Vous êtes sur la page 1sur 191

Université des Sciences et de la Technologie d’Oran

«MOHAMED BOUDIAF»

Faculté d’Architecture de Génie civil et d’Hydraulique


Département d’Architecture

Mémoire pour l’obtention du diplôme de Master en architecture


Option : patrimoine

Reconversion et rénovation partielle


D’un patrimoine industriel :
La fonderie ALFON d’Oran à Gambetta

Présenté par : Encadré par :


Nom : CHALI Nom : Mme MAZOUZ
Prénom : Mohamed Yacine Prénom : Fatima

Promotion 2020/2021
Remerciements

Tout d’abord je remercie Dieu, notre créateur de m’avoir donné la force, la volonté et le
courage afin d’accomplir ce modeste travail.
La première personne que je tiens à remercier est mon encadreur Maazouz Fatima, pour
l’orientation précieuse et l’énorme patience qui ont constitué un apport considérable sans
lequel ce travail n’aurait pas pu être mené à bon part.
Je tiens à exprimer ma profonde gratitude et ma reconnaissance à ma chère fiancée Elyatim
Asma pour ses conseils, l'encouragement et le soutien continus pour terminer ce travail.
Aussi, je tiens à remercier Mme Zellat, Mme Haï, de servir en tant que membres de mon jury
de soutenance.
Mes remerciements vont également à mes parents, mes frères et tous mes proches amis qui
m’ont toujours soutenue et encouragée.

2
Résumé
A Oran, depuis plusieurs décennies, à proximité du centre de la ville, de nombreux espaces
industriels inexploités restent abandonnés, suite à la fermeture ou à la délocalisation de leurs
activités, d’autres espaces industriels nécessitent la fermeture, parce qu’ils sont incompatibles
avec la fonction résidentielle. En conséquence, ils présentent un véritable potentiel qui profite
généralement d’une bonne accessibilité.
L’opération de leur reconversion pourrait offrir une chance de transformation et d’amélioration
du cadre de vie, et notamment une réponse aux besoins des habitants en termes d’équipement,
de loisirs, d’échange …etc.
Nous nous intéressons aux unités industrielles localisées dans l’un des premiers faubourgs
d’Oran, qu’est Gambetta et qui est déjà, en train de vivre une grande mutation en termes de
spatialité et de fonction. Dans cette optique nous proposons la reconversion de l’une de ses
unités industrielles, « l’usine Ducros » située en plein cœur du quartier. Notre objectif est de
redonner un dynamisme et une vie à ses bâtiments pour un nouvel usage avec un programme
varié et rentable.

Mots-clés : Patrimoine, Patrimoine industriel, Reconversion, Rénovation, friche.

Abstract
In Oran, for several decades, near the center of the city, many unexploited industrial spaces
remain abandoned, following the closure or the relocation of their activities; other spaces
require closure, because they are incompatible with the residential function. As a result, they
present a real potential, which generally benefits from good accessibility.
The operation of their reconversion could offer an opportunity for transformation and
improvement of the living conditions, and in particular a response to the needs of the inhabitants
in terms of equipment, leisure, exchange, etc.
We are interested in industrial units located in one of the first suburbs of Oran, which is
Gambetta and which is already undergoing à major change in terms of spatiality and function.
With this in mind, we are proposing the conversion of one of its industrial units, the "Ducros
factory" located in the heart of the district. Our objective is to restore dynamism and life to its
buildings for a new use with a varied and profitable program.
Key words: Heritage, Industrial heritage, Reconversion, Renovation, wasteland

3
Table de matière :

Remerciements : ............................................................................................................................... 2

Résumé : ........................................................................................................................................... 3

Table de matière : ............................................................................................................................. 4

Liste des Figures :............................................................................................................................. 9

INTRODUCTION GENERALE ............................................................... 13


Introduction .................................................................................................................................... 13

Problématique................................................................................................................................. 13

Hypothéses ..................................................................................................................................... 14

Objectifs ......................................................................................................................................... 14

Démarche méthodologique............................................................................................................. 15

structure de mémoire ..................................................................................................................... 16

CHAPITRE I : THEORIE ET ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE....... 18


I- Partie 1 : conceptulisation .......................................................................................................... 19

1.Notion du patrimoine ? ................................................................................................................ 19

1.1 Définition Du Le Patrimoine : ........................................................................................... 19

1.2 L'évolution De La Notion Du Patrimoine : ...................................................................... 20

1.3 Les Gestions De La Mémoire Dans Le Patrimoine : ......................................................... 22

2.Le Patrimoine Industriel: ............................................................................................................. 23

2.1 Définition Du Patrimoine Industriel : ............................................................................. 23

2.2 contexte d'appariation du patrimoine industriel : ............................................................ 24

2.3 Identification des critères d'évaluation du patrimoine industriel : .................................. 26

2.4 les valeurs véhiculées par le patrimoine industriel :........................................................ 27

2.4.1 Valeurs de témoignage: ........................................................................................... 27

2.4.3 Valeurs d'urbanité: .................................................................................................. 28

2.4.4 Valeurs scientifique et technique: ........................................................................... 28

2.4.5 Valeurs sociale: ....................................................................................................... 29

4
2.4.6 Valeurs architecturale: ............................................................................................ 29

2.4.7 Valeurs identitaire: .................................................................................................. 31

2.4.8 Valeurs paysagère: .................................................................................................. 31

2.4.9 Valeurs esthétique : ................................................................................................. 31

2.4.10 Valeurs économique et environnementale:: .......................................................... 33

3.Les logique d’intervention sur le patrimoine : ............................................................................ 33

4.Language technique relative qux pratiques patrimoniales ......................................................... 35

4.1 Restauration :................................................................................................................... 35

4.2 Réhabilitation : ................................................................................................................. 36

4.3 conservation : .................................................................................................................. 37

4.4 Réutilisation : .................................................................................................................. 38

4.5 Reconversion : ................................................................................................................. 38

4.5.1 Les principes de la reconversion : ...................................................................................39

4.5.2 La forme dicte la fonction : priorité à l’existant .............................................................39

4.5.3 La compréhension du bâti :................................................................................................39

4.5.4 La lisibilité des interventions : ...........................................................................................39

4.5.5 La révélation des dispositions d’origines : .......................................................................39

4.5.6 La sympathie avec l’édifice :..............................................................................................40

4.5.7 La réversibilité et la mutabilité : ........................................................................................40

4.6 Rénovation : .................................................................................................................... 40

5. LES friches industrielles .......................................................................................................41

5.1 La notion de la friche : ................................................................................................... 41

5.2 Les causes génératrices de la constitution des friches : .................................................. 42

5.3 Prise en charge des friches industrielles à travers le monde : ........................................ 43

6. Outils d’intervention sur le patrimoine....................................................................................... 43

6.1 La Ponctuation : .............................................................................................................. 44

6.2 La Prolongation : ............................................................................................................. 44

6.3 La Révélation : ............................................................................................................... 45

5
II- Projets de références : .............................................................................................................. 46

Exemple 01 : Reconversion d’anciennes aciéries de la marine, Lyon, France : .................46

Exemple 02 :Station F, Paris, France : .....................................................................................55

Exemple 03: Transformation du halle LIBELCO en un jardin d’hiver, Bruxelles : .........65

Exemple 04 : Le caixa forum, Madrid, Espagne : ..................................................................72

- synthése d’analyse des projets de références : ......................................................................79

CHAPITRE II : APPROCHE ANALYTIQUE........................................ 80


Analyse du quartier de Gambetta : ...........................................................................................................81

1.Présentation et Situation du quartier : ...................................................................................................82

2.Analyse typo-morphologius ...................................................................................................................82

2.1 La topographie du site : ................................................................................................ 82

2.2 La trame urbaine : .......................................................................................................... 83

2.3 La voirie : ....................................................................................................................... 85

2.3.1 Caractéristique de ces voies: ..............................................................................................86

2.3.2 la largeures de ces voies : ...................................................................................................87

2.4 Découpage fonciers et Parcellaire : .................................................................................. 88

2.4.1 les ilots : ................................................................................................................................88

2.4.2 le parcelaire : ........................................................................................................................90

2.5 Système bâti : .................................................................................................................. 91

2.6 Les espaces publiques : .................................................................................................... 92

2.7 Occupation du sol : .......................................................................................................... 93

2.8 Etat des hauteurs : ............................................................................................................ 96

2.9 Typologie des façades : .................................................................................................... 97

3. Analyse de l’usine « DUCROS » : .....................................................................................................100

3.1 motifs de choix : ............................................................................................................ 100

3.2 Présentation de l'usine : ................................................................................................. 101

6
3.3 Histoire : mémoire du site : ........................................................................................... 102

3.4 Descriptif de l’usine : .................................................................................................... 103

3.5 L'accessibilité du site : ................................................................................................... 104

3.6 Dimensions et surfaces : ................................................................................................ 104

3.7 Analyse environnementale du gabarit : ......................................................................... 104

3.8 Relevé de l'existant : ...................................................................................................... 106

4. Diagnostic et Pathologie de la fonderie ............................................................................................111

4.1 Atelier de chaudronnerie, Usinage et Maintenance : ...................................................... 111

4.2 Atelier d'Acier : .............................................................................................................. 114

4.3 Atelier de fonte : .............................................................................................................. 117

4.4 Le magasin général : ....................................................................................................... 120

4.5 L’Administration : .......................................................................................................... 123

- synthèse de la phase analytique : .............................................................................................. 126

CHAPITRE III: PHASE CONCEPTUELLE ...................................... 127


1. Parti architectural et concepts : .............................................................................................128

2. Processus d’intervention : ....................................................................................................131

2.1 Reconnexion de la friche ...........................................................................................................131

2.2 Valorisation et conservation des friches existants .................................................................131

2.3 Aménagemnt paysegère de l’ensemble de la friche ..............................................................132

2.4 Création de la mixité fonctionelle et sociale : .......................................................................133

2.5 Axialité « traverser et accentuer les percées visuelles » : ....................................................133

3. Schéma d’intervention ........................................................................................................................134

4. Céation d’un ensemble à caractére résidentiel : ...............................................................................134

5. Péitonisation des rues :........................................................................................................................138

6. Profils urbains pour déterminer la nature et la qualité des objects implantés : ...........................138

7.cartes d’interventions ...........................................................................................................................140

7
8. Interventions architecturales ..............................................................................................................140

8.1 Hub d’innovation a Gambetta : ................................................................................................142

8.2 Programme quantitatifs et qualitatif :.......................................................................................144

8.3 Génese de projet : ......................................................................................................................148

8.3.1 Recomoposion du sol : .....................................................................................................148

8.3.2 Dualité passé/ present : .....................................................................................................149

8.3.3 Axialité « traverser et percées visuelle »: ......................................................................149

8.3.4 Contraste et marquage avec une nouvelle forme: .........................................................150

8.3.5 Porosité et continuité végétale: .......................................................................................150

8.3.6 Hierarchie des unité et les espaces: ................................................................................151

8.3.7 Retrouver l’échelle humain : ...........................................................................................152

8.4 Trairement de façade: .................................................................................................................152

8.5 Vues 3D de simulation urbaine:................................................................................................153

8.6 les plans des niveaux : ................................................................................................................157

CONCLUSION GENERALE : ................................................................ 160

Bibliographie : ................................................................................................................162

ANNEXES:................................................................................................. 165

8
LISTES DES FIGURES
Figure 1: l’opéra de Lyon avant/après l’intervention ............................................................................ 44
Figure 2 : Ecole De Musique De Louviers avant/après l’intervention .................................................. 44
Figure 3: Le Convent de Saint Francesc Santpedor avant/après l'intervention ..................................... 45
Figure 4: Photo aérienne du site ............................................................................................................ 46
Figure 5: plan d situation ....................................................................................................................... 47
Figure 6: Aciéries de la Marine Saint-Chamond, Lyon, France ............................................................ 47
Figure 7: Entre Passé et présent - Les aciéries &sorrels an friche Saint-Chariot-id, Lyon, France ...... 48
Figure 8: Nouvelles voiries - Nouveaux accès, Saint-Chamond, Novaciere. © Bernard Paris ............. 49
Figure 9: plan de masse général, nouvelles vocation Saint-Chamond, Novaciere. © Bernard Paris .... 50
Figure 10: Aménagement paysager - Aciéries de la Marine à Saint-Charriond- Novaciere @ Agence
de paysage InSitu................................................................................................................................... 51
Figure 11: Aménagement paysager - le parc de la Coulée du Janon -Aciéries de la Marine à Saint-
Chamond- Novaciere @ Agence de paysage InSitu ............................................................................. 51
Figure 12: Aménagement paysager -Parc du Gier- Aciéries de la Marine à Saint-Chamond- Novaciere
@ Agence de paysage InSitu ................................................................................................................. 52
Figure 13: plan de situation ................................................................................................................... 54
Figure 14: Parvis Station F extérieur ..................................................................................................... 55
Figure 15: Espace évènementiel, inauguration - Station F .................................................................... 56
Figure 16: La Halle Freyssinet avant la transformation ........................................................................ 56
Figure 17: plan de la Halle Freyssinet ................................................................................................... 57
Figure 18: section structure de La Halle Freyssinet-Station F .............................................................. 57
Figure 19: plan du campus .................................................................................................................... 58
Figure 20: le forum-Auditorium, nef central-Station F ......................................................................... 59
Figure 21: nef central, la zone create-Station F ..................................................................................... 59
Figure 22: la zone Chill, restaurant, nef central, Station F .................................................................... 59
Figure 23: Le parvis Nord, Station F ..................................................................................................... 60
Figure 24: Vitrines numériques - Passages ombragés .Station F .......................................................... 60
Figure 25: Structure existante et les modifications planifiées, Station F .............................................. 61
Figure 26: Aménagement des entités de travail, Station F .................................................................... 61
Figure 27: Les Espaces de travail, Nef latérale, Create zone, Station F ................................................ 62
Figure 28: Tech-shop, vitrine numérique, station F .............................................................................. 62
Figure 29: concepts dégagés de l'intervention- projet de référence STATION F ................................. 64
Figure 30: La Halle LIBELCO .............................................................................................................. 65
Figure 31: Axonométrie et plan parcellaire de l’îlot Libelco ................................................................ 66
Figure 32: Projet FEDER ‘jardin d’hiver’ intégré à la réflexion globale de revitalisation du quartier
Heyvaert ................................................................................................................................................ 67
Figure 33 : Transformation des cœurs d’îlots industriels en espaces publics........................................ 68
Figure 34: Jardin des fonderies (Île de Nantes, France) ........................................................................ 69
Figure 35:Centre culturel La Caixa Forum ........................................................................................... 71
Figure 36: Plan de l'environnement da le Caixa forum ......................................................................... 72
Figure 37: Schéma illustrant l'intervention d'Heezog et De mouron ..................................................... 72
Figure 38: Place couverte et signalétique do la Caixa Forum. .............................................................. 73
Figure 39:Entrée principale du bâtiment. .............................................................................................. 73
Figure 40: schémas structurel de la Caixa forum .................................................................................. 74
Figure 41: Plan Niveau -1 ..................................................................................................................... 75
Figure 42: Coupe transversale ............................................................................................................... 75

9
Figure 43: Plan Niveau 1 ....................................................................................................................... 75
Figure 44: Vue d'ensemble de la Caixa Forum. .................................................................................... 76
Figure 45: situation du quartier ............................................................................................................. 81
Figure 46: délimitation du quartier Gambetta ....................................................................................... 81
Figure 47: Coupe est-ouest sur l’avenue de 19 mars ............................................................................. 81
Figure 48 : trame urbaine de la partie nord ........................................................................................... 82
Figure 49: trame urbaine de la partie sud .............................................................................................. 82
Figure 50: la trame urbaine du quartier superposé sur les courbes niveaux .......................................... 83
Figure 51: Classement de voies par rapport au flux .............................................................................. 84
Figure 52: Plan de hiérarchie du trafic et sens de la circulation ............................................................ 85
Figure 53: Carte des largeurs des voies du quartier .............................................................................. 86
Figure 54: Forme et géométrie des ilots du quartier.............................................................................. 87
Figure 55: Tableau de surfaces .............................................................................................................. 88
Figure 56: plan de système parcellaire .................................................................................................. 89
Figure 57: Exemple de découpage de parcelle au niveau de l’ilot ........................................................ 90
Figure 58: le vide et le plein urbain au niveau du quartier .................................................................... 91
Figure 59: Place Gharbbaoui Mohamed (ex Place Fontanelle) ............................................................. 91
Figure 60: le balcon du front de mer ..................................................................................................... 92
Figure 61: le marcher quotidien du quartier de Gambetta ..................................................................... 92
Figure 62: carte d’occupation du sol ..................................................................................................... 93
Figure 63: la cave Gay et le mur de clôture qui enclave le quartier. ..................................................... 94
Figure 64: La villa et le Hall de la cave Gay. ........................................................................................ 94
Figure 65: l’usine de fonderie DUCROS (ALFON) ............................................................................. 94
Figure 66: Etat des hauteurs actuelles du quartier et une coupe schématique ....................................... 95
Figure 67: typologie de façades dominante dans le quartier ................................................................. 98
Figure 68: la fonderie Alfon vue aérienne ............................................................................................. 99
Figure 69: La fonderie Alfon (ex : Ducros)........................................................................................... 99
Figure 70: Choix de site, Espace Industriel Identitaire ....................................................................... 100
Figure 71: Le parc à ferraille et l'usine de la fonderie de fonte. Habitation et la fonderie d’acier ...... 101
Figure 72: une ancienne photo de la fonderie Ducos .......................................................................... 101
Figure 73: Plan d’Oran levé en 1907 révisé en 1927 .......................................................................... 102
Figure 74: le développement chronologique de la société .................................................................. 102
Figure 75: La forme des ilots de l’usine de Ducros............................................................................. 102
Figure 76: l'accessibilité au site ........................................................................................................... 103
Figure 77: les surfaces des terrains d'intervention ............................................................................... 103
Figure 78: la hauteur des gabarits environnementaux ......................................................................... 103
Figure 79: les habitations qui donnent sur la rue Bataille Djebel Menouer (ex rue dieu Dieulafoy) .. 104
Figure 80: les habitations qui donnent sur la rue Bendraoua Abdelkader (ex Rue Charcot ................ 104
Figure 81: Avenue Bessaoud Abdelhamid (Avenue Falaises) ............................................................ 104
Figure 82:plan des ateliers et la fonderie DUCROS ........................................................................... 105
Figure 83:3d de vue d'ensemble de la fonderie ................................................................................... 105
Figure 84: la pollution due à l'usine de la fonderie Ducros ................................................................. 106
Figure 85: vue de l'unité de l'acier de la fonderie ................................................................................ 107
Figure 86: vue de l'administration et l'unité d'assemblage .................................................................. 107
Figure 87: plan de masse de la Fonderie ............................................................................................. 108
Figure 88: Façade urbaine -1-.............................................................................................................. 108
Figure 89: Façade urbaine -2- ............................................................................................................. 108
Figure 90: Façade urbaine -3-.............................................................................................................. 109

10
Figure 91: coupe atelier de chaudonnerie ............................................................................................ 109
Figure 92: Plan assemblage de la fonderie .......................................................................................... 109
Figure 93 : atelier de chaudronnerie .................................................................................................... 110
Figure 94: Axonométrie éclatée atelier de chaudronnerie ................................................................... 110
Figure 95: Pathologie de l'atelier de chaudronnerie ............................................................................ 111
Figure 96: atelier d'acier ...................................................................................................................... 113
Figure 98: Axonométrie éclatée atelier d'acier .................................................................................... 113
Figure 97: coupe schématique d'atelier d'acier .................................................................................... 113
Figure 99: Pathologie de l'atelier d'acier ............................................................................................. 114
Figure 100: atelier de fonte ................................................................................................................. 116
Figure 101: Axonométrie éclatée atelier de font ................................................................................. 116
Figure 102: Pathologie de l'atelier de fonte ......................................................................................... 117
Figure 103: coupe schématique d'atelier d'acier .................................................................................. 117
Figure 104: le magasin général ........................................................................................................... 119
Figure 105: Axonométrie éclatée magasin général ............................................................................. 119
Figure 106: façade du magasin général ............................................................................................... 121
Figure 107: coupe schématique du magasin général ........................................................................... 121
Figure 108: l'administration................................................................................................................. 122
Figure 109: pathologie et solution administration ............................................................................... 122
Figure 110:l'administration de la fonderie........................................................................................... 122
Figure 111: plan d'action ..................................................................................................................... 124
Figure 112: concepts –famille 1- spécificité et potentiel du site ......................................................... 128
Figure 113: concepts-famille 2- nouvelle activité ............................................................................... 128
Figure 114: concepts- famille 3- synthèse des références ................................................................... 129
Figure 115: schéma de reconnexion de la friche ................................................................................. 130
Figure 116: l'aménagement paysager de l'ensemble de la friche ......................................................... 131
Figure 117: schéma d’intervention sur la friche -entre conservation et démolition- ........................... 131
Figure 118: création de la mixité fonctionnelle et sociale ................................................................... 132
Figure 119: Axialité « traverser et accentuer les percés visuelles » .................................................... 132
Figure 120: schéma d'intervention ...................................................................................................... 133
Figure 121: l'ensemble résidentiel projeté ........................................................................................... 136
Figure 122: les principes de l'ilot ouvert ............................................................................................. 136
Figure 123: des profils urbains des rues piétonnes projetées .............................................................. 137
Figure 124: profil urbain après l'intervention -1- ................................................................................ 137
Figure 125: profil urbain après l'intervention -2- ................................................................................ 138
Figure 126: profil urbain après l'intervention -3- ................................................................................ 138
Figure 127: carte d'intervention........................................................................................................... 139
Figure 128: hub d'innovation, amorce pour les activités numériques ................................................. 141
Figure 129: les unités de programme du hub d'innovation.................................................................. 142
Figure 130: schéma conservation ........................................................................................................ 147
Figure 131: recomposition du socle .................................................................................................... 147
Figure 132: la dualité passé/présent .................................................................................................... 148
Figure 133: axialité- Traverser et accentuer les percées visuelles....................................................... 148
Figure 134: contraste et marquage du projet ....................................................................................... 149
Figure 135: la porosité et la continuité végétale .................................................................................. 149
Figure 136: Hiérarchie-espaces publics- ............................................................................................. 150
Figure 137: HUB d'innovation -Unités et espaces- ............................................................................. 151
Figure 138 : FAÇADE OUEST........................................................................................................... 152

11
Figure 139: FAÇADE SUD ................................................................................................................ 152
Figure 140: FAÇADE NORD ............................................................................................................. 153
Figure 141: Façade Est ........................................................................................................................ 153
Figure 142: carte d’Oran datant de 1901, le développement de l’urbanisation en extra-muros .......... 177
Figure 143: une ancienne photo de faubourg Gambetta ...................................................................... 178
Figure 144: carte d’Oran datant de 1908, L’apparition de structure urbaine en extra-muros ............. 178
Figure 145: carte d’Oran datant de 1914, la trame urbaine du faubourg Gambetta ............................ 179
Figure 146: carte d’Oran datant de 1928, de l'évolution urbaine ........................................................ 179
Figure 147: carte d’Oran datant de 1950 ............................................................................................. 180
Figure 148: carte d’Oran datant de 1960, la domination du bâti dans tout le quartier de Gambetta ... 181
Figure 149: carte d'Oran présente l’état actuel en 2021 .................................................................... 181
Figure 150:qu'est qu'un tiers-lieu ?...................................................................................................... 182
Figure 151: les tiers-lieux .................................................................................................................... 183
Figure 152: les principes de CO- Working.......................................................................................... 183
Figure 153: Yuan yang Express We+ Co-working Space @MAT office- ArchDaily.com ................ 184
Figure 154: le FABLAB ...................................................................................................................... 185
Figure 155: la liste des machines d'un FabLab.................................................................................... 186
Figure 156: Configuration spatiale d’un Fab Lab ............................................................................... 187
Figure 157: Qu'est-ce qu'un LIVING LAB @ carrefour numérique ................................................... 188

12
Introduction générale
De nos jours, il paraît inévitable, lorsqu’on aborde les problématiques concernant la ville et
l’urbain, de voir surgir les termes de l'étalement urbain et du renouvellement de la ville.
Comment la ville qui doit arrêter de s'étendre peut-elle trouver un moyen de se développer sur
elle-même ? On observe que la ville possède de nombreuses ressources autrefois vivantes,
maintenant inexploitées et délaissées qui ne demande qu’à se transformer. Pourquoi ne pas
réinvestir ces potentiels pour en créer du nouveau ? Quels programmes peuvent-être adaptés
sur ces sites ? Jusqu’à quel point pouvons-nous aller dans cette démarche ? Que faire des restes
présents sur ces parcelles ? Les détruire ou les conserver ?

Cela nous dirige vers la notion de patrimoine pour en comprendre son rôle et sa répercussion
sur l'architecture d’aujourd’hui. L’une des typologies récemment introduites dans la catégorie
du patrimoine, on cite le patrimoine industriel. On est passé de la glorification du monument
historique conventionnel à la friche industrielle.

Problématique
La richesse de la ville d’Oran est telle que son patrimoine tangible ne se limite pas aux vestiges
historiques connus de tous, mais s’étend aussi sur le secteur économique et industriel.

La ville d’Oran par son emplacement stratégique regorge un portefeuille foncier important.
Notamment des bâtiments industriels, qui présentent une valeur architectural, historique et
mémorative, mais avec l’étalement urbain plusieurs de ces unités industrielles qui étaient
autrefois en périphérie de la ville se trouvent maintenant en plein milieu urbain engendrant une
multitude de problèmes que ça soit sanitaire, urbaine ou de sécurité. Ces bâtiments sont
actuellement délaissés, vidés de leur machineries, isolés de leur environnement initial ce qui
pose des questionnements quant à leur avenir, d’autant plus qu’ils ne peuvent rester
indéfiniment inexploités car ils représentent des assiettes de jeux aux potentialités infinies.

Fondé sur ce résultat, le cas de notre cas d’étude la fonderie ALFON Ex-Ducros de la ville
d’Oran, celle-ci par son histoire centenaire a marqué l’histoire de l’industrie métallurgique
algérienne et l’ensemble du quartier de Gambetta. Elle offre un intéressant potentiel, du fait de
l’importance de cet héritage qui réside non seulement dans sa dimension matérielle mais aussi
dans sa dimension immatérielle comme porteur de mémoire et d’identité.

13
Aujourd’hui on s’aperçoit que la relocalisation de la fonderie devient inévitable pour le bien
des habitants qui se trouvent le plus affectés par la présence de la fonderie et son
fonctionnement. On peut en déduire de cet état de fait qu'il est nécessaire de trouver un moyen,
pour joindre entre la requalification de la fonderie pour répondre aux besoins de la ville d’Oran
et la sauvegarde de ce patrimoine industriel. La question qui se pose à nous aujourd’hui :

- Quelles solutions urbaines et architecturales fertiles, pouvons-nous envisager pour


cette friches issue du patrimoine industriel oranais ?

- Hypothèse :
Afin de mener cette étude, il est indispensable de formuler des hypothèses qui constituent le
début de cette investigation :
- La délocalisation de l’activité de la fonderie et l’injection d’équipement peut redonner
une nouvelle dynamique urbaine au quartier de Gambetta.

- la reconversion de la fonderie est la solution ultime pour joindre entre les deux actions
extrêmes de muséification et de destruction puisque cette action en plus de préserver
une trace de l’héritage bâti, elle donne une nouvelle vie à ce dernier par son utilisation
en une nouvelle vocation.
-
- La friche industrielle, comme espace symbolique et représentatif, est une occasion de
redécouverte et d’enrichissement. Son réinvestissement et sa reconquête pourra jouer
un rôle important dans le développement et la revitalisation de tout un quartier ou une
ville.

- Préserver l’esprit industriel du lieu en conservant le tout ou une partie de l’usine dans le
but de les reconvertir et réinventer l'usage pour leur donner une nouvelle modernité. Le
rendre capable d'accueillir de nouvelles activités, de nouvelles fonctions est susceptible
d’enclencher la régénération du fragment d’étude.

- Objectifs :
Si en ajoutant la menace croissante de l’immobilier urbain on s’aperçoit que ce patrimoine
industriel national risque de disparaitre à jamais. On peut en déduire qu'il est nécessaire de
trouver un moyen, pour joindre entre la requalification de la fonderie et la sauvegarde de ce

14
patrimoine industrie. Les objectifs qui à travers ce projet, servent 1'objectif général,
s'énoncent comme suit :

- Délocaliser l’activité industrielle.


- Mettre en lumière et valoriser un patrimoine industriel historique et architectural riche
pourtant méconnu à travers l'opération de reconversion.
- Exploiter la potentialité foncière que présente l'importante superficie de notre site
d’intervention, au cœur d’une zone urbaine.
- Pérenniser la mémoire du lieu et conserver le tracé de la construction ancienne.
- Valoriser la réinsertion de cette friche et lui redonner sens, tout en la rendant
contemporaine
- L’intégration de cette friche dans le tissu urbain en lui attribuant un nouveau statut.
- Améliorer et enrichir la qualité et l’image de l’environnement urbain.
- Organiser l’espace pour permettre une cohabitation entre les dynamiques commerciales,
ludiques, de loisirs, culturelles qui y seraient introduites

La méthodologie :
La valorisation d'un endroit patrimonial est une lourde responsabilité, il faut bien se garder
d'agresser son architecture, en gardant en tête la sauvegarde et le respect de ce qu'il y avait
auparavant pour garder la mémoire du lieu.

A cet égard, ce mémoire envisage d'analyser et de chercher à répondre à la problématique


posée. La démarche suivie consiste alors à diviser cet ouvrage en plusieurs tâches.

En premier lieu, il s'agit de commencer par une étude théorique qui envisage d'expliquer les
notions de base en les définissants et les analysants pour mieux comprendre le sujet. Cette
recherche théorique nous a renseignés sur son importance, sa valeur et les attitudes et les
méthodes qu'on peut adapter pour le sauvegarder.

En second lieu, il y aura la partie analytique. C'est un passage du général vers un


approfondissement au sujet du mémoire. A travers lequel on examinera les faits urbains et
architecturaux des friches industrielles, qui vont nous permettre de se situer par rapport au cadre
spatial et par rapport aux différents cadres temporels de notre site et, essayer de mener une étude
sur le contexte historique urbain et social et les évolutions qu'il a subies jusqu'à arriver à son
état actuel. Le choix a été porté sur l’analyse typo-morphologique qui est une méthode
d’analyse traitant la morphologie urbaine et la typologie architecturale (entre urbanisme et

15
architecture), Léon krier pense que « à l’intérieur d’une relation forte entre la typologie des
bâtiments et la morphologie des espaces des villes, il faut redéfinir la dialectique entre les
édifices publics (monuments) et le tissu urbain ». La morphologie est l’approche structuraliste,
Alberto zuchelli la définit comme étant « l’étude de la configuration physique urbain des objets
et lieux », une méthode indispensable pour analyser les composants de l’environnement urbain
physique.

Ensuite, tant qu’il n’y avait pas de plan de l’usine la fonderie d’Alfon (ex : Ducros), on avait
procédé à son relevé (des trois blocs composant l’usine) et également celui de ses façades. On
a analysé des projets de référence en matière de la sensibilité du site et sa particularité pour
choisir évidemment le mode d'intervention adéquat au niveau des concepts et de la démarche
de l'intervention.

En troisième et dernier lieu, c'est l'approche conceptuelle, où il est essentiel de dégager un


programme à travers les analyses déjà effectuées, en appliquant les concepts choisis, par la
réalisation d'un projet architectural bien structuré et étudié qui tentera de résoudre aux
problèmes posés par la problématique.

Structure de mémoire

Structure du mémoire :

Le mémoire s’articule autour d’une introduction générale, trois chapitres complémentaires et


une conclusion générale :

Introduction générale : elle comporte la présentation des éléments de la problématique dans


laquelle nous exposons, la question de la recherche, les hypothèses, les objectives, la
méthodologie de la recherche, le cadre d’étude ainsi que la structure du mémoire.

Le premier chapitre : il consacré d’abord à l’approche théorique du sujet, se basant sur une
lecture non exhaustive sur plusieurs réflexions et concepts concernant le patrimoine, le
patrimoine industriel, et la friche urbaine, et approfondissant leur différents composants et
caractéristiques, dans le but d’acquérir les notions nécessaires à l’aboutissement de notre
conception. Ensuite on procédera à l’étude des exemples d’expériences internationales
présentant chacun une façon distincte de revalorisation du patrimoine industriel, pour
appréhender les principaux facteurs d’influence sur les pratiques et les usagers, et des éléments
conceptuels et théoriques se rapportant à notre projet.

16
Le deuxième chapitre : une méthodologie axée sur deux démarche une technique et l’autre
qualitatif est mise en place dans ce chapitre basée essentiellement sur un travail de terrain.
Il comprendra la reconnaissance et l’analyse, afin d’en comprendre les rythmes, les paysages et
les fonctions du cas d’étude.

Le troisième chapitre : il configurera le cadre pratique de la recherche où on va essayer


d’appliquer les notions théoriques retenues, relatives à notre thème et notre problématique, et
qui sont en relation étroite avec la reconversion des friches industrielles recyclage de leurs tissu
urbain

Conclusion générale : On achève cette étude avec une conclusion qui présente les résultats de
la recherche, et les recommandations en vue d’une meilleure exploitation de la reconversion de
la fonderie d’Alfon (ex : Ducros) d’Oran.

17
CHAPITRE I :

THEORIE ET ANALYSE
BIBLIOGRAPHIQUIQUE

18
Chapitre 1 :
THEORIE ET ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE.

Dans ce chapitre, Il sera question de la partie théorique qui sera appuyé par une familiarisation
avec le vocabulaire patrimonial concernant le sujet, avec des définitions sémantiques des
différents concepts autour desquels s’articulera notre recherche tels que : le patrimoine
industriel et ses valeurs, la notion de friche et ….

1. Notion du patrimoine :
1.1. Définition du patrimoine

Le mot patrimoine, qui désigne des multiples aspects de la mémoire et des produits de l’homme
a été défini de manières différentes à travers les époques.

Dans son acception originelle « bien d’héritage qui descend, suivant les lois, des pères et mères
à leurs enfants » 1

La notion du patrimoine s’est peu à peu élargie, à la fois spatialement, thématiquement et


temporellement. En effet, à partir du XIIe siècle, la notion du patrimoine est passée de la
définition étroite des biens familiaux, s’étendant dès lors à plusieurs formes de biens publics,
de biens partagés par une large communauté d’individus, où apparait la notion du «Trésor
public ».

Dans son livre « L’allégorie du patrimoine », Françoise CHOAY a défini le patrimoine comme
étant : « Un bien, l’héritage commun d’une collectivité, d’un groupe humain. Il désigne un
fonds destiné à la jouissance d’une communauté élargie aux dimensions planétaires et constitué
par l’accumulation continue d’une diversité d’objets que rassemble leur commune
appartenance au passé, œuvres et chefs-d’œuvre des beaux- arts et des arts appliqués, travaux
et produits de tous les savoirs et savoir- faire des humain ». 2

Pour André CHASTEL, un historien de l'art français, spécialiste de la Renaissance italienne,


explique cette notion en disant : « Puise ses racines dans le concept chrétien de l’héritage sacré

1
LITTRE, Emile, Dictionnaire de la langue française
2
CHOAY, Françoise. L’allégorie du patrimoine. Paris : Editions du Seuil, 1992, p 9

19
de la foi et se matérialise par le culte d’objets privilégiés, les écritures sacrées, les reliques et
les icones associant au fondement du patrimoine le caractère de vénération. » 3

1.1. L’évolution de la notion de patrimoine :

Etymologiquement, la notion de patrimoine vient du latin patrimonium, l’ensemble des biens


appartenant du père, pater ; c’est tout ce qui se transmet d'une génération à une autre. Cela fait
appel à la notion d'héritage et de transmission. A la base « lié aux structures familiales,
économiques et juridiques d'une société stable, enracinée dans l'espace et le temps » 4.

Ce terme va évoluer avec le temps. C’est à partir de la renaissance que l'on voit apparaître la
notion de patrimoine commun regroupant les patrimoines naturel, culturel et architectural. Ce
sont ces derniers qui vont nous intéresser. Ce terme généraliste n'est accepté qu'au dernier quart
du XX ème siècle. Le début du XX ème siècle a mis en évidence l'importance du tissu urbain
avec C. Sitte qui prône la conservation de l'existant qui évolue avec les modes de vie. G.
Giovanni est le premier à parler du patrimoine urbain en faisant du tissu urbain une figure
historial cependant le but n'est pas de devenir un musée mais de conserver I ‘existant et de
l'analyser pour l'améliorer et créer un tissu urbain adapté à nos nouveaux modes de vie reprenant
les qualités du tissu historique.

De nos jours la notion de patrimoine commun, partagé ne fait plus nécessairement appel à la
propriété. Les domaines s'élargissent à l’industrie, au paysage, à l'environnement et à tous les
savoirs faire des sociétés.

Alois Riegl, historien de l'art autrichien a distingué le monument et le monument historique. Le


monument est ce qui interpelle la mémoire et est créé dans la volonté de remémorer le passé. II
représente la monumentalité et l'histoire pour laquelle il a été créé. Alors que le monument
historique n'a pas été conçu dans ce but. F. Choay explique dans l‘Allégorie du Patrimoine que :
« le monument historique n'est pas un artefact intentionnel, création ex nihilo d'une
communauté humaine à des fins mémoriales. Il ne s’adresse pas à la mémoire vivante. Il a été
choisi dans un corpus d’édifices préexistants, en raison de sa valeur pour l'histoire et/ou sa
valeur esthétique » 5Ce sont donc des bâtiments dont leur fonction n'existe plus.

3
POULOT, Dominique. Patrimoine et modernité. Éditions Le Harmattan, 1998, p.9
4
Choay Françoise, op cit, p9.
5
Choay Françoise, op cit, p24.

20
On va donc le conserver pour l’histoire qu’il a eue, l'histoire à posteriori. L'auteur montre aussi
qu’il existe différent degrés de monument selon sa fonction principale. De nos jours, le
patrimoine regroupe tous les types de monuments.
Françoise Choay par les concepts de J. Ruskin et d’E. Viollet-le-Duc exprime les différentes
visions du patrimoine et son futur dans nos villes. Le premier voit le bâti existant comme une
relique qui ne doit pas être modifiée seulement consolidée. Elle sert de référence pour les
architectes et se doit de rester authentique. A l'opposé, E. Viollet-le-Duc restaure les bâtiments
de manière homogène. On ne distingue pas de différence entre le nouveau et l’ancien. Il détruit
l'historicité du bâti et son intégrité par une forme historique, il crée des éléments qui n'ont peut-
être même pas existé. La synthèse des deux faites par G. Giovannoni, prône un patrimoine
modernisé où la partie ancienne est différenciée de la nouvelle. L'ancien est replacé dans le
contexte sociétal et évolue avec celui-ci. Ce concept va être la base de ma pensée sur
l’intervention sur le patrimoine.
Depuis la Renaissance, on voit apparaitre le culte du monument qui se développe de plus en
plus pour atteindre son apogée dans les années 60, en faisant du patrimoine de toutes les époques
et de tous les types une attraction. C'est la mondialisation du patrimoine. Comme l'exprime
Françoise Choay, le patrimoine est « requalifié par divers adjectifs (génétique, naturel,
historique,) qui en ont fait un concept « nomade », il poursuit aujourd'hui une carrière autre et
retentissante. (...) Dans notre société errante, que ne cessent de transformer la mouvance et I
‘ubiquité de son présent, « patrimoine historique » est devenu un des maitres mots de la tribu
médiatique. (...) Le culte rendu aujourd'hui au patrimoine historique appelle donc (...) un
questionnement, car il est le révélateur, négligé et néanmoins éclatant, d'un état de la société
et des questions qui l’habitent » 6.
De nos jours, la tendance est à la muséification ou à l'utilisation de ce patrimoine pour des
activités culturelles délaissant le plus souvent les qualités existantes de ces bâtiments qui vont
être employés pour leur image comme publicité. Le patrimoine devient un élément de
consommation. On perd l’idée de la culture ouverte à tous qui devient contrôlée par des horaires
et des tickets payants. Le but étant la rentabilité.

1.1. Les gestions de la mémoire dans le patrimoine

Les villes et le territoire sont des strates plus ou moins visibles de nos civilisations montrant
leurs évolutions, leurs sociétés et manières de vivre.

6
Choay Françoise, op cit, p-10.

21
Lorsque l'on intervient sur des sites déjà construit, un des éléments inévitables est la mémoire.
Qu’est-ce que la mémoire ? Elle a plusieurs significations : c’est une image mentale conservée
de faits passés ou un ensemble des faits passés qui reste dans le souvenir des hommes, d'un
groupe. En architecture, la mémoire d'un site passe par les traces existantes c’est-à-dire les
bâtiments existants mais aussi par les accès, les différents cheminements à l'intérieur du site et
son fonctionnement. Après avoir vu la signification de la mémoire, on peut se demander qu’elle
est son rôle. Elle permet de nous rappeler de notre identité à la fois commune et intime. Les
couches superposées nous remémorent la vie de nos ancêtres et l'évolution de notre société. De
plus, comme l'explique Maurice Halbwachs, la mémoire des lieux est ce qui nous permet de
nous replacer dans le temps et nos souvenirs. « C’est sur l'espace, sur notre espace - (...) qu’en
tout cas notre imagination ou notre pensée est à chaque moment capable de reconstruire -, qu’il
faut tourner notre attention, c'est là que notre pensée doit se fixer, pour que reparaisse telle ou
telle catégorie de souvenirs» 7. Ceci montre l’importance de conserver le passé et de continuer
à créer de nouvelles couches.

Quand on arrive dans un site aussi complexe, comment savoir ce qui doit être conservé ou
détruit en dehors des structures instables. Sébastien Marot dans l'Art de la Mémoire, le
Territoire et l'Architecture, nous signifie qu'il ne faut pas conserver dans le but de conserver
mais choisir les éléments à sauvegarder dans le but de raconter et de remémorer aux visiteurs
l’histoire du site. C’est alors qu'il parle de suburbanisme, le fait que « le site devenant l’idée
Régulatrice du projet » 8. Le suburbain part du site pour créer le projet ce n'est plus le programme
qui prédomine. Les quatre réflexes qu’il met en évidence sont en premier, « la mémoire des
qualités du site », ensuite, «la vision du site et du projet comme processus plutôt que comme
produits» puis, « la lecture en épaisseur » 9 que ce soit des plans et des espaces ouverts, et, « la
pensée relative par la conception du site et du projet comme champs de relation plutôt que
comme arrangements d'objets » 10.

Le travail de mémoire ne se fait pas seulement par les traces présentes sur le site. Cela fait
appel à l'imaginaire. «Le lien entre la mémoire et l'imagination se nourrit de cette incongruité
des prélèvements invisibles, telles des preuves fictionnelles de ce qui fut vécu en ces lieux » 11,
permettant à l'usager de comprendre et de s’intégrer au site comme le démontre Henri-Pierre

7
Marot Sébastien, l’Art de la Mémoire, Le Territoire et L’architectures, p50
8
Marot Sébastien, l’Art de la Mémoire, op cit, p11-13
9
Marot Sébastien, l’Art de la Mémoire, op cit, p11-13
10
Marot Sébastien, l’Art de la Mémoire, op cit, p11-13
11
Marot Sébastien, l’Art de la Mémoire, op cit, p30

22
Jeudy dans La machine patrimoniale. Il existe une opposition entre la mémoire littérale et la
mémoire phénoménale. La première se compose de l'existant, alors que la deuxième va mettre
en scène les éléments sélectionnés et jouer avec les allusions et l’imagination du voyageur. Ce
travail permet de garder les qualités présentes sur le site et d'en créer de nouvelles.

Ainsi que de créer des ambiances particulières liés à la spécificité de chaque site et éviter la
création de lieux aseptisés impropres à la vie. Ces infrastructures ont façonnés nos paysages et
nos territoires à notre manière et sont le reflet de notre société explique Inaki Uriark.

« L'usine est l'essence de l'industrialisation : là où elle s’installe, elle accapare le territoire avec
sa puissance volumétrique, d’énormes parements, complétés par les signaux verticaux,
symbolique de ses éléments émergents, cheminées et entrepôts qui offriront une référence
visuelle lointaine » 12 . Elle fait donc partie de notre environnement et de notre patrimoine. Les
détruire c’est comme si cela n’avait jamais exister. L’emplacement de ces friches permet aussi
d'expliquer le territoire car elles se positionnent sur des sites stratégiques, comme par exemple
à proximité, des matières premières, de la force hydraulique d'un fleuve ou des axes de
distribution (train, route). Cependant, dans un premier temps ces lieux étaient mal vu pour des
raisons esthétiques (monstre de fer), car ce sont des lieux abandonnés, soit disant dangereux
avec une mauvaise réputation. On les détruisait donc sans regrets. Pourtant, ces lieux sont les
témoignages de l'activité industrielle, de la vie des travailleurs avec les révolutions
technologiques et sociales et la diversité des savoirs faire.

Les employés formaient l'âme et l'esprit du site maintenant plongé dans le silence, T'oubli, I
‘indifférence et la solitude. Pour ne pas perdre tout cela, il est impératif de réinjecter de la vie
dans ces sites. Nous allons voir dans les parties suivantes les différentes approches des
architectes pour réinvestir les lieux en fonction du pourcentage de conservation de l'existant.
2. Le patrimoine industriel
2.1. Définition du patrimoine industriel :

Le texte de la charte de NIZHNY Tagil, pour le patrimoine industriel 13, a défini les composants
de la culture industrielle susceptibles d’illustrer ce patrimoine. Y ont été énoncés : les bâtiments
et machines, les ateliers, les moulins et les usines, les mines et sites de traitement et de raffinage,
les entrepôts et les magasins, les centres de production de transmission et d’utilisation de

12
Desmoulins Chritine et Robert Philippe, Transcription D’architecture, p33
13
La charte a été proposée en juillet 2003 par TICCIH (The international Commette for the Conservation of the
Industrial Heritage) à l’ICOMOS.

23
l’énergie, les structures et infrastructures de transport, et pour finir, les lieux utilisés pour des
activités sociales en rapport avec l’industrie.

Le patrimoine industriel tel que le défini par Dorel-Ferré, est « un champ de la connaissance
historique qui associe l’étude du bâti, le milieu géographique et humain, les processus
techniques de la production, les conditions de travail, les savoir-faire, les rapports sociaux, les
modes de vie, et les expressions culturelles. ». Ce patrimoine peut donc être défini comme
faisant référence à tout ce qui est matériel et immatériel qui a trait à l’industrie.

2.2. Le Contexte d’apparition du patrimoine industriel :

« Le patrimoine industriel est l’un des derniers types de patrimoine reconnus, ce retard dans
l’étude, n’est pas du uniquement à la jeunesse de l’objet mais aussi de la perception négative,
du d’abord de la pollution engendrée par les sites industriel, mais aussi social suite à certaines
pratiques des dirigeants des usines, les luttes et les conflits opposant patrons et syndicats
d’autant plus la pauvreté architectural de la plus part de ces lieux industriels » 14.

La notion va naitre au Royaume-Uni, puisque l’industrie fait référence à l’apogée économique


du pays, sa préservation permet donc d’après Andrieux de « célébrer la prospérité de l’ère
victorienne où, grâce à son avance dans l’industrialisation, la Grande-Bretagne était devenue
la puissance mondiale dominante ». La préservation du patrimoine industriel débute donc dans
ce pays où est née la grande industrie, c’est aussi dans ce pays que les usines sont les premières
à fermer. Cette notion du patrimoine industriel remonte à 1950 Avant l’utilisation de
l’expression « patrimoine industriel », l’étude et la sauvegarde des traces industrielles se
référaient à « l’archéologie industrielle », cette expression était inventée par Donald Dubley 15,
et elle était utilisée pour la première fois dans un article par Michel Rix. Même si le terme «
archéologie industriel » se considère comme étant récent, cette discipline remonte au VIIIe
siècle, et précisément au 1974 où il y a lieu la fondation du premier musée technique du monde«
le conservatoire des arts et des métiers à Paris ».

Au début des années 70, toute une série de musées était créée, où il y aura en 1973, le premier
Congrès international de l’archéologie industrielle à Ironbridge, suivi par la deuxième rencontre
tenue en 1975 à Bochum, où on a procédé à la sauvegarde des « Puis Germinia » de Dortmund

14
EDELBULETTE, Simon, paysage et territoires du patrimoine industriel au Royaume-Uni, 2008, revue
géographique de l’est [en ligne], vol.48/1-2
15
Professeur du latin à l’université de Birmingham- Angleterre

24
construits en 1930, ce qui illustre une nouvelle tendance vers la sauvegarde des bâtiments
anciens récents, « les monuments de l’avenir ».
En 1976, c’était le Congrès international à l’Ecomusée Creusot Montceau 16, sur « la
conservation du patrimoine industriel dans sociétés contemporaines », organisée par les deux
conseils internationaux des musées (ICOM) et des monuments et des sites (ICOMOS),
dépendants de l’UNESCO.
Le colloque fut la première conférence internationale de cette ampleur où des sites et des
monuments industriels ont été étudiés comme des éléments du patrimoine historique 17.il avaient
trois axes principaux à étudier : l’inventaire du patrimoine industriel les composantes
Spécifiques du patrimoine industriel et la destination ou l’affectation des biens industriels
conservés.
Dès lors, le patrimoine industriel était reconnu comme une composante intégrante du
patrimoine culturel en général, il a bénéficié alors des opérations de sauvegarde à la fois, à titre
des monuments historique et en tant qu’un patrimoine spécifique. Le fait que le « Patrimoine
industriel » constitue un patrimoine à part entière était traduit en 1978, en Suède, par la création
Du Comité International pour la Conservation du Patrimoine Industriel (TICCIH), dont les
objectifs consistent à : « …promouvoir la coopération internationale dans la préservation, la
conservation, l’enquête, la documentation, la recherche, l’interprétation et la promotion de
l’éducation du patrimoine industriel ».
Ce comité est l’auteur des deux chartes internationales sur le patrimoine industriel : Charte
internationale de Nyzhny Tagil pour le patrimoine industriel élaboré en juillet 2003, ainsi que
« Les principes de Dublin » pour la conservation des sites, constructions, aires et paysage du
patrimoine industriel, élaborés conjointement par le TICCIH et l’ICOMOS en 2011.
Cette notion de patrimoine va paraitre rapidement dans d’autres pays : aux Etats-Unis en 1972,
puis sur le continent européen, d’abord sur les pays du nord (Allemagne, Belgique, suédé…).
Puis en France après la publication de l’article de M, Daumas en 1980 et la création du CILAC
"Comité d’Information et de Liaison pour l’Archéologie, l’étude et la mise en valeur du
patrimoine industriel", mais ces durant les années 1983 que fut introduit concrètement le
patrimoine industriel dans l’inventaire général 18, dans les autres pays latins (Espagne, Italie) la
notion ne va apparaitre qu’en 1980.

16
Un centre de l’industrie lourde française fondé en 1782 et développé après 1837 par la famille Schneider a été
fermé en 1960, et quatorze ans plus tard, était fondé l’Ecomusée.
17
US- ICOMOS, Monumentum : numéro spécial, n°9- volume 13, Belgium soleil liège, 1976, p : 4
18
L’Inventaire général du patrimoine culturel « recense, étudie et fait connaître les éléments du patrimoine qui
présentent un intérêt culturel, historique ou scientifique » fondée par André Malraux en 1964.

25
2.3. Identification des critères d’évaluation du patrimoine industriel :
La charte de NIZHNY TAGIL a été élaborée par les délégués du TICCIH réunis en Russie
juillet 2003. Le texte de la charte proposée pour ratification et approbation par l’UNESCO,
aborde sept titres fondamentaux. Ils traitent de l’identification du patrimonial industriel, de la
définition de ses valeurs, de l’importance d’inventorier ce patrimoine et de sa protection légale
et technique à travers des
Selon la Charte de Nyzhny Tagil, élaborée par le TICCIH en 2003 sur le patrimoine industriel,
l’évaluation des bâtiments et sites industriels dépend de sept critères :
Critère historique : Un bâtiment ou un site industriel peut avoir une valeur historique, s’il
témoigne des activités qui ont eu et qui ont encore des conséquences historiques profondes.

Critère universel : Ce critère est fondé sur la valeur de l’industrie plutôt que la valeur des
bâtiments ou des sites exceptionnels.

Critère social : Un édifice industriel a une valeur sociale, s’il fait revivre des vies d'hommes
et de femmes ordinaires et en leur donnant un sens identitaire important, que portent les
souvenirs intangibles de la mémoire des hommes et de leurs coutumes.

Critère scientifique et technique : Il permet de mesurer l’importance du bâtiment dans


l’histoire de l’industrie, de l’ingénierie et de la construction.

Critère esthétique : Ce critère comprend la qualité de l’architecture, du design et de la


conception.

Critère rareté : Ce critère comprend la survivance de savoir-faire particuliers et typologie


des sites ou de paysages.

2.4. Les valeurs véhiculées par le patrimoine industriel :

Les valeurs qui transcendent les édifices industriels classés ou pas varient d’un cas à un autre,
d’une typologie à une autre. Cependant il en existe certaines qu’on peut qualifier de « Courantes
» et qui bien souvent sanctionnent la grande partie de ces biens par un classement. Les valeurs
auxquelles nous faisons allusion sont les suivantes :

2.4.1. Valeur de témoignage :


La valeur de témoignage que porte le patrimoine industriel était mise en question par
PROUDHON en 19e e siècle : « …peut-être pourrons-nous alors avancer dans l’élaboration

26
d’une mémoire prometteuse de l’industrie ? » 19 Et annoncée par la Charte de NIZHNY TAGIL
: « Le patrimoine est le témoignage des activités qui ont eu lieu et qui ont encore des
conséquences historiques profondes »

En effet, « un ensemble industriel n’est pas qu’un simple lieu production » 20, « il témoigne des
changements fondamentaux concernant les procédés de fabrication des objets quotidienne, la
division du travail, les progrès technologiques, les évolutions démographiques, en résumé tous
les grands changements économiques » 21, « il fait rappels aussi de l’art de construire,
d’habiter, de travailler, de passer ses loisirs des générations précédentes » 22

Alors, selon M.Wehdorn : « Notre existence entière est fonction de l’expansion industrielle,
de même tout notre environnement est déterminé par : des objets des emplacements à usages
techniques industriels et des paysages industriels» 23et « le patrimoine industriel contribue à
une compréhension accrue de l’évolution historique, à travers ses aspects sociaux,
économiques, politiques, architecturaux et technologiques » 24.

2.4.2. Valeur d’urbanité 25:


Selon BERNARD REICHEN, le patrimoine industriel est l’auteur d’un « récit urbain» que
représente l’évolution de la ville en tant que productrice de richesse et un centre de services, la
naissance d’une société urbaine contemporaine, et la manifestation du phénomène de «
délocalisation industrielle» 26. Donc le patrimoine industriel n’est plus seulement un témoin du
récit urbain, mais aussi ce qui était avant son générateur, et qui devient aujourd’hui selon

19
PROUDHON, programme révolutionnaire de juillet 1848(cité des DAMIEN, R, le patrimoine peut-il être
industriel, la proposition Proudhonienne, In : DAUMAS. J-C, La mémoire de l’industrie, de l’usine du
patrimoine, presses universitaires de Franche –Comté. Les cahiers de la MSH Ledoux, 2006,426 p).
20
BERGERON. I DOREL FERRE.G, Le patrimoine industriel, un nouveau territoire, Ed Leiris, Paris, 1996, p :
27.
21
PIEDALUE. G, Le patrimoine archéologique industriel du Québec, étude produite pour le ministère de la culture,
des communications et de la condition féminine, Canada, 2009, p : 317.
22
LINSTER. G, Faire parler les monuments industriels, Denk-und Mahnmale, Forum 211, Novembre 2001, p : 4
23
WEHDORN. G M, Mécanismes de protection et spécificité du patrimoine industriel : le contexte international,
In : Quelles politiques pour le patrimoine industriel ? Rapport du Colloque de Lyon- Patrimoine architectural
– Rapports et études, n°6, Conseil de l’Europe, Strasbourg, 1987.
24
PIEDALUE. G, op cit, p : 318.
25
Cette notion était utilisée par NATHALIE HEINICH et par BERNARD REICHEN.
26
BERGERON. L, Introduction générale. In : Quelles politiques pour le patrimoine industriel ? Rapport du
Colloque de Lyon- Patrimoine architectural – Rapports et études, n°6, Conseil de l’Europe, Strasbourg, 1987,
p17-20

27
HUME.J. La clé de sa compréhension : « Dans le passage d’un monde rural aux sociétés
urbaines, c’est souvent l’usine qui a fait la ville (…)» 27

2.4.3. Valeur scientifique et technique :


Selon Charte de NIZHNY TAGIL, « la valeur scientifique se réfère à la fois, à l’industrie, et
l’ingénierie de la construction » 28, dans ce cas le patrimoine industriel célèbre cette valeur dans
sous ces deux formes. D’abord, le patrimoine industriel met en lumière l’évolution scientifique
et technologique, en illustrant : «l’intelligence de la série» 29« relatives aux différentes activités
industrielles, ainsi que de l’évolution de la société ou des arts » 30, en fournissant selon
Damien.R : «…l’alphabet polytechnique de l’ordre produit « de même que créer ou construire
est joindre, lier, unir égaler, dresser, (…) organiser, machiner, (…) » 31
En outre, « le patrimoine industriel montre le talent d’un génie constructeur à travers les
manières de construire, souvent de façon innovante et exemplaire » 32, et selon NOURISSIER.
G : «…avec des outils qui furent toujours à un moment à la pointe des hardiesses et innovations
technologiques» 33à la recherche d’une construction économique et efficace aux services de
l’industrie.
2.4.4. Valeur sociale :
Une forte relation lie les composantes de la matrice formée par : l’histoire, la mémoire et le
patrimoine industriel. Ce dernier recèle une série de produits (bâtiments, archives…) qui
témoignent de différents moments de l’histoire économique, technique et anthropologique. Ses
bâtiments constituent le support physique à travers lequel l’histoire déroule son conte du temps
qui passe, des évolutions et des rapports aux choses. Leurs espaces, leurs gestes et leurs images
permettent de ressusciter et d’enraciner une mémoire propre au secteur de l’industrie, de son

27
HUME. J, « Architecture et structures industrielles : conservation et réutilisation, le cas écossais», In Rapport
du Colloque de Lyon- Patrimoine architectural. Rapport et études, n°6, Quelles politiques pour le patrimoine
industriel ? Conseil de l’Europe, Strasbourg, 1987, p : 38
28
PIEDALUE. G, op cit, p: 318.
29
DAMIEN.R, Le patrimoine peut-t-il être industriel, la proposition Proudhonienne, In DAUMAS. J-C, La
mémoire de l’industrie, de l’usine au patrimoine, presses universitaires de Franche-Comté. Les cahiers de la
MSH Ledoux, 2006, p : 426.
30
TICCH-ICOMOS, Principes conjoints TICCIH-ICOMOS pour la conservation des sites, constructions, aires et
paysages du patrimoine, XVII ème Assemblée générale, Paris, 201
31
DAMIEN.R, Le patrimoine peut-t-il être industriel, la proposition Proudhonienne, In DAUMAS. J-C, La
mémoire de l’industrie, de l’usine au patrimoine, presses universitaires de Franche-Comté. Les cahiers de la
MSH Ledoux, 2006, p : 426
32
Greffe. X, Le patrimoine comme ressource pour la ville, In : Les annales de la recherche urbaine, [en ligne].
Disponible : http://.constructif.fr/bibliothéque/2002-5/transformer-une-nouvelle-discipline-de-la-
continuiteurbaine.html ?item id=2422. [Consulté 30/01/2018] 2002.
33
NOURISSIER. G, Transformer, une nouvelle discipline de la continuité urbaine, [en ligne]. Disponible :
http://www.constructif.fr/bibliothéque/2002-5/transformer-une-nouvelle-discipline-de-lacontinuite-
urbaine.html ?item id=2422. [Consulté 30/01/2018]) 2002.

28
histoire et de tout ce qui lui a trait ; des premières luttes sociales et syndicales des premières
couches ouvrières aux évolutions du génie humain. Ce patrimoine est multiple, En effet, selon
ALOIS RIEGLE : «Le patrimoine industriel possède une grande valeur sociale et sentimentale
: il témoigne des rapports entre l’homme et le travail…» 34

2.4.5. Valeur architecturale :


A. Espace évolutif :
Selon PROST, Rattachés au monde de production, les bâtiments et les sites industriels font
toujours l’objet de rapides mutations économiques et technologiques et contraints par les dictats
du marché, Par conséquent, ils sont toujours conduits à évoluer sous l’effet de l’installation de
nouvelles machines, de l’utilisation d’une nouvelle source d’énergie, de la fabrication de
nouveaux produits. Donc : « Le site industriel est, par excellence, un lieu ou triomphe
l’éphémère, le temporaire, le provisoire, le passager» 35, ajoute Andrieux. J.Y. Cependant,
selon PROST.P, cette capacité évocatrice du passé risque de disparaitre dans le cas des
changements radicaux d’affection : «…Lorsque leur activité cesse, leurs caractéristiques
physiques et fonctionnelles les laissant sans doute plus disponibles que bien d’autres
patrimoines pour connaitre un changement complet d’affectation» 36. Particulièrement, les
friches situées au plein cœur de la ville, constituent selon Audrey Denise, et Marie Hubert un
enjeu plus important qu’une friche situant en périphérie d’une commune rurale, en devenant
par conséquence : « …dans l’espace urbain, au cœur des réflexions quant au devenir des
territoires ». 37
B. Gros œuvre existant est solide
Selon BERNARD REICHEN, les bâtiments industriels particulièrement construits en XIXe
siècle étaient conçu « pour durer », en utilisant des matériaux qui leur assurent une certaine
longévité : pierre, brique, bois et plus-tard fonte et fer. Leur mise en œuvre se caractérisait par
soin apporté à la conception et à la réalisation des détails architecturaux, à la décoration, en
traduisant un souci des concepteurs de produire une architecture de la plus haute qualité. Donc
selon BERNARD REICHEN : «…le bâtiment industriel fournit un gros œuvre existant, dont la
solidité et éprouvée (…). Leurs dimensions sont d’ailleurs soient supérieures aux structures

34
WEDHORN. M, Le patrimoine bâti technique et industriel dans les pays du Nord de l’Europe, In Patrimoine
architectural, Rapport et études : Situation du patrimoine bâti technique et industriel dans les pays du Nord de
l’Europe, Strasbourg, 1985, p : 45
35
PIEDALUE. G, op cit, p : 317
36
PROST.P, Transformer et conserver. In : cité de l’architecture et du patrimoine, Histoire et actualité du
patrimoine industriel, 2012, p : 2
37
AUDREY. D, Hubert.M, les friches industrielles, un potentiel foncier pour la ville : essai de classification dans
le département des Yvelines.

29
récentes et peuvent garantir une résistance et une durée de vie supérieure, sous réserve que la
vérification (calcul et tests) ait été effectuée et que leur résistance au feu soit assurée. En outre,
le bâtiment industriel offre des éléments de structure existants : «…des planchers, des poteaux,
une couverture existants. S’ils sont gains, peuvent remplir une fonction aussi bien que des
structures nouvelles. » 38
C. Opportunité de créativité architecturale : Le réemploi des sites et bâtiments
industriels présente une possibilité de création architecturale de haute qualité aussi bien que
dans la construction neuve ; cette opportunité est fournie par les espaces généralement
surdimensionnés, les structures solides et les dispositions architecturales qui peuvent générer
des conceptions nouvelles.
D. Image spécifique de la ville : Selon REICHEN, la conservation d’ensembles industriels
permet de préserver l’image d’un quartier, toute une intervention visant à faire revivre un
ensemble abandonné peut avoir un impact plus positif qu’une construction neuve, ajoute ce
dernier : « La perspective d’avoir près de chez eux, un terrain vague à l’abandon pendant
plusieurs années, puis un chantier , puis une construction nouvelle, introduisant ces
changements toujours bien accueillis, font que les habitants accueillent particulièrement bien
l’idée de reconvertir un édifice. Plus que les constructions modernes, l’architecture industrielle
donne une impression de solidité, d’épaisseur, de permanence qui rassure et sécurise. De plus,
les constructions anciennes sont généralement à l’alignement des rues, et composent des ilots
bien définis qui sont la matière même des tissus urbain (…)»
2.4.6. Valeur identitaire
L’histoire et les édifices industriels sont les deux composantes clés de ce patrimoine sur
lesquelles se sont construites des identités multiples. Des régions et des territoires entiers ont
fait de l’industrie une vocation qui transparait dans leurs façons d’habiter, de travailler, de
construire et de se socialiser. Les sociétaires de ces régions revendiquent leur culture
industrielle en mettent en avant l’histoire de leurs luttes syndicales et sociales.
Réhabilitation et de reconversion des friches industrielles, on y parle d’économie matérielle,
financière, foncière et bien d’autres.

2.4.7. Valeur paysagère :

38
REICHEN. B, Aspects économiques des opérations de reconversion. In : Quelles politiques pour le patrimoine
industriel ? Rapport du Colloque de Lyon-Patrimoine architectural- Rapports et études, n°6, Conseil de
l’Europe, Strasbourg, 1987, p : 44

30
Perçue positivement par certains et négativement par d’autres, l’empreinte que laisse l’industrie
sur l’environnement a toujours été présente. En effet, selon la nature de l’industrie présente,
cheminés, silos, couvertures en tous genres et ouvrages d’arts ont façonné des régions entières
et ont fait des sites qu’ils occupent de véritables éléments de repère dans le territoire. Par leur
présence dans les milieux urbains, les paysages revêtent un brin de singularité mais surtout de
nostalgique d’une époque révolue pour les plus romantiques.

2.4.8. Valeur esthétique :

Le bâtiment industriel est souvent considéré inesthétique, cependant, selon PIEDALUE. G :


« …il suffit de comprendre la raison d’être de ce « style architectural » pour en apprécier toute
la flexibilité et le fonctionnalisme » 39
D’abord par définition une industrie est en métamorphose constante, en réponse à des
dynamiques internes et à des influences externes, ce qui implique deux caractères
fondamentaux : la diversité ou la singularité et la flexibilité. Selon, Gary Laski : «
l’architecture pour être valable en tant qu’utilitaire, doit être singulière. Tout bâtiment est en
soi particulier dans la mesure où il s’inscrit dans l’espace urbain : de même, dans la mesure
où il remplit une fonction dictée par l’urbanisme, dans l’organisation de la cité, il est une partie
de l’universel urbain » 40, il en résulte : « …au sein d’une même industrie une diversité de
structures et de contextes touchant la transformation, la manufacture, l’entreposage et le
transport… » 41
De même la durabilité du bâtiment industriel demande qu’il soit évolutif, selon
CREMNIZER.J.-B : « … [Afin] d’implanter les infrastructures nécessaires pour demeurer la
fine pointe technologique et de renouveler ou de modifier les installations périmées ». Ainsi,
les matériaux et textures sont également spécifiques : fonte, acier, verre, brique
industrielle,…etc. Qui sont : « …assemblés dans des systèmes constructifs particuliers, qui
permettent notamment le franchissement de grandes portées afin de libérer au maximum
d’espace de production de toute entrave structurelle, l’espace intérieur est souvent constitué
de grands volumes avec des hauteurs conséquentes, baignés d’une lumière zénithale et
ponctués de trames de poteaux répétitives » 42?Ainsi , le bâtiments industriels illustrent le

39
PIEDALUE. G, op cit, p : 318
40
LASKI.G, Le design, théorie esthétique de l’histoire industrielle. Version 1-Université de Paris Est, Marne-la
Vallée- Sous la direction de DELSOL.G, 2012, p : 255.
41
PIEDALUE. G, op cit, p : 318.
42
CREMNIZER.J.-B, Réinvestir l’existant, la créativité architecturale dans les industries culturelles. In :
Lucchinni, F, De la friche industrielle au lieu culturel, Colloque international pluridisciplinaire, le 14 juin 2012,
Université de Rouen, Atelier231, 2012, p : 23.

31
développement du dessin technique, du calcul résistance des matériaux tels le métal et le béton
armé.
En conséquence, au-delà des attraits d’un habillage stylistique ou d’un décor ajouté, le
patrimoine industriel se rend aux différents intérêts architecturaux et esthétiques en général, ou
: « …le sériel, le banal, le fonctionnel constituent désormais les critères d’intérêt pour
l’historien » 43 On parle ici de la beauté utilitaire. Gary Laski : résume l’esthétique industriel
en trois aspects fondamentaux : « …ce qui en fait une œuvre d’art, utilitaire, est triple : le
bâtiment demeure fonctionnel, en état de durer, il représente un moment historique et technique,
et sa qualité esthétique le distingue des autres bâtiments ». Donc un bâtiment industriel doit : «
…concilier le beau, le vrai, et l’utile » 44.
Ces aspects peuvent se traduire selon Cremnizer par : « [le] potentiel de surfaces et volumes
souvent gigantesques. La porosité des différents espaces de la friche, en termes de circulation
faible épaisseur des murs, absence d’isolation acoustique et thermique ».Ainsi que, « (…) la
puissance des structures, la fonctionnalité des espaces(…) » 45. Le rapport entre les partis pris
constructifs, les choix de matériaux, les articulations de l’enveloppe sur le contenu et les
exigences propres du travail et de la technique, et enfin, « Les infrastructures, ponts roulants,
machines et objets abandonnés, relatant la mémoire de l’activité ancienne et participent à
l’esprit des lieux : les textures des murs et leurs coloris portent les cicatrices du passé, et se
métamorphosent sous l’effet de la lumière » 46 . Tous ces éléments constituent désormais
l’identité du patrimoine industriel.
2.4.9. Valeur économique et environnementale :
Les sites industriels représentent un potentiel de réaménagement, dont l’exploitation constitue
un grand intérêt, d’abord économique. En effet le bâtiment industriel offre des surfaces
disponibles parfois très importante, et un gros œuvre dont l’exploitation réduit les dépenses lors
de la construction neuve. Selon BERNARDS REICHEM : « …généralement, le cout du gros
œuvre dans la construction neuve est de 40% et, en dehors de toute autre considération, la
recherche de l’économie de cette dépense devrait être recherchée. (…) ». Ainsi, selon
BERNARDS REICHEM : « le cout des fondations spéciales et des incertitudes liées à la

43
BERGERON. L, DOREL FERRE.G, Le patrimoine industriel, un nouveau territoire, Ed Leiris, Paris, 1996, p :
54.
44
LASKI.G, op cit, p : 355
45
NADIEUX.J.Y, 2011. Introduction, patrimoine de France. Les plus beaux lieux du patrimoine industriel, le
collectif MICHELIN, 2011, p : 9
46
CREMNIZER.J.-B, Réinvestir l’existant, la créativité architecturale dans les industries culturelles. In :
Lucchinni, F, De la friche industrielle au lieu culturel, Colloque international pluridisciplinaire, le 14 juin 2012,
Université de Rouen, Atelier231, 2012, p : 23.

32
résistance du sol, dont les dépenses sont parfois considérables, peuvent aussi justifier les
réutilisations de bâtiment. De plus, les études et les forges de renaissance de sol sont également
très élevées ? La réutilisation de bâtiments existants permet donc non seulement d’économiser
ces dépenses, mais aussi d’avoir la certitude qu’il n’y aura pas de désordre provenant de la
mauvaise résistance du sol » 47
La reconversion d’un ensemble industriel peut ainsi mettre en disposition des réseaux enterrés
et des voiries existantes, limitant aussi les dépenses de collectivités locales. Ajoute BERNARD
REICHEM : « Les installations d’assainissement d’une ancienne usine sont généralement
surdimensionnées par rapport aux besoins nouveaux et bien conservées puisque ce sont des
ouvrages enterrés…[De même] …Les livraisons d’énergie (électricité et gaz, et eau) sont
assurées en quantité suffisante ».Enfin, les voiries (chaussées et trottoirs, mobilier urbain, et
même planification) existant tant à l’intérieur des ilots qu’à proximité immédiate.

3. Les logiques d’intervention sur le patrimoine


« L’histoire de l’architecture est avant tout l’histoire des multiplies transformations dont fait
1’objet les édifices qui la constitue »exprime Philippe Robert décrivant l’architecture comme
un « métissage à partir d’époque et langages différents »les villes et l’architecture ne sont pas
des musées, ce sont des lieux d'usages qui évoluent avec leurs usagers Philippe Robert dans
Reconversions exprime le fait « que la réutilisation est souvent le seul moyen de le (édifice
historique) sauver» sinon il se retrouve vide de sens et d'intérêt. Face à des sites immenses ayant
déjà une histoire très présente de quelles manières pouvons-nous intervenir ? Quels sont les
différents types d’interventions ?

Il existe différentes manières d'intervenir sur ces sites : conservation, réhabilitation, et


reconversion. La conservation ou restauration consiste remettre en état un bâtiment pour éviter
qu’il ne se détériore d’avantage. La réhabilitation est l’action de remettre à neuf sans changer
la fonction du bâtiment à la différence de la reconversion qui change les usages.

Dans cette dernière intervention, « Il s’agit d’imaginer des usages nouveaux et une réadaptation
architecturale pour des bâtiments, selon la logique urbanistiques des années 1950-1960, étaient
destinés à la démolition pour laisser place à des opérations de rénovation urbaine ou à des
programmes s’inspirant de cette même pratique urbaine»

47
REICHEN. B, op cit, p: 44.

33
« Recomposer un édifice et lui affecter un nouvel usage, ce n’est pas transformer son identité.
C’est au contraire une façon de respecter son identité pour mieux révéler la »" sans oublier de
rendre visible les parties anciennes des parties nouvelles » 48.

Philippe Robert va montrer à travers les exemples contenus dans son Ouvrage, diverses
démarches architecturales «vis à vis du bâtiment existant». Trois démarches vont être mises en
évidence, celle de la «préservation» du passé, celle de la «réinterprétation ou de «l 'affirmation»
de la modernité face au passé. La première vise à compléter ou modifier à un bâtiment dans le
but de le reconstruire à l’identique. Ceci pose la question de la datation du bâti ainsi que de son
intégrité car les éléments rajoutés ne sont pas fait avec le Savoir-faire de I’ époque et les mêmes
matériaux. Ensuite, la réinterprétation prône «une relation dialectique entre le nouveau et I
’ancien » ou domine la vérité des matériaux et « le respect de la logique constructive de
l’existant ».Ce type d’intervention peut s’exprimer par la conservation de la forme du bâti avec
des matériaux modernes. Enfin le contraste est l’exagération « de la différence entre le nouveau
et l’ancien ». Philippe Robert critique cette approche en signifiant que « cela conduit à des
œuvres conçus selon deux langages qui se côtoient mais s’ignorent » 49, Il prône le dialogue
entre l'existant et le nouveau. «Dans tous les cas, C’est un respect de l’histoire et respect des
logiques constructives » 50qui vont animer ces reconversion.
Ce type d'intervention est décrit «d'architecture comme palimpseste», ce travail de réécriture
du présent sur le passé permet de mettre en relation les différentes époques en évoquant le passé
de l'existant et son futur. C’est une contrainte supplémentaire à celle du programme et du site.
Mais c’est aussi « une source d'inspiration, une matière à travailler comme un sculpteur ». Les
architectes vont pouvoir exprimer leur créativité. Robert Philippe décrit cet exercice comme la
création d'un nouveau langage architectural. Il met aussi en avant l'importance des matériaux et
de la matière dont l'objectif est de les révéler.

De plus, la complexité se trouve dans l’adaptation des nouvelles fonctions à la forme existante.
Après la pensée des Modernes et leurs fonctions fixes, de nombreux exemples vont montrer les
potentiels de ces sites et leurs possibilités d'adaptation. C'est en particulier un travail sur les
espaces intérieurs pour trouver une « adéquation entre les espaces existants et les usages
nouveaux ». Les architectes vont faire le travail inverse de ceux à quoi ils sont habitués. Ils vont

48
Desmoulins Chritine Et Robert Philippe, transcription de l’architecture, p22
49
Desmoulins Chritine Et Robert Philippe, transcription de l’architecture, p30
50
Robert Philippe, reconversion, p2-6

34
partir de la forme pour créer de nouveaux espaces adaptés aux nouveaux usages tout en mettant
en valeur le bâti existant.

Cependant, ces volumes et espaces offrent de la matière à l'imaginaire pour concevoir des
nouveaux logements ou fonctions tenant compte des qualités des grands volumes des bâtiments
industriels. De plus, dû à l'immensité de ces terrains fait qu'ils ne sont pas à l'échelle de l'homme,
leur travail va être aussi de redonner sa place à l'homme sur ces sites où la place de la machine
y était grande.

Toutes ces approches posent la question de la conservation des traces, parfois il est impossible
de garder la totalité du site pour des questions de structure ou d'intérêt architectural ou pour
l'histoire exprimée par l'existant.

4. Langage Technique Relatif Aux Pratiques Patrimoniales :


Bien que trop souvent utilisés indifféremment, les termes « restauration », « réhabilitation », «
réutilisation », « reconversion », « rénovation », « restructuration », « requalification » ont des
sens bien distincts et décrivent des démarches différentes.
4.1. Restauration :
En architecture comme dans le domaine artistique, la restauration est un travail minutieux de
réparation scientifique et de reconstitution historique qui vise à rendre son aspect d’origine à
un édifice historique dénaturé par le temps et l’usage. Cette pratique revendique la conservation
à l’identique du patrimoine bâti au risque de le priver de toute réutilisation possible. Elle
exprime de la manière la plus exacerbée le caractère fétiche du patrimoine en le déconnectant
du contexte actuel et en privilégiant la forme à l’usage.

4.2. Réhabilitation :
La réhabilitation, en architecture, consiste à améliorer l’état d’un bâtiment dégradé ou
simplement ancien afin qu’il puisse conserver sa vocation initiale. Cette opération de remise en
état s’accompagne d’une mise en conformité du lieu selon les normes en vigueur, que ce soit
en matière de sécurité, d’hygiène, de confort ou d’environnement.
Qu’elle soit légère, moyenne, lourde ou exceptionnelle, la réhabilitation est l’une des techniques
de conservation du patrimoine les plus répandues. L’opération « renvoie à une pratique
ancestrale d’amélioration et de renouvellement de la forme bâtie sur elle-même, qui
accompagne l’évolution des façons d’occuper l’espace. On inclut dans cette acception les
interventions qui s’efforcent de conformer un bâtiment à des usages qui se sont modifiés ou à
des occupants qui ont changé. ». Opposée à la restauration qui implique le retour à l’état initial

35
du bâti, la réhabilitation est une habile opération de composition avec les traits et les contraintes
de l’ancien. Ceci suscite un regain d’imagination et d’ingéniosité lors de la production du
nouveau à travers le prolongement et la réinterprétation de l’ancien. Cette approche peut donc
s’opérer sur les quatre niveaux suivants :

A. Réhabilitation légère
Destinée aux édifices relativement bien conservés, ce type de réhabilitation ambitionne
l’amélioration d’équipements ciblés du bâtiment (équipement sanitaire, peintures…). Les
travaux ne ciblent pas les parties communes ou l’installation de chauffage central mais peuvent
s’effectuer sans recourir au déplacement des habitants dans le cas d’intervention sur des
immeubles à usage d’habitation.
B. Réhabilitation moyenne
Dans ce cas, la réhabilitation vise les bâtiments dont la structure porteuse ne présente pas de
désordre. On y effectue des travaux légers sur les parties communes (peinture des cages
d’escaliers, ravalements de façades…) et plus complets dans les parties privatives dans le cas
d’immeubles à caractère résidentiel. Pour des raisons de confort, on peut aussi procéder à
l’installation d’équipements de climatisation et de chauffage.
C. Réhabilitation lourde
Outre le fait d’une entreprise plus complète des travaux décrits en amont, la réhabilitation
lourde permet d’effectuer des ravalements de façades, de réfection de toitures mais surtout des
interventions sur les maçonneries et le gros œuvre.
D. Réhabilitation exceptionnelle
Cette catégorie de réhabilitation est destinée aux immeubles qui se présentent en état de
dégradation avancée. Elle permet de les remettre en l’état à travers le renforcement voire même
le remplacement de certaines de leurs parties comme la toiture, la cage d’escalier ou de leurs
installations. Elle peut aussi préconiser la reprise ou le remplacement de leur structure porteuse
dans les cas où celle-ci présente de nombreuses dégradations susceptibles de la rendre instable.
4.3. Conservation :
La conservation du patrimoine culturel immobilier a été définie en 1976, par le Conseil
d’Europe comme étant : « … l’ensemble des mesures qui ont comme finalité d’assurer la
pérennité de ce patrimoine, de veiller à son maintien dans le cadre d’un environnement,
approprié, bâti ou naturel, ainsi qu’à son affectation et son adaptation aux besoins de la société

36
51
» Alors, la conservation ne concerne pas désormais uniquement le maintien de la valeur
culturelle du patrimoine bâti, elle doit répondre à deux objectifs. D’abord garantir la pérennité
du patrimoine bâti, par la conservation dans son sens opérationnel étroit :

« La conservation des monuments, ensembles architecturaux et sites par : des dispositions de


sauvegarde, des mesures de conservation physiques de leurs éléments constitutifs et, des
opérations de restauration et de mise en valeur… [visant ainsi à]… à assainir et à adapter leurs
structures internes aux exigences de la vie moderne en veillant à sauvegarder les éléments de
valeurs culturelles».

L’ICOMOS a donné un sens plus large à cet objectif, au-delà de la conservation d’état
physique, insistant sur la conservation de la valeur culturelle ainsi que son contexte : «Le but
de la conservation est de prolonger la vie du patrimoine culturel et, si possible, de clarifier les
messages artistiques et culturels qu’il contient sans en altérer l’authenticité et la signification.
La conservation est une activité culturelle, artistique, technique et artisanale fondée sur les
études humanistes et scientifiques ainsi que sur une recherche systématique. La conservation
doit donc tenir compte du contexte culturel dans lequel elle s’inscrit ». Le deuxième objectif de
la conservation du patrimoine bâti est de l’intégrer dans la vie contemporaine, par le biais
d’usage. en l’adaptant aux exigences de la société actuelle : « L’intégration dans le cadre de vie
de la société actuelle des monuments, ensembles architecturaux et sites par la mise en œuvre de
programmes : de revitalisation, qui visent à rendre vie aux monuments et aux constructions
anciennes situés dans les ensembles architecturaux en leur attribuant une fonction sociale
éventuellement différentes de leur fonction originelle. Mais qui sont compatibles avec leur
dignité et correspondre, autant que possible, au caractère du cadre dans lequel ils s’inscrivent ».

4.4. Réutilisation :
La réutilisation d’un édifice pour une fonction à laquelle il n’était pas destiné initialement est
un phénomène spontané et fréquent au cours de l’histoire. Elle se justifie par l’intérêt
économique de réinvestir des édifices existants pour leur situation et leurs droits acquis. Chaque
époque en offre de nombreux exemples : temple romain transformé en église, manufacture
textile en hôtel particulier, halle de verrerie en grange, couvent en filature, palais transformé en
musée... Sans compter les usines réaffectées à d’autres activités industrielles. La réutilisation
reste avant tout une démarche d’opportunité et la valeur patrimoniale du site n’a pas un caractère

51
Conseil de l’Europe, Comité des ministres, L’adaptation des systèmes législatifs et règlementaires aux exigences
de la conservation intégrée du patrimoine architectural. Résolution (76) 28, 256e réunion des délégués des
ministres, adoptée le 14 avril 1976, p : 2.

37
déterminant dans ce processus. Dans la plupart des cas, la réutilisation d’un bâtiment, pour peu
qu’il soit en bon état, ne demande que peu de travaux d’adaptation. Il peut même parfois s’agir
d’un banal transfert de propriété.

4.5. Reconversion :

La reconversion se différencie de la réutilisation par son intentionnalité et la mise en œuvre


qu’elle implique. Elle exprime la volonté consciente et raisonnée de conserver un édifice dont
la valeur patrimoniale est reconnue tout en lui redonnant une valeur d’usage qu’il a perdue.
Contrairement à la réutilisation, le changement d’usage qui s’opère lors d’une reconversion
nécessite l’adaptation du bâti à ce nouvel usage, mais ces transformations s’effectuent dans le
respect de l’esprit du lieu et en conservant la mémoire de la fonction originelle. En cela, la
reconversion constitue une véritable démarche de préservation du patrimoine et l’évolution
naturelle de tout édifice, n’en déplaise aux plus stricts défenseurs du patrimoine qui tendent à
considérer qu’un édifice doit, pour conserver sa valeur patrimoniale, être figé dans sa
configuration d’origine. Néanmoins, la reconversion d’un monument historique est un exercice
combiné qui associe la restauration des parties protégées et la réinvention de celles qui ne le
sont pas.
« Transformer : c’est celle qui réemploi, recycle, s’enracine sur un édifice ayant le double
avantage être évocateur et une œuvre, autrement dit nourrir d’une puissance poétique,
esthétique insolites et bénéficiant déjà d’une morphologie spacieuse, d’une structure solide et
bien tramée. C’’est la richesse du mariage mixte, de l’alchimie permanente de deux mondes
qui dialoguent (…) ». 52

4.5.1. Objectifs de la reconversion :


Elle vise une meilleure exploitation des potentialités de l’édifice tout en changeant son usage.
De la « reconversion» nait une œuvre architectural inédite simulée par tes contraintes de I'
existant. La reconstruction lance un défi à l'ancienne conception en gérant les contraintes l' état
existant qui fixe des règles en exigeant de la réflexion pour les contourner.
La reconversion est un processus d’intervention qui ne peut pas être dissocié de celui de la
création, toutefois, il peut y avoir quelques principes lesquels l’architecte peut prendre en
considération. Emmanuelle Real 53, dans son article « Reconversions, L’architecture

52
OURISSIER. G, Transformer, une nouvelle discipline de la continuité urbaine, [en ligne]. Disponible :
http://www.constructif.fr/bibliotheque/2002-5/transformer-une-nouvelle-discipline-de-la-continuiteurbaine.
Html ? Item id=2422. [Consulté le 13/12/2013], 2002. 89 In Situ, 26/2015.
53
Emmanuelle Real, Reconversions, l’architecture industrielle réinventée, Ministère de la culture, In Situ (en
ligne), 26/2015, p : 48

38
industrielle réinventée » apparue dans la revue des patrimoines « In situ » présente quelques-
uns :
4.5.2. La forme dicte la fonction : priorité à l’existant.
La première règle en matière de reconversion impose de repenser la dialectique forme/
fonction. En effet, contrairement à la démarche architecturale qui s’applique à la construction
neuve (« form follows function », (Louis Sullivan, 1896), la reconversion s’appuie sur une
logique inversée : ce n’est pas le programme qui détermine l’espace à créer, c’est l’espace qui
est la donnée première et le programme une variable qui doit s’y ajuster. La qualité d’une
reconversion est donc toujours liée à l’adéquation entre la forme existante et la nouvelle
fonction, l’espace disponible et les besoins du programme, la configuration des lieux et le
fonctionnement possible, l’image ancienne et la nouvelle. « C’est la nature du bâtiment existant
qu’il convient d’analyser avant de pouvoir suggérer une utilisation nouvelle ». Comme l’ont
toujours affirmé les architectes Bernard Reichen et Philippe Robert : La reconversion n’est pas
un art mineur, [...] c’est bien de création qu’il s’agit. Car intervenir sur un édifice existant, c’est
composer avec lui, c’est jouer avec des contraintes qui s’ajoutent à celles du programme et des
règlements. Ces contraintes sont des supports à l’imaginaire, elles permettent de développer des
solutions architecturales qui n’auraient pas été inventées !
4.5.3. La compréhension du bâti :
Une bonne compréhension culturelle et structurelle du bâti existant est indispensable pour saisir
l’esprit du lieu et préserver son authenticité.
Au-delà des diagnostics techniques et fonctionnels, cette connaissance culturelle est
indispensable pour permettre au maitre d’œuvre d’intégrer dans son parti de reconversion, la
dimension patrimoniale du site et respecter autant que possible la mémoire de sa fonction
originelle.
4.5.4. La lisibilité des interventions :
Le troisième principe, issu de la charte de Venise (1964), est celui de la lisibilité des
interventions. Cette règlementaire impose aux architectes d’exprimer sans ambigüité leurs
nouvelles interventions afin de les différencier de l’état antérieur. Il ne s’agit plus, comme le
pratiquait Viollet-le-Duc, de faire du pastiche en effectuant une interprétation historique
excessive. Les modifications et adjonctions opérées sur le bâtiment pour satisfaire au nouvel
usage peuvent être importantes, mais elles doivent toujours s’exprimer sur un registre
stylistique différent afin de rendre lisibles les diverses strates temporelles.

4.5.5. La révélation des dispositions d’origines :


39
Chaque fois que cela est possible, la reconversion d’un bâtiment doit être l’opportunité de
révéler les matériaux qui le constituent, de montrer sa structure et de valoriser les détails de sa
mise en œuvre, éléments qui avaient pu se trouver occultés au fil du temps.
4.5.6. La sympathie avec l’édifice :
Le cinquième principe impose à l’architecte de se limiter strictement aux interventions
nécessaires compte tenu du nouvel usage et à préserver l’esprit du lieu. La démarche relève
d’un équilibre subtil entre conservation et intervention. Un traitement modeste, attentif à la
mémoire et à l’atmosphère des lieux, est souvent un gage de réussite dans la dimension
architecturale et sociale de la reconversion.
4.5.7. La réversibilité et la mutabilité :
La difficulté de la reconversion réside dans la contradiction apparente qui est de vouloir à la
fois pérenniser les traces architecturales existante et maitriser un nouvel usage qui risque d’être
limité dans le temps. Il s’agit donc de ne pas exclure, par une intervention radicale, l’éventualité
d’un changement d’usage ultérieur.
4.6. Rénovation :
Si l’on considère les grandes opérations de rénovation urbaine menées dans les années 1960-
1970, le terme est une complète antinomie. Rien de commun, en effet, entre ce qu’il laisse
entendre et la réalité qu’il recouvre. S’il y a bien remise à neuf, c’est par la table rase qu’elle
s’opère. La rénovation est un acte radical qui consiste le plus souvent à raser un bâtiment ou un
îlot pour reconstruire sans référence au contexte préexistant. La politique mise en œuvre depuis
les années 2000 par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) est une notion
différente qui vise à restructurer des quartiers en difficulté dans un objectif de mixité sociale et
de développement durable par la réhabilitation de bâtiments dégradés.

5. Friches industrielles

5.1. La notion de friche : «Les origines du mot friches sont à rechercher dans le
domaine de l’agriculture, Etymologiquement, il provient en effet d’une évolution
du terme médiéval néerlandais Versh, qui signifie terre fraiche » 54

Par extension, le terme désigne aujourd'hui toute chose inutilisée depuis un certain temps, dont
le potentiel n'a pas été développé. L'arrivée du terme de friche dans les sciences sociales a été
systématisé par le géographe allemand Wolfgang Harke (idem : XIV) : « Sozialbrache » décrit

54
Emmanuel REY, Régénération des friches urbaines, recycler l’urbain.

40
les terrains abandonnés, justement « laissés en friche » à proximité des villes, voire dans les
villes. «La friche sociale concerne des immeubles à vocation locative ; pour caractériser
l'abandon ou la sous-utilisation de bâtiments et de terrains à vocation industrielle, on parle
alors de friche industrielle » 55.

Le terme de friche industrielle définit des espaces, bâtis ou non, désertés par l’industrie depuis
plus d’un an, et souvent dégradés par leur usage antérieur ou par leur abandon prolongé. À
l’origine, loin d’être perçus comme les précieux témoins d’une culture industrielle, ces lieux
sont le révélateur d’une rupture économique, voire d’un traumatisme social et véhiculent une
image négative.

« À la fois intouchables et ambigus ces espaces apportent des qualités tout en laissant planer
l’angoisse et la crise. Une poétique du vide s’écrit au travers de ces creux. Comme des œuvres
d’art accrochées à un musée, ces dents creuses sont inaccessibles, impalpables et pourtant on
ne peut nier leur valeur ajoutée » 56.

Maillon fort du patrimoine industriel, la friche renvoie aux terrains qui ont été désertés par des
industries qui s’y étaient implantées avant leur délocalisation ou arrêt total ou partiel de leurs
activités. Cependant, c’est aux terrains qui abritent encore des bâtiments non démolis et non
utilisés de ces activités passées que la définition renvoie le plus souvent. Elle est le témoin
d’une époque passée ayant marqué et façonné un lieu donné. Miroir d’une nature morte,
stigmate d’une activité et d’une présence révolue, la friche industrielle témoigne cependant de
la culture industrielle des régions, de leur mémoire industrielle, de la richesse et de la diversité
de leur tissu urbain mais surtout de l’évolution de leur vocation à travers le temps.

«Le temps [...] transforme des espaces utilitaires pour une génération en espaces luxueusement
vastes pour la génération suivante, et telle construction tout à fait banale à une époque donnée
deviendra une aberration architecturale très utile à l’époque suivante.» 57

Les friches sont plus spécifiquement caractérisées par :

55
Marianne Thomann, Potentiel des friches industrielles des secteurs de gare pour un développement urbain
durable, Géographie, 2005
56
Benjamin Revire, La ruine contemporaine, Recherche sur ses opportunités pour l’Habitant, l’Architecte et
l’Architecture, Directrice de Mémoire : Danielle Martin, École Nationale Supérieure d’Architecture de
Strasbourg, Janvier 2015
57
Ouvrage traduit de l’américain par Parin-Senemaud (Claire), Jacobs (Jane), Déclin et survie des grandes villes
américaines, Liège, Architecture + Recherches / Pierre Mardaga, 1991

41
- une situation de déséquilibre, qui correspond à une inadéquation entre potentiel d’utilisation
du site et les activités qui s’y déroulent (situation de dysfonctionnement, de déshérence,
d’obsolescence).
- une durée prolongée sans investissements, qui tend à réduire de manière significative la valeur
d’usage, voire la valeur d’échange, dans un avenir prévisible.

5.2. Les causes génératrices de la constitution de friches

Toute ville présenterait à chaque moment de son histoire une parfaite cohérence entre son
contenant (sans tissu bâti) et son contenu (des activités), ces deux composantes, essentielles de
l’identité urbaine, sont régies par des logique différentes. L’évolution des données
socioéconomiques selon des cycles temporels relativement courts, et les réponses en termes de
constructions, d’équipement et de réseaux, et aussi le passage progressif d’un état d’équilibre à
un autre est possible par multiples transformations et adaptations. Dans ce décalage que réside
la cause fondamentale de l’apparition de friches urbaines ainsi La friche est une phase normale
de la ville qui résulte de l’inadéquation à un moment donné entre la structure urbaine et la
fonction qu’elle est censée contenir. Elle fait partie intégrante du processus de renouvellement
des villes. Ce sont des espaces résiduels et nécessaires. Le recyclage de l’espace urbain n’est
pas instantané et les besoins de la ville changent. Suivant la capacité des acteurs à réagir, les
friches peuvent rester en l’état plus ou moins longtemps.

Des raisons variées sont à l’origine de la création de friches à diverses échelles :

• des raisons liées à l’économie mondiale et à ses transformations qui engendrent des
délocalisations et des transformations de l’outil de production qui devient obsolète,

• des raisons stratégiques des différents acteurs institutionnels concernant leur patrimoine
foncier et immobilier (Réseau Ferré de France, Gaz de France, le ministère de la Défense,
promoteurs commerciaux…),

• des raisons locales liées au changement effectué lors de la révision des documents
d’urbanisme qui imposent une modification de l’usage prévu du terrain,

• des raisons liées au terrain lui-même, les difficultés d’accessibilité et la pollution du terrain
dont le coût de traitement peut être élevé, étant des causes importantes de création de friches,

• des raisons individuelles provoquant de la rétention foncière à des fins de spéculation par
exemple.

42
5.3. Prise en charge des friches industrielles à travers le monde

La friche industrielle est devenue sujet discussion, alors que pour certains elle constitue un
cadre de vie ignoble et sans joie pour les groupes condamnés à évoluer dans son environnement,
ou encore une barrière à la croissance saine de la ville. Il y’a aussi ceux, pour qui la friche est
le symbole de l’histoire d’une société, de l’histoire d’un travail et d’un savoir-faire technique,
et surtout l’histoire de toute une culture industrielle qui au temps présent se trouve être mise en
péril. Ce n’est que tardivement que les architectes ont pris conscience du potentiel des œuvres
industrielles. Leurs volumes spectaculaires, amples, malléables, et souvent surdimensionnés
n’ont été mis à profit qu’à partir de 1980, avec notamment, les travaux faits sur les docks de
Londres, la réhabilitation de la gare d’Orsay et bien d’autres exemples.

6. Outils d’intervention sur un patrimoine :


Toute intervention sur un bâtiment est unique car aucun bâtiment n'est identique à un autre. Ces
outils partagent cependant des critères communs : travailler sur un environnement préexistant
et dégradé qu'il faut soigner tout en exploitant ses qualités. Partant de cette idée, on peut classer
ces outils en ponctuation, révélation ou prolongement.

6.1. La Ponctuation :

C'est le fait de couronner un bâtiment ancien. C'est une intervention contemporaine qui signe
la réintégration de l'édifice dans le paysage urbain actuel par la superposition d'une nouvelle
strate de temps. Cette extension en hauteur est une occasion de repenser le bâtiment
formellement et fonctionnellement. Le geste qui peut être purement esthétique redonne au
bâtiment un coup de jeune et par la même occasion une symbolique nouvelle. La nouvelle partie
montre, met en valeur, révèle, indique, la partie ancienne. Comme le dit Alexandra Georgescu
Paquin 58dans sa thèse, la ponctuation agit comme un indexe pointé vers le bâtiment ancien.

58
Alexandandra Georgescu Paquin, « Actualiser Le Patrimoine Par L’architecture Contemporaine », presses de
l’Université du Québec-chap4 : p 156

43
Exemple l’opéra de Lyon, France Par Jean Nouvel

Figure 1: l’opéra de Lyon avant/après


l’intervention

6.2. La Prolongation :

Intervention sur un édifice en vue de l'agrandir. Elle se manifeste sous forme d'une annexe, une
extension du bâtiment, et toujours en continuité avec l'existant. La prolongation est une
extension en vue de l'actualisation du bâtiment, elle peut suivre le langage architectural de
l'existant comme elle peut s'exprimer dans un langage contemporain le tout maintenant une
cohérence formelle et fonctionnelle. Exemple : École De Musique De Louviers, France Par
Bruno Decaris, Agnès Pontremoli, Pierre Tisserand Le monastère a été construit en 1659. Il a
été reconverti en prison et tribunal en 1789 puis en école de musique en 1990. Un volume
additionné en 2012 est recouvert de panneaux miroitant donnant I ‘illusion de la continuité du
bâtiment.
Exemple : Ecole De Musique De Louviers, France Par Bruno Decaris, Angnes Pontremoli,
Pierre Tisserand

Figure 2 : Ecole De Musique De Louviers


avant/après l’intervention

44
6.3. La Révélation
Ce type d'intervention sur le patrimoine est généralement dans le but de mettre en valeur. La
révélation consiste, contrairement à la ponctuation et à la prolongation, à la remise de l'édifice
objet de I ‘intervention dans le centre du champ visuel : lui redonner toute son importance en
le révélant au monde qui l'entoure. Ceci est dû au fait que souvent, les bâtiments patrimoniaux
sont des édifices cachés, soit par tous les nouveaux bâtiments qui les entourent, soit à cause de
leur mauvais état qui les a rendu invisibles au fil du temps. La révélation est une intervention
qui célèbre le patrimoine, qui le met en avant.
Exemple : Le Convent de Saint Francesc Santpedor, Espagne par David Closes La
construction de l'église Saint Francesc date de 1729. Elle a été reconvertie en centre culturel en
2011. Mise à part la réhabilitation de l'édifice, L’intervention consistait à évider une partie de
la façade pour révéler l'intérieur de l'église

Figure 3: Le Convent de Saint Francesc


Santpedor avant/après l'intervention

45
II. Les projets de références

Après avoir interrogé la notion du patrimoine industriel, et les différents aspects qui lui sont
associés, à travers une lecture du cadre théorique, une deuxième lecture, celle des « projet de
référence » serait pertinent pour appréhender les principaux facteurs d’influences sur les
pratiques et les usagers, et des éléments conceptuels et théoriques se rapportant à notre projet.
Et dégager les nouvelles tendances dans l’aménagement des friches industrielles.
Grille d’analyse :
Dans ce processus, on va porter un regard sur les dimensions historique, le contexte urbain, les
critères de qualités, la démarche développée, les méthodes employées, les productions réalisées.
Présentant chacun une façon distincte de reconversion et rénovation des friches industrielles.

1- LES ANCIENNES ACIERIES DE LA MARINE, LYON, FRANCE


Critères de choix :
Nous avons choisis d’analyser ce projet pour plusieurs motifs :
- La liaison quartier/ friche industrielle
- L’aménagement paysager de l’ensemble de la friche

Figure 4: Photo aérienne du site


Source : Saint-Chamond

46
1.1 Situation :
La ville de Saint Chamond se situe à l’Est do Saint-Etienne, le long de la valleé du Gier. Le site se
trouve au Sud-Ouest du centre-ville et
aux portes du Parc Naturel Régional du
Pilar. Il est enclavé à l'Ouest par
l’autoroute, à l'Est par la voie ferrée.

Il a était marqué par deux siècles


d'industrie. Le terrain est forme de
trois grands espaces, une terrasse
haute, une terrasse basse et
des pistes d'essais de véhicules
Figure 5: plan d situation
militaires. Ce dernier est sillonné Source : Saint-Chamond
par Ia rivière du Janon. Les bâtiments existants sont des halles en structure métallique.

1.2 Histoire :
Le site se trouve à l'emplacement d’anciennes aciéries et compte 45 ha. Cette zone s'est
développée le long de la rivière du Gier, à partir des années 1820 par l’installation d’une
forge. La compagnie des hauts fourneaux, forges et aciéries de la marine et des chemins de
fer vint y installer son siège. Celle-ci produisait des pilons, des presses à forger, des blindages
de cuirasses, des canons et des locomotives. En 1860, Ia rivière du Gier fut enterrée pour

Figure 6: Aciéries de la Marine Saint-Chamond, Lyon, France


Source : Saint-Chamond

47
faciliter le développement du site industriel. En 2000, l'entreprise Ia plus importante ferme
ses portes. Aujourd’hui, II ne reste qu'une dizaine d’entreprises majoritairement dans le
domaine de la grosse mécanique et dans Ia filière de l’énergie.

Figure 7: Entre Passé et présent - Les aciéries &sorrels an friche Saint-Chariot-id, Lyon, France
Source : Saint-Chamond

1.3 Mémoire de site :


(Il ne faut pas vouloir remplir I 'espace à tout prix. aller trop vite mais reconstruire un vrai
projet..) Bernard Paris. Saint-Chair-nand refand Les acieries, Traies iabains n°40

L’agence d'architecture Bernard Paris qui a conçu le plan masse apporte beaucoup d’importance à
l'histoire industrielle du site et à son activité. Ils ont eu l’idée de créer un éco-site industriel
pour conserver l'activité et assurer la continuité des mémoires accumulées.
Le travail sur la mémoire du site a été fait en lien avec des chercheurs et des associations pour
créer un lien entre le passé et le futur. L’ouverture de la maison du projet au cœur de la Halle 01
illustre l'histoire du lieu et habitue les habitants aux mutations à venir. L’objectif de la
restructuration est :

- Réconcilier la (friche avec les differentes composantes de la ville.


- La valorisation de l'histoire du site, de son identité.
- La préservation de son patrimoine industriel.
- La création d’un quartier mixte.

48
1.4 Le programme :
Le plan masse global fut réalisé par l'agence d'architectes urbanistes Bernard Paris. L’agence
adopte une réflexion globale pour l'aménagement du site. Suivant la concertation de la
collectivité et le besoin actuel des habitants, Bernard Paris ne compte pas tout construire à la
fois. IL trace les grandes lignes directrices et l'affectation des nouvelles zones comme indiquée
dans le plan masse à droite. La zone fut ensuite découpée en lots puis soumise à un concours.

Le programme se compose de :
- Un éco-site industriel avec 30 000 m2 de halles à requalifier
- Une nouvelle zone économique et artisanale
- Des parcs paysagers linéaires
- Un quartier durable mixte comprenant 300 logements
- Des commerces et des loisirs de 17 000 m2
- Un pôle culturel et des services
- Des terrains constructibles 75 000 m2.

1.5 Les intentions urbaines :


Les premières intentions sont ('insertion urbaine et paysagère du site, le travail sur l'accessibilité
à travers les nouvelles voiries et la valorisation des liaisons urbaines avec lieu et Le Creux. Au
niveau de 1’accessibilite, une halte train-tram va être crée ainsi qu'un échangeur d'autoroute.

Figure 8: Nouvelles voiries - Nouveaux accès, Saint-Chamond, Novaciere. © Bernard Paris

49
Pour rendre le site plus attractif, on met en place de nouveau accès principalement pour les
déplacements doux qui n'avaient auparavant pas leur place au rein du site. Les habitants des
quartiers alentours peuvent traverser le site pour se rendre dans le centre-ville par des parcs
au lieu de passer par les routes. Ceci est plus agréable et apporte non seulement de nouvelles
qualités au site mais aussi au quartier en créant des espaces verts de respiration.

Les architectes ont créé des places et des entrées de parc aux extrémités du terrain, ils ont un
rôle de point d'accroche avec les quartiers environnants. La place minérale au Nord du site
est en lien direct avec la Halle 01 compose de logements, commerces et loisirs.

Figure 9: plan de masse général, nouvelles vocation Saint-Chamond, Novaciere. © Bernard Paris

50
1.6 Aménagement paysager :

Figure 10: Aménagement paysager - Aciéries de la Marine à Saint-Charriond- Novaciere @ Agence de paysage InSitu

L’ensemble des trois parcs, le parc du Gier, le parc de la Butte et le parc de la Coulée du Janon
sont aménagés sous la forme d’un parc évolutif aménagé par Agence de paysage InSitu. Un
travail de mise en scène et de lumière sera présent sur la totalité du site pour animer les lieux
durant la nuit.

Figure 11: Aménagement paysager - le parc de la Coulée du Janon -Aciéries de la Marine à Saint-Chamond-
Novaciere @ Agence de paysage InSitu

51
L’agence InSitu ne considère pas les parcs comme un lieu de passage mais un espace proposant
une pluralité & usages et d'activités. Le but est de dynamiser le site et de développer la vie sociale
dans les lieux. Pour cela, l'aménagement paysager propose des aires de sport, de pique-nique,
des spectacles et des pistes cyclables.

Figure 12: Aménagement paysager -Parc du Gier- Aciéries de la Marine à Saint-Chamond- Novaciere @ Agence de
paysage InSitu

52
1.7 Les concepts clés :

53
2- STATION F, PARIS, FRANCE, FRANCE
Critères de choix :
Nous avons choisis d’analyser ce projet pour plusieurs motifs :
- La scénographie spatiale
- programme fonctionnel

2.1 Situation :

Figure 13: plan de situation

54
Initialement connectée au réseau ferré de la gare d'Austerlitz et destinée à abriter les opérations
de transbordements train-camion, Station F de start-up géante est située au cœur du secteur en
renouvellement urbain de la ZAC Paris Rive Gauche, en contrebas de la Bibliothèque François
Mitterrand, dans le 13ème arrondissement de paris.

2.2 Présentation du campus :


Station F est un campus de startups, inauguré le 29 juin 2017, réparti sur 34 000 mètres carrés et
situé dans la Halle Freyssinet, à Paris. Il a été créé par Xavier Niel et est dirigé par Roxanne Varza.
Il s'agit du plus grand campus de startups au monde. C'est le projet d'incubateur numérique de la
municipalité dédié aux start-up et aux entreprises innovantes.

Figure 14: Parvis Station F extérieur


Source : @archizter.com

Le campus Station F s'étend sur 34 000 mètres carrés et héberge une zone startup de plus de 3 000
stations de travail, un marché, 26 programmes internationaux d'accompagnement et
d'accélération, des espaces événementiels et plusieurs lieux de restauration.

Le bâtiment dispose d'espaces de réunions, d'un restaurant, de trois bars et d'un auditorium de
370 places. Dans l'incubateur sont également présents des services indispensables au
fonctionnement des startups : des fonds d'investissement, un FabLab, des imprimantes 3D et
des services publics.

55
Figure 15: Espace évènementiel, inauguration - Station F
Source : @archizter.com

2.3 Halle existante - avant la transformation :


La Halle Freyssinet, rebaptisée Station F, est un bâtiment ferroviaire remarquable en béton armé
précontraint réalisé entre 1927 et 1929 par l'ingénieur Eugène Freyssinet pour les messageries
de la gare d’Austerlitz. Une technique innovante de mise en œuvre du béton a permis de doter
cette halle d'une structure porteuse d'une exceptionnelle légèreté, ce qui lui vaut d'être classée
depuis 2012 à l'Inventaire des Monuments Historiques

Figure 16: La Halle Freyssinet avant la transformation


Source : Google image

56
Figure 17: plan de la Halle Freyssinet
Source : @archizter.com

D'une longueur de 310 mètres pour 58 mètres de large, La Station F est constituée de trois nefs
parallèles (2,7 et 8m) faites de voûtes minces en béton précontraint dont l'épaisseur peut s'affiner
pour atteindre moins de 5 cm au faîtage.

L'ensemble des voûtes est cintré par des tirants (3 et 4) avec des auvents suspendus (10 et 11)
et qui bordent le bâtiment des deux côtés. Ils permettent :

- Une extrême finesse structurelle de l'ensemble en servant de contrepoids.


- Un équilibre du squelette en béton (en tension) pour réduire les forces qui le
traversent.

Figure 18: section structure de La Halle Freyssinet-Station F


Source : @archizter.com

57
2.4 Programme fonctionnel :
Le programme consiste à transformer de la Halle Freyssinet en campus de start-up constitué de
trois nefs parallèles. Le programme porte sur la création d'un centre d'accueil, de rencontre et
de partage numérique, d'un auditorium, et des salles de réunions.

Figure 19: plan du campus


Source : @archizter.com

58
Figure 21: nef central, la zone create-Station F
Source : @archizter.com

Figure 20: le forum-Auditorium, nef central-Station F


Source : @archizter.com

Figure 22: la zone Chill, restaurant, nef central, Station F


Source : @archizter.com

59
2.5 Les intentions conceptuelles :
La première intention est de reconnecter le projet avec son quartier à travers la requalification
de ses abords et le travail de son accessibilité. Pour cela les architectes créent un grand parvis
côté Nord et des jardins à étage au Sud. La structure en béton précontraint est conservée en
totalité servant de couverture pour l’ensemble du campus.

Figure 23: Le parvis Nord, Station F


Source : @archizter.com

Le projet est traverse par deux passages urbains couverts qui relient les deux quartiers séparés
par l'ancienne voie ferroviaire. Ils sont dotés de vitrines numériques pour promouvoir les
innovations digitales faites dans le campus.
Des boutiques et des commerces ont été prévus tout le long des passages ombragés (les auvents)
pour attire les passagers.

Figure 24: Vitrines numériques - Passages ombragés .Station F


Source : @archizter.com

60
La halle existante, de 11 m de hauteur, présente un grand volume dégagé couvert par
les voûtes en béton précontraint. Pour répondre au programme très chargé du campus,
les concepteurs profitent de la hauteur existante pour ajouter des niveaux intermédiaires
sur les deux nefs latérales (Fig.25)

Figure 25: Structure existante et les modifications planifiées, Station F


Source : @archizter.com

Ces niveaux vont abriter la majorité des espaces de travail avec les 8 villages (Zone Create).
Des micro-pieux sous Les bases ont été prévus pour consolider la structure existante des
poteaux. Les anciens rails se sont transformés en vestiaires et casiers pour les travailleurs.

Figure 26: Aménagement des entités de travail, Station F


Source : @archizter.com

61
Les niveaux intermédiaires sont aménagés sous forme de plateaux libres et ouverts. Ceci va
permettre de moduler et d'aménager l'espace en fonction des besoins spécifiques de chaque
entité de travail (10). Par exemple, des entreprises telles-que Microsoft et Amazon ont réservé
toute une entité (ensemble de bureaux) (10) pour leurs travailleurs.

En plus de la flexibilité de l'espace de travail, l'intimité et le bien-être de I individu sont au cœur


de la conception des nouveaux aménagements. Les architectes proposent des conteneurs privés
pour les salles de réunions et des bureaux individuels donnant directement sur la nef centrale.
Un espace de service, composé d'une cuisine, des toilettes et des conteneurs privés, est réservé
pour chaque entité de travail.

Figure 27: Les Espaces de travail, Nef latérale, Create zone, Station F
Source : @archizter.com

Figure 28: Tech-shop, vitrine numérique, station F


Source : @archizter.com

62
2.6 Concepts dégagés :

63
Figure 29: concepts dégagés de l'intervention- projet de référence STATION F

3- La Transformation De La Halle LIBELCO A Un Jardin D’hiver :


Critères de choix :
Nous avons choisis d’analyser ce projet pour plusieurs motifs :
- La liaison quartier/ friche industrielle
- L’aménagement paysager de l’ensemble de la friche
- La scénographie urbaine
- Le processus d’intervention.

64
Le projet Libelco propose le recyclage d’une ancienne halle industrielle en jardin d’hiver. Ce
nouvel espace public projeté permettra ensuite le recyclage du bâti, dans certains cas par la
réaffectation et la rénovation d’autres bâtiments industriels adjacents, et dans d’autre cas par la
restructuration de l’îlot par la réorganisation des masses bâties vers une plus grande qualité du
cadre de vie.

Figure 30: La Halle LIBELCO


Source : MetroLab - LOCI

65
3.1 Description typo-morphologique :
L’édifice qui nous intéresse est une grande halle industrielle de 1780 m² datant de 1910
appartenant initialement à une société de négociants en charbons et matériaux de construction,
F. et E. Peeters, fondée en 1836. L’architecture de la halle répond avant tout à une fonction de
stockage directement liée à une fonction de transbordement via deux passerelles de chargement
surplombant le canal. La halle s’implante perpendiculairement au quai de l’Industrie dans un
îlot densément bâti de 2ha (120m x 160m). Cet îlot présente une forte mixité de formes bâties
qui s’accompagne d’une mixité fonctionnelle historiquement bien plus hétérogène
qu’aujourd’hui : les entrepôts, ateliers et fabriques étant maintenant dédiés quasi exclusivement
au commerce d’import-export de voitures d’occasion. La caractéristique de mixité typologique
n’est pas propre qu’à l’îlot Libelco, elle caractérise globalement les tissus urbains du quartier
Heyvaert (Bruxelles).

Figure 31: Axonométrie et plan parcellaire de l’îlot Libelco


Source : MetroLab - LOCI

66
3.1 Projet de transformation de la halle Libelco :
Ce projet envisage l’achat et la restauration de la halle industrielle Libelco occupant le cœur
d’un îlot à forte mixité industrie-habitat. Le bâtiment, qui abrite actuellement un commerce de
voitures de seconde main, sera transformé en jardin d’hiver public permettant la traversée de
l’îlot et distribuant des nouvelles activités : crèche, café-lecture, ateliers d’artiste, pôle
d’enseignement innovant, ressourcerie et commerce.

Figure 32: Projet FEDER ‘jardin d’hiver’ intégré à la réflexion globale de revitalisation du quartier Heyvaert
Source : MetroLab - LOCI

Un patrimoine intéressant déterminant l’identité du quartier Il s’agit de :


• Poursuivre activement l’amélioration de la qualité de vie
• Créant de l’espace public, vert, en apportant de l’air et de la lumière
• Prévoir des équipements publics et des activités culturelles

67
Figure 33 : Transformation des cœurs d’îlots industriels en espaces publics.
Source : MetroLab – LOCI
Le concept du jardin d’hiver :

- Il s’agit d’un espace public qui offrira toute l’année de l’espace pour toutes sortes
d’activités.
- Un poumon pour les habitants du quartier.
- Organiser toutes sortes d’évènements

68
- Des marchés, des ateliers, des espaces de dialogue, des expositions libres, des
spectacles, des activités pour les enfants, des activités de repos.

Figure 34: Jardin des fonderies (Île de Nantes, France)


Source : www.Doazan-hirschberger.com

69
3.2 Concepts dégagés
INTEGRATION URBAINE :

- Valorisation des liaisons entre ville / site industriel Diminuer la


rupture avec les quartiers environnants

- Ajouter et Fluidifier les accès / Bonne accessibilité

- Réconcilier les nouvelles composantes avec la ville

INSERTION PAYSAGERE :

- Site plus attractif / Qualité de vie

- Valoriser le site à travers le travail paysager

- Traverser des parcs animés non du lieu de passages

PROMENADE :

- Parc paysager évolutif

- Animation et mise en scène

- Pluralité d'usages et d’activités

DUALITES :
- Urbain / Architecture existante
- Passé / Présent
- Friche Aménagement paysager
- Minéral / Végétal /

OUVERTURE
- Vers les alentours de la ville
- Dynamique urbaine
- Boutiques et commerces

70
4- Le Caixa forum Espagne :
Critères de choix :
Nous avons choisis d’analyser ce projet pour plusieurs motifs :
- La relation ancien / nouveau
- Le processus d’intervention.

Figure 35:Centre culturel La Caixa Forum


Source : www.herzogdemeuron.com

La Caixa Forum appartient au Social Works Foundation of La Caixa, le leader européen des
banques d'épargnes. La fondation est dédiée à des programmes en art, musique, théâtre et
littérature. La Caixa forum est un centre culturel situé près des musées Prado, Reina Sofia et
Thyssen-Bornemisza. C'est une reconversion et extension de la vieille centrale électrique de
Madrid bâtie en 1900. La commission de l'héritage local de Madrid a refusé l'intervention sur
ce bâtiment historique au début, puis a été favorable grâce aux mérites du projet sur le plan
architectural et son impact social dans le quartier

71
Figure 36: Plan de l'environnement da le Caixa forum
Source: p811 dans la revue Ablater 481 (Revealling the Secrets Bhind the Designs - http://Www.mescontext.com

Les architectes ont soulevé le bâtiment existant du sol pour créer une place publique ombragée
et un point d'accès au projet. Dans les 3 premiers étages, il y a essentiellement un programme
d'espaces sans fenêtres. Ces espaces incluent un hall au ter étage, deux niveaux d'exposition, un
café au dernier étage. Au sous-sol, des salles de classe et un auditorium.

Figure 37: Schéma illustrant l'intervention d'Heezog et De mouron


Source : www.herzogdemeuron.com

72
Le concept rappelle I usage classique des pilotis par le Corbusier. Ici les moyens de support
sont cachés : vus de l'extérieur, les trois noyaux semblent disparaître derrière la signalétique et
les vitrages miroitant. Ce qui crée le sens de la tension en posant la masse imposante en
maçonnerie du bâtiment sur <le vide>

Figure 38: Place couverte et signalétique do la Caixa Forum.


Source : www.herzogdemeuron.com
Les architectes ont commencé par démolir l'intérieur et la toiture originale du bâtiment. La
suppression du soubassement du bâtiment (en blocs de granit) crée la place couverte : une
extension de l'espace public dans l'emprise du bâtiment. Par cette intervention, Herzog et De
Meuron font dialoguer extérieur et intérieur, dedans et seri dehors. Par la soustraction de la base
des murs, ils créent un sous-espace abrité et l'entrée de la Caixa Forum.

Figure 39:Entrée principale du bâtiment.


Source : www.herzogdemeuron.com

73
L'addition de deux étages supérieurs recouverts de fonte rouillée, deux étages souterrains et
dédoublement de la hauteur originelle, la surface de l'ancien bâtiment est multipliée par 5 soit
plus de 10.000m2 en totalité.

Les étages additionnés en haut du bâtiment abritent un restaurant et un café. L'intervention


consiste à couronner le bâtiment d'un volume recouvert de panneau en corten (fonte rouillée)
perforé. Le choix de ce matériau explicite la volonté des architectes de créer un lien avec le
temps, l'histoire du bâtiment. Cet écran de corten joue le rôle de moucharabieh et filtre la
lumière du soleil pour créer une ambiance tamisée pendant la journée. Le soir, l'éclairage
intérieur transforme le restaurant en phare urbain et met en valeur l'édifice historique.

Figure 40: schémas structurel de la Caixa forum


Source : www.herzogdemeuron.com

74
Figure 42: Coupe transversale
Source : www.herzogdemeuron.com

Figure 43: Plan Niveau 1 Figure 41: Plan Niveau -1

75
Figure 44: Vue d'ensemble de la Caixa Forum.
Source : www.herzogdemeuron.com

Avec ce couronnement, Herzog et De Meuron ont joué avec plusieurs notions contradictoires.
On retrouve la massivité et la légèreté dans la surélévation du bâtiment en pierre ainsi que dans
l'utilisation de la fonte perforée. La limite entre dedans et dehors disparaît avec l'extension de
la placette publique dans l'enceinte du bâtiment. Un jardin vertical sur le mur mitoyen du
bâtiment voisin vient renforcer cette tension. L'aspect massif de ce projet en a fait aujourd'hui
une laine à Madrid. L'apport social et culturel est assuré par la création de cette place en relation
étroite avec le bâtiment, ainsi que la transformation du mur mitoyen en jardin. L’intervention
pause un regard nouveau sur la notion de parc urbain et de place urbaine. L'espace public gagne
à inclure une fonction culturelle. Les expositions artistiques, les performances musicales et
autres rencontres publiques sont les moteurs des liens sociaux.

- Concepts dégagés :

76
77
Synthèse d’analyse de projets de référence :

Nombreux sont les projets de régénération urbaine et de reconversion qui ont permis aux villes
de se renouveler. L'analyse de ces références, nous a montré que repenser les mutations spatiales
de la ville ne nécessite pas forcément tout raser pour faire du neuf. Il existe des espaces peu
exploités ou même délaissé qui peuvent être récupérés pour injecter de nouvelles activités et
redynamiser de nouveau la ville.

Pendant cette analyse, nous avons vu les différentes démarches de reconversion des sites
industriels pour les réintégrer à la ville. Toutes les interventions abordent la notion de la
préservation et de la mise en valeur de la mémoire des lieux. De ce fait, le site peut être conservé,
réhabilité ou reconverti. La reconversion, celle qui nous a intéressés le plus, puisqu'elle traite la
notion de changement de fonction au sein des espaces existants.

78
Chapitre II :
PHASE ANALYTIQUE

« Composer avec l’urbain, c’est composer : Avec le milieu, Avec l’héritage culturel, Avec
l’environnement existant »
Cahiers de l’IAURP

79
Chapitre 2 : PHASE ANALYTIQUE
« L’analyse du site recèle toujours en elle-même un projet » 59

L’analyse urbaine peut être conçu comme un outil, un instrument indispensable à toute
recherche relative à l’urbain. Aussi comme une phase très importante du processus de la
production urbaine planifiée, L’objectif de ce chapitre s’inscrit dans cette perspective Il s’agit
de comprendre les mécanismes qui arriment les processus de la formation, d’organisation et du
fonctionnement des friches industrielles de notre contexte d’intervention : leur appartenance
historique, leur position dans la ville, leur rapport à la structure urbaine, leur configuration
géométrique, leur structure architecturale et leur aménagement. Cependant les objectifs et les
problématiques de toutes les recherches dans lesquelles elle s’inscrit sont différents, et par
conséquent les méthodes et les approches employées différent à leur tour. Les axes de travail
différent selon les différentes préoccupations et font varier à la fois les objectifs et les
approches.

« Les faubourgs forment des ensembles morphologiques particuliers proposant un paysage et


des ambiances urbaines uniques. Ils témoignent de la croissance de la ville (…) Les
faubourgs représentent des tissus urbains particuliers caractérisés par un système hiérarchisé
de dessertes, rues, ruelles, impasses, et par une échelle du bâti déterminée par un type
d’habitat dominant. » 60

L’histoire du quartier Ibn Rochd « ex Gambetta » est étroitement liée à la formation des
faubourgs d’Oran depuis 1880, une première couronne d’urbanisation dont l’intégration à la
ville s’est faite plus tard, Au début du XXème siècle, la ville déborda au-delà du 1er Bd
Périphérique. Gambetta faisait partie des plus importants faubourgs de la ville d’Oran, du point
de vue économique et de par sa proximité du centre-ville Comme toutes les périphéries de cette
époque. « On en a préparé l'occupation et l'urbanisation, telles qu'on doit la traiter en vue d'un
lotissement bien ordonné. C'est, qu'en effet, le dessin de ces faubourgs a été déterminé, suivant
la règle commune à toutes les banlieues libres de tout obstacle naturel, par la progression des
constructions en bordure ou à proximité des routes, principalement de celles qui divergent et
rayonnent du centre vers l'extérieur » 61

59
Antoine grumbach.
60
Yves Roujon et Luc Vilan, « Les Faubourg De Damas », Presses de l’Ifpo•, 2010
61René Lespès, Oran, Étude de géographie et d'histoire urbaines, Bêl Horizon, DL 2003, p 261

80
1- PRESENTATION ET SITUATION
Le périmètre d’intervention se trouve à Oran-Est, plus précisément au niveau du quartier Ibn
Rochd (ex Gambetta), Il est délimité au nord par la mer méditerranéenne, au sud par le quartier
makkari, à l’Est par le quartier point du jour et à l’ouest par le quartier yaghmoracen. Les axes
principaux qui entourent le quartier sont : au nord et à l’ouest par l’avenue Dix-neuf Mars
(autoroute des falaises), l’est par la rue El Ouahrani Boumediene (2me boulevard périphérique),
au sud par la rue Bougherri Khalifa (ex : avenue d’Arcole) et l’avenue Max Marchand.

Figure 45: situation du quartier Figure 46: délimitation du quartier Gambetta


Source : Google earth traité par l’auteur Source : Google earth traité par l’auteur
2- L’approche typo-morphologique :
2.1 La topographie du site :
Notre quartier présente une pente de 4 %, une topographie légèrement nuancée, ondulée. Une
inclinaison générale de l’ouest vers le nord-est avec une pente faible et qui présente une
obliquité vers la mer. Cette légère pente nous offre une perspective importante (voir figure 14).

Figure 47: Coupe est-ouest sur l’avenue de 19 mars


Source : auteur

81
2.2 La trame urbaine :
« Relation entre le tracé des voies et le site géographique : relief » 62

La trame urbaine présente un aménagement en damier, suit le changement du relief (la


topographie du terrain. (Voir Figure 48)

1-La partie nord : qui joue un rôle de convergente et divergente : au centre du lotissement,
une grande place circulaire articule un système rayonnant de 8 rues qui distribuent le territoire.

Figure 48 : trame urbaine de la partie nord


Source : auteur

2-La partie sud : elle est structurée par 4


voies rayonnant qui mènent vers la place,
uniquement 4 voies qui dessinent une petite
placette de Fertas Mohamed circulaire, une
petite place rectangulaire aère le quartier par
la complexité du réseau viaire

Figure 49: trame urbaine de la partie sud


Le tracé commence avec un développement arborescent vu le plan d’extension (déjà cité la
phase historique)

62 David Mangin, Philippe Panerai, « Projet Urbain », Editions Parenthèses, 1999

82
Figure 50: la trame urbaine du quartier superposé sur les courbes niveaux
Source : Pos haï ibn Rochd 2007

83
2.3 La voirie :
• Philipe panerai a dit « le rôle de ces voies est dans l’ensemble urbain et régional »

Voies principales : Elle sert à relier les agglomérations à une voie rapide de transit (route
nationale) ou à une autoroute

Voies secondaires : Elle assure à partir de la voirie primaire, la distribution à l’intérieur des
zones construites (correspondant aux unités de voisinage).

Voies tertiaires : Elles servent à desservir les nouvelles parcelles et à les lier à la voirie
secondaire.

A part les voies énumérées ci-dessus, toutes les autres voies sont réputées tertiaires Nous
constatons que le système de liaison de l’espace du territoire constitue : un ensemble de la
circulation de fonction. (Voir Figure 51)

Figure 51: Classement de voies par rapport au flux


Source : auteur

84
2.3.1 Caractéristique de ces voies :

Ces vois font la liaison dans le quartier ou alors avec son environnement : en étudiant leurs
directions : nous remarquons qu’il y’a des voies à seul sens et d’autre à double sens. (Voir
Figure 52)

Figure 52: Plan de hiérarchie du trafic et sens de la circulation


Source : auteur

85
2.3.2 La largeur de ces voies :
« Il ne faut pas s’en tenir au dessin mais faire intervenir les mesures. Largeur des voies,
distance entre les carrefours …. Font surgir la comparaison avec d’autre ville, les questions
nouvelles » 63

La largeur des voies varie entre 3m à 9 m à l’intérieur du quartier, et de 12 m à 22 m par


rapport aux voies entourant le quartier. (Voir Figure 53)

Figure 53: Carte des largeurs des voies du quartier


Source : auteur

63 David Mangin, Philippe Panerai, « Projet Urbain », Editions Parenthèses, 1999

86
2.4 Les découpages fonciers et parcellaires

2.4.1 Les ilots :

a. le réseau des voies :


fait apparaitre le domaine construit, c’est-à-dire Le système viaire nous a permet de
délimiter la forme des ilots disponible sur notre terrain, nous trouvons plusieurs formes
d’ilots, et nous constatons bien que la structure urbaine du tissu étudié est encore
aujourd’hui telle qu’on a hérité de la période colonial (figure 7, carte datant de 1914), la
forme de ces ilots est le résultat de la trame viaire. (Voir figure 54)

Figure 54: Forme et géométrie des ilots du quartier


Source : auteur

87
b. la géométrie et surface :

Le découpage des ilots offre des formes différentes : Quadrilatérale régulier, triangulaire
Polygone irrégulier. Apres l’analyse des surface (voir figure 55), on peut constater Les ilots
de grande emprise accueillent souvent des fonctions comme les usines, équipements.

Figure 55: Tableau de surfaces


Source : auteur

88
2.4.2 Le parcellaire :

«La relation rue / parcelle fonde l’existence du tissu urbain » 64


Le système parcellaire est une déduction de la trame viaire, généralement liée au rapport
géométrique qui confère à chaque parcelle une typologie particulière, donc Le découpage du
parcellaire suit les axes qui structurent le quartier (les parcellaires dépendent du tracé viaire et
de l’ilot) (voir Figure 56),

Figure 56: plan de système parcellaire


Source : auteur

64
David Mangin, Philippe Panerai, « Projet Urbain », Editions Parenthèses, 1999

89
Toutes les parcelles sont définies à pâtir d’un tracé perpendiculaire à la voirie

Ex : découpage interne de chaque partie : (figure 57)

Un découpage perpendiculaire aux axes principaux

A- Découpage 1 et 2 : forme régulière


B- B- Découpage 3 : forme irrégulière

Les surfaces des parcelles diffèrent selon les fonctions d’occupation (équipement ou
habitat)

Figure 57: Exemple de découpage de parcelle au niveau de l’ilot


Source : auteur

2.5 Système de bâti

Apres l’analyse parcellaire, nous tournons vers les bâtis et le non bâtis, Le tissu urbain est
constitué par une domination de bâti assez dense, réparti dans les différents îlots, il est divisé
par le parcellaire « le plein urbain », il est majoritairement à l’alignement, et une continuité très
forte par l’accolement des bâtis les uns aux autres.
Une partie des éléments isolés, des constructions qui optent pour l'isolement ou Le bâti, se
positionne soit en retrait de la voie, soit au milieu de la parcelle, soit à l'alignement de la voie
Deux types de vide : Le vide urbain public : rue, place, placette, Le vide urbain privé : jardin,
cours, etc. (Voir Figure 58).

90
Figure 58: le vide et le plein urbain au niveau du quartier
Source : auteur

2.6 Les espaces publiques

En milieu urbain, pour qu’un système libre puisse exister, il faut qu’il soit borné par des
éléments construit, Les espaces publics que l’on trouve dans notre zone d’intervention sont les
rues qui structurent les fragments et les places.

Place Gharbaoui Mohamed (ex Place Fontanelle) : Connu tout autant par sa grande taille qui
renforce et structure l’image du paysage urbain

Figure 59: Place Gharbbaoui Mohamed (ex Place Fontanelle)


Source : auteur

91
La présence du balcon et le parc qui donne sur le front de mer, mais qui est malheureusement
non exploitable ou mal fréquenté et encore avec notre expérience sur terrain nous avons
remarqué que la traversé de la route de 19 mars (ex avenue des falaises) est très difficile, donc
l’absence de la liaison entre le quartier et le balcon du front de mer (voir Figure 60)

Figure 60: le balcon du front de mer


Source : auteur

2.7 Occupation du sol :


Le quartier est à caractère résidentiel, accompagné par des équipements et activités. La
plupart de ces ilots de grande taille reçoivent des équipements scolaires, Administratif
Industriels. Nous constatons, que la majorité des parcelles de petites ou moyennes surfaces
reçoivent des habitations majoritairement individuelles (voir figure 61).

Figure 61: le marcher quotidien du quartier de Gambetta


Source : auteur
92
Le quartier est caractérisé aussi par une activité commerciale importante, principalement due à
tous les commerces qui occupent les RDC mais également au marcher quotidien implanté entre
Bougerira Khalifa (ex l’avenue d’Arcole) et l’avenue capitaine Hari (ex rue Général Feradau)
et la ruelle sévigné, il crée un flux piéton et mécanique (Voir Figure 62).

Figure 62: carte d’occupation du sol


Source : auteur

Nous constatons à partir de la carte d’occupation du sol, que le quartier présente des usines et
des friches industriels. (L’usine de Ducros et l’usine de chaussure de sécurités dégagent une
pollution de l’air et sonore, ainsi la cave gay : une ancienne cave vinicole à l’abondant
inexploitée ou mal exploité), ces sites présentent une opportunité foncière car ils occupent de
large surface qui ne peuvent pas être ignorées, et font partit du paysage du quartier de Gambetta
et qui créent dans leurs états actuels une rupture avec les zones avoisinantes. Ainsi le réemploi

93
de ces sites et bâtiments industriels présente une possibilité de création architecturale de haute
qualité aussi bien que dans la construction neuve.

Figure 65: l’usine de fonderie DUCROS (ALFON)


Source : auteur

Figure 64: La villa et le Hall de la cave Gay.


Source : auteur

.
Figure 63: la cave Gay et le mur de clôture qui enclave le quartier.
Source : auteur

94
2.8 Etat des hauteurs :
La typologie dominante étant l’habitat individuel (r+0 - r+2) Le quartier subit un changement
dans son paysage urbain "des tours de grande hauteur" par rapport au tracé. Les bâtiments qui

Figure 66: Etat des hauteurs actuelles du quartier et une coupe schématique
Source : auteur

95
dépassement les R+7 se situent en grande partie dans les zones inferieures du fragment : Z1,
Z2, il faut mentionner aussi qu’il y a une présence de cette hauteur dans les zones Z3, Z4 et Z5
mais qui ont une emprise dans un terrain large « ils ne sont pas collés aux autres bâtiments »,
Ces tours, sont généralement de l’habitat collectif " haut standing ".

2.9 La typologie de façade :

Dans le quartier HAI IBN ROCHD, la fonction de l’habitat est dominante, domine, donc c’est
ceux qui se répètent dans le paysage urbain, ceci nous conduit à définir les types répétitifs dans
le quartier et nous nous limitons à montrer le type de façade dominant dans notre fragment
urbain étudié.

96
97
Figure 67: typologie de façades dominante dans le quartier
Source : auteur

98
Figure 68: la fonderie Alfon vue aérienne

3. Analyse de la Fonderie Alfon (ex : Ducros) :


3.1 Motifs du choix :

Dans les mutations majeures que subit le tissu de la ville d’Oran, certaines industries réussi à
se reconvertir et changer d’activités, d’autres trouvent encore la difficulté de suivre les
transformations. Certaines espaces industriels deviennent des lieux délaissés et souffre d’une
absence de statut clair pour leurs devenir. La décision de démolir certaines friches peut entrainer
la perte d’un patrimoine industriel riche qui représente l’identité de la ville et la mémoire
collective des activités humaines. Ce sont des lieux identitaires urbaines qu’il faut réinvestir,
régénérer leur mémoire et leurs redonner une vraie valeur. Dans notre choix de site on a essayé
de repérer une friche qui pourrait être porteurs de mémoire, un témoignage de l’époque
industriel et un potentiel urbain

.
Figure 69: La fonderie Alfon (ex : Ducros)

99
Figure 70: Choix de site, Espace Industriel Identitaire
Source : Auteur

3.2 Présentation De l’usine

La Société des ateliers et fonderie Alfon (ex Ducros), une immense infrastructure composée de
trois ilots, dont la surface totale d’emprise est d’environ 2.3 hectares, elle constitue une grande
masse bâtie enclavée, un bâtiment industriel qui était créé en 1914, dans des conditions
modestes, avant l'urbanisation complète du quartier Gambetta, une poche industrielle.

Encore en activité avec la présence d’un parc à ferraille, la fonderie de fonte, la fonderie d’acier
et les ateliers d’usinage, de maintenance, de chaudronnerie, et des parties d’habitations.

Les tracés historiques indiquent que les usines et les caves se trouvaient dans les faubourgs qui
se situaient au-delà des murs du centre-ville, donc suite à la tendance de désindustrialisation
des tissus urbains toutes les activités industrielles situées au cœur des villes tendent à se
délocaliser, et cela dans le but de dégager l'activité industrielle à l'extérieur. Aujourd’hui, La
présence d’une telle entité au sein d’un milieu résidentiel à Gambetta, engendre un
dysfonctionnement à cause de l’habitation dégradé et la pollution de l’environnement.

100
.
Figure 71: Le parc à ferraille et l'usine de la fonderie de fonte. Habitation et la fonderie d’acier
Source : Auteur

3.3 Histoire : mémoire de site

Elle a été fondée en février 914 par « M. Lopez puis vendu en 1920 à H. Ducros » d'où vient
son ancienne dénomination « ateliers et fonderie célestin Ducros » AFCD avec les
établissements Blmachère et Durafour d'Hussein dey ils sont considérés comme les doyennes
des entreprises dans l'industrie de la transformation des métaux. L’entreprise subit plusieurs
agrandissements de 1921 puis 1922 après l'indépendance, elle a été nationalisée et a continué à
fonctionner. A ce jour, l'usine a gardé les mêmes activités, à savoir la fonderie d'acier et de
fonte, une mini activité en fonderie d'aluminium et de bronze, une activité de réalisation
d'outillage, l'usinage mécanique et la chaudronnerie.

Figure 72: une ancienne photo de la fonderie Ducos


Source : Google image

101
Figure 73: Plan d’Oran levé en 1907 révisé en 1927
Source : BNF Gallica

Figure 74: le développement chronologique de la société


Source : Auteur

3.4 Descriptif de l’usine :


Implanté sur trois ilots de forme irrégulière, 1 et 2 de façon total et 3 partiellement après
investigation en suppose que l’ilot N3 représente la plus ancienne installation et l’ilot N1 la plus

Figure 75: La forme des ilots de l’usine de Ducros


Source : Medjahed Amina

102
récente. • Surface total (3 ilots avec voie inclut) : 20 852 m2 • Surface bâti : 14 647 m2 • Surface
non bat : 6205 m2 soit un COS = 0,7.

3.5 L’accessibilité au site

L’accessibilité de la parcelle est assurée - Au nord par


un large avenu. (Avenue 19 mars au nord). Le
chevauchement des deux trames (orthogonales et radio-
centrique). Nous constatons aussi la rupture entre zone
A et la zone B. un long axe qui mène du boulevard 19
Mars (les falaises) et qui aboutit à la place Gambetta.

Figure 76: l'accessibilité au site

3.6 Dimensions et surfaces

La fonderie d'Alfon occupe une surface de


20852.7m²

Figure 77: les surfaces des terrains d'intervention

3.7 Analyse environnementale des gabarits

Dans la zone d’intervention Les gabarits


environnementaux varient entre RDC et R+2., la
typologie dominante est l’habitat individuel.

Figure 78: la hauteur des gabarits environnementaux

103
La typologie de l’habitat individuel : rue Bataille Djebel Menouer (ex rue dieu Dieulafoy)

Figure 79: les habitations qui donnent sur la rue Bataille Djebel Menouer (ex rue dieu Dieulafoy)
La typologie de l’habitat : rue Bendraoua Abdelkader (ex Rue Charcot)

Figure 80: les habitations qui donnent sur la rue Bendraoua Abdelkader (ex Rue Charcot
L’avenue Bessaoud Abdelhamid (Avenue Falaises)

Figure 81: Avenue Bessaoud Abdelhamid (Avenue Falaises)

104
3.8 Relevé de l’existant :
Pour le relevé de la friche, nous nous sommes basés, en premier lieu, sur des anciens plans
fournis par la direction de l’usine. Ces derniers montrent l'emprise du terrain, l'implantation des
masses et l'organisation spatiale l'intérieur de la friche. Sur la base de ces documents, nous
avons essayé d’effectuer nos propres relevés pour pouvoir modéliser par la suite la friche à l'état
actuel. Etant donné les hauteurs importantes et la difficulté de relever certains éléments de la
structure, le reportage photo était la seule solution pour mesurer et garder une certaine
proportion dans la reproduction.

Figure 82:plan des ateliers et la fonderie DUCROS


Source : la direction de la fonderie

Figure 83:3d de vue d'ensemble de la fonderie

105
Figure 84: la pollution due à l'usine de la fonderie Ducros

106
Figure 85: vue de l'unité de l'acier de la fonderie

Figure 86: vue de l'administration et l'unité d'assemblage

107
Figure 87: plan de masse de la Fonderie

Figure 88: Façade urbaine -1-

Figure 89: Façade urbaine -2-

108
Figure 90: Façade urbaine -3-

Figure 91: coupe atelier de chaudonnerie

Figure 92: Plan assemblage de la fonderie

109
4. Diagnostic et Pathologie de la fonderie :
4.1 L’Atelier de chaudronnerie, usinage et maintenance

Figure 93 : atelier de chaudronnerie

- Type de structure

Figure 94: Axonométrie éclatée atelier de chaudronnerie

110
- Pathologie et solutions envisageables :

Figure 95: Pathologie de l'atelier de chaudronnerie

111
Corrosion de la structure Mur en brique relativement en
bon état

Dégradation de la partie Détachement de couverture en


inferieur du mur tuile / traces de moisissure

Présence de moisissure et de Dégradation de sol


champignons dans l’étanchéité

112
4.2 Atelier d’acier

Figure 96: atelier d'acier

- Type de structure :

Figure 98: Axonométrie éclatée atelier d'acier

Figure 97: coupe schématique d'atelier d'acier

113
- Pathologie et solutions envisageables :

Figure 99: Pathologie de l'atelier d'acier

114
Absence de toiture Couverture fortement rouillé /
murs endommagés

Des fragments de murs en Dégradation de sol


ruines

Dégradation de l’aspect Fissurations profondes dans


général du bâtiment les murs

115
4.3 Atelier de fonte

Figure 100: atelier de fonte

- Type de structure :

Figure 101: Axonométrie éclatée atelier de font

116
- Pathologie et solutions envisageables :

Figure 102: Pathologie de l'atelier de fonte

Figure 103: coupe schématique d'atelier d'acier

117
Détachement de couverture en Des habitations en état
tuile délabrée

Dégradation de La partie Présence de moisissure et de


inférieure du mur champignons dans l’étanchéité

Présence des fissures Absence de toitures /


profonde au niveau des murs corrosion du structure

118
4.4 Le magasin général :

Figure 104: le magasin général

- Type de structure :

Figure 105: Axonométrie éclatée magasin général

119
- Pathologie et solutions envisageables :

120
Figure 106: façade du magasin général Figure 107: coupe schématique du magasin général

Présence des fissures Présence des fissures


profonde au niveau des murs profonde au niveau des murs

Présence des remplissages Corrosion de la structure


aléatoires en brique

121
4.5 L’administration :

Figure 108: l'administration


- Pathologie et solutions envisageables :

Figure 109: pathologie et solution administration

Figure 110:l'administration de la fonderie

122
Toiture en tôle métallique Présence des fissurations dans
les murs en brique

Présence des fissurations Des parties des murs en ruine


profonde dans le plancher

Présence des remplissages Dégradation du plancher/


aléatoires en brique traces de moisissures

123
Suivant les valeurs architecturales et le diagnostic technique, nous avons pu élaborer le plan
d’action suivant :

Figure 111: plan d'action

124
Synthèse de la phase analytique

• L'analyse qu'on a établi antérieurement nous a permis de positionner notre support par rapport
à ses différents contextes historique, social et urbain dont : la constitution du tissu urbain du
quartier ; la structuration des tracés viaires, des ilots, des parcelles, le plein et le vide urbain et
l’identification des façades dominantes du quartier de Gambetta,. Cela nous a permis d'assimiler
les divers caractéristiques et instruments de fonctionnement de cet environnement au niveau
quartier d'implantation.

• Cette mise en situation nous permet de dessiner les lignes majeures d'une intervention
architecturale en symbiose avec I ‘importance historique morphologique et architecturale du
site. Le mode d'intervention est donc une conclusion des différentes analyses élaborées pour
garantir son intégration.

• Même dans leur état actuel de dégradation et de détérioration les friches industrielles de la
fonderie Alfon, à travers leurs présences et leurs dimensions prodigieuses dégagent une
atmosphère qui nous renvoie à une période très importante au niveau architectural de la ville.
Une architecture qu'i faut faire redécouvrir au public. Une mémoire collective

• L'Etat de dégradation n'est pas le même au niveau des différents bâtiments qui constituent I
‘ensemble. Ce qui nous pousse à adopter des différents types d'intervention qui varient entre
restauration, destruction et réaménagement qui visent tous vers un objectif commun réinsérer
la fonderie dans leur milieu urbain en sauvegardant la mémoire des lieux.

• Le projet qu’à injecter donc essayera de répondre à ces déductions, Cette intervention s'inscrit
dans une opération de rénovation et reconversion dans les règles de I ‘art. I ‘importance et la
dimension du site d'intervention nous permet de créer un projet qui dépasse I ‘échelle du
quartier de Gambetta pour arriver à l'échelle de la ville.

125
CHAPITRE III :
PHASE CONCEPTUELLE
Une intervention, un scénario

126
« Désormais, la problématique ne se pose plus comme étant la conception d’un environnement
complètement nouveau, mais plutôt la restructuration de ce qui existe déjà… il n’y a pas besoin
d’une nouvelle utopie mais plutôt la création d’une meilleure réalité » 65

Le travail sur l'existant se présente aujourd'hui comme l'un des enjeux essentiels de
l'architecture contemporaine. Surtout quand il s'agit de réutiliser des structures généralement
bien situés et bien desservis, mais considérés comme étant des espaces défavorables.
L'architecture industrielle est destinée à recevoir des machines lourdes et par conséquent, elle
se présente comme une architecture solide et fonctionnelle. Donc, lors de la nouvelle
intervention, il est nécessaire de mettre en valeur ce qui est déjà existant de plusieurs manières
mais aussi, il faut créer une nouvelle touche qui caractérise cette intervention et qui marque
notre époque.

Cette intervention est basée sur la synthèse de l'analyse du site et les concepts retenus des
références, L'ensemble est :

- Ecrasé par rapport à son environnement immédiat Introverti, et n'exprime pas un dialogue
avec l’espace urbain

- Caractérisé par une Axialité imposante Caractérisé par une Symétrie parfaite au niveau de la
façade principale

- Présente un témoignage de la période coloniale industrielle. Avec son architecture est le


savoir-faire qu'il est construit avec.

- D’un emplacement stratégique, un carrefour de plusieurs routes principales et desservi par


plusieurs moyens de transport public : bus, …

-d'un dynamisme et bouillonnement forte densité particuliers, une d’étudiants. Jeunes, et


enfants avec une forte concentration d’une certaine mono-fonctionnalité (résidentiels) aux
alentours.

1. Parti architectural et concepts :


Pour aboutir à l’image du projet, nous avons essayé de classifier les concepts sous 3 familles
différentes : la première famille de concepts est liée à la spécificité du site et son potentiel, la
deuxième est liée à la nouvelle activité que nous allons va projeter, et la troisième famille

65
Oswald Mathias Ungers ; architecte allemand et théoricien de l’architecture.

127
concerne les concepts issus de l’analyse des références. Cette dernière famille sera un appui
pour le développement de la réponse architecturale.

Figure 112: concepts –famille 1- spécificité et potentiel du site


Source : auteur

Figure 113: concepts-famille 2- nouvelle activité


Source : auteur

128
Figure 114: concepts- famille 3- synthèse des références
Source : auteur

129
2. Processus de l’intervention :
La réponse architecturale consiste à rechercher un trait d’union entre passé et présent, entre
ancien et contemporain. Créer le lien entre les différents bâtiments sera intéressant afin
d’assurer une interaction formelle et fonctionnelle entre les différentes entités du programme.
Ce lien sera matérialisé par des volumes unificateurs, par des passages transitoires et par
l’aménagement extérieur.

2.1 Reconnexion de la friche


Partant du socle des friches, il s’agit dans un premier temps d’intervenir sur le site afin de
proposer un ré-encrage des friches dans leur environnement, ouvrir les barrières physique du
site afin de désenclaver et reconnecter le site en allant à la rencontre des éléments marquants
de ce contexte

Figure 115: schéma de reconnexion de la friche


Source : auteur

2.2 Valorisation et conservation des friches existantes


Mise en valeur du bâti existant possédant un potentiel patrimonial important, leur préservation
et leur mise en valeur participe à la sauvegarde de la mémoire du lieu ainsi qu’à la revalorisation
du paysage urbain.

130
Figure 116: l'aménagement paysager de l'ensemble de la friche
Source : auteur

2.2 Aménagement paysagère de l’ensemble de la friche


Pour réussir l’intervention sur la friche, il ne fallait pas tout construire à la fois. En effet,
notre logique consiste à réapproprier ce dont on aura besoin pour les nouvelles activités et
conserver le reste des bâtiments pour d’autres activités futurs. Pour cela, nous avons essayé de
mettre en évidence les bâtiments à travers l’aménagement paysager et le travail sur des
séquences particulières au site

Figure 117: schéma d’intervention sur la friche -entre conservation et démolition-


Source : auteur

131
2.3 Création de la mixité fonctionnelle et sociale :

Adopter des ilots multifonctionnels ou habitat, travail et loisirs peuvent exister ensemble
dans un même bâtiment. Il donne plusieurs possibilités d’espace flexible et extensible selon
I ’évolution de l’activité. Ainsi La dynamique dans le quartier est assurée à travers la mixité
des fonctions et la présence de différents profils dans le quartier (habitant, étudiants,
entrepreneur, ...).

Figure 118: création de la mixité fonctionnelle et sociale


Source : auteur
2.4 Axialité « traverser et accentuer les percés visuelles »

Figure 119: Axialité « traverser et accentuer les percés visuelles »


Source : auteur

132
3. Schéma d’intervention :

Figure 120: schéma d'intervention


Source : auteur

4. Création d’un ensemble à caractère résidentiel : Suivant le référentiel de


l’ilot ouvert)

« La ville a toujours été essentiellement caractérisé par la résidence, On peut dire qu’il n’y
a pas et n’y a jamais eu de ville ou l’aspect résidentiel ne soit présent ». ALDO ROSSI

133
La masse bâtie de l’ensemble
résidentiel s’élève en périphérie pour
dégager un cœur d’ilot.

DDDD

Création d’une faille urbaine axée sur


le hub d’innovation projeté et le cœur
d’ilot

Supprimer les barrières physiques


et accentue les percées visuelles à
travers la faille urbaine

134
La variation d’hauteur offre au
logement une richesse des vues et un
ensemble paysager contrasté

Création d’un jeu d’hauteur afin de


dynamiser la façade.

Les toits pliés et la lourdeur


architecturale créent un dialogue entre
l’ancien et le nouveau, et une
interprétation moderne et empathique
de la singularité architecturale de
l’ancienne friche

135
L’ilot ouvert se caractérise par un certain nombre d’apport dans la constitution d’un quartier
compact avec des qualités urbaine favorables, il produit des formes différentes et
composites et une multiplication d’espaces partagés. Le résultat donc, un quartier poreux,

Figure 121: l'ensemble résidentiel projeté


ou se joue une alternance de volumes, de hauteurs, de couleurs, et d’espaces ouverts cet
espace devient alors un intermédiaires entre la rue et le bâti.

Figure 122: les principes de l'ilot ouvert


Source : auteur

136
5. Piétonisation des rues :
La piétonisation des rues permet de la transformer en espace public réapproprié ou encore en
lieu de rencontre imprégné de l’identité du quartier. Cela stimule la vitalité urbaine et valorise
l’expérience quotidienne du piéton en lui donnant la possibilité d’un séjour urbain convivial.

Figure 123: des profils urbains des rues piétonnes projetées


Source : auteur

6. Profils urbains pour déterminer la nature et qualité des objets implantés


et leurs dimensions :

Figure 124: profil urbain après l'intervention -1-


Source : auteur

137
Figure 125: profil urbain après l'intervention -2-
Source : auteur

Figure 126: profil urbain après l'intervention -3-


Source : auteur

138
7. Carte d’intervention :

Figure 127: carte d'intervention


Source : auteur

8.1 INTERVENTIONS ARCHITECTURALES

La conception du projet va donc adopter une posture conciliante, bienveillante avec l'existant.
L'espace initial va en fait être «accepté». Il est pris tel qu'il est avec son apport de surfaces, son
volume, sa structure et tous les traces de sa vie passée. Mais dans l'implicite de cette posture,
les blessures du temps changent un peu de statut. Elles deviennent des témoins du passé qui
méritent un peu de respect. Elles sont elles aussi une matière digne d'intérêt, I faut souligner
aussi que la nature de la future activité peut elle aussi s'en arranger.

Il reste à noter que la programmation du projet nécessite des actes additionnels pour satisfaire
au nouvel usage du lieu. Il ne s'agit pas non plus de laisser l'espace tel quel car il serait devenu

139
soudainement intouchable, tel un monument historique. Mais du coup, à partir d'un postulat de
la sorte, comment concevoir l'introduction de nouvelles matières qui puissent « cohabiter » avec
cette ancienne matière dégradée ?

Pour redonner une nouvelle vie à un héritage


industriel en péril, pour contribuer à la mise en
valeur d’un patrimoine oublié et pour le réinsérer
dans contexte urbain actuel et surtout dans son
époque.

Pour le quartier de Gambetta, pour la ville, et pour


un public diversifié.

- Par l’injection de nouvelles fonctions


contemporaines, actuelles et originales
- Changer sa vocation et proposer une nouvelle
image architecturale
- Y créer des nouvelles spatialités relatives au
programme fonctionnel prévu tout en conservant la
mémoire des lieux qu’il abrite.
- Réinterpréter l’image architecturale du
patrimoine industriel.

140
8.1 Hub d’innovation a Gambetta :
Partant du principe que la réponse de la ville est dans la ville. La nouvelle activité doit assurer
une requalification du lieu et une réponse aux nouvelles directives de réaménagement du notre
zone d’intervention (créer la mixité sociale et fonctionnelle). Le programme doit être en
continuité avec l'évolution numérique des industries et du travail, tout en permettant, le passage
vers les secteurs générateurs d'emplois et de valeurs. Pour notre intervention, on a imaginé un
HUB D'INNOVATION au service des entreprises, des universités, des municipalités, des
habitants, des professionnels... C'est un laboratoire d'innovation urbaine ou la création et
l'invention constituent un maillon important dans la chaîne du développement de la ville et
l'entrepreneuriat puisqu'il sera lié aux nouvelles technologies émergentes du numériques.

Figure 128: hub d'innovation, amorce pour les activités numériques

141
L'objectif de la programmation est d'aboutir à une réponse spatiale mixant plusieurs activités et
plusieurs profils. Ces activités vont permettre de relier la friche à son contexte immédiat et
redynamiser la zone. Le programme vise la création d'une ambiance interactive, de rencontre,
d’échange et de collaboration entre les différents usagers du Hub (Professionnels, jeunes
diplômés, étudiants, citoyens...). Il s'agit d'un espace multifonctionnel qui s'adresse à tout le
public habitant ou travaillant dans le quartier.

Le programme se compose de 4 unités différentes :

Figure 129: les unités de programme du hub d'innovation

142
8.2 Programme quantitatif et qualitatif :
SURFACE TOTAL
ESPACE QTE QUALITÉ SPATIALE
(m 2) (m2)

1- UNITÉ D'INTERACTION ET D'ÉCHANGE SOCIAL


Le hall d'entrée est le
point de départ de toutes
les circulations. C'est un
point de passage et de
transition vers les autres
unités. [espace doit être
suffisamment dégagé en
Hall d'accueil avec
2 45 - 100 145 hauteur et en profondeur
réception
permettant de repérer
tous les espaces qui
l’entourent. Cet espace
doit être bien éclaire natu-
rellement et chaleureux
pour accueillir les
usagers

Un espace central qui


articule toute l'unité. Un
grand volume qui se
développe en longueur et en
Espace d’exposition 1 630 630
hauteur. C'est là où se
présentent les créations et les
inventions. Éclairage naturel
et artificiel selon le besoin.

Auditorium 1 650 650 Des espaces dédiés aux


événements, séminaires,
grandes conférences...
Salle polyvalente 1 800 800 Dévoiler les nouvelles
créations – présenter les
nouvelles idées.

Axé sur les nouvelles


technologies, un espace qui
se développe en 2 niveaux
créant ainsi des espaces en
double hauteur et en
Médiathèque 1 800 800
mezzanine. Équipé de postes
informatique, des rayonnages
de livres et des salles de
lecture. Un niveau de
sonorisation silencieux.

Cafeteria 1 600 600

143
Sanitaire 1 40 40

TOTAL 3665

2 - UNITÉ PARTICIPATIVE ET COLLABORATIVE (CITOYENS)


Espace libre permettant aux
différents intervenants
(citoyen et professionnel) de
se réunir autour des tables
Living Lab rondes pour discuter,
1 250 250
présenter et expérimenter un
sujet L'espace doit être
suffisamment éclairé et
chaleureux pour accueillir le
public.

Des espaces pour apprendre à


s'initier et se former.
L'espace est doté de
Ateliers •mobiliers modulables et
1 350 350
collaboratif flexibles. [éclairage constant
et neutre_ assuré beaucoup
plus avec des lumières
artificielles.

Salle de réunion 2 40 80

Sanitaires 1 40 40

TOTAL 720

3 – UNITE DE TRAVAIL ET DE TRAVAIL


Espace ouvert qui se
développe sous forme de
plateau libre ayant une
E. de travail ouvert hauteur qui respecte l'échelle
1 180 180
(nomade) humaine. [éclairage constant
et neutre, assuré beaucoup
plus avec des lumières
artificielles.

Espace réservé aux micro-


entreprises qui se développe
150 - 200 sous forme de zoning.
E de travail en groupe L'espace sera aménagé avec
2 350
(sédentaire) des groupements de bureaux
modulables et flexibles.
[éclairage constant et
neutre, assuré beaucoup

144
plus avec des lumières
artificielles,

Des petits box abritant de un


Bureaux individuels 4 25 25 à quatre bureaux au
maximum.

Espace de travail en groupe,


se réunir et prendre des
décisions autour d'une table
Salles de réunion 7 30-60 300 centrale. Des couleurs
stimulant la créativité et qui
garantissent une bonne
luminosité.

Salle de conférence 1 1 130

Sanitaires 2 40 80

TOTAL 1065

4 - UNITÉ DE FABRICATION ET DE PROTOTYPAGE (FAB LAB)


Espace abritant des machines
(CNC, Découpe Laser, Frai-
seuse, Imprimante 3d...) et des
Atelier machines 1 150 150 outils pour usiner et fabriquer des
pièces. Il doit être doté d'une
bonne isolation acoustique et LI
n_éclaira9e artificiel.

Espace abritant des postes


électriques pour fabriquer les
cartes électroniques et relier les
Atelier électriques 1 160 160
composantes _ Il doit être doté
d'une bonne isolation acoustique
et un éclairage artificiel.

Espace pour assembler toutes les


Atelier Assemblage 1 90 90 pièces issues de la fabrication -
éclairage artificiel.

Atelier Informatique 2 70 - 90 160 Stations Pc

Salle de réunion 2 35 70

Espace de travail partagé 1 100 100 Espace sous forme de plateau


libre. [éclairage constant et

145
neutre, assuré beaucoup plus
avec des lumières artificielles.

Un magasin d'outil et de
Matériautheque 1 40 40 matériaux qui fournit les ateliers
en matière première.

Monte-charges 1 6 6

TOTAL 776

A- ADMINISTRATION
Direction 1 40 40

Salle de réunion 1 35 35

Secrétariat 1 45 45

Salle d’attente 1 45 45

Salle d’employés 1 70 70

Salle de conférence 1 70 70

TOTAL 305

B-AMENAGEMENT EXTÉRIEUR
Espaces verts 2 1000 1000

Auditorium à espace
1 300 300
ouvert

Bibliothèque à espace
1 300 300
ouvert

Parking sous-sol 1 1200 1200

TOTAL 2800

SURFACE TOTALE UTILE 9331m2

Surface d'appoint (murs et circulation) 49% 4610m2

SURFACE TOTALE 13950m2

146
8.3 GENESE DE PROJET :

Pour accueillir ce nouveau programme dans le respect du bâtiment d'origine le projet nécessite
différentes approches. Partant de la composition initiale : le sol, l’enveloppe, le volume, il s'agit
de proposer une intervention conciliant les besoins du nouveau programme tout en préservant
et valorisant l'architecture comme la dimension esthétique de l'édifice. L'intervention se décline
donc à différents niveaux :

Figure 130: schéma conservation

8.3.1 RECOMPOSITION DU SOCLE


- Ré-ancrage et la requalification des abords Partant du socle du projet, il s'agit dans un premier
temps d'intervenir sur son implantation afin de proposer ré-ancrage du bâtiment dans son
environnement. L'enjeu à l'échelle du site consiste à établir une transition entre l'intérieur et
l'extérieur de l'édifice en requalifiant ses abords par l'aménagement deux parvis se prolongeant
le long de ses façades longitudinales. Le parvis Est du projet, au traitement paysagé assure la
transition entre le salon urbain et l'intérieur de l'édifice, alors que le parvis ouest, plus minéral
vient de reconnecter le bâtiment aux axes de circulation principaux.

Figure 131: recomposition du socle

147
8.3.2 DUALITE PASSE/PRESENT

Figure 132: la dualité passé/présent

" Reconversion n’est pas un art mineur, (…) c’est bien de création qu’il s’agit. Car intervenir
sur un édifice existant, c’est composer avec lui, c’est jouer avec des contraintes qui s’ajoutent
à celles du programme et des règlements, ces contraintes sont des supports à l’imaginaire »
Philippe Robert

Le projet est basé sur une approche contextuelle où les toits pliés et la lourdeur architecturale
créent un dialogue entre l'ancien et le nouveau, et une interprétation moderne et empathique de
l'unicité architecturale des anciens friches de la fonderie. l'approche consistait à traduire toutes
les caractéristiques importantes des anciens friches, telles que les pignons, l'expression lourde,
la hauteur et la matérialité du bâtiment, en paramètres de conception modernes qui répondent
aux exigences fonctionnelles et urbaines.

8.3.3 AXIALITE- TRAVERSER ET ACCENTUER LES PERCEES VISUELLE :

Figure 133: axialité- Traverser et accentuer les percées visuelles

148
Afin de reunir les deux batiments nous avons opter pour l’evidement de trois traveés et
l’insertion d’un volume unificateur de liaison avec une forme abstract qui met en évidence
l’architecture industrielle et la mémoire de lieu , ce volume va jouer le roles d’un axe
d’animation et d’évènements, et un dégagement visuel entre l’espace et son environnement
immediat.
8.3.4 CONTRASTE ET MARQUAGE AVEC UNE NOUVELLE FORME

Figure 134: contraste et marquage du projet

l’insertion de nouveaux volume qui contitue une intérpertetion moderne de la forme du friche
industrielle jouera un role important dans le marquage et l’attractivité du Hub. L’objectif est de
donner une nouvelle signalétique au projet et de contraster avec l’ensemble.

8.3.5 POROSITE ET CONTINUITE VEGETALES

Figure 135: la porosité et la continuité végétale

149
Afin d'assurer une perméabilité entre l'intérieur et l'extérieur de Hub, le rez-de-chaussée de
l’édifice est conçu comme un espace ouvert, dans lequel les différents publics peuvent se
rencontrer. Pour ne pas interrompre le parcours de l'usager dans le site, leur cheminement est
intégré à l'aménagement. A l'intérieur de l'édifice, les limites se font poreuses et la partie
centrale est envisagée comme un espace public traversant, assurant le prolongement comme la
continuité spatiale et visuelle du salon urbain à l'intérieur du Hub.
8.3.6 HIERARCHIE DES UNITES ET LES ESPACES
L’espace central abritera l’accueil du projet, l’exposition temporaire et les événements. Il
assure la connexion entre les différentes unités du Hub.

Figure 136: Hiérarchie-espaces publics-

150
Après avoir positionné l'élément central de liaison, le reste du programme va être héberger dans
les 2 ailes du bâtiment. Pour cela, nous avons hiérarchise les unités allant du public, semi-public
et privé. Au Rez-de-chaussée, nous avons disposé les espaces qui peuvent avoir une interaction
directe avec l'esplanade (cafeteria et salle d’exposition). Le living Lab et l'auditorium sont
considérés comme semi public puisqu'ils seront accessibles seulement à partir du volume
central.

Dans les étages supérieurs, les deux ailes vont abriter l’unité de fabrication numérique
(FabLab), la médiathèque et l’espaces de travail partagé (Co-working). Ces espaces sont
considérés privés puisque leurs accès seront limités aux abonnés du HUB.

Figure 137: HUB d'innovation -Unités et espaces-

8.3.7 RETROUVER UNE ECHELLE HUMAINE

Afin de rompre la monotonie et répétition de la trame nous proposons la création de volumes à


échelle humaine. II s'agit de passer d'une échelle industrielle où la machine domine, à une
échelle intermédiaire où l'ensemble des acteurs peuvent trouver leur place dans le projet. Ce
redécoupage permet de proposer espaces diversifiés, tout en respectant et intégrant la trame
structurelle de l'édifice qui s'inscrit dans la composition des espaces.

8.4 TRAITEMENT DE FACADE :


L'enveloppe de la partie conservé de l’ancienne atelier de fonte est recrée après la dépose des
panneaux de façades existent. Dans un souci. De préservation et d'harmonisation du volume
global, la nouvelle enveloppe se compose d'un système de double peau (des Panneaux composé
de tôles en acier perforé doublé d'un vitrage). Ce système permet d'assurer un traitement

151
homogène des façades du projet. Tout en s'adaptant aux besoins des différents espaces
implantés à l'intérieur.

Au RDC, Les façades donnant sur les deux parvis du projet restent intégralement vitrées afin
de conserver une continuité visuelle entre l’intérieur et l’extérieur du projet, tout en assurant la
visibilité des programmes implantés aux extrémités de l’édifice. Tandis que le RDC de la partie
rénovée est composée d’une façade végétalisée pour apporter une touche écologique à notre
intervention.

La partie centrale du projet est complétement vitrée assurent l'ouverture comme la fermeture
du Hub sur l'espace public.

Figure 138 : FAÇADE OUEST

Figure 139: FAÇADE SUD

152
Figure 140: FAÇADE NORD

Figure 141: Façade Est

8.5 Vues 3D de simulation urbaine qui permettent de visualiser les modifications du


cadre bâti et les qualités paysagères :

153
154
155
8.6 Les plans des niveaux

156
157
158
CONCLUSION GENERALE :
Ayant défini la réflexion dans ce qui précède, nous pouvons conclure que la régénération des
fiches urbaines vise à composer avec un ensemble de facteurs et problématiques spécifiques
qui dépassent la simple question de la réaffectation de ces espaces. En effet, la situation du
quartier dans lequel elles s'implantent avec ses différents contextes historique, social et urbain,
l'état de dégradation du patrimoine architectural, sont autant d’éléments qui doivent être pris en
considération pour permette réutilisation et la réintégration dans le milieu. Ces contraintes une
fois considérées, peuvent alors se définir comme des ressources qui guident et enrichissent la
définition du projet dans son dialogue avec l'existant et amorcent la réintégration de ces
héritages dans la ville.

A la frontière entre l'urbanisme, le paysage et l'architecture, notre intervention à l'échelle de la


fonderie de du Ducros tend à renouer avec L'histoire et la mémoire collectif du lieu afin de faire
renaitre de ses emprises industrielles, un quartier dynamique et multifonctionnel pouvant
générer à l'échelle du quartier comme la ville, une nouvelle attractivité. Pour y parvenir, nous
avons fait le choix de préserver et valoriser ce qui fait la spécificité de ces héritages bâtis, tout
en proposant une ouverture de nouveaux bâtiments et de nouveaux usages.

A l'échelle architecturale, mon projet de reconversion et rénovation de l’atelier de fonte de la


fonderie s’inscrit dans une démarche de réinterprétation du langage constructif et industriel de
l'édifice. Concevoir un projet autour de friches industrielles soulève également de nouvelles
problématiques architecturales. Il est nécessaire de lier nouvelles construction et ancienne
construction, par la géométrie, la volumétrie, matérialité et l'ambiance, le projet se coordonne
aux bâtis existants sans le mimer. Il devient la représentation contemporaine d'édifices du XXe
siècle.

II tend à mettre en récit les différents témoignages de son activité passée, tout en leur permettant
d'acquérir une nouvelle utilité. Favorisant un aménagement simple, flexible et réversible.
L’intervention proposée, permet d'investir durablement le lieu, en lui offrant la capacité
d'évoluer et de s'adapter en fonction des besoins et usages futurs. Ainsi, tout en préservant la
mémoire et la valeur historique de ces espaces, elle ouvre le champ des possibles et laisse une
liberté de réinterprétation.

Cependant, ce travail n’a pu être achevé sans certain limites. C'est autour de la collecte des
données que la difficulté majeure a été rencontrée principalement l’accès aux fonds
documentaires et le relevé de l’existant, le délai n'a-t-il pas aussi joué faveur. Mais

159
heureusement, la volonté et la persévérance ont permis de faire aboutir tant bien que mal cette
étude dans le délai et les résultats auxquels nous avons abouti sont significatifs.

Comme précision le projet ne traite pas sur le volet du développement durable primordial pour
ce genre d’établissements, pour cela j’aimerais mettre le point qu’il est nécessaire d’envisager
une réflexion approfondie sur ce volet comme une étude complémentaire à ce travail pour de
futurs projets semblables.

160
Bibliographie
Ouvrages/revues/mémoires

• Arienzo, Roberto, et Chris Younes (dir). Recycler l'urbain pour une écologie des
milieux habités. MetisPresses, 2014.
• Bourdin, Alain. le Patrimoine réinventé. Presses Universitaires de France, 1984.
• Chassriau, Aude. «les grandes équipement au service de la régénération urbaine.»
Cestan-Université de Nantes, 2015.
• DAUMAS. J. C, La mémoire de l’industrie, de l’usine au patrimoine, Paris : presses
universitaires de Franche Comté, 2006
• Françoise, Choay. l’Allégorie du patrimoine. Paris : Seuil, 1992 .
• Hamid, Ougouadfel. A la recherche d’une modernité in Guide de l’urbanisme, de la
construction et de la promotion immobilière, Editions Médias-Guides-Plus, Alger,
1998.
• Henri, Froidvaux, et Emmanuel Rey. les friches industrielles, un réservoir de
nouvelles Urbanités. Tracés, 2009.
• Joffroy, Pascale. la réhabilitation des batiments:conserver,améliorer,restructurer.
Édité par Moniteur. paris, 1999.
• Ahmed, Koumas; Chéhrazad ,Nafa, L’Algérie et son patrimoine, édition du
patrimoine, Paris 2003
• LASKI.G. Le Design, théorie esthétique de l’histoire industrielle. Université de Paris
Est, Marne-la Vallée, 2012.
• Marot, Sébastien. L'Art de la Mémoire, le territoire et l'architecture,. Paris: la Villette,
2010.
• PANERAI Philippe, DEMORGON Marcelle, DEPAULE Jean-Charles, Analyse
urbaine, Marseille, Parenthèse, 2009
• Paquin, Alexandera Georgrscu. «Actualiser le Patrimoine Par L'architecture
contemporaine.» Presses de l'Université du Québec, s.d.
• Pelletier, Sandra. «le recyclage urbain,une solution pour intensifier les villes.» Ecole
de design de Nantes, 2014.
• Rambert, Francis, Christine Carboni, et Colombet (dir) Martine. UN Batiment,
combien de vies ? la transformation comme un acte de création. Silvana & Cité de
l'Architecture et du Patrimoine, 2014.

161
• René Lespès. Oran, étude de géographie et d’histoire urbaines. Ed. Bel horizon. Oran
2004
• Robert, Phillippe. Reconversions: Adaptation: New uses for old builidings. Moniteur,
1989.
• Smith, Paul. «La reconversion des sites et des bâtiments industriels.» In Situ revue des
patrimoines. 7 jullet 2015. http://journals.openedition.org/insitu/11802.
• Tangy, Mathieu. «Conserver ou restaurer ? la dialectique de l'oeuvre architecturale.»
Université de Montéal, 2012.
• Vantorre, Henri. «le recyclage urbain .» bruxelles: Université catholique de Louvain,
2017-2018.
• Veschambre, VIncent. Traces et mémoires urbaines. presses universitaires de Rennes ,
2008.
• Viollet-le-Duc, Eugène. Dictionnaires raisonné de l'architecture française du XIe au
XVIe siècle. s.d.
• Sites internet
• www.archipill.tn
• www.archdaily.com
• www.pinterest.fr
• fr.wikiarquitectura.com
• www.calameo.com
• www.archilab.com
• www.Architizer.com

162
ANNEXES

ANNEXE 1 : NECESSITE DU RETOUR A LA VILLE

ANNEXE 2 : LE PATRIMOINE

ANNEXE 3 : L’ARCHITECTURE INDUSTRIELLE COMME


MATIERE DE PROJET

ANNEXE 4 : L’ALGERIE ET SON PATRIMOINE


INDUSTRIEL

ANNEXE 5 : APPROCHE HISTORIQUE DU QUARTIER


GAMBETTA
ANNEXE 6 : LES ESPACES TIERS LIEUX

163
ANNEXE 1
NECESSITE DU RETOUR A LA VILLE
Dans une époque où la consommation du foncier est remise en cause et où les notions de
renouvellement urbain et du développement durable sont d’actualité, le retour à la ville et l’une
des solutions de sortir des problèmes liés à l’étalement urbain, la saturation et la surcharge que
subissent nos villes d’aujourd’hui. Les espaces délaissés sont particulièrement concernés par
cette situation. Parmi eux ont peut citer « les friches industrielles ».en Algérie Ces morceaux
de la ville, carrément inutilisés, situés au cœur de la ville ou à proximité, symbole d’un passé
industriel ou militaire, mais également témoins d’une économie en constant mouvement, créant
ainsi une certaine fragmentation spatiale qui reflète une image négative aux yeux de l’habitant
et du visiteur, la question de la valorisation de l’existant abandonné apparait importante. Tirer
parti des espaces laissés pour compte, comprendre les raisons de ces abandons et agir en
conséquence semble primordial pour mieux appréhender le monde de demain.
Les centres urbains anciens, lieux de concentration des bâtiments patrimoniaux, sont souvent
perçus comme obstacle au développement. En effet, on évoque ici la question de la densité
urbaine en tant que préoccupation majeure de la société contemporaine. Les bâtiments
historiques, ne répondant pas aux normes et aux besoins actuels sont abandonnés. Ce sont donc
des Zones sensibles du tissu urbain puisqu'ils ne présentent pas les taux de densités voulues.
Ceci vient du fait que, contrairement à l'époque moderne où tout était possible (conquête du
monde, besoin incessant de production, étalement urbain), aujourd'hui, il s'agit de gagner en
densité en optimisant l'exploitation de l’espace ; afin d'économiser en énergie, en temps et en
moyens.
« Il est préférable, compte tenu de la raréfaction des terrains libres en milieu urbain, de recréer
avec l'existant, d'imaginer une nouvelle ville qui se superpose et qui s'entremêle à I ‘ancienne,
plutôt que de juxtaposer l'ancien au nouveau. II s'agit de recycler la ville tout comme on recycle
nos objets. Le rôle de l'architecte contemporain réside dans la préservation du patrimoine
historique dans I ‘optique de la revitalisation de la ville, la mise en valeur de son identité
historique et le déplacement du patrimoine de la notion d'obstacle au progrès vers la notion
d'outil de celui-ci. » 66

66
Yasmine Harzallah, RECYCLERIE, mémoire d’architecture, UNIVERSITE DE CARTHAGE ECOLE
NATIONALE D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME, 2016

164
D’après Jordi Badia 67 « le bâtiment a une longue durée de vie et nous devons l’utiliser. Nous
ne devons pas démolir tous les bâtiments avec une idée simple, car il est moins couteux de
construire de nouveaux bâtiments que de le restaurer. Il faut penser à le reconvertir afin
d’abriter de nouvelles fonctions et lui injecter une nouvelle âme afin de mieux servir la vie
urbaine de la cité, car ils ont dans notre mémoire une valeur qui dépasse leur véritable valeur
architecturale, et parce qu’ils permettent la préservation de la continuité de la ville »
Aujourd’hui, les villes sont de plus en plus mises en conflits, du fait notamment de la
mondialisation, de construire des nouveaux équipements. Elles doivent surtout effectuer des
choix en cherchant à valoriser les atouts du territoire d’une manière originale. La ville est
organisée entre des espaces privés et publics (parcs et places), tout en nous cachons des espaces
moins illustres et célèbres, des espaces qui nous semblent comme exclus ou inaccessibles
nommés « friches ». Depuis quelques années, la manifestation de nouvelles formes
d’interventions pour ces espaces auxquels on a longtemps tourné le dos. Pourtant, ils
représentent un espace d’opportunité et d’occasion. Ce qui permet de leur offrir une seconde
jeunesse et d’apporter une reprise d’intérêt pour le lieu de la ville.
Les édifices anciens, ne répondant plus aux normes, sont donc laissés à l'abandon ou détruits
pour obtenir des terrains vides qui feront l'objet de nouveaux projets plus adéquats à la situation
et aux demandes actuelles.
Le défi de la transformation et de l'amélioration de cette ville repose moins sur de nouveaux
bâtiments que sur la gestion des quartiers existants. Au-delà de la réhabilitation, qui vise
essentiellement la protection du patrimoine, il s’agit de «recycler» le tissu ordinaire de la ville
afin de de préserver l’esprit d'un lieu, d'une rue ou d'un quartier.
Les friches s’inscrivent dans le tissu urbain bâti comme des espaces vastes et en perte d’identité.
Cependant chargés de mémoire, d’histoire et de traces d’une activité passée révolue, ces espaces
en marge du tissu urbain favorisent l’élaboration de nouveaux dispositifs de création et de
diffusion.
C’est en étant vides qu’ils deviennent une chance, une opportunité urbaine, qu’ils peuvent
accueillir de nouveaux usages contemporains, pouvant devenir des lieux de tous les possibles,
des lieux où on élabore de nouvelles manières de faire la ville.

67
Jordi Badia (Barcelone, 1961), architecte diplômé à l'ETSAB (Ecole Technique Supérieure d'Architecture de
Barcelone) depuis 1989, fondateur et directeur du bureau d'architecture BAAS arquitectura, allie sa profession
d'architecte à celle de professeur du Département de projets architecturaux de l'ETSAB (2001-actualité). 'Il
collabore également avec le journal ARA (2010-actualité) et est éditeur du blog
d'architecture www.hicarquitectura.com depuis 2009.

165
ANNEXE 2
LE PATRIMOINE
Naissance du patrimoine
La sauvegarde des bâtiments à valeur historique doit passer par la classification des bâtiments
en tant que patrimoine.

Il a fallu du temps à l'humanité pour se rendre compte de la valeur historique de son héritage,
identifier son époque et tracer une ligne entre celle-ci et ce qu'elle conviendra d'appeler son
passé« Notre approche face aux objets du passé est conditionnée par la conscience historique
moderne développée par l'Europe Occidentale qui a créé une rupture entre la continuité du
monde traditionnel et la société moderne. De cette rupture, une division s'est produite entre
passé et présent » 68

La Renaissance est le contexte dans lequel l'idée du patrimoine a pris racine. Durant la
Renaissance, il y a eu un progrès technologique et les sociétés occidentales se voient franchir
un cap après un moyen âge assez sombre pour l'Europe. C'est une période charnière puisque
c'est durant le Quattrocento qu'il y a eu rupture avec le passe et prise de conscience du «temps».
En effet, un nouveau regard est posé sur l’Antiquité : II s'agit du modèle, de l'idéal.

Les bâtisseurs de la Renaissance s'inspiraient de l'architecture grecque et romaine, et on pouvait


voir encore à la Renaissance des monuments décrivant la même rigueur et les mêmes lois de
construction antiques (exemple : Le Tempieto par BRAMENTE à Rome édifié en l'an 1502-fig
23,24). Cette révolution intellectuelle durant le Quattrocento a permis une prise de conscience
de la double valeur historique et artistique des édifices de l'antiquité et des œuvres d'arts. C'est
alors les prémisses de la protection du patrimoine.

Pourtant il faudra attendre le siècle des lumières pour parler de conservation du patrimoine bâti.
C'est avec le romantisme que cette marche vers le patrimoine débute, au XV Ill siècle, entre
autre avec JEAN JACQUES ROUSSEAU. Ce courant de pensée, qui favorise le retour vers la
nature et une tendance à vouloir faire vivre le passé dans le présent, a accéléré le pas vers le
désir de conserver les objets et les édifices historiques. Le siècle des Lumières est un contexte
particulier puisque c'est une période qui a révolutionné la pensée et les sciences. Dans ce

68
Paul Philippot, Foreword. In : Jokilehto, Jukka, A history of architectural conservation, Butterworth-
Heinemann series in conservation and museology, Oxford, UK, Butterworth-Heine- ann, 1999. P. vi. Tiré de la
thèse de Mathieu Tangy Conserver ou restaurer ? La dialectique de l'œuvre architecturale- Avril 2012. Université
de Montréal.

166
contexte, la conservation devient une activité scientifique. La réflexion concernant la
conservation du patrimoine bâti s'est faite autour du débat des spécialistes divisés entre
restaurateurs et anti-restaurateurs, dont les plus connus sont EUGÈNE VIOLLET-LE-DUC
et JOHN RUSKIN.

VIOLLET-LE-DUC, père fondateur du mouvement de restauration a fait de cette pratique une


discipline scientifique. A la manière des archéologues, il répertorie, fait des inventaires et
analyse méthodiquement les monuments à restaurer. Avant-gardiste, VIOLLET-LE-DUC a
depuis le début appelé à envisager programmes nouveaux pour les édifices restaurés : «On ne
peut négliger ce côté d'utilité pour se renferme entièrement dans le rôle de restaurateur
d'anciennes disposition hors d'usage» 69

Il a aussi été favorable à l'emploi de nouveaux matériaux construction qui seraient plus adéquats
à des bâtiments recevant du public, pour des raisons pratique et de sécurité. Ce côté, l'architecte
a su répondre aux besoins nouveaux d’une société en adaptant les édifices anciens aux goûts du
jour. Or VIOLLET-LE-DUC voulait, dans ses interventions sur patrimoine en France, restituer
l'image du monument. « Restaurer un édifice, ce n'est pas l'entretenir, le réparer ou I refaire,
c'est le rétablir dans un état complet qui peut n'avoir jamais existé à un moment donné.» 70

Cette restitution peut dépasser la réalité de l'objet d'intervention en question et en donner une
version «améliorée». Selon Viollet-Le-Duc, lors d'une intervention sur le patrimoine, fallait
recomposer l'intégrité de l'image, se mettre à la place de l'architecte «primitif». C'est à dire
revivre le même contexte historique et rebâtir avec les moyens actuels.

Cette vision de l'intervention sur le patrimoine, bien reposant sur une analyse approfondie et
une compréhension du monument à restaurer, reste très critiquée puisqu'elle déforme fortement
l'information transmise. L’image restituée perd authenticité et fait de l’édifice restauré une
version factice qui revoie vers de fausses pistes. Le but premier de l'intervention sur le
patrimoine étant de garder une trace authentique du passe.
Il ne faut cependant pas oublier de situer Viollet-Le-Duc dans son contexte historique : La
notion de patrimoine venait tout Juste de faire son entrée en Europe et on n'hésitait toujours pas
à raser d'anciennes églises pour en reconstruire d'autre plus grandes. Viollet-Le-Duc avait réussi
à sauver plusieurs bâtiments de l'époque médiévale.

69
Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868,
tome 8.djvu/34
70
Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, tome
8 « restauration »

167
Le protagoniste du mouvement anti-restauration quant à lui, JOHN RUSKIN, voit en toute
intervention sur le patrimoine un sacrilège. En effet, selon lui, le patrimoine ne peut être qu'une
propriété de la société car toute architecture a pour mission de transmettre à l'humanité les
informations du passé. Ceci implique que les édifices doivent rester intacts au risque de les
perdre. II dit à ce sujet : « La conservation des monuments du passé n'est pas une simple
question de convenance ou de sentiment. Nous n'avons pas le droit d'y toucher. Ils ne nous
appartiennent pas.» 71

Cette idée du patrimoine en tant que témoin intouchable du passé garde bien sûr l'authenticité
des édifices en empêchant toute addition. Mais, cette école de pensée fait de l'héritage
architectural un tabou, un objet fige dans le temps qu'on ne peut en aucun cas réintégrer dans la
ville même si l'occasion s'y présente. Le patrimoine est une information à transmettre. Selon
RUSKIN, cette information ne doit pas être modifiée. Un bâtiment peut être tout au plus
légèrement consolidé, entretenu, mais jamais modifié. Il faut laisser mourir les édifices et laisser
la nature reprendre ses droits sur l'homme.

Cette vision romantique du monde ne peut être applicable en réalité car une ville où s'entassent
des bâtiments en ruine est une ville qui ne peut progresser.

Dans la continuité de la pensée de RUSKIN, et si on imagine la ville suivant de telles


recommandations, tissu le urbain courrait vers la désintégration. Les bâtiments se videraient les
uns après les autres, et on se retrouverait à arpenter des villes fantômes. Au nom de l'authenticité
historique, RUSKIN prend une position très critiquable puisqu'il appelle à l'abandon de l'édifice
lorsque celui-ci n'est plus apte à accueillir des utilisateurs. Mais RUSKIN oublie que lorsqu'il
n'y a pas vie, il n'y a plus transmission de l'information. La mort du bâtiment signe alors la mort
de L’information.

PRISE EN CHARGE DU PATRIMOINE

Restructuration, requalification, régénération :

Ces trois termes sont davantage appliqués au domaine de l’urbanisme et empruntés à la


politique de renouvellement urbain. Ils désignent le réaménagement d’un quartier ou d’un
territoire délaissé dans le but de le redynamiser économiquement et d’en améliorer le cadre de

71
Les sept lampes de l’architecture, John Ruskin (trad. George Elwall), éd. Denoël, 1987, p.206

168
vie. Il s’agit d’un projet global qui peut éventuellement inclure la reconversion de bâtiments,
industriels ou non.

Le patrimoine est ce qui nous a été transmis et à quoi nous attachons une valeur, qui est telle
que nous estimons qu’elle justifie une mesure de conservation et de revalorisation. Elle varie
largement (esthétique, historique, symbolique, etc.), Ces valeurs donc participent à la
production patrimoniale qui implique aussi d’autres Éléments qui sont la mémoire, l’histoire,
la culture et l’identité.

Restructuration, requalification, régénération du patrimoine :

Ces trois termes sont davantage appliqués au domaine de l’urbanisme et empruntés à la


politique de renouvellement urbain. Ils désignent le réaménagement d’un quartier ou d’un
territoire délaissé dans le but de le redynamiser économiquement et d’en améliorer le cadre de
vie. Il s’agit d’un projet global qui peut éventuellement inclure la reconversion de bâtiments,
industriels ou non.

Le patrimoine est ce qui nous a été transmis et à quoi nous attachons une valeur, qui est telle
que nous estimons qu’elle justifie une mesure de conservation et de revalorisation. Elle varie
largement (esthétique, historique, symbolique, etc.), Ces valeurs donc participent à la
production patrimoniale qui implique aussi d’autres Éléments qui sont la mémoire, l’histoire,
la culture et l’identité.

Les enjeux d’une restauration du cadre bâti : éclairage d’une négligence


D’après Sandra Guinand 72Bien que la majorité des villes algériennes ne souffrent pas d’une
sortie de l’ère industrielle profonde, ces dernières, mais également le reste des villes du
Maghreb, ont suivi et suivent encore les référentiels modernistes et fonctionnalistes qui ont
prévalu en Europe et ailleurs. Cette politique de construction et de modernisation tout azimut
au nom du progrès (technique et social) menace le patrimoine bâti et la santé même des villes
et de leurs territoires.

En effet, les villes algériennes, soumises à un taux d’urbanisation très fort subissent une
extension de leurs espaces urbains vers l’extérieur au détriment d’une préoccupation du cadre
bâti des centres villes. Les conséquences sont diverses : dégradation du cadre bâti (ayant

Politologue et urbaniste, collaboratrice scientifique- doctorante à l’Observatoire de la ville et du


72

développement durable, Institut de Géographie, Université de Lausanne, et chargée de projet pour ABA
partenaires, Pully

169
pourtant valeur patrimoniale et historique), délaissement de celui-ci par les couches plus aisées,
paupérisation, difficulté du tissu urbain à se renouveler naturellement, valeur historique et
patrimoniale négligée et avec elle la perte de repères et de mémoire des lieux, déplacement des
commerces et des services vers l’extérieur, réduction du potentiel de centralité, de dynamisme
et croissance de l’étalement urbain. À Oran où son centre-ville, bien que jouant encore un rôle
de centralité, voit ses édifices s’effriter. Le paysage urbain des nouvelles extensions
périphériques des villes algériennes apparaît comme identique d’un bout à l’autre du pays. Il
semble, pour reprendre les propos d’Hamid Ougouadfel, que « l’architecture ou le cadre bâti
n’ait plus de réelle valeur, mais qu’il soit devenu l’art de l’emballage plutôt qu’une expression
du milieu socio-culturel dans lequel il se trouve » 73. Nous constatons également que certaines
de ces constructions sont non seulement coupées de la ville et de son animation, mais qu’elles
ne comportent aucun aménagement extérieur (espaces verts, équipements publics, services
publics). La question de leur devenir laisse dubitatif au regard des problèmes rencontrés dans
les banlieues d’Europe. Se posent donc les questions de l’importance de l’identification de la
population aux espaces bâtis et de l’expression de cette identité propre.

De tout temps les villes se sont reconstruites sur elles-mêmes ; ces transformations successives
portent aujourd’hui le nom de « renouvellement urbain ». Les opérations correspondantes se
déclinent en concepts de « rénovation urbaine » ou de « réhabilitation ». Rénover consiste à
détruire ce qui doit être remplacé par du neuf, en respectant ou non l’ancienne morphologie
urbaine. Réhabiliter c’est conserver cette dernière en donnant un « coup de neuf » et en mettant
le bâti aux normes de confort et de sécurité requises de nos jours

73
Hamid Ougouadfel « A la recherche d’une modernité » in Guide de l’urbanisme, de la construction et de la
promotion immobilière Editions Médias-Guides-Plus, Alger, 1998. p.22.

170
ANNEXE 3
L’architecture industrielle comme matière de projet

1. Le patrimoine industriel une discipline à part entière :

« Le terme patrimoine a mis du temps à s’associer aux valeurs véhiculées par l’industrie, ce
retard était principalement dû à la rigidité des premiers systèmes d’évaluation et de
reconnaissance des valeurs. Ce n’est qu’en 1972, suite à l’adoption par la conférence générale
de l’UNESCO, de la convention portant sur « l’identification, la protection, la conservation, la
mise en valeur et la transmission aux générations futures du patrimoine culturel», que ce
système s’est assoupli et a pu revêtir une dimension plus œcuménique du point de vue
chronologique et typologique. Deux disciplines sont à l’origine de cette pluralisation du champ
patrimonial, les sciences humaines et l’histoire des techniques. » 74

L’expansion du champ chronologique s’est principalement faite grâce au travail accompli par
les sciences humaines. En effet, la discipline a démontré que la quête aux biens patrimoniaux
pouvait se faire aussi bien au sein des ères les plus reculées (préhistoire, antiquité) que dans les
plus récentes (fin du XIXème début du XXème siècle). L’annexion de cette époque, a permis
la reconnaissance de la culture industrielle et ouvert ses portes aux prospections patrimoniales.

La nature des biens patrimoniaux a aussi été grandement bousculée. On est passé de la
glorification du monument historique conventionnel à la friche industrielle, de la valorisation
du travail artisanal et manuel à la reconnaissance de la technicité des machines et de
l’ingéniosité des hommes qui les ont conçues. A présent, le pittoresque des paysages émane
aussi bien des éléments naturels et classiques (arbres, châteaux, forts…) que des éléments les
plus originaux et singuliers (cheminées, silos, grues…). Cette évolution typologique du
patrimoine est certes, une retombée du travail accompli par les sciences humaines, mais surtout
le fruit de l’apparition de nouvelles sciences dont l’histoire des techniques dont le travail
effectué sur les bâtiments produits au cours du XIXème et XXème siècle, leur a valu la
reconnaissance et la valorisation du secteur patrimonial pour les évolutions techniques et
constructives qui les caractérisaient.

Tenant à la fois de l’archéologie du bâti, de l’histoire des techniques, de l’analyse économique,


sociale et culturelle, le patrimoine industriel est ainsi devenu une discipline

74
Françoise Choay, op cit.

171
À part entière depuis plus d’une quarantaine d’années. Objet de nombreuses études, recherches
et publications, il est désormais étudié, exposé et visité

2. La régénération du tissu urbain


Comme tout organisme vivant, la ville a ses maux. Elle doit se régénérer 75 et se renforcer. Les
pathologies de la ville sont souvent liées au vieillissement du tissu urbain. Ce sont les tissus
anciens, dans la ville comme dans le corps vivant, qui doivent être remplacés.

Cette régénération se fait à travers des mécanismes internes d'une manière progressive et par
étapes successives. Comme un vide qui se remplit, la régénération urbaine est une réparation
du tissu quasi-spontanée, naturelle, dans laquelle l'homme, par ses interventions et rectifications
joue le rôle de catalyseur.

L'intervention consciente du concepteur en devient un effort de recherche et prévision des


éventuels maux, et des potentielles évolutions des villes ; en essayant de maitriser au mieux les
outils de régénération et d'évolution de la ville.

En plus de ce vieillissement du tissu urbain, I ‘un des problèmes majeurs auquel est confrontée
la ville aujourd'hui est l'étalement urbain : Plus la ville grandit et s'étale dans l'espace, plus elle
consomme d'énergie épuisant les ressources de son environnement direct. Vu que les taux
d'urbanisation 76 ne cessent d'augmenter, il fallait repenser une nouvelle forme d'urbanisme qui
permet d'une part de densifier la ville et d'autre part de sauver ses tissus historiques.

L'une de ces formes d'urbanisme consiste à reconstruire la ville sur la ville. Imaginer une
nouvelle cité qui se superpose et s'entremêle à l'ancienne. Il s'agit de recycler les bâtiments
anciens, de réinvestir l'existant pour y créer de nouvelles opportunités de développement.
Planifiée entre autre pour les quartiers historiques, cette opération est appelée régénération ou
renouvellement urbain : « Le renouvellement urbain est, en urbanisme, une forme d'évolution
de la ville qui désigne l'action de reconstruction de la ville sur elle-même et de recyclage de
ses ressources bâties et foncières. Celle-ci vise en particulier à traiter les problèmes sociaux,
économiques, urbanistiques, architecturaux de certains quartiers anciens ou dégradés» 77

75
Régénérer ;(le suj. Désigne un être vivant, un organisme ou une de ses parties)Reconstituer un tissu,
un organe, une partie détruite naturellement ou accidentellement.
76
77
Définition du renouvellement urbain : https://fr.wikipedia.org/wiki/Renouvellement_ur-bain

172
3. Régénération urbaine : cadrage théorique succinct
De Barcelone à Londres en passant par Bologne, nombreuses sont les villes ayant mis au point
de nouvelles méthodes de « faire la ville ». Résultant pour la majorité des cas d’une sortie de
l’ère industrielle mêlant fonctionnalisme et rationalisme dans la mise en œuvre de leurs
politiques urbaines. Ces villes tentent aujourd’hui au travers d’une approche plus organique de
répondre à leurs nouveaux besoins. C’est à partir des années 70 que les changements structurels
mettent en exergue l’obsolescence de cette organisation spatiale et amènent les techniciens et
politiques à se poser la question du devenir de ces espaces vides au cœur de la ville ainsi que
de leur rôle dans la restructuration du territoire. En effet, la présence de constructions héritées
de l’ère industrielle apparaît comme inappropriée en centre-ville et est considérée comme
consommatrice de trop d’espace. De plus, au même moment, les acteurs contemporains
prennent également conscience de l’étalement toujours plus prégnant de l’espace urbain et des
difficulté à le maintenir de manière cohérente et structurée. De fait, se dessine lentement dans
les esprits un processus de retour et de reconquête de ces espaces en désuétude.

A l’origine même de ce phénomène de pensée, découlent et se développent des pratiques


urbaines précises sous les titres de « régénération urbaine ». Un rapide tour d’Europe nous
montre que ce nouveau référentiel en termes d’aménagement urbain se retrouve un peu partout
sous des dénominations différentes : « réparation urbaine » en Italie (Bologne, 1960), «
recyclage urbain » aux Pays-Bas (1970) et « renouvellement urbain » en France. Ces nouvelles
méthodes de faire la ville se réfèrent à l’idée d’une transformation de la ville sur elle-même,
marquée spécifiquement par son héritage industriel ou patrimonial et de fait à la recherche d’une
nouvelle identité

BUTS DE LA RÉGÉNÉRATION URBAINE :

REDYNAMISER : les tissus historique à travers I ‘implantation de nouvelles fonctions.

INSCRIRE DANS UN CADRE DURABLE : les tissus anciens par la réhabilitation


énergétique.

DENSIFIER LA VILLE : par la création de nouveaux espaces de vie sans exploiter de


nouvelles ressources foncières.

AFFIRMER L'IDENTITÉ DE LA VILLE : à travers la sauvegarde du patrimoine bâti et sa


remise en valeur.

173
Pour une fois, écologie et intérêt économique se retrouvent sur la même longueur d'onde. Le
renouvellement urbain réuni les intérêts des écologistes soucieux de la protection de
l'environnement et des grands investisseurs soucieux du bon retour sur investissement :

D'une part, le renouvellement urbain permet de limiter l’étalement de la ville, et d'inscrire les
quartiers anciens dans un cadre durable par la réhabilitation énergétique.
En effet, la régénération d'anciens tissus urbains conduit automatiquement à introduire les
nouvelles technologies dans les bâtiments et ainsi de réduire la pollution et la consommation
d'énergie. De plus, cette opération permet de créer de nouveaux espaces de vie sans démolition
ni exploitation de terrains vierges.
D'autre part, dans notre système capitaliste, les investisseurs voient de plus en plus
l‘impossibilité de l'architecture moderne (contemporaine) de créer des lieux aussi attractifs que
les centre villes anciens. Il est donc très intéressant d'investir dans des projets au sein même des
centres historiques de la ville. La régénération urbaine permet donc la remise en valeur du
patrimoine bâti et la sauvegarde de l'identité de la ville, la remise à niveau de l'infrastructure
des anciens quartiers, la mixité sociale par I ‘implantation de nouvelles fonctions dans ces
quartiers et enfin la revitalisation de ces tissus historiques souvent laissés à l'abandon.

174
ANNEXE 4
L’Algérie et son patrimoine industriel

Le patrimoine industriel est cité dans le texte de la loi 98-04 :

En lisant la présente loi, on s’est aperçu que le monument industriel a été identifié clairement
au niveau de l’article 17 qui stipule que le monument historique renvoie « …aux œuvres
monumentales architecturales, de peinture, de sculpture….et aux édifices ou ensembles
monumentaux à caractère religieux, civil, agricole ou industriel. » mais pour le reste des articles
son évocation est réduite à quelques connotations que seuls des connaisseurs de ce patrimoine
seraient aptes à percevoir. portant sur la protection des biens culturels mobiliers où y ont été
énoncés les biens culturels liés à l’histoire des sciences et des techniques, à l’histoire de
l’évolution sociale sans oublier les documents et archives, éléments prépondérants dans la
définition des valeurs inhérentes au patrimoine industriel et que nous aborderont en aval.

L’Algérie face à son patrimoine industriel :


L’Algérie rejoint l’exemple français et anglais, son territoire est jonché de friches issues de
multiples industries (ferroviaire, agricole, agroalimentaire…). Cependant, en matière de prise
en charge, elle se situe à leur extrême opposé. En effet, l’état d’abandon et de délabrement
avancé dans lequel se trouve la grande partie de nos friches nous rappelle cruellement le retard
dans lequel nous vivons. Tandis que dans le reste du monde, ces bijoux de l’industrie se voient
valorisés et réintégrés dans la vie quotidienne à coup de réhabilitation/reconversion en musée,
éco-quartiers ou ensembles multifonctionnels, les friches en Algérie sont soit ignorées, soit
rasées.

« A ce jour, il n’a jamais été question d’identifier ou d’inventorier les différentes typologies,
encore moins de quantifier leur nombre. Alors que si ces opérations étaient menées à bien, nous
aurions été en mesure de pouvoir juger de leurs potentielles valeurs patrimoniales ou d’usage.
La prolifération des friches industrielles dans les tissus anciens et périphériques des villes est
un phénomène qui prend de l’ampleur. Leur statut est souvent incertain et leur présence marque
des zones de rupture urbaine dans nos villes. Cet état de fait est exacerbé par le fait que les
politiques algériennes, en matière de patrimoine et d’aménagement urbain, n’ont pas encore
pris conscience de leur importance et du rôle qu’elles peuvent jouer dans le processus de
régénération des villes et de l’histoire mémorielle des activités et des sociétés industrielles
d’autant dans une optique de développement urbain et social durable. Alors, pour le moment,
175
elles font objets d’actions ponctuelles mal ou pas du tout planifiées et programmées » (Amel
D., 2006).

La centrale électrique Diesel de Laghouat : Classée le 8 Décembre 1999 par arrêté


ministériel 11 du fait qu’elle soit « l’une des première centrales diesel d’Algérie, et équipement
didactique et historique de valeur à l’échelle nationale et internationale ayant été la scène d’une
incursion de l’ALN pendant la révolution. ». Son excellent état lui offre la possibilité de
redémarrer, si nécessaire, après révision et élaboration de quelques aménagements.

La centrale hydraulique de Boghni (Tizi-Ouzou) : La centrale est en instance de


classement depuis mars 1992 à l’issu de sa nomination par l’arrêté du 2 mars 1992, portant
ouverture d’instance en vue du classement des monuments et sites historiques, publié dans le
journal officiel de la République Algérienne N° 22 du 22 Mars 1992. Les critères d’intérêt
retenus pour son classement renvoient à la beauté du bâtiment et à son architecture qui en font
une œuvre d’art unique en son genre, Y sont aussi cités ses équipements hors-série, références
techniques de valeur à l’échelle mondiale et qui ne sont plus produits depuis la fin de la seconde
guerre mondiale.

Le barrage hydraulique de Foum El Ghorza (Biskra) :Figurant sur la liste de


l’arrêté du 14 Mai 1996, portant ouverture d’instance en vue du classement de monuments et
sites historiques du journal officiel N°52 du 11 Septembre 1996, de la République Algérienne,
l’ouvrage d’art a fait l’objet d’une réhabilitation en 2006 destinée à le débarrasser de sa vase.

En consultant les fiches d’identification qui ont justifié l’intérêt du classement de ces trois
monuments, un phénomène nous a interpellés. Hormis la timide allusion, faite quant à la valeur
de référence technique que constitue la machinerie de la centrale hydraulique de Boghni, rien
n’indique que ces réalisations sont avant tout d’origine industrielle.

De ce fait, la question du pourquoi de cette aliénation se pose et s’impose à nous. Pourquoi le


terme de patrimoine industriel n’apparait il nulle part ? Pour quelle raison ne l’a-t-on jamais
évoqué jusqu’à présent ? Pour tenter d’apporter des réponses, nous allons nous pencher sur les
textes législatifs appliqués en matière de prise en charge du patrimoine national, et surtout la
loi 98-0412 relative à la protection du patrimoine culturel vu que c’est la plus complète, la plus
actuelle et que tous les travaux en vigueur se basent sur son texte.

176
ANNEXE 5
APPROCHE HISTORIQUE DU QUARTIER GAMBETTA

1.1 La formation du faubourg de Gambetta :

« La grande poussé de croissance qui se produisit au début du XXe siècle allait susciter de
grave problème d’urbanisme, avant même que les espaces intra-muros ne fussent complètement
occupés, une partie de la population, la moins fortunée s’installa hors de l’enceinte » 78. Selon
les plans Successivement dressé, Au long de chemin de fer (Monplaisant – l’abattoir). Les
boulevards bordés de constructions, leurs intervalles constituèrent des quartiers nouveaux, ex :
la porte de Tlemcen par laquelle, au sud on franchissait l’enceinte, vit naitre le premier faubourg
extérieur, celui d’Eckmühl, celui de Gambetta étant à peine esquissé. (Voir Figure 142)
Gambetta

Figure 142: carte d’Oran datant de 1901, le développement de l’urbanisation en extra-muros


Source : archive de CDES-SOPHIA : BIBLIOTHÈQUE EN ARCHITECTURE, HISTOIRE,
PSYCHOLOGIE, PHILOSOPHIE, LANGUES A ORAN-Algérie

Gambetta était un espace de verdure, les gens allaient là-bas pour prendre l’air loin de la ville,
par la suite, c’est devenu un jardin public et peu à peu les terrains ont été détournés pour faire
des terrains de constructions

78
Jacques Gandini, Oran de ma jeunesse, 1945-1962, Gandini, 2000

177
Figure 143: une ancienne photo de faubourg Gambetta
Source : gallica.bnf.fr (Bibliothèque nationale de France) le : 17-11-2018

1.2 L’apparition d’une nouvelle structure urbaine :


L’urbanisation de Gambetta : des lotissements sous forme de Réserves foncières, en 1901, il
existait 1389 ha de vignes, appartenant à 57 propriétaires Sur ces 57 propriétaires, 7 seulement
avaient plus de 50 ha. De nombreuses fermes situées dans la zone périurbaine ont servi
d’assiette à de nombreux lotissement. Quartiers naissants aux alentours du chemin de fer
(quartier, Bélair, carteaux, mon plaisant, Gambetta), la structure Urbaine de chacun de ce
quartier diffère d’un autre. (Voir Figure 144).

Figure 144: carte d’Oran datant de 1908, L’apparition de structure urbaine en extra-muros
Source : archive de CDES-SOPHIA : BIBLIOTHÈQUE EN ARCHITECTURE, HISTOIRE, PSYCHOLOGIE,
PHILOSOPHIE, LANGUES A ORAN-Algérie

178
1.3 Le tracé du réseau viaire :
Les ingénieurs du génie vont planifier la trame urbaine de tout le quartier, Relatif à la Voirie,
les places, hygiène, on constate, par ailleurs, que les ilots sont vides sans aucune construction,
Gambetta falaise (Voir figure 145).

Figure 145: carte d’Oran datant de 1914, la trame urbaine du faubourg Gambetta
Source : archive de CDES-SOPHIA : BIBLIOTHÈQUE EN ARCHITECTURE, HISTOIRE,
PSYCHOLOGIE, PHILOSOPHIE, LANGUES A ORAN-Algérie

1.4 L’urbanisation du tissu urbain :

Figure 146: carte d’Oran datant de 1928, de l'évolution urbaine


Source : archive de CDES-SOPHIA : BIBLIOTHÈQUE EN ARCHITECTURE, HISTOIRE,
PSYCHOLOGIE, PHILOSOPHIE, LANGUES A ORAN-Algérie

179
Le développement des bâtiments et l'évolution urbaine aux niveaux de tout le quartier, le
quartier Gambetta falaise converge à son centre « la place Gharbaoui mohamed (ex place
fontanelle), Il faut noter la présence de quelques ilots qui ne sont pas parcellisés et présente des
poches vides à l’intérieur de ce tissu urbain. (Figure 146

1.5 La soudure entre les quartiers intra-muros et la zone extra-muros :


Le déclassement en 1933 de l’enceinte de 1866, son rasage en 1935-1936, avait permis La
soudure entre les deux zones Les villages périurbain sont devenus par voie de conséquences les
Quartiers périphériques ou faubourgs. « La ville avait des 1931 senti la nécessité d'orienter son
Évolution en établissant un projet de plan d'extension qui fut révisé en 1934, la municipalité
avait entamé, des 1935 la démolition des remparts et la réalisation sur leur emplacement du
premier boulevard périphérique. » (PDAU du groupement d’Oran. Juillet 1997). Le système
parcellaire, viaire ne changera pas avec le mouvement de densification. (Voir Figure 9)

Figure 147: carte d’Oran datant de 1950


Source : archive de CDES-SOPHIA : BIBLIOTHÈQUE EN ARCHITECTURE, HISTOIRE,
PSYCHOLOGIE, PHILOSOPHIE, LANGUES A ORAN-Algérie

1.6 L’urbanisation et la planification du tissu urbain en 1960 :


Le tissu est constitué par une domination de bâti planaire assez dense, réparti dans les différents
îlots, « le plein urbain ». (Voir Figure 10).

On constate la présence d’une usine d’électricité sur l’assiette Qu’occupe actuellement la


GRTE) ce qui explique que cette fonction avait toujours occupé Ces lieux, et aussi l’existence
d’une usine à gaz au nord de la ligne du chemin de fer

180
.
Figure 148: carte d’Oran datant de 1960, la domination du bâti dans tout le quartier de Gambetta
Source : archive de CDES-SOPHIA : BIBLIOTHÈQUE EN ARCHITECTURE, HISTOIRE,
PSYCHOLOGIE, PHILOSOPHIE, LANGUES A ORAN-Algérie

1.7 L’urbanisation du quartier à nos jours :

Aujourd’hui le quartier ibn Rochd ne présente plus un faubourg mais plutôt un point focal
d’extension de la centralité urbaine (voir Figure 11).

Figure 149: carte d'Oran présente l’état actuel en 2021


Source : archive de CDES-SOPHIA : BIBLIOTHÈQUE EN ARCHITECTURE, HISTOIRE,
PSYCHOLOGIE, PHILOSOPHIE, LANGUES A ORAN-Algérie

181
ANNEXE 6
LES ESPACES TIERS LIEUX
Progressivement, le numérique devient une partie intégrante de la ville et du quotidien de ses
habitants. « Au-delà des outils technologiques, c'est une culture numérique qui se diffuse dans
l'ensemble de la société urbaine. ». Ce phénomène d'accélération des innovations
technologiques a engendré de nouvelles formes d'interactions humaines, d'espaces et d'activités.
Dans toute cette panoplie d'innovation technologique, plusieurs de ces espaces hybrides
prennent naissance au cœur de la ville. Entre Travailler et Habiter, certaines activités et des
lieux productifs peuvent être compatibles avec le caractère multifonctionnel du contexte urbain.
La ville peut accueillir non seulement du tertiaire, mais aussi des industries légères reliées aux
nouvelles technologies émergentes de la production numérique et I’ impression 3d. Des
programmes multiples peuvent être injectés, dans la mesure où le développement technologique
a donné naissance à de nouveaux espaces de travail et de production.

Figure 150:qu'est qu'un tiers-lieu ?


Source : parcoursnumurique.net

182
La notion du tiers-lieu englobe des espaces divers, tels que des co-working spaces{espaces de
travail collaboratifs), des fablabs (laboratoires de fabrication), des Tech shops (espaces
rendant accessible tout un ensemble d'outils), des hakerspaces (espaces permettant le partage
de ressources et de savoirs souvent du domaine de l'informatique) ou encore des Living Lab
(destiné aux citoyens, habitants, usagers pour penser et Co-créer les outils , services et usages
de demain ).
Certains tiers-lieu regroupent parfois plusieurs de ces fonctions dans un même espace avec des
différentes combinaisons possibles. Finalement, nous pouvons qualifier les tiers lieu comme
des espaces de création, de partage et d'échanges culturels où l'usager devient auteur et Co-
créateur de sa réalité et de ses projets

Figure 151: les tiers-lieux


1. Le CO- Working :
Le «co-working» signifie « travailler ensemble », dans une nouvelle vision du travail
caractérisée par l'autonomie et la collaboration. Le «co-working» est un type d'organisation
de travail qui regroupe à la fois un
espace de travail partagé(basé sur une
configuration en espace ouvert) et une
communauté de co-workers ( un réseau
de travailleurs indépendants).Cet
espace collaboratif encourage
l'échange, l'ouverture et la
collaboration. Il rassemble différents
profils : des consultants, startupeurs,
Figure 152: les principes de CO- Working des travailleurs indépendants ou

183
nomades, qui vont se retrouver ensemble dans un même endroit pour développer leurs
projets en toute autonomie.
1.2 La configuration spatial d’un CO- Working :
La configuration spatiale d'un Co-working s'apparente beaucoup plus au salon ou à la salle
de jeu qu'à la configuration ordinaire des bureaux d'entreprise. Ces espaces colorés et bien
éclairés se caractérisent par une grande ouverture et flexibilité dans l'aménagement et le
choix du mobilier. Afin de préserver l'intimité et le confort des travailleurs, cet espace
ouvert peut être délimité par des cloisons légères et mobiles, de la végétation ou du mobilier.
Certaines délimitations peuvent se matérialiser par un marquage au sol (couleur, texture…),
un jeu de niveau ou encore un jeu dans la hauteur du plafond. Ils peuvent avoir une multitude

Figure 153: Yuan yang Express We+ Co-working Space @MAT office-
ArchDaily.com

184
De configurations spatiales suivant les surfaces disponibles et le budget. Généralement, un co-
working comporte : des open-spaces, des salles de réunions, des salles de conférence, des
bureaux privés, des salons, des espaces de détente, un café, un restaurant ou encore une cuisine.

2. Le « FABLAB » FABARICATION LABORATORY :

Figure 154: le FABLAB

Le terme FabLab issu de l'anglais « FABrication LABoratory », traduit en français en


«Laboratoire de fabrication», «atelier de fabrication numérique», ou encore «atelier de
fabrication numérique collaboratif», désigne un lieu de création et de conception d'objets,
ouvert à tout le monde et mettant à disposition du grand public de nombreux outils,
spécialement des machines à commandes numériques. Il s'adresse aux entrepreneurs qui veulent
passer plus vite du concept au prototype ; aux designers, aux bricoleurs, aux étudiants, aux
artistes et à toute personne qui veut expérimenter et enrichir ses connaissances pratiques en
électronique, en design, en fabrication numérique. «Les FabLabs constituent un réseau mondial
de laboratoires locaux, fournissant l'accès à des outils de fabrication numérique pour permettre
l'invention» 79, ils s'inscrivent, en tant qu'établissement, dans la catégorie des tiers lieux et plus
précisément les tiers lieux de fabrication numérique.

2.1 Que trouve-t-on dans un « FABLAB » ?


Le MIT 80 a fourni une liste des machines à avoir pour fonder un Fab Lab, cette liste est mise à
jour régulièrement. Un FabLab «type» regroupe un ensemble de machines à commande
numérique (une découpe laser, une fraiseuse numérique, une défonceuse numérique, une

79
Définition d’après la charte des Fab Labs. http://fab.cba.mit.edu/about/charter
80
Institut de technologie du Massachusetts, USA

185
découpe vinyle), des machines, outils (pour le bois, le métal...), des outils manuels basiques.
On y trouve également du matériel électronique standard, ainsi que des outils de programmation
associés à des microcontrôleurs. L'ensemble de ces dispositifs est contrôlé à l’aide de logiciels
de conception et fabrication assistées par ordinateur (CAO).

Figure 155: la liste des machines d'un FabLab


Si le MIT ne donne pas de consignes en termes de taille de l'espace nécessaire à l'établissement d'un
Fab Lab ou de sa répartition, la plupart des Fablabs à travers le monde, respectent un schéma commun.
- Dans un FabLab, on trouve au moins un espace séparé et fermé pour l'utilisation de la
défonceuse à bois et autres machines qui nécessitent une certaine sécurité particulière.
- Une grande pièce centrale, parfois compartimentée dans laquelle on retrouve, les machines
les moins bruyantes, non dangereuses et/ou génératrices de poussière et des postes
informatiques.
- Plusieurs bureaux libres pour réunions ou travail sur PC portable,
- Un espace détente et/ou petite restauration avec machine à café, frigidaire, canapés, etc.

186
- On trouve parfois un espace de présentation des projets réalisés ainsi qu'un espace de
stockage des matériaux utilisables et de petits outils. La configuration de ces espaces varie
fortement en fonction des lieux dans lesquels les fablabs sont installés.
-
2.2 Configuration spatiale d’un Fab Lab :

Figure 156: Configuration spatiale d’un Fab Lab

187
3. le « LIVING LAB » :

Un Living Lab regroupe des acteurs publics, privés, des entreprises, des associations, des acteurs
individuels, dans l'objectif de tester « grandeur nature » des services, des outils ou des usages nouveaux,
Il s'agit de sortir la recherche des laboratoires pour la faire descendre dans la vie de tous les jours, en
ayant souvent une vue stratégique sur les usages potentiels de ces technologies.

Figure 157: Qu'est-ce qu'un LIVING LAB @ carrefour numérique

3. Les Activités du « LIVING LAB » :

Ces espaces permettent la formulation, le prototypage, la validation et le raffinement de solutions


complexes à travers l'expérimentation dans des contextes de vie réelle. En effet, les usagers sont placés
au même niveau que les autres parties prenantes. Ce qui permet de développer de nouveaux produits et
services conformes à leurs besoins et désirs. De plus, l'expérimentation dans des contextes de vie réelle
permet une appropriation plus efficace des innovations et une évaluation des résultats.

Dans le cadre de la ville technicisée, ces espaces sont destinés pour tester, évaluer et débattre en grandeur
réelle, des dispositifs numériques installés dans l'espace public des villes. Le «Paris Région Lab» incite
les parisiens à tester l'efficacité et Futilité d'une vingtaine de mobiliers urbains « intelligents » implantés
en différents. Endroits de la capitale. Des abris voyageurs interactifs, des panneaux d'affichage offrant
des informations en temps réel, conçus par des développeurs, étudiants ou designers, sont ainsi testés
pendant plusieurs mois.

188
189
190
191

Vous aimerez peut-être aussi