Vous êtes sur la page 1sur 23

REPUBLIQUE DU BENIN

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la


Recherche Scientifique
VERECHAGUINE A. K.
ECOLE SUPERIEURE DE GENIE CIVIL

LES ASSEMBLAGES PAR


BOULONS :
LES BOULONS PRECONTRAINTS

Filière : Génie Civil


MASTER I – Spécialité Bâtiment et Ouvrages d’Art
Groupe n°2

Etudiant Sous la direction de :


AMADOU Idiris Adéchina Dr. Ing. ANANOUH
ATACOLODJOU Morel Victor Kouassi
KPAKOUTE Patrick
SAVI Genèse

Année Académique 2018 - 2019


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

SOMMAIRE

Introduction

I. Identification des boulons précontraints

A. Définition et présentation
B. Principe de fonctionnement
C. Méthodes de serrage
D. Précautions d’usage

II. Caractéristiques des boulons précontraints

III. Types d’assemblage

A. Résistant au glissement

B. Sollicité simultanément au cisaillement et à la traction

C. Par platines sollicitées par moment fléchissant et un


effort tranchant

IV. Applications

Conclusion

GROUPE N°2
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

INTRODUCTION

Toute structure métallique est réalisée à partir d’un


assemblage de profilés laminés, de plats, de tôles planes ou
cintrées, de tôles pliées à froid, de certains éléments spéciaux en
acier coulé ou en acier forgé. Tous les assemblages cèdent de plus
en plus le pas aux boulons et notamment aux boulons
précontraints. Quels sont ces types de boulons ? Comment
fonctionnent-ils ? Comment sont-ils calculés et utilisés dans le
dimensionnement des ouvrages métalliques ?
Notre exposé se donne pour mission principale de répondre
à ces questions par un libellé clair et accessible.

GROUPE N°2
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

I. Les boulons précontraints

A. Définition et présentation

Fig 1: Schématisation d’un boulon précontraint


Encore appelés « boulon H.R. » ou « boulons à serrage
contrôlé », les boulons dits précontraints sont en principe
destinés à être précontraints de manière à exercer une pression
transversale déterminée sur les pièces assemblées. Ils sont
obtenus à partir d’aciers à très haute limite d’élasticité : limite
d’élasticité conventionnelle (fy0.2) de l’ordre de 700 à 1100MPa.
Deux rondelles disposées de part et d’autre des pièces
assemblées sont recommandées dans les assemblages à boulon
HR. Un boulon H.R. se différencie extérieurement d’un boulon
ordinaire par un plus grand congé de raccordement du fût à la
tête et par l’inscription de sa nuance d’acier en empreinte sur la
tête :
 Le premier chiffre donnant la résistance minimum en
traction
 Le second chiffre étant tel que le produit fournit la
limite élastique.

Pour lever toute équivoque, le vocable « boulon H.R. » sera


attribué à tout boulon qui est destiné à être précontraint avec
un effort dont l’intensité contrôlée ne permet pas aux pièces
assemblées de subir des déplacements relatifs en service.

GROUPE N°2 ~1~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

B. Principe de fonctionnement
Contrairement aux boulons ordinaires, les boulons HR ne
travaillent pas au cisaillement mais transmettent les efforts par
frottement.
Lors du boulonnage, le boulon est serré fortement, ce qui a
pour effet de lui communiquer un effort de précontrainte, qui agit
parallèlement à l’axe du boulon, donc perpendiculairement aux
plans de contact des pièces. La précontrainte développe par
frottement mutuel des pièces, une forte résistance à leur
glissement relatif. Le serrage doit donc être effectué
progressivement dans un ordre préétabli afin de ne pas déformer
les platines d’appui et préserver leur planéité.
En première comparaison, l’avantage des boulons
précontraints sur les rivets pour lesquels on admettrait qu’ils
exercent une pression transversale efficace sur les pièces
assemblées est que :
 A même diamètre, l’effort exercé est de 2 à 3 fois plus
élevé pour un boulon HR que pour un rivet ;
 L’importance de l’effort de serrage développé confère à
l’assemblage une très bonne résistance en fatigue et
une permanence de ce serrage même sous sollicitations
variables et répétées.
En seconde comparaison, un assemblage à boulons
ordinaires résiste principalement par cisaillement des boulons, à
l’image des rivets. Parlant ici de précontrainte, la tentation est
grande de tirer profit de la haute résistance de l’acier constituant
les boulons H.R. pour utiliser ceux-ci de manière contrôlée pour
réaliser des assemblages résistants par cisaillement des boulons.
Cependant dans ce cas, les boulons HR seront juste assimilables
à des boulons ordinaires de nuance élevée.

C. Méthodes de serrage
Il y a essentiellement deux (2) méthodes de serrage
autorisées pour la mise en traction des boulons H.R. :

GROUPE N°2 ~2~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

Type de serrage Présentation


Le couple de serrage Mt est développé à
l’aide d’une clé dynamométrique
(manuelle, pneumatique à chocs ou
SERRAGE PAR électrique), munie d’un limiteur de
MESURE DU course préalablement réglé sur la valeur
COUPLE APPLIQUE à atteindre.
De telles clés doivent être
périodiquement tarées et étalonnées.

On effectue d’abord un serrage « à la


main » et on complète ensuite ce serrage
1er par une rotation déterminée de l’écrou.
Procédé
Ceci est à condition que les pièces soient
bien en contact avant le serrage
On serre d’abord le boulon à l’aide d’une
clé à chocs, jusqu’à ce que les bords
des trous des pièces à assembler
viennent parfaitement en contact ; et on
SERRAGE procède ensuite à une rotation
PAR
supplémentaire de l’écrou correspondant
MESURE à un angle :
DE
2nd  = 90 + t + d
L’ANGLE
Procédé : rotation en degrés ;
DE
t: épaisseur totale des pièces assemblées
ROTATION en mm ;
DE
d: diamètre du boulon en mm
L’ECROU
NB : Le contact intime se détecte assez
aisément car le bruit caractéristique de
la « marche à vide » de la clé se
transforme en un bruit de « martelage »
On applique tout d’abord les ¾ du
couple de serrage Mt nécessaire, puis on
3ème procède à une rotation supplémentaire
Procédé de l’écrou de 90° à 120°.
Le moment de serrage appliqué au
départ amène en contact parfait les

GROUPE N°2 ~3~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

pièces à assembler et la rotation


complémentaire à partir d’une position
relativement bien déterminée, réduit
l’influence des inexactitudes dans la
précontrainte prévue au moyen du
moment.

Fig 2: Schématisation des étapes de serrage d’un boulon HR

Photo n°1: Clé pneumatique à chocs(gauche) et électrique(droite)

D. Précautions d’usage

Lors de l’usage des boulons H.R., certaines précautions sont


indispensables :

GROUPE N°2 ~4~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

 La tête du boulon ne doit pas poinçonner les


pièces assemblées, d’où la nécessité d’une
rondelle interposée ;
 L’effort de précontrainte doit bien être appliqué à
sa valeur de calcul : c’est ici l’importance du
couple de serrage et du besoin des clés
dynamométriques ou pneumatiques ;
 Le coefficient de frottement µ doit correspondre à
celui de sa valeur de calcul.

Pour ce qui est du respect du coefficient de frottement, il est


impérativement nécessaire de préparer les surfaces par brossage
ou grenaillage, pour éliminer toute trace de rouille ou de
calamine, de graisse, etc.
Les surfaces sont classées par classe et chaque classe
correspond à un coefficient dynamique :

 Surface de Classe A : (µ=0.50)


Surfaces décapées par grenaillage ou sablage, avec
enlèvement de toutes les plaques de rouille non adhérentes et
sans piqûres de corrosion ;
Surfaces décapées par grenaillage ou sablage et métallisées
par projection d’aluminium ;
Surfaces décapées par grenaillage ou sablage et métallisées
par projection d’un revêtement à base de zinc, garanti d’assurer
un coefficient de glissement qui ne soit pas inférieur à 0.50

 Surface de Classe B : (µ=0.40)


Dans ce cas, il n’y a pas de recommandations.

 Surface de Classe C : (µ=0.30)

GROUPE N°2 ~5~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

Surfaces nettoyées par brossage métallique ou à la flamme


avec enlèvement de toutes les plaques de rouille non adhérentes.

 Surface de Classe D : (µ=0.20)


C’est surfaces sont non traitées.

II. Caractéristiques mécaniques des boulons précontraints

Il existe deux classes de boulons HR définies en fonction de


leurs contraintes limites d’élasticités f yb et de leurs contraintes de
rupture fub.
 Les boulons HR 1ou HR 10.9

Photo n°1: Exemple de boulon HR 10.9

 Les boulons HR 2ou HR 8.8.

GROUPE N°2 ~6~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

Photo n°2: Exemple de boulon HR 8.8

NB : Le premier chiffre correspond à fub /100


Le deuxième chiffre correspond à 10  fyb /fub
Soit :
Repère Appellation fub (Mpa) fyb(Mpa) ∆l
(%)
l
HR 1ou HR 10.9 1000 900 ≥8
HR 2ou HR 8.8 800 640 ≥ 12

Les caractéristiques mécaniques peuvent être obtenues, soit


par écrouissage du métal (Classe 6.8), soit par traitement
thermique (Classes 8.8 et 10.9).

Les garanties de performances portent essentiellement sur les


caractéristiques suivantes:
- limite d’élasticité, la résistance et l’allongement de la
vis, par le biais de l’essai de traction sur vis, avec et
sans cale biaise ;

- dureté de la vis et de l’écrou ;

- charge d’épreuve sur la vis et l’écrou ;

GROUPE N°2 ~7~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

- résilience sur les vis de Classes de qualité 8.8 et 10.9 ;


cet essai étant réalisé à température ambiante sur une
éprouvette à entaille en U, usinée dans la partie filetée.

III. Types d’assemblages


Nous évoquerons ici les considérations à prendre suivant le
type de sollicitations.
A. Assemblages résistant au glissement

 Résistance au glissement
La résistance au glissement F s d’un boulon HR précontraint vaut :

F s= k s. m. µ. (Fp /δ ms)

Avec :
- Fp : est la force de précontrainte, telle que définie au
paragraphe suivant,
- µ : est le coefficient de frottement des pièces,
- m : est le nombre d’interfaces de frottement,
- k s: est un coefficient fonction de la dimension des trous de
perçage et vaut :

Valeurs de
Particularités
Ks
k s=1 pour les trous a 1mm pour les
tolérances normales boulons Ǿ12 et Ǿ14
2mm pour les
boulons Ǿ16 et Ǿ24
3mm pour les

GROUPE N°2 ~8~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

boulons Ǿ27et plus


k s=0,85
pour les trous circulaires surdimensionnés
et pour les trous oblongs courts.
k s=0,7
pour les trous oblongs longs.

- δ ms est le coefficient partiel de sécurité qui vaut :

Valeurs de δ ms Particularités
pour les trous a tolérances
normales, ainsi que pour les
δ ms= 1,25 trous oblongs dont le grand
axe est perpendiculaire à
l’axe de l’effort.
E.L.U
pour les trous
surdimensionnés, ainsi que
δ ms= 1,40 les trous oblongs dont le
grand axe est parallèle à
l’axe de l’effort.
pour les trous à tolérances
normales, ainsi que les
E.L.S δ ms= 1,10 trous oblongs dont le grand
axe est perpendiculaire à
l’axe de l’effort.

NB : Concernant la précontrainte :


L’effort de précontrainte autorisé dans les boulons vaut :

Fp= 0,7. f ub . As

B. Assemblages sollicités simultanément au cisaillement et


à la traction

Si un assemblage résistant au glissement est soumis à un


effort de traction FT concomitant avec un effort de cisaillement
FV, qui tend à provoquer le glissement, la résistance au

GROUPE N°2 ~9~


EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

glissement par boulon doit être calculée selon la formule ci-


après :

F v ≤ F s = k s. m. µ. F p– 0,8. F r) / δ ms

C. Assemblages par platines sollicités par un moment


flechissant et un effort tranchant

1. Résistance de l’assemblage à l’effort tranchant V


Il faut vérifier que l’effort de cisaillement V 1 par boulon soit
tel que :

V Fp
V 1= ≤ F s = k s. m. µ.
n δ ms

2. Résistance de l’assemblage au moment fléchissant

Le moment résistant M r de l’assemblage est obtenu par la


somme des produits des efforts de traction dans les rangées de

GROUPE N°2 ~ 10 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

boulons situés dans la zone tendue par leurs distances


respectives au centre de résistance de la zone comprimée (c’est-à-
dire l’axe neutre de la semelle comprimée), confère figure
suivante :

M r = N 1. d 1+ N 2.d 2+…….=⅀ N i. d i

Effort N i dans les boulons :


N1 N2 N3
=
d1 d2
= d3
=…….

M r = N 1. d 1+ N 2.d 2+…

N1 d1 d
d1
= (d 21 + N 2.d 2
N1
+ N 3.d 3 N1 +…….)
1

N
= d 1 ( d 21 + d 22 + d 23 +…..)
1

Mr . Mr .
D’où : N 1= 2
d 1 soit N 1= d i≤ n. F p
⅀ di ⅀ di 2

Avec n : = nombre de boulons par rangée.

GROUPE N°2 ~ 11 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

Cependant, il convient parallèlement de vérifier la résistance


de l’âme du poteau :
- Dans la zone tendue,
- Dans la zone comprimée,
- Dans la zone cisaillée,
(Confère procédure J. 3.2, annexe à l’Eurocode 3)

 Pour la résistance de l’âme du poteau dans la


zone tendue on a :

F t= f y . t wc . b eff /δ MO

Avec :
t wc =epaisseur ame poteau

b eff = p=entraxe rangéeboulons

 Pour la résistance de l’âme du poteau dans la


zone comprimée

- Cas de l’âme non raidie :

σn
F c= f y . t wc(1,25 – 0,5δ MO ) b /δ
f y eff MO

GROUPE N°2 ~ 12 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

Avec
σ n= contrainte normale de compression dans l’âme du poteau
due à l’effort de compression et au moment fléchissant.

b eff = t fb+ 2 t p + 5(t fc +r c ¿

t fb =épaisseur semelle poutre

t fc =épaisseur semelle poteau

t p=épaisseur platine extrémité

r c =rayon de raccordement âme/semelle du poteau

¿ Annexe J)

- Cas de l’âme raidie :

Aucune vérification n’est nécessaire des lors que les


raidisseurs ont une épaisseur égale à celle semelles de la
poutre (schéma A).

 Résistance de l’âme du poteau dans la zone


cisaillée (âme non raidie)

V r = 0, 58 f y .h.(t wc/δ MO )

GROUPE N°2 ~ 13 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

Si la résistance s’avère insuffisante, il faut raidir l’âme, soit


par une fourrure d’âme (schéma 31B), soit par des raidisseurs
diagonaux (schéma 31C).

IV. Applications

EXERCICE D’APPLICATION N°1


(Attache d’une cornière sur un gousset)
Données
Cornière L 70×70×7
Epaisseur gousset = 8cm
Acier S 235
µ= 0,30 ; N pondéré = 190N ; boulons HR 8.8

GROUPE N°2 ~ 14 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

On nous demande de déterminer le nombre et le diamètre


des boulons.

Résolution
 Calcul de la section brute cornière : A= 940mm²
N 190× 103
A N=
 Section nette minimale : f y = 235 = 809mm²
 Section de perçage : Ω = A - A N = 131mm²
Ω 131
 Diamètre maximal de perçage : d 0= t = 7 = 18,7mm

Soit d 0=18mm, ce qui correspond avec un jeu de 2mm à des


boulons de diamètre d = 16mm
 Calcul de la résistance au glissement des boulons :
Fp
F s = k s. m. µ.
δ ms
Avec Fp= 0,7. f ub . As.
Soit :
k s= 1
m=1
µ = 0,3
As =157mm²
δ ms= 1,25

F s = 0,3×0,7×800×10−3 ×157/1,25

F s = 21KN

 Nombre de boulons

190
n= N / k s = =9
21

GROUPE N°2 ~ 15 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

 Vérification de la pression diamétrale


F B = 2,5 .∝. f u.d t /δ mb

F B = 2,5×800×16×10−3 ×157 / 1,25

F B=179 kN

190
F B= = 21kN¿ F B= 179KN.
9

EXERCICE D’APPLICATION N°2


(Vérification d’un assemblage poteau/poutre)
Soit un assemblage sollicité par :
 Un moment fléchissant M =320kN.m
 Un effort tranchant V = 80kN,
Et constitué de 10 boulons HR 10.9 selon la figure ci-après.

La platine a une épaisseur de 28 mm et de frottement vaut


µ=0,30.
Il nous est demandé de déterminer le diamètre des boulons,
sachant que la poutre est un IPE 360 et le poteau un IPE400.

GROUPE N°2 ~ 16 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

RESOLUTION
Détermination des efforts des barres dans les boulons
Nous considérons uniquement les boulons, tendus, c’est-à-
dire les trois rangées supérieures de boulons. Soit :
M . di
Nt=
∑ d i2
d 1=410 mm

} 2
d 2=290 mm → ∑ d i =2963 mm ²
d 3=210 mm

320 x 0,41
N 1= =442kN
2963
320 x 0,29
N 2= =313 kN
2963
320 x 0,21
N 3= =227 kN
2963

Il faut que
N1 ≤ n . N . F P Avec F P=0,7 f ub . A P
Soit
Nt
As≥
0,7. f ub . n
442
As≥ =316 mm ²
0,7 x 1000 x . 10−3 x 2

Soit un boulon de diamètre d= 24 mm ( A s=353 mm ²)

 Moment résistant effectif de l’assemblage

GROUPE N°2 ~ 17 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

N 1 . ∑ d i2
M g=
d1

Avec :
N 1=0,7 f ub . A s

N 1=0,7 x 1000 x 10−3 x 353=247 kN

Ceci pour un boulon, soit 494 kN pour une rangée.


D’où
494 x 2963
M R= =357 kN . m
410

 Résistance de l’assemblage sous l’effet de l’effort tranchant


Par boulon :
V 80
V 1= = =8 kN
n 10

Il faut maintenant vérifier que :


V1 ≤ F s=K s . m. μ . F p /γ MS
V1 ≤ 0,3 x 247 / 1,25 = 59 kN

 Résistance de l’âme du poteau en traction


Ft ≤ f y . ft wc .b eff /γ Mo
f t=235 x 8,6 x 80=1517 kN

M 320
f V= = =922kN <f t
h−t f 0,347

 Résistance de l’âme du poteau en compression (non raidie)


b eff =12,7+ (2x28) +5(13,5+21)

b eff =239 mm

V M.v 80 320
σ n= + = +
A I 84 x 10−4
1160 x 10−6

GROUPE N°2 ~ 18 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

σ n=285 M pa

D’où la nécessité de raidissage (raidisseur d’épaisseur 14 mm)

 Résistance de l’âme du poteau au cisaillement


VR¿ 0,58 f s . h . t w / γ MS
VR¿ 0,58 x 235 x 400 x 8,6=469 kN
L’effort de cisaillement vaut
M 320
f V= = =922kN
h−t f 0,347

f V >V R → Nécessite de poser une fourrure d’âme (épaisseur 10 mm).

D’où :
t w =8,6+ 10=18,6 et V R =1014 kN > F V =922 kN

GROUPE N°2 ~ 19 ~
EXPOSE SUR LES BOULONS PRECONTRAINTS

CONCLUSION

Les boulons précontraints sont utilisés non seulement pour


offrir une meilleure résistance aux assemblages boulonnés, mais
aussi pour conférer une sécurité plus grande du fait de la
prévision de l’effort qui pourrait tendre à créer la rupture des
boulons.
Les calculs concernant les boulons précontraints sont très
pointus et nécessitent d’agir au cas par cas. Il faut donc bien
apprécier le fonctionnement de la pièce pour apporter
l’assemblage boulonné le plus optimal possible.

GROUPE N°2