Vous êtes sur la page 1sur 19

Crépuscule - Photo : P.

Men
Sommaire
P2 Remerciements

P4 Mots du Ministre

P6 Préface

P7 Introduction

P8 1- Généralités

P8 1.1- Le climat de Madagascar


P10 1.2- Tendances globales et régionales
du climat

P12 2- Evolution récente du climat


de Madagascar

P13 2.1- La température de l’air


P16 2.2- Les précipitations
P20 2.3- Les cyclones tropicaux

P23 3- Projections climatiques à Madagascar

P23 3.1- Modélisation du climat


P24 3.2- Futurs scénarios du climat :
température
P26 3.3- Futurs scénarios du climat :
précipitations
P28 3.4- Futurs scénarios du climat :
cyclones tropicaux
P30 Conclusion
Chute de la Lily - Photo : MR
Remerciements Auteurs
La Direction Générale de la Météorologie remercie le Trust Fund Direction Générale de la Météorologie Climate Change Analysis Group University
for Environmentally and Socially Sustainable Development • Zoaharimalala Rabefitia of Cape Town
(TFESSD), le South Africa Consultant Trust Fund, la Bank • Luc Yannick Andréas Randriamarolaza • Mark Tadross
Netherlands Partnership Program et la Banque Mondiale pour avoir • Marie Louise Rakotondrafara • Zheng Ki Yip
financé ce travail.
Nous remercions l’Université de Cap Town, la Banque Mondiale et
ProVention Consortium pour leur assistance. Nous remercions
également les groupes de modélisation, le Program for Climate
Model Diagnosis and Intercomparison (PCMDI) et le Working
Group on Coupled Modelling (WGCM) du WCRP (World Climate
Researsh Program) pour l’obtention des données du WCP (World
Climate Program). Les supports de ces données sont fournis par
l’Office of Science, U.S. Department of Energy.
Nos remerciements vont aussi à l’équipe chargée de la Gestion
des Risques de Catastrophes et de l’Adaptation au changement
climatique de la Banque Mondiale pour avoir soutenu cette
initiative. Nous remercions finalement tous ceux qui ont contribué
à la réalisation de ce rapport.

p2 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p3


our le Ministère des Travaux Publics et de la Météorologie,

P le développement des infrastructures routières reste une


des priorités pour assurer et soutenir la croissance
économique de Madagascar. Les principales activités consistent
par conséquent à entretenir et étendre le réseau routier selon
un planning défini. Outre les contraintes financières qui conditionnent
la réalisation des projets routiers, ce sont les conditions climatiques
qui amplifient les difficultés techniques des travaux (dégradations
dues aux intempéries et application rigoureuse des normes).
Les observations, les prévisions météorologiques et climatiques
effectuées par la Direction Générale de la Météorologie sont d’une
grande importance à cet égard.
A côté de sa mission à caractère fondamental qui est de fournir
des informations sur le temps et le climat pour la sécurité des
biens et des personnes, la contribution de la météorologie est
vitale dans la réalisation des priorités de notre pays surtout dans
le domaine du développement du monde rural et l’effort pour
une croissance économique soutenue. En effet, d’une part, au
stade actuel des pratiques agricoles à Madagascar, les rendements

Route de Mahajanga - Photo : MR


sont encore, pour une grande partie, tributaires des conditions
climatiques. D’autre part, une tendance à la croissance économique
amorcée après plusieurs années d’effort peut être ralentie ou
même anéantie par des phénomènes météorologiques extrêmes
(sécheresses, cyclones, inondations) si des précautions ou
mesures préventives n’ont pas été prévues en tenant compte
des informations météorologiques (norme, assurances, …). La
valorisation et la considération des informations météorologiques
dans le processus de planification et de prise de décision doivent
donc être un impératif surtout en ce moment où l’on redoute
les effets néfastes du changement climatique.
Photo Ministre
Mots du Ministre Ce rapport vient à point nommé d’autant plus que l’amélioration
de l’accès et de la distribution d’informations météorologiques
fiables dans tout le pays figure parmi les objectifs du secteur
des Travaux Publics météorologie dans le MAP (Madagascar Action Plan). Ce document
dresse un portrait de l’évolution du climat à Madagascar en

et de la Météorologie considérant les observations réelles obtenues à partir des stations


météorologiques et les projections du climat futur. Je suis certain
que les informations qui sont présentées ici serviront de base
pour toutes activités en lien avec le climat, en particulier celles
relatives à la formulation de stratégies d’adaptation au changement
climatique.
Pour finir, je tiens à exprimer mes remerciements à tous ceux
qui ont participé à la rédaction et à la publication de ce rapport
sur le changement climatique à Madagascar.

Signature

Rolland RANDRIAMAMPIONONA

Le changement climatique à Madagascar • p5


p4 • Le changement climatique à Madagascar
Préface Introduction
Ce rapport décrit comment le climat de Madagascar a évolué dans Ce document fournit des informations sur des changements du climat
le passé récent et présente notre compréhension sur la manière dont observé et prévu vers le milieu du XXIè siècle à Madagascar. Les résultats
il pourrait évoluer durant ce XXI è siècle en réponse aux émissions qui sont présentés sont basés sur des observations, des projections de
anthropiques de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Les données changement du climat mises à l’échelle sur Madagascar et d’une
historiques de précipitations et de températures journalières utilisées bibliographie sur le changement climatique. Une grande partie des
proviennent de la Direction Générale de la Météorologie. Les travaux résultats qui sont présenté ici ont été tiré de la publication intitulé : ’’Climate
d’investigation et de recherche ont été menés en collaboration avec change in Madagascar; recent past and futur ‘’ et dont les auteurs sont :
l’Université de Cap Town (Afrique de Sud) avec l’appui de la Banque Mark Tadross (Université de cap Town), Luc Randriamarolaza (Direction
Mondiale à Madagascar. Générale de la Météorologie), Zo Rabefitia (Direction Générale de la
Météorologie) et Zheng Ki Yip (Université de cap Town). Les projections
L’objectif de la publication de ce rapport est de fournir des informations futures relatives aux cyclones tropicaux présentées ici sont les premiers
pouvant faciliter la conduite d’études et d’évaluations des impacts résultats d’une études en cours réalisée par Marie-Louise Rakotondrafara
possibles du changement climatique dans de nombreux domaines et (Direction Générale de la Météorologie) en collaboration avec Mark
secteurs d’activités à Madagascar. Tadross (Université de cap Town). Cette série d’études est réalisée avec
Le futur est incertain mais les ingénieurs et chercheurs qui ont préparé l’appui de la Banque Mondiale dans le cadre d’une assistance technique
ce document ont utilisé des outils préconisés par l’Organisation sur l’adaptation et la gestion des risques de catastrophes à Madagascar.
Météorologique Mondiale et le Groupe d’Experts Intergouvernemental
sur l’Evolution du Climat (GIEC) pour détecter et modéliser l’évolution Sans s’écarter des concepts scientifiques des travaux ci-dessus, le
du climat. Ce rapport est le premier de ce genre à Madagascar, il présent rapport est conçu pour faciliter l’utilisation des résultats à des fins
constitue une alerte sur les possibles changements dans un futur qui relatives à l’évaluation des impacts du changement climatique. En effet,
n’est pas loin. A nous de l’utiliser pour formuler des stratégies une des principales missions de la Direction Générale de la Météorologie
d’adaptation adéquates. (DGM) est de mettre à la disposition de l’ensemble des acteurs du
développement des informations météorologiques et climatologiques
adaptés à leurs besoins. Ces informations serviront d’outils de prises de
décision afin de faire des choix éclairés pour réduire aux mieux les effets
néfastes des aléas climatiques et du changement climatique et pour
RAELINERA Nimbol mettre en place des stratégies d’adaptation.
Directeur Général de la Météorologie
Mars 2008 Photo DG Le climat change t-il à Madagascar ? Quelles sont les manifestations de
ce changement climatiques ? Comment les cyclones vont se comporter
dans le futur dans un contexte de réchauffement global ? Ce document qui
est divisé en trois parties présente des premiers éléments de réponses à
ces questions. La première partie décrit des généralités sur le climat de
Madagascar et le changement climatique ; la seconde partie présente les
résultats sur l’étude de l’évolution du climat à Madagascar ; la troisième
partie traite les projections futures du climat à Madagascar.
Bâtiment de la Direction Générale de la Météorologie Ampandrianomby.

p6 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p7


Le climat de Madagascar est conditionné
par quatre facteurs : sa position géographique,
1.1- Climat de Madagascar
son relief, l’influence maritime et le régime
Deux saisons Saison sèche (Mai à Octobre)
Saison pluvieuse (Novembre à Avril)
des vents.
Hauteur moyenne annuelle 350 mm (Côte Sud-Ouest)
des précipitations 4000 mm (Baie d’Antongil et Massif de
Tsaratanàna) A Madagascar les cyclones tropicaux extension du Nord au Sud et sa position
Nombre moyen de jours de pluie 30 (Sud-Ouest) à 250 (Est) jours par an constituent une menace constante à la géographique à l’ouest du bassin, l’île se
Température moyenne annuelle Entre 14°C et 27,5°C sécurité et au bien-être de la population dresse sur sa trajectoire privilégiée de ces
Saison cyclonique Novembre à Avril car ils créent de nombreux dégâts tant en météores.
En moyenne 3 à 4 cyclones par an terme de vies humaines qu’en matière En moyenne, sur la dizaine de cyclones qui
d’économie. Chaque année, le pays constitue s’y forment, 3 ou 4 touchent le pays durant
une cible potentielle pour les cyclones la saison cyclonique qui va de Novembre
Madagascar est située presque entièrement tropicaux qui se forment dans le bassin du à Avril. En général les cyclones qui se
dans la zone tropicale. Une arête dorsale Sud-Ouest de l’Océan Indien. En effet les forment en début de saison (Novembre-
montagneuse culminant entre 1200 et 1500 cyclones qui touchent la grande île prennent Décembre) passent au Nord de l’île (Figure
mètres d’altitude parcourt l’île du Nord au naissance soit dans l’Océan Indien soit 2). Environ 60 % des cyclones qui se forment
Sud sur toute sa longueur. Cette situation dans le Canal de Mozambique. Par son en pleine saison (Janvier – Février) traversent
géographique, la forme du relief, l’influence le pays. En fin de saison les cyclones issus
maritime et le régime des vents sont les causes de l’Océan Indien arrivent rarement jusqu’à
des conditions climatiques très variées que 30 60 90 120
l’île. Les cyclones les plus intenses touchent
l’on rencontre sur l’île. Madagascar aux mois de Janvier et de
On distingue principalement à Madagascar Février. En général, ils prennent naissance
AFRIQUE
deux saisons : la saison sèche, de Mai à à l’Est dans l’Océan Indien. Les cyclones
Octobre et la saison pluvieuse de Novembre -10 B1 (10%) -10 issus du Canal de Mozambique constituent
à Avril. Deux courtes intersaisons avec une B2 (40%) les 15% des cyclones de l’Océan indien.
durée d’environ un mois chacune séparent A (15%)
MADAGASCAR B3 (15%)
Bien que de moindre intensité, ils n’en sont
Figure 1. Carte physique de Madagascar. (Source : FTM) pas moins un danger pour le pays car ils
ces deux saisons. De Mai à Octobre, le climat
est conditionné par un anticyclone au niveau se forment le plus souvent à proximité des
Le nombre moyen de jours de pluie est
de l’Océan Indien qui dirige sur Madagascar
-30 -30
côtes Ouest de l’île.
compris entre 30 et 250 jours par an. Sur
un régime de vent d’alizé du Sud-Est. Au la côte et le versant Ouest ainsi que sur
cours de cette saison, la partie Est de l’île les plateaux, 90 à 95% du total annuel
jouit d’un climat humide « au vent », tandis tombent d’Octobre à Avril. Sur la côte et
B1 (10%) - début de saison (Nov - Déc)
A, B2 - pleine saison (Jan - Fév)
que la partie Ouest subit la sécheresse d’un versant Est, il n’existe pas de saison sèche -50 B3 - fin de saison (Mar - Avr) -50 Figure 2. Trajectoire type des cyclones sur l’Océan
climat « sous le vent ». Dans cette partie, on bien définie, mais seulement une diminution 60 90 120
Indien. (Malick et Mercusot : « Le Fichier des cyclones
parlera de saison sèche ou de saison fraîche de l’Océan Indien : Trajectoires de 1959 à 1989 »)
des précipitations en Septembre et Octobre.
(ou même hiver) selon l’altitude de l’endroit.
Concernant la température, les moyennes
Pendant l’été ou la saison chaude, l’anticyclone annuelles sont comprises entre 14°C et
de l’Océan Indien s’affaiblit et le régime d’alizé 27,5°C . Sur le littoral, elles dépendent de
devient moins régulier mais la partie Est de la lattitude et varient de 27°C au Nord à
Madagascar reste toujours sous son influence.
Pendant cette saison, des instabilités orageuses
23°C au Sud. La côte Ouest est plus chaude
que la côte Est (1°C à 3°C). Sur les plateaux,
En bref...
se développent presque quotidiennement en les températures moyennes annuelles sont
toutes régions. La Zone de Convergence Les conditions climatiques de Madagascar sont très variées ; on passe du climat très humide toute
comprises entre 14°C et 22°C. La
Intertropicale (ZCIT) étend par intermittence l’année (Est) au climat à tendance aride (Sud).
température moyenne atteint son minimum
son influence sur Madagascar. en Juillet sur l’ensemble du pays ; le Les autres régions ont un régime de pluie avec une saison sèche et une saison humide.
Les précipitations varient de 350 millimètres maximum a lieu en Janvier et Février pour Le climat est tempéré par l’altitude sur les Hauts-plateaux et chaud sur le reste de l’île.
sur la côte Sud-Ouest à près de 4000 millimètres la plupart des régions, sauf en quelques
dans la baie d’Antongil et le massif de lieux des Hauts-plateaux et sur la région Sur une dizaine de cyclones tropicaux qui se forment annuellement dans la région, 3 ou 4 peuvent
Tsaratanana. Nord-Ouest où il est observé en Novembre. toucher Madagascar entre le mois de Novembre et le mois d’Avril.

p8 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p9


La température moyenne de l’air a connu Les changements de précipitations sont en Cependant, la manière dont le réchauffement
une augmentation accélérée au cours général plus difficiles à détecter à cause de
sa grande variabilité. Néanmoins, des
global affecte les climats des différents pays
et les sous-régions constitue encore un
des 40 dernières années. changements ont été détectés dans certaines sujet de recherche de pointe surtout celui
parties du globe. Là où les séries de données relatif à la réduction des incertitudes. Les
Le réchauffement climatique est sans équivoque sont suffisamment longues, il y a eu des évolutions observées au niveau mondial
et en grande partie attribué aux activités humaines. augmentations sensibles du nombre de mentionnées plus haut montrent que le
situations où l’on a observé des précipitations changement climatique est une réalité et
extrêmes3. Dans l'hémisphère Sud, il y a pourrait bien s’amplifier dans le futur.
une humidification des régions tropicales A Madagascar, pour bien appréhender ce
et subtropicales6. En Afrique Australe, les problème, il est nécessaire d'explorer
tendances à l’allongement de la saison comment le climat a évolué et à quels
sèche et l’augmentation de l'intensité moyenne changements pourraient-on s’attendre dans
de précipitations ont été mises en évidence5. le futur.
1.2- Tendances globales et régionales du climat

Le réchauffement global de la Terre est De plus, ces changements de la température


sans équivoque1. Il y a eu une élévation moyenne sont associés aux diminutions
discernable de la température moyenne des situations extrêmes froides
pendant les 40 dernières années et cette accompagnées des augmentations des
élévation ne peut pas être expliquée si l’on situations extrêmes chaudes5. En outre,
ne tient pas compte des effets des activités la température moyenne globale présente
humaines2,3. La distribution régionale des un taux de changement croissant, et c’est
augmentations de la température n'est durant la dernière moitié du XXe siècle que
pas cependant uniforme car certaines l’élévation de la température a été la plus
régions ont éprouvé un plus grand importante. On s'attend à ce que cette
réchauffement que d'autres, particulièrement augmentation du taux d’élévation de la
l'intérieur des régions continentales telles température globale continue engendrant
que l'Afrique australe4. des changements plus rapides du climat
à l'avenir.

“Sous la pluie” - Photo : P. Men


En bref...
Au cours des 40 dernières années, une élévation générale de O,2°C environ de la température moyenne
Figure 3. Distribution de la tendance de la température au niveau mondiale (1979-2005) en surface (gauche) mondiale a été enregistrée. Cette élévation a été plus importante durant la dernière moitié du XXè siècle.
dans la troposphère (droite) calculée à partir des données satellitaires. En bas : températures moyennes
annuelle du globe depuis 1850 montrant une nette augmentation vers la fin du XXè siècle (Source : Solomon Au niveau mondial, les changements des précipitations ne sont pas uniformes. Par exemple, on constate
et al., 2007). une humidification des régions tropicales et subtropicales et une diminution des précipitations en Afrique
Australe.
p10 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p11
La température moyenne de l’air
de la région Sud de Madagascar a régulièrement
augmenté depuis les années 50.
La température moyenne de la partie Nord de
Madagascar a commencé à s'élever depuis le début
des années 70.
Le réchauffement à Madagascar est significatif.
2- Evolution récente du climat Ce réchauffement se manifeste surtout par
de Madagascar l’augmentation des températures extrêmes (surtout
les températures minimales). Ce réchauffement est
en cohérence avec les observations au niveau mondial.

2.1- La température de l’air

La Figure 4 indique l’évolution la température Conformément à ce qui s’est passé au niveau


de l'air de la partie Sud (Figure 4a) et Nord mondial, les températures dans les deux
(Figure 4b) de Madagascar durant le XXè régions ont commencé à se refroidir pendant
siècle. La température moyenne de l’air de les années 40, atteignant un minimum durant
la région Sud de Madagascar a régulièrement la période 1950-1970. Le refroidissement
augmenté depuis les années 50. Ce global pendant cette période est attribué
réchauffement a été également observé aux activités volcaniques et aux sulfates.
durant les quatre premières décennies du Après cette période, l'impact des émissions
siècle. Par rapport à cette période, la attribué aux activités humaines a contribué
température moyenne en l'an 2000 a augmenté à l’augmentation globale de la température1.
approximativement de 0,2°C. Les températures Ce fait est évident sur la Figure 4 car
de la partie Nord de Madagascar ont l’augmentation de la température entre 1975
commencé à s'élever depuis le début des et 2000 est très rapide, surtout dans la partie
années 70 mais restent inférieures de 0.1°C Sud du pays.
à la température moyenne maximale atteinte
durant la première partie du XXè siècle.

Température partie Sud Temperature partie Nord


22.5 23.9

22.4 23.8

22.3 23.7

22.2 23.6
22.1 23.5

(°C)

(°C)
22 23.4
21.9 23.3
21.8 23.2
21.7 23.1

21.6 23
21.5 22.9
21.4 22.8
1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1990
(a) (b)
“Zavona” - Photo : P. Men

Figure 4. Moyennes (sur 6 ans) des températures de l’air en surface (°C) de 1901-2000 : a) partie Sud de Madagascar (43-
51°E, 27-20°S); b) Partie Nord de Madagascar (43-51°E, 20-11°S). Source : Climate Research Unit (Mitchell et al., 2004).

p12 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p13


Antsiranana

Vohemar

Sambava
Analalava

Mahajanga

Besalampy
Maevatanana Ste-Marie
Ambohitsilaozana

Antananarivo Toamasina

Antsirabe Mahanoro
Morondava

Mananjary
Fianarantsoa
Morombe

Ranohira
Farafangana

“Sécheresse” - Photo : P. Men


Toliara
(a) (b)

Figure 6. Tendance moyenne annuelle des températures


Taolagnaro minimales journalières (a) et maximales journalières (b) de
1961-2005. “+“/”-“ représente une tendance positive/
négative (devenant plus chaud/froid) statistiquement
significative au niveau de confiance 95% ou plus.
Figure 5. Les 21 stations utilisées pour l’étude
des tendances climatiques.
Température maximale journalière Température minimale journalière
Une analyse plus fine des données de Le tableau 1 présente les tendances des STATION DJF MAM JJA SON ANN DJF MAM JJA SON ANN
températures quotidiennes de 21 stations températures maximales et minimales journalières Ambohitsilaozana 0.017 0.017** 0.01 0.014 0.013* 0.019** 0.022** 0.018** 0.019** 0.020**
(Figure 5) pour la période 1961 à 2005 indique entre 1961 et 2005. Ces tendances ont été Analalava 0.031** 0.037** 0.026* 0.014 0.025** 0.009 0.008 0.007 0.01 0.005
qu'il y a eu une augmentation des températures calculées séparément pour les 4 trimestres Antananarivo 0.034** 0.034** 0.030** 0.038** 0.032** 0.028** 0.032** 0.027** 0.035** 0.029**
Antsirabe 0.025** 0.040** 0.056** 0.051** 0.043** 0.028** 0.035** 0.026 0.032** 0.031**
minimales journalières. En effet, sur la Figure 6a, climatologiques mais aussi pour l’année entière. Antsiranana 0.034** 0.027** 0.019** 0.021** 0.024** 0.012* 0.005 0.001 0.001 0.004
représentant la moyenne annuelle des Les températures minimales ont accusé des Besalampy 0.006 0.006 - 0.002 0.001 0.003 0.015 0.026** 0.022* 0.031** 0.026**
températures minimales, 17 stations présentent tendances à la hausse très significatives dans Farafangana 0.004 - 0.001 0.003 0.002 0.001 0.023** 0.037** 0.035** 0.034** 0.037**
des augmentations statistiquement significatives. 67% des cas. Les températures maximales Fianarantsoa 0.031** 0.023* 0.029** 0.032** 0.027** 0.034** 0.035** 0.027** 0.038** 0.033**
Maevatanana - 0.04 - 0.057** - 0.084** - 0.099** - 0.069** 0.03 0.020* - 0.024 - 0.02 0.006
Ces augmentations de la température minimale présentent des tendances à la hausse significatives Mahajanga 0.037** 0.037** 0.028** 0.035** 0.033** 0.008 0.008 0.004 0.011* 0.001*
sont observées pendant toutes les périodes dans 63% des cas. Le seul cas de diminution Mahanoro 0.016* 0.012* 0.011* 0.017** 0.013** 0.027** 0.028* 0.017 0.023** 0.022**
de l’année. Pendant la saison pluvieuse (saison significative de la température maximale à Mananjary 0.005 0.014* 0.013 0.015 0.008 0.029** 0.030** 0.032** 0.033** 0.031**
Morombe 0.013 0.023 0.001 0.001 0.01 0.017 0.050** 0.019 0.034* 0.040**
d’été), les températures maximales journalières Maevatanana est à noter. D’après ces résultats,
Morondava 0.008 0.024** 0.024* 0.016* 0.019** 0.025** 0.037** 0.040** 0.036** 0.035**
présentent également des tendances à la le réchauffement est globalement significatif à Ranohira - 0.002 - 0.003 - 0.003 0.014 0.002 0.030** 0.038** 0.026** 0.047** 0.033**
hausse pour la plupart des stations. Pendant Madagascar. Ce réchauffement se manifeste Sainte-Marie 0.009 0.008* - 0.003 0.005 0.004 0.030** 0.036** 0.027** 0.026** 0.030**
la période saison sèche (hiver austral), surtout par l’augmentation des températures Sambava - 0.003 - 0.003 - 0.003 - 0.009 - 0.006 0.042** 0.039** 0.030** 0.034** 0.037**
Taolagnaro 0.031** 0.039** 0.034** 0.037** 0.033** 0.021** 0.033** 0.027** 0.032** 0.026**
certaines stations présentent des tendances minimales. Ceci est en cohérence avec les Toamasina 0.024** 0.029** 0.022** 0.015** 0.021** 0.007 0.010* 0.001 0.003 0.005
à la diminution de la température maximale. observations au niveau mondial. Tulear 0.039** 0.044** 0.038** 0.038** 0.040** 0.023** 0.030** 0.020** 0.033** 0.027**
Annuellement, la plupart des stations Vohemar 0.031** 0.021** 0.015* 0.011* 0.016** 0.029** 0.024** 0.018** 0.014* 0.021**
présentent des tendances à la hausse des
températures maximales quotidiennes (Figure Tableau 1 : Tendances (°C/an) des températures maximales (partie gauche du tableau) et minimales journalières (partie droite)
pour 21 stations durant la période 1961-2005. Les tendances sont présentées par trimestre (DJF : Décembre à Février ; MAM :
6b). Mars à Mai ; JJA : Juin à Août ; SON : Septembre à Novembre) et aussi pour l’année (AN). Les tendances significatives à
95%(99%) sont marquées par *(**).

En bref...
A Madagascar, le réchauffement a commencé dans la partie Sud dès 1950 et s’est étendu au Nord à partir
de 1970.
Salary Bay Toliara - Photo : DGM

En l’an 2000, le niveau de réchauffement de la partie Sud de Madagascar est plus important que celui du
Nord.

p14 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p15


Les séquences sèches s’allongent sur les Hautes Cependant en superposant ces courbes de
précipitations (Figure 7) avec celles des
dans le fait que les changements au cours
de l’année peuvent se compenser. Par
Terres Centrales et la côte Est. Sur les Hautes températures (Figure 4) on constate qu’à exemple, l’augmentation des précipitations
partir de 1950, pour la moitié Nord de pendant un trimestre peut compléter la
Terres, ceci est dû au recul de la saison de pluies. Madagascar, les valeurs moyennes diminution pendant un autre trimestre. De
annuelles des précipitations ont tendance à ce fait, il est important de voir le caractère
Les changements des précipitations à Madagascar diminuer alors que celles des tempéra- saisonnier des changements des précipita-
varient d’une région à l’autre. Les précipitations tures moyennes augmentent et vis versa.
Pour la partie Sud de Madagascar, c’est
tions.
Des indicateurs relatifs aux précipitations
deviennent de plus en plus intenses sur la partie l’inverse : les précipitations ont tendance ont été calculés sur les 21 stations pour la
à augmenter avec la température.
Ouest . période 1961-2005. Les tendances ont été
La difficulté de la détection des change- calculées et représentées sur des cartes.
ments des précipitations annuelles réside

2.2- Les précipitations

La détection des changements pour les climatiques locaux participent à la création


précipitations est en général plus difficile de microclimats.
que celle des températures. Cette difficulté L a F igu r e 7 mon t r e l’évolu t ion d es
est d’autant plus grande si l’étude concerne précipitations entre 1901 et 2000 dans la
des régions où les précipitations sont très moitié Sud (Figure 7a) et Nord (Figure 7b)
variables (Ouest et Sud de Madagascar de Madagascar. Durant cette période de
par exemple). Une ou plusieurs journées 100 ans, il n’y a aucune tendance évidente
de fortes précipitations peuvent par exemple dans les deux régions.
contribuer d’une façon significative au
cumul annuel. De plus, les facteurs

(a) (b)

Figure 7. Moyennes (sur 6 ans) des précipitations (millimètres/mois)) de 1901-2000 : a) partie Sud de Madagascar
(43-51°E, 27-20°S); b) Partie Nord de Madagascar (43-51°E, 20-11°S). Source : Climate Research Unit (Mitchell et
al., 2004).
“Sous la pluie 2” - Photo : P. Men

p16 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p17


L’autre résultat important est la tendance
Les résultats les plus significatifs concernent les Hautes Terres Centrales et la Côte à l‘augmentation du nombre maximal de
Est : jours secs consécutifs par an (Figure 9)
les précipitations des trimestres de Juin à Août et de Septembre à Novembre ont sur l’ensemble de l’île. Le nombre
tendance à diminuer sur les Hautes Terres Centrales et sur la Côte Est durant la maximal de jours secs consécutifs
période 1961-2005. représente ici la plus longue séquence
sèche observée chaque année.
Juin à Août Septembre à Novembre
Cette situation peut s’expliquer par la
diminution des précipitations de Juin à
Novembre mentionnée plus haut se
manifestant par des débuts tardifs de la
précipitations saison pluvieuse et la diminution du
nombre de jours de pluie durant la Figure 9. Tendances annuelles du nombre
maximal de jours secs consécutifs (jour/an).
période allant de Juin à Novembre. Les tendances de hausse statistiquement
significatives sont indiquées par +.

La Figure 10a montre également une tendance à la diminution des précipitations


journalières moyennes sur une grande partie de Madagascar. Ces diminutions sont
statistiquement significatives sur la moitié Sud des Hauts-plateaux, le Nord-Ouest et
les diminutions de la quantité de pluies dans ces régions s’accompagnent d’une la partie Sud de la côte Est. Les tendances observées sur la partie Ouest ne sont pas
tendance à l’allongement des séquences sèches significatives à l’échelle annuelle.
Juin à Août Septembre à Novembre La Figure 10b montre la distribution spatiale des changements d’intensité des
précipitations. La majorité des tendances observées ne sont pas statistiquement
significatives. Cependant, on constate une tendance à la diminution l’intensité des
précipitations sur les parties Sud de la Côte Est, le Sud des Hauts-plateaux et le
Nord-Ouest (côté Nosy be et Analalava). Sur le reste de l’île et principalement sur la
côte et versant occidental, l’intensité des précipitations a tendance à augmenter.

durée moyennes des Figure 10. (a) Tendances annuelles


séquences sèches des moyennes journalières et (b)
des intensités journalières
moyennes des précipitations
(mm/jour/an). Les tendances à la
hausse/baisse statistiquement
significatives sont indiquées par +/-.

la tendance à la diminution du nombre de jours à fortes précipitations (10 millimètres


ou plus) peut également expliquer la diminution des quantités de précipitations

Photo : P. Men
Juin à Août Septembre à Novembre

(a) (b)

En bref...
nombre de jours de
précipitations Au cours des 100 dernières années, le niveau des précipitations à Madagascar a connu une grande
supérieures à 10mm variabilité.
Pour la partie Sud, les précipitations augmentent avec la température. Dans la partie Nord, les précipitations
augmentent quand la température diminue.
Sur les Hautes Terres Centrales et la Côte Est, les précipitations totales des trimestres Juin – Juillet -
Figure 8.Tendances des précipitations (mm/jour/an), de la durée moyenne des séquences sèches (jour/an) et du Août et Septembre – Octobre – Novembre ont tendance à diminuer. Un allongement des séquences
nombre de jour de précipitations > 10mm (jour/an) pour les trimestres Juin à Août (JJA en haut) et Septembre à
Novembre (SON en bas). Les tendances de hausse/baisse statistiquement significatives sont indiquées par +/- .
sèches est constaté.
Sur la partie Ouest, l’intensité des précipitations ont tendance à augmenter.
p18 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p19
5

4 Cyclones tropicaux
ayant touché terre

Cyclones ayant touché


3
terre avec des vents > 200km/h

Figure 11. Nombre annuel


1
de cyclones (toutes intensités
confondues) ayant touché Madagascar
0 et nombre annuel de cyclones intenses
ayant touché l’île.

Entre 1980 et 1993, seulement 1 cyclone Cette tendance se retrouve aussi dans
sur 20 (Kamisy en 1984) a amené des vents l’Océan Indien. Entre 1990 et 2004, les
supérieurs à 200 km/h sur la Grande Île. cyclones dans le sud de l’Océan Indien,
A partir de 1994, les cyclones de forte dans les catégories les plus intenses ont
intensité deviennent plus fréquents. doublé en nombre et en pourcentage par
Madagascar a subi des cyclones d’intensité rapport à la période de quinze années
identique au cyclone tropical Geralda (1994) auparavant (Tableau 2)7.
presque tous les 2 ans. Ces cyclones Comme les cyclones les plus intenses
intenses constituent 9 des 24 cyclones généralement durent plus longtemps et se
tropicaux ayant touché le pays. déplacent sur de plus longues distances, et
En somme, bien que le nombre de cyclones comme Madagascar se trouve le long de
qui touchent le pays annuellement (toutes leurs trajectoires, il est normal que nous
intensités confondues) n’a pas changé ces observons une intensification des cyclones
25 dernières années. Le nombre de cyclones sur la Grande Île.

“Pont Nord Mampikony” - Photo : DGM


intenses touchant Madagascar a nettement
augmenté cette dernière décennie.

Période
Bassin 1975-1989 1990-2004
Nombre de Pourcentage Nombre de Pourcentage
cyclones de du nombre total cyclones de du nombre
catégorie 4-5 de cyclones formés catégorie 4-5 total de
cyclones formés
Sud Océan Indien
(50°- 115°E, 23 18 50 34
5°S-20°S)

Tableau 2. Nombre total et pourcentage de cyclones de catégorie 4-5 (vent > 250 km/h) formés (Webster et
al.,2005).

2.3- Les Cyclones tropicaux

Bien que la Direction Générale de la Météo- technique standard de Dvorak des années
rologie dispose des informations sur les 80 ont permis d’augmenter la fiabilité
cyclones depuis 1911, avant l’ère des satel- d’estimation de l’intensité des cyclones.
lites, les données sur les cyclones sont peu La Figure 11 donne le nombre annuel de
fiables. Les positions et intensités des cyclones (toutes intensités confondues)
Photo satellite Gafilo - Photo : DGM

cyclones ont été déduites à partir de touchant Madagascar et le nombre


rapports qui parfois peuvent être sujets à annuel de cyclones qui ont touché le pays
caution. A partir de 1971, l’utilisation de avec des vents supérieurs à 200 km/h
l’imagerie satellitaire et surtout celle d’une entre 1980 et 2005.

p20 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p21


La Figure 12 donne le vent soutenu Les projections futures du climat à Madagascar
maximal apporté par les cyclones par
district. Entre 1980 et 1993 (Figure 12a), confirment partiellement les tendances déjà
une grande partie de Madagascar n’a observées sur la Grande Île.
connu que des vents de 120 km/h ou
moins. Les régions les plus touchées
étaient le Centre Est, le Centre Ouest et
une partie des Hautes Terres. Ces
zones ont réçu des vents moyens de
150 km/h. Seule la pointe Nord de l’île a
connu des vents de 200 km/h. 3- Projections climatiques à Madagascar
3.1- Modélisation du climat
Figure 12a. Vent maximum apporté par les cyclones par district sur
Madagascar (1981 - 1993). Les Modèles Climatiques Globaux (MCG) problème, la technique de mise à l’échelle
sont des outils utilisés pour évaluer les (downscaling) est utilisée pour produire
Après 1994 (Figure 12b), les cyclones causes du changement passé et obtenir des projections à une échelle spatiale plus
apportent des vents plus forts. Des des projections des changements futurs. fine.
Ce s on t d es mod èles nu mér iqu es Les projections de changement des
vents supérieurs à 150 km/h ont été
complexes, qui représentent des interactions précipitations présentées ici sont des
observés sur une grande partie de la
entre les différents composants du système résultats de mise à l’échelle en utilisant
grande île. La zone la plus touchée a climatique tels que la surface de la terre, six MCG. Les projections de changements
migré vers le Nord, et principalement le l'atmosphère et les océans. Pour élaborer de température ont été obtenues en utilisant
Nord Est du pays. Cette partie de l’île a des projections de changement climatique, une combinaison d'un modèle climatique
connu des vents supérieurs à on utilise des MCG et des scénarios des régional et de 13 MCG du Programme
200 km/h, mettant ainsi en péril les futures émissions de gaz à effet de serre. Mondiale de Recherche Climatique (PMRC).
cultures de rentes, une de nos Les résultats de ces modélisations forment
Les projections climatiques présentées ici
principales sources de devises un ensemble de climats futurs possibles.
sont obtenues en utilisant le scénario
étrangères. Il faut noter que la Figure 12 Chaque résultat d’un modèle est une
d’émission A2 du GIEC (la société continuera
représente le vent soutenu maximal représentation plausible de ce que le climat
à employer les combustibles fossiles avec
apporté par les cyclones par district. Par futur peut être.
un taux modéré; il y aura moins d'intégration
définition, les rafales de vent La résolution spatiale des MCG est de économique et les populations continueront
accompagnant les cyclones sont Figure 12b. Vent maximum apporté par les cyclones par district sur
l’ordre de 200-300km. A cette échelle, à augmenter) pour les températures et
largement supérieures au vent soutenu. Madagascar (1994 - 2005). les MCG représentent assez bien, par pluies et le scénario A1b (un monde futur
exemple, les changements de la circulation dans lequel la croissance économique
at mosp h ér iq u e ou la p r oject ion d u sera très rapide et de nouvelles technologies
réchauffement global (températures). Les plus efficaces seront introduites rapidement)
MCG ont toutefois leurs limites dans pour les cyclones tropicaux. Les données
l’évalu at ion d es chan gement s d e de températures et précipitations ont été

En bref... précipitations et même des températures


surtout si l’on descend à l’échelle locale
ou d’un petit pays. Pour pallier à ce
calculées pour la période centrée en 2055
(2046-2065) et celles relatives aux cyclones
tropicaux calculées pour l’année 2100.
Ces 25 dernières années, le nombre moyen annuel de cyclones qui touchent Madagascar n’a pas changé,
mais le nombre de cyclones intenses ( vents supérieurs à 150 km/h) a augmenté.
Entre 1980 et 1993,
- les régions les plus touchées étaient le Centre Est, le Centre Ouest et une partie des Hautes Terres
- les cyclones apportaient des vents de 120 km/h en moyenne
En bref...
A partir de 1994, Pour cette étude, des Modèles Climatiques Globaux (MCG) et Régionaux ont été utilisés pour réaliser
les projections en se basant sur des scénarios des futures émissions de gaz à effet de serre.
- ces cyclones ont touché une plus grande partie du territoire et la zone la plus touchée a migré vers
le Nord, essentiellement vers le Nord-Est Le modèle climatique régional a permis d’affiner les résultats des MCG utilisés.
- des vents moyens supérieurs à 150km/h ont été observés. Une analyse quantitative des résultats a permis de réduire les incertitudes des projections retenues.

p22 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p23


Vers 2055, la température annuelle moyenne à
Madagascar augmenterait de 1,1°C à 2,6°C par
rapport à la moyenne de la période 1961-1990.
Cette augmentation ne sera pas uniforme pour
l'ensemble du pays.

3.2- Futurs scénarios du climat : température

La Figure 13 représente la température (plus de 1,5°C). Le long des côtes, les


moyenne de l’air en surface en utilisant valeurs maximales des augmentations de
13 MCG (période 2046-2065). Ces résultats la température sont supérieures à 1,8°C
sont des prédictions fournies par un modèle et elles atteignent des valeurs supérieures
climatique régional en tenant compte des à 2,6°C dans le Sud du pays (Figure 12b).
valeurs minimales et maximales des Ceci indique une variation spatiale plus
changements de températures pour la importante des valeurs maximales des
période centrée en 20558. augmentations de la température par
L a plus faib le augmentation de la rapport à celle des valeurs minimales. On
température (Figure 13a) concerne le Nord note également que la plage des valeurs
du pays et le long des régions côtières d’augmentation de la température est plus
(plus de 1,1°C). Ce fait pourrait s’expliquer large pour le Sud de Madagascar.
en grande partie par l’accroissement de Les plages de valeurs de l’augmentation
l'hu midité, de la nébulosité et des des températures moyennes à Madagascar
précipitations dans le Nord qui favorise la présentées ici donnent une orientation sur
modération de l’augmentation de la l’évolution de la température annuelle pour
température. la période centrée en 2055. Ces valeurs
Les valeurs minimales des accroissements ne reflètent que les changements annuels
de températures augmentent en s’éloignant de températures.
des côtes et particulièrement vers le Sud

Ilakaka - Photo : P. Men


En bref...
Par rapport à la période 1961-1990, l’ensemble de Madagascar connaîtrait une augmentation de la température
(a) (b) vers 2055. Cette hausse varie d’une région à l’autre :
- hausse importante dans le Sud (de 1,6°C à 2,6°C)
Figure 13. Valeurs minimales (gauche) et maximales (droite) des
projections de la température moyenne annuelle (°C) obtenues à partir - augmentation plus faible le long des régions côtières (de 1,1°C à 1,8°C)
de 13 modèles climatiques globaux et pour la période centrée en 2055. - augmentations comprises entre de 1,3 et 2,5°C sur le reste de l’île

p24 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p25


Vers 2055, les précipitations augmenteraient sur
une grande partie de Madagascar à l’exception
des régions extrême Sud-Est (diminution en Juin),
Est (diminution en Juillet).

3.3- Futurs scénarios du climat : précipitations


Janv Fev Mars

La Figure 14 montre les valeurs médianes


des changements des précipitations
mensuelles obtenues par la mise à l’échelle
de 6 MCG pour tous les mois de l'année.
Les projections sur la Figure 14 suggèrent
que les précipitations augmenteraient de
Janvier à Avril. Les projections sont quelque
peu contradictoires et donc pas concluant
pour certaines régions de Madagascar
Avr Mai Juin
(Nord, Nord-Ouest, Nord-Est). Une station
présente une diminution des précipitations
en Mars (4 sur 6 modèles). Pour les mois
de Mai et Juin, les projections vers 2055
s uggèr ent des augmentations de
précipitations pour la majeure partie de
Madagascar à l’exception de la région
S u d-Sud -Es t où l’on constate une
diminution. Vers 2055, les projections
présentent une diminution des précipitations Juil Août Sept
pour la partie Est (Juillet) et la moitié Sud
de la partie Est (Août-Septembre) ; le reste
du pays sera plus humide. En octobre,
une seule station (extrême Sud-Est) présente
une diminution des précipitations, le reste

Photo : P. Men
du pays devenant progressivement plus
humide en Novembre (particulièrement au
Nord ) et Décembre. Cependant les
projections sont contradictoires dans les
régions Nord et Nord-Est de Madagascar
pendant ces mois.
Ces résultats sont conformes avec les
Oct Nov Déc
En bref...
projections de changement climatique et LES RESULTATS LES PLUS CONCLUANTS sur les projections des précipitations à Madagascar pour 2055 (à l’ex-
leurs manifestations en Afrique australe. ception des parties laissées en blanc sur la figure 8) :
Dans cette région proche de Madagascar,
les systèmes dépressionnaires (hiver) se - Janvier à Avril : augmentation généralisée
manifesteront plus au Sud réduisant les - Mai à Juin : diminution dans la région Sud-Sud-Est et une augmentation sur le reste de l’île
précipitations pendant la saison froide et - Juillet à Septembre : augmentation dans les parties Nord, Nord Ouest et Hautes Terres et une diminution dans
sèche. Le réchauffement de l’atmosphère les parties Est et Sud-Est
associé à l’augmentation de l’humidité,
surtout durant la seconde moitié de la - Octobre : diminution sur l’extrême Sud-Est et une augmentation sur le reste de l’île
Figure 14. Changements (Médiane) des précipitations mensuelles (mm/mois)
saison pluvieuse (été), favorisera la formation obtenus à partir de la mise à l’échelle de 6 modèles globaux (période centrée - Novembre à Décembre : augmentation généralisée
des précipitations sur la plupart des régions. en 2055). Les régions où 3 modèles ont donné des augmentations des
précipitations et les 3 autres des diminutions sont laissées en blanc. Il en est
de même pour les régions où les augmentations sont < 10 mm/mois.

p26 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p27


Vers la fin de ce XXIè siècle, on s’attend
à ce que les cyclones, augmentent d’intensité, bien Les figures 16 et 17 donnent un exemple d’évaluation
des aléas suivant un modèle climatique donné. L‘utilisation
que leur fréquence annuelle ne devrait pas changer. de simulations de cyclones du modèle climatique
ECHAM permet de déterminer la probabilité d’occurrence
de cyclones dans le climat actuel et futur. Les points
sur le pourtour de Madagascar sont les points d’entrée
des cyclones.
3.4- Futurs scénarios de climat : cyclones tropicaux Suivant la figure 16, selon ce modèle, la fréquence des
cyclones (toutes intensités confondues) qui passent
par la grande île ne va pas changer dans le futur. Sur
En 2007, dans son quatrième rapport la Direction Générale de la Météorologie.
1000 cyclones qui se forment dans le bassin, 267
d’évaluation, le GIEC a indiqué qu’à l’échelle Pour remédier à ces problèmes d’insuffisance
passent par Madagascar dans le climat actuel, contre
mondiale, une augmentation de la force de données, des nouvelles méthodes ont
263 pour le climat futur. Cependant il semblerait qu’ils
de ces cataclysmes naturels est à craindre9. été adoptées. Il est entendu que les propriétés
auront tendance à passer par le nord de Madagascar
Au niveau mondial, il n’y a cependant pas statistiques de ces cyclones peuvent changer
dans le futur.
d ’indication claire sur un éventuel dans le climat futur mais pas les mécanismes
accroissement de la fréquence des cyclones physiques qui forcent leur dynamique. Par Figure 16. Nombre de passages par carré de 1° (~120 km x
Une réduction du passage de ces cyclones est à
ni d’un changement notable de leurs conséquent, des simulations de cyclones 120 km) sur 1000 cyclones qui se forment dans l’Océan attendre sur le Centre Ouest, alors que le Sud Ouest
trajectoires à cause du réchauffement dans son environnement climatique actuel Indien suivant le modèle ECHAM. verra une augmentation relative de leurs passages.
climatique. Ceci peut toutefois varier d’une et dans ce qu’on peut attendre du climat
région à une autre. futur permettent alors d’identifier un éventuel
La figure 17 donne la variation du passage des
A Madagascar, la Direction Générale de changement des risques encourus.
cyclones intenses dans le climat actuel et futur. Les
la Météorologie doit répondre à plusieurs La figure 15 donne un exemple de simulations cyclones intenses sont définis ici comme des cyclones
questions : est-ce que cette intensification de trajectoires de cyclones dans une qui auront touché terre avec des vents supérieurs
des cyclones observée dans le passé va projection climatique de 2100. La Direction à 200 k m/h. S elon ce modèle E CHA M, une
continuer dans le futur dans un contexte Générale de la Météorologie procède augmentation de la fréquence de cyclones intenses
de réchauffement global de la planète ? actuellement à une évaluation des aléas est attendue. Dans le climat actuel 37 cyclones
Quelles sont les zones actuellement cycloniques actuels et dans le futur en intenses sur 1000 passent sur l’île. Pour le climat
épargnées par les cyclones mais qui utilisant cette procédure. futur ce nombre s’élève à 54 sur 1000 cyclones. Ils
risqueraient d’en connaître dans le futur viennent le plus souvent de l’Océan Indien et atterrissent
? Une actu alisation des normes d e sur le Nord Est pour suivre la côte Nord Ouest du
construction serait-elle à faire notamment pays. Il faut noter que les figures 16 et 17 ne montrent
pour les ouvrages pouvant durer plusieurs que le passage du centre du cyclone. Les zones de
décennies (infrastructures routières, vents forts qui accompagnent les cyclones se trouvent
portuaires, …) ? souvent entre 20 à 150 km du centre. La région de
Figure 17. Nombre de passages de cyclones ayant des vents
Comme relevé plus haut, les données > 200 km/h par carré de 1° (~120 km x 120 km) sur 1000 la SAVA (producteur de vanilles) sera ainsi susceptible
historiques concernant les cyclones cyclones qui se forment dans l’Océan Indien suivant le d’être placée dans la zone des vents extrêmes des
tropicaux sont limitées. La rareté des modèle ECHAM. cyclones dans le futur.
évènements extrêmes (les cyclones dans
les catégories les plus fortes) rend difficile
la construction d’une analyse statistique La partie Nord des Hauts-plateaux connaîtra également un regain d’activité de cyclones
robuste, élément essentiel de la gestion intenses dans le futur ainsi le sud ouest du pays. Il est à noter que les cyclones qui vont
des risques. Il est ainsi impossible de passer par le Sud-Ouest de l’île sont des cyclones qui auront touché terre à d’autres
répondre avec certitude aux questions endroits et vont sortir en mer dans cette zone.
relatives aux impacts du changement
climatique sur l’activité cyclonique à
Madagascar, avec les 25 années de
Figure 15. Simulations de 200 trajectoires de cyclones
données historiques fiables dont dispose en 2100.
En bref...
Sur la base de 1000 cyclones simulés, il est probable que, dans l’avenir (vers 2100) :
- la fréquence des cyclones passant par la Grande Île resterait inchangée
- une augmentation de la fréquence de cyclones intenses serait attendue
- de plus en plus de cyclones passeraient par la partie Nord
p28 • Le changement climatique à Madagascar
Une étude est en cours pour confirmer ces résultats Le changement climatique à Madagascar • p29
Madagascar ne fait pas exception. projections climatiques. Là où les tendances
Conformément à la tendance mondiale, le significatives observées sont en conformité
changement climatique est une réalité dans avec le changement projeté et les mécanismes
la Grande Ile. physiques qui y sont liés sont compris, la
Cette publication nous montre les éléments planification et l'adaptation à de tels
essentiels illustrant cette situation : changements peuvent être réalisées sans
trop de contraintes. Par contre, si l’on a des
• Un réchauffement significatif se manifestant
tendances statistiquement significatives
par une augmentation des températures
observées au niveau de la majorité des
moyennes de l’air sur l’ensemble du territoire.
stations dans une zone donnée alors que
• Au niveau annuel, l’évolution des les projections des différents modèles sont
précipitations n’est pas significative. en désaccord sur le signe du changement
Cependant on constate une réduction de ou incohérents, des investigations plus
leur quantité pendant la saison sèche approfondies sont nécessaires. Dans ce
surtout sur la Côte Est. Les séquences cas, il est possible que les changements
sèches s’allongent et s’accompagnent observés s’expliquent par la variabilité naturelle
d’un retard du début de la saison des du climat. Dans le cas où il n'y a pas de
pluies. Par conséquent, les précipitations cohérence au niveau des tendances
se concentrent sur une période relativement observées, alors que l’ensemble des modèles
courte, d’où l’augmentation de leur intensité projette un changement physiquement réaliste,
durant la saison pluvieuse, notamment sur des activités de suivi sont nécessaires pour
la partie Ouest et les hautes terres. détecter si les changements attendus se
• Une augmentation du nombre de cyclones sont manifestés.

Lac Tritriva - Photo : DGM


à forte intensité est constatée depuis 1994.
Concernant les cyclones tropicaux, les
Toutefois le nombre moyen de cyclones
résultats présentés qui ont été présenté ne
qui passe annuellement dans le pays n’a
sont que la projection du futur climat vu par
pas tellement changé ces 25 dernières
années. un seul modèle climatique. Ce sont les
premiers jets d’une analyse des risques
Concernant les projections, cycloniques que la Direction Générale de la
• vers 2055, la température annuelle à Météorologie (DGM) effectue actuellement.
Madagascar augmenterait de 1,1°C à Etant donné l’importance de l’intégration
Conclusion 2,6°C par rapport à la moyenne de la
période 1961-1990. Cette augmentation
des risques cycloniques dans la planification
du développement économique du pays,
ne serait pas uniforme pour l'ensemble du elle se doit de poursuivre ses investigations
pays. et d’affiner les résultats par l’utilisation d’autres
• Une grande partie de Madagascar modèles climatiques et par l’addition de
deviendrait plus humide, à l’exception de nombres considérables de simulations de
la partie Est où les précipitations diminueraient cyclones. Ces résultats feront l’objet d’une
du mois de Juillet à Septembre. publication ultérieure qui sera diffusée dans
• Le nombre moyen de cyclones tropicaux l’objectif d’aider les autorités compétentes,
touchant Madagascar annuellement ne le secteur privé, et les communautés de
devrait pas changer mais on s’attend à base dans les zones à risque afin de mettre
l’augmentation du nombre de cyclones à jour et adopter des normes et standards
intenses vers 2100. anticycloniques.
La science du climat évolue rapidement et Le souhait de la Direction Générale de la
les recherches avancent à grand bond. Météorologie, par l’intermédiaire de ce travail
Malgré les ressources scientifiques importantes est de contribuer à l’amélioration des stratégies
utilisées des proportions d’incertitudes d’adaptation au changement climatique et
inhérentes aux modèles numériques sont de gestion des risques de catastrophes à
toujours à considérer lors de l’utilisation des Madagascar.

p30 • Le changement climatique à Madagascar Le changement climatique à Madagascar • p31


Références
1 - GIEC (2007). Climate Change 2007 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth
Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge, UK, New York, US,
Cambridge University Press.

2 - GIEC (2001). Climate Change 2001 : The Scientific Basis. Contribution of Working group 1 to the Third
Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge, UK. New York, US,
Cambridge University Press.

3 - Solomon, S., D. Qin, M. Manning, R. B. Alley, T. Berntsen, N. L. Bindoff, Z. C. A. Chidthaisong, J. M.


Gregory, G. C. Hegerl, M. Heimann, B. Hewitson, B. J. Hoskins, F. Joos, J. Jouzel, V. Kattsov, U.
Lohmann, T. Matsuno, M. Molina, N. Nicholls, J. Overpeck, G. Raga, V. Ramaswamy, J. Ren, M. Rusticucci, R.
Somerville, T. F. Stocker, P. Whetton, R. A. Wood and D. Wratt (2007). Technical Summary. Climate
Change 2007 : The Physical Science Basis. Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment
Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. S. Solomon, D. Qin, M. Manninget al.
Cambridge, UK. New York, US, Cambridge University Press.

4 - Hulme, M., R. Doherty, T. Ngara, M. New and D. Lister (2001). African Climate Change : 1900-2100. Climate
Research 17(2) : 145-168.

5 - New, M., B. Hewitson, D. B. Stephenson, A.Tsiga, A. Kruger, A. Manhique, B. Gomez, C. A. S. Coelho, D.


N. Masisi, E. Kululanga, E. Mbambalala, F. Adesina, H. Saleh, J. Kanyanga, J. Adosi, L. Bulane, L.
Fortunata, M. L. Mdoka and R. Lajoie (2006). Evidence of trends in daily climate extremes over southern
and west Africa. Journal of Geophysical Research 111. D14102, doi :10.1029/2005JD006289

6 - Zhang, X., F. W. Zwiers, G. C. Hegerl, F. H. Lambert, N. P. Gillett, S. Solomon, P. A. Stott and T. Nozawa
(2007). Detection of human influence on twentieth-century precipitation trends. Nature 448 : 461-465.

7 - Webster P.J.,Holland G.J., Curry J.A., Chang H.-R. :Changes in Tropical Cyclone Number, Duration, and
Intensity in a Warming Environment, Science 309, 1844 – 1846 (2005).

8 - Tadross, M. A., C. Jack and B. C. Hewitson (2005). On RCM-based projections of change in southern African
summer climate. Geophysical Research Letters 32(23). L23713, doi 10.1029/2005GL024460

9 - Christensen, J. H., B. Hewitson, A. Busuioc, A. Chen, X. Gao, I. Held, R. Jones, R. K. Kolli, W.-T. Kwon, R.
Laprise, V. M. Rueda, L. Mearns, C. G. Menéndez, J. Räisänen, A. Rinke, A. Sarr and P. Whetton
(2007). Regional Climate Projections. Climate Change 2007 : The Physical Science Basis. Contribution
of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change.
S. Solomon, D. Qin, M. Manninget al. Cambridge, United Kingdom and New York, NY, USA, Cambridge
University Press.

p32 • Le changement climatique à Madagascar

Vous aimerez peut-être aussi