Vous êtes sur la page 1sur 2

Avant-propos

La loi de 1975 modifiée, qui définissait un cadre réglementaire précis, a produit ses décrets sur la mise en
place de planifications départementale et régionale, sur les emballages, sur différentes filières de déchets, sur
la mise aux normes de différentes installations… et avait fixé l’échéance à 2002 pour la fermeture des
décharges “traditionnelles”. Cette échéance est aujourd’hui dépassée et le bilan de cette décennie est mitigé :
de très bons résultats sur la valorisation des emballages et journaux, des débuts prometteurs pour la
valorisation des biodéchets (déchets verts et déchets alimentaires), mais un échec sur la réduction à la source
de la production des déchets et des difficultés qui se profilent à court terme sur les capacités de traitement et
de stockage.

À ce jour, quel est l’état des lieux ?

• 93 % de la population de Rhône-Alpes est concernée par la collecte sélective des emballages.


• 369 déchèteries sont en activité et offrent une capacité d’accueil d’encombrants pour plus de 90 % des habitants.
• La mise aux normes des installations de traitement s’est accélérée.
• L’intercommunalité s’est généralisée et la création de filières de recyclage cohérentes et économiquement
équilibrées a été consolidée.
• Les huit Départements se sont mobilisés, autour de la commission de révision des plans, pour élaborer un
véritable programme de gestion durable des déchets ménagers et assimilés.
• Un outil d’observation et d’information est en place pour accompagner les collectivités dans leur gestion
quotidienne et les aider dans leurs choix (SINDRA).
• La totalité des Conseils généraux s’est dotée d’un système d’aide venant conforter les accords-cadres ADEME -
Région - Département et offrir aux collectivités compétentes des moyens financiers substantiels.

Malgré ce cadre propice à une nouvelle approche du déchet, à sa valorisation, à son recyclage, et aux transformations des
modes de collecte et de traitement des déchets ménagers et industriels, la modification des comportements des
consommateurs doit se poursuivre.

Avis aux lecteurs

• La mention (ou non mention) dans ce guide, d’un organisme ou d’une société ne saurait engager la responsabilité
du rédacteur, ni apporter une quelconque caution, ni valoir agrément de la société ou de l’organisme cité.
• Le code postal situé après le nom des référents indique la commune d’implantation de leur siège.

L’information de tous les acteurs est d’autant plus nécessaire que le nombre de filières est élevé et qu’il n’existe pas une
seule et bonne voie pour traiter les déchets, mais des voies adaptées aux problèmes et aux contextes locaux.
Ce guide, dans sa septième édition, devrait vous permettre de trouver des réponses à vos interrogations.

Pour cette nouvelle édition, le choix a été fait de privilégier le cédérom, ou vous trouverez :

• l’accès à une information à caractère technique ou réglementaire ;


• la possibilité de rechercher des acteurs, des opérateurs, des référents ;
• l’envie de conforter votre connaissance sur la gestion des déchets et ainsi poursuivre vos efforts, orienter vos
choix et ceux d’autrui.

Le document papier se limite aux informations générales (définitions, réglementation…) et présente les évolutions
réglementaires et les nouveaux enjeux : réduction de la production, concertation, nouvelles filières.

Le guide de tous les déchets 2005 - Extrait Page 1/2


Malgré tous nos efforts, des erreurs ou omissions peuvent subsister. Elles pourront être signalées à :

ADEME
10, rue des Émeraudes
69006 LYON
Tél.: 04 72 83 46 00
Télécopie : 04 72 83 46 26
ademe.rhone-alpes@ademe.fr

Pour faire modifier des adresses où des contacts dans la partie annuaire, vous pouvez saisir en ligne vos modifications
sur le site : www.sindra.org

Le guide de tous les déchets 2005 - Extrait Page 2/2

Vous aimerez peut-être aussi