés dans le manuel. Des renvois dirigent l’ap-
En fin d’ouvrage, un ensemble de pages « outils » donne prenant vers les pages où chaque point apparaît.
à l’apprenant les moyens de travailler seul, dans une cer- – un lexique des termes essentiels traduits en cinq langues :
taine autonomie, grâce à des aides efficaces qui le guident anglais, espagnol, portugais, chinois et arabe.
tout au long de son apprentissage.
– le corrigé des quatre bilans d’autoévaluation.
2. Évaluation – les transcriptions de toutes les activités enregistrées du
Trois types d’évaluation coexistent dans Latitudes : livre.

– Après chaque unité, un test permet à l’enseignant de véri- – un guide des contenus permettant aux apprenants de
fier les savoirs et savoir-faire acquis. Ce test se trouve à la retrouver des éléments de langue (classés par ordre alpha-
fin du guide pédagogique et peut être photocopié. Les bétique) présents dans le manuel. Face à chaque élément,
activités sont accompagnées d’une grille d’évaluation et sont indiqués d’une part le numéro de l’unité dans laquelle
l’enseignant dispose du corrigé de chaque test dans ce il apparaît, d’autre part, le numéro de toutes les activités
même guide pédagogique. dans lesquelles il est traité.

– Après chaque module, un bilan d’autoévaluation pro-


4. Descriptif d’une unité
pose de courtes activités très ciblées sur des compétences
communicatives. Après chaque activité, l’apprenant peut Chaque unité se compose de cinq doubles pages dont la
connaître son résultat chiffré et se situer immédiatement structure est récurrente.

4
1re double page : l’ouverture travailler en collaboration avec d’autres partenaires, de par-
Un document déclencheur qui peut être sonore (interview, ler, d’écrire, de rechercher des informations. Chaque tâche
dialogue, chanson…) ou visuel (article de presse, lettre, s’ancre dans la réalité quotidienne et se place dans un
extrait littéraire, courrier électronique…) offre un contexte contexte clair, comme par exemple l’entreprise, la classe de
pour les occurrences des points qui sont développés dans langue, le cercle amical, etc. Des grilles d’évaluation crité-
l’unité. Ce document fait toujours l’objet d’une courte acti- riée de l’ensemble de ce travail sont proposées dans le
vité de compréhension globale : C’est clair ? guide pédagogique.
Sous le titre Zoom, un éclairage particulier est apporté soit Des sons et des lettres : une partie phonétique apparaît
sur des éléments lexicaux, soit sur un point de langue dans chaque unité. Elle se trouve toujours sur cette
extraits du document de départ. 4e double page, juste après la Tâche finale. Elle est facile-
ment repérable par son titre (Des sons et des lettres) et par
2e double page : la communication le cadre coloré qui la met en évidence. Cette rubrique
Dans un bandeau de couleur, différente pour chaque présente essentiellement des activités de discrimination
module, est présenté l’acte de parole qui va être étudié. La phonétique et de relation son-écriture.
rubrique Comment on dit ? fait découvrir les réalisations Les activités sont toujours courtes et très ciblées. Il est
langagières relatives à l’acte de parole traité, par exemple, important de donner de bonnes habitudes dès le début de
les différentes manières de « demander de se présenter » l’apprentissage plutôt que de devoir corriger trop tard de
ou encore d’ « exprimer son point de vue ». graves défauts.
Dans le principe de la pédagogie de la découverte, les
apprenants sont invités à analyser un corpus pour en tirer 5e double page : la culture
les règles de fonctionnement du point de langue-culture Divers documents présentent des aspects socioculturels
étudié. Par des activités de réemploi progressives et guidées, variés de la France et des pays francophones. Il est
ils conceptualisent ledit point de langue-culture. question, par exemple, des Français et des loisirs, des
Enfin, un tableau de synthèse vient confirmer les hypo- migrations, du monde de l’entreprise, de communica-
thèses émises à partir du travail d’observation, de déduc- tion, d’amour, etc. Ces documents sont prétexte à
tion et de réemploi effectué. reprendre ce qui a été abordé dans l’unité ou dans les
Des titres et sous-titres, un pour chaque point de langue unités précédentes, à travers diverses activités orales ou
étudié, rythment les 10 pages de chaque unité, par écrites portant sur la compréhension ou l’expression.
exemple : justifier un choix, exprimer son intention, ou ni Il va sans dire que la culture est présente bien au-delà de
l’un ni l’autre (négation), je n’aime que toi (restriction). cette double page et qu’il revient à l’enseignant de la faire
Ainsi, apprenants et enseignants savent à tout moment ce découvrir dans chaque situation proposée, dans chaque
qu’ils sont en train de travailler. texte, dans chaque illustration et dans chaque document
sonore.
3e double page : la communication La rubrique Et vous ? permet d’aborder des questions
Un nouveau document relance l’étude de nouveaux points. d’interculturalité, de faire réfléchir et échanger au sujet des
Ici, dans chaque unité de Latitudes 2, les apprenants pour- ressemblances, des différences éventuelles et de dévelop-
ront suivre les échanges entre les habitants d’un immeuble. per ainsi une prise de conscience et un savoir-être inter-
Ces personnes discutent de sujets divers dans une langue culturels.
simple et très courante, oralement ou par écrit.
Leurs messages font l’objet d’un travail systématique de Les tableaux de synthèse
compréhension puis d’un travail sur de nouveaux points Tout au long des cinq doubles pages des unités, on trouve
linguistiques. régulièrement des tableaux récapitulatifs. On peut en
La présentation est la même que celle de la double page distinguer plusieurs sortes :
précédente avec un nouvel acte de parole suivi de l’étude Des tableaux de synthèse viennent clore la plupart des
de divers points de langue, et le travail se déroule de la parties titrées.
même manière : observation, déduction, réemploi, systé- – Communication : un tableau récapitulatif de couleur rose
matisation des points de langue. est présent à la fin de chaque rubrique portant sur la
communication ou les savoir-faire (exprimer l’approbation,
4e double page : la communication puis la Tâche finale répondre à une demande, exprimer son point de vue, etc.).
et le travail sur Des sons et des lettres Le tableau récapitule les réalisations langagières des actes
Sur la page de gauche, le travail amorcé dans la double page de parole travaillés.
précédente se poursuit. – Grammaire : un tableau de synthèse de couleur verte
Sur la page de droite apparaît la Tâche finale. Grâce à tout apparaît à la fin de chaque rubrique présentant un point
ce qu’il vient de découvrir, l’apprenant est à présent capable grammatical (les pronoms interrogatifs, le plus-que-
de réaliser la tâche proposée. Pour ce faire, il va mobiliser parfait, etc.). Des explications simples et des exemples
plusieurs compétences : il lui est souvent demandé de sont donnés pour bien fixer le point traité.

introduction • 5
– Lexique : un tableau de synthèse de couleur jaune prononciation, etc.). Cela offre une nouvelle possibilité à
présente les éléments relevant du vocabulaire. l’enseignant de moduler la durée de son cours puisqu’il
D’autres tableaux plus courts jalonnent les unités et appa- peut choisir de faire ou non les exercices proposés pour
raissent là où le point est abordé pour la première fois. Le la classe.
code couleur reste le même : vert pour la grammaire et les
conjugaisons, jaune pour le vocabulaire. Ces tableaux – un guide pédagogique qui propose :
récapitulent les éléments du champ lexical travaillé • une introduction ;
(les adverbes en -ment, par exemple) ou présentent une • pour chaque activité du livre de l’élève, des conseils
structure grammaticale simple (la forme passive). méthodologiques, des pistes d’exploitation, des réfé-
La présence de tels tableaux entraîne systématiquement rences culturelles, la transcription de l’enregistrement (le
une proposition d’exploitation du point dans le guide cas échéant) et le corrigé ;
pédagogique, ainsi que des exercices supplémentaires dans • des activités complémentaires facultatives permettant à
le cahier d’exercices. l’enseignant de moduler la durée de son cours en fonc-
tion des besoins. Chaque unité contient plusieurs activi-
Types d’activités et de documents tés complémentaires . Certaines d’entre elles sont sonores
Latitudes prend soin de travailler à parts égales l’écrit et et leur enregistrement se trouve sur le CD qui accom-
l’oral, tant en compréhension qu’en production. Pour y pagne le livre de l’élève.
parvenir, la méthode propose une riche typologie d’acti- • les tests et leur corrigé ainsi que le corrigé des prépa-
vités, dans le but de rendre le travail plus efficace et de ne rations au DELF. Des grilles d’évaluation critériée sont
pas lasser les utilisateurs : des exercices d’association, de proposées pour les activités de production contenues
complétion, de substitution, de production guidée, de dans chacun des types d’évaluation.
créativité totale, etc.
– un DVD contenant une séquence vidéo reliée thémati-
Le même choix de variété a été fait en ce qui concerne les
quement à chaque unité. Les documents proposés sont de
documents proposés. On trouve un juste équilibre entre les
courte durée et leur nature est variée : extraits de films,
documents sonores et visuels, le même équilibre entre pho-
reportages, clips, etc.
tos et dessins, entre documents informatifs et illustratifs.
Ce DVD, dont l’utilisation reste facultative, va permettre
à l’enseignant de varier les supports de travail, d’apporter
donc une motivation supplémentaire dans la classe et
IV. Ensemble du matériel surtout d’approfondir quelques points culturels et d’enri-
chir les connaissances des apprenants en matière de langue,
Latitudes se compose de trois niveaux comprenant chacun : d’une part, et en matière de savoir-faire et savoir-être,
d’autre part.
– un livre de l’élève avec deux CD audio inclus sur lesquels Un livret d’exploitation est inclus dans le DVD. Il est
on retrouve toutes les activités enregistrées de la méthode : photocopiable et propose des activités variées de compré-
dialogues, chansons, interviews, activités de phonétique, hension, de vocabulaire, de communication, des activités
etc., ainsi que les activités complémentaires du guide qui mettent l’accent sur des points culturels et également
pédagogique. La présence dans le livre de l’élève de des sujets qui élargissent le thème traité en proposant des
l’ensemble des enregistrements constitue une démarche discussions ou des débats. Figurent également la transcrip-
supplémentaire vers l’autonomisation des apprenants tion intégrale de tous les documents, ainsi que le corrigé
qui pourront relire à tout moment ce qu’ils ont écouté des activités.
en classe. Ils pourront ainsi être aidés, voire rassurés dans En ligne, des fiches pour l’enseignant accompagnent
leur travail quotidien. Par ailleurs, le lien qu’ils pourront également le DVD. On y trouve, pour chaque unité,
établir entre le son et l’écriture constitue un plus pour l’indication des objectifs de la séquence vidéo, des conseils
la prononciation des phonèmes et l’acquisition de l’ortho- pratiques et des informations culturelles.
graphe.
– un site internet compagnon :
– un cahier d’exercices illustré avec son CD audio inclus. http://www.didierfle. com/latitudes/
Il suit pas à pas la progression du livre de l’élève et un sys- L’enseignant peut y trouver une présentation interactive de
tème simple de renvois de pages permet à l’enseignant de la méthode, des extraits des différents supports, une FAQ,
sélectionner les activités du cahier en fonction du point les fiches enseignant pour le DVD et le guide pédagogique
étudié dans le livre de l’élève. Ce cahier propose de nom- à télécharger gratuitement. Quant à l’apprenant, il peut
breuses activités écrites ou sonores dont les corrigés sont y trouver des activités complémentaires autocorrectives.
regroupés en fin d’ouvrage. Environ 80 % des exercices
peuvent être faits en autonomie, alors que 20 % sont
plutôt à faire en classe (travail par paires, exercices de LES AUTEURS

6
DELF A2 • grilles d’évaluation
GRILLE D’ÉVALUATION 1 (PRODUCTION ÉCRITE)
EXERCICE 1
Respect de la consigne
Peut mettre en adéquation sa production avec la situation proposée. 0 0,5 1
Peut respecter la consigne de longueur minimale indiquée.
Capacité à raconter et à écrire
Peut décrire de manière simple des aspects quotidiens de son environnement (gens, 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4
choses, lieux) et des événements, des activités passées, des expériences personnelles.
Capacité à donner ses impressions
Peut communiquer sommairement ses impressions, expliquer pourquoi une chose 0 0,5 1 1,5 2
plaît ou déplaît.
Lexique et orthographe lexicale
Peut utiliser un répertoire élémentaire de mots et d’expressions relatifs à la situation
0 0,5 1 1,5 2
proposée.
Peut écrire avec une relative exactitude phonétique mais pas forcément orthographique.
Morphosyntaxe et orthographe grammaticale
Peut utiliser des structures et des formes grammaticales simples relatives à la situa- 0 0,5 1 1,5 2 2,5
tion donnée mais commet encore systématiquement des erreurs élémentaires.
Cohérence et cohésion
Peut produire un texte simple et cohérent. 0 0,5 1 1,5
Peut relier des énoncés avec les articulations les plus fréquentes.

EXERCICE 2
Les entrées « Respect de la consigne », « Lexique/orthographe lexicale », « Morphosyntaxe/orthographe grammati-
cale », « Cohérence et cohésion », sont communes aux 2 exercices.
Correction sociolinguistique
Peut utiliser les registres de langue en adéquation avec le destinataire et le contexte. 0 0,5 1
Peut utiliser les formes courantes de l’accueil et de la prise de congé.
Capacité à interagir
Peut écrire une lettre personnelle simple pour exprimer remerciements, excuses, 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4
propositions, etc.

GRILLE D’ÉVALUATION 2 (PRODUCTION ORALE)


1re partie – Entretien dirigé
Peut établir un contact social, se présenter et décrire son environnement familier. 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3
Peut répondre et réagir à des questions simples. 0 0,5 1
2e partie – Echange d’informations
Peut faire une description brève d’un événement, d’une activité, d’un projet
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3
ou de son environnement quotidien.
Peut utiliser des articulations fréquentes pour relier des énoncés. 0 0,5 1 1,5 2
3e partie – Dialogue simulé
Peut obtenir des biens, services et informations d’usage quotidien, demander
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3
des directives et en donner et discuter de ce que l’on fera ensuite.
Peut gérer un échange courant. 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3
Pour l’ensemble des 3 parties de l’épreuve
Lexique (étendue et maîtrise)
Peut utiliser un répertoire suffisant pour satisfaire les besoins communicatifs 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3
élémentaires.
Morphosyntaxe
Peut utiliser des structures et des formes grammaticales simples relatives à la situa- 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4
tion donnée mais commet encore systématiquement des erreurs élémentaires.
Phonétique, prosodie, fluidité
0 0,5 1 1,5 2 2,5 3
Peut prononcer de façon suffisamment claire pour être compris.
DELF A2 - grilles d’évaluation • 7
module 1 Échanger des opinions

Avant de commencer le travail sur l’unité 1 proprement dite, il est important de présenter ce Contrat
d’apprentissage aux apprenants : connaître les objectifs et les contenus visés permet de s’approprier
le projet d’apprentissage et de l’envisager de façon active. Cela participe de la motivation des appre-
nants puisqu’on les incite à s’impliquer dans le projet, à poursuivre des objectifs et contribue donc à leur
autonomisation et à l’efficacité des cours.

On s’attachera à montrer aux apprenants la logique entre ce qui est abordé dans POUR…, J’APPRENDS,
et la TÂCHE FINALE. Il s’agira d’expliquer que tout ce qui sera vu tout au long de l’unité permettra de
réaliser la tâche finale.

Ce module 1 permet d’apprendre à échanger des opinions avec une ou plusieurs personnes (prolonge-
ment de Latitudes 1, unité 6).

Dans l’unité 1, les apprenants travaillent sur l’approbation et la désapprobation (prolongement de


Latitudes 1, unité 11). Ils apprennent aussi à exprimer leur certitude et leur incertitude.
L’unité 2 leur permet de demander et de donner un point de vue.

Dans l’unité 3, ils sont amenés à compléter leurs acquis de l’unité précédente sur l’acte de parole :
Exprimer son intention. Ils sont également invités à justifier leur choix.

Inviter les apprenants à ouvrir leur livre page 9. Avant de commencer une unité, en
commenter le contenu avec le contrat d’apprentissage. Montrer surtout la structure et la
cohérence de chaque module.

unité 1 Très drôle !


● Présenter tout d’abord le titre de l’unité : Très drôle ! Pour aider les apprenants à comprendre
le titre, décrire une situation très drôle : imaginer un professeur sortir de sa trousse une
brosse à dent au lieu d’un stylo pour écrire au tableau. Montrer aux apprenants le
contraste amusant entre les deux objets.
● Montrer « Pour » et continuer directement avec Exprimer mon approbation, ma désappro-
bation et mon indifférence, en hochant la tête de haut en bas, de gauche à droite et en haus-
sant les épaules. Montrer « J’apprends » et mettre en relation les mouvements de la tête avec
je suis totalement d’accord, ça ne me plaît pas, je m’en fiche.
● Montrer « Pour » et continuer directement avec Exprimer ma certitude et mon incertitude,
en donnant des exemples, comme : Moi, je suis une femme, c’est sûr ! ou bien en interro-
geant du regard un apprenant : Tu es français ? Je ne suis pas sûr que tu sois français.
● Montrer ensuite « Tâche finale » et pour faire comprendre ce titre, indiquer qu’à la fin de
l’unité, je suis capable d’exprimer mon approbation… avec des expressions vues dans
« J’apprends », c’est-à-dire de donner mon opinion sur une loi, un projet, une idée. Lire
avec eux la consigne de la tâche finale.

8
unité 2 Vous avez dit « culture » ?
● Lire avec les apprenants le début de la consigne de la tâche finale : nous organisons une animation.
Leur faire comprendre qu’ils seront capables de réaliser ce travail grâce au premier point abordé dans
l’unité : Demander et donner un point de vue. Faire comprendre que pour organiser une animation
en commun, il faut que chacun donne son point de vue. Faire le lien avec « J’apprends » à utiliser
des expressions comme je trouve que, je pense que… et à écouter le point de vue des autres en le leur
demandant : Qu’en penses-tu ? Et Isabelle, qu’en pense-t-elle ? (prendre le prénom d’une étudiante
de la classe).
● Continuer à expliciter le contenu de la tâche : pour promouvoir la culture française dans notre école.
Faire le lien thématique avec le titre de l’unité sur la culture. Demander : Pourquoi est-ce que vous
organisez une animation ? et répondre, à la place des apprenants, pour promouvoir la culture
française. Leur poser quelques questions comme : Pourquoi apprenez-vous le français ? et les inviter
à dire pour… Faire le lien avec « J’apprends » : pour, pour que, afin de, afin que. Reprendre une réponse
donnée par un apprenant et la compléter : … pour aller en France, j’ai décidé de travailler l’été
prochain. Expliquer l’intention de l’apprenant et renvoyer au « Pour » Exprimer mon intention.

unité 3 Envie d’ailleurs…


● Lire le contenu de la tâche à voix haute et expliquer ce qui est nécessaire. Demander aux apprenants
Pourquoi ils souhaiteraient échanger avec une université francophone ? Laisser les apprenants expri-
mer pour ou parce que. Réagir à un parce que et renvoyer au contenu de « J’apprends » en faisant
le lien avec « Pour » Justifier mes choix.
● En désignant le titre de l’unité, leur demander : Avec quel pays avez-vous l’intention de correspondre ?
Les laisser répondre. Reprendre les réponses des apprenants en les complétant avec je prévois de,
j’envisage de et leur indiquer le contenu de « J’apprends » en faisant le lien avec « Pour » Exprimer
mon intention. Bien leur indiquer que cet acte de parole est déjà utilisé dans l’unité 2 et qu’il est
complété dans l’unité 3.

module 1 • 9
module 1 Échanger des opinions unité 1 Très drôle !

• Exprimer l’approbation, la désapprobation et l’indifférence.


Objectifs de communication
• Exprimer la certitude et l’incertitude.
Écrire un courriel à un journal pour prendre position sur l’application
> Tâche
d’une loi.
• Comprendre un reportage radiophonique.
Activités de réception
• Interviewer un personnage public.
et de production orales
• Raconter une expérience personnelle.
• Comprendre des prises de position sur un forum.
• Réagir sur un forum.
Activités de réception • Résumer l’interview d’un personnage public.
et de production des écrits • Prendre position dans un courriel.
• Répondre à une invitation.
• Le passé récent
Savoirs linguistiques • Les pronoms possessifs
• Le passé composé, l’imparfait
• Distinction présent, passé composé, imparfait : je chante, j’ai chanté,
Phonie – Graphie je chantais
• L’accent tonique
Découvertes socioculturelles • Caricatures, sujets de polémiques

pages 10 et 11 > TRÈS DRÔLE !

La première unité s’ouvre sur une série de photos (Coluche, Jamel Debbouze, Pierre Desproges, Florence
Foresti, Ségolène Royal) qui permet de donner le ton de la double-page : le rire, l’humour et la politique
en France. Le premier document audio, une émission intitulée « Polémiques », soulève la question
« Peut-on rire de tout et de n’importe qui, de n’importe quoi ? »
Les activités 1 à 3 permettent de comprendre le document de la page 10. Les activités 4 et 5 portent sur
un premier point de langue, le passé récent.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension orale globale sur l’humour et le rire en France. Cette émission,
Polémiques , se compose de deux parties : la première explique que les humoristes français se moquent
souvent des personnalités politiques, ce qui peut porter à polémique ; la seconde partie est une interview
de quelques Français pour connaître leur opinion sur une vision du rire selon Pierre Desproges : « Peut-
on rire de tout » et surtout « de n’importe qui » ?
2 JOURNALISTE : Mesdames et messieurs bonjour et Pourtant, ces humoristes sont très populaires ! La
bienvenue dans Polémiques, notre émission sur les question se pose alors : peut-on rire des personna-
sujets qui fâchent. Le président Nicolas Sarkozy vient lités politiques ? L’humoriste Pierre Desproges, mort
de déclarer qu’il n’aime pas sa caricature. Jacques en 1988, disait « on peut rire de tout, mais pas avec
Chirac aimait bien la sienne. Mais il y a souvent n’importe qui. » On peut ajouter « et de n’importe
polémique quand on se moque des personnalités qui ». Alors, qu’en pensez-vous ? Nous avons inter-
politiques. Souvenez-vous par exemple : pour rire, rogé quelques Français.
sans se prendre au sérieux, Coluche se présente aux DAME 1 : Ça me gêne un petit peu effectivement, de
élections présidentielles en 1981 : grande polémique ! rire des hommes politiques par exemple, et des
Jamel Debbouze se moquait ouvertement de femmes politiques aussi, particulièrement du prési-
Bernadette Chirac, la femme de l’ex-président ! dent de la République. Ça ne me plaît pas trop. Ça
Scandale ! Florence Foresti imite Ségolène Royal à la peut être dangereux.
télévision pendant les élections : les dents grincent. DAME 2 : Moi non plus je ne suis pas d’accord ! Il faut

10
les laisser tranquille. On peut se moquer des Français MONSIEUR 2 : Ah ça me fait plaisir qu’on se moque
en général, mais pas des personnalités au pouvoir. Ce des hommes politiques ! Ça fait partie du jeu ! C’est
n’est pas bon pour notre image. drôle !
MONSIEUR 1 : Moi, je m’en fiche ! Mais alors quelque JOURNALISTE : Vous pouvez aussi réagir sur le forum
chose de bien. Vraiment, ça m’est égal. de l’émission. Mais tout d’abord, discutons avec un
DAME 3 : Moi je ne m’en fiche pas. Le rire, c’est une spécialiste…
liberté. Il faut l’utiliser. Ce sont des personnes
publiques, c’est comme une tradition !

Préparation à l’écoute
– Inviter les apprenants à ouvrir leur livre, p.10.
– Leur demander de regarder les photos. Les inviter à décrire les personnes sur les photos.
– Demander aux apprenants s’ils les connaissent. Si oui, les inviter à donner quelques informations.
Sinon, leur dire que ce sont des « personnalités publiques », afin d’expliciter ce terme et de les inci-
ter à émettre des hypothèses sur la profession de ces personnes.
• Connaissez-vous ces personnes ?
• Décrivez-les rapidement : Comment sont-elles habillées ? Que font-elles ? Où sont-elles ? À qui
parlent-elles, à votre avis ?
– Leur faire repérer le titre de l’Unité 1 « Très drôle ! » et leur faire émettre de nouvelles hypothèses
sur la profession de ces personnes.
– Leur faire dire ce qu’ils connaissent de ces personnalités, si c’est le cas, ou leur donner quelques infor-
mations sur chacune de ces personnalités publiques.
– À l’oral, collectivement, leur demander de nommer un ou une humoriste célèbre de leur pays ainsi
qu’un ou une personnalité politique.

? Le saviez-vous ?
Coluche (1944-1986), né Michel Gérard Joseph Colucci, est un humoriste et un comédien français.
Provocateur, il se présente aux élections présidentielles de 1981 pour aider les plus-démunis. Il est éga-
lement le fondateur de l’association des Restos du Cœur.
Pierre Desproges (1939-1988) est un humoriste français connu pour son humour noir et son sens
de l’absurde. Il est notamment connu pour La Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède, une émis-
sion télévisée d’une minute, présentée entre 1982 et 1984, dans laquelle il évoquait de nombreux sujets
tabous par le biais de l’humour. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.
Florence Foresti est une humoriste et actrice française qui a commencé sa carrière en 1998 dans un
café-théâtre lyonnais. En 2001, elle décide de se lancer en solo et remporte depuis un énorme succès.
Jamel Debbouze est un humoriste et comédien français, né en 1975. Il présente son premier spec-
tacle en 1995 avant de jouer dans des films célèbres tels qu’Amélie Poulain, Astérix et Cléopâtre ou encore
Indigènes.
Ségolène Royal est une femme politique française, née en 1953, la première de France à avoir accédé
au second tour d’une élection présidentielle (2007). Présidente de la région Poitou-Charentes depuis
mars 2004, elle a également été ministre déléguée à l’Enseignement scolaire et ministre déléguée à la
Famille du gouvernement de Lionel Jospin.

Compréhension orale globale


– Inviter les apprenants à lire les questions de l’activité 1, p. 11 et s’assurer de la compréhension de l’en-
semble. S’il y a demande, faire expliquer par les apprenants qui les comprennent les termes difficiles.
– Leur demander de répondre aux questions individuellement.
– Passer la première partie de l’enregistrement une première fois. Laisser les apprenants répondre.
– Faire écouter la première partie de l’enregistrement une deuxième fois pour leur permettre de contrô-
ler leurs réponses.

module 1 unité 1 • 11
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant au fur et à
mesure de l’apparition des éléments de réponse. Pour chaque réponse proposée, solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Polémiques
2. Peut-on se moquer des personnalités publiques ?
3. Coluche se présente aux élections présidentielles en 1981. Pour rire.
4. Jamel Debbouze s’est moqué de Bernadette Chirac, femme d’un ancien Président de la
République.
Florence Foresti s’est moquée de Ségolène Royal.
5. Oui. Ils sont très populaires.
6. Non.

Activité 2 ➝ Activité de compréhension orale pour connaître les opinions de quelques Français sur l’humour :
« Peut-on rire des personnalités publiques » ?
– Expliquer la consigne et lire avec les apprenants les cinq phrases de la colonne de droite.
– Passer la seconde partie de l’enregistrement. Laisser les apprenants répondre individuellement, à
l’écrit, puis les inviter à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Prendre connaissance de
leurs réponses en circulant entre eux.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement à l’oral, à l’aide de l’enregistrement : le passer une dernière fois en l’inter-
rompant au fur et à mesure des réponses.
Corrigé Personne 1. Ça peut créer des problèmes.
Personne 2. On ne donne pas une image positive de notre pays.
Personne 3. Ce n’est pas important.
Personne 4. On est libre de rire de ces personnalités.
Personne 5. Rire des personnalités politiques, c’est une habitude.

Activité 3 ➝ Activité de compréhension orale détaillée pour apprécier les nuances de vocabulaire dans un
contexte particulier.
– Donner la consigne et faire lire individuellement les trois mots ou expressions aux apprenants.
– Faire écouter le document en interrompant l’écoute après chaque contexte pour laisser le temps aux
apprenants de donner quelques synonymes ou explications à chaque mot ou expression.
– Si nécessaire, faire réécouter le passage.
– Corriger collectivement au tableau, en écoutant les réponses proposées spontanément par les
apprenants. Noter au tableau certaines de leurs propositions et les compléter, si nécessaire.
Propositions a. une caricature
C’est un dessin humoristique, fait par un artiste pour représenter, de façon exagérée, une
personne dont on souhaite se moquer. Ici, un artiste a dessiné de façon ridicule et déformée
Monsieur Sarkozy, ce qui ne plaît pas au Président.
b. se moquer de quelqu’un
C’est rire de quelqu’un. Ici, on s’amuse des personnalités politiques.
c. faire grincer les dents de quelqu’un
C’est quand on fait ou quand on dit quelque chose à quelqu’un et que cela suscite en lui une
sorte de mécontentement ou d’insatisfaction. Ici, Florence Foresti se moque de Ségolène
Royal. Cela ne lui plaît pas. Elle montre son mécontentement en grinçant des dents.

NB : Montrer aux apprenants le mouvement des dents qui se frottent les unes contre les autres pour qu’ils
comprennent davantage par le geste que l’on se retient de réagir même si l’on est mécontent.
S Activité complémentaire sur internet
(voir page 233)

12
Zoom

Activité 4 ➝ Cette activité permet, à la suite de l’observation d’un corpus (deux phrases extraites de la
compréhension orale précédente) de déduire l’emploi du passé récent et de comprendre qu’il est formé
de venir (au présent de l’indicatif) + de + un verbe à l’infinitif.
– Dessiner une flèche représentant le temps au milieu du tableau. Tracer un tiret au milieu de cette
ligne et écrire au-dessus de ce tiret : « Le journaliste parle. » Écrire au-dessous : Le président Sarkozy
déclare qu’il n’aime pas sa caricature.
– Demander aux apprenants où peut se situer la phrase du corpus – Le Président Monsieur Sarkozy
vient de déclarer… – par rapport à celle qui est écrite au tableau. Une fois la réponse donnée, tracer
un tiret avant la date du jour et écrire la phrase du corpus.
– Tracer un tiret avant la phrase du corpus et demander aux apprenants ce que pourrait être la phrase
en dessous de ce tiret. (Hier, Monsieur Sarkozy a déclaré que…)
– De la même façon, tracer un tiret à droite de la date du jour et demander aux apprenants de for-
muler une phrase. (Demain, Monsieur Sarkozy va déclarer que…)
– Une fois ces quatre phrases posées sur l’axe du temps, relire avec les apprenants la seconde phrase
du corpus et leur demander de répondre aux questions 1 et 2.
– Corriger collectivement et écrire les réponses au tableau.
Corrigé 1. Les évènements se sont passés il n’y a pas longtemps.
2. On forme le passé récent avec le verbe venir au présent de l’indicatif + de + le verbe à l’infinitif.

Activité 5 ➝ Cette activité permet de réemployer ce qui vient d’être compris sur la morphologie du passé récent.
– Inviter les apprenants à observer les trois photos. Leur demander de les décrire rapidement : une
femme a la tête posée sur la paume de sa main droite, l’air songeur ; une femme rit aux éclats, la tête en
arrière ; un homme, les deux mains sur la tête, semble surpris, choqué.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement, à l’écrit. Circuler entre les apprenants
pour prendre connaissance de leurs réponses et, éventuellement, reprendre ou faire corriger les
productions.
– Par groupes de deux, échanger sur les différentes propositions émises.
– Proposer une mise en commun et écrire au tableau quelques exemples.
Propositions 1. Elle vient de recevoir de mauvais résultats universitaires.
2. Elle vient d’écouter un sketch de Jamel Debbouze.
3. Il vient de perdre son porte-monnaie et tous ses papiers.
Travail à la suite de la correction
– Inviter les apprenants à lire l’encadré Le passé récent pour vérifier qu’ils ont bien compris la for-
mation et l’utilisation du passé récent.

POUR PLUS DE LATITUDE

– Inviter les apprenants à se mettre par groupe de trois.


– Distribuer dans chaque groupe une photo prise dans un magazine ou un journal sur laquelle figu-
rent une ou plusieurs personnes exprimant des émotions diverses. On peut également utiliser des
photos ou des cartes postales.
– Par groupes, à l’oral, proposer aux apprenants d’imaginer ce que ces personnes viennent de faire.
Les laisser réfléchir et discuter ensemble.
– Collectivement, demander à une personne dans chaque groupe de montrer la photo à la classe
et de soumettre les différentes propositions faites.

module 1 unité 1 • 13
pages 12 et 13 > APPROUVER ET EXPRIMER L’INDIFFÉRENCE

Les activités 6, 7 et 8 de cette seconde double page permettent de travailler les actes de parole Approuver,
désapprouver et exprimer l’indifférence. L’apprenant est invité, par le biais d’activités de compréhen-
sion (orale et écrite), à repérer les différentes expressions utilisées pour cet acte de parole. Ces activités abou-
tissent à une production orale (activité 11) sur ce même acte de parole.
Les activités 9 et 10 portent sur un point de langue : les pronoms possessifs.

Comment on dit ?
Les activités 6, 7 et 8 permettent de travailler l’acte de parole : Approuver, désapprouver et exprimer
l’indifférence.

Activité 6 ➝ Cette activité de compréhension orale est un travail de repérage d’une opinion positive, néga-
tive ou bien de l’indifférence. On entend ici cinq personnes exprimant leur opinion suite à la question :
« Peut-on rire des personnalités politiques ? ». Pour cette activité, les apprenants sont invités à s’aider de
l’intonation pour distinguer les différentes opinions.
Lire la transcription de l’activité 1.
– Inviter les apprenants à ouvrir leur livre, p. 12.
– Expliquer aux apprenants que l’enregistrement consiste en interviews dans lesquelles chaque per-
sonne interrogée exprime son opinion. Lire les questions avec les apprenants et dessiner un tableau
comprenant quatre colonnes :
Qui ? ☺  
– Demander aux apprenants de cocher la case correspondant au type d’opinion de chaque personne.
– Faire écouter l’enregistrement aux apprenants une première fois dans sa totalité. Leur laisser le temps
de compléter le tableau.
– Corriger collectivement.
Corrigé
Qui ? ☺  
1 
2 
3 
4 
5 

Activité 7 ➝ Cette activité de compréhension écrite demande de repérer les éléments utilisés à l’écrit pour for-
muler une opinion négative, une opinion positive et une indifférence.
a) – Inviter les apprenants à regarder le document.
– Lire la consigne et leur laisser le temps de répondre aux questions qui sont posées.
– Corriger collectivement en utilisant le tableau précédent.
Corrigé
Qui? ☺  
Ludo 76 
Arianne 
Ludo 
Arianne 
Chris W 

14
? Le saviez-vous ?
Un forum de discussion n’est pas un site. C’est un espace de discussion sur un site internet qui per-
met aux internautes d’échanger des propos, de poser des questions, etc. sur un thème donné.
b) L’objectif est maintenant de travailler en détail les expressions utilisées pour exprimer l’approbation, la
désapprobation et l’indifférence à la fois dans le document radio et dans le forum.
– Faire réécouter le document radio aux apprenants, en l’interrompant après chaque opinion don-
née.
– Leur demander de compléter l’activité 7b).
– Si cela semble nécessaire, faire écouter une seconde fois.
– Demander ensuite aux apprenants de relire le forum et d’ajouter à leur liste les expressions qui mar-
quent l’approbation, la désapprobation et l’indifférence.
– Corriger collectivement au tableau, toujours sous forme de tableau.
Corrigé
☺  
Ah ! Ça me fait plaisir que… Non, je ne suis pas d’accord. Je m’en fiche.
Oui, bravo ! Ça me gêne un peu. Ça m’est égal.
Bien dit ! Ça ne me plaît pas trop. On s’en moque bien.
Je suis complètement d’accord C’est faux.

Activité 8 ➝ Cette activité de production écrite invite les apprenants à donner leur opinion en réponse à la
question « Peut-on rire des personnalités politiques ? », leur permettant ainsi de réemployer ce qui vient
d’être découvert.
– Lire et expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de
leurs productions au fur et à mesure de l’activité et les aider, si nécessaire.
– Faire ensuite une brève mise en commun pour corriger. Écrire au tableau quelques propositions.
Proposition Tout dépend de la façon dont on rit. Se moquer méchamment des personnalités politiques
ne me plaît pas parce que je m’imagine à leur place, devant la scène publique. Je suis tout
à fait d’accord pour que des gens rient de moi en privé, surtout lorsqu’il s’agit de petites
choses. Avec ma famille ou mes amis, ça m’est égal. Mais ça me gêne dès que je suis dans
un espace public.

Travail à la suite de la correction


Éventuellement, demander à quelques apprenants de lire les messages dans le forum. Veiller au
rythme, à l’intonation et à la prononciation.

C’EST LA MIENNE !
Les activités 9 et 10 présentent les pronoms possessifs, en invitant les apprenants à repérer ceux qui ont
été rencontrés dans les activités précédentes, puis à observer leur formation grâce à un tableau, en vue de
les réutiliser dans un exercice de complétion.

Activité 9 ➝ Cette première activité attire l’attention des apprenants sur les pronoms possessifs rencontrés dans
le reportage audio et dans le forum de la page 12.
a) – Demander collectivement, à l’oral, ce que remplace la sienne dans la phrase extraite du reportage.
Corrigé La sienne remplace sa caricature.

module 1 unité 1 • 15
– Avant de faire la suite de l’exercice, rappeler aux apprenants que sa est un adjectif possessif qui accom-
pagne le nom. Faire observer que sienne est un pronom car il remplace le nom, ici caricature. Faire
remarquer que ce pronom peut être utilisé pour éviter les répétitions ou insister sur l’appartenance.
b) – Individuellement, à l’écrit, demander aux apprenants de repérer dans les messages du forum
d’autres pronoms possessifs et d’écrire ce qu’ils remplacent. Circuler entre les apprenants pour
prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger. Demander à plusieurs apprenants de donner leurs réponses. Faire attention à la pronon-
ciation, notamment en ce qui concerne la distinction entre la forme masculine et la forme féminine
du pronom.
Corrigé la mienne ➝ mon humoriste préférée
les miennes ➝ mes personnalités politiques
le tien ➝ ton humoriste préféré
la tienne ➝ ton humoriste préférée
les vôtres ➝ vos personnalités politiques

Attention ! Les apprenants risquent de ne pas comprendre pourquoi le mot « humoriste » est à la
fois masculin et féminin et pourquoi l’adjectif possessif utilisé pour ce mot, au masculin comme au
féminin, est « ton ». Bien leur expliquer que, pour beaucoup de noms de professions en France, on
a gardé le mot masculin. D’autre part, éventuellement rappeler que ma, ta, sa deviennent mon, ton,
son devant les noms féminins qui commencent par une voyelle : écrire au tableau amie ; ou bien devant
quelques noms commençant par h, comme humoriste.
c) – Demander aux apprenants de bien observer le tableau et de le compléter avec les pronoms posses-
sifs qui manquent, individuellement, à l’écrit.
– Circuler entre les apprenants pour contrôler leurs réponses. Répondre aux questions individuelles
des apprenants, s’il y a lieu.
– Corriger collectivement. Demander à plusieurs apprenants de donner les réponses. Encore une fois,
bien insister sur la prononciation de chaque pronom possessif. Faire remarquer la différence d’écri-
ture entre le pronom et l’adjectif pour les 1res et 2e formes du pluriel. Le nôtre et le vôtre prennent un
accent circonflexe.
Corrigé
Adjectifs possessifs Pronoms possessifs Adjectifs possessifs Pronoms possessifs
mon salaire le mien ma télévision la mienne
ton magazine le tien ta radio la tienne
son métier le sien sa vie la sienne
notre message le nôtre notre vie la nôtre
votre livre le vôtre votre maison la vôtre
leur président le leur leur histoire la leur

– Insister auprès des apprenants sur le fait que pour bien utiliser les adjectifs possessifs ou les pro-
noms possessifs, il est nécessaire de bien connaître le genre du nom (masculin ou féminin).

POUR PLUS DE LATITUDE

– Dans la classe, se déplacer et prendre quelques objets aux apprenants (un sac à dos, une trousse, un
crayon, un livre, etc.). Interroger les apprenants en leur demandant si l’objet leur appartient. Deux
possibilités :
• Emprunter un objet à l’apprenant
Est-ce que c’est ton sac à dos ? ➝ Oui, c’est le mien !
• Emprunter un objet à un autre apprenant
Est-ce que c’est ton sac à dos ? ➝ Non, c’est le sien !
16
De la même façon, interroger les apprenants en leur demandant si plusieurs objets leur appartiennent.
• Emprunter un objet à l’apprenant
Est-ce que ce sont tes lunettes ? ➝ Oui, ce sont les miennes !
• Emprunter des objets à un autre apprenant
Est-ce que ce sont tes stylos ? ➝ Non, ce sont les siens !

Activité 10 ➝ Cette activité permet de réemployer les pronoms possessifs puis de systématiser leur emploi.
– Avant de faire l’activité, demander aux apprenants de prêter attention à l’encadré Les pronoms
possessifs, p. 13. Les inviter à poser des questions, s’il y a lieu. Attirer leur attention sur la colonne
gauche, de genre masculin, puis sur celle de droite, de genre féminin, comme vu précédemment dans
l’activité 9c). Puis, sur le singulier et le pluriel. Enfin, leur faire remarquer que lorsque le verbe est suivi
de la préposition « de » comme parler de, il est nécessaire de changer « de » en article contracté « du ».
– Expliquer la consigne de l’activité.
– Laisser aux apprenants quelques instants pour faire l’exercice individuellement.
– Corriger collectivement.
Corrigé la vôtre – la mienne – le sien – les siennes – le mien – le sien – la vôtre – la leur.

Production orale
Activité 11 ➝ Activité de production orale qui permet de réemployer les expressions abordées dans le repor-
tage et dans le forum sur l’approbation, la désapprobation et l’indifférence. Les apprenants participent
à une émission de radio au cours de laquelle ils doivent donner leur avis.
– Lire ensemble la consigne et les quatre thèmes. S’assurer que tout est bien compris. Rappeler
l’existence du tableau situé en bas de la page 12.
– Demander aux apprenants de se mettre par groupes de quatre et leur donner à choisir parmi ces
quatre rôles :
• présentateur-radio (il est chargé d’organiser l’émission et donc, le débat)
• celui qui approuve systématiquement
• celui qui désapprouve systématiquement
• celui qui est indifférent
– La discussion sur chaque thème dure entre deux et trois minutes. Pour chaque thème, il est
conseillé de faire changer les rôles des apprenants afin que ceux-ci puissent utiliser un maximum d’ex-
pressions d’opinion.

S Activité complémentaire
(voir page 233)

pages 14, 15 et 16 > EXPRIMER LA CERTITUDE ET L’INCERTITUDE

Les activités de cette double page introduisent les actes de parole suivants : la certitude et l’incertitude.
En guise d’introduction, est proposée une activité de compréhension orale (activité 12) qui invite les appre-
nants à repérer la certitude et l’incertitude dans un dialogue entre deux jeunes femmes, Naïma et
Nathalie. Ce sont deux protagonistes de l’histoire suivie que l’on retrouvera au même endroit dans
chaque unité. On y suivra la vie tranquille d’un immeuble et de ses habitants dans une ville de province,
Rouen. Nathalie emménage dans l’immeuble : elle y rencontre Naïma qui l’accueille gentiment et toutes
deux commencent à discuter du parc qui existait à côté de l’immeuble autrefois.
Ce document déclencheur permet de travailler sur l’acte de parole la certitude et l’incertitude (activité 13)
et de le systématiser (activité 14).
Suivent deux activités de production, orale et écrite, qui appellent à réemployer les structures et expres-
sions de l’encadré p. 15.
module 1 unité 1 • 17
C’est clair ?

Activité 12 ➝ Activité de compréhension orale globale.


3 NAÏMA — Ah, bonjour. NATHALIE — C’est évident !
NATHALIE — Bonjour. NAÏMA — Je sais très bien que c’est important les
NAÏMA — Vous emménagez ? commerces. Mais dans ce quartier, je suis absolument
NATHALIE — Oui, je vais louer l’appartement du certaine que les gens préfèrent un parc. Tout le
troisième. monde a protesté ! Attendez, je vais vous ouvrir la
NAÏMA — Ah d’accord. Bah… bienvenue dans l’im- porte…
meuble. Je m’appelle Naïma, j’habite au cinquième. NATHALIE — Oh merci…
Vous verrez, c’est sympa ici. Je suis certaine que vous NAÏMA — Je vous aide ?
allez aimer. C’est assez calme. NATHALIE — Non, ça ira merci…
NATHALIE — J’en suis sûre. Euh… il n’y avait pas un NAÏMA — Vous avez cinq minutes ? Je peux vous
petit parc dans le quartier ? J’habitais un peu plus loin présenter votre voisin, je le connais bien. Je ne suis pas
quand j’étais petite. Je ne suis pas certaine de l’endroit sûre qu’il soit là mais on peut essayer… Il est étu-
exact… mais on allait au parc avec ma mère, pour diant.
jouer. NATHALIE — Euh… je n’ai pas beaucoup de temps.
NAÏMA — Ah mais si. Il était là, en face. C’était bien Une autre fois peut-être ?
pour les enfants, il y avait des jeux. L’été, on faisait des NAÏMA — Ok, bon, eh bien… bon courage ! À bien-
pique-niques. C’était vraiment agréable. Maintenant, tôt…
c’est le centre commercial. Ils l’ont construit l’année NATHALIE — Nathalie.
dernière. NAÏMA — À bientôt alors, Nathalie.
NATHALIE — Oh ! qu’est-ce qui s’est passé ? NATHALIE — Oui, au revoir.
NAÏMA — On a changé de maire. Il n’est pas très
écolo… Il préfère probablement les immeubles.

Compréhension orale globale


– Pour aider les apprenants à comprendre la situation de communication, leur faire écouter le dia-
logue une première fois et les inviter à répondre aux questions générales : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ?
Pourquoi ? Noter leurs réponses au tableau.
– Lire avec les apprenants les affirmations de l’activité et s’assurer de la compréhension de l’ensemble.
S’il y a demande, faire expliquer par les apprenants qui les comprennent les termes non compris.
– Expliquer la consigne et demander de faire l’exercice individuellement. Insister sur le fait qu’ils doi-
vent justifier si les affirmations sont fausses.
– Passer l’enregistrement une première fois. Laisser les apprenants répondre.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de compléter ou de contrôler leurs
réponses. Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses. Les inviter à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant au fur et à
mesure de l’apparition des éléments de réponse. Pour chaque réponse proposée, solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Faux. Elles ne se connaissent pas encore. 4. Faux. Le parc était « en face »
« Bienvenue dans l’immeuble ». de l’immeuble.
2. Faux. Nathalie va louer l’appartement du 3e 5. Faux. « Tout le monde a protesté » suite
alors que Naïma habite au 5e. à la construction des commerces.
3. Vrai. 6. Vrai.

Travail à la suite de la correction


S’assurer que les apprenants ont bien compris le sens général du dialogue, en demandant à des volon-
taires de le résumer à l’oral, pour toute la classe. Un apprenant commence avec une phrase, un autre
continue, jusqu’à résumer la situation en entier.

18
Proposition Deux jeunes femmes, Nathalie et Naïma se rencontrent dans l’entrée de l’immeuble.
Nathalie emménage dans l’immeuble : elle va louer un appartement au 3e étage. Naïma
habite au 5e étage. Nathalie demande s’il y a un parc à côté de cet immeuble car elle se
souvient y être allée quand elle était petite. Naïma explique que ce parc a été remplacé
par un centre commercial. Elle pense que les autres habitants de l’immeuble ne sont pas
contents de cette décision. Puis, elle invite Nathalie à faire la connaissance de son voisin,
un jeune étudiant. Mais Nathalie n’a pas le temps.

Comment on dit ?
Activité 13 ➝ Activité de compréhension orale plus fine pour repérer les expressions de certitude et d’incer-
titude.
Compréhension orale détaillée
a) – Avant de commencer l’activité, lire avec les apprenants les différentes expressions présentes dans
le tableau. Leur faire remarquer la colonne « sujet ». Leur expliquer que pour chaque expression cor-
respond un sujet précis, en écrivant l’exemple au tableau : Naïma dit qu’elle est certaine que Nathalie
va aimer habiter dans l’immeuble. Leur indiquer que cette phrase exprime la certitude en donnant un
équivalent : Naïma est sûre que Nathalie va aimer habiter dans l’immeuble.
– Lire la consigne avec les apprenants. Leur demander de compléter individuellement le tableau, en
écoutant à nouveau le dialogue.
– Faire écouter à nouveau le dialogue. Laisser le temps aux apprenants de vérifier leurs réponses.
– Écouter le dialogue une nouvelle fois. Circuler entre les apprenants pour contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement au tableau. Passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant au
fur et à mesure de l’apparition des éléments de réponse. Pour chaque réponse proposée, solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé Sujet Expression Expression
de la certitude de l’incertitude
Je suis certaine que… Aimer habiter dans l’immeuble 
J’en suis sûre. L’immeuble est calme. 
Je ne suis pas certaine de… L’emplacement du parc. 
Préférence du maire
Probablement. 
pour les constructions
Préférence du maire
C’est évident. 
pour les constructions
Je sais très bien que… L’importance des commerces. 
Je suis absolument certaine que… Préférer le parc aux commerces. 
Je ne suis pas sûre que… Présence du voisin. 

b) – Lire avec les apprenants les trois expressions de la partie b) de l’activité et les écrire au tableau.
– Leur demander d’écouter à nouveau le dialogue et de compléter les trois expressions avec la suite
de la phrase.
– Passer l’enregistrement. Laisser du temps entre chaque expression pour que les apprenants puis-
sent écrire la suite de la phrase. Leur demander de comparer leurs réponses avec celles de leur voi-
sin.
– Passer l’enregistrement une seconde fois. Demander aux apprenants de vérifier leurs réponses.
– Corriger collectivement : au tableau, écrire les trois phrases complètes. Pour chaque réponse pro-
posée, solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Je suis certaine que vous allez aimer.
2. Je sais très bien que c’est important les commerces.
3. Je ne suis pas sûre qu’il soit là.

module 1 unité 1 • 19
– Souligner les verbes au tableau et demander aux apprenants quel temps et mode est utilisé pour
chaque phrase, en cochant « indicatif présent » ou « subjonctif présent ».
Corrigé Indicatif présent Subjonctif présent
Je suis certaine que… 
❏ ❏
Je sais très bien que… 
❏ ❏
Je ne suis pas sûre que… ❏ 

– Demander aux apprenants ce qu’ils remarquent quant au mode choisi. Leur indiquer, s’ils ne le remar-
quent pas d’eux-mêmes, qu’après une expression de certitude on utilise généralement l’indicatif
présent alors qu’après une expression d’incertitude on utilise le subjonctif présent.

Travail à la suite de la correction


– Interroger les apprenants sur la forme « soit » : de quel verbe s’agit-il ? Collectivement, à l’oral, conju-
guer l’auxiliaire « être » au subjonctif présent. L’écrire au tableau.
– Demander aux apprenants s’ils pensent que Nathalie a envie de voir son voisin. Au tableau, écrire
la phrase : Je ne suis pas certaine que Nathalie ait envie de voir son voisin. Collectivement, à l’oral, conju-
guer « avoir » au subjonctif présent. L’écrire au tableau. Ceci permet une simple révision de la
conjugaison des verbes avoir et être au subjonctif présent pour mettre les apprenants à niveau.

Activité 14 ➝ Activité de repérage dans six phrases en situation des expressions de certitude et d’incertitude.

4 1. Je ne suis pas certaine qu’il vienne dîner demain soir.


2. Il n’est pas venu à son rendez-vous ? Il a probablement oublié de vous avertir, je suis désolé.
3. Écoute, je n’ai pas perdu mon portable. Il était sur la table. J’en suis absolument certaine. Je suis sûre
qu’on l’a volé, c’est tout.
4. Marc, je sais très bien que tu n’es pas allé en cours hier. Le lycée a appelé. Alors, où étais-tu ?
5. Non, nous ne sommes pas sûrs d’aller en Sicile cet été. On va rester en France, ce sera plus simple.
6. Monsieur Guillot, il est évident que votre ordinateur n’est pas tombé tout seul. Je suis désolée,
je ne peux pas vous aider.

– Expliquer la consigne aux apprenants en leur précisant qu’ils vont entendre six phrases.
– Chaque apprenant va compléter le tableau individuellement.
– Faire écouter l’enregistrement une première fois et laisser quelques minutes aux apprenants pour
qu’ils discutent, par deux, de leurs réponses.
– Si cela est nécessaire, procéder à une seconde écoute.
– Corriger collectivement à l’aide de l’enregistrement. Pour chaque proposition de réponse, deman-
der au reste de la classe s’il est d’accord ou non. Écrire au tableau les réponses.
Corrigé
Certitude Incertitude
1 
2 
3 
4 
5 
6 

Production orale
Activité 15 ➝ Activité de production orale guidée pour le réemploi des expressions de certitude et d’incerti-
tude vues dans les activités précédentes.

20
– Par groupes de deux, un apprenant lit la question, l’autre doit répondre en respectant la consigne,
c’est-à-dire en exprimant soit la certitude, soit l’incertitude.
– Circuler entre eux pour vérifier ce qui est dit.
– Corriger collectivement : demander à plusieurs apprenants d’émettre des propositions de réponses
pour chaque question, puis, d’échanger les rôles.
Propositions 1. Je ne suis pas sûr qu’il ait les compétences requises.
2. Oui, oui, je suis certaine d’avoir vu votre chien manger mon lapin.
3. Je ne suis pas certain que nous soyons sur la bonne route.
4. Elle va probablement reprendre.

Production écrite
Activité 16 ➝ Le travail de réemploi se poursuit avec une activité de production écrite : la rédaction d’une
réponse à une invitation. C’est aussi l’occasion de faire le point sur quelques expressions utilisées pour com-
mencer et terminer un message.
Travail de préparation
– Lire avec les apprenants à voix haute l’encadré Exprimer la certitude, l’incertitude, p.15 et s’assu-
rer de la bonne compréhension de l’ensemble.
– Sous la forme d’un remue-méninges, inviter les apprenants à donner des formules pour commen-
cer ou terminer une réponse à une invitation (Catherine et Stéphane ; Chers Catherine et Stéphane ;
Chers amis ; Je vous embrasse ; Amitiés ; Au plaisir…) Écrire les différentes propositions au tableau et
vérifier avec eux ce qui est de l’ordre de la lettre, du message électronique ou d’une carte-réponse à
une invitation.
Activité
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement, en classe ou chez soi. Préciser aux appre-
nants qu’ils doivent s’aider de l’encadré rose précédent. Préciser également le nombre de mots atten-
dus.
– Ramasser les productions pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (nombre de mots, sujet),
aux formules utilisées, aux expressions employées pour remercier de l’invitation, pour s’excuser de
ne pas pouvoir venir, pour exprimer son incertitude et pour se justifier.

Respect de la consigne 0 0,5


Forme du message (salutations, remerciements…) 0 0,5 1
Expression pour s’excuser 0 0,5
Expressions pour exprimer l’incertitude 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Chers Catherine et Stéphane,


Déjà 20 ans de mariage…Comme le temps passe vite !
Je vous remercie pour la gentille invitation. Je ne suis pas sûre de pouvoir venir parce que
Pauline se marie ce jour-là. Comme la date est fixée depuis longtemps, je ne peux pas refuser.
C’est dommage parce que j’aurais bien aimé fêter votre anniversaire de mariage. Je suis certaine
que ce sera une très belle fête et j’espère que vous m’enverrez des photos car j’aimerais bien
voir la famille déguisée !
Je vous embrasse bien fort,
Anne.

ELLE ETAIT BELLE…


Les apprenants sont tout d’abord invités à réécouter le dialogue entre Naïma et Nathalie pour repérer les
différents verbes au passé. L’activité 18 permet d’utiliser les verbes aux temps du passé (passé composé et

module 1 unité 1 • 21
imparfait) et l’encadré vert, de vérifier l’emploi de ces deux temps. Les activités 19 et 20 invitent à réem-
ployer ce qui aura été découvert, à la fois sous forme écrite (activité 19) et sous forme orale (activité 20).

Activité 17 ➝ Activité d’écoute fine du dialogue de Naïma et Nathalie qui permet de repérer l’utilisation des
temps suivants : le passé composé et l’imparfait.
– En haut du tableau, écrire le mot « Le parc ». Du côté gauche, en bas, écrire « Avant ». Du côté droit,
en bas, écrire « Aujourd’hui ».
– Demander à deux apprenants volontaires de venir dessiner au tableau.
– Faire écouter aux apprenants le dialogue entre Naïma et Nathalie. Demander à chaque apprenant
de dessiner ce à quoi ressemblait le parc « avant » et « aujourd’hui ».
Proposition À gauche, l’apprenant dessine un parc avec des jeux, des enfants et des gens qui pique-
niquent.
À droite, l’apprenant dessine un centre commercial.
– Inviter les apprenants à formuler ce qu’ils voient au tableau et écrire les phrases. À gauche, il y avait
des jeux. On faisait des pique-niques. À droite, c’est un centre commercial.
– Demander aux apprenants qui sont au tableau : « Qu’est-ce qui s’est passé » ?
– Écrire la phrase donnée par les apprenants, entre les deux dessins : on a changé de maire.
– Inviter les apprenants à regagner leur place. Souligner avec un feutre de couleur, les verbes qui sont
au tableau. Leur demander de dire à quel temps sont ces verbes et pourquoi.
Proposition Il y avait des jeux. ➝ imparfait de l’indicatif (description)
On faisait des pique-niques. ➝ imparfait de l’indicatif (décor)
On a changé de maire ➝ passé composé (changement)
C’est un centre commercial. ➝ présent de l’indicatif (situation actuelle)
– Demander au groupe-classe, de donner la formation de l’imparfait et du passé composé. Au
tableau, écrire cette formation d’une autre couleur, en donnant un exemple. Ceci permet de remettre
les élèves au même niveau (ces deux temps sont déjà connus par l’ensemble des apprenants mais peut-
être que certains ont oublié leur formation).
Proposition L’imparfait
On supprime -ons du verbe conjugué à la 1re personne du pluriel (nous) du présent puis
on ajoute les terminaisons (-ais, -ais,-ait, -ions, -iez, -aient).
Exemple : Nous faisons ➝ faisons ➝ je faisais, etc.
Le passé composé
Verbe avoir ou être au présent de l’indicatif + participe passé du verbe
Exemple : On a changé.
– Vérifier, oralement, le bon repérage des verbes au passé. Éventuellement, les écrire au tableau.
Corrigé Imparfait : il n’y avait pas… J’habitais… quand j’étais petite… on allait au parc… Il était là…
C’était bien… il y avait… on faisait…
Passé composé : Ils l’ont construit… s’est passé… On a changé… Tout le monde a protesté.

Activité 18 ➝ Cette activité a pour objectif de mettre en pratique ce qui vient d’être vu, tant dans la forma-
tion des verbes du passé et que dans l’utilisation des temps du passé.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Les inviter à faire l’exercice individuellement. Leur laisser quelques minutes. Circuler parmi les appre-
nants pour répondre à leurs questions éventuelles et vérifier leurs réponses.
– Leur demander de vérifier avec ce que le voisin a écrit.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent.

22
Corrigé faisait – était – s’est posé – attendaient – se préparaient – vérifiaient – a ouvert – est sortie –
portait – ressemblait

Travail à la suite de la correction


Avec les apprenants, lire l’encadré qui résume les différentes formes d’utilisation du passé composé
et de l’imparfait.

POUR PLUS DE LATITUDE

– Inviter les apprenants à fermer les yeux et à imaginer le texte qu’ils viennent de compléter avec les
temps du passé. Les inciter à imaginer le décor et à y introduire des événements. Leur expliquer que
pour mieux utiliser ces deux temps du passé, ils peuvent essayer de se représenter leur texte ou histoire
sous forme de petit film pour bien séparer ce qui est du décor et ce qui représente des actions.
– Toujours les yeux fermés, leur demander de se représenter la rencontre amoureuse entre Madame
Bruni-Sarkozy et Monsieur Sarkozy, en imaginant le décor, la façon dont chacun est habillé, le lieu
de la scène, et les différentes actions effectuées par l’un et l’autre. Puis, leur demander d’écrire un petit
texte pour raconter cette rencontre amoureuse. Leur laisser une quinzaine de minutes. Ramasser ce
texte à la fin. Le corriger en utilisant deux couleurs : l’une pour le choix du temps, l’autre pour la forme
des temps du passé.

Respect de la consigne 0 0,5


Raconter une rencontre (éléments du décor, description physique…) 0 0,5 1 1,5
Utilisation du passé composé 0 0,5 1 1,5
Utilisation de l’imparfait 0 0,5 1 1,5
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition C’était un 14 juillet, le jour de la fête nationale. Il faisait très chaud. Comme à chaque
14 juillet, il y avait un concert au Champ-de-Mars. Cette année-là, Carla Bruni était
invitée à chanter. Elle portait un jean, une veste noire et avait les cheveux détachés.
Monsieur Sarkozy faisait partie des invités officiels. Il était assis dans la tribune, juste
en face de la scène. Soudain, un orage a éclaté. Carla a continué à chanter mais la foule,
affolée, s’est précipitée à l’abri. Dans la tribune, seuls quelques officiels sont restés pour
l’écouter. Monsieur Sarkozy était sous le charme. À la fin du concert, il est allé lui parler,
l’a invitée à prendre un verre et l’a séduite.

Activité 19 ➝ Cette activité a pour objectif de systématiser le passé composé et l’imparfait pour bien comprendre
l’utilisation de ces deux temps.
– Inviter les apprenants à regarder les deux photos, p.16.
– Lire la consigne avec eux. Leur demander individuellement de rédiger un petit texte pour répondre
aux questions posées.
– Ce travail de production écrite peut être fait en classe ou à la maison.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Proposition Autrefois, pour voyager de Paris à Londres, il fallait prendre un bateau. C’était un gros
paquebot qui mettait 2 h 45 pour faire le trajet. Un jour, on a construit un tunnel sous la
Manche. C’était une bonne idée. Aujourd’hui, on peut aller à Londres en trente minutes
par le train. C’est plus rapide et plus écologique.

module 1 unité 1 • 23
Production orale
Activité 20 ➝ Cette activité de production orale amène l’apprenant à réemployer, en contexte, le point de langue
précédent : les temps du passé.
Préparation de l’activité
– Inviter les apprenants à prendre connaissance de la fiche d’identité de Carla Bruni-Sarkozy. Faire
expliquer, si nécessaire, par les apprenants qui le comprennent, le vocabulaire que d’autres pourraient
trouver difficile.
– Demander à chacun de préparer une dizaine de questions sur Carla Bruni-Sarkozy : son enfance,
son adolescence, sa carrière de mannequin, ses activités d’auteur-compositeur-interprète, sa rencontre
et son mariage avec Nicolas Sarkozy. Leur laisser une dizaine de minutes pour préparer ces questions.
Activité
– Inviter les apprenants à regarder leur voisin de derrière. Celui-ci va se transformer, le temps de l’ac-
tivité, en Carla Bruni-Sarkozy. Les apprenants doivent interroger madame Carla Bruni-Sarkozy
pour le magazine Elle, un magazine français très féminin. Expliquer aux apprenants d’adapter leurs
questions et réponses en fonction de ce style de magazine, lu principalement par des femmes. Laisser
une petite dizaine de minutes.
– Changer de rôle. Cette fois-ci expliquer que le magazine concerné est Gala, un magazine mondain.
Expliquer aux apprenants que l’objectif de ce genre de publication est de donner des détails intimes
sur les célébrités. Laisser une petite dizaine de minutes.

Production écrite
Suite de l’activité
– Une fois les deux interviews terminées, demander à chaque apprenant de rédiger un résumé de l’in-
terview, en lui donnant un titre et en utilisant les deux temps du passé : passé composé et imparfait.
Cette production écrite sera évaluée. Il faudra donc bien indiquer aux apprenants le nombre de mots
souhaités et leur demander de préciser sur leur feuille, le nom du magazine. Ramasser les productions
écrites. Correction : veiller au respect des consignes (titre et nombre de mots), du style du magazine
(féminin ou mondain), aux temps utilisés (passé composé et imparfait). Utiliser un système de cor-
rection qui permette à l’apprenant de s’autocorriger.

Respect de la consigne 0 0,5


Forme du texte (en fonction du magazine….) 0 0,5 1
Utilisation du passé composé 0 0,5 1 1,5 2
Utilisation de l’imparfait 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Première dame de France


Née en Italie le 23 décembre 1968, Madame Carla Bruni-Sarkozy est devenue en février 2008,
première dame de France. Petite, elle s’intéressait à la mode, à la musique et aimait beaucoup
écrire des chansons. À l’âge de 18 ans, elle a commencé ses études d’architecture avant de deve-
nir mannequin international. Sa carrière a duré plus de dix ans. En 2000, Carla Bruni a décidé
de poursuivre sa carrière en musique, ce qui n’est pas surprenant car ses parents étaient tous
les deux musiciens. En 2003, elle a sorti son premier album intitulé « Quelqu’un m’a dit », un
album très féminin. Cinq ans plus tard, elle est tombée sous le charme de Nicolas Sarkozy qu’elle
a épousé avant de sortir son troisième album. Belle et heureuse, madame Sarkozy fait aujour-
d’hui rêver beaucoup de femmes.

S Activité complémentaire
(voir page 233)
24
page 17 > TÂCHE FINALE

Cette activité amène l’apprenant à réemployer, en contexte, les points de langue introduits dans l’étude
des actes de parole : Approuver, désapprouver, exprimer l’indifférence, la certitude et l’incertitude, à
l’oral et à l’écrit.
– Inviter les apprenants à prendre connaissance du document de la page 17. Leur demander, suite à
la lecture du titre, s’ils ont entendu parler de cette interdiction de fumer en France.
– Faire lire l’article à un apprenant, à voix haute, pour toute la classe. Le corriger, si nécessaire. S’assurer
de la bonne compréhension de l’ensemble.
– Puis, demander à trois apprenants de lire à voix haute, les différents exemples de courriels reçus.
S’assurer que ces courriels sont compris.
– Former des groupes de trois apprenants. Leur demander de donner, par groupe, leur avis, sur cette
question et la situation dans leur pays, par rapport à ce problème. Circuler entre les apprenants pour
veiller à la bonne marche de la discussion.
– Demander, à main levée, qui dans la classe approuve, désapprouve, ou semble indifférent face à cette
interdiction de fumer dans les lieux publics. Au tableau, faire trois colonnes comme ci-dessous :

☺  

Inviter les apprenants à justifier leur choix : pourquoi approuvent-ils ? Pourquoi désapprouvent-ils ?
Pourquoi sont-ils indifférents ?
– Pour compléter le tableau, leur demander de se mettre à la place des Français et de réfléchir aux rai-
sons pour lesquelles les Français pourraient approuver, désapprouver ou être indifférents. Écrire les
propositions données dans les colonnes.
– Lire la consigne avec la classe.
– Former des groupes de deux. Leur demander de choisir entre les trois colonnes et parmi toutes les
raisons données pour écrire un courrier dans lequel ils exprimeront une approbation, désapproba-
tion, une certitude ou une incertitude au sujet de l’application de la loi. Les inviter à donner un ou
plusieurs exemples.
– Désigner un porte-parole du groupe : celui-ci présentera oralement à la classe l’avis du groupe illus-
tré par l’exemple.
– Ramasser les productions de chaque groupe, en leur demandant de ne pas indiquer leur nom ou
prénom. Souligner les principales difficultés lexicales ou grammaticales rencontrées pour chaque pro-
duction. Photocopier l’ensemble pour la classe sous forme de page « L’avis des lecteurs ». Distribuer
au cours suivant la feuille aux apprenants. Leur demander de proposer une correction pour les
mots soulignés.
– Au tableau, corriger collectivement. Ceci permet de faire une mise en commun sur les actes de parole
rencontrés dans l’Unité 1.
Proposition Nous sommes certains que cette nouvelle application permettra de diminuer la
consommation de cigarettes en France. Quand nous allons prendre un café avec des amis
qui sont fumeurs, ils sont obligés de sortir du café pour fumer. Mais la plupart de nos
amis n’ont pas envie de sortir fumer. Du coup, ils fument moins ! Et comme nous ne
fumons pas, ça nous fait plaisir !

module 1 unité 1 • 25
On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.

L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
exprimer l’approbation
exprimer la désapprobation
exprimer l’indifférence
exprimer la certitude
exprimer l’incertitude
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que,
pourquoi, d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité
Morphosyntaxe
utiliser l’indicatif présent après la certitude
utiliser le subjonctif présent après l’incertitude
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité
utiliser l’accent d’insistance

page 17 > DES SONS ET DES LETTRES

L’accent d’insistance
L’accent d’insistance constitue une réelle difficulté pour les apprenants de français. L’activité A permet de
repérer la syllabe accentuée et de donner force à l’intonation.

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à repérer la syllabe accentuée.


– Faire écouter la première phrase aux apprenants. L’écrire au tableau. Leur demander de la répéter.
La faire réécouter. Leur demander ensuite de donner la syllabe accentuée, en leur expliquant que c’est
une syllabe qui donne de la force à l’élément de la phrase qu’on veut mettre en valeur. Une fois la
réponse donnée, souligner au tableau la syllabe. Faire réécouter aux apprenants la première phrase
pour que tous prennent conscience de cette accentuation. Leur faire répéter la phrase.
– Les inviter à repérer dans les phrases qui suivent les syllabes accentuées et à les souligner.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une seconde fois et interrompre après chaque phrase
pour corriger au tableau.
– Une fois la correction faite au tableau, repasser l’enregistrement phrase par phrase et demander aux
apprenants de répéter les phrases en insistant davantage sur la syllabe accentuée.
– Leur faire comprendre que cette insistance permet de donner force et poids à leur approbation,
désapprobation ou indifférence.
5 Corrigé 1. Je suis totalement d’accord avec vous. 4. Ça m’est égal !
2. Ah ! Ça me fait plaisir que tu viennes avec nous ! 5. Non ! Je ne suis pas d’accord.
3. Oui, bravo !

26
Je chante, je chantais, j’ai chanté
L’objectif de cette rubrique est de revoir les différences des sons [E], [e], [3] et de permettre aux appre-
nants de reconnaître les différences entre les sons à travers le point de langue vu page 16, l’imparfait et
le passé composé.

Activité B ➝ Activité de discrimination entre les sons [E], [e], [3].


– Faire écouter l’enregistrement une première fois. Demander aux apprenants de cocher la phrase qu’ils
entendent. Puis, leur demander de comparer leurs réponses avec celles du voisin.
– Si besoin, faire écouter une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement en faisant répéter les phrases. Pour une meilleure répétition, montrer avec
la bouche, le mouvement des mâchoires nécessaire pour articuler le son [3].
6 Corrigé 1. il m’aime 3. on discute 5. tu as mangé
2. tu as parlé 4. je passais 6. elle était

Activité C ➝ Activité de discrimination auditive.


– Inviter les apprenants à fermer le livre ou à cacher le texte.
– Faire écouter l’enregistrement, phrase après phrase. Commencer par la séquence 1. Leur faire
7
répéter les trois phrases.
– Faire écouter la séquence numéro 2. Leur faire répéter les trois phrases.
– Faire écouter la séquence numéro 3. Une fois la première phrase répétée, demander à un apprenant
de donner la seconde phrase, puis à un autre, la troisième phrase. Faire écouter le reste de la séquence
et faire répéter la classe. Ainsi de suite pour le reste de l’exercice.
– Passer l’enregistrement dans sa totalité, en demandant aux apprenants de suivre avec le livre et de
répéter chaque phrase.

pages 18 et 19 > CARICATURES : SUJETS DE POLÉMIQUES

Cette double page invite à s’interroger sur le rôle et la place de la caricature dans la société, sur la façon
dont on peut exagérer les traits des personnes politiques et sur les liens qui peuvent exister entre l’art et
la presse, mais aussi entre l’art et la politique.
Par le biais d’une activité de compréhension écrite, les apprenants découvrent l’historique de la carica-
ture en France et le nom de quelques journaux. Puis, ils sont invités à décrire quatre caricatures
d’hommes politiques français. L’activité 22 donne une opinion d’un caricaturiste français, Jean Plantureux,
dit Plantu, sur les limites de la caricature. Celle-ci invite les apprenants à donner, à leur tour, leur propre
opinion et à comparer avec leur pays (Et vous ?).

Activité 21 ➝ Activité de compréhension écrite globale.


– Inviter les apprenants à lire le texte individuellement. Leur proposer de répondre aux questions indi-
viduellement, puis de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Circuler entre les apprenants pour répondre aux questions de vocabulaire ou aux questions de
compréhension écrite qu’ils pourraient se poser.
– Corriger collectivement. Pour chaque réponse donnée, demander aux apprenants de bien justifier
avec le texte. Pour cela, s’assurer de la compréhension globale du texte. Au tableau, écrire quelques
mots de vocabulaire en lien avec la thématique : le caricaturiste, la caricature, un dessin, illustrer,
exagérer, un outil satirique, amuser, une polémique. Demander aux apprenants d’expliquer en
français, ce que chaque mot signifie.

module 1 unité 1 • 27
Corrigé 1. Elle est probablement née en Grèce.
2. Le principe est d’exagérer les défauts et le caractère d’une personne.
3. Louis-Philippe.
4. Le Canard enchaîné (1915), Libération (1941), Le Monde (1944).
5. Dans des magazines, des journaux, des émissions télévisées.
6. Les hommes politiques.

Activité 22 ➝ Activité de compréhension écrite globale. Cette activité amène l’apprenant à se positionner par
rapport au rire, à l’utilisation de la caricature, à la moquerie et aux hommes politiques. Elle invite à un
débat.
– Travail collectif : faire lire le texte, à voix haute, par un apprenant. Donner quelques informations
aux apprenants sur la personne de Plantu.
– Demander aux apprenants, à l’oral :
• Qu’est-ce qu’un caricaturiste, selon Plantu ?
• Quelles sont ses responsabilités ?
– Collectivement, demander aux apprenants :
• De quels sujets peut-on rire ?
• De quels sujets ne peut-on pas rire ?
• Avec qui peut-on rire ?
• Avec qui ne peut-on pas rire ?
? Le saviez-vous ?
Plantu, dit Jean Plantureux, est un caricaturiste français qui travaille pour le journal Le Monde, depuis
1972 et pour le magazine L’Express. Reconnu internationalement, Plantu a étudié comme auditeur
libre à l’Institut d’études politiques pour mieux connaître et comprendre le monde politique.

POUR PLUS DE LATITUDE

Activité pour approfondir les connaissances culturelles et pour une production écrite.
– Proposer aux apprenants de se rendre sur le site internet de Jean Plantureux. http://www.plantu.net
– Leur demander de parcourir la biographie de Plantu pour apprendre à connaître ce caricaturiste.
– Les inviter à écrire une courte biographie pour présenter ce caricaturiste en réemployant les temps
du passé (imparfait et passé composé).

Activité 23 ➝ Cette activité suit le débat précédent sur les limites de la caricature. Elle invite à s’interroger
sur ce que peut être une caricature, à savoir, une exagération et jusqu’où peut aller une caricature dans
la présentation d’une personnalité.
– Reprendre la phrase donnée par Plantu : Je n’entre pas dans la vie privée des hommes politiques, par
exemple.
– Inviter les apprenants à regarder les caricatures de la page 18, par groupes de deux. Leur deman-
der s’ils ont l’impression que les caricatures, ici présentées, montrent la vie privée des hommes
politiques.
– Puis, les inviter à réfléchir à ce qui est exagéré dans chaque caricature et à ce qui est caché, comme
symbole.
– Mise en commun, à l’oral. Au tableau, écrire pour chaque caricature, ce qui est exagéré, les sym-
boles donnés, etc.
Corrigé 1. Charles de Gaulle.
On voit une petite chaise et un homme grand (la taille de Charles de Gaulle), le nez grossi, la sil-
houette bedonnante. Ici, on le présente comme le Roi Soleil (perruque, canne) pour symboliser la
grandeur de la France. Au centre, le symbole d’Ubu Roi (pièce d’Alfred Jarry publiée en 1896), per-
sonnage universel de l’absurdité d’un pouvoir exercé sans humanité.

28
2. François Mitterrand.
Sur sa tête, on peut voir une perruque de roses : la perruque symbolise le Roi Soleil (les pouvoirs
du Chef de l’Etat sont très forts en France), les roses symbolisent le PS (parti socialiste) auquel
François Mitterrand appartenait.
3. Jacques Chirac.
Il est représenté avec un grand nez qui s’allonge pour évoquer ses mensonges et avec le symbole
de la victoire (l’index et le majeur en signe de V).
4. Nicolas Sarkozy.
On voit un homme petit (Nicolas Sarkozy est de petite taille). Il porte les vêtements de Napoléon
III parce que tous deux sont facilement comparés : hyperactivité, popularité, volonté de tout
contrôler.

? Le saviez-vous ?
1. Charles de Gaulle (1890-1970), homme d’État français, a été le chef de la Résistance pendant la
Seconde Guerre mondiale, et s’est fait connaître, auprès des Français, par l’Appel du 18 juin 1940.
Fondateur de la Ve République en 1958, il en est devenu le premier président avant de démissionner
de ses fonctions en 1969.
2. François Mitterrand (1916-1996), homme d’État français, a été le premier secrétaire du PS (Parti
socialiste) avant de devenir le président de la République française pendant deux septennats.
3. Jacques Chirac, homme d’État français, a été premier ministre sous Valéry Giscard d’Estaing
(1974-1976), puis sous François Mitterrand (1984-1986), avant de devenir président de la République
de 1995 à 2007.
4. Nicolas Sarkozy, homme d’État français, a été maire de Neuilly-sur-Seine, avant de devenir plu-
sieurs fois ministres sous Edouard Balladur (budget), Raffarin (communication et finances) et De
Villepin (Intérieur). Il est élu président de la République en 2007.

Et vous ?
Activité 24 ➝ Activité de production orale. Cette activité en fin d’unité permet aux apprenants d’utiliser le
champ lexical de la caricature vu à travers les activités précédentes, de donner leur opinion, en utilisant
les structures de la page 12, tout en donnant des informations sur la culture de leur pays.
Préparation de l’activité
– Collectivement, inviter les apprenants à décrire l’illustration, p. 19.
– Leur poser quelques questions, à l’oral :
• Qui est sur la photo ?
• Où est-il ?
• Quels objets figurent sur cette illustration ?
• À votre avis, que veut symboliser cette illustration ?
• Quelle signification donner au texte de la bulle ?
– Écrire quelques idées au tableau.
Proposition En France, chaque président de la République est traditionnellement photographié, devant cette
bibliothèque, à l’Élysée. Le Président est entouré de deux drapeaux : le drapeau français et celui
de l’Europe. Cela permet de symboliser le rôle double du président : il gouverne la France et il
est surtout chargé de la politique extérieure, avec l’Europe, notamment. On a ici une caricature
de la photo traditionnelle du président de la République française. Le président est Monsieur
Sarkozy. Son physique est caricaturé : il est plus petit que les drapeaux, il a les cheveux très droits,
le visage carré, un sourcil très relevé et semble peu aimable. C’est une exagération.

? Le saviez-vous ?
C’est le 12 décembre 1848 que l’Assemblée nationale a assigné par décret l’ « Élysée national »
comme résidence du président de la République. Résidence du chef de l’État et siège de la Présidence,
cet hôtel particulier est devenu un palais hautement symbolique de la République.

module 1 unité 1 • 29
a) – Inviter les apprenants à regarder les questions posées.
– Lire les questions avec eux. Expliquer, si cela semble nécessaire.
– Demander aux apprenants de constituer des groupes de quatre (s’il y a lieu, de nationalités diffé-
rentes). Les inviter à parler de Monsieur Sarkozy et de son image dans leur pays, tant au niveau visuel
que moral. Puis, leur demander de présenter les hommes politiques de leur pays et leur représenta-
tion. (Si la salle de classe est équipée d’ordinateurs, on pourra demander aux apprenants de chercher
sur Internet des caricatures des hommes politiques de leur pays pour les aider à la description).
– Circuler entre les apprenants et les aider à comprendre les questions posées et à formuler des opi-
nions, des descriptions.
– Il n’est pas utile de restituer ce qui aura été dit dans chaque groupe.

Préparation à l’activité
Si cela est possible, montrer aux apprenants une photo prise dans un journal ou un magazine fran-
çais illustrant le couple présidentiel français. Leur demander de décrire la photo.
b) – Inviter les apprenants à regarder les questions posées.
– Lire les questions avec eux. Leur expliquer, si cela semble nécessaire.
– Toujours par groupes de quatre, leur demander de répondre aux questions posées.
– Circuler entre les apprenants pour les aider à comprendre les questions posées et à formuler des opi-
nions.

On fait le point
– À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 1, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Très drôle !
Le passé récent
Approuver et exprimer l’indifférence
Expressions utilisées pour l’approbation, la désapprobation, l’indifférence
Les pronoms possessifs
Exprimer la certitude et l’incertitude
Expressions utilisées pour la certitude et l’incertitude
La différence entre l’indicatif et le subjonctif présent
L’imparfait et le passé composé
L’imparfait
Le passé composé
Des sons et des lettres
L’accent d’insistance
La discrimination [E], [e], [3]
Découvertes socioculturelles : la caricature
Comprendre une caricature
Décrire une caricature d’un homme politique

30
module 1 Échanger des opinions unité 2 Vous avez dit « culture » ?

• Exprimer et demander un point de vue.


Objectifs de communication
• Exprimer son intention (1).
Monter une animation dans son centre de langue pour promouvoir la
> Tâche
culture française.
• Donner son point de vue.
Activités de réception • Comprendre une conversation entre plusieurs personnes.
et de production orales • Parler de projets.
• Créer des dialogues sur des thèmes donnés.
Activités de réception • Comprendre un article de presse, prendre position sur un forum.
et de production des écrits
• Qu’est-ce que/que/quoi
• L’interrogation (récapitulation)
* avec inversion et nom en sujet (Paul a-t-il…)
Savoirs linguistiques * avec qui est-ce qui/que et qu’est-ce qui/que
• Pour, pour que, afin de, afin que
• Le subjonctif (1)
Phonie – Graphie • [t] ou [d]
Découvertes socioculturelles • Les arts de la rue

pages 20 et 21 > VOUS AVEZ DIT « CULTURE » ?

Le premier document déclencheur de cette unité permet d’introduire l’acte de parole : Demander et
donner son point de vue. Il consiste en un blogue qui propose un article publié dans le magazine Time
au sujet de la « mort de la culture française ». L’objectif du blogue est de faire réagir les lecteurs et de les
inviter à donner leur point de vue.
La première activité propose une compréhension écrite globale du document ; l’activité 2 est une compré-
hension écrite fine qui débouche sur une activité de production écrite (3) afin d’amener l’apprenant à réagir
également ; les activités 4 et 5 visent l’étude d’un point de langue présent dans le document déclencheur :
l’utilisation des pronoms interrogatifs quoi et que.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension écrite globale.

? Le saviez-vous ?
Un blogue (ou « un blog ») est un site web personnel dans lequel l’auteur note, au fur et à mesure de
sa réflexion sur un sujet qui lui importe, des avis, des impressions, etc., pour les diffuser et susciter
des réactions, des commentaires et des discussions.
Préparation à la lecture
– Inviter tout d’abord les apprenants à repérer le type de document dont il s’agit ici et les différentes
parties du document (un blogue, un article, une illustration de la couverture d’une publication de
Culturesfrance, des commentaires).
– Demander aux apprenants de trouver l’auteur du blogue (sans nom), le nom du blogue (Mon blogue),
l’adresse du blogue (http://www.monblogue.fr), les différents thèmes que l’on peut trouver sur le blogue
(culture, cinéma, musique, livre, médias), le sujet de discussion du jour (La culture à la française ?), le
nom des personnes qui ont laissé un commentaire (Lulu, Bobby, Titekro, Grizzly, BlingBling08), les dates
des commentaires (fin novembre, début décembre).

module 1 unité 2 • 31
Compréhension globale
– Inviter les apprenants à lire individuellement les questions de l’activité. S’assurer de la bonne
compréhension des questions.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement ou par groupes de deux. Au fur et à
mesure de l’activité, circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : demander à un apprenant de donner sa réponse et solliciter le reste de la
classe pour confirmer ou infirmer. S’assurer de la bonne compréhension des réponses.
Corrigé 1. Cet article est extrait d’un magazine d’information.
2. L’Hexagone désigne la France.
3. Dans cet article, il est question de culture.
4. D’après l’auteur, la culture disparaît en France depuis quelques années.
5. La France pourrait faire appel à ses minorités.

Attention ! L’objectif de cette compréhension n’est pas d’amener les apprenants à comprendre le texte
de façon détaillée. Il ne s’agit pas de s’attarder sur les difficultés lexicales. Toutefois, il est indispen-
sable de s’assurer de la bonne compréhension des réponses. Ici, par exemple, le mot minorités n’est
pas connu : ne pas hésiter à l’expliquer aux apprenants.

? Le saviez-vous ?
Les minorités, ce sont des groupes de personnes liées entre elles par des affinités religieuses, linguis-
tiques, ethniques, politiques, englobées dans une population plus importante d’un État, de langue,
d’ethnie, de religion, de politique différentes.
Exemple : En France, il y a une minorité de personnes qui parlent breton.

Activité 2 ➝ Activité de compréhension écrite.


– Inviter les apprenants à lire les réactions des personnes sur le blogue.
– Expliquer la consigne et les questions posées et faire faire l’activité individuellement, dans un pre-
mier temps. Cette première étape permet de laisser la chance à chacun de répondre à ces questions.
Au fur et à mesure de l’activité, circuler parmi les apprenants pour prendre connaissance de leurs
réponses.
– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de quatre : leur demander de comparer leurs
réponses pour la question 1 et d’échanger leurs opinions pour les questions 2 et 3.
– Corriger collectivement : pour la question 1, solliciter toute la classe. Pour la question 2, solliciter
chaque groupe. Pour la question 3, inviter les apprenants à répondre spontanément à la question. Écrire
les réponses données au tableau.
Corrigé 1. D’accord = Bobby, Titekro, BlingBling 08
Pas d’accord = Lulu, Grizzly
2. Plusieurs réponses sont possibles (voir Le saviez-vous ? ci-dessous)
3. Proposition de réponse : La culture française ne décline pas. Elle se diversifie et évolue selon
les modes et les nouvelles tendances artistiques, un peu comme la langue française.

? Le saviez-vous ?
Il existe des artistes français vivants qui ont une importance mondiale !
• Cinéma : Isabelle Adjani, Juliette Binoche, Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Sophie Marceau,
Jean Reno…
• Gastronomie : Alain Ducasse, Anne-Sophie Pic, Joël Rebuchon, Marc Veyrat…
• Littérature : Bernard Henri-Lévy, J.M.G. Le Clézio (cf. photo p. 21), Amélie Nothomb…
• Musique : Mylène Farmer, Johnny Hallyday, Vanessa Paradis…
• Mode : Jean-Paul Gaultier, Hubert de Givenchy, Christian Lacroix…

32
POUR PLUS DE LATITUDE

– Pour échanger davantage sur la culture de chaque apprenant, les inviter par groupes de quatre à
répondre aux questions 2 et 3 en changeant l’adjectif « français(e) » par celui qui se rapporte à leur
nationalité.
– Collectivement, partager les noms d’artistes, intellectuels, littéraires, acteurs, musiciens contempo-
rains mondialement connus.

Production écrite
Activité 3 ➝ Activité de production écrite à partir de ce qui vient d’être lu dans le blogue. Les apprenants écri-
vent un commentaire à leur tour.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement à la maison ou en classe (pendant la
durée de l’activité, circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche du travail, encoura-
ger, si besoin).
– Ramasser les productions et les évaluer. Veiller à l’utilisation des structures exprimant l’approba-
tion, la désapprobation ou l’indifférence (p. 12). Adopter un système d’évaluation permettant aux
apprenants de se corriger tout seuls : souligner les erreurs en utilisant une couleur différente pour le
vocabulaire (réemploi de celui utilisé dans le blogue), les structures demandées (approbation, désap-
probation ou indifférence), la grammaire (emploi des temps et des modes), les conjugaisons et
les accords.
– Adopter un système d’évaluation, comme, par exemple, la grille ci-dessous.

Respect de la consigne 0 0,5


Forme du message (concis, clair…) 0 0,5
Exprimer l’approbation, la désapprobation, l’indifférence. 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Paul. Commentaire écrit le 15/12 à 20:18


Ceci ne me plaît pas. À mon avis, à la fin du XXIe siècle, le monde va reconnaître que la France
avait de nombreux artistes pendant ce siècle. Ce n’est pas qu’une question de minorités : pen-
sez à Joey Starr, Jamel Debbouze, Zinédine Zidane… ce sont déjà des artistes et des personnes
célèbres !

S Activité complémentaire
(voir page 233)

Zoom
Activité 4 ➝ Cette activité d’observation et de repérage a pour objectif de faire découvrir aux apprenants
la transformation du pronom interrogatif quoi en que dans l’interrogation avec inversion et avec
est-ce que.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé b. et d.
– Au tableau, sous forme de colonnes, écrire les trois questions obtenues :
Tu as vu quoi ? Qu’est-ce que tu as vu ? Qu’as-tu vu ?
– Expliquer aux apprenants que les trois questions ont le même sens. Pour s’assurer de la formation
de ces questions, ajouter quelques lignes au tableau et proposer quelques questions.

module 1 unité 2 • 33
Tu as vu quoi ? Qu’est-ce que tu as vu ? Qu’as-tu vu ?
Tu fais quoi demain ?
Qu’est-ce que tu manges ?
Que dis-tu ?

– Inviter la classe à compléter le tableau ensemble.


Proposition
Tu as vu quoi ? Qu’est-ce que tu as vu ? Qu’as-tu vu ?
Tu fais quoi demain ? Qu’est-ce que tu fais demain ? Que fais-tu demain ?
Vous mangez quoi ? Qu’est-ce que vous mangez ? Que mangez-vous ?
Tu dis quoi ? Qu’est-ce que tu dis ? Que dis-tu ?

Activité 5 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants sont amenés à reformuler la même question selon les
différents registres qu’ils connaissent.
– Expliquer la consigne.
– Laisser quelques minutes aux apprenants pour qu’ils réfléchissent à la façon dont ils peuvent
formuler les deux questions.
– Puis, les inviter à se mettre par deux : à tour de rôle, ils doivent formuler une question de manière
différente de celle du voisin.
– Inviter quelques apprenants à émettre des propositions. Solliciter le reste de la classe pour confir-
mer ou infirmer.
– Écrire les propositions qui conviennent au tableau. Les encourager à dire si la question est plutôt
utilisée à l’oral ou à l’écrit. Cette distinction des registres a déjà été étudiée dans l’unité 10 de
Latitudes 1 (cf. p. 124).
Corrigé 1. Tu veux quoi, Ali ? Que veux-tu, Ali ?
2. Qu’est-ce que vous avez fait pendant les vacances ? Vous avez fait quoi pendant les vacances ?
3. Qu’est-ce que tu vas boire ? Un jus de fruit, une un café ?
Que vas-tu boire ? Un jus de fruit, une un café ?
4. Tu as quoi dans la main droite ? Montre-moi !
Qu’as-tu dans la main droite ? Montre-moi !
Travail à la suite de la correction
Lire avec les apprenants l’encadré Quoi, que. S’assurer de la bonne compréhension de ces différentes
formes de questionnement (la place du quoi à la fin de la phrase, la place du que en début de phrase
avec l’inversion du verbe + sujet, le est-ce que suivi du sujet + verbe) et des registres de langue
(soutenu, standard, à l’oral).

POUR PLUS DE LATITUDE

– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux.


– Demander à chacun d’utiliser la forme standard et de poser une question à son voisin.
– Demander au voisin de reformuler la question en utilisant les deux autres formes.
– Pendant ce temps, circuler entre les apprenants pour vérifier les questions données, les encourager,
les aider si nécessaire.

pages 22 et 23 > DEMANDER ET DONNER UN POINT DE VUE

Comment on dit ?
Les activités 6, 7, 8 permettent de travailler l’acte de parole : Donner un point de vue.

34
Activité 6 ➝ Cette activité a pour objectif de faire appel aux connaissances des apprenants sur l’acte de parole :
Donner son point de vue. Les apprenants ont déjà été invités à utiliser cet objectif de communication
de façon simple (cf. Latitudes 1, unité 6, p. 68).
– Au tableau, écrire les deux phrases du corpus, en soulignant « je trouve qu’ » et « pour moi ».
– Demander à la classe de donner le point de vue de ces deux personnes d’une manière différente,
en supprimant les éléments soulignés.
Corrigé 1. Je pense qu’on ne peut pas parler comme ça. / Je crois qu’on ne peut pas parler comme ça.
2. La culture française décline mais, selon moi, elle n’est pas morte.

Activité 7 ➝ Cette activité de compréhension orale vise à faire repérer, grâce à l’écoute, de nouvelles réalisa-
tions langagières pour l’acte de parole précédent, s’il y a lieu, et les différentes structures utilisées pour
donner un point de vue.
8 1. Elle croit qu’il a tort, c’est tout ! 5. Mon chef de service pense que je travaille trop
2. Ah ! Oui, je veux bien ! lentement.
3. Je sais parfaitement que vous n’appréciez pas 6. Vous pourriez nous aider, samedi matin ?
le théâtre. 7. Non, à mon avis, il ne fera pas très beau.
4. Selon madame Roy, ce n’est pas une maladie 8. Pour moi, la politique du gouvernement n’est
grave. pas bonne du tout.

– Lire la consigne avec les apprenants en leur expliquant qu’ils vont entendre huit personnes : cer-
taines expriment un point de vue, d’autres, non.
– Faire écouter la première phrase aux apprenants. Lire avec eux les réponses données dans le
tableau.
– Demander aux apprenants de compléter le tableau individuellement.
– Passer l’enregistrement, dans sa totalité, en faisant une courte pause après chaque énoncé, si néces-
saire. S’il y a demande, faire écouter l’enregistrement une seconde fois.
– Corriger collectivement, à l’oral : demander à un apprenant de donner sa réponse et solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer. S’assurer de la bonne compréhension de l’activité.
Corrigé
Exprime un point de vue, oui ou non ? Si oui, comment ?
1 oui Elle croit que…
2 non
3 non
4 oui Selon Madame Roy,
5 oui pense que…
6 non
7 oui à mon avis
8 oui Pour moi,

Activité 8 ➝ Cette activité permet de réemployer les différentes expressions apprises pour exprimer un point
de vue. Les apprenants sont invités à donner leur point de vue sur cinq affirmations.
– Faire lire à voix haute les cinq affirmations par quelques apprenants.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement. Inviter les apprenants à écrire leurs
points de vue. Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses, corriger
les erreurs, les aider, si nécessaire.
– Proposer aux apprenants de se mettre par groupes de quatre. Les inviter à reprendre chaque
énoncé et à comparer leurs réponses.
– Corriger collectivement à l’oral : demander à chaque groupe de donner une réponse possible.

module 1 unité 2 • 35
Propositions 1. Je crois qu’il ne faut pas être pessimiste. Il y a de nombreux talents en France.
2. À mon avis, c’est plutôt la France.
3. Pour moi, c’est la cuisine mexicaine.
4. Je pense que c’est une bonne idée.
5. Selon moi, il aide à être heureux.
Travail à la suite de la correction
– Proposer aux apprenants, toujours par groupes de quatre, de formuler des affirmations, à l’oral, sous
forme spontanée, sans préparation, à tour de rôle. Leur demander d’exprimer leur point de vue, aussi
rapidement que possible, en utilisant à chaque affirmation, une expression différente.
– Lire ensuite à voix haute l’encadré Exprimer son point de vue.

QUI EST-CE QUI ? QU’EST-CE QUE ?


Les activités 9, 10, 11 permettent de travailler sur le point de langue suivant : Qui est-ce qui ? Qu’est-
ce que ?

Activité 9 ➝ Activité d’observation d’un corpus permettant de comprendre l’emploi de la question : Qui est-
ce qui ? Les apprenants sont ensuite invités à faire la différence avec la question : Qu’est-ce que ?
a) – Inviter les apprenants à observer la question extraite du forum.
– Interroger, à l’oral, la classe sur la façon dont on pourrait écrire cette question de façon plus
simple. Écrire la question et la proposition donnée au tableau.
Corrigé Qui pourrait citer un seul auteur américain ?
– Demander aux apprenants de répondre à la question, non pas tant pour la pertinence des auteurs
proposés, mais pour vérifier la compréhension de la question.
Proposition – le nom d’un étudiant (qui donnera le nom d’un auteur comme Mary Higgins Clark,
Douglas Kennedy, Stephen King, Armistead Maupin, Danielle Steel)
b) – Demander aux apprenants, individuellement, de commencer par observer les formes et de com-
pléter les parties manquantes.
– Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement, à l’oral. S’assurer de la structure de la question (place du verbe, du sujet,
place du pronom interrogatif).
Corrigé • Tu as vu qui ? ➝ Qui est-ce que tu as vu ? ➝ Qui as-tu vu ?
• Vous avez visité quoi à Québec ? ➝ Qu’est-ce que vous avez visité à Québec ? ➝ Qu’avez-
vous visité à Québec ?
– Proposer aux apprenants de donner des réponses à chaque question pour s’assurer de la compré-
hension des questions.
Proposition – J’ai vu Paul.
– Nous avons visité la Citadelle, la Basilique Sainte Anne et le parc Montmorency.
c) – Demander d’observer la phrase donnée.
– Inviter individuellement les apprenants à poser la question d’une autre manière.
– Leur demander de comparer les réponses avec leur voisin et d’expliquer la raison de leur choix.
– Corriger collectivement, à l’oral : demander à un apprenant de donner sa réponse en justifiant son
choix. Écrire la réponse qui convient au tableau.
Corrigé Qu’est-ce qui peut te faire plaisir ?

Travail à la suite de la correction


– Encore une fois, demander aux apprenants d’imaginer une réponse.
Proposition Manger un gros gâteau au chocolat.

36
– Ensuite, écrire trois questions au tableau, pour reprendre les quatre propositions de l’exercice :
Qu’est-ce que tu vois ? Qui est-ce que tu vois ? Qu’est-ce qui peut te faire plaisir ? Qui est-ce qui peut te faire
plaisir ?
– Demander aux apprenants de faire des propositions de réponse, à l’oral, collectivement.
Propositions Je vois la mer. (chose, complément d’objet) ➝ Qu’est-ce que…
Je vois mon frère. (personne, complément d’objet) ➝ Qui est-ce que…
Manger un gros gâteau au chocolat. (chose, sujet) ➝ Qu’est-ce qui…
Ma maman. (personne, sujet) ➝ Qui est-ce qui…
– Faire remarquer aux apprenants en soulignant les différents qui et que, que le premier « qui » inter-
roge sur une personne, le premier « que » sur une chose, que le second « que » cherche un complé-
ment d’objet et que le second « qui » cherche à donner un sujet à la phrase.

Activité 10 ➝ Activité d’association qui permet de bien comprendre ce qui vient d’être souligné à l’oral : la
différence entre Qu’est-ce qui ? Qu’est-ce que ? Qui est-ce qui ? Qui est-ce que ?
– Lire la consigne.
– Faire faire cette activité de façon individuelle. Puis, demander aux apprenants de comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin. Pendant ce temps, circuler entre les apprenants pour prendre
connaissance de leurs réponses, s’assurer de la bonne compréhension de l’activité, répondre aux ques-
tions, encourager.
– Proposer ensuite une mise en commun. Écrire les réponses au tableau.
Corrigé 1. c – 2. a – 3. d – 4. e – 5. f – 6. g – 7. b

Activité 11 ➝ Les apprenants sont invités à comprendre la différence entre le sujet de la phrase « qui » et le
complément d’objet direct « que ».
– Lire la consigne.
– Inviter les apprenants à compléter les phrases individuellement ou par groupes de deux. Pendant
la durée de l’activité, circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses, les encourager,
les aider, si nécessaire.
– Corriger collectivement, à l’oral. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. que – 2. qui – 3. que – 4. que – 5. qui – 6. qui

Travail à la suite de la correction


Lire ensuite à voix haute l’encadré Qui est-ce qui ? Qu’est-ce que ? Les apprenants suivent avec les
yeux. S’assurer de la bonne compréhension de ce point langue, en leur précisant que c’est le sens de
la réponse qui détermine le choix de qui et de que.

POUR PLUS DE LATITUDE

Le jeu des devinettes


Cette activité optionnelle a pour objectif de réemployer ce qui vient d’être vu, sous forme de production
orale ludique. Quinze minutes suffisent à sa réalisation.
– Proposer aux apprenants de se mettre par groupes de quatre.
– Au tableau, écrire cette devinette : « Qu’est-ce qui est souvent noir et blanc, qui boit de l’eau et qui donne
du lait ? ». Demander aux apprenants d’émettre quelques hypothèses. Puis donner la réponse, si néces-
saire (une vache).
– Demander à chaque groupe de créer quatre devinettes. Leur laisser cinq minutes. Circuler entre les
apprenants pour contrôler les questions posées. Organiser des matches de devinettes entre les
groupes. De nouveau, circuler entre les apprenants pour écouter les réponses données. Demander à
chaque groupe de compter ses points.

module 1 unité 2 • 37
PAUL A-T-IL… ? LES FILLES VEULENT-ELLES… ?
Les apprenants sont invités à découvrir la reprise obligatoire du pronom sujet dans le cas de la présence
d’un nom dans la question (Paul a-t-il… ? Les filles veulent-elles… ?).
L’activité 12 permet d’observer et de comprendre ce phénomène, en partant d’une phrase du document
déclencheur de la page 20. L’activité 13 propose de systématiser ce point à l’aide d’un exercice de trans-
formation.

Activité 12 ➝ Activité de découverte de la reprise du pronom sujet dans le cas de la présence d’un nom dans
la question.
a) – Lire la consigne.
– Interroger un apprenant pour connaître la réponse. Solliciter le reste de la classe pour confirmer
ou infirmer.
Corrigé Comment la France pourrait-elle redevenir un géant culturel ?
b) – Demander à deux apprenants de lire les questions 1a. ➝ b. – 2a. ➝ b.
– Les inviter à continuer, individuellement, l’exercice en complétant les phrases 3b et 4b. Laisser
quelques minutes.
– Corriger collectivement à l’oral : demander à deux apprenants de donner leurs réponses. Solliciter
le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Donner les réponses au tableau.
Corrigé 3b. As-tu de l’argent sur toi ? – 4b. Luc a-t-il de l’argent sur lui ?
c) – Demander aux apprenants, à l’oral, de dire ce qu’ils remarquent dans les phrases 2b et 4b.
– Écrire la réponse au tableau, en soulignant la phrase 4b déjà écrite.
Corrigé Dans toutes les phrases transformées, on remarque une inversion du verbe et du sujet.
Dans les phrases 2b et 4b, on observe que lorsqu’il y a un prénom (c’est aussi le cas pour un
nom ou un groupe nominal), il est nécessaire de le répéter et d’employer le pronom qui
correspond. Exemple : À quelle heure Isa part-elle ?

Activité 13 ➝ Les apprenants sont invités à réemployer dans un exercice de transformation, le point de langue
précédent.
– Demander aux apprenants de lire individuellement la consigne de l’activité 13.
– Les inviter à bien regarder les exemples qui sont donnés. Leur laisser quelques minutes pour faire
l’activité de façon individuelle. Circuler entre les apprenants pour contrôler leurs réponses, répondre
à leurs questions éventuelles, les aider, les encourager.
– Corriger collectivement : inviter un apprenant à jouer le rôle du professeur pendant quelques minutes.
Dédramatiser ce rôle, en lui expliquant que, pour être professeur, il suffit de demander les réponses
aux apprenants. S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse à
donner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
de la transformation des questions.
Corrigé 1. Pourquoi sont-elles tristes ? 4. Qui Martin a-t-il appelé ?
2. Antoine est-il déjà parti ? 5. Madame Ankri peut-elle nous recevoir ?
3. Quand as-tu ton rendez-vous ?
Travail à la suite de la correction
– Lire, avec les apprenants, à voix haute, l’encadré Paul a-t-il… ? S’assurer de la bonne compréhen-
sion de cet encadré.

38
pages 24 et 25 > EXPRIMER SON INTENTION (1)

Les pages 24 et 25 permettent de travailler l’acte de parole Exprimer son intention. Celui-ci sera repris
dans l’unité 3 afin de le compléter.
Le document déclencheur met en scène Naïma et Nathalie (cf. Unité 1). Naïma a invité ses voisins de
l’immeuble à un apéritif pour faire connaissance avec les nouveaux arrivants et faire profiter, par
l’intermédiaire de son mari, Gaël, des entrées à prix réduit pour quelques concerts dans le cadre d’un
festival de musique.
Après un travail de compréhension orale globale (activité 14), les apprenants sont amenés à découvrir,
repérer et à réemployer les différentes formulations possibles pour exprimer une intention (activités 15,
16, 17, 18). Par la suite, les apprenants travaillent sur la notion de but avec l’utilisation de l’infinitif ou
du subjonctif.

C’est clair ?
Activité 14 ➝ Activité de compréhension orale globale permettant d’introduire le travail de l’acte de parole :
Exprimer son intention.

9 NAÏMA — Ah ! Voilà Dominique ! Entre… Tu vas programme ? Il y a plein de bons groupes, cette
bien ? année.
DOMINIQUE — Très bien, et toi ? … Bonsoir, tout le DOMINIQUE — Oui, j’ai vu. Je veux aller voir Pigalle
monde ! le vendredi soir ! Toi aussi, Antony, non ?
NAÏMA — Dominique, je te présente Nathalie, ta ANTONY — Exact ! J’ai l’intention d’y aller aussi.
nouvelle voisine. NATHALIE — Moi, je pense aller au concert de Cesaria
DOMINIQUE — Ah ! c’est toi ! Euh… enfin, c’est Evora. J’aime beaucoup cette chanteuse, sa voix et…
vous ? Ouais, c’est vrai qu’en France, on dit plutôt NAÏMA — Ah ! oui, c’est génial ! J’ai décidé d’y aller
« vous », pardon. aussi, mais sans Gaël, parce qu’il n’aime pas ce genre
NATHALIE — Pas de problème ! « Tu » ira très bien. de musique. Alors, on y va toutes les deux ?
DOMINIQUE — Alors, bienvenue dans notre joyeux NATHALIE — Très bonne idée, Naïma !
immeuble, Nathalie ! Tout va bien ? JÉRÉMIE — Et personne n’a envie d’aller voir Keziah
NATHALIE — Oui, oui, tout va bien. Merci à tous Jones ?
pour votre accueil, c’est gentil. Oh, toi, tu es québé- GAËL — Si, moi, peut-être… J’hésitais…
cois, non ? JÉRÉMIE — C’est excellent. Tu as écouté son premier
DOMINIQUE — Oui, je suis de Montréal et ici, j’étu- album… Je te l’ai prêté, non ?
die la sculpture à l’école des Beaux-Arts. GAËL — Oui, c’est vrai, c’est bien et surtout très ori-
GAËL — Alors, qu’est-ce que tu prends ? Vin blanc, ginal. Allez, c’est décidé, je vais avec toi, Jérémie !
bière ? JÉRÉMIE — Je te passe l’album de Keziah Jones,
DOMINIQUE — Bah, une petite bière si tu en as. Nathalie, pour que tu puisses le découvrir. Après, tu
auras peut-être envie de venir avec nous.
Alors, vous avez des places pour les concerts ? NATHALIE — Euh… Mais c’est quel genre de musique ?
GAËL — Oui, à 9 euros au lieu de 18 ! Et tu as vu le NAÏMA — Ah ! Je pense que c’est David et Laurent !

a) Préparation à la compréhension
– Inviter tout d’abord les apprenants à ouvrir leur livre, p. 24 et à lire, individuellement, l’invitation.
– Les inviter à répondre aux questions posées, à l’oral, collectivement.
Corrigé 1. À ses voisins.
2. Elle propose un apéritif pour faire connaissance et pour profiter de prix réduit sur des
concerts.
3. Le rendez-vous a lieu chez Naïma et Gaël, jeudi 12, à 19 heures.
b) Compréhension globale
– Passer l’enregistrement une première fois. Demander aux apprenants de poser leur stylo et d’écou-
ter, tout simplement, en les invitant à repérer les informations essentielles : Qui ? Quoi ? Où ?

module 1 unité 2 • 39
– Faire une mise en commun rapide : Des voisins (Dominique, Nathalie, Antony, Jérémie) font connais-
sance dans l’appartement de Naïma et Gaël et parlent de musique et de places de concerts.
– Lire les questions.
– Faire écouter l’enregistrement dans sa totalité, une deuxième fois, en leur laissant le temps de répondre
aux questions, individuellement. Si nécessaire, faire réécouter. Pendant la durée de l’activité, circuler
entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses. Éventuellement, les laisser contrô-
ler leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant au fur et à
mesure de l’apparition des éléments de réponse. Solliciter l’ensemble de la classe pour chaque
réponse proposée.
Corrigé 1. Dans l’appartement de Naïma et Gaël.
2. Dominique est un voisin. Il vient du Québec. Il habite à Montréal. Il est venu en France pour
étudier la sculpture aux Beaux-Arts.
3. Ils parlent des concerts parce que dans l’invitation de Naïma, elle propose des prix réduits
pour aller à des concerts.
4. Antony veut aller voir Pigalle. Dominique aussi.
5. Nathalie et Naïma.
6. Jérémie.

Comment on dit ?
Activité 15 ➝ Activité de compréhension orale détaillée invitant à repérer les différentes façons d’exprimer
son intention.
– Faire réécouter le dialogue.
– Demander aux apprenants d’écouter une nouvelle fois afin de repérer, dans la seconde partie (à par-
tir de « Alors vous avez des places pour les concerts ? ») les différentes façons d’exprimer son intention.
Préciser qu’ils doivent en relever au moins trois, mais qu’il y en a peut-être plus. Si c’est un peu dif-
ficile, les inviter à lever la main au moment où ils pensent que les personnes expriment une inten-
tion.
– Corriger collectivement, sans écrire au tableau.
Corrigé 1. Je veux aller voir… 4. J’ai décidé d’y aller aussi.
2. J’ai l’intention d’y aller aussi. 5. Allez, c’est décidé, je vais avec toi, Jérémie !
3. Je pense aller au concert de Césaria Evora.

S Activité complémentaire
(voir page 234)

Activité 16 ➝ Activité de compréhension orale, sous forme de dialogues, invitant à repérer les différentes façons
d’exprimer son intention. Cette activité permet de renforcer la précédente.

10 1. — Bon alors, on fait quoi samedi pour l’anniversaire de Mounir ?


— J’ai décidé qu’on allait lui faire une énorme surprise !
2. — Vous avez pris une décision pour améliorer votre santé ?
— Oui, j’arrête de fumer, c’est décidé !
3. — Qu’est-ce que tu vas faire, Phil, pour l’annonce de technicien de laboratoire ?
— Je pense rappeler l’agence pour l’emploi demain matin.
4. — Damien, vous avez l’intention de repartir en Roumanie, cette année ?
— Oui, bien sûr !
5. — Ah bon ? Alexia doit perdre 10 kilos ? Comment elle va faire ?
— Elle a décidé de faire du sport tous les jours.

40
– Faire écouter le premier dialogue aux apprenants. Leur demander de fermer les yeux et de réfléchir
aux questions suivantes : Qui ? Quoi ? Pourquoi ?
– Corriger, collectivement.
– Les inviter à observer le tableau et à réécouter le premier dialogue. Collectivement, faire comprendre
ce qui est demandé à l’aide de l’exemple donné dans le tableau.
– Faire écouter le deuxième dialogue. Leur demander de compléter le tableau, individuellement. Faire
réécouter, si nécessaire.
– Corriger en demandant à un apprenant de donner ses réponses. Les écrire au tableau. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
– Et ainsi de suite…
Corrigé
Qui ? Idée ? Exprime son intention
2 Un patient Arrêter de fumer C’est décidé !
3 Phil Répondre à une annonce Je pense rappeler…
4 Damien Repartir en Roumanie Vous avez l’intention de repartir…
5 Alexia Perdre du poids Elle a décidé de faire…

Activité 17 ➝ Activité de production orale collective en vue d’utiliser ce qui vient d’être repéré dans les acti-
vités de compréhension orale précédentes.
– Inviter les apprenants à regarder les deux illustrations.
– Leur demander de décrire les images en leur posant la question suivante : Qu’est-ce qui vient de se
passer ? Cette utilisation du passé récent permet de faire un lien avec l’unité 1 et de vérifier que les
apprenants n’ont pas oublié ce point de langue.
– Une fois la description faite, leur demander de répondre aux deux questions, collectivement à l’oral.
Bien évidemment, plusieurs réponses sont possibles. L’objectif est d’utiliser l’intention.
Proposition Situation 1 : Je vais chercher un appartement.
Situation 2 : J’ai l’intention d’acheter une nouvelle voiture.

Production orale
Activité 18 ➝ Activité de production orale par groupes de deux en vue de systématiser les expressions d’in-
tention.
Travail de préparation à la production orale
– Demander à plusieurs apprenants de lire les phrases d’intention de l’encadré Exprimer son inten-
tion (1). S’assurer de la bonne compréhension de chaque formulation.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Les inviter à se mettre par groupes de deux et à répondre aux questions posées. Circuler entre les
apprenants pour écouter les productions orales, les corriger si nécessaire et apporter une aide.
– Corriger collectivement à l’oral : demander à quelques apprenants volontaires de donner leur réponse
et en écrire certaines au tableau.
Proposition 1. J’ai l’intention de faire beaucoup d’exercices.
2. Je pense partir aux Seychelles pour voir ma cousine.
3. J’ai décidé de faire dix minutes de gymnastique le matin et trente minutes de jogging le
soir, tout en buvant de l’eau !

POUR PLUS DE LATITUDE

Activité de production écrite pour fixer l’utilisation de l’intention.


Un soir, vous regardez le journal télévisé qui parle de pollution, de chômage, de guerres et de

module 1 unité 2 • 41
catastrophes naturelles. Le lendemain matin, vous vous réveillez, dans la peau d’un super-héros.
Écrivez à votre meilleur ami ce que vous avez l’intention de faire pour changer la situation planétaire,
en lui donnant quelques exemples et en utilisant différentes expressions pour formuler l’intention
(environ 150 mots).

POUR FAIRE CONNAISSANCE


Les activités 19 et 20 amènent les apprenants à découvrir les expressions possibles pour exprimer le but.
Celles-ci peuvent être suivies de l’infinitif ou du subjonctif.

Activité 19 ➝ Activité d’association. Les apprenants sont invités à observer les phrases du corpus et à déduire
la formation du but dans chacune d’entre elles.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Leur demander de faire cette activité individuellement.
– Corriger collectivement : faire une mise en commun et écrire au tableau la règle finale.
Corrigé Les expressions pour que, afin que… sont suivies du subjonctif
pour, afin de… sont suivies de l’infinitif

Activité 20 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants sont invités à reconnaître la forme verbale dans les pro-
positions subordonnées afin de rayer l’expression de but inutile.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Leur demander de faire cette activité individuellement. Les inviter à comparer leurs réponses avec
celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : faire une mise en commun et écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Je t’appelle (pour – pour que) t’informer de la date de notre prochaine réunion.
2. (Afin que – Afin de) faire l’activité correctement, lisez bien la consigne.
3. Elle a indiqué les horaires précis (pour – afin que) tout le monde prenne le même train.
4. Rappelez-moi demain (pour qu’ – afin d’) on convienne d’un rendez-vous.
5. Tu peux m’indiquer le chemin (pour que – pour) aller chez Dominique ?

POUR PLUS DE LATITUDE

– Demander aux apprenants pourquoi Naïma invite ses voisins.


– Répondre collectivement et faire remarquer que le pronom interrogatif Pourquoi ? n’a pas toujours
comme réponse Parce que. Pourquoi peut désigner la cause ou bien le but.
– Distribuer aux apprenants une liste de questions bizarres commençant par Pourquoi ?
– Les inviter à y répondre par deux, en cherchant non pas la cause mais le but et en utilisant les expres-
sions de but vues précédemment : afin de, afin que, pour, pour que.
1. Pourquoi les vaches mangent-elles de l’herbe ?
2. Pourquoi les mamans ont-elles des bébés ?
3. Pourquoi est-ce que la terre tourne autour du soleil ?
4. Pourquoi est-ce que le Père Noël s’habille-t-il toujours en rouge ?
5. Pourquoi est-ce que les femmes conduisent mal ?
6. Pourquoi est-ce que les enfants font la sieste ?
– Collectivement, inviter les apprenants à donner quelques propositions et contrôler leurs réponses.
En écrire quelques-unes au tableau.
Propositions 1. …pour rester minces. 5. …pour que les hommes se moquent
2. …afin de devenir grands-mères. d’elles.
3. …pour que le soleil ait de la compagnie. 6. …afin que les parents aient un peu
4. …afin de plaire aux enfants. de temps libre.

42
IL FAUT QUE TU SACHES…
Dans la dernière unité de Latitudes 1, les apprenants ont déjà découvert la formation du subjonctif
présent et son emploi avec les expressions : je veux que, je voudrais que, j’aimerais que, il faut que.
Pour compléter cette découverte, ils sont ici invités à repérer les expressions du but suivies du subjonctif
ainsi que quelques formes irrégulières de conjugaison. Ce travail se poursuivra avec l’expression du
regret dans l’unité 6 ou encore d’autres expressions, comme celles de l’opposition dans l’unité 10.

Activité 21 ➝ Activité de repérage. Les apprenants sont invités à reconnaître la forme verbale dans les
propositions subordonnées afin de compléter le tableau.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Les inviter à faire l’exercice individuellement. Leur laisser quelques minutes. Circuler dans la
classe pour répondre aux questions éventuelles et vérifier les réponses.
– Leur demander de vérifier avec ce que leur voisin a écrit.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent.
Corrigé
réalisation des actions
forme Infinitif
certaine ou incertaine
1 puisses subjonctif Pouvoir incertaine (pour que)
2 sache subjonctif Savoir incertaine (j’aimerais que)
3 fasses subjonctif Faire incertaine (il demande que)
4 aura indicatif : futur simple Avoir certaine (je suis sûre que)
5 passiez subjonctif Passer incertaine (il faut que)
6 veuille subjonctif Vouloir incertaine (on ne pense pas que)
7 connaît indicatif présent Connaître certaine (je sais que)

Travail à la suite de la correction


– Éventuellement demander aux apprenants s’ils se souviennent des expressions de certitude et
d’incertitude évoquées dans l’unité 1. Les écrire au tableau.
– Inviter les apprenants à déduire si elles sont suivies du subjonctif ou de l’indicatif.
– Noter au tableau que le subjonctif est généralement utilisé quand une personne n’est pas sûre de
la réalisation d’une action par une autre personne alors que l’indicatif est utilisé quand une personne
est sûre de la réalisation d’une action par une autre personne.

Activité 22 ➝ Activité de réemploi. Après avoir observé le début de chaque phrase, les apprenants doivent rayer
la forme qui ne convient pas, afin de choisir entre l’infinitif et le subjonctif.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Les inviter à faire l’exercice individuellement. Leur laisser quelques minutes. Circuler entre les appre-
nants pour répondre à leurs questions éventuelles et vérifier leurs réponses.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. dise – 2. puissiez – 3. comprendre – 4. viendra – 5. preniez – 6. répondes

Production orale
Activité 23 ➝ Cette activité de production orale amène l’apprenant à réemployer, en contexte, l’acte de parole :
l’intention. Elle invite également à utiliser le point de langue sur le subjonctif pour exprimer le but.

module 1 unité 2 • 43
Préparation de l’activité
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Les inviter à prendre connaissance de l’exemple pour visualiser l’idée de projet, l’intention et les
expressions telles que pour que.
Activité
– Demander aux apprenants, par groupes de deux, de se poser des questions sur leurs projets, en
essayant d’être précis, de détailler et de donner des projets à court terme et à long terme. Circuler entre
les apprenants pour veiller à la bonne marche de la discussion.
– Proposer à quelques apprenants de partager leurs projets avec la classe. Éventuellement écrire quelques
projets au tableau.
Travail à la suite de la correction
Lire, pour finir, l’encadré Le subjonctif (1) et insister sur le fait que le subjonctif renvoie à quelque
chose d’incertain, contrairement à l’indicatif.

page 27 > TÂCHE FINALE

La réalisation de cette tâche permet de mobiliser les acquis de l’unité Demander et donner un point de
vue, Interroger, Exprimer son intention pour monter une animation dans un centre de langue dans le
but de promouvoir la culture française, thématique de cette unité.
Présenter la grille d’évaluation avant de démarrer l’activité.
– Inviter les apprenants à observer la photo et à faire des hypothèses sur la situation de communi-
cation (de nombreuses affiches sont collées sur une grille en fer forgé. Ce sont des affiches pour présen-
ter un spectacle, un concert, une pièce de théâtre).
– Lire la consigne de l’activité avec les apprenants et s’assurer de la bonne compréhension de l’ensemble.
– Démarrer l’activité : inviter les apprenants à se mettre par groupes de quatre pour discuter du type
d’animation qu’ils vont mettre en place dans leur école pour montrer l’importance de la culture fran-
çaise. Préciser aux apprenants qu’ils disposent de dix minutes pour se mettre d’accord sur un pro-
jet commun.
– Désigner dans chaque groupe un porte-parole qui va énoncer à la classe le projet envisagé par le
groupe. Noter les projets au tableau. Inviter les apprenants à créer collectivement une fiche qui
pourra les aider dans la réalisation de leur projet. Faire un remue-méninges dans la classe et noter au
tableau toutes les propositions susceptibles d’aider chaque groupe à définir les tâches à réaliser.
Proposition
Qui fait quoi ?
Titre du projet
Date du projet
Horaires choisis
Lieu du projet Salle…
Forme du projet
Support matériel • chaises, tables, etc.
• papiers, affiches, stylos, etc.
• autres
Support communicatif • affiches, tracts, photos
• diffusion internet, radio
• journalistes
Support financier • réaliser un tableau des recettes / dépenses
• contacter des sponsors

44
Support humain • personnes à contacter pour…
• personnes à solliciter afin de…
• personnes à inviter pour que…
Divers • à boire et à manger ?
• gratuité ?
• et après ?

– Laisser à nouveau à chaque groupe une vingtaine de minutes pour compléter le tableau, répartir
les rôles, organiser les tâches, mettre en forme le projet. Pendant toute la durée du travail, circuler entre
les apprenants pour les encourager dans leurs productions, les corriger, les aider, les évaluer.
– Éventuellement, inviter les apprenants à réaliser une affiche commune pour parler de cette anima-
tion dans leur école, soit sur papier soit à l’ordinateur.
– Pour finir, demander aux apprenants d’écrire individuellement le projet d’animation retenu, en classe
ou à la maison. Le ramasser pour l’évaluer en fonction de la grille d’évaluation. Adopter un système
d’évaluation qui permette aux apprenants de s’autocorriger.
Proposition Notre groupe a l’intention de créer un « café français » afin d’offrir aux étudiants la possibi-
lité de connaître la culture française de façon conviviale et sympathique. Pour permettre aux
étudiants de se détendre, nous avons décidé d’installer quelques tables et chaises dans le hall
principal de l’université. Paul veut être le serveur. Nous allons acheter quelques croissants et
les vendre afin de réunir un peu d’argent pour payer les dépenses. Nous aurons aussi du café,
du thé et du jus d’orange. Sarah pense s’occuper de la décoration. Elle va mettre des affiches,
des photos et des cartes de la France le long du hall et apporter quelques CD de musique fran-
çaise pour le café. Matt a l’intention de préparer un petit concours avec des questions géné-
rales sur la culture française et les Français. Je ne veux pas qu’il le fasse tout seul. Je vais donc
l’aider. À la fin de la journée, nous envisageons de donner un prix au(x) gagnant(s) du
concours. Nous n’avons pas encore choisi. Peut-être un livre en français !

On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.

L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
demander un point de vue
exprimer son point de vue
exprimer son intention
poser des questions : Quoi, Que, Qui est-ce qui…
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que,
pourquoi, d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité La culture
Morphosyntaxe
utiliser les temps et les modes verbaux qui conviennent
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité

module 1 unité 2 • 45
page 27 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les deux sons [t] et [d].

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à repérer les sons [t] et [d].
11 1. Nous le tirons. – 2. Adèle est là. – 3. Vous avez un dé ? – 4. C’est rude. – 5. Un bon atout. – 6. Il est
doux. – 7. Elle m’attire. – 8. Arrêtez !

– Inviter les apprenants à lire les deux mots du tableau et leur demander de donner les sons qu’ils vont
devoir repérer dans cette activité. Il s’agit des sons [t] et [d].
– Passer l’enregistrement une première fois. Les inviter à cocher les cases individuellement puis à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les mots aux apprenants.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[t] (temps)    
[d] (dans)    

Activité B ➝ Cette activité de discrimination auditive entre les sons [t] et [d] est plus pointue que la
précédente. Elle invite l’apprenant à se concentrer sur deux sons pour un même mot.
12 1. séducteur – 2. habitude – 3. redouter – 4. taudis – 5. multitude – 6. tardif – 7. dater – 8. étourdi

a) – Inviter les apprenants à fermer leurs yeux et à écouter une première fois l’enregistrement pour repé-
rer les sons [t] et [d].
– Leur demander de regarder le tableau et lire la consigne avec eux.
– Passer l’enregistrement une seconde fois et leur demander de cocher les cases individuellement.
– Corriger collectivement.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[t] puis [d]     
[d] puis [t]   

b) – De nouveau, passer l’enregistrement. Faire répéter les mots.


– Pour aider les apprenants à faire la distinction entre les deux sons dans chaque mot, bien leur mon-
trer que le mouvement de la langue est identique pour les deux sons (la pointe de la langue est en contact
avec la pointe des dents du haut) mais que la sonorité change (les cordes vocales vibrent avec le [d]).

Activité C ➝ Les apprenants doivent maintenant repérer les deux sons [t] et [d] dans la chaîne parlée et ortho-
graphier correctement les mots contenant ces sons.
13 1. Vous avez commandé un café ou un thé ? 2. Attendez-moi, je suis bientôt prête !
3. Antoine a peur de la solitude. 4. Je trouve qu’il a tort, c’est tout !
5. Je déteste ces attitudes !

– Expliquer la consigne et passer l’enregistrement une première fois. Marquer une pause après
chaque phrase pour laisser les apprenants compléter les phrases individuellement.
– Passer ensuite l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.

46
– Corriger collectivement. Quelques apprenants lisent les phrases et épellent les mots qu’ils ont com-
plétés. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire au tableau les réponses qui
conviennent.
Corrigé Voir la transcription ci-dessus.

pages 28 et 29 > EN RUE LIBRE

Cette rubrique reprend le thème introduit par le premier document déclencheur de l’unité : La culture.
Les apprenants sont amenés, dans un premier temps, à lire un manifeste et à répondre à quelques
questions de compréhension écrite. Dans un second temps, ils découvrent l’interview d’un artiste de rue
et répondent à des questions de compréhension orale. Enfin, ils sont invités à échanger leurs points de vue
sur les arts et les spectacles de rue.

Activité 24 ➝ Activité de compréhension écrite. Les apprenants découvrent Le Manifeste de la Fédération


des Arts de la Rue et répondent à quelques questions.
Préparation à l’activité
– Laisser les apprenants observer les quatre photos de la page 28 quelques instants et leur demander
de les décrire ou de faire des hypothèses sur le lieu, la situation, les rôles de chacun.
– Faire une mise en commun, à l’oral. Éventuellement, écrire quelques mots et idées au tableau.
Proposition Chaque photo présente des personnes déguisées ou maquillées. Sur la première photo, on voit
deux personnes déguisées en vache. Elles sont probablement en train de jouer d’un instru-
ment de musique ou de boire du lait ! Elles sont peut-être dans un bar. Sur la deuxième photo,
il y a un clown qui porte un nez rouge. Il est suspendu dans le vide, à l’aide d’une corde, pour
voler comme un oiseau. La scène évoquée par la troisième photo se passe dans la rue. Deux
personnes font du théâtre : elles sont assises à table et jouent une scène devant un public. La
dernière photo présente une personne déguisée sur des échasses qui marche sur une pelouse,
à l’extérieur. Au fond, devant des arbres, se trouve le public qui regarde le spectacle.

– Inviter les apprenants à faire un lien avec le titre de la page En rue libre.
Proposition Ce titre est en relation avec le théâtre de rue, une forme de spectacle joué à l’extérieur.
L’adjectif libre correspond à la liberté d’expression artistique dans l’espace public.

? Le saviez-vous ?
Le théâtre de rue est une forme de spectacle et de représentation théâtrale exécutée dans un espace
public extérieur. En principe, les artistes se produisant dans la rue jouent avec la rue et l’utilisent comme
décor. Généralement, les spectacles de rue sont gratuits pour le public. En France, il existe une
journée nationale des arts de la rue, qui a lieu depuis 2007, le dernier week-end d’octobre et des
festivals comme celui du Théâtre de rue et des Arts de la rue d’Aurillac (cf. 3e photographie) qui a lieu
chaque été.

Compréhension globale
– Bien expliquer la consigne et faire faire l’activité par groupes de deux. Encourager les apprenants
à ne pas s’attarder sur chaque mot du texte mais à en dégager le sens général.
Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’ensemble et faire comprendre le sens des termes
pouvant empêcher la réalisation de l’activité.
– Corriger collectivement à l’oral.
Corrigé 1. a – 2. c – 3. a – 4. b

module 1 unité 2 • 47
Activité 25 ➝ Activité de compréhension orale. Les apprenants sont invités à écouter une interview
de Benoît Clain qui présente l’association Les Géants Verts qu’il a créée avec quelques amis artistes.
Cinq questions de compréhension globale accompagnent l’interview.

14 JOURNALISTE — Et tout de suite… le fabuleux des- une chanteuse, deux artistes de cirque, un marion-
tin d’une compagnie qui monte, qui monte… Les nettiste et un musicien.
Géants Verts sont six artistes de rue et ils présentent JOURNALISTE 2 — Dites-moi, est-ce que c’est difficile
un spectacle absolument époustouflant… sur des de tenir sur des échasses ?
échasses ! Ne manquez pas, dans quelques instants, BENOÎT CLAIN — Oui et non. La formation de base
l’interview de Benoît Clain, créateur de la compagnie. est simple, mais pour vraiment être à l’aise sur les
JOURNALISTE 2 — Benoît Clain, bonjour et merci échasses au milieu du public, il faut un travail phy-
d’accepter cette interview pour Radio Cultura. sique important et aussi… évidemment, beaucoup
Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? d’heures de pratique.
BENOÎT CLAIN — Eh bien… j’ai une maîtrise de JOURNALISTE 2 — Oui, j’imagine… Vos personnages
théâtre et depuis 12 ans, je joue dans diverses com- correspondent à des thèmes différents. Comment
pagnies de théâtre, de spectacles de marionnettes, de les choisissez-vous et qui les fabrique ?
théâtre de rue et plus particulièrement de spectacles BENOÎT CLAIN — En effet, on choisit les thèmes tous
sur échasses. ensemble, selon les envies et les idées des personnes
JOURNALISTE 2 — Et comment vous est venue l’idée du groupe. Ensuite, on fait appel à des costumiers
de créer votre compagnie des Géants Verts ? pour créer nos vêtements.
BENOÎT CLAIN — Bah… Avec quelques amis issus JOURNALISTE 2 — Bien. Et quels sont vos projets
du spectacle et passionnés d’échasses, nous avons futurs ?
décidé de monter un spectacle en vue du festival du BENOÎT CLAIN — Hum… nos projets… devenir
théâtre de rue d’Aurillac de juillet dernier. Nous riches et célèbres… et même beaux… mais là, il y a
avons reçu un bon accueil du public et donc… la du boulot ! Non, je plaisante : on aimerait élargir
compagnie des Géants Verts était née. notre domaine d’activités artistiques et nous diriger
JOURNALISTE 2 — Et qui sont les artistes qui compo- vers des créations plus théâtrales.
sent votre troupe ? JOURNALISTE 2 — Benoît Clain, merci et longue vie
BENOÎT CLAIN — Nous sommes tous comédiens, aux Géants Verts !
mais venons d’origines diverses. Il y a un jongleur, BENOÎT CLAIN — Merci à vous !

Préparation à l’activité
– Inviter les apprenants à écouter une première fois l’enregistrement en cherchant à comprendre le
sens général.
– Leur demander de répondre aux questions générales : Quoi ? Qui ? Pourquoi ?
– Corriger collectivement, à l’oral.
Proposition Quoi ? ➝ une interview au sujet d’une compagnie de rue, Les Géants Verts.
Qui ? ➝ deux journalistes, un homme qui s’appelle Benoît Clain.
Pourquoi ? ➝ afin de présenter la compagnie.
Activité
– Lire la consigne avec les apprenants. Leur demander de choisir vrai, faux, on ne sait pas individuel-
lement. Passer l’enregistrement une deuxième fois.
– Les inviter ensuite à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre les apprenants
pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Passer l’enregistrement une troisième fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement : faire écouter l’enregistrement une dernière fois et l’interrompre au fur et
à mesure de l’apparition des réponses. Éventuellement, leur demander de justifier leurs réponses et
les écrire au tableau.
Corrigé 1. Faux. C’est pour une radio, Radio Cultura. 4. Faux. On fait appel à des costumiers pour
2. On ne sait pas. J’ai une maîtrise de théâtre. créer nos vêtements.
3. Vrai. Il faut… beaucoup d’heures de pratique. 5. On ne sait pas. Quels sont vos projets futurs ?

48
? Le saviez-vous ?
L’école Florent, appelée aussi « Cours Florent », est un établissement indépendant fondé à Paris par
François Florent en 1967. Le cours d’art dramatique dure trois ans et offre de nombreuses thématiques :
danse, comédie musicale, chant et travail vocal, diction, improvisation, travail à la caméra, droit et
économie du spectacle, corps en mouvement, etc. De nombreux acteurs français comme Daniel Auteuil,
Guillaume Canet, Vincent Lindon, Audrey Tautou sont allés dans cette école.

S Activité complémentaire sur internet (voir page 234)

ET VOUS ?

Activité 26 ➝ Activité de production orale permettant aux apprenants de s’exprimer et de parler de ce qu’ils
observent dans leur pays ou dans leur ville.
Envisager cette activité par petits groupes de trois ou quatre. Faire désigner un rapporteur dans chaque
groupe. Inviter les apprenants à décrire ensemble la photo de la page 29 avant de se poser les ques-
tions de l’activité. Leur rappeler qu’ils peuvent utiliser les expressions d’approbation ou de désappro-
bation de l’unité 1 (p. 12) ainsi que celles pour exprimer un point de vue de l’unité 2 (p. 22).
Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, encourager, reprendre, si nécessaire,
etc. Demander au rapporteur de communiquer au reste de la classe ce qui a été échangé et éventuel-
lement, poursuivre la discussion en grand groupe.

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 2, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Vous avez dit « culture » ?
Quoi, que
Demander et donner un point de vue
Expressions utilisées pour exprimer son point de vue
Qui est-ce qui… ? Qu’est-ce que… ?
Questions avec inversion du sujet et du verbe
Exprimer son intention (1)
Expressions utilisées pour exprimer son intention
Pour, pour que, afin de, afin que
L’emploi du subjonctif pour exprimer l’incertitude
L’emploi de l’indicatif pour exprimer la certitude
Des sons et des lettres
La discrimination [d], [t]
Découvertes socioculturelles : la culture
Le vocabulaire de l’unité sur la culture et les arts de la rue

module 1 unité 2 • 49
module 1 Échanger des opinion unité 3 Envie d’ailleurs…

• Exprimer son intention (2).


Objectifs de communication • Justifier un choix.
• Exprimer la restriction.
> Tâche Monter un projet d’échange avec un centre de langue francophone.
• Justifier un choix.
Activités de réception • Exprimer ses intentions d’actions face à une situation.
et de production orales • Présenter un projet.
• Comprendre une interview.
Activités de réception • Justifier un choix par courrier.
et de production des écrits
• Aller, venir, revenir, retourner…
Savoirs linguistiques • Ne… pas… ni, Ne… ni… ni, Ne… que
• Les doubles pronoms
Phonie – Graphie • [f] ou [v]
Découvertes socioculturelles • Les Français et le français hors de France

pages 30 et 31 > ENVIE D’AILLEURS…

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension orale globale. La scène se passe dans une librairie à Istanbul, en Turquie.
Un homme, Julien Boumard, a créé cette librairie francophone dans cette ville qu’il décrit comme un grand
centre culturel et où il habite depuis 2007. Ce premier document audio permet de déclencher le thème de
l’unité : Envie d’ailleurs.
15 JOURNALISTE — Bonjour. Installé en Turquie, Julien la présence française, les écoles françaises, Pierre
Boumard, qui a mené une partie de sa carrière hors Loti, et tous les Turcs qui parlent français.
de France, a créé l’année dernière, à Istanbul, une JOURNALISTE — Alors, Julien Boumard que trouve-
librairie, le Forum, la seule libraire purement fran- t-on dans votre librairie ? Il n’y a que des livres ?
cophone de tout le pays. Alors Julien Boumard, JULIEN BOUMARD— Non, pas seulement. Quand j’ai
pourquoi la Turquie ? monté ce magasin-là, j’avais envie d’avoir différents
JULIEN BOUMARD — Bah, en fait, je suis venu ici en produits culturels français à offrir en Turquie : des
2001 pour travailler, pendant deux ans, de 2001 à livres bien sûr, mais aussi des CD, des DVD, des jeux
2003. Et puis je suis retourné en France. Après, je suis de société, des cartes de vœux… Et puis, au fond du
allé au Liban, en 2005, mais j’avais toujours des magasin, il y a un petit coin avec des tables et des
contacts en Turquie, pour mon travail. Et j’avais chaises, on peut prendre du café ou du thé, vous
aussi des amis, c’est pour ça que je revenais souvent savez, la tradition turque… Ce petit coin, ça permet
ici, et j’ai fini par vraiment bien connaître le pays. Et de prendre son temps, de feuilleter un peu quelques
je me suis installé à Istanbul en 2007. livres… Ça n’est pas juste un magasin où on vient
JOURNALISTE — Oui, mais pourquoi la Turquie, pour- acheter, ni juste une librairie, c’est un endroit plus
quoi pas la France ou le Liban ? convivial, enfin j’espère… Et puis, vous savez, il y a
JULIEN BOUMARD — Oh, vous savez, ici ou ailleurs… des clients qui viennent souvent, on se connaît bien,
mais j’adore la vie ici. Et il y a des choses que je on a sympathisé.
peux faire ici et que je ne pourrais faire ni en France JOURNALISTE — Et vous avez un site internet…
ni au Liban. JULIEN BOUMARD — Oui, alors, le site présente tous
JOURNALISTE — Et en Turquie, pourquoi Istanbul ? les produits que nous avons en magasin. Il permet
JULIEN BOUMARD — Oui, c’est vrai, il y a d’autres aux personnes qui n’habitent pas à Istanbul
grandes villes, Ankara, Izmir… Non… J’ai choisi d’acheter en ligne. C’est vraiment utile. Ça sert aussi
Istanbul parce que c’est vraiment un grand centre à faire connaître le magasin : il y a des personnes qui
culturel, une ville cosmopolite, c’est la porte de cherchent d’abord sur Internet et qui viennent au
l’Europe, vous savez… Et puis, il y a l’histoire aussi, magasin après.

50
Préparation à l’écoute
Inviter les apprenants à regarder les photos. Leur demander ce qu’ils voient (un livre de Pierre Loti),
où se passe la scène (dans une librairie), faire établir des hypothèses sur la personne qui est dans ce
lieu (c’est un homme, il est libraire). Leur demander dans quel pays on se trouve (en Turquie puisque
le livre parle de Constantinople et que la photo est une vue d’Istanbul), ce qu’ils voient comme objets
ou symboles (des livres, deux tasses de thé).

Compréhension globale
– Demander aux apprenants de lire les questions.
– Passer l’enregistrement. Laisser les apprenants répondre individuellement, puis les inviter à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin. Prendre connaissance de leurs réponses en circulant
entre eux.
– Corriger collectivement : faire écouter l’enregistrement une seconde fois en l’interrompant au fur
et à mesure de l’apparition des éléments de réponse. Solliciter un apprenant pour donner sa réponse
et demander à l’ensemble de la classe s’il est d’accord ou non.

Corrigé 1. En Turquie.
2. Parce qu’il adore la vie en Turquie. Il y a des choses qu’il peut faire en Turquie et qu’il ne
peut pas faire ailleurs.
3. Des produits culturels français.
4. C’est un endroit convivial où on peut aussi prendre un café, un thé.
5. Il propose des produits à acheter en ligne.

Travail à la suite de la correction


– Demander aux apprenants de situer la Turquie de façon géographique : quel continent ?
– Sur une carte, les inviter à repérer les différentes villes données dans l’enregistrement (Istanbul, Ankara,
Izmir).
– Les inviter à donner quelques images ou connaissances qu’ils ont de la Turquie : Quelle est la langue
parlée ? Quel est le nombre d’habitants ? Connaissez-vous des monuments célèbres en Turquie ?

? Le saviez-vous ?
La Turquie est un pays eurasiatique : elle est en effet située en Asie et en Europe. La langue officielle
est le turc. La capitale est Ankara, mais la plus grande ville est Istanbul. La Turquie a une population
de plus de 70 millions d’habitants. Depuis 1923, la Turquie est une république.

? Le saviez-vous ?
Pierre Loti (1850-1923) est un écrivain français. Officier de marine, il a voyagé dans de nombreux
pays dont la Turquie pour laquelle il a toujours eu une grande admiration. Il a écrit de nombreux
romans dont Pêcheur d’Islande ou bien La mort de notre chère France en Orient.

Activité 2 ➝ Activité de compréhension orale détaillée. L’objectif de cette activité est d’éveiller les apprenants
à une écoute fine pour travailler le lexique.
– Lire la consigne et les phrases de l’activité avec les apprenants.
– Passer l’enregistrement et les inviter à choisir l’expression qui convient. Leur demander de vérifier
leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement. Pour chaque réponse proposée, solliciter le reste de la classe pour confir-
mer ou infirmer.

Corrigé 1.c – 2.b – 3.a

module 1 unité 3 • 51
Zoom
Les activités 3 et 4 permettent de découvrir ou redécouvrir et de réemployer les verbes aller, venir, reve-
nir, retourner.

Activité 3 ➝ Activité de découverte. Après avoir observé des phrases, les apprenants sont invités à faire la
distinction entre aller, retourner, venir, revenir.
– Faire observer les deux premières phrases de l’activité.
– Leur demander de compléter le premier schéma, en leur faisant observer le sens des flèches.
– Corriger collectivement au tableau.
Corrigé Ici (Turquie) venir là-bas (France)
retourner là-bas (France)

– Faire observer les deux autres phrases aux apprenants.


– Leur demander de compléter le schéma, en leur faisant observer le sens des flèches.
– Corriger collectivement au tableau.
Corrigé Ici (Turquie) aller là-bas (Liban)
revenir là-bas (Liban)

NB : Si nécessaire, il est possible d’écrire au tableau les quatre verbes de la manière suivante.
• Aller = voyager d’ici à là-bas.
• Venir = voyager de là-bas à ici.
• Retourner = voyager d’ici à là-bas (2e voyage).
• Revenir = voyager de là-bas à ici (2e voyage).

Activité 4 ➝ Activité de réemploi. Après avoir observé les phrases, les apprenants sont invités à choisir entre
aller, retourner, venir, revenir.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Leur laisser faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour vérifier leurs
réponses, les encourager et les aider, si nécessaire.
– Leur proposer de vérifier leurs réponses avec leur voisin.
– Corriger collectivement, en écrivant les bonnes réponses au tableau.
Corrigé 1. reviens – 2. retourne – 3. allés – 4. venir

pages 32 et 33 > JUSTIFIER UN CHOIX

Comment on dit ?
L’activité 5 permet de repérer dans le document de la page 30 l’acte de parole : Justifier un choix.
L’activité 6 est un exercice d’association qui permet de systématiser les expressions vues à l’activité
précédente. L’activité 7 est un exercice d’écoute qui permet, par le biais de questions invitant à justifier
son choix, de réemployer à l’oral cet acte de parole.

Activité 5 ➝ Activité d’observation et de repérage.


– Signaler aux apprenants que les phrases de l’activité sont issues du document déclencheur de la double
page précédente.
– Inviter les apprenants à lire les phrases individuellement en leur demandant de repérer les expres-
sions qui introduisent la justification du choix, comme dans l’exemple donné pour la phrase 1.

52
– Corriger collectivement : inviter quelques apprenants à donner leurs réponses. Solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 2. parce que – 3. ça permet de – 4. ça sert à – 5. c’est pour
NB : Demander aux apprenants de dire comment sont construites les phrases et ce qui vient après les
expressions qui permettent de justifier un choix. Laisser les apprenants dire que dans les phrases 3 et 4,
on a un infinitif.

Activité 6 ➝ Activité d’association qui permet aux apprenants de réemployer les expressions qui introduisent
la justification d’un choix.
– Inviter les apprenants par groupes de deux à faire l’activité. Circuler entre les apprenants pour veiller
à la bonne marche de l’exercice. Les aider si c’est nécessaire.
– Corriger collectivement, en écrivant les réponses au tableau.
Corrigé 1.e – 2.a – 3.d – 4.c – 5.b

POUR PLUS DE LATITUDE

– Inviter les apprenants à produire, à l’écrit, pour chaque phrase de la colonne de gauche de l’acti-
vité 6, une justification qu’ils imaginent.
– Circuler dans la classe pour vérifier le bon déroulement de l’activité ; encourager, répondre aux
questions des apprenants, les aider.
– Proposer aux apprenants de contrôler le sens des phrases et les expressions utilisées avec leur voisin.
– Corriger collectivement : inviter quelques apprenants à lire à voix haute une de leurs phrases. Solliciter
le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire quelques propositions au tableau.
Propositions 1. J’ai changé de travail, c’est pour ça que je ne prends plus le train.
2. Maintenant, je gagne plus d’argent, ça permet de partir en vacances !
3. Le matin, je peux arriver au bureau entre 07 h 30 et 10 h 30, c’est pour me permettre
d’emmener les enfants à l’école.
4. On a une réunion par semaine, ça sert à avancer plus vite.
5. Oui, on a tous un badge avec notre nom et notre fonction parce que c’est plus facile
pour se connaître.
NB : Attention à la ponctuation !

Activité 7 ➝ Activité de production orale. Les apprenants sont invités à écouter la question posée et à
répondre oralement, en réemployant les expressions utilisées dans les activités précédentes.

16 1. Tu veux continuer tes études ? 4. Tu n’as pas assez de diplômes pour travailler ?
2. Tu veux apprendre une autre langue étrangère ? 5. Et tes cours d’informatique, c’est utile ?
3. Pourquoi est-ce que tu prends des cours de
communication ?

– Lire la consigne avec les apprenants. Puis lire l’exemple.


– Leur demander de faire l’activité par groupes de deux, en invitant chaque apprenant à donner une
réponse l’un après l’autre, à la suite de la question posée.
– Passer l’enregistrement. Laisser le temps aux apprenants de répondre à la question 1.
– Corriger au tableau, en invitant un apprenant à donner sa réponse. L’écrire au tableau.
– Poursuivre l’enregistrement, en laissant le temps aux apprenants de répondre par groupes de
deux et corriger après chaque réponse au tableau.
Propositions 1. Oui, parce que je voudrais obtenir le diplôme de master pour travailler.
2. Oui, apprendre une autre langue, ça sert à communiquer plus facilement.

module 1 unité 3 • 53
3. Moi, je suis timide, alors, ça permet de parler plus facilement avec les autres.
4. Non, c’est pour ça que je dois continuer mes études.
5. Oui, c’est pour utiliser de nouveaux logiciels dans mon entreprise.

Travail à la suite de la correction


– Lire à voix haute l’encadré Justifier un choix. Inviter les apprenants à suivre.

NI L’UN, NI L’AUTRE
Les activités 8 et 9 permettent de comprendre le sens de la négation avec ni… ni… et de systématiser leur
emploi.

Activité 8 ➝ Cette activité d’observation amène les apprenants à comprendre le sens et la construction des
négations : ni et pas.
– Inviter les apprenants à observer les phrases du corpus.
– Expliquer la consigne et faire faire le numéro 1 individuellement ou par deux.
– Corriger collectivement en faisant lire chaque phrase par un apprenant différent. S’assurer de la bonne
compréhension des réponses données.
Corrigé 1.
phrases Verbes 1er élément 2e élément
1 n’habitent pas à Istanbul
2 n’est pas un magasin une librairie
3 ne pourrais pas faire en France au Liban
4 ne mange pas viande poisson
5 n’a pas passeport carte d’identité

– Faire la suite de l’activité, à l’oral, en interrogeant collectivement les apprenants. Écrire les réponses
au tableau, si nécessaire.
2. Oui, on peut enlever l’élément avec ni.
Ce n’est pas juste un magasin, c’est un endroit convivial.
3. Non, on ne peut pas enlever le deuxième élément avec ni.
4. Il y a des choses que je peux faire ici et que je ne pourrais pas faire en France ni au Liban.
Le sens est le même.
5. Il est possible, lorsque l’on a deux éléments, de supprimer ni et de le remplacer par pas.

Activité 9 ➝ Cette activité permet un travail de systématisation après ce qui vient d’être observé dans
l’activité 8.
– Expliquer la consigne et laisser les apprenants répondre individuellement. Circuler entre eux pour
prendre connaissance de leurs réponses.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. pas… ni – 2. pas… ni – 3. pas – 4. pas… ni – 5. ni… ni
Attention ! Bien faire remarquer la ponctuation aux apprenants (la place de la virgule qui indique
un élément supplémentaire).
Travail à la suite de la correction
– Lire à haute voix l’encadré La négation ne… pas… ni…, ne… ni… ni… ; inviter les apprenants
à suivre des yeux.
54
Production orale
Activité 10 ➝ Cette activité de production permet aux apprenants de réemployer l’acte de parole Justifier un
choix pour parler de l’apprentissage d’une nouvelle langue étrangère.
– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à réfléchir individuellement à l’apprentissage d’une
nouvelle langue étrangère.
– Demander ensuite aux apprenants de se mettre par groupes de trois. Leur suggérer de justifier leur
choix de diverses manières afin d’utiliser les expressions de l’encadré La négation ne… pas… ni…,
ne… ni… ni… .
– Circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de l’activité, aider, encourager,
reprendre si besoin.
– Inviter quelques apprenants à exprimer spontanément leur choix. Inviter le reste de la classe à être
très attentif aux productions. Ne pas interrompre les apprenants durant leur production mais rele-
ver les phrases exemplaires et les erreurs à reprendre avec la classe.
Propositions – Je voudrais apprendre le chinois, c’est pour aller travailler en Chine,
un pays que je trouve très moderne.
– Je souhaite apprendre l’espagnol parce que je rêve d’aller au Mexique depuis très
longtemps.
– J’aimerais apprendre l’arabe, ça sert dans beaucoup de pays.

POUR PLUS DE LATITUDE

– Pour inviter les apprenants à une plus longue production orale, proposer à chaque groupe de trois
apprenants d’écrire sur une feuille trois demandes de justification originales.
– Quand les apprenants ont fini, inviter deux groupes à se réunir : A et B. Un apprenant du groupe
A lit une première demande au groupe B. Chaque apprenant du groupe B répond et doit justifier son
choix, spontanément. Il est interdit d’utiliser la même expression que l’apprenant précédent. Un autre
apprenant du groupe A lit la deuxième demande et ainsi de suite. C’est ensuite au groupe B de deman-
der des justifications au groupe A.
– Circuler entre les groupes pour veiller à la bonne marche de l’activité, aider, encourager, reprendre
ce qui est à reprendre.
Propositions 1. Pourquoi est-ce que vous vous lavez les dents le matin ?
2. Pourquoi avez-vous choisi ce petit(e) ami(e)-ci ?
3. Pourquoi avez-vous acheté ce téléphone portable ?
1. C’est pour avoir de bonnes dents.
2. J’ai choisi ce petit ami parce qu’il est tendre et romantique.
3. Ce téléphone est un peu cher, mais il permet de prendre des photos, de faire quelques
vidéos, d’aller sur internet et aussi d’enregistrer des documents.

S Activité complémentaire
(voir page 234)

Production écrite
Activité 11 ➝ Le travail de réemploi se poursuit avec une activité de production écrite semi-guidée : la rédac-
tion d’une lettre ou d’un courriel à des amis. C’est aussi l’occasion de refaire le point sur quelques
expressions utilisées pour commencer et terminer un message.
– Faire observer et décrire la photo aux apprenants : Qui ? Quoi ? Où ? Pourquoi ? (Il y a trois jeunes
personnes. Ce sont probablement des amis. Ils sont près d’une voiture. Il y a des sacs dans et à côté de la
voiture. Un jeune homme ferme sa valise. Ils sourient. C’est certainement un départ en vacances.)
– Lire et expliquer la consigne avec les apprenants.

module 1 unité 3 • 55
– Avant de faire faire l’activité individuellement, demander aux apprenants ce que ce message doit
contenir précisément. Écrire les propositions au tableau : expressions pour commencer et finir une lettre
à des amis ; rappel du projet de voyage ; justification du choix d’une autre ville ; justifications du choix
d’un autre moyen de transport. Ce travail permet de mieux comprendre l’évaluation qui suivra.
– Faire faire l’activité individuellement, en classe ou chez soi. Préciser aux apprenants le nombre de
mots voulus. Si l’activité est faite en classe, demander aux apprenants de lire leur production à leur
voisin et de dire ce qu’ils en pensent. Demander de justifier les choix.
– Ramasser les productions pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet et nombre de mots),
aux formules utilisées pour commencer et terminer un message, aux expressions employées pour jus-
tifier un choix, à la qualité et la cohérence de l’argumentation donnée.
– Employer un système de correction qui permette à l’apprenant de se corriger lui-même, comme,
par exemple, la grille ci-dessous.

Respect de la consigne 0 0,5


Forme du message (salutations…) 0 0,5
Expressions pour justifier son choix 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Bonjour Alain et Ludo,


Hier, j’ai parlé avec mon frère de notre petit voyage à Marseille. C’est pour ça que je vous écris.
D’après lui, Marseille n’est pas une bonne idée pour un week-end de détente et de découverte
du vin entre amis parce que le voyage en train est trop long depuis Nantes. Je crois qu’il a rai-
son. Alors, j’ai bien réfléchi et j’ai pensé à Bordeaux. C’est beaucoup moins loin et c’est très
joli aussi. Je ne veux y aller ni en train ni en avion. Je préfère prendre la voiture, ça permet de
s’arrêter dans des petits villages autour pour visiter le vignoble ou bien partir à l’aventure !
Et puis, passer un week-end ensemble, ça sert aussi à prendre du temps et à décider de faire
autre chose au dernier moment, non ?
Qu’en pensez-vous ? Vous réfléchissez et on en discute samedi soir.
À plus,
William.

pages 34 et 35 > EXPRIMER SON INTENTION (2)

Dans cette double page, on approfondit l’objectif de communication Exprimer son intention, déjà vu dans
l’unité précédente.
Après un travail de compréhension écrite globale du document déclencheur (activité 12), les apprenants
sont amenés à découvrir deux nouvelles expressions utilisées pour exprimer une intention (activité 13),
puis deux autres extraites d’un document de compréhension orale (activité 14). L’activité 15 propose un
travail de production orale en lien avec l’objectif de communication et les deux personnages présents dans
chaque unité : Nathalie et Naïma.
Les activités 16 et 17 invitent à la découverte et au réemploi du point de langue : la restriction avec ne… que.

C’est clair ?
Activité 12 ➝ Travail de compréhension écrite globale.
Préparation à la lecture
– Inviter les apprenants à prendre connaissance du document (C’est une lettre formelle). Leur deman-
der de se concentrer sur le haut de la lettre. Faire repérer l’auteur (BCF, une agence à Paris), la date
(24 septembre 2009), le destinataire (Nathalie Chauvet), la petite note (adressée à Naïma).

56
Compréhension globale
– Expliquer la consigne. Demander aux apprenants de lire silencieusement la lettre, les questions posées
et d’y répondre individuellement. Laisser quelques minutes.
– Proposer aux apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin en justifiant leur choix.
– Corriger collectivement. Inviter quelques apprenants à lire leurs réponses en justifiant leur choix.
Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Faux. – 2. On ne sait pas – 3. Vrai – 4. Faux – 5. Vrai. – 6. Vrai. – 7. Vrai.

Comment on dit ?
Activité 13 ➝ Cette activité permet à la suite de l’observation d’un corpus (deux phrases extraites de la lettre
de l’agence BCF) de comprendre le sens des expressions : avoir l’intention de et avoir pour objectif de.
– Inviter les apprenants à lire les deux phrases du corpus.
– Leur demander de choisir la réponse qui leur semble la plus sensée.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé b.

Activité 14 ➝ Activité de compréhension orale permettant d’attirer l’attention des apprenants sur l’objectif
de communication : Exprimer son intention (2). On entend plusieurs phrases qui toutes expriment une
intention de différentes manières.

17 1. Nous avons organisé cette réunion afin de vous 5. Nous voudrions vous rencontrer plusieurs fois
expliquer le fonctionnement des agences à pour que vous compreniez bien quel sera votre
l’étranger. travail.
2. Nous avons pour objectif de développer notre 6. Nous avons prévu d’employer deux ou trois
société dans l’Union européenne. personnes dans chaque agence.
3. Si ces trois agences fonctionnent comme nous 7. Et si vous ne parlez pas polonais, nous avons
le souhaitons, nous envisageons d’ouvrir l’intention de vous faire suivre des cours aux
d’autres agences dans d’autres pays européens. mois de novembre et décembre.
4. Nous recherchons des personnes avec un
minimum d’expérience afin que nos agences
puissent fonctionner rapidement.

– Expliquer la consigne. S’assurer de la bonne compréhension de ce qui est demandé.


– Passer l’enregistrement une première fois et faire faire l’activité individuellement. Inviter ensuite
les apprenants à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre eux pour prendre
connaissance de leurs réponses.
– Si besoin, passer l’enregistrement une seconde fois pour permettre aux apprenants de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant à chaque fin
de phrase. Solliciter la classe. Compléter le tableau.
Corrigé
phrase verbe
avoir l’intention de 7 faire suivre
avoir pour objectif de 2 développer
envisager de 3 ouvrir
prévoir de 6 employer

Travail à la suite de la correction


– Demander aux apprenants d’être attentifs à l’écoute, de donner les expressions d’intention utilisées
dans les phrases 1, 4, 5 et d’indiquer le verbe qui suit l’expression.

module 1 unité 3 • 57
– Passer l’enregistrement de nouveau, en s’arrêtant après chaque phrase.
– Corriger collectivement. Leur demander ensuite quelle est l’autre forme vue dans l’unité 2 et qui
ne figure pas dans cette activité.
Corrigé 1. afin de expliquer (infinitif)
4. afin que puissent (subjonctif présent)
5. pour que compreniez (subjonctif présent)
– Autre forme pour…+ infinitif
– Lire l’encadré Exprimer son intention (2) à voix haute et s’assurer de la bonne compréhension de
chaque expression.
S Activité complémentaire sur internet (voir page 234)
Production orale
Activité 15 ➝ Activité de production orale permettant aux apprenants de systématiser l’objectif de commu-
nication : Exprimer son intention.
– Inviter les apprenants à prendre connaissance de la situation. S’assurer de la bonne compréhension
de l’ensemble.
– Expliquer la consigne, en précisant qu’à la fin de l’activité, quelques groupes joueront devant la classe.
– Former des groupes de deux. Les apprenants peuvent s’aider en faisant une liste d’idées et d’argu-
ments. Exemple : Quels sont les arguments de Nathalie pour aller ou ne pas aller à cet entretien ? Quelles
sont les questions que se pose Naïma au sujet de cette lettre ?
– Demander aux apprenants de jouer la situation par deux.
– Circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de l’activité, aider, encourager,
reprendre, si nécessaire.
– Faire jouer la situation par quelques groupes devant la classe. Inviter le reste de la classe à être très
attentif aux productions, à vérifier que la consigne a été respectée, à veiller à la prononciation, à rele-
ver les expressions d’intention, etc. Ne pas interrompre les apprenants durant leur production, mais
faire relever les phrases exemplaires et les erreurs à reprendre avec la classe.
Proposition — Salut !
— Tiens, salut, Nathalie. Je viens de lire la lettre que tu m’as laissée. C’est quoi cette agence ?
— BCF, c’est le nom d’une banque. Je leur avais envoyé une candidature spontanée, il y a
quelques mois et je ne pensais pas qu’ils allaient me répondre.
— Et qu’est-ce que tu vas faire ?
— J’ai l’intention de compléter le dossier et de leur envoyer. Et puis, on verra bien.
— Et pour l’entretien ?
— Je pense que je dois faire le maximum afin de leur plaire.
— Mais s’ils te proposent un travail en Pologne ?
— Je ne sais pas encore. Je n’ai pas prévu de partir aussi loin. Peut-être qu’ils auront un poste
à Paris. Pour le moment, j’envisage de rester à Rouen et d’attendre leurs propositions. C’est
peut-être mal payé, qui sait ?
— Tu me tiens au courant, hein ?
— Oui, oui, ne t’inquiète pas ! Allez, il faut que je te laisse. J’ai rendez-vous. À plus !

JE N’AIME QUE TOI


Les activités 16 et 17 travaillent la notion de restriction. Les apprenants sont tout d’abord invités à obser-
ver une phrase du corps de la lettre (activité 16) pour comprendre le sens de la restriction. Puis, ils sont
amenés à transformer les réponses d’un dialogue pour exprimer la restriction avec ne…que.

Activité 16 ➝ Activité d’observation sur la notion de restriction : ne…que, à partir d’une phrase de la lettre.
– Commencer par écrire la phrase au tableau : La BCF n’a qu’une agence en Pologne.

58
– Collectivement, interroger les apprenants pour savoir s’il est possible de remplacer ne… que par ne… pas.
– Écrire la phrase au tableau pour aider les apprenants à visualiser la différence : La BCF n’a pas d’agence
en Pologne.
– Demander aux apprenants d’expliquer la différence entre les deux phrases. S’assurer de la bonne
compréhension de cette différence, en donnant d’autres exemples si nécessaire.
Corrigé 1. Non, car cela changerait le sens de la phrase.
2. Avec ne… pas, le nombre d’agences = 0.
Avec ne… que, on montre qu’il existe seulement une agence.

Activité 17 ➝ Activité de réemploi de la restriction avec ne… que.


– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement. Inviter les apprenants à comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs
réponses.
– Corriger collectivement : demander aux apprenants de lire à tour de rôle une phrase de chaque dia-
logue. Solliciter à chaque fois le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. S’assurer de la bonne
compréhension de la situation de communication pour les phrases qui posent problème.
Corrigé 1. Non, je n’ai que 20 euros.
2. Non, non, je ne prends qu’un café.
3. Mardi, non. Je ne suis libre que lundi.
4. Euh… je ne parle que le français et le polonais.
Travail à la suite de la correction
– Proposer aux apprenants de se mettre par groupes de deux. Leur demander d’observer l’illustra-
tion (page 35) et d’imaginer un dialogue entre les deux personnages sur le modèle suivant :
– Je suis allé en Chine, au Canada, au Maroc et en Espagne.
– Moi, je ne suis allé qu’en Espagne.
– Inviter les apprenants à lire individuellement l’encadré La restriction : ne… que. S’assurer de la bonne
compréhension des phrases (et de l’emploi de ne… que) en les reformulant, si nécessaire.

S Activité complémentaire (voir page 235)

page 36 > TU ME LE DONNES ?

Les activités 18, 19, 20 portent sur les doubles pronoms. Comme les pronoms compléments directs et
indirects ont déjà été étudiés dans le module 3 de Latitudes 1, cette page a pour objectif d’amener les
apprenants par le biais de la lettre (activité 18) à observer et à découvrir ce que remplacent les pronoms
(activité 19), pour ensuite les utiliser (activité 20) en prêtant attention à la place de chacun, comme le
montre l’encadré Les doubles pronoms.

Activité 18 ➝ Activité de repérage des pronoms compléments directs et indirects avec le document déclencheur
de la page 34.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Demander aux apprenants de lire la lettre, page 34 afin de découvrir ce que remplace chaque pro-
nom.
– Leur laisser quelques minutes pour faire l’activité individuellement. Leur proposer de comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement.
Corrigé 1. t’ = à toi (Naïma) en = de la lettre (envoyée par BCF)
2. vous = Nathalie en = de la lettre (envoyée par Nathalie)
3. nous = les membres de l’agence le = le dossier

module 1 unité 3 • 59
Activité 19 ➝ Activité de repérage des doubles pronoms afin de visualiser leur place dans des phrases.
– Demander aux apprenants d’observer le tableau. À partir de la ligne complétée, leur demander de
retrouver la phrase parmi les six qui contient ces pronoms. (C’est la phrase numéro 2). Bien signaler
le premier pronom, puis, le deuxième. Les inviter à retrouver le premier pronom pour chaque
phrase puis de compléter le tableau avec le deuxième.
– Faire faire l’activité individuellement. Laisser quelques minutes.
– Corriger collectivement.
Corrigé me…
te… en le… lui
se… la… en lui… en
nous… le les… leur…
vous… y

Activité 20 ➝ Les apprenants sont maintenant invités à trouver le pronom qui pourrait remplacer les mots
soulignés.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Leur demander de trouver individuellement les pronoms qui pourraient remplacer les mots sou-
lignés. Circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne compréhension de l’activité, les aider, si
nécessaire.
– Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement. Écrire les réponses qui conviennent au tableau. S’assurer de la bonne com-
préhension de l’activité.
Corrigé 1. Non, il ne m’en a pas parlé. (parler de quelque chose)
2. Je vais laisser le directeur vous l’annoncer. (annoncer la bonne nouvelle)
3. Oui, vous pourriez m’en indiquer un ? (un restaurant)
4. C’est moi qui le lui avais offert. (le livre, à Sophie)
5. Combien tu veux que je lui en rapporte ? (de livres, à ta fille)
6. Encore ! Je lui en ai déjà prêté le mois dernier. (de l’argent, à Bruno)
Travail à la suite de la correction
À la fin de cette activité, lire l’encadré Les doubles pronoms avec les apprenants pour vérifier com-
ment utiliser les pronoms ensemble. S’assurer de la bonne compréhension des tableaux.

page 37 > TÂCHE FINALE

Cette activité permet de mobiliser les acquis de l’Unité pour Justifier un choix et Exprimer son inten-
tion. Pour aider les apprenants, leur demander de citer deux ou trois pays francophones. Avant de
démarrer le travail, présenter la grille d’évaluation.
– Inviter les apprenants à observer la photo. Leur demander de la décrire. Des étudiants sont instal-
lés en terrasse avec leur ordinateur portable. Ils sont probablement en train de travailler ou de préparer
un projet en commun.
– Lire la consigne à voix haute et s’assurer que tout est bien compris.
– Distribuer une carte des pays francophones pour aider les apprenants à faire un choix.
– Former des groupes de deux et démarrer l’activité. Préciser aux apprenants qu’ils disposent de dix
minutes pour se mettre d’accord sur un projet commun.
– Former ensuite des groupes de quatre et laisser à nouveau à chaque groupe une dizaine de minutes
pour se mettre d’accord sur l’université, le voyage et le projet. Cette deuxième phase permet aux appre-
nants de justifier leur choix de façon cohérente et logique afin de faire adopter une partie de leur pro-
jet à l’autre groupe. Leur demander de n’aboutir qu’à un projet commun. Pendant la durée de cette

60
activité, circuler entre les apprenants pour les encourager dans leurs productions, les corriger, les aider
et les évaluer.
– Pour finir, demander à chaque groupe d’écrire les grands axes du projet et de présenter leur pro-
jet à la classe. Veiller à ce que le reste de la classe soit attentif pendant la présentation de sorte que le
projet soit critiqué de façon positive et négative. Demander aux apprenants de poser des questions
à chaque groupe.
– À la fin de la présentation de tous les projets, demander aux apprenants de voter à bulletin secret
pour le projet qu’ils ont préféré. La consigne doit être la même pour tous : ne pas voter pour son propre
projet et justifier de façon cohérente son choix pour le projet retenu.
– Circuler entre les apprenants pour ramasser les bulletins secrets et demander à quatre apprenants
de venir au tableau : trois sont chargés de dépouiller les bulletins et de lire à tour de rôle, le contenu
du bulletin ; le quatrième apprenant est chargé de comptabiliser au tableau le nombre de votes. Après
chaque lecture des bulletins, ne pas hésiter à émettre un commentaire sur la justification en elle-même
ou bien sur la lecture à voix haute. Féliciter l’équipe gagnante.
– Pour le lendemain, demander à chaque apprenant de rendre compte par écrit du projet élaboré en
petits groupes en veillant à donner un nombre de mots, en insistant sur la justification du choix du
projet et sur les intentions du groupe par rapport à l’université choisie. Puis, demander à chaque appre-
nant de donner son opinion personnelle sur ce projet de groupe en justifiant son choix ou en expri-
mant son point de vue (cf. unité 2).
Proposition Notre groupe a choisi de correspondre avec une université québécoise parce que nous avons
tous l’intention, un jour, d’aller au Canada. Notre objectif est de créer un forum sur internet
pour échanger sur les cultures francophones. Ce forum proposerait différentes rubriques :
cinéma, gastronomie, littérature, sorties, fêtes, mode. Chaque apprenant pourrait y laisser un
commentaire ou des photos suite à une expérience personnelle. Par exemple, un étudiant qui
est allé au cinéma pourrait donner son opinion sur le film. D’autres ajouteraient des commen-
taires. Nous avons pour objectif de donner envie aux autres de mieux connaître les cultures
francophones, et plus particulièrement la culture québécoise. Pour faire découvrir le Canada
aux étudiants de l’université, nous inviterions deux étudiants à venir dans notre pays. Deux
étudiants de notre groupe prévoient aussi de partir au Canada. Pour financer ce projet,
notre groupe pense demander une aide à l’université. En échange, nous pourrions organiser
à notre retour, une exposition sur le voyage. Un voyage, ça sert à échanger !

On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.
L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
justifier un choix
exprimer son intention
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que,
pourquoi, d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité
Morphosyntaxe
utiliser le subjonctif après afin que, pour que
utiliser l’infinitif après afin de, pour, envisager de…
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité

module 1 unité 3 • 61
page 37 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C, D sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les sons [f] et [v].

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à écouter et répéter des mots contenant les sons [f] et [v].
18 – Faire écouter l’enregistrement.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois. Après chaque mot, faire répéter individuellement les appre-
nants.
– Faire remarquer aux apprenants que pour le son [f] comme pour le son [v], les dents du haut sont
légèrement en contact avec la lèvre du bas mais que pour le son [f], les cordes vocales ne vibrent pas.

Activité B ➝ Activité de discrimination auditive.

19 1. Bienvenue ! 5. Une question difficile.


2. Premier paragraphe. 6. Au revoir.
3. Boulevard Arnault. 7. Le bureau d’information.
4. C’est un mauvais livre. 8. Un œuf en chocolat.

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont poursuivre le travail sur l’opposition [f] et [v].
– Passer l’enregistrement une première fois. Les inviter à cocher les cases individuellement puis à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les phrases aux apprenants.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[f]    
[v]    

Activité C ➝ Activité de lecture.


– Lire la consigne avec les apprenants.
– Leur demander de se mettre par groupes de deux. À tour de rôle, les apprenants lisent les phrases.
Les inviter à être attentif l’un à l’autre, à se corriger mutuellement si besoin. Circuler dans la classe
pour veiller à la bonne marche de l’activité.
– Corriger collectivement : lire les phrases à voix haute. Demander à l’ensemble de la classe de
répéter.

Activité D ➝ Les apprenants doivent maintenant repérer les deux sons [f] et [v] dans la chaîne parlée et ortho-
graphier correctement les mots contenant ces sons.

20 1. Vous voulez faire vos valises ? 4. Ce sont des filles actives et volontaires.
2. Il faut tout vendre avant vendredi. 5. Le vent est fort et il fait vraiment froid.
3. Qui vole un œuf, vole un bœuf.

– Expliquer la consigne et passer l’enregistrement une première fois. Marquer un temps de pause après
chaque phrase pour laisser les apprenants compléter les phrases individuellement.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.

62
– Corriger collectivement. Quelques apprenants lisent les phrases et épellent les mots qu’ils ont com-
plétés. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer les propositions. Écrire les réponses
au tableau.
Corrigé Voir la transcription ci-dessus.

page 38 > LOIN DE LA FRANCE

Cette double page apporte un complément au thème de l’unité : Envie d’ailleurs. Une interview d’un
Français expatrié (activité 21) ouvre la thématique et invite à comprendre un tableau présentant des sta-
tistiques sur le nombre de Français à l’étranger. L’activité 22 porte sur les mots d’origine française véhi-
culés à l’étranger et amène les apprenants à s’interroger sur leur propre langue. L’unité se termine par une
production orale évoquant les transferts de culture et le monde de la francophonie. Ce thème avait déjà
été évoqué dans l’unité 10 de Latitudes 1.

Activité 21 ➝ Activité de compréhension orale globale.

21 JOURNALISTE — Mathilde Lemaistre, vous habitez à s’entend bien avec nos voisins, on se rencontre faci-
Pointe-Noire. Quand est-ce que vous êtes arrivés lement. Pour mon mari, au Brésil, il y avait beaucoup
ici ? Pourquoi vous êtes venus au Congo ? de personnes d’origine japonaise, il avait des amis
MATHILDE LEMAISTRE — Alors, ça fait maintenant japonais, ici, ce n’est pas la même chose… Mais, il y
trois ans qu’on est au Congo. C’est pour mon travail a quand même pas mal de Français ici, on doit être
évidemment qu’on est venus ici. Avant, pour mon trois ou quatre mille au Congo. Pour les enfants pas
travail aussi, j’ai passé quatre ans au Brésil, et avant de problème, ils sont bien partout, au Brésil, ils
encore, j’étais au Japon. Mon mari est japonais, on avaient des copains brésiliens, ici, ils ont des copains
s’est rencontrés au Japon. congolais, ils ont même appris quelques mots de
JOURNALISTE — Alors, comment ça se passe pour lingala. Moi, je parle seulement français avec mes
vous au Congo, et pour votre mari et vos enfants ? collègues. Le Congo, c’est un pays très ouvert sur le
MATHILDE LEMAISTRE — Eh bien, vous savez, on n’est monde.
plus au temps des colonies où il y avait une grande JOURNALISTE — Et la ville de Pointe-Noire ?
différence entre les Congolais et les Européens ou les MATHILDE LEMAISTRE — Je crois qu’on est mieux ici
étrangers. Là, moi, les personnes avec qui je travaille qu’à Brazzaville. On est au bord de l’océan. Par certains
sont congolaises, ce sont des collègues, il n’y a pas de côtés, ça nous rappelle Recife au Brésil. Au Japon, on
différence entre nous. C’est vrai qu’on a une maison habitait à Nagasaki. On aime bien vivre au bord de
plutôt belle, mais bon, ce n’est pas un château et on la mer.

Préparation à l’écoute
– Inviter les apprenants à lire l’introduction (« De nombreux Français… »), puis en vérifier la com-
préhension globale.
– Laisser les apprenants observer les photos des pages 38 et 39 quelques instants et leur laisser
quelques minutes pour échanger leurs impressions avec leur voisin. Demander aux apprenants de
retrouver le pays où elles ont été prises ou bien d’émettre des hypothèses (au Canada, à Dubaï, au
Japon). Leur laisser ensuite quelques minutes pour observer le tableau et leur demander de donner
quelques informations générales sur ce tableau pour le présenter (Ce tableau date de 2007. Il présente
le nombre de Français qui vivent à l’étranger. Le classement est donné par continent : Afrique, Amérique,
Asie, Europe, Océanie.)
– Dire aux apprenants qu’ils vont entendre une interview d’une Française qui vit à l’étranger. Les invi-
ter à lire les questions et à regarder le tableau 1.
– Passer l’enregistrement une première fois. Leur laisser quelques minutes pour répondre aux ques-
tions individuellement. Circuler entre les apprenants pour vérifier leurs réponses.

module 1 unité 3 • 63
– Passer l’enregistrement une deuxième fois, si nécessaire. Les inviter à contrôler leurs réponses avec
celles de leur voisin.
– Corriger collectivement, à l’oral, à l’aide de l’enregistrement et du tableau 1.
Corrigé 1. Elle a habité au Brésil, au Japon et maintenant elle vit au Congo.
2. Son mari est japonais. Ils se sont rencontrés au Japon.
3. Elle pense que ses enfants sont bien partout.
4. Elle dit qu’ « au temps des colonies », on faisait une différence entre les Congolais et les
Européens. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas.
5. Trois ou quatre mille Français vivent au Congo. Dans le tableau, on remarque qu’ils sont
beaucoup plus nombreux dans les autres pays.
6. Les Français aiment majoritairement vivre en Europe. C’est probablement parce que
géographiquement, c’est proche. On parle aussi d’une culture européenne commune.
Ensuite, les Français partent aux États-Unis d’Amérique. Ils ont l’image d’un pays où on vit
bien financièrement et culturellement. Beaucoup émigrent au Canada parce qu’on y parle
français. D’autres émigrent sur le continent africain dans des pays anciennement colonisés.

? Le saviez-vous ?
– Rappel sur la Francophonie (cf. Latitudes 1, unité 10).
En 1880, le géographe français Onésime Reclus (1837-1916) invente le terme « francophonie » pour
définir l’ensemble des personnes et des pays qui utilisent le français.
Environ 200 millions de personnes parlent français dans le monde. Le français est une langue
officielle dans une trentaine de pays. Il existe une institution fondée sur le partage d’une langue, le
français, et de valeurs communes qui compte, à ce jour, cinquante-cinq États et gouvernements
membres et treize observateurs totalisant une population de 803,44 millions de personnes. Elle
s’appelle l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).
– Après 1803, la France, comme beaucoup d’États européens, se lance dans la conquête de l’Afrique
du Nord, avec la campagne d’Algérie, et de l’Afrique subsaharienne (Sénégal). C’est à partir de cette
époque que naissent des relations particulières entre la France et certains pays africains : un échange
politique s’installe avec le Sénégal, un lien intellectuel se tisse avec Madagascar, un soutien militaire
des Maghrébins vient renforcer les forces françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Les rela-
tions sont souvent tendues : colonisation implique exploitation humaine et matérielle ; partage des
cultures engendre parfois discrimination et racisme. Nombreux sont les Africains qui viennent
vivre en France et les Français qui, encore aujourd’hui, ont une fascination pour les pays africains ou
un passé commun (cf. J.M.G. Le Clézio – L’Africain) et s’y installent.

Activité 22 ➝ Activité de compréhension d’un tableau et de production orale.


– Inviter les apprenants à observer le tableau 2. Leur demander d’expliquer ce que contient le tableau
(le nom de langues étrangères, des mots étrangers d’origine française, l’équivalent en langue française).
– Lire les questions. Proposer aux apprenants de se mettre par groupes de deux. Leur laisser quelques
minutes. Pendant ce temps, circuler entre eux pour répondre à leurs demandes, les aider, si nécessaire.
– Faire une mise en commun. Au tableau, écrire les propositions données par les apprenants. Si besoin,
donner quelques exemples pour leur montrer que de nombreux mots d’origine française sont uti-
lisés à l’étranger.
– Faire observer l’illustration de la page 39. Former des groupes de deux. Demander aux apprenants
de la décrire et de la commenter. Les inviter à donner des mots de la langue française utilisés dans leur
langue maternelle qu’ils trouvent vraiment jolis. Leur demander quels mots de leur langue maternelle
ils aimeraient emmener avec eux en voyage. Faire une mise en commun rapide.

ET VOUS ?
Activité 23 ➝ Activité de production orale permettant aux apprenants de s’exprimer sur la place des habi-
tants de leur pays à l’étranger ou sur celle des produits culturels de leur pays.
64
– Lire les questions.
– Si les apprenants sont de nationalités différentes, envisager cette activité par petits groupes multi-
culturels de trois ou quatre. Si les apprenants sont de même nationalité, former aussi des groupes de
trois ou quatre.
– Dans chaque groupe, faire désigner un rapporteur. Inviter les apprenants à répondre aux questions.
Leur laisser une dizaine de minutes. Pendant la durée de l’activité, circuler parmi eux pour veiller à
la bonne marche de l’activité, les encourager, reprendre, si c’est nécessaire.
Demander au rapporteur de communiquer au reste de la classe ce qui a été échangé, et, éventuelle-
ment, poursuivre la discussion en grand groupe.
– Si besoin, écrire quelques informations au tableau.

S Activité complémentaire
(voir page 235)

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 3, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :

☺  
Envie d’ailleurs
Nuance des verbes : aller, retourner, venir, revenir
Justifier un choix
Expressions pour justifier un choix
Savoirs linguistiques
Ne… pas… ni, Ne… ni… ni
Exprimer la restriction : ne… que
Les doubles pronoms
Exprimer son intention (2)
Expressions utilisées pour exprimer son intention
Des sons et des lettres
La discrimination [f] et [v]
Découvertes socioculturelles : Loin de la France
Le vocabulaire de l’unité : l’expatriation, culture et francophonie

module 1 unité 3 • 65
Préparation au DELF A2
?? module ?1 (pages
(pages ??
42 et 43) •• Corrigés
et ??)

PARTIE 1 COMPRÉHENSION DE L’ORAL dimanche, qu’est-ce que tu en penses ? À ton avis, il faut
que je réserve une salle ou tu penses que Pierre peut
L’examinateur communiquera les consignes suivantes me prêter sa maison de campagne ? Ce serait sympa, c’est
avant de faire écouter l’enregistrement. grand, il y a un beau jardin, on peut manger dehors, faire
Vous allez entendre un enregistrement, composé de deux du bruit, autant qu’on veut ! Bon, rappelle-moi pour me
documents : dire ce que tu en penses. Je te donne un autre numéro
– lisez les questions de l’exercice 1 ; parce que mon téléphone est cassé, j’en ai emprunté un
– écoutez une première fois l’enregistrement ; autre, enfin, c’est compliqué. Bon, tu peux m’appeler
– réfléchissez et commencez à répondre ; au 01 46 48 75 59. Je t’embrasse, à plus.
– écoutez une deuxième fois l’enregistrement ;
– finissez de répondre aux questions. 1. 
Faites la même chose pour l’exercice 2. 2. Vrai.
3. Faux.
Exercice 1 4. C’est grand, il y a un beau jardin, on peut manger
dehors, faire du bruit.
22 — Bertrand Delanoë, maire de Paris, veut construire
5. Vrai.
des gratte-ciels autour de Paris. La polémique est impor-
tante chez les intellectuels de la capitale. Ils disent que le
paysage parisien va être moins beau, gâché. Mais qu’en
pensent les Parisiens ? Madame, que pensez-vous de la PARTIE 2 COMPRÉHENSION DES ÉCRITS
construction de tours autour de Paris ?
(DAME 1) L’examinateur peut communiquer un temps limité
— Ouh là là, je ne suis pas d’accord ! Ça ne va jamais (30 minutes).
s’arrêter ! Il y a déjà les immeubles de la Défense, la tour
Montparnasse, c’est suffisant non ? Ce n’est pas New Exercice 1
York ici ! 1. Quatorze ans.
(JOURNALISTE) 2. Parce qu’Olivier a trouvé un bon travail.
— Et vous monsieur ? Les tours à Paris ? 3. Vivre dans un appartement alors qu’avant, ils avaient
(Homme 1) une maison avec un jardin.
— Moi ? Je vais vous dire… Je m’en fiche, j’habite à 4. Trouver un établissement scolaire international.
Marseille, alors, les Parisiens et leurs tours… 5. Oui.
(JOURNALISTE)
— Monsieur, la construction de tours à Paris, vous en
Exercice 2
pensez quoi ?
(HOMME 2) 1. Vrai – 2. Faux – 3. Vrai – 4. Vrai – 5. Vrai
— Je suis complètement d’accord, M. Delanoë a bien rai-
son. L’image de Paris va être plus moderne, c’est bien !
Paris n’est pas un musée ! PARTIE 3 PRODUCTION ÉCRITE
1. Autour de Paris. L’examinateur rappellera aux apprenants le nombre de
2. Le maire de Paris, Bertrand Delanoë. mots voulus (de 60 à 80).
3.
Approbation désapprobation indifférence Exercice 1 (proposition)
intellectuels  Salut Marc !
Comment vas-tu ? Moi, je vais bien. Je viens de prendre
1re personne 
une décision importante dans ma vie : j’ai l’intention de
2e personne  partir au Japon. Cela fait des années que je rêve d’y aller.
3e personne  Me promener dans des temples, boire du thé vert, lire
des mangas, escalader le Mont Fuji… super, non ?
4. Paris sera moins belle. Il y a assez de tours. Une entreprise m’a contacté pour faire un stage pendant
une année. C’est pour cela que je voudrais partir. Cela ne
Exercice 2 va pas être facile ! Je compte sur toi pour m’encourager.
— Laissez un message après le bip sonore. Pour envoyer une Quand est-ce qu’on se voit pour parler de tout ça ?
23
page internet, tapez « étoile ». Vincent.
— Salut Marie, c’est Audrey. Bon, c’est décidé, j’ai l’in-
tention de faire une fête pour mon anniv’. Je n’avais pas Exercice 2 (proposition)
envie, mais, un quart de siècle, ça se fête quand même. Je Tout à fait d’accord avec toi ! C’est n’importe quoi ! Quand
ne suis pas certaine de la date… Le 23 mai, c’est un on est aussi riche, il faut partager avec ceux qui le sont

66
Préparation au DELF ?? module ? (pages ?? et ??) • Corrigés
moins. Je pense que cet homme n’a aucun sentiment. Il est baigner. Le soir, nous faisions des courses pour dîner.
très égoïste. Pour moi, être riche, ce n’est pas seulement une Moi, je n’aime pas faire la cuisine. Mon amie cuisinait tous
question d’argent. On peut être riche simplement avec son les soirs. C’était très bon. Un jour, nous avons fait du che-
cœur… peut-être qu’un jour, il va le regretter, qui sait ? val sur la plage. J’ai adoré. Un soir, nous sommes allées en
discothèque. J’étais surprise parce qu’il y avait beaucoup
S Voir grille d’évaluation du DELF de filles et très peu de garçons. Nous ne sommes pas res-
tées longtemps. Nous étions un peu déçues, c’est pour ça
que nous n’y sommes pas retournées.
PARTIE 4 PRODUCTION ORALE
Exercice en interaction (proposition)
Durée de l’épreuve de production orale : 7 à 10 minutes.
Les apprenants ont 10 minutes de préparation pour le — Alors, pourquoi est-ce que tu voulais me parler ?
monologue suivi. Il n’y a pas de préparation pour l’entre- — Eh bien, voilà…Dans un an, j’ai des examens très
tien dirigé, ni pour l’exercice en interaction. importants pour mes études. Mais je n’ai pas le temps
d’étudier parce que je travaille ici. J’aime beaucoup mon
travail. Mais je dois absolument réussir mes études.
Entretien dirigé — Si tu veux partir, tu peux. Je trouverai bien quelqu’un
L’examinateur posera aux apprenants quelques questions pour te remplacer.
simples sur eux et sur leur vie. Exemple de consigne : — En fait, j’envisage d’arrêter de travailler pendant
Commencez par vous présenter. Ensuite, exprimez vos goûts quelques mois, juste le temps de préparer mes examens.
culturels. Exemples de questions : Qu’est-ce que vous aimez Mais j’ai l’intention de revenir travailler dans le bar après.
faire le week-end ? Quels sont les lieux culturels dans votre — Combien de temps est-ce que tu veux t’arrêter ?
ville ? Est-ce que vous y allez ? Quel type de spectacle est-ce — Trois ou quatre mois.
que vous aimez ? Quel style de musique est-ce que vous — Tout ça, juste pour des examens ?
écoutez ? Quel type d’art est-ce que vous préférez ?
— J’ai pour objectif de finir mes études dans deux ans.
C’est pour ça que je dois absolument travailler un peu pour
Monologue suivi (proposition) ne pas rater mes examens. Mais l’argent que je gagne ici,
L’été dernier, je suis allée à la mer avec des amies. Nous ça sert à payer mes études. Alors, je pensais que peut-
sommes parties une semaine. Nous avons fait du camping. être…
Pendant la journée, nous allions à la plage. Nous lisions un — Non ! Je ne suis pas d’accord. J’ai besoin de quelqu’un,
livre, nous discutions de tout et de rien, nous allions nous ici, tout le temps. Si tu pars, je te remplace définitivement.

Corrigés DELF A2 module 1 • 67


module 2 Parler de ses sentiments et de ses émotions
Ce module amène progressivement l’apprenant à parler de ses sentiments et de ses émotions, à l’aide
d’expressions suivies de l’indicatif et du subjonctif.
L’unité 4 permet, aux apprenants, d’exprimer leurs goûts et leurs préférences, tout en travaillant la
comparaison. Par la suite, ils découvrent puis utilisent à leur tour les expressions de joie et de tristesse
en poursuivant leur apprentissage du passé composé.
Dans l’unité 5, ils sont invités à découvrir d’autres sentiments : la peur, l’inquiétude et la surprise. Aux
actes de parole sont associées l’étude du plus-que-parfait et l’étude de plusieurs indicateurs de temps.
L’unité 6 porte sur l’expression de la déception et du regret qui implique, notamment, l’étude du subjonc-
tif, prolongement de l’unité 2.

Inviter les apprenants à ouvrir leur livre page 45. Avant de commencer une unité, en com-
menter le contenu avec le contrat d’apprentissage.

unité 4 Voilà l’été !


● Lire le titre et demander aux apprenants de dire ce à quoi l’été leur fait penser. Lire le contenu
de la tâche finale et expliquer ce qui est nécessaire.
● Faire ensuite le lien avec l’acte de parole : Dire que j’aime, que je préfère. Donner un

exemple en reprenant les mots évoqués par les apprenants : L’été, j’aime bien aller à la mon-
tagne, mais j’aime mieux aller au bord de la mer. Puis, leur montrer « J’apprends » et conti-
nuer avec cet exemple : La montagne, c’est plus agréable que la mer. À la montagne, il y a moins
de touristes, l’été. Leur montrer le point de langue : la comparaison.
● Faire le lien directement avec l’acte de parole suivant : Exprimer ma joie, ma tristesse. Pour

cela, donner des exemples et faire ressortir des émotions sur le visage : ☺ On va à la mer,
c’est génial ! et  Je suis triste de ne pas aller à la mer.

unité 5 Terre inconnue


● Expliquer la consigne de la tâche finale, puis s’arrêter sur le titre de l’unité et s’assurer de
la bonne compréhension.
● Faire comprendre aux apprenants que l’unité 5 va leur permettre d’apprendre à exprimer

une peur et une inquiétude. Pour cela, dire : J’ai peur de faire ce test demain et illustrer
l’exemple à l’aide de gestes (visage qui tremble, se ronger les ongles…). Puis, rassurer les
apprenants en leur disant : Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas grave, ça va aller. Pour expri-
mer la surprise, continuer : Ah ! bon ? Il y a un test ? Ça alors ! Leur montrer « Pour » qui
reprend ces trois actes de parole.
● Pour finir, attirer l’attention sur « J’apprends » et lire le plus-que-parfait. Expliquer qu’ils

vont découvrir un nouveau temps du passé, dans la continuité de ceux de l’unité 1.

unité 6 Vivement dimanche !


● Lire avec les apprenants le contenu de la tâche finale et faire comprendre ce qui est néces-
saire. Leur expliquer qu’ils pourront réaliser ce travail, grâce, notamment, aux objectifs de
communication. Pour exprimer ma colère, faire celui qui manifeste, en disant : Je ne veux
pas travailler le dimanche. Pas de boulot ! Un jour de repos ! S’arrêter sur le titre de l’unité
pour que les apprenants comprennent le lien avec le thème. Pour exprimer ma déception,
continuer sur cette thématique : En France, les magasins ne sont pas ouverts le dimanche,
c’est dommage !
● Pour finir, attirer l’attention sur « J’apprends » et faire comprendre que le subjonctif est sou-

vent nécessaire pour exprimer des sentiments.


68
module 2 Parler de ses sentiments unité 4 Voilà l’été !
et de ses émotions
• Exprimer le fait d’aimer, de préférer.
Objectifs de communication • Comparer.
• Exprimer la joie et la tristesse.
> Tâche Préparer un programme de séjour linguistique.
• Comprendre un bulletin d’information radiophonique.
Activités de réception • Exprimer ses sentiments à partir d’une situation illustrée.
et de production orales
• Comprendre des témoignages.
• Rédiger un sommaire de bulletin d’information.
Activités de réception
• Comprendre une lettre exprimant des sentiments et y répondre.
et de production des écrits
• Rédiger une lettre de demande.
• La nominalisation et les suffixes
• Le comparatif, le superlatif de l’adjectif et de l’adverbe
Savoirs linguistiques • Aussi / non plus
• Les accords simples du participe passé
• L’accord du participe passé avec avoir
Phonie – Graphie • [s] ou [1]
Découvertes socioculturelles • Vacances : tendances

pages 46 et 47 > VOILÀ L’ÉTÉ !

L’unité s’ouvre sur une page de photographies : des voitures sur l’autoroute prises dans un embou-
teillage, le fronton de l’hôtel Carlton, une tempête, une résidence luxueuse avec une piscine extérieure,
le champion de natation Alain Bernard et une photo prise dans une station-service. Ces photographies
sont en lien avec les activités 1, 2, 3 de compréhension orale qui portent sur un bulletin radiophonique.
Ce document, repris à plusieurs reprises au cours de l’unité pour découvrir un savoir-faire communica-
tif et des savoirs linguistiques, n’est pas à étudier de façon approfondie dès le départ. L’activité 4 propose
un repérage lexical qui amène à la découverte du point de langue : la nominalisation. Ce point de langue
est systématisé dans l’activité 5.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension orale globale. Les apprenants associent les photographies de la page
46 au sommaire du bulletin radiophonique.

24 JOURNALISTE — Mesdames et messieurs bonsoir et laire et reste le pays le plus touristique du monde
bienvenus dans cette édition de 18 heures. Voici les devant l’Espagne et les États-Unis et elle accueille
titres de notre journal de ce soir. mieux les touristes qu’il y a quelques années.
Départ en vacances ce week-end, Bison Futé prévoit Reportage à Cannes où même les palaces font le
une journée rouge dans les deux sens. Plus de circula- plein.
tion dans le sens Nord-Sud que l’année dernière Bonne nouvelle pour les vacanciers : l’essence est
aujourd’hui samedi, mais moins d’accidents qu’en moins chère qu’en juillet. Explications avec notre
juillet, les Français sont plus prudents. Reportage spécialiste.
sur l’autoroute du soleil. Le milliardaire russe, Mikhaïl Prokhorov, s’achète la
Les spécialistes du tourisme sont contents : le niveau villa Leopolda de Villefranche-sur-mer pour 500 mil-
de réservation des hôtels est très bon, meilleur que lions d’euros. C’est l’une des villas les plus chères du
l’année dernière. La France est toujours aussi popu- monde. Enquête sur ces nouvelles fortunes russes.

module 2 unité 4 • 69
La tempête tropicale Fay a fait un mort et trois dis- Enfin, Alain Bernard a nagé le plus vite, c’est le
parus samedi lors de son passage en République meilleur nageur du monde du moment sur le
dominicaine. Fay n’a pas tué autant que Noël qui 100 mètres nage libre. Il n’a pas battu de record,
avait fait 30 morts. C’est la tempête la moins mortelle mais c’est le commencement d’une belle carrière
des trois de cette année. olympique. Portrait de la nouvelle star de la natation.

Préparation à l’écoute
– Inviter les apprenants à se mettre par deux et à décrire les photographies, ensemble. Leur deman-
der d’émettre des hypothèses sur les lieux, les personnes, la saison.
– Faire une mise en commun afin de donner quelques éléments lexicaux facilitant l’écoute et la suite
de l’activité. Pour la première photographie, par exemple : c’est le jour des départs en vacances. Il y a
tellement de circulation que cela forme des embouteillages sur les autoroutes.
Compréhension globale
a) – Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre un bulletin radiophonique, c’est-à-dire des infor-
mations données à la radio par un journaliste. Attirer leur attention sur le fait que le document consiste
en un sommaire et qu’ils vont entendre les six informations principales qui sont de courte durée.
– Leur demander de répondre à l’activité a) individuellement. Faire écouter l’enregistrement. Puis,
les inviter à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour permettre aux apprenants de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses et solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
b) – À la suite de la correction, demander aux apprenants, à l’oral, d’associer chaque titre à une photo
de la page 46.
Corrigé a) Essence moins chère : n° 3 Le meilleur nageur du monde : n° 6
Tempête tropicale : n° 5 Réservations d’hôtels : n° 2
Départ en vacances : n° 1 Achat d’une villa : n° 4
b) Essence moins chère : n° 6 Le meilleur nageur du monde : n° 5
Tempête tropicale : n° 3 Réservations d’hôtels : n° 2
Départ en vacances : n° 1 Achat d’une villa : n° 4

? Le saviez-vous ?
– Alain Bernard, né le 1er mai 1983, est un nageur français. Il a détenu le record du monde du 100 m
nage libre le 13 août 2008 avec un temps de 47 s 20. Le lendemain, il devient le premier champion
olympique français du 100 m nage libre lors des Jeux olympiques de Pékin.
– L’hôtel Carlton est un célèbre palace de prestige, construit en 1911 sur la croisette à Cannes (Côte
d’Azur). La façade de l’hôtel, figure de la Belle-Époque, a été classée comme monument historique
en 1989. Accueillant de nombreuses vedettes, l’hôtel est lié au monde du cinéma depuis la création
du Festival de Cannes en 1946.

Activité 2 ➝ Activité lexicale dont le but est de faire distinguer les différentes rubriques d’un journal.
– Lire la consigne avec les apprenants. Puis, lire à voix haute les différentes rubriques que l’on trouve
dans un journal.
– Par groupes de deux, leur demander d’attribuer une photo à chaque rubrique.
– Faire une mise en commun rapide à l’oral.
– Si le temps le permet, proposer aux apprenants d’imaginer des titres pour les deux rubriques
restantes. Leur demander s’ils connaissent d’autres rubriques.

70
Corrigé Société : photo n° 1 Sports : photo n° 5
Économie : photo n° 6 Environnement :photo n° 3
Immobilier : photo n° 4 Éducation
Monde : photo n° 2 Média
Propositions – Éducation : Grève de l’éducation nationale : encore de nouvelles réformes !
– Média : Fin des publicités sur les chaînes publiques.
– Autres rubriques : sciences, fait divers, nécrologie, culture, technologies…

Activité 3 ➝ Activité de compréhension globale. Les apprenants sont invités à écouter une interview entre le
reporter présent sur l’autoroute du Soleil et une famille de vacanciers.

25 JOURNALISTE — Mais commençons par les départs en HOMME — À Grimaud, près de Sainte Maxime, on va
vacances. Cette année, les Français utilisent plus le louer une petite maison.
train pour aller en vacances et partent moins long- OLIVIER JACQUOT — Et… vous allez faire quoi pen-
temps, mais, ce week-end, il y a quand même beau- dant les vacances ?
coup de monde sur les routes. Notre reporter a inter- HOMME — On va se reposer. Avec ma femme et les
rogé des vacanciers sur l’autoroute du soleil, enfants, on aime beaucoup cette région. On aime
l’autoroute la plus fréquentée de l’Hexagone. bien Grimaud parce qu’il y a la mer pas très loin et
Ambiance avec Olivier Jacquot. la campagne. Mais il y a souvent beaucoup de monde.
OLIVIER JACQUOT — Sur l’autoroute du soleil, il y a FEMME — Les enfants préfèrent la mer, c’est plus
autant de circulation que d’habitude, 120 km de sympa pour eux. Ça nous plaît bien d’aller à la plage,
bouchons. Il y a ceux qui remontent vers le Nord, mais, nous, vraiment, on aime mieux faire des visites
bronzés et détendus et les autres qui descendent de châteaux et des villages de Provence, c’est plus
pour aller au soleil et profiter de la plage, direction intéressant. On préfère découvrir la région, quoi.
le camping, l’hôtel ou le gîte loué à la campagne. OLIVIER JACQUOT — Très bien, merci et bonnes
— Bonjour monsieur, vous allez où ? vacances, soyez prudents. Et vous madame…

– Inviter les apprenants à lire les questions individuellement.


– Passer l’enregistrement une première fois. Demander aux apprenants de répondre aux questions
posées individuellement. Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
Prendre connaissance de leurs réponses en circulant entre eux.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour permettre aux apprenants de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral. Solliciter quelques apprenants. Demander à l’ensemble de la
classe si elle est d’accord. Écrire les réponses au tableau.
Corrigé 1. Sur l’autoroute du soleil.
2. À Grimaud, près de Sainte Maxime.
3. Les parents aiment faire des visites de châteaux et de villages.
4. Les enfants préfèrent la mer.

? Le saviez-vous ?
L’autoroute A7, dite l’autoroute du soleil, est le prolongement de l’autoroute A6 et relie Lyon à
Marseille. Elle mesure 302,5 km. Elle fait partie des autoroutes européennes. C’est la plus fréquen-
tée de l’Hexagone.

Zoom
Activité 4 ➝ Activité de découverte de la transformation de verbes en noms. Les étudiants sont ensuite
26 invités à écouter les réponses dans le document de compréhension de l’activité 1.

module 2 unité 4 • 71
– Lire la consigne et l’expliquer si nécessaire. Éventuellement, écrire un exemple au tableau pour que
les apprenants comprennent mieux ce qui est demandé. (Exemple : enregistrer ➝ enregistrement.)
– Faire faire l’activité par groupes de deux, en demandant aux apprenants d’indiquer le genre du nom.
Circuler dans la classe pour veiller à la bonne marche de l’activité.
– Faire une mise en commun avant l’écoute des réponses (vérification).
– Passer l’enregistrement de l’activité 1 pour que les apprenants puissent contrôler leurs réponses, en
l’interrompant au fur et à mesure de l’apparition des réponses.
– Écrire les réponses au tableau.
– Demander s’ils connaissent d’autres verbes avec le même type de transformation (donner des
exemples, au choix).
Corrigé Circuler ➝ la circulation Nager ➝ la natation
Réserver ➝ la réservation Commencer ➝ le commencement
Expliquer ➝ l’explication (fém.) Partir ➝ le départ
Enquêter ➝ l’enquête (fém.) Visiter ➝ la visite
Passer ➝ le passage

Activité 5 ➝ Cette activité permet aux apprenants de réemployer la nominalisation.


– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à transformer les phrases individuellement.
– Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses, les aider, si nécessaire.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent leurs réponses. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau. Insister sur les modifications entraînées
par la nominalisation. Souligner l’utilité de la nominalisation (le à quoi ça sert).
Corrigé 1. Préparation d’une réforme par le ministère de l’Éducation nationale pour la rentrée.
2. Changement des dates de vacances scolaires l’année prochaine.
3. Modification de la politique agricole de l’Union Européenne.
4. Restauration de l’église Saint-Maclou par la mairie de Rouen : deux ans de travaux.
5. Contrôle de 32 camions par la police à la frontière espagnole : 4 tonnes de cannabis saisies.
Travail à la suite de la correction
Inviter les apprenants à prendre connaissance de l’encadré La nominalisation. Faire remarquer
l’importance de bien connaître le genre du nom.

pages 48 et 49 > DIRE QU’ON AIME, QU’ON PRÉFÈRE

Comment on dit ?
Les activités 6 et 7 permettent de travailler différentes expressions possibles pour dire qu’on aime, qu’on
préfère. Ces expressions complètent celles déjà étudiées dans Latitudes 1, unité 3, p. 32.

Activité 6 ➝ Activité de compréhension orale amenant l’apprenant à découvrir dans le reportage réalisé sur
l’autoroute du soleil, les expressions pour dire qu’on aime, qu’on préfère.
– Lire la consigne. Expliquer aux apprenants qu’ils vont réécouter le reportage sur l’autoroute du soleil.
Signaler qu’ils doivent d’abord trouver de quoi parlent les personnes et qu’ensuite, ils doivent retrou-
ver les expressions utilisées et ce qu’elles expriment.
– Passer l’enregistrement. Faire faire l’activité par groupes de deux ou trois. Circuler entre les appre-
nants pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral. Solliciter quelques apprenants. Demander à l’ensemble de la
classe de confirmer ou d’infirmer les réponses. Compléter le tableau.

72
Corrigé
Expressions Quoi ? Aime ❤ Aime ❤❤ Préfère
« on aime beaucoup » cette région 
« on aime bien » Grimaud 
« les enfants préfèrent » la mer 
« ça nous plaît » aller à la plage 
« on aime mieux » visiter des châteaux et des villages 
« on préfère » découvrir la région 

Production orale

C’EST LE MEILLEUR !
Activité 7 ➝ Activité de production orale qui invite les apprenants à réutiliser les expressions qui leur per-
mettent de nuancer leurs goûts.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité par groupes de deux. Leur demander de bien justifier
leur choix. Les encourager à réemployer les expressions vues dans l’unité précédente.
– Circuler entre les groupes pour veiller à la bonne marche de l’activité, encourager, reprendre ce qui
est à reprendre, etc.
– Corriger collectivement en faisant une petite enquête dans la classe. Reprendre le tableau de l’ac-
tivité précédente, effacer la première colonne et les éléments de réponse de la deuxième. Les rempla-
cer par mer, montagne, campagne, puis par vacances sportives, vacances culturelles, vacances de détente,
et par hôtel, camping, maison. Poser des questions à l’ensemble de la classe (Qui est-ce qui aime la mer ?
Qui est-ce qui préfère la montagne ?) et leur demander de voter à main levée. Pour chaque question,
demander à un ou deux apprenants de justifier leur choix. Compléter le tableau pour mieux connaître
les goûts de la classe.
Travail à la suite de la correction
Lire avec les apprenants l’encadré Dire qu’on aime, qu’on préfère. S’assurer de la bonne compréhen-
sion de l’ensemble en jouant rapidement quelques situations dans la classe (Chocolat blanc, choco-
lat au lait ou chocolat noir ? Les apprenants pourront répondre J’aime bien le chocolat blanc, mais je
préfère le chocolat noir. On peut faire la même chose avec Thé, café ou jus d’orange ? Ou encore avec
Printemps, automne, hiver ?).

POUR PLUS DE LATITUDE

Inviter les apprenants à rédiger, à la maison, un texte pour exprimer leurs goûts et leurs préférences
sur différents sujets : les vacances, le sport, la nourriture, le cinéma, la lecture, etc.

Activité 8 ➝ Activité de compréhension orale. Elle a pour objectif de faire découvrir aux apprenants le point
de langue : la comparaison.
Travail de préparation
– Pour préparer ce travail sur la comparaison, inviter deux apprenants à se lever. Puis, demander au
reste de la classe de nommer les différences entre ces deux apprenants (on peut aussi dessiner au tableau
ou trouver deux photos de personnages l’un petit, l’autre grand ; l’un chevelu, l’autre chauve ; l’un
riche, l’autre moins…). Écrire les différences sous la forme : A est plus grand que B ; B est moins grand
que A ; B a plus de cheveux que A ; A a moins de cheveux que B ; B travaille plus que A ; A travaille moins
que B.

module 2 unité 4 • 73
– Lire le tableau avec les apprenants. Pour aider à la compréhension de ce tableau, reprendre chaque
colonne en lui attribuant le dessin fait au tableau. S’assurer de la bonne lecture des signes de la colonne
de gauche et de la bonne compréhension des autres colonnes.
– Faire écouter le journal et demander aux apprenants de compléter le tableau individuellement. Les
inviter à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Pendant ce temps, circuler entre eux pour
prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : solliciter un apprenant pour donner sa réponse et demander à l’ensemble
de la classe s’il est d’accord ou non.
Corrigé
Avec un adjectif ou un adverbe Avec un nom Avec un verbe
plus + adjectif ou adverbe + que plus de (d’) + nom (+ que) verbe + plus que
+
plus prudents que… plus de circulation que les Français utilisent plus
le train que…
moins + adjectif ou adverbe + que moins de (d’) + nom (+ que) verbe + moins (+ que)
- ils partent moins longtemps que… moins d’accidents que l’essence est moins
chère que…
aussi + adjectif ou adverbe + que autant de (d’) + nom (+ que) verbe + autant (+ que)
= la France est toujours il y a autant n’a pas tué autant que…
aussi populaire que… de circulation que…

POUR PLUS DE LATITUDE

– Demander aux apprenants de se mettre par groupes de deux. Les inviter à réutiliser chaque
structure en se comparant l’un avec l’autre. Circuler parmi eux pour veiller à la bonne marche de
l’activité : expliquer à nouveau s’ils n’ont pas bien compris le tableau.

Activité 9 ➝ Activité d’observation et de découverte. Les apprenants sont invités à faire la distinction entre
« meilleur » et « mieux » à l’aide de phrases du corpus.
– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux. Leur demander de lire les deux phrases du
corpus puis de réfléchir à leur signification. Leur laisser le temps de discuter et de se mettre d’accord
sur les réponses à donner aux questions posées.
– Corriger collectivement : demander à un apprenant de lire la première phrase. Lire la question 1
à voix haute. Le laisser répondre. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire la
réponse au tableau. Faire de même avec la deuxième phrase.
Corrigé 1. Meilleur correspond à l’adjectif bon. 2. Mieux correspond à l’adverbe bien.

Activité 10 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants doivent choisir entre « mieux » ou « meilleur ».
– Faire la première phrase ensemble, puis faire faire l’activité individuellement.
– Corriger collectivement.
Corrigé 1. mieux … meilleur – 2. mieux – 3. mieux … meilleur – 4. mieux

Activité 11 ➝ Activité de réemploi. À partir de fiches descriptives de trois pays différents, les apprenants sont
invités à compléter un texte avec des comparatifs.
– Inviter les apprenants à observer les trois fiches. Leur demander de les expliquer : il s’agit de fiches
descriptives de trois pays (Haïti, la Belgique, le Niger). Pour chaque fiche, on donne des informations
principales (chef de l’état, superficie, population, espérance de vie, croissance et monnaie). S’assurer de
la bonne compréhension du vocabulaire.

74
– Lire la consigne et expliquer qu’on va comparer les trois pays. Demander aux apprenants de bien
observer les trois fiches avant de faire l’activité et de bien lire le texte avant de le compléter.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour vérifier leurs réponses, les
aider, les encourager. Les inviter à contrôler leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Un apprenant corrige l’activité au tableau. Lui dire de demander les réponses aux autres apprenants.
S’effacer un peu pour laisser la classe libre d’échanger sur la réponse à donner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé plus… plus… – moins… plus… – mieux… meilleure… – plus… moins…

Activité 12 ➝ Activité de découverte. À partir de quelques phrases du journal radiophonique, les apprenants
sont invités à découvrir le point de langue : le superlatif.
– Lire la consigne.
– Laisser les apprenants observer l’exemple. Les inviter à trouver les contraires des superlatifs indi-
viduellement. Proposer de contrôler les réponses avec celles de son voisin. Pendant la durée de l’ac-
tivité, circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau.
Corrigé L’une des villas les moins chères du monde. Le moins bon nageur. La tempête la plus mortelle
des trois. Il a nagé le moins vite. Le moins jeune étudiant de la classe.
Travail à la suite de la correction
– Poser ensuite les questions 1 et 2 à l’ensemble de la classe, dans leur ordre d’apparition.
– Laisser le temps aux apprenants de formuler des réponses. Corriger au tableau, à l’aide d’exemples
donnés par les apprenants.
Corrigé 1. Le superlatif est utilisé pour exprimer le degré positif ou négatif extrême d’une qualité.

Propositions 2. Le superlatif se forme généralement avec :


• nom + le plus + adjectif + du + nom
Exemple : L’homme le plus romantique du monde est George Clooney.
Attention ! Si le nom est féminin, changer l’article.
Exemple : La femme la plus romantique du monde est Sophie Marceau.
• nom + le moins + adjectif + des + nom (au pluriel)
Exemple : Le requin est le moins gentil des poissons des océans.
• le meilleur + nom
Exemple : Le meilleur ami de l’homme est le chien.
• verbe + le mieux
Exemple : C’est souvent la maman qui connaît le mieux ses enfants.

Activité 13 ➝ Activité de réemploi. À partir des fiches descriptives de la Belgique, d’Haïti, du Niger, les appre-
nants sont invités à faire des phrases avec les superlatifs.
– Lire la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour vérifier leurs réponses, les
aider, les encourager. Les inviter à contrôler leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : inviter quelques apprenants à formuler quelques propositions de réponses.
Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire quelques propositions au tableau.
Propositions Le Niger est le pays avec la plus grande superficie.
Le pays le moins peuplé est Haïti.
La Belgique a l’espérance de vie la plus longue.
Le Niger a la plus forte croissance.

module 2 unité 4 • 75
Travail à la suite de la correction
Lire avec les apprenants l’encadré Comparer. Marquer une pause après chaque partie pour s’assu-
rer de la compréhension des comparatifs, puis de celle des superlatifs. Pour la dernière partie qui porte
sur les adjectifs courts, demander aux apprenants de reformuler différemment quelques questions.
(Exemple : Qui est le plus jeune étudiant de la classe ? ➝ Qui est l’étudiant le plus jeune de la classe ? ;
Quel est l’animal le plus petit de notre pays ? ➝ Quel est le plus petit animal de notre pays ?)

S Activité complémentaire (voir page 235)

pages 50 et 51 > EXPRIMER LA JOIE ET LA TRISTESSE

Cette double page traite de l’expression de la joie et de la tristesse.


Nathalie envoie une lettre à Dominique pour lui exprimer sa tristesse à la suite de leur rupture, pour lui
expliquer pourquoi c’est mieux ainsi et lui faire part de sa joie de savoir qu’il a obtenu son master des beaux-
arts. Cette lettre sert de support à un travail de compréhension écrite (activité 14), d’observation des expres-
sions de sentiments (activité 15) et se poursuit par un travail de repérage de nouvelles expressions dans
une activité de compréhension orale (activité 16). Cette étude se termine par une production orale
(activité 17) et une production écrite (activité 18).

C’est clair ?
Activité 14 ➝ Activité de compréhension écrite globale.
– Attirer l’attention des apprenants sur le titre de la double page : Qu’est-ce que la joie ? La tristesse ?
Il est possible de mimer ou de dessiner des visages au tableau, comme par exemple ☺ . Puis faire
observer les deux photos : comment sont-ils ? Tristes ? Contents ? Ensuite, demander qui est l’auteur
de la lettre (Nathalie, une jeune femme qui habite dans l’immeuble depuis l’unité 1) et le destinataire
(Dominique, un jeune homme qui vient de Québec – cf. unité 2). Les inviter à émettre des hypothèses
sur le contenu de la lettre (toutes les réponses sont envisageables).
– Laisser le temps aux apprenants de lire la lettre individuellement.
– Expliquer ensuite la consigne et faire faire l’activité par groupes de deux. Passer entre les apprenants
pour prendre connaissance de leur travail.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Nathalie a écrit une lettre à Dominique.
2. Nathalie et Dominique ont eu une relation amoureuse. Nathalie a quitté Dominique.
3. Nathalie explique à Dominique qu’ils ont passé de bons moments, parfois tristes, parfois
heureux mais que leurs cultures et leurs façons de vivre sont trop différentes pour continuer
ensemble.
NB : On peut demander aux apprenants s’ils connaissent des différences culturelles entre la
France et le Québec.
4. « Chum » = petit ami ; « blonde » = petite amie (mots utilisés au Québec).
NB : On peut demander aux apprenants s’ils connaissent d’autres mots utilisés au Québec.
(cf. Le saviez-vous ?)
5. Nathalie voudrait que Dominique arrête de lui écrire.

? Le saviez-vous ?
Le français du Québec est une variété de la langue française. Il existe de nombreuses différences
lexicales entre le français du Québec et le français d’Europe, qui ne sont pas seulement orales et fami-
lières. On trouve « barrer » qui signifie « fermer à clé », « déjeuner » qui équivaut à « dîner », « chauf-
fer » pour « conduire », « magasiner » pour « faire des courses » et bien d’autres mots encore.

76
POUR PLUS DE LATITUDE

Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux. Leur demander d’imaginer une histoire au passé
pour raconter ce qui s’est passé entre le moment de la rencontre de Nathalie et Dominique (la soi-
rée chez Naïma pour faire connaissance) et cette lettre. Les inviter à construire l’histoire ensemble, à
tour de rôle : chacun produit une phrase pour compléter celle de son voisin.

Comment on dit ?
Activité 15 ➝ Activité de repérage dans un document écrit. Les apprenants sont invités à trouver les expres-
sions de joie et de tristesse.
– Lire la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Corriger collectivement, à l’oral, en écrivant les expressions au tableau.
Corrigé 1. Joie : Félicitations ! ; Je suis heureuse pour toi.
2. Tristesse : Je suis triste que… ; Je suis malheureuse ; J’en ai assez de tout ça.
Travail à la suite de la correction
– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux. Pour chaque expression trouvée dans le texte,
leur demander de la réutiliser, à l’oral, dans un autre contexte. Circuler entre les apprenants pour veiller
à la bonne marche de l’activité.
– Après cinq minutes, demander à quelques apprenants de faire des propositions. En écrire quelques-
unes au tableau.

Propositions 1. – Je vais me marier. – Félicitations !


2. – Mon petit ami va venir me voir. – Je suis heureuse pour toi.
3. Je suis triste que tu partes demain.
4. Il est malheureux de quitter son pays.
5. Mes parents ont en assez de se fâcher avec mon frère.

Activité 16 ➝ Activité de repérage dans un document audio. Les apprenants sont invités à trouver les expres-
sions de joie et de tristesse.

27 1. — Allo maman ? J’ai eu mon bac ! Enfin ! 4. Chéri, c’est magnifique, c’est génial ! J’ai eu une
— C’est extraordinaire ! Je suis vraiment promotion, je suis directrice de département
contente pour toi. C’est bien ma chérie. maintenant !
2. — Bah, t’es bizarre ! Qu’est-ce qui ne va pas ? 5. — Je viens d’avoir ma mère au téléphone. Elle a
— J’en ai marre. J’ai raté mon permis de passé des examens. Son cancer est guéri !
conduire. C’est la cinquième fois ! — C’est fantastique ! Enfin, une bonne
3. — Salut tous les deux, comment ça va ? nouvelle !
— Eh bien… Nous avons le plaisir de vous
annoncer notre mariage !

a) – Dessiner trois colonnes au tableau.


Phrases ☺ 

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre cinq petits dialogues. Les inviter, pour chacun
d’entre eux, à faire attention à l’intonation. Passer l’enregistrement en marquant une pause après chaque
dialogue. Leur demander collectivement de dire si les personnes expriment la joie ou la tristesse.
Compléter le tableau au fur et à mesure.

module 2 unité 4 • 77
Corrigé
Phrases ☺ 
1 
2 
3 
4 
5 

POUR PLUS DE LATITUDE

Ajouter une colonne au tableau précédent intitulée « Pourquoi ? ». Faire écouter l’enregistrement de
nouveau et demander aux apprenants de deviner les raisons pour lesquelles ces personnes sont
tristes ou heureuses.

b) – Lire la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Passer l’enregistrement une seconde fois. Leur proposer de
comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement, à l’oral.
– Faire répéter chaque phrase avec l’intonation
Corrigé C’est extraordinaire ! : n° 1 C’est magnifique ! : n° 4
C’est fantastique ! : n° 5 Je suis vraiment contente : n° 1
Nous avons le plaisir de : n° 3 J’en ai marre : n° 2
C’est génial ! : n° 4

Production orale
Activité 17 ➝ Activité de production orale permettant de réemployer ce qui vient d’être découvert. Par
groupes de deux, les apprenants créent une petite saynète sur le thème : exprimer ma joie et ma tristesse.
– Inviter les apprenants à décrire chaque photo, les émotions exprimées et à faire des hypothèses sur
ce qui vient de se passer. Faire une mise en commun rapide (Un homme qui porte un costume-cravate
tient sa tête dans les mains, en signe de tristesse. Il y a un carton rempli de documents et une plante à côté
de lui. Il vient peut-être d’être licencié. Sur la deuxième photo, on voit une jeune femme qui découvre avec
joie un message sur son téléphone. Elle vient peut-être de trouver du travail).
– Demander ensuite aux apprenants de se mettre par groupes de deux. Ils doivent imaginer un dia-
logue, à l’oral, puis le jouer ensemble, en utilisant les expressions de joie et de tristesse. Pendant la durée
de l’activité, circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs productions, pour les
encourager ou les aider.
– Pour finir, demander à quelques groupes de jouer leur scène devant la classe. Solliciter le reste de
la classe pour savoir si la consigne a été respectée. Insister sur l’intonation et la gestuelle accompa-
gnant certaines expressions (j’en ai marre = on laisse tomber les bras, on soupire…). Féliciter les appre-
nants pour leurs productions.
Propositions 1. — Allô, chérie, c’est une catastrophe. Je viens d’être licencié.
— Ne t’inquiète pas, tu retrouveras du travail.
— Peut-être mais j’en ai marre de changer de travail tout le temps !
2. — Louise, c’est génial, je viens de lire ton message. Tu as gagné un séjour à New York
pour deux. C’est fantastique !
— Oui, je suis vraiment très contente ! Et tu sais quoi ?
— Quoi ?
— C’est avec toi que j’ai l’intention de partir !
— Quoi ? C’est super ! Merci. Je suis tellement heureuse !

78
Production écrite
Activité 18 ➝ Activité de production écrite permettant de réemployer les expressions de tristesse et de joie.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement, en classe ou à la maison. Préciser aux apprenants le nombre
de mots voulus.
– Ramasser les productions pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet et nombre de mots),
aux formules utilisées pour commencer et terminer une lettre, aux expressions employées pour expri-
mer la joie et la tristesse, à la qualité et la cohérence de l’argumentation donnée. Employer un sys-
tème de correction qui permette à l’apprenant de se corriger lui-même : souligner les erreurs en uti-
lisant une couleur différente pour le vocabulaire, la grammaire, la conjugaison et pour les expressions
qui introduisent les sentiments.
Corrigé Nathalie,
Je te remercie pour ta lettre et te promets que celle-ci est la dernière !
Mes sentiments sont partagés entre la tristesse et la joie.
Je suis triste que nous ne puissions pas construire une belle relation. Comme je te l’ai déjà dit, tu
es une personne exceptionnelle. Quand tu m’as quitté, j’étais malheureux. Grâce à ta lettre, je
comprends un peu mieux pourquoi tu as choisi de le faire.
Aujourd’hui, j’ai reçu une réponse positive de Rome. C’est fantastique ! Je pars à la fin de la
semaine. Je suis vraiment content de découvrir l’Italie. Cela va m’aider à tourner la page. Pour
fêter mon départ, j’ai invité Naïma, Gaël et Jérémie à dîner samedi. Je serais heureux que tu
viennes aussi.
J’attends ta réponse.
Je t’embrasse tendrement,
Dominique.
Travail à la suite de la correction
Si l’activité est faite en classe, lire l’encadré Exprimer la joie et la tristesse. Inviter les apprenants à
repérer les expressions qui sont suivies du subjonctif et celles qui utilisent de + infinitif. S’assurer de
la bonne compréhension de l’ensemble.
Si l’activité est à faire à la maison, les inviter à se référer à l’encadré avant de commencer leur pro-
duction écrite.

TOI NON PLUS ? LUI AUSSI !


Activité 19 ➝ Activité d’observation et de déduction. Les apprenants sont invités à comprendre l’utilisation
du point de langue : aussi, non plus.
– Lire à voix haute la phrase de la lettre. Demander à la classe de choisir entre les deux significations
proposées. Répondre oralement.
– Lire à voix haute la seconde phrase. Demander à la classe de choisir entre les deux significations
proposées. Répondre oralement.
Corrigé 1. Cette phrase signifie : Tu es triste et je suis triste.
2. Cette phrase signifie : Je pense que tu ne les oublieras pas.
Travail à la suite de la correction
Inviter les apprenants à observer dans les phrases précédentes l’utilisation de « aussi » et de « non plus ».
Leur proposer de se mettre par groupes de deux : à tour de rôle, les apprenants énoncent une phrase
affirmative et négative, invitant l’autre à y répondre.

Activité 20 ➝ Activité de réemploi du point de langue : aussi, non plus.


– Lire la consigne.
– Inviter les apprenants à faire l’activité individuellement. Circuler entre eux pour contrôler leurs
réponses, les encourager, répondre à leurs questions, les aider si nécessaire.
module 2 unité 4 • 79
– Faire comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent les phrases à voix haute. Solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer chaque réponse et écrire celle qui convient au tableau.
Corrigé 1. non plus – 2. aussi – 3. non plus – 4. aussi
Travail à la suite de la correction
Lire l’encadré Aussi, non plus. S’assurer de la bonne compréhension en énonçant quelques phrases
et en sollicitant quelques apprenants. (Par exemple : J’aime le chocolat noir. Et toi ? ; Je n’ai jamais mangé
d’escargots. Et toi ?)
Attention ! Il est possible que les apprenants soient en désaccord avec l’énoncé. Faire remarquer que
dans ces cas-là, on utilise, « Moi, non. » ; « Moi, si ».

JE L’AI VUE !

Activité 21 ➝ Activité d’observation. Les apprenants découvrent l’accord du participe passé avec le verbe avoir,
avec le pronom relatif que et le pronom complément les.
– Demander aux apprenants d’observer les quatre phrases a., b., c., d. extraites de la lettre p. 50.
– Tous ensemble, répondre aux questions les unes après les autres. Écrire les réponses qui convien-
nent au tableau. Pour la question 4, solliciter quelques apprenants. Puis, demander au reste de la classe
de confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Dans la phrase a), le pronom que remplace la lettre. Dans la phrase b), le pronom que
remplace la décision. Dans la phrase c), le pronom que remplace les moments.
2. Dans la phrase d), le pronom les remplace les moments.
3. Ils sont compléments des verbes : écrire, glisser, prendre, vivre, oublier. Ils sont placés devant
les verbes.
4. a) Tu as glissé une lettre sous la porte. – b) J’ai pris une décision. – c) Nous avons vécu des
moments ensemble.
5. Dans les phrases ci-dessus, on remarque que le participe passé avec le verbe « avoir »
s’accorde quand le complément est placé devant le verbe.

Activité 22 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants sont invités à accorder des participes passés, en complé-
tant une lettre au passé composé.
– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à faire l’activité individuellement.
– Circuler entre eux pour les aider, si nécessaire.
– Faire comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent les phrases de la lettre à voix haute. Solliciter
le reste de la classe pour confirmer ou infirmer et justifier chaque réponse. Puis écrire celle qui convient
au tableau.
Corrigé les tapis que j’ai achetés ; que maman m’a offertes ; les livres que j’ai lus ; les sculptures que tu
as rapportées ; les vieux disques que j’ai gardés ; les meubles anciens que j’ai stockés.

Activité 23 ➝ Activité de production orale qui permet de réemployer l’ensemble de ce qui vient d’être travaillé.
– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux.
– Leur demander, dans un premier temps, de compléter les dialogues individuellement. Puis propo-
ser de vérifier leurs réponses avec celles de leur voisin. Les inviter à jouer les deux scènes.
– En guise de corrigé, demander à quelques apprenants de jouer la scène. S’assurer de la bonne pro-
nonciation des participes passés. Faire remarquer que pour beaucoup de verbes, on doit entendre l’ac-
cord du participe passé à l’oral.
Corrigé 1. faites ; créées – 2. mises ; prises ; oubliées.

80
Travail à la suite de la correction
Lire l’encadré L’accord du participe passé. S’assurer de la bonne compréhension de l’encadré en insis-
tant sur les compléments possibles : compléments directs, pronom relatif « que », pronom interro-
gatif « quel ».

page 53 > TÂCHE FINALE

Cette tâche permet de mobiliser les acquis de l’unité pour Dire qu’on aime, qu’on préfère et Comparer,
à l’oral (par le biais d’un projet commun) et à l’écrit (rédiger une lettre de demande).
Pour aider les apprenants à réaliser cette activité, il peut être utile de mettre à leur disposition quelques
brochures de séjours linguistiques en France pour les aider à comparer avec ce qui existe.
Avant de démarrer le travail, présenter la grille d’évaluation.
– Demander aux apprenants d’observer les photographies et les encourager à partager ce qu’ils
voient. Les inviter à lire le contenu de la brochure et échanger avec la classe pour s’assurer de la bonne
compréhension de son contenu : Qu’est-ce qu’une ferme biologique ? Qu’est-ce qu’on y propose ? Où
est située cette ferme ? Quelles sont les différentes activités proposées ? Quel est le prix donné ?
– Lire la consigne à voix haute et vérifier sa bonne compréhension. Expliquer aux apprenants que la
réalisation de cette tâche se déroulera en trois temps. Dans un premier temps, les apprenants, par
groupes de quatre, sont invités à exprimer leurs goûts sur le contenu de la brochure et à échanger sur
d’autres activités qu’ils aimeraient pratiquer en France. Ensuite, les groupes sont invités à émettre un
nouveau projet qu’ils présenteront à tour de rôle au reste de la classe. La classe devra voter pour le
meilleur projet. Enfin, l’activité se terminera individuellement : chaque apprenant rédigera une
lettre qui sera ramassée pour être évaluée. Il peut être envisagé de faire un remue-méninges des dif-
férentes formulations utilisées dans une lettre de demande, au tableau, avec la classe.
– Former à nouveau des groupes de quatre. Demander aux apprenants d’échanger sur la brochure
(ce qu’ils aiment, ce qu’ils n’aiment pas, ce qu’ils voudraient). Circuler entre les groupes pour guider
la discussion, si nécessaire, prendre connaissance de leurs productions, les évaluer, encourager les uns
et les autres à poser des questions. Laisser une dizaine de minutes.
– Les inviter à élaborer un nouveau projet et à préparer une présentation orale et écrite (au tableau)
de ce projet. Leur demander d’être créatifs et de proposer des idées originales.
– Chaque groupe présente son nouveau projet au reste de la classe. À la fin, voter à main levée pour
le projet le plus original. Préciser qu’il n’est pas possible de voter pour son projet. Féliciter le ou les
groupes qui remportent le plus de voix.
– Faire faire la suite de l’activité (rédaction de la lettre) soit en classe, soit à la maison. Préciser le nombre
de mots voulus (environ 150 mots). Ramasser les lettres pour les évaluer. Veiller au respect de la
consigne (sujet et nombre de mots), aux formules utilisées pour commencer et terminer une lettre
de demande, aux expressions utilisées pour exprimer le goût, la préférence, la comparaison. Utiliser
un système de correction qui permette à l’apprenant de se corriger lui-même (cf. activité 18).

Proposition Classe de FLE


Monterrey
Mexique IPPF de Saint Pierre
Pau
France
Le 20 janvier 2009
Madame, Monsieur,
Nous avons pris connaissance du séjour linguistique que vous proposez dans votre bro-
chure et préférons ajouter quelques modifications.
Le séjour que vous présentez compte quatre heures de cours et de nombreuses activités qui
nous plaisent bien. Nous souhaitons avoir moins de cours et travailler uniquement le matin,

module 2 unité 4 • 81
de 9 h à 12 h. L’après-midi, nous aimerions faire plus d’activités, comme le parapente, la
montgolfière et la spéléologie. Nous voulons travailler plus le week-end : avoir des cours le
samedi matin et profiter de la région l’après-midi. C’est la culture française qui nous intéresse
le plus, mais vous n’en parlez pas dans votre brochure.
Nous vous remercions de nous indiquer si ces modifications sont possibles, en nous préci-
sant le nouveau prix.
Veuillez croire, Madame, Monsieur, à l’expression de nos sentiments distingués.
Le groupe

On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.
L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
exprimer ses goûts, ses préférences
comparer
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que, pourquoi,
d’abord, ensuite, enfin, etc.
écrire une lettre de demande de façon logique en respectant les formules
d’une lettre
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité
Morphosyntaxe
utiliser la comparaison
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité

page 53 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C, D sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les deux sons [s] et [1].

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à écouter et répéter des mots contenant les sons [s] et [1].
28 1. Chut ! 3. Sors 5. Salut 7. Chantons
2. Chouette ! 4. Cherche 6. Possible 8. Santé !

– Inviter les apprenants à fermer leurs yeux et à écouter une première fois l’enregistrement pour repé-
rer les sons [s] et [ch].
– Leur demander de regarder le tableau et lire la consigne avec eux.
– Passer l’enregistrement une seconde fois et leur demander de cocher les cases individuellement.
– Corriger collectivement. Faire répéter chaque mot à l’ensemble de la classe.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[s]    
[1]    

82
Activité B ➝ Cette activité amène les apprenants à écouter et répéter des mots contenant les sons [s] et [1].
29 – Faire écouter l’enregistrement une première fois.
– Réécouter l’enregistrement, en l’interrompant après chaque mot. Faire répéter l’ensemble de la classe.
– Bien expliquer aux apprenants la différence entre les sons [s] et [1] : pour les deux sons, les cordes
vocales ne vibrent pas. Pour le son [s], la pointe de la langue est en bas. Pour le son [1], la langue est
en haut, assez en avant.

Activité C ➝ Cette activité permet aux apprenants d’écouter et de répéter les sons [s] et [1], puis d’en repérer
30 la graphie.

– Passer l’enregistrement une première fois pour sensibiliser l’oreille des apprenants.
– Expliquer la consigne, puis passer à nouveau l’enregistrement en marquant une pause après
chaque phrase. Les apprenants soulignent ou entourent les lettres entendues.
– Corriger collectivement et écrire au tableau les phrases en soulignant le son [s] et en entourant le
son [1].
– Faire répéter les apprenants, à tour de rôle, une phrase. Leur faire répéter de plus en plus vite.
Corrigé 1. Je ch er ch e mes sous pour a ch eter des souvenirs.
2. Samedi, soleil et ch aleur dans le Sud, grosses averses dans l’Ouest et ciel ch argé à l’Est.
3. Laissez-vous séduire par Ch arleville, la cité d’Arthur Rimbaud.
4. Ma sœur a acheté un superbe ch alet en Suisse, mais c’est ch er.

S Activité complémentaire (voir page 236)

page 54 > VACANCES : TENDANCES

Cette rubrique permet de poursuivre sur le thème des vacances tout en ouvrant sur un sujet plus précis :
les formules d’hébergement pendant les vacances. Les apprenants sont tout d’abord invités à consulter des
informations statistiques sur les séjours des Français à l’étranger. Ils sont ensuite amenés à lire un
article, décrivant l’échange de maisons de vacances, et un court texte, présentant le principe du « canapé »
comme autre formule d’hébergement. Un document de compréhension orale leur apporte quelques
opinions de Français sur les échanges de maison, ce qui leur permet ensuite de donner leur propre
opinion sur ce sujet (Et vous ?).

Activité 24 ➝ Activité de compréhension de tableau de statistiques qui permet d’introduire le thème : les vacances
et les formules d’hébergement.
– Inviter les apprenants à observer le tableau. Expliquer les termes si nécessaire.
– Lire les questions à voix haute et solliciter toute la classe pour y répondre. Laisser les apprenants
libres de présenter les informations dans l’ordre qu’ils souhaitent mais leur suggérer de le faire sous
forme de comparaisons.
– Écrire quelques propositions au tableau.
Propositions Les Français logent plus chez des amis qu’à l’hôtel.
Le camping est l’hébergement le plus fréquenté par les Français à l’étranger.
Les résidences de tourisme sont les moins fréquentées.
Les Français prennent plus de locations que de chambres d’hôtes.

Activité 25 ➝ Activité de compréhension écrite d’un article sur le thème de l’échange d’hébergement pendant
les vacances.
– Inviter les apprenants à regarder les photos à gauche. Leur laisser quelques brefs instants pour échan-
ger leurs impressions sur ces photos avec leur voisin. À l’aide de ces photos, introduire le thème de
l’article et le titre de la page Bienvenue chez nous !

module 2 unité 4 • 83
– Demander aux apprenants de lire individuellement le texte. Les inviter à répondre aux questions
par groupes de deux. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : inviter un apprenant à lire à voix haute la phrase, la réponse qu’il a don-
née et sa justification. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou proposer une autre réponse.
Corrigé 1. Faux (il n’y a que le billet à acheter, c’est un échange, pas une location) – 2. Faux (aux États-
Unis) – 3. Faux (on me regardait avec de grands yeux) – 4. Vrai – 5. Faux (Ce n’est pas le seul
avantage : découvrir le pays de l’intérieur en est un autre.)

Activité 26 ➝ Activité de compréhension orale. Les apprenants sont invités à écouter des témoignages de
personnes qui ont échangé leur maison.

31 HOMME — Moi, j’ai échangé mon appartement de génial, extraordinaire ! On avait un bateau pour
Paris contre un appartement à New York. Eh bien, je visiter les fjords. Nous avons aussi sympathisé avec
ne recommencerai pas. L’appartement là-bas était des amis de la famille, on a mieux compris comment
plus petit que sur la description, c’était très bruyant vivent les Norvégiens.
et il n’y avait pas la climatisation. Et quand je suis FEMME — Moi, j’ai échangé ma maison de Québec
rentré chez moi, mon appartement n’était pas très avec un appartement à Genève, en 2002. Les proprié-
propre… taires sont devenus des amis. Depuis 2002, chaque
FEMME — Nous, on a échangé notre maison de année, on s’échange nos logements. Ils me donnent
Grasse contre une maison en bois en Norvège. C’était toujours de bonnes adresses de restaurants. J’adore.

– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement.


– Passer l’enregistrement une première fois en marquant une pause après chaque témoignage.
– Laisser quelques minutes aux apprenants puis leur demander de comparer leurs réponses avec celles
de leur voisin.
– Passer l’enregistrement une seconde fois, sans faire de pause, pour leur permettre de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement.
Corrigé
Où est-elle allée ? Opinion positive Opinion négative Pourquoi ?
L’appartement était plus petit,
Personne 1 à New York 
bruyant et sans climatisation.
Ils avaient un bateau
Personne 2 En Norvège  et ont sympathisé
avec des amis de la famille.
Ils ont sympathisé
Personne 3 à Genève 
avec les propriétaires.

S Activité complémentaire sur internet


(voir page 236)

Activité 27 ➝ Activité de compréhension écrite. Les apprenants sont invités à lire un article sur un type
d’hébergement particulier : le canapé.
– Demander aux apprenants de lire le texte individuellement.
– Lire les questions et envisager de faire l’activité avec l’ensemble de la classe.
– Poser les questions à l’ensemble de la classe : laisser quelques apprenants répondre aux questions
et solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
– Écrire les réponses ou les propositions qui conviennent au tableau.

84
Corrigé 1. L’objectif est de proposer son canapé comme logement.
2. Les avantages : c’est moins cher, on rencontre des personnes et des cultures.
Propositions 3. À mon avis, certaines personnes profitent de ce principe pour se loger et n’ont pas
envie de participer à la vie de la maison.
4. C’est un bon moyen de rapprocher les personnes si la durée du séjour sur le canapé
dépasse une ou deux nuits, sinon c’est difficile de rentrer dans la culture de l’autre en si
peu de temps.

Et vous ?
Activité 28 ➝ Activité de production orale. Les apprenants sont invités à échanger sur la thématique de cette
double page.
Préparation à l’activité
– Inviter les apprenants à regarder le dessin humoristique, et leur demander ce qu’ils pensent de la
réaction du touriste français. Lancer un petit débat par groupes de trois ou quatre.
– Faire désigner un rapporteur dans chaque groupe. Inviter les apprenants à se poser les questions
de l’activité. Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, encourager, reprendre si
nécessaire. Demander au rapporteur de communiquer au reste de la classe ce qui a été échangé et,
éventuellement, poursuivre la discussion en grand groupe.

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 4, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Voilà l’été
La nominalisation
Dire qu’on aime, qu’on préfère
Expressions pour donner ses goûts
Savoirs linguistiques
La comparaison
Aussi… non plus
L’accord du participe passé
Exprimer la joie et la tristesse
Expressions utilisées pour exprimer sa joie et sa tristesse
Des sons et des lettres
La discrimination [s], [1]
Découvertes socioculturelles : Vacances : tendances
Le vocabulaire de l’unité : vacances, logement, été

module 2 unité 4 • 85
module 2 Parler de ses sentiments unité 5 Terre inconnue
et de ses émotions
• Exprimer sa peur, son inquiétude.
Objectifs de communication • Rassurer quelqu’un.
• Exprimer sa surprise.
> Tâche Exposer son projet d’expatriation vers un pays francophone.
• Réagir à des situations surprenantes.
Activités de réception • Exprimer des émotions.
et de production orales
• Imaginer des dialogues à partir d’une situation illustrée.
Activités de réception • Comprendre un extrait littéraire.
et de production des écrits • Écrire un récit à partir d’une situation illustrée.
• Le plus-que-parfait (formation et emplois)
Savoirs linguistiques • Ça fait… que, il y a… que
• Depuis, pendant, il y a…
Phonie – Graphie • [i], [y] et [u]
Découvertes socioculturelles • Vivre ailleurs

pages 56 et 57 > TERRE INCONNUE

L’unité s’ouvre sur une page du roman de Laurent Gaudé, intitulé Eldorado. Ce livre, publié en 2006,
raconte l’histoire d’hommes et de femmes africains qui tentent, au risque de leurs vies, de gagner
l’Europe. Cet extrait littéraire permet d’introduire la thématique de l’unité : Terre inconnue. Deux frères,
Jamal et Soleiman, se mettent en route vers ce paradis rêvé sans savoir que le chemin qu’ils empruntent
est jonché d’embûches et de tragédies.
Les activités 1 et 2 invitent à comprendre globalement le document de la page 56. Les activités 3 et 4 por-
tent sur le lexique du texte.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension écrite permettant d’identifier et de comprendre le sujet du document.
Préparation à la lecture
– Inviter les apprenants à observer les trois documents : une couverture de livre, une page de roman,
une photographie.
– Leur demander de les décrire : un roman de Laurent Gaudé, intitulé Eldorado, une photographie avec
trois personnes qui marchent dans le désert, une page du roman.
– Inviter les apprenants à se mettre par deux et à imaginer le contenu du livre grâce à la photogra-
phie et au titre du livre. Leur expliquer ce que signifie le mot « Eldorado ». (L’Eldorado était un pays
imaginaire que les conquistadors espagnols pensaient découvrir entre l’Amazone et l’Orénoque. Ils
croyaient y trouver une multitude de trésors, qui leur rendraient la vie facile. C’est de là que provient le
nom « Eldorado » que l’on utilise pour désigner un lieu où la vie est facile.)
– Faire une mise en commun rapide à l’oral.
Compréhension écrite
– Expliquer la consigne et demander aux apprenants de lire individuellement les questions posées.
– Les inviter ensuite à lire l’extrait du roman.
– Faire faire l’activité individuellement puis inviter les apprenants à comparer leurs réponses avec celles
de leur voisin. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses.

86
– Corriger collectivement. Demander aux apprenants de justifier leurs réponses à l’aide du texte. Pour
chaque réponse apportée, solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. c (ligne 1 : « Nous sommes en Lybie »)
2. a (ligne 1-2 : « Je quitte mon pays)
3. a (ligne 1 : « Aux côtés de mon frère » + ligne 8 : « L’homme s’est retourné… »)
4. b (lignes 22-23 « pourquoi avons-nous tant attendu», « je me sens fort et inépuisable » ;
ligne 26 : « J’ai vu tout de suite que quelque chose n’allait pas »

? Le saviez-vous ?
Laurent Gaudé, ancien étudiant en lettres modernes, commence sa carrière d’écrivain au théâtre.
Combats de possédés, Onysos le furieux, Les Sacrifiées sont autant de pièces montées à Paris, Berlin et
Londres. Son second roman, La mort du roi Tsongor, grand succès et prix Goncourt des lycéens 2002
marque le début de sa notoriété. En 2004, il a reçu le prix Goncourt pour Le soleil des Scorta.

Activité 2 ➝ Activité de compréhension écrite plus fine. Les apprenants sont invités à relire le texte pour
choisir le résumé qui convient.
– Lire la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Demander aux apprenants de relire le texte tranquillement.
Puis, les inviter à choisir le résumé qui correspond le mieux à ce qu’ils viennent de lire. Leur propo-
ser de comparer leur réponse avec celle de leur voisin et d’expliquer ensemble pourquoi les autres
réponses ne peuvent convenir.
– Corriger collectivement. Demander aux apprenants de donner leur réponse en justifiant leur
choix. Pour chaque réponse apportée, solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé La proposition b. est la plus exacte.
La proposition a. parle de « deux amis » alors qu’il est question de « deux frères ».
La proposition c. parle de « frères lybiens » alors que justement, ils arrivent en Lybie après avoir
quitté leur pays. Ils ne sont probablement pas de nationalité lybienne. De plus, ils partent à
pieds, pas en voiture.

POUR PLUS DE LATITUDE

Activité de production orale à la suite de la correction de l’activité précédente. Il est possible de pro-
poser aux apprenants, par groupes de deux, d’imaginer la suite de l’histoire, sous forme de dialogue,
en commençant par « Il faut que je te parle ». Les apprenants jouent le rôle des deux frères et sont
amenés à construire une discussion sérieuse entre Jamal et Soleiman.
Résumé : Jamal annonce à son frère qu’il n’ira pas en Europe avec lui parce qu’il est atteint d’une grave
maladie. Il voulait juste accompagner son frère pour être sûr que lui, réussisse sa fuite vers l’Europe
et il voulait à la fois avoir la sensation de passer la frontière.

ZOOM
Activité 3 ➝ Les apprenants sont invités à enrichir leur vocabulaire en associant des adjectifs à leur contraire.
– Inviter les apprenants à relire le texte et à souligner les adjectifs dans le texte.
– Leur demander d’émettre des hypothèses sur la signification de ces adjectifs dans le contexte de cet
extrait littéraire et à trouver leur contraire dans la liste donnée.
– Leur laisser cinq minutes. Puis, leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voi-
sin. Circuler entre les apprenants.
– Corriger collectivement. S’assurer de la bonne compréhension des adjectifs.
Corrigé 1.c – 2.e – 3.a – 4.f – 5.b – 6.g – 7.d

module 2 unité 5 • 87
Activité 4 ➝ Activité lexicale de réemploi.
– Lire la consigne.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Circuler entre les apprenants durant l’activité.
– Corriger collectivement.
Corrigé 1. chétif – 2. frustrant – 3. discret – 4. sauvages – 5. agile
Travail à la suite de la correction
Inviter les apprenants par groupes de deux à imaginer et écrire pour les deux adjectifs restants (fort
et inépuisable) des phrases comme celles de l’activité 4. Faire une mise en commun rapide au tableau.
Écrire quelques propositions.
Propositions 1. Je ne peux pas porter cette valise. Elle est trop lourde et je ne suis pas assez fort.
2. Cet enfant est inépuisable : il bouge toujours, court partout et n’est jamais fatigué.

page 58 > EXPRIMER SA PEUR, RASSURER

Cette page est axée sur l’étude de l’acte de parole : Exprimer sa peur, rassurer.
Les activités 5 et 6 ont pour objectif d’amener les apprenants à repérer (à l’écrit et à l’oral) les expressions
utilisées pour exprimer la peur ou l’inquiétude.
L’activité 7 permet de découvrir des expressions pour rassurer. L’activité 8 invite à réemployer, dans une
activité de production écrite, l’ensemble de ce qui aura été découvert.

Comment on dit ?
Activité 5 ➝ Activité de repérage des expressions qui expriment la peur ou l’inquiétude.
a) – Expliquer la consigne et faire repérer les expressions individuellement.
– Corriger collectivement. S’il y a demande, expliquer ou faire expliquer les expressions peu claires.
Il est possible de demander aux apprenants quels sentiments expriment les autres expressions.
Corrigé Propositions
Ça m’inquiète ! C’est insupportable ! (La colère)
J’ai un peu peur. J’en ai assez. (La tristesse – Unité 4)
Je ne suis pas rassuré. Ça ne me plaît pas. (La désapprobation –Unité 1)
Ouh…ça m’angoisse ! Je m’en moque. (L’indifférence – Unité 1)
Ça me gêne. (La désapprobation – Unité 1)
b) – Lire la consigne.
– Demander au groupe classe de relire le texte pour trouver une expression de peur.
– Corriger collectivement.
Corrigé J’ai eu peur.

Activité 6 ➝ Activité de découverte des expressions qui expriment la peur ou l’inquiétude, à travers une
compréhension orale.

32 1. — Ben, qu’est-ce qui ne va pas ? 3. — On va au cinéma ? On va voir la Momie ?


— Laisse-moi tranquille, je suis malheureux, — Oh ! non, pas ça ! Ça me fait peur, ce genre
c’est tout ! de film ! Je n’aime pas.
2. — Tu en fais une tête, Marion ! 4. — Qu’est-ce qui se passe, Philippe ?
— Je suis inquiète, mon fils est sorti et je ne sais — J’ai le regret de vous annoncer que je dois
pas à quelle heure il va rentrer. quitter Paris bientôt…

88
5. — Tu as peur de quoi, exactement ? 7. — Dis donc, il n’a pas l’air content le directeur,
— J’ai peur d’avoir un accident, tu conduis ce matin…
trop vite, je te dis ! — Oui, j’ai bien peur qu’il nous apprenne une
6. — Pourquoi tu ne souris plus, Juliette ? mauvaise nouvelle…
— Parce que j’en ai assez de tes remarques ; tu
n’es pas sympa, voilà pourquoi…

– Lire la consigne. Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre sept dialogues. Leur demander de
repérer les dialogues dans lesquels est exprimée la peur.
– Passer l’enregistrement une première fois. Marquer une pause après chaque dialogue. Demander
à la classe si le dialogue exprime ou non la peur et l’inquiétude. Corriger en confirmant ou en
réécoutant, si nécessaire.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois, en marquant une courte pause après chaque dialogue
pour laisser aux apprenants le temps d’écrire les expressions qui expriment la peur, comme dans
l’exemple donné. Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent leurs réponses. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé Dialogue 2 : je suis inquiète…
Dialogue 3 : ça me fait peur…
Dialogue 5 : j’ai peur d’avoir un accident…
Dialogue 7 : j’ai bien peur qu’il nous apprenne…
NB : Demander aux apprenants d’observer la différence entre la phrase du dialogue 5 et celle du dialogue 7.
Leur faire dire que j’ai peur de est suivi de l’infinitif alors que j’ai peur que est suivi du subjonctif.

Activité 7 ➝ Activité de découverte des expressions pour rassurer, à travers un exercice de complétion.
– Expliquer la consigne en précisant que les apprenants doivent choisir l’expression qui convient.
– Faire faire l’activité individuellement puis inviter les apprenants à comparer leurs réponses avec celles
de leur voisin. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent les phrases. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Ça va aller ! – 2. Ce n’est rien – 3. Ne t’en fais pas – 4. Ce n’est pas grave – 5. Tout ira bien
Travail à la suite de la correction
Inviter les apprenants à lire l’encadré Exprimer sa peur, son inquiétude, Rassurer et s’assurer de la
bonne compréhension de l’ensemble.

Production écrite
Activité 8 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants sont invités à produire un dialogue pour exprimer la peur
et pour rassurer, en choisissant une photographie.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité par groupes de deux.
– Demander à chaque groupe de choisir une photo et d’écrire un court dialogue. Pendant la durée
de l’activité, circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs productions, les
encourager, et les aider.
– Deux types de corrections peuvent être envisagés : interroger quelques apprenants et écrire si néces-
saire quelques productions au tableau et/ou proposer aux apprenants de jouer leur dialogue écrit devant
le reste de la classe, sous forme de production orale guidée.
Propositions Photographie 1
— Jean, tu viens, il est l’heure d’aller chez ton dentiste.

module 2 unité 5 • 89
— Non, je ne veux pas y aller. J’ai rêvé de lui cette nuit et j’ai peur qu’il me fasse mal.
— Ne t’en fais pas, c’est juste une visite de contrôle.
— Il va m’arracher une dent, c’est sûr, et ça m’angoisse.
— Qu’est-ce que tu racontes ? Tu as fait un drôle de rêve, toi ! Tout ira bien, tu verras.

S Activité complémentaire sur internet et dans le guide


(voir page 237)

ELLE EST PARTIE…

Activité 9 ➝ Activité d’observation et de classement. Les apprenants sont invités, à partir de l’extrait
littéraire, à observer les verbes et à les classer dans trois colonnes : imparfait, passé composé, plus-que-
parfait.
a) – Faire lire individuellement l’extrait du roman.
– Expliquer ensuite la consigne et demander aux apprenants de compléter le tableau.
– Corriger collectivement et écrire les réponses au tableau.
Corrigé
Passé composé Imparfait Plus-que-parfait
nous sommes arrivés quelque chose n’allait pas nous avions marché
l’homme s’est retourné il avait qui avaient coulé
il m’a serré
je l’ai regardé
j’ai vu
j’ai eu peur

NB : Demander aux apprenants pour quelles raisons on utilise le passé composé et l’imparfait (cf. unité 1, p.16).

Activité 10 ➝ Travail de déduction, à la suite de l’activité précédente.


a) – Lire avec les apprenants les propositions formulées pour expliquer ce que décrit le plus-que-parfait.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé b.
b) – Solliciter la classe pour observer les phrases du corpus, puis compléter à l’oral la formation du plus-
que-parfait. L’écrire au tableau.
Corrigé Le plus-que-parfait se forme avec être ou avoir à l’imparfait + le participe passé du verbe.

Activité 11 ➝ Travail de conjugaison. Les apprenants doivent maintenant réemployer le plus-que-parfait à


travers un exercice à compléter.
– Lire la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de
leurs réponses, les encourager, les aider, si nécessaire.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse à
donner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. était née – 2. avait travaillé – 3. qu’on avait prises (rappel – cf. unité 4) – 4. étaient parties

90
Travail à la suite de la correction
– Lire à haute voix l’encadré Le plus-que-parfait. Inviter les apprenants à suivre des yeux le texte.
Pour s’assurer de la bonne compréhension de l’antériorité du plus-que-parfait par rapport au passé
composé, écrire quelques phrases au tableau et demander aux apprenants, par groupes de deux,
d’imaginer, ce qui s’est passé avant, en complétant les phrases.
Exemples : 1. Ce week-end, j’ai mangé le gâteau au chocolat…
2. Monsieur Sarkozy s’est marié avec Carla Bruni…
Propositions 1. …que ma sœur et moi avions fait vendredi soir.
2. …qui avait répondu « oui » à sa demande.

Production écrite
Activité 12 ➝ Cette activité de production permet aux apprenants de réemployer le plus-que-parfait, le passé
composé et l’imparfait. Ils sont invités à imaginer la suite d’un récit à partir de deux illustrations.
– Expliquer la consigne. Inviter les apprenants à décrire les dessins afin de les aider dans la compré-
hension du vocabulaire. (Premier dessin : plusieurs alpinistes sont liés par une corde et forment ainsi une
cordée. Ils sont en train d’escalader une montagne couverte de neige. Deuxième dessin: un homme est allongé
sur un lit d’hôpital, la main dans le plâtre. C’est le même homme que sur la première image.) Écrire les
mots nouveaux au tableau.
– Demander aux apprenants de faire ce travail individuellement, en classe ou à la maison. Pour un
travail en classe, circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de l’activité, les aider,
les encourager, si besoin. Donner un nombre de mots (150).
– Ramasser les productions et les évaluer. Veiller à l’utilisation des temps. Adopter un système d’éva-
luation permettant aux apprenants de se corriger tout seuls.
Proposition de grille :
Respect de la consigne 0 0,5 1
Utilisation du plus-que-parfait 0 0,5 1 1,5 2
Utilisation des autres temps du passé 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Rachelle avait préparé un sac à dos avec des sandwichs la veille au soir. Paul avait étudié la carte
pour bien connaître la route à suivre. Moi, j’avais calculé le temps nécessaire pour atteindre
le sommet : il fallait compter six heures de marche. Après trois heures de marche rapide, nous
avons décidé de faire une pause pour prendre un bon café que Rachelle avait réchauffé le matin.
Nous nous sommes arrêtés. J’ai voulu faire rire le groupe et je suis allé me cacher derrière un
rocher. Mais quand je me suis relevé, j’ai glissé, et je suis tombé. Je pensais que ce n’était rien.
Paul a dit que je devais aller à l’hôpital. Il avait raison.

S Activité complémentaire (voir page 237)

page 60 > EXPRIMER SA SURPRISE

Cette page est consacrée à l’acte de parole Exprimer sa surprise.


En partant au travail, Naïma rencontre Madame Legay, la concierge de l’immeuble, qui a envie de dis-
cuter de choses et d’autres (sa santé, Dominique, la relation amoureuse entre Nathalie et Dominique, sa
petite fille…) et qui aimerait bien continuer à bavarder avec Naïma. Cette conversation amène les
apprenants à découvrir l’acte de parole : la surprise (activité 14). L’activité 15, une compréhension orale,
offre un enrichissement lexical des expressions exprimant la surprise. L’activité 16, activité de production
orale, permet de réemployer ces expressions.

module 2 unité 5 • 91
C’est clair ?
L’activité 13 propose une compréhension globale du dialogue entre Naïma et la concierge de l’immeuble.

Activité 13 ➝ Activité de compréhension orale.

33 NAÏMA — Bonjour madame Legay ! Déjà au travail ! Bah, il n’y a pas très longtemps qu’ils se fréquentent,
MME LEGAY — Bonjour ! Et oui, il faut se lever tôt si ?
quand on est concierge, hein : le ménage, le courrier, NAÏMA — Je ne… Je ne sais pas trop…
arroser les plantes… Vous allez bien ? MME LEGAY — Les jeunes, maintenant, avant qu’ils se
NAÏMA — Oui, oui. Vous aussi ? connaissent, c’est déjà fini ! On ne se pose plus de
MME LEGAY — Oh ! Toujours des soucis avec ma questions, maintenant, hop ! on se quitte !
jambe, mais qu’est-ce que vous voulez, ce n’est pas NAÏMA — Enfin, euh… Je ne sais…
bon de vieillir ! MME LEGAY — Ma petite fille, vous savez, Lola, c’est
NAÏMA — Ah ! bon ? Je ne savais pas que vous aviez pareil. Il y a trois ans, elle a rencontré son Juan. Ils
des problèmes. voulaient se marier, ils ont tout préparé, et deux
MME LEGAY — Je souffre de cette jambe depuis vingt mois avant le mariage, pouf… terminé ! Vous m’en-
ans ; du rhumatisme, on ne peut rien faire… tendez, terminé ! Pourquoi ? Alors là…Vous imagi-
NAÏMA — Ce n’est pas possible ! nez, ils se sont aimés pendant deux ans, hein… et
MME LEGAY — Éh si ! Ça fait des années que je puis, un beau jour, plus rien, ter-mi-né !
prends des médicaments tous les jours, mais… Dites- NAÏMA — Et oui… Ouh là là, il est déjà 8 heures
moi… Le monsieur du Canada, il va bien, en ce moins le quart, il faut que je me dépêche, je vais
moment ? Il a l’air, euh, comment dire… un peu être en retard au bureau…
bizarre… MME LEGAY — Oh, ben, ne courez pas, ils vous atten-
NAÏMA — Ah ? Euh… Je ne sais pas vraiment… dront bien…
MME LEGAY — Oh non ! Moi je sais ! Ça ne va plus NAÏMA — Bonne journée, à bientôt !
avec la petite dame du troisième. C’est ça, hein ! MME LEGAY — Au revoir, oui, oui, c’est ça, à bientôt…

Préparation à l’écoute
– Demander aux apprenants de décrire la photo de façon la plus précise possible : Qui ? (deux femmes),
Où ? (devant un immeuble), Quand ? (peut-être le matin ou le soir), Quelles sont les différences entre
les deux femmes ? (l’une est petite, semble un peu âgée, et tend les mains vers l’autre ; l’autre est de taille
moyenne, jeune et montre du doigt sa montre pour dire qu’elle est pressée). Leur demander d’émettre
des hypothèses sur ces deux personnes : Que font-elles ? De quoi parlent-elles ? Toutes les proposi-
tions sont acceptables.
Compréhension orale
– Passer l’enregistrement une première fois et demander aux apprenants d’écouter, tout simplement,
pour repérer les personnes et ce qu’elles font. Ceci permet de répondre aux hypothèses précédem-
ment énoncées.
– Inviter les apprenants à lire les cinq questions de l’activité. Répondre collectivement à la question 1.
– Passer l’enregistrement une seconde fois. Laisser quelques minutes aux apprenants pour répondre
aux questions.
– Corriger collectivement, à l’oral. Solliciter quelques apprenants pour donner leurs réponses, puis
le reste de la classe pour infirmer ou confirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Faux – 2. Faux – 3. Vrai – 4. On ne sait pas – 5. Vrai.

Comment on dit ?
Activité 14 ➝ Activité de repérage et de découverte. Les apprenants relisent des phrases de la compréhension
orale précédente et doivent trouver celles qui expriment la surprise, puis les expressions utilisées.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement.

92
– Corriger collectivement et écrire les expressions de surprise au tableau. Faire répéter le groupe classe
en insistant sur l’intonation.
Corrigé 1. Phrases qui expriment la surprise : 2, 3, 5, 6.
2. Ah ! bon ? – Ce n’est pas possible ! – Ah ? – Oh non !

Activité 15 ➝ Activité de repérage et de découverte. Les apprenants sont invités à repérer, dans des dialogues
enregistrés, grâce à l’intonation, des expressions de surprise.

34 1. — Julie va partir en Chine cet été. 5. — Je ne sais pas si tu sais, je vais passer le concours
— Ce n’est pas vrai, elle va en Inde. pour entrer à l’école d’architecture de Rennes.
2. — Tu sais quoi ? Marie, elle a quitté Antoine ! — Bravo !
— Bah… je m’en fiche… 6. — Hier soir, Marseille a perdu contre Auxerre
3. — Finalement, on quitte la France, on va vivre 3-1.
en Espagne dès septembre. — Oh non !
— Ce n’est pas vrai ! Oh, vous nous quittez ? 7. — Demain matin, il faut se lever tôt, on part à
4. — Tu sais, la voisine de ma sœur qui attendait six heures et demie.
des jumeaux… Eh bien, elle a eu trois bébés ! — Pardon ? Six heures et demie ?
— Ça alors ! Des triplés ?

– Expliquer le travail à faire et passer l’enregistrement. Les apprenants choisissent, individuellement,


les dialogues qui expriment la surprise.
– Corriger collectivement : faire réécouter l’enregistrement en marquant une pause après chaque dia-
logue. Demander à la classe si le dialogue indique la surprise ; si tel est le cas, inviter les apprenants
à donner l’expression de surprise entendue. L’écrire au tableau.
Corrigé Dialogues qui indiquent la surprise : 3, 4, 6.
Expressions : Ce n’est pas vrai !, Ça alors !, Oh non !
Travail à la suite de la correction
– Faire répéter aux apprenants les dialogues exprimant la surprise, en insistant sur l’intonation.
Expliquer la différence d’intonation entre la phrase 1 (désaccord) et la phrase 3 (surprise).

Production orale
Activité 16 ➝ Cette activité de production orale permet aux apprenants de réemployer l’acte de parole :
Exprimer sa surprise. Les apprenants sont invités à préparer des dialogues et à jouer des scènes.
– Expliquer aux apprenants qu’ils vont, par groupes de deux, imaginer des dialogues pour chacune
des situations données. À la fin de ce travail, chaque groupe jouera les deux dialogues devant un autre
groupe. Ensuite, quelques groupes pourront jouer une situation devant la classe et celle-ci devra dire
si le groupe est convaincant ou non.
– Démarrer l’activité et circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leur production,
les encourager, les corriger, si besoin.
– Demander ensuite aux apprenants de se mettre par groupes de quatre et de jouer les petites
saynètes.
– En guise de corrigé type, inviter quelques groupes à jouer leur scène devant la classe. Insister sur
les mimiques qui peuvent accompagner l’expression de surprise (grands yeux ouverts, tête légèrement
avancée et inclinée vers le haut, mains ouvertes, doigts écartés).
Proposition 1) Dans le bureau du directeur.
— Monsieur Thierry, asseyez-vous, je vous en prie.
— Merci.

module 2 unité 5 • 93
— J’ai demandé à vous voir pour vous remercier de l’excellent travail que vous avez fourni
dans notre entreprise cette année. Je sais que vous avez passé de nombreux week-ends pour
que nous puissions obtenir le marché X.
— Oh, vous savez, je n’ai fait que mon travail.
— Je veux vous remercier personnellement et vous donne une semaine de congé, la semaine
prochaine.
— Vraiment ? Ce n’est pas possible ! Merci beaucoup.
— Profitez-en pour passer un peu de temps en famille.
2) Au café. Deux amis discutent.
— C’est décidé, je vais partir tout seul quelques jours en Bretagne.
— Ah ! Bon ? Mais tu ne voulais pas y aller avec Jeanne ?
— Si, mais j’ai besoin de réfléchir, de me retrouver un peu et je préfère y aller seul.
— Je ne comprends pas pourquoi.
— Cela fait quelques mois que nous nous disputons tout le temps et ces quelques jours me
permettront de faire le bon choix. Je vais sans doute la quitter.
— Oh ! Je ne savais pas…

Travail à la suite de la correction


Lire l’encadré Exprimer sa surprise avec les apprenants. Leur demander de se mettre par deux et d’uti-
liser ces expressions à l’oral. L’objectif est de surprendre son voisin pour qu’il réponde en exprimant
la surprise. Exemple : – Tu sais quoi ? Je vais me marier. – C’est incroyable !

pages 61 et 62 > IL Y A LONGTEMPS…

Les activités 17 et 18 permettent de découvrir des indicateurs de temps utilisés pour situer une action dans
son rapport avec le présent ou le passé.

Activité 17 ➝ Cette activité permet d’observer le fonctionnement des indicateurs de temps : depuis, ça
fait… que, il y a… que, pendant, il y a. L’indicateur de temps il y a avait déjà été étudié dans l’unité 4
de Latitudes 1.
– Demander à quelques apprenants de lire les phrases. Après chaque phrase lue, leur demander de
repérer la date ou le temps auquel remonte l’action. Les faire souligner par les apprenants.
Exemple : phrase 1 : depuis vingt ans.
– Puis, faire faire l’activité individuellement. Les apprenants essayent de comprendre ce que repré-
sente chaque indicateur de temps. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses.
Les inviter à les comparer avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : écrire au tableau les réponses données par les apprenants, après vérifica-
tion avec la classe.
Corrigé 1. Depuis • • pour indiquer le début d’une action qui continue.
Ça fait… que…• • pour indiquer une durée qui continue.
Il y a… que… •
Il y a… • • pour indiquer un moment précis par rapport à maintenant.
Pendant • • pour indiquer une durée terminée.
2. On utilise
Depuis • • avec une date ou une heure précise
Il y a • • avec une durée
3. Avec…
Depuis, on utilise • • le présent
Il y a, on utilise • • le passé composé
Il y a… que et ça fait… que, on utilise • • le présent ou le passé composé

94
Activité 18 ➝ Cette activité permet de réemployer deux indicateurs de temps : il y a et depuis pour faire la
différence entre les actions terminées et les actions qui continuent.
– Lire la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour aider, encourager et
corriger les erreurs, si nécessaire. Leur laisser quelques minutes pour comparer leurs réponses avec
celles de leur voisin.
– Proposer à un apprenant de corriger l’activité au tableau en interrogeant la classe. S’effacer un peu
pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse à donner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. depuis – 2. depuis – 3. Il y a – 4. il y a – 5. Depuis – 6. depuis.

Les activités 19, 20 sont des exercices d’association et de complétion qui invitent l’apprenant à utiliser les
indicateurs de temps qu’il vient de découvrir à la page précédente. L’activité 21 est une activité de
production qui permet à l’apprenant de systématiser l’acte de parole : Se situer dans le temps.

Activité 19 ➝ Cette activité d’association invite l’apprenant à mettre en pratique la distinction établie
précédemment entre les différents indicateurs de temps.
– Expliquer la consigne et laisser les apprenants faire l’activité individuellement. Circuler entre eux
pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement.
Corrigé 1.g – 2.c – 3.e – 4.b – 5.a – 6.f – 7.d.

Activité 20 ➝ Cette activité de complétion amène l’apprenant à réemployer les expressions de temps pour les
systématiser.
– Expliquer la consigne et laisser les apprenants répondre individuellement. Circuler entre eux pour
prendre connaissance de leurs réponses, les encourager, les aider, si besoin. Leur proposer de contrô-
ler leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses
aux autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. Il y a ; depuis ; depuis – 2. depuis ; ça ne fait / il n’y a – 3. depuis ; ça fait / il y a ; depuis –
4. il y a ; depuis – 5. pendant ; depuis

Production orale
Activité 21 ➝ Cette activité de production orale permet de réemployer les indicateurs de temps étudiés
précédemment. Il est possible d’envisager cette activité en production écrite également.
– Inviter les apprenants à observer l’illustration. Leur demander de la commenter, à l’oral : C’est qui ?
C’est quoi ? C’est où ? De quoi parlent-ils ? (Un homme sonne à la porte d’un appartement et demande
à parler à Éric Montel. La femme qui lui ouvre la porte l’informe qu’Éric Montel est parti en Espagne et
qu’il n’habite plus dans l’appartement).
– Expliquer la consigne. Faire faire l’activité par groupes de deux. Laisser quelques minutes de
réflexion aux apprenants pour se mettre d’accord sur le contexte (Comment les deux hommes se connais-
sent-ils ? depuis quand ?), pour imaginer ce qu’est devenu M. Montel, tout en utilisant les expressions
de surprise.

module 2 unité 5 • 95
– Inviter chaque groupe à jouer les situations. Demander ensuite à quelques groupes de jouer devant
toute la classe. La classe a pour rôle d’évaluer la logique du contexte, de la situation et l’utilisation des
indicateurs de temps.
– Corriger collectivement. Sélectionner les idées et les phrases des apprenants au fur et à mesure de
leur mise en scène et en écrire quelques unes au tableau.
Proposition — Bonjour, Éric est là, s’il vous plaît ?
— Éric Montel ? Ah, non, maintenant il habite en Espagne.
— Ah ! bon ? Il ne m’a rien dit. Il est parti il y a longtemps ?
— Ça fait deux semaines. Vous vous connaissiez bien ?
— Nous avons travaillé ensemble pendant un mois dans la même entreprise. Ensuite,
il a changé de travail. Nous sommes restés en contact pendant quelques semaines. Il y a
un mois, je suis parti en voyage d’affaires. Je viens de rentrer. Je n’avais pas de nouvelles,
alors j’ai décidé de passer. C’est incroyable ! Je ne savais pas qu’il devait partir.
— Est-ce que vous voulez son adresse ?
— Oui, merci.

Travail à la suite de la correction


Lire à voix haute l’encadré Pour indiquer une durée : inviter les apprenants à suivre des yeux.
S’assurer de la bonne compréhension de chaque indicateur. Il est possible de poser quelques
questions aux apprenants, par exemple : Depuis combien de temps apprenez-vous le français ? Quand
est-ce que vous avez commencé ?

page 63 > TÂCHE FINALE

Cette activité permet aux apprenants de mobiliser les acquis de l’unité pour :
– exprimer sa surprise ;
– exprimer ses inquiétudes ;
– rassurer quelqu’un.
L’oral et l’écrit seront travaillés en réception et en production.
Avant de commencer l’activité, présenter la grille d’évaluation : elle permettra à l’apprenant de comprendre
ce qu’on attend de lui.

– Pour commencer l’activité, demander aux apprenants, collectivement, de décrire la photo : C’est
qui ? C’est où ? C’est quoi ? Que peut-on imaginer ? (C’est une fille dans un aéroport, qui tient une valise
d’une main, qui porte deux sacs à dos et qui est en train d’écrire un message sur son téléphone portable.
Elle va probablement prendre l’avion pour partir en voyage).
– Lire et expliquer la consigne. Commencer la première partie de l’activité : la discussion entre les appre-
nants.
– Former des groupes de trois et inviter chaque groupe à choisir un rapporteur. Lancer l’activité. Laisser
une quinzaine de minutes au groupe pour discuter. Un apprenant expose son projet, les autres sont
surpris ; l’apprenant exprime ses inquiétudes, les autres le rassurent.
– Circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de l’activité et intervenir, si besoin au
niveau de la justesse des expressions, de l’intonation, etc. Se servir de la grille pour évaluer les
productions.
– Au bout du temps annoncé et si le temps le permet, demander au rapporteur du groupe de faire
un bilan oral des projets de chacun pour toute la classe.
– Continuer avec la seconde partie de l’activité : la production écrite. Demander à chaque apprenant
de créer un blogue (sur papier ou bien à l’ordinateur, si la salle est équipée) pour exposer la situation
et y décrire ses inquiétudes. Pour rendre l’activité plus ludique, faire un remue-méninges de ce qui
devrait figurer sur la page de ce blogue et faire une esquisse de cette page au tableau.
– Laisser ensuite une vingtaine de minutes à chacun pour organiser la page de son blogue, y exposer

96
son projet, et exprimer ses inquiétudes. Ce travail peut être fait en classe ou à la maison. Préciser le
nombre de mots voulus (100).
– Une fois le travail terminé, demander à ce que chaque apprenant fasse circuler son blogue dans le
groupe de trois. Inviter les autres apprenants à laisser des commentaires pour rassurer l’apprenant
sur son voyage.
– Ramasser la feuille de blogue. Veiller au respect de la consigne (sujet et nombre de mots), à la façon
d’exposer son projet, aux expressions utilisées pour exprimer ses inquiétudes, à l’organisation du blogue.
Utiliser un système de correction (couleurs différentes) qui permette à l’apprenant de s’autocorriger.
Propositions Construction de blogue

Titre du blogue

Rubriques illustration

Titre du jour

Projet,
illustration
inquiétudes

Commentaires
divers
pour rassurer

Mon projet de voyage


J’ai décidé de partir en Belgique l’année prochaine pour suivre des cours de dessin et continuer à parler fran-
çais. Je souhaiterais aller à Bruxelles mais la vie est assez chère. J’ai peur de ne pas trouver de logement : est-
ce que je dois aller chez l’habitant ou trouver un appartement ? Des amis m’ont dit qu’il y a tellement de
nationalités là-bas que les gens parlent anglais… ça m’inquiète ! Est-ce que je vais améliorer mon français ?
Et puis, il paraît que les Belges boivent tellement de bière qu’ils chantent fort et tard le soir dans les rues.
Mes parents ne sont pas rassurés de savoir cela. Qu’en pensez-vous ?

On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.
L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
exprimer sa surprise
exprimer ses inquiétudes
rassurer quelqu’un
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que, pourquoi,
d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité Terre inconnue
Morphosyntaxe
utiliser le subjonctif après avoir peur que…
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité
insister sur l’intonation pour les expressions de surprise

module 2 unité 5 • 97
page 63 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C, D sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les sons [i], [y] et [u].

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à écouter et repérer les différences entre les sons [i] et [y].

35 1. C’est pire. – 2. Non, c’est dur. – 3. Vous avez des piles ? – 4. Relis, s’il te plaît ! – 5. C’est paru.

– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les phrases aux apprenants. Insister sur la différence entre [i]
(la langue est très en avant, la bouche est souriante, presque fermée) et [y] (la langue est très en avant,
la bouche est presque fermée, arrondie).
Corrigé 1 2 3 4 5
[i]   
[y]  

Activité B ➝ Activité de discrimination auditive entre les sons [y] et [u].

36 1. Elle est russe ? – 2. Il a des puces. – 3. Tout va bien ? – 4. Regarde dessus ! – 5. On la loue.

– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les phrases aux apprenants. Insister sur la différence entre [y]
(la langue est très en avant, la bouche est presque fermée, arrondie) et [u] (la langue est très en arrière,
la bouche est peu ouverte, très arrondie).
Corrigé 1 2 3 4 5
[y]   
[u]  

Activité C ➝ Activité de repérage et de répétition.

37 1. moue – 2. cire – 3. ta rue – 4. pue – 5. joue – 6. la mûre

– Faire écouter l’enregistrement. Demander aux apprenants de cocher le mot qu’ils ont entendu.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois. Après chaque mot, faire répéter individuellement les
apprenants.
Corrigé Voir la transcription ci-dessus.

Activité D ➝ Les apprenants doivent maintenant repérer les deux sons [i], [y] et [u] dans la chaîne parlée
et orthographier correctement les mots contenant ces sons.

38 1. Tu viens dîner mardi soir ? 3. Vous allez où en août ? 5. Saïd est petit, musclé et sportif.
2. Vous pouvez leur écrire, 4. Il habite dans quel pays, 6. Ah ! C’est beau, l’amour !
c’est sûr ? ton ami ?

98
– Expliquer aux apprenants qu’ils vont poursuivre le travail sur l’opposition [i], [y] et [u].
– Lire la consigne et passer l’enregistrement une première fois. Marquer un temps de pause après chaque
phrase pour laisser les apprenants compléter les phrases individuellement.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Quelques apprenants lisent les phrases et épellent les mots qu’ils ont
complétés. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer les propositions. Écrire les
réponses au tableau.
Corrigé Voir la transcription ci-dessus.

pages 64 et 65 > VIVRE AILLEURS

Cette rubrique, intitulée Vivre ailleurs, fait écho au thème principal de l’unité : Terre inconnue. Pour
commencer, les apprenants sont amenés à observer trois couvertures de bandes-dessinées et à choisir celle
dont est extraite l’illustration de la page 64. L’activité 22b) leur permet ensuite de s’attarder sur la
compréhension de trois résumés pour choisir celui qui correspond à la bande-dessinée.
L’activité 23 de compréhension orale fait découvrir aux apprenants des témoignages d’étudiants qui ont
décidé de vivre ailleurs, en s’expatriant en Europe. Ces témoignages sont un appel à la discussion de groupe
sur l’envie de vivre à l’étranger, le choix du pays étranger et les raisons de l’expatriation.

Activité 22 ➝ Activité d’observation et de compréhension écrite d’un extrait de bande-dessinée.


Travail de préparation
– Inviter les apprenants à observer les trois couvertures de bande-dessinée. Leur demander de for-
mer des groupes de deux et de décrire chaque couverture, puis d’imaginer le contenu de chaque bande-
dessinée. Tout est imaginable.
– Faire une mise en commun rapide à l’oral.
La première couverture présente un jeune homme noir, rêveur, qui regarde de l’autre côté d’une rivière.
Le titre de la bande-dessinée est Une éternité à Tanger.
La seconde couverture présente un couple mixte – une femme blanche, un homme noir – avec des
enfants de confession religieuse différente – l’une porte le voile, l’autre une croix –. Le titre de la bande-
dessinée est Jambon-Beur, en référence au sandwich qui contient deux ingrédients différents, le jambon
et le beurre. Le jeu de mots porte sur « Beur », ici, le verlan du mot « arabe ».
La troisième couverture montre trois visages : chaque personne a un bandeau sur la bouche qui l’empêche
de parler. Le titre de la bande-dessinée est Paroles sans papiers. Faire expliquer le mot « sans-papiers ».
a) – Demander aux apprenants de lire l’extrait de la bande-dessinée et de trouver de quelle BD elle est
tirée. Faire faire l’activité individuellement. Leur proposer ensuite de comparer leur réponse avec celles
de leur voisin.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé Cet extrait vient de la BD intitulé « Paroles sans papiers ».
b) – Demander aux apprenants de lire les résumés et de choisir celui qui correspond le plus à chaque
BD. Faire faire l’activité individuellement. Leur proposer ensuite de comparer leurs réponses avec celle
de leur voisin.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé Résumé 1 : Jambon-Beur – Résumé 2 : Une éternité à Tanger – Résumé 3 : Paroles sans papiers

? Le saviez-vous ?
• « Beur » est un terme argotique qui désigne les descendants des émigrés d’Afrique du Nord. Le terme
a été créé en inversant l’ordre des syllabes du mot arabe : a-ra-beu donne beu-ra-a, puis beur par

module 2 unité 5 • 99
contraction. C’est donc un mot du verlan, qui a la particularité d’avoir donné lui-même en verlan le
nom « Rebeu », porteur de même sens.
• Un étranger en situation irrégulière (parfois appelé « sans-papiers ») est un statut juridique qui qua-
lifie la situation d’un étranger présent sur le territoire national d’un État, en étant dépourvu de papier
(titre de séjour) en règle. En France, selon une estimation du ministère de l’Intérieur, ils seraient au
nombre de 200 000 à 400 000.

Activité 23 ➝ Activité de compréhension orale qui offre quelques témoignages d’étudiants partis en Europe.

39 JOURNALISTE — Inna, vous êtes étudiante en cinéma mes capacités. Et moi, euh… Enfin… Oui, je peux
et vous avez 26 ans. Que signifie pour vous devenir comprendre que les gens me regardent comme un
Européen ? Africain, mais ce n’est pas normal, je trouve, pour les
INNA — Devenir Européen, ne veut pas dire être Français d’origine africaine. Ils sont trop souvent
tous identiques, mais plutôt prendre le meilleur de considérés comme des étrangers, juste à cause de
cultures très diverses. Un Espagnol, par exemple, ne leurs origines, en fait… à cause de leur couleur de
vit pas comme un Suédois, mais les deux cultures peau. Ça change un peu, mais ça ne va pas très vite…
sont intéressantes.
JOURNALISTE — Est-ce difficile de vivre loin de son JOURNALISTE — Et vous, Enrique, vous venez du
pays ? Chili et vous avez décidé de traverser l’Atlantique il
INNA — Mon pays ne me manque pas, mais j’aime- y a quatre ans maintenant.
rais voir ma famille plus souvent. Ce qui est le plus ENRIQUE — Oui, je viens de Santiago où j’ai étudié
lourd pour moi, c’est que… euh, c’est que… pour à l’école française. Je suis maintenant étudiant en
rester en Espagne, pays que j’adore, je dois renouve- architecture à Paris.
ler mon visa d’étudiante tous les ans… et comme il JOURNALISTE — Est-il difficile de vivre en France
faut six mois pour l’obtenir… quand on vient d’Amérique latine ?
ENRIQUE — Non, au contraire ! Je suis heureux d’être
JOURNALISTE — Augustin, vous venez du Cameroun un Chilien en Europe et ici, tout le monde est très
et vous étudiez l’histoire de l’art à Paris. Quelle gentil avec moi, la vie est facile, oui, vraiment facile.
image avez-vous de l’Europe actuelle ? Grâce aux échanges Erasmus, je connais des étu-
AUGUSTIN — Je vois une réelle volonté de s’ouvrir et diants de nationalités très diverses et c’est formi-
de dépasser les idées reçues. Je trouve aussi que beau- dable. Il n’y a plus de frontières entre les pays et
coup de jeunes Européens voient plus loin que leur leurs cultures et on découvre des gens très diffé-
identité nationale. Oui, ils se sentent Européens, rents et c’est vraiment intéressant de discuter avec
voilà. eux. Pour moi, ce qui est important dans le mot «
JOURNALISTE — Et vous vivez heureux en France ? Européen » c’est la dimension européenne plus que
AUGUSTIN — Oui et non. Ici, en France, je n’ai pas le fait d’être d’un seul pays. Vous voyez, moi, je suis
l’impression que les Africains sont pris très au heureux d’être en France, mais je suis encore plus
sérieux, c’est bizarre, mais je dois toujours montrer heureux d’être en Europe.

Travail de préparation
– Demander aux apprenants d’observer les trois photos et de dire ce qu’ils voient. Leur demander de
dire d’où viennent ces trois personnes (d’Ukraine, du Chili et du Cameroun).
Compréhension orale
– Passer l’enregistrement une première fois et poser quelques questions générales aux apprenants pour
une compréhension globale : Où sont-ils ? De quoi parlent-ils ? Que disent-ils ?
– Leur demander ensuite de lire les opinions écrites dans le tableau. S’assurer de la bonne compré-
hension des opinions. Passer l’enregistrement une seconde fois. Leur demander de compléter le tableau,
individuellement. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses. Leur suggérer de
comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corrigé collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois, en marquant une pause chaque
fois qu’un élément de réponse apparaît.

100
Corrigé
Inna Augustin Enrique
1. Je me sens bien en Europe même si je suis étranger. 
2. D’un pays à l’autre, les Européens ne se ressemblent pas. 
3. J’aime découvrir les autres et leurs différences. 
4. La France est un pays d’ouverture mais beaucoup de choses

doivent encore changer.
5. Les Africains de France ont quelques difficultés quotidiennes. 
6. Le plus dur pour vivre en Europe, c’est la question des papiers ! 
7. Être français, d’accord, mais être européen, c’est mieux. 

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 5, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Terre inconnue
Comprendre un extrait littéraire
Exprimer sa peur, son inquiétude
Expressions pour exprimer sa peur, son inquiétude
Rassurer
Expressions pour rassurer
Savoirs linguistiques
Le plus-que-parfait
Ça fait…que, il y a…que
Depuis, pendant, il y a…
Exprimer sa surprise
Expressions utilisées pour exprimer sa surprise
Des sons et des lettres
La discrimination [i], [y] et [u]
Découvertes socioculturelles : Vivre ailleurs
Le vocabulaire de l’unité : terre inconnue et expatriation

module 2 unité 5 • 101


module 2 Parler de ses sentiments unité 6 Vivement dimanche !
et de ses émotions
• Exprimer la colère et le mécontentement.
Objectifs de communication
• Exprimer sa déception, ses regrets.
> Tâche Rédiger un courrier pour réclamer l’amélioration des conditions
d’enseignement.
Activités de réception • Comprendre des réactions de colère sur un problème de société.
et de production orales • Exprimer son mécontentement en situation.
Activités de réception • Écrire un courriel pour exprimer son mécontentement.
et de production des écrits • Écrire une lettre pour exprimer sa déception.
• En, y
Savoirs linguistiques • Les emplois du subjonctif et les conjugaisons irrégulières
• Quelques expressions pour quantifier
Phonie – Graphie • [ε̃] (lin), [ɑ̃] (lent), [ɔ̃] (long)
Découvertes socioculturelles • Les beaux dimanches

pages 67 et 68 > VIVEMENT DIMANCHE !

L’unité s’ouvre sur une série de documents visuels en lien avec la thématique de l’unité : Vivement
dimanche ! Les photos (une manifestation dans les rues pour « un dimanche libre », un repas familial
dominical, une rue commerçante) et l’illustration (deux personnes en train de discuter dans une cuisine
de ce qu’ils pourraient acheter le dimanche) sont un appel à écouter le document de compréhension orale
et à répondre aux questions de l’activité 1 et 2. L’activité 3 propose un repérage qui invite les apprenants
à enrichir leurs connaissances des professions et du champ lexical de l’entreprise. L’activité 4 porte sur un
point de langue : la quantification.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension orale globale. Les apprenants sont invités à comprendre une inter-
view sur un problème de société.

40 (COMMENTAIRES) Au jour le jour, la rubrique de FABIEN BRISSET — Mais ça crée des emplois, non ?
Fabien Brisset. Sur Radio Midi. CONSTANCE JAULIN — Mais non ! Mais qui travaillera
dans les grandes surfaces le dimanche ? Des étu-
FABIEN BRISSET — Constance Jaulin, bonjour. diants, des personnes qui veulent travailler quelques
CONSTANCE JAULIN — Bonjour. heures par semaine. L’ouverture du dimanche peut
FABIEN BRISSET — Constance Jaulin, vous êtes la pré- créer essentiellement des emplois à temps partiel, des
sidente de l’Association des commerçants et artisans emplois du week-end. Elle en crée peu et en supprime
du Cœur de ville. Vous défilez dans les rues aujour- des centaines dans le petit commerce…
d’hui avec plusieurs dizaines de commerçants du FABIEN BRISSET — Comment ça ?
centre ville. Vous manifestez contre l’ouverture des C ONSTANCE J AULIN — Parce que l’ouverture du
magasins le dimanche. Pourquoi cette manifestation ? dimanche n’augmente pas la consommation, si l’on
CONSTANCE JAULIN — Le problème vient des grandes y réfléchit bien. Les clients n’achètent pas plus : ils
surfaces, des grands centres commerciaux installés à n’ont pas tout à coup plus d’argent parce que les
l’extérieur des villes. Ils voudraient faire disparaître ce magasins ouvrent un jour de plus. Les clients qui vont
jour de repos et obliger les employés à travailler le acheter le dimanche ne viendront pas chez nous le
dimanche. Mais, nous, les petits commerces, on ne mardi ou le samedi. C’est bientôt la mort des centres
peut pas ouvrir le dimanche, on ne peut pas ouvrir villes. Les clients vont dans les grandes surfaces et ils
sept jours sur sept. Non… On ne peut pas accepter ça ! n’en sortent plus. C’est pour nous inacceptable.

102
FABIEN BRISSET — Mais vous pourriez ouvrir le faire disparaître notre mode de vie social et familial
dimanche et fermer le lundi et le mardi, par exemple ? et le remplacer par le mode de vie des supermarchés
CONSTANCE JAULIN — Oui, mais notre objectif… et de l’argent. C’est intolérable ! Si demain l’en-
Enfin, le problème… C’est aussi un problème de semble des commerces doit ouvrir le dimanche,
société. L’ouverture du dimanche a des conséquences alors il faudra aussi faire travailler les salariés de la
sociales importantes : si les magasins ouvrent le sécurité, des transports, des banques et d’autres
dimanche, la famille ne peut pas se retrouver, les secteurs du service public. On ne peut pas tolérer ça.
enfants ne voient plus leurs parents, on réduit les acti- FABIEN BRISSET — Constance Jaulin, merci pour
vités sociales, les loisirs… Ouvrir le dimanche, c’est toutes ces explications.

Préparation à l’écoute
– Inviter les apprenants à se mettre par deux et à décrire les photographies et l’illustration, ensemble.
Leur faire faire des hypothèses sur les lieux, les personnes, les situations.
– Faire une mise en commun. Toutes les réponses sont acceptables.
– Demander à la classe quel problème de société est évoqué à travers cette page : le travail le dimanche
en France.
Compréhension globale
– Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre une interview radiophonique sur le problème évo-
qué précédemment.
– Lire la consigne et leur laisser le temps de lire les questions individuellement.
– Faire écouter l’enregistrement, en marquant quelques pauses pour faciliter l’écoute. Faire faire
l’activité individuellement. Puis inviter les apprenants à comparer leurs réponses avec celles de leur
voisin.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour permettre aux apprenants de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses et solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Fabien Brisset : un journaliste à la radio.
Constance Jaulin : la présidente de l’Association des commerçants et artisans du Cœur de ville.
2. L’ouverture des magasins le dimanche.
3. Les petits commerces pourraient fermer définitivement.
4. La mort des centres villes, la réduction des activités, la disparition du mode de vie social, la
disparition de la vie familiale.

? Le saviez-vous ?
Depuis longtemps, le dimanche (littéralement, du latin dies dominicu, « jour du Seigneur ») est consi-
déré comme un jour de repos pour les chrétiens. Le droit européen laisse chaque État membre libre
de sa politique concernant le travail le dimanche. En France, les opinions sont partagées. En 2008, le
gouvernement a annoncé qu’il voulait assouplir la législation sur le travail du dimanche : donner la
possibilité de travailler le dimanche, sur la base du volontariat.

Activité 2 ➝ Activité de compréhension plus fine pour aider à la compréhension du lexique.


– Lire la consigne avec les apprenants.
– Laisser le temps aux apprenants de lire les différentes propositions.
– Faire écouter l’enregistrement à nouveau. Leur demander de choisir la proposition qui convient puis
de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement, si nécessaire à l’aide de l’enregistrement.
Corrigé 1. b – 2. a – 3. b

module 2 unité 6 • 103


Zoom
Activité 3 ➝ Activité d’enrichissement lexical. À l’aide du corpus, les apprenants sont invités à compléter le
champ lexical du thème : le travail.
– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux.
– Leur demander de compléter le tableau.
– Proposer à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses au
reste de la classe. S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse à
donner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé
l’activité le verbe les personnes
un emploi employer un employeur un employé
un travail travailler un travailleur
une manifestation manifester un manifestant
la consommation consommer un consommateur

Activité 4 ➝ Activité de découverte de quelques expressions pour quantifier.


a) – Lire les deux phrases du corpus à voix haute.
– Collectivement, demander à la classe ce que représentent les mots « dizaine » et « centaine » dans
les deux phrases. Au tableau, écrire les réponses qui conviennent.
Corrigé Un dizaine est : b. Une centaine est : c.
b) – Demander aux apprenants de faire l’activité de transformation individuellement.
– Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses. Les inviter à comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau.
Corrigé 1. Tu peux acheter une douzaine d’œufs ? 4. Ça coûte une cinquantaine d’euros.
2. Elle va revenir dans une quinzaine de jours. 5. Il y avait une soixantaine de personnes.
3. Nous sommes une trentaine dans la classe.
Travail à la suite de la correction
– Lire l’encadré Une douzaine, une centaine à voix haute.
– S’assurer de la bonne compréhension de ces expressions pour quantifier. Faire remarquer
la possibilité de mettre ces expressions au pluriel (plusieurs dizaines de personnes) et qu’elles sont
obligatoirement suivies de « de » lorsqu’il y a un nom après.
– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux. Leur demander de préparer une fête
ensemble et de quantifier ce dont ils ont besoin, à l’oral. Nous avons besoin d’acheter une dizaine de
bouteilles de jus d’orange, une centaine d’assiettes, une trentaine de couverts et une cinquantaine de verres.

pages 68 et 69 > EXPRIMER SA COLÈRE

Comment on dit ?
Les activités 5 et 6 permettent de travailler différentes expressions possibles pour exprimer sa colère.
Les apprenants sont ensuite invités à utiliser ces expressions sous forme de production orale (activité 7)
et production écrite (activité 8).

104
Activité 5 ➝ Activité de compréhension orale amenant l’apprenant à repérer dans le corpus les expressions
possibles pour exprimer un mécontentement.

41 — Nous, les petits commerces, on ne peut pas ouvrir mode de vie des supermarchés et de l’argent. C’est
le dimanche, on ne peut pas ouvrir sept jours sur intolérable !
sept. On ne peut pas accepter ça ! — Si demain l’ensemble des commerces doit ouvrir
— C’est bientôt la mort des centres villes. C’est pour le dimanche, alors il faudra aussi faire travailler les
nous inacceptable. salariés de la sécurité, des transports, des banques et
— Ouvrir le dimanche, c’est faire disparaître notre d’autres secteurs du service public… On ne peut
mode de vie social et familial et le remplacer par le pas tolérer ça.

– Lire la consigne. Expliquer aux apprenants qu’ils vont réécouter une partie de l’interview. Signaler
qu’ils doivent premièrement lire les expressions proposées.
– Passer l’enregistrement. Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour
prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral. Solliciter quelques apprenants. Demander à l’ensemble de la
classe de confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau, si nécessaire.
Corrigé 
❏ C’est inacceptable ! ❏ Je ne suis pas d’accord !

❏ C’est intolérable ! ❏ Tu exagères !
❏ Ce n’est pas normal ! 
❏ On ne peut pas accepter ça !
❏ C’est lamentable ! 
❏ On ne peut pas tolérer ça !

Activité 6 ➝ Activité de compréhension orale. Les apprenants sont invités à comprendre le sujet de la conver-
sation et à associer, à chaque dialogue, l’expression utilisée pour exprimer la colère.

42 1. — C’est la troisième fois cette semaine que vous 4. — Ah, non, monsieur, votre passeport n’est pas
arrivez en retard… prêt.
— Oui, je sais mais… — Attendez, vous plaisantez ? Je l’ai demandé
— Non, vous n’avez aucune excuse, vous ne faites il y a un mois !
aucun effort. Je ne peux pas tolérer ça ! — Oui, mais au mois de mai, il y a beaucoup de
2. — Votre valise fait 28 kilos. Vous avez droit à demandes.
25 kilos. Il y a trois kilos en trop. — Mais vous exagérez, un mois pour faire un
— Oui, bon, trois kilos, c’est bon, non ? passeport ! Et je pars la semaine prochaine au
— Non, la limite c’est 25 kilos. Il faut enlever Japon ! Comment je fais moi ?
trois kilos ou alors vous payez 42 euros. — Attendez, je vais appeler le service.
— Quoi ! 42 euros ? Mais, c’est scandaleux ! 5. — Non, non, non, je ne comprends pas ! On
Je ne vais pas payer 42 euros pour trois kilos ! ferme l’usine, on met 150 personnes au chômage
3. — Service technique. Sébastien à votre service. et personne ne fait rien !
— Ah, ben enfin ! Ça fait au moins un quart — Oui, mais vous savez, c’est la crise économique
d’heure que j’attends ! partout.
— Oui, je suis désolé madame, on a beaucoup — La crise économique ? Mais, non, il y a de
d’appels aujourd’hui. l’argent, c’est juste que la vie de 150 personnes n’a
— Oui, bon ben, mon ordinateur ne marche pas pas d’importance pour les patrons qui ont de
et en plus il n’y a personne qui répond au télé- l’argent. C’est lamentable !
phone. Je trouve ça lamentable ! — On va trouver une solution…
— Excusez-nous madame. Quel est votre pro-
blème ?

– Lire la consigne. Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre cinq dialogues dans lesquels est
exprimée la colère. Lire les expressions qui figurent dans le tableau à voix haute.
– Inviter les apprenants à compléter le tableau individuellement.

module 2 unité 6 • 105


– Passer l’enregistrement une première fois, en marquant une pause après chaque dialogue. Laisser
le temps aux apprenants d’écrire leurs réponses. Leur proposer de contrôler leurs réponses avec celles
de leur voisin.
– Passer l’enregistrement une seconde fois afin de permettre aux apprenants de vérifier leurs
réponses.
– Corriger collectivement : si nécessaire, passer l’enregistrement une dernière fois, en marquant une
pause au fur et à mesure des éléments de réponse donnés. Écrire les réponses qui conviennent au
tableau.
Corrigé
expression utilisée dialogue n° Sujet
C’est lamentable ! 5 licenciements
C’est scandaleux ! 2 poids de la valise
Je ne peux pas tolérer ça ! 1 retard au travail
Je trouve ça lamentable ! 3 mauvais service technique
Vous exagérez ! 4 demande de passeport

Production orale
Activité 7 ➝ Activité de production orale qui invite l’apprenant à réemployer les expressions qui lui permet-
tent d’exprimer la colère, le mécontentement.
– Collectivement, demander aux apprenants de décrire chacune des situations et d’émettre des
hypothèses sur ce qui vient de se passer. Si nécessaire, écrire quelques mots de vocabulaire au
tableau. 1) Dans un aéroport, un groupe de touristes semble mécontent. Leur avion a peut-être du retard.
Ils sont en train de réclamer leur argent au comptoir. 2) Un peintre, sur son escabeau, vient de faire
tomber son pot de peinture qui s’est renversé sur les pieds de la femme. Elle n’est pas contente.
3) L’arbitre n’est pas content avec le joueur de rugby car il tient un adversaire sous son bras.
– Inviter ensuite les apprenants à se mettre par groupes de deux, à choisir une illustration et à ima-
giner oralement un dialogue. Leur laisser cinq minutes pour jouer la scène.
– Circuler dans la classe pour prendre connaissance des productions, encourager, aider et corriger.
– En guise de corrigé-type, inviter deux groupes pour chaque illustration à jouer leur scène devant
la classe. Demander à l’auditoire d’être très attentif aux productions, de vérifier que la consigne a été
respectée et de relever les expressions utilisées pour exprimer la colère. Ne pas hésiter à corriger les
apprenants, notamment en ce qui concerne l’intonation.
Propositions 1. — Cela fait trois heures que nous attendons de partir. Nous allons rater notre
correspondance pour Berlin. C’est inacceptable !
— Mais Monsieur, je n’y peux rien !
— Vous pourriez quand même demander à vos supérieurs les raisons de ce retard.
Nous ne pouvons pas tolérer de rester ici sans aucune explication.
— Très bien, je vais voir ce que je peux faire.
2. — Oh, je suis désolé madame !
— Non mais, vous ne pouvez pas faire attention. Ce n’est pas normal de faire de la
peinture sans aucune signalisation !
— Mais, ne vous énervez pas !
— Un pantalon tout neuf…C’est scandaleux !
3. — Vous ne pouvez pas attaquer cet homme de cette façon ! C’est intolérable !
— Mais, il m’a frappé. En plus, il a gardé le ballon dans les mains beaucoup trop
longtemps. Il n’avait pas le droit.
— Et vous ? Vous croyez que vous avez le droit de lui tordre le cou comme ça ?

106
Production écrite
Activité 8 ➝ Activité de production écrite qui invite l’apprenant à exprimer son mécontentement dans un courriel.
– Lire la situation et attirer l’attention de l’apprenant sur ce qui est demandé.
– Faire faire l’activité individuellement, en classe ou à la maison. Préciser le nombre de mots voulus
(environ 100 mots). Ramasser les courriels pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet
et nombre de mots), aux formules utilisées pour commencer et terminer un courriel à son directeur,
aux expressions utilisées pour exprimer le mécontentement. Utiliser une grille d’évaluation qui
permette à l’apprenant de se corriger lui-même.
– Élaborer un corrigé-type avec l’ensemble de la classe, au tableau.
Proposition de grille :
Respect de la consigne 0 0,5
Forme du message (salutations…) 0 0,5 1 1,5
Exprimer son mécontentement 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Objet : Mécontentement


Monsieur le Directeur,
Je m’adresse à vous, de la part de nombreux collègues, pour vous signaler notre méconten-
tement concernant le service de restauration de notre entreprise.
Depuis quelques mois, nous sommes plusieurs à constater que la qualité de la nourriture baisse :
le café est froid, le pain brûlé, les légumes encore congelés et la viande est très dure. Nous ne
pouvons pas tolérer cela plus longtemps.
D’autre part, le service est assez lent et le prix très élevé. Ceci est scandaleux pour un service
offert par une entreprise.
Par conséquent, nous faisons appel à vous en espérant que vous pourrez trouver une solution
car nous sommes nombreux à vouloir manger ailleurs.
Je vous remercie à l’avance.
Jean-Luc Papiau

Travail à la suite de la correction


– Lire avec les apprenants l’encadré Exprimer sa colère et son mécontentement pour vérifier que
chaque expression a été bien comprise, au travers des activités précédentes.
– Inviter les apprenants, à l’oral, collectivement, à formuler des mécontentements par rapport à leur
appartement ou leur lieu de vie. (Il n’y a qu’une petite table et qu’une seule chaise dans mon apparte-
ment meublé. Je ne peux pas accepter cela !)

S Activité complémentaire sur internet (voir page 237)

J’Y PENSE
Activité 9 ➝ Activité d’observation permettant de redécouvrir le pronom personnel complément « en ».
Ce pronom avait déjà été étudié dans le module 3 de Latitudes 1.
– Inviter les apprenants à observer les phrases du corpus. Cette activité se fait rapidement.
– Laisser quelques instants aux apprenants pour réfléchir et repérer ce que remplace le pronom en.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. en = des emplois ; en = des emplois ; en = des grandes surfaces

module 2 unité 6 • 107


– Lire la question 2 à voix haute.
– Laisser quelques instants aux apprenants pour réfléchir. Les inviter à écrire des exemples pour chaque
verbe afin de les aider à mieux répondre à la question.
– Inviter quelques apprenants à donner leurs réponses. Solliciter le reste de la classe pour confirmer
ou infirmer. Écrire les verbes qui conviennent au tableau. Pour chaque verbe qui utilise en, faire une
phrase au tableau.
Corrigé ❏ aller ❏ rester

❏ venir 
❏ descendre

❏ arriver ❏ monter

❏ partir ❏ entrer

Propositions Il vient de la boulangerie. ➝ Il en vient.


J’arrive de la gare. ➝ J’en arrive.
Lucie va partir de Londres demain. ➝ Elle va en partir demain.
Le chien est descendu du train tout seul. ➝ Il en est descendu tout seul.
– Lire la question 3 à voix haute.
– Laisser les apprenants répondre à la question spontanément, à l’oral. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer.
– Écrire les réponses qui conviennent au tableau. Demander aux apprenants de formuler des phrases
pour illustrer ce qui vient d’être dit.
Corrigé aller ➝ y ; rester ➝ y ; monter ➝ y ; entrer ➝ y

Propositions Il va à Paris. ➝ Il y va.


Les enfants sont restés à la maison. ➝ Ils y sont restés.
Elle est montée dans le train. ➝ Elle y est montée.
Pierre est entré dans l’église. ➝ Il y est entré.

Activité 10 ➝ Activité d’observation permettant de redécouvrir le pronom personnel complément « y ».


Ce pronom avait déjà été étudié dans le module 3 de Latitudes 1.
– Inviter les apprenants à observer la phrase du corpus. Cette activité se fait rapidement.
– Laisser quelques instants aux apprenants pour réfléchir et repérer ce que remplace le pronom « y ».
– Corriger collectivement, à l’oral.
– Lire la question 2) à voix haute. Inviter les apprenants à y répondre collectivement, en donnant des
exemples. Faire relever que « y » remplace un complément construit avec un verbe + « à ».
Corrigé 1. On peut réfléchir à : « l’ouverture du dimanche n’augmente pas la consommation ».
2. On utilise le pronom « y » parce que le verbe « réfléchir » est suivi de la préposition « à » :
réfléchir + à + quelque chose. Exemple : Je réfléchis à mon avenir professionnel. ➝ J’y réfléchis.

Activité 11 ➝ Activité de réemploi, à la suite des activités précédentes.


– Expliquer la consigne.
– Demander aux apprenants de transformer les phrases individuellement. Les inviter ensuite à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre les apprenants pour prendre connais-
sance de leurs réponses.
– Corriger collectivement et écrire les réponses qui conviennent au tableau. Faire lire ensuite par cinq
binômes les dialogues.
Corrigé 1. …ou je peux y réfléchir ?
2. …il en arrive.
3. …je n’y ai pas pensé.
4. …on en est partis vers une heure du matin.
5. …je vais y faire attention.

108
Travail à la suite de la correction
– Lire avec les apprenants l’encadré sur le point de langue Les pronoms en et y (1). Leur signaler que
l’étude de ces pronoms sera complétée dans l’unité 7. S’assurer de la bonne compréhension des
exemples donnés et de ce que signifie un verbe construit avec « à » ou « de ». Demander aux appre-
nants s’ils connaissent d’autres verbes ou expressions construits de la sorte.
– Si le temps le permet, leur faire observer l’illustration. Exemple : être question de. Leur demander
de faire une liste de verbes construits avec « à » ou « de » par groupes de deux. Faire une mise en
commun au tableau. Leur faire comprendre qu’il est nécessaire de connaître la construction d’un verbe
pour l’utiliser efficacement.

pages 70 et 71 > EXPRIMER SA DÉCEPTION

Cette double page invite les apprenants à découvrir l’acte de parole : Exprimer sa déception, à partir d’un
document de compréhension écrite.
C’est bientôt « la fête des voisins » : une fête nationale en France qui permet aux voisins de faire connais-
sance et de passer un bon moment ensemble. Naïma et Nathalie ont écrit une lettre aux voisins de
l’immeuble pour qu’ils les aident à préparer cette fête.
L’activité 12 est une activité de compréhension écrite globale. Les activités 13 et 14 sont axées sur le
repérage, à travers les phrases du corpus, des expressions de regret. L’activité 15 invite les apprenants à
associer des éléments pour former des phrases exprimant la déception.

C’est clair ?
Activité 12 ➝ Activité de compréhension écrite.
Préparation à la lecture
– Inviter les apprenants à identifier le document (c’est une lettre), l’auteur du message (Naïma et
Nathalie), le destinataire du message (les voisins de l’immeuble) et la date du message (le 17 mai).
– Demander aux apprenants d’imaginer le contenu de la lettre (toutes les réponses sont accep-
tables).
Compréhension globale
– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à prendre connaissance des six affirmations. Vérifier
la compréhension de l’ensemble et leur demander de répondre, individuellement.
– Circuler entre eux. Veiller à la bonne marche de l’activité et à la bonne compréhension des affir-
mations. Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement. Pour chaque réponse, solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Vrai 3. Vrai 5. Faux
2. On ne sait pas 4. On ne sait pas 6. Faux

POUR PLUS DE LATITUDE

Inviter les apprenants à former des groupes de deux ou trois apprenants. Leur demander d’échan-
ger sur « la fête des voisins » : Est-ce que cette fête existe dans leur pays ? Dans leur quartier ? Est-ce
qu’ils y ont déjà participé ? Est-ce qu’ils pensent que c’est une bonne idée ? Quels sont les autres moyens
pour faire connaissance avec ses voisins ?

? Le saviez-vous ?
En France, la fête des voisins existe depuis 1999. En 2008, plus de six millions de Français y ont par-
ticipé. Cet événement a largement dépassé les frontières avec la « Journée européenne des voisins ».
À Bruxelles, Berlin, Genève, Dublin, Rome, Luxembourg, Birmingham, Porto, Ljubljana, Manchester,

module 2 unité 6 • 109


Brême et dans 700 villes européennes, 8 millions de voisins ont montré qu’ils veulent construire une
Europe plus humaine, plus conviviale et plus solidaire. La fièvre a même gagné l’Albanie, le Canada,
la Turquie, l’Ukraine ou Taipeh…

Comment on dit ?
Les activités 13 et 14 permettent de découvrir quelques expressions qui indiquent la déception et le regret.

Activité 13 ➝ Activité de repérage et de découverte. Les apprenants relisent tout d’abord l’invitation et répon-
dent à des questions.
– Lire les questions à voix haute. S’assurer de la bonne compréhension du mot « regret » en donnant un
exemple de situation : Nathalie regrette de ne plus être amoureuse de Dominique. Elle est triste et désolée.
– Demander à la classe de trouver dans la lettre, la phrase qui exprime le regret. Puis, inviter les appre-
nants à expliquer comment cette phrase est construite.
– Corriger collectivement, à l’oral, et écrire la phrase au tableau, en soulignant la construction.
Corrigé 1. Nous regrettons que cette fête ait lieu un mardi.
2. regretter que + verbe au subjonctif.

Activité 14 ➝ Activité de repérage des expressions de déception.


– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à faire l’activité individuellement.
– Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses. Les inviter à comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau.
Corrigé Phrase 2 : C’est dommage que…
Phrase 3 : Je suis déçu que…
Phrase 6 : Je ne m’attendais pas à ça !
Phrase 7 : Je suis déçue.
NB : Faire relever la forme des verbes qui suivent les expressions des phrases 2 et 3 (le subjonctif).
On peut aussi demander aux apprenants de dire ce qu’expriment les autres phrases de l’activité, en guise
de révision (phrase 1 : le bonheur ; phrase 4 : la peur ; phrase 5 : annoncer un heureux évènement).

Activité 15 ➝ Activité de repérage de la construction des expressions de déception. Les apprenants sont invi-
tés à observer la construction des expressions pour pouvoir associer les éléments.
– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à faire l’activité individuellement.
– Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses. Les inviter à comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau.
Corrigé 1.b – 2.a – 3.c – 4.e– 5.d
Travail à la suite de la correction
– Lire ensemble l’encadré Exprimer sa déception. S’assurer de la bonne compréhension des expres-
sions et du fait qu’elles peuvent êtres suivies du subjonctif.
– Demander aux apprenants d’observer l’illustration. Les inviter à donner la relation entre les deux
personnes et à imaginer le contexte.
– Leur proposer de former des groupes de deux et de réutiliser les expressions en exprimant des regrets
sur leur vie.
S Activité complémentaire (voir page 238)
110
DOMMAGE QU’ELLE PARTE !
Les activités 16 et 17 sont consacrées aux expressions ou verbes suivis du subjonctif.

Activité 16 ➝ Activité de comparaison de deux phrases.


– Demander à un apprenant de lire la phrase 1, puis, à un autre de lire la phrase a. Les inviter tous
deux à comparer les phrases. Faire de même pour les phrases 2 et b.
– Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer ce que disent les apprenants. Au tableau,
écrire les deux types de construction des phrases.
Corrigé – être heureux de + verbe à l’infinitif / être heureux que + verbe au subjonctif
– avoir espoir de + verbe à l’infinitif / avoir espoir que + verbe au subjonctif
NB : En reprenant les deux phrases données dans l’exercice, insister sur le point suivant : une expression
+ que + verbe au subjonctif n’est possible que si les deux sujets sont différents.
Phrase 1 : nous sommes heureux – nous vous invitons
Phrase 2 : nous avons grand espoir – nous allons vous revoir prochainement

Activité 17 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants doivent maintenant choisir entre l’indicatif et le subjonc-
tif pour former des phrases.
– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à faire l’activité individuellement.
– Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses. Les inviter à comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau si nécessaire.
Corrigé 1. Je suis déçu que Monsieur Fouin ne soit pas là aujourd’hui.
2. Le directeur croit que j’ai fait une erreur.
3. Elle est très heureuse que vous l’ayez aidée à trouver un travail.
4. Je pense que Léa a des problèmes avec ses collègues.
5. On regrette beaucoup que vous ne puissiez pas accepter notre offre.

Activité 18 ➝ Poursuite du travail de compréhension des expressions suivies du subjonctif et de celles suivies
de l’indicatif.

43 1. Elle voudrait que tu y ailles avec ta sœur. 5. Il faut que tu fasses attention.
2. Je ne suis pas sûre que ce soit possible. 6. Vous croyez que la banque va accepter ?
3. Dans les journaux, on dit que vous allez démissionner. 7. J’espère que tu comprends le problème.
4. Je trouve dommage qu’on soit obligé d’abandonner
le projet.

– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à faire l’activité individuellement.


– Passer l’enregistrement une première fois. Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de
leur voisin. Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau si nécessaire.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7
indicatif   
subjonctif    

module 2 unité 6 • 111


Activité 19 ➝ Activité de réemploi. Après la découverte des expressions suivies du subjonctif, les apprenants
sont invités à choisir entre l’indicatif et le subjonctif et à conjuguer les verbes.
– Expliquer la consigne et inviter les apprenants à faire l’activité individuellement.
– Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, les encourager, les aider, si nécessaire.
Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Proposer à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse à don-
ner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. tu la connaisses 3. tu fasses 5. vous ne puissiez pas 7. va
2. il n’ait pas envie de 4. est 6. tu ailles 8. elle veuille
NB : Bien insister sur le verbe « espérer » qui n’est jamais suivi du subjonctif.

Activité 20 ➝ Activité de réemploi. Après la découverte des expressions de déception, les apprenants sont invi-
tés à produire quelques énoncés à l’oral.

44 1. J’ai vu le directeur. Votre voyage à Kyoto, 4. Clarisse, non, elle n’est pas là. Elle est en
la semaine prochaine, est annulé. réunion jusqu’à 18 heures.
2. Bon, on avait envoyé cinquante invitations. 5. Tu sais le bon fromage qu’on a acheté au
Je n’ai reçu que trois réponses positives. marché ce matin. Le chien l’a mangé.
3. Ah, je suis désolé, l’hôtel est complet.

– Expliquer la consigne. Passer l’enregistrement une première fois et inviter les apprenants à expri-
mer mentalement la déception.
– Passer l’enregistrement une seconde fois. Après chaque phrase, marquer une pause et solliciter
quelques apprenants. Inviter les autres à varier les réponses en donnant d’autres propositions.
– Écrire quelques propositions au tableau, si nécessaire.
Proposition 1. Je rêve d’aller au Japon depuis des années. C’est dommage !
2. Je suis déçu de ne pas en avoir reçu davantage.
3. J’adore votre hôtel, je suis déjà venu plusieurs fois et j’étais vraiment heureux de revenir
aujourd’hui, ah, non, je ne m’attendais pas à ça !
4. Je suis déçu qu’elle ne soit pas là.
5. Je regrette d’avoir acheté ce chien !

Production écrite
Activité 21 ➝ Activité de production écrite permettant de réemployer ce qui vient d’être travaillé.
– Lire à voix haute la situation.
– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux pour préparer l’activité. Leur demander
de faire une liste des déceptions que l’on peut rencontrer après avoir effectué un voyage organisé.
Pour compléter cette liste, leur proposer de faire appel à leurs propres expériences de voyage et à se
les raconter par deux.
– Une fois la liste effectuée, faire faire l’activité individuellement, en classe ou à la maison. Préciser
le nombre de mots voulus (environ 150 mots). Ramasser les lettres pour les évaluer. Veiller au res-
pect de la consigne (sujet et nombre de mots), aux formules utilisées pour commencer et terminer
une lettre formelle, aux expressions utilisées pour exprimer la déception. Utiliser un système de
correction qui permette à l’apprenant de se corriger lui-même.

112
Proposition de grille :

Respect de la consigne 0 0,5


Forme du message (lettre formelle…) 0 0,5 1 1,5
Exprimer sa déception 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Corrigé Madame, Monsieur,


Le mois dernier, j’ai effectué un voyage organisé au Maroc avec votre agence. Je vous écris pour
vous informer que je ne suis pas du tout satisfaite du voyage.
Tout d’abord, je regrette que vous n’ayez pas clairement expliqué ce que comprenait le prix. Je croyais
que l’hôtel devait être un trois étoiles. Il n’en avait que deux. La chambre était toute petite et il n’y
avait même pas de connexion à Internet. D’autre part, le petit déjeuner n’était pas de très bonne
qualité et je ne m’attendais pas à cela.
Ensuite, je suis déçue que les transports aient été aussi lents. Nous avons mis plus de deux heures
entre l’aéroport et l’hôtel, alors qu’il faut normalement compter quarante-cinq minutes.
Enfin, c’est dommage que la visite organisée à l’extérieur de la ville n’ait pas eu lieu à cause de la
tempête de sable. Ne devriez-vous pas rembourser les touristes pour ce désagrément ?
Il est évident que je n’ai pas envie de recommander votre agence à mes amis ou à ma famille car
je suis vraiment déçue.
Dans l’attente de vos explications, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de mes
salutations distinguées.
Martine RAYMOND

Travail à la suite de la correction


– Lire avec les apprenants l’encadré Le subjonctif (2). Leur expliquer que cet encadré est un récapi-
tulatif des différentes utilisations du subjonctif.
– S’assurer que les apprenants ont bien compris que le subjonctif sert à exprimer le subjectif, c’est-
à-dire, qu’il est utilisé pour exprimer des sentiments. Demander à quelques apprenants de faire des
phrases avec les sentiments proposés : je regrette que mes amis ne soient pas là, je suis déçu que tu ne
viennes pas ce soir…
– Leur expliquer que le subjonctif est aussi utilisé pour exprimer la volonté, le jugement, le souhait,
le doute. Inviter quelques apprenants à faire des phrases avec les verbes proposés : je souhaite que les
pauvres soient plus riches, je doute que mon frère pense à mon anniversaire… Si nécessaire, écrire quelques
propositions au tableau.
– Rappeler ce qui a été vu dans le module 1, concernant l’utilisation de certains articulateurs comme
afin que, pour que. Proposer une phrase avec avant que : Avant que tu viennes, pense à téléphoner.
– Évoquer le subjonctif passé comme un temps qui permet de présenter une action terminée.
Demander aux apprenants d’observer les deux phrases et d’expliquer rapidement la formation du sub-
jonctif passé. Ecrire la définition au tableau (avoir ou être au subjonctif présent + le participe passé du
verbe) accompagnée d’un exemple : Les apprenants ont compris avant que j’aie eu le temps d’expliquer.
– Attirer l’attention des apprenants sur l’encadré Quelques verbes irréguliers. Bien insister sur le fait
qu’ils doivent bien connaître la conjugaison de ces verbes irréguliers.

S Activité complémentaire
(voir page 238)

module 2 unité 6 • 113


page 73 > TÂCHE FINALE

La réalisation de cette tâche permet de mobiliser les acquis de l’unité Exprimer son mécontentement,
Exprimer le souhait. Les apprenants sont invités à rédiger une lettre au responsable de leur cours
pour exprimer leur mécontentement concernant les conditions d’études en classe ou les activités et
pour proposer des modifications éventuelles. Présenter la grille d’évaluation avant de démarrer l’activité.
– Inviter les apprenants à observer la photo et à faire des hypothèses sur la situation de communi-
cation. Il s’agit d’étudiants qui tiennent des pancartes en signe de manifestation. Ils manifestent peut-
être contre leur université ou pour de nouveaux droits.
– Lire la consigne de l’activité avec les apprenants et s’assurer de la bonne compréhension de l’ensemble.
– Démarrer l’activité :
• Dans un premier temps, inviter les apprenants à se mettre par groupes de quatre et à réfléchir aux
conditions d’études, aux activités, aux horaires de classe et à tous les points négatifs qu’ils peuvent
trouver concernant leur apprentissage. Leur proposer de rédiger une sorte de manifeste, expliquant,
dans les grandes lignes, ce qui ne leur plaît pas dans l’organisation des cours.
• Dans un deuxième temps, leur proposer d’énoncer les points positifs et de chercher à améliorer les
points négatifs en proposant de nouvelles idées.
– Laisser à chaque groupe une vingtaine de minutes pour la discussion. Pendant la durée du travail, cir-
culer entre les apprenants pour les encourager dans leurs productions, les aider, les corriger, les évaluer.
– Désigner dans chaque groupe un porte-parole qui va énoncer à la classe, sous forme de bilan, les
points forts et les points faibles de leur apprentissage. Faire un remue-méninges avec la classe de ces
points, en les écrivant au tableau. Par exemple :
☺  Améliorations
Horaires de classe
Activité de production orale
Activité en groupes
Utilisation d’Internet
Cahier d’exercices

Puis, avec la classe, compléter ensemble la dernière colonne concernant les améliorations à appor-
ter pour chaque point, s’il y a lieu.
– Pour finir, demander aux apprenants d’écrire individuellement une lettre au responsable du cours
pour lui faire part de ce remue-méninges. Les inciter à utiliser l’acte de parole : Exprimer une décep-
tion ou un mécontentement et à formuler des souhaits, à l’aide du subjonctif. Ramasser la lettre pour
l’évaluer en fonction de la grille d’évaluation. Adopter un système d’évaluation qui permette aux
apprenants de s’autocorriger.
Proposition Cher Professeur,
Ce matin, nous nous sommes retrouvés avec mes voisins de la classe pour faire un bilan. Nous
avons discuté des points positifs et des points négatifs et je voulais vous en faire part.
Personnellement, je pense que les horaires ne sont pas pratiques. Nous n’avons que des
classes d’une heure. Nous avons besoin de plus de temps. Il faut que nous puissions travailler
deux heures à la suite.
Je regrette que les salles ne soient pas mieux équipées : il n’y a pas assez d’ordinateurs. Nous
savons que cela coûte cher à l’université. C’est dommage que nous ne puissions pas appor-
ter notre ordinateur personnel. Pourquoi est-ce interdit ?
Je suis très heureux d’être dans votre classe et très content que vous nous laissiez la possibi-
lité de discuter de notre apprentissage avec vous.
Cordialement,
Diego.

114
On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.
L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
exprimer sa colère
exprimer sa déception ou ses regrets
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que, pourquoi,
d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité
Morphosyntaxe
utiliser le subjonctif pour exprimer les sentiments, le souhait
utiliser l’indicatif après espérer, penser, croire
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité

page 73 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C, D sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les sons [ε̃], [ɑ̃] et [ɔ̃].

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à écouter et répéter des mots contenant les sons [ε̃] et [ɑ̃].

45 1. le bain 2. l’étang 3. le plein 4. le teint 5. le banc 6. le plan

– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les mots aux apprenants.
Corrigé 1 2 3 4 5 6
[ε̃]   
[ɑ̃]   

Activité B ➝ Activité de discrimination auditive qui porte sur les sons[ɑ̃] et [ɔ̃].
46 1. c’est lent 2. il est blond 3. le premier rang 4. c’est long 5. le premier rond 6. il est blanc

– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les mots aux apprenants.
Corrigé 1 2 3 4 5 6
[ɑ̃]   
[ɔ̃]   

module 2 unité 6 • 115


Activité C ➝ Activité de discrimination auditive qui porte sur les sons [ε̃], [ɑ̃] et [ɔ̃].

47 1. Il n’y a plus de vent. 3. Ils ont raison. 5. Tu aimes bien tes voisins ? 7. Un pain, s’il vous plaît.
2. Il l’a atteint ? 4. Prends tes gants ! 6. J’en vends ! 8. Il n’est pas très long, ce pont.

– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les phrases aux apprenants de façon individuelle.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[ε̃]   
[ɑ̃]   
[ɔ̃]  

Activité D ➝ Les apprenants doivent maintenant repérer les sons [ε̃], [ɑ̃] et [ɔ̃] dans la chaîne parlée et ortho-
graphier correctement les mots contenant ces sons.

48 1. Lui est américain, mais elle est anglaise, elle a 4. Tu penses que c’est impressionnant de passer un
grandi à Londres. examen oral ?
2. Ils sont venus lundi matin avec leurs cinq enfants. 5. Fais attention de ne pas tomber.
3. On s’embrasse, on ne va pas se serrer la main !

– Expliquer la consigne et passer l’enregistrement une première fois. Marquer un temps de pause après
chaque phrase pour laisser les apprenants répéter les phrases.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois. Marquer un temps de pause après chaque phrase pour
leur laisser le temps de compléter les phrases individuellement.
– Passer l’enregistrement une dernière fois pour permettre aux apprenants de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement. Quelques apprenants lisent les phrases et épellent les mots qu’ils ont com-
plétés. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer les propositions. Écrire les réponses
au tableau.
Corrigé Voir la transcription ci-dessus.

pages 74 et 75 > LES BEAUX DIMANCHES

Cette partie culturelle amène les apprenants à approfondir le thème de l’unité : Vivement dimanche !
Une série de photographies illustre la détente dominicale. Un texte, découvert sur un blogue (activité 22),
ouvre la thématique et permet aux apprenants de réfléchir sur ce qu’il est bon de faire le dimanche. Un
tableau complète le texte en précisant ce que les Français aiment faire ce jour-là. Il est également proposé
une activité de compréhension orale (activité 23) : un homme parle du dimanche comme un jour de repos
au cours duquel « on vit ». Ceci mène à une discussion de groupes (Et vous ?).

Activité 22 ➝ Activité de compréhension écrite.


– Inviter les apprenants à observer les photos de la page de gauche. Leur laisser quelques instants pour
échanger leurs impressions sur ces photos avec leur voisin. Introduire le thème Les beaux dimanches
et proposer aux apprenants d’échanger collectivement sur ces photos : une personne avec un sac-à-
dos se promène dans un champ, l’été ; une femme fait du vélo avec ses deux enfants sur un chemin de

116
campagne ; un garçon, allongé sur le sable, lit un livre tranquillement ; une famille est en train de pique-
niquer dans l’herbe, non loin d’une forêt.
– Demander aux apprenants de dire quelle activité ils préfèrent faire parmi celles représentées sur les
photos. Puis, les inviter à nommer d’autres activités que l’on peut faire le dimanche, sans regarder les
autres documents. Faire un remue-méninges au tableau.
– Inviter un apprenant à lire le texte d’introduction et rajouter au document 2, si c’est le cas, une acti-
vité qui aurait été oubliée.
– Demander aux apprenants de lire le texte individuellement et de retrouver, dans le texte, les activités
illustrées par les photographies. Inviter ensuite les apprenants à observer le document 2 et à retrouver,
dans ce document, les activités illustrées par les photographies. Corriger collectivement au tableau.
– Par groupes de deux, demander aux apprenants à retrouver les activités communes aux deux
documents. Corriger collectivement au tableau.
Corrigé 1. Doc. 1 : une balade (photo 1), le pique-nique (photo 4), la lecture du livre (photo 3)
Doc. 2 : se promener (photo 1), lire (photo 3).
2. Internet, se promener, écouter de la musique, lire, la famille (les enfants).

POUR PLUS DE LATITUDE

– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux. Leur demander de relire le texte du blogue.
Leur proposer ensuite d’écrire un texte similaire, en choisissant un autre jour de la semaine. Faire en
sorte que tous les jours de la semaine soient choisis. Une fois le texte écrit, suggérer à chaque groupe
de le lire à la classe leur production. Ramasser les textes, les corriger et faire un petit semainier à dis-
tribuer aux apprenants.

Activité 23 ➝ Activité de compréhension orale pour compléter la thématique de cette double-page : Les beaux
dimanches.
49 Le dimanche, c’est d’abord la suite du samedi, ça a avec la famille, avec les frères et sœurs… C’est le
l’air bête à dire, mais c’est important, parce que, le dimanche qu’on va chez nos parents, on n’a jamais
samedi, on sort, on voit des amis, on se fait un ciné, trop le temps de passer les voir pendant la semaine…
on a un mariage… et donc, le dimanche on se repose, Les enfants sont contents de voir leurs grands-
on se lève tard, on prend le temps de vivre… Ça fait parents… Et puis il y a toujours une fête ici ou là,
du bien. Et puis, il y a toujours quelque chose à dans les petites villes de la région, un vide-grenier,
faire, un peu de bricolage, toutes les choses qu’on n’a une fête des pommes ou une fête des artisans… On
pas eu le courage de faire pendant la semaine, y va avec la famille ou avec des copains… On ren-
s’occuper un peu du jardin… J’aime bien aller dans contre des gens, on fait des rencontres, c’est sympa.
mon jardin le dimanche matin, faire le tour des Le dimanche, on vit, on prend le temps de vivre,
plantes, voir comment elles vivent, manger des fraises c’est ça qui est important.
ou une pomme. Le midi, le déjeuner, c’est souvent

– Expliquer la consigne et lire les questions, à voix haute. S’assurer de la bonne compréhension de
ce qui est demandé.
– Passer l’enregistrement une première fois et faire faire l’activité individuellement.
– Inviter les apprenants à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre eux pour
prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : interroger la classe et écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Oui.
2. Parce que, selon lui, c’est la suite du samedi. Le samedi est un jour où l’on fait beaucoup de
choses ; le dimanche permet de se reposer après le samedi.
3. « On » représente la famille de cet homme (les enfants et sa femme) et aussi « on »
représente la majorité des Français (il parle à leur place).

module 2 unité 6 • 117


4. Oui : retrouver la famille, rencontrer des amis, bricoler, jardiner, déjeuner, autres activités
(aller à une fête…).
5. Cela signifie que le dimanche, on prend le temps de faire les choses. La semaine, on est au
travail. Le samedi, on sort et on fait beaucoup de choses rapidement. Le dimanche, c’est
différent : on fait ce que l’on n’a pas eu le temps de faire pendant la semaine, à un rythme
plus tranquille.

ET VOUS ?
Activité 24 ➝ Activité de production orale qui invite les apprenants à parler d’eux et de leur pays.
– Réaliser cette activité par groupes de trois. Inviter les apprenants à se poser les questions de l’acti-
vité. Leur proposer d’utiliser le document 2 pour les aider à donner des réponses et pour les encou-
rager à comparer les activités du dimanche dans leur pays avec celles des Français.
– Si les apprenants ont une expérience de la France, les inviter à partager ce qu’ils ont pu observer des
dimanches en France.
– Pour la dernière question, leur proposer d’observer l’illustration de la page 75 et de faire des com-
mentaires sur le contraste entre ce que l’homme ne veut pas faire et ce qu’il fait. Leur proposer, par
groupes, de débattre sur le dimanche « travaillé ou non ». Pendant la durée de l’activité, circuler entre
eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, les encourager, reprendre, si c’est nécessaire.
– Poursuivre, éventuellement, la discussion en grand groupe.

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 6, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Vivement dimanche
Quelques expressions pour quantifier
Exprimer sa colère et son mécontentement
Expressions pour exprimer sa colère et son mécontentement
Savoirs linguistiques
Les pronoms en et y (1)
Le subjonctif (2)
Exprimer sa déception, ses regrets
Expressions utilisées pour exprimer sa déception
Des sons et des lettres
La discrimination [ε̃], [ɑ̃] et [ɔ̃]
Découvertes socioculturelles : Les beaux dimanches
Le vocabulaire de l’unité : le dimanche, le travail, les activités dominicales

118
Préparation au DELF A2
?? module ?2 (pages
(pages ??
78 et 79) •• Corrigés
et ??)

PARTIE 1 COMPRÉHENSION DE L’ORAL — Ce matin, ils sont nombreux à attendre depuis hier
soir un vol pour Toulouse, Montpellier ou Brest et cer-
L’examinateur communiquera les consignes suivantes tains commencent à s’impatienter.
avant de faire passer l’enregistrement. — Bah, on espère partir au moins cette après-midi,
Vous allez entendre un enregistrement, composé de deux demain au pire quoi, parce que je m’imagine que le
documents : TGV, il doit être bien bien blindé aussi.
– lisez les questions de l’exercice 1 ; — Ben, on avait un vol à huit heures et demie, semble-
– écoutez une première fois l’enregistrement ; t-il annulé, un autre à onze heures vingt, ils ne sont tou-
– réfléchissez et commencez à répondre ; jours pas au courant, donc on essaye de dévier, d’aller
– écoutez une deuxième fois l’enregistrement ; ailleurs par Montpellier.
– finissez de répondre aux questions. — Quand partirai-je, si je pars, je l’ignore totalement. On
Faites la même chose pour l’exercice 2. ne peut pas me donner l’information puisque les vols ne
sont assurés que pour autant qu’il y ait des agents de piste
Exercice 1 susceptibles de les faire partir hein.
— Et en effet ces perturbations sont dues à un mouve-
50 — Bonjour, je m’appelle Fabiana, je suis brésilienne, je
ment de grève du personnel au sol d’Air France. Selon la
suis en master de sciences politiques à Paris.
compagnie, 80% des vols sont assurés mais il n’est pas évi-
— C’est parti à cent à l’heure pour une journée type
dent d’avoir des renseignements sur les retards qui peu-
d’une étudiante à Paris en compagnie de Fabiana et ça
vent durer plusieurs heures.
commence chez elle, dans son petit studio, au saut du lit.
— Plutôt énervée à vrai dire. Justement, à quelques jours
— Je vais vous faire visiter mon palace. Donc là, c’est le
des fêtes c’est facile d’embêter les gens.
coin cuisine, très pratique d’ailleurs. Bon, c’est petit bon
parce que bon c’est les appartements pour les étudiants — Non, c’est énervant parce que, quand c’est fait en
à Paris, donc. Ce n’est normalement pas plus de, quand plus pendant la période de départs en vacances, je trouve
c’est des chambres, ce n’est pas plus de douze mètres que c’est pas, pas admissible.
carré. Là c’est le bureau de la prochaine députée brési-
lienne, moi, Fabiana. 1. La compagnie Air France fait grève. Cette grève a lieu à
— Première étape à l’Institut d’études politiques de Orly.
Paris plus couramment appelé Sciences Po. Son concours 2. Ils attendent depuis la veille au soir.
d’entrée est très sélectif mais son diplôme ouvre toutes 3. Faux.
les portes. Un lieu aussi de rencontres et de brassage des 4. Faux.
cultures. 5. Ils manquent d’information ; il n’y a pas assez de per-
— Bon Adrien, c’est un ami de master, on étudie sonnel ; c’est la période de congés (période de départs en
ensemble et donc, euh, c’est un franco-chilien.Voilà. vacances).
Chili, l’Amérique latine,
— Tu n’as pas beaucoup l’occasion de voir beaucoup de
Français par ici, avec tout ce que tu fais… Tes amis, que PARTIE 2 COMPRÉHENSION DES ÉCRITS
des Brésiliens…
— Non, ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai du tout. Il parle Exercice 1
de ça parce que je n’ai que des amis français alors heu… 1. Faux – 2. Faux – 3. Faux – 4. Vrai

1. Elle vient du Brésil. Exercice 2


2. Elle fait un Master de sciences politiques.
1. Ils n’avaient pas de travail en France.
3. Non, elle vit dans un petit studio. Elle dit qu’il est petit.
2. Depuis 1997.
4. Elle veut être députée.
3. Marie-Ange veut rentrer en France.
5. Sciences Po.
4. Sa culture, ses amis, son pays.
6. Le diplôme ouvre toutes les portes. C’est un lieu de
rencontres et de brassage des cultures. 5. de la tristesse ; le mal du pays ; des regrets.
7. Faux.

Exercice 2
PARTIE 3 PRODUCTION ÉCRITE

51 — La grève du personnel au sol d’Air France perturbe Exercice 1 (proposition)


sérieusement les vols aujourd’hui encore. La compagnie Soudain j’ai entendu des bruits bizarres. J’ai ouvert les yeux.
prévoit 20 % d’annulation. Du côté des passagers la C’était incroyable. Il y avait devant moi, une trentaine de
grogne monte en ce jour de grand départ à Orly. Juliette chameaux qui traversaient le désert à toute vitesse. Je
Duquesne et Timothée Duretz. n’avais pas compris qu’ils venaient vers nous. Je trouvais
— On a attendu jusqu’à 22 h 15 ici, pour Toulouse. À le spectacle magnifique. Mon compagnon de voyage s’est
22 h 15, on nous a dit « tous les vols sont annulés ». réveillé à son tour et s’est mis à crier : « Ils viennent vers
Corrigés DELF A2 module 2 • 119
Préparation au DELF ?? module ? (pages ?? et ??) • Corrigés
nous, ils viennent vers nous ! ». Il n’était pas rassuré. Son Monologue suivi (proposition)
visage est devenu tout blanc. Il était angoissé. Je ne bou- Le dimanche, j’aime bien rester à la maison quand il pleut
geais plus. J’espérais que mon compagnon se calmerait. ou qu’il fait froid. Le matin, je flâne dans ma chambre et
Mais c’était trop tard. Il avait tellement peur qu’il s’est mis souvent, je lis un livre dans mon lit. De temps en temps,
à courir. Les chameaux sauvages l’ont vu et par peur, sans je vais sur Internet pour lire mes messages ou acheter des
doute, ont fait demi-tour. Il venait de me sauver la vie. produits en ligne. Le midi, je déjeune avec mes parents et
des amis. Le déjeuner dure longtemps. L’après-midi, je
Exercice 2 (proposition) dors. Et le soir, je regarde la télévision.
Monsieur Delcique, Quand il fait beau, c’est très différent. Je me lève tôt pour
Je viens de lire votre message et je ne suis pas d’accord avec faire un peu de sport. Ensuite, je vais au marché pour
vous. Je pense que vous exagérez ! J’aime beaucoup écou- acheter quelques légumes et des fruits et je prépare un
ter de la musique mais dire que je l’écoute trop fort, c’est pique-nique avec ma famille. L’après-midi, je me pro-
scandaleux. Je crois que les voisins n’aiment pas le style hip- mène ou bien je m’allonge dans l’herbe pour me reposer
hop. Vous savez que je travaille la nuit. La porte d’entrée un peu. Je déteste faire le ménage ce jour-là. Le dimanche,
ferme difficilement. Je dois bien la claquer un peu. L’année ça sert à être bien !
dernière, j’ai demandé à mettre mon vélo dans la cave, mais
vous me l’avez interdit. Je le laisse dans le hall. Maintenant, Exercice en interaction (proposition)
vous me critiquez. Ce n’est pas normal ! Et les poubelles ? Le professeur commence :
C’est scandaleux de ne pas avoir de local à poubelles — Oh, mais, ça alors, Francis ?
propre. Il y a beaucoup trop de chats et de chiens qui — Catherine, c’est toi ? Mais attends, ça fait combien de
viennent. Faites quelque chose ! temps ?
C’est plutôt à vous de faire un effort pour l’immeuble ! — Euh, deux ans déjà. Qu’est-ce que tu deviens ?
Charles Hervé. — Je fais mes études de médecine à Bruxelles. C’est super
de pouvoir découvrir la vie étudiante dans un autre pays.
S Voir grille d’évaluation du DELF Je suis déçu de ne pas avoir le temps de faire du tourisme.
— Ça n’est pas trop dur de suivre des cours dans une
autre université ? Ça te change beaucoup de ton université
PARTIE 4 PRODUCTION ORALE à Nantes ?
— Un peu quand même ! Je suis surpris du petit nombre
Durée de l’épreuve de production orale : 7 à 10 minutes. d’étudiants. En Belgique, ils ne sont que vingt étudiants par
Les apprenants ont 10 minutes de préparation pour le classe. Ça aide à mieux travailler et à discuter plus facile-
monologue suivi. Il n’y a pas de préparation pour l’entre- ment avec les professeurs. Mais il y a moins de travaux pra-
tien dirigé, ni pour l’exercice en interaction. tiques. C’est dommage.
— Tu as rencontré des gens sympas ?
Entretien dirigé — Oui quelques-uns. Quand tu ne connais personne, au
L’examinateur posera aux apprenants quelques questions début c’est un peu difficile. Maintenant ça va mieux !
simples sur eux et sur leur vie. Exemple de consigne : Quelquefois, je vais avec eux dans leur famille le week-end.
Racontez vos vacances à l’étranger. Exemples de questions : Ça me permet de découvrir le pays.
Où êtes-vous allé ? Où avez-vous dormi ? Qu’est-ce que vous — Tu as l’air d’être très content de ton expérience ?
avez fait ? Quelles activités avez-vous aimées ? Laquelle avez- — Oui, c’est vrai ! C’est une expérience inoubliable. Et toi ?
vous préférée ? Qu’est-ce qui vous a surpris à l’étranger ? Tu me racontes ?

120
module 3 Dire et dire de faire
Ce module marque une nouvelle étape dans l’apprentissage de l’apprenant, en le conduisant vers le
niveau B1.
L’unité 7 permet, aux apprenants, de proposer de faire quelque chose et de répondre à une proposition.
Par la suite, ils découvrent les actes de parole : donner, offrir, prêter.
Dans l’unité 8, ils sont invités à progresser dans la découverte du dire et du dire de faire. Les actes de
parole tels que promettre et organiser un discours sont également étudiés.
L’unité 9 porte principalement sur les actes de parole : accuser, contester, reprocher. Ceux-ci mènent
à l’étude de la mise en relief.

Inviter les apprenants à ouvrir leur livre page 81. Avant de commencer une unité, en com-
menter le contenu avec le contrat d’apprentissage.

unité 7 Entreprendre
● Lire le titre et demander aux apprenants de dire ce à quoi entreprendre leur fait penser. Leur
expliquer que, dans une entreprise, on propose et on crée des projets. Lire le contenu de
la tâche finale et expliquer ce qui est nécessaire.
● Faire le lien avec l’acte de parole : Proposer de faire quelque chose. Donner un exemple : Ça

vous dirait d’organiser une fête dans la classe ? Puis, leur montrer « J’apprends » et « Pour »
répondre à la proposition : Avec plaisir !
● Lire l’acte de parole suivant : donner, offrir, prêter. Emprunter un objet à un apprenant et

lui demander : Est-ce que tu me le donnes (faire semblant de garder l’objet contre soi) ou
est-ce que tu me le prêtes ?

unité 8 Vous avez gagné !


● Expliquer la consigne de la tâche finale et s’assurer de la bonne compréhension.
● Sur le thème de la tâche, prendre des exemples pour expliquer « J’apprends » : Pour faire
la fête, il faut que tout le monde vienne. N’oubliez pas d’arriver à l’heure.
● Faire le lien directement avec l’acte de parole suivant : Répondre à une demande. Pour cela,

demander : Je peux vous demander de m’aider à organiser la fête ? et montrer « J’apprends » :


Je vais y réfléchir (en hochant la tête de gauche à droite) ou sans aucun problème ! (de haut
en bas).
● Continuer avec le même exemple en demandant à la classe : C’est promis ? Vous me pro-

mettez de m’aider. Montrer « J’apprends » et hocher la tête de haut en bas, en disant : Sans
faute ; Je t’assure ; C’est promis.
● Pour finir, montrer « Pour » organiser son discours et « J’apprends ». Reprendre tout ce qui

va être vu dans l’unité en organisant le discours : Tout d’abord, nous allons travailler ça, puis,
ça. De plus, nous ferons ça. Vous produirez ça, ça et ça…bref, beaucoup de choses !

unité 9 Ne quittez pas…


● Pour expliquer le titre de l’unité, prendre son téléphone portable et faire semblant de parler
à quelqu’un. Montrer « Pour » interagir au téléphone et « J’apprends », en parlant au téléphone :
C’est de la part de qui ? Ne quittez pas, je vous le passe. Tendre le téléphone vers un apprenant.
● Montrer « Pour » accuser et pointer l’index vers un apprenant : C’est à cause de toi ! C’est

ta faute… De façon rapide, changer de visage et exprimer une contestation (mains en l’air,
doigts écartés, hochement de tête de gauche à droite rapide et répété) : Mais non, mais non,
je n’y suis pour rien, ce n’est pas moi, ce n’est pas ma faute. Montrer « Pour » contester. Puis
lire les expressions dans « J’apprends ».
● Faire un lien avec la tâche finale et expliquer ce qui est nécessaire.

module 3 unité 7 • 121


module 3 Dire et dire de faire unité 7 Entreprendre

• Proposer de faire quelque chose.


Objectifs de communication • Répondre à une proposition.
• Donner, offrir, prêter.
> Tâche Élaborer un projet de création du site internet de la classe.
• Réagir à une proposition : accepter, refuser, hésiter.
Activités de réception • Proposer de prêter quelque chose.
et de production orales • Justifier ses choix.
• Comprendre un courriel proposant de créer une entreprise.
Activités de réception • Proposer à un ami un projet inhabituel.
et de production des écrits • Répondre à une proposition.
• Les pronoms démonstratifs celui, celle, ça…
Savoirs linguistiques • Les pronoms interrogatifs lequel, laquelle…
• La fréquence
Phonie – Graphie • [r] et [l]
Découvertes socioculturelles • Les Français et l’entreprise

pages 82 et 83 > ENTREPRENDRE

Le premier document déclencheur de cette unité permet d’introduire l’acte de parole : Proposer
de faire quelque chose. Il consiste en un courrier électronique écrit par la responsable du Master 2
Multimédia et Langues qui propose à trois étudiants de créer une « junior entreprise » dans le cadre de
leur stage. Le deuxième document, une page internet du site www.junior-entreprises.com invite à
comprendre le concept de « junior entreprise ».
L’activité 1 est une activité de compréhension globale des deux documents. L’activité 2 porte sur le repé-
rage lexical de mots nouveaux, sous forme de compréhension orale. Les activités 3, 4 et 5 permettent de
travailler le point de langue : la fréquence.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension écrite globale.
Préparation à la compréhension
– Demander aux étudiants de donner la nature des deux documents (un courrier électronique, une page
internet).
– Proposer aux apprenants d’observer le premier document : qui est l’auteur ? (Marie Deschamps-Lorets,
la responsable du Master 2 Multimédia et Langues), qui est le destinataire ? (trois personnes
puisqu’il y a trois adresses électroniques), quel est l’objet du message ? (un stage de Master 2). S’assurer
de la bonne compréhension des mots tels que stage, master.
– Leur proposer d’observer le deuxième document : quelle est l’adresse du site ? (http://www.junior-
entreprise.com), quelles sont les différentes rubriques du site ? (entreprises, étudiants, partenaires, FAQ,
annuaire, presse), quel est le titre de la page internet présenté ici ? (Le concept). S’assurer de la bonne
compréhension des mots tels que concept, annuaire, FAQ.
Compréhension écrite
– Lire les questions de l’activité à voix haute. S’assurer de la bonne compréhension de ces questions.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux. Leur proposer de comparer leurs réponses
avec celles de leur voisin.

122
– Corriger collectivement : pour chaque question posée, demander à un apprenant de donner sa
réponse et solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui convien-
nent au tableau.
Corrigé 1. Ils ont des difficultés à trouver un stage. – 2. Elle leur propose de créer une junior entreprise à
l’université. – 3. Le but est de développer les produits multimédia. – 4. Le stage est directement lié à
leur sujet de Master. – 5. Elle les invite à préparer la réunion sur le sujet alors qu’ils n’ont pas encore
accepté. Elle a déjà pensé à quelques noms pour le projet et leur demande de choisir. – 6. Dans des
universités françaises ou dans des Grandes Écoles. – 7. Ils peuvent mettre en pratique leurs
connaissances, acquérir une expérience professionnelle et ainsi mieux entrer dans la vie active.

POUR PLUS DE LATITUDE

– Inviter les apprenants à une production orale, par groupes de deux. Leur poser quelques questions :
Aimeriez-vous faire ce type de stage ? Pourquoi est-il important de faire un stage quand on est
étudiant ? Quels sont les points positifs et négatifs d’un stage, en général ? Avez-vous déjà fait un ou
plusieurs stages ? Leur demander de raconter leur expérience à leur voisin.
– Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité.
– Faire une mise en commun au tableau, écrire les points positifs et négatifs liés à un stage, notam-
ment pour enrichir le vocabulaire des apprenants.

? Le saviez-vous ?
– Une junior entreprise (J.E.) est une entreprise ou une association étudiante qui propose des ser-
vices aux entreprises mettant en œuvre le savoir-faire de l’école ou de l’université (en général de com-
merce ou d’ingénieurs) dans laquelle elle est implantée. Elle a pour but de permettre aux étudiants
d’appliquer dans le monde du travail les enseignements théoriques qu’ils reçoivent, et ce, sous forme
d’études ou de projets rémunérés. La première J.E a été créée en France en 1967 à l’École supérieure
des sciences économiques et commerciales (ESSEC).

Activité 2 ➝ Activité de compréhension orale. Les apprenants sont invités à retrouver dans les deux documents
les mots définis dans le document audio.

1 1. C’est la partie pratique, expérience profession- 3. C’est une qualité indispensable quand on travaille
nelle quand on fait des études. On peut le faire sur des projets un peu artistiques. On dit aussi être
dans une entreprise ou dans l’administration, imaginatif.
dans un ministère par exemple. 4. Pour expliquer ce mot, on pourrait dire : avoir la
2. Il dirige, il coordonne les équipes, il va chercher des capacité à faire quelque chose.
clients, il s’occupe du budget aussi, il a un poste à 5. Quand on finit ses études, on y entre. C’est le
responsabilités. monde du travail !

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre cinq définitions.


– Passer l’enregistrement une première fois, en marquant une courte pause après chaque définition
pour laisser le temps aux apprenants de chercher les mots dans les textes.
– Après une seconde écoute, leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en marquant une courte pause
au fur et à mesure des mots définis. Pour chaque mot, demander à un groupe de donner sa réponse
et solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les mots au tableau.
Corrigé
définitions 1 2 3 4 5
mots stage chef de projet créatif compétent vie active

module 3 unité 7 • 123


Travail à la suite de la correction
Demander aux apprenants d’écrire un petit texte, individuellement, en utilisant les cinq mots de voca-
bulaire qu’ils viennent de découvrir. Ce texte, d’une cinquantaine de mots, doit être suffisamment
explicite pour faire comprendre à d’autres le vocabulaire. Par exemple :
Avant de travailler, c’est-à-dire de rentrer dans la vie active, je vais faire un stage de six mois dans
une entreprise car je veux devenir chef de projet. Pour cela, je dois avoir des qualités indispensables : être
créatif et curieux. Est-ce que je serai assez compétent ?
Proposer à quelques apprenants de lire leurs productions.

Zoom
Les activités 3, 4 et 5 permettent de travailler le point de langue : la fréquence.

Activité 3 ➝ Activité de repérage. Les apprenants sont invités à retrouver dans le message de Mme Deschamps-
Lorets, quelques expressions de fréquence.
a) – Lire la première question à voix haute et inviter les apprenants, collectivement, à retrouver le contraire
de souvent dans le message.
b) – Puis, leur demander de chercher, dans le document, d’autres expressions qui pourraient exprimer
la fréquence.
– Corriger collectivement. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé a) jamais – b) quelquefois ; rarement.

Activité 4 ➝ Activité de repérage. Les apprenants sont invités à retrouver dans la liste de mots, ceux qui expri-
ment la fréquence.
– Lire la consigne et faire faire l’activité individuellement.
– Les inviter à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre les apprenants pour
prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : demander à un apprenant de donner ses réponses et solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé de temps en temps – jamais – quelquefois – tous les jours – rarement – souvent – toujours.
Travail à la suite de la correction
Au tableau, écrire sept activités que le professeur pourrait pratiquer. Par exemple : boire un chocolat
chaud, aller au bord de la mer, corriger des exercices, faire du sport, sortir les poubelles, jouer du piano.
Inviter les apprenants à émettre des hypothèses sur la fréquence des activités de leur professeur, en
commençant leur phrase par « Je pense que », « Je crois que », et en utilisant les expressions de
fréquence précédentes. Par exemple : Je pense que vous sortez rarement les poubelles et que vous jouez
souvent du piano.

Production orale
Activité 5 ➝ Activité de production orale. Les apprenants sont invités, par deux, à exprimer la fréquence de
leurs activités.
– Inviter les apprenants à observer l’illustration. Leur faire décrire, collectivement.
– Faire une mise en commun rapide, à l’oral.
– Expliquer la consigne et former des groupes de deux. Inviter les apprenants à exprimer la fréquence
de leurs activités.

124
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner la fréquence des activités de leur
voisin. Inviter les autres apprenants à écouter attentivement et à corriger les productions, si nécessaire.
Travail à la suite de la correction
Demander à quelques apprenants de lire à voix haute les différentes phrases de l’encadré Exprimer
la fréquence. Pour chaque phrase, l’apprenant doit se mettre à la place du « je » ou « nous » et confir-
mer ou infirmer ce qui est dit.

pages 84 et 85 > PROPOSER DE FAIRE QUELQUE CHOSE et RÉPONDRE À UNE PROPOSITION

Cette double page invite les apprenants à travailler sur des actes de parole complémentaires : proposer
de faire quelque chose et répondre à une proposition. Les activités 6 et 7 sont des activités de repérage
et de découverte de quelques expressions pour proposer de faire quelque chose. Une production écrite
(activité 8) permet de les réemployer. Les activités 9, 10 et 11 invitent à repérer, découvrir et classer les
expressions pour répondre à une proposition. Les activités 12 et 13 sont des activités de systématisation
de ces expressions.

Comment on dit ?
Activité 6 ➝ Activité de repérage de l’acte de parole : proposer de faire quelque chose.
– Faire lire le corpus individuellement et expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Corriger collectivement.
Corrigé c)

Activité 7 ➝ Activité de repérage de l’acte de parole : Proposer de faire quelque chose. Les apprenants sont
invités à repérer dans les phrases d’un enregistrement audio, celles qui expriment des propositions.

2 1. Ça te dirait de partir en Bretagne le week-end 5. Je vous propose que nous nous retrouvions sur le
prochain ? quai de la gare, ce sera plus simple.
2. Nous pourrions emmener les enfants au parc si tu 6. Je regrette vraiment qu’il ne vienne pas déjeuner
rentres de bonne heure. dimanche.
3. Oh, je vais aller me coucher tôt, je suis tellement 7. Tu veux qu’on dîne au restaurant ce soir ? Je n’ai
fatigué ! pas eu le temps de faire les courses.
4. Et toi, qu’est-ce que tu penses du dernier film 8. Non, je suis désolée, mais je veux que tu rentres
d’Agnès Jaoui ? pour dix heures.

– Expliquer la consigne.
– Passer la première phase de l’enregistrement pour que les apprenants observent le tableau et com-
prennent ce qui est demandé. Leur préciser qu’ils vont entendre sept phrases.
– Faire écouter l’enregistrement, en marquant une pause après chaque phrase. Laisser le temps aux
apprenants de compléter le tableau individuellement. Leur demander ensuite de comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois, en l’interrompant après chaque
phrase. Demander à un apprenant de donner ses réponses en sollicitant le reste de la classe pour confir-
mer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.

module 3 unité 7 • 125


Corrigé Propositions
proposer à quelqu’un
phrases
de faire quelque chose propositions expressions

ensemble (oui ou non)
partir en Bretagne le week-end
1 Oui Ça te dirait de partir…
prochain
2 Oui emmener les enfants au parc Nous pourrions emmener…
3 Non
4 Non
5 Oui se retrouver sur le quai de la gare Je vous propose que…
6 Non
7 Oui dîner au restaurant ce soir Tu veux que… ?
8 Non

POUR PLUS DE LATITUDE

Ajouter une colonne au tableau et inviter les apprenants à réécouter les phrases 1, 2, 5 et 7. Leur deman-
der de compléter le tableau individuellement, en écrivant l’expression qui permet de dire que la
personne vient de faire une proposition.
Corriger collectivement, en écrivant les réponses dans le tableau.

Production écrite
Activité 8 ➝ Activité de réemploi de l’acte de parole : Proposer de faire quelque chose. Les apprenants sont
invités à réemployer ces expressions à l’écrit.
Préparation à la production
– Inviter les apprenants à lire l’encadré Proposer à quelqu’un de faire quelque chose et s’assurer de
la compréhension de l’ensemble.
– Faire observer les photos et demander aux apprenants de les décrire, à l’oral, en répondant aux
questions : C’est où ? Que voyez-vous ? Quelle activité est proposée ? Faire une mise en commun rapide
à l’oral, ce qui permet d’expliquer les termes ou lieux non connus. (Première photo : au bord de la mer,
une personne est en train de faire du parachute. C’est peut-être son baptême de l’air. Deuxième photo : à
Vanuatu, des personnes sont déguisées. C’est peut-être un jour de fête ou bien une cérémonie traditionnelle.
Troisième photo : un château de la Loire.) Apporter des informations complémentaires, si nécessaire.
? Le saviez-vous ?
– Vanuatu est un État de Mélanaisie, situé dans le sud-ouest de l’océan Pacifique, en mer de corail.
L’archipel, composé de quatre-vingt trois îles, est situé à 1750 km à l’est de l’Australie. Colonisé à la
fois par la France et le Royaume-Uni, Vanuatu devient indépendant en 1980.
– Le château de la Tortinière est situé au cœur des Châteaux de la Loire, non loin de Tours. Construit
au XIXe siècle, ce château est aujourd’hui un hôtel-restaurant quatre étoiles, entouré d’un parc de quinze
hectares, dominant la vallée de l’Indre.

– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement, en classe ou à la maison.


– Préciser le nombre de mots voulus (environ 100 mots). Ramasser les messages pour les évaluer. Veiller
au respect de la consigne (sujet et nombre de mots), aux formules utilisées pour commencer et
terminer un message à son meilleur ami, aux expressions utilisées pour proposer à quelqu’un de faire
quelque chose, à l’originalité de la proposition et aux expressions pour justifier un choix (cf. unité 3).
Utiliser une grille d’évaluation qui permette à l’apprenant de se corriger lui-même.
– Élaborer un corrigé-type avec l’ensemble de la classe, au tableau.

126
Proposition de grille :

Respect de la consigne 0 0,5


Forme du message (salutations…) 0 0,5 1
Proposer de faire quelque chose 0 0,5 1 1,5 2
Expressions pour justifier son choix 0 0,5 1 1,5 2
Originalité 0 0,5
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Salut Cécile,


Tu te souviens de notre week-end à Marseille l’année dernière ? C’était génial de se retrou-
ver toutes les deux dans une nouvelle ville. Et puis, tes cousins nous avaient accueillies telle-
ment gentiment.
Ça te dirait de recommencer cette année ? On pourrait changer de destination et aller du côté
des Châteaux de la Loire ? Je ne connais pas du tout cette région et si tu ne la connais pas non
plus, ça nous permettrait de la découvrir ensemble. Sur internet, j’ai vu un hôtel restaurant
très chic, avec une piscine et un grand parc. Moi, j’ai toujours rêvé de dormir dans un châ-
teau parce que ça me rappelle les histoires de princesse ! Je te propose d’aller sur le site à l’adresse
suivante : http://www.tortiniere.com.
Si tu veux, on en parle samedi ?
Bises
Marie

Comment on dit ?
Activité 9 ➝ Activité de compréhension orale qui permet de découvrir l’acte de parole : Répondre à une pro-
position.
3 MME DESCHAMPS — Alors messieurs, que pensez- MME DESCHAMPS — Prenez une décision rapide-
vous de ma proposition ? Ça vous intéresse ? Patrice. ment s’il vous plaît. Et vous Nicolas ?
P ATRICE — Pour moi, sans hésiter, c’est oui. NICOLAS — Je suis désolé, mais je ne peux pas. Je ne
D’accord ! pas de problème ! L’idée est géniale ! serai plus ici en juin. Je vais faire mon stage à l’étran-
Créer une entreprise, c’est super ! ger.
MME DESCHAMPS — Et vous Emmanuel ? MME DESCHAMPS — C’est dommage. C’est une belle
EMMANUEL — Euh… je ne sais pas… peut-être… occasion. Enfin, bon. Alors, j’ai trouvé plus
oui… pourquoi pas ! Je dois réfléchir. d’infos…

– Expliquer le contexte : les trois étudiants se réunissent le lendemain après-midi dans le bureau de Mme
Deschamps-Lorets pour parler de la proposition faite dans le courrier électronique (cf. document
déclencheur, p. 82).
– Lire la consigne.
– Passer l’enregistrement. Laisser les apprenants répondre individuellement, puis les inviter à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin. Prendre connaissance de leurs réponses en circulant
entre eux.
– Corriger collectivement : faire écouter l’enregistrement une seconde fois en l’interrompant au fur
et à mesure de l’apparition des éléments de réponse. Solliciter un apprenant pour donner sa réponse
et demander à l’ensemble de la classe s’il est d’accord ou non.
Corrigé Patrice : D’accord ! Pas de problème !
Emmanuel : Oui… pourquoi pas ! Je dois réfléchir.
Nicolas : Je suis désolé, mais je ne peux pas.
NB : Faire remarquer la différence d’intonation entre les trois réponses et ce à quoi cela correspond : une
réponse enthousiaste, une autre hésitante et une dernière, négative.

module 3 unité 7 • 127


Activité 10 ➝ Activité de compréhension orale qui permet de compléter l’acte de parole précédent : Répondre
à une proposition.

4 1. — On finit ce rapport et on va boire un verre 3. — Ça vous dirait de faire du bateau demain ?


quelque part, ça te dit ? — Oh, oui ! Avec plaisir.
— Si tu veux mais, je ne suis pas certaine qu’on ter- 4. — Laure et Jess vont voir le dernier film d’Alain
mine avant deux bonnes heures… Chabat, on va avec eux ?
2. — Oh ! C’était long cette réunion. Il est déjà 22 — Je vais voir… je suis tellement fatiguée…
heures. Je vous ramène ? 5. — Ah, j’irais bien en vacances en Martinique, le
— Euh… Une autre fois peut-être, je n’habite pas soleil, la mer…
loin. — Ok ! Achète les billets !

– S’assurer de la bonne compréhension de ce qui est demandé.


– Passer l’enregistrement une première fois et faire faire l’activité individuellement. Inviter ensuite
les apprenants à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre eux pour prendre
connaissance de leurs réponses.
– Si besoin, passer l’enregistrement une seconde fois pour permettre aux apprenants de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant à chaque fin
de dialogue. Solliciter la classe. Compléter le tableau.
Corrigé
1 2 3 4 5
réponse positive Avec plaisir Ok
réponse hésitante Si tu veux mais… Je vais voir
Une autre fois,
réponse négative
peut-être…

S Activité complémentaire sur internet


(voir page 239)

POUR PLUS DE LATITUDE

Inviter les apprenants à retrouver, dans le document de compréhension orale, les différentes expres-
sions utilisées pour proposer de faire quelque chose. Compléter le tableau, collectivement.
1 2 3 4 5
Proposer Ça vous dirait
Ça te dit ? Je vous ramène ? On va avec eux ? J’irais bien…
quelque chose de… ?

Activité 11 ➝ Activité de compréhension des nuances de sens entre les réponses faites à une proposition.
Les apprenants doivent classer dans un tableau à trois colonnes, les différentes expressions.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche
de l’activité et prendre connaissance de leurs réponses.
– Demander à trois apprenants (un pour chaque colonne) de corriger l’activité au tableau et leur dire
de demander les réponses aux autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger
sur les réponses à donner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement les apprenants. S’assurer de la bonne compréhen-
sion des réponses données, en reprenant chaque expression avec une intonation différente (enthou-
siaste, hésitante ou un peu négative).

128
Corrigé
réponse positive réponse hésitante réponse négative
oui oui, mais pourquoi pas… non merci
merci beaucoup je vais voir c’est impossible
d’accord si tu veux… je suis désolé, mais…
super peut-être ce n’est pas possible
avec plaisir je ne sais pas je regrette
ok je ne peux pas
une autre fois, peut-être

Activité 12 ➝ Activité de compréhension qui permet aux apprenants de systématiser les expressions pour
répondre à une proposition.

5 1. Dites, vous pourriez me raccompagner à mon 150 000 euros et on ouvre un bar à cocktails de jus
hôtel ? de fruits !
2. Tu viens ? On va faire un match de foot ! 6. Ça te dirait toi de partir à l’étranger pendant deux
3. Dites-moi, vous pourriez me faxer ce document ou trois ans ?
aujourd’hui, c’est assez urgent… 7. Et si on allait voir l’expo Dali au musée d’art
4. Que dirais-tu de louer une maison en Provence cet moderne ?
été ? 8. Eh regarde, ils cherchent des vendangeurs saison-
5. J’ai une proposition à te faire : on trouve niers en Champagne. Ça te dit ?

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre huit personnes.


– Former des groupes de deux. Dans chaque groupe, demander à un apprenant de répondre à
chaque proposition entendue (de façon positive, négative ou hésitante) comme si c’était son voisin
qui lui proposait. Le voisin doit faire attention à la proposition et écouter attentivement la réponse
donnée. Son objectif est de compléter le tableau ci-dessous, en cochant le type de réponse donnée pour
chaque phrase entendue.
1 2 3 4 5 6 7 8
Réponse positive
Réponse hésitante
Réponse négative

– Passer l’enregistrement une première fois. L’interrompre après chaque phrase pour laisser l’appre-
nant répondre à la proposition.
– Inverser les rôles en précisant que l’apprenant qui doit maintenant répondre à la proposition ne peut
utiliser la même réponse que celle de son voisin. Passer l’enregistrement une seconde fois, en l’inter-
rompant de nouveau après chaque phrase. Inviter celui qui écoute à compléter le tableau ci-dessus
pour vérifier que l’apprenant a bien donné des types de réponses différents.
– Il n’est pas nécessaire de faire une correction collective.
Travail à la suite de la correction
Demander aux apprenants de lire l’encadré Répondre à une proposition, individuellement. S’assurer
de la bonne compréhension de chaque expression.

POUR PLUS DE LATITUDE

– Faire observer l’illustration, p. 85. Demander aux apprenants de la décrire rapidement, à l’oral, afin
de donner du vocabulaire nouveau. (Une femme, en colère, a donné une gifle à un homme. Elle vient
de répondre négativement à une proposition qu’il lui a faite.)

module 3 unité 7 • 129


– Former des groupes de deux. Demander aux apprenants de jouer la scène (sans le geste) : un appre-
nant propose de faire quelque chose ; l’autre répond négativement. Leur laisser quelques instants puis,
inverser les rôles.

Production écrite
Activité 13 ➝ Activité de production écrite qui amène l’apprenant à systématiser l’acte de parole : Répondre
à une proposition.
– Lire et expliquer la consigne avec les apprenants.
– Avant de faire faire l’activité individuellement, demander aux apprenants ce que ce message doit
contenir précisément. Écrire les propositions au tableau : expressions pour commencer et finir une lettre
à son ami(e); rappel du projet de voyage; réponse à la proposition émise ; justification de la réponse. Ce
travail leur permet de mieux comprendre l’évaluation qui suivra.
– Faire lire la proposition du voisin à l’apprenant. Faire faire l’activité individuellement, en classe ou
à la maison. Préciser aux apprenants le nombre de mots voulus.
– Ramasser les productions pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet et nombre de mots),
aux formules utilisées pour commencer et terminer un message, aux expressions employées pour
répondre à une proposition, à la qualité et la cohérence de l’argumentation donnée. Employer un
système de correction qui permette à l’apprenant de se corriger lui-même, comme, par exemple, la
grille ci-dessous.
Proposition de grille :
Respect de la consigne 0 0,5
Forme du message (salutations…) 0 0,5
Expressions pour répondre à une proposition 0 0,5 1 1,5 2
Expressions pour justifier son choix 0 0,5 1
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Corrigé Coucou Marie,


Je n’ai pas oublié notre formidable séjour à Marseille… le soleil, la mer, les olives ! C’est avec plai-
sir que je repars avec toi pour découvrir la région des châteaux de la Loire. Je ne la connais pas non
plus. Je suis allée regarder la description de l’hôtel sur le site internet. Je suis désolée, mais c’est trop
cher pour moi. Pourtant, j’aimerais bien aussi être une princesse… une autre fois, peut-être ! Je te
propose de faire du camping. C’est moins confortable, mais on peut aussi trouver une piscine.
Qu’en dis-tu ?
On se rappelle.
Bisous
Cécile

pages 86, 87 et 88 > DONNER, OFFRIR, PRÊTER

Les activités de cette double page introduisent les actes de parole suivants : donner, offrir, prêter. On retrouve
la vie de l’immeuble avec un nouveau protagoniste, monsieur Pietrovski, qui vient de préparer quelques
cartons pour la foire à tout du quartier. Arrive madame Legay, la concierge de l’immeuble, qui voudrait
bien quelques affaires. L’activité 14 est une activité de compréhension orale globale. L’activité 15 permet
de découvrir les expressions imagées, grâce à celle donnée dans le dialogue. L’activité 16 s’attarde sur les
expressions utilisées dans le dialogue pour exprimer l’acte de parole de la double page. La compréhension
orale (activité 17) permet de compléter la liste de ces expressions. Suit une activité de production orale,
qui appelle à réemployer les structures et expressions de l’encadré Donner, offrir, prêter.

130
C’est clair ?
Activité 14 ➝ Activité de compréhension orale globale.

6 MME LEGAY — Oh là là, mais c’est quoi tout ça ? C’est M. PIETROVSKI — Profitez-en, jetez un coup d’œil, s’il
à vous tous ces cartons monsieur Pietrovski ? y a des choses qui vous intéressent, prenez-les ! Pour
M. PIETROVSKI — Ceux-là oui, c’est pour la foire à vous, c’est gratuit.
tout du quartier ! Les autres, je ne sais pas… MME LEGAY — Et ces chaussures, là, elles sont à
MME LEGAY — Ah mais ça ne va pas rester long- vous ?
temps ici j’espère ? On ne peut même plus circuler ! M. PIETROVSKI — Lesquelles ? Celles-là ?
M. P IETROVSKI — Non, ne vous inquiétez pas MME LEGAY — Non, celles en cuir noir là. Elles ont
madame Legay. Dites-moi, vous pourriez me prêter l’air bien. Pour mon mari…
un peu de scotch pour fermer mes cartons ? M. PIETROVSKI — Euh, celles-là, elles sont presque
MME LEGAY — Oh, non, je n’en ai pas, désolée. Tiens, neuves… Je les ai achetées 100 euros, je…
il est joli ce petit cadre. MME LEGAY — Oh c’est gentil ! Il va être content ! Il
M. PIETROVSKI — Lequel ? Celui-ci avec les chevaux ? fait bien chaud aujourd’hui, je vous offre un petit
Quelle horreur ! quelque chose à boire ? Vous prendrez bien un petit
MME LEGAY — Non, celui-là, avec la petite madone, bout de gâteau aussi ?
c’est mignon. M. PIETROVSKI — Euh… non, il faut que j’y aille
M. PIETROVSKI — Eh ben, tenez, je vous l’offre. C’est là…
cadeau ! Et prenez celui avec les chevaux aussi. MME LEGAY — Bon bah, au revoir, bonne journée et
MME LEGAY — C’est vrai ! Ah, c’est gentil. Je vais les bonne foire à tout !
mettre dans mon salon. Ça vous dérange si je regarde M. PIETROVSKI — Oui, merci. Au revoir madame
ce que vous avez ? Vous me ferez un petit prix… Legay.

Préparation à l’écoute
– Demander aux apprenants de décrire la photo. Leur poser quelques questions : C’est qui ? C’est quoi ?
C’est où ? Pourquoi ?
– Faire une mise en commun rapide, à l’oral. (Un homme est en train de ranger des livres dans un
carton. La scène se passe dans un salon. L’homme va peut-être déménager : il y a plusieurs cartons par
terre et le tapis du salon est à moitié enroulé.)
Compréhension orale
– Lire avec les apprenants les affirmations de l’activité et s’assurer de la compréhension de l’ensemble.
S’il y a demande, faire expliquer par les apprenants qui les comprennent les termes non compris.
– Expliquer la consigne et demander de faire l’exercice individuellement. Insister sur le fait qu’ils
doivent rétablir la vérité si les affirmations sont fausses.
– Passer l’enregistrement une première fois. Laisser les apprenants répondre. Circuler entre eux
pour prendre connaissance de leurs réponses. Les inviter à comparer leurs réponses avec celles de leur
voisin.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant au fur et à
mesure de l’apparition des éléments de réponse. Pour chaque réponse proposée, solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Faux. Il a préparé des cartons pour la foire à tout. – 2. Faux. « Les autres, je ne sais pas ». – 3. Faux.
Il ne va pas donner mais vendre ce qui est dans ses cartons, sauf à Mme Legay. – 4. Faux. « Quelle
horreur ! ». – 5. Faux. « C’est cadeau ! » – 6. On ne sait pas. « Je les ai achetées 100 euros, je… » On
peut supposer qu’il préfère la vendre.
? Le saviez-vous ?
– La « foire à tout » vient du mot foire qui désigne un grand marché public ayant lieu à dates fixes.
La foire à tout est ouverte aux particuliers qui souhaitent vendre des objets (neufs ou anciens). On
utilise aussi le mot « vide-greniers » : le principe est de débarrasser son grenier des objets dont on ne
veut plus.

module 3 unité 7 • 131


Activité 15 ➝ Activité de compréhension d’une expression imagée du document. Suit une activité pour décou-
vrir d’autres expressions imagées.

a) – Lire la consigne et les trois suggestions données.


– Faire réécouter la partie de l’enregistrement concerné par l’expression « jeter un œil ». Inviter les
apprenants à répondre à la question posée.
– Corriger collectivement, à l’oral. Proposer aux apprenants de donner un ou deux exemples pour
s’assurer de la compréhension de l’expression. En écrire un au tableau.
Corrigé regarder rapidement
Proposition Jean, tu peux jeter un œil au gâteau. Je pense qu’il doit être cuit maintenant.

NB : Expliquer le sens de l’expression par la gestuelle. Faire semblant de jeter un papier par terre avec le
bras pour évoquer un mouvement rapide. Puis, « jeter un œil » à plusieurs reprises sur ce qu’écrit un appre-
nant pour que les apprenants comprennent la rapidité des mouvements.

b) – Expliquer la consigne. Dessiner un personnage au tableau. Lire à voix haute les différentes expres-
sions. Demander aux apprenants de dire où se situent les différentes parties du corps énoncées
dans les expressions. À l’aide de flèches et du personnage, écrire les parties du corps au tableau : les
pieds, la gorge, la tête, le dos, les jambes, le cou, les cheveux.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Proposer aux apprenants d’imaginer par deux ce que
peuvent signifier les expressions. Puis, leur demander de vérifier dans leur dictionnaire. Leur laisser
quelques minutes.
– Corriger collectivement, à l’oral pour s’assurer de la bonne compréhension de chaque expression
imagée.
Corrigé 1. gêner, agacer, énerver quelqu’un. – 2. être enroué, avoir une voix rauque, avoir mal à la
gorge. – 3. dévisager quelqu’un de haut en bas, le regarder dans le détail. – 4. en avoir marre, en
avoir assez. – 5. s’enfuir, partir très rapidement. – 6. d’une logique forcée, compliquée.

– Faire observer l’illustration. Demander aux apprenants ce que peut vouloir dire : « Je donne ma langue
au chat ». Leur laisser le temps de répondre. Cela peut donner des propositions amusantes ! Puis, leur
poser une question difficile, comme, par exemple : Combien de Français mangent du pain au petit
déjeuner ? Laisser un peu de temps. Demander : Vous ne savez pas, n’est-ce pas ? Vous ne connaissez pas
la réponse ? Donnez-vous votre langue au chat ?
– Par deux, leur demander d’écrire trois dialogues avec trois expressions. Circuler entre les apprenants
pour aider, encourager, corriger, si nécessaire.
– Proposer à quelques groupes de jouer leurs productions devant la classe. Demander à la classe
d’écouter attentivement chaque production. Reprendre les apprenants si nécessaire pour corriger
l’intonation, la prononciation. Puis, remercier les apprenants pour leur production et écrire quelques
dialogues au tableau.
Propositions 1. — Allô ?
— Bonjour Paul, c’est Nathalie.
— Ah bonjour Nathalie, je ne t’avais pas reconnu. Tu as une voix bizarre ce matin. On
dirait que tu as un chat dans la gorge.
— Oh, c’est sans doute parce que j’ai fait la fête hier soir.
2. — Écoute, je ne comprends pas du tout ce que tu essaies de me dire. Tu es arrivé en
retard au lycée parce que tu avais oublié de mettre une chaussette, c’est bien cela ?
— Mais oui, je t’assure.
— Tu ne crois pas que ton explication est un peu tirée par les cheveux ?

132
3. — Qu’est-ce qui se passe ?
— Ça fait des heures que j’essaie de trouver le livre que papa m’a offert pour mon
anniversaire. J’ai cherché partout, mais je n’ai rien trouvé. J’en ai plein le dos. Si ça
continue, j’arrête !

S Activité complémentaire (voir page 239)

Comment on dit ?
Activité 16 ➝ Nouvelle écoute du document de compréhension orale pour repérer les expressions des actes de
parole : Donner, offrir et prêter quelque chose.

7 1. M. PIETROVSKI — […] Dites-moi, vous pourriez me prêter un peu de scotch pour fermer mes cartons ?
MME LEGAY — Oh, non, je n’en ai pas, désolée. […]
2. M. PIETROVSKI — Tenez, je vous l’offre. C’est cadeau ! Et prenez celui avec les chevaux aussi.
MME LEGAY — C’est vrai ! Ah, c’est gentil. […]
3. M. PIETROVSKI — Profitez-en, jetez un coup d’œil, s’il y a des choses qui vous intéressent, prenez-les !
Pour vous, c’est gratuit.
4. MME LEGAY — […] Il fait bien chaud aujourd’hui, je vous offre un petit quelque chose à boire ?
Vous prendrez bien un petit bout de gâteau aussi ?
M. PIETROVSKI — Euh… non, il faut que j’y aille là…

a) – Expliquer la consigne et demander de faire l’exercice individuellement.


– Passer l’enregistrement une première fois. Laisser les apprenants répondre. Les inviter à comparer
leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant au fur et à
mesure de l’apparition des éléments de réponse. Pour chaque réponse proposée, solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé Donner : « Prenez-les. »
Offrir : « Tenez, je vous l’offre. » ; « Je vous offre quelque chose à boire ? »
Prêter : « Vous pourriez me prêter un peu de scotch ? »
b) – Proposer aux apprenants de se mettre par groupes de deux.
– Les inviter à se mettre d’accord pour répondre aux questions posées.
– Corriger collectivement.
Corrigé – Prêter un ordinateur : oui, je lui rends après.
– Offrir un verre : non, j’accepte son invitation.
– Donner un crayon à papier : non, je peux le garder.

Activité 17 ➝ Les apprenants sont amenés à découvrir, par le biais de huit courts dialogues, les différentes expres-
sions pour prêter, offrir, donner, demander quelque chose à quelqu’un.

7 1. — Encore un peu de vin avec le fromage ? 4. — Ça te dirait d’aller au ciné demain soir ? Ils pas-
— Non merci, je conduis. sent le dernier Klapisch à Odéon.
2. — Je peux t’emprunter quelques euros, j’ai oublié — Oh, oui, pourquoi pas, j’ai lu de bonnes cri-
mon porte-monnaie ? tiques.
— Bah, j’ai pas grand chose sur moi… 5. — Excusez-moi, la rue Aragon, c’est dans le coin ?
3. — Ah, tiens, j’ai le dernier CD de Miossec. Pas ter- — Oui, c’est pas très loin. Vous prenez à gauche au
rible. Prends-le, garde-le, je ne l’écoute jamais. carrefour, et vous y êtes.
— Ah, c’est gentil, merci. — Merci.

module 3 unité 7 • 133


6. — Alors, un flacon d’eau de parfum Chanel n°5, 8. — Alors, aujourd’hui, je peux vous proposer un
eh bien… ça vous fait 88 euros 35 s’il vous plaît. cocktail de crevettes en entrée, une bavette grillée
Je vous mets quelques échantillons, c’est offert sauce au poivre en plat principal et une petit
par la boutique. mousse au chocolat maison en dessert.
— Oui, merci, et vous en auriez pour mon mari — Hummm, ça me va.
aussi ?
7. — Tu me prêtes ta paire de ciseaux ? Je ne retrouve
plus la mienne.
— Oui, mais elle s’appelle reviens !

– Lire la consigne. Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre huit dialogues. Leur demander de
compléter le tableau, en fonction de l’acte de parole qui est exprimé dans le dialogue : donner
quelque chose, offrir quelque chose, prêter quelque chose ou demander quelque chose à quelqu’un.
– Faire faire l’activité par groupes de deux.
– Passer l’enregistrement une première fois. Marquer une pause après chaque dialogue pour laisser
aux apprenants le temps d’écrire le numéro du dialogue dans la bonne colonne.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois, en marquant une courte pause après chaque dialogue
pour laisser aux apprenants le temps d’écrire les expressions qui expriment les actes de parole pro-
posés.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent leurs réponses. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.

Corrigé
donner quelque offrir quelque chose prêter quelque chose demander quelque
chose à quelqu’un à quelqu’un à quelqu’un chose à quelqu’un

dialogues 3 1, 6, 8 7 2, 4, 5
Expressions – Prends-le, garde- – Encore un peu de – Tu me prêtes… ? – Je peux t’emprun-
le… vin… ? ter… ?
– C’est offert par la – Ça te dirait
boutique … d’aller… ?
– Je peux vous – Excusez-moi…
proposer…

Travail à la suite de la correction


Demander à trois apprenants de lire l’encadré Donner, offrir, prêter. S’assurer de la bonne compré-
hension de l’ensemble.

Production orale
Activité 18 ➝ Activité de systématisation. Les apprenants sont amenés à créer des dialogues en utilisant les
expressions pour offrir, prêter et donner quelque chose.
– Demander aux apprenants de dire ce qu’ils voient comme objet sur chaque photo. Faire une mise
en commun rapide : il y a un téléphone portable, une voiture bleue, une trousse pleine de crayons et un
roman.
– Expliquer la consigne, en précisant qu’à la fin de l’activité, quelques groupes joueront devant la classe.
– Former des groupes de deux et demander aux apprenants de jouer la situation par deux.
– Circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de l’activité, aider, encourager,
reprendre, si nécessaire.

134
– Faire jouer la situation par quelques groupes devant la classe. Inviter le reste de la classe à être très
attentif aux productions, à vérifier que la consigne a été respectée, à veiller à la prononciation, à rele-
ver les expressions d’intention, etc. Ne pas interrompre les apprenants durant leur production, mais
faire relever les phrases exemplaires et les erreurs à reprendre avec la classe.
Proposition — Papa, tu peux me prêter ta voiture ?
— Pourquoi faire ?
— Ce soir, on va dîner chez Charlotte avec des amis. Personne n’a de voiture. Alors, j’ai
pensé que peut-être…
— Tu me promets d’être prudent ?
— Oui, oui.
— Tu feras bien attention, hein ?
— Mais oui…
— Bon, tu peux l’emprunter mais ne rentre pas trop tard !

POUR PLUS DE LATITUDE

Inviter les apprenants à rédiger un texte, à la maison, en leur donnant la consigne suivante :
Un jour, on vous a prêté, donné, offert un objet ou un cadeau auquel vous ne vous attendiez pas. Vous
avez été surpris. Racontez.

LEQUEL ? CELUI-LÀ ?

Activité 19 ➝ Cette activité permet, à la suite de l’observation du dialogue, de répondre à des questions concer-
nant les points de langue : les pronoms démonstratifs et les pronoms interrogatifs.
– Faire lire le dialogue à voix haute par deux apprenants.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs
réponses, les encourager, les aider, si nécessaire. Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles
de leur voisin.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent leurs réponses. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. ça = « tous les cartons ». – 2. celui-ci = « le petit cadre » ; celui-là = « le petit cadre » ; ceux-là =
« les cartons » ; celui = « le petit cadre » ; celles = les chaussures. – 3. Oui. – 4. Non. – 5. Lequel =
« le petit cadre » ; Lesquelles = « les chaussures » – 6. Oui. – 7. Oui. Exemple : Quel cadre ? Quelles
chaussures ?
Travail à la suite de la correction
Pour s’assurer de la compréhension des pronoms démonstratifs et interrogatifs, circuler dans la classe,
montrer deux objets et poser quelques questions aux apprenants. (Avec deux livres ou deux trousses
➝ Lequel préfères-tu ? Celui-ci ou celui-là ? Laquelle voudrais-tu ? Celle-ci ou celle-là ?)

Activité 20 ➝ Poursuite de l’étude des pronoms démonstratifs avec une activité de complétion.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de
leurs réponses, les encourager, les aider, si nécessaire. Leur proposer de comparer leurs réponses avec
celles de leur voisin.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses
à la classe. S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.

module 3 unité 7 • 135


– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. celui-ci ; celui – 2. ça – 3. celles-ci ; celles-là

Activité 21 ➝ Poursuite de l’étude des pronoms interrogatifs. Les apprenants sont amenés à remplacer les mots
en gras par lequel, laquelle, lesquels ou lesquelles.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité par deux en faisant lire les dialogues.
– Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses, les encourager, les aider,
si nécessaire. Leur proposer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. Lesquels – 2. Lequel – 3. laquelle ; lesquelles
Travail à la suite de la correction
Lire, avec les apprenants, les deux encadrés Les pronoms démonstratifs et Les pronoms interrogatifs.
S’assurer qu’ils ont bien compris que c’est le genre et le nombre du mot qui détermine le choix des
pronoms, en leur demandant de donner des exemples supplémentaires.

Production orale
Activité 22 ➝ Activité de systématisation. Les apprenants doivent, par groupes, faire le choix d’une carte pour
l’anniversaire d’un collègue.
– Lire la consigne.
– Demander aux apprenants de trouver, individuellement, une carte d’anniversaire à leur goût sur
internet.
– Former des groupes de trois. Les laisser se poser des questions et discuter du choix de la carte.
Encourager les apprenants à utiliser les pronoms interrogatifs et démonstratifs. Circuler entre eux pour
veiller à la bonne marche de l’activité.
– Former des groupes de six. Inviter chaque groupe à demander à l’autre de justifier et d’expliquer
le choix de la carte finale.

page 89 > TÂCHE FINALE

Cette tâche permet de mobiliser les acquis de l’unité pour Proposer de faire quelque chose et Répondre
à une proposition. Elle amène également l’apprenant à justifier son choix (cf. unité 3) en utilisant les
points de langue : les pronoms démonstratifs et les pronoms interrogatifs.
Pour aider les apprenants à réaliser cette activité, il peut être utile de mettre à leur disposition quelques
noms de logiciels.
Pour vous aider : http://www.francparler.org/fiches/tice_methode.htm
Avant de démarrer le travail, présenter la grille d’évaluation.
– Demander aux apprenants d’observer la photographie et les inviter à la décrire (Qu’est-ce qu’ils voient ?
Combien de personnes y-a-t-il ? Que font-ils ?). Leur demander d’émettre des hypothèses. Toutes les
réponses sont acceptables.

136
– Lire la consigne à voix haute et s’assurer de sa bonne compréhension. Expliquer aux apprenants que
la réalisation de cette tâche se déroulera en trois temps. Dans un premier temps, les apprenants, par
groupes de quatre, sont invités à discuter du choix du site internet à créer. Puis, le groupe doit
rédiger un document informatif pour résumer ce qui vient d’être dit. Cette étape peut être l’occasion
d’un échange avec la classe. Enfin, le groupe doit écrire une lettre au directeur de l’école pour lui faire
part du projet et demander l’autorisation.
– Demander aux apprenants de se mettre par groupes de quatre. Les laisser échanger sur la nature
du site, le logiciel qu’ils vont utiliser, l’objectif du site, les rubriques qu’ils vont proposer, la mise en
ligne de textes ou de photos, le nombre nécessaire de personnes pour chaque activité. Circuler entre
les groupes pour guider la discussion, si nécessaire, prendre connaissance de leurs productions, les
évaluer, encourager les uns et les autres à poser des questions. Laisser une dizaine de minutes. Si les
apprenants ont des difficultés à concevoir ce projet, les inviter à consulter un site créé sur la franco-
phonie par une classe de français en Allemagne : http://www.mrosz.de/francophonie/.
– Inviter ensuite le groupe à rédiger un document récapitulatif du projet du groupe et à préparer une
présentation orale de ce projet. Leur demander d’être créatifs.
– Demander à chaque groupe de présenter son projet au reste de la classe. Inviter les apprenants à expri-
mer leur point de vue et à suggérer des propositions au groupe pour améliorer le projet.
– Faire faire la suite de l’activité (rédaction de la lettre) en classe. Préciser le nombre de mots voulus
(environ 150 mots). Ramasser les lettres pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet et
nombre de mots), aux formules utilisées pour proposer de faire quelque chose ensemble, aux expres-
sions utilisées pour justifier son choix, à l’originalité du projet.
Proposition Classe de FLE
Milan
Italie le 10 février 2010

Monsieur le Directeur,
Notre professeur de français nous a proposé de développer un site internet pour la classe.
Après discussion, nous avons pensé qu’il pourrait être intéressant de créer un album photos
commenté.
Notre site est destiné aux étudiants de la classe, mais aussi aux étudiants de français et aux étu-
diants français.
Le thème que nous avons choisi est : « Imaginons la France et découvrons-la ! ». L’album
photos va contenir les photos des étudiants qui sont déjà allés en France ou bien celles que
des Français vont nous envoyer. On va commenter chaque photo ou raconter une expérience
en France. Une équipe va choisir les photos. Une autre va écrire les textes. Que pensez-vous
de ce projet ? Que diriez-vous de vous associer à nous pour ce projet ? Peut-être êtes-vous déjà
allé en France ?
Pour créer ce site, nous avons tout d’abord besoin de votre autorisation et aussi de l’aide du
service informatique de l’école. Pourrions-nous discuter de ce projet ensemble la semaine pro-
chaine ?
Cordialement,
Le groupe.

POUR PLUS DE LATITUDE

Il peut être envisagé de créer le site réellement.


Une fois les présentations orales du projet terminées, la classe peut se mettre d’accord sur le projet
qui lui correspond. Faire voter les apprenants pour leur projet préféré et leur demander de justifier
leur choix. Inviter la classe à créer le site.

module 3 unité 7 • 137


On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.

L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
proposer de faire quelque chose
répondre à une proposition
justifier ses choix (cf. unité 3)
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que, pourquoi,
d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité
Morphosyntaxe
utiliser les pronoms interrogatifs
utiliser les pronoms démonstratifs
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité

page 89 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C, D sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les sons [r] et [l].

Activité A ➝ Activité de discrimination auditive.

9 1. Paris – 2. riche – 3. lac – 4. morue – 5. laisse – 6. toile – 7. tarot – 8. lin

– Expliquer aux apprenants qu’ils travaillent sur l’opposition [r] et [l].


– Passer l’enregistrement une première fois. Les inviter à cocher les cases individuellement puis à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire remarquer aux apprenants que pour le son [r], la pointe de la
langue est en bas et en avant, en contact avec les dents du bas alors que pour le son [l], la pointe de
la langue vient se coller en haut et en avant.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[r]    
[l]    

Activité B ➝ Activité de discrimination auditive.

10 1. lime – 2. rue – 3. bal – 4. calé – 5. clim

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont poursuivre le travail sur l’opposition [r] et [l].

138
– Passer l’enregistrement une première fois. Les inviter à cocher les cases individuellement puis à
comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les mots aux apprenants.
Corrigé cf. transcription ci-dessus

Activité C ➝ Activité de discrimination auditive. Les apprenants doivent maintenant repérer les sons [r] et
[l] dans l’ordre de leur apparition.

11 1. religion – 2. allure – 3. larguer – 4. lumière – 5. labourer – 6. râler – 7. clair – 8. rallumer

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre huit mots. Pour chaque mot, ils doivent retrouver
l’ordre d’apparition des sons [r] et [l]. Au tableau, faire deux colonnes :

[r], puis [l] [l], puis [r]


religion, râler, rallumer allure, larguer, lumière, labourer, clair

– Passer l’enregistrement une première fois. Pour chaque mot, demander, à tour de rôle, à un appre-
nant de dire quelle colonne cocher.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois. Pour chaque mot, faire vérifier le choix de la colonne
par un apprenant, à tour de rôle.
– Passer l’enregistrement une troisième fois. Pour chaque mot, demander, à tour de rôle, à un appre-
nant de le répéter.

Activité D ➝ Jeu ludique de répétition de phrases contenant les sons [r] et [l].

12 – Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre trois phrases amusantes à répéter.
– Passer l’enregistrement une première fois, en marquant une pause après chaque phrase, le texte caché.
Faire répéter les apprenants, collectivement.
– Passer l’enregistrement une seconde fois, en marquant une pause après chaque phrase. Proposer
aux apprenants de regarder le texte et de répéter chaque phrase, trois fois, en allant de plus en plus
vite.
– Proposer à des apprenants de répéter les phrases individuellement, s’ils le souhaitent.

pages 90 et 91 > LA FRANCE DE L’ENTREPRISE

Cette double page apporte un complément socioculturel et informatif au thème de l’unité : Entreprendre.
Une série de photographies invite tout d’abord à s’interroger sur le monde de l’entreprise.
Le débat s’ouvre avec cinq préjugés (activité 23) donnés sur les Français dont la réputation, en ce qui
concerne le travail et l’efficacité, est loin d’être parfaite. Le débat se poursuit à l’aide d’un texte informa-
tif (activité 24) qui répond aux stéréotypes du Français et du travail. Quelques grandes entreprises
(activité 25) montrent que la France n’est pas si mal placée. Enfin, la rubrique Et vous ? invite les appre-
nants à clore le débat sur les entreprises françaises à l’étranger et sur la collaboration entre les entreprises
et les universités.

Activité 23 ➝ Activité de compréhension écrite et de production orale.


Travail de préparation
– Lire avec les apprenants le thème de cette double page.
– Proposer aux apprenants de décrire les trois photos : C’est où ? C’est qui ? C’est quoi ?

module 3 unité 7 • 139


– Faire une mise en commun rapide, à l’oral, pour amener du vocabulaire : une femme biologiste fait
des analyses sur des produits alimentaires tels que l’ananas et le fenouil ; un artisan est en train de construire
ou de réparer des vitraux ; un ouvrier du groupe Latecoere (construction de matériaux aéronautiques)
assemble des pièces.
Compréhension et production
– Faire lire le document à un apprenant, à voix haute. Expliquer les termes non compris, si nécessaire.
– Demander aux apprenants de se mettre par groupes de deux. Leur laisser quelques minutes pour
discuter de ces différents points et donner leur point de vue. Les encourager à utiliser les expressions
vues dans l’unité 2.
– Faire une mise en commun, à l’oral, collectivement et les garder au tableau pour l’activité suivante.
Ceci permettra de lancer le débat dans la classe : comment les Français travaillent-ils ?

Activité 24 ➝ Activité de compréhension écrite et de production orale.


– Expliquer aux apprenants qu’ils vont maintenant lire un texte qui répond aux cinq préjugés
précédents.
– Laisser les apprenants lire le texte individuellement.
– Former des groupes de deux. Leur laisser quelques minutes pour discuter de ces différents points
et donner leur opinion. Les encourager à exprimer leur surprise (cf. unité 5) par rapport aux infor-
mations ou statistiques données dans le texte.
– Inviter les apprenants à formuler d’autres préjugés sur les Français et le travail. Les écrire au
tableau. Faire réagir la classe. Répondre à ces préjugés, si possible.

S Activité complémentaire
(voir page 240)

Activité 25 ➝ Activité de compréhension écrite et d’association.


– Demander aux apprenants s’ils connaissent des entreprises françaises qui sont n°1 mondial dans
leur catégorie. (cf. Le saviez-vous ?)
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de
leurs réponses.
– Corriger collectivement.
Corrigé A. Leader mondial des cosmétiques. (L’Oréal)
B. Produits laitiers frais et eaux en bouteille. (Danone)
C. Mobilier urbain et publicité dans les aéroports. (JC Decaux)

? Le saviez-vous ?
La France est la cinquième puissance économique mondiale. De nombreuses entreprises françaises
sont particulièrement bien placées au rang mondial :
• n° 1 : L’Oréal (cosmétiques), Michelin (pneumatique), Danone (produits laitiers), LVMH Louis
Vuitton (marques de luxe), Nexans (industrie et câble)…
• n° 2 : Carrefour (grande distribution)…
• Entreprises reconnues dans le monde : Clarins (produits de beauté), Bic (crayons, briquets), SEB
(petit équipement domestique), Accor (hôtels)…

Et vous ?
Activité 26 ➝ Activité de production orale.
Envisager cette activité par petits groupes de trois ou quatre. Faire désigner un rapporteur dans chaque
groupe. Inviter les apprenants à décrire ensemble la photo de la page 91 (LVMH – Louis Vuitton) avant

140
de se poser les questions de l’activité. Leur rappeler qu’ils peuvent utiliser le vocabulaire de l’unité.
Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, encourager, reprendre, si nécessaire,
etc. Demander au rapporteur de communiquer au reste de la classe ce qui a été échangé et éventuel-
lement, poursuivre la discussion en grand groupe.

? Le saviez-vous ?
Louis Vuitton est une maison parisienne internationale de maroquinerie de luxe française fondée
en 1854 par le styliste maroquinier Louis Vuitton (1821-1892). Louis Vuitton Malletier est une des
principales filiales du groupe LVMH – Moët Hennessy Louis Vuitton SA fondée en 1987, et propriété
du milliardaire Bernard Arnault depuis 1989.

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 7, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Entreprendre
Exprimer la fréquence
Proposer et répondre à une proposition
Expressions pour proposer à quelqu’un de faire quelque chose
Expressions pour répondre à une proposition
Donner, offrir, prêter
Expressions pour donner, offrir, prêter
Savoirs linguistiques
Les pronoms démonstratifs
Les pronoms interrogatifs
Des sons et des lettres
La discrimination [r] et [l].
Découvertes socioculturelles : La France de l’entreprise
Le vocabulaire de l’unité : entreprendre, le travail

module 3 unité 7 • 141


module 3 Dire et dire de faire unité 8 Vous avez gagné !

• Faire faire.
• Répondre à une demande.
Objectifs de communication
• Promettre.
• Organiser son discours.
> Tâche Représenter la francophonie à la fête des langues de sa ville.
• Formuler une demande.
Activités de réception • Répondre à une demande, négocier sa réponse.
et de production orales • Faire des promesses pour rassurer.

Activités de réception • Comprendre un billet d’humeur dans un journal.


et de production des écrits • Promettre, par courrier, de répondre favorablement à une demande.
• Le, en, y reprenant une proposition
Savoirs linguistiques • La formation des adverbes en -ment
• Quelques articulateurs pour organiser son discours

Phonie – Graphie • [k] et [g]

Découvertes socioculturelles • Les jeux d’argent

pages 92 et 93 > VOUS AVEZ GAGNÉ !

L’unité s’ouvre sur le billet de Christian Martinot, un journaliste au Quotidien, qui fait réfléchir les
lecteurs sur les prétendues possibilités de gagner de l’argent sur internet. L’activité 1 permet une compré-
hension globale du document. Les activités 2, 3, 4 et 5 invitent les apprenants à découvrir du vocabulaire
en lien avec le thème de l’unité Vous avez gagné ! et aussi, en relation avec le monde journalistique.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension écrite permettant d’identifier et de comprendre le sujet du document.
Préparation à la lecture
– Inviter les apprenants à lire le titre du document. Leur demander s’ils connaissent l’expression « Sur
la toile ». L’expliquer, si nécessaire. (Sur la toile = sur internet.)
– Leur faire observer la photo et leur demander s’ils connaissent cette plante et ce qu’elle symbolise.
(Le trèfle à quatre feuilles symbolise la chance.)
– Faire lire le titre de l’unité par un apprenant : Vous avez gagné ! Demander à la classe de faire un lien
entre le titre, celui du document et la photo et d’émettre des hypothèses sur le contenu de l’article.
Toutes les réponses sont acceptables.
Compréhension globale
– Expliquer la consigne et demander aux apprenants de lire individuellement les cinq questions posées.
– Les inviter à lire le texte, individuellement.
– Faire faire l’activité individuellement puis proposer aux apprenants de comparer leurs réponses avec
celles de leur voisin.
– Corriger collectivement. Demander aux apprenants de justifier leurs réponses à l’aide du document.
Pour chaque réponse apportée, solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Il s’agit d’un court article, aussi appelé « billet » (= courte information). Il est extrait du
journal Le Quotidien.
2. Christian Martinot a écrit ce texte qui parle des internautes à qui l’on fait croire qu’ils vont
gagner de l’argent sur internet.
3. Quatre fois. Il hésite à répondre aux bonnes nouvelles qu’il reçoit sur internet. On lui
demande de valider et à chaque fois, il ne sait pas quoi faire.

142
4. Il peut gagner 150 000, puis 250 000, et enfin 5 000 euros.
5. Cet article est amusant parce que l’auteur se moque de lui-même quand il dit qu’il
« hésite » : il sait que ce n’est pas vrai mais il a envie de gagner de l’argent.

POUR PLUS DE LATITUDE

Par groupes de deux, demander aux apprenants de discuter.


Ce qui est arrivé à Christian Martinot vous est-il déjà arrivé ? Est-ce que vous avez hésité à répondre ?
Avez-vous déjà gagné ? Que pensez-vous de ces messages qui reviennent souvent sur internet ?
Faire une mise en commun rapide, à l’oral.

S Activité complémentaire sur internet (voir page 240)


Zoom
Activité 2 ➝ Cette activité porte sur la nominalisation. Les apprenants sont amenés à relever dans le texte
un nom de la même famille que les verbes donnés.
– Inviter les apprenants à retrouver dans le document les noms de la même famille que les verbes
proposés.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent leurs réponses. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé lire : les lecteurs – rédiger : la rédaction – gagner : les gains
Travail à la suite de la correction
Demander aux apprenants, par groupes de deux, de faire une phrase qui utilise les mots ou les verbes.
Faire une mise en commun, rapide, à l’oral. Écrire les meilleures phrases au tableau.
(Le journal va donner des gains aux lecteurs les plus fidèles.)

Activité 3 ➝ Activité de compréhension orale et de repérage. Les apprenants doivent maintenant trouver
le verbe correspondant à chaque nom dans les phrases. Ce travail d’approfondissement de l’activité
précédente est une poursuite de l’étude sur la nominalisation, déjà rencontrée à l’unité 4.

13 1. Je n’ai pas de chance, je perds 3. Génial ! Mon numéro a été tiré 5. N’oubliez pas de valider votre
tout le temps… au sort ! réponse avant le 10 à minuit.
2. On ne doit pas écrire sur le 4. Non, je ne peux pas jouer au 6. Je n’ai pas lu la règle du jeu.
livre, seulement sur notre tiercé, je ne connais pas les
cahier d’exercices. chevaux.

– Expliquer la consigne en précisant aux apprenants qu’ils vont, tout d’abord, entendre la phrase
exemple.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Passer l’enregistrement une première fois, en marquant
une courte pause après chaque phrase pour laisser le temps aux apprenants d’écrire leurs réponses.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour permettre aux apprenants de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement à l’oral. Vérifier la compréhension de chaque mot. Si besoin, les faire expli-
quer par les apprenants qui les comprennent.
Corrigé la perte : perdre (phrase 1) l’écriture : écrire (phrase 2) le jeu : jouer (phrase 4)
l’oubli : oublier (phrase 5) la lecture : lire (phrase 6) le tirage au sort : tirer au sort (phrase 3)

Activité 4 ➝ Activité de compréhension lexicale. Les apprenants complètent maintenant les phrases avec les
mots de vocabulaire proposés.

module 3 unité 8 • 143


– Lire la consigne.
– Faire faire l’activité par groupes de deux, en encourageant les apprenants à ne pas regarder les mots
dans leur dictionnaire.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent leur phrase. Pour chaque réponse apportée,
solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. S’assurer de la bonne compréhension des
mots nouveaux.
Corrigé 1. gagnant – 2. hasard – 3. perdre – 4. jeu – 5. tirage au sort – 6. gagner – 7. chance ; loterie

POUR PLUS DE LATITUDE

Inviter les apprenants à rédiger, à la maison, un texte pour utiliser les mots ci-dessus.
Vous venez de gagner à la loterie. Racontez cette bonne nouvelle et utilisez les mots de vocabulaire de
l’activité 4.

Activité 5 ➝ Activité de découverte lexicale. Les apprenants découvrent maintenant le vocabulaire du monde
journalistique.
a) – Lire la consigne.
– Demander aux apprenants, collectivement, de retrouver le mot dans le texte et de cocher la réponse
qui convient. Faire le rapprochement entre « quotidiennement » et le nom du journal.
b) – Les inviter ensuite à associer un élément de la colonne de gauche à un élément de la colonne de droite.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de
leurs réponses. Leur suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement, à l’oral. S’assurer de la bonne compréhension de chaque mot.
c) – Par groupes de quatre, demander aux apprenants de commencer par décrire la photo : c’est qui ?
C’est où ? C’est quoi ? Un homme est en train de regarder des journaux dans un kiosque à journaux.
– Les inviter à répondre aux questions posées. Faire désigner un rapporteur dans chaque groupe.
– Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, encourager, reprendre, si nécessaire,
etc. Demander au rapporteur de communiquer au reste de la classe ce qui a été échangé et éventuel-
lement, poursuivre la discussion en grand groupe. Donner un complément d’information sur la presse
française (cf. unité 9, pp. 110 et 111).
Corrigé a) a. chaque jour
b) quotidien • • une fois par an
trimestriel • • une fois par semaine
annuel • • une fois par jour
semestriel • • une fois par mois
mensuel • • une fois par trimestre
hebdomadaire • • une fois par semestre
c) Un journal français quotidien : Le Monde, Libération, Le Figaro. Réponses libres.

pages 94 et 95 > FAIRE FAIRE, RÉPONDRE À UNE DEMANDE

Les activités 6, 7, 8 permettent aux apprenants de découvrir l’acte de parole : Faire faire, répondre à une
demande. L’activité 9 est une activité de production.

Comment on dit ?
Activité 6 ➝ Activité de repérage de l’acte de parole : Exprimer une demande.
– Expliquer la consigne. Bien lire le tableau avec les apprenants pour s’assurer de la compréhension
des mots.
144
– Faire faire l’activité individuellement. Pendant la durée de l’activité, circuler entre les apprenants
pour prendre connaissance de leurs réponses, les aider, si nécessaire. Leur suggérer de comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement. Quelques apprenants lisent les phrases et donnent leurs réponses. S’assurer
de la bonne compréhension de chaque expression, en donnant un exemple dans la classe.

Corrigé
1 2 3 4 5 6
Donne Il faut impé-
un ordre rativement…
Suggère, N’oubliez pas vous ne trou-
propose de… vez pas ?
Je peux te Je me deman-
Demande Vous allez me
demander dais si vous
poliment choisir…
de… pouviez…

Activité 7 ➝ Activité de repérage de l’acte de parole exprimer une demande, à l’aide d’un document audio.

14 1. — Maman, est-ce que je peux te demander de — Il n’est pas question que j’ouvre la fenêtre !
garder les jumeaux jeudi soir ? 5. — Il faudra absolument que tu mettes une cravate
— Jeudi… Ah, je ne peux pas te promettre… pour la soirée.
2. — Vous nous aiderez pour le déménagement, — Je vais y réfléchir.
non ? 6. — On se demandait si tu pouvais aussi inviter
— Sans problème ! Solène samedi.
3. — Pourrais-tu m’aider à faire mes exercices, je — Solène ? Oh, il faut voir…
ne comprends pas ? 7. — On prendra ta voiture et on ira visiter le
— Bah, pourquoi pas ? château de Chambord.
4. — Il fait chaud, vous ne trouvez pas ? — Pourquoi pas…

– Expliquer la consigne, en précisant aux apprenants qu’ils vont entendre l’enregistrement deux fois.
– Passer l’enregistrement une première fois et demander de repérer, individuellement, dans le
dialogue, l’acte de parole.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois, en marquant une courte pause
après chaque dialogue. Inviter un apprenant à indiquer ce qu’il a entendu, en précisant aussi s’il s’agit
d’un ordre, d’une demande polie ou d’une proposition. Solliciter le reste de la classe pour confirmer
ou infirmer. Écrire les éléments de réponse au tableau.
Corrigé 1. Est-ce que je peux te demander de… ? 5. Il faudra absolument…
2. Vous nous aiderez… 6. On se demandait si tu pouvais…
3. Pourrais-tu ? 7. On prendra… on ira (futur simple)
4. … vous ne trouvez pas ?

Activité 8 ➝ Activité de repérage de l’acte de parole répondre à une demande, à l’aide du document audio
précédent.
– Expliquer la consigne. Lire le tableau avec les apprenants pour s’assurer de la compréhension des
mots.
– Faire faire l’activité individuellement. Passer l’enregistrement une première fois. Leur suggérer de
comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral.
module 3 unité 8 • 145
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7
accepte  
accepte après des hésitations 
hésite et ne donne pas de réponse   
refuse 

Production orale
Activité 9 ➝ Activité de production orale qui permet de réemployer l’ensemble de ce qui vient d’être travaillé.
– Expliquer aux apprenants qu’ils vont, par groupes de deux, jouer la situation, à l’aide du scénario
qui leur est proposé.
– Lire le scénario avec eux. Pour plus de spontanéité, proposer de jouer directement, sans préparation.
– Leur préciser qu’à la fin de l’activité, quelques groupes joueront leur scène devant le reste de la classe.
– Démarrer l’activité et circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs productions,
les encourager, les corriger, les aider, si nécessaire.
– En guise de corrigé type, retenir le meilleur scénario joué.
Proposition A : — Stéphanie, je me demandais si tu pouvais m’emmener à Strasbourg ?
B : — Strasbourg, mais qu’est-ce que tu vas faire là-bas ? Et quand est-ce que tu veux y aller ?
A : — Euh, vendredi, la semaine prochaine.
B : — Écoute, je ne peux pas te promettre. Le vendredi, je suis toujours très occupée et puis,
pourquoi tu ne prends pas le car ? Tu sais, en ce moment, je fais attention parce que
l’essence coûte vraiment très cher.
A : — Allez, s’il te plaît, c’est important pour moi. Si tu veux, je peux payer le transport.
B : — Je voudrais bien mais ça m’embête quand même. Je vais y réfléchir.
A : — Ce n’est pas pour faire les magasins, tu sais ! Je voudrais vraiment aller voir Virginie.
Elle va être hospitalisée et je suis sûre qu’elle serait contente d’avoir un peu de compagnie.
B : — Bon, d’accord.
Travail à la suite de la correction
Lire ensemble les deux encadrés Demander à quelqu’un de faire quelque chose et Répondre à une
demande. S’assurer de la bonne compréhension de l’ensemble.

S Activité complémentaire
(voir page 240)

OUI, ABSOLUMENT !
Les activités 10, 11, 12, 13, sont consacrées à la formation des adverbes en -ment.

Activité 10 ➝ Activité de repérage, d’observation et de transformation. Les apprenants relisent l’article de la


page 92 pour retrouver les adverbes correspondant aux adjectifs proposés et ainsi observer la transforma-
tion d’un adjectif en adverbe.
a) – Lire les adjectifs avec les apprenants et expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Pendant ce temps, circuler entre les apprenants pour prendre
connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement.
b) – Demander de donner l’adverbe correspondant à chaque adjectif en faisant observer les adverbes
découverts précédemment.

146
– Proposer à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse à don-
ner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
de la formation de l’adverbe.
Corrigé a) impérativement – évidemment – quotidiennement – parallèlement – absolument
b) poliment – facilement – rapidement – vraiment – difficilement – agréablement

Activité 11 ➝ Poursuite du travail d’observation et de transformation. Les apprenants doivent compléter avec
l’adjectif ou l’adverbe qui manque.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement.
– Inviter ensuite les apprenants à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre
eux pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé simplement – patiemment – heureux
méchant – vif – attentivement

Activité 12 ➝ Poursuite du travail de compréhension de la formation des adverbes. Les apprenants lisent le
tableau Les adverbes en -ment et en comprennent les règles.
– Lire avec les apprenants l’encadré Les adverbes en -ment.
– Pour chaque adverbe de l’activité 11, demander collectivement aux apprenants de retrouver la règle
du tableau.
– Corriger collectivement, au tableau.
Corrigé
Simple adj. masculin terminé par une voyelle + -ment adj.masculin + -ment
Patient terminé par -ent ent + emment
Heureux adj. masculin terminé par une consonne adj.féminin + -ment
Méchant adj. masculin terminé par -ant ant + amment
Vif adj. masculin terminé par une consonne adj.féminin + -ment
Attentif adj. masculin terminé par une consonne adj.féminin + -ment

Activité 13 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants transforment les phrases en utilisant un adverbe en -ment.
– Demander à un apprenant de lire l’exemple. Faire observer la transformation. Leur demander les
différences entre les deux phrases.
– Faire remarquer que l’utilisation d’un adverbe permet d’obtenir une phrase moins longue et plus
fluide.
– Faire faire l’activité individuellement puis inviter les apprenants à comparer leurs réponses avec celles
de leur voisin. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Proposer à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses
au reste de la classe. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner. Intervenir,
si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
de la formation de l’adverbe.
Corrigé 1. Pourriez-vous parler plus distinctement, s’il vous plaît ? – 2. Il faudrait refaire cette activité
différemment. – 3. Il m’a parlé violemment, ça m’a surpris. – 4. Elle lui a répondu très
tranquillement. – 5. Mais non, je ne t’ai pas regardé méchamment.

module 3 unité 8 • 147


POUR PLUS DE LATITUDE

Par groupes de deux, inviter les apprenants à écrire sur un papier cinq adjectifs de leur choix. Leur
demander ensuite d’écrire l’adverbe correspondant. Circuler entre eux pour contrôler la formation
des adverbes. Former ensuite des groupes de quatre. À l’oral, le groupe A donne un adjectif au groupe
B qui doit le transformer en adverbe. On peut s’amuser à compter les points.

J’Y PENSE, J’EN AI ENVIE…


Activité 14 ➝ Prolongement de l’unité 6 : activité de redécouverte de l’utilisation des pronoms le, en, y.
– Demander aux apprenants d’observer le titre de cette partie : J’y pense, j’en ai envie. Faire un
rappel sur l’utilisation des pronoms en et y, déjà étudiés dans l’unité 6.
– Lire la consigne.
– Faire observer la première phrase. Demander aux apprenants ce que remplace le pronom le. Lire
avec eux la transformation.
– Demander à un apprenant de lire la deuxième phrase. Demander ce que remplace le pronom en.
Faire faire la transformation par un apprenant. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infir-
mer. Écrire la réponse au tableau, en soulignant la proposition.
– Faire lire la troisième phrase. Demander ce que remplace le pronom y. Faire faire la transformation
par un apprenant. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire la réponse au tableau,
en soulignant la proposition.
Corrigé 2. Vous rêvez de partir huit jours en hôtel de luxe avec la personne de votre choix ?
3. Pensez vite à renvoyer votre bulletin avant samedi.

Activité 15 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants doivent maintenant transformer les phrases en rempla-
çant les éléments en gras par un pronom.
– Proposer à trois apprenants de lire l’encadré Le, en, y, à voix haute. Pour chaque exemple donné,
demander ce que le pronom remplace.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité individuellement.
– Pendant toute la durée de l’activité, circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de
l’activité, les encourager, les aider, si nécessaire.
– Corriger collectivement : demander à quatre apprenants de faire chacun une phrase. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Je le sais bien.
2. Oui, elle m’en a déjà parlé.
3. Oui, on en a bien profité.
4. Ah ! Je ne sais pas, je n’y ai pas réfléchi.

S Activité complémentaire
(voir page 241)

pages 96 et 97 > PROMETTRE

Cette double page s’ouvre sur la suite des aventures de Nathalie et Naïma. Les jeunes femmes sont en train
de marcher dans la rue et de discuter de Lucas, une connaissance de Naïma qui est supposé avoir gagné
cent mille euros sur internet. Les activités 16 et 17 sont axées sur la compréhension du document audio.
L’activité 18 invite à repérer l’acte de parole : promettre. Les activités 19 et 20 poursuivent cette décou-
verte. L’activité de production écrite (21) permet de réemployer l’acte de parole.

148
C’est clair ?
Activité 16 ➝ Activité de compréhension orale globale.

15 NAÏMA — Eh ! Salut, Nathalie ! Tu vas bien ? faux et archi faux ! Il ne recevra jamais rien, ce
NATHALIE — Oui, oui, ça va, et toi ? pauvre garçon…
NAÏMA — Tout va bien. Tu rentres chez toi ? Moi NAÏMA — Écoute, il a d’abord vu une fenêtre s’ouvrir
aussi. On marche ensemble ? sur son écran avec le message « vous avez gagné » ou
NATHALIE — Oui, bien sûr ! quelque chose comme ça ; après, il a reçu un message
NAÏMA — Dis, tu te souviens de Lucas, tu sais, mon électronique signé, avec un nom de personne, un
copain qui habite à Nantes et qui… nom de société…
NATHALIE — Oui, oui, je ne le connais pas, mais tu NATHALIE — Ouais, ouais, continue… et… finale-
m’as déjà parlé de lui : il est informaticien, il adore ment ?
la planche à voile et le jazz… bref, qu’est-ce qu’il a, NAÏMA — Rien encore, mais tu sais ce qu’il disait, le
Lucas ? message ? Plein de choses : Lucas est invité à Paris
NAÏMA — De la chance ! Beaucoup de chance ! Il pour retirer son gain. En plus, son train est payé, sa
vient de gagner cent mille euros sans rien faire. nuit d’hôtel aussi. Attends, il y a encore une chose :
NATHALIE — Cent mille euros ? Je ne te crois pas ! pour fêter l’événement, une soirée est organisée à
NAÏMA — Je t’assure ! Demande à Gaël si tu ne me l’hôtel Georges V, voilà. Tu te rends compte ?
crois pas ! Pour son travail, il cherchait des infor- NATHALIE — Non, pas vraiment. Mais dis donc,
mations sur Internet et il a été informé que son Naïma ?
adresse avait été tirée au sort et qu’il avait gagné NAÏMA — Quoi ?
cent mille euros. Il a reçu un message aussitôt pour NATHALIE — Ah ben… Quand est-ce que tu me le
le lui confirmer. présentes, ton copain ?
NATHALIE — Mais Naïma, tu es naïve, par moment… NAÏMA — Lucas ? Ah ! Tu vois comment tu es, hein ?
et puis ton copain Lucas aussi, j’ai l’impression… Ce La prochaine fois qu’il vient à Rouen, je te le dis et
genre de message, on en reçoit tous les jours ! C’est j’organise un dîner à la maison. Sans faute !

Travail de préparation à l’écoute


– Proposer aux apprenants de se mettre par groupes de deux. Les inviter à décrire la photo : C’est qui ?
C’est quoi ? C’est où ? De quoi parlent-elles ? Deux jeunes femmes sont en train de marcher dans la rue,
le soir. Elles discutent de tout et de rien.
– Suggérer aux apprenants de jouer la scène en imaginant ce que ces deux jeunes femmes peuvent
se dire.
– Faire une mise en commun rapide, à l’oral.
Compréhension orale
– Lire les trois questions.
– Faire écouter le dialogue une première fois. Laisser aux apprenants le temps de répondre, menta-
lement.
– Faire comparer les réponses, par groupes de deux.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour que chacun puisse contrôler ses réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. Nathalie et Naïma
2. Dans la rue. Les deux jeunes femmes sont en train de rentrer chez elles. Elles décident de
rentrer ensemble.
3. Elles parlent d’un jeune homme, Lucas. Naïma raconte qu’il vient de gagner 100 000 euros
sur internet. Nathalie n’y croit pas.

Activité 17 ➝ Activité de compréhension orale.


– Demander aux apprenants de lire les affirmations qui sont données, individuellement et à voix basse.
– Faire réécouter le dialogue. Faire faire l’activité individuellement. Pendant la durée de l’activité,

module 3 unité 8 • 149


circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses, les aider, si nécessaire. Leur
suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois, en marquant un temps de pause
après chaque élément de réponse. Demander à un apprenant de donner ses réponses. Solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. c – 2. b – 3. c – 4. a – 5. a

Comment on dit ?
Activité 18 ➝ Activité de compréhension amenant les apprenants à découvrir la signification de l’expression
sans faute afin d’introduire le travail sur l’acte de parole : promettre.
a) – Demander à un apprenant de lire la phrase.
– Interroger l’ensemble du groupe sur la signification de cette phrase.
– Corriger collectivement, à l’oral.
b) – Expliquer la consigne en précisant que les apprenants doivent retrouver une expression utilisée par
Naïma pour promettre quelque chose.
– Faire l’activité, à l’oral, collectivement. Passer l’enregistrement.
– Corriger. Écrire la réponse au tableau.
Corrigé a) b. – b) Je t’assure !

Activité 19 ➝ Cette activité de compréhension orale amène les apprenants à repérer dans les phrases ce que
chaque personne exprime. Elle leur permet également de découvrir d’autres façons de promettre.

16 1. Pas ce soir, une autre fois, peut-être… 5. J’enverrai ma réponse avant la fin de la semaine,
2. J’arriverai à l’heure, je t’assure. sans faute.
6. Ne t’en fais pas, je suis là.
3. On va choisir le cadeau ensemble, non ? 7. Oui, je te rapporterai du bon café du Costa Rica,
4. Ne vous inquiétez pas, il va certainement vous c’est promis !
rappeler dans la journée. 8. Je te promets qu’on ira à Venise tous les deux.

– Expliquer la consigne. Lire les entrées du tableau et faire remarquer que seul l’acte de parole
« promettre » n’est pas encore connu.
– Faire faire l’activité individuellement. Passer l’enregistrement une première fois. Proposer aux
apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Circuler entre eux pour prendre
connaissance de leurs réponses.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les phrases 2, 5, 7 et 8.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
Promet    
répond à une proposition 
suggère, propose 
Rassure  

Activité 20 ➝ Cette activité de réemploi invite les apprenants à utiliser les expressions pour promettre
quelque chose. Elle permet aussi de retravailler l’acte de parole utilisé dans l’unité 5 : rassurer.
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité par groupes de deux.
– Demander aux apprenants d’intégrer chaque phrase et d’appliquer la consigne dans des petits

150
scenari qu’ils construisent ensemble, sous forme de dialogues, à l’oral. Leur proposer de préparer le
contexte : Qui parle à qui ? Pourquoi ? Quand ? Où ?
– En guise de corrigé, demander à quatre groupes de jouer leurs petits dialogues devant le reste de
la classe. En écrire un, éventuellement, au tableau.
Propositions 1. — Je suis contente de faire cette surprise à Gaël, samedi. Je suis sûre qu’il va adorer.
— Mais oui, c’est sûr. Tu le connais, il adore les surprises.
— C’est vrai. Mais, j’ai peur que tu sois en retard samedi, comme la dernière fois. Tu te
souviens pour l’anniversaire surprise de Virginie ? Tu es arrivé après Virginie !
— Ne t’inquiète pas, cette fois-ci, je serai là, sans faute !
2. — Chéri, tu sais, l’appartement de ta grand-mère au bord de la mer ?
— Oui, quoi ?
— On pourrait peut-être y aller cet été, pendant les vacances ?
— Je croyais que tu voulais partir avec des amies ?
— Finalement, j’hésite. Je préfère partir avec toi ! Qu’en penses-tu ?
— C’est vrai, on partira en vacances ensemble, cet été ? Génial !
— Oui, c’est promis.
3. — Il faut absolument que tu m’aides à écrire cette lettre en français.
— Pourquoi ?
— J’ai promis de l’envoyer à mon ami parisien demain.
— C’est si important ?
— Oui, il m’a invité à venir chez lui cet été et j’ai accepté. Je voudrais lui poser
quelques questions.
— Bon d’accord, je te promets que je t’aiderai ce soir.
4. — Il va falloir que je commence à chercher du travail.
— Quoi ? Déjà ? Mais tu es encore toute jeune !
— Pas si jeune que ça, tu sais.
— Arrête, tu parles comme ma mère ! Tu as quel âge ?
— Devine !
— Je ne sais pas, moi. Vingt-deux, vingt-trois ans !
— T’es sympa, toi ! Non, j’ai eu vingt-sept en février dernier.
— Toi ? Vingt-sept ans ? Je ne te crois pas !
— Si, je t’assure !

Production écrite
Activité 21 ➝ Activité de production écrite permettant de réemployer les différentes façons de promettre.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement, en classe ou à la maison. Préciser aux apprenants le nombre
de mots voulus (environ 100).
– Ramasser les productions pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet et nombre de mots),
aux formules utilisées pour commencer et terminer un message, aux expressions employées pour
exprimer la promesse, à la qualité et la cohérence de l’argumentation donnée. Utiliser une grille
d’évaluation qui permette à l’apprenant de se corriger lui-même.
– Élaborer un corrigé-type avec l’ensemble de la classe, au tableau.
Proposition de grille :
Respect de la consigne 0 0,5
Forme du message (salutations…) 0 0,5 1 1,5
Exprimer la promesse 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

module 3 unité 8 • 151


Proposition Bonsoir Cécile,
Je viens de recevoir ton message. Vraiment, je suis désolé… Je pensais que je t’avais déjà
répondu. J’ai regardé dans ma boîte de messages envoyés et je n’ai rien vu.
Pour ton anniversaire, c’est promis, je serai là ! J’ai très envie de fêter cela avec toi. Et puis,
je pourrai enfin faire la connaissance de Marc. ☺
Je ne suis pas sûr que Luc vienne. Il m’a dit qu’il avait un match de tennis ce jour-là mais
il ne va peut-être pas y aller. Le plus simple est peut-être de lui téléphoner. Tu as son
numéro, je crois ?
Allez, je te laisse…
Bisous
Pierre
Travail à la suite de la correction
Si l’activité est faite en classe, lire l’encadré Promettre. S’assurer de la bonne compréhension de
l’ensemble. Si l’activité est à faire à la maison, inviter les apprenants à se référer à l’encadré avant de
commencer leur production écrite.

S Activité complémentaire (voir page 241)

page 98 > ORGANISER SON DISCOURS

Les activités 22, 23, 24 permettent de découvrir quelques manières d’organiser son discours à l’oral ou à
l’écrit.

Activité 22 ➝ Activité de repérage. Les apprenants sont invités à lire des extraits du dialogue entre Nathalie
et Naïma afin de découvrir des mots qui servent à ajouter une idée à d’autres, à marquer la fin d’une
énumération, d’une série.
– Demander aux apprenants de lire les extraits du dialogue entre Nathalie et Naïma.
– Lire la première question à voix haute. Expliquer les termes difficiles, si nécessaire. Donner un exemple
de ce que peut être une énumération. (J’aime le chocolat, le sport, la musique classique, le théâtre et le
cinéma.)
– Faire faire l’activité collectivement. Écouter les différentes réponses données par les apprenants et
solliciter la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les deux mots au tableau.
– Faire de même avec la deuxième question.
Corrigé 1. bref, voilà. – 2. en plus ; encore.

Activité 23 ➝ Cette activité amorce la conceptualisation de chaque articulateur. Les apprenants écoutent
cinq personnes et classent les différents articulateurs dans le tableau.

17 1. Écoute, il a d’abord vu une fenêtre s’ouvrir sur son je dois travailler. De plus, je n’ai personne pour
écran avec le message « vous avez gagné » ou garder ma fille.
quelque chose comme ça. 4. Non, ce n’est pas tout. Je vais prendre un café
2. Oui, c’était très bon. On a mangé de l’agneau avec également.
des légumes et puis une bonne tarte aux pommes. 5. Je vous ai tout dit : j’ai quitté le bureau vers
Ah ! Il y avait aussi un excellent fromage 18 heures, j’ai retrouvé mon amie Viviane, on est
d’Auvergne. allés au cinéma, je suis rentré chez moi après le
3. Je ne pourrai pas venir vendredi. Je suis fatigué et cinéma. Voilà.

– Expliquer la consigne.
– Lire la colonne de gauche du tableau, à voix haute.

152
– Lire les mots en gras. Demander aux apprenants d’écouter chaque phrase et de relever la fonction
des mots en gras, en cochant la case qui convient.
– Faire faire l’activité individuellement. Passer l’enregistrement une première fois puis proposer aux
apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Demander aux apprenants de justifier leurs réponses à l’aide du document.
Pour chaque réponse apportée, solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé
phrase 1 phrase 2 phrase 3 phrase 4 phrase 5
d’abord aussi de plus également voilà
ajouter un élément  
ajouter une idée 
marquer la fin d’une série 
marquer les étapes d’une action 

Activité 24 ➝ Activité de réemploi amenant les apprenants à choisir l’articulateur qui convient.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité par groupes de deux.
– Circuler entre les apprenants pour répondre à leurs éventuelles questions, pour les encourager, les
aider, si besoin. Leur suggérer de comparer leurs réponses avec le groupe voisin.
– Corriger collectivement en écrivant les réponses au tableau. Leur demander ensuite s’ils connais-
sent bien ces mots et s’ils les utilisent. Leur laisser le temps de donner des exemples.
Corrigé 1. après – 2. également – 3. voilà – 4. en plus – 5. aussi – 6. de plus
Travail à la suite de la correction
– Faire observer le dessin humoristique. Demander aux apprenants de le décrire. Faire une mise en
commun rapide, à l’oral. (C’est un homme qui porte un costume gris et une cravate. Il est à un pupitre.
Il fait un discours. C’est peut-être un discours politique.)
– Les renvoyer ensuite à l’encadré Organiser son discours oral ou écrit. Demander à quatre appre-
nants de lire l’encadré à voix haute.

page 99 > TÂCHE FINALE

L’apprenant réemploie, en contexte, les actes de parole introduits dans l’unité : Demander à quelqu’un
de faire quelque chose et Répondre à une demande. L’apprenant est également invité à réutiliser, autant
que possible, les points de langue de l’unité, notamment organiser son discours oral et écrit.
Il est aussi encouragé à revenir sur d’autres actes de parole ou points de langue travaillés durant les
unités précédentes, comme, exprimer son intention.
Prendre le temps de présenter la grille d’évaluation avant de lancer l’activité.
– Inviter les apprenants à observer la photo. Leur demander de faire des hypothèses sur ce qu’ils voient
(toutes les réponses sont acceptables).
– Faire lire la situation et la consigne individuellement. S’il y a demande, faire expliquer les termes
non compris par ceux qui les comprennent. Préciser que tous les groupes présenteront le fruit de leurs
discussions à l’ensemble de la classe, sous forme de discours oral organisé. Ensuite, la classe devra
choisir les meilleures idées pour se mettre d’accord sur un projet commun : présenter la franco-
phonie à la fête des langues de la ville. Enfin, la classe devra choisir huit personnes qui participeront
à la fête.

module 3 unité 8 • 153


– Former des groupes de quatre. Les inviter à discuter pour trouver des activités à faire pour présen-
ter la francophonie pendant trois jours. Lancer l’activité. Circuler entre les apprenants pour veiller
à la bonne marche de l’ensemble, aider, reprendre, évaluer. Laisser une dizaine de minutes de discus-
sion, puis, une dizaine de minutes pour organiser la présentation orale. Préciser aux apprenants que
comme il s’agit d’un projet, ils peuvent utiliser les expressions d’intention (unités 2 et 3).
– À la fin, demander à chaque groupe de présenter le projet à la classe. Prendre le temps de noter les
différentes idées, données par tous les groupes, au tableau.
– Une fois les présentations terminées, demander à la classe de voter pour huit idées qu’ils aimeraient
voir se réaliser lors de la fête des langues. Effectuer un vote à main levée.
– Inviter les apprenants à se porter volontaires pour diriger une activité. Les huit volontaires peuvent
ensuite former des petits groupes pour redistribuer les tâches.
Proposition de présentation orale
Nous venons de réfléchir rapidement à l’organisation des trois jours pour la fête des langues.
Nous souhaitons faire connaître la francophonie. Tout d’abord, nous allons diffuser un petit
film sur la francophonie dans une salle où nous allons mettre des cartes de la francophonie
et aussi des affiches. À la fin du film, nous allons distribuer une feuille intitulée « Francotrésor ».
Le lendemain, nous allons organiser une chasse au trésor dans la ville où nous allons instal-
ler dans six lieux, des stands pour représenter six pays francophones. Nous avons pensé à la
France, au Canada, à la Belgique, à Madagascar, à la Côte d’Ivoire et au Vietnam. Le soir, nous
allons désigner les gagnants de la chasse au trésor et nous allons leur remettre leurs gains. Tout
simplement : un livre sur la francophonie. De plus, nous avons envisagé une soirée dansante
avec de la musique francophone. Le dernier jour, nous avons l’intention de préparer un
repas francophone. Il faut que les gens s’inscrivent avant. Enfin, nous envisageons de termi-
ner la journée par quelques expressions libres. Nous invitons toutes les personnes francophones
qui habitent dans la ville à lire un poème, chanter une chanson ou faire un peu de théâtre en
français, voilà !

On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.
L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
exprimer son intention (rappel unités 2 et 3)
demander à quelqu’un de faire quelque chose
répondre à une demande
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que, pourquoi,
d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité
Morphosyntaxe
utiliser quelques adverbes en -ment

154
page 99 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les sons [k] et [g].

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à écouter et répéter des mots contenant les 14 sons [k] et
[g].
– Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre sept groupes de deux mots qui ne s’opposent que
par le caractère sourd et sonore des consonnes travaillées.
– Séparer la classe en deux. Passer l’enregistrement une première fois. Demander au côté gauche d’écou-
ter, puis de répéter le premier mot entendu ; puis, au côté droit, d’écouter, puis de répéter le deuxième
mot.
– Passer l’enregistrement une seconde fois. Faire le contraire : les apprenants, à gauche, répètent le
second mot ; ceux, à droite, le premier.

Activité B ➝ Cette activité de discrimination auditive entre les sons [k] et [g] est plus pointue que la
précédente. Elle invite l’apprenant à se concentrer sur deux sons pour un même mot.
19 1. Quel gage ? 3. C’est mon oncle Greg. 5. Tu sais faire le grand écart ?
2. J’ai cassé mon ongle. 4. Elle est sur le quai de la gare. 6. C’est sa grande copine.

– Inviter les apprenants à fermer les yeux et à écouter une première fois l’enregistrement pour
repérer les sons [k] et [g].
– Leur demander de regarder le tableau et lire la consigne avec eux.
– Passer l’enregistrement une seconde fois et leur demander de cocher les cases individuellement.
– Corriger collectivement.
Corrigé
1 2 3 4 5 6
[k] puis [g]    
[g] puis [k]  

Activité C ➝ Poursuite du travail de discrimination auditive entre les sons [k] et [g].

20 1. Elle est garée. 4. Tu as des manques ? 7. Vous voulez des mangues ?


2. Vous l’avez égoutté ? 5. Il est écrit. 8. C’est un peu vague.
3. C’est petit et carré. 6. Tu n’as rien écouté.

– Expliquer la consigne.
– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les phrases aux apprenants.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[k]    
[g]    

module 3 unité 8 • 155


pages 100 et 101 > JOUER ET GAGNER

Cette rubrique reprend le thème introduit par le premier document déclencheur de l’unité : Vous avez
gagné ! Les apprenants sont invités, dans un premier temps, à décrire des photographies en lien avec
le titre de la double page : Jouer et gagner. Puis, ils doivent lire deux textes : l’un porte sur les sommes
gagnées par les joueurs ou remportées par les entreprises d’argent et l’État ; l’autre sur la pathologie que
constituent les jeux d’argent. Ensuite, les apprenants découvrent l’interview d’un homme, devenu
maladivement dépendant aux jeux d’argent, et répondent aux questions de compréhension orale. Enfin,
ils sont invités à échanger un peu de leur culture en donnant leur point de vue sur la popularité des jeux
dans leur pays (Et vous ?).

Activité 25 ➝ Activité de compréhension écrite. Les apprenants découvrent un article extrait d’Internet et répon-
dent à quelques questions.
Préparation à l’activité
– Laisser les apprenants observer les trois photos de la page 100 quelques instants et leur demander
de les décrire ou de faire des hypothèses sur le thème, d’après ce qu’ils voient.
– Faire une mise en commun, à l’oral. Éventuellement, écrire quelques mots et idées au tableau pour
reprendre le vocabulaire de l’unité. (Sur la première photo, on voit des jetons de casino ; sur la deuxième,
des boules qui tournent pour désigner les numéros gagnants de la loterie ; la dernière photo présente des
pages de sites internet avec des noms de jeux d’argent comme Vegas, Blackjack, Lotofoot, Millionnaire.)
Compréhension globale
– Expliquer la consigne et faire faire l’activité par groupes de deux. Encourager les apprenants à ne
pas s’attarder sur chaque mot du texte mais à en dégager le sens général.
– Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’ensemble et faire comprendre le sens des termes
pouvant empêcher la réalisation de l’activité.
– Corriger collectivement à l’oral. Pour chaque réponse donnée, demander aux apprenants de jus-
tifier avec une phrase du texte.
Corrigé 1. Vrai : « les Français n’ont jamais autant joué ».
2. Faux : « les possibilités de gains n’ont jamais été aussi élevées ».
3. Vrai : « ce sont surtout l’État…qui touchent le jackpot ».
4. On ne sait pas.
5. Vrai : « certains tombent parfois dans une dépendance dévastatrice ».
Travail à la suite de la correction
Demander aux apprenants si, dans leur entourage, ils connaissent des personnes qui sont « tombées
dans une dépendance dévastatrice ». Débattre rapidement, de ce sujet, à l’oral, afin de préparer
l’activité suivante.

Activité 26 ➝ Activité de compréhension écrite. Les apprenants découvrent un texte extrait du magazine
L’Express, qui parle des « accros du jeu ».
– Expliquer la consigne.
– Préciser aux apprenants qu’il ne s’agit pas de comprendre tous les mots du texte mais d’en déga-
ger le sens général. Lire les questions posées.
– Faire faire l’activité individuellement. Demander aux apprenants de lire le texte et de répondre aux
questions.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Le texte parle de personnes qui sont maladivement accros aux jeux d’argent.
2. Raymonde continue à jouer aux jeux d’argent depuis qu’elle a gagné une somme
importante. « Elle coche inlassablement la même combinaison fétiche ».

156
3. Il a dû divorcer pour protéger sa femme et ses enfants parce qu’il dépensait tout l’argent
de la famille.
4. Oui, ils « interpellent la médecine ». Ils voudraient comprendre pourquoi ils jouent
à ce point et comment soigner cette maladie.
Travail à la suite de la correction
Demander aux apprenants de relever les deux adverbes en -ment dans le texte et d’expliquer leur
formation en redonnant les adjectifs.
sérieusement ➝ sérieuse adjectif terminé par une consonne adj. féminin + -ment
inlassablement ➝ inlassable adjectif terminé par une voyelle adj. masculin + -ment

Activité 27 ➝ Activité de compréhension orale. Les apprenants écoutent le témoignage de Félix, un homme
dépendant aux jeux d’argent, et répondent à quelques questions.
21 (COMMENTAIRES) Le CHU de Nantes a ouvert le pre- l’argent qu’on économisait pour nos enfants… Puis,
mier centre de ressources sur le jeu excessif. Félix, 46 j’ai craqué : j’ai tout dit à ma femme. Elle m’a aidé et
ans, ancien joueur a été traité dans ce centre. Écou- j’ai décidé d’arrêter. J’ai d’abord vu un psychiatre,
tons son témoignage. mais, bof… je prenais trop de médicaments, j’étais
FELIX — Alors, j’ai joué au PMU pendant dix-huit mal… et puis, une copine m’a parlé de ce service à
ans. J’ai commencé avec un groupe de copains, on l’hôpital. J’y suis allé. Bon, j’ai été beaucoup soutenu
pariait sur les courses du dimanche. Et puis, on a par le médecin et le personnel médical et aussi par ma
commencé à parier aussi sur les courses en semaine. famille. J’ai participé à des groupes de parole avec des
Je ne me suis pas rendu compte, je jouais de plus en joueurs de casino, de PMU, puis d’autres jeux. J’ai
plus et puis, quand j’ai compris que je dépensais réussi a arrêté de jouer sans médicament. Je me suis
plus d’argent que je n’en avais, c’était trop tard, je ne mis à la randonnée avec des copains et j’ai aussi
pensais qu’à jouer, c’était comme une drogue…. arrêté de fumer. Je rencontre parfois des anciens
Alors, un jour, j’ai pris de l’argent sur un compte camarades de jeu ; on parle de tout sauf des chevaux.
familial qu’on avait à la banque avec ma femme… de Maintenant, je suis heureux, mais ça a été très dur.

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre le témoignage de Félix. Préciser que le travail
s’effectue en deux temps : d’abord, ils devront écrire un résumé, puis, ils échangeront à partir des
questions 2, 3 et 4.
– Passer l’enregistrement une première fois pour les laisser écouter tranquillement le document.
– Former des groupes de deux. Demander aux apprenants de relever, sur une feuille de papier, les infor-
mations principales, concernant Félix et sa situation.
– Par deux, les inviter à écrire un résumé pour raconter son histoire.
– Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de cette première partie de l’activité. Encourager
les apprenants, les aider, si besoin.
– Il est possible de ramasser les productions et de les évaluer ou bien, en guise de corrigé type, deman-
der à un apprenant de commencer le résumé, à un autre, de donner une phrase pour le continuer,
et ainsi de suite. Écrire au tableau.
– Lire les questions 2, 3 et 4 à voix haute. Demander aux apprenants, toujours par groupes de deux,
de discuter.
– Faire une mise en commun rapide, à l’oral.
Proposition de résumé : Un homme, Félix, jouait, depuis une dizaine d’années, à des jeux d’argent avec
des copains. D’abord, il jouait au PMU le week-end, puis aussi la semaine. Il était drogué.
Un jour, il a pris l’argent de la famille. Il a fini par le dire à sa femme. Conseillé par une
copine, il est allé à l’hôpital de Nantes pour qu’on l’aide. Depuis, il a arrêté de jouer et de
fumer. Aujourd’hui, il revit.
? Le saviez-vous ?
Le Pari mutuel urbain (ou PMU) est une entreprise française dont les activités sont la conception,
la promotion, la commercialisation et le traitement des paris sur les courses de chevaux. Créé en 1930,
le PMU a enregistré en 2006 un chiffre d’affaires de 8,1 milliards d’euros.

module 3 unité 8 • 157


Et vous ?
Activité 28 ➝ Activité de production orale permettant aux apprenants d’échanger, dans un premier temps,
sur les jeux populaires dans leur pays et sur le nombre de joueurs. Par la suite, il leur est demandé de décrire
leur attitude face à ces jeux.
Travail de préparation à l’activité
– Faire observer la photo de la page 101. Leur demander de la décrire, collectivement, à l’oral : C’est
où ? C’est qui ? C’est quoi ? Pourquoi ? Les propriétaires d’un bar-tabac-jeux montrent fièrement ce qui
a été gagné dans leur boutique. On les voit tenir un gros chèque fait à Paris en février 2006, grâce au jeu
« Euromillions », d’une somme de plus de soixante millions d’euros.
Production orale
Envisager cette activité par petits groupes de trois ou quatre. Faire désigner un rapporteur dans
chaque groupe. Leur rappeler qu’ils peuvent utiliser le vocabulaire de l’unité pour les aider à appro-
fondir chaque question. Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, encourager,
reprendre, si nécessaire, etc. Demander au rapporteur de communiquer au reste de la classe ce qui
a été échangé et éventuellement, poursuivre la discussion en grand groupe.

POUR PLUS DE LATITUDE

Faire observer l’illustration, en bas, à droite de la page 101. Par groupes de deux, faire jouer la
scène : Deux hommes sont dans un bar. Ils parlent des jeux d’argent. L’un vient de prendre une grille
pour jouer. L’autre explique qu’il ne joue pas. Prolonger la discussion.

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 8, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Vous avez gagné !
Rappel sur la nominalisation
Faire faire, répondre à une demande
Expressions utilisées pour demander à quelqu’un de faire quelque chose
Répondre à une demande
Savoirs linguistiques
Les adverbes en -ment
Les pronoms le, en et y (2)
Promettre
Expressions utilisées pour promettre quelque chose
Organiser son discours oral ou écrit
Emploi des articulateurs
Des sons et des lettres
La discrimination [k] et [g]
Découvertes socioculturelles : Jouer et gagner
Le vocabulaire de l’unité sur les jeux d’argent

158
module 3 Dire et dire de faire unité 9 Ne quittez pas…

• Interagir au téléphone.
Objectifs de communication
• Accuser, contester.
• Reprocher.
Réagir à un article de presse, contester la version du journaliste
> Tâche et donner sa version des faits.
• Comprendre une conversation téléphonique.
Activités de réception • Comprendre des annonces de répondeurs téléphoniques.
et de production orales • Prendre ou annuler un rendez-vous par téléphone.
• Faire des reproches à partir d’une situation illustrée.
Activités de réception • Comprendre une accusation.
et de production des écrits • Contester une accusation.
• Le vocabulaire du monde du travail
Savoirs linguistiques
• La mise en relief (c’est… que, c’est… qui)
Phonie – Graphie • [j], [ɥ], et [w]
Découvertes socioculturelles • Communication et médias

pages 102 et 103 > NE QUITTEZ PAS…

L’unité s’ouvre sur une série de documents visuels : la première page du journal, Le Courrier du Sud-Ouest,
une photographie prise à l’intérieur d’une entreprise et une autre, de l’extérieur. Celles-ci sont un appel
à écouter le document de compréhension orale et à répondre aux questions de l’activité 1. L’activité 2 invite
à s’attarder sur le verbe paraître et ses diverses significations. Les activités 3 et 4 proposent d’enrichir les
connaissances lexicales des apprenants sur le monde du travail.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension orale globale.

22 STANDARDISTE — Société Valoris DP, Bonjour. CHARLOTTE — Non, mais, attendez, ce n’est pas vous
C HARLOTTE — Bonjour. Charlotte Guesnault à le chef de projet chez Valoris ? J’estime que vous
l’appareil. Pourrais-je parler à Vincent Alonso, s’il êtes responsable de cette fuite dans la presse.
vous plaît. VINCENT — Ah… non, non, je n’y suis pour rien !
STANDARDISTE — Oui, ne quittez pas, je vous le passe. CHARLOTTE — Vous plaisantez ? Vous ne pouvez pas
VINCENT — Vincent Alonso, bonjour. accuser un intérimaire. C’est trop facile.
CHARLOTTE — Bonjour, monsieur Alonso, Charlotte
Guesnault. VINCENT — Il ne connaît pas trop les projets, il ne
VINCENT — Bonjour madame Guesnault, vous allez pensait pas que c’était important.
bien ? CHARLOTTE — Mais ne dites pas que c’est de sa faute.
CHARLOTTE — Bien merci. Enfin presque. Je vous Et puis, de toute façon, le problème n’est pas là. Le
appelle au sujet de l’article qui est paru ce matin problème est que mon téléphone n’arrête pas de
dans Le Courrier du Sud-Ouest… sonner ce matin. J’ai eu le maire au téléphone, j’ai eu
VINCENT — Ah, oui, j’ai vu ça. J’ai cherché qui avait Céline Drolon de chez Hapax, et mon directeur va
donné l’information… me virer si on a des problèmes pour ce projet et
CHARLOTTE — C’est vraiment regrettable. On ne qu’il échoue. Vous comprenez ça ?
devait informer personne de ce projet, vous le savez VINCENT — Oui, oui, bien sûr, ici aussi, c’est la même
bien. Cela va avoir de graves conséquences. chose. Mais bon, écoutez, le Courrier ne donne pas
VINCENT — Oui, oui, c’est la faute d’un intérimaire, beaucoup d’informations. C’est même presque bien
il travaille avec nous depuis quinze jours seulement. qu’on ait eu cet article, on va pouvoir travailler plus
Il n’a pas compris qu’il ne fallait pas… facilement.

module 3 unité 9 • 159


CHARLOTTE — Non, non, il faut qu’on se voie ! Est- CHARLOTTE — Avec qui vous voulez.
ce que vous êtes libre à 13 heures ? VINCENT — Bon, bien, d’accord.
VINCENT — Bah, c’est-à-dire que… CHARLOTTE — À tout à l’heure !
CHARLOTTE — Vous annulez. Vous venez ici, dans V INCENT — Oui, d’accord, à tout à l’heure,
mon bureau, à 13 heures. Madame…
VINCENT — Avec mon équipe ?

Travail de préparation à la compréhension


– Faire observer les photographies de la page 102. Former des groupes de deux : attirer l’attention des
apprenants sur le titre du journal puis leur demander de faire des hypothèses sur ce qu’ils vont entendre.
– Faire une mise en commun rapide, à l’oral. (C’est la une du journal, Le Courrier du Sud-Ouest,
qui parle d’un projet d’aménagement d’une société. La photographie montre une vue du ciel de la
société. La deuxième photographie présente une salle de recherche : des ingénieurs font des recherches au
microscope pendant que d’autres travaillent sur des machines. La dernière photo montre l’entreprise de
l’extérieur.)
Compréhension orale
– Inviter les apprenants à lire les questions de l’activité et s’assurer de la compréhension de l’ensemble.
S’il y a demande, faire expliquer par les apprenants qui les comprennent les termes difficiles.
– Demander aux apprenants de répondre aux questions individuellement.
– Passer l’enregistrement une première fois. Laisser les apprenants répondre.
– Faire écouter l’enregistrement une deuxième fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois en l’interrompant au fur et à
mesure de l’apparition des éléments de réponse. Pour chaque réponse proposée, solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Elle lui téléphone au sujet de l’article qui est paru dans Le Courrier du Sud-Ouest.
L’article donne des informations qui ne sont pas encore officielles.
2. Selon Vincent Alonso, c’est de la faute d’un intérimaire. Pour Charlotte Guesnault,
c’est la responsabilité de Vincent Alonso.
3. Selon Vincent Alonso, c’est un avantage parce que l’article ne donne pas beaucoup
d’informations et maintenant qu’il est publié, ils vont pouvoir travailler plus facilement.
4. Elle propose que Vincent Alonso annule ce qu’il avait prévu de faire et qu’il vienne la voir
à 13 heures.

Zoom
Activité 2 ➝ Activité lexicale qui permet de s’attarder sur le verbe paraître, ses dérivés, et ses diverses signi-
fications.
a) – Dans un premier temps, demander à quelques apprenants de lire les phrases, de les observer et de
donner l’infinitif des mots qui sont en gras.
– Corriger collectivement.
Corrigé 1. paraître – 2. paraître – 3. paraître – 4. disparaître – 5. apparaître
– Dans un second temps, proposer aux apprenants de faire la suite de l’activité individuellement : ils
doivent maintenant retrouver l’équivalent de chaque verbe.
– Leur suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. c – 2. a – 3. e – 4. b – 5. d.

160
b) – Expliquer la consigne.
– Lire la première partie de la phrase à voix haute : « Il paraît que… ». Solliciter la classe, à l’oral, pour
compléter la phrase, en choisissant l’élément qui convient.
– Faire de même avec les autres phrases.
Corrigé Il paraît que vous allez au Canada bientôt. – Elle m’a paru surprise de voir Léo hier soir. – Une
caricature est parue dans le journal Le Monde. – Une erreur est apparue dans mon fichier
informatique.

Activité 3 ➝ Activité de découverte. Les apprenants font connaissance avec le vocabulaire familier du monde
du travail.
– Inviter les apprenants à lire la réplique de Charlotte Guesnault.
– Leur demander, collectivement, de répondre à la question posée.
– Écrire la réponse donnée au tableau.
Corrigé a.
Travail à la suite de la correction
Demander aux apprenants s’ils connaissent d’autres mots familiers dans le monde du travail, comme,
par exemple : travailler = bosser ; le travail = le boulot.

Activité 4 ➝ Activité de découverte lexicale. Les apprenants doivent maintenant classer six verbes, en
fonction de leur signification.
– Lire la consigne avec les apprenants.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de
l’activité, répondre à d’éventuelles questions. Reproduire au tableau les deux colonnes.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé
Demander à quelqu’un de quitter son travail Donner un travail à quelqu’un
licencier quelqu’un embaucher quelqu’un
renvoyer quelqu’un recruter quelqu’un
remercier quelqu’un engager quelqu’un

S Activité complémentaire
(voir page 242)

page 104 > INTERAGIR AU TÉLÉPHONE

Comment on dit ?
Les activités 5, 6, 7 et 8 de compréhension orale sont axées sur l’étude de l’acte de parole Interagir au
téléphone. Les apprenants doivent associer des éléments, découvrir des expressions nouvelles,
comprendre des annonces de répondeurs téléphoniques pour être capables, ensuite, par groupes de deux,
de jouer une situation d’interaction au téléphone.

module 3 unité 9 • 161


Activité 5 ➝ Activité d’association. Les apprenants réécoutent la première partie du dialogue du document
déclencheur et doivent associer les éléments proposés.

23 STANDARDISTE — Société Valoris DP, Bonjour.


CHARLOTTE — Bonjour. Charlotte Guesnault à l’appareil. Pourrais-je parler à Vincent Alonso, s’il vous plaît.
STANDARDISTE — Oui, ne quittez pas, je vous le passe.

– Expliquer la consigne.
– Passer l’enregistrement et faire faire l’activité individuellement.
– Corriger collectivement.
Corrigé 1. e – 2. b – 3. c

Activité 6 ➝ Activité de compréhension orale permettant aux apprenants de comprendre des situations
d’interaction au téléphone.
24 1. — Bonjour, est-ce que madame Rakoniewski est 4. — Monsieur Pellegrini ?
là s’il vous plaît ? — Oui.
— Ah, non, elle s’est absentée. Voulez-vous lui — Je vous appelle au sujet de notre proposition.
laisser un message ? Avez-vous pris une décision s’il vous plaît ?
2. — Bonjour, Mathilde Beaupré, puis-je parler à — Euh… qui est à l’appareil ?
madame Galichet, s’il vous plaît ? 5. — Oui, allo, est-ce que Youssouf est là, s’il vous
— Oui, un instant s’il vous plaît. plaît ?
3. — Bonjour. Claire Iversen. Puis-je parler à Monika — Oui, de la part de qui ?
Cieslik ?
— Oui, ne quittez pas.

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont entendre cinq courts dialogues. Leur demander de complé-
ter le tableau, en indiquant ce qu’exprime la dernière phrase de chaque dialogue.
– Faire faire l’activité individuellement. Les inviter à comparer leurs réponses avec celles de leur
voisin. Prendre connaissance de leurs réponses en circulant entre eux.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement à l’oral, à l’aide de l’enregistrement : le passer une dernière fois en l’inter-
rompant au fur et à mesure des réponses.
Corrigé
1 2 3 4 5
demande à quelqu’un de se présenter  
demande à parler à quelqu’un
demande d’attendre  
propose un service 

Activité 7 ➝ Poursuite du travail avec une nouvelle activité de compréhension orale.

25 1. Bonjour, pourrais-je parler à madame Willems 3. Madame Marty est en rendez-vous. Pouvez-
s’il vous plaît ? vous rappeler à 14 heures ?
2. Allo, monsieur Turpault ? 4. Société Lafeuille, bonjour.

– Expliquer la consigne et faire et inviter les apprenants à lire les réponses proposées.
– Faire l’activité individuellement. Passer l’enregistrement une première fois, en marquant une
pause après chaque phrase. Laisser quelques minutes aux apprenants pour choisir la réponse qui
convient. Leur suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.

162
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
– À la suite de la correction, passer l’enregistrement une dernière fois : inviter les apprenants, collec-
tivement, à répéter les phrases et à y répondre.
Corrigé 1. b – 2. a – 3. b – 4. c.

Activité 8 ➝ Activité de compréhension orale de messages sur répondeurs téléphoniques.

26 1. Bonjour et bienvenue à l’Office de tourisme. Ce facturé 1euro 35 la minute, puis 34 centimes par
service vous sera facturé 34 centimes la minute. minute après le bip sonore. Si vous êtes le candi-
Dites « hôtel » pour joindre notre service d’infor- dat et que votre recherche concerne votre propre
mation hôtelière… résultat, tapez 1.
2. Service municipal de l’environnement et du cadre 4. Le cinéma Le Studio vous souhaite la bienvenue
de vie. Bonjour. Ce service vous sera facturé au prix sur son service d’information. Nous vous propo-
d’un appel local. Ce service est actuellement fermé. sons de découvrir les programmes de la semaine.
Nous vous remercions de bien vouloir renouveler Ce service vous est facturé 34 centimes d’euros par
votre appel ultérieurement. minute. Pour obtenir le programme des films à
3. Bonjour et bienvenue sur le service des examens l’affiche, appuyez sur la touche 1.
2008. Si vous appelez d’un poste fixe, cet appel sera

– Expliquer la consigne et faire quatre colonnes au tableau, comme ci-dessous :


N° Service Prix de l’appel Qu’est-ce qui est demandé ?

– Inviter les apprenants à reproduire ce tableau sur une feuille. Leur expliquer qu’ils vont entendre
quatre messages et qu’ils devront, par deux, compléter le tableau.
– Passer l’enregistrement une première fois, en marquant une pause après chaque message.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement : faire écouter l’enregistrement une dernière fois, en marquant une pause
après chaque message. Inviter quelques groupes à donner leurs réponses. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer. Compléter le tableau.
Corrigé
N° Service Prix de l’appel Qu’est-ce qui est demandé ?
1 Office de tourisme 34 centimes : minute dire « hôtel »
2 Service municipal prix d’un appel local renouveler l’appel
de l’environnement ultérieurement
3 examens 2008 1 euro 35 puis taper 1
34 centimes minute
4 cinéma Le Studio 34 centimes minute appuyer sur la touche 1

POUR PLUS DE LATITUDE

Inviter les apprenants à rédiger leur propre annonce d’accueil de répondeur téléphonique. Puis, leur
demander, par groupes de deux, de se téléphoner et de se laisser un message. Pour ce travail de pro-
duction orale, il est vivement recommandé de proposer aux apprenants de se mettre dos à dos.

Production orale
Activité 9 ➝ Cette activité de production orale amène l’apprenant à réemployer ce qui a été travaillé avec l’acte
de parole : Interagir au téléphone.

module 3 unité 9 • 163


Travail de préparation à l’activité
– Avant de former des groupes de deux, lire à voix haute l’encadré Interagir au téléphone. Les
apprenants suivent des yeux. S’assurer de la bonne compréhension de l’ensemble et faire lire à voix
haute les phrases par quelques apprenants.
– Inviter les apprenants à prendre connaissance de la situation en leur faisant lire individuellement
la consigne.
– Faire faire l’activité par groupes de deux en précisant que quelques groupes joueront leur dialogue
devant la classe. Leur laisser le temps de jouer par deux. Circuler dans la classe pour prendre connais-
sance de leurs productions, aider, corriger, si besoin.
– Proposer à quelques groupes de jouer leur dialogue devant la classe. À la fin de leurs productions,
noter les phrases exemplaires et faire reprendre les éléments à corriger par les apprenants.
Proposition — Banque du Commerce, Marie-Laure à votre service, j’écoute.
— Oui, bonjour madame, je voudrais parler à madame Thuillier, s’il vous plaît.
— C’est de la part de qui ?
— Madame Romefort.
— C’est à quel sujet ?
— Je viens de recevoir mon relevé de compte et je crois qu’il y a une erreur. J’aimerais en savoir
plus.
— Ah, oui, effectivement. Alors, écoutez, madame Thuillier n’est pas là aujourd’hui. Demain,
elle est en formation toute la journée. Mais elle sera disponible après-demain, c’est-à-dire, jeudi,
est-ce que cela vous convient ?
— Ah, je suis désolée, je travaille toute la journée. Est-ce que madame Thuillier est disponible
vendredi ?
— Oui, mais seulement le matin.
— Le matin, c’est parfait.
— À quelle heure souhaitez-vous ce rendez-vous ?
— Je suis libre toute la matinée. Peut-être que dès l’ouverture, ce serait bien.
— Très bien. Donc, vendredi, à 9 h 30, avec madame Thuillier. Vous pouvez me rappeler votre
nom s’il vous plaît ?
— Madame Romefort : R.O.M.E.F.O.R.T.
— Alors, à vendredi, madame Romefort.
— À vendredi. Au revoir.

S Activité complémentaire
(voir page 242)

page 105 > ACCUSER, CONTESTER

Comment on dit ?
Les activités 10 et 11 de compréhension orale sont axées sur l’étude de l’acte de parole : Accuser, contes-
ter. Afin de réemployer cet acte de parole, les apprenants sont invités à une production orale, à partir de
deux illustrations (activité 12), puis à une production écrite (activité 13).

Activité 10 ➝ Activité de repérage de l’acte de parole : Accuser, contester. Les apprenants réécoutent une
partie du dialogue du document déclencheur et doivent répondre aux questions posées.

27 VINCENT — Oui, oui, c’est la faute d’un intérimaire, VINCENT — Non, non, je n’y suis pour rien !
il travaille avec nous depuis quinze jours seulement. CHARLOTTE — Vous plaisantez ? Vous ne pouvez pas
Il n’a pas compris qu’il ne fallait pas… accuser un intérimaire. C’est trop facile.
CHARLOTTE — Non, mais, attendez, ce n’est pas vous
le chef de projet chez Valoris ? J’estime que vous
êtes responsable de cette fuite dans la presse.

164
– Expliquer la consigne en précisant aux apprenants qu’ils vont écouter de nouveau une partie du dia-
logue entre Vincent Alonso et Charlotte Guesnault.
– Lire les questions à voix haute et inviter les apprenants à répondre, à l’écrit. Leur demander ensuite
de donner leurs réponses.
– Écrire les réponses au tableau.
Corrigé 1. C’est la faute d’un intérimaire.
2. Je n’y suis pour rien.
3. Vous ne pouvez pas accuser un intérimaire.

Activité 11 ➝ Poursuite du travail sur l’acte de parole : Accuser, contester. Les apprenants doivent mainte-
nant écouter cinq courts dialogues et repérer les expressions utilisées pour accuser et celles pour rejeter une
accusation.
28 1. — Bah, mon fichier ! Qui a touché à mon ordina- — Oui, excusez-moi, c’est à cause des travaux en
teur ? Qui a supprimé mon fichier ? ville…
— Ah, ce n’est pas moi ! 4. — Maman, maman, Lucas, il a dit un gros mot !
2. — Qui a mangé le gâteau qui était dans le frigo ? — Non, ce n’est pas vrai, c’est elle qui l’a dit.
C’est toi, Noémie ? 5. — Anne, c’est quoi cette lettre ? C’est vous qui avez
— Non, ce n’est pas moi ! C’est peut-être le chien… écrit à Guy Bazin ?
3. — Ah, vous voilà ! Vous avez vu l’heure ? — Ah, non, non, je n’ai rien fait !

– Expliquer la consigne. Préciser aux apprenants que le travail s’effectue en deux temps. Dans un pre-
mier temps, ils doivent dire dans quel dialogue les expressions sont utilisées.
– Passer l’enregistrement une première fois. Faire faire la première partie de l’activité individuelle-
ment.
– Corriger la première partie, collectivement, à l’oral.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois. Par groupes de deux, demander aux apprenants de se
mettre d’accord pour savoir si les expressions sont utilisées pour accuser ou contester.
– Corriger collectivement : demander à quelques groupes de donner leurs réponses. Solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. c’est toi (vous)… (2, accuse) 5. ce n’est pas moi ! (1, 2 conteste)
2. c’est à cause de… (3, accuse) 6. ce n’est pas vrai ! (4, conteste)
3. c’est elle qui… (4, accuse) 7. je n’ai rien fait ! (5, conteste)
4. c’est vous qui… (5, accuse)

Production orale
Activité 12 ➝ Activité de production orale permettant de réemployer, de façon naturelle et spontanée, ce qui
vient d’être travaillé.
– Expliquer la consigne et proposer aux apprenants de décrire les deux illustrations collectivement.
(1. une femme, au travail, est en train de faire des photocopies. Des feuilles tombent par terre. La
machine fume, elle semble cassée. Un homme en costume vient l’accuser – 2. un homme assez âgé, dans
un jardin, est en train de jouer au ballon. Une fenêtre est cassée. Une femme ouvre la porte et accuse
l’homme.)
– Faire faire l’activité par groupes de deux.
– Circuler entre les groupes pour veiller à la bonne marche de l’activité, aider, encourager, reprendre
ce qui est à reprendre.
– Demander à quelques binômes de jouer la situation devant le reste de la classe. Inviter les appre-
nants à être très attentifs aux productions, à veiller à la prononciation, à relever les points négatifs et
les points positifs. Ne pas interrompre les apprenants durant la production mais relever les phrases
exemplaires et les erreurs à reprendre avec la classe par la suite.

module 3 unité 9 • 165


Proposition 1) — Oh, mais ce n’est pas possible, qu’est-ce que vous avez fait ?
— Mais, je n’ai rien fait, je vous assure.
— Regardez le photocopieur, c’est vous qui avez appuyé sur une mauvaise touche !
— Mais, non.
— Les feuilles n’arrêtent pas de tomber.
— C’est sans doute la machine qui a un problème. Arrêtez de m’accuser !
2) — Vous ne pouvez pas faire attention, regardez la fenêtre !
— Ce n’est pas de ma faute !
— Ah, bon ? Ce n’est pas de votre faute ? C’est à cause du ballon, sans doute ?
— Mais enfin, ne vous mettez pas en colère, je n’y suis pour rien. Ce sont mes petits
enfants qui ont lancé le ballon un peu trop fort. Ne vous inquiétez pas, je vais faire
réparer votre fenêtre.

Production écrite
Activité 13 ➝ Le travail de réemploi se poursuit avec une activité de production écrite : la rédaction d’un mes-
sage pour contester une accusation.
– Expliquer aux apprenants qu’ils vont devoir lire le message, puis y répondre.
– Avant de faire faire l’activité, inviter les apprenants à lire le message et leur poser des questions pour
vérifier que ce message est bien compris : qui est le destinataire ? (une collègue) ; qui est l’auteur du
message ? (Françoise) ; quel est le sujet du message ? (Françoise accuse une collègue de vouloir lui prendre
sa place).
– Faire faire l’activité individuellement en classe ou à la maison. Préciser aux apprenants le nombre
de mots (environ 80). Pour un travail en classe, circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne
marche de l’activité, les aider, les encourager, si besoin.
– Ramasser les productions et les évaluer. Veiller à l’utilisation des temps. Adopter un système d’éva-
luation permettant aux apprenants de se corriger tout seuls.
Proposition de grille :
Respect de la consigne 0 0,5
Formes du message (salutations…) 0 0,5
Expressions pour contester 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Chère Françoise,


Je viens de lire ton message et je voudrais t’expliquer.
Je suis allée voir le directeur pour lui signaler que, comme mon mari travaille à Bordeaux,
j’envisage de quitter l’entreprise pour le rejoindre. Le directeur m’a proposé, à la place,
de m’occuper des acheteurs du Sud-Ouest. Je lui ai demandé d’attendre car j’ai besoin de
réfléchir. Je veux en parler avec mon mari et avec toi. Ce n’est pas de ma faute s’il a mal
compris. Je suis désolée.
Claudine.

Travail à la suite de la correction


Lire les deux encadrés Accuser, Contester. S’assurer de la bonne compréhension de chaque expres-
sion, en les illustrant, si nécessaire avec des accusations faites dans la classe : Qui a pris mon diction-
naire ? Pourquoi est-ce que vous êtes arrivés en retard ?

S Activité complémentaire
(voir page 242)

166
pages 106, 107 et 108 > REPROCHER

C’est clair ?
Les activités 14 et 15 sont des activités de compréhension écrite. Les apprenants, à travers une lettre, décou-
vrent l’acte de parole : faire des reproches.

Activité 14 ➝ Activité de compréhension écrite globale.


Préparation à la lecture
– Inviter les apprenants à observer rapidement le document. Leur poser des questions : quelle est la
nature du document ? (une lettre) ; qui a écrit ? (Cédric Cordier) ; qui est le destinataire ? (Gaël et
Naïma).
Compréhension globale
– Expliquer la consigne et demander aux apprenants de lire individuellement les six affirmations.
– Leur laisser ensuite le temps de lire la lettre individuellement.
– Faire faire l’activité individuellement. Pendant la durée de l’activité, circuler entre eux pour expli-
quer des termes non compris, aider, encourager.
– Leur suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin et de justifier leur choix de réponse.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. Vrai : il habite au 1er étage, à gauche. 4. Faux : « une fête qui a dérangé tout l’immeuble ».
2. On ne sait pas. 5. Faux : « dans la cour de l’immeuble ».
3. Vrai : « ce samedi », « vous avez 6. Vrai : « Pour qui vous prenez-vous ? ».
organisé une fête ».

Comment on dit ?
Activité 15 ➝ Les apprenants découvrent les expressions de reproche dans la lettre de l’activité précédente.
– Inviter trois apprenants à relire la lettre pour l’ensemble des apprenants.
– Collectivement, à l’oral, demander aux apprenants quelles expressions permettent d’exprimer des
reproches.
Corrigé 2, 4, 5.

Activité 16 ➝ Poursuite du travail de repérage des expressions de reproche. Les apprenants écoutent cinq courts
dialogues.

29 1. — Ah, Fabienne, je prends ton ordinateur, un ins- 3. — Monsieur, pourquoi vous avez mis Valentin
tant, il faut que j’envoie un message rapide. dans notre groupe ? On ne veut pas travailler avec
— Bah, il ne faut pas te gêner, j’ai du travail, moi ! lui. Il est nul. Il ne sait rien faire. Il faut tout lui
expliquer.
2. — Je ne sais pas pourquoi le directeur a embau- — Sidonie, ce n’est pas bien de parler comme ça.
ché Frédéric, il ne sait pas travailler, il est vraiment Valentin a peut-être des problèmes, mais vous
incompétent… devez tous travailler ensemble. Et vous verrez,
— Ce n’est pas gentil de dire ça. Il vient juste de Valentin a beaucoup de qualités pour les travaux
commencer, il a encore des choses à apprendre. de groupes.

module 3 unité 9 • 167


4. — J’ai rencontré Vanessa ce matin. Elle a de gros 5. — Chéri, je me sens pas bien ce soir, je ne vais pas
problèmes. Elle m’a demandé de lui prêter mille pouvoir aller au dîner avec toi.
euros. Elle me les rendra la semaine prochaine. — Quoi ? Mais enfin, tu exagères ! C’est un dîner
— Tu ne devrais pas lui prêter d’argent. Elle te les important pour moi. Qu’est-ce que je vais dire à
rendra jamais tes mille euros. Elle peut demander mon directeur ?
à sa banque, non ?

– Expliquer la consigne.
– Proposer aux apprenants de faire l’activité collectivement, à l’oral. Faire écouter l’enregistrement,
en marquant une pause après chaque dialogue. Pour chaque dialogue, leur demander la situation et
l’expression utilisée pour faire des reproches. Écrire les expressions au tableau.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour contrôler les expressions écrites au tableau. S’assurer
de la bonne compréhension de chacune d’entre elles.
Corrigé 1. Une personne voudrait emprunter l’ordinateur de Fabienne. Fabienne dit qu’elle a du travail.
Il ne faut pas te gêner.
2. Une personne critique la décision du directeur d’embaucher Frédéric. L’autre est plus
tolérant. Ce n’est pas gentil de dire ça.
3. Sidonie demande à son professeur pourquoi il a choisi de mettre un étudiant qu’elle trouve
« nul » dans son groupe. Le professeur se justifie. Ce n’est pas bien de dire ça.
4. Une personne va prêter de l’argent à Vanessa. L’autre lui explique qu’elle ne devrait pas le
faire. Tu ne devrais pas…
5. Une femme explique à son mari qu’elle ne peut pas aller au dîner de son directeur avec lui.
Son mari n’est pas content. Tu exagères !

Production orale
Activité 17 ➝ Activité de réemploi qui permet aux apprenants d’utiliser l’acte de parole étudié en situation
spontanée. Les apprenants sont invités à préparer des dialogues et à jouer des scènes.
– Expliquer aux apprenants qu’ils vont, par groupes de deux, imaginer des dialogues pour la situa-
tion donnée. À la fin de ce travail, chaque groupe jouera la scène devant un autre groupe. Ensuite,
quelques groupes pourront jouer cette scène devant la classe. La classe devra dire si le groupe est
convaincant ou non.
– Démarrer l’activité et circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leur production,
les encourager, les corriger, si besoin.
– Laisser ensuite quelques minutes aux apprenants pour se mettre par groupes de quatre et jouer les
petites saynètes.
– En guise de corrigé type, inviter quelques groupes à jouer leur scène devant la classe. Bien veiller à insis-
ter sur les mimiques qui peuvent accompagner l’expression de reproche (front plissé, gros yeux…).
Proposition Naïma va frapper à la porte de son voisin pour lui parler de la lettre.
— Bonjour, je viens de lire votre lettre et je voulais m’expliquer.
— Ah, tiens, la voisine du cinquième qui fait du bruit la nuit !
— Écoutez, je suis vraiment désolée pour samedi soir. C’était une surprise pour Gaël de la part
de ses collègues et je ne pensais pas qu’il y aurait autant de personnes.
— Ben oui, pour qui vous vous prenez ? Je vous rappelle que vous n’êtes pas la seule à habi-
ter cet immeuble.
— Mais je sais bien… À chaque fois que nous organisons une fête, nous informons l’immeuble
et vous le savez bien. C’est pour ça que je ne suis pas d’accord avec votre lettre. Vous exagérez !
— Et les objets dans la cour alors ?
— Je n’y suis pour rien. Demandez plutôt aux jeunes du deuxième !
— C’est quand même de votre faute si l’immeuble n’est plus le même depuis que vous êtes
arrivée.
— Ce n’est pas très gentil de dire ça… Je ne crois pas avoir changé beaucoup de choses ici.

168
Et puis, au 4e et au 6e étage, nos voisins sont des gens très sympathiques avec qui je m’entends
très bien. Bon, je vois que cela ne sert à rien de vous expliquer. Vous n’entendez que ce que
vous voulez…
— C’est ça, c’est ça… Vous allez m’accuser bientôt, non ?
— Au revoir, monsieur Cordier et passez une bonne journée !
Travail à la suite de la correction
Lire avec les apprenants l’encadré Reprocher. S’assurer de la bonne compréhension de chaque
expression de cet acte de parole.
S Activité complémentaire sur internet
(voir page 243)

C’EST TOI QUI AS FAIT ÇA ?


Les activités 18, 19, 20, 21, 22 et 23 sont consacrées à l’apprentissage du point de langue : la mise en relief.

Activité 18 ➝ Activité de comparaison pour découvrir l’effet produit par c’est… qui, c’est… que.
– Faire observer les phrases par les apprenants. Puis, les lire, à voix haute.
– Leur demander de répondre aux questions, collectivement, à l’oral.
– Corriger collectivement : inviter quelques apprenants à s’exprimer. Solliciter le reste de la classe pour
confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Dans les phrases 1 et 2, c’est… qui et c’est… que permettent de donner de l’importance à
« vous » ou « depuis votre arrivée ».
2. Dans la phrase 1, on utilise qui parce que « vous » est sujet du verbe « créez ».
Dans la phrase 2, on utilise que parce que « depuis votre arrivée » est complément.
3. La mise en relief se construit ainsi : – C’est + nom ou pronom sujet + qui + verbe
– C’est + complément + que + sujet + verbe

Activité 19 ➝ Poursuite de l’étude sur la mise en relief, à la forme négative.


– Faire observer les phrases par les apprenants. Puis, les lire, à voix haute.
– Leur demander comment se construit la forme négative de la mise en relief.
– Corriger collectivement : inviter quelques apprenants à s’exprimer. Solliciter le reste de la classe pour
confirmer ou infirmer.
Corrigé La forme négative se construit ainsi : – Ce n’est pas… qui + phrase affirmative
– Ce n’est pas… que + phrase affirmative

Activité 20 ➝ Poursuite du travail. Les apprenants doivent maintenant retrouver les formes de base en sup-
primant la mise en relief.
– Expliquer la consigne puis, lire l’exemple, à voix haute.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour aider, encourager et cor-
riger les erreurs, si nécessaire. Leur laisser quelques minutes pour comparer leurs réponses avec celles
de leur voisin.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse à don-
ner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. Il est parti avec Maria. 3. Je l’ai acheté pour toi. 5. Elle va venir lundi.
2. Je te parle, Amélie. 4. Il va conduire la voiture ? 6. Je n’ai pas commandé un thé au citron.

module 3 unité 9 • 169


Activité 21 ➝ Activité de transformation. Les apprenants doivent construire des phrases avec la mise en relief
à partir d’éléments mis en gras.
– Expliquer la consigne puis, lire l’exemple, à voix haute.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Circuler entre les apprenants pour aider, encourager et
corriger les erreurs.
– Corriger collectivement : demander à quelques binômes de donner leurs réponses. Solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses au tableau, si nécessaire.
Corrigé 1. Non, c’est monsieur Costa que j’ai vu. – 2. Ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas moi qui l’ai mangé. –
3. Euh, non, c’est à Budapest qu’il habite. – 4. Oui, euh, c’est dimanche que j’arrive. – 5. … c’est
de votre adresse à Toulouse que j’ai besoin. – 6. Mais, ce n’est pas de ça que je parle.

Activité 22 ➝ Activité d’observation.


a) – Lire à voix haute, les trois phrases écrites.
– Demander aux apprenants de repérer les éléments qui servent à la mise en relief.
– Écrire ces éléments au tableau.
Corrigé Ce qui… c’est – Ce que… c’est – Ce que… c’est que.
b) – Inviter les apprenants à redonner les phrases de base, collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. Le manque d’argent pour aider les plus pauvres est inacceptable. – 2. J’aimerais vraiment
avoir un travail qui me plaise. – 3. Je veux dire que la situation économique n’est pas aussi
mauvaise qu’on le dit.

Activité 23 ➝ Activité de transformation. Les apprenants doivent mettre en relief l’élément en gras.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Pendant la durée de l’activité, circuler entre eux pour expli-
quer des termes non compris, aider, encourager.
– Suggérer aux apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin et de justifier leur
choix de réponse.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Ce que j’aimerais, c’est que tu arrêtes de dire que tu as des problèmes ! – 2. Ce qui l’intéresse
vraiment, c’est le sport ! – 3. Ce que je ne comprends pas, c’est comment il a pu se marier avec
une fille pareille. – 4. Ce qu’elle voudrait, c’est qu’on aille en vacances en Italie.
Travail à la suite de la correction
Lire avec les apprenants l’encadré La mise en relief. S’assurer de la bonne compréhension de ce point de
langue en demandant aux apprenants de se mettre par groupes de deux et d’échanger sur leurs goûts. (Ce
que j’aime beaucoup, c’est… ; Ce que je déteste, c’est… ; Ce que je voudrais faire, c’est… ; C’est le tennis que…)

page 109 > TÂCHE FINALE

Cette activité permet aux apprenants de mobiliser les acquis de l’unité pour :
– contester ;
– faire des reproches ;
– raconter un fait en utilisant la mise en relief.
L’oral et l’écrit seront travaillés en réception et en production.
Avant de commencer l’activité, présenter la grille d’évaluation : elle permettra à l’apprenant de comprendre
ce qu’on attend de lui.
– Demander aux apprenants d’observer la photographie et les encourager à dire ce qu’ils voient (un
homme est en train de lire un journal. L’homme fronce un peu les sourcils. Il lit peut-être des informations
qui le surprennent). Lire le titre de la tâche finale et le faire expliquer par quelques apprenants.
170
– La veille de cette activité, demander aux apprenants d’apporter une photo trouvée dans un jour-
nal qui évoque un évènement choquant.
– Lire la consigne à voix haute et s’assurer de la bonne compréhension. Expliquer aux apprenants que
la réalisation de cette tâche se déroulera en quatre temps.
1) Demander aux apprenants de se mettre par groupes de deux. Grâce à la photo apportée par les appre-
nants (chaque groupe décidera de travailler sur une seule photo) leur demander d’imaginer les cir-
constances de l’événement et les actions autour de celui-ci. Circuler entre eux pour les guider.
2) Au bout de quelques minutes, former des groupes de quatre et inviter les apprenants à se racon-
ter leurs évènements respectifs sans lire leurs notes. Les groupes peuvent se poser des questions pour
connaître tous les détails. Circuler entre eux et les encourager à se poser des questions.
3) Une fois que les deux groupes ont décrit leur événement, demander aux apprenants de se remettre
par groupes de deux. Leur laisser quelques minutes pour décider de ce qu’ils pourraient contes-
ter dans les circonstances et les actions autour de l’évènement décrit par l’autre groupe.
4) Demander enfin aux apprenants de rédiger leur lettre, en classe ou à la maison. Les ramasser pour
les évaluer en fonction de la grille d’évaluation.
Proposition Madame, Monsieur,
Tout d’abord, nous voudrions vous dire que nous aimons beaucoup votre journal. Nous l’ache-
tons très souvent et lisons quelques articles dans la classe.
La semaine dernière, nous avons lu un article un peu surprenant. C’est la première fois que
nous sommes choqués par un article de votre journal. Ce que nous voudrions savoir, c’est d’où
viennent vos informations.
L’article « Licenciements chez Biuc » nous informe que l’entreprise va licencier une cinquan-
taine de personnes à cause de la hausse de l’euro. De plus, il dit que c’est de la faute du pré-
sident qui ne veut pas aider les entreprises.
Selon nos sources, ce que vous dites n’est pas vrai. L’entreprise envisage de renvoyer une cen-
taine de personnes. Ce qui intéresse les directeurs de l’entreprise, c’est l’argent. L’euro n’y est
pour rien. En plus, nous trouvons que ce n’est pas très juste de dire que le président ne veut
pas aider les entreprises. Vous ne trouvez pas que vous exagérez un peu ?
Sachez que nous sommes un peu déçus et nous espérons que vous allez publier un nouvel
article pour changer vos informations.
Cordialement,

On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.
L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
Accuser
Contester
Reprocher
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que, pourquoi,
d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité : le monde du travail
Morphosyntaxe
utiliser la mise en relief
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité

module 3 unité 9 • 171


page 109 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C, D sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les sons [j], [ɥ], et [w].

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à écouter et repérer les différences entre les sons [j], [ɥ], et [w].
– Avant de donner la consigne, passer l’enregistrement livres fermés pour sensibiliser l’oreille des appre-
30
nants. Les inviter ensuite à dire les sons entendus.
– Expliquer la consigne puis passer à nouveau l’enregistrement livres fermés, en marquant une
pause après chaque mot. Les apprenants écoutent et répètent.
– Demander aux apprenants d’ouvrir leur livre. Passer l’enregistrement une nouvelle fois, en mar-
quant une pause après chaque phrase. Faire répéter les apprenants.

Activité B ➝ Poursuite du travail de discrimination auditive entre les sons [j], [ɥ], et [w].
31 a) – Passer l’enregistrement une première fois, en marquant une pause après chaque groupe de mots.
Laisser les apprenants écouter.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois. Les inviter à répéter.
b) – Procéder de la même façon que a)

Activité C ➝ Poursuite du travail de discrimination auditive entre les sons [j], [ɥ], et [w]. Les apprenants
doivent maintenant cocher les cases pour dire si les sons entendus sont les mêmes ou non.
32 1. puis – puis 3. à genoux – agenouille 5. assiette – ascète 7. crayons – créons
2. mien – moins 4. mensuel – mensuel 6. nouer – nuée 8. touillette – touillette

– Expliquer la consigne.
– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
=   
&     

Activité D ➝ Poursuite du travail de discrimination auditive entre les sons [j], [ɥ], et [w].
33 1. Il est enroué. 3. Le problème essentiel. 5. Un joli tatouage. 7. Un peu de miel.
2. J’en ai moins. 4. Quelle tuile ! 6. Un panier percé. 8. Une rencontre virtuelle.

– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases
individuellement puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les mots aux apprenants.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[j]   
[ɥ]  
[w]   

172
pages 110 et 111 > COMMUNICATION et MÉDIAS

Cette double page permet d’enrichir les connaissances culturelles des apprenants sur les pratiques
des Français autour de la communication et des médias : presse écrite, presse audiovisuelle et internet.
Les apprenants sont invités à prendre connaissance de ces médias par le biais d’une série de photographies,
d’une compréhension écrite (activité 24), relayée par une activité de compréhension orale (activité 25).
Une dernière activité (Et vous ?) amène les apprenants à échanger sur la culture de la presse dans leurs
pays, leurs habitudes d’écoute et de lecture et leurs consultations des médias francophones.

Activité 24 ➝ Activité de compréhension écrite.


Préparation à la compréhension
– Faire lire le titre par les apprenants. Leur demander de faire le lien avec les différentes photographies.
Les décrire, collectivement, à l’oral : un homme installe une enseigne internet ; une femme présente le
journal à la télévision ; une publicité annonce les différentes radios que propose Radio France devant son
bâtiment.
– Lire à voix haute, la citation du journal Le Canard Enchaîné. Inviter les apprenants à l’expliquer avec
leurs mots.
? Le saviez-vous ?
Le Canard enchaîné est un hebdomadaire satirique français, paraissant le mercredi. Fondé en 1915,
il figure parmi l’un des plus anciens titre de la presse française actuelle.
Compréhension
– Demander aux apprenants de lire le texte, individuellement. Puis, former des groupes de deux et
les inviter à échanger autour du texte, en leur posant quelques questions : Qu’est-ce qui vous surprend ?
Que saviez-vous déjà ? Quels journaux connaissez-vous ? Que pensez-vous des statistiques données ?
– Leur suggérer de regarder le tableau des palmarès. Collectivement, leur demander de nommer les
journaux ou les magazines qu’ils connaissaient déjà, ceux qu’ils n’ont jamais lus, ceux qu’ils ont déjà
vus dans des kiosques.
– Faire faire l’activité par deux. Circuler entre les groupes pour veiller à la bonne marche de
l’ensemble, pour encourager, aider.
– Corriger collectivement. Puis, les inviter, par groupes de deux, à imaginer le contenu des autres jour-
naux ou magazines.
Corrigé 1. Dans la presse quotidienne régionale : La Voix du Nord.
2. Dans la presse magazine.
3. Radio France internationale (RFI) et aussi France 24.

Activité 25 ➝ Activité de compréhension orale. Les apprenants découvrent des témoignages de pratiques de
lecture et d’écoute des Français.

34 HOMME — Non, non, je n’achète pas beaucoup de grammes télé. La télé, je la regarde l’après-midi ou le
journaux. Le matin, je prends 20 minutes pour lire soir… Je la regarde, mais il n’y a pas grand-chose à
dans le métro, et puis sinon, euh, je lis les informa- voir, malheureusement. Le matin, j’aime bien écou-
tions sur Internet. Je vais beaucoup sur le site du ter la radio. J’aime bien RTL. Ça fait des années que
Monde ou sur d’autres sites comme Rue89. Ah, mais, j’écoute RTL, j’ai mes petites habitudes vous voyez…
j’achète quand même Le Canard enchaîné… parce HOMME — La radio ou la télé, non pas beaucoup.
qu’on ne peut pas le lire sur Internet. Bon, la radio, le matin, pendant le petit-déjeuner.
FEMME — Ah, oui, moi, j’achète tous les jours Midi Mais je lis beaucoup. Chaque mois, je lis… je ne
libre. C’est un bon journal. On a toutes les informa- sais pas… peut-être une quinzaine de magazines
tions sur la ville et sur la région. Il y a même des différents… L’Express, Le Monde diplo, Sciences
informations sur la France. Et puis, il y a aussi les pro- humaines… et puis des revues spécialisées de mon

module 3 unité 9 • 173


domaine professionnel. Et puis aussi, le journal local, Les magazines, oui, je lis des trucs de filles, mais des
Ouest-France. choses sérieuses quand même, oui, comme Bien
JEUNE FEMME — Oh, ouais, la télé, tous les jours. Et la être… Mais les journaux, non, ou alors des jour-
radio, tous les jours aussi. On écoute euh, NRJ, des naux gratuits.
trucs comme ça quoi… avec de la musique, quoi…

– Expliquer la consigne aux apprenants. Au tableau, faire trois colonnes comme ci-dessous.

Quels médias ? Que cherchent-elles ?


1

– Passer l’enregistrement une première fois et demander aux apprenants de compléter le tableau sur
une feuille.
– Leur suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement.

Corrigé
Quels médias ? Que cherchent-elles ?
– le journal 20 minutes
1 – internet (site du journal Le Monde) ➝ les informations
– Le Canard enchaîné

– Midi Libre
2 – la télé ➝ informations locales, régionales et nationales
– la radio : RTL

– une quinzaine de magazines par mois


➝ pour la profession
3 – des revues spécialisées
➝ pour les infos locales
– le journal local

– la télé
➝ de la musique
4 – la radio : NRJ
➝ lire des trucs de filles
– les magazines

Et vous ?
Activité 26 ➝ Activité de production orale qui permet aux apprenants de connaître les cultures, les habitudes
et les pratiques de chacun autour de la communication et des médias.
Travail de préparation à l’activité
– Faire observer la photo et la décrire collectivement, à l’oral : un homme est en face de centaines de
chaînes télévisées. Leur demander ce que symbolise cette photographie : aujourd’hui, l’individu a beau-
coup de choix en ce qui concerne les moyens d’information et de communication.
Production orale
Envisager cette activité par petits groupes de trois ou quatre. Faire désigner un rapporteur dans chaque
groupe. Leur rappeler qu’ils peuvent utiliser le vocabulaire de l’unité pour les aider à approfondir chaque
question. Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, encourager, reprendre, si néces-
saire, etc. Demander au rapporteur de communiquer au reste de la classe ce qui a été échangé et éven-
tuellement, poursuivre la discussion en grand groupe.

174
Travail à la suite de la discussion
Pour finir l’unité, faire observer l’illustration et demander aux apprenants de la commenter, à l’oral,
collectivement.

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 9, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Ne quittez pas…
Lexique de l’entreprise
Interagir au téléphone
Expressions utilisées pour interagir au téléphone
Accuser, contester, reprocher
Expressions utilisées pour accuser quelqu’un
Expressions utilisées pour contester quelque chose
Expressions utilisées pour reprocher quelque chose à quelqu’un
Savoirs linguistiques
La mise en relief
Des sons et des lettres
La discrimination [j], [ɥ], et [w].
Découvertes socioculturelles : Communication et médias
Le vocabulaire de l’unité : la communication et les médias.

module 3 unité 9 • 175


Préparation
Préparationau
auDELF
DELFB1
??module
module3?(pages
(pages114
?? et 115)• •Corrigés
et ??) Corrigés
PARTIE 1 COMPRÉHENSION DE L’ORAL — Bonjour, monsieur Dubois, alors, qu’est-ce qui a
changé dans votre vie après cet événement ?
L’examinateur communiquera les consignes suivantes — Beaucoup de choses mais ce n’est pas toujours très
avant de faire écouter l’enregistrement. positif. Maintenant, pour les personnes qu’on connaît, on
Vous allez entendre un enregistrement, composé de deux n’est plus des gens comme les autres. On nous considère
documents : comme des riches mais nous, on ne sait pas vivre comme
– lisez les questions de l’exercice 1 ; des riches parce qu’avant, on n’avait jamais été riches.
– écoutez une première fois l’enregistrement ; Alors, comment dire, si vous voulez, on se sent un peu
– réfléchissez et commencez à répondre ; abandonnés, oui, un peu seuls, finalement. Ma femme est
– écoutez une deuxième fois l’enregistrement ; plus malheureuse maintenant qu’avant, je crois.
– finissez de répondre aux questions. — Béatrice et Jean-Marc, vous avez gagné au loto.
Faites la même chose pour l’exercice 2. Comment avez-vous vécu cette grande chance ?
Comme un grand bonheur qui vous tombe sur la tête !
Exercice 1 Jean-Marc gagnait moins de 1 000 € par mois, je cher-
chais du travail et nous attendions notre premier bébé.
35 — J’ai fait beaucoup d’entretiens mais c’est le premier que
C’était dur, très dur… et puis, d’un seul coup… oh là là…
je fais dans un… dans un gymnase, donc c’est assez…
On a acheté cette jolie maison, vous voyez, jolie, mais
c’est assez innovant.
simple. On a acheté une voiture plus grande parce qu’on
— Il était venu pour un entretien d’embauche et on lui
allait être trois… et puis on a fait un voyage en Australie,
offre un billet pour un match de tennis de Fabrice
notre rêve. Ah, et puis aussi, on a aidé notre famille et des
Santoro. C’était samedi à Seyssins, l’entreprise d’ingénie-
amis qui en avaient besoin. C’est normal, non ? On est
rie informatique Silicomp menait son opération «séduc-
bien, on part en vacances, on fait des voyages quand on
tion» auprès de quarante jeunes diplômés. Drôle
en a envie, on ne compte pas, quoi.
d’époque… alors que HP licencie à tour de bras, d’autres
— Alors, madame Delaunay, qu’est-ce qui a changé dans
doivent dérouler le tapis rouge pour recruter.
votre vie depuis ce gros gain au loto ?
— On est sur un marché qui devient… qui devient
Pas grand-chose, voyez-vous. Je ne l’ai dit qu’à ma famille,
difficile, qui s’est mondialisé, qui demande, euh, euh,
c’est tout. Ouh… Vous comprenez, je voulais être tran-
beaucoup de valeurs techniques mais qui demande, au-
quille… J’étais simple et je suis restée simple. Pour moi,
delà de la valeur technique de l’individu, qui demande
pas de voyage autour du monde, pas de grande maison
une capacité à bien s’exprimer, à bien communiquer et
ni d’hôtels chics. Je vais toujours en vacances dans ma
ça, c’est… ce sont des talents qu’on recherche activement.
petite location de Royan et j’essaie de faire du bien à ceux
— À deux pas du court de tennis, l’entreprise a pré-
que j’aime et qui en ont besoin. Oui, j’aide mes enfants,
senté ses activités, café, croissants à la clé, évidemment.
mes petits-enfants et je fais des dons pour la recherche
— Ça peut faire pencher la… la balance en leur faveur
médicale, Amnesty international et autres associations.
puisque… on ne connaît pas forcément déjà toutes les
Vous voyez, rien d’extraordinaire, mais je suis très
sociétés, tous les prestataires de service vers lesquels on
heureuse.
peut travailler, avec lesquels on peut travailler, donc,
effectivement, Silicomp en plus font de la bonne promo,
1. Ce reportage parle d’argent : que faire si on gagne beau-
enfin, se vendent bien, donc c’est vrai que c’est très inté-
coup d’argent ?
ressant, ça me semble très intéressant d’aller travailler
2. Monsieur et madame Dubois sont un peu tristes. Ils
chez eux.
regrettent leur vie d’avant.
— Silicomp recherche une cinquantaine d’ingénieurs. Si
3. Les effets ont été très positifs.
ça vous tente, vous devriez avoir droit aux petits fours.
4. Ils ont acheté une maison, une voiture, ils ont voyagé en
Australie, ils ont aidé leurs amis et la famille.
1. sont venus pour un entretien d’embauche.
5. La situation est facile à vivre : ils ne comptent plus leur
2. s’intéresse aux connaissances techniques des jeunes et
argent alors qu’avant, ils étaient obligés de faire atten-
à leurs capacités à communiquer.
tion.
3. cette société a raison de se faire connaître et donne
6. Elle voulait être tranquille et rester simple.
envie de travailler pour elle.
7. Peu de choses ont changé : elle n’a pas fait de voyages,
elle n’a pas acheté de grande maison et ne dort pas
Exercice 2 dans des hôtels chics. Elle va toujours en vacances au
Alors, c’est un sujet qui fait beaucoup parler : que faire même endroit. Avec son argent, elle aide ses enfants, ses
36
si on gagne une grosse somme d’argent ? Doit-on arrê- petits-enfants et fait des dons. Elle dit qu’elle est très heu-
ter de travailler ou au contraire continuer à mener la reuse comme cela.
même vie ? Comment sont perçus ces grands gagnants
par leur famille, leurs amis, leurs voisins… Nous sommes
allés interroger quelques anciens gagnants du loto. Marine
Pichon.

176
Préparation au DELF ?? module ? (pages ?? et ??) • Corrigés
PARTIE 2 COMPRÉHENSION DES ÉCRITS Exercice en interaction (proposition)
– Allo ?
L’examinateur peut communiquer un temps limité
– Monsieur David ?
(30 minutes).
– Oui, c’est moi.
– Bonjour, monsieur. Ici, la société Groslot. Je vous appelle
1. Faux – 2. Vrai – 3. Vrai – 4. Faux – 5. Faux
pour vous informer que vous venez de gagner 10 000
euros. Félicitations !
– Vous êtes sûr ?
PARTIE 3 PRODUCTION ÉCRITE – Oui, monsieur. Vous avez visité le site GéoLire la semaine
L’examinateur rappellera aux apprenants le nombre de dernière et comme vous étiez le 100 000e visiteur, vous avez
mots voulus (160 mots). gagné le premier prix, c’est-à-dire 10 000 euros.
– Excusez-moi, je n’ai pas bien compris. Quel site vous
dites ?
Proposition de corrigé
– GéoLire.
Les médias représentent aujourd’hui une activité écono- – Attendez, j’essaie de me rappeler... Hum, qu’est-ce que
mique importante. Ils sont surtout une source d’informa- j’ai fait sur Internet la semaine dernière ?
tion indispensable dans le monde. Presse écrite, télévision, – Eh bien, je vous assure que vous avez gagné 10 000
radio et Internet : on ne sait plus quel média choisir. euros.
Pourtant, tous jouent un rôle bien différent. – Je n’arrive pas à y croire. Vous savez, tous les jours, je
Personnellement, je préfère accéder aux informations par reçois des appels téléphoniques pour me dire que j’ai
la télévision parce que j’ai besoin de voir des images pour gagné ça, si… ou bien que je vais recevoir ça, si… J’en ai
comprendre la réalité. La télévision n’est pas une source très marre !
complète, mais les images me séduisent et je me souviens – Oui, je vous comprends. Mais je vous promets que c’est
bien de ce que je vois. Quand j’écoute la radio, je ne suis vrai. Je vais vous envoyer une lettre officielle demain.
pas attentif aux informations données et je les oublie. – Très bien. J’attends de vos nouvelles.
J’aime bien écouter la radio pour la musique qu’elle dif- – Au revoir, monsieur et félicitations !
fuse. Quand je lis le journal, je pense à beaucoup d’autres – Merci. Au revoir.
choses en même temps et je ne suis pas concentré. Je sais
que la presse écrite est très utile et très complète, mais, sou-
vent, je n’ai pas le temps de tout lire. Monologue suivi (proposition)
Sur Internet, je suis distrait par mes messages électro- Ce document est extrait d’un forum sur Internet. Une
niques ou des conversations. Je ne suis pas toujours sûr des personne écrit sur un forum pour demander des conseils
informations données sur Internet. à d’autres internautes. Le titre est : « Un casino m’offre
500 euros… arnaque ou pas ? ». La personne qui a écrit
S Voir grille d’évaluation du DELF raconte qu’elle a reçu dans sa boîte aux lettres, une lettre
et un logiciel d’une société appelée « Lady Winner Casino ».
Je suis surpris par le nom de la société. Ça n’a pas l’air très
sérieux. La personne aussi est surprise. Elle pense que
PARTIE 4 PRODUCTION ORALE c’est peut-être une « arnaque », c’est-à-dire qu’une
Durée de l’épreuve de production orale : 7 à 10 minutes. personne malhonnête essaie de la tromper. On reçoit dans
Les apprenants ont 10 minutes de préparation pour le nos boîtes aux lettres de plus en plus de messages, de
monologue suivi. Il n’y a pas de préparation pour l’entre- publicités et d’annonces qui veulent nous vendre des
tien dirigé, ni pour l’exercice en interaction. produits ou qui disent qu’on a gagné de l’argent.
Généralement, tous ces messages sont faux. Quelquefois,
Entretien dirigé ce sont des virus. Le plus important est de ne pas y
répondre.
L’examinateur posera aux apprenants quelques questions
simples sur eux et sur leur vie. Exemple de consigne :
Donnez vos habitudes de lecture ou d’écoute des médias.
Expliquez les points positifs et négatifs que vous constatez
pour la presse écrite, la télévision, la radio et Internet.
Exemples de questions : Quels journaux lisez-vous ?
Préférez-vous lire des magazines ? Lesquels ? Pourquoi ?
Avez-vous l’habitude d’écouter la radio ? Quelles émissions
aimez-vous écouter ? Quels programmes télévisés avez-vous
l’habitude de regarder ? Pourquoi ? Que cherchez-vous
quand vous regardez la télévision : un divertissement, une
source d’informations, une richesse culturelle ? Est-ce que vous
cherchez des informations sur Internet pour vos études ?

Corrigés DELF B1 module 3 • 177


module 4 Structurer et nuancer ses propos
Ce module a pour but de sensibiliser l’apprenant au niveau B1. L’objectif premier est d’apprendre à struc-
turer et nuancer ses propos.
L’unité 10 porte sur un thème d’actualité et invite à exprimer l’opposition, à se plaindre et à protester, à l’oral
comme à l’écrit (interagir par courrier).
Dans l’unité 11, l’apprenant découvre, à travers un phénomène assez récurrent, Le pétrole fou, les expres-
sions de cause et de conséquence.
L’unité 12 porte sur l’expression de l’hypothèse et de la condition qui implique, notamment, l’apprentissage
du conditionnel présent. Le gérondif est également abordé.

Inviter les apprenants à ouvrir leur livre page 117. Avant de commencer une unité, en
commenter le contenu avec le contrat d’apprentissage.

unité 10 Argent trop cher !


● Lire avec les apprenants le contenu de la tâche finale et faire comprendre ce qui est néces-
saire. Leur expliquer qu’ils pourront réaliser ce travail, grâce, notamment, aux objectifs de
communication. Lire les différents actes de parole dans la colonne « Pour ».
● Pour expliquer « J’apprends », faire semblant de lire une lettre imaginaire un peu irréaliste,

en prenant différents tons : (avec sérieux) Monsieur le Directeur, je vous écris pour vous
parler de choses importantes. (ton amusé) Je n’aime pas le chocolat blanc, par contre, j’aime
le chocolat noir. (ton triste) Je suis déçu que vous ne me donniez jamais de chocolat noir. (ton
en colère) Je m’oppose à votre régime !

unité 11 Le pétrole fou !


● Lire le contenu de la tâche finale et expliquer ce qui est nécessaire.
● Demander aux apprenants de lire le titre et d’expliquer pourquoi le pétrole est « fou ».

Reprendre leurs idées et montrer « Pour » exprimer la cause. Ajouter une idée : Comme il
coûte cher, on parle du pétrole fou.
● Faire le lien directement avec l’acte de parole suivant : Par conséquent, les gens utilisent moins

leur voiture ou bien cherchent d’autres formes d’énergie. Le pétrole fou provoque la création
de nouvelles énergies. Montrer « Pour » exprimer la conséquence.
● Au tableau, écrire « Le pétrole fou ». Souligner le mot « fou ». Dire : J’insiste sur le fait que

le pétrole est fou (accentuer le dernier mot de la phrase). Recommencer : Je souligne que le
pétrole est fou (faire semblant de souligner le mot « fou » encore une fois).

unité 12 Parlez-moi d’amour…


● Lire avec les apprenants le titre de l’unité. Leur dire : Parlez-moi d’amour… encourager les
apprenants à donner deux ou trois mots en lien avec l’amour.
● Montrer « Pour » exprimer l’hypothèse et la condition. Faire semblant d’être un amoureux

rêveur : Si j’étais amoureux, j’achèterais des fleurs à ma petite amie tous les jours. Si j’étais
amoureux, je lui chanterais des chansons, je lui écrirais des mots d’amour, je lui dirais « je
t’aime ». Redevenir sérieux et dire : Mais je ne suis pas amoureux !
● Faire le lien directement avec l’acte de parole suivant, en prenant un ton vraiment sérieux.

Il est certain que je ne suis pas amoureux. Il n’y a pas de doute, je n’ai pas de petite amie. C’est
évident… je suis célibataire. Montrer les expressions pour exprimer l’évidence dans
« J’apprends ».
● Pour finir, lire le contenu de la tâche finale et expliquer ce qui est nécessaire.

178
module 4 Dire et dire de faire unité 10 Argent trop cher !

• Interagir par courrier.


Objectifs de communication • Exprimer l’opposition.
• Se plaindre, protester.
> Tâche Écrire au maire de sa ville pour protester contre un projet municipal.
Activités de réception • Comprendre une situation conflictuelle.
et de production orales • Exprimer son désaccord, son opposition dans des situations sociales.
La correspondance formelle :
Activités de réception • comprendre un courrier exposant une situation problématique ;
et de production des écrits • rédiger une lettre pour exprimer son désaccord et protester.
• L’opposition
Savoirs linguistiques • Toujours, déjà, encore…
Phonie – Graphie • [n] et [ŋ]
Découvertes socioculturelles • Dépenser mieux !

pages 118 et 119 > ARGENT TROP CHER !

L’unité s’ouvre sur trois lettres – une lettre de demande d’informations pour un séjour linguistique, une
lettre de protestation contre une opération bancaire et une lettre évoquant un malentendu amené à
disparaître – qui permettent d’amorcer un travail sur les actes de parole : Interagir par courrier, se plaindre,
protester.
Les activités 1 et 2 sont des activités de compréhension écrite. Les activités 3 et 4 proposent un enrichis-
sement lexical autour du thème de l’unité. L’activité 5 invite à retrouver le vocabulaire de la lettre,
par le biais d’une compréhension orale. L’activité 6 est un prolongement du travail sur la nominalisation,
vue aux unités 4 et 8.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension écrite.
Travail de préparation à la compréhension
– Former des groupes de deux. Faire observer les documents de la page 118, en commençant par les
photographies puis par les entêtes des lettres. Demander aux apprenants de décrire les photographies
et d’imaginer qui écrit à qui.
– Faire une mise en commun rapide à l’oral :
• Deux petites filles, qui portent un chapeau de type irlandais, semblent complices et sourient. Une femme
écrit à un certain « SLE », peut-être un centre d’animation pour enfants.
• Une personne est en train de retirer de l’argent à la banque. Une femme écrit à son conseiller finan-
cier.
• Une femme est en train de déjeuner avec un homme dans un restaurant. Une femme écrit à un homme.
Compréhension écrite
– Former des groupes de deux.
– Demander aux apprenants de lire les lettres et de retrouver pourquoi elles ont été écrites.
– Faire inscrire le numéro de chaque lettre devant certains des actes de parole listés. Les autres ne
servent que de distracteurs.
– Corriger collectivement : demander à quelques binômes de donner leurs réponses. Solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé exprime sa colère et demande des informations : n° 2
demande des informations : n° 1
remercie : n° 3
module 4 unité 10 • 179
Activité 2 ➝ Prolongement du travail de compréhension écrite.
– Demander à quelques apprenants de lire les affirmations, à voix haute.
– Faire faire l’activité individuellement. Faire comparer les réponses par groupes de deux. Circuler
entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de l’activité.
– Corriger collectivement, à l’oral, en invitant la classe à justifier son choix grâce aux éléments de la
lettre.
Corrigé affirmation 1 : lettre n° 2 affirmation 4 : lettre n° 1 affirmation 7 : lettre n° 2 et 3
affirmation 2 : lettre n° 1 affirmation 5 : lettre n° 2
affirmation 3 : lettre n° 1 affirmation 6 : lettre n° 2 et 3

Zoom
Activité 3 ➝ Cette activité d’association permet d’enrichir le vocabulaire des apprenants autour du thème de
la banque.
– Inviter les apprenants à regarder chaque photo, à lire les mots et à associer un mot à une photo.
– Faire comparer les réponses par groupes de deux.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. une carte bancaire – 2. une opération – 3. un relevé de compte – 4. une agence bancaire
– 5. un chèque.

Activité 4 ➝ Activité de compréhension lexicale. Les apprenants sont invités à retrouver le sens des mots ou
expressions.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Proposer aux apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger, collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. b – 2. b – 3. a – 4. a
Travail à la suite de la correction
Inviter les apprenants à faire quatre phrases afin d’utiliser les mots ou expressions de cette activité.
Proposer aux volontaires de donner leurs phrases. En écrire quelques-unes au tableau.
Exemple : Notre fils est autonome. Il gère son compte bancaire tout seul.

Activité 5 ➝ Activité de compréhension lexicale. Les apprenants sont invités à retrouver la lettre qui corres-
pond au message entendu.

37 Bonjour, ici madame Leduc, directrice de l’agence vous rappelle très prochainement, mais je me charge
Saint-Paul… Je vous appelle au sujet de votre cour- dès maintenant de créditer la somme de neuf euros
rier. Écoutez, euh… bon, malgré toute notre atten- sur votre compte. Avec toutes nos excuses, je vous dis
tion, il semble que nos services aient commis une donc, à très bientôt. Au revoir.
erreur sur votre compte, euh…, ah ! oui, en effet. Je

– Expliquer la consigne.
– Passer l’enregistrement une première fois. Demander aux apprenants d’être attentifs et de choisir,
mentalement, la lettre qui correspond au message.
– Passer l’enregistrement une seconde fois, en invitant les apprenants à écrire les mots qui leur ont
permis de trouver la réponse.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé La lettre n° 2 (l’agence ; le compte ; créditer ; la somme ; neuf euros).

180
Activité 6 ➝ Cette activité porte sur la nominalisation. Les apprenants sont amenés à compléter le tableau
à l’aide de la lettre 2.
– Inviter les apprenants à retrouver, dans le document, les noms ou les verbes de la même famille que
ceux proposés dans le tableau.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Corriger collectivement : quelques apprenants lisent leurs réponses. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé
nom un crédit un conseil un débit un compte un relevé
verbe créditer conseiller débiter compter relever

S Activité complémentaire
(voir page 243)

page 120 > INTERAGIR PAR COURRIER

Les activités 7 et 8 traitent des différentes expressions disponibles pour interagir par courrier. L’activité 9
se concentre sur le langage formel et standard des expressions utilisées pour écrire une lettre. L’activité 10
invite au réemploi, par le biais d’une production écrite.
Comment on dit ?
Activité 7 ➝ Cette activité permet aux apprenants de comprendre la forme d’une lettre.
– Expliquer la consigne.
– Répondre à la question 1, collectivement. Dessiner une lettre au tableau avec des encadrés (cf. cor-
rigé ci-dessous) correspondant aux éléments de la lettre. Demander aux apprenants de dire ce que
représente chaque encadré.
– Écrire les réponses données.
Corrigé expéditeur destinataire
formule d’appel
lieu, date
contenu de la lettre

signature

– Demander aux apprenants de répondre aux questions 2 et 3 par groupes de deux.


– Corriger collectivement, en faisant une mise en commun à l’oral. Écrire les réponses au tableau.
Corrigé 1. Madame, Monsieur, – Cher Monsieur, – Cher ami,.
4. Dans les trois lettres, on retrouve dans la formule finale l’expression utilisée pour s’adresser à
la personne en entête et cette expression est toujours entre virgules.

Activité 8 ➝ Activité de reconstitution de deux lettres qui permet aux apprenants, à la fois de comprendre la
construction d’une lettre et d’être sensibilisés aux registres de langue : langue standard ou langue formelle.
– Expliquer la consigne.
– Former des groupes de deux. Demander aux groupes de reconstituer les deux lettres le plus rapi-
dement possible.
– Circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses dès qu’ils ont fini
l’activité.
– Corriger collectivement : inviter quelques groupes à donner leurs réponses. Solliciter le reste de la
classe pour confirmer ou infirmer.
module 4 unité 10 • 181
Corrigé Lettre n° 1 : c – a – f – k – g – j – n. Lettre n° 2 : l – m – i – d – b – o – h – e.

NB : En vue de l’activité suivante, faire relever la différence principale entre les deux lettres : l’une est écrite
en langue formelle, l’autre en langue standard (ou courante).

Activité 9 ➝ Activité de compréhension qui amène à percevoir la différence entre la langue écrite et formelle
et les expressions de la vie courante.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Suggérer aux apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin. Pendant ce temps,
circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. e – 2. d – 3. a – 4. b – 5. c.

Production écrite
Activité 10 ➝ Activité de production. Les apprenants doivent maintenant réemployer les expressions pour inter-
agir par courrier afin de répondre à une des lettres de la page 118.
Travail de préparation
– Lire avec les apprenants l’encadré Interagir par courrier. S’assurer de la bonne compréhension des
formules utilisées. Bien spécifier que ces expressions sont utilisées pour des lettres formelles.
Production écrite
– Expliquer la consigne. Demander aux apprenants de choisir une lettre de la page 118 à laquelle ils
doivent répondre.
– Faire faire l’activité individuellement en classe ou à la maison. Préciser le nombre de mots (envi-
ron 150). Pour un travail en classe, circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de
l’activité, les aider, les encourager, si besoin.
– Ramasser les productions et les évaluer. Veiller à la forme de la lettre et aux formules utilisées. Adopter
un système d’évaluation permettant aux apprenants de se corriger tout seuls.
Proposition de grille :
Respect de la consigne 0 0,5
Présentation de la lettre (lieu, date, expéditeur, destinataire…) 0 0,5 1
Formule pour commencer une lettre 0 0,5
Formule pour terminer une lettre 0 0,5 1
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition pour la lettre n° 2


Chère Madame,
Suite à votre courrier du 12 mai dernier, je me permets de vous écrire pour vous prier
de bien vouloir nous excuser du désagrément rencontré concernant votre CSL.
Comme vous le savez certainement, beaucoup de nos opérations bancaires se font par ordi-
nateur. Ceci explique l’erreur sur votre compte bancaire. Il est vrai que pour des comptes cou-
rants, la banque retient des « frais de tenue de compte ». Malheureusement, nos ordinateurs
ne reconnaissent pas encore nos meilleurs clients, dont vous faites, bien sûr, partie.
Ce matin, nous avons donc opéré un crédit de neuf euros sur votre compte. Vous trouverez
le détail de cette opération dans le relevé ci-joint.
Comptant sur votre compréhension, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes salu-
tations distinguées.
Charles Dupont.

182
page 121 > EXPRIMER L’OPPOSITION

Les activités 11, 12, 13 et 14 permettent à l’apprenant de découvrir l’acte de parole : Exprimer l’oppo-
sition. L’activité 15 invite au réemploi de cet acte.

Comment on dit ?
Activité 11 ➝ Activité de repérage de l’acte de parole : exprimer l’opposition.
a) – Inviter un apprenant à lire l’exemple. Cette phrase, extraite de la lettre, exprime l’opposition.
Demander à la classe de donner les deux éléments en opposition : aucune opération – vous m’avez débité.
– Faire trouver deux autres façons d’exprimer l’opposition parmi les quatre phrases. Suggérer, pour
chaque phrase, de donner les deux éléments en opposition.
– Corriger collectivement, à l’oral.
b) – Par groupes de deux, demander aux apprenants de retrouver deux autres expressions dans les lettres
de la page 118.
– Corriger collectivement : solliciter un binôme et demander à la classe de confirmer ou infirmer.
c) – Demander aux apprenants de faire un récapitulatif des mots utilisés pour exprimer l’opposition.
Les écrire au tableau.
Corrigé a) la phrase 1 : en revanche (jeudi – vendredi)
la phrase 3 : malgré (attention – erreur).
b) bien que ; même si.
c) alors que ; en revanche ; malgré ; bien que ; même si.

Activité 12 ➝ Poursuite du travail de repérage et de découverte de l’acte de parole : Exprimer l’opposition.


38 1. Malgré la pluie, je pars courir une petite heure. 4. Il est marié ; il sort quand même tous les
2. Elle ne travaille pas, pourtant elle est toujours samedis sans sa femme.
fatiguée. 5. Je n’appellerai pas Marie, bien qu’elle me l’ait
3. On viendra samedi, même si on n’a pas envie. demandé.

– Expliquer la consigne, en précisant aux apprenants qu’ils vont entendre l’enregistrement deux fois.
– Passer l’enregistrement une première fois et demander de repérer, individuellement, dans le dia-
logue, l’expression utilisée pour exprimer l’acte de parole.
– Passer l’enregistrement et faire compléter le tableau individuellement.
– Corriger collectivement : inviter quelques apprenants à donner leurs réponses. Solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les éléments de réponse au tableau.
Corrigé
1. Il pleut. 2. Elle ne travaille 3. On n’a pas 4. Il est marié. 5. Marie a
situation
pas. envie. demandé que
de départ
je l’appelle.
Je pars courir. Elle est toujours On viendra Il sort tous Je n’appellerai
résultat
fatiguée. samedi. les samedis sans pas Marie.
inattendu
sa femme.

Activité 13 ➝ Travail de compréhension permettant de systématiser la formation des expressions pour


exprimer l’opposition.
– Expliquer la consigne.
– Demander aux apprenants d’écouter attentivement le document audio pour entendre ce qui suit
les expressions d’opposition.
module 4 unité 10 • 183
– Faire faire l’activité individuellement.
– Corriger collectivement, à l’oral. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
38 Corrigé alors que • • se place juste après le verbe
malgré • • + indicatif
bien que • • + nom
quand même • • + subjonctif

Activité 14 ➝ Poursuite du travail sur l’opposition. À la suite de l’activité précédente, les apprenants doivent
être maintenant capables de choisir l’élément qui convient.
– Expliquer la consigne. Demander aux apprenants d’être attentifs aux verbes ou aux phrases qui sui-
vent les expressions d’opposition.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Proposer aux apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement, à l’oral. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. bien que – 2. même si – 3. malgré – 4. quand même.

S Activité complémentaire (voir page 243)


Production orale
Activité 15 ➝ Cette activité de production permet de réemployer l’acte de parole : Exprimer l’opposition.
– Lire la situation. Expliquer aux apprenants la loi française concernant le compostage des billets
(cf. Le saviez-vous ?).
– Leur demander ensuite de se mettre par groupes de deux. Leur préciser qu’à la fin de l’activité,
quelques groupes joueront devant la classe. Sans passer par l’écrit, les inviter à se mettre d’accord sur
le contexte : Comment est le contrôleur : patient, gentil, en colère ? Comment est le passager : fau-
tif, nerveux, calme ?
– Demander aux apprenants de jouer la situation par deux.
– Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, aider, reprendre, si nécessaire. Les
encourager à utiliser les expressions d’opposition, de mécontentement (unité 6) et l’acte de parole,
contester (unité 9).
– Faire jouer la situation par quelques groupes devant la classe. Inviter le reste de la classe à être très
attentif aux productions, à vérifier que la consigne a été respectée, à veiller à la prononciation, à rele-
ver les expressions d’opposition, etc. Ne pas interrompre les apprenants durant leur production, mais
faire relever les phrases exemplaires et les erreurs à reprendre avec la classe.
Proposition — Bonjour monsieur. Je peux voir votre billet, s’il vous plaît ?
— Bonjour. Oui, le voilà.
— Merci. Je suis désolé mais vous ne l’avez pas composté.
— Comment ?
— Vous n’avez pas composté votre billet. Je vous demande donc de payer une amende de
vingt-cinq euros.
— Écoutez, c’est ridicule. Même si je ne l’ai pas composté, je l’ai payé. Il m’a déjà coûté
assez cher.
— Oui, mais vous ne l’avez pas composté. Je suis vraiment désolé mais c’est la règle.
— Désolé ? Au contraire, vous avez l’air plutôt heureux de me faire payer cette amende.
— Je suis contrôleur et vous devez respecter les règles.
— Mais, ce n’est pas ma faute. Je ne connaissais pas cette règle en France. Je suis argentin.
Travail à la suite de la correction
Lire l’encadré Exprimer l’opposition. S’assurer de la bonne compréhension de chaque expression.
Proposer aux apprenants, par groupes de deux, de formuler des phrases pour exprimer leur

184
opposition par rapport aux habitudes et aux pratiques des Français. Je ne mange pas de croissants
au petit déjeuner, par contre je mange du pain et du beurre.

? Le saviez-vous ?
En France, avant de monter dans le train, un passager doit composter son billet. C’est obligatoire. Pour
composter son billet, il suffit de l’insérer dans une petite boîte de couleur jaune, qui se trouve géné-
ralement dans le hall de la gare ou bien sur le quai. Si un passager a oublié de composter son billet,
il doit aller voir le contrôleur dans le train pour le lui signaler, sinon il devra payer une amende.

pages 122 et 123 > SE PLAINDRE, PROTESTER

Les aventures continuent dans l’immeuble de Naïma et Nathalie. Le premier document de cette double
page – Gaël se plaint des travaux réalisés dans l’immeuble – est un document de compréhension orale (acti-
vité 16) qui amorce la découverte de l’acte de parole : se plaindre, protester (activité 17). Une deuxième
activité de compréhension orale (activité 18), suivie d’une troisième (activité 19), invitent à relever d’autres
expressions. Les apprenants doivent ensuite réemployer ces expressions, par le biais de deux productions
orales (activités 20 et 21) et d’une production écrite (activité 22), prolongement de l’acte de parole de la
page 120.

C’est clair ?
Activité 16 ➝ Activité de compréhension orale.

39 MME LEGAY — Oui, bonjour monsieur. seulement, mais tous les murs ! Regardez à la lumière,
M. LEROY — Oui, je suis monsieur Leroy de la société tout est à refaire ! Du travail comme ça, c’est inad-
Bati76. Nous avons refait les murs de l’escalier B et missible !
on m’a dit que les propriétaires n’étaient pas satisfaits M. LEROY — Oh, n’exagérez pas, s’il vous plaît.
des travaux… GAËL — Je n’exagère pas. Vous n’avez pas encore vu
MME LEGAY — Pas satisfaits ? Ils veulent se plaindre, le pire. Venez, venez… Vous voyez là, passez votre
oui… Attendez, j’appelle monsieur Gaël. C’est un main… Vous sentez les bosses et les creux ? Ça se voit
propriétaire du 5e, c’est lui qui s’occupe des tra- même à l’œil nu !
vaux… M. LEROY — Oui. Bon, euh… Je vais voir comment
M. LEROY — Bonjour. Monsieur Leroy. on peut reprendre ça et puis…
GAËL — Bonjour monsieur. GAËL — Oui, il faut reprendre et bien reprendre.
M. LEROY — Quelque chose ne convient pas dans les Tous les propriétaires protestent… et pourtant, vous
travaux ? savez, on n’avait pas besoin de ça. Cette année, on a
GAËL — Ah oui. Comme je l’ai dit à votre assistante déjà eu des frais importants. Il a fallu changer toutes
au téléphone, nous sommes déçus du résultat, vous les fenêtres.
savez. M. L EROY — Non, non, mais… Je comprends,
M. LEROY — Comment ça, déçus ? monsieur. Reprenons rendez-vous pour jeudi ou
GAËL — Vos peintres n’ont pas bien refait les murs vendredi. Je viendrai avec mon chef des travaux et je
avant de peindre. Ce n’est pas beau du tout, regardez vous enverrai un nouveau devis.
ici, par exemple, on voit des bosses, le mur n’est pas GAËL — Un devis ? Attendez, c’est incroyable ça !
lisse. Les travaux ont été mal faits, vous les refaites et
M. LEROY — Mouais… On peut reprendre un peu à c’est gratuit ! On ne va quand même pas payer pour
cet endroit, c’est vrai. On va bien refaire les murs, puis vos erreurs !
on va repeindre cette partie. M. LEROY — Euh, oui, oui… non, non, euh, oui bien
GAËL — Non, non, vous n’allez pas reprendre ici sûr, je voulais dire, euh…

Préparation à l’écoute
– Demander aux apprenants de décrire la photo le plus précisément possible : Qui ? (deux hommes),
Où ? (dans un immeuble), Quoi ? (l’un montre du doigt le mur).

module 4 unité 10 • 185


Leur demander d’émettre des hypothèses sur ces deux personnes : Que font-elles ? De quoi parlent-
elles ? Toutes les propositions sont acceptables.
Compréhension orale
– Passer l’enregistrement une première fois et demander aux apprenants d’écouter attentivement
pour repérer les personnes et ce qu’elles font. Ceci permet de répondre aux hypothèses précédem-
ment énoncées.
– Les inviter à lire les questions de l’activité.
– Passer l’enregistrement une seconde fois. Leur laisser quelques minutes pour répondre aux ques-
tions. Les inviter à se mettre par groupes de deux pour comparer leurs réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral. Solliciter quelques apprenants pour donner leurs réponses, puis
le reste de la classe pour infirmer ou confirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Monsieur Leroy. Il vient voir le travail des peintres qui travaillent dans son entreprise parce
que les propriétaires de l’immeuble ne sont pas satisfaits.
2. Gaël s’occupe des travaux.
3. Les peintres n’ont pas bien refait les murs avant de les peindre.
4. Non, il n’est pas satisfait. Il veut que tous les peintres refassent tous les murs, pas seulement
celui qu’ils regardent ensemble.
5. Cette année, ils ont déjà eu des frais importants. Ils ont déjà dépensé de l’argent pour
changer les fenêtres de l’immeuble.
6. Il propose de venir faire un devis.
7. Gaël pense que les peintres doivent refaire les travaux gratuitement parce qu’ils ont mal fait
leur travail.

S Activité complémentaire (voir page 244)


Comment on dit ?
Activité 17 ➝ Activité de repérage des expressions pour se plaindre ou protester.
– Expliquer la consigne.
– Passer l’enregistrement une nouvelle fois pour que les apprenants entendent chaque expression dans
son contexte d’origine.
– Leur demander de sélectionner celles qui expriment une plainte ou une protestation. Faire com-
parer les réponses par groupes de deux.
– Corriger collectivement. Solliciter quelques apprenants pour donner leurs réponses, puis le reste
de la classe pour infirmer ou confirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1, 3, 5, 6.

Activité 18 ➝ Cette activité de compréhension orale amène les apprenants à repérer dans les dialogues de nou-
velles expressions pour se plaindre ou protester.
40
1. — Alors, c’était la chambre 12… 129 €, s’il vous 5. — Oh ! Il pleut, ce matin…
plaît. — Oh non, il ne manquait plus que ça ! Je suis
— 129 ? Je dis non, là ! La chambre est à 109 €, déjà malade…
madame ! 6. — Nous protestons contre la hausse des prix du
2. — Je ne pense pas que Paul ait dit ça. restaurant d’entreprise !
— Ah ! bon ? Eh ben, c’est bien dommage qu’il — Oui ben, protestez ! Que voulez-vous que je
ne soit pas là, Paul… vous dise…
3. — Il faudrait repeindre tout le hall d’entrée. 7. — Voilà. Votre pantalon est recousu, madame.
— Alors là, pas question ! Comme neuf !
4. — Tu es encore passé voir tes copains avant de — Ah non ! Ça ne va pas aller comme ça ! Vous
rentrer à la maison ! me redonnez un pantalon neuf !
— Mais non, je t’assure que non !

186
– Expliquer la consigne. Préciser aux apprenants qu’ils vont entendre sept dialogues parmi lesquels
seuls cinq expriment une plainte ou une protestation. Les inviter à trouver lesquels en complétant le
tableau de façon détaillée.
– Passer l’enregistrement une première fois. Faire faire l’activité individuellement. Leur laisser
quelques secondes après chaque dialogue pour inscrire le numéro, s’il y a lieu.
– Passer l’enregistrement une seconde fois. Laisser quelques secondes après chaque dialogue pour que
les apprenants écrivent les expressions.
– Pendant qu’ils comparent leurs réponses avec celles de leur voisin, circuler entre eux pour prendre
connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé
dialogue n° 1 3 5 6 7
expression Alors là, pas Il ne manquait Nous protestons Ça ne va pas aller
Je dis non, là !
utilisée question ! plus que ça ! contre… comme ça !

POUR PLUS DE LATITUDE

Proposer aux apprenants de se mettre debout. Si possible, créer un petit espace scénique pour leur
permettre de se déplacer. Inviter les apprenants à imaginer individuellement un sujet de protestation.
Les faire se déplacer dans la salle de classe, en utilisant une expression du tableau qu’ils devront expri-
mer de plus en plus fort. (Exemple : Encore une grève des trains : il ne manquait plus que ça !)

Activité 19 ➝ Activité de compréhension orale qui permet de réemployer les expressions pour se plaindre et
protester.

41 1. — Ah non, monsieur, on ne rembourse pas les 3. — Voilà, madame, j’ai fini mon devoir d’expres-
billets après le départ du train. sion écrite.
— Mais pourquoi ? J’ai manqué mon train, je — Ah ! Mais c’est à refaire ! Il ne faut pas plus de
n’ai pas utilisé mon billet… C’est inadmissible ! 150 mots, je ne veux pas trois pages !
2. — Nous allons voter pour ou contre le projet de 4. — Chéri, ma mère est malade, on va devoir aller
travaux dans la cour de l’école. la voir samedi.
— Moi, je suis contre ce projet, je vous l’ai déjà dit. — Samedi ? Ah ben, il ne manquait plus que ça…

– Expliquer la consigne. Préciser que l’activité se fait en deux temps.


– Faire faire l’activité individuellement. Demander aux apprenants de souligner ce qui est différent
de ce qu’ils vont entendre. Passer l’enregistrement une première fois.
– Leur demander de modifier le texte. Passer l’enregistrement de nouveau.
– Corriger collectivement. Solliciter quelques apprenants pour donner leurs réponses, puis le reste
de la classe pour infirmer ou confirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé cf. transcription ci-dessus.

Activité 20 ➝ Cette activité de production orale invite les apprenants à réemployer les expressions pour se
plaindre, protester.
– Expliquer la consigne.
– Former des groupes de deux. Demander aux apprenants de lire chaque situation, puis d’écrire une
réplique qui corresponde à chacune des situations.
– Un groupe doit ensuite jouer devant un autre groupe. Pour cela, demander de préparer cinq
papiers sur lesquels ils écrivent les numéros 1, 2, 3, 4 et 5.

module 4 unité 10 • 187


– Inviter chaque binôme à tirer un papier au sort et à jouer le scénario correspondant au n° tiré devant
l’autre binôme. Inviter le binôme qui écoute à être très attentif aux productions, à vérifier que la
consigne a été respectée, à veiller à l’intonation, à relever les expressions d’opposition, etc.
– Pendant toute la durée de l’activité, circuler entre les apprenants pour écouter, encourager, aider,
reprendre, si nécessaire.

Production orale
Activité 21 ➝ Activité de production orale qui amène l’apprenant à réemployer les expressions pour se
plaindre, protester.
– Expliquer la consigne.
– Demander aux apprenants de décrire chaque illustration, à l’oral, collectivement pour donner
quelques mots de vocabulaire, si nécessaire. 1) Un soir, dans une rue, un homme monte dans un taxi
à la place d’une femme. Celle-ci proteste. 2) Dans un aéroport, un homme se plaint au guichet parce que
son vol vient d’être annulé.
– Former des groupes de deux. Préciser aux apprenants qu’à la fin de l’activité, quelques groupes joue-
ront devant la classe. Sans passer par l’écrit, les inviter à se mettre d’accord sur le début et le dénoue-
ment du dialogue.
– Faire jouer la situation par deux.
– Circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de l’activité, aider, reprendre, si
nécessaire. Les encourager à utiliser les expressions d’opposition, de mécontentement (unité 6),
l’acte de parole, contester (unité 9) et celui de cette unité : se plaindre, protester.
– Faire jouer la situation par quelques groupes devant la classe. Inviter le reste de la classe à être très
attentif aux productions, à vérifier que la consigne a été respectée, à veiller à la prononciation, à rele-
ver les expressions pour se plaindre, protester, etc. Ne pas interrompre les apprenants durant leur
production, mais faire relever les phrases exemplaires et les erreurs à reprendre avec la classe.
– En guise de corrigé, noter les phrases exemplaires.
Proposition 1. — Dites donc, monsieur, vous ne pouvez pas faire la queue comme tout le monde ?
— Eh bien, je dis non !
— Comment ? Mais c’est inadmissible. Cela fait dix minutes que j’attends ce taxi. C’est
le mien !
— Oh, vous savez, madame, les hommes ne sont plus romantiques aujourd’hui.
Attendez le prochain : je suis sûr qu’il ne va plus tarder ! Allez, au revoir, bonne soirée !
2. — Le vol est annulé ? Il ne manquait plus que ça ! C’est le deuxième de la journée.
— Je suis désolée, monsieur, mais vous savez, je n’y peux rien. Un autre vol est prévu à
17 h 10.
— C’est inadmissible ! Je vais manquer une réunion importante. Vraiment je suis très
déçu des services de votre compagnie.

Production écrite
Activité 22 ➝ Activité de production écrite qui amène l’apprenant à réemployer l’acte de parole : Interagir
par courrier et à utiliser les expressions pour se plaindre, protester.
– Lire la situation. Expliquer, si besoin.
– En guise de préparation, inviter les apprenants à se mettre par groupes de deux pour réfléchir à la
forme et au contenu de la lettre (Comment l’écrire ? Que faut-il écrire ? Quelles formules utiliser ?)
– Faire faire l’activité individuellement en classe ou à la maison. Préciser le nombre de mots (envi-
ron 150). Pour un travail en classe, circuler entre les apprenants pour veiller à la bonne marche de
l’activité, les aider, les encourager, si besoin.

188
– Ramasser les productions et les évaluer. Veiller à la forme de la lettre. Adopter un système d’éva-
luation permettant aux apprenants de se corriger tout seuls.
Proposition de grille :
Respect de la consigne 0 0,5
Formes de la lettre (formules pour commencer et terminer 0 0,5 1 1,5
la lettre)
Expressions pour protester 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Monsieur Charles Jardin


10, rue Voltaire Monsieur le Maire
13 000 Marseille 90, Boulevard des Dames
13233 MARSEILLE
Marseille, le 30 avril 2010
Monsieur le Maire,
Je me permets de vous écrire pour vous exprimer mon mécontentement.
Il y a deux ans, vous nous avez exposé le projet de construction d’une ligne TGV dans notre
ville. Nous étions très heureux d’avoir le TGV dans notre petite commune. C’est une chance
pour nous de pouvoir prendre le train pour aller à Nantes.
J’ai lu dans le journal que la nouvelle ligne de TGV va passer à quelques mètres de notre mai-
son. Pourtant, il y a deux ans, la ligne ne devait pas passer à cet endroit. Je vous écris pour pro-
tester contre ce projet que vous avez modifié sans nous informer. Ce n’est peut-être pas votre
décision mais comme mes voisins, je m’y oppose. Nous allons écrire une lettre pour protes-
ter contre votre projet et nous l’enverrons au président de la SNCF.
Comptant sur votre compréhension, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de
mes salutations distinguées.

Travail à la suite de la correction


Lire avec les apprenants l’encadré Se plaindre, protester. S’assurer de la bonne compréhension des
expressions proposées.

TU ES ENCORE LÀ ?
Les activités 23, 24 et 25 sont axées sur l’apprentissage du point de langue : toujours, encore, déjà.

Activité 23 ➝ Cette activité amorce un travail sur les adverbes de temps. Les apprenants doivent com-
prendre l’utilisation de : encore, déjà, toujours.
– Expliquer la consigne.
– Lire l’exemple donné. Passer l’enregistrement de l’activité 16 une nouvelle fois, en marquant une
pause après la phrase : vous n’avez pas encore vu le pire. Demander aux apprenants de l’expliquer.
– Faire l’activité collectivement. Demander aux apprenants d’associer à chaque phrase la réplique qui
convient.
– Corriger ensemble.
Corrigé Vous n’avez pas encore vu le pire. & b
Cette année, on a déjà eu des frais importants. & a

Activité 24 ➝ Cette activité est axée sur la compréhension du point de langue : toujours, encore, déjà et de
sa forme négative ne… plus, ne… jamais, ne… pas encore.

module 4 unité 10 • 189


a) – Expliquer la consigne.
– Former des groupes de deux. Demander aux apprenants de lire les dialogues ensemble et d’asso-
cier les termes proposés.
– Corriger collectivement, à l’oral.
b) – Demander à la classe, à l’oral, d’essayer de remplacer « encore » par un autre mot.
– Corriger.
c) – Par groupes de deux, demander aux apprenants de réfléchir aux sens de « toujours » exprimés dans
les dialogues.
– Corriger collectivement : inviter quelques groupes à donner leur réponse. Solliciter le reste de la classe
pour confirmer ou infirmer.
Corrigé a) encore • • ne…plus
toujours • • ne…jamais
déjà • • ne…pas encore
b) Encore peut être remplacé par toujours.
c) Dans le dialogue 2, toujours = encore.
Dans le dialogue 3, toujours = tout le temps.
Travail à la suite de la correction
Inviter les apprenants à observer l’illustration page 124. Par groupes de deux, leur demander
d’expliquer chaque utilisation des adverbes donnés, en reformulant les phrases. Corriger collective-
ment, à l’oral.
J’ai encore faim. = J’ai déjà mangé mais pas assez. – Encore ? = Tu veux manger plus ? – Mais tu n’as
pas déjà mangé ? = Tu n’as pas mangé tout à l’heure ? – Tu as toujours faim. = Tu as tout le temps faim.

Activité 25 ➝ Cette activité de réemploi permet à l’apprenant d’utiliser ces adverbes.


– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Un apprenant pose une question à son voisin qui y répond,
et réciproquement.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner. Intervenir, si
nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Proposition 1. Non, d’habitude, je n’y vais jamais. Mais aujourd’hui, c’est mon anniversaire.
2. Non, pas encore. Mais j’ai envie d’essayer.
3. Non, je n’en prends plus depuis l’année dernière. C’était trop difficile pour moi.
4. Pas encore. Peut-être l’année prochaine.
5. Non, pas encore. C’est trop tôt pour eux.

POUR PLUS DE LATITUDE

Former des groupes de deux. Inviter les apprenants à se poser des questions en utilisant les adverbes
vus précédemment. Exemple : Est-ce que tu es déjà allé en France ? Non, je n’y suis pas encore allé.

Travail à la suite de la correction


Lire avec les apprenants l’encadré Toujours, déjà, encore. S’assurer de la bonne compréhension des
explications et des exemples donnés.

190
page 125 > TÂCHE FINALE

Cette activité permet de mobiliser les acquis de l’unité pour Exprimer l’opposition et protester. Avant
de démarrer le travail, présenter la grille d’évaluation.
– Inviter les apprenants à observer la photo. Leur demander de la décrire (Des enfants sont en train
de regarder un tramway qui roule. C’est peut-être le jour de l’inauguration.)
– Lire la consigne à voix haute et s’assurer que tout est bien compris.
– Distribuer une photocopie du plan de circulation des bus de votre ville.
– Préciser aux apprenants que l’activité va se dérouler en trois temps : dans un premier temps, des
groupes vont débattre autour de l’idée de la création d’une ligne de tramway. Puis, par groupes de
deux, les apprenants vont résumer les arguments qui auront été donnés pendant le débat et, s’il y a
lieu, en avancer d’autres. Enfin, chaque apprenant écrira une lettre de protestation au maire de la ville.
– Dans un premier temps : Former des groupes de huit et démarrer l’activité. Dans chaque groupe,
huit rôles sont distribués : le maire de la ville, un constructeur de bus, un chef de projet, un écolo-
giste, un constructeur de tramway, un paysagiste, deux citoyens. Lancer le débat : pour ou contre deux
nouvelles lignes de bus et quatorze nouveaux bus ? Encourager les apprenants à utiliser le plan pour jus-
tifier. Les inviter à réemployer les points de langue : exprimer son point de vue (unité 2), exprimer son
intention de faire quelque chose (unités 2 et 3), exprimer sa colère et son mécontentement (unité 6) et
exprimer son opposition.
– Dans un deuxième temps, former ensuite des groupes de deux et laisser les apprenants résumer, à
l’oral, ce qui vient d’être échangé au cours du débat. À l’écrit, les inviter à prendre quelques notes des
argumentations données lors du débat qui vont les aider à rédiger leur lettre de protestation. Pendant
la durée de cette activité, circuler entre les apprenants pour les encourager dans leurs productions,
les corriger, les aider et les évaluer.
– Enfin, pour le lendemain, demander à chaque apprenant d’écrire une lettre de protestation au maire
de la ville, en veillant à bien utiliser les expressions pour se plaindre et protester.
– Ramasser les productions pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet et 150 mots), aux
formules utilisées pour commencer et terminer une lettre, aux expressions employées pour protes-
ter, à la qualité et la cohérence de l’argumentation donnée.
Proposition Monsieur le Maire,
J’habite dans cette ville depuis des années. Je fais partie de ceux qui ont confiance en vous et
je suis, dans l’ensemble, très satisfait de la politique que vous menez pour le développement
de notre ville depuis cinq ans.
Il y a quelques semaines, vous avez pris une décision et je m’y oppose fortement. Vous sou-
haitez créer deux nouvelles lignes de bus et acheter quatorze nouveaux bus. Je suis contre ce
projet.
Depuis quelques années, des villes comme la nôtre ont un système de transport plus écolo-
gique, plus silencieux et plus moderne : le tramway.
Je comprends vos inquiétudes : créer de nouvelles lignes et transformer la ville coûte cher et
prend du temps. Mais pensez à l’environnement. Le tramway est un moyen de transport très
pratique et peu polluant. Il permet de transporter plus de passagers par heure : un bus
transporte 2500 personnes alors qu’un tramway, 6000. Les touristes l’apprécient parce qu’il
est beaucoup plus confortable. Nous sommes nombreux dans la ville à penser que vous
faites erreur.
Pourrions-nous organiser une réunion pour en discuter avec les habitants de la ville qui se
sentent concernés par ce projet ?
Comptant sur votre compréhension, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de
mes sentiments distingués.

module 4 unité 10 • 191


On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.

L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
exprimer l’opposition
se plaindre, contester
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que, pourquoi,
d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser des formules pour une lettre formelle
Morphosyntaxe
utilisation d’une langue écrite formelle
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité

page 125 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C, D sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les sons [n] et [ŋ].

Activité A ➝ Cette activité amène les apprenants à écouter et repérer les différences entre les sons [n] et [ŋ].

42 1. vigne – vigne 3. ciné – signé 5. ligne – ligne 7. anneau – agneau


2. panne – pagne 4. borne – borgne 6. résine – résigne 8. gagne – gagne

– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les mots.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
=   
#     

Activité B ➝ Cette activité de repérage sonore invite l’apprenant à être attentif à la place du son [ŋ].

43 1. magnifique – 2. dépeigne – 3. bagnole – 4. désigne – 5. mignon – 6. vignoble

– Passer l’enregistrement une première fois. Inviter les apprenants à cocher les cases individuellement
puis à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les mots.

192
Corrigé
1 2 3 4 5 6
début du mot
milieu du mot   
fin du mot   

Activité C ➝ Poursuite du travail sur la discrimination auditive des sons [n] et [ŋ].

44 1. Salut Agnès ! Ça va ? 4. C’est un bel anneau. 7. Je me résigne.


2. Signez ici, s’il vous plaît. 5. Ils vont à Cagnes en juillet. 8. Camille dessine très bien.
3. Tu entends le signal ? 6. Il y avait Anatole et Monique.

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont poursuivre le travail sur l’opposition [n] et [ŋ].
– Passer l’enregistrement une première fois. Les inviter à cocher les cases individuellement puis à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les phrases aux apprenants.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[n]   
[ŋ]     

Activité D ➝ Les apprenants doivent maintenant repérer les deux sons [n] et [ŋ] dans la chaîne parlée et ortho-
graphier correctement les mots contenant ces sons.

45 1. Zut, ma voiture est en panne ! 4. Cette année, on ira se baigner au lac.


2. Tu as un peigne, s’il te plaît, Annie ? 5. La médecine ne peut pas tout soigner.
3. Ça, c’est un signe… 6. Ils repeignent la cuisine en jaune.

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont poursuivre le travail sur l’opposition [n] et [ŋ].
– Lire la consigne et passer l’enregistrement une première fois. Marquer un temps de pause après chaque
phrase pour laisser les apprenants compléter les phrases individuellement.
– Passer l’enregistrement une seconde fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Quelques apprenants lisent les phrases et épellent les mots qu’ils ont com-
plétés. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer les propositions. Écrire les réponses
au tableau.
Corrigé Voir la transcription ci-dessus.

pages 126 et 127 > COMMENT DÉPENSER MIEUX ?

Cette rubrique, intitulée Comment dépenser mieux ?, fait écho au thème principal de l’unité : Argent
trop cher ! Après avoir décrit une série de photographies, les apprenants sont invités à lire deux articles
dans lesquels on parle des nouvelles habitudes de consommation des Français. L’activité 27, activité de
compréhension orale, fait découvrir aux apprenants des témoignages de consommateurs qui ont décidé
de changer leur mode de vie pour « dépenser mieux ». L’activité 28, activité de compréhension écrite,
permet de s’attarder sur le terme « radin » qui n’est plus aussi mal connoté qu’autrefois. Enfin, l’activité
Et vous ? propose aux apprenants d’échanger sur l’évolution de la consommation dans leur pays.

module 4 unité 10 • 193


Activité 26 ➝ Activité de compréhension écrite. Les articles traitent des « soldes » et « des bons plans sur
internet ».
Travail de préparation
– Laisser les apprenants observer les trois photos de la page 126 et leur laisser quelques minutes pour
échanger leurs impressions avec leur voisin. Leur demander de faire un rapprochement avec le titre
de la double page.
– Faire une mise en commun rapide à l’oral. La première photographie est celle d’un magasin de dis-
count alimentaire : Ed. La deuxième photographie montre un parc de voitures : les « Logan » de chez
Renault. La troisième photographie présente une affiche pour les soldes à moins 50 % devant un maga-
sin de vêtements.
– Demander aux apprenants de donner quelques informations supplémentaires sur chaque photo-
graphie. Les compléter, si nécessaire (cf. Le saviez-vous ?).
– Lire les titres de chaque article à voix haute. Proposer aux apprenants d’émettre des hypothèses sur
le contenu des articles, collectivement, à l’oral.
Compréhension écrite
– Expliquer la consigner. Demander aux apprenants de lire, individuellement l’introduction et les textes
1 et 2.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Faire justifier chacune des réponses données.
– Pendant toute la durée de l’activité, circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs
réponses, les encourager, les aider, si nécessaire.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Faux : « restons joyeux ! »
2. Vrai : « on n’achète plus n’importe quoi, n’importe comment, n’importe quand ».
3. Vrai : « c’est plus convivial ! », « on fait preuve de solidarité ».
4. On ne sait pas.
5. On ne sait pas.
6. Faux : « les soldes ne sont jamais aussi bien portés ».
7. Vrai : www.ebay.fr, par exemple.
8. Faux : « sans que cela nous coûte un centime de plus ».

? Le saviez-vous ?
– Ed est l’enseigne de discount alimentaire du groupe Carrefour en France. Les magasins sont situés
à proximité des centres villes et des zones d’habitation pour apporter une offre à bas prix de qualité
en proximité. Le premier magasin Ed a été ouvert en 1978 à Paris. Aujourd’hui, on compte plus de
neuf cents magasins en France.
– La Logan est une automobile économique conçue par le groupe Renault et destinée à l’origine aux
marchés émergents, où la population a un pouvoir d’achat moindre que dans les pays développés. La
Logan est vendue sous la marque roumaine Dacia en Europe (à l’exception de la Russie).
– En France, les soldes ont lieu deux fois par an : une fois en janvier (les soldes d’hiver) et une autre
en juillet (les soldes d’été). Auparavant, les soldes ne pouvaient pas dépasser six semaines. Depuis jan-
vier 2009, un complément de loi permet aux commerçants de choisir une période flottante de deux
semaines afin de brader librement leurs stocks invendus.

Activité 27 ➝ Activité de compréhension orale. Les apprenants découvrent des témoignages de Français qui
ont changé leur mode de consommation.

46 FEMME — Moi ? Oui, bien sûr que j’ai changé mon D’abord, j’ai vendu ma voiture et je circule à Paris
mode de vie ! Bon, je n’avais pas le choix, vous savez, en Vélib’ la semaine. En plus, c’est bien, je fais du
j’ai deux enfants, je suis employée de banque. sport en allant au travail ! Quand je veux partir en

194
week-end, c’est simple, je loue une voiture. Et puis, vacances, par exemple, on réserve à la dernière
tiens, regardez, ma petite robe, là, je l’ai acheté sur le minute et on profite des promotions sur Internet.
net à 60% moins cher, elle est mignonne, non ? Ah, Pour manger aussi, on a changé nos habitudes :
pour les vêtements, aussi, j’organise des goûters- moins de viande, mais des soirées crêpes, de bons
trocs avec mes copines : chacune apporte tout ce plats de pâtes. Et puis, pour aller travailler, on
qu’elle ne veut plus porter, on expose tous les vête- s’arrange à trois collègues. On est à 30 minutes du
ments, et ensuite, on discute, on prend un café et travail et comme on prend chacun sa voiture une
chaque femme choisit ce qu’elle veut. C’est convivial semaine sur trois, on économise 160 € par mois. Ma
et c’est gratuit ! Donc, en fait, je suis ni pauvre ni femme achète ses vêtements dans des magasins de
riche, mais je cherche à dépenser moins… Oui, ça dépôt-vente. Pour des vêtements d’occasion, je vous
c’est sûr ! assure qu’elle a de jolies choses ! Et maintenant, on
H OMME — Ben oui, il faut faire plus attention fait nos courses dans les magasins à bas prix. On en
qu’avant… J’ai une famille à nourrir, vous compre- a un près de chez nous, c’est bien. Et oui, il n’y a pas
nez. Mais on essaie d’être futés, c’est tout. Pour les de petites économies, comme on dit !

– Passer l’enregistrement une première fois et poser, au préalable, quelques questions générales aux
apprenants pour une compréhension globale : Qui sont-ils ? De quoi parlent-ils ? Que disent-ils ?
– Leur demander ensuite de lire les changements écrits dans le tableau. S’assurer de la bonne com-
préhension des changements. Passer l’enregistrement une seconde fois. Leur demander de complé-
ter le tableau, individuellement. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses. Leur
suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : passer l’enregistrement une dernière fois, en marquant une pause à
chaque fois qu’un élément de réponse apparaît.

Corrigé
Femme Homme
1. Préfère circuler à vélo plutôt qu’en voiture. 
2. A changé de mode d’alimentation. 
3. N’a plus de téléphone mobile.
4. Achète des vêtements sur internet. 
5. Fait ses courses dans des supermarchés à bas prix. 
6. Voyage grâce à des sites de covoiturage et ne prend plus jamais le train.
7. Réserve ses vacances sur internet. 
8. Organise et échange des vêtements avec des amies. 
9. S’inscrit sur des sites de commandes en groupes pour obtenir les produits moins chers.

S Activité complémentaire sur internet (voir page 244)

Activité 28 ➝ Activité de compréhension écrite. L’article permet de découvrir le terme « radin » et de pour-
suivre sur le thème « comment dépenser mieux ? ».
– Demander aux apprenants de lire l’article, à voix basse.
– Commencer par lire à voix haute la première question. Demander à la classe d’y répondre collec-
tivement. Corriger à l’oral. Poser la question à la classe : Qui pense être radin ? Les laisser lever la main.
– Lire la deuxième question à voix haute. Laisser quelques minutes aux apprenants pour réfléchir. Puis,
interroger quelques apprenants. Corriger, à l’oral.
– Lire la dernière question à voix haute. Interroger la classe. Demander aux apprenants s’ils connais-
sent les sites dont on parle dans le texte ou des sites équivalents dans leur pays.
Corrigé 1. Une personne radin aime beaucoup l’argent.
2. Autrefois, radin signifiait « avare », ce qui veut dire : une personne qui aime tellement

module 4 unité 10 • 195


l’argent qu’il ne le partage avec personne et qu’il le garde. Aujourd’hui, on fait des économies
dans le but de les partager avec d’autres. C’est devenu une qualité.
3. www.radins.com ; www.radin-malin.fr : des sites pour faire des économies et des échanges
avec d’autres internautes.

ET VOUS ?
Activité 29 ➝ Activité de production orale permettant aux apprenants de s’exprimer sur les modes de
consommation, l’évolution de la consommation dans leur pays et les attitudes des consommateurs.

– Lire les questions.


– Si les apprenants sont de nationalités différentes, envisager cette activité par petits groupes multi-
culturels de trois ou quatre. Si les apprenants sont de même nationalité, former aussi des groupes de
trois ou quatre.
– Dans chaque groupe, faire désigner un rapporteur. Inviter les apprenants à répondre aux questions.
Leur laisser une dizaine de minutes. Pendant la durée de l’activité, circuler entre eux pour veiller à
la bonne marche de l’activité, les encourager, reprendre, si c’est nécessaire.
Demander au rapporteur de communiquer au reste de la classe ce qui a été échangé, et, éventuelle-
ment, poursuivre la discussion en grand groupe.
– Si besoin, écrire quelques informations au tableau.

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 10, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :

☺  
Argent trop cher !
Comprendre la correspondance formelle
Interagir par courrier
Expressions pour interagir par courrier
Exprimer l’opposition
Expressions pour exprimer l’opposition
Se plaindre, protester
Expressions pour se plaindre, protester
Savoirs linguistiques
Toujours, déjà, encore…
Des sons et des lettres
La discrimination [n] et [ŋ].
Découvertes socioculturelles : Comment dépenser mieux ?
Le vocabulaire de l’unité : les dépenses, l’argent et la consommation

196
module 4 Dire et dire de faire unité 11 Le pétrole fou !

• Exprimer la cause et la conséquence.


Objectifs de communication
• Souligner, mettre en avant.
Échanger des idées et rédiger des propositions pour faire des économies
> Tâche d’énergie.
• Comprendre l’expression de causes et de conséquences dans
Activités de réception un reportage économique radiophonique.
et de production orales • Expliquer les causes et les conséquences d’une situation à partir
d’un dessin satirique.

Activités de réception • Comprendre des explications données dans une lettre formelle.
et de production des écrits • Rédiger un court texte explicatif.
• La forme passive
Savoirs linguistiques • La cause
• La conséquence
Phonie – Graphie • [s], [z], [ʃ] et []
Découvertes socioculturelles • Pétrole cher : que faire ?

pages 128 et 129 > LE PÉTROLE FOU !

L’unité s’ouvre sur une série de photographies en lien avec le thème de l’unité Le pétrole fou !, un
phénomène assez récurrent dont les causes et conséquences sont nombreuses.
Un reportage économique radiophonique authentique diffusé sur RFI (activité 1) invite à s’interroger sur
les raisons d’une flambée du prix du pétrole (activité 2). Les activités suivantes (3, 4 et 5) portent sur le
lexique autour de ce thème économique et sur l’apprentissage des mots pour expliquer qu’ils participent
de la structuration du discours.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension orale globale sur la flambée du prix du pétrole. Ce reportage radio-
phonique de Radio France Internationale se compose de deux parties : la première donne des raisons pour
expliquer la hausse du pétrole ; la seconde est une prévision pour les mois à venir.

47 RFI, journal en français facile, 21 février 2008. pétrole. Du coup les marchés boursiers ont spéculé
Le pétrole, le pétrole, de record en record, sur cette baisse de la production, c’est-à-dire que
le pétrole toujours plus cher. des investisseurs ont placé leur argent sur les valeurs
pétrolières en pensant que ces valeurs allaient aug-
JOURNALISTE — Et donc ce nouveau record, c’était en menter encore, ce qui a fait monter le prix du baril.
Asie ce matin, le prix du baril de pétrole a dépassé Mais il y a également d’autres raisons à cette augmen-
une nouvelle fois les 100 dollars, le cours a même tation, par exemple les tensions qui continuent au
atteint 101 dollars et 32 cents. Lundi déjà, il y avait Nigeria, un pays qui produit beaucoup de pétrole. Il
eu à New York une hausse des cours jusqu’à 101 dol- y a aussi le Venezuela qui a menacé les États-Unis de
lars, c’est-à-dire du jamais vu. Alors comment com- ne plus leur livrer de pétrole en raison d’un conflit
prendre justement pourquoi on arrive à de tels prix, commercial. Tout cela a augmenté la crainte d’une
il semble bien qu’il faut donner plusieurs explications, pénurie, un manque de pétrole sur le marché et
Marie Dupin. cette crainte a logiquement entraîné une hausse des
MARIE DUPIN — Oui. Effectivement, il y a plusieurs prix.
raisons pour expliquer cette nouvelle flambée des JOURNALISTE — Alors 100 dollars, 101 dollars, est-ce
prix. Au départ, tout est parti de rumeurs selon les- que cette hausse pourrait encore continuer ?
quelles l’Organisation des pays exportateurs de MARIE DUPIN — Eh bien logiquement, on devrait
pétrole, l’OPEP, pourrait baisser sa production de s’attendre à une baisse du prix du baril car avec le

module 4 unité 11 • 197


retour du beau temps dans les pays industrialisés la que les pays en forte croissance comme la Chine
demande en pétrole devrait diminuer d’autant plus consomment de plus en plus de pétrole mais aussi
qu’avec le ralentissement de l’économie mondiale, les parce que les réserves continuent de diminuer, de
États-Unis notamment consomment moins d’éner- baisser. En conclusion, on peut dire que même si les
gie. Et si la demande diminue, les prix diminuent eux prix du pétrole reculent dans les prochains jours, il
aussi. Mais sur une plus longue durée les prix suffira d’une petite tension dans le monde pour les
devraient continuer d’augmenter. Pourquoi ? Parce faire flamber de nouveau.

Préparation à l’écoute
– Former des groupes de deux. Demander aux apprenants de décrire les photos. Écrire le vocabulaire
au tableau (puits de pétrole, cours du pétrole, essence, embouteillages, etc.).
– Faire une mise en commun rapide à l’oral. Ce travail permet aux apprenants de préparer le voca-
bulaire de la compréhension orale.

Compréhension orale globale


a) – Inviter les apprenants à lire les questions de l’activité p.129 et s’assurer de la compréhension de
l’ensemble. S’il y a demande, faire expliquer par les apprenants qui les comprennent les termes
difficiles.
– Demander aux apprenants de répondre aux questions individuellement. Leur préciser qu’il s’agit
de repérer les éléments les plus importants et qu’ils ne doivent pas se perdre dans les détails.
– Passer l’enregistrement une première fois. Laisser les apprenants répondre.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Pour chaque
réponse proposée, solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Il s’agit d’un document économique radiophonique.
2. Le sujet traité est le prix élevé du pétrole et les raisons de ce prix.
3. Les pays évoqués sont : le Nigéria, le Venezuela, les États-Unis, la Chine.

b) – Lire les questions à voix haute avec les apprenants.


– Faire écouter l’enregistrement une seconde fois. Laisser les apprenants répondre.
– Les inviter à comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Passer l’enregistrement une troisième fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Pour chaque
réponse proposée, solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui
conviennent au tableau (elles serviront aussi pour l’activité suivante).
Corrigé 1. En Asie, le prix du dollar a dépassé les 100 dollars.
2. À New-York, le prix du dollar avait atteint les 101 dollars.
3. Oui : « du jamais vu ».
4. Les pays producteurs vont peut-être diminuer leur production.
Il y a des problèmes dans certains pays producteurs.
Il y a des relations difficiles avec certains pays producteurs.
La demande est moins forte.
La demande est plus forte.
Le pétrole devient rare.

Activité 2 ➝ Prolongement de l’activité de compréhension orale. Les apprenants sont invités à écouter le docu-
ment pour répondre aux questions de façon détaillée.
47 – Expliquer la consigne.
– Passer l’enregistrement une nouvelle fois en marquant une pause après chaque élément de réponse.
Demander à la classe de répondre aux questions.
– Écrire les réponses qui conviennent au tableau.

198
Corrigé 1) Les pays producteurs vont peut-être diminuer leur production. = l’OPEP
Il y a des problèmes dans certains pays producteurs. = le Nigéria
Il y a des relations difficiles avec certains pays producteurs. = le Venezuela
La demande est moins forte. = les États-Unis
La demande est plus forte. = la Chine
Le pétrole devient rare. = l’OPEP (« les réserves continuent de baisser)
2) Le prix va peut-être baisser : « car avec le retour des beaux jours dans les pays industrialisés,
la demande devrait diminuer ». )

Activité 3 ➝ Prolongement de l’activité de compréhension orale. Les apprenants sont invités à écouter un extrait
du document pour effectuer un repérage lexical.

48 Effectivement, il y a plusieurs raisons pour expli- monter le prix du baril. Mais il y a également d’autres
quer cette nouvelle flambée des prix. Au départ, tout raisons à cette augmentation, par exemple les ten-
est parti de rumeurs selon lesquelles l’Organisation sions qui continuent au Nigeria, un pays qui produit
des pays exportateurs de pétrole, l’OPEP, pourrait beaucoup de pétrole. Il y a aussi le Venezuela qui a
baisser sa production de pétrole. Du coup les mar- menacé les États-Unis de ne plus leur livrer de pétrole
chés boursiers ont spéculé sur cette baisse de la pro- en raison d’un conflit commercial. Tout cela a aug-
duction, c’est-à-dire que des investisseurs ont placé menté la crainte d’une pénurie, un manque de
leur argent sur les valeurs pétrolières en pensant pétrole sur le marché et cette crainte a logiquement
que ces valeurs allaient augmenter encore, ce qui a fait entraîné une hausse des prix.

– Expliquer la consigne.
– Passer l’extrait du document radiophonique. Faire faire l’activité individuellement. Demander aux
apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
– Expliquer qu’il est souvent facile d’enrichir et de retenir du vocabulaire en fonctionnant de cette
manière : en retenant le contraire d’un mot. Les encourager à faire ainsi dorénavant.
Corrigé augmenter = monter (& baisser)
augmentation = une hausse (& une baisse)

Zoom
Activité 4 ➝ Activité de repérage lexical et langagier. Les apprenants sont amenés à repérer des mots et expres-
sions pour « expliquer » à travers quelques phrases extraites du document radiophonique précédent.

49 – Lundi déjà, il y avait eu à New York une hausse des mondiale, les États-Unis notamment consomment
cours jusqu’à 101 dollars, c’est-à-dire du jamais vu. moins d’énergie.
– Avec le retour du beau temps dans les pays indus- – Mais il y a également d’autres raisons à cette aug-
trialisés la demande en pétrole devrait diminuer mentation, par exemple, les tensions qui continuent
d’autant plus qu’avec le ralentissement de l’économie au Nigéria, un pays qui produit beaucoup de pétrole.

– Lire la première question. Demander aux apprenants de se mettre par groupes de deux. Passer la
première phrase de l’extrait. Les inviter à se mettre d’accord sur la réponse à donner.
– Faire de même avec la deuxième question (deuxième phrase de l’enregistrement), puis la troisième
question (troisième phrase de l’enregistrement).
– Corriger collectivement : demander à quelques groupes de donner leurs réponses. Solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les expressions au tableau.
Corrigé 1. c’est-à-dire – 2. notamment – 3. par exemple

module 4 unité 11 • 199


Travail à la suite de la correction
Lire avec les apprenants l’encadré Des mots pour expliquer. S’assurer de la bonne compréhension
de la différence entre les expressions.

Activité 5 ➝ Activité de réemploi des expressions vues dans l’activité précédente.


– Expliquer la consigne. Inviter les apprenants à réutiliser les expressions vues précédemment.
– Former des groupes de deux. Laisser les apprenants expliquer, à l’oral, les mots proposés. Ils peu-
vent s’aider de la transcription pour deviner le sens des mots, s’ils ne les connaissent pas.
– Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs productions, les encourager, les aider, si néces-
saire.
– Corriger collectivement : pour chaque mot, demander à un groupe d’écrire son explication au tableau.
S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur l’explication donnée. Intervenir, si
nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement le groupe. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Propositions 1. Un baril de pétrole, c’est-à-dire un petit tonneau qui contient du pétrole. On utilise le
mot baril dans d’autres contextes pour parler d’un petit tonneau. Par exemple : un baril
de lessive, un baril de vin.
2. Une rumeur, c’est-à-dire une nouvelle ou une information qui circule dans le public.
Par exemple : Une rumeur s’est répandue en janvier 2008 concernant le mariage
du président de la France avec Carla Bruni.
3. Les marchés boursiers, c’est-à-dire les mouvements des valeurs mobilières, notamment
ceux de la Bourse de Paris.
4. Les matières premières, ce sont des matériaux d’origine naturelle que l’on utilise
économiquement ou que l’on transforme, notamment, le pétrole.
5. Une pénurie, c’est-à-dire un manque de quelque chose. Par exemple : Après la Seconde
Guerre mondiale, il y a eu une pénurie de main-d’œuvre. La France a fait appel à ses
colonies pour reconstruire et relancer l’industrialisation.

S Activité complémentaire
(voir page 244)

pages 130 et 131 > EXPRIMER LA CAUSE ET LA CONSÉQUENCE

Par le biais du document déclencheur de l’unité (activité 6), les apprenants sont amenés à découvrir les
expressions utilisées pour introduire une cause et une conséquence. Les activités 7 et 8 leur permettent de
découvrir d’autres expressions. Les apprenants sont ensuite invités à choisir parmi ces expressions celle
qui convient (activité 9) et à compléter des phrases (activité 10). Une activité de production orale et écrite
vient clore ce travail sur l’acte de parole : Exprimer la cause et la conséquence.

Activité 6 ➝ Activité de repérage des expressions qui introduisent la cause et la conséquence.

47
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Passer l’enregistrement radiophonique précédent une nouvelle fois, en l’interrompant à chaque élé-
ment de réponse donnée. Laisser le temps aux apprenants de compléter le tableau.
– Leur suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : inviter quelques apprenants à donner leurs réponses. Solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les expressions au tableau.

200
Corrigé
Mots ou expressions
Évènement Cause (origine)
qui introduisent la cause

La flambée du prix du pétrole. plusieurs raisons pour expliquer Une rumeur.

. L’augmentation du prix du Les tensions qui continuent


il y a d’autres raisons à …
pétrole. au Nigéria.
Le Venezuela menace
en raison de Un conflit commercial.
de ne plus livrer de pétrole.

Le prix du baril va diminuer. car La demande devrait baisser.

Le prix du pétrole va continuer Certains pays continuent


parce que
d’augmenter. d’en consommer beaucoup.

mots ou expressions qui


évènement conséquence (résultat)
introduisent la conséquence
Le prix du pétrole a atteint 100 $. donc Une rumeur. Un nouveau record.
.
La crainte d’une pénurie. a entraîné Une hausse des prix.

Activité 7 ➝ Activité de compréhension des expressions qui introduisent la cause et la conséquence.


– Expliquer la consigne. Pour bien faire comprendre les notions de « cause » et de « conséquence »,
on peut donner un exemple au tableau, sans utiliser d’expressions.
Exemple : Il pleut. J’ai oublié mon parapluie – Je suis enrhumé. Aider les apprenants à distinguer la cause
de la conséquence en expliquant que l’une et l’autre sont très souvent liées.
– Former des groupes de deux. Laisser les apprenants se mettre d’accord sur ce qu’expriment les
phrases : cause ou conséquence ?
– Circuler entre eux pour répondre à d’éventuelles questions, les aider, les encourager.
– Corriger collectivement : solliciter la classe pour obtenir les réponses. Écrire les mots au tableau.
Corrigé La cause : 1, 2, 3, 4, 7.
La conséquence : 5, 6.

Activité 8 ➝ Prolongement de l’activité précédente. Les apprenants doivent maintenant observer les phrases
de l’activité 7 pour en déduire la formation des expressions de cause et de conséquence.
– Demander aux apprenants de bien observer les phrases de l’activité précédente.
– Lire les questions les unes après les autres. Solliciter toute la classe. Répondre collectivement.
– Corriger au tableau, en synthétisant ce qui a été dit oralement.
Corrigé 1. Parce que, comme, puisque, alors, par conséquent + phrase.
2. En raison de, à cause de, grâce à + nom.
3. Comme = la cause est connue.
4. Puisque = la cause est connue.
5. À cause de = cause négative.
6. Grâce à = cause positive.

Activité 9 ➝ Poursuite du travail sur la cause et la conséquence. Les apprenants doivent choisir l’expression
qui convient.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses.

module 4 unité 11 • 201


– Proposer à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses
aux autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. à cause de – 2. puisque – 3. parce que – 4. donc

Activité 10 ➝ Activité de complétion.


– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Proposer à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses
aux autres apprenants. S’effacer un peu pour laisser les apprenants libres d’échanger sur la réponse
à donner. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. à cause de – 2. Grâce aux – 3. alors – 4. À cause des – 5. Puisque – 6. a entraîné
NB : Bien insister sur la valeur positive de « grâce à » et sur celle, négative, de « à cause de ». Donner un
autre exemple si nécessaire.

Travail à la suite de la correction


Lire avec les apprenants les deux encadrés Exprimer la cause, Exprimer la conséquence. S’assurer
de la bonne compréhension de l’ensemble.

Production orale et écrite


Activité 11 ➝ Activité de production orale et écrite qui permet aux apprenants de réemployer les expressions
de cause et de conséquence.
Travail de préparation à l’activité
– Demander aux apprenants de décrire les deux illustrations, à l’oral, collectivement. Faire interpré-
ter le texte des bulles du premier dessin.
– Si nécessaire, leur donner un complément d’informations sur les deux sigles que sont SAMU et A.O.C.

? Le saviez-vous ?
– Le service d’aide médicale urgente, ou SAMU, est, en France, l’administration chargée de gérer l’aide
médicale urgente, c’est-à-dire l’assistance pré-hospitalière (dans la rue, à domicile, sur le lieu de
travail…) aux victimes d’accidents ou d’affections soudaines (malaise, maladie).
– L’appellation d’origine contrôlée (AOC) est un sigle officiel français d’indication géographique
protégée qui garantit l’origine de produits alimentaires traditionnels français. Ils font partie des
Appellations d’origine protégée européennes (AOP).

Production orale
– Former des groupes de deux. Inviter les apprenants à imaginer les causes de ces situations et les consé-
quences qui en résultent, à l’oral. Leur laisser une dizaine de minutes.
– Leur proposer ensuite de faire une mise en commun, à l’oral. Dessiner un tableau avec deux
colonnes (causes et conséquences) et le compléter au fur et à mesure que les apprenants donnent leurs
hypothèses sur les illustrations.
Production écrite
– Faire faire la production écrite individuellement, à la maison. Préciser aux apprenants le nombre
de mots voulus et insister sur la réutilisation du vocabulaire et des structures connus.

202
– Ramasser les productions pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet et nombre de mots),
à la qualité de l’argumentation donnée, à l’utilisation des expressions qui introduisent la cause et la
conséquence. Employer un système de correction qui permette à l’apprenant de se corriger lui-même :
souligner les erreurs en utilisant une couleur différente pour le vocabulaire, la grammaire et pour les
expressions qui introduisent la cause et la conséquence.
Proposition de grille :
Respect de la consigne 0 0,5
Exprimer la cause 0 0,5 1 1,5
Exprimer la conséquence 0 0,5 1 1,5
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2
Grammaire et vocabulaire 0 0,5 1 1,5 2

Propositions de réponses
1. L’eau est un bien indispensable à la vie sur terre et à notre vie de tous les jours. Hier,
malgré les efforts du SAMU venu le plus rapidement possible sur les lieux, une portion
de terre est morte à cause d’une pénurie d’eau. Nous sommes tous responsables de
l’avenir de notre planète et pourtant, nous ne faisons que peu de choses. Alors,
bougeons-nous !
2. Grâce à la solidarité de quelques citoyens, une petite montagne située dans une commune
des Alpes a reçu une appellation d’origine contrôlée pour une petite quantité de neige
naturelle. Depuis quelques années, on observe, à cause du réchauffement climatique,
une disparition de la neige et de la glace. Ceci pourrait provoquer l’extinction de
certaines espèces animales du pôle nord.

POUR PLUS DE LATITUDE

– Distribuer aux apprenants une liste de questions bizarres commençant par « Pourquoi… ».
– Les inviter à y répondre par deux, en cherchant non pas le but mais la cause et en utilisant les expres-
sions de cause vues précédemment : comme, puisque, grâce à, à cause de, parce que…
– Collectivement, inviter les apprenants à donner quelques propositions pour contrôler leurs
réponses. En écrire quelques-unes au tableau.

pages 132, 133 et 134 > SOULIGNER, METTRE EN AVANT

Ces trois pages sont axées sur l’apprentissage de l’acte de parole : Souligner, mettre en avant. Pour
commencer ce travail, les apprenants découvrent une lettre écrite par les propriétaires de l’immeuble au
sujet de l’installation de panneaux solaires demandée par les locataires de l’immeuble afin de faire des
économies d’énergie. Après deux activités de compréhension écrite (activités 12 et 13), les apprenants sont
amenés à enrichir leur vocabulaire et à réemployer l’acte de parole de la page précédente pour expliquer
des mots (activité 14). L’activité 15 les invite à repérer les éléments qui permettent d’insister sur un point
particulier. Ils découvrent d’autres éléments par le biais d’une activité de compréhension orale (activité
16) pour ensuite, choisir ceux qui conviennent (activité 17) ou en utiliser pour transformer des phrases
(activité 18).

C’est clair ?
Activité 12 ➝ Activité de compréhension écrite globale.
– Demander aux apprenants d’observer la lettre, comme ils ont maintenant pris l’habitude de le faire
(destinataire, expéditeur, objet, date et lieu).
– Puis, les inviter à lire cette lettre individuellement.

module 4 unité 11 • 203


– Lire les questions à voix haute. Leur suggérer de prendre le temps de relire la lettre et de répondre
aux questions individuellement.
– Proposer de former des groupes de deux pour comparer les réponses, échanger au sujet de cette lettre :
Que pensent-ils de l’idée de départ ? De la réponse donnée dans la lettre ?
– Corriger collectivement l’activité : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses.
Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Les propriétaires, monsieur Duffon et monsieur Faubert, ont écrit la lettre. Elle s’adresse aux
locataires de l’immeuble. Le sujet principal concerne l’installation de panneaux solaires.
2. Cette demande a été faite pour réduire les frais de chauffage.
3. La réponse à la demande est négative. Le conseil donné est : « Économisez l’énergie, surtout
dans les parties communes ! »

Activité 13 ➝ Prolongement de l’activité de compréhension écrite. Les apprenants doivent retrouver, dans la
lettre, les cinq raisons pour lesquelles la demande a été refusée.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité par groupes de deux. Puis demander aux apprenants de vérifier avec le groupe
voisin.
– Corriger, collectivement, à l’oral. Demander aux apprenants de justifier leurs réponses avec les phrases
de la lettre. Leur demander à l’oral, collectivement, ce qu’ils pensent des raisons données.
Corrigé – la hausse du prix de location des appartements (« une augmentation des loyers »)
– la mauvaise rentabilité des panneaux solaires (« le toit… pour nous tous »)
– le prix élevé des travaux (« 33 000 euros »)
– la prochaine diminution du prix du fioul (« la baisse… économistes »)
– des démarches administratives complexes (« des autorisations spéciales difficiles à obtenir »)

Activité 14 ➝ Activité d’enrichissement lexical et de réemploi des mots pour expliquer.


– Expliquer la consigne.
– Former des groupes de deux. Inviter les apprenants à réfléchir à la façon dont ils pourraient défi-
nir chaque mot. Leur demander de donner une explication (cf. encadré jaune p.129) et un exemple.
– Corriger collectivement : proposer à quelques groupes de donner leurs définitions. Écrire les
meilleures au tableau.
Corrigé a) Les charges, c’est-à-dire ce qu’on ajoute au prix de la location d’un appartement. Par
exemple, l’eau et l’électricité.
b) Le fioul, c’est un gazole de chauffage.
c) Le loyer, c’est-à-dire le prix de la location d’un appartement ou d’une maison.
d) Les parties communes, ce sont les parties de l’immeuble qui sont partagées par l’ensemble
des locataires, notamment l’escalier, le palier, l’entrée.

Comment on dit ?
Activité 15 ➝ Cette activité permet de faire connaître aux apprenants l’acte de parole : Souligner, mettre en
avant.
– Expliquer la consigne.
– Lire la phrase à voix haute. Demander aux apprenants de dire ce que l’élément en gras représente.
– Les inviter à repérer, individuellement, dans les deux phrases suivantes un élément qui joue le même
rôle.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. Nous insistons sur le fait que… – 2. Attention…

204
Activité 16 ➝ Cette activité de compréhension orale complète la découverte des éléments qui permettent
d’insister.

50 1. Oui, mais il faut souligner le fait que nous avons pour notre cours lundi : nous commencerons à
été informés très tard. 13h30 au lieu de 14 heures.
2. Je sais que notre réunion aura lieu le 22 juin à 5. Je ne pense pas que les trains circuleront norma-
13h30 dans l’auditorium de l’université Francis lement ce week-end. Il y a une grève à la SNCF.
Poulenc. 6. S’il vous plaît, je signalerais, pour finir, que ce
3. On remarquera quand même que 55 personnes livre est disponible en librairie et sur tous les sites
étaient présentes ! de vente en ligne.
4. Attention, il y aura un changement d’horaires

– Expliquer la consigne.
– Passer l’enregistrement une première fois. Demander aux apprenants de relever, individuelle-
ment, les phrases dans lesquelles les personnes mettent quelque chose en avant.
– Passer l’enregistrement une seconde fois. Leur proposer d’écrire sur une feuille ces éléments.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Il faut souligner le fait que…
3. On remarquera que…
4. Attention…
6. Je signalerais… que…
NB : Faire remarquer la construction de chaque élément pour faciliter l’activité suivante.

Activité 17 ➝ Poursuite du travail sur l’acte de parole : Souligner, mettre en avant.


Les apprenants doivent maintenant choisir l’élément qui convient.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Proposer aux apprenants de comparer leurs réponses avec celles
de leur voisin.
– Pendant ce travail, circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs réponses, les encourager,
les aider, si nécessaire.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. J’insiste sur le fait que… – 2. Écoutez bien… – 3. J’aimerais souligner … – 4. Soulignons…

Activité 18 ➝ Poursuite de l’étude de l’acte de parole. Activité de transformation.


Travail de préparation
– Lire le titre de l’encadré Souligner, mettre en avant.
– Demander aux apprenants ce que signifie le mot « souligner ». Leur faire observer l’illustration (un
homme souligne avec une règle l’expression « mettre en avant » sur sa feuille de papier). Souligner quelque
chose au tableau pour bien faire comprendre le sens du verbe. Expliquer que généralement, lorsqu’on
souligne un mot dans un texte, c’est pour le mettre en valeur.
– Lire l’encadré Souligner, mettre en avant. S’assurer de la bonne compréhension de la formation
de chaque élément.
Activité
– Expliquer la consigne. Lire l’exemple à voix haute.
– Inviter les apprenants à faire l’exercice individuellement. Puis, leur faire comparer leurs réponses
avec celles de leur voisin.
– Pendant ce temps, circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux

module 4 unité 11 • 205


autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. … et il faut souligner que l’arrivée du nouveau directeur n’a rien changé.
2. … j’insiste sur le fait qu’il faut tous manifester le 24 juin.
3. Attention, nous sommes devant une question difficile.
4. Signalons que la hausse des prix des produits alimentaires s’explique facilement.
5. … soulignons que l’équipe vient de remporter cinq victoires consécutives.

S Activité complémentaire
(voir page 244)

J’AI ÉTÉ AUGMENTÉ !


Les activités de cette page sont axées sur l’apprentissage du point de langue : la forme passive.

Activité 19 ➝ Les apprenants doivent maintenant observer des phrases de la lettre, comprendre l’exemple donné
et transformer ces phrases de la voix passive à la voix active.
a) – Inviter les apprenants à observer l’exemple. L’écrire au tableau.
– Leur demander de dire ce qui se passe entre la phrase a. et la phrase b. Schématiser au tableau de
la façon suivante, sans donner de détail.
Cette étude a été réalisée par un cabinet spécialisé.

Un cabinet spécialisé a réalisé cette étude.


– Faire faire l’activité individuellement.
– Circuler entre eux pour prendre connaissance de leurs productions.
– Corriger collectivement, à l’oral, en écrivant les transformations au tableau.
Corrigé 1. b) Nous avons discuté de … – 2. b) Nous vous enverrons les…
3. b) Nous envisageons d’autres solutions.
b) – Lire les questions à voix haute, les unes après les autres.
– Solliciter la classe pour y répondre collectivement. Pour la question 4), laisser les apprenants
chercher les phrases dans la lettre et les transformer, individuellement.
– Écrire les réponses au tableau.
Corrigé 1. Le sujet du verbe de la phrase a. ➝ objet de la phrase b.
2. Dans les phrases 1. a., 2. a. et 3. a., il n’y a pas de complément de verbe. C’est alors « nous »
qui fait office de sujet dans les phrases b. Dans la phrase 1., le complément est introduit avec
« par ».
3. Phrase 1. : passé composé (forme passive) ; phrase 2. : futur simple (forme passive) ;
phrase 3. : présent de l’indicatif (forme passive).
Dans les phrases b., le temps est le même mais à la forme active.
4. L’immeuble a été classé monument historique. ➝ On a classé l’immeuble monument
historique.
Le prix des travaux a été estimé à 33 000 euros. ➝ On a estimé le prix des travaux
à 33 000 euros.
La baisse du prix du pétrole a été annoncée par certains économistes. ➝ Certains
économistes ont annoncé la baisse du prix du pétrole.
NB : Faire observer que pour indiquer qui fait l’action à la forme passive, on utilise « par », comme dans
la dernière phrase donnée au numéro 4.

206
Activité 20 ➝ Les apprenants sont maintenant invités à écouter des titres d’actualité afin de repérer les phrases
à la forme passive et celles à la forme active.
51 Mesdames et messieurs bonsoir, voici les principaux plusieurs milliers d’hectares, la population locale
titres de l’actualité de ce mercredi 6 août. est furieuse et demande des explications.
Des dizaines de maisons ont été détruites par une À l’étranger, au Cameroun, des manifestations ont été
tornade dans un village du nord de la France, une organisées contre la hausse du prix du pain qui met
personne a été tuée. en danger une partie de la population.
Départ en vacances : les Français utilisent moins Enfin, bonne nouvelle pour les fans de football, la
l’autoroute, le prix de l’essence est élevé et les Français légendaire équipe de Saint-Etienne est remontée en
font des économies sur les péages. 1re division.
Dans le sud-est de la France, des incendies ont ravagé

– Expliquer la consigne.
– Dessiner un tableau (voir corrigé) que les apprenants devront compléter rapidement au fur et à
mesure de l’écoute.
– Faire écouter l’enregistrement une première fois. Les inviter à compléter les deux premières
colonnes : nombre de titres, sujet principal.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois. Leur demander de prêter attention aux formes verbales
pour compléter les deux dernières colonnes du tableau.
– Corriger collectivement, à l’oral. Il peut être envisagé d’écouter l’enregistrement une dernière
fois, en marquant une pause après chaque titre donné.
Corrigé
Numéro Sujet principal Forme active Forme passive
1 tornade 
2 départ en vacances 
3 incendies 
4 hausse du prix du pain au Cameroun 
5 football 

Activité 21 ➝ Activité de transformation des phrases à la forme active en phrases à la forme passive. Les appre-
nants doivent reprendre le sujet.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour vérifier leurs réponses, les
aider, les encourager. Les inviter à contrôler leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses à
l’ensemble de la classe. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. Le plus gros avion transporteur de passagers a été construit par Airbus.
2. Un nouvel ordre social était réclamé par les Français, en mai 1968.
3. Le nouveau règlement intérieur est présenté par le proviseur aujourd’hui.
4. Les Jeux Olympiques d’hiver seront organisés par la ville de Sotchi en janvier 2014.

Activité 22 ➝ Activité de transformation des phrases à la forme active en phrases à la forme passive. Les appre-
nants ne doivent pas reprendre le sujet.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement. Circuler entre les apprenants pour vérifier leurs réponses, les
aider, les encourager. Les inviter à contrôler leurs réponses avec celles de leur voisin.

module 4 unité 11 • 207


– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses aux
autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. Des villes seront bientôt construites sur la Lune.
2. Un chien est oublié sur une aire d’autoroute.
3. Une nouvelle secrétaire va être embauchée.
4. Tous les locataires de l’immeuble ont été sauvés.
NB : Faire remarquer l’accord du participe passé dans les phrases 3 et 4.
Travail à la suite de la correction
– Faire observer l’illustration. Poser la question : Pourquoi est-ce que le peintre se cache derrière le tableau
dans la deuxième illustration ? Demander aux apprenants de réfléchir par groupes de deux.
– Faire une mise en commun rapide à l’oral. Expliquer que dans la deuxième illustration la forme pas-
sive donne de l’importance à l’objet de l’action, c’est-à-dire, au tableau. Le peintre est moins valo-
risé. C’est pour cette raison qu’il est derrière le tableau.
– Lire avec les apprenants l’encadré La forme passive. S’assurer que tout est bien compris.

page 135 > TÂCHE FINALE

Cette activité permet aux apprenants de mobiliser les acquis de l’unité pour : utiliser des mots pour expli-
quer ; exprimer la cause et la conséquence ; souligner, mettre en avant.
L’oral et l’écrit seront travaillés en réception et en production.
Avant de commencer l’activité, présenter la grille d’évaluation : elle permettra à l’apprenant de comprendre
ce qu’on attend de lui.
– Demander aux apprenants d’observer la photographie et les encourager à dire ce qu’ils voient
(Un jeune homme est en train de changer une ampoule. L’ampoule qu’il installe est à économie
d’énergie). Lire le titre de la tâche finale et le faire expliquer par quelques apprenants.
– La veille de cette activité, demander aux apprenants de chercher sur internet des solutions qui per-
mettent d’économiser de l’énergie.
– Lire la consigne à voix haute et s’assurer de la bonne compréhension. Expliquer que la réalisation
de cette tâche se déroulera en quatre temps.
1) Dans un premier temps, former quatre groupes dans la classe. Dans chaque groupe, faire désigner
un rapporteur. Lancer la discussion autour des solutions à apporter pour économiser de l’éner-
gie. Encourager les apprenants à utiliser les expressions de l’encadré jaune, p.129. Les inviter éga-
lement à exprimer la cause pour expliquer l’économie d’énergie réalisée. Leur laisser une quinzaine
de minutes pour ce débat.
2) À la fin de l’activité, demander au rapporteur de chaque groupe de restituer à l’ensemble de la classe
les idées proposées par le groupe. Les écrire au tableau. Puis, former deux groupes dans la classe.
Demander à chaque groupe de classer les solutions proposées par ordre d’importance : n° 1 pour
celle qui leur semble être la meilleure, etc. Les inviter à ne retenir que les dix premières. Pour opé-
rer ce choix, le groupe doit se mettre d’accord. Les encourager à utiliser l’acte de parole : souligner,
mettre en avant. Leur laisser une dizaine de minutes.
3) Demander à un des deux groupes de faire une affiche pour présenter leurs solutions. Cette affiche
doit comporter un titre, des photos ou dessins, du texte, des explications sous forme de courts
descriptifs. À la fin de ce travail, proposer à l’autre groupe de venir admirer l’affiche. Encourager
les apprenants à émettre quelques commentaires sur celle-ci : Qu’est-ce qu’ils aiment ? Quelles sont
les idées qu’ils trouvent intéressantes ? Qu’est-ce qui est moins bien réussi ?
4) Faire faire la suite de l’activité (rédaction de la lettre) en classe ou à la maison, individuellement.

208
Préciser le nombre de mots voulus (environ 150 mots). Ramasser les lettres pour les évaluer. Veiller
au respect de la consigne (sujet et nombre de mots), aux formules utilisées pour expliquer les solu-
tions, expressions de cause et de conséquence, à l’originalité des solutions proposées.
Proposition Monsieur le Directeur,
Depuis quelques années, les campagnes pour le respect de l’environnement sont de plus en
plus nombreuses. Chacun sait qu’il est utile d’économiser de l’énergie pour que la terre
puisse mieux se porter.
Dans notre université, il y a encore beaucoup de choses à faire. Avec la classe, nous avons dis-
cuté de quelques points que nous pourrions améliorer ensemble :
– beaucoup d’étudiants voudraient venir à vélo à l’université mais tous se plaignent du
manque de parking. Par conséquent, ils utilisent leur voiture car il y a beaucoup de places
de parking pour les voitures. Pourrions-nous envisager un changement ?
– toutes les classes sont équipées de vieilles ampoules. Dans certains pays, des mesures ont été
prises pour que seules les ampoules à économie d’énergie soient utilisées. Ne pourrions-nous
pas faire la même chose ?
– il fait souvent froid dans les salles en haut du bâtiment principal. C’est à cause de la mau-
vaise isolation du bâtiment. Est-ce qu’il serait possible de refaire l’isolation de ce bâtiment ?
– dans la salle informatique, les ordinateurs sont toujours laissés en veille. Ils ne sont jamais
éteints. Un système automatique pourrait peut-être les éteindre le soir ?
Nous avons pensé à d’autres façons d’améliorer l’environnement à l’université et nous aime-
rions pouvoir en discuter avec vous. Pouvons-nous prendre rendez-vous ?
Comptant sur votre compréhension, je vous prie d’agréer, monsieur Le Directeur, mes salu-
tations les meilleures.
Zoé.

On fait le point
Cette grille d’évaluation peut être utilisée par l’enseignant pendant le travail de groupes et pour
corriger les productions écrites.

L’apprenant peut… ☺  
Capacité à communiquer
expliquer (c’est-à-dire, par exemple, notamment)
exprimer la cause
exprimer la conséquence
Cohérence
relier des mots ou groupes de mots avec et, mais, parce que, pourquoi,
d’abord, ensuite, enfin, etc.
Lexique
utiliser le vocabulaire de l’unité
Morphosyntaxe
utiliser la forme active
utiliser la forme passive
Phonétique
prononcer de manière compréhensible les mots de l’unité

page 135 > DES SONS ET DES LETTRES

Les activités A, B, C, D sont des activités de discrimination auditive qui portent sur les sons [s], [z], [ʃ]
et [].

module 4 unité 11 • 209


Activité A ➝ Activité de discrimination auditive.

52 1. chalet – 2. soupe – 3. jatte – 4. sourire – 5. zoo – 6. chut – 7. zen – 8. juge

– Expliquer aux apprenants qu’ils travaillent sur l’opposition [s], [z] et [ʃ],[].
– Passer l’enregistrement une première fois. Les inviter à cocher les cases individuellement puis à com-
parer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire remarquer aux apprenants que pour les sons [s] et [z], la pointe de
la langue est en bas mais que pour le son [s], les cordes ne vibrent pas. Pour les sons [ʃ] et [], la langue
est en haut, assez en avant mais pour le son [ʃ], les cordes ne vibrent pas.
Corrigé
1 2 3 4 5 6 7 8
[s]  
[z]  
[ʃ]  
[]  

Activité B ➝ Activité de discrimination auditive.

53 1. zou – 2. sans – 3. cage – 4. rossé

– Expliquer aux apprenants qu’ils vont poursuivre le travail sur l’opposition [s], [z] et [ʃ],[].
– Passer l’enregistrement une première fois. Les inviter à cocher les cases individuellement puis à
comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Si besoin, passer une seconde fois l’enregistrement pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement. Faire répéter les mots aux apprenants.
Corrigé cf. transcription ci-dessus.

Activité C ➝ Activité de discrimination auditive. Les apprenants doivent maintenant écouter, répéter et com-
prendre les différentes écritures des sons.
– Faire écouter l’enregistrement une première fois.
– Passer l’enregistrement une seconde fois, en l’interrompant après chaque mot. Demander aux appre-
nants de répéter les mots, collectivement.
– Puis, les inviter individuellement, à retrouver l’écriture des sons dans chacun des mots. Leur pro-
poser de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Passer l’enregistrement une dernière fois pour leur permettre de contrôler leurs réponses.
– Demander à un apprenant de venir corriger au tableau. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échan-
ger sur l’explication donnée. Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé
1. zingage 2. choisir 3. jaser 4. chasser
[z] [] [ʃ] [z] [][z] [ʃ] [s]
5. suisse 6. passage 7. souche 8. cerise
[s] [s] [s] [] [s] [ʃ] [s] [z]

210
Activité D ➝ Activité de discrimination auditive. Les apprenants doivent maintenant repérer les sons [s], [z],
[ʃ] et [] dans la chaîne parlée et orthographier correctement les mots contenant ces sons.

55 1. Pour réussir une sauce blanche, le secret, c’est de cuisiner avec du beurre sans sel dans une casserole.
2. Son chat s’appelle Zanzibar. Il est gentil, mais il se cache souvent sous la cage d’escalier pour jouer.

– Expliquer la consigne et passer l’enregistrement une première fois. Marquer un temps de pause après
chaque phrase pour laisser les apprenants répéter les phrases.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois. Marquer un temps de pause après chaque phrase pour
leur laisser le temps de compléter les phrases individuellement.
– Passer l’enregistrement une dernière fois pour permettre aux apprenants de contrôler leurs
réponses.
– Corriger collectivement. Quelques apprenants lisent les phrases et épellent les mots qu’ils ont com-
plétés. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer les propositions. Écrire les réponses
au tableau.
Corrigé Voir la transcription ci-dessus.

pages 136 et 137 > PÉTROLE CHER : QUE FAIRE ?

Cette partie économique et culturelle amène les apprenants à approfondir le thème de l’unité : Le pétrole
fou ! Une série de photographies illustre les économies d’énergie : des éoliennes, le covoiturage et même
le vélo. Un document de compréhension orale (activité 23) sur le covoiturage ouvre la thématique et
permet aux apprenants de réfléchir aux solutions et idées efficaces pour protéger l’environnement.
C’est d’ailleurs ce que proposent les deux textes (activités 24 et 25) : l’un porte sur la construction de
voitures électriques et l’autre sur l’utilisation de l’huile de friture pour le moteur. Le dernier document,
une publicité (activité 26), invite à la découverte d’idées innovantes et engage à réfléchir sur l’utilisation
rassurante ou non du nucléaire. Enfin, Et vous ? revient sur la crise pétrolière et amène les apprenants
à échanger sur les solutions à envisager pour consommer différemment des énergies.

Activité 23 ➝ Activité de compréhension orale.


Travail de préparation
– Lire avec les apprenants le thème de cette double page.
– Proposer aux apprenants de décrire les trois photos : C’est où ? C’est qui ? C’est quoi ?
– Faire une mise en commun rapide, à l’oral, pour apporter du vocabulaire et le faire expliquer : des
éoliennes ; trois personnes dans une voiture qui font du covoiturage, c’est-à-dire qui partagent les frais
d’essence pour dépenser moins ; une femme qui fait du vélo en ville.
Compréhension orale
56 JOURNALISTE — En Grande-Bretagne, les dirigeants pas rouler seuls, ils peuvent maintenant, s’ils sont au
du pays cherchent à réduire les émissions des gaz moins deux, rouler sur la bande d’arrêt d’urgence. Ils
d’échappement des véhicules pour protéger l’envi- ont alors la chance d’échapper aux embouteillages et
ronnement. Pour cela, une solution intéressante : le peut-être celle d’arriver à l’heure au travail… Alors
covoiturage. Certaines villes du pays ont mis en madame, votre avis s’il vous plaît ?
place de belles initiatives dans ce sens. De notre cor- DAME 1 — C’est une excellente idée, astucieuse et
respondant à Londres, Louis Bruce. écologique !
LOUIS BRUCE — Sur nos autoroutes, sept voitures DAME 2 — Moi, je n’aimerais pas monter dans la voi-
sur dix ne transportent qu’une personne. Cela ture d’un inconnu. On ne sait jamais…
provoque des embouteillages et bien sûr, accroît la HOMME — Il faut essayer, ça peut marcher, j’en suis
pollution. Pour encourager les automobilistes à ne sûr !

module 4 unité 11 • 211


LOUIS BRUCE — Alors, par contre, attention, un auto- blème peut se poser : comment les pompiers ou la
mobiliste arrêté seul sur la bande d’arrêt d’urgence police pourront-ils être aussi rapides si beaucoup de
devra payer une amende de 90 €… et puis, un pro- véhicules roulent sur la voie qui leur est réservée ?

– Préciser aux apprenants qu’ils vont entendre un reportage sur le covoiturage.


– Lire les deux premières questions. Demander aux apprenants d’y répondre, individuellement.
– Passer l’enregistrement une première fois. Laisser quelques secondes aux apprenants pour réfléchir
aux réponses à donner.
– Corriger collectivement, à l’oral.
– Lire la troisième question et faire expliquer, si possible, les termes non compris.
– Passer l’enregistrement une deuxième fois et laisser quelques secondes aux apprenants pour
répondre.
– Corriger collectivement, à l’oral.
– Former des groupes de deux : laisser les apprenants discuter autour de la quatrième question.
– Faire une mise en commun rapide, à l’oral.
Corrigé 1. En Grande-Bretagne. – 2. Les problèmes sont : les embouteillages et donc, la pollution. – 3. b.
– 4. Toutes les réponses sont acceptables.
Proposition Selon moi, cette idée n’est pas très bonne car la bande d’arrêt d’urgence ne devrait être
réservée qu’aux véhicules d’urgence. Ils ne pourront plus aller aussi vite si beaucoup de
personnes empruntent cette voie.

Activité 24 ➝ Activité de compréhension écrite.


– Lire les questions pour s’assurer de la bonne compréhension des mots de vocabulaire.
– Former des groupes de deux. Laisser les apprenants lire le texte et répondre ensemble aux questions.
– Pendant ce temps, circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité.
– Corriger collectivement : demander à quelques groupes de donner leurs réponses. Solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer.
Corrigé 1. Il s’agit de l’entreprise Venturi.
2. Cette usine va fabriquer un véhicule urbain électrique.
3. Le produit n’est pas polluant (électrique), son architecture est nouvelle et il a des qualités
technologiques nouvelles.
4. Cette entreprise a choisi de s’installer dans la Sarthe parce que c’est là qu’elle a été créée.
De plus, grâce à la proximité des fournisseurs, la fabrication sera plus pratique.

Activité 25 ➝ Activité de compréhension écrite.


– Demander à un apprenant de lire le texte à voix haute.
– Faire expliquer les termes difficiles par ceux qui les ont compris.
– Collectivement, répondre aux questions.
Corrigé 1. De l’huile de friture.
2. Cette idée rencontre du succès car la facture est divisée par deux ou trois.
3. Réponse libre.
Proposition Ce n’est pas une solution car pour produire de l’huile végétale il faut brûler du pétrole !

Activité 26 ➝ Activité autour d’une publicité.


– Lire les questions pour s’assurer de la bonne compréhension des mots de vocabulaire.
– Former des groupes de deux. Laisser les apprenants observer la publicité et répondre aux questions.
– Pendant ce temps, circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité.
– Corriger collectivement : demander à quelques groupes de donner leurs réponses. Solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer.

212
Corrigé 1. EDF = Électricité de France.
2. EDF veut développer une énergie faiblement émettrice de CO2.
3. « un monde » = les montagnes, la maison, le champ
« le parc » = le champ
« le réchauffement climatique » = le ciel et des nuages qui semblent suspendus à des fils.
Ici, on utilise une image de la nature qui est positive et écologique. Quand on lit la légende,
on découvre que la société EDF veut développer son parc de production nucléaire. Or,
le nucléaire représente un danger, notamment en ce qui concerne les déchets. Mais l’image
que donne EDF, ici, est au contraire rassurante et apaisante.
4. Réponses libres.
Proposition EDF possédait déjà un parc hydraulique important mais ne s’en servait pas beaucoup.
C’est une bonne idée de le rendre utile.

S Activité complémentaire sur internet (voir page 245)


Et vous ?
Activité 27 ➝ Activité de production orale qui invite les apprenants à parler de leur pays autour de la
thématique de l’unité : Le pétrole fou !
– Avant de lancer l’activité, faire observer l’illustration. Demander aux apprenants de dire ce qui est
amusant : l’homme met de l’essence dans sa voiture. Pour lui, l’essence n’est pas du pétrole.
– Réaliser cette activité par groupes de trois. Inviter les apprenants à se poser les questions de l’acti-
vité. Les encourager à utiliser le vocabulaire de l’unité, notamment, les mots exploités dans le premier
document de compréhension orale.
– Pendant la durée de l’activité, circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, les encou-
rager, reprendre, si c’est nécessaire.
– Poursuivre, éventuellement, la discussion en grand groupe.

On fait le point
À la fin de l’activité, faire le point avec les apprenants : Qu’est-ce qui, au cours de l’unité 11, a été
facile ? Difficile ?
– Pour les aider dans cette autoévaluation, récapituler dans un tableau les différents points abordés,
avec, en face, les appréciations suivantes : ☺  
Exemple :
☺  
Le pétrole fou !
Des mots pour expliquer
Exprimer la cause
Expressions pour exprimer la cause
Exprimer la conséquence
Expressions pour exprimer la conséquence
Savoirs linguistiques
La forme passive
Souligner, mettre en avant
Expressions utilisées pour souligner, mettre en avant
Des sons et des lettres
La discrimination [s], [z], [ʃ] et [].
Découvertes socioculturelles : Pétrole cher : que faire ?
Le vocabulaire de l’unité : le pétrole, les économies d’énergie

module 4 unité 11 • 213


module 4 Dire et dire de faire unité 12 Parlez-moi d’amour…

• Exprimer l’hypothèse et la condition.


Objectifs de communication
• Exprimer l’évidence.
> Tâche Organiser la fête de fin de cours.
• Comprendre une chanson.
Activités de réception
• Faire des hypothèses à partir d’une devinette.
et de production orales
• Évoquer ses souvenirs avec un ami.
• Exprimer des souhaits à partir d’une illustration.
Activités de réception
• Réagir positivement à une situation en manifestant l’évidence
et de production des écrits
des réponses.
• La condition et l’hypothèse.
• Le conditionnel présent (formation et emplois)
Savoirs linguistiques • Dans ce cas, au cas où
• Le gérondif
• Sensibilisation au discours rapporté
Phonie – Graphie • Quelques homophones
Découvertes socioculturelles • La vie en rose

pages 138 et 139 > PARLEZ-MOI D’AMOUR…

La dernière unité de ce niveau 2 s’ouvre sur une chanson de Hiripsimé. À quoi tu penses traite de
l’envie d’une femme de connaître les pensées de son amoureux pour mieux se comprendre et s’aimer.
Les activités 1 et 2 amènent les apprenants à comprendre le sens de la chanson. Les activités 3, 4 et 5
sensibilisent les apprenants au discours direct et au discours indirect.

C’est clair ?
Activité 1 ➝ Activité de compréhension orale globale. Les apprenants découvrent la chanson de Hiripsimé
et répondent à des questions générales.

57 À quoi tu penses
Si tu me disais à quoi tu penses, si tu me disais un peu ce que tu veux
De quel côté l’amour se penche, lorsque les vents te soufflent dans les yeux
Dis-moi où s’arrête et où commence, l’envie de fuir quand vient l’envie d’être deux
Si tu me disais un peu à quoi tu penses, on pourrait apprendre à s’apprendre à vivre… mieux
Parle-moi de tes silences, dis-moi ce que deviennent les mots lorsqu’ils ont faim
Raconte-moi comment un cœur en transhumance, s’y prend pour ne jamais se tromper en chemin
Dis-moi où s’arrête et où commence, l’envie d’aimer quand on y comprend plus rien
Si tu me disais de quel côté l’amour se penche, on pourrait apprendre à s’apprendre
À se faire du bien…
Qu’en est-il de nos mémoires étanches, lorsque la peur s’éloigne de nous peu à peu
Lorsque la vie nous met ses habits du dimanche, pour nous rendre un peu plus fous,
Un peu moins vieux…
Dis-moi où s’arrête et où commence, l’envie de faire la fête quand il pleut
Lorsque le soleil s’entête à prendre sa revanche, en nous allumant dans la tête un grand feu
Si on se parlait de nos croyances
De tout ce que l’on cherche à détruire, par peur de se découvrir
De ces rêves que l’on croit trop beaux, et des biens faits de l’existence
Que l’on reçoit comme des cadeaux, quand on veut bien les ouvrir…
Si l’on pouvait s’apprendre à redresser la balance
Quand on s’alourdit le cœur, du poids de nos violences

214
Oublier nos rancunes comme dans des jeux d’enfants
Les brûler une à une et se sentir plus vivant…
Dis-moi où s’arrête et où commence,
L’envie de fuir quand vient l’envie d’être heureux
Si tu me disais de quel côté l’amour se penche,
On pourrait apprendre à s’apprendre à faire ce qu’on peut
Si tu me disais à quoi tu penses
Si tu me disais un peu ce que tu veux…

Préparation à l’écoute
Dire aux apprenants qu’ils vont écouter une chanson française et les inviter à observer les photogra-
phies de la page 138. Attirer leur attention sur le titre puis demander aux apprenants de faire des hypo-
thèses sur le style de la chanson qu’ils vont entendre. Toutes les réponses sont acceptables.
Compréhension globale
– Lire avec les apprenants les questions 1 à 4 et s’assurer qu’elles sont comprises. Préciser que la pre-
mière question ne relève pas de la compréhension mais des goûts musicaux de chacun.
– Passer la chanson en entier et demander aux apprenants, sans regarder le texte, de répondre aux
questions, individuellement, par écrit.
– Corriger collectivement.
Corrigé 1. Réponse libre. Chaque apprenant est invité à donner ses goûts personnels par rapport
à la chanson (voix de la chanteuse, mélodie, style, rythme…).
2. Hiripsimé parle à un homme. Elle voudrait que l’homme qu’elle aime lui dise à quoi il
pense.
3. La chanson est plutôt tournée vers l’avenir.
4. C’est une chanson triste et pessimiste.

? Le saviez-vous ?
D’origine arménienne, née au Liban, Hiripsimé s’installe très jeune en France et débute le violon au
conservatoire d’Asnières. Elle s’oriente vers la guitare avant d’écrire ses premières chansons à l’ado-
lescence. Elle débute son parcours d’auteur-compositeur-interprète en 2000, dans le Marais, à Paris.
En 2004, elle signe avec une société de disque. Son premier album Les portes dont est extraite cette
chanson, est sorti en 2007.

Activité 2 ➝ Activité de compréhension orale permettant de poursuivre la découverte de la chanson.

57
– Lire avec les apprenants les différentes affirmations proposées. Leur préciser qu’ils doivent en
sélectionner cinq.
– Faire écouter la chanson de nouveau. Laisser le temps aux apprenants de répondre.
– Leur suggérer de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger, collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. La chanteuse pense que : – l’homme qu’elle aime ne lui parle pas assez de ses sentiments.
– si tous les deux parlaient plus, leur vie serait plus facile.
2. Elle voudrait : – que l’homme qu’elle aime lui dise à quoi il pense quand il ne parle pas.
– que tous les deux oublient les mauvais souvenirs de leur passé.
– que tous les deux apprennent à apprécier les beaux moments de la vie.
S Activité complémentaire sur internet (voir page 245)

Zoom
Activité 3 ➝ Cette activité a pour objectif de sensibiliser les apprenants au discours rapporté. Pour cela, ils
sont invités à observer les phrases au discours indirect et à retrouver les questions posées directement.

module 4 unité 12 • 215


– Lire la consigne.
– Demander à un apprenant de lire l’exemple et d’expliquer la différence entre les deux phrases. (Dans
la première phrase, on s’interroge. Dans la deuxième phrase, on pose la question directement à la personne
concernée.)
– Faire faire l’activité par groupes de deux.
– Pendant ce temps, circuler entre les apprenants pour prendre connaissance de leurs réponses.
– Corriger collectivement, à l’oral. Demander collectivement aux apprenants de nommer les chan-
gements qu’ils observent.
Corrigé 1. Qu’est-ce que tu veux ?
2. Que deviennent les mots lorsqu’ils ont faim ?
3. Où l’envie d’aimer s’arrête-t-elle et commence-t-elle ?
NB : Au discours direct, on observe des guillemets, un point d’interrogation, un début de phrase qui
disparaît et une transformation du ce que en qu’est-ce que.

Activité 4 ➝ Poursuite du travail de sensibilisation au discours rapporté, grâce au discours direct.


– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Proposer aux apprenants de former des groupes de deux pour comparer leurs réponses.
– Circuler entre eux pour veiller à la bonne marche de l’activité, les encourager, les aider, si nécessaire.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses. Solliciter le
reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Là encore, demander aux apprenants d’indiquer les trans-
formations.
Corrigé 1. « Où habitez-vous exactement ? »
2. « Comment ton voyage au Ghana s’est-il passé ? »
3. « Qu’est-ce que vous cherchez comme style de maison ? »
4. « Est-ce que Jean-Michel et Jérémie ont aimé ce film ? »
5. « Pourquoi pleures-tu ? »
6. « Quand dois-tu repartir en Espagne ? »
NB : Faire relever, dans la phrase 3, que qu’est-ce que remplace ce que au style direct. Dans la phrase 4,
est-ce que remplace si au style direct. Pour les autres phrases, il suffit d’inverser le sujet et le verbe.

Activité 5 ➝ Après avoir observé les transformations à faire pour trouver le style direct, les apprenants sont
maintenant amenés à former le style indirect avec ces verbes introducteurs.
– Expliquer la consigne.
– Lire l’exemple à voix haute.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses
aux autres apprenants. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner.
Intervenir, si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. Dites-moi ce que vous avez mangé au restaurant grec.
2. Je ne sais pas si les bureaux de la mairie restent ouverts demain.
3. J’aimerais savoir pourquoi Marie fait la tête.
4. Je me demande quand Marius revient en France.
Travail à la suite de la correction
Lire avec les apprenants l’encadré Rapporter un discours. S’assurer de la bonne compréhension de
l’ensemble.

216
POUR PLUS DE LATITUDE

Former des groupes de deux. L’un est journaliste, l’autre s’appelle Hiripsimé.
Vous interviewez la célèbre chanteuse Hiripsimé. Vous lui posez des questions à la forme indirecte pour
la connaître un peu mieux et savoir pourquoi elle a choisi d’écrire cette chanson. Exemple : Votre public
se demande pourquoi vous avez choisi de…

S Activité complémentaire (voir page 245)

pages 140 et 141 > EXPRIMER L’HYPOTHÈSE ET LA CONDITION

Les activités 6 et 7 traitent des différents moyens possibles pour exprimer l’hypothèse et la condition, par
le biais de deux documents de compréhension orale. Les activités 8 et 9 invitent les apprenants à complé-
ter les phrases à la forme qui convient. Une énigme (activité 10) amène ensuite les apprenants à échan-
ger afin de proposer différentes hypothèses et de trouver la solution.

Activité 6 ➝ Activité de compréhension orale qui amène l’apprenant à découvrir quelques expressions
d’hypothèse et de condition.

58 1. Si tu me disais un peu à quoi tu penses, on pourrait apprendre à s’apprendre à vivre mieux.


2. On partira en voyage cet été si tu en as envie.
3. Si tu te sens fatigué, couche-toi plus tôt le soir.
4. Vous pouvez retrouver ces informations sur notre site si vous le souhaitez.
5. Ce serait bien si vous pouviez venir avec nous à Berlin.
6. Ne vous inquiétez pas si j’arrive un peu en retard lundi soir.
7. Si je ne suis pas invité, je n’irai pas, évidemment !

a) – Faire faire l’activité individuellement. Passer l’enregistrement une première fois. Laisser le temps
aux apprenants de compléter chaque phrase.
– Si nécessaire, passer l’enregistrement une deuxième fois.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de lire les phrases. Solliciter le reste de
la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé cf. transcription ci-dessus.
b) – Lire les propositions à voix haute.
– Demander à la classe de répondre collectivement.
Corrigé 1. a et c. – 2. a, b, c et d.
c) – Laisser le temps aux apprenants d’observer les deux phrases.
– Collectivement, leur demander de dire à quels temps sont les verbes, et schématiser les réponses
données au tableau.
– Puis, demander aux apprenants quelle phrase est la moins hypothétique.
– Corriger avec la classe.
Corrigé 1. Si + présent ➝ futur simple 2. Dans la première phrase.
Si + imparfait ➝ conditionnel présent

Activité 7 ➝ Activité de compréhension orale pour connaître d’autres façons d’exprimer l’hypothèse et la
condition.
59 1. Imaginez que votre avion ne puisse pas décoller, qu’est-ce que vous ferez ?
2. Sans l’aide de ses parents, elle ne pourrait pas payer son loyer.

module 4 unité 12 • 217


3. On ira se promener dimanche, à condition qu’il ne pleuve pas.
4. Avec Pierre, elle n’aura pas peur, c’est sûr.
5. Le match sera reporté au 28 juin en cas de mauvais temps.
6. Tu te sens fatigué en ce moment, cherche pourquoi !

– Préciser aux apprenants qu’ils vont entendre six phrases et qu’ils devront relever les différentes façons
d’exprimer l’hypothèse et la condition.
– Pour une meilleure compréhension de la consigne, faire écouter la première phrase et regarder
ensemble l’élément relevé (Imaginez que).
– Faire faire l’activité individuellement. Passer l’enregistrement, en l’interrompant après chaque
phrase pour laisser le temps aux apprenants d’écrire leurs réponses.
– Leur proposer de comparer leurs réponses par groupes de deux. Faire écouter de nouveau pour
permettre aux apprenants de contrôler leurs réponses.
– Corriger collectivement : interroger la classe. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Imaginez que 3. à condition que… 5. en cas de…
2. Sans… 4. Avec… 6. Tu te sens…, cherche (deux propositions
séparées par une virgule)
Travail à la suite de la correction
Faire écouter l’enregistrement de nouveau. Demander aux apprenants de relever la construction de
chaque expression. Il est important qu’ils comprennent que les expressions sans, avec, en cas de sont
suivies d’un nom et que les expressions imagine que, à condition que sont suivies du subjonctif.

Activité 8 ➝ Les apprenants sont maintenant invités à reformuler les phrases de l’activité précédente, en
utilisant si.
– Expliquer la consigne.
– Passer de nouveau l’enregistrement. Demander aux apprenants, par groupes de deux, de trouver
la reformulation possible et de l’écrire.
– Corriger collectivement : demander à quelques groupes de donner leurs réponses. Solliciter le reste
de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent au tableau.
Corrigé 1. Si votre avion ne peut pas décoller…
2. Si ses parents ne l’aidaient pas…
3. … s’il ne pleut pas.
4. Si Pierre vient,…
5. … s’il fait mauvais temps.
6. Si tu te sens fatigué en ce moment, cherche pourquoi !

Activité 9 ➝ Activité de réemploi de l’acte de parole Exprimer l’hypothèse et la condition. Les apprenants
doivent conjuguer le verbe à la forme qui convient, en observant l’autre partie de la phrase.
– Expliquer la consigne.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Proposer aux apprenants de comparer leurs réponses avec celles de leur voisin.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses au
reste de la classe. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner. Intervenir,
si nécessaire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. Si tu ne peux pas… – 2. … si on avait moins de voitures. – 3. … ne finit pas trop tard.
– 4. … vous faites / ferez… – 5. … elle t’invite…

218
Travail à la suite de la correction
Faire observer l’illustration, page 140. Leur demander de relever les temps dans les deux phrases
données. Faire expliquer le mot « gifle » par les apprenants qui le connaissent.

Production orale
Activité 10 ➝ Activité de réemploi de l’hypothèse : les apprenants sont amenés à émettre des hypothèses sur
« Qui est qui ? ». Cette activité invite également à réutiliser la conséquence, vue à l’unité 11, avec des expres-
sions comme alors, donc.
– Lire la situation à voix haute.
– Laisser les apprenants réfléchir individuellement aux réponses à trouver et à la façon dont ils vont
s’y prendre.
– Leur proposer de se mettre par deux pour comparer leur raisonnement et leur logique.
– Pendant ce temps, circuler entre eux pour prendre connaissance de leur raisonnement.
– Au bout d’une dizaine de minutes, demander aux apprenants s’ils ont réussi à déchiffrer l’énigme.
Inviter quelques apprenants à exposer leur raisonnement au reste de la classe. Il peut être envisagé
de faire un tableau pour éclaircir la situation.
Corrigé
Didier Laurent Jean-François Pierre Philippe
Michelle 
Anne 
Élisabeth 
Sophie 
Viviane 

Procédons par élimination :


Étape 1 : le mari de Michelle n’est pas Laurent ; ce n’est pas non plus Didier puisqu’il est marié avec Anne,
ce n’est ni Philippe, ni Jean-François qui ont une autre occupation que le volley-ball. Michelle est donc
mariée à Pierre. On peut donc rayer les possibilités de mariage entre Michelle et les quatre autres hommes :
Didier, Laurent, Jean-François, Philippe.
Étape 2 : Du même coup, on peut rayer les cases indiquant les possibilités de mariage entre Pierre et les
quatre autres femmes : Anne, Elisabeth, Sophie, Viviane.
Étape 3 : La femme de Laurent joue au volley ; ce ne peut pas être Viviane (qui lit), ni Sophie qui discute
avec Jean-François. La femme de Laurent est donc Elisabeth.
Étape 4 : On peut donc rayer les possibilités de mariage entre Élisabeth et les deux hommes qui restent :
Jean-François et Philippe.
Étape 5 : Si Viviane n’est pas la femme de Jean-François, elle est la femme de Philippe. On peut donc rayer
la possibilité de mariage entre Philippe et Sophie. Il apparaît donc que Sophie est la femme de Jean-
François.

Travail à la suite de la correction


– Lire l’encadré Exprimer l’hypothèse et la condition. S’assurer de la bonne compréhension de
l’ensemble.

J’AIMERAIS, CE SERAIT BIEN…


Les activités 11, 12 et 13 sont axées sur l’apprentissage du point de langue : le conditionnel présent, néces-
saire pour exprimer l’hypothèse et la condition. L’activité 14 amène les apprenants à produire, à
l’écrit, un message au conditionnel présent.

module 4 unité 12 • 219


Activité 11 ➝ Activité de compréhension orale qui permet de relever les différents emplois du conditionnel
présent.
60 1. Ah ! J’aimerais tellement vivre dans un pays où il 4. Si elle voulait, elle pourrait se marier avec Nicolas.
fait toujours beau… 5. Tu pourrais peut-être en parler à ton médecin ?
2. Vous pourriez m’expliquer de nouveau, s’il vous
plaît ? 6. Ça vous dirait un petit restaurant indien, ce soir ?
3. Catastrophe aérienne au-dessus de l’Atlantique : 7. Si je gagnais beaucoup d’argent au loto, je crois que
il y aurait au moins deux cents victimes. j’arrêterais de travailler.

– Expliquer la consigne. Préciser aux apprenants qu’ils vont entendre sept phrases.
– Faire faire l’activité individuellement. Passer l’enregistrement une première fois, leur demander de
relever les verbes, à l’écrit.
– Corriger collectivement. Faire remarquer que les verbes sont au conditionnel présent mais que chaque
phrase n’exprime pas la même idée.
– Passer l’enregistrement une seconde fois. Leur faire compléter l’exercice.
– Corriger collectivement, à l’oral.
Corrigé – l’hypothèse et la condition : 4, 7 une proposition : 6 un conseil : 5
– une information incertaine : 3 une demande polie : 2 un souhait : 1

Activité 12 ➝ Activité d’observation et de déduction de la formation du conditionnel présent.


– Demander aux apprenants d’observer les verbes relevés dans l’activité précédente et d’en déduire
la formation du conditionnel présent.
– Collectivement, à l’oral, les inviter à compléter la phrase.
Corrigé Le conditionnel présent se forme comme le futur simple mais avec les terminaisons
de l’imparfait : ais, ais, ait, ions, iez, aient.
Rappeler aux apprenants que le futur simple a été étudié dans l’unité 11 de Latitudes 1.

POUR PLUS DE LATITUDE

Il est possible d’envisager dans la classe une séance de « gymnastique avec les verbes ». Cette séance
dure une dizaine de minutes. Afin de réviser les temps, donner un verbe à l’oral. Le faire conjuguer
par un apprenant à un temps, puis par un autre, à un autre temps, etc. Ce travail permet de réviser
les temps des verbes de façon ludique.

Activité 13 ➝ Activité de réemploi. Les apprenants doivent maintenant conjuguer les verbes au conditionnel
présent.
– Faire faire l’activité individuellement.
– Demander à un apprenant de corriger l’activité au tableau et lui dire de demander les réponses à
la classe. S’effacer un peu pour les laisser libres d’échanger sur la réponse à donner. Intervenir, si néces-
saire.
– À la fin de l’exercice, remercier chaleureusement l’apprenant. S’assurer de la bonne compréhension
des réponses données.
Corrigé 1. plairait – 2. devrait – 3. loueraient – 4. aurais

Travail à la suite de la correction


– Pour chaque phrase, demander aux apprenants, collectivement, à l’oral, d’indiquer ce que le
conditionnel exprime : 1. proposition ; 2. information incertaine ; 3. hypothèse ; 4. demande polie.
– Lire avec les apprenants l’encadré Le conditionnel présent. S’assurer de la bonne compréhension
de l’ensemble.

220
Production écrite
Activité 14 ➝ Activité de production écrite qui permet aux apprenants de réemployer, en contexte, le condi-
tionnel présent.
– Demander à la classe de décrire l’image : Que fait ce jeune homme ? Qu’est-ce qu’il regarde ? Où ?
(Un jeune homme, assis à son bureau, est en train de regarder une carte postale de vacances – la mer et
les cocotiers – qui le font rêver à un ailleurs.)
– Leur proposer de faire cette activité en classe ou à la maison. Préciser le nombre de mots voulus (envi-
ron 150). Les encourager à utiliser l’encadré vert.
– Ramasser les productions pour les évaluer. Veiller au respect de la consigne (sujet et nombre de mots),
aux expressions utilisées pour exprimer la condition et l’hypothèse, à l’emploi et à la conjugaison du
conditionnel présent. Employer un système de correction qui permette à l’apprenant de se corriger
lui-même : souligner les erreurs en utilisant une couleur différente pour le vocabulaire, la grammaire,
la conjugaison et pour les expressions qui introduisent l’hypothèse. Cela aidera les apprenants à se
corriger eux-mêmes.
Proposition de grille :

Respect de la consigne 0 0,5


Exprimer l’hypothèse, la condition 0 0,5 1 1,5 2
Emploi du conditionnel présent 0 0,5 1 1,5 2
Richesse de la langue 0 0,5 1 1,5 2

Proposition Tu sais, je suis fatigué et j’en ai assez de travailler tout le temps. J’aimerais tellement partir
en vacances. Si j’avais assez d’argent, je prendrais un billet de dernière minute pour aller sur
une île. Je louerais une petite maison sur la plage et je resterais des heures au soleil. Cela fait
du bien de rêver, n’est-ce pas ? Bon, allez, j’ai encore du travail à finir pour le projet de
demain. Je t’embrasse. Nicolas.

S Activité complémentaire
(voir page 246)

pages 142 et 143 > EXPRIMER L’ÉVIDENCE

Cette double page est axée sur la découverte de l’acte de parole : Exprimer l’évidence. Pour amorcer ce
travail, les apprenants prennent connaissance d’un courriel de Dominique à Nathalie : trois ans se sont
écoulés, Dominique raconte sa nouvelle vie. Après une activité de compréhension écrite (activité 15), les
apprenants sont invités à relever les expressions d’évidence (activité 16). Un document de compréhen-
sion orale (activité 17) enrichit ce travail. Les activités de production écrite (18) et orale (19) permettent
le réemploi de cet acte de parole.

C’est clair ?
Activité 15 ➝ Activité de compréhension écrite.
Travail de préparation
– Rapidement, à l’oral et collectivement, demander aux apprenants d’observer la photo : Qui recon-
naissent-ils ? C’est à quel moment ? C’est où ? Pourquoi cette photo a-t-elle été prise ? (La photo a
été prise au moment du départ de Dominique. Il a quitté l’immeuble pour aller à Rome. Il a une valise
dans les mains. Sur la photo, on peut voir Naïma et Nathalie. On imagine aussi Gaël, Madame Legay
et les autres voisins de l’immeuble.)

module 4 unité 12 • 221


– Les inviter à observer le document : Qui écrit à qui ? D’où cette personne écrit-elle ? Selon vous,
pourquoi ? (Dominique a envoyé un courrier électronique à Nathalie, de Montréal, pour donner de ses
nouvelles et savoir ce qu’elle devient.)
Compréhension écrite
– Expliquer la consigne et lire les affirmations à voix haute.
– Inviter les apprenants à lire le courriel.
– Faire faire l’activité individuellement. Au bout de quelques minutes, leur proposer de comparer leurs
réponses avec celles de leur voisin.
– Corriger collectivement : demander à quelques apprenants de donner leurs réponses, à l’aide de la
lettre. Solliciter le reste de la classe pour confirmer ou infirmer. Écrire les réponses qui conviennent
au tableau.
Corrigé 1. Faux. « je te considère comme une bonne amie »
2. On ne sait pas.
3. Faux. « J’ai vécu de très bons moments en France. »
4. Faux. « c’est avec grand plaisir… et aussi de madame Legay. »
5. Faux. « Je suis marié et j’ai une petite fille de sept mois. »
6. Vrai. « Il est clair que tu peux venir quand tu veux. »
7. On ne sait pas.

Comment on dit ?
Activité 16 ➝ Activité de repérage des éléments qui permettent d’exprimer l’évidence, par le biais du cour-
rier électronique précédent.
– Faire observer la phrase. Demander aux apprenants ce qu’exprime l’élément en gras.
– Leur proposer de relire la lettre pour repérer deux autres éléments qui expriment l’évidence.
– Corriger, collectivement, à l’oral.
Corrigé 1. J’aurais fait une erreur en insistant pour qu’elle continue, il n’y a pas de doute.
2. Il est clair que tu peux venir quand tu veux.

Activité 17 ➝ Activité de compréhension orale qui permet de poursuivre l’étude de l’acte de parole : Exprimer
l’évidence.

51 1. De toute évidence, madame Legay est en colère, ce 5. Je trouve que l’humour de cette scène est évident.
matin… 6. Claire et Loïc sont amoureux, ça ne fait aucun
2. Il est bien possible que la banque n’ait jamais reçu doute.
votre lettre.
3. Elle a probablement oublié notre rendez-vous. 7. Vous avez raison, c’est inadmissible !
4. Il faut bien reconnaître que le gagnant méritait son 8. Il