Vous êtes sur la page 1sur 118

UNIVERSITÉ D’ANTANANARIVO

ÉCOLE SUPÉRIEURE POLYTECHNIQUE

DOMAINE : SCIENCE DE L’INGÉNIEUR


MENTION : INGÉNIERIE PÉTROLIÈRE
PARCOURS : PÉTROCHIMIE

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du Diplôme de Master en Ingénierie Pétrolière


Titre : Ingénieur

Intitulé

FORMULATION ET PRODUCTION DE GRAISSE


LUBRIFIANTE À PARTIR D’HUILE VÉGÉTALE,
HUILE DE RICIN (Ricinus communis)

Présenté par :

JAONARITIANA Franck Tony Sergio

Soutenu le 21 Mars 2019


UNIVERSITÉ D’ANTANANARIVO
ÉCOLE SUPÉRIEURE POLYTECHNIQUE

DOMAINE : SCIENCE DE L’INGÉNIEUR


MENTION : INGÉNIERIE PÉTROLIÈRE
PARCOURS : PÉTROCHIMIE

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention du Diplôme de Master en Ingénierie Pétrolière


Titre : Ingénieur

Intitulé

FORMULATION ET PRODUCTION DE GRAISSE


LUBRIFIANTE À PARTIR D’HUILE VÉGÉTALE,
HUILE DE RICIN (Ricinus communis)

Présenté par :

JAONARITIANA Franck Tony Sergio

Soutenu le 21 Mars 2019

Membres du Jury

Président : Monsieur ANDRIANAIVO Lala, Professeur Titulaire

Encadreur : Madame RAKOTOSAONA Rianasoambolanoro, Maitre de conférences

Examinateurs : Monsieur RAKOTOSAONA Rijalalaina, Professeur

Madame RARIVOSON Nantenaina, Maitre de conférences


TENY FISAORANA
Eto am-piandohana dia tsy hay ny tsy hisaotra an’ireo izay rehetra nanampy tamin’ny
fanatontosana izao asa fikarohana izao.

Tolorana fisaorana manokana amin’izany :

 ANDRIAMANITRA izay nanome hery, sy tanjaka ary fahasalamana ka nahatongavana


amin’izao dingana izao.
 Andriamatoa ANDRIANAHARISON Yvon, Professeur Titulaire, Talen’ny Sekoly
Ambony Politeknika eto Antananarivo izay tsy mitsahatra ny manatsara ny endriky ny
sekoly amin’ny lafiny rehetra ;
 Andriamatoa ANDRIANAIVO Lala, Professeur Titulaire, Lehiben’ny Departemanta «
Ingénierie Pétrolière ». Tamin’ny nanoronao anay izay rehetra ilaina mba tsy
hampitsanga-menatra anay eo amin’ny sehatry ny asa ;
 Ramatoa RARIVOSON Nantenaina, Maitre de conférences, Tompon’andraikitry ny
lalam-piofanana « Pétrochimie ».
 Ramatoa RAKOTOSAONA Rianasoambolanoro, Maitre de conférences. Na dia eo aza
ny adidy sy andraikitra marobe izay sahaninao dia nahafoy fotoana betsaka tokoa ianao
nanoro sy nanitsy ahy tamin’izay rehetra tsy nety mba hahatontosa an’izao asa
fikarohana izao ;
 Ireo Mpitsara izay nahafoy fotoana betsaka mba hitsara sy hanome ny torolalana rehetra
mba hanatsarana izao asa fikarohana izao. ;
 Ireo Mpampianatra sy Mpandraharaha rehetra ao amin’ny Sekoly Ambony Politeknika
eto Antananarivo ;
 Ny Ray aman-dReny sy ny fianakaviana rehetra tamin’ny fanohanana sy fanampiana
tamin’ny lafiny rehetra ;
 Ireo namana rehetra izay nanampy, nitoto nahafotsy, nahandro nahamasaka ka
nahatontosa an-tsakany sy an-davany an’ity boky ity.

i
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
SOMMAIRE

INTRODUCTION

PREMIÈRE PARTIE : ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE


CHAPITRE I : GÉNÉRALITÉS SUR LES LUBRIFIANTS

CHAPITRE II : CARACTÉRISTIQUE DE LA GRAISSE

CHAPITRE III : LES HUILES VÉGÉTALES

DEUXIÈME PARTIE : PARTIE EXPÉRIMENTALE


CHAPITRE IV : MATÉRIELS ET MÉTHODES

CHAPITRE V : RÉSULTATS

CHAPITRE VI : INTERPRÉTATIONS ET DISCUSSIONS

TROISIÈME PARTIE : ÉVALUATION DU COÛT DE PROJET ET ENJEUX


ENVIRONNEMENTAUX
CHAPITRE VII : ÉVALUATION DU COÛT DE PROJET

CHAPITRE VIII : ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

CONCLUSION

ii
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
LISTE DES ANNEXES

ANNEXE 1 : CLASSIFICATION DE SERVICE DES GRAISSES

ANNEXE 2 : EXEMPLES DE TRANSFORMATIONS CHIMIQUES POSSIBLES À


PARTIR DES TROIS FONCTIONNALITÉS PRÉSENTES DANS L’HUILE DE RICIN
(TRIGLYCÉRIDE DE L’ACIDE RICINOLÉIQUE)

ANNEXE 3 : SCHÉMA DÉTAILLÉ DE L’ÉPOXYDATION DES HUILES VÉGÉTALES

ANNEXE 4 : LE CONCEPT DES FEUX DE CIRCULATION SKF

ANNEXE 5 : LES CARACTÉRISTIQUES DES LUBRIFIANTS

iii
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
LISTE DES FIGURES
Figure 1 : Distillation du pétrole brut ......................................................................................... 6
Figure 2 : Paraffine normale (Hexane C6H14) ............................................................................ 7
Figure 3 : Isoparaffine (Isohexane C6H14).................................................................................. 7
Figure 4 : Naphtène (Cyclohexane C6H12) ................................................................................. 8
Figure 5 : Aromate (Benzène C6H6) ........................................................................................... 8
Figure 6 : Schéma de production des lubrifiants à base d'huile végétale (ricin) ...................... 10
Figure 7 : Composition d’une graisse. ..................................................................................... 16
Figure 8 : Diagramme d’indice d’iode des diverses huiles et graisses. .................................... 31
Figure 9 : Différentes parties de la plante de Ricinus communis............................................. 35
Figure 10 : La production de graines de ricin pour l’année 2006 (en Tonne) .......................... 36
Figure 11: L’huile de ricin. ...................................................................................................... 37
Figure 12 : Procédé d’extraction l’huile de ricin ...................................................................... 38
Figure 13: Balance électronique. .............................................................................................. 45
Figure 14 : Spatule en inox. ..................................................................................................... 46
Figure 15 : Étapes de phase d’époxydation. ............................................................................. 49
Figure 16 : Le procédé de fabrication d’une graisse lubrifiante. ............................................. 50
Figure17: Premier essai. ........................................................................................................... 59
Figure 18 : Deuxième essai ...................................................................................................... 59
Figure 19 : Troisième essai ...................................................................................................... 59
Figure 20 : Quatrième essai ...................................................................................................... 60
Figure 21 : Cinquième essai ..................................................................................................... 60
Figure 22 : Sixième essai ......................................................................................................... 60
Figure 23: Septième essai ......................................................................................................... 60
Figure 24 : Huitième essai ........................................................................................................ 60
Figure 25: Neuvième essai ....................................................................................................... 61
Figure 26 : Dixième essai ......................................................................................................... 61
Figure 27 : Variation de la pénétration de la graisse en fonction du pourcentage du savon. ... 63
Figure 28 : Histogramme de variation du point de goutte des savons. .................................... 64
Figure 29: Histogramme de température de fonctionnement des différents essais. ................ 65
Figure 30 : Essai de la graisse sur le roulement ....................................................................... 66
Figure 31 : Biodégradabilité de différentes huiles dans l'eau selon le test CEC L33-T-82 (21
jours)......................................................................................................................................... 75

iv
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
LISTE DES NOTATIONS ET SYMBOLES
Al : Aluminium
AlOH : Hydroxyde d’aluminium
Ar : Ariary
B2O3 : Oxyde de bore
Ca : Calcium
CaOH : Hydroxyde de calcium
CO2 : Dioxyde de carbone
D : Densité
g : Gramme
K : Coefficient de viscosimètre
KOH : Potasse
kg : Kilogramme
kWh : Kilowattheure
τ : Contrainte de cisaillement
ℽ : Viscosité cinématique
ρ : Masse volumique
μ : Viscosité dynamique
Ia : Indice d’acide
Ii : Indice d’iode
Is : Indice de saponification
l : Litre
Li : Lithium
LiOH : Hydroxyde de lithium
Na : Sodium
NaOH : Hydroxyde de sodium
M : Masse
ml : Millilitre
P0 : Poids du pycnomètre vide et propre
P1 : Poids du pycnomètre avec l’eau une température T
P2 : Poids du pycnomètre avec l’huile à la même température
SiCl4 : Tétrachlorure de silicium

T : Température

v
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
t : Temps
Tf : Point de fusion
Ts : Point de solidification
V : Viscosité
v : Volume
Wh : Wattheure

vi
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Fonctions des lubrifiants. ........................................................................................ 3
Tableau 2 : Les différents types d’additifs. ............................................................................. 11
Tableau 3 : Classes NLGI des graisses selon la norme ASTM D 217. ................................... 21
Tableau 4 : Point de goutte des savons usuels. ........................................................................ 22
Tableau 5 : Aspects et textures des graisses ............................................................................ 24
Tableau 6 : Propriétés des graisses usuelles. ............................................................................ 25
Tableau 7 : Comparaison entre les huiles et les graisses. ......................................................... 26
Tableau 8 : Point de fusion de quelques acides gras. ............................................................... 29
Tableau 9 : Point de solidification de quelques huiles végétales ............................................. 30
Tableau 10 : Acides gras contenus dans les huiles végétales comestibles. .............................. 32
Tableau 11 : Aspects physiques de l’huile de ricin. ................................................................. 40
Tableau 12: Caractéristiques physico-chimiques de l’huile de ricin ........................................ 40
Tableau 13: Composition en acides gras de l’huile de ricin. ................................................... 41
Tableau 14 : Composition en glycérides .................................................................................. 42
Tableau 15 : Premier essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple à
savon sodium » ......................................................................................................................... 51
Tableau 16 : Deuxième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple
à savon lithium ». ..................................................................................................................... 51
Tableau 17 : Troisième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple
à savon calcium » ..................................................................................................................... 52
Tableau 18 : Quatrième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant
complexe à savon lithium et sodium » ..................................................................................... 52
Tableau 19 : Cinquième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant
complexe à savon sodium et calcium » .................................................................................... 53
Tableau 20 : Sixième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple à
savon sodium » ......................................................................................................................... 53
Tableau 21 : Septième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple à
savon lithium » ......................................................................................................................... 54
Tableau 22: Huitième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple à
savon calcium » ........................................................................................................................ 54
Tableau 23: Neuvième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d’épaississant
complexe à savon lithium et sodium » ..................................................................................... 55

vii
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Tableau 24 : Dixième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant complexe
à savon sodium et calcium » .................................................................................................... 55
Tableau 25 : Les résultats des essais à base d’huile d'origine végétale.................................... 59
Tableau 26 : Les résultats des essais à base d’huile d'origine pétrolière.................................. 60
Tableau 27 : Résultats de mesure de pénétration du cône sur les graisses. .............................. 61
Tableau 28: Résultats de mesure du point de goutte sur les graisses. ...................................... 62
Tableau 29: Résultats de mesure de la température d’application sur les différents essais de
graisse étudiés. ......................................................................................................................... 62
Tableau 30 : Caractéristiques de graisse station-service et de graisse obtenue........................ 62
Tableau 31: Coût des matières premières utilisées dans la 1ère étape. ..................................... 70
Tableau 32 : Coût des matières premières utilisées dans la 2ème étape. .................................... 71
Tableau 33 : Coût d’électricité pendant la production. ............................................................ 71
Tableau 34: Coût total de la production. .................................................................................. 72
Tableau 35 : Comparaison des prix de la graisse obtenue. ...................................................... 72
Tableau 36 : Propriétés éco-toxicologiques de quelques huiles (EC50 en mg/l). D’après Van
Dievoet, 2001 ........................................................................................................................... 77
Tableau 37 : Définition des seuils de toxicité. ......................................................................... 77

vii
JAONARITIANA Franck Tony Sergio i
GLOSSAIRE
Graisses lubrifiantes : Une graisse lubrifiante est un produit de consistance semi-fluide
obtenue par dispersion d’un agent épaississant ou gélifiant dans une huile lubrifiante minérale
ou synthétique, et pouvant comporter divers additifs destinés à lui conférer des propriétés
particulières selon les applications visées.

Agents épaississants : L’agent épaississant constitue la phase solide dispersée de la graisse.


De nature organométallique, organique ou minérale, il se présente soit comme un
enchevêtrement de fibres (et forme alors un réseau tridimensionnel appelé gélifiant), soit
comme une dispersion de solides pulvérulents.

Huiles minérales : Les huiles minérales d’origine pétrolière sont extraites de coupes pétrolières
provenant de la distillation du pétrole brut. Ces coupes, que l’on nomme des distillats, subissent
des opérations de raffinage dont la complexité dépend à la fois de l’origine du brut utilisé et de
la qualité recherchée des produits.

Lubrifiant : Matière entre deux surfaces qui réduit le frottement et l’usure entre les surfaces.

Lubrification : Procédé par lequel la friction entre deux pièces en mouvement est réduite
(introduction d’un fluide séparant les deux surfaces).

Consistance : C’est la résistance à la déformation de la graisse, la consistance diminue lorsque


la température augmente.

Point de goutte : C’est la température à laquelle la graisse devient liquide (liquéfaction).

Point de solidification : C’est la température à laquelle la graisse devient solide.

Additifs : Ajoutés en faible quantité, ils permettent d'améliorer les propriétés. Ils sont soit sous
forme solide en suspension dans la graisse, soit solubles dans l'huile de base.

ix
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Viscosité : La viscosité est la force qui s'oppose au glissement des différentes couches
composant le film lubrifiant. Elle est fonction des forces de cohésion entre les molécules du
lubrifiant. Plus ces forces seront importantes, plus grande sera la viscosité de l'huile.

Hydrocarbures : Molécules uniquement composées d’atomes d’hydrogène et de carbone.

Indice d’acide : L'indice d'acide, qui se mesure en milligrammes de potasse, permet de


déterminer : si une huile mal raffinée conserve des traces d'acide minéral, si dans une huile usée
l'oxydation a formé des acides organiques.

Indice de viscosité : L'indice de viscosité donne la relation entre la viscosité et la température.


Une huile moins sensible à la température a un indice de viscosité élevé, tandis qu'une huile
plus sensible à la température a un indice de viscosité faible.

Huiles végétales : Les huiles végétales pures sont des huiles produites à partir des plantes
oléagineuses par pression, extraction ou procédés comparables, brutes ou raffinées, mais sans
modification chimique.

Acides gras : Les acides gras sont les constituants majoritaires entrant dans la composition des
corps gras. Ils sont sous forme combinée avec les glycérols (triglycérides) et se trouvent
rarement à l’état libre dans le règne vivant.

Epoxydation : C’est l’une des réactions les plus importantes pour la fonctionnalisation des
doubles liaisons. Elle est réalisée à grande échelle en industrie. Les huiles végétales époxydées
sont produites à l’aide d’un peracide organique (acide performique ou peracétique
principalement) formé in situ avec de l’acide sulfurique comme catalyseur.

Biolubrifiant : Le terme de biolubrifiant s’applique à tous les lubrifiants qui sont à la fois
rapidement biodégradables et non toxiques pour les êtres humains et les mieux aquatiques.

x
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
INTRODUCTION
Un lubrifiant est une matière onctueuse qui a pour but de réduire les frottements entre
des pièces en mouvement en vue de faciliter le fonctionnement des machines ou le décoffrage
du béton.
Les ingénieurs d'études savent aujourd'hui que le lubrifiant n'est pas qu'un produit
consommable indispensable, mais un élément de conception. Une bonne lubrification et un bon
graissage sont un enjeu de taille dans le monde de la maintenance et de la conception. En effet,
elles aident à faire des économies d'énergie, garantissent le bon fonctionnement des machines
et donc le bon déroulement des processus de production. Donc, elles impactent directement le
rendement d’une activité ainsi que la durée de vie des machines Les lubrifiants sont
constamment perfectionnés grâce à la recherche. [1]
Jusqu'au milieu du 19ème siècle, les huiles et graisses d'origine végétale ou animale
étaient la matière première de la majorité des préparations lubrifiantes. Depuis que l'huile
minérale d'origine pétrolière a été découverte et commercialisée pour un rapport qualité/prix
très compétitif, elle a conquis une part largement majoritaire du marché. L'évolution des
exigences techniques et des contraintes environnementales en cette fin de 20ème siècle a eu pour
conséquence un retour aux huiles et aux esters végétaux comme additifs ou comme bases pour
la préparation de lubrifiants "haute performance". Ce retour à des matières premières
renouvelables techniquement performantes et biodégradables permet de s'inscrire dans une
logique de développement durable.
L’objectif de ce travail intitulé « Formulation et production de graisse lubrifiante à
partir d’huile végétale, huile de ricin (Ricinus communis) » est alors de formuler de la graisse
lubrifiante à partir de l’huile végétale répondant aux exigences environnementales tout en
assurant la performance technique et l’efficience des lubrifiants industriels.
Les travaux effectués tout au long de ce mémoire sont : synthèse bibliographique, essais
expérimentaux au niveau laboratoire, analyse des produits obtenues, études comparatives et
rédaction manuscrit.

Notre étude est divisée en trois grandes parties :

 La première partie concerne l’étude bibliographique sur les lubrifiants, les


caractéristiques de la graisse et les huiles végétales (cas Ricinus communis).
 La deuxième partie présente les différents essais expérimentaux au niveau laboratoire,
analyse des produits, interprétations et comparaisons des résultats obtenus.

1
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
 La dernière partie rapporte un aperçu des enjeux environnementaux et évaluation du
coût de projet de la production de graisse lubrifiante à partir de l’huile végétale.

2
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
PREMIÈRE PARTIE : ÉTUDE
BIBLIOGRAPHIQUE
CHAPITRE I : GÉNÉRALITÉS SUR LES LUBRIFIANTS

I.1 DÉFINITIONS ET FONCTIONS D’UN LUBRIFIANT :


Dans la définition moderne, le terme "lubrifiant" comprend des produits qui sont utilisés pour
le graissage d'éléments glissants et roulants. Cependant, le terme lubrifiant est attribué
également à des produits apparentés qui sont identiques dans la composition, la fabrication et
les propriétés, mais servent à la transmission de la force, à la conduction de la chaleur, au
refroidissement en tant qu'huiles isolantes, produits anticorrosion ou de produits auxiliaires
pour les processus industriels sous le nom de "huiles de procédé". [1]
Les fonctions principales d’un lubrifiant sont représentées dans le tableau N°1
Tableau 1 : Fonctions des lubrifiants.[2]

La circulation de l'huile évacue les calories, et élimine les risques de


fusion et de détérioration. Un moteur, surtout aujourd'hui avec les
REFROIDIR technologies de pointes ou les difficultés de circulation, peut chauffer
( l’évacuation des anormalement jusqu'à 400°C.
calories) L'huile refroidit les parties essentielles du moteur que le liquide de
refroidissement du radiateur ne peut pas atteindre, comme l'arbre à
cames, les bielles et les pistons. L'huile assure ainsi jusqu'à 35 % de la
fonction de refroidissement.
ÉTANCHÉIFIER Contribuer à parfaire l’étanchéité du moteur : L’huile protège
(la protection constamment les pièces d’agressions comme les poussières aspirées
contre l’entrée par le moteur, l’eau et l’acide résultant de la combustion.
d’impuretés)
L'huile maintient en suspension et véhicule les imbrûlés issus de la
NETTOYER
combustion, c’est à dire c'est à ce niveau qu'elle a de l'importance car
(l’évacuation des
il n'a plus d'étanchéité. Le moteur consomme anormalement, il arrive
impuretés)
même qu'il ait des grippages, c’est le phénomène d'usure par polissage.
Diminuer les frottements et les résistances passives dans les machines,
LUBRIFIER
améliorer leur rendement et économiser l'énergie. La viscosité d'une
(la réduction des
huile moteur devrait rester constante malgré des écarts de température.
frottements et de
L'huile ne doit pas figer au froid, elle ne doit pas se liquéfier à la
l’usure)
chaleur.

3
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Les lubrifiants permettent aussi de :

 Protéger les organes lubrifiés contre les diverses formes de corrosion et d'usure, donc
contribuer à leur longévité ;

 Transmettre de l'énergie ou de la chaleur ;


 Assurer l'isolation électrique ;
 Améliorer l'état de surface des pièces usinées ;
 Augmenter la durée de vie.

I.2 CLASSIFICATION DES LUBRIFIANTS :


On peut distinguer les lubrifiants selon leur origine végétale, animale, minérale ou synthétique,
ou selon leur présentation, liquide, pâte ou solide. [3]

I.2.1 Lubrifiants d'origine végétale :


Ce sont en général des combinaisons d'acides gras peu ou pas estérifiés. Certains sont encore
largement utilisés en addition dans les huiles de pétrole ou dans les graisses :
 Liquides : huiles semi siccatives (s'épaississant par oxydation) de coton, de colza,
huiles non siccatives d'arachide, d'olive, et surtout de ricin intéressante par sa forte
viscosité et la possibilité de l'utiliser dans une large gamme de températures.
 Pâteux : huiles de palme, de coco et de coprah, liquides aux températures tropicales
mais pâteuses dans les régions froides.
 Solides : résines et colophanes tirées du pin, pouvant résister à l'eau. [2]

I.2.2 Lubrifiants d'origine animale :


Ils sont constitués essentiellement d'esters résultant de la combinaison d'acides gras avec la
glycérine. [2] Ce sont souvent des « ancêtres » mais certains entrent encore dans diverses
compositions :
 Liquides : oléines, huiles de lard, de pied de bœuf ou de mouton, etc., très onctueuses,
huiles de poisson, de baleine, de phoque, glycérine autrefois utilisée pour son point de
congélation très bas.
 Pâteux : oléo stéarines, suifs (qui deviennent très acides par oxydation), suintines et
brais résultant du traitement de la laine, lanoline très utilisée dans les produits antirouille
car elle absorbe l'eau.
 Solides : stéarine, dont l'usage est restreint à la formulation de graisses très dures.

4
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
I.2.3 Lubrifiants d'origine synthétique :
Les huiles synthétiques sont fabriquées par voie chimique par l'enchevêtrement de molécules
spéciales d'hydrocarbures dans le cadre d'un processus à plusieurs étapes. [1] A partir de là, on
peut composer un produit de structure moléculaire et de longueur de chaîne quelconques avec
des propriétés remarquables et toujours uniformes :
 Liquides : silicones, polyglycols, esters phosphoriques, esters aliphatiques,
polyoléfines, métaux liquides. [2]
 Pâteux : verres, borates et oxyde de bore B2O3 (pâteux à chaud), graisses silicones.
 Solides : polyéthylènes, polytétrafluoroéthyène (PTFE), savons (stéarates de zinc, de
calcium, d'aluminium, etc.), oxyde de plomb (PbO), disulfure de tungstène,
phtalocyanine, fluorure de graphite, fluorures de calcium, de baryum et de lithium,
nitrure de bore.

I.2.4 Lubrifiants d'origine minérale :


Les huiles minérales proviennent de la distillation du pétrole brut (raffinage). D'un prix peu
élevé, elles présentent des performances "moyennes". [3] Les huiles minérales sont les plus
utilisées aussi bien dans les applications automobiles qu'industrielles :
 Liquides : huiles de houille (charbon utilisé comme combustible), de schiste (roche
sédimentaire ou métamorphique qui se débite en feuillets), utilisables comme produits
de remplacement, et surtout huiles de pétrole. [2]
 Pâteux : vaseline.
 Solides : soufre utilisé autrefois pour sauver les paliers endommagés, talc, mica,
bisulfures de molybdène et de tungstène, graphite, sulfure de plomb, oxyde de zinc.

I.3 CONSTITUTION DES LUBRIFIANTS :


Les huiles se présentent sous la forme d'une base, "huile minérale ou huile de synthèse", avec
des additifs (anti usure, extrême pression, anticorrosion...) utilisés pour améliorer les
caractéristiques ou adapter l'huile à l'application choisie. [4]

I.3.1 Les huiles de base :


Les huiles de base peuvent provenir de diverses sources : végétales, animales, synthèse et
minérale. Les huiles d’origine minérale et les huiles de synthèse sont les plus utilisées
actuellement. [5]

5
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
I.3.1.1. Huiles de base d’origine minérale :
La plupart des huiles minérales fabriquées aujourd'hui sont toujours les produits raffinés d'huile
minérale dits classiques. La production s'effectue par distillation sous vide du résidu provenant
de la distillation atmosphérique suivie d'extraction par solvant, déparaffinage et raffinage
hydrogénant (figure 1). La technologie des procédés a été constamment améliorée au cours des
années. Ces huiles de base minérales ont différentes viscosités : de façon approximative on
distingue des huiles épaisses, moyennement visqueuses et allégées, elles ont un indice de
viscosité compris entre 90 et 100, et le comportement à basses températures est médiocre (point
d'écoulement compris entre –6 et –15°C). [1]
Le schéma ci-dessous illustre la distillation du pétrole brut :

Figure 1 : Distillation du pétrole brut. [6]

6
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Les huiles minérales appartiennent aux diverses familles d'hydrocarbures et possèdent des
propriétés fort différentes :
 Paraffiniques (molécules à chaîne droite) : ils sont stables à l'oxydation, peu agressifs
pour les élastomères, dotés d'un bon indice de viscosité (variation de viscosité
relativement faible avec la température), mais certains constituants cristallisent dès la
température ordinaire. [2]

Figure 2 : Paraffine normale (Hexane C6H14)

 Isoparaffiniques (molécules à chaînes ramifiées) : ils résistent bien à l'oxydation, sont


peu agressifs pour les élastomères, se comportent mieux à froid que les précédents, mais
leur indice de viscosité est plus faible. [2]

Figure 3 : Isoparaffine (Isohexane C6H14)

 Naphténiques (chaînes cycliques saturées) : ils sont moins stables à l'oxydation, plus
agressifs pour les élastomères, mais possèdent de très bonnes caractéristiques
d'écoulement aux basses températures malgré un indice de viscosité plus faible. [2]

7
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Figure 4 : Naphtène (Cyclohexane C6H12)

 Aromatiques (chaînes cycliques non saturées) : très oxydables, dotés d'un très mauvais
indice de viscosité, leur comportement est catastrophique en lubrification et ils sont
éliminés dès le raffinage. [2]

Figure 5 : Aromate (Benzène C6H6)


La distribution relative des composés paraffiniques, aromatiques ou naphténiques à une grande
importance sur les propriétés des lubrifiants. Pour huiles moteurs, les tendances chimiques les
plus répandues sont de nature naphténique et isoparaffinique. [6]

8
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
I.3.1.2. Huile de base d’origine synthétique :
Les huiles de synthèse ou huiles synthétiques sont obtenues par combinaisons chimiques de
plusieurs composants de faibles poids moléculaires, ceux pouvant être de même nature ou
différente. Ces huiles, bien qu’elles soient plus chères, permettent de résoudre des problèmes
de lubrification particulièrement difficiles. Ce sont notamment les fluides de haute stabilité
thermique, les fluides difficilement inflammables et les lubrifiants pour l’aviation. [7]
 Polyalphaoléfines (PAO) : Ce sont des substances liquides et identiques à la paraffine,
formées seulement d’atomes de carbone et d'hydrogène et présentant une certaine
viscosité, un indice de viscosité élevé et un point d'écoulement bas en raison de la
longueur de chaîne, du degré de ramification et de la position des ramifications. [8]
 Esters : Contrairement aux polyalphaoléfines, les esters contiennent également de
l'oxygène et sont obtenus par la réaction d'un alcool avec un acide organique. Pour
fabriquer des lubrifiants, on utilise surtout des esters d'acide carboxylique, que l'on peut
subdiviser à leur tour en diesters et polyolesters sur la base de leur structure chimique.
Les propriétés de ces esters sont donc également différentes, mais en général, les deux
types présentent une bonne tenue viscosité-température, un faible point d'écoulement et
une excellente résistance au vieillissement. [1]
Ces huiles de synthèse ont des propriétés suivantes :
 Indice de viscosité plus élevé
 Meilleure tenue thermique
 Meilleure résistance à l’oxydation.
Donc d’excellentes propriétés physiques et une stabilité thermique exceptionnelle. [9]

I.3.1.3. Huile de base d’origine végétale :


Contrairement au cas des lubrifiants à base d'huile minérale pour lesquels la production de
l'huile de base résulte d'un processus d'exploitation du pétrole, les lubrifiants à base d'huile
végétale utilisent les huiles issues de la culture de plantes oléagineuses : huile de colza, de
tournesol, de palme, de coprah, de ricin, … [10]
À partir de l’énergie solaire, ces plantes oléagineuses transforment par photosynthèse le CO2
atmosphérique, l'eau et les éléments minéraux du sol en une huile végétale qualifiée dès lors de
renouvelable (puisque le processus de la photosynthèse peut à tout moment produire des
plantes, des graines et donc de l’huile, l’énergie solaire étant considérée comme renouvelable).
Il s'agit donc d'un processus de transformation plus complexe et faisant appel à diverses
matières premières issues, elles aussi, d'une activité humaine (semences, engrais, produits

9
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
phytosanitaires, …). Les activités en amont de la production (pré-production) de la matière
première, les graines oléagineuses, seront donc plus importantes dans ce cas. La trituration des
graines et le raffinage de l'huile sont à mettre en relation avec le raffinage du pétrole. [10]
Dans le cas des lubrifiants à base d'huile végétale non transformée, c'est l'huile extraite des
graines oléagineuses qui est utilisée. Cette huile, constituée de triglycérides, n'a pas subi de
modifications structurelles (figure 6).

Figure 6 : Schéma de production des lubrifiants à base d'huile végétale (ricin) [10].

I.3.2 Les additifs :


I.3.2.1 Définition et rôles :
Les additifs, appelés aussi dopes, sont des produits à ajouter pour avoir une bonne huile
lubrifiante, chacun ayant une fonction bien définie. Certains servent à atteindre le niveau de
performance voulu pour un lubrifiant et d’autres servent à corriger un défaut ou améliorer les
propriétés rhéologiques de l’huile. Dans la formulation, les additifs peuvent former jusqu’à 25
% de l’huile de base. [8]

10
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Les rôles que les additifs doivent assurer sont :
 Soit de renforcer certaines propriétés de l’huile de base ;

 Soit d’apporter à l’huile de base des propriétés qu’elle ne possède pas naturellement.

Les additifs, ajoutés à l’huile de base, caractérisent l’huile finie telle qu’huile moteur, huile
transmission, huile hydraulique etc. [11]
I.3.2.2 Les principales familles d’additifs :
Le tableau suivant résume les différents types d’additifs :
Tableau 2 : Les différents types d’additifs. [2] [5] [8] [9]

ADDITIFS RÔLES EXEMPLES

Supprimer, ou tout au moins ralentir les Phénoliques, phénates,


Antioxydant phénomènes d'oxydation du lubrifiant. amines aromatiques.
Contribuer à l'espacement des vidanges par Dialkyldithiophosphates
une meilleure tenue aux hautes températures. de zinc (DTPZn).
Transforme la surface métallique pour une Terpènes
Anticorrosion
véritable peinture isolante. phosphosulfurés
Oléfines sulfurées.
Dithiophosphates de zinc.
Adhère sur les surfaces métalliques et les Composés contenant du
Antirouille isole des éléments favorisant la formation de calcium, du magnésium.
rouille. Composés phosphorés.
Anti-usure Réduit le coefficient de lubrification limite. Dithiophosphates de zinc
Évite les contacts directs métal-métal.
Anti- Permettre au lubrifiant de garder une bonne Naphtalènes alkylés.
congelant fluidité à basse température (de -15°C à -
(Jusqu’à 0,5 45°C).
%)
Ils permettent de corriger la tendance au Silicones de très hautes
Anti-
moussage du lubrifiant (à cause des masses molaires,
mousse
dispersants et détergents). insolubles dans l’huile et
de polyacrylates.

11
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Évite le mélange de fluides étrangers (de
Anti-émulsion l’eau par exemple) avec l’huile et favorise la
décantation (séparation) de l’ensemble.
Sels organo-solubles
Détergent Éviter la formation de dépôts ou de vernis sur alcalino-terreux de la
(utilisés à raison les parties les plus chaudes du moteur telles famille des carbonates,
de 3 à 15 %) que les gorges des pistons. sulfonâtes, les phénates,
salicylates de calcium
et/ou de magnésium.
Contrairement aux précédents, ils agissent Copolymères de
essentiellement à basse température en méthacrylates.
Dispersants retardant la formation de dépôts ou de boues. Sels d’amines acides
(utilisés à Son rôle est de maintenir en suspension organiques de haut poids
raison de 3 à toutes les impuretés solides formées au cours moléculaire.
15 %) de fonctionnement du moteur : imbrûlés, Sulfonâtes neutres ou
gommes, boues, suies diesel, dépôts nettoyés basiques.
par les détergents. Phénates et phénates
sulfurés
Désaérant Favorise la séparation des gaz de l’huile.

Permettre à l'huile de : Les


Réduire les couples de frottement et par dialkyldithiophosphates
Additif extrême
pression conséquence économiser l'énergie. de zinc (DTPZn)
Protéger les surfaces des fortes charges.
Les
Agents Ils réduisent le coefficient de frottement dialkyldithiophosphates
modifiant le grâce à des composés polaires qui de zinc (DTPZn), les
coefficient de s’adsorbent sur les surfaces métalliques pour dialkyldithiocarbamates
frottement former un film anti-frottement à faible de molybdène, ainsi que
(friction) résistance au cisaillement. les triborates de
potassium.

12
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Amélioration Permettre à l'huile d'être : Polymétacrylates
d’indice de Suffisamment fluide à froid (faciliter le d’alkyles (PMA) de
viscosité. démarrage en abaissant le point d'écoulement masses molaires élevées
(utilisés à raison entre -15 et -45°C suivant les huiles). et des copolymères
de 5 à 10 %) Visqueuse à chaud (éviter le contact des d’oléfines (OCP).
pièces en mouvement).
Abaisseurs du Servent à perturber le processus de Polymétacrylates (PMA)
point cristallisation des paraffines contenues dans de faibles masses
d’écoulement les huiles de base pour avoir une meilleure moléculaires.
fluidité du lubrifiant à basse température.

13
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
CHAPITRE II : CARACTÉRISTIQUE DE LA GRAISSE

II.1 GÉNÉRALITÉS SUR LA GRAISSE


II.1.1 Introduction :
Les lubrifiants sont généralement associés aux huiles, mais il existe en réalité de nombreuses
applications pour lesquelles des lubrifiants non liquides sont utilisés, les plus courants étant les
graisses. Selon l'American Society for Testing and Materials (ASTM), la graisse lubrifiante est
une substance solide ou semi-fluide contenant un agent épaississant et un liquide lubrifiant.
D'autres composants comme des additifs ou des lubrifiants solides peuvent également être
ajoutés pour lui donner des propriétés spécifiques. [12]

Une graisse est un produit de consistance semi-fluide à solide, obtenu par dispersion d’un agent
épaississant (savon) dans un liquide lubrifiant (huile minérale ou synthétique). [13]
Pour apporter certaines propriétés particulières, des additifs peuvent être inclus. L’utilisation
croissante de roulements lubrifiés à la graisse, associée au développement du concept de
graissage à vie, fait de la graisse un composant à part entière du roulement. La durée de vie du
roulement, son comportement dans des environnements divers, sont largement conditionnés par
les propriétés de la graisse utilisée.

II.1.2 Définition :
Pour la définition des graisses lubrifiantes, il existe différentes versions. Au plan physique, les
graisses lubrifiantes font partie des dispersions, plus exactement des suspensions de solides
dans des liquides. [1] Il existe les définitions suivantes :
 Les graisses lubrifiantes sont des lubrifiants consistants qui sont à base d'huile minérale
et/ou d'huile de synthèse et d'un épaississant. Elles peuvent contenir des additifs et / ou
des lubrifiants gras (DIN 51825). [1]
 Une graisse lubrifiante est une substance solide ou semi-fluide qui résulte de la
dispersion d'un épaississant dans un lubrifiant liquide. Elle peut contenir d'autres
composants qui confèrent des propriétés particulières (ASTM D 288). [1]
 Une graisse est un lubrifiant qui sous certaines charges et dans sa plage de température
d’utilisation présente les propriétés d’un corps solide, subit une déformation plastique
et commence à couler comme un fluide si la charge atteint le point critique, et retrouve
ses propriétés de corps solide après élimination de la contrainte (Sinitsyn, 1974). [14]

14
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
 Les graisses lubrifiantes sont des lubrifiants fixés, c'est-à-dire qui ne coulent pas
librement, et sont donc résistantes à un certain degré à des forces déformantes. Les
graisses lubrifiantes sont des huiles lubrifiantes empêchées de dériver. [1]
 Les graisses lubrifiantes sont au plan physique des suspensions colloïdales
d'épaississants appropriés (phase solide) dans des huiles minérales et / ou des huiles de
synthèse (phase liquide). [1]

II.1.3 Fonctions :
Les fonctions des graisses se résument comme suit :
 Pendant une grande période de temps, garder l’huile entre les surfaces à lubrifier dans
la gamme de température de l’application. [2]
 Dégagement d'une quantité suffisante de lubrifiant liquide à partir de l'assemblage de
graisses (séparation de l'huile) afin de réduire le frottement et l'usure sur de larges plages
de températures et périodes (graissage à vie). [1]
 Étanchéité vis-à-vis de l'eau et des produits abrasifs ; à cet effet, les graisses doivent
présenter une stabilité mécanique suffisante. [1]
 Empêcher les agents extérieurs tels que l’eau et la poussière de pénétrer entre les
surfaces à lubrifier. [2]
 Adhérer aux surfaces et aux pièces à lubrifier et à protéger. [2]
 Demeurer stable même après avoir absorbé une certaine quantité d’agents contaminants.
[2]

II.1.4 Classification :
Dans la pratique, les graisses lubrifiantes sont classées selon différents aspects.
Selon le type d'épaississant classification en : [1]
 Simples graisses de sodium, de calcium et de lithium ;
 Graisses complexes de sodium, de calcium et de lithium ;
 Graisses de bentonite et de polycarmabide.
Selon les éléments de machines à lubrifier classification en : (voir annexe 1)
 Graisses pour paliers à roulement, graisses pour paliers à glissement et graisses pour
paliers de roues
 Graisses pour articulations et graisses pour engrenages
 Graisses pour châssis

15
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Selon l'application classification en :
 Graisses pour basses températures, graisses pour températures normales et graisses pour
températures élevées ;
 Graisses lubrifiantes polyvalentes, graisses lubrifiantes et graisses lubrifiantes
spéciales ;
 Graisses lubrifiantes avec propriétés pour haute pression.
Selon la consistance subdivision en neuf classes de NLGI (voir le tableau 5).

II.2 CONSTITUTION DES GRAISSES :


Rappelez-vous qu'une graisse est une substance dont la densité varie de semi-solide à solide.
L'ingrédient de base d'une graisse industrielle (figure suivante) est de l'huile minérale ou de
l'huile synthétique (environ 85 %), à laquelle on ajoute un épaississant (environ 10 %) et des
additifs (environ 5 %) pour satisfaire une lubrification optimale. Les additifs présents dans une
graisse sont : les inhibiteurs de corrosion, les agents d'anti-usure et d'oxydation, les additifs
d'adhérence, les agents "extrême pression" et hydrofuges, les désactivateurs de métaux. [15]

Figure 7 : Composition d’une graisse. [16]


Avec :
 (1) Épaississant ;
 (2) Additifs ;
 (3) Huile de base et
 (4) Graisse.

16
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Concrètement, la graisse peut être représentée comme un réseau formé par l’épaississant
pouvant prendre diverses formes (bâtonnets, fibres, sphères, etc..) et dans lequel l’huile est
supposée retenue par attraction moléculaire entre l’épaississant polaire et l’huile, par des forces
capillaires, et par occlusion mécanique. Les additifs sont dispersés dans ce mélange soit de
manière solide, soit sous forme solubilisée.

II.2.1 L'huile de base ou la base lubrifiante :


La nature de la base a une influence sur la plage de température d'utilisation, la résistance à
l'oxydation et peut, selon son pouvoir solvant, influencer la texture de la graisse. Les viscosités
usuelles varient entre 22 cSt et 460 cSt. [17]
Les bases utilisées sont les mêmes que celles des huiles lubrifiantes :
 Huiles minérales : naphténiques ou paraffiniques le plus souvent.
 Huiles de synthèse : polyalphaoléfines, polyglycols, diesters (graisses basse
température), polysiloxanes (ou silicones, pour graisses haute température), etc.
 Huiles végétales (biodégradables) : huile de colza, de ricin, esters synthétiques, etc.

II.2.2 Les épaississants :


L'épaississant est constitué d'un réseau ou pelotes de fibres de savon dont les espaces sont
remplis d'huile comme les pores d'une éponge pleine d'eau (gonfle dans l'huile). Il constitue la
phase solide et dispersée de la graisse et lui donne sa consistance. Plus la concentration en
épaississant est élevée, plus le réseau est dense et plus la graisse est dure. Les concentrations
usuelles varient de 5% (grade NGLI 0) à 40% (grade NGLI 7). [17]
Une revue des principaux types d’épaississant est présentée ci-après.

II.2.2.1 Épaississant savon :


 Savon simple :
Les épaississants à base de savon simple ou complexe sont apparus dans les années 40. La
première graisse à savon lithium fut initialement fabriquée par Earle en 1942. Puis en 1946
Fraser synthétise la graisse à savon lithium 12-hydroxystearate devenue depuis plus d’un demi-
siècle la graisse la plus populaire dans le monde. [18]
Les graisses à savon lithium sont de bonnes graisses multi usages : bonne stabilité au
cisaillement, bonne résistance à l’eau, point de goutte élevé et bonne compatibilité avec les
additifs.

17
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Les savons à base de calcium sont utilisés lorsqu’une bonne résistance à l’eau et de bonnes
propriétés d’adhésion sont requises.
Les autres types de savons métalliques comme le sodium, l’aluminium et le baryum sont utilisés
en quantités plus marginales.
Les savons métalliques sont obtenus par neutralisation d'un acide gras ou par saponification
d'un corps gras par une base (Acide gras + base → savon + eau). [17]
 Savon complexe :
Les épaississants à base de savons métalliques complexes : un savon complexe est un savon
formé à partir de deux ou plusieurs acides. Leur structure est très dense et très stable. Ils
possèdent des points de fusion très élevés (environ 150°C avec une base minérale et 200°C avec
une base de synthèse). [17]
Le premier savon lithium complexe fut initialement formulé en 1974. Sa formulation est
produite par les mêmes réactifs que ceux utilisés pour un savon simple, à savoir hydroxyde de
lithium et acide 12-hydrostéarique auxquels on ajoute l’acide azélaique. Il est possible de
substituer cet acide par de l’acide borique ou phosphorique si une résistance à la charge est
attendue. [18]
Les savons de calcium complexe possèdent une bonne résistance au cisaillement et à l’eau, un
ressuage faible et une bonne résistance à la charge.
Les savons de sodium complexe ont été largement utilisés pour leur bonne capacité à
fonctionner sous de forts taux de glissement, mais leur faible résistance à l’eau limite toutefois
leur intérêt tout comme les savons sodium classiques.

II.2.2.2 Épaississant sans savon :


 Épaississant organique :
Ces épaississants sont produits à partir d’autres types de réaction que la saponification. Cette
classe d’épaississant est en majorité représentée par les polyurées dont le processus de
fabrication sera discuté dans la suite de ce chapitre. [18]
Les épaississants PTFE sont choisis pour les applications hautes températures supérieures à
220°C. Les polymères du type polyamide et polyéthylène sont utilisés principalement comme
additifs.
 Épaississant inorganique :
Ce type d’épaississant nécessite un traitement avec des composés organiques pour leur donner
des propriétés oléophiliques requises pour être utilisé dans une huile. Ils sont destinés à des
applications hautes températures jusqu’à 200°C où une stabilité au cisaillement n’est pas

18
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
exigée. Cette faible stabilité au cisaillement provient de leur morphologie : particules de
diamètre 0,05μm. [18]
L’argile ou bentonite constitue le principal épaississant de cette classe. Un traitement à base de
d’ions ammonium quaternaire est généralement réalisé.
L’acide silicique hautement dispersé est utilisé comme épaississant pour des graisses à vocation
alimentaire ou médicale. Cette poudre est obtenue en brûlant du tétrachlorure de silicium (SiCl4)

dans une flamme d’oxygène que l’on traite ensuite par des silanes.

II.2.3 Les additifs :


Les additifs sont des composés chimiques, organiques ou non, destinés à améliorer les
propriétés lubrifiantes et protectrices du fluide lubrifiant. Ils sont soit sous forme solide en
suspension dans la graisse, soit solubles dans l'huile de base. [19]
Les additifs les plus utilisés sont :
II.2.3.1 Antioxydant :
L’oxydation a 3 conséquences : augmentation de la viscosité, formation de composés oxygénés
corrosifs et formation de composés insolubles. Le processus d’oxydation des hydrocarbures en
phase liquide est un mécanisme radicalaire en chaîne conduisant à la formation de radicaux
libres et d’hydropéroxydes consécutifs à l’action de la molécule O2. [18]

Un des mécanismes possibles limitant l’oxydation est l’inhibition de l’étape de propagation. On


pourra citer par exemple les phénols qui agissent en tant qu’inhibiteurs radicalaires.

II.2.3.2 Anticorrosion :
Ils assurent que le la graisse protège de façon efficace les surface qu’elle lubrifie. L’emploi
d’inhibiteurs de corrosion limite cet effet néfaste par formation d’une couche passivée (couche
d’oxyde en général) jouant le rôle d’un film protecteur. Les amines ou diamines à chaînes
grasses sont employés en tant qu’inhibiteur de corrosion. [14]

II.2.3.3 Anti-usure (AU)/Extrême pression (EP) :


Dans des conditions extrêmes de fonctionnement, les surfaces ne sont plus correctement
séparées et peuvent subir un endommagement. Afin de prévenir ou de contrôler
l’endommagement, les additifs AU et EP créent des films protecteurs par chimisorption. Un des
additifs couramment utilisé comme réducteur de l’usure est le dithiophosphate de zinc. [19]

19
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Ce sont des agents qui forment un film dont la résistance au cisaillement est faible, ce qui
diminue la valeur du coefficient de frottement lors des démarrages ou lorsqu’il y a surcharge.

II.2.3.4 Anti-mousse :
L’utilisation de détergents abaisse la tension superficielle des huiles favorisant alors la
pénétration de l’air sous forme de mousse. Afin de réduire la formation de ces mousses, on
utilise généralement des composés siliconés comme les siloxanes. Leur mode d’action peut
s’expliquer par une élimination du film superficiel de tensioactifs Les siloxanes joueraient alors
le rôle d’un film de faible cohésion limitant la formation de mousse. [18]

II.2.3.5 Améliorateur d’adhésion ou tackifiant :


Une des propriétés de la graisse est d’adhérer aux surfaces. On peut encore améliorer cette
propriété en ajoutant un tackifiant qui augmente le « filant » de la graisse. Ces additifs sont
généralement des polymères de très haut poids moléculaire. [14]
Des additifs d’adhésivité, comme polyisobutylène, peuvent être utilisés pour optimiser
l’adhésivité de la graisse et, par conséquent, le maintien d’une pellicule de graisse sur la surface
métallique.

II.2.3.6 Améliorateur d’indice de viscosité (AVI) :


Une huile peut être plus ou moins sensible à la température suivant la valeur de son indice de
viscosité. Le but de l’AVI est d’épaissir l’huile le moins possible à basse température et le plus
possible à haute température. [18]
L’AVI est une macromolécule de structure variable suivant l’application requise. On pourra
citer le plus simple des AVI qui est un homopolymère PAO destiné aux huiles moteurs.

II.3 PROPRIÉTÉS DES GRAISSES :


II.3.1 Consistance et pénétrabilité :
La consistance d'une graisse est une mesure de sa douceur ou de sa raideur. [14]
Il varie avec la température et dépend principalement de la quantité et le type d'épaississant
utilisé. La consistance est également influencée par le type d'huile de base et les conditions dans
lesquelles la graisse fonctionne.
C’est la propriété principale. Elle exprime la résistance à la déformation de la graisse.
Étroitement liée à l’adhérence et à l’onctuosité, elle diminue lorsque la température augmente.

20
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
On la chiffre arbitrairement par un essai normalisé de pénétrabilité au cône, effectué avec un
équipement standard et après malaxage. La pénétrabilité n'est pas liée directement à la viscosité,
certaines graisses dures s'écoulent facilement et au contraire, des graisses molles peuvent se
révéler très visqueuses. [20]
Selon le test ASTM D 217 (1996), la consistance des graisses est divisée en neuf classes de 000
à 6 par la National Lubricating Grease Association (NLGI). [2]
Le tableau 3 résume les neuf classes considérées selon leurs applications génériques.
Tableau 3 : Classes NLGI des graisses selon la norme ASTM D 217.

Grade NLGI 000 00 0 1 2 3 4 5 6


Consistance Très Fluide Semi- Très Molle Moyenne Dure Très Extra
fluide fluide molle dure dure
Enfoncement 445 à 400 à 355 à 310 à 265 à 220 à 175 130 85 à
cône pesant 475 440 385 340 295 250 à à 115
(en 0,1mm) 205 165
Utilisation A A-B B-C B-C- E
D-E

A : engrenages sous carter ;


B : engrenages apparents, chaines, câbles…
C : articulations, cardans, chaines ;
D : graisse tous usages ;
E : roulements, galets, axe vertical ;
Graisse centralisé : grade 0 et 1.

II.3.2 Point de goutte :


Le point de goutte est la température à laquelle la graisse chauffée laisse échapper la première
goutte d'huile. Il caractérise la tenue de la graisse à la chaleur en précisant la température de
début de liquéfaction. [17]
Il est important de noter que le point de goutte n'indique pas la température maximale à laquelle
la graisse peut être utilisée. La température maximale de fonctionnement de la graisse est
considérablement inférieure au point de goutte. Le point de goutte est utile pour caractériser la
graisse et pour le contrôle qualité pendant la fabrication. Si la graisse est refroidie, elle durcit

21
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
progressivement et finalement un point est atteint à laquelle la graisse est trop dur pour agir
comme un lubrifiant efficace. La température de fonctionnement la plus basse d'une graisse est
principalement déterminée par son huile de base. Les graisses à basse température doivent être
à base d'huiles qui ont une viscosité relativement faible à basse température. [14]
Il est à noter que la température maximale d'utilisation d'une graisse est liée à la notion de durée
de vie du produit et n'a pas de rapport direct avec le point de goutte.
Le point de goutte dépend essentiellement du savon utilisé, quels qu'en soient le pourcentage
dans la graisse ou le grade NLGI de celle-ci.
Tableau 4 : Point de goutte des savons usuels.

Savon Calcium Aluminium Lithium Sodium Polyurée Calcium Lithium Argile


complexe complexe
Point
de 95°C 110°C 180° C 190° C 250°C 260°C 260°C Infusible
Goutte

II.3.3 Point de solidification :


Le point de solidification indique la température de début de solidification de la graisse. [19]

II.3.4 Stabilité au cisaillement :


Capacité d'une graisse à résister à des changements de consistance sous l'effet du travail
mécanique. À des taux élevés de cisaillement la consistance d'une graisse tend à changer
(généralement, elle se ramollit). [21]

II.3.5 Miscibilité :
Il ne faut jamais mélanger des graisses ayant des épaississants différents (ou incompatibles).
Par exemple une graisse au lithium de grade NLGI 2, mélangée avec une graisse au sodium de
grade NLGI 3, donne une graisse plus molle de grade NLGI 1. De plus la température maximale
d'utilisation et la capacité de charge sont réduites. [17]

II.3.6 Influence de l'eau :


L’eau est le polluant le plus courant des graisses. Selon la nature du savon utilisé, la quantité
d'eau absorbable peut varier dans de grandes proportions. Cependant, au-delà de 10%, la
lubrification devient incorrecte.

22
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
L'eau a également une action corrosive sur un grand nombre de métaux. Les qualités antirouille
de la graisse permettront donc une certaine correction.
En quantité trop importante, l'eau entraîne la graisse et la "délave". Plus une graisse sera dure
et mieux elle résistera au délavage. La viscosité de l'huile de base et la nature du savon ont aussi
une influence. [17]

II.3.7 Stabilité à l’oxydation :


L'huile de base dans une graisse s'oxyde exactement de la même manière qu'une huile
lubrifiante d'un type similaire. Les épaississants peuvent également être oxydés, bien qu'ils
soient habituellement moins sensibles à l'oxydation que les huiles de base. [14]
Les températures élevées favorisent l'oxydation, tout comme le travail mécanique actif qui
augmente l'exposition de la graisse à l'oxygène et génère de la chaleur. Lorsqu'une graisse
s'oxyde, elle noircit et s'adoucit habituellement. Des déchets acides se forment, qui altèrent la
consistance de la graisse, favorisent la corrosion, et réduit l'efficacité de la lubrification.

II.3.8 Compatibilité avec les élastomères :


La compatibilité dépend de la nature de l'huile de base et se traduit à la fois par une variation
de volume (gonflement ou contraction de l'élastomère) et par une variation de dureté de
l'élastomère lorsque celui-ci est en contact avec la graisse. Un gonflement n'excédant pas 3 à
5% est souvent toléré. [17]
Il existe un très grand nombre d'élastomères, les compatibilités les plus usuelles sont indiquées
dans la partie "joints d'étanchéité".

II.3.9 Pompabilité :
C'est la pression à exercer par une pompe pour distribuer la graisse par un système de graissage
centralisé. [22]
C'est un moyen de connaitre la longueur maximale de tuyauterie utilisable ou la (les) section(s)
nécessaire(s) pour distribuer la quantité nécessaire de graisse en un point.

II.3.10 Corrosion, Anti-usure et Extrême pression :


Lorsque des mécanismes lubrifiés à la graisse sont soumis à des charges continuellement
élevées ou à des charges de choc, il peut être difficile de maintenir un film de lubrifiant adéquat
sur l'interface de travail. Il est alors nécessaire d'inclure des additifs anti-usure ou extrême
pression dans la graisse pour améliorer sa capacité de charge et empêcher le contact métal-

23
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
métal. Ces additifs réagissent avec la surface métallique à des températures élevées pour former
un mince film qui empêche un contact direct entre les pièces coulissantes et donc réduire le
frottement et l'usure. [14]

II.3.11 Aspect et texture des graisses :


Le tableau suivant montre les aspects et textures des graisses :
Tableau 5 : Aspects et textures des graisses. [12] [17]

Aspect Texture
- Rugueux : lorsqu'elles présentent de - Butyreuse : aspect du beurre. Lorsqu'elles
nombreuses aspérités. sont étirées entre deux doigts, elles se
- Lisse : lorsqu'elles ne présentent pas séparent sans formation de fibres.
d'aspérités. - Filante : lorsqu'elles se décomposent en un
- Granuleux : aspect hétérogène dû à la enchevêtrement de fils fins.
présence de grumeaux. - Fibreuse: lorsqu'elles se séparent en formant
- Craquelé : lorsque des craquelures des fibres de longueurs inégales.
apparaissent à leur surface.

Environ 70% des graisses utilisées industriellement sont des graisses au lithium. En volume de
vente, les graisses représentent moins de 5% du total des lubrifiants.
La nature du savon (épaississant) utilisé influence directement la structure de la graisse, la plage
de température d'utilisation, la stabilité mécanique et la résistance à l'eau. Les savons
métalliques les plus répandus sont (par ordre d'importance décroissant) : les savons de lithium,
de calcium, de sodium et d'aluminium. [17]
Les graisses à savons complexes utilisent, en plus du savon métallique précédent, un sel qui est
en général du même métal.
Ces graisses admettent des températures de fonctionnement plus élevées (point de fusion plus
grand) que les graisses conventionnelles correspondantes.
Le tableau suivant présente les propriétés des graisses les plus courantes sur le marché ainsi que
leurs domaines d’utilisation.
Ce tableau (6) peut permettre de chercher une graisse pour une utilisation particulière :

24
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Tableau 6 : Propriétés des graisses usuelles. [17] [19]

Nature du Lithium Calcium Sodium Aluminium


Savon (Li) (Ca) (Na) (Al)
Température
de fusion
(Point de 180 à 200 90 à 110 150 à 200 110 à 120
goutte) °C
Température
d’application 140 70 120 60
maxi °C
Texture Butyreux lisse Butyreux lisse Fibreuse Butyreux lisse
Stabilité Bonne Mauvaise à Mauvaise à Mauvaise à
Mécanique Excellente bonne Bonne
Résistance à Bonne Excellente Mauvaise Excellente
l'eau
Adhésivité Bonne Mauvaise Excellente Excellente
Châssis de Roulements ;
Utilisations Générales véhicules ; joints Convoyeurs ;
pompes à eau universels, châssis
; haute temps, en
Avionnerie avionnerie
Les plus Insolubles "Graisses à la De moins en
répandues (70% dans l'eau. soude". Sont moins utilisée.
du marché). Large Utilisées en sensibles à l'eau Assez adhésive,
domaine milieu (protègent de la mais faible
d'application. marin... rouille en résistance
Observations Multi-services. Certaines sont absorbant l'eau mécanique.
Ont les propriétés approuvées mais en perdant
des graisses au pour des leur pouvoir
sodium et au contacts lubrifiant). À
calcium sans en accidentels éviter
avoir les avec en milieux
inconvénients les aliments. humides

25
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
II.4 LES PRINCIPAUX AVANTAGES/INCONVÉNIENTS DES GRAISSES
PAR RAPPORTS AUX HUILES :
Les lubrifiants classiques, huiles et graisses, qui ne sont pas des corps gras (au sens chimique
du terme) sont élaborés dans des unités spécialisées intégrées à certaines raffineries de pétrole.
Des coupes plus ou moins lourdes de pétrole brut, selon que l’on souhaite aboutir à une huile
ou à une graisse, subissent des traitements successifs en vue d’éliminer les impuretés, les
composés les moins onctueux, ou les composés présentant une trop forte variation de leur
viscosité en fonction de la température.
On incorpore au lubrifiant des additifs divers en fonction de son utilisation ; ceux-ci ont
notamment pour effet de protéger contre l’oxydation, d’améliorer ses propriétés anticorrosives,
son onctuosité (additif dit extrême pression), son indice de viscosité (stabilité de celle-ci en
fonction de la température), ou de lui conférer un pouvoir nettoyant (huiles détergentes de
moteur à combustion interne). [23]
La tendance actuelle consiste, pour les utilisations les plus exigeantes, à élaborer directement
les lubrifiants eux-mêmes, par synthèse chimique.
On peut effectuer un rapide comparatif entre les huiles et les graisses grâce au tableau ci-dessous
qui résume les principaux avantages/inconvénients des graisses par rapports aux huiles.

Tableau 7 : Comparaison entre les huiles et les graisses. [13]

Lubrification à l’huile Lubrification à la graisse


Bonne pénétration dans le Propreté du mécanisme.
roulement. Étanchéité plus facile à
Bonne stabilité physico- réaliser.
chimique. Barrière de protection.
Refroidissement. Simplicité des montages.
Avantages Contrôle aisé du lubrifiant : Facilité de manipulation.
état et niveaux. Réduction ou suppression du
graissage d'appoint.
Possibilités d'utiliser des
roulements pré-graissés.

26
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Étanchéité nécessaire du Coefficient de frottement
montage. plus élevé que l'huile.
En cas d'arrêt prolongé, Évacuation thermique plus
mauvaise protection contre faible.
l'oxydation et l'humidité. Le remplacement (si
Retard au démarrage nécessaire) requiert le
lorsqu'une mise en démontage du roulement et
Inconvénients circulation autonome son lavage.
préalable à la rotation est Pas de possibilité de vérifier
nécessaire. un niveau de graisse donc
nécessité d'une retenue de
graisse fiable ou bien d'un
apport périodique pour
compenser les fuites,
la pollution ou le
vieillissement.

27
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
CHAPITRE III : LES HUILES VÉGÉTALES

III.1 GÉNÉRALITÉS :
III.1.1 Définition :
Les huiles végétales pures sont des huiles produites à partir des plantes oléagineuses par
pression, extraction ou procédés comparables, brutes ou raffinées, mais sans modification
chimique. [24]
Elles sont constituées essentiellement par des triglycérides mais on y trouve aussi d’autres
composés non triglycéridiques tels que les stérols, les tocophérols, les hydrocarbures, les
alcools gras, les acides libres ainsi que des faibles quantités de matières odorantes, des pigments
(carotène), des mono glycérides, des diglycérides et de l’eau.
Les triglycérides sont des triesters mixtes d’acide gras avec le glycérol, de formule générale :

Où R1, R2, R3 sont des chaînes grasses acycliques et linéaires. [25]

III.1.2 Caractéristiques physico-chimiques des huiles végétales :


III.1.2.1 Propriétés physiques :
a. Couleur :
La couleur dépend de la nature de l’huile, des traitements subis et d’autres paramètres ; elle
peut varier de l’incolore au brun foncé. [26]
b. La masse volumique :
C’est le quotient de la masse de corps gras par son volume à une température donnée T (20°C).
[25]
𝐦
𝛒= (𝟑. 𝟏)
𝐕

28
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
c. Densité :
La densité d’un corps est le rapport de sa masse volumique à la masse volumique d’un corps
pris comme référence. [27]

d. Indice de réfraction :
C’est le rapport de la vitesse de la lumière dans le vide sur la vitesse d’une onde lumineuse dans
le milieu (à la température T donnée). Sa mesure se fait en utilisant le réfractomètre. [25]

e. Le point de fusion (Tf) et le point de solidification (Ts)


Par définition, le point de fusion est la température à laquelle l’huile passe de l’état solide à
l’état liquide ; tandis que le Point de solidification est la température à laquelle l’huile passe de
l’état liquide à l’état solide c'est-à-dire l’inverse de point de fusion.
Ces deux propriétés sont cependant en relation avec la nature des acides gras : saturé ou insaturé.
Il s’avère alors que les points de solidification élevés sont dus aux points de fusion élevés des
acides gras saturés. Donc, plus bas est le degré d’insaturation, plus haut sera le point de
solidification des huiles.
Ainsi, les huiles végétales avec en prédominance des acides gras saturés ont des points de fusion
et point de solidification élevés, alors ces huiles sont solides à température ambiante ce qui ne
favorise pas leur utilisation comme carburant.
Les tableaux ci-après donnent les points de fusion de quelques acides gras et les points de
solidification de quelques huiles végétales.

Tableau 8 : Point de fusion de quelques acides gras. [26]

Acides gras Nombre de carbone Point de fusion (°C)


Myristique 14 57.0
Palmitique 16 63.5
Stéarique 18 73.1
Oléique 18 : 1 5.5
Linolénique 18 : 2 -13.1
Linolénique 18 : 3 -24.2

29
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Tableau 9 : Point de solidification de quelques huiles végétales. [25] [26] [28]

Huiles Point de
Solidification
Palme 35°C à -42°C
Arachide 2°C à -4°C
Colza -10°C
Coton 12°C à -13°C
Tournesol -17°C
Soja -10°C à -16°C
Ricin -10°C à -12°C

f. Le point trouble et le point d'écoulement :


Ces deux propriétés permettent de caractériser le comportement à froid des huiles.
Le point trouble correspond au début de solidification c'est-à-dire la température pendant
laquelle les précipités solides commencent à se former dans les huiles liquides homogènes.
La température à laquelle l’huile n’est plus capable de couler librement est désigné sous le terme
de point d’écoulement. [26]
g. La viscosité :
Elle est liée à la longueur des chaînes grasses et de leurs degrés d’insaturation. Elle est
déterminée en mesurant le temps nécessaire pour passer une quantité donnée d’huile à travers
un orifice d’ouverture donnée. [25]

III.1.2.2 Propriétés chimiques :


Afin de juger la valeur utilitaire des plantes oléagineuses, il convient de déterminer les
constantes chimiques de leurs huiles, car elles exercent une influence pour une éventuelle
utilisation.
Ces constantes portent conventionnellement le nom d’Indice et dépendent de la nature du corps
gras. Ces indices sont : l’indice de saponification, l’indice d’acide et l’indice d’iode.
a. Indice d’acide :
C’est le nombre exprimé par la masse d’hydroxyde de potassium (en mg) nécessaire pour
neutraliser les acides gras libres contenus dans 1g de corps gras. [26]

30
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
b. Indice de saponification :
L’indice de saponification est la quantité de potasse caustique, exprimé en milligrammes,
nécessaire pour transformer en savon les acides libres ou combinés d’un gramme de corps gras.
Elle peut être mesurée en utilisant le protocole d’analyse NFT 60 206. [25]
c. Indice d’iode :
Les liaisons éthyléniques, en particulier celles des acides gras, fixent les halogènes. Cette
réaction d’addition peut être utilisée pour déterminer quantitativement l’insaturation globale
des chaînes grasses. Bien que l’iode se fixe trop difficilement pour être utilisé dans la pratique
de la détermination, l’habitude est prise d’exprimer l’insaturation par la quantité d’iode que
peut fixer le corps gras étudié. [29]
Cette définition n’est pas harmonisée avec celle des autres indices ; l’unité choisie pour l’indice
d’iode est dix fois plus grande que celle retenue pour les autres.
Plus l’indice est élevé, l’huile est insaturée et peu résistante à l’oxydation ; saturée, elle est
résistante à l’oxydation mais est souvent solide à température ambiante (20°C). [25]
La figure suivante montre l’indice d’iode de diverses huiles et graisses.
200
180
160
Indice d'iode

140
120
100
80
60
40
20
0
Divers huiles et graisses
Coprah Babassu Suif Palme Ricin Arachide Colza
Coton Mais Tournesol Soja Carthame Lin Sardine

Figure 8 : Diagramme d’indice d’iode des diverses huiles et graisses. [28]

III.1.3 Classement et types d’huiles végétales :


En général, on peut classer les huiles végétales différents types.
III.1.3.1 Huiles végétales de type laurique :
Les huiles de type laurique qui contiennent principalement de l’acide laurique en C 12 et
myristique en C14. [26] Ce sont des huiles saturées regroupant dont l’indice d’iode est compris
entre 5 et 30 par exemple les huiles de coprah, de babassu, etc.… [24]

31
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
III.1.3.2 Huiles végétales de type palmitique :
Les huiles de type palmitique qui contiennent plus de 25% d’acide palmitique. [26]
Ces huiles sont des huiles semi concrètes, dans ce groupe on peut trouver les huiles de palme.

III.1.3.3 Huiles végétales ou beurre de type stéarique :


Les huiles végétales ou beurre de type stéarique sont les beurres du karité, de cacao, etc… [26]

III.1.3.4 Huiles végétales de type oléique :


Ce sont des huiles fluides dont les indices d’iode sont compris entre 80 et 110. Ces huiles
contiennent peu d’acide linoléique. [24]
Exemple : huile d’arachides, huile de pourghère, …

III.1.3.5 Huiles végétales de type linoléique :


Elles sont en général semi siccative. Dans ce cas on regroupe les huiles de coco, de tournesol,
coton, etc… Ainsi, les acides gras les plus fréquents dans les huiles végétales sont : palmitiques,
stéarique, oléique, linoléique et linolénique. [26]
Le tableau suivant montre la structure des acides gras les plus fréquents dans les huiles
végétales. Chaque carbone de la chaîne carbonée peut avoir deux atomes d'hydrogène. L'acide
gras est saturé si tous les atomes d'hydrogène sont en place. Si deux carbones adjacents
manquent d'atomes d'hydrogène, un point d'insaturation est créé. S'il y a plus d'une double
liaison dans la chaîne, l’acide gras est polyinsaturé. [29]
Tableau 10 : Acides gras contenus dans les huiles végétales comestibles. [26] [28] [29]

Nombre
Acides gras d’atome de Formule Classe
Carbone
Palmitique C16 CH3-(CH2)14-COOH Saturé
Stéarique C18 CH3-(CH2)16-COOH Saturé
Oléique C18 :1 CH3-(CH2)7-CH=CH-(CH2)7-COOH Insaturé
Linoléique C18 :2 CH3-(CH2)4-CH=CH-CH2-CH=CH- Polyinsaturé
CH2-COOH
Linolénique C18 :3 CH3-CH2-CH=CH-CH2-CH=CH- Polyinsaturé
CH2-CH=CH-(CH2)7-COOH

32
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
III.1.4 Les modes d’extraction des huiles végétales :
Selon la nature des matières premières, on a plusieurs types de modes d’extraction. Dans cette
étude, on considérera surtout l’extraction par solvant volatil et l’extraction par pression.

III.1.4.1 L’extraction par pression :


Cette méthode d’extraction est utilisée surtout pour les produits qui contiennent plus de 10 %
de matière grasse, car 7 à 8 % d’huile restent dans les tourteaux. Cette séparation de la phase
solide et liquide peut se faire à partir de n’importe quelle machine ou système mécanique
possédant des parois avec un fond perforé sur lequel on exerce une pression. [30]
Parmi les méthodes d’extraction, les presses hydrauliques et à vis constituent le procédé le plus
utilisé aussi bien au niveau artisanal qu’industriel.
Cette technique permet de séparer, d’une part, l’huile et d’autre part, un résidu solide ou
tourteau de pression appelé « expeller ».

III.1.4.2 L’extraction par solvant volatil :


Elle consiste à ‘‘dissoudre’’ l’huile contenue dans les graines (généralement broyés pour obtenir
un maximum de surface spécifique) par un solvant. On obtient alors du miscella. Le solvant est
ensuite chassé de l’huile par distillation du miscella. On opère surtout en continu et à contre-
courant, pour obtenir un rendement d’extraction très élevé. [25]
Les solvants utilisés sont des hydrocarbures tels que l’hexane, des alcools (éthanol, isopropanol)
des chlorés (trichloréthylène) ou de l'acétone.

III.2 CAS DE LA PLANTE : Ricinus communis


III.2.1 Historique :
On trouve des traces de l’utilisation du ricin en Égypte à partir de 4 000 ans avant Jésus-Christ.
À l’époque, l’huile était principalement utilisée pour alimenter des lampes. En dépit de sa
toxicité, inconnue à l’époque, l’huile de ricin était aussi dédiée à des usages cosmétiques.
C’est aussi dans ces temps anciens, vers 2 000 ans avant Jésus-Christ, que l’on retrouve trace
d’usages équivalents de l’huile de ricin en Inde. La Chine s’est par ailleurs aussi intéressée, un
peu plus tard semble-t-il, au ricin dont elle a importé la culture depuis l’Inde il y a environ 1
400 ans, à l’époque pour des usages médicaux mais aussi culinaires. [21]

33
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
III.2.2 Nom de la plante :
Règne : Plantae
Sous règne : Tracheobionta
Super- classes : Magnoliophyta
Classes : Magnoliopsida
Sous classe : Rosidae
Ordre : Euphorbiales
Famille : Euphorbiaceae
Genre : Ricinus
Espèce : Ricinus communis.
Actuellement, 4 races de ricin ont été identifiées dans le monde :
 le Ricinus communis minor
 le Ricinus communis major
 le Ricinus persicus popowa et
 le Ricinus zanzibariensis. [25]
À Madagascar les ricins appartiennent tous à la sous-famille « minor ». On distingue
généralement 3 variétés de cette sous-famille, dont les caractéristiques sont exposées suivantes
:
 Kinana filomena : tiges rouges, feuilles à nervures rouges et graines bigarrées de couleur
brune très foncée.
 Kinana filofotsy : tiges vertes, feuilles à nervures vertes et graines bigarrées.
 Kinana mena : tiges rouges, feuilles rouges et graines marrons. [32]

III.2.3 Description botanique :


Le nom générique Ricinus signifie « tique » en latin : la graine est ainsi nommée parce qu'elle
a des marques et une bosse qui la fait ressembler à certaines tiques. [33]
Le ricin (Ricinus communis), ou castor oil plant en anglais, est une euphorbiacée qui, bien que
se présentant plutôt sous la forme d’un arbuste dans les zones tempérées, peut se développer
dans les zones tropicales dont il est natif sous la forme d’un arbre pouvant atteindre plus de 10
m de haut. [31] Le ricin se présente sous la forme d'une plante herbacée ou arborescente,
annuelle ou vivace suivant les conditions climatiques de la région.

34
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
À Madagascar, le Ricinus communis est en général de petite taille. C’est un arbuste haut de 120
à 160 centimètres, mais il peut atteindre 2 à 3 mètres en France et jusqu’à 10 mètres dans son
pays d’origine (Afrique tropicale). [25]

Figure 9 : Différentes parties de la plante de Ricinus communis. [33].

III.2.3.1 Les feuilles :


Les feuilles palmatilobées 5 à 12 lobes sont portées par de longues tiges et leur bord est denté.
Elles sont vertes ou rouges, verticillées et caduques. Certaines variétés ornementales ont des
feuilles dont la face inférieure et le pétiole sont colorés en rouge. [33]

III.2.3.2 Les fleurs :


Les fleurs sont regroupées en cyathes, les fleurs femelles en haut, les fleurs mâles en bas. C'est
donc une espèce monoïque. La floraison a lieu en été. [31]

35
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
III.2.3.3 Les fruits :
Les fruits sont des capsules tricoques hérissées de pointes (parfois absentes). La graine est
luisante, marbrée de rouge ou de brun, elle présente une ligne saillante sur la face ventrale et
est surmontée par un élaiosome. Elle contient entre 40 et 60 % d'huile riche en triglycérides,
principalement la ricinoléine. [33]

III.2.4 Production :
Le ricin est une plante qui s’est à l’origine développée en Égypte, en Éthiopie et en Inde mais
dont la culture s’est ensuite étendue à de nombreux autres pays. La figure 10 suivante donne la
production de graines de ricin telle que reportée pour l’année 2006.

15000 12000
11052 5000 4900 4500 3500
Inde
95510 Chine
Brésil
Ethiopie
210000
Paraguay
Thaïlande
830000
Vietnam
Afrique du sud
Philippines

Figure 10 : La production de graines de ricin pour l’année 2006 (en Tonne). [31]
L’Inde y domine le marché mondial de manière écrasante, en fournissant près de 70 % (830
kt/an) des graines disponibles dans le monde. Elle est suivie de la Chine qui, rappelons-le, a
importé la culture du ricin depuis l’Inde il y a environ 1 500 ans, avec 18 % de la production
mondiale (210 kt/an), soit près de quatre fois moins que l’Inde. Malgré ce deuxième rang, la
production ne suffit pas à alimenter le marché interne et la Chine est un importateur net. Le
troisième acteur significatif du secteur est le Brésil, avec environ 8 % du marché mondial (91,5
kt/an), alors qu’il était à la première place il y a une trentaine d’années. À Madagascar, le
rendement en huile du ricin est de 1200 à 2000 litres à l'hectare et par an.

III.2.5 Culture :
Son feuillage pourpre, ses fruits rouge vif et son développement rapide font qu'elle est utilisée
pour l'élaboration de massifs en arrière-plan ou en isolé. Sa culture est facile, il faut cependant

36
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
prendre soin de faire un bon apport d'amendement organique au printemps et de modifier la
structure du sol si celui-ci est peu drainant (sable de rivière, pouzzolane...)
Le sol doit être moyen, riche, bien drainé, frais, à pH neutre. La meilleure exposition est au
soleil ou mi- ombre. La multiplication se fait par semis en avril à 20 °C. [33]
Dans les régions froides, la durée de végétation du Ricinus communis est en moyenne de 2 ans.
A Madagascar, sa culture est nettement saisonnière et cette durée varie autour de 5 mois.
Le cycle de vie de ce type de ricin comporte 4 phases physiologiques : la germination, la
croissance, la floraison et la maturation. [25]

III.3 L’HUILE DE RICIN :


L'huile de ricin est obtenue par pression à froid des graines, c'est un purgatif puissant et très
irritant. Les graines de ricin contiennent environ 50~70% d’une huile, un triglycéride dont les
chaînes d’acide gras sont composées à près de 90 % d’acide ricinoleique [acide (9Z,12R) -12-
hydroxyoctadec-9-enoique], ce qui est remarquable d’uniformité.

Figure 11: L’huile de ricin. [34]

III.3.1 Extraction de l’huile de ricin :


Le procédé d’extraction de l’huile de ricin, présenté sur un schéma de la figure 12, ce procédé
s’applique généralement à l’échelle industrielle.

37
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Figure 12 : Procédé d’extraction l’huile de ricin. [25]

III.3.1.1 Triage :
Cette opération a pour but d’obtenir des graines de même taille et dépourvues de graines
avariées.

III.3.1.2 Nettoyage :
Les graines sont débarrassées des poussières et des corps étrangers par transport pneumatique.

III.3.1.3 Décorticage :
Au cours de cette opération, les graines sont débarrassées de leur tégument.

38
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
III.3.1.4 Froissement :
Dépourvues de leur tégument, les graines passent dans des cylindres tournant à des vitesses
inégales. On obtient ainsi une pâte.

III.3.1.5 Chauffage :
Il consiste à porter la pâte à une température au moins égale à 100°C.

III.3.1.6 Premier pressurage :


La pâte chauffée est soumise à des pressions allant progressivement de 100 à 500 kg/cm².

III.3.1.7 Chauffage :
La matière grasse obtenue est chauffée vers 100°C à 110°C. Ceci entraîne la coagulation des
matières albuminoïdes qui risqueraient d’acidifier l’huile.

III.3.1.8 Filtration :
Passant à travers des filtres qui retiennent les coagulas, l’huile chaude en ressort presque
limpide, titrant 1 à 1,5 % d’acidité : c’est l’huile de première pression, pure.

III.3.1.9 Deuxième pressurage :


Après ajout de 12 à 15 % d’eau chaude aux tourteaux, ces derniers sont soumis à des pressions.
Il en ressort une huile plus colorée que celle issue de la première pression, ayant environ 5 à 15
% d’acidité. C’est l’huile de deuxième pression.

III.3.1.10 Addition de solvant aux tourteaux de deuxième pression :


Cette dernière opération, utilisant le sulfure de carbone comme solvant, permet encore
l’obtention d’une quantité de matière grasse, égale à 5 à 8 % de l’huile totale de la graine. Il
s’agit d’une huile très colorée, à odeur désagréable, ayant 35 à 55 % d’acidité. C’est l’huile
sulfurée.

III.3.2 Les caractéristiques physico-chimiques de l’huile de ricin :


III.3.2.1 Les propriétés physiques :
Le tableau N°11 regroupe les caractéristiques de l’aspect physique de l’huile de ricin :

39
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Tableau 11 : Aspects physiques de l’huile de ricin. [25] [35].

Aspect physique Caractéristiques


Couleur Sensiblement incolore à faiblement jaune
Viscosité Grande
Pureté Liquide limpide
Aptitude à former des émulsions Très grande
Fragilité à la chaleur et en présence de Grande
Catalyseur
Consistance Épaisse, visqueuse ou filante
Odeur et saveur Inodore ou nauséeuse, saveur fade ou
Douce

On constate que :
 L’huile de ricin est utilisée comme standard absolu pour les mesures de viscosité grâce
à ses propriétés physiques uniformes et stables dans le temps. [31]
 L’huile de ricin est fragile à la chaleur. Cette propriété ne permet pas l’usage de certains
traitements industriels notamment la distillation neutralisante et toute agitation avec un
réactif. [36]
III.3.2.2 Caractéristiques physico-chimiques :
Les caractéristiques physico-chimiques de l’huile de ricin sont regroupées dans le tableau n°12 :
Tableau 12: Caractéristiques physico-chimiques de l’huile de ricin. [25] [35]

Caractéristiques Valeur
Densité à 20°C environ 0.958
Indice de Réfraction à 20°C environ 1.479
Angle de rotation + 3.5 / + 6.0
Point de solidification de l’huile -10°C -12°C
Point d’ébullition de l’huile 265°C
Point de solidification des acides gras -3°C à -4°C
Poids spécifique à 15,5°C 0,959 à 0,969
Absorbance à 270 nm ≤ 0.7

40
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Indice d’acide (mg KOH/g) ≤ 1.5
Indice d’hydroxyle ≥ 160
Indice d’iode (gI2/ 100g) 82 – 90
Indice de peroxyde ≤ 10.0
Indice de saponification 176 à 186
Insaponifiable (%) ≤ 0.8
Teneur en eau (%) ≤ 0.3

Au niveau physico-chimique, cette caractéristique induit quelques propriétés intéressantes et


uniques. Ainsi, l’huile de ricin possède :
 Une grande affinité pour les surfaces métalliques (qualités de mouillage).
 Son point éclair est de seulement 229°C.
 Alors qu’elle ne s’enflamme qu’a 449°C.
Par ailleurs, sa viscosité très élevée en fait l’huile végétale la plus dense. [31]

III.3.2.3 Composition en acides gras :


La composition en acides gras de l’huile de ricin est résumée dans le tableau n°13.

Tableau 13: Composition en acides gras de l’huile de ricin. [35]

Acides gras Pourcentage (%)


C 16:0 Acide palmitique ≤ 2.0
C 18:0 Acide stéarique ≤ 2.5
C 18:1 Acide oléique (+ isomères) 2.5 – 6.0
C 18:2 Acide linoléique 2.5 – 7.0
C 18:3 Acide linolénique ≤ 1.0
C 20:1 Acide eicosénoique ≤ 1.0
Acide ricinoléique 85.0 – 92.0
Acide 9,10-dihydroxystéarique 0.3 – 0.7
Autre acide gras ≤ 1.0

41
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
On constate que :
 Les acides oléique et linoléique sont les deux autres composés significatifs, bien que
présents en bien moindres quantités : ils représentent respectivement environ 4 et 3 %
des chaînes d’acides gras.
 Les autres composés, très minoritaires, sont les acides palmitique, stéarique et
linoléique, qui représentent chacun moins de 1 %.
 On trouve aussi de l’acide éicosanoique et de l’acide dihydrostéarique en très faibles
quantités.
Cette uniformité de composition (grande majorité d’acide ricinoléique) confère des qualités
spécifiques à l’huile de ricin que les autres huiles végétales ne possèdent pas. En effet, l’acide
ricinoléique possède une particularité unique, à savoir la présence d’un groupement hydroxyle
sur la chaîne grasse qui le distingue des autres acides gras naturels qui, eux, en sont dépourvus.
[31]
III.3.2.4 Étude des glycérides :
La composition en glycérides de l’huile de ricin est donnée par le tableau n°14 :
Tableau 14 : Composition en glycérides. [37]

Glycérides (en mole) Huile de ricin (%)


Triricinoléine 68,2
Diricinoléine :
 Dihydroxyricinoléine 4,9
 Oléoglycerides 7,5
 Linoléoglycerides 8,3

 Autres 7,3

Monoricinoléine 2,9
Non ricinoléoglycérides 0,9

On en déduit que les glycérides de l’huile de ricin sont très riches en triricinoléine.

III.3.2.5 Les insaponifiables :


M.M. Paulouse et K.T Achaya, en 1964, ont trouvé que l’insaponifiable de l’huile de ricin est
constitué principalement de tocophérol et de stérol. [38]

42
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
DEUXIÈME PARTIE : PARTIE
EXPÉRIMENTALE
CHAPITRE IV : MATÉRIELS ET MÉTHODES

IV.1 CONTEXTE ET OBJECTIF DU SUJET :


De nombreuses substances sont utilisées comme base pour la fabrication des huiles
lubrifiantes. L’origine de ces huiles est fossile (les fractions issues du raffinage du pétrole brut),
renouvelable (les huiles végétales et leurs dérivés) ou encore synthétique (issues de synthèse
chimique mettant en œuvre des dérivés du pétrole et/ou d’huiles végétales).
Le comportement dans l’environnement de ces huiles de base est fonction ce cette
origine, qui va induire une biodégradabilité plus ou moins rapide et complète. De même, la
toxicité du produit dépend de sa composition et de ses propriétés physico-chimiques.
Sur le plan technique, la structure polaire des huiles et esters d'origine végétale leur
confère un excellent pouvoir lubrifiant. Les huiles végétales non transformées conviennent pour
les applications à faible température (< 70°C). Les esters végétaux offrent une bonne résistance
à l'oxydation, même à des températures plus élevées, et peuvent donc être utilisés comme huiles
de base pour graisses lubrifiantes ou comme additifs dans les huiles moteur.
De par leur taux de dégradation élevé, les lubrifiants d'origine végétale présentent une
alternative qui permettrait de réduire l'impact environnemental lié aux pertes de lubrifiants dans
le milieu. En outre, les huiles d'origine végétale sont généralement moins inflammables et ne
causent pas d'irritations cutanées contrairement à certaines huiles minérales.
Par rapport à ces contextes, l’objectif de notre recherche est de :
 Formuler de la graisse lubrifiante à partir de l’huile végétale répondant aux exigences
environnementales tout en assurant la performance technique et l’efficience des
lubrifiants industriels.
 Faire une étude comparative entre la graisse lubrifiante à base d’huile végétale et la
graisse d’origine pétrolière.
 Réduire des impacts environnementaux et la toxicité du produit permettent d'éviter la
dégradation l’environnement à cause de ces huiles minérales usagées.

IV.2 LES MATÉRIELS ET LES MATIÈRES PREMIÈRES :


IV.2.1 Matériels de sécurité :
Dans le cadre de notre étude, nous avons travaillé à l’aide de différents matériels.
En effet, nous avons jugé les matériels suivants indispensables à l’activité de production de
graisse lubrifiante.

43
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.2.1.1 Blouse :
Elle est tout à fait indispensable durant toutes les étapes des opérations pour couvrir le corps et
pour protéger la peau.

IV.2.1.2 Masque de protection FFP :


Un masque de protection FFP (Filtering Facepiece particles), aussi appelé appareil de protection
respiratoire jetable filtrant contre les particules.
Le port de masque est obligatoire durant tout le processus de fabrication de graisse lubrifiante
pour éviter l’absorption par voie respiratoire des vapeurs. En effet, des rejets gazeux se
produisent au moment de la préparation de la solution de soude, l'acide chlorhydrique et surtout
pendent phase d'époxydation d'une huile végétale.

IV.2.1.3 Gants en plastique ou en caoutchouc :


Ils doivent être portés durant toutes les manipulations pour éviter tout contact direct des mains
avec les produits chimiques utilisés.

IV.2.1.4 Lunettes de sécurité :


Les lunettes de sécurité sont portées pour protéger les yeux pendant la préparation de la solution
de soude caustique.

IV.2.2 Matériels nécessaires pour la production de graisse


lubrifiante :
IV.2.2.1 Plaque chauffante :
Une plaque chauffante a été utilisée pour la cuisson de la pâte de graisse lubrifiante. Ses
caractéristiques :
 Marque US 150- Stuart
 Puissance de chauffage : 700W
 Température max : 325°C
 Plaque 150x150mm

IV.2.2.2 Thermomètre :
On a besoin de thermomètre pour mesurer la température. Ses caractéristiques :
 Marque Kimo® TAK

44
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
 Unité de mesure °C, °F
 Plage de mesure de -100°C à 750°C

IV.2.2.3 Bol inox :


Le bol inox sert à chauffer la préparation pour la fabrication de graisse lubrifiante.

IV.2.2.4 Balance :
Une balance électronique est nécessaire. Ses caractéristiques :
 Marque Breville
 Degré de précision 0,5g
 Plage de mesure de 10g à 6kg

Figure 13: Balance électronique.

IV.2.2.5 Spatule en inox :


On a préféré utiliser une spatule en inox comme mélangeur car l’inox n’est attaqué ni par
l’huile ni par l’alcali, de plus, elle sert pour mélanger le corps gras et la solution avec de
soude.

45
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Figure 14 : Spatule en inox.

IV.2.3 Les matières premières :


Au laboratoire, les matières premières pour la production de graisse lubrifiante sont les
suivantes :
 Huile de ricin ;
 Soude caustique ;
 Hydroxyde de lithium ;
 Hydroxyde de calcium :
 Acide chlorhydrique ;
 Divers additifs (antioxydant, anticorrosion, anti-usure, extrême pression, anti-mousse,
additif d’adhésivité, AVI).

IV.3 MÉTHODE DE FABRICATION APPLIQUÉE :


Les graisses lubrifiantes industrielles sont actuellement obtenues à partir d'acide 12-
hydroxystéarique par une réaction de saponification en présence d'un hydroxyde de métal
alcalin, choisi parmi le lithium, le calcium ou l'aluminium pour ne citer que ceux-là.
L'objet de l'invention est un procédé de fabrication d'une graisse lubrifiante, caractérisé en ce
qu'il comprend les étapes suivantes :
 Phase d'époxydation d'une huile végétale.
 Ajout d'un volume de cette huile végétale époxydée à une matrice à base d'huile
d'origine pétrolière, végétale ou de synthèse.
 Mélange et mise en température avec ajout d'une base neutralisante et
 Refroidissement après réaction complète de saponification.

46
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.3.1 Phase d'époxydation d'une huile végétale :
La phase d’époxydation d’une huile végétale est un procédé complexe avec trois étapes pour
obtenir l'acide 12-hydroxystéarique :
 Hydrogénation totale de l'huile de ricin,
 Transformation de l'huile hydrogénée en savon par la soude, et
 Transformation du savon sodique en acide 12-hydroxystéarique par l'acide
chlorhydrique.

IV.3.1.1 Hydrogénation totale de l'huile de ricin :


L’hydrogénation permet d’enlever les sites d’insaturation de façon simple et rendre ainsi l’huile
inerte vis-à-vis de l’oxydation. C’est-à-dire que les huiles obtenues par cette méthode sont
fortement stabilisées vis-à-vis de l'oxydation. C’est dans cette phase qu’on chauffe l’huile
jusqu’à température plus de 150°C.

IV.3.1.2 Transformation de l'huile hydrogénée en savon par la


soude :
a. Matériels utilisés :
 Bol inox
 Plaque chauffante
 Huile hydrogénée
 Soude caustique (NaOH)
 Spatule en bois
 Thermomètre

b. Mode opératoire :
 Un volume de l'huile hydrogénée est introduit dans un bol inox chauffé.
 Ensuite, un poids de soude caustique sous forme de cristaux y sont versés petit à petit.
 La solution est remuée à l’aide d’une spatule en bois jusqu’à sa dissolution complète.
 Dès que la dissolution complète de la soude est atteinte, l’étape suivante c’est de
mesurer la température.
 La valeur affichée est T=100°C, La solution obtenue doit être laissée au repos.

47
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.3.1.3 Transformation du savon sodique en acide 12-
hydroxystéarique par l'acide chlorhydrique :
L'opération s'effectue en agitant, à une douce chaleur la matière grasse avec 4 à 6 % d'acide.
Outre la décomposition de la graisse en acides gras et glycérine, il y a fixation d'acide
chlorhydrique sur les acides non saturés. L'opération est particulièrement rapide quand la
graisse contient au •début quelques unités % d'acides gras libres.
a. Matériels utilisés :
 Plaque chauffante
 Acide chlorhydrique
 Spatule en bois
 Thermomètre

b. Mode opératoire :
Cette réaction consiste en la succession des étapes suivantes :

 Chauffage de ce savon sodique à une température comprise entre 45 et 65°C.


 Ajout de 1 à 10% en poids d'acide chlorhydrique de très grande pureté tout en
homogénéisant sous agitation le mélange.
 La température est maintenue à 70°C environ et on le maintien sous agitation jusqu'à
époxydation complète.
 Refroidissement, décantation des phases organique et huileuse, neutralisation, lavage et
séchage de la phase huileuse constituée de l'huile de ricin époxydée.

c. Opération de lavage :
Pour effectuer le lavage, on ajoute environ 15 % en volume d’eau distillée par rapport à l’huile
de ricin époxydée, afin d’enlever l’excès de glycéride et de catalyseur.
Ce nouveau mélange est agité lentement. À la fin de l’agitation, le mélange est décanté de
nouveau pendant lequel la phase inferieure est formée par l’eau contenant les impuretés.
Cette opération est délicate, elle doit être réalisée très doucement avec une faible agitation qui
provoquerait la formation d'une émulsion qui diminue le rendement de la synthèse.

48
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
La figure N°15 montre les différentes étapes de phase d’époxydation que nous avons fait au
laboratoire :

Huile de ricin
Chauffage de l’huile Huile de ricin hydrogénée
de ricin

Acide 12-hydroxystérique Savon sodique

Mélange

Figure 15 : Étapes de phase d’époxydation.

49
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.4 PROCESSUS DE FABRICATION D’UNE GRAISSE
LUBRIFIANTE À PARTIR D’HUILE VÉGÉTALE :

La figure suivante montre le procédé de fabrication d’une graisse lubrifiante.

Huile de ricin
Huile de ricin Hydrogénation
hydrogénée
(25g) (T≥150°C)
(18g)

Décomposition Savon sodique Saponification


+ (8g HCl) (20g) + (8g NaOH)

Acide gras de
Lavage ricin (acide 12- Huile de base
+ (4g Eau distillé) hydrostearique) (150g)
(16g)

Mélange
Saponification
+ (12g Divers Mélange
+ (22g Savon:
additifs:
LiOH, CaOH, (165g)
Phénoliques,
NaOH,,,)
DTPZn, PMA,.. )

Graisse
Refroidissement
lubrifiante
(190g)
(180g)

Figure 16 : Le procédé de fabrication d’une graisse lubrifiante.

50
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.5 LES ESSAIS DES DIFFÉRENTS PROCÈDES :
IV.5.1 Procédé à base d’huile végétale :
IV.5.1.1 Premier essai : Graisse à savon Sodium
La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon sodium
sont donnés dans le tableau 15.

Tableau 15 : Premier essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple


à savon sodium »

Huile de ricin 150g

Huile végétale époxydée 16g

Soude caustique 28g

Additifs 6g

Température de cuisson 70 à100°C

Durée de cuisson et agitation 65mn

IV.5.1.2 Deuxième essai : Graisse à savon Lithium


La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon lithium
sont donnés dans le tableau 16.

Tableau 16 : Deuxième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant


simple à savon lithium ».

Huile de ricin 150g

Huile végétale époxydée 16g

Hydroxyde de Lithium 22g

Additifs 12g

Température de cuisson 70 à100°C

Durée de cuisson et agitation 60mn

51
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.5.1.3 Troisième essai : Graisse à savon Calcium
La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon calcium
sont donnés dans le tableau 17.

Tableau 17 : Troisième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant


simple à savon calcium »

Huile de ricin 160g

Huile végétale époxydée 16g

Hydroxyde de Calcium 16g

Additifs 8g

Température de cuisson 70 à100°C

Durée de cuisson et agitation 60mn

IV.5.1.4 Quatrième essai : Graisse à savon complexe Lithium /


Sodium
La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon
complexe lithium et sodium sont donnés dans le tableau 18.

Tableau 18 : Quatrième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant


complexe à savon lithium et sodium »

Huile de ricin 150g

Huile végétale époxydée 16g

Soude caustique 10g

Hydroxyde de Lithium 11g

Additifs 13g

Température de cuisson 70 à100°C

Durée de cuisson et agitation 65mn

52
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.5.1.5 Cinquième essai : Graisse à savon complexe Sodium /
Calcium
La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon
complexe sodium et calcium sont donnés dans le tableau 19.

Tableau 19 : Cinquième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant


complexe à savon sodium et calcium »

Huile de ricin 150g

Huile végétale époxydée 16g

Soude caustique 15g

Hydroxyde de Calcium 15g

Additifs 4g

Température de cuisson 70 à100°C

Durée de cuisson et agitation 65mn

IV.5.2 Procédé à base d'huile d'origine pétrolière :


IV.5.2.1 Sixième essai : Graisse à savon Sodium
La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon sodium
sont donnés dans le tableau 20.

Tableau 20 : Sixième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple


à savon sodium »

Huile minérale 150g

Huile végétale époxydée 16g

Soude caustique 24g

Additifs 10g

Température de cuisson 70 à100°C

Durée de cuisson et agitation 60mn

53
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.5.2.2 Septième essai : Graisse à savon Lithium
La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon lithium
sont donnés dans le tableau 21.

Tableau 21 : Septième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple


à savon lithium »

Huile minérale 160g


Huile végétale époxydée 16g
Hydroxyde de Lithium 19g
Additifs 5g
Température de cuisson 70 à100°C
Durée de cuisson et agitation 60mn

IV.5.2.3 Huitième essai : Graisse à savon Calcium


La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon calcium
sont donnés dans le tableau 22.

Tableau 22: Huitième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant simple
à savon calcium »

Huile minérale 150g

Huile végétale époxydée 16g

Hydroxyde de Calcium 25g

Additifs 9g

Température de cuisson 70 à100°C

Durée de cuisson et agitation 65mn

IV.5.2.4 Neuvième essai : Graisse à savon complexe Lithium /


Sodium
La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon
complexe lithium et sodium sont donnés dans le tableau 23.

54
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Tableau 23: Neuvième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d’épaississant
complexe à savon lithium et sodium »

Huile minérale 150g


Huile végétale époxydée 16g
Soude caustique 13g
Hydroxyde de Lithium 13g
Additifs 8g
Température de cuisson 70 à100°C
Durée de cuisson et agitation 65mn

IV.5.2.5 Dixième essai : Graisse à savon complexe Sodium /


Calcium
La formulation et les paramètres utilisés pour la fabrication de la graisse à savon
complexe sodium et calcium sont donnés dans le tableau 24.

Tableau 24 : Dixième essai « Fabrication de graisse lubrifiante du type d'épaississant


complexe à savon sodium et calcium »

Huile minérale 150g


Huile végétale époxydée 16g

Soude caustique 10g


Hydroxyde de Calcium 13g
Additifs 11g
Température de cuisson 70 à100°C

Durée de cuisson et agitation 60mn

55
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
IV.6 MÉTHODES D’ANALYSE DE LA GRAISSE LUBRIFIANTE :
Nous avons analysé la graisse obtenue par les méthodes suivantes et afin d’avoir une référence,
nous avons également analysé une graisse commerciale :

 Marque : Shell Gadus ®


 Nom commerciale : General Purpose Grease
 Type : Graisse à usage général, pour l’industrie et l’automobile

IV.6.1 La consistance :
C’est l'une des propriétés principales, elle exprime la résistance à la déformation de la graisse
et elle est étroitement liée à l'adhérence et à l'onctuosité. Elle diminue lorsque la température
augmente.

IV.6.1.1 Matériels utilisés


Pénétromètre du cône :
 Marque AWD-38
 Puissance 220V
 Précision de pénétration 1mm
 Portée maximal 70mm

IV.6.1.2 Mode opératoire :


La consistance se mesure au moyen d’un pénétromètre, qui se compose d’un cône aux
dimensions et au poids spécifiés.
 On chauffe la graisse en une température de 25°C
 On place le cône façon que sa pointe touche tout juste la surface de l’échantillon se
graisse.
 On lâche ensuite le cône, en le laissant pénétrer dans la cire, sous son propre poids,
pendant 5 secondes.

IV.6.2 Le point de goutte :


Il caractérise la tenue de la graisse à la chaleur en précisant la température de début de
liquéfaction.

IV.6.2.1 Matériels utilisés :


Thermomètre :
 Marque Kimo® TAK

56
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
 Unité de mesure °C, °F
 Plage de mesure de -100°C à 750°C.

Récipient fixé :
 Matériau plastique
 Couleur bleu ciel
 Diamètre 10cm
 Hauteur 12,5cm

IV.6.2.2 Mode opératoire :


 La mesure traditionnelle du point de goutte s’effectue en réchauffant un échantillon dans
un récipient fixé au bout d’un thermomètre.
 On relève la température lors de la chute de la première goutte de graisse par un trou au
fond du récipient.
 Dans des appareils plus modernes, le contrôle de la température et de la formation de la
goutte d’huile s’effectue électroniquement.

IV.6.3 La température d’application :


La température d’application c’est la température adéquate d’utilisation d’une graisse. En outre,
elle est aussi définie par une plage de température. (Voir l’annexe 4).

IV.7 MISE EN ŒUVRE DE LA GRAISSE SUR LE ROULEMENT :


Afin de mesurer l’efficacité de la graisse, nous avons appliqué la graisse obtenue sur un
roulement. L’essai a été réalisé avec un roulement à billes à contact oblique de véhicule. Avant
l’essai, la mise en place de la graisse doit être faite avec beaucoup de soin pour ne pas pénaliser
les performances du roulement.
La propreté est essentielle, tout corps étranger se trouvant dans la graisse peut amener une
destruction prématurée du roulement :
 Bien nettoyer l'environnement du roulement,
 Protéger les récipients de graisse de la pollution,
 L’utilisation du tube ou de la cartouche de graisse est une garantie de propreté.

57
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
La graisse doit être déposée le plus près possible des parties actives du roulement (pistes et
corps roulants) faire pénétrer la graisse entre la cage et la piste de la bague intérieure notamment
pour les roulements à contact oblique.
Pour chaque palier noter la date des lubrifications faites et à faire, le type et le poids de graisse :
 Nettoyer la tête du graisseur
 Éliminer toutes les impuretés
 Vérifier et nettoyer le bec de la pompe à graisse
 Introduire la graisse
 Veiller particulièrement à vérifier la quantité introduite
 Éliminer la graisse usagée tous les 4 ou 5 apports
 Lorsque les intervalles de lubrification sont courts, prévoir un dispositif pour
l'évacuation de la graisse usagée.

58
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
CHAPITRE V : RÉSULTATS

V.1 RÉSULTATS DES ESSAIS :


V.1.1 Résultats des essais à base d’huile d'origine végétale :
D’après les expériences réalisées, les résultats des essais à base d’huile d'origine végétale sont
résumés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 25 : Les résultats des essais à base d’huile d'origine végétale.

Essai Poids de graisse Qualité de graisse


(Texture et Aspect)
1ère Essai 174g Fibreuse et lisse

2ème Essai 182g Butyreuse et rugueux

3ème Essai 179g Fibreuse et granuleuse

4ème Essai 175g Onctueuse et lisse

5ème Essai 178g Butyreuse et granuleuse

Voyons ci-dessous les figure des essais ;

Figure17: Premier essai. Figure 18 : Deuxième essai Figure 19 : Troisième essai

59
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Figure 20 : Quatrième essai Figure 21 : Cinquième essai

V.1.2 Résultats des essais à base d'huile d'origine pétrolière :


Les résultats des essais à base d’huile d'origine pétrolière sont résumés dans le tableau ci-
dessous.

Tableau 26 : Les résultats des essais à base d’huile d'origine pétrolière

Essai Poids de graisse Qualité de graisse


(Texture et Aspect)
6ère Essai 183g Butyreuse et rugueux
7ème Essai 171g Fibreuse et lisse
8ème Essai 176g Filante et granuleuse
9ème Essai 177g Onctueuse et lisse
10ème Essai 180g Butyreuse et rugueux

Voyons ci-dessous les figure des essais ;

Figure 22 : Sixième essai Figure 23: Septième essai Figure 24 : Huitième essai

60
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Figure 25: Neuvième essai Figure 26 : Dixième essai

V.2 RÉSULTATS D’ANALYSE DE LA GRAISSE OBTENUE :


V.2.1 Résultats de la mesure de pénétration (la consistance) :
Les résultats des différents essais sont représentés dans le tableau 27 :

Tableau 27 : Résultats de mesure de pénétration du cône sur les graisses.

Essai Masse du savon Pourcentage du Pénétration en mm


savon
Première essai NaOH (28g) 14% 26
Deuxième essai LiOH (22g) 11% 32
Troisième essai CaOH (16g) 8% 40
Quatrième essai NaOH/LiOH (21g) 10,5% 32
Cinquième essai NaOH/CaOH (30g) 15% 23
Sixième essai NaOH (24g) 12% 30
Septième essai LiOH (19g) 9,5% 33
Huitième essai CaOH (25g) 12,5% 28
Neuvième essai NaOH/LiOH (26g) 13% 27
Dixième essai NaOH/LiOH (23g) 11,5% 30

V.2.2 Résultats du point de goutte :


Le tableau 28 ci-après donne les résultats du point de goutte obtenus pour les différents
échantillons de graisse étudiés.

61
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Tableau 28: Résultats de mesure du point de goutte sur les graisses.

Essai E1 E2 E3 E4 E5 E6 E7 E8 E9 E10
Point de
goutte 185 180 90 260 250 190 180 95 260 260
(°C)

V.2.3 Résultats de la température d’application :


Le tableau 29 ci-après donne les résultats de la température d’application obtenus pour les
différents essais de graisse étudiés.

Tableau 29: Résultats de mesure de la température d’application sur les différents essais de
graisse étudiés.

Essai 4ème essai 9ème essai


La limite inférieure de température (LIT) (°C) -30 -40
La limite supérieure de température (LST) (°C) 140 160

V.3RÉSULTATS DES GRAISSES LUBRIFIANTES À COMPARER :


Les résultats des différentes caractéristiques des graisses sont représentés dans le tableau
suivant :

Tableau 30 : Caractéristiques de graisse station-service et de graisse obtenue.

Type de paramètres Graisse Shell Gadus ® Graisse obtenue


(General Purpose Grease)
Grade NLGI 2 2
Épaississant Lithium Lithium
Point de goutte (°C) +250°C +260°C
Températures -50 °C à +160°C -30°C à +140°C
d’utilisation (°C)

62
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
CHAPITRE VI : INTERPRÉTATIONS ET DISCUSSIONS

VI.1 INTERPRÉTATION SUR LA CONSISTANCE (LA


PÉNÉTRATION) :
À partir des résultats des expériences réalisées, nous constatons que la quantité du savon utilisé
pour avoir une huile de graissage normale est environ 11% de la charge initiale. Car la
pénétration du cône est de 33mm or celle de la graisse prise comme référence est de 32mm.
Le graphe suivant montre la variation de la pénétration de la tige en fonction du pourcentage
du savon.

Variation de la pénétration
45
40
Pénetration en mm

35
30
25
20
15
10
5
0
0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 14% 16%
Pourcentage du savon

Figure 27 : Variation de la pénétration de la graisse en fonction du pourcentage du savon.


D’après cette courbe, nous remarquons que la pénétration de la graisse augmente
inversement proportionnelle à la quantité du savon utilisé. C’est à dire la pénétration de la
graisse diminue au fur et à mesure que le pourcentage de savon augmente. En effet, l’aspect et
la texture de la graisse dépend de la quantité du savon ajouté. Prenons le 5ème essai avec 15%
de savon et sa pénétration est de 23 mm, et c’est pour cela qu’il a un aspect dure. Et le 3ème essai
avec 8% de savon et sa pénétration est de 40 mm avec un aspect fluide.

VI.2 INTERPRÉTATION SUR LE POINT DE GOUTTE :


Le point de goutte est un moyen de caractériser la graisse et de contrôler la qualité du
produit pendant la fabrication. Si la graisse est refroidie, elle durcit progressivement et
finalement un point est atteint à laquelle la graisse est trop dur pour agir comme un lubrifiant
efficace. La température de fonctionnement la plus basse d'une graisse est principalement

63
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
déterminée par son huile de base. Les graisses à basse température doivent être à base d'huiles
qui ont une viscosité relativement faible à basse température.
Nous pouvons voir sur l’histogramme suivant la différence variation du point de goutte des
savons étudiés.

Point de goutte

300

250
TEMPERATURE °C

Sodium
200
Lithium

150 Calcium
Sodium/Lithium complexe
100 Sodium/Calcium complexe

50

Figure 28 : Histogramme de variation du point de goutte des savons.


D’après ce graphe, nous remarquons que le point de goutte dépend essentiellement du
savon utilisé, quels qu'en soient le pourcentage dans la graisse.
Il est important de noter que le point de goutte n'indique pas la température maximale à laquelle
la graisse peut être utilisée. La température maximale de fonctionnement de la graisse est
considérablement inférieure au point de goutte.

VI.3 INTERPRÉTATION SUR LA TEMPÉRATURE


D’APPLICATION :
D’après les expériences réalisées nous constatons que la plage de températures d'utilisation
d'une graisse dépend, dans une large mesure, du type d'huile de base et d'épaississant utilisé,
ainsi que des additifs. Les limites extrêmes de température sont définies par la limite inférieure
de température (LIT), c'est-à-dire la température minimale à laquelle la graisse permettra une
mise en rotation aisée du roulement, mais pour les 4ème essai et 9èmé essai leurs LIT sont T= -
30°C et le T= -40°C. Et la limite supérieure de température (LST) est conduit par le type d'agent
épaississant et par le « point de goutte » pour les graisses à base de savon.

64
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Le point de goutte indique la température à laquelle la graisse perd sa consistance et devient
fluide, pour le 4ème essai T= 140 °C et le 9ème essai T= 160°C.

Ainsi nous allons voir sur le graphe suivant la température d’application des différents essais
étudiés.

Température d'application

9ème essai

4ème essai

-50 0 50 100 150 200


Température en (°C)

Figure 29: Histogramme de température de fonctionnement des différents essais.

D’après ce graphe, nous pouvons dire que c'est entre ces deux limites, que la graisse
fonctionnera de la manière la plus fiable et que sa durée de service pourra être déterminée avec
précision. Ainsi l’application de la graisse ne devra pas franchir les limites de la température
inférieur et supérieur. Car au-delà du seuil de performance de température supérieur, la graisse
vieillit et s’oxyde plus rapidement et les sous-produits de l’oxydation ont un effet néfaste sur la
lubrification. Les températures situées dans la zone plus proche de la limite supérieure, ne
doivent être atteintes que pendant de très courtes périodes. Et aussi, une zone existe également
pour les basses températures. En réduisant la température, le ressuage de la graisse diminue et
la graisse devient plus consistante. Cela provoquera une alimentation en lubrifiant insuffisante
aux surfaces de contact des éléments roulants et aux chemins de roulement.

65
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
VI.4 INTERPRÉTATION DE LA GRAISSE OBTENUE SUR LE
ROULEMENT :
Pendant le déroulement de l’essai, rappelons que la graisse est utilisée pour lubrifier les
roulements dans des conditions de fonctionnement normales. Comparée à l'huile, la graisse
présente l'avantage d'être plus facilement retenue dans le montage, en particulier si l'arbre est
incliné ou vertical, que nous pouvons voir dans la figure ci-dessous.

Figure 30 : Essai de la graisse sur le roulement

Ainsi, nous avons constaté qu’avant d’atteindre la vitesse fonctionnelle de régime, il


faut permettre au sur plus de graisse de se répandre ou de s’échapper pendant la période de
rodage. Au terme de la phase de rodage, la température de fonctionnement diminuera
considérablement, ce qui signifie que la graisse s’est bien répandue dans le montage.

Si les roulements doivent tourner à très faible vitesse, en étant bien protégés contre la
pollution et la corrosion, il est opportun de remplir complètement de graisse le palier car en
principe, à la mise en rotation seul le roulement doit être complètement garni de graisse, tandis
que l'espace libre dans le palier ne doit être que partiellement rempli.

VI.5 INTERPRÉTATION SUR LA COMPARAISON DE LA GRAISSE


LUBRIFIANTE :
D’après le tableau 30, les caractéristiques de graisse obtenue ont presque les mêmes
caractéristiques et performances de la graisse d’origine d’huile minéral et d’huile synthétique.
La majorité des graisses lubrifiantes est préparée à l'aide de savons (sels métalliques d'acides

66
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
gras) sous la forme d'épaississants. Pour la fabrication des graisses lubrifiantes d’origine huile
minéral et huile synthétique, comme le cas de l’exemple de la graisse de station-service
(General Purpose Grease). On dissout l'acide gras dans l'huile de base à une température
relativement élevée et on ajoute ensuite l'hydroxyde de métal approprié. Après avoir fait
évaporer par cuisson l'eau qui se forme lors de la réaction, on laisse refroidir pendant 75
minutes, ce qui entraîne la formation de l'assemblage gras.

Pour le cas de la graisse lubrifiantes d’origine végétale (huile de ricin), les acides gras
à chaîne longue le dérivé le plus connu de cette catégorie est l'acide 12-hydroxystéarique
provenant de l'acide ricinoléique. La particularité de l'acide 12-hydroxystéarique est son
nombre élevé de carbones dans sa chaîne hydrocarbonée et la présence d'un groupement
hydroxyle sur le carbone 12 de la chaîne hydrocarbonée, qui conduit à des interactions
supplémentaires par des liaisons hydrogènes, au niveau des fibres de savon obtenues qui
provoquent la formation d'un gel.

67
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
TROISIÈME PARTIE : ÉVALUATION
DU COÛT DE PROJET ET ENJEUX
ENVIRONNEMENTAUX
CHAPITRE VII : ÉVALUATION DU COÛT DE PROJET

Cette évaluation sera faite sur la base des données d’estimation que nous avons envisagé à
Madagascar. Car à Madagascar, l’exploitation du ricin n’est pas encore vulgarisée, dans le
domaine de la production des lubrifiants à base végétale. Une analyse du point de vue micro et
macroéconomique sera faite pour évaluer l’apport de la plantation du ricin.

VII.1 ASPECTS MICRO-ÉCONOMIQUES :


Pour l'utilisateur de lubrifiants, il est important de reprendre les éléments entrant en ligne de
compte dans le calcul du coût du lubrifiant. L'intérêt premier de l'utilisateur est en effet de savoir
ce qu'un produit de substitution aux lubrifiants d'origine minérale lui coûte et lui rapporte. Deux
éléments par type d'application ont donc été repris :
 Une comparaison des prix des lubrifiants à base végétale et minérale ;
 Un inventaire des bénéfices liés à l'utilisation de lubrifiants à base végétale.
Les prix qui sont repris ici sont donnés à titre indicatif étant donné les écarts relevés entre
marques commerciales. La quantité prise en compte pour établir le prix de vente est reprise
pour chaque type d'application.
Étant donné la meilleure adhésion des graisses végétales sur les parties métalliques, la fréquence
de graissage peut, dans certains cas, être réduite de 2 à 5 fois avec pour conséquence un gain de
temps et de consommation et donc une réduction de coût pour l'opérateur.
Les bénéfices liés à l'utilisation d'huile végétale sont les suivants :
 La réduction des quantités utilisées et la moindre toxicité du produit permettent d'éviter
des nuisances pour le personnel (dermatose, irritations des voies respiratoires, …) et
l'absentéisme.
 Ces produits sont moins inflammables, il y a donc une diminution du risque d'incendie
et la possibilité éventuelle de réviser les primes d'assurance.
 Pouvoir répondre à certains appels d’offre spécifiant l’utilisation d’huiles de démoulage
biodégradables et non toxiques ;
 Répondre éventuellement à certaines exigences dans des démarches de management
environnemental (ISO 14 001 par exemple).
Ce rapport de coût en faveur des huiles végétales n'est bien sûr obtenu qu'avec un changement
des habitudes de graissage de l'opérateur de la machine ou un réglage du graisseur automatique.

68
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Dans certaines applications de graissage surtout en lubrification perdue, il n’est pas possible de
réduire la fréquence ni la quantité de graisse appliquée (habitudes, réglages du système, …), si
bien que le surcoût de la graisse se répercute directement sur le coût global.
Pour les utilisateurs, le principal obstacle du passage des huiles traditionnelles (minérales) aux
huiles à base végétale et est le prix au litre supérieur de ces nouveaux produits. Dans le cas des
graisses, ce handicap est parfois compensé par une moindre consommation de produit si la
réduction de consommation est possible.
Les huiles d'origine végétale ont en outre des impacts bénéfiques mais difficilement chiffrables
pour l'utilisateur : moindres frais de maintenance si les vidanges sont plus espacées, réduction
du volume d'huiles usagées, diminution des risques pour la santé et la sécurité, prévention des
pollutions, …

VII.2 ASPECTS MACRO-ÉCONOMIQUES :


Un plus grand recours à des lubrifiants à base végétale montre aussi des impacts macro-
économiques.
En effet, ces produits résultent d'une activité de production locale avec des activités en amont
et en aval de l'agriculture. L'utilisation de matières premières produites et transformées dans
nos régions présente un bénéfice socio-économique non négligeable tant au niveau rural que
pour les entreprises.
Le ricin s’étend beaucoup à Madagascar, surtout au sud de l’île. Mais cet épanouissement ne
produit que 6000 tonnes de graines par an, 1,86 millions de litre par an. [21] Ce chiffre est
insuffisant pour produire une source d’énergie favorable à notre pays. Cependant, cette
insuffisance pourrait être réduite en favorisant la plantation des haies de ricin sur toutes les
collines et formes de plantation dans tout le pays. Ce qui revient à dire qu’il faut exploiter 100
000 km² pour produire 100 000 tonnes de graines par an, soit 31 millions d’huile par an
(rendement de 24 à 40 %). [21]
La production et l'utilisation de l'huile de ricin représentent donc un énorme potentiel
économique pour un pays qui dépense des sommes énormes (en devises) pour les importations
de carburant. Ces sommes peuvent être économisées tout en encourageant la production
d'énergie localement. Ce qui permet aux populations rurales de conserver leurs maigres revenus
à d'autres fins utiles sans manquer de source d'énergie.

69
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
VII.3 COÛT DE PRODUCTION DE GRAISSE LUBRIFIANTE :
D’après la deuxième partie (partie expérimentale) de ce mémoire, le processus de production
de graisse lubrifiante à base d’huile végétale adoptée suit les étapes suivantes :
 Hydrogénation ;
 Transformation en savon sodique ;
 Transformation en acide 12-hydrostéarique ;
 Mélange (huile végétale époxydée + huile de base + base neutralisante + divers
additifs) ;
 Saponification ;
 Refroidissement.
Pour faire l’étude des coûts de la production, on divise ce processus en deux étapes :
 Première étape (phase d’époxydation d'une huile végétale) : hydrogénation,
transformation en savon sodique et transformation en acide 12-hydrostéarique.
 Deuxième étape : mélange, saponification et enfin refroidissement.

VII.3.1 Coût des matières premières :


Le prix de l’huile de ricin dans le sud de Madagascar est de 12000 Ariary par litre. Pendant la
phase d’époxydation d’une huile de ricin on a utilisé 42.51g de la soude caustique, le prix de 1
kilogramme de la soude caustique est de 4200 Ar et 10ml de l’acide chlorhydrique, le prix d’1l
d’acide chlorhydrique est de 3000Ar.
Pour la saponification on a utilisé 11 g de l’hydroxyde de lithium, le prix de l’hydroxyde de
lithium est de 15000Ar par kg, ou l’hydroxyde de sodium (soude caustique).
Les divers additifs utilisés sont :
 L’antioxydant dont le prix d’une bouteille de 250ml est de 6000Ar,
 L’anticorrosion dont le prix d’une boite de 125ml est de 2000Ar,
 L’anti-usure dont le prix d’une bouteille de 250ml est de 4000Ar
 Et l’additif d’adhésivité dont le prix d’un sachet de 200ml est de 5000Ar.

Première étape (phase d’époxydation d'une huile végétale) :


Tableau 31: Coût des matières premières utilisées dans la 1ère étape.

Matière première Prix unitaire Quantité utilisée Montant [Ar]


Huile de ricin 12000Ar/l (57,48ml) 60g 689,76

70
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Soude caustique 2400Ar/kg 10g 24
Acide chlorhydrique 3000Ar/l 10g 30
TOTAL 80g 743,76

Deuxième étape :
Tableau 32 : Coût des matières premières utilisées dans la 2ème étape.

Matière première Prix unitaire Quantité utilisée Montant [Ar]


Huile de ricin 12000Ar/l (718,5ml) 750g 8622
Hydroxyde de lithium 15000Ar/kg 110g 1650
Additif antioxydant 24000Ar/l 10g 240
Additif anticorrosion 16000Ar/l 20g 320
Additif anti-usure 16000Ar/l 20g 320
Additif d’adhésivité 25000Ar/l 10g 250
TOTAL 920g 11402

VII.3.2 Coût d’énergie utilisée :


Le coût d’électricité entre en jeu lors de chauffage que ce soit l’hydrogénation totale de l’huile
de ricin pendant la phase d’époxydation, le chauffage de l’huile pendant le mélange et la
saponification.
Le prix de l’électricité de la JIRAMA actuellement est de 370Ar le kWh.

Tableau 33 : Coût d’électricité pendant la production.

Heures Puissance de Énergie Prix unitaire Coût en


Appareil d’utilisation l’appareil consommée en [Ar] [Ar]
[h] [kW] [kWh]
Plaque 1 1,5 1,5 370 555
chauffante
Balance 0,5 0,33 0,165 370 61,05
électronique
TOTAL 1,5 1,83 1,665 370 616,05

71
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
VII.3.3 Récapitulation du coût d’exploitation :
Tableau 34: Coût total de la production.

Désignation Coût en Ariary [Ar]


Matière première (1ére étape) 743,76
Matière première (2éme étape) 11402
Énergie utilisé 616,05
TOTAL 12761,81

VII.3.4 Comparaison des prix :


Le coût total de l’opération est de 12761,81Ar pour 1kg d’échantillon utilisé.
Donc, notre graisse se vend 25000 Ar le kilogramme auquel il faut ajouter les prix des autres
additifs pour améliorer la performance de la graisse et le prix de main d’œuvre.
Le prix de la graisse est varié, selon la qualité, les performances c’est à dire se dépend de la
quantité de savon et d’additif à introduire dans l’huile de base. Pour notre graisse de référence,
nous avons pris la station Shell et la station Galana comme comparaison de prix. Nous pouvons
voir sur le tableau suivant la comparaison des prix de la graisse de référence et de la graisse
obtenue.
Tableau 35 : Comparaison des prix de la graisse obtenue.

Type de graisse Graisse station Shell Graisse station Galana Graisse


(Gadus®) (Engine®) obtenue

Prix en kg (ariary) 35000 Ar 30000 Ar 25000 Ar

72
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
CHAPITRE VIII : ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

Un lubrifiant, composé d’une huile de base et d’additifs, peut être considéré comme « éco-
compatible », s’il est biodégradable et non toxique, ni pour la flore et la faune, ni pour l’être
humain par contact avec la peau, les yeux, l’ingestion et l’inhalation. Des exigences
supplémentaires favorables à l’environnement peuvent porter sur le potentiel d’accumulation,
la nature des émissions et/ou des composants et l’aspect renouvelable des matières.
L’évaluation du risque d’un produit chimique est l’opération qui cherche à caractériser d’une
part la toxicité du produit (DANGER), de l’autre la possibilité d’exposition à ce produit
(EXPOSITION), pour en déduire les impacts potentiels (RISQUE) sur la santé de l'homme et
de l’environnement.

VIII.1 LES LUBRIFIANTS ECO-COMPATIBLES OU


BIOLUBRIFIANTS :
VIII.1.1 Définitions :
Le terme de biolubrifiant s’applique à tous les lubrifiants qui sont à la fois rapidement
biodégradables et non toxiques pour les êtres humains et les mieux aquatiques.
Dans cette définition, la présence de matière première renouvelable (huile végétale) n’est donc
pas nécessairement reliée au caractère éco-compatible des lubrifiants, même si c’est souvent le
cas. En effet, des lubrifiants issus de la pétrochimie passent également des tests de
biodégradabilité et de toxicité.

VIII.1.2 Avantages :
Ce qui justifie amplement l’intérêt porté aux lubrifiants « éco-compatibles », soit des lubrifiants
qui présentent :
 Une teneur élevée en ressources renouvelables et/ou leurs dérivés ;
 Des additifs peu nocifs ;
 Une faible volatilité ;
 Aucune substance dangereuse ;
 Une biodégradabilité élevée ;
 Une faible écotoxicité ;
 Une absence de risque pour la santé humaine (absence d’irritation cutanée).

73
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
VIII.2 LA BIODÉGRADABILITÉ :
VIII.2.1 Définitions :
La biodégradabilité est l’aptitude d’une matière organique à subir la biodégradation, c’est à dire
la transformation par des microorganismes naturels (bactéries, champignons, levures) vivant
dans le milieu aquatique ou le sol en produits non dangereux selon :
(Cx Hy Oz) + O2 → CO2 + métabolites + biomasse + H2O
On distingue généralement :
 La biodégradation primaire (en anglais « primary »), qui est la modification de la
structure de la ou des molécule(s) et qui s’évalue par la disparition de la substance,
 La biodégradabilité potentielle (biodégradabilité « inhérente » ou « intrinsèque ») est
celle qui serait atteinte dans les meilleures conditions possibles,
 La biodégradation ultime ou totale (en anglais « ready » ou « ultimate »), où les
molécules sont totalement transformées en CO2 (condition aérobie) ou en CH4
(condition anaérobie), en constituant de la biomasse, et en éléments minéraux (par
exemple : minéralisation de l’azote organique en nitrate, en ammonium, …).
En Europe, les deux méthodes les plus utilisées pour mesurer la biodégradabilité d’une huile
sont la méthode CEC qui permet de mesurer la biodégradabilité primaire, et la méthode OCDE
qui mesure la biodégradabilité ultime. La biodégradabilité primaire est la mesure la plus
pratiquée, car moins coûteuse à mettre en œuvre. Cependant, la méthode CEC ne prend en
compte ni les fractions hydrosolubles du lubrifiant, ni le niveau de biodégradabilité des
métabolites (substances résultant du processus de dégradation). En général cependant, la
corrélation entre les résultats de ces deux méthodes est bonne, la méthode OCDE livrant des
résultats légèrement inférieurs.
Le test CEC, qui consiste à placer le lubrifiant dans une solution d’eau, de sels nutritifs et de
bactéries pendant 21 jours à 25°C, et à évaluer la quantité d'huile restant au bout de ce laps de
temps, a été employé. Le graphique suivant (figure 31) met en évidence le fort potentiel de
dégradation des huiles végétales et des esters d'huile végétale. La différence majeure entre ces
derniers est la vitesse à laquelle ils se sont dégradés. En effet, seuls trois jours ont suffi pour
que les huiles végétales se dégradent à 90 %.

74
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
120
98 95
100

Biodegradation (%) 80

60

40
23
20
7
0
1

A: Huile minérale sans additif B: Polyalphaoléfine sans additif


C: Huile végétale sans additif D: Ester d'huile végétale sans additif

Figure 31 : Biodégradabilité de différentes huiles dans l'eau selon le test CEC L33-T-82 (21
jours).

VIII.2.2 Processus de biodégradation :


Les facteurs influençant positivement la biodégradabilité des lubrifiants dans l’eau sont :
 Hydrocarbures à chaîne droite plutôt que ramifiée.
 Hydrocarbures aliphatiques à chaîne courte (mais > à 6 ou 7 atomes de Carbone).
 Hydrocarbures saturés.
 Hydrocarbures à bas poids moléculaire.
 Absence de toxicité vis-à-vis des microorganismes.
 Composés oxygénés.
 Mauvaise résistance à l’hydrolyse.
 Conditions ambiantes favorables : température élevée ; pression faible ; milieu aqueux
favorable contenant les sels nutritifs.
 Faible tension superficielle avec l’eau.
 Efficacité des microorganismes (capacité enzymatique pour la substance à dégrader,
adaptation des microorganismes).

VIII.2.3 Méthodes d’évaluation :


Diverses méthodes permettent de mesurer la biodégradabilité. Les plus courantes sont les
méthodes OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques), CEC
(Conseil Européen de Coordination), ISO (Organisation Internationale de Normalisation) et des
normes nationales telles que l’AFNOR (l'Association française de normalisation et sa marque
NF).

75
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
VIII.3 LA TOXICITÉ :
VIII.3.1 Définitions :
La toxicité est le résultat de l'action plus ou moins néfaste pour un organisme vivant que peuvent
exercer des substances chimiques entrant en contact avec celui – ci.
On dit qu'une substance est toxique lorsque, après pénétration dans l'organisme, par quelque
voie que ce soit - à une dose appropriée, en une fois ou en plusieurs fois très rapprochées, ou
par petites doses longtemps répétées - elle provoque, dans l'immédiat ou après une phase de
latence plus ou moins prolongée, de façon passagère ou durable, des troubles d'une ou plusieurs
fonctions de l'organisme pouvant aller jusqu'à leur suppression complète et entraîner la mort :
on parle alors de toxicité létale.
On distingue :
 La toxicité aiguë (causant la mort ou des désordres physiologiques importants
immédiatement ou peu de temps après l'exposition),
 La toxicité subaiguë (effets dus à des doses plus faibles, se produisant à court terme, sur
des organes cibles, parfois réversibles), ou chroniques (causant des effets irréversibles
à long terme par une absorption continue de petites doses de polluants ou des effets
cumulatifs).
Les lubrifiants dérivant de la pétrochimie présentent des risques pour les écosystèmes, la qualité
de l’eau potable, la qualité des aliments et la santé des personnes travaillant régulièrement en
présence de ces produits. Cela est dû à la présence de chaînes d’hydrocarbures ramifiées et/ou
cycliques (dérivés aromatiques) difficilement attaquables par les microorganismes et souvent
même toxiques lorsqu’ils sont accompagnés de métaux lourds, de dérivés chlorés ou nitrés.

VIII.3.2 Méthodes d’évaluation :


L’évaluation toxicologique d’une substance se réalise en testant le comportement d’espèces «
standard » en présence d’une concentration donnée de substance. Les espèces généralement
utilisées pour évaluer les lubrifiants sont les bactéries, les poissons, les algues et les daphnies.
Dans la proposition de label européen, des essais sur plantes sont également préconisés. Les
analyses les plus couramment effectuées respectent des normes OCDE et ISO. Les analyses
montrent que les lubrifiants à base d’huiles végétales sont moins toxiques que les lubrifiants
classiques (tableau 36) :

76
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Tableau 36 : Propriétés éco-toxicologiques de quelques huiles (EC50 en mg/l). D’après Van
Dievoet, 2001

Bactéries Poissons Daphnies Algues


Huile minérale vierge de 20 500 5000 2500
base
Huile minérale blanche de > 100 > 1000 > 10000 5000
grade alimentaire
PAO > 100 > 1000 > 10000 5000
Huile végétale > 1000 > 10000 > 10000 5000

On détermine ainsi la dose létale (DL 50) ou la concentration létale (CL 50) : dose ou
concentration supposée provoquer la mort de 50 % de la population. La concentration de produit
qui est supposée affecter 50 % de la population est appelée CE 50.
Ces valeurs permettent de définir le niveau de toxicité des substances (tableau 37) :
Tableau 37 : Définition des seuils de toxicité.

CE 50 en mg/l
Hautement toxique <1
Modérément toxique < 10
Légèrement toxique < 100
Pratiquement non toxique < 1000
Inoffensif > 1000

VIII.3.3 L'analyse du cycle de vie :


Pour évaluer l'impact d'un produit sur l'environnement, l'analyse du cycle de vie d'un produit
s'impose de plus en plus comme une méthode objective et complète. Le principe de ce type
d'analyse est de répertorier les différents stades de la vie d'un produit, de la production, y
compris la production des précurseurs du produit étudié, jusqu'à l'utilisation et l'élimination de
celui-ci. Pour chaque stade, les différentes catégories d'impacts sur l'environnement sont prises
en compte et quantifiées de manière à obtenir une valeur. Celle-ci servira à comparer les
produits. Ce type d'étude a été réalisé pour divers produits (emballages, biocarburants, …). Les
analyses comparatives du cycle de vie des lubrifiants à bases végétale et minérale sont plus
récentes.

77
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
L'étude réalisée dans le cadre du groupe de travail s'apparente plus à un inventaire des impacts
sur l'environnement de chaque filière qu'à une analyse de cycle de vie (LCA). Les impacts
respectifs des filières de production des lubrifiants à bases végétale et minérale n’ont donc pas
été quantifiés dans le présent rapport.

CONCLUSION PARTIELLE
Les Analyses de Cycle de Vie relatives à la production et l’utilisation d'huiles minérale et
végétale semblent assez divergentes, selon l’objectif qu’elles poursuivent et les hypothèses de
départ.
Certaines sont en faveur des huiles végétales pour certains points : moindre utilisation de
ressources non-renouvelables, moindre utilisation d'énergie (esters végétaux exclus) et moindre
pollution de l'air, en indiquant un désavantage pour les huiles végétales dans les domaines de
la pollution des eaux et des sols, des déchets, et de l'impact sur la santé principalement en lien
avec l’utilisation d’engrais et de pesticides pendant la culture.
Ces points sont cependant à nuancer suite aux progrès agronomiques effectués en terme de
réduction des intrants, et en prenant aussi en compte les avantages agronomiques du ricin par
rapport à d’autres cultures (bonne tête de rotation) et environnementaux (couverture du sol
pendant l’hiver, piège à nitrates, …). Sur le plan agronomique en effet, le ricin est implanté dès
le mois d'août. Le sol est donc couvert de végétation durant l'hiver ce qui réduit fortement
l'érosion et le lessivage des nitrates car la plante joue un rôle de pièges à nitrates. Si la culture
suivant celle du ricin est bien menée, l'azote présent dans le sol peut être valorisé.

78
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
CONCLUSION
Les lubrifiants d'origine végétale représentent actuellement une fraction minime
(inférieure à 1 %) du marché des lubrifiants en Madagascar. Le but de ce travail de mémoire de
fin d'études est de formuler de la graisse lubrifiante à partir de l’huile végétale répondant aux
exigences environnementales tout en assurant la performance technique et l’efficience des
lubrifiants industriels.
Ainsi, nous avons réalisé 10 essais des formulations de graisse avec 5 essais ont été
réalisés à base l’huile de ricin et 5 essais ont été réalisés à base d’huile minérale. Les
formulations retenues sont celle avec :
 75% huile de base (huile de ricin), 8% huile de ricin époxydée, 10,5% savon de
lithium/sodium et 6,5% divers additifs (4ème essai) ;
 74% huile de base (huile minérale), 8% huile de ricin époxydée, 13% savon de
lithium/sodium et 5% divers additifs (9ème essai).
Nous avons analysé sa pénétration (sa consistance), son point de goutte et sa température
d’application. Les résultats pour le 4ème essai sa pénétration est de 32mm, son point de goutte
est de 260°C et sa température d’application jusqu’à 140°C.
La graisse obtenue a été comparé avec une graisse de station-service (General Purpose Grease)
et nous avons constaté qu’elles ont les mêmes caractéristiques.
Les lubrifiants d'origine végétale présentent des avantages techniques intéressants, tels
qu’une moindre consommation de graisse dans certains cas, un allongement possible des
intervalles de vidange et une réduction de l'usure des pièces en mouvement. Au point de vue
environnemental, l'allongement des intervalles de vidange permet de réduire les quantités de
graisse usées. La biodégradabilité et la moindre toxicité de ces produits leur font des lubrifiants
de choix pour les applications de lubrification perdue, en cas de contact rapproché avec les
utilisateurs et pour les travaux dans des zones naturelles sensibles.
Deux obstacles à l'expansion de l'utilisation des lubrifiants d'origine végétale sont leur
prix d'achat plus élevé mais aussi la mauvaise image de marque due au manque de connaissance
par les utilisateurs des avantages techniques et économiques liés à l'utilisation de ces produits.
Alors, on peut dire que le ricin offre une grande opportunité au niveau de la lubrification.
Bien qu’il ne soit pas un produit alimentaire, il présentera un bon atout pour la production de
biolubrifiant. Ce dernier tient une place importante dans le développement du pays en
supprimant sa dépendance sur l’importation de la graisse lubrifiante.

79
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
[1] CASTROL, ABC du graissage « Structure, utilisation et propriétés des lubrifiants », Castrol

(Switzerland) AG Baarerstrasse 139, Tel. 058 / 456 93 33, 6302 Zug, Fax 058 / 456 93 39

[2] Nader BEN SALEM, Lubrification et Graissage, « Généralités sur les lubrifiants », chapitre

[3] MEHALA Kadda, « Polycopies Lubrification Industrielle », Université des sciences et de

la Technologie d’Oran « MOHAMMED BOUDIAF », Faculté de Génie Mécanique,

Département de Génie Mécanique.

[4] CARACTÉRISTIQUES DES HUILES.doc, LUBRIFICATION : LES HUILES,

http://joho.monsite.orange.fr/

[5] RAMAROJAONA Natanaela, « Influence de la centrifugation sur des propriétés physico-

chimiques d’huiles lubrifiantes usagées », Mémoire de D.E.A en Chimie, Option Chimie

Physique, Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo, 2012

[6] Union Pétrolière, « Le pétrole », Edition 2001

[7] RABERANTO John William, « Étude physico-chimique des huiles lubrifiantes neuve et

usagée − essais de régénération des huiles usagées par traitement au charbon actif », Mémoire

de D.E.A en Chimie, Option Chimie Physique, Faculté des Sciences de l’Université

d’Antananarivo, 2009

[8] VALISOANIARETANA Larissa, « Caractérisations physico-chimiques, spectroscopique

et spectrométrique d’huile lubrifiante neuve, usagée et régénérée », Mémoire du diplôme de

master II en chimie, Mention Procédés et Écologie Industrielle, Parcours Physico-Chimie des

Mélanges Complexes, Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo, 2017

[9] NIRINAHARISOA Heritiana Vahatraina, « Récupération des huiles de base et valorisation

des sous-produits à partir de régénération des huiles usagées « moteur » », Mémoire de D.E.A

80
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
en Chimie Appliquée à l’Industrie et à l’Environnement, Département génie chimique, École

Supérieure Polytechnique, Université d’Antananarivo, 2008

[10] Marie Hélène NOVAK, Étude du Groupe de Travail “Lubrifiants d’origine végétale” de

ValBiom coordonnée par M.H. Novak en collaboration avec la Faculté Universitaire des

Sciences Agronomiques de Gembloux, Janvier 2003

[11] RAMANANTSOA Christian Claude, « Étude physico-chimique d’échantillons d’huiles

lubrifiantes neuves et usagées essaie de régénération des huiles lubrifiantes usagées par

percolation sur un lit fixe d’argile activée », Mémoire de D.E.A en Chimie, Option Chimie

Physique, Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo, 2009

[12] https://Eni.htm Huile végétale/Graisses

Consulté le 07 Septembre 2018

[13] NTN-SNR ROULEMENTS – www.ntn-snr.com - 1 rue des Usines – 74000 Annecy –

France – Tel. +33 (0)4 50 65 30 00

[14] ANDRIAMIHARIVELO Herimanitra, cours sur « Lubrifiants » 4ème année, 2017

[15]https://.htmhuile%20vegetale/Graisses%20industrielles,%20Soutien%20scolaire,%20Cou

rs%20M%C3%A9canique%20industrielle,%20Maxicours

Consulté le 26 Septembre 2018

[16] SCHAEFFLER GROUP INDUSTRIAL, « Lubrification », HR 1

[17] P. JOHO, « LES LUBRIFIANTS LES GRAISSES », LES GRAISSES.doc,

http://joho.monsite.orange.fr/

[18] Hugues HENONDEAU, Ingénieur INSA Lyon, « ÉVOLUTION DES PROPRIÉTÉS

TRIBOLOGIQUES ET PHYSICO-CHIMIQUES D’UNE GRAISSE POLYURÉE DANS UN

ROULEMENT À BILLES DE ROUE », Thèse de docteur spécialité Génie des Matériaux,

l’École Centrale de Lyon, 2004

81
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
[19] RAMILISON Sty Rosine, « Contribution à la valorisation des huiles usagées en vue de

créer une unité de production de graisse consistante », Mémoire d’ingénieur Pétrolier, École

Supérieure Polytechnique, Université d’Antananarivo, 2014

[20] https://Wikilivres.htm - Tribologie_Lubrifiants_Lubrifiants pâteux

Consulté le 02 Novembre 2018

[21] https://.htm –Lubrification

Consulté le 16 Août 2018

[22] Bildungs- und Forschungsfonds des Verbandes der Schweizerischen

Schmierstoffindustrie, « Les lubrifiants et leurs applications », Niveau 1 Formation de base.

[23] Lycée Jules Garnier NOUMÉA C.P.G.E., « Lubrification – Étanchéité », S.I.I. CI 2 :

Analyse et conception des mécanismes.

[24] RAMILIARISOA Faratiana, « Optimisation de la transformation de l’huile de friture

usagée en biodiesel », Mémoire de D.E.A en Chimie Appliquée à l’Industrie et à

l’Environnement, Département génie chimique, École Supérieure Polytechnique, Université

d’Antananarivo, 2008

[25] RAMANAMIHAJA Fanilo Andrianina, « Contribution à la production de biodiesel, cas

de l'huile de ricin (Ricinus communis) », Mémoire de D.E.A en Chimie Appliquée à l’Industrie

et à l’Environnement, Département génie chimique, École Supérieure Polytechnique,

Université d’Antananarivo, 2007

[26] RAKOTONINDRAINY Lalaniaina Manitra Eugénie, « Contribution à la production de

biodiesel, cas de l'arachide », Mémoire de D.E.A en Chimie Appliquée à l’Industrie et à

l’Environnement, Département génie chimique, École Supérieure Polytechnique, Université

d’Antananarivo, 2007

[27] ANDRIANAINA RAHARISON Toky Nomenjanahary, « Huile végétale de cuisson

recyclée carburant. Contribution à l’étude des performances développées sur un moteur

82
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
diesel », Mémoire d’ingénieur en génie industriel, École Supérieure Polytechnique, Université

d’Antananarivo, 2015

[28] Aliou Ousmane HAIDARA, « Valorisation d’une huile végétale tropicale : l’huile de

Pourghère », Mémoire de Maîtrise des Sciences Appliqués, Sherbrooke (Québec),

CANADA, Août 1996

[29] ABOUBACAR Ali, « contribution à l’étude de l’utilisation de l’huile de jatropha comme

combustible diesel », Mémoire de D.E.A en Chimie Appliquée à l’Industrie et à

l’Environnement, Département génie chimique, École Supérieure Polytechnique, Université

d’Antananarivo, 2007

[30] Louni Sofiane, « Extraction et caractérisation physicochimique de l’huile de graines de

Moringa oleifera », Mémoire du diplôme de Magister en Sciences Agronomiques, Département

Technologie Alimentaire, Option Sciences Alimentaires, École Nationale Supérieure

Agronomique El-Harrach, 2009

[31] Franck DUMEIGNIL, « Propriétés et utilisation de l’huile de ricin », DOSSIER

LIPOCHIMIE, Université Lille Nord de France, janvier-février 2012

[32] Andriambola Abel RABARISOA, « Contribution à l’étude de la fraction lipidique du

Ricinus communis », Mémoire de fin d’études (1989), département Agriculture, EESSA,

Antananarivo.

[33] Jardin botanique de Montréal, « Ricin commun »

[34] https://html Huile de ricin - Utilisations, Conseils et Bonnes Pratiques

Consulté le 15 Octobre 2018

[35] INTERCHIMIE, FICHE TECHNIQUE, « HUILE DE RICIN CODEX », Mai 2013.

[36] P.H. MENSIER, Lexique des huiles végétales (1946), société d’édition technique

coloniale, Série scientifique N°2, Paris.

[37] G.M. FUNATSU, Oléagineux (1978).

83
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
[38] M.M. PALOUSE, K.T. ACHAYA, Oléagineux (1964).

84
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
ANNEXES
ANNEXE 1 : CLASSIFICATION DE SERVICE DES GRAISSES

Les cinq catégories ci-dessous relatives aux graisses pour service automobile ont été élaborées
par le NLGI. Cette classification (ASTM D 4950) couvre les graisses conçues pour la
lubrification des composantes du châssis de même que des roulements de roues des voitures de
tourisme, des camions et des autres types de véhicules.

Le NLGI classifie les graisses pour service automobile en deux principaux groupes. Les
graisses pour châssis sont désignées par le préfixe L et les graisses pour roulements de roues
sont désignées par le préfixe G. Le tableau qui suit décrit les cinq catégories.

Catégorie NLGI Service NLGI Caractéristiques


Intervalles de graissage Résistance à l'oxydation,
LA fréquents (< 3200 km) stabilité au cisaillement et
service léger (application non protection contre la corrosion
critique) et l'usure
Intervalles de graissage Résistance à l'oxydation,
prolongés (> 3200 km). stabilité au cisaillement et
LB Service de léger à rigoureux protection contre la corrosion
(charges élevées, vibrations, et l'usure même dans des
exposition à l'eau) conditions de charge élevées
et en présence de
contaminants aqueux. Plage
de température de -40 °C à
120 °C
Intervalles de graissage Plage de température de -20
GA fréquents. Service léger °C à 70 °C
(applications non critiques)
Service de léger à Résistance à l'oxydation et à
moyennement rigoureux l'évaporation stabilité au
GB (voitures et camions en cisaillement et protection
service urbain et autoroutier) contre la corrosion et l'usure.
Plage de températures de -40
°C à 120 °C avec pointes

b
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
occasionnelles jusqu'à 160
°C
Service de léger à rigoureux Résistance à l'oxydation et à
(véhicules effectuant des l'évaporation, stabilité au
arrêts fréquents, remorquage cisaillement et protection
GC de roulottes, conduite en contre la corrosion et l'usure.
terrain montagneux ...) Plage de températures de -40
°C à 120 °C avec pointes
fréquentes jusqu'à 100°C et
pointes occasionnelles
jusqu'à 200°C

c
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
ANNEXE 2 : EXEMPLES DE TRANSFORMATIONS CHIMIQUES
POSSIBLES À PARTIR DES TROIS FONCTIONNALITÉS
PRÉSENTES DANS L’HUILE DE RICIN (TRIGLYCÉRIDE DE
L’ACIDE RICINOLÉIQUE)

d
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
ANNEXE 3 : SCHÉMA DÉTAILLÉ DE L’ÉPOXYDATION DES
HUILES VÉGÉTALES

e
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
ANNEXE 4 : LE CONCEPT DES FEUX DE CIRCULATION SKF

Les températures adéquates sont illustrées dans le diagramme sous la forme d'un système de «
double feux tricolores ».

Avec LTL : Seuil inférieur de température


LTPL : Seuil inférieur de performance de température
HTPL : Seuil supérieur de performance de température
HTL : Seuil supérieur de température
- Les limites extrêmes de température (limite inférieure et limite supérieure de température)
sont définies :
 La limite inférieure de température (LTL), c'est-à-dire la température minimale à
laquelle la graisse permettra une mise en rotation aisée du roulement, est déterminée
dans une large mesure par le type d'huile de base et sa viscosité.
 La limite supérieure de température (HTL) est régie par le type d'agent épaississant et
par le « point de goutte » pour les graisses à base de savon. Le point de goutte indique
la température à laquelle la graisse perd sa consistance et devient fluide.
- Les zones rouges de ce diagramme indiquent qu'un fonctionnement qui dépasse les seuils
inférieur et supérieur de température est déconseillé. Les températures cruciales pour un
fonctionnement fiable sont fournies par SKF pour : la LTPL et HTPL.
- C'est entre ces deux limites, dans la zone verte, que la graisse fonctionnera de la manière la
plus fiable et que sa durée de service pourra être déterminée avec précision.
- Une zone ambrée existe également pour les basses températures.

Remarque : Le concept des feux de circulation SKF s’applique à toutes les graisses ; les zones
de température varient toutefois d’une graisse à l’autre et ne peuvent être déterminées que par

f
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
un test fonctionnel du roulement. Les limites représentées par les feux de circulation suivant
sont pour les types de graisse normalement utilisés pour les roulements.

g
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
ANNEXE 5 : LES CARACTÉRISTIQUES DES LUBRIFIANTS

 PROPRIÉTÉS PHYSIQUES :
 Densité :
La densité est le rapport du poids d’un certain volume d’échantillon au poids du même volume
d’eau. Généralement la mesure de densité pour les lubrifiants s’effectue à une température de
15° C.
𝐏𝟐 − 𝐏𝟎
𝐃=
𝐏𝟏 − 𝐏𝟎
P0 : Poids du pycnomètre vide et propre.
P1 : Poids du pycnomètre avec l’eau une température T.
P2 : Poids du pycnomètre avec l’huile à la même température.
Lorsque la température T est différente de 15°C, on applique la relation :

𝐃𝐓 = 𝐃𝟏𝟓°𝐂 − 𝐤 (𝟏𝟓 − 𝐓)

 Masse volumique :

La masse volumique ρ est le rapport entre la masse du produit par son volume. Elle s’exprime
en kg/m3, ou en g/mL à la température t.
𝐌𝐚𝐬𝐬𝐞 𝐝𝐮 𝐩𝐫𝐨𝐝𝐮𝐢𝐭 𝐦
𝐌𝐚𝐬𝐬𝐞 𝐯𝐨𝐥𝐮𝐦𝐢𝐪𝐮𝐞 𝛒 =
𝐕𝐨𝐥𝐮𝐦𝐞 𝐝𝐮 𝐩𝐫𝐨𝐝𝐮𝐢𝐭 𝐯

 Viscosité :
La viscosité est la propriété la plus connue des huiles lubrifiantes. Elle est la référence pour le
frottement interne d'une huile lors de l'écoulement. Sa détermination est faite suivant la norme
NFT-60-100.
Le résultat est exprimé par :
𝐕 = 𝐊. 𝐓
V : Viscosité [cSt] ou [mm/s]
K : Coefficient de viscosimètre
T : Temps [s]
On fait une distinction entre la viscosité cinématique et la viscosité dynamique. La conversion
s'effectue au moyen de la densité de l'huile et selon la formule indiquée ci-dessous :

𝐕𝐢𝐬𝐜𝐨𝐬𝐢𝐭é 𝐝𝐲𝐧𝐚𝐦𝐢𝐪𝐮𝐞
𝐕𝐢𝐬𝐜𝐨𝐬𝐢𝐭é 𝐜𝐢𝐧é𝐦𝐚𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞 =
𝐃𝐞𝐧𝐬𝐢𝐭é

h
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
 Viscosité cinématique (𝛾):
La viscosité cinématique est déterminée en mesurant, à une température donnée, la durée de
l'écoulement d'un volume connu de liquide à travers un appareil comportant un orifice (tube
calibré ou tube capillaire) de dimensions normalisées.
L'unité de mesure de la viscosité cinématique, le mètre carré par seconde [m2/s], est définie
comme étant celle d'un fluide dont la viscosité dynamique est 1 pascal x seconde et la masse
volumique 1 kilogramme par mètre cube. Il s'ensuit que la viscosité cinématique est égale au
rapport de la viscosité dynamique à la masse volumique, toutes deux définies à la même
température :
𝛍
𝛄=
𝛒
Avec μ : viscosité dynamique [Pa.s] ;
ν : viscosité cinématique [m2/s] et
ρ : masse volumique [Kg/m3].
L'unité de mesure CGS était le stokes [St] ou [cm2/s]. On utilisait plus fréquemment le
centistoke [cSt] qui n'est autre que le [mm2/s]. (1cSt = 10-6 m2/s = 1 mm2/s).

 Viscosité dynamique (μ) :


Dans ces conditions, on s'aperçoit que la répartition des vitesses dans la veine fluide suit une
loi linéaire. Si deux couches de fluide distantes de la quantité dh ont pour vitesses
respectivement v et (v + dv), il existe entre elles un gradient de vitesse dv/dh.
𝐅 𝐝𝐯
=𝛍
𝐒 𝐝𝐡

Avec : μ est, à une température et une pression donnée, une constante que l'on appelle
coefficient ou module de viscosité dynamique, ou plus simplement viscosité dynamique. Cette
grandeur a pour dimension M.L-1.T-1.
L'unité de mesure correspondante est le Pascal x seconde [Pa.s], défini comme la viscosité
dynamique d'un fluide dans lequel le mouvement rectiligne et uniforme, dans son plan, d'une
surface plane, solide, indéfinie, donne lieu à une force retardatrice de 1 newton par mètre
carré de la surface en contact avec le fluide homogène et isotherme en écoulement permanent.

i
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
 Indice de viscosité ou « Viscosity Index (V.I) » :

L'indice de viscosité (VI) caractérise la variation de la viscosité en fonction de la température


et permet de juger la tenue à chaud et à froid des huiles.
La détermination de l’indice de viscosité d’une huile connaissant sa viscosité cinématique à 40
°C et à 100 °C est donnée par la relation suivante :
𝐋−𝐔
𝐈𝐧𝐝𝐢𝐜𝐞 𝐝𝐞 𝐯𝐢𝐬𝐜𝐨𝐬𝐢𝐭é = 𝟏𝟎𝟎 ∗
𝐋−𝐇

Avec L : viscosité cinématique, à 40°C, de l’huile dont l’indice de viscosité est 0.


H : étant la viscosité cinématique, à 40°C, de l’huile dont l’indice de viscosité est 100.
U : viscosité cinématique (mm2/s) à 40 °C de l’huile d’essai.
𝐃=𝐋−𝐇
Si la viscosité cinématique de l’huile est supérieure à 70 mm2/s, L et D sont calculés selon les
équations suivantes :
𝐋 = 𝟎, 𝟖𝟑𝟓𝟑𝐘 𝟐 + 𝟏𝟒, 𝟔𝟕𝐘 – 𝟐𝟏𝟔
𝐃 = 𝟎, 𝟎𝟔𝟔𝟗𝐘 𝟐 + 𝟐, 𝟖𝟐𝐘 – 𝟏𝟏𝟗
Y est la viscosité cinématique, en mm2/s, à 40 °C, d’un produit pétrolier dont l’indice de
viscosité est affecté de la valeur 100 et ayant la même viscosité cinématique, à 100 °C que le
produit pétrolier, dont l’indice de viscosité, est à calculer.

 PROPRIÉTÉS CHIMIQUES :

 Point d'éclair :
Le point d'éclair, c'est la température à laquelle les vapeurs émises par une huile, chauffée dans
des conditions bien précises et normalisées, s'enflamment au contact d'une flamme et s'éteignent
aussitôt. Les normes NF T 60-103 (vase clos) et NF T 60-118 (vase ouvert) précisent les modes
opératoires. Une présence éventuelle d'eau dans l'huile aura une grande influence sur la valeur
du point d’éclair.

 Point de feu :
Le point de feu, c'est la température à laquelle les vapeurs émises par une huile, chauffée dans
des conditions bien précises et normalisées, s'enflamment au contact d'une flamme et continuent
à brûler (pendant au moins 5 secondes).

j
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
 Teneur en cendres :

La teneur en cendres d’une huile est le pourcentage en masse du résidu recueilli après
calcination complète de l’échantillon dans des conditions bien déterminées. Elle donne une
indication globale sur la présence d’additifs à base de Ba, Ca, Mg, K, Na et Zn dans
l’échantillon. Elle est exprimée en % de masse.

 Température d'auto-inflammation :
La température d'auto-inflammation des huiles est nettement supérieure à celle du point
d'éclair (≈ 400°C). C'est la température à laquelle se produit une inflammation spontanée (ou
oxydation) d'une l'huile dans l'air lorsqu'elle est chauffée dans des conditions bien précises et
normalisées.

 Teneur en eau :
C’est la quantité d’eau formée dans le milieu de lubrification. Cette quantité vient soit par la
réaction entre le dihydrogène et le dioxygène existant dans le moteur : il s’agit de la synthèse
de l’eau pendant que le moteur est au repos, soit du milieu extérieur. Dans les environnements
humides, lorsqu'un lubrifiant reçoit de l'eau directement ou par condensation de vapeur, ses
performances sont en général fortement diminuées. La sensibilité à l'eau est très variable selon
le produit utilisé, relativement faible pour les glycols, beaucoup plus élevée pour les oléfines.
La valeur de la teneur en eau est une fonction croissante avec le temps de service de l’huile. Cet
accroissement implique la dégradation de cette dernière. Par conséquent, il faut les éliminer dès
qu’il soit possible.

 Indices de neutralisation :
On considère à la fois l’indice d’acide et l’indice de base ou réserve d’alcalinité.
Par définition :
 L’indice d’acide ou TAN (Total Acid Number) : le nombre de milligrammes de potasse
nécessaire pour neutraliser toute l'acidité d'un gramme d'huile.
 L’indice de base ou TBN (Total Base Number) : la réserve d’alcalinité ou indice de
basicité représente la quantité d’acide nécessaire pour titrer tous les constituants à
caractère basique présents dans un gramme d’échantillon
Les valeurs du TAN et du TBN s’expriment en mg KOH/g.

k
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
TABLE DES MATIÈRES
TENY FISAORANA .................................................................................................................. i

SOMMAIRE .............................................................................................................................. ii

LISTE DES ANNEXES ............................................................................................................ iii

LISTE DES FIGURES .............................................................................................................. iv

LISTE DES NOTATIONS ET SYMBOLES ............................................................................ v

LISTE DES TABLEAUX ........................................................................................................ vii

GLOSSAIRE ............................................................................................................................. ix

INTRODUCTION ...................................................................................................................... 1

PREMIÈRE PARTIE : ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE


CHAPITRE I : GÉNÉRALITÉS SUR LES LUBRIFIANTS ............................................. 3
I.1 DÉFINITIONS ET FONCTIONS D’UN LUBRIFIANT .................................... 3
I.2 CLASSIFICATION DES LUBRIFIANTS ......................................................... 4
I.2.1 Lubrifiants d'origine végétale : ......................................................................... 4
I.2.2 Lubrifiants d'origine animale : .......................................................................... 4
I.2.3 Lubrifiants d'origine synthétique : .................................................................... 5
I.2.4 Lubrifiants d'origine minérale : ........................................................................ 5
I.3 CONSTITUTION DES LUBRIFIANTS : ........................................................... 5
I.3.1 Les huiles de base : ........................................................................................... 5
I.3.1.1. Huiles de base d’origine minérale : ........................................................... 6
I.3.1.2. Huile de base d’origine synthétique : ........................................................ 9
I.3.1.3. Huile de base d’origine végétale : ............................................................. 9
I.3.2 Les additifs : ................................................................................................... 10
I.3.2.1 Définition et rôles :.................................................................................. 10
I.3.2.2 Les principales familles d’additifs : ........................................................ 11
CHAPITRE II : CARACTÉRISTIQUE DE LA GRAISSE ............................................. 14
II.1 GÉNÉRALITÉS SUR LA GRAISSE ................................................................ 14
II.1.1 Introduction : ............................................................................................... 14
II.1.2 Définition : .................................................................................................. 14
II.1.3 Fonctions : ................................................................................................... 15

l
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
II.1.4 Classification : ............................................................................................ 15
II.2 CONSTITUTION DES GRAISSES : ................................................................ 16
II.2.1 L'huile de base ou la base lubrifiante : ........................................................ 17
II.2.2 Les épaississants : ....................................................................................... 17
II.2.2.1 Épaississant savon : ................................................................................. 17
II.2.2.2 Épaississant sans savon : ......................................................................... 18
II.2.3 Les additifs : ................................................................................................ 19
II.2.3.1 Antioxydant : ........................................................................................... 19
II.2.3.2 Anticorrosion : ........................................................................................ 19
II.2.3.3 Anti-usure (AU)/Extrême pression (EP) : ............................................... 19
II.2.3.4 Anti-mousse : .......................................................................................... 20
II.2.3.5 Améliorateur d’adhésion ou tackifiant : .................................................. 20
II.2.3.6 Améliorateur d’indice de viscosité (AVI) : ............................................. 20
II.3 PROPRIÉTÉS DES GRAISSES : ...................................................................... 20
II.3.1 Consistance et pénétrabilité : ...................................................................... 20
II.3.2 Point de goutte : .......................................................................................... 21
II.3.3 Point de solidification : ............................................................................... 22
II.3.4 Stabilité au cisaillement : ............................................................................ 22
II.3.5 Miscibilité : ................................................................................................. 22
II.3.6 Influence de l'eau : ...................................................................................... 22
II.3.7 Stabilité à l’oxydation : ............................................................................... 23
II.3.8 Compatibilité avec les élastomères : ........................................................... 23
II.3.9 Pompabilité : ............................................................................................... 23
II.3.10 Corrosion, Anti-usure et Extrême pression :............................................... 23
II.3.11 Aspect et texture des graisses : ................................................................... 24
II.4 LES PRINCIPAUX AVANTAGES/INCONVÉNIENTS DES GRAISSES PAR
RAPPORTS AUX HUILES : ........................................................................................ 26
CHAPITRE III : LES HUILES VÉGÉTALES ................................................................ 28
III.1 GÉNÉRALITÉS : ............................................................................................... 28
III.1.1 Définition : .................................................................................................. 28
III.1.2 Caractéristiques physico-chimiques des huiles végétales : ......................... 28
III.1.2.1 Propriétés physiques : ............................................................................. 28
a. Couleur :...................................................................................................... 28
b. La masse volumique : ................................................................................. 28

m
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
c. Densité : ...................................................................................................... 29
d. Indice de réfraction : ................................................................................... 29
e. Le point de fusion (Tf) et le point de solidification (Ts) ............................ 29
f. Le point trouble et le point d'écoulement :.................................................. 30
g. La viscosité : ............................................................................................... 30
III.1.2.2 Propriétés chimiques : ............................................................................. 30
a. Indice d’acide : ............................................................................................ 30
b. Indice de saponification : ............................................................................ 31
c. Indice d’iode : ............................................................................................. 31
III.1.3 Classement et types d’huiles végétales : ..................................................... 31
III.1.3.1 Huiles végétales de type laurique :.......................................................... 31
III.1.3.2 Huiles végétales de type palmitique :...................................................... 32
III.1.3.3 Huiles végétales ou beurre de type stéarique : ........................................ 32
III.1.3.4 Huiles végétales de type oléique : ........................................................... 32
III.1.3.5 Huiles végétales de type linoléique : ....................................................... 32
III.1.4 Les modes d’extraction des huiles végétales : ............................................ 33
III.1.4.1 L’extraction par pression : ...................................................................... 33
III.1.4.2 L’extraction par solvant volatil : ............................................................. 33
III.2 CAS DE LA PLANTE : Ricinus communis ...................................................... 33
III.2.1 Historique :.................................................................................................. 33
III.2.2 Nom de la plante : ....................................................................................... 34
III.2.3 Description botanique : ............................................................................... 34
III.2.3.1 Les feuilles : ............................................................................................ 35
III.2.3.2 Les fleurs : ............................................................................................... 35
III.2.3.3 Les fruits : ............................................................................................... 36
III.2.4 Production : ................................................................................................. 36
III.2.5 Culture : ...................................................................................................... 36
III.3 L’HUILE DE RICIN : ........................................................................................ 37
III.3.1 Extraction de l’huile de ricin : .................................................................... 37
III.3.1.1 Triage : .................................................................................................... 38
III.3.1.2 Nettoyage : .............................................................................................. 38
III.3.1.3 Décorticage : ........................................................................................... 38
III.3.1.4 Froissement : ........................................................................................... 39

n
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
III.3.1.5 Chauffage : .............................................................................................. 39
III.3.1.6 Premier pressurage : ................................................................................ 39
III.3.1.7 Chauffage : .............................................................................................. 39
III.3.1.8 Filtration : ................................................................................................ 39
III.3.1.9 Deuxième pressurage : ............................................................................ 39
III.3.1.10 Addition de solvant aux tourteaux de deuxième pression : ................. 39
III.3.2 Les caractéristiques physico-chimiques de l’huile de ricin : ...................... 39
III.3.2.1 Les propriétés physiques : ....................................................................... 39
III.3.2.2 Caractéristiques physico-chimiques : ...................................................... 40
III.3.2.3 Composition en acides gras :................................................................... 41
III.3.2.4 Étude des glycérides :.............................................................................. 42
III.3.2.5 Les insaponifiables : ................................................................................ 42
DEUXIÈME PARTIE : PARTIE EXPÉRIMENTALE
CHAPITRE IV : MATÉRIELS ET MÉTHODES ............................................................ 43
IV.1 CONTEXTE ET OBJECTIF DU SUJET : ........................................................ 43
IV.2 LES MATÉRIELS ET LES MATIÈRES PREMIÈRES : ................................. 43
IV.2.1 Matériels de sécurité : ................................................................................. 43
IV.2.1.1 Blouse :.................................................................................................... 44
IV.2.1.2 Masque de protection FFP : .................................................................... 44
IV.2.1.3 Gants en plastique ou en caoutchouc : .................................................... 44
IV.2.1.4 Lunettes de sécurité : ............................................................................... 44
IV.2.2 Matériels nécessaires pour la production de graisse lubrifiante : ............... 44
IV.2.2.1 Plaque chauffante : .................................................................................. 44
IV.2.2.2 Thermomètre : ......................................................................................... 44
IV.2.2.3 Bol inox : ................................................................................................. 45
IV.2.2.4 Balance : .................................................................................................. 45
IV.2.2.5 Spatule en inox : ...................................................................................... 45
IV.2.3 Les matières premières : ............................................................................. 46
IV.3 MÉTHODE DE FABRICATION APPLIQUÉE : ............................................. 46
IV.3.1 Phase d'époxydation d'une huile végétale : ................................................. 47
IV.3.1.1 Hydrogénation totale de l'huile de ricin : ................................................ 47
IV.3.1.2 Transformation de l'huile hydrogénée en savon par la soude : ............... 47
a. Matériels utilisés : ....................................................................................... 47

o
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
b. Mode opératoire : ........................................................................................ 47
IV.3.1.3 Transformation du savon sodique en acide 12-hydroxystéarique par
l'acide chlorhydrique : ............................................................................................ 48
a. Matériels utilisés : ....................................................................................... 48
b. Mode opératoire : ........................................................................................ 48
c. Opération de lavage : .................................................................................. 48
IV.4 PROCESSUS DE FABRICATION D’UNE GRAISSE LUBRIFIANTE À
PARTIR D’HUILE VÉGÉTALE : ............................................................................... 50
IV.5 LES ESSAIS DES DIFFÉRENTS PROCÈDES :.............................................. 51
IV.5.1 Procédé à base d’huile végétale : ................................................................ 51
IV.5.1.1 Premier essai : Graisse à savon Sodium .................................................. 51
IV.5.1.2 Deuxième essai : Graisse à savon Lithium ............................................. 51
IV.5.1.3 Troisième essai : Graisse à savon Calcium ............................................. 52
IV.5.1.4 Quatrième essai : Graisse à savon complexe Lithium / Sodium ............. 52
IV.5.1.5 Cinquième essai : Graisse à savon complexe Sodium / Calcium............ 53
IV.5.2 Procédé à base d'huile d'origine pétrolière : ................................................ 53
IV.5.2.1 Sixième essai : Graisse à savon Sodium ................................................. 53
IV.5.2.2 Septième essai : Graisse à savon Lithium ............................................... 54
IV.5.2.3 Huitième essai : Graisse à savon Calcium .............................................. 54
IV.5.2.4 Neuvième essai : Graisse à savon complexe Lithium / Sodium ............. 54
IV.5.2.5 Dixième essai : Graisse à savon complexe Sodium / Calcium ............... 55
IV.6 MÉTHODES D’ANALYSE DE LA GRAISSE LUBRIFIANTE :................... 56
IV.6.1 La consistance : ........................................................................................... 56
IV.6.1.1 Matériels utilisés ..................................................................................... 56
IV.6.1.2 Mode opératoire : .................................................................................... 56
IV.6.2 Le point de goutte : ..................................................................................... 56
IV.6.2.1 Matériels utilisés : ................................................................................... 56
IV.6.2.2 Mode opératoire : .................................................................................... 57
IV.6.3 La température d’application : .................................................................... 57
IV.7 MISE EN ŒUVRE DE LA GRAISSE SUR LE ROULEMENT : .................... 57
CHAPITRE V : RÉSULTATS ......................................................................................... 59
V.1 RÉSULTATS DES ESSAIS : ............................................................................ 59
V.1.1 Résultats des essais à base d’huile d'origine végétale :............................... 59
V.1.2 Résultats des essais à base d'huile d'origine pétrolière : ............................. 60

p
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
V.2 RÉSULTATS D’ANALYSE DE LA GRAISSE OBTENUE : ......................... 61
V.2.1 Résultats de la mesure de pénétration (la consistance) : ............................. 61
V.2.2 Résultats du point de goutte : ...................................................................... 61
V.2.3 Résultats de la température d’application : ................................................. 62
V.3 RÉSULTATS DES GRAISSES LUBRIFIANTES À COMPARER : .............. 62
CHAPITRE VI : INTERPRÉTATIONS ET DISCUSSIONS .......................................... 63
VI.1 INTERPRÉTATION SUR LA CONSISTANCE (LA PÉNÉTRATION) : ....... 63
VI.2 INTERPRÉTATION SUR LE POINT DE GOUTTE : ..................................... 63
VI.3 INTERPRÉTATION SUR LA TEMPÉRATURE D’APPLICATION : ........... 64
VI.4 INTERPRÉTATION DE LA GRAISSE OBTENUE SUR LE
ROULEMENT……………………………………………………………………… 66
VI.5 INTERPRÉTATION SUR LA COMPARAISON DE LA GRAISSE
LUBRIFIANTE ............................................................................................................ 66
TROISIÈME PARTIE : ÉVALUATION DU COÛT DE PROJET ET
ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX
CHAPITRE VII : ÉVALUATION DU COÛT DE PROJET ........................................... 68
VII.1 ASPECTS MICRO-ÉCONOMIQUES : ............................................................ 68
VII.2 ASPECTS MACRO-ÉCONOMIQUES :........................................................... 69
VII.3 COÛT DE PRODUCTION DE GRAISSE LUBRIFIANTE :........................... 70
VII.3.1 Coût des matières premières : ..................................................................... 70
VII.3.2 Coût d’énergie utilisée : .............................................................................. 71
VII.3.3 Récapitulation du coût d’exploitation : ....................................................... 72
VII.3.4 Comparaison des prix : ............................................................................... 72
CHAPITRE VIII : ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX ................................................. 73
VIII.1 LES LUBRIFIANTS ECO-COMPATIBLES OU BIOLUBRIFIANTS : ..... 73
VIII.1.1 Définitions : ................................................................................................ 73
VIII.1.2 Avantages : .................................................................................................. 73
VIII.2 LA BIODÉGRADABILITÉ : ......................................................................... 74
VIII.2.1 Définitions : ................................................................................................ 74
VIII.2.2 Processus de biodégradation : ..................................................................... 75
VIII.2.3 Méthodes d’évaluation : .............................................................................. 75
VIII.3 LA TOXICITÉ .............................................................................................. 76
VIII.3.1 Définitions : ................................................................................................ 76
VIII.3.2 Méthodes d’évaluation : .............................................................................. 76

q
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
VIII.3.3 L'analyse du cycle de vie : .......................................................................... 77
CONCLUSION PARTIELLE .................................................................................................. 78

CONCLUSION ........................................................................................................................ 79

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................. 80

ANNEXES
ANNEXE 1 : CLASSIFICATION DE SERVICE DES GRAISSES ................................. b
ANNEXE 2 : EXEMPLES DE TRANSFORMATIONS CHIMIQUES POSSIBLES À
PARTIR DES TROIS FONCTIONNALITÉS PRÉSENTES DANS L’HUILE DE RICIN
(TRIGLYCÉRIDE DE L’ACIDE RICINOLÉIQUE) ........................................................ d
ANNEXE 3 : SCHÉMA DÉTAILLÉ DE L’ÉPOXYDATION DES HUILES
VÉGÉTALES ..................................................................................................................... e
ANNEXE 4 : LE CONCEPT DES FEUX DE CIRCULATION SKF ................................ f
ANNEXE 5 : LES CARACTÉRISTIQUES DES LUBRIFIANTS ................................... h
TABLE DES MATIÈRES .......................................................................................................... l

r
JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Titre du mémoire : FORMULATION ET PRODUCTION DE GRAISSE LUBRIFIANTE À
PARTIR D’HUILE VÉGÉTALE, HUILE DE RICIN (Ricinus communis)

Pagination :
Nombre de pages : 84
Nombre de figures : 31
Nombre de tableaux : 37

Famintinana : Ny tanjona amin'ity asa fikarohana ity dia ny famolavolana graisse lubrifiante avy amin'ny menaka
voajanahary izay mahafeno ny fepetra momba ny tontolo iainana sady manome antoka ny fahaiza-manao ara-
teknika sy ny fahombiazan'ny lubrifiants indostrialy. Aorian'ny fijerena ny fandalinana bibliografika momba
ny généralités des lubrifiants, ny toetoetry ny graisse sy ny menaka azo avy amin’ny zavamaniry ary ny
fandalinana ny dingana samihafa amin'ny famokarana graisse ; nanapa-kevitra izahay fa époxydation ny menaka
kinana. Ireo dia mitaky ny fanampiana ny menaka fototra, ny agent épaississant ary ny fanampiana isan-karazany.
Ity fandalinana ity dia mampiseho ny fampitahana eo amin'ny graisse lubrifiante vita avy amin’ny menaka kinana
sy vita avy amin’ny fitrandrahana solika. Ny vokatra azo avy amin'ny andrana fahaefatra (75% menaka fototra
kinana, 8% menaka kinana époxydée, 10,5% savon de lithium/sodium ary 6,5% fanampiana isan-karazany) sy
fahasivy natao tamin'ny menaka kinana tao amin'ny laboratoara dia tena vokatra mahafa-po.
Teny manan-danja: Graisse lubrifiante, menaka fototra, agent épaississant, fanampiny, menaka kinana,
famolavolana.

Résumé : L’objectif principal de ce mémoire est de formuler de la graisse lubrifiante à partir de l’huile végétale
répondant aux exigences environnementales tout en assurant la performance technique et l’efficience des
lubrifiants industriels. Après un survol sur des études bibliographiques concernant les généralités des lubrifiants,
les caractéristiques de la graisse et les huiles végétales ainsi que les études des différents procédés de formulation
des graisses ; nous avons optés sur l’époxydation de l’huile de ricin. Ces derniers nécessitent ensuite l’ajout de
l’huile de base, de l’agent épaississant et des divers additifs. La présente étude montre ainsi une comparaison entre
la graisse lubrifiante à base d’huile de ricin et la graisse d’origine pétrolière. Les résultats obtenues 4éme essai
(75% huile de base de ricin, 8% huile de ricin époxydée, 10,5% savon de lithium/sodium et 6,5% divers additifs)
et 9éme essais effectués sur l’huile de ricin au laboratoire sont les résultats très satisfaisants.
Mots clés : Graisse lubrifiante, huile de base, agent épaississant, additifs, huile de ricin, formulation.

Abstract : The main objective of this thesis is then formulate lubricating grease from vegetable oil that meets
environmental requirements while ensuring the technical performance and efficiency of industrial lubricants. After
an overview of bibliographical studies concerning the generalities of lubricants, the characteristics of grease and
vegetable oils as well as the studies of the different processes of fat formulation ; we opted for the epoxidation of
castor oil. Then, these require the addition of basic oil, thickening agent and several additives. The present study
shows us a comparison of lubricating grease based on castor oil and petroleum grease. The results obtained in the
4th test (75% basic castor oil, 8% epoxidized oil, 10,5% lithium/sodium soap et 6,5% several additives) and 9th
tests made on castor oil in the laboratory are the results most satisfactory.
Key words : Lubricating grease, basic oil, thickening agent, additives, castor oil, formulation.

Rapporteur : Docteur RAKOTOSAONA Rianasoambolanoro, enseignante au département de


l’Ingénierie Pétrolière
Nom et prénoms : JAONARITIANA Franck Tony Sergio
Adresse : Lot AD6 Ter LXOY Antanandrano Antananarivo 101
Tél : 032 43 118 97
E-mail : jnary68@gmail.com

Vous aimerez peut-être aussi