Vous êtes sur la page 1sur 5

 D9CW3

 –  WEB  2.0  et  usages  dynamiques  


 
Pédagogie,  médias  audiovisuels  et  droits  d’auteur  
Donnez   deux   exemples   d'utilisation   pédagogique   de   la   vidéo   en   ligne   (hors   VITRA!)   et  
expliquez  en  quoi  la  vidéo  soutient  ou  enrichi  l'apprentissage.  Appuyez  vos  propos  par  
des  références  théoriques  comme  d'habitude.    

En  quoi  la  vidéo  soutient  ou  enrichi  l'apprentissage  

Deux  exemples  d’utilisation  pédagogique  en  ligne  


J’ai   trouvé   les   deux   exemples   que   j’ai   choisi   d’exploiter   ici   sur   le   site   MEDEA   dont  
l’objectif   est   «  d'encourager   l'innovation   et   la   bonne   pratique   dans   l'utilisation   des  
médias   (audio,   vidéo,   graphique   et   animation)   dans   l'enseignement.  ».   Ce   portail  
rassemble  les  vidéos  pédagogiques  qui  ont  reçu  le  prix  MEDEA  Awards.  
 
La   première   vidéo   intitulée   «  Eyes   on   the   skies   –   New   views   of   the   sky  »   raconte   la  
découverte  du  télescope  et  les  innovations  qui  en  découlent.  
http://www.spacetelescope.org/videos/eyes_skies_ch1_final/  
 
La  deuxième  vidéo  intitulée  «  Daisy  and  the  Drago  »  raconte  l’histoire  d’un  dragon  et  
de  ses  amis  qui  cherchent  des  activités  pour  s’amuser.  
http://video.google.com/videoplay?docid=6109028310424842448&hl=en#  
 

Les  usages  et  les  cibles  


Notons  tout  d’abord  que  bien  que  ces  vidéos  répondent  toutes  les  deux  à  des  objectifs  
pédagogiques,   elles   ne   s’adressent   pas   à   la   même   cible.   En   effet   la   première   a   pour  
vocation   de   vulgariser   des   concepts   scientifiques   tout   en   donnant   des   références  
historiques   et   chronologiques   sur   l’invention   du   télescope.   Elle   s’adresse   à   un   jeune  
public   ainsi   qu’aux   adultes   et   peut   être   diffusée   aussi   bien   dans   le   cadre   de   cours   que  
dans   des   centres   scientifiques   et   planétariums.   La   seconde   est   utilisée   pour   illustrer  
l’apprentissage   de   la   modalité   et   du   verbe   «  Can  »   en   anglais   dans   des   cours   d’anglais  
langue  étrangère  pour  des  classes  de  très  jeunes  élèves  (6  ans).  
 
On   voit   donc   que   le   choix   du   medium   vidéo   peut   relayer   des   objectifs   pédagogiques  
s’adressant   à   des   publics   de   différents   niveaux   d’âges   et   d’éducation.   De   plus   la  
comparaison   de   ces   deux   vidéos   est   également   intéressante   du   point   de   vue   de   la  
médiatisation   du   contenu   en   fonction   de   l’objectif   pédagogique   et   du   public   visé.   Enfin  
nous   verrons   que   ces   choix   de   médiatisation   servent   également   une   relation  
apprenants/professeurs,  soit  une  médiation  bien  particulière.    
 

La  valeur  ajoutée  de  la  vidéo  


Nous   avons   vu   plus   haut   que   la   vidéo   est   à   la   fois   un   instrument,   ou   pour   reprendre  
l’expression   de   Daniel   Peraya   1«  (un)   intermédiaire   obligé   qui   rend   la   communication  

                                                                                                               
1  Daniel  Peraya,  Un  regard  critique  sur  les  concepts  de  médiatisation  et  médiation.  

Nouvelles  pratiques,  nouvelle  modélisation.    


Maud  Bourgeois   1   D9CW3  
 D9CW3  –  WEB  2.0  et  usages  dynamiques  
 
entre  les  interlocuteurs  possible  »,  mais  aussi  un  moyen  de  véhiculer  un  message  qui  est  
mis  en  forme  et  dont  la  transmission  peut  faire  l’objet  d’une  interaction  sociale.  
 
Je  propose  donc  ici  d’étudier  l’apport  de  la  vidéo  pédagogique  dans  ses  trois  dimensions  
qui  sont,  la  dimension  objet,  la  dimension  médiatisation  et  la  dimension  médiation.  
 
1. La  dimension  objet  
En   tant   qu’instrument   la   vidéo   présente   plusieurs   avantages   majeurs   par   rapport   à  
d’autres  supports  pédagogiques.  
 
a. Les  images  animées  
Les   images   animées   permettent   d’apprendre   en   voyant   et   de   nombreuses   études   ont  
démontré  que  les  images  sont  une  source  de  connaissance  aussi  importante  que  l’écrit  
(Jacques,   1997).   Des   chercheurs   ont   prouvé   que   l’utilisation   d’images   animées  
favorisaient   les   processus   cognitifs   de   compréhension   et   de   mémorisation   (Shepard   et  
Cooper,  1992,  Mayer  et  Gallini,  1990).  Moss  (1983)  quant  à  lui  va  plus  loin  en  disant  que  
la  vidéo  permet  de  recentrer  l’apprentissage  autour  de  l’apprenant  car  il  devient  acteur  
de   son   propre   apprentissage.   Enfin   Goodyear   et   Steeples   (1998)   pensent   que   la   vidéo  
peut   fournir   des   descriptions   «  vivantes  »   qui   nous   permettent   d’articuler   des  
informations   tacites   à   des   connaissances   (par   le   montage   notamment),   chose   très  
difficile  à  rendre  à  travers  un  texte.    
 
b. L’interaction  :  accès,  choix,  contrôle  
Avec  la  mise  en  ligne  des  vidéos,  l’interaction  homme/machine  donne  la  possibilité  aux  
apprenants   d’accéder   et   de   regarder   la   vidéo   de   façon   asynchrone   (par   rapport   à   un  
cours  donné  par  exemple)  et  ce  quelque  soit  leur  situation  géographique.  De  plus  si  la  
vidéo   est   intégrée   à   une   bibliothèque   de   ressources   en   ligne   ils   peuvent   alors   choisir  
parmi  un  catalogue  de  vidéos  «  à  la  demande  ».  Enfin  les  commandes  (play,  pause,  stop,  
skip)   associées   aux   vidéos   en   ligne   leur   permettent   d’adapter   la   «  lecture  »   de   la   vidéo   à  
leur   propre   rythme   d’apprentissage.   L’apprenant   regarde   une   partie   ou   toute   la   vidéo  
autant  de  fois  que  nécessaire,  revient  sur  un  passage  en  particulier  si  besoin.  
 
c. L’intégration  et  l’ouverture  
Généralement   les   vidéos   sont   intégrées   à   des   pages   web   ou   des   portails   web   et   donc  
combinées   à   d’autres   ressources   en   ligne   (présentations   Powerpoint,   liens   web,   chat,  
quizz).   Cette   intégration   ouvre   sur   des   ressources   extérieures   et   complémentaires   et  
favorise  également  l’interaction.  
 
On   peut   donc   parler   ici   de   la   vidéo   comme   d’«  un   outil   cognitif   dans   sa   double  
dimension   et   matérielle   et   symbolique  »2,   car   la   vidéo   est   une   technologie   qui   nous  
permet  de  représenter  les  choses  avec  des  images  qui  nous  parlent.  

                                                                                                               
2  Daniel  Peraya,  Un  regard  critique  sur  les  concepts  de  médiatisation  et  médiation.  

Nouvelles  pratiques,  nouvelle  modélisation.    


Maud  Bourgeois   2   D9CW3  
 D9CW3  –  WEB  2.0  et  usages  dynamiques  
 
2. La  dimension  médiatisation  
Les   choix   de   mise   en   forme   qui   ont   accompagnés   la   réalisation   des   vidéos   apportent  
également  une  valeur  ajoutée  en  terme  de  pédagogie.  
 
Si   l’on   prend   par   exemple   la   vidéo   sur   la   découverte   du   télescope   on   se   rend   compte  
qu’en   fonction   de   la   cible   et   des   objectifs   pédagogiques   visés   et   décrits   ci-­‐dessus   les  
concepteurs   ont   fait   des   choix   de   matériaux   pédagogiques   précis,   mais   ces   choix   ne  
s’arrêtent  pas  là.  La  façon  dont  la  vidéo  est  intégrée  à  un  portail  web  et  est  séquencée  
sous   forme   de   chapitres   vient   aussi   en   renforcement   des   caractéristiques   «  techniques  »  
de  l’objet.  
 
a. Le  choix  des  supports  multimédia  
On  constate  qu’un  grande  variété  de  supports  est  utilisée  dans  cette  vidéo  :  animations  
flash,  images  fixes  historiques  (carte  de  Galilée)  et  récentes  (imagerie  satellite),  sons.    
La   variété   des   supports   rend   le   contenu   plus   attrayant   et   chacun   d’entre   eux   apporte   un  
intérêt   pédagogique.   Par   exemple   à   travers   la   vision   des   cartes   et   représentations  
graphiques  de  l’époque  de  Galilée  nous  avons  accès  à  des  documents  historiques  et  à  la  
façon  dont  le  monde  était  perçu  et  modélisé  à  cette  époque.  
De   plus   le   fait   de   faire   intervenir   un   présentateur   qui   relaie   la   narration,   et   la   possibilité  
de   rajouter   des   sous-­‐titres   sont   autant   de   choix   que   les   concepteurs   médiatiques   ont   dû  
faire   afin   de   rendre   cette   vidéo   didactique   tout   en   restant   ludique   car   la   visée  
pédagogique  ici  est  de  vulgariser  du  contenu  scientifique.  
 
b. Le  chapitrage  des  vidéos  
Nous   pouvons   noter   également   que   cette   vidéo   fait   partie   d’un   catalogue   de   vidéos   et  
correspond   au   premier   chapitre   d’une   série.   Chaque   chapitre   traite   d’un   sujet   en  
particulier  et  les  chapitres  réunis  forment  un  tout  cohérent.  La  durée  d’un  chaque  varie  
entre   6   à   9   minutes   et   correspond   également   à   un   choix   de   conception   qui   sert   un  
objectif   pédagogique   bien   précis  :   capter   l’attention   et   favoriser   la   concentration   et   la  
rétention  d’information.    
 
L’apprenant  peut  à  loisir  choisir  de  regarder  les  vidéos  dans  l’ordre  qui  lui  convient  et  
autant   de   fois   que   nécessaire.   Ces   ressources   en   ligne   pourraient   aisément   venir  
compléter   des   cours   et   permettent   à   l’étudiant   de   se   créer   sa   propre   trajectoire  
d’apprentissage.  
 
c. L’intégration  à  une  page  web  
Enfin  cette  vidéo  est  intégrée  à  un  portail  web  donnant  accès  à  d’autres  ressources  en  
ligne,   dont   des   sous-­‐titres   à   télécharger.   Encore   fois   ce   choix   des   concepteurs  
médiatiques   vient   renforcer   la   grande   valeur   ajoutée   que   représente   la   vidéo  
pédagogique  lorsqu’elle  est  intégrée  à  un  portail  ouvrant  sur  d’autres  connaissances  et  
sur  l’extérieur.  
 

Maud  Bourgeois   3   D9CW3  


 D9CW3  –  WEB  2.0  et  usages  dynamiques  
 
Nous  voyons  ici  que  le  contenu  est  exprimé    «  dans  le  langage  caractéristique  d’un  média  
donné.  »3  et  que  les  choix  des  concepteurs  à  travers  la  médiatisation  peuvent  avoir  une  
valeur  pédagogique.  
 
3. La  dimension  médiation  
Pour  aller  plus  loin  voyons  quels  peuvent  être  les  effets  de  la  médiatisation  d’une  vidéo  
pédagogique  sur  les  comportements  cognitifs  et  relationnels  des  apprenants.    
 
Dans   le   cadre   de   «  Daisy   and   the   Drago  »   une   équipe   d’enseignantes   a   décidé   de   réaliser  
un  film  d’animation  vidéo  à  l’aide  de  dessins  fait  par  les  élèves.  L’équipe  pédagogique  a  
conçut  le  scénario  pédagogique  et  les  modèles  de  dessins  que  les  enfants  ont  par  la  suite  
coloriés  et  doublés  avec  leur  propre  voix.  Une  équipe  technique  a  par  ailleurs  réalisé  le  
montage.  
 
La  deuxième  vidéo  est  intéressante  en  terme  pédagogique  non  seulement  parce  qu’elle  
présente   toutes   les   caractéristiques   d’un   objet   médiatisé   décrites   ci-­‐dessus   mais   aussi  
parce  sa  réalisation  a  permis  de  :    
• tisser  un  lien  fort  entre  les  enseignants  à  l’origine  du  projet  et  les  élèves  qui  ont  
contribués  à  sa  réalisation  ;  
• augmenter   la   motivation   des   élèves   qui   apprennent  un   contenu   qu’ils   ont   eux-­‐
mêmes  mis  en  forme  ;  
• favoriser  la  compréhension  et  la  rétention  du  contenu  du  cours  ;  
 
On   voit   donc   ici   que   ce   projet   de   vidéo   a   permis   d’inclure   les   apprenants   à   la   réalisation  
du   matériel   pédagogique   et   qu’en   devenant   co-­‐auteurs   ceux-­‐ci   ont   développé   des  
facultés  à  travailler  ensemble  et  à  comprendre  et  retenir  le  contenu  du  cours.  
 

Conclusion  
La  vidéo  de  part  «  son  langage  »,  la  façon  dont  il  est  exprimé  et  les  effets  que  tout  cela  
provoque  sur  les  comportements  des  apprenants  soutient  et  enrichi  l’apprentissage  en  
intervenant  à  plusieurs  niveaux  dont  le  cognitif  le  réflexif  et  le  relationnel.  
 

                                                                                                               
3  Daniel  Peraya,  Un  regard  critique  sur  les  concepts  de  médiatisation  et  médiation.  

Nouvelles  pratiques,  nouvelle  modélisation.    


Maud  Bourgeois   4   D9CW3  
 D9CW3  –  WEB  2.0  et  usages  dynamiques  
 
 
Sources  :    
 
Vidéos  
http://www.medea-­‐awards.com/fr/page-­‐d-­‐accueil  
http://www.eyesontheskies.org/movie.php  
http://www.spacetelescope.org/videos/eyes_skies_ch1_final/  
http://www.cemilecemile.com/cizgi_film.asp  
http://video.google.com/videoplay?docid=6109028310424842448&hl=en#  
 
Articles  
http://www.scribd.com/doc/24123319/Video-­‐Streaming-­‐a-­‐guide-­‐for-­‐educational-­‐
development  
http://www.scribd.com/doc/14042885/Video-­‐in-­‐Education-­‐Handbook  
http://w3.u-­‐grenoble3.fr/les_enjeux/2008-­‐supplement/Peraya/index.php  
 

Maud  Bourgeois   5   D9CW3