Vous êtes sur la page 1sur 2

 

   D9CH1  –  Aspects  organisationnels  et  conduite  de  projet  FOAD  


 

Comment  faire  le  montage  financier  d’un  dispositif  de  FOAD  ?  


 
Pour  faire  un  prévisionnel  cohérent  de  budget  à  allouer  dans  le  cadre  de  la  mise  en  place  
d’un  dispositif  de  FOAD,  nous  devons  prendre  en  compte  plusieurs  paramètres.    
 

1.  Définir  le  produit,  la  cible  et  une  stratégie  de  déploiement  
Il   faut   dans   un   premier   temps   réaliser   une   étude   de   marché   afin   de   s’assurer   que   ce  
projet  répond  bien  à  un  besoin  réel  et  identifié  en  plus  de  constituer  une  offre  nouvelle  
et  innovante.  En  effet  la  nouveauté  est  mieux  accueillie  au  sein  d’une  organisation  si  elle  
correspond  à  une  amélioration  de  l’existant  et  si  elle  arrive  en  discontinuité  plus  qu’en  
rupture.  C’est  pourquoi  il  est  également  primordial  de  définir  en  parallèle  une  stratégie  
d’accompagnement  au  changement  et  de  communication  à  toutes  les  phases  du  projet.    
 
Il   faut   par   conséquent   faire   une   analyse   détaillée   des   besoins   de   formation   du   public  
cible  et  spécifier  dans  une  note  de  cadrage  :    
 
• à  qui  on  s’adresse  :  les  profils  types  des  apprenants  inscrits  ;  
• pourquoi  :  les  objectifs  pédagogiques  de  la  formation  ;  
• comment  :  le  contenu  de  la  formation  et  les  experts  à  interviewer  ;  
• avec  quels  outils  :  les  contraintes  géographiques  des  apprenants  ou  les  
problématiques  techniques.  
 
Cette   première   analyse   doit   permettre   d’identifier   les   ressources   matérielles   et  
opérationnelles  à  mobiliser,  à  exploiter  et  à  maintenir.  

2.  Evaluer  les  recettes  du  dispositif    


La   recette   doit   pouvoir   être   estimée   dans   un   premier   temps   en   spécifiant   des   postes  
dans  le  budget  prévisionnel.  Cette  évaluation  n’est  pas  aisée  mais  on  peut  se  baser  sur  
trois  éléments  qui  sont  :  
• le  prix/tarif  de  la  formation  (qui  évoluera  au  cours  du  montage  financier)  ;  
• l’organisation  générale  du  dispositif  (idem)  ;  
• la  prévision  du  nombre  d’inscrits  (évaluée  dans  le  cahier  des  charges  en  amont).  
 
La  principale  source  de  revenu  et  donc  le  produit  de  la  recette  vient  des  inscriptions  et  
éventuellement  des  subventions  internes  et  externes.  

3.  Evaluer  les  dépenses  du  dispositif  


Les  dépenses  quant  à  elles  pourront  être  évaluées  en  distinguant  d’un  côté  les  charges  
fixes   liées   aux   investissements   (conception,   production,   coordination,   déplacement,  
moyens  matériels  et  techniques,  communication)  et  de  l’autre  les  charges  variables  liées  
à  l’exploitation,  c’est-­‐à-­‐dire  les  coûts  de  fonctionnement  et  à  la  maintenance  (duplication  
des   supports   de   formation,   conditionnement   et   expédition,   frais   d’hébergement   et   de  
serveur,  frais  de  gestion,  frais  pédagogiques).    
 

Maud  Bourgeois   1   D9CH1  


     D9CH1  –  Aspects  organisationnels  et  conduite  de  projet  FOAD  
 
Il  faut  pouvoir  anticiper  en  amont  et  repérer  :    
• ce  qui  relève  des  investissements  ;  
• ce  qui  relève  de  la  phase  d’exploitation  (coûts  de  fonctionnement)  ;  
• les   coûts   apparents   (ex   :   achat   d’un   serveur)   et   les   coûts   cachés   (ex   :   coût  
ressource  interne  (salaire)  ou  externe  (forfait  prestation)  affectés  à  un  poste  du  
budget  sur  la  conception,  la  coordination,  le  tutorat.  

4.  Coordonner  le  projet  


Le  poste  gestion  de  projet  est  indispensable  pour  assurer  le  bon  enchaînement  et  le  suivi  
de   toutes   les   étapes   du   cycle   de   vie   du   projet   et   le   respect   des   délais   pendant   les   phases  
de  conception,  réalisation  et  déploiement  du  dispositif.    
A   priori,   ce   poste   de   coordination   est   chiffré   en   temps   de   travail   (généralement   en  
jour/homme)  investi  dans  l’organisation  de  réunions  de  suivi  et  de  coordination  et  dans  
le  développement  d’outils  de  suivi  (tableau  de  bord,  compte  rendu).    
Pour   comptabiliser   ces   dépenses   on   peut   soit   estimer   un   nombre   de   jour/homme  
(combien   me   coûte   une   personne   à   plein   temps   sur   cette   tâche  ?)   soit   affecter   un  
pourcentage  de  l’enveloppe  globale  des  recettes.    

5.  Définir  les  services  d’accompagnement  


Les  services  d’accompagnement,  qu’ils  soient  à  distance  ou  en  présence,  synchrones  ou  
asynchrones,   doivent   être   identifiés.   Ce   sont   des   caractéristiques   essentielles   d’un  
dispositif   de   FOAD   qui   engendrent   des   coûts   non   négligeables   que   l’on   doit   pouvoir  
chiffrer   le   plus   précisément   possible.   Ces   services   interviennent   dans   la   phase  
d’exploitation   du   dispositif   et   font   intervenir   plusieurs   acteurs   (enseignants,   agents  
administratifs   ou   techniciens)   et   nécessitent   la   mobilisation   de   matériel.   L’inventaire  
détaillé  des  dépenses  inclut  toutes  les  tâches  afférentes  à  ces  services  (cf.  paragraphe  3).    
 
Nous   constatons   à   l’issue   de   ces   5   premiers   points   que   le   cadrage   du   projet   et  
l’identification   des   postes   de   dépenses,   qui   tiennent   compte   des   spécificités   d’un   budget  
propre  aux  dispositifs  de  FOAD,  permettent  de  monter  un  premier  budget  prévisionnel.    

6  ROI  potentiel  et  (ré)  évaluation  


Une   fois   ces   étapes   passées   il   faut   envisager   la   rentabilité   du   projet   et   évaluer   le   ROI  
(retour  sur  investissement)  par  rapport  à  ce  que  le  projet  a  coûté  et  ce  qu’il  rapporte  sur  
sa  durée  de  vie,  et  les  phases  de  développement  possibles  du  dispositif.    
Une   bonne   façon   de   piloter   un   projet   et   de   mesurer   sa   performance   pour   trouver   des  
pistes   d’amélioration   consiste   à   créer   des   indicateurs   (KPI  :   Key   Performance  
Indicators)  tels  que  :    
• le  taux  d’inscription  par  rapport  à  la  population  cible  initiale  ;  
• le   taux   de   participation/abandon   de   la   formation   (à   quel   moment   l’apprenant  
décroche  ?)  ;  
• le   nombre   de   connections   à   la   plateforme   par   utilisateur   (y   est-­‐il   allé   plusieurs  
fois  ?)  ;  
• le  taux  de  réussite  et  de  satisfaction  sur  les  services  d’accompagnement.  
 

Maud  Bourgeois   2   D9CH1