Vous êtes sur la page 1sur 19

[1]

LISTE DES PRINCIPALES ABREVIATIONS

- IPJ: inspecteur de police judiciaire


- MP : ministère public
- OMP : Officier du ministère public
- OPJ : Officier de police judiciaire
- PV : Procès-verbal
- PJR : Procureur général de la république
- PGI : Parquet de grande instance
- RAC : Registre des avis civils
- RAT : Registre d’amende transactionnelle
- RD : Registre de détention
- RECL : Registre d’enfant en conflit avec la loi
- RFFA : Registre à la fin de fixation de la date d’audience
- RFNI : Registre de fait non infractionnel
- RI : Registre d’information
- RMP : Registre de ministère public
- RT : Registre de la transmission
- RT : Registre de tutelle
- TGI : Tribunal de grande instance
- TRIPAIX : Tribunal de paix
[2]

AVANT PROPOS

La nécessité de présenter un rapport de stage sanctionnant la fin


de notre deuxième cycle de droit nous oblige à réaliser ce travail lequel permet
à nos autorités académiques le contrôle et l’appréciation de nos travaux
pratiques durant notre période de stage. Laquelle période nous a permis de
concilier la théorie à la pratique .Non seulement ceci, mais également pour
nous rapprocher à la vie professionnelle qui, dit-on, réalité que la vie
estudiantine.

Notre propos sera atteint si professeur, encadreur, et lecteurs


trouvent ici réel reflet de nos connaissances en droit et dans la procédure de
dossier contentieux en matière des infractions pénales.

Qu’il nous soit permis de remercier en premier le procureur de la


république monsieur TEDDY KATUMBO LUMBU de nous avoir accepté dans
son office .A ce même titre je remercie particulièrement mon encadreur le
premier substitut du procureur de la république KASANKA BODIKA marie –
Josée, qui malgré ses multiples occupations , nous a permis de palper du doigt
la réalité du terrain à travers ces encadrement ;je ne saurais oublier d’autre
magistrats ainsi que les personnelles du parquet .En fin je profite de l’occasion
également pour rendre hommage aux autorités académiques de la faculté de
droit de l’université de Lubumbashi pour leur apport remarquable dans notre
éducation du savoir juridique .
[3]

INTRODUCTION

Le présent rapport est un recueil de quelques travaux que nous


avions réalisés pendant notre stage .Nous ne prendrons pas ici l’ensemble de
tout ce que nous avons fait.

Comme il est de coutume à la fin de deuxième cycle d’étude


l’étudiant doit outre sa formation théorique à la faculté effectuer un stage
d’ordre pratique pour assoir les notions apprises à la faculté .C’est à ce titre
,pour ne pas y déroger que nous avions souscris a cette logique et avions
effectuer notre stage pendant la période allant du 15 février au 22 mars 2021
au parquet de grandes instances de Lubumbashi ,nous avions beaucoup
appris et nous proposons de faire un rapport qui fait la synthèse de ce que
nous avions appris en stage .
[4]

PLAN SOMMAIRE

Outre l’avant-propos et l’introduction notre présent rapport aura a


son sein trois chapitres le premier traitera la présentation du parquet de
grande instance, le deuxième traitera sur les activités du ministère public
dans son cabinet et le troisième traitera sur les activités du ministère public
en dehors de son cabinet.
[5]

CHAPITRE 1: PRESENTATION DU PARQUET DE GRANDE INSTANCE DE


LUBUMBASHI

SECTION 1 : GENERALITE

§1. Situation géographique.

Fonde en 1930 LE PARQUET DE GRANDE INSTANCE

Est géographiquement situé au cœur de la ville de Lubumbashi au croisement


des avenue Lomami et Tabora, dans la commune de Lubumbashi.

A. MISSION OU COMPETENCE DU PARQUET DE GRANDE INSTANCE

La compétence du parquet de grande instance s’étant sur toute la


ville de Lubumbashi et la mission du parquet est celle de rechercher les
infractions ainsi que leurs auteurs.

SECTION 2 : LES STRUCTURES DU PARQUET DE GRANDE INSTANCE

§1. LE SECRETARIAT

A. NOTION

Le secrétariat du parquet de grande instance est dirigé par un


secrétaire divisionnaire secondé par plusieurs chefs des bureaux ainsi que par
les agents selon les différentes sections.

B. DIFFERENTS SERVICES DU SECRETARIAT DU PARQUET DE


GRANDE INSTANCE

Le secrétariat du parquet de grande instance dispose trois services


important à savoir :

- Les services généraux


- Le de l’action publique
- Le service de l’exécution de jugement.
[6]

Chaque service est placé sous la direction d’un chef de bureau


assisté par d’un ou plusieurs agents

1. SECTION 1 : LE SERVICE GENERAUX

Dans cette section il sera question de savoir comment le parquet


reçoit les dossiers, rédige les correspondances, recherche les antécédents et
reçoit les dossiers de magistrat déjà finalises ayant trouvés solution.

Cette section est en quelque sorte le passage obligé des dossiers à


travers cette section le parquet a reconnaissance des dossiers judiciaires ,des
dossiers envoyer en fixation et des dossiers proposés au classement sans suite
aussi des dossiers à transmettre dans d’autre parquet. Vous remarquerez que
cette section gère les dossiers qui ont déjà été au prêt des magistrats et que ces
derniers ont été déjà finalisés .C’est dans cette section qu’on examine aussi le
casier judiciaire de la personne présumée auteur de l’infraction .Pour conclure
comme nous l’avions dit ci haut elle rédige aussi des correspondances c'est-à-
dire les convocations, les invitations et les mandats d’amener.

Les services généraux assurent la gestion du personnel, du budget


économique et intendance, ils comprennent aussi en leur sein un service de
relation publique et du protocole.

2. SECTION 2 : LE SERVICE DE L’ACTION PUBLIQUE

Comme nous l’avions appris à l’université l’action publique a pour


but la répression. A ce titre l’officier du ministère public, le juge ou magistrat
assis, les secrétaires de parquet, les greffiers du tribunal, les OPJ et IPJ en
forment l’ossature. Il sied de signaler que cette section s’occupe de la réception
et de l’enregistrement de tout ce qui est destiné au procureur de la république
notamment les courriers. Elle s’occupe du fonctionnement du parquet par
l’élaboration de rapport ainsi que la tenue des registres y afférant. Le secrétaire
de l’action publique enregistre tous les procès-verbaux ainsi que courriers
[7]

entrant au parquet dans le registre général ; aux indicateurs d’entrées laquelle


comporte six colonnes.

1. La première colonne est réservée à la date


2. La deuxième colonne est réservée au numéro d’ordre
3. La troisième colonne est sert à inséré le numéro de PV ou de la lettre
plainte
4. La quatrième colonne est réservée au nom de l’OPJ instructeur
5. La cinquième colonne est réservée au nom de la personne poursuivie
6. Sixième colonne est inscrit le numéro du dossier judiciaire ouvert.

Les PV ou lettres réceptionner par le secrétaire de l’action publique


sont transmis au bureau du procureur de la république qui déterminera la
nature du dossier à ouvrir et l’initial du magistrat qui va instruire le dit dossier.
Quand le PV sort au bureau du procureur de la république, il passe à la section
chargée de l’ouverture du dossier judiciaire .Tout document avant d’atteindre le
magistrat doit préalablement avoir les annotations du procureur de la
république.

Ce service a pour mission de contrôler les tâches administratives


de l’action publique et de prévention aussi de tenir les registres règlementaires
y en afférant de l’action publique.

3. SECTION 3 : SECTION JUDICIAIRE

Cette section est le poumon du parquet. Elle a pour rôle principal


d’ouvrir les dossiers judiciaires du parquet sur base de PV, lettre plainte et
autre documents portant le numéro d’indicateur d’entrée, la date de réception,
les annotations du procureur de la république indiquant la forme du dossier à
ouvrir, les initiales du magistrat instructeur, la date ainsi que la signature.

Ce qu’il faut savoir est ce que les dossiers judiciaires sont ouvert
sur base de :

- PV provenant des OPJ et de diffèrent commissariat et brigade


[8]

- Plainte qui émane de la victime elle-même


- Rapport d’un magistrat.

Apres instruction le magistrat transmet le dossier au secrétariat qui


accuse réception et ce dernier à son tour transmet le dossier au procureur de la
république pour approbation. Les dossiers judiciaires qui contiennent tous les
pièces originaux au tribunal accompagné de l’original de la requête aux fins de
fixation de la date d’audience .Le secrétaire scinde le dossier en deux parties il
va envoyer le dossier au tribunal et la copie il le mettra en réserve .Le
secrétariat a cette section porte mention des différents registres règlementaires
pour le dossier dont les magistrats ont donnés la suite.

4. SECTION 4 : LE SERVICE DE L’EXECUTION DE JUGEMENT

Elle est chargée de veiller à l’exécution effective des décisions


rendues par le tribunaux du ressort .Elle est aussi chargée d’établir les pièces
des procédure relatives à l’exécution des jugements (réquisition en fin
d’emprisonner ,mandat de prise de corps et mandat d’élargissement )de la
tenue des archives judiciaires et dossiers administratifs et en fin elle s’occupe
de récupération des dommages et intérêts alloués d’office par le tribunal.

C’est service est chargé pour l’établissement des pièces de


procédure tout comme des réquisitions et mandat de prise de corps aussi des
relations avec les greffes pour le recouvrement des amendes judiciaires et
récupération des dommages et intérêts, d’office des relations avec la prison et la
tenue des archives judiciaires et les registres afférents à l’exécution de
jugement.
[9]

§2. L’ORGANIGRAMME DU PARQUET DE GRANDE INSTANCE


LUBUMBASHI

Nous voici représente de manière schématique et hiérarchique


l’organigramme du parquet de grande instance.

Procureur de la République

Premier Substitut du
Secrétaire Police Judiciaire
Procureur de la République

Substitut du Procureur de la
Secrétaire divisionnaire Inspecteur Judiciaire
République

Section executive

Section Judiciaire
[10]

Section service généraux

CHAPITRE 2 : LES ACTIVITES DE L’OFFICIER DE MINISTERE PUBLIC


DANS SON CABINET

§1. DE LA RECEPTION

Ici comme nous l’avons dit ci haut, il est question de comprendre


ou même de savoir comment le PV devient un dossier, comment le procureur de
la république entre en possession du dit dossier et bien évidemment comment
est-ce que le magistrat à son tour peut être en possession d’un dossier.

Le dossier PV des OPJ, les lettres constant toujours une


revendication sont réceptionnés par le secrétaire, celui-ci reprend la date de la
réception effective c’est à dire la date d’entrée des dossiers à l’office .Donc tous
les PV de l’OPJ passent par le secrétariat à l’exception du PV d’office qui est un
PV fait par le magistrat lui-même, c’est-à-dire la victime elle-même saisit
directement un magistrat dans son cabinet et ce dernier fera rapport au
procureur de la république.

Apres savoir répertorié les dossiers ,le secrétariat devra soumettre


le dossier auprès du procureur de la république où ce dernier examinera
dossier et il mettra l’initial du magistrat .Apres ce travail du procureur de la
république le dossier retournera encore auprès du secrétaire qui devra à son
tour suivre les instructions du procureur de la république .Enfin ,le secrétaire
va enregistré dans le cahier d’enregistrement et va aller déposé le dossier
auprès du magistrat responsable du dossier. Cela nous amène à examiner
comment les magistrats réceptionnent les dossiers.

A. LA PLAINTE DE LA VICTIME
[11]

Par plaignant il fait entendre la personne qui vient intenter l’action


en justice, mais la victime est la personne qui est lésée de ses droits, elle peut
être plaignant si elle est adulte ou capable aster en justice.

B. LA DENONCIATION

Les personnes ayant intérêt immédiat ou non peut dénoncer les


faits auprès de l’OMP, cette forme peut être écrite ou verbale .Il faut noter que
la dénonciation relevé le fait à ces risque et péril c'est-à-dire il y a pas des
procédures spéciales pour la dénonciation verbale .La procédure de la lettre
plainte est normale lorsqu’on part accuser une personne auprès d’une instance.

C. LA SAISINE D’OFFICE

Lorsque l’OMP a vécu lui-même le fait, et de là prend la décision de


se saisir d’office et d’instruit le dossier.

§2. DE L’ENREGISTREMENT DES DOSSIERS

Il sied de noter que une fois l’OMP réceptionne le dossier judiciaire,


il inscrit la date à laquelle il est réceptionné et enregistré dans un de ses
registres y relatif. Parmi ses registres nous avons :

1) Le registre du ministère public(RMP) :

C’est le registre qui montre et qualifie même la mission du


parquet .C’est le registre dans lequel l’OMP enregistre les matieres portant en
connaissance infractionnelle ou pénale .C’est le registre le plus utilisé au
parquet ;

2) Le registre de fait non infractionnel (RFNI)

L’OMP peut être saisi d’un fait qui n’a pas un caractère
infractionnel donc un fait civil ;
[12]

3) Les registres des amandes transactionnelles(RAT)

Dans ce registre il est inscrit les dossiers proposés au payement des amandes
transactionnelles ;

4) Le registre des enfants en conflit avec la loi (RECL) les dossiers ouvert à


des mineurs sont enregistrés dans ce registre .Il est fait obligatoire à l’OMP
qu’à chaque fois qu’un dossier est ouvert à charge d’un mineur qu’il puisse
le conduire auprès d’un juge pour enfant.

Le registre de tutelle (RT) dans ce registre l’OMP enregistre tous les dossiers
pour lequel, il prend l’initiative d’inter en justice en faveur d’incapable
pénalement.

4) Le registre de détention (RT) c’est le registre qui reprend le dossier avec


prévenu en détention.
5) Le registre d’information ;
6) Le registre d’autre parquet.

Il sert a acté les déclarations, dépositions sur PV pour les


victimes .Les dépositions de témoins seront actes sur de PV qui se présente de
manière suivante :

1. L’enquête préliminaire ;
2. La date l’an deux mille vingt un le 5ème jour du mois de mars ;
3. L’identité de la personne qui rédige le procès-verbal ;
4. L’identité de la personne qui comparait et le lieu de l’établissement de PV,
le lieu et la date de naissance ;
5. Nom du père et de la mère et leur état actuel ;
6. Les origines (village, secteur, territoire, district, province) ;
7. L’état civil de la personne qui comparait et le nombre de ces enfants, sa
profession
[13]

A.LES ACTES DE PROCEDURE

Dans le cadre d’instruction du dossier le ministère public est


appelé à poser certains actes que nous allons examiner dans les lignes
suivantes :

a. Le mandat de comparution ; Le ministre public fait comparaitre les


parties concernées au-devant de lui ;
b. Le mandat d’amener : Lorsque le ministère public constate que la
personne persiste pour comparaitre, il lui dresse cette fois ci un mandat
d’amener ;
c. La réquisition d’information : document dans lequel le ministère public
donne l’ordre au prescrit de cadre des tâches à accomplir dans
l’instruction d’un dossier et attend de cet OPJ un rapport ;
d. La commission rogatoire ;
e. Le mandat de perquisition ;
f. La réquisition à expert.

3. SECTION 3 : SUITE A DONNER AU DOSSIERS :

Plusieurs possibilités s’offre à l’officier de ministère public après la


clôture de l’instruction du dossier .Il peut proposer au classement sans suite
soit l’envoyer en fixation devant une juridiction déterminée, soit par amande
transactionnelle ou encore transmettre à un autre parquet à la juridiction pour
disposition et compétence.

§1. LE CLASSEMENT SANS SUITE D’UN DOSSIER

Le magistrat du parquet classe un dossier sans suite au motif ci-


après :

- Pour fait non établi ;


- Pour extinction de l’action public par ;
- Prescription ;
- Décès de l’un de partie;
[14]

- Insuffisance de charge ;
- Impossibilité d’atteindre le prévenu.

Comment est rédigé la note de classement sans suite, elle est obéit
à la démarche ci-après :

- Le numéro du dossier RMP ;


- L’identité complète de l’inculpé ;
- La prévention ;
- Le résume succincte de fait : ici le magistrat relate le fait d’une manière
succincte en relevant les circonstances de lieu et de temps de la
commission de fait, le lien de causalité ;

- Discussion en droit ; ici le magistrat va confronter le fait à la loi même à


l’équité en vue de tirer une conclusion finale ;

- La conclusion .ici l’officier de ministère public propose au procureur de


classer le dossier sans suite en lui brondissant le motif.

§2. ENVOI EN FIXATION

Lorsque le magistrat du parquet constate que qu’après l’instruction


du dossier, les faits sont établis, le magistrat va envoyer devant une juridiction
compétente au moyen d’une requête aux fins de fixation d’audience (RFFA). La
requête est adressée au président de la juridiction et c’est au président de fixer
la date d’audience. La requête doit obéir la démarche suivante :

- Le numéro du dossier
- L’identité du prévenu ou de l’inculpé
- Libellé de prévention.

Pour les dossiers à envoyer en fixation devant le tribunal de grande


instance et pour les affaires complexe, l’OMP est tenu de joindre à la requête le
réquisitoire. Le réquisitoire est une dissertation faites par le ministère public
dans laquelle il résume le faits, les confrontes a la loi et donne sa position dans
[15]

la conclusion, en passant bien entendu par l’étude des éléments constitutifs de


l’infraction .Les mentions de réquisition sont le suivantes :

- Le numéro du dossier
- Identité du prévenu
- Libellé de préventions ;
- Résume de fait ou prévention
- Discutions en droit
- La conclusion, ici l’OMP requiert la peine.

§ 3. CLASSEMENT PAR AMANDE TRANSACTIONNELLE

L’officier du ministère public propose le dossier au classement par


amande transactionnelle chaque que l’inculpé accepte de payer les amandes
transactionnelle, en vue de mettre fin aux poursuites ouvert à sa charge.

4. SECTION 4 : LA COTION DU DOSSIER

Coter les dossiers suppose sous farder les pièces du dossier, en


d’autre terme mettre les pièces selon leur nature dans le sous farde bien
déterminera cotation se présente de manière suivante :

- Nous avons comme premier sous farde la lettre plainte ;


- Deuxième sous farde le PV des officier de police judiciaire ;
- Troisième sous farde le PV Des officier de ministère public ;
- Quatrième sous farde les pièces de détention ;
- Cinquieme sous farde pièces de procédure et le septième sous farde ce
sont les dossiers administratifs ;
- Sixième sous farde pièces a conviction.
[16]

CHAPITRE 4 : LES ACTIVITES DU MINISTERE PUBLIC EN DEHORS DE


SON CABINET

1. SECTION1 : L’AUTEUR EN CHAMBRE DU CONSEIL

Il est fait à l’officier du ministère public, que chaque fois qu’il va


placer l’inculpé sous mandat d’arrêt provisoire, qu’il puisse la présente chez le
juge en chambre du conseil dans le délai de cinq jours, en vue d’obtenir une
ordonnance autorisant la détention préventive qui est d’une durée de 15 jours.

Il y a lieu de souligner que l’OMP est tenu de vérifier si la condition


de l’article 27 du code de procédure pénale sont réunis .Il faut précise que ces
conditions ne sont pas cumulatives, une seule suffit pour que l’OMP puisse
placer l’inculpé sous le lien de mandat d’arrêt provisoire.

Dans chaque chambre du conseil, les juges ont deux ou trois


possibilités à savoir :

- L’autorisation de la détention préventive ;


- Accorder la liberté provisoire à l’inculpé
- Ordonner la main levée de détention préventive.

Il sied de préciser que la décision prise par les juges peut être
attaquée en appel soit par l’OMP, soit par l’inculpé selon le cas.

2. SECTION 2 :L’AUDIENCE EN CHAMBRE FORAINE


[17]

C’est chaque fois que le tribunal siège dans une salle ordinaire quel
que soit la matière que porte cette audience c'est-à-dire civile ou pénale .Il sied
de signaler que la procédure restera même comme dans une salle ordinaire et
elle suit la logique d’une audience ordinaire .

3. SECTION 3 : L’AUDIENCE ORDINAIRE

C’est chaque fois que le tribunal siège dans une salle ordinaire quel
que soit la matière que porte cette audience c'est-à-dire pénale ou civile
.L’audience en matière civile le ministère public à deux possibilité, soit de
donner son avis sur le banc ou de demander le dossier conformément à la loi.

L’audience en matière pénale : L’OMP est la partie principale au


procès contrairement en matière civile .Le juge contrôle régulièrement la
régularité de la saisine .Le ministère public interjeté aussi appel ou assiste
dans un jugement au deuxième degré comme partie principale.

4. SECTION 4 : LA DESCENTE SUR LE LIEU DU CRIME

Une fois que le ministère public se rend compte que pour raison
d’information, il faut effectuer une descente sur terrain ou sur le lieu de la
commission de l’infraction, il peut se faire accompagner d’un agent spécialisé.
La descente sur terrain peut se faire soit pour aller autoriser la levée d’un corps
ou en vue de constater des limites qui opposent les parties et en vue d’autoriser
l’ouverture d’une porte qu’on a eu à sceller.
[18]

CONCLUSION

Le parquet qui est habilité pour rechercher les infractions et leurs


auteurs à la loi pénale et le traduire au tribunal .C’est dans cette logique que
nous nous sommes dits de finir par le parquet de grande instance au second
cycle .Pendant notre séjour nous avons ajuster nos connaissance sur
l’instruction du dossier c'est-à-dire nous avions eu toute les connaissances sur
l’instruction du dossier pré juridictionnelle et sur les fonctionnements du
parquet de grande instance et avions remarquer que le respect hiérarchique
existe au sein du parquet .A cet effet nous sommes sorties de ce stage avec une
matière de plus et en sommes satisfaits.

En fin, il convient de faire remarquer les conditions difficiles dans


laquelle les magistrats exercent leurs fonction ; conditions les empêchant ainsi
d’accomplir leur tâche comme il se doit .Il s’agit notamment :

- De manque des moyens de communication ;


- De manque de fourniture de bureau ;
- La promiscuité de bureau ;
- L’absence d’un salaire décent.

Eu égard à ce qui précédé, nous proposons à ce que le ministre de


la justice dont dépend le parquet puisse penser à équiper le parquet de grande
instance Lubumbashi et de toute la république démocratique du Congo des
bâtiments décents et le gouvernement doit penser à l’amélioration des
[19]

conditions salariales des magistrats, car ces derniers constituent le béquilles de


la justice.

Vous aimerez peut-être aussi