Vous êtes sur la page 1sur 21

SOMMAIRE :

I) Action négative de l’homme 1) Déforestation 2) Exploitation 3) Pluie acide, pollution

II) Action positive de l’homme : exemple français 1) Une organisation pour le développement des forêts : le CRPF 2) Le reboisement des forêts 3) L’exploitation modérée

III) Conséquences de ces actions sur la biosphère 1) Disparition d’espèces animales 2) Disparition d’espèces végétales

Annexe :

3)

Populations en danger

1)

Rencontre avec Mr Rey

2)

Expérience :

a) Test des pluies acides sur la végétation

b) PH-mètre

3)

Bibliographie

Introduction :

Il existe cinq grands types de forets dans le monde.

La Forêt Boréale est une immense forêt, très uniforme et se situe au nord de
La Forêt Boréale est une immense forêt, très uniforme et se situe au nord de
La Forêt Boréale est une immense forêt, très uniforme et se situe au nord de

La Forêt Boréale est une immense forêt, très uniforme et se situe au nord de l’hémisphère nord.

On trouve aussi la forêt tempérée qui est très marquée par l’activité humaine, et se trouve en majorité dans l’hémisphère du nord et en France.

La Forêt sub-tempérée ou persistantes.

méditerranéenne est un mélange de feuillus-résineux à feuilles

Contrairement à la forêt tempérée, on trouve la forêt tropicale sèche qui est une savane tropicale plus ou moins boisées. Enfin, on trouve la Forêt tropicale humide, dense, humide à feuillage persistant et végétation très exubérante. On y trouve quelques rares espèces résineuses, surtout en montagne.

Les forêts se répartissent de manière égale la surface boisée mondiale. Le rythme annuel de la déforestation en forêt tropicale est de 15,4 millions d´hectares d’après la FAO. Malheureusement, l’homme exerce sur la forêt des actions qui lui sont nuisibles. Comment l’homme agit il sur la forêt ? En effet, il exerce sur elle des actions négatives comme la déforestation ou encore l’exploitation excessive du bois. Cependant, dans certains pays, il existe des organisations pour aider la population à préserver la foret. C’est le cas de la France. La terre devenant stérile au bout de quelques années, de nouvelles surfaces sont constamment nécessaires, et de nombreuses espèces disparaissent.

I) L’action négative de l’homme 1) la déforestation

Une des principales causes de disparition des forêts exercée par l’homme est la déforestation. A l’échelle de la planète, la déforestation est un phénomène dont l’ampleur s’aggrave chaque année. En 1980, plus de 11 millions d’hectares de forêts ont été coupés, alors qu’aujourd’hui, on compte probablement plus de 20 millions d’hectares par an. Il disparaît dans le monde chaque année depuis 15 ans, 80 000 km ² de forêt, soit la surface de l’Autriche.

La déforestation est une action causée en majorité par l’Homme. En effet, la déforestation consiste en un abattage d’arbres, et une élimination d’au moins 90% de la couverture forestière d’une région. Elle résulte des actions de déboisement puis de défrichement liées à l'extension des terres agricoles. Elle est en majorité pratiquée dans les pays du sud et en particulier en Amérique du sud. C’est le cas du Brésil dont la déforestation en 2005 a été qualifiée d’alarmante pas la FAO.

Exemple : Déforestation en Amazonie à Mato Grosso do Norte, une des 27 unités fédérales du Brésil située au sud ouest du pays

unités fédérales du Brésil située au sud ouest du pays On voit d’après cette photo qu’une

On voit d’après cette photo qu’une bonne partie de la surface de la foret a été ravagée par l’action de l’homme : la déforestation.

La FAO est l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. En anglais, FAO signifie Food Agriculture Organisation. C’est une organisation qui a été créée en 1945 au Québec. Cette organisation a pour but de fournir une assistance technique aux pays en développement, mais aussi d’organiser des forums neutres entre les États pour débattre des principaux problèmes relatifs à l'agriculture et l’alimentation. La déforestation est l’un des principaux facteurs qui contribue à l’effet de serre parce que la décomposition du bois rejette du dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Elle résulte aussi d'une exploitation excessive de certaines essences forestières et de l'urbanisation. L’homme exploite de plus en plus les forêts pour se nourrir.

2) L’exploitation

L’exploitation consiste à mettre en valeur ce que l’on fait produire pour en tirer profit. Ici, elle consiste à utiliser le bois sous différentes formes au profit de l’Homme pour combler ses besoins. En effet, l’exploitation des forêts est en partie utilisée par les hommes qui ont besoin de se chauffer, se nourrir mais aussi se loger. On estime que chaque année ce sont

250 000 hectares de forêts qui sont détruites pour la culture du soja. Entre 1998 et 2004,

ce sont plus de deux millions d’hectares qui ont été défrichés pour l’exploitation du soja soit

207 153 dans la province de Chaco au nord de l’Argentine, 360 505 dans la province de Salta

et 629 059 dans la province de SanTiago et enfin 700 000 hectares dans la province de Entre Rio au Brésil. Le soja a une grande importance économique car ses graines oléagineuses, qui contiennent de l’huile, donc des protéines et des glucides, constituent un aliment très riche pour l’homme. Les principaux producteurs de soja sont les pays d’extrême orient mais le soja est également cultivé dans toute l’Amérique du nord, en Amérique du sud et en URSS.

Exemple : déforestation pour mise en culture au Mexique

Exemple : déforestation pour mise en culture au Mexique 3) pluies acides, pollution La pollution des

3) pluies acides, pollution

La pollution des voitures et des usines et en particulier les fumées et les gaz émis par les hommes rendent la pluie acide. Toute pluie est légèrement acide. Dans certaines régions, l’acidité des pluies a augmenté de façon considérable. Leur acidité peut être mesurée à l’aide de l’échelle des pH. Les pluies acides d’un pH environ 1.5 c’est-à-dire très acides sont l’une des principales causes de destruction des forêts.

Les pluies acides sont des pluies qui ont absorbé des gaz acides de l’atmosphère. L’eau de pluie acide est une sorte de pollution atmosphérique qui peut endommager les plantes, les eaux, la récolte, mais aussi la santé humaine. En 1974, la pluie acide tombée en Ecosse était presque aussi acide que le jus de citron. D’après notre expérience réalisée dans les cadres des TPE, qui consistait à comparer certaines valeurs de pH dont le jus de citron, le vinaigre et l’eau de pluie de Chamiers, la mesure du pH du jus de citron était de 2.3 . C’est donc un pH très acide. Les principaux polluants des pluies acides sont le SO(dioxyde de souffre) mais aussi le NO(oxyde d’azote). Le dioxyde de souffre provient des usines où l’on fabrique des métaux et des alliages pour faire des lingots d’or. L’oxyde d’azote en revanche provient des voitures, un gaz odorant mais très toxique.

Les pluies acides agissent sur plusieurs parties de l’environnement comme sur les forêts.

Exemple : forêt ravagée par les pluies acides en Tchécoslovaquie

: forêt ravagée par les pluies acides en Tchécoslovaquie On voit donc d’après cette image que

On voit donc d’après cette image que les pluies acides ont eu un effet spectaculaire sur ces arbres qui ont perdu leurs feuilles et même parfois leurs écorces. Les pluies acides endommagent généralement les feuilles des arbres, comme nous le montre cette photo. La photo ci-dessous a été prise au cours de notre expérience dont l’objectif était d’observer l’action de l’acide sulfurique sur des géraniums et sur des chênes. Cette photo nous montre une des feuilles d’un géranium pulvérisé d’acide sulfurique d’un

pH=3.5

géranium pulvérisé d’acide sulfurique d’un pH=3.5 On voit que des tâches noires se sont formées sur

On voit que des tâches noires se sont formées sur les feuilles. Ces tâches noires sont les conséquences de l’acide sulfurique sur les plantes. Le géranium est donc progressivement détruit. C’est pourquoi de nombreux arbres sont défrichés faisant ainsi disparaître beaucoup de forêts.

Cependant il subsiste sure la planète quelques pays qui ont des forêts en constante expansion.

II. Action positive de l’Homme : l’exemple français

En France il existe plusieurs institutions qui gèrent l’exploitation des forêts. L’une d’entre elle, le CRPF (Centre Régional de la Propriété Forestière) est une institution publique car elle est fiancée par les impôts des citoyens. Cependant celle-ci s’occupe des forêts privées car en France la forêt privée représente près de 99% de la surface boisée du territoire. Cette institution a pour but de conseiller les propriétaires forestiers dans les démarches concernant leurs forêts. Les techniciens forestiers du CRPF réunissent pour cela plusieurs fois par an les propriétaires par petits groupes pour les sensibiliser à l’entretien de leurs forêts.si ils le font de manière maladroite les techniciens leur montrent les techniques adaptées pour permettre une gestion durable des forêts. Ces réunions sont parfois réalisées à la demande des propriétaires mais le plus souvent c’est le CRPF qui en est l’origine. Le CRPF a aussi pour mission de conseiller les exploitants de bois pour une meilleure valorisation et une meilleure exploitation du bois.

valorisation et une meilleure exploitation du bois. 2. Le reboisement des forêts En France la forêt

2. Le reboisement des forêts

En France la forêt est gérée depuis très longtemps de manière adaptée à la longue vie des arbres. Ainsi la forêt s’accroit et s’enrichie constamment. De cette façon la forêt française a aujourd’hui retrouvé la place qu’elle occupait au moyen âge, c'est-à-dire une place très importante. En effet depuis près de 200 ans la forêt a doublé de surface. Depuis 1945 elle s’est même accrue de 35%. La France a connu une grande tempête en 1999. Cette tempête a causé près de 140 millions de m 3 de chablis (c’est le nom donné à un arbre tombé «naturellement ») en France en Dordogne cela représente 50 000 hectares de forêt dévastée. Depuis cet événement la France a nettoyé presque toute la surface touché et reboise la forêt à raison de 2000 hectare de forêt par an. Le reboisement n’est pas terminer

mais il est en bonne voie. À ce jour la forêt française est en sur boisement. D’autres accidents climatiques comme les feux de forêt ou les sécheresses qui nuisent aux arbres ne mettent pourtant pas la forêt française en danger car dès qu’un arbre est tombé ou arraché il est replanté.

dès qu’un arbre est tombé ou arraché il est replanté. 3. L’exploitation modérée Aujourd’hui en France

3. L’exploitation modérée

Aujourd’hui en France le bois est coupé pour l’utilisation du bois. Le bois est utilisé pour la fabrication de nombreux meubles ou pour faire de la patte à papier. Le bois est aussi de plus en plus utilisé comme énergie de chauffage après avoir été réduit en copeaux. De nombreuses maisons sont aussi construite en bois car le bois a des propriétés isolantes très recherché, en effet une maison en bois en hiver ne laisse pas rentrer le froid et en été isole de la chaleur. Les maisons en bois sont aussi recherchées pour l’esthétique. Si la forêt française est toujours importante c’est parce qu’elle est gérée par des organisations comme le CRPF et d’autres institutions comme l’ONF (Office Nationale des Forêts) qui ont réalisé des plans de gestion des forêts. Le nombre d’arbre coupé par est limité pour préservé le patrimoine forestier et pour éviter les abus. Cette réglementation est tellement stricte que l’on exploite seulement une toute petite partie de ce que l’on pourrait exploiter. Mais augmenter l’exploitation serait- il une bonne solution ? Cette réglementation a permis que la forêt Française soit aussi importante qu’elle l’est aujourd’hui.

III) Conséquences de ces actions sur la biosphère

L’exploitation des forêts comme par exemple celle d’Amazonie surnommée « Le poumon de la terre » entraîne la disparition voire l’extinction de certaines espèces végétales et animales et met les populations des forêts en danger. Avec un panel de 40 000 espèces végétales et de 14 000 espèces animales, cette forêt est un sanctuaire de la biodiversité. Elle abrite 23

écosystèmes ( c’est l’ensemble des êtres vivants et des éléments non vivants d’un milieu naturel) différents et renferme la plus grande concentration d’organismes biologiques de la planète. Les scientifiques estiment qu’ils représentent entre 15% et 30% de l’ensemble des espèces connues dans le monde.

1) disparition d’espèces végétales

La forêt la plus touchée par l’exploitation agricole est la forêt amazonienne. En effet les chiffres sont éloquents: tandis qu’en 2002-2003 on déplorait au Brésil la disparition de 24 597 Km 2 , on enregistrait en 2004 la disparition supplémentaire de 1 533 Km 2 . Selon le World Wild life Fund (WWF) 17.3% de la forêt amazonienne ont été détruits, et près de la déforestation totale a eu lieu dans l’État du Mato Grosso, dont les exploitations du gouverneur Blairo Maggi en font le premier producteur mondial de soja. Les plantations de soja ne sont pas les seules exploitations pour lesquelles la forêt est détruite. Les forêts du sud-est asiatique et d’Afrique centrale sont dévastées pour les plantations de palmier à huile. Elles remplacent rapidement la forêt tropicale. A Sumatra, on estime que 70% de la forêt a ainsi disparu contre 50% à Bornéo est la situation empire. D’autres forêts telles que celles de Papouasie Nouvelle-Guinée, à la biodiversité incomparable, sont déjà visées par ces industriels. En outre, comme en 1997-1998, l’année 2006 est marquée par des incendies particulièrement importants. Allumés volontairement pour déboiser rapidement la forêt, ils finissent par échapper à tout contrôle et détruisent des hectares de sylve tandis que la sécheresse perdure. Ils sont à l’origine d’un nuage de fumée, si étendu qu’il est visible depuis l’espace et qui asphyxie indifféremment hommes et animaux.

2) Disparition d’espèces animales

La destruction des forêts tropicales entraîne avec elle la disparition à tout jamais d’innombrable espèces, dont de nombreuses encore inconnues. Les incendies créés par l’homme pour les exploitations agricoles tuent de nombreux animaux, certains se retrouvent piégés et meurent asphyxiés ou des suites de leur brûlures et ceux qui survivent meurent de faim ou bien ayant trouvé refuge dans une plantation sont tués par les exploitants. Une autre des conséquences des plantations de palmiers à huile et la disparition des orangs-outans. En effet les espèces animales sont chassées à cause de l’agriculture et la nouvelle présence « moderne ». Certaines espèces ne peuvent s’accommoder à de nouveaux espaces et ont de fortes chances de disparaître s’elles ne peuvent s’accommoder d’une autre nourriture à laquelle elles ont été habituées. C’est le principe de la chaîne alimentaire. Un exemple très connu: Le Panda en Chine.

3) Des populations en danger Depuis très longtemps, voire même depuis toujours, des hommes vivent

3) Des populations en danger

Depuis très longtemps, voire même depuis toujours, des hommes vivent dans les forêts tropicales. On nomme ces premiers habitants les populations autochtones ou peuples indigènes. C’est grâce à une grande connaissance et expérience de la forêt que les peuples indigènes ont pu s’adapter et vivre dans des milieux hostiles et complexes. Un contact direct et permanent avec la nature leur a appris à observer et à connaître le monde végétal et animal. Les indiens ont su en tirer le meilleur pour vivre tout en préservant leur milieu. Dans leur vision du monde, la culture des hommes et la nature sont étroitement liées et participent d’un grand tout indissociable: les homme, les animaux et les plantes font partis du cycle de la vie et existent de façon interdépendantes. La vie des hommes est rythmée par le cycle des éléments naturels: la saison des pluies et la saison sèche, le lever et le coucher du soleil, par la production et la recherche de nourriture (agriculture, chasse, pêche, cueillette). Mais ces peuples indigènes vivent au sein d’États dont les lois et les institutions leur restent étrangères. La marginalisation de ces peuples ne signifie pas qu’ils sont arriérés ou primitifs. Si certains d’entre eux ont pu vivre pendant des siècles dans un isolement relatif qui les a un peu protégés, l’expansion économique mondiale des pays industriels et l’exploitation intensive de toutes les ressources de la planète attaquent aujourd’hui en tous lieux leurs territoires, leur environnement, leurs moyens d’existence, leur mode de vie. Avec la disparition de la forêt, c’est la biodiversité mais aussi des peuples et tous leurs savoirs qui disparaissent à jamais. Pour que les peuples indigènes aient un avenir il faut que leurs moyens d’existence soient garantis et que leurs droits fondamentaux soient reconnus, en premier lieu leurs droits à la possession et au contrôle des ressources de leurs territoires. Car en effet contrairement à ce que l’on pense les populations locales ne bénéficient pas pour la plupart de l’exploitation de leur territoire. Au contraire, certaines ethnies sont même chassées de leurs forêts ancestrales et sont les témoins impuissants de leur destruction.

certaines ethnies sont même chassées de leurs forêts ancestrales et sont les témoins impuissants de leur

Si cette déforestation continue sa route, le réchauffement climatique global transformera à lui seul 20% de la forêt amazonienne en savane d’ici cinquante à cent ans.

CONCLUSION :

Grâce à nos recherches nous pouvons maintenant dire que l’Homme a une grande influence sur la forêt. Si celui-ci l’exploite avec modération, comme nous avons pu l’étudier en France, la forêt n’est pas en danger. Cependant ce système de gérance n’est pas appliqué partout, comme en Amérique Latine où la forêt est en danger. Nous pouvons alors nous demander si le système français peut être adapté à l’échelle mondiale et quelles sont les limites de ce système. Nous pouvons voir que certains pays qui pratiquaient la déforestation massive pour survivre ont commencé a réagir et a replanté des arbres.

L’Homme a-t-il intérêt à préserver la biodiversité ? Oui car les espèces sont toutes ensembles

L’Homme a-t-il intérêt à préserver la biodiversité ? Oui car les espèces sont toutes ensembles un patrimoine naturel et un support vital pour chaque peuples et pays et contribue à assurer l’existence des générations actuelles et futures de l’espèce humaine.

RENCONTRE AVEC MONSIEUR REY, TECHNICIEN DES FORETS

1° En quoi consiste votre métier ?

Pour être technicien forestier il faut un niveau bac+2 agricole. Un technicien des forets intervient dans deux domaines :

PUBLIC

PRIVE

Un technicien des forets intervient dans deux domaines : PUBLIC PRIVE Gérer par les coopératives forestières,

Gérer par les coopératives forestières, les h

d

d

Gérer par le Ministère de l’agriculture, l’Etat

Gérer par le Ministère de l’agriculture, l’Etat Office Nationale des forets : gère les forêts appartenant

Office Nationale des forets : gère les forêts appartenant à l’État En parallèle les Centres Régionaux de la Propriété Forestière (crées en 1963) : gèrent les forets appartenant à des particuliers, les aident dans leurs démarches. Ce service est gratuit car celui-ci est financé par les impôts.

Tous propriétaires possédant plus de 25 hectares doivent avoir un plan de gestion. Les techniciens de forets sont à la disposition des propriétaires pour les conseiller et les aider des leurs démarches. Ils donnent leurs avis sur les travaux à effectuer sur les forets et orientent les propriétaires vers des professionnels ou si ceux-ci désirent réaliser les travaux eux-mêmes, leurs indiquent la marche à suivre. Les techniciens de foret apportent aussi leur aide à l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) dans le développement de leur programme de recherche. Un technicien forestier s’occupe de tout ce qui touche au bois, aux arbres.

La mission principale de ces techniciens est d’inciter les propriétaires à l’entretien de leurs

forêts.

2° Quelle est la superficie des forets en Dordogne ?

La forêt en Dordogne est de 400 000 hectares. La forêt en France et en Europe est en progression constante. En opposition les forêts tropicales sont en régression. En Dordogne, la forêt représente 43% du territoire. L’agriculture, elle, représente 47% de la surface de la Dordogne. Le reste représente seulement 10% de cette surface. La forêt privée en Dordogne représente 99% des forets du département. La superficie forestière de Dordogne a doublé en 150 ans.

3° Existe-t-il des réunions pour parler de l’état des forêts ?

Les techniciens forestiers organisent environ 2 à 3 réunions par an pour parler de l’état des forets. Mais durant toute l’année sur le terrains les techniciens forestiers

rencontre les propriétaires pour parler de l’état des forets et les inciter a entretenir celles-

ci.

4° Avez-vous connaissance de pluie acide en France ? Si oui où ?

En Alsace-Lorraine il y a eu des pluies acides cependant celles-ci ne sont pas le seul facteur de destruction d’une forêt. Il faut additionner à ce phénomène dû à la pollution de l’atmosphère en souffre, la forte sécheresse et les accidents climatiques.

Il n’y a pas eu de pluie acide en Dordogne.

5° Quels sont les différents types d’arbre dans la forêt ?

En Dordogne on trouve majoritairement des feuillus, les résineux sont peu nombreux. La surface boisé du département est répartie comme suit : le châtaigner représente 26% des feuillus et le chêne en représente 32%, le pin maritime représente 25% des résineux. La répartition de la forêt dépend de l’activité humaine, des sols et du climat, par exemple certains sols ne « supportent » pas le chêne.

6° Quelles peuvent être les causes de destruction des forêts ? Les conséquences ? Les solutions ?

En France on n’a pas de problème de destruction de forêt car elle est en constante progression. La forêt est bien gérer : si la celle-ci représente 2 millions de mètre cube on utilise seulement 1 millions de mètre cube, on coupe moins d’arbre que la forêt n’en produit. Le contraire est constaté en Amérique du Sud où le bois est utiliser pour se nourrir, se chauffer, et est brûler pour rendre les sols plus fertiles mais pour combien de temps ? Même si la progression est constante en France on peut constater des graves accidents climatiques comme la tempête de 1999 qui a entraînée la destruction de 50 000 hectares de forêt sur les 400 000 hectares en Dordogne, ce qui représente un volume 4 000 000 mètre cube. Au jour d’aujourd’hui on a nettoyé entre 20 000 et 30 000 hectares et on reboise en moyenne 2 000 hectares par an. Il faudrait alors 20 ans pour tous reboiser. De nombreux départs de feux sont a constater dans les Landes mais ceux-ci sont vite maîtrisés on peut dire que 9 feux sur 10 sont d’origine criminelle. L’homme a permis le développement de certains animaux pour la chasse mais ces animaux dévorent les jeunes pousses d’arbres. La sécheresse, les grandes gelées et la non gestion des forets nuisent aussi à la santé des arbres.

Nous remercions Monsieur Rey pour son accueil, d’avoir pris sur son temps pour répondre à nos questions et pour les renseignements utiles qu’il nous a fournis.

EXPERIENCE N° 1 : TEST DE PLUIE ACIDE SUR LA VEGETATION

Objectifs : Nous cherchons à montrer l’impact des pluies acides sur la végétation.

Protocole :

Matériel :

4

géraniums (dont 2 témoins)

4

chênes (dont 2 témoins)

Une solution d’acide sulfurique (H 2 SO 4 ) d’un pH = 3,25 qui sera la pluie acide

Prévoir un endroit où les plantes auront de la chaleur et de la lumière

Marche à suivre :

1. Prendre 100 ml de la solution d’acide sulfurique et en arroser les deux chênes et les deux géraniums réservés à cet effet. 2. Arroser les témoins d’eau. 3. Renouveler cela 2 fois par semaines (jours choisis : lundi et jeudi) Expérience réalisée durant 7 semaines

Déroulements de l’expérience (photos + observations)

Début de l’expérience le lundi 12 novembre 2007

Après 4 jours : aucun changement n’est observé. Lundi 19 novembre : Géranium : on
Après 4 jours : aucun changement n’est observé. Lundi 19 novembre : Géranium : on

Après 4 jours : aucun changement n’est observé.

Lundi 19 novembre :

Géranium : on peut remarquer ceux ayant été aspergé à l’acide sont moins vert que les témoins. Certaines feuilles des géraniums testés sont « brûlées ». (Géranium 1 : 2 feuilles abimées partiellement sur environ 20 feuilles. Géranium 2 : 5 feuilles abimées partiellement sur 20 feuilles environ). Présence de taches jaunes sur les tiges des 2 géraniums.

Présence de taches jaunes sur les tiges des 2 géraniums. Chênes : chêne 1 : 5

Chênes : chêne 1 : 5 feuilles tachées sur 14 feuilles environ chêne 2 : 3 feuilles tombées + taches sur toute les feuilles (≈ 11 feuilles).

tombées + taches sur toute les feuilles (≈ 11 feuilles). Lundi 26 novembre : (2 semaines

Lundi 26 novembre : (2 semaines d’expérience) On remarque que les feuilles des géraniums ont encore « blanchies » et que celles des chênes

sont de plus en plus tachées. Géraniums : géranium 1 : 5 feuilles jaunes sur 21 feuilles au total géranium 2 : 9 feuilles tachées sur 22 feuilles au total Chênes : chêne 1 : 2 feuilles tombées, 5 feuilles tachées sur 12 feuilles au total chêne 2 : 5 feuilles tachées, 2 feuilles rongées sur 11 feuilles au total Les témoins n’ont subis aucun changement.

Lundi 3 décembre : (3 semaines d’expérience) Géraniums : géranium 1 : 1 feuille tombée, 5 feuilles mortes sur 10 feuilles au total géranium 2 : 3 feuilles mortes, 4 feuilles tachées sur 26 feuilles au total Les témoins manque de lumière, ils sont déplacés mais cependant aucun changement.

Chênes : chêne 1 : 3 feuilles tachées sur 14 feuilles au total chêne 2 : 4 feuilles tachées sur 10 feuilles au total Aucun changement à constater sur les témoins.

Les lundis 10 et 17 décembres aucune observation réaliser. Interruption de l’expérience durant les vacances.

Interruption de l’expérience durant les vacances. Lundi 7 janvier : (fin de l’expérience) Nous avons
Interruption de l’expérience durant les vacances. Lundi 7 janvier : (fin de l’expérience) Nous avons

Lundi 7 janvier : (fin de l’expérience) Nous avons demandé à 3 témoins s’ils arrivaient à différencier les géraniums témoins des géraniums testés et de même pour les chênes. Nos témoins ont su distinguer les chênes témoins des chênes testés. En revanche nos témoins n’ont pas réussis à faire la différence entre géraniums testés et géraniums témoins.

Conclusion: A partir de nos résultats nous pouvons dire que les pluies acides ne sont

Conclusion:

A partir de nos résultats nous pouvons dire que les pluies acides ne sont pas seulement une cause de destruction des végétaux. Cela nous a été confirmé par l’observation de nos témoins qui malgré une pulvérisation régulière de nos plantes, n’ont pas su faire la différence pour les géraniums.

EXPERIENCE N° 2: PHMETRE

Objectifs : Comparer le pH d’une pluie acide avec d’autre liquide acide

Protocole :

Matériel :

De l’eau de pluie (Chamiers) Du jus de citron Du vinaigre Un pH-mètre

Marche à suivre :

1. Etalonner le pH-mètre

2. Relever le pH de l’eau

3. Rincer le pH-mètre

4. Renouveler l’expérience pour le citron et le vinaigre

Déroulement de l’expérience :

1. Etalonnage du pH-mètre

2. Relevé du pH de l’eau de pluie (récolter à Chamiers) pH= 6.10 ( pH acide)

pH de l’eau de pluie (récolter à Chamiers) pH= 6.10 ( pH acide) 3. Relevé du

3. Relevé du pH du jus de citron

pH= 2.20 (pH acide)

pH de l’eau de pluie (récolter à Chamiers) pH= 6.10 ( pH acide) 3. Relevé du
pH de l’eau de pluie (récolter à Chamiers) pH= 6.10 ( pH acide) 3. Relevé du

4. Relevé du pH du vinaigre

pH= 2.43 (pH acide)

4. Relevé du pH du vinaigre pH= 2.43 (pH acide) Conclusion: D’après nos résultat nous pouvons

Conclusion:

D’après nos résultat nous pouvons dire qu’une eau de pluie acide d’un pH= 3.25 est moins acide que le vinaigre ou que le jus de citron mais plus acide que de l’eau de pluie

Bibliographie

http://membres.lycos.fr/amazonyy/ http://terresacree.org/forevieg.htm

http://users.swing.be/eauropa/riteau/pluies%20acides.htm#Les%20pluies%20acides

http://www.futura-sciences.com http://environnement.ecoles.free.fr/deforestation_degradation_bois.htm bbs.keyhole.com/ Dictionnaire encyclopédique illustré http://www.agriculture.gouv.fr/spip/ressources.themes.foretbois_r36.html - 24k – http://www.unalit.fr/foret_francaise_fr.htm - 16k Le magazine OKAPI Forêts de France revue de la forêt privée http://www.wikipédia.fr

http://www.algérie-dz.com/article2910.html

http://www.onevoice-ear.org/

http://www.notre-planete.info/actualités/actu_135.php

http://bafu.admin.ch/

http://best-of-fire.info/tpe2004

http://www.amisdelaterre.org/Les-forets-tropicale-en-danger.htlm