Vous êtes sur la page 1sur 36

LILIS NOVIANTI

EKA DINI ANNISA

Phrase Simple et Phrase Complexe


A. Introduction
La phrase est un ensemble de mots composé de deux
mots ou plus qui ont un sens. Selon Chollet (2009: 10) La
phrase est un ensemble de mots qui a un sens. À l’écrit, la
phrase commence par une majuscule et se termine par un
point(.), un point d’interrogation(?), un point d’exclamation(!),
ou des points de suspension (...).

Basé sur sa complexité, une phrase est divisée en phrases


simples et complexes. Comment différencier la phrase simple
de la phrase complexe? dans une phrase simple il n’y a qu’un
seul verbe conjugué, cela veut dire qu’il n’y a qu’une seule
proposition (verbe + sujet).

La phrase complexe est une combinaison de plusieurs


phrases simples. Les étudiants peuvent la utiliser pour éviter
d’utilisation des phrases simples, de répétition et pour enrichir
le sens dans une phrase. Les phrases simples peuvent être
converties en phrases complexes en utilisant la transformation.
La Transformation est le changement de quelque chose en une
autre forme. Elle peut être formée avec la juxtaposition, la
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

coordination, et la subordination. Muslich (1995:11) dit que


deux phrases de base ou plus peuvent produire une
signification relativement nouvelle.

La formation de phrases complexes est plus difficile pour


les étudiants. Comme le problème dans la recherche de
Hutauruk (2020:3) La problème pour les apprenants de langue
française, ils ne sont pas en mesure de comprendre de la
transformation de la conjonction subordonnée en la locution
prépositive alors que ils créent une phrase simple ou complexe.
La faiblesse que l'on trouve dans la formation des phrases à la
locution prépositive est le changement de verbes en noms ou
d'adjectifs en nom et le manque de connaissances sur la
reconnaissance des locusions prépositives pousse les
apprenants à utiliser des phrases complexes avec les mêmes
conjonctions pour chaque contexte. Les apprenants utilisent
souvent la même conjonction pour exprimer par exemple sur la
cause. Ils n’utilisent que l’expression parce que.

Exemple:

*Tu ne peux pas partir parce que tu es malade.


LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

La phrase utilise la conjonction de cause 'parce que' qui


devrait être écrite comme 'puisque' parce que la raison est
évidente. Ainsi, la phrase qui doit être écrite est :

Tu ne peux pas partir puisque tu es malade

L'importance d'utiliser la transformation de la conjonction


subordonnée à la locution prépositive est pour rendre les
phrases plus simples, plus faciles et plus pratiques à
comprendre. Après ça, les apprenants ont un bagage de
vocabulaire limité, ils ont des difficultés de rendre les phrases
plus variées. D'après la description ci-dessus, on peut
comprendre que former des phrases en utilisant la locution
prépositive nécessite certaines capacités sur la phrase
complexe.

Kosarova (2017:76) explique que les plus grandes


difficultés des étudiants concernant les phrases complexes est
de compléter les phrases par les conjonctions de subordination
en distinguant les subordonnées au subjonctif, à l’indicatif ou
au conditionnel. Ensuite, 20% d’eux affirment que leur point
faible est de distinguer différents types de coordination et sur
la troisième place, il se trouve des problèmes concernant la
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

classification des propositions subordonnées. Après, ils ont


aussi la difficulté avec des phrases ou bien des exercices qui
doivent être complétés par les conjonctions de subordination
pour distinguer le temps concret.

Un autre problème de Mikami (2005:13), Toutes les


occurrences des mots variables ne peuvent pas être considérées
comme des prédicats, noyaux de la proposition. En plus de ce
problème de distinction difficile entre les propositions et les
syntagmes non-propositionnels à mot variable, il en existe un
autre lié à la définition des éléments connecteurs. Pour relier
deux propositions, il faut faire attention au temps et au mode
des deux clauses qu’on va discuter dans le d’eveloppement.
Donc, il doit y avoir un ajustement de mode entre la première
proposition et les autres propositions.

Exemple:

Phrase simple 1: J’ai vu une maison.


Phrase simple 2: Tu as montré cette maison il y a un an.

On peut les transformer en phrase complexe:

J’ai vu une maison que tu avais montré il y a un an.


LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Dans les phrases complexes, l'utilisation du mode dans la


deuxième proposition change de passe compose à plus-que
parfait. C'est parce que la première proposition est passé,
tandis que la seconde est plus passé. Alors quand le temps
utilisé est plus-que parfait. Dans cet article, on va parler des
phrases simples et des phrases complexes.

B. Développement

2.1 Qu’est ce-qu’une Phrase Simple?


La phrase simple contient un seul verbe conjugué, Chollet
(2009: 10). Kosarova (2017:76) ajoute que dans une phrase
simple il n’y a qu’un seul verbe conjugué, cela veut dire qu’il
n’y a qu’une seule proposition. Selon Delatour (2004:83) elle
peut affirmatif (Il arrive.), exclamatif (Elle est mignone.),
Impératif (Sortez d’ici!), interrogatif (As-tu soif?), négative (Il
ne fume pas).
Basé sur les trois explications, on peut conclure que la
phrase simple contient un seul verbe conjugué donc une seule
proposition sous forme de l’affirmatif, exclamatif, impératif,
interrogatif, et négatif.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

2.2 Les formes de la phrase simple


Elles se trouvent fréquemment sous la forme des phrases
de base du français :
1. Syntagme Nominal + Verbe intransitif.
Exemple:
a. Je cours
je cours
SN V ∫¿¿
b. je dors

je dors
SN V ∈¿ ¿

2. Syntagme nominal + Verbe transitif + Syntagme


nominal.
Exemple:
a. Je lis le journal.
je lis ¿ journal
SN Vt SN

b. Tu écoutes la musique
tu écoutes lamusique
SN Vt SN
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

3. Syntagme Nominal + Verbe transitif + Syntagme


Prépositionnel.
Exemple:
a. Les étudiants obéissent au professeur.
Les étudiants obéissent au professeur
SN Vt SP

b. La fille aide à sa mère.


La fille aide à sa mère
SN Vt SP

4. Syntagme nominal + Verbe transitif + Syntagme


nominal + Syntagme prépositionnel
Exemple:
a. Le gouvernement a offert un cadeau aux gagnants.
¿ gouvernement a offert un cadeau aux gagnants
SN Vt SN SP

b. Mon amie donne la lettre au directeur.


Mon amie a donne la lettre aux gagnants
SN Vt SN SP

5. Syntagme nominal + Verbe être + Adjectif/ Syntagme


nominal/ Syntagme prépositionnel
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Exemples:
a. La pomme est rouge.
La pomme est rouge
SN être adjectif

b. Ma mère est une infirmière.


Ma mère est une infirmière
SN être SN

c. Il est à Jakarta.
Il est à Jakarta
SN être SP

6. Verbe impresonnel
Exemple:
a. Il faut travailler dur. (vient du verbe falloir)
Il faut travailler dur
SN V imp infinitif adjectif

b. Il pleut dehors. (vient du verbe pleuvoir)


Il pleut dehors
SN V imp synt . adverbial

p.s: Ces verbes posent de multiples problèmes que


nous ne pouvons envisager ici; signalons seulement
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

que les uns sont toujours impersonnels et servent à


former des phrases de base (ainsi : il neige, il tonne, il
faut, il fait chaud/froid/doux, etc.): les autres entrent
dans des phrases dérivées (ainsi : de la pluie tombe il
tombe de la pluie: on dit bien det mensonges il se dit
bien des mensonges, etc.

7. Présentatif + suite de présentatif


Exemples:
a. C’est mon cousin.
Ce Cest mon cousin
présentatif suite de présentatif

b. Voici des fleurs.


Voici des fleurs
présentatif suite de présentatif

2.3 Qu’est ce-qu’une Phrase Complexe?


La phrase complexe est une combinaison de plusieurs
phrases simples. Grevisse (1993:1603), la phrase est dite
“complexe” quand elle contient une ou plusieurs propositions,
c’est-à-dire que cette phrase contient plusieurs verbes
conjugués. Chollet (2009: 169) ajoute que la phrase complexe
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

comporte deux ou plusieurs verbes. Alors, le site


https://francais.lingolia.com dit la définition comme phrase qui
contenant deux ou plusieurs verbes conjugués est appelée
phrase complexe. Elle contient deux ou plusieurs propositions,
à la différence de la phrase simple qui ne contient qu'un seul
verbe conjugué. Une proposition est un groupe de mots
construit autour d'un verbe.

2.4 Comment Relier Les Propositions qui Forment La


Phrase Complexe?
D’abord, il faut constater qu’il existe plusieurs possibilités
que’on peut utiliser pour relier les différentes propositions.
Dans ce cas, nous allons nous focaliser notamment sur la
juxtaposition, la coordination, et la subordination.

1. La Juxtaposition
Riegel (1994:519) parle de juxtaposition comme deux
propositions qui sont juxtaposées par un signe de
ponctuation, mais elles pourraient fonctionner seules parce
que la première phrase ne dépend de la deuxième phrase et
à l’envers. Ces phrases ont leur propre autonomie. La
juxtaposition peut relier plusieurs propositions soit par une
virgule, soit par deux-points ou par un point-virgule.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Arrivé (1986:360), la juxtaposition est deux procédés


qui permettent de relier deux propositions indépendantes
et en même temps, ils montrent une certaine ressemblance
grâce à leurs traits communs.
Le site https://www.alloprof.qc.ca/ ajoute qu’il y a
juxtaposition lorsqu'on observe deux phrases syntaxiques
ou plus dans une phrase graphique qui sont séparées par
une ponctuation quelconque (autre que le point final de la
phrase).

De ces trois définitions, nous pouvons conclure que la


juxtaposition est une combinaison de deux clauses à
travers la ponctuation soit par une virgule, soit par deux-
points ou par un point-virgule autre que le point final de la
phrase qui permet de relier deux propositions
indépendantes et en même temps. La juxtaposition plutôt
utilisé dans la structure narrative que dans le langage
courant.

Exemple:
a. Je l’ai vu, j’ai reconnu tout de suite.
Cette juxtaposition se compose de deux propositions,
je l’ai vu et j’ai reconnu tout de suite. Les deux
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

propositions utilisent le mode indicatif passé pour


exprimer l’événement passé.

b. Il a mangé des pâtes, goûté de la pizza, et bu du lait.


Cette juxtaposition se compose de trois propositions.
La juxtaposition peut changer l’ordre des propositions
particulières sans changer le sens de cette phrase. On
peut changer l’ordre des propositions grâce à leur
structure énumérative et on va conserver le même
sens de la phrase entière. Les trois propositions
utilisent le mode indicatif passé pour exprimer
l’événement passé.

2. La Coordination
Arrivé (1986:87) explique que la coordination est un
lien syntaxique qui s’établit entre deux unités ayant même
fonction syntaxique et placées sur le même rang. Pour les
propositions, elles sont coordonnées quand elles ont même
fonction dans la phrase. Françaisfacile ajoute la definition
de coordination comme deux proposition qui sont reliées
par une conjonction de coordination (mais, où, donc, or,
ni, car). Leeman ajoute que dans la coordination, il y a une
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

proposition principale et deux propositions subordonnées


complétives qui sont reliées par la conjonction, donc elles
forment une coordination ensemble.

De ces trois definitions, on peut conclure que la


coordination est lien syntaxique s’établit entre deux unités
proposition (principale et subordonnée) qui peuvent être
reliées par une conjonction de coordination (mais, où,
donc, or, ni, car).

Exemple:

a. J’aime le fromage mais je n’aime pas le lait.


Dans l’exemple ci-dessus, la proposition principale
est j'aime le fromage et la proposition subordonée est
je n’aime pas le lait . Les deux propositions sont
reliées par une conjonction de coordination mais.
Deux proposition utilisent le mode indicatif présent
parce que les deux propositions décrivent des
événements réels qui se déroulent.

b. Ton père ou ton frère ira te chercher à l'école.


Dans l’exemple ci-dessus, la proposition principale
est Ton père et la proposition subordonée est ton frère
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

ira te chercher à l'école. Les deux propositions sont


reliées par une conjonction de coordination ou. La
phrase utilise l’indicatif futur pour décrire des
événements à l’avenir.
(Françaisfacile.com)

c. Le directeur se rend au bureau car il a besoin du


document.
Dans l’exemple ci-dessus, la proposition principale
est le directeur se rend au bureau et la proposition
subordonée est il a besoin du document. Les deux
propositions sont reliées par une conjonction de
coordination car. Les deux proposition utilisent le
mode indicatif présent parce que les deux propositions
décrivent des événements réels qui se déroulent.

d. Il pensait avoir réussi, or il a échoué.


Dans l’exemple ci-dessus, la proposition principale
est il pensait avoir réussi et la proposition subordonée
est or il a échoué. Les deux propositions sont reliées
par une conjonction de coordination or. La
proposition principale utilise le mode indicatif
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

imparfait pour exprimer un événement passé qui est


toujours en cours. La proposition subordonée utilise le
mode indicatif passé pour exprimer l’événement
passé.

e. Jeanne a une nouvelle robe, donc elle est content.


Dans l’exemple ci-dessus, la proposition principale
est \ et la proposition subordonée est elle est content.
Les deux propositions sont reliées par une conjonction
de coordination donc. Les deux proposition utilisent le
mode indicatif présent parce que les deux propositions
décrivent des événements réels qui se déroulent.

f. Le petit Chaperon Rouge partait voir sa grand-mère;


or, le loup rôdait. (françaisfacile.com)
Dans l’exemple ci-dessus, la proposition principale
est Le petit Chaperon Rouge partit voir sa grand-
mère et la proposition subordonée est le loup rôdait.
Les deux propositions sont reliées par une conjonction
de coordination or. Les deux proposition utilisent le
mode indicatif imparfait pour décrire des événements
réels qui se déroulent toujours en cours.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

g. Je n'aime pas le froid, ni la pluie, ni la neige.


(françaisfacile.com)
Dans l’exemple ci-dessus, la proposition principale
est je n'aime pas le froid, la proposition subordonée
est la pluie et la neige. Les trois propositions sont
reliées par une conjonction de coordination ni. Les
deux proposition utilisent le mode indicatif présent
parce que les deux propositions décrivent des
événements réels qui se déroulent.

3. La Subordination
Leeman (2002:46) explique que la conjonction de
subordination est un mot libre invariable, servant à relier
deux éléments syntaxiques de nature différente, plus
précisément. Elle relie deux propositions : une principale
et une subordonnée conjonctive dont la fonction
grammaticale varie avec la conjonction utilisée.
Grevisse dit que les propositions subordonnées sont
classifiées en sept catégories, selon le sens. Ce sont:

1. Les Propositions de Temps


LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Les propositions de temps sont indiquées par une


conjonction simple, quand, par des adverbes suivis de
que, alors que, par des prépositions suivies par que,
dès que, etc, Gardes (2004:52). Delatour (2004:255)
ajoute que dans la phrase, elles « permettent de situer
deux événements l’un par rapport à l’autre.

Exemple:
 Je nettoierai la maison dès que tu partiras.
Les deux proposition utilisent le mode indicatif
futur pour décrire des événements se faisent à
l’avenir.
 Quand il étudie, il ne faut pas faire de bruit.
La conjonction quand se place généralement au
début de la phrase et elle introduit la proposition
subordonnée circonstancielle de temps. Les deux
proposition utilisent le mode indicatif présent
pour exprimer des événements réels qui se
déroulent.

 La vie devient plus difficile alors que l'économie


décline.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Les deux proposition utilisent le mode indicatif


présent pour expliquer des événements qui se
déroulent.

 Ses parents sont très fiers qu'il ait réussi le


concours.
La proposition principale utilise le mode indicatif
présent pour exprimer un événement qui se
déroule. La proposition subordonée utilise le
mode subjonctif passé pour exprimer l’événement
passé.

2. Les Propositions de Cause


Delatour (2004:230) parle que les propositions de
cause montre la raison d’une action ou d’un fait qui
exprime par une conjonction de subordination parce
que, puisque, comme, à cause de, grâce à etc. Cette
proposition est utilisée comme le complément
circonstanciel de cause dans la phrase.
Exemple:
 Je ne pars pas parce qu’il pleut.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Parce que se trouve rarement au début de


phrase. On peut le trouve au milieu. Les deux
proposition utilisent le mode indicatif présent
pour exprimer des événements réels qui se
déroulent.

 On peut partir en vacances, puisqu’il fait beau.


Puisque nos travaux sont finis, nous pouvons
rester dans notre maison aujourd’hui.
Dans les exemple ci-dessus, on peut voir que tout
le monde sait qu’il fait beau. On peut mettre la
conjonction puisque au début ou au milieu d'une
phrase. Les deux proposition utilisent le mode
indicatif présent pour exprimer des événements
réels qui se déroulent.

 Comme je suis fatigué, je voudrais me reposer.


On peut mettre la conjonction comme au début
d'une phrase. La proposition principale utilise le
mode indicatif présent pour exprimer un
événement qui se déroule. La proposition
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

subordonée utilise le mode subjonctif pour


exprimer la politesse.

 Je dois recommencer mon devoir à cause de ton


insouciance!
L'expression à cause de signifie l'idée d'un
résultat négatif, fâcheux. La phrase utilise le
mode indicatif présent pour exprimer
l’événements réel qui se déroule.

 J'ai pu faire ce voyage grâce au bon de réduction


que tu m'avais fait parvenir.
La locution grâce à signifie l'idée d'un résultat
positif, heureux. La proposition principale utilise
le mode indicatif passé pour exprimer un
événement passé. La proposition subordonée
utilise le mode indicatif plus-que-parfait pour
exprimer l’action qui est arrivé plus tôt.

3. Les Propositions de Manière


Ce sont les propositions répondant à la question
comment? qui sont exprimées par une conjonction de
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

subordination de façon que, de manière que, de façon


à ce que, à mesure que, etc.
Exemple:
 Je ne te rendrai pas service de façon que tu ne te
sentes pas obligé de me rendre la pareille.
La proposition principale utilise le mode indicatif
présent pour exprimer un événement qui se
déroule. Cette locution suivi du subjonctif, ainsi
la proposition subordonée utilise le mode
subjonctif présent.
 Tu te comportés de maniere que les règles qui
s'appliquent dans cette école.
Cette locution suivi de l’indicatif.

 Je continuai d'être muette de façon à ce que je


n'eusse plus jamais rien à vous répondre.
La proposition principale utilise le mode indicatif
passé simple pour souligner le fait qu’une action
passée. La proposition subordonée utilise le mode
subjonctif imparfait.
 Je me sens plus proche de mon père à mesure
que je vieillis.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Cette locution suivi de l’indicatif.

4. Les Propositions de Conséquence


Cette proposition montre la conséquence indique le
résultat d’une cause exprimée dans la première partie
de la phrase. En plus, elle est complétée par une
conjonction de subordination si bien que, de telle
façon que, à tel point que, etc.
Exemple:
 Les enfants de ce village ont des difficultés à
accéder à Internet, si bien que le gouvernement a
donné une connexion Wi-Fi gratuitement.
Si bien que peut être suivi de l’indicatif,
subjonctif ou conditionnel.

 Julie a travaillé dur de telles façon que son frère


a pu payer ses études.
De telles façon que peut être suivi de l’indicatif,
subjonctif ou conditionnel.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

 Stephanie s'est évanouie à tel point que son ami


l'a emmené à l'hôpital.
À tel point que peut être suivi de l’indicatif, ou
conditionnel.

5. Les Propositions de But


Denis (1997:200) dit que la proposition subordonnée
de but est complétée par la conjonction de
subordination pour , pour que, afin de, afin que, de
peur que, en vue de, dans le but de, dans l’intention
de, avec l’intention de etc.
Exemple:
 Il travaille pour la gloire.
La phrase utilise la conjonction pour + nom.

 Elle chante pour se détendre.


La phrase utilise la conjonction pour + infinitif

 Zoe m'a demandé pour que je porte son sac.


La locution pour que généralement suivi de
subjonctif. Normalement, quand le sujet de
l’infinitif est différent de celui du verbe principal.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

 Elle s’entraîne afin de gagner une médaille.


La phrase utilise la conjonction afin + de + infinitif

 Tu dois venir à l'heure afin que je puisse te voir.


La locution afin que généralement suivi de
subjonctif. Normalement, quand le sujet de
l’infinitif est différent de celui du verbe principal.

 Je l'ai évité de peur qu'il soit en colère.


La locution afin que généralement suivi de
subjonctif. Normalement, quand le sujet de
l’infinitif est différent de celui du verbe principal.

 Il a étudié en vue d’un diplôme.


La phrase utilise la conjonction en vue + de + nom.

 Je vais entreprendre des études en vue de changer


de profession.
La phrase utilise la conjonction en vue + de +
infinitif.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

 Je parle dans le but de vous convaincre.


La phrase utilise la conjonction dans le but + de +
infinitif.

 Il s’éloigne dans l’intention de travailler


tranquillement.
La phrase utilise la conjonction dans l’intention +
de + infinitif.

 Elle a écrit une lettre avec l’intention de la lui


donner demain.
 La phrase utilise la conjonction avec l’intention +
de + infinitif.

6. Les Propositions de Concession


Cette proposition fonctionne comme un complément
circonstanciel adjoint par rapport à la principale qui est
exprimée par les expressions alors que, tandis que,
bien que, et même si, Denis (1997:124)
Exemple:
 Alors que j'étudie, vous pouvez m'attendre ici.
Cette locution suivi de l’indicatif.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

 Tu as acheté ce livre même si tu ne le liras pas.


Cette locution suivi de l’indicatif.

 Elaine ne mangera plus, bien que ce gâteau soit


très délicieux.
Cette locution suivi du subjonctif.

7. Les Propositions de Condition


Cette proposition exprime une circonstance obligatoire
pour qu’un fait puisse se réaliser. Elle est complétée
par si, sauf si, à condition que, en supposant que, à
moins que, etc, Gardes (2004:53).
Exemple:
 Si tu viens, ma mère te fera la nourriture
délicieuse demain.
La proposition principale utilise le mode indicatif
présent pour souligner le fait qu’une action qui se
déroule. La proposition subordonée utilise le
mode indicatif futur pour exprimer l’événement à
l’avenir.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

 Je vais dormir tout l'après-midi, sauf si tu me


téléphones.
Cette locution suivi du subjonctif.

 Elle jouera dehors à moins qu’elle ne soit


malade.
Cette locution suivi du subjonctif.

 Ce gâteau est très moelleux, à la condition que


tu fouettes vigoureusement la pâte.
Cette locution suivi du subjonctif, parfois de
l’indicatif.

 J'étais arrivé juste en supposant que vous aimiez.


Cette locution suivi du subjonctif.

2.5 Les modes


Le mode est un trait grammatical qui indique la manière dont un
verbe exprime un fait, qu'il s'agisse d'un état ou d'une action. Il
est le plus souvent associé à un verbe qui représente la manière
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

dont les actions exprimées par le verbe sont comprises et


présentées (conjugaison).

Dans le français, on distingue traditionnellement sept modes,


dont quatre sont qualifiés de personnels et trois d'impersonnels.

A. MODES PERSONNEL
1. INDICATIF
L'indicatif, qui énonce un fait considéré dans une
phrase déclarative comme réel et certain dans le
présent, ayant été tel dans le passé ou devant être tel
dans le futur, dans une phrase interrogative comme un
fait qui reste à vérifier. Les temps de l'indicatif sont:
1. Présent
Le présent est principalement utilisé pour
parler du temps présent, parfois du futur. Il est
l’un des temps les plus employés de la langue
française.

2. Passé composé
Le passé composé exprime qu’une action dans
le passé est terminée. Il souligne donc
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

principalement le résultat ou la conséquence de


l’action.

3. Imparfait
L’imparfait exprime et décrit des faits et
actions dans le passé en soulignant le
déroulement ou la répétition de ceux-ci. C’est
le temps du récit, en premier lieu dans la
langue écrite.

4. Plus-que-parfait
Le plus-que-parfait est employé dans un récit
au passé (en principe à l’imparfait, passé
composé ou au passé simple), pour renvoyer à
des faits, situations et actions qui ont eu lieu
avant le moment du passé que l’on raconte.

5. Passé simple
Le passé simple est employé pour souligner le
fait qu’une action passée, unique et ponctuelle,
ou bien venue interrompre une action ou
situation en cours, est terminée.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

6. Passé antérieur
Le passé antérieur est réservé à la langue écrite
et on le trouve souvent dans les textes
littéraires pour marquer l’antériorité immédiate
par rapport à un passé simple.

7. Futur simple
Le futur simple est utilisé pour exprimer une
intention de faire quelque chose dans l’avenir
ou pour exprimer une supposition quant aux
actions et situations à venir.

8. Futur antérieur
Le futur antérieur marque l’antériorité par
rapport à un moment déterminé du futur. Il
exprime la supposition qu’une action sera
terminée à ou jusqu’à un moment déterminé du
futur.

9. Futur proche
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Le futur proche est utilisé pour parler d'une


action ou situation envisagée dans un futur peu
éloigné. Il souligne l’intention de faire quelque
chose ainsi que la proximité de la réalisation.

Exemple:
a. Il vient ; il mange. (énoncé déclaratif, fait
déclaré réel dans le présent).
b. Est-ce qu'il vient ? (énoncé interrogatif, fait à
vérifier).
2. IMPÉRATIF
L'impératif, qui énonce un ordre (injonction), une
prière, un souhait, une exhortation, une défense, une
invitation ou un encouragement. Il ne comporte que
trois personnes, ce sont 2e du singulier, 1re et 2e du
pluriel.
Exemples :
Arrêtez !
Montez !
Conduisez-moi à la gare.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

La personne qui donne l’ordre s’inclut parfois elle-


même dans son énoncé. On emploie alors la 1re
personne du pluriel.
Exemple :
Allons-y !

3. SUBJONCTIF
Ce mode traduit un mouvement de l'âme (une pensée,
un sentiment ou un désir), envisagé mais non encore
réalisé, comme la doute, l'obligation, le volonté,
l'émotion.
Exemples :
Je pense que tu puisses le faire

Le subjonctif est aussi utilisé quand on demande à


quelqu'un d'autre de faire quelque chose, d'exprimer
une possibilité,

besoins et désirs.

Exemple:

a. C’est possible qu’ils soient fatigués


b. Il faut que je sache le faire
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

c. Je veux qu’elle finisse de manger

B. IMPERSONNEL
1. INFINITIF
Lorsqu'on utilise l'infinitif,on donne au verbe une valeur
autre que celle du noyau de la phrase.Il peut être :

a. Sujet: manger est une nécessité (manger se comporte


comme un nom 'le manger';forme active,sujet du
verbe 'est').
b. Attribut du sujet :crier n'est pas parler.(attribut d'un
sujet inconnu , cas général).
c. Complément d'objet direct ou indirect : Elle préfère
lire (lire est COD de' préfère').
d. Complément du nom: Ils ont le don de détruire
( détruire est complément du nom 'don').
e. Complément du pronom : Quel bonheur que celui
d'avoir son bébé! (avoir est complément du pronom
'celui').
f. Complément de l'adjectif: Nous sommes heureux de
l'apprendre ( apprendre est complément de l'adjectif
'heureux').
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

g. Complément circonstanciel: Avant de se coucher, on


se brosse les dents (se coucher est le complement
circonstanciel de temps).
(françaisfacile.com)

2. PARTICIPE
Le participe qui est, comme l'infinitif, une forme nominale
du verbe:
a. Participe présent
Le participe présent fonctionne comme un adverbe
invariable sauf s'il est employé comme un adjectif, et
s'accorde alors en genre et en nombre avec son sujet.
Le participe présent a toujours pour suffixe ant et est
invariable.
Exemple:
Charlotte étant en retard prit le métro.

b. Participe passé
Le participe passé, peut s'accorder en genre et en
nombre, selon des règles relativement complexes. Le
participe passé est la forme secondaire de tout temps
composé, son emploi est donc très fréquent.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Exemple:
Il est sorti
Elle est sortie
Elles sont sorties.

3. Gerondif
Il est le participe présent qui est précédé de en et est le
mode impersonnel. Gerondif est souvent utilisé en français
parlé et écrit.
Exemple:
En voyant sa blessure, il comprit la gravité de l'accide

Références
Arrivé, Michel et al. 1986. La Grammaire d'Aujourd'hui, Guide
Alphabétique de Linguistique Française. Paris:
Flammarion.
Delatour, Yvonne, et al. 2004. Nouvelle Grammaire du Français.
Cours de Civilisation Française de la Sorbonne. Paris:
Hachette.
Denis, Delphine et Sancier-Château, Anne. 1997. Grammaire du
français. 11e éd. Paris: Librairie Générale Française.
LILIS NOVIANTI
EKA DINI ANNISA

Gardes-Tamine, Joëlle. 2000. La grammaire 2. Syntax. Paris:


Armand Colin.
Grevisse, Maurice et Goose, André. 1995. Nouvelle grammaire
francaise. 3e éd. Bruxelles : De Boeck & Larcier.
Grevisse, Maurice. 1993. Le Bon Usage: Grammaire Francaise
avec des Remarques sur La Langue Francaise
d’Aujourd’hui. Paris: Duculot.
Hendrich, Josef, et al. 2001. Francouzská Mluvnice. 3e éd. Plzeň :
Fraus.
Kosarove, Ivana. 2017. Les Phrases Complexes: Juxtaposition,
Coordination, et Subordination. Západočeská univerzita.
Leeman, Danielle. 2002. La phrase complexe. Les
subordinations, 1ère éd. Bruxelles: De Boeck.
Muslich, Masnur. 2008. Tata Bentuk Bahasa Indonesia. Jakarta:
Bumi Aksara.

Riegel, Martin, et al. 1994. Grammaire méthodique du français.


1ère éd. Paris: Presses Universitaires de France.

Vous aimerez peut-être aussi