Vous êtes sur la page 1sur 12

Avant Propos :

Il y a beaucoup de notes dans cette fiche, afin de vous donner des pistes supplémentaires de
réflexion. De plus, je rajouterai quelques ouvrages, vidéos, articles ayant le même objectif.

Introduction à l'épistémologie
Chapitre I
L'épistémologie

I- Définitions et considérations générales

Le terme est composé du grec "épistémé" (= science) et du suffixe "logie" (= l'étude critique sur...
ou la théorie)

La définition même de l'épistémologie est compliquée, car elle regroupe des domaines plus ou
moins éloignés. André Lalande considère que "C'est essentiellement l'étude critique des principes,
des hypothèses et des résultats des diverses sciences, destinée à déterminer leur origine logique (non
psychologique), leur valeur et leur portée objective" Il considère donc que l'épistémologie et la
gnoséologie (= théorie de la connaissance) sont deux domaines distincts. Cependant, les anglais et
les italiens intègrent la gnoséologie dans l'épistémologie (en usant de la même terminologie) (1).
L'épistémologie s'occupe donc des sciences, mais comment les définir ? Ici, il y a deux grands cas :

1) Soit les sciences sont les disciplines qui concernent l'univers (à l'exception de l'homme) et
qui ont recourt aux mathématiques (C'est la position de Poincaré)
2) Soit les sciences sont : "Un ensemble de connaissances et de recherches ayant un degré
d'unité, de généralité et susceptibles d'amener les hommes qui s'y consacrent à des
conclusions concordantes qui ne résultent ni de conventions arbitraires ni des goûts ou des
intérêts individuels qui leur sont communs, mais de relations objectives qu'on découvre
graduellement et que l'on confirme par des méthodes de vérifications définies."
("Vocabulaire" Lalande) Cela inclut donc les sciences juridiques, théologiques, normatives
(morale, logique, esthétique), etc.

Mais l'étude de l'épistémologie se complique de plus en plus à cause de trois facteurs :

– La spécialisation dans une discipline (Par exemple : la physique ou la chimie)


– Le mélange de deux sciences (Par exemple :la bio-thermodynamique, la cybernétique, etc.)
– La redécouverte de certaines disciplines (Par exemple : l'optique qui a été fragmentée dans
chaque discipline)

II- Épistémologie et Histoire des sciences.

Je ne développerai pas beaucoup cette sous partie, car ce n'est que de la culture générale (c'est
important, je ne dis pas le contraire, mais ce n'est pas primordial pour les partiels).

Ce qu'il faut retenir, c'est qu'il est nécessaire d'étudier les hypothèses anciennes pour comprendre
l'évolution d'une discipline.
Par exemple entre l'antiquité et la fin du Moyen-Âge, il y a eu trois types d'algèbre :
– Géométrique
– Verbal
– Symbolique
Chapitre II
Invariants et structures formelles

I- Les problèmes

Qu'importe la définition que l'on donne à l'épistémologie, la science doit, quel que soit son domaine,
chercher des invariants et des lois qui expliquent les phénomènes, les faits. Mais cela amène
beaucoup de questions :
– Quels sont ces invariants ?
– Quelles sont les méthodes propres à les déceler ?
– Quels sont les principes sur lesquels se construisent les sciences ?
– Y-a-t-il des principes spécifiques à chaque science ou peut on trouver des principes
universels auxquels obéissent toutes les sciences ?

II- Les invariants

On peut distinguer divers types d'invariants qui ont été utilisés dans l'histoire des sciences.

1) L'invariant mathématique

1. Sous forme quantitative, arithmétique et continue :

Dans cette conception, l'invariant est un nombre entier. Cela apparaît dans les
mathématiques pythagoriciennes et on les réutilise dans la mécanique quantique (avec
les quanta de lumière, par exemple.)

2. Sous forme de structure géométrique : (Par peur de dire une connerie, je vais juste citer
le texte)

« Chez Platon, les structures géométriques constitutives des polyèdres élémentaires


restent invariantes dans toutes les combinaisons où les quatre éléments
interviennent. […] Toutes les fois que les transformations qui affectent les triangles
constitutifs en font des tétraèdres, il y a du feu, toutes les fois que la transformation
donnera un icosaèdre, il y aura de l'eau, etc.) »

3. Sous forme relationnelle :

Cette forme est la plus simple. Ici, l'invariant est le rapport entre deux nombres/lettres.
Par exemple : pv = constantes. Si p et/ou v varient, leur relation reste invariante (loi de la
pression et du volume du gaz à température ambiante → Loi de Boyle-Mariotte.)

2) L'invariant qualitatif

Elle a d'abord été abordée par Platon sous la forme des Idées. C'est à dire que cela touche
l'essence des choses. Un homme sans mains, sans pieds, malade, reste un homme. Son
essence n'a pas varié malgré des changements physiques.

III- Les instruments du langage scientifique


Pythagore était de ceux qui refusaient les nombres qui n'étaient pas entiers. Toutefois, il s'est rendu
compte que la diagonale d'un carré de 1 sur 1 était un chiffre irrationnel (Racine de 2 – Je ne sais
plus comment faire le signe sous Open Office, désolé-). Des amis de Platon (Théodore et Théétète
ont alors étudié ces nombres « irrationnels ». Au final ils en distinguent deux sortes :
– Ceux dont le carré est commensurable
– Ceux dont le carré reste incommensurable.

Petit point sur l'histoire des nombres :

– Le nombre n'est utile que comme indicateur d'une quantité (3 jarres d'eau)
– Le nombre est conçu comme une entité en soi (Il dépasse l'abstraction -Merci Pythagore-)
– Il garde ce caractère et Platon ajoute un rapport entre le petit et le grand
– L'opération est analysée et conçue séparément (avec des symboles)
– Puis l'opération est étroitement liée aux nombres (les racines, etc.)

Un autre problème se pose depuis maintenant quelques temps (l'Antiquité grecque) à savoir : la
notion de temps et d'espace.
En ce qui concerne la mesure du temps, nous avons plusieurs méthodes :

– Par action unité (le sablier, l'eau dans la clepsydre)


– Spatialement (la seconde, etc. Mais il est discutable de mesurer quelque chose de cinétique
au moyen d'une mesure statique...)

On a cru avoir résolu ce problème durant le XVII ème siècle grâce à la macro-physique (Distance et
temps infinitésimaux entre T et T' → Mesurant et mesuré coïncide). Mais, cela suppose de connaître
le point de départ, d'arrivé et le temps que cela a pris. Or, Heisenberg contre-dit cela avec son
principe d'incertitude. (1)

Certains comme Kant voient le temps et l'espace comme des formes a priori de l'entendement
La physique classique considère qu'ils sont en relation et toujours les même
Einstein vient dynamiter tout cela en montrant que le temps et l'espace varie (vitesse, observateur,
lieu, etc.) (2)

IV- Invariants fonctionnels*

Si nous nous intéressons plus aux mouvants et aux individuelles plutôt qu'aux permanents et aux
essences, alors il ne nous reste plus que la relation. Si vous me voyez lire, vous vous direz « il lit. »
(jugement singulier et instantané). Mais, le lendemain, vous ne serez plus face à cette sensation.
Était elle vraie ? De fait, on retrouve l'invariant non pas dans l'essence, mais dans la fonction vérité.
(3)
(invariants qualitatifs)

(1) Le principe d'incertitude veut qu'à l'échelle microphysique, il est impossible de connaitre en même temps la position
et la vitesse d'un corps (par exemple un éléctron)
(2) Je conseille (parce que c'est utile [selon un prof que je cotoye] et passionnant [selon moi]) de lire des livres, ou de
regarder des vidéos de vulgarisation à propos de la physique quantique, car cela touche beaucoup de domaine
(l'épistémologie, l'existence et le temps, le vivant, la matière, etc.)
Vitesse = Relativité restreinte
Observateur = Schrödinger et son chat.
Lieu = Relativité générale (si mes souvenirs sont bons)
* Dans cette sous partie, lorsqu'il est fait mention d'invariants, il est nécessairement fonctionnel.
(3) "Une fonction de vérité est le rapport de vérité créé par l'opérateur qui transforme, d'une manière invariante, la
valeur de vérité de la seconde proposition en fonction de la première proposition.
Il existe aussi des invariants quantitatifs, exprimables mathématiquement.
F= ma(1). Qu'importe les modifications apportées à « m » ou à « a », «F » sera toujours le produit de
« ma ».

V- Le rôle des structures formelles

La notion même de structure formelle est ambiguë, car le concept de forme l'est aussi. Soit elle :

– Crée la réalité concrète grâce à la matière.


– Est une construction artificielle créée à partir de la réalité concrète

Raymond Ruyer souligne qu'il faudrait rajouter la forme vivante, car ce qui est vivant (ou tout du
moins mouvant) n'est pas une structure, mais une activité structurante.
Les formes que nous avons vu ont des subdivisions :

1) Structuration formelle métaphysique

a) Le pythagorisme

« Pour qui le nombre intervient par unités discrètes agissant chacune pour son compte » C'est ce que
l'on retrouve avec les quanta

b) Le dernier platonisme (Timée)

« Pour qui le monde matériel et vivant est structuré par les transformations des polyèdres les uns
avec les autres. » Il semblerait (mais je ne m'intéresse que de très loin à la chimie – c'est un tord, je
sais, mais on peut pas être sur tous les fronts-) que cela soit aussi un point important de la chimie
moderne : la forme. (2)

c) L'aristotélisme

« Pour qui la forme ou l'essence qualitative donne à un individu la structure de l'espèce à laquelle il
appartient. »

2) La structure formelle logico-mathématiques

a) Structure axiomatique

C'est un système rigoureux qui suit les règles à la lettre, mais ne se préoccupe pas de l'interprétation
que l'on pourrait faire de ces travaux. Cette structure est donc essentielle aux sciences, car elle en
est la base. La science donne ensuite des sens aux symboles utilisés.

(1) F = la force, m = la masse constante, a = accélération


(2)Si je me souviens bien de mes cours, c'est, par exemple, la forme et la structure des atomes qui constituent l'eau sous
sa forme liquide, gazeuse ou solide
Chapitre III

Établissement des faits et des théories scientifiques

I- Recours à l'intuition

L'intuition, à cause de sa faillibilité, ne peut être utilisée pour prouver une théorie. Toutefois, ce
n'est pas pour autant qu'il faut s'en passer. En effet, elle est utile pour choisir ou pour faire des
théories.

II- Recours à l'expérience

Le recours à l'expérience a été conçu de trois manières différentes :

1) La méthode empirique

On constate des phénomènes, sans qu'il y ait d'essais explicatifs.

2) la méthode expérimentale

a) Sous forme inductive

Voir le cours (il n'y a rien de plus)

b) Sous forme de vérification d'une hypothèse

Idem

III- Le rôle de l'expérience négative

André Mercier (un professeur d'université en Suisse) expliquait que le fait d'infirmer une théorie
était plus décisif. (Ce que disait Karl Popper)

IV- L'invention de l'instrumentalisation

L'instrumentalisation a permis beaucoup de choses (dont l'étude de certains phénomènes soit


imperceptible soit donc la vitesse dépasse ce que nous pouvons observer.) Mais, cela amène un
problème majeur : l'augmentation des erreurs. En effet, la machine n'est pas parfaite, il peut y avoir
des erreurs, il faut donc des machines pour surveiller des machines et des techniciens pour vérifier
le tout. Les conditions de réussite sont donc collectives.

V- L'intervention du modèle

Le modèle est présent depuis l'Antiquité. Vraisemblablement, Platon en utilisait déjà pour étudier
mes astres. Cela a permis d'étudier des phénomènes qu'il était impossible d'étudier directement.
Mais cela passe nécessairement par de la simplification.(1) Il faut donc être sûr que certains
phénomènes que l'on considère comme « négligeables » le soient réellement. Les modèles ont des
défauts, certes, mais ils ont permis de grandes avancées.(2)

(1) Par exemple : Le modèle du système solaire ne montre pas les trajectoires exactes.
(2) Le modèle mécanique du muscle de Rosenbluth et Wiener (et plus tard les modèles liés à la robotique)
VI- La méthode axiomatique

La méthode axiomatique rejette les définitions euclidiennes de postulats, d'axiomes et d'hypothèses.


Cette méthode commence d'une manière sensiblement identique avec des axiomes/postulats (1) à cela
près que ces axiomes ne sont pas démontrés, CAR leur bien fondé sera montré par la suite.(2) Il faut :
– Le moins d'axiomes possibles
– un système hypothético-déductif
– l'axiomatique doit être consistante (cad non contradictoire)
– Les axiomes doivent être en lien, mais être indépendants (on ne doit pas pouvoir les déduire
des autres axiomes)

Par exemple : Axiomes de Peano (pour construire les nombres)

1) Zéro est un nombre


2) Le successeur d'un nombre est un nombre
3) Plusieurs nombres quelconques ne peuvent avoir le même successeur
4) Zéro n'est le successeur d'aucun nombre
5) Si une propriété appartient à zéro et si, lorsqu'elle appartient à un nombre quelconque, elle
appartient aussi à son successeur, alors elle appartient à tous les nombres (principe
d'induction)
Bien sûr, nous pouvons modifier l'axiome 4 pour inclure les nombres négatifs.

VII- La méthode phénoménologique

Husserl et Bergson ont tous les deux eu une influence considérable sur la pensée contemporaine.
Husserl a créer une méthode : La phénoménologie que l'un de ses élèves (Spiegelberg) a résumé en
sept étapes :

1) Investigation des phénomènes particuliers


2) Investigation des essences générales
3) Appréhension des relations existentielles entre les essences
4) Étude des modes d'apparition
5) Étude de la constitution des phénomènes de la conscience
6) Suspension de la croyance dans l'existence des phénomènes
7) Interprétation de la signification des phénomènes

Toutefois, les quatre dernières étapes ont été discutées par beaucoup de phénoménologues.
Pour Husserl, la phénoménologie n'a pas pour but de s'intéresser aux faits, ni aux causes, mais de
comprendre des raisons et des significations.
Cela ne veut pas dire Qu'Husserl ne s'intéresse pas aux sciences. Il en distingue d'ailleurs deux
types :

Les sciences ontologiques : Qui porte sur la réalité concrète (Géographie, Histoire, etc.)
les sciences nomologiques : Surtout celles qui parlent en langage mathématiques

Cela a même amené Suzanne Bachelard à créer une branche de l'épistémologie : l'épistémologie
phénoménologique.

(1) Les deux sont utilisés pour parler de la même chose.


(2) Euclide, lui ne parlait que de 5 postulats et ils avaient une valeur logique.
Chapitre IV

Principes, lois, heuristique et progrès scientifiques

I- Principes de la logique

Il semblerait (d'après des gens beaucoup plus intelligents que moi) qu'il y ait des principes de la
logique formelle, et qu'ils soient indispensables à la pensée

– Principe d'identité : A = A, par exemple. A étant tout objet de pensée, proposition ou


concept.
– Principe du tiers exclu : Il n'y a de tierce entre la proposition A et la proposition non-A.(0)
– Principe de contradiction (ou de non-contradiction) : un même principe ne peut pas être
perçu en même temps comme A et non-A.(1)

Ces lois sont donc les bases de toutes logiques, car sinon nous ne pourrions comprendre. De plus,
enlever les deux derniers principes et nous ne pourrions plus créer de raisonnement par l'absurde.

II- Principes rationnels

En plus de ces conditions qui forment la pensée, la philosophie en a rajouté d'autres, qu'elle nomme
« rationnelle ».
– Loi de raison suffisante → D'où découlent les principes de causalité, de déterminisme, de
substance et de finalité

– Le principe de raison suffisante :

– D'un point de vue métaphysique :

Une chose ne peut exister d'une manière s'il n'y a pas de raison à ce qu'elle soit
comme cela et pas autrement(2)

– D'un point de vue scientifique :

Il y a du rationalisable dans la nature, on peut donc faire une science(3)

– Le principe de causalité :

Un effet a toujours une cause. Et un effet ne peut pas être sa propose cause. De fait, dans
les mêmes conditions, les causes auront les mêmes effets. (4) Aristote en distinguait
plusieurs (voir le cours). Il faut toutefois faire attention aux liens de causalité que l'on
confond facilement avec les corrélations.

(0) Cela semble problématique lorsqu'il s'agit de certains phénomènes de la nature. Entre le chaud et le froid, il y a le
tiède.
(1) Cela semble infirmé par la physique quantique, avec le chat de Schrödinger, puisqu'il est, tant que nous n'obersvons
pas, dans deux états opposés (vivant et mort)
(2) C'est un argument primordial pour la réflexion évolutionniste. Si quelque chose est, c'est qu'elle a une utilité.
(Biologie, Sociologie, etc.)
(3) Cette vision ne porte aucun jugement quant à la nature rationnelle de l'Être.
(4) D'un point de vue métaphysique (Spinoza, Malebranche) il n'y a qu'une seule cause, la cause première = Dieu (ou la
nature)
– Le principe de finalité :

Tout être a une fin (= un but). Ce principe est très contesté au niveau scientifique...

– Le principe de substance :

« Toute qualité appartient à une substance » cad « Tout ce qui est, existe, soit comme une
substance (réalité qui n'a besoin que du « concours de Dieu » pour être. Elle s'auto
détermine), soit comme qualités et attributs de ces substances. (1)

III- Les autres principes recteurs de la science

– Le principe de conservation :

On connaît tous cette loi depuis les premiers cours de sciences physiques. Le fameux « rien
ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » (Qui n'est pas ce qu'a dit Lavoisier, soit dit
en passant). C'est Anaxagore qui en a parlé le premier « Toutes choses se composent et se
séparent », puis par les atomistes, plus tard par Descartes et finalement par Lavoisier.(2)

– Le principe de négligeabilité :

Tel que Bachelard l'énoncé : « A tous les niveaux de son expérimentation, le physicien doit
se poser la question constante : qu'est ce que je peux négliger ? »

– Le principe de concentration :

C'est un principe dont parlait déjà Platon dans le « Philèbe », à savoir que pour nous rendre
compte d'une propriété quelconque, il vaut mieux l'analyser là où elle sera le plus
concentrée. On ne va pas analyser ce qu'est « le mou » en utilisant un rocher, par exemple.

– Les Principes de simplification, d'identification et d'universalisation (solidaires) :

– Le Principe de simplification :

Il faut toujours chercher la loi la plus simple. Par exemple, un tronc qui flotte, un sous
marin qui plonge ou un aérostat qui se maintient en l'air sont tous les trois régis par la loi
de la poussée d'Archimède.

– Le Principe d'identification :

C'est un processus de simplification qui regroupe des éléments similaire. Par exemple, il
n'existe aucun gaz pareil, pourtant la loi de Boyle-Mariotte les englobe tous (par ce que
les différences entre les gaz ne sont pas importantes.

– Le Principe d'universalisation :

Cela amène au principe d'universalisation qui permet de ne pas aborder toutes les choses
sans les universaliser.

(1) Voir L'éthique de Spinoza Partie I Définitions.


(2) A noter que, jusqu'au XX ème siècle, de nombreux scientifiques ne croyaient pas en l'existence de l'atome.
– Le principe d'économie :

En métaphysique, il faut utiliser le moins d'essences possible pour expliquer un être


En épistémologie, il faut utiliser le moins d'hypothèses possible pour expliquer un
phénomène.

– Le principe du plus ample informé :

Durant l'Antiquité, on s'est rendu compte que beaucoup de théories que l'on croyait vraies
n'étaient pas définitives. Ce principe a donc été mis en place pour considérer la théorie
comme vraie jusqu'à ce qu'elle soit remise en cause.

IV- La transposition des lois scientifiques en dehors du domaine où elles ont été retrouvées

Les pythagoriciens ont découvert pourquoi les notes des gammes de musique étaient différentes (la
taille de la corde qui vibre) ils ont donc voulu la transposer à d'autres domaines comme la morale.
Ce qui est illégitime. Mais, comment pouvons nous savoir, à l'avance ce qui est légitime et ce qui ne
l'est pas.

V- L'heuristique

L'heuristique est la discipline qui traite de l'invention scientifique. Malgré le travail de beaucoup
d'épistémologues (Bouligand, Moles, etc.) cela n'a pas abouti. Et c'est peut être mieux, car cela
comporterait des dangers. Le travail serait en équipe avec un cadre strict. Donc, on perdrait de vue
l'intérêt de la découverte (le plaisir d'aller vers le vrai), on louperait sûrement des découvertes
majeures (les plus grands chercheurs étaient libres et ont beaucoup appris par erreurs ou par hasard)

VI- L'interpénétration des sciences

J. Piaget écrit dans son livre l'épistémologie génétique que de nombreuses sciences s’interpénètrent.
Par exemple Paul-Emile disait « le généticien d'aujourd'hui, par exemple, devrait être jardinier et
éleveur, aussi bien que cytologiste et morphologiste, il aurait à connaître la physiologie, la
microbiologie et la biochimie sans ignorer les mathématiques, la physique et la chimie ». C'est
comme imaginer un professeur de sciences humaines (Histoire, philosophie, anthropologie,
ethnologie, sociologie, économie(1), etc.)

VII- Intervention de la notion d'échelle de grandeurs et ses contrecoups sur l'universalité des lois
scientifiques

L'échelle de grandeur est un problème pour certaines lois, puisqu'elle montre leur généralité.
« En arithmétique, l'addition d'un même terme B perd de son pouvoir additif en fonction d'un
premier terme A auquel on l'addition ( 1+1 = 2 [le double] 10+1 = 11 [un dixième] 100+1 = 101 [un
centième]
De plus, on ne nous mesure par en mm ni en années lumière, car cela ne serait pas pertinent.

VII- Nature du progrès scientifique

En mathématique, le progrès se fait grâce à l'approfondissement des notions de base. Ce n'est pas
tellement le cas dans les autres sciences, surtout celles qui sont expérimentales. La théorie naît, car

(1) Ce n'est pas une erreur, beaucoup d'économistes sérieux (Pas ceux que vous voyez tout le temps sur les plateaux
télés hein...) considèrent l'économie comme une science sociale, comme Frédéric Lordon.
elle a une vertu explicative et elle disparaît quand elle la perd. Blanché pointe du doit dans La
science physique et la réalité (1948) du problème que pose les sciences de la vie (sociologie,
biologie, psychologie) qui n'ont pas de méthode scientifique (ou trop peu) et qu'elles ne peuvent
donc pas être considérée comme des sciences totalement quantitatives et objectives.

IX- Esprit scientifique1

L'esprit scientifique unit plusieurs qualités :

– l'imagination → Pour les hypothèses


– rigueur, exactitude, précision → Pour la vérification
– Analyste
– Avoir un esprit critique
– Un relativiste (il ne prétend pas découvrir le vrai, mais s'en rapproche par étape)

X- La classification des sciences

Le livre nous renvoie directement à l'étude critique d'Arnold Reymond Le problème de la


classification des sciences, les invariants fonctionnels.

1 Si le sujet vous intéresse : "Formation de l'esprit scientifique de Bachelard" est recommandé.


Chapitre V

Introduction à l'épistémologie contemporaine

I- L'épistémologie de Gaston Bachelard

Pour Bachelard, il n'y a pas d'adéquation totale du Rationnel au Réel. Mais, si l'on augmente sens
cesse le nombre de variables nouvelles pour atteindre le Réel, alors on augmente les chances de
créer un contact entre les deux. De plus, le mouvement de la découverte irait de la pensée au réel, et
non l'inverse (Par exemple, les trous noirs ou les mésons)

II- Stéphane Lupasco

Cet épistémologue postule l'existence d'un « principe d'antagonisme », c'est à dire que tout
phénomène physique ou tout changement d'état implique l'existence d'une énergie (qui ne peut pas
être statique) Ce qui peut amener trois situations :
1) Ou l'un est totalement actualisé et l'autre totalement potentialisé
2) Ou ils vont tous deux du potentiel vers l'actuel ou l'inverse.
3) Ou ils sont dans une position d'égale potentialisation et actualisation l'un par rapport à
l'autre.

III- Raymond Ruyer

Il a eu un gros impact dans le domaine de l'épistémologie notamment grâce à sa psychologisation de


la science.

IV- Paul Cérasi

Pour lui, il n'y a pas un déterminisme universel, mais une pluralité de déterminisme. De plus, il voit
deux manière d'établir la science :
– Soit comme étant explicative
– Soit comme étant compréhensive (donc plus complète)

V- Les biologistes

Parmi eux M.G Canguilhem disait : « La fonction essentielle de la science est de dévaloriser les
qualités des objets composant le milieu propre en se proposant comme théorie générale d'un milieu
réel, c'est à dire inhumain. Les données sensibles sont disqualifiées, quantifiées, identifiées... Un
vivant ne se réduit pas à un carrefour d'influences. D'où ma suffisance de toute biologie qui, par
soumission complète à l'esprit des sciences psycho-chimiques, voudrait éliminer de son domaine
toute considération de sens ; un sens, du point de vue biologique, c'est une appréciation de valeurs
en rapport avec un besoin. Et un besoin, c'est, pour qui l'éprouve et le vit, un système de référence
irréductible et par là absolu »

VI- Jean Piaget et l'épistémologie génétique


Bibliographie :

– Les vidéos et le livre de Bruce Benamran (alias e-penser)


– Doxa (sur YouTube)
– Ethique de Spinoza
– 25 points clés pour comprendre la physique quantique de Charles Olivero
– Et bien sur les philosophes rattachés à la question.

Vous aimerez peut-être aussi