Vous êtes sur la page 1sur 6

MARDI 20 JUILLET 2021

77E ANNÉE – NO 23803


3,00 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

RÉVÉLATIONS SUR UN SYSTÈME MONDIAL 
D’ESPIONNAGE DE TÉLÉPHONES
Hommes politiques, avocats, militants et journalistes
sont les premières victimes

1
▶ Depuis 2016, des
dizaines de milliers de
téléphones ont été sélec­
tionnés comme cibles ÉDITORIAL
d’un logiciel d’espionnage
baptisé « Pegasus », com­ QUAND LA DÉRIVE 
mercialisé par la société DEVIENT LA NORME
israélienne NSO
par JÉRÔME FENOGLIO
▶ Six mois d’une
enquête internationale depuis des années, des répon­
réunissant dix­sept ses invariablement lénifiantes
sont opposées aux nombreuses
médias, dont « Le Monde », inquiétudes sur les dérives po­
montrent que cet outil, tentiellement liberticides ren­
officiellement destiné à dues possibles par les outils
créés par l’industrie de la sur­
lutter contre le terrorisme, veillance numérique. Les entre­
est massivement utilisé prises de ce secteur, comme les
Etats qui font appel à leurs ser­
pour surveiller vices, assurent que les risques
les sociétés civiles sont infimes, les usages enca­
drés, les engagements respectés.
▶ En France, un millier Depuis des années, les doutes
sont balayés au nom de l’intérêt
de numéros ont été supérieur des sécurités nationa­
visés, notamment pour les et de la lutte contre le terro­
risme ou le crime organisé.
le compte du Maroc Cette négation de l’évidence
PAGES 2 À 6 sera désormais beaucoup plus
compliquée. Les révélations pu­
bliées au long de cette semaine
par Le Monde et seize rédactions
associées au sein du « Projet Pe­
gasus », coordonnées par l’orga­
nisation Forbidden Stories, en
partenariat avec Amnesty Inter­
national, prouvent, de manière
incontestable, qu’en matière de
cybersurveillance l’abus est la
ILLUSTRATION « LE MONDE », règle et non l’exception.
D’APRÈS JACK GUEZ/AFP L I RE L A S UI T E PAGE 28

Inondations
En Allemagne,
Salvador
L’insolente
Culture
L’énergie poétique
Politique
après le déluge et popularité d’Emma Dante Le projet de loi 
les morts, le temps de l’autoritaire réveille le Festival sanitaire  Maison familiale à Paris depuis 1926

des questions président Bukele d’Avignon


PAGES 10-11 PAG E 7 PAGE 18
examiné dans un  Offres
contexte tendu Système d’ouverture rapide. Haute
résilience 35kg/m3. L 177 x P 100 x H 89.
Nombreux coloris, existe en 160. Prix
livré-installé, coussins déco en option.
A Hawthorne, Le gouvernement vise
en Californie, une adoption en fin de
le 14 mars 2019.
AP
semaine. Samedi, 110 000
opposants au passe
Elon Musk sanitaire ont manifesté
Itinéraire d’un PAGE 12
ambitieux qui
nourrit les rêves Angleterre Canapé-lit 140
de l’Amérique extra mœlleux
PAGES 22 - 23 Boris Johnson  Matelas 15 cm
Dunlopillo
Vocations en séries
Du « Bureau des
lève les  1590€
légendes » à la DGSE restrictions 
malgré le Delta
PAGE 2 4
Présenté en tissu Miami 100% polyester
Un train d’avance
« Le train est un objet CANAPÉS, LITERIE Canapés-lits Paris 15 • 7j/7
jubilatoire », confie le La stratégie du gouverne­
MOBILIER : 63 rue de la Convention, 01 45 77 80 40
dessinateur ferroviphile ment fait débat, alors que 3 000 M2 D’ENVIES ! M° Boucicaut, parking gratuit
François Schuiten le pays enregistre chaque Toutes nos adresses sur
Canapés-lits Paris 12 • 7j/7
PAG E 2 6 jour plus de 50 000 nou­ www.topper.fr
54 cours de Vincennes, 01 40 21 87 53
veaux cas de Covid­19 M° Porte de Vincennes ou Nation
PAGE 9
Algérie 220 DA, Allemagne 3,80 €, Andorre 3,80 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,30 €, Canada 5,80 $ Can, Chypre 3,20 €, Danemark 36 KRD, Espagne 3,60 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,20 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,30 €,
Hongrie 1 460 HUF, Italie 3,50 €, Luxembourg 3,30 €, Malte 3,20 €, Maroc 23 DH, Pays-Bas 4,00 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,30 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,50 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,50 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
 
0123
2| MARDI 20 JUILLET 2021

ILLUSTRATION « LE MONDE », D’APRÈS CORINNA KERN/NYT-REDUX-REA

Pegasus, la surveillance en toute impunité
Un logiciel de la société israélienne NSO a permis à des Etats de cibler des dizaines de milliers de smartphones

C’
est un an­ comme un outil décisif, destiné LES ACTIVITÉS DE NSO  L’ampleur et la gravité de ces NSO a permis au Maroc, pour un
CE QU’IL 
nuaire ahuris­ uniquement à la lutte contre le violations des droits de l’homme tarif modique, de cibler, en quel­
ÉCLAIRENT, EN PARTIE, 
sant, dans le­
quel on trouve
terrorisme et le crime organisé
– et multiplie les discours assu­
LES RAPPROCHEMENTS 
tient aussi à la nature de Pegasus,
qui n’est pas un simple outil
ques clics, des pans entiers de no­
tre appareil d’Etat. Les plus cyni­ FAUT SAVOIR
un chef d’Etat rant que tout est mis en œuvre « d’écoute téléphonique ». Réputé ques y verront la marche habi­
et deux chefs
de gouvernement européens ; des
pour garantir cet usage « légi­
time ». L’analyse des données
RÉCENTS D’ISRAËL  particulièrement efficace et puis­
sant, le logiciel espion peut aspi­
tuelle des rapports entre pays.
Mais les enquêtes du Monde et de
Pegasus. Le logiciel espion
Pegasus est capable d’aspirer
hommes et des femmes aux plus consultées par Le Monde et ses AVEC L’ARABIE SAOUDITE,  rer l’ensemble des données conte­ ses partenaires montrent que ce tout le contenu d’un télé­
hauts échelons du pouvoir d’une partenaires montre que, pour une nues dans un téléphone, depuis vaste système de surveillance dé­ phone : messages, e­mails,
ex­République soviétique ; des di­ grande partie des clients de NSO, LA HONGRIE OU LE MAROC les photographies ou les carnets passe de très loin le cadre du jeu photos, carnet d’adresses…
zaines de députés de l’opposition terrorisme et grand banditisme d’adresses jusqu’aux messages « normal » de l’espionnage. Les dernières versions, qui
d’un pays africain ; des princes et ne constituent qu’une infime échangés sur des applications, En France comme dans les pays fonctionnent sur Android
des princesses, des chefs d’entre­ partie des utilisations. quement pour se livrer à une sur­ pourtant sécurisées, comme Si­ qui ont acheté l’accès à ce logiciel comme sur iPhone, peuvent
prise, quelques milliardaires, des En Azerbaïdjan, au Maroc ou au veillance de leurs oppositions poli­ gnal ou WhatsApp. espion, c’est aussi et surtout la être installées sans action de
ambassadeurs, des généraux. Et Rwanda, ce sont avant tout des tiques et de leur population, sans société civile qui est visée : des l’utilisateur, et sans que rien
puis, aussi et surtout, des centai­ journalistes, des opposants, des oublier l’espionnage industriel de Discrétion et facilité d’usage athlètes, des prêtres et des n’indique que le téléphone
nes de journalistes, d’avocats, de avocats, des défenseurs des droits leurs partenaires commerciaux et Invisible pour l’utilisateur du télé­ imams, des journalistes, des you­ est piraté. Le logiciel est conçu
militants des droits de l’homme. de l’homme qui sont les principa­ le renseignement sur les gouverne­ phone, ce logiciel peut être installé tubeurs, des avocats. Et aussi des par la société israélienne NSO
Le Monde, associé au sein d’un les cibles de ce logiciel espion so­ ments voisins. La législation inter­ à distance, sans que la cible ait hommes et des femmes dont le Group, qui le vend exclusive­
consortium à seize autres rédac­ phistiqué. NSO répète depuis des nationale n’encadre qu’à la marge même besoin de cliquer sur un seul tort est d’être proches, par ment aux Etats.
tions, a eu accès à environ années que les cas de surveillance les ventes de ces armes informati­ lien malveillant, et en toute discré­ liens d’amitié ou familial, de per­
50 000 numéros de téléphone politique sont des incidents isolés. ques, que leurs acheteurs utilisent tion, en s’appuyant sur des failles sonnes critiques du gouverne­ Le « Projet Pegasus ».
– partagés par l’organisation For­ Les informations que Le Monde quotidiennement contre des civils, de sécurité dans les logiciels d’Ap­ ment. Les témoignages recueillis Le Monde et seize autres
bidden Stories et Amnesty Inter­ et ses partenaires publient, dans et même contre des populations ple et de Google, que ces géants ne par les journalistes du « Projet Pe­ médias, réunis au sein d’un
national – de cibles potentielles du une série de révélations program­ protégées par la convention de corrigent pas toujours assez vite. gasus » soulignent les consé­ consortium coordonné par
logiciel espion Pegasus, conçu par mées tout au long de la semaine, Genève, comme les médecins. Le logiciel de NSO alimente aussi quences dramatiques de cette l’équipe de Forbidden Stories,
la société israélienne NSO Group, prouvent de manière incontesta­ « NSO Group nie fermement les un lucratif et obscur marché des surveillance, dans la vie person­ ont pu consulter, avec l’appui
pour le compte d’une dizaine de ble que ces abus sont la norme et fausses accusations portées dans vo­ failles de sécurité, incitant des nelle des cibles comme dans la d’Amnesty International, une
gouvernements. Il s’avère que non l’exception. tre enquête. Ces accusations sont centaines de pirates chevronnés à manière dont elle conduit à liste de plus de 50 000 numé­
nombre de ces cibles au sein de la pour beaucoup des théories non cor­ rechercher en permanence de l’autocensure de voix dissiden­ ros de téléphone sélectionnés
société civile ont été effectivement Outil de « soft power » roborées, qui jettent de sérieux doutes nouvelles vulnérabilités que NSO tes, même les plus modérées. comme cibles potentielles
infectées par Pegasus. Le Monde et Ces violations des droits de sur la crédibilité de vos sources, ainsi et une poignée d’autres acteurs « Projet Pegasus » n’est pas l’his­ de Pegasus depuis 2016 pour
le consortium coordonné par For­ l’homme répétées sont commi­ que sur le cœur de votre enquête », a achètent au prix fort. toire d’un scandale de sur­ le compte d’une dizaine
bidden Stories ont pu confirmer ses par des Etats pour lesquels la répondu l’entreprise israélienne, Cette discrétion et cette facilité veillance de masse, comme l’ont d’Etats. Le projet a réuni les
l’authenticité des données en les vente de Pegasus a été systémati­ contactée par le « Projet Pegasus ». d’usage ont également fait de Pe­ été les révélations d’Edward rédactions d’Aristegui Noti­
croisant avec plusieurs autres quement validée par le ministère « Vos sources vous ont fourni des in­ gasus un outil d’espionnage de Snowden sur les opérations me­ cias, Daraj, Die Zeit, Direkt 36,
sources et en identifiant des dizai­ de la défense israélien. Israël pro­ formations ne s’appuyant sur aucune choix entre Etats. Plus que nées par la NSA américaine, Knack, Forbidden Stories,
nes de nouvelles victimes du logi­ tège et choie NSO, un outil de son base factuelle », ajoute la société, qui d’autres pays, la France en a fait en 2013. Les victimes de Pegasus Haaretz, Le Monde, OCCRP,
ciel par des analyses techniques « soft power », dont la fourniture à affirme ne pas connaître en temps les frais ; plusieurs milliers de nu­ ont été ciblées, individuellement, Proceso, PBS Frontline, Radio
extrêmement poussées sur leurs des gouvernements a pu contri­ réel l’usage fait par ses clients de Pe­ méros téléphoniques en « +33 », par des gouvernements et des ser­ France, Le Soir, Süddeutsche
téléphones mobiles, grâce aux ex­ buer à la restauration de relations gasus, ni le contrôler. « NSO Group l’indicatif français, ont été ciblés vices de renseignement. Mais ces Zeitung, The Guardian, The
perts du Security Lab d’Amnesty diplomatiques. Les activités de continuera d’enquêter sur les accusa­ par Pegasus, la majorité pour le deux scandales ont un point com­ Washington Post et The Wire.
International. NSO éclairent, en partie, les rap­ tions crédibles d’utilisation abusive compte d’un pays « allié » de la mun : ils montrent à quel point les
Ces listes de « cibles » sont d’un prochements récents de l’Etat hé­ [de son logiciel] et agira en fonction France, le Maroc – sollicité, Rabat espions qui utilisent les outils les Toute la semaine, Le Monde
intérêt exceptionnel : l’usage de breu avec l’Arabie saoudite, la des résultats de ces enquêtes. Cela « rejette catégoriquement les allé­ plus perfectionnés pour surveiller publiera des révélations.
Pegasus que font les Etats clients Hongrie ou le Maroc. pourra consister en l’interruption de gations » faisant état d’une « quel­ et contrôler les moindres détails
de NSO, en dehors de tout cadre lé­ Ni NSO ni le gouvernement is­ l’accès de certains clients au système conque relation entre le Maroc et de la vie de leurs cibles n’ont ja­
gal, est un secret bien gardé. De­ raélien ne peuvent ignorer en cas d’abus confirmés. Il l’a fait par la compagnie israélienne [NSO] ». mais de comptes à rendre. 
puis sa création, en 2011, l’entre­ qu’une importante partie de leurs le passé et n’hésitera pas à le réité­ Des diplomates, des hauts fonc­ damien leloup
prise israélienne vend son logiciel clients achètent Pegasus spécifi­ rer », a précisé l’entreprise. tionnaires, des élus : le logiciel de et martin untersinger
0123
MARDI 20 JUILLET 2021 |3
▶▶▶

« Jamal m’avait dit que cela pouvait arriver »


Les téléphones de proches de l’opposant au régime saoudien assassiné ont été infectés par le logiciel espion

L’
entourage de Jamal Khashoggi, l’édi­
torialiste saoudien du Washington
Post assassiné le 2 octobre 2018, était
sous surveillance. Plusieurs mois
d’une enquête menée par Forbidden Stories
et seize médias, dont le Washington Post et
Le Monde, permettent d’affirmer que deux
femmes intimes de la victime ont été visées
par Pegasus. Une analyse technique démon­
tre même la présence de ce logiciel es­
pion dans le téléphone d’une d’elles quel­
ques jours après l’assassinat.
NSO Group, l’entreprise israélienne qui
commercialise ce logiciel espion ultraso­
phistiqué, a toujours affirmé que son outil
n’avait jamais été utilisé pour surveiller
M. Khashoggi ou sa famille. Pourtant, le télé­
phone d’Hanan El­Atr, une hôtesse de l’air
égyptienne dont M. Khashoggi était tombé
amoureux, a fait l’objet de tentatives d’infec­
tions par Pegasus. Quatre SMS contenant
des liens qui, en cas de clic, auraient permis
au logiciel espion de pénétrer le téléphone,
lui ont été envoyés en novembre 2017 et
en avril 2018, plusieurs mois avant l’assas­
sinat de M. Khashoggi. En raison de limi­ Des soutiens
tations techniques propres à Android, le logi­ du journaliste
ciel qui équipe son téléphone, il n’a pas été Jamal Khashoggi
possible de déterminer si l’appareil avait été manifestent
réellement infecté. devant le consulat
A la période où elle a été visée par Pegasus, d’Arabie saoudite
Mme El­Atr se souvient avoir rencontré Jamal à Istanbul,
Khashoggi à trois reprises et avoir échangé le 2 octobre 2020,
de nombreux messages et appels avec lui. Il deux ans après
lui avait appris à jongler entre les différentes son assassinat.
applications de discussion, pensant ainsi dé­ OZAN KOSE/AFP
jouer la surveillance. « Jamal m’avait dit que
cela pouvait arriver, se souvient Mme El­Atr,
depuis les Etats­Unis, après avoir appris le
piratage. Cela me laisse penser que [les es­ « Comme nous l’avons déjà expliqué, notre parti conservateur au pouvoir, Yasin Aktay. quêté sur la mort de M. Khashoggi, l’utilisa­
pions] savaient tout ce qui arrivait à Jamal technologie n’a été associée en aucune manière Aucun d’entre eux n’a accepté de faire ana­ tion de Pegasus contre des enquêteurs turcs
à travers moi », poursuit­elle, racontant qu’à avec le meurtre abominable de Jamal Khas­ lyser son téléphone afin de vérifier s’ils et des proches du journaliste assassiné « indi­
l’époque, elle posait souvent son portable hoggi, a répondu l’entreprise. Notre technolo­ avaient bien été infectés. Mais M. Aktay af­ que une tentative d’aller au­devant des révéla­
sur la table basse de son salon. Pegasus gie n’a permis ni l’écoute, ni le suivi, ni le pistage, firme que, peu après l’assassinat, des res­ tions potentielles ». Selon elle, le gouverne­
peut non seulement aspirer le contenu ni la collecte d’information. Nous avons déjà ponsables des renseignements turcs l’ont ment saoudien a « vu la Turquie comme l’en­
d’un téléphone, mais aussi le transformer, enquêté sur ces affirmations sans fondement « JE PENSE QUE  contacté pour le prévenir que son iPhone droit primordial à contrôler ». Question di­
de manière invisible, en micro. immédiatement après ce meurtre odieux. » MON TÉLÉPHONE,  avait été piraté et qu’il avait été surveillé, sans plomatie, une guerre froide opposait en effet
Hatice Cengiz, la fiancée turque de Jamal Reste que le téléphone d’un autre proche de dire par qui, mais en lui conseillant de s’en dé­ la Turquie, le Qatar et l’Iran à l’Arabie saou­
Khashoggi, a elle aussi été victime de Pegasus, M. Khashoggi, Wadah Khanfar, ex­journaliste OU CELUI D’HATICE  barrasser. Les renseignements turcs n’ont pas dite, à l’Egypte, aux Emirats arabes unis et à
quelques jours après l’assassinat du journa­ de la télévision qatarie Al­Jazira, a aussi été pi­ souhaité répondre à nos questions. Barheïn. Dans ce contexte, le président turc,
liste. C’est elle qui l’avait accompagné devant raté, selon une analyse technique réalisée par [CENGIZ, SA FIANCÉE],  Selon M. Aktay, les services de renseigne­ Recep Tayyip Erdogan, qui emprisonne
le consulat saoudien d’Istanbul le jour de sa le Security Lab d’Amnesty International. « Je
mort, et son téléphone a été infecté à plu­ pense que mon téléphone, ou celui d’Hatice, a
A PU ÊTRE PIRATÉ  ment lui ont fourni plusieurs protections,
dont un garde du corps et une voiture équipée
pourtant des journalistes et blogueurs criti­
ques de son gouvernement, s’était lié d’ami­
sieurs reprises la semaine suivante, selon une pu être piraté à cause de certaines conversa­ À CAUSE DE  de sirènes de police. Une protection qui aurait tié avec M. Khashoggi.
analyse technique menée par Amnesty Inter­ tions que nous avons eues au moment de la également été accordée à Mme Cengiz, à la
national. La première infection a eu lieu qua­ disparition de Jamal », a­t­il expliqué aux CONVERSATIONS  suite de menaces de mort reçues sur Internet. Des vies brisées
tre jours après le meurtre. « Je suis un peu sous membres du « Projet Pegasus ».
le choc. Je m’y attendais, mais je suis en colère. QUE NOUS AVONS  Après la mort de M. Khashoggi, en effet, Aktay
est devenu un critique virulent de la monar­
Le sort d’Hatice Cengiz et d’Hanan El­Atr illus­
tre les conséquences de l’espionnage sur les
Je veux être une personne normale, comme Des enquêteurs turcs surveillés EUES AU MOMENT  chie saoudienne et continue aujourd’hui à proches des personnes ciblées. Toutes les
tout le monde. Tout ça me terrifie », a réagi la Les numéros d’autres proches du chroni­ écrire sur l’assassinat de l’éditorialiste et à par­ deux menaient en effet une vie heureuse et li­
jeune femme en apprenant qu’elle avait été queur assassiné figurent parmi la liste des DE LA DISPARITION  tager ses articles. Une position qui lui a valu, bre avant de nouer une relation amoureuse
espionnée. Le téléphone de Jamal Khashoggi, 50 000 numéros sélectionnés par des selon lui, la surveillance du royaume. Il es­ avec le journaliste. Aujourd’hui, elles vivent
lui, a été donné par Mme Cengiz aux autorités clients de Pegasus en vue d’une potentielle DE JAMAL » time d’ailleurs qu’« ils veulent tuer jusqu’au recluses, abandonnées même de certains de
turques après la mort du journaliste. Ces der­ infection. Il s’agit de ceux du journaliste WADAH KHANFAR fantôme de Jamal Khashoggi ». leurs amis qui craignent pour leur sécurité si
nières, qui détiennent toujours l’appareil, re­ turc Turan Kachlakji et de celui d’un mili­ ancien journaliste d’Al-Jazira Dans un rapport, la direction du renseigne­ la moindre connexion avec elles était décou­
fusent de dire s’il a été piraté, en raison de l’en­ tant des droits de l’homme exilé à Londres, ment des Etats­Unis a estimé que le prince verte par les autorités, qu’il s’agisse d’un lien
quête judiciaire en cours. qui, craignant pour sa sécurité, a souhaité héritier d’Arabie saoudite, Mohammed Ben téléphonique, sur les réseaux sociaux, ou
Sollicité par les médias du « Projet Pegasus » conserver l’anonymat. Salman, avait bien « validé » l’opération même limité à des SMS.
et interrogé sur les traces retrouvées sur les Deux responsables turcs impliqués de près ayant conduit à l’assassinat du journaliste à Mme El­Atr perd sa quiétude dès mars 2018,
téléphones des victimes, NSO Group a à dans l’enquête sur le meurtre de l’éditorialiste Istanbul. Pour Agnès Callamard, secrétaire quand elle entame une relation avec l’édito­
nouveau nié que sa technologie ait été utili­ figurent également dans cette liste : le procu­ générale d’Amnesty International et ex­rap­ rialiste du Washington Post. En avril, les auto­
sée contre M. Khashoggi ou ses proches. reur Irfan Fidan et un membre influent du porteuse pour les Nations unies qui a en­ rités émiraties lui confisquent son télé­
phone, la détiennent et l’interrogent à plu­
sieurs reprises. Deux fois, elle est assignée à
Comment les données du « Projet Pegasus » ont été analysées résidence durant plusieurs semaines. Selon
elle, les autorités soupçonnent alors M. Khas­
hoggi de monter un réseau secret pour faire
les révélations sur l’utilisation du logiciel niques de Pegasus sur les téléphones concernés semblent ne couvrir qu’une dizaine de pays tomber des autocrates au Moyen­Orient,
espion de NSO Group, que publient cette se­ (certains téléphones analysés ont été ciblés à clients de NSO Group, alors que l’entreprise af­ alors qu’il cherchait simplement à construire
maine Le Monde et seize rédactions coordon­ plusieurs reprises). La méthodologie du Security firme en compter une quarantaine. Les données une organisation médiatique indépendante.
nées par l’organisation Forbidden Stories, avec Lab d’Amnesty International, explicitée dans ont permis de confirmer l’identité de certains Aujourd’hui, Hanan El­Atr vit cachée près de
l’appui technique d’Amnesty International, se un rapport technique public et détaillé, a été va­ de ces clients, telle la Hongrie. Washington et a demandé l’asile politique.
basent sur une liste de plus de 50 000 numéros lidée de manière indépendante par les cher­ De son côté, NSO nie que la liste de 50 000 nu­ C’est pour ses proches et sa famille qu’elle
de téléphone, présélectionnés par certains cheurs du Citizen Lab de l’université de Toronto, méros analysée provienne de Pegasus. L’entre­ craint le plus, d’autant que certains d’entre
clients de NSO Group pour une éventuelle mise experts dans la détection des logiciels espions, prise israélienne, dans une réponse au « Projet eux ont été interrogés par les autorités. « Je
sous surveillance. et spécialisés dans l’analyse de Pegasus. Pegasus », suggère que cette liste pourrait prove­ veux juste qu’ils me laissent en paix. Laissez­
L’authenticité de cette liste a été corroborée par nir d’un service de recherche HLR – un outil moi en paix, je vous en prie », demande­t­elle.
plusieurs sources, notamment par croisement Examen technique des téléphones d’analyse des informations liées à un téléphone Avant que Jamal Khashoggi n’entre dans sa
avec les numéros de victimes déjà identifiées, D’après l’enquête menée pendant six mois par utilisant un réseau, qui n’est pas lié à NSO. Néan­ vie, Hatice Cengiz était chercheuse et me­
publiquement ou non, de Pegasus. Surtout, les les rédactions du « Projet Pegasus », la présence moins, selon une source ayant une connais­ nait des enquêtes de terrain au Moyen­
experts en sécurité informatique du Security d’un numéro dans cette liste ne signifie pas sance directe des activités de NSO, un tel outil est Orient. « Avant de le rencontrer, je vivais une
Lab d’Amnesty International ont analysé des té­ automatiquement que le téléphone ait été in­ directement intégré aux services vendus par vie très riche. Je travaillais beaucoup, j’avais des
léphones dont les numéros figurent dans cette fecté. Cette liste rassemble des numéros présé­ l’entreprise avec son logiciel espion Pegasus. choses à faire tous les jours », explique­t­elle.
liste, qui n’avaient jamais été identifiés comme lectionnés pour une éventuelle infection par Une recherche HLR peut en effet révéler des in­ Aujourd’hui, elle ne peut même pas repren­
cibles de Pegasus, et y ont détecté dans une ma­ des clients de NSO. Certains d’entre eux sem­ formations cruciales sur un téléphone, comme dre ses études en tant qu’experte du golfe
jorité de cas des traces d’attaque ou d’infection. blent n’avoir jamais été visés ; d’autres l’ont été sa localisation, le fait qu’il soit actif ou non, etc. Persique. « Je ne peux voyager dans aucun pays
Au total, 67 téléphones dont le numéro était sans que l’infection réussisse ; d’autres, enfin, « La raison la plus importante pour laquelle il arabe. Vous imaginez ? »… « Je paye le prix, mais
dans la liste ont été analysés, et 37 d’entre eux ont été infectés par Pegasus. Nos articles préci­ faut [à NSO] un service de recherche HLR est de quoi ? », demande­t­elle. « Les meurtriers,
avaient des traces de Pegasus. L’enquête techni­ sent lorsqu’un examen du téléphone a permis que cela permet de savoir si un téléphone est al­ eux, n’ont rien eu à payer. » 
que a également révélé que, à 84 reprises, la pré­ de confirmer une infection. lumé », explique au « Projet Pegasus » l’expert en arthur bouvart (forbidden stories),
sélection d’un numéro dans la liste a été immé­ Les données analysées par les rédactions du télécommunications Karsten Nohl, de Security souad mekhennet et dana priest
diatement suivie par l’apparition de traces tech­ « Projet Pegasus » ne sont pas exhaustives. Elles Research Labs, en Allemagne.  (« the washington post »)
0123
4| MARDI 20 JUILLET 2021

De Rabat à Paris,
le Maroc ne lâche
pas les journalistes
Un service de sécurité a ciblé les rédactions
critiques du pouvoir marocain, mais aussi
le patron de « Mediapart », Edwy Plenel,
ou une journaliste du « Monde »

D
epuis la révélation par Am­ de vente au Maroc. Notifié qu’il avait été une
nesty International, en 2020, cible potentielle par Le Monde, le journaliste
de l’infection du téléphone du espagnol Ignacio Cembrero (Orient XXI) ex­
journaliste marocain d’inves­ plique qu’il n’est « malheureusement pas
tigation Omar Radi par le lo­ étonné ». Il raconte qu’en juin, un journal Les téléphonse
giciel espion Pegasus, les jour­ marocain a publié des informations issues du Marocain
nalistes marocains indépendants se doutaient d’une conversation WhatsApp qu’il avait te­ Omar Radi, de
bien qu’ils pouvaient être ciblés, eux aussi, par nue avec deux personnes, et dont il n’avait l’Azerbaïdjanaise
le puissant programme de surveillance com­ parlé à personne. Sollicité, le Maroc affirme Khadija
mercialisé par l’entreprise israélienne NSO « rejeter catégoriquement » les « allégations Ismayilova,
Group. Les listes de numéros de téléphone sé­ infondées » faisant état de son usage de Pega­ du Français
lectionnés comme des cibles potentielles dans sus. Le royaume nie être client de NSO Group. Edwy Plenel
l’outil de NSO par plusieurs de ses clients, que De son côté, NSO a affirmé ne pas connaître et de l’Indien
l’organisation Forbidden Stories et Amnesty en temps réel ni contrôler l’usage fait par ses Siddharth
International ont partagées avec dix­sept ré­ clients du logiciel : « NSO ne pilote pas les sys­ Varadarajan,
dactions, dont Le Monde, confirment qu’un tèmes qu’elle vend à ses clients gouvernemen­ tous journalistes
service de sécurité marocain a utilisé Pegasus taux vérifiés, et n’a pas accès aux données des d’investigation,
pour viser, de manière systématique, des jour­ cibles de ses clients. » Plus largement, NSO a ont été infectés
nalistes critiques du pouvoir, et des dirigeants contesté les conclusions des enquêtes du par Pegasus.
des grandes rédactions du pays. « Projet Pegasus », les qualifiant « pour beau­ ABDELJALIL BOUNHAR/AP,
Le numéro de Taoufik Bouachrine, direc­ coup de théories non corroborées ». AZIZ KARIMOV/PACIFIC
teur du journal Akhbar Al­Yaoum, qui purge PRESS/ZUMA/REA,
actuellement une peine de quinze ans de pri­ DES CAUSES PAS TOUJOURS CLAIRES JOËL SAGET/AFP, REBECCA
son pour viol, au terme d’un procès dénoncé Les journalistes marocains ne sont pas les CONWAY/ NYT/REDUX/REA
comme entièrement politique par ses sou­ seuls à intéresser les services de renseigne­
tiens, a ainsi été entré comme cible poten­ ment du royaume chérifien. Une trentaine
tielle dans le logiciel espion de NSO, ainsi que de journalistes et de patrons de médias fran­
celui de sa femme. Les numéros d’au moins çais figurent sur la liste des cibles de Pegasus, [il a] évoqué le sort du Hirak, du Rif, et la répres­ est aussi président du conseil d’administra­
cinq des plaignantes dont les témoignages dans des rédactions aussi variées que sion dont les manifestations populaires fai­ tion de Solidarité Sida, une ONG qui a déve­
ont été utilisés contre lui durant son procès Le Monde, Le Canard enchaîné, le Figaro ou en­ saient l’objet ». Pour le fondateur de Mediapart, loppé des programmes de prévention auprès
figurent également parmi les cibles potentiel­ core l’AFP et France Télévisions. A plusieurs re­ cette intervention a pu servir de déclencheur, des travailleuses du sexe au Maroc.
les de Pegasus. Une partie des quinze témoins prises, le consortium Forbidden Stories et le mais ce sont surtout « nos confrères maro­ Si les services marocains semblent avoir ma­
à charge s’étaient rétractés avant le procès, Security Lab d’Amnesty International ont pu cains, et de fait l’indépendance du Desk [média joritairement visé des journalistes travaillant
affirmant avoir été contraintes par la police techniquement déterminer que l’infection EDWY PLENEL  qui était partenaire de Mediapart] » qui étaient pour des rédactions étiquetées à gauche ou au
de produire de faux témoignages. Les numé­ avec Pegasus avait été couronnée de succès. A ÉTÉ VISÉ PEU  visés. Il compte déposer plainte. centre, les médias de droite n’ont pas été épar­
ros d’au moins deux plaignantes se trouvant C’est le cas notamment d’Edwy Plenel, le fon­ Un téléphone d’une autre journaliste de Me­ gnés pour autant. Le Maroc a entré dans l’outil
dans ce cas ont été sélectionnés dans l’outil. dateur de Mediapart, de Dominique Simon­ APRÈS AVOIR  diapart, Lenaïg Bredoux, a aussi été infecté. de NSO un numéro de téléphone aujourd’hui
Au­delà des cas précis d’Omar Radi et de not, ancienne enquêtrice du Canard enchaîné Spécialiste des violences sexuelles, thémati­ désactivé mais auparavant attribué au polé­
Taoufik Bouachrine, ce sont tous les patrons et désormais contrôleuse générale des lieux PUBLIQUEMENT  que parfois instrumentalisée au Maroc contre miste Eric Zemmour, auteur en février 2019
de médias indépendants, ou presque, qui de privation de liberté – elle a annoncé sur des voix critiques du pouvoir, Mme Bredoux sur le plateau de LCI d’une violente diatribe
semblent avoir intéressé les services de ren­ Franceinfo vouloir déposer une plainte –,
CRITIQUÉ  avait aussi écrit, en 2015, une série d’articles contre les migrants marocains, sans que l’on
seignement marocains. Parmi leurs cibles mais aussi d’une journaliste du Monde, qui n’a LA RÉPRESSION  sur le patron de la DGST marocaine, Abdellatif sache si les deux événements sont liés.
potentielles, on trouve ainsi les fondateurs pas souhaité rendre publique son infection. Hammouchi. A l’époque, le chef du principal Dans d’autres cas, le raisonnement des es­
du Desk, Ali Amar, ou celui du site Badil, Dans certains cas, la cause de l’attaque sem­ POLICIÈRE DES  service de renseignement marocain était à la pions marocains semble brumeux : la journa­
Hamid El­Mahdaoui, condamné à trois ans ble claire : Edwy Plenel a été visé peu après fois visé par une plainte en France pour com­ liste du Monde dont le téléphone a été infecté
de prison en 2018 pour sa « participation » avoir publiquement critiqué la répression po­ MANIFESTATIONS  plicité de torture, et pressenti pour être décoré ne travaille sur aucun dossier lié de près ou de
au mouvement social du Rif, sévèrement ré­ licière des manifestations du Rif, comme l’a DU RIF par la République française pour sa collabora­ loin au Maroc, tout comme d’autres journalis­
primé. Les espions marocains ont également confirmé une analyse menée par le Security tion à la lutte antiterroriste. tes dont les numéros ont été sélectionnés par
sélectionné pour surveillance potentielle un Lab d’Amnesty International. En juin 2019, Un autre patron de média, Bruno Delport, le client marocain de NSO. Il est possible qu’ils
téléphone utilisé par Omar Brouksy, ancien alors qu’il participait à une table ronde lors directeur de la radio TSF Jazz (groupe Combat, aient été visés principalement pour qu’on
correspondant de l’AFP et auteur de deux li­ d’un festival à Essaouira, M. Plenel se souvient propriété de Matthieu Pigasse, actionnaire à puisse accéder à leur carnet d’adresses – et ac­
vres critiques sur Mohammed VI et les rela­ être « intervenu pour manifester qu[’il] n’allai[t] titre individuel du Monde), a aussi été visé par quérir ainsi les numéros d’autres cibles. 
tions franco­marocaines, tous deux interdits pas [s]e censurer parce qu[’il] étai[t] au Maroc ; l’utilisateur marocain de Pegasus. M. Delport damien leloup

Du Mexique à l’Inde, une obsession de surveillance commune


L’espionnage de la presse n’est pas l’apanage des pays autocratiques comme l’Azerbaïdjan. Des démocraties utilisent aussi Pegasus à cette fin

A zerbaïdjan, Togo, Ba­


hreïn, Mexique : tous ces
utilisateurs de Pegasus,
et bien d’autres, ont en commun
de viser des journalistes avec
nalistes d’investigation, au Mexi­
que ou en Inde, et même en Eu­
rope, en Hongrie. Certains Etats,
comme le Maroc, n’hésitent pas
non plus à viser des journalistes
quêtes avaient déjà montré que
des dizaines de collaborateurs de
la presse mexicaine avaient été
espionnés par ce biais.
Omar Radi avait lui aussi été in­
fecté par le logiciel espion.
Confrontée à ces usages illé­
gaux de son logiciel, NSO Group
a, au fil des années, adopté plu­
alors que Pegasus était soup­
çonné d’avoir été utilisé par les
autorités du royaume pour tra­
quer ce dernier, le PDG de NSO
Group, Shalev Hulio, avait vi­
dias partenaires du « Projet Pega­
sus », montre clairement que les
exploitations du logiciel espion
contre des journalistes ne sont
pas des accidents.
le puissant logiciel espion israé­ étrangers. En France, les services Plusieurs lignes de défense sieurs lignes de défense, avan­ vement nié toute implication. Pire, la pratique est systémati­
lien. Depuis des années, des marocains se sont ainsi intéres­ En 2020, des analyses techniques çant tout à la fois que chaque Un client qui utiliserait Pega­ que, régulière, et concerne, à des
organisations comme Amnesty sés aux téléphones de journalis­ menées par les experts du Citi­ client est responsable de la bonne sus pour autre chose que la lutte niveaux de gravité divers, tous
International et Reporters sans tes du Monde, de Mediapart, de zen Lab de l’université de To­ utilisation de son logiciel, et que contre le crime et le terro­ les clients sur lesquels les médias
frontières (RSF) dénoncent l’uti­ France Télévisions ou de Radio ronto, au Canada, montraient des procédures rigoureuses de risme risquerait une « sanction du « Projet Pegasus » ont enquêté.
lisation de logiciels de ce type France, pour ne citer qu’une pe­ ainsi que trente­six journa­ contrôle et d’audit interne immédiate, décisive et sans Si cette pratique est inter­
contre eux. tite partie des cibles. listes et cadres d’une filiale étaient conduites pour éviter, no­ compromis » de la part de NSO, dite et sanctionnée par NSO,
Les révélations du « Projet Pe­ Les révélations du « Projet Pega­ de la chaîne de télévision qatarie tamment, que des journalistes affirmait­il. ses clients ne semblent pas le sa­
gasus » montrent que l’espion­ sus » sont les toutes dernières Al­Jazira avaient été attaqués soient ciblés illégalement. voir – ou sont confiants dans le
nage des journalistes ne concerne d’une longue liste d’attaques par Pegasus. Après l’assassinat du chro­ Pratique régulière fait que leurs chances d’être punis
pas que les pays autocratiques, contre des journalistes, commi­ La même année, Amnesty Inter­ niqueur et dissident saoudien L’analyse des données, partagées pour ce mésusage sont extrême­
comme l’Azerbaïdjan. Des démo­ ses grâce au logiciel espion de national démontrait que le télé­ Jamal Khashoggi au consulat par Forbidden Stories et Amnesty ment faibles. 
craties aussi surveillent des jour­ NSO Group. De précédentes en­ phone du journaliste marocain d’Arabie saoudite, à Istanbul, International avec les seize mé­ julien bouissou
0123
MARDI 20 JUILLET 2021 |5
▶▶▶

L’investigation prise
pour cible en Azerbaïdjan
Intimidation, divulgation de photos intimes et procédure judiciaire…
Une enquêtrice en liberté conditionnelle raconte son calvaire

C’ est dur. J’ai appris hier


que mon téléphone
avait été infecté, et j’ai
passé la nuit à me demander
ce que j’avais fait avec. Je me
Pegasus à de multiples reprises,
tout au long de l’année 2019, a con­
firmé une analyse du téléphone
menée par le Security Lab d’Am­
nesty International, qui a étudié
Condamnée à sept ans de pri­
son, elle a été placée en liberté
conditionnelle en 2015, après une
vive campagne internationale de­
mandant sa libération.
souviens d’avoir pris des photos de plusieurs dizaines de téléphones
mes proches, dont un à l’hôpital touchés par le logiciel. Plus de « Méprisable et haineux »
après une opération, et mainte­ vingt autres journalistes azerbaïd­ Frappée d’une interdiction de sor­
nant je me sens coupable. janais ont été sélectionnés par le tie du territoire, elle a finalement
Coupable d’avoir envoyé des mes­ régime comme potentielles cibles pu se rendre en Turquie, au prin­
sages, coupable pour mes sources de Pegasus, comme le montre temps 2021, où plusieurs rédac­
qui m’ont envoyé des messages sur l’analyse des données auxquelles tions du consortium Forbidden
des applis sécurisées et qui ne sa­ Forbidden Stories a eu accès. Stories ont pu l’interviewer. « Je
vaient pas que mon téléphone L’Azerbaïdjan n’a pas attendu suis en colère contre le gouverne­
était infecté. Ce n’est pas juste moi, l’arrivée de NSO Group pour met­ ment azerbaïdjanais, je suis en co­
ce sont mes sources, mes tre ses journalistes sous surveil­ lère contre le gouvernement [israé­
collègues, les personnes qui m’ont lance. Mme Ismayilova en a direc­ lien] qui autorise la vente de ce
confié leurs secrets, qui sont tou­ tement fait les frais : après la pu­ genre d’outils à des régimes
chés. » Khadija Ismayilova est blication d’une enquête sur la comme celui d’Aliev. C’est méprisa­
journaliste d’investigation en fortune du président, en 2011, ble, c’est haineux », dit­elle.
Azerbaïdjan, un pays classé 167e la journaliste avait découvert une Pour autant, « il est vital que les
sur 180 par Reporters sans caméra dans sa chambre. L’an­ journalistes continuent leur tra­
frontières (RSF), dans son classe­ née suivante, des photos intimes, vail [en Azerbaïdjan], qu’il y ait
ment mondial de la liberté de visiblement filmées par cette ca­ des exemples de journalistes qui
la presse 2020. méra, lui avaient été envoyées, ne s’arrêtent pas malgré les mena­
assorties de menaces – elles se­ ces, estime­t­elle. C’est comme une
Infections répétées ront ensuite publiées en ligne. guerre. Si vous quittez votre tran­
Autrice de plusieurs investiga­ Elle est la cible d’une nouvelle chée, votre assaillant s’y engouf­
tions remarquées, sur la corrup­ campagne de harcèlement viru­ frera. Il faut tenir la position, coûte
tion du régime, elle a publié des lente en 2014, qui culminera que coûte, sinon vous aurez de
enquêtes mettant directement en dans une procédure judiciaire moins en moins d’espace, jusqu’au
cause le président azerbaïdjanais, l’accusant d’avoir fraudé le fisc moment où vous ne pourrez
Ilham Aliev. Et notamment son pour le compte de son em­ même plus respirer ». 
utilisation de sociétés offshore ployeur principal, Radio Free Eu­ forbidden stories,
pour dissimuler une partie de sa rope – un média au statut associa­ occrp (organized
fortune, dans le cadre des « Pa­ tif financé par le département crime and corruption
nama Papers ». Le téléphone de d’Etat américain, qui ne gagne pas reporting project)
Mme Ismayilova a été infecté par d’argent et ne peut donc frauder. et « süddeutsche zeitung »

En Inde, la presse sous l’œil Au moins vingt­cinq reporters


du régime de Narendra Modi mexicains sur les listes
Depuis 2016, une trentaine de journalistes indiens ont été Parmi les numéros ciblés figurent les grandes rédactions
espionnés à travers leurs smartphones grâce au logiciel de NSO du pays, ainsi qu’un correspondant du « New York Times »

L e premier ministre indien, Narendra Modi,


qui n’a organisé aucune conférence de
presse avec questions depuis son élection,
en 2014, fuit les journalistes tout en les surveillant
de très près. Les agences de sécurité du pays lui en
petite idée de la raison pour laquelle il a été
surveillé. Il enquêtait sur de puissants hommes
d’affaires proches de M. Modi, dont Mukesh Am­
bani, l’homme le plus riche d’Asie à la tête du con­
glomérat Reliance Industries, et Gautam Adani
L e 18 juin 2017, le New York
Times publiait une en­
quête explosive. Le quoti­
dien américain révélait, grâce à
des informations de l’ONG R3D
l’utilisateur était incité à cliquer.
Plus récemment, NSO a déve­
loppé pour son logiciel des atta­
ques dites « zero clic », qui ne né­
cessitent plus aucune action de la
avant sa mort, avec l’organisme
chargé de sa protection, il esti­
mait que d’éventuels assaillants
« [ne savaient] pas où [il] vi[vait],
[il] chang[eait] de lieu réguliè­
donnent en tout cas la possibilité grâce au logiciel dirigeant de l’entreprise éponyme qui a bénéficié et des chercheurs du Citizen Lab part de la cible pour que le logiciel rement ». Les enquêteurs ont con­
Pegasus. L’Etat indien a sélectionné pour une de nombreuses concessions de l’Etat pour exploi­ de Toronto, que le gouvernement espion s’installe sur son appareil. clu que l’exécution du journaliste
éventuelle mise sous surveillance au moins une ter des ports et des aéroports. d’Enrique Peña Nieto avait utilisé Cette violence contre la presse avait été ordonnée par « El Te­
trentaine de journalistes indiens à partir de 2017. le logiciel espion Pegasus de NSO est endémique au Mexique, où quilero » – lui­même mort assas­
Contacté par le consortium de 17 médias, dont Foyers de contestation Group pour pirater les téléphones l’organisation Articulo 19 a enre­ siné en 2019.
Le Monde, le gouvernement indien dément. « L’en­ Les agences de sécurité indiennes s’intéressent de défenseurs des droits de gistré quarante­sept assassinats
gagement en faveur de la liberté d’expression aussi à ceux qui sont en contact régulier avec des l’homme et de journalistes, dont de journalistes durant les six Les numéros des proches visés
comme droit fondamental est une pierre angulaire diplomates ou des militaires. Prem Shankar Jha, l’équipe d’enquêteurs du journal années de mandat d’Enrique La surveillance de Cecilio Pineda
du système démocratique indien », affirme­t­il un éditorialiste de 82 ans souvent invité à l’ambas­ Proceso. Peña Nieto. Le 2 mars 2017, Cecilio Brito rappelle celle du journaliste
avant d’ajouter : « Prétendre que le gouvernement sade de France, à New Delhi, pour partager ses ana­ Trois semaines avant cette pu­ Pineda Brito, journaliste dans la et fondateur du Riodoce Javier
surveille certaines personnes en particulier ne re­ lyses politiques et géopolitiques – où il a été décoré blication, une agence gouverne­ région de Tierra Caliente, dans Valdez Cardenas, tué en plein jour,
pose sur aucune base concrète ni vérité .» chevalier de la Légion d’honneur en décem­ mentale mexicaine, dont plu­ l’Etat de Guerrero, était tué par le 15 mai 2017, à Culiacan. Dans les
Les analyses du Security Lab d’Amnesty Interna­ bre 2017 –, a ainsi été sélectionné pour une éven­ sieurs éléments indiquent qu’il deux hommes à moto, alors qu’il semaines qui avaient suivi son as­
tional confirment pourtant que les téléphones de tuelle mise sous surveillance. Sushant Singh, un s’agit du centre d’enquête et de sé­ attendait sa voiture dans une sta­ sassinat, une agence gouverne­
plusieurs journalistes indiens ont été infectés journaliste du quotidien The Indian Express est curité nationale (Cisen, principal tion de lavage. mentale, vraisemblablement la
par Pegasus. Siddharth Varadarajan, cofondateur sous surveillance lorsqu’il publie, en août 2018, service de renseignement mexi­ La liste des numéros sélection­ Cisen, a ajouté à la liste des numé­
du site d’information indépendant The Wire, a été un article mentionnant que le groupe partenaire cain), avait entré dans les systè­ nés par les clients de NSO montre ros éventuellement ciblés par Pe­
infecté par Pegasus entre le 4 avril 2018 et le de Dassault en Inde, dirigé par Anil Ambani, a co­ mes de NSO Group le numéro que, début 2017, une agence gou­ gasus ceux de sa veuve et de deux
20 juillet 2018, peu après qu’il eut publié, à l’été produit, en 2016, un film de Julie Gayet, alors com­ d’Azam Ahmed, à l’époque corres­ vernementale présentant les ca­ hauts cadres de sa rédaction.
2017, une enquête sur les affaires douteuses du fils pagne de François Hollande. pondant du New York Times au ractéristiques de la Sedena (secré­ Les données consultées par les
d’Amit Shah, alors dirigeant du parti au pouvoir, L’Etat indien s’inquiète également des foyers de Mexique, révèlent ce 18 juillet les tariat à la défense nationale) y rédactions du « Projet Pegasus »
le BJP, devenu plus tard le puissant ministre de contestation allumés par les médias régionaux. rédactions du « Projet Pegasus ». avait ajouté celui du portable de éclairent également les précéden­
l’intérieur de M. Modi. Est­ce la raison pour la­ Il a sélectionné pour une éventuelle mise sous sur­ On ignore si le téléphone du jour­ Cecilio Pineda Brito. Faute d’avoir tes révélations du New York Times
quelle il a été surveillé ? Probablement, mais il n’en veillance Jaspal Singh Heran, rédacteur en chef du naliste a été infecté. pu mener des analyses détaillées sur la surveillance de journalistes
est pas certain : « Le problème, c’est justement que quotidien en pendjabi Pehredar, lu par la commu­ Les numéros d’au moins vingt­ sur le téléphone du défunt, il est de Proceso, l’un des principaux
l’on ne sait pas pourquoi on est surveillé. » nauté Sikh, au second semestre 2019. Il n’exclut cinq journalistes mexicains, tra­ impossible de confirmer s’il a été hebdomadaires mexicains, classé
L’un des espionnés explique au Monde ne pas pas une manœuvre du Rashtriya Swayamsevak vaillant pour la quasi­totalité des infecté. Peu avant son assassinat, à gauche. Ont également été trou­
être surpris. Il se souvient de cet exercice de rou­ Sangh (RSS), l’organisation d’extrémistes hindous grands médias du pays, apparais­ le journaliste avait accusé publi­ vés dans la liste consultée par les
tine, avant chaque rencontre informelle avec un dont est issu M. Modi et qui est très influente au sent dans la liste de plus de quement le gouverneur de la ré­ journalistes du « Projet Pegasus »
ministre de M. Modi : un assistant prenait les sommet de l’Etat : « Le RSS est en colère contre nous, 50 000 numéros de téléphone gion de protéger un groupe crimi­ des numéros de téléphone utili­
smartphones de ses visiteurs dans une pièce spéci­ ils veulent instaurer une nation hindoue, or la com­ sélectionnés par des clients de nel dirigé par un mafieux sur­ sés par la sœur de la journaliste
fique où retentissait une forte musique. Le minis­ munauté sikh est un groupe ethnique, religieux et NSO, que Forbidden Stories et nommé « El Tequilero ». d’investigation Carmen Aristegui
tre en question ignorait sans doute que le logiciel social qui ne fait pas partie de l’hindouisme. » Cette Amnesty International ont parta­ Cecilio Pineda Brito recevait ré­ (qui a participé à cette enquête),
Pegasus ne permet pas seulement d’écouter les surveillance des journalistes devrait précipiter un gée avec dix­sept rédactions. gulièrement des menaces de ainsi que par plusieurs personnes
conversations, mais aussi de suivre la localisation. peu plus la dégringolade de l’Inde au classement Au Mexique, en 2016 et 2017, mort sur les réseaux sociaux, et travaillant avec elle. 
Le journaliste d’investigation Paranjoy Guha mondial de la liberté de la presse, établi par RSF. Elle les attaques de Pegasus se fai­ avait déjà été visé par une attaque mathieu tourlière
Thakurta, ancien rédacteur en chef de la revue est passée au 142e rang sur 180 en 2020.  saient au moyen de SMS conte­ en septembre 2015. Lors de la der­ avec forbidden stories
universitaire Economic and Political Weekly, a une julien bouissou nant des liens piégés, sur lesquels nière conversation téléphonique et « aristegui noticias »
0123
6| MARDI 20 JUILLET 2021

En Hongrie, la société civile sous contrôle


Hommes d’affaires et patrons de presse figurent parmi les 300 numéros ciblés pour le compte de Budapest

budapest ­ envoyé spécial pratique dénoncée par un arrêt de


la Cour européenne des droits de

L
es révélations du « Projet l’homme de 2016.
Pegasus » ne vont pas ras­ Si ces manquements ne datent
surer ceux qui s’inquiè­ pas de l’arrivée au pouvoir de Vik­
tent des dérives du pre­ tor Orban, celui qui vient d’être
mier ministre nationaliste, Viktor désigné « ennemi de la liberté de
Orban, en matière d’Etat de droit. la presse » par Reporters sans
Le Monde et ses seize médias par­ frontières peut avoir accès à un ni­
tenaires peuvent de fait affirmer, veau de surveillance jamais vu en
grâce aux données mises à dispo­ Hongrie. Jusqu’ici, personne ne
sition par les organisations For­ savait qu’il avait conclu un con­
bidden Stories et Amnesty Inter­ trat avec NSO. L’accès à son ser­
national et au témoignage d’un vice très spécial semble d’ailleurs
ancien employé de NSO Group, avoir été négocié directement
que la Hongrie a eu recours aux avec l’ancien premier ministre is­
services particulièrement intru­ raélien, Benyamin Nétanyahou,
sifs de la société israélienne pour très proche politiquement de
mettre sous surveillance des M. Orban. L’usage commercial de
journalistes, des propriétaires de Pegasus par les Hongrois a débuté
médias et des avocats, tous en février 2018, pile au moment
connus pour être des critiques du de la visite en Israël de Jozsef
pouvoir de M. Orban. Czukor, alors conseiller en chef
Parmi les plus de trois cents nu­ pour la sécurité et la politique in­
méros de téléphone sélectionnés ternationale de M. Orban. Il avait
comme cibles potentielles par la été reçu par le premier ministre
Hongrie, Le Monde et ses parte­ israélien en personne.
naires ont pu identifier au moins La Hongrie n’est pas le seul pays
cinq journalistes. Il s’agit notam­ de l’Union européenne à utiliser
ment d’Andras Szabo et de Sza­ les services de NSO, mais elle est le
bolcs Panyi, journalistes reconnus seul pour lequel nous avons pu
du site d’investigation Direkt36. identifier des journalistes, des
Ces dernières années, ce petit site avocats ou un militant, comme
a multiplié les révélations déran­ Adrien Beauduin. Cet ancien étu­
geantes sur l’enrichissement Benyamin Nétanyahou, alors premier ministre d’Israël, et son homologue hongrois, Viktor Orban, avant une conférence diant belgo­canadien de l’Univer­
des proches de Viktor Orban ou de presse à Budapest, le 19 juillet 2017. AKOS STILLER/BLOOMBERG VIA GETTY IMAGES sité d’Europe centrale, établisse­
sur les relations que celui­ci entre­ ment fondé et financé par le mil­
tient avec la Russie et la Chine. liardaire américain d’origine hon­
« J’ai toujours su que je pouvais être gure enfin celui d’un photographe corruption », se remémore, trois Contacté par Le Monde et ses par­ groise George Soros, avait été
surveillé, mais là, c’est une sur­ qui travaillait comme fixeur pour
« J’AI TOUJOURS SU QUE  ans plus tard, celui qui a fait for­ tenaires, le gouvernement hon­ arrêté, en décembre 2018, pour
veillance avec le meilleur logiciel un journaliste étranger enquêtant JE POUVAIS ÊTRE  tune en investissant notamment grois a dit « ne pas être au courant « rébellion contre les forces de
du monde », dénonce M. Panyi, sur la même banque russe. dans la compagnie aérienne d’une quelconque collecte de don­ l’ordre », lors d’une manifestation
35 ans, qui a découvert qu’entre Pegasus est connu comme un SURVEILLÉ, MAIS LÀ,  hongroise à bas coût Wizz Air. nées » et avoir « toujours agi et con­ contre le pouvoir. Son téléphone
avril et décembre 2019 son télé­ logiciel particulièrement intrusif « C’était juste une discussion ami­ tinué d’agir conformément à la loi a fait l’objet d’une tentative d’in­
phone a été infecté près d’une parce qu’il peut aspirer, en toute C’EST UNE SURVEILLANCE  cale, pas un coup d’Etat », assure en vigueur ». Chargée d’approuver trusion quelques jours après son
vingtaine de fois. discrétion, e­mails, liste de con­ AVEC LE MEILLEUR  M. Varga, qui détient aussi le plus les écoutes pour « sécurité natio­ arrestation, mais les analyses ef­
tacts, localisation géographique, grand site d’information indé­ nale », la ministre de la justice, Judit fectuées sur son appareil n’ont
Un dîner très préoccupant SMS, appels téléphoniques, docu­ LOGICIEL DU MONDE » pendant hongrois, 24.hu. Varga, avait qualifié de « provoca­ pas pu confirmer si elle avait été
A cette époque, M. Panyi enquêtait ments, photographies… NSO as­ « Tout le monde avait son télé­ tion » une question sur d’éventuel­ effective. « C’est tout à fait illégi­
SZABOLCS PANYI
notamment sur le transfert du sure que son usage doit être ré­ phone avec soi », se souvient préci­ les écoutes de journalistes posée time de mettre sous surveillance
journaliste du site d’investigation
siège de la Banque internationale servé à la lutte contre le terro­ sément l’homme d’affaires, inter­ au détour d’une interview menée des personnes prenant part à des
Direkt36
d’investissement de Moscou à Bu­ risme et le crime organisé. Mais si rogé par nos partenaires du Guar­ dans ses bureaux en juin. mouvements sociaux qui n’ont pas
dapest. L’infection de son appa­ la liste de numéros contient ceux dian et du site d’investigation montré l’intention d’employer
reil, plusieurs fois concomitante à de proches notoires du milieu hongrois Direkt36. Or, le « Projet « Pratique communiste » des méthodes illégales », dénonce
l’envoi de questions au gouverne­ criminel hongrois, la présence Cet homme d’affaires, qui dé­ Pegasus » a non seulement re­ Selon les statistiques officielles, la celui qui est toujours poursuivi
ment, et de celui de son collègue d’autres personnalités pose ques­ nonce depuis des mois les intimi­ trouvé le numéro de M. Varga, ministre est amenée à autoriser pour avoir porté un cutter sur lui,
Andras Szabo a été confirmée par tion. Figurent ainsi les numéros dations exercées par le pouvoir mais également ceux de six plus de mille écoutes par an, ce assurant « avoir seulement exercé
les analyses techniques de leurs du fils et de l’avocat de Lajos pour qu’il vende ses titres, a été autres convives, tous d’influents chiffre incluant potentiellement son droit démocratique » de mani­
appareils par les experts du Secu­ Simicska, un riche homme d’af­ désigné comme cible potentielle Hongrois connus pour être criti­ celles effectuées par le logiciel Pe­ festation. « Une ligne rouge a été
rity Lab d’Amnesty International. faires anciennement très proche autour d’un dîner organisé sur la ques de M. Orban, dans la liste des gasus, mais aussi les écoutes télé­ franchie. Surveiller des civils, c’est
Deux autres reporters hongrois, de M. Orban, brusquement de­ terrasse de sa villa, sur les collines cibles désignées autour de ce phoniques plus classiques. « Il y a clairement une pratique associée
travaillant sur des sujets relatifs à venu l’un de ses ennemis. de Budapest, le 5 juin 2018, quel­ 5 juin. Les analyses menées par les tellement de dangers partout pour au passé communiste », affirme
la criminalité et au terrorisme, Le Monde et ses partenaires ont ques semaines après la troisième équipes d’Amnesty International l’Etat », avait­elle justifié. M. Panyi, qui doit désormais
ainsi que l’ex­femme de l’un d’en­ aussi retrouvé le numéro de Zol­ victoire d’affilée de M. Orban aux sur le seul téléphone des convives En vertu du cadre légal hongrois, prendre des précautions de sécu­
tre eux, ont aussi été désignés tan Varga, propriétaire de Central législatives. « Nous avons juste dis­ compatible et encore accessible son ministère peut autoriser des rité ultrarenforcées pour rencon­
comme cibles potentielles. Parmi Media Group, le dernier groupe cuté de l’idée de créer un think tank ont confirmé qu’il avait été infecté écoutes pour quatre­vingt­dix trer ses sources. 
les autres numéros identifiés fi­ de médias indépendant du pays. pour travailler par exemple sur la entre le 1er juin et le 10 juillet 2018. jours sans aucun contrôle ; une jean­baptiste chastand

Dans les coulisses de la traque d’un logiciel espion sophistiqué


Le mouchard Pegasus de NSO est en évolution constante, afin d’échapper à la vigilance d’experts tels que ceux d’Amnesty International

C omment démasquer les


technologies de sur­
veillance ? En se prêtant au
jeu du chat et de la souris, comme
le font une poignée d’experts en
Cet outil élusif, qui infecte les
smartphones et en extrait une
quantité massive d’informa­
tions, n’apparaît pas sur l’écran
d’accueil des victimes, pas plus
cheurs du laboratoire canadien
Citizen Lab. Un opposant émi­
rati, nommé Ahmed Mansoor,
avait à l’époque reçu sur son
iPhone un SMS suspect venant
Des techniques similaires sont
toujours utilisées, mais le der­
nier rapport d’Amnesty mon­
tre que les méthodes de NSO et
de Pegasus évoluent. En obser­
se passer », explique Claudio
Guarnieri, expert du Security
Lab d’Amnesty International et
coauteur du rapport, à Forbid­
den Stories.
en ont dévoilé plusieurs centai­
nes en quelques années.
Ce travail, qui s’apparente à un
combat de David contre Goliath,
ne passe pas inaperçu et a, à plu­
sécurité informatique qui tra­ qu’il n’installe d’icônes ou ne d’un numéro qu’il ne connais­ vant sur les téléphones de victi­ C’est d’ailleurs parce que ces sieurs reprises, forcé NSO à répa­
quent les traces techniques com­ produit de notifications. Pour les sait pas, et l’invitant à suivre un mes le fonctionnement d’iMes­ chercheurs ont minutieusement rer des erreurs, ce alors que cette
plexes laissées par un logiciel so­ chercheurs d’Amnesty Interna­ lien. Les experts en sécurité in­ sage, l’outil de messagerie d’Ap­ étudié de nombreuses atta­ puissante entreprise dispose de
phistiqué, Pegasus, qui déploie des tional, il a fallu approcher des ac­ formatique qui lui ont prêté ple, ceux­ci ont découvert la mé­ ques depuis plusieurs années, plus de ressources qu’un petit
efforts incommensurables pour tivistes et journalistes ciblés et main­forte ont pu mettre en thode d’infection « zero click », qu’ils parviennent à en repé­ groupe d’experts au sein de labo­
masquer sa présence et se dérober. explorer de fond en comble les place un environnement sécu­ apparue en 2019 : l’installation rer des similarités. Par exemple, ratoires et d’ONG. « A chaque fois
Le travail de fourmi mené par le traces présentes sur leur télé­ risé pour analyser ce lien. En du mouchard a lieu sans que le un morceau de code malveillant, que des détails techniques sur les
consortium coordonné par For­ phone. Des constatations techni­ cliquant dessus, on arrivait sur propriétaire du téléphone fasse un processus nommé « msgac­ outils d’espionnage de NSO sont
bidden Stories sur ce mouchard, ques qui ont également permis une page Internet contenant du quoi que ce soit. nted », retrouvé à la fois sur un té­ publiés soit par [le Citizen Lab] soit
commercialisé par l’entreprise is­ de confirmer l’authenticité de la code informatique exploitant léphone ciblé en 2021 et sur un par Amnesty ou quelqu’un d’autre,
raélienne NSO Group, montre liste de numéros présélectionnés des failles logicielles afin de for­ « Suivre les petits cailloux » autre attaqué en 2019, à chaque NSO les analyse de très près et réa­
l’usage dévoyé et contraire au par des clients de NSO pour cer la sécurité de Safari, le naviga­ Dans son rapport, l’ONG détaille fois par Pegasus. git. (…) Ils peuvent, comme en 2018,
droit international qu’en font plu­ une éventuelle mise sous sur­ teur Internet d’iOS, à télécharger plusieurs méthodes « zero click », Il en va de même pour les in­ fermer leurs serveurs et en lancer
sieurs Etats. Une enquête que l’en­ veillance, que Forbidden Stories et installer le logiciel espion. qui permettent à NSO d’installer frastructures et serveurs utilisés d’autres, ou changer des aspects de
treprise NSO, contactée par le a consultée. Dans un long rap­ En 2019, en fouillant le télé­ son logiciel espion en toute dis­ par NSO, et qu’Amnesty Interna­ leur logiciel », raconte Bill Marc­
« Projet Pegasus », conteste, affir­ port technique publié dimanche phone d’un journaliste marocain, crétion sans que les cibles puis­ tional et le Citizen Lab tentent de zak, chercheur au Citizen Lab,
mant notamment que « ces accu­ 18 juillet, et revu par des pairs, les chercheurs d’Amnesty Inter­ sent se protéger. cartographier avec précision. Un dans une interview à Forbidden
sations sont pour beaucoup des Amnesty International détaille national ont pu découvrir des « Les choses deviennent de plus logiciel de ce type a en effet be­ Stories. Les nouvelles découvertes
théories non corroborées, qui jet­ le fonctionnement de ce mou­ liens suspects vers lesquels la ci­ en plus compliquées pour les soin de pouvoir interagir avec par les chercheurs et transmises à
tent de sérieux doutes sur la crédibi­ chard très sophistiqué. ble avait été redirigée, alors qu’elle utilisateurs. Il n’y a pas vraiment des serveurs et des sites Internet, Apple devraient de nouveau
lité de vos sources, ainsi que sur le Pegasus a été ausculté une pre­ cherchait à visiter un site Internet de signe visible les alertant que afin de pouvoir recevoir ou exfil­ contraindre l’entreprise à réagir. 
cœur de votre enquête ». mière fois en 2016, par des cher­ n’ayant rien à voir. quelque chose est en train de trer des données. Les chercheurs florian reynaud

Vous aimerez peut-être aussi