Vous êtes sur la page 1sur 19

28/08/2014

Préparation du module de formation

• Docteur Haougui (INRAN) • La majorité des photos a


été prise dans les
• Docteur Basso (INRAN) différentes régions du
RECA – INRAN - PPAAO Niger • Patrick Delmas (RECA) Niger par le RECA ou
Formation des producteurs et des • Aïssa Kimba (RECA) l’INRAN au cours de visites
de parcelles
animateurs des structures d’appui • Le module est accompagné
conseil sur les maladies et ravageurs du d’une note pour l’usage
poivron et du piment des formateurs.
Avril 2014
RECA - INRAN 2

Le poivron et sa famille (solanacées) Les ennemis du poivron au Niger

RECA - INRAN 3 RECA - INRAN 4

Une histoire pour commencer Les objectifs pédagogiques

• Les maladies de plantes c’est comme le paludisme. • Être capable de reconnaître les ravageurs des cultures
• On ne s’intéresse au paludisme que lorsqu’on est très malade du poivron ou piment au Niger.
(fièvre, froid, chaud). Dans ce cas il faut aller à l’hôpital
(payer), acheter des médicaments (payer) et on sort affaibli. • Être capable de faire des observations sur les ravageurs
• On peut s’intéresser au paludisme pour ne pas l’attraper. Dans et les cultures.
ce cas on se protège avec une moustiquaire, on enlève les
points d’eau pour empêcher la multiplication des • Être capable de proposer et d’expliquer aux
moustiques… Ce sont des mesures à prendre - avant - pour producteurs et productrices des mesures de lutte à
éviter d’être malade. mettre en place (lutte intégrée) en fonction des
• C’est la même chose pour les cultures. situations.

RECA - INRAN 5 RECA - INRAN 6

1
28/08/2014

Les ennemis du poivron au Niger


Les ennemis du poivron / piment
1. Les nématodes

• Nématodes • Viroses Flétrissement des plants, dessèchement, perte de


• Thrips • Coup de soleil récolte
• Pucerons
• Mouches blanches • Il y en a d’autres mais
• Noctuelles (chenilles) nous restons à ce qui a
• Mouches des fruits été vu au Niger.
• Araignée rouge
• Tarsonème

RECA - INRAN 7 RECA - INRAN 8

Facile à reconnaître
Symptômes : comment on peut voir
Le formateur présente ces symptômes à partir des photos les racines présentent des galles (boules)

Sur la partie aérienne de Sur les racines


la plante
• Nanisme • Réduction du système
• Flétrissement racinaire
• Chlorose (jaunissement) • Prolifération des racines
• Pertes prématurées des • Galles sur racines
feuilles et des fruits
• Mort des plantes
RECA - INRAN 9 RECA - INRAN 10

Les nématodes c’est quoi ? Sur aubergine (2 ou 3 plants avaient des feuilles
• Ils sont tout petits, mais sont jaunes)
peut-être les plus graves
ennemis des maraîchers.
• Ce sont des vers invisibles à
• Jaunissement des
l’œil qui piquent les racines
feuilles
• Ils bloquent le
fonctionnement normal des • Prolifération des
racines racines
• Surtout dans les sols sableux • galles
sans inondation
• Un sol contaminé le reste
longtemps

RECA - INRAN 11 RECA - INRAN 12

2
28/08/2014

Les nématodes sont un problème


Biologie des nématodes
TRES IMPORTANT
• Les nématodes se
conservent dans le sol et
les débris de racines sous
• Les pertes peuvent être
forme de juvéniles et de 60 à 100 %
d’œufs.
• Après la germination, les
jeunes racines sécrètent des
substances qui attirent les
juvéniles qui y pénètrent.
• Une femelle adulte peut
pondre 200 à 500 œufs

RECA - INRAN 13 RECA - INRAN 14

Si un producteur n’a pas de nématodes il doit Si un producteur a des nématodes, il doit


éviter de les apporter apprendre à les « gérer »
Comment lutter ?
Les mesures à prendre en pépinière
• Il ne faut pas acheter
des plants où les Installer des pépinières sur :
apporter d’une
pépinière où il peut y • un terrain désinfecté par solarisation ou l’eau
avoir des nématodes chaude,
• Connaître le terrain d’où • et/ou traité avec des feuilles ou de la poudre de
viennent les plants graines de neem,
• et enrichi en matière organique, pour éviter une
infestation précoce des plants de poivrons.
RECA - INRAN 15 RECA - INRAN 16

Désinfecter par solarisation La solarisation

• Consiste à élever la température du sol pour


tuer les nématodes
• Recouvrir le sol d’un plastique transparent
après un arrosage abondant : c’est l’eau qui
transmet la chaleur captée par le plastique
transparent.
• Le film transparent laisse passer les rayons UV
qui peuvent détruire des organismes nuisibles.

RECA - INRAN 17 RECA - INRAN 18

3
28/08/2014

1. Bien nettoyer le terrain


2. Travailler le sol sur une 4. Arroser abondamment
profondeur de 25-30 cm le sol pour bien
afin d’aboutir à une l’humidifier en
structure fine et régulière profondeur jusqu’à
en utilisant des outils à saturation à l’aide d’un
dents (râteau, bêche, etc.) arrosoir avec pomme
3. Niveler le terrain (avec un
râteau)

RECA - INRAN 19 RECA - INRAN 20

5. Poser le plastique A quelle période faire la solarisation?


transparent qui doit être
bien tendu pour être en
contact direct avec le sol, en
• 1. La solarisation se met en place pendant les
évitant de créer des poches périodes chaudes de l’année (mars-mai ou
d’air. Plaquer le plastique au septembre-octobre) pour une bonne montée
sol en exerçant une légère en température et une efficacité optimale ;
pression puis placer des
pierres sur les bords pour le
maintenir bien fixé. • 2. La solarisation est surtout recommandée
6. Enlever le plastique 1 à 2 pour les petites parcelles (pépinières par
mois après sa pose selon les exemple).
saisons.
RECA - INRAN 21 RECA - INRAN 22

Traiter avec le neem Attention !


• Feuilles : Cueillir les feuilles assez vertes ; sécher à l’ombre
pendant 7 à 10 jours ; broyer les feuilles sèches à la main et • Si des attaques • Ne pas repiquer des
les conserver dans un endroit sec et aéré. surviennent en pépinière, plants qui présentent des
les plants affectés doivent galles.
• Epandre 500 g/m2 de brisures de feuilles (soit 2 tias) ;
incorporer au sol avec la houe ; arroser tous les 4 jours
être impérativement
pendant deux semaines pour permettre leur décomposition arrachés. Dans le cas
et réduire éventuellement leur phytotoxicité ; contraire, leur plantation
au champ contribuera à
• Graines : 400 g/m2 de poudre de graines de neem soit 4 à 5 assurer la dissémination
boites de nescafé avec une utilisation identique aux feuilles des nématodes et la
(incorporation au sol, délai de deux semaines et arrosage
contamination de sols
régulier).
sains.

RECA - INRAN 23 RECA - INRAN 24

4
28/08/2014

Comment lutter ? Les mesures à prendre


Faire une rotation
sur la parcelle avant repiquage

• Faire une rotation • Eviter les plantes de la


même famille
• Cultiver de l’arachide (solanacées)
• Eviter les plantes « réservoirs » : moringa, baobab, etc. • Eviter les melon,
• Apporter de la matière organique avant repiquage courge, pastèque,
• Enfouir des feuilles de neem gombo
• La culture est finie / arracher et brûler les résidus et
surtout les racines • Mettre oignon, chou,
céréales comme le maïs

RECA - INRAN 25 RECA - INRAN 26

Le principe de la rotation Une rotation


• Mettre en place une
• Le producteur ne doit pas
rotation avec des plantes
donner de la
maraîchères résistantes
« nourriture » aux
ou peu sensibles aux
nématodes.
nématodes : oignon ou
chou pour les plantes • Sans nourriture, le
maraîchères, céréales, nombre de nématodes va
arachide ou cultures diminuer
fourragères. progressivement. • Attention / beaucoup de mauvaises herbes peuvent
• La tomate, le poivron, le • C’est pourquoi il faut servir de nourriture aux nématodes.
piment ou le melon ne choisir les plantes qui
vont être cultivées, les • Il faut sarcler régulièrement les cultures.
doivent revenir que tous
les 4 ans. unes derrière les autres.

RECA - INRAN 27 RECA - INRAN 28

L’idée de rotation ne va pas être acceptée par le Cultiver l’arachide


producteur ? • L’arachide est considérée
comme une plante piège. Ses
• Dans ce cas il sera racines attirent les formes
comme ce producteur infestantes des nématodes
qui a perdu … ses mais elles ne permettent pas
semences, son aux nématodes de se
développer et abaisse le taux
engrais, son carburant d’infestation des sols. Elle
et son travail… peut être cultivée pendant la
saison des pluies. Il faut que
sa culture soit parfaitement
• Avec les nématodes, il sarclée pour éviter les plantes
faut changer sa façon adventices hôtes des
de faire. nématodes.
RECA - INRAN 29 RECA - INRAN 30

5
28/08/2014

Eviter les plantes « réservoirs » Apporter de la matière organique


• Eviter les plantes
« réservoirs » qui ne
manifestent aucun symptôme • Apporter une à deux semaines avant repiquage une
mais hébergent les quantité importante de « vrai » fumier ou de
nématodes dans leurs
racines. Il s’agit entre autres compost (matière organique bien décomposée) sur
du : moringa, papayer, la base de 20 à 30 tonnes à l’hectare soit 2 à 3 kg par
baobab, Prosopis, Accacia.
Bauhinia; m2 soit 3 à 5 pelletées.
• Pour les haies vives ou les • Il est à noter qu’entre l’application du fumier et le
brises vents il faut choisir le repiquage, les parcelles doivent être arrosées au
neem ou le citrus. Le neem
est prioritaire car son moins une fois pour compléter la décomposition de
feuillage incorporé dans les la matière organique.
parcelles, permet de lutter
contre les nématodes à
galles.
RECA - INRAN 31 RECA - INRAN 32

L’effet du fumier sur terrain sableux Incorporer des feuilles ou des graines de neem/
Beaucoup plus de racines, la plante résiste mieux
En se décomposant la matière organique détruit des • Feuilles : Cueillir les feuilles assez vertes ; sécher à l’ombre
nématodes pendant 7 à 10 jours ; broyer les feuilles sèches à la main et
les conserver dans un endroit sec et aéré.
• Epandre 500 g/m2 de brisures de feuilles (soit 2 tias) ;
incorporer au sol avec la houe ; arroser tous les 4 jours
pendant quatorze jours pour permettre leur décomposition et
réduire éventuellement leur phytotoxicité ;
• Graines : 400 g/m2 de poudre de graines de neem soit 4 à 5
boites de nescafé avec une utilisation identique aux feuilles
(incorporation au sol, délai de quatorze jours et arrosage
régulier).

RECA - INRAN 33 RECA - INRAN 34

Les produits à base de neem se vendent en


Europe ou aux USA).
Au Niger, le neem est disponible mais les
• « Sur des parcelles de melons infectées à 80 producteurs ne l’utilisent pas assez.
%, on arrive à diminuer les attaques avec
l’utilisation de tourteau de neem, entre 40 et
60 % dès la première année d’utilisation. On
peut espérer atteindre les 10 à 20 % au bout
de quelques années (3-4 ans).

Groupe de recherche en agriculture biologique /


France
RECA - INRAN 35 RECA - INRAN 36

6
28/08/2014

La culture est finie / je ne garde pas mes Attention !


ennemis
• Il faut tout de suite • Toutes ces méthodes de lutte ne doivent pas être appliquées
arracher et brûler les plants seules, elles doivent être combinées : rotation avec plantes
qui restent. non-hôtes, amendement du sol avec la matière organique, …
• Pour détruire les œufs, les
larves… • En dernier ressort l’application rationnelle des nématicides
homologués peut permettre de réduire les densités des
• J’en parle avec mes voisins populations des nématodes. Ce sont des produits très
pour que tout le monde le toxiques.
fasse.
• Chaque galle contient au • L’utilisation de nématicides ne permet pas de résoudre le
moins une femelle qui peut problème des nématodes même dans le pays d’Europe et du
pondre 500 œufs… Maghreb.

RECA - INRAN 37 RECA - INRAN 38

Mettre en pratique, comment ? Les ennemis du poivron au Niger


2. Les thrips (et les viroses)

• Vous connaissez votre terrain et certains problèmes que


rencontrent les producteurs ou productrices.
• Pendant ces deux jours à vous à sélectionner des mesures à
essayer afin de les programmer avec les producteurs.

• Par exemple, apporter une


forte quantité de fumier
ou compost sur 3 rangs pour
voir les effets.
• Notez vos idées d’actions

RECA - INRAN 39 RECA - INRAN 40

Ce n’est pas une petite histoire Les thrips sont aussi très petits mais peuvent se
Destruction massive deviner avec l’œil et se voir avec la loupe

Thrips

RECA - INRAN 41 RECA - INRAN 42

7
28/08/2014

Thrips sous une feuille de poivron • C’est un insecte piqueur


Les thrips
– suceur (comme le
moustique)
• Les adultes sont ailés,
mesurent environ 1mm
de long.
• Les larves sont jaunes
• Pour manger, il pique
les feuilles et provoque
des dégâts dus à
l’injection de salive
(nécrose)
RECA - INRAN 43 RECA - INRAN 44

Attaque légère Attaque de thrips


sur poivron
• Ils apparaissent d'abord
sur les feuilles les plus • Les jeunes feuilles sont
jeunes dans le haut du déformées
plant. • Elles sont aussi
décolorées (plus jaunes)
• Les jeunes feuilles sont
déformées.
• La plante attaquée
ralentit sa croissance et
se dessèche. Les fleurs
avortent.
• Chaque femelle pond
en moyenne 500 œufs.
RECA - INRAN 45 RECA - INRAN 46

Attaque sévère Sur fruits, des décolorations et déformations sont


observées.

• Changement de
couleur des feuilles
une couleur bronzée.
• Les feuilles se courbent
vers haut, se plissent
et finalement sèchent.
• Rabougrissement de la
plante… c’est fini !

RECA - INRAN 47 RECA - INRAN 48

8
28/08/2014

Cycle biologique des thrips


• Lorsque la population
est très importante, les
dégâts sur la plante
peuvent donc être
graves.
• Il est important de Œufs
surveiller les cultures Larves
pour éviter leur
envahissement.
• Ils ont tendance à se
cacher dans les fleurs et
sur la face inférieure Pupes ou nymphes
des feuilles. Adulte
RECA - INRAN 49 RECA - INRAN 50

Ce qu’il faut savoir Les mesures de lutte

• Les insecticides sont efficaces pour tuer les stades larvaires


(stade I et II), parce que les jeunes stades sont petits et se • Mes poivrons sont • Ce producteur a mis
nourrissent activement. régulièrement attaqués tous ces produits sur sa
• Les adultes ont une cuticule (carapace) plus épaisse que les par les thrips parcelle mais … a dû
larves et volent rapidement quand on les dérange, ils sont l’abandonner.
donc plus difficiles à tuer que les larves.
• Les œufs sont pondus dans la feuille ne sont donc pas • Je me prépare à le
accessibles, sauf aux insecticides systémiques qui sont combattre en mettant
absorbés par les feuilles. en place de mesures
• Les larves plus âgées (stades III et IV) ne s’alimentent plus et préventives
cherchent une protection dans le sol ou à la base des plants
d'oignon, échappant au contact avec la plupart des
insecticides.
RECA - INRAN 51 RECA - INRAN 52

La lutte intégrée Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de


développement du ravageur

RECA - INRAN 53 RECA - INRAN 54

9
28/08/2014

Méthodes de lutte Méthodes de lutte


Mesures préventives • Labourer le champ, ce qui
• Mes poivrons sont tue les nymphes dans le sol. • Arroser correctement : Les
régulièrement • Faire une rotation, le plantes qui souffrent d’un
• Je détruis les résidus de manque d’eau sont plus
attaqués par les retour tous les ans des
culture dès la fin de la attractives pour les thrips.
thrips poivrons favorise le
récolte (multiplication / maintien des populations.
dispersion /survie) • Un désherbage régulier des • Arrosage par aspersion,
alentours de la parcelle pluie fine ou violente… l’eau
limite l’infestation des sous toutes ses formes
• Je protège ma pépinière représente une solution
thrips sur la culture.
avec une moustiquaire efficace pour perturber les
• Paillage qui augmente les
pour éviter les attaques ennemis des thrips et populations de thrips.
précoces (contamination) autres avantages.
RECA - INRAN 55 RECA - INRAN 56

Méthodes de lutte Les mesures de lutte

• Souvent les infestations


Mesures / actions
commencent sur les bords • Je surveille me
• J’arrose les plants avec
du champ à cause de plants.
migrations d’adultes l’arrosoir pendant deux ou
trois jours (les thrips • Mes poivrons sont
provenant d’autres champs
ou des mauvaises herbes n’aiment pas la pluie). jeunes
poussant sur les friches • Je pulvérise une bouillie de • Mes poivrons
avoisinantes. commencent à être
poudre de neem ou un
• Ne pas laisser les herbes. attaqués par les
mélange de feuilles de
• Observer les parcelles thrips
neem avec du piment ou
pour repérer l’arrivée des
tabac. • Ma parcelle est petite
thrips

RECA - INRAN 57 RECA - INRAN 58

Les méthodes de lutte Les résistances aux pesticides


Traitement insecticide • Pas un pyréthrinoïde • Dans les pays où c’est
(insecticide de contact), étudié, cela concerne les • Rapidité de multiplication
• J’utilise un insecticide organophosphorés et les
peu efficace contre les • Les femelles pondent des
homologué à la bonne dose pyréthrinoïdes œufs sans accouplement
thrips et détruit la faune
• Le quel ? • Pour prolonger l'efficacité (transmission de tous les
auxiliaire. des insecticides, il est caractères)
• De préférence un produit important de limiter le
de la famille des nombre et la fréquence des
• SANS MESURES PREVENTIVES nicotinoïdes. applications d'insecticides.
LES TRAITEMENTS PESTICIDES • Je pense à changer / • Changer de matière active
NE POURRONT PAS VOUS alterner le produit sinon • Appliquer des insecticides
SAUVER les thrips développent avec un volume d'eau plus
une RESISTANCE; important pour mieux
pénétrer à l’intérieur où
résident les thrips.
RECA - INRAN 59 RECA - INRAN 60

10
28/08/2014

Je fais le traitement seul ou avec mes voisins ? Je fais le traitement seul ou avec mes voisins ?

• D’après vous ? • Les thrips ne


• Est-ce que cela se fait connaissent pas la
comme cela ? limite de votre parcelle.
• Je traite seul, les thrips
des parcelles de mes
voisins vont se
multiplier et plus
rapidement revenir
chez moi !

RECA - INRAN 61 RECA - INRAN 62

Le problème des thrips, c’est qu’ils font des dégâts eux-


mêmes et en plus peuvent transmettre des virus.

• Une bonne idée de


paillage mais c’est
insuffisant

RECA - INRAN 63 RECA - INRAN 64

Les ennemis du poivron au Niger


4. Les pucerons (et les viroses) • Les pucerons sont de
petits insectes visibles à
• Adulte ailé l’oeil nu. Ils sont jaunes,
verts, roses ou noirs.
• Adulte et
larves • Les larves et la plupart
des adultes n’ont pas
• Coccinelles en d’ailes. Parfois on
action
trouve quelques adultes
• Exuvies ailés. Ils se développent
anciennes en colonies souvent sur
peaux les tiges ou la face
inférieure des feuilles.

RECA - INRAN 65 RECA - INRAN 66

11
28/08/2014

Des pucerons / 3 actions • Les pucerons


produisent également
• En grand nombre, du miellat, c'est-à-dire
les pucerons des déjections sucrées
affaiblissent les qui favorisent
plantes en prélevant l’apparition d’un dépôt
la sève dont ils se noir dû à un
nourrissent, et champignon, la
provoquent des fumagine, qui empêche
déformations des la photosynthèse ce qui
feuilles. se traduit par une
réduction de la
croissance des plantes.
RECA - INRAN 67 RECA - INRAN 68

Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de


développement du ravageur

• Ils sont surtout très


dangereux car ils
transportent et
transmettent des
virus au poivron.

RECA - INRAN 69 RECA - INRAN 70

Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de Les ennemis du poivron au Niger
développement de la plante 5. La mouche blanche (et les viroses)

• Pépinière : Un filet suffisamment fin contre les insectes peut


éliminer la présence d’adultes sur les plantes (moustiquaire).
Pendant le cycle de production
• L’irrigation par aspersion ou une pluie continue peuvent
réduire l'infestation en éliminant les pucerons avec l’eau.
• Détecter les attaques au stade initial de la culture pour limiter
une transmission précoce des virus ou des dommages directs
par une grande population de pucerons.
• Traitement à l’aide d’insecticides sélectifs dès que les attaques
sont détectées sur les jeunes plantes.
• Arracher les plants dès qu’ils ont cessé de produire.

RECA - INRAN 71 RECA - INRAN 72

12
28/08/2014

C’est un petit insecte blanc qui s’envole lorsque l’on remue les
feuilles

• Les mouches blanches font


des dégâts aux plantes de • Les nymphes excrètent un
plusieurs manières : liquide appelé miellat qui
• La mouche blanche entraine le développement
immature (nymphe) et d’une moisissure noire
l’adulte sucent la sève des (fumagine) qui diminue la
feuilles. photosynthèse.
• Elles provoquent des taches
chlorotiques sur les feuilles • Les mouches blanches sont
infestées, pas de vectrices de maladies
déformation. virales importantes (virus).
• Peuvent tuer les jeunes
plants quand elles sont
présentes en grand nombre. RECA - INRAN 73 RECA - INRAN 74

Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de


A retenir ! développement du ravageur

• Les arthropodes (insectes et araignées) provoquant


directement des déformations de feuilles (par leur
salive) sont principalement les tarsonèmes, les
pucerons, les thrips, les cicadelles, mais pas les
aleurodes (mouches blanches).

RECA - INRAN 75 RECA - INRAN 76

Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de


développement de la plante

Pépinière
• La lutte chimique classique
• Un filet protecteur à mailles fines / moustiquaire
est difficile car les adultes
Pendant le cycle de production
sont mobiles et difficiles à
• Des pièges jaunes : pièges collants ou à eau.
atteindre et la couche de
• Une irrigation par aspersion ou une pluie continue réduira la
cire des œufs et des pupes
propagation des parasites (arrosoir sur petite parcelle)
les protège contre les
• Des insecticides pour contrôler les pupes: savon, huiles.
insecticides.
• Des insecticides sélectifs (pour éliminer l'impact négatif sur
les ennemis naturels) utilisés alternativement (pour limiter les
risques de résistance) pour contrôler les adultes.
Après la dernière récolte
• Destruction des résidus de récoltes pour éviter les
accumulations et la propagation.
RECA - INRAN 77 RECA - INRAN 78

13
28/08/2014

Piège collant de couleur jaune utilisé au Maroc Transmission de viroses


• Ces insectes sont
nuisibles surtout par leur
action secondaire
• Les mouches blanches
transmettent des virus
qui rendent la plante
malade (comme le
paludisme avec le
moustique).
• Mais il n’existe pas de
traitements pour les virus.
RECA - INRAN 79 RECA - INRAN 80

La transmission du virus entraine la destruction de la 1. Protéger la pépinière / priorité des priorités


parcelle / Il faut éviter la transmission du virus

• 1 virus / 3 vecteurs • Protection des


pépinières avec une
1. En protégeant la
moustiquaire pour avoir
pépinière
des plants exempts de
2. En ne faisant pas virus
l’élevage des vecteurs • Comme pour le palu on peut
3. En luttant contre les protéger avec des moustiquaires
la pépinière. Cela permet de
vecteurs qui retarder l’attaque
transmettent le virus • Doit permettre d’avoir au moins
deux récoltes

RECA - INRAN 81 RECA - INRAN 82

2. Ne pas faire l’élevage de ses


Protéger la pépinière / priorité des priorités
ennemis (vecteurs des virus)

• Ne pas laisser des


• Ne pas repiquer des plantes qui portent des
plants qui présentent ravageurs avant
des feuilles déformées. repiquage (gombo,
courge, …).
• S’ils portent le virus, ils • Les ravageurs se sont
serviront à contaminer bien développés et sont
les autres. prêts pour l’attaque.
• Nettoyer avec soin la
parcelle
RECA - INRAN 83 RECA - INRAN 84

14
28/08/2014

Ne pas faire l’élevage de ses 3. En luttant contre les vecteurs qui


ennemis (vecteurs des virus) transmettent le virus
• Le producteur a • Biopesticides • Répulsifs, anti-appétant
abandonné sa parcelle (coupe faim)…
de poivron avant la 1ère
récolte (virus en • Insecticides chimiques • Produits homologués
pépinière) • Choix des matières
• Il a laissé les plants qui actives en fonction des
vont servir de réservoir ravageurs et de leur
pour contaminer la position
parcelle de son voisin. • Gestion raisonnée des
• Je suis producteur, je matières actives contre
suis responsable les résistances.
RECA - INRAN 85 RECA - INRAN 86

6. Les mouches des fruits

• Le fruit peut tomber de


• Les femelles pondent des la plante.
œufs sous l'épiderme des
fruits. A la sortie des œufs, les • Les asticots restent
asticots se déplacent vers le dans les fruits jusqu’à
centre pour se nourrir. ce qu’ils soient
complètement
développés (de 2 à 3
• Pendant que l’asticot évolue semaines). Ensuite
dans le fruit, celui-ci devient l’asticot abandonne le
prématurément rouge, se fruit et tombe au sol
ramollit et pourrit. pour devenir une pupe.

RECA - INRAN 87 RECA - INRAN 88

Le cycle de biologique (de vie) des mouches des fruits


• Les femelles pondent dans les
fruits presque mûrs des • Le développement des
plantes-hôtes, mais aussi dans larves accélère la
les jeunes fruits tombants au maturation du fruit qui se
sol. détache et tombe. Les
• Les larves ou asticots se larves quittent le fruit, et se
développent à l’abri des transforment en pupes dans
traitements, dans la pulpe du les premiers cm du sol.
fruit en creusant des galeries • L’adulte, après émergence,
qui sont des portes ouvertes à cherchera à s’accoupler,
des infections secondaires du puis de pondre.
fruit
• Ainsi de suite...

RECA - INRAN 89 RECA - INRAN 90

15
28/08/2014

Comprendre et connaître pour conseiller Le conseiller et le producteur observent


(lutte intégrée)
• Je surveille les fruits dans la
• Les femelles pondent dans  donc … une mesure • Les mouches des fruits ont parcelle
les jeunes fruits tombants • Ramasser et détruire les détruit la récolte l’an • Premières attaques, je fais
au sol. fruits tombés dernier. un traitement précoce avec
• Tous les producteurs • Les attaques sont un produit systémique en
concentrées sur les concertation avec mes
• Les asticots se développent  donc … une mesure parcelles en mars / avril voisins.
à l’abri des traitements • Pas d’insecticide de contact • Je détruis TOUS les fruits
• Uniquement des produits attaqués.
systémiques (acétamipride, • Je note la date d’apparition
imidaclopride) des attaques, la date du
• Attention au DAR traitement, le produit et le
coût.
RECA - INRAN 91 RECA - INRAN 92

Le conseiller et le producteur observent Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de
développement du ravageur
• Après 2 ou 3 ans
• Les pesticides ne sont pas la d’observations je suis
solution. capable de choisir les dates
• Une utilisation abusive et de culture pour éviter les
non raisonnée entraine des attaques massives.
résistances et donc une • Je ne fais pas d’erreurs qui
inefficacité. profitent aux ravageurs.
• Au contraire je fais des
• Le producteurs disent que pratiques qui gênent les
les pesticides ne marchent ravageurs
pas. • Je peux intervenir tôt car je
sais observer l’apparition
des ravageurs.
RECA - INRAN 93 RECA - INRAN 94

Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de 7. Les noctuelles (chenilles)
développement de la plante Helicoverpa spp., Spodoptera spp.
• Destruction des plantes sauvages proches qui peuvent être
des réservoirs important d’infestation. • Les papillons sont actifs à la
tombée de la nuit et
A partir de la première nouaison :
pondent des œufs sur les
• piégeage avec des panneaux jaunes collants feuilles.
• Traitement par insecticides • Les chenilles se nourrissent
À partir de la première récolte : de feuilles, fleurs et fruits.
• Élimination et destruction des fruits endommagés par • Les chenilles font des trous
• L’alimentation de la chenille
écrasement et ensevelissement profond (de 60 à 90 cm) dans les fruits, causant des
sur feuilles n’a
dommages considérables et
Après la dernière récolte généralement pas
favorisent la pourriture
• Un labour superficiel du sol peut amener les pupes à la d’importance économique.
provenant d'une infection
surface et les exposer aux prédateurs, parasites et rayons du • Les dommages principaux secondaire par des maladies.
soleil. se présentent sur fruits.
RECA - INRAN 95 RECA - INRAN 96

16
28/08/2014

Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de Positionnement des méthodes de lutte par rapport au cycle de
développement du ravageur développement de la plante

À partir de la première nouaison


• Une cueillette manuelle et une destruction
des fruits attaqués (les écraser, les enfouir à
60/90 cm de profondeur).
• Traitement par insecticides.
Après la dernière récolte
• Le labour et le hersage du sol peuvent
amener les chrysalides à la surface et les
exposer aux prédateurs, aux parasites et aux
rayons du soleil.
• La solarisation du sol peut tuer les
chrysalides.
RECA - INRAN 97 RECA - INRAN 98

8. Tarsonème – Polyphagotarsonemus latus


• Pour une détection précoce,
cherchez les œufs ou les
• Une fois que les chenilles • Les tarsonèmes sont de
petites chenilles,
sont dans la fleur ou le fruit, minuscules acariens qui
spécialement sur les jeunes
elles sont bien protégées et vivent sur la face
feuilles, sur les boutons
le dommage a été fait. inférieure des feuilles,
floraux et les pousses.
sur les tiges tendres, les
• Helicoverpa pond ses oeufs fruits, le pédoncule des
individuellement. fleurs et les fleurs.
• Spodoptera pond des • Leur alimentation
groupes d’œufs (masses) produit des
couverts d'écailles et de décolorations, des
poils sur la partie inférieure nécroses de tissus et des
des feuilles. déformations.
RECA - INRAN 99 RECA - INRAN 100

Tarsonème Tarsonème

• L’attaque initiale se fait sur • Les fruits attaqués se


les tiges des pousses déforment et leur surface
terminales et sur les faces présente des zones sèches
inférieures des jeunes ils ne se développent pas.
feuilles. • Ce nuisible est abondant
• Les jeunes feuilles quand le temps est chaud et
deviennent étroites, sec.
torsadées ou plissées. Elles • Etant minuscules et légers,
ne s'allongent plus et ces acariens peuvent
finissent par se flétrir et se facilement être portés par
dessécher ce qui donne à la le vent d’une plante à
plante une apparence l’autre.
brûlée.

RECA - INRAN 101 RECA - INRAN 102

17
28/08/2014

Méthode de luttes 9. Tétranyque ou araignée rouge


Pendant tout le cycle de la plante
• Utiliser une irrigation par aspersion de façon régulière • Les araignées rouges sucent
entraînera avec l’eau un nombre significatif d’acariens. la sève des plantes,
• Application d’acaricides au début du développement des provoquant des marbrures
populations avant que des déformations apparaissent sur les à la face supérieure des
plantes mais leur effet est limité dans le temps (retour très feuilles.
rapide des acariens). • Les feuilles infestées
• Augmenter la quantité de bouillie jusqu’à 1.000 litres par ha montrent d’abord de petits
soit 15 litres pour 150 m2. points blancs jaunâtres.
Après la dernière récolte • Ensuite elles prennent une
couleur bronzée et tombent
• Enlever et détruire immédiatement les résidus de culture en cas de forte infestation.
pour éviter des accumulations de populations dans le champ.

RECA - INRAN 103 RECA - INRAN 104

Méthodes de lutte

• Planter des haies autour des


champs pour réduire la
migration d’adultes entre les
champs
Les araignées rouges préfèrent
• Appliquer des acaricides
la face inférieure des feuilles
spécifiques pour contrôler les
mais, dans le cas d’une
larves, les nymphes et les
infestation grave, elles se
adultes
trouvent des deux côtés des
feuilles, sur les tiges et les • Utiliser une irrigation par
fruits. Une infestation grave aspersion pour augmenter
entraîne la chute des feuilles l’humidité car les araignées se
multiplient en conditions
sèches.
RECA - INRAN 105 RECA - INRAN 106

Avant les pesticides


• Appliquer des acaricides
au début du
développement des • La première bataille du maraîcher c’est à la fin de la
populations avant la récolte précédente. Il faut brûler tous les résidus
formation des toiles. tout de suite.
• Détruire immédiatement
les résidus de culture
• La seconde bataille contre les maladies c’est à la
pour éviter pépinière pour avoir des plants forts.
l’accumulation de
• La troisième bataille c’est une parcelle bien nettoyée
population dans les
pour ne pas offrir de refuges aux ravageurs
champs.
• Ce plant porte des • La quatrième bataille c’est que les producteurs
dizaines de milliers respectent ensemble les règles.
d’araignées rouges.
RECA - INRAN 107 RECA - INRAN 108

18
28/08/2014

Avant les pesticides / OBSERVER Avant les pesticides / OBSERVER

• Appliquer les insecticides sur toutes les parties des plantes


• Porter une attention particulière à la face inférieure des cultivées et veiller à ce que tout ravageur étant sur les plantes
feuilles qui abritent généralement des ennemis tels que les soit atteint d'une dose suffisamment importante ;
acariens, les mouches blanches, les pucerons ainsi que les • Eviter d'appliquer un pesticide sur des plantes fleurissantes
œufs des insectes et autres nuisibles ; ou par temps très chaud au cours de la journée ;
• Une intervention menée dès le début d'une infestation aura • Dans la plupart des cas, on peut utiliser plus d'une méthode
toutes les chances de contrôler efficacement les nuisibles de de contrôle pour réduire les populations de ravageurs à des
manière à les maintenir à un seuil minimum avec de faibles seuils si bas que le recours aux insecticides n'est pas
quantités de pesticides. nécessaire ; avec la réduction de l'usage des insecticides
chimiques, les auxiliaires peuvent être plus efficaces, ce qui
réduit le coût des moyens de contrôle et garantit des produits
récoltés plus sains
RECA - INRAN 109 RECA - INRAN 110

Les cas pratiques


(séries de notes pour vous)

• Rédigés lors de visites de


sites ou jardins maraîchers

• Ce qui est observé.


• Le conseils qui peuvent être
proposés
• Ce qu’il faut rechercher.

RECA - INRAN 111 RECA - INRAN 112

19

Vous aimerez peut-être aussi