Vous êtes sur la page 1sur 34

Transfusion sanguine

ALAOUI BENNESSSER Habiba


Département de Médecine Interne
PLAN
I. Généralités
II. Produits sanguins
III. Indications de la transfusion
IV. Règles de transfusion
V. Principaux risques transfusionnels
VI. Les étapes de l’acte transfusionnel
VII.Mesures immédiats en cas de transfusion mal
toléré
VIII.Conclusion
I. Généralités
• La transfusion sanguine consiste à administrer, par
perfusion intraveineuse, le sang ou l’un de ses
composants (globules rouges, plaquettes, granulocytes,
plasma, protéines) provenant de sujets «donneurs», à
des sujets malades «receveurs».

• Le respect des indications et des règles de la


transfusion permet de prévenir et de minimiser les
accidents transfusionnels.
Historique
• 1901:Découverte des groupes sanguins ABO
par Karl Landsteiner (prix Nobel en 1930)
• 1940: Découverte du système Rhésus
• 1940: création du concept de don de sang par
Charles Richard Drew avec organisation de la
première banque de sang
II. Produits sanguins
Deux classes de produits sanguins:

1- Produits sanguins labiles: obtenus par séparation primaire des éléments


du sang
▪ Concentrés de globules rouges
▪ Concentrés de plaquettes
▪ Concentrés de granulocytes
▪ Plasma

2- produits sanguins stables: médicaments dérivés de sang: traités


industriellement à partir du plasma de nombreux donneurs
▪ Albumine
▪ Immunoglobulines
▪ Facteurs de coagulation
III. Indications de la transfusion
1- Indications de transfusion de concentrés de
globules rouges

▪ Dans les anémies aigues ou chroniques, l’objectif de


transfusion de concentrés de globules rouges est de
maintenir ou de restaurer un apport d’oxygène adapté
aux besoins tissulaires (Hb10g/dl)
▪ Seuil transfusionnel est variable
Indications de transfusion de CGR +++
▪ Anémie mal tolérée:
*Signes de mauvaise tolérance: polypnée, tachycardie, hypotension,
allongement du temps de recoloration cutanée, oligurie, apparition
ou aggravation d’un angor, trouble de conscience ou déficit
neurologique
*La tolérance dépend de la rapidité d’installation de l’anémie

▪ Anémie avec hémorragie active

▪ Anémie sur terrain particulier : sujet âgés, cardiopathie sous


jacente, insuffisance rénale, patients sous chimiothérapie
2- indications de transfusion de concentrés de plaquettes

▪ Transfusion prophylactique: vise à maintenir un taux de plaquettes


suffisant pour prévenir la survenue d’hémorragies graves. Elle est de
règle lorsque le taux de plaquettes est inférieur à 10.000 voir
20.000/mm³

▪ En cas de facteur de risque hémorragique surajouté (infection,


chimiothérapie), de chirurgie, ou de geste invasif, ce seuil est
augmenté à 50.000/mm³

▪ Transfusion thérapeutique: en présence de thrombopénie (centrale)


avec des signes hémorragiques

▪ En cas de purpura thrombopénique immunologique, la transfusion de


plaquettes n’est indiqué qu’en cas d’hémorragie menaçant le pronostic
vital, en association avec les corticoïdes
3- indications de transfusion de plasma frais congelé

▪ Coagulation intra-vasculaire disséminée


▪ Hémorragies aigues avec déficit global des facteurs de
coagulation
▪ Déficits complexes et rares en facteurs de coagulation
lorsque les fractions coagulantes spécifiques ne sont pas
disponibles
▪ Echanges plasmatiques dans les microangiopathies
thrombotiques
4- indication de transfusion de concentrés de granulocytes:
exceptionnelle

▪ Déficit immunitaire ou neutropénie centrale sévère


avec infections gravissimes résistantes aux
antibiotiques
IV. Règles de transfusion
1- Transfusion de concentrés de globules rouges
▪ La règle est une transfusion isogroupe
▪ La transfusion non isogroupe doit respecter la
compatibilité ABO
▪ Les phénotypes: Rhésus, Kell doivent être
systématiquement déterminés avant transfusion

▪ 1CGR permet d’augmenter le taux d’hémoglobine


d’1g/dl
▪ Transfusion dans les 6 heures suivant leur réception
dans l’unité de soins
2- transfusion de concentrés de plaquettes

▪ La règle est la transfusion ABO et Rhésus compatible


▪ 0.5 à 1 unité par 10 kg de poids
▪ Poids et numération plaquettaire sont nécessaire pour
l’adaptation quantitative du produit à transfuser
▪ Transfusion immédiate dès leur réception dans l’unité
de soins
3- Transfusion de plasma frais congelé
▪ La règle est la transfusion iso groupe, si non il faut tenir
compte de la compatibilité plasmatique

▪ Posologie: 10 à 20 ml/kg
▪ Transfusion après décongélation dans les 6 heures
suivant leur réception dans l’unité de soins
V. Principaux risques de la
transfusion sanguine
Malgré les mesures de sécurité transfusionnelle,
des risques persistent: « risque résiduel »

❖Risques immunologiques
❖Risques infectieux
❖Risques métaboliques
❖ Risque de surcharge
A- risques immunologiques
1- accidents hémolytiques
▪ Dus à un conflit immunologique entre les antigènes présents à la
surface des hématies transfusées, et les anticorps présents dans le
plasma du malade.

▪ provoqués par une incompatibilité dans le système ABO, ou à une


allo-immunisation (si ATCD de transfusion)

▪ Se traduisent par:
• Hémolyse aigue mettant en jeu le pronostic vital: choc hémolytique avec
coagulation intra-vasculaire disséminée
• Hémolyse retardée avec ictère post transfusionnel survenant 2 à 6 jours
après transfusion
• Absence de rendement transfusionnel ou inefficacité transfusionnelle
Choc hémolytique aigue avec CIVD
▪ Signes cliniques: apparition brutale quelques minutes ou heures
après transfusion:
• Céphalées, rougeur de la face
• Fébricule, frissons
• Douleurs lombaires, urines foncées, oppression thoracique
• Hypotension, état de choc avec collapsus

▪ Signes biologiques:
• Bilirubine libre élevée, haptoglobine effondrée, LDH élevés
• Test de coombs direct: positif
• Insuffisance rénale avec hémoglobinurie
• Signes de CIVD: TP bas, fibrinogène <1g/l, thrombopénie, PDF augmentés

▪ Conduite à tenir:
• Arrêt immédiat de la transfusion
• Mesures de réanimation: remplissage, drogues vasoactives
2- Réaction frissons- hyperthermie

▪ Fréquente, moins grave

▪ Violents frissons et hyperthermie survenant souvent au début


de la transfusion, chez des sujets immunisés par des
transfusions antérieurs ou des grossesses

▪ Elle peut être d’origine immunologique ou infectieuse, ou liée


à la libération de substances pyrogènes par les produits
sanguins au cours de leur conservation

▪ Elle doit être systématiquement exploré: bilan infectieux complet


3- Réactions allergiques
▪ Fréquentes

▪ Peuvent être liées à un apport passif de molécules impliquées dans les


réactions allergiques: histamine, sérotonine, IgE

▪ Fréquentes après transfusion de concentrés plaquettaires

▪ Elles se manifestent par:


• Erythème, prurit, urticaire
• Œdème de Quincke, choc anaphylactique

▪ Conduite à tenir:
arrêt de la transfusion, antihistaminiques, corticoïdes, adrénaline
4- Syndrome de détresse respiratoire aigue post
transfusionnel
▪ Rare, Lié à un œdème pulmonaire lésionnel survenant dans les 6 heures
suivant la transfusion

▪ Dû à une destruction de l’endothélium capillaire par des anticorps


antigranulocytaires (AC anti HLA: human leucocytes antigen), entrainant
une augmentation de la perméabilité des capillaires pulmonaires

▪ Dyspnée, toux, hypoxie, hypotension, fièvre, infiltrats diffus à la


radiographie pulmonaire

▪ Deuxième cause de décès après l’œdème de surcharge


▪ Plus fréquent après transfusion de concentrés plaquettaires ou de plasma
frais congelé
5- Inefficacité transfusionnelle

▪ Liée à un anticorps présent chez le receveur vis-à-vis


d'un antigène présent sur les éléments figurés
transfusés.

▪ Anticorps anti-érythocytaire pour les globules


rouges, anti HLA, anticorps ABO et anti HPA pour
les plaquettes.
B- Risques infectieux
1- Risque bactérien
▪ Accident par contamination bactérienne du produit transfusé: une
des premières causes de décès par accident transfusionnel immédiat

▪ Risque exceptionnel avec les concentrés de globules rouges,


possible avec les concentrés plaquettaires

▪ De nombreux types de germes peuvent être impliqués: gram positif


et gram négatif

▪ Tableau fait de fièvre, frissons, associés ou non à des signes


digestifs, septicémie voir choc septique

▪ Réalisation d’hémoculture chez le patient, et une culture du produit


sanguin
2- Risque viral
▪ Prévention par dépistage systématiques des maladies
transmissibles chez les donneurs (VIH,VHB,VHC, CMV)

3- risque parasitaire
▪ Risque rare pour le paludisme, exceptionnel pour la
toxoplasmose

NB: La prévention du risque infectieux repose sur l’exclusion


des candidats ayant présentés dans les mois précédents des
signes infectieux ou soins dentaires, et sur la réalisation
systématique des sérologies virales chez les donneurs
C- Risques métaboliques
▪ Hyperkaliémie: lors des transfusions massives de culots
globulaires

▪ Hypocalcémie: liée à une surcharge en citrate utilisé comme


anticoagulant lors des prélèvements de produits sanguin:
paresthésies, tremblement, trouble du rythme

▪ Surcharge en fer: hémochromatose secondaire à des


transfusions itératives de culots globulaires (1CGR apporte
200 à 250mg de fer)

▪ Hypothermie: toujours réchauffer le sang avant transfusion


D- Risque de surcharge volémique

▪ Œdème aigu du poumon d’origine hémodynamique


lors ou au décours d’une transfusion massive ou trop
rapide
▪ Faire attention chez les sujets âgés ou insuffisants
cardiaques: fractionnement des transfusion, débit lent
VI- Les étapes de l’acte transfusionnel
1- Information du patient
Sur le geste, l’indication de la transfusion, les risques transfusionnels

2- Bilan pré-transfusionnel
▪ Recherche d’ATCD transfusionnel
▪ NFS
▪ Groupage sanguin ABO
▪ Phénotype Rhésus, kell (obligatoire en dehors d’une urgence vitale,
complet chez les sujets qui vont nécessiter des transfusions itératives)
▪ Les résultats de recherche d’agglutinines irrégulières (RAI) datant de moins
de 72h avant transfusion
▪ Sérologie VIH,VHC,VHB (non systématique)
3- Prescription du produit sanguin en précisant le
type, la quantité et l’indication

4- contrôle du produit sanguin délivré


▪ Vérifier la conformité du produit sanguin livré et de
l’identité
▪ L’ aspect et l’intégrité
▪ La date de péremption
▪ Contrôle ultime du produit sanguin (uniquement
concentrés de GR) au lit du malade, en pré-
transfusionnel immédiat.
5- Surveillance de la transfusion

• Surveillance continue pendant les 15 premières minutes avec un


débit lent, ensuite adaptée à l’état clinique du patient

• les constantes à surveiller : température, tension artérielle, pouls et


l’état de conscience.

• Signes d’intolérance: fièvre, frissons, bouffés de chaleur, douleur


lombaire ou thoracique, dyspnée, toux, expectorations, tachycardie,
hypotension, prurit, urticaire, nausées, vomissements, agitation,
saignement

6- Assurer la traçabilité
7- Suivi post transfusionnel
VII-Mesures immédiats en cas de transfusion
mal toléré

1-Arrêt immédiat de la transfusion


2-Maintien d’une voie veineuse pour la perfusion d’un soluté:
sérum salé 0.9%
3-Examen clinique avec prise de température, fréquence
cardiaque, tension artérielle, auscultation cardio-pulmonaire,
examen des urines
4-Mesures de réanimation si nécessaire: oxygénothérapie,
ventilation assistée, drogues vasoactives
5- Traitement spécifique des complications
▪ Réaction allergique: corticoïdes, adrénaline
▪ Hyperkaliémie, hypocalcémie: gluconate de calcium
▪ Troubles de coagulation: Plasma frais congelé
▪ Œdème aigue de poumon: diurétiques

6- Prélèvements chez le patient (hémoculture, bilan


d’hémolyse, fonction rénale) et culture du produit
sanguin

7- Déclaration de l’accident transfusionnel


CONCLUSION
La transfusion sanguine est un acte qui pourra sauver
des vies si:
▪ Bonne indication
▪ Respect des règles de transfusion
• Information et bonne identification du patient
• Contrôle de compatibilité ABO
• Surveillance du sujet transfusé
• Détection des signes d’intolérance, d’effets indésirables
• Traçabilité