Vous êtes sur la page 1sur 14

I.

DECANTEUR DIGESTEUR
1. Principe de fonctionnement
1.1. Principe

Le décanteur digesteur assure, dans deux compartiments


séparés, la décantation des matières en suspension et la digestion
anaérobie de la fraction organique des boues décantées.
Le décanteur-digesteur a pour fonction la rétention des matières
en suspension de l’effluent brut et la digestion anaérobie des
boues décantées.
o Un décanteur ;
o Un compartiment de stockage anaérobie de boues retenues.
Image 1: coupe d'un décanteur-digesteur

Source 1: épuration des eaux usées domestiques par filtration et sur sables: prescriptions et recommandations pour la
conception et la réalisation département de l’Eure, Mai 2001
La digestion (ou fermentation) est plus ou moins avancée selon le
temps de séjour des particules solides décantées. Il existe des
décanteurs horizontaux et verticaux.

1.2. Utilisation

Cette filière peut être une filière complète de traitement si le


niveau de rejet requis est D1 (avec un dégrillage et un dessablage
en amont) mais il peut aussi correspondre à un traitement
primaire.

1.3. Dimensionnement

Les paramètres à prendre en compte pour le dimensionnement


sont :
Pour le décanteur :
 La hauteur cylindrique de décantation est supérieur ou
égale à 2 m ;
 La vitesse ascensionnelle doit rester inférieure ou égale à 1
m/h en pointe.
Ces deux conditions entrainent un temps de séjour minimum de
2 heures en pointe. Un exemple de dimensionnement est fourni
en annexe 1
Pour le digesteur
 Le volume utile doit permettre un stockage des boues sur 6
à 12 mois, selon leur destination. Il sera déterminé sur la
base d’une production de boue de 180L/EH/an. On
augmentera le volume de digestion ainsi calculé de
20L/EH/an pour l’accumulation des flottants.
Exemple de dimensionnement d’un décanteur-digesteur de 100
EH
 Dimensionnement du décanteur
Dédit moyen journalier
100 hab. x 150L/hab./j= 15 m3 /j soit 0,625 m3 /h.
Débit de pointe horaire de temps sec
0,625 x coefficient de pointe =0,625 x 4= 2,5 m3 /h, soit pour un
temps de séjour de 2 heures sur le débit de pointe, un volume de
décanteur de 5 m3.
 Dimensionnement du digesteur
Par équivalent-habitant (pour une extraction annuelle des
boues) :
180 L + 20 L (flottants) = 200 L
Le volume total du digesteur est donc de 100 x 200 = 20 000 L
soit 20 m3.
Le volume total du décanteur-digesteur est donc de 25 m3

Pour une vitesse ascensionnelle maximum de 1m/h et pour une


hauteur de décantation de 2 m, le décanteur aura une surface
minimum de 2,5 m3.

1.4. Conception et mise en œuvre

En alimentation gravitaire, la pente des tuyaux d’amenée sera


comprise entre 2 et 4 %. Les ouvrages multiples sont disposés en
parallèle et non en série. Quel que soit le type de matériau, le
constituant, le décanteur-digesteur doit être ventilé (prise d’air en
amont, extraction d’air en aval). Le décanteur-digesteur comporte
plusieurs tampons d’accès affleurant et étanches aux eaux de
ruissellement et à l’air. Le décanteur-digesteur doit être
facilement accessible pour les véhicules de vidange. En sortie du
décanteur, l’effluent sera accompagné, sans chute, jusqu’à
l’ouvrage suivant.
1.5. Entretien

Une nette séparation physique (paroi) entre la zone de


décantation et la zone de digestion anaérobie est indispensable.
Il est recommandé d’ajouter un système d’écrémage manuel et
d’extraction des flottants.

Les matériaux utilisés doivent résister à la corrosion générer par


la septicité. Il est nécessaire d’avoir une bonne accessibilité à
l’ouvrage pour le curage. L’installation d’un système de reprise de
boues doit être prévue en fond de trémie.
La vidange est à réaliser 2 fois par an (dès que le compartiment
de digestion est rempli au 2/3. Ne jamais vidanger complétement
l’ouvrage (laisser un talon de boues digérés d’environ 10%).
Une ventilation doit être prévue pour éviter la formation d’H 2S et
limiter les odeurs.
Pour les décanteurs horizontaux, le manque de séparation entre
la zone de décantation et la zone de digestion limite l’efficacité
avec un effluent de sortie plus sceptique.
Image 2: Schéma du décanteur-digesteur
Source 2: Procédés d'épuration des petites collectivités du bassin Rhin-Meuse-Juillet 200

2. Déversoir d’orage
2.1. Définition

Un déversoir d’orage est composé principalement d’une chambre


de partage dimensionné hydrauliquement et muni de seuil
déversant permettant d’intercepter les eaux usées et de délester
les eaux pluviales vers le milieu récepteur.

2.2. Rôle de l’ouvrage

C’est un dispositif qui permet d’évacuer les points exceptionnels


des débits d’orage vers le milieu récepteur et d’intercepter le débit
des eaux usées diluées vers le réseau utilisé en réseau unitaire ou
pseudo séparatif. Sa fonction essentielle est donc de soulager le
réseau aval d’une certaine quantité des eaux pluviales : ce qui
permet d’éviter les surcharges hydrauliques et de réduire les
dimensions du réseau aval.

2.3. Implantation

Au point de délestage des débits de pointe, à proximité du milieu


récepteur ou prolongé par un délesteur et à l’abri des PHE du
milieu récepteur.

2.4. Critère de dimensionnement

Le déversoir d’orage doit être dimensionné pour intercepter le


maximum entre le débit de pointe des eaux usées et le débit des
eaux usées diluées.
La valeur de dilution de l’effluent que le milieu récepteur est
susceptible d’accepter sans conséquence grave pour son équilibre
est égale à 2 à 3 fois le débit moyen des eaux usées.
Le type de déversoir est choisi en tenant compte de l’orientation
du réseau par rapport au milieu récepteur et des conditions
hydrauliques de fonctionnement

2.5. Type de Déversoir d’orage


On distingue différents types de déversoirs d’orage selon la pente,
l’écoulement et la position de la station d’épuration.
 Déversoir d’orage à seuil frontal ;
 Déversoir d’orage à seuil latéral ;
 Déversoir d’orage avec ouverture du radier.
 Déversoir d’orage à double seuil latéral ;
Image 3: schéma de principe du déversoir d'orage

Source 3: Guide technique, déversoir d'orage


Image 4: ouvrage dans un déversoir d'orage

Source 4: Guide technique, Déversoir d'orage

 Déversoir d’orage à double seuil latéral


Dans ce type de déversoir d’orage, la cunette transitant le débit de
temps sec et de petite pluie est suspendue dans la longueur de la
chambre.
Il s’agit de cas bien particuliers, au niveau d’une chute dans le
collecteur ou liés à de très fortes pentes.
Image 5: vue en plan Déversoir d'orage latéral a seuil double
Source 5: ouvrage d'assainissement PDF, 2Geniecivil.com

Image 6: Vue en plan, déversoir d'orage frontal

3. DECHETTERIE
3.1. Qu’est-ce qu’un déchet ?
Sur le plan économique, un déchet est une matière ou un objet dont la
valeur est nul ou négative pour son détenteur à un moment et dans un lieu
donné, on exclut une bonne part des déchets recyclables, qui possèdent une
valeur économique, même faible.
Sur le plan environnemental, un déchet constitue une menace à partir du
moment où l’on envisage un contact avec l’environnement. Ce contact peut-
être direct ou le résultat d’un traitement.
Sur le plan littéraire, un déchet est entendu comme une perte, une
diminution qu’une chose subit dans l’emploi qui en est fait ; ce qui reste
d’une matière qu’on a travaillée ; résidu impropre à la consommation,
inutilisable en général sale ou encombrant.
Sur le plan juridique, selon les lois régissant l’élimination des déchets, le
déchets est définit comme étant « tout résidu d’une processus de
production, de transformation ou d’utilisation, toute substance,
matériau, produit ou, plus généralement tout objet, bien meuble dont
le détenteur se défait, projette de se défaire ou dont il a l’obligation de
se faire ou de l’éliminer ».
3.2. Qu’est-ce qu’une déchetterie ?
Une déchetterie ou déchèterie, est un espace aménagé, gardienné et clôturé
pour l’apport volontaire de déchets. Cet apport volontaire permet de trier les
déchets valorisables, les déchets spéciaux et d’éviter les dépôts sauvages. La
déchetterie permet également aux habitants de se débarrasser de certains
déchets qui sont trop encombrant ou ne pouvant être mis dans les
poubelles.
Etant un lieu de dépôt sélectif et épisodique, elle joue un rôle de collecte, de
transit et d’orientation des déchets vers une destination adaptée à leur
nature :
 Valorisation ;
 Compostage ;
 Incinération ou traitement ;

3.3. Les types de déchetterie


On distingue trois types de déchetterie :
 Les petites déchetteries rurales (750 m 2, 4 bennes pour 10 000
habitants) ;
 Les déchetteries moyennes ; implantées en périphérie de commune
urbaine (1750 m2 , 8 bennes pour 15 000 habitants) ;
 Les grandes déchetteries urbaines crées pour une population urbaine
dense (3 500 m2, 12 bennes, pour 30 000 habitants).

3.4. Déchetterie industrielle


Contrairement à une déchetterie habituelle, une déchetterie
industrielle ressemble à un chantier de récupération où l’espace est
ouvert, vu la nature, le volume et l’hétérogénéité des déchets
industriels, le site est aménagé en box avec une large aire de
manœuvre pour le déchargement et le rechargement des matériaux.
La déchetterie industrielle peut également contenir des bennes qui
seront directement retirés par les récupérateurs. Le dimensionnement
de ce type de déchetterie dépend étroitement des quantités attendues
de déchets, des besoins et spécificités de la zone géographique
couverte.

3.4.1. Prétraitement des déchets


 Broyage des déchets
Le broyage permet de transformer une masse hétérogène et
volumineuse de déchets et particules plus fines et plus homogènes, ce
qui a pour effet de réduire l’encombrement et faciliter le transport vers
le milieu de stockage ou de traitement afin d’améliorer le rendement de
certains traitements ultérieurs (épandage, compostage, incinération).

3.4.2. Type de broyeurs


 Broyeurs à marteaux
Ce type de broyeur, très répandu, utilise l’énergie cinétique d’un
marteau métallique monté sur un axe tournant à très grande vitesse
(1000 à 2300 tours/min). Les déchets sont introduits au sommet du
broyeur par un entonnoir de chargement. L’écrasement produit par
l’impact du marteau sur les déchets, provoque la réduction de ceux-ci.
Image 7: Schéma d'un broyeur à marteaux

 Tambours à criblage
L’organe principal de ce type de broyeur est un tambour rotatif
cylindrique couché presque horizontalement, tournant à vitesse
réduite dans deuxième cylindre évoluant à vitesse plus faible. Le
cylindre intérieur comporte alternativement des zones à parois percées
de trous (cribles) et des zones à parois pleines (zones de broyage).
L’appareil utilise le caractère abrasif des ordures ménagères et les
réduit par frottement.
Image 8: Schéma d'un broyeur à tambours
 Râpes
Cet appareil, conçu et utilisé aux Pays-Bas est constitué d’un cylindre
fixe à double fond. Le fond supérieur est divisé en sections pourvues
alternativement soit de troue (cribles), soit de pointes d’acier
manganèse d’environ 5 cm de long (zone d’étiquetage).
Dans l’axe du cylindre est monté un arbre tournant, portant des bras
horizontaux en acier. Ces bras entraînent les déchets et les pressent
contre les pointes d’acier où ils seront déchiquetés. Les déchets bruts
sont introduits dans la partie supérieure du broyeur. Le broyat passe
par les mailles des cribles et tombe sur le fond inférieur d’où il est
évacué, de façon continue, par raclage.

Image 9: Schéma d'un râpe


Table des matières
I. DECANTEUR DIGESTEUR...................................................................................................2
1. Principe de fonctionnement..........................................................................................2
1.1. Principe...........................................................................................................................2
1.2. Utilisation......................................................................................................................3
1.3. Dimensionnement......................................................................................................3
1.4. Conception et mise en œuvre...............................................................................4
1.5. Entretien........................................................................................................................4
2. Déversoir d’orage................................................................................................................6
2.1. Définition.......................................................................................................................6
2.2. Rôle de l’ouvrage........................................................................................................6
2.3. Implantation.................................................................................................................6
2.4. Critère de dimensionnement.................................................................................6
2.5. Type de Déversoir d’orage.......................................................................................7
3.1. Qu’est-ce qu’un déchet ?.......................................................................................10
3.2. Qu’est-ce qu’une déchetterie ?...........................................................................10
3.3. Les types de déchetterie........................................................................................10
3.4. Déchetterie industrielle.........................................................................................11
3.4.1. Prétraitement des déchets............................................................................11
3.4.2. Type de broyeurs...............................................................................................11

Vous aimerez peut-être aussi