Vous êtes sur la page 1sur 11

CHAPITREII

Les Caractéristique Des


matériaux
I. Les caractéristiques des matériaux.
Le béton et l’acier utilisés dans la construction de cet ouvrage seront choisis conformément
aux règles techniques de conception, et de calcul des ouvrages en béton armé CBA 93, ainsi
que le règlement parasismique Algérien RPA 99/Version2003.

1. Le Béton :
Béton est un terme générique qui désigne un matériau de construction composite fabriqué à
partir de granulats (sable, gravillons et ciment). La Composition d’1m3 du béton utilisé dans
notre projet est la suivante :
350 kg de ciment de CPA 325.
400 kg de sable DS < 5 mm.
800 kg de gravillons 3/8 et 15/25.
175 L d’eau de gâchage.

 Résistance caractéristiques à la compression: fcj

Le béton est défini par sa résistance à 28 jours, dite résistance caractéristique à la


compression et notée [fc28], elle est obtenue par des essais d’écrasement d’éprouvette
normalisée de 16 cm de diamètre et 32 cm de hauteur par compression axiale après
28jours de durcissement. Lorsque la sollicitation s’exerce sur le béton à l’âge j<28
jours sa résistance à la compression est calculée selon la formule ci- dessous selon le
BAEL 91(Art 2-1-11)
j⋅f c 28
f cj=
(4 ,76 +0 .83 j) [Mpa] ; pour fc28≤40 Mpa
j⋅f c28
f cj=
(1,4+0. 95 j) [Mpa] ; pour fc28>40 Mpa
Pour notre présent projet nous optons pour : fc28 =25Mpa

 Résistance à la traction:
La résistance caractéristique du béton à la traction est faible, elle est de l’ordre de 10 % de la
résistance à la compression, elle est définie par la relation suivante :
(BEAL 91, art A.2.1, 12)
ftj =0.6+ 0.06 fcj
ft28 =0.6+ 0.06x25 =2,1 MPa
 Module de déformation longitudinale:
Il existe deux modules de déformation longitudinale :
a) Module de déformation instantanée : la durée d’application de la contrainte
normale est inférieure à 24 h, à l’âge de j jours.
3
Eij =11000 √ f cj (BEAL 91, art A.2.1,21)
Pour : fcj = fc28 =25 MPa Eij = 32164,2 MPa.=32164200 KN/m2
b) Module de déformation différée : Il permet de calculer la déformation finale du
béton (déformation instantanée augmentée du fluage et retrait).
3
Eνj =3700 √ f cj (BEAL 91, art A.2.1,22)
Pour : fcj = fc28 = 25 MPa Evj = 10818,87 MPa.
 Module de déformation longitudinale :
E
G=
2( 1+ ν )

E : module de YOUNG.
ν : Coefficient de Poisson.

 Coefficient de Poisson :
Le coefficient de Poisson ν est le rapport entre la déformation transversale relative et la
déformation longitudinale relative.

ν = 0,20 ⃗ pour le calcul des déformations (ELS). (BAEL91 Art A2.1.3)

ν =0 ⃗ pour le calcul des sollicitations (ELU).


 Contraintes limites :
Les états limites
On définit les états limites comme des états qui correspondent aux diverses conditions de
sécurité et de bon comportement en service, pour lesquels une structure est calculée.
a) Etat limite ultime 
Il correspond à la valeur maximale de la capacité portante sans risque d’instabilité. Il
correspond à l’un ou l’autre des états suivants :
 état limite ultime d’équilibre statique (non renversement),
 état limite ultime de la résistance et de la fatigue des matériaux (non rupture),
 état limite ultime de stabilité de forme (non flambement),
La contrainte limite du béton à l’ELU correspond à l’état limite de compression, elle
est donnée par la formule suivante :
0,85×f c28
f bu= en [ MPa ]
θ . γb BAEL91 (Art 4 –3 .41)

Avec :
γ b  : Coefficient de sécurité tel que :
γ b = 1,50 en situation courante,
γ b = 1,15 en situation accidentelle.

: Coefficient relatif à la durée d’application de la charge, tel que :

θ =1 si la durée d’application est supérieure à 24 heures,


θ =0,9 si la durée d’application est entre 1 heure et 24 heures,
θ =0,85 si la durée d’application est inférieure à 1 heures.

0,85  f c 28 0,85  25
f bu    14,2 MPa
D’où: θ.γ b 1,5

b) Etat limite de service


L’état limite de service est l’état au-delà duquel les conditions normales d’exploitation et de
durabilité des constructions ne sont plus satisfaites. On distingue :
 l’état limite de résistance à la compression du béton (contrainte de compression
limitée),
 l’état limite de déformation (pas de flèche excessive),
 l’état limite d’ouverture de fissures (durabilité et sécurité des ouvrages).
La contrainte de compression du béton est donnée par la formule :
σ bc = 0,6 f D’où  σ bc = 15 [Mpa].
c28

 Diagramme contraintes déformations 


Dans le calcul du béton armé relatif aux états limites, les diagrammes réels sont
remplacés par les diagrammes conventionnels suivants :
 A l’état limite ultime 
La relation contrainte –déformation est illustrée dans la figure 1-1.
Le diagramme est constitué :
 D’un tronçon de courbe parabolique et la déformation relative limitée à 2‰ (état
élastique),
 D’une partie rectangle (état plastique).
Le diagramme qui peut être utilisé dans tous les cas est le diagramme de calcul dit
«parabole rectangle ».

 A l’état limite de service 


Le béton est considéré comme élastique et linéaire .la relation contrainte déformation est
bc
illustré dans la figure 1.2 

 bc  0,6.f c28

(‰)
2‰

Figure 1.2 : Diagramme linéaire

 Contrainte tangente conventionnelle   


La contrainte de cisaillement à L'ELU est définie par :
VU
τu = b0 d [MPa]. ………….BAEL91 (Art A – 5.1.21)
La contrainte admissible de cisaillement est fixée par :
f c 28
τ u = min 0,20 γb ; 5 Mpa fissuration peu préjudiciable.
f c 28
τ u = min 0,15 γb ; 4 MPa fissuration préjudiciable très préjudiciable.

Dans notre cas :


τ u = 3,33 MPa fissuration peu préjudiciable.

τ u = 2,5 MPa fissuration préjudiciable très préjudiciable.

2 .L’acier :
L’acier présente une très bonne résistance à la traction, et une bonne résistance à la
compression dans le cas d'élancements faibles. Si aucune précaution n'est prise il peut subir
des effets de corrosion. C'est un matériau très ductile, qui attend des déformations très
importantes avant rupture (de l’ordre de la dizaine de %).
On utilise dans notre ouvrage :
• Aciers à haute adhérence (H.A.) : FeE 400 → armatures longitudinales.
• Aciers ronds lisses (R.L.) : FeE 215 → étriers, cadres, épingles,…etc.
• Aciers treillis soudés (T.S.) : FeE 500 → dalles de compression.

 Module d’élasticité longitudinale de l’acier :

Es = 200000 MPa (Art.2.2,1/B.A.E.L.91)

 Contraintes limites d’élasticité de l’acier :

a) Contrainte limite ultime à l’ELU


fe
σs =
γs

Où :  s : coefficient de sécurité tel que :  s = 1.15 pour les situations

durables.

fe : limite d’élasticité  s = 1.00 pour les situations

accidentelles.

b) Contrainte limite de service à l’ELS


Afin de réduire le risque d’apparition des fissures et de diminuer l’importance de leurs
ouvertures dans le béton, on a été amené à limiter les contraintes des armatures tendues tel
que:

b-1) fissuration peut nuisible :


Cas des armatures intérieures où aucune vérification n’est nécessaire.

s = fe /  s
b-2) fissuration préjudiciable :

Cas des éléments exposés aux intempéries :

σs  min  2
3 f e ;110 ηf tj 
b-3) fissuration très préjudiciable :
Cas des éléments exposés aux milieux agressifs :
 s min  1
2 fe;90 ftj 
Avec :
: Coefficient de fissuration ayant pour valeur :
= 1 ,6 pour les armatures à haute adhérence de 6mm.
= 1,3 pour les armatures à haute adhérence de 6mm.
= 1,00 pour les aciers ronds lisses.
Diagramme contraintes déformations : (Art.2.2,2/B.A.E.L.91)

Figure.I.3 Diagramme contraintes déformations de l’acier

 Indications sur les règles de BAEL

Définition de l’état limite:

Un état limite est un état particulier au-delà duquel une structure cesse de remplir les
fonctions pour lesquelles elle a été conçue, on distingue deux types d’états limites :

E.L.U. (Etats Limites Ultimes) :

Leur dépassement entraîne la ruine de l’ouvrage, ils correspondent à l’atteinte de la


Résistance ultime de l’ouvrage ou de l’un de ses éléments par :
 Perte d’équilibre statique (perte de stabilité globale).
 Rupture de section par déformation excessive.
 Instabilité de forme (flambement des poteaux).
 Formation d’un mécanisme de rotules plastiques.

 Hypothèses de calcul aux états limites ultimes (E.L.U.) :

 Les sections droites restent planes avant et après déformation.


 Pas de glissement relatif entre les armatures et le béton.
 La résistance à la traction du béton est négligée.
 Les déformations des sections sont limitées pour l’allongement unitaire de l’acier à
10‰ pour le raccourcissement unitaire du béton à 3,5‰ en flexion et 2‰ en
compression.
 Le diagramme σbc – εbc utilisé est le diagramme parabole-rectangle.
 Lorsque la section n’est pas entièrement comprimée, il est préférable d’utiliser le
diagramme rectangulaire simplifié.

E.L.S. (Etats Limites de Services)

Ce sont des états dont le dépassement compromettrait le bon fonctionnement en service de la


structure, ils sont liés aux conditions normales d’exploitation et de durabilité.
Ils correspondent aux phénomènes suivants :
-Compression excessive du béton ou de traction des aciers : la vérification empêche
-la formation des fissures parallèles à la direction des contraintes de compression. Ouvertures
excessive des fissures : vérification de la disposition des armatures dans la section.
-Déformation excessive des éléments porteurs (limitation des flèches) :
Vérification de la satisfaction de la limite admissible par les déformations.

Remarque : pour les éléments importants on est amené à calculer la flèche maximale

 Hypothèses de calcul aux états limites de services (E.L.S.) :


 Les sections droites restent planes et il n’y a pas de glissement relatif entre les
armatures
et le béton en dehors du voisinage immédiat des fissures.
 Le béton tendu est négligé.
 Le béton et l’acier sont considérés comme des matériaux linéairement élastiques et il
est fait abstraction du retrait et fluage du béton.
 Par convention le rapport n du module d’élasticité longitudinale de l’acier à celui du
béton ou coefficient d’équivalence à pour valeur 15.
 Les actions :
Les actions sont des forces et des couples dues aux charges appliquées ou aux déformations
imposées à une construction, l’ouvrage est conçu se trouve dans deux types de situations, à
savoir durables et accidentelles, durant lesquelles s’exercent des actions .On distingue :
Les actions permanentes (G): Ce sont des actions dont l’intensité varie très peu dans
le temps elles comportent :
 Poids propre des éléments.
 Poussée des terres,…etc.
Les actions variables (Qi) : Ce sont des actions dont l’intensité varie fréquemment
dans le temps, elles comportent en particulier :
 Surcharge d’exploitation.
 Charges appliquées au cours d’exécution.
 Charges climatiques (neige, vent).
 Actions de température, du retrait,…etc.
les actions accidentelles (Fa) : Ce sont des actions dues à des phénomènes qui se
produisent rarement et avec une faible durée d’application : (chocs de véhicules routiers,
séisme, explosion,…etc.).
Combinaisons d’actions :
Les sollicitations de calcul à considérer dans les calculs (moments fléchissant, efforts
normaux, efforts tranchants) résultent des combinaisons d’actions définis ci-après et avec les
notations suivantes :
Gmax : l’ensemble des actions permanentes défavorables.
Gmin : l’ensemble des actions permanentes favorables.
Q1 : action variable dite de base.
Qi (i>1): action variable dite d’accompagnement.

a) combinaisons d’actions à considérer pour l’E.L.U :


 situations durables : (vis-à-vis des états limites de résistance et de service).
1,35 Gmax + 1,5 Gmin + γQ1 Q1 + Σ 1,3ψ0i Qi
γq1= 1,35 →cas général.
γq1= 1,5 → cas température, charges routières, bâtiments agricoles à faible densité
d’occupation humaine.
ψ0i = coefficient de pondération des valeurs d’occupation.
0,77 → vent, neige.
0,6 → variations uniformes de la température.
 situations accidentelles : la combinaison à considérer est :
Gmax + Gmin + FA +ψ1.i Qi+ Σ ψ2.i Qi
FA = valeur nominale de l’action accidentelle.
ψ1.i Qi = valeur fréquente d’une action variable.
ψ2.i Qi = valeur quasi permanente d’une autre action variable.

b) Combinaisons d’actions à considérer pour l’E.L.S:


Gmax + Gmin + FA +Q1 + Σ ψ0.1 Qi
c) Combinaisons d’actions données par le RPA99 version 2003:

 G+Q±E
 0,8G ± E
 G + Q ± 1,2E → pour les poteaux seulement.
N.B : Si une construction à contreventement mixte, la combinaison G + Q ±1,2 E va être
négligée.

Vous aimerez peut-être aussi