Vous êtes sur la page 1sur 16

PARTIE 2.

INITIATION A LA MACROECONOMIE
Chapitre 1: Les agrégats de la macroéconomie
1. La production globale
1. PIB, valeur ajoutée et revenu
Le PIB mesure l’ensemble des biens et services produits au cours d’une année par les unités
économiques résidentes quelle que soit la nationalité du producteur.
Le PNB mesure l’ensemble des productions marchandes et non

marchandes des unités économiques nationales. Le PNB prend en compte la production des
unités économiques nationales installées à l’étranger et retranche celle des unités économiques
de nationalité étrangère installées dans le pays considéré (critère de nationalité).

Le PIB nominal est la somme des quantités des biens finaux produits multipliées par leur prix
courant.

Le PIB réel est la somme des quantités des biens finaux produits multipliées par un prix constant.

Le déflateur du PIB = 𝑃𝐼𝐵 𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙


𝑃𝐼𝐵 𝑟é𝑒𝑙
1. La production globale
Le PNB=PIB + revenus reçus du reste du monde – Revenus versés au reste du monde

Le Produit National Net : PNN=PNB-Amortissement

Le Taux de croissance = 𝑷𝑰𝑩𝒕+𝟏


𝑷𝑰𝑩
−𝑷𝑰𝑩𝒕
x 100 = ∆𝑃𝐼𝐵 x 100
𝑃𝐼𝐵 𝒕

2. Le taux de chômage

Taux de chômage = 𝑵𝒐𝒎𝒃𝒓𝒆 𝒅𝒆 𝒄𝒉ô𝒎𝒆𝒖𝒓𝒔 𝑿 100


𝑷𝒐𝒑𝒖𝒍𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒂𝒄𝒕𝒊𝒗𝒆
Population active (L) = Travailleurs (N) + Chômeurs (U)
Population active = personnes en âge de travailler et désirant travailler
ayant un emploi ou non
𝑷𝒐𝒑𝒖𝒍𝒂𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒂𝒄𝒕𝒊𝒗𝒆
Taux d’activité = 𝑿 100
𝑷𝒐𝒑 𝒆𝒏 â𝒈𝒆 𝒅𝒆 𝒕𝒓𝒂𝒗𝒂𝒊𝒍𝒍𝒆𝒓
3. Le taux d’inflation
L’inflation est une hausse du niveau général des prix. Le taux d’inflation est le taux d’accroissement du
niveau général des prix. Les économistes s’intéressent à 2 mesures du niveau des prix: le déflateur
du PIB et l’indice des prix à la consommation.

Déflateur du PIB = 𝑃𝐼𝐵 𝑛𝑜𝑚𝑖𝑛𝑎𝑙


𝑃𝐼𝐵 𝑟é𝑒𝑙
Pour une économie à deux biens:
𝑃12017 𝑄12017 +𝑃22017 𝑄 2017
2
Déflateur du PIB = 𝑃12010 𝑄12017 +𝑃22010 𝑄22017

𝑃12017 𝑄 2010
1 +𝑃22017 𝑄 2010
2
Indice des prix à la consommation = 𝑰𝑷𝑪 = 𝑃12010 𝑄 2010 +𝑃22010 𝑄 2010
1 2

4. Le taux d’intérêt
Le taux d’intérêt d’un prêt ou d’un emprunt désigne le prix à payer par l’emprunteur pour pouvoir
disposer d’une somme d’argent. Le taux d’intérêt est la rémunération d’un placement pour un
prêteur ou le coût d’un emprunt pour un emprunteur. Il dépend du montant emprunté, de la
durée du prêt et de la nature des risques encourus, elle-même dépendante des garanties offertes.
4. Le taux d’intérêt

1. Le taux d’intérêt nominal et le taux d’intérêt réel

-Le taux d’intérêt nominal (ou monétaire) est le taux d’intérêt qui est défini et inscrit dans le contrat
de prêt. Il représente le rendement annuel en Unité Monétaire par unité monétaire investi.
- Le taux d’intérêt réel de l’emprunt est le taux nominal corrigé des effets de l’inflation. En notant
i le taux d’intérêt nominal, et 𝜋 le taux d’inflation, alors le taux d’intérêt réel s’écrit:

𝑟 =𝑖−𝜋

2. Le taux d’intérêt créditeur et le taux d’intérêt débiteur


Une banque rémunère ses clients sur des comptes d’épargne lorsque ceux-ci placent leur argent sur
un compte à intérêt. Le taux d’intérêt créditeur est le taux d’intérêt qui rémunère l’épargne des
clients de la banque. Par contre, le taux d’intérêt débiteur est le taux d’intérêt que la banque exige
lorsqu’elle prête de l’argent à ses clients, c’est le prix que l’emprunteur paye au prêteur (banquier).
5. La balance commerciale
La différence entre les exportations et les importations de biens et services est
appelée exportations nettes ou balance commerciale. Si les exportations excèdent
les importations, le pays connait un excédent commercial. Dans le cas contraire, le
pays connait un déficit commercial.

6. Les différentes méthodes de calcul du PIB


1. Calcul du PIB par la méthode de la production

Cette méthode de calcul du PIB consiste à additionner la valeur de tous les biens et
services produits dans l’économie au cours d’une période donnée (c’est-à-dire la
somme de toutes les ventes quelles qu’elles soient) et à en déduire de ce total la
valeur des biens ou services qui ont été utilisés dans le processus de production
(c’est-à-dire les consommations intermédiaires).
1. Calcul du PIB par la méthode de la production
PIB=Somme des valeurs ajoutées (des entreprises de l’économie étudiée)

PIB=Valeur ajoutée de l’ensemble des branches + TVA + Droits de douane

Remarque: Au niveau d’une entreprise, la valeur ajoutée se calcule comme la différence entre le
chiffre d’affaires de cette entreprise et les consommations intermédiaires utilisées dans le processus
de production (VA= CA - CI).
VA= ValeurAjoutée
CA = Chiffre d’Affaire
CI = Consommation Intermédiaire
Agriculteur (blé) 30 30

Meunier (farine) 30 40 70

Boulanger (pain) 30 40 80 150

Valeur du bien final = Dépense de consommation =VA total ( revenu total créé )
2. Calcul du PIB par la méthode des revenus

Cette méthode de calcul du PIB consiste à additionner les rémunérations des deux

facteurs de production primaires que sont le travail et le capital (salaires, dividendes,

rentes, intérêts,…), auxquels il faut ajouter les impôts (nets des subventions) sur la

production et les importations. On peut ainsi écrire:

𝑃𝐼𝐵 = 𝑅é𝑚𝑢𝑛é𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑡𝑟𝑎𝑣𝑎𝑖𝑙 𝑠𝑎𝑙𝑎𝑖𝑟𝑒𝑠 𝑣𝑒𝑟𝑠é𝑠 +

𝑅é𝑚𝑢𝑛é𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑐𝑎𝑝𝑖𝑡𝑎𝑙 𝑜𝑢 𝐸𝑥𝑐é𝑑𝑒𝑛𝑡 𝑏𝑟𝑢𝑡 𝑑′𝑒𝑥𝑝𝑙𝑜𝑖𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 d𝑖𝑣𝑖𝑑𝑒𝑛𝑑𝑒𝑠, 𝑟𝑒𝑛𝑡𝑒𝑠, 𝑖𝑛𝑡é𝑟ê𝑡𝑠, 𝑝𝑟𝑜𝑓i𝑡𝑠 +

𝑟𝑒𝑣𝑒𝑛𝑢 𝑣𝑒𝑟𝑠é à 𝑙′é𝑡𝑎𝑡 (𝑖𝑚𝑝ô𝑡𝑠 𝑛𝑒𝑡𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑠𝑢𝑏𝑣𝑒𝑛𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑠𝑢𝑟 𝑙𝑎 𝑝𝑟𝑜𝑑𝑢𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑒𝑡 𝑙𝑒𝑠 𝑖𝑚𝑝𝑜𝑟𝑡𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠)
3. Calcul du PIB par la méthode des dépenses

Cette troisième méthode de calcul du PIB consiste à additionner les dépenses en biens et
services achetés par les ménages et les institutions au prix de marché (on ne comptabilise
pas les achats de biens intermédiaires faits par les entreprises). Le PIB est égal à la
somme des emplois de produits finaux : la consommation finale des ménages (𝐶), les
dépenses en investissements privés (𝐼) (réalisé par les entreprises et les ménages)
également appelé formation brute du capital fixe, les dépenses des administrations
publiques (𝐺), l’accroissements des stocks de biens et services (∆𝑆), les dépenses en
biens et services domestiques provenant de l’étranger (𝑋) moins les dépenses en biens et
services importés 𝑀 .

𝑷𝑰𝑩 = 𝑪 + 𝑰 + 𝑮 + ∆𝑺 + 𝑿 − 𝑴

L’équation ci-dessus est l’équation macroéconomique fondamentale


Chapitre 2: La fonction de consommation Keynésienne
L’analyse de la fonction de consommation est effectuée d’un point de vue
macroéconomique pour la 1ère fois par KEYNES.

1. Analyse Keynésienne de la consommation


▪ Les fondements de l’analyse keynésienne de la consommation
- L’analyse keynésienne insiste sur la relation entre la consommation globale
et le revenu global à court terme.
- La relation entre la consommation et le revenu est déterminée par les
notions de propension moyenne à consommer (C/Y) et de propension
marginale à consommer (ΔC/ ΔY).
- La loi psychologique fondamentale de Keynes: principe selon lequel, à
mesure que le revenu croît, la consommation croît mais dans une
proportion moindre que celle revenu.
2. Les propensions à consommer
2.1. La propension moyenne à consommer (PMC) est définie comme
le rapport de la consommation totale (C) au revenu disponible (Yd):

𝐶
𝑃𝑀𝐶 = , 𝑎𝑣𝑒𝑐 0 < 𝑃𝑀𝐶 < 1 𝑒𝑡 𝑌𝑑 = 𝑌 − 𝑇
𝑌𝑑
𝐶
𝑠𝑖 𝑇 = 0, 𝑌𝑑 = 𝑌 𝑒𝑡 𝑃𝑀𝐶 =
𝑌
2.2. La propension marginale à consommer (Pmc)
La Pmc est définie comme l’accroissement de la consommation (∆𝐶) divisé par
l’accroissement du revenu (∆𝑌) entre deux périodes:

𝑃𝑚𝑐=c= ∆𝐶 si 𝑇 = 0 ⇒ 𝑌𝑑 = 𝑌 𝑒𝑡 𝑃𝑚𝑐 = ∆𝐶
∆𝑌 𝑑 ∆𝑌
3. Les élasticités de consommation
L’élasticité-revenu de la consommation se définit comme la variation
relative de la consommation, suite à une variation relative du revenu. Elle est
égale à:

𝐸𝐶/𝑅 = ∆𝐶/𝐶 = ∆𝐶 . 𝑌 = 𝑃𝑚𝑐


∆𝑌/𝑌 ∆𝑌 𝐶 𝑃𝑀𝐶

Y=𝑪+𝑰+𝑮+𝑿− 𝑴
1
𝑌= [−𝑐𝑇 + 𝑐0 + 𝐼 + 𝐺 + 𝑋 − 𝑀 ]
1−𝑐
1
∆𝑌 = 𝑘∆𝐺 avec 𝑘 = le multiplicateur Keynésien
1−𝑐
Chapitre 3: Secteurs institutionnels et circuits économiques
1. Les agents économiques
On distingue sept secteurs institutionnels ou agents économiques.
i) Les Sociétés et Quasi-Sociétés Non Financières (SQSNF)
Les Unités institutionnelles qui ont pour fonction principale la
production des biens et services marchands non financiers et qui ont
pour ressources principales (50%) du produit de leurs ventes.

ii) Les Institutions de Crédits (IC)


Les IC sont des unités institutionnelles qui ont pour principale fonction,
la collecte et la répartition des disponibilités financières et pour
ressource principale les dépôts et les intérêts reçus. Leur rôle est de
collecter les fonds auprès des agents à capacité de financement pour
les prêter aux agents à besoin de financement.
iii) Les Entreprises d’Assurance (EA)
La fonction principale des EA est le paiement des indemnités en cas de
réalisation de risques. Leurs ressources principales sont constituées
par les primes volontairement consenties par les assurés.
iv) Les Administrations Publiques (APU)
Les APU disposent d’une double fonction principale: la production des
services non marchands pour la collectivité et la redistribution du
revenu ou de la richesse. Leurs ressources principales sont
constituées par des prélèvement obligatoires (impôts et cotisations
sociales).
Elles regroupent trois secteurs: les Administrations Centrales (Etat, EPA,
EPIC) , les Administrations Publiques Locales (les collectivités
locales) et les Administrations de sécurité sociale.
V) Les Administrations Privées (PAV)
Ce sont des organismes privés sans but lucratif. Leur fonction principale
est la fourniture des services non marchands ou marchands. Leurs
ressources proviennent principalement des contributions
volontaires. (Organisations culturelles, ONG, religieuses, sportives,
syndicales, les parties politiques, la croix rouge).
vi) Les Ménages (MN)
La fonction principale des ménages est la consommation. Leur
ressources proviennent des rémunérations de facteurs de production
(salaires, intérêt, dividendes, loyers, etc…) et des transferts versés
par d’autres agents économiques.
vii) Le reste du monde
C’est l’ensemble des unités non résidentes.
2. Un Circuit simplifié fermé

Entreprises

Revenus des facteurs Facteurs de Biens et Dépenses des


(salaires, revenus de la production services
propriété)
ménages

Ménages

Flux Réel
Flux Monétaire