Vous êtes sur la page 1sur 51

Dédicace

Je dédie ce travail

A ma Mère FATIME YOUSSOUF IBRAHIM et mon Père SALEH ALI HAGGAR


Tout ce que je suis aujourd’hui, je vous le dois. Vos prières et vos conseils m’ont guidé et
soutenu. Sachez que je me souviens toujours des mots que vous me prononçais pour me
donner courage. Vous m’avez soutenue de votre amour tout au long de mes études et dans les
moments difficiles. Vos prières ne sont jamais restées indifférentes face aux innombrables
obstacles que j’ai rencontrés. C’est vous mon repère et le socle de mon équilibre ; toute ma
vie, votre sécurité et votre joie seront ma priorité. Vous m’avez inculpé la rigueur dans le
travail et dans l’éducation avec comme repère le goût du travail, l’humilité, l’honnêteté, le
respect et la responsabilité. Incapable que je suis, de trouver les mots qu’il faut pour vous
exprimer ma gratitude, je demande au bon Dieu de vous accorder une longue vie et une
bonne santé afin que vous soyez fier de moi et que vous puissiez bénéficier du fruit de vos
efforts. Votre place sera toujours de choix dans mon cœur.

Je vous aime

Mahamat Saleh Ali Page i


Remerciement
Aucune œuvre humaine ne peut se réaliser sans la contribution d'autrui. Il est donc important
pour moi d'adresser mes sincères remerciements à toutes les personnes qui m’ont permis de
réaliser ce travail.
Je tiens précisément à exprimer ma profonde gratitude aux personnes suivantes :
Docteur Allassem Désiré mon encadreur Pédagogique, pour son encadrement, sa
remarquable disponibilité et sa franche contribution à la réalisation de ce travail ;
Docteur Franck Gambou pour ses conseils ;
Monsieur NGoté Gali Koutou Directeur Général de la SHT de nous avoir accordé ce stage ;
Monsieur Hounbara Denis chef de projet de son accueil, ses conseils, de ses aides et de sa
patience envers moi ;
Monsieur Nafeh Acyl chef de projet adjoint d’avoir accepté de relire ce travail, pour avoir
trouvé les bons mots et les formulations justes;
Monsieur Harou Nabia Ingénieur en génie industriel pour ton accueil, tes encouragements,
tes idées, ta présence, ton soutien essentiel à la réalisation de ce travail ;
A la société pétrolière (ESSO) pour son soutien financier pendant mon parcours
Universitaire ;
A l’ensemble des agents et chef service de la Société des Hydrocarbures du Tchad en
particulier ceux du projet des constructions des dépôts pétroliers et stations-services (PDSS) ;
Ahmat Abdelaziz Haggar Directeur Général de la Société SEAT de m’avoir accordé un stage
pratique d’’une semaine sur les installations des forages solaires photovoltaïques ;
A l’ensemble de corps enseignant de master notamment ceux de l’Université Jean Monnet de
Saint Etienne, INSA de Lyon, ESP-Dakar, ESP-Thiès, FSEA-Farcha et UMP-Mongo ;
A l'ensemble des enseignants et personnel de l’Institut National Supérieur des Sciences et
Techniques d’Abéché (INSTA) pour leurs enseignements et leur accueil ;
A tous mes frères, sœurs, cousins, cousines, tantes, oncles, nièces, neveux, amis, pour leur
soutien moral et leur grande affection à mon égard ;
A l'ensemble des étudiants de cet établissement et plus particulièrement ceux de master ESSO
en génie mécanique et électrique avec qui j’ai passé des agréables moments ;
A tous ceux que je n’ai pas cités par peur d’en oublier et qui de près ou de loin ont contribué
à l’aboutissement de ce travail : je vous remercie sincèrement du fond du cœur. Que Dieu
vous comble de ses bénédictions. Amine !

Mahamat Saleh Ali Page ii


Résumé
Non polluante, économique, facilement disponible, renouvelable, aisément
transformable, telle est l’énergie solaire photovoltaïque. Grâce à des équipements robustes et
fiables, les modules photovoltaïques, nous permettent de produire de l’électricité, que nous
pourrions utiliser pour alimenter la station-service de Djarmaya.
L’énergie solaire photovoltaïque provient de la transformation directe d’une partie du
rayonnement solaire en énergie électrique. Cette conversion d’énergie s’effectue par le biais
d’une cellule dite photovoltaïque, basée sur un phénomène physique appelé effet
photovoltaïque qui consiste à produire un courant lorsque la surface de cette cellule est
exposée à la lumière.
L’objet du présent travail initié par la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT),
porte justement l’étude de réalisation d’une station-service fonctionnant à l’énergie solaire
photovoltaïque. Toutefois le concept imposait certaines contraintes particulières : la surface
de captage sur la station-service, l’ensoleillement et les besoins énergétiques réels devraient
être clairement identifiée afin que le dimensionnement du système solaire photovoltaïque soit
réalisé au plus juste. Le coût des fournitures étant particulièrement élevé, l’investissement en
sera ainsi minimisé.
Mots-clés : énergie, soleil, PV, dimensionnement et station-service

Abstract
Nonpolluting, economic, easily available, renewable, easily transformable, such is
photovoltaic solar energy. Thanks to robust and reliable equipment, the photovoltaic modules
enable us to produce electricity, which we could use to feed the service station of Djarmaya.
Photovoltaic solar energy comes from the direct transformation of part of the solar
radiation into electric power. This energy transformation is carried out by the means of a cell
known as photovoltaic, based on a physical phenomenon called photovoltaic effect which
consists in producing a current when the surface of this cell is exposed to the light.
The object of this work initiated by the Company of Hydrocarbons of Chad (SHT)
precisely carries the study of realization of a service station functioning to photovoltaic solar
energy. However the concept imposed certain particular constraints: the surface of collecting
on the real service station, sunning and energy needs should be clearly identified so that the
dimensioning of the photovoltaic solar system is carried out with just. The cost of the supplies
being particularly high, the investment will be thus minimized by it.
Key words: energy, sun, PV, dimensioning and service station

Mahamat Saleh Ali Page iii


Liste des abréviations
SHT : Société des Hydrocarbures du Tchad
PV : photovoltaïque
DFC : Direction financière et de comptabilité
DAG : Direction des affaires générale
DEP : Direction d’exploration et de production
DAPI : Direction de l’aval pétrolier et d’inspection
CNPC: Chana National Petroleum Company
OPIC: Overseas private investment corporation
SRN : Société de Raffinage de N’Djamena
SEERAT : Société d’étude et d’exploitation de la raffinerie du Tchad
CONOCO : Continental Oil Company
SNE : Société Nationale d’Electricité
ANT : Armée Nationale Tchadien
BDT : Brasserie du Tchad
MCT: Manufacture Cigarette du Tchad
BOCOM: Boying commercial
PEHD : Polyéthylène haute densité
ATEX : Atmosphère explosif
AC : Courant alternatif
DC : Courant continu

Mahamat Saleh Ali Page iv


Liste des figures
№ Nom des figures Chapitre
1 Organigramme I
2 Position géographique du Sedigui I
3 Composant du rayonnement solaire au sol II
4 Dopage II
5 Les cellules II
6 Schéma d'un système photovoltaïque autonome II
7 Schéma d'un système photovoltaïque connecté au réseau II
8 Station-service de Djarmaya (image satellitaire) III
9 Les cuves III
10 Trou d'homme III
11 La chambre étanche III
12 Limiteur de remplissage III
13 Détecteur de fuite III
14 Le jaugeur électronique III
15 Les distributeurs III
16 Moteur standards III
17 Les tuyauteries III
18 Groupe électrogène III
19 Courbe d’ensoleillement IV

Liste des tableaux


№ Nom des tableaux Chapitre
1 Valeur de la tension recommandée en fonction de la puissance crête II
2 Section des câbles normalisés II
3 Donnée climatique de la ville de N'Djaména IV
4 Besoin journalier de la station IV
5 Données de base du dimensionnement IV
6 Caractéristiques du panneau IV
7 Caractéristiques de la batterie IV
8 Caractéristiques de l’onduleur IV
9 Caractéristiques du régulateur IV
10 Prix des composants du système photovoltaïque IV
11 Prix du cycle de vie du système photovoltaïque avec le coût de cycle de vie IV
12 Donnée de base du dimensionnement du forage IV
13 Caractéristiques du panneau du forage IV
14 Caractéristiques de la pompe Grundfos IV
15 Prix des matériels IV
16 Coût initial du groupe électrogène IV
17 Coût du cycle de vie du groupe électrogène IV

Mahamat Saleh Ali Page v


Table des matières
Introduction générale............................................................................................................................... 1
Chapitre I : Présentation de la SHT ......................................................................................................... 2
Introduction ......................................................................................................................................... 2
I.1. Historique ...................................................................................................................................... 2
I.2. Organigramme .............................................................................................................................. 2
I.3. Les objectifs .................................................................................................................................. 3
I.4. Les visions..................................................................................................................................... 4
I.5. Les missions .................................................................................................................................. 4
I.6. Les partenaires .............................................................................................................................. 4
I.7. Les ressources ............................................................................................................................... 4
I.8. Les organes de direction de la SHT .............................................................................................. 5
I.9. Les projets et filiales de la SHT .................................................................................................... 6
Conclusion ........................................................................................................................................... 9
Chapitre II : Généralités sur l’énergie solaire........................................................................................ 10
Introduction ....................................................................................................................................... 10
II.1. Energie solaire ........................................................................................................................... 10
II.2. L’énergie photovoltaïque ........................................................................................................... 11
II.3. Le système photovoltaïque ........................................................................................................ 14
II.4. Le Dimensionnement ................................................................................................................. 16
Conclusion ......................................................................................................................................... 19
Chapitre III : Description et équipement de la station-service de Djarmaya ......................................... 20
Introduction ....................................................................................................................................... 20
II.1. Description................................................................................................................................. 20
II.2. Présentation de la station-service de Djarmaya ......................................................................... 20
II.3. Situation géographique .............................................................................................................. 21
III.4. Equipement de la station-service de Djarmaya ........................................................................ 22
Conclusion ......................................................................................................................................... 28
Chapitre IV : Dimensionnement de l’alimentation de la station-service de Djarmaya en système solaire
photovoltaïque ....................................................................................................................................... 29
Introduction ....................................................................................................................................... 29
IV.1. Données climatiques ................................................................................................................ 29
IV.2. Besoin électrique journalier de la station-service..................................................................... 30
IV.3. Dimensionnement du système photovoltaïque ......................................................................... 31

Mahamat Saleh Ali Page vi


IV.4. Analyse économique du système ............................................................................................. 35
IV.5. Dimensionnement du forage .................................................................................................... 36
V.6. Analyse économique du groupe électrogène ............................................................................. 38
Conclusion générale .............................................................................................................................. 41
Bibliographie ......................................................................................................................................... 43
Annexe .................................................................................................................................................. 44

Mahamat Saleh Ali Page vii


Introduction générale
e Tchad est l’un des pays africains qui regorgent d’énormes potentialités en énergie

L solaire. Avec un nombre d’heures d’ensoleillement annuel considérables variant de


2850 à 3750 heures et un ensoleillement journalier moyen variant du sud au nord de
4.5 à 6.5 KWh/m²/jr, on peut dire que le Tchad est un pays du Soleil.
L’énergie solaire photovoltaïque est une forme d’énergie renouvelable. Elle permet de
produire de l’électricité par transformation d’une partie du rayonnement solaire grâce à une
cellule photovoltaïque.
Les principales caractéristiques de l’énergie solaire ayant suscité l’intérêt qu’on lui a
porté à l’époque étaient sa gratuité, sa disponibilité sur une grande partie du globe terrestre et
l’absence de risque d’épuisement connu par les sources d’énergie fossiles.
Cette forme d’énergie est bien indiquée pour alimenter la station-service de la Société des
Hydrocarbures du Tchad (SHT) qui a comme un de ses objectifs la protection de
l’environnement.
Ceci justifie le thème de notre stage qui s’est déroulé dans cette Institut et qui a pour titre
"étude et dimensionnement d’un système solaire photovoltaïque pour l’alimentation de la
station-service de la Société des Hydrocarbures du Tchad de Djarmaya".
L’objectif principal de dimensionner l’alimentation de cette station par un système
solaire photovoltaïque est de démonter à la SHT qu’elle est techniquement faisable,
écologiquement souhaitable, économiquement rentable et socialement acceptable de
développer la filière de l’énergie solaire photovoltaïque dans les stations-services, surtout
ceux des sites isolé que la SHT envisage construire dans bientôt.
Pour atteindre nos objectifs, le contenu de ce rapport s’articule en quatre chapitres, le
premier chapitre présente la SHT d’une manière générale avec ses projets, le deuxième
chapitre présente les généralités sur l’énergie solaire photovoltaïque, le troisième chapitre
décrit les équipements de la station-service notamment de Djarmaya, et en fin, le quatrième et
dernier chapitre est consacré au dimensionnement de l’alimentation de la dite station-service
en système solaire photovoltaïque.

Mahamat Saleh Ali Page 1


Chapitre I : Présentation de la SHT
Introduction
La Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) est un établissement public, à caractère
industriel, commercial, dotée d’une autonomie de gestion administrative et financière et
placée sous la tutelle du ministère des Mines, de l’Energie et du Pétrole. Sa mission est de
mettre en œuvre la politique industrielle et commerciale du Tchad en matière des
hydrocarbures.
Les organes dirigeants de la SHT sont :
 Le Conseil d’administration ;
 La Direction Générale.
Nous élucidons dans les lignes qui suivent, les objectifs, missions, partenariats, visions et
rôle des différentes directions de la Société des Hydrocarbures du Tchad.

I.1. Historique
Société anonyme avec Conseil d’Administration, à capitaux publics, à caractère
industriel et commercial, dotée d’une autonomie financière, la SHT est créée le 23 Août 2006
par la loi N° 27/PR/2006. Son capital social est fixé à 1.500.000.000 F CFA et son siège est
établi à N’Djamena en république du Tchad [1].

I.2. Organigramme
L’organigramme de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) nous montre que
la SHT est dirigée par un Directeur général assisté d’un Directeur général Adjoint. Elle a
quatre (4) sous-directions et quatre (4) projets qui sont en cours d’exécution. L’organigramme
ci-dessous présenté est basé sur le projet de notre stage qui est : le projet de construction des
dépôts pétroliers et stations-services (PDSS).

Mahamat Saleh Ali Page 2


Figure 1 : Organigramme

I.3. Les objectifs


La Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) a pour objet de mettre en œuvre la
politique industrielle et commerciale du Tchad en matière d’hydrocarbures, à travers :
 La prospection, la recherche, le développement, la production et le transport des
hydrocarbures liquides et gazeux ;
 Le raffinage, le transport, le stockage et la distribution des produits pétroliers finis ;
 La commercialisation des hydrocarbures liquides/gazeux et des produits finis ;
 La réalisation des études en rapport avec ses activités ;

Mahamat Saleh Ali Page 3


 La formation et la promotion de son personnel national nécessaire à la maitrise de tous
les aspects du secteur des hydrocarbures.

I.4. Les visions


Il n’est pas vain de rappeler que la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) envisage de :
 Contribuer à la valorisation et à la gestion efficace du patrimoine pétrolier tchadien en
amont et en aval ;
 Maximiser la création de valeur à l’actionnaire unique qui est l’Etat en créant des
filiales et en prenant des participations avec d’autres sociétés pétroliers ;
 Devenir une société intégrée et compétitive ;
 Etre responsable vis-à-vis de l’Etat, des partenaires économiques et de la société en
générale ;
 Etre un acteur majeur dans le secteur pétrolier africain ;
 Se projeter comme une entité de premier plan dans le marché international [1].

I.5. Les missions


Les missions de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) sont de :
 Sauvegarder les intérêts des Tchadiens dans le secteur des hydrocarbures ;
 Contribuer à la valorisation et à la gestion efficace du patrimoine pétrolier tchadien en
amont et en aval ;
 Assurer les besoins présents et futurs du Tchad en matières d’Hydrocarbures ;
 Maximiser la création de valeurs à l’actionnaire qui est l’Etat Tchadien [1].

I.6. Les partenaires


Pour atteindre ces objectifs, la SHT s’appuie sur des partenaires fiables dans divers
domaines notamment :
o L’Exploration avec la CNPC, OPIC, GLENCORE ;
o La production avec ESSO, CNPC, GLENCORE.
o Le raffinage avec la SRN.

I.7. Les ressources


Les ressources de la Société des Hydrocarbures du Tchad proviennent des :
 Produits de portefeuille et de la participation dans les actions ;
 Produits perçus au titre de ses activités ;
 Subventions de l’Etat.

Mahamat Saleh Ali Page 4


Entreprise citoyenne, la SHT soutient diverses initiatives concourant à l’amélioration de la
vie quotidienne des populations, dans le secteur de l’éducation, de la culture et du sport. Elle
intervient de manière spontanée, à certaines activités sociales du pays et assiste les couches
vulnérables. Exemple : distribution des vivres et non vivres aux réfugiés Centrafricains [1].

I.8. Les organes de direction de la SHT


I.8.1. Le Conseil d’administration
Dirigée par un Président, nommé par décret no 1489/PR/PM/MPME/2014, celui-ci a
pour rôle d’examiner les propositions de la Direction Générale, de voter le budget, de faire les
actes nominatifs et enfin de donner une solution adéquate au conseil qui se tient deux (2) fois
dans l’année.
I.8.2. La Direction Générale
Nommé par décret présidentiel, il a pour rôle de :
 Coordonner toutes les activités de la société ;
 Recruter les agents de service qualifié ;
 Prendre des décisions en cas de nécessité ;
 Assurer le développement de la société.
Le Directeur Général est assisté d’un Directeur Général adjoint. La Direction Générale a sous
sa responsabilité quatre (4) sous-directions, qui sont :
- La Direction des Affaires Générale (DAG) et des ressources humaines : est une
direction qui s’occupe de toutes les affaires administratives notamment la gestion des
ressources humaines, les recrutements de nouveaux agents (rédaction de contrat),
hygiène-sécurité-environnement (HSE) et état de lieu du payement des salaires des
employés ;
- La Direction de l’Aval Pétrolier et d’Inspection (DAPI) : Elle a deux volets, qui
sont la commercialisation du produit pétrolier (raffiné) de manière indirect à certains
clients qui sont : l’Armée Nationale Tchadienne (ANT), à la Société Nationale
d’Electricité (SNE), aux sociétés pétroliers, aux stations-services de la Société des
Hydrocarbures du Tchad (SHT) et le deuxième volet concerne l’inspection du produit
pétrolier en assurant sa qualité, le jaugeage de la quantité et la livraison du produit aux
partenaires ;
- La Direction d’Exploration et de production (DEP) : Elle a pour rôle d’explorer
c’est-à-dire d’envoyer les ingénieurs (géophysicien, géologue, environnementaliste,
pétrochimiste etc.) sur le terrain à la recherche des gisements pétroliers (en amont) et

Mahamat Saleh Ali Page 5


d’assurer les contrats d’association avec les sociétés pétroliers (Esso, Caracal, CNPC
etc.) ;
- La Direction Financier et de comptabilité (DFC) : Elle a pour rôle d’assurer les
suivis de toutes les transactions, contrôler le budget, payer les salaires, régler les
factures des partenaires, allocation de congé, bref tous les services qui nécessitent un
financement.

I.9. Les projets et filiales de la SHT


I.9.1. Les Projets
La Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) a mis en place quatre (4) projets dont un
est opérationnel (base des données) et les trois (3) autres sont en cours de mise en place :
- PDSS ;
- SEDIGUI ;
- Polypropylène ;
- Base de données.
I.9.1.1. Projet de construction des dépôts pétroliers et stations-services (PDSS)
Dans la poursuite des objectifs à courts et moyens termes, la SHT a décidé de
construire des dépôts pétroliers et des stations-services dans les lieux stratégiques du Pays,
permettant ainsi l’accessibilité de tous les consommateurs à ses produits sans restriction ainsi
que la régulation de ce marché qui connait parfois des pénuries artificielles.
Pour ce faire, elle a mis en place une équipe chargée des Projets de Construction des
Dépôts Pétroliers et Stations-services (PDSS) depuis Juillet 2013. Dans le cadre des projets de
construction des dépôts pétroliers, un premier dépôt d’une capacité de trente-six mille (36 000
m3) mètres cubes sera construit à Djarmaya à 2 Km de la Raffinerie. Ce dépôt sera constitué
d’un ensemble de bacs de stockage répartis comme suit:
 20 000 m3 de gasoil : répartis dans 4 bacs de 5 000 m3 chacun ;
 10 000 m3 de super : répartis dans deux bacs de 5 000 m3 ;
 6 000 m3 de Jet A1 : répartis dans deux bacs de 3 000 m3 ;
 Une réserve d’eau de 3 000 m3 est prévue pour l’arrosage du site en cas d’incendie.
Selon les besoins des régions ces dépôts peuvent être construits. Ceux de Sarh, Abéché et
Moundou sont en cours d’étude.
A cela, s’ajoutent des stations-services dans les champs pétroliers ci-après :
 Mangara et Badila (qui sont fonctionnelles) ;
 Djarmaya (qui est fonctionnel) ;

Mahamat Saleh Ali Page 6


 Kibéa et Sarh (sont en arrêt) ;
 Danamadji (en phase d’étude).
L’équipe du projet a pour cahiers de charges :
 La préparation et le lancement des dossiers d’appel d’offre (DAO) pour le montage ;
 Le suivi technique et administratif du projet ;
 Le suivi des travaux en collaboration avec le maître d’œuvre;
 Le suivi technique et administratif des projets de construction des stations-services ;
 La formation des techniciens pour la maintenance des infrastructures pétrolières [2].
I.9.1.2. Projet SEDEGUI
Le projet SEDIGUI porte sur l’exploitation et la production du site pétrolier qui porte
le même nom. Celui-ci a une histoire qui date des années 1973-1975 avec la société
CONOCO qui a dès cette époque foré le premier puits SEDIGUI 1 en 1973 et testé en
1975.EXXON a pris le relai par la suite avec la convention de 1988 et a foré en 1989
SEDIGUI 2 à 1,2 km du premier puits. Dans la même année ESSO a reforé et testé de
nouveau SEDIGUI 1 ce qui a donné le nom de SEDIGUI A1.
Ce projet résultait de la volonté du Gouvernement de la République du Tchad de
mettre en valeur ce petit gisement de 15,3 Millions de barils (réserves prouvées + probables
selon EXXON) en vue d’assurer l’autosuffisance énergétique du pays. Il consistait à l’époque
avec la mise en place de la SERRAT (société d’étude et d’exploitation de la raffinerie du
Tchad), société constituée par un consortium pétrolier ( ESSO , SHELL et CHEVRON avec
51% ) et l’Etat avec ( 49% ) pour la construction des installations de surface, d’un oléoduc de
plus de 300km, d’une mini-raffinerie de 2.000 à 3.000 barils/jour et d’une centrale électrique
de 12 MW pour fournir l’électricité à la ville de N’Djamena.
Entre temps, le Gouvernement de la République du Tchad, grâce au financement de la
République populaire de Chine et en partenariat avec la société CNPC, ont réalisé la
construction d’une raffinerie à DJARMAYA qui fonctionne avec le brut issu des gisements de
Rônier et Mimosa dans le Bassin de Bongor, et transporté par un pipeline de 311km.
Cette raffinerie d’une capacité de 20.000 barils/jour est fonctionnelle depuis 2011.
Face au besoin de plus en plus croissant du pays en produits pétroliers et ceux des pays
voisins du Tchad d’une part et de la crise énergétique d’autre part, le projet SEDIGUI refait
surface sous l’impulsion du Chef de L’Etat et du Gouvernement de la République du Tchad
à travers le Ministère en charge du pétrole et la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT)
[2].
La figure suivante nous montre la carte régionale et la position exacte du projet Sedigui.

Mahamat Saleh Ali Page 7


Region: Kanem;
Prefecture: Nokou;
Sous-prefecture: Rig-Rig;
SEDIGUI: 7 km de Rig-Rig.

Figure 2 : Position géographique du Sedigui [1]


I.9.1.3. Le Projet Usine de transformation des matières plastiques (Polypropylène)
Le Tchad, à l’instar des autres nations productrices de pétrole, met l’accent sur le
développement socio-économique du pays, notamment à travers les industries de
transformation. C’est ainsi que dans le but de transformer sur place les produits dérivés issus
du Raffinage, la Société des Hydrocarbures du Tchad a mis en place un projet pour la création
d’une usine de transformation de polypropylène dénommée Unité de gestion du projet de
réalisation de l’usine de transformation des matières plastique au Tchad.
La Raffinerie de Djarmaya a une production moyenne de polypropylène d’environ
1000 tonnes (T) par mois. Encore faut-il remarquer que cette exportation n’est pas régulière
du fait, entre autres, de l’incapacité de la Raffinerie aujourd’hui de proposer aux clients des
quantités qu’elle pourra honorer tout le long de l’année. L’absence d’usine de transformation
des polypropylènes au Tchad n’incite pas la Raffinerie à mettre en place les outils nécessaires
pour développer sa production. Pourtant sur le marché local Tchadien, les articles fabriqués à
partir du polypropylène sont innombrables, mais tous importés du Nigeria voisin et d’ailleurs.
Il s’agit des tables, des chaises, des réservoirs d’eau, des sceaux, des tuyaux de canalisation
etc.
Conscient de cette situation, la Direction Générale de la SHT a pris la décision
d’initier un projet dont l’objectif, à terme, est la mise en place d’une usine de transformation
au Tchad du polypropylène produit par la Raffinerie de Djarmaya et de recyclage des matières
plastiques [2].
I.9.1.4. Projet base de données pétrolières de la SHT
Ce Projet, mis en place par la Société des Hydrocarbures du Tchad, bénéficie pour sa
mise en place du concours technique de Schlumberger, à travers son segment Schlumberger
information solutions.
Les objectifs fixés sont l’organisation, la valorisation, la sécurisation de l’information
pétrolière et la promotion du secteur pétrolier au Tchad [2].

Mahamat Saleh Ali Page 8


I.9.1.5. Centre d’enfûtage de bouteilles de gaz et des dépôts
La Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) envisage aussi la réalisation d’un
centre d’enfûtage de bouteilles de gaz et des dépôts, de capacité allant de 8 000 m3 à 30 000
m3 à Moundou, Abéché, Sarh, Fada et Mao dans les jours à venir.
I.9.2. Les filiales de la SHT
I.9.2.1. SOTRADA
Née du partenariat BOCOM/SHT, la Société Tchadienne de traitement des déchets et
d’Assainissements (SOTRADA) de Moundou est déjà presque construite, mais les finitions
sont en arrêts pour le moment suite au manque de certains matériels. La SOTRADA est une
Société mixte (SHT et BOCOM), mais financé entièrement par BOCOM, et qui détiennent
aujourd’hui 55% de la part du marché et 45% pour l’Etat Tchadienne. Elle a pour rôle de
traité tous les déchets produits par les Sociétés pétrolières et les autres Sociétés de la place
telles que : Coton-Tchad, BDT, MCT etc. qui impactent l’environnement par leurs déchets.
C’est dans cette optique que la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) a voulu mettre en
place cette Société de traitement des déchets.
I.9.2.1. Centrale électrique
Une centrale électrique fonctionnant à gaz sera construite dans bientôt à Moundou par
Glencore, d’une capacité de deux Mégawatts (2 MW).
Suite aux bonnes relations et partenariats avec les Sociétés Pétrolières, la SHT gagnera
ce mini central aux profits de la population de Moundou. Le transport et la gestion sera
assurée par la Société Nationale d’Electricité (SNE) sous la supervision de la SHT.

Conclusion
Ce chapitre nous a permis de faire une présentation générale de la Société des
Hydrocarbures du Tchad (SHT), ses organes de direction, les projets et les filiales qu’elle
possède.
La réalisation de ces projets traduit l’ambition de la Société Nationale à devenir une
entreprise intégrée. Ces projets vont considérablement contribuer au développement de la
Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) et également à l’essor socioéconomique du
Tchad.
Dans sa politique de préserver ou protéger l’environnement et alimenter ses stations-
services dans les sites isolés, nous proposons l’alimentation de la Société en solaire
photovoltaïque. Le chapitre suivant présente les généralités sur l’énergie solaire
photovoltaïque, qui est une énergie fiable et sans pollution.

Mahamat Saleh Ali Page 9


Chapitre II : Généralités sur l’énergie solaire
Introduction
Décrit par le physicien français Antoine Becquerel (le grand-père du découvreur de la
radioactivité), l’effet photovoltaïque est simple dans son principe. Les panneaux solaires se
composent de photopiles constituées de silicium, un matériau semi-conducteur qui abrite des
électrons. Excités par les rayons du soleil, les électrons entrent en mouvement et produisent
de l’électricité.
Elle est radicalement différente de l’énergie solaire thermique qui, quant à elle, produit
de la chaleur à partir du rayonnement solaire infrarouge afin de chauffer de l’eau ou de l’air.
On utilise dans ce cas des capteurs thermiques qui relèvent d’une toute autre technologie.
Dans le langage courant, ce sont des «chauffe-eaux solaires» ou des «capteurs à air solaires».
Il y a aussi ce qu’on appelle énergie solaire thermodynamique, qui fonctionne sur un
principe de concentration des rayons solaires au moyen de miroirs galbés, en un foyer placé
sur un tour qui emmagasine les calories pour les restituer ensuite sous forme mécanique à
l’aide d’une turbine à vapeur par exemple. Ces aspects de l’énergie solaire (thermique et
thermodynamique) ne sont pas traités dans ce chapitre, mais nous baserons uniquement sur
l’énergie solaire photovoltaïque.

II.1. Energie solaire


II.1.1. Définition
Situé à une distance moyenne de 149 598 Km de la Terre, le soleil est une étoile de
forme pseudo sphérique dont le diamètre atteint 1 391 000 Km [3].
C’est une gigantesque source énergétique disponible en permanence qui brule de
l’hydrogène depuis 4.6 milliards d’années. Quand les atomes d’hydrogène fusionnent, des
atomes plus lourds se forment en libérant beaucoup d’énergie sous forme de chaleur de
rayonnement : c’est la fusion nucléaire [4].
II.1.2. Rayonnement solaire
En traversant l'atmosphère, le rayonnement solaire est absorbé et diffusé. Au sol on distingue
donc :
 le rayonnement direct qui est reçu directement du soleil, sans diffusion par
l'atmosphère ; ses rayons sont parallèles entre eux, forme donc des ombres et peut être
concentré par des miroirs ;

Mahamat Saleh Ali Page 10


 le rayonnement diffus, qui est constitué par la lumière diffusée par l'atmosphère (air,
nébulosité, aérosol). La diffusion est le phénomène qui reparti un faisceau parallèle en
une multitude de faisceau partant dans toutes les directions. ce rayonnement est isotope
c'est-à-dire qu'on reçoit un rayonnement identique dans toutes les directions de la voute
céleste ;
 l'albédo qui est la partie réfléchie par le sol, ce dernier dépend de l'environnement du
site. La neige par exemple renvoi énormément des rayons lumineux alors qu’un corps
noir n’en renvoi pratiquement aucun ;
 Le rayonnement global est la somme de ces différentes formes de rayonnement comme
le montre la figure suivante.

Soleil

Nuage

Sol

Figure 3 : Composant du rayonnement solaire au sol [3].

II.2. L’énergie photovoltaïque


II.2.1. Origine et définition
Le mot «photovoltaïque» vient du mot grec «photo» signifiant lumière et de «volta»
du nom du physicien italien qui, en 1800 découvrit la pile électrique. Mais c’est en 1839 que
le français Antoine Edmond Becquerel fut le premier à mettre en évidence cette conversion
particulière d’énergie.
L'énergie photovoltaïque est une conversion directe du rayonnement solaire en
électricité à partir de la cellule photovoltaïque [3].
II.2.2. Cellule photovoltaïque
Une cellule photovoltaïque est un composant électronique qui, exposé à la lumière
(photons), génère de l’électricité. C’est l’effet photovoltaïque qui est à l’origine du
phénomène. La cellule photovoltaïque transforme l’énergie lumineuse du soleil en courant
électrique, grâce au matériau semi-conducteur qu’elle contient.

Mahamat Saleh Ali Page 11


Le principe de fonctionnement de cette cellule fait appel aux propriétés du
rayonnement solaire et à celles des semi-conducteurs [5].
II.2.3. Matériau semi-conducteur
Un semi-conducteur est une structure cristalline intermédiaire entre la structure du
conducteur et celle de l'isolant du moins pour ce qui concerne ses propriétés électriques. Le
semi-conducteur le plus utilisé est le silicium [3].
Dopage du silicium
Le dopage est une méthode permettant de réaliser la jonction P-N. Cela consiste à
introduire des impuretés dans un cristal intrinsèque pour modifier ces propriétés électriques.
Le semi-conducteur dopé est appelé "semi-conducteur extrinsèque" [6].
Il existe deux types de dopage :
 Le type N (négatif)
Le dopage de type N consiste à ajouter un atome de phosphore au sein de la structure
cristalline du silicium. Le phosphore disposant de 5 électrons sur sa couche électronique
externe va s’associer avec 4 atomes de silicium, laissant ainsi libre un électron : cet ajout a
pour effet de donner à la structure cristalline une charge globale négative.
 Le type P (positive)
Le dopage de type P consiste à ajouter un atome de bore au sein de la structure
cristalline du silicium. Le bore disposant de 3 électrons sur sa couche électronique externe va
s’associer avec 4 atomes de silicium, laissant ainsi libre un trou : cet ajout a pour effet de
donner à la structure cristalline une charge globale positive.
Les deux figures suivants, nous montre respectivement le dopage en phosphore et en bore :

a. phosphore b. bore
Figure 4 : Dopage [6]

II.2.4. Conversion photovoltaïque


La conversion de la lumière en électricité rassemble trois phénomènes physiques intimement
liés et simultanés :

Mahamat Saleh Ali Page 12


 L’absorption de la lumière dans le matériau ;
 Le transfert d’énergie des photons aux charges électrique ;
 La collecte de charge
II.2.5. Technologie des cellules photovoltaïques
L’énergie solaire est donc présente partout, propre, et gratuite. Cependant, pour être
convertie en électricité, elle nécessite un appareillage de haute technologie.
Les panneaux utilisés, aujourd’hui dans le commerce sont tous à base de silicium.
Il existe trois (3) sortes des cellules photovoltaïques [8] :
 Les cellules monocristallines :
On appelle cellule monocristalline une cellule issue d’un bloc de silicium cristallisé en
un seul cristal. Ce genre de cellule est rond, parfois presque carré et possède une couleur
uniforme. Les panneaux à cellules monocristallines offrent un rendement de 14 à 18%. Leur
méthode de production restant complexe et coûteuse (il faut beaucoup d’énergie pour obtenir
du cristal de silicium pur), ces panneaux sont donc chers.
 Les cellules polycristallines :
Les cellules polycristallines sont issues d’un bloc de silicium cristallisé en cristaux
multiples. Elles ont souvent un aspect rectangulaire. Les panneaux solaires à cellules
polycristallines ont un rendement plus faible que ceux à cellules monocristallines (de 11 à
15%). Leur coût de production étant moins élevé, elles offrent le meilleur qualité/prix.
 Les cellules amorphes :
Les cellules photovoltaïques amorphes sont produites à partir d’un « gaz de silicium»,
qui est projeté sur du verre, du plastique souple ou métal, par un procédé de vaporisation sous
vide. Cette technique permet d’utiliser des couches très minces de silicium.
Les cellules photovoltaïques amorphes sont moins coûteuses à produire que les
précédentes, mais leur rendement n’est que de 7 à 9%.
La figure suivante nous montre respectivement en image les cellules monocristalline,
polycristalline et amorphe :

a. Monocristalline b. Polycristalline c. Amorphe


Figure 5 : les cellules

Mahamat Saleh Ali Page 13


II.3. Le système photovoltaïque
Plusieurs modules sont groupés pour former un système photovoltaïque qui comprend
d’autres composants comme un régulateur, des batteries et un onduleur pour un site isolé
(autonome).
Dans le cas où le système photovoltaïque alimente un réseau de distribution électrique,
on ne fait plus intervenir la batterie car c’est le réseau qui restitue l’énergie en cas de déficit.
II.3.1. Les types de système photovoltaïque
Nous distinguons deux types de systèmes photovoltaïques à savoir :
- autonome, pour un site isolé ;
- connecté au réseau de distribution électrique ;
II.3.1.1. Système photovoltaïque autonome
C'est un système dont l'énergie produite est utilisée dans un site isolé et ayant un
système de stockage d'énergie. L'énergie produite par les modules est en courant continu et
comme on touche à l'habitat où la plupart des appareils fonctionnent en courant alternatif, il y
a nécessité de la convertir en alternatif [9].
Les batteries servant de stockage, se chargent le jour. L'alimentation des applications
par la batterie se fait par l'intermédiaire d'un régulateur de charge pour éviter qu'elle souffre
de surcharge et d'un onduleur (convertisseur du courant continu à un courant alternatif).

Champ des modules


Régulateur

Utilisation en courant continu

DC Utilisation en
AC courant alternatif
Batterie Onduleur

Figure 6 : Schéma d'un système photovoltaïque autonome [9]


II.3.1.2. Système photovoltaïque connecté au réseau de distribution électrique
Il est possible d'utiliser un générateur photovoltaïque de façon non autonome, en le
connectant au réseau public de distribution électrique (figure 7). Dans ce cas l'énergie
produite est soit consommée sur place par le site ou soit revendue sur le réseau en cas de
production excédentaire. Lorsqu'il y a déficit ou pendant les moments défavorables, le réseau
alimente le site. Il n'y a donc pas de batterie [9].

Mahamat Saleh Ali Page 14


Panneau solaire

Boite de PV-générateur
Onduleur
Interrupteur Comptage de
l’énergie produite par
Réseau de
l’utilisateur distribution
Utilisation

Comptage de l’énergie fournie à


l’utilisateur
Figure 7 : Schéma d'un système photovoltaïque connecté au réseau de distribution [9]

II.3.2. Les composants du système photovoltaïque autonome


II.3.2.1. Modules photovoltaïques
Les modules photovoltaïques (ou panneaux) sont constitués d’un ensemble de cellules
qui génèrent un courant continu lorsqu’elles sont exposées au photon lumineux. Le courant
II.3.2.2. Batterie de stockage
Le stockage d'énergie dans les systèmes photovoltaïques autonomes est assuré par des
batteries.
Les batteries les plus utilisées pour des générateurs autonomes sont en générale de
type plomb- acide (Pb). Les batteries de type nickel-cadmium (NiCd) sont parfois préférées
pour les petites applications.
Les batteries au plomb ont généralement une durée de vie variant entre 8 à 12 ans si
elle est entretenue régulièrement.
II.3.2.3. Régulateur
Un régulateur de charge est appelé aussi contrôleur de charge, est un système ou
appareil électronique fonctionnant complètement de façon automatique auquel sont
raccordées le générateur (panneaux solaire), la batterie ainsi que d’éventuels équipements ou
composants de l’installation.
Le régulateur solaire régule le niveau d’énergie stockée par les batteries afin d’éviter les
surcharges et les décharges trop profondes des batteries :
- il limite, voir stoppe, la charge de la batterie solaire par les modules solaire quand la
batterie est complétement chargée ;
- il ralentie la décharge par délestage de l’utilisation, voir même l’arrêt total, afin
d’éviter les décharges profondes risquant d’endommager les batteries.

Mahamat Saleh Ali Page 15


II.3.2.4. Onduleur
Les onduleurs sont des appareils servant à convertir la tension continue fournie par les
panneaux ou batteries pour l'adapter à des récepteurs fonctionnant avec une tension
alternative.
II.3.3. Avantages et inconvénients du photovoltaïque
Le recours au photovoltaïque se pose souvent en terme de choix par rapport à une
autre source d'électricité telle que : la source éolienne, le groupe électrogène etc. Les systèmes
photovoltaïques à des avantages qui plaident en sa faveur même s’il a des inconvénients.
II.3.3.1. Avantages
 Installation simple et adaptable à tout projet ;
 Durée de vie assez longue, 25 ans ;
 Les couts de fonctionnement sont très faibles vu les entretiens réduits et ils ne
nécessitent ni combustible, ni transport, ni personnel hautement qualifié ;
 Source d’énergie inépuisable ;
 Enfin, cette technologie présente les qualités sur le plan écologique car le système
photovoltaïque est non polluant, silencieux et n'entraine aucune perturbation du
milieu si ce n'est que l'occupation de l'espace pour l'installation de grande dimension.
II.3.3.2. Inconvénients
 Investissement initial cher ;
 Faible rendement ;
 Une production d’énergie irrégulière, à cause du temps
 Manque de stabilité de production à cause du soleil ;
 Enfin elle demande pour le stockage d’énergie par des batteries.

II.4. Le Dimensionnement
Le dimensionnement d’un système photovoltaïque suit une démarche par étapes que
l’on peut résumer comme suit :
Etape 1 : Détermination de la consommation électrique :
- Multiplier la puissance que consomme chaque appareil, par le nombre d’heures durant
lesquelles l’appareil est utilisé sur une journée de 24h :
Ec  P  T (II.1)
- Additionner ensuite la consommation électrique de tous les appareils ; le résultat
trouvé est la consommation électrique totale de l’application par jour. Elle s’exprime
en Wattheure par jour (Wh/j) :

Mahamat Saleh Ali Page 16


n
Et   Ec (II.2)
i 1

Avec P : puissance des charges en W ;


T : temps de fonctionnement en h ;
Et : énergie consommée en Wh.
Etape 2 : la ressource solaire
La station météorologique de la région peut nous donner le rayonnement solaire, qui
représente la quantité d’énergie solaire captée par une surface de 1 m² exposée au soleil au
cours d’une journée. Autrement dit, il équivaut à la puissance solaire maximale de 1000 Watts
reçue par une surface de 1 m² pendant un nombre d’heures donné au cours d’une journée : il
s’exprime par Wh/m²/jour, KWh/m²/jour ou encore MW/m²/jour.
Etape 3 : Dimensionnement du générateur solaire : la puissance crête
La formule de base pour la détermination de la puissance crête nécessaire pour un système
photovoltaïque à courant continu est donnée comme suit :
Ec
Pc  (II.3)
K * Ir
Avec Pc : puissance crête en Wc ;
Ec : consommation électrique en Wh ;
K : facteur de conversion sans unité ;
Ir : irradiation solaire en KWh/m²/jour.
Tableau 1 : valeur de la tension recommandée fonction de la puissance crête
Puissance crête 0-500 Wc 500-2 KWc 2-10 KWc ˃10 KWc
Tension recommandée 12 V 24 V 48 V ˃ 48 V

 Nombre de module
Pc
Nm  (II.4)
Pm

Avec Pc : puissance crête ;


Pm : Puissance du module ;
Etape 4 : la capacité de la batterie
C’est la quantité maximum d’énergie que contient une batterie (sous température idéale de 25˚) a
pour formule :
Ec * N
Cbat  (II.5)
U bat * D

Mahamat Saleh Ali Page 17


Avec Cbat : capacité de la batterie en Ah ;
Ec : consommation électrique en Wh ;
N : nombre de jour d’autonomie en jour (J) ;
D : profondeur de décharge en % ;

Etape 5 : la capacité de l’onduleur


Elle est déterminée par la formule suivante :

Pinst
Pond  (II.6)

Avec Pond : puissance de l’onduleur en W
Pinst : puissance installée en W
η : rendement électrique en %

Etape 6 : la capacité du régulateur


Elle est déterminée par la relation suivante :
Pc
C reg  (II.7)
U
Creg : capacité du régulateur en A
Pc : puissance crête en Wc
U : tension en
Etape 7 : Dimensionnement de section de câble
Dans un système photovoltaïque, les câbles doivent être soigneusement choisis pour
éviter des pertes de puissance trop importante, ces critères sont notamment : résistance aux
rayons solaires forts, aux intempéries, sa section afin d’éviter une chute de tension importante
etc.
2    L  In
S (II.8)
U
Avec ρ : la résistivité du matériau, pour le cuivre ρ=0.017 mm2Ω/m
𝐿 : La longueur du câble
𝐼𝑛 : L’intensité qui passe dans le câble
∆𝑈 : Chute de tension compris entre 0.3 et 0.4
𝑆 : La section de câble en mm2
Tableau 2 : section de câble normalisée
Section normalisée mm2 1.5 2.5 4 6 10 16 25 35 50 70 95 120 240

Mahamat Saleh Ali Page 18


Conclusion
Ce chapitre nous a permis de décrire brièvement sur l’énergie solaire photovoltaïque,
sur sa découverte, sa transformation en électricité et les différentes composantes qui
constituent son fonctionnement.
Le photovoltaïque présente au jour d'aujourd'hui d'énormes avantages par l'effet que
l'installation, principalement celle des modules, est simple et adaptée à des besoins
énergétique divers et les couts de fonctionnement sont très faibles vu les entretiens réduits.
Cette technologie présente des avantages sur le plan écologique, car le système
photovoltaïque est non polluant, silencieux et n'entraine aucune perturbation du milieu si ce
n'est que l'occupation de l'espace pour l'installation de grande dimension.
L’objectif de ce chapitre est de nous donner une idée générale sur l’énergie solaire
photovoltaïque afin qu’on puisse faire le dimensionnement. Donc nous insérons le chapitre
suivant sur la description et équipements de la station-service de Djarmaya.

Mahamat Saleh Ali Page 19


Chapitre III : Description et équipement de la station-service
de Djarmaya
Introduction
Une station-service est une infrastructure positionnée sur le bord de la route ou d’une auto
route destinée principalement à fournir du carburant aux automobilistes. La toute première
station-service de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT) est située aux portes de la
raffinerie de Djarmaya, dans la Région de Hadjer-Lamis. Cette station-service a pour but de
répondre aux besoins de la population. Le Gouvernement a souhaité mettre à des prix défiants
toute concurrence, des produits finis, à la disposition des consommateurs.
La SHT prévoit dans bientôt, la construction des différents types des stations-services
suivants :
- Le type A : ce sont des stations à hautes gammes qui disposent de tous les services de
carburation, d’entretien et de lavage, d’une boutique, ayant une grande capacité de
stockage et un débit important. Elles sont généralement construites au bord de la route
d’une superficie d’environ 1800 m² ;
- Le type B : ce sont des stations de moyenne classe, utilisées généralement par les
opérateurs économiques et la SHT. Elles disposent aussi des services de carburation,
d’une boutique, une salle d’entretien et une superficie d’environ 1500 m² ;
- Le type C : ce sont des petites stations qui disposent d’un service de carburation plus
une petite boutique et qui a une superficie inférieure ou égale à 1500 m² ; elles sont
généralement construites dans les zones rurales ;
- Les semi-mobiles sont des stations-services (tous les équipements sont combinés dans
un container) de classe moyenne, que le projet compte faire dans les zones isolées du
pays.
Toutes ces stations sont esthétiquement différentes, mais en réalité elles disposent d’un
même système de distribution de carburant.

II.1. Description
Le site étudié est celui de la station-service de la SHT, situé du côté Ouest de la
raffinerie et en bordure la route de N’Djaména-Massaguet sur un terrain d’environ quatre
hectare (4 ha).

II.2. Présentation de la station-service de Djarmaya


Le bâtiment principal comprend :

Mahamat Saleh Ali Page 20


- un bureau, pour le gérant, abritant le coffret de distributions pour les interrupteurs, les
lampes et autres installations électriques des bureaux et sous l’auvent ;
- une salle technique à partir de laquelle on contrôle tous les équipements électriques :
disjoncteurs, armoire électrique (assure une régulation électrique manuelle), les
alarmes d’alerte, etc. ;
- une salle du personnel contenant une commande du système de sécurité incendie et
une commande des pompes d’alimentation ;
- une armoire de gestion de stocks, qui affiche le niveau du carburant en pourcentage
pour chaque produit stocké ;
- un espace boutique meublée ;
- Des toilettes ;
- un grand auvent abritant six (6) volucompteurs duplex dont deux (2) mixtes (gasoil et
super) et quatre (4) de gasoil ;
- un espace vert aménagé ;
- une réserve d’eau d’une capacité de 3 000 litres ;
- une salle de machines abritant deux groupes électrogènes d’une capacité de 60 KVA
chacun ;
- un coffret inverseur ;
- un coffret de commande de la pompe immergé (forage) ;
- un tableau de commande ;
- un extracteur d’air ;
- une cuve journalière des groupes électrogènes de 600 litres, trois (3) cuves enterrées
d’une capacité de 60 000 litres chacun dont deux (2) de gasoil et un (1) de super ;
- une fosse septique avec deux regards ;
- un circuit équipotentiel ;
- une enseigne lumineuse pour l’affichage des prix et des produits.

II.3. Situation géographique


La station-service de Djarmaya (figure8) est localisable selon les coordonnées
géographiques suivantes (Source Google Earth, mai 2015) :
- Altitude : 489 m ;
- Latitude : 12˚23’48’’N ;
- Longitude : 15˚05’18’’E.

Mahamat Saleh Ali Page 21


Selon la latitude, l'irradiation journalière sera différente d'un point à l'autre étant donné
que l'énergie disponible au niveau du sol dépendra de l'angle d'incidence des rayons solaires.
Les sites d'altitude sont généralement plus favorisés par l'ensoleillement que ceux de
plaine.
Les données climatiques suivant ont été recueillis par le service de météorologie de
l’aéroport de N’Djamena :
- Climat tropical à deux saisons :
 Sèche : allant du mois de novembre au mois d’avril ;
 Pluvieuse : allant du mois de mai au mois d’octobre.
- Températures :
 Minimales : 22.8°C en moyenne, mais pouvant descendre jusqu'à 15.7°C en
Décembre ;
 Maximales : 37.3°C en moyenne et pouvant monter jusqu'à 43.6° C en Avril.

a. Image satellitaire (mai 2015) b. Photo de la station-service


Figure 8 : station-service de Djarmaya

III.4. Equipement de la station-service de Djarmaya


III.4.1. Cuves de stockage
III.4.1.1. Définition
Les cuves cylindriques horizontales permettent de stocker un ou plusieurs types de
produit. Il existe deux types de cuves qui sont utilisés actuellement dans les stations-services
de la place (SHT, Total, etc.) :
 cuves de stockage simple paroi, placées horizontalement et installés dans une fosse en
béton armé étanche pour les anciennes stations-services ;
 cuves de stockage double paroi, fixées sur un berceau métallique et placées
horizontalement dans une fosse pour toutes les nouvelles stations-services.

Mahamat Saleh Ali Page 22


Les parois extérieurs et intérieurs des cuves double enveloppe sont souvent en acier avec
un revêtement à l’extérieur. Elles sont destinées pour le stockage des liquides de classe A
(densité inférieur ou égale à 1.1kg/l (1100kg/m3)) [7].
III.4.1.2. Technologie des réservoirs
Au niveau de la station-service de Djarmaya, nous n’avons pas pu identifier les
marques utilisées, puisqu’elle a été l’œuvre des Chinois puis achetée par la SHT. Tous les
documents ou notices techniques concernant les équipements de la station ont été gardés par
l’entreprise chinoise en charge des travaux.
D’après les investigations que nous avons menés auprès des autres stations-services de
la place, nous avons constaté que les marques de réservoirs utilisées sont celles des
constructeurs LAFON technologies (France) et SOCAFER SA (Cameroun) [7].

a. Simple paroi b. Double paroi


Figure 9 : les cuves

III.4.2. Les accessoires d’une cuve de stockage


III.4.2.1. Le trou d’homme
Le trou d’homme est l’ouverture permettant l’accès dans la cuve pour y effectuer des
travaux de maintenances. Mais c’est aussi sur cette plateforme que sont effectuées toutes les
connexions permettant la distribution, le remplissage, et le jaugeage des produits stockés. Le
trou d’homme est toujours composé d’un corps, d’un bord et d’un couvercle. En fonction de
la capacité de la cuve, du compartimentage désiré, un ou plusieurs trous d’hommes peuvent
être prévus [7].

Figure 10 : Trou d’homme [7]

Mahamat Saleh Ali Page 23


III.4.2.2. La chambre étanche
C’est un ensemble, généralement en plastique (polyéthylène) permettant de couvrir le
trou d’homme et de protéger le produit stocké des éventuelles pollutions. Les parois de la
chambre sont conçues pour résister à la poussée du remblai. Le jaugeage de la cuve est fait
directement via le couvercle de la chambre étanche [7].

Figure 11 : La chambre étanche [7]

III.4.2.3. Limiteur de remplissage


Le limiteur de remplissage est un dispositif installé dans la cuve et qui a pour rôle de
cesser le remplissage de la cuve lorsque le niveau maximum est atteint et ainsi d’éviter tous
débordements lors des dépotages. Son fonctionnement est identique à celui de la chasse d’eau.
Il stoppe l’écoulement du produit grâce à la remonté de son flotteur [7].

Figure 12 : Limiteur de remplissage [7]

III.4.2.4. Le détecteur de fuite


C’est un capteur électronique installé entre les parois d’une cuve double enveloppe
permettant de détecter les éventuelles fuites de produit. En cas de rupture de la première paroi,
le produit pousse le liquide inter-paroi vers le bac tampon qui envoie automatiquement un
signal vers l’alarme installée dans le bureau du gérant. L’alarme retentit et le voyant rouge
s’allume avertissant ainsi le gérant qui arrête l’exploitation de la cuve fuyarde. Ce dispositif
permet d’éviter la pollution de l’environnement [7].

Mahamat Saleh Ali Page 24


Figure 13 : Détecteur de fuite

III.4.2.5. Le jaugeur électronique


Il s’agit d’un capteur électronique permettant de jauger et d’envoyer le volume
contenu dans la cuve vers une plateforme informatique accessible via internet. Le personnel
du dépôt peut se connecter et connaitre les creux à tout moment dans les stations et ainsi
anticiper la livraison [7].

Figure 14 : Le jaugeur électronique

III.4.3. Les appareils de distribution


III.4.3.1. Principe de fonctionnement
Un appareil de distribution est un ensemble composé de deux parties : l’unité hydraulique
et l’unité de conversion et affichage.
o L’unité hydraulique est composée d’une pompe, d’un moteur électrique et d’un
compteur volumétrique. Le moteur est alimenté par le réseau électrique de la station et
couplé à la pompe par une courroie de transmission. On démarre la pompe en
déclenchant l’actionneur placé sur la partie latérale des distributeurs mécaniques
(300T) et en soulevant le pistolet pour les distributeurs automatiques (500T). Le

Mahamat Saleh Ali Page 25


produit ainsi aspiré traverse le mesureur qui compte le volume et envoie l’information
au calculateur ;
o L’unité de conversion et affichage est composée d’un calculateur (électronique ou
mécanique, paramétrable) et d’un panneau d’affichage (prix et volume). Le calculateur
converti le volume qui lui est transmis par le compteur en prix et l’affiche sur le
panneau d’affichage.
La station-service de Djarmaya, utilise pour le moment une seule marque de distributeur
disposant de 2 pistolets (comme le montre la figure suivante) pour les débits standards et
chacun est équipé d’un calculateur électronique.

a. Gasoil b. Gasoil et Super


Figure 15 : Les distributeurs

III.4.3.2. Caractéristiques des composants


III.4.3.2.1. Les pompes EPZ et PAS V3
Tous les modèles de pompes sont disponibles en deux versions (aspiration et
immergés). Les débits varient en fonction des modèles demandés.
III.4.3.2.2. Le moteur électrique
Les moteurs fournis en standard pour alimenter les pompes d’aspiration sont des
moteurs asynchrones soit couplées en étoiles (400V/50Hz) soit en triangle (230V/50Hz) et
sont certifié ATEX.
Le moteur est utilisé est en fonction de la puissance requise relativement au débit et à la
pression [7] :
- pour la version 130 Litres / minute : 1.5KW à 2 800 tours par minute ;
- pour la version 80 Litres / minute : 1KW à 1 400 tours par minute ;

Mahamat Saleh Ali Page 26


- pour la version 40 Litres / minute : 0.55KW à 1420 tours par minute (utilisé à la
station-service de Djarmaya).

Figure 16 : Moteur standards [7]

III.4.4. Les tuyauteries


Deux types des tuyauteries sont utilisés dans la station-service de Djarmaya :
- les tuyauteries métalliques en acier galvanisé ;
- les tuyauteries plastiques en polyéthylène haute densité (PEHD).
Leurs rôles principales est de raccorder les cuves aux distributeurs mais aussi d’évacuer
les vapeurs contenus dans les cuves via l’évent. Ils sont enterrés à 20 cm sous la piste
couverte de béton et posé sur un lit de sable d’environ 15 cm d’épaisseur.

a. Métallique galvanisé b. Plastique en polyéthylène


Figure 17 : les tuyauteries

III.4.5. Alimentation électrique


La station-service de Djarmaya utilise un seul type de source d’énergie électrique.
Deux groupes électrogènes de 60 KVA chacun, fonctionnant par rotation hebdomadaire.

Mahamat Saleh Ali Page 27


Figure 18 : Groupe électrogène

Conclusion
Le projet de construction des dépôts pétroliers et stations-services permettra par un
réseau de stockage et distribution une bonne régulation de la vente des produits pétroliers, le
contrôle et la mise en place d’une réserve stratégique de l’Etat. Les aspects géographique,
environnemental, sécuritaire des points de vente des produits pétroliers sont très importants
dans la phase de description d’un nouveau site.
Les équipements que nous avons pu recenser dans ce chapitre, certains au niveau de la
station-service de Djarmaya, d’autre auprès des concurrents de la SHT, Pourront aider la SHT
à installer des stations-services de haute facture assurant sécurité, empêchant les impuretés
d’affecter les cuves de stockage et protégeant l’environnement.
Une fois que les données géographiques et les équipements de la station-service sont
connus, nous passerons au chapitre suivant sur le dimensionnement de la station-service de
Djarmaya.

Mahamat Saleh Ali Page 28


Chapitre IV : Dimensionnement de l’alimentation de la
station-service de Djarmaya en système solaire
photovoltaïque
Introduction
Le dimensionnement a pour but d’une manière la détermination des composantes de
l’installation photovoltaïques à partir des données météorologiques (l’ensoleillement) du site
et des besoins électriques de l’utilisateur tout en intégrant le concept d’efficacité énergétique.
Le choix des composantes du système solaire doit permettre à l’usager d’utiliser les
équipements requis durant la période demandée (c’est-à-dire tout au long de l’année ou pour
une période déterminée) et ce avec une disponibilité prédéterminée [10].
Dans le cas de notre étude, nous voulons proposer à la SHT d’alimenter la station-
service de Djarmaya par un système solaire photovoltaïque afin de respecter l’un de ses
objectifs qui est la préservation de l’environnement. Pour ce faire, nous allons établir le
besoin énergétique de la station et le confronter aux données climatiques de la région afin de
déterminer le nombre de panneaux, de batteries et toutes les autres composantes du système
PV.

IV.1. Données climatiques


Les données climatiques du tableau ci-dessous, sont ceux de la ville de N’Djamena,
que nous pourrions les utilisés pour notre dimensionnement de la station. Ces données ont été
recueillies du logiciel Canadien Retscreen, mais nous nous intéresserons particulièrement sur
les valeurs du rayonnement solaire quotidien horizontal (irradiation) qui est exprimé en
KWh/m²/j.

Mahamat Saleh Ali Page 29


Tableau 3 : Données climatique de la ville de N’Djaména
Rayonnem
ent solaire Pression
Températu Humidité quotidien - atmosphéri Vitesse du Températu
Mois re de l'air relative horizontal que vent re du sol
°C % kWh/m²/j kPa m/s °C
Janvier 23,1 25,1% 5,25 97,8 3,7 26,3
Février 26,5 20,6% 5,92 97,7 4,1 28,4
Mars 30,9 17,1% 6,67 97,4 4,2 33,0
Avril 33,9 25,9% 6,73 97,2 3,4 35,4
Mai 33,3 41,5% 6,54 97,4 3,3 34,2
Juin 31,2 56,1% 6,19 97,6 3,6 31,5
Juillet 28,2 72,9% 5,54 97,7 3,4 27,6
Août 26,6 82,7% 5,31 97,7 2,7 27,0
Septembre 27,7 77,7% 5,54 97,6 2,6 28,9
Octobre 29,1 54,9% 5,52 97,6 2,6 31,8
Novembre 27,2 27,7% 5,24 97,6 3,5 30,0
Décembre 23,9 27,1% 4,87 97,8 3,5 26,9
Annuel 28,5 44,3% 5,77 97,6 3,4 30,1
Mesuré à m 10,0 0,0

Nous traçons ci-dessous une courbe de rayonnement solaire annuel de la ville de N’Djaména.

courbe de rayonnement solaire


8
7
6
5
4
3
2
1
0

Figure 19 : courbe d’ensoleillement


Nous constatons sur la courbe, que le mois d’avril est le mois le plus ensoleillé et le mois de
décembre est celui le plus défavorable.

IV.2. Besoin électrique journalier de la station-service


Pour notre dimensionnement, il nous est primordial de déterminer la demande
énergétique quotidienne à satisfaire. Pour cela, nous allons lister les appareils à faire
fonctionner dans un tableau pour chaque type d’appareil, nous allons présenter sa puissance
nominale, le nombre et la durée d’utilisation dans une journée. En multipliant la puissance de

Mahamat Saleh Ali Page 30


l’appareil par le nombre d’heures d’utilisation, on obtient le besoin journalier de l’appareil.
Ainsi, en additionnant les besoins journaliers de tous les appareils, on obtiendra le besoin
journalier électrique de la station-service de Djarmaya.
Le tableau suivant nous donne l’estimation de la demande énergétique à satisfaire par les
panneaux pour une journée.
Tableau 4 : Besoin journalier de la station
Appareils Puissance Nombre Puissance Durée Energie
unitaire d’appareils Totale (W) d’utilisation (Wh/j)
(W)
Lampe auvent 20 12 240 10 2 400
Lampe bâtiment 15 18 270 8 2 160
Réfrigérateur 86 1 86 8 688
Ordinateur 330 1 330 8 2 640
Climatiseur 1480 5 7400 8 59 200
Volucompteur 550 6 3300 8 26 400
Extracteur d’air 5 3 15 8 120
Imprimante 200 1 200 2 400
Total 11 841 94 008

Apres avoir fait les calculs, nous obtenons la puissance totale de l’installation (11 841 W) et
le besoin journalier de 94 008 Wh/j.

IV.3. Dimensionnement du système photovoltaïque


IV.3.1. Données de base du dimensionnement
Les données du tableau ci-dessous vont intervenir dans les calculs de notre
dimensionnement :
Tableau 5 : Données de base du dimensionnement
Rayonnement solaire moyen annuel 5.77 KW/m²/jr
Décharge profonde des batteries 80%
Jour d’autonomie 2 jours
Tension d’alimentation 48V
Facteur de conversion K 65%

Le rayonnement solaire moyen annuel est le moyen de rayonnement solaire quotidien


horizontal exprimé en KWh/m²/jr. les batteries choisis auront une décharge de 80% après
avoir chargé à 100%. Le jour d’autonomie est le facteur le plus important dans les systèmes
PV avec stockage puisque lors des fluctuations d’ensoleillement, les batteries peuvent stocker
pendant 2 jours dans notre cas. La tension choisie est en fonction de la puissance crête et le

Mahamat Saleh Ali Page 31


facteur de conversion k est de 65% dans la zone de notre dimensionnement, puisque tous les
rayonnements émis par le soleil ne peuvent pas être convertis en énergie sauf les 65%.
IV.3.2. Dimensionnement
Sur la base des données ci-dessus nous allons effectuer le dimensionnement de tous les
constituants du système à savoir le nombre des panneaux, le nombre d’accumulateurs, les
caractéristiques des régulateurs et des onduleurs.
IV.3.2.1. Dimensionnement du générateur solaire : la puissance crête
C’est la puissance exprimée en watt-crête (Wc) et est définie comme la puissance
électrique maximum que peut fournir un module dans les conditions standards à 25˚C sous un
éclairement de 1000 W/m² (en plein soleil). Grace à elle, on pourra déterminer le nombre des
panneaux PV nécessaires pour la station-service. Elle est déterminée par la formule suivante :
Ec
Pc  (IV.1)
K * Ir
Pc : puissance crête en Watt crête ;
Ec : besoin journalier en Wattheure;
K : facteur de conversion sans unité;
Ir : irradiation solaire en KW/m²/jr
94008
 Pc  = 25 065.45 Wc ~ = 25 066 Wc
0.65 * 5.77
 Nombre de module
Pc
Nm  (IV.2)
Pp

Avec Pp : Puissance du panneau. Nous choisissons les panneaux de 250 Wc disponible


sur le marché de N’Djamena.
25066
 Nm  = 100.264
250
Soit 100 modules de 250 Wc.
Comme nous n’avons pas les panneaux de 48V, nous allons mettre 2 panneaux de 24V en
série pour obtenir 48V. Ce qui nous amènera à doubler le nombre du panneau solaire.
Donc notre champ PV sera composé de 200 panneaux solaires.
La technologie des panneaux que nous avons choisis est le monocristallin de la maison SPEC
Solar et leurs caractéristiques sont les suivantes :

Mahamat Saleh Ali Page 32


Tableau 6 : caractéristiques du panneau 250 Wc
Puissance crête : 250 Wc Tension maximale en DC : 1000 V
Intensité nominal : 8.3 A Intensité de court-circuit : 8.9 A
Tension nominale : 30.1 V Tension de circuit ouvert : 37 V
Dimension : 1m * 1.64m

IV.3.2.2. Dimensionnement des accumulateurs


Les accumulateurs (batteries) servent à stocker l’énergie excédentaire produite par le
champ des modules PV pendant les périodes ensoleillés. Il y a nécessité de stockage chaque
fois que la demande énergétique est décalée dans le temps vis-à-vis de l’apport énergétique
solaire. La capacité de stockage des batteries, est donnée par la formule suivante :
Ec * N
Cbat  (IV.3)
U bat * D
Donc Cbat : capacité de batterie en Ampère heure (Ah) ;
Ec : besoin journalier en Wh ;
N : jour d’autonomie en jour (J) ;
Ubat : tension de la batterie en Volt (V) ;
D : profondeur de décharge en %.
94008 * 2
 Cbat  = 4 896.25 ~ = 5 000 Ah
48 * 0.8
Soit deux batteries de capacité 2 500 Ah, pour obtenir une tension de 48 V, il nous faut 48
batteries de 2 V pour notre système à installer. Nous donnons les caractéristiques de ses
batteries dans le tableau suivant :
Tableau 7 : caractéristiques de la batterie
Type de batterie : plomb acide Capacité d’une batterie : 2500 Ah
Tension d’une batterie : 2 V Capacité totale des batteries : 5000 Ah
Marque : OPzS / Victron Energy Dimension L*l*h : 487*212*797mm

IV.3.2.3. Dimensionnement de l’onduleur


Un onduleur a pour rôle de convertir le courant continu (DC) en courant alternatif (AC). Sa
puissance est donnée par la formule suivante :
Pinst
Pond  (1+0.25) (IV.4)

Avec 0.25 : coefficient d’extension de 25%
Pond: puissance d’onduleur en W;
Pinst : puissance d’installation en W ;

Mahamat Saleh Ali Page 33


η : rendement électrique.
11841
 Pond = (1  0.25) = 16 445.825 W ̴ = 17 000 W
0.9
Notre système aura besoin d’un onduleur d’une puissance de 17 000 W. le choix de cette
onduleur portera sur la marque Sunny Tripower 17000TL de l’entreprise française SMA,
actuellement le plus utilisé par les sociétés de la place. Les caractéristiques sont les suivants :
Tableau 8 : caractéristiques de l’onduleur 17 000W

IV.3.2.4. Dimensionnement du régulateur


Un régulateur contrôle les flux d’énergie du système PV. Il doit protéger la batterie contre les
surcharges (solaires) et décharges profondes (utilisateur). Il doit assurer la surveillance et la
sécurité de l’installation. Pour la calculer, on utilise la formule suivante :
Pc
C reg  (IV.5)
U
Creg : capacité du régulateur en Ampère (A) ;
Pc : puissance crête en Wc ;
U : tension de la batterie en Volt (A).
25066
 C reg  = 522.20, soit une capacité de 523 A
48
Pour notre système à installer, nous avons choisi un seul régulateur MPPT capable de réguler
la charge et la décharge des batteries.
Le régulateur MPPT (maximum power point tracking) transforme les caractéristiques du
courant pour que le module puisse produire un maximum de puissance, tout en respectant les
contraintes de la batterie. C’est en quelque sorte un convertisseur qui va absorber le maximum
du module et qui fournira en sortie la même puissance mais sous une tension réduite et un
courant élevé. Par contre un régulateur conventionnel se connecte directement sur le module

Mahamat Saleh Ali Page 34


et à la batterie, sans se soucier des pertes dues à la différence de tension. Nous donnons les
caractéristiques du régulateur MPPT choisi ci-dessous :
Tableau 9 : caractéristiques du régulateur
Intensité nominal : 80-600 A Tension nominale : 48V
Intensité total des récepteurs : 523 A Type de régulateur : MPPT/SMA

IV.4. Analyse économique du système


L’analyse économique nous permettra de quantifier la rentabilité de l’électricité
photovoltaïque pour la SHT afin de motiver les décideurs et les utilisateurs.
IV.4.1. Le coût initial du système photovoltaïque
Le coût initial du système est le prix que doit payer un investisseur pour avoir un
système installé qui fournit une puissance crête donnée et une capacité donnée de stockage de
l’énergie. Dans ce prix, il est inclus le coût de toutes les composantes du système à savoir les
coûts des panneaux, de l’onduleur, des régulateurs et des batteries. D’autres coûts, comme le
génie civil, le transport, l’installation etc. peuvent entrer dans l’investissement initial, mais
nous les omettons faute d’information fiable. Le tableau suivant nous renseigne sur le prix des
composantes dimensionnés du système.
Tableau 10 : prix des composants du système photovoltaïque
Désignation Caractéristiques Prix unitaire (FCFA) Nombre Prix total (FCFA)
Panneau solaire 250 Wc 400 000 200 80 000 000
Batterie 2 500 Ah 2 454 805 48 117 830 640
Régulateur 80-600 A 3 000 000 1 3 000 000
Onduleur 17 000 W 11 496 152 1 11 496 152
Total 212 326 792
Le coût initial du matériel est de deux cent douze million trois cent-vingt-six mille sept
cent quatre-vingt-douze francs CFA (212 326 792 FCFA). A noter que les prix utilisés sont
hors taxe.
IV.4.2. Calcul de coût du cycle de vie du système photovoltaïque
Le coût du cycle de vie est le total à payer durant la durée de vie total du système. La
durée de vie de notre système sera celle des panneaux solaires qui est estimé à 25 ans.
Pour calculer le coût du cycle de vie total, nous avons besoin de tenir compte le
remplacement périodique des batteries, des régulateurs et de l’onduleur. En supposant une
durée de vie de douze (12) ans pour les batteries, huit (8) ans pour les régulateurs et
l’onduleur, on aura besoin de remplacer deux (2) fois les batteries, trois (3) fois les

Mahamat Saleh Ali Page 35


régulateurs et les onduleurs pour atteindre la durée de vie totale du système. Le tableau
suivant nous donne l’investissement total du cycle de vie du système.
Tableau 11 : prix du cycle de vie du système photovoltaïque avec le coût de cycle de vie
Désignatio Caractéristi Prix Nom Prix total Nombre Prix total du
n ques unitaire bre (FCFA) d’investi cycle
(FCFA) ssement (FCFA)
Panneau 250 Wc 400 000 200 80 000 000 1 80 000 000
solaire
Batterie 2 500 Ah 2 454 805 48 117 830 640 2 235 661 280
Régulateur 80-600 A 3 000 000 1 3 000 000 3 9 000 000
Onduleur 17 000 W 11 496 152 1 11 496 152 3 34 488 456
Total 173 126 792 359 149 736

Ce tableau montre que durant toute la durée de vie du système qui est de 25 ans, la Société
des Hydrocarbures du Tchad (SHT) doit s’attendre à investir à hauteur de trois cinquante-
neuf million cent quarante-neuf mille sept cent trente-six francs CFA (359 149 736
FCFA) pour du matériel.

IV.5. Dimensionnement du forage


Le forage de la station-service de Djarmaya permet d’arroser l’espace vert, la consommation
par les agents et le stock de sécurité.
IV.5.1. Estimation du besoin de la station
Les besoins de la station sont estimés à 3 000 litres par jour, ce qui est équivaut à la
capacité de la cuve installée dans le dit station.
IV.5.2. Données de base du dimensionnement du forage
Toutes les données de base suivantes, sont des valeurs approximatives que nous avons
recueillies auprès des sociétés qui effectuent des forages dans la ville de N’Djaména et ses
environnants. Nous n’avons pas eu des informations sur le puit existant.
Tableau 12 : Donnée de base du dimensionnement du forage
Profondeur du puit 50 m
Niveau statique d’eau du puit 25 m
Niveau dynamique du puit 40 m
Distance entre le puit et le réservoir 3m
Elévation du réservoir par rapport au puit 5m
Débit d’eau souhaité 3 m3
Hauteur manométrique total 55 m
Rayonnement solaire moyen annuel 5.77 KW/m²/jour

Mahamat Saleh Ali Page 36


IV.5.3. Dimensionnement
Le forage de la station va fonctionner sans de stockage d’énergie c’est-à-dire au file du
soleil (c’est l’eau qui sera stockée). Pour ceci, nous choisissons la pompe de marque Grundfos
qui fonctionnent généralement en AC et DC. Nous utilisons sa courbe de fonctionnement pour
déterminer sa puissance crête. Cette courbe se trouve en annexe.
IV.5.3.1. La puissance crête
Pour un débit de 3 m3 et une profondeur de 50 m, nous avons la puissance crête (Pc) de 1050
Wc (voir courbe).
IV.5.3.2. Nombre de panneaux
Pc
N (IV.6)
Pp

Avec Pc : puissance crête en Wc ;


Pp : puissance du panneau en Wc
Nous utilisons les panneaux de 250 Wc pour le dimensionnement.
1050
 N  = 4.2 ̴ = 5
250

Pour notre forage, nous avons besoin au total de 5 panneaux pour alimenter la pompe au fil
du soleil (DC).
La tension délivrée par les panneaux est compatible avec la pompe choisie. Nous donnons les
deux caractéristiques ci-dessous :
Tableau 13 : caractéristiques du panneau du forage
Puissance crête : 250 Wc Tension maximale en DC : 1000 V
Intensité nominal : 8.3 A Intensité de court-circuit : 8.9 A
Tension nominale : 30.1 V Tension de circuit ouvert : 37 V
Dimension : 1m * 1.64m

Tableau 14 : caractéristiques de la pompe Grundfos


Puissance absorbée : 1.4 KW Type de moteur : MSF3
courant nominal : 8.4 A Pression maximale : 15 bars
Tension nominale DC : 30-300 V Tension nominale AC : 1*90-240 V

IV.5.4. le coût initial des matériels


Le coût initial est le prix que doit payer la SHT pour avoir un système installé et qui
fournit une puissance crête donnée et une quantité donnée d’eau. Dans notre cas, nous
n’utilisons que les prix de deux composants (panneaux et pompe).

Mahamat Saleh Ali Page 37


Tableau 15 : Prix des matériels
Désignation Caractéristiques Prix unitaire (FCFA) Nombre Prix total (FCFA)
Pompe 1050 Wc 1 500 000 1 1 500 000
Grundfos
Panneaux 250 Wc 400 000 5 2 000 000
Total 3 500 000

V.6. Analyse économique du groupe électrogène


L’analyse économique nous permettra de déterminer la quantité et la rentabilité de
l’électricité par un groupe électrogène.
IV.6.1. Le coût initial du groupe électrogène
Pour calculer le cout initial du groupe électrogène, nous procèderons de la même
manière que celui du système photovoltaïque, y compris le non prise en compte du coût
d’installation et le transport. Dans notre cas, nous n’utilisons que les prix des matériels cités
ci-dessous :
Tableau 16 : coût initial du groupe électrogène
Désignation Caractéristiques Prix unitaire Nombre Prix total
(FCFA) (FCFA)
Groupe 60 KVA 20 000 000 2 40 000 000
électrogène
Les Cuve nourrisse, tuyauterie, et 10 000 000 1 10 000 000
accessoires extracteur d’air
du groupe
Total 50 000 000

Le coût initial du groupe électrogène est deux fois moins cher que le système photovoltaïque,
il ne coûte que cinquante million de franc CFA (50 000 000 FCFA).
IV.6.2. Calcul de coût du cycle de vie d’un groupe électrogène et ses
maintenances
Le coût du cycle de vie est le total à payer durant la durée de vie total du groupe
électrogène. La durée de vie de notre système sera celle des groupes électrogènes qui est
estimé à 5 ans. Mais pour le comparer avec les panneaux solaires, nous prenons en compte le
remplacement de groupe et son maintenance jusqu’à 25 ans.
Pour calculer le cout de cycle de vie total, nous avons besoin de tenir en compte le
changement périodique des matériels et leurs investissements totaux, que nous citerons au
tableau ci-dessous :

Mahamat Saleh Ali Page 38


Tableau 17 : coût du cycle de vie du groupe électrogène
Désignation caractérist Prix Nombr Prix total Nombre Prix total du
iques unitaire e/an (FCFA) d’investi cycle
(FCFA) ssement (FCFA)
2 Groupe 60 KVA 40 000 000 1 40 000 000 5 200 000 000
électrogène
Les Cuves, 10 000 000 1 10 000 000 1 10 000 000
accessoires du tuyauteries
groupe et
extracteur
d’air
Vidange Huile 40 000 30 1 200 000 25 30 000 000
Carburation Gasoil 525 14 400 7 560 000 25 189 000 000
Filtre Huile 37 800 30 1 134 000 25 28 350 000
Filtre Gasoil 31 100 2 62 200 25 1 555 000
Filtre Air 71 500 2 143 000 25 3 575 000
Electrovanne 70 000 1 70 000 25 1 750 000
Batterie 12 V 80 000 1 80 000 25 2 000 000
Liquide de Antigel 4 250 20 85 000 25 2 125 000
refroidissemen
t
Pompe 298 500 1 298 500 25 7 462 500
d’amorçage
Maintenance Deux 400 000 12 4 800 000 25 120 000 000
personnes
Courroie de 28 900 8 231 200 25 5 780 000
ventilation
Total 601 597 500

D’ici 25 ans, si la SHT continue a alimenté sa station-service de Djarmaya, elle doit s’attendre
à investir à hauteur de six cent un million cinq cent quatre-vingt-dix-sept mille cinq cent franc
CFA (601 597 500 FCFA), à la différence du système photovoltaïque qui ne coûte que trois
cent cinquante-neuf million cent quarante-neuf mille sept cent trente-six francs CFA
(359 149 736 FCFA) et non polluant.

Conclusion
L’installation d’un système photovoltaïque nécessite tout d’abord son
dimensionnement pour lequel il faut calculer à combien s’élève les besoins énergétique, que
nous comptons satisfaire et calculer par la suite la puissance du champ photovoltaïque
pouvant satisfaire ces besoins énergétique.

Mahamat Saleh Ali Page 39


Lors du dimensionnement, nous avons eu à calculer le besoin énergétique journalier,
déterminer les composantes du système photovoltaïque qui sont : panneaux, batteries,
régulateurs et l’onduleur. Nous avons aussi établit le prix que doit payer la SHT pour acquérir
les matériels.
Notre objectif est de soumettre à la société des Hydrocarbures du Tchad, un système
d’alimentation fiable, sans pollution pouvant alimenter une station-service aujourd’hui sans
heurter à aucun obstacle et qui répond à l’une des objectifs de la SHT qui est la protection de
l’environnement.

Mahamat Saleh Ali Page 40


Conclusion générale
Pour valider notre stage de master, nous avons travaillé sur le dimensionnement d’un
système solaire photovoltaïque pour l’alimentation de la station-service de Djarmaya.
L’énergie solaire photovoltaïque dite renouvelable ou nouvelles est à la base du
développement durable. Pour cela une forte sensibilisation pour la prise de conscience face
aux enjeux climatiques et la nécessité d’autonomie énergétique est un crédo et la recherche
dans ce domaine est fructueuse et à encouragée. L’énergie solaire photovoltaïque est un
réservoir inépuisable tant que le soleil existera.
La Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT), entreprise citoyenne dans laquelle,
nous avons passé le stage s’est donné comme objectif la protection de l’environnement. Pour
atteindre cet objectif et alimenter ses stations-services sur des sites isolés et enclavés, elle a
émis le vœu d’alimenter ses stations par un système solaire photovoltaïque. C’est cette
volonté de protection de l’environnement qui justifie le thème de notre stage qui est « Etude et
dimensionnement d’un système solaire photovoltaïque pour l’alimentation de la station-
service de la SHT de Djarmaya ».
Pour atteindre les objectifs qui nous ont été assignés, nous avons présenté l’énergie
solaire en générale, puis nous avons présenté les équipements utilisés dans une station-service
et les équipements de protection de l’environnement. Nous avons à la fin effectué le
dimensionnement du système d’alimentation et d’un forage. Pour couronner le tout, nous
avons fait une analyse économique pour montrer aux décideurs de la SHT que le système
d’alimentation photovoltaïque est économiquement viable et faisable. Les résultats obtenus
montrent que si le taux d’investissement initial est en faveur d’une alimentation avec un
groupe électrogène, le système photovoltaïque est nettement rentable sur 25 ans (durée de vie
d’un panneau solaire) car les coûts d’investissement et de fonctionnement sont deux fois
moindres que le système d’alimentation avec groupe électrogène.
Nous osons espérer que la disponible et le caractère non polluant de l’énergie solaire
photovoltaïque couplés aux coûts économiques favorables vont convaincre les décideurs de la
SHT d’investir dans le photovoltaïque.
Ce stage nous a donné l’occasion de s’enquérir des connaissances sur les équipements
d’une station-service, les composantes d’un système solaire photovoltaïque ainsi que des
outils nécessaires pour gérer un projet de telle envergure. Au terme de ce stage, nous
suggérons ce qui suit à la SHT :

Mahamat Saleh Ali Page 41


D’alimenter les stations-services qu’elle construira dans les sites isolés par l’énergie
solaire photovoltaïque ;
D’utiliser un système d’aération dans les salles techniques et du personnel, ce qui
permettra d’économiser énormément d’énergie ;
D’éclairer la station-service de Djarmaya par des lampadaires solaires pendant la nuit,
pour éviter le vol ;
D’envoyer régulièrement les agents techniques de la SHT à la raffinerie pour acquérir
les connaissances sur le fonctionnement et la maintenance de la raffinerie.
En ce qui concerne notre projet, nous voulons rappeler qu’il est conçu et rendu rentable pour
la station-service de Djarmaya. Pour les autres projets, nous recommandons à la SHT de
commander des études pour chaque site car l’ensoleillement dépend des sites.

Mahamat Saleh Ali Page 42


Bibliographie
[1] www.shtchad.net;
[2] SHT Magazines, les grands projets de la SHT, IMEDIA-SHT, No 15/mars 2014 ;
[3] Anne LABOURET et Michel VILLOZ, Energie solaire photovoltaïque, édition Paris
2006 ;
[4] www.énergetique/ARCEA.com (juin 2015);
[5] www.énergetique.com (juin 2015) ;
[6] Hallou solaire. La fabrication des cellules photovoltaïques (juin 2015) / www.hallou-
solaire.com;
[7] Ali Djribrine Oumar, Analyse du système de distribution des stations-services de Total
Marketing Tchad, Mémoire de master en génie mécanique, soutenu le 21 octobre 2013 ;
[8] INES éducation, http://www.ines-solaire.com (mai 2015) ;
[9] Chritian Matulu. Etude et dimensionnement d’un système photovoltaïque autonome pour
une alimentation permanente, Mémoire de doctorat, soutenu en 2010 à l’Université de
Lubumbashi-Graduant en science appliquées (juillet 2015) ;
[10] Cours d’énergie solaire photovoltaïque, chapitre conception et dimensionnement de
système PV avec batterie.

Mahamat Saleh Ali Page 43


Annexe

Mahamat Saleh Ali Page 44

Vous aimerez peut-être aussi